Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Deuxième partie. Syncrétisme et diversité : la médecine au XVIIIe siècle

Chapitre III. Ombres et lumières : le personnel médical du pays de Liège

Texte intégral

  • 1 Au moment de sa fondation, le Collège des médecins loue une salle de réunion au couvent des Dominic (...)
  • 2 Léonard-Joseph Bimy (préfet) ; Jean-Baptiste Bocqueau, Gilles-François Loncin et Edmond Nessel (méd (...)

1Le mercredi 15 avril 1699, le Collège des médecins tient, dans une salle du couvent des Dominicains1, sa première assemblée plénière. Il donne en cette circonstance le coup d’envoi d’une longue série de réunions bimensuelles qui ne prendra fin, en 1794, qu’avec l’entrée à Liège de l’armée de Jourdan et le démantèlement du régime corporatif. Une fois désigné le bureau du Collège2, la première tâche de la nouvelle institution consiste à recevoir les praticiens actuellement en fonction :

  • 3 C’est-à-dire cinq florins brabant.
  • 4 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.

“Tous les Médecins dans nôtre Ville & Banlieuë, qui professent présentement, de même que tous les Apoticaires et Chirurgiens, devront [...] être enregistrez au bout d’un mois [après la promulgation du règlement], en passant le Serment [...] et donneront pour cela un florin d’or3, à peine d’être suspensez de la pratique, & être traitez comme contraventeurs à nos Ordonnances”4.

  • 5 La réception des praticiens se fera au cours des séances suivantes : 15 et 17 avril 1699, 15 mai et (...)
  • 6 A.E.L., Métiers, 284, p. 7.

2Première photographie du personnel médical liégeois. Il faudra plus d’un an pour la constituer : ce n’est qu’au premier juin 1700, en effet, qu’elle sera clôturée5 et que le Collège sera officiellement installé6. Quelques mois plus tard, le 24 septembre de la même année, le Collège fait passer le premier examen d’accession a la maîtrise. Jacques Chabot est reçu chirurgien de la Cité ; en tant que fils de maître, ses droits de réception s’élèvent à 58 florins brabant. Symboliquement, cette première réception marque la fin d’une période de transition. Par la suite, les activités du Collège prennent un nouveau rythme, marqué par l’accueil régulier des médecins, des chirurgiens et des apothicaires qui désirent exercer leur art à Liège. Le 28 octobre 1700, jour de la saint Luc, les praticiens rendent les derniers hommages à Jean Marnette, premier chirurgien liégeois qui meurt sous le régime du Collège des médecins.

3Une année de transition : celle-ci s’explique aisément par la difficulté de faire reconnaître, aux yeux de tous les praticiens, l’autorité nouvelle du Collège. L’ordre d’inscription des praticiens en activité le révèle clairement. Si l’on distingue les deux périodes de réception (15 et 17 avril 1699 d’une part, 13 mai et 1er juin 1700 d’autre part) au cours desquelles les praticiens furent inscrits, le déséquilibre est manifeste :

Tableau II.1. Réception au Collège des médecins des praticiens en activité (1699-1700)

Tableau II.1. Réception au Collège des médecins des praticiens en activité (1699-1700)

Sources : A.E.L., Métiers, 287, p. 1-8.

4A peine 23 % (19 sur 84) des praticiens sont inscrits la première année. Parmi eux, une majorité de médecins (13 sur 19), quelques pharmaciens et un seul chirurgien, Laurent Malpais, qui venait d’être désigné comme assesseur du Collège. Ce n’est qu’un an après la création du Collège que la majorité des apothicaires (30) et des chirurgiens (20) consentiront à payer leur droit d’inscription et à prêter le serment d’obédience au nouveau règlement. Il aura fallu faire preuve d’indulgence : aucun des retardataires ne sera tenu de payer l’amende prescrite par le règlement, et leur droit d’entrée sera maintenu aux cinq florins initialement prévus.

  • 7 En 1687, le numerus clausus de 28 chirurgiens est établi sur base des praticiens en activité à cett (...)
  • 8 La date de réception est inconnue pour 3 des 21 chirurgiens.
  • 9 27 chirurgiens en 1740, 27 en 1760 et 29 en 1770 (Nomina medicorum, pharmacopeorum, chirurgorum col (...)
  • 10 Aucune différence significative de génération n’est perceptible entre ceux qui se font recevoir en (...)

5Encore est-il vraisemblable que tous ne se soient pas présentés, dès 1699 ou 1700, au Collège des médecins. Les 21 chirurgiens, surtout, semblent sous-évalués. En effet, en 1687, on en compte 28 dans la Cité et banlieue7. Or, parmi ceux qui se sont fait recevoir entre 1699 et 1700 au Collège des médecins, 7 au moins ont obtenu leur diplôme après 16878. Donc, si l’on admet qu’il n’y avait que 21 chirurgiens en activité au 1er juin 1700, il faut admettre en même temps que 40 % des praticiens (14 sur 35) sont morts ou ont quitté la Cité entre 1687 et 1700. Cette décroissance des effectifs est d’autant moins probable que toutes les autres “photographies” du personnel médical liégeois que l’on conserve donnent un nombre de chirurgiens approchant le numerus clausus de 289. La suprématie des médecins au sein de la nouvelle institution explique qu’ils ont manifesté moins de résistance à accepter la législation de 1699. D’emblée, près de la moitié d’entre eux se rallie à l’autorité du Collège10. Mais la majorité des apothicaires et la quasi-totalité des chirurgiens ne se font recevoir qu’un an après. Leur hostilité ou leurs réticences provoquent une année de discussions et, selon toute vraisemblance, d’âpres négociations qui conduisent à modifier certains aspects du règlement perçus comme trop contraignants. Les trois ordonnances rectificatives successivement promulguées au cours de l’année 1700 révèlent l’enjeu de ces discussions et les concessions qui permirent d’apaiser le conflit.

  • 11 Cfr les commentaires concernant la Compagnie des saints Cosme et Damien, chapitre I. “L’héritage mé (...)
  • 12 Ordonnance du 15 février 1700, op. cit., p. 55. Rappelons que le règlement prévoit 4 médecins-asses (...)
  • 13 Ibidem, p. 54.

6La plupart des prescriptions de ces nouvelles ordonnances peuvent être considérées comme une atténuation du double principe de l’exclusivité des pratiques et de la suprématie des médecins. Autre chose est, en effet, pour les chirurgiens, d’inviter quelques médecins à participer à l’évaluation des savoirs dans le cadre d’une confrérie dont ils gardent la maîtrise11 ou d’accepter, au sein du Collège, la mise sous tutelle médicale de leur profession. Dès le 15 février 1700, justice est rendue à leurs réclamations. Dorénavant, “dans les difficultez qui surviendront au regard de la Chirurgie, le président dénommera deux autres Chirurgiens pour donner leur sentiment avec les Consulteurs du Collège”12. Une disposition strictement analogue est prise en faveur des pharmaciens13.

7Souci de rééquilibrage : il ne s’agit pas de multiplier le nombre des assesseurs, ni de changer l’ordre des préséances mais, lorsque se discutent des problèmes spécifiques à telle profession, d’assurer une participation égale de ses représentants et des médecins. Concession accordée aux chirurgiens encore, lorsqu’il leur est autorisé, sous certaines conditions, de s’aventurer dans un domaine formellement réservé aux médecins :

  • 14 Ibidem, p. 54-55. L’article concernant les maladies vénériennes est encore modifié par l’ordonnance (...)

“Les Chirurgiens pourront traiter les Maladies Vénériennes, indépendamment des Médecins & des Apoticaires. Il sera permis aux Chirurgiens, qui en seront jugez capables par le Collège, par un Examen qu’ils auront à subir là dessus, & nullement à d’autres, de prescrire des remèdes internes convenables dans la Cure des maux externes & du ressort de la Chirurgie”14.

8Les ordonnances rectificatives n’innovent pas. Elles entament cependant la cohérence institutionnelle du règlement de 1699 et autorisent le maintien d’habitudes prises de longue date. Les cures anti-vénériennes — qui supposent à la fois l’intervention du médecin et du chirurgien — constituent un des aspects les plus lucratifs de la distribution de soins. Une pharmacopée colorée et sans cesse changeante, faite d’un nombre indéfini de spécifiques et de remèdes secrets, alimente l’espoir de se débarrasser d’une maladie qui, en même temps qu’elle conduit à la mort, dessine sur le corps de ses victimes les figures de la honte. Tous distribuent ces remèdes : médecins, chirurgiens, mais aussi empiriques ou charlatans. Il paraît difficile d’exclure les chirurgiens de ce marché florissant. De plus, l’autonomie laissée au chirurgien est une garantie de discrétion pour le patient qui pourrait être rebuté par la nécessité d’impliquer trois personnes — médecin, chirurgien et pharmacien — dans la cure d’une maladie qu’il cherche avant tout à dissimuler.

9Et s’ouvre ainsi une autre voie qui différencie certains chirurgiens jugés aptes à compléter le traitement chirurgical par la prescription de remèdes internes. Cette concession — mesure d’exception justifiant un nouvel examen du Collège — semble accordée de mauvaise grâce. Elle contredit en effet l’ordre hiérarchique du principe de complémentarité thérapeutique institué par le règlement de 1699. Théoriquement, lorsque la guérison d’une maladie requiert le concours de la médecine et de la chirurgie, la logique du traitement suppose l’intervention préalable du médecin. Ici, l’ordre des prescriptions s’inverse, en même temps qu’une plus grande autonomie thérapeutique est offerte au chirurgien.

