Version classiqueVersion mobile

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Annexe. Les fichiers de praticiens

Texte intégral

1. Ancien Régime (1699-1794)

  • 1 Aucune indication systématique pour les sages-femmes, par exemple, qui relèvent, jusqu’à la fin du (...)

1La constitution d’un fichier nominatif des praticiens liégeois pour des périodes antérieures au xviiie siècle se révèle, pour ainsi dire, impossible. Il existait à Liège, dès le Moyen Age, des communautés de merciers et de barbiers-chirurgiens, mais leurs archives furent détruites en 1468, lors du sac de la ville par Charles le Téméraire. Par la suite, les données éparses que l’on possède ne permettent pas une reconstitution fidèle de la population médicale1.

  • 2 A.E.L., Métiers, 284, 285, 286 et 287.

2Ce n’est qu’à partir de 1699 que la création du Collège des médecins réunit sous la tutelle d’une même autorité l’ensemble des professions médicales liégeoises. Les archives de cette institution ont été à la fois conservées et relativement bien tenues. Sont ainsi notamment parvenus jusqu’à nous quatre gros registres qui permettent de reconstituer, au jour le jour, l’activité du Collège des médecins durant toute son existence (1699-1794)2. Sous les cotes 284 à 286, les trois premiers registres contiennent les “ordonnances et recès” du Collège des médecins. Dans le quatrième [287], sont conservées les mentions résumées de l’ensemble des actes de réception et d’admission octroyés par le Collège.

  • 3 Voir 2e partie, ch.ffl, “Ombres et lumières : le personnel médical du pays de Liège”.
  • 4 Règlement du collège des médecins de la ville de Liège, dans G. De Louvrex, Recueil contenant les (...)

3Tous les praticiens de la ville, sinon du pays de Liège3, doivent être reçus par le Collège des médecins4. Pour les médecins, il s’agit d’une simple admission à l’occasion de laquelle ils présentent les titres universitaires qu’ils détiennent ; pour les apothicaires, les chirurgiens et les sages-femmes, il s’agit d’un examen qui clôture la période d’apprentissage et leur permet d’accéder à la maîtrise. Les apprentis sont également tenus de se faire inscrire. Tous enfin — apprentis, maîtres et médecins — payent un droit d’inscription ou de réception qui alimente les caisses du Collège.

  • 5 Nous avons utilisé un ordinateur personnel de marque I.B.M. (modèle XT — disque dur de 20 mégabyte (...)

4Tous les actes d’admission sont transcrits en détail dans les registres 284 à 286, sorte de cahiers aux procès-verbaux des séances du Collège. Par la suite, la mention résumée de chacun d’eux est reportée dans le volume 287, qui représente le matricule du Collège des médecins et du personnel médical liégeois. Dans un premier temps, un fichier informatisé5 a été constitué à partir de ce dernier registre. Sous le nom de MED 18A, ce fichier devait recenser, dans l’ordre chronologique, toutes les admissions au Collège, de 1699 à 1794. Il comporte 8 variables :

51. Patronyme

62. Prénom

73. Qualification

84. Droit d’admission

95. Date de l’admission au Collège

106. Date de l’obtention du diplôme

117. Lieu d’obtention du diplôme

128. Date du décès

13Les variables 1,2,3,4,5 et 8 s’appliquent à l’ensemble de la population considérée ; les variables 6 et 7 ne concernent que les médecins. Seuls ces derniers, en effet, obtiennent leurs titres en dehors du Collège. Quant aux pharmaciens et aux chirurgiens qui ont déjà été reçus par une autre communauté, ils doivent cependant subir les examens du Collège et, sauf exception, il n’est pas fait mention de leur précédente réception ou qualification.

14Par ailleurs, tous les renseignements ont été enregistrés en clair, tels qu’ils apparaissent dans la source. En effet, en ce qui concerne les qualifications, il aurait été prématuré de ne reteriir dès l’abord qu’une liste limitée de professions codées, établies, par exemple, d’après les titres explicitement prévus dans le règlement de 1699. Dès la première lecture du registre 289, l’inconstance des qualifications a pleinement justifié ce choix.

  • 6 En raison d’une lacune de la documentation, cette confrontation n’a pas pu être réalisée pour une (...)

