Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Seconde partie

Une biographie en quête d’auteur. Le Compendium vitae Erasmi

André Godin

Texte intégral

  • 1 VITA DES. ERASMI. ex ipsius manu fideliter repraesentata ; comitantibus, quae ad eandem, aliis. Ad (...)
  • 2 Recherches sur le Compendium vitae attribué à Érasme, dans Humanisme et Renaissance, VI, p. 7-19, (...)
  • 3 Allen, op. cit., 47, 7 ; 4-22.

1Un jour ou l’autre, tous les érasmisants ont été confrontés à l’épineuse question que pose ce texte énigmatique élevé, en 1607, au rang d’œuvre posthume d’Érasme par son inventeur, Paul Merula, professeur et bibliothécaire de l’université de Leyde1. Depuis l’essai critique de R. Crahay2, la cause paraissait entendue : forgé dans des cercles érasmophiles de Hollande opérant « au milieu du XVIe siècle » (p. 150) et livré au public par un autre groupe d’admirateurs- — crédule celui-ci, — dont Merula était le chef de file, le C.V.E. serait apocryphe. On tenait pour particulièrement suspects des détails inédits sur la parentèle d’Érasme (dont le grand-père paternel se prénommerait Hélias) et la rocambolesque aventure de son père, Gérard, empêché de se marier et contraint de fuir, désespéré, à Rome où il serait devenu un excellent copiste3.

  • 4 (1) Copie de Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia IIae, cod. lat. fol. 906 (Berlin) : « Explicit.. (...)
  • 5 Érasme modifiera cette graphie (Erasmus) à hauteur de 1503 (Allen, Opus, I, 73.)

2Or, coup sur coup, deux découvertes récentes viennent de battre en brêche l’opinion généralement reçue. Il résulte en effet, de trois suscriptions manuscrites absolument authentiques, qu’en 1457-58, un certain « Gérard, fils d’Hélias, rotterdamois », exerçait ses talents de scribe en Italie4. Le rapprochement avec les données biographiques du C.V.E. s’imposait d’autant plus que le signataire des manuscrits invoque, à deux reprises, le patronage du « très saint Hérasme martyr du Christ5 ». Sur deux points litigieux, le nom du grand-père, l’activité de copiste du père, l’exactitude matérielle du C.V.E. est donc confirmée.

  • 6 G. Avarucci, art. cit., 247, n. 117118 ; - 255.
  • 7 J. Ijsewijn, Wolfenbütteler Renaissance Mitteilungen, IX/3, p. 127-129, 1985.

3Mais, d’un autre côté, le mystère des origines érasmiennes s’en trouve épaissi. Car, logiquement, la confrontation des manuscrits et du C.V.E. (muet sur l’année où naît le fils de Gérard) semblerait permettre de reculer d’environ dix ans la date de la naissance d’Érasme : 1456 au lieu de 1466-14696 ! Cette hypothèse provoque de telles invraisemblances ou contradictions dans la chronologie de la vie du jeune Érasme et d’autres contemporains cités dans le C.V.E. qu’à bon droit une fine critique la récuse7, malgré l’ingénieuse reconstruction de G. Avarucci, le découvreur de deux des trois manuscrits.

  • 8 Pour un exposé pratique et théorique plus complet, cfr A. GODIN, Histoire et psychanalyse : quel r (...)
  • 9 Cfr L.-E. Halkin, La psychohistoire et le caractère d’Érasme, dans Storia della storiografia, 8, p (...)

4Sommes-nous donc de nouveau renvoyés à la case de départ ? Je ne le pense pas. En rouvrant le dossier sous éclairage préférentiellement psychanalytique8, il est possible d’harmoniser un grand nombre de faits et, plus précisément, d’établir la pertinence historique, voire l’authenticité intégrale du C.V.E., en justifiant du même coup, à l’aune d’une stricte critique, la validité d’un modèle exploratoire habituellement jugé anhistorique9.

Mise en perspective historico-critique

  • 10 Cfr Allen, Opus, I, 47 et 278.
  • 11 R. R. Post, Quelques précisions sur Vannée de la naissance d’Érasme, B.H.R., XXVI, 509, 1964. Au r (...)

5Rappelons d’abord les données biographiques relativement bien en place avant la publication du C.V.E. S’il fêtait invariablement son anniversaire le 28 octobre10, Érasme a curieusement varié sur l’année de sa naissance qui n’est donc pas pleinement assurée par la faute même de l’intéressé : « plus Érasme vieillit, plus il avance la date de sa naissance11 ». La fourchette théorique, nonobstant Avarucci, serait de cinq ans (1465-1469) ; mais un certain consensus s’est établi sur le millésime de 1469.

  • 12 Allen, Opus, I, 56, 2.
  • 13 Ibid., I, 17, n. 1 : « parente vicinae civitatis Goudanae parocho natus est, praegnantem famulam q (...)
  • 14 D’une part, pour remédier à un defectus natalium l’empêchant d’obtenir un bénéfice ecclésiastique, (...)

6Le lieu de naissance, Rotterdam, est incontesté : Roterodamus est le nom qu’Érasme a toujours pris. Entériné par la biographie officielle de Beatus Rhenanus12, ce locus natalis est admis par une ancienne tradition apparue à Gouda (rivale de Rotterdam) et fixée par écrit en 158213. B. Rhenanus est muet sur les parents de son ami, sur son frère aîné Pierre et sur les autres ascendants. Ici encore Érasme ne nous facilite pas la tâche. De la Correspondance, — quatre pièces d’un dossier concernant une double demande de dispense canonique14, — on extrait ces renseignements imprécis et/ou contradictoires :

  • Bref de Jules II (1505) : « Étant donné, ainsi que tu l’assures, que tu souffres d’un défaut de naissance, né d’un célibataire et d’une veuve » (= T1, Allen, Opus, t. 3, p. xxix, 1. 4-5).
  • Supplique à Rome (1516) : Florent-Érasme mentionne Antoine son aîné (= T2, Allen, Opus, t. 2, p. 294, 1. 69), identifié comme Pierre.
  • Bref de Léon X à Ammonius (1517) : « Né d’un coït illicite et, à ce qu’il craint, sacrilège et condamné » (= T3, Allen, Opus, t. 2, p. 434, 1. 7).
  • Bref de Léon X à Érasme (1517) : « Érasme de Rotterdam, fils de Roger » (= T4, Allen, Opus, t. 2, p. 437, I. 45)15.
  • 16 Conjecture de W. Vischer, rapportée par Allen, Opus, Ep. 517, 434, n. 7 : Érasme resterait incerta (...)
  • 17 En 1517 (T3), la renommée d’Érasme est à son zénith.
  • 18 Un détail déjà symptomatique : publiant T2 en 1529, Érasme omet de transcrire les indications sur (...)

7Défaut d’information comme tendrait à le faire croire l’incidente « à ce qu’il craint16 », processus complexe de dissimulation tactique se relâchant chez un homme de mieux en mieux ancré dans sa position sociale ?17 Impossible de trancher entre ces deux explications par les seules voies de la critique historique. Demeurent la réalité factuelle, l’épaisseur psychologiquement massive de l’occultation sur laquelle je reviendrai18.

  • 19 L.-E. Halkin, art. cit., 75. L’auteur semble ici tributaire du C.V.E. dont il récuse pourtant l’au (...)
  • 20 Cfr A. BLAISE, Dict. lat.-fr. des aut. chrét., s.v. incestus. — A. Calepini, Dictionarium, Lyon, 1 (...)
  • 21 Justa Querela, Haguenau, 1531. — Cfr P. Bayle, Dict. hist. et crit., s.v., 1089. Nous retrouverons (...)
  • 22 Lettre du 31 janvier 1531 : « Érasme, né du commerce sacrilège (incesto) de parents ignobles ; l’u (...)

8Des critiques n’admettent pas qu’on fasse d’Érasme, « en rigueur de termes19 », un fils de prêtre. N’est-ce pas trop négliger le témoignage concordant de la philologie20 et d’une rumeur persistante d’abord insinuée par Eppendorff21, accréditée ensuite par J. C. Scaliger22, formulée à nouveau en 1582 dans la terre natale d’Érasme ? Fait sémantique avéré, relayé par une tradition historiquement repérable : en faut-il plus pour affirmer qu’Érasme est bien né d’un prêtre et de sa concubine ? Cette particularité de ses origines expliquerait à suffisance le luxe de précautions par lesquelles il essaya de camoufler la honte, subjectivement ressentie, d’une naissance qu’on oserait dire doublement illégitime.

  • 23 Cfr T2, Allen, Opus, Ep. 3, I, 75 et G. Hermansz, Sylva Odarum, Paris, 1497, ode 17 : « Ad Petrum (...)
  • 24 Allen, Opus, Ep. 3, I ; Ep. II 447 (T2), II, 298, 233-235 (assimilation à Judas).
  • 25 Allen, Opus, Ep. 1900, novembre 1527, VII, 226, 23-24.

9Indubitable23, l’existence du frère aîné s’avère fort intéressante pour notre propos à cause de l’ambivalence des sentiments d’Érasme à son égard. En quelques années, le cadet passe d’une affection inquiète au ressentiment amer24, et enfin à une quasi indifférence25. D’un de ces retournements affectifs, auquel la psychanalyse nous rend attentifs, nous reparlerons plus loin.

  • 26 Supra, n. 1.
  • 27 Dans ce titre accrocheur, notez aussi l’insistance sur l’authenticité de la transmission (fidelite (...)
  • 28 Allen, Opus, Ep. 1437 (2 avril 1524), V, 431-438 : renvois directs dans mon texte.
  • 29 Conrad Goclenius (1489-1539), professeur de latin au collège trilingue de Louvain, compatriote d’É (...)
  • 30 Allen, Opus, Ep. 296, I, 564 sq. ; ibid., I, 56-71 ; Ep. 2233, III, 372 sq.
  • 31 Poèmes écrits par dix contemporains d’Érasme, d’Eobanus à... J. C. Scaliger « récupéré » dans une (...)
  • 32 Cfr Allen, Opus, I, 597-598 ; 609.