10Sous les apparences d’une dérogation exceptionnelle, cette mesure révèle les limites de la législation de 1699. Pour des raisons à la fois pratiques et économiques, la distinction des qualifications est difficilement applicable au quotidien. Rares sont les patients suffisamment nantis pour se permettre l’assistance d’un médecin et d’un chirurgien. De plus, l’évolution des pratiques chirurgicales, leur inscription progressive dans un environnement intellectuel plus exigeant, renouvelle les données du pouvoir professionnel. Les chirurgiens étaient les maîtres incontestés de la Compagnie des saints Cosme et Damien. Au sein du Collège des médecins, ils ne sont plus qu’un corps secondaire, soumis au contrôle et à l’autorité médicale. Ainsi, dans un même mouvement, la promotion intellectuelle de l’art de la chirurgie entraîne la sujétion professionnelle des chirurgiens. Impossibilité concrète de respecter à la lettre les prescriptions du règlement de 1699, conflits de pouvoir et rivalité de corps : tous ces éléments gangrènent, dès l’origine, la fragile architecture professionnelle mise en place par le Collège des médecins.

***

  • 15 Marcel Florkin, La législation.... op. cit., 1964, p. 128 et Jean-François Angenot, op. cit., 1983, (...)

11A partir de l’année 1700, la succession régulière des actes de réception au Collège des médecins permet de réaliser une analyse longitudinale du personnel médical. Mais au préalable, se pose un problème de circonscription géographique. Les quelques auteurs qui se sont penchés sur l’histoire du Collège médical ont décrit une législation qui était supposée s’étendre à l’ensemble du pays de Liège15. En effet, le règlement de 1699 prévoit la réception éventuelle de praticiens qui résident dans le plat-pays et qui ne souhaitent pas exercer leur art à Liège. Mais ce n’est que très progressivement que le Collège tente d’étendre son autorité à l’ensemble de la principauté. A l’origine, il est institué pour réglementer l’exercice des professions médicales dans la ville de Liège. Pendant tout le xviiie siècle, seuls les praticiens urbains — ceux qui payent la totalité des droits de réception — seront considérés comme des confrères à part entière.

  • 16 Etienne Hélin a établi que la banlieue de Liège, en termes de géographie humaine, ne correspondait (...)

12D’emblée, la distinction entre la ville et le plat-pays s’impose et justifie des exposés séparés. Mais que faut-il entendre par le mot “ville” ? Dans le préambule au règlement de 1699, Joseph-Clément de Bavière invoquait la “Cité, Fauxbourgs & Banlieue”. Il ne faut pas prendre, cependant, cette expression au pied de la lettre et considérer que le contrôle du Collège des médecins s’exerce, au-delà des faubourgs, sur cet ensemble hétéroclite de 25 000 hectares, composé en majorité de localités rurales et que l’on appelle, sous l’Ancien Régime, la banlieue16.

  • 17 Lorsque la mention n’est pas explicite, l’analyse du montant des droits de réception permet toujour (...)
  • 18 Ordonnance du 24 novembre 1757, A.E.L., Métiers, 285, p. 230-243. Tous les praticiens urbains y son (...)
  • 19 Par exemple, Joseph-Henri Ancion, reçu médecin du plat-pays le 3 octobre 1781 et exerçant son art à (...)
  • 20 Etienne Hélin, op. cit., p. 17-30.

13Les actes de réception conservés dans les registres du Collège des médecins permettent de distinguer les praticiens qui sont reçus “pour la ville” et “pour le plat-pays”, les premiers étant ceux qui payent la totalité des droits de réception, qui appartiennent dès lors pleinement au Collège des médecins et qui sont susceptibles de participer à son fonctionnement17. L’expression “pour la ville” indique bien que l’on désigne par là le périmètre urbain de Liège et non la banlieue. Ainsi, lorsque le 24 novembre 1757, un nouveau tarif des réceptions est adopté par le Collège, il est stipulé que “ceux qui, étant admis à professer [...] dans le plat-pays, voudront professer leur Art dans la Capitale & Fauxbourgs [c’est nous qui soulignons], payeront pour être admis, selon la taxe ci-dessus, en diminuant et tenant à compte ce qui aura été payé par eux pour leur Admission à professer dans le plat-pays”18. Par ailleurs, lorsque l’on possède des indications plus précises sur le lieu de résidence (148 cas sur 1391), il s’agit toujours de praticiens reçus pour le plat-pays, même dans le cas de localités comme Fléron ou Chênée, par exemple, qui font partie de la banlieue19. C’est donc de la ville qu’il s’agit, c’est-à-dire, comme Etienne Hélin l’a montré, des 33 paroisses qui constituent la Cité et les faubourgs de Liège20.

***

14La première question qui se pose est, bien entendu, celle du nombre. Combien de chirurgiens, de pharmaciens, de médecins et de sages-femmes ont exercé leur art dans la ville et le plat-pays au cours du xviiie siècle ? En l’absence de données systématiques concernant la durée des carrières, la seule unité d’emblée utilisable est la date d’admission au Collège des médecins. Acte de réception qui fait suite à l’examen ou, pour les apprentis et les médecins, simple formalité d’admission, la mention des praticiens dans les registres du Collège permet de reconstituer le mouvement annuel des entrées dans la sphère de la “médecine officielle”.

  • 21 Cfr à ce sujet : annexe, p.

15Outre la distinction entre les réceptions “pour la ville” et “pour le plat-pays”, plusieurs catégories de praticiens doivent être envisagées séparément. L’ensemble des médecins, des chirurgiens et des pharmaciens, tout d’abord, constitue l’axe principal autour duquel s’organisent les activités du Collège et le contrôle des pratiques. La moitié (49.89 %) des actes de réception les concernent. De plus, les diverses catégories d’apprentis (38.39 %) se rapportent aux mêmes individus. Quant aux admissions de sages-femmes, elles représentent moins de 6 % des actes. Enfin, un ensemble de qualifications non prévues par le règlement de 1699 (“pour la saignée”, “pour appliquer les ventouses”,...)21 et que l’on peut regrouper sous l’étiquette “autorisations”, constitue moins de 6 % du total des actes de réception.

Tableau II.2. Catégories d’admission au Collège des médecins (1699-1794)

Tableau II.2. Catégories d’admission au Collège des médecins (1699-1794)

16La première catégorie, celle des médecins, des chirurgiens et des pharmaciens, constitue le personnel médical au sens strict La plus grande partie du règlement de 1699 les concerne et, s’ils sont reçus pour la ville, leurs représentants sont susceptibles de participer — comme assesseurs — à la gestion du Collège. A considérer, tout d’abord, les variations annuelles des admissions de praticiens “pour la ville”, il ne semble guère y avoir d’évolution très marquée au cours du xviiie siècle (Graphique II. 1).

Graphique II.1. : Réception des médecins, chirurgiens et apothicaires de ville (1700-1794)

Graphique II.1. : Réception des médecins, chirurgiens et apothicaires de ville (1700-1794)
  • 22 u=6.12
  • 23 La tendance moyenne annuelle (a) atteint à peine la valeur de 0.01.
  • 24 Le 10 mars 1740, une ordonnance de Georges-Louis de Berghes “rafraîchit” le règlement de 1699 et té (...)

17Le profil en dents de scie de la courbe est lié à la petitesse des effectifs annuels. Avec une moyenne de 3.45 réceptions par an, la moindre modification se traduit par une nette hachure du graphique. C’est pourquoi, malgré l’importance du résidu quadratique moyen22, la droite de tendance révèle avec fidélité la très légère propension à la hausse du renouvellement annuel des effectifs médicaux liégeois23. La brusque augmentation de 1740 n’est pas l’indice d’une modification des comportements, mais, simplement, de la régularisation de la situation de quelques chirurgiens et de quelques apothicaires qui avaient tardé à se faire recevoir24. La montée des effectifs est, par ailleurs, compensée par la diminution qui se marque les années suivantes. Le regroupement des données par tranches de 5 ans, parce qu’il diminue l’impact des variations purement circonstancielles, donne une meilleure idée du mouvement général. En outre, il permet de confronter graphiquement l’évolution des trois professions.

Tableau II.3. et graphique II.2. : Réception des médecins, des chirurgiens et des apothicaires de ville au Collège des médecins (1700-1794)

Tableau II.3. et graphique II.2. : Réception des médecins, des chirurgiens et des apothicaires de ville au Collège des médecins (1700-1794)

18Le pic de 1740 est rendu insignifiant par le regroupement, alors que la tendance à l’augmentation se concentre, pour les médecins et les apothicaires, entre les années 1780 et 1789. Le numerus clausus des chirurgiens freine les variations vers le haut de la courbe des admissions de ces praticiens. A partir de 1790, la chute de chacune des trois courbes s’explique par le contexte politique et militaire des années de révolution. Les quatre années de troubles qui suivent la journée du 18 août 1789 ne sont évidemment pas propices au fonctionnement régulier des institutions.

  • 25 En 1740, 1767, 1770, 1784 et 1788. Leur réception est toujours une mesure d’exception imposée par l (...)
  • 26 r = 0.293 pour la corrélation des médecins et des chirurgiens,
    r = 0.452 pour la corrélation des méd (...)

