Version classiqueVersion mobile

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Seconde partie

De l’Épisode polonais aux comédies de Térence

Maria Cytowska

Texte intégral

  • 1 Terentii comoediae oum scholiis ex Donati, Asperi et Cornuti commentariis. Indicata sunt carminum (...)
  • 2 Voir Contemporaries of Erasmus. A biographical register of the renaissance and reformation, éd. P. (...)
  • 3 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 168.
  • 4 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 167-168.
  • 5 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 19.
  • 6 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 436-437.

1En 1532, Érasme de Rotterdam publiait une édition des comédies de Térence1. II avait muni ce livre d’une dédicace (du 12 décembre 1531) à deux Polonais : Jan Boner2 (1516-1562) et son jeune frère Stanislaw3 (1523-1560), fils de Seweryn Boner4 (1466-1549), banquier attitré du roi de Pologne Sigismond Ier (1467-1548), qui assumait également de hautes fonctions dans l’administration comme burgrave et procureur de la ville de Cracovie. Le fils aîné de Boner, Jan, avec un garçon qui lui fut assigné pour lui tenir compagnie, Stanislaw Aichler5 (Glandinus, vers 1519-vers 1585) sous la tutelle de son précepteur Anselme Éphorinus6 (vers 1505-1566) fut envoyé faire un voyage à l’étranger pour connaître le monde, approfondir son savoir et parfaire son éducation.

  • 7 Allen, Opus, Ep. 2521.
  • 8 Allen, Opus, Ep. 2520.

2En route pour l’Italie, en passant par l’Allemagne, après avoir visité Erfurt et Nürnberg, les jeunes voyageurs se rendirent à Fribourg où Érasme séjournait depuis avril 1529. Les jeunes Polonais passèrent cinq mois chez Érasme (d’avril à septembre 1531), Puis ils se rendirent à Bâle et après un assez long séjour dans cette ville, ils allèrent en Italie. Seweryn Boner attachait une importance particulière à l’éducation de son fils dans l’entourage d’Érasme puisque c’est à sa demande que Piotr Tomicki7 (1464-1536, évêque de Cracovie et sous-chancelier de la Couronne) ainsi que le roi luimême Sigismond Ier8 recommandèrent dans des lettres spéciales les jeunes voyageurs à l’attention de l’humaniste hollandais.

  • 9 Allen, Opus, Epp. : 2539, 2545, 2548, 2550, 2554, 2559, 2606, 2658, 2717, 2718, 3038.

3Dans la maison d’Érasme à Fribourg, les Polonais furent reçus hospitalièrement et, au moment de partir, ils obtinrent des lettres de recommandations, clé infaillible qui allait leur ouvrir les portes des savants allemands et italiens. Dans leurs lettres9 envoyées de Bâle et de Padoue, aussi bien les garçons que leur éducateur, Éphorinus, admirateur d’Érasme, remercièrent ce dernier pour sa bienveillance.

  • 10 Allen, Opus, Ep. 2549.
  • 11 Allen, Opus, Ep. 2554.
  • 12 Allen, Opus, Ep. 2533.

4Érasme manifestait des sentiments paternels, de la sollicitude surtout envers les compagnons pauvres des jeunes gens riches envoyés chez lui pour étude. Hôte à Fribourg des trois Polonais, il se montrait assez froid10 avec le futur héritier de la grande fortune des Boner, Jan, il portait par contre une plus grande attention au jeune homme sans fortune Stanislaw Aichler, et témoignait une sympathie exceptionnelle à l’éducateur des jeunes gens, Éphorinus11. Ce dernier fut d’une grande aide pour Érasme dans l’aménagement de la nouvelle maison où l’humaniste hollandais venait d’avoir emménagé avec l’intention de rester assez longtemps à Fribourg. Dans la lettre de politesse12 d’Érasme à Seweryn Boner (du 1er septembre 1531) il ne manque pas à vrai dire de louanges concernant les capacités et le caractère du jeune Jan Boner mais la plus grande partie de la lettre contient des éloges enthousiastes de son précepteur, Éphorinus. Érasme n’épargna pas non plus les paroles bienveillantes pour le petit Aichler. En déclarant que Aichler en raison de son caractère ferait honneur comme fils même au dignitaire le plus haut, Érasme a voulu montrer que dans sa conviction Glandinus n’était en rien plus mauvais que son riche compagnon.