15Le fichier MED18A comporte 1183 enregistrements. La mise en évidence d’un certain nombre d’imprécisions nous a rapidement conduit à mettre en doute son absolue fiabilité. Nombreuses difficultés de lecture ; disparition, à certaines époques, des mentions désignant l’apprentissage ; indication rare de la date du décès (48 occurrences, soit à peine 4 %) ; diversité de la mention des qualifications : autant d’éléments qui laissaient supposer que ce premier fichier devait être à la fois complété et corrigé. Dans cet esprit, il a été systématiquement confronté aux actes d’admission disséminés dans les registres 284 à 286 qui, rappelons-le, contiennent les procès-verbaux des séances du Collège. Ce long travail de comparaison entre la mention originale des actes et leur réapparition dans le registre 287 s’est avéré fructueux6.

  • 7 C’est le cas, par exemple, de 36 sages-femmes, 24 chirurgiens, S médecins et 12 apothicaires. Si l (...)

16Tout d’abord, il a permis d’augmenter le fichier de 208 enregistrements, portant ainsi le total à 1391. Le premier fichier comportait donc une sous-évaluation de 15 % de l’ensemble des actes. Cette lacune s’explique facilement La moitié [100] de ces 208 fiches supplémentaires concerne des titres d’apprentissage. Or, dans un certain nombre de cas, l’inscription comme apprenti se faisait le même jour que l’admission comme maître, régularisant ainsi formellement — et surtout financièrement — un oubli ou une négligence antérieure. Dans le registre 289, certains greffiers ont omis cette distinction. Par ailleurs, le report des actes dans le registre 289, n’a pas toujours été réalisé à partir des transcriptions originales, mais, parfois, à partir de leur mention dans les comptes annuels du Collège contenus, eux aussi, dans les registres 284-286, mais d’une consultation plus aisée. Cependant, un certain nombre de praticiens, ayant bénéficié d’une remise des droits d’admission, n’apparaissent pas dans ces comptes et peuvent donc n’avoir pas été inscrits au registre 2897.

17La confrontation des registres a également permis de compléter les fiches existantes, soit en y ajoutant de nouvelles variables, soit en remplissant des variables initialement prévues, mais qui étaient restées vierges lors du premier dépouillement ; soit enfin en précisant des indications floues ou ambiguës. Ainsi, il a été possible de compléter le lieu de provenance ou de résidence (280 occurrences), la qualité de “fils de maître” (120 occurrences), le nom du conjoint (pour les sages-femmes, 53 occurrences) et le nom du maître d’apprentissage (374 occurrences). La structure du fichier MED18A a donc été modifiée : 4 nouvelles variables lui ont été ajoutées.

18Dans la majorité des cas, la nature de l’apprentissage a pu être précisée grâce à la mention du maître d’apprentissage. Il a suffi de se reporter à la fiche de réception de ce dernier pour déterminer s’il s’agissait d’une inscription comme “apprenti-chirurgien” ou “apprenti-apothicaire”. Le lieu et la date d’obtention du diplôme ont pu être complétés pour un nombre important de médecins : 80 mentions au départ portées finalement à 174.

19Enfin, les nombreuses ambiguïtés relatives aux qualifications ont été, pour la plupart, résolues. Ainsi, par exemple, est apparue la synonymie entre les indications “pour la saignée” et “pour la petite rate de la chirurgie” : apparemment différentes, elles désignent en réalité un titre identique puisque l’une ou l’autre qualifie indifféremment le même individu, selon que l’on se reporte au registre 289 ou à la transcription originale de l’acte de réception. On peut formuler des remarques analogues à propos des termes “garçon” et “apprenti”. Dans le même ordre d’idées, l’indication laconique des “permissions” a pu être explicitée dans la totalité des cas.

20D’une manière générale, ces ajouts ont permis de préciser, d’unifier et, finalement, de coder sommairement les titres et qualifications. 34 mentions différentes ont été retenues :

Code des qualifications des fichiers MED18

Code des qualifications des fichiers MED18

21Ces différentes qualifications sont susceptibles d’être de nouveau regroupées et soumises à une critique vigilante. Il va sans dire, par exemple, que les mentions “MED”, “APO” ou “CHI” devraient être distribuées dans des rubriques concernant la ville ou le plat-pays (“MEDP”, “MEDV”,...). L’opportunité de ces regroupements est discutée dans le corps du texte.

