Version classiqueVersion mobile

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Seconde partie

Sur Érasme et Origène

Plaidoyer

Jacques Chomarat

Texte intégral

  • 1 A Genève, chez Droz, dans la collection Travaux d’Humanisme et Renaissance, 1982.
  • 2 Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 45, 2, p. 405, Genève, 1983.

1Il y a trois ans paraissait la magnifique thèse d’André Godin sur Érasme lecteur d’Origine1 ; par des rapprochements précis, des analyses fines et savantes, l’auteur montrait l’influence profonde, décisive qu’Origène a exercée successivement sur la doctrine de l’Enchiridion militis christiani, sur le travail des Annotations au Nouveau Testament, sur la théorie (Ratio verae theologiae, Ecclesiastes) et la pratique (Paraphrases) de l’exégèse, enfin sur la pensée du De Libero arbitrio. Dans un compte-rendu paru aussitôt après la lecture de ce travail j’ai déjà dit l’admiration qu’il m’inspire2 ; cependant j’exprimais aussi des réserves sur la dernière partie du livre de Godin, assez différente par le sujet et par le ton des précédentes ; l’auteur y étudie les divers travaux qu’Érasme a consacrés à Origène : traduction d’un fragment, découvert en 1527, du Commentaire sur saint Mathieu, édition des Œuvres complètes parue quelques mois après la mort d’Érasme, Préface inachevée de cette édition ; la philologie tient nécessairement une grande place ici. D’autre part le ton devient souvent agressif ; l’analyste se fait procureur, sinon pamphlétaire, et multiplie les critiques sur le travail de traducteur d’Érasme, les jugements péjoratifs sur sa personnalité. Le 450e anniversaire de la mort d’Érasme offre l’occasion d’examiner plus à fond ce réquisitoire (5e Partie, chapitre II) ; on sait qu’au XVIe siècle l’apologie est un genre littéraire foisonnant ; celles d’Érasme occupent tout le tome IX et une partie du tome X dans l’édition de Leclerc. Reprenant pour la circonstance l’usage du XVIe siècle j’ai cru pouvoir ici esquisser une réfutation des critiques de Godin et tenter une Apologie d’Érasme.

***

  • 3 Saint Jérôme aussi, d’abord grand admirateur d’Origène, avait soit traduit lui-même certaines œuvr (...)
  • 4 Préface à la traduction d’Origène, Comm. in Matthaeum, 6 juillet 1527, reproduite dans Allen, Opus (...)
  • 5 Voir les jugements de Labriolle, Histoire de la littérature latine chrétienne, p. 551, de Bardy da (...)
  • 6 De Principiis, I, 2, 9, éd. Koetschau, 1913 (Die Griechischen Christlichen Schriftsteller der erst (...)

2En premier lieu doit venir ce qu’on peut bien appeler l’affaire Rufin. Comme on sait, une bonne partie de l’œuvre originale d’Origène, en grec, a été détruite au VIe siècle par le zèle fanatique de chrétiens qui voulaient empêcher que ne se répandent certaines thèses devenues hérétiques depuis qu’elles avaient été anathématisées au Synode de Constantinople, sous Justinien, en 543. On ne connaît ces œuvres que par les traductions latines qu’en avait procurées Rufin au début du Ve siècle3. À plusieurs reprises Érasme critique ces traductions : neque graece neque latine satis calluit, tametsi magis in eo desideramus fidem quam eruditionem. Nullum enim autorem ille vir attigit quem non et truncarit et contaminant, quum interpretis et historiographi praecipua laus sit fides. Profitetur hoc fere in suis praefationibus ipse, sed plus praestat quam profitetur4, c’est-à-dire : « Rufin n’a jamais bien su le latin ni le grec, mais l’on déplore son manque de fidélité encore plus que de savoir. Cet individu en effet n’a jamais mis la main sur un auteur sans le tronquer et l’interpoler (alors que le principal mérite d’un traducteur et d’un historien est la fidélité). Il le reconnaît lui-même dans ses Préfaces, mais il va encore plus loin qu’il ne le reconnaît ». Pour Godin ce jugement n’est pas objectif, il s’explique par une hostilité préconçue d’Érasme à l’égard de Rufin, ce dernier ayant eu l’audace de s’en prendre à Jérôme. « Aveuglé par ses préventions envers Rufin qui a eu le front de s’opposer à Jérôme, Érasme perd toute mesure, se départissant d’un bon sens critique, dont etc. » (p. 572) ; et encore : « mercuriale injuste » (ibid.), « partialité à l’égard de Rufin » (ibid., n. 22), « perpétuelle défiance à l’égard de Rufin » (608), « ses habituelles vacheries (sic) sur Rufin » (609), etc. Il faut donc reprendre brièvement une cause qu’on croyait entendue puisque les critiques contemporains sont d’accord avec Érasme et Rufin lui-même pour reconnaître l’infidélité, sinon la beauté, de ses traductions5. Voici d’abord un échantillon pris au hasard dans le De Principiis : il permettra de comprendre pourquoi Érasme reproche à Rufin de ne pas savoir le latin (on a souligné les passages d’une latinité douteuse, mesures non point à l’aune de Cicéron, mais à celle des contemporains de Rufin) : « Si enim quis voluerit dicere quasi prius non extiterit, sed postea ad subsistentiam venerit, dicat causam, quare qui eam subsistere fecit pater ante hoc non fecerit »6 (Si en effet quelqu’un veut dire qu’elle, — scil. la virtus dei, — n’existait pas auparavant, mais qu’elle est venue plus tard a 1 existence, qu’il dise la raison pour laquelle celui qui l’a fait exister, le Père, ne l’avait pas fait auparavant) ; c’est déjà la « barbarie » médiévale contre laquelle s’est formé l’humanisme.

  • 7 Ibid., Praef., 3, p. 5, 1. 11-19.
  • 8 Ibid., IV, 1, 4, p. 298, 1. 15 sv. (grec), 1. 29-30 (latin). À la réflexion cet exemple n’est pas (...)
  • 9 Ibid., IV, 2, 7, p. 319, 1. 5-8 (grec) et 22-24 (latin) : on a cité ici la traduction de Cbouzel e (...)
  • 10 Ibid., IV, 3, 1, p. 325, 1. 3-4 éd. Koetschau, p. 346-347, éd. Crouzel et Simonetti.
  • 11 Migne, P.G., t. 14, col. 831-832.

3Mais là n’est évidemment pas l’essentiel, qui est la conception que Rufin a de son rôle ; il ne consiste pas pour lui à faire connaître avec fidélité la pensée de l’auteur qu’il traduit, mais à procurer à ses pieux lecteurs une nourriture édifiante. Il s’en explique dans la Préface du De Principiis : « Si parfois j’ai trouvé dans les livres d’Origène un passage contraire à ce qu’il avait lui-même pieusement formulé ailleurs sur la sainte Trinité, je l’ai négligé, le considérant comme corrompu ou interpolé, ou je l’ai remanié conformément à la règle de foi que j’ai souvent trouvée affirmée par lui. Si certaines expressions, adressées en quelque sorte a des lecteurs déjà informes et compétents, de façon volontairement concise, étaient trop obscures je leur ai ajouté, par zèle pour la clarté, ce que j’avais lu en termes plus compréhensibles dans ses autres ouvrages. Mais je n’ai rien dit qui fût de moi ; même si ce sont des pensées dites ailleurs, ce sont toujours les siennes propres que je lui ai attribuées7 ». Voici quelques brèves illustrations de la méthode, toujours tirées du De Principiis, pour certaines parties duquel nous avons la bonne fortune de posséder l’original grec ; Origène : « Ce qui est insensé dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, afin d’humilier les sages, et ce qui est sans naissance, ce qui est nul, voilà ce que Dieu a choisi, et ce qui n’est rien afin d’anéantir ce qui auparavant était » ; Rufin : « Ce qui est insensé dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, et ce qui n’est rien afin de détruire ce qui auparavant était »8 ; véniel, soit, mais voici qui l’est moins ; Origène : « Les mystères concernant Dieu sont nécessairement rangés en tête, comme les plus importants, ainsi que ceux qui concernent son Fils Unique : quelle est sa nature, de quelle façon est-il fils de Dieu, quelles sont les causes de sa descente jusque dans une chair humaine, etc. » ; Rufin : « Ces hommes (...) indiquent en premier lieu ce qui concerne Dieu, c’est-à-dire le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; puis les mystères du Fils de Dieu, comment le verbe s’est fait chair, etc. »9 ; Rufin rectifie Origène pour le mettre en accord avec le Concile de Nicée ; l’orthodoxie y gagne peut-être, mais sûrement la vérité y perd. Un peu plus loin : « (Dans les Évangiles) avec les histoires arrivées comme il est dit sont tressées d’autres choses qui n’ont pas eu lieu » ; Rufin veut écarter le soupçon de fausseté de l’Écriture : « Aux récits qui sont visiblement faits à la lettre, sont mêlées et tissées des choses que l’histoire n’accepte pas, mais que l’interprétation spirituelle comprend10 ». Il y a pire ; dans sa Préface au Commentaire sur l’Épître aux Romains11 Rufin explique comment, obéissant aux ordres d’Héraclius (à qui il s’adresse), il a consenti à entreprendre une tâche humainement impossible, mais qu’il pourra mener à bien si Dieu vient à son aide : combler les lacunes (plusieurs livres, dit-il) que des accidents ont infligées à cette œuvre d’Origène, de manière à rétablir la cohérence et la continuité de la pensée, réduire de moitié ses quarante et quelque mille lignes !

  • 12 Ibid., col. 1294.
  • 13 Godin a montré ailleurs (Érasme biographe patristique : Hieronymi Stridonensis Vita, à paraître da (...)

4Serait-on enclin à excuser Rufin par les usages de son temps, c’est lui-même qui nous détrompe dans la Péroraison à sa traduction du même commentaire12 ; il explique qu’il a unifié en un seul tout continu les homélies improvisées d’Origène, en comblant les discontinuités dues au genre ; il avait déjà procédé ainsi pour les Homélies sur la Genèse, sur l’Exode, sur le Lévitique ; c’est seulement pour les Commentaires sur Josué, sur les Juges, sur les Psaumes 36 à 38 que renonçant aux rudes efforts qu’impose cette méthode il s’est borné à « traduire le texte purement et simplement, tel quel, sans se donner beaucoup de peine » ; or, continue-t-il, certains lui conseillent de faire paraître sous son propre nom les élucubrations qu’il tire de l’auteur grec ; Rufin saisit mal le sens de cette démarche, il refuse d’y accéder, visiblement par modestie et par conscience professionnelle : « Mais moi qui attache plus de prix à ma conscience qu’à mon renom, même si comme on peut le voir, j’ajoute certaines choses pour compléter ce qui manque, et si j’abrège ce qui est trop long, j’estime néanmoins incorrect de dépouiller dans le titre celui qui a jeté les fondations de l’ouvrage et a fourni le matériau pour construire l’édifice ». Il n’y a donc chez Rufin que de bonnes intentions, mais il est clair qu’il n’a aucun soupçon de ce que doit être le travail d’un véritable traducteur. Le jugement sévère d’Érasme n’est que l’expression fidèle de l’exacte vérité ; il n’y a de sa part aucune prévention, aucune injustice ; le traducteur de Lucien, d’Euripide, du Nouveau Testament ne pouvait pas voir d’un bon œil les conceptions ni les réalisations de Rufin ; si quelque chose méritait d’être expliqué dans cette affaire ce n’est pas l’irritation légitime d’Érasme, mais l’animosité de Godin contre lui13.

