Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Première partie. Aspects du pouvoir en place : les institutions — les hommes

Chapitre premier. Les autorités ecclésiastiques

Texte intégral

1. L’évêque

A. Le pouvoir épiscopal à la fin du Moyen Âge

  • 1 Sur tout ceci, voir G. Kurth, Notger de Liège, p. 116–117.
  • 2 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 9–10.

1À côté du chapitre cathédral dont il sera question plus loin, l’évêque apparaît comme la pierre angulaire de l’édifice politique liégeois, de la cité et du pays. Dès l’épiscopat de Notger (972–1008), l’empereur accroît considérablement le pouvoir du chef de l’Église liégeoise. Aux prérogatives du seigneur immuniste, s’ajoute l’autorité temporelle sur une partie du diocèse1. Ce que l’on appellera plus tard le « Pays de l’Évêché de Liège », puis plus simplement « pays de Liège2 » se trouve alors en germe. Le pouvoir épiscopal sur la cité mosane et les territoires dont le prélat a obtenu la responsabilité ne reste pas immuable tout au long de la période qui nous occupe. Il fluctue. Ses variations résultent de l’évolution institutionnelle que connaissent la ville et le pays liégeois, tout autant que de la personnalité du prélat placé à leur tête et de la ligne politique qu’il imprime.

  • 3 1402, p. 170 : « Quare, regalibus impetratis, nostram patriam Henricus electus regebat, prebendas, (...)

2D’un point de vue institutionnel, comment se concrétise l’autorité temporelle de l’évêque sur la cité et l’État ? Une relation de l’avènement de Henri de Gueldre fournit l’essentiel de la réponse. Elle demeure valable tout au long de la période que nous envisageons. « Sitôt qu’il fut en possession des régales, écrit un témoin, Henri [qui n’est pourtant qu’élu] commença à gouverner, distribua les prébendes, les échevinages et les offices, perçut l’intégralité des fruits et revenus qui sont attachés à la fonction épiscopale, comme s’il avait été consacré évêque3. » L’investiture impériale, confère entre autres à l’évêque le droit de justice. À Liège et dans les autres communautés du pays, celui-ci délègue ensuite cette prérogative à un maire et à des échevins qu’il choisit. En outre, le prélat veille à pourvoir en officiers les différents territoires qu’il domine.

  • 4 Cf. R. Deprez, « La politique castrale ». — Liste complète des places épiscopales entre le xe et l (...)
  • 5 La sénéchaussée de Looz apparaît comme un poste d’envergure qui, dès son apparition, est confié pa (...)
  • 6 Cf. J. Lejeune, Op. cit., p. 264.
  • 7 On se reportera à la liste des maréchaux établie par É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 126–25 (...)

3Pour nous limiter aux charges qui seront évoquées dans le corps de ce livre, nous retiendrons principalement les châtellenies de Moha, près de Huy, de Franchimont à l’est de la principauté, de Bouillon tout au sud ou enfin d’Eyck ou Stockem dans le comté de Looz4. Baillis et sénéchaux apparaissent également dans le sillage du prélat. Leur fonction, peut-être moins strictement militaire que celle des châtelains essentiellement chefs de garnison, s’apparente à celle d’un gouverneur, représentant du pouvoir central, tels le bailli de Thuin ou le sénéchal du comté de Looz5. Enfin, parmi les officiers directement liés à la personne de l’évêque, il convient de réserver une place à part au maire de Liège déjà mentionné ainsi qu’aux maréchaux d’armées. Les premiers sont chargés de représenter l’évêque dans l’exercice de la justice. À ce titre, ils président l’échevinage et exécutent les sentences6. Quant aux maréchaux, ce sont des chefs de guerre. L’évêque leur confie la direction de son armée, durant les campagnes militaires7.

  • 8 Jean de Stavelot qui souligne le fait laisse percer sa surprise face à une attitude si peu habitue (...)

4Durant toute la période qui nous intéresse, le choix des officiers est du ressort de l’évêque. Disséminés sur toute l’étendue du territoire, ces hommes constituent en réalité autant de points d’ancrage de l’autorité épiscopale dans le pays. Et en 1418, au moment de la vacance d’un siège scabinal, Jean de Walenrode, qui se déssaisit de son droit de nomination pour laisser aux échevins toute liberté de désigner leur futur collègue, suscite un vif étonnement8.

B. Les prélats et leur règne

  • 9 Liste des évêques et des candidats malchanceux au siège épiscopal liégeois : voir ici même, en ann (...)

5Entre 1247 et 1482, soit de l’avènement de Henri de Gueldre jusqu’à l’assassinat de Louis de Bourbon, quatorze prélats se succèdent à la tête de l’Église liégeoise, évêques ou seulement Élus et Confirmés9. Qui sont ces hommes, dans quelles conditions accèdent-ils au pouvoir liégeois ? Il convient en effet de cerner la personnalité de ces clercs, à qui échoit la responsabilité du gouvernement liégeois ainsi que les conditions de leur accession au pouvoir.

  • 10 J. Lejeune, La principauté de 1390 à 1482, p. 149. — Sur Jean de Heinsberg : M. Josse, Jean de Hei (...)
  • 11 Sur ces évêques : cf. Chr. Limbrée, notice sur Thibaut de Bar. — W. Moye : Johann von Wallenrod.(...)

6À quel âge devient-on évêque de Liège ? Il est malaisé de répondre précisément à cette question, dans la mesure où nous ignorons quand naquirent nombre de nos prélats médiévaux. Il est toutefois certain que quelques-uns d’entre eux étaient très jeunes au moment de leur avènement. Ainsi, Jean de Bavière était âgé de dix-sept ans seulement et Louis de Bourbon de dix-huit. Jean de Heinsberg ou Adolphe de la Marck étaient à peine plus âgés : respectivement vingt-trois10 et vingt-cinq ans lors de leur élection. D’autres prélats cependant accédèrent à l’épiscopat dans la force de l’âge, tels Thibaut de Bar qui était âgé d’une quarantaine d’années à son avènement, Hugues de Chalon, né vers 1260 et désigné évêque en 1295, Englebert de La Marck, né en 1306 et devenu évêque à la mort de son oncle, en 1344. Jean de Walenrode, né aux alentours de 1350, avait en revanche franchi le seuil de la vieillesse lorsqu’il fut transféré de Riga à Liège en 141811.

