Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Première partie. Questions de méthode

Chapitre II. L’exemple liégeois

Texte intégral

  • 1 Il existe une riche bibliographie concernant l’histoire générale de la région liégeoise. Les éléme (...)

1L’idée première de ce travail était de réaliser une étude sur les médecins liégeois au xixe siècle. Au cœur d’une Europe travaillée par un intense processus de modernisation, Liège se prête, d’entrée de jeu, à toutes les perspectives de généralisation1. C’est une ville, tout d’abord, vers laquelle convergent les aspirations au changement — mais aussi les contradictions — qui caractérisent le xlxe siècle ; c’est une ville aux paysages multiples : ici de larges avenues bordées d’opulentes demeures bourgeoises ; là les taudis et les casernes où s’entasse la misère des ouvriers et des immigrés des campagnes venus chercher, en ville, l’espoir d’un mieux-vivre ; là encore, la vie grouillante du commerce, des échanges, de l’artisanat. Autour de la ville, la ceinture industrielle attire sur le bassin mosan les regards du monde. Les “belles-fleurs”, balises verticales de la prospérité, découpent l’horizon, et le bruit des machines, dit-on, est comme le chant du Progrès.

2Liège n’est pas une métropole, scintillante étoile qui couvrirait d’ombre le reste du pays et ne pourrait dès lors se ramener qu’à elle-même ; elle n’est pas non plus — tant s’en faut — le morne chef-lieu d’une province oubliée. Entre deux échelles, elle apparaît comme un terrain d’observation privilégié et révélateur, dans le mouvement d’une intense croissance démographique (soixante mille habitants en 1830 ; cent soixante mille en 1910), de l’avènement d’une nouvelle société urbaine où l’emporte la part du secteur tertiaire. Quelle place cette société accorde-t-elle aux médecins ? Comment les services qu’ils proposent y sont-ils accueillis ? Et comment eux-mêmes perçoivent-ils leur rôle ? Que signifie l’expression “corps médical” ? A quelle réalité sociale correspond-elle ? Quelles manières de s’affirmer, de se définir, de se comprendre comme acteur de la société ? Ces questions déterminent l’orientation de l’ensemble du présent travail.

3D’emblée s’est posé avec acuité le problème de la chronologie. Quel xixe siècle fallait-il choisir ? Celui qui commence avec l’indépendance de la Belgique ? Mais 1830 n’est pas une date décisive en matière d’histoire des professions médicales. En 1817, la création de l’Université de Liège a eu plus d’importance pour l’exercice de l’art de guérir que les journées de septembre. A la même époque, l’institution d’un nouveau régime médical par le législateur hollando-belge (1818), semble constituer une étape majeure. Aujourd’hui encore, la législation de 1818 est à la base de l’organisation des professions médicales en Belgique. Mais comment ne pas voir que les innovations de 1818 ne sont que l’aménagement des lois françaises de 1803, en vigueur dans la région liégeoise jusqu’à la chute de l’Empire ? Comment espérer comprendre le xixe siècle sans s’attarder dans le département de l’Ourthe et sans interroger en profondeur les vingt années d’occupation française qui consacrent la rupture entre l’Ancien Régime et l’époque contemporaine ?

4Nous voici à la fin du xviiie siècle. Quelle langue parlent les révolutionnaires ? Quel héritage transmettent-ils, quelles ruptures souhaitent-ils dans le domaine de l’art de guérir ? En 1794, l’entrée à Liège des armées de Jourdan sonne le glas de l’ancienne institution qui, depuis un siècle, régissait les professions médicales dans la principauté. Associé aux corporations de métiers, le Collège des médecins ne peut que disparaître. Est-ce seulement une institution percluse d’archaïsmes qui disparaît ainsi, emportée par la bourrasque des événements ? Faut-il se résoudre à croire que les médecins de 1794 ont troqué un monde pour un autre ? Faut-il se résoudre à la magie des dates ? Le 18 août 1789, jour de la révolution liégeoise, les médecins ne sont pas sous les fenêtres de l’hôtel de ville : ils sont, comme à l’accoutumée, réunis dans une salle du couvent des Dominicains et interrogent un jeune apprenti-apothicaire qui désire accéder à la maîtrise. Quelle conscience de soi ceux-là légueront-ils à leurs fils ? Et que deviendront-ils eux-mêmes, ou plutôt, qu’étaient-ils avant de devenir ce qu’ils deviendront : médecins sous le régime des préfets du département de l’Ourthe ?