19Chacune des trois professions est représentée de manière à peu près équivalente (37 % de médecins, 30 % de chirurgiens et 33 % de pharmaciens sur l’ensemble des 328 praticiens). La légère sous-représentation des chirurgiens s’explique encore par le numerus clausus : au cours du xviiie siècle, 7 chirurgiens surnuméraires seulement seront reçus au Collège des médecins25. On ne distingue aucune tendance divergente bien marquée dans l’évolution du recrutement des trois professions. Une corrélation légèrement positive ou presque nulle témoigne de cette absence relative de régularité26.

20La caractéristique la plus manifeste des courbes du graphique II.2 est leur variabilité, qui n’est pas rendue négligeable par l’organisation des séries en tranches de cinq ans. L’effet de grossissement des écarts de la courbe annuelle (graphique II. 1) n’est pas entièrement résorbé et le recrutement du personnel médical subit des variations dans lesquelles on ne reconnaît aucune régularité constante. Cette situation traduit la fragilité institutionnelle de la médecine officielle. Lorsque n’existe aucune structure locale d’enseignement en dehors de l’univers clos et contraignant de l’apprentissage et lorsque les droits de réception au Collège des médecins représentent un investissement aussi considérable, le flux des entrées dans la profession est nécessairement aléatoire. Par ailleurs, le contrôle du Collège peut, suivant les époques, se faire plus ou moins vigilant. En un temps où les structures officielles de l’art de guérir, à peine instituées, sont sans cesse menacées d’être débordées par les praticiens illégaux, le moindre relâchement dans l’attention du Collège peut avoir des conséquences sur le rythme des réceptions. Si l’obligation de se faire recevoir ne s’accompagne pas d’une surveillance scrupuleuse, pourquoi ne pas tenter de postposer une cérémonie contraignante — tout au moins pour les chirurgiens et les pharmaciens — et onéreuse ?

21Pendant tout le siècle, d’innombrables requêtes adressées au prince témoignent de la réticence des praticiens. Lorsque, pressés de se faire inscrire, ils ne parviennent plus à déjouer l’attention du Collège, ils en appellent à la bienveillance du souverain. C’est le cas, par exemple, de Jean-François Deblier, qui, en 1736,

  • 27 A.E.L., Conseil Privé, 1089.

“vient remontrer en très profond respect qu’il a resté quatre ans chez Demeste, votre premier chirurgien, pour y faire ses apprentissages, et puis un an à Paris, pour y achever ses cours de Chirurgie [...]. Or, comme le très humble remontrant réside présentement à Liège, et qu’il se trouve molesté par le Collège des médecins, à ces causes il se prosterne très respectueusement aux pieds de Votre Altesse pour la supplier, aiant favorable attention que ses père et mère chargés d’un grand nombre d’Enfans qu’ils entretiennent aux Etudes, ne sont pas en état de fournir aux Droits de la Caisse, de luy rémissionner les dits droits [...], se soumettant aux examens ordinaires”27.

22La requête de Jean-François Debiter sera entendue. Le prince lui accorde la dispense des droits et il est reçu chirurgien le 26 septembre 1736. Heureux dénouement, mais qui illustre surtout les difficultés du Collège à faire valoir son autorité, même auprès de ceux que leur formation situe d’emblée dans la communauté des praticiens “officiels”. Dans ces conditions, il suffit que l’attention des assesseurs faiblisse ou se fasse plus aiguë pour expliquer en partie les oscillations du mouvement annuel des réceptions.

23Ainsi, on peut invoquer des explications de nature à la fois contingente et structurelle pour rendre compte des irrégularités du rythme des admissions au Collège. En regardant la situation de plus haut et en ne considérant que les moyennes séculaires, il reste que la population médicale de la ville se renouvelle grâce à l’apport d’à peu près un pharmacien, un chirurgien et un médecin par année. Sauf à la fin du siècle où la croissance des médecins semble l’emporter, il n’existe pas de déséquilibre significatif entre les trois professions. Chacune tend à se reproduire ou à se perpétuer dans des proportions équivalentes et, faut-il le souligner, selon une cadence particulièrement lente.

***

24L’étude du mouvement séculaire des admissions au Collège des médecins et celle des effectifs globaux de praticiens donnent une idée sommaire de l’amplitude des mécanismes de renouvellement. Mais qu’en est-il de la présence médicale effective ? Quel est, au xviiie siècle, le nombre de médecins, de pharmaciens et de chirurgiens auxquels peuvent recourir les habitants d’une ville de moyenne importance comme Liège ? Ce nombre varie constamment, bien entendu. Il est modifié par l’arrivée, le départ ou la mort de chaque praticien. On peut cependant s’en approcher grâce à la notion d’“année-pratique”. L’unité de compte n’est plus le praticien, mais les années pendant lesquelles il est supposé avoir exercé son art dans la circonscription considérée. En connaissant la période d’activité des individus recensés, il est possible de reconstituer, année après année, le contingent des praticiens en activité. Il s’agit d’une approximation, puisque les praticiens inscrits ou décédes dans l’année sont comptabilisés comme étant en activité pendant toute l’année. De plus, la notion de “présence effective” est, elle aussi, sujette à caution, puisqu’elle ne tient pas compte de la nature de l’activité. Peut-on, par exemple, considérer comme équivalentes la présence d’un jeune chirurgien et celle d’un praticien âgé qui, arrivant en fin de carrière, restreint le nombre de ses visites ? L’évaluation statistique procède toujours par simplifications : telle est sa limite, mais aussi sa force puisqu’elle offre des indicateurs d’une réalité qui, sans elle, resterait inaccessible.

  • 28 Le total de 413 fiches est supérieur au total considéré lors de l’étude des actes de réception (328 (...)
  • 29 200 individus. On peut considérer que les praticiens pour lesquels on connaît la date de décès ont (...)
  • 30 53 praticiens sur 413. Puisque ces praticiens sont toujours en activité à Liège après la disparitio (...)
  • 31 A.E.L., Métiers, 285, p. 549-556 et 286, [p. 1-8] ; Almanach des praticiens, où l’on trouve les Nom (...)
  • 32 Le détail de ces calculs est exposé dans : Carl Havelange, La population médicale de la région liég (...)

25Par ailleurs, les lacunes de la documentation ne permettent pas de calculer la durée de la carrière de chacun des praticiens. Cette donnée n’est connue que dans 61 % des cas (253 sur 413)28, soit que l’on connaisse la date de décès du praticien29, soit que l’individu ait pu être repéré dans une liste nominative du début du xixe siècle30. La confrontation de ces données lacunaires avec les listes nominatives que l’on possède pour quelques années du xviiie siècle31 nous a permis de calculer, pour chaque profession, un multiplicateur qui donne, à partir de la population des praticiens dont on connaît la durée de carrière, une évaluation fiable de la présence médicale annuelle au xviiie siècle32.

Tableau II.4. Evaluation des effectifs annuels du personnel médical liégeois (tableau résumé)

Tableau II.4. Evaluation des effectifs annuels du personnel médical liégeois (tableau résumé)

26En moyenne, 31 pharmaciens, 28 chirurgiens et 25 médecins : tel est l’ordre de grandeur auquel on peut se tenir, en tenant compte d’une légère et progressive augmentation du nombre des médecins. C’est aux alentours de 1740 que se confirment les mouvements d’ensemble : stabilisation du nombre des apothicaires et tendance à l’augmentation de celui des médecins. On peut donc considérer deux époques principales au cours desquelles les moyennes annuelles des effectifs médicaux sont sensiblement différentes.

  • 33 “Ensemble” = médecins, apothicaires et chirurgiens.

Tableau II.5. Population médicale moyenne dans la ville de Liège (1705-1790)33

Tableau II.5. Population médicale moyenne dans la ville de Liège (1705-1790)33
  • 34 Ordonnances du 3 décembre 1736 (A.E.L., Métiers, 284, p. 149) et du 12 mars 1740 (op. cit.).
  • 35 Nous utilisons le chiffre moyen de 55.000 habitants établi par Etienne Hélin (La population des par (...)

27L’institution du Collège des médecins et la réorganisation des professions médicales n’a pas eu pour effet de modifier considérablement le nombre des praticiens urbains. Entre le début et la fin du siècle, on discerne un léger gonflement des effectifs, mais on ne change pas d’échelle. Par ailleurs, les modifications qui se font sentir à partir des années 1740 sont en partie liées à deux ordonnances qui, en renouvelant le règlement de 1699, témoignent d’un souci de contrôle plus vigilant de la part du Collège34. Ainsi ne faut-il pas accorder une trop grande importance aux transformations qui se font sentir aux alentours de la moitié du siècle. Elles témoignent tout autant d’une plus grande régularité des mécanismes de contrôle que d’une augmentation réelle des chiffres de population médicale. On peut maintenant, sur la base des chiffres du tableau II.5, calculer les taux de médicalisation de la ville, en tenant compte d’un nombre approximatif de 55.000 habitants35.

  • 36 Les taux de médicalisation représentent le nombre de praticiens pour 10.000 habitants.

Tableau II.6. : Taux moyens de médicalisation de la ville de Liège (1705-1790)36

Tableau II.6. : Taux moyens de médicalisation de la ville de Liège (1705-1790)36

28En comparaison avec d’autres villes à la même époque, on reconnaît d’emblée la sur-représentation des médecins et des pharmaciens, qui sont, à Liège, à peu près aussi nombreux que les chirurgiens.

