Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Deuxième partie. Syncrétisme et diversité : la médecine au XVIIIe siècle

Chapitre I. L’héritage médiéval

Texte intégral

  • 1 Marcel Florkin, La législation des professions médicales dans la Principauté de Liège, dans Médeci (...)
  • 2 Cfr, par exemple, au sujet des événements de 1468 : Henri Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, Bru (...)
  • 3 On ne connaît pas la biographie de ces personnages qui furent les deux premiers maîtres de la conf (...)
  • 4 L’édition de ce texte est due à F. Tihon, Les statuts de l’association des médecins, chirurgiens, (...)
  • 5 Pour les chirurgiens liégeois, il s’agit de restaurer les ordonnances “jadis entretenues et observ (...)

1Dès le Moyen Age, existait à Liège une Confrérie des barbiers et des chirurgiens, placée sous le patronage traditionnel des saints Cosme et Damien1. On ne possède malheureusement aucun renseignement à son sujet, toutes ses archives ayant été détruites en 1468, lors du sac de la ville par Charles le Téméraire2. Après le dramatique incendie et l’occupation bourguignonne, la Compagnie disparaît pendant plus d’un demi-siècle. Ce n’est qu’en 1525 qu’elle est reconstituée à l’initiative de deux chirurgiens liégeois, Denis de Hollande et Léonard Hassaige3. Les statuts de la nouvelle institution, entérinés auprès des échevins de la Cité le 3 juin 1526, représentent le texte normatif le plus ancien que l’on conserve à propos de l’exercice de l’art de guérir dans le pays de Liège4. Assurément, il s’agit d’une restauration plutôt que de la création d’une institution nouvelle et la constitution de 1525 ne doit pas différer sensiblement des règlements médiévaux5.

  • 6 C’est au nom des “chirurgiens, meides et barbiers confrères en la susdite compagnie” que Léonard H (...)

2Les médecins sont comptés, avec les chirurgiens et les barbiers, au nombre des confrères6. Cependant, leur présence dans la Compagnie n’est rien d’autre que formelle. Ils ne participent pas à sa direction — les maîtres sont toujours deux chirurgiens — et les prescriptions du règlement de 1525 ne les concernent pas directement. Il est important d’y insister : au xvie et au xviie siècles, les médecins échappent à tout contrôle professionnel et à toute organisation de type corporatif.

  • 7 A propos du patronage des saints Cosme et Damien envers les chirurgiens, cfr Marcel Florkin, Un pr (...)
  • 8 Règlement de 1525, op. cit., p. 554.
  • 9 Le mot “aidant” signifie liard en wallon. A propos des monnaies :
    1 florin Brabant-Liège = 20 patar (...)

3Les activités de la Compagnie s’ordonnent autour d’un rituel principalement religieux. L’élection des deux maîtres se déroule, le jour de la fête des saints Cosme et Damien7, après la célébration d’une “messe haulte à diacque et subdiacque” et d’une messe de requiem “pour la rémission des âmes de nos prédécesseurs, de nous et de noz successeurs”8. Les confrères sont tenus, sous peine d’une amende de deux aidants liégeois9, d’assister à ces cérémonies. De même, ils doivent être présents aux messes chantées à l’occasion du décès de chacun des membres de la Confrérie. Par ailleurs, les motifs qui sont invoqués pour justifier la réorganisation de la Compagnie sont, eux aussi, d’inspiration religieuse :

  • 10 Règlement de 1525, op. cit, p. 553-554.

“Comme par cidevant par nos antécesseurs soit esté fundée et érigée unne confraternité en l’égliese des frères mineurs de la dite cité, appellée la compagnie saint Cosme et saint Damin et partant que à la pittoiable démolution et combustion de la dite cité, les lettrez et documens de grâce et privilèges, pour ce obtenus, sont esté adnéantis, à cause de quoy la dite confraternité cheute en désertion, si que les bien fais, prières et intercessions sont cessées, est-il que nous, affectez à salut des âmes et augmentation du bien publicque, convoitans de tous noz cueurs resuciter et redreschier la dite confraternité, affin par nous entretenir et parmaintenir concord, paix et amitié”10.

  • 11 Les seules précisions apportées concernent les droits de réception, plutôt que le cursus d’apprent (...)
  • 12 Dans cette perspective, il est intéressant de constater que les pouvoirs communaux et principautai (...)

4Organisation laïque instituée pour le service de Dieu, la Compagnie de saint Cosme et de saint Damien, comme toutes les confréries, tisse entre les individus qu’elle réunit des liens de solidarité et de réciprocité. La sociabilité d’Ancien Régime se construit, presque nécessairement, autour d’un modèle religieux. Mais la référence à Dieu sert à la fois l’unité du groupe, de même qu’elle lui donne sens et réalité aux yeux de l’ensemble de la société. Ainsi, la Confrérie des barbiers et des chirurgiens se prévaut d’une rationalité plus religieuse et sociale que thérapeutique ou médicale. Bien sûr, en imposant des conditions d’accès à la maîtrise, la Compagnie — dont la constitution est mise en garde de loi — se porte garante de la compétence des confrères. Mais les critères de qualification restent pour le moins laconiques. Leur contenu est enfoui dans le secret d’une filiation personnelle qui conduit de l’apprentissage à la maîtrise11. Pour ces simples artisans qui ont en commun, non pas l’art de guérir, mais l’art d’appliquer la lame aux soins du corps — le rasoir pour les barbiers, la lancette pour les chirurgiens — nul besoin de prétendre à l’acquisition d’un savoir académique. Nul besoin non plus, pour les autorités principautaires ou communales, de définir compétences et qualifications. Le mouvement part des praticiens, de même que les mécanismes de contrôle émanent exclusivement de la Confrérie. La constitution de 1525 ne correspond à aucune volonté publique ou politique : à la manière médiévale, elle n’est qu’un privilège destiné à protéger l’espace professionnel des chirurgiens et des barbiers12.

  • 13 Règlement de 1525, op. cit., p. 553.
  • 14 Passer les rasoirs à la meule.

