Version classiqueVersion mobile

Aux origines d’une discipline historique

 | 
Philippe Vendrix

Partie I

Chapitre II. Les facteurs de l’intérêt historique

Texte intégral

  • 1 Le mieux est de se référer à la bibliographie fournie par Blandine BARRET-KRIEGEL dans Les histori (...)

1L’histoire de l’historiographie en France aux xviie et xviiie siècles suscite depuis plusieurs années un intérêt que reflètent de nombreuses études1. Synthétiser ces différents travaux simplifierait la question et ne permettrait pas de mettre en évidence les facteurs qui incitèrent érudits, écrivains et musiciens à rédiger des histoires de la musique. Ce chapitre s’orientera donc directement vers une analyse de certains états de l’historiographie française choisis d’après la relation des auteurs avec ces mouvements d’idées. Ce choix dépend ainsi d’éléments biographiques particuliers et des tendances majeures de la thématique observées lors de l’analyse du corpus.

1. DE SALOMON DE CAUS À ANTOINE PARRAN

  • 2 Charles-Olivier CARBONELL, « Le discours baroque sur la science de l’histoire », Actes de la Xe se (...)
  • 3 Georges GUSDORF, La révolution galiléenne, 2 vols, Paris, 1960.

2Ce qui rend la période baroque fascinante, c’est sans doute sa complexité dissimulée sous une apparence de confort et de confiance en soi, voire sous une arrogance remuante, parfois rejetée2. Le baroque, ainsi défini, ne peut offrir qu’un foisonnement d’idées diverses, contradictoires, complémentaires. Le xviie siècle doit assumer ce que l’on a nommé la révolution galiléenne, et la France, foyer culturel actif de ce siècle, vécut intensément la constitution d’un nouvel univers ontologique, d’un nouvel univers cosmique3.

  • 4 Claude-Gilbert DUBOIS, La conception de l’histoire en France au XVIe siècle (1560-1610), Paris, 19 (...)

3De Salomon de Caus à Antoine Parran, la France passe de l’humanisme au mécanisme et au cartésianisme. Le xvie siècle avait légué un corpus impressionnant d’écrits historiques qui poursuivent, de manière générale, l’absolutisme théologique qui avait prévalu dès le moyen âge4. Seul le recours à l’explication théologique a valeur : à l’unité et à la totalité du monde correspond une universalité de l’histoire. Pas de place pour la multiplicité de la réflexion historique.

  • 5 Claude PALISCA, Humanism in Italian Renaissance Musical Thought, New Haven, 1985.

4D’un autre côté, il y a ces théoriciens des arts et leurs praticiens qui se tournent résolument vers l’antiquité. Intérêt historique ou intérêt esthétique ? La volonté de ressusciter la musique antique relève d’une attitude historique ; la recherche d’un idéal musical effacé par plus de dix siècles nécessite une prospection. Les humanistes italiens, effectivement les premiers, vont proposer des éditions modernes des sources de la connaissance de la musique grecque au travers des écrivains de l’antiquité et du haut moyen âge5. Une pléiade d’auteurs va contribuer à présenter ces théories à la lumière des connaissances d’un savant des xve et xvie siècles. Tout cela a été dit. Il convient pourtant d’insister sur le fait que cette « résurrection » ne s’attache qu’au seul aspect théorique de la musique grecque et, à de rares exceptions près, par ailleurs douteuses, ne concerne pas la musique notée. Deux aires de recherche vont prévaloir : les modes et le monocorde sans jamais porter un regard historique détaillé.

  • 6 Julien TIERSOT, Ronsard et la musique de son temps, Paris, 1903.

5L’Académie de Baïf occupe une position assez particulière dans la mesure où elle définit ses ambitions historiographiques : restaurer la civilisation des « Grecs et Romains, au temps que ces deux nations estoient florissantes ». Guy le Fèvre de la Boderie (1541-1598) insère dans La Gaillarde ou de la Révolution des Arts et Sciences (Paris, 1578) une illustration plus précise des ambitions du cercle réuni autour d’Antoine de Baïf. Pour lui, un retour à la Gaule, à l’Égypte, à la Grèce, à la Judée, à Rome et à l’Italie s’impose. D’évoquer alors les effets de la musique dans plusieurs de ces civilisations afin de prouver l’utilité de la fusion poésie-musique. Vauquelin de la Fresnaye (c.1536-1607) et Pierre de Ronsard (1524-1585) procèdent de manière identique ; sans esprit critique, cherchant à justifier leurs thèses plutôt qu’à tirer une leçon nouvelle6.

  • 7 Albrecht DIETMAR STOLL, Figur und Affekt. Zur höfischen Musik und zur bürgerlichen Musiktheorie de (...)
  • 8 Mary Helen OBELKEVICH, Manifestations of Philosophy and Science in the Music of Seventeenth-Centur (...)

6Le principe d’un idéal antique qu’il importe de reconstruire est établi et animera les recherches de plusieurs théoriciens français dont le moindre n’est certes pas Marin Mersenne qui, en disciple de Jacques Mauduit (1557-1627), se passionnera pour les effets de la musique antique7. D’autre part, les théories modales et les expériences sur le monocorde ne pouvaient que susciter l’esprit critique des savants, comme Salomon de Caus8.

7René Descartes va porter un coup violent à la tradition historiographique française. Développant une philosophie libre de toute présupposition, surgissant spontanément de la raison, il introduit l’idée moderne de progrès. Celle-ci provient de deux expériences formatrices de l’époque moderne. Premièrement, elle est due au dépassement de la science aristotélicienne comme « statu quo » par l’idée d’un progrès scientifique à long terme guidé par la méthode. Elle résulte, deuxièmement, du dépassement dans le domaine littéraire et esthétique de l’idée d’un art antique considéré comme modèle permanent et seul valable, en faveur de l’idée d’un art représentant l’esprit créateur de chaque âge et qui serait aussi valable que celui de l’antiquité.

8L’érudition historique, s’il est permis d’utiliser semblable terme pour la première moitié du xviie siècle, se ressent de ces mouvements. Une crise des certitudes ébranle l’édifice élevé par la critique, et les lecteurs réclament de l’histoire des analyses plus générales afin de dresser un tableau du mouvement des civilisations. Parallèlement, provoquant une contestation de l’érudition sur un double front, les libertins élaborent une conception « dilettante » de l’histoire. Un modèle pour les esprits : les histoires antiques, celles de Cicéron, de Lucien, de Denys d’Halicarnasse. L’histoire doit faire œuvre de littérature et non d’érudition ainsi que le proclame La Mothe le Vayer (1588-1672), un savant avec lequel Mersenne entretenait des relations :

  • 9 Cité par Gustave DULONG, L’abbé de Saint-Réal, Paris, 1921, p. 23.

« Or tous les maistres ont convenu que l’histoire estoit une des principales parties de l’art oratoire, opus oratorium maxime, dit Cicéron...Aussi voyons nous qu’elle fait des harangues qui ne le cèdent en rien à celles de la Rhétorique... L’historien a encore cela de commun avec l’orateur qu’il est pathétique, et esmeut souvent les affections comme luy... Mais l’historien ne doit pas seulement orner son stile de l’éloquence oratoire, il faut qu’il se serve encore de l’éloquence poétique.9 »

9Cette citation illustre une attitude répandue de dédain pour l’érudition ennuyeuse et pédantesque.

  • 10 Armand MACHABEY, « Musiciens-savants et savants-musiciens à l’époque de Mersenne », Revue d’histoi (...)

10La situation de Marin Mersenne mérite une attention particulière pour ses qualités de savant impliqué dans les recherches scientifiques récentes, de théologien avisé fortement opposé aux libertins, de grand connaisseur en matière de théorie musicale. Bref, en ce minime sont rassemblées les différentes orientations mentionnées ci-dessus : rejet de l’histoire dans les théories cartésiennes, importance primordiale du récit biblique, notamment dans la lutte contre les athées et les libertins. Et pourtant, loin de négliger le passé au nom d’une supériorité des modernes, loin de poursuivre le théologisme historique, plus loin encore de sacrifier à la mode, Marin Mersenne fait de l’histoire. Certes, l’emprise de la Bible reste grande, particulièrement pour la question des origines, mais ce qu’il importe de souligner, c’est comment Mersenne parvient à intégrer mécanisme et histoire. Grâce à la formulation d’une physique des lois, l’auteur de l’Harmonie universelle peut poser les bases d’une critique des témoignages, puisque l’argument d’autorité ne suffit plus, même si le miracle demeure respecté. Ainsi, Mersenne reste fidèle à la tradition mais impose une certaine hardiesse. Il illustre remarquablement, comme quelques autres savants du milieu du xviie siècle, tels Roberval ou Gassendi, cette grande disparité des modes d’approche10. L’histoire y est encore un outil au service d’une démonstration, mais cette dernière se déroule sur d’autres plans, théologique et théorique.

11Dans cette ambiance fondamentalement dubitative à l’égard de l’histoire, il est plus que normal de ne trouver qu’un nombre réduit d’ouvrages traitant de l’histoire de la musique. Le cas d’Antoine Parran peut aussi servir d’exemple à la définition de cette période. Exemplaire, il l’est par sa formation jésuite et sa carrière dans l’ordre. Le minime Marin Mersenne et le jésuite Antoine Parran font-ils de l’histoire parce qu’elle comporte un enseignement moral ? Des éléments biographiques pourraient le laisser croire : l’un lutte ardemment contre les athées, l’autre enseigne dans les collèges. L’idée d’histoire comme véhicule d’une morale joue un rôle important dans la société française du xviie siècle. L’enseignement moral de l’histoire vaut parce qu’il repose sur des exemples réels, parce qu’il se fonde sur une expérience dûment vérifiée. L’essor du roman historique appuie cette vogue. Sans céder au genre littéraire, les deux théoriciens de la musique firent, dans leurs analyses historiques, écho à cette tendance. L’hypothèse prend plus de poids chez Mersenne qui exécuta ses premières recherches historiques sur la musique dans le cadre d’un ouvrage théologique écrit à un moment chaud de la lutte contre l’expansion de l’athéisme et le pouvoir des libertins : les Quaestionnes in Genesim (Paris, 1624). Quant à Parran, si son traité reflète une partie de son enseignement, il y insiste, pour des raisons qui ne peuvent être qu’édification, sur quelques sujets d’histoire de la musique.

