Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Première partie. Aspects du pouvoir en place : les institutions — les hommes

Chapitre III. Élite dirigeante urbaine et pouvoir dans la cité

Texte intégral

1Des trois piliers principaux sur lesquels repose le pouvoir dans la cité de Liège, il ne nous reste plus à présent qu’à examiner le dernier : le milieu dirigeant laïc. Notre propos portera en particulier sur les rapports entre habitants de la cité et gouvernement urbain. Dans ce pays, dirigé par des princes toujours étrangers, quelle fut l’emprise des individus et des familles sur la gestion de la capitale liégeoise, au long des xiiie, xive et xve siècles ? Et que peut-on savoir de leur représentativité au sein des différents corps dirigeants liégeois durant cette période ?

1. Les cadres : échevins et bourgmestres

A. Élite dirigeante de 1250 à 1312

a. La composition du collège échevinal

  • 1 J. d’O., Myreur, V, p. 278.
  • 2 Gesta abbatum trudonensium, 2, p. 246, p. 239. — J. de Hocsem, p. 21.
  • 3 J. de Hocsem, p. 135. — 1402, p. 263–264.
  • 4 1402, p. 200, 253–254.
  • 5 J. de Hemricourt, Miroir, p. 303. — Pour localiser ces lieux cf. plan de Liège, en annexe.
  • 6 1402, p. 263–264. — J. de Hocsem, p. 13.
  • 7 J. d’O., Myreur, V, p. 278.
  • 8 J. de Hemricourt, Miroir, p. 303.
  • 9 1402, p. 194, 200.

2Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, au moment où nos sources commencent à décrire la situation politique de la cité liégeoise, une aristocratie domine la gestion urbaine. Aux dires de Jean d’Outremeuse, elle se compose de « grands et de nobles1 ». D’autres chroniqueurs parlent de Magnates ou d’Insignes2’de Majores3, de Meliores, ou encore de Valentiores4. Jacques de Hemricourt enfin, nomme « Grans » les membres de cette élite. « Teis borgois », écrit-il, « riches, servent le seigneur en armes, ont blasons et cris d’armes », demeurent enfin dans les six quartiers — ou vinâves — originels de la ville Chaussée des Prez, l’Île, Saint-Jacques, Saint-Servais, Saint-Martin, le Marché5. À l’opposé, se trouve le vulgus, encore appelé Populares6, « Gens commones7 », « Petits8 ». Les termes de Plebs ou Plebs communis9 apparaissent également, sans qu’il soit possible de déceler dans leur emploi une acception différente des précédentes.

  • 10 J. d’O, Myreur, V, p. 278. — Notons que relatant le mouvement insurrectionnel hutois de l’année 13 (...)
  • 11 Cf. J. de Hemricourt, Patron, p. 146. — É. Poncelet, De la condition, p. 54–56 souligne la rareté (...)
  • 12 1402, p. 172 : « laïci diviciis et honore nuper elati [...]. Noster electus [...] cecatus munere n (...)

3Les notables aux commandes liégeoises ne forment pas l’ensemble de la population aisée de la cité. Jean d’Outremeuse évoque en effet « des gens commones, ja tant fuste riche d’avoir ne puissans d’amis, qui oisast ja parleir de chouse qui apartenoit à la governanche del citeit et ne soy entremelleir ». L’autorité sur la ville est, ajoute-il, du ressort des « esquevins et des nobles et des clers10 ». Quelles réalités sociales se dissimulent sous ces termes ? Le clergé liégeois est puissant, remuant, et jaloux de ses prérogatives. Son état de premier seigneur liégeois l’incite à intervenir dans les affaires urbaines. Nous reviendrons plus loin sur les démêlés qui ont résulté de cette attitude. Restent les nobles et les échevins. Par « nobles », Jean d’Outremeuse entend probablement faire allusion aux familles ministérielles qui gravitent dans le sillage de l’Église liégeoise, aux bourgeois enrichis par le commerce du drap, du vin ou de l’argent plutôt qu’aux familles nobles de souche du pays, — tels les douze fieffés de l’Église de Saint-Lambert11. Au milieu du xiiie siècle le rédacteur de la Chronique liégeoise de 1402 stigmatise ces laïcs, « naguère élevés par la richesse et l’honneur qui, à présent qu’ils se sont immiscés dans l’entourage épiscopal, se croient tout permis12 ». Dans la mesure où, dès cette époque, le gouvernement urbain est du ressort de deux bourgmestres et d’un conseil de jurés, le pouvoir détenu par les échevins sur la ville semble devenu un pouvoir de l’ombre, s’exerçant par des jeux d’influence sur les chefs du conseil.

  • 13 C. de Borman, Échevins de la souveraine cour de Justice de Liège, t. 1, p. 69–424.
  • 14 Sur le Mal Saint-Martin et les incidents qui y conduisent, cf. G. Kurth, La cité, t. 1, p. 283–285 (...)

4Quels sont les contours de ce groupe scabinal aux alentours de 1250 ? A la fin du siècle dernier, l’érudit liégeois Camille de Borman consacra une partie de ses recherches à l’échevinage de la cité mosane13 et répertoria le personnel de cette institution depuis son apparition dans les textes jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Pour nombre d’échevins, il put ainsi déterminer les liens de filiation en ligne paternelle et maternelle, et établir les alliances matrimoniales contractées par ces mandataires, ou par leurs enfants. Pour établir sa classification, de Borman a défini trois époques 1260–1312, 1312–1386, et 1386–1467. Le choix de ces termes chronologiques paraît judicieux. Il se fonde sur deux années au cours desquelles le personnel scabinal subit un bouleversement profond 1312 et 1386. Cette première date se justifie à plusieurs titres. Épisode dramatique des luttes socio-politiques du tournant du xive siècle, le « Mal Saint-Martin » décime le collège échevinal. Plusieurs échevins périssent au cours de l’émeute et de l’incendie de la collégiale de Saint-Martin qui surviennent dans la nuit du 4 août 1312. Ces violents incidents entraînent le remplacement d’une grande partie de la cour14. En 1386, un procès intenté par l’évêque et la commune conduit au renouvellement du collège : treize des quatorze échevins à qui étaient reprochées diverses malversations furent à cette occasion frappés d’une sentence de bannissement de la cité.

  • 15 Les listes de 1260 et 1268 : C. de Borman, op. cit., p. 69. Celle de 1244 : éd. J. Cuvelier, Cartu (...)
  • 16 On relève ainsi : 3 Neuvice (2 frères +1 fils) 2 Saint-Martin (frères) 2 delle Cange (frères) 2 Sa (...)

5Les premières listes complètes d’échevins datent de 1260 et 1268. À ces premières sources il importe d’ajouter un fragment daté de 1244, qui comporte douze noms15. En tout, nous disposons d’un corpus de quarante noms pour le milieu du xiiie siècle. La présence de certains échevins sur plus d’une liste ramène ce total à vingt-neuf personnes. Notons encore que des liens de parenté unissent dix-neuf d’entre elles : frères, ou pères et fils16.

  • 17 F.L. Ganshof, Ministériales, p. 147.
  • 18 C. de Borman, Échevins, t. 1, p. 87. Sur le statut des Hommes de Casa Dei : F.L. Ganshof, hommes d (...)
  • 19 J. Bourgeois, Le patriciat urbain, p. 41, 50.
  • 20 J. de Hemricourt, Miroir, p. 302 fit, en effet, provenir Louis de Rulant dit aux Rouges Chausses a (...)
  • 21 J. de Hemricourt, t. 2, p. 279. — M.C. Chaineux, Culture de la vigne..., p. 49 : mention d’un Lard (...)
  • 22 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 159, 162 et 177. — Au xive s., mention d’un de Coir vinier, J. de Hemrico (...)

6Quelle est l’origine sociale et géographique de ces hommes ? Henri de Neuvice est un ministériel du chapitre17, en 1269 Godefroid de Falcon, est mentionné comme « homme de Casa Dei18 », une catégorie de gens dont F.L. Ganshof a souligné l’origine ministérielle. Wéric, qui figure sur la liste de 1244, y porte le surnom de Cellerier caractéristique de sa fonction de receveur épiscopal. Les Île, les Affamé, les del Cange proviennent de lignages également attachés au service de la cathédrale19, tout comme les Surlet, puissant lignage auquel, un siècle plus tard, Hemricourt voulut probablement complaire en enjolivant l’histoire de ses origines20. Les Lardier sont des viniers comme Évrard del Low21. Les Saint-Servais, comme les Saint-Martin et les de Coir, branche cadette de ce dernier lignage sont des halliers. Les de Coir doivent notamment leur fortune au commerce extérieur du drap et de la laine22. Saint-Martin et Saint-Servais ne semblent pas trouver leur origine dans la ministérialité mais plutôt dans la catégorie des marchands libres.

7Qui ces hommes épousent-ils et dans quels milieux choisissent-ils les conjoints de leurs enfants ? Étudier la question des mariages du milieu échevinal entre 1250 et 1312 est malaisé en raison des difficultés que l’on éprouve à établir une classification satisfaisante des différents lignages impliqués dans cette politique des alliances matrimoniales. Néanmoins, nous avons pu établir une classification fondée sur les critères sociaux suivants (tab. 1) :

  • unions avec des membres de familles scabinales liégeoises ;
  • unions avec des familles de la chevalerie hesbignonne, issue de la familia militaire de l’Église liégeoise et fréquemment commise à la surveillance des places-fortes23 ;
  • unions avec des membres de la bourgeoisie urbaine, à propos desquelles les renseignements ne sont pas autrement précis.

8Il convient également de distinguer les unions contractées par les membres de l’échevinage eux-mêmes, de celles conclues par leurs enfants. Ces dernières paraissent en effet le reflet des orientations du milieu et de ses aspirations sociales. À ce sujet, notons déjà l’absence à la deuxième génération d’épouses choisies dans la simple bourgeoisie ou dont l’origine échappe à notre information.

  • 24 Cf. F.L. Ganshof, « Homines de Casa Dei », p. 309–310. — Sur un plan plus général, la restriction (...)
  • 25 L’ensemble des tableaux relatifs à ce chapitre a été reporté en annexe no 3.

9Parmi les contraintes liées à la ministérialité figurait l’obligation de mariages endogamiques. En 1230, Baudouin de Geneffe, récemment investi de la chatellenie de Waremme par l’Église de Liège dut encore se soumettre à cette règle et promettre de choisir une feminam de Casa Dei et beati Lamberti comme épouse pour son fils aîné24. Aux alentours de 1260, cette obligation est-elle encore d’application ? Rien ne permet de l’affirmer. Mais les sources semblent indiquer qu’à l’époque qui nous occupe, dans la pratique, un tel comportement n’est pas encore tombé en désuétude et que d’une manière générale, les échevins n’y dérogent pas. La majorité d’unions contractées dans le milieu de la ministérialité liégeoise est forte tant en ce qui concerne les mariages d’échevins (12/23) que ceux conclus par des enfants d’échevins (9/15). Il apparaît de même que ces mariages se font ordinairement dans le cadre géographique du pays de Liège (tableaux 1 et 2). Les unions avec la ministérialité étrangère — du comté de Looz ou du duché de Limbourg — sont minoritaires25.