Tableau II.7. Taux de médicalisation de quelques villes à la fin du xviiie siècle

Tableau II.7. Taux de médicalisation de quelques villes à la fin du xviiie siècle

Sources : Jean-Pierre Coubert, Malades et médecins en Bretagne (1770-1790), Rennes, Université de Haute Bretagne, 1974, p. 477 et 478 ; Daniel Roche, Le siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, t. II, Paris-La Haye, Mouton, 1978, p. 348-349 ; Claude Bruneel, Un problème de gouvernement : le pouvoir face à l’épidémie de fièvre putride à Bruxelles en 1772-1773, dans Arthur E. Imhof (éd.), Mensch und Gesundheit in der Geschichte, Husum, Matthiesen Verlag, 1980, p. 201.

  • 37 Les villes les plus importantes, en termes de nombre d'habitants, ne sont pas nécessairement celles (...)

29La vocation métropolitaine de Liège n’est pas étrangère à ce phénomène. Le nombre d’habitants n’est qu’une composante de la hiérarchie urbaine37. Capitale administrative et pôle d’attraction économique, Liège bénéficie d’une présence médicale relativement mieux affirmée.

  • 38 Cfr par exemple, A.E.L., Métiers, 286, p. 228 (séance du 24 avril 1785). Un florin-brabant correspo (...)
  • 39 Le prix de la visite est alors doublé (ibidem).
  • 40 “Nous sommes d’avis que le voïage d’un chirurgien à une lieue de Distance mérite un escu quand il e (...)
  • 41 “Chaque pansement doit être taxé pour les dix premiers jours à 2 escalins y compris les médicaments (...)

30Mais la stabilité relative des taux liégeois confirme l’idée selon laquelle le Collège des médecins ne se fait pas l’instrument actif d’une politique de médicalisation. Les praticiens ne sont guère plus nombreux à la fin du siècle qu’ils ne l’étaient au début. Environ un médecin, un chirurgien et un pharmacien pour 2 000 habitants : dérisoire à l’échelle du xxe siècle, cette proportion est cependant plus qu’honorable à une époque où seule une minorité d’individus est en mesure de recourir aux services du personnel médical. En ville, la visite d’un chirurgien coûte environ 1 florin brabant38, cette somme étant augmentée lorsqu’il s’agit d’une visite de nuit39 ou lorsque le chirurgien doit se déplacer40. Or, le traitement chirurgical ne se limite jamais à une seule visite. La réduction d’une fracture, le traitement d’une plaie, peuvent exiger une longue série d’interventions quotidiennes ou hebdomadaires, par exemple pour remplacer un pansement41. Ainsi, le coût total d’une cure peut être considérable. Portées devant le Collège des médecins, les contestations d’honoraires ne sont pas rares ; elles donnent la mesure des prix que peut atteindre un traitement de quelque importance. En 1751, par exemple,

  • 42 A.E.E., Métiers, 285, p. 121 — séance du 16 avril 1751.

“Un garçon de 14 ans fut Blessé à [...] l’os du front avec un gros cloux de 3 pouces et demi de longueur fixé au bout d’un bâton, en sorte que le chapeau lui restat cloué sur la teste ; après différentes tentatives on parvint à arracher le cloux ; le chirurgien qui fut mandé quelque temps après trouva le doux cassé nettement et nouvellement à 6 ou 7 lignes de sa pointe [...]. On se contenta de dilater les téguments de la petite plaie et de la panser selon les règles de l’art [...] Le 17è jour la plaie fut assez [dilatée] pour y introduire le bout du doigt avec lequel on toucha le doux, ce qui fit résoudre à faire l’incision cruciale et à proposer l’opération du trépan, après avoir ruginé inutilement à l’os à l’entour du doux pour tacher de le saisir avec la pincette”42.

31L’opération réussit et le malade guérit grâce aux soins attentifs de son chirurgien pendant les trois mois qui suivirent. Interrogé sur la question de savoir à quel prix peut être tarifée cette longue cure, le Collège estime que l’opération mérite “quarante escus argent de Liège” (= 160 florins brabant) et les visites qui suivent 20 sous chacune. Au total, cela représente plus de 200 florins brabant L’opération, certes, était de conséquence, mais la longueur de la cure n’a rien d’exceptionnel. A une époque où le tiers de la population urbaine vit au bord de la mendicité, seule une minorité de nantis peut, dans ces conditions, avoir recours aux praticiens officiels. En cas de maladie, la plupart ne songent même pas à faire appel au médecin ou au chirurgien.

***

  • 43 Les apothicaires, par exemple, ne sont jamais tenus d’exécuter un chef-d’œuvre. Quelques questions (...)

32Les registres du Collège ne gardent la trace d’aucune réception pour le plat-pays avant l’année 1758. Cela ne signifie pas qu’aucun praticien non-urbain ne se soit fait inscrire pendant les soixante premières années d’activité du Collège. Mais leur admission ne fut pas dès l’origine portée aux livres de l’assemblée liégeoise. La réception d’un chirurgien, d’un apothicaire ou d’un médecin du plat-pays n’a ni le même poids, ni la même signification que celle d’un praticien de ville. Simple formalité, accordée à l’issue d’un examen sommaire43, elle ne donne droit à aucun privilège. Une fois reçu, le praticien du plat-pays n’entre pas pour autant dans la communauté du Collège. Il ne participe pas au roulement des assesseurs et aucune messe de requiem ne sera chantée à sa mort. Le titre qui lui est conféré est une simple attestation, susceptible d’assurer sa crédibilité dans le village ou le bourg où il compte exercer son art. S’il souhaite ensuite s’installer à Liège, il devra payer les droits selon le tarif de la ville, mais aussi faire valoir ses compétences en se soumettant à un nouvel examen, beaucoup plus exigeant, auprès des assesseurs du Collège. C’est le cas, par exemple, d’Arnold Werihas qui tente, en 1740, d’infléchir la clémence du souverain :

  • 44 A.E.L., Métiers, 284, p. 205 (18 juin 1740).

“Arnold Werihas, de Melen, remontre très humblement à votre Altesse [...] qu’il a été admis et receu avec pouvoir d’exercer l’art de la chirurgie hors la ville [...], comme il paroit de sa commission [...] en date du 20 février 1732. Que depuis lors il a eu le bonheur de pratiquer en qualité de chirurgien à la satisfaction d’un chacun sans empêchement ni obstacle, que cependant le Collège des médecins prétend aujourd’hui obliger le remontrant à prendre une nouvelle patente et à subir un nouvel examen, sous prétexte qu’étant venu demeurer dans la ville [...] il ne luy seroit pas permis d’y faire le chirurgien”44.

  • 45 A Huy, par exemple, médecins, pharmaciens et chirurgiens sont rattachés au Métier des merciers jusq (...)

33Praticien de seconde zone, l’apothicaire ou le chirurgien du plat-pays ne bénéficie même pas d’une mention au registre du Collège. Cette absence témoigne, à l’évidence, du peu d’intérêt que les praticiens urbains manifestent à son endroit Deux poids, deux mesures ; et deux univers, surtout réellement étrangers l’un à l’autre. Timidement formulée, la prétention du règlement de 1699 d’étendre son autorité à l’ensemble du pays paraît peu réaliste. A l’heure où le Collège rencontre tant de difficultés au cœur même de la Cité, comment pourrait-il s’imposer à l’extérieur ? Pendant les trente premières années de son existence, il n’essayera même pas. La diversité des circonstances locales et l’impossibilité concrète d’une surveillance effective vouent toute tentative à l’échec. Les communautés villageoises ou urbaines gèrent selon leurs propres règles l’accueil des praticiens45 et n’ont que faire, lorsqu’elles les connaissent, des prescriptions qui viennent de la capitale. Quelle autorité pourrait d’ailleurs les contraindre à s’y conformer ? Le seul motif susceptible de porter un praticien rural à se présenter devant le Collège des médecins est le désir d’acquérir un titre dont il pourra se prévaloir. Dans le premier tiers du siècle tout au moins, l’obligation légale n’intervient pour ainsi dire pas.

34Il n’est pas possible d’évaluer le nombre des praticiens du plat-pays reçus au cours des premières décennies du xviiie siècle. Tout au plus pouvons-nous supposer qu’ils furent peu nombreux. Quelques dizaines, sans doute, séduits par le prestige que confère un titre émané du Collège médical. Mais le souci d’exercer un contrôle mieux affirmé sur le plat-pays se fait sentir dès les années 1730. C’est en 1736 que le problème est pour la première fois posé au sein du Collège :

  • 46 A.E.L., Métiers, 284, p. 138-139 — séance du 1er septembre 1736.

“En l’assemblée du Collège des Médecins tenue ce premier septembre 1736, spécialement convoqué et assemblé sur plaintes nous faites au sujet des personnes qui exercent la médecine, pharmacie et chirurgie [dans le plat-pays], Messieurs du Collège, ne pouvant plus souffrir les atteintes et contraventions qui se font journalièrement aux édits et ordonnances des Evêques et Princes de Liège [...] ont recessé d’envoier le sieur Sauveur, maître chirurgien, pour le terme de quatre jours dans les villes et villages du pays de Liège, vouerie de Fléron et comté de Looz a effect de nous rapporter une liste exacte de tous contraventeurs aux susdites ordonnances et règlemens”46.