  • 13 Allen, Opus, Ep. 2554.
  • 14 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 63-64.
  • 15 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 380-382.

5C’est seulement en cédant aux instances d’Éphorinus13 qu’Érasme a inséré dans la dédicace des Comédies de Térence le nom, non pas d’Aichler, mais du fils cadet de Boner, Stanislaw. Lorsqu’on compare cette dédicace avec la correspondance d’Éphorinus avec Érasme, on voit que la dédicace est comme écrite à contre-cœur. Érasme l’a écrite à la demande de hauts protecteurs de Boner (dans l’espoir que le riche Seweryn Boner se montrerait « dûment » reconnaissant), et surtout, pour satisfaire aux suppliques insistantes d’Éphorinus. Sous l’influence des lettres du précepteur des garçons, pour lui donner satisfaction : 1) Érasme a omis dans la dédicace le nom d’Aichler, citant à sa place le nom de Stanislaw Boner âgé alors de sept ans, qu’il ne connaissait pas du tout ; 2) Il a souligné, le faisant avec conviction, le zèle et les aptitudes d’Éphorinus en tant qu’éducateur ; 3) Il a encouragé les deux jeunes Boner (ce à quoi tenait spécialement leur père) à imiter le fils du roi de Pologne, le jeune Sigismond-Auguste (1520-1572). Dans la lettre de dédicace pour les Boner, Érasme a répété aussi les pensées contenues dans d’autres œuvres telles : De ratione studii, De pueris statim ac liberaliter instituendis, De pronuntiatione. Il y a rappelé que l’éducateur avait pour tâche d’inculquer la piété et l’amour des sciences humaines, la vertu et l’instruction constituant en effet la base de l’humanité. (Sans vertu et sans savoir l’homme cesse d’être un homme). Il y félicitait les jeunes Boner d’être nés en des temps où renaissait l’amour des sciences. Il y disait que du temps de son enfance, les jeunes n’apprenaient avec peine rien d’autre dans les écoles que de la répugnance pour les études. Il félicitait aussi les deux frères d’avoir un père qui, bien qu’il ait assuré à ses fils une place privilégiée parmi les grands, ne cessait de se soucier de leur instruction : il les élevait non seulement pour lui-même mais aussi pour la République et pour le Christ. Voulant les imprégner des meilleurs enseignements, Boner leur avait choisi le meilleur éducateur Anselme Éphorinus. Érasme encourageait les garçons à profiter de leurs magnifiques conditions pour étudier avec ferveur. Il rappelait que leurs dons lui avaient été recommandés par le roi lui-même, Sigismond Ier, l’évêque Tomicki, l’évêque Krzycki, le chancelier Szydlowiecki, le médecin Antonin14 (vers 1499-1549) et Iustus Decius15 (vers 1485-1545). Des lettres de recommandation des jeunes Boner, seules la lettre du roi et la lettre de Tomicki sont connues. Nous ne savons donc pas si les autres personnes citées par Érasme lui ont réellement écrit au sujet des Boner ou si en citant ces noms, l’humaniste hollandais désirait montrer ses attaches avec Cracovie. Cette liste de noms était un habile passage aux éloges des sciences qui florissaient en Sarmatie ainsi qu’à la glorification des grandes qualités d’esprit de Sigismond-Auguste.

