Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Introduction

Texte intégral

1. Les luttes politiques dans l’historiographie liegeoise des xixe et xxe siècles

1Depuis longtemps, les conflits politiques liégeois retiennent l’attention des historiens. Dans quelle optique ont-ils été envisagés ? Quelques noms puisés dans F historiographie des xixe et xxe siècles baliseront notre réflexion. L’opinion portée par les auteurs liégeois du xixe sur les hommes du passé et les événements qu’ils ont vécu est pauvre quant à l’analyse mais répétitive en ce qui concerne le récit des faits. L’historiographie liégeoise des années 1800 véhicule ainsi nombre de stéréotypes, seuls changent les jugements de valeur. Ceci est particulièrement perceptible à propos des figures de proue de la politique.

  • 1 M. Polain, Histoire, 1, p. 339, 395–396.
  • 2 M. Polain, Histoire, 2, p. 185 (jugement sur Jean de Bavière), 338 (jugement sur Raes de Heers).
  • 3 F. Hénaux, Histoire, 1, p. ix.
  • 4 ibid., 1, p. 216–233, 564.
  • 5 ibid., 2, p. 75, 467, 151, 162 et passim.

2Quatorze ans à peine après la création de l’État belge, Mathieu Polain se penche sur le passé de l’Ancien Pays de Liège, qu’il envisage comme un long duel entre le peuple et l’évêque. Impitoyable pour les figures épiscopales défavorables à l’intérêt populaire, il ne tarit pas d’éloges à propos de Henri de Dinant1 ou de Raes de Heers2, à deux cents ans de distance champions de la cause et de la nation liégeoises. Dans la foulée, dès 1851, paraît une autre histoire de la Principauté, due à Ferdinand Hénaux. Le regard que celui-ci porte sur les Liégeois et leurs princes semble tout à fait analogue à celui de son prédécesseur. Comme lui, il voit dans l’histoire liégeoise l’illustration d’un antagonisme perpétuel entre le peuple et ses évêques successifs. Et lorsque introduisant son propos, il parle d’une « Histoire où l’on prend parti pour le peuple contre le prince », il ne laisse planer aucun doute sur son jugement3. Tout son livre est construit autour de cette lutte. Sans hésiter, Ferdinand Hénaux adhère aux idéaux de Henri de Dinant4, des Hédroits ou de Raes de Heers et condamne leurs adversaires5.

  • 6 J. Daris, Histoire [...] xiiiexive s., p. 161.
  • 7 ibid., Histoire [...] xve s., p. 53, 194, 339–488.
  • 8 Cf F. Vercauteren, Cent ans d’histoire, p. 132–133, 174–175, 205–206.

3Il faut attendre la fin du siècle pour entendre une note discordante dans ce concert de louanges enflammées au peuple de Liège. Celui qui rompt ainsi l’harmonie en donnant raison aux différents évêques est l’historien Joseph Daris, professeur au Grand Séminaire de Liège. De héros désintéressé de la cause liégeoise, Henri de Dinant devient un personnage plein de duplicité, parvenant au pouvoir par la tromperie et l’exploitation de la naïveté populaire6. L’avis de Daris sera d’ailleurs aussi sévère à propos des intentions des Hédroits ou des adversaires des Bourguignons7. L’histoire liégeoise se résume donc en une suite d’avis unilatéraux, de jugements péremptoires. De manière manichéenne, ces auteurs accablent tantôt l’un, tantôt l’autre camp, au gré de leurs affinités politiques respectives, libérales ou catholiques8.

4Au xxe siècle, trois noms jalonneront notre réflexion : Godefroid Kurth, Henri Pirenne et Fernand Vercauteren qui centrent principalement leurs recherches sur les aspects politiques et socio-économiques des luttes liégeoises.

  • 9 G. Kurth, Cité, 1, p. xxvii–xxviii.
  • 10 G. Kurth, Cité, 1, p. xli. Loin d’apparaître comme une réaction à un régime d’asservissement, le m (...)
  • 11 ibid., 1, p. lix, t. 3, p. 1.
  • 12 ibid., 3, p. 1–2.
  • 13 ibid., 3, p. 9–10. — Jugement sur Henri de Dinant : 1, p. 188–213. — Les adversaires des Bourguign (...)

5En 1909–1910, Godefroid Kurth publie sa Cité de Liège au Moyen Âge. Comme il l’explique dans son texte introductif, il rêve d’une synthèse globale sur le progrès constant de la civilisation moderne et conçoit son livre comme un jalon important de cette recherche9. Ce postulat infléchit sa vision de l’évolution socio-politique liégeoise10 : une progression vers la « démocratie pure11. » Ce cheminement ne s’effectue pourtant pas sans heurts, ni revers. Dans le courant du xve siècle, la démocratie liégeoise est battue en brèche par la rivalité franco-bourguignonne12. Kurth perçoit en effet dans l’antagonisme de Louis XI et Charles le Téméraire, la cause principale du désastre de 1468, même s’il ne dénie pas aux Liégeois, ainsi qu’à leurs querelles intestines, une part de responsabilité dans le drame. Ces événements lui paraissent des coups d’arrêt temporaires dans une évolution qui se poursuit inexorablement. Les jugements qu’il formule se ressentent fortement de ces conceptions. Henri de Dinant a donné une impulsion à la démocratie. Il jouit donc d’une connotation favorable. Kurth condamne en revanche les Hédroits ou Raes de Heers, qu’il estime responsables du recul politique des années 140013.

  • 14 H. Pirenne, Histoire de Belgique, 1, p. 274.
  • 15 H. Pirenne, op. cit., 1, p. 9.
  • 16 ibid., p. 276–277.
  • 17 ibid., p. 276–283.

6Démocratie. Le concept développé dans l’œuvre de Godefroid Kurth se retrouve également sous la plume de Henri Pirenne. Il figure alors aux côtés d’autres notions, telles que celles de classes sociales et de luttes de classes14. On sait quel objectif guida le grand historien quand il entreprit sa monumentale Histoire de Belgique : mettre en valeur l’unité de la Belgique, en recherchant dans le passé des anciennes principautés « comme la texture d’une histoire commune15 ». C’est ainsi par exemple que, jetant des ponts entre les différentes histoires locales, il fera de la révolte brugeoise de 1302 le détonateur du soulèvement liégeois de la même année16. Henri Pirenne interprète l’Histoire politique et sociale liégeoise en termes de luttes de classes. Toujours à propos des troubles de 1302, il parle de « haine de classe », de la « morgue grandissante des uns [les Grands] alimentant continuellement chez les autres [les Petits] des rancunes qui n’attendaient qu’une occasion d’éclater ». La décennie 1302-1312 lui apparaît d’ailleurs comme celle de tous les bouleversements politiques. À partir de 1313, écrit-il, la constitution devient « purement populaire » et, peu à peu, les Grands de Liège s’effacent d’un jeu politique urbain, qui, à leurs yeux, a perdu tout attrait : « charge inutile, dépense vaine et ennuyeuse corvée17 ».