10Le milieu scabinal s’avère aussi, socialement, très homogène : membres de l’élite socio-économique liégeoise, de la ministérialité et familia militaire de Saint-Lambert souvent affectée à la protection des châtellenies rurales, ou de la haute bourgeoisie urbaine. Souvent donc, les mariages se contractent dans le milieu des commis de l’État liégeois. C’est donc un même monde qui dirige à Liège et dans la campagne avoisinante ; un monde en définitive très assujetti au pouvoir écclésiastique, tant par son statut que par la nature de l’autorité qu’il détient.

b. Un « patriciat » liégeois ?

11Au milieu du xiiie siècle, la gestion de la ville dépend d’une oligarchie scabinale solidement soudée par un réseau d’alliances multiples. Ce groupe que nous définirons comme une élite socio-politique peut-il également être considéré comme une élite économique ?

  • 26 J. de Hemricourt, Miroir, p. 305–306. — J. Bourgeois, op. cit., p. 40. Détailler les ressources ma (...)
  • 27 J. de Hemricourt, Miroir, p. 277
  • 28 Les Del Cange, changeurs, cf. G. Kurth, op. cit, t. 1, p. 162. — Sur les Rigo : C. de Borman, Éche (...)

12L’oligarchie liégeoise se compose d’une part de gens d’origine apparemment libre, enrichis par le commerce des vins — viniers —, des étoffes — halliers —, ou des monnaies — changeurs —, et d’autre part de ministériaux du chapitre cathédral. En ce qui concerne ce dernier ensemble, c’est probablement dans la proximité du pouvoir où il vit que réside une des sources de sa propre élévation. Une des sources seulement, car au xiiie siècle, la prépondérance des ministériaux a également une assise économique. Ceux-ci sont devenus des gens riches, grâce à leurs activités commerciales. Ainsi, à l’instar des autres « patriciens » liégeois, les Surlet tirent leurs ressources matérielles d’intérêts financiers investis dans différents secteurs économiques, dont le commerce du drap et celui de la laine anglaise26. Au même moment, Henri de Neuvice est présenté comme un hallier par Jacques de Hemricourt27, ce qui implique que lui aussi est intéressé à la draperie. Les del Cange comme leur nom l’indique s’adonnent au commerce des monnaies, une activité qu’ils partagent notamment avec les Rigo, dit l’Affamé et d’autres membres de l’échevinage, également d’origine ministérielle28.

  • 29 Les travaux relatifs aux patriciats urbains médiévaux abondent, cf. par exemple : pour la France : (...)

13La qualification de « patriciat urbain » s’applique-t-elle à cette élite liégeoise, chargée par l’évêque de gérer la ville ? Si l’on envisage cette assertion en termes d’activités professionnelles, de pouvoir sur la ville et de réseaux familiaux, suivant ces critères, notre oligarchie scabinale s’assimile sans conteste à un patriciat. En effet, elle se confond avec une élite socioéconomique urbaine. D’un point de vue politique, ses membres exercèrent pendant une longue période un pouvoir sans partage sur l’administration urbaine. Puis, au début du xive siècle, malgré la perte d’un monopole d’autorité sur la cité, due à la pression populaire, ils conservèrent des droits politiques particuliers, inhérents à leur statut de groupe privilégié. Cette évolution n’est pas sans rappeler celle vécue par d’autres patriciats urbains d’Empire, notamment celui de Cologne, cité métropolitaine de l’évêché de Liège. À l’inverse pourtant d’autres patriciens d’Empire, l’aristocratie urbaine de Liège ne paraît pas s’être pourvue de groupements particuliers — à moins de considérer les vinâves dans ce sens, mais les sources ne semblent pas l’attester —, de guildes, les distinguant nettement du reste de la société urbaine, comme il en existait en Italie ou en Allemagne29.

  • 30 É. Fairon, Chartes, p. 64 (acte du 16 août 1344).
  • 31 Cinq suivant Kurth, vingt-cinq si l’on se fonde sur l’énigmatique disposition prise en faveur de « (...)
  • 32 « et sic evenit ut insignes suos excedunt terminos principando, a non suis terminis excedantur » ( (...)

14En outre, les contours de l’élite liégeoise semblent flous. Ainsi au milieu du xive siècle, un acte mentionne les « grans de ladicte cite qu’on appelle gens de lignage30 ». À qui fait-on exactement allusion ? À des gens réputés tels ou à une certaine fraction de la population strictement délimitée et dont le statut est formellement codifié ? On le voit, l’information pêche surtout par son imprécision, y compris sur des données aussi essentielles que l’ampleur exacte du groupe, estimé tantôt à cinq, tantôt à vingt-cinq lignages31 ou que sur son statut. Ces zones d’ombre incitent à distinguer l’aristocratie liégeoise de certains grands patriciats urbains, tout en reconnaissant l’existence prolongée d’un groupe social privilégié, constitué de familles qui se différenciaient du « commun » par leur aisance matérielle et les conditions d’accès aux organes de pouvoir dont elles bénéficiaient. À ces caractéristiques, il convient d’ajouter la dépendance à l’égard de l’autorité ecclésiastique dans laquelle elles demeurèrent longtemps maintenues. Jean d’Outremeuse affirmait que richesse et amis étaient insuffisants pour exercer le pouvoir à Liège. Sur ces conditions, se greffe en effet la nécessité de jouir de la faveur ecclésiastique. Le pouvoir dont les échevins étaient investis leur était concédé et, comme le suggère ce commentaire de Jean de Hocsem à propos des événements insurrectionnels de 1253–1256, n’était pas sans limites : « Et ainsi, il arriva que les insignes en gouvernant ont dépassé les limites et ont même perdu ce qu’ils tenaient et qui ne dépassait pas leur pouvoir32 ».

15Procédant du pouvoir ecclésiastique, l’autorité des Grands les place à un échelon intermédiaire dans la hiérarchie urbaine, à mi-chemin entre le hautclergé liégeois et le « commun » de la population. Assujettis aux premiers, ils dominent les seconds.

B. Personnel de l’échevinage aux xive et xve siècles

a. Évolution des anciennes familles scabinales

16Examinons à présent les structures lignagères en suivant quelques familles du noyau scabinal primitif tout au long de la période que nous étudions. Le maintien au pouvoir par le canal d’une présence à l’échevinage a varié en durée. Institutionnellement parlant, la mainmise de l’échevinage sur la politique urbaine a progressivement décliné. Nous ne déduirons donc pas systématiquement l’effacement d’une famille de l’absence de ses représentants au sein de ce collège. Il n’empêche que la présence plus ou moins longue d’une famille parmi les échevins constitue sans conteste un indice du maintien de ses membres dans la notabilité liégeoise.

17Nous avons dès lors comparé le nombre total des patronymes portés par les échevins entre 1244 et 1467 à celui de l’ensemble des individus recensés dans ce collège durant la même période, de manière à repérer quelles familles y sont le mieux représentées. Deux réserves s’imposent quant à la méthode utilisée. La première porte sur le terminus ad quem. L’année 1467–1468 ne peut être prise en compte à cause des bouleversements qui, résultant de la défaite liégeoise du mois de novembre 1467, ont affecté le recrutement du personnel scabinal. D’autre part, le recours aux patronymes n’est pas un procédé sans failles. En effet, nos sources enseignent qu’à cette époque, les patronymes ne constituent pas une référence absolue. Père et fils ne sont pas forcément désignés sous le même nom et d’autre part, les patronymes ne prennent pas en compte les ascendances en ligne maternelle. Ce sont là des inconvénients qui pourront affecter les résultats obtenus. En dépit de ses imperfections, cette méthode a permis de dénombrer, entre 1244 et 1467, 211 échevins porteurs de 145 patronymes différents. Sur ce total de 145 noms, 109 n’apparaissent qu’une fois (soit 75,1 %) ; 30 sont portés par deux ou trois échevins (20,5 %). Seuls, six patronymes reviennent quatre fois ou plus (4,1 %). Ce sont ceux de :

  • Saint-Servais : 7 échevins, soit 5 jusqu’en 1312 et 2 de 1312 à 1386 ;
  • Lardier : 5 échevins, entre 1244 et 1312 ;
  • Surlet : 4 échevins, 3 entre 1244 et 1312, puis 1 entre 1312 et 1386 ;
  • Chabot : 7 échevins, 1 entre 1244 et 1312, 3 entre 1312 et 1386, 3 de 1386 à 1467 ;
  • Charneux : 5 échevins, 1 entre 1244 et 1312, 4 entre 1312 et 1386 ;
  • de Coir : 5 échevins, 3 entre 1244 et 1312, 1 entre 1312 et 1386, 1 entre 1386 et 1467.
  • 33 J. de Hemricourt, Miroir, p. 411.
  • 34 Herck, ville du domaine comtal du comté de Looz cf. J. Baerten, Het Graafschap Loon, p. 105. — Sur (...)
  • 35 Jacques Chabot (1280–1303, Jacques II Chabot, chev. (1348–1362), Gilles Chabot, chev. (1372–1386), (...)

18Ces six noms apparaissent parmi ceux de l’échevinage entre 1244 et 1312, soit dès la première des trois périodes définies par Camille de Borman. Ils désignent 33 individus sur 211, soit 15,6 % de l’effectif total. On s’aperçoit encore que les familles les plus présentes à l’échevinage sont aussi parmi les plus anciennes de la ville. Au xve siècle toutefois, seules deux d’entre elles conservent encore des sièges d’échevin les Chabot et les de Coir. Parmi les raisons qui peuvent expliquer cette apparente désaffection figure l’extinction du nom — c’est le cas des Lardier — ainsi que la perte de pouvoir de l’échevinage, dont certains lignages ont pu se détourner au profit d’autres offices devenus plus attractifs, parce que désormais plus porteurs d’autorité. Mettant une nouvelle fois en lumière les limites de notre classification patronymique, l’origine des Chabot, des Charneux et des Pollarde se confondrait avec celle des Neuvice. Selon Hemricourt, il s’agirait en effet de trois rameaux d’un même tronc33. Dès leur apparition sur la scène politique liégeoise, ces familles semblent liées à la ministérialité lossaine (les Herck) et liégeoise (les d’Ochain34). Jusqu’en 1462, en l’espace de neuf générations si l’on inclut les différentes branches du lignage, les Chabot fournissent à l’échevinage liégeois sept des leurs, auxquels il faut ajouter, au milieu du xve siècle, un maire non échevin Eustache Chabot35.

  • 36 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 164–165. — F.L. Ganshof, Ministeriales, p. 147.