5Où le changement se situe-t-il ? Pour le savoir, ne fallait-il pas d’abord comprendre ce qu’était l’art de guérir au xviiie siècle et tenter ainsi de mieux mesurer la portée des innovations du début du xixe siècle ? Nous avons été conduit jusqu’à l’extrême fin du xviie siècle, en 1699, au moment où le prince-évêque Joseph-Clément de Bavière institue le Collège des médecins de Liège et amorce ainsi un long processus de transformation.

6Voici pour l’amont de la chronologie. En aval, la question d’un terminusn’était pas moins aiguë. Fallait-il arrêter l’exploration à la veille de la grande guerre ? Il s’est rapidement avéré que nombre des évolutions qui s’observent au xixe siècle se poursuivent pendant l’entre-deux-guerres et n’aboutissent que dans les années 1930-1940. Quelques dates suffiront à s’en convaincre : 1936, institution du ministère de la Santé Publique ; 1939, création du Conseil de l’Ordre des médecins ; 1944-1945, institution du système de l’assurance-maladie-invalidité et introduction des antibiotiques dans la thérapeutique. Ainsi, même si notre étude reste centrée sur les xviiie et xixe siècles, il aurait été dommage de ne pas entreprendre, sinon une étude approfondie, du moins une mise en perspective de ces années d’entre-deux-guerres pendant lesquelles le changement s’accélère et qui permettent de mieux comprendre les évolutions qui précèdent.

7Elargissement chronologique, mais également géographique. La ville de Liège — capitale de la principauté, chef-lieu du département et de la province ensuite — constitue un point d’unité qui sera sans cesse privilégié dans l’analyse. On ne peut cependant isoler la ville de son environnement. Au-delà des murs de la Cité, s’étend le plat-pays auquel le Collège des médecins prétend imposer son autorité ; les circulaires des préfets de l’Ourthe sont diffusées dans toutes les communes du département ; l’Université de Liège forme la plupart des praticiens de la province ; ceux-là souvent se connaissent et, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, se réunissent dans les mêmes associations médicales. Le cadre provincial permet par ailleurs de confronter milieux urbains, ruraux et industriels et d’y observer les conditions souvent contrastées de la pratique médicale.

8Extension thématique, enfin. La définition du médecin ne va pas de soi. Ce n’est qu’en 1849 que la création du titre unique de docteur en médecine, chirurgie et accouchement met fin à toutes les ambiguïtés. Avant cela, une mosaïque composite de praticiens se partage l’exercice de l’art de guérir. Chirurgiens d’Ancien Régime, médecins ou licenciés en médecine ; officiers de santé du régime français, docteurs en médecine ou docteurs en accouchement de l’Université impériale ; accoucheurs, chirurgiens et docteurs — en médecine, en chirurgie ou en accouchement — du régime hollando-belge et des vingt premières années de la Belgique indépendante. Il faut, bien sûr, tous les considérer — ceux du premier ordre, comme ceux du second ordre — parce que tous, d’une manière ou d’une autre, exercent la médecine et parce que ce sont les problèmes que posent leur coexistence qui conduisent peu à peu à l’unification des compétences sous le titre unique de docteur en médecine, chirurgie et accouchement.

9Nous avons également porté les recherches sur les deux autres professions majeures de l’art de guérir : les pharmaciens, d’une part, les sages-femmes, d’autre part. Il ne s’agit pas ici de réaliser trois études séparées et d’égal approfondissement. La présente recherche concerne au premier chef les “médecins au sens large”, tels qu’ils viennent d’être évoqués. Cependant, il aurait été artificiel d’isoler les médecins, alors même que les relations de complémentarité ou de rivalité qu’ils entretiennent avec les pharmaciens sont au cœur de la lente construction des professions de l’art de guérir, alors même que l’apparition des sages-femmes patentées est indissociable de l’autorité accrue des médecins dans la société des xviiie et xixe siècles.

  • 2 Signalons également, qu’étant donné son caractère très spécifique, nous ne traitons pas ici de la (...)

10Enfin, à côté des médecins, des pharmaciens et des sages-femmes, restent encore tous ceux qui prétendent guérir sans posséder les titres de capacité qui les y autorisent. Empiriques, charlatans, sorciers, magnétiseurs, colporteurs de remèdes... : comment pourrait-on les ignorer alors qu’ils représentent autant de figures essentielles du paysage de la guérison ? Alors que c’est par un jeu complexe de différenciation par rapport aux praticiens illégaux que les médecins acquièrent, peu à peu, une nouvelle identité sociale ? Ne considérer que les “officiels”, c’eût été amputer le sujet d’un de ses aspects les plus caractéristiques et s’interdire ainsi une compréhension globale des phénomènes envisagés2.