5Très significatives à cet égard sont, à la fin du règlement, les conditions d’admission des praticiens étrangers. La Confrérie se réserve le droit d’examiner leur compétence, étant donné que “journelement, plusieurs estreingiers incognus faignans estre abilles et experts pour exercer l’arte de nostre praticque, se jugèrent venir en ceste cité dont par le moien d’aucuns, plusieurs ont grandement esté abusez et domaigiés”13. Evaluer donc les compétences des praticiens étrangers : la Compagnie s’assure qu’ils sont “overiers ou non tant de seigner, appoinctier lancettes, remoure rassouers14 et autres instrumens concernans nostre praticque”. Mais, aussitôt formulées ces brèves précisions, les prescriptions fiscales et sociales l’emportent. Nul étranger ne pourra élever boutique de barbier ou de chirurgien s’il ne s’est auparavant acquitté d’un droit d’entrée composé d’une livre de cire, d’un “stier de fort vin az maistrez” et de deux florins d’or. La ristourne des deux florins d’or est accordée à ceux qui, par mariage avec la fille d’un maître, entrent plus directement dans la communauté des praticiens liégeois. De toute évidence, les éléments destinés à préserver la cohésion interne du groupe des praticiens l’emportent sur toute autre considération.

  • 15 Ibidem, p. 556.

6Les rares indications destinées à réglementer la pratique proprement dite vont dans le même sens. Ainsi, il est stipulé qu’aucun des membres de la Compagnie “ne s’avanche entreprendre cure ne ouveraige par ung sien confrère encommenchiet que premièrement celuy qui commenchiet l’aroit ne soit compettement salariziet [...] sur paienne de deux florins d’oir”15. Dans l’ensemble du règlement, une seule prescription est de nature plus spécifiquement médicale : c’est la possibilité, offerte au patient en danger de mort ou à ses proches, d’exiger du chirurgien traitant une consultation avec les maîtres de la Confrérie.

7De l’exercice de l’art de la chirurgie au xvie siècle, on ne connaît que ces quelques éléments, fragiles reflets d’une réalité qui demeure insaisissable. En 1525, fut ressentie la nécessité de réunir chirurgiens et barbiers dans la Compagnie de saint Cosme et de saint Damien. Mais, au seuil de l’époque moderne, la nouvelle institution ne fait que restaurer un ordre plus ancien, fondé sur la solidarité corporative du groupe des praticiens. Dans ce contexte où prédominent les prescriptions religieuses, sociales et économiques, le contrôle des savoirs paraît secondaire. Quelques allusions, vagues et presque incidentes, suffisent à évoquer la nature des compétences attendues. C’est que l’identité professionnelle des barbiers et des chirurgiens se ramène non pas à l’acquisition d’un savoir, mais à celle d’un savoir-faire directement associé aux instruments de la pratique : la manipulation de la lancette définit le chirurgien bien plus que la connaissance de l’anatomie. Les confrères sont des artisans et la filière individuelle de l’apprentissage remplit à elle seule les conditions de leur formation.

***

  • 16 Ordonnance approuvant les chartes et privilèges du métier des merciers de Liège (9 octobre 1534), (...)

8L’organisation de la pharmacie obéit à une logique analogue. Nul besoin, pour les apothicaires, d’affirmer la spécificité médicale de leur pratique. Ils appartiennent au Métier des merciers, réorganisé, en 1534, quelques années après la Confrérie des saints Cosme et Damien16. Avec les épiciers et les merciers, ils partagent la vente d’un certain nombre de produits qui ont en commun leur rareté, leur caractère précieux ou leur provenance exotique. C’est en vrac qu’ils sont évoqués dans les chartes de 1534 :

  • 17 Thériaque.
  • 18 Ibidem, p. 100.

“Afin que chascun sache comment il doibt uzer dudit mestier ensuyant et wardant le seriment qu’avons fait d’avoir et d’uzer de bon poix, balance, juste mesure et léalle marchandiese, assçavoir soyent drap d’or, d’argent, damas, soye, orfroye, habillements d’engliese, saye, wastardes, xhafurres, fistaines, bockeranes, zuwilick, fillets tissus et non tissus, toutes espiceries, rizes, souffres, amidon, harpixhe, colle blancque et noire, savon, potas, forets de Flandre, sirope, lame, ficques, roisins, tirade17, alloen, brusy, rouges feuilles et autres, cirre weaze, waranze, crapes et commines pareilles, avec touttes apoticadries, cuyre de marokins, cordewans, peaux de moutons de touttes couleurs, parchemins, vealins, encre, papier, nallier, corryes de cuyr et autres”18.

  • 19 En certains endroits, la situation institutionnelle des professions médicales peut présenter des c (...)

9Le contrôle corporatif s’exerce ainsi sur la qualité et la juste mesure des denrées. Leur utilisation éventuellement médicale n’est qu’accessoire. Elle ne trace aucune ligne de démarcation suffisamment précise pour justifier — ne fût-ce qu’à l’intérieur du Métier — l’organisation autonome des apothicaires. Ces derniers ne sont non plus associés aux médecins ou aux chirurgiens par aucune relation organique. Le Métier des merciers et la Compagnie des saints Cosme et Damien sont deux corps absolument indépendants19.

  • 20 Nadia Vilenne, Matrones, accoucheuses, sages-femmes. L’assistance aux accouchements du xvie au xvi (...)
  • 21 Même contexte dans l’Angleterre du xvie siècle : “Midwives throughout England came only under a sy (...)

10Quant aux sages-femmes, jusqu’à l’extrême fin du xviie siècle, elles relèvent de la seule autorité du Prévôt et n’appartiennent à aucune organisation professionnelle à caractère médical20. Lorsqu’il s’exerce, le contrôle qui leur est imposé est inspiré par des considérations exclusivement religieuses, liées au souci de la bonne administration du baptême et à la lutte contre les pratiques abortives ou les infanticides21.