  • 8 Ces 178 décès ne correspondent pas, bien évidemment, à la totalité des confrères. Cette situation (...)

22Au terme de la confrontation des archives du Collège des médecins, subsiste une lacune : le stock des dates de décès ne s’est guère étoffé. La mort des confrères, en effet, n’est en général signalée que par une croix placée en regard de leur nom. Impossible dès lors d’évaluer annuellement les effectifs de praticiens en activité. Il reste cependant une alternative : tous les ans, le Collège des médecins fait dire des messes pour les confrères décédés. Chacune de ces messes coûte 4 florins brabant et, à ce titre, apparaît dans les comptes annuels du Collège sous la rubrique Exposita. Il s’agit non seulement de cérémonies “génériques”, mais encore de messes célébrées à l’occasion du décès de chacun des confrères. Ainsi, les comptes donnent-ils le nom des praticiens décédés dans l’année et pour lesquels une messe a été célébrée. On dispose donc, pour un certain nombre d’individus, du millésime du décès. L’analyse des Exposita a permis d’inscrire 178 années de décès dans le fichier8.

  • 9 Mémorial administratif du département de l’Ourthe, t.5, an XII, n° 1, p. 325-334 (cette liste est (...)

23Les archives du Collège des médecins s’arrêtent en 1794. De nombreux confrères sont encore en vie à cette date. Le fichier du xviiie siècle a donc été confronté à la première liste de praticiens que l’on possède pour le régime français (1804) 9 : tous les praticiens d’Ancien Régime qui sont présents dans cette première liste nominative du xixe siècle ont été, dans le fichier du xviiie siècle, pourvus d’un millésime de décès fictif [2000] qui permet à l’ordinateur de les repérer comme étant encore en vie après 1794. 109 individus ont pu ainsi être identifiés. Enfin, il a été possible de compléter la variable “décès” à partir de renseignements biographiques épars.

24Au total, et si l’on exclu du fichier les apprentis, la date du décès, — fictive ou réelle — est connue pour 320 individus sur un ensemble de 896 praticiens, soit pour environ 36 %. Cette proportion doit être nuancée en fonction des différentes qualifications et des lieux de pratique (ville ou plat-pays).

  • 10 Chaque étape du fichier a été conservée sous un nom différent : MED18A (fichier de départ) ; MED18 (...)
  • 11 Une première liste est constituée des premières inscriptions au Collège des médecins et représente (...)

25Le fichier initial, successivement modifié, complété et corrigé porte maintenant le nom de MED18D10. Il doit permettre une étude longitudinale et sera confronté aux quelques “photographies” du personnel médical que l’on possède pour le xviiie siècle11.

2. L’époque contemporaine

  • 12 Voir 3e partie, ch.II.
  • 13 A.E.L., F.F.-A.C, 325, 345, 350, 351, 359 et 364 bis.
  • 14 Voir 3e partie, ch.I.

26La disparition du Collège des médecins en 1794, laisse la région liégeoise sans aucune instance de contrôle des professions médicales. Il faut attendre une dizaine d’années avant que les lois de l’an XI imposent une nouvelle forme de surveillance12. De 1794 à 1803, aucune statistique du personnel médical n’est possible. Seuls les registres de patente permettent d’avancer certaines évaluations13, mais qui ne concernent qu’une partie du corps médical14.

  • 15 Voir 3e partie, ch.II. Les listes de praticiens représentent un outil administratif d’une importan (...)
  • 16 M.A.D.O., t.5, p. 325-334.
  • 17 M.A.D.O., t.ll, p. 289-312.
  • 18 M.A.D.O., t.6, p. 503-504 ; t.12, p. 482-483 ; t.14, p. 282-285 ; t.16, p. 284-286 ; t.23, p. 69-7 (...)

