Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Deuxième partie. Syncrétisme et diversité : la médecine au XVIIIe siècle

Chapitre II. Aux origines de la professionnalisation : le collège des médecins

Texte intégral

1L’évolution que connaissent les professions médicales aux xvie et xviie siècles ne se traduit par aucune modification institutionnelle d’importance. Seule une analyse attentive des règlements de la Compagnie de saint Cosme et de saint Damien permet de découvrir les fissures qui, imperceptiblement, entament l’édifice corporatif originel. En première ligne des transformations, les liens plus étroits qui s’établissent entre médecine et chirurgie sont les véritables opérateurs du changement. L’autorité accrue des médecins au sein de la Confrérie, de même que la séparation relative entre barberie et chirurgie, illustrent le processus au long terme qui s’est amorcé au début de l’époque moderne.

  • 1 Règlement du Collège des Médecins de la ville de Liège (24 mars 1699), dans G. De Louvrex, op. cit (...)
  • 2 Ni les archives du Collège des médecins, ni celles de la Confrérie des barbiers et des chirurgiens (...)
  • 3 En outre, l’institution d’un collège médical n’est pas une spécificité liégeoise. Dans les limites (...)

2Il faut attendre l’extrême fin du xviie siècle pour que cette tendance se confirme. En 1699, la création du Collège des médecins de Liège par Joseph-Clément de Bavière, successeur de Maximilien-Henri, correspond à une refonte de la législation en matière d’art de guérir1. On ne connaît malheureusement aucun détail sur la genèse de ce nouveau règlement2. Tout au plus pouvons-nous relativiser la soudaineté de la réforme en y reconnaissant le couronnement d’une évolution préparée de longue date3. Esquissé dans les précédents règlements de la Compagnie des barbiers et chirurgiens, le changement est ici pleinement réalisé. Dès le préambule éloquent de Joseph-Clément, les raisons d’être de la nouvelle institution sont clairement précisées :

  • 4 Règlement de 1699, op. cit., p. 47-48.

“La fâcheuse expérience que font plusieurs de ceux que Dieu a commis à nôtre conduite, lorsque pressez de maladies, ou de quelque accident dangereux, ils confient leurs corps à des gens qui, faute d’une véritable connoissance de la Médecine ou de la Chirurgie, prolongent leurs maux, ou les finissent par une mort précipitée, ont excité nos soins à trouver des moiens d’exterminer par un bon Règlement ces pernicieux abus, pour la conservation de nos Peuples, qui fait notre plus sérieuse application. Les fautes et les vices de la Pharmacie causent un autre désordre qui n’est pas moins nuisible au corps de l’homme, quand l’effet des medicamens mal préparez, alterez, ou changez, trompe l’attente du plus habile Médecin. Pour donc établir le bon ordre dans une chose si nécessaire, & faire cesser ces funestes événemens [...], & pour que la Profession de la Médecine en nôtre Cité, Fauxbourgs & Banlieuë, soit exercée sous des principes solides, & par une pratique seure, sans risquer les vies de nos Sujets, Nous avons de l’Advis de Vénérables, Nobles, nos Très Chers & Bien-aimez Confrères les Doyen & Chapitre de nôtre Eglise Cathédrale de Liège, deffendu sous peines arbitraires, à toutes personnes des deux sexes, tant Ecclésiastiques que Séculiers, Etrangers ou nos Sujets, de faire ou exercer la Profession ou Pratique de la Médecine, Pharmacie & Chirurgie, avant d’avoir été admis, inscrit & approuvé par le Collège de Médecine”4.

  • 5 Ibidem, p. 50. Par ailleurs, la réception d’un médecin ne peut se faire qu’un mois après son arriv (...)
  • 6 La réunion des diverses qualifications médicales dans une même configuration professionnelle n’est (...)

3Lutte contre les praticiens non patentés, uniformisation des savoirs, responsabilité du prince à l’égard de la santé de ses sujets, interdépendance de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie, contrôle des pratiques : tels sont les principaux éléments qui justifient la création du Collège des médecins. Pour la première fois dans l’histoire liégeoise, l’ensemble des professions médicales est surveillé et protégé à la fois par une même autorité. Les pharmaciens quittent le Métier des Merciers ; les chirurgiens sont définitivement séparés de la barberie et de la Compagnie de saint Cosme et de saint Damien. Quant aux médecins, qui échappaient jusque-là à toute emprise corporative, ils doivent être reçus par le Collège qui examinera “pour l’avenir leurs lettres de Promotion [...], s’informant de leur Religion & bonnes mœurs ; après quoi le lieu & la date de leurs lettres, celles de leur présentation & admission seront enregistrées, si elles sont d’une Université célèbre & receuë où ils auront étudié”5. Cette “révolution institutionnelle” crée les conditions à partir desquelles l’art de guérir s’engage sur les voies de la professionnalisation6.

***

  • 7 Supplique très humble à Son Altesse [...] par le Baron de Rosen Echevin et Conseiller Privé, [non (...)
  • 8 Règlement de 1699, op.cit., p. 48.
  • 9 A cet égard, le Règlement de 1699 est bien plus qu’une constitution visant l’organisation interne (...)

4L’organigramme du Collège des médecins permet de mieux comprendre la nouvelle distribution des pouvoirs et des responsabilités. A sa tête, tout d’abord, un président choisi par le prince. Ce “sçavant ou habile homme séculier” est généralement le plus âgé des échevins qui appartient en même temps au Conseil privé7. La présidence du Collège des médecins n’est pas un office purement honorifique. Elle est associée à un pouvoir réel et marque symboliquement la fin de l’autonomie institutionnelle des professions médicales. Le prince, désormais, délègue un de ses ministres pour garantir le bon fonctionnement d’une institution qui prend en charge, non seulement l’organisation des relations entre praticiens, mais “tout ce qui se présentera à régler en fait de la Médecine, Pharmacie ou Chirurgie, pour l’utilité & la conservation de nos sujets”8. Peu à peu, l’esprit des règlements se transforme. Rendue possible par l’édit de 1684, l’autorité accrue du prince dans les affaires médicales n’est cependant pas justifiée par une logique exclusivement politique. Aux circonstances locales s’ajoute un mouvement beaucoup plus général. C’est l’idée d’un encadrement sanitaire garanti par l’autorité publique qui fait son entrée dans les institutions liégeoises9.

