Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Deuxième partie. Syncrétisme et diversité : la médecine au XVIIIe siècle

Chapitre IV. Les recours thérapeutiques

Texte intégral

1Le chapitre précédent a mis en lumière quelques-uns des obstacles auxquels se heurtent les mécanismes d’institutionnalisation des pratiques officielles de l’art de guérir. Médecins, chirurgiens et pharmaciens occupent une place mieux assurée dans la société liégeoise du xviiie siècle. Tant s’en faut, cependant, que cette évolution suive les cadences d’une marche unanime et décidée. Ni rupture, ni révolution : c’est au prix d’une constante vigilance et d’une détermination sans faille que le Collège des médecins parvient peu à peu à s’imposer. Dès que la surveillance se relâche, les nouveaux arrivés tentent d’échapper à l’emprise des assesseurs. C’est un honneur et un titre, certes, d’appartenir au Collège. Mais, devant l’importance des droits de réception et les exigences de l’examen, nombre de praticiens renonceraient aisément à une telle dignité. Entre les contraintes anciennes de la corporation et les ambitions nouvelles de la professionnalisation, l’assise institutionnelle du Collège est à la fois complexe et fragile.

  • 1 Sur l’extension des pratiques illégales, cfr par exemple, pour la France de la fin du xviiie siècl (...)
  • 2 Une telle exigence caractérise les tendances les plus novatrices de l’historiographie médicale. El (...)

2L’espace social de la guérison est multiple, bigarré. La légitimité et l’autorité du Collège médical sont sans cesse menacées par la présence d’une foule de praticiens non patentés auxquels le public continue d’accorder sa confiance1. Impossible de comprendre le monde médical ancien sans considérer cette multiplicité des recours thérapeutiques2. Est-ce la lutte homérique de la Vérité contre l’Erreur, de l’efficacité contre l’incompétence ? Il faut se garder des perspectives simplistes. La ligne de partage entre “illégaux” et “officiels” n’est pas toujours celle qui sépare le bon droit de l’ignorance coupable. Elle est fuyante, insaisissable, emmêlée, ici et là, d’inextricables nœuds et d’un écheveau de significations qui semblent se contredire.

3La réception au Collège des médecins est le seul critère univoque de légitimité. Mais il ne suffit pas. Quelles sont les pratiques illégales tolérées ? Qui intervient pour proscrire celles qui sont éventuellement rejetées ? Jusqu’où s’étend la force sociale de conviction que le Collège prétend incarner ? Peu importent les lois : lorsque la majorité plébiscite tel praticien non patenté ou telle technique traditionnelle de guérison, comment le Collège pourrait-il s’y opposer ? Et qui sont ceux que l’on appelle les charlatans ? Amuseurs publics ou exploiteurs cyniques de la souffrance humaine ? Les procès d’intention, surtout lorsqu’ils désignent rétrospectivement toute une catégorie sociale, sont toujours sujets à caution. Il semble plus fructueux de porter un regard serein sur les relations qui s’établissent entre praticiens patentés et non patentés.

1. Médecins et charlatans ?

  • 3 Sur la biographie intellectuelle de ce personnage qui occupe une position centrale dans l’histoire (...)
  • 4 Il va sans dire que toute tentative de comptage des praticiens illégaux est, d’avance, vouée à l’é (...)

4Evoquer, d’une manière générique, les “praticiens illégaux” ne peut avoir qu’une signification opératoire. La non-appartenance au Collège des médecins recouvre tant de situations différentes, qu’il est difficile d’établir sur cette base une catégorie homogène de praticiens. L’un des plus célèbres médecins du xviiie siècle, Jean-Philippe de Limbourg, n’a jamais pris la peine de se faire admettre au Collège3. Faut-il pour autant le considérer comme illégal, et, avec lui, tous les praticiens du plat-pays qui n’ont pas été reçus ? En ville, où la surveillance des assesseurs s’exerce de manière plus vigilante et plus continue, la situation est quelque peu différente. Cependant, la distinction n’est pas, ici non plus, toujours évidente. On peut être plus ou moins illégal selon la nature ou le degré de visibilité de la pratique mise en cause. Grâce aux archives du Collège, on conserve la trace de bon nombre de cas d’exercice illégal. Mais la plupart des autres échappent à l’analyse parce que, simplement, ils n’ont jamais été inquiétés par les autorités médicales4. Du praticien dûment titré et patenté à l’empirique notoirement illégal, il existe quantité de types intermédiaires qui bénéficient d’une légitimité de fait à laquelle le Collège peut difficilement opposer une résistance effective.

  • 5 A.E.L., Métiers, 285, p. 144. Tilman Derode, reçu au Métier des orfèvres en 1736, occupe, en Neuvi (...)
  • 6 On ne connaît pas le texte de la requête de Derode ; seuls les commentaires du Collège (A.E.L.,(...)

5En certaines circonstances, l’intervention du Collège est dépourvue d’ambiguïté et s’applique tout entière à condamner et à exclure. C’est le cas, par exemple, en 1753, lorsqu’il est aux prises avec Tilman Derode, un orfèvre liégeois qui, publiquement, prétend avoir découvert “la pierre philosophale ou médecine universelle”5. Derode, depuis longtemps, fait état de ses connaissances alchimiques et de leur utilisation dans le domaine thérapeutique. Mais ce n’est qu’en 1753 que, sûr de ses succès, il sollicite auprès du prince l’autorisation officielle de distribuer son “Secret de Paracelse”6. Le prince, séduit par l’assurance de l’orfèvre, semble sur le point de fléchir. Mais le Collège, saisi de l’affaire par les bons soins de son président, riposte aussitôt en adressant au prince-évêque une longue supplique, virulente diatribe contre les prétentions de Derode. Rappel également, à l’intention du souverain, de la responsabilité qui lui incombe de faire respecter le règlement de 1699 :

  • 7 A.EL., Métiers, 285, p. 146.

“Si celte demande pouvoit avoir lieu, quelle ouverture ne donneroit-elle pas à toute personne pour prétexter d’avoir quelque remède inconnu et sous ce prétexte le distribuer indistinctement à tous ceux qui, séduits par l’espoir flatteur d’une guérison, auroient le malheur de confier leur vie entre les mains de semblables imposteurs”7.

6Accordée par le prince, une telle faveur créerait un précédent susceptible d’ébranler les fondements de la législation médicale. Inadmissible tolérance : le Collège déploie une batterie d’arguments qui ne laisse à Derode aucune issue. C’est, avec toute sa puissance évocatrice, l’image du charlatan qui est jetée sous les yeux du prince. Déraison, incompétence et escroquerie s’associent pour disqualifier le prétendu découvreur d’un remède “inconnu à la plupart des médecins” :

  • 8 Ibidem, p. 146-147.

“Il n’est point de personne sensée qui ne connoisse que la pierre philosophale ou ce sel universel propre à guérir toutes sortes de maux est une pure chimère. C’est cependant de cette chimère dont Tilman Derode se repaît, il expose qu’elle lui est transmise en héritage par ses ancêtres, le chimiste Paracelse qui vivoit dans le siècle où l’ignorance grossière des peuples accréditoit les sistèmes les plus absurdes, doit en être la divinité tutélaire. Mais tous les scavans qui ont étudié sa pratique n’attribuent cette imaginaire science qu’à la crédulité du vulgaire, l’inefficacité des effets supposés de cette science en a dévoilé toute l’illusion”8.

  • 9 Cfr. par exemple Charles Hichtenthaeler. Histoire de la médecine, Paris, Fayard, 1978, p. 366-367.
  • 10 Cet “auteur qui devoit posséder ce trésor de l’immortalité [et qui] n’a pu empescher que la parque (...)
  • 11 Ibidem, p. 148. Le Collège vilipende bien entendu ces “patentes si remplies d’humeurs peccantes”, (...)
  • 12 C’est là une constante des pratiques médicales populaires. Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de (...)

7L’ignorance révèle l’imposture. En ce siècle où la pratique médicale repose sur les principes éprouvés de la médecine néo-hippocratique9 — figure provisoire de la Raison et de la Vérité — la référence aux principes occultes de Paracelse évoque aussitôt l’obscurantisme le plus désuet10. La critique est immédiate et, si elle exige un si long développement, c’est qu’elle ne s’adresse pas à un public de praticiens, mais à un prince séduit par la “chimère” et qui risque de se laisser abuser par une stratégie mûrement réfléchie. Car Tilman Derode n’a rien négligé pour assurer la crédibilité de sa requête. A ses propres arguments, il a joint le témoignage écrit d’un médecin qui, à deux reprises au cours de l’année 1752, a déclaré “qu’avec les arcanes du Sieur Derode, on peut guérir toutes les maladies les plus désespérées, les plus rebelles et les plus difficiles”11. Par ailleurs, selon une tradition bien établie, l’orfèvre liégeois fournit également une longue série d’attestations individuelles de guérison12. De quoi, assurément, emporter l’adhésion du souverain. Mais le Collège argue du caractère illusoire de ces guérisons et plaide en faveur d’une médecine et d’un niveau de compétence dont il est, lui-même, le garant :

  • 13 Ibidem, p. 149-152.

“Quand on supposeroit l’arrivée de ces cures, à qui pourroit-on attribuer ces saintes merveilles sinon aux effets du hazard ou à l’heureuse étoile de ces gens que la force du tempéramen aurait sauvé des contagieux effets d’une drogue donnée sans choix et sans discernement. Car quand on serait tenté de lui croire quelque propriété bienfaisante, encore ne pourroit-on disconvenir que le succès doit dépendre de la capacité de la main qui la distribue. Capacité que l’on ne peut acquérir que par une étude assidû et une longue expérience qui mettent le médecin à même de faire le discernement de la qualité des complexions et des humeurs qui les forment, d’où dépend essentiellement le bon effet du remède que l’on applique et qui serait presque toujours funeste sans cette distinction [...] Il est bien aisé de se persuader qu’un homme tel que Tilman Derode, qui n’a pas la moindre teinture des belles lettres et qui lorsqu’il met même de l’or dans ses creusets en peut à peine retirer pour sa subsistance, n’est pas pourvu de la pierre philosophalc ni du sel universel propre à guérir tous les maux et beaucoup moins, n’aiant d’autre art que celui de manier le marteau, est-il capable d’user avec discernement de son prétendu remède. S’il lui étoit permis d’user d’un remède que le Collège ignore s’il est bon à quelque usage ce serait, pour ainsi parler, laisser une épée dans les mains d’un furieux qui, au lieu d’en tourner la pointe contre l’ennemi, en percerait indistinctement ses concitoiens”13.

  • 14 Les échecs de la médecine ancienne ont toujours été associés à son incapacité à guérir les maladie (...)
  • 15 Cfr à ce sujet Carl Havelange, Manger au xviiie siècle. Quelques éléments d’interprétation d’un di (...)

8Aux arguments de Derode, le Collège oppose les valeurs de la vraie médecine, seule susceptible de préserver la santé tout autant que de guérir les maladies14. La mécanique complexe des humeurs et des tempéraments exige de la part du médecin un degré élevé de connaissance. Par son intervention, le médecin trouble l’ordre, éventuellement menacé, du microcosme humain. Il doit en connaître les règles avec précision, parce qu’une saignée, une diète ou un remède peuvent provoquer une série de réactions en chaîne qui, au lieu de rétablir l’ordre, risquent de le détruire à jamais. En agissant sur le corps, le médecin se place au cœur d’une machine dont tous les éléments sont solidaires. Le traitement est toujours affaire de réglages : correction des flux humoraux, des températures ou, par le régime, de la nature des éléments qui permettent l’accroissement de l’être15. Il accompagne ainsi la nature, en intervenant juste là où il le faut et quand il le faut. Une chiquenaude, parfois, mais qui permet de restaurer les équilibres perturbés, de relancer les engrenages enrayés.

9Remède universel, prétend Derode. Illusion, rétorquent les assesseurs, puisque l’application d’un médicament n’est qu’un moment d’un traitement qui présuppose le cheminement laborieux du médecin dans les méandres de la nature spécifique de son patient. Ignorant, l’orfèvre ne pourrait se soumettre aux exigences d’une telle discipline intellectuelle. De plus, sa pauvreté relative, en même temps qu’elle signale la vanité de ses prétentions alchimiques, constitue une marque supplémentaire de son incapacité. Ainsi, savoir, compétence et statut social se combinent pour disqualifier absolument les pratiques médicales de Derode. Lui accorder l’autorisation qu’il sollicite serait, de la part du prince, manquer à la tâche tutélaire dont il a été investi par le règlement de 1699.

  • 16 A.E.L., Métiers, 285, p. 153 — apostille du 8 janvier 1753.

10Le long plaidoyer du Collège des médecins finit par porter ses fruits. La requête de Tilman Derode est rejetée par le prince-évêque16 et, sous la pression des médecins et de l’interdiction qui le frappe, il quitte la ville. Au-delà de son caractère anecdotique, l’“affaire Derode” garde valeur d’exemple. Elle met en scène le type achevé du praticien hétérodoxe. Aux yeux des médecins patentés, il représente le charlatan par excellence : inculte et malhonnête, il fait appel à un savoir devenu étranger à une élite scientifique férue de rationalisme. La tradition alchimique est définitivement reléguée dans le fourre-tout des superstitions que l’Europe éclairée du xviiie siècle se plait à dénoncer et à inventorier. Derode n’a aucune chance. En cherchant trop ouvertement l’appui du souverain, il s’attire les foudres faciles de médecins profondément pénétrés du credo intangible de la médecine hippocratique. Ceux-là ne sont pas coutumiers des nuances ni des audaces des joutes académiques, mais ils sont sûrs de ce qu’ils savent et de ce qu’ils défendent : une pratique médicale éprouvée dont les principes leur ont été révélés à l’Université et qui, au-delà des disputes à caractère théorique, réunit l’ensemble des praticiens en une même communauté intellectuelle. La frontière est ici tracée avec une totale netteté.

11Ce n’est pas toujours le cas. A cet égard, les démêlés de Tilman Derode font presque figure d’exception. En effet, rares sont les conflits qui opposent ouvertement le Collège des médecins à des praticiens dont l’hétérodoxie est aussi manifeste. Sorciers, magiciens et alchimistes existent au xviiie siècle, mais leurs pratiques se dissimulent aisément dans le brouillard d’indifférence et de mépris dont les élites savantes ou professionnelles les entourent. Leur nombre importe peu : il suffit de les savoir bannis dans le monde de l’erreur, de l’obscurantisme et de l’ignorance. Leur existence témoigne de la regrettable “crédulité du vulgaire”, mais elle n’ébranle ni ne menace les convictions des médecins. L’institutionnalisation des pratiques médicales, parce qu’elle fige en un même réseau de significations les relations qui s’établissent entre le savoir, le pouvoir politique et les instances de contrôle professionnel, rejette avec assurance dans le monde des ténèbres les références obsolètes. Ce mouvement s’esquisse au xviiie siècle. Mais il ne s’exprime dans toute sa limpidité que dans des situations aussi tranchées que celle qui vient d’être décrite.

12L’erreur de Tilman Derode est d’avoir tenté de franchir de telles frontières, lignes parallèles qui ne se rejoignent plus qu’à l’infini des habitudes informulées. S’il s’était dispensé de vouloir rendre officielles ses pratiques alchimiques, il n’aurait sans doute jamais été inquiété par le Collège. Derode semble par ailleurs avoir tiré profit de cette amère expérience. Après six années d’exil, il revient au pays et fait aussitôt paraître une annonce dans la Gazette de Liège :

  • 17 Gazette de Liège, 10 mai 1760, p. 4 et 21 mai 1760, p. 4.

“Le sieur Tilman Derode, demeurant au Vinable d’Isle chez la veuve Ducatel [...] avertit le public qu’il est de retour des voiages qu’il a faits en France, en Brabant, en Hollande où il a été appelé pour la guérison des personnes à qui il a distribué ses remèdes spécifiques ; il a fait des guérisons si étonnantes, qu’il a mérité l’approbation & les attestations des Magistrats, Seigneurs & Peuples qu’il a eu l’honneur de guérir & cela dans toutes les Provinces où il s’est arrêté [...]. Partant il offre ses services à tous ceux qui sont atteints de courteresse d’haleine, maux d’estomac, qu’il leur donnera un prompt soulagement & guérison en une demi heure de tems, & même gratis, en aiant guéris plusieurs tant à Aix-La-Chapelle qu’à Spa, en présence de quatre Médecins étrangers avant son départ, comme il est en passe de prouver. Il donne aussi à ceux qui sont attaqués de la paralisie un remède qui les guérit sans crainte de rechûte. Il guérit radicalement & même en présence des Médecins, ceux qui ont le sang scorbutique, gâté par échauffement ou autrement, & ceux qui sont atteints de rhumatisme, quand même le sang seroit tourné en matière, l’haleine & les dents ébranlées. Il guérit aussi ceux qui sont remplis de mauvaises humeurs & sentent des douleurs, soit dans les Corps, soit dans les jambes sans qu’ils ressentent plus aucun mal. Il guérit toutes maladies vénériennes sans friction ni usage de mercure. Il débite un esprit pour les maux de tête, une eau distilée sans aucun goût pour lever les obstructions & chasser les vents renfermés”17.

13Maladroite récidive ? L’illégalité toujours aussi manifeste des agissements de Derode pourrait le laisser supposer. Pourtant, le Collège ne lui oppose cette fois aucune réaction. Bien sûr, il n’a pas sollicité l’appui du prince, mais une annonce dans la Gazette de Liège — c’est sa raison d’être — passe difficilement inaperçue. Elle confère aux démarche de Tilman Derode un caractère éminemment public. Cependant le langage a changé. Il n’est plus question de pierre philosophale, de sel universel ni de Paracelse. Les arcanes de l’orfèvre se sont habilement transformées. Sang gâté, humeurs viciées, comtesse d’haleine, échauffement, remèdes spécifiques : le lexique de l’alchimiste est supplanté par un vocabulaire strictement médical.

  • 18 Il existe donc deux types de frontières entre la légitimité et l’illégitimité. L’une — “horizontal (...)

14La naïveté de la formulation n’y change rien : Derode s’inscrit ici dans un univers conceptuel analogue à celui des médecins ou des chirurgiens. La circulation des humeurs, la corruption des matières et une symptomatologie on ne peut plus traditionnelle constituent son nouveau cadre de référence. Il se prétendait alchimiste en 1753 ; il n’est plus aujourd’hui qu’un “faux médecin”. A ce titre, il a changé de catégorie et se situe de l’autre côté de la ligne de partage des savoirs. Peu importe l’audace de ses affirmations : les relations qui, éventuellement, l’opposent aux praticiens patentés sont porteuses d’une nouvelle signification. L’illégitimité était auparavant liée à la nature du savoir qu’il mettait en œuvre ; elle est maintenant fonction du degré de compétence ou de formation dont il peut se prévaloir18.

  • 19 Le degré de visibilité sociale est difficile à mesurer a posteriori. Au-delà du facteur de popular (...)

15Si l’on considère que l’ouverture d’un conflit avec le Collège des médecins est fonction de la visibilité sociale du praticien illégal19, on peut dire que l’alchimiste de 1753 était inacceptable pour les médecins patentés parce qu’il prétendait rendre socialement visible une pratique à la fois illégale et hétérodoxe. En 1760, seule la frontière du diplôme ou de la réception au Collège le sépare des praticiens officiels. La présence de Derode à Liège est donc, en un sens, moins menaçante qu’elle ne l’était en 1753. C’est en partie pour cette raison qu’il n’est pas inquiété par les autorités médicales. Mais, surtout, son cas — intolérable exception — cesse maintenant d’être individuel pour se fondre dans la masse des praticiens “illégaux — orthodoxes” qui, pendant tout le siècle, envahissent la ville.

  • 20 A.EX., Métiers, 285, p. 383 (exposita 1763-1764).
  • 21 Apostille du 18 juin 1744 (A.E.L., Métiers, 285, p. 18). La requête des médecins est en elle-même (...)
  • 22 Le Collège engage un procureur pour poursuivre les contrevenants et la moindre intervention coûte (...)

16Car ceux-ci sont les plus nombreux. Empiriques, opérateurs, distributeurs de remèdes, faux médecins et vrais charlatans, marchands d’orviétan ou chirurgiens en rupture de ban, ils sont le plus souvent itinérants et viennent à Liège pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Le Collège des médecins déploie une énergie considérable pour tenter de les refouler, mais il est débordé par le nombre et par la popularité dont bénéficient ces praticiens. Pour un arracheur de dents chassé de la ville par les archers20, il y a dix empiriques qui dressent impunément leurs théâtres sur les quais ou sur le marché. Lorsqu’elle s’exerce, la répression trouve toujours son origine dans une délibération du Collège, jamais dans l’initiative d’une police fantôme ou bienveillante. En 1744, devant l’indifférence des autorités, le Collège obtient de Jean-Théodore de Bavière de “pouvoir sans autre formalité faire saisir tous étrangers qui viendront pratiquer sans permission la médecine, pharmacie ou chirurgie”21. Mais chaque démarche entraîne des frais auxquels l’institution n’est pas toujours en mesure de faire face22. Dans ces conditions, la répression reste singulièrement limitée.