***

  • 14 Respectivement : p. 589, 589, 613, 615 (note 90).

5Il faut bien parler d’animosité encore quand on considère les analyses de Godin sur la traduction du Fragment de 1527. Il s’aide des observations de Huet qui au XVIIe siècle a publié à son tour Origène et porte sur Érasme des jugements quelquefois sévères reproduits par Godin. À plusieurs reprises certes ce dernier donne raison à Érasme contre Huet et reconnaît son « flair critique », ou sa « sûreté de traducteur » (p. 588, n. 60). Mais l’essentiel des pages qu’il consacre à cette traduction consiste en un relevé des fautes d’Érasme et en l’analyse de leur signification psychologique : « Plus suggestive pour notre travail pourrait être au partir de cette traduction, la réflexion amorcée sur les arrière-plans culturels d’Érasme, voire sur ses arrière-pensées. En la matière, tout compte : fautes caractérisées, redondances ou trous dans le discours, oublis, ont valeur signifiante qu’il est tentant d’interpréter » (p. 588). Godin cède de bon cœur à cette tentation de mêler psychanalyse et philologie ; il le fait aussi un peu plus loin, quand il étudie la présentation d’Origène par Érasme et le jugement critique (inachevé) que celui-ci porte sur les diverses œuvres de celui-là. Il s’agit donc pour Godin d’examiner le travail philologique en traitant les erreurs comme des symptômes, des lapsus, des actes manqués par où se trahit la psyché. Dessein original, séduisant, mais périlleux. Il me semble que l’essai n’est pas concluant : les erreurs relevées par Godin sont-elles toujours des erreurs, en tout cas des erreurs d’Érasme ? si oui, mérite-t-il des jugements aussi sévères (« énormes contresens », « tour de passe-passe », et dans un autre genre « perte de flair critique », « état intellectuel diminué »14) ; et l’interprétation psychologique qui en est donnée est-elle probante ? telles sont les questions que l’on doit se poser dans chaque cas.

  • 15 Huet, tome 2 des Opéra d’Origène, p. 28 des Observationes (sur la page 220 du tome 1er).
  • 16 C’est aussi le sens adopté dans le Gesamtregister de Ludwig Früchtel, revu par Ursula Treu (Origen (...)
  • 17 Apocalypse, 21, 13.
  • 18 P. 650, note 71.

6Il apparaît que plus d’une fois le diagnostic est porté un peu à la légère. En d’autres termes les faits sur lesquels se fonde l’analyse ne sont pas avérés. Érasme traduit Pas ho Christou mathètès (P.G., 13, 997 B) par quisquis Christi discipulus est (L.B., VIII 480 D) ; on ne comprend pas pourquoi Godin (p. 590) juge que cette traduction « banalise au maximum » le texte : elle en est l’équivalent fidèle. Plus loin : « En diluant le ôs mén to gramma tou Evangeliou (P.G., 13 1004 A) dans un Evangelii quidem scriptum habet (L.B., VIII 481 A) plus imprécis qui escamote le renvoi origénien à la lettre, Érasme n’aurait-il pas un peu légèrement laissé se brouiller les plans ? » (p. 591) ; mais il n’y a là ni dilution, ni imprécision, ni escamotage : le mot latin scriptum, correspondant exact du grec gramma, s’emploie chez Cicéron pour désigner la lettre de la loi par opposition à l’équité ; la Vulgate en ce sens dit littera et le mot est impatronisé par le quasi proverbe de 2 Cor. 3, 6 ; c’est sans doute pourquoi Érasme conserve littera dans sa propre version du Nouveau Testament et dans ses Paraphrases-, mais ici il a pu préférer comme de meilleur latin scriptum, Origène n’étant pas aussi protégé par l’usage que la Bible. — Ensuite on ne saurait souscrire à l’analyse selon laquelle l’emploi des mots sententia et consensus (p. 583) serait l’indice, ou, comme Godin le dit de manière plus imagée, « l’inscription lexicale » de la tendance à un fidéisme du cœur chez Érasme ; car sentire et les mots qui en dérivent signifient « avoir dans l’esprit, penser ; juger, avoir telle opinion » (Gaffiot) ; sententia est une « maxime » ou la pensée d’un philosophe ou l’avis d’un sénateur ; on ne conteste pas qu’il y ait chez Érasme une tendance au fidéisme, mais pour l’établir on ne saurait tirer argument du mot sentire. — Le mot aïnissoménoï (P.G., 13, 905 B) veut dire « laissant entendre, indiquant à mots couverts, faisant allusion à », il n’a pas les mêmes harmoniques que le français « langage énigmatique » (Godin, 589), à peu près synonyme de « mystérieux » ; l’innuentes d’Érasme (L.B., VIII 457 D) dont le sens propre est « indiquant par un signe de tête » paraît une traduction non pas « aplatissante et banalisée », mais tout à fait satisfaisante. — À deux reprises Érasme interprète le mot apokalypsin dans Origène comme un nom commun signifiant explanatio, reseratio (dévoilement, explication) et non comme le titre de l’œuvre de saint Jean ; Godin lui en fait grief. Pour le premier de ces deux passages (Comm. Math. X, 19 = P.G., 13, 905 B) ou monon ta kaïna ton euaggéliôn kaï ton apostolôn kaï tes apokalupséôs autôn logia Godin suit Huet qui voit ici le Nouveau Testament tout entier : Evangelia scilicet, Apostolorum Acta, et Epistolas, eorumque, Johannis scilicet, Apocalypsin15. O grand évêque ! eorumque, Johannis scilicet ? évidemment cela montre un Origène très convenable ; mais est-il sûr qu’il ait accordé autant d’importance pour la formation du fidèle à tous les livres du Nouveau Testament ? a-t-il commenté l’Apocalypse ? les Actes des Apôtres ? avec l’imprudence que permet l’incompétence du profane je me permets de penser que les Évangiles et les Épîtres devaient lui paraître suffisants ; car quand ensuite il conseille des livres de l’Ancien Testament il semble bien qu’il choisisse : la Loi et les Prophètes, mais non point les livres historiques ou poétiques ; pour quoi n’en aurait-il pas fait de même avec le Nouveau ? mais il y a plus, il y a ce pluriel autôn qui est peut-être un masculin, mais peut-être aussi un neutre ; dans le premier cas il ne peut désigner le seul saint Jean ; rendre apostolôn par « les Actes des Apôtres et les Épîtres » ce n’est plus traduire, c’est paraphraser ; un pas de plus et Huet, si savant, si scrupuleux d’ordinaire, aura rejoint le pauvre Rufin ! on peut d’ailleurs remarquer dans le texte grec une bizarre dissymétrie : euaggéliôn est un titre d’œuvre, Origène ne dit pas « les évangélistes », mais « les Évangiles » ; en revanche apostolôn désigne des personnes ; apokalypsin, en quelque sens qu’on le prenne, ne peut pas désigner une personne, mais soit un titre (Huet, Godin), soit un genre, l’« explication » (Érasme)16 ; un bon moyen de faire disparaître cette anomalie serait évidemment de supposer que le texte tel que nous l’avons n’est pas exactement celui d’Origène ; le deuxième terme de l’énumération n’aurait-il pas pu être tôn epistolôn ton apostolôn ? la ressemblance et la proximité des deux noms suffiraient à expliquer que le copiste en ait oublié un ; dans ce cas autôn serait sans conteste un neutre et désignerait « les Évangiles et les Lettres des Apôtres », par suite apokalypsin serait un nom commun ; après tout est-il invraisemblable qu’Origène ait pu inviter ses lecteurs à s’aider de commentaires des Évangiles et des Épîtres ? Érasme ne fait pas cette hypothèse, mais il est clair que c’est un légitime scrupule grammatical devant le pluriel autôn, autant que sa familiarité avec la langue de ce Commentaire de Matthieu qui explique sa propre traduction : « noua Euangeliorum oracula et Apostolorum, et horum explanationes » où l’on peut critiquer explanationes simplement parce qu’il est à l’accusatif, sur le même plan que oracula (le grec dit logia), alors qu’il devrait être au génitif comme Euangeliorum et Apostolorum,. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la solution qu’on adopte pour ce passage délicat, même si la solution d’Érasme n’est pas à l’abri de tout reproche, elle est moins criticable, il me semble, que celle de Huet, elle témoigne d’un louable souci d’exactitude et de précision elle donne à apokalypsin un sens tout à fait acceptable, attesté ailleurs dans le même ouvrage d’Origène, elle ne mérite pas le jugement « tour de passe-passe » (p. 589). Le mot apokalypsin dans un autre passage est interprété par Godin (p. 589) comme chargé d’un double sens, à la fois nom commun, puisqu’il est suivi d’un complément ton mustèriôn, et titre de l’œuvre de saint Jean ; c’est du moins ainsi que je comprends les formules de Godin « méconnaissance ou refus de la richesse de contenu de ce mot », « il a laissé échapper le surplus de sens mis par Origène » ; mis par Origène ? ou par Godin ? cette sorte de calembour qui consiste à prendre simultanément en deux sens distincts un seul et même mot est-elle dans la manière de notre auteur, cela est douteux ; Huet traduit mysteriorum revelationem, Érasme mysteriorum reserationem, ce qui revient au même ; il est question des vertus dont chacune est une clé pour ouvrir l’une des portes du royaume des cieux ; Érasme consciemment ou non a filé la métaphore en employant le mot reserationem dont le sens figuré est identique à celui de revelationem ; s’agit-il chez Origène d’une allusion à l’Apocalypse ? dans le livre de saint Jean le royaume des cieux a douze portes17, mais il n’est pas question de vertus qui en constituent les clés ; et chez quel auteur les vertus sont-elles au nombre de douze ? Non ; là encore il me semble que Godin fait à Érasme un mauvais procès. — Un dernier exemple de critique qui ne résiste guère à l’examen ; Godin écrit : « Notant ici (425 D) et là (426 A, 429 C) ces raccourcis de plume excluant la mention des femmes, un psychanalyste serait tenté de parler de censures inconscientes et de mettre ces silences répétés en rapport avec l’homosexualité latente d’Érasme »18 ; qu’il y ait eu chez Érasme adolescent de fortes tendances homosexuelles cela est connu, qu’il ait ensuite eu pour ses disciples adolescents une affection qui serait une sublimation (quel que soit le sens précis de ce mot) de ces tendances, soit ; mais découvrir un indice d’homosexualité dans les silences sur les femmes qu’on pourrait déceler aux trois passages indiqués est fort tendancieux, puisque dans l’un de ces passages on peut lire : vt... foeminas sileam quae pro religione Christiana inuictos animos praestiterunt, in quibus prae caeteris eluxit Potamiena « pour ne rien dire des femmes qui pour la religion chrétienne firent preuve d’un courage indomptable, au premier rang desquelles a brillé Potamiena » (427 A).