12C’est dans un contexte épistémologique fluctuant, mais sur des concepts généraux plus ou moins solides, ou tout au moins bien défendus, que s’élaborent les premiers pas de l’historiographie musicale française.

2. DE CLAUDE PERRAULT À FONTENELLE

  • 11 Blandine BARRET-KRIEGEL, op. cit..

13A plus d’un égard, la seconde moitié du xviie siècle peut être considérée comme le temps des grands bouleversements dans l’historiographie : la Congrégation de Saint-Maur établit son programme et débute ses grandes entreprises, la querelle des Anciens et des Modernes incite de nombreux écrivains de tout genre et de toute discipline à prendre position, tandis que René Simon et puis Pierre Bayle, solitairement, posaient les bases d’une nouvelle philosophie de l’histoire et surtout d’une philosophie de l’épistémologie historique. Chacun de ces mouvements, chacune de ces initiatives a fait l’objet d’études détaillées11. Il s’agit une fois encore de considérer sous l’angle de l’apport à l’historiographie musicale ce foisonnement d’idées.

1. La Congrégation de Saint Maur et le gallicanisme

  • 12 Edmund BISHOP, « Richelieu and the Bénédictins », Liturgica Historica. Papers in theLiturgy and Re (...)

14La création de la Congrégation de Saint-Maur résulte de facteurs multiples réunissant tradition monastique et intérêt national. L’ascétisme spirituel de saint Benoit devait conduire à la fondation d’une congrégation essentiellement vouée à l’étude. La Congrégation de Saint-Maur marque également un aboutissement de la réforme des grands ordres religieux entreprise dans le cadre du mouvement post-tridentin. L’intérêt national prime pourtant. Le rôle de Richelieu reste à cet égard très significatif. Edmond Bishop a montré que derrière ce désir du cardinal d’unifier dans l’esprit de la Contre-Réforme l’ordre bénédictin, et qu’au-delà de l’ambition personnelle, se détache la volonté de s’en servir au profit de l’État afin de concourir, au travers de la recherche érudite, à sa grandeur et à sa réputation12. Fondée dans un tel esprit, la Congrégation de Saint-Maur, dirigée au milieu du xviie siècle par un érudit de grande envergure, Jean-Luc d’Achéry (1609-1685), allait mener la recherche historique dans deux directions. Fruit de la tradition, elle cherchera à la comprendre par son passé ; fruit du nationalisme, elle voudra expliquer les origines du royaume et mettre en évidence sa spécificité.

15Les travaux entrepris par les mauristes durant la seconde moitié du xviie siècle s’orientent résolument vers l’histoire de l’Église. Ne ressentait-elle pas l’urgence de la purger de toutes les légendes qui avaient failli causer sa perte ? Tandis que les bollandistes revoyaient systématiquement l’hagiographie, les mauristes vont prêter une attention aiguë à l’histoire de leur ordre qui a marqué la culture ecclésiastique. Mabillon et ses collaborateurs entreprennent de clarifier les siècles d’histoire de l’ordre de Saint-Benoit. Tous les monastères bénédictins font l’objet d’une étude approfondie, toutes les pratiques, générales et spécifiques, sont analysées ; les faits et gestes de tous les membres célèbres sont reconstitués. Le second volet des recherches entreprises par les mauristes concerne les Pères de l’Église. La patristique occupe une place importante dans les milieux religieux érudits du xviiie siècle. Quête des sources premières de la religion.

  • 13 Dominique CATTA, « Le chant liturgique chez les Mauristes », Mémorial du XIVe centenaire de l’abba (...)

16Dans un ordre où l’art des sons fit toujours partie intégrante de la vie monacale, les conséquences d’un tel programme touchent les recherches sur la musique et son histoire13. Non seulement - et afin de remplir au mieux les tâches que les membres s’étaient assignées-, un regard systématique est porté sur les pratiques spécifiques de l’ordre, mais aussi s’élargit à l’époque patristique. Systématisation et spécification représentent les deux tendances qui, originellement énoncées dans un cadre général, affectent le développement de l’historiographie musicale au sein de la Congrégation de Saint-Maur.

  • 14 Edith WEBER, Le Concile de Trente et la musique. De la Réforme à la Contre-Réforme, Paris, 1982.

17Le gallicanisme qui avait été sous-entendu dans la création de la Congrégation de Saint-Maur, suscita un intérêt pour l’histoire nationale. Il suscita également des réactions contre les réformes introduites en matière de chant par le Concile de Trente14. La Réforme et le déclin de la papauté avaient provoqué une crise sans précédent dans l’histoire de l’Église catholique. Elle cherche à remédier à cette situation en refondant ses bases. Toutefois, l’Église post-tridentine allait provoquer en son sein même de nombreuses protestations. La musique s’inscrivit dans ce mouvement général. Deux motifs vont entrer en jeu et s’épauler en quelque sorte. Le premier, paradoxalement, est une réaction contre les réformes tridentines du chant grégorien et contre la pénétration des théories musicales humanistes dans ce chant. Et comment mieux réagir si ce n’est en faisant son histoire ? Le deuxième est la tentative d’élaboration d’une nouvelle histoire de l’Église, dans une ambiance portée au nationalisme, celui du parti gallican.

  • 15 Cité par Amédée GASTOUE, Le Graduel et l’Antiphonaire romain. Histoire et description, Lyon, 1913, (...)

18Dans les dernières années du xvie siècle, Grégoire XIII (1502-1585) charge officiellement Pierluigi da Palestrina (1502-1585) et Annibal Zoito (c.1537-1592) de rédiger une édition des « Antiphonaires, Graduels, Psautier et autres livres contenant le chant de manière que, débarrassé des superfluités, des barbarismes et des obscurités, ils fussent conformes au bréviaire et au missel réformés15. » Les deux compositeurs ne se limitent pas à cette seule tâche : ils retouchèrent, refirent parfois même les mélodies sur base des critères en vogue dans les cercles humanistes. Bref, la mode des adaptations au goût du jour était lancée et aboutit à la fameuse édition médicéenne.

19L’édition de 1595 commandée par Clément VIII (1536-1605) du Pontificale Romanum allait poser les bases officielles de la nouvelle conception. Toutes les éditions, tant françaises qu’allemandes, de tous les livres de chant s’inscrivent dans cette lignée. L’Église française a cru au bien-fondé historique des réformes tridentines. Tel est encore l’avis de l’abbé Jean Grandcolas dans son Commentaire historique sur le Bréviaire romain :

  • 16 Abbé Jean GRANDCOLAS, Commentaire historique sur le Bréviaire romain, Paris, 1727, vol. Il, p. II.

« Si au ixe siècle, le Bréviaire romain mérita tant d’applaudissement, et d’être préféré à tous ceux des autres églises, il paraît avec plus de lustre, après que le pape Pie V l’eut fait revoir ; aussi peut-on dire que, depuis ce temps-là, toutes les églises particulières l’ont tellement adopté, que celles qui ne l’ont pas pris sous le nom de Bréviaire romain, l’ont presque tout inséré dans le leur.16

  • 17 Bourgoing avait l’intention de divulger dans les paroisses rurales un plain-chant simplifié et en (...)

20C’est la Société des Libraires de Paris qui reçut la charge de publier des Graduels et des Antiphonaires conformes au nouveau modèle. Suite à des déboires financiers, seuls Vitray et Cramoisy obtinrent les subsides pour poursuivre l’entreprise. Deux franciscains, François Berthod et Paschal fournissent, à partir de 1650, les modèles du Psautier, de l’Antiphonaire et du Graduel qui prévaudront dans le royaume. Simultanément, des tentatives isolées se font jour particulièrement dans la Congrégation de l’Oratoire, dont le porte-parole en fait de chant liturgique était François Bourgoing. Dans deux traités, Brevis psalmodiae ratio (Paris, 1634) et le David françois (Paris, 1641), il explique clairement ses intentions tant « propagandistes » que théoriques17. Tous applaudissent ces réformes, même le père Mersenne qui approuva l’ouvrage de Bourgoing en 1634. En 1662, le Ceremoniale parisiense codifie la place et les styles de musique en usage dans les églises de la capitale.

  • 18 Gwilyn BEECHEY, « Guillaume Gabriel Nivers (1632-1714) : his organ music and his Traité de composi (...)
  • 19 Cité par Amédée GASTOUE, op. cit., p. 161.

21Guillaume Nivers (1632-1714) représente la dernière étape de cette histoire succintement présentée18. En 1657, il publie un Antiphonaire et un Graduel qui reçurent l’approbation de Jean de Bournonville et de Pierre Robert, maîtres de chapelle à Notre-Dame, précisant « que dans la mélodie desdits Chants, aussi docte que pieuse & dévote, il n’y a rien qui ne soit conforme à l’idée Grégorienne 19 ». Nivers s’explique longuement sur sa technique dans sa Dissertation sur le chant grégorien (Paris, 1683). S’appuyant sur les actes du Concile de Reims de 1564, il démontre la nécessité de retrancher des notes dans les mélismes trop longs et d’appliquer une nouvelle interprétation rythmique. Au chapitre x, « De la quantité des Notes », il précise :

  • 20 Guillaume NIVERS, Dissertation sur le chant grégorien, Paris, 1683, chapitre x.