  • 23 Règlement de 1699, op. cit., p. 48. Ce passage du règlement avait été ajouté sur la proposition du (...)

17Les illégaux, par ailleurs, mettent en œuvre une stratégie bien rodée pour échapper au contrôle des assesseurs. Un article du règlement de 1699 permet aux malades de faire appel, de manière strictement ponctuelle, à un praticien non agréé, pour peu que celui-ci ne prenne pas domicile dans la Cité et qu’il limite son intervention au seul patient qui s’est adressé à lui23. Cette dérogation est accordée par le prince ou par son conseil privé. Elle est très fréquemment sollicitée. Ainsi, par exemple, en janvier 1736,

  • 24 A.E.L., Conseil privé, 340. L’autorisation est accordée par le prince le 9 janvier 1736, “sans pou (...)

“Melchior Herkenne, prêtre, demeurant au faubourg sainte Marguerite, se trouvant accablé depuis plusieurs années d’une maladie inconnue à tous les docteurs de cette ville, et comme il se présente Monsieur de Waldeterre, officier des troupes de Sa Majesté très chrétienne, qui espère avec l’aide du tout puissant de me rétablir, ce que ne pouvant exécuter sans la permission de Votre Altesse”24.

  • 25 A.E.L., Conseil privé, 1089.
  • 26 Pour Jean Demarteau, par exemple, “marchand ayant été attaqué de la maladie des yeux et d’une très (...)

18Quelques jours auparavant, Lambert de Hodeige, prieur des Augustins de Liège, adressait une requête analogue en faveur d’un des frères du couvent “atteint d’une maladie dangereuse” et qui ne semble pouvoir être guérie que grâce aux bons soins d’un “nommé François Waldeterre, qui dit avoir un secret pour guérir les maladies extraordinaires et peu connues aux médecins de cette ville”25. Au cours des semaines qui suivent, une vingtaine de requêtes similaires seront transmises au prince par les patients de Waldeterre. Chaque fois la formule est la même, mettant en scène la gravité de la maladie et l’échec des cures proposées précédemment26. Chaque fois, également, l’autorisation est accordée. Le stratagème réussit au-delà de toute espérance. Attestée, en un sens, par autant de diplômes princiers, la nouvelle de la valeur exceptionnelle des traitements médicaux de Waldeterre se répand comme une traînée de poudre. La popularité de l’empirique ne cesse de s’accroître et, en quelques semaines, il s’assure à Liège une clientèle dévouée et reconnaissante.

  • 27 A.E.L., Métiers, 284, p. 136 — séance du 2 juin 1736.
  • 28 Ibidem, p. 139-140 — séance du 1er septembre 1736.

19Ce n’est que plusieurs mois plus tard, fin mai 1736, alors que Waldeterre ne prend plus la précaution de s’adresser au prince, que le Collège réagit. Il lui ordonne de comparaître et réunit, pour la circonstance, l’ensemble des assesseurs. Mais Waldeterre ne se présente pas27. Au terme d’une laborieuse instruction, il est condamné à une amende qu’il refuse de payer. Le Collège prend dès lors accord avec le mayeur Bernalmont pour le faire emprisonner. Mais celui-ci, “loin d’avoir fait conduire en prison ledit Waldeterre, a fait avec lui une convention très préjudiciable au Collège”28. On ne connaît pas la nature de cette convention. On peut simplement supposer qu’à la faveur de la popularité dont il jouissait, Waldeterre a pu quitter la ville sans bourse délier. L’épilogue n’a de toute manière qu’un intérêt secondaire. L’important est de reconnaître que, pendant six mois, l’empirique a pu exercer ses talents à Liège sous le couvert d’une apparente légalité. Lorsque sa popularité est devenue par trop patente et qu’il n’a plus jugé bon de recourir à la bienveillance du prince, il a fallu encore plusieurs mois avant que le Collège obtienne, peu glorieusement, son départ de la Cité.

***

  • 29 A.E.L., Conseil privé, 340 — 29 décembre 1739.
  • 30 Ibidem, 4 mai 1726.
  • 31 A.E.L., Métiers, 285, p. 40 — supplique du 8 octobre 1745.

20Le Collège, les praticiens illégaux et le prince ou son conseil privé : la pièce se joue souvent à trois. Le souverain accorde facilement aux empiriques des autorisations que les assesseurs seraient enclins à refuser. Il ne s’agit pas seulement de dérogations individuelles, accordées pour le bénéfice d’un seul patient, mais d’autorisations provisoires d’exercer ou de la reconnaissance officielle de tel remède spécifique. Ainsi par exemple, en décembre 1739, Jean-Henri Dirick, natif d’Amsterdam “praticien en médecine oculiste opérateur” sollicite auprès du prince l’autorisation d’exercer son art pendant quelques mois. Ce n’est pas la première fois qu’il se rend à Liège, mais aujourd’hui “les médecins se vantent de l’empécher de paroitre en public”. Voilà, dit-il, “une chicane suscitée par une envie mal fondée”. Convaincu par ses arguments, le prince lui accorde l’autorisation d’exercer pendant quatre mois29. C’est encore, en 1726, le cas d’un opérateur allemand — Jean-Thomas Velthof — qui obtient du prince une patente provisoire, contre l’avis du Collège des médecins qui prétendait “tracasser ce gentilhomme étranger”30. On pourrait multiplier les exemples et citer également les nombreuses suppliques dans lesquelles les assesseurs tentent de faire revenir le prince sur ses décisions et de le convaincre que “ces prétendus médecins sans aveu et sans érudition” ne veulent avec impudence que “surprendre la religion de votre Altesse Sérénissime”31. Ce n’est qu’à la fin du siècle que le Collège obtiendra, à cet égard, des résultats quelque peu satisfaisants. En 1784,

  • 32 Réformation des octroys par le très illustre Chapitre Cathédral, 28 juin 1784, A.E.L., Métiers, 28 (...)

“Nous Doien et Chapitre de la très illustre Eglise Cathedrale de Liège, sede vacante, vu la requête très humble nous présentée par les président, préfect et assesseurs du Collège des médecins de notre Cité, ordonnons à toute personne qui ont obtenu des octroys pour exercer la médecine, pharmacie, chirurgie ou art d’accoucher, de se présenter au Collège des médecins pour être examinés et dans les cas de capacité, continuer à jouir desdits octroys”32.

21Cette “réformation”, émanée, de manière très significative, du Chapitre Cathédral sede vacante, n’a eu que des effets limités. Deux ans plus tard, les assesseurs adressent au prince de nouvelles remontrances concernant les autorisations inconsidérément octroyées aux praticiens non reçus par le Collège :

  • 33 A.E.L., Conseil privé, 340 — 14 janvier 1786.

“Le Collège supplie Votre Altesse [...] (qui n’a certainement pas moins à cœur que ses prédécesseurs la santé et la vie du peuple) de réfléchir que ces gens sans étude, sans licence d’aucune université et sans aucun examen, se servent de ces octrois pour fasciner les yeux de la classe du peuple qui est la plus facile à tromper et qui mérite par conséquent le plus d’égard. Ces octroyés appuyés de l’authorité principale s’annoncent comme quasi des faiseurs de miracles et exaltent la bonté et l’efficacité spécifique de leurs remèdes. Ils crient tout cela avec enthousiasme au peuple ignorant qui, séduit et trompé à la vue du privilège octroyé de Votre Altesse, prend très souvent un remède [...] qui le détruit au lieu de le soulager. En voila assez pour un Prince aussi éclairé que Votre Altesse pour faire sentir les maux que ces octroyés causent par leurs remèdes qu’ils distribuent sans connaître eux-mêmes leur propriété [...]. On sent assez frémir le cœur bienfaisant de Votre Altesse à ce tableau pour se flatter qu’elle y apportera le remède convenable en refusant tous octrois qui ne sont ordinairement sollicités que par des fourbes ou des ignorants qui, s’ils avoient de la capacité se présenteroient au Collège pour y subir les examens nécessaires et se qualifier”33

22La rhétorique ampoulée des assesseurs ne fait illusion pour personne. Les princes éclairés de la fin du xviiie siècle, convaincus que le Collège des médecins a pour vocation de garantir le bien public, n’en restent pas moins attachés à des manières de voir plus archaïques. Séduits par l’assurance d’un empirique de passage, ils risquent de lui accorder leur confiance contre l’avis des autorités médicales du pays. C’est, chaque fois, le scénario qui préside à la concession de ces octrois. Ils ne sont pas moins nombreux à la fin du siècle qu’à son début et aucune évolution ne peut être décelée à cet égard. Limite, encore, des processus d’institutionnalisation des pratiques médicales : les pouvoirs publics en sont un des rouages essentiels ; c’est d’eux pourtant — incarnés ici par le prince — que proviennent freins et contradictions. La complexité des institutions d’Ancien Régime se révèle pleinement quand ceux-là mêmes qui promulguent les lois y dérogent ensuite, inspirés par cette diversité des recours thérapeutiques qui détermine la culture ancienne de la guérison. Guérir, c’est toujours se rendre à la raison d’un espoir nouvellement formulé.

***

  • 34 Théodore Gobert, Le docteur Delile, Chronique archéologique du Pays de Liège, XVI (1925), p. 29. L (...)

23L’opposition entre le Collège et le prince peut se faire plus vive lorsque celui-ci choisit pour son médecin personnel un praticien “illégal”. C’est le cas, en 1729, lorsque Georges-Louis de Berghes s’en remet, pour le guérir de la goutte, à un empirique qui se fait appeler Don Pedro Delile de Sénac d’Aragon, espagnol prétendument docteur de l’université d’Alcala. Le 7 décembre, en vertu des prescriptions du règlement de 1699, le prince-évêque ordonne au Collège de recevoir Delile comme assesseur34. Les médecins s’exécutent — ils y sont tenus — mais tentent par d’autres voies de lutter contre la présence de l’empirique. Celui-ci se plaint des tracasseries continuelles dont il est l’objet. Il craint pour sa vie, dit-il, et, fin avril 1730, en appelle à la protection du prince :

  • 35 A.E.L., Conseil Privé, 1089.

“Ledit Delile jusqu’à ce jour n’a rien négligé pour se rendre utile au public [...] Cependant une foule innombrable d’envieux ont conjuré sa perte. Les pièges qu’ils lui tendent journellement lui ont enlevé toutes ses pratiques ; on n’épargne ni menaces, ni invectives pour l’intimider. Enfin, leur rage est parvenue à cet excès que ledit Delile n’oseroit passer dans une rue peu fréquentée sans risquer d’être insulté. C’est, Monseigneur, ce qui force aujourd’hui ledit Delile à recourir à la protection toute puissante de Votre Altesse Sérénissime, la suppliant de vouloir bien donner un Décret par lequel [...] il soit défendu tant au corps des médecins qu’à tous autres particuliers de ne rien dire, faire, ni attenter, qui puisse inquiéter le suppliant sous quelque prétexte que ce puisse être”35.

  • 36 Apostille du 2 mai 1730 (ibidem).
  • 37 Ces épisodes colorés de l’histoire liégeoise ont été relatés par Marcel Florkin dans une quinzaine (...)
  • 38 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 172.

24Georges-Louis agrée la demande de 36Mais l’affaire ne s’arrête pas là ; pendant plusieurs années elle défraye la chronique liégeoise et oppose en une lutte mémorable les partisans de l’empirique et ceux du Collège37. Finalement, en 1735, Delile quitte Liège et se rend en Hollande où il gagne la confiance d’un nouveau protecteur, le comte Adrien de Lynden38.

  • 39 La rivalité entre charlatans et praticiens patentés n’est pas non plus une spécificité de la cour (...)

25Delile ne fait pas figure d’exception39. Trente ans plus tard, en 1761, Jean-Théodore de Bavière congédie Jean-François-Clément Morand, docteur-régent de la Faculté de médecine de Paris et médecin du prince-évêque, au profit d’un aventurier de passage — un certain Jean Lagrave — qui est parvenu à gagner sa confiance. Le Collège est indigné et s’oppose, unanime, à la décision du prince. Groupé autour de Morand, il s’assemble secrètement et réunit les éléments peu édifiants de la biographie de Lagrave. Les assesseurs exhibent une lettre qu’ils viennent d’obtenir du doyen de la Faculté de médecine de Pont-à-Mousson et qui révèle l’imposture du charlatan, chirurgien français de seconde zone qui essaye de se faire passer pour médecin :

  • 40 Extrait d’une lettre escrite par Mr Jadelot, doyen de la faculté de médecine de Pontamousson en Lo (...)

“[...] Je crois devoir vous faire part des tentatives que vient de me faire un chirurgien pour être décoré du titre de docteur. Le sieur Lagrave [...] vient de m’escrire avec les instances les plus pressantes pour lui envoier des lettres de docteur [...] Pour m’engager à lui accorder ce qu’il demande [...], il m’envoie par la poste 14 louis d’or accompagnés d’une belle tabatière d’or de prix d’environ 20 ou 25 louis. Et ce pour témoignage de son amitié. Je sens, Monsieur, toute l’insulte d’un pareil procédé et je lui en ai témoigné toute mon indignation, tant par escrit que par le renvoi de ses louis et de sa tabatière d’or à la première poste”40.

  • 41 Ibidem, p. 333.
  • 42 Apostille du 2 juillet 1762 (ibidem, p. 319). Le 16 juillet, les pages mises en cause sont solenne (...)
  • 43 “Sa Sérénissime Eminence apprenant avec indignation que le préfect du Collège des médecins Nessel, (...)
  • 44 Cfr infra, 3e partie, ch. I “La fin de l’Ancien Régime médical”.
  • 45 Ordonnance du 29 mars 1763, ibidem, p. 340-341. Le 31 mars, les médecins “déclarent se soumettre e (...)

26Loin de se ranger aux arguments du Collège, le prince défend avec une conviction acharnée celui dont il a fait, en novembre 1761, son conseiller intime41. Pendant les premiers mois de l’année 1762, l’affaire prend les proportions d’une véritable crise. En juillet, Jean-Théodore ordonne que les documents qui s’y rapportent soient enlevés des registres du Collège42. En octobre, fait sans précédent dans les annales du Collège, il destitue les assesseurs et les remplace par une équipe plus soumise43. La cassure entre le prince et le Collège est rendue manifeste et, semble-t-il, irréversible par de telles atteintes au fonctionnement régulier des institutions. Quelle réconciliation possible, lorsque l’autorité des assesseurs est bafouée avec autant de légèreté ? Les médecins n’ont d’autre choix que de se soumettre aux prescriptions du prince, mais leur rancœur ne s’éteint pas pour autant : elle attendra les années de révolution pour de nouveau s’exprimer au grand jour44. En attendant, le conflit ne s’apaise qu’avec la mort de Jean-Théodore de Bavière. C’est le Chapitre Cathédral, sede vacante, plus soucieux des institutions principautaires et indifférent au sort d’un Lagrave, qui donne finalement satisfaction aux médecins. Par une ordonnance du 29 mars 1763, les assesseurs exclus sont réintégrés et les documents concernant Lagrave recopiés dans les registres du Collège45.

27Les critères de légalité, on le voit, ne sont pas aussi évidents qu’il y paraît d’abord. Pour être opérants, ils exigent l’unanimité de plusieurs instances. Sans le soutien continu de l’autorité publique, ils perdent aussitôt toute valeur. La loi est l’indice d’une volonté partagée ; elle n’est pas la preuve de sa réalisation. Que le prince y déroge, pour combler de bienfaits l’un de ses favoris, et les images éculées de l’ordre et de la limpidité s’estompent. Culture des élites et culture populaire, écrit-on presque mécaniquement. Mais il faut alors reconnaître que ce prince d’Empire est plus proche de l’homme du peuple que de l’aristocrate éclairé ou de l’homme d’Etat clairvoyant. Les pratiques médicales ne se distribuent pas aussi simplement entre l’élite et le peuple. Frontière horizontale des patentes et frontière verticale de l’orthodoxie : il faut y ajouter, de part et d’autre de l’offre et de la demande de soins, la frontière floue et zigzaguante de l’appartenance sociale. Assurément, le laboureur ne fait pas appel au chirurgien de renom pour assister aux couches de sa femme ; ni l’aristocrate à la matrone du village. L’un et l’autre peuvent écouter, pourtant, avec une égale attention, le boniment du colporteur de remèdes et se rendre aux assurances de guérison qui leur sont fournies par tant de praticiens qui ne sont véritablement illégaux qu’aux yeux des assesseurs du Collège des médecins.

***

28Quel que soit le point de vue d’où l’on dirige le regard, les frontières perdent rapidement de leur netteté. La popularité des empiriques, l’indifférence des magistrats ou des officiers civils, les enthousiasmes d’un prince à l’égard de tel praticien non patenté révèlent la même complexité des cadres anciens de la guérison. Le Collège des médecins lui-même, en tant qu’institution, n’est pas exempt d’une certaine forme de perméabilité à des pratiques non conventionnelles. Ainsi, par exemple,

  • 46 A.E.L., Métiers, 284, p. 161.

“En l’assemblée du collège des médecins de Liège, convocqué ce jourd’hui 26 mars 1737 à la requête de la demoiselle Marie-Anne Michel [...], sur remontrance nous faite de la parte de la ditte demoiselle que depuis 23 ans et plus elle avoit donné des pilules familiaires appelées de francfort, la décoction laxative, une poudre laxative, la tériacque et les herbes vulnéraires, et nous aiant dit les drocques et compositions de chacque remède dont elle use pour la confection d’iceux, déclarons que dans certaines circonstances elles peuvent être utiles, luy enseignant de pouvoir donner et distribuer”46.

  • 47 Sans être explicitement prohibé — tant la chose passe pour évidente — l’exercice de l’art de guéri (...)
  • 48 Assemblée du 29 mars 1741 (A.E.L., Métiers, 284, p. 231). Il lui est par ailleurs défendu de “donn (...)
  • 49 Assemblée du 31 mars 1769 (A.E.L., Métiers, 285, p. 488).
  • 50 Ainsi, en 1768, les membres du Collège “ont reçu et admis le sieur Ignace-Joseph Lescardé pour gué (...)
  • 51 En 1773, Jean Settime “présente quantité des sortes de bandages élastiques propres à contenir les (...)
  • 52 L’autorisation accordée par le Collège prélude souvent à la publication d’une annonce dans la Gaze (...)

29Voici donc une femme autorisée à composer, à prescrire et à vendre des remèdes qui, pour être bienfaisants, n’en sont pas nécessairement anodins et occupent — comme la thériaque — une position centrale dans la pharmacopée d’Ancien Régime. Etonnante dérogation qui semble contredire les prescriptions les plus claires du règlement de 169947 ! Le Collège n’a pourtant subi aucune pression. Marie-Anne Michel ne s’est pas adressée au prince et les assesseurs ne lui ont pas accordé de mauvaise grâce une permission qui leur aurait été imposée. Son cas n’est pas non plus exceptionnel. Tout au long du siècle, le Collège octroie — à des femmes ou à des hommes — de semblables autorisations, liées à la reconnaissance d’une compétence acquise en dehors des circuits traditionnels d’accès à la profession. La compétence reconnue est en général minimale et cantonne l’individu concerné dans une sphère professionnelle très étroite. En 1741, par exemple, le Collège reçoit favorablement la demande de Jean Jadin “aspirant d’avoir la permission de mettre quelque onguent emplastre pour vieux ulcères et playes simples”48. C’est encore le cas, en 1769, de Jean-Baptiste Bergesol qui obtient du Collège de pouvoir débiter “sa poudre vermifuge, son elixir et son Baume du Commandeur”, étant donné qu’il n’y entre “aucune drogues qui ne fussent usuelles en médecine et qu’elles sont bonnes dans bien des cas”49. On pourrait multiplier les exemples : spécifiques anti-vénériens50, bandages herniaires51, vermifuges, laxatifs, emplâtres et élixirs divers, esprits volatils, eaux antiphlogistiques, onguents pour les dents ou pour les yeux sont proposés et distribués par une foule composite de petits praticiens reconnus et patentés par le Collège52.

  • 53 Ce n’est qu’en 1757 qu’un caractère plus officiel sera conféré à la réception de ces praticiens. L (...)

