Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Première partie. Questions de méthode

Chapitre I. Pour une histoire sociale et culturelle des professions médicales

Texte intégral

1La diversification et la récente efflorescence des travaux qui, de près ou de loin, se rattachent à l’histoire de la médecine méritent d’être questionnées. L’histoire des maladies, par exemple, suscite un intérêt croissant : syphilis, tuberculose, hystérie, alcoolisme, peste, variole, choléra... Quelle conscience morbide nous porte à regarder les plaies douloureuses de nos ancêtres ? Est-ce là une manière de mesurer le chemin parcouru et de redire encore combien la Science est la métaphore actuelle du Salut ? Ou au contraire, à la façon d’un cinéma d’épouvante, manière de rappeler à la vie les fantômes et les obsessions du passé ? La Nature, toujours, écrit dans le destin des hommes son implacable et sereine violence. Aujourd’hui comme hier, la mutation imprévue d’un virus ou d’une bactérie réduit à peu de chose notre insouciance et nos certitudes.

2Phénomène de mode ? Peut-être. Mais quelle différence entre ces livres rapides et superficiels dont la seule ambition est d’accrocher le nom de leurs auteurs à l’étal des libraires, et ces travaux forts et rigoureux qui témoignent d’une sensibilité à la fois nouvelle et profonde. La vraie question n’est d’ailleurs pas là. Il importe bien plutôt de comprendre pourquoi et comment se sont multipliés de tels travaux. Histoire des maladies, histoire des professions médicales, histoire des savoirs populaires ou des théories savantes, histoire des initiatives publiques, histoire des représentations du corps, histoire de l’hygiène, histoire des croyances, histoire des certitudes : peu ou prou, et par delà leurs différences, toutes ces études ont considérablement enrichi les perspectives de l’historiographie traditionnelle.

  • 1 Voir la section II.b. de la bibliographie.

3Jacques Léonard, bien sûr, mais aussi, en vrac, Paul Starr, Michel Foucault, Françoise Loux, Jacques Gélis, Matthew Ramsey, Lester S. King, Arthur Imhof, Mirko Grmek, Alain Corbin, François Lebrun, John Woodward, Marie-Christine Pouchelle et d’autres encore1 qui, dans leurs écrits, mettent en scène le corps, la maladie, le médecin, la guérison. Sur le plan théorique, chacun recourt à des ressources différentes : histoire sociale, histoire institutionnelle, histoire des idées, histoire et philosophie des sciences ou ethnologie ; les langages utilisés peuvent sembler l’un à l’autre étrangers. Pourtant ces livres d’histoire se distinguent par une commune originalité : tous, en effet, ont pour ambition de comprendre comment s’élaborent dans le temps les rapports complexes qui unissent l’ordre de la Nature et l’ordre de la Culture. On ne peut mesurer la nouveauté de cette démarche qu’en évoquant un parcours historiographique qui remonte aux premiers ouvrages consacrés à l’histoire de la médecine.

A. Traditions

  • 2 Il est l’auteur de la première grande histoire de la médecine : Histoire de la médecine, où l’on v (...)
  • 3 Nicolas François Joseph Eloy, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne ou mémoir (...)

4Si Daniel Leclerc (1652-1728) peut être considéré comme le “père de l’histoire de la médecine”2, Nicolas Eloy (1714-1788) peut l’être comme celui de l’histoire des médecins. Son Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne3 est en effet le premier grand recueil de biographies médicales que l’on connaisse. Eloy est un homme de son temps et son projet d’une histoire de la médecine est indissociable des transformations profondes qui affectent, au xviiie siècle, les pratiques et les savoirs médicaux :

  • 4 Ibidem, p. I.

“La Médecine n’est point une simple production de l’esprit humain ; elle est la fille du tems qu’on a employé à observer les démarches de la Nature : ce n’est que par la combinaison des faits, la multitude des découvertes & la justesse des observations, qu’elle est insensiblement parvenue au degré de certitude où nous la voyons aujourd’hui. Il faut donc recourir aux Annales de la Médecine pour reconnoître la marche de ses progrès, & pour s’enrichir des lumières que les grands Maîtres ont répandu sur l’objet principal de cette Science, c’est-à-dire sur la cure des maladies”4.

5Lumières, Progrès, Observation : adepte convaincu de la tradition néo-hippocratique inaugurée par Boerhaave, Eloy est imprégné d’une conception moderne de la médecine. Le savoir médical est cumulatif et repose sur la mise en œuvre et le développement des principes fondés par Hippocrate, il y a deux mille ans. Les errements des siècles passés n’ont pu tarir la source de la vérité et il appartient aux médecins du xviiie siècle de restaurer tout à fait et de faire fructifier les principes de la vraie médecine. Le xviiie siècle médical entretient cette conscience aiguë du temps, faite tout à la fois de continuité et de révolution. Dorénavant, faire œuvre de science, c’est d’abord se situer par rapport au passé : il est peu d’ouvrages médicaux de la fin du xviiie et du début du xlxe siècles qui ne commencent par écrire l’histoire du sujet dont ils traitent.