10Envisageons auparavant, dans son environnement textuel et culturel, le C.V.E. publié au début du XVIIe siècle. Dans le titre long de la rhapsodie de Merula26, l’énoncé et la disposition typographique font ressortir le caractère inédit des deux pièces maîtresses : une autobiographie, un recueil de lettres27. Le texte du C.V.E. (9-14) est précédé par une lettre (1-8), jamais publiée par Érasme28, qui est censée accompagner l’envoi, à l’ami de toujours29, du fameux « abrégé de ma vie tout entière » (435, 119). Suivent des écrits érasmiens (15-55)30 introduits par un résumé formant texte de liaison avec le C.V.E., et une vingtaine d’épitaphes, d’apothéoses et autres tombeaux (56-80)31. Le reste (81-214) constitue l’édition de 84 lettres toutes authentiques32.

  • 33 Allen conjecture (I, 575, n. 1) qu’Othon Werckmann, de Leyde, était apparenté à F. Berekman, libra (...)
  • 34 Lillois truculent (1561-1613), calviniste modéré, professeur de rhétorique à l’université de Leyde
  • 35 Excellent panorama dans B. Mansfield, op. cit., 115-134.
  • 36 Fondée en 1575 (ibid., 123). Arminius y enseigna en même temps que Merula, Baudius, J. Scaliger et (...)

11La préface au Magistrat, celle à O. Werckmann33, de qui Merula dit tenir l’original du C.V.E., une lettre de D. Baudius34 à l’auteur, dessinent fermement (*i-**iiijv. = 22 p.), le projet « mérulanesque » : au sortir de la guerre civile et aux premiers temps de la controverse arminienne, enraciner solidement dans un procès déjà ancien de paisible possession35 la récupération politico-religieuse d’un compatriote célèbre. En effet, le tournant du siècle est un temps fort dans l’attention sympathique portée à Érasme par des milieux intellectuels protestants hollandais. Au cœur de cet engouement, se trouve la jeune université de Leyde36 dont l’érasmisme intellectuel et affectif rappelle le cercle bâlois des amis d’Érasme.

  • 37 « Antoine, frère de Florent, ici (= T2) son aîné de près de trois ans, est vraiment (vere) Pierre (...)
  • 38 Résumé des thèses de Kan et de leur réfutation par Fruin, Block, Haak, Nichols et Allen : chez cel (...)
  • 39 Naïf, romantiquement apologétique, Baudius insiste sur les aspects romanesques du C.V.E., là où Me (...)
  • 40 B. Mansfield, op. cit., 127.

12Maître d’œuvre d’un dessein collectif de dévotion érasmienne, amateur enthousiaste de manuscrits originaux, tel nous apparaît donc Merula dans sa préface à Werckmann. On y apprend que des copies du C.V.E. circulaient depuis plusieurs années dans les milieux lettrés et surtout que l’Antoine de la supplique romaine (T2), — dont Merula fournit un résumé fidèle, soulignant sa parenté avec l’abrégé, — est bel et bien Pierre37. Précision capitale car, depuis Kan38, l’omission du frère aîné dans le C.V.E. est l’argument majeur des adversaires de l’authenticité. Avec Allen, on est en droit de retourner l’argumentation : comment l’auteur effronté ou la victime crédule d’un faux littéraire aurait-il pu espérer, par ce luxe de détails sur un des personnages du récit inspirateur, donner le change sur une forgerie dont il serait l’inventeur ou le complice de bonne foi ? Ni faussaire malhabile, ni collectionneur naïf, Merula a seulement repéré la seule différence notable entre le C.V.E. et la lettre à Rome. S’il a appuyé le trait au lieu de l’estomper, ne serait-ce pas tout simplement pour mieux informer le lecteur ? De fait, à la différence de Baudius39, « il n’est pas dépourvu de sens critique dans son évaluation du matériau biographique40 ».

  • 41 La copie du C.V.E. conservée à Vienne (B.N., no 9058) fait suite (f° 7r°-10v°) à deux autres biogr (...)
  • 42 Ibid., I, 575. J’ai trouvé confirmation des propos do Merula dans Jacob Verheiden, Praestantium al (...)
  • 43 Après tout, ont également disparu les originaux des lettres authentiques reproduites dans l’ouvrag (...)

13À un tel jugement manque la preuve ultime : l’original du C.V.E.41. Diverses sources permettent d’en suivre l’histoire jusqu’en 164 942. On perd ensuite sa trace : disparition certes regrettable, mais n’est-ce pas faire preuve d’hypercriticisme que d’en tirer un argument e silentio d’inauthenticité43 ? Une fois fixé et multiplié par l’imprimerie, l’autographe érasmien perdait beaucoup de sa valeur intrinsèque : sa conservation ne devenait-elle pas aléatoire ?

Des limites de l’hypercritique

  • 44 Art. cit., supra, n. 2.
  • 45 « Ce dont il avait besoin, c’était d’une mise au point, d’une justification par interprétation de (...)

14Pleine de verve et vivement troussée, l’étude de R. Crahay44 est un exercice stimulant de critique historique. Elle s’ouvre par une paraphrase de la lettre d’accompagnement du C.V.E. Abattu, malade, persécuté, Érasme narre ses derniers malheurs à Goclenius et lui confie le soin de défendre sa mémoire, car il est en danger de mort. Il lui envoie donc l’abrégé de sa vie et l’institue conditionnellement exécuteur testamentaire et éditeur posthume de son œuvre. Telle est cette « lettre étrange, décousue [...]. Elle ne peut pas être sans lien avec cette autobiographie dont elle accompagnait l’envoi » (9). Et Crahay d’argumenter : le C.V.E. devrait refléter les accusations et les autres faits dramatiques de la lettre, en particulier les difficultés d’Érasme avec les autorités ecclésiastiques : voilà ce qu’il avait à cacher aux deux camps45. D’entrée de jeu, l’auteur connaît quasiment a priori ce que le Rotterdamois devait proposer dans le C.V.E. pour être cohérent avec sa lettre d’accompagnement.

15D’une lecture cursive des trois préfaces, il retire l’impression que « ces protestants de Leyde ont un peu l’air de conspirer » (13). Le travail de déblaiement critique est rondement mené : Werckmann se dit-il chagriné de savoir que son manuscrit restera entre les mains de l’imprimeur ?

C’est exactement de cette façon que se présenterait une fable destinée à rendre impossible tout contrôle (14).

  • 46 Philologue hollandais qui publia en 1606 Apologia pro D. Erasmo Roter. (L.B., X, 1759-1780) de son (...)

16Très naïfs aussi, ces conspirateurs ! Dans une lettre à Merula, Jn. Lydius46 regrettait que le C.V.E. n’ait pu intégrer des faits de « la copie bien meilleure de son père » (ibid., n. 3). Voici le commentaire appuyé de Crahay :

  • 47 Je souligne (A.G.). R. Crahay a lu trop vite Lydius. « Exemplar longe melius » signifie sans plus (...)

D’autres se targuaient d’un texte meilleur pour la simple raison qu’il était plus long47 [...]. La valeur d’une recension dépendait essentiellement de. sa longueur : voilà les critères philologiques du petit monde Merula.

  • 48 ὰυτόγραφον (** r.). Crahay : « Que pouvait bien signifier le mot autographe sous la plume de ces g (...)
  • 49 Tous perdus, sauf le ms. viennois (supra, n. 40), très incorrect (Allen, Opus, I, 46).

17N’est-ce pas déformer le texte de Lydius et, au partir d’une radicale méfiance, généraliser trop vite en mélangeant le problème de « l’autographe »48 à celui de la circulation épidémique des copies du C.V.E.49 dans le milieu lettré de Leyde au tournant des XVIe-XVIIe siècles ? Suffit-il de semer le doute pour récolter la preuve ?

18Ayant reproduit le texte latin du C.V.E. et dressé son plan tripartite, notre censeur conclut : « pour une biographie complète, c’est insuffisant » (136). Déduction conforme à la méthodologie de départ : correspond-elle au projet érasmien ? La logique exigerait que le G.V.E. reflète exactement le contenu de la lettre d’envoi ou qu’il en donne, au minimum, un écho. Cette idée règle l’interprétation maximaliste du propos : « je t’envoie le compendium de ma vie toute entière » (435, 119).

  • 50 Ep. 1437, 435, 120. Cfr Adag., 226, L.B., II, 122 B.
  • 51 « Sed fortasse futuri sunt qui multa affingent : τoῦτo ϰαλῶς ἔσται. » (Ep. cit., 121-122). Par cet (...)

19Érasme ne dit pas qu’il va livrer une œuvre aboutie, mais une sorte de condensé de toute sa vie, la matrice de cette « Iliade de maux50 » qui fut son triste lot depuis la naissance ; « mais peut-être m’imputera-t-on à tort beaucoup de choses51 ».

20Pour couper court à des « calomnies » prévisibles, il était donc normal qu’il fournisse lui-même des indications précises sur deux épisodes de sa vie (circonstances de sa naissance, entrée au couvent) qui restaient, de son fait, les plus mal connus. Le reste était tombé dans le domaine public : activité littéraire (437, 211), démêlés avec les ultras du parti luthérien, dont parle longuement la lettre à Goclenius. Pourquoi Érasme devrait-il y revenir dans le C.V.E. ? Pourquoi trouver bizarre la sélectivité factuelle constatée dans l’Abrégé ? Où se trouve l’illogisme ?

21Sur l’omission de Pierre, Crahay argumente en deux temps. D’abord, il poursuit sa propre explication :

L’auteur, qui se complait à décrire l’honorabilité d’un milieu bourgeois où les gens vivent vieux, peut bien admettre une faiblesse d’amour touchante et malheureuse, mais pas deux. Un enfant naturel, c’est du roman ; deux, c’est du concubinage (137).

  • 52 I, 577, n. 14. Cfr supra, n. 36.

22En second lieu, il présente de façon édulcorée la démonstration d’Allen, omettant une note cardinale sur la mention explicite de Pierre par Merula52, se privant par là d’un argument pour sa propre thèse : trop crédule, le « cercle Merula » ne peut être directement responsable de la forgerie.

