Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Quatrième partie. Enthousiasmes et résistances : le corps médical sur les chemins du pouvoir (1830-1914)

Chapitre III. A l’ombre du discours médical : récurrences et doléances

Texte intégral

  • 1 Le Scalpel, 1er août 1850, p. 1.
  • 2 Le Scalpel, 20 août 1850, p. 1.

1Au lendemain de l’épidémie de choléra de 1849, le gouvernement distribue une kyrielle de médailles — en or, en argent ou en bronze — destinées à récompenser les praticiens qui ont fait preuve du plus grand dévouement. L’un des bénéficiaires, Michel Vedrinne, simple médecin installé à Liège depuis plus de vingt ans, s’émeut de n’avoir été gratifié que d’une récompense secondaire ; il s’arme d’une plume indignée et renvoie au ministre — il s’agit de Rogier — la médaille qui vient de lui être attribuée : “je regrette, Monsieur le Ministre, de ne pouvoir accepter cette médaille, toute honorifique qu’elle soit, d’une part parce que si je l’acceptais, ce serait reconnaître que j’ai fait moins que certains autres de mes collègues à qui l’on a cru devoir accorder une plus haute marque de distinction, et d’autre part parce que, en donnant nuit et jour mes soins aux cholériques, je n’ai fait qu’accomplir un devoir d’humanité pour lequel je ne crois avoir mérité ni récompense, ni distinction”1. Au podium du mérite, pleurs et grincements de dents entachent les témoignages publics de reconnaissance. L’affaire, certes, est secondaire ; mais elle provoque, dans la presse et les associations médico-professionnelles, des remous en série qui ne s’apaisent que plusieurs mois plus tard. L’exemple de Vedrinne est suivi par de nombreux autres. Auguste Festraets, rédacteur du Scalpel, leur ouvre largement les colonnes de son journal et s’associe à leurs critiques. “Il serait difficile”, écrit-il, “de se faire une idée du mécontentement que les récompenses-Rogier ont partout excité”2.

2Rogier a-t-il effectivement distribué les récompenses avec partialité ? A-t-il favorisé les praticiens les plus en vue, professeurs de l’Université, membres des Commissions médicales ou médecins des Bureaux de bienfaisance ? A-t-il agi de propos délibéré ou fut-il simplement maladroit ? Vaines questions : l’intérêt de l’affaire des médailles du choléra réside moins dans l’anecdote que dans la manière dont s’exprime la rancœur des médecins. Le concert de protestations qui s’élève du corps médical révèle au moins deux éléments majeurs. Conscience de soi, d’abord, et des valeurs auxquelles s’associe l’exercice de l’art de guérir ; voici Vedrinne qui se drape avec emphase des valeurs quasi sacerdotales dont s’entoure la médecine. Mais insatisfaction également — ici à l’égard des pouvoirs publics — toujours prête à s’enflammer et à déployer les batteries mobilisatrices de la rhétorique de l’indignation.

3Médecine conquérante qui, de la notion d’individu à celle de race, intègre à son système de représentations un champ d’interventions toujours élargi. L’expression déferlante des revendications corporatives — lourd nuage chargé de toutes les désillusions et de toutes les amertumes — assombrit le ciel de cette épiphanie. Mais l’expression des désillusions sert à la fois la cause des illusions. Les intarissables débats professionnels, coordonnés par la presse et les associations médicales, révèlent les formes de cette dialectique émancipatrice. Entre la tutelle de l’Etat et la force de la corporation, entre l’idéal collectif de guérir la nation et les valeurs de l’autonomie, la profession médicale trouve, au xixe siècle, les figures de son identité. A partir des années 1840-1850, l’action et les discours corporatifs constituent un élément essentiel du paysage médical. En filigrane de ses récurrences, de ses exagérations, de ses obsessions et de ses combats, le discours médico-professionnel témoigne également des conditions de l’exercice de l’art de guérir au xixe siècle.

1. Au cœur du débat : la concurrence des empiriques

4En 1834, le baron Vandensteen, gouverneur de la province de Liège, faisait parvenir aux administrations communales la circulaire suivante :

  • 3 “Le gouverneur de la province de Liège aux administrateurs des villes et des communes rurales”, 11 (...)

“Je suis informé que nombre de charlatans, la plupart étrangers au pays, parcourent librement les villes et communes de la province et y débitent, sans en être empêchés par la police, des remèdes secrets, des prétendus spécifiques contre toutes sortes de maladies ; qu’il ne s’écoule pas de semaine sans qu’il en arrive dans les places publiques, foires et marchés, dans un costume et un étalage plus ou moins étranges ; et qu’enfin c’est surtout, circonstance qui seule devrait suffire pour éveiller l’attention de la police, sur les gens du peuple et de la campagne qu’ils portent leur regard, parce qu’ils espèrent trouver en eux une ignorance et une simplicité favorables au débit de leurs prétendues panacées, sans s’inquiéter des maux, des maladies graves, des accidens funestes qui peuvent en être l’effet. Ce sont d’audacieux aventuriers qui cherchent à s’enrichir par toutes les voies que la sotte crédulité offre à leur art imposteur, mais à l’égard desquels les lois ont toujours été sévères, et l’œil de la police ne devrait par conséquent cesser d’être ouvert”3.

  • 4 Voir par exemple M.A.PL., t.6 (1836), p. 314-315 ; t.ll (1841), p. 215 ; t.14 (1844), p. 287 ; t.15 (...)
  • 5 Le Scalpel, 21 mai 1876, p. 1. Ou encore : “à toutes les époques les charlatans se ressemblent” (P. (...)

5Et voici rouvert, peu après l’indépendance, l’inépuisable dossier de l’exercice illégal de l’art de guérir. Au vrai, il ne s’est jamais refermé, et Vandensteen ne fait ici que prendre le relais d’une lutte inaugurée, il y a plus de trente ans, par les administrateurs du régime français. On reconnaît dans les nouvelles circulaires les mêmes arguments et la même rhétorique que dans les rappels à l’ordre des préfets du département de l’Ourthe. La “crédulité du peuple” fait toujours le lit de l’imposture et l’autorité publique se doit de protéger contre elle-même une population ignorante des dangers auxquels elle s’expose. Pendant tout le xixe siècle, de telles circulaires ponctuent de leurs invariables sentences les livraisons du Mémorial administratif4. Pérennité du charlatanisme ? “L’exercice illégal”, écrivait en 1876 un des rédacteurs du Scalpel, “a été une plaie de tous les temps, et les progrès de la civilisation n’ont encore rien pu contre lui”5. Indifférentes aux transformations de la médecine universitaire, les pratiques traditionnelles de l’art de guérir traversent le siècle avec une assurance et une popularité qui scandalisent les médecins. Il y aurait cependant quelque naïveté à ne pas interroger plus avant les formes contemporaines de l’exercice illégal et ses continuelles résurgences que médecins et élites éclairées mettent au compte du partage immuable de l’Erreur.

  • 6 Cfr supra, p. 223-233.
  • 7 Ici encore, aucune comptabilité n’est possible et l’on est forcé de s’en tenir à cette insatisfaisa (...)

6La position du praticien illégal se modifie. Elle n’est plus, au xixe siècle, ce qu’elle était sous l’Ancien Régime. Pendant la période française, au moment où se met en place le monopole légal des professions médicales et où s’exerce une nouvelle forme d’autorité publique, on a pu reconnaître les premières manifestations de ce que l’on a appelé la “contre-institutionnalisation” des pratiques illégales6. Cette tendance ira toujours en se confirmant au cours du xixe siècle. Le charlatan ne disparaît pas — tant s’en faut7 — mais la distance qui le sépare du praticien patenté augmente et définit des univers de plus en plus étrangers l’un à l’autre. Le développement des théories hygiénistes, la révolution bactériologique du dernier quart du xixe siècle, et la naissance des techniques de laboratoire, en transformant les cadres de référence de la pensée et de la pratique médicales, ne cesseront de rendre ce divorce plus manifeste.

  • 8 “La plaie la plus triste de notre profession, c’est sans contredit le charlatanisme”, écrivait en 1 (...)
  • 9 Le Scalpel, 5 septembre 1848, p. 3.
  • 10 P.M.B., 26 décembre 1852, p. 6.
  • 11 Le Scalpel, 20 novembre 1850, p. 2.
  • 12 P.M.B., 5 avril 1855, p. 124.
  • 13 Le Scalpel, 30 janvier 1892, p. 1.
  • 14 P.M.B., 26 août 1849, p. 285.

7A mesure que la médecine scientifique prend de l’assurance, à mesure que se précise l’image du médecin et que s’organisent les associations de praticiens, la présence obsédante de l’empirique devient de plus en plus insupportable au corps médical en pleine phase d’affirmation de lui-même. Celui-ci revendique l’application stricte de la loi et condamne sans appel l’immoralité et l’inefficacité thérapeutique des pratiques marginales de l’art de guérir. L’exercice illégal est un des thèmes majeurs du discours médico-professionnel, sans trêve ressassé et brandi comme le symbole même des difficultés que rencontrent les professions médicales8. Aucun mot n’est assez fort pour qualifier l’impéritie du charlatan, aucune hyperbole pour désigner les ravages qu’il cause. “Bâtards d’Esculape”9, “pirates sans dignité”10, “race infernale que l’on a bien raison de comparer aux renards, aux rats, aux loups et autres animaux puants et malfaisants”11 ; ceux-ci sont toujours, pour les médecins, des “escrocs dangereux et rusés autant qu’audacieux”12qui cultivent cette fleur — le charlatanisme — “poussée sur le fumier de l’ignorance imbécile et de la suffisance”13. Sans discontinuer, les praticiens non patentés sont accusés de toutes les ignominies. Ici aussi, les épidémies de choléra apportent au renfort de l’horreur leur poids de symboles : “Charlatans ! quel mot repoussant ! [...] Le choléra, ce soldat intrépide de la mort, n’a pas su se soustraire à l’exploitation du charlatanisme. Pendant que tout le monde frémissait d’épouvante, les charlatans seuls voyaient s’avancer le fléau avec satisfaction [...] ; ils sont les satellites obligés de tous les fléaux”14.

  • 15 Ibidem.
  • 16 Le Scalpel, 10 avril 1851, p. 1.
  • 17 Le Scalpel, 17 février 1884, p. 1.

8Dans cet unanime concert d’indignations, la figure du charlatan est comme multipliée, gale proliférante qui ronge l’honneur du corps médical et s’abreuve aux saveurs du crime. Chaque génération est là pour évoquer le paradis perdu d’un temps où “l’art médical était un véritable sacerdoce [...], où la conscience des médecins ne s’était point encore endurcie, et où la société savait protéger l’homme d’honneur et de talent”15 ; temps mythique, à l’évidence, qui formule surtout l’urgence d’une réaction : “de tout temps il y a eu des charlatans et des badauds à duper, c’est une vérité. Mais, à coup sûr, cette détestable engeance semble aujourd’hui se multiplier outre mesure”16. Et trente ans plus tard, en 1884 : “Le charlatanisme a pris ces dernières années, une extension véritablement effroyable”17. On pourrait à l’envi accumuler les exemples : ce ne serait qu’illustrer encore et encore les ressorts de cette éloquence corporative qui toujours s’épanche dans la démesure. Mieux vaut tenter de comprendre les raisons d’être et les significations de ce qu’il est convenu d’appeler l’exercice illégal de l’art de guérir.

***

9Pourquoi l’exercice illégal ? Malgré l’institution du monopole, malgré la création des Commissions médicales, malgré l’ambition toujours plus affirmée d’une médicalisation de l’ensemble de la société, malgré l’hygiène triomphante, malgré les progrès médicaux, le praticien illégal reste une des figures centrales du paysage médical. Pour des raisons à la fois économiques, sociales et culturelles, les médecins s’adressent en priorité à la clientèle des classes privilégiées de la société, c’est-à-dire à la bourgeoisie, à laquelle eux-mêmes appartiennent. Cette réalité ne fait aucun doute pour le docteur Nicolas Ansiaux, professeur de clinique chirurgicale à l’Université de Liège qui, en 1849, s’adresse en ces termes à ses étudiants :

  • 18 Nicolas-Joseph Ansiaux, Discours d’ouverture du cours de clinique chirurgicale à l’Université de Li (...)

“Les malades des hôpitaux, destinés à vous former à la pratique, représentent-ils exactement les malades de la clientèle civile que, plus tard, Messieurs, vous serez appelés à visiter ? Non, sans doute ; et plus d’une différence existe entre les uns et les autres. Je vais vous indiquer les principales. L’homme riche réclame les secours aussitôt qu’il sent les premières atteintes du mal ; le pauvre, par insouciance ou par crainte, en abandonnant son travail, de laisser sa famille dépourvue de secours, ne vient à l’hôpital que lorsqu’il se sent brisé et que le mal a déjà fait de grands ravages ; ne se livrant généralement qu’à des occupations légères, le riche ne présente pas ces lésions graves qui amènent à l’hôpital le pauvre exposé aux travaux les plus dangereux [...] Chez l’un, malgré les souffrances, vie meilleure ; chez l’autre, quoique l’on fasse, vie moins heureuse ; de là, état moral différent ; de là influences diverses et puissantes sur l’état morbide”18.

  • 19 Ce n’est qu’à la fin de xixe siècle qu’une tendance à l’hospitalisation de la clientèle aisée — pri (...)
  • 20 J. Vanderdonck, Considérations sur l’hygiène hospitalière des villes, P.M.B., 27 octobre 1867, p. 3 (...)

10Au riche, les secours douillets et choisis de la médecine privée qui se pratique exclusivement au domicile du patient ou au cabinet de consultation du médecin19 ; au pauvre, l’indicible crainte d’une hospitalisation. C’est pour tous une évidence, sur laquelle Ansiaux n’a pas même à s’expliquer pour être compris de ses étudiants. L’hôpital — ici l’hôpital universitaire — est à la fois lieu de soin pour les indigents et lieu d’enseignement et d’expérimentation : “les hôpitaux sont de nécessité publique, ils répondent à un double besoin social. Ils servent de refuge aux déshérités de la fortune lorsqu’ils sont atteints de souffrances physiques et ils concourent aux progrès de la science médicale, dont les bienfaits vont se répandre sur la société tout entière”20. Mais l’hôpital, repoussoir et mouroir, reste aussi le lieu de toutes les terreurs :

  • 21 Louis Merveille, Erreurs et préjugés sur la médecine, G-M.Lg., 4 avril 1889, p. 313. A chaque disco (...)

“Un préjugé qu’il importerait de combattre avec énergie et persévérance”, écrit Louis Merveille en 1889, “tant il est contraire aux intérêts de la santé et de la vie des populations ouvrières, est celui qui est répandu contre les hôpitaux. Que de fois, lorsqu’on engage un malheureux couché sur un misérable grabat, privé des soins les plus indispensables, à se faire transporter à l’hôpital, que de fois ne se heurte-t-on pas à un refus obstiné, déraisonnable ? L’hôpital, c’est la mort pour beaucoup de ces pauvres gens, et, puisqu’il faut mourir, mieux vaut encore mourir chez soi, que de s’exposer à être découpé en petits morceaux, sous prétexte d’autopsie, lorsqu’on aura cessé de vivre. Voilà la croyance encore très vivacc dans le pays de Liège où, l’hôpital de Bavière inspire à bien des malheureux une véritable horreur”21.

  • 22 Cfr infra, ch. iii, section 2, p. 378-382.

11A côté de l’hôpital, l’institution des médecins des pauvres attachés aux bureaux de bienfaisance est destinée à répondre aux besoins médicaux des indigents. Mais le système, unanimement critiqué par les médecins22, est imparfaitement organisé. Laissé à l’initiative des autorités communales, il se caractérise par une inépuisable variété de situations différentes. Ici, il est fait appel à la collaboration gratuite des praticiens ; là, une rémunération jugée dérisoire leur est concédée ; là encore, rien n’a jamais été prévu. Au cours de la seconde moitié du xlxe siècle, le nombre des Bureaux de bienfaisance qui s’attachent un ou plusieurs médecins des pauvres augmente sensiblement, mais de nombreuses communes en sont encore dépourvues.

Tableau IV.3. Communes de la province de Liège dans lesquelles exercent un ou plusieurs médecins des pauvres (1847-1891)

Tableau IV.3. Communes de la province de Liège dans lesquelles exercent un ou plusieurs médecins des pauvres (1847-1891)

Sources : R.C.M.P., 1864, p. 195-197 et 1891, p. 305.

  • 23 Le Scalpel, 10 novembre 1856, p. 1.

12Entre l’indigence et l’aisance, il y a la foule de ceux qui, sans bénéficier des secours du bureau de bienfaisance, ne disposent pas de revenus suffisants pour recourir régulièrement aux services de la médecine officielle. En 1856, estime un rédacteur du Scalpel, “on ne doit compter dans la ville de Liège qu’un tiers des habitants qui ait le moyen de solder les frais de maladie [...] Les proportions de la population pauvre ne sont pas moindres à la campagne. Il y a même des localités où les trois quarts des habitants sont incapables de payer le médecin”23. Les praticiens adaptent sans doute leurs honoraires selon la classe sociale à laquelle appartiennent leurs patients : les soins du médecin n’en restent pas moins un luxe que la plupart peuvent difficilement se permettre.

  • 24 Le Scalpel, 8 novembre 1908, p. 2.
  • 25 Nicolas Fossion, Rapport sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les manufactu (...)

13Barrière de l’argent, mais aussi résistances culturelles. Imbus de leur supériorité et des principes conquérants auxquels s’abreuve la science fraîche dont ils se font les hérauts, les médecins heurtent de plein fouet les manières de voir, de comprendre et de faire des classes pauvres : “la misère, le dénuement complet sont les facteurs principaux de cette mentalité se traduisant trop souvent par la malpropreté du corps et l’ombrageuse défiance de l’esprit. Mais les mauvaises conditions extérieures sont encore peu de choses à côté de l’état d’esprit du client lui-même. Celui-ci fait preuve, vis-à-vis du docteur, d’une ignorance et d’une méfiance qui frisent la haine. Il est persuadé que ses maladies forment une classe à part, bien différente de celles des riches, et que nous n’en connaissons rien”24. Les deux mondes se côtoient sans se comprendre. C’est qu’en un même mouvement mêlé de mépris, de crainte et de commisération, les médecins s’arment d’inébranlables certitudes pour couvrir du nom de l’erreur tout ce qui émane du peuple. Le thème des préjugés populaires inonde la prose des médecins de ses associations en cascade : misère, ignorance, immoralité, saleté des corps, désordre du ménage et des esprits, crédulité, irresponsabilité. “Ignorants et superstitieux, ces gens-là croient qu’il se mêle toujours quelque chose de surnaturel à tous les maux qui les frappent [...] Combien d’enfants ne sont pas tous les jours victimes de cette ignorance, qui fait préférer aux parents les prédictions du devin aux ordonnances du médecin. Consultez les personnes qui voient habituellement les ouvriers, et tous attribueront à cette cause une large part dans la mortalité qui atteint l’enfance de la classe ouvrière”25.

  • 26 “L’ignorance est la mère nourricière du charlatanisme”, écrivait en 1854 un rédacteur de La Santé, (...)

14Sur le terreau de l’ignorance, expliquent les médecins, s’épanouissent toutes les formes du charlatanisme26. Mais comment pourrait-il en être autrement lorsque l’obstacle de l’argent se conjugue à celui des cultures ? Les pauvres ne reconnaissent pas leurs vérités dans le langage des médecins, issus de la société qui les domine sans les assimiler, qui les exploite sans les comprendre. Comment dès lors pourraient-ils recevoir les valeurs du progrès et de la science positive dont la médecine se prévaut ?

  • 27 S. Fallot, Discours sur la profession de médecin, B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 812-813.

15Les résistances culturelles à l’égard de la médecine scientifique ne sont par ailleurs pas le fait exclusif des paysans et des ouvriers. Ceux-ci sont les victimes privilégiées des charlatans mais, de proche en proche, la fascination qu’exercent leurs duperies semble s’étendre à toutes les classes de la société. C’est le thème que, en 1843, le docteur Fallot développe à la tribune de l’Académie : “J’aimerais dire quelque chose des difficultés créées à l’exercice de la médecine par la foule des préjugés et des superstitions qui l’entravent. En effet, de ces préjugés, on en rencontre partout, aucune position sociale n’en est exempte ; on les trouve dans le monde élégant comme dans la classe ouvrière, comme dans les chaumières, chez l’homme cultivé comme chez l’ignorant, près des esprits forts comme près des âmes crédules [...] Il en est de timides qui se glissent terre à terre entre les jambes du médecin et embarassent sa marche, mais la plupart se dressent devant lui, hautains et impérieux et lui barrent fièrement le passage”27. C’est que la popularité des empiriques, nourrie de l’aveuglement des classes populaires, agit comme une contagion et s’étend jusqu’aux couches supérieures de la société ; là où l’instruction et le sens du vrai devrait élever toujours plus haut le flambeau du progrès.

  • 28 Le Scalpel, 1er mars 1863, p. 2.
  • 29 “Qu’on laisse plus longtemps la médecine en butte à la piraterie dont elle est l’objet et qu’en arr (...)