  • 47 Ibidem, p. 144 (séance du 18 octobre 1736). Ce registre n’a pas été conservé, soit qu’il n’ait pas (...)

35Jeune chirurgien qui venait d’être admis l’année précédente à la maîtrise, Hubert Sauveur sera gratifié d’une somme de 32 florins Brabant pour réaliser cette délicate enquête, dont on imagine aisément les difficultés. On n’en conserve malheureusement pas le compte-rendu. Mais la volonté du Collège se précise : le mois suivant, il décide de faire l’acquisition d’un registre où seront inscrits “les noms des chirurgiens, apothicaires et médecins des petites villes et villages du pays de Liège et comté de Looz qui se feront recevoir en qualité dite”47. L’utilisation du futur est révélatrice et témoigne de la nouveauté des préoccupations du Collège. A la fin de la même année, celles-ci conduisent à la promulgation de la première ordonnance qui renouvelle la législation de 1699 :

  • 48 Ordonnance du 3 décembre 1736, op. cit., p. 699.

“Quoique [...] l’on ait suffisamment pourvu aux inconvénients et suites funestes qui résultent de la profession de ceux qui, sans capacité, sans expérience, et souvent même sans licence d’aucune université, exercent la médecine, la pharmacie ou la chirurgie : nous apprenons néanmoins avec regret que, contraventoirement aux règlements susmentionnés, plusieurs personnes professent impunément, tant dans notre cité, faubourgs et banlieue, que dans les villes et villages de notre pays de Liège et comté de Looz [...], nous avons, à la supplique très humble du Collège des médecins de notre cité, déclaré comme nous déclarons par les présentes de rafraîchir [...] les articles du règlement [...] de l’an 1699, [...] ordonnant à tous ceux qui exercent ou voudront exercer la profession de la médecine, pharmacie ou chirurgie dans notre pays de Liège et comté de Looz de se présenter, ens six semaines de la publication et insinuation des présentes, audit Collège [...] Les chirurgiens et apothicaires qui prouveront actuellement par attestation de la justice du lieu, d’avoir pratiqué et exercé louablement leur art dans notre pays de Liège et comté de Looz, pendant l’espace de dix ans, ne seront obligés à aucun examen, et ne payeront que quatre florins brabant”48.

  • 49 Parfois, la nécessité d’un relais peut prendre la forme d’une délégation de pouvoir à un praticien (...)

36L’attention accordée au plat-pays est incomparablement plus manifeste que dans le règlement de 1699 où elle n’occupait qu’une place secondaire. Le privilège accordé à ceux qui exercent depuis dix ans sans s’être fait recevoir donne la mesure du changement. Si l’inscription des praticiens du plat-pays avait obéi à une quelconque régularité, les contrevenants auraient difficilement pu, dans l’esprit de la loi, bénéficier d’une telle mesure de clémence. A trente ans de distance, l’ordonnance de 1736 se donne pour objectif d’étendre au plat-pays l’expérience de la Cité. Volonté également de ne pas froisser la susceptibilité des autorités locales et de les associer en douceur aux desseins du Collège. Soumettre la réception des praticiens anciennement installés dans le pays à l’approbation de la “justice du lieu”, n’est-ce pas reconnaître à celle-ci — ne fut-ce qu’à titre rétroactif — une compétence que le Collège lui dispute aujourd’hui ? De toute évidence, la seule manière de faire valoir, extra muros, la légitimité de l’institution liégeoise est de s’associer les édilités locales. Sans relais dans le plat-pays, le Collège des médecins n’a aucune chance49.

  • 50 Ordonnance du 10 mars 1740, op. cit., p. 742.
  • 51 A.E.L., Métiers, 284, p. 197 (séance du 12 mars 1740).
  • 52 Cfr les requêtes de plus en plus nombreuses que le Collège adresse au Prince. Par exemple : “Le Col (...)
  • 53 Ibidem, p. 251. En 1760, une nouvelle ordonnance concernant le plat-pays met directement en cause l (...)

37Les prescriptions de 1736 semblent n’avoir pas été suivies à la lettre. En l’absence du registre acquis au mois d’octobre, il est difficile d’être tout à fait affirmatif. Mais, moins de quatre ans plus tard, un édit du prince-évêque renouvelle l’ordonnance de 1736 et témoigne ainsi des difficultés de son application50. Cette fois, deux cents exemplaires seront imprimés et transmis “à tout bailly et officier des baillages, villes et bourgs du pays de Liège et comté de Looz”51. Faute de données statistiques concernant le nombre des réceptions, on ne peut — ici non plus — évaluer avec précision l’impact de l’ordonnance de 1740. Seules quelques indications permettent de reconnaître que la volonté mieux affirmée du Collège d’exercer un contrôle sur le plat-pays se heurte, toujours, aux mêmes obstacles. En 1747, Hubert Sauveur est de nouveau délégué, pour un terme de 12 jours cette fois, à l’effet d’établir la liste des innombrables contrevenants qui exercent leur art dans le pays. A dix années d’intervalle, le problème ne semble pas s’être fait moins aigu. Jusqu’aux portes de la ville — à Herstal, à Chênée, à Fléron, à Jemeppe — les praticiens non patentés jouissent d’une impunité à peu près totale52. Parce que “les officiers de l’endroit n’osent faire leurs devoirs”53, seule l’intervention directe du prince peut, au coup par coup, laisser espérer un changement.

38Mais la détermination du Collège se fait toujours plus précise et ses tentatives ne doivent pas s’interpréter dans les seuls termes de l’échec. Quel qu’en soit le résultat, leur existence même est significative. En manifestant, de manière de plus en plus concrète, la volonté d’étendre son autorité à l’ensemble du pays, le Collège des médecins témoigne d’une évolution de première importance. Héritier des corporations de métiers, dont le seul objectif est de garantir un ensemble de privilèges professionnels spécifiquement urbains, il tend à devenir un instrument beaucoup plus général d’encadrement des professions médicales. Le poids du passé et de la diversité des situations locales reste prédominant, mais l’idée de centralisation et d’uniformisation fait lentement son chemin. Pendant les 35 premières années du xviiie siècle, le Collège n’a pas même songé à se préoccuper du sort du plat-pays. Ultérieurement, enquêtes, ordonnances et remontrances révèlent les changements de perspectives qui peu à peu s’installent.

39Le contexte dans lequel s’inscrit l’attention nouvelle accordée au plat-pays n’est pas indifférent Les édits de 1736, 1740 et 1760 concernent tout autant les praticiens urbains que les praticiens ruraux. Ils correspondent à une période d’intensification des activités du Collège. En ville, les infractions au règlement de 1699 sont de moins en moins tolérées et la surveillance des assesseurs se fait plus diligente. C’est à la même époque, en 1741, que paraît la pharmacopée liégeoise, laissée sur le chantier pendant plus de quarante ans. En même temps que se concrétise un projet formulé de longue date et que s’affirme, en ville, l’autorité du Collège, le plat-pays entre dans sa zone d’influence. Vingt années d’efforts n’ont pas été inutiles. Lorsque, à partir de 1758, l’admission des praticiens du plat-pays est portée — de manière très significative — au registre général des inscriptions, on mesure d’emblée l’importance du changement.

Graphique II.3. Réception des médecins, chirurgiens et apothicares du plat-paus (1758-1794)

Graphique II.3. Réception des médecins, chirurgiens et apothicares du plat-paus (1758-1794)
  • 54 La moyenne annuelle des réceptions est de 7.51 pour le plat-pays et de 3.78 pour la ville.
  • 55 Etienne Hélin, De la principauté à la province, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1976, p. 9.

40Le rythme de réception des praticiens du plat-pays est deux fois supérieur à celui des praticiens urbains : en moyenne, 8 praticiens par an contre 4 dans le cas des admissions “pour la ville” à la même époque54. Bien sûr, l’échelle n’est pas comparable. Avec près de 400.000 habitants dispersés sur un territoire de 5.700 km2, la principauté épiscopale, “capricieusement allongée le long de la Meuse entre Dinant et Maaseick”55, englobe autant de disparités qu’elle compte de villes, de villages et de bourgs. Aucune vue d’ensemble n’est possible. Par ailleurs, les 281 praticiens reçus pour exercer leur art hors la ville ne représentent pas l’ensemble du personnel médical du plat-pays. Ils sont concentrés là seulement où le Collège des médecins est parvenu à faire reconnaître son autorité ; aux abords de Liège, dans les localités de quelque importance du pays, là encore — comme à Châtelet — où le Collège entretient des relations avec tel médecin ou tel magistrat local.

Tableau II.8. Lieu de résidence de 58 praticiens du plat-pays (1758-1794)

Tableau II.8. Lieu de résidence de 58 praticiens du plat-pays (1758-1794)

41Etant donné les lacunes de la documentation, aucune mesure précise des pôles de concentration des praticiens du plat-pays n’est possible. Le lieu de résidence n’est connu que pour 58 individus, soit 22 % de l’ensemble. Le tableau II.8 ne constitue qu’une indication. Celle-ci confirme cependant ce qui précède : quelques villages épars dans le pays, mais surtout les Bonnes Villes et les bourgs importants (Huy, Verviers, Dinant, Spa, Hasselt, Tongres, Visé...) et les localités les plus proches de Liège (Fléron, Chênée) ou des autres villes de la principauté (Theux, Amay, Ensival). Calculer des taux de médicalisation serait tout à fait illusoire. Parce qu’une majorité des praticiens échappe à l’observation, d’une part, mais aussi parce que la variété des contextes que recouvre le terme de “plat-pays” n’autorise aucune généralisation.