23À peu près tout ce que raconte le C.V.E. paraît suspect à R. Crahay. Invraisemblable la fuite de Gérard, « même avec un aboulique comme semble l’avoir été cet homme » (139). Fort louches aussi ces nonagénaires qu’Érasme déclare avoir visité à Dordrecht (47, 3-9), « ces familles de bourgeois hollandais avec leurs macrobites ! » (ibid.: pour Hutten et les autres à qui devait s’adresser la future biographie du grand homme, cela ne voulait rien dire. Moins ridicule, le récit de l’entrée au couvent n’est qu’une pâle décoction de la lettre à Grunnius. « Larmoyant et puéril », sans intelligence et sans vie, tel est le C.V.E. Le plus décevant, c’est qu’on n’y sent pas « le frémissement de l’homme. La lettre à Goclenius est désespérée, incohérente et violente. La lettre à Grunnius, source essentielle, est toute gonflée de haine. Tout ici est calme, monotone, ennuyeux » (ibid.).

24Pourquoi mettre sur le même plan les trois écrits ? Relevant d’un genre littéraire différent, ils reçoivent un traitement différent. R. Crahay m’apparaît ici comme piégé par son hypothèse : la conformité obligatoire de ton et de contenu entre le C.V.E., tel qu’il l’entend, et la lettre d’accompagnement. Car, oui ou non, de par la volonté explicite de l’intéressé, le C.V.E. est-il autre chose qu’un canevas, analogue en quelque sorte à un scénario cinématographique ? Si non, pourquoi s’étonner, s’indigner presque de sa platitude ?

25Quant à cette « nouvelle bizarrerie », « ce travail de découpage patient et sans esprit » d’écrits antérieurs d’Érasme, dans lequel notre censeur ne retrouve pas la maîtrise érasmienne, n’est-ce pas encore une fois se méprendre sur le genre littéraire du C.V.E. et sur les circonstances particulières de sa composition ? Fort de son commerce avec la Correspondance, Allen a noté sobrement (I, 577) que le procédé n’a rien de surprenant, qu’il est même fréquent et, dans la presse et l’angoisse ambiantes, pleinement justifié. Il ne peut donc constituer un nouvel indice d’inauthenticité.

  • 53 Ebnout-Thomas, Syntaxe latine, p. 366-367, Paris, 1969.
  • 54 Cfr J. Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Erasme, II, 815-841, Paris, 1981. Sur le purisme de (...)
  • 55 Allen, Opus, Y, 426-431.

26Crahay n’est, pas tout à fait convaincant non plus dans ses observations linguistiques. Impressionnante au premier abord (142-143), sa liste appelle des remarques de nature à en réduire la portée. Fréquente dans le C.V.E., la construction d’ubi avec le subjonctif imparfait ou plus-que-parfait dans le sens du cum historique est déclarée « incorrecte » (142). Elle n’est pourtant pas inconnue en latin classique53 et nous savons qu’Érasme était tout sauf « cicéronien54 ». Faudrait-il être plus royaliste que le roi ? De plus, dans l’Épître 143655, véridique malgré de possibles « arrangements » (148) et, — nous le verrons, — indépendante du C.V.E. sauf à admettre l’authenticité de ce dernier, on observe le même emploi d’ubi (146). Plutôt que d’hypothétiques interpolations, n’est-il pas mieux d’y reconnaître sans plus une manifestation du goût d’Érasme pour un latin composite qui n’est ni le jargon scolastique ni la langue particulière de Cicéron, mais un instrument souple et vivant ?

  • 56 Ibid., Ep. 1844, VII, 103, 67.

27Second exemple qui ne peut emporter l’adhésion. « Calluit (48, 22) : le verbe calleo n’a pas de parfait » (142). Or, dans sa préface à une traduction du Fragmentum Origenis, Érasme dit de Rufin : Neque graece neque latine satis calluit, tametsi magis in eo desideramus56.

28Il y a quelque témérité à énoncer que « jamais » les libertés d’Érasme n’atteignent l’incorrection (142) quand on constate (Allen, Opus, Ép. 1437, intr.) que l’épître à Goclenius comporte plusieurs solécismes à cause de la hâte et de l’anxiété d’Érasme au moment où il la rédige. Les constructions anormales du C.V.E., les incorrections même, ne sont donc pas forcément imputables à un faussaire dont la latinité serait moins parfaite que celle d’Érasme. Elles ne constituent pas non plus une preuve décisive de la fausseté du document.

29Le style du Compendium est sec, les phrases sont « courtes, sommaires » (141), avec des « anacoluthes parfois inexplicables » (143). Pouvait-il en être autrement si on reconnaît vraiment que le C.V.E. remis à Goclenius était un simple abrégé ? Y aurait-il trente-six façons d’écrire un résumé ? Allen paraît plus judicieux, qui trouve « remarquable la composition du G.V.E », malgré des « constructions discordantes » (t. 1er, p. 375).

  • 57 Autre cas de rupture stylistique : ibid., Ep. 1934 intr., VII, 297.
  • 58 Bâle, Bibl. univ. : Allen, Opus, Ep. 1436, V, 426-431.
  • 59 Résumé des arguments : ibid., intr., 426.
  • 60 « G. de Nimègue m’a écrit que certains préparent une vie d’Érasme, partie en vers, partie en prose (...)

30Parmi celles-ci, il y a un lactabar (50, 89), soit un verbe à la première personne alors que tous les autres le sont à la troisième57. Dans son édition, Merula maintient cet hapax, mais inscrit en marge : Sic habet autographus. Scribere voluit lactabatur (12). La copie viennoise porte lactabatur, leçon qui se retrouve dans les éditions subséquentes. Selon Allen (50, 89), il s’agit d’une « faute inconsciente » d’Érasme qui s’expliquerait par la dépendance du C.V.E. avec une lettre (circa avril 1524), découverte en 190658 De fait, on y trouve un récit des péripéties poignantes de l’entrée au couvent d’Érasme et de son frère : une des sources du C.V.E. pour cette partie de la vie d’Érasme. De la lettre bâloise qu’Allen estime authentique59, mais jamais expédiée, on peut tirer des renseignements subsidiaires renforçant l’authenticité du C.V.E. Antérieure à celui-ci, elle aurait été mise à la troisième personne dans les sections ad hoc de l’Abrégé. Ou bien, il s’agirait d’un projet de réponse à une demande documentaire de G. Geldenhauer60, restée sans réponse : interprétation plausible, vu l’état de la lettre tronquée aux deux bouts. Ces lacunes seraient la trace matérielle des hésitations érasmiennes. En ce cas, le couplet sur Geldenhauer, suspect à Crahay qui l’interprète comme un nouveau coup du faussaire (151), devient pertinent : il y avait bien de la biographie dans l’air ! Et les incorrections de la lettre retrouvée apportent un surcroît de preuve, car deux d’entre elles, dont le fameux ubi, se retrouvent dans le C.V.E. Au lieu d’échafauder à nouveau (146) la théorie fragile de hardiesses syntaxiques bien peu érasmiennes, n’est-il pas plus judicieux d’y retrouver, comme dans la lettre à Goclenius, la signature stylistique du trouble existentiel dans lequel se débat notre Érasme en cet avril noir de 1524 ?

31Reconnaissant après Allen que le C.V.E. dépend de la lettre bâloise (146), R. Crahay ne s’avise pas qu’une telle dépendance est impossible si Érasme n’est pas en personne l’auteur du Compendium, puisqu’il est quasiment certain que la dite lettre est passée directement des archives d’Érasme dans celles de B. Amerbach, son exécuteur testamentaire, avant d’être recopiée à Zurich au XVIIe siècle, ce qui exclut l’utilisation par des faussaires hollandais opérant à la mi-XVIe siècle (150).

32Notre juge écrit pourtant :

« C’est d’ici que provient le fameux lactabar [...] Certains jugent que c’est [...] une distraction d’Érasme ; nous préférons en laisser la paternité à quelque faussaire inhabile (146) ».

33Encore une fois, comment un faussaire aurait-il pu trafiquer un document qu’il n’avait pas sous la main ? Je ne vois pas comment on peut contourner ce truisme.

34Au terme d’une analyse souvent pugnace, on s’attendrait à une conclusion musclée. Or, celle-ci demeure prudente :

« Le document se présente dans des conditions de fond et de forme qui rendent bien difficile de l’attribuer à Érasme (150) ».

35Ultime résistance d’un jeune et brillant universitaire devant une tradition interprétative qui, avec la caution du grand Allen notre père en érasmisme, restait, en 1939, peu ou prou acquise à la thèse de l’authenticité ? Il se peut, car dans nos milieux l’exigence critique a ses propres limites subjectives, ses raisons que la raison connaît mal ! Mais là n’est pas l’essentiel. Évitant les soupçons d’une psychanalyse de café du commerce, prenons plutôt au mot notre collègue et ami : attribution « bien difficile », nuance-t-il avec modestie. Resterait-elle possible ? Mais à quelles conditions ou dans quelle proportion ?

  • 61 L’injonction d’Érasme concerne le testament, non le C.V.E. Crahay semble confondre les deux docume (...)
  • 62 Moins de vingt ans après la mort d’Érasme, il fallait encore plus de culot pour construire une tel (...)
  • 63 Cfr supra, n. 41.

36Auparavant, voici encore des remarques, ponctuelles ou plus fondamentales, indispensables à mon essai d’interprétation. Selon Crahay, le Compendium « authentique » (150) a peut-être été détruit par Goclenius, en réponse à une instruction d’Érasme : « tu détruiras le syngrapha » (436, 148). Mais, d’après le contexte et les autres emplois du mot (435, 137 ; 437, 200), il s’agit là d’un autre document, relatif à des usages financiers et testamentaires61. Autre flottement dans la critique : le faux, d’abord tenu pour « peut-être antérieur à l’édition de Merula » (14), devient, en conclusion (150), une fabrication du « milieu du XVIe siècle ». À défaut de connaître le milieu « émetteur » et au risque de rendre plus obscure la question62, R. Crahay paraît ici tributaire d’Allen qui vise la copie de Vienne63.