« Deux grandes questions sont agitées dans ce Chapitre, de la quantité des Notes en nombre, et de la quantité des Notes en valeur : l’une considère la bien-séance Ecclésiastique ; l’autre est fondée sur les Principes de la Musique conformémemnt à la quantité de Grammaire des paroles sacrées. Je soutiens l’affirmative de ces deux propositions et les prouve par l’authorité des Conciles des Pères.20

22La réaction à ces nouvelles interprétations du corpus grégorien fut limitée. Il fallait être armé pour combattre des idées unanimement reçues. La Congrégation de Saint-Maur s’offrait comme le lieu idéal et unique pour l’élaboration d’une critique de ces nouveautés. La recherche incessante de vérité, le souci d’une documentation riche et crédible complètement étaient les conditions requises pour une telle réaction, c’est-à-dire les préceptes que Jean Mabillon venait d’émettre au sein de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés.

2. La querelle des Anciens et des Modernes

23La querelle des Anciens et des Modernes est un moment relativement bien connu de l’histoire de la civilisation française des xviie et xviiie siècles. Tout a commencé en Italie à l’aube du xviie siècle. L’idée d’une perfection atteinte dans des temps reculés fait sentir combien pauvre est l’état actuel. Querelle de modèle donc ; crise d’identité en plus. De cette crise résulte un besoin d’affirmation nationale : si les Anciens sont la perfection, une nation moderne vaut-elle encore quelque chose ? Si les Modernes représentent la perfection, il faut s’observer longuement et en détail. Mais si les étrangers étaient les Modernes ? Les polémistes se mirent en quête d’un champ de bataille. Un genre nouveau ou ressuscité s’offrait à eux : l’opéra, tandis qu’une partie des érudits continuait ses enquêtes sur les écrits théoriques des anciens et particulièrement sur le monocorde.

  • 21 Cornelis de WAARD (éd.), Correspondance du père Marin Mersenne, Paris, 1932-,
  • 22 Jean LIONNET, « André Maugars : Risposta data a un curioso sul sentimento délia musica d’Italia »,(...)
  • 23 Les Dai pensieri diversi (Modena, 1612) d’Alessandro Tassoni contribuèrent à l’introduction en Fra (...)

24La situation n’est pas si simple qu’elle le paraît. Une histoire des différentes étapes de la querelle des Anciens et des Modernes permet de clarifier quelque peu cette confusion. Ses débuts en France transparaissent à travers l’œuvre de Marin Mersenne par l’application systématique de son scepticisme et surtout dans sa correspondance avec le savant italien, Giovanni Battista Doni21. Hors le cercle des relations épistolaires du minime, peu d’écrits furent publiés ou rédigés sur ce sujet pendant la première moitié du xviie siècle. Situation identique pour les comparaisons de la musique italienne et de la musique française qui n’apparaissent que dans l’ouvrage d’André Maugars rédigé en 1636 et qui ne sera publié qu’après 165022. Si les Anciens passionnent peu en France à ce moment, la raison en incombe certainement à la faible production théorique humaniste. Ou bien les écrivains évitent le sujet même s’ils n’en ignorent pas les enjeux, ou bien ils se contentent de répéter, sans trop s’interroger, les résultats obtenus par quelques théoriciens italiens23.

  • 24 Bufford NORMAN, « Anciens, Modernes, tragédie et opéra. La querelle sur Alceste », D’un siècle à l (...)

25Un spécialiste des coups retentissants met le feu aux poudres : Charles Perrault qui publie une Critique de l’opéra, ou examen de la tragédie intitulée Alceste, ou le Triomphe d’Alcide (Paris, 1674). Cette querelle de l’opéra n’atteint pas encore la musique, se limitant volontairement au seul aspect littéraire24. Ce même Perrault sent qu’il y a dans la musique, élément fondamental de la vie de cour, un moyen d’appliquer ses théories contre les Anciens. Outre la place de la musique, il y a également intérêt pour ce commis de Colbert à prouver l’universalité de sa thèse afin de la valider. La musique constitue un chaînon de sa conquête.

26Que cherchent les partisans des Anciens ? Ils défendent l’héritage antique, tel que l’a reconstitué l’humanisme et tel surtout qu’il s’est sédimenté dans la tradition des collèges. En musique, cela représente, d’une part, un corpus musical quasi inexistant, celui des Grecs et des Romains ; et d’autre part, la production de l’Académie de Baïf et de la musique mesurée à l’antique de manière plus générale, c’est-à-dire d’œuvres néoclassiques. Claude le Jeune (c.1530-1600) devient le Malherbe (1555-1628) de la musique à la différence que le poète est encore lu tandis que les œuvres du musicien ne sont plus interprétées. Situation paradoxale si l’on sait qu’Anciens et Modernes en littérature s’accordent sur la valeur de leur illustre prédécesseur. La lutte apparaît donc confuse puisque ce sont plus des tendances que des partis qui s’affrontent. Il s’agit de ramener cette querelle à sa valeur humaine : elle en devient prétexte cristallisant les rivalités.

27Cette interprétation de la querelle des Anciens et des Modernes pose le problème de l’honnêteté de chaque parti. Dans un conflit reposant sur des bases historiques, il faut faire preuve d’un jugement critique perspicace pour avancer ses pions, stimulation pour la recherche et exaspération de l’interprétation textuelle. Et la musique ? Il ne faut pas oublier que la querelle des Anciens et des Modernes est avant tout une querelle de mots et de personnalités dans laquelle la musique ne trouve guère de place dans la mesure où elle ne contient pas en puissance les arguments qui frappent. Ajouter à cela que les protagonistes de ces luttes furent avant tout des hommes de lettres : les Perrault, Boileau, Fontenelle.

28Même si la musique en tant qu’illustration d’une pratique n’occupe qu’une place secondaire dans la polémique, l’inclusion de la musique à travers ses écrits théoriques contribue à conférer à la querelle une dimension nouvelle. Inclure la musique entraîne que chaque élément de la société devient objet de discussion, que chaque aspect s’intègre dans un tableau général et requiert donc un affinement des techniques de l’expression polémique et une solidité de l’argumentation. Cette dernière, et peu importe l’appartenance à un camp ou un autre, se fonde principalement sur les résultats obtenus par une enquête fondamentalement historique. Prouver l’excellence des Modernes implique la prise en considération de la production des Anciens. Le faire mal procure une arme aux adversaires. Il s’ensuit qu’une attention de plus en plus délicate est portée aux méthodes historiques. Le deuxième point de cette argumentation relève de l’analyse des productions d’une société. En effet, ce n’est pas tout de montrer une « technique » d’historien irréprochable ou presque, il faut encore poser un regard discriminateur sur la masse documentaire accumulée. Les historiens s’orientent ainsi vers l’élaboration d’interprétations fines.

29Envisagée sous cet angle, la querelle des Anciens et des Modernes apporte à l’historiographie de nouvelles méthodes de recherche de la documentation et de nouvelles manières d’interprétation. La musique s’enrichit de ce mouvement. La place de l’art des sons dans la querelle est privilégiée par les partisans des Anciens. La musique inspire de nombreuses pages aux classiques, Platon, Aristote, Cicéron et d’autres qu’étudiaient les lettrés des xviie et xviiie siècles. Ce contact amène les historiens à considérer comme incontournable la musique. D’un autre côté s’ajoute le rôle tout aussi important joué par la musique dans la société française de la fin du xviie siècle. Jean-Baptiste Lully, protégé de Louis XIV, fournit le modèle de la tragédie en musique. Les protagonistes de la querelle auront donc pour tâche de louer une époque ou une autre sans heurter la personne du roi.

30La provocation suscita également des recherches durant cette période de polémique. La représentation d’Alceste joue à cet égard un rôle catalyseur. Boileau et Racine, d’une part, les Perrault, d’autre part, y perçoivent les enjeux considérables. Même si les discussions tournent principalement autour de questions littéraires, elles introduisent néanmoins un aspect jusqu’ici peu envisagé : celui de l’implication personnelle comme facteur. En effet, au-delà des combats d’idées, règne la rivalité qui opposait la famille Boileau à la famille Perrault. De nombreux écrits en résultent tant au moment de la querelle des Anciens et des Modernes que tout au long du xviiie siècle. Il en découle une organisation de l’argumentation qui procède de manière identique, c’est-à-dire qu’à partir du moment où un auteur établit un ordre dans son exposé, il se retrouve chez son détracteur. Le cas se remarque, par exemple, entre l’Essai de physique de Perrault et le Dialogue sur la musique des anciens de Chateauneuf, aristocrate qui évoluait dans des milieux où les Perrault, bourgeois arrivés, n’avaient pas accès.

31La querelle des Anciens et des Modernes n’occupe pas, comme facteur, la place que beaucoup lui assignent. Cette assertion mérite d’être nuancée. La situation polémique provoque une profusion d’écrits. Celle-ci atteint rarement des sommets d’érudition. Cependant, elle laisse à la postérité des travaux que quelques historiens se donneront pour tâche, hors toute violence, de rectifier. Le cas de Pierre-Jean Burette est exemplaire. Ses premières dissertations lues à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres corrigent, réorientent et complètent ce qui avait été émis dans le dernier tiers du xviie siècle, tandis que ses ultimes articles abordent des sujets neufs. Le bilan de la querelle est loin d’être négatif, mais il faut le considérer à plus large échelle chronologique. L’érudition s’efface devant la polémique, tandis que les idées fusent toujours.