27La loi du 19 ventôse an XI prescrit aux autorités départementales l’établissement de listes annuelles des praticiens autorisés à exercer l’art de guérir15. La première liste du département de l’Ourthe est publiée dans le Mémorial administratif de 180416. Elle ne sera cependant pas suivie chaque année de nouvelles listes répertoriant l’ensemble du personnel médical du département : seule la liste de mars 1807 possède cette caractéristique17. Les autres — en août 1804, décembre 1807, novembre 1808, novembre 1809 et janvier 181318 — sont des “listes supplémentaires” qui recensent seulement les nouveaux diplômés. Ainsi, on ne peut déterminer l’année de sortie d’observation des praticiens recensés, et seules les listes de 1804 et 1807 permettent une étude de la population effectivement présente dans le département

  • 19 A.E.L., FF.-Fonds Gobert, 129, 130, 131, 132.

28Par rapport aux registres du Collège des médecins, les listes du régime français apportent le renseignement supplémentaire de la commune de résidence. La date du diplôme n’est pas systématiquement précisée, mais elle a pu être complétée grâce à la confrontation avec les archives du Jury médical, qui interroge et délivre les titres de capacité aux praticiens du second ordre19, et grâce aux archives du Collège des médecins, pour les praticiens diplômés avant 1794.

29Le fichier du régime français, informatisé sous le nom de MEDA, comporte 409 praticiens — médecins, officiers de santé, apothicaires et sages-femmes. On connaît chaque fois le nom, le prénom, la qualification, le lieu et la date du diplôme, la commune de résidence et l’année d’entrée en observation.

  • 20 M.A.P1., t.3, p. 133-156.
  • 21 Voir 3e partie, ch.IV.

30Une nouvelle liste sera publiée en 1817 en vertu des prescriptions de l’an XI20 ; elle donne la “photographie” du personnel médical au début du régime hollando-belge. La loi du 12 mars 1818 maintient l’obligation d’établir les listes de praticiens et en confie la responsabilité aux Commissions médicales provinciales, nouvel organe de surveillance des professions de l’art de guérir21. Cependant, l’habitude de la publication de ces listes au Mémorial administratif se perd, et ce n’est qu’au lendemain de la révolution belge que l’on en retrouve de nouveau la trace.

***

  • 22 La publication des listes ne fut interrompue que pendant les années 1915-1919.

31A partir de 1831, la publication des listes au Mémorial administratifreprend, mais cette fois pour ne plus s’interrompre : elle se poursuit encore aujourd’hui. La documentation est exceptionnelle ; elle permet la reconstitution, année après année, de l’ensemble de la population médicale ayant exercé dans la province de Liège22. Nous avons effectué le dépouillement jusqu’en 1960 et rassemblé les données dans un ensemble de fichiers intitulé MEDE.

  • 23 Un espace supplémentaire de trois positions (“varia”) a été prévu pour coder des renseignements te (...)

32Le principe de dépouillement est simple. Pour chaque praticien, les listes donnent le nom, le prénom, la qualification, le lieu et la date (jour, mois, année) d’obtention du diplôme, et la commune de pratique. Par ailleurs, la confrontation des listes année après année permet d’établir la durée de la pratique dans la commune considérée. Ainsi s’ajoutent, pour chaque fiche, les variables “date initiale” et “date finale de pratique”23.

  • 24 Cet ordre varie selon les époques. Cela peut être, par exemple, par arrondissement administratif, (...)

33Une première liste est stockée en mémoire d’ordinateur, soit 1831 ; on la fait défiler ensuite sur l’écran et on compare chacune des fiches qu’elle contient à la liste de l’année suivante. Si un praticien présent sur la liste de 1831 est encore présent en 1832, on n’apporte aucune modification à sa fiche ; s’il disparaît, on indique “1831” dans la variable “date finale de pratique”. Si un praticien apparaît, on ajoute une fiche à son nom en indiquant “1832” dans la variable “date initiale”. Au terme de la confrontation, on trie le fichier, en mettant en queue les fiches pour lesquelles la date finale de pratique a été remplie. Les premières fiches correspondent donc aux praticiens en activité en 1832. Elles-mêmes sont triées selon l’ordre d’apparition dans les listes du Mémorial24. On répète alors l’opération en confrontant les fiches “ouvertes” du nouveau fichier à la liste de 1833.

