Version classiqueVersion mobile

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Première partie

Érasme et son lecteur à propos du rapport auteur-public au XVIe siècle

Silvana Seidel Menchi

Texte intégral

  • 1 Milagros Ortega Costa, Proceso de la Inquisición contra Maria de Cazalla, Madrid, 1978. Cfr Marcel(...)
  • 2 Je me réfère ici aux résultats de mes recherches sur la réception italienne d’Érasme, illustrés da (...)

1Érasme et son lecteur : un sujet sur lequel l’historien qui se penche sur le XVIe siècle est à même de découvrir et de rassembler beaucoup d’éléments. Les lecteurs d’Érasme, nous en connaissons par centaines. Les sources sont assez riches pour nous permettre d’esquisser le profil du lecteur lettré aussi bien que du lecteur peu cultivé, du lecteur appartenant à la bourgeoisie aisée ou simple artisan. Même les femmes sortent de leur silence séculaire lorsqu’il s’agit de ces livres, le XVIe siècle nous ayant transmis des dossiers volumineux qui tournent autour d’une lectrice d’Érasme1. Nous savons à quels textes les lecteurs accordaient leur préférence, nous connaissons les circonstances qui les incitaient à les acheter, nous sommes renseignés sur la manière dont ils réagissaient à cette lecture. Nous connaissons même ce personnage qu’on pourrait appeler le lecteur « de seconde main », c’est-à-dire celui qui connaît Érasme, non par la lecture directe, mais par la médiation d’un autre2.

2Dans cette richesse documentaire je me suis attachée à trois aspects, en les choisissant en raison de leur caractère spécifiquement érasmien. On s’apercevra, dans la progression de mon argumentation, que je me suis intéressée au lecteur d’Érasme, non pas tant dans ses traits communs aux lecteurs du XVIe siècle, que dans ses traits spécifiques et dans son drame personnel. Les trois aspects que je vais développer sont : I. Le rapport entre le lecteur et son livre en tant qu’objet. II. Le rapport entre le lecteur et le livre en tant que dépositaire d’une pensée, c’est-à-dire la relation entre le lecteur et le message. III. Le lecteur d’Érasme par rapport au pouvoir. Le premier aspect sera traité succinctement, à la façon d’une introduction ; le second aspect sera traité d’une manière plus détaillée et sera illustré par des exemples tirés de deux types différents de sources ; le troisième argument s’articulera autour d’un cas concret. Les sources d’où je tire mes renseignements sont presque exclusivement italiennes, l’Italie étant le domaine spécifique de ma recherche ; mais je ne pense pas que la portée de mes considérations soit strictement limitée par la chaîne des Alpes.

I

  • 3 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, I ragionamenti overo Colloqui famigliari di Desiderio Erasmo Rot (...)
  • 4 Parme, Biblioteca Palatina, Palat. 3728, De recta latini graecique sermonis pronunciatione (il s’a (...)
  • 5 Arezzo, Biblioteca Comunale, Opus de conscribendis epistolis, Venetiis, undecimo cal. Iun. Anno Do (...)
  • 6 Ibidem.

3En ce qui concerne le rapport entre le lecteur et l’objet livre, le trait qui s’impose d’abord à notre attention, c’est l’attachement du lecteur au livre comme valeur. La remarque que l’on trouve le plus souvent sur les livres est, à part le nom du propriétaire, le prix qu’il l’a payé. « Ce livre appartient à Iacopo Lamberto, et il l’a payé trois lires ». Ou bien : Adit 4 Novembris 1531 pro quatrinis septem... Nicolai Lauri de Capracimis3. On trouve aussi assez souvent l’adresse du propriétaire, celle-ci étant indiquée d’une manière scrupuleuse, de façon à éviter toute confusion possible : Ioannes Francisons Dothoria kappellarius habitans in burgo Sancti Petri in Via Alexandrina4. Le livre représentant une valeur, le propriétaire note non seulement le prix qu’il l’a payé, mais aussi le travail qu’il a investi dans ce bien : Ego hunc de epistolis conscribendus librum a magistro Laurentio duodecim scutis quatrinis (?) aemi et egomet ligavi 15 chalendas Novembris5. Ce type de propriétaire a très peur de perdre son livre et il conjure celui qui l’a pris ou trouvé par hasard de le lui rendre. Il s’exprime avec emphase : Antonio Serio quisquis es hune reddito librum / Noxia remitti si tibi forte cupis, c’est-à-dire, rends-moi mon livre si tu ne veux pas aller en enfer6.

  • 7 Naples, Biblioteca dei Gerolimini, C.25.1.37, De duplici copia verborum ac rerum, commentarii duo,(...)

4Mais cette crainte de perdre un objet de valeur n’est pas le seul sentiment, la seule émotion, que le lecteur d’Érasme confie à son livre. Il lui confie aussi sa dévotion à Érasme. Sur un exemplaire du traité De duplici copia verborum ac rerum qui est conservé dans une bibliothèque monastique napolitaine, un lecteur humaniste très cultivé a écrit un poème latin à la louange d’Érasme. Le poème étant, autant que je le sache, — inédit, on peut supposer qu’il s’agit d’une composition du lecteur. Il traite d’une confrontation entre Érasme et Jakob Fugger, le grand banquier d’Augsbourg. Fugger a parcouru le monde entier pour accumuler des trésors de pierres précieuses, d’or et de pourpre ; mais les richesses qu’Érasme a rassemblées sur quelques feuilles de papier sont, — écrit ce lecteur anonyme à la dernière page de son volume, une page blanche, — d’une valeur bien plus haute et impérissable. Et il conclut, sur un ton tout a fait érasmien : Si malis animum corpus quam ornare superbum, / Hune sequere, et totus sordeat ille tibi. Si tu préféres orner ton âme au lieu de ton corps orgueilleux, tu prendras Érasme pour guide, et l’autre, Fugger, n’aura plus d’attrait à tes yeux7.