3. « La défaite de l’érudition »

32De cette multiplication des lieux de pratique de l’histoire résultent des transformations épistémologiques d’importance. La Congrégation de Saint-Maur avait joué un rôle primordial pour la publication philologique des sources. La querelle des Anciens et des Modernes posait sur de nouvelles bases les relations entre goût et histoire. Au début du xviiie siècle, alors que des philosophes s’intéressaient à l’histoire et que des historiens se faisaient philosophes, de nouveaux principes de l’écriture historique voient le jour. Les érudits se doivent d’organiser leurs discours en usant de systèmes de causalité, c’est-à-dire de systèmes ne se référant plus à la seule providence. Cette transformation du discours puise une partie de ses origines dans le mécanisme, mais trouve sa pleine expression avec l’histoire des géomètres : tout est quantifiable, tout entre dans des systèmes taxinomiques ; tendance qui ira en s’affirmant tout au long du xviiie siècle, pour aboutir à l’Encyclopédie. La présence d’historiens originairement de profession scientifique illustre ce mouvement, facteur d’un renouveau de l’historiographie musicale lorsque l’on connaît le nombre de scientifiques qui s’intérèssent aux problèmes musicaux. S’ajoute au mouvement des géomètres et à la formation scientifique, la nouvelle conscience historique introduite par les travaux des philologues comme René Simon et des philosophes comme Pierre Bayle. Parler pour ce dernier d’une « anatomie de la vérité » reflète bien les transformations introduites dans la perception du déroulement historique ; perception effectuée au moyen de nouveaux principes élaborés à la fin du xviie siècle.

  • 25 Blandine BARRET-KRIEGEL, Les historiens et la monarchie. 2-La défaite de l’érudition, Paris, 1988.

33Le tableau qui vient d’être dressé de l’historiographie française dans le dernier tiers du siècle garantit une production quantitativement importante et qualitativement élevée. Il convient cependant de poser un autre regard au départ d’un point de vue plus pessimiste. Il y a d’abord ce contraste entre l’histoire des savants, œuvrant discrètement dans leurs cellules et leurs ateliers, et l’histoire des hommes publics, ces écrivains, artistes et prélats qui guident la mode intellectuelle de Paris. Cette double orientation ne gêne pas. Elle contribue plutôt à enrichir la production historique d’ouvrages divers dans l’esprit et la réalisation. Toutefois, cette bivalence typique à la France de cette époque est lentement minée au profit de la vulgarisation. « La défaite de l’érudition » marque l’aube du xviiie siècle. Les querelles du spinozisme et de la diplomatique avaient porté un coup fatal à l’érudition ecclésiastique25. Or les bénédictins, les plus touchés par ces querelles, représentaient une masse unique et expérimentée de travailleurs intellectuels. Lentement s’amorce un repli sur elle-même de l’histoire savante. Elle n’a plus droit de cité comme dans les années 1670-1680. Les conséquences d’une telle attitude pèsent lourdement sur le devenir de l’historiographie musicale. Les travaux tardent à être publiés, les grandes entreprises manquent du soutien unanime des autorités.

34Tandis que l’évêque de Meaux interrompait l’expansion de l’érudition classique, celui que l’on peut considérer comme son homologue pour le monde profane, Boileau, agissait de manière différente, mais avec des conséquences identiques. Dans sa lutte contre les Modernes, il perd, entraînant une nouvelle chute de l’érudition qu’il aurait pu sauver du désastre. Les Modernes qui l’emportent sur les Anciens après avoir accablé de critiques des ouvrages érudits sur l’antiquité, amènent une nouvelle déconsidération de la recherche historique. A quoi sert d’étudier Vitruve puisque Perrault, vainqueur, a montré en quoi l’architecte romain se trompait, mais surtout en quoi les soi-disant spécialistes du théoricien étaient incapables de le comprendre ? À quoi sert d’étudier la théorie grecque de la musique puisque Perrault, encore vainqueur, a montré le peu d’intérêt de la musique grecque devant celle des Modernes ?

35Cette crise à deux niveaux parallèles d’intervention eut des conséquences multiples sur le paysage de l’historiographie française au début du xviiie siècle. L’érudition ne disparaît certainement pas, mais elle se doit d’être discrète. Elle se réfugie donc dans des institutions qui survivent, dans d’autres transformées, mais toutes n’auront pas ce pouvoir de publicité qu’elles eurent au xviie siècle. Si l’histoire savante, celle qui obéit aux principes épistémologiques de René Simon et de Jean Mabillon, veut survivre auprès du public, elle doit paradoxalement abandonner toute prétention à l’érudition. Les traités abondent dans les deux premières décennies du siècle qui imposent des limites à l’historien. Une dernière conséquence mérite d’être citée : la considération de l’histoire comme outil, particulièrement par les philosophes. L’histoire servait déjà aux romanciers. À la suite de la querelle des Anciens et des Modernes et de Pierre Bayle, une nouvelle interprétation de la place de l’historien dans le monde de la production intellectuelle et donc son rôle est énoncée. Fontenelle en fut le premier énonciateur, et tout le xviiie siècle en hérite. D’abord, dans sa catégorisation des disciplines, l’histoire est attachée à présent aux arts et donc exclue des sciences. Ensuite, l’histoire devient un des moyens de justification obligatoire d’une idéologie, d’une pensée. Elle l’était de façon monolithique jusqu’à la querelle. À partir de 1680, elle devient objet véritable d’interprétation, pouvant se plier à défendre des idées opposées.

36Les retombées de ces bouleversements se font sentir sur la production d’historiographie musicale. Les historiens produisent des travaux d’érudition, mais aucune publicité ne les entoure comme ce fut le cas précédemment. Les Allemands et les Italiens n’éprouvent aucun embarras à se lancer dans des entreprises musicologiques savantes. Le côté positif de cette défaite de l’érudition se situe dans sa récupération par des philosophes. La musique et son histoire deviennent un enjeu pour les philosophes en quête d’une définition de l’origine de la société et d’une définition de la nature humaine. Toutes les grandes figures de la philosophie française du xviiie siècle – et ce fait est unique dans l’histoire –, porteront un regard d’historien, certes non érudit, sur le musical et ses sources. De là ce foisonnement d’ouvrages où sont inclus des chapitres sur les origines de la musique. De là également cette présence d’un nombre élevé de non-musiciens dans le corps des historiographes de la musique.

37La valorisation de l’érudition survit malgré tout ainsi que le reflète un épisode de la carrière de Sébastien de Brossard. Le savant est sollicité par Francastel, bibliothécaire du collège des Quatre Nations, pour donner son avis sur une dispute qui opposait deux chanoines de l’église de Sisteron au chapitre sur la musique figurée que les premiers refusaient de chanter, ne voulant s’adonner qu’à la tradition grégorienne. Brossard entame donc, vers 1701-1702, une Dissertation touchant la musique des églises, selon la pratique tant ancienne que moderne, qui ne sera jamais achevée. Toutefois, la manière dont le bibliothécaire avait fait appel au maître illustre, malgré l’évidente flatterie, l’importance attribuée à la connaissance historique dans la résolution des problèmes juridiques et contribue ainsi à valoriser le travail de recherche :

  • 26 Lettre du 29 novembre 1701. Paris, B.N., ms.n.a.fr., 5269, F 23. Les folios 15 à 34 de ce manuscri (...)

« Je suis bien persuadé qu’on ne peut consulter qui que ce soit qui soit plus habile et plus savant dans la Musique théorique et pratique et dans l’histoire des commencemens, des progrès et de la perfection aussi bien que de la renaissance de ce bel art, tant chez les Égyptiens, que chez les Grecs, les Romains, Italiens et François. 26 »

3. DE BURETTE À L’ABBÉ LEBEUF

1. Pratique et théorie de la musique

38Le début du xviiie siècle foisonne d’idées neuves tant en France qu’à l’étranger, étranger avec lequel les érudits du royaume entretenaient des relations ou du moins dont ils connaissaient les productions. L’historiographie n’échappe pas à ce mouvement. Mabillon et ses confrères de la Congrégation de Saint-Maur poursuivent leurs vastes entreprises sur des bases épistémologiques solides. La querelle des Anciens et des Modernes revit, après quelques années d’apaisement, des moments intenses avec la querelle homérique. Ce que l’on nomme le « primitivisme » naît dans l’œuvre de Fontenelle. Dans la seconde décennie du siècle, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres affirme son autonomie face à ses rivales plus prestigieuses : l’Académie française et l’Académie Royale des Sciences, et elle établit un programme de recherche qui occupera de recherche qui occupera un cénacle de savants pendant tout le siècle.

39Cependant, la défaite de l’érudition rend tout travail difficile. Il s’en suit que les facteurs d’intérêt pour l’histoire de la musique vivent d’une dualité inévitable : d’une part, faire aboutir ce que le xviie siècle avait ébauché et, d’autre part, produire des travaux dans l’intimité des ateliers de l’histoire que constituent la Congrégation de Saint-Maur et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

  • 27 James R, ANTHONY, French Baroque Music from Beaujoyeulx to Rameau, New York, 1978, p. 108-129.
  • 28 Herbert SCHNEIDER, Die Rezeption des Opern Lullys, Tutzing, 1981.

40Une fois encore, il faut insister sur la situation particulière de la musique. La France du début du xviiie siècle vit encore, et pour longtemps, sous l’emprise de la personnalité de Jean-Baptiste Lully. Il ne s’agit plus du pouvoir de ce seul homme mais de l’image qu’il laisse. Il arriva et travailla à Paris au moment où le royaume cherchait à affirmer son identité nationale. De plus, et surtout, Lully a donné à la France les lettres de noblesse d’un genre dont elle s’enorgueillit, dont elle se doit d’expliquer la formation27. Voilà un facteur spécifiquement musical pour les historiens et qui n’a d’équivalent dans aucun art si ce n’est la littérature. Ce besoin d’affirmation nationale transparaît au travers d’une querelle qui n’a originellement rien d’historique dans son argumentation, celle qui oppose partisans de la musique italienne et de la musique française. Petit à petit, le clan pro-français réalise l’importance de transformer en « mythe » la personne de Lully. Leur regard historique se pose sur un passé récent ; celui qui fournit le plus d’armes aux polémistes. À partir de ce moment, nombre d’écrits se consacrent à l’œuvre du Florentin et même si, une fois encore, la bataille modifie les événements, transforme les données, l’habitude est prise d’étudier la production française et les conditions de sa formation28.