34Imaginons maintenant qu’un praticien présent à Liège en 1832 n’apparaît plus dans la liste de 1833 sous la rubrique Liège, mais sous la rubrique Verviers. On ferme alors la fiche de ce praticien en indiquant 1832 dans la case “date finale” ; lorsque l’on constatera qu’il n’apparaît pas à Verviers dans le fichier, on ouvre une fiche à son nom en indiquant 1833 dans la variable “date initiale” et Verviers dans la variable “commune”. On poursuit de la sorte les opérations de confrontations successives pour toutes les années considérées.

  • 25 La possibilité d’une double qualification a été prévue en doublant les variables concernant l’obte (...)

35Au terme de ce travail, on possède en mémoire d’ordinateur, pour chaque praticien, une ou plusieurs fiches qui donnent, non seulement les caractéristiques invariables — le nom, le prénom, la qualification25... — mais encore la ou les communes dans lesquelles il a exercé son art et la durée pendant laquelle il est resté dans chacune de ces communes. La richesse documentaire s’en trouve ainsi considérablement accrue.

  • 26 C’est-à-dire les praticiens du premier et du second ordre.
  • 27 L’ordinateur identifie les fiches relevant d’un même individu grâce à la confrontation des patrony (...)

36Trois fichiers ont été successivement constitués. Le premier pour les “médecins au sens large”26 MED-B, 5772 enregistrements), le deuxième pour les pharmaciens (PHAR-B, 4783 enregistrements) et le troisième pour les sages-femmes (SAGE-B, 3849 enregistrements) ayant exercé dans la province de Liège de 1831 à 1960. Des procédures d’uniformisation et de corrections formelles leur ont été appliquées : vérification de l’orthographe, parfois instable, des patronymes, de la variabilité des prénoms, de l’exactitude et de l’uniformité des indications relatives au diplôme et à la commune de pratique27.

  • 28 Selon l’époque, les listes annuelles comportent entre 300 et 2000 noms. Impossible, dans de telles (...)

37Les enregistrements faisant double emploi ont été ensuite écartés des fichiers. Les listes du Mémorial contiennent en effet certaines erreurs, surtout dans les communes où de nombreux praticiens sont recensés, et où — comme il arrive souvent — l’ordre alphabétique n’est pas exactement respecté. Ainsi, il peut se produire qu’un praticien soit inscrit deux fois la même année et dans la même commune. Si la liste comporte un nombre élevé de praticiens, l’erreur peut ne pas se révéler au moment de l’encodage et faire l’objet d’une correction ultérieure28.

38Outre ces corrections formelles, la gestion informatique des fichiers a permis de réaliser un certain nombre de perfectionnements qui relèvent de la critique interne des documents. Les listes de la Commission médicale sont le support concret de la législation en matière d’art de guérir. Tout praticien exerçant dans la province doit être inscrit sur ces listes, qui font office de document légal à l’usage des autorités médicales, communales ou judiciaires. Ainsi par exemple, un docteur en médecine diplômé à l’Université mais qui aurait omis de se faire inscrire sur les listes peut être accusé d’exercice illégal de l’art de guérir.

39Documents de la pratique administrative, auxquels la Commission médicale consacre une constante vigilance, les listes de praticiens constituent une source dont la fiabilité d’ensemble ne doit pas être mise en cause, Il subsiste cependant un certain nombre d’erreurs ou d’imprécisions auxquelles il est possible de remédier. L’inscription sur les listes du Mémorial suppose que les praticiens se soient soumis à la formalité du visa ; c’est-à-dire que, avant de s’installer dans la province, ils doivent présenter leur diplôme auprès de la Commission médicale qui en vérifie la validité. Routine administrative, certes, qui n’a d’autre raison d’être que d’assurer le contrôle des titres de réception. Mais la formalité du visa est payante, et nombre de praticiens s’y soumettent d’assez mauvaise grâce. Un échange de courrier, parfois l’intervention du gouverneur de la province, amènent finalement les praticiens à s’exécuter, mais il peut s’écouler plusieurs mois entre le moment de l’installation et celui où la formalité du visa est accomplie. Le plus souvent, il ne s’agit d’ailleurs pas d’un conflit ouvert avec la Commission médicale, mais simplement — réticence ou négligence — d’une manière de postposer la formalité du visa. Ainsi, par exemple, un praticien diplômé en juillet 1884 et qui tarde quelques mois avant de se présenter à la Commission médicale, risque de ne pas être inscrit sur la liste de 1885, mais seulement sur celle de 1886.