  • 18 ibid., p. 283.
  • 19 ibid., p. 283, 394.
  • 20 ibid., p. 392.
  • 21 ibid., p. 409.

7Selon Pirenne, jusqu’à l’avènement des Bourguignons, les métiers dominent. Une rigoureuse égalité règne entre les différentes corporations et Liège connaît le gouvernement « le plus purement démocratique que la Belgique ait connu au Moyen Âge18 ». Système parfait ? Certes, non. Le régime connaît de graves travers : Henri Pirenne s’emporte contre le laissez-aller propre à une commune où domine « la volonté populaire s’imposant aux bourgmestres19 ». Qu’à cela ne tienne. Sous sa plume, la lutte de Bourgogne devient le conflit de deux régimes gouvernementaux incompatibles : « le duel inégal de l’État moderne, nécessairement monarchique et du particularisme du Moyen Âge, à tendances républicaines ». Dans la mesure où les Liégeois veulent sauvegarder « leurs franchises et leur autonomie », l’affrontement avec les ducs de Bourgogne et leur administration monarchi que devient inévitable20. C’est donc le combat désespéré de conservateurs contre une volonté de pouvoir progressiste. Et libéral. Car en supprimant les corporations, l’autorité bourguignonne s’est montrée « comme pressée de rompre avec le Moyen Âge, en proclamant « l’entière liberté des professions21 ».

  • 22 Sur ces développements : cf. F. Vercauteren, Luttes sociales, p. 7–24. — Id., « Marchands et bourg (...)

8En 1946, Fernand Vercauteren s’interroge à son tour sur le passé liégeois et l’origine des troubles qui secouèrent la cité mosane à partir du xiiie siècle. Il axe son étude sur la composante économique du problème. Aux xie–xiie siècles, le rôle des marchands lui paraît prépondérant dans la constitution d’une élite socio-économique à Liège. Catégorie sociale dynamique et individualiste, le monde des marchands lui paraît le moteur de la société laïque liégeoise ou, plus généralement, mosane22. Un facteur politique intervient également dans sa démonstration. Car Liège est un maillon essentiel de l’Empire et la prépondérance politique de la cité favorise son essor économique. Or dans le courant du xiiie siècle, le pouvoir impérial se déstabilise. Cette amorce de déclin touche aussi la capitale mosane et se répercute en particulier sur sa prospérité économique. Les retombées de cette crise de régime sont considérables. À Liège, pouvoir politique et puissance économique allaient de pair. Jusqu’alors, l’espoir d’accéder à la richesse et, par voie de conséquence au pouvoir, qui raisonnablement pouvait animer tout un chacun, rendait cette situation tolérable. Avec la décadence, cette perspective devint illusoire. Une crispation sociale et d’inévitables affrontements entre possédants-dirigeants et reste de la société s’ensuivirent. Ils éclatèrent dès le milieu du xiiie siècle.

9Par rapport à la plupart de ses devanciers, Fernand Vercauteren porte sur les mouvements politiques et leurs leaders un regard plus objectif, moins passionné. Davantage qu’eux aussi, il s’efforce de comprendre les faits. Suivant son analyse, la révolte des années 1250 permet l’éclosion, au sein de la communauté, d’un sentiment de classe et de patriotisme liégeois. Sous sa plume, Henri de Dinant acquiert la stature d’un véritable homme politique, dont les conceptions politiques évoluèrent vers la démocratie, sous la pression des événements. Son tableau du milieu politique au xive siècle est sans complaisance. On retiendra surtout le bilan qu’il établit d’une démocratie institutionnelle accaparée, sur le plan social, par une oligarchie.

10Dans l’optique de ces auteurs, la situation politique liégeoise peut donc se résumer par quelques maîtres mots : sur le plan économique, l’existence de classes sociales et de luttes de classes. Le régime politique qui s’est mis en place est démocratique. L’affrontement avec une autorité souveraine tentée par l’absolutisme est un fait inévitable.

2. Cadre de l’enquête

11À la lumière des recherches menées depuis quelques années, tant en histoire sociale que politique, qui ont considérablement renouvelé notre vision de la société des derniers siècles du Moyen Âge, il m’a paru intéressant d’observer le monde politique liégeois entre le xiiie et le xve siècle. Pour cette période assurément tourmentée de l’histoire de la principauté, je me propose en particulier d’étudier quel fut le poids des solidarités privées dans la conduite de la politique et de la constitution des partis.

12Au préalable, il convient cependant d’établir le cadre de cette enquête : de fixer ses limites chronologiques et géographiques ainsi que d’examiner la richesse et la nature du matériel documentaire disponible pour l’entreprendre.

A. Limites géographiques et chronologiques

  • 23 Sur ce point, cf. P. Harsin, Politique extérieure, p. 155–156.
  • 24 Cf. carte du diocèse de Liège dans J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 91. — Sur les vell (...)

13Durant tout l’Ancien régime, le toponyme « Liège » définit trois entités : un évêché, un État, une ville. Les frontières de l’État et celles du diocèse ne se superposaient pas. Jusqu’en 1559, quand ses frontières furent redessinées23, l’évêché de Liège engloba des domaines soumis à d’autres juridictions que celle de l’évêque ou, du moins, empiéta sur eux24. Dans ces terres, l’autorité spirituelle de l’évêque entrait en concurrence avec celle, toute temporelle, d’un autre seigneur. C’est cette dernière autorité qui s’avéra, à la longue, prépondérante.

  • 25 L. Douet D’arcq, Documents inédits, 1, p. 265.
  • 26 RCL, 4, p. 120 (8–10 janv. 1465).
  • 27 Sur les notions de « patrie liégeoise » au Moyen Âge, cf. les travaux de J. Lejeune, Liège et son (...)