  • 29 Warren Dwight ALLEN, Philosophies of Music History. A Study of General Histories of Music 1600-196 (...)

41À côté de ce facteur inhérent à la pratique musicale française s’ajoute une tendance générale à l’Europe ; celle de rédiger des histoires de la musique29. Deux dates sont marquantes à cet égard :

421690 : Wolfgang Caspar Printz publie son Historische Beschreibung

431695 : Giovanni Andrea Angelini Bontempi publie son Historia musica.

  • 30 Pour une liste des histoires générales de la musique en langue étrangère citées par les historiens (...)

44Ces deux premières histoires de la musique connurent une large diffusion. Brossard avait lu Bontempi et Printz. Si l’historiographie allemande pénétra avec quelques difficultés dans les milieux français, l’italienne et l’anglaise furent appréciées, abondamment citées et parfois même traduites30. Les œuvres d’Alexandre Malcolm, de Peter Prelleur, du Padre Martini figurent en bonne place dans les bibliothèques publiques et privées.

45Les productions italiennes, allemandes et anglaises apparaissent avec plus d’éclat que les françaises. La France fait figure de parent pauvre dans le monde de l’érudition musicologique. Ce phénomène a été relativisé, mais résulte de l’hésitation des Français à publier un ouvrage intitulé histoire. Loin de ressentir une frustration quelconque – il n’y a aucune raison interne –, les théoriciens et historiens de la musique sont néanmoins conscients d’un mouvement général européen dont ils refusent d’être exclus. Les ouvrages des Italiens et des Anglais, principalement, apparaissent donc comme des stimulations.

2. La Congrégation de Saint-Maur au xviiie siècle

  • 31 Pierre Gasnault, « Les travaux d’érudition des Mauristes au xviiie siècle », Historische Forschung (...)

46Dans les premières années du xviiie siècle, la Congrégation de Saint-Maur peut revendiquer le rôle de foyer principal de la production historique française. Les grands du xviie siècle – Luc d’Achery, Jean Mabillon –, ont légué des outils qui se raffineront et des projets qui s’accompliront. Même si un certain discrédit obscurcit les recherches des moines bénédictins, l’activité reste intense. Ce qui distingue les travaux des mauristes du xviiie siècle de ceux du siècle précédent réside dans le déplacement du centre d’intérêt31. Tandis que la première génération des productions (1650-1710) s’oriente presque uniquement vers l’histoire de l’ordre bénédictin et les sciences ecclésiastiques, la seconde – que l’on pourrait subdiviser en deux, de 1710 à 1750 et de 1750 à 1789 –, fait éclater la lignée dans laquelle s’étaient maintenus les mauristes depuis le milieu du xviie siècle. Des grands noms encore, chacun associé avec un domaine spécifique : Dom Bernard de Montfaucon pour la paléographie et l’archéologie grecque ; Dom Rivet, Dom Taillandier et Dom Clémenat pour l’histoire littéraire ; Dom Clément pour la chronologie ; Dom Caffiaux, Dom Lobineau, Dom Le Noir pour l’histoire des provinces.

47L’esprit qui prévaut dans ces immenses travaux reste identique à celui de Mabillon dont les méthodes et les principes sont appliqués sans grand bouleversement. Si les sujets d’intérêt sont neufs, la raison principale en incombe à l’éclatement de l’unité de la conscience religieuse. Toutes les querelles du dernier tiers du xviie siècle et surtout la chasse aux jansénistes enlèvent aux études d’histoire religieuse la fraîcheur, l’impression de propreté et de sincérité que le public et surtout l’autorité y voyaient. La nation ressent un besoin nouveau d’affirmation à travers son passé. L’histoire de la monarchie française, l’histoire des provinces, l’histoire des ordres religieux, l’histoire de ses productions artistiques apparaissent comme les sujets réclamés par le public et l’État.

48Afin d’accomplir cette tâche avec une perfection constante, les mauristes établissent des plans de prospection. Les archives et les bibliothèques sont systématiquement dépouillées, les constructions étudiées en détail, les organisations monacales décortiquées de bas en haut de l’échelle hiérarchique. L’effet de telles entreprises apparaît dans la publication d’immenses volumes et de centaines de livres manuscrits qui restent aujourd’hui encore des sources incontournables par la précision des informations et l’incessante recherche de la vérité.

49Nombreux furent les moines bénédictins qui se confrontèrent à la musique. Elle fut élément de la vie de province, obligation de la vie monacale, divertissement de la vie de cour. Dans ce cadre, elle s’intègre à des travaux de grande étendue. Montfaucon dut s’occuper de représentations d’instruments de musique lorsqu’il dessinait ses planches pour L’Antiquité expliquée et représentée en figures (Paris, 1719), tandis que le groupe attaché à l’Histoire littéraire de la France découvrait parmi les ouvrages du moyen âge, enfin exhumés des bibliothèques, un nombre très élevé d’écrits théoriques concernant la musique. En revanche, les mauristes ne prennent plus une part active aux disputes qui animaient les réformateurs du plain-chant. Sans doute forte des leçons tirées par les multiples querelles dans lesquelles elle fut impliquée à la fin du xviie siècle, la Congrégation de Saint-Maur préfère se concentrer sur des sujets qui ne portent plus de coups à ses objectifs scientifiques.

3. L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

  • 32 Frances YATES, The French Academies of the Sixteenth Century, Londres, 1947.

50Lorsque le 1er février 1663, sous le nom de Petite Académie fut créée ce qui deviendra l’Académie des Inscriptions et Médailles, puis Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, une étape nouvelle fut franchie dans la multiplication des « académies de l’histoire », qui avait débuté par la fondation de la Congrégation de Saint-Maur et qui culminera avec le Cabinet des Chartes. L’établissement de la « petite Académie » correspond également à la mise en place de quelques sociétés savantes parrainées ou non par l’État. En un sens, elle poursuit une tradition inaugurée dès la renaissance32. D’autre part, elle contribue à affirmer le courant gallican. Au rôle de Richelieu dans la formation de la Congrégation de Saint-Maur se substitue ici celui de Colbert. Au travers de cet organisme peut être revendiquée, et avec la collaboration des autres académies officielles, une unité de la production scientifique et artistique. Ambition du pouvoir aussi d’avoir la mainmise sur les arts, les techniques et les lettres. Fruit de la tradition, force nouvelle du gallicanisme, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres s’offre aussi comme le produit d’une monarchie puissante ; d’une monarchie dont l’ambition est de laisser des traces parmi les siècles à venir. De là, la première mission de la « petite Académie » : se consacrer à la gloire du roi et à l’histoire de son règne.

  • 33 Pour le détail des événements qui animèrent la vie de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettre (...)

51Cette situation durera jusqu’à la fin du xviie siècle. Le programme que lit, en 1703, Gros de Boze, alors secrétaire, et qui sera publié en tête du premier volume des Mémoires de littérature de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1717, marque une rupture ou plutôt une transformation dans le sens d’un élargissement. Distance par rapport au pouvoir : le puissant Pontchartain chapeaute toujours les travaux des érudits, mais il n’y a plus nécessité de glorifier un roi et de se concentrer sur ses faits et gestes. Cela ne signifie pas que la liberté d’expression y soit pleinement permise33. Loin de là ! Cette distanciation envers la personne de Louis XIV entraîne un mouvement vers le passé. L’histoire de France de ses origines au xviiie siècle devient sujet d’étude. Cet élargissement ne résulte pas de cet unique facteur. S’y ajoute le rôle de la Congrégation de Saint-Maur qui avait donné le ton aux recherches sur le passé des provinces de France.

  • 34 Chantal GREL, « La Querelle homérique et ses incidences sur la connaissance historique », D’un siè (...)
  • 35 Le personnage le plus illustratif est sans doute Bernard de Montfaucon (1655-1741) qui fut élu en  (...)

52L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres fait également figure de relais. La querelle des Anciens et des Modernes s’était épuisée dans la querelle homérique, laissant un champ de recherche dévasté mais riche de ressources34. La Congrégation de Saint-Maur se préoccupa aussi d’antiquité. Ce fut l’œuvre de personnalités qui deviendront membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres35. L’abandon de la polémique, la disgrâce qui pèse sur l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et ses sœurs drainent naturellement l’intérêt pour l’antiquité vers cette association rafraîchie et qui plus est, bénéficie du soutien étatique.

53Ces mouvements dynamiques que furent la querelle des Anciens et des Modernes et la Congrégation de Saint-Maur, atteignirent des sommets grâce à la présence de figures ambitieuses, bruyantes ou inventives : Dom Luc d’Achéry, Dom Jean Mabillon, Charles et Claude Perrault scandent le xviie siècle de leurs productions. Pour l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Gros de Boze fut la figure clé, celle des provocations, des programmes, des organisations. C’est lui qui, en lisant son discours, donna une nouvelle ligne de conduite à l’institution.

  • 36 On pourrait également citer le cas de Michel-Paul Guy de Chabanon qui revint à sa première passion (...)