30A ces distributeurs de remèdes, il faut ajouter l’octroi d’une série de titres secondaires, non prévus par le règlement de 1699. Il s’agit principalement de praticiens reçus “pour la saignée” ou “pour la petite rate de la chirurgie”. Ceux-ci se situent à la charnière des pratiques officielles et traditionnelles. Ils n’ont rien d’illégal, puisqu’ils sont reçus par le Collège au terme d’un examen sommaire destiné à évaluer un bagage de connaissances minimal. Mais leur présence est signe de continuité. Impossible, en effet, d’écarter absolument du monde de l’art de guérir cet ensemble de praticiens intermédiaires, exécuteurs — pour les saignées ou l’application des ventouses — des prescriptions médicales et chirurgicales, mais surtout, chirurgiens de deuxième rang qui n’ont eu ni les ressources ni le temps nécessaire pour accomplir leur apprentissage. Demi-chirurgiens dont la réception semble contredire les tendances à la professionnalisation que le Collège incarne : l’image d’un corps médical homogène, unifié par des critères univoques de compétence et d’accession au diplôme, est partiellement démentie par l’existence de ce corps intermédiaire dont les assesseurs ne peuvent que reconnaître la légitimité53.

Tableau II.8. Réception des “praticiens secondaires” au Collège des médecins (1699-1794)

Tableau II.8. Réception des “praticiens secondaires” au Collège des médecins (1699-1794)
  • 54 Cfr, par exemple, le 26 mars 1740, “la demoiselle Marie-Jeanne Huppe aiant été examinée, [le Collè (...)

31Parmi eux, 19 praticiennes témoignent de la présence des femmes dans le monde ancien de la guérison54 : 5 saigneuses, 3 distributrices de remèdes, 8 reçues “pour la petite rate”, 2 “pour placer les ventouses” et une arracheuse de dents. Elles sont peu nombreuses, mais leur existence constitue un signe important. Les “praticiens secondaires” représentent en effet la partie visible d’un groupe beaucoup plus important, situé à la frange des officiels et des illégaux. Pour quelques-uns qui ont accepté de se soumettre à l’examen du Collège, la plupart sont restés dans le confortable anonymat d’une pratique — continue ou occasionnelle — suffisamment discrète pour échapper à la surveillance des assesseurs. La majorité des praticiens illégaux sont ceux qui ont franchi un certain seuil de visibilité sociale et qui ont ainsi amené le Collège à agir contre eux.

  • 55 A.EX., Métiers, 284, p. 238 — séance du 27 juin 1741.

32Parmi les bénéficiaires d’une autorisation ou d’une “patente secondaire”, il en est qui redeviennent illégaux parce qu’ils outrepassent les droits restreints que leur confère ce titre. C’est le cas d’un opérateur hongrois, Jean Népomukenne, qui obtient en 1741 l’autorisation de pratiquer pendant deux mois l’opération délicate et spectaculaire de la cataracte. Mais, se réclamant de cette permission, “il ose publiquement exposer que Messieurs les composants le Collège [...] ont unanimement convenu qu’il était aussi bon médecin qu’il en eut jamais paru en cette ville”55. Le conflit dès lors est ouvert et l’opérateur sera rapidement contraint de quitter Liège.

***

  • 56 La réception des distributeurs de remèdes est toujours justifiée par ce fait qu’il n’entre dans le (...)

33Ainsi, entre le prince, le public et le Collège, les processus de légitimation des pratiques médicales sont à la fois complexes et multiples. A l’évidence, ils ne sont pas toujours fonction de l’obtention d’un diplôme garantissant la compétence des praticiens et assurant l’uniformité du groupe. Entre l’empirique de passage et le médecin installé de longue date dans la Cité, il existe de nombreuses situations intermédiaires, autant de paliers parfois imperceptibles où s’entrecroisent des frontières institutionnelles, intellectuelles et sociales. A l’exception de rares praticiens résolument hétérodoxes — comme Tilman Derode en 1753 — la plupart partagent aussi le même savoir. Le degré de compétence ou de formation est variable, mais tous font référence aux mêmes images du corps. Celui-ci, régi par la mécanique subtile des humeurs et des tempéraments, est livré, chez l’empirique comme chez le médecin, aux mêmes recettes éprouvées56, aux mêmes purgations, aux mêmes saignées, aux mêmes manipulations.

  • 57 On ne possède que quelques exemples de chirurgiens qui ont complété cette formation par un enseign (...)
  • 58 A Reims, un statut spécial était réservé aux étrangers (Extranei) auxquels était proposé un régime (...)
  • 59 Marcel Florkin, Un prince, deux préfets.... op. cit., 1957, p. 33-34.

34La formation des uns et des autres n’est pas toujours aussi différente qu’on pourrait le supposer. Les chirurgiens et les pharmaciens sont avant tout des hommes de la pratique, ayant acquis l’essentiel de leur savoir dans le cadre très concret de l’apprentissage57. Quant à la majorité des médecins, ils ont obtenu leur licence ou leur bonnet de docteur dans des universités de seconde zone — Pont-à-Mousson, Nancy, Reims — où un enseignement superficiel et des exigences académiques peu élevées leur facilitaient considérablement la tâche58. En quelques mois, on pouvait y parcourir l’ensemble du cursus et y acquérir à bon compte un titre universitaire59.

Tableau II.10. Universités dans lesquelels les médecins de la Cité ont obtenu leur diplôme, (1700-1794)

Tableau II.10. Universités dans lesquelels les médecins de la Cité ont obtenu leur diplôme, (1700-1794)

35Dans ces conditions, l’expérience acquise par les empiriques au gré de leurs voyages, de leurs lectures ou des bribes d’enseignement qu’ils ont éventuellement reçues, leur donne souvent une compétence comparable à celle des praticiens officiels. Il existe entre les uns et les autres une indéniable parenté. Celle-ci s’exprime au quotidien par la popularité dont jouissent les praticiens non patentés et par la caution que leur accorde tantôt le prince et tantôt même les autorités médicales. Syncrétisme et diversité : la variété des situations rencontrées semble inépuisable, mais tous partagent le même univers. A l’antipode des forces professionnelles qui sont à l’œuvre au sein du Collège des médecins, s’impose l’évidence de la multiplicité des recours thérapeutiques. C’est, entre le malade et celui qui prétend le guérir, une relation chaque fois reconstruite, largement indépendante des garanties de probité, de sérieux et de compétence dont le Collège entend être l’unique dépositaire.

  • 60 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 172.
  • 61 Son destin peu banal a été évoqué par Marcel Florkin (ibidem, p. 181-182) et par Théodore Gobert, (...)
  • 62 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 60.
  • 63 A.EX, Conseil Privé, 340 — apostille du 10 septembre 1729.
  • 64 Ibidem — apostille du 13 juin 1744.
  • 65 J. Rouhart-Chabot et E. Helin, Admissions à la Bourgeoisie de la Cité de Liège (1273-1794), Liège, (...)
  • 66 En 1766, par exemple. Cfr A.E.L., Métiers, 285, p. 355, 385, 429, 448 et 468. Gamba Curta a toujou (...)
  • 67 Vertu & usage du Baume de Mr. Gamba curta, Docteur en Médecine, patenté & attaché au service de la (...)
  • 68 Théodore Gobert, op. cit., p. 432.
  • 69 Gazette de Liège, 8 juillet 1768, p. 4 et 5 février 1770, p. 4.

36Les frontières existent, mais elles sont encore imprécises, changées, ici et là, selon les circonstances et les réalités auxquelles elles se confrontent. Un même praticien peut être considéré tantôt comme “illégal”, tantôt comme “officiel”. Carlos Delile, après s’être fait indûment recevoir au Collège de saint Luc et après avoir soulevé contre lui les fureurs vengeresses du corps médical, quitte Liège et recherche ailleurs un contexte plus favorable. On le retrouve bientôt à l’université de Harderwiyck où, le 9 août 1735, il subit avec succès les épreuves du doctorat en médecine60. Illégal encore, cet étonnant personnage d’origine italienne, de son vrai nom Charles-Antoine Lazare et qui se fait appeler Gamba Curta61. En 1727, il est à Liège et installe au quai de la Goffe, avec un certain Fulcas, un théâtre où les deux bateleurs débitent drogues et sirops en même temps qu’ils représentent des farces italiennes62. En 1729, sur avis favorable du Collège des médecins, Georges-Louis de Berghes autorise Gamba Curta à distribuer son “baume extérieur pour blessures et vers, et une eau qui sert pour les taches et fluxions des yeux”63. De retour à Liège quelque 15 ans plus tard, il obtient le renouvellement de cet octroi64. Il s’installe alors dans la Cité. En 1753, il est admis à la Bourgeoisie65 et mène à Liège la carrière d’un médecin prospère, de temps à autre perturbée par les difficultés que lui fait le Collège des médecins66 En 1759, il est attaché à la cour de Jean-Théodore de Bavière et continue à distribuer le remède secret sur lequel il construisit sa réputation. Il ne s’agissait en 1729 que d’un “baume extérieur pour les blessures et les vers”. Dans la deuxième moitié du siècle, il est devenu une sorte de spécifique universel susceptible de guérir une impressionnante série de maladies67. Le secret de sa composition sera jalousement protégé par Gamba Curta et ne fut révélé qu’après sa mort, survenue le 21 mars 176868, à un commerçant liégeois, Hubert Malherbes, que l’empirique avait désigné comme son successeur69.

2. Le sens du mal : l’exemple des invocations mariales

37Empiriques, charlatans, distributeurs de remèdes ou praticiens patentés ont tous pour vocation de guérir. Ils appartiennent — en y occupant chacun des positions différentes — à un même espace social et professionnel. Le Collège des médecins segmente cet espace selon des critères qui ne sont plus seulement déterminés par des mécanismes corporatifs d’autoprotection et de repli sur soi. Mais les contemporains — du paysan au souverain — ne sont pas encore familiers de ces nouvelles distinctions. L’éloge ou l’ironie s’adressent au médecin comme au charlatan. Il faut en convenir : la popularité dont jouissent les empiriques au xviiie siècle n’a rien de comparable avec celle, aujourd’hui, des “médecines parallèles”. D’un côté, il s’agit d’un phénomène d’indifférenciation entre des pratiques voisines ; de l’autre, d’une démarche volontaire qui se pose explicitement comme alternative.

  • 70 Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard (...)

38Mais le monde de la guérison au xviiie siècle ne s’arrête pas à l’échoppe du charlatan ou au cabinet du médecin. Il est immergé dans un ensemble de rites, de croyances et de pratiques qui ne supposent aucunement l’intervention du “corps médical”, même élargi à la population des empiriques. Guérir, ce n’est pas nécessairement faire appel à celui qui sait ou qui prétend savoir. Les facteurs d’explication sont nombreux. Economiques et sociaux tout d’abord, parce que les soins du médecin ou du chirurgien sont des services payants que tous ne peuvent s’offrir. Mais culturels également, parce que la maladie est investie de significations religieuses, magiques ou sociales qui ne relèvent pas de la compétence des praticiens de la santé. On connaît aujourd’hui des survivances de cette situation. Le livre de Jeanne Favret-Saada a montré que certaine campagne française vivait encore, partiellement tout au moins, au rythme de systèmes de régulations sociales que l’on croyait enfouis sous les ruines de la société pré-industrielle70.

39Nostalgie. Dès le xixe siècle, les recherches entreprises par les folkloristes font œuvre de sauvetage. Sous leurs yeux s’effrite la société qui fut celle de leurs pères. Vivante encore au village, elle est en ville assourdie par le bruit des machines, reléguée par la “civilisation” dans le tiroir aux superstitions :

  • 71 Auguste Hock, Croyances et remèdes populaires au pays de Liège, Liège, Vaillant-Carmanne, 1872, p. (...)

“Si l’instruction et la civilisation font disparaître de nos villes la croyance aux faits surnaturels, aux revenants, aux sortilèges, aux sorcières, aux superstitions, aux préjugés, ainsi qu’aux remèdes familiers et à l’influence attachée aux images de saints : nos villages se débarrassent difficilement de ces rêves d’un autre temps. Avant que nos anciennes mœurs aient complètement disparu, nous croyons [...] qu’il y a quelque intérêt à recueillir les dernières traces des pratiques religieuses ou profanes plus ou moins bizarres, auxquelles nos aïeux attachaient une efficacité souveraine pour guérir ou prévenir les maux de l’humanité”71.

  • 72 Peter Laslett, The world we have lost, Londres, Methuen & Co, 1965.
  • 73 Sur le concept de culture populaire lire, notamment, les mises au point de Carlo Ginzburg dans Le (...)

40La connaissance de “ce monde que nous avons perdu”72 ne s’arrête pourtant pas à l’inventaire satisfait et mi-amusé des folkloristes. La “culture populaire” est à part entière une culture, c’est-à-dire un système complexe d’adaptation au monde permettant la survie des individus et des collectivités73. Le corps, la maladie, la mort y occupent une place centrale. Rares sont les manifestations de la culture populaire qui ne les mettent en scène. Carnavals, danses macabres, livres de recettes, invocation des saints guérisseurs, historiettes de la “bibliothèque bleue”, archives des procès de sorcellerie, almanachs et proverbes en parlent avec la même intensité. Comment pourrait-il en être autrement dans un monde déterminé par l’angoisse quotidienne de la survie ? Autant de traces d’une réalité qui borne l’horizon des individus à l’incertitude du lendemain. L’espace de recherche est immense et dépasse largement le cadre d’investigation de ce travail. Contentons-nous de quelques indices, plus éloquents, nous l’espérons, qu’une maladroite tentative de synthèse.

***

  • 74 Cfr. à ce sujet l’intarissable prolixité des folkloristes du xixe siècle. Un parcours rapide des t (...)
  • 75 Par exemple, le catalogue du fonds Ulysse Capitaine de la bibliothèque des Chiroux de la ville de (...)
  • 76 La légitimité du culte des saints est réaffirmée à l’occasion du concile de Trente, contre les att (...)
  • 77 François Lebrun, op. cit., 1983, p. 113. Cfr. également Françoise Lautman, Cierges et cuite des sa (...)
  • 78 Elisée Legros, op. cit., 1948, p. 97.
  • 79 Ibidem, p. 99.
  • 80 François Lebrun, op. cit., 1983, p. 114.

41Le culte des saints guérisseurs compte parmi les pratiques populaires les plus répandues. Pas un village où il ne soit attesté74, pas une de nos bibliothèques qui ne regorge de ces opuscules destinés au peuple et relatifs à tel saint ou à telle dévotion locale75. Le culte des saints guérisseurs constitue également une des pratiques populaires les plus caractéristiques parce que, précisément, il se situe à la croisée des cultures. Toléré, voire encouragé par l’Eglise76, il prend racine dans une compréhension du monde autant magique que religieuse. Au principe de l’intercession, qui exprime la position de l’Eglise, se substituent souvent des rituels d’invocation peu compatibles avec l’orthodoxie religieuse. Les saints ne devraient être qu’un intermédiaire entre l’homme et Dieu, vecteurs bienveillants d’une prière où se formulent la pénitence et la contrition. Ds deviennent plus souvent de “véritables puissances surnaturelles capables d’intervenir directement dans la vie des hommes”77. Impossible, ici non plus, de dresser l’inventaire de l’ensemble de ces rituels, ni d’évoquer, pour tous les saints, les éléments biographiques ou cultuels qui permettent de les identifier comme guérisseurs. Une pensée de type analogique assigne à chacun sa spécificité. Les éléments d’interprétation sont puisés dans la vie du saint ou, plus simplement, sont suggérés par son nom. Ainsi, par exemple, sainte Catherine d’Alexandrie, martyrisée sur la roue, guérit de certaines affections cutanées qui présentent la forme d’un cercle (“roue de sainte Catherine”)78. Sainte Foy, en raison de son nom wallon sinte Feû, est invoquée contre les brûlures79, saint Cloud, pour les “clous et anthrax” et sainte Claire, pour les maladies des yeux80. Quant à la Vierge, son importance dans la tradition chrétienne lui confère une position de “généraliste”, susceptible de guérir le plus large éventail des maladies anciennes.

42On pourrait à l’infini multiplier les exemples. Mais tel n’est pas notre propos. Plutôt que d’établir une liste des saints et des maladies guéries, il nous semble plus opportun d’envisager la signification de la notion de maladie, telle qu’elle se dégage des textes anciens sur le culte des saints. Parmi ces textes, on conserve de nombreux livrets de pèlerinage et carnets de confrérie attachés, chaque fois, à telle dévotion locale. Outre les éléments concernant le rituel du pèlerinage, les règles de la confrérie, la biographie du saint ou l’histoire légendaire du culte, ces petits imprimés de facture populaire contiennent le récit d’innombrables guérisons. Il s’agit d’un procédé que l’on retrouve dans la plupart des secteurs de la médecine populaire. L’énumération des guérisons obtenues assure la crédibilité des pratiques et, par la force du nombre et de l’exemple, engage à suivre le même chemin.

  • 81 Quelques phrases seulement, reproduisant invariablement les mêmes éléments :
    – indication chronolog (...)
  • 82 L’intérêt du culte mariai est fonction de la réputation de “généraliste” associée à la Vierge. Par (...)

43Monotone lecture. Ces brefs récits stéréotypés, qui tiennent le plus souvent en quelques lignes, multipliés par dizaines et par centaines, peuvent paraître de peu d’intérêt81. Ils appartiennent pourtant à une rhétorique spécifiquement populaire. Leur nombre est témoin de leur succès et de la force de conviction qu’ils possèdent. Il s’agit chaque fois de minuscules scénarios qui ont pour ambition de répondre à deux questions essentielles : qu’est-ce que être malade et qu’est-ce que guérir ? A ce titre, ils fournissent des éléments essentiels à la compréhension de la notion de maladie dans le champ de la culture populaire. Nous avons tenté de dégager ces éléments à partir de quelques ouvrages liés à la dévotion mariale82.

***

44La première constatation qui ressort de l’analyse des récits de guérison contenus dans ces ouvrages, est le nombre restreint des maladies mentionnées. Les guérisons présentées dans l’Abrégé des changemens miraculeux... ont été regroupées par l’auteur en différents chapitres, reprenant chacun un type particulier de maladie (p. 50-113) :

  • des hernies ou ruptures,
  • femmes guéries de chancre au sein ;
  • sourds dès leur naissance guéris ;
  • paralitiques guéris ;
  • personnes guéries de la dissenterie ;
  • femmes guéries du flux de sang ;
  • personnes guéries de maladies inconnues et humainement incurables ;
  • personnes guéries de playes et ulcères invétérés ;
  • personnes guéries des maux des yeux ; personnes guéries de la goutte ;
  • personnes guéries d’écrouelles, bosses et enflures ; personnes guéries de tumeurs et excroissances de chair, dit en langage de Liège, souroux ;
  • personnes guéries de fièvres ;
  • jeune homme agonisant soudain délivré du péril de mort, item une femme pareillement délivrée.

45A quelques détails près, les autres textes se limitent au même cadre et manifestent une même pauvreté dans le nombre des termes désignant les maladies. Impossible évidemment de confronter cette “nosologie populaire” aux subtiles nomenclatures de la médecine savante. Plaies, fièvres, paralysies ou maladies des yeux : il s’agit des manifestations morbides les plus courantes et les plus évidentes. Les maladies les plus fréquemment citées sont celles qui atteignent l’intégrité de l’individu. Ainsi, dans l’Abrégé des miracles [...] avenus [...] à Montaigu, sur 254 maladies citées, 74 sont des paralysies d’un ou plusieurs membres. Assurément, pour un paysan ou pour un artisan, la privation de l’usage de ses membres constitue une perte inestimable, puisque avec sa force de travail, c’est sa subsistance et celle de sa famille qui sont directement menacées : la maladie n’est pas d’abord une transformation interne de l’être, mais une atteinte à la capacité de survivre.

  • 83 Abrégé [...] Verviers, op. cit., p. 108-109.
  • 84 Ibidem, p. 77.
  • 85 Miracles [...] Tongres [...], op. cit., p. 24.

46A Verviers, en 1693, “Anne Le Loup [...] avoit la main droite extrêmement enflée, et tellement remplie de douleur, qu’elle ne s’en pouvoit servir”83. L’insistance sur la main droite — celle du travail, de l’activité — est lourde de signification. Elle se retrouve dans de nombreux autres exemples : “Marguerite Gérard [...] a affirmé par serment [...] que depuis 14 ans elle étoit affligée d’une paralisie qui lui avoit ôté presque tout l’usage du côté droit, et ne pouvoit marcher qu’en traînant la jambe, et toute courbée, ni faire aucun travail de la main droite”84. Ou encore, “un certain natif de Mons [...] estainier de son style, étoit estropié et perclus des pieds et des mains de sorte qu’il ne se pouvoit ayder de ses pieds pour cheminer, ni de ses mains pour besoigner”85.

  • 86 “Catharine de Sterches est devenüe hydropique et tellement chargée d’eau, qu’elle ne se pouvoit co (...)