  • 10 Un greffier et un valet sont mandatés pour assurer les charges administratives.
  • 11 Les cérémonies de subrogation se déroulent le 18 octobre de chaque année, jour de la saint Luc, so (...)
  • 12 Les assesseurs apothicaires et chirurgiens sont simplement remplacés chaque année. Quant aux médec (...)
  • 13 “Afin que ceux qui professent la Médecine ne soient pas exclus des résolutions qu’on prendra pour (...)

5A côté du président, quatre médecins, deux apothicaires et deux chirurgiens constituent les assesseurs ou “consulteurs” du Collège10. La première année, ils sont choisis par le prince. Ensuite, ils seront remplacés tous les ans11 selon un roulement établi parmi les dix plus anciens praticiens de chaque corps12. Enfin, le Collège nomme un préfet qui est toujours l’aîné des médecins assesseurs. Le recrutement des membres du Collège s’organise ainsi à partir des principes de la participation de tous13 et de la plus ancienne réception. Dans un pays dépourvu de toute structure d’enseignement médical, l’expérience reste le principal critère de compétence et la communauté des praticiens, la seule instance qualifiée de contrôle professionnel.

  • 14 Les prescriptions du règlement de 1687 sont maintenues, pour autant qu’elles n’entrent pas en cont (...)

6La composition du Collège révèle la nouvelle architecture professionnelle du personnel médical. Les médecins y occupent à l’évidence une position dominante, puisque c’est en leur sein que se recrute le préfet et que les médecins assesseurs sont plus nombreux que les chirurgiens ou les apothicaires. Ainsi, la solidarité hiérarchique des diverses branches de l’art de guérir, esquissée dans les précédents règlements de la Compagnie des chirurgiens, est-elle maintenant pleinement instituée. En toutes circonstances, le savoir du médecin représente une référence à laquelle n’échappent ni les chirurgiens, ni les pharmaciens. Le rituel de l’examen, confirmé pour les chirurgiens14, est également établi pour les pharmaciens :

  • 15 Ibidem, p. 51.

“Personne ne se présumera désormais de dresser boutique d’Apoticaire, sans avoir préalablement averti le Président du Collège, lequel le fera assembler, pour être examiné en Latin tant dans la composition des Médicamens, que dans la connoissance des simples [...], & ait fait paroître par bonnes & fidèles Attestations d’avoir travaillé pour le moins cinq ans auprès d’un ou plusieurs bon Maîtres, sera obligé de faire chef d’œuvre en présence des personnes composantes le Collège”15.

  • 16 L’usage du latin lors de l’examen oral pourrait équivaloir, pour le récipiendaire, à l’obligation (...)
  • 17 Ibidem, p. 52. Compris parmi les électuaires, le mithridate est un antidote qui a servi de modèle (...)

7Contrôle — en latin — du savoir de 16mais aussi contrôle des pratiques. Au même titre qu’il est interdit aux chirurgiens d’entreprendre des opérations délicates sans en référer à l’avis d’un médecin, les apothicaires ne peuvent désormais “composer Theriac, Mitridate, à moins que les ingrédiens ou simples qui y entrent, n’aient été vûs & examinés, par quelques Médecins à députer par le Collège”17. De même, pour la première fois, est instituée l’obligation de la prescription médicale pour les produits toxiques :

  • 18 Règlement de 1699, op. cit., p. 52. En outre, les apothicaires sont tenus de conserver pendant un (...)

“Nul apoticaire pourra distribuer des médicamens purgatifs violens, vomitifs, histériques, narcotiques, antimoniels, mercuriels, sans ordonnance du Medecin”18.

  • 19 Par exemple : “Les chirurgiens ne feront que le devoir de leur profession, sans entreprendre sur c (...)

8A l’autonomie des pratiques, se substitue la complémentarité hiérarchique des qualifications. Dès que l’on quitte le domaine des interventions anodines, pharmaciens et chirurgiens apparaissent comme des auxiliaires médicaux dont la liberté thérapeutique est bornée par le diagnostic et l’autorité du médecin. La suprématie de ce dernier ne lui donne cependant pas toute liberté : le régime de la complémentarité définit des espaces professionnels exclusifs dans lesquels chacun — médecin, pharmacien ou chirurgien — doit se cantonner. Le médecin ne peut pratiquer que la médecine et il lui est interdit de s’aventurer sur le territoire de la chirurgie ou de la pharmacie. De même, apothicaires et chirurgiens doivent s’en tenir au seul exercice de leur art19.

***

  • 20 Ibidem, p. 51.
  • 21 Ordonnance du 27 mai 1700, dans G. De Louvrex, op. cit., 1751, p. 56.

9L’établissement de frontières explicites et la définition des relations qui existent entre les différentes professions médicales s’accompagnent, pour chacune d’entre elles, de règles particulières et de l’esquisse d’une déontologie. Ainsi, par exemple, les médecins ne pourront “faire des Ordonnances sous des termes cachez, dans la vue de favoriser un Apoticaire à l’exclusion des autres, à peine de dix florins d’or”20. Quant aux médecins, lorsqu’ils seront appelés “pour quelque tumeur ou autre accident dépendant de la chirurgie, ils seront obligés après deux ou trois visites d’avertir le malade que ce cas est du ressort de la chirurgie, & réciproquement les Chirurgiens en feront de même à l’égard des Médecins dans les cas dépendans de la Médecine”21. Mais il y a plus que le simple respect des règles de bonne confraternité. Lors de la cérémonie de réception, tous les praticiens doivent prêter serment de fidélité au Règlement de 1699. En outre, les médecins jurent

  • 22 Ibidem, p. 50.

“de n’ordonner aux infirmes que les médicamens bons & salutaires, nullement des vénéneux, & autres capables de procurer des avortemens, ni des rares & chers sans nécessité ; & de déclarer au Collège, s’ils découvroient une pratique mauvaise contre le prémis”22.