  • 12 C. Renardy, Les maîtres universitaires, p. 342.
  • 13 W. Moye, Johann von Wallenrod, p. 1.
  • 14 Parmi les théologiens, on retiendra Jean d’Enghien, qualifié de « professor sacrae Theologiae » (C (...)
  • 15 Sufridus Petri, p. 132 : À l’âge de sept ans, Louis de Bourbon arriva à la cour de Philippe le Bon, (...)

7Parcours habituel pour les jeunes gens promis à la cléricature, la plupart de ces hommes sont des gradués : bacheliers ou licenciés. Cependant, Jean de Flandres, à peine âgé d’une vingtaine d’années, porte le titre de decretorum doctor de Bologne12 et Jean de Walenrode est, quant à lui, docteur in utroque13. Théologiens, ou plus souvent juristes, ces ecclésiastiques sont diplômés de Paris, d’Orléans, de Bologne, ou au xve siècle, de Cologne et de Louvain14. Les renseignements dont nous disposons sur la formation de certains évêques s’avèrent malheureusement lacunaires. Ainsi, l’instruction reçue par Jean de Bavière ou par Louis de Bourbon, montés très jeunes sur des sièges épiscopaux, renferme des zones d’ombre. Peut-être Jean de Bavière fut-il bachelier ? Jean Lejeune estime en tout cas qu’il pouvait sans peine suivre les débats de théologiens ou de juristes et qu’il s’exprimait avec la même aisance en français, en flamand et en haut-allemand. Un auteur du xvie siècle, Suffridus Petri, nous révèle que Louis de Bourbon étudia quelques années à Louvain, entre sa onzième et sa dix-huitième année15. Nous en déduirons donc qu’il avait acquis une formation équivalente à celle que dispense la Faculté des Arts.

8La durée d’un règne à la tête du diocèse mosan varie de un à trente-six ans, avec une longueur moyenne de seize années.

Règnes de 1 à 5 ans

3

6 à 10 ans

2

11 à 15 ans

3

16 à 20 ans

1

21 à 25 ans

/

plus de 25 ans

5

9Trois règnes courts, cinq autres longs, et six que nous définirons, faute d’une expression plus adéquate, comme étant de longueur moyenne. La durée d’un épiscopat paraît tributaire de différents facteurs : l’âge et la santé du prélat ; son opportunisme carriériste qui l’entraîne là où se concentrent ses intérêts, la conjoncture politique, enfin, favorable ou non.

  • 16 Cf. E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 221–222 la valeur de l’évêché de Lièg (...)
  • 17 Sur A. de Waldeck et les circonstances de sa mort : cf. A. Joris, « Adolphe de Waldeck », col. 754 (...)

10Ceux qui régnèrent longtemps à Liège étaient montés jeunes sur le siège épiscopal. Leur carrière se déroula, par conséquent presque toute entière à la tête de l’évêché de Liège, il est vrai, l’un des plus riches diocèse de l’Empire16. Ces cinq prélats sont Henri de Gueldre, Adolphe de La Marck, Jean de Bavière, Jean de Heinsberg et Louis de Bourbon. Quant aux autres, ceux dont l’épiscopat fut court ou relativement court, la brièveté de leur passage à la tête de l’Église liégeoise s’explique de diverses manières. Ainsi, Adolphe de Waldeck mourut empoisonné un an seulement après son avènement17. Pour d’autres, la dignité épiscopale liégeoise fut l’ultime étape d’une carrière entamée ailleurs. Avant d’accéder à l’évêché de Liège, Jean d’Enghien avait été évêque de Tournai. Jean de Flandres venait de Metz ; Jean d’Arckel et Arnould de Homes, d’Utrecht. Enfin, après un bref détour par le siège épiscopal de Coire, Jean de Walenrode ancien archevêque de Riga, accéda à l’évêché liégeois où il mourut, en 1419, un an après son arrivée. Hugues de Chalon et Englebert de La Marck en revanche, quittèrent le diocèse de Liège pour devenir archevêques : le premier à Besançon, le second à Cologne.

  • 18 J. Lejeune, Introd. au cat. expo. Liège et Bourgogne, p. 43–44.

11Trois prélats abandonnèrent enfin la cléricature. Henri de Gueldre fut déposé lors du concile de Lyon de 1274 et réduit à l’état laïc ; Jean de Bavière reçut en 1417 l’investiture des comtés de Hainaut, Hollande, Zeelande et Frise18. En 1455 enfin, Jean de Heinsberg céda à la pression que le duc Philippe le Bon exerçait sur lui depuis quelques années et se retira en Brabant. Il laissa le siège épiscopal liégeois à Louis de Bourbon, neveu du duc de Bourgogne.

  • 19 Sur la condition sociale du haut clergé liégeois durant le Moyen Âge (évêque et chapitre), on se r (...)

12Après avoir sommairement retracé les contours des différents règnes épiscopaux, examinons le groupe de tous ceux qui, durent les 235 années qui nous intéressent, briguèrent le titre de successeur de Saint-Lambert, clef du pouvoir à Liège et dans le pays19. À notre ensemble primitif de quatorze évêques et Élus-Confirmés, il convient d’abord d’ajouter deux « intrus » et un « régent » élus dans un contexte politique troublé et reconnus par une partie seulement du clergé et de la population. En outre, les sources des xiiiexve siècles permettent de repérer treize prétendants malchanceux au siège épiscopal. Au total, notre corpus s’élève ainsi au nombre de trente personnes.

13Dans quelles circonstances ces élections eurent-elles lieu et quelle prise les Liégeois — y compris l’Église de Liège — ont-ils eue sur elles. Sort commun aux deux Élus de la commune et des États (Thierry de Perwez et Marc de Bade) : leur désignation, qui se fit dans des climats insurrectionnels, fut dans chacun des cas considérée comme anticanonique et frappée de nullité par les autorités ecclésiastiques légitimes. Parmi les vingt-sept autres candidats, on note que huit à peine furent postulés à l’unanimité par les chanoines de Saint-Lambert. Quatre le furent par une partie seulement d’entre eux. À trois reprises, en tout cas, à partir des dernières années du xiiie siècle, des tensions partisanes déchirèrent le chapitre liégeois, partagé, comme nous le verrons, entre les obédiences Avesnes ou Dampierre au moment d’une élection.

  • 20 Sur ce point, cf. G. Mollat, La collation, p. 321–323 et passim.

