Version classiqueVersion mobile

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Quatrième partie. Enthousiasmes et résistances : le corps médical sur les chemins du pouvoir (1830-1914)

Chapitre IV. Les structures du personnel médical

Texte intégral

1L’expression récurrente du “malaise médical” semble contredire le lyrisme de ceux qui, tout au long du xixe siècle, chantent les avancées conquérantes de la médecine scientifique. Seraient-ce deux discours différents, l’un proféré par les savants du haut des tribunes académiques et universitaires, l’autre par la masse des humbles praticiens, confrontés aux difficultés quotidiennes de la pratique ? La situation est plus complexe. Il est vrai que certains leaders du mouvement associatif s’en prennent à l’irréalisme des seigneurs de la profession : ceux-là se nourrissent de belles idées et font la science ; que savent-ils cependant des mille chicanes qui entravent la route du médecin-praticien ? Mais il est également de nombreuses personnalités du monde savant qui participent activement à la vie des associations et soutiennent de leur autorité les revendications du corps médical. Les Kuborn, les Malvoz, les Putzeys — brillantes étoiles de la médecine liégeoise — comptent parmi les plus zélés défenseurs des idéaux corporatifs.

2Les associations de praticiens et les idées dont elles se font les porte-parole, ne constituent en aucun cas un élément secondaire du paysage médical. Elles sont de tous les débats, de toutes les polémiques, de tous les projets, et leur action se traduit, malgré les pesanteurs, par d’évidents succès. Leurs chefs de file — les Festraets, les Dejace, les Merveille, pour ne citer que quelques Liégeois — terminent leur carrière dans l’apothéose de la reconnaissance publique et témoignent ainsi de l’autorité morale acquise au cours du xixe siècle par les associations de praticiens. Les thèmes portés par le discours corporatif pèsent de tout leur poids dans l’interprétation de l’environnement culturel et social des professions médicales.

3Alors ? Médecine conquérante ou médecine bafouée ? Il faut compter avec les formes même de la rhétorique médicale et corporative du xixe siècle, toujours avide d’hyperboles et d’images fracassantes. En toile de fond de toutes les revendications, la question de l’encombrement professionnel est invoquée comme une des causes les plus agissantes du “malaise médical”.

4En 1898 cependant, Eugène Hubert, professeur d’obstétrique à l’Université de Louvain, s’adressait en ces termes à ses étudiants :

  • 1 Le Scalpel, 28 août 1898, p. 1.

“Sans doute, la carrière est aujourd’hui terriblement encombrée [...]. Mais on parlait déjà d’encombrement de mon temps : la pléthore de médecins n’a cependant empêché aucun de mes contemporains d’arriver. Je revoyais l’autre jour la photographie du groupe de mes condisciples du doctorat et si le premier sentiment qu’évoque en moi cette image — vieille de 30 ans, hélas ! — est un sentiment de tristesse pour les amis disparus, le second est un sentiment de fierté pour les survivants. Un seul, qui ne valait déjà pas gros à l’Université, a mal tourné ; tous les autres ont fait laborieusement, honnêtement et brillamment leur chemin et occupent aujourd’hui des situations enviables et honorées. Vous ferez comme eux ; il y a encore de la place au soleil !”1.

5L’optimisme serein d’Eugène Hubert, sans nier la réalité de la pléthore médicale, contraste avec le catastrophisme des débats professionnels. Le thème de l’encombrement médical, et tous ceux qui lui sont associés, témoignent des difficultés rencontrées par les praticiens, mais également des ambitions nouvelles qui caractérisent le monde de l’art de guérir ; ils ne peuvent, à ce titre, s’interpréter que dans la mesure d’une constante oscillation des modes positifs et négatifs de l’expression de soi et des relations qui unissent le groupe à la société. Dénoncer ce qui n’est pas, c’est toujours dire ce que l’on voudrait qui soit et, en même temps, ce qui commence à être.

***

  • 2 Soucieux de ne pas alourdir le présent volume d’un luxe de considérations statistiques, nous ne don (...)

6Qu’en est-il dès lors des effectifs de la population médicale au cours de cette longue période — du xixe siècle à la première moitié du xxe siècle — pendant laquelle les commentaires balancent entre l’épouvantail de la pléthore et l’enthousiasme de la médicalisation2 ?

  • 3 Rappelons que par “médecins au sens large”, il faut entendre les praticiens du premier et du second (...)

Tableau IV.5. et Graphique IV.2. Les médecins au sens large dans la province de Liège (183I-1940)3

Tableau IV.5. et Graphique IV.2. Les médecins au sens large dans la province de Liège (183I-1940)3
  • 4 Voir supra 2e partie, ch.III, “Ombres et lumières : le personnel médical du pays de Liège”.

7La tendance séculaire à la hausse des effectifs médicaux est une incontestable évidence : 206 praticiens en 1831, 591 à l’aube de la Grande Guerre, et 950 en 1940. En un peu plus d’un siècle, le nombre des médecins fait plus que quadrupler. On mesure ici toute la différence avec le xviiie siècle, au cours duquel ne se discerne qu’une infime propension au gonflement des effectifs annuels de praticiens4.

  • 5 De l.5 individus avant 1880, la tendance moyenne annuelle à l’augmentation passe à 10.5 entre 1880 (...)

8Le calcul des droites de tendance permet de différencier trois périodes nettement contrastées. De 1831 à 1880, tout d’abord, la courbe se caractérise par une lente augmentation, ci et là ponctuée de moments de légères régressions. Elle s’infléchit très nettement à partir des années 1880 et de nouveau au lendemain de la Grande Guerre5.

  • 6 Voir supra, p. 290-292.
  • 7 112 individus sur 161 (Liste des personnes autorisées à exercer la médecine, la chirurgie et la pha (...)
  • 8 Voir 4e partie ch.I et graphique IV. 1. “Disparition des praticiens du second ordre dans la provinc (...)

9L’apparition précoce du thème de la pléthore médicale — bien avant les années 1880 — se comprend mieux si l’on considère que la stabilité relative des effectifs au cours de la période 1831-1880 est en fait la résultante de deux phénomènes distincts : la disparition progressive des praticiens du second ordre, tout d’abord, dont l’institution est supprimée par la loi de 18356 ; l’augmentation du personnel universitaire, ensuite. En 1817, au moment de la création de l’Université de Liège, les praticiens non-universitaires — mosaïque composite de chirurgiens d’Ancien Régime, d’officiers de santé reçus sur certificat ou examinés par les jurys médicaux du département de l’Ourthe et les Commissions médicales provinciales — représentent encore 70 % du personnel médical au sens large7. En 1831, ils ne représentent plus que 41 % de l’ensemble. Ainsi, avant même la suppression du second ordre, les structures du personnel médical sont notablement transformées par la plus forte représentation des universitaires. Après 1835, la tendance ira en s’accroissant au rythme de l’extinction progressive des praticiens non-universitaires : en 1884, après la mort du dernier officier de santé de la province, le personnel médical est exclusivement composé d’universitaires. Ainsi, perceptible dès la période hollando-belge (1815-1830), la croissance absolue de l’effectif des universitaires est-elle pleinement manifeste pendant le demi-siècle au cours duquel disparaissent les officiers de santé8.

Tableau IV.6. Croissance des effectifs annuels du personnel médical universitaire dans la province de Liège (1831-1884).

Tableau IV.6. Croissance des effectifs annuels du personnel médical universitaire dans la province de Liège (1831-1884).
  • 9 La tendance moyenne annuelle à l’augmentation de l’effectif des universitaires est de 3.5 unités pe (...)