  • 5 Ibidem, p. II.

6Eloy écrit aussi l’histoire des hommes et celle des institutions. Relation moins austère, certes, que celle des découvertes scientifiques, elle ne lui semble cependant pas moins indispensable à la “culture” du praticien : “ce n’est que par là”, écrit-il, “qu’il se mettra au fait d’une infinité de circonstances qu’il lui seroit honteux d’ignorer ; car s’il ne sait rien de l’Histoire de sa Profession, il aura l’air d’un étranger parmi ceux de ses confrères qui s’y sont appliqués”5.

7Ainsi l’histoire de la médecine sert-elle un nouvel objectif : celui de souligner — sinon d’assurer — la cohésion professionnelle des médecins, celui d’entretenir et de développer le sentiment d’appartenance à un même groupe. Les quelques pages de la préface de Nicolas Eloy mériteraient une analyse plus approfondie. Les remarques qui précèdent permettent néanmoins de mesurer combien le projet d’une histoire de la médecine s’inscrit, en cette seconde moitié du xviiie siècle, au cœur des changements qui sont en train de modifier l’exercice de l’art de guérir. Un savoir médical qui, désormais, se veut orienté en priorité vers la cure des maladies ; des praticiens qui ressentent la nécessité de construire leur identité autour de ce savoir : on retrouve assurément en filigrane du texte d’Eloy quelques-uns des principaux éléments grâce auxquels les sociologues reconnaissent l’existence d’une profession.

  • 6 Encyclopédie Méthodique. Médecine, 13 vol., Paris, Panckoucke et Liège, Plomteux (vol. 1-2) ; Pari (...)
  • 7 Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, 60 vol., Paris, (...)
  • 8 “Telle était la considération dont jouissaient, chez les anciens, les ministres de la santé, que D (...)

8Une histoire de la médecine, donc, écrite par des médecins et qui s’oriente dans une double direction : scientifique, parce qu’il faut à la fois reconnaître la bonne tradition et écarter les erreurs du passé ; professionnelle,parce qu’en se penchant sur leur passé, les médecins se reconnaissent comme appartenant à un même groupe, à une même communauté intellectuelle. Profondément imprégnée de l’idéologie du Progrès, cette double orientation détermine durablement toute l’historiographie médicale. Les premières grandes encyclopédies médicales — le Dictionnaire de médecine de l’Encyclopédie méthodique d’une part6 et le Dictionnaire des sciences médicales de Panckoucke d’autre part7 — en témoignent avec éloquence. Dans chacun des nombreux articles où l’on trouve une utilisation de l’histoire, il s’agit soit de l’exaltation du rôle du médecin8, soit de la distinction entre l’ivraie et le bon grain du Savoir :

  • 9 Renauldin, Introduction, dans Dictionnaire des sciences médicales.... op. cit., vol. 1, 1812, p. X (...)

“C’est un sujet bien digne de la méditation des philosophes et des savans, que l’histoire des vicissitudes qu’ont éprouvées la plupart des connaissances humaines avant d’arriver à cet état de splendeur où nous les voyons aujourd’hui. La Médecine en particulier a eu, plus qu’aucune autre science, à lutter contre des obstacles en tout genre : empirisme grossier, superstition aveugle, préjugés religieux, subtilités scolastiques, raisonnemens spéculatifs ; telles sont quelques unes des causes dont la funeste influence a tant nui à l’avancement de l’art de guérir”9.

  • 10 Cfr par exemple, ces conseils au médecin praticien : “Le médecin [...] doit s’attacher aux livres (...)

9Dans un premier temps, cette tendance de l’historiographie est indissociable de la démarche scientifique elle-même. A l’heure où le passé reste une source de connaissances directement utilisables dans la recherche et la pratique médicales10, l’histoire de la médecine ne peut être une discipline autonome : le temps qui travaille cette histoire n’est pas celui de l’historien. Il s’évalue à l’aune d’un seul principe : celui de la Vérité, obéit à une seule loi : celle du Progrès et s’exprime dans une seule dimension : celle de la Science.

  • 11 “Mon but a été de mettre les œuvres hippocratiques complètement à la portée des médecins de notre (...)

10Ecrite par des médecins, cette histoire ne s’adresse qu’à des médecins. Au vrai, il s’agit bien moins d’une histoire de la médecine que de la mise en œuvre d’une perspective historique dans la littérature médicale. En 1839, lorsque Emile Littré publie le premier tome de sa traduction du corpus hippocratique, il la présente comme un livre de médecine, non comme un ouvrage d’histoire11.