47Les paralysies ne sont pas seules en cause. La plupart des maladies conduisent à la même issue dramatique : l’immobilité86. La maladie, c’est son effet ; et celui-ci s’exprime dans toute sa puissance lorsqu’il contraint les individus à cesser leurs activités et à attendre la mort dans une insupportable ankylose. Nulle tentative d’énumération au-delà de ces formules génériques qui toutes mettent en scène la même fatalité. La notion de maladie relève moins de la nature du mal que de ses conséquences sur la capacité de l’individu à agir. En ce sens, lutter contre la “maladie”, c’est lutter contre tous les périls qui menacent la vie. Les accidents interviennent ainsi de manière récurrente dans le récit des guérisons miraculeuses. La noyade occupe dans ce contexte une position presque emblématique :

  • 87 Miracles [...] Tongres [...], op. cit., p. 61-62. Le thème de la noyade, quoique très fréquemment (...)

“Le cinquième de Febvrier en l’an mil quatre cent et neuf, un enfant de Chièvres, mendiant, âgé d’onze ans, nommé Martin, fils de Jean Barbe, tomba au gouffre des tordoirs de Tongre, passant au dessus du ventail d’une mauvaise planche, et ne fut apperçeu sinon d’une fillette, laquelle criant fort que cet enfant se noyoit, fut ouïe du tordeur appelle Jean Willeman qui retournoit de la Messe, il y accourt, et ne voit que le crétin dudit enfant flottant sur l’eau, et fut quelque espace sans rien appercevoir, puis il vit la face dudit enfant, et ses mains jointes, et crioit douce Vierge Marie nostre Dame de Tongre vueillez m’ayder, le tordeur le reconfortoit disant qu’il avoit Dieu et la bonne Dame en son ayde, (car il ne le pouvoit aider, d’autant que l’eau estoit haut de plus de vingt pieds, à raison qu’il degelloit). Ainsi donc l’enfant fut apporté flottant jusques au bord du gouffre, duquel il le tira, & fut trouvé n’avoir aucun mal”87.

  • 88 Abrégé [...] Montaigu [...], p. 168-169.

48Aux accidents fortuits, ou liés à une imprudence, il faut ajouter les nombreuses illustrations du thème de l’agression proprement dite. Les routes sont peu sûres sous l’Ancien Régime. Que l’on s’écarte des chemins fréquentés et une mauvaise rencontre est toujours possible. Voleurs et brigands de tout acabit, pauvres eux-mêmes et souvent affamés, errent de village en village et créent un sentiment permanent d’insécurité. Face à cette menace obsédante de l’agression, la figure mythique de l’invulnérabilité est proposée aux confrères ou aux âmes pieuses qui ont recours à l’invocation mariale. Un certain Zacharie, par exemple, “s’étant trouvé inopinément environné dans un profond chemin près de la censé de Genappes de sept à huit voleurs, qui le détroussèrent et lui portèrent un coup dessous la gorge et un autre au bras droit, se disposant à la mort se mit à genoux et invoqua la bonne Vierge de Montaigu, et tout aussitôt, il se trouva insensiblement, et sans sçavoir en quelle façon transporté de ce lieu bas sur le haut de la campagne et délivré des mains de ces assassins et de la mort imminente”88.

  • 89 “Le sieur Balthazar Lopez, alfère au siège de la ville de Bergh-op-Soom, ayant le chapeau emporté (...)
  • 90 “En l’an mil deux cent cinquante neuf” Matthieu le Noir et Jean Carton, furent appréhendés pour un (...)

49L’agression peut prendre des formes multiples. Au voleur se substitue parfois l’ennemi sur le champ de bataille89 ou le bourreau qui se prépare à châtier un prisonnier injustement condamné90. Chaque fois, les forces du destin s’inversent. Ce qui paraît inéluctable est conjuré dans l’inexplicable instant du miracle. Scènes de la vie quotidienne : c’est l’omniprésence banale de la mort qui est toujours représentée. Un enfant qui se noie, un paysan détroussé, un soldat blessé ou un prisonnier livré aux mains aveugles de la justice sont les modestes acteurs d’un drame où s’exprime normalement la toute-puissante violence de la fatalité.

  • 91 Abrégé […] Montaigu [...], op. cit., p. 69-70.
  • 92 Ibidem, p. 98.
  • 93 Ibidem, p. 165.

50Agressions naturelles, mais aussi surnaturelles. De manière assez traditionnelle, tout d’abord, l’invocation mariale est opérante dans certains cas de possession diabolique. La fille d’un bourgeois de Lille, par exemple, étant “possédée du diable [qui] luy faisoit parler plusieurs langues, mesme Latin, Grec et Hebrieu et faire beaucoup de choses qui surpassoient manifestement la force naturelle et humaine, se trouve soudainement et entièrement délivrée de toute possession et vexation des esprits malins et remise en parfaite santé”91. Mais la possession n’est pas seule en cause. La lutte contre les envoûtements, les sorts, les maléfices relève également des attributions de la Vierge. A Montaigu encore, telle personne est “délivrée subitement des maux d’un sortilège, dont son corps étoit tant exténué”92 et telle autre “d’une maladie étrange, jugée maléfice”93.

***

51L’idée de “maladie” telle qu’elle se révèle dans les livrets sur le culte des saints dépasse largement la notion de dérèglement organique exprimée par la pensée médicale. Les conséquences de la maladie importent plus que sa forme ou son mécanisme. Ainsi, toute injure grave au corps entre dans cette vaste catégorie du malheur qui justifie l’intercession du saint guérisseur. Etre malade, c’est subir les conséquences d’une agression — naturelle ou surnaturelle — dont il n’est pas toujours aisé de déterminer la nature. Les exemples précédemment évoqués sont dépourvus d’ambiguïté. Ce n’est pas toujours le cas. Beaucoup de maladies “inconnues” ou “humainement incurables” suggèrent l’intervention de forces maléfiques indéterminées :

  • 94 Abrégé [...] Verviers [...], op. cit., p. 96-97.

“Jeanne Francq Thomas [...] bourgeoise de Vervier, a affirmé [...] que depuis quatre ou cincq mois [...] elle étoit affligée de tout son corps d’un mal inconnu ; et d’avoir été ces derniers quinze jours réduite à l’extrémité, reçu ses derniers sacremens dans la pensée qu’elle en dût mourir, aiant une rétractation de nerfs de tout son corps et de sa langue même ; et que dans ce péril de mort elle fût inspirée d’avoir recours à Nôtre-Dame de Miséricorde par une neuvaine qu’elle lui promit ; et laquelle fût faite par sa tante Catherine le Fouant ; et dès le lendemain matin, elle fût hors de péril de mort : ses nerfs retirés s’étendirent, ses mains fermées s’ouvrirent et avant ladite neuvaine achevée elle a été exempte de tout mal, et peu de jours après remise en parfaite santé”94.

52Dans ce genre de situations, l’intervention du médecin est souvent sollicitée, mais toujours vainement tant, par sa nature, le mal échappe à sa compétence. L’inefficacité des remèdes naturels agit comme un révélateur et ne laisse qu’une issue : s’en remettre entièrement au rituel d’invocation :

  • 95 Ibidem, p. 55-56.

“Catherine Denys [...] aiant été affligée d’un mal de mamelle l’espace de dix ans, et n’aiant trouvé aucun soulagement dans l’usage des remèdes des médecins qui jugeoient que c’étoit un chancre ; elle eût recours à Notre-Dame de Miséricorde devant sadite image, à laquelle elle fit une neuvaine, pendant laquelle elle ne trouva aucun soulagement ; parce que probablement elle se servoit encore de remèdes humains ; mais aiant recommencé une seconde neuvaine, sans plus se servir d’aucune chose, et icelle expirée elle se sentit absolument guérie, sans que depuis elle ait ressenti aucun mal”95.

  • 96 Ibidem, p. 106.

53Concurrence, donc, entre les remèdes humains et le saint guérisseur. Dès lors que la guérison ne relève pas du pouvoir du médecin, il est non seulement inutile mais préjudiciable de faire appel à lui puisque l’on manifeste ainsi un degré de confiance insuffisant à l’égard de l’intercession du saint. L’accomplissement du miracle exige l’entière soumission du dévot aux forces dont il sollicite le soutien. Au seuil de la mort, cet abandon peut ne durer qu’un seul instant, mais il doit être total, dénué de toute réticence et de toute forme d’évaluation rationnelle. C’est comme un oubli de soi et du monde dans l’illumination d’une dévotion absolue. Marie de Vinamont, victime d’un accident grave, “alluma plusieurs chandelles devant l’image de Notre-Dame de Miséricorde, et y fit ses dévotes prières avec si grande confiance, qu’elle ne voulût point se servir du remède ordonné ; et le lendemain à son réveil elle se trouva absolument guérie”96

  • 97 Ibidem, p. 13.

54Si la forme de la maladie échappe à la compréhension humaine et si le seul espoir de guérison est contenu dans la réalisation miraculeuse d’une prière, l’origine du mal n’est pas non plus à rechercher dans des explications naturelles. Pourquoi est-on malade ? L’image biblique d’une punition divine traverse les oraisons et les prières des confrères. La colère de Dieu s’exprime, par exemple, dans cette vision de saint Dominique, “lequel vit un jour nostre Seigneur Jésus-Christ tenant en main trois flèches toutes pleines de sang, qu’il vouloit briser contre le monde criminel”97. Ce sont les péchés innombrables des hommes qui sont la cause véritable de leurs malheurs :

  • 98 Litanies de la très bénite Vierge Marie.... op. cit., p. 15-16.

“Nous avons bouché nos oreilles à vos inspirations, nous n’avons point tenu compte de vos prédicateurs : tout ce que vous avez fait pour nous amollir le cœur a été inutile. Nous vous avons ingratement abandonné pour suivre le monde & nos sens qui sont vos ennemis. Et pour comble de malheur nous demeurons endurcis au milieu de tant de marques de votre colère. Il semble que nous ne connoissons pas, & que nous ne voulons pas connoitre d’où nous viennent ces calamités. Nous les attribuons à plusieurs causes qui ne sont que les instrumens de votre justice, sans nous aviser de leur véritable source qui sont nos péchés [...] Ainsi nous faisons mauvais usage des remèdes que vous appliquez à nos maux et par notre dureté nous les convertissons en poisons”98.

55Le principe de l’intercession mariale prend toute sa valeur. Emue par le malheur des hommes, la Vierge tente d’apaiser le couroux de Dieu et de retenir son bras vengeur. Elle obtient pour eux la guérison des maladies que Dieu leur a envoyées en châtiment des péchés qu’ils ont commis. En même temps, le geste de foi que représente la prière adressée à Marie est signe de contrition et de soumission aux lois divines qui gouvernent le monde.

***

56Cette thématique orthodoxe de l’intercession est d’autant plus présente que les ouvrages où elle est exposée ont reçu l’approbation des autorités ecclésiastiques. D’autres significations se dégagent cependant d’une analyse approfondie. La récurrence du thème de l’agression, par exemple, suggère des perspectives plus complexes. De même, la prise en considération de certaines prières et des rituels d’invocation permet de situer le culte des saints dans un autre univers que celui d’une piété populaire strictement conforme à l’enseignement des théologiens. Le recours au saint guérisseur se situe sur l’étroite frontière qui sépare la pensée magique et la pensée religieuse. Aux figures de l’intercession et de la contrition s’opposent constamment celles du talisman et de la parole magique.

  • 99 L’exemplaire troyen que nous utilisons porte la mention d’une approbation datée du 25 février 1676 (...)

57Un des best-sellers de la littérature populaire, Le trépassement de la vierge Marie, en apporte l’évident témoignage. Ce petit in-12, initialement imprimé à Troyes dans le dernier quart du xviie siècle99, n’est pas associé à un lieu de culte déterminé et constitue un instrument individuel de dévotion. Il contient une série de litanies et d’oraisons consacrées à la Vierge. Celles-ci ne sont pas à proprement parler des prières, en ce sens qu’elles ne sont pas présentées comme un simple support de la communication avec le divin, mais qu’elles possèdent leur propre pouvoir. Le fait de réciter, d’écrire, d’entendre, de se souvenir, de posséder ou de porter ces textes sur soi sont des actes signifiants qui agissent dans un univers magique. A la suite du récit ésotérique de la mort de Marie, on trouve l’indication des pouvoirs du texte :

  • 100 Le trépassement ..., op. cit., p. 34-36.

“De celui ou de celle qui ces mots dira,
Et qui dévotement entendre le voudra.
Cette heure ou autrefois le recordera,
Ou qui sur soi chaque jour le portera,
En nul péché mortel jamais ne mourra,
En grande maladie point ne languira.
Le malin esprit nuire ne lui pourra,
Lorsque son âme de son corps partira ;
Ni en cours jamais jugé il ne sera,
Ni en eau, ni en feu son corps ne périra,
Ni en grande maladie nullement ne tombera.
Qui cette oraison par écrit portera,
En quel lieu qu’il soit ne périra,
Ni foudre, ni tempête ne le touchera.
Ni larron, ni meurtrier, nul mal ne lui fera ;
Aussi mort subituellement ne mourra.
Et qui cette oraison à une femme mettra,
Si elle n’est morte auparavant, baptême viendra ;
Ni la mère ni l’enfant, nul des deux ne périra,
De son corps tout sain son fruit sauve sera.
Qui sera en bataille et sur soi la portera,
En aucune bataille point pris ne sera”100.

58La langue archaïque des textes du Trépassement et le rythme marqué qui les ponctue, en même temps qu’ils garantissent leur mystère et leur nécessaire opacité, témoignent de leur origine lointaine. Car leur valeur magique est directement liée à une ancienneté qui les signale comme doublement fiables : parce que l’épreuve du temps est un critère majeur d’efficacité, mais aussi parce qu’ils ont été communiqués aux hommes par Dieu lui-même ou par des personnages plus ou moins mythiques ayant entretenu, in illo tempore, une relation privilégiée avec le divin :

  • 101 Ibidem, p. 22-23. On pourrait multiplier les exemples : “Cette oraison a été apportée du Ciel par (...)

“Et moi, Joseph d’Arimathie,
qui durant le temps de ma vie,
Jésus de la croix descendit,
Le jour du béni Vendredi,
Et le mit en son monument.
J’en parle bien certainement.
Je ne fais pas par ouïdire,
Je l’ai vu souffrir le martyre,
De la très dure passion,
Comme l’écrit en fait mention.
J’ai fait beaucoup de choses secrètes,
Que j’ai fait à cette fin extraites,
Pour remémorer et mettre en avant,
Ce qu’a été fait ci-devant
J’ai gardé le corps de Marie
Chez moi une fois dans ma vie
Jusqu’à son trépassement :
J’en ferai bon recordement”101.

59Mais les mots ne sont pas les seuls vecteurs du pouvoir. Un dessin — à l’impression écrasée par les bois usés de plusieurs rééditions — confère à celui qui le possède la protection magique d’une amulette :

Le trépassement de la Vierge Marie Troyes, Garnier, s.d., p.45.

  • 102 Ibidem, p. 45-46.

“C’est ici la mesure de la Plaie du côté de nostre Seigneur Jésus-Christ, laquelle fut apportée de Constantinople à l’Empereur Charlemagne, dans un coffre d’or, comme relique très précieuse, afin que nul ennemi ne puisse nuire. Elle a tant de vertu, que celui ou celle qui la portera sur soi, ni feu, ni eau, ni vent, ni tempête ne lui pourra nuire, et femme qu’enfantera au jour qu’elle verra ladite mesure, ne mourra de mort soudaine en son enfantement, mais elle sera délivrée légèrement ; et tout homme qui la portera sur soi [...], il aura bonheur et victoire sur ses ennemis lesquels ne pourront le grever, ni lui faire dommage. Enfin, celui qui la portera, de mauvaise mort ne mourra. Ainsi soit-il”102.

  • 103 Une bonne iconographie du sujet est présentée dans le Catalogue de l’exposition : la médecine popu (...)
  • 104 “Je ne suis pas surpris”, écrivait Jean-Baptiste Thiers, “que ces Oraisons et ces paroles produise (...)

60Médailles, drapelets, billets ou livrets de pèlerinage, images pieuses ou petites pièces d’étole : la panoplie magique des objets du culte des saints semble inépuisable103. Plus que le témoin ou le souvenir d’un pèlerinage accompli, ils ont valeur de talisman. Ils ne sont pas les supports de la piété populaire, mais des instruments de pouvoir dans lesquels se concentrent l’efficience des forces dont on cherche le soutien. Celles-ci portent le nom des saints : mais il s’agit d’un compromis longuement édifié au cours des siècles de christianisation, plutôt que d’une communion réelle des sensibilités et des croyances. Au-delà de l’expression d’une orthodoxie qui garantit sa légitimité, le culte populaire des saints guérisseurs se déploie dans un univers magique que l’Eglise post-tridentine condamne avec un mélange de crainte et de mépris104.

  • 105 Abrégé [...] Montaigu [...], op. cit., p. 25. A Arlon, la statue adorée représente la Vierge foula (...)

61Le récit de la genèse des dévotions locales permet souvent d’identifier une filiation, explicite ou implicite, avec des pratiques ou des divinités païennes. A Montaigu, par exemple, la Vierge manifeste sa présence au pied d’un vieux chêne “où plusieurs ont esté guéris, qui ont pendu leurs bourdons, & potences audit Chesne”105. Il est facile de montrer également combien prières et litanies s’inscrivent dans un univers symbolique traversé par les images archaïques de la forêt, de la lune, du soleil et, d’une manière générale, des grandes forces de la nature :

  • 106 Abrégé [...] Verviers [...], op. cit., p. 163.

“Je vous salue, ô Montre solaire,
Où l’ombre du jour rebroussa,
Quand par un décret volontaire,
Dieu s’abaissant nous rehaussa :
O lune des splendeurs divines !
Beau lis blanc entre les épines.
Vous avez écrasez la tête du serpent,
Votre Conception comme une belle Aurore,
Empruntant du Soleil la splendeur qui la dore,
Eclaire nos sentiers et sur nous se répand”106.

***

62Incantation magique ou piété populaire ? La distinction n’est pas toujours aisée à formuler, mais il est certain que le culte des saints repose en grande partie sur une perception du monde qui relève de la pensée magique. La maladie n’y est pas autonome, comme elle l’est dans la pensée savante ou médicale. A la notion de péché et de punition divine, s’associe une catégorie plus large : celle de l’agression. Agression de Dieu, du voleur, du sorcier, de Satan, de l’ennemi, du sort ou du destin. Le monde est parcouru de forces, hostiles ou bienveillantes, dont il est nécessaire de se défendre ou de s’assurer le soutien. Se protéger de l’agression, c’est lutter contre la mort. Les talismans du culte des saints — litanies, rituels d’invocation ou billets de pèlerinage — opposent leur pouvoir aux forces adverses et protègent celui qui les possède. L’idée de l’agression est indissociable de celle de la contre-agression ou de la protection, comme la magie blanche l’est de la magie noire. C’est bien d’une technique d’intervention sur les forces qui gouvernent le monde dont il s’agit.

63Quoi qu’il en soit de l’origine reconnue de la maladie — punition divine, jeu du destin ou agression magique — l’intervention médicale apparaît comme dérisoire. Elle est néfaste, parfois, puisqu’en faisant appel au médecin ou au chirurgien, on méconnaît la nature réelle du mal. Il faut agir sur les leviers véritables qui orientent les forces de la vie, du destin, de la mort. Magie ou religion : la perception populaire de la notion de maladie se caractérise par la primauté du sens et du signe. Le signe, c’est l’arrêt de soi comme force agissante dans le monde. “Etre malade”, c’est être contraint à une douloureuse immobilité qui prélude à la mort. Le sens, enfin, offre toujours la possibilité de répondre à cette question essentielle : pourquoi ?

3. Le médecin de soi-même

64Le “sens du mal”, tel qu’il se dégage des textes relatifs au culte mariai, suggère une cassure : l’univers magique ou religieux dans lequel s’inscrit le recours au saint guérisseur semble interdire la démarche rationnelle du médecin, voire de l’empirique. Les récits de guérison posent effectivement le problème en termes d’exclusives lorsque l’intervention miraculeuse exige le renoncement préalable à toute forme de médication naturelle. Mais il s’agit là d’un signe plutôt que d’une règle générale. L’inefficacité des remèdes du médecin manifeste la dimension surnaturelle de la maladie et leur abandon est un acte symbolique qui intervient dans le rituel d’invocation du saint guérisseur. L’opposition ne dépasse pas ce moment très particulier où le malade décide de s’en remettre totalement au saint. Elle exprime, dans un contexte de foi, la primauté des remèdes spirituels, mais elle ne traduit pas une rivalité quotidienne entre deux univers fondamentalement différents.