54Il n’y avait bien entendu pas de mention spécifique concernant l’étude de la musique et de son histoire dans le programme établi par Gros de Boze. Il y était néanmoins fait appel à l’étude de tous les aspects des civilisations des origines au xviiie siècle. Cette latitude des domaines contribue à rendre les cinquante volumes des Mémoires de littérature de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres une source remarquable pour l’histoire de l’historiographie générale mais aussi pour l’histoire de l’historiographie de différentes disciplines : art, archéologie, numismatique, épigraphie, musique. Les goûts personnels occupent donc une place importante dans le choix des thèmes abordés lors des réunions, d’autant que Gros de Boze avait ouvert son programme à toute initiative. Ainsi, Pierre-Jean Burette, élevé dans un milieu musical, reçoit le soutien de ses collègues lorsqu’il entreprend de rédiger des dissertations sur la musique des Grecs. Ce soutien est d’autant plus fort que l’Académicien se proposait de corriger ce qu’avait produit la querelle des Anciens et des Modernes, répondant par-là à un des souhaits de l’institution : la recherche de la vérité36. Dans d’autres cas, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres peut susciter des travaux où la musique se doit d’être incorporée. Des questions mises en concours pour l’obtention du prix Durey de Noinville, dès 1733, portent sur les différents aspects de la civilisation française du moyen âge. La musique ne peut donc être exclue des dissertations présentées. Même si le nombre de travaux de ce genre reste limité, la nouveauté des sujets abordés incite les concurrents à analyser des périodes méconnues, voire inconnues jusqu’alors de l’histoire de l’art musical.

4. DE CONDILLAC À LACÉPÈDE

55Tandis que la recherche se poursuit, tout au long du xviiie siècle, dans des institutions comme l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et la Congrégation de Saint-Maur, des milieux nouveaux, différents, s’intéressent à l’histoire, selon des principes spécifiques et orientent leurs travaux vers des domaines particuliers. Philosophes, écrivains et scientifiques de tous horizons forment cette nouvelle classe. Leur première tâche fut de réhabiliter l’histoire qui avait connu auprès de l’opinion publique une période de crise au début du xviiie siècle et qu’en plus, Fontenelle avait inscrite avec les arts, la démarquant nettement des disciplines scientifiques. Cette réhabilitation doit affronter des idées bien ancrées que reflète par exemple la Méthode pour étudier l’Histoire, avec un catalogue des principaux historiens et des remarques sur la bonté de leurs ouvrages et sur le choix des meilleures éditions de l’abbé Lenglet Du Fresnoy :

  • 37 Nicolas LENGLET DU FRESNOY, Méthode pour étudier l’Histoire, avec un catalogue des principaux histo (...)

« Nous sommes dans un siècle où l’on s’applique avec soin à l’étude de l’histoire, mais de tous ceux qui s’y adonnent, il y en a peu qui s’en forment une juste idée. On la regarde comme une honnête occupation, qui fait passer agréablement quelques heures. D’autres la considèrent comme un moyen propre à satisfaire leur curiosité ; ils s’imaginent être fort habiles quand ils connaissent les hommes de tous les temps et de tous les lieux.37 »

  • 38 Judith SHKLAR, « D’Alembert and Réhabilitation of History », Journal of the History of Ideas, XLII (...)

56D’Alembert va jouer un rôle important dans la lutte contre ces idées héritées du xviie siècle et du début du xviiie siècle38. Le Discours préliminaire de l’Encyclopédie situe cette nouvelle considération dans le cadre d’une entreprise pluridisciplinaire.

57La première tâche de d’Alembert consiste à illustrer l’importance de l’histoire pour le philosophe. Scission des deux disciplines qui, depuis Descartes, avait engendré mépris et désintérêt de la part de nombreux penseurs. Le rationalisme encyclopédique voit dans l’analyse du passé un moyen de compréhension du présent. C’était avant le milieu du siècle la requête de Montesquieu dans l’Esprit des lois (1748) et la mise en pratique de Condillac dans l’Origine des connaissances humaines (1746). Cependant, ce que réclame le milieu des Encyclopédistes ne correspond plus à la pratique historique des décennies précédentes. Devant éviter tout empoussièrement dans des listes de batailles, l’histoire se transforme pour déboucher sur une forme nouvelle dont le sujet ne consiste plus en l’amas de faits, mais en une compréhension de la société. L’analyse du passé devient un moyen de compréhension du présent. D’un autre côté, l’histoire se met au service de ces scientifiques que sont d’Alembert ou Diderot. Elle sert l’ambition de promouvoir l’unité intellectuelle des sciences pour s’ouvrir sur une vérité unique.

  • 39 Cette influence est d’autant plus forte que les maîtres d’œuvre de l’Encyclopédie portèrent une at (...)
  • 40 Tel fut le cas au moment de la querelle des Anciens et des Modernes. Voir Pierre ZOBERMAN, « La vé (...)

58Ce dynamisme engendré par le milieu des Encyclopédistes, la puissante influence de leurs idées incitent l’historiographie musicale à s’orienter vers des voies nouvelles39. L’intérêt se déplace des compilations de documents vers des études du fonctionnement. Cependant, à la différence de ce qui s’était passé au début du siècle, grâce, notamment, aux mauristes et aux membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’approche de l’histoire s’effectue d’un point de vue différent. L’histoire devient – elle le fut précédemment mais de manière moins marquante –, un élément au service d’une démonstration de caractère politique, philosophique, moral, parfois théorique40. Cette valeur nouvelle accordée à l’histoire influe sur l’évolution de l’historiographie musicale d’autant plus aisément que la seconde moitié du siècle est scandée de querelles les unes plus retentissantes que les autres et qui exigeaient, dans tous les camps, un éventail aussi large que possible d’armes polémiques.

59Toutes ces querelles ont des liens de parenté ; elles s’imbriquent les unes dans les autres, l’une poursuivant les discussions abandonnées par la précédente avec des protagonistes nouveaux. Malgré cela, il reste possible de démarquer trois moments forts : la querelle Rameau-Rousseau, la querelle des Bouffons, la querelle des Gluckistes et des Piccinistes. Il faudrait ajouter des « petites » querelles. Elles ne bénéficièrent pas de la publicité qu’entoura les publications de Rameau ou de Rousseau, mais elles jouèrent un rôle dans le développement du langage musical et des techniques de l’expression théorique comme, par exemple, la querelle du style larmoyant.

  • 41 Georgia COWART, The Origins of Musical Criticism. French and Italien Music, 1600-1750, Ann Arbor, (...)
  • 42 Sur les vicissitudes de la notion de goût en musique, voir Belinda CANNONE, Philosophies de la mus (...)

60La place occupée par l’histoire varie d’une querelle à l’autre ; les enjeux qu’elle suscite également. Les échanges de textes entre Rameau et Rousseau concernent fondamentalement des questions de théorie. Au-delà de ces débats spécifiques, chacun des protagonistes recourt à l’histoire pour tenter de valider son point de vue par la tradition la plus ancienne. La définition de la formation du corps sonore que ce soit sous forme de l’énoncé mélodique ou de la perception des principes harmoniques prend valeur de recours ultime dans le débat. L’histoire se met au service d’enjeux théoriques ; elle est condition « sine qua non » de la démonstration. Cet aspect incontournable de la construction du discours n’apparaît jamais au début des polémiques. L’histoire se fait bouée de sauvetage de théoriciens en quête d’arguments. La démarche poursuivie dans le cadre de querelles « esthétiques » offre de nombreuses similitudes avec celle qui opposa Rameau à Rousseau. Valider une forme de spectacle ou une autre peut s’effectuer grâce à un nombre élevé de critères que Georgia Cowart a mis en évidence41. Cette validation recourt aussi à l’histoire mais seulement après avoir épuisé des arguments comme le jugement de goût42. Prouver l’ancienneté des spectacles comiques français contribue à réduire le rôle joué par les « Buffoni ». D’autre part, montrer l’importance de la tradition italienne dans l’élaboration de l’opéra, aide les partisans de Piccinni à étouffer la fougue des Gluckistes. Ici encore, l’histoire contribue à enrichir une argumentation et ne consiste pas en un domaine spécifique de recherche.

  • 43 William WEBER, « La musique ancienne in the Waning of the Ancien Régime », Journal of Modem Histor (...)
  • 44 Clarence D. BRENNER, « The Théâtre Italien, its Repertory 1716-1793 », University of California Pu (...)
  • 45 Constant PIERRE, Histoire du Concert Spirituel, 1725-1790, Paris, 1975.

61Il serait incomplet de présenter l’enjeu polémique comme l’unique facteur de l’intérêt historique dans la seconde moitié du xviiie siècle. Il n’en demeure pas moins le plus déterminant, mais s’ajoute à d’autres plus discrets même s’ils tournent toujours autour des scènes lyriques, lieux marquants de la vie musicale parisienne. William Weber a étudié, dans plusieurs articles, la formation de concepts comme celui de « musique ancienne » dans le cadre de l’Académie Royale de Musique, celui de canon musical43. La tradition, la rareté des nouveautés et le succès de certaines œuvres contribuent à la constitution d’un répertoire de plus en plus étendu dans le temps. Lully est joué jusqu’en 1778 ; Rameau l’est encore à la veille de la Révolution. À l’Opéra-Comique, la situation est semblable, plus accentuée même, puisque de nombreuses œuvres passeront le cap de 1789 et survivront durant tout le xixe siècle44. Le Concert Spirituel joue le même rôle pour la musique religieuse et la musique instrumentale45. Le public de la capitale se familiarisait donc avec des œuvres de compositeurs décédés parfois depuis des décennies et sur lesquels il cherchait à connaître des détails. De là, cette profusion d’ouvrages généraux présentés sous forme de dictionnaires et destinés à informer rapidement un public avide de renseignements.

  • 46 Sur le siècle de Louis XIV, voir Gaston HALL, « Le siècle de Louis le Grand. L’évolution d’une idé (...)