  • 29 Ainsi, si la date d’obtention du diplôme est 1883 et la date initiale de pratique 1885, on corrige (...)

40De tels décalages s’observent régulièrement dans le fichier. Lorsqu’il s’agit d’un praticien diplômé de l’Université de Liège, et lorsque l’écart entre l’année d’obtention du diplôme et l’année de première installation dans la province n’excède pas deux ans, on a systématiquement soustrait une année à la date initiale de pratique de la fiche de première installation de ce praticien29.

  • 30 Ainsi par exemple, les fiches d’un praticien inscrit à Liège de 1880 à 1888, et à Verviers de 1888 (...)

41Une autre source d’imprécision réside dans le retard apporté dans l’indication des changements de domicile à l’intérieur de la province. Il appartient aux autorités communales d’informer chaque année la Commission médicale des praticiens qui viennent de s’installer ou qui viennent de quitter la localité placée sous leur autorité. Lourdeur administrative aidant, il arrive fréquemment que le praticien reste inscrit un moment dans sa commune d’origine, alors même qu’il est déjà recensé dans la nouvelle localité d’installation. Lorsque de tels changements existent et qu’ils n’excèdent pas deux ans, on a corrigé en inscrivant dans la case “date finale” de la commune d’origine un millésime inférieur d’une unité à l’année indiquée dans la case “date initiale” de la commune d’arrivée30.

42Les étapes successives des corrections ont été conservées dans des fichiers séparés. Les fichiers corrigés — MED-D, PHAR-D et SAGE-D, résumés sous le nom générique de MEDE — comportent respectivement 5683, 4821 et 3708 enregistrements, correspondant à 3570 médecins “au sens large”, 2488 pharmaciens et 1851 sages-femmes, soit l’ensemble des praticiens ayant exercé dans la province de Liège entre 1831 et 1960.

***

  • 31 Le dépouillement a été effectué pour les années 1826-1910. Les registres sont conservés dans les l (...)

43Nous avons ensuite cherché des renseignements complémentaires, susceptibles de préciser le profil sociographique de la population considérée. Pour les médecins, l’analyse des notices nécrologiques collectées au fil du dépouillement des périodiques médicaux (447 notices) offrait de précieuses informations. De même, l’exploitation des rôles d’immatriculation de l’Université de Liège31 nous a permis de connaître le lieu et la date de naissance d’un certain nombre de praticiens.

44Mais les renseignements ainsi collectés restent épars, difficiles à synthétiser. Etant donné l’ampleur des investigations, il n’était pas possible d’envisager une recherche plus approfondie pour l’ensemble des praticiens recensés. Nous avons décidé de limiter les recherches complémentaires aux médecins et aux pharmaciens ayant exercé dans la ville de Liège au cours de la deuxième moitié du xixe siècle.

  • 32 Les Registres de population sont conservés aux Archives de la Ville de Liège. Notre but n’a pas ét (...)
  • 33 Almanach administratif et statistique de la Ville de Liège, Liège, Desoer, aux années 1846-1847, 1 (...)
  • 34 La fiche définitive comprend les cases suivantes : patronyme, prénoms, sexe, profession, lieu et d (...)

45Une première recherche a été effectuée dans les Registres de populationde la ville de Liège correspondant aux années de recensement 1846, 1856, 1866, 1880, 1890, 1900 et 191032. L’accès aux Registres de population —classés par circonscription géographique et, à l’intérieur de chaque circonscription, par rue — a été assuré grâce aux listes d’adresses de YAlmanach administratif de la Ville de Liège33. Sur 491 médecins résidents à Liège entre 1846 et 1910, 368 ont pu être identifiés et 167 pharmaciens sur 322. Les renseignements concernant chaque praticien, éparpillés sur les bordereaux de dépouillement correspondant aux années de recensements, ont été ensuite regroupés sur une seule fiche34.