  • 12 Gert H. Brieger, History of medicine, dans Paul T. Durbin (éd.), The culture of science, technolog (...)

11Ce n’est que très progressivement, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, que l’histoire de la médecine acquiert une certaine autonomie. Premiers signes : en 1851, par exemple, lorsque Charles Daremberg publie son Corpus Medicorum Graecorum, ce n’est déjà plus en médecin qu’il prend la parole, mais en historien et en philologue12. Le même, créateur, quelques années plus tard (1864), du premier enseignement d’histoire de la médecine en France, situe avec précision les données nouvelles du problème :

  • 13 Charles Daremberg, Histoire des sciences médicales comprenant l’anatomie, la physiologie, la médec (...)

“L’histoire de la médecine est la démonstration, siècle par siècle, de l’impuissance des théories et de la puissance des faits, de l’inanité des systèmes a priori, et de l’action aussi bienfaisante qu’irrésistible, quoique lente, de la méthode d’observation et de la méthode expérimentale dans l’établissement des lois de la pathologie et de la thérapeutique générales. Aujourd’hui personne n’oserait renouveler les tentatives des Van Helmont, des Sylvius de le Boe, des Stahl, des Bellini, des Hoffmann, des Berthez, des Brown, même des Broussais ; si l’on osait, on resterait à peu près sans disciples”13.

  • 14 Claude Bernard, précisément, formulait des remarques analogues à celles de Daremberg : “Il n’y a a (...)

12Les transformations de la médecine, on le voit, expliquent cette évolution : quelques années après la publication de l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865), la notion du temps et celle de l’histoire se sont altérées14. Progrès, toujours, mais celui-ci n’est plus synonyme de fidélité au fondateur. Dans le dernier quart du siècle, l’accélération des découvertes scientifiques disqualifie les modèles d’explication anciens et agit comme une véritable révolution. Le passé s’éloigne : sous la pression du présent et la force des nouvelles références, les débats d’hier s’empoussièrent rapidement et entrent ainsi, aux yeux du médecin, dans le domaine de l’Histoire. L’histoire de la médecine peut dès lors se constituer en discipline autonome. Porté par son enthousiasme à innover, Daremberg l’exprime de manière lapidaire :

  • 15 Charles Daremberg, op. cit., p. 2.

“Autrefois [...], dans nos anciennes Ecoles et dans l’ancien Collège de France, personne n’eût songé à instituer une chaire d’histoire de la médecine ; l’étude de la médecine n’était elle-même que de l’histoire : on observait les maladies présentes avec les yeux des Arabes ou des Grecs ; on pliait la nature à l’autorité d’Hippocrate, de Galien ou d’Avicenne”15.

13Ainsi, avec cette “nouvelle histoire de la médecine” s’inverse, en quelque sorte, la marche du progrès. Celui-ci n’évoque plus l’épanouissement d’une théorie initiale — la médecine hippocratique —, mais bien la lente édification de la médecine scientifique : au mythe du fondateur se substitue celui du précurseur.

  • 16 Un premier institut d’histoire de la médecine est fondé en 1905, à Leipzig, par Karl Sudhoff. Aux (...)
  • 17 Archiv für Geschichte der Medizin, Leipzig, 1907-1929 ; Annals of medical history, New York, 1917- (...)
  • 18 Lucien Febvre, compte-rendu de Thalès. Recueil des travaux de l’Institut d’Histoire des Sciences e (...)

14A la fin du xixe et au début du xxe siècle, plusieurs chaires d’histoire de la médecine vont être créées dans les universités européennes, d’abord en Allemagne (Julius Pagel, à Berlin, en 1891). De même les premiers grands centres de recherche se constituent16 ainsi que des revues d’histoire exclusivement consacrées au passé de la médecine17. Enseignement et recherche se conjuguent pour donner naissance à une nouvelle discipline. Celle-ci, cependant, tend à rester fermée sur elle-même. Principalement écrite, dans la tradition de Littré et de Daremberg, par des médecins érudits, elle se tient résolument à l’écart du renouvellement des sciences historiques qui caractérise l’entre-deux-guerres. En 1938, Lucien Febvre s’en irrite : “Il est malaisé, sinon impossible, de faire de l’histoire des sciences si on ne peut, ou ne veut, intégrer cette histoire dans l’histoire générale (politique, économique, sociale, intellectuelle, artistique) des sociétés dont elle a été un des moyens d’expression”18.