14Le cadre de cette étude sera le plus souvent urbain. Mais ville et pays sont intimement liés. « Quelconque personne qui ait le dit office [la bourgmaîtrise] il a en partie le gouvernement de tout le paiis de l’eveschie de Liège » pourra affirmer en 1404 un conseiller du roi Charles VI25. D’autre part, la ville est « mater et caput omnium oppidorum dicte patrie26 ». Au cours de la période que nous observons, cette qualité se marque de plus en plus. La cité de Liège s’affirme dans le rôle de capitale d’État27. Cette dimension ne pourra être passée sous silence. Sans nous préoccuper des dissensions internes déchirant les villes du pays, nous observerons les éventuelles retombées de ces heurts sur la cité mosane. Tout en se concentrant principalement sur la ville de Liège, notre étude prendra en compte le reste du pays, mais dans le cadre strict de leurs relations avec la Cité.

15Fixer les termes chronologiques de cette étude a posé quelques problèmes. Une date s’imposa rapidement comme terminus ad quem : le sac de la ville des 30 et 31 octobre 1468. L’importance particulière du fait justifie cette concession à l’histoire événementielle. À partir de la victoire de Charles le Téméraire en 1467, sa domination sur le pays de Liège devient effective et permet l’avènement d’un nouveau régime de gouvernement dans la principauté : une puissance gênante était éliminée. Un an plus tard, le duc franchit un pas supplémentaire. Il conçoit le projet d’un anéantissement matériel, par l’incendie systématique de la ville et le massacre de sa populapopulation ; geste symbolique autant que politique.

16Quand, d’autre part, fallait-il faire débuter cette étude ? Le milieu du xiiie siècle a paru un bon choix : Henri de Gueldre accède à l’épiscopat en 1247 et, dans la cité, l’agitation socio-politique suit cet avènement de peu. Durant la seconde moitié du xiiie siècle, en outre, se prépare l’important bouleversement politique de la décennie 1302–1312, au cours de laquelle les métiers acquièrent un pouvoir politique. Ce terminus a quo présente pourtant quelques inconvénients. Le principal est relatif aux sources. Ce n’est en effet pas avant le dernier tiers du XIVe s que la documentation devient abondante, qu’elle offre d’intéressants angles de vues sur la politique liégeoise et les diverses intrigues auxquelles cette activité donne lieu. Mais l’existence certaine de troubles antérieurs à cette période, comme l’absence de travaux sur les partis et les manœuvres partisanes entre 1250 et 1370 m’ont contrainte à envisager également cette période, en dépit de l’état fragmentaire — et donc décevant — de l’information.

17Pour terminer, il convient d’évoquer un autre écueil suscité, non par la période elle-même, mais plutôt par l’étendue du laps de temps envisagé. Deux siècles, c’est bien long. Je serai parfois amenée à comparer des événements similaires dans leur déroulement ou leurs implications, mais très éloignés l’un de l’autre dans le temps. De tels rapprochements peuvent donner une fausse impression de simultanéité. Autant que possible, il faudra veiller à éviter le piège de ces trompe-l’œil chronologiques qui infléchissent l’analyse des faits.

B. Les sources

  • 28 Sur l’évolution de l’historiographie dans le courant du xiiies., on se reportera à B. Guenée, Hist (...)
  • 29 Sur cette évolution dans l’historiographie liégeoise au xiiie siècle : cf. S. Balau, Les sources d (...)
  • 30 En ce qui concerne les « émotions » liégeoises antérieures au milieu du xiiie s, on citera notamme (...)
  • 31 La formule initiale, lapidaire tend, au fil du temps à s’étoffer et les chroniqueurs cherchent à m (...)
  • 32 Anselme, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. R. Koepke, MGH., SS., t.  (...)

18Dans l’historiographie, le milieu des années 1200 marque un tournant28. Une rupture, liée aux nouvelles nécessités de la prédication et de l’enseignement par les ordres mendiants, s’observe dans la conception des écrits narratifs. Ce fait qui caractérise l’ensemble de la production littéraire de cette époque, apparaît aussi très nettement dans les sources liégeoises ; même si, comme par le passé, leurs auteurs proviennent toujours du milieu monastique ou capitulaire29. Certes, les aléas de la vie politique citadine n’étaient pas totalement absents du propos des chroniqueurs liégeois antérieurs au milieu du xiiie siècle30. Mais, les clercs exprimaient surtout leur idéal de société, constituée de deux corps complémentaires, vivant en bonne harmonie : « A clero et populo unanimiter31 ». Le thème, emprunté ici aux Gesta du chanoine de Saint-Lambert, Anselme32 (milieu du xie s.), revient sans cesse dans leurs écrits.

19À partir de la moitié du xiiie siècle, la documentation, qui s’étoffe et se diversifie, permet une meilleure approche de la vie civile. Une suite de chroniques constitue l’épine dorsale de notre recherche. Poursuivant la tradition d’une historiographie d’origine ecclésiastique, des religieux liégeois des xive et xve siècles confient au parchemin le souvenir des événements qu’ils ont vécus, dont ils ont été témoins, ou encore dont l’écho est parvenu jusqu’à eux. Ces chroniques sont d’un intérêt inégal. Les textes qui concernent le plus directement notre propos émanent de l’abbaye de Saint-Laurent, ainsi que du chapitre cathédral de Saint-Lambert. Leurs auteurs, membres du haut-clergé liégeois souvent contemporains des faits qu’ils rapportent, apparaissent comme des témoins autorisés. Leur information est solide ; leur regard, partial. Ces ecclésiastiques partagent en effet une profonde aversion pour les mouvements socio-politiques qu’ils décrivent. Notre matériel documentaire paraît dès lors marqué d’un important parti-pris d’hostilité.

a. Sources narratives des xiiiexive siècles

  • 33 Cf. F. Vercauteren, Les idées politiques, p. 107.

20Parmi les auteurs liégeois du début du XIVe siècle, un nom domine : Jean de Hocsem, écolâtre du chapitre cathédral, mort en 1348. Beaucoup de choses ont déjà été écrites à propos de ce chroniqueur : le sérieux de son information ; la rigueur de son travail ; la qualité plus discutable de son style compliqué et parfois confus ; sa sollicitude pour le sort du clergé et l’Église de Liège ; l’anachronisme de son regard d’intellectuel du xive siècle, jugeant des événements vieux de cent ans33.

  • 34 J. de Hocsem, p. 15–20. — Analyse et commentaire de ce passage par F. Vercauteren, Les idées polit (...)
  • 35 J. de Hocsem, p. 317–318. Rien d’étonnant par conséquent que le chroniqueur accueille favorablemen (...)
  • 36 J. de Hocsem, p. 21.

