Version classiqueVersion mobile

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Seconde partie

Les « Erasmiana » de l’Abbé Raymond Marcel

Jean-Claude Margolin

Texte intégral

  • 1 « Le fonds Marcel de la Bibliothèque municipale de Tours, ou le mécénat d’un collectionneur humani (...)
  • 2 On relèvera, sauf erreur de notre part : « Les ‘découvertes’ d’Érasme en Angleterre », dans les(...)

1Dans un article presque contemporain de celui-ci1, j’ai décrit à très larges traits la remarquable collection de livres anciens et de manuscrits que feu Mgr Marcel a légués, avec sa générosité coutumière et son sens élevé de la transmission de la culture, à la Bibliothèque Municipale de Tours. J’ai montré quelles étaient les principales motivations de ce grand collectionneur : d’abord des intérêts scientifiques, puis des goûts personnels alliés à un certain confort intellectuel et quasi-physique, qui lui faisaient rassembler dans sa bibliothèque du Square Alboni tous les ouvrages, — ou presque, — dont il avait continuellement besoin, avant tout ceux des humanistes italiens du Quattrocento et du Cinquecento, les Pic de la Mirandole, les Ficin, les Alberti ou les Bembo. Mais une magnifique reliure, une typographie impeccable, de belles et grandes marges, et, — comme chez tous les vrais collectionneurs, — l’extrême rareté d’un incunable constituaient aussi pour lui de puissantes attractions. Érasme, qui représentait à ses yeux le modèle de l’humaniste chrétien, et dont il aimait souligner les affinités de l’Enchiridion militis christiani avec la pensée religieuse de Pic, n’est pas, — tant s’en faut, — traité moins généreusement que ses chers Italiens, même si l’Abbé Marcel ne lui a consacré qu’assez peu d’études2 : j’ai dénombré, dans le « Trésor » de la Bibliothèque de Tours, le nombre impressionnant de vingt-quatre « erasmiana ».

***

  • 3 Bibliotheca Erasmiana, Listes sommaires, Gand, 1893. Puis, par le même érudit : Bibliotheca Erasmi (...)
  • 4 Sous l’impulsion de M.-T. Lenger.
  • 5 On sera bien avisé de consulter également quelques bibliographies récentes et volontairement limit (...)

2Un jour, que nous souhaitons proche, viendra où les quelque cinq cents ouvrages du XVe et du XVIe siècle et la douzaine de manuscrits légués à Tours par l’Abbé Marcel, seront rendus plus accessibles au public savant international par la confection d’un catalogue descriptif imprimé. En attendant, je souhaiterais pouvoir lui rendre un modeste service en m’attachant exclusivement à la collection de ces éditions d’Érasme, soulignant en passant les caractéristiques des plus remarquables ou des plus rares d’entre elles. Quand telle édition est décrite dans la Bibliotheca Erasmiana, commencée par P. Vander Haeghen3, poursuivie beaucoup plus tard par la Bibliothèque Royale de Bruxelles4, et malheureusement interrompue depuis une vingtaine d’années, je l’indique par le sigle E suivi du numéro approprié. Mais le lecteur, soucieux d’apprécier la rareté d’une édition, — deux ou trois erasmiana de l’Abbé Marcel ne sont connus des spécialistes qu’à un ou deux exemplaires, — fera bien de consulter le vaste et remarquable fichier de la Bibliothèque municipale de Rotterdam, constitué par E. Van Gulik, du temps qu’il y était bibliothécaire, et contrôlé aujourd’hui par Mme J. Van de Roer, dans cette même bibliothèque : c’est, à ma connaissance, le plus complet à l’heure actuelle5.

***

3L’ordre que je suis pour la description de ces exemplaires est celui du fichier de la Bibliothèque de Tours, dont je donne évidemment les cotes : c’est l’ordre alphabétique des titres latins. J’y ai simplement introduit, quand cela s’imposait, un ordre chronologique des éditions d’un même ouvrage.

41) Adagia, Venise, A. Manuce, 1508 (Rés. 3744). Voir E 89, p. 287, 288 (liste imprimée des localisations, à laquelle on peut ajouter Sélestat, Bibl. Beatus Rhenanus, Paris - Arsenal Fol. B.L. 1190). Vander Haeghen, I, 1.

  • 6 Sur la bibliothèque de Jean Grolier, on consultera : Shipman, Researches concerning Jean Grolier, (...)
  • 7 À propos d’un livre de Jean Grolier, Bulletin du Bibliophile, p. 5-41, Paris, Techener, 1894.
  • 8 Recherches sur Jean Grolier, sur sa vie et sur sa bibliothèque, suivies d’un catalogue des livres (...)

5Cet exemplaire des Adages, qui a une longue histoire, dont nous n’avons qu’une connaissance partielle, est celui qui a appartenu à Grolier6, et qui est annoté d’environ 800 marginalia de sa main. Il a fait l’objet en 1894 d’une étude du Vicomte de Grouchy, dans le Bulletin du Bibliophile7. Celui-ci se recommandait lui-même d’une notice rédigée par Le Roux de Lincy, quand il cataloguait la bibliothèque du grand collectionneur lyonnais8. Nous lui empruntons quelques lignes :

6« No 101 (du Catalogue rédigé par Le Roux de Lincy). Érasme.

7 Erasmi Roterodami adagiorum chiliades tres, ac centuriae fere totidem. Venetiis in aedibus Aldi, mense sept. 1508. In-fol., v.f., fil., tr. dor.

  • 9 Qui est en fait une monnaie.

8» Il existe sur les marges de ce volume de nombreuses notes écrites par Grolier ; on remarque celle qui est au v° du feuillet 112, au-dessous d’une médaille9 citée dans le texte ; cette note est ainsi conçue :

  • 10 Le texte manuscrit a nomismate ; de même, cuius, etc.
  • 11 Notons que la reliure de l’ouvrage (qui n’est pas une reliure de Grolier) a fait disparaître les p (...)

9» Ex eodem numismate10, cujus nobis ipse Aldus cum Mediolani apud nos esset, copiam fecit, hoc exemplar deductum propriam et inscriptam hic effigiem refert fidelissime. Jo. GROLIERVS LUGDVNENS11.

10» À la fin du volume est écrite, de la main de Grolier, l’inscription : Grolieri et amicorum ».

  • 12 Le Roux de Lincy et Grouchy notent, en dehors des Adages de 1508, comme appartenant (alors) au Mar (...)
  • 13 Jean Louis Antoine Coste, dont la vente de la bibliothèque a eu lieu à Paris le 17 avril 1864, et (...)
  • 14 Nicolas Yéméniz, dont la vente de la bibliothèque a eu lieu à Paris le 9 mai 1867 (reprint du cata (...)
  • 15 Le « prince des bibliophiles », qui était aussi Trésorier de France, — charge dont il hérita à la (...)
  • 16 On essaiera toutefois de nuancer ce jugement, qui pourrait paraître sévère, en faisant remarquer a (...)

11À l’époque où le Vicomte de Grouchy rédigeait son article, le volume faisait partie de la bibliothèque du Marquis de Grollier12, après avoir appartenu à J. L. Coste13 et à N. Yéméniz14. L’anecdote, rapportée par Grolier de la visite d’Alde à Milan et du cadeau qu’il lui fit d’une monnaie antique, s’inscrit donc juste en face de l’adage d’Érasme, Festina lente (II, 1, 1, ou ad. 1001), inspiré par la marque d’Alde Manuce représentant « l’ancre embrassée par un dauphin ». La monnaie, qui représente d’un côté la tête de Vespasien avec une inscription à sa gloire, et de l’autre une ancre, dont le milieu, comme un timon, est enserré par un dauphin, est celle-là même que l’imprimeur vénitien a remise à Grolier, et que ce dernier, numismate éprouvé, a dessinée très finement en une double commémoration : celle du cadeau de Manuce et celle des Adages, dont l’auteur ne tardera d’ailleurs à se lier avec le propriétaire de cet exemplaire15. La place nous manque pour nous étendre sur les très nombreuses annotations de Grolier : leur immense majorité est de l’ordre de ces notations ou notae humanistes, qui se contentent de reproduire en marge un mot, un fragment de phrase empruntés au texte, pour les mieux loger dans la mémoire ; parfois on risque un synonyme ou une traduction ; on ne s’essaie pas à une idée personnelle. Notations, mais non annotations16.

12Nous ne pouvons pas manquer de signaler un détail frappant auquel ne font pourtant aucune allusion ni Le Roux de Lincy, ni le Vicomte de Grouchy : la cancellation du nom d’Érasme, chaque fois que celui-ci apparaît, dans le titre, dans son épître dédicatoire, ou ailleurs. Il est difficile en fait, dans notre ignorance des divers propriétaires du livre, d’attribuer cette initiative à l’un ou à l’autre. Serait-elle due à Grolier lui-même, jugeant plus prudent, dans sa situation, et en dépit des liens qui l’avaient uni à Érasme, de faire disparaître — même d’une façon aussi « théorique » et aussi peu efficace — un nom devenu compromettant ? Rien ne ressemble tant à des traits ou à un barbouillis à l’encre noire que d’autres traits ou un autre barbouillis !

  • 17 Voir à cet égard, outre les références de la note 6, les publications du « Grolier Club » de New Y (...)
  • 18 Manlio Dazzi, Aldo Manuzio e il dialogo veneziano di Erasmo, Vicenza, 1969. — Martin Lowry, The wo (...)

13Depuis le Catalogue de Le Roux de Lincy et l’étude du Vicomte de Grouchy, les travaux sur Grolier, sa vie, ses relations officielles et amicales, sa bibliothèque, ses reliures, ont lait sensiblement progresser nos connaissances17. Nous sommes également mieux à même, grâce aux études de Dazzi et de Lowry18, d’apprécier l’univers culturel, technique et financier de la firme marquée par l’ancre et le dauphin mêlés.

  • 19 Elle doit dater d’après 1840, c’est-à-dire de son association avec le doreur allemand Trautz, car (...)

14De la reliure de cet ouvrage, nous nous contenterons de dire qu’elle n’appartient pas à la prestigieuse série des reliures que le bibliophile se faisait apprêter : c’est une reliure en veau fauve du XIXe siècle, due à Bauzonnet19. La fiche d’identification du volume nous apprend que les Adages de Grolier ont été acquis par l’Abbé Marcel au prix de 48.000 NF.

