Version classiqueVersion mobile

Aux origines d’une discipline historique

 | 
Philippe Vendrix

Introduction

Texte intégral

  • 1 Le mot « musicologie » est emprunté de l'allemand « Musikwissenschaft » qui était apparu au xix e  (...)
  • 2 Joseph Kerman, Contemplating Music. Challenges to Musicology, Cambridge, 1985.
  • 3 Un seul exemple (et il est de poids) suffit : l’ouvrage remarquable de Leo Treitler, Music and the (...)
  • 4 L'histoire des idées participe de ce mouvement (voir Donald R. Kelly, « What is happening to the H (...)

1La musicologie, discipline neuve parmi les sciences historiques1, vit, en cette fin de siècle, un moment difficile de son histoire. Depuis 1985, à la suite de Joseph Kerman2, l'interrogation sur son passé devient pratique courante3. Cette tendance, particulièrement perceptible aux Etats-Unis, reflète sans nul doute un malaise. Et la musicologie n'est pas la seule remise en cause4. Il en va de toute discipline qui, comme toute culture, ressent la nécessité de se tourner vers ses temps originels en cherchant comment elle est devenue ce qu'elle est afin d'avoir une conscience critique d'elle-même.

  • 5 Pierre Aubry, La musicologie médiévale. Histoire et méthodes, Paris, 1900.
  • 6 Elisabeth Hegar, Die Anfange der neueren Musikgeschichtsschreibung um 1770 bei Gerbert, Burney und (...)

2C'est là, peut-on rétorquer, une attitude commune à l'histoire de la musicologie. Depuis ses débuts, quelques érudits ont jugé utile de poser un regard sur les origines et la nature de leur pratique. Pierre Aubry clôturait le XIXe siècle avec un cours professé à l'Institut catholique de Paris sur La musicologie médiévale. Histoire et méthodes5. Il remontait aux recherches des bénédictins du XVIIe siècle pour proposer à ses étudiants de nouvelles voies où engager leurs pas. Sporadiquement, quelques musicologues procéderont au même genre de travail, plus en dilettantes qu'en professionnels, considérant souvent ce type de recherche plutôt comme un hommage et un garant que comme une source de remise en question. Elisabeth Hegar publie une étude assez superficielle sur trois grands noms de l'historiographie musicale6. Dans la plupart des cas, il s'agit d'une critique des productions historiques du passé et rarement d'une tentative de compréhension de leurs modes d’expression et de leurs conditions de réalisation.

  • 7 Warren Dwight Allen, Philosophies of Music History : A Study in General Histories of Music 1600-19 (...)
  • 8 Hans Robert Jauss a montré en quoi les études de ses collègues péchaient par dogmatisme dans Liter (...)
  • 9 Demetre Yannou, Die « Geschichte der Musik » (1715) von Bonnet und Bourdelot, Regensburg, 1980.
  • 10 Angelo Pompilio (éd.), Padre Martini. Musica e cultura nel settecento europeo, Florence, 1987.
  • 11 Kerry S. Grant, Dr. Burney as Critic and Historian of Music, Ann Arbor, 1983.
  • 12 Surtout « Mentalité, tradition et origines du canon musical en France et en Angleterre au XVIIIe s (...)

3En 1962, Warren Dwight Allen inaugure, avec un livre inépuisable, une nouvelle manière de prospecter le passé de la musicologie7. La réflexion ne se cantonne plus au relevé des imprécisions. Elle s'élargit à une volonté de percevoir la spécificité d'une discipline parmi d'autres, le moteur de ses émanations. L'impact d'un tel ouvrage tarda à se faire sentir. La musicologie allemande reprit le flambeau dans les années 1970 avec Cari Dalhaus et Hans Heinrich Eggebrecht. La « systematische MuMu-sikwissenschaft» tente alors de définir ses principes épistémologiques, de tisser une filiation entre la pratique moderne et celle des « grands » du XIXe siècle. Le résultat d'ouvrages tels que Die Grundlagen der Musikgeschichte semble pourtant assez décevant. Le dogmatisme teinte ces productions tout comme celles issues des histoires, néanmoins fondamentales, des phénomènes de réception8. Ce sont plutôt les études particulières qui contribuèrent à une vision plus juste du passé de l'historiographie. Des travaux entrepris sur Bonnet-Bourdelot9, sur Martini10, sur Burney11 et plus récemment par William Weber sur le concept de musique ancienne12 enrichissent le tableau de l'histoire de la musicologie et des attitudes face au passé musical.

  • 13 C'est le reproche que l'on peut formuler à l'égard des travaux spécialisés qui ont été effectués c (...)

4La présente thèse se voudrait une contribution à l'histoire de la discipline que nous pratiquons. Les enseignements de la bibliographie ont orienté la méthodologie vers des considérations globales au départ d'enquêtes spécifiques. Il ne s'agissait en aucun cas de relater toutes les tentatives effectuées par des historiens en un endroit précis à un moment donné, mais plutôt de tenter de comprendre les conditions de leur métier d'historien. Qui fait de l'histoire ? comment et pourquoi ? L'interrogation sur le passé d'une discipline échappe difficilement à la tentation du jugement, et c'est peut-être en cela que réside son intérêt majeur. Reproduire en d'autres termes tout ce qui a été écrit sur l'histoire de la musique à une époque aide peu13. Il fallait donc extraire la nouveauté ou souligner la réitération de lieux communs, élément fondamental pour la perception de l'esprit d'un temps.