***

11Au cours des xvie et xviie siècles, la situation institutionnelle des sages-femmes, des apothicaires et des médecins ne se modifie pour ainsi dire pas. Seul se transforme le monde de la chirurgie. La Compagnie des saints Cosme et Damien apparaît ainsi comme le centre véritable à partir duquel le changement se prépare.

  • 22 Règlement pour la confrérie dite de saint Cosme et saint Damien, dans Mathieu Polain, op. cit., 2e(...)

12En 1592, sous le règne d’Ernest de Bavière, la constitution des barbiers et des chirurgiens est remplacée par un nouveau règlement, présenté aux échevins de Liège par les deux maîtres de la Compagnie, les chirurgiens Gérard Doulot et Arnold Hoens22. Sans modifier la structure ni les principaux rouages de la Confrérie, le texte de 1592 révèle néanmoins certaines transformations sur lesquelles il importe d’insister. Le ton tout d’abord a changé, de même que les motifs invoqués par les chirurgiens soucieux de “rafraîchir” les anciens privilèges :

  • 23 Ibidem, p. 122.

“Prévoyant par nous, les confrères de la confraternité de Saints Cosme et Damien [...] que par négligence de faire observer les règles et ordonnances à nous concédées [...] beaucoup d’abus et grands inconvéniens en seroient survenus ; davantage que, par révolution du temps, les finesses et malices des hommes sont creues et croissent de jour en jour aux yeux voyants d’un chacun ; trouvant pour ce nécessaire de renouveler icelles ordonances, les fortifier et augmenter, tant pour nos successeurs que pour les estrangers qui journellement arrivent en ceste cité, lesquels se présument de besogner et prendre indifféremment cures [...] ; ce qui redonde au déshonneur de nostre dite confraternité et au grand détriment d’un chascun, principalement le pauvre simple populaire qui est le plus souvent de légère crédence et facile à abuser et tromper”23.

13Dès le préambule, la rhétorique religieuse s’estompe et fait place à une argumentation à peine esquissée dans le texte de 1525. La question des praticiens itinérants, secondaire dans le premier règlement, est maintenant portée au devant de la scène. Dans le corps du texte, elle occupe une place beaucoup plus importante qu’auparavant. L’ordre des priorités s’est en quelque sorte inversé : à la sur-représentation des éléments favorisant l’intégration sociale des praticiens, se substitue la multiplication des critères de distinction. En poussant quelque peu le trait, on pourrait dire que si l’enjeu de la constitution de 1525 était de réunir les chirurgiens dans le giron de la Confrérie, celui du règlement de 1592 est de définir plus explicitement les cadres de la légitimité et de l’illégitimité. Pour ce faire, l’argumentation s’appuie sur deux axes : la formulation des critères de compétence, d’une part, l’épouvantail de la crédulité et de l’ignorance populaire, d’autre part.

  • 24 De manière plus manifeste, le contexte de la Contre-Réforme est nettement perceptible dans certain (...)

14C’est par “finesses” et par “malices” que les praticiens étrangers parviennent à séduire le “pauvre simple populaire” : en quelques mots se définit ainsi l’image moderne du charlatan qui suppose à la fois le cynisme du prétendu thérapeute et la naïveté, voire l’imbécillité, de son client Paradoxalement, alors même qu’il se laïcise — tout au moins dans sa formulation — c’est à l’univers religieux de la Contre-Réforme que le règlement de 1592 emprunte son pouvoir de conviction : entre le loup et l’agneau, la Compagnie trouve les raisons de sa légitimité. De même, formulée au Concile de Trente, la consigne de la reconquête rappelle au sein de l’Eglise ceux qu’égarent les faux prophètes24. Au-delà de la simple dénonciation des abus, l’afflux des praticiens étrangers — “qui redonde au déshonneur de nostre dite confraternité” — engage dès lors la responsabilité des confrères. A la Compagnie, il revient de protéger la Cité des méfaits des praticiens non expérimentés :

  • 25 Ibidem, p. 123.

“Comme plusieurs estrangers s’ingèrent soy trouver en ceste cité, courans d’un pays en autre, se disant estre médecins, physiciens, chirurgiens ou opérateurs ès tels arts et pratique que exercent tellement quellement sans raison, abusans souvent, comme dessus est dit, le simple peuple : que doresnavant telles manières de gens ne se présument en icelle cité ni banlieue besogner ni exercer icelle art et pratique, en secret ni en appert, si premièrement ne se sont présentés aux maistres de ladite confraternité, sur peine de trois florins d’or d’amende”25.

15Examens, contrôle, réglementation, amendes. Avec l’intensification des échanges au xvie siècle, il est probable que les praticiens itinérants se soient faits plus nombreux et que cette circonstance ait en partie motivé la révision du règlement. Mais en l’absence d’une documentation suffisante, on ne peut que le présumer ; de même on ne peut non plus préjuger de la manière dont la constitution de 1592 fut mise en œuvre. A l’évidence cependant, l’esprit de la règle se modifie et révèle la lente transformation des mentalités.

  • 26 Ibidem, p. 123.

16En évoquant avec précision l’image centrale du praticien illégal, la Compagnie s’ouvre à la notion de responsabilité collective, voire — timidement — à celle de bien public. Par le même canal, c’est aussi l’unité des pratiques médicales qui se trouve renforcée. Le contrôle de la Confrérie ne prétend pas en effet s’exercer sur les seuls chirurgiens ou opérateurs itinérants, mais encore sur tous ceux qui, étrangers à la ville, se disent médecins ou “physiciens”. Ceux-ci seront convoqués par les confrères, assistés en la circonstance de deux médecins. Ils devront alors “faire ostention des lettres de leurs professions et université où ils auront esté promeus, lieu de leur nativité, prud’homie, renommée et bonne famé”26. De même, il est stipulé que

  • 27 Ibidem, p. 124.

“nuls estrangers, quels qu’ils soient ne présument mettre bannière ni autre enseigne au marché ni autre part en ceste cité et banlieue [...], hayener ni vendre thériaque, poisons ou drogues, si premièrement ne sont par les deux maîtres et apothicaire de ladite confraternité sérimentés, examinés et visités”27.