10Il y avait 121 docteurs en 1831 dans la province ; ils sont 271 en 18809 : en 50 ans, la population médicale universitaire fait plus que doubler. Sans atteindre encore le rythme de croissance qui caractérise les époques suivantes (1881-1914 et 1920-1940), le groupe des médecins se reproduit selon une dynamique qui n’a plus rien de comparable avec les évolutions antérieures.

11Le rôle de l’Université de Liège est évidemment dominant. Aussitôt créée, aussitôt devient-elle le pôle de recrutement presque exclusif des praticiens de la province (tableau IV.7). C’est elle qui rend possible l’augmentation rapide des effectifs de la population médicale universitaire et crée les conditions d’une plus grande cohésion, à la fois intellectuelle et sociale.

  • 10 Entre 1836 et 1849, tous les aspirants à un titre universitaire, quel que soit l’établissement d’en (...)

Tableau IV.7. Lieu d’obtention du diplôme des docteurs en xercice dans la province de Liège entre 1831 et 194010

Tableau IV.7. Lieu d’obtention du diplôme des docteurs en xercice dans la province de Liège entre 1831 et 194010

Sources : Mede et Alphonse Leroy, Liber memorialis de l'Université de Liège, Liège, J.-G. Carmanne, 1862, p. LXXVII-XCV.

  • 11 Tendance moyenne annuelle = 3.5 pour la première période, et 10.5 pour la deuxième.
  • 12 Sur l’institution du grade d’élève universitaire, voir Alphonse Leroy, op. cit., 1869, p. LXXIII, e (...)
  • 13 Le Scalpel, 17 février 1884, p. 1.

12L’augmentation spectaculaire des effectifs médicaux à partir des années 1880 (graphique IV.2) ne s’explique pas uniquement grâce à la cessation du mouvement compensatoire de la baisse des praticiens du second ordre. Les périodes 1831-1880 et 1881-1914 restent nettement différenciées même si l’on ne considère que l’évolution des stocks annuels de praticiens universitaires11. La loi de 1876 sur l’enseignement supérieur — constamment mise en cause par les milieux médico-professionnels — a certainement joué un rôle non négligeable : en supprimant le grade préparatoire d“’élève universitaire” — qui imposait depuis 1849 aux étudiants de se soumettre, avant de prendre leur inscription en Faculté de médecine, à un examen sur les matières générales de philosophie et lettres —, la nouvelle loi allège les conditions d’accès aux études médicales12. “Le remède à l’encombrement professionnel”, écrit en 1884 Léopold Dejace, “se trouve dans le rétablissement du grade d’élève universitaire : il faut, dans l’intérêt des familles et des jeunes gens, élever, à l’entrée de l’Université, une barrière infranchissable à la médiocrité”13.

  • 14 Loi du 10 avril 1890 sur l’enseignement supérieur, article 5 : “Nul n’est admis aux examens de cand (...)

13Bouc émissaire de toutes les revendications professionnelles relatives à la pléthore, la question de l’enseignement ne représente pourtant qu’un élément du problème. La loi de 1876, en supprimant le titre d’élève universitaire et en n’imposant pas l’obligation d’avoir suivi un cycle d’études moyennes, assouplit les conditions d’accès à l’Université ; cependant, quinze ans plus tard, la loi de 1890 rétablit le principe précédemment aboli en exigeant de tous les étudiants la production d’un certificat d’humanités complètes14. Or, la tendance à la hausse qui s’observe dès les années 1880 n’est en rien freinée sous le régime de la nouvelle législation.

14Les modifications instituées en 1876 ont eu un effet ponctuel d’attraction vers les carrières universitaires, mais la tendance au long terme à l’augmentation des effectifs de praticiens correspond à un mouvement plus profond. C’est, dans le dernier quart du siècle, le prestige croissant associé à la fonction médicale qui détermine cette évolution. L’ère de l’hygiène triomphante, de la bactériologie et des premières avancées concrètes de la thérapeutique, confère au médecin une nouvelle identité sociale et appelle vers les professions de l’art de guérir un nombre toujours plus grand de candidats.

***

  • 15 Voir supra p. 234-245.
  • 16 Parmi elles, 17 ont été reçues par le jury médical de 1804 et, comme les officiers de santé reçus s (...)
  • 17 De 1831 à 1913, le nombre des sages-femmes est ainsi multiplié par 7.5 (de 70 à 523). Au cours de l (...)

15L’évolution séculaire des effectifs annuels de pharmaciens et de sages-femmes suit un rythme sensiblement différent de celui des médecins (Tableau IV.8 et Graphique IV.3). Les sages-femmes, tout d’abord, connaissent jusqu’au début du xxe siècle une croissance extraordinaire dans laquelle on reconnaît les effets au long terme d’une politique de médicalisation inaugurée sous le régime français15. Rappelons qu’il y avait, au moment de la promulgation des lois de l’an XI, 5 sages-femmes dans le département qui pouvaient se prévaloir d’un titre officiel de capacité ; en 1812, il y en a 5316. Au lendemain de l’indépendance, elles seront 70 dans la province de Liège, et plus de 500 à la veille de la première guerre mondiale17. Alors que les sages-femmes constituaient, en début de période, la population médicale la moins bien représentée du département, leur nombre dépasse rapidement celui des pharmaciens (en 1853) et, entre 1872 et 1898, celui des médecins.

Graphique IV.3. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)

Graphique IV.3. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)

Tableau IV.8. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)

Tableau IV.8. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)
  • 18 Voir supra p. 234-245.
  • 19 Sur l’histoire de la Maternité de Liège au cours du xixe siècle, voir Félix Macors, L’Hospice de la (...)
  • 20 Jean-Louis Rouche, op. cit., 1983-1984, p. 183-184. Cette somme permettait de subsidier annuellemen (...)
  • 21 Le nombre annuel des élèves sages-femmes inscrites à la Maternité varie entre 15 et 25 pendant la p (...)

16Ici aussi, et plus encore que dans le cas des médecins, la création, dès 1804, d’une institution locale d’enseignement pour les sages-femmes joue un rôle déterminant18. L’école de la Maternité, maintenue sous le régime hollando-belge, survit à la révolution de 1830 et ne cesse, pendant tout le xixe siècle, d’être l’objet de la sollicitude des autorités19. Depuis 1840 et jusqu’à la première guerre mondiale, la province alloue à l’école une somme annuelle variant entre 2 000 et 3 000 francs, destinée à être répartie en bourses d’études aux élèves sages-femmes qui s’engagent à s’établir dans des communes rurales20. Chaque année, la Maternité est fréquentée par plusieurs dizaines d’élèves qui, au terme d’un enseignement toujours plus exigeant, se présentent aux examens de la Commission médicale provinciale21. Sur 1 505 sages-femmes exerçant dans la province entre 1831 et 1940 et ayant obtenu leur titre de capacité après 1804, 1 268 (soit 84 %) ont été diplômées à Liège et ont, pour la plupart, suivi l’enseignement de l’école de la Maternité.

  • 22 La Maternité et l’Ecole d’accouchements, installées rue des Carmes depuis 1829, sont transférées da (...)
  • 23 Arrêté royal du 1er juillet 1908 (B.S.S.H., 1908, p. 279-294).
  • 24 Arrêté royal du 4 avril 1908 (B.S.S.H., 1908, p. 108-113). Un cours gratuit destiné aux futures inf (...)

17Contrairement à ce qui s’observe chez les médecins, la croissance de l’effectif des sages-femmes plafonne dans les années qui précèdent la première guerre mondiale ; entre 1920 et 1940, la tendance à la stagnation se confirme (Graphique IV.3). Plusieurs raisons se conjuguent pour expliquer ce phénomène. En 1908, tout d’abord, la réorganisation de l’école des sages-femmes22 et l’établissement d’un nouveau programme légal pour les examens23 rendent les études plus ardues et freinent ainsi le rythme d’expansion. De plus, l’institution, en 1908 également, d’un diplôme légal d’infirmier, offre une alternative de poids aux candidates à un titre médical non-universitaire24.