62En plus de la constitution d’un répertoire, se développe en France, tout au long du xviiie siècle, avec un point culminant aux alentours de 1750, le culte du siècle de Louis XIV46. Ce facteur ne provoque guère de nouvelles recherches dans le domaine musical puisque les « classiques » du répertoire de l’Académie Royale de Musique sont ceux qui travaillèrent du temps du Roi Soleil. Quoi qu’il en soit, les deux facteurs se conjuguent. Cependant, louer un siècle entraînait une considération simultanée des différents types d’œuvres créées, en littérature, en architecture, en peinture, en musique, et donc une réflexion à la fois générale et distinctive. Elle entraînait également la conception d’études comparatives. Si une époque est prise comme modèle, comment expliquer la position inférieure d’autres ?

  • 47 II s’agit le plus souvent de brefs articles dans les journaux comme dans le Journal de musique sur (...)

63Un point commun à tous les facteurs qui viennent d’être envisagés réside dans leur caractère national, car même si certaines querelles impliquèrent la musique italienne, ce le fut toujours par rapport à son influence sur les compositeurs et le public français. Certes, quelques historiens se détournèrent du domaine français, mais leur proportion reste faible47. Cette situation justifie l’orientation de l’historiographie quasi uniquement vers des problèmes nationaux, orientation qu’évitèrent l’Allemagne et l’Angleterre.

  • 48 Kathleen HARDESTY, op. cit.
  • 49 Philippe VENDRIX, « Proposition pour une poétique musicale révolutionnaire », Etudes sur le xviiie(...)
  • 50 Maria RIKA MANIATES, « Sonate, que me veux-tu ? The enigma of French musical aesthetics in the eig (...)

64La dernière décennie de l’Ancien Régime hérite d’une foule d’orientations, d’une masse de travaux qu’elle ne cherche pas à renier mais plutôt à classer afin de permettre le progrès des connaissances. Cette volonté taxinomique, qui culmine dans le Supplément de l’Encyclopédie, influence non seulement les domaines théoriques mais aussi ceux de l’historiographie et de l’esthétique, ces deux domaines pouvant se confondre dans un même ouvrage, l’histoire se mettant au service de l’esthétique48. Cette rationalisation généralisée résulte de causes diverses, souvent extra-musicales. En effet, elle agit uniquement sur l’expression théorique de la musique et sur l’organisation des informations historiques, mais n’apparaît jamais dans la pratique compositionnelle, du moins avant 178949. Le développement des sciences naturelles, zoologiques en particulier, qui exploitent les systèmes classificatoires, le nombre élevé de théoriciens de la musique formés aux sciences, le besoin de stabilité des fondements esthétiques, conséquent à toute période troublée par de multiples querelles, dirigent l’historiographie musicale vers un nouveau mode d’approche, mais surtout suscite cette recherche d’une expression neuve des connaissances50. Y voir une influence de travaux systématiques tels ceux entrepris en Allemagne est une erreur. Les sources citées par les historiens français ne concernent jamais les travaux allemands.

  • 51 Ce tableau est attribué à Nicolas-Etienne Framery qui dirigera plus tard la plus grande entreprise (...)
  • 52 Ce tableau est reproduit dans l’article « Musicology » du New Grove Dictionnary of Music and Music (...)

65L’originalité de la pensée française transparaît dans le Tableau de la Musique et de ses branches publié dans la première livraison du Journal de Musique en janvier 1770 (Illustration 1). Ce tableau reflète pour le domaine musical la tendance taxinomique relevée dès l’Encyclopédie et qui avait connu son expression la plus affirmée dans le Supplément51. Cette page souvent reproduite dans les traités de « systematische Musikwissenchaft »52, illustre la place accordée à l’histoire de la musique aux côtés de deux domaines :

  • 53 Journal de Musique, I (Janvier 1770), p. 8.

« La Musique peut être divisée en trois classes principales ; sçavoir, en acoustique, en pratique & en historique.53 »

66Évidemment, la position latérale de l’acoustique et de l’historique les situe comme des domaines parallèles à la pratique dont les branches offrent une riche panoplie de possibilités. Néanmoins, la volonté des éditeurs du Journal de Musique de faire part au public de recherches historiques sur la musique apparaît par la situation dans chaque livraison de ce domaine. Ils le font figurer en première position :

  • 54 Ibid., p. 5-6.

« 1°. Sous le titre de recherches sur la Musique, nous nous proposons de comprendre tout ce qui a été dit ou fait de relatif à cet art, non-seulement par les peuples de l’antiquité, mais encore par les modernes, depuis nombre de siècles successivement, jusqu’au moment de l’établissement de ce Journal. Nous espérons que rien n’échappera à nos recherches. Les matières y seront divisées par paragraphes, avec précision & clarté ; & la collection de ce Journal sera pour tous les amateurs & artistes la bibliothèque la plus complète de leur art. Nous tâcherons de corriger la sécheresse de ce travail par des anecdotes amusantes que nous y placerons sur la Musique, & les Musiciens célèbres de tous les âges.54 »

  • 55 Jean DAGEN, Histoire de l’esprit humain dans la pensée française de Fontenelle à Condorcet, Paris, (...)
  • 56 L’œuvre historique de Voltaire reflète cette double tendance.

67La distribution des « branches » de l’« historique » s’organise suivant deux directions : la première considérant l’art musical de manière générale, la seconde comme le produit d’un homme. Il y a là le reflet d’une double tendance qui s’était fait jour dans les écrits historiques français. D’un côté, les auteurs s’attachent à dresser des tableaux généraux, à rédiger des histoires de l’esprit humain dans une vision unitaire55. De l’autre, l’émergence de la notion de génie, l’importance attribuée à certains acteurs de l’histoire – surtout Louis XIV –, orientent l’historiographie vers la biographie, insistant sur le rôle des personnalités marquantes et leurs actions56. Les dichotomies national/étranger et ancien/moderne qui conditionnent les sous-sections de la branche historique, s’inscrivent dans l’esprit général de l’historiographie française du xviiie siècle et concilient les tendances de la critique musicale. Depuis le xviie siècle, des querelles affrontaient partisans de la musique française et partisans de la musique italienne, défenseurs des Anciens et panégyristes des Modernes. L’éditeur du Tableau parvenait ainsi à allier le souci taxinomique des savants attachés à de grandes entreprises aux orientations du goût. Quant aux ultimes catégorisations, elles seront envisagées plus loin.

  • 57 Voir dans le chapitre précédent la liste des articles du Journal de Musique retenus dans le cadre (...)

68Le Tableau de la Musique et de ses branches ne constitue pas à proprement parler un facteur d’intérêt pour l’histoire de la musique même si des questions qui susciteront la recherche y sont programmées57. Il représente avant toute chose la preuve de la présence dans les esprits du dernier tiers du xviiie siècle de l’histoire en tant que domaine digne d’être étudié autant que l’acoustique qui bénéficiait du prestige des travaux des membres de l’Académie Royale des Sciences et de l’histoire comme moyen de compréhension du phénomène musical dans son ensemble.

***

69Mettre en parallèle les réflexions et constatations qui précèdent avec le graphique 4 du chapitre I de la production d’ouvrages concernant l’histoire musicale en France aux xviie et xviiie siècles, suscite quelques remarques. Étant donné que la plupart des auteurs retenus appartiennent au milieu des penseurs, des scientifiques, il y a contemporanéité entre l’élaboration de recherches et leur application au domaine particulier représenté par l’histoire de la musique. La production, par exemple, d’histoires générales de la musique connaît une expansion vers 1750, c’est-à-dire au moment où les Encyclopédistes réclament de l’histoire qu’elle aide à comprendre la nature humaine au-delà des amas inutiles de détails. Aux intentions de réformes liturgiques ébauchées par la Congrégation de Saint-Maur dans la seconde moitié du xviie siècle correspondent les premières recherches sur le plain-chant prétridentin. Des réseaux relationnels semblables peuvent être tissés entre tous les groupes, illustrant une fois encore l’inclusion nette de la musique au sein de la République des Lettres.

Notes

1 Le mieux est de se référer à la bibliographie fournie par Blandine BARRET-KRIEGEL dans Les historiens et la monarchie, 4 vols, Paris, 1988.

2 Charles-Olivier CARBONELL, « Le discours baroque sur la science de l’histoire », Actes de la Xe session internationale d’étude du Baroque, 1983 : le discours scientifique du baroque, 1987, p. 131-140.

3 Georges GUSDORF, La révolution galiléenne, 2 vols, Paris, 1960.

4 Claude-Gilbert DUBOIS, La conception de l’histoire en France au XVIe siècle (1560-1610), Paris, 1977.

5 Claude PALISCA, Humanism in Italian Renaissance Musical Thought, New Haven, 1985.

6 Julien TIERSOT, Ronsard et la musique de son temps, Paris, 1903.

7 Albrecht DIETMAR STOLL, Figur und Affekt. Zur höfischen Musik und zur bürgerlichen Musiktheorie der Epoche Richelieus,3e éd., Tutzing, 1983.

8 Mary Helen OBELKEVICH, Manifestations of Philosophy and Science in the Music of Seventeenth-Century France, Ph.D., Columbia University, 1983. Les travaux sur le monocorde iront en décroissant au cours du XVIIe siècle. Le thème ne sera plus systématiquement abordé au XVIIIe siècle si ce n’est par quelques membres de l’Académie Royale des Sciences.

9 Cité par Gustave DULONG, L’abbé de Saint-Réal, Paris, 1921, p. 23.

10 Armand MACHABEY, « Musiciens-savants et savants-musiciens à l’époque de Mersenne », Revue d’histoire des sciences et de leur application, XI (1958) p. 193-206.

11 Blandine BARRET-KRIEGEL, op. cit..

12 Edmund BISHOP, « Richelieu and the Bénédictins », Liturgica Historica. Papers in theLiturgy and Religion Life of the Western Church, Oxford, 1918.