37Plus que ces approximations, importent à mes yeux les deux critères qui commandent le processus d’analyse. L’un est « psychologico-littéraire » ; l’autre sociologique. Persuadé d’une relation obligatoire entre les réactions d’Érasme à l’evénement immédiat et le contenu manifeste du C.V.E. annoncé, se faisant une certaine idee de ce qu’est pour Érasme la défense et illustration de sa mémoire post mortem, Crahay constate que l’Abrégé ne répond guère ou pas du tout à ce que devrait être un véritable Compendium : ce qu’il a en mains contredit le double idéal choisi. D’où, une présomption de faux que le scalpel multidirectionnel de la critique permet de transformer en quasi certitude.

38Limitée à un temps et à un espace dont les composantes symboliques sont méconnues, fort probablement grosse des implications du chercheur parlant d’un lieu culturellement marqué, la problématique retenue anime, infléchit et ne peut manquer de gauchir la démarche rationnelle d’analyse, voire d’en induire les principaux résultats. En tout cas, dans le discours de l’histoire tenu par notre critique, il s’agit bien d’un véritable fil conducteur, d’un schème dynamique omniprésent qui donne d’ailleurs à l’essai critique son tonus, son allant et sa verdeur.

39La même interférence de l’objectivité et de la subjectivité se retrouve dans le critère sociologique de l’honorabilité bourgeoise dont les admirateurs hollandais d’Érasme, responsables de la forgerie, auraient eu besoin pour dresser au pinacle leur héros. En soi, il constitue un instrument décapant, un intéressant « fil rouge ». Mais que penser de sa pertinence historique ? La fameuse respectabilité dont Crahay crédite si généreusement tous ces protestants bataves, impliquait-elle de masquer à ce point le concubinage du prêtre Gérard qu’on en arriverait presqu’à y lire en filigrane l’éloge, paradoxal, du célibat ecclésiastique catholique ? La quête éperdue d’honorabilité, bourgeoise ou pas, par nos bons humanistes calvinistes modérés de la mi-seizième siècle ou du début du XVIIe siècle, requérait-elle forcément ces tripatouillages maladroits auxquels R. Crahay voudrait ramener la première partie du C.V.E. et l’escamotage de Pierre ?

  • 64 Aux indices déjà relevés (supra, n. 11, 14, 18), ajouter l’impatience inquiète d’Érasme pour que s (...)

40Après tout, il y a eu beaucoup de bâtards illustres enregistrés comme tels par l’Histoire et, sous l’ancien Régime, on ne faisait pas un plat de la bâtardise. Le problème, esquivé par Crahay, c’est que justement, pour Érasme, sa bâtardise lui a toujours fait question. On peut même avancer qu’il l’a mal vécue64. Est-il plus arbitraire de partir de la subjectivité plus ou moins fantasmée de l’intéressé, que de prendre (en s’y laissant enfermer) un critère anachronique et stéréotypé, legs du XIXe siècle finissant et des débuts du XXe siècle ? Or, ici encore, la verve juvénile, l’allégresse agressive contre les bourgeois, — un des charmes du texte de Crahay —, parcourent, animent toute la démonstration. Le critère sociologique de la respectabilité bourgeoise est fort excitant, il est assez « mythique » pour emporter d’emblée l’assentiment d’un bon nombre de lecteurs toujours complices de qui casse « du bourgeois » avec tant d’humour taquin mais au fond pas méchant ! Mais, encore un coup, ce paradigme rend-il véritablement compte de la situation historique concrète ?

  • 65 Op. cit., 115 sv.
  • 66 Sur ce point, accord parfait entre Lydius, Merula et Baudius, qui n’est pas en reste sur les deux (...)

41En lisant conjointement l’article de R. Crahay et les pages que Bruce Mansheld65 consacre au milieu intellectuel hollandais où germa l’idée de l’ouvrage de Merula, j’ai été frappé du décalage entre l’argument « psychosociologique » de Crahay, auquel Merula et ses amis semblent peu sensibles et l’importance primordiale qu’ils accordent, pour la réhabilitation de leur compatriote, aux arguments strictement religieux relevant de la seule histoire des idées. L’accusation d’arianisme portée contre lui était absurde ; quant à sa piété, elle fut on ne peut plus sincère66. Ce qui les chiffonne, c’est sa pusillanimité religieuse. Pourtant, s’il avait vécu plus longtemps, il serait devenu un véritable « supporter » de la Réformation. Bref, les problèmes intimes de l’homme, la défense de sa réputation familiale n’intéressent pas outre mesure les théologiens de Leyde. Seul compte vraiment, pour ces hollandais érasmophiles, le théologien et le spirituel saisis à travers une relecture systématique et sympathique de ses écrits.

42Je me demande donc si le modèle exploratoire de R. Crahay n’était pas au départ trop étriqué et anachronique, voire irrespectueux des motivations érasmiennes elles-mêmes, au nom et à cause précisément de la trop célèbre « objectivité historique » qu’en historiens sérieux et modernes nous ne tenons pas, en théorie, pour atteignable mais qui, en pratique, inspire plus ou moins nos démarches critiques, toujours secrètement aimantées par le vieux et tenace besoin de la Vérité et de la Preuve absolues.

  • 67 Cfr l’exergue de l’Ep. à Goclenius : « À lire seul et en secret » (431, 1) et l’épigraphe, égaleme (...)

43Au terme de cette présentation de l’exercice de critique historique auquel s’est livré, voici bientôt cinquante ans, notre ami Roland Crahay, dois-je redire que je ne méconnais pas ses qualités démonstratives, la pénétration de certaines analyses et l’ingéniosité de leur présentation ? Tout cela n’est pas en cause. Mais il fallait aussi montrer les limites méthodologiques du travail, signaler le caractère partiel de ses critères d’authenticité, souligner en somme que l’essai de notre collègue est loin de clore le débat et que, par ses insuffisances même, il autorise une autre hypothèse interprétative, disons d’inspiration psychanalytique, qui parte résolument d’Érasme lui-même, de sa psychologie profonde, de ses motivations secrètes (ne nous y invite-t-il pas lui-même ?)67, à travers ce que nous pouvons en saisir, — fût-ce de manière fugace, — dans sa vie hic et nunc, dans le jeu contradictoire et les reflets chatoyants d’écrits d’un segment d’existence, pour lui crucial, par une démarche d’analyse qui est aussi de dialogue personnel avec l’homme et avec l’œuvre, reconnus dans leur spécificité.

Psychanalyse et critique historique : une confrontation féconde

  • 68 Art. cit., 75.
  • 69 Supra, n. 64. Y ajouter une digression dans le De amabili Ecclesiae Concordia, L.B., Y, 473 F-474  (...)
  • 70 II est plusieurs autres clignotants qui furent pour moi, dans l’attention « flottante » d’une prem (...)
  • 71 Position du problème : J. Bellemin-Noel, Psychanalyse et littérature, 2e éd., Paris, 1983, Que sai (...)
  • 72 Cfr J. Chomarat, op. cit., II, 831 : pénétrantes réflexions au partir de la querelle cicéronienne.

44D’évidence, malgré les découvertes sur la parentèle d’Érasme, la première partie du C.V.E. demeure un montage biographique insolite. « Vie romancée », nous prévient Halkin68. Bien sûr, mais pourquoi cette fable ? Le modèle psycho-sociologique s’avérant inadéquat, j’en suggère un autre prenant en compte l’Œdipe freudien parce que la situation historique d’Érasme justifie d’y recourir. En quoi serait-ce banaliser un événement, à ce point singulier et traumatisant que le sujet s’est évertué à en effacer la trace69 ? Mis en présence de ces symptômes70, je forme l’hypothèse que le plus ancien vécu d’Érasme, inscrit prismatiquement dans son œuvre, reste à déchiffrer71 et qu’en particulier le C.V.E., si déconcertant pour notre raison raisonnante, met en jeu l’autre logique érasmienne, celle de l’affectivité profonde, habituellement contenue ou plus ou moins refoulée72, ici manifestée en hapax parce que les conditions culturelles et psychologiques sont propices.

  • 73 L’impossible dialogue entre ces deux grandes voix a échoué. Cfr A. Godin, Érasme et Luther d’après (...)
  • 74 Anglais en tête : Allen, Opus, Bp. 1408, V, 381, 21-23. Cfr aussi Ep. 1411, ibid., 385, 23-25 ; 14 (...)
  • 75 Ibid., Ep. 1489, V, 538, 58 ; 1522, 590, 20 et 15. Sur le glissement du signifiant métaphorique, c (...)
  • 76 « Bien plus, il ne peut surseoir indéfiniment à l’exécution de promesses, si vagues soient-elles, (...)
  • 77 Avec le çà, deux des trois instances repérées par Freud dans sa seconde théorie de l’appareil psyc (...)

45Tel est le cas en l’année 1524, si cruciale dans l’histoire des relations entre Érasme et Luther73. Les développements du luthéranisme menacent de plus en plus les idéaux érasmiens, mais il fallut l’instance d’amis très haut placés74 pour que l’humaniste se décide à entrer en lice, ne cessant de moduler sa plainte au fil des mois de cette terrible année 1524 : E musico gladiator, e musico retiarius75. Sans oublier les raisons doctrinales de l’affaire, les considérations politiques intéressées76, je suis d’abord attentif au moment individuel dans le phénomène global. Pour l’inconscient érasmien, à jamais marqué par l’ambivalente image du père, tous ces intervenants de haut rang ne furent-ils pas aussi des instances paternelles, figuratives de la loi, qui exacerbèrent le conflit du moi et du surmoi77 ?

  • 78 Allen, Opus, Cat. Botzheim, I, 27, 29-30.
  • 79 Refus mesquin et embarrassé de recevoir le proscrit ; intervention pour obtenir du sénat bâlois un (...)
  • 80 Selon les interlocuteurs, il avance des raisons variables à un refus qui décidément le tracasse be (...)
  • 81 Sur tout ceci, Y. Charlier, Érasme et l’amitié d’après sa correspondance, surtout pp. 194, 284-285 (...)
  • 82 Dans l’ultime chamaillerie avec Eppendorf (1528), pourquoi tant d’acharnement et de mauvaise foi ( (...)
  • 83 Supra, p. 2, n. 21.

