Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Quatrième partie. Enthousiasmes et résistances : le corps médical sur les chemins du pouvoir (1830-1914)

Chapitre I. Entre l’État et la corporation : les figures de la cohésion

Texte intégral

1. L’unification institutionnelle des professions médicales

  • 1 Henri Pirenne, op. cit., p. 523.
  • 2 La Commission médicale de Liège, par exemple, ne se réunit pas pendant les mois de septembre et d’ (...)
  • 3 Ce n’est qu’en 1834, à l’initiative du ministre Charles Rogier, que le roi nomme une commission ch (...)

1La révolution de septembre 1830 aboutit à la création du royaume de Belgique et à la promulgation d’une constitution qui apparaîtra, pendant tout le xixe siècle, comme un “chef d’oeuvre de sagesse politique”1. Dans l’enthousiasme réformateur qui caractérise les premières années d’existence de la Belgique indépendante, les institutions relatives à l’art de guérir semblent singulièrement négligées. Aucune proposition incendiaire, aucune volonté affirmée de démanteler les institutions mises en place sous le règne de Guillaume. Comme en 1815, la continuité l’emporte2. Le jeune Etat ne songe même pas à mettre en cause le double héritage qui, en une trentaine d’années, a transformé en profondeur le paysage médical. Les priorités sont ailleurs ; non par indifférence à l’égard de l’organisation sanitaire, mais parce que les principes établis en 1803 et reconduits en 1818 constituent les fondements incontestés de la réglementation médicale contemporaine3.

  • 4 Arrêté du 16 octobre 1830, Pasinomie, 3e série, t. 1, p. 36. Le même principe est réaffirmé dans l (...)

2Au premier rang des préoccupations, la question de l’enseignement mobilise l’ardeur réformatrice des législateurs belges. Dès le mois d’octobre 1830, le gouvernement provisoire — “considérant que le domaine de l’intelligence est essentiellement libre [et] qu’il importe de faire disparaître à jamais les entraves par lesquelles le pouvoir a jusqu’ici enchaîné la pensée, dans son expression, sa marche et son développement” — décrète la liberté de la presse, de la parole et de l’enseignement4. Ici se concentrent, comme en un inépuisable symbole, la rancœur à l’égard de l’autoritarisme de Guillaume et toutes les volontés d’émancipation. Liberté : mot magique, sésame du xixe siècle, du progrès, de la modernité. Depuis la fin du xviiie siècle, le mot s’est alourdi de significations nouvelles ; il porte le poids d’une histoire au creux de laquelle s’est édifiée, en moins d’un demi siècle, la société libérale qui fait à la fois la force et les contradictions du monde contemporain.

  • 5 “Loi organique de l’instrucùon publique”, 27 septembre 1835, Pasinomie, 3e série, t. 5, p. 291-300 (...)

3Au cours du xixe siècle, cinq lois successives tenteront, avec plus ou moins de bonheur, de réaliser le difficile équilibre entre le principe de la liberté de l’enseignement et la nécessité objective de le contrôler5. C’est principalement à l’occasion de ces réformes que les structures des professions médicales seront le plus sensiblement modifiées et qu’elles trouveront les formes définitives de leur cohésion.

***

4La législation hollando-belge a créé les grades inférieurs de chirurgien et d’accoucheur. Comme les officiers de santé sous le régime des lois de l’an XI, ces praticiens du second ordre sont destinés à répondre aux besoins médicaux des régions, surtout rurales, traditionnellement négligées par les universitaires. Dans un cas comme dans l’autre, l’institution du second ordre fut perçue comme un compromis réaliste entre les exigences du savoir et celles d’une meilleure répartition géographique et sociale des praticiens de l’art de guérir. Mais, comme tout compromis, le système n’a jamais rallié l’unanimité. Parce que, d’une part, il génère des problèmes de rivalité, rendus plus aigus encore par les maladroites réformes de Guillaume, et que, d’autre part, il dément ce que par ailleurs il établit : la nécessité, pour exercer correctement l’art de guérir, de se soumettre à une formation universitaire.

  • 6 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 10 février 1831, B.U.Lg.-M.S., 3440D, f.71.
  • 7 On ne conserve malheureusement pas le texte de ce rapport.
  • 8 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 17 septembre 1835, B.U.Lg.-M.S., 3441D, f.22.

5A Liège, le problème est officiellement soulevé au lendemain de la création du royaume de Belgique. En février 1831, le gouverneur de la province s’adresse à la Commission médicale et l’interroge “sur la question de savoir s’il est raisonnable de conserver des officiers de santé ou bien s’il ne serait pas préférable de n’admettre dorénavant à l’exercice de l’art de guérir que les Docteurs reçus dans les Universités”6. Une commission, présidée par Ansiaux, est désignée et se chargera de faire un rapport sur cet objet7. Témoin d’une volonté d’innovation ; mais la question traîne en longueur et ne pourra être résolue que dans le cadre d’une loi générale sur les grades académiques. En 1835, aucune solution n’a encore été apportée et la Commission médicale semble persuadée que le statu quo peut se prolonger longtemps encore. Ainsi, lorsqu’au mois de septembre deux postulants au titre de chirurgien “demandent à être reçus avant qu’il ne soit porté par les chambres une nouvelle loi supprimant le grade de chirurgien du plat-pays”, la Commission les renvoie aux examens semestriels du printemps, “attendu qu’à cette époque, il ne sera émané des chambres aucune loi sur cette matière”8.

  • 9 Loi du 25 septembre 1835, article 65.
  • 10 Ibidem, article 69.
  • 11 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 30 juin 1836, B.UXg.-M.S., 3441D, f.27.

6Etonnante assurance : dix jours plus tard, la première loi organique de l’Instruction publique décrète la suppression pure et simple du second ordre. Désormais, nul ne pourra pratiquer en qualité de médecin, de chirurgien ou d’accoucheur s’il n’a été reçu docteur9. La loi n’étant pas rétroactive, les praticiens inférieurs déjà reçus continuent d’exercer légalement leur art et les Commissions médicales peuvent encore conférer, jusqu’au premier juillet 1836, des titres médicaux du second ordre aux élèves qui auront au moins trois années d’étude10. C’est ainsi que la Commission liégeoise décerne encore quatre diplômes, à Guillaume Coenegracht, Adrien Mignot, Stanislas Duval et François Truillet qui, le 30 juin 1836, obtiennent in extremis leur titre de chirurgien11. Ce sont les derniers ; le groupe auquel ils appartiennent commence, dès ce moment, à s’éteindre doucement, selon le rythme lent de la mort des praticiens en activité en 1836.

Graphique IV. 1. Disparition progressive des praticiens du second ordre dans la province de Liège (1831-1884)

Graphique IV. 1. Disparition progressive des praticiens du second ordre dans la province de Liège (1831-1884)

7Alors que la province de Liège comptait 79 praticiens du second ordre en 1835, il n’y en a plus que 38 en 1855 et 16 en 1875. Le dernier chirurgien de la province — Lambert Delexhy — meurt en 1884. Avec lui disparaît une tradition qui trouve ses plus lointaines origines dans l’institution médiévale des barbiers. Les motivations qui conduisent à la suppression du second ordre sont clairement exprimées. Voici un parlementaire, par exemple, qui, quelques jours avant le vote de la loi, prend la parole à la Chambre des représentants :

  • 12 Discours de F. Rodenbach à la Chambre des représentants le 22 août 1835, cité par Jules Sauveur, o (...)

“Tous les amis de la science, tous les hommes éclairés qui ont été à même d’apprécier les graves inconvénients qui résultent de ces espèces d’institutions, donneront leur approbation à cette suppression. En effet, élever au grade de docteur ceux qui en sont dignes, et interdire l’exercice de l’art de guérir à ceux qui l’avilissent ou qui, par une instruction insuffisante, sont souvent un fléau pour la société, est une mesure nécessaire réclamée depuis longtemps, non-seulement en Belgique, mais même en France. Ce principe n’est plus susceptible de controverse”12.

  • 13 Jacques Leonard, US médecins de l’ouest.... op. cit., 1978, p. 735 et sv. et p. 1112 et sv.
  • 14 Ibidem. p. 738.

8La France, pourtant, ne se décidera à abolir le second ordre que soixante ans plus tard, par la loi du 30 novembre 1892 qui réorganise l’ensemble des professions médicales. Dès 1803, des voix nombreuses s’étaient fait entendre pour condamner l’officiat, mais celui-ci trouvera encore assez de défenseurs pour subsister pendant tout le xixe siècle13. D’un côté comme de l’autre, deux types d’arguments sont en présence. A l’incompétence prétendument structurelle des officiers de santé, les sectateurs du second ordre opposent son utilité et cette vieille idée que la pratique de l’art de guérir ne nécessite pas toutes les connaissances que l’on peut attendre d’un savant. “Est-il nécessaire”, s’exclamait en 1825 l’illustre Cuvier, “que le médecin qui vient soigner un fiévreux ait dans sa tête la totalité des théorèmes dont dépend le remède qu’il doit appliquer ?”14. En Belgique, l’argument de l’incompétence — qui fait l’unanimité parmi les praticiens du premier ordre — l’emporte rapidement et s’appuie sur la conviction que les universitaires sont en mesure, à eux seuls, de répondre à l’ensemble des besoins médicaux. Etrange certitude : il est vrai que le nombre des praticiens tend à augmenter au cours des années 1831-1835, mais cette augmentation est très faible et ne peut en aucun cas se traduire par une évolution perceptible de la médicalisation de la province de Liège.

Tableau IV.1. Praticiens du 1er et du 2e ordre dans la province de Liège (1831-1835)

Tableau IV.1. Praticiens du 1er et du 2e ordre dans la province de Liège (1831-1835)

9Le second ordre rassemble encore plus du tiers des praticiens, et c’est de manière à peine sensible que les universitaires tendent à représenter une part plus importante du personnel médical (de 63 % en 1831 à 64 % en 1835). Plus éclairante encore est la distinction entre les principales villes (Liège, Huy et Verviers) et le reste de la province, constitué d’une majorité de communes à dominante rurale.

Tableau IV.2. Répartition des praticiens du 1er et du 2e ordre dans les milieux urbains et non-urbains de la province de Liège (1831-1835)

Tableau IV.2. Répartition des praticiens du 1er et du 2e ordre dans les milieux urbains et non-urbains de la province de Liège (1831-1835)
  • 15 55 praticiens pour 58 752 habitants à Liège et 19 praticiens pour 42 901 habitants dans l’arrondis (...)

10Les praticiens du second ordre étant destinés à répondre en priorité aux besoins médicaux des communes rurales, leur suppression laisse supposer une répartition géographique plus harmonieuse du personnel médical. La réalité est bien différente. Près de la moitié des praticiens du premier ordre sont installés dans les trois centres urbains de la province. Entre 1831 et 1835, la tendance ne fait que s’accentuer (60 sur 130 en 1831 ; 70 sur 142 en 1835). Par contre, un cinquième à peine des officiers de santé sont établis dans les mêmes villes de Liège, Verviers et Huy (15 sur 76 en 1831 ; 15 sur 64 en 1835). En ville, quatre cinquièmes des praticiens sont des universitaires ; à la campagne, près de la moitié appartiennent au second ordre. La médicalisation des milieux non-urbains est donc directement dépendante de la présence des officiers de santé. Par ailleurs, la suppression du second ordre intervient à un moment où la présence médicale au sens large reste nettement moins affirmée à la campagne qu’à la ville. Ainsi, en 1831, le taux de médicalisation de la ville de Liège est de 1 médecin pour 1068 habitants ; dans l’arrondissement de Waremme — un ensemble de 87 communes à vocation presqu’exclusivement rurale — il est de un médecin pour 2258 habitants15.

  • 16 Loi du 17 septembre 1835, article 40.

11La suppression de l’officiat ne peut donc s’expliquer par une modification sensible des structures de la population médicale. Dans les années 1830, les effectifs du second ordre pèsent encore de tout leur poids et continuent d’exercer une influence déterminante sur la médicalisation des campagnes. Mais la loi de 1835 ne concerne qu’indirectement l’organisation des professions médicales : c’est d’abord une loi sur l’enseignement, dans laquelle doivent s’incarner de la manière la plus éclatante les principes démocratiques sur lesquels prétend s’édifier le pays. Liberté : les titres académiques ne sont plus délivrés par les universités, mais par un jury national devant lequel toute personne peut se présenter, “sans distinction du temps, du lieu ou de la manière dont elle a fait ses études”16 ; progrès : le jury d’examen garantit l’uniformité et la haute valeur scientifique des titres qu’il confère.

12Dans ce contexte, les détracteurs du second ordre ont tôt fait de convaincre de la nécessité d’exiger de tous les praticiens de l’art de guérir un degré unique de formation. Pourquoi conserver une institution archaïque lorsque la science commande son abolition et que la création d’un système d’enseignement ouvert à tous est supposé donner à chaque citoyen la possibilité de faire valoir ses compétences ? Et pourquoi préserver le second ordre quand les réformes maladroites de Guillaume Ier n’ont fait qu’exacerber les inévitables rivalités qui se manifestent entre les praticiens ? La suppression de l’officiat s’impose comme une évidence à ceux qui, dans l’enthousiasme d’un vaste projet de construction nationale, brandissent avec ostentation les valeurs conjuguées de la liberté et du progrès. C’était aussi favoriser puissamment la cohésion du corps médical, éparpillé jusque-là en autant de groupes socio-professionnels largement étrangers et parfois hostiles l’un à l’autre.

***

  • 17 “Arrêté royal qui institue une Académie royale de médecine”, 19 septembre 1841, Pasinomie, 3e séri (...)
  • 18 “Arrêté royal qui nomme les membres titulaires et honoraires de l’Académie royale de médecine”, 19 (...)
  • 19 Ils sont élus par leurs pairs, mais les choix de l’Académie sont soumis à l’approbation du roi. Co (...)
  • 20 Arrêté royal du 26 mars 1842, article 1. L’Académie est divisée en six sections de six membres, sp (...)

13Cohésion du corps médical et intégration nationale : quelques années plus tard, un nouveau pas est franchi dans cette double voie qui nourrit de valeurs réciproques les ambitions relatives à l’art de guérir. Depuis longtemps souhaitée par l’élite des praticiens, la création, en 1841, d’une Académie royale de médecine complète l’œuvre législative de 1818 et les premières réformes de la Belgique indépendante17. L’Académie est solennellement installée le 26 septembre 1841, dans les locaux de l’hôtel du gouvernement provincial du Brabant18 et s’impose comme la plus prestigieuse institution médicale du pays. Les trente-six membres titulaires de l’Académie, tous Belges et praticiens de l’art de guérir, représentent l’élite scientifique de la médecine belge19. Au service de l’Etat, ils informent les pouvoirs publics sur toute question d’intérêt médical et, d’une manière générale, s’occupent “de toutes les études et recherches qui peuvent contribuer aux progrès des différentes branches de l’art de guérir”20.

  • 21 B.A.R.M, 1841-1842 (26 septembre 1841), p. 54.
  • 22 Ibidem, p. 62.
  • 23 B.A.R.M., 1841-1842 (30 octobre 1842), p. 760.

14Plus profondément, les espoirs que porte l’Académie se révèlent dans l’emphase des discours d’inauguration. Voici le ministre de l’Intérieur, par exemple, lors de la séance d’installation de la savante assemblée : “En parcourant l’histoire des sciences médicales, nous sommes frappés de la part importante que les Belges ont pris à leurs progrès, et cependant, c’était à des époques où chaque province, presque chaque localité agissait isolément ; ne faut-il pas aujourd’hui communiquer à nos efforts intellectuels ce principe d’unité qui a fait de nous une nation ? Ne puiserons-nous pas de nouvelles forces dans ce principe ?”21. Et Fallot, vice-président de l’Académie, de répondre au ministre en insistant sur cette même nécessité de constituer une médecine véritablement nationale. Dispersés comme ils le sont, les travaux des médecins belges “ne frappent pas assez les yeux : en les réunissant en un seul faisceau, on les rendra plus apparents. On sait que c’est en concentrant ses rayons qu’on obtient l’intensité de la lumière”22. Tous les discours officiels s’illustrent des mêmes métaphores et des mêmes représentations d’une science unifiée dans laquelle le corps médical reconnaît les signes de sa valeur et de sa force : “nous devons espérer”, disait en 1842 le secrétaire de l’Académie, “que la Compagnie atteindra le but de son institution : donner un essor aux sciences médicales en Belgique, leur fixer un centre d’unité qui empêche les résultats de se perdre en se disséminant, élever au sein de la capitale un temple où chaque praticien puisse apporter son offrande et où le trésor de la science puisse s’accroître tous les jours sans jamais se diviser”23.

15Discours de circonstance ? Rhétorique ampoulée dont les élans ne serviraient plus qu’à désigner les formes désuètes de la vie publique au xixe siècle ? Peut-être ; mais il ne faudrait pas éteindre la couleur de ces discours sous le fallacieux prétexte que les styles de la parole se sont transformés et que les mots, épuisés par tant de discours creux et par tant de déceptions, ont fini par perdre leur sens. Les années 1840 : c’est l’heure où l’idée de progrès et les vertus de la science ne s’entachent d’aucune hésitation. Tout est certitude. Déjà, de puissantes locomotives sillonnent le pays et la révolution industrielle, qui bouleverse les formes de la vie en société, porte à l’infini l’espoir d’un progrès toujours cumulé. Auguste Comte enseigne la philosophie positive, mais les Lumières ne sont plus, comme au xviiie siècle, celles des philosophes : ce sont celles de l’homme de science qui dépouille la nature des choses et transforme le monde. Schwann vient de jeter les bases de la théorie cellulaire (1839) et, en matière médicale, les querelles homériques entre les sectateurs de l’humorisme et les tenants de la doctrine de Broussais sont apaisées depuis une dizaine d’années au profit de tendances plus marquées à l’unanimité. Tous les espoirs sont permis, et la science, comme la démocratie censitaire, ne s’abreuve qu’à des valeurs conquérantes : l’avenir, le progrès, la force, la réussite, l’unité, la puissance, la certitude, la lumière. En ce milieu du xixe siècle, les académiciens sont pénétrés de ces idées et leur enthousiasme n’a rien d’artificiel. Ils partagent une même foi dans l’avenir et, sous la tutelle de l’Etat, une même ardeur à révéler, comme en un reflet de l’unité nationale, les potentialités de la médecine belge. Ils constituent aussi le nouveau sommet d’une hiérarchie socio-professionnelle qui, désormais, s’exprime à l’échelle du pays. Tout ce qui concerne la médecine passe par l’Académie : il n’est rédigé aucun projet de loi, il n’est édicté aucun règlement et il n’est engagé aucune mesure du pouvoir exécutif sans qu’elle soit préalablement consultée.

***

  • 24 Loi du 25 septembre 1835, article 50. D reste néanmoins possible d’obtenir séparément le diplôme d (...)
  • 25 Ibidem.

16Création des Commissions médicales provinciales et de l’Académie royale de médecine, suppression du second ordre et réorganisation des universités : autant de balises qui signalent les étapes principales d’un ample mouvement d’unification institutionnelle. Mais tous les problèmes ne sont pas pour autant résolus. La question de l’interdiction du cumul médico-chirurgical occupe maintenant le devant de la scène. On se souvient des réformes de Guillaume Ier et du principe de la spécialisation des qualifications introduit dans la loi de 1818. En 1835, le législateur avait déjà supprimé le titre de docteur en chirurgie, pour le remplacer par celui de docteur en chirurgie et en accouchement24. De même, le diplôme de docteur en pharmacie est lui aussi supprimé25. Ces modifications ne font que consacrer des situations bien établies : aucun titre de docteur en pharmacie n’avait jamais été délivré à l’université de Liège et la pratique conjointe de la chirurgie et de l’obstétrique était déjà autorisée par la législation de 1818. Mais l’exercice simultané de la médecine, d’une part, de la chirurgie et de l’art des accouchements, d’autre part, reste proscrit, alors même que tous les praticiens universitaires ont des qualifications équivalentes.

  • 26 P.V.-C.M.P. Lg., 22 décembre 1841, B.U.Lg.-M.S., 3441D, f.57.
  • 27 La Commission est nommée dès le mois d’octobre 1841. Elle est composée de 9 membres parmi lesquels (...)

17Absurde frontière, qui semble de moins en moins compatible avec l’exercice de l’art de guérir. En 1841, la Commission médicale de Liège, incapable de faire face à la généralisation de la pratique de la médecine par les docteurs en chirurgie, demande au ministère de l’Intérieur “d’en solliciter lui-même la répression”26. L’interdiction du cumul est contestée dans tous les milieux médicaux, et ce sera un des premiers travaux de l’Académie que de désigner une commission de législation médicale chargée, notamment, d’étudier ce problème27. Ses conclusions sont dépourvues d’ambiguïté :

  • 28 B.A.R.M., 1841-1842 (28 février 1842), p. 258-259.

“Si l’on persiste à créer séparément trois sortes de docteurs ; si, à peine de commettre des infractions incessantes à la loi, ceux qui ne sont que docteurs en médecine doivent continuer à s’abstenir de se livrer aux moindres opérations chirurgicales, à qui donc sera dévolu le soin de soigner, de sonder, de panser les malades qui se confieront à eux ? Est-ce à ceux qui seront, comme eux, docteurs en médecine, mais qui posséderont, en outre, un diplôme de docteur en chirurgie ? Mais d’abord, Messieurs, rien ne vous garantit qu’il s’en trouvera partout et toujours ; et puis, de bonne foi, pouvez-vous croire que généralement ces praticiens consentent à se constituer les exécuteurs des prescriptions de leurs confrères, alors qu’ils se considéreront comme leur étant supérieurs ? N’est-il pas certain, au contraire, que beaucoup s’y refuseront et forceront ainsi les malades à avoir recours à eux seuls ? [...] Et les docteurs en médecine, scrupuleux observateurs de la loi, n’occuperont-ils pas, dans cette hypothèse, une position presque intolérable et à laquelle ils devront, bon gré mal gré, chercher à se soustraire, sous peine de ne plus trouver des moyens suffisants d’existence dans l’exercice de leur profession ?”28.

  • 29 Ibidem, p. 259.
  • 30 Ibidem, p. 261.

18La solution coule de source : il faut créer un grade unique et laisser à chacun, “suivant ses aptitudes et ses intérêts”, la liberté de pratiquer les trois branches de l’art de guérir. Une légère réforme du programme d’enseignement serait nécessaire, puisqu’il faudrait dès lors imposer à tous les récipiendaires les examens de spécialisation chirurgicale et obstétricale. Ainsi, “en consacrant un fait dont les précautions les plus minutieuses n’ont pu empêcher la production, les dispositions nouvelles auront pour résultat d’augmenter la somme des capacités et des garanties”29. Mais plus encore que les arguments relatifs à la légalité des pratiques, c’est l’évidence de la solidarité des arts de la chirurgie et de la médecine qui détermine l’avis des académiciens : “nous avons cru devoir nous abstenir de rappeler les considérations qui démontrent combien la médecine et la chirurgie sont intimement liées entre elles, et combien il est difficile, si pas impossible, d’assigner des limites invariables à l’une et à l’autre, et de déterminer d’une manière précise où commence la pratique de la médecine, où celle de la chirurgie. Nous parlons à des hommes qui savent que ces deux parties ne font qu’un seul tout”30.

  • 31 Par exemple : “que l’exercice simultané de la médecine, de la chirurgie et de l’art des accoucheme (...)
  • 32 Loi du 15 juillet 1849, article 37.
  • 33 Ibidem, article 65. Voir à ce sujet Jules Sauveur, op. cit., 1862, p. 306 et sv. et Jean-François (...)

19Unanimité : l’avis des académiciens est partagé par l’ensemble du corps médical et, bientôt, lorsque le mouvement de la presse et des associations médicales prendra son envol, la réunion des grades universitaires sera placée en première ligne des revendications professionnelles31. Finalement, les vœux des praticiens seront entendus par le pouvoir législatif. Le 15 juillet 1849, la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur réalise la réforme attendue : désormais, les universités ne délivreront plus qu’un seul titre médical, celui de docteur en médecine, chirurgie et accouchement32. Dans le même mouvement, et au terme d’une campagne analogue, la loi créait le diplôme universitaire de pharmacien, soumettant ainsi l’accès à la profession à une formation supérieure, combinée avec un stage officinal de deux ans33.

***

20Un seul titre de médecin et promotion universitaire du diplôme de pharmacien : les réformes de 1849 constituent le point d’aboutissement d’une longue évolution dont les origines liégeoises remontent à la création, en 1699, du Collège des médecins. Après la tourmente des années 1789 et la refonte institutionnelle de l’an XI et malgré la succession des régimes politiques, les principes fondateurs établis par le législateur français ne seront plus remis en cause. Toujours, la responsabilité de l’Etat à l’égard de la santé publique s’exprime par la prorogation du monopole des professions médicales et par la nécessité, pleinement reconnue, de contrôler l’exercice de l’art de guérir. Les innovations de la première moitié du xixe siècle ne sont plus que des tentatives de perfectionner le système : à l’ère des ruptures, s’est substituée celle de la continuité. Au-delà des institutions, on retrouve aussi les hommes : les Ansiaux, les Comhaire ou les Sauveur — élite médicale qui traverse l’histoire sans subir le contre-coup des guerres, des révolutions, de l’alternance des pouvoirs. Cette élite professionnelle, associée aux pouvoirs publics en une collaboration toujours plus étroite, trouve à exercer son autorité dans les organismes à la fois scientifiques et administratifs d’encadrement des professions médicales : l’Académie, l’Université et les Commissions provinciales. C’est ainsi que se constituent, sous la bienveillante tutelle de l’Etat, les structures contemporaines des professions médicales.

2. En marge de l’Etat : le mouvement associatif

21En l’espace de quelques dizaines d’années, le statut et l’image sociale des professions médicales se sont transformés en profondeur. A la fin du xviiie siècle, celles-ci sont encore éparpillées en une multitude de qualifications dont aucune force n’assure véritablement l’homogénéité. Que peut-il exister de commun entre un modeste chirurgien du plat-pays et un médecin de la stature de Jean-Philippe de Limbourg qui entretient une correspondance régulière avec les savants européens ? L’un et l’autre échappent, de fait, au contrôle du Collège des médecins ; ils ne parlent pas la même langue, n’appartiennent pas au même monde et ne partagent pas même une vision commune de la maladie et de la guérison. Tous, par contre, seront maintenant universitaires, bourgeois éclairés chez qui le savoir et l’utilité publique se conjuguent en une même figure de la notabilité.

22Les processus d’uniformisation sont à la fois institutionnels, sociaux et intellectuels. Mais la cohésion du corps médical n’est encore que virtuelle. Au terme des études — parcours commun à l’occasion duquel s’acquiert un savoir en même temps que se construit une image de soi — seuls les privilégiés de la profession continueront de participer à un mouvement d’ensemble. Au sein des sociétés savantes, à l’Université, dans les Commissions médicales ou à l’Académie, ils entretiennent l’éclatante perspective d’une science — la médecine — et d’une pratique sociale — l’art de guérir — qui contiennent et résument à elles seules toutes les formes du progrès, de la vérité :

  • 34 S. Fallot, Discours sur la profession de médecin, dans B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 792-79 (...)

“La médecine est une des branches de l’histoire naturelle. Ayant sa racine dans les sciences physiques et mathématiques, auxquelles elle est liée par la communauté d’assujettissement aux lois générales de la matière, elle se confond par son sommet avec les sciences morales, auxquelles elle fournit leur base la plus solide [...] Son objet est tout ce qui concerne la santé, tant privée que publique, tant morale que physique ; son sujet, c’est l’homme, dans toutes les conditions, à tous les âges : c’est dire assez que toute science de l’homme qui ne s’appuie pas sur elle est vague, incertaine, arbitraire”34.

23Mais qui écoute le discours des académiciens ? Qui participe à cette marche en avant enthousiaste ? Alors même qu’ils viennent d’apprendre, à l’université, l’importance collective de leur mission, la plupart des médecins se trouvent confrontés à l’isolement et aux difficultés quotidiennes de la pratique. Celles-ci sont innombrables — mauvais payeurs, rivalité entre praticiens, concurrence des illégaux... — et semblent comme démentir la dignité et l’importance de la fonction médicale.

  • 35 A.S.M.L., 1846-1847, p. 6 (compte-rendu de la séance d’installation du 14 mai 1845).
  • 36 Ibidem, p. 6 et 18.
  • 37 Au niveau national, la première tentative de réunir les médecins belges en une association profess (...)

24En 1845, une dizaine de médecins liégeois tentent de réagir et fondent la Société de médecine de Liège à laquelle ils assignent comme double objectif “de concourir aux progrès de la science et d’unir par de puissants liens de confraternité tous les médecins et chirurgiens de la province”35. Lors de leur première réunion, le 14 mai, ils décident d’adresser une circulaire à tous les médecins et chirurgiens de la province. Leur appel est entendu et la Société de médecine obtient l’adhésion d’un nombre toujours croissant de praticiens : ils sont 49 en juillet 1845, 79 en mars 1846, 95 au mois de mai et 108 en mai 184736. C’est, à Liège, le point de départ du mouvement associatif qui, en quelques années, emporte la profession médicale dans une nouvelle phase de son histoire37.

  • 38 Seul Charles Wasseige (1803-1871), père d’Adolphe Wasseige qui deviendra professeur à l’université (...)

25Les membres fondateurs de la Société de médecine de Liège sont tous des médecins praticiens, jeunes pour la plupart et peu représentatifs des milieux officiels38. Leur principale préoccupation est de rompre le double isolement — à la fois scientifique et professionnel — dans lequel sont confinés les médecins. La science est en constant bouleversement ; chaque praticien a le droit et le devoir de prendre part à ces transformations. Les réunions mensuelles de la Société créeront un lieu de débat et d’émulation où tous pourront se tenir au courant des derniers acquis et poursuivre ainsi le cheminement intellectuel brutalement interrompu au sortir de l’université.

  • 39 La collection des Annales de la Société de médecine de Liège (A.S.M.L.) forme un ensemble de 5 tom (...)
  • 40 R.M.P.H., n° 1, 1er mai 1847, p. 1. La revue du docteur Détienne est imprimée chez G. Lardinois. L (...)
  • 41 Deux périodiques médicaux seulement ont été publiés dans la région liégeoise avant la Revue médica (...)

26Dès le mois de décembre 1845, le bureau de la nouvelle association décide de publier ses Annales39. Deux ans plus tard, un des membres les plus actifs de la société, Charles Détienne, se lance dans le journalisme médical et fonde la Revue médicale, pharmaceutique et hippiatrique qui se propose d’offrir à ses lecteurs “l’essence de la littérature médicale des journaux et des revues françaises, en réimprimant ou analysant les articles des feuilletonistes de ce pays”, ainsi que “des anecdotes, faits curieux, aventures, maximes, découvertes, observations médicales rares, notices biographiques, détails bibliographiques, législation et jurisprudence ayant rapport à la médecine, à la pharmacie et à l’art vétérinaire”40. Ephémère entreprise, prématurément échouée un an à peine après sa mise à flot. Mais elle témoigne, à sa manière, des tendances nouvelles qui se font jour au sein de la communauté médicale41.

  • 42 A.S.M.L., t. 1 (1846-1847), p. 22-23.

27Les ambitions de la Société ne s’arrêtent pas à une volonté de meilleure diffusion du savoir et d’émulation scientifique. Association : le mot semble contenir la solution de tous les problèmes auxquels est confronté le corps médical. Groupe de pression, tout d’abord, susceptible de faire valoir les intérêts trop souvent méprisés des médecins. Le président de la Société, Charles Wasseige, le rappelle lors de la séance anniversaire du 14 mai 1846 : “Quelques-uns d’entre nous, animés par l’amour de la science, frappés de la déconsidération toujours croissante de notre profession et de l’oubli dans lequel nos gouvernants semblent la laisser, persuadés que le seul moyen d’y porter remède était de réunir le Corps Médical en un seul faisceau intimement uni par les liens de la plus franche cordialité, résolurent, il y a un an, de fonder la Société de médecine de Liège [...] Félicitons-nous des résultats obtenus : notre Société compte, à l’heure qu’il est, près de la moitié des praticiens de la province”42.

  • 43 Ibidem, 6 avril 1846, p. 35.

28La force de l’association est fonction de la cohésion et de la bonne entente de ses membres. Mais le corps médical est gangrené de l’intérieur par un individualisme forcené, par un esprit de rivalité peu compatible avec sa dignité. Il faut nourrir l’esprit de corps et imposer le respect d’une déontologie professionnelle sans laquelle toute perspective unitaire restera illusoire. La société institue en son sein un conseil de discipline dont la “mission morale” est de faire valoir cette exigence minimale. Le conseil reçoit les plaintes concernant “toute infraction grave à la délicatesse, aux convenances ou à la dignité, dans l’exercice de l’art de guérir ; tout acte portant atteinte au respect dû à l’honneur du Corps médical”43. Après instruction, il distribue blâmes et rappels à l’ordre aux sociétaires indélicats ; dans les cas les plus graves, il prononce une mesure d’exclusion à laquelle il sera donné une large publicité.

***

  • 44 Le premier numéro (5 août 1848), un in-folio de 4 pages, est imprimé sur les presses d’A. Denoe’l (...)
  • 45 Le premier journal médico-professionnel du pays est la Gazette médicale belge, publiée à Bruxelles (...)

29Répétition générale : la Société de médecine de Liège disparaît en 1851, après seulement quelques années d’existence, mais tous les thèmes qui y furent développés seront repris et largement amplifiés par de nouvelles instances corporatives. Elle est le lieu où s’expérimentent collectivement, pour la première fois dans la région liégeoise, les rêves de puissance de la corporation et le vivier dans lequel se recrutent les premiers et les plus ardents promoteurs du mouvement associatif. Au lendemain de l’ultime parution de la Revue médicale de Charles Detienne, Auguste Festraets, jeune praticien de la banlieue industrielle et trésorier de la Société médicale, faisait paraître le premier numéro d’un journal au titre évocateur : Le Scalpel, organe des garanties médicales du peuple et des intérêts sociaux et scientifiques de la médecine, de la pharmacie et de l’art vétérinaire44. Tout un programme ! Il s’inscrit dans le cadre d’un vaste mouvement professionnel qui, depuis quelques années, utilise de plus en plus fréquemment les ressources du journalisme médical4545. Instrument par excellence de la lutte corporative, la presse médico-professionnelle se donne pour vocation de rassembler et de mobiliser les forces éparses du corps médical :

  • 46 Le Scalpel, 20 décembre 1852, p. 1.

“Si le corps médical ne jouit pas de toute la considération à laquelle sa position sociale et les nombreux services qu’il rend lui donnent tant de titres, c’est au défaut d’union et d’ensemble qu’on lui suppose qu’il faut l’attribuer. Les ingrats — et ils sont nombreux — avides de prétextes pour se dispenser de leur reconnaissance, croient pouvoir dire : “à quoi bon de l’estime pour des gens qui ne s’estiment pas entre eux”. C’est à nous de les confondre [...] Lorsque les médecins auront donné acte à la Société [...] de la manière dont ils comprennent l’esprit d’association, et quand ils auront établi entre eux les bases d’une union solide, ils formeront, dans l’Etat, l’ordre le plus considéré, le plus puissant, et ils seront à même de faire respecter leurs droits et leurs réclamations légitimes”46

  • 47 Jacques Léonard, La médecine.... op. cit., 1981, p. 199.

30Et voici ouvertes, en contrepoint des rêves de puissance, “les vannes des gémissements corporatifs”47. Nouvelle rhétorique : celle-ci déverse sur le xixe siècle médical le flot ininterrompu de ses revendications, de ses indignations et de ses appels à l’unité. L’expression des désillusions — la “misère du corps médical” — sert évidemment la cause des illusions ; il fallait d’abord que se construise une nouvelle image du médecin et que se créent les conditions d’une plus grande cohésion pour que naisse et s’affirme le mouvement associatif. Les flèches du discours corporatif sont invariablement dirigées contre l’Etat, les pouvoirs publics, les gouvernants et, plus généralement, contre une société irresponsable, incapable de reconnaître à sa juste valeur les services du médecin. C’est l’Etat pourtant qui, depuis une cinquantaine d’années, a mis en place les structures grâce auxquelles s’éveille maintenant le mouvement associatif.

  • 48 Bimensuel pendant sa première année d’existence, il paraît tous les 10 jours dès le mois d’août 18 (...)
  • 49 Le Scalpel, 30 décembre 1859, p. 3.
  • 50 Le Scalpel, 1er novembre 1863, p. 2.
  • 51 Le Scalpel, 1er novembre 1863, p. 2 et 2 avril 1893, p. 1.

31Le Scalpel connaît un succès rapide et s’impose, quelques années à peine après sa création, comme le principal journal médical du pays, acteur de tous les débats, de toutes les polémiques et de toutes les luttes concernant le corps médical48. En 1859, le journal a “plus de douze cents lecteurs”49 ; en 1862, le tirage est porté à 1 500 exemplaires50 : “nul journal”, écrivait Festraets, “n’a jamais obtenu, chez nous, une pareille publicité”. L’année suivante, ce seront 1 800 et, en 1893, 3 200 exemplaires qui sortiront chaque semaine de presse51. Le Scalpel est devenu, en Belgique, le modèle d’une presse médico-professionnelle qui a eu l’intelligence d’orienter son action dans une double direction, scientifique, d’une part, corporative, d’autre part.

  • 52 On peut s’en référer, par exemple, à la revue proposée par Karel Velle : Bronnen.... op. cit., 198 (...)
  • 53 Le scalpel, 5 août 1848, p. 1.
  • 54 Auguste Festraets (1848-1893), Léopold Dejace (1893-1926), Jean Delchef (1926-1942), Joseph Tricot (...)
  • 55 A partir de 1907, par exemple, alors que la vocation nationale du Scalpel est pleinement affirmée, (...)
  • 56 Le scalpel, n° spécial de 1923, p. 12.
  • 57 Journal d’accouchement et revue de médecine et de chirurgie pratique (Liège, 1880-1914)et Gazette (...)

32Scientifique, tout d’abord. Le Scalpel est un périodique médical destiné à l’ensemble de la communauté des praticiens. Il se distingue en cela des publications des sociétés savantes ou des revues spécialisées, de plus en plus nombreuses au cours de la seconde moitié du xixe siècle52, mais qui n’atteignent chacune qu’une minorité de praticiens. “Le journal”, écrivait Festraets dans le numéro-programme de 1848, “traitera de la science et de l’art. Les faits positifs, les nouvelles lumières de l’expérience y seront exposés de la manière la plus succincte et compatible, toutefois, avec leur complète intelligence. Nous tiendrons constamment nos lecteurs au courant de tout ce qui peut les intéresser. Les journaux et autres publications belges, françaises, anglaises, allemandes, italiennes, etc. seront autant de sources auxquelles nous aurons recours pour toujours nous tenir à la hauteur de la science et de la connaissance précise de tout ce qui se produit d’intéressant dans les divers pays”53. Au cours de sa longue carrière (1848-1971), Le Scalpel ne démentira jamais cette vocation de diffusion du savoir et de haute vulgarisation scientifique. Les rédacteurs successifs54 s’entoureront des meilleurs collaborations55 et le journal restera toujours “l’organe qui instruit et guide le médecin praticien”56. A l’heure — dès les années 1850 — où commence à s’accélérer le rythme des découvertes et où l’enseignement donné à l’université semble devoir s’entretenir et se compléter par une formation sans cesse continuée, Le Scalpel répond à un besoin dont la nécessité et l’urgence sont ressenties par la plupart des praticiens. A Liège, Le Journal d’accouchement de Nicolas Charles, à partir de 1880 et la Gazette médicale de Louis Merveille, à partir de 1888, rempliront, avec Le Scalpel, cette mission essentielle de formation post-universitaire qui contribuera largement à leur succès57.

  • 58 “Nous ne cessons de le répéter”, proclamait Festraets en 1861, “associez-vous, associez-vous ! Uni (...)
  • 59 Entre 1869 et 1876, il dirige le journal libéral L’écho de Liège qui devient, à partir de 1870, L’ (...)
  • 60 Dans les années 1853, par exemple, une violenle polémique l’oppose au président libéral de l’Acadé (...)

33Presse scientifique, mais aussi presse professionnelle. Des journaux comme Le Scalpel ou La Gazette médicale ne se contentent pas de soutenir le mouvement associatif58 : ils en sont les instruments par excellence, à la fois initiateurs, propagateurs et plates-formes de rayonnement. Leur cause est celle de l’ensemble du corps médical, qu’ils défendent tant contre les assauts du monde extérieur (la “société”, le “pouvoir”) que contre les forces internes d’inertie (“apathie” des médecins, individualisme, indifférence des privilégiés de la profession). Tous les praticiens sont conviés à rallier le mouvement en une forme d’unité qui, dans une Belgique profondément divisée entre catholiques et libéraux, s’élève au-delà des partis politiques et des options idéologiques. Festraets, par exemple, est un libéral militant59, mais il donne au Scalpel une dimension d’indépendance sans cesse proclamée et susceptible de faire l’unanimité parmi les milieux médicaux. Jamais il n’hésite à diriger sa plume incisive contre des hommes politiques ou des médecins libéraux lorsque ceux-ci lui semblent agir contre les intérêts du corps médical60.

  • 61 Il s’agit de Félix Putzeys.
  • 62 Louis Merveille, Le mécontentement officiel, dans G.M.Lg., 10 octobre 1889, p. 13.
  • 63 Le Scalpel, 24 juillet 1910, p. 2.
  • 64 Voir infra ch.III “A l’ombre du discours médical : récurrences et doléances”.
  • 65 Le thème du banquet mériterait à lui seul une étude approfondie. C’est un banquet, toujours, qui p (...)

34Oecuménisme idéologique rassemblé autour des valeurs de la science et du progrès, mais également au sein du corps médical, une certaine démagogie “populiste”. Festraets, Dejace ou Merveille défendent les intérêts des simples praticiens — médecins de campagne, médecins des pauvres, pauvres médecins qui n’ont pour vivre d’autres ressources que leur art — contre les privilégiés, les nantis, ceux qui, paisiblement installés dans leurs sinécures officielles, sont accusés de se désintéresser de la cause de l’ensemble. Voici Merveille, par exemple, parti guerroyer, en 1889, contre l’apathie de la Commission médicale provinciale. Celle-ci “n’est pas contente des rédacteurs de la Gazette”, écrit-il. “Voici pourquoi. Ils ont porté un regard scrutateur sur l’organisation et le fonctionnement des commissions médicales provinciales, ils ont eu l’audace d’examiner cette couronne aux neufs fleurons, dont un des joyaux les plus brillants répand son éclat sur la province de Liège61 [...] La Commission médicale n’est pas satisfaite de nous. Elle ne s’est pas contentée de nous adresser les accusations de jalousie, d’envie, ce qui n’est que puéril [...] ; elle a été plus sévère, elle nous accuse de parti-pris, de dénigrement systématique, d’injustice et même de calomnie”62. Et voici Dejace, quelque vingt ans plus tard, qui dénonce ces “Galiens affairés” que de “fringantes limousines emportent vers les hôtels des financiers”63. Peu importe ici le détail des conflits, sur lesquels nous aurons à revenir plus tard64. Mais la mise en scène est toujours la même : querelles homériques, batailles de mots, mises en accusation, droits de réponses indignés, courrier des lecteurs où s’épanchent avis et commentaires, disputes et réconciliations, mises à l’index et portées au pinacle, bordées de calomnies et flots de louanges ; la pièce est parfaitement réussie lorsque tombe le rideau sur un “banquet confraternel” où les protagonistes enfin réconciliés lèvent leur verre et saluent d’un même enthousiasme la poésie de quelque praticien qui s’essaye à rimer les vertus de l’unité65.

35En ce tintamarre ininterrompu, se dessinent et surtout se diffusent les figures de la cohésion. La presse professionnelle est évidemment autre chose et bien plus qu’une presse d’information. Elle façonne les comportements, établit les valeurs, distribue louanges et condamnations — celui-ci est “l’artisan du progrès”, celui-là vient de “tourner casaque” — et force ainsi chacun à prendre position, à participer au débat. Ses colonnes sont les organes officiels de la plupart des associations de praticiens. La marche de leurs progrès, le compte-rendu de leurs séances, leurs initiatives, leurs réalisations y sont toujours largement décrites et commentées. Les rédacteurs des journaux professionnels — les Festraets, Dejace ou Merveille — sont eux-mêmes les initiateurs et les principaux animateurs des associations : impossible de comprendre l’évolution du mouvement associatif sans considérer leur rôle de premier plan et leur détermination sans faille.

***

  • 66 “Nous n’avons rien à espérer aussi longtemps que nous resterons sans influence auprès de nos gouve (...)
  • 67 Nous ne désirons pas alourdir ce texte d’un trop grand luxe de détails qui nous conduiraient à déc (...)

36L’association : à partir des années 1850, celle-ci rassemble un nombre toujours croissant de praticiens, unis pour défendre leurs intérêts, pour faire valoir leurs droits, pour imposer à une société irréfléchie la considération que le corps médical estime lui être due. C’est là aussi que s’entretient le sentiment d’appartenir à une même communauté et que se resserrent les liens unissant les uns et les autres. C’est là que se constitue, à tous les échelons de la hiérarchie socio-professionnelle, une forme nouvelle de cohésion qui représente une des caractéristiques les plus marquantes des professions médicales à l’époque contemporaine. Si les associations professionnelles possèdent leurs figures de proue, elles ont aussi leurs détracteurs ; elles se heurtent également, plus simplement, à l’indifférence de nombreux praticiens ou au désintérêt de beaucoup d’autres, dont l’ardeur corporative s’émousse aussitôt que se clôture un banquet ou que se termine une réunion66. Une hirondelle, nous dira-t-on, ne fait pas le printemps : mais celles-ci se multiplient dans le ciel du xixe siècle. Le mouvement associatif, bien sûr, comporte ses temps faibles, ses lenteurs, ses pesanteurs, ses indifférences, ses hésitations et ses tendances divergentes. Il n’en reste pas moins un mouvement d’ensemble qui transforme en profondeur les structures sociales et mentales du groupe des praticiens de l’art de guérir. Nous voudrions, dans les quelques pages qui suivent, en repérer les principaux temps forts67.

  • 68 Presse médicale belge, 2 mai 1852, p. 156.
  • 69 Le Scalpel, 30 décembre 1852, p. 3.
  • 70 Ibidem.

37Pendant l’hiver 1852, dans la foulée de l’enthousiasme provoqué par le banquet récemment organisé en l’honneur d’une des gloires médicales du pays, Louis-Joseph Seutin68, quelques médecins décident de convoquer les praticiens belges à une grande réunion confraternelle. La diffusion de l’invitation est assurée conjointement par la Presse médicale belge et Le Scalpel. La réunion se tient le 26 décembre à Bruxelles et rassemble plus ou moins 80 convives69. Elle a surtout pour but de jeter les bases d’une grande association médicale nationale. Fallot, vice-président de l’Académie, en proclame avec ardeur la nécessité : “jusqu’à présent le corps médical n’a été qu’un mot vide de sens, à nous il appartient de le faire entrer dans le domaine de la réalité [...] On brise facilement une flèche [...], tandis qu’un faisceau de flèches constitue une force que rien ne saurait rompre. C’est ce faisceau que nous devons former, c’est lui que je viens vous proposer de constituer. Aujourd’hui même, et sans sortir d’ici, il faut nommer une commission chargée d’élaborer un projet que tous les médecins seront invités à signer”70.

  • 71 Les quatre autres membres sont les docteurs Joly, Daumerie, Uyttenhoven et Leclerq (ibidem).
  • 72 Presse médicale belge, 16 janvier 1853, p. 36.
  • 73 On retrouve parmi eux plusieurs personnalités du monde médical liégeois, notamment les professeurs (...)
  • 74 Le Scalpel, 14 avril 1853, p. 1.
  • 75 Les statuts de l’Union médicale sont publiés dans Le Scalpel, 20 avril 1853, p. 4.
  • 76 Un puissant ferment de discorde s’était manifesté, dès la réunion du 28 mars, à propos d’un projet (...)

38La commission est élue séance tenante ; elle est constituée de cinq membres, parmi lesquels on retrouve le déjà inévitable Auguste Festraets71. Après un mois de travail, la commission décide de convoquer un Congrès médical qui sera chargé d’apporter une forme définitive au projet d’union nationale des praticiens72. Le Scalpel réunit les adhésions pour la province de Liège : au mois de mars, vingt-cinq délégués sont nommés73. Le congrès se tient le 28 mars 1853, dans la salle académique de l’Université de Bruxelles, et met au point les statuts ambitieux d’une vaste association nationale : l’Union médicale74. Ceux-ci prévoient la création d’un réseau d’associations cantonales et provinciales réunies chaque année en un congrès général75. L’Union médicale n’a pas eu l’avenir qu’elle espérait : au vrai, son existence n’a jamais été que virtuelle76.

  • 77 Ces subdivisions sont établies par arrondissement et non, comme il avait été suggéré par le Congrè (...)
  • 78 Ibidem.

39Cependant, l’impulsion donnée par le Congrès a eu, dans la région liégeoise, des conséquences plus durables. Dès le mois de septembre 1853, des réunions sont simultanément organisées dans les communes de Liège, Verviers, Huy et Waremme. Leur but, en vertu des statuts de l’Union, est d’élire les comités directeurs des subdivisions de l’association provinciale77. Le 27 septembre, les quatre comités d’arrondissement se réunissent à Liège, à la Halle des drapiers, et constituent le comité médical provincial. Spring, Wasseige, Festraets et Dresse sont respectivement élus en qualité de président, de vice-président, de trésorier et de secrétaire78 : l’Association des médecins de la province de Liège est désormais une réalité. Dans les faits, seuls les médecins de l’arrondissement de Liège se distingueront pendant plus de dix ans par une intense activité corporative ; les comités de Huy, Verviers et Waremme, quant à eux, prennent rapidement leur autonomie et n’entretiendront plus que de très occasionnelles relations avec le comité liégeois.

  • 79 Les réunions scientifiques de la Société de médecine de Liège seront poursuivies, quelques années (...)
  • 80 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1. C’est la seule liste nominative que l’on possède des membres d (...)

40L’Association des médecins de l’arrondissement de Liège correspond à une reprise des activités de la Société de médecine de Liège mais, cette fois, exclusivement orientée vers la défense des intérêts professionnels et soutenue par la propagande inconditionnelle du Scalpel79. Les assemblées générales annuelles, invariablement clôturées par un banquet confraternel, ponctuent la vie de l’association et témoignent de son dynamisme. En 1856, elle regroupe 88 praticiens, soit 71 % des 124 médecins de l’arrondissement80.

  • 81 Le Scalpel, 10 septembre 1862, p. 2.
  • 82 Le Scalpel, 30 octobre 1862, p. 1-2.

41Quant à l’Union médicale, quelques années après sa création, elle ne laisse plus aucune illusion. L’échec est patent et la nécessité d’élaborer un nouveau projet d’association nationale commence à se faire sentir dans certains milieux médicaux. En 1862, Auguste Festraets invite l’Association des médecins de l’arrondissement de Liège à prendre l’initiative : “qu’elle convoque son assemblée annuelle”, écrit-il, “et qu’elle y invite les délégués des autres associations du pays qui voudront bien y assister”81. L’association liégeoise, cependant, ne suit pas les conseils de son secrétaire, et l’assemblée générale de 1862 se déroule sans qu’il y soit fait aucune allusion à un projet d’union nationale82.

  • 83 Le Scalpel, 7 juin 1863, p. 1.
  • 84 Le Scalpel, 2 août 1863, p. 1.
  • 85 Article 5 du règlement de la Fédération, dans Le Scalpel, 6 septembre 1863, p. 4.
  • 86 Ibidem, articles 7, 8 et 17.

42L’année suivante, alors que le mouvement associatif semble perdre de sa vigueur, Le Scalpel fait part à ses lecteurs du nouveau projet de quelques médecins de la région flamande : “les associations médicales, hélas ! un manteau de glace les recouvre en Belgique. Nulle part, elles ne donnent signe de vie. Nulle part, disons-nous, c’est un peu trop absolu. Dans la petite ville d’Alost, il existe une association douée du meilleur esprit. Elle voudrait agir ou que l’on agisse ; trois autres associations, ses voisines, seraient aussi de cet avis. Leur projet serait de faire une réunion de toutes les sociétés du pays, une forte fédération comme nous l’avons nous-mêmes rêvée et conseillée”83. Le projet suit son cours et, deux mois plus tard, les associations d’Alost, d’Eckeren, de Brecht, de Courtrai et de Boom convoquent toutes les associations locales à une grande réunion “à l’effet de poser les bases d’une fédération de toutes les associations médicales belges”84. Cette réunion se tient à Matines, le 27 août 1863, et se solde par la création de la Fédération médicale belge qui se donne pour objectifs de “faire sortir les sociétés locales de leur isolement, de donner aide et protection à ses membres, d’entretenir la bonne confraternité, de travailler en commun au développement des intérêts matériels de la profession, de maintenir, par son influence moralisatrice, l’exercice de l’art de guérir dans les voies utiles au bien public et conformes à la profession”85. Le conseil central de la Fédération, “composé d’un nombre de membres égal à celui des sociétés confédérées”, dirige l’association et convoque annuellement, à Bruxelles, ses assemblées générales86.

  • 87 Le Scalpel, 13 décembre 1864, p. 1.
  • 88 Le Scalpel, 15 mai 1864, p. 1.
  • 89 Le Scalpel, 20 septembre 1868, p. 2.
  • 90 Le Scalpel, 30 octobre 1898, p. 1.
  • 91 Le Scalpel, 17 novembre 1910, p. 4.
  • 92 Le Scalpel, 25 mars 1939, p. 181.

43Cette fois-ci, l’entreprise est une réussite. Rapidement, la Fédération devient le centre de tout le mouvement associatif en Belgique. Sous son influence, des associations de médecins se créent dans tout le pays et viennent d’année en année grossir les effectifs de l’association nationale. Dès 1863, elle représente 17 associations locales87. L’année suivante, ce sont 24 associations qui totalisent un nombre de “plus de 600 membres”88. En 1868, elle groupe un millier de praticiens89. Trente ans plus tard, en 1898, la Fédération rassemble 40 sociétés médicales avec un chiffre de 1 80090 et, en 1910, de 2 800 praticiens91. Elle ne fera que croître après la première guerre mondiale : en 1939, elle groupe 4 600 médecins, sur les 5 800 qui pratiquent en Belgique92.

  • 93 Festraets est élu président d’honneur de la Fédération en 1884 et Dejace en 1912 (Le Scalpel, 14 s (...)
  • 94 Cfr par exemple, Le Scalpel, 12 mai 1872, p. 1.
  • 95 Le Scalpel, 13 novembre 1887, p. 1.
  • 96 G.M.Lg., 23 avril 1891, p. 349.

44Dès les années 1860-1870, l’évolution du mouvement associatif est indissociable de la Fédération médicale. Indépendamment des flux et des reflux de l’enthousiasme corporatif, une forme nouvelle de stabilité est assurée au niveau national. Le Scalpel devient l’organe officieux de la Fédération et l’un des principaux artisans de son succès93. A Liège, d’autres associations vont succéder à la déjà ancienne Association des médecins de l’arrondissement. En 1872, c’est le Cercle médical liégeois, fondé à l’initiative de Festraets, qui prend le relais94. En 1887, le Cercle fusionne avec la puissante Société médico-chirurgicale : “puisse cet événement remarquable dans les annales médicales de notre province”, écrit Dejace, “être le signal d’une nouvelle ère de prospérité pour la science, pour la déontologie, pour le Corps médical tout entier”95. En 1891, la nouvelle association regroupe 177 praticiens de la région liégeoise96.

  • 97 G.M.Lg., 8 octobre 1891, p. 13-15.
  • 98 Cfr Jacques Léonard, La médecine.... op. cit., 1981, p. 277-279.

45Dans les dernières années du xixe siècle, le mouvement associatif connaît une nouvelle évolution avec la création de syndicats médicaux, proches dans leur conception des anciennes associations, mais qui correspondent à une intensification et à une radicalisation de la lutte professionnelle. “En Belgique”, écrivait Louis Merveille en 1891, “il existe bien un certain nombre de sociétés médicales professionnelles [...], mais nous ne possédons guère de cercles s’occupant des questions rentrant dans la véritable sphère d’action des syndicats [...] Un syndicat n’a pas pour but d’étudier les grandes questions professionnelles, déontologiques et législatives. Son objet doit être plus modeste : au risque de faire frémir les seigneurs de la profession [...], les syndicats doivent s’occuper de nos affaires de ménage, des moyens d’assurer et de défendre nos intérêts privés”97. L’exemple, ici aussi, vient de France où depuis quelques années un certain nombre de praticiens se sont lancés dans l’aventure du syndicalisme médical, associant, non sans une certaine forme d’amère ou de cynique ironie, la nature de leurs revendications à celles de la classe ouvrière98.

  • 99 J.Acc., 30 mai 1893, p. 128.
  • 100 Cfr par exemple : “Grâce à la généreuse initiative de Monsieur le docteur Janson, qui, depuis plus (...)
  • 101 G.M.Lg., 22 juin 1893, p. 448. Le président, Brasseur, est un des fondateurs de la Gazette médical (...)
  • 102 J.Acc, 15 juillet 1893, p. 164.
  • 103 Le Scalpel, 30 juillet 1893, p. 6.
  • 104 G.M.Lg., 13 juillet 1893, p. 494.
  • 105 Le Scalpel, 3 décembre 1893, p. 6. La Fédération est officiellement constituée le 25 novembre. Ses (...)

46Il faut attendre un an et demi encore avant que se réalisent les souhaits de Louis Merveille. En mai 1893, un médecin liégeois, Victor Janson, décide de réunir en syndicat les médecins du quartier nord de la ville : c’est, en Belgique, la première initiative du genre99. Nicolas Charles, directeur de la Maternité et rédacteur en chef du Journal d’accouchement, est élu à la présidence et une large publicité est assurée à l’événement dans les trois grands journaux médicaux100. Le mouvement fait tache d’huile. Le 22 juin, se constitue la chambre syndicale des médecins du quartier de l’ouest101, en juillet celle du quartier du centre102, de l’est et du sud103. En même temps, la banlieue est gagnée et un syndicat se crée pour le canton de Fléron et des environs104. Dès le mois de novembre, les différents syndicats sont réunis au sein d’une organisation centrale — la Fédération des syndicats médicaux liégeois — présidée par Nicolas Charles105.

  • 106 Le Scalpel, 1er juillet 1894, p. 1.
  • 107 G.M.Lg., 11 avril 1895, p. 351. Il s’agit en fait de 109 membres pour une population de 153 médeci (...)
  • 108 Le Scalpel, 1 décembre 1895, p. 2. La première assemblée générale du Cercle se tient le 16 janvier (...)
  • 109 G.M.B., 1902-1903, p. 93.
  • 110 Le Scalpel, 1er août 1909, p. 12. Les associations de Verviers, Huy et Waremmc — lointaines émanat (...)

47Nouveau “réveil du corps médical” que Dejace tient à “marquer d’un monceau de pierres blanches”106. Deux ans à peine après leur création, les syndicats regroupent “les neuf dixièmes de la population médicale” de la ville de Liège107. En 1895, dans le but d’étendre le mouvement, la chambre syndicale des médecins du canton de Fléron se constitue en Cercle médico-rural de l’arrondissement de Liège108. Quelques années plus tard, en novembre 1902, la Fédération est réorganisée et prend le nom d’Union médicale liégeoise109 ; en 1909, elle obtient la personnification civile en vertu de la loi du 31 mars 1890 sur les unions professionnelles110.

***

48Bref aperçu des progrès du mouvement associatif à partir de la seconde moitié du xixe siècle : il révèle les forces nouvelles qui animent la corpora tion. Il existe désormais entre l’Etat, la société et le monde des praticiens, des institutions intermédiaires qui agissent comme les représentants officiels de la profession. Quelles que soient les circonstances et le degré des engagements individuels, le chiffre élevé des adhésions est témoin du poids moral de l’association, à la fois comme facteur de cohésion interne et comme manière de s’affirmer par rapport à l’extérieur.

Notes

1 Henri Pirenne, op. cit., p. 523.

2 La Commission médicale de Liège, par exemple, ne se réunit pas pendant les mois de septembre et d’octobre 1830, mais elle reprend ses séances régulières dès le début du mois de novembre (P.V.-C.M.P.Lg., B.U.Lg.-M.S., 3440D, f.70-72).

3 Ce n’est qu’en 1834, à l’initiative du ministre Charles Rogier, que le roi nomme une commission chargée, non pas d’envisager la refonte de la législation médicale, mais seulement de “rechercher et d’indiquer au gouvernement les améliorations dont sont susceptibles la loi du 12 mars 1818, ainsi que les arrêtés et règlements concernant l’exercice des différentes branches de l’art de guérir, la police médicale, et généralement tous les objets qui se rattachent à la santé publique” (arrêté royal du 31 mai 1814, Pasinomie, 3e série, t. 4, p. 121). La commission est composée de huit membres, choisis parmi les hautes personnalités de la médecine belge. Deux d’entre elles sont liégeoises, Toussaint-Dieudonné Sauveur et son fils, Dieudonné-Joseph, secrétaire de la commission et attaché au ministère de l’Intérieur. Le travail de la commission aboutit à la rédaction d’un projet de loi, présenté le 4 août 1835 à la Société des sciences médicales et naturelles de Bruxelles (Le Scalpel, 16 septembre 1877, p. 1). Il ne lui fut cependant donné aucune suite et la commission tomba rapidement dans l’oubli.

4 Arrêté du 16 octobre 1830, Pasinomie, 3e série, t. 1, p. 36. Le même principe est réaffirmé dans l’article 17 de la constitution du 7 février 1831 (ibidem, p. 186).

5 “Loi organique de l’instrucùon publique”, 27 septembre 1835, Pasinomie, 3e série, t. 5, p. 291-300 ; “Nouvelle loi sur l’enseignement”, 15 juillet 1849, ibidem, t. 19, p. 346-364 ; “Loi sur les jurys d’examen pour la collation des grades académiques”, 1 er mai 1857, ibidem,t. 27, p. 162-168 ; “Loi sur la collation des grades académiques et le programme des examens universitaires”, 20 mai 1876, ibidem, 4e série, t. 11, p. 305 ; “Loi sur la collation des grades académiques et le programme des examens universitaires”, 10 avril 1890, ibidem, t. 25, p. 105.

6 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 10 février 1831, B.U.Lg.-M.S., 3440D, f.71.

7 On ne conserve malheureusement pas le texte de ce rapport.

8 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 17 septembre 1835, B.U.Lg.-M.S., 3441D, f.22.

9 Loi du 25 septembre 1835, article 65.

10 Ibidem, article 69.

11 P.V.-C.M.P.Lg., séance du 30 juin 1836, B.UXg.-M.S., 3441D, f.27.

12 Discours de F. Rodenbach à la Chambre des représentants le 22 août 1835, cité par Jules Sauveur, op. cit., 1862, p. 274.

13 Jacques Leonard, US médecins de l’ouest.... op. cit., 1978, p. 735 et sv. et p. 1112 et sv.

14 Ibidem. p. 738.

15 55 praticiens pour 58 752 habitants à Liège et 19 praticiens pour 42 901 habitants dans l’arrondissement de Waremme.

16 Loi du 17 septembre 1835, article 40.

17 “Arrêté royal qui institue une Académie royale de médecine”, 19 septembre 1841, Pasinomie, 3e série, t. 11, p. 643-645.

18 “Arrêté royal qui nomme les membres titulaires et honoraires de l’Académie royale de médecine”, 19 septembre 1841 (ibidem, p. 646).

19 Ils sont élus par leurs pairs, mais les choix de l’Académie sont soumis à l’approbation du roi. Comme les membres des Commissions médicales provinciales, il va sans dire que les académiciens se recrutent en priorité dans le monde universitaire. Ainsi, dans le premier collège, 19 membres titulaires sur 36 et 7 membres honoraires sur 8 sont professeurs d’université. Parmi eux, Lombard, Raikem, Vottem, Frankinet, Delvaux, Rutten et Delavacherie appartiennent au corps enseignant de l’université de Liège (Cfr les arrêtés précités dans pasinomie, p. 644-647).

20 Arrêté royal du 26 mars 1842, article 1. L’Académie est divisée en six sections de six membres, spécialisées chacune dans un domaine particulier de l’art médical : 1. anatomie générale, physiologie, anatomie et physiologie comparées ; 2. pathologie médicale, thérapeutique et anatomie pathologique ; 3. pathologie chirurgicale, médecine opératoire et accouchements ; 4. hygiène publique, police médicale, médecine légale et toxicologie ; S. matière médicale, pharmacie et chimie médicale ; 6. médecine vétérinaire (arrêté royal du 19 septembre 1841, article 3).

21 B.A.R.M, 1841-1842 (26 septembre 1841), p. 54.

22 Ibidem, p. 62.

23 B.A.R.M., 1841-1842 (30 octobre 1842), p. 760.

24 Loi du 25 septembre 1835, article 50. D reste néanmoins possible d’obtenir séparément le diplôme de docteur en accouchement.

25 Ibidem.

26 P.V.-C.M.P. Lg., 22 décembre 1841, B.U.Lg.-M.S., 3441D, f.57.

27 La Commission est nommée dès le mois d’octobre 1841. Elle est composée de 9 membres parmi lesquels on retrouve les liégeois Ferdinand Vottem et le fils de Toussaint-Dieudonné Sauveur (B.A.R.M., 1841-1842 (10 octobre 1841), p. 110).

28 B.A.R.M., 1841-1842 (28 février 1842), p. 258-259.

29 Ibidem, p. 259.

30 Ibidem, p. 261.

31 Par exemple : “que l’exercice simultané de la médecine, de la chirurgie et de l’art des accouchements soit permis aux praticiens réunissant les titres et les connaissances relatifs à ces trois branches. Qu’il ne soit créé, à l’avenir, que des docteurs en médecine et que ce titre résume toutes les connaissances médicales, chirurgicales et obstétricales” (Le scalpel, 20 août 1848, p. 1).

32 Loi du 15 juillet 1849, article 37.

33 Ibidem, article 65. Voir à ce sujet Jules Sauveur, op. cit., 1862, p. 306 et sv. et Jean-François Angenot, La pharmacie et l’art de guérir au pays de Liège, Liège, Eugène Wahle, 1983, p. 127-130.

34 S. Fallot, Discours sur la profession de médecin, dans B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 792-793.

35 A.S.M.L., 1846-1847, p. 6 (compte-rendu de la séance d’installation du 14 mai 1845).

36 Ibidem, p. 6 et 18.

37 Au niveau national, la première tentative de réunir les médecins belges en une association professionnelle remonte à l’année 1835. Elle est due à l’initiative de quelques médecins bruxellois qui, en septembre 1835, décident de convier le corps médical à une grande réunion confraternelle. L’entreprise est un succès : pendant 6 jours, du 24 au 30 septembre, le “Congrès médical” rassemble dans la capitale 75 médecins décidés à œuvrer pour l’unification de la profession. L’année suivante, le Congrès se réunit de nouveau (23 septembre 1836). Ces assises professionnelles devaient normalement se répéter chaque année, mais la réunion de 1836 fut la dernière (Cfr Léon Marcq, Essai sur l’histoire de la médecine belge contemporaine, Bruxelles, 1866, p. 42-50, Le Scalpel, 26 septembre 1880, p. 1 et Rita Schepers, De opkomst van het medisch beroep in België, Amsterdam, Rodopi, 1989, p. 95-96).

38 Seul Charles Wasseige (1803-1871), père d’Adolphe Wasseige qui deviendra professeur à l’université de Liège, est membre de la Commission médicale. Les 9 autres membres fondateurs sont : Charles Détienne (diplômé en 1816) et son fils Charles-Nicolas (diplômé en 1838), Gérard Del vigne (diplômé en 1838), Edouard Dekimpe (diplômé en 1836), Auguste Festraets (diplômé en 1839), Jean-Joseph Fraikin (diplômé en 1821), Henri Gaede (diplômé en 1844) Jacques-Joseph Hurault (diplômé en 1825) et Isidore Putzeys (diplômé en 1839, père du plus célèbre Félix Putzeys).

39 La collection des Annales de la Société de médecine de Liège (A.S.M.L.) forme un ensemble de 5 tomes imprimés chez Félix Oudart (t. 1-3, 1846-1849), A. Denoël (t. 4, 1850) et J.-G. Carmanne (t. 5, 1851).

40 R.M.P.H., n° 1, 1er mai 1847, p. 1. La revue du docteur Détienne est imprimée chez G. Lardinois. L’ensemble des numéros parus forme un volume in-octavo de 588 pages. Remarquons au passage la persistance, à Liège, de la tradition scientifique française.

41 Deux périodiques médicaux seulement ont été publiés dans la région liégeoise avant la Revue médicale du docteur Détienne. C’est tout d’abord L’observateur médical, journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie, qui paraît mensuellement pendant moins de deux années, du 1“ octobre 1827 au 1er mars 1829, chez P.-J. Collardin. La collection comprend 6 volumes in-octavo. Rédigé par lesdocteurs Ansiaux, Grégoire, Royer, Sauveur et Vottem — tous membres ou futurs membres de l’université — le journal, à vocation exclusivement scientifique, se donne pour but principal de combattre la doctrine de Broussais. Après la révolution de 1830, un certain Félix Charpentier, mal identifié, lance une revue polémique sans grand intérêt intitulée La Réforme, journal des intérêt moraux, scientifiques et matériels de la pharmacie. Bien faible succès, ici aussi, puisque 5 numéros seulement sortiront des presses de A. Denoël du 1er octobre 1844 au 1er février 1845.

42 A.S.M.L., t. 1 (1846-1847), p. 22-23.

43 Ibidem, 6 avril 1846, p. 35.

44 Le premier numéro (5 août 1848), un in-folio de 4 pages, est imprimé sur les presses d’A. Denoe’l qui, l’année suivante, éditera également les Annales de la Société de médecine de Liège.

45 Le premier journal médico-professionnel du pays est la Gazette médicale belge, publiée à Bruxelles de 1843 à 1849 (Cfr Karel VELLE, Bronnen voor de medische geschiedenis : de Belgische medische pers (begin XIXde eeuw -1940), Annales de la Société Belge d’Histoire des Hôpitaux et de la Santé Publique, XXIII-XXIV (1985-1986 ; publié en 1988), p. 80). L’action de la Gazette médicale belge sera poursuivie par la Presse médicale belge (Bruxelles, 1849-1914), qui émane directement de la faculté de médecine de l’université de Bruxelles. En France, se publie notamment, depuis 1845, l’Union médicale, dont le sous-titre est presque semblable à celui du Scalpel : Journal des intérêts scientifiques, pratiques, moraux et professionnels du corps médical (Cfr Jacques Léonard, La médecine.... op. cit., 1981, p. 199).

46 Le Scalpel, 20 décembre 1852, p. 1.

47 Jacques Léonard, La médecine.... op. cit., 1981, p. 199.

48 Bimensuel pendant sa première année d’existence, il paraît tous les 10 jours dès le mois d’août 1849. A partir du 20 novembre 1862, il devient hebdomadaire. Le tirage du journal est en constante progression et très vite il dépasse les frontières de la région liégeoise. Dès 1854, Festraets écrivait fièrement : “parvenu à la sixième année de son existence, le Scalpel est le journal de médecine le plus répandu du pays [...] D se trouve entre les mains de presque tous les praticiens. Il reçoit en échange, outre de nombreuses productions scientifiques étrangères, tous les journaux de médecine du pays, sans exception” (Le Scalpel, 10 mars 1854, p. 1).

49 Le Scalpel, 30 décembre 1859, p. 3.

50 Le Scalpel, 1er novembre 1863, p. 2.

51 Le Scalpel, 1er novembre 1863, p. 2 et 2 avril 1893, p. 1.

52 On peut s’en référer, par exemple, à la revue proposée par Karel Velle : Bronnen.... op. cit., 1985-1986 (publiée en 1988), passim.

53 Le scalpel, 5 août 1848, p. 1.

54 Auguste Festraets (1848-1893), Léopold Dejace (1893-1926), Jean Delchef (1926-1942), Joseph Tricot-Royer (1942-1971).

55 A partir de 1907, par exemple, alors que la vocation nationale du Scalpel est pleinement affirmée, le journal publie, sous le litre de Liège médical, un encan de 4 pages destiné à être “l’organe de la production locale pour tout ce qui regarde le domaine de la médecine pratique” (Liège médical, 1er octobre 1907, p. 1). On retrouve dans le comité de rédaction tous les grands noms de la médecine liégeoise : Von Winiwarter, Beco, Firket, Nuël, Malvoz, Corin,...

56 Le scalpel, n° spécial de 1923, p. 12.

57 Journal d’accouchement et revue de médecine et de chirurgie pratique (Liège, 1880-1914)et Gazette médicale de Liège (Liège, 1888-1898) qui devient, à partir de 1898, la Gazette médicale belge (Liège, 1898-1914), à ne pas confondre avec la revue bruxelloise du même nom, publiée entre 1843 et 1849. Comme Le Scalpel, le Journal d’accouchement et la Gazette jouiront très vite d’une audience nationale et deviendront les trois principaux journaux médico-professionnels du pays.

58 “Nous ne cessons de le répéter”, proclamait Festraets en 1861, “associez-vous, associez-vous ! Unissez vos efforts pour en assurer le succès ; il y a tout à y gagner” (Le Scalpel, 19 septembre 1861, p. 1).

59 Entre 1869 et 1876, il dirige le journal libéral L’écho de Liège qui devient, à partir de 1870, L’avenir.

60 Dans les années 1853, par exemple, une violenle polémique l’oppose au président libéral de l’Académie, Jean-François Vleminckx. Cette indépendance n’est en aucun cas le fait d’un journal comme la Presse médicale belge, organe officiel de l’Université Libre de Bruxelles dont émane tout le comité de rédaction : “la Presse médicale belge cherchera toujours à être l’interprète fidèle des vœux, des besoins de l’Université au sein de laquelle elle fut fondée et où elle espère trouver des aliments hebdomadaires” (Presse médicale belge, 30.12.1855, p. 1). La Presse médicale belge ne perd aucune occasion de faire valoir ses appartenances politiques. Ainsi, lorsque le parti libéral gagne les élections de 1857 : “le triomphe du parti libéral, c’est le triomphe de notre nationalité, c’est le renversement de la domination papale, c’est le progrès, c’est l’époque moderne qui poursuit librement sa marche dégagée des entraves incessantes que lui suscitait un passé maudit et que le parti de l’obscurantisme a tenté de faire revivre en Belgique” (Presse médicale belge, 13.12.1857, p. 412). Et lorsqu’il les perd, en 1884 : “Année terrible ! Car au point de vue intellectuel et patriotique elle a remis la prédominance aux mains crochues de ce parti de l’obscurantisme, qui a juré guerre à mort à l’émancipation de l’esprit humain [...] Adieu nos beaux rêves de clarté et de lumière [...] Les hommes noirs sont les maîtres, arrière le progrès !” (Presse médicale belge, 4.1.1885, p. 1). En 1875, une association professionnelle bruxelloise — 1’“latrie belge” — se constitue et se donne pour objectif de réunir les médecins catholiques. C’est un des rares exemples de ce type que l’on connaisse (Cfr, par exemple, P.M.B., 18 août 1875, p. 286-287).

61 Il s’agit de Félix Putzeys.

62 Louis Merveille, Le mécontentement officiel, dans G.M.Lg., 10 octobre 1889, p. 13.

63 Le Scalpel, 24 juillet 1910, p. 2.

64 Voir infra ch.III “A l’ombre du discours médical : récurrences et doléances”.

65 Le thème du banquet mériterait à lui seul une étude approfondie. C’est un banquet, toujours, qui ponctue de ses embellies les étapes de l’unification du corps médical. En 1853, par exemple, lorsque se réunissent les médecins de Liège : “Le corps médical liégeois s’est trouvé réuni, le 4 août dernier, à un petit souper chez Monsieur Guérin, au Pré Binet. L’empressement avec lequel tous les confrères [...] ont accueilli l’invitation [...] témoigne suffisamment qu’il y a chez tous le désir d’une solide union, de bons liens de confraternité. Au nombre d’une trentaine, on s’est parfaitement amusé et l’on s’est séparé en manifestant tous le désir de voir se renouveler une pareille réunion. On se trouvait là, à côté d’un condisciple, d’un ancien maître et celui-ci au milieu de ceux qui avaient été ses élèves. Il y avait là de part et d’autre, un échange de sentiments d’estime et de sympathie qui fait honneur à tous. Monsieur le docteur Wasseige, chargé de la présidence, a porté un toast à l’union des médecins, dans lequel il a brièvement retracé ce que se doivent réciproquement les confrères, quelque position qu’ils occupent” (Le Scalpel, 10 août 1853, p. 3).

66 “Nous n’avons rien à espérer aussi longtemps que nous resterons sans influence auprès de nos gouvernants”, écrivait Festraets en 1879, “et cependant cette influence, il nous serait si facile de la conquérir. Malheureusement, il y a trop peu d’union entre les médecins. On croirait bien que le chacun pour soi soit la commune devise. C’est ce qui fait la faiblesse du corps médical ; ce qui fait qu’il n’est pas considéré et que ses réclamations ne sont pas écoutées” (Le Scalpel,23 février 1879, p. 1). Et Nicolas Charles, en 1882 : “les médecins forment un corps dont tous les membres doivent être unis, travailler à un but commun, s’entr’aider les uns les autres ; s’il y a lutte, antagonisme entre quelques-uns, chacun et tous en subissent les conséquences. Sans doute, ce corps peut receler des parties vicieuses, gangrenées ; alors tous les autres doivent s’unir pour les écarter, les éliminer, les rejeter : ainsi agit l’organisme humain et son exemple est bon à suivre” (J.Acc., 15 janvier 1882, p. 9).

67 Nous ne désirons pas alourdir ce texte d’un trop grand luxe de détails qui nous conduiraient à décrire chaque association, à y reconnaître les personnages dominants et les processus qui ont conduit à sa constitution.

68 Presse médicale belge, 2 mai 1852, p. 156.

69 Le Scalpel, 30 décembre 1852, p. 3.

70 Ibidem.

71 Les quatre autres membres sont les docteurs Joly, Daumerie, Uyttenhoven et Leclerq (ibidem).

72 Presse médicale belge, 16 janvier 1853, p. 36.

73 On retrouve parmi eux plusieurs personnalités du monde médical liégeois, notamment les professeurs Jean-Guillaume Royer, Joseph-Antoine Spring, Joseph-Toussaint Sauveur (fils de Toussaint-Dieudonné), Nicolas-Joseph Ansiaux (fils de Nicolas-Antoine), Jacques-Henri Simon et Hubert Dresse. Festraets et Wasseige font également partie de la délégation liégeoise (Le Scalpel, 20 mars 1853, p. 1).

74 Le Scalpel, 14 avril 1853, p. 1.

75 Les statuts de l’Union médicale sont publiés dans Le Scalpel, 20 avril 1853, p. 4.

76 Un puissant ferment de discorde s’était manifesté, dès la réunion du 28 mars, à propos d’un projet de constitution de “conseils médicaux de discipline” qui divisait l’assemblée en deux camps antagonistes (cfr. par exemple, P.M.B., 3 avril 1853, p. 123-124). Cette opposition a, dès l’origine, freiné le projet d’union nationale. Le Congrès ne se réunira plus qu’une seule fois, cinq ans plus tard, le 26 avril 1858, mais il ne parvint pas à raviver l’enthousiasme initial (cfr. par exemple, Le Scalpel, 10 mai 1858, p. 1-4).

77 Ces subdivisions sont établies par arrondissement et non, comme il avait été suggéré par le Congrès, par cantons. En effet, il a semblé “aussi facile de se réunir au chef-lieu d’arrondissement qu’au chef-lieu de canton [...] et, par ailleurs, dans certains cantons, il n’y a pas un nombre suffisant de praticiens pour constituer des comités” (Le Scalpel, 18 septembre 1853, p. 1). Le succès de ces réunions semble indéniable : “l’empressement avec lequel on s’est rendu à l’appel qui a été fait aux praticiens de la province de Liège, dont la généralité ont demandé à faire parue de l’Association, prouve encore une fois que lorsqu’il s’agit d’entrer dans la voie du progrès ils sont toujours prêts à donner l’exemple” (Ibidem) et dans un article légèrement postérieur : “sur les 120 praticiens de l’arrondissement de Liège [...], 91 ont répondu au premier appel” (Le Scalpel, 30 septembre 1853, p. 1).

78 Ibidem.

79 Les réunions scientifiques de la Société de médecine de Liège seront poursuivies, quelques années plus tard, dans le cadre de la Société médico-chirurgicale de Liège fondée le 12 juillet 1861 par une équipe de médecins dans laquelle se retrouve notamment le fils de Charles Wasseige (Le Scalpel, 10 septembre 1861, p. 7). A l’origine tout au moins, la vocation de la société médico-chirurgicale est exclusivement scientifique, mais, dans la mesure où elle prétend rassembler le plus grand nombre des praticiens de la région, la dimension corporative n’en est pas non plus absente. C’est ce qu’exprimait le président de la société, Dieudonné Higguet, lors de la séance d’installation : “des médecins obligés de se réunir, de discuter ensemble, ne peuvent rester longtemps ennemis” (Ibidem). A partir de 1862, la Société publie ses annales chez Vaillant-Carmanne (Annales de la Société médico-chirurgicale de Liège (A.S.M.CLg.) 1862-1914).

80 Le Scalpel, 30 décembre 1856, p. 1. C’est la seule liste nominative que l’on possède des membres de l’association. Parmi les 88 praticiens, 53 sont liégeois et représentent 77 % des médecins de la ville (total=69).

81 Le Scalpel, 10 septembre 1862, p. 2.

82 Le Scalpel, 30 octobre 1862, p. 1-2.

83 Le Scalpel, 7 juin 1863, p. 1.

84 Le Scalpel, 2 août 1863, p. 1.

85 Article 5 du règlement de la Fédération, dans Le Scalpel, 6 septembre 1863, p. 4.

86 Ibidem, articles 7, 8 et 17.

87 Le Scalpel, 13 décembre 1864, p. 1.

88 Le Scalpel, 15 mai 1864, p. 1.

89 Le Scalpel, 20 septembre 1868, p. 2.

90 Le Scalpel, 30 octobre 1898, p. 1.

91 Le Scalpel, 17 novembre 1910, p. 4.

92 Le Scalpel, 25 mars 1939, p. 181.

93 Festraets est élu président d’honneur de la Fédération en 1884 et Dejace en 1912 (Le Scalpel, 14 septembre 1884, p. 1 et 3 mai 1912, p. 1). En 1923, à l’occasion du 75e anniversaire du journal, le président en exercice, le docteur Loontjens, s’adressait en ces termes à Léopold Dejace : “il est une de nos institutions à laquelle vous avez marqué un intérêt et un dévouement considérables et continus. Si notre Fédération médicale belge a pu se constituer, c’est à Festraets que nous le devons. Et si notre association fédérale a pu continuer à prospérer, n’est-ce pas en grande partie parce qu’elle a trouvé en vous un ami convaincu, un défenseur résolu et un polémiste toujours à son service ?” (Le scalpel, n° spécial de 1923, p. 4). La Gazette médicalejouera également un rôle important et son rédacteur en chef, Louis Merveille, sera élu président de la Fédération pour l’année 1904 (G.M.B., 1902-1903, p. 371-372).

94 Cfr par exemple, Le Scalpel, 12 mai 1872, p. 1.

95 Le Scalpel, 13 novembre 1887, p. 1.

96 G.M.Lg., 23 avril 1891, p. 349.

97 G.M.Lg., 8 octobre 1891, p. 13-15.

98 Cfr Jacques Léonard, La médecine.... op. cit., 1981, p. 277-279.

99 J.Acc., 30 mai 1893, p. 128.

100 Cfr par exemple : “Grâce à la généreuse initiative de Monsieur le docteur Janson, qui, depuis plusieurs années s’est tenu au courant de la marche des syndicats en France, nous pouvons saluer aujourd’hui l’avènement du premier syndicat professionnel à Liège. Honneur à ce dévoué confrère ! L’exemple qu’il vient de donner ne peut manquer de trouver bientôt des imitateurs dans le corps médical liégeois” (G.M.Lg., 8 juin 1893, p. 44).

101 G.M.Lg., 22 juin 1893, p. 448. Le président, Brasseur, est un des fondateurs de la Gazette médicale.

102 J.Acc, 15 juillet 1893, p. 164.

103 Le Scalpel, 30 juillet 1893, p. 6.

104 G.M.Lg., 13 juillet 1893, p. 494.

105 Le Scalpel, 3 décembre 1893, p. 6. La Fédération est officiellement constituée le 25 novembre. Ses statuts sont publiés dans : J.Acc., 17 décembre 1893, p. 306.

106 Le Scalpel, 1er juillet 1894, p. 1.

107 G.M.Lg., 11 avril 1895, p. 351. Il s’agit en fait de 109 membres pour une population de 153 médecins (J.Acc., 5 mai 1895, p. 156). En 1902, il y aura 115 membres pour 190 médecins (J.Acc., 7 décembre 1902, p. 434) et 173 membres pour 223 médecins en 1908 (G.M.B., 1908-1909, p. 172).

108 Le Scalpel, 1 décembre 1895, p. 2. La première assemblée générale du Cercle se tient le 16 janvier 1896 et réunit déjà à ce moment “l’immense majorité des praticiens de la partie rurale de l’arrondissement” (Le Scalpel, 19 janvier 1896, p. 25).

109 G.M.B., 1902-1903, p. 93.

110 Le Scalpel, 1er août 1909, p. 12. Les associations de Verviers, Huy et Waremmc — lointaines émanations des comités d’arrondissement de 1853 — connaîtront des évolutions analogues. Le Cercle médical de Verviers sera deux fois réorganisé (en 1866 et en 1885 ; cfr, par exemple. Le Scalpel, 8 juillet 1866, p. 1 et 8 mai 1887, p. 1). En 1906, il regroupe, notamment, l’ensemble des médecins de la ville de Verviers (J.Acc., 7 janvier 1906, p. 2). Quant à l’Union médicale de Huy, réorganisée en 1896 (Le Scalpel, 15 novembre 18 %, p. 6), elle prendra plus d’extension encore à partir de 1910 en se constituant en Union médicale de Huy-Hesbaye-Condroz (Le Scalpel, 13 novembre 1910, p. 9).

Table des illustrations

Titre Graphique IV. 1. Disparition progressive des praticiens du second ordre dans la province de Liège (1831-1884)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Tableau IV.1. Praticiens du 1er et du 2e ordre dans la province de Liège (1831-1835)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau IV.2. Répartition des praticiens du 1er et du 2e ordre dans les milieux urbains et non-urbains de la province de Liège (1831-1835)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/400/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540