  • 19 Allen, Opus, t. 7, p. 103, 1. 93-97, no 1844, 6 juillet 1527.
  • 20 Ces explications de Huet qui les tenait de Vossius sont reproduites dans l’édition Klostekmann du (...)

7Dans les exemples suivants il semble en revanche que le critique ait visé plus juste, mais il n’est pas certain qu’on doive interpréter comme il le fait ses constatations, ou qu’on puisse en tirer les mêmes conclusions. Il s’agit de fautes de lecture. Godin s’appuie sur les Observations de Huet qui a plusieurs reprises note à propos d’une traduction d’Érasme : legebat nempe, quelquefois, mais pas toujours, assorti d’un perperam ; cette expression qu’on peut rendre par « telle est évidemment la leçon suivie par Érasme » est équivoque ; elle signifie, ou bien qu’Érasme a reproduit un manuscrit qui présentait cette leçon, ou bien qu’il a déchiffré son manuscrit d’une façon inexacte ; donc ou bien manuscrit fautif, ou bien erreur paléographique ou encore contresens à partir d’une leçon correcte ; ou bien encore : Érasme a eu tort de suivre son manuscrit qu’il aurait dû corriger car il est manifestement fautif. Ce sont des cas différents qui appellent des jugements différents. Pour y voir clair il est nécessaire de disposer du manuscrit utilisé par Érasme ; les indications qu’il donne (ms de la bibliothèque de Ladenburg, prêté par Wolfgang von Affenstein, évêque auxiliaire de Worms)19 font qu’on identifie aujourd’hui ce manuscrit avec le Holmiensis, recopié à Stockholm par Huet et devenu le Cantabrigensis ; en effet le Holmiensis avait été pillé lors de la prise de Worms pendant la guerre de Trente Ans, vendu à Isaac Vossius, donné par lui à la reine Christine de Suède, puis récupéré lors de l’abdication de celle-ci, prêté à un Anglais, Herbert Thorndike, qui ne le rendit pas et le donna à son ancien collège20. Pourtant un léger doute subsiste non pas sur l’identité du Holmiensis et du Cantabrigensis, mais peut-être sur celle du Holmiensis et du manuscrit utilisé par Érasme. Mais mettons les choses au pire, admettons qu’Érasme ait bien eu entre les mains le Holmiensis-Cantabrigensis, qu’il ait soit mal déchiffré soit mal traduit plusieurs passages et voyons, à la suite de Godin, la nature et la gravité de ses erreurs.

  • 21 Avec les réserves formulées ci-dessus : l’erreur est-elle dans le manuscrit, Érasme a-t-il lu prop (...)

8Au tome XI, chapitre 2 (P.G., 13, 905, note 62) il traduit le prophorikos du grec par propheticus (L.B., VIII 457 D) ; dans le passage de Matthieu commenté, 14, 17 les deux poissons sont considérés par Origène comme allégorie de la parole extérieure et de la parole intérieure, silencieuse ; Érasme traduit le deuxième terme, endiathéton, par « in affectibus situm sermonem » qui est lourd, mais satisfaisant pour le sens et au lieu de « proféré », « exprimé à haute voix », il comprend le premier terme au sens de « prophétique » ; erreur indubitable21, mais la distance entre « parole extérieurement proférée » et « parole publiquement proférée par un interprète de Dieu » n’est pas telle qu’on puisse parler comme le fait Godin d’« énorme contresens » (p. 589), imputable à une « méconnaissance des termes techniques les plus communs de la philosophie stoïcienne » (même si la distinction a été introduite par les Stoïciens elle n’a rien de proprement stoïcien d’ailleurs).

9Deuxième faute : au tome XI, chapitre 5 à propos de Mt 14, 22 qu’il compare à Mc 6, 45 Origène fait remarquer que chez Marc il y a « ses disciples » (tous mathêtas autou) et chez Matthieu seulement « les disciples » (tous mathêtas) ; Origène pour désigner le mot ajouté emploie toû arthroû qu’Érasme rend par articulum dont le sens peut être « pronom » aussi bien qu’« article », ce qui est le cas du mot grec ; qu’Érasme ait compris de quoi il s’agissait dans le texte d’Origène ressort de sa traduction : « Non enim idem significatur ab eo loco confestim compulit discipulos, sed amplius hahet illud, discipulos suos, quod apud Marcum scriptum est, prae illo quod simpliciter dictum est discipulos, etc. » (460 D) ; la critique de Huet, suivi par Godin, est donc sur ce point, peu compréhensible. En fait elle doit se limiter à un mot : là où Origène a écrit ôrisménon pleîon émphainontos dia tes toû arthrou prosthèkès « exprimant une détermination de plus par l’addition du pronom », Érasme traduit « certam nauim significantis per additum articulum » « désignant un bateau déterminé par l’addition du pronom » ; Érasme a lu ploîon au lieu de pleîon, « un bateau » au lieu de « plus » ; mais s’agit-il d’une faute de lecture d’Érasme ou l’erreur était-elle dans son manuscrit ? si son manuscrit était le Cantabrigensis, la faute lui est imputable, entraînée par le contexte où il est question justement de bateau ; mais l’apparat critique de Klostermann dans l’édition GCS nous apprend que le manuscrit de Munich porte la leçon ploîon ; il se peut que le manuscrit d’Érasme ait été lui aussi un manuscrit fautif, sinon celui de Munich ; s’il faut alors lui faire un reproche c’est de n’avoir pas corrigé le texte qui lui était offert ; la phrase telle qu’il la traduit est-elle absurde ? elle signifie qu’en employant le possessif « ses disciples » le Christ a voulu désigner un bateau bien déterminé, celui dans lequel il était lui-même, celui auquel ils étaient habitués, ce qui n’est pas, il faut l’avouer, parfaitement logique, mais peut à l’extrême rigueur se plaider. C’est sans doute ce qu’a fait Érasme.

  • 22 Plut., De Adulatore et amico, 28, 68 E ; éRasme, Parabolae, A.S.D., t. 1-5, p. 118, 1. 330.

10Au tome XI, chapitre 17 (Mt 15, 26) Érasme dans sa traduction emploie graueolentia (la puanteur) (L.B., VIII, 472 A) là où le grec dit lussôdes (la fureur, la rage) ; Huet : legebat nempe kai to dusôdés ; en effet ; manuscrit fautif ? erreur de lecture ? il se peut qu’ici Godin ait raison en rappelant qu’Érasme ne pouvait tolérer les mauvaises odeurs et que sa répulsion a pu entraîner une bévue. Ailleurs formant une « parabole » à partir de Plutarque Érasme, sujet à un catarrhe chronique, comprend comme écoulement nasal le mot grec qui désigne un cours d’eau22. Cela me paraît amusant ; je comprends mal la gravité de Godin et le rapprochement qu’il fait avec la hantise de persécution qui apparaît en effet, mais non sans raisons (il ne faudrait pas oublier qu’il a été dénoncé en chaire comme hérétique, que ses œuvres ont été plusieurs fois condamnées, attaquées, voire brûlées publiquement) chez Érasme vieillissant. Est-il pathologique de détester la puanteur ? C’est plutôt l’inverse qui serait morbide ! Godin parle à ce sujet de lapsus freudien, par où il faut entendre, je pense, que cette horreur d’Érasme pour les mauvaises odeurs aurait un sens sexuel (le refus de la sexualité, voire du corps ?), c’est une idée séduisante, qui mériterait d’être reprise pour elle-même et non à l’occasion d’une erreur philologique incapable de fournir une réelle substance pour traiter le sujet.

11La dernière erreur qui fait naître l’ire de Godin est la confusion (encore une fois : d’Érasme ? de son manuscrit ?) entre gégônos, « à haute voix », qu’emploie Origène, et gégonos traduit en quod acciderat par Érasme (L.B., VIII, 478 A). Reconnaissons que cela n’a pas grand sens dans le contexte, et que, même s’il fallait incriminer le manuscrit, Érasme aurait pu et dû le corriger. Ainsi se termine par une concession au procureur Godin, contre toutes les règles du barreau, cette revue des fautes d’Érasme. Au total c’est bien peu de choses,

12Si on s’élève un peu au-dessus des détails on peut se demander pourquoi le projet d’utiliser la méthode psychanalytique pour interpréter le travail philologique a échoué, car je crois qu’on peut parler sans injustice d’échec. Une première raison, comme on 1 a vu, est que les prétendues fautes relevées chez Érasme bien souvent n’en sont pas. C’est l’histoire de la dent d’or malicieusement contée par Fontenelle : il naquit un jour en Allemagne un enfant qui avait une dent en or ; les savants s’évertuèrent à expliquer ce phénomène, on fit de grosses thèses jusqu’au moment où quelqu’un s’avisa de vérifier et découvrit qu’il n’y avait jamais eu de dent en or. En second lieu, si la faute est avérée, si elle est bien imputable à Érasme, et non à son manuscrit, faut-il aussitôt en rechercher l’explication dans la psychologie ou les préjugés de l’auteur ; c’est trop peu tenir compte des causes d’erreur en philologie : beaucoup sont purement mécaniques (voir les manuels de critique verbale), d’autres imputables à l’insuffisance des connaissances grammaticales ou lexicales et l’on sait dans quelles conditions Érasme a tardivement appris le grec. Ensuite, pour que les erreurs soient traitées en symptômes, il faudrait qu’elles s’organisent en système, qu’elles renvoient toutes à une seule et même totalité bien définie et caractérisée ; mais recourir pour chaque « symptôme » à un principe particulier et indépendant d’explication (ici, horreur de la puanteur, là, méfiance devant l’Apocalypse, etc.) est une démarche stérile ; on n’apprend rien du fait lui-même, on se borne à l’expliquer par ce que l’on connaît de 1’auteur par ailleurs, on accroche à ce fait comme à un clou ou à une patère un savoir extérieur ; c’est bien sûr difficile de procéder autrement quand on ne peut faire étendre le patient sur un divan ; la plupart des études psychanalytiques sur des œuvres d’art sont décevantes pour cette raison, c’est encore plus vrai d’une tentative comme celle de Godin : la fortune ne pouvait pas sourire à son audace.