21Jean de Hocsem avait reçu une formation juridique et philosophique. Ce bagage infléchit son analyse. Sa chronique s’ouvre d’ailleurs sur un exposé de ses théories politiques et de sa conception du régime liégeois, lus à la lumière de l’aristotélisme34. Transposant à la cité mosane les modèles fournis par l’Antiquité classique, Hocsem rejette successivement le gouvernement de type monarchique, dont il redoute les dérives vers la tyrannie35, l’oligarchie — incarnée à Liège par l’échevinage tel qu’il existait au xiiie siècle — tout aussi néfaste et bafouant le « bien commun ». À tout, Hocsem préfère le gouvernement de « nombreux citoyens, honnêtes et instruits », la démocratie. Mais cette dernière est elle même menacée par la démagogie, autorité aux mains d’une masse indisciplinée. Et quand, à la lumière de ces lignes, il qualifie Henri de Dinant de « demagogus », on devine dans ce qualificatif l’expression d’une condamnation sans appel, de l’homme et du mouvement qu’il a lancé36.

  • 37 J. de Hocsem, p. 186, 203.
  • 38 J. de Hocsem, p. 176. Cette lutte entre Hocsem et l’évêque sera évoquée plus loin.
  • 39 Par ex J. de Hocsem, p. 200 (à la bataille d’Airbonne, Hocsem parle des troupes épiscopales comme (...)

22Le discours de Hocsem est complexe et fortement teinté de ses ressentiments. Il n’aime pas la masse populaire, la « fureur orgueilleuse de la multitude » du « peuple de Liège, race perfide », livrée à elle-même37. Il préfère sûrement la voir encadrée, par les dignitaires du chapitre, comme ce fut notamment le cas entre 1302 et 1312. Il n’aime pas davantage l’évêque Adolphe de la Marck et cette aversion transpire à diverses reprises dans son texte. En fait, Hocsem se fait Tardent défenseur des intérêts du chapitre, contre la cité et les appétits épiscopaux38. Mais lorsque les Liégeois associent dans leur hostilité, chanoines et évêque, Hocsem se rapproche du prélat et de ses partisans39, pour une alliance dictée par les circonstances. Telles sont quelques-unes des clés de lecture de cet auteur de la première moitié des années 1300, observateur clairvoyant mais partial, témoin fortement impliqué dans les faits qu’il relate, n’hésitant pas à se mettre en scène ou à régler ses comptes avec l’évêque et les Liégeois ou même avec certains de ses confrères, comme cela s’observe à plusieurs reprises dans ses écrits.

  • 40 J. Lejeune, La chronique, p. 430–432.
  • 41 1402, p. 170.
  • 42 1402, p. 180–182.
  • 43 1402, p. 203.

23« Année 1402. Le roi de France étant malade... » Cette notation tronquée clôt le document publié en 1900 par Eugène Bacha et connu depuis lors sous le titre de « Chronique liégeoise de 1402 ». Il s’agit d’une compilation rédigée au fil du temps dans le milieu cathédral liégeois. Elle constitue un appoint intéressant pour notre documentation, notamment quand l’un de ses auteurs successifs relate des faits dont il est le contemporain. C’est ainsi qu’en identifiant avec Técolâtre de Saint-Lambert Elbert (milieu du xiiie s.), un des rédacteurs de ce texte, Jean Lejeune a élevé au rang de témoignage majeur une chronique qui, jusqu’alors, passait pour secondaire40. Ce personnage est témoin des troubles de 1247-1257 et de la révolte de Henri de Dinant. Il ne tait pas ses sentiments : son antipathie pour l’élu Henri de Gueldre et l’échevinage sont manifestes41. En ce qui concerne le collège échevinal, le chanoine réprouve tout autant ses atteintes contre les privilèges du chapitre que ses abus de pouvoir dans l’exercice de la justice42. Sans pourtant être favorable au tribun, son jugement sur Henri de Dinant se caractérise surtout par sa sobriété. Il se montre, en revanche, plus sévère à l’égard des compagnons du tribun, devenus en 1256 parjures à leurs engagements, tant à l’égard de leur leader qu’envers le petit peuple qui s’en remettait à eux43.

  • 44 Cf. par ex. le récit de l’exposition à Liège du corps de Jean d’Harchies, bourgmestre thudinien, a (...)
  • 45 1402, p. 369.
  • 46 1402, p. 400.

24Le dernier tiers du xive siècle fait également l’objet d’un récit original dans la Chronique liégeoise de 1402. Certains détails font d’ailleurs penser que son rédacteur anonyme fut le témoin oculaire des faits qu’il rapportait44. Cette relation n’est toutefois pas neutre : elle ménage le pouvoir épiscopal et les gens qui gravitent dans le sillage de cette autorité. Durant la guerre contre Jean d’Arckel, on sent le chroniqueur hostile aux Liégeois et soucieux de préserver intacte l’image de l’évêque45. La prudence semble d’autre part guider sa plume. Lorsqu’il relate le procès de 1386 contre l’échevinage, il évite de porter un jugement sur les parties qui s’affrontent46.

  • 47 Jean d’Outremeuse n’était toutefois pas totalement étranger au monde ecclésiastique : tonsuré et o (...)
  • 48 J. d’O., Myreur, V, p. 303, VI, p. 2.

25Nous ferons mentir notre affirmation d’une historiographie tout entière aux mains du monde ecclésiastique en évoquant les travaux de Jean des Prés dit d’Outremeuse, (né en 1338) dans la seconde moitié du xive siècle47. En 1910, Godefroid Kurth a mené une véritable croisade contre cet auteur, ne cessant de le vilipender et dénonçant son manque de rigueur, son imagination débordante et son goût marqué pour le rocambolesque. Certes, Jean d’Outremeuse, dont l’écriture est souvent plaisante et pleine de pittoresque, doit être manié avec prudence. Si le détail des faits relatés est souvent sujet à caution, nous pouvons au moins faire lui confiance comme vecteur d’une mentalité et d’une manière de réagir. Ses écrits paraissent riches d’enseignements sur le climat souvent enfiévré de la cité et sur l’effervescence des débats politiques et sociaux liégeois. Jean d’Outremeuse ne se contente pas de narrer, il juge aussi. Par petites touches, il nous livre son avis sur les hommes et les faits : son animosité vis-à-vis de Henri de Dinant, « démagogue », usant de son impact sur la foule pour satisfaire des ambitions personnelles, son rejet de l’oligarchie et de « l’orgueil des nobles » de 130248. Par certains traits, on s’en aperçoit, son jugement rejoint celui de Jean de Hocsem.

  • 49 Sur ce genre historique : B. Guenée, Histoire, p. 211–214.
  • 50 Sur la chronique abrégée ou en bref, cf. les travaux de J. Lejeune et les réponses de A. Goosse, J (...)