14Une constatation s’impose dès lors : le chapitre éprouve des difficultés à exercer sereinement ce qui constitue l’une de ses prérogatives : procéder à l’élection du chef de l’Église liégeoise. Bien plus, nos sources nous enseignent que cette désignation échappe fréquemment à un chapitre libre de ses mouvements et que le vote des chanoines paraît souvent dicté de l’extérieur. Le pape est bien sûr l’un des grands bénéficiaires de cette aliénation d’autorité20 et semble s’être appoprié la haute-main sur la désignation du chef du diocèse mosan. Fait significatif, parmi les douze évêques désignés par le souverain pontife, cinq au moins se trouvaient à la curie au moment de leur nomination. Néanmoins, le choix de l’évêque, chef de diocèse et chef d’État, entre parfois dans des équilibrages politiques que Rome ne contrôle qu’imparfaitement. Suivant les époques, l’influence vint de Gand, de Paris, de Bruxelles ou encore de Constance, où se tenait le concile.

  • 21 RCL, 1, p.459–460. — É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 222–223 (dé (...)

15Comme l’invalidation des élections de Thierry de Perwez et Marc de Bade le laissait déjà présager, La pression vint rarement du pays de Liège lui-même. L’influence des mandataires communaux ne s’exerça que rarement avec succès ; les circonstances de l’élection d’Arnould de Homes faisant à cet égard exception. À la mort de Jean d’Arckel, ils intervinrent auprès des chanoines et firent élire Eustache Persand de Rochefort. Puis, la même année, au terme de péripéties sur lesquelles nous reviendrons, ils apportèrent leur soutien à Arnould de Homes, appelé dans un premier temps à Liège comme mambour, avant d’être élevé par le pape Urbain VI à la dignité épiscopale21.

16L’examen des influences extérieures sur les élections épiscopales appelle, en corollaire, celui des origines des élus eux-mêmes. À la question d’où viennent ces hommes, évêques ou candidats malchanceux à l’évêché, on répondra de diverses manières. Quelques-uns des prélats médiévaux liégeois étaient d’anciens chanoines prébendiers de la cathédrale, peut-être pas astreints à résidence. C’est entre autres le cas de Henri de Gueldre, d’Adolphe de Waldeck, de Thibaut de Bar, d’Englebert de la Marck, ou encore celui de Jean de Heinsberg. C’est celui de la totalité des non élus, y compris les deux Élus du schisme Eustache Persand de Rochefort et Thierry de Perwez, mais à l’exception cependant du Régent Marc de Bade.

  • 22 « Filins suus Theodericus primigenitus, tunc archidiaconus Hasbanie, in episcopum Lediensem eliget (...)

17Il y eut peu de Liégeois — gens du pays s’entend — parmi les candidats-évêques, moins encore parmi les promus. La plupart des prétendants au siège épiscopal sont des étrangers, ressortissants, dans leur grande majorité aux terres d’Empire : Lotharingie, Allemagne, Hollande. Sur les trente candidats, on dénombre en effet vingt-quatre clercs originaires des terres d’Empire, — parmi lesquels cinq Hennuyers, trois Brabançons et trois Liégeois — et six ressortissants aux terres de la mouvance française. La plupart des candidats à la prélature liégeoise proviennent donc de régions situées à l’est et au nord de la principauté. Comment la faible proportion de Liégeois placés à la tête du diocèse fut-elle appréciée dans le pays ? Nous devons nous résoudre à laisser cette question sans réponse. Il ne reste en effet que peu de traces de l’avis des Liégeois sur ce qui concerne l’origine géographique de leurs prélats. L’expression la plus vive d’une revendication de cet ordre se situe lors du choix de Thierry de Perwez. Le fils de Henri de Perwez fut en effet désigné en raison de ses origines nobles et liégeoises, un ensemble de qualités qui faisaient de lui le candidat le plus souhaitable22.

18D’un point de vue lignager enfin, à quels milieux appartiennent les prélats et ceux qui convoitent le siège de Saint-Lambert ? L’argument relatif à l’éminente noblesse de Thierry de Perwez constitue déjà un premier élément de réponse. Cette remarque est, en effet, significative d’une condition sine qua non pour accéder à l’épiscopat. De fait, sinon de droit, il faut être de haute naissance. Le milieu originel des trente candidats à l’évêché liégeois peut être déterminé d’une manière plus ou moins précise. Relevons d’emblée une constante. Pour prétendre au siège épiscopal de Liège, il convient d’appartenir, sinon à la haute noblesse des feudataires, tout au moins, faut-il être de souche noble. La moitié des candidats à l’élection et 10 des 17 élus sont d’extraction au moins comtale. La présence de Thierry de Perwez et celle de Marc de Bade dans cet ensemble montre clairement qu’à l’instar du chapitre par exemple, la Commune se soucia de doter le pays et le diocèse d’un chef de haute et puissante origine.

  • 23 J. de Hocsem, p. 111. — Godefroid Kurth (Cité, 1, p. 266) écrivait à ce propos que : « Les tréfonc (...)
  • 24 J. de Hocsem, p. 144–145. Notons qu’un frère de Guillaume de Julémont, Winand de Julémont fut choi (...)

19Une corrélation trop stricte entre milieu social et chances d’accéder à l’épiscopat serait cependant fallacieuse. La cassation par la curie des élections de Bouchard d’Avesnes en 1281 et celle de son frère Gui, en 1289 sont, entre-autres là pour nous le rappeler. De même, il est avéré que Guillaume d’Arras put bel et bien être élu, quoique ignobilis par l’origine23. Il ne faut toutefois pas se leurrer. Au-dessous d’un certain seuil, les sources révèlent qu’il n’était guère raisonnable d’espérer être, un jour, élu. En particulier, la prélature semblait difficilement accessible à la petite noblesse du pays de Liège, issue de la ministérialité de l’église liégeoise, ainsi qu’aux familles du « patriciat urbain », généralement originaire de ce même milieu. Aucun membre de cette élite socio-politique liégeoise n’accéda à l’épiscopat au cours de la période que nous envisageons. Jean de Hocsem rapporte qu’en 1313, Guillaume de Julémont, chanoine de Saint-Lambert, issu d’une famille ministérielle, disputa en vain le siège épiscopal à Adolphe de la Marck, puissamment soutenu en cour d’Avignon, par le roi Philippe IV le Bel24.

  • 25 Les de La Marck à la tête de l’Église de Liège au xive siècle (schéma simplifié).