152) Adagia, Bâle, Eusèbe Episcopius et her. Nicol. Episcopius, août 1574 (Res. 7877). Voir E 122, p. 306-307, et Bezzel, Erasmusdrucke..., no 98, p. 65. Vander Haeghen, I, 6.

  • 20 Pierre-André Pidoux de Maduère, auteur de chroniques et de notes scientifiques tirées de documents (...)
  • 21 Je ne suis pas arrivé à identifier ce propriétaire, mais de nombreuses familles portent ce patrony (...)
  • 22 Peut-être Émile Lafuma-Giraud, éditeur du Sepher-ha-Zohar, Paris, Leroux, 1906-1911.
  • 23 Les Peyerimhoff (ou Peyer Im Hoff) de Fontenelle sont une vieille famille alsacienne, qui se disti (...)

16Cette édition est assez largement répandue, notamment dans les bibliothèques allemandes (la Bibliotheca Belgica en localise 33 exemplaires, dont 19 en Allemagne, mais I. Bezzel, dans sa recension des bibliothèques bavaroises, en note 9 dans cette région de l’Allemagne, soit 6 qui n’avaient pas été signalées dans BB). On sait que la caractéristique majeure de cette édition des Adages est l’adjonction aux chiliades d’Érasme de 1396 adages de Gilbert Cousin (qui n’étaient que 519 dans l’édition parisienne X. Chesneau de 1570 : voir E 117). — L’exemplaire de Tours possède sa reliure originale, en parchemin monté sur ais de bois, ses fermoirs sont en excellent état de conservation, dos à 6 nerfs, 7 cases. Sur les plats supérieur et inférieur, au centre, décoration en creux inscrite dans un cartouche ovale, lui-même inscrit dans un rectangle, représentant un personnage armé d’une épée et associé à une balance, avec l’inscription « Auferto vitam ». À l’intérieur du plat supérieur, plusieurs ex-libris (papillons collés) relativement récents : 1) Eq. Petri Andreae Pidoux20, et la devise Coelum Aspicio Terrena despicio ; — 2) X. de Javel21 ; — 3) e.l. Émile Lafuma22, avec l’image de la chouette. Sur la première feuille de garde : Jean Baptiste Peyer / Im Hoff / Seigneur de Fontenelle23.

17Vers la fin de l’ouvrage, quelques trous de vers, y compris dans le parchemin de la couverture ; quelques taches ici ou là. Pas de marginalia manuscrits mais quelques fiches rédigées par R. Marcel et donnant, tantôt une traduction française d’un adage, tantôt une précision historique, ou encore complétant une référence ou l’explication d’un adage traité très brièvement par Érasme. Sur le plat supérieur intérieur, une indication de prix : 250 NF.

183) Apophthegmata, Lyon, Guill. Roville, Balth. Arnoullet, impr., 1549 (Res. 3745). Voir E 385, p. 460-461. Vander Haeghen, I, 17.

19Cet exemplaire fait partie des rariora, sinon des rarissima : BB ne signale qu’un exemplaire, celui de la Bibliothèque nationale (Z 17698), Bezzel aucun. Une note de BB indique qu’il s’agit de l’édition lyonnaise de Thibaud Payen de 1549 avec une autre adresse sur le titre, mais cette édition T. Payen (E 384) ne comporte elle-même, d’après BB, qu’un exemplaire à la Bibliothèque universitaire de Gand, et un autre appartenant à Baudrier. — Sur Roville ou Rouillé, on pourra consulter l’article que lui a consacré Natalie Z. Davis, « Publisher Guillaume Rouillé, businessman and humanist », in Editing XVIth century texts, ed. R. J. Schoeck, Toronto, 1966, p. 72-112, et les pages qu’elle a écrites à son sujet dans « Le monde et l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, t. Ier, 1982, p. 255-277 (notamment p. 255-267). Voir Brunet, II, p. 1040.

20La couverture est en carton, recouvert de parchemin. D’anciennes cotes sont lisibles à l’intérieur du plat supérieur. Sur la page de titre, un chiffre 205 près de la marque de Roville. De nombreuses erreurs de pagination. Au plat inférieur, à l’intérieur, un ex-libris collé, avec le motto Inde resurgit. Blason surmonte d’une couronne.

21Presque pas de notes, sinon à la page 213, en bas, à droite, en face d’un propos attribué à Socrate « fames optimum condimentum », cette traduction française écrite à l’encre : « Encores adjoustoit il a cela que la meilleure sauce que Ion sauroit faire est la faim ».

224) Colloquia, Bâle, Froben, février 1526 (Res. 3746). Voir E 460, p. 508-512. Vander Haeghen, I, 36.

23Cet exemplaire appartient à une importante édition des Colloques. C’est la première fois qu’est employé dans le titre le terme opus (Familiarium Colloquiorum opus...), et surtout cette édition comprend, par rapport à celle de Bâle, sept. 1524 (E 453) quatre nouveaux dialogues : Puerpera, Peregrinatio, Ichtyophagia, Funus. Sur les problèmes qu’Érasme dut affronter avec l’Inquisition et l’Université de Paris, voir la très longue notice de BB .

24Couverture en veau brun foncé du 17e siècle à 5 nerfs (un compartiment pour le titre), fleurons droits, plats unis, tranches jaspées, ex-libris sur la page de titre. Le livre, contrairement à ce que prétend une note du catalogue du libraire Goldschmidt n’est pas relié « avec une rare édition de l’Enchiridion, inconnue de Proctor et de Vander Haeghen ». Une lettre — conservée — du libraire E. Rossignol, 18 rue Bonaparte, à l’Abbé Marcel (27 octobre 1964) lui vante ce livre fort rare (BB relève quatre localisations, I. Bezzel aucune en Bavière). Aucun exemplaire ne serait passé en vente publique en France depuis 1914.

25Taches d’humidité sur le titre et en bas des premiers feuillets. Prix de vente fixé à 3250 E. Sur la p. de t., signature Tixier et devise (avec un jeu de mots sur le nom latinisé de Textor, le tisseur, le tisserand) « Recto vti filo ». Ce Tixier ne peut pas être le célèbre Ravisius Textor (ou Tixier de Ravisy), puisque cet humaniste français était mort en 1524. On peut déchiffrer en bas Vignal... Con. Cad. À la fin du volume, un monogramme que nous n’avons pas su déchiffrer.

265) Colloquia, Amsterdam (Louis et Dan.) Elzevier, 1662 (Res. 3747). Voir E 576, p. 563-564. Vander Haeghen, I, 40.

27Cette édition, dont BB signale 11 localisations (et I. Bezzel aucune) et qui est une réimpression, page pour page, de l’édition de 1655 (E 569) a une couverture cartonnée et parcheminée (quelques taches noires). Rien à signaler dans la pagination (note de R.M.). Une note, datée de 1860 indique : « Ce livre m’a été donné, en souvenir de Pomet, par son beau-frère Ch. (ou Chas) de la Serve, qui l’a retiré à l’Inventaire pour me l’offrir. St. Denis, 23 août 1860 ». Signature illisible. Le frontispice en taille douce représente, d’après la gravure qui avait été publiée pour la première fois en 1636 (Leyde, Bonav. et Abr. Elzevier, E 562), Érasme, debout, examinant la terre au moyen d’une longue vue. Pas de notes marginales. État de conservation moyen.

286) Enchiridion militis christiani, Leipzig, Valentin Schumann, 1516 (Res. 3748). Voir E 1002, p. 779, mais aussi E 1001. Vander Haeghen, I, 79.

29En dehors de l’exemplaire ici décrit, BB signale trois localisations, auxquelles on peut ajouter l’exemplaire de la Staatliche Provinzialbibliothek d’Amberg signalé par I. Bezzel (no 847, p. 256). Il s’agit d’une réimpression de l’édition d’août 1515 (« sexto calendas septembris ») du même imprimeur, avec le titre en rouge et noir, dans une bordure de quatre bois juxtaposés. De la main de R.M., au crayon, à l’intérieur du plat sup., indication du prix payé au libraire Goldschmidt de Londres : 165 $. Quelques « notulae » marginales, comme cette « main » de B2v° pointée vers la formule : « cantiuncula celebrentur, ut corolla graminea ». Dans l’index liminaire, certaines références ont été encadrées.

307) Enchiridion... (et alia), Bâle, J. Froben, 1518 (Res. 3749). Voir E 1003, p. 779-780. Vander Haeghen, I, 79, 77 ; II, 14 ; I, 134, 159, 131, 52, 161.

  • 24 De risu Paschali Oecolampadii ad V. Capitonem theologum epistola apologetica.
  • 25 Studioso, studiosissimo, studiis ( ?)
  • 26 Sans doute : amicitiae caussa (ou causa).

31Veau brun foncé, titre de l’ouvrage et riches compartiments estampés à froid (reliure ancienne). Pour la large bordure gravée sur bois qui encadre le titre, voir BB, p. 779. L’exemplaire a appartenu à Abel Lefranc, et comporte une plaquette de 27 pages, reliée en tête du volume (par les soins de qui ?) : il s’agit d’un texte imprimé par Froben en 1518, qui est le De Risu Paschali d’Oecolampade24 (l’intention d’associer les deux auteurs chrétiens est nette). Mouillures et petites piqûres de vers. La reliure a été restaurée, dos à 3 fers. Sur la page de garde I-r° a été collé un texte, rédigé à l’encre noire, d’une écriture élégante, qui se termine par ces deux mots, bien détachés : Memento mori. Le texte qui les précède est malheureusement en partie effacé. J’ai toutefois pu déchiffrer : Viro juveni ornatissimo/atque humanissimo / ... (Deux lignes effacées, dont on peut extraire Dn[ ?]...o... r ...stud25 : / am[i]c ... causs.26 ... / recordationis ergo / librum dabam, / praesentem IIV. Kl. Quintil. Epochae Christianae / anno ∞ I DC XXIX. / Andreas Deccerus / Wurcenā Misnicg [= Misnicus], / pastor Glauchag [= Glauchaus] / propre Dibenam.