  • 25 Sur l’histoire de la profession infirmière en Belgique, lire : Rose-Marie Laurent, Les infirmières (...)
  • 26 R.C.M.P., 1910, p. 456 et 1911, p. 392.

18Le nouveau diplôme d’infirmier connaît un succès rapide25. Aucun candidat ne se présente en 1909, lors de la première session d’examen organisée par la Commission médicale, mais il y en aura 19 dès la session de mars 1910, dont 15 réussissent l’examen, et 71 au mois d’août de la même année, avec 63 réussites ! L’année suivante, la Commission confère 40 diplômes d’infirmiers26. On peut supposer que nombre de récipiendaires font partie du personnel hospitalier de la province, religieuses ou infirmières laïques invitées par la direction des hôpitaux à compléter leurs connaissances. Mais l’institution du diplome d’infirmier dépasse l’histoire de la politique hospitalière. En 1921, un nouvel arrêté royal réorganise les études d’infirmière et institue, à côté du titre d’infirmière hospitalière, celui d’infirmière visiteuse, consacrant ainsi — en leur donnant une nouvelle autorité et une pleine reconnaissance — les fonctions de gardes-malades, depuis longtemps assurées soit par des personnes non diplômées, soit par des sages-femmes soucieuses d’élargir le champ de leurs activités professionnelles.

  • 27 M.A.P.L., 1887, p. 215-218. Le cours, professé par le docteur Anten, commence en avril 1887 et sera (...)
  • 28 R.C.M.P., 1887 à 1906.
  • 29 Merveille, par exemple, craint que le cours de gardes-malades soit une incitation supplémentaire à (...)

19A Liège, dès le printemps 1887, la Députation permanente avait voté des subsides pour la création d’un cours de gardes-malades qui fut aussitôt rendu obligatoire pour les élèves sages-femmes27. Entre 1887 et 1906, la Commission médicale délivre ainsi 242 certificats de gardes-malades à des sages-femmes qui viennent de terminer leurs études ou à des diplômées installées de longue date28. L’institution des cours de gardes-malades prend acte d’une tendance qui se manifeste parmi les sages-femmes et lui confère ainsi un caractère de légalité qui n’est pas sans inquiéter certains milieux médicaux29.

  • 30 R.C.M.P., 1887, p. 253.
  • 31 A la fin du siècle, les premières associations professionnelles de sages-femmes, fondées avec le so (...)
  • 32 R.C.M.P., 1887, p. 280. Le manque de ressources dans les localités rurales, conduit, malgré les inc (...)
  • 33 G.M.B., 1910/1911, p. 455.

20Le but poursuivi est de permettre aux accoucheuses, confrontées elles aussi aux affres de l’encombrement professionnel, de trouver de nouvelles sources de revenus dans l’extension de leurs attributions aux fonctions d’infirmières à domicile : “la profession de sage-femme est fort encombrée”, écrit le titulaire du cours ; “si elles possèdent le diplôme de garde-malade, elles pourront être appelées auprès des malades de toute espèce et elles augmenteront considérablement leurs ressources”30. Les honoraires dérisoires qui sont accordés aux sages-femmes et, dans les communes rurales, la concurrence des accoucheuses traditionnelles, rendent la situation particulièrement pénible : “leurs honoraires sont en général plus que modérés et ne leur permettent pas de vivre convenablement de leur profession. Dans certaines communes, elles reçoivent 5 francs et même moins pour un accouchement31. Il arrive qu’elles n’obtiennent pour tout honoraire que des pourboires, si elles ne prennent pas la précaution de se faire payer immédiatement Beaucoup de Bureaux de Bienfaisance n’interviennent pas dans les frais d’accouchement, de sorte que les accoucheuses ne sont pas rémunérées chez les indigents [...] D’un autre côté, il existe des localités assez nombreuses où les sages-femmes ont tellement à lutter contre les matrones, naturellement malveillantes, qu’elles doivent quitter ces communes”32. Enfin, le rôle même de la sage-femme est compromis par la tendance des médecins à monopoliser la pratique des accouchements : “de plus en plus”, écrivait Louis Merveille en 1911, “le médecin est appelé à pratiquer l’accouchement non seulement dans les familles riches ou aisées, mais aussi dans les familles ouvrières intelligentes”33.

  • 34 Ce type d’accusation est une constante du discours médico-professionnel à l’égard des sages-femmes, (...)

21La stabilisation des effectifs annuels de sages-femmes à partir des années 1910 (Graphique IV.3) ne peut ainsi se comprendre que dans la perspective d’un mouvement au long terme. En 1908, la création du diplôme d’infirmière constitue le point d’aboutissement d’une évolution perceptible depuis plus de 25 ans, sinon dans les courbes de population médicale, du moins dans la mise en cause de la profession d’accoucheuse et dans la lente transformation du rôle de la sage-femme au sein de la société du xixe siècle. Pendant les trois premiers quarts du xixe siècle, celle-ci fut considérée comme un avant-poste de la médicalisation, susceptible d’offrir, auprès des populations pauvres et campagnardes, le service de ses compétences élémentaires. De plus en plus, on attendra autre chose des professions médicales subalternes — auxiliaires soumises au médecin, plutôt que concurrentes régulièrement accusées d’ignorance et soupçonnées, pléthore aidant, de se faire faiseuses d’anges plutôt qu’accoucheuses34.

  • 35 G.M.B., 1910/1911, p. 456.
  • 36 Rose-Marie Laurent, op. cit., 1989, p. 100-110.
  • 37 Le Scalpel, 28 juillet 1923, p. 415.

22Peu à peu, le rôle traditionnel de la sage-femme s’estompe : “scientifiquement, socialement, mais aussi théoriquement”, écrivait encore Louis Merveille en 1911, “il n’est pas difficile de démontrer que la pratique des accouchements est une des parties les plus difficiles de l’art de guérir et qu’elle devrait être réservée au médecin [...] Mais celui-ci n’a pas moins besoin, pour tous les soins matériels, d’une aide intelligente, et la sage-femme peut et doit accepter ce rôle sans déchoir”35. Au lendemain de la grande guerre, l’intervention toujours plus importante du médecin dans le domaine des accouchements et l’aura nouvelle dont s’entoure l’image de l’infirmière — éclairée par le souvenir d’Edith Cavell et par l’immense popularité dont jouit le reine Elisabeth36 — contribuent à ce mouvement de lente désaffection de la profession d’accoucheuse : “la guerre a donné aux infirmières un prestige dont elles jouissent encore [...] Les avantages matériels de la profession d’infirmière sont au moins équivalents et souvent supérieurs à ceux des sages-femmes, leur activité s’exerce dans des milieux agréables ; tout enfin, jusqu’à l’attrait de l’uniforme, entraîne vers cette profession un certain nombre de jeunes filles qui, il y a quelques années, se seraient consacrées à la tâche plus rude de l’accoucheuse”37.

***

  • 38 Le premier diplôme de pharmacien conféré à un étudiant liégeois par le jury universitaire est daté (...)

23La population des pharmaciens connaît une évolution différente de celle des médecins et des sages-femmes (Tableau IV.8 et Graphique IV.3). Le nombre des pharmaciens, nettement moins important que celui des médecins au lendemain de l’Indépendance (86 pharmaciens pour 206 médecins en 1831), augmente rapidement jusqu’à la moitié du siècle : en vingt ans, la population des pharmaciens s’accroît de 78 % (86 individus en 1831 contre 153 en 1849). La création du diplôme universitaire de pharmacien par la loi du 15 juillet 1849, en élevant le niveau des études, ralentit durablement la croissance38. De 1850 à 1867, l’effectif des pharmaciens est stationnaire ; la tendance à l’augmentation reprend ensuite et se confirme, dans les années 1880, suite aux effets de la loi de 1876 qui, en supprimant le grade préparatoire d’élève universitaire, favorise l’expansion des carrières universitaires. En 1895, les pharmaciens de la province sont 4.3 fois plus nombreux qu’ils ne l’étaient en 1831 (374 individus).

  • 39 En 1892, le nombre des diplômes de pharmaciens conférés par l’Université tombe de 45 à 21 (J.-F. An (...)
  • 40 G.M.Lg., 12 décembre 1895, p. 130.

24Après 1895, la croissance annuelle des effectifs est brusquement stoppée. Il faut y reconnaître les effets en chaîne de la loi sur l’enseignement supérieur du 10 avril 1890. Celle-ci réorganise en profondeur les études de pharmacie : au lieu de deux années, complétées par un stage officinal de deux autres années, elle porte à cinq ans la durée des études, en ce incluse, comme pour les médecins, une candidature préparatoire en sciences naturelles. La difficulté accrue du programme devait ainsi freiner les vocations de pharmaciens. De plus, comme l’explique judicieusement un rédacteur de la Gazette médicale, cette élévation du niveau des études aura un effet important sur l’augmentation des effectifs de médecins : “pour le corps pharmaceutique, l’accroissement va très probablement cesser à bref délai, par suite de la nouvelle loi sur la collation des grades académiques qui, en élevant le nombre des années d’études pour l’obtention du grade de pharmacien, a amené une diminution considérable du nombre des élèves en pharmacie dans les universités39. Malheureusement, cette disposition, en faisant déserter les laboratoires de pharmacie, a amené une augmentation correspondante dans le chiffre des étudiants en médecine”40. Quoi de plus naturel ? Deux années d’études supplémentaires suffisent pour acquérir le diplôme plus prestigieux de docteur en médecine et pour entamer une carrière qui ne requiert pas les mêmes frais d’installation que celle de pharmacien.

***

25L’étude des effectifs globaux de la population médicale révèle la nature des rythmes d’évolution et les divergences qui existent entre les médecins, d’une part, les pharmaciens et les sages-femmes, d’autre part. La spécificité de la croissance de la population des médecins est manifeste dès les années 1880. Au cours de l’entre-deux-guerres, l’augmentation spectaculaire du nombre des médecins n’a plus rien de comparable à l’évolution des courbes des pharmaciens et des sages-femmes. Encore faut-il s’interroger sur les relations existant entre le nombre des praticiens et le volume des populations auprès desquelles ils exercent leur art. Combien de médecins, de pharmaciens ou de sages-femmes, pour combien d’habitants ? Le calcul des taux de médicalisation est évidemment un élément essentiel d’évaluation au cours de ce long siècle (1830-1940) de bouleversements démographiques.

Graphique IV.4. La population de la province de Liège de 1831 à 1947

Graphique IV.4. La population de la province de Liège de 1831 à 1947

Source : recensements de la population belge (1831-1947).

26Après une période d’intense croissance démographique, qui couvre la majeure partie du xixe siècle, la guerre d’abord, et bientôt la dénatalité, conduisent à la stabilisation, puis aux premiers signes de diminution de l’effectif global de la population. La confrontation des courbes de médicalisation de la province de Liège pour les trois groupes de praticiens — médecins, pharmaciens, sages-femmes — éclaire d’un jour nouveau les différences existant entre les uns et les autres (Tableau IV.9 et Graphique IV.5).

  • 41 Nous utilisons deux mesures de la médicalisation. Le premier (indice de médicalisation) — nombre d’ (...)

Tableau IV.9. Médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)41

Tableau IV.9. Médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)41

Graphique IV.5. Taux de médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)

Graphique IV.5. Taux de médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)

27Les médecins, rappelons-le, — si l’on excepte la période 1872-1892 au cours de laquelle l’effectif des sages-femmes l’emporte — sont toujours plus nombreux que les deux autres groupes de praticiens. Toutefois, pendant la majeure partie du xixe siècle, la croissance de la population des médecins est proportionnellement de moindre amplitude que l’expansion démographique générale. Jusque dans les années 1880, on assiste ainsi, paradoxalement, à un phénomène de lente démédicalisation. Il y a 1 médecin pour 1 821 habitants en 1831 et 1 pour 23 % en 1880 ; Ce n’est que dans les vingt dernières années du siècle que les proportions tendent à s’inverser, mais il faut attendre 1900 pour que l’indice de médicalisation de 1831 soit pour la première fois dépassé (1 médecin pour 1 662 habitants).

  • 42

28Que penser dès lors du thème de la pléthore médicale ? La croissance modérée de l’effectif des médecins “au sens large” résulte, on le sait, des effets opposés de l’augmentation du personnel médical universitaire et de la disparition progressive des officiers de santé. Ainsi, si l’on ne considère que les docteurs, les indices de médicalisation sont en progression jusqu’en 1866 et se stabilisent en 1876 et 188042. La démédicalisation globale de la province s’accompagne d’une présence médicale universitaire sensiblement mieux affirmée. Ce sont donc les structures du personnel médical qui se transforment et c’est dans le creux de cette transformation que naît le sentiment de l’encombrement médical.

  • 43 Voir supra, p. 382-388.

29Après 1880, l’accélération du rythme de la croissance de l’effectif des médecins — ceux-ci sont désormais tous universitaires — conduit à l’augmentation rapide des indices de médicalisation. Un médecin pour 1 662 habitants à l’aube du xxe siècle, un pour 1188 en 1930 et un pour 870 au lendemain de la deuxième guerre mondiale. En même temps, se modifient les structures du marché de la santé. Deux éléments majeurs sont ici à considérer. L’enrichissement général de la population, tout d’abord, qui élargit la clientèle potentielle des médecins ; le développement, ensuite, des systèmes collectifs de subsidiation des soins de santé. Dans les vingt dernières années du xixe siècle, les médecins ressentent le développement de la mutualité comme une dangereuse menace qui compromet leurs intérêts matériels43. C’est grâce aux sociétés de secours mutuels, pourtant, que ne cessera de s’étendre le recrutement social de leurs patients. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’institution de l’assurance-maladie obligatoire consacre une évolution dont, au-delà des insatisfactions que formulent les revendications corporatives, les médecins bénéficient largement.

30Les courbes de médicalisation des sages-femmes et des pharmaciens ont une allure bien différente de celle des médecins (Tableau IV.9 et Graphique IV.5). L’importance numérique relative des accoucheuses commence à diminuer au moment où s’affirme celle des médecins (1880). Cette tendance ne fait que s’accroître et confirme les hypothèses précédemment avancées : plus il y a de médecins et moins il y a de sages-femmes, parce que le rôle du médecin prend de l’ampleur dans le domaine des accouchements.

  • 44 De 1 pharmacien pour 4 361 habitants en 1831, on passe à 1 pour 1 642 en 1947.

31Quant à la population des pharmaciens, enfin, nettement moins nombreuse que celle des médecins, elle se caractérise par une notable évolution séculaire des indices de médicalisation44, mais aussi par une tendance régulière à la stabilisation des rapports entre le nombre des praticiens et celui des habitants. Ainsi, après une première phase d’expansion pendant les quinze premières années de la Belgique indépendante (de 1 pharmacien pour 4 361 habitants à 1 pour 3 102 entre 1831 et 1846), les indices de médicalisation restent pour ainsi dire stationnaires jusqu’en 1880. Ils augmentent alors jusqu’en 1890 (1 pharmacien pour 2 266 habitants), mais ne se modifient pratiquement plus pendant les quarante années qui suivent (1 pharmacien pour 2 350 habitants en 1930). Ce n’est qu’après 1930 que la croissance des effectifs de pharmaciens, conjuguée à l’arrêt de l’expansion démographique, déterminent une nouvelle hausse des indices de médicalisation.

***

32Les mouvements d’ensemble ne doivent pas faire oublier les profonds déséquilibres qui s’observent à l’intérieur de l’espace provincial. A l’évidence, le profil de la médicalisation n’est pas le même si l’on considère séparément les milieux urbains, ruraux et industriels :

Tableau IV.10. et Graphique IV.6. Médicalisation de la ville de Liège, de l’arrondissement de Waremme et d’un groupe de communes industrielles (Jemeppe, Ougrée, Seraing, Tilleur) (1831-1947)

Tableau IV.10. et Graphique IV.6. Médicalisation de la ville de Liège, de l’arrondissement de Waremme et d’un groupe de communes industrielles (Jemeppe, Ougrée, Seraing, Tilleur) (1831-1947)

33Le groupe des communes sérésiennes, entièrement voué à l’industrie, constitue une des régions du bassin mosan à plus forte concentration ouvrière ; l’arrondissement de Waremme quant à lui est un ensemble de 80 communes presque exclusivement rurales. Les déséquilibres sont impressionnants. De 1831 à 1947, l’arrondissement de Waremme se caractérise par des taux de médicalisation médiocres, constamment inférieurs à la moyenne provinciale et dans lesquels on ne reconnaît aucune évolution marquée. Il y a un médecin pour 2 258 habitants en 1831, un pour 2 225 en 1910 : autant dire que la situation ne se modifie pas. Pendant rentre-deux-guerres, la médicalisation progresse quelque peu, mais dans des proportions qui n’ont rien de comparable avec la croissance des indices que l’on observe à Liège. Les communes industrielles, malgré l’explosion démographique qu’elles connaissent au xixe siècle, restent jusque 1920 aussi faiblement médicalisées que l’arrondissement de Waremme. Ce n’est qu’après la première guerre mondiale, avec le développement des sociétés mutuellistes, que le rythme de la médicalisation s’accélère sensiblement. La ville de Liège, enfin, bénéficie pendant toute la période considérée d’indices de médicalisation nettement supérieurs à la moyenne provinciale : un médecin pour 1 068 habitants en 1831, un pour 351 en 1947. Loin de se résorber, les écarts ne font qu’augmenter ; à partir de 1880, les indices liégeois décollent véritablement et se caractérisent par une croissance toujours plus prononcée.

  • 45 J. Acc, 30 octobre 1881, p. 112.

34Malgré ces déséquilibres, la province de Liège reste, sous le rapport de la médicalisation, une région relativement privilégiée. En 1881, par exemple, alors que le taux de médicalisation est de 0.38 pour mille en Belgique, il est de 0.42 dans la province. En France, il est de 0.39 et en Allemagne de 0.3245. La confrontation avec les données établies par Jacques Léonard pour la France de l’ouest — une région à la fois plus pauvre et plus excentrique que la province de Liège — donne la mesure des écarts qui peuvent exister : en Bretagne, les indices moyens de médicalisation sont toujours inférieurs aux indices les plus bas de la province de Liège.

Tableau IV. 11. Indices de médicalisation de la province de Liège et de l'ouest de la France

Tableau IV. 11. Indices de médicalisation de la province de Liège et de l'ouest de la France

Sources : Jacques Leonard, Les médecins de l'ouest au xixe siècle, 1978, t. 3, p. CXXXI et MEDE

  • 46 Abraham Flexner, Medical education in Europe. A report to the Carnegie Foundation for the advanceme (...)

35A la veille de la première guerre mondiale, enfin, les taux de médicalisation de la ville de Liège sont comparables, voire supérieurs, à ceux des grandes villes européennes : Liège (16 7521 habitants en 1910) : 1 médecin pour 758 habitants; Munich (538 983 habitants en 1909) : 1 médecin pour 845 habitants; Stuttgart (205 591 habitants en 1909) : 1 médecin pour 898 habitants; Glasgow (1910) : 1 médecin pour 754 habitants; Londres (453 6541 habitants en 1910) : 1 médecin pour 945 habitants; Marseille (491 161 habitants en 1908) : 1 médecin pour 1 299 habitants; Lyon (472 114 habitants en 1908) : 1 médecin pour 1 121 habitants46.

36Les taux de médicalisation ne sont que des témoins, instruments de mesure imparfaits qui laissent dans l’ombre une partie de la réalité qu’ils prétendent décrire. Les courbes ont toujours des allures de verdict : ce ne sont que des signes, qui dissimulent autant qu’ils révèlent. La stabilité relative des indices de médicalisation au cours de la période 1831-1880 suggère la stagnation; la réalité est plus complexe. Les praticiens de 1831 — héritiers de la diversité des qualifications et des statuts qui caractérise l’Ancien Régime et les débuts de l’époque contemporaine — ne sont pas ceux de 1880, tous universitaires et portés par l’enthousiasme conquérant dont s’abreuve la médecine scientifique. Par ailleurs, l’augmentation des effectifs absolus des médecins est en elle-même significative. Il y aurait quelque naïveté à la considérer comme un simple phénomène d’ajustement à la croissance démographique. La population des médecins croît d’un élan qui lui est propre et qui n’est qu’indirectement stimulé par l’expansion démographique générale.

***

37Pendant tout le xixe siècle, la longue plainte qui s’élève des associations et de la presse médico-professionnelles renvoie du corps médical une image complexe, bigarrée. Elite éclairée, au faîte de la hiérarchie du savoir, les médecins sont de plus en plus présents dans la société du xixe siècle, et leur intervention de plus en plus souvent sollicitée. Les indices de médicalisation n’augmentent de manière significative qu’à partir des vingt dernières années du siècle. Cependant, les structures du personnel médical se transforment en profondeur depuis le début du siècle. La disparition des officiers de santé et leur remplacement progressif par des praticiens universitaires comptent au nombre des caractéristiques majeures de cette évolution.

38Pléthore ou médicalisation ? La question ne se pose en ces termes qu’a posteriori. Au xixe siècle, les avancées manifestes de la pratique médicale — celles-ci transforment en profondeur l’image du médecin dans la société — nourrissent en même temps toutes les inquiétudes dont les associations de praticiens se font l’écho. Le corps médical est déconsidéré, exploité, abandonné à lui-même, clament sans discontinuer les porte-parole de la profession. Aux figures du Triomphe s’associent toujours celle du Martyr.

  • 47 Liste des citoyens qui d’après les lois du 3 mars 1831,30 mars et 30 avril 1836,31 mars 1848 et 30 (...)
  • 48 La moyenne est de 207 francs ; l’écart-type égal à 130 francs donne la mesure de la dispersion des (...)

39Quelques coups de sonde dans les listes électorales liégeoises du xixe siècle, permettent de se faire une idée plus précise. En 1872, par exemple, sur 86 médecins en exercice dans la ville de Liège, 67 sont électeurs, soit près des quatre cinquièmes qui répondent ainsi aux critères de notabilité de la société censitaire47. Parmi eux, existent cependant de grandes différences : les cotes globales d’impôt varient entre 24 et 587 francs48. Voilà qui confirme le poids de l’élément économique, constamment invoqué par les milieux médico-professionnels comme un des principaux facteurs de division du corps médical.

  • 49 Etant donné la longueur des dépouillements nécessaires pour obtenir des renseignements relatifs aux (...)

40Mais, qu’en est-il de l’appartenance sociale des médecins ? De quels milieux sont-ils issus et à quoi correspond cet appel vers une profession qui — jusqu’à la fin de l’Ancien Régime — semblait enchâssée dans les replis pérennes des corporations de métiers ? La profession du père reste un des meilleurs indicateurs de l’environnement social. Le tableau IV. 12 donne les résultats obtenus pour le groupe des médecins ayant exercé dans la ville de Liège entre 1846 et 191049.

Tableau IV.12. Profession des pères des médecins établis à Liège entre 1846 et 1910

Tableau IV.12. Profession des pères des médecins établis à Liège entre 1846 et 1910
  • 50 Celle-ci comprend principalement le monde des juristes (avocats, notaires, avoués, magistrats), auq (...)
  • 51 Cfr supra, p. 269-270.

41Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Si l’on considère, tout d’abord, l’ensemble des effectifs, la faible représentation de la catégorie “autres professions libérales”50 saute aux yeux. A peine 5 % des médecins se recrutent dans les milieux socio-professionnels dont, par le statut, ils semblent pourtant les plus proches. Eclatante confirmation de la rivalité, notée plus haut, qui existe entre médecins et avocats : les deux mondes sont pour ainsi dire socialement imperméables l’un à l’autre51.

  • 52 Notons qu’il y a peu de pères pharmaciens : 3 % à peine de la population considérée. De même les ph (...)

42Comme on s’y attend, une forte proportion de médecins appartient déjà au milieu médical : 19 % des praticiens ont un père médecin ou pharmacien52. Entre la génération des médecins nés avant 1850 et après 1850, on discerne cependant une notable évolution : 26 % des premiers et 14 % des seconds seulement ont un père qui exerce une profession médicale. Diplômés dans le dernier quart du xixe siècle, les médecins nés après 1850 appartiennent à cette nombreuse génération de praticiens grâce à laquelle la population médicale s’accroît dans des proportions sans précédent. Dès lors, il est normal que diminue la part relative des praticiens dont le père exerce une profession médicale.

43Les catégories les mieux représentées sont celles des négociants d’une part, des artisans et du commerce de détail d’autre part, c’est-à-dire de la petite et moyenne bourgeoisie commerçante. A elles seules, elles représentent 35 % de l’ensemble. On remarque, entre les médecins nés avant 1850 et après 1850, la progression de la rubrique “artisan et commerce de détail” : de 5 à 12 % de l’ensemble. De même, le monde des employés — qui n’était qu’à peine représenté dans les familles des médecins nés avant 1850 — représente 18 % de l’ensemble de la deuxième génération.

  • 53 G.M.B., 1903/1904, p. 141.
  • 54 Le Scalpel, 11 décembre 1904, p. 1.
  • 55 G.M.Lg., 24 octobre 1895, p. 38.

44Pléthore ? Au début de l’année 1904, un correspondant de la Gazette médicale évoquait le bilan de l’année écoulée. “L’encombrement ne fait qu’augmenter”, écrivait-il, “la lutte pour l’existence devient de plus en plus âpre et l’on se demande avec terreur où nous conduira cette rage des parents bourgeois poussant leur fils, au prix de l’épuisement de toutes leurs réserves, vers une carrière aujourd’hui si peu enviable”53. A la même époque, Léopold Dejace mettait en cause “l’ambition tenace des pères qui poussent vers les études médicales un contingent d’année en année plus compact”54. Et Louis Merveille, dix ans auparavant, mettait au service de la même idée sa plume intarissable : “d’habitude, le bourgeois qui pousse son fils vers la carrière médicale raisonne à peu près comme l’ouvrier mettant son honneur à faire de son descendant un buraliste. L’un comme l’autre ne voient qu’une chose : soustraire leur rejeton au travail manuel, aux fatigues corporelles, pour en faire un homme plus élevé dans la hiérarchie sociale, un Monsieur. Il est possible, se dit le brave commerçant, l’honnête artisan, que la carrière médicale est encombrée, mais, enfin, mon fils médecin gagnera toujours de quoi vivre et je lui épargnerai au moins les travaux qui fatiguent le corps et l’usent avant l’âge”55.

  • 56 Le Scalpel, 29 novembre 1903, p. 1.

45Tous parlent le même langage et, déjà à contre-temps, défendent les mêmes chimères. Ici, l’épouvantail de la démocratisation auquel les ténors du mouvement associatif opposent l’image mythique du bon vieux temps : à ce moment, disent-ils, la profession médicale était respectée, moins nombreuse et plus homogène. Le “bourgeois enrichi par le négoce” ou le “campagnard qui a péniblement arraché à la terre quelques économies” n’avaient pas “le cerveau embué par des rêves de gloriole”56 et ne songeaient pas à faire de leur fils un docteur ! Pourtant, cinquante ans auparavant, les devanciers de Louis Merveille et de Léopold Dejace frémissaient de la même épouvante. De même feront leurs successeurs lorsque, après la grande guerre, ils constateront la nouvelle croissance des effectifs médicaux.

46En ces récurrences, en ces violences fleuries — rhétorique empoussiérée dans le nuage du temps — le discours médical tourne sur lui-même ; il se fait surtout l’écho, à son corps défendant, d’un des aspects majeurs de l’évolution de la profession médicale : dès les années 1850, celle-ci devient un lieu symbolique vers lequel convergent de nouvelles formes d’aspiration à la mobilité sociale. Les médecins s’en inquiètent : c’est pourtant au creux de cette mutation au long cours que la profession médicale trouve les formes contemporaines de son dynamisme.

Notes

1 Le Scalpel, 28 août 1898, p. 1.

2 Soucieux de ne pas alourdir le présent volume d’un luxe de considérations statistiques, nous ne donnons ici que les principaux résultats de l’analyse sociographique du monde médical liégeois. Pour de plus amples développements, le lecteur pourra se reporter à notre article intitulé : Les populations médicales de la région liégeoise (xviiie - xxe siècles). Perspectives socio-démographiques, à paraître.

3 Rappelons que par “médecins au sens large”, il faut entendre les praticiens du premier et du second ordre. Rappelons également que tous les tableaux et graphiques dont les sources ne sont pas indiquées renvoient implicitement aux fichiers MEDE présentés en annexe.

4 Voir supra 2e partie, ch.III, “Ombres et lumières : le personnel médical du pays de Liège”.

5 De l.5 individus avant 1880, la tendance moyenne annuelle à l’augmentation passe à 10.5 entre 1880 et 1914 et à 21 entre 1920 et 1940.

6 Voir supra, p. 290-292.

7 112 individus sur 161 (Liste des personnes autorisées à exercer la médecine, la chirurgie et la pharmacie dans la province de Liège, M.A.P.L., 1817, p. 133-156).

8 Voir 4e partie ch.I et graphique IV. 1. “Disparition des praticiens du second ordre dans la province de Liège (1831-1884)” En France, malgré le maintien de l’officiat de santé jusqu’en 1892, une tendance analogue, quoique moins prononcée, se manifeste. Pour l’ouest, Jacques Léonard a montré qu’en 1803 les praticiens du second ordre représentent 80 % de l’ensemble ; en 1831, ils ne sont plus que 56 %. En 1886, les officiers de santé constituent encore 26 % de la population médicale (Jacques Léonard, Les médecins de l’ouest au xixe siècle, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1978, t.3, p. CXL).

9 La tendance moyenne annuelle à l’augmentation de l’effectif des universitaires est de 3.5 unités pendant la période 1831-1880.

10 Entre 1836 et 1849, tous les aspirants à un titre universitaire, quel que soit l’établissement d’enseignement où ils étaient inscrits, étaient tenus de présenter leurs examens auprès d’un jury central siégeant à Bruxelles. Dans les listes du Mémorial administratif, le lieu d’obtention du diplôme est donc “Bruxelles”. Grâce au travail d’Alphonse Leroy, on connaît cependant la plupart de ceux qui ont accompli leurs études à Liège. La confrontation des listes du Mémorial et du Liber memorialis permet d’obtenir un chiffre pour cette période. On le laissera entre crochets, ainsi que les autres données correspondant à cette période, parce que, d’une part, la liste établie par Leroy n’est sans doute pas, à quelques unités près, exhaustive et que, d’autre part, on ne possède pas de renseignements semblables pour les universités de Gand et de Louvain.

11 Tendance moyenne annuelle = 3.5 pour la première période, et 10.5 pour la deuxième.

12 Sur l’institution du grade d’élève universitaire, voir Alphonse Leroy, op. cit., 1869, p. LXXIII, et notamment : “on a fait preuve de sagesse en donnant un avertissement aux familles, trop aisément tentées, de nos jours, d’engager leurs enfants dans les carrières libérales, alors qu’ils ne pourraient qu’y végéter, en supposant qu’ils parvinssent à terminer leurs études”.

13 Le Scalpel, 17 février 1884, p. 1.

14 Loi du 10 avril 1890 sur l’enseignement supérieur, article 5 : “Nul n’est admis aux examens de candidat [...] s’il ne justifie par certificat qu’il a suivi avec fruit un cours d’humanité de six années au moins, y compris la rhétorique”.

15 Voir supra p. 234-245.

16 Parmi elles, 17 ont été reçues par le jury médical de 1804 et, comme les officiers de santé reçus sur certificat, sont des praticiennes en activité ayant bénéficié des mesures de transition prévues par la loi de 1803.

17 De 1831 à 1913, le nombre des sages-femmes est ainsi multiplié par 7.5 (de 70 à 523). Au cours de la même période, le nombre de médecins au sens large n’est multiplié que par 2.9 (de 206 à 591), celui des docteurs par 4.9 (de 121 à 591) et celui des pharmaciens par 4.4 (de 86 à 378). Les brusques fluctuations de la courbe des sages-femmes (Graphique IV.3) en 1883 et en 1933 sont dues à des remises à jour des listes de praticiennes.

18 Voir supra p. 234-245.

19 Sur l’histoire de la Maternité de Liège au cours du xixe siècle, voir Félix Macors, L’Hospice de la Maternité, l’Ecole provinciale des sages-femmes et la clinique universitaire des accouchements, Liège, L. Dethier et F. Lovinfosse, 1860 et Jean-Louis Rouche, La Maternité de Liège (1829-1931), Liège, mémoire de licence inédit, 1983-1984, p. 170-193.

20 Jean-Louis Rouche, op. cit., 1983-1984, p. 183-184. Cette somme permettait de subsidier annuellement entre 4 et 10 praticiennes (par exemple, R.C.M.P., 1862, p. 125 : 7 bourses octroyées ; 1863, p. 139 : 9 bourses).

21 Le nombre annuel des élèves sages-femmes inscrites à la Maternité varie entre 15 et 25 pendant la période 1830-1865, entre 25 et 40 pendant la période 1865—1910 (Jean-Louis Rouche, op. cit., 1983-1984, p. 180-181). Au départ, les connaissances préalables exigées des élèves sont minimes et beaucoup de postulantes savent à peine lire et écrire. A partir de 1843, une institutrice est attachée à l’établissement “pour donner l’instruction primaire aux élèves qui n’ont pas fait d’études préalables suffisantes” (Exposé de la situation administrative de la province de Liège, 1843, p. 78). Dès les années 1850, la Commission médicale — qui décide de l’admission des candidates à l’école — et la direction de la Maternité, réclament l’institution d’un examen d’entrée qui corresponde “aux connaissances acquises à l’école primaire” (par exemple R.C.M.P., 1867, p. 180). Les conditions d’admission ne seront cependant officiellement renforcées qu’à partir de 1885 (Jean-Louis Rouche, op. cit., p. 172-173). Mais, depuis longtemps déjà, la Commission médicale se montrait plus sévère et ne limitait plus son interrogatoire aux seules notions élémentaires de lecture et d’écriture. En 1882, par exemple, sur 46 postulantes, 19 seulement sont admises à l’école : “si nous ne tenions pas la main”, écrit le secrétaire de la Commission médicale, “à ce que des jeunes filles trop peu instruites ne puissent pas entreprendre des études de sages-femmes, nous serions débordés par les nombreuses demandes qui nous parviennent. Or, comme on sent de plus en plus la nécessité d’élever le niveau de l’instruction, nous nous croyons dans notre droit en nous montrant très difficiles quant à l’admission des élèves” (R.C.M.P.., 1882, p. 183).

22 La Maternité et l’Ecole d’accouchements, installées rue des Carmes depuis 1829, sont transférées dans les nouveaux locaux du boulevard de la Constitution qui jouxtent l’hôpital de Bavière (voir, au sujet des débats et des polémiques suscités par le transfert : Jean-Louis ROUCHE, op. cit., p. 34-55). Dans le même mouvement, la Maternité passe sous la tutelle de l’Etat et les liens existants entre l’enseignement de la clinique obstétricale de l’Université et l’Ecole des sages-femmes se resserrent (ibidem, p. 188-193).

23 Arrêté royal du 1er juillet 1908 (B.S.S.H., 1908, p. 279-294).

24 Arrêté royal du 4 avril 1908 (B.S.S.H., 1908, p. 108-113). Un cours gratuit destiné aux futures infirmières est aussitôt créé par le Conseil provincial et annexé à la Maternité. Quatre autres cours privés sont également institués : par les Hospices civils de Liège “en faveur du personnel religieux de leurs établissements” ; par le Comité liégeois de la Croix-Rouge ; par les docteurs Massaut et Boulenger, respectivement médecin en chef et médecin de la Colonie d’aliénés de Liemeux ; par le docteur Spinhayer, enfin, qui “fait un cours pour quelques religieuses attachées à l’Hôpital de Verviers” (R.C.M.P., 1910, p. 456).

25 Sur l’histoire de la profession infirmière en Belgique, lire : Rose-Marie Laurent, Les infirmières en Belgique au début du xxe siècle. Naissance d’une profession, Liège, mémoire de licence inédit, 1988-1989.

26 R.C.M.P., 1910, p. 456 et 1911, p. 392.

27 M.A.P.L., 1887, p. 215-218. Le cours, professé par le docteur Anten, commence en avril 1887 et sera assuré sans discontinuer jusqu’en 1908. Il comporte 20 leçons annuelles ; il se clôture par un examen et, en cas de réussite, par l’octroi d’un certificat de garde-malade.

28 R.C.M.P., 1887 à 1906.

29 Merveille, par exemple, craint que le cours de gardes-malades soit une incitation supplémentaire à l’exercice illégal de la médecine par les sages-femmes. Par ailleurs, “en permettant aux sages-femmes d’assister tous les malades, on s’expose à ce qu’elles deviennent le véhicule privilégié des maladies contagieuses [...] On ne peut espérer en effet qu’elles prennent toutes les mesures de désinfection nécessaires lorsque, du chevet d’un malade contagieux, elles seront appelées à celui d’une femme en couches. Il faut prendre les sages-femmes pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire les considérer comme des malheureuses gagnant péniblement leur vie, âpres au gain et n’ayant que des notions confuses sur les microbes, l’infection, l’antisepsie, etc” (G.M.Lg., 31 janvier 1889, p. 206).