***

11Il est de coutume de ramener les ambitions initiales d’une étude historique à un champ d’investigation plus restreint, susceptible de permettre une analyse exhaustive des thèmes envisagés. Nous avons opté pour une démarche inverse. Extension chronologique, géographique, thématique : en un domaine qui, dans la région liégeoise, n’avait guère retenu l’attention des historiens, il nous a semblé à la fois plus important et intellectuellement plus stimulant de proposer une vision d’ensemble. Poser, donc, de solides jalons qui ouvrent à la compréhension du long terme, plutôt que de fixer le regard sur tel aspect exclusif. Un arbre ne risque-t-il pas toujours de cacher la forêt ? Chaque chapitre de ce livre — nous voudrions qu’il en soit ainsi — peut être considéré comme une “unité de compréhension” qui, plutôt que de se clore sur elle-même, fraye un passage vers le chapitre qui suit. Ainsi, de rebond en rebond, avons-nous entrepris à larges encablures ce voyage qui sillonne le temps.

12L’option du long terme pose immanquablement le problème des sources. Que voulait-on étudier et comment l’étudier ? L’ampleur du projet d’ensemble imposait de sélectionner un certain nombre de thèmes jugés significatifs. Nous avons orienté l’essentiel des recherches vers la pratique civile de la médecine humaine, écartant ainsi l’étude systématique de la médecine hospitalière, militaire ou vétérinaire. Dans l’inépuisable diversité de la documentation susceptible d’être mise en œuvre, trois axes ont été privilégiés : “les choses, les mots, les gens”, pourrait-on dire. Les choses, c’est-à-dire les cadres de la pratique médicale tels qu’ils s’expriment, au sens le plus large du terme, au travers des institutions. Les règlements et les lois constituent le premier palier de l’analyse. Les dates précédemment citées sont autant de points de rupture dans l’organisation de la pratique médicale : 1699, 1794, 1803, 1818, 1849... ; de l’institution du Collège des médecins à sa suppression, des grandes lois françaises de l’an XI à la création du titre de docteur en médecine, chirurgie et accouchement ; quelle est la nature des changements que ces innovations introduisent ? Sur quelles bases légifère-t-on en matière médicale ? Quelles attentes et quelles exigences à l’égard des praticiens ces institutions révèlent-elles ? Entérinent-elles des évolutions déjà consacrées par l’habitude ou modifient-elles radicalement le paysage médical ? Et comment sont-elles appliquées au quotidien ?

  • 3 Les archives du Collège des médecins sont conservées dans le Fonds des Métiers des Archives de l’E (...)

13Les lois et les règlements sont des points de repère à partir desquels on peut tenter de comprendre la place — réelle ou supposée — qu’occupent les praticiens de l’art de guérir dans la société, Ils peuvent être appliqués ou négligés, susciter la contestation ou faire l’unanimité : ce sont des lieux de débats qui tissent des liens entre les praticiens de l’art de guérir et l’autorité publique. Les archives des organismes d’encadrement de la profession médicale — le Collège des médecins au xviiie siècle, le Jury médical sous le régime français, les Commissions médicales provinciales ensuite, pour ne citer que les principaux3 — permettent d’explorer au jour le jour la nature de ces débats, la solidité de ces liens. Quelles normes, pour quelle médecine ? Quelles contraintes et quelles libertés ? Quelles valeurs et quelles exigences ? Des textes normatifs aux institutions d’enseignement et de contrôle professionnel, rien ne doit être négligé.

14Les mots ensuite. La profession médicale possède cette particularité, non seulement d’avoir fait beaucoup parler d’elle, mais encore d’avoir produit sur elle-même un discours intarissable. La réflexion vaut surtout à partir du xixe siècle, au moment où les médecins expérimentent de nouvelles formes de cohésion grâce au mouvement de la presse et des associations médico-professionnelles. Avec les publications émanant des institutions officielles, de plus en plus nombreuses au cours du xixe siècle — Commissions médicales, Académie de médecine, Sociétés de salubrité publique... — la presse professionnelle constitue une source majeure de l’histoire contemporaine des professions médicales. Nous l’avons systématiquement exploitée, considérant, non seulement les périodiques liégeois, mais également un certain nombre de publications à caractère national qui sont rapidement apparues indispensables.