46Sur cette toile de fond s’inscrivent, en traits appuyés, les retombées de la dramatique rupture avec Hutten, naguère comparé à Thomas More, parangon de l’amitié78, à présent cruellement rejeté79. Son fantôme culpabilisateur80 hante encore la lettre à Goclenius, discours d’autojustification, truffé de retours en arrière, parfois incorrect, où la pensée claire ordonne à grand peine le trouble intime. Que dire alors du personnage-clef de la lettre, H. Eppendorf, auquel s’accroche d’entrée de jeu un Érasme très agressif ? « Vaurien » (p. 431, 1. 8), « parasite » (p. 432, 1. 16), faux ami, mauvais génie de Hutten, il est l’instigateur de toute la tragédie et non plus le « Monsieur bons offices » de la Spongia81. Pourquoi ce retournement que Goclenius doit tenir « secret » (p. 437, I. 184) ? Pourquoi cette fixation sur un homme qui menacerait de « l’asperger » d’une certaine « accusation » (p. 432, 1. 30), qui a ses espions partout « si bien qu’aucun fait ne lui échappe » (p. 434, 1. 95)82 ? Comme si Érasme était taraudé par la crainte d’une révélation d’autant plus redoutée qu’elle touche à l’intégrité de sa vie privée et de son statut social. Le tumultueux écrit, avec ses redites, ses insinuations, ne porterait-il pas témoignage d’un fantasme sur l’ex-familier (p. 431, I. 10), qui en sait trop sur son compte ? A posteriori, le libelle d’Eppendorf dont j’ai déjà parlé83, conforte cette impression première.

  • 84 Le plus redouté : Aléandre, qui règne dans l’arène romaine (434, 112-113). Sur Aleandre, la bete n (...)

47Encore plus révélatrices d’un grand désarroi suscité par les menées du « scélérat » (p. 433, 1. 61) : les hésitations sur la conduite à tenir. Je dois partir, « c’est sûr » (p. 434, 1. 107). Mais où aller ? La belle assurance du disours volontariste cède aussitôt la place à l’agitation perplexe d’une affectivité paralysant la décision. Notez, dans les trois alternatives, une identique construction : oui, on m’apprécie en France, à Rome, a Venise, mais en ces endroits que de dangers en perspective (p. 434, 1. 108 ; p. 435, 1. 115)84 ! Conclusion de cette « double entrave » : il est urgent d’attendre.

  • 85 « D’autre part, comme ma vie est sans cesse en danger, il me reste à te recommander, à toi le plus (...)
  • 86 Ἰλιάδα ϰαϰῶν est à rapprocher de « la chaîne ininterrompue de calamités » (Ep., 145, I, 343, 55) d (...)
  • 87 Der Familienroman der Neurotiker, Gesammelte Werke, VII, 224 sv., Londres, 1941. — Cfr Laplanche-P (...)
  • 88 M. Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, 1972. Prenant pour point de départ le t (...)
  • 89 « Construction romanesque tenace, comme en témoignent les fabulations, — pas forcément mégalomania (...)

48Et d’enchaîner sur 1 envoi du C.V.E., ultime recours aux « calomnies » posthumes, conclusion obligée d’une situation oppressante de mort imminente85, réactivant la sensation, fréquente chez Érasme, d’une infortune qui le poursuit inexorablement86. Tel est le faisceau de faits objectifs et de fantasmes, inextricablement mêlés dans la psyché érasmienne, qui font du Rotterdamois en ce triste printemps 1524, un homme aux abois profondément troublé dans sa vie publique et privée. Sous le triple choc des événements externes où il doit s’engager bon gré mal gré, de la maladie, de la panique consécutive à la perspective redoutée d’un dévoilement du secret de ses origines, son surmoi se craquelle, les défenses s’effritent, la vieille blessure narcissique de l’enfance se rouvre. Pour colmater la plaie, pour restituer, — à ses yeux d’abord, dans l’opinion ensuite, — l’image altérée d’une identité menacée, il imagine une parade, il forge le projet in-sensé, une fiction des origines : cette première partie du G.V.E si suspecte à la critique historienne mais que je propose de lire comme une transposition du « Roman familial des névrosés » décrit par Freud87 et dont Marthe Robert a montré l’influence sur la création littéraire88. Relativement univoque dans sa structure et sa thématique, un tel roman est susceptible de notables variations liées aux conditions spécifiques dans lesquelles évoluent les protagonistes. Mais, en chaque cas, il s’agit d’un expédient pour remodeler fantasmatiquement l’ego en péril et faire naître une image parentale valorisée mieux accordée au désir enfantin89. Psychanalytiquement, le lien du roman familial et du secret est attesté par leur structure :

  • 90 V. N. Smirnoff, art. cit., 38, dont les analyses générales éclairent singulièrement « le cas d’Éra (...)

Ce que le secret protège se retrouve sous sa forme inversée dans le roman familial [...] Un souci commun sous-tend l’un comme l’autre : la récusation de la véritable filiation. Mais ni le roman familial, ni le secret ne sont essentiellement inconscients [...] L’un comme l’autre concernent la naissance, la filiation, la parenté, la mésalliance : une histoire de noms90.

  • 91 Cfr supra, n. 67.

49Chez Érasme, dont la lettre à Goclenius et le C.V.E. sont, d’entrée de jeu, emblématisés en secret91, une situation exceptionnelle d’insécurité psychique, exacerbée par la réalité dramatique des actes et faits de sa vie sociale, explique à suffisance le recours à une histoire romanesque qui, vue du dehors et d’après l’image reçue que nous avons du Rotterdamois, a les apparences d’un scénario invraisemblable, mais trouve sens, cohérence, vraisemblance si on l’aperçoit avec un autre regard, disons psychanalytique.

  • 92 Allen, Opus, Ep., 119, I, 274-282. — Cfr A. Godin, Érasme, la Picardie et les Picards, dans La Bib (...)
  • 93 Ibid., Ep., 326, II, 54 sq.
  • 94 Silvana Seidel Menchi, Un’opera misconosciuta di Erasmo ? Il trattato pseudo-cipriano De duplici m (...)
  • 95 Julius exclusus (cfr J. C. Margolin, Érasme. Guerre et Paix, 53-54, Paris, 1973). — Sur le Dialogu (...)
  • 96 Technique d’exposition des Paraphrases-, notion d’emphasis ; Colloque Gerontologia : op. cit., 662 (...)

50Déjà, dans des situations moins aiguës, Érasme manifeste une propension à l’affabulation et/ou un goût pour le secret : récit tumultueux, incohérent, plus ou moins romancé, des menaces de brigandage sur sa personne et ses biens au retour d’Angleterre (janvier 1500), en continuité parfaite avec l’incident primordial de la douane anglaise à Douvres dont l’effet psychologique fut durable92 ; compulsion à rapporter des historiettes de mystification93, voire à fabriquer des forgeries savantes94 ou des pamphlets anonymes95 ; spécificités de son génie rhétorique finement analysées par Chomarat sur trois cas précis96. Érasme est un homme qui volontiers chemine en se cachant : ces notations signalent la tendance répétitive d’un caractère porté au mystère, une aptitude au travail sinon aux productions de l’imaginaire. A fortiori, ces traits constitutifs qui s’enracinent dans une expérience traumatisante de la petite enfance pouvait-il, devait-il, rejouer au maximum à l’occasion de circonstances bien plus dramatiques mettant en cause et la personne privée et le personnage public. Ce fut précisément le cas en avril 1524.

51La construction du roman familial érasmien s’opère dans un mélange de prudence roublarde et de naïveté sincère dont la clinique psychanalytique montre qu’il n’a rien d’illogique dès lors qu’on admet que toute névrose (fut-elle « légère ») est un essai bricolé pour assumer la présence au monde, un compromis boiteux entre la réalité objective et l’intolérable du conflit intime. Le déni de réalité dont fait preuve le sujet peut aller de pair avec une conscience vive de sa mauvaise foi. À l’instar du rêve, du lapsus et du mot d’esprit, l’affabulation érasmienne des origines exhibe un « contenu manifeste » qui masque un « contenu latent » plus ou moins décryptable.

  • 97 Cfr supra, p. 206.
  • 98 Cfr Laplanche-Pontalis, Voc. cit., 467.

52La longévité de la parentèle, brocardée par R. Crahay97, est le premier trait « surdéterminé »98 d’un récit qui en comporte plusieurs. Psychiquement, l’insistance d’Érasme peut s’interpréter comme une double conjuration de l’angoisse de mort : la sienne qu’il éprouve derechef imminente, celle de ses père et mère survenue dramatiquement « peu après leur quarantième année » (49, 45). Cette recherche éperdue de racines est une réponse cohérente au désarroi révélé par la lettre à Goclenius.

  • 99 « Et il vécut en jeune homme » (47, 21). Cfr Ep., 296, à Servais Roger (8, VII, 1514), 565, 9, « s (...)

53Plus remarquable encore, la focalisation sur le père idéalisé, « survalorisé ». Sur un fond approximatif de vérité, — l’activité du copiste Gérard en Italie, — Érasme brode une fiction récupératrice aussi profitable au père qu’à son fils. Gérard a été l’innocente victime de l’égoïsme familial : on lui refuse un mariage désiré avec Marguerite préalablement enceinte (47, 4) ; on veut le pousser, par intérêt, vers le célibat consacré (10-13). « Désespéré », il est contraint à une fuite fort joliment motivée (13-17). Dans la Ville éternelle, il mène bientôt99 une irréprochable existence de travail manuel et intellectuel (47, 19-48, 26). Candide, il subit un ultime chantage de ses parents lui annonçant mensongèrement la mort de sa fiancée.

De chagrin, il devint prêtre et se consacra de toute son âme à la religion. Revenu chez lui, il découvrit l’imposture. Mais elle, par la suite refusa toujours le mariage et lui ne la toucha jamais plus (27-29).

54Père attentionné, Gérard veilla à la prime éducation du petit Érasme et eut même le temps, avant sa mort, de choisir pour l’adolescent « trois tuteurs qu’il tenait pour très sûrs » (49, 46).