  • 8 Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, R.G. Neolat. II.87, De duplici copia verborum ac rerum comme (...)

5La pietas, l’amour et la confiance en Dieu, voilà une autre émotion que le lecteur d’Érasme aime confier à son livre. J’ai trouvé, en effet, quelques volumes dans lesquels le propriétaire a transcrit une prière. Dans un exemplaire du traité De duplici copia verborum ac rerum, conservé à la Bibliothèque Vaticane, un certain Paris Fiduccio de Cava (Latium) nous a transmis une prière qu’il attribue à saint Thomas d’Aquin. Ce serait la prière, — note Paris de son écriture soignée, — que saint Thomas avait l’habitude de réciter lorsqu’il s’adonnait aux études littéraires, cum daret operam litteris. Comme Paris de Cava transcrit cette prière au commencement d’un manuel de stylistique latine, on peut supposer que lui aussi la récite, lorsqu’il s’adonne aux études littéraires, c’est-à-dire lorsqu’il s’exerce à la rhétorique en s’appuyant sur le livre d’Érasme. Je citerai quelques lignes de cette prière : Creator ineffabilis..., tu inquam qui verus es fons luminis et sapientiae atque omnis cognitionis supereminens principium, infundere digneris super intellectus mei tenebras tuae charitatis apicem et splendorem, quo removeas a me peccatum et ignorantiam, in qua natus sum. Qui linguas infantium disertas facis, linguam mearn erudias, atque in labiis meis gratiam tuae benedictionis infundas. Da mihi intelligendi acumen, retinendi capacitatem, interpretandi subtilitatem, addiscendi facilitatem, eloquendi gratiam copiosam...8.

6Il est un peu déconcertant pour nous, ce lecteur qui se prépare à une activité aussi peu gratifiante que la mémorisation de formules latines, en récitant une prière d’une si vibrante intensité. Mais il se peut que la lecture et l’instruction aient été pour les hommes du XVIe siècle des activités proches de la méditation et de la contemplation, et non pas, comme aujourd’hui, des activités pratiques, tendant à des buts concrets, tels qu’acquérir un instrument de communication ou une qualification professionnelle.

7L’attachement du lecteur au livre, — voilà ce que je voudrais souligner dans la première partie de ma communication, — n’est donc pas seulement l’attachement à un objet-valeur, mais un lien personnel, on pourrait même aller jusqu’à dire intime. Pas à pas le livre devient pour le lecteur un vademecum spirituel, une objectivation de sa propre vie intérieure. Il se peut qu’Érasme, grâce à sa prose lumineuse, possède à un degré éminent le don de rappeler au lecteur cette dimension transcendante de l’activité intellectuelle, même dans ses manifestations les plus humbles et les plus sèches.

8L’attachement du lecteur au livre nous permet de comprendre pourquoi la condamnation ecclésiastique des livres d’Érasme se heurta en Italie à une résistance opiniâtre. À partir de 1539, la lecture des livres d’Érasme fut considérée comme suspecte ; à partir de 1555, elle était dangereuse ; à partir de 1559, posséder et lire un livre d’Érasme, peu importe lequel, même un manuel de grammaire, même l’édition des Disticha Catonis, était un crime pour lequel on pouvait être poursuivi devant les tribunaux.

  • 9 Je me permets de renvoyer le lecteur intéressé au dernier chapitre de mon livre cité ci-dessus, n. (...)

9Il y a eu des propriétaires qui se soumirent, qui se conformèrent à la nouvelle situation, en remettant leurs livres aux prêcheurs et aux inquisiteurs. Les villes italiennes comme Sienne, Venise, Naples etc., virent à cette époque s’allumer sur leurs places des bûchers, qui réduisirent en cendres des milliers de volumes. Un bûcher de livres était une cérémonie solennelle, qui s’ouvrait sur un prêche et à laquelle le peuple des fidèles était invité à participer. Selon mes calculs, Érasme fut, au point de vue quantitatif, l’auteur le plus frappé par la répression qui suivit la publication de l’index de Paul IV9. Mais beaucoup de ses livres échappèrent d’abord aux destructions de 1559.

  • 10 Rovigo, Archivio della Curia Vescovile, Cause Criminali, b.4, Inquisitio de heresi contra Matheum (...)

10C’est que le propriétaire est prêt à faire des sacrifices. Il coupera le frontispice de son livre ou de ses livres, il en déchirera les premières et les dernières pages, il effacera à l’encre le nom d’Érasme en haut de chaque page, quelquefois il défigurera son livre d’une manière gauche et presque aveugle, « à la hachette », comme nous le dit un document de 156910, Dans d’autres cas, il cachera le livre tant bien que mal, il le transférera dans le grenier de sa maison, il le murera dans une cavité quelconque du bâtiment où il habite, il l’ensevelira sous la paille de son garde-manger, il le mettra dans un coffre et remplira le coffre de céréales pour détourner tout soupçon. Mais il ne veut pas se séparer définitivement de son volume. C’est grâce à cet attachement que quelques livres d’Érasme, peu certes, ont survécu dans les bibliothèques italiennes. C’est d’ailleurs dans son existence même que le lecteur paya pour cet attachement un prix, comme nous le verrons, assez élevé.