20Du xiiie au xve siècle, l’accaparement familial sur l’épiscopat liégeois s’avère finalement assez limité. Au cours de notre période nous ne relevons qu’un seul cas de dévolution de pouvoir entre deux parents : entre Adolphe de La Marck et son neveu Englebert en 1344, grâce à l’appui du roi de France Philippe VI. Ajoutons encore qu’à la fin du xive siècle, en 1389, les chanoines en quête d’un successeur pour Arnould de Hornes portèrent leurs suffrages sur un membre de ce lignage : Thierry de La Marck. Or celui-ci — un neveu de l’évêque Englebert —, déclina l’offre25.

2. Le chapitre de Saint-Lambert

  • 26 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 233.

21« Terre d’Empire, le pays de Liège est aussi terre d’Église. Patria episcopatus Leodiensis, pays de l’évêché de Liège, telle est la dénomination officielle. Le possesseur, c’est l’Église de Liège, l’Église de Saint-Lambert dont le siège est la cathédrale. Biens, privilèges et droits régaliens n’ont pas été donnés personnellement aux Évêques, mais aux représentants de cette église [...]. Les chanoines de Saint-Lambert sont les représentants par excellence de l’episcopatus et la source du pouvoir épiscopal. Seigneur tréfoncier : ce titre des chanoines est lourd de sens : les chanoines se sentent les héritiers du pays. L’évêque n’est que l’usufruitier26. » Ces lignes empruntées à l’historien Jean Lejeune définissent parfaitement le poids du chapitre cathédral dans le monde liégeois médiéval et situent ce corps sur l’échiquier politique par rapport à l’évêque et au pays.

  • 27 En particulier, l’ouvrage de J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, t. 1 et 2. — et le mémoire (...)

22Au cours de la période que nous étudions, les chanoines de Saint-Lambert sont des acteurs importants de la vie politique urbaine. Avec l’évêque et le milieu laïc urbain, le chapitre représente un élément de l’équilibre politique liégeois. Il convient dès lors de déterminer quel rôle le régime liégeois lui réserve sur un plan institutionnel, et dans un second temps, de s’interroger sur sa composition, sur la personnalité des hommes qui le constituent, ce qui pourra peut-être nous aider ultérieurement à cerner avec plus de précisions les orientations de sa politique. Depuis le siècle dernier, les chanoines de Saint-Lambert ont fait l’objet de diverses études sur lesquelles notre exposé s’appuyera souvent27.

D’après les données de J. de Chestret, Histoire de la famille de La Marck, p. 17–37. — N. Reimann, Die Grafen, p. 15–65.

A. Le point de vue institutionnel

23Les chanoines de Saint-Lambert jouissent de prérogatives les unes liées au canonicat lui-même ; les autres, de nature plus politique.

24Un mot d’abord sur l’aspect religieux de la charge. Comme dans n’importe quel chapitre, le chanoine de Saint-Lambert dispose d’une stalle dans le chœur de la cathédrale, bénéficie du droit de vote au chapitre et perçoit une prébende. En échange, on attend de lui une assistance assidue aux offices de la cathédrale de même qu’aux réunions capitulaires. Ces contraintes sont inhérentes au statut canonial. Dans la réalité, elles apparaissent surtout de principe. À la fin du Moyen Âge, la règle s’applique avec la plus grande souplesse.

  • 28 Celles-ci sont signalées à partir de 1281–1282. — Le premier résumé conservé date de 1345 et se ra (...)
  • 29 J. Lejeune, Op. cit., p. 235–236. — À distinguer du « mambour » chef de guerre évoqué par J. de He (...)

25Ce sont surtout les implications politiques de la charge canoniale qui importent ici. Le chapitre cathédral procède à l’élection de l’évêque. Sur ce droit fondamental se greffent d’autres prérogatives. Depuis la fin du xiiie siècle, les chanoines fixent les « capitulations » et déterminent donc la teneur du serment que prête le nouveau prélat à son avènement28. En outre, lorsque survient une vacance du siège épiscopal, les chanoines désignent un « mambour », c’est à dire un gestionnaire intérimaire des juridictions temporelles de l’évêque29. Le chapitre cathédral est partie prenante du pouvoir législatif liégeois. L’État primaire, comme on l’appelle aussi collabore notamment à l’élaboration des conventions qui régissent la vie du pays et, le cas échéant, participe à la rédaction des traités de paix consécutifs aux guerres civiles liégeoises. Enfin, la législation liégeoise accorde une part de responsabilité au chapitre dans le processus de contrôle du pouvoir épiscopal, qui s’instaure progressivement, au cours du xive siècle.

  • 30 Confirmation des immunités du chapitre par Henri V, roi des Romains, 23 décembre 1107, éd. Ropl, p (...)
  • 31 C’est d’ailleurs ce point qui met le feu aux poudres en 1312, entre le chapitre et les nobles (cf. (...)

26Ce sont là des principes normatifs. En pratique, les chanoines éprouvent souvent beaucoup de difficultés à faire respecter l’ensemble de leurs prérogatives. Sur le plan local, le chapitre traverse une période tourmentée. Au xiiie siècle, l’élite politique laïque de Liège commence à contester le régime privilégié dont il jouit. Ce mécontentement se focalise plus particulièrement sur son immunité face à l’impôt, sur l’interdiction pour les échevins de faire comparaître les membres de la familia ecclésiastique devant leur juridiction. Enfin, les échevins disputent aux chanoines l’emprise sur le sol urbain30. Dans ces divers domaines, le chapitre est au fil du temps amené à des concessions. À partir du début du xive siècle, une nouvelle revendication se fait jour. Elle porte sur le droit de choisir le mambour, que les citadins réclament désormais avec énergie31.

  • 32 CSL, 2, p. 205–206 (acte de 1271).
  • 33 Paix de Fexhe (juin 1316), éd. J. Ruwet, Chartes, p. 187. — Ces deux occurrences sont citées à tit (...)
  • 34 Voir plus loin, 3ème partie.
  • 35 J. de Hocsem, p. 267–269.
  • 36 J. de Hocsem, p. 306, 315.