5La musicologie, comme toute autre discipline, s'inscrit dans le contexte de sa pratique. Par là aussi, il convenait de ne succomber ni à la superficialité des connivences, éclatantes et secrètes, ni au détachement excessif qu'a connu la musicologie néo-positiviste de l'après-guerre. L'histoire des cultures s'offre comme une solution possible à ce dilemne et rejoint, en quelque sorte, le présupposé méthodologique qui a guidé l'élaboration de cette thèse. Il s'agit d'étudier des comportements, des sensibilités, des gestes ou des idées sur la base d'objets précis. Ceci suggère que les sources – ici les écrits concernant l'histoire de la musique –, ne se révèlent mieux qu'à la lumière d'hypothèses qui, pour être tacites, n'en gouvernent pas moins leur organisation. Les habitudes sociales, par exemple, d'un groupe d'auteurs jouent un rôle fondamental dans le décodage d'écrits qui, sans la prise en considération de cet aspect, paraîtraient anodins ou obscurs. Evidemment, il est aisé de retomber excessivement dans le subjectivisme évoqué ci-dessus. Toutefois, et tant que faire se peut, la sélection de ces éléments extrinsèques peut prétendre à une certaine validité dans la mesure où ne transparaît pas, comme c'est le cas dans les écrits de Cari Dalhaus notamment, une autre philosophie de l'histoire trop prégnante qui entraîne dans un tourbillon sans fin : celui qui débute par une philosophie de l'histoire de la philosophie de l’histoire.

  • 14 Charles-Olivier Carbonell , L'historiographie, Paris, 1981, p. 67-83.
  • 15 On ne compte plus les jugements négatifs à l'égard de l'Histoire de la musique et de ses effets de (...)
  • 16 Belinda Cannone, Philosophies de la musique (1752-1780), Paris, 1990.
  • 17 Cela n'est plus vrai pour l'historiographie générale depuis la publication des travaux de Blandine (...)

6Ces questions fondamentales, je les ai posées à un corpus d’oeuvres limité. Limité, il l’est d'abord dans le temps. Tous s'accordent pour considérer le XVIIe siècle comme le siècle qui a vu naître l'historiographie moderne14 et le XIXe comme le « siècle de l'histoire ». C'est donc cette période de gestation qui m'a semblé la plus intéressante, la plus riche d'enseignements sur le devenir de la discipline. Il convenait d'y joindre une limite spatio-linguistique. Le domaine français, souvent négligé15, s'offrait comme le lieu idéal de cette recherche. La musique y fut fréquemment un enjeu dans les débats entre esthéticiens, philosophes et théoriciens16 ; l'historiographie musicale s'est développée à la fois dans des ouvrages célèbres, mais aussi dans la discrétion de cabinets d'érudits, entraînant par là le désintérêt de la plupart des historiens modernes17. Si cette limite prend comme termes le domaine français et non le royaume de France, c'est pour permettre l'inclusion d'ouvrages publiés par des francophones non-Français dont l'importance n'est plus à souligner. A l'intérieur de cette longue durée – deux siècles –, et de cet espace élargi, il fallait marquer des points de repères précis. Deux traités vinrent à point : l'Institution harmonique de Salomon de Caus (1615), parce qu'elle représente la pénétration ultime en France de l'humanisme musical, et les Mémoires ou Essai sur la musique d'André-Modeste Grétry (1789), parce qu'ils clôturent l'Ancien Régime et introduisent à un nouveau mode de penser la musique et de l'exprimer théoriquement.

  • 18 II n'existe pas de liste exhaustive des écrits concernant la musique rédigés en France aux XVIIe e (...)

7Tous les ouvrages concernant la musique rédigés entre 1615 et 178918 n'ont pas servi. Le critère de base consistait évidemment en la présence de réflexions historiques. Celles-ci se dissimulent parfois dans des écrits que l'on ne s'attend pas à trouver dans un travail musicologique. Le premier chapitre éclairera sur la définition matérielle du corpus. Cette première approche conditionne les deux chapitres suivants dont l'angle d'analyse reste toujours général. Ceux-ci tenteront de justifier l'existence d'un corpus et les possibles de sa constitution. Les chapitres quatre à neuf pénétreront plus en avant dans les écrits.

8C'est une vision analytique qui gouverne l'organisation de ces six chapitres. Plutôt qu'envisager chaque auteur l'un après l'autre, j'ai préféré m'orienter vers une étude des thèmes abordés par les historiens des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce choix évite de se répéter et, surtout, de tomber dans le gigantisme conditionné par une approche par auteur. Tous ne sont d'ailleurs pas intéressants : on ne peut trouver deux Diderot en deux siècles ! Et cette manie d'écrire sur la musique, particulièrement au XVIIIe, engendra bien des pamphlets et des opuscules qui n'apportent rien par rapport à ce qui avait été dit précédemment. Toutefois, il importe de citer ces noms afin de montrer le rôle primordial joué par la musique dans la société française de l'Ancien Régime.