II

11De ce que je viens de dire dans la première partie de ma communication, on pourrait tirer la conclusion qu’Érasme a eu la chance d’avoir le public dont rêve chaque auteur : un public enthousiaste, dévoué jusqu’au sacrifice, conquis et totalement subjugué. Ce serait pourtant une conclusion erronée. ‘Tout enthousiaste et dévoué qu’il soit, le public d’Érasme n’est ni docile ni soumis. Il adopte une attitude intellectuellement indépendante. Son admiration pour le grand maître est dépourvue de toute révérence. On peut même entrevoir un conflit entre Érasme et son lecteur.

12Les considérations que je développerai dans la deuxième partie de ma communication sont tirées de deux types de sources : des livres d’Érasme conservés dans les bibliothèques italiennes, qui portent les traces d’une lecture de l’époque, telles que soulignages et notes marginales, et des procès de l’Inquisition, qui nous renseignent sur les textes que les accusés avaient lus et sur l’interprétation qu’ils en donnaient. Par souci de scrupule scientifique, il faut ajouter que, alors que le premier type de sources nous livre des indications nettes et sans ambiguïté, le deuxième nous transmet des indices et des suggestions plutôt que des informations incontestables. L’inquisiteur n’étant pas un historien, il ne posait pas à l’accusé les questions que l’historien, brûlant d’intérêt, lui poserait s’il était à sa place. Par conséquent on en est souvent réduit á interpréter des textes évasifs. Je n’avancerai toutefois aucune hypothèse qui n’ait une base documentaire, même s’il n’est pas possible de la produire.

  • 11 Forli, Biblioteca Romagnola Piancastelli, Sala O, De Gregori 101. A, Enchiridion militis christian (...)
  • 12 Florence, Biblioteca Nazionale, Collezione Guicciardini, Ratio seu methodus compendio perveniendi (...)
  • 13 Venise, Biblioteca Marciana, 57.D.193, De ratione conscribendis epistolis, Venetiis, per Nicolaum (...)
  • 14 Cesena, Biblioteca Malatestiana, 111.6 (1), De immensa Dei misericordia, Venetiis per Ionnaem Anto (...)

13L’indépendance du lecteur s’exprime d’abord dans l’attitude sélective et même un peu tendancieuse qu’il adopte envers le texte érasmien. Dans un exemplaire de l’Enchiridion militis christiani publié à Venise en 1523 et conservé aujourd’hui à Forlí, un lecteur anonyme a souligné deux passages, deux seulement dans tout le livre, dont l’un est le fameux Monachatus non est pietas, l’autre exprimant en d’autres termes la même idée : quasi extra cucullum Christianismus non sit11. Or, ce qui a retenu l’attention de ce lecteur italien, à la perspicacité étonnante, c’est justement la formule la plus controversée, la plus subversive, de l’ensemble du livre : est-ce qu’il la trouva ou est-ce qu’il la chercha ? Dans un exemplaire de la Ratio seu methodus perveniendi ad veram theologiam, publié à Venise en 1522, un lecteur a également souligné les passages les plus hardis, ceux qui touchent aux questions les plus brûlantes, telles que la controverse des indulgences ou les limites du pouvoir pontifical. Dans l’un de ces passages, la doctrine des indulgences, qui attribue à un seul homme, le souverain pontife, « le pouvoir de démolir à son gré le purgatoire entier », est qualifiée par Érasme de dogma non admodum necessarium ad pietatem. Le lecteur italien, non content d’avoir souligné cette phrase compromettante, écrit en marge de la page : Notta plus quam diligenter. Il juge tout aussi importante et digne de considération (notta diligentissime) la phrase qui censure la théorie de l’infaillibilité pontificale : Nonne huiusmodi dogmatis ingens aperitur fenestra tyrannidi, si tanta potestas incidat in impium et pestilentem hominem ?12 Dans un exemplaire du traité De conscribendis epistolis nous trouvons souligné le passage de la fameuse lettre à la louange du mariage, où Érasme suggère l’idée que le célibat du Christ n’a pas une valeur exemplaire et ne doit pas être imité : Cur igitur, inquies, Christus ipse a coniugio abstinuit ? Quasi vero non plurima sint in Christo, quae mirari potius quant imitari debeamus. Cette fois encore, le lecteur italien porte son attention sur la phrase peut-être la plus controversée d’une œuvre érasmienne, la phrase qui touche directement au problème du célibat sacerdotal et de la chasteté monastique13. Un lecteur dont on ne connaît que le prénom, Antonio, peut-être de Cesena, souligne dans une copie du traité De immensa Dei misericordia les phrases les plus proches de la théologie luthérienne de la grâce, par exemple Nemo potest salubriter odisse peccata sua, nisi Deus dederit, nisi auferat cor lapideum et insérât cor carneum, nisi pro corde polluto creet in nobis cor mundum, ou bien Fides nihil non impetrat a Christo : salus autem per fidem, fides per auditum14.