42Une seule certitude, donc, mais elle est d’importance : confiné, à l’origine, dans le périmètre urbain, le Collège des médecins étend peu à peu la sphère de son autorité. A partir de 1758, le rythme relativement élevé des réceptions donne la mesure du chemin parcouru. C’en est fini, dès lors, de la corporation jalousement et exclusivement repliée sur des privilèges médiévaux. Praticiens de la ville et praticiens du plat-pays : la distinction reste, pendant tout le siècle, profondément inscrite dans la réalité des savoirs et des pratiques. Ce ne sont ni les mêmes diplômes, ni les mêmes droits, ni les mêmes statuts. Mais, sans que pour autant le fossé se comble, des liens se tissent entre les uns et les autres.

***

  • 56 A.E.L., Métiers, 284, p. 108 — séance du 17 août 1735. Dans les premières années du siècle, le prév (...)

43L’admission des sages-femmes au Collège de saint Luc obéit à une chronologie analogue. Totalement absentes pendant les premières décennies du xviiie siècle, elles ne sont que très progressivement soumises au contrôle médical. Au xviie et au début du xviiie siècles, la seule surveillance effective est celle de la Prévôté, justifiée par des considérations d’ordre religieux. Le Collège des médecins devait réaliser le transfert des instances de contrôle. Mais ce n’est qu’en 1735 que les assesseurs, inquiets, pour la première fois, de constater que les sages-femmes liégeoises exercent leur art sans avoir subi l’examen prescrit par le règlement de 1699, décident d’envoyer en délégation auprès du Grand Prévôt le préfet du Collège, Gaspard Durieux et son confrère Gilles Clermont56.

44Il faudra près de deux années encore pour que les résolutions du Collège se traduisent dans les faits. Le 11 avril 1737, la première sage-femme est reçue. Neuf autres suivront au cours de la même année, régularisant ainsi autant de situations qui n’étaient illégales que d’un point de vue strictement théorique. Parmi les dix praticiennes admises en 1737, cinq sont liégeoises et les autres résident dans des localités qui jouxtent directement la ville (Jemeppe, Tilleur, Seraing et Ans). Par la suite, la réception des sages-femmes suit un rythme à la fois lent et irrégulier, déterminé par les fluctuations de l’intérêt qui leur est porté.

Graphique II.4. Réception des sages-femmes au Collège des médecins (1737-1794)

Graphique II.4. Réception des sages-femmes au Collège des médecins (1737-1794)
  • 57 Ordonnance du 10 mars 1740, op. cit.
  • 58 A.E.L., Métiers, 285, p. 410 — séance du 17 juin 1765.
  • 59 Ordonnance du 25 janvier 1781, M.L. Polain, op. cit., IIIe série, vol. 2, 1860, p. 857.

45Chacun des pics du graphique II.4 s’explique par une démarche volontariste. En 1740 et 1741, c’est l’ordonnance de Georges-Louis de Berghes qui traduit une volonté accrue de contrôle de la part du Collège57. En 1765-1766, les assesseurs prétendent de nouveau à une surveillance plus scrupuleuse. “Il y a environ dix à douze sages-femmes au collège exerçantes leurs arts dans la ville”, peut-on lire le 17 juin 1765, mais “comme on ne tient pas la liste des mortes”, impossible, en fait, de se faire une idée précise du nombre des praticiennes58. Enquête, donc, qui aboutit à la réception d’une petite dizaine de sages-femmes qui avaient omis de se présenter au Collège. En 1781, une ordonnance de Velbruck rappelle l’obligation, pour les sages-femmes, “d’un mûr examen préalable en due forme par les médecins et les chirurgiens préposés à cet effet”59. Mêmes conséquences : 5 accoucheuses seront reçues au cours de l’année. Mais les élans sont de courte durée. Sitôt que l’attention du Collège s’émousse, après quelques mois ou quelques années, le nombre des réceptions diminue.

  • 60 F. Macours, L’enseignement technique à Liège au xviiie siècle. Bulletin de l’Institut Archéologique (...)

46Les velléités de bienfaisance d’un Velbruck ne parviennent pas à donner le change. En 1783, le prince crée un cours gratuit d’accouchement dont il confie la responsabilité à l’un de ses protégés, le chirurgien Jean Falize60. L’année suivante, il oblige toutes les candidates sages-femmes de la Cité à suivre cet enseignement :

  • 61 Ordonnance de janvier 1784, A.E.L., Métiers, 286, p. 201.

“Que les sages-femmes qui sont à portée de profiter des leçons gratuites que Son Altesse Celcissime leur a généreusement procurées, comme celles de la ville, faubourgs et Banlieue ne puissent absolument être reçues qu’après avoir fait conster qu’elles ont suivis au moins deux cours d’accouchement ; que les sages-femmes qui sont trop éloignées de la ville montrent tout au moins pour pouvoir estre admises à l’examen des attestations de leur curé ou de leurs magistrats qu’elles ont pratiqué pendant cinq ans au moins, avec prudence et succès”61.

  • 62 On peut se reporter ici à la fine ironie de Marcel Florkin : “Si on veut bien se défier de ce que r (...)

47Les intentions sont là et témoignent, certes, du souci de Velbruck de faire figure de prince éclairé. Mais ici aussi, l’élan est de courte durée. Dès la fin de l’année 1784, quelques mois après la mort de Velbruck, le cours de Falize disparaît et se clôt avec lui la brève histoire de l’enseignement obstétrical sous l’Ancien Régime62.

  • 63 A.E.L., Métiers, 286, p. 202.

48La plupart des sages-femmes admises par le Collège des médecins sont liégeoises ou pratiquent aux abords de la ville. Jusqu’à la fin du siècle, une dizaine seulement seront reçues pour des localités éloignées de Liège (La Reid, Forêt, Spa, Verviers). Chaque fois, ce sont des exceptions, on ne sait trop pourquoi conduites à se faire recevoir par le Collège. Catherine Balthoset par exemple, de La Reid, qui se présente le 29 janvier 1784, munie d’un certificat de son curé. Celui-ci “atteste que laditte Catherine est une pauvre honeste femme qui pendant 17 à 18 ans a professé l’art de sage-femme dans laditte paroisse, sans que j’ay reçu la moindre plainte d’elle”63.

49Catherine Balthoset fut la seule, au plat-pays, à se soumettre aux exigences de l’ordonnance de 1784 ! Là, comme dans la plupart des villes et villages de la principauté, les formes anciennes de contrôle continuent à faire loi jusqu’à la fin du xviiie siècle. Plus que les médecins ou que les chirurgiens, les sages-femmes sont étroitement associées aux rouages traditionnels de la vie communautaire. Elles sont, quotidiennement, soumises au regard de la communauté villageoise ou paroissiale. L’accueil d’une sage-femme nécessite l’adhésion de tous et s’inscrit dans la complexité des rapports sociaux qui détermine l’équilibre de ces communautés.

  • 64 Plainte et représentation des bourgmestre et magistrats de Couvin, 27 septembre 1730, A.E.L., Conse (...)

50Signalés à l’attention des autorités principautaires, d’éventuels conflits révèlent l’importance de la sage-femme. A Couvin, par exemple, en 1730, la concurrence de deux accoucheuses divise la population et génère un désordre tel que les bourgmestre et magistrats de la ville se résolvent à faire appel à l’autorité souveraine du prince64. Depuis douze ans, Marie-Elisabeth Henry, “receuë par le magistrat et le révérend Sieur Curé après serment qu’elle a prêté en leurs mains”, exerce son art d’accoucheuse à Couvin. Depuis sa réception, “elle a servi la Communauté avec un grand applaudissement d’un chacun par les accouchemens en nombre d’environ cinq cent soixante des femmes dudit lieu, qu’elle a accouchées avec une adresse extraordinaire et une réussite entière, tant à l’égard des femmes pour leur soulagement et conservation que de leurs fruits qui a toujours reçu le Baptême”.

51Mais voilà que cette belle unanimité est menacée par l’arrivée de la femme Lebaissière, épouse d’un Gascon — c’est-à-dire étrangère — et qui, sans l’autorisation de personne, “s’est si avant oubliée [...] que d’accoucher une femme de Couvin”. Sur plainte de Marie-Elisabeth Henry, défense lui est faite de renouveler son forfait Malgré l’interdiction “cette femme [...], en cabalant, soutenue par l’avis de quelques vieilles femmes stériles, s’est présumée d’accoucher encore deux ou trois femmes de leur clique, lesquelles débouchent avec effronterie de ne se soucier du Curé et du magistrat et qu’elles vaincront et qu’elles prétendent établir en mépris desdites défenses ladite Labaissière”. Pire : l’accoucheuse rebelle ose maintenant porter elle-même les nouveaux-nés sur les fonts baptismaux, ce qui a provoqué des désordres “jusque même dans l’Eglise” et a obligé le Curé “d’en parler publiquement à son Prône”. Marie-Elisabeth Henry, quant à elle, menace de quitter Couvin si l’on n’interdit pas plus fermement à l’épouse Debaissière d’exercer son art. Or,

  • 65 Ibidem.