19Neuvice, Charneux et Pollarde fournissent au collège échevinal un total de onze échevins, entre 1244 et 1438 et en l’espace de six générations. Les Neuvice, connus suivant Godefroid Kurth depuis la fin du xie siècle, et en qui F.L. Ganshof voyait les continuateurs d’une vielle lignée ministérielle les de Pont36 paraissent donc figurer parmi les plus fidèles et les plus durables soutiens du pouvoir épiscopal liégeois médiéval. Pendant cent, voire deux cents ans, indépendamment des évêques qui se succèdent, ces grandes lignées maintiennent une présence ininterrompue dans cette cour, y renforçant même leurs positions à la fin du Moyen Âge. Ce faisant, les Neuvice se distinguent des autres lignages patriciens liégeois. En effet, les familles ont tendance à rompre leurs attaches avec l’échevinage (cf. tableau no 2). Les Surlet — désormais unis aux Lardier —, les Saint-Servais, cessent d’y paraître aux alentours de 1350. Qui les relaie ? Quel visage sociologique ce collège acquiert-il alors ?

b. Émergence d’un nouveau personnel scabinal

20D’une manière globale, l’emprise lignagère sur l’échevinage s’affaiblit au cours du xive siècle. Entre la première et la deuxième époque, la proportion de membres de ce corps dont les fils et, a fortiori les petits-fils prennent la succession tombe en effet de 48,2 % à 22,5 %. Puisque l’élément lignager cesse de constituer une réserve de recrutement naturelle au personnel de l’échevinage, d’où proviennent les membres de la cour scabinale, pendant la période qui s’étend du Mal Saint-Martin jusqu’à 1386, époque du procès et de l’éviction de la scène politique liégeoise des échevins concussionnaires ?

21Au cours du XIVe siècle, l’échevinage perd de son homogénéité de recrutement social. Son personnel cesse de se réduire à quelques familles (voir tableau 3). La fréquence d’apparition patronymique était de 1,5 (38 patronymes pour 58 échevins) entre 1244 et 1312. De 1312 à 1386, elle tombe à 1,3 (62 noms pour 80 échevins) et se stabilise à 1,1 au XVe siècle (64 patronymes pour 73 échevins). La proportion d’échevins liégeois, mais originaires d’un milieu autre que scabinal augmente considérablement. Cet accroissement paraît une des caractéristiques majeures du recrutement des années 1300, à l’égal de l’apparition dans le collège d’éléments non liégeois. Dans le courant du xive siècle donc, à côté des lignages « patriciens » qui continuent de fournir à l’échevinage liégeois une part de ses membres, se constitue, parallèlement, un nouveau personnel.

  • 37 Cf. J. de Hemricourt, Miroir, p. 399–400 : évoque les cas de Humbert Corbeau de Hognoul et Jean de (...)
  • 38 C. de Borman, Échevins, p. 192–194, 209.
  • 39 C. de Borman, Échevins, p. 174–176. — Sur la désignation de Coune de Lonchin comme châtelain de Mo (...)
  • 40 C. de Borman, Échevins, p. 181–2.

22Le collège échevinal puise à présent certains de ses membres au sein de la basse-noblesse du pays de Liège qui s’installe désormais en ville et, peu à peu, s’agrège au noyau dirigeant primitif37. La seconde source principale de personnel réside dans l’entourage épiscopal, parmi les clients du prélat. Citons les frères Jean et Thibaut de Langdris, fils de l’ancien maréchal d’armée d’Adolphe de La Marck tué en 1325 à Dommartin, appelés à l’échevinage en 1343 et 134538 ; Coune de Lonchin [ou de Lontzen] semblablement pourvu d’un siège par ce même évêque et paraissant à l’échevinage de 1329 à 1348. Coune de Lonchin était le fils (ou le petitfils ?) du seigneur de Lonchin à qui, en 1315, Adolphe confiait la garde de sa place-forte hutoise de Moha39. D’autres fidèles des évêques furent également promus tel ce Nicolas de Péron, Hutois récompensé en 1334 d’un siège scabinal pour son soutien à la cause épiscopale40. On observe encore durant le xive s. une modification profonde dans la mentalité du personnel échevinal liégeois. Contrairement à leurs prédécesseurs qui semblaient chercher à faire souche dans l’état scabinal, au xive siècle, les échevins ne semblent plus désirer un ancrage durable dans ce milieu. Examinons en effet la politique matrimoniale de nos échevins (cf. tableau no 4).

  • 41 Jean II Surlet (1314–1348), fils de Jean Ier Surlet (1285–1312), épouse la fille de Gilles delle C (...)

23Le recensement de l’ensemble des mariages contractés par des membres de l’échevinage permet deux constatations. De nombreux membres de l’échevinage proviennent de milieux autres que scabinal mais beaucoup d’entre-eux cherchent à renforcer leur implantation dans leur nouveau milieu, en épousant la fille ou la sœur d’un collègue. Un changement d’attitude se produit à la génération suivante, lorsqu’il est question pour ces échevins d’établir leurs enfants — ou parfois leurs proches —. Ils recherchent de nouveau des unions au sein de la chevalerie, des familles de la noblesse hesbignonne. À peine quatre échevins, eux-mêmes fils ou petits-fils d’échevins choisissent leur épouse parmi les filles de leurs collègues41. Mais aucun des enfants issus de ces couples ne se marie au sein de l’échevinage liégeois. La magistrature scabinale devient, en outre, plus individuelle, intimement liée à la faveur épiscopale. En effet, le recrutement de l’échevinage trahit une grande attention de l’évêque à l’égard de ce corps, qu’il peuple de ses créatures et dont il attend un contrepoids efficace face à la commune dont les instances politiques lui échappent fréquemment.

  • 42 C. de Borman, Échevins, p. 313–314.-Ces deux personnages exerçaient la bourgmaîtrise à Maastricht (...)
  • 43 C. de Borman, Échevins, p. 371.
  • 44 C. de Borman, Échevins, p. 307, 310.

24Achevons à présent notre tour d’horizon social du milieu scabinal par la troisième époque circonscrite par Camille de Borman de 1386 à 1467. Le xve siècle liégeois est dominé par la pression de plus en plus sensible des Bourguignons aux frontières de la principauté. Le recrutement des échevins se ressent de cette présence. Les milieux originels de nos échevins reflètent le poids de l’emprise extérieure qui s’exerce à ce moment (tableau 5). Des Maastrichtois, tels Arnold de Here et Antoine Yserman, sont introduits au sein du corps échevinal liégeois42 à l’appel de Jean de Bavière en 1409. Il en va de même pour quelques Brabançons, comme ce Godefroid de Froidmont de Gosselies entré à l’échevinage en 1459, au début du règne de Louis de Bourbon43. L’impact bourguignon semble par ailleurs la seule réelle particularité du recrutement des échevins au cours de cette période. Leur condition sociale demeure au xve siècle comparable à ce qu’elle était devenue dans le courant du siècle précédent. Les lignages du pays de Liège continuent de placer quelques-uns de leurs membres parmi les échevins, mais, pareillement à ce que l’on observait déjà au xive siècle, ils ne s’incrustent plus dans l’échevinage et n’y choisissent plus forcément leur épouse. Onze échevins, un maire — Eustache Chabot — et un sous-mayeur — Louis de Velroux44 — seulement se marient encore au sein de leur collège, sur un total de soixante-quatorze échevins recensés pour cette époque. Quoiqu’amputé d’une partie de ses prérogatives politiques, cette cour conserve son rôle de corps dirigeant liégeois, mais surtout comme insture principale la bourgmaîtrise.

25Progressivement, au cours du xive siècle, la Commune s’est substituée à l’échevinage comme organe de direction de la cité. Concrètement, un nouveau personnel dirigeant s’est-il substitué à l’ancien, ou au contraire, le transfert de responsabilités n’a-t-il été que formel, les mêmes hommes restant aux commandes ?

C. Magistratures communales aux xive–xve siècles : la bourgmaîtrise

  • 45 Cf. introduction, p. 55–56.
  • 46 Répertoires des bourgmestres de Liège établis par M. Franckson, Les bourgmestres, t. 2. et J. Stie (...)
  • 47 Deux remarques préliminaires s’imposent : nous avons limité notre investigation aux hommes dont no (...)

26D’emblée, force est de restreindre notre propos. La composition du conseil et le recrutement de la plupart des offices échappant en grande partie à notre attention, notre réflexion se limitera aux bourgmestres, qui constituent le sommet de la hiérarchie communale. C’est évidemment ici que l’on regrettera la disparition de la plupart des archives communales antérieures au xvie siècle45. L’aspect politique de ces élections sera évoqué plus loin. Pour l’heure, bornons-nous à une approche sociale et lignagère de la fonction. Rencontre-t-on à Liège des dynasties magistrales, analogues aux lignées scabinales qui y existaient au xiiie siècle ? Observe-t-on une identité des unes avec les autres ? Constate-t-on une cœxistence ou une succession de la part de ces différents lignages au sein des organes de direction urbains ? L’établissement d’une liste satisfaisante des bourgmestres de Liège s’avère le premier problème à résoudre. Entre 1380 environ et 1468, trois chroniqueurs nous facilitent la tâche. Année après année pendant tout ce temps, Jean d’Outremeuse, Jean de Stavelot et Adrien d’Oudenbosch, ont consigné dans leurs travaux les noms des deux élus de la commune. Avant 1380, notre information est plus lacunaire, tributaire d’informations plus éparses46. Entre 1313 et 1468, en l’espace de 150 ans, la trace de 129 élus à la fonction magistrale a été conservée. Ces 129 hommes portent 85 patronymes différents et, ensemble, totalisent 158 élections à cette magistrature47.

27Soixante-quatre n’apparaissent cependant qu’une fois (74,4 %). Quinze noms sont représentés deux fois (17,8 %), un seizième apparaît trois fois. Enfin cinq familles comptent un minimum de quatre élus à la bourgmaîtrise parmi leurs membres (5,9 % du total). Ce sont respectivement

  • Surlet-Lardier (8 bourgmestres, 22 élections) ;
  • Waroux (4 bourgmestres, 5 élections) ;
  • Bierset (5 bourgmestres, 14 élections) ;
  • de Seraing (4 bourgmestres, 13 élections) ;
  • del Cange (4 bourgmestres, 8 élections).

28D’un point de vue strictement patronymique, l’aspect lignager ne paraît donc pas prévaloir. Comme l’indique la très forte majorité d’élections uniques, la bourgmaîtrise semble en effet privilégier des individualités plutôt que des familles. Il n’empêche. Dans le cas des Surlet-Lardier, comme dans celui des del Cange, le nombre des représentants à la bourgmaîtrise, de même que l’importance du nombre de mandats entamés — mais pas toujours entièrement accomplis — indique une véritable poursuite de la ligne de conduite familiale, axée sur la domination de la ville, par la voie de l’accaparement des charges officielles. Cette emprise déjà visible par le biais de l’échevinage se perpétue au travers de la bourgmaîtrise et du pouvoir communal. En celà, elle suit l’évolution institutionnelle liégeoise. Les trois autres lignages les plus souvent appelés à la bourgmaîtrise paraissent en revanche plus neufs en politique municipale.