  • 15 Cfr par exemple Ad exhortationem Alberti Pii Carporum Principis responsio (Alberti Pii Carporum Co (...)

14On pourrait aisément multiplier ces témoignages de lecture sélective, qui se manifeste dans de nombreux volumes conservés dans les bibliothèques italiennes. C’est une sélection qui privilégie les pointes les plus avancées du discours théologique érasmien en insistant sur leur portée, en leur conférant, grâce à l’accentuation, une sorte d’intransigeance qu’elles n’avaient peut-être pas dans leur formulation d’origine. La réaction d’Érasme vis-à-vis de la lecture sélective de ses œuvres, surtout de ses œuvres théologiques, est bien connue : Érasme n’appréciait pas ce genre de succès, il estimait peu le lecteur sélectif et le tenait pour responsable des accusations d’hérésie qui, de plusieurs côtés, s’élevaient contre lui15.

15Son attitude aurait été plus négative encore s’il avait connu les conséquences et les ramifications de la lecture sélective. Souvent, en effet, les lecteurs d’Érasme remettaient en circulation les idées qu’ils avaient puisées dans ses livres, en les isolant de leur contexte et en les formulant d’une manière incisive, ce qui les rendait plus efficaces quand il s’agissait de les propager. Ainsi remaniées, les formules souples et prudentes de l’humaniste suscitaient tumultes et ruptures, allumant ici et là le feu de la subversion religieuse. Je produirai ci-dessous, en les tirant de la documentation inquisitoriale, deux exemples de l’effet subversif des idées érasmiennes reprises par ses lecteurs.

  • 16 Modène, Archivio di Stato, Inquisizione, b.2, Contra Dominum Ioannem Bertarium. Cfr aussi Tommasin (...)
  • 17 L.B., VII, **3v.

16Le premier épisode se situe à Modène lors du carême de 1541. Tous les dimanches soirs, dans le palais d’une famille patricienne, un jeune prêtre très cultivé qui s’appelle Giovanni Bertari lit et explique les épîtres pauliniennes. Ces séances, publiques et gratuites, suscitent, surtout parmi le clergé, un intérêt teinté de quelque méfiance, car l’exégète n’a pas une bonne réputation quant à la religion. On soupçonne Bertari d’être un « luthérien », comme l’on dit dans des cas semblables ; ce qui se trouve confirmé d’une manière éclatante lors de la séance du 20 mars. Un « grand murmure » se répand tout de suite dans la ville, le murmure devient bientôt « clameur », le vicaire de l’inquisiteur est alarmé, on ouvre une enquête, dans la ville la tension monte, un groupe de citoyens mettent en scène une manifestation pro Bertari dans l’évêché. Tout ce tumulte a été provoqué par l’explication que Bertari a donné du verset paulinien 1 Cor. 14, 19 In ecclesia volo quinque verba mente mea loqui... potius quam decem milia verborum lingua. En s’inspirant probablement d’une annotation néotestamentaire d’Érasme ou d’un passage de ses Paraphrases sur l’Évangile de Mathieu, Bertari a développé la thèse que l’oraison vocale n’a pas de valeur si celui qui la prononce « ne comprend ni ne pénètre le sens des mots » qu’il dit ; par conséquent « celui qui prie sans entendre ni pénétrer le sens des mots, pèche et fait injure à Dieu ». Un témoin croit même l’avoir entendu dire que le fidèle qui prie à haute voix sans entendre le sens des mots, non seulement pèche et commet une grave injure envers Dieu, mais qu’il blasphème et se moque de Dieu ; et qu’il ne suffit pas d’avoir l’intention de prier, mais qu’il faut « percevoir le sens et la valeur des mots »16. Si, comme je le suppose, Bertari s’est inspiré de la Paraphrasis érasmienne sur l’Évangile de Mathieu, la proposition à laquelle il se réfère est la suivante : Mihi indecorum vel ridiculum potius videtur, quod idiotae et mulierculae psitaci exemplo psalmos suos et precationern dominicain latine murmurant, quum ipsae quod sonant non intelligant17. Il suffit de comparer ce texte avec la thèse attribuée à Bertari, même dans la formulation la plus modérée, pour remarquer la radicalisation que subissait la pensée érasmienne, en passant de la page écrite à la propagande orale. Une telle radicalisation résulte non seulement de l’extrapolation de la phrase de son contexte, mais aussi du procès de transformation sémantique que la formule érasmienne doit subir pour devenir efficace sur le plan de la communication. Il est évident que, si l’on veut imposer une idée à une foule, on ne saurait réussir disant « il me semble peu convenable » ; il faut parler un langage plus clair et plus tranchant, il faut dire « c’est un péché, c’est une injure contre Dieu », ce que disait précisément Bertari.

  • 18 Pier Paolo Vergerio, Le otto defe[n]sioni, [Bâle 1160], fiiir-fiiiir. Cfr sur le cas Vergerio, Ann (...)