  • 100 cfr N. H. Minnich and W. W. Meissner, The character of Erasmus, dans The American historical Revie (...)
  • 101 Sur le concept freudien de narcissisme, cfr Laplanche-Pontalis, Voc. cit., 64, 261, 263.
  • 102 Ibid., 33 : notion centrale chez Freud, battant en brèche « une interprétation sommaire qui réduir (...)
  • 103 « Bien plus » (58, 22), ce père idéal n’ignorait pas le droit, vis-à-vis duquel Érasme était rétic (...)

55L’idéalisation englobe donc les moindres détails de la vie privée et professionnelle du père mort. À la fois excusé de la faute d’illégitimité sacrilège et de sa trop longue absence100, dont a souffert l’enfant Érasme, Gérard est campé, au cœur de Rome, en modèle parental parfait, dans un double et subtil procès d’évitement de la honte ressentie et d’identification narcissique101. Par un effet « d’après coup »102, Érasme (re-)découvre qu’il a de qui tenir ! Comme le père, copiste impeccable (47, 21) « de tous les auteurs » (48, 24), le fils est, demeurera, — malgré son infortune, — l’infatigable éditeur de la plupart de grands génies de l’antiquité ! Le père « fut parfaitement rompu au grec et au latin » (48, 22)... Fils accompli, Érasme est, demeure, sauf en hébreu, maître ès langues latines et grecques103 !

  • 104 Cfr supra, p. 209.

56Plus discret, le travail d’idéalisation maternelle n’est pas totalement absent du mythe familial. Érasme semble insinuer que la « fille du médecin de Zevenbergen » (47, 2) renonça, par grandeur d’âme, à épouser son fiancé devenu prêtre : tout cela est culturellement banal et relève du « contenu manifeste ». Un rapprochement serait sans doute à faire, dans cette séquence, avec le fameux lactabar104. Équivalent d’un lapsus, le terme ici métaphorisé désigne, au sens propre, l’acte d’allaiter : échappée signifiante d’inconscient ?

  • 105 Dans un paragraphe dense et lumineux : I, 577.
  • 106 Supra, 200-201 et n. 24-25.

57L’escamotage du frère aîné (au même prénom que le grand-père paternel : 47, 2) est directement lié à l’élaboration du roman. Allen l’avait pressenti105, observant que sa suppression, — moins risquée qu’il ne paraît, — « lui permettait de mettre les relations parentales sous un jour plus avantageux » (577). Précisons qu’elle est conforme à l’ambivalence des sentiments érasmiens dont j’ai donné plus haut106 le schéma. La lettre de 1527, deploratio de Froben, est éclairante :

J’ai reçu très calmement l’annonce de la mort de mon frère de sang (fratris germant) ; supporter le regret de la mort de Froben, je ne le puis.

  • 107 Pure Verleugnung. Cfr Laplanche-Pontalis, s.v. « Déni (— de la réalité) ». Encore un moyen pour Ér (...)
  • 108 Citée supra, p. 219.

58On ne peut mieux dire le rejet des liens charnels auxquels, de longue date, il avait substitué, avec le cher disparu, ceux des affaires et de l’amitié. Coalescente à la fiction idéalisante, l’occultation107 traduit le double ressentiment d’Érasme vis-à-vis d’un aîné qui renforçait la note infamante de concubinage et qui était tenu pour responsable de l’entrée inéluctable au couvent. Érasme n’est d’ailleurs pas tout à fait dupe de sa dénégation. L’effacement de Pierre n’est pas total : le C.V.E. laisse passer deux demi-demi-« vérités ». La première, relevée par Allen, se lit p. 48, 1. 28108 :

Déclaration qui peut avoir été vraie de manière équivoque, puisque Pierre était le frère aîné (477, n. 17).

  • 109 « Bref, le perfide Antoine (= Pierre) trahit son frère », Ep. 447 (t. 2), 298, 223.

59La seconde modifie significativement la teneur d’une phrase explicite de la supplique romaine109 :

le jeune homme avait un camarade, qui trahit son ami (49, 78).

***

60À qui profite le crime ? À cette inévitable question de « bon sens » que se posent les dénicheurs de « faux », la meilleure réponse reste en définitive : à Érasme. À mon sens, l’interprétation psychanalytique est au moins aussi vraisemblable que l’explication par les voies « classiques » d’une sociologie mâtinée de psychologie. Car elle fait appel aux motivations structurelles de l’être humain, qui ne sont pas liées à un temps donné, sans être pour autant en contradiction avec les circonstances conjoncturelles de la vie du sujet.

61« Je est un autre », disait Rimbaud et Sénèque, avant lui, non moins profondément : « sois-en bien convaincu, être toujours le même homme exige une grandeur singulière ». Érasme serait-il moins admirable de ne pas correspondre, en tous points et en tout temps, à la figure hiératique que nous ont transmise ses illustres portraitistes ? Et notre Histoire n’aurait-elle rien à gagner en acceptant des lectures croisées déblayant une pluralité de sens grâce à plusieurs instruments d’analyse rigoureusement maniés ?

62Au bout du compte, quel est le pari de ma démarche ? Essai motivé de réponse au scepticisme de la communauté historienne ? Tentative pour constituer, sur un cas jugé par d’aucuns désespéré, la psychanalyse en « science auxiliaire » de l’histoire ? Il y a de cela, ici. Plus essentiellement, exercice de « psychanalyse culturelle » par mise en jeu et à l’épreuve de deux subjectivités, acceptées mais contrôlées, sur la question capitale, transhistorique si l’on veut, non moins poignante pourtant et actuelle pour chaque homme, que celle de sa mort, je veux dire la question des origines, là où s’annonce et peut-être se résume toute la vie : Compendium, vitae suae.

63Paris.

Notes

1 VITA DES. ERASMI. ex ipsius manu fideliter repraesentata ; comitantibus, quae ad eandem, aliis. Additi sunt EPISTOLARUM, quae nondum lucem aspexerunt, Libri duo : quas conquisivit, edidit, dedicavit S.P.Q. Roterodamo Paullus G.F.P.N. Merula, Lugduni Batavorum, Th. Basson, 1607. Désigné désormais sous le sigle C.V.E., l’Abrégé (p. 9-14) sera habituellement cité dans le texte d’après l’édition d’Allen, Opus, t. I, 47-52. Traduction empruntée, avec modifications, à La Correspondance d’Érasme (éd. Gerlo), I, 45-50.

2 Recherches sur le Compendium vitae attribué à Érasme, dans Humanisme et Renaissance, VI, p. 7-19, 135,153, 1939. Nos renvois entre parenthèses dans le texte.

3 Allen, op. cit., 47, 7 ; 4-22.

4 (1) Copie de Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia IIae, cod. lat. fol. 906 (Berlin) : « Explicit... / ... In Fabriano in conventu sancti Benedicti / per me Gerardum Helye Hollandrinum civi- / tatis Rotterdammis anno Domini M°CCCC°LVII° /mens, fobruarii die décima octava finita est / ... / ... dico gratias omnipotenti Deo/Patri et Filio Sanctoque Spiritui eiusque benedicte matri/Marie semper virgini et beatissimo martiri sancto / Herasmo. Amen. » (fo 202r.).
(2) Copie d’Augustin, De civil. Dei, VII, Mas. addit. 27867 (Londres) : « Explicit... / ... Gratias agamus omnipotenti Deo / eiusque gloriosissime matri Marie vir- / gini atque sanctissimo Herasmo Christi martiri / per me Gerardum Helye theothonicum hollan- / drinensis provintie etc. » (f. 61va). « Helye Gerardus.1.4.5.8. Rotterdammis die vicesima quinta mensis ianuarii » (f. 112va). Cfr G. Avarucci, Due codici eeritti da ‘Gerardus Helye’ padre di Erasmo, dans Italia medioevale e humanistica, XXVI, p. 215-255, 1983.

5 Érasme modifiera cette graphie (Erasmus) à hauteur de 1503 (Allen, Opus, I, 73.)

6 G. Avarucci, art. cit., 247, n. 117118 ; - 255.

7 J. Ijsewijn, Wolfenbütteler Renaissance Mitteilungen, IX/3, p. 127-129, 1985.

8 Pour un exposé pratique et théorique plus complet, cfr A. GODIN, Histoire et psychanalyse : quel rapport ? dans Le XVIe siècle : Discours de la méthode, Sedes, Paris, 1987.

9 Cfr L.-E. Halkin, La psychohistoire et le caractère d’Érasme, dans Storia della storiografia, 8, p. 73-90, 1985.

10 Cfr Allen, Opus, I, 47 et 278.

11 R. R. Post, Quelques précisions sur Vannée de la naissance d’Érasme, B.H.R., XXVI, 509, 1964. Au raisonnement strictement arithmétique d’un contradicteur, Post oppose, en dernier analyse, un argument purement psychologique repris de P. Smith (cité, p. 491).

12 Allen, Opus, I, 56, 2.

13 Ibid., I, 17, n. 1 : « parente vicinae civitatis Goudanae parocho natus est, praegnantem famulam quo crimen celaretur [...] in proximam civitatem ablegante ». Écho probable de ce légendaire chez M. Z. Boxhorn dans son éloge de Rotterdam : « Tu donnas naissance au grand Érasme que Gouda a conçu. Je n’ai rien à ajouter. Cette grandeur suffit » (1632). Cité d’après B. Mansfield, Phoenix of his Age. Interpretations of Erasmus c. 1550-1570, Univ. Pr., 147, Toronto, 1979.

14 D’une part, pour remédier à un defectus natalium l’empêchant d’obtenir un bénéfice ecclésiastique, de l’autre, pour ne plus porter l’habit religieux. Cfr Allen, Opus, Ep. 517, II, 434, n. 7 (= Tl) ; Ep. 447, II, 294, 69 (T2) ; Ep. 517, II, 434, 7, « ex illicito et, ut timet, incesto damnatoque coitu genitus » (T3) ; Ep. 518, 437, 45 (T4).

15 Erreur probable du copiste romain sur « Roger ». Cfr Allen, Opus, I, 537 à nuancer désormais par les mss. B. 906 et L. 27867.