  • 23 Tocqueville, Lettre à Corcelle du 11 mai 1854, Œuvres, t. 15, p. 100.

13Enfin, s’il est vrai que, comme le dit Tocqueville « qui ne sait d’un homme que ce que celui-ci sait de lui-même ne va pas loin »23, pourquoi ce que l’on découvre ou croit découvrir devrait-il toujours être rabaissant ? pourquoi « sensibilité maladive », « névrose », « tour de passe-passe », « déficit... psycho-affectif », « obsession », etc. ? ne découvrira-t-on jamais a l’arrière-plan d’un acte en apparence égoïste et intéressé du dévouement, de la générosité cachée, une élévation inconsciente ? pourquoi la plupart des applications qui sont faites de la psychanalyse ont-elles ce caractère péjoratif ? Elle a en commun avec l’exégèse scripturaire, telle que la pratique par exemple Origène, de ne pas se contenter de la signification première, extérieure, mais de chercher un sens latent ; pour Origène dans la Bible les éléments matériels du récit (les deux poissons par exemple) ont un sens spirituel qui concerne l’âme et s’adresse à elle ; à l’inverse pour le psychanalyste les apparences spirituelles, intellectuelles, cachent une signification charnelle, sexuelle ; la découvrir ne donne pas seulement le plaisir de surprendre un coupable, mais la satisfaction d’être air-dessus de celui qu’on met à nu. Chacune des deux méthodes peut s’appliquer au tenant de l’autre ; dans le refus du sens littéral il n’est pas impossible de déceler un refus du corps ; Origène avait trop accordé dans l’adolescence à ce sens littéral, désormais il le refuse, par une réaction, un ressentiment contre celui qui a trahi sa confiance ! Inversement, pourra-t-on répliquer, dans la démarche psychanalytique appliquée à un texte et poussée jusqu’au bout, la notion même de vérité se perd si l’on réduit le supérieur à l’inférieur, l’esprit au corps, les affirmations à des symptômes ; si toute thèse était l’expression d’une « pulsion » plus ou moins dissimulée, cela serait vrai aussi de cette thèse même qui devrait donc abdiquer toute prétention à être vraie ; le sceptique qui dit « il n’y a pas d’affirmation vraie » se ridiculise tant est évidente la contradiction de l’énoncé ; le psychanalyste qui dirait « tout discours est l’expression d’une névrose sauf le mien qui est vrai » joindrait au ridicule une naïve prétention ; aussi bien aucun psychanalyste n’est-il allé jusque là, même si plusieurs par leur pratique s’en rapprochent ; on pourrait alors leur demander : de quoi la psychanalyse est-elle donc le symptôme ? Heureusement il s’agit d’un cas imaginaire et Godin est loin de tels excès, puisqu’il limite ses analyses expressément aux erreurs (qui impliquent donc une vérité) ; il n’en demeure pas moins que ces analyses donnent une image très dépréciative d’Érasme. Au lieu de souligner les mérites et les qualités du traducteur (et de sa personnalité) elles montent en exergue quelques bévues.

***

  • 24 Les circonstances où est rédigé cet article font que j’ai utilisé l’édition Koetschatt (Origenes W (...)

14Aussi voudrions-nous par réaction, mais tout en utilisant largement le travail de Godin (dans ses quatre premières parties), rester sur le plan de la conscience claire et montrer sommairement qu’Érasme a retiré de la lecture d’Origène encore autre chose que des thèses théologiques (Enchiridion, De Libero arbitrio) ou une méthode de lecture de la Bible : un certain esprit qui ne s’exprime pas seulement dans telle ou telle œuvre particulière, mais qui imprègne tous ses travaux, sans que pourtant s’efface la différence entre leurs deux natures. On prendra les exemples de préférence dans deux œuvres d’importance bien inégale, mais de genres voisins ; il s’agit d’une part du De Principiis24, le premier exposé systématique de la dogmatique chrétienne dans son ensemble, d’autre part de l’Explanatio Symboli, œuvre de commande, mais la seule où Érasme ait fait l’effort d’un exposé doctrinal cohérent et complet à partir du Symbole dit Apostolique. Sur deux points la pensée d’Érasme a été influencée par celle d’Origène de manière profonde : l’attitude en matière de dogme, le problème du mal ; mais avant de tenter de développer ces deux points il est bon de souligner la différence des deux esprits.

  • 25 « Notre esprit porte en lui le désir qui lui est propre et naturel de savoir la vérité sur Dieu et (...)
  • 26 L’apeiron, l’« indéterminé » ou l’« infini » : « ean gar èi apeiros è theia dunamis, anagkè autèn (...)
  • 27 III, 1, 2-3.

15Bien qu’il fasse reposer la religion chrétienne sur l’Écriture qu’il a abondamment commentée selon les principes qu’expose la quatrième partie du De Principiis Origène est un puissant spéculatif doué non seulement d’une rigueur rare de raisonnement, mais aussi d’une magnifique imagination métaphysique dans la tradition grecque ; il a une vision d’ensemble qu’il sait imparfaite de l’Être et des êtres, et la vie éternelle sera pour lui surtout la connaissance, la contemplation de la vérité non seulement de Dieu, mais aussi des causae rerum qu’il est avide de connaître : Mens nostra sciendae veritatis dei et rerum causas noscendi proprium ac naturale desiderium gerit ; ad perfectam scientiam mens iam perfecta perducitur, nequaquam iam ultra istis carnalibus sensibus inpedita, sed intellectualibus incrementis aucta, semper ad purum et, ut ita dixerim, fade adfaciem rerum causas inspiciens, potiturque perfectione, primo ilia, qua in id ascendit, secundo qua permanet, cibos quibus vescatur habens theoremata et intellectus rerum rationesque causarum25. Voilà certes des conceptions assez étrangères à Érasme qui se méfie de la curiositas et n’aspire pas à la « science parfaite » dans l’au-delà. Qu’Origène soit d’esprit grec le montrent encore les passages où il rejette la notion d’apeiron appliquée à Dieu26, ceux où il analyse dans un style aristotélicien (malgré son platonisme fondamental) les diverses sortes de mouvements27.

  • 28 Ciceronianus, A.8.D., t. 1-2, p. 638, 1. 14 ; Explanatio, A.S.D., t. V-l, p. 254, 1. 461-2.
  • 29 « En raison de l’unité de l’hypostase qui enferme trois substances » (A.S.D., t. V-l, p. 242,1. 10 (...)
  • 30 « De même que cet Esprit divin unit étroitement le Père au Fils, de même il unit aussi l’Église au (...)

16Érasme est peu intéressé par les concepts et sans doute peu doué pour la spéculation. Un ouvrage comme l’Explanatio Symboli auquel il a donné la forme d’un catéchisme est pour cette raison même très révélateur à cet égard, et mériterait sans doute d’être plus étudié qu’il ne l’a été jusqu’ici. Sans perdre de vue notre sujet notons tout de même en passant que l’auteur du Ciceronianus reprochait à Fedra dans son sermon du Vendredi saint d’avoir comparé la mort du Christ au « dévouement » des héros romains, les Decius et Curtius ; aussi n’est-on pas peu surpris de voir dans l’Explanatio Symboli le sacrifice du Christ expliqué par une comparaison avec Codrus, Curtius et les Decius28 ! Ce détail montre cependant que la contradiction n’effraie pas Érasme. Dans cette Explanatio il lui arrive de s’embrouiller quand il expose certains dogmes fondamentaux tels que la Trinité ou l’union des deux natures dans le Christ : ob unitatem hypostaseos très substantias complectentis, in eandem hypostasim, hoc est personam, dum utamur vocabulis personae aut, vt alii loquuntur, suppositi, trium eadem est substantia sine natura aut, quod verbum quidam arbitrantur esse aptius, essentia29. Ou encore il tend à substituer à la Trinité une Quaternité : Quemadmodum autem diuinus ille Spiritus conglutinat Patrem cum Filio, ita et ecclesiam Christo adglutinat arcano et indissolubili vinculo. Corpus igitur Christi mysticum quartam symboli partent occupât. Quemadmodum autem Spiritus Sanctus nexus est ineffabilis, quo aeterna concordia inseparabiliter sibi iunctae sunt très personae, ita idem indissolubili vinculo sponsam Christi iungit sponso suo omniaque mystici corporis membra sempiterno foedere inter sese copulat30. À propos de chacun des dogmes majeurs il fournit une liste, un catalogue des hérésies auxquelles celui-ci a donné lieu, avec quelques mots pour chacune sans chercher véritablement en si peu d’espace à les réfuter, ce qui produit une impression bizarre : tous ces pseudo-dogmes jettent dans une sorte de trouble, on est effleuré par l’idée qu’en somme pour beaucoup d’entre eux ils paraissent aussi plausibles que la croyance orthodoxe qui a pour elle le fait d’avoir été proclamée par le consensus, — mais justement ce consensus n’apparaît pas universel puisqu’il y a eu ces hérétiques ; — on ne veut pas dire par là que tel était le but visé par Érasme, mais c’est un peu l’effet produit car dans ces problèmes de définition il n’est pas profondément engagé.

  • 31 « La distinction n’est pas faite par un enseignement assez manifeste » (K., 13, 10-11 = I Praef. 5 (...)
  • 32 « Mais, en ce qui me concerne, que ces choses soient considérées non point comme des dogmes, mais (...)
  • 33 Par exemple : « Proinde non ita tradimus hanc lectionem quasi certa indubitata que sint omnia, sed (...)
  • 34 « J’avoue que je l’ignore. Si quelqu’un pouvait me le montrer, je l’apprendrais volontiers » (II, (...)
  • 35 « Regulam pietatis » (III, 5, 3 = K., 273, 1) ; « la piété religieuse n’aime pas les conflits » (A (...)
  • 36 Grammaire et rhétorique chez Érasme, p. 581-584. La même conception est soutenue par Godin que je (...)
  • 37 « Demandons-nous quand notre sauveur a dit cela, à qui il l’a dit, et traitant de quelle question  (...)