17Le deuxième épisode que je me propose de relater se situe à Capodistria vers 1545. L’évêque de la ville, l’humaniste et diplomate Pier Paolo Vergerio, est impliqué dans un procès pour hérésie « luthérienne ». L’une des charges les plus graves retenues contre lui est qu’il s’oppose au culte des saints. Vergerio admet qu’une telle accusation n’est pas totalement sans fondement. Il a en effet tenté de combattre la conception, très répandue chez ses fidèles, qui consiste à croire que des saints bien particuliers soient compétents pour certaines maladies particulières ou pour certains malheurs. Il a expliqué à ses fidèles que Dieu n’a pas réparti les maladies entre les saints comme un souverain distribue les offices à ses favoris : par conséquent « il ne faut pas aller prier sainte Lucie afin qu’elle nous guérisse du mal aux yeux, il ne faudrait pas prier sainte Apollonie afin qu’elle nous guérisse du mal aux dents, il ne faudrait pas s’adresser à sainte Agathe afin qu’elle nous préserve des maladies du sein18 ».

  • 19 Vergerio, Le otto defensioni, bviiir. Pour la diffusion des livres d’Érasme parmi les paroissiens (...)
  • 20 L.B., V, 26E-F.

18Derrière cette initiative réformatrice de Vergerio, qui bouleverse le diocèse et heurte gravement la sensibilité des fidèles, il y a probablement la lecture d’Érasme, dont Vergerio cite le nom et dont il diffuse les livres parmi ses paroissiens19. C’est Érasme qui, dans l’Enchiridion, se moque de la conception « compartimentée » du culte des saints, esquissant le type de fidèle « qui adore saint Roch parce qu’il croit que celui-ci a le pouvoir de le préserver de la peste », qui « jeûne en l’honneur de sainte Apollonie pour prévenir le mal aux dents », qui « va saluer la statue de saint Job pour ne pas attraper la gale »20. L’idée est évidemment la même ; mais il y a un net durcissement et une radicalisation, quand on passe de la page d’Érasme au programme de réforme de l’évêque. Ce qui, dans l’Enchiridion, se présente comme une critique raisonnable, modérée et pleine d’esprit, devient une idée subversive lorsqu’elle est arrachée à son contexte et transférée dans l’action.

19Nous voyons ici s’ouvrir entre Érasme et son lecteur un clivage, le lecteur faisant du discours érasmien un usage auquel le vieil Érasme n’aurait jamais souscrit. Faut-il conclure que le lecteur, que nous avons présenté dans la deuxième partie de notre communication, dénature la pensée d’Érasme et la falsifie, en en profitant pour réaliser des buts qui sont étrangers au maître ?

20Tel n’est pas mon avis. Dans le cadre de la réception italienne d’Érasme il y a certainement des interprétations si unilatérales et si tendancieuses de sa pensée, qu’elles méritent d’être qualifiés de falsifications ; mais dans les cas que je viens de présenter et dans d’autres que j’aurais pu citer, nous sommes confrontés à des interprétations tout à fait légitimes et fondamentalement correctes de la pensée religieuse de l’humaniste. Le durcissement que nous avons constaté n’est pas le résultat d’un calcul intentionnel et rusé, mais l’expression de la métamorphose inévitable que subit la pensée, lorsqu’elle devient principe d’action et de transformation de la réalité.

21Le fait qu’Érasme rejette cette interprétation ne signifie pas qu’elle n’ait pas de valeur, l’auteur n’étant pas toujours le meilleur interprète de son œuvre. Je serais même tentée d’affirmer que le type de lecteur que je viens de présenter détient une autorité remarquable dans l’interprétation d’Érasme. C’est chez ce lecteur et grâce à lui que la pensée d’Érasme garde sa vigueur, sa fraîcheur et son emprise sur la réalité. Par contre le vieil humaniste donne de lui-même une interprétation épurée de toute hardiesse, assez pauvre d’élan et d’étincelles, où toutes les pointes sont émoussées, parfois même entachée de tant de réserves et de prudents calculs qu’il nous est difficile d’y reconnaître les traits de son génie.

III

22Le conflit avec le pouvoir, qu’Érasme réussit à éviter grâce à sa souplesse, à son sens du compromis, à son talent diplomatique, et grâce aussi à son énorme prestige, ce conflit ne fut pas épargné à son lecteur. La persécution du lecteur fut un phénomène concomitant de la persécution du livre, ce fut d’ailleurs le moment où celle-ci devint efficace. L’originalité intellectuelle et religieuse d’Érasme trouva sa victime expiatoire dans le lecteur. J’illustrerai le conflit entre le lecteur d’Érasme et le pouvoir en m’appuyant sur un cas qui a une valeur représentative non seulement par rapport à une existence individuelle, mais aussi par rapport à l’histoire de la culture italienne du XVIe siècle.

23L’épisode se déroule autour d’un jeune homme de lettres, qui a aujourd’hui une place reconnue dans la littérature italienne, en sa qualité de rhétoricien, écrivain et auteur dramatique. Alvise Groto, né en 1541, vivait en 1567, à l’époque des événements qui nous intéressent, à Adria, une petite ville assujettie à la domination vénitienne. Il est généralement connu sous le nom de « l’aveugle d’Adria », ayant perdu la vue dès l’enfance par suite d’une maladie. Le malheur auréolant son talent et le talent transfigurant son malheur, il se trouvait qu’Alvise Groto jouissait depuis son adolescence d’une certaine célébrité. Par une force de caractère qui devait être tout à fait remarquable, il réussissait à neutraliser ou du moins à réduire les entraves que sa cécité entraînait. En donnant gratuitement des leçons de latin et de rhétorique à des jeunes gens de son âge, il obtenait d’eux en retour des services de secrétariat, des heures de lecture et d’écriture. Par la médiation de ces élèves, l’aveugle Groto vivait donc la vie d’un homme de lettres, il étudiait et composait, entouré de prestige, dans la petite ville de la plaine du Pô. Comme rhétoricien surtout il devait être assez demandé, la municipalité de Rovigo l’ayant déjà chargé de tenir à Venise le discours de congratulation pour la nomination d’un nouveau doge.

