Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Première partie. Aspects du pouvoir en place : les institutions — les hommes

Conclusion

Texte intégral

1Quelques grandes tendances se dégagent de notre approche du contexte institutionnel et social de la vie politique liégeoise. Ainsi, d’un point de vue social, le rôle dominant dans la cité d’une élite socio-économique laïque, anciennement attachée au service de l’Église à laquelle se sont adjoints des bourgeois enrichis paraît un fait essentiel. Cet ensemble de personnes qui exercent les fonctions dirigeantes dans la ville ne sont pas dépourvues de représentants au sein du clergé prébendier liégeois. Pour la plupart de ces familles, il s’agit de canonicats dans les collégiales, mais quelques-unes ont également pu s’introduire au sein du chapitre cathédral.

2La composition sociale du chapitre n’est pas homogène. Aux côtés de la minorité de chanoines provenant de lignages liégeois, siègent à Saint-Lambert, des membres de la noblesse voisine du pays de Liège ou des milieux curiaux. Toutefois, on s’aperçoit que dans la pratique, les décisions du chapitre sont surtout le fait de ses éléments locaux ou, autre cas de figure, celui de chanoines proches de l’évêque. Coiffant tout ce monde dirigeant, l’évêque. Socialement, il apparaît souvent comme de plus haut parage que les autres membres de l’élite politique.

3D’un point de vue institutionnel, quelques faits décisifs doivent être mis en exergue. Entre autres l’émergence, au tournant du xive siècle, de la Commune et d’une nouvelle catégorie de dirigeants urbains. À partir des années 1250, le pouvoir sur la cité qui, dépendant des échevins procède de l’Église liégeoise, commence à se dégager de cette tutelle. En effet, accédant aux fonctions dirigeantes, les métiers contribuent à promouvoir l’émergence d’un nouveau personnel politique indépendant de l’Église ainsi qu’à détacher le gouvernement communal de l’instance ecclésiastique. Au cours du xive siècle, un glissement des anciennes familles dirigeantes s’opère : de l’échevinage vers les magistratures communales, devenues le nouveau centre de gravité du pouvoir liégeois. Coexistent désormais deux types d’institutions à la tête de la cité de Liège : un collège d’échevins, dépendant des autorités ecclésiastiques et un gouvernement communal. De même, les titulaires de charges scabinales se recrutent préférentiellement parmi les partisans de l’évêque, ou parmi ses créatures. Au cours d’une carrière, magistratures communales et celles dépendant du service princier peuvent s’exercer conjointement, du moins en temps de paix civile. Car ce cumul devient scabreux lorsqu’éclatent des crises. L’appartenance à l’un ou l’autre pouvoir devient alors un geste politique.

4Le décor institutionnel ainsi planté et les acteurs sommairement présentés, il convient à présent d’entamer l’examen des forces politiques elles-mêmes.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search