15Une telle remarque s’applique à la majorité des travaux issus de cette tradition historiographique. Mythe du précurseur, écrivions-nous plus haut : les grandes synthèses d’histoire de la médecine sont toutes coulées dans le même moule. Progrès et Vérité scientifique sont ici les seuls vrais opérateurs du changement. Dans l’éclat de son génie, le savant capable de quitter les ornières fangeuses du conformisme intellectuel et de la vaine tradition est toujours l’acteur principal. Celui-ci est seul ; prophète d’une religion inconnue de ses contemporains, il conduit vers le futur une humanité gangrenée par le mensonge et la superstition : le sens de l’histoire est tout entier contenu dans cette caricature, opposant les forces de l’erreur à celles de la vérité :

  • 19 Arturo Castiglioni, Histoire de la médecine, édition française établie par les soins de l’auteur, (...)

“L’alternance des erreurs et des victoires constitue l’essence même de notre histoire, qui nous conduit par des voies parfois lumineuses, et parfois presque indiscernables, à des lois indiscutables aujourd’hui, vagues et lointaines hier. Etudier ce devenir de la médecine, scruter les origines lointaines et la charpente de nos connaissances, élaborées si lentement et si péniblement et par tant de voies différentes [...], tel est le programme de l’histoire de la médecine”19.

16Qu’on ne s’y trompe pas, cette histoire ne se veut pas exclusivement histoire de la pensée scientifique. Elle prétend au contraire s’inscrire dans une perspective plus large. Les caractéristiques sociales des professions médicales, par exemple, sont rarement négligées. Mais le même schéma domine : camarade obligée de la vérité, l’efficacité démontrée des thérapeutiques expliquerait la place grandissante occupée par le médecin dans la société moderne ou contemporaine :

  • 20 A. Castiglioni, op. cit., p. 620-621.

“Avec l’orientation scientifique que prend la médecine [...], le médecin perd ce caractère mi-miraculeux, mi-charlatanesque qu’il avait encore dans l’opinion [...]. Avec la robe et la perruque, la canne à pomme d’ivoire et le tricorne, le médecin du xixe siècle abandonne presque toujours son latin, ses termes redondants et ses métaphores [...]. Le positivisme scientifique connaît ainsi sa traduction pratique immédiate et la position du médecin s’améliore d’autant : on le voit devenir de plus en plus professionnel, estimé et lié au domaine même de son activité”20.

  • 21 Jacques Revel, Histoire et Sciences, A.E.S.C., XXX (1975), p. 933.

17Dissertation de médecins érudits ou “pièce rapportée”21 d’une histoire générale des civilisations, l’histoire de la médecine restera ainsi longtemps isolée, jalouse d’une tradition désuète qui ne lisait le passé qu’à travers le prisme déformant de l’idéologie du Progrès. Plusieurs appels à l’innovation furent lancés, notamment par Lucien Febvre et Marc Bloch. Mais, jusque dans les années 1960, ils ne furent pour ainsi dire pas entendus. Les historiens de la société, préoccupés surtout de l’évolution des structures économiques et, bientôt, de ce qu’on appellera l’histoire des mentalités, ne se hasardaient pas à lire des textes médicaux dont la signification historique semblait ne pouvoir être perçue que par des médecins.

B. Les sciences humaines et le renouveau

  • 22 On pourrait citer beaucoup d’exemples. Contentons-nous de signaler un modèle du genre : F.-A. Sond (...)

18La tradition scientiste — formulée tantôt sur le mode de l’érudition, tantôt sur celui de la vulgarisation — est toujours vivante aujourd’hui22. Mais, parallèlement, s’est développée une nouvelle sensibilité qui reconnaît à l’histoire de l’art de guérir d’autres dimensions que celle d’une simple chronologie de la pensée scientifique. Peu à peu, les historiens de la société et de la culture se sont aventurés sur les territoires de l’histoire de la médecine : il y ont trouvé une nouvelle manière de penser l’homme dans le monde.

19A dire vrai, l’initiative ne vient pas des historiens. Cette audace, en effet, leur a été inspirée par un climat intellectuel qui a transformé toutes les sciences humaines. L’anthropologie, la philosophie et la sociologie ont eu à cet égard une influence déterminante. Sans parcourir — ne fût-ce qu’à très larges enjambées — quelques étapes de l’évolution de ces disciplines, on ne peut comprendre la nature des changements qui ont renouvelé et considérablement enrichi la réflexion historique sur les pratiques et les savoirs médicaux.

1. A la croisée des chemins : histoire et anthropologie

  • 23 André Burguière, Anthropologie historique dans Dictionnaire des sciences historiques,Paris, Presse (...)
  • 24 Gérard Bouchard, La science historique comme anthropologie sociale : plaidoyer pour une “méthodolo (...)

20Beaucoup d’historiens se réclament aujourd’hui de l’anthropologie, tant et si bien que — sans bénéficier d’une définition claire — l’expression “anthropologie historique” est entrée dans le vocabulaire courant des sciences humaines23. Mais que veut-on désigner par ce nouveau vocable ? S’agit-il de définir une méthode ou un domaine de recherche ; une période chronologique ou une aire géographique ? En 1982, Gérard Bouchard situait l’anthropologie historique à la croisée de deux exigences en apparence antinomiques : celle de l’histoire “exacte” d’une part, héritière de la tradition positiviste et celle de l’histoire “vraie” d’autre part, qui privilégie la recherche du sens24. Vérité et exactitude : l’idée même d’une anthropologie historique semble prendre naissance au cœur des problèmes méthodologiques et heuristiques les plus aigus de la recherche en histoire.