17Ces différences marquées, il est d’autant plus intéressant de noter que l’esprit « philosophique » d’Origène a pu contribuer fortement à l’amour d’Érasme pour la tolérance religieuse. C’est qu’Origène dans son argumentation n’est jamais porté, ne disons pas à l’invective ou à la condamnation, mais même aux conclusions définitives : la recherche théologique, même s’il fait usage de la notion d’hérésie, reste pour lui un domaine libre, ouvert ; il exprime ses incertitudes, ses doutes : non satis manifesta praedicatione distinguitur ;... eccle siastica praedicatio... non satis clare exposuit ; non enim euidens de his in ecclesiastica praedicatione sermo profertur31, de telles formules pouvaient paraître rafraîchissantes par comparaison avec le sempiternel Videtur quod... Sed contra... Respondeo dicendum quod... de saint Thomas. Les formules que voici maintenant sont-elles d’Érasme ou d Origène : Sed haec, quantum ad nos pertinet, non sint dogmata, sed discussionis gratia dicta sint et abiciantur ; de his vero disputandi specie magis quam definiendi, prout possumus, exercemur ; haec quidem, quae superius disseruimus, generali nobis sermone digesta sint, per consequentiae magis intellectum quam definito dogmate pertradata atque discussa... post eum locum quem... pro nostris viribus exposuimus32 ; ces formules sont d’Origène (on aura reconnu le latin de Rufin), mais l’équivalent se rencontre dans les Annotationes et partout où Érasme interprète l’Écriture ; il invite à chercher plus loin, il ne prétend pas avoir mis le point final33 ; de même déjà Origène : ego me nescire fateor. Si qui autem posset ostendere, libentius discerem ; si quis sane melius aliquid potuerit inuenire et euidentioribus de scripturis sanctis assertionibus confirmare quae dicit, illa potius quam haec recipiantur ; et nos quidem, pro ut potuimus, ex singulorum personis quae dici possent disputationis modo de singulis dogmatibus in medium protulimus ; qui autem legit, eligat ex his quae magis amplectanda sit ratio34 (n’est-ce pas là l’esprit même de la « diatribe » De Libero arbitrio ?) ; dans la discussion théologique Origène se soumet à la « règle de piété », c’est-à-dire aussi de charité ; lorsqu’Érasme dit non gaudet contentione religiosa pietas35, c’est le même esprit que la lecture d’Origène a certainement développé, sinon suscité en lui. On a montré ailleurs36 qu’un des grands principes d’Érasme pour l’interprétation de l’Écriture, de saint Paul en particulier, était celui de la « convenance » respectée par l’orateur comme y invitait la rhétorique antique : pour comprendre il faut savoir qui parle, à qui, dans quelles circonstances, avec quel « rôle » ; Origène qui était évidemment allé à l’école du rhéteur formule le même principe et c’est encore une possibilité qu’il ait encouragé Érasme à aller dans cette voie puisqu’il écrit (Rufin interposé) : Interrogemus quando ista dixerit salvator noster vel apud quem vel cum quid quaereretur37.

  • 38 A.S.D., t. V-l, p. 232, 1. 820.
  • 39 P. 291, 1. 506 ; voir la note de M. Van den Brink.
  • 40 P. 265, 1. 780 sv. ; selon Érasme Origène énoncerait l’idée que « après de nombreux milliers d’ann (...)
  • 41 « N’importe quelle erreur ne rend pas un homme hérétique. Autrefois de plus on pardonnait à ceux q (...)
  • 42 P. 269, 1. 883-889.
  • 43 De Principiis, III, 3, 3 = K., 258, 15-26. Mais bien sûr les démons et ceux qui sont sous leur emp (...)
  • 44 A.S.D., p. 277, 1. 132-135.
  • 45 « Pénétrer les replis des cœurs n’appartient qu’à Dieu, si bien que le plus souvent les jugements (...)

18Cette invitation à fuir le dogmatisme et l’esprit de condamnation se trouvait renforcée par la destinée posthume d’Origène : véritable fondateur de l’exégèse chrétienne, persécuté comme chrétien, par les autorités païennes de son temps, puis après coup condamné par les chrétiens, déclaré hérétique à titre rétrospectif, ses œuvres pourchassées et détruites : il y avait (il y a) matière à méditer sur les notions de dogme et d’hérésie, de vérité immuable et de révélation progressive, d’autorité temporelle et spirituelle, de charité et de persécution. Qui peut douter qu’Érasme ait médité sur cette destinée, surtout en suivant dans les Lettres l’évolution de saint Jérôme, d’abord admirateur enthousiaste, puis de plus en plus réservé et en venant à se brouiller avec Rufin précisément au sujet d’Origène. Dans 1’Explanatio Symboli il est visible qu’Érasme fait son possible pour atténuer, voire effacer la « culpabilité » officiellement attribuée à l’auteur du Péri Archôn, tout en évitant d’attirer sur lui-même une semblable condamnation. Ici au lieu de désigner Origène lui-même comme fauteur de la thèse qui fait du Fils une créature, il la met au compte des Origenistae38 ; ailleurs déplorant l’opinion des Elcesaïtes qui autorisaient le reniement de bouche en cas de persécution il se garde de mentionner Origène qui, selon Eusèbe, avait soutenu ce point de vue39 ; ou bien ne pouvant dissimuler une des plus connues parmi les thèses hétérodoxes d’Origène qu’il rapporte d’ailleurs inexactement, il accompagne l’énoncé d’un doute : vnde suum errorem hausit Origenes, si tamen hoc vere sensit, quod in scriptis retulit verius quam asseuerauit40. Mais il ne s’agit pas pour Érasme de la seule personne d’Origène. C’est de façon plus générale qu’il introduit dans la notion d’hérésie une sorte de relativité qui en diminue la gravité ; tant qu’elle n’est pas accompagnée d’une volonté schismatique l’erreur théologique ne tire pas (ou presque) à conséquence : Nec quiuis error reddit hominem haereticum. Olim porro dabatur venia scripturarum enarrantibus, si de quibusdam ambigebant de quibus nunc post euulgatam ecclesiae sententiam ambigere phas non esset, aut si quid secus interpretabantur in arcanis litteris quam nunc tradit ecclesiastica autoritas. Nec enim omnes Graeci fuerunt haeretici, qui profitebantur Spiritum Sanctum a Patre tantum procedere. For tasse nec Origenes ideo fuit haereticus, quod veritatis inquirendae studio disputabat, an etc. Licebat et post trecentos a Christo nato annos dubitare an, etc. Sed haereticum est aduersus euidentem et cum autoritate publica proditam veritatem rebellare procaciter41. Cette phrase est merveilleusement érasmienne ; il s’agit d’abord simplement de « sauver » certains de ceux qui ont été condamnés un jour ou l’autre ; les Grecs par exemple qui professaient que le Saint-Esprit procède du Père seulement (et non pas du Père et du Fils), Érasme ne va pas dire qu’ils étaient innocents du péché d’hérésie, bien qu’il sache que les fameux mots prétendument contenus dans l’Écriture (Filioque) sont une addition frauduleuse, un pieux mensonge42, car les déclarer innocents serait proclamer qu’il partage leur hérésie, alors qu’en fait elle est pour lui une erreur, mais qui n’empêche pas une piété authentique ; la solution de la difficulté est dans le petit mot omnes : certes il y avait parmi ces Grecs des hérétiques, mais il ne faut pas généraliser, certains (qui pourtant eux aussi apparemment rejetaient le Filioque) étaient innocents, ce qui suffit à montrer que la faute n’était pas dans l’opinion théologique. De même dans la dernière phrase qui définit la « vraie » hérésie : pour qu’il y ait hérésie il faut qu’il y « l’autorité publique » (Érasme ne dit même pas l’autorité ecclésiastique) et surtout : rébellion contre une vérité évidente ; et certes ce dernier mot, je le veux bien, n’a pas ici le même sens exactement que chez Descartes ou en mathématiques, mais tout de même : quel mystère de la foi est évident ? cela signifie en fait que tout chercheur de bonne foi en théologie, pourvu qu’il soit modeste a droit à la tolérance. Origène parlant de la sagesse des princes de ce monde, qui n’est pas la sagesse de Dieu, se demande si les initiateurs de cette sagesse, tels que par exemple les philosophes grecs sont animés par les esprits mauvais, par le désir de combattre la vérité chrétienne et de nuire aux hommes43 : non, ils ont d’abord cru pour eux-mêmes à la vérité de leur doctrine avant de l’enseigner : les hérésiarques même ne sont donc pas des êtres diaboliques, ils sont eux aussi à la recherche de la vérité. Telle est l’attitude d’Érasme ; il sait et dit que pas un des Pères n’est exempt d’erreur44, que chez tous sont exprimées des pensées qui seront ensuite considérées comme hérétiques, chez tous, et pas seulement chez Origène, mais chez Origène de manière plus éclatante. L’essentiel est la sincérité dans la recherche de la vérité, la sincérité et aussi la charité. Mais Intueri recessus cordium solius Dei est, vnde fit, vt plerumque incerta sint hominum iudicia (qu’on relise les formules d’Origène ci-dessus) — Quur igitur quidam eiiciciuntur ab ecclesia ? Sunt quaedam crimina manifesta quae, vt Paulus loquitur, praecedunt ad iudicium. De his, vt possunt, homines pronunciant ob conseruandum ordinem publicum. Et tamen interdum fit, vt fur qui in crucem agitur sit expers criminis, index qui ilium condemnauit sit dignus laqueo. Et fieri potest, vt excommunicatus sit in communione ecclesiae, excommunicator resectus sit ab ecclesia. Item fieri potest, vt qui pro haeretico pertrahitur ad ignem, sit victima Deo gratissima, qui pertraxerunt sint incendio digni45. Qui douterait que la pensée fondamentale de ces lignes soit doublement origénienne : elle s’inspire de la pensée du De Principiis, elle est aussi une méditation implicite sur le destin de son auteur.

  • 46 « L’Eucharistie par laquelle est éveillée en nous la vigueur de la foi et grâce à laquelle nous so (...)
  • 47 « Sur les questions disputées et obscures qu’il suffise à tes semblables de professer avec prudenc (...)
  • 48 Sur les sens de Église, voir p. 225, 1. 571-574 ; p. 272-288. On notera un curieux cercle p. 276 : (...)