17La Confrérie reste celle des barbiers et des chirurgiens. Au xvie siècle, les médecins conservent autonomie et indépendance, de même que les apothicaires continuent d’appartenir au Métier des Merciers. Cependant, avec l’affirmation d’une volonté plus ferme de contrôler les praticiens étrangers, se construit peu à peu le sentiment d’appartenance à un même ensemble professionnel. L’adjonction à la Confrérie d’un apothicaire et de deux médecins examinateurs en constitue les premières manifestations institutionnelles. Cette conscience nouvelle et à peine esquissée de l’unité des pratiques médicales est d’une importance capitale. Au niveau des règles de la pratique, elle conduit, par exemple, à mieux définir les relations de complémentarité thérapeutique entre médecins et chirurgiens :

  • 28 Ibidem, p. 124-125.

“Quiconque aura aucun patient blessé à la teste, où il convient de faire ouverture de la première et seconde table ou de toutes deux ensemble, amputer bras, jambes ou autres membres du corps, que personne d’entre nosdits confrères s’avance d’ouvrir le cranion souverainement jusques à dura mater, ni faire amputation de membre tel qu’il soit, ni ouvrir autres accidens dangereux, s’il n’est particulièrement ordonné et résoud par cognoisseurs et docteurs à ce usité et entendant la physiologie, sur peine de trois florins d’amende”28.

  • 29 Cette question mériterait une étude approfondie. Il faut évidemment la rattacher au développement (...)

18Toujours, la règle se formule sur un mode négatif : elle impose des limites plutôt qu’elle n’ouvre des perspectives. Mais elle définit en même temps de nouvelles articulations entre médecine et chirurgie. En subordonnant les interventions chirurgicales lourdes à l’autorisation médicale, elle révèle avec éloquence le souci d’inscrire le savoir-faire du chirurgien et le savoir du médecin dans une même configuration thérapeutique. C’est ici que se mesure le changement. Le chirurgien reste un artisan et le médecin un homme de connaissance, formé à l’université. Mais le fossé qui les sépare ne révèle plus seulement leur différence : il s’exprime maintenant dans les termes d’une hiérarchie opératoire ou fonctionnelle dont les éléments servent un même projet de guérison. D’une infériorité de fait, on passe en somme à une subordination active. Il faut y voir un des premiers signes de valorisation des pratiques chirurgicales. L’artisanat traditionnel, en effet, se suffit à lui-même. Les connaissances qu’il suppose se résument au bagage immuable transmis lors de l’apprentissage. L’ouverture des pratiques chirurgicales à l’autorité du médecin peut donc s’interpréter comme la manifestation d’une force d’attraction vers un autre ordre de savoir, comme le dépassement des cadres de l’artisanat, de la corporation. Un tel mouvement permet d’expliquer pourquoi les chirurgiens qui ont rédigé la constitution de 1592 ont, selon toute vraisemblance, d’eux-mêmes formulé des règles qui limitent aussi explicitement leur autonomie. Soumettre, tout au moins en partie, les pratiques chirurgicales au diagnostic médical, c’est affirmer en même temps la promotion de la chirurgie et sa mise en contact avec l’univers du Savoir29.

  • 30 Mathieu Polain, op. cit., 1871, p. 122, note 1.

19La loi n’est pas toute la réalité. Ses successives transformations témoignent de l’évolution des mentalités et des manières de faire sans pour autant permettre la description au quotidien des relations qui se tissent entre les différents groupes de praticiens. En 1666, la nécessité de confirmer le règlement de 159230 laisse supposer que les prescriptions de ce dernier menacent de n’être plus respectées. La loi est une chose, son application une autre. Sous l’Ancien Régime particulièrement, l’habitude, la coutume, l’unanimité tacite d’une communauté suffisent à rendre une loi désuète. En se modifiant, les textes normatifs permettent cependant de reconstituer les étapes principales ou tout au moins les tendances du changement. Au xvie et au xviie siècles, les modifications apportées au statut des barbiers et des chirurgiens dominent le paysage institutionnel. Il n’est pas sans intérêt d’y insister : alors même que se constitue peu à peu une hiérarchie des pratiques médicales au sommet de laquelle on trouve le médecin, les forces d’intégration émanent du monde de la chirurgie.

  • 31 Règlement pour les chirurgiens & pour les Barbiers et Perruquiers [...] publié au Perron de Liège (...)

20En 1687, sous le règne de Maximilien-Henri de Bavière, les statuts de la Compagnie des saints Cosme et Damien sont une nouvelle fois modifiés31. La principale innovation apportée par ce règlement est de séparer barbiers et chirurgiens et de constituer, au sein même de la confrérie, deux corps distincts et à-peu-près autonomes, celui des barbiers et perruquiers, d’une part, celui des chirurgiens, d’autre part. La décision est motivée par la volonté de mettre fin aux conflits de plus en plus aigus qui opposent les uns et les autres.

21Conflits de pouvoir, tout d’abord. A l’intérieur de la Compagnie, les barbiers sont assujettis à l’autorité des chirurgiens. Au cours du xviie siècle, il semble que ces derniers aient abusé de leur suprématie jusqu’à monopoliser la plupart des privilèges et à exclure les barbiers de toutes les positions d’influence :

  • 32 Ibidem, p. 59.

“[...] les chirurgiens les faisoient dépendre d’eux, & en tiroient sous ce prétexte des droits assez notables, sans leur permettre en considération de ce qu’ils contribuoient, de jouir d’aucune prérogative de leur Confrérie ; voire même sans les faire participer dans les Prières qu’ils faisoient faire [...]”32.

  • 33 Quatre ans pour les barbiers, six ans pour les chirurgiens, selon les prescriptions du règlement d (...)