26L’œuvre de Jean d’Outremeuse s’inscrit dans la tradition des « Miroirs », compilations de grande ampleur49 qui intègrent les événements locaux, vrais ou faux, au tissu de l’histoire universelle. Jean d’Outremeuse est en outre l’auteur d’une autre chronique, dite « chronique en bref » qui prend le relais de la vaste fresque et conduit le lecteur des années 1340 à la mort de l’écrivain en 140050. Cette chronique, plus sobre dans son expression et dépouillée des multiples fioritures qui rendaient souvent le Myreur suspect, constitue pour notre propos un document de première importance. Jean d’Outremeuse a vécu la plupart des événements qu’il rapporte. Fonctionnaire à la cour épiscopale, il y fut même parfois mêlé. Dans la chronique abrégée, il nous livre un précieux témoignage de la vie politique liégeoise de la seconde moitié du xive siècle.

b. Sources narratives du xve siècle

  • 51 Sur ces auteurs et leur sensibilité à la vie de leur ville : cf. P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 9 (...)

27La tradition d’une chronique attentive aux événements urbains inaugurée vers 1370 par Jean d’Outremeuse et le dernier rédacteur de la Chronique de 1402, se poursuit dans les années 1400, par l’entremise des moines de l’abbaye de Saint-Laurent : Jean de Stavelot puis, à partir de la moitié du siècle, Adrien d’Oudenbosch51.

28Fils d’un échevin de la ville ardennaise dont il porte le nom, Jean de Stavelot est entré à l’abbaye de Saint-Laurent en 1404, à l’âge d’environ quatorze ans. Il y a vécu jusqu’à sa mort en 1449. Il est l’auteur de deux textes qui nous intéressent particulièrement : une chronique latine qui couvre une soixantaine d’années (de 1364 à 1428) ainsi qu’une grande chronique, rédigée en français et conçue comme une suite aux travaux de Jean d’Outremeuse. Ce dernier texte retiendra surtout notre attention. La « cinquième chronique du pays de Liège » couvre la première moitié du xve siècle. Adolescent, Jean de Stavelot assiste aux premières passes d’armes entre la principauté mosane et le pouvoir bourguignon, puis, dans la force de l’âge, vit les tensions suscitées par la conjuration des Datin et sa répression dans les années 1430. Son témoignage sur la vie politique, et plus générâlement sur la société liégeoise de son temps, est très intéressant. On se doute en effet que ces graves troubles qui se déroulent sous ses yeux retiennent son attention et lui inspirent des commentaires.

  • 52 J. de S. fr.,p. 99.
  • 53 J. de S. fr., p. 98.
  • 54 J. de S. fr.,p. 125–126.
  • 55 J. de S. fr., p. 125–126. — Sur la notion aristotélicienne du « bien commun », cf. G. de Lagarde, (...)

29Jean de Stavelot porte sur les Hédroits et leurs adeptes un regard sévère. Les adversaires de Jean de Bavière sont des « ennemis52 ». En soi, ce terme en dit long. Les Perwez sont mus par « très grant follie53 » Cet avis, manifestement sans indulgence, n’est pourtant pas dénué de nuances. Jean de Stavelot admet une gradation dans les responsabilités. Victime d’aventuriers qui sont les vrais fautifs, la cité s’est laissé entraîner dans une entreprise insensée54. Othée fut un désastre, en grande partie, imputable aux Hédroits. Les développements relatifs à ces partisans ainsi qu’aux Perwez inspirent aussi à Jean de Stavelot des réflexions plus profondes, dans lesquelles on sent poindre ses convictions teintées de la synthèse thomiste. À ses yeux, Jean de Bavière représentait le pouvoir légitime, contre lequel rien ne permettait de s’insurger. Rien par conséquent, ne justifiait la révolte qui s’est tramée contre lui. Aucune indulgence n’est tolérable à l’égard de ceux que tentent les rébellions et qui répandent des idées subversives, propres à échauffer les esprits et fomenter des troubles dans la cité. On retrouve dans ses propos les notions de corps social et de bien commun, dont on doit veiller à la préservation, en éliminant tout ferment de dissension, nuisible pour l’ensemble de la communauté55.

  • 56 J. de S. fr., p. 126.

30Mais le bénédictin de Saint-Laurent n’accable pas que les Liégeois. Seul, parmi les divers commentateurs des révoltes, il ne leur dénie pas toute intention de négocier avec le pouvoir épiscopal. Il semble suggérer qu’en 1403 du moins, ils envisagèrent de traiter avec l’Élu. Enfin, les atrocités commises durant la répression de 1408 le bouleversent. Il dénonce les excès des partisans de Jean de Bavière. Avec une sorte de jubilation, il répertorie les fins pénibles que nombre d’entre eux connurent par la suite pour avoir « fourmeneit et travelhié les gens de paiis, por quoy Dieu et St Lambert les corregent56 ».

  • 57 J. de S. fr., p. 288 (en particulier à propos des débats communaux et des élections municipales).

31Le complot Datin constitue l’autre temps fort du récit de Jean de Stavelot. Sa relation des émeutes est détaillée, même si l’expression n’échappe pas toujours à une certaine confusion. Il est vrai que l’affaire est complexe. Notre auteur avoue ne pas en connaître tous les ressorts « partant, écrit-il, que je ne suy mie seculeir57 ». On ne sait si ce constat est sincère ou s’il n’est qu’un moyen adroit d’esquiver des explications embarrassantes. Quoi qu’il en soit, Wathieu Datin, le principal instigateur des troubles des années 1430-1433, ne bénéficie aux yeux de Jean de Stavelot d’aucune circonstance atténuante. Wathieu Datin apparaît sous sa plume sous les traits d’un véritable gredin, coutumier des pratiques douteuses, qui se dresse contre l’autorité légitime et dont rien n’excuse les actes. Par surcroît, il a perpétré d’« énormes excès » contre l’Église de Liège, et ce forfait est aux yeux de Jean de Stavelot, de loin le plus grave. Ces réserves faites, Jean de Stavelot relate les faits, les commente mais ne polémique guère. Les remous de l’affaire Datin apaisés, à partir des années 1430, son récit cesse de serrer l’actualité liégeoise d’aussi près. L’attention du chroniqueur se relâche un peu et sa relation se borne à quelques anecdotes, dont certaines, révélatrices de la vie politique quotidienne de la turbulente cité, sont pour nous d’un intérêt considérable.

  • 58 P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 95.