27Une dernière limitation de fait de l’autorité capitulaire provient enfin du fonctionnement de l’institution comme du mode de recrutement de ses membres. En effet, le « chapitre mon signeur saint Lambert32, encore appelé « capitle de la grant églieze de Liège33 se présente dans les documents sous un aspect corporatif. La plupart des textes diplomatiques montrent les chanoines agissant de concert : collégialement et unanimement. Une telle unité de vues est-elle pourtant toujours de mise ? Les décisions retenues ne masquent-t-elles pas de temps à autre de profondes dissensions qui ont été entretemps étouffées ? Des sources laissent entrevoir l’existence de vives tensions internes, voire, comme c’est le cas en 1254–1255, puis de 1325 à 1328 ou encore en 1346, de véritables scissions au sein du chapitre cathédral34. D’autre part, les chanoines ont « voix au chapitre ». Agissent-ils tous en pleine indépendance ? On en doutera. Jean de Hocsem, lui-même écolâtre de Saint-Lambert se révèle un précieux témoin des débats dont la salle capitulaire est le théâtre et des jeux d’influences qui peuvent infléchir le sens des résolutions. Il nous éclaire à la fois sur le mode de prise de décision de ce corps ainsi que sur les pressions qui s’exercent sur lui. C’est ainsi qu’en 1338, au moment où Adolphe et ses chanoines s’affrontent à propos de la succession du comté de Looz, il s’indigne de voir le chapitre cathédral contraint d’émettre son vote en présence de l’évêque ; cette présence pesant lourd sur le résultat du scrutin35. De même en 1341, il évoque l’encombrante présence au sein du chapitre, de chanoines partisans d’Adolphe de La Marck, à qui l’évêque a fourni des prébendes et qui sont désormais ses obligés36.

  • 37 1402, p. 373–374, 377. — J. de S. lat., p. 76.
  • 38 1402, p. 410.
  • 39 En 1403 : cf. C. de Zantfliet, col. 361–362, J. de S. lat p. 105, J. de Bav, p. 152. — En 1465 : A (...)

28Peser sur les décisions capitulaires : voilà qui tente d’autres puissances politiques que le seul évêque de Liège. En 1378, au moment d’élire le successeur de Jean d’Arckel, des pressions communales entraînent les chanoines à porter leurs suffrages, d’abord sur Eustache Persand frère du populaire Walter de Rochefort, puis sur Arnold de Hornes37. Onze ans plus tard, à la mort de ce dernier prélat, puis à nouveau en 1403, lors du premier soulèvement Hédroit, de telles manœuvres se répètent. Les autorités communales dictent leur volonté aux chanoines et obtiennent la nomination du mambour de leur choix38. De même, plusieurs fois au cours du xve siècle, elles s’imposent à eux par la violence. Des chroniqueurs relatent, outrés, les voies de fait auxquelles se livrent les autorités communales sur les chanoines pour leur soutirer telle ou telle résolution. En 1403 et en 1465, les Liégeois séquestrent les chanoines ; en 1426, les métiers organisent le blocus du chapitre39. Il convient donc de faire la part entre pouvoir théorique et réalité des faits.

B. Les hommes

29Structure corporative, le chapitre cathédral constitue aussi un groupe d’individus aux personnalités comme aux intérêts variés. Un regard sur la composition de ce collège, entre le milieu du xiiie siècle et le milieu du xve siècle pourra peut-être éclairer certaines attitudes politiques des chanoines.

  • 40 Dispositions de la règle d’Aix (816). Confirmées à l’Église de Liège en 1189 par le pape Clément I (...)
  • 41 S. Chot-Stassart, Op. cit., I, p. 29–31.
  • 42 J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 26–28. — S. Chot-Stassart, Op. cit., I, p. 29–31.

30Le nombre total de canonicats affectés à l’Église Saint-Lambert de Liège est de soixante : cinquante-neuf prébendes capitulaires et la dernière destinée à l’évêque. D’un point de vue normatif, l’accès au rang envié de chanoine d’une cathédrale d’Empire est précisément codifié et dans un sens toujours plus restrictif. Aux conditions primitives édictées sous Louis le Pieux d’être de naissance libre ou d’appartenir à la familia ecclésiastique40, se sont successivement ajoutées des clauses de naissance légitime (en 1248), puis de compétences intellectuelles (en 1250 et 1394). Le 3 avril 1426, un induit de Martin V parachève ce dispositif légal en écartant définitivement des stalles de la cathédrale de Liège, les roturiers ou les clercs dépourvus d’un grade universitaire suffisant41. La collation des prébendes est du ressort de l’évêque et du chapitre associés, nonobstant le fait que le pape et l’empereur se réservent également le droit de conférer quelques canonicats42.

31Au-delà des conditions légales stricto sensu, qui est admis à siéger dans le chœur de la cathédrale liégeoise ? Depuis la fin du siècle dernier, des historiens liégeois se sont attachés à répertorier les chanoines de Saint-Lambert. En dépit des lacunes dont leurs travaux souffrent, ils nous permettent de mieux cerner ce groupe, que caractérise d’abord son hétérogénéité. Le chapitre cathédral apparait en effet comme un monde composite. Parmi les hommes qui se partagent les prébendes entre le xiiie et le xve siècle, quelques groupes principaux se détachent : des clercs proches de la curie ou de la noblesse territoriale voisine de la principauté et des membres de l’élite socio-économique liégeoise.

  • 43 J. de Theux, II, p. 92–93. — S. Chot-Stassart, op. cit. II, p. 118–120. — Sur Arnaud Aubert neveu (...)
  • 44 J. de Theux, II, p. 101–102. — S. Chot-Stassart, II, p. 173–174.
  • 45 J. de Theux, II, p. 78. — S. Chot-Stassart, II, p. 213. — Sur ce pers., cf. B. Guillemain, La cour (...)
  • 46 J. de Theux, II, p. 84–86. — S. Chot-Stassart, II, p. 143–144. — Sur ce pers., cf. B. Guillemain, (...)

32Ces hommes qui sont issus de milieux fort variés sont animés d’ambitions, elles aussi, inégales. Ainsi, en parcourant les répertoires des membres du chapitre, le regard s’arrête sur des patronymes prestigieux qui furent, à un moment donné, ceux de chanoines de la cathédrale de Liège. Citons, par exemple, quelques noms choisis dans le sillage de la papauté avignonnaise : Étienne Aubert, futur pape Innocent VI, ainsi que quatre de ses neveux43, Pedro de Luna, le futur pape Benoît XIII44, d’autres personnages encore tels Élie Taleyrand évêque de Limoges, Auxerre et Albi45, Bertrand de Déaux, futur archevêque d’Embrun, etc46. Ces hommes sont lancés dans une fructueuse course aux bénéfices. Peut-être doutera-t-on de leur résidence effective sur les bords de la Meuse.

33Les membres de lignages nobles, voisins du pays de Liège constituent un deuxième ensemble de chanoines intéressant pour notre propos. On devine sans peine l’avantage que présentait pour le comte de Hainaut, le duc de Brabant, ou les seigneurs de petites principautés rhénanes, le fait de disposer d’un représentant, parent ou proche, au sein du chapitre cathédral liégeois. Compte-tenu du régime politique particulier de la principauté, placer un agent à Saint-Lambert, revenait en effet à se ménager une prise sur les affaires politiques liégeoises. Au minimum, c’était une voix dans les sphères dirigeantes de l’Église et du gouvernement de la capitale mosane. Au mieux, c’était une chance de voir un de ses protégés accéder à l’épiscopat et donc à la direction du pays.

  • 47 Chanoines liégeois jusqu’au début du xve siècle : cf. S. Chot-Stassart, op. cit. I, p. 49, 60–61, (...)

34Des Liégeois convoitèrent aussi les stalles de Saint-Lambert. Quelle est l’évolution de leur admission parmi les chanoines ? Dès la fin du xiie siècle, le chapitre est ouvert aux autochtones, par la voie de l’appartenance à la familia ecclésiastique dont les membres de l’élite urbaine proviennent souvent. De fait, aux xiiie, xive et jusqu’au début du xve siècle, la présence de notables citadins et de petits nobles du pays au sein du chapitre n’est pas négligeable47. Chercher à dresser le portrait type du Liégeois admis au nombre des chanoines tréfonciers est hors de propos. Quelques traits pourtant se dégagent, qu’il importe d’analyser.

  • 48 Sur ce personnage avec indication des sources et travaux qui lui sont consacrés : C. Renardy, Op. (...)
  • 49 Guy de Neuvice-Charneux chanoine de Saint-Paul de 1317 à 1331, cité parmi les Tréfonciers de 1340 (...)

35Des chanoines d’origine liégeoise édifient des carrières personnelles prestigieuses sur leurs aptitudes ou leurs connaissances exceptionnelles, tel Godefroid de Fontaines dont il sera question plus loin48. Mais indépendamment de ces destinées brillantes, quel est le lot le plus courant du « chanoine liégeois moyen » ? La plupart de ces promus sont des fils d’officiers épiscopaux ou d’échevins méritants, que l’évêque récompense de leur dévouement par l’octroi d’une prébende à l’un de leurs enfants. Pour d’autres, l’admission au chapitre cathédral apparaîtra comme le couronnement d’une carrière, entamée dans l’un des collèges canoniaux secondaires de la cité. Au milieu du xive siècle notamment, des chanoines du lignage de Charneux paraissent représentatifs de ce type de parcours49. Issus du milieu scabinal, ils n’eurent accès aux stalles de Saint-Lambert qu’après plusieurs années passées comme chanoines de la collégiale de Saint-Paul. Devenir membre du chapitre constitue donc pour ces hommes une sorte de bâton de maréchal. Nous sommes en présence de notables locaux, que leur statut dans le pays de Liège suffisait à introduire à cet échelon élevé de la hiérarchie ecclésiastique locale mais qui sans doute ne pouvaient raisonnablement prétendre à plus. Il est vrai aussi que ces ecclésiastiques, titulaires de bénéfices dans les églises liégeoises, avaient également leur famille et leur patrimoine implantés dans le pays. Leur horizon se confond par conséquent avec la région où se concentrent leurs intérêts.

  • 50 J. de Hocsem (p. 267–269) cite le nombre de 15 chanoines en séance, plus loin, il parle de 23 chan (...)
  • 51 Paix d’Angleur (ROPL, p. 141, 143) : Nicol Payen, originaire du milieu scabinal, Jean de Willembre (...)

36À Liège comme ailleurs, un important absentéisme sévit au sein du chapitre cathédral50. La confrontation des données à caractère prosopographique avec les sources relatives à la politique ou à la gestion quotidienne des affaires, qui impliquent des membres du chapitre, permet de percevoir avec plus de précision de qui se constitue le noyau des chanoines résidents. Ce groupe correspond aussi à l’ensemble des chanoines qui participent à la décision politique liégeoise. Cette recherche trop vaste pour s’intégrer dans le cadre assigné à notre étude reste à mener. Un regard sur des documents employés pour notre enquête permet néanmoins quelques constatations. Ainsi, les chanoines qui négocient la Paix d’Angleur de 1313 sont apparentés à des échevins ou à des familles de la noblesse de Hesbaye. Un siècle plus tard, lors de la Paix de Tongres (1403), ce phénomène s’observe à nouveau. Ce sont des chanoines issus de lignages locaux (de l’échevinage ou de la noblesse lossaine) qui parlementent. À côté de ce premier groupe, se détache un second, composé de créatures des évêques. Rappelons ces clients d’Adolphe de La Marck dont Jean de Hocsem déplorait la trop grande propension à faire prévaloir les intérêts de leur maître lors des votes. Citons également le rôle de Lévold de Northof, cet autre chanoine proche d’Adolphe et qui, au nom du chapitre cathédral, intervint dans le règlement de la guerre menée entre 1325–1328 par le prélat contre la cité et le pays51.

37Notre bref sondage permet donc de relever la part considérable des chanoines d’origine liégeoise ainsi que d’agents épiscopaux dans les événements et de deviner en eux les véritables artisans de la politique liégeoise du chapitre de Saint-Lambert. Il ne s’agit cependant là que de résultats très partiels qu’une analyse plus détaillée permettrait sans doute de nuancer.

Notes

1 Sur tout ceci, voir G. Kurth, Notger de Liège, p. 116–117.

2 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 9–10.

3 1402, p. 170 : « Quare, regalibus impetratis, nostram patriam Henricus electus regebat, prebendas, scabinatus, et officia dabat, percipiendo fructus et redditus integre et absolute pertinentes episcopo, ac si esset in episcopum consecratus. »

4 Cf. R. Deprez, « La politique castrale ». — Liste complète des places épiscopales entre le xe et le xive siècle : R. Deprez, Les châteaux, p. 246–249.

5 La sénéchaussée de Looz apparaît comme un poste d’envergure qui, dès son apparition, est confié par les évêques à des hommes qui leur sont très proches : tels le fils naturel de Jean d’Arckel ou Henri de Perwez, neveu d’Arnold de Hornes.–Pour les sénéchaux du comté de Looz : Jean sgr de Rynensteyn, bâtard d’Arckel (C. de Borman, Fiefs du comté de Looz, p. 125, 132). — Pour Henri de Perwez, voir ici même, plus loin. — À la période que nous envisageons, la sénéchaussée de l’évêché de Liège était un fief héréditaire aux mains de la famille de Prez. En tant que telle, notons que cette charge était pratiquement tombée en désuétude (cf. É. Poncelet, Les Sénéchaux, p. 316–318).