“avant que ladite Marie-Elisabeth ne soit admise et n’exerçât cette profession, il a arrivé audit Couvin plusieurs accouchemens des plus funestes par la naissance de plusieurs enfans morts sans avoir receu le Baptême. Il importe par conséquent de conserver et soutenir ladite Henry [...] et cela tant pour la conservation des femmes, qu’afin de ne pas exposer leur fruit tâché du péché originel à ne recevoir le Saint Sacrement du Baptême, étant icelle très expérimentée et de bonne vie et mœurs”65.

  • 66 Cfr, à ce sujet, les annonces que certains d’entre eux font paraître dans les journaux locaux. Par (...)

52On ne connaît pas le dénouement de l’affaire, le prince s’étant contenté de la renvoyer à l’archidiacre et à l’officier du lieu. De manière très significative, elle ne fut pas non plus soumise au Collège des médecins. 1730-1784 : l’histoire de la sage-femme de Couvin et les initiatives avortées de Velbruck ne se situent pas, malgré la distance qui les sépare, dans un contexte différent. A la fin du xviiie siècle, la sage-femme reste un personnage clé de la vie communautaire, peu soumise au contrôle effectif des médecins. Les résultats ne sont pas totalement négligeables : à partir des années trente, le Collège commence, surtout en ville, à faire valoir ses prétentions à une évaluation des connaissances des sages-femmes. Mais les oscillations de la courbe des réceptions montrent que, sitôt que l’attention des assesseurs se relâche, la tradition reprend ses droits. Par ailleurs, à part l’expérience éphémère de 1783-1784, aucune structure d’enseignement ni d’apprentissage n’est prévue. Comment, dans ces conditions, envisager la médicalisation réelle de la profession de sage-femme ? Peu à peu, médecins et chirurgiens s’intéressent aux pratiques obstétricales, mais c’est surtout pour leur propre compte66. Il faudra attendre que naisse une volonté politique d’une autre nature pour que les accoucheuses soient associées, au quotidien, à un projet général de médicalisation. C’est déjà l’histoire du xixe siècle.

Notes

1 Au moment de sa fondation, le Collège des médecins loue une salle de réunion au couvent des Dominicains, pour un loyer annuel de 24 florins brabant. A partir de 1702, il transfère son siège aux Frères Mineurs. En 1764, il réintègre le couvent des Dominicains, où il restera jusqu’à la fin du siècle (Marcel Florkin, Les messes des médecins de Liège op. cit., 1957, p. 133-135. Cfr aussi, A.E.L., Métiers, 284, p. 216 ; 285, p. 325 et 393-397).

2 Léonard-Joseph Bimy (préfet) ; Jean-Baptiste Bocqueau, Gilles-François Loncin et Edmond Nessel (médecins-assesseurs) ; Louis Herstal et Georges Loyens (pharmaciens-assesseurs) ; Laurent Malpais (chirurgien-assesseur).

3 C’est-à-dire cinq florins brabant.

4 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.

5 La réception des praticiens se fera au cours des séances suivantes : 15 et 17 avril 1699, 15 mai et premier juin 1700 (A.E.L., Métiers, 287, p. 1-8).

6 A.E.L., Métiers, 284, p. 7.

7 En 1687, le numerus clausus de 28 chirurgiens est établi sur base des praticiens en activité à cette date : “Comme le nombre des chirurgiens se trouve présentement de 28, tant dans la Ville que Banlieue, nous entendons qu’au futur ce même nombre soit continué, en sorte qu’il ne sera permis de recevoir ni admettre aucun nouveau chirurgien, à moins qu’il n’y eut quelque place vacante” (Règlement de 1687, op. cit., p. 58).

8 La date de réception est inconnue pour 3 des 21 chirurgiens.

9 27 chirurgiens en 1740, 27 en 1760 et 29 en 1770 (Nomina medicorum, pharmacopeorum, chirurgorum collegio nostro leodiensi adscriptorum secundum ordinem receptionis, A.E.L., Métiers, 285, p. 549-556 et 286, non paginé ; Pharmacopea Leodiensis Liège, Everard Kints, 1741, [p. VII-X]).

10 Aucune différence significative de génération n’est perceptible entre ceux qui se font recevoir en 1699 et ceux qui attendent 1700.

11 Cfr les commentaires concernant la Compagnie des saints Cosme et Damien, chapitre I. “L’héritage médiéval”.

12 Ordonnance du 15 février 1700, op. cit., p. 55. Rappelons que le règlement prévoit 4 médecins-assesseurs (ou “consulteurs”), parmi lesquels on choisit le président, et seulement 2 chirurgiens et 2 pharmaciens.

13 Ibidem, p. 54.

14 Ibidem, p. 54-55. L’article concernant les maladies vénériennes est encore modifié par l’ordonnance du 27 mai suivant : “Les Chirurgiens pourront traiter également avec les Médecins les maladies vénériennes dans toutes leurs étendues à l’exclusion des Apoticaires” (pp. cit., p. 56). Cette nouvelle révision du règlement, à quelques mois d’intervalle, témoigne de l’importance de l’enjeu.

15 Marcel Florkin, La législation.... op. cit., 1964, p. 128 et Jean-François Angenot, op. cit., 1983, p. 58.

16 Etienne Hélin a établi que la banlieue de Liège, en termes de géographie humaine, ne correspondait pas à une unité significative et qu’elle ne pouvait en aucun cas servir de référence pour une étude de la population liégeoise (Etienne Hélin, La population des paroisses liégeoises aux xviie et xviiie siècles, Liège, Commission Communale de l’Histoire de l’Ancien Pays de Liège, 1959, p. 17-19).

17 Lorsque la mention n’est pas explicite, l’analyse du montant des droits de réception permet toujours de faire la distinction. Il en ressort que, quand aucune précision n’est apportée, le praticien est, en fait, reçu “pour la ville”.

18 Ordonnance du 24 novembre 1757, A.E.L., Métiers, 285, p. 230-243. Tous les praticiens urbains y sont placés sous la rubrique “pour la Cité et les faubourgs”. De même, en 1751, lorsque G. De Louvrex publie son Recueil des ordonnances du pays de Liège.... c’est sous le titre “Règlement du Collège des Médecins de la Ville de Liège” qu’il place le texte de 1699 (op. cit., p. 48).

19 Par exemple, Joseph-Henri Ancion, reçu médecin du plat-pays le 3 octobre 1781 et exerçant son art à Fléron.

20 Etienne Hélin, op. cit., p. 17-30.

21 Cfr à ce sujet : annexe, p.

22 u=6.12

23 La tendance moyenne annuelle (a) atteint à peine la valeur de 0.01.

24 Le 10 mars 1740, une ordonnance de Georges-Louis de Berghes “rafraîchit” le règlement de 1699 et témoigne, à cette époque, de la volonté accrue du Collège de faire respecter son autorité (M. Polain, op. cit., vol. 1, p. 741-742 et A.EX., Métiers, 284, p. 200). L’importance des droits de réception explique qu’il y a toujours quelques récalcitrants qui essayent d’y échapper.

25 En 1740, 1767, 1770, 1784 et 1788. Leur réception est toujours une mesure d’exception imposée par le prince.

26 r = 0.293 pour la corrélation des médecins et des chirurgiens,
r = 0.452 pour la corrélation des médecins et des apothicaires,
r = 0.003 pour la corrélation des chirurgiens et des apothicaires.

27 A.E.L., Conseil Privé, 1089.

28 Le total de 413 fiches est supérieur au total considéré lors de l’étude des actes de réception (328). En effet, il n’a pas été tenu compte, pour ce précédent chapitre, des 85 praticiens qui se sont fait recevoir au moment de l’institution du Collège.

29 200 individus. On peut considérer que les praticiens pour lesquels on connaît la date de décès ont effectivement terminé leur carrière à Liège. En effet, la mention du décès dans les registres du Collège des médecins signifie que le praticien en question est toujours “en observation” à cette date.

30 53 praticiens sur 413. Puisque ces praticiens sont toujours en activité à Liège après la disparition du Collège des médecins, on suppose qu’ils n’ont pas interrompu leur carrière liégeoise avant cette date.

31 A.E.L., Métiers, 285, p. 549-556 et 286, [p. 1-8] ; Almanach des praticiens, où l’on trouve les Noms de Mrs. les Avocats, les Procureurs, Prélocuteurs, les Médecins, les Apothicaires, les Chirurgiens & leurs demeures.... Liège, J. Dessain, 1775,1785 et 1786 ; Pharmacopea Leodiensis.... Liège, E. Kints, 1741, [p. VII-X].

32 Le détail de ces calculs est exposé dans : Carl Havelange, La population médicale de la région liégeoise du xviiie au xxe siècle. La perspective socio-démographique, à paraître dans la R.B.H.C.

33 “Ensemble” = médecins, apothicaires et chirurgiens.

34 Ordonnances du 3 décembre 1736 (A.E.L., Métiers, 284, p. 149) et du 12 mars 1740 (op. cit.).

35 Nous utilisons le chiffre moyen de 55.000 habitants établi par Etienne Hélin (La population des paroisses liégeoises.... op. cit., 1959, p. 381-382). On ne possède pas de séries annuelles des chiffres de la population liégeoise au xviiie siècle. Dans ces conditions, le calcul des taux de médicalisation pour chaque année du xviiie siècle serait illusoire, puisque reposant chaque fois sur un nombre moyen d’habitants et sur une évaluation du personnel médical.