46Enfin, les fiches ont été complétées grâce aux renseignements contenus dans les notices nécrologiques, d’une part, et grâce à une nouvelle recherche effectuée dans les actes d’Etat civil de la ville de Liège, d’autre part. Cette dernière prospection a permis de retrouver les actes de mariage de 286 praticiens.

Notes

1 Aucune indication systématique pour les sages-femmes, par exemple, qui relèvent, jusqu’à la fin du xviiie siècle, de l’autorité ecclésiastique et ne sont l’objet d’un contrôle administratif que dans la mesure où elles sont susceptibles d’exercer une surveillance sur les naissances et l’administration du baptême. Aucune statistique possible non plus pour les apothicaires et les chirurgiens, respectivement confondus dans le métier des merciers et la confrérie des chirurgiens, barbiers et perruquiers. De même pour les médecins qui échappent de facto à tout contrôle.

2 A.E.L., Métiers, 284, 285, 286 et 287.

3 Voir 2e partie, ch.ffl, “Ombres et lumières : le personnel médical du pays de Liège”.

4 Règlement du collège des médecins de la ville de Liège, dans G. De Louvrex, Recueil contenant les édits et règlemens faits pour le Paîs de Liège et Comté de Looz, par les Evêques et Princes, t.3, Liège, Everard Kints, 1751, p. 48.

5 Nous avons utilisé un ordinateur personnel de marque I.B.M. (modèle XT — disque dur de 20 mégabytes) et les logiciels d’exploitation D.BASE.III+ et Lotus, pour réaliser toutes les opérations de stockage et de traitement des informations.

6 En raison d’une lacune de la documentation, cette confrontation n’a pas pu être réalisée pour une douzaine d’années, d’octobre 1719 à février 1732.

7 C’est le cas, par exemple, de 36 sages-femmes, 24 chirurgiens, S médecins et 12 apothicaires. Si l’on considère que, dans le premier fichier, 48 sages-femmes seulement sont inscrites, la sous-évaluation aurait été dans ce cas de près de la moitié.

8 Ces 178 décès ne correspondent pas, bien évidemment, à la totalité des confrères. Cette situation s’explique partiellement par le fait que, comme Marcel Florkin l’avait déjà noté, à partir de 17S3, les praticiens qui avaient obtenu la rémission de leurs droits d’admission ne bénéficiaient pas de ce privilège “eu égard que le payement des messes se tire de la caisse où ils n’ont rien mis” (Marcel Florkin, Les messes des médecins de Liège, dans R.M.Lg., LX (1954), p. 190).

9 Mémorial administratif du département de l’Ourthe, t.5, an XII, n° 1, p. 325-334 (cette liste est datée du 20 nivôse an XII — 11 janvier 1804).

10 Chaque étape du fichier a été conservée sous un nom différent : MED18A (fichier de départ) ; MED18B (confrontation des registres) ; MED18C (fichier corrigé) ; MED18D (fichier définitif, avec les dates de décès).

11 Une première liste est constituée des premières inscriptions au Collège des médecins et représente la population médicale en 1699. Une deuxième est contenue dans la Pharmacopea Leodiensis Liège, Everard Kints, 1741, [p. VII-X]. Sous le titre Nomina medicorum, pharmacopeorum, chirurgorum collegio nostro leodiensis adscriptorum secundum ordinem receptionis,deux autres listes de praticiens sont contenues dans les registres 285 (p. 549-556, année 1760) et 286 (non paginé, année 1770) du Collège des médecins. Enfin, en 1790, un “don patriotique” des praticiens liégeois fut l’occasion d’établir une dernière liste (286, p. 307-310).

12 Voir 3e partie, ch.II.

13 A.E.L., F.F.-A.C, 325, 345, 350, 351, 359 et 364 bis.

14 Voir 3e partie, ch.I.

15 Voir 3e partie, ch.II. Les listes de praticiens représentent un outil administratif d’une importance décisive. Les conditions de leur élaboration — indispensables à la compréhension de l’avènement du nouveau régime médical — seront discutées dans le corps du texte. Dans le souci d’éviter les répétitions, on ne présente ici que l’architecture générale du fichier qu’elles ont permis de constituer.