9L'approche thématique a permis de distinguer deux groupes. Le premier s'occupe de questions générales : les origines et les transformations de la musique, tandis que le second concerne des points particuliers dont les incidences pèsent alors sur le paysage musical français. Quatre domaines appartiennent à ce second groupe : la musique des Anciens, la musique médiévale, l'opéra et l'opéra-comique et finalement les biographies.

***

  • 19 Soutenue à l'Université de Liège, le 14 mars 1991.

10Ce questionnement sur la pratique de la musicologie, Anne-Marie Bragard-Mathy n'a cessé de me le susciter depuis le début de mes recherches, réclamant d'ouvrir les yeux sur le monde complexe de la musique et de ses conditions. Ses encouragements et sa vision humaniste furent déterminantes pour la réalisation de cette thèse. James Anthony et Maurice Barthélemy ont guidé mes pas dans l'univers français des XVIIe et XVIIIe siècles. Qu'ils soient ici remerciés pour leurs précieux conseils et leur immense gentillesse. Herbert Schneider, Manuel Couvreur, Philippe Gilson et Christophe Pirenne n'ont pas hésité à sacrifier leur temps pour me faciliter la tâche. La réalisation matérielle de cette thèse n'aurait été possible sans l'aide du Fonds National de la Recherche Scientifique19.

11Enfin, qu'il me soit permis d'évoquer les membres de ma famille et quelques amis dont le soutien et la confiance me furent d'un secours sans nom.

Notes

1 Le mot « musicologie » est emprunté de l'allemand « Musikwissenschaft » qui était apparu au xix e siècle.

2 Joseph Kerman, Contemplating Music. Challenges to Musicology, Cambridge, 1985.

3 Un seul exemple (et il est de poids) suffit : l’ouvrage remarquable de Leo Treitler, Music and the Historical Imagination, Cambridge, 1989.

4 L'histoire des idées participe de ce mouvement (voir Donald R. Kelly, « What is happening to the History of Ideas ? », Journal of the History of Ideas, LI/1 (1990) p. 3-26), ainsi que la nouvelle histoire (voir Roger Chartier, « Le monde comme rereprésentation», Annales ESC, 6 (1989) p. 1505-1520).

5 Pierre Aubry, La musicologie médiévale. Histoire et méthodes, Paris, 1900.

6 Elisabeth Hegar, Die Anfange der neueren Musikgeschichtsschreibung um 1770 bei Gerbert, Burney und Hawkins, Strasbourg, 1930.

7 Warren Dwight Allen, Philosophies of Music History : A Study in General Histories of Music 1600-1960, New York, 1962.

8 Hans Robert Jauss a montré en quoi les études de ses collègues péchaient par dogmatisme dans Literaturgeschichte als Provokation, Francfort, 1974 (en français, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1990).

9 Demetre Yannou, Die « Geschichte der Musik » (1715) von Bonnet und Bourdelot, Regensburg, 1980.

10 Angelo Pompilio (éd.), Padre Martini. Musica e cultura nel settecento europeo, Florence, 1987.

11 Kerry S. Grant, Dr. Burney as Critic and Historian of Music, Ann Arbor, 1983.

12 Surtout « Mentalité, tradition et origines du canon musical en France et en Angleterre au XVIIIe siècle », Annales ESC, 4 (1989) p. 849-873.

13 C'est le reproche que l'on peut formuler à l'égard des travaux spécialisés qui ont été effectués ces dernières années. Le choix d'un auteur ou d'un ouvrage comme objet d'étude, et s'y cantonner, ne permet pas une compréhension des mouvements généraux des idées à une époque ou d'une époque à l'autre.

14 Charles-Olivier Carbonell , L'historiographie, Paris, 1981, p. 67-83.

15 On ne compte plus les jugements négatifs à l'égard de l'Histoire de la musique et de ses effets de Bonnet-Bourdelot (1715).

16 Belinda Cannone, Philosophies de la musique (1752-1780), Paris, 1990.

17 Cela n'est plus vrai pour l'historiographie générale depuis la publication des travaux de Blandine Barret-Kriegel, Les historiens et la monarchie, 4 vols, Paris, 1988.

18 II n'existe pas de liste exhaustive des écrits concernant la musique rédigés en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les informations fournies par les deux volumes du RISM sur les Ecrits imprimés concernant la musique (Munich, 1971) doivent être complétées par deux articles d'Albert Cohen, « Survivais of Renaissance Thought in French Theory : 1610-1670. A Bibliographical Study », Aspects of Médiéval and Renaissance Music, New York, 1966, p. 82-95 ; « Symposium on Seventeenth-Century Music Theory : France », Journal of Music Theory, 16 (1972) p. 16-35. Les ouvrages qui ne sont cités ni par le RISM, ni par Cohen seront décrits avec plus de précisions ou feront l'objet de renvois à une bibliographie spécifique.

19 Soutenue à l'Université de Liège, le 14 mars 1991.

© Presses universitaires de Liège, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search