  • 48 C. de Zantfliet, col 496 : « eodem anno, nonnulli seditiosi [...] practicaverunt ut de cetero nemo (...)

29Élément intéressant dans la mesure où échevinage et bourgmaîtrise procèdent de deux pouvoirs souvent affrontés, on ne constate pas à proprement parler d’antagonisme « naturel » entre les deux fonctions. Ce n’est qu’à certaines périodes bien précises, lors de crises politiques notamment, que les Liégeois énoncent des incompatibilités entre les deux charges. Ainsi, en 1458, ils interdisent aux candidats bourgmestres d’accepter dans l’avenir un siège à l’échevinage, ce qui semblerait cautionner la politique contestée de l’Élu48.

  • 49 J. Stiennon, Histoire, p. 322. — C. de Borman, Échevins, p. 325.
  • 50 C. de Borman, op. cit., p. 224. — J. Stiennon, op. cit., p. 322.
  • 51 C. de Borman, op. cit., p. 362. — A. d’O., op. cit., p. 42, 204.
  • 52 J. de S., fr. p. 501, 599, C. de Borman, op. cit., p. 332.

30À partir du xive siècle une sorte de va-et-vient s’instaure plutôt entre le personnel des deux organismes de direction, sur le plan individuel comme au sein des familles. Notons cependant que ces deux magistratures ne furent jamais exercées simultanément, il semble y avoir eu là incompatibilité. De nombreux bourgmestres liégeois furent donc aussi, à un moment de leur carrière, échevins. Ainsi en va-t-il de Jean Gulardin de Waroux, bourgmestre en 1418–1419, puis échevin de 1419 à 144949. Raes de Waroux, petit-fils de l’échevin Baudoin de Hollogne, exerce la bourgmaîtrise en 1372–1373, avant d’accéder à l’échevinage, où il siège de 1374 à 138650. Quant à Ameil de Velroux, échevin de 1456 à 1465, il est bourgmestre une première fois en 1455–1456, avant d’être appelé une seconde fois à cette fonction en 1468, par le légat Onofrius51. Pour ces trois hommes, l’élection comme bourgmestre précède de peu l’entrée à l’échevinage. La bourgmaîtrise ne serait-elle dès lors qu’un marche-pied vers l’échevinage, ce qui dénoterait la supériorité de cette dernière charge sur sa concurrente ? Il n’en est en fait rien. Car d’autres effectuent le parcours en sens inverse. Jean delle Bare, par exemple, détient un mandat d’échevin de 1432–1436, il est bourgmestre, à trois reprises par la suite52.

  • 53 J. Stiennon, op. cit., p. 322, p. 4. — C. de Borman, op. cit., p. 170, 162.
  • 54 C. de Borman, op. cit., p. 230, 231, 317, 306.

31Les passerelles familiales entre les deux charges sont fréquentes, non seulement sur un long laps de temps, comme les exemples des Surlet-Lardier, ou des del Cange l’indiquent, mais également en l’espace de deux ou trois générations. Gossoin de Flémalle, notamment, est bourgmestre en 1379–1380. Il est le fils de Jean de Flémalle et le petit-fils de Gozeal Payen de Warzée qui, tous deux, siégeaient à la cour échevinale au début du xive siècle53. Les Bierset, arrivés tard sur la scène liégeoise, nous apprennent que l’on pouvait de même dériver de la bourgmaîtrise vers l’échevinage. Renier Ier de Bierset est bourgmestre en 1382. Ses deux fils Guillaume et Jean, de même que son petit-fils Renier II sont, tous trois, membres de l’échevinage. Renier II, de plus, a renforcé son intégration au sein du milieu scabinal en se mariant avec Catherine, fille de l’échevin André Chabot54.

  • 55 Cf. A. Joris, Recherches sur le patriciat urbain de Huy au Moyen Âge, p. 163 : mention de Lambert (...)
  • 56 J. Stiennon, Histoire, p. 322.
  • 57 M. Franckson, Les Bourgmestres, p. 26, 89, 157, 60. — Un Henri Rosséal, vinier, remplaça Fastré Ba (...)
  • 58 C. de Borman, Échevins, p. 306, 332, 343, 351.

32La domination familiale sur Liège par l’accaparement des charges officielles prend encore d’autres formes. Au tournant des xive et xve siècles moment, qui se révèle riche en mutations sociales et fertile en nouveaux lignages, de nouveaux noms accèdent à l’avant-plan. Il sera, plus loin, longuement question des Datin et de leur cheminement politique. D’autres trajectoires familiales, plus obscures, sont également exemplaires. Envisageons l’insertion des Rosséal dans le milieu politique liégeois, au début des années 1400. Les Rosséal, que l’on voit pourvus d’un mandat d’échevin ou de bourgmestre de Liège au xve siècle sont originaires de Huy55. L’immigration de ces notables hutois vers la capitale mosane n’a sans doute pas été fortuite. Lambert Rosséal, bourgmestre de Liège en 1354–1355 puis réélu en 1368–136956, compte parmi ses petits-fils et ses gendres, quatre bourgmestres : Jean delle Bare (3 mandats entre 1442–43 et 1452–53), Henri II Cœn (hallier, 1 mandat en 1390–1391), Eustache Chabot, (bourgmestre en 1426–1427, puis en 1443–1444) et Gilles de Metz qui exerça cinq mandats entre 1435–36 et 1460–146157. Les Rosséal ne manquent pas de liens avec l’échevinage. Outre Henri Cœn, et Eustache Chabot déjà cités parce qu’ils exercèrent la bourgmaîtrise mais qui appartinrent également au milieu scabinal, mentionnons parmi les membres de la famille : Jean Rosséal, échevin de 1393 à 1406 ; Jean II delle Bare présent parmi les échevins de 1432 à 1436 ; Abraham de Fexhe dit de Falcon, qui siégea de 1437 à 1450, et enfin Jean Chabot qui fut membre de ce collège de 1446 à 145458. Ces hommes sont respectivement les fils, petit-fils par alliance et arrière-petit-fils par alliance de Lambert Rosséal, connu comme maire de Huy-petite en 1360. L’ascension des Rosséal dans la politique liégeoise est remarquable par sa rapidité. En outre, elle confirme notre observation relative à l’obtention des charges. En temps normal, rien n’empêche de cumuler bourgmaîtrise et échevinage, et les lignages usent autant de l’une que de l’autre fonction pour s’imposer à la direction de la ville.

33Quels sont enfin les contours sociaux du monde des bourgmestres ? Durant les xive et xve siècles, notre répertoire révèle l’existence de trois groupes entre lesquels se répartissent les magistratures communales. Ce sont tout d’abord les citadins ou gens de métiers. Ils constituent le contingent le plus fourni et le fait ne doit aucunement nous surprendre. Depuis le début du xive siècle, un siège magistral leur est de droit attribué. Puis, à partir de 1384, les deux bourgmestres relèvent des corporations. En réalité, ce groupe est difficile à cerner. Il est disparate. Parmi les gens de métiers, beaucoup d’individus sont malaisément identifiables tant en ce qui concerne les origines sociales que le rang économique.

34À côté de personnalités de haut vol, bien connues pour leur opulence ou leur notoriété et qui, à Liège, tiennent le haut du pavé, on devine la présence dans notre répertoire de personnages plus obscurs, qu’un concours de circonstances a, l’une ou l’autre année, portés à la magistrature principale. Car, des différents offices supérieurs qui se distribuent dans le pouvoir liégeois, et en dépit des diverses manœuvres auxquelles se livrent les hommes en vue pour l’accaparer, la bourgmaîtrise reste malgré tout la fonction dirigeante la plus aisément accessible, celle dont le recrutement demeure le plus ouvert.

  • 59 On observera d’ailleurs que les élections suivant la parution de ce décret permirent comme autrefo (...)

35Ceci dit, à côté des gens de métiers, on rencontre aussi une proportion non négligeable de bourgmestres « patriciens » descendants de l’ancienne classe scabinale ou représentants de la basse-noblesse surtout hesbignonne, venue, tout comme Humbert Corbeau de Hognoul et Jean de Xhendremael, « demoreir à Liège residemment en noble estat » et se fondre par ses activités professionnelles et ses alliances matrimoniales dans la bourgeoisie aisée de la ville. Ces groupes cœxistent à la tête de la commune tout au long de la période envisagée. On les voyait à ces postes avant 1384 et ils continuent de s’en emparer après cette date. Le bouleversement institutionnel ne paraissant, en définitive, n’avoir eu que peu de répercussions dans les faits59.

2. L’emprise du milieu dirigeant sur l’église liégeoise

  • 60 Liste des paroisses dans L. Lahaye, Les paroisses, p. 13–15.

36Constater que l’Église médiévale accueillait en son sein la descendance excédentaire, tant masculine que féminine, des familles aristocratiques paraît aujourd’hui un truisme. Riche de sa cathédrale, de ses sept églises collégiales, de ses vingt-six églises paroissiales60 et des nombreux établissements religieux réguliers établis sur son sol, l’Église liégeoise était largement en mesure de jouer ce rôle de réceptacle des enfants surnuméraires. A Liège, en outre, dans cette cité épiscopale où un important pouvoir politique est dévolu à l’Église, disposer de dignitaires ecclésiastiques parmi les membres de sa parentèle constitue un atout non négligeable.

37Dans quelle mesure les familles qui dominaient la ville ont-elles pu investir cette Église liégeoise, détentrice d’une part de l’autorité politique ? Quelles familles ? À partir de quel moment ?

38Rappelons d’emblée que jamais, au cours de la période que nous étudions, une famille liégeoise ne parvint à imposer l’un des siens sur le siège de Saint-Lambert. Reprenons les six familles que nous avions repérées comme les plus puissantes au sein de l’échevinage, entre 1250 et 1312 et examinons quelle fut leur représentativité au sein de l’église liégeoise, durant les siècles étudiés. Il convient de dissocier les prébendes détenues au chapitre cathédral de celles, nettement plus modestes, obtenues dans les collèges canoniaux (cf. tableau no 6).

  • 61 Outre les travaux déjà cités de J. de Theux et S. Chot-Stassart, qui mentionnent les chanoines iss (...)
  • 62 Une situation qui s’avère donc comparable à celle du patriciat rémois. Pour le xiiie s., P. Despor (...)

39Manifestement, à l’époque où nos lignages dominent l’échevinage — la seconde moitié du xiiie s. — leur présence est des plus discrètes au sein des collégiales et, a fortiori, au sein du chapitre cathédral. Or en soi, l’origine ministérielle de la plupart des familles scabinales ne constituait pas à cette époque un obstacle à la collation de prébendes dans l’Église de Liège. Ce n’est qu’au siècle suivant que les notables locaux sont accueillis dans les différents collèges canoniaux liégeois. Toutefois, si les portes des collégiales s’ouvrent alors largement aux lignages scabinaux liégeois, celles de l’église Saint-Lambert ne font seulement que s’entrouvrir. L’accès des lignages dirigeants au chapitre cathédral s’avère encore limité. À l’exception des Surlet qui parviennent à installer huit des leurs dans les prestigieuses stalles61, les familles, pourtant parmi les plus florissantes de la cité, doivent le plus souvent borner leur ambition aux collégiales62. Le cas des quatre prébendes attribuées aux Chabot est un peu différent et ne doit pas faire illusion. Leur portée est avant tout politique, nous aurons l’occasion d’y revenir.

40Élargissons à présent le cadre de notre enquête à l’ensemble du milieu dirigeant. Quels patronymes de l’échevinage ou de la bourgmaîtrise se retrouvent tout au long de la période parmi ceux du chapitre ? Magistrature communale et échevinage seront cette fois considérés comme un tout, comme les deux volets d’un seul milieu dirigeant.

41Patronymes de l’échevinage et de la bourgmaîtrise au sein du chapitre cathédral :

1. Surlet (8 + 7)

18. Hognoul (1+1)

2. Bierset (3 + 6)

19. Frérart (1+1)

3. del Cange (2)

20. Rosséal (1+1)

4. d’Île-le Beau (3+2)

21. Berlo-Brus (2)

5. Langdris (3)

22. Hollogne (1)

6. Moylant (2)

23. de Seraing (3+1)

7. Chabot-Ochain (4)

24. Datin (1+2)

8. Fléron (1+1)

25. Haccourt (1)

9. Charneux-Neuvice (2+3)

26. Fexhe (1+1)

10. des Prez(1+1)

27. Huwenéal (1)

11. Lontzen (1+1)

28. de Horion (1+1)

12. Boileau de Mons (2+1)

29. Fontaine (1)

13. de Saint-Martin (1)

30. Stembier(l)

14. delle Roche (3+1)

31. Le Blavier (1)

15. Hemricourt (2+2)

32. delle Ruelle (1)

16. Flémalle (2)

33. de Cologne (2+5)

17. delle Boverie (1+2)

(Le 1er chiffre concerne les représentants au chapitre cathédral, le 2e = les chanoines des collégiales)

42Trente-huit lignages du milieu dirigeant ne franchissent pas le seuil du chapitre cathédral mais comptent néanmoins plusieurs représentants au sein des collégiales liégeoises :

1. Freren (4)

20. de Wez (2)

2. del Low (1)

21. delle Fosse (1)

3. Baré (1)

22. Benjamin (1)

4. de Haneffe (1)

23. Baddut (1)

5. de Dinant (4)

24. Le Berwier (2)

6. de Geneffe (3)

25. delle Chaussée (1)

7. de Bastogne (1)

26. de Fanchon (1)

8. de Boisée (1)

27. Waldoréal (1)

9. de Grâce (5)

28. Cornu (2)

10. de Huy (1)

29. Des Champs (1)

11. de Sart (3)

30. Hanozéal (1)

12. Sollo (1)

31. de Lens (1)

13. de Villers (4)

32. Prœst (1)

14. de Bernalmont (1)

33. Mathon (1)

15. de Jemeppes (1)

35. Samson (1)

17. de Liers (2)

36. Alard (1)

18. de Rosmel (2)

37. de Coir (4)

19. de Saint-Servais (2)

38. de Quartier (1)

  • 63 Sur les collégiales et la collation des prébendes Cf. J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. (...)

43Quels facteurs ont pu entraver l’accès du chapitre cathédral à ces trente-huit lignages ? Pour certains d’entre eux, il conviendra peut-être d’invoquer l’extinction trop précoce du nom (ex. les Mathon). Pour d’autres, et notamment certains parents de bourgmestres, un statut social trop médiocre constitua peut-être une déficience déterminante. Quoi qu’il en soit, une impression globale se dégage de ces données. Le prestige et la puissance de beaucoup de grandes familles liégeoises ne dépassaient guère le plan local. Or la collation des prébendes du chapitre cathédral — assurée comme celle des collégiales par l’évêque —, avait une portée nettement plus large ; trop large en tout cas pour laisser à nos familles beaucoup de chances de s’y intégrer. Le recrutement des collégiales en revanche, plus local, correspondait apparemment mieux à leurs propres limites63.

44Des familles comptèrent cependant un, voire plusieurs chanoines à Saint-Lambert, entre le xiiie et le xve siècle. Sans doute la faveur épiscopale fut-elle pour beaucoup dans cette promotion. L’obtention d’un bénéfice est affaire de parti autant que de puissance lignagère. Et l’octroi des quatre prébendes à Saint-Lambert aux Chabot s’explique en termes de faveur dont ce lignage jouissait auprès du pouvoir épiscopal à partir du règne de Jean de Bavière. La présence au chapitre cathédral des Langdris ou des Moylant sous Adolphe et Englebert de La Marck ne se justifie pas autrement, surtout si l’on songe que ces deux familles ne semblent pas avoir compté de représentant au sein des collégiales. Le service de l’évêque comme officier ou encore au sein de l’échevinage paraît un élément déterminant pour espérer accéder au chapitre cathédral. Pour la période qui s’étend de 1251 à 1468, nous connaissons la filiation des membres du chapitre cathédral issus du milieu dirigeant liégeois, soit soixante-et-un hommes. Parmi eux, on dénombre vingt fils d’officier ou d’échevin et deux autres sont apparentés à ce milieu. D’autres chanoines encore portent des noms qui renvoient au service de l’évêque — Langdris, Moylant, Fléron, delle Boverie —. Les chanoines de Saint-Lambert émanant de la bourgeoisie ou de la magistrature communale sont en revanche peu nombreux.

  • 64 É. Poncelet, Sainte-Croix, t. 1, p. lxxxix.
  • 65 É. Poncelet, Saint-Pierre, p. xcii. — L. Lahaye, Saint-Jean, t. 1, p. cx. Ces de Wez pourraient se (...)
  • 66 Jacques de Wez fut bourgmestre en 1396 et 1398 (J.d’O, ab., p. 231). C. de Zantfliet, col. 353).
  • 67 Mathias de Lewis, p. 128. — É. Poncelet, Sainte-Croix, t. 1, p. lii. — J. de Theux, Le Chapitre, t (...)
  • 68 J. de Theux, Le chapitre, t. 2, p. 197–198, 202. — L. Lahaye, Saint-Jean, p. lii-liii.

45On observe une concomitance fréquente entre présence au sein de l’Église liégeoise et mainmise sur le pouvoir urbain. C’est souvent vers la même période qu’une famille impose l’un des siens aux commandes de la ville et obtient pour un autre, une prébende à Saint-Lambert ou dans l’une des collégiales ; l’obtention du premier mandat facilitant probablement l’acquisition du second... Jacques Baddut joue un rôle politique important à Liège au début des années 1400. C’est également à cette époque que la collégiale de Sainte-Croix compte parmi ses prébendiers Lambert Baddut64, frère de notre politicien. Ni avant, ni après la carrière de Jacques, un autre Baddut n’obtient de canonicat. La constatation vaut également pour d’autres lignées par exemple pour les deux de Wez, Gilles et Henri. Ces deux chanoines figurent parmi les prébendiers de Saint-Jean et Saint-Pierre de Liège65 à la fin du xive s. et dans les premières années du xve siècle, par conséquent, à l’époque où Jacques de Wez exerçait la bourgmaîtrise dans la cité66. Citons encore Huward Huwenéal, bourgmestre en 1374–1375 tandis qu’à la même époque, un autre Huwenéal — Jean Huwenéal détenait un canonicat au chapitre de Saint-Lambert et, de 1366 à 1372, exerça la prévôté du collège canonial de Sainte-Croix67. Pour finir, relevons le cas de Lambert Datin et de son frère Guillaume. Tous deux étaient chanoines l’un à Saint-Lambert, l’autre à Saint-Jean68, à l’époque où leur père Wathieu Datin tenait le haut du pavé dans la cité mosane.

46Sur un plan chronologique enfin, c’est au xive siècle, et surtout dans la seconde moitié du siècle que ces familles dirigeantes liégeoises comptèrent le plus grand nombre de représentants au chapitre cathédral (sur les 61 chanoines provenant des 31 lignages repérés, 41 siégèrent entre 1351 et 1468. Plus précisément, la répartition est de 24 entre 1350 et 1400 et 17 après 1400). La deuxième moitié du xive siècle semble donc la période la plus favorable à l’introduction de notables liégeois à Saint-Lambert. Cette période serait-elle aussi celle de la plus grande connivence entre pouvoir épiscopal et notabilité liégeoise ? C’est en tout cas à ce moment là que la commune semble dominer le plus nettement la vie politique citadine. Nous y reviendrons. Mais ce fut également une période fertile en tensions entre chapitre et pouvoir épiscopal. Nous hésiterons donc à déceler dans ces événements beaucoup plus que des coïncidences. Il reste à présent à se demander si ce nombre de 61 chanoines est important ou non. En d’autres termes évaluer si la représentativité de l’aristocratie liégeoise au sein du chapitre fut forte ou non, indépendamment des huit dignitaires que compta le seul lignage Surlet.

  • 69 S. Chot-stassart, Le chapitre, t. 1, p. 59.

47Le nombre total de chanoines ayant joui d’une prébende à Saint-Lambert est difficile à établir avec précision. Pour ces 220 ans environ, J. de Theux auteur à la fin du xixe siècle d’une étude sur le Chapitre, en cite 489. Depuis, un travail plus récent a permis d’en dénombrer 404 pour les seules années 130069. Un chiffre doit cependant nous permettre d’établir un échelle de grandeur significative : c’est celui du nombre total de prébendes affectées statutairement au chapitre cathédral, fixé à cinquante-neuf. Sur l’ensemble, la proportion de chanoines issus des familles dirigeantes liégeoises paraît donc très faible.

3. Nombre et longévité des familles actives en politique

  • 70 J. de Hemricourt, Miroir, p. 469–471. — Sur les Mathon, de Fraipont, Saint-Servais présents à l’éc (...)

48En guise de conclusion, peut-on évaluer combien de familles ont exercé un pouvoir à Liège, par l’obtention de charges officielles ou de magistratures et estimer la durée moyenne d’un maintien familial au « pinacle » politique liégeois ? Divers obstacles rendent malheureusement l’entreprise malaisée. Il est par exemple hasardeux, de conclure au déclin politique d’un lignage, d’après la disparition de sa trace dans nos documents. Les Mathon s’effacent ainsi de la scène politique en 1345, à la mort de l’échevin Gilles Mathon. La famille ne s’éteint pas pour autant. Elle se perpétue dans le monde politique au travers des filles de Gilles : Isabelle, épouse de Guillaume de Coir, plusieurs fois bourgmestre aux alentours de 1350, et Ide, mariée à un membre du lignage de Fraipont, famille appartenant aussi à l’échevinage de cette époque. La dénomination des individus peut également prêter à confusion. Souvent, nos sources désignent le fils puiné d’un lignage du nom de sa mère. Ainsi, les deux fils d’Alexandre de Saint-Servais et Catherine de Saint-Martin sont-ils désignés, l’aîné sous le patronyme paternel, le cadet sous celui de sa mère70. Enfin, le nom d’une terre peut se substituer à une désignation patronymique initiale. Le cas est fréquent lorsqu’il s’agit d’avoués héréditaires de castra épiscopaux. Et ces quelques remarques laissent en retrait tous les cas possibles d’homonymie ou de parenté probable mais impossibles à déterminer avec précision.

  • 71 Cf. L. Génicot, Les grandes villes, p. 211 estime la population de Liège à 20 000 hab. vers 1450, (...)

49Nous ne pourrons établir la proportion de familles qui participent à l’exercice des charges par rapport à l’ensemble des citadins, ni même par rapport à l’ensemble de la population estimée à une vingtaine de milliers d’habitants en 145071. La recherche requiert le recours à des données démographiques qui nous font défaut. Tout au plus pouvons-nous affirmer la faiblesse de ce total. Les offices semblent circuler entre un petit nombre de mains : celles d’une aristocratie, composée de descendants de l’ancienne oligarchie urbaine et de la chevalerie hesbignonne, ainsi que de la couche supérieure de la bourgeoisie des métiers.

  • 72 Mention de plusieurs de Cologne, orfèvres, aux xivexve s. dans J. Breuer, Les orfèvres du pays de(...)
  • 73 J. de Hemricourt, Miroir, p. 460–461. — Herman de Cologne échevin de 1368 à 1382 (C. de Borman, Éc (...)

50Le personnel politique liégeois ne représente en fait qu’une fraction de la population aisée. Des familles qui appartiennent pourtant à l’élite économique paraissent ainsi en être exclues. Par leurs attaches familiales et leurs activités — le commerce des monnaies —, les de Lavoir font partie du « patriciat ». Mais, à l’exception de Gilles qui, en 1386, déclenche le procès contre l’échevinage puis accède à la bourgmaîtrise, au cours de l’année suivante, ce lignage ne participe guère aux affaires publiques. D’autres lignées pourraient également illustrer ces propos, les de Cologne notamment. Un membre de cette famille détenait déjà un canonicat à Saint-Lambert dès la fin du xiie siècle. Plus tard, aux xivexve siècles, d’autres membres du lignage sont connus comme orfèvres, une activité significative de moyens matériels importants72. Parmi eux pourtant, on ne compte qu’un seul homme politique, l’échevin Herman de Cologne que Jacques de Hemricourt qualifie d’ailleurs de « riche borgoys73 ». Il est difficile de se prononcer sur les raisons de cette abstention. Manque de goût pour la chose publique ? Mise à l’écart délibérée de la part de concurrents ? Beaucoup d’hypothèses peuvent être formulées.

51Peut-on cependant préciser davantage ces estimations ? Sur base des patronymes qui se retrouvent deux fois au moins au sein des corps dirigeants ou des magistratures communales : échevinage, bourgmaîtrise et chapitres, nous avons recensé 79 familles où l’on s’est, durablement ou de façon plus occasionnelle, soucié de la gestion des affaires de la cité à partir des années 1300. Les résultats sont révélateurs de fortes disparités. En cumulant 31 mentions, le lignage Surlet-Lardier se détache sans conteste du lot. Viennent ensuite cinq familles totalisant de dix à vingt charges ; 31 noms reviennent de 4 à 10 fois, enfin les 42 familles restantes n’apparaissent que deux ou trois fois dans nos documents. À l’intérieur de la classe politique, la proportion des familles accumulant les charges est à peu de choses près équivalente à celle des lignages où la participation au pouvoir paraît moindre ; 53,1 % de l’ensemble pour les deux premières catégories, 46,6 pour les suivantes. Ces chiffres déterminent donc des degrés, médiocres ou au contraire importants, dans l’engagement politique des familles, et leur capacité à accéder aux charges.

52Evaluer la longévité politique des familles constitue notre second objectif. L’opération nécessite la constitution d’un échantillon. La sélection s’est fondée sur le nombre de mandats officiels ou électifs, ainsi que de prébendes — au chapitre ou dans les collégiales — obtenus par chacun des patronymes de Liégeois comptant au moins deux mandataires ou prébendiers, le seuil ayant été fixé à un minimum de six mandats et prébendes. Sur les 79 familles recensées, vingt pouvaient être retenues suivant ce critère. Les lignages de Cologne, de Grâce et de Dinant ont cependant été ensuite rejetés. Ces familles comptèrent la majorité de leurs représentants dans les collèges canoniaux tandis que leur représentation (une ou deux mentions) dans les charges laïques s’avère de même trop faible pour refléter exactement le milieu envisagé (cf. tableau no 7).

  • 74 La descendance n’est toutefois pas directe. Les seigneurs de Chockier, qui se perpétuent jusqu’au (...)

53La longévité politique des dix-sept lignages subsistants paraît très variable, oscillant entre 50 et 200 ans pour la seule période médiévale. Dans le décompte des charges, nous l’avons dit, les Surlet s’imposent nettement. Les descendants de Louis aux Rouges Chausses, dont la lignée ne s’éteignit qu’au xixe siècle74, connaissent incontestablement le destin le plus prestigieux. Par le nombre de prébendes ou d’offices qui leur sont dévolus, par le nombre d’élections dont ils font l’objet, par le talent politique dont quelques-uns d’entre eux font preuve — et dont nous reparlerons —, les Surlet dominent la vie politique liégeoise, celle de la ville comme celle du pays tout au long de la période que nous parcourons.

  • 75 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 162. Les quatre autres lignées : Saint-Martin, Neuvice, d’Île et Surlet.
  • 76 J. d’O., ab., p. 217.

54Les Saint-Servais qui, suivant Godefroid Kurth, constituent l’un des cinq lignages primordiaux du patriciat liégeois75, disparaissent des documents liégeois à la fin du xive siècle. Le dernier cité est Baudoin de Saint-Servais. Il exerce la bourgmaîtrise en 1383–138476. Quant aux autres familles que nous avons perçues comme dominantes, elles présentent des destinées et des profils très variés. Les Chabot, apparus dans nos sources durant la seconde moitié du xiiie siècle, traversent toute la période qui nous occupe. Peu intéressés, semble-t-il par la commune, ou perçus comme trop proches du pouvoir épiscopal par les citadins, ils concentrent l’essentiel de leurs efforts au service de l’évêque. Le parcours des autres rameaux du lignage de Neuvice apparaît comme équivalent.

  • 77 C. de Borman, Échevins, p. 168, 178, 179. — M. Franckson, Bourgmestres, p. 46, 47. — J. de Theux, (...)
  • 78 C. de Borman, Échevins, p. 204. — M. Franckson, Bourgmestres, p. 193, 194–195.
  • 79 On pourrait rapprocher ces observations sur la longévité politique des familles (ca 200 ou ca 50 a (...)

55À côté de ces quelques familles dont la longévité politique moyenne dépasse la centaine d’années, et dont le nombre total de charges ou prébendes exercées varie entre dix et vingt, les sources révèlent des destinées politiques nettement plus fugaces. Par exemple, les Le Blavier. Ces drapiers, seigneurs de Vervox dans la région hutoise se maintiennent durant deux générations aux commandes, entre 1319 et 1375. Durant cette période, ils totalisent deux mandats magistraux, trois charges scabinales et deux canonicats à Saint-Lambert. Ils se distribuent donc dans chacun des trois organismes directeurs principaux77. Dans la seconde moitié du siècle, Les Robeur — non repris dans le tableau — ont un parcours comparable. Jean le Robeur, le premier de sa lignée, semble-t-il à se lancer dans la carrière politique, échevin de 1351 à 1372, est élu bourgmestre à trois reprises, entre 1358 et 1373. On lui connaît deux enfants une fille qui épouse un membre du lignage de Hemricourt et un fils, Piron, qui sera appelé 5 fois à la bourgmaîtrise, de 1381 à 140078. Piron avait épousé une Datin. Cette malencontreuse union explique-elle l’effacement ultérieur de la famille Robeur de la scène liégeoise ? Au début du xve siècle, leur ascension paraît brisée les Robeur ne franchissent pas le cap des deux générations de politiciens, malgré les auspices brillants sous lesquels la famille semblait pourtant avoir débuté sa carrière politique. Quoi qu’il en soit, le parcours des Robeur est exemplaire. Une cinquantaine d’années et deux générations d’officiers ou mandataires, voilà qui paraît une longévité commune à beaucoup de familles sorties, à un moment donné de l’anonymat, pour s’essayer à la direction de la cité79.

  • 80 J. de S. fr., p. 160–161, p. 316 : « fut ordineit que jamais [les Datin et leurs partisans] ne por (...)

56Examiner la disparition d’un lignage du milieu politique implique la prise en compte de facteurs très divers, d’ordre démographique ou économique. L’effacement peut résulter aussi de la qualité des choix politiques effectués. Wathieu Datin qui, en 1433, perdit « elle fin honneur et avoir, et chaiit de bien ha bien bas », fut banni de la cité. Son échec sonna le glas de toute prétention politique de ce lignage sur les bords de la Meuse pour longtemps80. Les delle Roche, meneurs Hédroits sont tués à Othée. La défaite liégeoise écarte durablement leur famille de la scène politique. Après eux en effet, on ne trouve plus guère de membres de ce lignage aux commandes liégeoises. D’autre part, le pouvoir épiscopal et cathédral est pour beaucoup dans l’élévation de certaines familles au pouvoir dans la cité. Le fait est très clair en ce qui concerne les familles qui tenaient les rênes de la gestion urbaine au xiiie siècle. Mais cette responsabilité paraît également importante au cours des périodes ultérieures. Aux xive et xve siècles encore, beaucoup de familles qui entament une carrière dans la politique liégeoise proviennent des milieux de la ministérialité. C’est en effet l’époque où des gens, originaires de la petite noblesse du pays (des châtelains entre autres) s’introduisent sur la scène politique liégeoise et consacrent une part de leurs efforts à la gestion de la cité. Ce sont les delle Roche, avoués de Fléron, les de Seraing, les de Bierset, ou encore les de Berlo.

  • 81 La population aisée de la cité tire sa richesse de revenus investis dans des secteurs économiques (...)

57Les Rosséal, les Datin, les Robeur appartiennent en revanche à une nouvelle vague d’hommes enrichis dans les affaires81, qui accède au monde politique liégeois dans la seconde moitié du xive siècle et ne tarde pas à s’y imposer. Cependant de tels cas de familles, même fortunées, mais issues de la simple bourgeoisie, s’affirmant comme gestionnaires de la cité et, parvenant à se maintenir durablement dans cette fonction paraissent, finalement, assez rares.

***

58En résumé, nous retiendrons l’existence à Liège au xiiie siècle d’une oligarchie parfois d’origine sociale, non-libre, issue de la familia de l’Église liégeoise. Sur ce noyau patricien, se sont peu à peu greffés de nouveaux lignages, venus des campagnes environnantes ou simplement, enrichis. La seconde moitié du xive siècle semble avoir été à cet égard une période particulièrement favorable. Le service de l’évêque paraît avoir également favorisé le renouvellement de la société politique, par l’introduction dans le milieu des officiers et mandataires de créatures arrivées à Liège dans le sillage des évêques ou même d’origine locale, favorisés par eux.

59L’élite politique investit les trois niveaux de pouvoir : la Commune, le service princier, et dans une moindre mesure, l’Église cathédrale où sa représentation s’avère en définitive médiocre. Cette dernière observation permet enfin de situer le personnel politique liégeois par rapport à l’ensemble de la population et l’établissement d’un seuil socio-économique, au-dessous duquel l’accès aux offices et magistratures devient malaisé. Nous avons enfin pu distinguer un noyau de quelques familles, provenant souvent de l’ancienne ministérialité, qui se maintient longtemps aux commandes, et autour duquel gravitent d’autres lignées, probablement moins puissantes et, en tout cas, politiquement plus fugaces.

Notes

1 J. d’O., Myreur, V, p. 278.

2 Gesta abbatum trudonensium, 2, p. 246, p. 239. — J. de Hocsem, p. 21.

3 J. de Hocsem, p. 135. — 1402, p. 263–264.

4 1402, p. 200, 253–254.

5 J. de Hemricourt, Miroir, p. 303. — Pour localiser ces lieux cf. plan de Liège, en annexe.

6 1402, p. 263–264. — J. de Hocsem, p. 13.

7 J. d’O., Myreur, V, p. 278.

8 J. de Hemricourt, Miroir, p. 303.

9 1402, p. 194, 200.

10 J. d’O, Myreur, V, p. 278. — Notons que relatant le mouvement insurrectionnel hutois de l’année 1300, (sur cette révolte : A. Joris, Les émeutes démocratiques à Huy, à la fin du xiiie s.), J. de Hocsem parle des « divites etiam populares » de Huy qui, aux côtés des insignis hoyenses entrent en conflit contre le commune vulgus de cette ville (J. de Hocsem, p. 100).

11 Cf. J. de Hemricourt, Patron, p. 146. — É. Poncelet, De la condition, p. 54–56 souligne la rareté des véritables nobles dans le pays de Liège, Franchimont et en Hesbaye durant le Moyen Âge. — Sur les fieffés et les pairs de Saint-Lambert, cf. l’article de D. Marchand, « Les pairs de Saint-Lambert », surt. p. 70–75.

12 1402, p. 172 : « laïci diviciis et honore nuper elati [...]. Noster electus [...] cecatus munere nil horum agit ».

13 C. de Borman, Échevins de la souveraine cour de Justice de Liège, t. 1, p. 69–424.

14 Sur le Mal Saint-Martin et les incidents qui y conduisent, cf. G. Kurth, La cité, t. 1, p. 283–285. — F. Vercauteren, Luttes, p. 75–77. — J. Lejeune, Liège et son pays, p. 299–304. J. Hoyoux, « L’affaire de la porte Saint-Martin... ». — Récente mise au point sur cette question par I. BOURLET, J. Devaux, Le Mal Saint-Martin, p. 73–79.

15 Les listes de 1260 et 1268 : C. de Borman, op. cit., p. 69. Celle de 1244 : éd. J. Cuvelier, Cartulaire de l’Abbaye du Val-Benoît, t. 1, 108–110 (acte du 20 novembre 1244).

16 On relève ainsi : 3 Neuvice (2 frères +1 fils) 2 Saint-Martin (frères) 2 delle Cange (frères) 2 Saint-Servais (frères) 2 Surlet (frères) 2 Lardier (frères) 2 frères del Low et delle Ramée 2 frères Cramadars et Godon 3 frères dit Falcon dit li Oveit et dit Le Fou. Les autres, qui se nomment de Soliers, Wéric le Cellerier, de Lavoir, de Cerf, d’Anixhe, Kokelet, Mathon, Bovéal, delle Ruelle, semblent en revanche isolés. — Sur ce réseau, cf. plus loin, solidarités de lignages.

17 F.L. Ganshof, Ministériales, p. 147.

18 C. de Borman, Échevins, t. 1, p. 87. Sur le statut des Hommes de Casa Dei : F.L. Ganshof, hommes de Casa Dei, p. 305–306.

19 J. Bourgeois, Le patriciat urbain, p. 41, 50.

20 J. de Hemricourt, Miroir, p. 302 fit, en effet, provenir Louis de Rulant dit aux Rouges Chausses ancêtre des Surlet, d’une famille noble du comté de Juliers. Louis se serait ainsi réfugié à Liège à la fin du xiie s., à la suite de guerres et aurait ensuite rejoint les rangs de la ministérialité de Saint-Lambert. Le Liber Officiorum Ecclesiae Leodiensis et d’autres documents révèlent une réalité moins reluisante. Ils mentionnent des Surlet attachés au service de la cathédrale à la fin du XIIe ainsi que dans les premières années du xiiie siècle. — CSL, 1, p. 117 (acte de 1190) et p. 194 (acte de 1220). — L. Naveau, La famille des Surlet, p. 15. — J. Bourgeois, op. cit., p. 42–45.

21 J. de Hemricourt, t. 2, p. 279. — M.C. Chaineux, Culture de la vigne..., p. 49 : mention d’un Lardier vinier en 1323.

22 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 159, 162 et 177. — Au xive s., mention d’un de Coir vinier, J. de Hemricourt, Miroir, p. 148.

23 Sur la familia militaire, cf. l’article de É. Poncelet, L’extinction de la familia...

24 Cf. F.L. Ganshof, « Homines de Casa Dei », p. 309–310. — Sur un plan plus général, la restriction de la liberté de mariage imposée aux ministeriales : F.L. Ganshof, Ministeriales, p. 261–263. — Cf. aussi : É. Poncelet, De la Condition des personnes dans la société du Moyen Âge..., p. 59. Baudoin et son fils sont des ministeriales de Liège. Or, ajoute F.L. Ganshof si le fils de Baudoin épousait une femme n’appartenant pas à la ministérialité liégeoise, son petit-fils suivrait la condition de sa mère à lui — en vertu du principe fructus ventrem sequitur — et la châtellenie de Waremme passerait dans une maison sur laquelle l’évêque de Liège et le chapitre de Saint-Lambert n’auraient pas un pouvoir aussi direct que sur un de leurs ministeriales. Bien plus, l’église de Liège verrait lui échapper une famille importante de sa ministérialité. Cette restriction à la liberté de mariage est simplement une mesure tendant à conserver l’intégrité du domaine.

25 L’ensemble des tableaux relatifs à ce chapitre a été reporté en annexe no 3.

26 J. de Hemricourt, Miroir, p. 305–306. — J. Bourgeois, op. cit., p. 40. Détailler les ressources matérielles du lignage Surlet dépasse le cadre de ce travail. À titre indicatif, le testament de Gérard Surlet, en 1338, prévoit des legs de revenus viticoles et de fermages (éd. J. de Hemricourt, t. 2 p. 48–50). Le testament de Gilles Surlet de 1287 (éd. C. de Borman, échevins, t. I, p. 437–441) signale des dons en argent, revenus dont la provenance n’est pas précisée. — Sur les Surlet et le commerce du drap, cf. P. DE Spiegeler, « La draperie de la cité de Liège », p. 56–57.

27 J. de Hemricourt, Miroir, p. 277

28 Les Del Cange, changeurs, cf. G. Kurth, op. cit, t. 1, p. 162. — Sur les Rigo : C. de Borman, Échevins, p. 104–105. — Les Rigo sont également des ministériels de St Lambert. Cf. J. Bourgeois, p. 50.

29 Les travaux relatifs aux patriciats urbains médiévaux abondent, cf. par exemple : pour la France : Histoire de la France urbaine, t. 2 La ville médiévale, p. 329–332 le patriciat urbain (avec bibliographie arrêtée en 1980). — Dans les villes d’Empire : Ph. Dollinger, Les villes allemandes au Moyen Âge, p. 371–401. — H. Planitz, Die Deutsche Stadt im Mittelalter, p. 256–275 : Cet auteur développe la notion de « méliorat » : Les meliores se distinguent du reste de la population par une qualité quelconque richesse, culture, pouvoir... On observe leur développement à partir du xiiie s., Les meliores, dominent les villes commerçantes du Rhin et du Danube, à Cologne, Ratisbonne, Vienne, Aix-la-Chapelle, Ulm (p. 256–261). — Sur le patriciat messin et les paraiges : J. Schneider, La ville de Metz, p. 127–128. — Pour les Pays-Bas : Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. 4, p. 61–62. R. Van Uytven, « Les bourgeois dans les villes brabançonnes au xiiie s. » Sur Gand cf. F. Blockmans, « Le patriciat urbain de Gand jusqu’en 1302 » Pour Liège : G. Kurth, Cité de Liège, I, p. 152–178. — A. Hansay, L’origine du patriciat à Liège au moyen âge. — J. Bourgeois, Le patriciat urbain liégeois. — F. Vercauteren, Luttes, p. 25–34. — Marchands, p. 664, 666–672 (la position de cet auteur, analysée ici même, introduction). — J.L. Kupper, Le village, p. 49–51.-Pour le pays de Liège, on lira notamment : A. Joris, Recherches sur le patriciat urbain de Huy au Moyen Âge (jusqu’aux environs de 1350), J. Méan, Les familles patriciennes de Dinant au Moyen Âge (jusqu’en 1466). — J. Méan, Un exemple de réussite patricienne : les Waudrecher.

30 É. Fairon, Chartes, p. 64 (acte du 16 août 1344).

31 Cinq suivant Kurth, vingt-cinq si l’on se fonde sur l’énigmatique disposition prise en faveur de « leurs vingt-cinq » dans la Paix d’Angleur en 1313. Hemricourt évoque lui les lignages habitants les six vinaves primordiaux de la cité, auxquels nous avons déjà fait allusion. Les cinq lignages primordiaux seraient, aux dires de G. Kurth, Cité, t. 1, p. 162 : Saint-Martin, Saint-Servais, Neuvice, Île et Surlet. — Les termes de la Paix d’Angleur, art. 10 : « Et ne seront point (...)de conselhe en la vilhe, s’ilh ne vuelent eistre de mestier ou de leur XXV » (ROPL, 1, p. 143). — Cf. aussi É. Fairon, La Paix d’Angleur, p. 354). — J. de Hemricourt, Miroir, p. 303. — J. Lejeune, Liège et son pays, p. 307–309 estime que les XXV en question désignent les représentants des métiers au conseil urbain. Quoi qu’il en soit, ces hésitations traduisent bien les difficultés d’interprétation qui entourent ces diverses mentions.

32 « et sic evenit ut insignes suos excedunt terminos principando, a non suis terminis excedantur » (J. de Hocsem, p. 21).