36 Les taux de médicalisation représentent le nombre de praticiens pour 10.000 habitants.

37 Les villes les plus importantes, en termes de nombre d'habitants, ne sont pas nécessairement celles où la présence médicale est la mieux affirmée. Jean-Pierre Goubert a montré que, dans les villes bretonnes, c'est mêmes l'inverse qui se produit, puisque les taux de médicalisation diminuent plus la population des villes considérées est importante (J.-P. Goubert, The extent of medical practice in Francd around 1780, Journal of Social History, X (1977), p. 400-427).

38 Cfr par exemple, A.E.L., Métiers, 286, p. 228 (séance du 24 avril 1785). Un florin-brabant correspond au salaire quotidien moyen d’un ouvrier adulte et moyennement qualifié.

39 Le prix de la visite est alors doublé (ibidem).

40 “Nous sommes d’avis que le voïage d’un chirurgien à une lieue de Distance mérite un escu quand il est demandé par le malade” (AEL., Métiers, 286, p. 292 — séance du 10 juin 1789).

41 “Chaque pansement doit être taxé pour les dix premiers jours à 2 escalins y compris les médicaments” (A.E.L., Métiers, 284, p. 76 — séance du 5 mars 1734).

42 A.E.E., Métiers, 285, p. 121 — séance du 16 avril 1751.

43 Les apothicaires, par exemple, ne sont jamais tenus d’exécuter un chef-d’œuvre. Quelques questions rapides précèdent l’octroi du titre de capacité (cfr par exemple, A.E.L., Métiers, 286, p. 246).

44 A.E.L., Métiers, 284, p. 205 (18 juin 1740).

45 A Huy, par exemple, médecins, pharmaciens et chirurgiens sont rattachés au Métier des merciers jusque 1771 (R. Stasse, L’exercice de l’art de guérir dans l’arrondissement de Huy sous le Consulat et l’Empire, dans Annales du Cercle Hutois des Sciences et des Beaux Arts, XXV (1957), p. 167-173).

46 A.E.L., Métiers, 284, p. 138-139 — séance du 1er septembre 1736.

47 Ibidem, p. 144 (séance du 18 octobre 1736). Ce registre n’a pas été conservé, soit qu’il n’ait pas été utilisé, soit qu’il ait été simplement perdu.

48 Ordonnance du 3 décembre 1736, op. cit., p. 699.

49 Parfois, la nécessité d’un relais peut prendre la forme d’une délégation de pouvoir à un praticien du plat-pays avec lequel le Collège entretien des relations privilégiées. C’est ainsi qu’en 1737 ”le Collège, étant d’intention que les mandements de S.A.S.E. Joseph-Clément de glorieuse mémoire et de S.A. notre Evêque et Prince régnant soient ponctuellement observés dans tous leurs contenus à quel effect requérons monsieur Jean-François de Bellevaux, docteur en médecine demeurant à Châtelet, de vouloir y tenir les mains, pour prévenir au futur tous abus qui se glissent dans la médecine et les arts de la pharmacie et de la chirurgie [...] Ledit Collège authorise et donne plein pouvoir audit monsieur le docteur de Bellevaux de se plainte par ordre et en leur nom à tous officiers de Châtelet et autres endroits circonvoisins pour qu’ils aient à s’acquitter du devoir de leur charge” (A.E.L., Métiers, 284, p. 153 — séance du 26 janvier 1737).

50 Ordonnance du 10 mars 1740, op. cit., p. 742.

51 A.E.L., Métiers, 284, p. 197 (séance du 12 mars 1740).

52 Cfr les requêtes de plus en plus nombreuses que le Collège adresse au Prince. Par exemple : “Le Collège des médecins de Liège remontre très humblement qu’au défaut que les règlemens concernant ledit Collège n’ont pas été publiés dans la terre de Herstal, il s’y trouve plusieurs personnes domiciliées dans cette terre, qui exercent la médecine et la chirurgie sans avoir passé par aucun examen” (A.EX., Métiers, 285, p. 217 — 15 février 1756).

53 Ibidem, p. 251. En 1760, une nouvelle ordonnance concernant le plat-pays met directement en cause les baillis et les mayeurs qui “loin de s’acquitter du devoir de leur office [...], s’oublient, tout au contraire, jusqu’au point de soutenir et protéger” les praticiens non patentés (Mandement du 11 juin 1760, A.E.L., Conseil Privé, 340).

54 La moyenne annuelle des réceptions est de 7.51 pour le plat-pays et de 3.78 pour la ville.

55 Etienne Hélin, De la principauté à la province, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1976, p. 9.

56 A.E.L., Métiers, 284, p. 108 — séance du 17 août 1735. Dans les premières années du siècle, le prévôt avait imposé aux sages-femmes un certificat de capacité émanant d’un médecin ou d’un chirurgien. Il semble que cette attention aux aspects médicaux des pratiques obstétricales se soit rapidement relâchée (Cfr Nadia Vilenne, op. cit., p. 66).

57 Ordonnance du 10 mars 1740, op. cit.

58 A.E.L., Métiers, 285, p. 410 — séance du 17 juin 1765.

59 Ordonnance du 25 janvier 1781, M.L. Polain, op. cit., IIIe série, vol. 2, 1860, p. 857.

60 F. Macours, L’enseignement technique à Liège au xviiie siècle. Bulletin de l’Institut Archéologique Liégeois, XIX (1952), p. 169-171. La création du cours est annoncée dans la Gazette de Liège du 27 novembre 1782 : “Son Altesse vient de pourvoir à un établissement bien utile à l’humanité. M. Falize, membre distingué de notre Collège de médecins et de chirurgiens, donnera à commencer à la nouvel an, un cours gratuit d’accouchemens pour les sages-femmes de la Cité et du Pays. Celles qui voudront le suivre doivent se faire inscrire chez lui avant l’ouverture de ce cours, dont les jours seront les mardis et les jeudis à 2 h. et demie de l’après-midi, à sa maison”.

61 Ordonnance de janvier 1784, A.E.L., Métiers, 286, p. 201.

62 On peut se reporter ici à la fine ironie de Marcel Florkin : “Si on veut bien se défier de ce que racontent les Almanachs de la Société d’Emulation, encensoirs toujours prêts à se fracasser sur le visage Celcissime [...], on verra que toute l’affaire de l’école d’accouchement se réduit pratiquement à rien” (Marcel Florkin, Un prince, deux préfets..., op. cit., 1957, p. 26).

63 A.E.L., Métiers, 286, p. 202.

64 Plainte et représentation des bourgmestre et magistrats de Couvin, 27 septembre 1730, A.E.L., Conseil Privé, 616.

65 Ibidem.

66 Cfr, à ce sujet, les annonces que certains d’entre eux font paraître dans les journaux locaux. Par exemple : “Le chirurgien Thonus croirait manquer au devoir d’un vrai Patriote, s’il n’avertissoit le public qu’il exerce l’Art de la Chirurgie, & surtout d’Accouchement avec une méthode & une adresse peu connue ; il en a donné les preuves en différentes occasions [...] Il ne croit aucun capable de lui disputer rien dans cette partie de la Chirurgie, Mons en Hainaut où il a été pendant quantité d’années Chirurgien-Juré & Accoucheur lui étant témoin fidèle de l’application qu’il a emploié pour se mettre au fait des maladies des Femmes enceintes & accouchées, & à connoître les moiens de les délivrer dans les accouchemens même contre-nature” (Gazette de Liège, 25 janvier 1758, p. 4).

Table des illustrations

Titre Tableau II.1. Réception au Collège des médecins des praticiens en activité (1699-1700)
Légende Sources : A.E.L., Métiers, 287, p. 1-8.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau II.2. Catégories d’admission au Collège des médecins (1699-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique II.1. : Réception des médecins, chirurgiens et apothicaires de ville (1700-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau II.3. et graphique II.2. : Réception des médecins, des chirurgiens et des apothicaires de ville au Collège des médecins (1700-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Tableau II.4. Evaluation des effectifs annuels du personnel médical liégeois (tableau résumé)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau II.5. Population médicale moyenne dans la ville de Liège (1705-1790)33
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau II.6. : Taux moyens de médicalisation de la ville de Liège (1705-1790)36
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau II.7. Taux de médicalisation de quelques villes à la fin du xviiie siècle
Légende Sources : Jean-Pierre Coubert, Malades et médecins en Bretagne (1770-1790), Rennes, Université de Haute Bretagne, 1974, p. 477 et 478 ; Daniel Roche, Le siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, t. II, Paris-La Haye, Mouton, 1978, p. 348-349 ; Claude Bruneel, Un problème de gouvernement : le pouvoir face à l’épidémie de fièvre putride à Bruxelles en 1772-1773, dans Arthur E. Imhof (éd.), Mensch und Gesundheit in der Geschichte, Husum, Matthiesen Verlag, 1980, p. 201.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Graphique II.3. Réception des médecins, chirurgiens et apothicares du plat-paus (1758-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau II.8. Lieu de résidence de 58 praticiens du plat-pays (1758-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Graphique II.4. Réception des sages-femmes au Collège des médecins (1737-1794)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/392/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540