16 Conjecture de W. Vischer, rapportée par Allen, Opus, Ep. 517, 434, n. 7 : Érasme resterait incertain sur la date exacte de l’ordination sacerdotale de son père.

17 En 1517 (T3), la renommée d’Érasme est à son zénith.

18 Un détail déjà symptomatique : publiant T2 en 1529, Érasme omet de transcrire les indications sur le defectus natalium, qui figuraient d’ailleurs dans l’original, en « écriture chiffrée » et à l’encre sympathique. Allen, Ep. 447, 311, 749.

19 L.-E. Halkin, art. cit., 75. L’auteur semble ici tributaire du C.V.E. dont il récuse pourtant l’authenticité, « du moins quant aux origines d’Érasme ».

20 Cfr A. BLAISE, Dict. lat.-fr. des aut. chrét., s.v. incestus. — A. Calepini, Dictionarium, Lyon, 1582, 612. — G. Avarucci, art. cit., 243, n. 95 et infra, n. 22.

21 Justa Querela, Haguenau, 1531. — Cfr P. Bayle, Dict. hist. et crit., s.v., 1089. Nous retrouverons plus loin ce personnage qui obsédait Érasme à l’instar d’Aléandre. — Cfr A. Godin, Érasme, Aléandre : une étrange familiarité, dans Actes du colloque intern. de Tours, juillet 1986 (à paraître).

22 Lettre du 31 janvier 1531 : « Érasme, né du commerce sacrilège (incesto) de parents ignobles ; l’un était un petit prêtre, l’autre une prostituée », J.C. Scaligeri epistolae aliquot [...], Ep. XV, 45-46, Toulouse, 1620.

23 Cfr T2, Allen, Opus, Ep. 3, I, 75 et G. Hermansz, Sylva Odarum, Paris, 1497, ode 17 : « Ad Petrum Girardum, Rott., Herasmi germanum ».

24 Allen, Opus, Ep. 3, I ; Ep. II 447 (T2), II, 298, 233-235 (assimilation à Judas).

25 Allen, Opus, Ep. 1900, novembre 1527, VII, 226, 23-24.

26 Supra, n. 1.

27 Dans ce titre accrocheur, notez aussi l’insistance sur l’authenticité de la transmission (fideliter) et l’annonce de pièces-jointes, en relation avec la Vita (ad eandem).

28 Allen, Opus, Ep. 1437 (2 avril 1524), V, 431-438 : renvois directs dans mon texte.

29 Conrad Goclenius (1489-1539), professeur de latin au collège trilingue de Louvain, compatriote d’Érasme. Cfr Allen, Opus, Ep. 1209, introd., IV, 504 ; Ep. 2352, VIII, 487, 168-170, 489, 259-265 ; App. XXIII, X, 411, 5-7 ; XI, Ep. 3130, 337 : « dernière lettre connue d’Érasme », L.-E. Halkin, Erasmus ex Erasmo, 202, n. 30, Aubel, 1983. Cet « alter Erasmus » (épitaphe par Alard d’Amsterdam) fut donc constamment l’ami dévoué, l’homme sûr à qui confier sans crainte ses intérêts financiers, l’édition posthume de ses Opéra omnia, de lourds secrets touchant sa vie intime.

30 Allen, Opus, Ep. 296, I, 564 sq. ; ibid., I, 56-71 ; Ep. 2233, III, 372 sq.

31 Poèmes écrits par dix contemporains d’Érasme, d’Eobanus à... J. C. Scaliger « récupéré » dans une manchette anonyme (57) où l’on reconnaît l’informateur de Merula ; Scaliger junior, l’une des gloires de l’université de Leyde.

32 Cfr Allen, Opus, I, 597-598 ; 609.

33 Allen conjecture (I, 575, n. 1) qu’Othon Werckmann, de Leyde, était apparenté à F. Berekman, libraire anversois par qui avaient transité nombre d’écrits d’Érasme et de ses amis (Ep. 258, Allen, Opus, I, 509, n. 14 ; Ep. cit., n. 28, 438, 218).

34 Lillois truculent (1561-1613), calviniste modéré, professeur de rhétorique à l’université de Leyde.

35 Excellent panorama dans B. Mansfield, op. cit., 115-134.

36 Fondée en 1575 (ibid., 123). Arminius y enseigna en même temps que Merula, Baudius, J. Scaliger et d’autres cités dans les trois préfaces de la Vita.

37 « Antoine, frère de Florent, ici (= T2) son aîné de près de trois ans, est vraiment (vere) Pierre avec qui Érasme correspondb et à qui G. de Goudad a dédiéc le chant saphique Eloge de l’amitié » (**ir.). Trois marginalia précisent ces informations v.g. (b) : « in hac editione pag. 186 », i.e. Ep. 3 (Allen, Opus, I, 75) jamais publiée par Érasme. Ces manchettes, de facture analogue à celles qui parsèment le recueil indubitablement authentique des 84 lettres, témoignent d’un sens critique certain.

38 Résumé des thèses de Kan et de leur réfutation par Fruin, Block, Haak, Nichols et Allen : chez celui-ci, I, 576 sv.

39 Naïf, romantiquement apologétique, Baudius insiste sur les aspects romanesques du C.V.E., là où Merula (1558-1607), — responsable de l’édition, — note sobrement une contradiction entre deux textes pour lui également dignes de foi. Les broderies échevelées sur le nom d’Érasme, sur le caractère et la patrie de Gérard, l’éloge paradoxal de la bâtardise signalent, chez Baudius, une curiosité, symptomatique, pour le problème général des origines et le mystère spécifique qui entoure la naissance du grand homme.

40 B. Mansfield, op. cit., 127.

41 La copie du C.V.E. conservée à Vienne (B.N., no 9058) fait suite (f° 7r°-10v°) à deux autres biographies, de main peut-être différente : la première concerne Jean Wessel Harmensz Gansfort (f° 1r°-v°), la seconde Rodolphe Agricola (f° 3r°-6v°), deux célèbres compatriotes du Rotterdamois. On date du milieu du XVIe siècle ce ms. (cfr Allen, Opus, I, 46, intr. et renseignement aimablement communiqué par Frau Dr Eva Irblich, conservateur des manuscrits et incunables de la B.N. de Vienne), mis en la possession de la bibliothèque de la Cour entre 1608-1636 et relié au XIXe siècle. À part onze graphies différentes (v.g. authores, cfr Allen, 1. 24 ; merore, 1. 27, etc.) et trois inversions (vita esse, 1. 26 ; alere religioni, 1. 51 ; sum ausus, 1. 58), mon propre travail de collation n’apporte rien à celui de cet éditeur. Mon hypothèse de deux mains différentes supposerait un examen paléographique approfondi : il ne serait pas de nature à modifier substantiellement mes conclusions.

42 Ibid., I, 575. J’ai trouvé confirmation des propos do Merula dans Jacob Verheiden, Praestantium aliquot theologorum [...] effigies [...], Hague, 1602, 19-20 : une autobiographie inédite de la propre main d’Érasme, « précieux trésor » en la possession de Werckmann.

43 Après tout, ont également disparu les originaux des lettres authentiques reproduites dans l’ouvrage de Merula.

44 Art. cit., supra, n. 2.

45 « Ce dont il avait besoin, c’était d’une mise au point, d’une justification par interprétation de sa conduite [...]. Est-ce cela que nous offre le document ? Nous ne le ponsons pas » (11).

46 Philologue hollandais qui publia en 1606 Apologia pro D. Erasmo Roter. (L.B., X, 1759-1780) de son père M. Lydius (1539-1601), autre admirateur protestant d’Érasme. Cfr B. Mansfield, op. cit., 120-121.

47 Je souligne (A.G.). R. Crahay a lu trop vite Lydius. « Exemplar longe melius » signifie sans plus « une copie de loin meilleure ». On attendrait pourtant un superlatif.

48 ὰυτόγραφον (** r.). Crahay : « Que pouvait bien signifier le mot autographe sous la plume de ces gens ? ». Question où perce une attitude hypercritique.

49 Tous perdus, sauf le ms. viennois (supra, n. 40), très incorrect (Allen, Opus, I, 46).

50 Ep. 1437, 435, 120. Cfr Adag., 226, L.B., II, 122 B.

51 « Sed fortasse futuri sunt qui multa affingent : τoῦτo ϰαλῶς ἔσται. » (Ep. cit., 121-122). Par cet incipit des testaments (Adag., 2600, A.S.D., II-6, 391), Érasme ouvre la liste de ses dernières volontés. Équivoques, les deux points ( :) semblent être d’Allen dont l’explication (121 n.) n’est guère plausible. La coupure forte est entre affingent et τoῦτo : traduction et interprétation de J. Chomarat, que je remercie. Celles de l’édition Gerlo (550) sont moins fiables.

52 I, 577, n. 14. Cfr supra, n. 36.

53 Ebnout-Thomas, Syntaxe latine, p. 366-367, Paris, 1969.

54 Cfr J. Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Erasme, II, 815-841, Paris, 1981. Sur le purisme de R. Crahay, lire mes observations : Érasme. Vies de Jean Vitrier et de John Colet, 30, 68, Angers, 1982.

55 Allen, Opus, Y, 426-431.

56 Ibid., Ep. 1844, VII, 103, 67.

57 Autre cas de rupture stylistique : ibid., Ep. 1934 intr., VII, 297.

58 Bâle, Bibl. univ. : Allen, Opus, Ep. 1436, V, 426-431.

59 Résumé des arguments : ibid., intr., 426.

60 « G. de Nimègue m’a écrit que certains préparent une vie d’Érasme, partie en vers, partie en prose. Lui-même souhaitait être renseigné confidentiellement mais je n’ai pas osé lui envoyer de message », Ep. 1437, 437, 212-214.

61 L’injonction d’Érasme concerne le testament, non le C.V.E. Crahay semble confondre les deux documents. Entre le début de l’article (8, n. 1) et sa conclusion (150, 1), on passe de l’hypothèse à l’affirmation d’une équivalence.

62 Moins de vingt ans après la mort d’Érasme, il fallait encore plus de culot pour construire une telle biographie. Sur quelles bases historico-littéraires fonder le choix de la mi-seizième siècle ?