  • 27 J. G. Theodor Grasse, Dresden, 1861 (et éditions suivantes).
  • 28 Notamment le Lexicon von Deutschland par Eugen Huhn (Berlin, 1847), le Geograph. Lexicon des Deuts (...)
  • 29 Plusieurs localités de Prusse, de Bavière, du Wurtemberg s’appellent Diebau (ou Diebach). Dans le (...)
  • 30 II y a aussi un Würschnitz en Saxe et un Würschnow en Poméranie, mais surtout un Würschwitz dans l (...)
  • 31 Dans Merian, op. cit., p. 156, indication de Mislowitz, p. 173, de Mieslowitz, et p. 167, de Misch (...)
  • 32 Gelehrter-Lexicon, en 6 volumes, éd. de Leipzig, de 1790-1819.
  • 33 Neue Deutsche Biographie.
  • 34 Les textes d’Érasme publiés dans cette édition frobénienne de 1518 sont les suivants : a) Enchirid (...)
  • 35 Les plats et le dos de la reliure ont été remontés au cours de la restauration. Signalons une moui (...)
  • 36 La lettre à Volz, l’Enchiridion et la Disputatio de tedio étant ceux qui recueillent le plus d’ann (...)
  • 37 L’une de ces mains fait de temps à autre référence à Bips (Juste Lipse).

32Les deux lignes en grande partie effacées doivent désigner par son nom le destinataire de l’ouvrage donné le 28 juin 1629 (à la 3e ligne, après le D, le n en partie effacé pourrait former l’abréviation classique Dn pour Domino ?.). Quant au donateur, il semble bien se désigner lui-même, dans les deux premières lignes qui suivent la date. L’indication « pastor Glochaus » nous oriente vers la Silésie occidentale, puisque Glogau (Glogavia, Glocovia, Glogowa, Glagowia, d’après l’Orbis Latinus27, mais surtout d’après les dictionnaires géographiques allemands du XIXe siècle28) est située sur l’Oder, au Nord de Liegnitz, et que Dibena, en conséquence, ne peut que désigner Diebau29, dans le « Kreis » de Glogau : d’où la précision du texte30. Il n’est plus difficile de voir en Andréas Deccerus un pasteur évangélique allemand31 (sa propre désignation, la date de 1629, et l’histoire de cette province le confirment), qui serait originaire de Würzen (dans le « cercle » ou « Kreis » de Trebniz) ou de Würzel (dans la région de Liegnitz) près de Meissen ou de Misna (l’Orbis pictus signale l’adjectif Misnensis, proche de notre Misnicus, pour désigner l’habitant de Meissen ou de la « marche » de Misna). Enfin le Dictionnaire de Jöcher32 ou le N.D.B.33 indiquent un assez grand nombre de personnages du XVIIe siècle portant le patronyme de Decker ou Deckher, à défaut d’un André Decker (comme nous appellerons ce possesseur du livre dans le premier tiers du XVIIe siècle). Il y a tout lieu de penser que l’adjonction à l’ensemble des 397 pages d’erasmiana (l’Enchiridion et les diverses pièces que nous énumérons en note34) des 27 pages du texte d’Oecolampade a été opérée par l’un des propriétaires antérieurs du volume, peut-être par le premier d’entre eux, celui auquel est due vraisemblablement la fabrication de la reliure, qui date du XVIe siècle35. Un grand nombre de marginalia de la main d’André Decker sont dispersés à travers différents textes d’Érasme36, et beaucoup de phrases soulignées correspondent à ces gloses. On peut déceler au moins deux autres écritures37, et trois encres (rouge, verte et noire).

  • 38 Voir notamment Henryk Barycz, Znaczenie Uniwersytetu Krakowskiego w poczatkach rozwoju erazmianism (...)

33Que ce volume d’Érasme ait été, un siècle environ après sa sortie des presses de Froben, dirigé vers la Silésie et abondamment annoté par un pasteur allemand, ne fait que confirmer l’influence bien connue d’Érasme dans cette région d’Europe tout au long du XVIe siècle et au XVIIe. Il y comptait beaucoup d’amis et ses livres y étaient reçus et étudiés dans des cercles assez différents de la population, parmi les ecclésiastiques comme chez les laïcs38.

  • 39 Ornementation spéciale du D, E.R. représentant les initiales de ERASMUS ROTERODAMUS.

34Mais l’ouvrage comporte d’autres particularités. Sur les pages de garde du plat supérieur, des notes modernes écrites au crayon et en anglais affirment avec force que l’ouvrage a appartenu au Cardinal Jean de Lorraine : « Exemplaire with marginal annotations that because of their intimate contents, comment and autograph, must have only belonged to the Cardinal Jean de Lorraine 1498-1550... ». Une autre note, de la même main anglo-saxonne commente le travail des plats, et notamment le titre très élaboré, inscrit sur le plat supérieur, dans sa partie supérieure : E.N.C.H.I.R.I.D I.O.N.E.R.39

  • 40 Voir Albert Collignon, Le mécénat du Cardinal Jean de Lorraine, Paris, 1910.
  • 41 Érasme a sollicité à plusieurs reprises l’honneur et l’avantage d’être compté au nombre des protég (...)
  • 42 J’ai consulté notamment le facsimilé d’une lettre autographe à Charles-Quint (Paris, Arch. Nat., 2 (...)
  • 43 Ils font aussi l’objet d’une glose de la part du même annotateur, qui renvoie à juste titre à une (...)

35En face du montage du papier collé au cours de la restauration de la reliure originelle, les mêmes notes modernes commentent ce document d’une manière qui ne peut que nous surprendre : « Precious document preserved from the original fly-paper, before restoration, with the hand of Jean de Lorraine, 1498-1550 (c est nous qui soulignons). Affirmation qu’aucun indice, dans l’état actuel du livre, ne permet de confirmer. Comment l’auteur de ces lignes, propriétaire du volume, a-t-il pu attribuer à Jean de Lorraine40, la paternité d’un texte qui date de 1629 et qui est signé d’un pasteur de Glogau sur l’Oder ! D’autre part, à supposer que le cardinal de Lorraine, dont on connaît la culture et les excellentes relations avec les humanistes de son temps — et notamment Érasme41 — ait été l’un des premiers, voire le premier propriétaire du volume, aucune trace de son écriture — bien connue42 — n’apparaît, ni sur la page de titre, ni dans les marges, ni à la fin du livre. Aucun monogramme, encore moins ses armes. Quant aux deux mots latins, écrits en lettres capitales rouges sur la page de titre, et surmontés d’une sorte de paraphe, FRONS APERTA43, ils ressemblent à une devise, mais nous ne l’avons trouvée dans aucun des recueils que nous avons consultés, et aucun document n’attribue ladite devise au Cardinal Jean de Lorraine ni à la fa mille De Guise à laquelle il appartenait.

  • 44 Hôtel Drouot, Salle 8, 17, 18, 19 février 1954. Le livre figure, p. 29, sous le numéro 157. A. Lef (...)
  • 45 Hôtel Drouot, Vente des 23 et 24 mars 1970.

36La notice du catalogue de vente de la bibliothèque d’Abel Lefranc en février 195444 ne signale aucunement le nom du Cardinal de Lorraine, pas plus que celle du catalogue de vente d’une partie de la bibliothèque de Tudor Wilkinson45, successeur de Lefranc dans la possession de l’ouvrage, qui devait entrer alors dans la bibliothèque de l’Abbé Marcel. Devons-nous penser que ces lignes écrites au crayon (et qui ne sont ni d’Abel Lefranc ni de Raymond Marcel) l’aient été par le collectionneur américain lui-même ? Mais sur quels indices ?

378) Enchiridion, Bâle, Froben, octobre 1519 (Res. 3750). Voir E 1006, pp. 781-782. Vander Haeghen, I, 79.

  • 46 Ou Disputatio de tedio Christi...

38Cet exemplaire appartient à une édition conforme à l’édition frobénienne de 1518 Quintili mense (E 1003), avec le même nombre de pièces additionnelles, comme la Disputatiuncula46, le commentaire de Basile sur Isaïe, etc., et avec la postface de Jean Froben. Bel encadrement de quatre pièces à la page de titre, dû à Ambroise Holbein, lettrines historiées, encadrements dans le texte. Reliure contemporaine en veau ne couvrant que la moitié des plats, faisant apparaître les ais de bois avec leurs fermoirs et lanières conservés. Bon exemplaire, avec des notes marginales contemporaines tout au long du texte de l’Enchiridion. Il a figuré dans le catalogue de libraire, Holbein Ausstellungskatalog (Bâle, 1960), no  128. Sur la face interne du plat inférieur, a été collée une page de titre gothique, en mauvais état de conservation, où l’on peut lire : « Des hochloblich e Schwabischen... horzug im land... ». Page de titre et dernière page couvertes d’écritures du XVIe siècle. On peut y lire des proverbes en grec et en latin : ignorantia audaces efficit, currendum in stadio litterario quo usque...

39Parmi ces diverses mains, l’une a été spécialement active, multipliant les notae et les commentaires. Une remarque sur le titre, avec pugiunculus mis en regard de ἐνχειριδιoν. Des textes sont écrits dans le sens vertical, comme Rotāt oīafata. Plusieurs ex-libris. Aux références marginales imprimées, ont été ajoutées de nombreuses références manuscrites. À la p. 52, devant le mot torrens (mystica scriptione) : « torrens est fluvius qui non de fonte neque de viva aqua a pluviis, sed de montibus in vallis descendit ». Tous les termes employés métaphoriquement par Érasme, toutes ses images, sont explicités par cette main anonyme. Une autre main a laissé au bas de la page 81 de petits dessins représentant des personnages en rapport avec le texte. Ce lecteur connaît certainement les Elegantiae de Valla, car il donne souvent des mots équivalents de ceux dont s’est servi Érasme et que l’on trouve dans cette œuvre. La fin du texte de l’Enchiridion et les autres textes n’ont pas suscité le même zèle.

409) Enchiridion, Bâle, Froben, 1551 (Res. 3751). Voir E1053, p. 800. Non signalé par Vander Haeghen.

  • 47 Plusieurs personnalités répondant au nom de Lathum ou de Lathom figurent dans le Dictionary of Nat (...)

41La notice de BB attribue cinq localisations à cette édition, qui contient, à la suite de l’Enchiridion, le De praeparatione ad mortem, œuvre de la fin de la vie d’Érasme. L’ouvrage a conservé une notice moderne, à en-tête de « Zeitlin & Ver Brugge, Booksellers, Los Angeles... ». Très bon exemplaire, reliure en veau estampé à froid marron foncé, dos à 4 nerfs. Sur la page de titre, en haut, d’une belle écriture : Sum Henrici Lathumi47 ejusque amicorum.

  • 48 Nous n’avons pas pu identifier cette personne, encore que le patronyme de Newsum ne soit pas absen (...)
  • 49 Non identifié.