30 R.C.M.P., 1887, p. 253.

31 A la fin du siècle, les premières associations professionnelles de sages-femmes, fondées avec le soutien de Nicolas Charles et du Journal d’ accouchement, porteront au premier plan de leurs revendications la fixation d’un prix minimum de 10 francs (par exemple : J.Acc, 7 août 1898, p. 290). A la même époque, les médecins demandent, selon la classe sociale de la parturiente, des honoraires variant entre 20 et 350 francs (par exemple : J.Acc., 10 février 1895, p. 53).

32 R.C.M.P., 1887, p. 280. Le manque de ressources dans les localités rurales, conduit, malgré les incitations et les encouragements officiels, un nombre important de sages-femmes à s’installer dans les grands centres de population. Ainsi, de 1831 à 1940, entre 27 et 45 % des sages-femmes sont installées dans les seules villes de Liège, Huy et Verviers. A partir des années 1840, grâce à l’institution de subsides en faveur des accoucheuses rurales, cette proportion tend à diminuer, mais elle remonte, dans les années 1880, pour se stabiliser à un chiffre moyen de 38 %.

33 G.M.B., 1910/1911, p. 455.

34 Ce type d’accusation est une constante du discours médico-professionnel à l’égard des sages-femmes, avivé par le récit de procès auxquels il est toujours fait largement écho. La moralisation de la profession d’accoucheuse sera un des objectifs inlassablement poursuivi par Nicolas Charles qui l’associe directement à l’élévation du niveau des études : “la morale a pour base principale la conscience et celle-ci n’est que la résultante des facultés intellectuelles. Il est périlleux de placer des armes dangereuses dans des mains inexpérimentées ou maladroites [...] Un résultat favorable dans ce sens ne peut être obtenu chez les natures incultes, non habituées à réfléchir, incapables de se rendre compte des principes sociaux” (J.Acc., 30 avril 1880, p. 76). A Liège, certaines accoucheuses faisaient passer dans la presse quotidienne des annonces à peine voilées : “Madame Dedrich, sage-femme. Pension, consultations secrètes, maladies des femmes” (La Meuse, 1er janvier 1885, p. 4) ; ou plus explicite encore : “Madame Burnay, accoucheuse [...] Pension à toutes époques, consultations, retard des règles, secret” (Journal de Liège, 2 février 1905, p. 4).

35 G.M.B., 1910/1911, p. 456.

36 Rose-Marie Laurent, op. cit., 1989, p. 100-110.

37 Le Scalpel, 28 juillet 1923, p. 415.

38 Le premier diplôme de pharmacien conféré à un étudiant liégeois par le jury universitaire est daté du 26 août 1853 (Jean-François Angenot, La pharmacie et l’art de guérir au pays de Liège, Liège, Eugène Wahle, 1983, p. 129).

39 En 1892, le nombre des diplômes de pharmaciens conférés par l’Université tombe de 45 à 21 (J.-F. Angenot, op. cit., 1983, p. 138).

40 G.M.Lg., 12 décembre 1895, p. 130.

41 Nous utilisons deux mesures de la médicalisation. Le premier (indice de médicalisation) — nombre d’habitants pour un praticien — “fait parler les chiffres” ; le second (taux de médicalisation) — nombre de praticiens pour mille habitants — “fait parler les courbes”. S’il est en effet plus explicite de dire qu’il y a 1 médecin pour 2 000 habitants dans une population donnée, que de signaler que le taux de médicalisation est égal à 0.50 praticiens, la mise en graphique du nombre d’habitants par praticien n’est guère lisible, puisque le phénomène d’une médicalisation croissante se traduit nécessairement par une courbe qui va en diminuant. Nous utilisons les chiffres de population fournis par l’Institut National de Statistique aux années de recensements (Recensement de la population au 31 décembre 1961, t.1, Chiffres de la population, Bruxelles, Institut National de Statistique, 1963, p. 239 et sv.).

42 Image 10000201000001C90000007010B37B6BFAFFD525.png

43 Voir supra, p. 382-388.

44 De 1 pharmacien pour 4 361 habitants en 1831, on passe à 1 pour 1 642 en 1947.

45 J. Acc, 30 octobre 1881, p. 112.

46 Abraham Flexner, Medical education in Europe. A report to the Carnegie Foundation for the advancement of teaching, New-York, Updike, 1912, p. 17-18, 29 et 31.

47 Liste des citoyens qui d’après les lois du 3 mars 1831,30 mars et 30 avril 1836,31 mars 1848 et 30 mars 1870 réunissent les conditions requises pour concourir à l’élection des membres des Chambres législatives du Conseil provincial et du Conseil communal, A.EL., Listes électorales, 1872.

48 La moyenne est de 207 francs ; l’écart-type égal à 130 francs donne la mesure de la dispersion des positions économiques des praticiens.

49 Etant donné la longueur des dépouillements nécessaires pour obtenir des renseignements relatifs aux parents, on a préféré s’en tenir à cet échantillon qui offre un nombre suffisant de données pour établir des regroupements significatifs. Sur 491 médecins résidant à Liège entre 1846 et 1910, 368 ont été identifiés dans les registres de population. A partir de là, le couplage avec les actes de mariage et les renseignements épars glanés dans les notices nécrologiques et dans quelques autres sources, a permis d’établir avec précision la profession de 306 pères (soit 62 % de la population concernée).

50 Celle-ci comprend principalement le monde des juristes (avocats, notaires, avoués, magistrats), auquel s’ajoutent un architecte et trois artistes ou hommes de lettres.

51 Cfr supra, p. 269-270.

52 Notons qu’il y a peu de pères pharmaciens : 3 % à peine de la population considérée. De même les pharmaciens ont rarement un père médecin : sur 79 pharmaciens ayant exercé à Liège entre 1846 et 1910 et dont la profession du père est connue, 2 seulement ont un père médecin. Par ailleurs, dans le cas des pharmaciens, le phénomène de recrutement interne est plus marqué que chez les médecins : 26 pharmaciens sur 79, soit 33 %, ont un père pharmacien. La transmission de l’officine est sans aucun doute l’élément qui détermine cette plus forte représentation.

53 G.M.B., 1903/1904, p. 141.

54 Le Scalpel, 11 décembre 1904, p. 1.

55 G.M.Lg., 24 octobre 1895, p. 38.

56 Le Scalpel, 29 novembre 1903, p. 1.

Table des illustrations

Titre Tableau IV.5. et Graphique IV.2. Les médecins au sens large dans la province de Liège (183I-1940)3
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau IV.6. Croissance des effectifs annuels du personnel médical universitaire dans la province de Liège (1831-1884).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Tableau IV.7. Lieu d’obtention du diplôme des docteurs en xercice dans la province de Liège entre 1831 et 194010
Légende Sources : Mede et Alphonse Leroy, Liber memorialis de l'Université de Liège, Liège, J.-G. Carmanne, 1862, p. LXXVII-XCV.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique IV.3. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau IV.8. Evolution séculaire de l’effectif des médecins (au sens large), des pharmaciens et des sages-femmes dans la province de Liège (1831-1940)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Graphique IV.4. La population de la province de Liège de 1831 à 1947
Légende Source : recensements de la population belge (1831-1947).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau IV.9. Médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)41
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique IV.5. Taux de médicalisation de la province de Liège. Médecins, pharmaciens, sages-femmes (1831-1947)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau IV.10. et Graphique IV.6. Médicalisation de la ville de Liège, de l’arrondissement de Waremme et d’un groupe de communes industrielles (Jemeppe, Ougrée, Seraing, Tilleur) (1831-1947)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau IV. 11. Indices de médicalisation de la province de Liège et de l'ouest de la France
Légende Sources : Jacques Leonard, Les médecins de l'ouest au xixe siècle, 1978, t. 3, p. CXXXI et MEDE
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau IV.12. Profession des pères des médecins établis à Liège entre 1846 et 1910
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/403/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search