16Le cortège des praticiens illégaux et la permanence des formes traditionnelles de guérison défient le savoir des médecins en même temps qu’ils menacent leurs intérêts matériels. Quelle valeur accorder au monopole légal de l’art de guérir lorsqu’il est si quotidiennement bafoué ? “La médecine”, s’exclame Auguste Festraets en 1863, “suffira aux besoins de tous les disciples d’Esculape, le jour où son exercice leur sera exclusivement réservé”28. Question de concurrence, assurément, où l’argument de la santé publique se mêle inextricablement aux revendications corporatives29. Mais la constante indignation des hommes de l’art n’y fait rien : pour la plupart — pour les pauvres surtout — le curé, le guérisseur du village ou le colporteur de remèdes, restent les figures familières auxquelles, pour des raisons à la fois économiques et culturelles, on s’adresse le plus spontanément

***

  • 30 Cfr à ce sujet, 2e partie, ch. iii, section 3.

17Rebouteux, empiriques, sorciers, uromantes, magnétiseurs, guérisseurs, signeurs, panseurs, distributeurs de remèdes, charlatans forains, masseurs... : inépuisable nomenclature que les médecins s’entendent à confondre dans la catégorie unique de l’escroquerie et de l’ignorance. La réalité est évidemment plus complexe. Plusieurs traditions à la fois se distinguent et s’enchevêtrent. On peut en isoler quatre, au moins, qui permettent de reconnaître la plupart des praticiens illégaux. Ce sont la sorcellerie, tout d’abord, et la nébuleuse des pratiques populaires magico-religieuses ; la médecine charitable, ensuite, principalement représentée par la personne du curé ; les charlatans proprement dits, enfin, chez qui dominent tantôt les références et les représentations de la médecine ancienne et tantôt des formes nouvelles de la thérapeutique illégale. Ces traditions n’établissent pas entre elles des frontières infranchissables : à tout moment celles-ci se chevauchent. C’est d’ailleurs une des caractéristiques les plus marquantes de l’empirisme que de construire ses modèles de guérison à partir d’une pluralité de modes d’explication. Nulle exclusive dans ces savoirs sur le corps et la maladie qui, à l’image des anciens médicinaires, procèdent par accumulation des éléments jugés pertinents, et non, comme la médecine scientifique, par un processus préalable de sélection des formes de la compréhension30.

  • 31 Le Scalpel, 20 septembre 1852, p. 8 (correspondance d’un médecin anonyme).

18Aux yeux des médecins, le sorcier ou le désenvoûteur représentent la figure emblématique de l’erreur, la plus intolérable, la plus lointaine aussi et celle où se concentrent, comme en une quintessence, toutes les superstitions et toute la folie du peuple. En 1852 par exemple, “il n’est bruit à Prayon et à ses environs, que de prétendues sorcières qui jettent des sortilèges sur les familles et d’un exorciseur qui vient les guérir en dépit des suppôts du démon. Se trouve-t-il un enfant rachitique ou scrofuleux, une femme atteinte de quelqu’affection nerveuse, d’une maladie quelconque enfin, qui lui paraisse extraordinaire, on rejette tout sur le sortilège et vite on fait venir l’homme merveilleux qui, plus ou moins directement, leur fait connaître la sorcière qui est la cause du mal... Le charlatan exorciseur est devenu le guérisseur des habitants”31.

  • 32 Gaspard Marnette, Mélange de faits qui se sont passés à Vottem, manuscrit, 6 vol., 1865-1903 (II, 1 (...)

19L’image du sorcier n’est cependant pas la plus fréquente. Dans les villages, le guérissage traditionnel apparaît souvent comme une activité de complément — le praticien est d’abord ouvrier, cultivateur ou maréchal-ferrant — et conjugue l’utilisation des plantes aux incantations rituelles, magiques ou religieuses. A Vottem, par exemple, à la fin des années 1860, un certain Noël Michaud apparaît comme le type parfait du “signeur” : “il est horloger de profession, mais il a un second métier qui lui rapporte plus d’argent : c’est celui de guérisseur de tous les maux [...] Si Michaud ne travaille pas beaucoup dans les horloges, en revanche, il se rattrape sur son second métier : maux de tête, maux de ventre, maux de dents, brûlures, vieilles et nouvelles plaies, etc...Il a deux moyens pour opérer des guérisons : le signe de la croix qu’il fait sur le mal avec la main et accompagné de force prières, et puis des médicaments qu’il fabrique lui-même”32.

  • 33 Le Scalpel, 3 juillet 1887, p. 2.
  • 34 Le Scalpel, 20 août 1858, p. 1.
  • 35 Le Scalpel, 29 mai 1896, p. 1.

20A côté du sorcier, du leveur de sorts et du signeur, le curé représente une des figures centrales des pratiques médicales traditionnelles, uniformément ressentie par les praticiens patentés comme un des principaux obstacles à la diffusion de la médecine scientifique. Dans les campagnes, le prêtre est le concurrent du médecin : là, “vous trouverez 60 % des curés qui ont chez eux un traité d’homéopathie et qui s’en servent, parbleu !” 33. Et trente ans auparavant, en 1858, “rien n’est plus curieux à voir que la médecine dans les sacristies. En Belgique, cette médecine est assez commune, et il y a des localités où elle fait réellement fortune ; le prêtre tient un bureau de consultation dans sa sacristie, comme le ferait un vrai médecin dans son cabinet”34. La presse médico-professionnelle est traversée des récits scandaleux de curés guérisseurs accusés de “velléités de confusion entre l’âme et le corps, entre les remèdes spirituels et médicaux”35.

  • 36 Cfr entre tant d’exemples, ces commentaires que suscitent à la Presse médicale belge la présence d’ (...)

21Médecine charitable, renforcée ici par l’image suggestive du Christ médecin et par le rôle du curé dans la communauté villageoise : comment imaginer que celui-là ne soit pas sollicité par ses paroissiens ? Directeur des consciences certes, mais aussi conseiller de la vie quotidienne ; homme de savoir également dont les fonctions sacerdotales ne sont jamais dissociées d’une certaine aura théurgique. Seuls les médecins le présentent comme un charlatan36 : aux yeux de tous les autres, il représente un recours thérapeutique évident et familier. Voici Gaspard Marnette, par exemple, qui raconte la mort de son ami, André Renotte, survenue en 1872 :

  • 37 Gaspard Marnette, op. cit., III, p. 95. C’est nous qui soulignons.

“Il y avait déjà une quinzaine de jours qu’André était malade, mais la maladie qui devait l’emporter était regardée par nous tous comme les suites d’un refroidissement [...] Monsieur le curé Schevenels, que l’on consultait toujours avant de se décider à prendre un médecin, le soigna dans le commencement un peu à tâtons, ne voyant pour ainsi dire rien à André qu’une espèce de refroidissement. Toutefois, André allant de plus en plus mal, le curé dit d’appeler le docteur Otte [...] Otte déclara qu’André était atteint de typhus ou fièvre typhoïde, méchante maladie dont on mourait le plus souvent que d’en guérir”37.

  • 38 Ibidem, p. 176.
  • 39 Ibidem.

22Le cas du curé Schevenels est exemplaire. Il tire son bagage médical de quelques lectures et d’un séjour effectué, comme chapelain, à l’hôpital de Huy. Selon Marnette, son autorité de guérisseur s’affirme rapidement après son arrivée à la cure de Vottem : “si tôt dans un ménage, même un peu aisé, qu’il y avait une personne attaquée de maladie, on courait chez le dit curé”38. Quoi de plus naturel ? Schevenels est prodigue de bons conseils, il n’exige aucune rémunération et distribue gratuitement les médicaments à ses pauvres paroissiens : “il a épargné de cette manière des frais de visite de médecins et de médicaments aux pauvres et aux ménages d’ouvriers pour des milliers et des milliers de francs”39. Quant aux malades plus aisés, ils ne manquent jamais d’offrir au curé un gage de leur reconnaissance. En même temps, sa popularité grandit et s’étend bientôt au-delà de sa paroisse ; Marnette note assez finement que cela n’est pas pour lui déplaire :

  • 40 Ibidem, p. 177.

“Il se plaignait d’être harcelé, importuné, gêné par ses paroissiens réclamant ses soins pour leurs malades [...] Des personnes des paroisses voisines [...] venaient l’appeler pour aller soigner une personne de leur famille, malade ; il se serait bien passé d’y aller puisqu’il y en avait à soigner dans sa paroisse ; mais j’ai remarqué qu’il aimait le voyage, de voir le plus de pays possible ; puis aussi un malade ainsi soigné au loin propageait son renom de guérisseur, on parlait de lui ; puis enfin, il ne travaillait pas pour rien. Comme il était amateur et curieux de posséder toute sorte de menus objets plus ou moins utiles ou de curiosités, il attrapait toute sorte de cadeaux. Chez les armuriers, s’il voulait une arme, il n’avait qu’à en montrer un tant soi peu le désir : il avait guéri [...] une personne malade de la famille, il recevait l’objet qu’il voulait. Chez d’autres, c’étaient des fleurs ou plantes, des arbustes, oiseaux, etc... Il recevait aussi des comestibles [...] Mais je dois dire qu’il ne donnait pas ses soins pour être payé, il n’était pas intéressé du tout”40.

  • 41 Ibidem, p. 192.
  • 42 En 1900, Louis Merveille formule des remarques analogues à propos d’un autre curé guérisseur de la (...)
  • 43 Gaspard Marnette, op. cit., p. 192. Les compétences de Schevenels ne font aucun doute pour Marnette (...)

23A mesure que grandit sa popularité, Schevenels sait qu’il prend le risque d’être accusé d’exercice illégal de la médecine. Qu’importe ? Il lui suffit de faire appeler le médecin lorsque la maladie devient grave “afin de ne pas avoir de responsabilités devant la justice civile en cas de décès s’il y avait des recherches, [car] il n’y avait que les médecins diplômés autorisés à pratiquer l’art de guérir”41. Et comment les médecins du lieu pourraient-ils agir contre lui ? En le dénonçant à la Commission médicale, ils risquent de s’attirer l’opprobre des Vottemois et de perdre ainsi leur entrée chez les malades42. Schevenels a en effet le pouvoir de faire ou de défaire la réputation d’un praticien. “Il m’a dit plusieurs fois”, raconte Marnette, “que telle personne est morte de la faute du médecin qui aurait dû faire telle opération ou administrer tel médicament ou le médicament à plus forte dose”43. Mieux vaut donc fermer les yeux, voire collaborer discrètement, comme ce pharmacien qui accepte d’effectuer les ordonnances qu’à la fin de sa carrière le curé n’hésite plus à rédiger. Les deux ou trois médecins qui évoluent dans le petit monde décrit par Marnette ne semblent jamais avoir osé tenter de s’opposer aux agissements du curé.

  • 44 “A l’époque du premier janvier 1866, nous avons trois médecins de Herstal qui desservent notre comm (...)

24Les descriptions de Marnette sont d’un intérêt inépuisable. Elles montrent que le médecin n’est plus totalement absent de l’univers populaire de la guérison. La famille d’André Renotte le fait appeler lorsque la maladie devient grave. D’autres font le voyage à Liège et se rendent à l’hôpital de Bavière pour y consulter tel professeur célèbre dont la réputation s’étend dans toute la région. Tous, enfin, connaissent les hommes de l’art et commentent longuement leur compétence et les prix que chacun demande44. Mais en amont et en aval de l’intervention du médecin, d’autres recours thérapeutiques sont utilisés. Ici Schevenels, faux médecin plutôt que vrai charlatan et dont la popularité bien assise dépasse largement le cadre d’une seule paroisse ; là le guérisseur traditionnel ou le “signeur” ; là encore le pèlerinage ou le culte du saint guérisseur.

  • 45 Ibidem, III, p. 236.

25En retour de leurs certitudes, les médecins reçoivent l’amère évidence de la multiplicité des recours thérapeutiques. Superstitions, sans doute, mais comment ne pas en tenir compte ? Comment convaincre, par exemple, un malade atteint de la rage de ne pas accomplir le “voyage à Saint-Hubert”, alors même qu’il s’agit d’une des pratiques populaires les plus profondément inscrites dans les habitudes séculaires du pays de Liège ? “Remède infaillible”, estime encore Marnette à la fin du xixe siècle45. Les médecins les plus sereins s’en accommodent et mettent au compte de l’apaisement qu’ils procurent aux âmes simples les effets bénéfiques du pèlerinage. Voici Henri Decondé, par exemple, médecin et membre correspondant du Conseil de salubrité publique, qui s’en explique en 1844. Un de ses patients, colonel en retraite, vient de mourir de la rage, quelques jours après avoir été mordu par son chien :

  • 46 Henri Deconde, Quelques recherches sur la rage, A.C.S.PJLg., t.l(1844), p. 74 et 109.

“Dans la nuit qui suivit la mort du colonel, son domestique, le nommé Hypolite Andrieu, qui avait été également mordu par la levrette de son maître, et qui avait soigné ce dernier pendant sa maladie avec un dévouement rare, est agité ; il éprouve une anxiété des plus grandes ; les obsessions incessantes dont il avait été l’objet de la part d’une foule de personnes, l’avaient troublé, et son énergie, quoique bien forte, en avait considérablement souffert. Au point du jour, je le fis partir pour Saint-Hubert, d’où il est revenu tranquille et content ; aujourd’hui, il se porte parfaitement bien [...] Doit-on répudier l’influence des saints guérisseurs sur les sujets mordus par un chien hydrophobe ? Nous croyons qu’en conformité d’une observation sage, on doit y avoir égard et ne pas oublier que tout ce qui peut tranquilliser la personne mordue, tend à prévenir la rage. Rien de plus important dans noue pays que le voyage à Saint-Hubert, pendant le trajet duquel le malheureux mordu s’éloigne de tout ce qui peut lui rappeler sa morsure”46.

  • 47 Le Scalpel, 8 novembre 1908, p. 2.
  • 48 Terme wallon signifiant nigaud.
  • 49 Le Scalpel, 20 novembre 1850, p. 2.
  • 50 Le Scalpel, 30 septembre 1856, p. 1.

26Subtile composition entre la mise à distance de pratiques aberrantes et l’invocation de l’influence des passions sur l’économie humaine, ancêtre trop souvent méconnu de ce que l’on appelle aujourd’hui la médecine psychosomatique. Mais l’étole de saint Hubert n’est pas une forme personnalisée de la thérapeutique populaire. Autre chose est du charlatan, étemel bouc émissaire de la hargne des médecins. A côté du curé soucieux de la santé de ses paroissiens ou du guérisseur de village qui invoque “un don naturel ou qui se transmet par tradition”47, celui-ci est le plus souvent nomade. Alors, selon ce médecin de Hervé, il ressemble à ces animaux “qui infestent nos maisons et nos bois et qui, traqués dans un endroit, se jettent dans un autre en nous faisant la grimace ou en nous montrant les dents. Si on leur tombe sur le dos ici, vite, comme le loup de la fable, ils s’enfuient ailleurs, sûrs d’y trouver de nouveaux bâbos48 dont ils enthousiasmeront les pauvres oreilles et qui aplatiront leurs escarcelles”49. Car “ils parcourent le pays dans tous les sens, ils vont de commune en commune, étaler leur marchandise sur les places publiques, et débiter des remèdes infaillibles propres à guérir tous les maux”50.

  • 51 J.P.Lg., 1897, p. 58.
  • 52 En 1904 par exemple, le gouverneur de la province attirait sur ce point la vigilance défaillante de (...)

27C’est pour les médecins la forme la plus intolérable de l’exercice illégal, parce qu’à la fois la plus insaisissable et la plus voyante. Théâtres ambulants, chariots bariolés, équipages tintinabulants, harangues emportées et cortèges burlesques : “sur la place publique des villes et des communes industrielles, ces médicastres sans gène braillent devant une foule compacte, réunie au son de trompe et de tambour”51. Jusqu’à la grande guerre, au moins, ce sont des figures familières qui, du modeste colporteur au plus extravagant charlatan, peuplent foires et marchés, où ils obtiennent sans difficulté l’autorisation de s’arrêter52. La presse médico-professionnelle déborde à cet égard de récits indignés. Tenons-nous en à tel exemple révélateur.

  • 53 G.M.Lg., 31 décembre 1891, p. 68. Voir aussi, à propos de l’affaire Sequah : G-M.Lg., 24 décembre 1 (...)

28Au mois de décembre 1891, un certain Sequah — américain d’origine et de son vrai nom Wilson Hartley-Snow — arrive à Liège, après avoir traversé plusieurs autres pays. Accompagné d’un orchestre de plusieurs musiciens, monté sur un char tiré par quatre chevaux et somptueusement décoré, il s’arrête dans un petit théâtre de la ville et rassemble sans difficulté autour de lui une foule de curieux. Il prétend guérir en quelques minutes, grâce à des massages et à une huile de sa composition, entorses, sciatiques et même certaines paralysies. De fait, quelques jours après son arrivée, les témoignages de guérison affluent et sont aussitôt colportés par la presse locale et la rumeur publique. On a pu voir ainsi un de ses patients, depuis plusieurs années paralysé des membres inférieurs, sortir guéri de sa consultation et “danser ensuite toute la soirée sur le plancher du casino Grétry”53.

29Les médecins, rapidement, s’émeuvent de la popularité grandissante de l’empirique. Ils dénoncent les pratiques charlatanes de Sequah et attribuent ses prétendus succès à une excitation nerveuse et à un simple phénomène de suggestion. Rien n’y fait cependant ; Sequah s’attarde plusieurs semaines à Liège sans que ne faiblisse l’enthousiasme. Suite à l’intervention de la Commission médicale provinciale, le Parquet est saisi de l’affaire et, le 23 janvier 1892, Sequah comparaît en correctionnelle.

30A cette occasion, l’auditoire du Palais de Justice est envahi par une foule compacte d’admirateurs. Sequah par ailleurs se défend bien ; tellement bien que, malgré les protestations des médecins, le tribunal hésite à le condamner. Finalement, le jugement est remis à quinzaine. A la sortie de l’audience, l’empirique est acclamé par une foule de deux mille personnes, dit-on, et accompagné jusqu’à son hôtel aux cris de “Vive Sequah !”. Pendant ce temps, un groupe de deux à trois cents personnes poursuit de ses huées un des médecins qui avaient témoigné contre lui.

31Sequah n’attendra pas le prononcé du jugement. Quelques jours plus tard, il quitte la ville, et bientôt le pays, en prenant soin de faire parvenir une somme de cent francs au corps des balayeuses de la ville de Liège, en guise de dédommagement pour les désordres occasionnés par son procès...

32Sequah est le type du charlatan de grande envergure, qui déchaîne les passions et la chronique locale. Il n’a d’exceptionnel que cette dimension : le char est plus grand, les chevaux plus nombreux, l’orchestre plus bruyant, la publicité mieux coordonnée, mais il est, dans le principe de son activité, semblable à tant d’autres empiriques itinérants, modestes bateleurs qui tentent eux aussi de convaincre les badauds pressés autour de leur scène improvisée de l’efficacité de leurs remèdes, de leurs manipulations, de leur verbe. La plupart échappent au regard de l’historien ou ne sont connus que par le biais de l’indignation des médecins, parfois par une annonce parue dans la presse locale et qui précède leur arrivée de quelques jours. A la fin du xixe siècle et dans une grande ville telle que Liège, la présence, pendant plusieurs semaines, d’un charlatan comme Sequah permet tout au moins de reconnaître la popularité des empiriques itinérants et leur profonde inscription dans le cadre de la vie quotidienne.

  • 54 On connaît de nombreux exemples de cette sorte d’empiriques qui utilisent les ressources du massage (...)

33Les ressources thérapeutiques de ces charlatans sont extrêmement variées. Vomitifs, astringents, répulsifs, purgatifs, correctifs... : leurs remèdes peuvent n’être que des compositions qui camouflent, sous des noms alléchants, les références séculaires de la thérapeutique des humeurs. Mais les charlatans ne sont pas pour autant imperméables à la nouveauté. Sequah par exemple se dit masseur : il témoigne par là d’une nouvelle manière d’envisager le traitement du corps qui, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, s’épanouit progressivement aux confins des pratiques marginales et officielles de l’art de guérir54. De même, de nombreux praticiens illégaux, sédentaires ou itinérants, voire certains praticiens officiels, se réclament de l’hypnotisme, de l’homéopathie, du magnétisme animal ou, pendant l’entre-deux-guerres, de la chiropraxie ou de l’ostéopathie : autant de figures nouvelles de la thérapeutique qui formulent, bien plus qu’un attachement à des traditions obsolètes, la volonté de proposer une alternative délibérée et raisonnée à la médecine universitaire.

  • 55 Gazette de Liège, 1-2 janvier 1865, p. 4.

34Dans tous les domaines, on reconnaît cette ambiguïté des pratiques médicales marginales. Habitudes anciennes et moindre coût — voire gratuité — se conjuguent de plus en plus à la prétention d’offrir une alternative thérapeutique aux soins du médecin officiel. “Plus de médecine !”, titre en 1865 l’encart publicitaire d’un journal quotidien qui vante les effets d’un remède célèbre, le Revalenta Arabica : “la santé parfaite, rendue sans médecine, ni purgation, ni frais”55. Pendant la deuxième moitié du xixe siècle, une intarissable profusion de publicités de ce genre envahit la presse quotidienne et renouvelle l’espoir et la tentation, jamais éteints, de se guérir soi-même.

