Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Avant-propos

Texte intégral

1Étudier le monde politique liégeois à la fin du Moyen Âge : le choix de ce sujet de thèse doit beaucoup aux hasards de la vie. J’ai eu très tôt l’occasion de me familiariser avec l’histoire liégeoise : dès 1968, à l’époque où je visitais l’exposition Liège et Bourgogne, organisée dans le cadre des commémorations du sac de la ville de Liège par Charles le Téméraire. En 1984, mon mémoire de licence sur le rôle et la personnalité de Raes de Heers, meneur liégeois de l’opposition à l’emprise bourguignonne, fut l’occasion d’une première approche scientifique de ces événements ainsi qu’une initiation à la recherche en histoire politique du xve siècle. Plus tard, lors d’un séjour à l’Université de Provence, j’ai pu aborder la question des partis politiques médiévaux ainsi que la problématique des solidarités privées, dans leurs rapports avec l’exercice du pouvoir.

  • 1 Cf. par ex. les études consacrées aux lignages de Juppleu (lignage de la région namuroise), par L. (...)
  • 2 Cf. J. Heers, Le clan familial. — Divers articles publiés dans Famille et parenté dans l’Occident (...)
  • 3 Sur d’autres groupes, corps supra-familiaux mûs par un sentiment corporatiste et réagissant en fon (...)
  • 4 Cf. par ex. les diverses contributions du Mouvement confraternel au Moyen Âge. — On rapprochera en (...)
  • 5 Parmi les nombreuses manifestations de la société urbaine, envisagée sous aspect communautaire, re (...)

2Ces questions, qui ont fait l’objet d’études récentes, ont mis en évidence différents phénomènes sociaux : les rouages qui assurent la cohésion du groupe familial et portent les membres d’un lignage au soutien mutuel1 ; l’existence de structures supra-familiales — ou « claniques » — comprenant parfois plusieurs familles et leurs réseaux de clientèles2 ; celle d’autres groupes sociaux encore, mûs par un important esprit de corps et dont les réactions paraissent fréquemment dictées par ce sentiment corporatif3. De nombreux travaux ont en outre montré les diverses facettes du monde associatif médiéval : telles les confréries4, ou les corporations de métiers, qui apparaissent comme l’un des éléments principaux de la sociabilité en milieu urbain5.

  • 6 B. Guenée, Tendances, p. 47-19. — La notion de société politique est présente dans certains titres (...)
  • 7 Cf. G. Tabacco, Le rapport de parenté. — C. Maurel, Structures familiales. — J. Schneider, Un gent (...)
  • 8 Dans l’introduction de son ouvrage sur les partis politiques, M. Duverger répertorie les traits di (...)

3Se conjuguant alors avec les recherches d’histoire politique qui, dans le même temps, se ravivent et se réorientent vers la question de la « société politique6 », des études montrent l’impact des solidarités de lignage ou de clan comme facteur de domination politique7. Dans ce cadre aussi, au carrefour de l’étude sociale et politique, s’inscrit alors la notion de « parti », groupement à finalité politique, visant à l’exercice du pouvoir8.

  • 9 Ph. de Commynes, Mémoires, 1, p. 152
  • 10 J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 5.

4C’est à la lumière de ces différents travaux, qu’est née l’idée d’une recherche sur les partis politiques liégeois de la fin du Moyen Âge, ou, plus précisément, d’une analyse socio-politique de ce milieu, touchant à l’histoire des comportements sociaux, comme à celle de la lutte pour la conquête et l’exercice du pouvoir. À la fin du Moyen Age, Liège est en effet une grande ville : En 1468, Philippe de Commynes estime qu’elle « peut bien être de la grandeur de Rouen » et la décrit comme « merveilleusement peuplée9 ». C’est en outre une capitale d’État, dont la population, comme Jacques Stiennon l’a rappelé récemment10 est turbulente et, politiquement, d’une insoumission endémique. La cité mosane m’a donc paru un milieu intéressant où observer le jeu des forces politiques (répartition socio-géographique des opinions politiques, structures des ligues qui se nouent tout au long de cette période...) et examiner quelle a pu être l’influence des réseaux de sociabilité sur la conduite de la politique urbaine de la fin du Moyen Age.

***

5Ce livre a été présenté comme thèse doctorale. Je voudrais d’abord remercier MM. Jacques Stiennon, Professeur émérite et Gilbert Trausch, Professeur à l’Université de Liège ainsi que M. Pierre Alexandre, Assistant à l’Université de Liège pour les remarques et suggestions qu’ils ont formulées lors de la soutenance et dont cette étude s’est enrichie.

6De même, je remercie très vivement M. Jean-Louis Kupper, Professeur à l’Université de Liège, qui a assuré la direction scientifique de ce travail et, par ses conseils, amplement contribué à en affiner la problématique. J’associe à ces remerciements M. André Joris, Professeur honoraire à l’Université de Liège qui avait dirigé mon mémoire de licence.

7C’est également avec grand plaisir que j’exprime toute ma reconnaissance envers M. Noël Coulet, Professeur à l’Université de Provence (Aix-Marseille I), pour sa bienveillance constante à mon égard : à Aix-en-Provence d’abord où, en 1987, il m’accueillit comme étudiante de D.E.A., puis tout au long de l’élaboration de cette thèse. Il s’est montré un lecteur attentif et exigeant du manuscrit au fur et à mesure de sa rédaction, ne ménageant ni ses conseils ni ses suggestions et concourant ainsi à en améliorer le fond comme la forme.