6 Cf. J. Lejeune, Op. cit., p. 264.

7 On se reportera à la liste des maréchaux établie par É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 126–252. — Les maréchaux apparus au xiiie s. succèdent aux avoués de Saint-Lambert, dont ils récupèrent une part des pouvoirs (C. Godefroid, L’avouerie de Saint-Lambert, p. 399).

8 Jean de Stavelot qui souligne le fait laisse percer sa surprise face à une attitude si peu habituelle : « At ipse scabinis supervenientibus precepit ut sibi loco socii defuncti idoneum presentarent, probum et justi tenacem, secundum dictamen conscientie eorum, quia melius se posse hujusmodi de sua vicinia nosse » J. de S. lat., p. 133.

9 Liste des évêques et des candidats malchanceux au siège épiscopal liégeois : voir ici même, en annexe no 2.

10 J. Lejeune, La principauté de 1390 à 1482, p. 149. — Sur Jean de Heinsberg : M. Josse, Jean de Heinsberg (notice biogr.) cf. aussi l’article vieilli de J. Borgnet, « Jean de Heinsberg ».

11 Sur ces évêques : cf. Chr. Limbrée, notice sur Thibaut de Bar. — W. Moye : Johann von Wallenrod. — C. Renardy, Les maîtres universitaires, p. 310–312 : sur Hugues de Chalon.

12 C. Renardy, Les maîtres universitaires, p. 342.

13 W. Moye, Johann von Wallenrod, p. 1.

14 Parmi les théologiens, on retiendra Jean d’Enghien, qualifié de « professor sacrae Theologiae » (C. Renardy, Les maîtres, p. 341), Hugues de Chalon et Jean d’Arckel (sur cet évêque, cf. C.A. Rutgers, Jan van Arckel, p. 16–17) tous trois diplômés de Paris. Mais la plupart des évêques liégeois sont des juristes, diplômés en droit civil ou canon. Outre Jean de Flandres et Jean de Walenrode, on mentionnera encore Thibaut de Bar, Adolphe et Englebert de La Marck, Adolphe de Waldeck, Jean d’Arckel, Arnould de Hornes, et enfin Jean de Heinsberg, inscrit à partir de 1411 à l’Université de Cologne (je dois les informations relatives à la formation de Jean de Heinsberg à l’aimable obligeance de Mme Micheline Josse. Qu’elle en soit ici remerciée). — La question de la formation intellectuelle des évêques liégeois de la fin du Moyen Âge a été étudiée en détail par C. Renardy, Le monde des maîtres universitaires, p. 240–266)

15 Sufridus Petri, p. 132 : À l’âge de sept ans, Louis de Bourbon arriva à la cour de Philippe le Bon, qui l’envoya peu après à l’université de Louvain. Il y demeura jusqu’à ses dix-huit ans. Sur ceci, cf. aussi F. Vrancken, Recherches, t. 1, p. 78. — Sur la formation de Jean de Bavière : cf. J. Lejeune, Introduction historique au catalogue de l’exposition Liège et Bourgogne, p. 16.

16 Cf. E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 221–222 la valeur de l’évêché de Liège pour la taxe sur les communs services : 7 200 fl., (Cambrai : 6 000 fl., Tournai ou Thérouanne : 5 000 fl.) le diocèse de Liège éait considéré comme l’un des plus riches d’Allemagne et sa taxe, parmi les plus élevées.

17 Sur A. de Waldeck et les circonstances de sa mort : cf. A. Joris, « Adolphe de Waldeck », col. 754–755. — C. Renardy, Op. cit., p. 167–168.

18 J. Lejeune, Introd. au cat. expo. Liège et Bourgogne, p. 43–44.

19 Sur la condition sociale du haut clergé liégeois durant le Moyen Âge (évêque et chapitre), on se reportera à l’étude de L. Génicot, « Haut clergé princes et nobles », surt. p. 144–162.

20 Sur ce point, cf. G. Mollat, La collation, p. 321–323 et passim.

21 RCL, 1, p.459–460. — É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 222–223 (début juillet 1378). — 1402, p. 377. — RCL, 1, p. 465–469 (16 déc. 1378).

22 « Filins suus Theodericus primigenitus, tunc archidiaconus Hasbanie, in episcopum Lediensem eligetur, tamquam nativus et nobilior totius patrie » J. de Bav. p. 161.

23 J. de Hocsem, p. 111. — Godefroid Kurth (Cité, 1, p. 266) écrivait à ce propos que : « Les tréfonciers firent choix d’un personnage d’origine obscure (...). C’était la première fois depuis près de trois siècles qu’un plébéien était appelé à s’asseoir sur le siège de Saint-Lambert. » On peut pourtant se demander si, en l’occurrence, l’historien liégeois n’avait pas perdu de vue les liens qui unissaient Guillaume d’Arras à la maison de Dampierre. Car cet élément pesa probablement d’un grand poids lors de la désignation du chanoine à la prélature. Sur Guillaume d’Arras, C. Renardy, op. cit., p. 270–271.

24 J. de Hocsem, p. 144–145. Notons qu’un frère de Guillaume de Julémont, Winand de Julémont fut choisi par Adolphe pour être son premier maire, en 1314, (C. de Borman, Échevins, p. 389). Manière élégante d’atténuer le désappointement lignager des Julémont ou, au contraire, précaution prise par Adolphe pour éviter de voir les Julémont basculer dans le camp de ses adversaires ? (Sur Guillaume de Julémont, cf. J. de Theux, chapitre 2, p. 17. — G. Kurth, éd. de la chronique de J. de Hocsem, p. 145n).

25 Les de La Marck à la tête de l’Église de Liège au xive siècle (schéma simplifié).

26 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 233.

27 En particulier, l’ouvrage de J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, t. 1 et 2. — et le mémoire de licence de S. Chot-Stassart, Le chapitre cathédral, tous deux pourvus de répertoires biographiques des chanoines médiévaux. — On ajoutera les données du livre déjà cité de J. Lejeune, Liège et son pays, p. 227–236. — ainsi que les pages plus récentes mais portant sur les xie et xiie siècles dues à J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 311–316.

28 Celles-ci sont signalées à partir de 1281–1282. — Le premier résumé conservé date de 1345 et se rapporte à l’élection d’Englebert de La Marck (éd. ROPL, p. 261–262). — S. Chot-Stassart, Op. cit., I, p. 22. — J. Lejeune, Op. cit., p. 234–235.