65La récurrence du thème en est témoin : le recours au saint guérisseur est généralement précédé ou accompagné d’autres modèles thérapeutiques. Les uns ne sont pas nécessairement disqualifiés au profit des autres ; chacun se situe simplement dans une hiérarchie dominée par des valeurs spirituelles. Les remèdes naturels s’attaquent au “symptôme”, c’est-à-dire à la manifestation concrète de la maladie ; les remèdes spirituels prennent en compte la cause réelle du mal, c’est-à-dire, depuis que l’homme a été chassé du paradis terrestre, la juste colère de Dieu. Mais les remèdes naturels ont été aussi donnés à l’homme par Dieu et leur utilisation n’est rien moins que légitime. De même, dans un contexte magique, les remèdes naturels sont inefficaces là où une agression trop forte exige que l’on ait recours au pouvoir surnaturel d’une prière, d’une litanie ou d’un quelconque rituel.

  • 107 Marie-Christine Pouchelle a montré combien, des évangiles à la légende dorée de Jacques de Voragin (...)
  • 108 G. Dumeige, Le Christ médecin, dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique,v. 10, Pari (...)

66Syncrétisme et diversité, toujours : la multiplicité des recours thérapeutiques ne signifie pas leur antinomie. Remèdes naturels et surnaturels coexistent en une vision du monde unifiée. L’idée de “médicament” n’est pas nécessairement aux antipodes d’une logique thérapeutique imprégnée de 107L’image du Christ médecin, par exemple, associe en un même ensemble de figures symboliques médecine du corps et médecine de l’âme108. Guérir : l’ambivalence du terme autorise de multiples passerelles entre des logiques thérapeutiques spirituelles, physiques et magiques. Chacun peut avoir simultanément recours à plusieurs techniques de guérison différentes sans manifester aucune contradiction. On peut tout à la fois faire appel au médecin ou au chirurgien, effectuer un pèlerinage et se laisser convaincre par les promesses de guérison d’un empirique de passage.

67En outre, pour des raisons à la fois économiques et culturelles, un médiateur — médecin, saint guérisseur, ou sorcier— n’est pas toujours indispensable. Ceux-ci n’interviennent généralement qu’au terme de tentatives individuelles de guérison qui se sont révélées infructueuses. L’auto-médication se pratique sur une très large échelle et ne saurait être négligée. Il s’agit du premier et, de toute évidence, du principal recours thérapeutique. La répartition socialement et géographiquement déséquilibrée du personnel médical explique, mais en partie seulement, l’extension du phénomène. En témoigne, par exemple, l’auteur anonyme d’un “dictionnaire portatif du cultivateur” :

  • 109 L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur contenant toutes les connaissances nécessaires (...)

“Nous avons considéré l’Agronome ou l’Administrateur d’un Bien de Campagne, selon tous les rapports de son état, c’est-à-dire, non seulement comme Agriculteur, mais comme un homme qui passe sa vie à la campagne, et conséquemment éloigné d’une infinité de secours, relativement aux incommodités, aux maladies, aux accidents auxquels lui et tous les Sujets de sa petite République sont exposés [...] Ainsi, nous avons cru utile de joindre aux différentes instructions que nous donnons sur l’Agriculture, celles qui regardent la Santé, c’est-à-dire l’explication des maladies auxquelles noue corps est le plus ordinairement exposé, et indiquer les divers remèdes qui peuvent en procurer la guérison”109.

68Le langage est celui de la raison. Les physiocrates du xviiie siècle veulent mettre au service de ces bucoliques “républiques” les secours d’un art qui se confine traditionnellement dans l’espace artificiel de la ville. Le retour aux valeurs de la terre s’éclaire des lumières tamisées d’un savoir judicieusement appliqué. La nature n’est pas bafouée par la main de l’homme : elle est respectée et secondée dans ses mouvements spontanés par les interventions mesurées de l“’agronome”. Celui-ci gère son corps comme il gère ses terres, en plaçant d’abord sa confiance dans les ressources sages et inépuisables de la natura medicatrix.

  • 110 Ce thème est analysé par Evelyne Aziza-shuster, Le médecin de soi-même, Paris, P.U.F., 1972, passi (...)

69Les ouvrages de ce type, nombreux au xviiie siècle, prennent pied dans une longue tradition savante qui prône les vertus de l’auto-médication. Parce que la nature est le seul véritable médecin et que l’intervention de l’homme de l’art se révèle parfois plus néfaste que bienfaisante, il appartient à chacun de devenir son propre thérapeute110. Ainsi, l’auto-médication n’est pas exclusivement déterminée par un contexte de pénurie. L’absence de médecin ou l’insuffisance des ressources ne sont pas les seuls motifs qui conduisent à tenter de se guérir soi-même ou de se préserver des maladies. Une tradition philosophique et médicale profondément enracinée dans le champ de la culture savante présente l’auto-médication comme une valeur éminemment positive, non comme un réflexe de survie lié à une situation de grande pauvreté ou cantonné dans la sphère culturelle du monde populaire.

  • 111 E. Aziza-shuster, op. cit., 1972, p. 151-160.

70Cette tradition est à la fois clairement exprimée dans certains textes savants111 et culturellement diffuse dans l’ensemble de la société. Guérir, ce n’est pas nécessairement faire appel au médecin ou au chirurgien, parce que ceux-ci ne sont pas les seuls dépositaires du savoir. A l’écoute de la nature, chacun peut appliquer les recettes médicales qui lui ont été transmises.

***

  • 112 Pour s’en tenir à quelques exemples sortis des presses liégeoises : Blakey, Observations très impo (...)
  • 113 Adrien Helvétius (1661-1727) est le grand père du philosophe. C’est lui qui popularisa l’usage de (...)

71Aux xviie et xviiie siècles, l’édition de livres de recettes destinés à un public non médical connaît un succès considérable112. Généralement écrits par des hommes de l’art, ces ouvrages font œuvre de vulgarisation. Ils ont pour ambition de mettre à la portée de tous, les enseignements pratiques d’une science dont les subtilités théoriques restent par ailleurs inaccessibles au commun des mortels. Adrien Helvétius, dont le Traité des maladies les plus fréquentes est édité à Liège, est un des représentants les plus célèbres de cette tradition113 :

  • 114 Adrien Helvetius, op. cit., 1705, [non paginé].

“La connoissance de la Médecine est d’une étendue presque sans limites. Pour l’exercer dans la dernière perfection, il faudrait avoir développé le nombre infini des ressorts & parties dont le corps humain est composé ; cette diversité de fluides qui l’arrosent & le vivifient, & dont l’union ou le dérangement causent la santé, ou la maladie [...] Il serait encore très nécessaire de posséder à fond les vertus de toutes les plantes & les qualitez des minéraux ; en un mot, il faudrait avoir pénétré dans tous les secrets de la nature [...] Quoi que nous ne puissions nous flatter d’atteindre à une si haute perfection, nous devons faire tous nos efforts pour nous en rapprocher. C’est à quoi je me suis toujours appliqué [...] Je me suis toujours fait un devoir de développer les idées que j’avois conçûës de ces choses, de les rendre claires & distinctes, & de les ranger dans un ordre naturel, afin que chaque Personne, pour peu qu’elle eût d’intelligence, fût en mesure d’en soulager d’autres, lors que l’occasion s’en présenterait : c’est mon unique dessein & ma seule vue, dans ce que je communique au Public”114.

72Dans ce genre de littérature, les recettes médicales proprement dites côtoient l’exposé des préceptes relatifs à l’hygiène de vie. Ceux-ci ont une importance décisive parce qu’ils constituent les fondements mêmes de cette médecine sans médecin dont l’action se veut autant préventive que curative. Dans la plus pure tradition hippocratique et galénique, la santé et les maladies sont déterminées par les “six choses non naturelles” qui agissent nécessairement sur le corps humain :

  • 115 Des bergeries, Le gouvernement de la santé.... op. cit., 1690, p. 3-4.

“Nos corps ne pouvant subsister d’eux-mêmes, ont besoin de quantité d’aides pour se conserver. L’Air leur est nécessaire pour la respiration, & la respiration pour le rafraîchissement du cœur, & le renouvellement des esprits. Ce qui se dissipe à tout moment de notre substance a besoin d’estre réparé de temps en temps par le boire & par le manger. La Veille est nécessaire à l’homme pour les actions animales, civiles & spirituelles ; & le Sommeil, pour réparer les forces et les esprits qui se dissipent dans la veille. L’Exercice sert à exciter la chaleur naturelle, à ouvrir les pores & dissiper plusieurs choses superflues qui s’amassent dans nos corps ; & le Repos est un relâche nécessaire pour nous délasser de nos travaux. Il falloit que le corps se déchargeât de ses excremens pour ne retenir que ce qui luy est utile. Et nous ne pouvons éviter les passions de l’âme, qui nous servent d’éguillons, & sont les mobiles de la plupart de nos actions”115.

  • 116 Blakey, op. cit., 1781, p. 15.
  • 117 Evelyne Aziza-Shuster avait déjà noté cette indication des valeurs morales et médicales : “Penser (...)
  • 118 M.D.T, Eléments de séméiotique.... op. cit., 1777, p. 221.

73Le bon usage des choses non naturelles est le secret véritable de la santé. “Il faut consulter & écouter la nature sans s’écarter des règles qu’elle nous dicte”116 : un régime de vie adéquat, dont la description relève autant de la morale que de la médecine117, maintient le corps en santé et assure la bonne régulation des humeurs qui le composent. Lorsque la maladie se déclare, les remèdes agissent selon les mêmes principes sur les équilibres perturbés. La plupart des maladies sont causées par une modification de la quantité ou de la qualité des humeurs qui “arrosent et vivifient le corps”. Que l’une vienne à s’épaissir, par exemple, ou que les principes de sa formation soient altérés par une fermentation imparfaite dans les voies digestives, et l’harmonie de l’ensemble est menacée. D’elle même, la nature tend à rétablir la santé. Ainsi, la fièvre est une réaction spontanée du corps qui a pour effet de “mettre en mouvement la matière morbifique, de la cuire & de la changer, ou de la préparer à l’évacuation”118. Mais elle ne suffit pas toujours. Dès lors, l’arsenal inépuisable des remèdes vomitifs, purgatifs ou sudorifiques permettra d’évacuer les humeurs viciées dont le corps ne parvient pas de lui même à se débarrasser ou qu’il ne parvient pas à corriger.

  • 119 Cfr supra, p. 144 et sv.

74Ainsi, il existe un continuum entre l’état de santé et celui de maladie. L’effet d’un remède est toujours celui-là que la nature ne parvient plus à produire dans un organisme affaibli. Alors que la cause surnaturelle de la maladie se ramène aux figures de l’agression119, l’explication naturelle repose sur la notion d’altération. La maladie n’est pas l’irruption brutale à l’intérieur du corps d’un principe délétère qui lui serait étranger : c’est le corps lui même qui se règle et se dérègle sous l’influence, bienfaisante ou funeste, des “choses non naturelles”. En un sens, le corps s’appartient. Il est pensé comme une totalité qui possède ses propres lois et ses propres forces :

  • 120 Des bergeries, op. cit., 1690, p. 1-3.

“Il en est de nostre corps comme d’une République, où il y a des Magistrats & des Sujets, diverses charges & fonctions, & toutes sortes d’ouvriers qui travaillent, & pour leur propre subsistance & pour le bien de tout le corps en commun [...] Tandis que toutes ces choses vont bien, que les supérieures dirigent & que les inférieures obéissent, que toutes agissent & contribuent ce qu’elles peuvent pour leur propre conservation & le bien du composé [...] le corps demeure en santé [...] Mais d’abord que cette harmonie des parties [...] se détraque [...] alors viennent les maladies, qui mettent tout en confusion, alors les facultés directrices se fourvoyent, les sujets perdent l’obéissance, les passages se bouchent, le commerce se rompt, tout se détraque & se laisse aller, comme un vaisseau qui, ayant perdu son mast & son gouvernail, ne vogue plus qu’au gré des vents & n’attend plus qu’un triste naufrage”120.

75Toutes les descriptions du corps mettent en scène les mêmes métaphores. “République” ou “vaisseau”, le corps se conduit grâce aux vertus d’un prince éclairé ou d’un sage capitaine. Le médecin intervient comme un expert ou un conseil, comme un ministre pourrait-on dire qui enrichit de son savoir les stratégies du souverain. Mais le ministre n’est pas le roi à qui, toujours, la décision appartient. Il est là pour conseiller, non pour décider. De la même manière, le médecin intervient sur le corps de ses patients mais il n’est pas encore, comme il le deviendra, le maître d’un processus thérapeutique que lui seul est susceptible de mettre en œuvre et de mener à bonne fin. Son intervention reste, au sens propre du terme, secondaire.

  • 121 Par exemple : “J’ai évité, autant qu’il a été possible, dans cet ouvrage les expressions qui ne po (...)
  • 122 Il est intéressant de noter que, bien avant l’émergence de l’hygiène publique en tant que fer de l (...)
  • 123 Adrien Helvetius, op. cit., 1705, [non paginé].

76Dès lors, les ouvrages de vulgarisation médicale sont destinés à donner à chacun les moyens de se guérir soi-même ou de conseiller et d’éclairer la multitude de ceux qui n’ont pas la possibilité de recourir à ces “ministres du corps” que sont les médecins. Les “âmes charitables” sont les utilisateurs privilégiés et constamment invoqués de cette littérature121. Les principes de l’auto-médication sont en quelque sorte médiatisés dans le contexte de la philanthropie du xviiie siècle. Il appartient à ceux qui possèdent aisance et savoir d’enseigner au peuple, démuni et ignorant, les règles imbriquées de la santé morale et physique122. Sur le plan de la thérapeutique proprement dite, ces personnes bienfaisantes n’ont pas toute la science du médecin. Mais un tel argument n’invalide pas les principes de l’auto-médication ou, ce qui revient au même, des pratiques médicales non professionnalisées : “je répons à cela”, écrit Helvétius, “que la pratique de la Médecine n’est pas aussi étendue que sa Théorie. Elle se réduit à désemplir les vaisseaux par la saignée, à corriger les humeurs par les Altérans, à les évacuer par le Vomissement, par la Purgation, par les Sueurs & par les Urines ; à les calmer par les Anodins, & à rétablir ensuite le ferment de l’Estomac par les Remèdes qui fortifient”123.

77Ainsi, dans le champ même de la culture médicale, une tradition loin d’être négligeable s’oppose aux valeurs de la professionnalisation qu’incarne le Collège des médecins. Les processus de professionnalisation impliquent à la fois la spécialisation institutionnelle des tâches et, culturellement, le large partage de l’idée selon laquelle le “professionnel” est seul capable d’intervenir dans le domaine d’activité qui est le sien. Assurément, les conditions ne sont pas remplies au xviiie siècle. Les images médicales, morales ou spirituelles de la maladie et, plus généralement, de la nature ne favorisent guère l’intervention systématique du médecin. A cela s’ajoute le poids d’une idéologie de la charité, d’autant plus profondément inscrite dans l’univers culturel de l’Ancien Régime qu’elle est un des termes essentiels du contrat de réciprocité qui soude les classes et les ordres de la société pré-industrielle.

  • 124 Goethe, Les affinités électives, Paris, Gallimard, 1954. p. 276 [1e édition : 1808].

78A l’aube du xixe siècle, “dans toutes les familles où elle se rendait”, Charlotte, l’héroïne des Affinités électives, “s’informait des malades et des infirmes qui ne pouvaient paraître en société. Elle les visitait dans leurs appartements, donnait médecine, et imposait à tous des remèdes énergiques, tirés de la pharmacie de voyage qu’elle avait constamment dans sa voiture”124. Goethe s’empresse d’ajouter que “le traitement, comme on peut le supposer, réussissait ou échouait au gré du hasard” ! Dans sa bonne volonté naïve, Charlotte appartient encore au xviiie siècle ; mais c’est d’un monde déjà différent dont nous parle ici l’écrivain allemand.

***

79Les âmes charitables et les médecins vulgarisateurs ne sont pas les seuls à prôner les vertus de l’auto-médication. Dans le contexte familier de la vie quotidienne, chacun dispose des remèdes qui lui permettent de lutter, seul, contre la maladie. C’est ici, à l’évidence, que se situe le principal de l’activité thérapeutique. Mais l’auto-médication populaire représente aussi le domaine le plus insaisissable du monde ancien de la guérison. Le problème est d’abord heuristique. En l’absence de témoignages écrits, que peut-on savoir aujourd’hui de ce que l’on savait hier à propos de la maladie et des moyens de la guérir ? Les traités de vulgarisation médicale précédemment évoqués ne sont, le plus souvent, populaires que de nom. Comme on vient de le voir, ils se rattachent à une tradition savante dont il est difficile de prétendre qu’elle était, telle quelle, partagée par le monde populaire. Encore fallait-il pouvoir se les procurer ou être capable de les lire !

  • 125 Seule une étude à caractère ethnologique semble a priori susceptible de palier les lacunes de la d (...)
  • 126 Manuscrit 1585 de la BULg ( 80 pages avec, sur la page de garde : “ce livre appartient à Jean Jord (...)

80Les remèdes “familiers” étaient la plupart du temps transmis oralement, à l’intérieur même de la famille ou de la communauté villageoise. Ils échappent ainsi, en grande partie, à l’analyse historique125. On conserve heureusement quelques intermédiaires entre le livre imprimé — d’inspiration presque nécessairement savante — et la tradition orale. Il s’agit de réceptaires manuscrits rédigés, au fil des ans, par des particuliers et destinés à leur seul usage ou, tout au plus, à celui de la communauté restreinte à laquelle ils appartiennent. Nous en avons retrouvé quatre qui ont été constitués par des habitants de la région liégeoise126.

  • 127 Si l’on excepte les quelques pages d’introduction dont Hubert Buissart fait précéder son recueil : (...)

81Recueil calligraphié d’un curé soucieux de la santé corporelle de ses paroissiens ou carnet personnel, à récriture hâtive, d’un “jeune homme d’Outremeuse” : au total, plusieurs milliers de recettes sèchement alignées au fil de ces pages miraculeusement préservées d’une destruction que l’on croirait inéluctable. Nul discours, nulle littérature ne donne le sens127 ; ces ouvrages de la pratique se contentent d’énumérer des recettes. Avec la distance irréductible du temps, celles-ci apparaissent comme autant de poésies mystérieuses qui défilent, pour nous, les saveurs oubliées de la girofle, de l’argentine ou des “grains de paradis”. L’erreur serait de croire leur interprétation facile et de les reléguer, d’un coup de plume suffisant, dans les oubliettes de la chimère.

  • 128 Manuscrit 1533 B, op. cit., p. 11.
  • 129 Hubert Buissart, op. cit., p. 49-51, notamment.

82Une première constatation s’impose : outre celles qui sont spécifiquement médicales, un certain nombre de recettes concernent, dans chacun des manuscrits, des domaines qui n’ont apparemment rien à voir avec la guérison des maladies. Recettes de cuisine, surtout, mais aussi vernis, encres, couleurs, parfums, produits de beauté, recettes pour nettoyer les vêtements ou pour écarter les punaises, côtoient sans arrêt les remèdes proprement dits. Recette pour une encre invisible, par exemple : “Deux dragmes sel de saturne, un demi Verre à vin eau de fontaine que vous mettrez dans une bouteille près du feu pour l’échauffer pendant un demi quart d’heure ; c’est l’encre invisible, qui doit toujours être bien bouchée”128. Hubert Buissart lui-même, dont les intentions médicales sont clairement exprimées, donne une longue série de recettes pour faire tourtes et confitures129.

83C’est que la recette en elle-même est éloquente et porteuse d’un ensemble de significations qui ne sont pas exclusivement liées à son utilisation médicale. D’une manière très générale, composer une recette c’est utiliser à son profit les éléments épars de la nature. Ceux-ci ne seront efficients qu’au terme d’une série d’associations et de manipulations dans la subtilité desquelles se révèle la maîtrise de l’homme sur la nature.

  • 130 Une des synthèses les plus complètes et les plus fréquemment citées au xviiie siècle est due à Ann (...)
  • 131 Carl Havelange, Manger auxviiie siècle.... op. cit., 1988.
  • 132 Il ne s’agit évidemment pas d’une spécificité de la médecine néo-hippocratique du xviiie siècle. L (...)

84Que les recettes médicales se confondent souvent avec les recettes culinaires n’a par ailleurs rien d’étonnant L’alimentation constitue un des axes principaux sur lesquels repose la médecine ancienne. La qualité de la nourriture que l’on prend et la manière dont on la prépare déterminent en grande partie la formation des humeurs et conséquemment, l’état de santé ou celui de maladie130. Les principes qui président à la préparation des aliments sont ceux-là aussi qui sont à l’œuvre dans le processus de digestion et d’assimilation. Premier résultat de la digestion, le chyle — cette matière mucilagineuse à partir de laquelle se forment les humeurs — est produit à l’intérieur du corps grâce à une action de cuisson et de fermentation. De même, la préparation de la nourriture consiste en des opérations de mélange, de cuisson et de fermentation131 Il existe ainsi d’innombrables points de contact entre médecine et cuisine132.