24Vers 1565, un chagrin obscurcit ce qu’on peut imaginer comme le modeste bonheur d’une existence durement éprouvée et empreinte d’une sévère discipline. Alvise Groto avait violé l’index de Paul IV en gardant près de lui une quantité remarquable de livres défendus. Parmi les auteurs dont il n’avait pu se séparer, il y avait Machiavel, Boccace, Agrippa de Nettesheim (De incertitudine et vanitate scientiarum et De occulta philosophia), le brillant littérateur et pornographe Pietro Aretino ; il avait gardé également des textes de physiognonomie, de chiromancie et d’interprétation des rêves ; mais surtout il possédait encore quatre livres d’Érasme, les Colloquia, les Adagia, les Apophthegmata et le traité De immensa Dei misericordia dans la traduction italienne.

25Au fur et à mesure que les années s’écoulaient, la détention de ces livres devenait pour le jeune homme un problème de conscience. Pendant la semaine sainte de 1566, il s’en confessa. La détention de livres défendus étant un casus reservatus, le confesseur ne put lui donner l’absolution. Cependant, il garda le secret. Cette année-là, à Pâques, Groto ne communia pas. L’année suivante, 1567, le problème se posa de nouveau. Cette fois-là, le jeune homme se confia au frère qui prêchait le carême à Adria. Étant devenu un familier du prêcheur, il lui demanda s’il aurait pu recevoir de lui l’absolution, à la condition de brûler les livres défendus qu’il gardait à la maison. Le frère n’en avait pas le pouvoir. Mais il contacta l’évêque de la ville, qui aurait pu donner l’absolution désirée. Dès qu’il fut informé du cas, l’évêque agit sans délai. Il se rendit sur le champ chez Groto, accompagné par le notaire de l’évêché, par quelques chanoines et par le prêcheur, et il confisqua les volumes défendus, que Groto avait déjà mis de côté. Quelques semaines plus tard, le jeune homme reçut l’ordre de se présenter devant le tribunal de l’Inquisition, pour répondre des soupçons que la détention de ces livres avait éveillés sur son compte.

26Pendant le déroulement du procès il devint évident que la plus grande partie des livres confisqués à Alvise Groto ne revêtaient pas un très grand intérêt aux yeux des juges ecclésiastiques. L’interrogatoire se concentra sur les livres d’Érasme, ou plus exactement sur un livre d’Érasme, les Colloquia, soit parce que l’accusé lui-même se référait, pour toutes les questions qu’on lui posait, à ce volume, soit parce que les soulignages et les notes marginales qu’on trouva dans le livre avaient polarisé sur celui-ci l’attention des juges. Voyons donc quelques passages de cet interrogatoire.

  • 21 Rovigo, Archivio della Curia Vescovile, Cause Criminali, b.3, Luigi Groto, ff. lr-6r, 8r-v. L’édit (...)

27Question de l’évêque : « Ne saviez-vous pas que les livres d’Érasme comportent beaucoup d’hérésies ? ». Réponse de l’accusé : « Moi j’ai commencé à étudier les Colloques dès mon enfance. J’utilisais ce livre comme modèle d’élégance stylistique et de latinité. Mon attention, entièrement concentrée sur l’élégance formelle de ces pages, évitait de se porter sur le sens du discours. J’aurais même désiré qu’Érasme eût dédié son éloquence à d’autres sujets qu’aux choses de la religion. Et si je n’ai pas déchiré les pages [les plus audacieuses], c’était afin de ne pas détériorer les livres, mais je ne prêtais aucune attention au thème que l’auteur traitait », Question de l’évêque : « Vous dites que vous avez gardé ces livres à cause de leur élégance et par curiosité pour leur contenu. Mais pourquoi ne pas vous en être débarrassé, si vous saviez que c’étaient des livres hérétiques ? Pourquoi ne pas utiliser [comme modèle de style] un Cicéron et tant d’autres écrivains de valeur, qui ne sont pas condamnés ? ». Réponse de l’accusé : « C’est que j’avais commencé à lire ces livres avant de m’apercevoir des mauvaises pensées qui y étaient consignées. J’étais rempli d’amiration [ou, peut-être, d’amour] pour ce volume et j’y trouvais des passages pleins de beauté qui, ne touchant pas à la religion, convenaient parfaitement aux œuvres littéraires que je projetais de composer moi-même. Ces beautés, je ne savais pas si j’aurais pu les trouver ailleurs »21.