29 J. Lejeune, Op. cit., p. 235–236. — À distinguer du « mambour » chef de guerre évoqué par J. de Hemricourt, Patron, p. 67–68.

30 Confirmation des immunités du chapitre par Henri V, roi des Romains, 23 décembre 1107, éd. Ropl, p. 12–13. Sur ce diplôme : cf. J.-L. Kupper, Liège, p. 341, 346.

31 C’est d’ailleurs ce point qui met le feu aux poudres en 1312, entre le chapitre et les nobles (cf. récit de G. Kurth, Cité, I, p.280). — À la mort d’Adolphe de La Marck, J. de Hocsem rapporte comment il a dissuadé ses confrères du chapitre de négliger l’avis des laïcs pour désigner le mambour, en rappelant notamment les troubles qui avaient surgi lors de la vacance précédente, en 1312, pour être passé outre leur volonté (J. de Hocsem, p. 330–332). — cf. aussi J. Lejeune, Op. cit., p. 411.

32 CSL, 2, p. 205–206 (acte de 1271).

33 Paix de Fexhe (juin 1316), éd. J. Ruwet, Chartes, p. 187. — Ces deux occurrences sont citées à titre indicatif.

34 Voir plus loin, 3ème partie.

35 J. de Hocsem, p. 267–269.

36 J. de Hocsem, p. 306, 315.

37 1402, p. 373–374, 377. — J. de S. lat., p. 76.

38 1402, p. 410.

39 En 1403 : cf. C. de Zantfliet, col. 361–362, J. de S. lat p. 105, J. de Bav, p. 152. — En 1465 : A. d’O., p. 111–112. — En 1426 : J. de S. fr, p. 235–236.

40 Dispositions de la règle d’Aix (816). Confirmées à l’Église de Liège en 1189 par le pape Clément III (cf. J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 311, 319–321).

41 S. Chot-Stassart, Op. cit., I, p. 29–31.

42 J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 26–28. — S. Chot-Stassart, Op. cit., I, p. 29–31.

43 J. de Theux, II, p. 92–93. — S. Chot-Stassart, op. cit. II, p. 118–120. — Sur Arnaud Aubert neveu d’Étienne Aubert archidiacre de Hesbaye en 1353, cf. H. Millet, Les chanoines, p. 217.

44 J. de Theux, II, p. 101–102. — S. Chot-Stassart, II, p. 173–174.

45 J. de Theux, II, p. 78. — S. Chot-Stassart, II, p. 213. — Sur ce pers., cf. B. Guillemain, La cour, p. 244–248 etpassim.

46 J. de Theux, II, p. 84–86. — S. Chot-Stassart, II, p. 143–144. — Sur ce pers., cf. B. Guillemain, Op. cit., p. 193 et passim.

47 Chanoines liégeois jusqu’au début du xve siècle : cf. S. Chot-Stassart, op. cit. I, p. 49, 60–61, 83. — L. Génicot, art. cit., p. 155, 163. (L’auteur souligne notamment l’origine sociale des doyens choisis souvent dans le milieu des chevaliers et patriciens, et donc souvent autochtones. Exception pourtant : Durant le xive siècle, les doyens sont choisis par Avignon). On regrettera l’absence d’une étude sur les chanoines liégeois du xve siècle et, en particulier, celle d’un examen de leurs origines sociales et géographiques. L’étude de S. Chot-Stassart se clôture en effet à la réforme du recrutement d’avril 1426.

48 Sur ce personnage avec indication des sources et travaux qui lui sont consacrés : C. Renardy, Op. cit., p. 257–260. — et ici même, plus loin 5e partie.

49 Guy de Neuvice-Charneux chanoine de Saint-Paul de 1317 à 1331, cité parmi les Tréfonciers de 1340 à sa mort en 1350. Walter de Neuvice, chanoine de Saint-Paul entre 1356–1361, cité à Saint-Lambert à partir de 1367. (Sur ces personnages, J. de Theux, Op. cit., II, p. 81–S2. — S. Chot-Stassart, Op. cit., II, p. 187–188. — O.J. Thimister, Saint-Paul, p. 658). — Sur ce lignage, voir plus loin, familles dirigeantes.

50 J. de Hocsem (p. 267–269) cite le nombre de 15 chanoines en séance, plus loin, il parle de 23 chanoines (p. 341). À titre comparatif, on retiendra les indications fournies à propos du chapitre de Reims : 25 à 30 chanoines réunis aux grandes occasions sur un total de 74 prébendiers, et le quorum fixé à seulement 12 présents pour les affaires ordinaires (P Desportes, Reims et les Rémois, 1, p. 413–414). H. Millet, Op. cit., p. 235–246 étudie la résidence des chanoines à Laon. Elle cite une moyenne de 34 chanoines présents aux festins de Noël et Pâques de 1347 à 1351, sur un nombre total de 83 prébendiers. Le chapitre général de 1345 rassembla plus de 50 chanoines. La moyenne pour les séances ordinaires était de 23 chanoines présents.

51 Paix d’Angleur (ROPL, p. 141, 143) : Nicol Payen, originaire du milieu scabinal, Jean de Willembrenges appartenant au milieu Fize-Hognoul, Libert de Langdris (également cité dans les traités de Wihogne en 1326 et 1328) appartenant au milieu Langdris-del Cange (S. Chot-Stassart, II, p. 193, 222, 169). Paix de Tongres (1403, éd. ROPL, p. 379–388) : Olivier de Malle < lignage lossain, Jean de Haccourt originaire du milieu scabinal liégeois, Robert de Saint-Laurent issu du lignage de Liège (S. Chot-Stassart, II, p. 175, 160, 204). cf. aussi liste des chanoines de Saint-Lambert demandant la suspension de l’interdit promulgué en septembre 1463 avec domination des clercs originaires de la principauté (RCL, 4, p. 117). On citera encore les chanoines Guillaume Boileau de Mons, intervenant dans les affaires liégeoises à la fin du xive siècle et provenant du milieu de la petite noblesse liégeoise (S. Chot-Stassart, II, p. 129). — En ce qui concerne les créatures d’Adolphe de La Marck travaillant à sa politique : cf. par ex. Lévold de Northof, intervenant dans le règlement du conflit en 1329 (J.G. Schoonbroodt, Saint-Martin, p. 270).

Table des illustrations

Légende D’après les données de J. de Chestret, Histoire de la famille de La Marck, p. 17–37. — N. Reimann, Die Grafen, p. 15–65.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search