13 Dominique CATTA, « Le chant liturgique chez les Mauristes », Mémorial du XIVe centenaire de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1951, p. 301-312.

14 Edith WEBER, Le Concile de Trente et la musique. De la Réforme à la Contre-Réforme, Paris, 1982.

15 Cité par Amédée GASTOUE, Le Graduel et l’Antiphonaire romain. Histoire et description, Lyon, 1913, p. 149.

16 Abbé Jean GRANDCOLAS, Commentaire historique sur le Bréviaire romain, Paris, 1727, vol. Il, p. II.

17 Bourgoing avait l’intention de divulger dans les paroisses rurales un plain-chant simplifié et en même temps d’attirer un public de choix dans l’Oratoire du Louvre.

18 Gwilyn BEECHEY, « Guillaume Gabriel Nivers (1632-1714) : his organ music and his Traité de composition », The Consort, 25 (1968-1969) p. 373-383.

19 Cité par Amédée GASTOUE, op. cit., p. 161.

20 Guillaume NIVERS, Dissertation sur le chant grégorien, Paris, 1683, chapitre x.

21 Cornelis de WAARD (éd.), Correspondance du père Marin Mersenne, Paris, 1932-,

22 Jean LIONNET, « André Maugars : Risposta data a un curioso sul sentimento délia musica d’Italia », Nuova Rivista Musicale Italiana, XIX/4 (1985) p. 681-707.

23 Les Dai pensieri diversi (Modena, 1612) d’Alessandro Tassoni contribuèrent à l’introduction en France des idées historiques italiennes sur les Anciens.

24 Bufford NORMAN, « Anciens, Modernes, tragédie et opéra. La querelle sur Alceste », D’un siècle à l’autre. Anciens et Modernes, Marseille, 1986, p. 229-238.

25 Blandine BARRET-KRIEGEL, Les historiens et la monarchie. 2-La défaite de l’érudition, Paris, 1988.

26 Lettre du 29 novembre 1701. Paris, B.N., ms.n.a.fr., 5269, F 23. Les folios 15 à 34 de ce manuscrit contiennent les éléments de cette querelle. Le folio 34 consiste en une lettre dans laquelle le maître de musique fait part de son projet : « Je me suis donc résolu de faire une dissertation historique dans laquelle je feray voir en parcourant les 17 siècles qui se sont écoulés depuis la naissance de Jésus-Christ jusques à nostre tems, quelle a esté la pratique de ceste église, touchant le chant et la musique ». Les quelques jalons qui auraient dû former cette histoire figurent aux folios 26 à 31, « Remarque sur la Réponse à l’avertissement ». Brossard n’avancera pas plus son projet. Cette question de la pratique musicale dans l’Église réapparaîtra au cours du xviiie siècle dans l’ouvrage de Dom J. Liron : Singularités historiques et littéraires, contenant plusieurs recherches, découvertes et éclaircissement sur un grand nombre de difficultés de l’histoire ancienne et moderne (Paris, 1738, t.I, p. 142). La discussion porte en fait sur l’usage d’instruments dans l’Église de Paris, sur base d’une discussion des vers de Fortunat. Dans le troisième tome de ce même ouvrage, Liron traite de l’« Origine de la musique vulgaire dans les églises » (p. 232). Il y avance sur le témoignage de Johannes de Mûris que « la Musique n’a été introduite dans les Eglises que dans le 14me siècle et que jusque-là on ne s’y servait que du Pleinchant ». Il prenait ainsi parti contre Brossard, sans, certainement, connaître le travail que le chanoine de Meaux avait effectué sur le sujet.

27 James R, ANTHONY, French Baroque Music from Beaujoyeulx to Rameau, New York, 1978, p. 108-129.

28 Herbert SCHNEIDER, Die Rezeption des Opern Lullys, Tutzing, 1981.

29 Warren Dwight ALLEN, Philosophies of Music History. A Study of General Histories of Music 1600-1960, New York, 1962, p. 70-85.

30 Pour une liste des histoires générales de la musique en langue étrangère citées par les historiens français, voir le chapitre III. Les traductions ne sont pas très nombreuses. Aucune histoire de la musique étrangère n’a été traduite. En revanche, certains traités d’esthétique contenant des questions historiques l’ont été. Généralement ces ouvrages traitent de l’opéra, et c’est dans les histoires de l’opéra que leur influence sera la plus marquée. Les ouvrages traduits sont : John BROWN, Essai sur l’union de la poésie et de la musique, Paris, 1765 (éd. anglaise originale en 1763) ; Francesco ALGAROTTI, Essai sur l’opéra, Paris, 1773 (éd. originale en italien en 1755).

31 Pierre Gasnault, « Les travaux d’érudition des Mauristes au xviiie siècle », Historische Forschung im 18. Jahrhundert. Organisation, Zielsetzung, Ergebnisse, Bonn, 1976, p. 102-121.

32 Frances YATES, The French Academies of the Sixteenth Century, Londres, 1947.

33 Pour le détail des événements qui animèrent la vie de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, voir Alfred maury, L’ancienne Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1864.

34 Chantal GREL, « La Querelle homérique et ses incidences sur la connaissance historique », D’un siècle à l’autre. Anciens et Modernes, Marseille, 1987, p. 19-30.

35 Le personnage le plus illustratif est sans doute Bernard de Montfaucon (1655-1741) qui fut élu en 1719 membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

36 On pourrait également citer le cas de Michel-Paul Guy de Chabanon qui revint à sa première passion lorsqu’il publia ses dissertations sur Aristote et la musique, délaissant ses recherches archéologiques et poétiques qui l’avaient occupé plusieurs années.

37 Nicolas LENGLET DU FRESNOY, Méthode pour étudier l’Histoire, avec un catalogue des principaux historiens et des remarques sur la bonté de leurs ouvrages et sur le choix des meilleures éditions, Paris, 1713, t.1, p. 1-2. Sur le rôle de cet abbé, voir Lester A. SEGAL, « Nicolas Lenglet Du Fresnoy : tradition and change in French historiographical thought of the early eighteenth century », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 98 (1972) p. 69-117.

38 Judith SHKLAR, « D’Alembert and Réhabilitation of History », Journal of the History of Ideas, XLII/4 (1981) p. 643-664.

39 Cette influence est d’autant plus forte que les maîtres d’œuvre de l’Encyclopédie portèrent une attention particulière à la musique. D’Alembert et Diderot occupent une place de choix dans l’histoire de la théorie musicale. Jean-Michel BARDEZ, Philosophes, Encyclopédistes, Musiciens, Théoriciens, Paris, 1980. Pour D’Alembert, voir Robert M. ISHERWOOD, « The conciliatory partisan of musical liberty : Jean Le Rond d’Alembert, 1717-1783 », French Musical Thought, 1600-1800, Ann Arbor, 1989, p. 95-120.

40 Tel fut le cas au moment de la querelle des Anciens et des Modernes. Voir Pierre ZOBERMAN, « La vérité des Modernes », D’un siècle à l’autre. Anciens et Modernes, Marseille, 1987, p. 221-228.

41 Georgia COWART, The Origins of Musical Criticism. French and Italien Music, 1600-1750, Ann Arbor, 1981, p. 87-113.

42 Sur les vicissitudes de la notion de goût en musique, voir Belinda CANNONE, Philosophies de la musique (1752-1780), Paris, 1990, p. 114-143.

43 William WEBER, « La musique ancienne in the Waning of the Ancien Régime », Journal of Modem History, 56 (1984) p. 58-88 ; « Mentalité, tradition et origines du canon musical en France et en Angleterre au XVIIIe siècle », Annales ESC, 4 (1989) p. 849-873.

44 Clarence D. BRENNER, « The Théâtre Italien, its Repertory 1716-1793 », University of California Publications in Modem Philology, LXIII (1961).

45 Constant PIERRE, Histoire du Concert Spirituel, 1725-1790, Paris, 1975.

46 Sur le siècle de Louis XIV, voir Gaston HALL, « Le siècle de Louis le Grand. L’évolution d’une idée », D’un siècle à l’autre. Anciens et Modernes, Marseille, 1986, p. 43-52.

47 II s’agit le plus souvent de brefs articles dans les journaux comme dans le Journal de musique sur la musique en Angleterre et la musique en Russie ou encore la traduction de la biographie de Haendel par l’abbé Arnaud.

48 Kathleen HARDESTY, op. cit.

49 Philippe VENDRIX, « Proposition pour une poétique musicale révolutionnaire », Etudes sur le xviiie siècle, XVII (1990) p. 127-135.

50 Maria RIKA MANIATES, « Sonate, que me veux-tu ? The enigma of French musical aesthetics in the eighteenth century », Current Musicology, 9 (1969) p. 117-140 ; Alan LESSEM, « Imitation and Expression : Opposing French and British Views in the 18th Century », Journal of the American Musicological Society-, XXVII (1947) p. 325-330.

51 Ce tableau est attribué à Nicolas-Etienne Framery qui dirigera plus tard la plus grande entreprise encyclopédique musicale de la France du xviiisiècle avec son Encyclopédie méthodique (Paris, 1791-1818).

52 Ce tableau est reproduit dans l’article « Musicology » du New Grove Dictionnary of Music and Musicians (Londres, 1981) et plus récemment dans Cari DALHAUS et Helga DE LA MOTTE-HABER (éd.), Systematische Musikwissenschaft, Laaber, 1985.

53 Journal de Musique, I (Janvier 1770), p. 8.

54 Ibid., p. 5-6.

55 Jean DAGEN, Histoire de l’esprit humain dans la pensée française de Fontenelle à Condorcet, Paris, 1977, p. 109-160.

56 L’œuvre historique de Voltaire reflète cette double tendance.

57 Voir dans le chapitre précédent la liste des articles du Journal de Musique retenus dans le cadre de cette étude.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Liège, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search