32Jean de Stavelot mourut en 1449 dans son monastère de Saint-Laurent. Depuis quelques temps déjà, un jeune moine de l’abbaye avait pris le relais et consignait dans un journal (Diarium) tout ce qui retenait son attention. Patiemment, Adrien d’Oudenbosch rassemblait ainsi le matériau d’une chronique dont il entama la rédaction proprement dite en 1468. Ce travail se poursuivit jusqu’à sa mort en 1482. Les qualités du texte d’Adrien d’Oudenbosch ont été mises en évidence par l’historien Paul Harsin : « témoignage direct et autorisé d’un moine qui quitte souvent son couvent pour accomplir des missions58 ».

  • 59 P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 96.
  • 60 A. d’O., p. 130.
  • 61 Texte cité ici même, plus loin, 5e partie, ch. 2.

33Le récit d’Adrien est un document de première importance pour notre propos. Quels sont ses traits dominants ? Adrien est homme d’Église et originaire du Brabant septentrional. Ces deux identités influencent visiblement l’optique dans laquelle il s’inscrit. À propos du sac de 1468, par exemple, Harsin a parlé de l’indifférence du moine pour le sort de la population laïque. Sans doute, le mot est-il excessif car le récit n’est pas dépourvu d’émotion59. Il est néanmoins certain que, dans la débâcle, Adrien se soucie principalement du clergé, et surtout des moines de son abbaye. Originaire de terres dominées par Philippe le Bon, Adrien est pro-bourguignon. Il est d’ailleurs significatif, qu’en quête d’un confesseur, Guy de Humbercourt, lieutenant de Charles le Téméraire à Liège, se soit tourné vers lui. Adrien ne dissimule pas son hostilité vis-à-vis de Louis de Bourbon, à qui il reproche surtout une forme d’incapacité à assumer convenablement sa tâche. Pendant les années que nous observons, cette sympathie pour le pouvoir bourguignon ne s’exprime pas comme telle. Elle se perçoit surtout au travers des jugements portés par le chroniqueur sur les années antérieures au sac et les factions qui déchirent alors la cité mosane. Subrepticement, Adrien discrédite. Ainsi, les hommes qui rejettent le premier traité de paix (déc. 1465) sont des mali60. À diverses reprises, il insiste sur leurs manquements, ou sur leurs erreurs. Il s’attarde enfin sur le piège dans lequel Louis XI a pris les Liégeois, et son commentaire sonne alors comme un ricanement61. Ce partipris n’altère pas la qualité d’une chronique, qui fourmille d’indications relatives aux factions, aux événements de la vie politique des années 1460-1468, souvent saisis sur le vif. Avec le témoignage de Jean de Stavelot, dont il diffère par la forme et l’esprit, le texte d’Adrien d’Oudenbosch constitue une véritable trame pour notre analyse du xve siècle liégeois.

c. Autres écrits narratifs

  • 62 Cf. J. de Bav., p. 167–168. En 1406, l’auteur de la chronique lève un coin du voile sur son milieu (...)
  • 63 Texte publié par É. Schoolmeesters sous le titre de Relatio Schismatis etc.

34D’autres textes étoffent notre matériel documentaire. Leur intérêt est plus ponctuel. Ils fourniront à l’occasion un complément d’éclairage sur les événements. Parmi ces documents, certains émanent encore du monde ecclésiastique liégeois. Dans la seconde moitié du xive s., on retiendra les chroniques de Raoul de Rivo, doyen de la collégiale Notre-Dame de Tongres, et de Mathias de Lewis, chanoine de la collégiale de Sainte-Croix à Liège. Au début des années 1400, l’intéressante chronique dite « du règne de Jean de Bavière », est rédigée par un contemporain des faits proche, — sinon membre — du chapitre cathédral, étroitement mêlé aux événements qu’il relate62. Le monde monastique fournit encore d’autres écrits. Dans les années 1400, des moines de Saint-Jacques rédigent des textes hostiles aux adversaires liégeois des évêques. C’est le cas du moine Corneille de Zantfliet, auteur d’une chronique universelle, menée jusqu’en 1460. C’est aussi celui d’un anonyme, contemporain des Hédroits, auteur d’un violent pamphlet contre ce parti, dans lequel il s’emploie, entre autres, à réfuter la validité canonique de l’élection de Thierry de Perwez63.

  • 64 Sur les opinions de Jacques de Hemricourt, cf. C. de Borman, A. Bayot, É. Poncelet, Œuvres de J. d (...)

35Quittant le milieu ecclésiastique, nous soulignerons les importants travaux de Jacques de Hemricourt, notaire liégeois de la seconde moitié du xive siècle, dont les œuvres consacrées à la noblesse du pays de Liège et à ses démêlés du premier tiers du xive siècle nous seront particulièrement utiles dans notre approche de l’élite socio-économique liégeoise des xiiie et xive siècles. Caractériser d’un mot les opinions de cet auteur, né en 1333 et membre d’une famille de la petite noblesse de Hesbaye, est difficile. Ainsi, on le sent attaché aux anciens codes de la noblesse — aux lignages ainsi qu’aux solidarités lignagères. Sur le plan politique, il montre beaucoup de réticence face aux métiers et au régime « démocratique » mis en place dans la cité64.

36Parmi les quelques auteurs extérieurs au milieu liégeois auxquels nous ferons enfin référence, nous retiendrons surtout l’important témoignage du légat pontifical Onofrius, envoyé à Liège en 1468 et, à son corps défendant, entraîné dans la tourmente de l’automne 1468. Par son ton, ce texte tranche sur l’ensemble de notre corpus documentaire. Alors que les autres chroniqueurs s’accordent pour accabler les citadins, Onofrius ne les condamne pas. Son jugement s’avère en revanche cruel pour la personne de l’évêque ; c’est un point sur lequel nous reviendrons dans le corps de ce livre.

d. Les sources diplomatiques

  • 65 É. Fairon, Chartes confisquées aux bonnes villes du pays de Liège et du comté de Looz après la bat (...)
  • 66 Les documents de l’échevinage paraissent avoir subi un sort comparable aux chartes communales. Auc (...)