28Le document de Rovigo que je viens de citer illustre d’une façon exemplaire la scission qui s’opérait dans la vie intérieure du lecteur d’Érasme dans cette phase de l’histoire culturelle du XVIe siècle. Alvise Groto était évidemment partagé entre admiration et méfiance, il aimait son livre et il en avait peur, il tâchait de lire et de ne pas lire en même temps, il voulait s’approprier la forme en négligeant le contenu. Cette scission se reflétait dans sa vie religieuse, le jeune homme se sentant justement obligé d’observer d’une manière tout à fait scrupuleuse et quasi pédantesque les formes extérieures de la dévotion cérémonielle, qu’Érasme mettait en question dans les Colloquia. « J’ai observé tous les carêmes, tous les jeûnes, les quatuor tempora, tous les vendredis, tous les samedis, j’ai fait des vœux et je les ai respectés, en somme j’ai fait tout le contraire de ce qu’enseignaient les livres défendus que je possédais », témoigne-t-il, ce qui signifie : j’ai fait tout le contraire de ce que j’ai trouvé écrit dans les Colloquia.

29Le volume, tout à la fois aimé et haï, gardait lui aussi les traces de cette attitude partagée et contradictoire du propriétaire, le malaise intérieur, ou peut-être la prudence, ayant amené Groto à écrire sur les marges des insultes contre l’auteur, auquel il consacrait le meilleur de son énergie intellectuelle. « Comme je tenais Érasme pour un hérétique » témoigna Groto, en expliquant ces notes marginales, « il m’arrivait [au cours de la lecture] de me mettre en colère contre lui et de trouver ses affirmations intoléintolérables ; je notais alors une remarque [hostile] sur le livre, ou bien j’écrivais qu’il était digne du feu, ou bien qu’il n’était pas chrétien ».

  • 22 Document cité, f. 7r. Groto déclara pourtant qu’il n’avait pas fait écrire sur le livre la phrase (...)

30Des remarques de ce genre étaient en effet clairement lisibles sur l’exemplaire des Colloquia que l’évêque d’Adria avait confisqué. Elles auraient dû rassurer tant l’évêque que l’inquisiteur sur l’attitude religieuse de l’accusé et dissiper leurs soupçons. Mais ce ne fut pas le cas. Il semble que la teneur de ces glosses marginales n’ait pas été apte à dissiper les soupçons. Par exemple, pour exprimer l’idée qu’Érasme était digne du feu, le jeune homme s’était servi de la formule : Hic Erasmus dignus est igne devoto, cet Érasme est digne du feu dévot. Qu’Érasme fût digne du feu était une affirmation que l’évêque d’Adria trouvait probablement louable ; mais l’adjectif « dévot » l’intriguait. Le diable se cache dans le détail, dans ce cas-là le diable de la dissidence religieuse avait l’air de se cacher dans un adjectif. L’accusé étant un rhéteur, un professionnel de la parole, les juges ecclésiastiques avaient la désagréable impression que ce petit mot, devotus, renversait le sens de la phrase qui le contenait, en la transformant en un témoignage contre la censure des livres, contre l’index, contre les bûchers, peut-être même contre le style du catholicisme post-tridentin22.

31Alvise Groto se défendit habilement. Il fut également favorisé par l’attitude de l’évêque, qui avait de l’amitié pour lui et ne voulait certainement pas sévir contre la célébrité locale. Il se tira d’affaire au prix de la perte de ses livres, d’une abjuration privée devant le tribunal, et du paiement des frais de procédure. Il eut aussi à faire une pénitence publique : quatre dimanches durant, il dut assister à la messe en tenant à la main une chandelle allumée, ce qui, dans le langage symbolique de l’époque, signifiait qu’on avait eu des soupçons à propos de son orthodoxie. On lui infligea enfin une interdiction perpétuelle et générale d’enseigner. Ce dernier trait de la sentence fut sans doute celui dont Alvise Groto se ressentit le plus, l’enseignement étant probablement sa source de gains la plus sûre.

32Or, la perte de sa propre profession peut être considérée comme un prix très lourd à payer pour une passion intellectuelle comme celle d’Alvise Groto pour Érasme. Et pourtant, le jeune homme d’Adria paya, peut-être sans s’en apercevoir, un prix encore plus élevé. Son choix d’Érasme comme modèle littéraire entraîna une scission dans sa vie intérieure, dont nous ne pouvons pas évaluer les conséquences, mais qui fut sûrement funeste pour son développement d’écrivain.

33Le cas d’Alvise Groto n’est pas isolé. Plusieurs lecteurs italiens d’Érasme connurent une semblable cassure. Leur conflit avec le pouvoir ne fut pas sanglant, leur vie fut rarement en danger ; mais l’harmonie de leur développement intellectuel et de leur vie intérieure fut irrémédiablement compromise. Érasme, homme de paix, n’eut pas sur ces existences des effets apaisants.

34Heidelberg.

Notes

1 Milagros Ortega Costa, Proceso de la Inquisición contra Maria de Cazalla, Madrid, 1978. Cfr Marcel Bataillon, Erasmo y Espana, pp. 178-211, Madrid, 1983.

2 Je me réfère ici aux résultats de mes recherches sur la réception italienne d’Érasme, illustrés dans un livre en cours de publication : L’eresia di Erasmo, 1520-1580. L’Italia di margini della Riforma.

3 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, I ragionamenti overo Colloqui famigliari di Desiderio Erasmo Roterodamo (il s’agit d’un exemplaire mutilé de l’édition publiée « in Vinegia, nella Bottega di Vincenzo Valgrisi, M.D.XLIX ») ; Rotterdam, Gemeente Bibliotheek, Apophthegmatum, sive scite dictorum libri sex, Venetiis per Melchiorem Sessam, Anno Domini MD.XXX., Mense Iulio.