22L’ordre des préséances s’explique — et est à la fois rendu plus complexe — par des questions de compétence et de territoire professionnel. Comme il a été dit plus haut, ce qui réunit barbiers et chirurgiens dans une même confrérie réside dans leur commune utilisation de la lame pour les soins du corps. Aux barbiers le rasoir, aux chirurgiens la lancette. Une fois de plus, on mesure le rôle prépondérant de l’outil comme identificateur des professions artisanales. Il faut bien comprendre que la distinction entre l’activité des barbiers et celle des chirurgiens ne relève pas d’abord de la nature de leur pratique, mais bien d’une hiérarchie des compétences. C’est parce que, au terme d’un plus long apprentissage33, les chirurgiens ont acquis une plus grande habileté qu’il leur est loisible d’entreprendre des opérations chirurgicales. Le barbier ne fait que caresser de son rasoir le visage de ses clients ; le chirurgien saigne, ampute, coupe les chairs. Le premier reste à la surface des corps ; le deuxième pénètre leur dangereuse et fragile intimité.

23C’est donc le rapport à l’instrument qui, à la fois, distingue et réunit barbiers et chirurgiens. La frontière, aujourd’hui évidente, que tracerait entre ces métiers la notion d’art de guérir est secondaire, simple conséquence plutôt que critère de démarcation. Par là même, elle est naturellement beaucoup plus imprécise. En 1687, malgré la dissociation institutionnelle des pratiques, le chirurgien apparaît toujours comme un barbier qui, en poursuivant son apprentissage, a acquis une qualification supplémentaire. Le corps des barbiers et perruquiers :

  • 34 Ibidem, p. 60. Cette situation explique aussi l’utilisation fréquente, dans les règlements plus an (...)

“sera composé de cent & quarante personnes qui occuperont les cent & quarante places de Maîtres Barbiers & Perruquiers. Les vingt-huit premières places seront occupées par les vingt-huit chirurgiens [de la cité], à raison de la prééminence de leur Art, & que cet avantage leur est dû, tous chirurgiens étant reputez pour Barbiers”34.

  • 35 La pratique de la chirurgie par les barbiers n’est évidemment pas une spécificité liégeoise. En Fr (...)
  • 36 Dans les règlements de 1525 et de 1592, par exemple, il n’est pas toujours aisé d’établir la disti (...)

24Un tel contexte permet aussi de mieux comprendre pourquoi la pratique de la chirurgie par les barbiers était si commune. Conflits de pouvoir donc, mais aussi conflits de compétence : à tout moment, la mince frontière qui sépare barberie et chirurgie est franchie par les barbiers qui, dès lors, apparaissent comme des chirurgiens de deuxième ordre, moins chers, sans doute, et plus nombreux que les maîtres chirurgiens35. L’intensification des conflits qui en résulte, associée au mépris grandissant des chirurgiens à l’égard des barbiers, conduit à l’ordonnance de 1687. Celle-ci constitue une étape décisive. Elle témoigne en effet de la volonté de changement qui se manifeste au sein du corps des chirurgiens. Pendant plusieurs siècles, la cohabitation institutionnelle avec les barbiers semble avoir été pour le moins tolérable36. Ce n’est plus le cas à la fin du xviie siècle, comme en témoigne le préambule d’Henri-Maximilien au règlement de 1687 :

  • 37 Règlement de 1687, op. cit., p. 58.

“Comme les abus & nouveautez glissées depuis plusieurs années contre les Règlemens prescrits du temps des Princes nos Prédécesseurs aux Chirurgiens, Barbiers & Perruquiers de nôtre Cité de Liège, ont fait le sujet de plusieurs differens qu’ils ont entre eux, & des plaintes respectives qu’ils nous ont adressées, supplians d’y pourvoir de nôtre Authorité, nous avons trouvé convenable au bien publique, par l’avis de nos Conseillers Deputez pour revoir & examiner lesdits Règlemens”37.

  • 38 “Les Barbiers et Perruquiers composeront un Corps comme celui des Chirurgiens sous la même invocat (...)

25La Compagnie de saint Cosme et de saint Damien survit à la tourmente. Mais barbiers, perruquiers et chirurgiens y occupent maintenant des positions bien distinctes, à la fois autonomes et hiérarchisées selon le principe de la supériorité de l’art de la chirurgie. Si la rupture n’est pas totale, les chirurgiens constituent, à l’intérieur de la Confrérie, un corps désormais indépendant de celui des barbiers38. Signe des temps également, ce divorce est l’occasion de formuler de manière plus précise les conditions d’accès à la maîtrise de chirurgie. Après six années d’apprentissage dûment attestées,

  • 39 Ibidem, p. 58.

“le prétendant devra subir l’Examen en présence de trois Docteurs en médecine, & de six Maîtres chirurgiens [...], & tous les Confrères y pourront assister & donner leurs avis sur la capacité ou incapacité [...]. Le premier Examen sera sur l’Anatomie, le second sur les Tumeurs, & le Troisième sur les Plaies, Fractures & Dislocations. L’aspirant n’étant point trouvé capable par les Médecins & Confrères, devra encore aller servir un Maître l’espace d’un an, avant de pouvoir se représenter”39.

26C’est la première fois que de telles règles sont formulées. La constitution d’un jury d’examen composé de médecins et de chirurgiens renforce l’évolution déjà perceptible dans le texte de 1592. L’autorité médicale n’est plus seulement invoquée pour assurer le contrôle des praticiens étrangers. Elle s’installe en plein centre de la mécanique corporative. Elle y manifeste également sa prééminence : les médecins sont cités en premier et semblent reléguer au second plan la signification traditionnelle des cérémonies d’accession à la maîtrise, fondées sur l’accueil du postulant par l’ensemble de la communauté des confrères. Ceux-ci peuvent assister à la cérémonie mais leur rôle se limite à un simple avis. Sur le plan législatif tout au moins, les manifestations traditionnelles perdent de leur importance et cèdent le pas à un nouveau rite de passage, celui de l’examen :

  • 40 Ibidem, p. 58-59.

“Les festins & pasts [...] qui se faisoient à la réception des nouveaux Maîtres, seront entièrement abolis, à raison qu’outre que ces débauches ordinairement suivies de querelles & de malheurs, ne sont d’aucune utilité pour le public, on a souvent remarqué que des étrangers s’étant fait recevoir dans leurs Corps, ils étoient obligez pour satisfaire au past de réception, de dépenser toutes leurs épargnes, ensorte que voiant peu de temps après, qu’ils ne pourroient se soûtenir de leurs Arts, ils ont été obligez d’abandonner nôtre Ville, sans avoir de quoy se pourvoir d’un établissement ailleurs”40.

  • 41 A Liège, le rapprochement avec les médecins semble se réaliser sereinement. En d’autres endroits, (...)

27La définition plus précise du cursus de l’apprentissage et des matières de l’examen manifeste le même souci de désenclaver la chirurgie du monde de l’artisanat et d’associer les praticiens au savoir dont les médecins sont à la fois les dépositaires et les juges. L’évolution institutionnelle du monde de la chirurgie se caractérise ainsi par un double mouvement qui l’éloigne des barbiers en même temps qu’il le rapproche des médecins et de leur savoir411. On ne peut saisir les mécanismes de constitution de l’art de guérir comme un ensemble structuré d’activités complémentaires sans comprendre les termes de cette lente évolution.

28Par ailleurs, le règlement de 1687 témoigne du rôle accru du prince dans les affaires de la Compagnie. La nouvelle constitution n’est plus un privilège concédé par le pouvoir épiscopal, mais, au sens moderne du terme, une loi qui, en dernier recours, soumet les confrères à l’autorité du prince. Ainsi, par exemple, le nombre des chirurgiens étant désormais limité à 28, les places laissées libres par l’expatriation ou la mort d’un maître ne pourront être réattribuées sans l’assentiment du prince :

  • 42 Ibidem, p. 58.

“En ce cas de vacance, le Corps de Chirurgiens ne pourra s’assembler pour en pourvoir un autre, sans en avoir au préalable obtenu de Nous ou de nôtre Conseil Privé la permission, & l’aiant obtenuë les deux Maîtres en charge convoqueront spécialement à cet effet le Corps des Chirurgiens & limiteront au prétendant un jour pour se présenter à l’Examen, & ensuite être reçu ou rejeté selon sa capacité”42.

  • 43 L’expérience de plusieurs siècles, écrit Maximilien-Henri dans le règlement de 1684, donne “assez (...)

29Qu’on ne s’y trompe pas cependant. L’autorité nouvelle du prince dans le fonctionnement de la Confrérie ne correspond pas encore à l’affirmation d’une éventuelle politique de santé publique. Dans le préambule, l’invocation du “bien publique” n’est rien d’autre qu’une formule rituelle que l’on retrouve dans la plupart des ordonnances et des édits du prince. La perte relative d’autonomie professionnelle qu’illustre la place grandissante du prince-évêque dans les rouages de la Confrérie, n’est en rien spécifique au domaine de l’art de guérir. Elle n’est qu’une conséquence du règlement municipal de 1684 promulgué par Maximilien-Henri de Bavière qui, après un siècle de guerres civiles, met fin à la démocratie corporative et à l’autonomie urbaine qui caractérisaient les structures médiévales de la société liégeoise. Le pouvoir politique des XXXII Métiers est définitivement battu en brèche ; la Cité est désormais subordonnée au pouvoir du prince43. A la périphérie des institutions corporatives traditionnelles — la Compagnie de saint Cosme et de saint Damien ne faisant pas partie des Métiers — les barbiers et les chirurgiens subissent les contre-coups des bouleversements institutionnels de 1684.

***

  • 44 Règlement de 1687, op. cit., p. 58.

30Signes de changement. En même temps que le pouvoir central renforce son autorité sur la société urbaine, les chirurgiens se démarquent de la barberie et soumettent à l’appréciation des médecins le degré de qualification des aspirants à la maîtrise. Assurément, la tendance est à l’unification des pratiques médicales et chirurgicales. Mais la mise en évidence des facteurs de transformation ne doit pas faire oublier les forces d’inertie qui caractérisent les institutions d’Ancien Régime. La Compagnie de saint Cosme et de saint Damien reste fondée sur des mécanismes corporatifs d’autoprotection et de reproduction interne. L’établissement d’un numerus clausus de 28 chirurgiens pour la Cité et la banlieue en témoigne. De même, lorsqu’il s’agit de pourvoir la place d’un confrère décédé, “si le défunt avoit un fils, qui voulut se présenter à l’Examen, & fut trouvé capable, il devra être préféré à tout autre non fils de Maître en cas de capacité égale”44. Une telle prescription, dans la simplicité de sa formulation, ne met-elle pas au mieux en scène les forces qui désormais s’affrontent : celles de la tradition multiséculaire de la corporation, d’une part, celles des exigences nouvelles du savoir, d’autre part ?

Notes

1 Marcel Florkin, La législation des professions médicales dans la Principauté de Liège, dans Médecins, libertins et pasquins, Liège, Fernand Gothier, 1964, p. 118. Ce petit article représente la première tentative de description systématique des institutions médicales anciennes. Quoiqu’il s’en tienne à des vues exclusivement descriptives, son intérêt mérite d’être souligné dans le cadre de l’historiographie liégeoise.

2 Cfr, par exemple, au sujet des événements de 1468 : Henri Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1973 (rééd.), p. 406-412 et Jean Lejeune, Liège de la Principauté à la métropole, Anvers, Mercator, 1967, p. 177-182.

3 On ne connaît pas la biographie de ces personnages qui furent les deux premiers maîtres de la confrérie réorganisée.

4 L’édition de ce texte est due à F. Tihon, Les statuts de l’association des médecins, chirurgiens, barbiers de la ville de Liège et de la banlieue, ou compagnie de saint Cosme et de saint Damien, B.I.A.L., XXXIX (1909), p. 551-557. L’original était conservé aux A.E.L., Echevins de Liège, Oeuvres, registre n° 103, fol. 312 et sv. Nous utilisons ici l’édition de F. Tihon.

5 Pour les chirurgiens liégeois, il s’agit de restaurer les ordonnances “jadis entretenues et observées par leurs anciens et prédécesseurs, dez avant la démolution de la cité” (ibidem, p. 523).

6 C’est au nom des “chirurgiens, meides et barbiers confrères en la susdite compagnie” que Léonard Hassaige et Denis de Hollande se présentent, en 1526, auprès des échevins liégeois (ibidem, p. 552).

7 A propos du patronage des saints Cosme et Damien envers les chirurgiens, cfr Marcel Florkin, Un prince, deux préfets. Le mouvement scientifique et médico-social au pays de Liège sous le régime du despotisme éclairé, Liège Vaillant-Carmanne, 1957, p. 131-132 et Georges Sarton, Introduction to the History of Science, t. 3, Baltimore, Williams and Wilkins, 1947, p. 863-865.

8 Règlement de 1525, op. cit., p. 554.

9 Le mot “aidant” signifie liard en wallon. A propos des monnaies :
1 florin Brabant-Liège = 20 patards = 80 liards = 20 sous = 480 deniers ;
1 escalin = 10 patards ;
1 florin d’or = 5 florins Brabant-Liège ;
1 florin de Brabant = 20 sous =1,5 florins Brabant-Liège.
(Bruno Demoulin, Les finances d’un pays d’Etats aux marches de l’Empire, la principauté de Liège (1688-1728), Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, Collection Histoire, n° 68, 1986, p. 32).

10 Règlement de 1525, op. cit, p. 553-554.

11 Les seules précisions apportées concernent les droits de réception, plutôt que le cursus d’apprentissage : “Tous entrans en notre compagnie, assavoir apprendices de barbier, payeront à proffit d’icelle une demée libvre de cirre et à clerc et varlet ensembles deux patars. Item, tous entrans apprendices de chyrurgie, payeront unne libvre de cirre pour leur entrée avec les droits des dis clercs et varlet, comme dessus, voir quant apprins seront telement que à suffisance pour uzer de barbier et de chirurgier [c’est nous qui soulignons], que teilz ne puissent eslever botiques [...] sans préalablement avoir payet à la dite compagnie, par manier de raulte, la somme de deux florins d’oir” (ibidem, p. 554-555). Notons au passage que la durée de l’apprentissage n’est pas mentionnée.

12 Dans cette perspective, il est intéressant de constater que les pouvoirs communaux et principautaires ne semblent pas faire appel aux avis ou à l’autorité de la Compagnie des saints Cosme et Damien pour promulguer, au cours du xvie siècle, quelques rares ordonnances destinées à préserver les populations liégeoises des épidémies de peste (cfr Cri du péron prescrivant les mesures à prendre pour se préserver de la peste, avec ordre aux mendiants de sortir de la cité, dans M.L. Polain, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège, 2ee série (1507-1684), vol. 1, Bruxelles, 1869, p. 247. Voir aussi les ordonnances des 4 septembre 1572, 30 août 1597 et 28 septembre 1598, ibidem, vol. 1, 1869, p. 569-570 ; vol. 2, 1871, p. 194-195 et p. 225-227).

13 Règlement de 1525, op. cit., p. 553.

14 Passer les rasoirs à la meule.

15 Ibidem, p. 556.

16 Ordonnance approuvant les chartes et privilèges du métier des merciers de Liège (9 octobre 1534), dans M.L. Polain, op. cit., 2e série, vol. 1, 1871, p. 98-103.

17 Thériaque.

18 Ibidem, p. 100.

19 En certains endroits, la situation institutionnelle des professions médicales peut présenter des caractères différents. A Huy, par exemple, en l’absence d’une confrérie des barbiers et des chirurgiens, ces derniers, ainsi que les médecins, étaient, de manière très étonnante, rattachés au Métiers des merciers dont ils consumaient un “membre” particulier. Au cours du xvie siècle, médecins et chirurgiens s’émancipèrent progressivement de cette appartenance (H. Brabant, Maladies et médecins d’une cité mosane à l’époque de la Renaissance (Huy, 1490-1630), Bruxelles, U.L.B., [1968], p. 112-114, R. Stasse, L’exercice de l’art de guérir dans l’arrondissement de Huy sous le Consulat et l’Empire, Annales du Cercle Hutois des Sciences et des Beaux Arts, XXV (1957), p. 147 et Denis Morsa, Jalons pour une histoire de la santé en milieu urbain sous l’Ancien Régime, dans Franck Daelemans, Sources et méthodes de la démographie historique avant 1850, Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 1984, p. 261-262).

20 Nadia Vilenne, Matrones, accoucheuses, sages-femmes. L’assistance aux accouchements du xvie au xviiie siècles, Liège, Mémoire de licence inédit, 1982-1983, p. 51-58.

21 Même contexte dans l’Angleterre du xvie siècle : “Midwives throughout England came only under a system of ecclesiastical jurisdiction. Ecclesiastical licensing of midwives was not always rigorously enforced. Nevertheless midwifery licensing was a serious consideration, since the religious conformity and cooperation of the midwife was seen as one of the essential means towards securing a conformist baptism for the infant” (Margaret Pelling et Charles Webster, Medical Practitioners, dans Charles Webster (éd.), Health, Medicine and Mortality in the sixteenth Century, Cambridge University Press, 1979, p. 179).

22 Règlement pour la confrérie dite de saint Cosme et saint Damien, dans Mathieu Polain, op. cit., 2e série, vol. 2, p. 122-126. Ce nouveau règlement est mis en garde de loi le 23 janvier 1592.

23 Ibidem, p. 122.

24 De manière plus manifeste, le contexte de la Contre-Réforme est nettement perceptible dans certains passages du règlement de 1592 : une fois élus, les maîtres de la Confrérie font le serment “d’observer l’ancienne foy catholique, apostolique et romaine, d’icelle maintenir à leur pouvoir, et qu’ils ne admettront autres à la dite compagnie qu’ils ne soient aussi catholiques et fassent semblable serment” (ibidem, p. 123).

25 Ibidem, p. 123.

26 Ibidem, p. 123.

27 Ibidem, p. 124.

28 Ibidem, p. 124-125.

29 Cette question mériterait une étude approfondie. Il faut évidemment la rattacher au développement des recherches anatomiques au xvie siècle. On connaît les travaux de Vésale ou de Léonard de Vinci, mais on ne connaît rien des transformations éventuelles de l’identité collective ni de la pratique des chirurgiens du commun. A Liège, ainsi que le laisse entendre un passage du règlement de 1S92, il semble, par exemple, que certains chirurgiens prirent l’habitude d’“anatomiser” leurs patients décédés : “Que nul d’encre nous soit si osé ni si téméraire, qu’après la mon de quelque patient qu’il aura pansé, ou autre avec lui l’ayant aidé pansé, mettre les mains entour tel patient décédé que pour leur besongne ou sa besongne propre, anatomiser, ni faire apertion ne section de lieu et partie offensée, de quoi l’on ferait doute que l’accident de sa mon seroit survenu, sans congé du seigneur ou officier, justice et parties commis et appelés, afin que après par autres que lui ou eux ayant ce besongné, l’on puisse plus amplement rendre cause de science de l’occasion d’icelle mort, en temps et lieu par devant la justice” (ibidem, p. 125).

30 Mathieu Polain, op. cit., 1871, p. 122, note 1.

31 Règlement pour les chirurgiens & pour les Barbiers et Perruquiers [...] publié au Perron de Liège & mis en garde de loy le 10 mars 1687, dans G. DE Louvrex, Recueil contenant les édits et règlemens faits pour le Païs de Liège et Comté de Looz, par les Evêques et Princes, tant en matière de Police que de Justice t. 3, Liège, Everard Kints, 1751, p. 57-61.

32 Ibidem, p. 59.

33 Quatre ans pour les barbiers, six ans pour les chirurgiens, selon les prescriptions du règlement de 1687 (ibidem, p. 58 et 60).

34 Ibidem, p. 60. Cette situation explique aussi l’utilisation fréquente, dans les règlements plus anciens, du terme “rature” ou “petite ratte” pour désigner la qualification des barbiers. Par exemple : “[...] nous, les confrères de la confraternité de saints Cosme et Damien, fondée sur la science et pratique de la chirurgie et rature en la cité, franchise et banlieue de Liège [...]” (Règlement de 1592, op. cit, p. 122).

35 La pratique de la chirurgie par les barbiers n’est évidemment pas une spécificité liégeoise. En France, c’est à la même époque qu’un édit sépare officiellement la barberie de la chirurgie (novembre 1691). Les liens entre les deux professions n’en sont pas pour autant aussitôt rompus. Selon François Lebrun, il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour que, dans les villes de province, la séparation soit complète (François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris-La Haye, Mouton, 1971, p. 206). Même situation en Angleterre où, jusqu’à la fin du xvie siècle au moins, barbiers et chirurgiens sont intimement associés (Leslie Clarkson, Death, Disease and Famine in Pre-industrial England, Dublin, Gill and Macmillan, 1975, p. 88-89). A Liège, dès 1684, une ordonnance du prince-évêque interdisait aux barbiers de pratiquer la phlébotomie — c’est-à-dire la saignée — et d’arracher les dents (Ordonnance modifiant l’art. XV des chartes de la confrérie des Saints Cosme et Damien touchant l’exercice de la phlébotomie et l’état d’arracheur de dents (11 décembre 1684), dans M.L. Polain, op. cit., 3e série (1684-1794), vol. 1, 1855, p. 11-12).

36 Dans les règlements de 1525 et de 1592, par exemple, il n’est pas toujours aisé d’établir la distinction entre les prescriptions qui s’adressent aux barbiers et celles qui concernent les chirurgiens. Seuls sont nettement perceptibles les éléments qui évoquent la hiérarchie des qualifications à propos, notamment, des droits de réception.

37 Règlement de 1687, op. cit., p. 58.

38 “Les Barbiers et Perruquiers composeront un Corps comme celui des Chirurgiens sous la même invocation de Sts. Cosme et Damien [...]. Ils ne devront se mêler en aucune manière des différens qui regarderont la chirurgie” (ibidem, p. 60).

39 Ibidem, p. 58.

40 Ibidem, p. 58-59.

41 A Liège, le rapprochement avec les médecins semble se réaliser sereinement. En d’autres endroits, il peut s’exprimer sur le mode d’une âpre rivalité. C’est le cas, par exemple, dès la fin du xvie siècle, au sein de la Compagnie des chirurgiens de Londres, où une élite de chirurgiens érudits tendent à s’approprier l’autorité à laquelle les médecins prétendent. Malgré un scénario différent, qui s’explique par l’existence d’une chirurgie savante à Londres, c’est cependant le même “appel du savoir” qui caractérise l’évolution de la corporation londonienne (Margaret Pelling et Charles Webster, op. cit., 1979, p. 173-175).

42 Ibidem, p. 58.

43 L’expérience de plusieurs siècles, écrit Maximilien-Henri dans le règlement de 1684, donne “assez à connoître que les libertés, privilèges et franchises, dont notre ville de Liège a joui jusqu’à présent, n’ont servi qu’à fournir plus de moyens aux esprits séditieux d’attirer à soi, sous le nom spécieux de la conservation desdits privilèges et franchises, la plus vile populace de ladite ville et toute sorte de gens sans aveu, et des malfaiteurs [...]” (Ordonnances de Maximilien-Henri, évêque et prince de Liège, établissant un nouveau règlement pour l’administration de la ville de Liège (28 novembre 1684), dans M.L. Polain, op. cit., 3e série (1684-1794), vol. 1, 1855, p. 1). A ce propos, voir par exemple, Henri Pirenne, op. cit., t. 3, 1973, p. 294.

44 Règlement de 1687, op. cit., p. 58.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540