21Mais rappelons tout d’abord, et très brièvement, ce qu’il en est de l’anthropologie. Discipline à la fois jeune et multiple, elle est née, dans le courant du xixe siècle, de la rencontre de deux circonstances majeures : l’intensification, dans le contexte de la colonisation, des relations avec des sociétés extra-européennes, d’une part ; la genèse et l’épanouissement de la biologie évolutionniste d’autre part. Il est traditionnellement convenu d’associer la naissance de l’anthropologie sociale à la première de ces circonstances et celle de l’anthropologie physique à la deuxième. Il serait cependant abusif de dissocier les deux disciplines. L’une et l’autre, en effet, sont nées du même bouillonnement scientifique et intellectuel. L’anthropologie sociale résulte de la transposition dans l’ordre de la culture des schémas d’interprétation biologiques qui fondent l’anthropologie physique. Aux espèces vivantes correspondent les espèces culturelles que sont les sociétés et les civilisations.

  • 25 Cette conception de la "civilisation" est évidemment plus ancienne que l’évolutionnisme. Mais, au (...)
  • 26 James George Frazer, Le rameau d’or. Le roi magicien dans la société primitive, Paris, Laffont, 19 (...)

22Races et civilisations, espèces et cultures sont ordonnées en vertu d’un même principe hiérarchique. Par ailleurs, l’édification de cette hiérarchie est l’œuvre du temps. De même que, tard venu dans l’histoire du vivant, l’homme est la résultante d’une longue série de perfectionnements biologiques, les sociétés humaines se succèdent, elles aussi, en se perfectionnant25. Dans la manière dont il est désigné, le premier objet d’étude de l’anthropologie sociale exprime et résume cette conception : les sociétés “primitives” sont dignes d’intérêt, non pas en tant que telles, mais parce qu’elles sont l’“ancêtre contemporain” des sociétés modernes et qu’elles permettent “de suivre l’homme dans sa longue marche, sa lente et pénible ascension de la sauvagerie à la civilisation”26. Même démarche à l’égard des sociétés traditionnelles européennes :

  • 27 Ibidem, p. 5-6.

“Les superstitions et les coutumes populaires des paysans constituent de beaucoup le témoignage le plus complet et le plus sûr que nous possédions sur la religion primitive. C’est qu’en effet l’Aryen primitif [...] n’est pas mort. Il existe encore aujourd’hui parmi nous. Les grandes forces intellectuelles et morales qui ont révolutionné le monde civilisé n’ont guère eu d’action sur le paysan. Il est, dans ses croyances intimes, ce qu’étaient ses ancêtres, au temps où les arbres des forêts poussaient, et les écureuils folâtraient, sur l’emplacement où se dressent aujourd’hui Rome et Londres”27.

  • 28 Jacques Le Goff, préface de : Marc Bloch, Les rois thaumaturges, Paris, Gallimard, 1983, p. XXXV.

23L’anthropologie évolutionniste du xixe siècle fut rapidement mise en cause par une nouvelle génération de chercheurs beaucoup plus préoccupés par l’étude de la différence et de la cohérence interne des sociétés qu’ils étudiaient. Cependant, malgré la grossièreté de ses schémas d’interprétation et malgré le lourd héritage idéologique qu’elle laisse aux sciences humaines, cette première anthropologie “scientifique” eut le mérite de poser pour la première fois de manière systématique le problème de l’homme en tant qu’être à la fois biologique et social, en tant que produit d’une histoire naturelle et d’une histoire culturelle. Par ailleurs, la question des croyances — nous dirions aujourd’hui des valeurs ou des représentations — était considérée, pour la première fois elle aussi, comme un objet d’étude à part entière. En ce sens, elle était appelée à renouveler l’étude des sociétés humaines. C’est dans ce contexte, en effet, que paraissent, en 1924, Les rois thaumaturges, cette histoire “des rites, des images et des gestes” que Jacques Le Goff présente avec tant de raison comme l’œuvre fondatrice de l’anthropologie historique28.

24Il ne s’agit pas ici d’évoquer dans le détail l’histoire de l’anthropologie. Quelques jalons suffiront à préciser notre propos. Les présupposés évolutionnistes avaient pour conséquence de privilégier la synthèse au détriment de l’analyse : puisque le projet anthropologique consiste à repérer les étapes du devenir humain, les observations recueillies doivent nécessairement prendre sens dans le contexte de cette vaste reconstitution. L’unité du “monde primitif s’impose donc comme une évidence ; les sociétés qui se laissent voir — par le texte ou le regard — ne sont, chaque fois, qu’une pièce de ce puzzle.