85Il ne s’agit pas d’une simple question de vocabulaire ou de représentations. Ce sont aussi, en partie, les mêmes manipulations et les mêmes ingrédients qui entrent dans la composition des remèdes médicaux. Le vin, par exemple, n’est évidemment pas qu’une boisson d’agrément. C’est, en soi, un médicament et un liant qui entre dans la confection de quantité de remèdes. Recette de cuisine ou remède ? La distinction n’est pas toujours évidente. Pour préparer un “astringent cordial”, par exemple, prenez

  • 133 Manuscrit 2332, op. cit., p. 21.

“une sopine de gros vin rouge, canelle, noix muscade, trois jaune d’oeufs, sucre à discrétion. Laissez bouillir le tout ensemble, puis ayant bouilli mettez y farine blanche commune et la meslez avec en remuant toujours”133.

  • 134 On peut lire à ce sujet les pénétrantes analyses de François Dagonet : “Les éléments [...] éparpil (...)

86Il en va de même pour le lait, le miel, le pain, le beurre, la graisse animale, les oignons et quantité de plantes et de condiments qui interviennent indifféremment dans des recettes culinaires et médicales. Ainsi, s’il n’existe pas de rupture réelle entre l’état de santé et celui de maladie, il n’y a pas non plus d’exclusives en ce qui concerne les composants du remède. Ils sont utilisés dans une pluralité de contextes et leurs effets varient selon la manière dont ils sont associés et transformés à l’intérieur de chaque recette. Les ingrédients sont choisis parmi toutes les productions de la nature — minérales, végétales, animales ou humaines. Ils agissent en tant que médicaments lorsqu’ils ont subi les manipulations appropriées : cuisson, distillation, infusion, trempage, fermentation, séchage, décoction, évaporation, hachage ou réduction. Seule cette magie naturelle qui transforme intimement le produit brut et dynamise ses effets en le conjuguant avec d’autres, donne au remède sa signification et son pouvoir134. Ici encore, la confrontation avec l’aliment s’impose. En eux-mêmes, par exemple, bleds et farines n’ont guère de qualités nutritives, mais transformés en une pâte onctueuse, fermentes ensuite et soumis au feu, ils deviennent le pain, cette nourriture par excellence qui, avant même que d’être ingérée, ressemble au mucilage à partir duquel le sang se formera.

87Le médicament s’identifie en un sens aux ”choses non naturelles“ — c’est-à-dire à tout ce qui agit et traverse le corps sans être le corps lui-même. Il crée d’abord le mouvement, dans la logique de cette thérapeutique évacuante qui conduit hors du corps les humeurs viciées. Outre la saignée, la panoplie des purgatifs, des vomitifs ou des sudorifiques occupe une place de choix dans la pharmacopée ancienne. Voici, par exemple, le ”remède pour guérir et faire seichir rognes, et tous autres maux qui viennent universellement sur tout le corps” :

  • 135 Hubert Buissart, op. cit., p. 42.

“Des racines de surelle de chien pillées en papin, de la croye, du soulfre, des raspures de chaudrons de cuivre, qui sont sales d’estre sur le feu, et mesler tout cela avec cresme en onguent à s’en servir, il y faut adiouter le régime, et faut purger le corps avec inanne et continuer de 6 à 7 iours entre deux à purger légèrement le corps avec pillules familiaires. Il ne doit manger lard, ni rien de sallé, ni espices, il doit manger des potages rafrechissans, et tous les iours boire du clair laict, et comme ce mal ne vient que de chaleur du foye, et intempérie du sang corrompu : à la saison de Spa, il faut bien disposer et préparer le corps, et puis luy tirer du sang, de la luy faire prendre avec régime les eaux de Spa. C’est un remède infaillible”135.

88En sa mystérieuse unité, le remède associe aux vertus “mécaniques” les valeurs symboliques des ingrédients qui le composent. Chaque élément de la nature bénéficie d’une double signification. La première, dirions-nous aujourd’hui, est vérifiée par l’expérience et détermine un effet concret. A l’évidence, telle recette à base de feuilles de séné et d’anis aura l’action purgative attendue. Mais les produits utilisés ont également un sens métaphorique ou imaginaire. Celui-ci, mis en contact avec la maladie, agit directement sur elle et l’investit de son pouvoir. Tout, dès lors, peut servir cette rationalité de l’imaginaire. Du minéral à l’humain, rien ne doit être négligé dans cette “forêt de symboles” que constitue la nature. Puisque la nature est le médicament, c’est elle aussi qui désigne en ses inépuisables ressources les formes de la guérison.

  • 136 Manuscrit 2332, op. cit., p. 163.
  • 137 Manuscrit 1585, op. cit., p. 43.
  • 138 Les exemples sont innombrables. Ainsi, “pour la veue troublée, prenez jus de fenouil et de nie, et (...)

89Pour les “tetons incommodés”, par exemple, une recette à base de “laict de femme qui alaite un fils” sera souveraine1136. Force de vie, également, que le sang animal ou humain qui intervient dans de nombreuses compositions : ainsi contre la gravelle, “prenez un lièvre en vie, percé le et en tiré le sang, escorché le et mettez le sang dans la peau. Mettez cela dans un vase de terre couvert de feu tant qu’il soit réduit en poudre. Prenez une cuillier de cette poudre avec 2 onces de vin vieux”137. De même les produits de la putréfaction ont valeur médicinale parce que c’est dans ces jeux de destruction et de renaissance que s’exprime le cycle des choses vivantes. Quoi d’étonnant dès lors que les déjections animales ou humaines soient si fréquemment utilisées138 ?

  • 139 “Les interprétateurs retiennent surtout le fait que l’ancien pharmacien se sert de l’urine ou de l (...)

90Le spectaculaire n’est pas nécessairement le plus significatif. Il isole ce qui nous est le plus étranger ou ce qui trouble avec fracas nos sensibilités aseptisées, comme pour souligner encore l’absurdité139. Mais au-dedans de chaque recette, de la plus anodine à la plus complexe, de la plus repoussante à la plus suave, on retrouve les mêmes logiques entrecroisées. Le remède est pensé, utilisé et transmis dans un univers où se rencontrent plusieurs formes mentales. Il se construit au carrefour de l’expérience, de la théorie, du symbole et de la magie. Sa spécificité n’est pas d’isoler une tradition, mais de les réunir toutes en une seule et mystérieuse substance. Rien n’est rejeté, ni inutile. Dans l’énumération hallucinante du réceptaire, le rationnel et l’imaginaire se côtoient sans s’exclure. Contre la fièvre,

  • 140 Hubert Buissart, op. cit., p. 30.

“Prenez les rognures de vos ongles des mains et des pieds, et les empasté dans du bœur, fromage ou graisse, puis les ietté à un chien qui les engloutisse, et crainte qu’il ne les regorge ou les rende continué deux ou trois fois cela pour plus d’assurance, autrement une fois suffiroit, cela est très esprouvé et infaillible”140.

91Et cette recette encore, qui guérit les podagres en vertu des principes millénaires de la magie sympathique :

  • 141 Ibidem, p. 31.

“Prenez retailleurs de cuires de vieux souliers, et les faites cuire dans un chaudron plein d’eau, tant que au dessus de l’eau il y vienne nager quantité de graisse, laquelle il faut recueillir, et d’icelle oindre les lieux douloureux, et incontinent la douleur s’apaisera”141.

92On pourrait se perdre dans les méandres de cette littérature et multiplier à l’infini les exemples. Cependant, dans la variété des “éléments de signification” qui interviennent, se dégage une autre tendance générale. Le livre de recettes fonctionne non pas par sélection des procédés valorisés, mais par accumulation. Chaque recette représente un petit monde, autonome et fermé sur lui-même. Elle est une mesure, significative en soi, des possibilités inépuisables d’associations dynamiques des éléments de la nature. Une fois formulée — et réputée “très éprouvée”, “expérimentée”, “infaillible” ou “assurée” — elle n’appartient plus qu’à elle-même. Peu importent les logiques ou les principes qui ont présidé à son élaboration : la recette est un secret ; c’est-à-dire, non pas une chose inconnue ou protégée du regard d’autrui, mais surtout une chose qui agit secrètement. Mystérieusement animée par la mise en contact et la transformation des ingrédients qui la composent, elle n’est rien d’autre qu’elle-même. La notion de recette apparaît ainsi comme une catégorie de la pensée traditionnelle avant d’être un simple outil ou l’application concrète d’un certain nombre de principes préalablement exprimés.

93En intitulant son manuscrit “abrégé des plus rares et meilleurs secrets de la nature”, Hubert Buissart n’évoque même pas la notion de maladie. C’est que l’idée de recette est supérieure à celle de remède, celle-ci n’étant qu’une catégorie secondaire. La recette est le genre ; le remède l’espèce, au même titre que la composition d’un vernis, d’un plat cuisiné ou d’un engrais. Cette notion nous semble capitale. Elle permet de comprendre le caractère doublement hétéroclite des anciens réceptaires. Peu importent, en un sens, l’utilisation de la recette (médicale, culinaire ou autre), et, d’autre part, ce que nous appellerions aujourd’hui sa nature (magique, empirique, scientifique ou symbolique). Dans un monde où tout est possible, chaque recette exprime, en son ineffable pouvoir, une forme définitive du possible. C’est pourquoi aucune n’est jamais disqualifiée par l’apparition d’une nouvelle.

  • 142 Manuscrit 2332, op. cit., p. 75-79.
  • 143 Ainsi, une alternative “économique” est souvent proposée : “contre la pleurésie [...] prenez piere (...)

94Accumulation plutôt que sélection : le manuscrit 2332 donne une recette contre la gravelle faite de miel vierge et d’eau de genièvre. Mais voici que suivent aussitôt une dizaine d’autres pour guérir le même mal. L’une est à base de “graisse de lapin male” ; la suivante est une “décoction de bruyère” ; une autre encore est faite l’alkékenge, de chardons et de “pommes saint Martin” ; et celle-ci, à base d’églantier, ne se prend “qu’au décours de la lune”142. Il en va de même dans les autres manuscrits. Qu’elles se suivent ou qu’elles soient éparpillées dans le réceptaire, on retrouve toujours quantité de recettes différentes destinées à guérir la même maladie. Cette variété se justifie bien sûr par la nature des ingrédients qui peuvent être plus ou moins faciles à se procurer, selon la saison, leur rareté ou leur prix143. Mais, surtout, une fois formulée et expérimentée, la recette n’est plus mise en cause. Quels que soient les principes qui ont présidé à son élaboration ou les ingrédients qui la composent, quelles que soient sa nouveauté ou son ancienneté, elle s’isole et n’obéit plus qu’à son propre pouvoir.

95Les recueils de recettes sont faits de bric et de broc, architectures délirantes ou s’enflamment les logiques emmêlées de l’imaginaire et du réel. Mais ils n’apparaissent comme tels qu’à nos esprits imbus d’une nouvelle rationalité. A travers l’épais brouillard du temps, ils nous révèlent, bien plus, les valeurs culturelles qui s’associent aux notions de “maladie” et de “guérison” ; ils permettent aussi de mesurer la cohérence interne d’une médecine que l’on préférera appeler traditionnelle plutôt que populaire. Sous l’apparence de la plus grande diversité, se dissimule la catégorie unifiante de la recette.

  • 144 Pharmacopea Leodiensis in qua discribuntur Medicamenta tam simplicia quant composita[...], Liège, (...)
  • 145 Radiées, cortices, ligna, herbae & folia, flores, fructis, semina, gummi, succi, liquidi, fungi, a (...)
  • 146 Le bézoard est une concrétion formée de poils et de divers débris alimentaires que l’on retrouve d (...)
  • 147 On connaît plusieurs définitions de la “momie”. De manière générale, il s’agit de l’espèce de poud (...)
  • 148 Pharmacopea Leodiensis.... op. cit., 1741, p. 15-17.

96La coupure n’est pas totale avec les formes savantes de la thérapeutique. Nombre de recettes sont empruntées à des ouvrages médicaux et seraient, telles quelles, utilisées par les praticiens patentés. Les ingrédients qui interviennent dans les réceptaires traditionnels sont identiques à ceux recensés dans la très officielle Pharmacopea Leodiensis de 1741144. Ici, les simples sont méthodiquement distingués sous plusieurs rubriques145, mais on y retrouve le même inventaire bigarré, jusqu’aux “animalia, eorumque partes et excrementa”. Le bézoard oriental ou occidental146, la “mumia”147, les dents d’éléphants, le sperme de baleine ou de grenouille, le crâne humain ou l’usnée qui s’y développe, la fiente de bouc ou de cheval ont, de part et d’autre, les mêmes vertus148.

97Cela ne signifie pas que pharmacopées officielles et réceptaires populaires soient strictement comparables. Point de formules magiques, par exemple, dans la Pharmacopea Leodiensis qui n’obéit pas, non plus, au même principe d’accumulation que l’on reconnaît dans les réceptaires populaires. Ici, le bon grain est séparé de l’ivraie des théories obsolètes pour s’en tenir aux figures éprouvées de la pharmacopée hippocratique et galénique. Seules quelques plantes exotiques dont l’efficacité est dûment attestée — comme l’écorce de gaïac ou de “china chinae” (quinquina) — renouvellent la panoplie traditionnelle.

*

* *

98Malgré ces différences, pharmacopées officielles et populaires partagent le même univers. Les unes et les autres sont traversées par les mêmes images de la nature, diffusées et sédimentées, depuis des siècles, en des strates complexes de signification. Chacun puise à ce fonds commun de connaissances et tente d’y reconnaître les formes de la guérison. Syncrétisme et diversité, encore : entre le médecin et le paysan ou l’artisan, existe le fossé de l’éducation, de la classe sociale. L’un et l’autre parlent pourtant, sans en avoir vraiment conscience, le même langage.

99Entre les figures antinomiques du “médecin cultivé” et de “l’homme du peuple ignorant”, il existe surtout de nombreux intermédiaires qui lient le tout en un ensemble finalement cohérent Les chirurgiens, ces “médecins des pauvres”, les empiriques, les charlatans, les âmes charitables nourries des ouvrages de vulgarisation médicale, les curés soucieux de la santé de leurs paroissiens ainsi que, plus généralement, une tradition multiforme qui défend les valeurs de l’auto-médication, sont autant de relais entre les pratiques savantes et populaires de la médecine. Enfin, en regard des subtilités et des divergences théoriques qui alimentent les débats des sociétés savantes, la relative autonomie et la fixité des cadres de la thérapeutique contribuent puissamment à ce large partage des savoirs.

Notes

1 Sur l’extension des pratiques illégales, cfr par exemple, pour la France de la fin du xviiie siècle : Jean-Pierre Goubert, Médecine savante et médecine populaire dans la France de 1790, AE.S.C, XXXII (1977), p. 908-910.

2 Une telle exigence caractérise les tendances les plus novatrices de l’historiographie médicale. Elle se situe dans un contexte de valorisation de l’étude scientifique des “cultures populaires” et prend acte des impasses dans lesquelles s’était fourvoyée une histoire de la médecine exclusivement préoccupée des pratiques officielles. A eux seuls, les titres de quelques ouvrages récents témoignent de cet élargissement fécond des perspectives : François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers auxxviie etxviiie siècles, Paris, Messidor, 1983 ; Matthew Ramsey, Professional and Popular Medicine in France, 1770-1830. The social World of medical Practice, Cambridge University Press, 1988.s

3 Sur la biographie intellectuelle de ce personnage qui occupe une position centrale dans l’histoire des eaux de Spa, cfr Marcel Florkin, Le docteur Jean-Philippe de Limbourg, éclectique des éclectismes, dans Médecine et médecins au pays de Liège, Liège, Vaillant-Carmanne, 1954, p. 35-45.

4 Il va sans dire que toute tentative de comptage des praticiens illégaux est, d’avance, vouée à l’échec. On peut simplement supposer qu’ils étaient “très nombreux”, plus nombreux sans doute que les praticiens patentés. A Paris, la tenue d’un registre concernant les empiriques a permis d’avancer quelques évaluations : “In the Old Regime, the closest thing to a census of empirics was a register maintained by the Paris Police ; when it was turned over to the Société Royale de Médecine in 1778 [...], it contained 1.746 names accumulated over seventeen years. The inspector in charge, Patté, estimated that about half of the practitioners and remedy vendors had moved or died or were no longer active, but that about an equal number of new practitioners were not known to the police or had not been registered. If the overall number is roughly accurate, it would mean that empirics outnumbered the various authorized practitioners by about three to one” (Mattew Ramsey, op. cit., 1988, p. 204-205).

5 A.E.L., Métiers, 285, p. 144. Tilman Derode, reçu au Métier des orfèvres en 1736, occupe, en Neuvice, une maison enseignée d’une main d’or (Jacques Breuer, Les orfèvres du pays de Liège. Une liste des membres du Métier, Tongres, G. Michiels-Broeders, 1935, p. 183 et Théodore Gobert, Les rues de Liège, t. 2, 1891, p. 569).

6 On ne connaît pas le texte de la requête de Derode ; seuls les commentaires du Collège (A.E.L., Métiers, 285, p. 144-153) et l’apostille du prince (ibidem, p. 153 — 8 janvier 1753) sont conservés. Un manuscrit curieux et intéressant intitulé Instruction sur la Philosophie occulte et naturelle des anciens (A.E.L., Métiers, 289 [4] — 10 pages) concerne, selon toute vraisemblance, la même affaire. Il n’est ni signé, ni daté, mais on y retrouve plusieurs des termes utilisés dans le texte précité du Collège. Il s’agit apparemment d’un texte rédigé par Derode pour faire valoir le bien-fondé de sa méthode et l’efficacité de ses secrets.

7 A.EL., Métiers, 285, p. 146.

8 Ibidem, p. 146-147.

9 Cfr. par exemple Charles Hichtenthaeler. Histoire de la médecine, Paris, Fayard, 1978, p. 366-367.

10 Cet “auteur qui devoit posséder ce trésor de l’immortalité [et qui] n’a pu empescher que la parque fatal ne coupa le fil de ses jours à l’âge de 47 ans” (A.E.L., Métiers, 285, p. 147).

11 Ibidem, p. 148. Le Collège vilipende bien entendu ces “patentes si remplies d’humeurs peccantes”, émanées d’un médecin fantôme — le sietfr Géron — inconnu au pays de Liège et qui, sans doute, “ne serait pas lui-même en état de subir l’examen du Collège”.

12 C’est là une constante des pratiques médicales populaires. Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de se reporter aux innombrables livrets de pèlerinage liés au culte des saints guérisseurs (Cfr infra, dans ce chapitre, section 2).

13 Ibidem, p. 149-152.

14 Les échecs de la médecine ancienne ont toujours été associés à son incapacité à guérir les maladies aiguës. La manière dont elle prend effectivement pied dans le corps humain, tel qu’il était antérieurement perçu, a rarement fait l’objet de l’attention des historiens. Cfr à ce sujet, les remarques subtiles de Jean-Pierre Peter : “Bien que l’action du médecin puisse se comprendre comme vouée à entretenir la santé et à prévenir les maux, c’est dans son rapport avec la maladie déclarée — présente et malveillante — c’est dans son contact héroïque avec elle, qu’on a le plus souvent préféré saisir la médecine pour la situer, la connaître, la juger [...] La maladie, plutôt que la santé, comme pierre de touche et faire-valoir de la médecine. Dans cet esprit [...] les historiens de la médecine ont été conduits à insister [...] sur les épreuves du savoir médical affronté aux obscurités de la pathologie [...] Ces approches enferment l’intelligence historique [...] dans un cadre soit étroit, soit faussé. Le médecin et son travail doivent être compris dans un ensemble significatif ; ils appartiennent à l’histoire des hommes ; ils relèvent d’une anthropologie” (Le désordre contenu : attitudes médicales face à l’épidémie au Siècle des Lumières (Poitou, 1784-1785), Ethnologie Française, XVII (1987), p. 355).

15 Cfr à ce sujet Carl Havelange, Manger au xviiie siècle. Quelques éléments d’interprétation d’un discours médical, Anthropozoologica, Second numéro spécial, 1988, p. 153-161.

16 A.E.L., Métiers, 285, p. 153 — apostille du 8 janvier 1753.

17 Gazette de Liège, 10 mai 1760, p. 4 et 21 mai 1760, p. 4.

18 Il existe donc deux types de frontières entre la légitimité et l’illégitimité. L’une — “horizontale” — est la “frontière des patentes” ; l’autre — “verticale” — est celle des savoirs.

19 Le degré de visibilité sociale est difficile à mesurer a posteriori. Au-delà du facteur de popularité, une autorisation du prince ou une annonce dans la Gazette de Liège en constituent de bons indicateurs.