63 Cfr supra, n. 41.

64 Aux indices déjà relevés (supra, n. 11, 14, 18), ajouter l’impatience inquiète d’Érasme pour que soient détruites toutes les pièces, brouillons compris, attestant son defectus natalium : Allen, Opus, Ep. 655-656, III, 76-77.

65 Op. cit., 115 sv.

66 Sur ce point, accord parfait entre Lydius, Merula et Baudius, qui n’est pas en reste sur les deux autres : ibid., 120, 127, 130.

67 Cfr l’exergue de l’Ep. à Goclenius : « À lire seul et en secret » (431, 1) et l’épigraphe, également en grec, du C.V.E. : « La vie en secret » (47).

68 Art. cit., 75.

69 Supra, n. 64. Y ajouter une digression dans le De amabili Ecclesiae Concordia, L.B., Y, 473 F-474 C (cfr J. Chomarat, op. cit., I, 709, n. 481) ; à propos d’un projet éditorial des Erasmi Opera omnia par Damien de Goes (Bp. 3085, 26 janvier 1536, Allen, Opus, XI, 270, 28 sq.), les concessions de cet ami pour que paraisse quand même la biographie à laquelle Érasme se refusait : « tu pourrais ne toucher que légèrement à ta naissance » (Ep. 3122, 17 juillet 1536, ibid., 340, 38).

70 II est plusieurs autres clignotants qui furent pour moi, dans l’attention « flottante » d’une première lecture, les indices (les « restes » de Freud, les « signifiants » de Lacan) légitimant un éclairage psychanalytique de la biographie d’Érasme, v.g. la fréquence des termes γνήσιoς, germanus et verus/nothus. Cfr Godin, Érasme, lecteur d’Origène, 637, n. 24.

71 Position du problème : J. Bellemin-Noel, Psychanalyse et littérature, 2e éd., Paris, 1983, Que sais-je ?, no 1752.

72 Cfr J. Chomarat, op. cit., II, 831 : pénétrantes réflexions au partir de la querelle cicéronienne.

73 L’impossible dialogue entre ces deux grandes voix a échoué. Cfr A. Godin, Érasme et Luther d’après leur correspondance, dans les Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, 5, 7-18, Paris, 1984.

74 Anglais en tête : Allen, Opus, Bp. 1408, V, 381, 21-23. Cfr aussi Ep. 1411, ibid., 385, 23-25 ; 1415, 393, 54-55 ; 1416, 395, 24 (Adrien VI) ; 1683, VI, 296, 40-42.

75 Ibid., Ep. 1489, V, 538, 58 ; 1522, 590, 20 et 15. Sur le glissement du signifiant métaphorique, cfr A. Godin, th. cit., 495, n. 27.

76 « Bien plus, il ne peut surseoir indéfiniment à l’exécution de promesses, si vagues soient-elles, sans perdre la protection du pape et du roi d’Angleterre », G. Chantraine, Érasme et Luther. Libre et serf arbitre, 38, Paris, 1981.

77 Avec le çà, deux des trois instances repérées par Freud dans sa seconde théorie de l’appareil psychique. Cfr J. Laplanche et J. B. Pontalis, Vocabulaire de la Psychanalyse, s.v., Paris, 1967.

78 Allen, Opus, Cat. Botzheim, I, 27, 29-30.

79 Refus mesquin et embarrassé de recevoir le proscrit ; intervention pour obtenir du sénat bâlois un arrêt d’expulsion contre le chevalier vaincu. Allen, Opus, Ep. 1342, V, 220, 689-693. Ici, personne n’a cherché à voir l’autre ; là (ibid., 335, 22), ce sont des quidam qui ont empêché la rencontre.

80 Selon les interlocuteurs, il avance des raisons variables à un refus qui décidément le tracasse beaucoup : Ep., 1496, V, 544, 6-11 ; 1356, 273, 7-13, etc.

81 Sur tout ceci, Y. Charlier, Érasme et l’amitié d’après sa correspondance, surtout pp. 194, 284-285, 307-309, 333, Paris, 1977, est un bon guide pour suivre les méandres aussi compliqués qu’étriqués du jeu réciproque des insinuations, des scénographies dramatisées, des demi-vérités et des vrais mensonges.

82 Dans l’ultime chamaillerie avec Eppendorf (1528), pourquoi tant d’acharnement et de mauvaise foi (Y. Charlier, 308), avant l’acceptation cl un compromis préférable à un déballage public ? Ensuite, Érasme se vengea d’Eppendorf en ridiculisant ses prétentions à la noblesse dans le colloque acide : Ἱππεὺς ἄνιττττος sive ementita nobilitas, A.S.D., 1-3, 692-699.

83 Supra, p. 2, n. 21.

84 Le plus redouté : Aléandre, qui règne dans l’arène romaine (434, 112-113). Sur Aleandre, la bete noire d’Érasme qu’il a autant haï qu’il semble l’avoir aimé lorsqu’ils partageaient la même chambre à Venise, cfr A. Godin, th. cit., 507, n. 81 et art. cit., supra, n. 21.

85 « D’autre part, comme ma vie est sans cesse en danger, il me reste à te recommander, à toi le plus loyal de mes amis, ce que j’ai de plus cher, ma mémoire, qui, je le devine, sera en butte à de nombreuses calomnies. C’est pourquoi je t’envoie le Compendium de ma vie tout entière, i.e. me Iliade de maux : en effet, aucune créature ne fut jamais plus malheureuse que moi » (435, 117-121).

86 Ἰλιάδα ϰαϰῶν est à rapprocher de « la chaîne ininterrompue de calamités » (Ep., 145, I, 343, 55) dont il se dit l’infortunée victime depuis l’incident de Douvres (infra, n. 91) : dans une identique situation de stress, même conscience malheureuse exprimée répétitivement, mais littérairement plus élaborée entre 1500 et 1524.

87 Der Familienroman der Neurotiker, Gesammelte Werke, VII, 224 sv., Londres, 1941. — Cfr Laplanche-Pontalis, Voc. cit., 427 : « Expression crée par Freud pour désigner des fantasmes par lesquels le sujet modifie imaginairement ses liens avec ses parents [...]. De tels fantasmes trouvent leur fondement dans le complexe d’Œdipe ».

88 M. Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, 1972. Prenant pour point de départ le texte freudien, l’auteur analyse le phénomène romanesque chez Defoë, Cervantès, Balzac et Flaubert.

89 « Construction romanesque tenace, comme en témoignent les fabulations, — pas forcément mégalomaniaques, — qui persistent tout au long d’une vie sans d’ailleurs que le sujet en soit dupe », Y. N. Smirnoff, Le squelette dans le placard, dans la Nouvelle Revue de Psychanalyse, no 14, Du secret, 37, Paris, 1976.

90 V. N. Smirnoff, art. cit., 38, dont les analyses générales éclairent singulièrement « le cas d’Érasme » : « mais si la fable est destinée à être racontée, le secret doit rester inédit, privé, échappant à une confidence susceptible de ravir ce statut. Il peut au mieux se manifester dans l’allusif, le murmuré, l’allégorique ». Cfr mon article en préparation : Érasme ou l’inconscient d’un nom.

91 Cfr supra, n. 67.

92 Allen, Opus, Ep., 119, I, 274-282. — Cfr A. Godin, Érasme, la Picardie et les Picards, dans La Bible d’Olivétan (Coll, de Noyon, 15-16 mai 1985), surtout p. 3 et n. 10, Paris, 1987.

93 Ibid., Ep., 326, II, 54 sq.

94 Silvana Seidel Menchi, Un’opera misconosciuta di Erasmo ? Il trattato pseudo-cipriano De duplici martyrio, dans la Rivista storica italiana, 709-743, 1978.

95 Julius exclusus (cfr J. C. Margolin, Érasme. Guerre et Paix, 53-54, Paris, 1973). — Sur le Dialogus [...] bilinguium ac trilinguium sive de funere Calliopes (W. K. Ferguson, Erasmi Opuscula, 191-224, La Haye, 1933), auquel Érasme a prêté la main, cfr A. Godin, Conflits de savoir, conflits de pouvoir. Érasme dans la querelle des langues, dans Les Réformes : enracinement socio-culturel, 197-208, Paris, 1985.

96 Technique d’exposition des Paraphrases-, notion d’emphasis ; Colloque Gerontologia : op. cit., 662-663 ; 813-814 ; 918, 930, n. 374.

97 Cfr supra, p. 206.

98 Cfr Laplanche-Pontalis, Voc. cit., 467.

99 « Et il vécut en jeune homme » (47, 21). Cfr Ep., 296, à Servais Roger (8, VII, 1514), 565, 9, « si j’ai eu autrefois des désirs de jeune homme » : autre touche d’identification filiale dont il ne faut pas majorer la teneur péjorative. — Cfr D. F. S. Thomson, Erasmus as a poet..., dans Commémoration nationale d’Érasme, 196, Bruxelles, 1970.

100 cfr N. H. Minnich and W. W. Meissner, The character of Erasmus, dans The American historical Review, vol. 83, 600, 1978.

101 Sur le concept freudien de narcissisme, cfr Laplanche-Pontalis, Voc. cit., 64, 261, 263.

102 Ibid., 33 : notion centrale chez Freud, battant en brèche « une interprétation sommaire qui réduirait la conception psychanalytique de l’histoire du sujet à un déterminisme linéaire ».

103 « Bien plus » (58, 22), ce père idéal n’ignorait pas le droit, vis-à-vis duquel Érasme était réticent. Le jeu identificatoire n’est pas mécanique.

104 Cfr supra, p. 209.

105 Dans un paragraphe dense et lumineux : I, 577.

106 Supra, 200-201 et n. 24-25.

107 Pure Verleugnung. Cfr Laplanche-Pontalis, s.v. « Déni (— de la réalité) ». Encore un moyen pour Érasme de desserrer sa culpabilité en la déplaçant sur l’autre.

108 Citée supra, p. 219.

109 « Bref, le perfide Antoine (= Pierre) trahit son frère », Ep. 447 (t. 2), 298, 223.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540