  • 56 Le chiffre de 1845 est mis entre crochets puisqu’il ne concerne que La Gazette de Liège et le Journ (...)

Tableau IV.4. Publicités pour des remèdes médicaux parues dans les trois principaux quotidiens liégeois (La Meuse, La Gazette de Liège et le Journal de Liège) pendant la 1ère quinzaine de janvier et la 1ère quinzaine de juin des années 1845, 1865, 1885, 1905, 192556

Tableau IV.4. Publicités pour des remèdes médicaux parues dans les trois principaux quotidiens liégeois (La Meuse, La Gazette de Liège et le Journal de Liège) pendant la 1ère quinzaine de janvier et la 1ère quinzaine de juin des années 1845, 1865, 1885, 1905, 192556
  • 57 La longueur du dépouillement systématique des annonces de la presse quotidienne nous a empêché de r (...)
  • 58 La plupart des annonces sont suivies du nom du pharmacien chez qui les produits sont en dépôt.
  • 59 Arrêté royal du 31 mars 1888, Pasinomie, 4e série, t.23, p. 40-42. L’arrêté du 31 mars 1888 réserve (...)

35Entre 1845 et 186557, la publicité médicale à l’usage du public devient une forme majeure d’incitation à l’auto-médication, sans cesse dénoncée par les praticiens officiels. Remèdes secrets ou spécialités pharmaceutiques ? Les deux, sans doute, confondus par les médecins soucieux de l’“honneur de la profession” en un même tollé de protestations à l’égard des annonceurs et des pharmaciens qui se prêtent obligeamment à ce nouveau trafic58. Ce n’est qu’en 1888 qu’un arrêté royal réglemente la vente des spécialités pharmaceutiques et permet d’expliquer la diminution progressive du nombre des annonces parues dans la presse quotidienne59. Mais les annonces ne disparaissent pas pour autant des quotidiens liégeois et continuent de faire valoir les inépuisables vertus des produits qu’elles vantent. Selon une tradition bien établie, les plus persuasives joignent à la description du remède, le témoignage reconnaissant de ceux qui l’ont essayé. En 1905 par exemple, un pharmacien liégeois assure la réclame d’un médicament de sa composition, en publiant la lettre qu’il a, dit-il, reçue d’une de ses clientes :

  • 60 Gazette de Liège, 17 juin 1905, p. 3.

“Monsieur. Depuis plusieurs mois déjà, j’étais atteinte de bronchite. A tous moments de violents accès de toux m’épuisaient. Le matin surtout des biles dont je ne pouvais me débarrasser m’obstruaient la gorge et, si le temps devenait humide, je pouvais à peine respirer. Malade comme je l’étais, j’avais perdu l’appétit et mes nuits sans sommeil ne faisaient qu’aggraver mon cas. J’avais déjà essayé un peu de tout, mais toujours sans résultat. Vraiment je ne savais plus que faire lorsque je rencontrai une amie que je savais atteinte d’une bronchite au moins aussi grave que la mienne. Lorsque je lui manifestai mon étonnement devant une guérison qui me paraissait si radicale, elle me répondit en effet qu’elle était complètement guérie. Je vis, dit-elle, sur le journal la réclame d’un nouveau remède, l’EUPNEINE. A bout de ressource, je suis allée en chercher un flacon, et tu vois le résultat. Devant une preuve aussi convaincante, je n’hésitai pas et j’allai chercher le remède à la pharmacie VIVARIO, 50 rue de l’Université. Je dois avouer que l’on ne m’avait en rien exagéré la valeur de ce produit. Au bout de trois ou quatre jours, les accès de toux diminuèrent pour cesser bientôt complètement. Les biles qui me gênaient tant disparurent, plus de suffocation. J’eus vite retrouvé l’appétit et le sommeil me revint plus calme que jamais. En un mot, j’étais guérie”60.

  • 61 Gazette de Liège, 1-2 janvier 1865, p. 4.
  • 62 Gazette de Liège, 17-18 juin 1865, p. 4. Ou celle-ci à-propos d’un remède dont il n’est nul besoin (...)
  • 63 La Meuse, 2 janvier 1885, p. 4.

36On trouve des réclames analogues concernant une interminable galerie de remèdes ; illustration, chaque fois, d’une rhétorique paramédicale qui scintille de l’espoir toujours immaculé d’une guérison rapide et radicale. Remèdes universels : le Revalenta Arabica, déjà cité, guérit notamment les mauvaises digestions, les gastrites, les bourdonnements d’oreilles, la pituite, la migraine, la surdité, les douleurs, les aigreurs, les crampes, les spasmes, les bronchites, la phtisie, le diabète, les rhumatismes, la fièvre, la goutte, l’hydropisie, les pâles couleurs, etc... 61 ; d’autres sont spécifiques, anti-vénériens par exemple, comme le célèbre Rob Boyveau-Laffecteur, “bien supérieur à l’essence et aux sirops de salsepareilles, à l’iodure de potassium et aux préparations mercurielles”62 ; d’autres encore, comme l’Onguent Kips dont “l’emploi est facile, peu coûteux et ne nécessite pas la présence du médecin”, guérissent “d’une façon prompte et efficace” les maladies de la peau, catégorie du visible où se côtoient pêle-mêle abcès, anthrax, brûlures, coupures, clous, furoncles, petites véroles, cancers, gerçures, érysipèles, tumeurs, plaies et panaris63.

***

  • 64 J.M. Lenger, Quelques observations sur l’organisation de la médecine en Belgique, Arlon, typographi (...)

37Du sorcier de village à l’étalage chatoyant dans la presse quotidienne des remèdes plus ou moins secrets, la permanence multiforme des pratiques marginales de l’art de guérir avive l’indignation des médecins et nourrit la grogne corporative. “L’exercice de la médecine”, écrit en 1845 le docteur Lenger, “est entravé et déshonoré par le charlatanisme le plus éhonté, celui-ci se pratique sous les yeux des autorités qui pourraient le surveiller et le punir, et tout le monde se plaint de l’impuissance des lois pour le réprimer. L’organisation de la police médicale est dans un état d’imperfection et d’anarchie complètes, ou, pour m’y exprimer avec plus d’exactitude, elle n’y existe pas”64. Amères réflexions, mais semblables à mille autres qui jusques après la Grande Guerre, envahissent comme un douloureux leitmotiv le discours des médecins. Elles ne font au reste que rencontrer l’évidence : la prétention légale des médecins à monopoliser la pratique de l’art de guérir est à chaque instant contredite par la réalité.

  • 65 Cfr supra, 3e partie, ch.3, “Permanences et évolution : les remaniements du régime hollando-belge ( (...)
  • 66 Attributions des Commissions médicales provinciales, Le Scalpel, 29 septembre 1848, p. 1.
  • 67 Ibidem.

38Quelle valeur accorder, dès lors, aux lois de 1803 et de 1818 ? Les Commissions médicales provinciales sont chargées de la surveillance de l’art de guérir. A ce titre leur est confiée, sinon la répression, du moins la dénonciation de l’exercice illégal de la médecine65. Mais de l’avis unanime des praticiens rassemblés autour des idéaux corporatifs, elles montrent peu d’empressement à remplir les devoirs qui leur sont imposés par cette fonction de surveillance. “Pour être réellement efficace, il faudrait que la Commission recherche elle-même et signale de suite à l’autorité les illégalités qu’elle découvre en tâchant de fournir les preuves capables de les constater”66. Au lieu de cela, avant d’entamer toute procédure, elle attend, “dans une facile et douce quiétude”67, de recevoir des plaintes qui émanent presque invariablement de praticiens qui s’estiment lésés par la concurrence d’un empirique.

  • 68 C’est invariablement sur ce défaut de vigilance en matière de police communale qu’insistent les cir (...)
  • 69 Le Scalpel, 4 octobre 1893, p. 2.
  • 70 R.C.M.PLg., 1859, p. 208 ; 1860, p. 174 ; 1861, p. 166 ; 1862, p. 155 ; 1863, p. 152 ; 1864, p. 162 (...)
  • 71 La Santé, 28 novembre 1852, p. 118 ; P.M.B., 26 décembre 1852, p. 6 ; Le Scalpel, 10 janvier 1853, (...)
  • 72 “Loi portant interprétation de la loi du 12 mars 1818 sur l’an de guérir”, 27 mars 1853, Pasinomie,(...)

39Mais la Commission médicale elle-même, quelles que soient ses éventuelles défaillances, est surtout paralysée dans son rôle de surveillance par l’indifférence des autorités communales à l’égard de l’exercice illégal de l’art de guérir68 et par la bienveillance des tribunaux : “nous savons par une trop longue expérience”, écrivait Léopold Dejace en 1893, “l’inépuisable indulgence de nos tribunaux à l’endroit des gens qui exploitent la crédulité publique”69. Effectivement, entre 1859 et 1866, par exemple, sur 68 affaires d’exercice illégal dénoncées aux tribunaux correctionnels de la province de Liège, ceux-ci ne prononcent que 23 condamnations (34 %)70. C’est que les praticiens illégaux bénéficient le plus souvent des imprécisions de la loi. Jusqu’à la moitié du xixe siècle, tout d’abord, la notion — toute relative — de gratuité ou de médecine charitable permet à de nombreux illégaux d’échapper à une condamnation. En 1851, le procès à rallonges d’un empirique gantois, Valentin Kervyn, conduira à une révision de la législation. Kervyn, accusé d’exercice illégal, se défend en prétendant qu’il offre ses soins gratuitement. Condamné par le tribunal correctionnel, il conteste le jugement ; l’affaire sera successivement portée devant la Cour d’appel de Gand, la Cour d’appel de Bruxelles et la Cour de cassation qui confirme, finalement, la condamnation71. Les remous provoqués par les procès de Kervyn mettent en évidence les ambiguïtés de la législation de 1818 et conduisent, le 27 mars 1853, à la promulgation d’une loi interprétative. En son article unique, celle-ci stipule qu’“il y a exercice illégal de l’art de guérir lorsque, habituellement, une personne non qualifiée, en examinant ou visitant des malades, remet ou prescrit un remède pour guérir certaines maladies, indique la manière de l’employer, soit qu’elle guérisse dans un but de spéculation ou de charité, soit qu’elle prenne ou non le titre de docteur”72.

  • 73 Le Scalpel, 30 mars 1853, p. 1.
  • 74 Le Scalpel, 18 août 1912, p. 3.
  • 75 Cfr par exemple, J.Acc., 21 février 1901, p. 67.
  • 76 J.Acc., 23 juin 1907, p. 224.
  • 77 A propos de la biographie d’Antoine, lire Pierre Debouxhtay, Antoine le guérisseur et Vantoinisme, (...)

40“Triomphe !”, titre le Scalpel à l’annonce du vote de cette loi “qui rend au corps médical une justice aussi éclatante que méritée”73. Il lui faudra bientôt déchanter, car en effet la notion d“’habitude”, inscrite dans le nouveau texte, n’est pas moins ambiguë que celle de “médecine charitable” : la plupart des prévenus n’auront qu’à invoquer le caractère occasionnel de leur pratique illégale pour emporter — de bon droit — la clémence des magistrats ; après cette courte éclaircie, les protestations médicales refleurissent de plus belle : “on connaît l’innombrable armée des médicastres”, s’exclame en 1912 le docteur Lefèvre, “chacun peut les montrer du doigt ; seule la justice, affectée de claudication permanente, n’arrive pas à les rencontrer”74. Deux mois auparavant venait de mourir, à Jemeppe, Antoine le guérisseur, ancien mineur de fond, magnétiseur et mystique à la porte duquel se pressait, depuis plus de dix ans, une foule ininterrompue de malades et de fervents. Il avait été condamné, en 1901, à 26 francs d’amende pour exercice illégal de l’art de guérir75 ; en 1907, il comparaît une nouvelle fois devant le tribunal correctionnel de Liège, soutenu par “une foule grouillante, énorme, passionnée”76, mais il est cette fois acquitté, les faits qui lui sont imputés n’ayant pu être établis à suffisance77.

41Acquitté ou condamné, Antoine poursuit sa carrière sans trop se préoccuper des lois. Il a pour lui les forces inébranlables de ses convictions et de sa popularité. Pour les praticiens non patentés de grande envergure — aussi différents puissent-ils être les uns des autres — le passage au tribunal est plus souvent un piédestal, à la fois consécration et mesure de leur succès, qu’une épreuve dissuasive. A ces occasions, s’élève des salles d’audience toujours bondées un murmure admiratif et bienveillant : dans une société dominée par les inégalités et les conflits sociaux, celui-ci formule l’espoir toujours recommencé et l’enchantement de guérir, de comprendre le monde selon les lois de son propre désir.

2. Le corps médical exploité

  • 78 Antoine Raikem, De la morale du médecin. Discours prononcé à la solennité de la réouverture des cou (...)
  • 79 Le Scalpel, 5 novembre 1848, p. 3.
  • 80 B.A.R.M., 1886 (séance du 25 septembre 1886), p. 1205.

42La question de l’exercice illégal occupe l’avant-scène des revendications corporatives et agit comme symbole et catalyseur du malaise — disent les praticiens — dans lequel languissent les professions médicales. L’audace impunie des charlatans atteste l’inconséquence d’une société crédule et irresponsable, incapable de reconnaître à la vraie médecine la place qui lui revient. D’un côté, le corps médical qui exalte la hauteur de ses fonctions en lui conférant les valeurs d’un sacerdoce laie dont, gravement, chacun s’essaye à exprimer l’importance : “le médecin doit se dévouer au traitement des malades, ne jamais les négliger sous quelque prétexte que ce soit, s’immoler même pour la cause de l’humanité souffrante [...] Notre devoir est de nous dévouer entièrement, s’il le faut de marcher avec le courage héroïque qui anime le soldat au milieu des combats ; le théâtre de la mort, voilà notre poste”78. Mais cet “ange tutélaire” auquel ses devoirs “commandent de se dévouer tout entier au salut de ses concitoyens”79, ne reçoit en retour que mépris et indifférence de la part d’une société légère, capricieuse, versatile. La société, c’est-à-dire à la fois le Pouvoir — incapable de faire respecter le monopole de l’art de guérir — et les particuliers qui accordent trop souvent aux empiriques la confiance et les faveurs qui devraient aller aux médecins. Les mots d’ordre du mouvement associatif s’inspirent de ce double isolement du corps médical. “Que partout où il y a un noyau pour une société médicale”, s’exclamait Hyacinthe Kuborn en 1886, “il s’en crée une, et que nos confrères n’oublient jamais que, si nous sommes unis, nous serons forts et aurons dans la société le rôle, la position, la considération qui reviennent à la plus belles des professions. Mais ne comptons que sur nous-mêmes ; l’Etat ne peut guère grand chose pour nous”80.

***

  • 81 Le Scalpel, 13 août 1865, p. 1.

43A côté du problème de l’exercice illégal, la presse et les assemblées médico-professionnelles débordent d’une indignation toujours prompte à dénoncer les insatisfactions en série qui révèlent les difficultés et la fragilité de la condition médicale. La “plus belle des professions” est aussi, paradoxalement, la plus menacée et la plus méprisée. Peut-on même la considérer encore comme une profession libérale, se demande Auguste Festraets en 1865 ? “Beaucoup de nos lecteurs seront très surpris de nous voir poser cette question. La rage leur montera peut-être au front d’indignation de ce que nous osons nous permettre de mettre en doute ce caractère de notre profession. Ils auront cependant grand tort. Grâce à la patente qui nous est imposée, nous sommes placés au rang des professions mercantiles”81. La question de la patente est plus symbolique que réelle, mais elle alimente, pendant tout le xixe siècle, la rancœur des médecins à l’égard de l’Etat.

  • 82 Le Scalpel, 5 juillet 1849, p. 2.
  • 83 Avatar camouflé des capitations d’Ancien Régime, la patente est organisée, depuis le régime holland (...)
  • 84 Ibidem, article 63.
  • 85 B.A.R.M., 1843, p. 9.

44Dans une société censitaire, ce n’est pas tant le principe de l’imposition sur l’activité professionnelle qui heurte le corps médical, mais surtout le fait que “seul parmi les professions libérales, l’exercice de l’art de guérir est astreint à un impôt qui généralement ne frappe que le commerce”82. En effet, avocats, ecclésiastiques, artistes et fonctionnaires publics ne sont pas soumis à la patente83. Dans le monde médical, seuls en sont dispensés les praticiens bénéficiant d’une position officielle. Ceux qui ne sont attachés ni aux hospices et hôpitaux, ni à l’armée, ni au traitement des indigents — c’est-à-dire la majorité — y sont astreints et apparaissent, dans les tableaux de répartition, à côté des négociants, courtiers, boulangers, cabaretiers... 84. Là est le signe d’infamie qui donne la mesure de 1 “’état d’abjection où on a jeté la profession médicale”85.

  • 86 “Où les trouve-t-on [les avocats] ? Est-ce, comme le médecin, dans les basses régions de la société (...)
  • 87 P.M.B., 27 décembre 1875, p. 32.

45Comment accepter cette assimilation aux métiers du commerce alors même que l’art de guérir trouve son identité dans l’expression enflammée des vertus sacerdotales auxquelles s’associent les fonctions médicales ? Voici le médecin — celui-là tient en ses mains le salut du monde — ramené au rang d’un vulgaire négociant et voici l’avocat — celui-ci ne fait que palabrer dans l’enceinte douillette des prétoires86 — dispensé, sous prétexte de service public, de l’impôt indigne qu’est la patente ! “Le droit de patente est inique parce qu’il place le médecin dans une position inférieure à celle de l’avocat, ce qui n’est pas et ne peut pas être démontré”87 : refrain sempiternel des débats sur la patente, la confrontation avec les avocats, à l’égard desquels les médecins nourrissent des sentiments mêlés de jalousie et de mépris, balise d’amertume et de rancœur la distance qui sépare les uns et les autres. Louis Merveille l’exprime sans détour en 1893 :

  • 88 Louis Merveille, L’influence sociale du médecin, G.M.Lg., 30 novembre 1893, p. 97-99.

“Jetons les yeux autour de nous et partout et toujours, nous verrons les fils de Cujas aux premières loges. Ils ne se contentent pas de vivre de procédure ; leurs appétits sont insatiables. Dans la finance, dans l’administration, dans la législature, il semble n’y avoir de place que pour eux. Ils ne reculent devant aucune incompétence et ils ont su disputer, avec succès, aux ingénieurs, les plus hautes positions dans l’industrie. Le mouvement social qui agite les masses de nos jours, a été pour eux une bonne aubaine. Sans connaîue l’ouvrier, sans avoir jamais peut-être passé le seuil de la maison d’un prolétaire [...], ils ont aligné des phrases à perte de vue sur les besoins de la classe ouvrière, sur les moyens de soulager toutes les misères. Il n’en est pas un qui ne soit capable de résoudre, en un tour de main, toute la question sociale. [Quant au corps médical], celui-ci n’est rien en Belgique : sa place est nulle ou à peu près nulle dans les administrations [...], dans les corps constitués et, en particulier, dans la législature où sa parole devrait, cependant, jouir d’une autorité sans conteste”88.

  • 89 L’activité du mouvement associatif est ponctuée de pétitions adressées au gouvernement ou aux Chamb (...)
  • 90 G.M.Lg., 22 novembre 1894, p. 94. En 1900, il y aura 5 médecins à la Chambre et aucun au Sénat (J.A (...)
  • 91 Le Scalpel, 30 novembre 1849, p. 1.
  • 92 Les fonctions de bourgmestre, d’échevin, de conseiller communal ou provincial sont plus fréquentes (...)

46Le problème de la patente est un symbole et un prétexte constamment invoqué pour illustrer le déséquilibre qui existe entre le monde des juristes et celui des praticiens de l’art de guérir89. Jusqu’à la fin du siècle, le corps médical est à peu près absent des chambres législatives. Aucun praticien liégeois n’y accède avant l’institution, en 1894, du suffrage universel, encore tempéré par le vote plural. A cette date, Nicolas Charles, rédacteur du Journal d’accouchement est élu au Sénat, mais les Chambres ne comportent encore que 8 médecins (4 au Sénat et 4 à la Chambre) 90. Ici aussi, le thème du sacerdoce est mis en avant pour expliquer la faiblesse de la représentation médicale au sein des assemblées législatives. “Dans son système d’abnégation absolue”91, le médecin n’a que le temps de se consacrer à ses patients : comment pourrait-il dès lors courtiser les hautes charges électives de député ou de sénateur ? Le voilà victime de son sens du devoir, puisqu’au sein des assemblées législatives il laisse au parti des juristes, dédaigneux des intérêts médicaux, le soin de décider du sort de la nation92.

  • 93 P.M.B., 9 décembre 1849, p. 398.