  • 4 Cfr par exemple Paul Delaunay, La vie médicale auxxvie,xviie etxviiie siècles,Paris, Hippocrate, 1 (...)

15Au-delà des mots et des choses sont évidemment les gens. Les gens, c’est-à-dire le monde des praticiens, largement méconnu des histoires traditionnelles de l’art de guérir. Pour beaucoup d’historiens, il a suffi d’évoquer la biographie de quelques médecins ou chirurgiens célèbres pour y voir le prototype des carrières médicales anciennes4. Mais ces hommes qui ont laissé leur nom dans les annales de l’histoire des sciences sont-ils représentatifs du commun des praticiens ? Il est permis d’en douter. Qu’en est-il, dès lors, de l’immense majorité de ceux qui se sont contentés, toute leur vie, d’exercer leur art ?

  • 5 Marcel Florkin, Aquae Spadanae..., op. cit., 1954, p. 11-113.
  • 6 Par exemple : Marcel Florkin, Les origines françaises de la faculté de médecine de Liège,dans RM.L (...)
  • 7 Ulysse Capitaine, Etudes biographiques sur les médecins liégeois depuis les temps les plus reculés (...)
  • 8 Alphonse Leroy, Liber memorialis de l’Université de Liège, Liège, J.-G. Carmanne, 1869 ; Liber mem (...)

16Ceux-ci sont absents de l’historiographie liégeoise qui, jusqu’à présent, ne s’est intéressée qu’aux personnalités d’exception. Marcel Florkin a retracé le parcours peu banal des quelques médecins qui ont fait, au xviiie siècle, la fortune des eaux de Spa5 et de ceux qui, au début du xixe siècle, ont jeté les bases d’un enseignement médical liégeois6. Plus anciennement, et de manière moins pénétrante, Ulysse Capitaine avait déjà évoqué la biographie de quelques praticiens liégeois7. Enfin, pour le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle, on connaît la biographie des professeurs de l’Université et des quelques praticiens qui ont eu une influence notoire sur l’activité scientifique de leur temps8.

17Cette accumulation de renseignements est loin d’être négligeable. A la condition d’être envisagée dans son ensemble — et non plus exclusivement sur le mode de la biographie individuelle — elle permet d’évaluer les caractéristiques intellectuelles et sociales de la sous-population que constitue l’élite médicale. Ce n’est pas rien ; mais à s’en tenir à une telle étude, on laisserait dans l’ombre l’écrasante majorité des simples praticiens. Ce sont eux pourtant qui sont les acteurs principaux d’une histoire sociale de la médecine et des professions médicales parce que, précisément, leur destin n’a rien d’exceptionnel et qu’ils reproduisent ou modifient insensiblement, sans en avoir conscience, les mêmes conjugaisons du savoir et du pouvoir, de l’innovation et de la tradition, de l’ambition personnelle et de la loi du groupe, des rôles et des statuts qu’ils occupent dans la société.

18Par ailleurs, seule la prise en compte de l’ensemble des praticiens permettra de mesurer avec précision un des aspects à la fois les plus manifestes et les plus importants du phénomène de la médicalisation de la société contemporaine. Celle-ci s’exprime en effet d’abord en terme de nombre. Combien de médecins, de pharmaciens, de sages-femmes, de chirurgiens, d’officiers de santé ont exercé leur art au cours de la période envisagée ? Comment se sont-ils répartis dans le pays de Liège, le département de l’Ourthe et, plus tard, dans la province ? Quels ont été, au cours de cette longue période de croissance démographique, les rapports entre chiffres globaux de population et nombre de praticiens ? Les taux de médicalisation, qui expriment le nombre de praticiens pour x habitants, représentent un des principaux outils d’analyse à mettre en œuvre.

  • 9 Il s’agit principalement des statistiques très résumées publiées dans les Rapports des commissions (...)
  • 10 Le sens de l’expression dépend de la période envisagée : pays de Liège ; Cité, faubourgs et banlie (...)
  • 11 L’exposé des sources et des méthodes utilisées pour la constitution de ces fichiers est présenté e (...)