37C’est par un constat de carence qu’il faut commencer ce paragraphe. Dans le domaine des sources diplomatiques, notre documentation souffre de regrettables lacunes. Victimes au fil du temps d’importants dommages, les archives médiévales liégeoises ne nous sont parvenues qu’à l’état de fragments. Elles furent ainsi gravement sinistrées en 1408. Après leur victoire sur les Liégeois à Othée, le duc de Bourgogne Jean Sans Peur et Guillaume IV, comte de Hainaut, se firent remettre l’ensemble de leurs chartes par les villes vaincues, afin de les détruire. La presque totalité des archives communales de Liège antérieures au xve siècle disparut à cette occasion. Seul un inventaire des documents livrés, alors établi par les commissaires bourguignons et hennuyers chargés de leur examen et aujourd’hui conservé aux archives départementales du Nord à Lille, permet d’apprécier l’ampleur de la perte. Il ressort de sa lecture que beaucoup de documents confisqués comportaient d’intéressantes données sur la vie et le personnel politiques liégeois des années 1200 et 130065. Notre documentation est tout aussi indigente en ce qui concerne les registres de l’échevinage ou les sources relatives au milieu communal66. Ces lacunes affectent naturellement les orientations et les développements de la recherche.

  • 67 Citons entre autres la Commission royale d’Histoire, la Commission communale d’histoire de l’Ancie (...)
  • 68 É. Fairon, Régestes de la cité de Liège, 4 vol., Les vol. 3 et 4 portent exclusivement sur le xve  (...)

38Indigentes, certes. Inexistantes, non point. Depuis un siècle et demi, diverses institutions belges d’Histoire67 se sont attachées à fournir aux chercheurs un matériel documentaire en inventoriant et publiant de nombreux actes relatifs aux anciens Pays-Bas ou à la principauté de Liège. À cet égard, il faut mettre en exergue les Régestes de la Cité de Liège publiés entre 1933 et 1939 par l’historien Émile Fairon. Cet inventaire, assorti de l’édition de nombreux actes collectés dans divers fonds d’archives liégeois et étrangers a grandement simplifié notre tâche de rassemblement et de classement de la documentation diplomatique relative à la commune de Liège68.

39Dès la fin du siècle dernier, l’échevinage liégeois, les chapitres cathédral et canoniaux, les métiers de la cité ont aussi retenu l’attention des érudits. Outre l’édition ou l’inventaire des textes, ceux-ci se sont efforcés de répertorier les titulaires d’offices ou de prébendes et de rassembler à leur propos des renseignements à caractère biographique. Paradoxalement, le produit de ces recherches n’a été jusqu’à présent que peu exploité, notamment en ce qui concerne l’histoire des milieux sociaux. Ces nomenclatures nous aideront à observer les élites politiques liégeoises, l’évolution de l’attribution des charges, les diverses influences qui ont pu s’exercer sur la gestion du pays, par l’intermédiaire de ces dignitaires, prébendiers ou titulaires d’offices.

***

40Le cadre et les moyens de l’enquête ainsi définis, il ne reste plus qu’à préciser quelle en sera la ligne de conduite. Une première partie portera sur l’arrière-plan institutionnel et humain de la vie politique liégeoise ; étude préalable des charges porteuses de pouvoir et des hommes qui les détiennent, indispensable pour fixer le cadre des luttes dont nous aurons ultérieurement à traiter. Ensuite viendra l’examen des groupements proprement dits. Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux mécanismes des solidarités privées, comme facteur de cohésion de groupements politiques. Cette question sera en point de mire : dans quelle mesure l’appartenance à un groupe que soudent les solidarités privées détermine-telle la participation à une action politique, à un groupement politique ? Quelles traces de relations privées peut-on déceler entre des personnes qui partagent des opinions politiques communes ?

41Le troisième volet de cette étude concernera les options politiques elles mêmes. Adhérer à un groupement politique, certes. Mais dans quel camp ? Nous étudierons les liens entre appartenance à un groupe social et prise de position politique. Le débat se concentre principalement autour de la personne de l’évêque, que l’on combat ou en faveur de qui on prend les armes. Les deux dernières parties de ce travail porteront sur les groupements politiques eux mêmes. Nous étudierons successivement leurs structures, leur fonctionnement, leur évolution, les objectifs qu’ils se fixent et l’action qu’ils mènent quand ils s’emparent du pouvoir. Enfin, nous envisagerons les prolongements extérieurs des ligues liégeoises et les rapports qu’elles entretiennent avec l’étranger, de façon à quelque peu situer nos partis locaux et leur rayonnement sur l’échiquier politique international.

Notes

1 M. Polain, Histoire, 1, p. 339, 395–396.

2 M. Polain, Histoire, 2, p. 185 (jugement sur Jean de Bavière), 338 (jugement sur Raes de Heers).

3 F. Hénaux, Histoire, 1, p. ix.

4 ibid., 1, p. 216–233, 564.

5 ibid., 2, p. 75, 467, 151, 162 et passim.

6 J. Daris, Histoire [...] xiiiexive s., p. 161.

7 ibid., Histoire [...] xve s., p. 53, 194, 339–488.

8 Cf F. Vercauteren, Cent ans d’histoire, p. 132–133, 174–175, 205–206.

9 G. Kurth, Cité, 1, p. xxvii–xxviii.

10 G. Kurth, Cité, 1, p. xli. Loin d’apparaître comme une réaction à un régime d’asservissement, le mouvement communal lui paraît résulter « d’une impulsion reçue jusqu’alors, et qui a donné aux communautés la force et la conscience d’elles mêmes, nécessaires à la conquête d’un État plus parfait ».

11 ibid., 1, p. lix, t. 3, p. 1.

12 ibid., 3, p. 1–2.

13 ibid., 3, p. 9–10. — Jugement sur Henri de Dinant : 1, p. 188–213. — Les adversaires des Bourguignons : 3, p. 8, 173–174 et passim.

14 H. Pirenne, Histoire de Belgique, 1, p. 274.

15 H. Pirenne, op. cit., 1, p. 9.

16 ibid., p. 276–277.

17 ibid., p. 276–283.

18 ibid., p. 283.

19 ibid., p. 283, 394.

20 ibid., p. 392.

21 ibid., p. 409.

22 Sur ces développements : cf. F. Vercauteren, Luttes sociales, p. 7–24. — Id., « Marchands et bourgeois ».

23 Sur ce point, cf. P. Harsin, Politique extérieure, p. 155–156.

24 Cf. carte du diocèse de Liège dans J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 91. — Sur les velléités de démembrement du diocèse par le duc de Brabant dans les années 1330 : cf. É. Fairon, Un projet de démembrement.

25 L. Douet D’arcq, Documents inédits, 1, p. 265.

26 RCL, 4, p. 120 (8–10 janv. 1465).

27 Sur les notions de « patrie liégeoise » au Moyen Âge, cf. les travaux de J. Lejeune, Liège et son pays. Id., Les notions de patria et d’episcopatus,...

28 Sur l’évolution de l’historiographie dans le courant du xiiies., on se reportera à B. Guenée, Histoire et culture historique, p. 55 sqq.