  • 29 Au sujet de cette rupture méthodologique par rapport à la tradition de l’anthropologie du xixe siè (...)
  • 30 “Whether we consider a very simple or primitive culture or an extremely complex and developed one, (...)

25C’est contre une telle conception de la recherche que naissent, pendant l’entre-deux-guerres, de nouvelles écoles. En première ligne, le fonctionnalisme de Malinowski privilégie l’étude de terrain et la compréhension des sociétés dans leur globalité29. L’idée de système culturel se substitue à celle d’évolution. Les conséquences sont nombreuses pour les sciences humaines. Tout d’abord, sur le plan de la méthode, le fonctionnalisme construit une technique scientifique de l’enquête anthropologique. Ensuite, en se dissociant des conceptions évolutionnistes, il réinterprète dans un sens nouveau les rapports nature/culture, la culture étant maintenant perçue comme l’ensemble des réponses humaines aux injonctions de la nature30. Deux éléments donc, dont la portée est considérable : une méthode d’observation du quotidien — puisque les sociétés étudiées ne peuvent être interrogées que par le biais de leur présent — et, d’autre part, une compréhension à la fois forte et opératoire de la culture comme un outil de survie collective.

26Le fonctionnalisme sera fortement critiqué, en raison notamment du caractère mécaniste des associations qu’il établit : à chaque institution culturelle semble devoir correspondre une fonction précise, identifiable comme une réponse à un besoin biologique. En France, à la fin des années 1950, le structuralisme s’est présenté comme la principale alternative à la “théorie des besoins”. Le fonctionnalisme n’a pas pour autant disparu. Il s’est lui même transformé et nuancé, et conserve, surtout dans les pays anglo-saxons, une influence considérable. Par ailleurs, ce qui rapproche les anthropologues paraît aujourd’hui plus important que ce qui les éloigne : les enjeux de l’anthropologie contemporaine se situent à un autre niveau que celui des querelles d’école. A cet égard, deux éléments nous paraissent essentiels : l’ouverture au monde occidental, d’une part, et la réconciliation avec l’histoire, d’autre part.

  • 31 Voir par exemple à ce propos : Fernand Braudel, Histoire et Sciences sociales : la longue durée, A (...)

27La question du temps a longtemps divisé historiens et anthropologues, ceux-ci reprochant à ceux-là d’être enfermés dans le grain de l’événement et de la chose concrète alors que les historiens, longtemps hostiles à toute démarche théorique, dédaignaient une anthropologie abstraite qu’ils désignaient comme la science de l’intemporel. Maîtres-mots de joutes mémorables, “diachronie” et “synchronie”, “conjonctures” et “structures”, semblaient séparer radicalement histoire et anthropologie31. Aujourd’hui, certaines caractéristiques de l’anthropologie s’expliquent plus aisément à la lumière de l’histoire de la discipline : l’objet d’étude tout d’abord — ces “sociétés sans histoire”, observables dans leur seul présent — et, au lendemain de la seconde guerre mondiale, le rejet d’une anthropologie évolutionniste et ethnocentriste qui, par le jeu des métaphores biologiques, avait obligeamment servi la cause des idéologies racistes, permettent de mieux comprendre l’absence d’une perspective historique.

28Ainsi, le refus de la durée est d’abord une question de circonstances, liées au développement même de la discipline. Plus profondément, les différences qui séparent histoire et anthropologie s’expriment en termes de complémentarité et non d’opposition. Dès 1958, Claude Lévi-Strauss l’exprimait sans détour :

  • 32 Dans la tradition française, le terme “ethnologie” revêt la même signification que l’expression an (...)
  • 33 Claude Levi-strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, p. 24-25.

“C’est donc aux rapports entre l’histoire et l’ethnologie32 que se ramène le débat. Nous nous proposons de montrer que la différence fondamentale entre les deux n’est ni d’objet, ni de méthode ; mais qu’ayant le même objet, qui est la vie sociale ; le même but, qui est une meilleure intelligence de l’homme ; et une méthode où varie seulement le dosage des procédés de recherche, elles se distinguent surtout par le choix de perspectives complémentaires : l’histoire organisant ses données par rapport aux expressions conscientes, l’ethnologie par rapport aux conditions inconscientes de la vie sociale”33.