20 A.EX., Métiers, 285, p. 383 (exposita 1763-1764).

21 Apostille du 18 juin 1744 (A.E.L., Métiers, 285, p. 18). La requête des médecins est en elle-même significative : “les composants dudit Collège voient avec regret que quantité d’étrangers osent impunément et contraventueusement vendre et débiter du Thériac falsifié, pillules purgatives et vomitives, elixir hystérique et poudre stemutatoire [...] et comme lesdits étrangers vendent publiquement ces sortes de médicaments falsifiés et mal préparés, venoient à être pris par des tempéraments délicats, comme il est déjà arrivé depuis peu qui ont tombé dans des faiblesses par la violence de leurs pillules ou femme ou fille enceinte causeroit la mort à l’enfant et peut-être aussi à la mère” (ibidem, p. 16).

22 Le Collège engage un procureur pour poursuivre les contrevenants et la moindre intervention coûte un argent d’autant plus difficile à débourser que les amendes — tant s’en faut — ne sont pas régulièrement payées. En 1779, par exemple, “pour qu’à la suite la caisse du Collège ne soit pas obérée par les fraix qui ont été faits contre les contraventeurs, défendons à notre greffier de relacher aucune patente à qui que ce soit de ceux contre qui il aura agi avant qu’il n’eut fait conster d’avoir payé les fraix” (A.EL., Métiers, 286, p. 91 — séance du 5 juin 1779).

23 Règlement de 1699, op. cit., p. 48. Ce passage du règlement avait été ajouté sur la proposition du Chapitre Cathédral (A.EL., Conseil privé, 340).

24 A.E.L., Conseil privé, 340. L’autorisation est accordée par le prince le 9 janvier 1736, “sans pouvoir s’en prévaloir pour d’autres sans permission de Son Altesse” (ibidem).

25 A.E.L., Conseil privé, 1089.

26 Pour Jean Demarteau, par exemple, “marchand ayant été attaqué de la maladie des yeux et d’une très grande courtesse d’haleine depuis quatorze ans” et pour sa femme “menacée d’hydropisie” ; ou encore pour Noël Dewere “attaqué depuis plus de huit ans d’une maladie extraordinaire sans avoir pu trouver aucun secours dans les remèdes qu’il a usé jusqu’à présent par ordre de plusieurs médecins” (ibidem).

27 A.E.L., Métiers, 284, p. 136 — séance du 2 juin 1736.

28 Ibidem, p. 139-140 — séance du 1er septembre 1736.

29 A.E.L., Conseil privé, 340 — 29 décembre 1739.

30 Ibidem, 4 mai 1726.

31 A.E.L., Métiers, 285, p. 40 — supplique du 8 octobre 1745.

32 Réformation des octroys par le très illustre Chapitre Cathédral, 28 juin 1784, A.E.L., Métiers, 286, p. 208.

33 A.E.L., Conseil privé, 340 — 14 janvier 1786.

34 Théodore Gobert, Le docteur Delile, Chronique archéologique du Pays de Liège, XVI (1925), p. 29. L’original cité par Gobert est perdu. Le médecin du prince faisait toujours partie de droit du Collège : “Bien entendu que le Médecin de nôtre Corps & de nôtre suite sera perpétuellement du Collège, & aura séance quand il s’y présentera, avec les mêmes droits, Privilèges, Prérogatives & Emolumens que les autres” (Règlement de 1699, op. cit., p. 48).

35 A.E.L., Conseil Privé, 1089.

36 Apostille du 2 mai 1730 (ibidem).

37 Ces épisodes colorés de l’histoire liégeoise ont été relatés par Marcel Florkin dans une quinzaine d’articles, initialement parus dans la Revue médicale de Liège et réunis ensuite dans Médecins, Libertins et Pasquins, Liège, Femand Gothier, 1964, p. 57-117 et 131-184. Les principaux acteurs de la polémique ont publié une série d’opuscules et de pamphlets à caractère humoristique qui permettent d’étudier l’affaire dans son détail et témoignent des remous qu’elle a provoqués dans le monde médical liégeois. Cfr Delile, Le docteur Fagotin, comédie en trois actes, Liège, Broncart, 1732 ; Lettre de Monsieur P*** à Monsieur Delile, auteur d’une comédie intitulée le Docteur Fagotin, Namur, 1732 ; Pasquée critique et calotenne sôt les affaires del’medicenne, A Visé, amon Mathy et Jacques Bourgeois, 1732 ; Delile, Supplément à la pasquée valonne et calotinne, Visé, 1733.

38 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 172.

39 La rivalité entre charlatans et praticiens patentés n’est pas non plus une spécificité de la cour liégeoise. Cfr François Lebrun, Médecins et empiriques à la cour de Louis XIV, Histoire, Economie et Société, ffl (1984), p. 557-566.

40 Extrait d’une lettre escrite par Mr Jadelot, doyen de la faculté de médecine de Pontamousson en Loraine du 28 novembre 1761, A.E.L., Métiers, 285, p. 349-350.

41 Ibidem, p. 333.

42 Apostille du 2 juillet 1762 (ibidem, p. 319). Le 16 juillet, les pages mises en cause sont solennellement déchirées (ibidem, p. 321).

43 “Sa Sérénissime Eminence apprenant avec indignation que le préfect du Collège des médecins Nessel, les médecins Dellewaide, Beauvoix, l’apothicaire Pestiaux et le chirurgien Bicquet ont tenu une assemblée contraventoire au règlement du Collège, les déclare inhabiles d’être assesseurs dudit collège et proroge pour un an le Collège des médecins [...] en y nommant les médecins Bronckart, Waltéri, Demoréal [...], Bacquet, Lejeune, apoticaires, Demeste Senior et Lefebvre le jeune, chirurgiens” (13 octobre 1762, ibidem, p. 325).

44 Cfr infra, 3e partie, ch. I “La fin de l’Ancien Régime médical”.

45 Ordonnance du 29 mars 1763, ibidem, p. 340-341. Le 31 mars, les médecins “déclarent se soumettre en tout et par tout au contenu de laditte ordonnance” (ibidem, p. 341).

46 A.E.L., Métiers, 284, p. 161.

47 Sans être explicitement prohibé — tant la chose passe pour évidente — l’exercice de l’art de guérir par les femmes n’est pas concevable. Médecins, chirurgiens et apothicaires sont évidemment des hommes. A la mon de leur mari, les veuves de pharmaciens sont tenues d’engager un “garçon-apothicaire”. A aucun moment, il n’a été question, pour les assesseurs, d’accorder des autorisations d’exercer à des femmes au fait, depuis des années, des affaires de la pharmacie. Rappelons qu’il faut attendre la fin du xixe siècle pour que l’exercice de l’art de guérir par les femmes — en dehors du monde bien spécifique des sages-femmes — soit inscrit dans la loi. A propos de l’exclusion des femmes des pratiques médicales et chirurgicales, voir notamment : Alison Kairmont-Lingo, Empirics and Charlatans in early Modem France : the Genesis of the Classification of the “Other” in medical Practice, Journal of Social History, 1986, p. 593-594 et Carl Havelange, Pour une histoire du long terme. Les femmes et l’art de guérir dans la région liégeoise (xviiie - xxe siècles), à paraître.

48 Assemblée du 29 mars 1741 (A.E.L., Métiers, 284, p. 231). Il lui est par ailleurs défendu de “donner aucun remède intérieur”.

49 Assemblée du 31 mars 1769 (A.E.L., Métiers, 285, p. 488).

50 Ainsi, en 1768, les membres du Collège “ont reçu et admis le sieur Ignace-Joseph Lescardé pour guérir les maladies vénériennes avec son remède, voir qu’il ne pourra exercer l’art manuelle de la chirurgie” (ibidem, p. 466-467).

51 En 1773, Jean Settime “présente quantité des sortes de bandages élastiques propres à contenir les hernies et descentes”. Il obtient la permission de les distribuer, sous réserve de “n’entreprendre aucune opération chirurgicale” (A.E.L., Métiers, 286, p. 20).

52 L’autorisation accordée par le Collège prélude souvent à la publication d’une annonce dans la Gazette de Liège. Cfr Jean Crepin qui obtient, en 1768, la permission de débiter un élixir de sa composition (A.E.L., Métiers, 285, p. 467-468). Un peu plus tard, il se fait mieux connaître du public : “Le sieur Crepin fait & vend l’Elixir universel, qui a déjà guéri quantité de maladies les plus sérieuses, tant aux hommes qu’aux femmes [...] En conséquence, il a eu une permission & l’approbation du Collège des médecins de la Cité [...]” (Gazette de Liège, 10 août 1768, p. 4).

53 Ce n’est qu’en 1757 qu’un caractère plus officiel sera conféré à la réception de ces praticiens. Le tarif du 24 novembre 1757 fait en effet mention des droits que devront payer les appliqueurs de ventouses, les arracheurs de dents, les opérateurs et les distributeurs de remèdes (op. cil,p. 40). Aucun texte législatif n’y faisait auparavant allusion.

54 Cfr, par exemple, le 26 mars 1740, “la demoiselle Marie-Jeanne Huppe aiant été examinée, [le Collège] l’a receu pour pouvoir exercer la petite rate de la chirurgie dans la ville et faubourgs de Liège” (AEL., Métiers, 284, p. 200).

55 A.EX., Métiers, 284, p. 238 — séance du 27 juin 1741.

56 La réception des distributeurs de remèdes est toujours justifiée par ce fait qu’il n’entre dans leurs drogues ou dans leurs élixirs “aucun ingrédient qui ne soit usuel en médecine”.

57 On ne possède que quelques exemples de chirurgiens qui ont complété cette formation par un enseignement à caractère théorique. Ainsi, François Duchene qui, dans les années 1750, “après s’être appliqué fortement à la chirurgie pendant deux ans et demi à Liège, ensuite s’en est allé à Paris, où il a acquis toutes les compétences et la capacité requises pour être admis au Collège des médecins” (A.E.L., Conseil privé, 340).

58 A Reims, un statut spécial était réservé aux étrangers (Extranei) auxquels était proposé un régime d’études accéléré (Pierre Huard, op. cit., 1986, p. 178).

59 Marcel Florkin, Un prince, deux préfets.... op. cit., 1957, p. 33-34.

60 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 172.

61 Son destin peu banal a été évoqué par Marcel Florkin (ibidem, p. 181-182) et par Théodore Gobert, Les rues de Liège, t. X, p. 430-432.

62 Marcel Florkin, op. cit., 1964, p. 60.

63 A.EX, Conseil Privé, 340 — apostille du 10 septembre 1729.

64 Ibidem — apostille du 13 juin 1744.

65 J. Rouhart-Chabot et E. Helin, Admissions à la Bourgeoisie de la Cité de Liège (1273-1794), Liège, Société des Bibliophiles Liégeois, 1962, p. 322-323.

66 En 1766, par exemple. Cfr A.E.L., Métiers, 285, p. 355, 385, 429, 448 et 468. Gamba Curta a toujours habilement utilisé la réclame pour assurer sa popularité et déjouer les pièges que les médecins lui tendaient. En 1758, par exemple, “le Docteur Gamba Curta, votant avec douleur que des personnes jalouses de ses heureux succès éloignent les pauvres Malades des secours charitables qu’ils pouvoient trouver chez lui, sous prétexte qu’il en exige du salaire, ou qu’il leur faisoit paier chèrement les remèdes [...], déclare qu’il cherche avec empressement à se rendre utile à l’humanité, & sur tout aux vrais pauvres, & qu’il n’a jamais reçu au-delà du salaire ordinaire ; mais c’étaient de certains malades qui, trop contents de ses soins & de ses remèdes, cherchoient tous les moïens de lui en témoigner leur reconnoissance. Au-dessus des bruits qu’on fait courir, il se gardera d’y répondre ; il ne donnera pas cette satisfaction à ses envieux ennemis. Il demeure toujours dans la Rue des Sœurs de Hasque” (Gazette de Liège, 27 février 1758, p. 4).

67 Vertu & usage du Baume de Mr. Gamba curta, Docteur en Médecine, patenté & attaché au service de la Cour de SA. Monseigneur l’Evéque et Prince de Liège, 1 folio avec traduction flamande au verso, B.C.VL., Fonds Ulysse Capitaine, 4293. Entre autres, “il guérit sur le champ les Coliques venteuses & glaireuses, les tranchées & autres maux de ventre. On en frotte chaudement la partie malade, on la couvre d’un linge bien chaud, on se fait donner un lavement d’une chopine d’eau de son de froment bien tamisé, & d’une demie once ou d’une once, tout au plus, dudit Baume bien mêlés ensemble [...] C’est un remède sans pareil pour toutes les maladies de Nerfs, des Muscles, des Tendons & des Cartilages, comme Foulures, Rétrécissemens, Engourdissemens, Refroidissemens, Rhumatismes, Gouttes, Sciauques, Enflures, Tumeurs froides, dureté des Jointures, des Genoux [...]”.

68 Théodore Gobert, op. cit., p. 432.

69 Gazette de Liège, 8 juillet 1768, p. 4 et 5 février 1770, p. 4.

70 Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 1977 ; complété par Jeanne Favret-Saada et Josée Contresas, Corps pour corps. Enquête sur la sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 1981. On peut également se reporter à François Laplantine, La médecine populaire des campagnes françaises aujourd’hui,Paris, Jean-Pierre Delarge, 1978.

71 Auguste Hock, Croyances et remèdes populaires au pays de Liège, Liège, Vaillant-Carmanne, 1872, p. 7.

72 Peter Laslett, The world we have lost, Londres, Methuen & Co, 1965.

73 Sur le concept de culture populaire lire, notamment, les mises au point de Carlo Ginzburg dans Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier duxvie siècle, traduit de l’italien, Paris, Flammarion, 1980 p. 7-21 et d’Etienne Hélin dans Les cadres politiques et le substrat social,dans La vie culturelle dans nos provinces auxviiie siècle, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, p. 77. L’étude des cultures populaires doit se défier de deux écueils. Celui, d’abord, qui met au-devant de la scène un principe d’acculturation lié au fait que le contenu des cultures populaires serait d’importation savante ; celui, d’autre part, qui verrait dans les cultures populaires l’expression spontanée d’un savoir spécifique et totalement indépendant de la culture des élites. Il existe entre les “deux cultures” des phénomènes de circularité et de contamination réciproque que Carlo Ginzburg a décrit avec beaucoup de force. La coexistence, au sein d’une même culture, d’éléments hétéroclites ou de provenances diverses peut être mise en rapport avec la notion de “bricolage” avancée par Claude Lévi-Strauss dans ses études sur la pensée mythique : “le propre de la pensée mythique est de s’exprimer à l’aide d’un répertoire dont la composition est hétéroclite et qui, bien qu’étendu, reste tout de même limité ; pourtant il faut qu’elle s’en serve, quelle que soit la tâche qu’elle s’assigne, car elle n’a rien d’autre sous la main. Elle apparaît ainsi comme une sorte de bricolage intellectuel [...]. Comme le bricolage sur le plan technique, la réflexion mythique peut atteindre, sur le plan intellectuel, des résultats brillants et imprévus” (Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1983, p. 26 — 1re édition : 1962).

74 Cfr. à ce sujet l’intarissable prolixité des folkloristes du xixe siècle. Un parcours rapide des tables de la revue Wallonia, par exemple, en convainc aussitôt le lecteur. L’inventaire des maladies portant le nom du saint guérisseur donne aussi une bonne mesure de l’extension de ces pratiques (cfr. Elisée Legros, Les maladies portant le nom du saint guérisseur, E.M.V.W., V (1948), p. 90-119 et VIII (1951), p. 71-104).

75 Par exemple, le catalogue du fonds Ulysse Capitaine de la bibliothèque des Chiroux de la ville de Liège.

76 La légitimité du culte des saints est réaffirmée à l’occasion du concile de Trente, contre les attaques dont il avait été l’objet de la pan des réformés. Selon les résolutions de décembre 1563, les usages de l’Eglise, les saints pères et les conciles enseignent que “les saints qui régnent avec le Christ offrent à Dieu leurs prières pour les hommes [...] Ils enseignent qu’il est bon et utile de les invoquer avec supplication [...] Ils enseignent aux fidèles de recourir à leurs prières, leur soutien et leurs secours, pour obtenir des bienfaits de Dieu [...] Ceux qui disent que l’invocation des saints est une idolâtrie ou qu’elle est contraire à la parole de Dieu [...] sont des impies dans leurs sentiments” (cité par P. Séjourne, Culte des saints, dans Dictionnaire de théologie catholique, t. 14, 1re partie, Paris, 1939, c.945). La position de l’Eglise s’explique en partie par son attachement à une tradition qui avait constitué un précieux outil de christianisation. En permettant le développement de dévotions strictement locales et qui, souvent, perpétuaient le souvenir d’anciennes divinités, elle s’assurait l’adhésion du grand nombre. De plus, grâce à l’organisation des confréries, il se créait parallèlement à la paroisse, une structure très populaire de contrôle social et d’incitation à la piété.

77 François Lebrun, op. cit., 1983, p. 113. Cfr. également Françoise Lautman, Cierges et cuite des saints : un compromis, Ethnologie Française, 1981, p. 239.

78 Elisée Legros, op. cit., 1948, p. 97.

79 Ibidem, p. 99.

80 François Lebrun, op. cit., 1983, p. 114.

81 Quelques phrases seulement, reproduisant invariablement les mêmes éléments :
– indication chronologique,
– identification de la personne,
– désignation de la maladie,
– renseignements approximatifs sur le rituel de dévotion et le processus de guérison,
– authentification de la guérison.

82 L’intérêt du culte mariai est fonction de la réputation de “généraliste” associée à la Vierge. Parmi les sources nombreuses qui se rattachent au culte mariai, les ouvrages suivants ont été plus particulièrement étudiés : Abrégé des changemens miraculeux arrivés l’an 1692, le 18 septembre, dans l’image de la sainte Vierge Marie et de son fils Jésus, honorée chez les Pères Recolets de la Ville de Verviers. Seconde édition augmentée d’une instruction touchant la confrérie, érigée en l’honneur de ladite Vierge.... Liège, Barthelemi Colette, 1740 ; Abrégé des miracles, des grâces et merveilles, avenues à l’intercession de la glorieuse Vierge Marie, honorée à Montaigu, ville dans le Duché de Brabant. Par un prêtre de la Congrégation dudit lieu, Bruxelles, François Foppens, 1664 ; Confrérie de Notre-Dame de miséricorde, érigée dans l’Eglise paroissiale des Rechains, contre les 5 maux principaux qui peuvent arriver à l’homme Liège, A. Stembert, 1771 ; Litanies de la très bénite Vierge Marie, composées par Sœur Marie de Jésus de l’Ordre des Conceptionistes, très célèbre en Sainteté et Doctrine dans le Royaume d’Espagne Liège, Veuve Léonard Steel, s.d. ; Miracles advenus à l’invocation de la glorieuse Vierge Marie, Mère de Dieu, à Tongres.... Ath, Jean Maes, 1687 ; Le Trépassement de la Vierge Marie, contenant ses litanies et plusieurs oraisons à son honneur, Troyes, Gamier, s.d.

83 Abrégé [...] Verviers, op. cit., p. 108-109.

84 Ibidem, p. 77.

85 Miracles [...] Tongres [...], op. cit., p. 24.

86 “Catharine de Sterches est devenüe hydropique et tellement chargée d’eau, qu’elle ne se pouvoit coucher ny s’asseoir, ainsi étoit contrainte de se tenir la plus part à genoux, les bras appuyez sur un banc” (Abrégé [...] Montaigu [...], op. cit., p. 110).

87 Miracles [...] Tongres [...], op. cit., p. 61-62. Le thème de la noyade, quoique très fréquemment invoqué, n’est pas le seul : “Comille, fils de Nicolas Onon et de Catherine van Linthout [...], tombé d’un chariot fort chargé, dont la roue passa par dessus ses jambes, se relève sans aucun mal ou blessure” (Abrégé [...] Montaigu [...], op. cit., p. 174-175).

88 Abrégé [...] Montaigu [...], p. 168-169.

89 “Le sieur Balthazar Lopez, alfère au siège de la ville de Bergh-op-Soom, ayant le chapeau emporté de dessus la teste d’un coup de canon, reste sans aucune blessure ou mal quelconque” (ibidem, p. 138-139).

90 “En l’an mil deux cent cinquante neuf” Matthieu le Noir et Jean Carton, furent appréhendés pour un meurtre qu’ils n’avaient pas commis. Mais ils furent si “visvement estrillez sur la torture, qu’ils confessèrent d’avoir fait le meurtre, pour mettre fin à leur vie & douleurs qu’ils enduraient : suyvant leur forcée confession, furent condamnez de passer par le fil de l’espée, & ce le lendemain [...] Or comme on les ramenoit de la maison de Ville, ou leur avoit esté prononcée la sentence de mort, aux prisons, ils ouïrent sonner à Complie à Tongre, dont ils se recommandèrent très dévotement avec larmes et gémissements à la Bonne Dame [...] Ce faict, ils s’endormèrent tous deux, liez & enfermez comme ils estoient, & dormans, songeoyent d’estre dans l’Eglise de Tongre, priant Dieu devant l’Image de la Très Sainte & Très Pitoyable Mère des affligez & lors leur songe et oraison réussit à bonne fin, & telle que le matin à l’aube du jour, le Mambour & garde de l’Eglise venant pour ouvrir les huis de l’Eglise, trouve deux hommes couchés au portail, enchainés des pieds et des mains, dormans très fort” (Miracles [...] Tongres[...], p. 49-51).

91 Abrégé […] Montaigu [...], op. cit., p. 69-70.

92 Ibidem, p. 98.

93 Ibidem, p. 165.

94 Abrégé [...] Verviers [...], op. cit., p. 96-97.

95 Ibidem, p. 55-56.

96 Ibidem, p. 106.

97 Ibidem, p. 13.

98 Litanies de la très bénite Vierge Marie.... op. cit., p. 15-16.

99 L’exemplaire troyen que nous utilisons porte la mention d’une approbation datée du 25 février 1676. On en connaît, jusqu’au xixe siècle, plusieurs éditions liégeoises.

100 Le trépassement ..., op. cit., p. 34-36.

101 Ibidem, p. 22-23. On pourrait multiplier les exemples : “Cette oraison a été apportée du Ciel par S. Gabriel Archange, laquelle a été trouvée dans le Saint Sépulcre ; elle a plus d’indulgences qu’il n’y a de grains dans la mer et d’étoiles dans le ciel” (ibidem, p. 91-92).

102 Ibidem, p. 45-46.

103 Une bonne iconographie du sujet est présentée dans le Catalogue de l’exposition : la médecine populaire, Bruxelles, C.G.E.R., 1981.

104 “Je ne suis pas surpris”, écrivait Jean-Baptiste Thiers, “que ces Oraisons et ces paroles produisent assez souvent les effets qu’elles promettent, parce qu’elles tirent toute leur vertu du démon, en conséquence des pactes et des conventions que les hommes ont faites avec eux. Mais ce qui me surprend, c’est qu’étant aussi mal digérées, aussi ridicules, aussi extravagantes, aussi vaines, aussi folles qu’elles sont pour la plupart, elles trouvent encore aujourd’hui tant de créance dans le monde, et même auprès de quantité de personnes de bon sens, quoique de peu de foi, qui ne se soucient guère de quelle manière elles soient guéries de leurs maladies, et préservées des dangers et des dommages qui leur peuvent arriver, pourvu qu’elles le soient une fois. Ce qui est un aveuglement d’autant plus déplorable qu’il est volontaire, et qu’on y tombe avec connaissance de cause” (Traité des superstitions selon l’Ecriture sainte, les décrets des conciles et les sentiments des saints Pères et des théologiens. Texte présenté par Jean-Marie Goulemot, Paris, Le Sycomore, 1984, p. 170 (1re édition 1679).

105 Abrégé [...] Montaigu [...], op. cit., p. 25. A Arlon, la statue adorée représente la Vierge foulant à ses pieds une ancienne divinité : la lune (A.D.R., Les vierges miraculeuses de la Belgique. Histoire des sanctuaires où elles sont vénérées, légendes, pèlerinages, confréries, bibliographie, Bruxelles, Parent, 1856, p. 18). En creusant les fondements de l’abbaye de Corbie, en Saxe, on découvrit la colonne qui avait servi de piédestal au Dieu Herman. Elle fut placée devant l’autel de la Vierge et surmontée d’une statue de Marie (Speelman, Belgium mariarum. Histoire du culte de Marie en Belgique, Paris-Bruxelles, Casterman, 1859, p. 1). Voir également P. Saintyves, Les saints successeurs des Dieux, Paris, E. Nourry, 1907.

106 Abrégé [...] Verviers [...], op. cit., p. 163.

107 Marie-Christine Pouchelle a montré combien, des évangiles à la légende dorée de Jacques de Voragine, les représentations religieuses du corps et de l’âme étaient “largement tributaires des schémas de la thérapeutique médicale”, notamment en ce qui concerne “l’incidence de la pathologie et de la thérapeutique sur la construction de la théorie de la pénitence” (M.-C. Pouchelle, Représentations du corps dans la Légende Dorée, dans Ethnologie Française, 1976, p. 294-295).

108 G. Dumeige, Le Christ médecin, dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique,v. 10, Paris, 1980, c. 891-901.

109 L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur contenant toutes les connaissances nécessaires pour gouverner les Biens de Campagne, et les faire valoir utilement, pour soutenir ses droits, conserver sa santé, et rendre agréable la vie champêtre, t. 1, Liège, Bassompierre, 1761, p.v.

110 Ce thème est analysé par Evelyne Aziza-shuster, Le médecin de soi-même, Paris, P.U.F., 1972, passim. Un des ouvrages les plus caractéristiques de cette tradition est le De medico sui Ipsius de Friedrich Hoffmann (Halle, 1704).

111 E. Aziza-shuster, op. cit., 1972, p. 151-160.

112 Pour s’en tenir à quelques exemples sortis des presses liégeoises : Blakey, Observations très importantes pour élever les enfans et les conserver en bonne santé, pour connaître les descentes ou ruptures etc, Liège, Desoer, 1781 ; Méthode très aisée de se guérir soi-même de toutes maladies provenantes d un sang vicié, par l’usage du remède du feu Sr. Courtois.... Liège, 1774 ; Des bergeries. Le gouvernement de la santé. Où sont contenus les préceptes les plus seurs pour s’y conserver, chacun selon son âge, son tempéramen & sa constitution. Et plusieurs conseils & remèdes pour prévenir les maux & les incommodités les plus communes de la vie....Liège, Streel, 1690 ; Doppet, Le médecin philosophe. Ouvrage utile à tout citoyen, dans lequel on trouve une nouvelle manière de guérir, puisée dans les affections de l’âme & la Gymnastique,Liège, Desoer, 1788 ; Antoine Du croc, Essai de chirurgie. Contenant une méthode douce & facile de panser les playes & les mener à une guérison plus sure, plus prompte & moins frayeuse...,Liège, Broncart, 1727 ; Adrien Helvétius, Traité des maladies les plus fréquentes et des remèdes spécifiques pour les guérir, avec la méthode de s’en servir pour l’utilité du public et le soulagement des pauvres. Suivant la copie de Paris, Liège, Broncart, 1705 [rééd. : 1711] ; M.D.T., Eléments de séméiotique. Dictionnaire des symptômes. Bouillon, Aux dépens de la Société Typographique, 1777 ; M.G.B. Ponsart, Traité de l’apoplexie et de ses différentes espèces, avec une nouvelle méthode curative dont l’utilité est prouvée par l’expérience [...] Ouvrage à la portée de tout le monde [...], Liège, Demany, 1775.

113 Adrien Helvétius (1661-1727) est le grand père du philosophe. C’est lui qui popularisa l’usage de l’ipecacuana. Cette plante brésilienne était connue en Europe depuis le milieu du xviie siècle, mais son efficacité fut contestée jusqu’à ce que, en 1686, Helvétius obtint le privilège de la vente et propagea rapidement l’utilisation médicale de l’ipecacuana (Merat, Ipecacuana, dans Dictionnaire des sciences médicales.... t. 26, Paris, Panckoucke, 1818, p. 1-2).

114 Adrien Helvetius, op. cit., 1705, [non paginé].

115 Des bergeries, Le gouvernement de la santé.... op. cit., 1690, p. 3-4.

116 Blakey, op. cit., 1781, p. 15.

117 Evelyne Aziza-Shuster avait déjà noté cette indication des valeurs morales et médicales : “Penser que l’on peut être son propre médecin c’est d’abord professer un certain optimisme à l’égard de sa propre nature biologique, orientée par essence vers sa préservation, vers sa conservation. C’est ensuite revendiquer une responsabilité, comme si l’appel systématique du malade au médecin constituait une aliénation. Croire en l’existence de maladies par agression de l’extérieur, et curables par des soins étrangers, ne serait-ce pas une projection à l’extérieur de ce qui nous concerne à l’intérieur ? S’il en est ainsi, tous les traités ou discours sur le thème “le médecin de soi-même” devraient être tenus pour des traités de morale plutôt que pour des traités de ce que nous appelons, aujourd’hui, médecine” (E. Aziza-Shuster, op. cit., 1972, p. 136-137).

118 M.D.T, Eléments de séméiotique.... op. cit., 1777, p. 221.

119 Cfr supra, p. 144 et sv.

120 Des bergeries, op. cit., 1690, p. 1-3.

121 Par exemple : “J’ai évité, autant qu’il a été possible, dans cet ouvrage les expressions qui ne pourroient être entendues que de ceux qui ont fait de la médecine une étude particulière ; parce que mon intention a été de le rendre intelligible & utile aux personnes charitables qui traitent les malades dans les campagnes. Elles se plaignent tous les jours que, malgré la grande quantité d’ouvrages par lesquels on a tâché de mettre à leur portée la pratique de la médecine, elles n’en sont pas moins embarrassées lorsqu’il se présente un symptôme pour juger à quelle maladie il appartient [...]. Elles connoissent, en général, les remèdes qu’il faut appliquer, les recettes ne leur manquent pas ; mais elles ignorent comment on peut distinguer les cas auxquels elles conviennent. Leur embarras cessera si elles consultent ce Dictionnaire, il leur apprendra ce qu’elles doivent penser du symptôme qui se présente & à quelle maladie il faut l’attribuer” (M.D.T., Dictionnaire.... op. cit., 1777, p. VII).

122 Il est intéressant de noter que, bien avant l’émergence de l’hygiène publique en tant que fer de lance des politiques de santé au xixe siècle, une sensibilité médicale qui semble aux antipodes des théories modernes et qui sera bientôt récusée par la médecine expérimentale, associe aussi étroitement médecine et morale. Des Bergeries, par exemple, explique le déclenchement des maladies par l’imprévoyance des hommes qui refusent d’écouter les conseils de sagesse et de tempérance que leur dicte la nature : “Et certes, il n’arrive que trop souvent que, lors que nous sommes en santé, nous croyons que rien n’est capable de l’ébranler. Sous prétexte que nous avons fait autrefois plusieurs fautes impunément, nous nous imaginons qu’il en sera toujours de même. Mais une faute paye souvent pour toutes les autres, & il nous en arrive comme ceux qui prennent à crédit des marchandises : il leur semble qu’elles ne leur coustent rien, parce qu’ils ne déboursent rien à l’heure même : mais enfin le terme arrive, & il faut payer en gros & quelquefois bien chèrement tout ce qu’on a pris à crédit” (op. cit., 1690, p. 9-10). Au-delà de la diversité des discours et des époques, on peut ainsi mettre en lumière un axe de continuité qui ramène la maladie à un principe de culpabilité : culpabilité métaphysique de l’homme déchu dans le contexte de la religion, culpabilité “naturelle” de l’homme malade dans le contexte de la médecine néo-hippocratique et culpabilité sociale du syphilitique, de l’alcoolique ou du tuberculeux dans le contexte hygiéniste de la fin du xixe siècle (Cfr infra, 4e partie, ch. 2, “La médecine conquérante : l’individu, la société, la race” ).

123 Adrien Helvetius, op. cit., 1705, [non paginé].

124 Goethe, Les affinités électives, Paris, Gallimard, 1954. p. 276 [1e édition : 1808].

125 Seule une étude à caractère ethnologique semble a priori susceptible de palier les lacunes de la documentation. Pour nombre d’analystes, les “cultures populaires” contemporaines procèdent en effet d’emprunts au passé et apparaissent comme les survivances d’un temps révolu. C’est le sens de la notion d’“ancêtres contemporains” développée, au début de ce siècle, par James Georges Frazer. C’est aussi, dans une perspective plus nuancée, l’avis de François Laplantine : “L’un des critères distinctifs des productions populaires [...] c’est qu’elles paraissent échapper à la mode et laissent — comme le mythe — une impression d’intemporel. Sans aller jusqu’à affirmer [...] que les cultures populaires appartiennent au passé, nous pensons néanmoins qu’elles sont patinées par le poids du passé et renvoient à l’expérience de la mémoire collective” (François Laplantine, La médecine populaire des campagnes françaises aujourd’hui, Paris, Jean-Pierre Delarge, 1978, p. 53). Il nous semble cependant que l’assimilation trop systématique des réalités d’aujourd’hui à celles d’hier tend à négliger ce fait fondamental que l’essence d’une culture réside d’abord dans la nature des relations qui l’unissent aux autres cultures de l’époque à laquelle elle appartient. Chaque société apparaît comme une mosaïque de sous-cultures unifiées par des liens de solidarité et d’opposition. Or, la “culture populaire” — ou tout au moins ses contenus identifiables — bénéficie à l’âge classique d’un statut très différent de celui qui est le sien aujourd’hui.

126 Manuscrit 1585 de la BULg ( 80 pages avec, sur la page de garde : “ce livre appartient à Jean Jordan Waltrain, jeune homme demeurant à St Julien Outremeuse. A Liège, fait l’an 1751”) ; Manuscrit 1533 B de la BULG (41 pages, daté de 1764) ; Manuscrit 2332 de la BULg (198 pages, non daté [xviiie siècle]) ; Abrégé des plus rares et meilleurs secrets de la nature, recueillis par Hubert Buissart Prêtre hors de divers manuscrits des grands Seigneurs. En l’an 1676 du mois de janvier, 196 pages, collection privée.

127 Si l’on excepte les quelques pages d’introduction dont Hubert Buissart fait précéder son recueil : “Comme la nature humaine s’est rendue criminelle de lèze Maiesté divine, par la transgression de son premier progéniteur : elle a esté suiete à toutes les infirmités et foiblesses d’une chair corrompue, et dépravée. Avant sa désobéissance, elle estoit parfaitement soumise à l’esprit, son maître, qui la gouvemoit sans contrainte, mais après sa cheute, la partie animale et inférieure, qui estoit la servante, a fait du maître contre la partie supérieure, laquelle bien souvent a succombé à ses efforts parce qu’elle n’estoit plus en estât de la commander comme auparavant [...] Si ie t’afflige aucunes fois et te traverse par peste, famine et guerres, c’est pour prendre plaisir en ton combat et voir si tu ne me sers par interest et par crainte servile. Contre ces trois fléaux, i’ay créé la médecine [...] Et de suite tu trouveras cy après dans ce livre l’eslite des plus beaux et plus rares secrets de la nature fort esprouvés, et qui opèrent avec la grâce de Dieu des petits miracles. Si tu en ressens les effets, souviens toy de celui qui te les a fidèlement recueillis, en rapportant le tout à la gloire de qui le règne et l’empire durera à jamais” (Hubert Buissart, op. cit., 1676, p. 1-3).

128 Manuscrit 1533 B, op. cit., p. 11.

129 Hubert Buissart, op. cit., p. 49-51, notamment.

130 Une des synthèses les plus complètes et les plus fréquemment citées au xviiie siècle est due à Anne-Charles Lorry, Essai sur les alimens, pour servir de commentaire aux livres diététiques d’Hippocrate, t. 1, Paris, Vincent, 1753 et t. 2, Paris, Didot, 1757. Cfr aussi N. Lemery, Traité des Alimens, où l’on trouve la différence et le choix qu’on doit en faire ; les bons et les mauvais effets qu’ils peuvent produire ; leurs principes ; les circonstances où ils conviennent, 2 t., Paris, 1702.

131 Carl Havelange, Manger auxviiie siècle.... op. cit., 1988.

132 Il ne s’agit évidemment pas d’une spécificité de la médecine néo-hippocratique du xviiie siècle. L’acte de manger n’est jamais dépourvu de significations culturelles qui s’enracinent profondément dans les images de la nature et de l’homme à partir desquelles toute société se reconnaît et se perpétue. Cfr, par exemple, dans des contextes très différents, Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant, La cuisine du sacrifice en pays grec, Paris, Gallimard, 1979 et Claude Levi-strauss, Le cru et le cuit, Paris, Pion, 1964.

133 Manuscrit 2332, op. cit., p. 21.

134 On peut lire à ce sujet les pénétrantes analyses de François Dagonet : “Les éléments [...] éparpillés appellent des manutentions subtiles qui les décantent et les concentrent ; sans elles, ils ne seraient rien, Il faut torturer les terres, tourmenter les minéraux, ouvrir les organes des animaux en vue de les débarrasser tous de leur humidité et de la terre damnée qui les corrompt. Les prouesses de l’art reviennent à séparer puis rassembler, extraire puis mêler ; il s’agit toujours d’activer ou de délivrer les forces emprisonnées” (François Dagonet, La raison et les remèdes,Paris, P.U.F., 1984 (1re édition : 1964), p. 62-63).

135 Hubert Buissart, op. cit., p. 42.

136 Manuscrit 2332, op. cit., p. 163.

137 Manuscrit 1585, op. cit., p. 43.

138 Les exemples sont innombrables. Ainsi, “pour la veue troublée, prenez jus de fenouil et de nie, et de la fiente de perdrix avec un peu de miel et de ce mettez dans les yeux avec une plume” (Manuscrit 2332, op. cit, p. 172). Signalons encore, “contre les poraux et les cors”, les vertus de cette recette à base “de la crasse qui se trouve au fond des pots de chambre” (ibidem,p. 122).

139 “Les interprétateurs retiennent surtout le fait que l’ancien pharmacien se sert de l’urine ou de la fiente humaines, des déjections animales. En réalité, les préparateurs de remèdes s’emparent de tout ce qui est humain [...]. Tout leur sert : rognures d’ongle, cheveux, placenta, sang, lait, cérumen, liquide séminal, bref tout ce qu’on peut soustraire sans dommage de l’homme en vie” (François Dagonet, op. cit., 1984, p. 74).

140 Hubert Buissart, op. cit., p. 30.

141 Ibidem, p. 31.

142 Manuscrit 2332, op. cit., p. 75-79.

143 Ainsi, une alternative “économique” est souvent proposée : “contre la pleurésie [...] prenez pierettes de dates, des yeux d’écrevisses, des machoires de brochets, chacun une once, faites en trois portions, donnez les à boire à trois fois diverses au malade dans un verre de vin blanc et cela à jeun — vel cresson de jardin, de la semence, une once. Pilez et prenez avec vin blanc” (ibidem, p. 120).

144 Pharmacopea Leodiensis in qua discribuntur Medicamenta tam simplicia quant composita[...], Liège, Kints, 1741.

145 Radiées, cortices, ligna, herbae & folia, flores, fructis, semina, gummi, succi, liquidi, fungi, animalia, mineralia et marina.

146 Le bézoard est une concrétion formée de poils et de divers débris alimentaires que l’on retrouve dans l’estomac ou les intestins de certains animaux. Le remède — comme son nom — est d’importation arabe. On en distingue deux espèces, le bézoard occidental que l’on trouve dans l’antilope des Indes, la chèvre sauvage et le porc-épic ; le bézoard oriental qui vient du chamois, du bouquetin, de la chèvre d’Amérique, du caïman, de certains singes etc. Les bézoard avaient la réputation d’êtres de puissants contrepoisons et des préservatifs contre les maladies épidémiques. Ils ne seront bannis des pharmacopées officielles qu’au début du xixe siècle (Cadet de gassicourt, Bézoard, dans Dictionnaire des Sciences Médicales, t. 3, Paris, Panckoucke, 1812, p. 102-103).

147 On connaît plusieurs définitions de la “momie”. De manière générale, il s’agit de l’espèce de poudre qui subsiste après la décomposition du cadavre et à laquelle étaient associées d’inépuisables vertus : “les médecins, qui ont mis à contribution pour le soulagement des malades, les trois règnes de la nature, qui ont cherché dans les substances les plus précieuses comme dans les plus viles, dans celles qui flattent le plus les sens et dans celles qui devraient le plus les révolter, des moyens de guérison, n’ont pas même cru devoir négliger le secours des momies, cherchant ainsi à retremper, pour ainsi dire, la vie aux sources mêmes qui attestent le plus la puissance de la mort” (De lens, Momie, dans Dictionnaire des sciences médicales, t. 34, Paris, Panckoucke, 1819, p. 51-52).

148 Pharmacopea Leodiensis.... op. cit., 1741, p. 15-17.

Table des illustrations

Titre Tableau II.8. Réception des “praticiens secondaires” au Collège des médecins (1699-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Tableau II.10. Universités dans lesquelels les médecins de la Cité ont obtenu leur diplôme, (1700-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Le trépassement de la Vierge Marie Troyes, Garnier, s.d., p.45.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540