47L’association, panacée de toutes les ambitions corporatives, doit assurer la défense de la cause médicale auprès du gouvernement et du pouvoir législatif. Mais là encore, les juristes ont quelques longueurs d’avance et, notamment grâce à l’ordre des avocats, ils savent depuis longtemps les bienfaits et la force de la cohésion professionnelle : “la confraternité des avocats”, écrit en 1849 un rédacteur de la Presse médicale, “est bien autrement solide que celle des médecins, qui s’en targuent tant et si haut. Là, on ne voit jamais un membre de l’ordre en aller décrier un autre [...] Ils sont tous unis et, dans leurs rapports avec la société, ils marchent comme un seul homme. Là est le secret de leur puissance : si les avocats dominent la société, c’est qu’au milieu de toutes leurs querelles, de toutes leurs dissensions, reste debout ce sentiment de solidarité qui fait qu’au moment du danger, ils se serrent les uns contre les autres et restent ainsi jusqu’à ce qu’ils l’aient emporté”93.

  • 94 Ni même au lendemain de la première guerre mondiale, après que la patente ait été supprimée. Pendan (...)

48Entretenu par l’énervante question de la patente, le ressentiment envieux des médecins à l’égard des avocats ne s’éteint pas avec le progrès, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, du mouvement associatif94. D’invariables allusions insinuent le discours corporatif de leurs malveillances ou de leurs défiances. Aux uns, les sinécures ouatées et la reconnaissance publique ; aux autres l’austère et dévorante mission médicale. Au-delà d’une rhétorique toujours encline à verser dans la caricature, le discours professionnel traduit une réalité plus profonde. Les deux grandes professions libérales qui, d’une manière ou d’une autre, se pressent au portillon des honneurs de la société du xixe siècle, n’appartiennent pas vraiment au même monde. Les avocats représentent cette élite ancienne, bourgeoisie instruite qui, depuis l’Ancien Régime, préside avec d’autres aux destinées de la société civile. Les médecins, eux, expérimentent depuis peu le sentiment du pouvoir et celui de leur rôle dans une société où pour la première fois se formulent les promesses de la science. Ce sont deux univers culturels différents. Les médecins cultivent à la fois l’amertume mobilisatrice et l’enthousiasme d’être, dans une société percluse d’archaïsmes et de privilèges sans fondement, les vrais artisans, encore méconnus, du futur.

***

49Au thème du sacerdoce et de l’incomparable utilité sociale des professions médicales, s’associe toujours celui de la position marginale dans laquelle elles sont tenues. Toute la dynamique médico-professionnelle joue de cette constante oscillation et, sur une telle base, le projet corporatif s’exprime comme volonté d’assurer à la fois la reconnaissance sociale et l’amélioration des conditions matérielles de la profession. Car le sacerdoce ne paye pas et la comptabilité des sacrifices consentis, inlassablement évoquée, renforce de son poids d’amertume l’insatisfaction des médecins.

  • 95 B.A.R.M., 1875 (séance du 3 avril 1875), p. 378.

50D’abord, il y a les études, longues et onéreuses. En 1875, Hyacinthe Kuborn évalue, à la tribune de l’Académie, le capital investi dans le titre du doctorat : “calculons : cinq années d’école primaire, six d’études moyennes, sept d’études universitaires, ceci nous conduit jusqu’à vingt-quatre ou vingt-cinq ans. Ce sera très modéré de porter à 1 100 francs le capital à consacrer annuellement aux frais de logement, d’entretien, de nourriture, d’inscription, à l’achat des livres nécessaires ; et en ajoutant le prix d’acquisition des instruments, les intérêts des sommes successivement dépensées, nous arrivons au bas mot, à un total de 22 ou 23 000 francs, prix, sans qu’il y ait à en rabattre, d’un diplôme de docteur en médecine”95.

  • 96 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 2.

51A la valeur financière du diplôme, il faut encore ajouter les difficultés et les innombrables renoncements qu’imposent les études médicales. Tel est le thème développé, en 1856, à l’Assemblée générale des médecins de l’arrondissement de Liège : le jeune homme qui se destine à la carrière médicale “ne peut mesurer ni comprendre tous les dangers auxquels il s’expose, ni toutes les déceptions qui l’attendent. A son entrée à l’Université, il se voit contraint d’aborder les études les plus variées, arides plutôt qu’agréables, pour satisfaire aux exigences de la loi qui lui confère un diplôme, dernier but de ses efforts. Les plus belles années de sa vie, celles des plaisirs et des illusions, se passent, soit dans les amphithéâtres, où le moindre coup de scalpel compromet ses jours, soit dans les hôpitaux, où il est incessamment exposé aux miasmes délétères qui l’entourent, aux affections épidémiques ou contagieuses qu’il y observe. S’il est assez heureux d’échapper aux dangers qu’il brave, si la fortune lui sourit dans ses examens, il peut espérer être reçu docteur”96. Alors commence la vie professionnelle, toute de dévouement et de sacrifice. La presse médicale abonde de vibrantes descriptions de l’existence harassante du médecin praticien. Voici Léopold Dejace par exemple qui, en 1893, s’essaye à cette forme obligée de la littérature professionnelle :

  • 97 Le Scalpel, 15 août 1893, p. 5.

“Quelle est la profession libérale ou manuelle, quel est le négoce, la banque ou l’administration publique exigeant de ses agents ou de ses occupants une somme de travail équivalente à celle que la profession exige du médecin ? Levé dès l’aurore, la journée débute souvent par un cabinet de consultation durant lequel le médecin voit défiler sans trêve, ni intervalle, les malheureux malades [...] Après deux ou trois heures de cette gymnastique cérébrale, en route par monts et par vaux [...] le médecin va toujours, et pour un seuil de riche qu’il franchit après cela, que de misérables soupentes, il a déjà visitées [...] Après une longue et laborieuse tournée [...] il dîne [...], le dîner est expédié, mais les clients à l’affût en connaissent l’heure et, sûrs de rencontrer chez lui l’homme de l’art, vont le réclamer pour lui faire subir une seconde édition du cabinet de consultation matinal [...] Harassé, épuisé, le médecin touche enfin à cette soirée à laquelle il aspire. C’est le bon moment [...] Puis il y a la lecture, car enfin il faut bien se tenir au courant des choses de la profession, et enfin le lit si bien mérité après ces durs labeurs [...]. Ce serait la chose la plus délicieuse, si on vous laissait dormir ! Drelin ! A la porte, un patient bientôt vous réclame [...] Et pendant 365 jours que Dieu fait, voilà trop souvent le tableau, nullement chargé, de la vie du médecin”97.

  • 98 Le Scalpel, 11 mai 1879, p. 1.
  • 99 P.M.B., 4 octobre 1885, p. 313.
  • 100 G.M.Lg., 25 avril 1891, p. 351. On encore, en 1851 : “Titre glorieux et inutile que celui de médeci (...)
  • 101 Louis Merveille, Les revendications du corps médical, conférence donnée le 17 avril 1891 au Cercle (...)

52Et qu’obtiennent les praticiens en retour de ce sacrifice quotidien à l’humanité souffrante ? A peine de quoi survivre, répondent en cœur les animateurs du mouvement associatif. C’est que la profession, encombrée d’une foule grandissante de praticiens, ne suffit plus aux besoins de chacun. Dès les années 1840, et sans jamais s’essouffler, le thème de la pléthore médicale imprègne le discours corporatif de son inépuisable pouvoir de suggestion. “Il y a presque autant de médecins que de malades” titre par exemple Le Scalpel en 187998. En 1885, Joseph Dewindt, président de la Fédération médicale belge, estime quant à lui qu’il y a trois ou quatre médecins là où un seul pourrait suffire99, et Joseph Brasseur en 1889, “que l’encombrement des carrières médicales constitue un véritable péril social”100. Les causes de la pléthore sont toujours ramenées à l’organisation de l’enseignement supérieur qui, en n’imposant pas de conditions d’accès suffisamment rigoureuses aux études médicales, attire un nombre toujours croissant de candidats : “ici, il n’y a qu’un coupable”, explique Louis Merveille devant le Cercle médical de Verviers, “mais un coupable de marque ; c’est l’Etat qui, de parti pris, a lancé dans la carrière des légions de jeunes gens ; c’est lui qui, par ses lois néfastes sur l’enseignement, a ouvert toutes larges les barrières retenant les ignorants et les incapables”101.

  • 102 Le Scalpel, 2 décembre 1885, p. 1.
  • 103 Louis Merveille, La détresse médicale, G.M.B., 1898/1899, p. 1.

53Le marché de la santé est saturé et “la position du médecin devient de jour en jour plus aléatoire”102. L’épouvantail de l’encombrement est en toile de fond de tous les débats professionnels et s’associe, pour les renforcer ou pour les expliquer, à toutes les composantes du “malaise médical”. Ainsi en est-il, par exemple, du thème de la morbidité décroissante : alors qu’augmente le nombre de praticiens, celui des maladies tend à diminuer, grâce aux progrès de l’hygiène et de la science. “Qu’est devenue la fièvre typhoïde”, demande Louis Merveille en 1898, “cette ancienne maladie de fond des médecins wallons ? Qu’est devenue la malaria, cette vieille affection de rapport des médecins flamands ? Que deviennent la diphtérie, la scarlatine et toutes les affections contagieuses ? Des raretés et, bientôt sans doute, des mythes”103. Cinquante ans auparavant, Festraets formulait déjà des remarques analogues :

  • 104 Le Scalpel, 30 juin 1851, p. 1.

“L’époque actuelle est une véritable époque de progrès, mais ce progrès est fatal aux intérêts des professions médicales. En effet, partout, par les conseils du médecin qui sait toujours faire abnégation de son intérêt privé lorsqu’il s’agit du bien-être général, on est occupé à améliorer les conditions hygiéniques vicieuses auxquelles nos populations sont soumises. 11 doit nécessairement en résulter une grande diminution du nombre des maladies [...] Or, il est de toute évidence que les ressources du médecin sont destinées à baisser considérablement, d’une part par l’augmentation des praticiens, d’autre pan par la diminution de la fréquence et de la gravité des maladies”104.

54Le médecin travaille à sa perte pour le bien de l’humanité. Voilà qui renforce à la fois la valeur du sacerdoce et les inquiétudes nées de l’augmentation des effectifs des praticiens. Toujours plus de médecins, et toujours moins de malades ; et plus il faut partager les revenus décroissants du marché de la santé. A ces causes s’ajoute la faible rentabilité de la profession médicale. C’est que la “clientèle productive” — celle qui est économiquement en mesure de subvenir aux honoraires médicaux — ne constitue qu’un fraction de la population. En 1856 par exemple :

  • 105 Le Scalpel, 18 novembre 1856, p. 1. Sur l’étude des effectifs médicaux, voir infra, ch.IV, “Les str (...)

“Dans la ville de Liège, on compte 70 praticiens et c’est à peine si 20 hommes de l’art auraient de quoi s’occuper. Un tout petit calcul va faire voir que nous disons la vérité. Admettons qu’il y ait par jour 300 visites payantes à faire, et ce chiffre est à coup sûr bien exagéré, car il faudrait qu’il y ait 6 à 800 malades parce que, dans le nombre, il y en a beaucoup qu’on laisse plusieurs jours sans traiter. En répartissant ce chiffre entre les 70 médecins, ils auraient chacun 4 visites et une fraction. Mais il n’en est pas ainsi [...] Ce que nous avançons ? Comptons à nouveau. Nous avons à Liège 80 000 habitants. Un tiers reçoit des secours du Bureau de Bienfaisance ; un tiers se trouve entre l’aisance et la pauvreté et ne peut généralement pas payer le médecin ; on ne doit donc réellement compter qu’un tiers, soit 26 à 30 000 personnes, qui ait le moyen de solder les frais de maladie. On voit que, pour qu’il y ait 600 malades payants, il faudrait aller jusqu’à 2 % [de malades], ce qui ne peut pas être, à moins d’admettre que la ville de Liège soit extrêmement malsaine, ce qui n’est pas”105.

  • 106 Ibidem.

55La ville de Liège constitue cependant un milieu privilégié où le médecin peut espérer trouver la plus forte concentration de malades aisés. A la campagne, les proportions de la clientèle non-productive sont plus importantes encore : là, “il y a même des localités où les trois-quarts des habitants sont incapables de payer le médecin”106. L’expression déferlante de l’exiguïté des ressources s’illustre toujours de telles comptabilités. Médecine de classe : en l’absence d’un système de sécurité sociale, les médecins adaptent leurs honoraires selon le statut social de leur patient. Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la visite ordinaire au domicile du patient se paye généralement 2 francs, mais il ne s’agit là que d’un prix de base, largement modulé selon la nature de l’intervention, l’appartenance sociale du patient, la distance parcourue par le médecin et le moment auquel s’accomplit la visite.

  • 107 Cette répartition sociale n’est jamais mise en doute. Par exemple, “il faut fixer ses honoraires d’ (...)
  • 108 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1. Dans la région d’Anvers, à la même époque, le tarif adopté par (...)
  • 109 Le tarif du Cercle médical de Verviers est adopté en séance du 5 février 1895. Les principales caté (...)

56Les tarifs d’honoraires établis par les associations de praticiens tiennent toujours compte de cette pluralité de critères. Tous sont répartis selon trois ou quatre catégories de patients, non-compris les indigents qui relèvent des Bureaux de Bienfaisance107. En 1856 par exemple, l’Association des médecins de l’arrondissement de Liège fixe, de manière traditionnelle, le prix de la visite à 2 francs, “mais il est évident que ce n’est là qu’un prix moyen, que l’on pourra dépasser quand il s’agira de personnes fortunées, et en-dessous duquel il sera permis de descendre pour le modeste artisan”108. Quarante ans plus tard, le Cercle médical de Verviers vote un nouveau tarif, constamment invoqué par les journaux médicaux comme un modèle à suivre par tous les praticiens. La clientèle s’y distribue en quatre classes : la classe ouvrière, la classe moyenne (ouvriers aisés, petits commerçants, employés), la classe aisée (négociants ou patrons, rentiers, propriétaires, employés supérieurs, professions libérales) et la classe riche, auxquelles est demandée, pour une visite ordinaire au domicile du malade, une somme variant de 1 franc 50 à 5 francs109.

  • 110 Par exemple, en 1864 : “A Liège, une quinzaine de praticiens — professeurs de l’université et quelq (...)
  • 111 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1.
  • 112 Parmi elles, retenons par exemple en 1887, les mesures radicales adoptées par la Cercle médical lié (...)

57Dans ces conditions, les revenus des médecins sont étroitement dépendants du type de clientèle à laquelle ils s’adressent. Pour quelques privilégiés, médecins en réputation ou professeurs d’université qui drainent la clientèle fortunée, la plupart sont contraints de se rabattre sur les patients “peu donnants”110. Là, même lorsque le malade est solvable, il est souvent réticent à acquitter la note d’honoraires que le médecin lui présente au terme de l’année : “certaines gens [...], partant de l’idée que le médecin ne fournit que sa science, disposent sans gêne de son temps, avec l’idée arrêtée d’avance qu’elles ne le payeront point”111. Au chapitre des doléances médicales, le thème du mauvais payeur occupe une place de choix et suscite, au sein des associations professionnelles, de nombreuses tentatives destinées à protéger les praticiens de telles déconvenues112.

  • 113 Le Scalpel, 15 juillet 1849, p. 2.
  • 114 B.A.R.M, 1843, p. 815.
  • 115 Le Scalpel, 15 juillet 1849, p. 2.

58Dans la littérature médico-professionnelle, le mauvais payeur est surtout une figure qui alourdit encore le poids du sacerdoce médical : à l’égard du médecin, “l’ingratitude est la règle et la reconnaissance la très rare exception”113. La clientèle, “tandis qu’elle comble d’honneurs et de richesses des arts frivoles qui l’amusent sans l’instruire et la pervertissent souvent en l’amusant, n’a pour le médecin qu’une mesquine rétribution accordée trop souvent de mauvaise grâce”114. Le corps médical, pris au piège de son sacerdoce, n’a guère à attendre d’une société qui ne songe qu’à l’exploiter et ne le paye en retour ni d’estime, ni d’une juste rétribution : elle veut que le praticien “se mette à son service, à sa pleine et entière disposition, sous prétexte de philanthropie et de dévouement. Elle lui jette sans cesse à la tête ces mots, qui ne sont pour elle que des prétextes d’exploitation ou des oripeaux dans lesquels elle se drape fièrement pour satisfaire son ostentation [...] Ainsi, fortune, santé, repos, nous devons tout sacrifier pour voler au secours d’un homme malade, d’une contrée désolée par l’épidémie ; quant à la rémunération, si elle veut bien nous en accorder une petite, ce sera une immense faveur qu’elle nous aura faite, et nous lui en devrons une reconnaissance non moins immense”115.

***

59La médecine exploitée, bafouée, méprisée : telles sont les images dont s’inspirent immanquablement les discours et les initiatives médico-professionnels et grâce auxquelles s’interprètent les difficultés rencontrées par nombre de praticiens ; telles sont les images qui justifient le projet associatif. L’expression des désillusions illustre tous les aspects de la pratique médicale, mais il est deux thèmes majeurs vers lesquels convergent, dès les années 1840-1850, une part importante de l’indignation et des revendications professionnelles : l’organisation d’un service médico-rural d’une part, la lutte contre les sociétés de secours mutuels d’autre part.

  • 116 Le Scalpel, 21 août 1881, p. 1.

60Médecine des pauvres, médecine rurale, tout d’abord. Malgré l’encombrement professionnel, la ville offre les ressources régulières d’une clientèle bourgeoise à la fois nantie et acquise aux principes de la médecine scientifique. Il n’en va pas de même à la campagne où la majorité des patients sont pauvres. La figure pathétique du médecin de campagne, pauvre lui-même, mais généreux jusqu’à l’oubli de soi, traverse la presse médicale d’une émotion jamais prise en défaut : “le jeune médecin, quittant l’Université pour s’établir loin des grands centres de population, s’en va l’âme pleine des plus généreuses illusions ; le diplôme, but d’une vie de travail, est conquis ; hélas, que de cruelles déceptions attendent, dès les premières années d’une rude et pénible clientèle, cet obscur et modeste travailleur !” 116. Ici s’accumulent les descriptions invariables où l’humilité le dispute à l’amertume, le dévouement à l’ingratitude, l’enthousiasme à l’hébétude d’une vie épuisée et déçue :

  • 117 Le Scalpel, 7 mai 1893, p. 2.

“Le médecin de campagne est pauvre et, s’il veut, à la fin d’une existence laborieuse, jouir d’un repos bien mérité, il lui faut, tant qu’il est bien portant et vigoureux, épargner pour la vieillesse. Commençant sa journée à 7 heures du matin, pour la finir bien tard le soir ; devant plus souvent qu’à son tour se lever la nuit pour faire quelques kilomètres par tous les temps, dérangé pour un bobo ; remplacé dans les cas graves par le sorcier ; n’ayant que la clientèle pauvre et peu donnante à soigner, — les riches vont consulter à la ville — ; victime du premier loustic du village qui le prend pour cible de ses plus belles railleries, de ses spirituelles historiettes, il finit par s’abrutir tout doucement [...] Oh ! Je ne parle pas des médecins des grandes villes [...], je parle de ceux-là, les pauvres !, qui visitent 5 ou 6 villages tous les jours, cahotés du matin au soir dans un mauvais cabriolet ; je parle de ceux qui s’étaient établis avec la ferme intention de travailler sérieusement, de rendre à la science médicale le plus de services possibles, et qui s’éteignent doucement dans une somnolence intellectuelle déjà voisine du final”117.

  • 118 En ville, la situation est différente parce que, d’une part, le service médical des indigents est m (...)

61Médecin des pauvres, pauvre médecin : si le praticien de campagne mène une existence aussi précaire, c’est qu’il supporte, presqu’à lui seul, la charge de soigner les malades pauvres et indigents qui, en milieu rural, constituent l’essentiel de la clientèle. La mauvaise organisation — voire l’absence — des services médicaux des Bureaux de Bienfaisance est unanimement désignée comme la cause principale du sort peu enviable du médecin de campagne118.

  • 119 Cfr supra tableau IV.3. : Communes de la province de Liège dans lesquelles exercent un ou plusieurs (...)

62Entre 1840 et 1865, la moitié des communes de la province, à peu près, n’ont aucun service organisé ; en 1891, il n’y en a plus que 25 %, soit 85119, mais les inégalités restent unanimement dénoncées par les médecins.

  • 120 I. Putzeys, Le service médical des indigents, dans R.C.M.P., 1864, p. 189-211.
  • 121 Ibidem, p. 201. Ainsi par exemple : Bas-Oha (40 francs par an) ; Oteppe (50 francs) ; Ayeneux (60 f (...)

63D’un rapport solidement argumenté qu’Isidore Putzeys soumet, en 1864, à la Commission médicale et au gouverneur de la province, ressort l’extrême variabilité des modes de rémunération adoptés dans les 80 communes pour lesquelles il a obtenu des renseignements120. Tantôt les médecins des pauvres sont rétribués à la capitation, tantôt à la visite et tantôt ils reçoivent une somme forfaitaire. A l’exception de quelques communes où le médecin reçoit une rétribution que Putzeys juge équitable, la plupart ne consacrent “à cet objet que des sommes insignifiantes, hors de proportion avec les services demandés”121. “C’est sur l’abnégation du médecin que l’on compte presque toujours”, conclut-il ; “on a raison d’y croire ; mais est-il juste d’en profiter sans cesse comme on le fait ?”.

  • 122 B.A.R.M., 1848-1849 (séance du 16 juin 1849), p. 952.
  • 123 La Santé, 24 juillet 1853, p. 13-16.
  • 124 En 1895 par exemple, Nicolas Charles s’en plaint à la tribune du Sénat : “la loi du 27 novembre 189 (...)

64La question contient la réponse. Depuis les années 1840 tous les milieux médicaux s’appliquent à dénoncer la même réalité et à appeler de leurs vœux l’organisation d’un service médico-rural qui ne soit plus laissé à l’initiative vacillante des communes. Dès 1849, l’Académie propose une révision de la législation : “dans nos campagnes, l’insuffisance ou l’emploi peu intelligent des ressources dont disposent les Bureaux de Bienfaisance et le refus des administrations communales d’intervenir dans les frais auxquels donne lieu le traitement des pauvres, ne permettent pas d’organiser des secours publics”122. En 1853, une commission nommée par Charles Rogier rédige un projet de loi qui accorde aux députations permanentes et au gouvernement un pouvoir d’intervention dans l’organisation du service médical des pauvres123. Mais de telles propositions se heurtent au principe sacro-saint de l’autonomie communale et doivent presque aussitôt être abandonnées. Ce n’est que quarante ans plus tard que la loi du 27 novembre 1891 sur l’assistance médicale impose à toutes les communes l’obligation d’organiser un service médical pour les indigents. Mais elle ne résout pas pour autant tous les problèmes et, jusques après la première guerre mondiale, les médecins continuent de mettre en accusation les imperfections du système ou, dans de nombreuses communes, la non-application des prescriptions de 1891124.

  • 125 Le Scalpel, 5 septembre 1848, p. 1.

65Au-delà des réalisations concrètes, le débat sur le service médico-rural éclaire de sa tonalité propre les représentations sociales auxquelles s’identifie le corps médical. Médecin philanthrope, tout d’abord, qui “a presque constamment supporté seul la charge de soulager gratuitement les pauvres malades. Jamais certes, il ne refuse ses soins à l’infortuné qui les réclame, et toujours on rencontre le médecin, comme le prêtre, au chevet des souffrants”125. Lourd sacerdoce dont, pendant tout le siècle, d’innombrables évocations illustrent les désagréments ; en 1893, par exemple,

  • 126 G.M.Lg., 18 juillet 1893, p. 481.

le médecin des pauvres “s’insinue dans des corridors encombrés de détritus de toutes sortes ; il grimpe le long d’escaliers gluants en s’accrochant à une rampe poisseuse ; il cherche, sur les paliers puants et sans lumière, la chambre du malheureux qui l’appelle à son secours. Il pénètre enfin dans le taudis qui sert de refuge au pauvre malade et, [...] sur un misérable grabat, sans linge, sans couverture, il aperçoit l’indigent vaincu par la maladie. Cette vue, les odeurs nauséabondes qui emplissent l’atmosphère frappent de la façon la plus pénible un homme habitué aux délicatesses de la propreté et de l’hygiène. Son premier mouvement est de reculer, mais il ne le peut, car le devoir est là. Ce malheureux, dénué de tout, couvert de loques, aux senteurs repoussantes, il ne doit pas se contenter de le regarder : il doit lui tâter le pouls, il doit appliquer son oreille sur sa poitrine, il doit enfin l’examiner avec attention, en faisant abstraction de ses sens révoltés et trouver encore dans son cœur [...] des paroles d’encouragement et d’espérance”126.

  • 127 Le Scalpel, 20 juin 1856, p. 1.

66Mais à qui le médecin fait-il ainsi l’aumône de son temps, de son dévouement, de ses compétences ? Au pauvre sans doute ; mais plus encore au riche à qui il épargne ainsi le soin de se préoccuper de la santé des indigents. Le “riche”, c’est-à-dire la société ou l’Etat, émané de l’élite possédante — les contribuables — et dont le rôle tutélaire englobe évidemment l’assistance médicale à l’indigence : “n’est-ce pas vraiment une duperie que de faire la charité du prix de ses soins à des gens qui ont le moyen de payer ?” 127. Il n’est pas une assemblée professionnelle où l’on ne fasse valoir cet argument, témoin de l’impatience des médecins à voir s’incarner pleinement, dans le domaine de la santé, le passage de la charité privée à la bienfaisance publique.

  • 128 J. Hannon, Du service médical des pauvres, dans La Santé, 11 mai 1851, p. 57.
  • 129 Voir par exemple, à propos des réactions unanimement favorables à la loi du 10 mars 1925 : René SAN (...)

67Ils jouent également de leur rôle d’intermédiaire entre les classes pauvres et les classes riches. Dans le taudis du pauvre, dans sa saleté, dans ses maladies, couve toujours la menace d’une révolte, d’un désordre qui risque de se propager à l’ensemble de la société. Alors, disent les médecins, qu’il nous suffise de refuser de soigner les pauvres gratuitement ou contre une rétribution aussi dérisoire : “croyez-vous que les indigents en souffriraient, qu’ils resteraient privés de vos soins ? Non, tout ce qui en résulterait, c’est que les riches seraient obligés de payer pour eux ; car ils en ont peur et ils n’oseraient pas faire autrement”128. Les médecins bien sûr ne mettront jamais à exécution cette menace plus rhétorique que réelle et il faudra attendre, longtemps encore, la grande loi de 1925 sur l’assistance publique pour que leurs revendications soient enfin satisfaites129.

***

68En 1925, sans être pour autant devenu secondaire, le débat sur l’indigence est distancé par des préoccupations médico-professionnelles d’une autre nature. L’essor de la mutualité et la perspective de la création d’un système national d’assurances sociales mobilisent à ce moment l’essentiel de l’ardeur corporative des milieux médicaux. Un bref retour en arrière est nécessaire pour comprendre la manière dont les médecins se situent par rapport à ce vaste mouvement.

  • 130 Pasinomie, 3e série, vol.21, p. 73-79 : “les sociétés de secours mutuels dont le but est d’assurer (...)
  • 131 Voir par exemple : Mémoire ouvrière, 1885-1985. Histoire des fédérations, 11 volumes, Bruxelles, 19 (...)
  • 132 On peut se référer par exemple à la propagande officielle menée, dans les années 1870, en faveur de (...)

69En matière d’assistance médicale à la classe ouvrière, la loi du 3 avril 1851 accordant la personnification civile aux sociétés de secours mutuels, consacre une tendance déjà ancienne mais encore marginale à substituer à la seule initiative patronale et aux caisses de prévoyance des sociétés industrielles, une forme d’organisation à la fois plus large et plus indépendante130. Mais le mouvement des mutualités ne prend son véritable essor que dans les quinze dernières années du xixe siècle, au moment où la création du Parti Ouvrier Belge (1885), les grandes grèves de 1886 et les revendications pour le suffrage universel transforment en profondeur les aspirations sociales et les réalités politiques131. Aux anciennes conceptions des sociétés de secours mutuels, encore largement imprégnées de paternalisme patronal132, succède l’autonomie militante des mutualités, qui constituent, avec les syndicats et les coopératives, les armes grâce auxquelles la classe ouvrière lutte pour son émancipation.

  • 133 Le Scalpel, 9 octobre 1864, p. 2.
  • 134 Le Scalpel, 24 septembre 1882, p. 3.

70Dès les années 1860-1870, la méfiance des milieux médicaux à l’égard des sociétés mutuelles se révèle, dans la presse professionnelle, grâce à une série de mises en garde. “B est de fait”, peut-on lire par exemple en 1864, “que ce qui porte un grand préjudice aux intérêts du Corps médical, ce sont toutes ces sociétés qui ont pour but de faire obtenir à leurs membres les soins médicaux à des prix tellement réduits qu’ils deviennent plutôt onéreux que lucratifs au médecin. Aussi sont-elles unanimement réprouvées”133. Le ton est donné, mais le problème n’est pas encore perçu comme une priorité professionnelle. De la méfiance, on passe bientôt à l’inquiétude. En 1882, la Fédération médicale lance une vaste enquête parmi les associations de praticiens et diffuse un rapport qui établit que les sociétés de secours mutuels “font bon marché de la dignité du médecin, en qui elles ne semblent voir qu’une machine à exploitation [...] Nous sommes unanimes”, conclut le rapport, “à reconnaître que cet état de chose ne peut être toléré plus longtemps et il nous importe de trouver la formule qui concilie le mieux nos intérêts et nos sentiments d’humanité”134.

71L’unanimité dont se prévaut la Fédération ne conduit pourtant pas encore à une mobilisation réelle des forces professionnelles. Ce n’est qu’après 1885, avec la création des grandes fédérations mutuellistes, que l’inquiétude se mue en une hostilité déclarée et que le mouvement des mutualités devient une des causes les plus fréquemment invoquées du “malaise médical”. C’est que le principe même des sociétés de secours mutuels s’est altéré, disent les médecins, et que, par son ampleur, le système menace maintenant les intérêts de l’ensemble de la corporation :

  • 135 Louis Merveille, Le médecin dans la société moderne, 18 octobre 1888, p. 25.

“De ces associations, les unes sont légitimes, dignes de tous les encouragements du corps médical, mais les autres ne méritent aucune considération. Que de pauvres ouvriers gagnant à peine, malgré des labeurs excessifs, de quoi donner du pain à leur famille, s’unissent pour se procurer, à des prix inférieurs, les secours médicaux ; que des médecins acceptent, par esprit de charité, de répondre à leurs demandes, nous trouvons cela raisonnable et digne d’éloges. Mais ce que nous ne pouvons comprendre, c’est qu’en présence de bourgeois, de négociants ou de voyageurs vivant dans l’aisance qui s’associent dans le but d’obtenir les mêmes avantages que les pauvres travailleurs, il se trouve des médecins pour se prêter à de telles concessions. Les malheureux ne voient donc pas qu’on les exploite, qu’on se moque d’eux derrière le manteau et que ce n’est pas même un véritable esprit d’économie qui est le mobile de ces gens là”135.

  • 136 Louis Merveille ajoutait par exemple en 1888 aux réflexions précitées : “nous qui vivons dans un ce (...)

72L’opposition entre le “bourgeois aisé” et le “pauvre travailleur” est quelque peu rhétorique. C’est, plus profondément, le sens même de la mutualité qui heurte la conscience des médecins et sa tendance à devenir, plus qu’une forme modernisée d’assistance à la pauvreté, un modèle de prévoyance susceptible, certes d’étendre le recrutement social de ses adhérents, mais aussi de modifier la nature des relations entre les praticiens de l’art de guérir et leurs patients. Même dans le cas de mutuelles exclusivement ouvrières, la signification de l’intervention médicale est pervertie par ce fait qu’il ne s’agit plus, pour le médecin, d’exercer sa philanthropie dans les limites bien entendues de ses propres intérêts, mais de conclure avec les sociétaires un contrat “égalitaire” dont les termes ont valeur d’échange économique plutôt que de service136. Ainsi s’effrite l’image du médecin, intermédiaire éclairé entre les pauvres et les riches, philanthrope engagé grâce auquel la société conserve sa cohésion.

  • 137 M.H., 1907, p. 73.
  • 138 Le Scalpel, 12 août 1906, p. 1.

73A partir des années 1890, l’extension de la mutualité nourrit de plus belle la rancœur des médecins. Au 31 décembre 1895, il y a en Belgique 734 sociétés mutuellistes reconnues, regroupant 87.312 affiliés ; elles sont près de 2.400 au 31 décembre 1905 et regroupent 265.000 sociétaires137. “Depuis longtemps”, écrit Léopold Dejace à cette époque, “les ouvriers ont senti le besoin de défendre leur pain quotidien contre les aléas apportés par la maladie, et depuis cette même époque, les médecins ont apporté leur concours généreux, aussi désintéressé que possible, aux associations mutualistes formées entre ouvriers manuels. Malheureusement, le mouvement mutualiste n’a pas conservé le caractère d’assurance prévoyante entre ouvriers ; des conducteurs d’hommes, de mauvais bergers, ont dit aux masses groupées en associations prévoyantes : vous avez la force du nombre, vous avez l’autorité nécessaire pour imposer vos volontés. Vous ne demanderez plus aux médecins leur concours, vous leur imposerez vos conditions. Et les médecins ont cédé”138.

  • 139 Le Scalpel, 16 février 1894, p. 2.
  • 140 Voir supra, p. 315-316.

74Ils ont cédé, c’est-à-dire qu’ils ont dû reconnaître l’importance du mouvement — force montante sur le marché de la santé — et engager avec les sociétés mutuelles d’âpres négociations qui, dès lors, occuperont sans discontinuer l’avant-scène de l’actualité médico-professionnelle. En 1894, le docteur Bouton, de la Société médicale de Charleroi, l’exprimait sans détour : “la mutuelle prend naissance de tous côtés de notre pays et bientôt celui-ci ne formera plus qu’une vaste association dont les médecins seront les valets [...] Nous devons réagir contre l’assassinat de notre profession et nous devons opposer syndicat à syndicat”139. A Liège, le message était entendu depuis déjà plusieurs mois. En mai 1893, le premier syndicat médical de Belgique était créé dans le quartier nord de la ville ; en novembre, la Fédération des syndicats médicaux liégeois s’était constituée sous la présidence de Nicolas Charles et s’était donnée comme premier objectif d’organiser les relations du corps médical avec les sociétés de secours mutuels140.

  • 141 J.Acc, 20 mai 1894, p. 162.
  • 142 Ibidem.
  • 143 Ils représentent à cette époque un peu moins des trois-quarts des praticiens liégeois (109 sur 153)

75Dès le mois de mai 1894, la Fédération syndicale adopte un “règlement relatif aux sociétés de secours mutuels” dans lequel elle se prononce en faveur d’un système de rémunération par visite — tarifé à 1 franc pour l’avis au cabinet du médecin et à 1,50 franc pour la visite à domicile — ou, en cas de refus par la société mutuelle, par capitation — tarifé à 5 francs annuels par individu141. Le système d’abonnement — c’est-à-dire l’octroi d’une somme forfaitaire ne tenant pas compte du nombre de sociétaires — est refusé. Par ailleurs, “tout associé doit avoir le droit de choisir chaque année son médecin parmi les praticiens qui ont accepté les conditions de la Société”142. Les résolutions de 1894 ont plus valeur de manifeste que de convention : seuls, en effet, les médecins syndiqués y adhèrent143 et, d’autre part, le règlement n’est pas soumis à l’approbation des sociétés mutuelles. Mais elles formulent l’essentiel des revendications médicales : libre choix du praticien et payement à la visite selon un barème qui ne peut être inférieur à 1 franc.

  • 144 C’est-à-dire ouvertes à la fois à la classe ouvrière et à la classe bourgeoise.
  • 145 G.M.Lg., 31 décembre 1896, p. 169.
  • 146 J.Acc., 11 juillet 1897, p. 255.

76En 18 %, la Fédération syndicale organise un référendum parmi le corps médical liégeois qui confirme ces exigences et condamne de surcroît sans appel l’extension du mouvement mutuelliste au-delà de la classe ouvrière. A la question : “voulez-vous la suppression des mutualités bourgeoises et mixtes ?” 144, 98 votants sur 102 répondent “oui”, 3 s’abstiennent et 1 seul se prononce en faveur de leur maintien ; à la question : “voulez-vous le statu quo en ce qui concerne les mutualités ouvrières ?”, 95 répondent “non”, 3 s’abstiennent et 4 répondent “oui”145. Forts de cette quasi unanimité, les membres des syndicats médicaux décident, quelques mois plus tard, “de ne plus donner leurs soins aux mutualités bourgeoises et aux sociétés mutuellistes mixtes”146.

  • 147 “visite ordinaire : 1 franc ; visite de nuit : 2 francs ; fracture : 10 francs ; accouchement : 15 (...)
  • 148 J.Acc., 16 janvier 1898, p. 25.
  • 149 G.M.Lg., 17 février 1898, p. 202.

77Dans le même mouvement, la Fédération des syndicats médicaux adopte un nouveau tarif, légèrement inférieur à celui de 1894147, mais pour lequel elle obtient l’adhésion de l’ensemble des praticiens : “tous les médecins de Liège, syndiqués comme non-syndiqués, ont pris l’engagement d’honneur écrit de se refuser à remplacer tout confrère dont la démission serait la conséquence de la non-application du nouveau tarif par ces sociétés. C’est la capitulation à brève échéance des sociétés de secours mutuels”148. Parallèlement, les négociations entre les instances syndicales et mutuellistes se font plus concrètes : bientôt, la Fédération libérale des sociétés de secours mutuels, la Fédération chrétienne et la Fédération neutre acceptent le tarif établi par les syndicats médicaux149.

  • 150 En 1898, Emest Malvoz, quelque peu en avance sur son temps, suggérait de subordonner les accords en (...)
  • 151 Voir à ce sujet : Nicolas Charles, Grève des médecins ruraux, J.Acc., 14 janvier 1900, p. 11 ; G.M. (...)

78Ce sont là les premières péripéties de l’histoire houleuse des “conventions médico-mutuellistes”. La satisfaction dont les syndicats médicaux font état en 1898 ne clôture évidemment pas le débat. Bientôt, de part et d’autre, de nouvelles revendications se formulent. Par ailleurs, en l’absence d’une réglementation précise, il est toujours quelques médecins pour accepter les conditions —jugées humiliantes par les associations professionnelles — que leur proposent certaines sociétés mutuellistes. Les conventions sont toujours menacées, toujours renégociées150. Au mois de janvier 1900, par exemple, l’association médico-rurale de l’arrondissement de Liège, qui considère le payement par capitation comme une formule de transition, décide d’exiger des sociétés nouvellement affiliées à la puissante Fédération neutre de secours mutuels un mode de rémunération à la visite. Mais la Fédération refuse. Il s’ensuit une violente polémique et bientôt la rupture des relations entre la Médico-rurale et la Fédération mutuelliste. Pendant plusieurs semaines, les médecins de la banlieue de Liège refusent d’assurer le service médical des sociétés mutuelles affiliées à la Fédération neutre. Nouvelles négociations et, finalement, nouveau compromis qui rétablit pour un temps le fragile équilibre entre les uns et les autres151. C’est aussi l’occasion pour les médecins de formuler à nouveau leurs griefs à l’égard de la mutuelle :

  • 152 Un dernier mol sur le conflit médico-mutualiste, G.M.B., 1899/1900, p. 211-212.

“Quand on réfléchit aux événements qui se sont passés, on est véritablement stupéfait de l’état d’âme de certains mutuellistes de nos jours. Non seulement, ils prétendent traiter d’égal à égal avec le corps médical, en faisant fi de toute supériorité d’études, d’intelligence et d’éducation, mais ils voudraient exiger de lui une obéissance servile et une humilité révoltante. Oui, ces gens-là, à qui nous faisons en réalité la charité, en leur donnant des soins à des prix dérisoires, se croient libres de toute reconnaissance, de toute considération envers nous ! [...] Si le médecin a l’âme sensible, si le spectacle des misères ouvrières le pousse à être généreux, s’il est heureux de serrer la main calleuse d’un ouvrier mutualiste qui reconnaît ses services, il ne peut subir les persiflages et les injures de ces chefs cachés des mutualités, ouvriers honoraires qui trop souvent font marcher les associations au doigt et à l’œil”152.

  • 153 René Ledent, Le mouvement mutualiste, dans Le Scalpel, 22 octobre 1921, p. 879.

79En cette intarissable indignation, en ces conflits toujours renouvelés, se formule surtout la marche du temps et s’expérimente une nouvelle forme de relation entre la société et le monde de l’art de guérir. Au lendemain de la première guerre mondiale, en 1921, le nombre des mutuellistes atteint le million153 : le mouvement, dès lors, ne peut plus guère être contesté dans son principe. Au cours des années 1920-1930, l’essor de la mutualité s’accompagne d’un plus vaste débat qui concerne l’institution d’un système d’assurance-maladie obligatoire. Toutes les instances médicales, politiques et mutuellistes y sont engagées. Il faudra plus de vingt ans et la dramatique interruption de la deuxième guerre mondiale pour aboutir à une solution jugée acceptable par la majorité. Au sortir de la tourmente, l’institution du régime de l’assurance-maladie-invalidité (1944-1945) ouvrait les portes d’un monde nouveau.

3. Le corps médical divisé

  • 154 Gaspard Marnette, op. cit., 1865-1903,1, p. 71-72.

80Le microcosme vottemois décrit dans la chronique de Gaspard Marnette met notamment en scène les trois médecins qui desservent la commune. Dans les années 1860, Hippolyte Grégoire, Emile Muraille et Constant Otte, tous trois de Herstal, se rendent régulièrement à Vottem pour y traiter leurs patients. Muraille ne demande le plus souvent qu’un franc par visite, alors que Otte réclame deux francs et parfois deux francs cinquante. “Il y a rivalité entre ces deux médecins”, explique Marnette. “Otte est mécontent sur Muraille à cause que ce dernier donne ses soins aux malades à trop bon compte [...] On raconte que Otte, ayant été appelé un jour dans une maison pour un malade et ne venant pas assez vite, on alla chercher Muraille qui arriva tout de suite. Pendant que Muraille était là, voici Otte qui arrive ! Muraille voyant cela se retire dans une autre pièce [...] Otte ne tarda pas à blâmer Muraille qui entendait tout, et qui sortit de sa cachette quand Otte en eut dit assez contre lui. Ils s’expliquèrent alors face à face”154.

  • 155 J.F. Vlemincks, Rapport de la Commission de législation médicale sur l’organisation des Commissions (...)

81Bobard de village ou anecdote réelle de la chronique vottemoise ? L’assurance de Marnette à évoquer la rivalité qui oppose les deux médecins est plus intéressante que le détail d’une éventuelle querelle. Au-delà de la raillerie, l’ouvrier-armurier décrit une réalité que les médecins dénoncent comme la plaie profonde, et jamais vraiment refermée, du corps médical : “invidia medicorum suprema invidia”. Sans cesse mise en cause, la désunion des praticiens de l’art de guérir entrave toutes les espérances. En 1844, le premier président de l’Académie royale de médecine le proclame haut et fort : “dans notre organisation sociale actuelle, il y a des hommes qui exercent l’une ou l’autre branche de l’art de guérir, mais il n’existe pas de corps médical proprement dit ; les mots : corps médical, n’expriment pas un fait réellement existant ; ils sont plutôt une formule de langage que le temps et les usages ont consacrée”155. A partir des années 1840, il appartiendra au mouvement associatif d’oeuvrer, inlassablement, en faveur de la cohésion des praticiens de l’art de guérir.

***

  • 156 P.M.B., 26 octobre 1851, p. 356.

82L’encombrement professionnel, l’exploitation des sociétés de secours mutuels, l’arrogance des empiriques, l’ingratitude du public ou l’indifférence de l’Etat — figures dominantes du “malaise médical” —, pourraient être efficacement combattues si les praticiens leur opposaient le front inébranlable de leur unité. Malheureusement, l’esprit de concurrence et l’individualisme médical compromettent à tout moment la force et la crédibilité de la corporation. Sous l’étiquette du “charlatanisme diplômé”, se rangent ainsi la plupart des attitudes indignes qui portent atteinte à la profession. Aucune formule n’est assez vive pour les condamner, aucun appel assez vibrant pour réclamer la moralisation des comportements professionnels. Mais, en l’absence de réglementation déontologique, le charlatanisme diplômé — cette “voie honteuse et bourbeuse des plus vils histrions”156 — déploie sans coup férir ses multiples visages.

  • 157 P.M.B., 18 novembre 1855, p. 379.
  • 158 D’un sondage effectué dans trois grands quotidiens liégeois — La Meuse, la Gazette de Liège et le J (...)
  • 159 Le Scalpel, 30 août 1852, p. 1.
  • 160 Le plus souvent, il ne s’agit que de l’indication du nom, de l’adresse et des heures de consultatio (...)
  • 161 B.A.R.M., 1843/1844 (séance du 22 octobre 1843), p. 812.

83C’est que le gonflement des effectifs médicaux et la diminution des ressources qui en est la conséquence, entraînent nombre de praticiens à rabattre le client au moyen de procédés peu glorieux. Voici un médecin, par exemple qui, en 1855, “expose à sa fenêtre les portraits coloriés des malades qu’il dit avoir guéris”157. Une démarche de cette nature reste exceptionnelle. Beaucoup plus fréquentes — et sans doute plus efficaces — sont les annonces que les praticiens font paraître dans les pages publicitaires de la presse quotidienne158. “Parce qu’elles tendent à assimiler l’exercice de la médecine à celui des professions mercantiles”159, de telles annonces — aussi sobres soient-elles160 — sont sévèrement réprouvées : “Quel est le médecin jaloux de la dignité de sa profession”, disait le docteur Fallot, “dont le cœur ne se soulève de dégoût à la vue de ces réclames dont nos gazettes abondent, et pour lesquelles la reconnaissance ou radmiration se font jour et révèlent au monde le savoir incomparable, ou la merveilleuse habileté, ou l’héroïque dévouement de Messieurs les docteurs tels et tels, et de ces annonces insérées à la quatrième page de nos feuilles publiques [...] où, entre l’affiche d’une maison à vendre et l’avertissement d’un domestique sans condition, on voit figurer l’adresse d’un médecin avec l’indication des heures auxquelles on peut le consulter ?” 161.

  • 162 Il est significatif de noter, à cet égard, que les tarifs fixent toujours des prix minimum.

84L’annonce médicale est le symbole de ce que les milieux professionnels appellent, en une formule consacrée, la “médecine au rabais”. Concurrence : puisque, à la ville comme à la campagne, il semble si difficile de se constituer une clientèle, certains médecins se livrent une guerre d’honoraires qui compromet à la fois les intérêts moraux et matériels de l’ensemble de la corporation. Tels sont ceux qui acceptent les honoraires dérisoires des sociétés de secours mutuels et des Bureaux de Bienfaisance ; tels sont ceux qui attirent la clientèle privée en proposant des prix inférieurs à ceux de leurs confrères. Les tarifs d’honoraires que les sociétés médicales établissent sont des normes qui doivent s’imposer autant à la communauté des praticiens qu’auprès des patients ou des organismes qui font appel aux services des médecins162 :

  • 163 Le Scalpel, 20 mai 1860, p. 1.
  • 164 Le Scalpel, 30 novembre 1880, p. 1.

“Pourquoi cette concurrence”, se demande Festraets en 1880, “toute à l’avantage du client, qui seul en profite, lui qui nous paye de respect tant qu’il souffre, mais chez qui la dévotion l’oublie à la convalescence ? Et cependant il y a tant de confrères qui croient pouvoir l’emporter sur leurs voisins en réduisant outre-mesure le prix de leurs honoraires [...] C’est une erreur. Le public est ainsi fait qu’il n’apprécie véritablement que ce qui lui coûte de l’argent, et tout pour lui à une valeur relative au prix [...] Faites de la médecine au rabais [...] et vous êtes certain que le vulgaire vous posera, pour le respect, sur la même ligne qu’un commissionnaire. Au contraire, faites-vous largement payer, sans exagérer cependant, et vous serez hautement considérés”163. Quoi de plus naturel, par ailleurs : “la science ennoblit l’homme, lui donne la conscience de sa propre valeur et de l’importance des services qu’il rend à la société. Aussi ne voit-on pour ainsi dire jamais un médecin digne de ce nom prêter son ministère à vil prix ; il préfère donner ses soins gratuitement que de déprécier sa profession en faisant, à ses collègues, une concurrence au rabais”164.

  • 165 J.Acc, 30 mars 1887, p. 71.
  • 166 Le Scalpel, 10 décembre 1851, p. 1.
  • 167 G.M.Lg., 31 août 1893, p. 565.
  • 168 Nicolas Fossion, Discours prononcé à l’Association générale des médecins de l’arrondissement de Liè (...)
  • 169 P.M.B., 24 août 1890, p. 552.

85L’esprit de concurrence qui règne au sein du corps médical compte parmi les principaux obstacles qui empêchent la pleine réalisation des idéaux du mouvement associatif. La presse médico-professionnelle déverse à larges bordées son opprobre à l’égard de ceux qui avilissent la fonction médicale. “Brebis galeuses”165, “praticiens de bas étage”166, ils sont sans cesse opposés à ceux qui, groupés dans les associations professionnelles, ont compris les vertus d’une bonne confraternité. De même, les professeurs d’université qui “se livrent à la clientèle active”167 sont unanimement critiqués, parce qu’ils font une concurrence déloyale aux simples praticiens : “ayez à traiter un accident ou une maladie un peu grave, on vous adjoindra bientôt comme consultant un professeur, puis quelques jours après, vous serez supplanté par celui-ci”168. Que dire enfin de ceux-là, cumulards de la médecine sans cesse décriés, qui briguent toutes les positions officielles et renforcent ainsi les difficultés rencontrées par la masse des praticiens ? “A quand un peu plus de justice dans cette répartition”, demande un rédacteur de la Presse médicale, “et à quand un peu plus de dignité de la part de ces accapareurs”169.

***

  • 170 Loi du 12 mars 1818, article 11.
  • 171 Instructions pour les chirurgiens de campagne dans les Pays-Bas, 31 mai 1818, article 5.
  • 172 M. Willems (rapporteur). Rapport de la Commission qui a examiné la question du cumul de la médecine (...)
  • 173 Ibidem.

86Autre pomme de discorde, autre forme du charlatanisme diplômé, la question du cumul médico-pharmaceutique envenime de querelles sans fin la vie médicale du xixe siècle. La législation, tout d’abord, prête à nombre d’équivoques. En vertu de la loi du 12 mars 1818, les médecins établis dans le plat-pays sont autorisés à tenir une officine fermée, c’est-à-dire un dépôt de médicaments destinés à l’usage exclusif de leurs patients170. Cette disposition n’est cependant plus applicable lorsque plusieurs apothicaires sont installés dans la même commune171. Bien sûr, “cette tolérance est une violation évidente du principe absolu qui veut que la pharmacie soit complètement séparée de la médecine et exercée par des hommes possédant des diplômes spéciaux”172 ; mais elle est rendue indispensable par la volonté de maintenir une présence médicale dans le plat-pays : “dans les campagnes, le cumul est devenu une nécessité sociale qui intéresse non seulement les malades, mais aussi les hommes de l’art car, de la solution de cette question dépend l’existence de la moitié du corps médical”173.

  • 174 Par exemple, pendant les premiers mois de l’année 1843, l’Académie reçoit les plaintes “des pharmac (...)

87Cette situation ambiguë est un terrain de mésentente continuelle entre médecins et pharmaciens : les premiers prétendent que, sans le cumul, il serait impossible de survivre dans les campagnes ; mais les autres protestent que ce même cumul est une criante injustice qu’ils ne sauraient tolérer plus longtemps. Le siècle est parcouru de ces débats sans fin qui jamais n’aboutissent à une solution satisfaisante pour les deux parties174. La question est d’autant plus brûlante que les uns et les autres ne respectent pas les limites imposées par la loi.

  • 175 Le problème est régulièrement posé dès le régime hollando-belge et les premières années d’applicati (...)
  • 176 La naissance, en novembre 1893, du Journal de pharmacie de Liège correspond, à la même époque que c (...)
  • 177 J.P.Lg., 1894, p. 49.
  • 178 J.P.Lg., 1896, p. 63.
  • 179 J.P.Lg., 18 %, p. 342.

88Les médecins tout d’abord, aux dires des pharmaciens, n’hésitent pas à tenir une officine “fermée” et parfois même “ouverte”, alors que rien ne les y autorise175. La suppression du cumul devient ainsi une des revendications principales du monde de la pharmacie. En 1894, Alfred Gilkinet, professeur de pharmacie à l’université, s’en expliquait dans les colonnes du Journal de pharmacie de Liège176 : “depuis 50 ans, cette question est soulevée périodiquement, et n’a guère avancé d’un pas [...] Quels sont les avantages spéciaux dont peuvent se prévaloir les cumulards ? Mystère ; nous n’en connaissons aucun. Manier le bistouri, puis fabriquer des pilules. Bon Dieu ! Il faut disposer d’énormément de temps pour bien faire tant de choses à la fois, ou les malades débonnaires doivent être cousus d’une bonne dose de patience. Nous avons toujours cru que le rôle du médecin se bornait à établir le diagnostic et instituer le traitement. N’a-t-il pas à cela suffisamment de tablature ? Il faut admettre qu’il est matériellement impossible à un docteur sérieux de se tenir au courant des progrès de deux sciences aussi essentiellement différentes”177. L’exercice de la pharmacie par les médecins — “la plus honteuse des iniquités”178 — compromet en même temps, cela va sans dire, les intérêts matériels des pharmaciens, eux aussi aux prises avec le problème de l’encombrement professionnel : à la campagne surtout, les pharmaciens confrontés à la concurrence des médecins “sont réduits à un état voisin de la misère”179.

  • 180 Le Scalpel, 20 septembre 1848, p. 1.
  • 181 Le Scalpel, 30 novembre 1854, p. 2.
  • 182 P.M.B., 6 septembre 1856, p. 300. “Beaucoup de pharmaciens”, précise notamment cette circulaire, “d (...)
  • 183 Alphonse Roskam, La pratique de la médecine et de la pharmacie en Belgique, dans G.M.Lg., 4 octobre (...)

89Le plaidoyer des médecins en faveur de leur propre chapelle vibre d’une tout autre indignation. Car les apothicaires sont loin d’être irréprochables, et souvent, comme en 1848 ce praticien membre de la Commission médicale locale de Verviers180, ils se livrent sans vergogne à l’exercice de la médecine. En 1854, de l’avis de Festraets, “les médecins sont complètement débordés par les pharmaciens, qui ont presque généralement transformé leur boutique en cabinet de consultation”181. Deux ans plus tard, l’Association des médecins de l’arrondissement de Liège envoie une circulaire de mise en garde à tous les pharmaciens de la circonscription182. Rien n’y fait cependant, et sans jamais s’interrompre, les plaintes des médecins continuent d’alimenter l’intarissable rubrique de l’inacceptable : “dans beaucoup de pharmacies, on traite, on soigne beaucoup plus de malades que dans les cabinets de médecins très fréquentés. Qu’on ne dise pas que cette manière de faire est adoptée seulement pour les cas anodins. Nous pourrions établir que les trois cinquièmes des malheureux atteints de maladies vénériennes se font tout d’abord soigner dans les pharmacies avant de se rendre à la consultation du médecin. Nous pourrions aussi montrer foule de personnes traînant de pharmacie en pharmacie leurs souffrances chroniques”183.

  • 184 G. Borgignon, Médecins et pharmaciens, dans Le Scalpel, 2 décembre 1894, p. 1.

90Jamais la tension ne s’apaise ; sans cesse elle attise la rivalité entre médecins et pharmaciens et paralyse toute tentative d’organisation corporative commune. A la fin du siècle, les querelles entre syndicats médicaux et pharmaceutiques n’amènent aucune solution de compromis, même si les polémistes les plus sereins reconnaissent, de part et d’autre, le bienfondé des revendications : “Hands off ! Pas d’ingérence en pharmacie, crient les pharmaciens. Hands off ! Pas d’ingérence en médecine, clament les médecins. Respectez notre privilège, disent les uns ; quittez notre territoire, commandent les autres, et ma foi, tous deux ont raison”184.

***

91Le corps médical est divisé. Concurrence, pléthore, exploitation, cumul, charlatanisme diplômé, jalousie, individualisme : autant de termes, autant de causes, autant de combats où se formule chaque fois l’indignation de voir bafoué l’idéal de la cohésion et de la confraternité. En appuyant toujours le trait de la réprobation, les associations professionnelles, aidées par la voix puissante de la presse médicale, tentent de se constituer en autorité morale et, en les désignant souvent nommément, de ramener les praticiens indélicats à des attitudes plus conformes à la dignité professionnelle.

  • 185 U Scalpel, 22 avril 1866, p. 1.
  • 186 Le Scalpel, 20 mars 1855, p. 1.

92Mais le vrai coupable, c’est l’Etat — insoucieux de créer, en modifiant les lois, des conditions d’exercice plus favorables à la profession — et les corps constitués — qui disposent d’un pouvoir jugé insuffisant ou dont les représentants sont accusés d’apathie. Les commissions médicales provinciales sont l’objet de critiques ininterrompues de la part des milieux professionnels. Incapables de protéger le corps médical de la concurrence des empiriques, elles sont inaptes également à créer l’entente entre confrères et à lutter contre le charlatanisme diplômé : “les Commissions médicales [...] sont des institutions complètement insignifiantes, nuisibles même, en ce qu’elles tiennent la place de meilleures”185. La cause profonde de l’incurie des commissions réside dans le mode de désignation de leurs membres, nommés par le roi à partir d’une liste lui présentée par les membres en exercice de la commission où une place est à pourvoir : “les membres qui les composent, choisis généralement sous l’influence de la camaraderie et parmi les satisfaits, étant nommés à vie et profitant parfois eux-mêmes des abus qu’elles sont appelées à réprimer, n’ont à rendre compte à personne de l’inexécution de leur mandat, et voient indifféremment se perpétrer des délits au-devant ou à côté de leur porte”186.

  • 187 Le Scalpel, 20 octobre 1853, p. 2.
  • 188 P.M.B., 30 juin 1850, p. 214.

93Lourdes accusations et qui, dès l’origine, enflamment la rhétorique corporative. Sans désemparer, les milieux professionnels réclament la réorganisation des commissions médicales et l’élection de leurs membres par l’ensemble des praticiens : “le corps médical doit être représenté par un Conseil élu par lui. On l’a cent fois répété : les avocats, les avoués, les notaires,... élisent les membres de leurs chambres. La profession médicale serait donc la seule profession libérale qui n’aurait pas sa représentation, la seule à laquelle on refuserait les bénéfices des principes libéraux consacrés dans notre Constitution”187. Sous leur formulation la plus radicale, les projets de réforme prévoient la suppression des commissions provinciales et leur remplacement par des conseils médicaux de discipline “nommés par élection et chargés de veiller à la dignité de la profession”188.

  • 189 M.V. Delavacherie (rapporteur), Rapport de la commission chargée d’examiner la question relative à (...)
  • 190 Parmi les multiples péripéties de cette polémique, signalons, en 1872, l’élection au sein du Cercle (...)
  • 191 Arrêté royal du 28 février 1895 : “les membres des commissions médicales sont nommés par le Roi, po (...)
  • 192 J.Acc, 12 mai 1895, p. 167.

94Cependant, dès 1849, l’Académie, dans un rapport retentissant, se prononce contre l’institution de tels conseils et suscite une violente polémique au sein du corps médical189. Celle -ci se prolongera pendant plus de quarante ans190, jusqu’à ce que, en 1895, la voix des praticiens soit partiellement entendue par l’Académie et le gouvernement, et qu’un arrêté royal, sans supprimer les commissions médicales, introduise dans le mode de recrutement de leurs membres le principe électif191. La réforme est cependant assez mollement accueillie par les associations de praticiens, parce que la nomination des présidents et secrétaires des commissions reste sous la seule autorité du gouvernement et échappe au mode électif : “la concession du gouvernement accordant au corps médical le choix des membres est donc plus apparente que réelle”, écrivait par exemple Nicolas Charles192.

  • 193 Un tel enseignement est sans cesse réclamé par la Fédération médicale de Belgique (voir par exemple (...)
  • 194 J.Acc., 30 juillet 1893, p. 175.
  • 195 GMLg., 7 septembre 1893, p. 579.

95Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, la critique des milieux professionnels à l’égard des commissions médicales n’aboutit qu’à des résultats mitigés. En l’absence de la refonte législative souhaitée, en l’absence encore d’un enseignement universitaire de la déontologie193, ce sont les associations professionnelles elles-mêmes qui s’attellent à la tâche d’élever la qualité des relations confraternelles. En 1893 par exemple, un des premiers travaux du syndicat médical du quartier nord de la ville de Liège est la rédaction d’un code de déontologie que tous les membres s’engagent à respecter : “les médecins honorent la profession”, précise l’article 1er, “en s’honorant eux-mêmes dans leurs rapports confraternels et, par conséquent, en observant vis-à-vis les uns des autres les plus grands égards en actions et en paroles”194. Deux mois plus tard, le syndicat du canton de Fléron, après avoir adopté le code de déontologie établi par les médecins liégeois, institue en son sein un conseil d’arbitrage, qui se donne pour objectif d’apaiser les démêlés professionnels, et un conseil de discipline, qui distribue blâmes et menaces d’exclusion aux praticiens irrespectueux des règles de bonne confraternité195.

  • 196 GM.Lg., 1897, p. 387.
  • 197 René Ledent, L’ordre des médecins, dans Le Scalpel, 24 janvier 1925, p. 51.
  • 198 B.A.R.M., 1924, p. 373-374.
  • 199 B.A.R.M., 1927, p. 843-857.

96Après 1895, et l’insatisfaction que fait naître la réforme des commissions médicales, l’idée de la création d’un ordre des médecins se formule de plus en plus souvent. En 1897, par exemple, la Fédération médicale de Belgique organise un référendum à ce sujet auprès du corps médical. A la question : “voulez-vous l’institution de chambres disciplinaires et indépendantes des commissions médicales (ordre des médecins) ?”, elle reçoit 689 réponses affirmatives, 309 négatives et 79 abstentions196. Quelques années plus tard, en 1910, “une forte majorité” des participants au congrès de médecine professionnelle de Bruxelles se prononce également en faveur de la création d’un ordre des médecins. Mais la guerre interrompt bientôt la propagande menée par les milieux professionnels et ce n’est que quatorze ans plus tard, en 1924, que la question de l’ordre est pour la première fois débattue à l’Académie de médecine197. En séance du 24 octobre, l’assemblée émet à l’unanimité le vœu que soit prochainement créé un Conseil de l’ordre des médecins et charge une commission d’étude, présidée par Félix Putzeys, de présenter un rapport à ce sujet198. Celui-ci sera mené à bonne fin en 1927 et pose les premiers jalons d’un projet de loi199.

  • 200 D. Cox, A la conquête de l’ordre des médecins, dans Le Scalpel, 3 septembre 1927, p. 543.
  • 201 B.M.S., p. 311-318.

97Triomphe dans les associations de praticiens : “la fièvre règne dans les rangs et certains d’entre nous, pareils aux jeunes légions devant Liège, en août 1914, serrent frénétiquement leurs armes et brûlent de se lancer à la première attaque [...] Le moment semble venu de précipiter le char qui aplatira tous nos maux”200. Il leur faudra cependant attendre plus de dix ans encore avant que la loi du 25 juillet 1938 crée enfin l’Ordre des médecins201.

Notes

1 Le Scalpel, 1er août 1850, p. 1.

2 Le Scalpel, 20 août 1850, p. 1.

3 “Le gouverneur de la province de Liège aux administrateurs des villes et des communes rurales”, 11 août 1834, M.A.P1., t.4 (1834), p. 181-182.,

4 Voir par exemple M.A.PL., t.6 (1836), p. 314-315 ; t.ll (1841), p. 215 ; t.14 (1844), p. 287 ; t.15 (1845), p. 361 ; t.27 (1857), p. 361 ; t.34 (1864), p. 628 ; t.49 (1879), p. 757-758 ; t.65 (1895), p. 486-487 ; t.74 (1904), p. 402-403 ; t.114 (1932), p. 43.

5 Le Scalpel, 21 mai 1876, p. 1. Ou encore : “à toutes les époques les charlatans se ressemblent” (P.M.B., 8 janvier 1860, p. 21).

6 Cfr supra, p. 223-233.

7 Ici encore, aucune comptabilité n’est possible et l’on est forcé de s’en tenir à cette insatisfaisante évidence que les illégaux restent “très nombreux” au cours du xixe siècle. A Paris, il paraît qu’en 1900 on “estime de 15 à 20.000 les consultations illégales données chaque jour” (G.M.B., 1900/1901, p. 11).

8 “La plaie la plus triste de notre profession, c’est sans contredit le charlatanisme”, écrivait en 1851 un correspondant de la Presse médicale (P.M.B., 20 avril 1851, p. 132).

9 Le Scalpel, 5 septembre 1848, p. 3.

10 P.M.B., 26 décembre 1852, p. 6.

11 Le Scalpel, 20 novembre 1850, p. 2.

12 P.M.B., 5 avril 1855, p. 124.

13 Le Scalpel, 30 janvier 1892, p. 1.

14 P.M.B., 26 août 1849, p. 285.

15 Ibidem.

16 Le Scalpel, 10 avril 1851, p. 1.

17 Le Scalpel, 17 février 1884, p. 1.

18 Nicolas-Joseph Ansiaux, Discours d’ouverture du cours de clinique chirurgicale à l’Université de Liège, Le Scalpel, 5 février 1849, p. 2.

19 Ce n’est qu’à la fin de xixe siècle qu’une tendance à l’hospitalisation de la clientèle aisée — principalement dans les cas d’affections chirurgicales — commence à se faire sentir. A Liège, le problème ne se pose guère avant les années 1893-1895, au moment où les professeurs de l’Université offrent aux “malades payants” la possibilité de se faire recevoir dans quelques chambres particulières de l’hôpital de Bavière, nouvellement reconstruit. Mais il ne s’agit encore que d’une tendance marginale : en 1902, par exemple, un peu moins de 5 % des malades hospitalisés dans les hôpitaux publics de la ville sont des “payants”. Dans le même mouvement, et suite aux inquiétudes que fit naître au sein du corps médical la perspective d’une “monopolisation” de la clientèle aisée au profit de l’hôpital universitaire, s’ouvrent les premières cliniques privées. A Liège, le “sanatorium Sainte Rosalie”, première institution du genre, est inauguré en 1894 par quelques chirurgiens qui se sentent menacés par la concurrence des hôpitaux publics (cfr à ce sujet Cari Havelange, L’hôpital à la croisée des chemins. La question des malades payants à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, dans Annales de la Société Belge d’Histoire des Hôpitaux et de la Santé Publique, XXV (1987, paru en 1990), p. 83-94).

20 J. Vanderdonck, Considérations sur l’hygiène hospitalière des villes, P.M.B., 27 octobre 1867, p. 365-366.

21 Louis Merveille, Erreurs et préjugés sur la médecine, G-M.Lg., 4 avril 1889, p. 313. A chaque discours son contexte. Ici l’emporte la dénonciation des absurdes “préjugés populaires” à la lumière desquels s’interprète la peur irraisonnée de l’hôpital. A la même époque pourtant, un autre rédacteur de la Gazette médicale, Joseph Brasseur, défendait ardemment le projet de reconstruction de l’hôpital de Bavière, “ce vieux cloaque qui, sous le nom d’hôpital, a fait tant de victimes” (Joseph Brasseur, Le nouvel hôpital, G.M.Lg., 14 février 1889, p. 232).

22 Cfr infra, ch. iii, section 2, p. 378-382.

23 Le Scalpel, 10 novembre 1856, p. 1.

24 Le Scalpel, 8 novembre 1908, p. 2.

25 Nicolas Fossion, Rapport sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les manufactures, mines et usines de la province de Liège, A.C.S.P.Lg., 12 (1845), p. 169.

26 “L’ignorance est la mère nourricière du charlatanisme”, écrivait en 1854 un rédacteur de La Santé, “c’est elle qui le fait naître, qui le fait grandir, c’est par elle enfin, qu’il se multiplie [...] La crédulité de l’homme est en raison inverse du degré de son instruction, moins on sait, plus on croit, et pour l’ignorance complète tout est merveilleux, tout est miracle” (La Santé, 28 mai 1854, p. 258).

27 S. Fallot, Discours sur la profession de médecin, B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 812-813.

28 Le Scalpel, 1er mars 1863, p. 2.

29 “Qu’on laisse plus longtemps la médecine en butte à la piraterie dont elle est l’objet et qu’en arrivera-t-il ? Le charlatanisme exploitera tout à son aise la crédulité niaise des hommes qui leur fait accepter tout ce qu’on leur propose comme moyen de souffrir moins ou de vivre plus longtemps, aux dépens de leur santé et de leur vie qu’ils cherchent à sauvegarder. Ensuite, le vrai médecin, sans appui au milieu de cette lutte qu’entraîne une concurrence effrénée et déloyale de la pan d’une classe d’ignorants auxquels on les compare, perdra tout goût pour un an qui lui impose des devoirs si onéreux sans une légitime compensation, et il négligera cette science dont il doit chaque jour faire une judicieuse application. Qui devra d’abord souffrir de cet état de chose ? La société, nos populations elles-mêmes. Si nos gouvernants ne croient rien devoir à une classe d’hommes qui usent leur intelligence et dépensent leur force aux service de l’humanité, ils doivent au moins prémunir la société contre une odieuse exploitation qui l’expose à toutes les horreurs des souffrances physiques et de la mort” (Le Scalpel, 30 octobre 1852, p. 2).

30 Cfr à ce sujet, 2e partie, ch. iii, section 3.

31 Le Scalpel, 20 septembre 1852, p. 8 (correspondance d’un médecin anonyme).

32 Gaspard Marnette, Mélange de faits qui se sont passés à Vottem, manuscrit, 6 vol., 1865-1903 (II, 122-123). La chronique de Gaspard Marnette, ouvrier-armurier de Vottem, est un document ethnologique de toute première importance. Il s’agit d’environ 2000 pages dans lesquelles l’auteur décrit au jour le jour et avec la plus grande minutie la vie de son village dans les trois dernières décennies du xixe siècle. Le manuscrit de Marnette a été découvert par notre collègue René Leboutte. Il en prépare actuellement l’édition critique. C’est grâce à son amitié et à son obligeance que nous avons l’occasion d’en utiliser les passages relatifs aux pratiques médicales et de donner ainsi la parole, non plus à des médecins ou à des folkloristes, mais à un représentant du monde populaire.

33 Le Scalpel, 3 juillet 1887, p. 2.

34 Le Scalpel, 20 août 1858, p. 1.

35 Le Scalpel, 29 mai 1896, p. 1.

36 Cfr entre tant d’exemples, ces commentaires que suscitent à la Presse médicale belge la présence d’un curé guérisseur dont la réputation s’étend aux provinces de Liège et de Namur : “Si le prêtre est merveilleusement placé pour faire le bien, il faut convenir aussi que nul n’est en plus belle position pour faire le mal. Admis au sein des familles, dont il est le confident, le conseil, l’espoir, tout se fait pour lui, rien ne se fait sans lui. Quel parti la passion mauvaise peut tirer de pareilles circonstances, quand elle se cache sous une robe sacrée ; quelle mine à exploiter pour l’âme avide, quelle aubaine pour le charlatan” (P.M.B., 9 décembre 1849, p. 406).

37 Gaspard Marnette, op. cit., III, p. 95. C’est nous qui soulignons.

38 Ibidem, p. 176.

39 Ibidem.

40 Ibidem, p. 177.

41 Ibidem, p. 192.

42 En 1900, Louis Merveille formule des remarques analogues à propos d’un autre curé guérisseur de la région liégeoise : “Où est le médecin isolé qui aurait osé réagir contre cette concurrence illégale ? Cet audacieux se serait fait honnir par tous les habitants de la région et aurait pu bientôt transporter ses pénates loin de là” (G.M.B., 1900/1901, p. 161).

43 Gaspard Marnette, op. cit., p. 192. Les compétences de Schevenels ne font aucun doute pour Marnette : “il tâtait le pouls comme un médecin, saisissait vite la nature de la maladie et était hardi pour administrer des remèdes plus énergiques que ceux des médecins” (ibidem).

44 “A l’époque du premier janvier 1866, nous avons trois médecins de Herstal qui desservent notre commune [...] Muraille [...] ne fait pas payer cher ses visites : il ne demande bien souvent qu’un franc pour aller au domicile du malade, et cinquante centimes quand on va le consulter chez lui [...] Le médecin Otte [...] est un bon médecin et surtout bon chirurgien. Les prix de ses visites sont chers : il se fait payer ses visites au domicile des malades 2 francs ou 2 francs cinquante chacune ; et si vous le consultez chez lui, c’est un franc. Aussi le médecin Muraille a plus d’occupation que lui dans notre commune [...] Le médecin Grégoire [...] ne vient presque jamais qu’à cheval. Le prix de ses visites tient le milieu entre ceux de Otte et de Muraille, chez le petit particulier ; mais il se fait payer cher dans les maisons moyennes, car on m’a cité un fermier de Vottem, chez lequel Grégoire était venu la nuit donner ses soins à un malade, et pour cette visite il a demandé 10 francs” (ibidem, I, p. 71-73).

45 Ibidem, III, p. 236.

46 Henri Deconde, Quelques recherches sur la rage, A.C.S.PJLg., t.l(1844), p. 74 et 109.

47 Le Scalpel, 8 novembre 1908, p. 2.

48 Terme wallon signifiant nigaud.

49 Le Scalpel, 20 novembre 1850, p. 2.

50 Le Scalpel, 30 septembre 1856, p. 1.

51 J.P.Lg., 1897, p. 58.

52 En 1904 par exemple, le gouverneur de la province attirait sur ce point la vigilance défaillante des administrations communales : “le moyen mis en œuvre par les intéressés pour obtenir cette autorisation varie peu : généralement, ils déclarent à l’officier de police chargé d’examiner les demandes d’emplacements forains, qu’il s’agit de la vente d’un seul produit simple, d’une efficacité certaine et d’une innocuité absolue. Une fois l’autorisation reçue, ils débitent différents produits, souvent composés et quelques fois très actifs” (M.A.P.L., t.74 (1904), p. 402).

53 G.M.Lg., 31 décembre 1891, p. 68. Voir aussi, à propos de l’affaire Sequah : G-M.Lg., 24 décembre 1891, p. 145-147 ; 21 janvier 1892, p. 204 ; 28 janvier 1892, p. 215 ; 25 février 1892, p. 264 et R.C.M.P., 1891, p. 288-292.

54 On connaît de nombreux exemples de cette sorte d’empiriques qui utilisent les ressources du massage. Ainsi en 1857, Jefke de Stryker (Joseph le frictiormeur), s’était acquis à Bruxelles une renommée qui défia pendant plusieurs mois le corps médical (P.M.B., 5 avril 1857, p. 124). Au début du xxe siècle, en prenant soin de ne pas s’exposer à des poursuites relevant de l’exercice illégal de l’an de guérir, une vingtaine de masseurs plus ou moins médicaux exercent régulièrement dans la ville de Liège (Louis Demunter, Exercice illégal de la cinésithérapie, J.Acc., 1er mars 1908, p. 75 et 22 mars 1908, p. 101). C’est aussi le moment où la gymnastique, le massage médical et la kinésithérapie deviennent un thème important des théories hygiénistes. Pendant rentre-deux-guerres, le docteur liégeois René Ledent s’en fera un des plus ardents sectateurs (cfr par exemple Le Scalpel, 12 février 1921, p. 142 et 19 mai 1934, p. 314). A partir des années 1930, un mouvement de professionalisation du métier de masseur commence à se manifester (Le Scalpel, 23 janvier 1937, p. 51-52). Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale qu’il aboutira à la création du diplôme de kinésithérapeute (Le Scalpel, 27 septembre 1947, p. 934).

55 Gazette de Liège, 1-2 janvier 1865, p. 4.

56 Le chiffre de 1845 est mis entre crochets puisqu’il ne concerne que La Gazette de Liège et le Journal de Liège, La Meuse ne paraissant pas encore à cette date. Le nombre des annonces paraissant dans chaque journal étant à peu près uniforme, la valeur absolue obtenue pour l’année 1845 est significative si on la majore d’un tiers (=21). Le calcul a été effectué en ne comptabilisant qu’une seule fois chaque publicité, même si elle apparaît dans plusieurs journaux ou si elle est publiée à plusieurs reprises dans chacun d’entre eux.

57 La longueur du dépouillement systématique des annonces de la presse quotidienne nous a empêché de réaliser un comptage annuel qui aurait permis de mesurer avec plus de précision la phase d’expansion du phénomène de la publicité médicale.

58 La plupart des annonces sont suivies du nom du pharmacien chez qui les produits sont en dépôt.

59 Arrêté royal du 31 mars 1888, Pasinomie, 4e série, t.23, p. 40-42. L’arrêté du 31 mars 1888 réserve aux seuls pharmaciens la vente des spécialités médicales, avec obligation d’y apposer leur cachet et d’indiquer la composition du remède. La presse médico-professionnelle se réjouit de cette nouvelle législation, mais constate en même temps les limites de son application : ”ce règlement a été conçu dans un esprit qui fait honneur au gouvernement [...] Malheureusement, il n’a pas compté sur l’inertie et la négligence des Commissions médicales et des parquets. Il est évident en effet que l’arrêté en question [...] devait avoir pour premier effet de nous débarrasser à tout jamais des remèdes secrets. Or, que voyons-nous ? Ouvrons une feuille publique [...] et nous verrons des annonces indiquant que tel et tel pharmaciens vendent la poudre anti-asthmatique du Docteur Quintin, les cigarettes Escoufiaire, les pilules Géraudel et autres, la créoline Pearson, etc [...] En dépit de la loi, de nombreux pharmaciens étalent à leur vitrine et vendent publiquement des remèdes secrets” (Louis Merveille, Les spécialités pharmaceutiques et les remèdes secrets, G.M.Lg., 13 juin 1889, p. 434-435).

60 Gazette de Liège, 17 juin 1905, p. 3.

61 Gazette de Liège, 1-2 janvier 1865, p. 4.

62 Gazette de Liège, 17-18 juin 1865, p. 4. Ou celle-ci à-propos d’un remède dont il n’est nul besoin de spécifier les propriétés pour comprendre l’usage : “Plus de mercure, plus de Copahu, ni Cubède. L’Injection Peyrard est la seule au monde ne contenant aucun principe toxique, ni caustique, guérissant réellement en quatre à six jours” (La Meuse, 2 janvier 1885, p. 4).

63 La Meuse, 2 janvier 1885, p. 4.

64 J.M. Lenger, Quelques observations sur l’organisation de la médecine en Belgique, Arlon, typographie de J. Laurent, 1845, p. 1.

65 Cfr supra, 3e partie, ch.3, “Permanences et évolution : les remaniements du régime hollando-belge (1815-1836)”.

66 Attributions des Commissions médicales provinciales, Le Scalpel, 29 septembre 1848, p. 1.

67 Ibidem.

68 C’est invariablement sur ce défaut de vigilance en matière de police communale qu’insistent les circulaires provinciales adressées aux administrations communales.

69 Le Scalpel, 4 octobre 1893, p. 2.

70 R.C.M.PLg., 1859, p. 208 ; 1860, p. 174 ; 1861, p. 166 ; 1862, p. 155 ; 1863, p. 152 ; 1864, p. 162 ; 1865, p. 193 ; 1866, p. 312.

71 La Santé, 28 novembre 1852, p. 118 ; P.M.B., 26 décembre 1852, p. 6 ; Le Scalpel, 10 janvier 1853, p. 2.

72 “Loi portant interprétation de la loi du 12 mars 1818 sur l’an de guérir”, 27 mars 1853, Pasinomie, 3e série, t.23, p. 103-106.

73 Le Scalpel, 30 mars 1853, p. 1.

74 Le Scalpel, 18 août 1912, p. 3.

75 Cfr par exemple, J.Acc., 21 février 1901, p. 67.

76 J.Acc., 23 juin 1907, p. 224.

77 A propos de la biographie d’Antoine, lire Pierre Debouxhtay, Antoine le guérisseur et Vantoinisme, Liège, Femand Gauthier, 1934 et Benoit Marinx, L’évolution du culte antoiniste en Belgique, Liège, mémoire de licence inédit, 1986-1987.

78 Antoine Raikem, De la morale du médecin. Discours prononcé à la solennité de la réouverture des cours de l’Université de Liège (15 octobre 1844), Liège, Desoer, 1844, p. 7-8.

79 Le Scalpel, 5 novembre 1848, p. 3.

80 B.A.R.M., 1886 (séance du 25 septembre 1886), p. 1205.

81 Le Scalpel, 13 août 1865, p. 1.

82 Le Scalpel, 5 juillet 1849, p. 2.

83 Avatar camouflé des capitations d’Ancien Régime, la patente est organisée, depuis le régime hollando-belge, par la loi du 21 mai 1819 “contenant une nouvelle ordonnance sur le droit de patente” (Pasinomie, 2e série, t.5, p. 261-309).

84 Ibidem, article 63.

85 B.A.R.M., 1843, p. 9.

86 “Où les trouve-t-on [les avocats] ? Est-ce, comme le médecin, dans les basses régions de la société, dans le misérable taudis du prolétaire, dans le dégoûtant réduit du pauvre, dans l’obscure chaumière du paysan, dans les ateliers infects de l’industrie et du commerce, dans les rues étroites, tortueuses et léthifères des villes ? Assurément, non ! Et avec qui donc sont-ils en contact ? Est-ce avec les nécessiteux, les misérables, les malheureux, avec tout le monde, depuis l’enfant qui naît jusqu’au vieillard qui s’éteint ?” (Jean-Hubert Dresse, Devoirs du corps médical..., dans Le Scalpel, 30 novembre 1848, p. 1).

87 P.M.B., 27 décembre 1875, p. 32.

88 Louis Merveille, L’influence sociale du médecin, G.M.Lg., 30 novembre 1893, p. 97-99.

89 L’activité du mouvement associatif est ponctuée de pétitions adressées au gouvernement ou aux Chambres législatives pour obtenir soit la suppression de la patente médicale, soit son extension à l’ensemble des professions libérales (cfr par exemple, Le Scalpel, 20 décembre 1848, p. 1 ; Le Scalpel, 24 août 1868, p. 1 ; P.M.B., 27 décembre 1875, p. 32 et J.Acc., 4 mars 1900, p. 76).

90 G.M.Lg., 22 novembre 1894, p. 94. En 1900, il y aura 5 médecins à la Chambre et aucun au Sénat (J.Acc., 3 juin 1900, p. 192).

91 Le Scalpel, 30 novembre 1849, p. 1.

92 Les fonctions de bourgmestre, d’échevin, de conseiller communal ou provincial sont plus fréquentes au sein du corps médical. Sur 447 notices nécrologiques concernant des médecins décédés entre 1850 et 1945, on recense 18 bourgmestres, 14 conseillers communaux, 3 conseillers provinciaux et 4 échevins, soit 41 individus ou 9 % de l’ensemble de l’échantillon qui occupent des fonctions publiques au sein de la commune ou de la province. Dans la mesure où les praticiens les plus en vue sont sur-représentés dans le stock des notices nécrologiques, il va sans dire que cette proportion de 9 % ne peut être généralisée qu’avec précaution à l’ensemble du corps médical.

93 P.M.B., 9 décembre 1849, p. 398.

94 Ni même au lendemain de la première guerre mondiale, après que la patente ait été supprimée. Pendant l’entre-deux-guerres, on trouve encore de nombreux signes de la rivalité entre les deux professions. Voici Léon Frédéricq, par exemple, professeur de physiologie à l’Université de Liège, qui intervient dans une séance de l’Académie où se discute la question de savoir s’il est opportun de permettre à des élèves n’ayant pas étudié le grec au cours de l’enseignement secondaire, d’entamer des études de médecine : “je pense que les futurs médecins doivent être recrutés [...] dans une catégorie sociale et intellectuelle qui ne soit à aucun point de vue inférieure à celle dans laquelle se recrutent les futurs avocats. Or, les ingénieurs, par exemple, se recrutent certainement dans un milieu intellectuel un peu inférieur à celui-là, et la cause en est, dans les programmes, à l’absence d’études classiques. L’enseignement du grec représente pour moi un luxe aristocratique auquel je tiens. Je laisse absolument de côté la question de savoir si l’étude du grec ou du latin est utile ou non ; je n’en sais absolument rien. Je ne sais même pas si ce n’est pas du temps perdu, mais au moins cela classe les médecins et les avocats dans la catégorie des gens qui font des études, non pas pour en retirer quelque chose, non pas pour un profit immédiat, mais dans un but de luxe, peut-on dire”(B.A.R.M., 1920 (séance du 31 juillet 1920), p. 830).

95 B.A.R.M., 1875 (séance du 3 avril 1875), p. 378.

96 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 2.

97 Le Scalpel, 15 août 1893, p. 5.

98 Le Scalpel, 11 mai 1879, p. 1.

99 P.M.B., 4 octobre 1885, p. 313.

100 G.M.Lg., 25 avril 1891, p. 351. On encore, en 1851 : “Titre glorieux et inutile que celui de médecin, ingrate profession que la nôtre ; est-ce donc une mère ? Non, c’est une marâtre qui n’a pas de mamelles pour tous” (P.M.B., 26 octobre 1851, p. 356).

101 Louis Merveille, Les revendications du corps médical, conférence donnée le 17 avril 1891 au Cercle médical de Verviers, dans G.M.Lg., 27 avril 1891, p. 337. Sur le détail des critiques formulées par les médecins à l’égard des lois sur l’enseignement supérieur, voir Carl Havelange, Pléthore et art de guérir. Le malaise des médecins liégeois au xixe siècle, R.M.Lg., XXXLX (1984), p. 677-679.

102 Le Scalpel, 2 décembre 1885, p. 1.

103 Louis Merveille, La détresse médicale, G.M.B., 1898/1899, p. 1.

104 Le Scalpel, 30 juin 1851, p. 1.

105 Le Scalpel, 18 novembre 1856, p. 1. Sur l’étude des effectifs médicaux, voir infra, ch.IV, “Les structures du personnel médical”.

106 Ibidem.

107 Cette répartition sociale n’est jamais mise en doute. Par exemple, “il faut fixer ses honoraires d’après l’importance des cas que l’on a eu à traiter et selon la position sociale du patient. Il ne faut pas perdre de vue que la responsabilité du médecin grandit en raison directe de la gravité des maladies et du rang social qu’occupent les malades. Or, il est de toute justice que cette responsabilité trouve une compensation dans le prix des honoraires” (Le Scalpel, 20 août 1855, p. 1).

108 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1. Dans la région d’Anvers, à la même époque, le tarif adopté par les associations professionnelles varie pour la visite ordinaire de 1 à 5 francs selon la classe sociale du patient (P.M.B., 28 novembre 1858, p. 396).

109 Le tarif du Cercle médical de Verviers est adopté en séance du 5 février 1895. Les principales catégories d’intervention se répartissent comme suit :

Image 3.jpg

(J.Acc, 10 février 1895, p. 53).

110 Par exemple, en 1864 : “A Liège, une quinzaine de praticiens — professeurs de l’université et quelques autres — occupent à eux seuls les deux-tiers de la clientèle productive [...] On conçoit donc aisément qu’il y en ait qui ne gagnent rien ou presque rien, qui sont obligés de s’imposer des privations de toutes espèces pour vivre et qui ont toutes les peines du monde d’élever leur famille s’ils ne jouissent d’une fortune particulière” (Le Scalpel, 9 octobrel864, p. 2).

111 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1.

112 Parmi elles, retenons par exemple en 1887, les mesures radicales adoptées par la Cercle médical liégeois qui regroupe, à cette époque, les unis-quarts des praticiens de la ville : “les honoraires non soldés dans le courant de l’année de l’envoi de la note, par le fait de la mauvaise foi d’un client, seront signalés pendant le premier mois de l’année suivante comme non payés. A cet effet, un livre, confié au secrétaire du Cercle, sera toujours à la disposition des membres [...] On y inscrira le montant des créances, le nom du créancier et les nom, prénom, profession et domicile du débiteur. Une liste reproduisant les renseignements portés au livre sera envoyée à chaque membre du Cercle dans le courant du mois de février [...] Les membres s’engagent à ne pas donner leurs soins, sauf en cas d’urgence, aux personnes portées sur ces listes. Les honoraires soldés seront indiqués immédiatement au livre et signalés aux membres (Le Scalpel, 20 mars 1887, p. 1).

113 Le Scalpel, 15 juillet 1849, p. 2.

114 B.A.R.M, 1843, p. 815.

115 Le Scalpel, 15 juillet 1849, p. 2.

116 Le Scalpel, 21 août 1881, p. 1.

117 Le Scalpel, 7 mai 1893, p. 2.

118 En ville, la situation est différente parce que, d’une part, le service médical des indigents est mieux organisé et, d’autre part, parce que la fonction de médecin des pauvres n’est qu’une activité de complément ou, en début de carrière, une sorte de stage ou de ”baptême du feu” que les jeunes praticiens accomplissent de bonne grâce. Par exemple, ces commentaires de Louis Merveille en 1888 : “dans les grands centres de population, le service médical des pauvres est ordinairement confié à des médecins de quartier [...] Ces médecins reçoivent un traitement annuel fixe très bas, mais il faut le considérer comme une indemnité pour frais de déplacement et fatigues matérielles et non comme une rémunération complète. Le jeune médecin qui postule une de ces positions de médecin des pauvres doit y chercher avant tout, non pas une source de revenus, mais surtout un élément d’activité et d’études qui lui permette de s’instruire en pratiquant son art” (G.M.Lg., 25 octobre 1888, p. 34-35). A Liège, en 1836, il y avait 8 praticiens attachés au Bureau de Bienfaisance et un cabinet de consultations gratuites établi à l’hôpital de Bavière (P.V.-C.M.P.Lg., 27 juin 1836, folio 26). En 1892, le service médical des indigents comprend 16 médecins recevant chacun une indemnité annuelle variant de 500 à 1000 francs (R.C.M.P., 1892, p. 114).

119 Cfr supra tableau IV.3. : Communes de la province de Liège dans lesquelles exercent un ou plusieurs médecins des pauvres (1847-1891).

120 I. Putzeys, Le service médical des indigents, dans R.C.M.P., 1864, p. 189-211.

121 Ibidem, p. 201. Ainsi par exemple : Bas-Oha (40 francs par an) ; Oteppe (50 francs) ; Ayeneux (60 francs) ; Chaudfontaine (25 francs) ; Esneux (35 francs) ; Haccourt (100 francs) ; Vivegnis (50 francs)...

122 B.A.R.M., 1848-1849 (séance du 16 juin 1849), p. 952.

123 La Santé, 24 juillet 1853, p. 13-16.

124 En 1895 par exemple, Nicolas Charles s’en plaint à la tribune du Sénat : “la loi du 27 novembre 1891 aurait dû être plus explicite ; les obligations des communes n’y sont pas tracées d’une manière nette et précise [...] Il a résulté de cette lacune que presque partout l’état de choses existant antérieurement n’a pas été modifié [...] Beaucoup de communes n’ont rien fait ; d’autres, sans opposer un refus formel, se sont bornées à un semblant d’organisation qui ne donne aucune garantie aux malades indigents de recevoir les soins dont ils ont impérieusement besoin” (J.Acc., 17 février 1895, p. 59).

125 Le Scalpel, 5 septembre 1848, p. 1.

126 G.M.Lg., 18 juillet 1893, p. 481.

127 Le Scalpel, 20 juin 1856, p. 1.

128 J. Hannon, Du service médical des pauvres, dans La Santé, 11 mai 1851, p. 57.

129 Voir par exemple, à propos des réactions unanimement favorables à la loi du 10 mars 1925 : René SAND, La réorganisation de l’assistance publique, dans Le Scalpel, 20 juin 1925, p. 391-398.

130 Pasinomie, 3e série, vol.21, p. 73-79 : “les sociétés de secours mutuels dont le but est d’assurer des secours temporaires soit à leurs membres, en cas de maladie, de blessures ou d’infirmité, soit aux veuves ou aux familles des associés décédés, de pourvoir aux frais funéraires, de faciliter aux associés l’accumulation de leurs épargnes, pour l’achat d’objets usuels, de denrées ou d’autres nécessités temporaires, pourront être reconnues par le gouvernement”. En 1851, il existe en Belgique un peu plus de deux cents sociétés de ce type (ibidem, p. 74, note 2). Il ne s’agit pas, dans les pages qui suivent, de retracer l’histoire de la mutualité, mais, plus précisément, d’illustrer l’attitude des médecins à son égard.

131 Voir par exemple : Mémoire ouvrière, 1885-1985. Histoire des fédérations, 11 volumes, Bruxelles, 1985.

132 On peut se référer par exemple à la propagande officielle menée, dans les années 1870, en faveur de la création de sociétés de secours mutuels : “le gouvernement se plaît à espérer que le premier résultat auquel cette publicité tendra, sera de provoquer l’établissement des sociétés de secours mutuels dans les villes et communes où les classes laborieuses n’en connaissent pas encore les avantages. Ce sont les industriels, les propriétaires et directeurs de manufactures ou d’ateliers, qui peuvent le plus efficacement se mettre à la tête de cette propagande, et il convient que les chefs des administrations communales agissent sur eux pour les y déterminer” (M.A.P.L, 1875, p. 161).

133 Le Scalpel, 9 octobre 1864, p. 2.

134 Le Scalpel, 24 septembre 1882, p. 3.

135 Louis Merveille, Le médecin dans la société moderne, 18 octobre 1888, p. 25.

136 Louis Merveille ajoutait par exemple en 1888 aux réflexions précitées : “nous qui vivons dans un centre de travailleurs [Chênée], qui sommes médecins de plusieurs établissements importants, nous déclarons que l’ouvrier est généralement inapte à gérer une caisse de secours, qu’il a besoin d’être guidé par des hommes plus instruits, plus intelligents et que, s’il est livré à lui-même, il lui faudra bien peu de temps pour épuiser complètement ses ressources [...] Il est donc nécessaire que, dans une caisse de secours, le patron intervienne pour la doter et pour aider les ouvriers de ses conseils. Cela est aussi nécessaire à la dignité du médecin. Il n’est pas admissible qu’il ait tous les jours à se défendre devant des personnes souvent dépourvues d’éducation et d’intelligence [...] Il ne doit avoir à rendre compte de sa conduite qu’à des hommes capables de le comprendre et voilà pourquoi, dans un établissement industriel, le service médical devrait être considéré à l’égal d’un service technique quelconque ne relevant que du directeur” (ibidem, p. 27).

137 M.H., 1907, p. 73.

138 Le Scalpel, 12 août 1906, p. 1.

139 Le Scalpel, 16 février 1894, p. 2.

140 Voir supra, p. 315-316.

141 J.Acc, 20 mai 1894, p. 162.

142 Ibidem.

143 Ils représentent à cette époque un peu moins des trois-quarts des praticiens liégeois (109 sur 153).

144 C’est-à-dire ouvertes à la fois à la classe ouvrière et à la classe bourgeoise.

145 G.M.Lg., 31 décembre 1896, p. 169.

146 J.Acc., 11 juillet 1897, p. 255.

147 “visite ordinaire : 1 franc ; visite de nuit : 2 francs ; fracture : 10 francs ; accouchement : 15 francs” (G.MLg., 30 novembre 1897, p. 25).

148 J.Acc., 16 janvier 1898, p. 25.

149 G.M.Lg., 17 février 1898, p. 202.

150 En 1898, Emest Malvoz, quelque peu en avance sur son temps, suggérait de subordonner les accords entre médecins et mutualités à la caution de l’Etat : “l’Etat, les Provinces, les Communes encouragent et subsidient les mutualités [...] Mais la plupart de ces associations rétribuent très mal le médecin. Pourquoi l’Etat ne subornerait-il pas l’octroi de ces subsides à l’organisation par la mutualité d’un service médical et hygiénique bien moderne [...], avec très large rétribution par l’association subsidiée [...] D ne serait que juste que l’Etat protège le médecin qui est l’instrument de tous ces services d’un véritable caractère général” (G.MXg., 1898/1899, p. 61).

151 Voir à ce sujet : Nicolas Charles, Grève des médecins ruraux, J.Acc., 14 janvier 1900, p. 11 ; G.M.B., 1899/1900, p. 143, p. 151, p. 211-212.

152 Un dernier mol sur le conflit médico-mutualiste, G.M.B., 1899/1900, p. 211-212.

153 René Ledent, Le mouvement mutualiste, dans Le Scalpel, 22 octobre 1921, p. 879.

154 Gaspard Marnette, op. cit., 1865-1903,1, p. 71-72.

155 J.F. Vlemincks, Rapport de la Commission de législation médicale sur l’organisation des Commissions médicales provinciales, B.A.R.M., 1843-1844. p. 659.

156 P.M.B., 26 octobre 1851, p. 356.

157 P.M.B., 18 novembre 1855, p. 379.

158 D’un sondage effectué dans trois grands quotidiens liégeois — La Meuse, la Gazette de Liège et le Journal de Liège — pour les premières quinzaines des mois de janvier et de juin, il ressort que 9 médecins font paraître une annonce au cours de cette période pendant l’année 1865, 12 en 1885, 27 en 1905 et 13 en 1925.

159 Le Scalpel, 30 août 1852, p. 1.

160 Le plus souvent, il ne s’agit que de l’indication du nom, de l’adresse et des heures de consultation du praticien. Relativement rares sont les médecins qui s’engagent plus avant. Il en est cependant qui empruntent les procédés des véritables empiriques : “Epilepsie. Guérison radicale par le docteur Delbovier, à Saint-Séverin-en-Condroz. Des faits nombreux attestent l’efficacité de sa méthode. Sur production d’un certificat de l’autorité, les indigents sont soignés gratuitement. Samedi 7 janvier. Monsieur le docteur Delbovier se trouvera à Liège, à l’Hôtel de l’Univers (Station des Guillemins), de 11 heures du matin à 3 heures de l’après-midi” (Gazette de Liège, 4 janvier 1865, p. 4).

161 B.A.R.M., 1843/1844 (séance du 22 octobre 1843), p. 812.

162 Il est significatif de noter, à cet égard, que les tarifs fixent toujours des prix minimum.

163 Le Scalpel, 20 mai 1860, p. 1.

164 Le Scalpel, 30 novembre 1880, p. 1.

165 J.Acc, 30 mars 1887, p. 71.

166 Le Scalpel, 10 décembre 1851, p. 1.

167 G.M.Lg., 31 août 1893, p. 565.

168 Nicolas Fossion, Discours prononcé à l’Association générale des médecins de l’arrondissement de Liège (8 juillet 1858), Le Scalpel, 20 juillet 1858, p. 6. Les milieux professionnels invoquent, à l’appui de leur réprobation, un article de la loi du 15 juillet 1849 sur l’enseignement supérieur stipulant que “les professeurs ne peuvent donner des répétitions rétribuées, qu’ils ne peuvent exercer une autre profession qu’avec l’autorisation du gouvernement” (Pasinomie, 3e série, 1.19, p. 202). Plusieurs campagnes menées par les associations professionnelles n’aboutiront à aucun résultat. En 1893, Nicolas Charles le constatait amèrement : “à l’heure actuelle, on voit des professeurs courir la clientèle bourgeoise, faire des visites au rabais ; il en est qui donnent des cours incomplets, des leçons écourtées et mal préparées, parce qu’ils manquent de temps. Cela est intolérable” (J.Acc., 8 octobre 1893, p. 221).

169 P.M.B., 24 août 1890, p. 552.

170 Loi du 12 mars 1818, article 11.

171 Instructions pour les chirurgiens de campagne dans les Pays-Bas, 31 mai 1818, article 5.

172 M. Willems (rapporteur). Rapport de la Commission qui a examiné la question du cumul de la médecine et de la pharmacie, B.A.R.M., 1883, p. 835-836.

173 Ibidem.

174 Par exemple, pendant les premiers mois de l’année 1843, l’Académie reçoit les plaintes “des pharmaciens de Stavelot [qui] exposent la situation pénible où les placent les dispositions de loi du 12 mars 1818”, concernant le cumul. Un peu plus tard, ce sont “des médecins [qui] demandent le maintien des dispositions de l’article 11 de la même loi”. Plus tard encore, “un grand nombre de pharmaciens de la province de Liège présentent à l’Académie une requête” relative au même sujet (B.A.R.M., 1843, p. 3, 181 et 370).

175 Le problème est régulièrement posé dès le régime hollando-belge et les premières années d’application des lois de 1818. Cfr par exemple P.V.- C.M.PLg., 13 octobre 1827, folio 55 et 22 novembre 1826, folio 49.

176 La naissance, en novembre 1893, du Journal de pharmacie de Liège correspond, à la même époque que chez les médecins, à la syndicalisation des mouvements professionnels. C’est le 18 novembre 1893 qu’est fondée, sous la présidence de A. Delaute, l’Union syndicale des pharmaciens de Liège (J.P.Lg., 1894, p. 16) dont le Journal de pharmacie se fait l’ardent propagandiste. Le payement de la cotisation à l’Union syndicale incluait, d’ailleurs, l’abonnement au Journal de pharmacie (J-PLg., 1898, p. 360).

177 J.P.Lg., 1894, p. 49.

178 J.P.Lg., 1896, p. 63.

179 J.P.Lg., 18 %, p. 342.

180 Le Scalpel, 20 septembre 1848, p. 1.

181 Le Scalpel, 30 novembre 1854, p. 2.

182 P.M.B., 6 septembre 1856, p. 300. “Beaucoup de pharmaciens”, précise notamment cette circulaire, “délivrent des médicaments sans prescription et osent même après avoir examiné les malades, instituer des traitements complets, traitements toujours imprudents et souvent pernicieux”.

183 Alphonse Roskam, La pratique de la médecine et de la pharmacie en Belgique, dans G.M.Lg., 4 octobre 1888, p. 2-3.

184 G. Borgignon, Médecins et pharmaciens, dans Le Scalpel, 2 décembre 1894, p. 1.

185 U Scalpel, 22 avril 1866, p. 1.

186 Le Scalpel, 20 mars 1855, p. 1.

187 Le Scalpel, 20 octobre 1853, p. 2.

188 P.M.B., 30 juin 1850, p. 214.

189 M.V. Delavacherie (rapporteur), Rapport de la commission chargée d’examiner la question relative à l’institution de conseils médicaux de discipline, B.A.R.M., 1849—1850 (séance du 29 décembre 1849), p. 63 et sv.

190 Parmi les multiples péripéties de cette polémique, signalons, en 1872, l’élection au sein du Cercle médical liégeois, d’une “Commission médicale libre” qui doit prouver, “tout en exerçant des fonctions officieuses, qu’une autorité médicale issue du suffrage des praticiens, jouit d’une influence morale bien supérieure à celle des commissions gouvernementales” (Le Scalpel, 10 mars 1872, p. 1). Auguste Festraets, Hyacinthe Kubom et Nicolas Charles en faisaient partie (P.M.B., 17 mars 1872, p. 119). L’entreprise ne répondit pas aux espérances initiales et, après moins d’un an de fonctionnement, elle tomba dans l’oubli (Le Scalpel, 30 mai 1875, p. 1).

191 Arrêté royal du 28 février 1895 : “les membres des commissions médicales sont nommés par le Roi, pour un terme de six ans, sur une liste double de candidats présentés respectivement par les médecins et les pharmaciens du ressort inscrits sur la liste officielle des praticiens la plus récemment publiée” (B.S.S.H., 1895, p. 66).

192 J.Acc, 12 mai 1895, p. 167.

193 Un tel enseignement est sans cesse réclamé par la Fédération médicale de Belgique (voir par exemple G.M.Lg., 1897-1898, p. 71-73).

194 J.Acc., 30 juillet 1893, p. 175.

195 GMLg., 7 septembre 1893, p. 579.

196 GM.Lg., 1897, p. 387.

197 René Ledent, L’ordre des médecins, dans Le Scalpel, 24 janvier 1925, p. 51.

198 B.A.R.M., 1924, p. 373-374.

199 B.A.R.M., 1927, p. 843-857.

200 D. Cox, A la conquête de l’ordre des médecins, dans Le Scalpel, 3 septembre 1927, p. 543.

201 B.M.S., p. 311-318.

Table des illustrations

Titre Tableau IV.3. Communes de la province de Liège dans lesquelles exercent un ou plusieurs médecins des pauvres (1847-1891)
Légende Sources : R.C.M.P., 1864, p. 195-197 et 1891, p. 305.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau IV.4. Publicités pour des remèdes médicaux parues dans les trois principaux quotidiens liégeois (La Meuse, La Gazette de Liège et le Journal de Liège) pendant la 1ère quinzaine de janvier et la 1ère quinzaine de juin des années 1845, 1865, 1885, 1905, 192556
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540