19Cela étant on ne saurait s’étonner qu’Érasme ne soit pas empressé de prendre des positions nettes et tranchées sur certains problèmes théologiques controversés de son temps. D’abord s’ils sont controversés c’est qu’il n’y a pas consensus du peuple chrétien ; peut-être les thèses qui s’affrontent (et qui ne devraient pas s’affronter, mais être paisiblement discutées) sont-elles également légitimes, également compatibles avec la piété chrétienne ? choisir dans de telles circonstances ne peut qu’apporter de l’huile sur le feu sans doute ; aussi voit-on Érasme même dans ce catéchisme, en principe destiné à énoncer les dogmes assurés, rester volontairement flou sur un problème capital pour les contemporains d’Érasme, mais auquel lui-même n’attachait pas la même importance : celui de la Présence réelle dans l’Eucharistie ; il dit : eucharistia per quam excitatur in nobis fidei vigor et copiosa gratia per sacrae mortis commemorationem locupletamur mystico more, quatenus licet, renouantes nobis vnicum illud sacrificium, cui debemus salutem nostram46 ; l’Eucharistie est-elle plus qu’une commémoration ? est-elle le renouvellement du Sacrifice de la Croix ? oui... quatenus licet, « dans la mesure où c’est possible » ; oui, mais est-ce possible au sens propre et précis du verbe renouare ? ah ! c’est exiger trop de précision ; que chacun décide devant Dieu du degré de possibilité de ce renouvellement. Et ainsi sur tous les points de dogme qui présentent une difficulté, Érasme invite expressément celui qui est dans l’embarras et ne sait ce qu’il doit croire et proclamer sur tel point à s’abstenir et à s’abriter derrière une formule qu’il a lui-même plusieurs fois utilisée : In contentiosis autem et obscuris dogmatibus tui similibus suffecerit bac cautione profiteri de bis : credo sicuti credit ecclesia. Hoc tutius quam asseuerare de quo dubites aut quod non intelligas47, où il est clair qu.’ecclesia désigne la communion des saints, le corps mystique du Christ, réalité surnaturelle et invisible beaucoup plus encore que les autorités ecclésiastiques de l’Église romaine ou de n’importe quelle autre48.

  • 49 En plus de la traduction de Rufin et des textes grecs (Philocalie ou « morceaux choisis » dus à Ba (...)
  • 50 II, 10, 4 à 6.
  • 51 III, 2, 3.

20Telle est la première influence exercée sur l’esprit d’Érasme par la lecture d’Origène, conjointement avec celle de bien d’autres ; le mot de tolérance ne la désigne pas trop mal. Une deuxième sorte d’influence, liée en profondeur à la précédente, conjointe elle aussi à la lecture d’auteurs païens, porte sur le problème du mal. Vaste sujet qu’on se bornera à effleurer. Dans le grandiose système d’Origène, autant qu’on le connaisse49, parmi les créatures raisonnables, toutes douées du libre-arbitre, certaines se sont éloignées de Dieu et sont venues dans un corps, soit éthéré, soit terrestre ; tombant encore davantage certains sont devenus démons et font volontairement le mal, sans pour autant avoir perdu leur libre-arbitre, c’est-à-dire la possibilité de faire le bien ; selon leur comportement ils descendent ou remontent la hiérarchie au cours d’existences successives dans lesquelles les souffrances du corps purifient leur âme ; les cosmos se succèdent bien qu’il n’y ait eu qu’une fois la Passion du Christ. L’Enfer n’est pas éternel, un jour sans doute toutes les créatures raisonnables retrouveront leur place auprès de Dieu. Au reste les souffrances infernales sont soit la prolongation des vices même dont souffrait l’âme50, soit une aide envoyée par Dieu. Le mal disparaîtra, c’est-à-dire que les créatures tombées retrouveront leur état purement spirituel d’avant leur chute. En attendant le monde humain est pour ainsi dire hanté de bons anges et de « vertus contraires » qui jouent le rôle de tentateurs, bien que certains péchés soient dus aux « mouvements naturels des corps »51.

  • 52 Grammaire et rhétorique chez Érasme, p. 56.
  • 53 A.S.D., t. V-l, p. 252, 1. 396 ; p. 268, 1. 858 et 874-5.
  • 54 A.8.D., p. 258, 1. 544-594 et p. 270, 1. 924-925.
  • 55 A.S.D., p. 260, 1. 614-615 ; p. 264, 1. 741 sv. ; p. 288, 1. 425.
  • 56 Érasme lecteur d’Origène, p. 469-489. L’interprétation de la formule « Dieu endurcit le cœur de Ph (...)
  • 57 P. 268,1. 850 : « ... spiritum huius mundi, spiritum satanae... » ; p. 225, 1. 576 : « aduersus om (...)
  • 58 240, 20 et 52 ; 263, 703 ; 309, 96-97 ; 319, 439. On notera qu’Origène ne s’explique guère sur la (...)
  • 59 « Venisse in hunc mundum non tantum ut redimeret mundum, verum etiam ut plenissima nos autoritate (...)
  • 60 « Seront dévoilés tous les secrets des cœurs, quand chacun sera condamné par sa propre conscience  (...)
  • 61 De Principiis, III, 2, 2 (= K., 248, 16-19) et surtout II, 10, 4 (K., 177-178).
  • 62 « Une inclination au péché » (A.8.D., p. 242, 1. 122-124).
  • 63 « La faim, la soif, la fatigue, l’angoisse, le dégoût, la mort » (A.S.D., p. 243, 1. 127).
  • 64 « Nous sommes des animaux à la naissance, et rien d’autre ; c’est l’éducation qui fait de nous des (...)
  • 65 De Principiis, K. 20, 24 ; 42, 16 ; 136, 29 etc ; Explanatio, A.S.D., p. 262, 1. 669.
  • 66 A.S.D., p. 265, 1. 771-775 ; p. 290, 1. 475-476 ; pour Origène, II, 10, 3 avec la même notion de « (...)

21De cette vision Érasme n’a pas retenu la métemsomatose, la montée et la descente des êtres au cours de leurs existences successives. S’il parle à plusieurs reprises de l’origine céleste de l’âme, cela semble plutôt une expression poétique du dualisme, qu’une affirmation dogmatique52. Dans l’Explanatio symboli il parle un peu des anges, mais on voit mal quel rôle il leur attribue, ce sont en quelque sorte des figurants53. Il se montre embarrassé par la formule « le Christ est descendu aux Enfers » (il semble préférer l’interprétation qui fait ici d’« Enfers » le simple synonyme de « les morts »)54, il affirme l’éternité des peines infernales pour le démon et les damnés55, sans se demander si dans cette persistance éternelle du mal il n’y a pas un scandale métaphysique, une sorte d’échec de Dieu : ce châtiment lui apparaît conforme à la justice. Donc sur tous ces points il a résisté à Origène. Pourtant il lui doit malgré les formules qu’on vient de voir une conception moins pessimiste que celle de la plupart des penseurs chrétiens. D’abord, comme l’a montré Godin56, il y a le rôle central du libre-arbitre. Ensuite, et cela est en fin de compte, déjà chez Origène, platonicien, la tendance à ramener le mal aux passions qui nous attachent à cette terre, à ce qui est sensible, charnel et matériel. Chez lui Satan (écrit constamment avec une minuscule dans l’édition d’Amsterdam, comme un nom commun, mais ce peut être un hasard typographique) apparaît à peine comme un être réel, plutôt comme une allégorie de ces passions57, le Christ est venu nous délivrer de la tyrannie de Satan, formule plusieurs fois répétée ici58, signifie qu’il est venu nous apprendre à nous détacher de ce monde pour nous tourner vers la vie éternelle et la « mériter » par notre confiance dans ses promesses d’immortalité59 ; mais lors du Jugement patebunt arcana cordium omnia, quum sua quemque damnabit conscientia60, n’y a-t-il pas dans cette conception de l’âme qui se juge elle-même un écho de l’idée que le châtiment de la passion c’est la passion61 ? D’autre part pour Érasme le péché originel n’est pas à proprement parler un péché, mais une procliuitas ad peccandum62 ; le Christ en a été exempt à son Incarnation, bien qu’il ait volontairement assumé les incommoda qui résultent de la chute : esurire, sitire, lassari, angi, tedere, mori63 ; on a l’impression de retrouver ici l’idée origénienne de la chute comme entrée dans un corps et du péché comme asservissement au corps, à ses besoins, à ses passions. Érasme dit encore : Bruti nascimur, quid enim aliud ? Institutione reddimur homines64 (c’est l’idée qui est au fondement de ses œuvres sur l’éducation) ; c’est dans cette animalité du nouveau-né que consiste la suite du péché originel ; l’âme ne s’éveillera en lui que par la vigilance de ses éducateurs. Haud absurdum videtur, il ne semble pas absurde, selon une formule chère à Origène et qu’Érasme lui emprunte au moins une fois dans l’Explanatio65, de retrouver ici sous une formulation assez différente la conception origénienne du mal comme choix du corps et de la Rédemption comme conversion de la chair vers le monde spirituel. Au reste, quand il évoque la résurrection des corps, dogme formulé dans le Symbole apostolique, Érasme parle de corps n’occupant aucun espace, c’est-à-dire totalement spiritualisés, ce qui est une autre manière de formuler l’idée origénienne d’un retour à l’esprit66.

***

  • 67 A.S.D., p. 282, 1. 256-262.
  • 68 « Si cette considération se change en habitude, elle dilatera notre âme de sorte que celle-ci ne s (...)
  • 69 A.S.D., p. 208,1. 79-81. « Ce qui est enseigné (dans les saintes Écritures) est en grande partie e (...)

22Qu’a-t-on voulu faire dans cet exposé sinon utiliser cette hiérarchie de l’âme et du corps et l’appliquer aux problèmes d’interprétation. La méthode proposée et illustrée par Godin consiste en somme à faire reposer l’analyse sur les fautes, les lapsus, en un mot les péchés d’Érasme traducteur ; inévitablement il en tire une image négative, celle d’un esprit déchu ! Après avoir plaidé pour le traducteur et tenté de prouver que ses péchés étaient moins nombreux, moins graves que Godin ne le pense, on a essayé de montrer qu’une analyse des idées (comme celle que Godin a pratiquée dans la plus grande partie de ce qui est un beau livre, malgré la critique ici présentée) a plus de chance d’être féconde pour la compréhension d’Érasme ; analyse risquée en ce sens qu’elle ne peut s’appuyer rigoureusement sur des rapprochements de textes sans équivoque, mais doit parler d’esprit, d’inspiration, d’influence diffuse. Le mal dans l’hérésie n’est pas la différence de croyance, mais la rébellion contre l’autorité légitime ; le mal en général consiste en (ou se manifeste par) l’attachement à ce qui est charnel ; le péché originel n’est pas (comme chez Augustin, Luther ou même Pascal) une destruction de la bonté de la nature. Aussi ce christianisme peut-il faire une place à tous ou à presque tous ; non seulement Érasme sauve Socrate et Cicéron, Virgile et Horace, mais les hommes qui vivent dans des terres encore inconnues67 ; a-t-on pris garde à la clausule qui termine le développement suivant : Haec consideratio si transierit in habitum, dilatabit animum nostrum, vt non quibuslibet offendatur nec ad minutas offensiunculas resistat, nec officium praestaturus micrologôn supputet, hic Gallus est, ego Germanus, ille obscurus est, ego clarus, ille pridem hoc de me dixit, sei alacriter impertiat beneficium, vt membro Christi, vt christiano, vt homini68. Comment faut-il interpréter ces trois termes disposés en progression, sinon comme une invitation à traiter en « micrologies », en détails, les différences religieuses elles-mêmes69 ?