29Ces différences d’approche de la réalité sociale s’expliquent par la nature même de la documentation mise en œuvre. Au sens le plus général du terme, les archives de l’historien sont toujours un instrument de la mémoire. Qu’il s’agisse d’un livre de philosophie, de carnets de voyages, de rôles fiscaux ou d’un traité de paix, il existe toujours entre le document et la réalité qu’il reflète un processus d’élaboration qui obéit à une rationalité précise. Le traité de paix ou la déclaration de guerre ne sont ni la paix ni la guerre : ils traduisent et authentifient une volonté politique. On ne connaît que des indicateurs de la réalité historique, jamais la réalité elle-même. Ces traces font à la fois la force et la faiblesse de la recherche historique. Sa faiblesse, parce qu’elles ne sont que des reflets fragmentaires d’une réalité à jamais inaccessible ; mais sa force aussi parce que, laissées là, en quelque sorte, de propos délibéré, elles sont toujours des fils conducteurs et, avant même que d’être exploitées, elles sont déjà des récits.

30L’anthropologue — celui tout au moins que l’on imagine confronté, seul, à telle microsociété archaïque dont il ne connaît encore ni les rites, ni les mythes — est soumis à des contraintes inverses. Il y a, dans ce cas, surabondance de réalité et absence de traces, c’est-à-dire absence d’intermédiaire entre le réel et sa description. Le sens, ici, est tout entier à construire. Ni texte, ni “document”, ni “mémoire” qui indique le chemin : le récit de l’anthropologue s’élabore à partir de la seule observation, au quotidien, des manières d’être et de faire. Comment, dès lors, donner sens à cet ensemble de gestes et de paroles ? Ce qu’il faut maintenant comprendre n’est plus la succession des événements dont, peu ou prou, le document porte la trace, mais, précisément, “ce qui va sans dire”, ce qui se donne à voir sans prétendre être vu. Au spectacle d’une telle différence, après avoir dressé l’inventaire de tant de comportements à la fois banals et étrangers aux siens, l’anthropologue apprend que la cohérence d’une culture se construit au long terme grâce à la répétition de ces mêmes gestes et de ces mêmes paroles. Manger pour se nourrir, certes, mais pourquoi tel aliment plutôt que tel autre ? Et pourquoi le cuire, plutôt que le consommer cru ? Se soigner pour guérir, évidemment, mais pourquoi tel rituel, telle recette, telle prière plutôt que telle autre ? Celui qui tous les jours se soigne et s’alimente ne peut pas toujours répondre. Sans en avoir une claire conscience, il reproduit, jour après jour, les choix culturels de la société à laquelle il appartient. Le travail de l’anthropologue consiste à reconstituer et à expliquer les significations culturelles de ces gestes toujours répétés.

  • 34 André Burguiere, Anthropologie historique, dans La nouvelle histoire, op. cit., 1978, p. 44.

31Il en va de même des institutions, des savoirs, des structures sociales : ils sont à la fois explicites et porteurs d’un ensemble de significations cachées, secrètes a-t-on envie de dire. “Tout se passe”, écrit André Burguière, “comme si chaque société avait besoin d’annuler sa transparence pour exister, de brouiller les pistes aussi bien pour elle-même que pour le monde extérieur. L’anthropologue est familiarisé depuis longtemps avec ce principe d’opacité qui caractérise toute réalité sociale”34.

32C’est bien dans cet esprit que, depuis une vingtaine d’années, une anthropologie “décolonisée” commence à porter le regard sur les sociétés occidentales. Non seulement sur le monde rural ou les sociétés traditionnelles, mais aussi sur les manifestations les plus caractéristiques de la société contemporaine. L’anthropologue, pourrait-on dire, descend aujourd’hui dans le métro, observe le physicien dans son laboratoire, interroge le discours de l’homme politique ou de l’économiste. Dans le contexte d’une histoire des idéologies, Louis Dumont a résumé l’intérêt d’une telle démarche :

  • 35 C’est nous qui soulignons. Louis Dumont, Essai sur l’individualisme. Une perspective anthropologiq (...)

“Pour voir notre culture dans son unité et sa spécificité, il nous faut la mettre en perspective avec d’autres cultures. C’est seulement ainsi que nous pouvons prendre conscience de ce qui autrement va sans dire : le fondement implicite et familier de notre discours ordinaire35.

  • 36 Homo Hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1967.
  • 37 L’anthropologie s’est elle aussi transformée au contact de l’histoire. Selon Claude Lévi-Strauss c (...)

33Cette démarche est le fait d’un nombre toujours plus grand d’anthropologues, qui portent sur leur propre société le regard que, précédemment, ils ont porté sur d’autres cultures : Louis Dumont, rappelons-le, s’est d’abord intéressé à la société des castes en Inde36. Les historiens se sont mis à même école. Ils ont pleinement bénéficié de cette autre lecture de la réalité en renouvelant leurs thèmes de recherche et en dépoussiérant leurs méthodes d’analyse. Histoire de la mort, de la vie quotidienne, des structures familiales, de l’alimentation... : histoire, toujours, de “ce qui va sans dire” ; histoire de ce qui jamais ne change tout à fait sous le coup d’une révolution, d’une guerre ou d’un débat d’idées ; histoire de ce qui ne s’évalue qu’au long terme ; histoire des permanences et des lentes évolutions. Paradoxalement, les historiens ont appris, au contact des anthropologues, une nouvelle manière de comprendre la longue durée37.