6Dans la suite de la lettre Érasme ne s’adresse qu’au frère aîné, Jan. Il y rappelait que ce qui l’avait poussé à publier une édition des comédies de Térence c’était l’habileté avec laquelle Jan et son compagnon Aichler (Érasme n’avait pas renoncé à citer ce nom) avaient joué à Fribourg dans la maison d’Érasme plusieurs fois quelques scènes des Comédies de Térence, suscitant l’admiration par leur don de l’imitation et leur extraordinaire mémoire. Après s’être ainsi référé à Térence, Érasme-éditeur constatait qu’aucun auteur n’était plus agréable à lire que ce poète comique, aucun n’est une lecture plus indiquée pour les jeunes lecteurs. Grâce à la direction compétente d’Éphorinus, la lecture de Térence sera profitable aussi au jeune Jan. Dans cette lettre s’entremêlent donc trois motifs majeurs : la caractéristique de l’auteur comique, Térence, les éloges des talents éducatifs et du caractère d’Anselme Éphorinus, les encouragements faits à Jan d’étudier avec application.

  • 16 Quint. Inst., I, 1, 5.
  • 17 Voir De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 23, 1. 2-4 : « infantem tuum illico bonis litteris (...)
  • 18 De pueris instituendus, A.S.D., t. 1-2, p. 33, 1. 27-28 : « Pater esse voluisti, pius pater sis op (...)
  • 19 De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 38, 1. 20-21 : « Quemadmodum autem canis nascitur ad ve (...)

7À cette occasion Érasme renouait avec ses anciennes déclarations concernant l’enseignement et l’éducation de la jeunesse, surtout à l’ouvrage édité en 1529 De pueris statim ac liberaliter instituendis qui était une tentative de présentation synthétique des questions pédagogiques. Conformément aux thèses de Quintilien16, l’humaniste hollandais rappelait17 à Jan que c’est tout ce que nous avons appris dans notre tendre enfance que nous conservons le mieux dans notre mémoire. Il faut donc commencer à étudier si possible tôt, lorsque l’esprit n’a pas encore subi de mauvaises influences. Dans ce but il faut choisir le meilleur éducateur. Un père sage s’en soucie parce qu’il désire18 élever son enfant non seulement pour lui-même mais aussi pour sa patrie et le Christ. La nature elle-même indique19 les buts de l’homme : le cheval est destiné à courir, le chien à chasser, l’être humain à pratiquer la vertu et à étudier. Il faut donc former ces penchants que la nature a donnés aux hommes.

8Érasme avait déjà exprimé les mêmes réflexions plus tôt dans une lettre à Seweryn Boner (du 1er septembre 1531), le louant de :

  1. se soucier de la bonne éducation de son fils Jan ;
  2. de ne pas oublier qu’il élevait son fils pour la patrie ;
  3. d’avoir conscience qu’une bonne naissance n’avait pas de valeur sans une éducation soigneuse ;
  4. d’avoir commencé l’éducation de son fils tôt (Érasme compare20 le processus d’éducation au travail de l’agriculteur qui prend soin des jeunes plantes, et du potier qui façonne l’argile humide) ;
  5. de savoir combien il est important de choisir un bon éducateur (à cet endroit Érasme couvre d’éloges Éphorinus), l’éducateur est en effet comme un second père. Il doit former le caractère de son élève non pas à l’aide de menaces, mais en éveillant en lui des sentiments de honte et en lui faisant à bon escient des éloges ;
  6. d’avoir su choisir un compagnon de jeux et d’études pour son fils, ce qui est particulièrement important. Boner a en effet fait un choix merveilleux en donnant pour compagnon à son fils Jan le petit Stanislaw Aichler qui dénote effectivement un caractère réellement noble.
  • 21 De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 64, 1. 10-16 : « Quid ego audio ? An civium filii minus (...)

9À cet endroit, Érasme a renoué discrètement avec sa déclaration insérée dans l’œuvre De pueris instituendis21, à savoir que les gens riches ont le devoir d’aider les garçons pauvres remarquablement doués à acquérir de l’instruction. Il a rappelé que les fils des simples citoyens « ne sont pas moins hommes » que les enfants des familles royales et que de nombreuses gens de familles pauvres pouvaient, grâce à une instruction, accéder aux plus hauts postes.

10C’est ainsi que aussi bien la lettre à Seweryn Boner que la dédicace à ses fils des Comédies de Térence reprennent les idées contenues dans l’ouvrage De pueris statim, ac liberaliter instituendis récemment publié par Érasme. On peut considérer les deux lettres comme un résumé de cette œuvre.

  • 22 Voir Allen, Opus, Ep. 20 (à Corneille Gérard, Steyn 15 mai 1489 ?), où Térence est cité avec Cicér (...)

11Selon son habitude, Érasme donne des instructions pédagogiques en recommandant pratiquement comme moyen de formation la lecture des Comédies de Térence qu’il munit de la lettre de dédicace aux Boner. On peut en effet retirer de la lecture de Térence de multiples profits. Grâce à ses comédies, on peut connaître les mœurs des gens et divers modes de raisonnement. Térence est le meilleur maître de la langue latine, il apprend comment rendre au moyen de la langue divers sentiments, ce qu’aucun rhéteur ne saurait faire. Térence apprend aussi à sélectionner dûment l’argumentation dans l’éloquence. Érasme-éditeur attire aussi une attention spéciale sur la connaissance de la métrique des comédies de Térence. Du temps d’Érasme c’était un problème très difficile. Érasme n’avait-il pas dans sa prime jeunesse22, conformément à l’opinion qui avait cours alors, compté Térence parmi les prosaprosateurs ? Cela s’explique puisque, dès la fin de l’Antiquité, on ne comprenait pas bien la métrique des comédies, malgré leur succès qui ne faiblissait pas. L’ouvrage de Rufin Commentarium in metra Terentiana, du Ve siècle, en est une preuve. Rufin a cherché à démontrer que les comédies sont écrites en vers en se référant à des savants tels que Varron, Asper, Euantius, Diomède et d’autres. Il en découle que dès le Ve siècle, on commençait à lire Térence comme de la prose. De même Priscien (Ve-VIe siècle) considérait qu’il était nécessaire de démontrer que les pièces de Térence étaient écrites en vers mais avec application plus large que chez les poètes grecs des libertés métriques (De metris fabularum Terentii). Suivant Priscien, Érasme s’est efforcé dans le commentaire à son édition d’expliquer ces questions, et à désiré attirer l’attention des Boner (ainsi que des autres lecteurs) sur ce côté de son édition.

  • 23 Sur la fortune de Térence au XV e et XVI e siècle voir : R. F. Arnold, Das deutsche Drama, München (...)

12Érasme partageait l’enthousiasme pour Térence avec les gens de son époque23, il pouvait le justifier en se référant à l’autorité de Quintilien, saint Jérôme et Pétrarque qui plaçait Térence au premier rang parmi les auteurs comiques romains. L’intérêt porté à Térence s’accrut encore après 1433, après qu’on eut découvert le commentaire de Donat et aussi après la publication des premières éditions de ses comédies à Rome (1472) et à Venise (sans date d’impression). Jusqu’en 1500, les bibliographes notent plus de soixante éditions de Térence. En raison de leurs valeurs non seulement linguistiques mais aussi éducatives (Térence est un maître des mœurs), il devient un auteur scolaire très populaire. Les Comédies de Térence furent jouées dans les écoles au XVe et XVIe siècle ainsi que devant un public privé. Les récitations données dans la maison d’Érasme par les jeunes élèves d’Anselme Éphorinus sont un exemple d’une telle représentation privée.

  • 24 Notre exemplaire d’étude est celui d’une édition de 1506 : P. Terentii, Comoediae cum annotationib (...)
  • 25 Voir préface : « Variis ipsum / Terentium / cum schematibus, adagiis, adnotationibus marginariis, (...)
  • 26 Voir « Terentii Epitaphium » avant « Argumentum Andriae » :
    « Natus in excelsis tectis Cartaginis a (...)

13En tant qu’auteur scolaire, Térence remplissait toutes les conditions qu’Érasme posait aux textes classiques : il apprenait la langue et façonnait les mœurs. Une telle appréciation des comédies de Térence était d’ailleurs répandue parmi les humanistes, ce dont témoignent les éditions de l’époque. Le texte de Térence était pourvu non seulement du commentaire de Donat, mais aussi de très intéressantes explications des éditeurs mêmes. Citons à titre d’exemple l’édition dédiée à Robert Gaguin (1423-1501) : P. Terentii Comediae cum annotationibus Petri Marsi et Pauli Malleoli in singulas scenas cum indice dictionum et figuratis argumentis24. L’édition élaborée dans le milieu parisien (ex sacro Sorbonensi gymnasio) fut plusieurs fois reproduite au XVIe siècle. Les commentaires surtout des philologues P. Marsus et P. Malleolus (ils étaient notamment les auteurs de commentaires des écrits de Cicéron) étaient intéressants. Le commentaire25 prend en considération : 1) les questions linguistiques, il explique la signification des différents mots à l’aide de l’œuvre de Valla, Elegantiae linguae Latinae ; 2) il attire l’attention sur le style, sur tous les tropes et figures. II y a souvent en marge du texte des comédies de Térence des remarques telles que : mira orationis brevitas, pulcher loquendi modus, ornata locutio, ornatus sermo, color, comprehensio, oppositio, interrogatio, invocatio, dissolutio et d’autres ; 3) il indique dans le texte les expressions justes et les tournures proverbiales en les signalant au moyen de remarques dans le genre : adagium, proverbium, vulgatum dictum, dicta proverbialia ; 4) dans une certaine mesure (autant que le permet la connaissance de la métrique dans la poésie latine à l’époque), il prend en considération la construction métrique des comédies. Paraissent alors des observations telles que : prologus et prima scena trimestris iambicis constat, alias trimeter iambicus non constat. Au commencement de certaines scènes ou actes se trouvent les remarques : trimetra, tetrametra, tetrametra iambica, etc. Toutefois les remarques concernant le contenu de la pièce, l’interprétation des différentes pensées sont bien plus intéressantes. Les commentateurs s’intéressent aux questions de philosophie et d’éthique. Ils soulignent l’importance éducative de la lecture de Térence, ils remarquent qu’elle fournit des observations sur les caractères de tous les états et tous les âges26. Ils se réfèrent souvent pour confirmer les pensées de Térence à d’autres auteurs anciens, dont Platon qu’ils citent dans la traduction de Ficin. Ils proclament les plus importants principes pédagogiques connus de Quintilien : la nécessité d’apprendre tôt, de choisir judicieusement le maître-éducateur (optimus vir eligatur, qui pueris educandis praesit), etc.

14Les jugements qu’Érasme émet sur Térence aussi bien dans ses lettres que dans des ouvrages et notes de l’édition des Comédies sont conformes à l’opinion généralement en cours, mais l’humaniste hollandais avait mieux compris que ses prédécesseurs (ce qu’il a fait remarquer à Jan Boner) les principes de la métrique des comédies. Cette question cependant n’intéresse que le cercle étroit des philologues classiques et nous ne la traiterons pas à cet endroit.

  • 27 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 115,1. 11-12, p. 116,1. 1-2 : « Rursum inter latinos quis ut (...)
  • 28 De conscribendis epistolis, A.S.D., t. 1-2, p. 219, 1. 4 : « Quid Terentiano sermone luculentius » (...)
  • 29 Giceronianus, A.S.D., t. 1-2, p. 623, 1. 15 : « apud Terentium, optimum, ni fallor, elegantiae Rom (...)
  • 30 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 137, 1. 7 sqq. : « Veluti comoediam / (ut hoc exempli loco s (...)
  • 31 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 143, 144, 150.

15Érasme recommande les Comédies de Térence comme lecture très utile pour la jeunesse dans De ratione studii27, il en fait l’éloge dans l’œuvre De conscribendis epistolis28 il ne l’omet pas dans Ciceronianus29. Il montre comment expliquer30 ces comédies, attire l’attention sur la justesse de la représentation des caractères31.

  • 32 A.S.D., t. 1-3, p. 745, 1. 1-3 : « An haec non convenit scire iuvenes ? Et qui hanc lectionem ob l (...)
  • 33 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 116, 1. 2-3 : « Huic si quis aliquot selectas Plauti comoedi (...)
  • 34 M. Accii Plauti Comoediae XX... Additis scholiis in quibus annotantur quaecunque aut castigavit au (...)
  • 35 Hier.,Epist., 57, 12, 3 ; G.S.E.L., 54, 525, 11 ; Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 99, 1. 5 ; Adagi (...)
  • 36 Voir M. Mann Phillips, The Adages of Erasmus, Appendix III, Cambridge, 1964.
  • 37 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 55, 1. 10-11 : « Principes / ... /non Platones, sed Gnathones (...)
  • 38 Cfr « Gnathone adulatior », Adag., prol., L.B., II, 13 B. — Allen, Opus, Epp. : 26, 1. 5 ; 30, 1. (...)

16Bien que le savant hollandais ait constaté dans une lettre aux Boner qu’une seule comédie de Térence vaut mieux que toutes les comédies de Plaute, et qu’il n’ait pas dans De utilitate Colloquiorum32 considéré Plaute comme une lecture convenable pour la jeunesse, il admet néanmoins ce dernier dans les écoles. Il a permis en effet dans De ratione studii33 la lecture de certaines comédies de Plaute quae vacent obscenitate. Il a aussi lui-même élaboré à part l’édition34 de Térence, une édition de Plaute. Mais Érasme traitait Plaute uniquement comme source d’expressions justes et recueil de proverbes. Il estimait aussi cette Plautinam eloquentiam empruntant cette expression à saint Jérôme35. Aussi dans Adagia36 se réfère-t-il plus souvent à Plaute (475 fois) qu’à Térence (257 fois). Il s’était déjà référé à Plaute également dans Adagiorum collectanea. Dans le petit ouvrage Moriae encomium nullement destiné à servir de lecture scolaire, Érasme se référait plus souvent aussi à Plaute qu’à Térence. Par contre, dans des livres adressés avant tout à la jeunesse (ou bien dans la première rédaction destinés à la jeunesse) on trouve le plus souvent des citations de Térence ou des références à lui, comme par exemple dans Colloquia où il y a deux fois plus de citations de Térence que de Plaute. Érasme se rapportait37 aussi volontiers pour définir des caractères à des noms de personnages de Térence (Thraso, Phaedria, Pamphilus, Gnatho, Micio, Demea), il introduisait ces personnages dans des expressions proverbiales38.

  • 39 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 64, 1. 5-6.
  • 40 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 75, 1. 24.
  • 41 Cfr De conscribendis epistolis, A.S.D., t. 1-2, p. 233, 1. 20.

17Les personnages de Plaute en revanche sont rarement évoqués de nom, ils apparaissent avec un qualificatif général tel que : senex Plautinus39, servus Me apud Plautum40, divas ille Plautinus41. Cela se passe probablement ainsi parce que chez Térence les noms déterminés sont rattachés à une catégorie déterminée de personnes. Parmi les Comédies de Térence les plus souvent citées dans les œuvres d’Érasme il faut compter Phormion et les Adelphes (où a été particulièrement mis en relief le problème de l’éducation de la jeunesse), viennent ensuite par ordre d’importance : l’Andrienne, l’Eunuque, l’humaniste se réfère bien plus rarement à la comédie : l’Heautontimoroumenos et à la pièce l’Hécyre. Les comédies de Térence dans lesquelles les esclaves sont moins insolents que chez Plaute tandis que les pères ne sont pas exposés au ridicule, et les hétaïres sont présentées avec une grande culture (non pas comme meretrix mais plus souvent comme mulier quaedam) conviennent mieux, selon Érasme, à la jeunesse.

18Au moyen d’un choix approprié de citations ou de références aux auteurs classiques, Érasme conférait à ses travaux un caractère déterminé. Lors des futures recherches sur son style, il faut attirer l’attention sur cette propriété d’Érasme - écrivain. Ce style n’est pas en effet homogène mais il est tributaire des réflexions contenues dans le livre. Le sujet lui-même semble dicter le choix du style déterminé. La caractéristique du style d’Érasme est de ce fait très difficile. Excellent rhéteur, il opère savamment au moyens de styles divers, en tant que moraliste, il se réfère dans ses œuvres à des auteurs antiques choisis ayant en vue le bien de ses lecteurs. L’attitude d’Érasme envers Térence et Plaute en est la preuve.

19Varsovie.

Notes

1 Terentii comoediae oum scholiis ex Donati, Asperi et Cornuti commentariis. Indicata sunt carminum genera /.../ studio et opera D. Erasmi, Basileae, Hier. Froben et Nie. Episcopius, m. martio 1532. Cfr encore P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami denuo recognitum et auctum, 12 vol., Oxford, 1906-1958. Ep. 2584.

2 Voir Contemporaries of Erasmus. A biographical register of the renaissance and reformation, éd. P. G. Bietenholz, assoc. ed. T. B. Deutscher, p. 166-167, Toronto, 1985.

3 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 168.

4 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 167-168.

5 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 19.

6 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 436-437.

7 Allen, Opus, Ep. 2521.

8 Allen, Opus, Ep. 2520.

9 Allen, Opus, Epp. : 2539, 2545, 2548, 2550, 2554, 2559, 2606, 2658, 2717, 2718, 3038.

10 Allen, Opus, Ep. 2549.

11 Allen, Opus, Ep. 2554.

12 Allen, Opus, Ep. 2533.

13 Allen, Opus, Ep. 2554.

14 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 63-64.

15 Voir Contemporaries of Erasmus, p. 380-382.

16 Quint. Inst., I, 1, 5.

17 Voir De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 23, 1. 2-4 : « infantem tuum illico bonis litteris instituendum curabis, dum adhuc vacuum curis ac viciis ingenium, dum mollis ac tractabilis aetas, dum ad quiduis sequax et habilis animus intérim et tenacissimus praeceptorum. Nihil enim perinde meminimus senes atque ea quae rudibus annis imbibimus ».

18 De pueris instituendus, A.S.D., t. 1-2, p. 33, 1. 27-28 : « Pater esse voluisti, pius pater sis oportet. Reipublicae, non tibi tantum genuisti, aut, ut christianius loquar, Deo genuisti, non tibi ».

19 De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 38, 1. 20-21 : « Quemadmodum autem canis nascitur ad venatum, avis ad volatum, equus ad cursum, bos ad aratrum, ita homo nascitur ad philosophiam et honestas actiones ».

20 De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 75, 1. 16 sqq.

21 De pueris instituendis, A.S.D., t. 1-2, p. 64, 1. 10-16 : « Quid ego audio ? An civium filii minus sunt hommes quam regum ? /.../ Quid quod non pauci ex humili loco vocantur ad principatum, interdum et ad summum pontificiae dignitatis culmen. Non omnes hue evadunt, tamen omnes huc educandi sunt ».

22 Voir Allen, Opus, Ep. 20 (à Corneille Gérard, Steyn 15 mai 1489 ?), où Térence est cité avec Cicéron, Quintilien et Salluste.

23 Sur la fortune de Térence au XV e et XVI e siècle voir : R. F. Arnold, Das deutsche Drama, München, 1925. — H. W. Lawton, Térence en France au XVI e siècle, Paris, 1926. — L. Winniczuk, Terencjusz w Polsce (Térence en Pologne), Charisteria G. Przychocki oblata, p. 220-271, Varsoviae, 1932. -— E. Paratore, Storia del Teatro latino, Milano, 1957.

24 Notre exemplaire d’étude est celui d’une édition de 1506 : P. Terentii, Comoediae cum annotationibus Petri Marsi et Pauli Malleoli in singulas scenas cum indice dictionum et figuratis argumentis. / in calce : / Arte et industria honesti Ioannis Prüs, Argentin, zum Thyergarten, Anno 1506.

25 Voir préface : « Variis ipsum / Terentium / cum schematibus, adagiis, adnotationibus marginariis, tum rhetoricorum oratorumque coloribus exornare, pro virili, studuimus. Taceo genera quoque carminum / cognitu sane difficillima / in capite scaenarum fere indicaverimus. Pleraque etiam eorum, quae partim inscitia comicorum carminum legem / Immo ipsos comicos numeris scripsisse / ignorantium immutata ac depravata fuere, diligenter restauravimus ».

26 Voir « Terentii Epitaphium » avant « Argumentum Andriae » :
« Natus in excelsis tectis Cartaginis altae
Romanis ducibus bellica praeda fui.
Descripsi mores iuvenumque senumque
Qualiter et servi decipiant dominos.
Quod meretrix, quid leno dolis confingat avarus,
Haec quicunque legit, sic puto : cautus erit. »
On trouve cet « epitaphium » dans plusieurs éditions de Térence des XVe et XVIe siècles, avec la Comoediae definitio de Donat.

27 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 115,1. 11-12, p. 116,1. 1-2 : « Rursum inter latinos quis utilior loquendi auctor quam Terentius ? Parus, tersus et quotidiano sermone proximus, tum ipso quoque argumenti genere iucundus adolescentiae ».

28 De conscribendis epistolis, A.S.D., t. 1-2, p. 219, 1. 4 : « Quid Terentiano sermone luculentius » ?

29 Giceronianus, A.S.D., t. 1-2, p. 623, 1. 15 : « apud Terentium, optimum, ni fallor, elegantiae Romanae autorem ».

30 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 137, 1. 7 sqq. : « Veluti comoediam / (ut hoc exempli loco sumamus) Terentianam de ingenio, interpretaturus, in primis de autoris fortuna, de sermonis elegantia paucis disserat, deinde quantum habeat et voluptatis et utilitatis comoediarum lectio, deinde quid significet ea vox, et unde ducta, et quot sint comoediarum généra, et quae sint comoediarum leges / ... / Carminis genus diligenter indicet, post ordinet simplicius, deinde singula fusius explicet ».

31 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 143, 144, 150.

32 A.S.D., t. 1-3, p. 745, 1. 1-3 : « An haec non convenit scire iuvenes ? Et qui hanc lectionem ob lasciviam putant esse noxiam pueris, patiuntur illis praelegi Plautum / ... / ».

33 De ratione studii, A.S.D., t. 1-2, p. 116, 1. 2-3 : « Huic si quis aliquot selectas Plauti comoedias putet addendas, quae vacent obscenitate, equidem nihil repugno ».

34 M. Accii Plauti Comoediae XX... Additis scholiis in quibus annotantur quaecunque aut castigavit aut annotavit in Plautum Des. Erasmus, G. Budaeus / ... /, Coloniae, I. Gymnicus, 1530.

35 Hier.,Epist., 57, 12, 3 ; G.S.E.L., 54, 525, 11 ; Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 99, 1. 5 ; Adagia, 157.

36 Voir M. Mann Phillips, The Adages of Erasmus, Appendix III, Cambridge, 1964.

37 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 55, 1. 10-11 : « Principes / ... /non Platones, sed Gnathones sibi asciscunt » ; Colloquia, A.8.D., I, 3, p. 59, 1. 875 : « Non discam mentiri tanti. Phaedria apud Terentium et rem et seipsum perdidit » ; p. 51, 1. 595-596 : « Etiam tu pergis esse Demea / ... /, hodie Mitionem te praebeas, oro » ; p. 52, 1. 640 : « Vereor ne Parmeno ille Terentianus ista non contineat ».

38 Cfr « Gnathone adulatior », Adag., prol., L.B., II, 13 B. — Allen, Opus, Epp. : 26, 1. 5 ; 30, 1. 34 ; 31, 1. 72 ; 44, 1. 20 ; 104, 1. 38 ; 145, 1. 125 et passim.

39 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 64, 1. 5-6.

40 Cfr Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, p. 75, 1. 24.

41 Cfr De conscribendis epistolis, A.S.D., t. 1-2, p. 233, 1. 20.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search