4 Parme, Biblioteca Palatina, Palat. 3728, De recta latini graecique sermonis pronunciatione (il s’agit probablement d’un exemplaire mutile de l’édition de Toscolano, Alexander de Paganinis, vers 1530).

5 Arezzo, Biblioteca Comunale, Opus de conscribendis epistolis, Venetiis, undecimo cal. Iun. Anno Domini M.D.XXVIII.

6 Ibidem.

7 Naples, Biblioteca dei Gerolimini, C.25.1.37, De duplici copia verborum ac rerum, commentarii duo, Apud Sebastianum Griphium, 1540. Le texte du poème est le suivant : « Fuccarus haud unquam convectis undique gazis / Orbe pererrato tôt cumulavit opes, / Cum gemmas aurique modum perquirit inanem / Et bis Sarrana vellera tincta manu, / Quot simul in chartas modicas congessit E[rasmus] / Munera perlongum non peritura diem. / Si malis animum corpus quam ornare superbum, / Hunc sequere, et totus sordeat ille tibi. »

8 Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, R.G. Neolat. II.87, De duplici copia verborum ac rerum commentarii duo, Venetiis in aedibus Georgii de Rusconibus, eiusdem et Nicolai Zopini Vincentii quoque sociorum... impensa, Anno Domini M.D.XX. Die XII. Aprilis.

9 Je me permets de renvoyer le lecteur intéressé au dernier chapitre de mon livre cité ci-dessus, n. 2.

10 Rovigo, Archivio della Curia Vescovile, Cause Criminali, b.4, Inquisitio de heresi contra Matheum Ritium de Corneto, 1569.

11 Forli, Biblioteca Romagnola Piancastelli, Sala O, De Gregori 101. A, Enchiridion militis christiani saluberrimis praeceptis refertum, Venetiis per Gregorium de Gregoriis, expensis vero Laurentii Lorii de Portesio, anno 1523, Die VI. Febr.

12 Florence, Biblioteca Nazionale, Collezione Guicciardini, Ratio seu methodus compendio perveniendi ad veram theologiam, Venetiis per Gregorium de Gregoriis, sumptibus vero Laurentii Lorii, Anno M.D.XXII. 15 Novembr.

13 Venise, Biblioteca Marciana, 57.D.193, De ratione conscribendis epistolis, Venetiis, per Nicolaum Zopinum Ferrariensem, Anno Domini 1526, mense Decemb.

14 Cesena, Biblioteca Malatestiana, 111.6 (1), De immensa Dei misericordia, Venetiis per Ionnaem Antonium et Fratres de Sabio, sumptibus vero Laurentii Lorii ac Baptiste de Putellettis sociorum, Anno MDXXVI, Mense Maio.

15 Cfr par exemple Ad exhortationem Alberti Pii Carporum Principis responsio (Alberti Pii Carporum Comitis... Tres et viginti libri in locos lucubrationum varianum Des. Erasmi Roterodami, Venetiis, in Aedibus Lucaeantonii Iuntae Florentini Anno Domini M.D.XXXI. Nonis Septembris), f.36v (= 42).

16 Modène, Archivio di Stato, Inquisizione, b.2, Contra Dominum Ioannem Bertarium. Cfr aussi Tommasino Bianchi, nommé Lancillotti, Gronaca modenese, Monumenti di storia patria delle provincie modenesi, Sérié delle cronache, vol. VII, pp. 27-31, 33-34, 36, Parme, 1862-1884.

17 L.B., VII, **3v.

18 Pier Paolo Vergerio, Le otto defe[n]sioni, [Bâle 1160], fiiir-fiiiir. Cfr sur le cas Vergerio, Anne Jacobson Schutte, Pier Paolo Vergerio : The Making of an Italian Reformer, Genève, 1977.

19 Vergerio, Le otto defensioni, bviiir. Pour la diffusion des livres d’Érasme parmi les paroissiens de Vergerio, cfr Venise, Archivio di Stato, Sant’Ufficio, b.4, 1548, De Capo d’historia, f.l2r, 12 décembre 1548, Pro Christophoro Claudii barbitonsore (« Questo Testamento Novo tradotto in volgare con una epistola d’Erasmo in principio... hebbi da Monsignor nostro, et per essere informato della verità delle cose che si denno credere, et esser aiutato se fussi in qualche errore »), et f. 15r-v, 28 décembre 1548, Pro presbitero Francisco Pellizario (« Ho letto le Paraphrasi d’Erasmo et le ho imprestade a Merigo de Sabini »).

20 L.B., V, 26E-F.

21 Rovigo, Archivio della Curia Vescovile, Cause Criminali, b.3, Luigi Groto, ff. lr-6r, 8r-v. L’édition de ce document par Giovanni Mantese et Mariano Nardello (Due processi per eresia : La vicenda religiosa di Luigi Groto, il « Cieco di Adria », e della nobile vicentina Angelica Pigaffetta-Piovene, Vicenza, 1974) est textuellement douteuse ; mais elle est utile pour la reconstruction de la biographie de Groto.

22 Document cité, f. 7r. Groto déclara pourtant qu’il n’avait pas fait écrire sur le livre la phrase « Hic Herasmus dignus est igne devoto ». « Io ho fatto scrivere » tel son témoignage « Hic Herasmus est dignus de igno », et poi seguitava « de votis », perché è forza che tratti qualche cosa de votis ».

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search