29 Sur cette évolution dans l’historiographie liégeoise au xiiie siècle : cf. S. Balau, Les sources de l’Histoire de Liège, p. 460. — Plus généralement, sur l’analyse des sources narratives liégeoises au moyen âge, on se reportera à cet ouvrage vielli, mais non encore remplacé.

30 En ce qui concerne les « émotions » liégeoises antérieures au milieu du xiiie s, on citera notamment, une émeute contre l’évêque Éracle (xes.) (cf. H. Weller, l’Évêque Éracle, p. 43. — J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 115). — À la fin du xiie s., un chroniqueur évoque, laconiquement un conflit entre la commune et un lignage de la ministérialité (ibid., p. 233). — On citera enfin, les soubresauts politiques et sociaux des années 1229–1230, sorte de prélude aux événements de 1253–1256 (cf. notamment J. Closon, les événements politiques liégeois. — G. Despy, La charte d’Albert de Cuyck surt. p. 1082).

31 La formule initiale, lapidaire tend, au fil du temps à s’étoffer et les chroniqueurs cherchent à mieux faire correspondre les mots à la complexité sociale cf. : clerus et populus, nobilitas et vulgus (Nizon De Saint-Laurent, Vita Friderici episcopi Leodiensis (1119–1121), éd. W. Wattenbach, MGH., SS., t. 12, p. 502). — « ceteri omnes archidiaconi, clerus et populus civitatis et principes terrae » (Vita Alberti episcopi Leodiensis, éd. I. Heller, MGH., SS., t. 25, p. 139). Jusqu’à Gilles d’Orval (1re moitié du xiiies.) à propos de la mort de Notger « tota civitas, tota patria, obsequio funeris affluit ; senes cum cum junioribus, pusilli cum magnis, affluunt de castellis et oppidis. Clerus tamquam familia spiritualis ad plangendum suum patrem familias convenit » (Gilles d’Orval, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. I. Heller, MGH., SS., t. 25, p. 63).

32 Anselme, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. R. Koepke, MGH., SS., t. VII, p. 210. — Sur ce chroniqueur, cf. l’étude de J.L. Kupper, Les Gesta etc.

33 Cf. F. Vercauteren, Les idées politiques, p. 107.

34 J. de Hocsem, p. 15–20. — Analyse et commentaire de ce passage par F. Vercauteren, Les idées politiques... d’un chanoine du xive s.

35 J. de Hocsem, p. 317–318. Rien d’étonnant par conséquent que le chroniqueur accueille favorablement la création d’une cour habilitée à brider les éventuels débordements du pouvoir épiscopal : le tribunal des XXII.

36 J. de Hocsem, p. 21.

37 J. de Hocsem, p. 186, 203.

38 J. de Hocsem, p. 176. Cette lutte entre Hocsem et l’évêque sera évoquée plus loin.

39 Par ex J. de Hocsem, p. 200 (à la bataille d’Airbonne, Hocsem parle des troupes épiscopales comme de « nostri pedites »).

40 J. Lejeune, La chronique, p. 430–432.

41 1402, p. 170.

42 1402, p. 180–182.

43 1402, p. 203.

44 Cf. par ex. le récit de l’exposition à Liège du corps de Jean d’Harchies, bourgmestre thudinien, assassiné (sur cet épisode, voir ici-même, plus loin), 1402, p. 364.

45 1402, p. 369.

46 1402, p. 400.

47 Jean d’Outremeuse n’était toutefois pas totalement étranger au monde ecclésiastique : tonsuré et officier à la cour de l’officialité (sur ce pers., cf. S. Balau, Les sources, p. 559–560). — Cf. les travaux de G. Kurth, Étude critique.Id., L’entrée du parti populaire avec mention de Jean d’Outremeuse comme « romancier » (p. 201), avis péremptoire : [Jean d’Outremeuse] « négligent et inexact, comme toujours » p. 203).

48 J. d’O., Myreur, V, p. 303, VI, p. 2.

49 Sur ce genre historique : B. Guenée, Histoire, p. 211–214.

50 Sur la chronique abrégée ou en bref, cf. les travaux de J. Lejeune et les réponses de A. Goosse, Jean d’Outremeuse, la chronique abrégée de Jean d’Outremeuse.

51 Sur ces auteurs et leur sensibilité à la vie de leur ville : cf. P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 95–97. — sur Jean de Stavelot : A. Goosse, Jean de Stavelot (étude linguistique). — J. Stiennon, Les autoportraits.

52 J. de S. fr.,p. 99.

53 J. de S. fr., p. 98.

54 J. de S. fr.,p. 125–126.

55 J. de S. fr., p. 125–126. — Sur la notion aristotélicienne du « bien commun », cf. G. de Lagarde, Naissance, t. 2, p. 70–79.

56 J. de S. fr., p. 126.

57 J. de S. fr., p. 288 (en particulier à propos des débats communaux et des élections municipales).

58 P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 95.

59 P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 96.

60 A. d’O., p. 130.

61 Texte cité ici même, plus loin, 5e partie, ch. 2.

62 Cf. J. de Bav., p. 167–168. En 1406, l’auteur de la chronique lève un coin du voile sur son milieu d’origine en précisant qu’il fut délégué par les chanoines réfugiés à Saint-Trond auprès des ducs de Bourgogne et de Brabant.

63 Texte publié par É. Schoolmeesters sous le titre de Relatio Schismatis etc.

64 Sur les opinions de Jacques de Hemricourt, cf. C. de Borman, A. Bayot, É. Poncelet, Œuvres de J. de Hemricourt, t. 3, introd. (surtout p. lxxii–lxxv). — Sur les lignages : cf. ici même, 2e partie. — G. Xhayet, « Lignages et conscience lignagère ».

65 É. Fairon, Chartes confisquées aux bonnes villes du pays de Liège et du comté de Looz après la bataille d’Othée.

66 Les documents de l’échevinage paraissent avoir subi un sort comparable aux chartes communales. Aucun registre antérieur à 1408 n’est conservé (cf. M. Yans, Pasicrisie, p. 7–8). — Quand aux documents relatifs aux délibérations du conseil communal, les plus anciens dont on dispose datent du milieu du xvie s. (S. Bormans, Table des registres aux recès, p. 3).

67 Citons entre autres la Commission royale d’Histoire, la Commission communale d’histoire de l’Ancien Pays de Liège, l’Institut historique belge de Rome ou les différentes sociétés savantes locales.

68 É. Fairon, Régestes de la cité de Liège, 4 vol., Les vol. 3 et 4 portent exclusivement sur le xve siècle.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter