Version classiqueVersion mobile

Colloque érasmien de Liège

 | 
Jean-Pierre Massaut

Avant-propos

Jean-Pierre Massaut

Texte intégral

1L’Université de Liège où, sous l’impulsion de Marie Delcourt et du Professeur Léon-E. Halkin, les études érasmiennes ont été et sont cultivées avec une ardeur qui ne faiblit pas, ne pouvait laisser passer le 450e anniversaire de la mort d’Érasme sans célébrer la mémoire du prince des humanistes. L’Institut d’Histoire de la Renaissance et de la Réforme a donc organisé une « Journée Érasme », le 23 avril 1986, sous le patronage d’un Comité d’honneur composé de MM. Arthur Bodson, recteur de l’Université, Paul Delbouille, doyen de la Faculté de philosophie et lettres, Sem Dresden, président du Conseil international pour l’édition des œuvres d’Érasme, Léon-E. Halkin, président de la Fédération internationale de la Renaissance, Otto Herding, professeur à l'Université de Fribourg-en-Brisgau, Jean-Claude Margolin, vice-président de la Fédération internationale de la Renaissance, et avec l'aide d’un Comité organisateur qui réunissait, sous la présidence du signataire de ces lignes, MM. Aloïs Gerlo, directeur de l'Institut interuniversitaire d’histoire de l’Humanisme à Bruxelles, Franz Bierlaire, président du Centre interuniversitaire d’histoire de l’Humanisme, René Hoven, préfet de l’Athénée de Marcheen-Famenne, Léopold Schümmer, professeur à la Faculté de théologie protestante de Bruxelles, Jean-Pierre Vanden Branden, conservateur de la Maison d’Érasme à Anderlecht, Mmes Nicole Haesenne-Peremans, conservateur à la Bibliothèque de l’Université de Liège et Angèle Williot, secrétaire-trésorière du Colloque.

2Au programme de la journée figuraient un Colloque international, l’inauguration d’une exposition évoquant « L’Univers d’Érasme », la représentation théâtrale de trois Colloques d’Érasme, avec intermèdes musicaux, et un hommage à un des membres les plus éminents de la Sodalitas Erasmiana, octogénaire en cette année commémorative, le maître de beaucoup et l’ami de tous, le Professeur Halkin.

3Le présent ouvrage, qui lui est dédié, prolonge cette journée. Il contient, dans une première partie, le texte des trois grandes conférences prononcées le 23 avril et, dans une seconde partie, une quinzaine d’études diverses. Les membres de l’Institut organisateur se sont abstenus, par discrétion, de contribuer à ce volume, préférant laisser la place à leurs collègues étrangers.

4Depuis que, à l’initiative des Professeurs L.-E. Halkin et R. Crahay, les célébrations du 500e anniversaire de la naissance d’Érasme se sont ouvertes à Mons, il y aura bientôt vingt ans, que de travaux ont paru, éditions critiques, traductions, synthèses, essais, monographies ! Que de progrès accomplis dans l’exploration de la personne, de l’œuvre, de la pensée, de la postérité du Rotterdamois ! Les occasions ne manqueront pas, cette année, d’en faire le bilan.

5Érasme, un des maîtres à penser de l’Europe, une étoile de la Renaissance, est mort solitaire à Bâle le 12 juillet 1536, avec le sentiment, assez lucide, d’être incompris, abandonné, combattu et trahi. L’année 1536 sonne-t-elle le glas du rêve érasmien ? Est-ce l’anniversaire d’un échec que nous commémorons ? Oui et non sans doute, et les historiens n’ont pas fini d’évaluer la part du oui et la part du non.

6D’où cela vient-il ? Je ne sais. Pour ma part, je vois Érasme dominer solidement les siècles, mais, par là même, subir le choc de leur métamorphose, dans une position inconfortable, écartelé entre l’avant et l’après, dont il assure pourtant l’unité et la transition.

7D’une part, témoin et serviteur d’une double tradition séculaire, celle de la sagesse antique et celle de la religion chrétienne, il s’attache à les revigorer l’une et l’autre, l’une par l’autre, à les réconcilier sans les confondre, à indiquer leur convergence, à reconnaître leur lointaine osmose et même quelquefois à dénoncer les compromis fallacieux ou corrupteurs. Ceux qu’à son estime, par exemple, la scolastique a consentis au seul bénéfice d’un Aristote douteux. Bref, Érasme a voulu renouer le dialogue fécond de ces deux traditions, en vue de composer cet idéal d’humanisme chrétien, dont il est à coup sûr le champion et le génie le plus achevé.

8D’autre part, ce dernier des grands écrivains latins est un des premiers penseurs modernes. Sa modernité, aujourd’hui encore, nous étonne et nous ravit : sens de l’histoire et esprit critique ; dénonciation des folies belliqueuses et des aveuglements nationalistes ; appel au respect des consciences ; défense, déjà, de ce qu’on appellera les droits de l’homme, pour ne citer que quelques exemples.

9Érasme était ainsi porteur et artisan de valeurs, qu’on hésite de nos jours à qualifier d’universelles, qui sont en tout cas des valeurs essentielles de la civilisation européenne. Qui donc a pu faire d’Érasme un sceptique, au sens moderne du mot ? Mais qu’il est difficile, au milieu des intérêts particuliers, des habitudes et des impatiences, de viser l’universel !

10Érasme, — et en lui surtout le moraliste et le théologien, — était sans doute trop moderne pour être entendu de son siècle jusqu’au bout, et trop traditionnel pour être bien compris des siècles suivants. Tout de même, l’œuvre d’Érasme subsiste. Elle a fourni à la culture de l’Europe moderne quelques monuments fondamentaux. Si son message eut à subir anathèmes, éclipses et malentendus, jamais la voix d’Érasme n’a été complètement étouffée. Obstinément, elle s’est fait entendre, çà et là, provoquant des échos plus ou moins fidèles.

11Mais n’est-il pas frappant qu’aucun siècle n’a montré, pour l’œuvre d’Érasme, un intérêt aussi soutenu, et peut-être aussi profond, que le nôtre ? Est-ce l’effet de l’universalisme d’Érasme ? C’est en tout cas un signe de son actualité. Que d’historiens parmi les plus célèbres se sont illustrés par leurs travaux sur Érasme ! Inutile de citer des noms qui sont dans toutes les mémoires. Voilà que la fin du siècle approche. Loin de s’essouffler, les études érasmiennes prospèrent. Les communications réunies dans ce recueil en témoignent, et par les résultats qu’elles présentent, et par les pistes qu’elles ouvrent. Comme le Professeur Halkin le rappelait au soir de notre Colloque, « toutes les questions sont ouvertes, toutes les interprétations restent légitimes pourvu qu’elles soient sérieusement documentées et honnêtement argumentées ».

***

12Nous tenons à remercier tous ceux qui, à des titres divers, ont contribué à cette commémoration multiforme d’Érasme : le Comité d’honneur et le Comité organisateur ; les comédiens et les musiciens ; le Fonds national de la Recherche scientifique, le Ministère de la Communauté française de Belgique et la Commission administrative du Patrimoine de l’Université de Liège, qui nous ont aidés de leurs subventions ; la Bibliothèque Générale de l’Université de Liège, la Maison d’Érasme à Anderlecht et la Bibliothèque du Grand Séminaire de Liège, qui nous ont prêté des livres précieux ; les auteurs des conférences et des articles ici publiés ; la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège qui accueille ce volume dans la collection de ses publications. Nos remerciements tout particuliers vont enfin à la secrétaire-trésorière de cette manifestation qui, avec un zèle et un dévouement peu communs, a été la cheville ouvrière du Colloque et a apporté tous ses soins à la préparation matérielle de ce volume.

13Liège, le 12 juillet 1986.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search