33 J. de Hemricourt, Miroir, p. 411.

34 Herck, ville du domaine comtal du comté de Looz cf. J. Baerten, Het Graafschap Loon, p. 105. — Sur les Ochain, issus de la ministérialité épiscopale, cf. J.L. Kupper, Liege et l’Église impériale, p 286.

35 Jacques Chabot (1280–1303, Jacques II Chabot, chev. (1348–1362), Gilles Chabot, chev. (1372–1386), Eustache Chabot (1372–+1374), André Chabot (1397–+1407), Jacques III Chabot, chev. (1398–1418), Jean Chabot chevalier (1446–+1454), Eustache Chabot, maire de 1454 à 1462.

36 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 164–165. — F.L. Ganshof, Ministeriales, p. 147.

37 Cf. J. de Hemricourt, Miroir, p. 399–400 : évoque les cas de Humbert Corbeau de Hognoul et Jean de Xhendremael venus, au début du xive siècle « demoreir à Liège residemment en noble estat ».

38 C. de Borman, Échevins, p. 192–194, 209.

39 C. de Borman, Échevins, p. 174–176. — Sur la désignation de Coune de Lonchin comme châtelain de Moha : 1402, p. 277.

40 C. de Borman, Échevins, p. 181–2.

41 Jean II Surlet (1314–1348), fils de Jean Ier Surlet (1285–1312), épouse la fille de Gilles delle Cange (1293–1307) ; Radoux Le Blavier (1331–1337), fils de Henri Le Blavier (1319–1331), se marie avec la fille de Louis d’Ouffet (1329–1348), Humbert Corbeau de Hognoul (1376–1381), fils d’Eustache Le Franchomme de Hognoul et petit-fils en ligne maternelle de Jacques de Coir (1285–1312) convole avec Marie, fille de Jean Pollarde (1342–1366) ; enfin, Raes de Waroux (1374–1386) petit-fils de l’échevin Beaudoin de Hollogne (1314–1326) épouse Marie, la sœur de Jacques Chabot, son confrère (1348–1362) Réf. : C. de Borman, Échevins, p. 158, 97, 100, 178, 173, 168, 227, 96, 191, 224, 160, 198.

42 C. de Borman, Échevins, p. 313–314.-Ces deux personnages exerçaient la bourgmaîtrise à Maastricht en 1407, pendant le siège de la ville par les Liégeois (J. de Bav., p. 172).

43 C. de Borman, Échevins, p. 371.

44 C. de Borman, Échevins, p. 307, 310.

45 Cf. introduction, p. 55–56.

46 Répertoires des bourgmestres de Liège établis par M. Franckson, Les bourgmestres, t. 2. et J. Stiennon, Histoire p. 321–326 (p. 321–323 : époque médiévale).

47 Deux remarques préliminaires s’imposent : nous avons limité notre investigation aux hommes dont nous avons trouvé trace certaine dans nos sources. Les douteux ont été éliminés de l’inventaire. En outre, ce comptage a été effectué sur base des appels à la bourgmaîtrise plutôt que sur les mandats réellement effectués. La fréquence des élections est révélatrice du degré de popularité d’un homme ou d’une famille dans la ville. Comptabiliser les magistratures complètes se révèle plus malaisé. Pour des raisons très diverses, des bourgmestres ont été amenés à interrompre leur mandat, voire, y renoncer d’emblée. Ces aléas dont il aurait fallu tenir compte auraient affecté les chiffres auxquels nous aboutissons diverses, des bourgmestres ont été amenés à interrompre leur mandat, voire, y renoncer d’emblée. Ces aléas dont il aurait fallu tenir compte auraient affecté les chiffres auxquels nous aboutissons.

48 C. de Zantfliet, col 496 : « eodem anno, nonnulli seditiosi [...] practicaverunt ut de cetero nemo eligeretur in burgimagistrum nisi prius praestaret juramentum quod ex tunc in antea numquam acceptaret scabinatum vel qualecumque officium episcopi Leodiensis quia per talia officia videbatur se alienare a favore civium et applaudere domino in suam laesionem et praejudicium communitatis »

49 J. Stiennon, Histoire, p. 322. — C. de Borman, Échevins, p. 325.

50 C. de Borman, op. cit., p. 224. — J. Stiennon, op. cit., p. 322.

51 C. de Borman, op. cit., p. 362. — A. d’O., op. cit., p. 42, 204.

52 J. de S., fr. p. 501, 599, C. de Borman, op. cit., p. 332.

53 J. Stiennon, op. cit., p. 322, p. 4. — C. de Borman, op. cit., p. 170, 162.

54 C. de Borman, op. cit., p. 230, 231, 317, 306.

55 Cf. A. Joris, Recherches sur le patriciat urbain de Huy au Moyen Âge, p. 163 : mention de Lambert Rosséal, maire de Huy petite en 1360.

56 J. Stiennon, Histoire, p. 322.

57 M. Franckson, Les Bourgmestres, p. 26, 89, 157, 60. — Un Henri Rosséal, vinier, remplaça Fastré Baré Surlet à la bourgmaîtrise au début de l’année 1466 (A. d’O., p. 131—133). Il ne semble pas descendre de Lambert.

58 C. de Borman, Échevins, p. 306, 332, 343, 351.

59 On observera d’ailleurs que les élections suivant la parution de ce décret permirent comme autrefois la victoire d’un chevalier, issu d’un lignage scabinal : Fastré Baré Surlet de Lardier (J. de S. lat., p. 87).

60 Liste des paroisses dans L. Lahaye, Les paroisses, p. 13–15.

61 Outre les travaux déjà cités de J. de Theux et S. Chot-Stassart, qui mentionnent les chanoines issus du lignage Surlet, on se reportera sur ce sujet à C. de Borman, Les Surlet, chanoines de Saint-Lambert, p. 38–40.

62 Une situation qui s’avère donc comparable à celle du patriciat rémois. Pour le xiiie s., P. Desportes a dénombré sept chanoines bourgeois de Reims sur 70 identifiés. Cinq de ces sept chanoines appartiennent en outre à la même famille. Il note que la plupart des clercs rémois se contentaient d’une stalle dans les collégiales locales. (P. Desportes, Reims et les Rémois, t. l, p. 197–199).

63 Sur les collégiales et la collation des prébendes Cf. J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 326–332.

64 É. Poncelet, Sainte-Croix, t. 1, p. lxxxix.

65 É. Poncelet, Saint-Pierre, p. xcii. — L. Lahaye, Saint-Jean, t. 1, p. cx. Ces de Wez pourraient se rattacher au lignage d’origine ministérielle des de Prez. Au xive siècle, Jean d’Outremeuse (chronique abrégée, p. 171) cite en effet un Guillaume des Prez dit de Wez.

66 Jacques de Wez fut bourgmestre en 1396 et 1398 (J.d’O, ab., p. 231). C. de Zantfliet, col. 353).

67 Mathias de Lewis, p. 128. — É. Poncelet, Sainte-Croix, t. 1, p. lii. — J. de Theux, Le Chapitre, t. 2, p. 116.

68 J. de Theux, Le chapitre, t. 2, p. 197–198, 202. — L. Lahaye, Saint-Jean, p. lii-liii.

69 S. Chot-stassart, Le chapitre, t. 1, p. 59.

70 J. de Hemricourt, Miroir, p. 469–471. — Sur les Mathon, de Fraipont, Saint-Servais présents à l’échevinage : voir C. de Borman, Échevins, p. 169, 188, 197.

71 Cf. L. Génicot, Les grandes villes, p. 211 estime la population de Liège à 20 000 hab. vers 1450, 10 000 en 1300. — Au moment du sac, Philippe de Commynes décrit la ville de Liège et la compare à Rouen (Ph. de Commynes, 1, p. 152). — J. Lejeune, Liège de la principauté, (p. 124) cite les chiffres de 3 222 maisons en 1468, dont 2374 intra muros et plus de 20 000 hab.

72 Mention de plusieurs de Cologne, orfèvres, aux xivexve s. dans J. Breuer, Les orfèvres du pays de Liège, p. 24–28. — À Paris, par exemple, les orfèvres faisaient partie des quelques corporations habilitées à porter le dais royal au xve s. (J. Favier, Paris, p. 254–256).

73 J. de Hemricourt, Miroir, p. 460–461. — Herman de Cologne échevin de 1368 à 1382 (C. de Borman, Échevins, p. 217. — Jean de Cologne, chanoine de Saint-Lambert cité de 1172 à 1189 : J.L. Kupper, Liège et l’Église Impériale, p. 321.

74 La descendance n’est toutefois pas directe. Les seigneurs de Chockier, qui se perpétuent jusqu’au xixe siècle sont alliés par mariage à l’une des branches des Surlet au xive siècle. Sur ce problème, cf. L. Lahaye, Les seigneurs de Chockier, Mélanges C. de Borman, p. 125–136. — l’article de S. de Géradon, l’origine des Surlet de Chockier modernes, envisage également cette question.

75 G. Kurth, Cité, t. 1, p. 162. Les quatre autres lignées : Saint-Martin, Neuvice, d’Île et Surlet.

76 J. d’O., ab., p. 217.

77 C. de Borman, Échevins, p. 168, 178, 179. — M. Franckson, Bourgmestres, p. 46, 47. — J. de Theux, Le chapitre, t. 2, p. 84. — S. Chot-Stassart, Le chapitre, t. 2, p. 128.

78 C. de Borman, Échevins, p. 204. — M. Franckson, Bourgmestres, p. 193, 194–195.

79 On pourrait rapprocher ces observations sur la longévité politique des familles (ca 200 ou ca 50 ans) de constatations analogues effectuées pour Périgueux entre 1300 et 1500. Outre la longévité moyenne qui s’avère comparable, il apparaît, à Périgueux, comme à Liège, que les familles de « longue durée sont déjà connues au XIIIe siècle » (A. Higounetnadal, Périgueux aux xive et xve s., t. 1, p. 388–394). Pour Reims, P. Desportes note également un renouvellement de l’élite urbaine presqu’à chaque génération (op. cit., t. 1, p. 374–375).

80 J. de S. fr., p. 160–161, p. 316 : « fut ordineit que jamais [les Datin et leurs partisans] ne porleroient offiches en la citeit ».

81 La population aisée de la cité tire sa richesse de revenus investis dans des secteurs économiques locaux. Par exemple des participations dans l’exploitation de houillères, de vignobles, dans des domaines fonciers également etc. Cf. par exemple les concessionnaires de houillères sises sur les terres de l’abbaye de Saint-Laurent de Liège du xive au xvie siècle dans G. Hansotte, le domaine de l’abbaye de Saint-Laurent de Liège et l’exploitation charbonnière, dans Saint-Laurent de Liège, p. 189–191. — Sur les vignes, cf. le relevé des différents exploitants de vignobles plantés sur des terres appartenant au chapitre cathédral, effectué en 1353 (éd. J. Halkin, Les vignobles du chapitre Saint-Lambert, p. 126–134). — Cf. aussi M.C. Chaineux, Culture de la vigne, p. 43–49. — Les ressources économiques des Datin seront évoquées ici même, plus loin.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search