42Un autre ex-libris, plus récent, collé sur le plat supérieur v° : Arthur C. Newsum48 (avec une vignette ressemblant à un collège d’Oxford ou de Cambridge). En haut : LOC / VS / DA / CIS. Et un chiffre 5953 (sans doute le numéro du livre) sur le même rectangle de l’ex-libris. À la première page du texte (épître à P. Volz), en haut, un autre nom manuscrit : Byrkhe49. Quelques notes marginales. Vers la fin, elles sont assez clairsemées.

4310) Exomologesis, Bâle, Froben, 1526 (Res. 3755). Ouvrage non décrit dans BB. Édition signalée dans Vander Haeghen, I, 104.

44Sous la même reliure, affectés de la même cote (Res. 3755), sont réunis quatre ouvrages de théologie pratique ou de théorie de la pratique religieuse, datant de la même époque, et qui seront comptabilisés à leur rang alphabétique. Il s’agit de :

  1. Modus orandi Deum (Bâle, Froben, octobre 1524), 90 p. n. ch., sign. alr°-f6v° ;
  2. De libero arbitrio diatribe sive collatio... (Bâle, Froben, septembre 1524), 48 ff., sign. al r°-f8 v° ;
  3. De immensa Dei misericordia. Concio (Anvers, Mich. Hoochstraten, 1524). En fait cette œuvre est suivie d’une seconde, annoncée sur la page de titre : Virginis et martyris comparatio ;
  4. Exomologesis sive modus confitendi... cum aliis lectu dignis (Bâle, Froben, 1524.) Les cinq textes annoncés au début de l’ouvrage sont les suivants : 1) Exomologesis-, — 2) Paraphrasis in tertium psalmum, Domine quid multiplicasti... ; — 3) Duo diplomata Papae Adriani sexti cum responsionibus ; — 4) Epistola de morte ; — 5) Apologia ad Stunicae conclusiones.
  • 50 Pour aider à l’identification de ce propriétaire anglais du XVIIIe siècle, on pourrait consulter l (...)

45Ainsi tous ces textes in-8° importants de l’année cruciale 1524, à partir de laquelle Érasme doit se défendre sur deux fronts, — celui de Luther et de ses partisans, celui des théologiens conservateurs d’Espagne, de Paris et de Louvain, — sont reliés ensemble sous une reliure en veau marbré datant du XVIIIe siècle50 : dos à 5 nerfs, filets dorés. Sur le plat supérieur, au centre, des armoiries dorées anglaises du XVIIIe siècle : une licorne et un tigre (ou un félin de son espèce) soutiennent l’écu ou figure un lion ; une inscription : quo fata vocant. Une longue fiche moderne de 3 pages donne des explications (en anglais) sur Zũniga / Stunica, et renvoie à Allen, IV, p. 628.

  • 51 Annales Typographicae.
  • 52 Édition qui n’est pas citée par Vander Haeghen.
  • 53 L’ouvrage est passé à la vente de l’Hôtel Drouot du 6 mars 1970 (catalogue de vente de la biblioth (...)

46Sur la page de garde du volume, références au crayon ; au verso, plusieurs textes, avec une dominante en anglais (même écriture). On peut lire « all Ed.pr. » (c’est-à-dire « toutes ces éditions sont princeps). Une nouvelle précision, à propos des Conclusiones : « not in Maittaire51 » et « unknown to Maittaire ; that he mentions is Paris 153952 » Plusieurs marginalia manuscrits, nombreuses phrases soulignées ; mots rognés par la reliure ou le massicotage, ex-libris à demi effacés. Un long texte, difficile à déchiffrer dans son intégralité, sur une page (d3 r°) du Modus orandi Deum (« This ā [= and] entire... argumēt... but a blinde... »). Sur la page de garde finale, une date et une écriture ressemblant à celle du début : Dec. 14th 1792. Une fiche signalétique insérée dans le volume résume quelques caractéristiques de ces quatre pièces. Elle précise que la 3e pièce — le De immensa Dei misericordia — qui est la seule dont la provenance n’est pas la firme bâloise de Jean Froben, mais celle de Hoochstraten d’Anvers, ne porte pas (et pour cause !) la marque des initiales J.F. que l’on trouve dans les encadrements des autres pages de titre53.

4711) Hyperaspistes, Bâle, Froben, juillet 1526 (Res. 3752). Ouvrage non décrit dans BB, mais l’édition est signalée dans Vander Haeghen, I, 110.

  • 54 Sur le monastère des deux saints (saint Ulrich, évêque d’Augsbourg au Xe siècle, et sainte Afra), (...)
  • 55 Augusta Vindelicorum.

48Sur la page de titre, un ex-libris : Monasterii ss. Udalrici et Afrae54 Augti. [Augusti]. Et un cachet, celui de la Königl. Kreisbibliothek Augsbourg55.

HYPERASPI // STES DIATRIBAE ADVERS VS / Servurn Arbitrium Martini Lu- // theri, per D. Erasmum / Roterodamum // Marque du caducée // BASILEAE apud Io. Frob. / An. M.D.XXVI. // Cum gratia & privilegio Caesareo.

49Une main a écrit entre les lettres du titre, sur la première ligne vidimuS soit : HvYiPdEiRmAuS...

50Couverture moderne. Indication du prix $ 430 et sfr. 1850.

51Peu de notes manuscrites, des mots soulignés, ou des mots grecs du texte traduits en latin, comme en el r° scrutator cordium, devant ϰαρδιoγνώατα. En el v°, phrase soulignée, et en marge : « Erasmus non adhaeret Luth. ». En e3 v° une autre remarque personnelle sur Érasme. Il semble que le livre ait été lu très attentivement. En haut de b4 r° : « haud Erasmi ficta ». En b5 r°, devant θεoδίδαϰτoς la même main a écrit : « a deo doctus ». Apparemment, tout au long de sa lecture, le scripteur veut défendre Érasme contre son accusation d’être luthérien (ou un crypto-luthérien).

5212) De immensa misericordia,..., Anvers, Michael Hoochstraten, 1524 (Res. 3755). Voir no 10, avec lequel cette œuvre constitue une même unité bibliophilique. Ouvrage non décrit dans BB. Vander Haeghen, I, 72.

DE IM- // MENS A DEI MISE- // RICORDIA, DES. // ERASMI ROT. // CONCIO. // VIRGINIS ET MARTY- // ris comparatio, per eundem. // NVNC PRIMVM // et condita et aedita. Lettre dédicace à l’évêque de Bâle, Christophe de Stadion, et datée des calendes d’août 1524. (a2 v°-f2 r°). À F2 v°, dédicace au directeur du Collège des Maccabées : ERASMVS // ROT. INTEGERRIMO DOCTIS- // SIM, q3 patri HELIAE MARCAEO // Machabaetano, honoratissimi Machabaeorū // Collegii Moderatori S.D. (Même date).

  • 56 Voir plus haut, p. [10].

53La reliure et les plats ont déjà été décrits56. Peu de notes marginales ; quelques « mains » dans les marges de l’un ou de l’autre des textes pour indiquer des termes importants (en E7 r°, sacrificium, misericordia).

5413) In Evangelium Lucae paraphrasis, Paris, P. Regnault, 1540 (Res. 3753). Ouvrage non décrit dans BB, et non signalé par Vander Haeghen.

  • 57 Sur la famille des imprimeurs Regnault, voir A. Parent, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècl (...)

55IN EVAN // GELIVM LVCAE PARA- / PHRASIS, DES. ERASMI // ROTERODAMI. (Au-dessous, marque à l’éléphant et à l’arbre .Au-dessous) : PARISIIS, / Ex officina Petri Regnault57 sub scuto / Coloniensi in vico Iacobaeo. / 1540 //

56L’œuvre, comme on sait, est dédiée au Roi d’Angleterre (« Invictissimo Angliae Régi... »). — Car. rom., sign. Aal — Zz8, et AA — DD4, 211 ff. ch.

57La reliure est en maroquin marron, dos à 5 fers, filets dorés sur les plats ; sur le plat supérieur, décoration centrale d’une fleur de lys dorée ; à l’intérieur, un ex-libris manuscrit peu lisible. Pas de notes.

5814) In Novum Testamentum, Bâle, Froben, mars 1519 (Res. 7878). Ouvrage non décrit dans BB. Voir Vander Haeghen, II, 57.

59Il s’agit du texte de la seconde édition de la traduction du Nouveau Testament (dont le titre a abandonné l’insolite Instrumentum de 1516 pour le traditionnel Testamentum), avec ses annotations :

DES. ERASMI RO/TERODAMI IN NOVVM TESTAMENTVM / ab eodem denuo recognitum Annotationes, / ingenti nuper accessione per auto- / rem locupletatae. / Marque de Eroben. Bel encadrement à l’italienne avec représentations des vertus (justitia, temperantia, fortitudo, caritas, veritas...) et des vices (ignorantia, avaritia...). 580 p. num.

  • 58 Appartient peut-être à la famille de Sir John Singleton Copley (1772-1863), lord chancellor, « hig (...)
  • 59 Voir Cottineau, t. 1er, col. 1046, abbaye de Emsey, ou Embesey ou Estby, ancien monastère augustin (...)

60Couverture en veau brun foncé, estampé à froid, sur ais de bois, ornementation géométrique et florale. Le plat inférieur a conservé l’extrémité des fermoirs originals. Dos à 6 nerfs, dont 4 volumineux. Tranches rouges. Sur la dernière page de cet in-folio, l’adresse : BASILEAE APVD IOANNEM / FROBENIVM, MENSE / MARTIO. M.DXIX, avec la marque du caducée. — Sur la face interne du plat supérieur, est collée une vignette, représentant un blason (écu surmonté par une couronne), celui de Sir Joseph Copley Bart58 [Baronett], Sur la couverture, écrit au crayon : Eemsbey monaster59. Quelques chiffres portés sur la face interne du plat sup. Quelques phrases, quelques noms soulignés, quelques taches. Pratiquement pas d’annotations marginales, en dehors de chifres (main « moderne ») indiquant la numérotation des versets des Évangiles. Plusieurs lignes écrites absolument effacées.

6115) Institutio principis christiani, Bâle, Eroben, mai 1516 (Res. 3754). Voir E1253, p. 844. Voir aussi p. 847-850, l’article de Vincent pour l’arrière-fond historique et le problème de l’édition princeps. Voir aussi E 1254. Vander Haeghen, I, 111.

62Il semble bien que cet exemplaire fasse partie de cette édition (voir lettre de Eroben : « priorem editionem... »). BB signale un exemplaire à Brême, et un autre à Stuttgart. Une note au crayon a ajouté : Chantilly (Musée Condé), exemplaire de René de Savoie.

  • 60 Gladwyn Maurice Revell Turbutt (né en 1883), qui a édité Shakespeare (The Turbutt Shakespeare, Oxf (...)

63Reliure contemporaine en veau brun, filets divisés en 4 compartiments rectangulaires, dos à 4 nerfs dorés (note du libraire Pierre Bérès, Paris). Un cachet de John Roland Abbey, au milieu du verso du plat supérieur. Sur la première page de garde, une date : March 28th 1841. Plus bas, de la même écriture : Gladwyn Turbutt60, Ogston Hall.

  • 61 Signature à larges paraphes, non identifiée.

64La page de titre est couverte de notes et d’ex-libris difficilement déchiffrables. Un nom émerge : Nicolas Aythell61. Le plat inférieur est défectueux. Quelques notes en grec.

6516) De libero arbitrio, Bâle, sept. 1524 (Res. 3755). Ouvrage non décrit dans BB. Voir Vander Haeghen, I, 20. Voir no 10, avec lequel cette œuvre constitue une même unité bibliophilique.

DE LIBERO ARBITRIO ΔIATPI // BH, sive Collatio, Desiderii ERASMI Roterod. // Primurn legito, deinde indicato. // Marque de Eroben // Basileae, apud Ioannem Frobenium, Anno / M.D.XXIIII. Mense Septembri.

66Pour la description du volume, voir no 10. Assez peu de notes marginales.

6717) Modus orandi Deum, Bâle, Froben, oct. 1524 (Res. 3755). Ouvrage non décrit dans BB. Voir Vander Haeghen, I, 120. Voir no 10, avec lequel cette œuvre constitue une même unité bibliophilique.

MODVS // ORANDI DEVM PER // Des. Erasmum Roterodamum. // Opus nunc primum et natum et excussum typis. // Marque de Froben // Basileae apud Ioannem Frobenium. Anno M.D. // XXIIII. Mense Octobri. //

68Près du caducée, à droite, une inscription à l’encre noire, où l’on pourrait découvrir ( ?) : E J.im U.te.n.

69Le début du texte (a2 r°) commence par une dédicace à Laski, « clarissimus Poloniae Baronus ». Pas de notes manuscrites.

7018) Moriae Encomium, Bâle, Ch. Patin, 1676 (Res. 3756). Voir E 884, pp. 887-890. Vander Haeghen, I, 125.

  • 62 Voir Betty Radice, « Holbcin’s marginal illustrations to the Praise of Folly », in Erasmus in Engl (...)

71Il s’agit de la célèbre édition de Charles Patin, qui comprend les vignettes de Hans Holbein62, d’après l’exemplaire de Myconius de l’édition Froben de 1515. C’est sur cette édition que par la suite, un grand nombre d’éditions de l’Éloge, s’appuieront pour reproduire à leur tour les illustrations.

  • 63 Voir n. 50 pour la bibliographie des ouvrages d’héraldique en Grande-Bretagne.
  • 64 Plusieurs personnes (voir Suppléments du D.N.B. et « Who’s who ») portent le même patronyme et le (...)

72L’exemplaire vient d’Angleterre, comme en témoignent l’écusson et le monogramme, avec le nom du propriétaire (ex-libris collé sur la feuille de garde), écusson soutenu par deux lièvres de taille disproportionnée. On lit : CHĀS. INO SHOPPEE63. Au verso, à l’encre, un autre nom apparaît : John Burns64, mai 1918.

73L’intérêt de cet exemplaire, c’est que certaines des vignettes de Holbein sont simplement collées sur la page (quelques-unes fortement décollées), les autres portent la trace du cadre qui avait été préparé à leur intention et pour leur disposition dans le livre. Certaines font partie intégrante de la page imprimée gravées dans le volume (figurant à côté des lignes du texte), quand elles n’occupent pas à elles seules toute une page.

  • 65 Voir n. 59 et n. 50.

74La reliure est absolument contemporaine, portant la date de 1676 dans l’un des compartiments du dos (à 5 nerfs). Au plat supérieur, filets et fers dorés, ornementation. Au centre, une belle figuration symbolique : une main gantée tient ferme l’ancre de l’espérance (le mot SPE figure dans la partie inférieure, sous un triangle occupé par un lion, lequel triangle est surmonté d’un heaume)65. Au plat inférieur, pas d’ornement central, mais filets et fers dorés. C’est une belle reliure simple du XVIIe siècle. Quelques signes au crayon sur la première feuille de garde. À l’intérieur de la reliure d’époque, « habillage » jaspé plus moderne. Pas de notes marginales.

7519) Moriae Encomium, Bâle, G. G. Becker, 1780 (Rés. 3757). Voir E 918, p. 906-907, qui signale douze localisations de cette édition. Vander Haeghen, I, 127.

76Reliure quelconque du XVIIIe ou plutôt du XIXe siècle, en veau brun, avec quelques fantaisies ; pas de fers, mais imitation ; dos à cinq compartiments. Conservées, à l’intérieur, des « réclames » de Paul Masgane, libraire-éditeur, et une date, 1840. — Peu de notes.

7720) Paraphrasis in Evangelium, Matthaei, Bâle, Froben, mai 1522 (Rés. 3758). Ouvrage non décrit dans BB. Voir Vander Haeghen, I, 150. Voir aussi la note descriptive en anglais (tirée sans doute du Catalogue de vente britannique ou américain). Ouvrage in-fol. de 204 ff. Avec un magnifique encadrement de la page de titre, eau-forte de Hans Holbein le Jeune (la « taille du métal » revenant à J.F. = Jacob Faber). De nombreuses lettrines historiées de grand format, et la marque de l’imprimeur au verso de la dernière feuille. La reliure est contemporaine, demi-reliure en veau estampé à froid, découvrant les ais de bois ; fermoirs conservés, lanières manquantes ; le dos a été restauré.

  • 66 II s’agit de l’une des éditions in-folio des Opera omnia (ou omnes lucubrationes) de saint Jérôme, (...)
  • 67 Non identifié.
  • 68 Plusieurs Rester (ou Kessler), dans Jöcher, A.D.B. ou N.D.B., mais le Oeorg-Henri Kessler d’Ulm n’ (...)

78Sur la page de garde, un long texte à l’encre noire et rouge, dont le déchiffrement s’est avéré impossible. Au v°, à la main : Erasmus tomi 4 operum Divi hieronymi ad Algasiam66 fol. 79, puis cette définition de la paraphrase : paraphrasis est liberior translatio, tum quaedam mutantes aut etiam addentes, copiosius ac dilucidius explicamus quod ah aliis dictum est. (Écriture ancienne, qui utilise les signes tironiens et les abréviations courantes à la Renaissance). Sur la deuxième page de garde, trois lignes d’une autre écriture, illisible, puis une quatrième, qui est calligraphiée. On lit : Jure hereditario paterno/a b.Dn.Unseldiis67 ex Lïbris / Georg. Henr. Kessleri68 Ulm. A 695.

  • 69 Ou mundus domus Bealzebut.

79Plusieurs marginalia anciens à l’encre rouge, dans l’Exhortatio et ailleurs, comme en m5 v° : Mūd9 dom9 Bealzebut69. La plupart sont des notae qui reprennent le texte, toutes à l’encre rouge (devenue brune). Au f. hl r°, une note : via arcta, s’opposant à via spaciosa (g8 v°), soulignée pour l’effet de contraste. À g5 r°, à côté de la note marginale imprimée Quaerite ergo primum regnum dei, la main a ajouté : hoc est doctrinam evangelicam. Le texte semble avoir été suivi de très près, compte tenu du nombre et de l’homogénéiété des notes.

80Le prix du volume est indiqué en dollars et en francs suisses : | 198 et 850 F.S.

8121) Precationes, Leyde, Joan. Maire, 1641, in-16° (Res. 3759). Ouvrage non décrit dans BB. Vander Haeghen, I, 160.

PRECATIONES / Quibus homines assuescant / Cum Deo loqui. / Item PRECATIO DOMINICA, / Digesta in septem partes juxta septem dies, eodem Auctore. / Marque du libraire. LVGDVNI BATAVORVM / Ex officina IOANNIS MAIRE / ANNO CIO I OC XLI/.

82Ce volume de petit format est relié en maroquin rouge, filets dorés, intérieur jaspé, dorure sur les trois tranches. Sur le plat supérieur, une vignette collée à la face interne : EX MUSAEO Doct. D. BERNARD, avec la devise : VOLUPTAS IN ADVERSIS PERFUGIVM IN SECUNDIS.

83À la suite des 136 pages chiffrées, nombreuses pages blanches inutilisées. Aucune inscription marginale ; pas d’autres ex-libris. Sur les pages de garde, quelques notations récentes au crayon (dont les deux chiffres 250 et 196). En haut, à l’encre, une indication (de prix) ancienne : 7 ee

84L’ouvrage est dédié par Érasme au fils de Joan. Paungartner, David. À la p. 93, la Precatio Dominica est dédiée à Jodocus (sive Justus) Ludovicus Wissenburgensis, secrétaire et « orateur » du roi de Pologne.

85Sur la page de garde finale, une note illisible à l’encre.

8622) Querela pacis, Bâle, Froben, décembre 1517, in-4° (Res. 3760). Voir E 1290, p. 971 sq. Vander Haeghen, I, 166.

  • 70 Voir à ce sujet l’introduction d’O. Herding dans son édition critique de la Querela Pacis, Opera o (...)

87Comme on le voit d’après BB, ce volume de 642 p. (et une page n. ch.) ne comprend pas seulement le texte de la Querela pacis, qui n’en occupe, pour son compte que cinquante70.

  • 71 C’est le no 155 du Catalogue de vente de sa bibliothèque (voir n. 43).
  • 72 Le Jöcher-Lexicon et le D.N.B. fournissent de nombreuses notices relatives à des Fabritius (ou Fab (...)

88Cet exemplaire a appartenu lui aussi à Abel Lefranc71 (voir no 7). Peau de truie estampée à froid sur ais de bois avec décor de bandes à motif floral dans une bordure d’encadrement à personnages et animaux (l’un de ces encadrements est dû à Hans Holbein), grandes initiales historiées sur bois. Dos à nerfs, fermoirs de cuivre conservés ; reliure d’époque. C’est un exemplaire de la deuxième et très rare édition (B B localise trois exemplaires). Ex-libris, manuscrits anciens et modernes sur la page de titre et la première feuille de garde. Annotations marginales contemporaines. Une Vie de Lucien de Samosate manuscrite sur la page blanche (71), d’une écriture humanistique du XVIe siècle. Quelques trous de vers aux premier et derniers ff. Sur la page de garde, un nom barré : Ad Iacobum Fabritiū72 spec / Anno 1539. En dessous : BERNARDVS.

89Suivent ces textes : Castitas periclitare in delitiis, humilitas in divitiis, pietas in negotiis, veritas in multiloquio, charitas in hoc neque scribo...

VIRGINITAS QVID

90Virginitas est soror Angelorum, castitas... spernens mundi libidinem, etc., le tout se terminant par... diabolismi.

  • 73 Non identifié.
  • 74 Trop fragmentaire et transcription trop incertaine pour que cette devise soit rapprochée de devise (...)

91Au-dessous : Joannes Foedmiger73 me possidet/anno 1543. Suivi d’un aphorisme ou d’une devise, où l’on peut lire : Fama nives aq... eundo [ ?]74.

  • 75 Plusieurs Schlosser dans les biographies allemandes classiques des hommes illustres, mais pas de J (...)

92Autre ex-libris : M. Joh. Georgii Schlosseri75 Bas.

93G.B.P. Symb., et la devise : Medium tenuere beati.

  • 76 Non identifié.

94Ex-libris : Ludovici J. Chenot76, Genève, 1873.

  • 77 Voir n. 71.

95Ex-libris : Abel Lefranc77, Paris, 1905.

  • 78 C’est un nouvel ouvrage de la bibliothèque d’Abel Lefranc qui soit passé directement dans celle de (...)

96Sum Ludovic. Wilkinson78, Paris, 1954.

9723) Ratio verae theologiae, Bâle, Froben, juin 1522 (Res. 3761). Voir E 1135, p. 1034, et le long commentaire consacré à cet important ouvrage de théologie, Ratio seu vera Methodus theologiae. Vander Haeghen, I, 163.

98La reliure jaspée est moderne, n’offrant aucun intérêt particulier. L’ouvrage contient une correspondance et la facture du libraire, E. P. Goldschmidt and Company, 139A New Bond Street, London W. 1 (lettre-réponse du 13 mai 1969 à une lettre de R.M. du 7 mai, référence au catalogue 141 ; facture de $ 275.00).

99Inscriptions manuscrites sur la page de titre, notes avoisinant la dédicace d’Érasme à « Albertus Archiepiscopus Moguntiensis... princeps elector ». En marge, une main a écrit : Laus Erasmi, une note sur le mot Europa. Pas d’autres annotations manuscrites. Quelques taches.

10024) Spongia adversus aspersiones Hutten, Bâle, Froben, sept. 1523 (Res. 3762). Vander Haeghen, I, 177.

101C’est le second « Érasme » de la collection Marcel qui a appartenu à Jean Grolier, mais qui cette fois est revêtu de sa reliure originale, en tout cas de celle que Grolier a fait exécuter à son intention par Étienne Roffet (voir plus haut, p. 15 et n. 6). À la dernière page se trouve la mention habituelle : Io. Grolierij Lugdunen et amicorum (entre le mot FINIS et l’adresse : BASILEAE PER IO. FROBENIVM, AN. M.D. XXIII).

  • 79 Voir n. 6, notamment la référence à l’article de J. Guignard.

102Cette reliure de Roffet79, en veau brun extrêmement foncé (tirant sur le noir) est richement ornée : aux plats supérieur et inférieur filets dorés (les dorures du plat inférieur étant les mieux conservées) ; entre les filets, une large bordure estampée au dessin représentant des feuilles. Un espace a été aménagé dans la reliure pour le titre, en lettres dorées. Dos à 7 nerfs. Reliure complétée par une feuille de vélin et les pages de garde en papier.

  • 80 Même Jacques Guignard, dans son article « Humanistes tourangeaux », dans Humanisme et Renaissance,(...)
  • 81 « sub hastatis », mot à mot « sous les porteurs de lances » (ou sous la protection des lanciers) — (...)

103Le Roux de Lincy ne connaissait pas ce volume de Grolier, mais il figure dans le catalogue dressé par G. Austin sous le no 137-1. Grolier semble avoir acquis ce livre, qui exprime, si l’on peut dire, le « dernier mot » d’Érasme dans sa querelle avec Ulrich de Hutten (qui venait de mourir), peu de temps après sa publication, quand il était déjà rare. Sur le titre et sur la première page du texte, une autre main, « gothique », du XVIe siècle, d’un propriétaire français, qui a ajouté également son nom sur la dernière page. On a pu déchiffrer ce nom et l’identifier : N. Barguyn (ou Nicolas Barguyn), bibliophile tourangeau (dont on ne sait pas grand’ chose par ailleurs)80. Cet ex-libris est suivi de deux lignes, assez difficiles à déchiffrer. On y lit cependant : Emit Nicolaus Barguyn... (vraisemblablement la somme correspondant au prix d’achat) sub hastatis81.

  • 82 Formule ou devise à rapprocher de la précédente : son « propriétaire » affirme son militantisme (m (...)

104Sur la page de titre, encadrant le caducée de la marque frobénienne, une inscription latine, apparemment de la même main : Cunctis diebus milita82. Plus bas, le nom NBarguynii a été barré.

  • 83 Une indication au début du livre indique que celui-ci a été acheté par R. Marcel au libraire new-y (...)

105Quelques notes marginales (assez peu nombreuses) qui semblent être le fait de ce propriétaire, mais non de Grolier (dont la présence manuscrite, en dehors de son ex-libris, a disparu de ce livre). Par exemple, b5 v° : quid orationem deceat sermocinatio83.

***

106Au terme de cette flânerie organisée dans le sous-sol de la Bibliothèque Municipale de Tours et orientée vers un secteur bien déterminé du propre trésor bibliophilique de feu Mgr Marcel, je ne voudrais formuler qu’un souhait : que les spécialistes d’Érasme et de la Renaissance viennent nombreux sur les bords de la Loire pour examiner chacun de ces ouvrages. Je suis sûr qu’à partir des notes bien insuffisamment exploitées que j’ai livrées ici, mais surtout avec le contact direct, et si je puis dire, charnel, de ces vieux livres et de ces écritures anciennes, complété par quelques visites dans des dépôts d’archives, tel érudit trouvera de nouvelles motivations à son enthousiasme historique et critique.

107Tours.

Notes

1 « Le fonds Marcel de la Bibliothèque municipale de Tours, ou le mécénat d’un collectionneur humaniste du XXe siècle » dans Boek, bibliotheek en geesteswetenschappen, p. 221-237, Hilversum, 1986.

2 On relèvera, sauf erreur de notre part : « Les ‘découvertes’ d’Érasme en Angleterre », dans les Mélanges Renaudet, B.H.R., XVI, p. 117-123, 1952. — « Les dettes d’Érasme envers l’Italie », dans les Actes du Congrès Érasme de Rotterdam, p. 159-173, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1971. — « L’Enchiridion militis christiani, sa genèse, sa doctrine, son succès et ses vicissitudes », dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. 2, p. 613-646, Paris, Vrin / Toronto, Univ. Press, 1972.

3 Bibliotheca Erasmiana, Listes sommaires, Gand, 1893. Puis, par le même érudit : Bibliotheca Erasmiana : extrait de la Bibliotheca Belgica, 1897-1914.

4 Sous l’impulsion de M.-T. Lenger.

5 On sera bien avisé de consulter également quelques bibliographies récentes et volontairement limitées à un secteur géographique : celle d’Irmgard Bezzel sur les erasmiana contenus dans les bibliothèques bavaroises (Erasmusdrucke des 16. Jahrhunderts in Bayerischen Bibliotheken, Stuttgart, 1979) ou celles de Paul et Marcella Grendler sur les erasmiana contenus dans quelques bibliothèques publiques d’Italie : « The survival of Erasmus in Italy », dans Erasmus in English, t. 8, p. 2-22, 1976, et « The Erasmus’ holding of Roman and Vatican libraries », ibid., t. 13, p. 2-29, 1984.

6 Sur la bibliothèque de Jean Grolier, on consultera : Shipman, Researches concerning Jean Grolier, New York, 1907. — Gabriel Austin, The Library of Jean Grolier, A preliminary Catalogue, avec une étude introductive de Colin Eisler, Jean Grolier and the Renaissance, New York, The Grolier Club, 1971. — Sur les reliures de Grolier, voir entre autres : plusieurs études d’Ilse Schunke dans le Gutenberg Jahrbuch (1950, p. 381-388 ; 1953, p. 164-171 ; 1963, p. 288-295) et dans Humanisme et Renaissance (1959, p. 595-605) ; Jacques Guignard, « Premières reliures parisiennes à décor doré : de l’atelier du Maître d’Estienne ou de Simon Vostre à Pierre Roffet », in Humanisme actif, Mélanges offerts à Julien Cain, t. 2, p. 229-240, Paris, Hermann, 1968 ; — le catalogue de l’Exposition du British Museum préparé par H. M. Nixon en 1965, Bookbindings from the Library of Jean Grolier, ainsi que le volume de Mirjam M. Foot, A Collection of Bookbindings (Vol. I, « Studies in the history of bookbinding »), p. 134-137, 143, 160-167, 174-191, The British Library, 1978 (les relieurs les plus fameux qui ont travaillé pour Grolier étant Claude de Picques et Thomas Mahieu). — Voir également : Paul Needham, Twelve centuries of bookbindings 400-1600, The Pierpont Morgan Library, p. 139-150, pl. 41, 42, 43, et passim, Oxford University Press, New York/London, 1979.

7 À propos d’un livre de Jean Grolier, Bulletin du Bibliophile, p. 5-41, Paris, Techener, 1894.

8 Recherches sur Jean Grolier, sur sa vie et sur sa bibliothèque, suivies d’un catalogue des livres qui lui ont appartenu, in-8° de xlix-491 p., Paris, L. Potier, 1866.

9 Qui est en fait une monnaie.

10 Le texte manuscrit a nomismate ; de même, cuius, etc.

11 Notons que la reliure de l’ouvrage (qui n’est pas une reliure de Grolier) a fait disparaître les premiers millimètres de la marge, et que nous sommes obligés de conjecturer (sans la moindre hésitation) les premières lettres des quatre premières lignes.

12 Le Roux de Lincy et Grouchy notent, en dehors des Adages de 1508, comme appartenant (alors) au Marquis de Grollier : un Glareanus, De geographia liber unus, Fribourg-en-Brisgau, 1533 (no 128), et un Trithème, Polygraphie et universelle escriture. Cabalistique, Paris, Kerver, 1561 (no 313).

13 Jean Louis Antoine Coste, dont la vente de la bibliothèque a eu lieu à Paris le 17 avril 1864, et dont l’ Érasme (qui portait le numéro 1062 du catalogue de vente) était coté 400 francs.

14 Nicolas Yéméniz, dont la vente de la bibliothèque a eu lieu à Paris le 9 mai 1867 (reprint du catalogue privé dressé à Lyon en 1865-1866) : l’Érasme (no 2030) a coté cette fois 700 francs.

15 Le « prince des bibliophiles », qui était aussi Trésorier de France, — charge dont il hérita à la mort de son père en 1509, — et qui résida à ce titre dans le Milanais, occupé par les troupes françaises, jusqu’à la victoire de Marignan en 1515, n’entra en relation personnelle avec le « prince des humanistes » qu’à une date relativement tardive. Une lettre d’Érasme à Grolier, datée de Louvain, le 24 avril 1518 (Allen, III, ep. 831) lui exprime son désir de le mieux connaître : « Ce n’est pas toi, lui écrit-il, qui dois quelque chose aux livres, mais ce sont les livres qui ont une dette envers toi, puisque, grâce à toi, ils sont destinés à jouir d’un souvenir éternel auprès de la postérité... O heureuse France que tu ennoblis de tant de manières !... ». Et il lui.demande de bien vouloir l’inscrire au nombre de ses protégés, le couvrant encore de multiples épithètes flatteusse (trad. A. Gerlo et alii, dans La Correspondance d’Érasme, t. 3, p. 324-325, Bruxelles, 1975). On ne connaît pas la réponse de Grolier à Érasme.

16 On essaiera toutefois de nuancer ce jugement, qui pourrait paraître sévère, en faisant remarquer avec quelle attention le Trésorier de France a lu, la plume à la main, l’ouvrage d’Érasme : il note par exemple, de sa belle écriture humanistique, au bas de 114r° (il s’agit toujours de l’adage Festina lente) une phrase qu’il n’a pas empruntée au texte qu’il a sous les yeux, mais qui résume bien toutes les variations possibles sur le thème de l’adage : Diu apparandum est bellum, ut vincas celerius. À propos de l’adage concernant le rire sardonique (f. 110r°, ad. 983), il note une erreur de pagination ou de numérotation. À propos de l’adage Cicernus Bacchus (f. 161r°, ad. 1548), il réagit à deux allusions sexuelles ou représentations obscènes, en faisant preuve à la fois d’une connaissance des choses de l’antiquité sous ses aspects les plus incongrus, et d’une réaction « morale ». Si une partie du gros volume est vierge de ses notations, il reprend au fol. 235 ses bonnes habitudes de lecteur zélé.

17 Voir à cet égard, outre les références de la note 6, les publications du « Grolier Club » de New York. Le Catalogue de la bibliothèque de Grolier, dressé par Gabriel Austin, donne 561 titres, au lieu des 349 du Catalogue de Le Roux de Lincy. Dans la liste des collectionneurs privés, dressée par le même auteur (p. 83-128), l’Abbé Raymond Marcel figure à deux reprises : pour les Adages de Grolier (no 169) de la nouvelle numérotation, et pour une autre œuvre d’Érasme, la Spongia adversus aspergines Hutteni, Bâle, Froben, 1523 (no 187.1 du catalogue Austin), dont nous reparlerons. — Grolier avait réuni environ 3.000 volumes dans sa bibliothèque.

18 Manlio Dazzi, Aldo Manuzio e il dialogo veneziano di Erasmo, Vicenza, 1969. — Martin Lowry, The world of Aldus Manutius : Business and scholarship in Renaissance Venice, Oxford, 1979.

19 Elle doit dater d’après 1840, c’est-à-dire de son association avec le doreur allemand Trautz, car elle comporte ces filets gras et maigres, dont les deux associés lancèrent la mode à cette époque.

20 Pierre-André Pidoux de Maduère, auteur de chroniques et de notes scientifiques tirées de documents franc-comtois, et surtout auteur d’une Bibliographie historique des Œuvres de Gilbert Cousin, Besançon, 1912.

21 Je ne suis pas arrivé à identifier ce propriétaire, mais de nombreuses familles portent ce patronyme à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

22 Peut-être Émile Lafuma-Giraud, éditeur du Sepher-ha-Zohar, Paris, Leroux, 1906-1911.

23 Les Peyerimhoff (ou Peyer Im Hoff) de Fontenelle sont une vieille famille alsacienne, qui se distingua notamment dans la vie industrielle de la France au XIXe siècle (Henri de) ou dans l’étude des coléoptères du Sahara ou de la région du Sinaï (Paul de). Le propriétaire du livre, qui appartient à cette famille, n’a pas été autrement identifié (voir les « Who’s who » dans ses diverses éditions du XXe siècle).

24 De risu Paschali Oecolampadii ad V. Capitonem theologum epistola apologetica.

25 Studioso, studiosissimo, studiis ( ?)

26 Sans doute : amicitiae caussa (ou causa).

27 J. G. Theodor Grasse, Dresden, 1861 (et éditions suivantes).

28 Notamment le Lexicon von Deutschland par Eugen Huhn (Berlin, 1847), le Geograph. Lexicon des Deutschen Reiches (Leipzig, 1883) de Neumann. Voir aussi le volume de Merian consacré à la Topographia Bohemiae, Moraviae et Silesiae (Francfort, 1650), art. Glaugauisch Füerstenthumb, p. 142 sq., et le Westermann Lexicon der Géographie, II, 1973.

29 Plusieurs localités de Prusse, de Bavière, du Wurtemberg s’appellent Diebau (ou Diebach). Dans le Lexicon de Neumann, on trouve une localité Dieban (qui correspondrait davantage, phonétiquement, au latin Dibenam), province de Silésie, non loin de Breslau. Il y a aussi Débenz en Prusse Occidentale, et Debehnle dans la province de Posnan.

30 II y a aussi un Würschnitz en Saxe et un Würschnow en Poméranie, mais surtout un Würschwitz dans le « cercle » de Liegnitz — qui correspondrait au Wurcenā de notre texte —, ou encore Würchenhaus (dans le même « cercle »). Le Neumann cite encore un Würschen en Bohème, mais il ne peut s’agir de la localité d’où Decker est originaire, et Würchland, dans le « cercle » de Glogau.

31 Dans Merian, op. cit., p. 156, indication de Mislowitz, p. 173, de Mieslowitz, et p. 167, de Mischlau. Le nom de la localité qui se rapprocherait le plus de notre Misnicus serait peut-être Mischline (province de Silésie), qui est indiqué dans le Lexicon de Neumann.

32 Gelehrter-Lexicon, en 6 volumes, éd. de Leipzig, de 1790-1819.

33 Neue Deutsche Biographie.

34 Les textes d’Érasme publiés dans cette édition frobénienne de 1518 sont les suivants : a) Enchiridion, p. 1-147, y compris la lettre-préface à Paul Volz ; — b) Disputatio de tedio et pavore Christi, p. 148-213 ; — c) Ioannes Coletus Erasmo Theologo facundissimo S.P.D., p. 214-217 ; — d) Expositio Basilei in Esaiam, p. 218-230 ; — e) Erasmus Roterodamus Adolpho principi Veriensi - Oratio de virtute amplectenda, p. 231-245 ; — f) Precatio ad Virginis filium Jesum, p. 245-257 ; — g) Paean Virginis, p. 257-271 ; — h) Obsecratio ad virginem Matrem Mariam in rebus adversis, p. 271-284 ; —i) Concio de puero Jésus, p. 284-305 ; — k) Erasmus Rot. Beato Rhenano, M.D.XV.Idibus Aprilis - Beatus Vir (Enarratio Ii psalmi), p. 305-370 ; — 1) plusieurs textes ou poèmes religieux, p. 370-392 ; — p. 393, Ioann. Probenius candido lectori, épître datée de 1518 ; — p. 397, adresse de l’imprimeur.

35 Les plats et le dos de la reliure ont été remontés au cours de la restauration. Signalons une mouillure, à l’angle supérieur de tous les feuillets, et une déchirure en marge de 3 ff.

36 La lettre à Volz, l’Enchiridion et la Disputatio de tedio étant ceux qui recueillent le plus d’annotations (qui ne se réduisent pas à des NB ou à des phrases soulignées). Par exemple, en face du Canon IX de l’Enchiridion : « Ut in bello, etiamsi hostis semper excubiae, ita animus vigilat contra improvisum omnem ictum, 1 Mise. 26 » ; — ou encore, page 89 : Nullum seculum feracius religionum fuit, sterilius pietatis ; — ou encore, page 205 (De tedio) : distinguitur inter mortem naturalem et violentam, etc.

37 L’une de ces mains fait de temps à autre référence à Bips (Juste Lipse).

38 Voir notamment Henryk Barycz, Znaczenie Uniwersytetu Krakowskiego w poczatkach rozwoju erazmianismu w Polsce (La contribution de l Université de Cracovie à la diffusion de la pensée d’Érasme en Pologne), et Leszek Hajdukiewicz, Erazm z Rotterdamu w opinii polskiej XVI-XVII w (Érasme de Rotterdam dans l’opinion publique polonaise aux XVIe et XVIIe siècles), dans Erasmiana Cracoviensia (pour le 500e anniversaire de la naissance d’Érasme), in Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Jagiellonskiego, G.G.L., p. 23-38 et p. 55-85.

39 Ornementation spéciale du D, E.R. représentant les initiales de ERASMUS ROTERODAMUS.

40 Voir Albert Collignon, Le mécénat du Cardinal Jean de Lorraine, Paris, 1910.

41 Érasme a sollicité à plusieurs reprises l’honneur et l’avantage d’être compté au nombre des protégés du cardinal. Voir Allen, Opus, où sont publiées cinq lettres d’Érasme à Jean de Lorraine : 22 mars 1525 (t. 6, ep. 559), où il sollicite son appui en faveur de Pierre Toussain, accusé d’hérésie par les chanoines de Metz ; — 29 juin 1527 (t. 7, ep. 1841), dédicace d’une traduction du Commentaire de Chrysostome sur les Galates (Bâle, Froben, 1527) ; — 30 novembre 1527 (t. 7, ep. 1911), où il dénonce les calomnies de Bédier contre Lefèvre et lui-même et déplore la politique de la Sorbonne ; — 16 juillet 1528 (t. 7, ep. 2009), où il s’inquiète de ne pas avoir reçu le cadeau promis par l’évêque de Metz pour son Chrysostome ; — septembre 1529 (t. 8, ep. 2217), où il lui recommande Egli Offenburger, fils d’Hermann Offenburger, beau-père de Glaréan. — Dès 1522 le cardinal de Lorraine avait appuyé les efforts de François Ier pour faire venir Érasme en France.

42 J’ai consulté notamment le facsimilé d’une lettre autographe à Charles-Quint (Paris, Arch. Nat., 21 Mi 88), l’original se trouvant aux Archives de Simancas (K 1484, no 123) et trois autres lettres de Jean de Lorraine au Grand Maître Anne de Montmorency (Bibl. Nat., Ms. fr. 2779 (25), 3033 (28) et 3095 (72)) : écriture et signatures restent parfaitement égales à elles-mêmes.

43 Ils font aussi l’objet d’une glose de la part du même annotateur, qui renvoie à juste titre à une expression antithétique, frons saxea, que l’on trouve en 1497 sous la plume d’Érasme, dans une lettre à Thomas Grey (Allen, t. 1er, ep. 58, 1. 65). L’expression latine ne constitue pas un adage d’Érasme.

44 Hôtel Drouot, Salle 8, 17, 18, 19 février 1954. Le livre figure, p. 29, sous le numéro 157. A. Lefranc possédait, tout au moins dans ce lot d’ouvrages, quatre erasmiana.

45 Hôtel Drouot, Vente des 23 et 24 mars 1970.

46 Ou Disputatio de tedio Christi...

47 Plusieurs personnalités répondant au nom de Lathum ou de Lathom figurent dans le Dictionary of National Biography (= D.N.B.), mais celle dont le nom se rapproche le plus de « Henricus Lathumus » est incontestablement Henry Latham, Master de Trinity Hall, Cambridge (2e moitié du 19e siècle), auteur de travaux sur le Collège et sur la religion. Un autre Henry Latham a été « vicar » de Fittlewood dans la première moitié du 19e siècle, et est l’auteur de sermons bibliques et de commentaires sur saint Paul.

48 Nous n’avons pas pu identifier cette personne, encore que le patronyme de Newsum ne soit pas absent des Biographies ou Annuaires consultés.

49 Non identifié.

50 Pour aider à l’identification de ce propriétaire anglais du XVIIIe siècle, on pourrait consulter l’un des nombreux ouvrages consacrés par les Britanniques à l’héraldique, notamment : Charles Boutell, A manual of heraldry..., Londres, etc., 1867. — A. C. Fox-Davies, The Handbook of English heraldry, Londres, 1914. Mise à jour du manuel de Boutell par C. W. Scott-Giles et J. P. Brooke-Little, Londres, 1963. — The Art of Heraldry, an encyclopaedia oj armory de A. C. Fox-Davies (édit, nouvelle, Edimburgh, 1961) est basé sur H. G. Strohl, Heraldrscher Atlas, Stuttgart, 1899. Voir aussi T. Moule, Bibliotheca heraldica Magnae Britanniae, 1822, qui contient une liste importante d’ouvrages d’héraldique du XVIIe et du XVIIIe siècle.

51 Annales Typographicae.

52 Édition qui n’est pas citée par Vander Haeghen.

53 L’ouvrage est passé à la vente de l’Hôtel Drouot du 6 mars 1970 (catalogue de vente de la bibliothèque Tudor Wilkinson, no 31), où il a été acheté par l’Abbé Marcel.

54 Sur le monastère des deux saints (saint Ulrich, évêque d’Augsbourg au Xe siècle, et sainte Afra), tous deux Augustins — SS. Udalrici et Afra Augustenses, ou Augusti, — voir Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1939, t. 1er, col. 197-200, notamment la liste de nombreux travaux portant sur les manuscrits et sur les volumes imprimés de la bibliothèque du monastère.

55 Augusta Vindelicorum.

56 Voir plus haut, p. [10].

57 Sur la famille des imprimeurs Regnault, voir A. Parent, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, passim.

58 Appartient peut-être à la famille de Sir John Singleton Copley (1772-1863), lord chancellor, « high steward » de l’Université de Cambridge, attorney général, créé en 1827 Baron Lyndhurst (voir D.N.B., t. 12, p. 182-189).

59 Voir Cottineau, t. 1er, col. 1046, abbaye de Emsey, ou Embesey ou Estby, ancien monastère augustin (fondé en 1120) : voir Dugdale, Monasticon anglicanum, history of the abbies and other monasteries..., 3 vol., Londres, 1655-1673, et Walcott, Scotimonasticon, Londres, 1874.

60 Gladwyn Maurice Revell Turbutt (né en 1883), qui a édité Shakespeare (The Turbutt Shakespeare, Oxford, Clarendon Press, 1905) est aussi l’auteur de A history of Ogston, et de A history of Shirland and Higham, Derbyshire, Ogston Estates (réédités respectivement en 1975 et en 1978).

61 Signature à larges paraphes, non identifiée.

62 Voir Betty Radice, « Holbcin’s marginal illustrations to the Praise of Folly », in Erasmus in English, Toronto, 7 (1975).

63 Voir n. 50 pour la bibliographie des ouvrages d’héraldique en Grande-Bretagne.

64 Plusieurs personnes (voir Suppléments du D.N.B. et « Who’s who ») portent le même patronyme et le même prénom.

65 Voir n. 59 et n. 50.

66 II s’agit de l’une des éditions in-folio des Opera omnia (ou omnes lucubrationes) de saint Jérôme, par Érasme (lyonnaise, parisienne ou bâloise). Voir cette lettre à Algasia dans la Patrologie de Migne, t. 22, Épist. CXX1 « Ad Algasiam de XI quaestionibus N.T., col. 1007-1038.

67 Non identifié.

68 Plusieurs Rester (ou Kessler), dans Jöcher, A.D.B. ou N.D.B., mais le Oeorg-Henri Kessler d’Ulm n’a pas été identifié.

69 Ou mundus domus Bealzebut.

70 Voir à ce sujet l’introduction d’O. Herding dans son édition critique de la Querela Pacis, Opera omnia Des .Erasmi Roterod., A.S.D., t. IV-2, p. 7 sv.,. Amsterdam, 1977. Les autres œuvres, publiées à la suite (« cum quibusdam aliis ») comprennent notamment ses traductions de Lucien, celles de Thomas More, l’Utopie de More elle-même, des poèmes de More et d’Érasme.

71 C’est le no 155 du Catalogue de vente de sa bibliothèque (voir n. 43).

72 Le Jöcher-Lexicon et le D.N.B. fournissent de nombreuses notices relatives à des Fabritius (ou Fabricius), et même à des Jacobus Fabritius, tous allemands, mais ils sont généralement d’une époque postérieure (seconde moitié du XVIe siècle, début du XVIIe).

73 Non identifié.

74 Trop fragmentaire et transcription trop incertaine pour que cette devise soit rapprochée de devises connues (comme « Minuit praesentia famam », dans le recueil de Henkel et Schöne, t. 2, p. 113) ou « Res humanae in summo declinant », p. 114, avec l’image de la neige qui fond au sommet de la montagne sous l’effet des rayons du soleil, signifiant par là que les hommes ne doivent pas rechercher l’inaccessible : pour vivre heureux, vivons cachés !). Le rapprochement de « fama » et de « nives » pourrait donner corps à cette hypothèse. À rapprocher aussi de l’aphorisme sur l’égalité finale des hommes : « Mors aequat cunctos ».

75 Plusieurs Schlosser dans les biographies allemandes classiques des hommes illustres, mais pas de Johann-Georg.

76 Non identifié.

77 Voir n. 71.

78 C’est un nouvel ouvrage de la bibliothèque d’Abel Lefranc qui soit passé directement dans celle de Wilkinson. Mais l’ex-libris est celui de Louis Wilkinson, vraisemblablement Louis Umfreville (1881-1966), auteur de très nombreuses publications. En tout cas le livre figure dans le catalogue de vente de la bibliothèque Tudor Wilkinson (Hôtel Drouot, 10 décembre 1969) : d’où il est passé dans la bibliothèque de R. Marcel.

79 Voir n. 6, notamment la référence à l’article de J. Guignard.

80 Même Jacques Guignard, dans son article « Humanistes tourangeaux », dans Humanisme et Renaissance, t. 7, p. 133-189, 1940, où il cite de nombreux ouvrages possédés par des Tourangeaux, porteurs de l’ex-libris de Grolier, comme Jean et Julien Brodereau ou René Famé (ce dernier possédait quatre livres porteurs de la signature de Grolier) ne peut rien nous apprendre sur ce Nicolas Barguyn. Dans son article (cité à la n. 6) sur les reliures parisiennes à décor doré, il reproduit et commente la reliure de cet exemplaire de la Spongia.

81 « sub hastatis », mot à mot « sous les porteurs de lances » (ou sous la protection des lanciers) — du latin « hasta », javelot (les « hastati » constituant les premières lignes de légionnaires sur les champs de bataille). Il est vraisemblable qu’il s’agisse ici d’une devise — familiale ou individuelle —, on pourrait même interpréter cette protection des armes dans le sens de cette formule d’un pacifisme actif, « Sub clypeo » (voir Henkel et Schöne, Emblemata-Handbuch..., p. 214, Stuttgart, 1967), illustrée par une figuration emblématique : une main, sortant des nuages, portant une branche de laurier, et abritée sous un bouclier (c’est la « paix armée »). Il est peu vraisemblable que l’expression désigne l’enseigne d’un libraire tourangeau (aucun document ne le confirme) ou qu’il soit fait allusion à des événements historiques, comme les troubles civils et militaires de Tours à partir des années 60 (on ignore même les dates de la vie de Barguyn au XVIe siècle).

82 Formule ou devise à rapprocher de la précédente : son « propriétaire » affirme son militantisme (militant de la paix ?) permanent.

83 Une indication au début du livre indique que celui-ci a été acheté par R. Marcel au libraire new-yorkais William H. Schab, qui l’avait lui-même acheté au libraire Herbert Reichner, libraire de Vienne, New York et Stock-bridge, Mass, (voir Catalogue, no 10, 1941, $ 400). — Voir Austin, op. cit., p. 41, 117 et 120.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search