10Aux exigences du savoir et de la compétence, s’associent des valeurs jusque-là informulées. Il ne faut pas extraire d’un texte de loi plus de signification qu’il n’en peut donner. Le Règlement de 1699 n’est pas le miroir des consciences. Il reflète cependant des aspirations ou des attentes : peu à peu, les idées de responsabilité thérapeutique, d’altruisme et de désintéressement se conjuguent avec l’image du médecin. C’est — “selon les meilleurs sentiments & selon leur conscience” — l’honneur d’une “pure & véritable Médecine” que défendent les praticiens du Collège des médecins. Alors qu’il commence à représenter un enjeu collectif, l’art de guérir se reconnaît dans une morale qui le justifie et renforce sa crédibilité.

11Dans ce contexte, l’évocation des pratiques abortives dans le serment du médecin a presque valeur emblématique. Parce qu’elles représentent par excellence l’utilisation du Savoir au service du Mal, elles marquent la ligne de partage entre la bonne et la mauvaise médecine. Ce n’est évidemment pas un hasard si, de plus en plus au cours du xviie siècle, la figure du charlatan est rapportée à celle de l’avorteur. Instruit et patenté, le médecin authentique, auquel le prince confie la santé de ses sujets, sauvegarde en même temps l’ordre moral sur lequel se fonde la société d’Ancien Régime.

12Dans l’univers ambigu des soins du corps, il importe en effet que le médecin garantisse les exigences de la foi :

  • 23 Ibidem, p. 51. Cet article du Règlement de 1699 renouvelle une ordonnance de Jean-Louis d’Elderen (...)

“Tous les Médecins pratiquans dans nôtre Cité & Païs seront obligez à la deuxième visite auprès d’un malade atteint de maladie dangereuse, de l’exhorter & remontrer la nécessité qu’il y a de se confesser, & ne pourront faire la quatrième visite à peine de trois florins d’or pour chaque visite, & de suspens de sa profession en cas de récidive”23.

  • 24 Ordonnance du 15 février 1700, op. cit., p. 54.
  • 25 Cfr, par exemple, Marie-Christine Pouchelle, Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen-Age, Paris, Fl (...)

13La rigueur d’une telle prescription sera rapidement tempérée. Moins d’un an après la promulgation du Règlement de 1699, une ordonnance rectificative stipule que, dans les mêmes circonstances, les médecins sont autorisés à continuer les visites, pour autant qu’ils aient averti leurs malades de la nécessité de la confession et qu’ils les aient “induits autant qu’ils auront pû”24. En effet, dans l’article précédent, médecine du corps et médecine de l’âme étaient opposées en un conflit trop manifeste, témoin d’un temps presque révolu où l’Eglise tendait moins à intégrer qu’à flétrir les idéaux laïcs de la guérison25. Mieux proportionnée à l’esprit du temps est la formulation d’une morale médico-religieuse reposant, non pas sur des préceptes restrictifs ou sur des interdits, mais sur des valeurs telles la bienfaisance, le désintéressement et le respect de la vie.

14Ainsi, quoique l’on n’en perçoive ici que les premiers signes, les processus d’institutionnalisation des professions médicales supposent de nombreuses conditions. L’évolution des conceptions scientifiques et des thérapeutiques ne suffit pas. Encore faut-il que soit reconnue leur utilité et que le personnage du praticien s’associe à des valeurs reconnues par l’ensemble de la société. Dans une principauté ecclésiastique — comme, plus généralement, dans l’Europe catholique de la fin du xviie siècle — celles-ci sont indissociables d’un environnement religieux.

***

  • 26 Jean Delumeau, La peur en Occident.xve - xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 53.

15On peut interpréter dans le même sens les premières modifications apportées au statut des sages-femmes. Avant 1699, celles-ci ne sont soumises à aucune autorité médicale. Seule la Prévôté exerce une surveillance justifiée par des impératifs d’ordre religieux, liés à la bonne administration du baptême et à la lutte contre les avortements ou les infanticides. Sorcière en puissance, la sage-femme est toujours soupçonnée de se compromettre avec Satan qui “se réjouit lorsque des enfants meurent sans baptême, puisqu’ils ne vont pas en paradis”26. Avec la création du Collège des médecins s’effectue un déplacement significatif des instances de contrôle :

  • 27 Règlement de 1699, op. cit., p. 53.

“Les Sages-Femmes ne pourront exercer aucune fonction, sans avoir été examinées par le Collège ou ses Deputez, & à l’inter-vention de deux anciennes Sages-Femmes [...] Elles ne pourront donner ni ordonner aucun remède, de quelle nature il puisse être, soit à femme en couche, soit autrement”27.

16Entrée des sages-femmes, donc, sur la scène médicale. Discrète apparition, certes : aucune structure d’enseignement ou d’apprentissage n’est prévue. Les sages-femmes ne sont pas véritablement intégrées à la communauté médicale et les prescriptions qui les concernent se bornent à leur interdire toute intervention qui déborderait l’acte de recevoir l’enfant qui naît. Pourtant, ce geste minimal est reconnu comme appartenant au domaine de la médecine, puisque l’évaluation de la compétence de la sage-femme relève désormais de l’autorité du Collège.

  • 28 M Cfr, par exemple, à ce sujet : Jacques Gelis, La sage-femme et le médecin, Paris, Fayard, 1988, (...)
  • 29 Cet intérêt est lui-même à mettre en rapport avec le développement de l’anatomie et de l’esprit d’ (...)

17Cette innovation institutionnelle prend place dans un processus lent et complexe de médicalisation des pratiques obstétricales28. Médicalisation “par le haut”, avec l’intérêt de plus en plus marqué des médecins et des chirurgiens pour les mécanismes de l’accouchement29 ; mais aussi, en retour, médicalisation “par le bas”, avec la transformation progressive du statut de la sage-femme traditionnelle. D’auxiliaire religieuse, elle tend à devenir une assistante médicale. En même temps, les considérations spirituelles qui justifiaient les formes anciennes de contrôle ne sont pas rejetées dans le passé puisqu’elles s’inscrivent maintenant dans une morale médicale qui assure leur pérennité.

  • 30 Au sein même du Collège, la suprématie dont les médecins bénéficient est tout à la fois scientifiq (...)

18Comme le suggère l’exemple des sages-femmes, l’autorité du Collège est indissociable de l’expression d’une éthique médicale, sans laquelle les modifications institutionnelles de 1699 seraient difficilement concevables. La responsabilité que le prince confie à la communauté des praticiens transforme, tout au moins dans l’esprit de la réglementation, la signification collective de l’art de guérir. Précédemment, l’isolement ou l’éparpillement des praticiens témoignaient à la fois du caractère individualiste des pratiques médicales et de la prééminence des mécanismes corporatifs d’auto-protection. La création du Collège des médecins révèle, par opposition, l’apparition d’un projet dont l’enjeu principal est la santé du plus grand nombre. La valorisation de l’art de guérir dans une telle perspective suppose que se codifie une morale professionnelle qui garantisse le bien-fondé du projet et cautionne, en quelque sorte, l’image publique du praticien. Au sommet de la hiérarchie professionnelle qu’instaure le Collège, le médecin, par le serment qu’il prête lors de la cérémonie de réception, affirme son adhésion à cette éthique. Dès lors, l’autorité dont jouit le Collège ne s’exprime pas seulement en termes de compétence : elle est également d’ordre moral30.

***

19Médecins, pharmaciens, chirurgiens et sages-femmes : la mise en tutelle des professions médicales par le Collège des médecins s’explique par des raisons multiples. A la conscience nouvelle de l’unité des pratiques médicales — qui présuppose une meilleure intégration des arts de la chirurgie et de la pharmacie — s’ajoute le souci du prince de garantir à ses sujets une médecine de qualité. Savoir et pouvoir sont inséparables. De même, à l’aube du xviie siècle, l’expression d’une éthique médicale n’est pas dissociable des transformations institutionnelles de l’art de guérir ni de son inscription progressive dans ce qu’il est, de plus en plus, convenu d’appeler le bien public.

20Dans le Règlement de 1699, les articles concernant la vente des médicaments témoignent bien de ce déplacement des perspectives. La nouvelle organisation des professions médicales et la dépendance des apothicaires à l’égard des médecins conduisent à uniformiser les préparations pharmaceutiques. Pour que “l’espérance des plus habiles médecins” ne soit pas trompée, il est nécessaire que, quel que soit le pharmacien auquel on s’adresse, l’ordonnance médicale se traduise par une préparation identique, possédant à coup sûr les vertus thérapeutiques attendues. Le contrôle de la qualité des produits utilisés ainsi que la standardisation des dosages et des ingrédients se révèle indispensable. C’est pourquoi,

  • 31 Règlement de 1699, op. cit., p. 50-51. Le 27 mai 1700, une modération du Règlement de 1699 permett (...)

“Le Collège députera chaque année deux Médecins & deux Apoticaires pour aller visiter les Drogues, composées et Simples ; Syrops, Extraits, Eaux, Poudres, & tout ce qui regarde la Pharmacie ; & tous Apoticaires devront souffrir cette inspection & Visitation, faire & accomplir ce qui sera ordonné, à peine d’être suspensez de l’exercice de leur boutique, & s’il y avoit quelque drogues [...] qui fussent trouvées par les Médecins & Apoticaires n’avoir pas les qualitez requises, ils pourront sans aucune formalité, faire asporter telles drogues pour être le plus sommairement qu’il se pourra examinées par le Collège [...] ; & en cas que le Collège soit de même avis que les Médecins & Apoticaires deputez [...], elles seront portées [...] au Siège des Echevins de nôtre Souveraine Justice, pour demander l’enseignement de les faire jetter sur la rue”31

  • 32 C’est-à-dire une pharmacopée.
  • 33 Règlement de 1699, op. cit., p. 51. Les médecins délégués par Joseph-Clément de Bavière sont : Léo (...)

21L’inspection des officines garantit la conformité des produits. Quel que soit le nombre des visites, la menace d’un contrôle doit éveiller la vigilance des apothicaires et pallier leur éventuel manque de scrupule. Mais il faut encore remédier à la diversité qui, en l’absence de toute réglementation, préside à la confection des médicaments. Chacun ”suivant différente pharmacie“ et “variant les doses & les préparations”, il n’existe pas de système de médication uniforme. Le prince députe donc quatre médecins pour “former un Dispensaire”32 au plutôt, auquel après qu’il aura été approuvé par Nous, tous Médecins & Apoticaires de notre Cité, Fauxbourgs & Païs, seront obligez de se conformer”33.

22La mise au point d’une pharmacopée est d’une importance décisive. Elle constitue en effet un outil concret d’uniformisation et de contrôle des pratiques médicales. Parce que tous sont conjointement tenus de s’y conformer, elle donne tout son sens au principe de complémentarité qui unit médecins et pharmaciens. Elle définit aussi les cadres de la légitimité thérapeutique qui, en son absence, sont peu ou prou laissés à l’arbitraire de chacun. En cas de conflit ou de contestation, la pharmacopée représente toujours une référence indiscutable à laquelle il est possible de se rapporter. Enfin, elle permet d’inscrire l’examen auquel les pharmaciens doivent se soumettre dans les limites bien définies d’une matière commune à tous. Le savoir théorique de l’apothicaire, c’est la connaissance des produits contenus dans le dispensaire.

23Les impératifs du bien public ne concernent pas exclusivement la qualité des préparations pharmaceutiques et l’opportunité de leur prescription. Encore faut-il que la population puisse en bénéficier. Pour ce faire, une autre mission est confiée aux médecins chargés de rédiger le dispensaire :

  • 34 Ibidem, p. 51.

“Attendu que les prix des drogues sont souvent excessifs au détriment de nos pauvres sujets, nous voulons que les mêmes personnes fassent une taxe des drogues la plus juste qui se pourra, assistez pour cet effet de deux Apoticaires que nos Députez susdits choisiront”34.

24Le projet d’une pharmacopée et du tarif qui lui est associé traduit au mieux les objectifs de la politique médicale inaugurée par Joseph-Clément. Au facteur de rationalité thérapeutique qui justifie la création d’une nouvelle hiérarchie professionnelle, s’ajoute une attention plus vive aux aspects socio-économiques qui conditionnent la distribution des soins. Il n’est pas, à proprement parler, question de médicalisation. L’idée d’une diffusion volontairement et activement planifiée de la présence médicale n’est pas contenue dans la législation de 1699. Il s’agit de “lutter contre les abus”, non pas d’élargir les cadres de l’offre et de la demande de soins. Cependant, en plaçant les bornes de la légitimité et de l’illégitimité, le règlement du Collège des médecins fait exister la notion d’art de guérir et l’architecture professionnelle qu’elle suppose. En même temps, il établit de nouvelles relations entre les pouvoirs publics et les praticiens. Celles-ci sont, pour une bonne part, à la base de l’évolution future des professions médicales. L’uniformisation et la tarification des préparations thérapeutiques ne sont envisageables que dans ce contexte.

  • 35 Pharmacopea Leodiensis in qua discribuntur Medicamenta tam simplicia quàm composita [...]. Cum adj (...)
  • 36 Jean-François Angenot s’est demandé si les pharmaciens, “exclus de la rédaction de leur propre cod (...)
  • 37 Parmi les signataires de la pharmacopée, seuls Gilles Clermont et Jean-François Daniel sont mentio (...)

25Du projet à sa réalisation, la distance peut être grande. L’établissement d’une pharmacopée est la seule disposition du Règlement qui n’est pas d’application immédiate, puisque la rédaction d’un tel travail exige une longue maturation et des recherches approfondies. Il faudra une quarantaine d’années avant que le dispensaire voit le jour ! Ce n’est qu’en 1741, en effet, que la Pharmacopea Leodiensis sera publiée par l’imprimeur officiel de la Principauté35. Un délai de cette importance laisse rêveur. Malheureusement, aucune indication positive ne permet de l’expliquer36. On peut seulement supposer que le travail fut terminé entre l’automne 1737 et la fin de l’année 1738, trois ans avant sa publication37.

***

  • 38 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.
  • 39 “Si pourtant le nombre des Chirurgiens, que nous avons ordonnés ne pouvoir exceder de vingt-huit, (...)

26Le retard apporté à la rédaction de la pharmacopée donne la mesure des pesanteurs qui conditionnent l’activité du Collège des médecins. Le Règlement de 1699 représente un moment décisif dans l’histoire des professions médicales liégeoises. L’innovation est de taille : elle ne relègue pas pour autant dans les oubliettes du passé les formes traditionnelles d’organisation. La mise en œuvre de la notion de bien public ne signifie pas que le Collège se fasse l’instrument d’une politique délibérée de médicalisation. En témoigne, par exemple, la confirmation du numerus clausus de 28 chirurgiens instauré en 168738. Toujours, la réception d’un chirurgien surnuméraire sera une mesure d’exception que seul le prince peut accorder39.

  • 40 Règlement de 1687, op. cit., p. 49.

27A bien des égards, le Collège reste tributaire des modèles corporatifs. Les privilèges liés à l’ancienneté prévalent. Le Collège se constitue, chaque année, en vertu de ce seul principe : “Il n’y aura [...] pour former ce Collège, & l’ordre de l’alternation, que dix des plus anciens Médecins, dix des plus anciens Apoticaires & dix des plus anciens chirurgiens”40 Le Préfet n’est autre que l’aîné des médecins-assesseurs. Comme en témoigne le roulement annuel des membres du Collège, c’est la communauté des praticiens qui est censée présider aux destinées des professions médicales, non pas telle élite professionnelle désignée en vertu de critères particuliers de compétence.

28La question des droits de réception se situe dans le même contexte corporatif. Il ne s’agit pas d’une simple taxe à l’enregistrement des diplômes, mais d’une somme importante, sorte de dot professionnelle par laquelle le praticien scelle concrètement son appartenance à la communauté médicale. Ici aussi, comme dans les anciennes corporations, on “achète” le métier et les privilèges qui y sont associés. La valeur à la fois économique et symbolique du payement est incontestable. En même temps qu’ils alimentent les caisses du Collège, les frais de réception sont comme le terme d’un contrat qui définit, entre le praticien et la congrégation qui l’accueille, des droits et des devoirs réciproques. Ils sont aussi, cela va sans dire, une barrière à l’accession aux professions médicales.

  • 41 Règlement de 1687, op. cit., p. 58. Privilèges liés à la situation familiale : on peut interpréter (...)

29Archaïsme toujours. La somme est déterminée en fonction du degré de proximité du postulant à la communauté des praticiens. Les 24 florins d’or qui sont réclamés à ceux qui demandent la maîtrise ou la patente médicale, sont portés à 48 florins lorsqu’il s’agit d’un étranger au pays de Liège. Lorsque, par contre, le candidat est fils de maître ou de médecin, la somme est ramenée à 12 florins d’or seulement. Les privilèges accordés aux fils des membres de la corporation sont une constante de ce type d’organisation. Rappelons qu’en cas de vacance d’une place de chirurgien, parmi les candidats qui se présenteront à l’examen, le fils d’un maître “devra être préféré à tout autre”41. Quant aux chirurgiens ou aux apothicaires qui se feront recevoir pour exercer leur art hors de la Cité, faubourgs et banlieue, ils ne devront payer que 8 florins. Signe d’une hiérarchie professionnelle qui distingue la ville et la campagne ? Sans doute ; mais témoin, surtout, de la permanence d’une structure corporative qui, née en ville au cœur du Moyen Age, continue à ne se concevoir vraiment que dans l’enceinte de la Cité.

  • 42 Ibidem, p. 50. En Outre, le Collège perpétue la tradition des messes annuelles à saint Cosme et sa (...)

30Héritage corporatif encore, dans les rituels religieux qui ponctuent les activités de l’institution. Tous les ans, au jour de la saint Luc, le Collège fait chanter une messe “pour prier Dieu de préserver le Prince, ses Ministres, Officiers & tout son Peuple de mal contagieux” et une autre pour “les Ames des Confrères trépassez”42. Santé publique ? Celle-ci s’associe à l’intercession des saints protecteurs et s’illustre d’un chapelet d’intentions qui reproduit la hiérarchie de la société civile. Une messe, symbole des privilèges de la corporation, était également célébrée à l’occasion du décès de chacun de ceux qui, en cette circonstance, sont encore appelés des “confrères”.

***

31L’exposé des changements introduits par la création du Collège des Médecins ne doit donc pas faire oublier les continuités. Le paysage institutionnel, social et culturel sur le fond duquel l’innovation se dessine reste, bien entendu, celui de l’Ancien Régime. Témoin d’une évolution sans révolution, le Collège des Médecins se situe à mi-chemin des corporations de métier et des organismes modernes d’encadrement des professions médicales.

32Sur le plan juridique, le Collège bénéficie d’un statut qui n’est plus celui des associations professionnelles traditionnelles. Son autonomie est bornée à la stricte application du règlement. Enfreindre ce dernier, ce n’est plus seulement attenter aux intérêts des praticiens, mais, comme le révèle la procédure, commettre un délit qui relève de l’autorité publique :

  • 43 Ibidem, p. 53. Les amendes prescrites par le Règlement s’étendent de 3 à 40 florins d’or. Dans cer (...)

“Ce Collège ne pourra exercer aucune Juridiction civile ni criminelle [...] Toutes ses Assemblées & Ordonnances ne pourront tendre à autre chose, qu’à faire & executer ce qui leur est permis par ce présent Règlement [...] Tous les suspens tant determinez qu’arbitraires devront être decrétez par le Juge ordinaire, d’authorité duquel tous contraventeurs devront être aussi condamnez aux amendes, tant déterminées qu’arbitraires, dont la moitié sera au profit de nôtre Souverain Officier, & l’autre à la caisse du Collège”43.

  • 44 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.
  • 45 Ordonnance du 27 mai 1700, op. cit., p. 55.

33Bénéfice de la corporation ou bien-être de la collectivité ? Assurément, la signification du Règlement de 1699 est double. Il témoigne d’une évolution qui, peu à peu, déplace les questions relatives à l’art de guérir de la sphère du privé à celle du public. Le Collège dénonce au Grand Mayeur les contraventions qu’il aura constatées. Mais celui-ci peut également agir de sa propre initiative44. Dès après la promulgation du Règlement, les praticiens s’insurgent contre cette dernière prescription. Le prince finit par se ranger à leurs arguments et soumet toute procédure judiciaire à la dénonciation préalable du Collège. Mais la victoire est mitigée. L’ordonnance du 27 mai 1700 stipule en effet que le Collège est tenu de dénoncer au Grand Mayeur tous les “contraventeurs [...] qui sont venus à sa connaissance, à peine d’être responsable envers lui pour l’amende”45.

  • 46 Extrait hors des conclusions capitulaires du très Illustre Chapitre Cathédral de Liège, le mercred (...)
  • 47 Ordonnance du 9 décembre 1700, op. cit., p. 56.

34Archaïsme contre modernité ? Sans doute. Mais les termes d’une telle dialectique n’apparaissent clairement qu’au lecteur rétrospectif. A l’aube du xviie siècle, outre la volonté de changement, c’est aussi la réalité quotidienne des pratiques qui freine ou qui justifie la décision. A bien des égards, les trois ordonnances rectificatives qui suivent presque immédiatement la promulgation du Règlement de 1699 permettent de mesurer l’écart qui existe entre la rationalité du projet et les possibilités de son application. Ainsi, par exemple, en ce qui concerne l’unité de la pharmacopée et le principe de l’exclusivité des pratiques. Selon la lettre de la loi, les médecins ne peuvent distribuer aucun médicament. Mais qu’en devient-il, dès lors, des spécifiques, des remèdes et des secrets que tant de médecins mettent au point ou dont ils se font les propagateurs ? En 1698, déjà, le Chapitre cathédral s’en était ému, “n’entendant pas par ledit règlement d’empescher que ceux qui ont quelque secret particulier expérimenté familiair et nullement dangereux pour quelque sorte de maladie ou d’accident ne puisse donner leur remède”46. Le 9 décembre 1700, suite aux remontrances réitérées des médecins, Joseph-Clément de Bavière autorise ces derniers à distribuer leurs spécifiques, pour peu qu’ils les aient auparavant déclarés et qu’ils ne s’insinuent pas plus avant dans l’exercice de la pharmacie47.

Notes

1 Règlement du Collège des Médecins de la ville de Liège (24 mars 1699), dans G. De Louvrex, op. cit., t. 3, 1751, p. 46-53. Le règlement de 1699 est complété par trois ordonnances rectificatives en date du 15 février, du 27 mai et du 9 décembre 1700 (ibidem, p. 53-56).

2 Ni les archives du Collège des médecins, ni celles de la Confrérie des barbiers et des chirurgiens n’en conservent la trace. Seule une conclusion capitulaire du Chapitre cathédral nous informe que ce dernier a approuvé, le 8 octobre 1698, le projet de règlement qui venait de lui être soumis (A.E.L., Conseil privé, 340).

3 En outre, l’institution d’un collège médical n’est pas une spécificité liégeoise. Dans les limites de la Belgique actuelle, il en existait déjà à Anvers (1620), Bruxelles (1649) et Gand (1663). Un autre sera créé à Bruges en 1760 (Jules Sauveur, Histoire de la législation médicale belge, Bruxelles, Librairie Polytechnique d’Auguste Decq, 1862, p. 47). En France, la création d’institutions analogues correspond au souci d’établir une police médicale dans les villes dépourvues d’université (Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française duxviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1971, p. 17). C’est le cas à Troyes (1539), Lyon (1577), Rouen (1626), Limoges (1646), Dijon (1654), La Rochelle (1681), Lille (1681)... (Paul Delaunay, La vie médicale auxxvie,xviie etxviiie siècles, Paris, Editions Hippocrate, 1935, p. 291-294). Signalons toutefois que, sous des dénominations semblables, les collèges médicaux peuvent correspondre à des réalités très contrastées.

4 Règlement de 1699, op. cit., p. 47-48.

5 Ibidem, p. 50. Par ailleurs, la réception d’un médecin ne peut se faire qu’un mois après son arrivée dans la ville, le Collège étant ainsi en mesure de s’assurer des intentions et de la respectabilité du nouveau venu.

6 La réunion des diverses qualifications médicales dans une même configuration professionnelle n’est pas un phénomène courant. C’est ce qui distingue l’institution liégeoise de la plupart des autres Collèges qui ne regroupent que les membres d’une même profession (Paul Delaunay, op. cit., 1935, p. 292-294). Par ailleurs, l’exemple liégeois dément l’idée reçue selon laquelle la cœxistence des médecins, des chirurgiens et des pharmaciens dans un seul organisme est un signe d’archaïsme (ibidem, p. 295).

7 Supplique très humble à Son Altesse [...] par le Baron de Rosen Echevin et Conseiller Privé, [non datée], Ms-BUL, 2772. Dans ce document, de Rosen sollicite auprès du prince la présidence du Collège “qui ordinairement a été conférée à l’aîné des Echevins qui à l’honneur d’être de votre Conseil Privé”.

8 Règlement de 1699, op.cit., p. 48.

9 A cet égard, le Règlement de 1699 est bien plus qu’une constitution visant l’organisation interne des professions médicales. Ses prescriptions, qui concernent toute question relative à l’art de guérir, “devront être ponctuellement suivies, comme des Loix inviolables” (ibidem, p. 48).

10 Un greffier et un valet sont mandatés pour assurer les charges administratives.

11 Les cérémonies de subrogation se déroulent le 18 octobre de chaque année, jour de la saint Luc, sous l’invocation duquel est placé le Collège.

12 Les assesseurs apothicaires et chirurgiens sont simplement remplacés chaque année. Quant aux médecins, “les deux plus jeunes des quatre par nous denommez sortiront après la première année écoulée pour faire place à deux autres qui les suivent en rang de Patentes, lesquels demeureront comme anciens, lors que les deux premiers de la première année sortiront après l’écoulement de la seconde, & ainsi successivement” (ibidem, p. 49). Lorsque survient le décès de l’un des assesseurs, il est automatiquement remplacé par celui qui le suit directement en ancienneté.

13 “Afin que ceux qui professent la Médecine ne soient pas exclus des résolutions qu’on prendra pour sa perfection, & qu’au contraire chacun contribue de ses soins & soit successivement informé de ce qui se passe, les Médecins, les Apoticaires & les Chirurgiens succéderont les uns aux autres en la séance de Consulteurs ou Assesseurs du Collège” (ibidem, p. 48). Il n’est pas sans intérêt de noter qu’à la brièveté de ces mandats s’oppose la stabilité de la charge de président, qui est normalement concédée de manière définitive. De même, le médecin de corps du prince-évêque fait partie de droit du Collège, avec les mêmes privilèges et prérogatives que les autres assesseurs. Le fait que les “hommes du prince” soient les seuls à bénéficier de mandats permanents contribue au renforcement du pouvoir politique à l’intérieur des structures médicales.

14 Les prescriptions du règlement de 1687 sont maintenues, pour autant qu’elles n’entrent pas en contradiction avec la nouvelle législation. En ce qui concerne les conditions de réception à la maîtrise, la durée de l’apprentissage est ramenée à cinq ans pour les chirurgiens, alors qu’elle était de six ans dans le précédent règlement.

15 Ibidem, p. 51.

16 L’usage du latin lors de l’examen oral pourrait équivaloir, pour le récipiendaire, à l’obligation d’avoir fréquenté un collège.

17 Ibidem, p. 52. Compris parmi les électuaires, le mithridate est un antidote qui a servi de modèle à de nombreuses compositions de la pharmacopée galénique. Il s’apparente à la thériaque, par laquelle il fut progressivement supplanté (M. Nachet, Mithridate, dans Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, t. 33, Paris, Panckoucke, 1819, p. 502-503).

18 Règlement de 1699, op. cit., p. 52. En outre, les apothicaires sont tenus de conserver pendant un an les ordonnances des médecins pour permettre d’éventuels contrôles (ibidem, p. 52 et Modération du 15 février 1700, op. cit., p. 53).

19 Par exemple : “Les chirurgiens ne feront que le devoir de leur profession, sans entreprendre sur celle des médecins ou des apoticaires” (Ibidem, p. 52).

20 Ibidem, p. 51.

21 Ordonnance du 27 mai 1700, dans G. De Louvrex, op. cit., 1751, p. 56.

22 Ibidem, p. 50.

23 Ibidem, p. 51. Cet article du Règlement de 1699 renouvelle une ordonnance de Jean-Louis d’Elderen datée du 9 octobre 1693 et dont les origines canoniques remontent au 4e concile du Latran (1215). Les termes en sont encore plus explicites : “[...] Cum itaque praecipua salutis media sint Ecclesiae, omnem ab eis, ad quos spectat, adhiberi volumus diligentiam, ut de illis, et potissimus de sacramento pœnitentiae prae caeteris maxime necessario aegris tempestive provideatur, ne per separationem hujus medicinae spiritualis a corporali contigat [...] quod cum evidenti salutis periculo omnium periculorum maxime sine confessione et absolutione sacramentali ex hac vita decedant” (M. Polain, op. cit., IIIe série, vol. 1, p. 207).

24 Ordonnance du 15 février 1700, op. cit., p. 54.

25 Cfr, par exemple, Marie-Christine Pouchelle, Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen-Age, Paris, Flammarion, 1983, p. 76-77.

26 Jean Delumeau, La peur en Occident.xve - xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 53.

27 Règlement de 1699, op. cit., p. 53.

28 M Cfr, par exemple, à ce sujet : Jacques Gelis, La sage-femme et le médecin, Paris, Fayard, 1988, passim.

29 Cet intérêt est lui-même à mettre en rapport avec le développement de l’anatomie et de l’esprit d’observation. En marge du conformisme universitaire, la connaissance de l’anatomie — qui implique celle des organes de la génération et de la parturition — apparaît comme un préalable indispensable à toute thérapeutique médicale ou chirurgicale : “La Science de l’Anatomie est si utile & si avantageuse à tous les hommes, & principalement à ceux qui exercent la Médecine & la Chirurgie, qu’ils ne peuvent la négliger, sans renoncer entièrement à leur Profession, puisqu’elle en est la base & le fondement ; & qu’il est absolument impossible qu’ils puissent jamais guérir aucune maladie, ni faire aucune Opération, s’ils ne connoissent auparavant la partie affligée” (Pierre Dionis, L’anatomie de l’homme, suivant la circulation du sang, & les dernières découvertes, Paris, Laurent d’Houry, 1694, p. 125-126).

30 Au sein même du Collège, la suprématie dont les médecins bénéficient est tout à la fois scientifique et morale. Ainsi, par exemple, le contrôle qu’ils exercent sur les activités thérapeutiques des chirurgiens concerne également la question cruciale des pratiques abortives : les chirurgiens “ne devront faire des saignées aux femmes enceintes, ni aux autres, ou aux filles du pied” sans avis du médecin (Règlement de 1699, op. cit., p. 52-53). La saignée, en effet, était pratique courante pendant les grossesses difficiles. Mais, écrivait Mausquet de la Motte au tout début du xviiie siècle, “quand une femme se porte bien [...] je ne regarde pas seulement la saignée comme- inutile, mais comme très préjudiciable puisque, le sang fournissant la nourriture de l’enfant, une saignée faite mal à propos est capable de faire avancer l’accouchement” (cité par Jacques Gelis, Accoucheur de campagne sous le roi soleil. Le traité d’accouchement de G. Mausquet de la Motte, Toulouse, Privat, 1979, p. 68). La saignée au pied avait la réputation d’être particulièrement dangereuse et passsait communément pour abortive (ibidem, p. 146).

31 Règlement de 1699, op. cit., p. 50-51. Le 27 mai 1700, une modération du Règlement de 1699 permettait d’alléger la procédure. Si l’apothicaire reconnaissait la mauvaise qualité des drogues mises en cause, celles-ci pouvaient être “jettées là-même”, sans être portées au Collège des Médecins (Ordonnance du 27 mai 1700, op. cit., p. 56).

32 C’est-à-dire une pharmacopée.

33 Règlement de 1699, op. cit., p. 51. Les médecins délégués par Joseph-Clément de Bavière sont : Léonard-Joseph Bimy, Jean-Baptiste Bocqueau, François Loncin et Mathieu Nessel.

34 Ibidem, p. 51.

35 Pharmacopea Leodiensis in qua discribuntur Medicamenta tam simplicia quàm composita [...]. Cum adjuncta Taxa & Indice. Omnia ad usum Medicorum Palriae Leodiensis, Liège, Everard Kints, 1741. Un mandement de Georges-Louis de Berghes, mis en garde de loi le 17 avril 1741, rend obligatoire l’usage de la pharmacopée (dans G. De Louvrex, op. cit., 1751, p. 63).

36 Jean-François Angenot s’est demandé si les pharmaciens, “exclus de la rédaction de leur propre codex”, n’ont pas entravé la réalisation de la pharmacopée (J.-F. Angenot, La pharmacie et l’art de guérir au pays de Liège, Liège, 1983, p. 68). En l’absence de toute information, il nous semble difficile de soutenir cette hypothèse. En vertu de la suprématie des médecins, la rédaction de la pharmacopée avait initialement été confiée à quatre docteurs, assistés de deux pharmaciens pour la rédaction du tarif. Les auteurs du texte de 1741 ne sont évidemment pas ceux qui avaient été désignés 40 ans auparavant. Les signataires de la pharmacopée sont les médecins Gilles Clermont, Jean-François Daniel, Gilles-Guillaume Clermont et Philippe de Bazin, auxquels s’ajoutent les pharmaciens Lambert-François Florkin et Jean Van Nes (Pharmacopea Leodiensis op. cit., 1741, non paginé). A près d’un demi siècle d’intervalle, ce sont donc toujours quatre médecins assistés de deux pharmaciens qui ont réalisé la pharmacopée.

37 Parmi les signataires de la pharmacopée, seuls Gilles Clermont et Jean-François Daniel sont mentionnés comme occupant des fonctions au Collège des médecins, le premier comme Préfet, le second comme médecin-assesseur. Or, ils n’ont occupé ces postes qu’entre octobre 1737 et octobre 1738. De plus, les autres signataires ne faisaient effectivement pas partie du “bureau” du Collège à cette époque (A.E.L., Métiers, 284, p. 175).

38 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.

39 “Si pourtant le nombre des Chirurgiens, que nous avons ordonnés ne pouvoir exceder de vingt-huit, venant à être complet, il se trouvoit quelque habile homme & Sçavant dans la Chirurgie, qui se présentât pour la pratiquer & voulut s’établir dans nôtre Cité de Liège, Faubourgs & Banlieue, en ce cas le pouvoir sera réservé à Nous & à notre Conseil Privé d’admettre sommairement par une grâce particulière & pour l’utilité de nos Sujets telle personne, après qu’il aura subi l’Examen de gens capables que nous dénommerons à cet effet” (Règlement de 1687, op. cit., p. 59).

40 Règlement de 1687, op. cit., p. 49.

41 Règlement de 1687, op. cit., p. 58. Privilèges liés à la situation familiale : on peut interpréter dans le même sens l’importante réduction accordée aux “garçons des veuves”, c’est-à-dire à ceux qui tiennent la boutique d’un apothicaire décédé. Ils subiront “le même examen & prêteront le même serment que ceux qui se présentent pour être receus Maîtres, à la réserve qu’ils ne payeront que deux florins d’or pour rassemblement du Collège” (Règlement de 1699, op. cit., p. 52).

42 Ibidem, p. 50. En Outre, le Collège perpétue la tradition des messes annuelles à saint Cosme et saint Damien, patrons des chirurgiens (Marcel Florkin, Les messes des médecins liégeois, dans RMLg, vol. IX, 1954, n° 6, p. 190).

43 Ibidem, p. 53. Les amendes prescrites par le Règlement s’étendent de 3 à 40 florins d’or. Dans certains cas de récidive ou de refus de soumission à l’autorité du Collège, la peine peut aller jusqu’à la suspension du droit d’exercice. L’ordonnance explicative du 15 février 1700 stipule par ailleurs que ceux qui exercent l’an de guérir sans y être autorisés sont passibles d’une amende qui “ne pourra être moindre que de cinq florins d’or pour la première fois” (Ordonnance du 15 février 1700, op. cit., p. 55).

44 Règlement de 1699, op. cit., p. 50.

45 Ordonnance du 27 mai 1700, op. cit., p. 55.

46 Extrait hors des conclusions capitulaires du très Illustre Chapitre Cathédral de Liège, le mercredy 8e octobre 1698, A.EL., Conseil Privé, 340.

47 Ordonnance du 9 décembre 1700, op. cit., p. 56.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540