16 M.A.D.O., t.5, p. 325-334.

17 M.A.D.O., t.ll, p. 289-312.

18 M.A.D.O., t.6, p. 503-504 ; t.12, p. 482-483 ; t.14, p. 282-285 ; t.16, p. 284-286 ; t.23, p. 69-71.

19 A.E.L., FF.-Fonds Gobert, 129, 130, 131, 132.

20 M.A.P1., t.3, p. 133-156.

21 Voir 3e partie, ch.IV.

22 La publication des listes ne fut interrompue que pendant les années 1915-1919.

23 Un espace supplémentaire de trois positions (“varia”) a été prévu pour coder des renseignements tels que l’arrondissement administratif, l’indication “ne pratique plus”, etc...

24 Cet ordre varie selon les époques. Cela peut être, par exemple, par arrondissement administratif, par ordre alphabétique des communes à l’intérieur de chaque arrondissement et par ordre alphabétique des praticiens à l’intérieur de chaque commune.

25 La possibilité d’une double qualification a été prévue en doublant les variables concernant l’obtention du diplôme.

26 C’est-à-dire les praticiens du premier et du second ordre.

27 L’ordinateur identifie les fiches relevant d’un même individu grâce à la confrontation des patronymes, des prénoms et des renseignements relatifs au diplôme. Une parfaite uniformisation est donc indispensable, la plus infime variation orthographique étant, pour l’ordinateur, un critère de discrimination.

28 Selon l’époque, les listes annuelles comportent entre 300 et 2000 noms. Impossible, dans de telles conditions, de se souvenir d’éventuelles répétitions.

29 Ainsi, si la date d’obtention du diplôme est 1883 et la date initiale de pratique 1885, on corrige en indiquant 1884 dans la case “date initiale de pratique”. La correction n’aurait pas été effectuée si la date initiale avait été 1886, car le praticien aurait pu commencer sa carrière professionnelle en dehors de la province de Liège. Pour des raisons analogues, la correction n’a jamais été effectuée pour des praticiens ayant obtenu leur diplôme ailleurs qu’à Liège.

30 Ainsi par exemple, les fiches d’un praticien inscrit à Liège de 1880 à 1888, et à Verviers de 1888 à 1900, seront corrigées comme suit : Liège 1880-1887, Verviers 1888-1900. La correction s’effectue sur la date finale de la commune de départ, parce que celle-ci ne correspond pas à une modification “active” de la liste, mais à une simple transcription des renseignements contenus dans la liste de l’année précédente. Les chevauchements supérieurs à deux ans ne sont pas corrigés. Ils sont simplement signalés dans la case “varia” pour éviter de compter deux fois un même praticien. Ces cas de “double pratique supposée” sont rares : 53 individus seulement pour le fichier des médecins.

31 Le dépouillement a été effectué pour les années 1826-1910. Les registres sont conservés dans les locaux du Service des étudiants de l’Université.

32 Les Registres de population sont conservés aux Archives de la Ville de Liège. Notre but n’a pas été d’exploiter en totalité les ressources qui y sont contenues, mais d’y puiser les renseignements individuels qui ont paru les plus utiles à notre propos. Les Registres de populationconstituent une des sources majeures de la démographie historique en Belgique. Quelques études approfondies sont à présent disponibles (Claude Desama, Population et révolution industrielle. Evolution des structures démographiques dans la première moitié duxixe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1985 et René Leboutte, Reconversions de la main d’œuvre et transition démographique. Les bassins industriels en aval de Liège (xviie - xxe siècles), Paris, Les Belles Lettres, 1988).

33 Almanach administratif et statistique de la Ville de Liège, Liège, Desoer, aux années 1846-1847, 1856-1857, 1866-1867, 1880-1881, 1890-1891, 1898-1899.

34 La fiche définitive comprend les cases suivantes : patronyme, prénoms, sexe, profession, lieu et date de naissance, lieu et date de décès, profession du père, état civil ; pour le ou les conjoints : emplacements analogues auxquels s’ajoutent : lieu et date du mariage ; nombre d’enfants recensés et professions éventuelles ; résidences successives, avec dates d’entrée et de sortie ; nombre de domestiques à 30 ans, à 45 ans et à 60 ans.

Table des illustrations

Titre Code des qualifications des fichiers MED18
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search