23Paris.

Notes

1 A Genève, chez Droz, dans la collection Travaux d’Humanisme et Renaissance, 1982.

2 Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 45, 2, p. 405, Genève, 1983.

3 Saint Jérôme aussi, d’abord grand admirateur d’Origène, avait soit traduit lui-même certaines œuvres, soit corrigé des traductions de Rufin alors son ami ; puis Jérôme découvrant les erreurs d’Origène en matière de dogme essaya d’empêcher la propagation de l’œuvre, se brouilla avec Rufin qu’il couvre de charitables injures.

4 Préface à la traduction d’Origène, Comm. in Matthaeum, 6 juillet 1527, reproduite dans Allen, Opus, no 1844, t. 7, p. 101 ; ces quelques lignes sont les 1. 66-71, p. 103 ; elles sont reproduites par Godin, op. cit., p. 571-572.

5 Voir les jugements de Labriolle, Histoire de la littérature latine chrétienne, p. 551, de Bardy dans le même ouvrage, p. 552, de Carl Andresen dans D.T.V. Lexicon der Antike, Philosophie, t. 4, p. 149, de Bernd Rainer Voss dans D.T.V. Der kleine Pauly, t. 4, col. 1466. D’ailleurs Godin luimême rappelle certains faits, p. 608 et 623.

6 De Principiis, I, 2, 9, éd. Koetschau, 1913 (Die Griechischen Christlichen Schriftsteller der ersten drei Jahrhunderte, Origenes, fünfter Band), p. 40, 1. 12-14.

7 Ibid., Praef., 3, p. 5, 1. 11-19.

8 Ibid., IV, 1, 4, p. 298, 1. 15 sv. (grec), 1. 29-30 (latin). À la réflexion cet exemple n’est pas démonstratif : il se pourrait que le copiste de Rufin, sautant d’un « voilà ce que Dieu a choisi » à l’autre ait amputé le texte du membre de phrase qui les sépare. En revanche on trouve des exemples de traduction « enrichissante » en IV, 2, 2 (Koetschau, p. 310, gr. 2-6, lat. 11-22 = Cbouzel-Simonetti, t. III, p. 304, gr. 74-78, lat. 94-102) ou en IV, 2, 7 (K., p. 318-319, gr. 11-12 et 1-2, lat. 26-29 et 17-19 = C.-S., t. III, p. 328, gr. 222-226, lat. 276-285) bien que C. et S. doutent que l’addition soit de Rufin (t. IV, p. 189, note 60b).

9 Ibid., IV, 2, 7, p. 319, 1. 5-8 (grec) et 22-24 (latin) : on a cité ici la traduction de Cbouzel et Simonetti du Traité des Principes, collection Sources chrétiennes, t. 3, p. 328-331.

10 Ibid., IV, 3, 1, p. 325, 1. 3-4 éd. Koetschau, p. 346-347, éd. Crouzel et Simonetti.

11 Migne, P.G., t. 14, col. 831-832.

12 Ibid., col. 1294.

13 Godin a montré ailleurs (Érasme biographe patristique : Hieronymi Stridonensis Vita, à paraître dans les Actes du Colloque de Patristique d’Oxford, août 1983) qu’Érasme raconte la querelle entre Jérôme et Rufin avec un parti-pris hostile à Rufin. Soit, mais cela n’autorise pas à affirmer d’avance que ses jugements sur Rufin traducteur sont dictés par la prévention ; on peut vérifier que ces jugements sont fondés et même former l’hypothèse que le parti-pris de la Hieronymi Stridonensis Vita dérive de là : Érasme a constaté que Rufin est un « faussaire » lorsqu’il traduit, pourquoi ne l’aurait-il pas été dans la querelle avec Jérôme ?

14 Respectivement : p. 589, 589, 613, 615 (note 90).

15 Huet, tome 2 des Opéra d’Origène, p. 28 des Observationes (sur la page 220 du tome 1er).

16 C’est aussi le sens adopté dans le Gesamtregister de Ludwig Früchtel, revu par Ursula Treu (Origenes Werke, XII, Matthäuserklärung, III, Fragmente und Indices, Zweite Hälfte, Akademie-Verlag, Berlin, 1968) sub verbo.

17 Apocalypse, 21, 13.

18 P. 650, note 71.

19 Allen, Opus, t. 7, p. 103, 1. 93-97, no 1844, 6 juillet 1527.

20 Ces explications de Huet qui les tenait de Vossius sont reproduites dans l’édition Klostekmann du De Oratione (Origenes Werke, t. Ier, p. lxxxiii, G.C.S. 2, Leipzig, 1899).

21 Avec les réserves formulées ci-dessus : l’erreur est-elle dans le manuscrit, Érasme a-t-il lu prophoricos ?

22 Plut., De Adulatore et amico, 28, 68 E ; éRasme, Parabolae, A.S.D., t. 1-5, p. 118, 1. 330.

23 Tocqueville, Lettre à Corcelle du 11 mai 1854, Œuvres, t. 15, p. 100.

24 Les circonstances où est rédigé cet article font que j’ai utilisé l’édition Koetschatt (Origenes Werke, t. 5, O.C.S., 22, Leipzig, 1913 = K), et n’ai pu tirer parti que des tomes 3 et 4 de l’édition et traduction Crouzel-Simonetti, S.C. Pour Érasme, j’ai utilisé A.S.D., t. V-l, p. 177-320 ; les notes de M. Van den Brink sont précieuses, mais pour avoir un texte correct il vaut encore mieux utiliser L.B., t. 5.

25 « Notre esprit porte en lui le désir qui lui est propre et naturel de savoir la vérité sur Dieu et de connaître les causes des choses » (II, 11, 4, K. 187, 13-15) ; « (notre esprit) désormais parfait est conduit à la science parfaite, n’étant plus entravé par ces sens charnels, mais enrichi d’accroissements spirituels, contemplant dans leur pureté et, pour ainsi dire, ‘face à face’ les causes des choses, et il possède la perfection par laquelle d’abord il s’est élevé jusqu’à ce point, par laquelle en second lieu il subsiste, ayant comme aliments pour se nourrir les réalités qu’il contemple et la compréhension des choses et les raisons des causes » (II, 11, 7, K., 191-192, 1. 22 sv.).

26 L’apeiron, l’« indéterminé » ou l’« infini » : « ean gar èi apeiros è theia dunamis, anagkè autèn mèdé héautèn noeîn » ; « tèi gar phusei to apeiron apérilèpton » (II, 9, 1 frg conservé par Justinien = K., 164, 5-6) « car si la puissance divine est infinie, il est inévitable qu’elle ne se connaisse pas elle-même » ; cfr III, 5, 2 — K., 272, 13-21 ; « apeira gar périlabeîn têi phusei adunaton tugchanei » (IV, 4, 7 = K. 359, 16-17), « car les choses infinies ne peuvent être embrassées par la nature ». Sur le péras et l’apeiron voir le Philèbe de Platon.

27 III, 1, 2-3.

28 Ciceronianus, A.8.D., t. 1-2, p. 638, 1. 14 ; Explanatio, A.S.D., t. V-l, p. 254, 1. 461-2.

29 « En raison de l’unité de l’hypostase qui enferme trois substances » (A.S.D., t. V-l, p. 242,1. 109 ; il faudrait : l’imité de la substance qui enferme trois hypostases) ; « dans la même hypostase, c’est-à-dire personne » (p. 250, 1. 354 : il s’agit du Christ) ; « pourvu que nous utilisions les mots de personne ou comme d’autres disent de suppôt » (p. 262, 1. 695) ; « les trois ont la même substance, c’est-à-dire nature, ou, mot que certains considèrent comme plus approprié, essence » (p. 266, 1. 803-4). Il est vrai qu’aujourd’hui le vocabulaire de l’Église, en France, est devenu bien flottant ; voir là-dessus les réflexions d’Étienne Gilson, La Société de masse et sa culture, Paris, Vrin, 1967, ch. IV, Liturgies de masse, tout particulièrement les pp. 120-129.

30 « De même que cet Esprit divin unit étroitement le Père au Fils, de même il unit aussi l’Église au Christ par un lien secret et indissoluble. Donc le corps mystique du Christ occupe la quatrième partie du Symbole » (A.S.D., t. V-l, p. 216,1. 294-7). — « De même que l’Esprit Saint est le nœud ineffable par lequel les trois personnes sont unies entre elles inséparablement dans une concorde éternelle, de même il unit par un lien indissoluble l’épouse du Christ à son époux et rattache entre eux tous les membres du corps mystique par un accord sans fin » (p. 271, 1. 942-4).

31 « La distinction n’est pas faite par un enseignement assez manifeste » (K., 13, 10-11 = I Praef. 5). « L’enseignement de l’Église... n’a pas exposé de manière assez claire » (K., 13, 13-14 = I Praef. 6). « Sur ce sujet n’est pas formulé dans l’enseignement de l’Église un exposé assez transparent » (K., 14, 4-5 = I Praef. 7).

32 « Mais, en ce qui me concerne, que ces choses soient considérées non point comme des dogmes, mais comme des énoncés faits pour la discussion et révocables » (I, 8, 4 = K., 105, 11-12) ; « sur ces questions nous nous exerçons, dans la mesure de notre possible, pour qu’on nous voie discuter, plutôt que conclure » (I, 6, 1 = K., 78, 21-22) ; « les problèmes que j’ai exposés ci-dessus, il faut les considérer comme analysés par moi dans un discours général, plutôt pour comprendre leur enchaînement, qu’étudiés à fond et tranches dans un dogme définitif... après le point que... dans la mesure de mes forces j’ai expliqué » (I, 7, 1 = K., 85, 26).