8Enfin, j’adresserai un très chaleureux merci à mes parents pour leur soutien précieux durant toutes ces années. Est-il besoin de détailler ici tout ce dont cette thèse leur est redevable ?

9Liège, le 10 mai 1997.

Notes

1 Cf. par ex. les études consacrées aux lignages de Juppleu (lignage de la région namuroise), par L. Génicot. — Velluti (famille florentine) par C. de La Roncière, « une famille florentine au xive s. : les Velluti », dans Famille et parenté, p. 227-248. — Ysalguier (Toulouse) par Ph. Wolff. — les Forbin (Marseille) : C. Maurel « Structures familiales et solidarités lignagères »...

2 Cf. J. Heers, Le clan familial. — Divers articles publiés dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval : G. Rossetti, « Histoire familiale et structures sociales et politiques à Pise aux xiexiie s. », p. 159-180 : sur la domus à Pise aux xiexiie s. — J. Bieniak, « Clans de chevalerie en Pologne du xiiie au xve siècle », p. 321–333 : sur les clans polonais, du xiiiexve s. — G. Tabacco « Le rapport de parenté comme instrument de domination consortiale : quelques exemples piémontais », p. 153–158.

3 Sur d’autres groupes, corps supra-familiaux mûs par un sentiment corporatiste et réagissant en fonction de ce sentiment : cf. l’étude de F. Autrand sur les parlementaires parisiens (Naissance d’un grand corps d’État). — B. Guillemain, La cour pontificale avignonnaise. — Divers articles parus dans La France à la fin du xve siècle : M. Hargsor, « Maîtres d’un royaume, le groupe dirigeant français à la fin du xve siècle », p. 135-146. — W. Paravicini, « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI », p. 183-196 (évoque la complexité des rapports entretenus par les membres du groupe dirigeant français sous Louis XI, entre eux ainsi qu’avec le roi). — Les actes de deux colloques tenus à Rouen : Sociabilité pouvoirs et société, et Aux sources de la puissance : Sociabilité et parenté. — Sur les élites communales, véritable milieu oligarchique, cf. par ex. M. Hébert, Tarascon au xive s., surt. p. 104–153 : composition du conseil municipal, dévolution des magistratures etc. — M. Pauly, Luxemburg im späten Mittelalter...

4 Cf. par ex. les diverses contributions du Mouvement confraternel au Moyen Âge. — On rapprochera encore de ce type de solidarité, les mouvements d’assistance qui se concrétisent notamment par les communautés des Hôpitaux. Celles-ci ont été étudiées à Liège par P. De Spiegeler, Les hôpitaux et l’assistance à Liège (avec indicat. de bibliogr.)

5 Parmi les nombreuses manifestations de la société urbaine, envisagée sous aspect communautaire, retenons les cérémonies d’entrées de souverains, au caractère politique très accentué, et dont il sera question dans les pages qui suivent. La communauté urbaine se met alors en scène, et marque son allégeance envers un pouvoir, lui aussi en représentation. Sur les entrées solennelles aux xive et xve s., cf. pour la France et la Provence : cf. B. Guenéef. Lehoux, Les entrées royales. — N. Coulet, Les entrées solennelles. — En Castille : T. Ruiz, Festivités, couleurs et symboles. — Sur les métiers, bibliographie abondante, dont nous donnons un aperçu pour Liège dans le corps de ce texte. — La ville en tant que communauté et lieu de sociabilité apparaît également dans N. Gonthier, Cris de haine et rites d’unités. La violence dans les villes xiiiexvie siècles.

6 B. Guenée, Tendances, p. 47-19. — La notion de société politique est présente dans certains titres d’ouvrages, par exemple : P. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge. La société politique, Paris, 1977. — R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean Le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1982.

7 Cf. G. Tabacco, Le rapport de parenté. — C. Maurel, Structures familiales. — J. Schneider, Un gentilhomme de ville. — R. Cazelles, Étienne Marcel (ex. a contrario, art. dans lequel, l’auteur montre en quoi le mouvement d’Étienne Marcel alla à l’encontre des intérêts de son groupe familial).

8 Dans l’introduction de son ouvrage sur les partis politiques, M. Duverger répertorie les traits distinctifs des partis anciens et actuels (M. Duverger, Les partis politiques, p. 1-16. Les travaux généraux sur les luttes et les partis de la fin du Moyen Âge : M. Mollat-Ph. Wolff, Ongles bleus. — G. Fourquin, Les soulèvements. — J. Heers, les partis et la vie politique (étude fondée sur les sources toscanes). — Études de détail : cf. par ex. R. Cazelles, Le parti navarrais. — G. Xhayet, Partisans et adversaires. — J. Baerten, « Partis hollandais au xive s. » — M. Dedola « Tener Pistoia con le parti » (où l’auteur souligne notamment la relative rareté des études sur les partis médiévaux et les difficultés inhérentes à une telle recherche) — Sur les ressorts de la politique communale, et l’existence de partis, par ex pour Bruxelles les De Mol rivaux des Kestergat au xve s., soutenus successivement par le pouvoir bourguignon (C. Dickstein-Bernard, La voix de l’opposition. — J. Bartier, Un document sur les prévarications). — Sur des chefs de partis : P. Verbruggen, Pierre de Coning et Jean Breidel. — Ph. Wolff, Bérenguer Oller. — G. Xhayet, Raes de Heers. — F. Funck-Brentano, « Les luttes sociales... Jean Colomb de Bordeaux », etc.

9 Ph. de Commynes, Mémoires, 1, p. 152

10 J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 5.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search