19Deux batteries de questions donc : qui sont les praticiens et comment se déroule leur carrière, d’une part ; combien sont-ils et où les trouve-t-on, d’autre part. Les éléments d’appréciation disponibles a priori sont peu nombreux. En ce qui concerne le xviiie siècle, il n’existe à ce jour aucune tentative d’évaluation du volume des professions médicales. Quant au xixe et au xxe siècles, les chiffres avancés — outre qu’ils ne concernent jamais l’ensemble de la période — sont invariablement issus des statistiques partielles et sommaires publiées par la Commission médicale provinciale9. En ce domaine, aucune réponse solide ne peut donc être apportée par les statistiques agrégées. C’est pourquoi nous avons constitué une série de fichiers nominatifs qui recensent l’ensemble des praticiens ayant exercé leur art dans la “région liégeoise”10 de l’extrême fin du xviie au deuxième tiers du xxe siècle (1699-1960)11.

Notes

1 Il existe une riche bibliographie concernant l’histoire générale de la région liégeoise. Les éléments principaux de cette histoire — ceux du moins qui ont paru indispensables à la compréhension du présent texte — seront brièvement évoqués au fil des chapitres. Le lecteur soucieux d’une présentation plus systématique pourra se reporter, par exemple, à l’ouvrage de Jean Lejeune, La principauté de Liège, 3e éd., Liège, Eugène Wahle, 1980 et aux intéressantes monographies contenues dans La Wallonie. Le pays et les hommes, t.2, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1976.

2 Signalons également, qu’étant donné son caractère très spécifique, nous ne traitons pas ici de la question des eaux de Spa. Le lecteur pourra se reporter à Marcel Florkin, Aquae Spadanae. Origines, triomphe et déclin d’une doctrine médicale, dans Médecine et médecins au pays de Liège, Liège, Vaillant-Carmanne, 1954, p. 11-113 et à notre article intitulé : Les eaux de Spa(xviiie -XXe siècles). Archaïsme et maternité, dans Histoires d’eaux. Stations thermales et balnéaires en Belgique,xvie -xxe siècles, Bruxelles, C.G.E.R., 1987, p. 90-99.

3 Les archives du Collège des médecins sont conservées dans le Fonds des Métiers des Archives de l’Etat à Liège, celles du Jury médical dans le Fonds Français et celles de la Commission médicale provinciale dans la salle des manuscrits de la Bibliothèque de l’Université de Liège. Pour le détail des liasses, on se reportera à la bibliographie.

4 Cfr par exemple Paul Delaunay, La vie médicale auxxvie,xviie etxviiie siècles,Paris, Hippocrate, 1935, p. 14 : “De quelle lignée procèdent [les médecins] ? Beaucoup, fidèles aux traditions familiales [...] sont de souche médicale. Médecins, l’aïeul paternel [...] et l’aïeul maternel [...] de Nostradamus. Citerai-je encore Paracelse, les Bauhin, les Duret, les de Gorris, les Miron, les de Bourges, les trois Pidoux, les le Pois ?”.

5 Marcel Florkin, Aquae Spadanae..., op. cit., 1954, p. 11-113.

6 Par exemple : Marcel Florkin, Les origines françaises de la faculté de médecine de Liège,dans RM.Lg., VIII (1953), p. 536-554 et Le souvenir d’Ansiaux II, dans R.MXg., IX (1954), p. 210-218.

7 Ulysse Capitaine, Etudes biographiques sur les médecins liégeois depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1850, dans B.I.AL., III (1857), p. 71-103, 226-267 et 427-496.

8 Alphonse Leroy, Liber memorialis de l’Université de Liège, Liège, J.-G. Carmanne, 1869 ; Liber memorialis. L’Université de Liège de 1867 à 1935, t.3, Faculté de médecine, Liège, 1936 ; quelques notices de la Biographie nationale et les éloges de l’Académie royale de médecine de Belgique.

9 Il s’agit principalement des statistiques très résumées publiées dans les Rapports des commissions médicales provinciales sur leurs travaux, Bruxelles, Ministère de l’Intérieur, 1859-1868, 1881-1911 et dans quelques autres publications officielles qui utilisent également les listes de praticiens établies annuellement par les Commissions médicales provinciales. Ces listes constituent effectivement une source majeure, mais elles n’ont jamais été exploitées systématiquement, ni soumises à une critique sérieuse.

10 Le sens de l’expression dépend de la période envisagée : pays de Liège ; Cité, faubourgs et banlieue ; département de l’Ourthe ; province de Liège.

11 L’exposé des sources et des méthodes utilisées pour la constitution de ces fichiers est présenté en annexe. Signalons par ailleurs que, dans le corps du texte, tous les tableaux et graphiques qui ne comportent pas d’indication de sources renvoient implicitement à ces fichiers.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540