33 Par exemple : « Proinde non ita tradimus hanc lectionem quasi certa indubitata que sint omnia, sed quod ex nostra emendatione, accedentibus annotamentis, non mediocriter adiuuandus sit lector uigilans et attentus » (Apologia, L.B., t. 6, p. **3) ; « lectoris relinquentes arbitrio, quid sequi malit » (Ibid.). « Par conséquent je ne présente pas ce texte comme si tout y était certain et indubitable, mais parce que grâce à mes corrections, auxquelles s’ajoutent mes annotations, le lecteur vigilant et attentif doit être aidé considérablement » ; « laissant au jugement du lecteur le soin de choisir ce qu’il doit préférer ». Rappelons aussi au début du De Libero arbitrio, « Et adeo non delector assertionibus, ut facile in Scepticorum sententiam pedibus discessurus sim, ubicumque per diuinarum Scripturarum inuiolabilem auctoritatem et Ecclesiae decreta liceat ; quibus meum sensum ubique libens submitto, siue assequor quod praescribit, siue non assequor » (L.B., t. 9, col. 1215 C). « Et j’ai si peu de plaisir aux affirmations que je me rangerais facilement à l’opinion des sceptiques, partout où le permettent l’inviolable autorité des divines Écritures et les décrets de l’Église ; je leur soumets partout de bon cœur ma pensée que je comprenne ou non ce qu’elle prescrit ».

34 « J’avoue que je l’ignore. Si quelqu’un pouvait me le montrer, je l’apprendrais volontiers » (II, 3, 4 = K., 119, 30-31) ; « si quelqu’un peut trouver quelque chose de meilleur et confirmer ses dires par des affirmations plus claires des saintes Écritures, que l’on adopte son opinion plutôt que la mienne » (II, 6, 7 = K., 147, 17-19) ; « et pour ma part, dans la mesure de mes capacités, j’ai exposé sur chaque point de dogme ce qui pouvait être dit, à la manière d’une discussion, d’après les représentants de chaque thèse ; c’est au lecteur de choisir parmi elles la doctrine qui doit être embrassée de préférence » (III, 4, 5 = K., 270, 27-29).

35 « Regulam pietatis » (III, 5, 3 = K., 273, 1) ; « la piété religieuse n’aime pas les conflits » (A.S.D., t. V-l, p. 264, 1. 740).

36 Grammaire et rhétorique chez Érasme, p. 581-584. La même conception est soutenue par Godin que je me garderai de contredire sur ce point.

37 « Demandons-nous quand notre sauveur a dit cela, à qui il l’a dit, et traitant de quelle question » (I, 1, 4 = K., 19, 13-14) ; il s’agit de l’entretien avec la Samaritaine où le Christ dit « Dieu est esprit, et ceux qui adorent doivent adorer en esprit et vérité » (Joh. 4, 24, trad. Osty).

38 A.S.D., t. V-l, p. 232, 1. 820.

39 P. 291, 1. 506 ; voir la note de M. Van den Brink.

40 P. 265, 1. 780 sv. ; selon Érasme Origène énoncerait l’idée que « après de nombreux milliers d’années les démons deviendront des anges, les anges des démons, ceux qui sont condamnés à la géhenne seront un jour délivrés de leurs supplices et, purifiés, reviendront à la félicité, enfin le Christ serait une nouvelle fois crucifié » ; sur ce dernier point le résumé d’Érasme est en contradiction avec le De Principiis, II, 3, 5 (K., 120, 2-5) et semble reposer sur Jérôme, Apol., I, 20 (Migne, P.L., 23, 413 ; références données par Koetschau).

41 « N’importe quelle erreur ne rend pas un homme hérétique. Autrefois de plus on pardonnait à ceux qui expliquent l’Écriture s’ils étaient dans l’incertitude sur certaines questions sur lesquelles aujourd’hui après que l’Église a fait connaître son avis il ne serait pas permis de rester incertain, ou s’ils interprétaient un passage des Saintes Écritures autrement que ne l’enseigne aujourd’hui l’autorité ecclésiastique. Car il n’est pas vrai que tous les Grecs qui professaient que l’Esprit Saint procède seulement du Père aient été hérétiques. Peut-être Origène non plus n’était pas hérétique parce que, par amour pour la recherche de la vérité il se demandait si etc. Il était permis aussi trois cents ans après la naissance du Christ de douter, etc. Mais hérétique est celui qui se rebelle avec impudence contre une vérité évidente et proclamée avec la garantie officielle » (A.S.D., p. 278,1. 135-146). Cfr p. 274, 1. 61-64.

42 P. 269, 1. 883-889.

43 De Principiis, III, 3, 3 = K., 258, 15-26. Mais bien sûr les démons et ceux qui sont sous leur emprise agissent pour nuire à la vérité et aux âmes.

44 A.S.D., p. 277, 1. 132-135.

45 « Pénétrer les replis des cœurs n’appartient qu’à Dieu, si bien que le plus souvent les jugements des hommes sont incertains. — Pourquoi alors sont-ils (ceux que l’autorité déclare hérétiques) chassés de l’Église ? — Il y a certains crimes évidents qui, comme dit saint Paul (1 Tim. 5, 24), devancent le jugement. Sur eux les hommes, comme ils le peuvent, se prononcent afin de maintenir l’ordre public. Et pourtant il arrive quelquefois qu’un voleur que l’on mène à la croix soit exempt de crime, et que le juge qui le condamne mérite la pendaison. Et il peut se faire qu’un excommunié soit dans la communion de l’Église, tandis que l’excommunicateur est retranché de celle-ci. De même il peut se faire que celui qu’on entraîne au feu comme hérétique soit une victime très agréable à Dieu, mais que ceux qui l’ont entraîné méritent le bûcher » (A.S.D., t. V-l, p. 282, 1. 264-270).

46 « L’Eucharistie par laquelle est éveillée en nous la vigueur de la foi et grâce à laquelle nous sommes enrichis d’une grâce abondante par la commémoration de la mort sacrée, de façon mystérieuse, renouvelant, dans la mesure où cela est possible, pour nous le sacrifice unique auquel nous devons notre salut » (A.S.D., p. 284, 1. 311-313).

47 « Sur les questions disputées et obscures qu’il suffise à tes semblables de professer avec prudence à leur sujet : je crois comme croit l’Église ? Cela est plus sûr que d’affirmer dont ce tu doutes ou que tu ne comprends pas » (A.S.D., p. 290, 1. 488-490) ; les semblables sont les catéchumènes, mais cela ne peut-il s’étendre même aux eruditis et prouectioribus si l’on relit la phrase du De Libero arbitrio citée ci-dessus note 32.

48 Sur les sens de Église, voir p. 225, 1. 571-574 ; p. 272-288. On notera un curieux cercle p. 276 : à quoi reconnaît-on la véritable Église ? entre autres « à l’autorité des commentateurs (de l’Écriture) dont l’Église a consacré la sainteté et approuvé les livres » (p. 276, 1. 88-90).

49 En plus de la traduction de Rufin et des textes grecs (Philocalie ou « morceaux choisis » dus à Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, extraits cités par Justinien, etc) on dispose de fragments traduits par Jérôme et d’analyses (en particulier la lettre à Avitus). Voir les notices de Koetschau, et maintenant celle de Crouzel et Simonetti. Voir en particulier I, 4, 1 ; I, 6 ; I, 8, 4 (d’après Greg. Nyss.) ; II, 10 et 11 ; III, 5 et 6.

50 II, 10, 4 à 6.

51 III, 2, 3.

52 Grammaire et rhétorique chez Érasme, p. 56.

53 A.S.D., t. V-l, p. 252, 1. 396 ; p. 268, 1. 858 et 874-5.

54 A.8.D., p. 258, 1. 544-594 et p. 270, 1. 924-925.

55 A.S.D., p. 260, 1. 614-615 ; p. 264, 1. 741 sv. ; p. 288, 1. 425.

56 Érasme lecteur d’Origène, p. 469-489. L’interprétation de la formule « Dieu endurcit le cœur de Pharaon » vient d’Origène où elle occupe un long chapitre du livre III.

57 P. 268,1. 850 : « ... spiritum huius mundi, spiritum satanae... » ; p. 225, 1. 576 : « aduersus omnes mundi satanaeque machinas » ; p. 284, 1. 339-342.

58 240, 20 et 52 ; 263, 703 ; 309, 96-97 ; 319, 439. On notera qu’Origène ne s’explique guère sur la Rédemption.

59 « Venisse in hunc mundum non tantum ut redimeret mundum, verum etiam ut plenissima nos autoritate erudiret et uariis argumentis ad amorem caelestis vitae accenderet » (A.S.D., p. 247, 1. 254), « Il est venu en ce monde non seulement pour racheter le monde, mais aussi pour nous éduquer avec l’autorité la plus complète et par des arguments variés nous enflammer à l’apour de la vie céleste ». Voir aussi p. 256, 1. 481-486 ; p. 263, 1. 704-709.

60 « Seront dévoilés tous les secrets des cœurs, quand chacun sera condamné par sa propre conscience » (p. 265, 1. 770).

61 De Principiis, III, 2, 2 (= K., 248, 16-19) et surtout II, 10, 4 (K., 177-178).

62 « Une inclination au péché » (A.8.D., p. 242, 1. 122-124).

63 « La faim, la soif, la fatigue, l’angoisse, le dégoût, la mort » (A.S.D., p. 243, 1. 127).

64 « Nous sommes des animaux à la naissance, et rien d’autre ; c’est l’éducation qui fait de nous des hommes » (A.S.D., p. 312, 1. 190) ; voir De pueris statim et liberaliter instituendis et De recta pronuntiatione dialogue.

65 De Principiis, K. 20, 24 ; 42, 16 ; 136, 29 etc ; Explanatio, A.S.D., p. 262, 1. 669.

66 A.S.D., p. 265, 1. 771-775 ; p. 290, 1. 475-476 ; pour Origène, II, 10, 3 avec la même notion de « corps spirituel ».

67 A.S.D., p. 282, 1. 256-262.

68 « Si cette considération se change en habitude, elle dilatera notre âme de sorte que celle-ci ne soit pas offensée par n’importe quoi et ne s’arrête pas à de minuscules offenses, et que au moment de rendre service elle ne considère pas des détails, supputant ‘il est Français, moi Allemand, lui obscur, moi célèbre, il a dit telle chose sur moi il y a quelque temps’, mais qu’elle lui donne son bienfait avec allégresse comme à un membre du Christ, comme à un chrétien, comme à un homme ».

69 A.S.D., p. 208,1. 79-81. « Ce qui est enseigné (dans les saintes Écritures) est en grande partie en accord avec le jugement naturel de la raison, dont une étincelle subsiste même chez les hommes déchus ». Et même p. 237, 1. 935 : « La religion est si conforme à la nature, qu’il y en a comme un sentiment, croit-on, chez les éléphants et d’autres animaux » (souvenir de Pline, VIII, I, 1-3). Cela n’empêche qu’il y a chez Érasme ailleurs une sorte de fidéisme, comme le dit bien Godin, en ce sens qu’il faut croire la Révélation par confiance (fiducia) dans le Christ, sans en chercher l’explication par la raison, ce qui dénoterait une sorte de défiance.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search