  • 38 Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de parcourir les travaux et les revues qui lui sont consacrée (...)
  • 39 Marc Auge et Claudine Herzlich, op. cit., 1984, p. 11.
  • 40 Gilles Bibeau, La place de l’anthropologie médicale dans la rencontre entre sciences sociales et s (...)

34La réflexion sur les pratiques et les savoirs médicaux a été profondément influencée par cette lente dérive de l’anthropologie vers l’étude des sociétés industrielles. L’anthropologie médicale est aujourd’hui une discipline à part entière qui s’intéresse indifféremment aux sociétés occidentales et extra-occidentales38. Elle prend en compte, non seulement le degré d’efficacité ou de scientificité des pratiques médicales, mais s’arrête surtout à leurs dimensions sociales et culturelles. La maladie, par exemple, est toujours perçue à la fois comme une réalité biologique et un signifiant social39. En ce sens l’anthropologie médicale est un des terrains les plus prometteurs de l’anthropologie contemporaine dont le premier objectif est de “comprendre les phénomènes humains à partir de leurs caractéristiques biologiques, sociales et culturelles qui sont saisies comme fonctionnant en interaction”40.

35Cependant, si les liens entre l’histoire et l’anthropologie générale sont de plus en plus nombreux, l’anthropologie médicale, en tant que discipline autonome, reste peu préoccupée de questions historiques. Ses intérêts sont nettement orientés vers le présent : intégration des systèmes de soins occidentaux et traditionnels dans les pays en développement, représentation sociale de la consommation des médicaments, sensibilisation des professionnels de la santé aux questions anthropologiques, ethnopsychiatrie, politiques de santé... Il faut espérer que bientôt l’anthropologie médicale s’enrichisse du travail des historiens qui, depuis quelques années, font eux-mêmes mouvement vers l’anthropologie.

2. Des mathématiques à la médecine : philosophie et histoire des sciences.

  • 41 Cfr à ce sujet le dernier livre de Jacques Léonard, Archives du corps. La santé auxixe siècle. Ren (...)

36L’anthropologie a renouvelé l’histoire de la médecine de l’extérieur. C’est depuis qu’un nombre croissant d’historiens reconnaissent la dimension culturelle des savoirs médicaux que la maladie, la médecine, voire la santé41, comptent parmi les thèmes privilégiés de la recherche en histoire. A côté de l’histoire de la pensée scientifique proprement dite, l’anthropologie historique a pris pied au cœur des croyances, des rites, des habitudes, des représentations, des mécanismes inconscients qui — chez nous comme ailleurs, aujourd’hui comme hier, à la ville comme à la campagne — permettent à une société de se perpétuer. Naître, mourir, être malade, tenter de guérir : c’est toujours, en même temps, révéler son appartenance à une société, une culture, une histoire.

  • 42 Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988 (...)

“La naissance témoigne pour une société” écrit Jacques Gélis “[...]. La naissance avec ses rites, ses interdits, ses espérances renvoie à un imaginaire de la vie qui varie selon les cultures et selon les époques. L’arrivée d’un enfant ne peut donc être réduite à l’acte physiologique qu’est l’accouchement, lorsque le fruit mûr “tombe au monde”. Il y a la naissance, et il y a le reste. Et ce “reste”, nous le savons, est souvent l’essentiel”42.

37Parallèlement à cette “mutation anthropologique” de l’histoire des manières d’être au monde, l’histoire de la pensée et des théories scientifiques a subi elle aussi de profondes transformations grâce aux apports décisifs de la philosophie des sciences et de l’épistémologie contemporaines. Il fallait en effet une réflexion sur les fondements de la connaissance pour échapper à l’ornière scientiste dans laquelle s’embourbait toute approche historique des sciences et de la médecine. Nous ne souhaitons pas nous attarder longuement sur de telles questions, mais simplement évoquer ce mouvement qui, grâce à la philosophie, a conduit les historiens de la société et de la culture à porter sur les sciences un regard moins timoré.

  • 43 Douglas Hofstadter, Gödei, Escher, Bach. Les brins d’une guirlande éternelle, Version française de (...)
  • 44 Jean Ladrière, Limites de la formalisation, dans Jean Piaget (sous la direction de), Logique et co (...)

38D’une manière très générale, l’apport de l’épistémologie contemporaine est d’avoir montré que toute démarche scientifique est indissociable d’un certain nombre d’éléments qui échappent nécessairement au système logique mis en œuvre. La démonstration scientifique est à la fois elle-même et autre chose qu’elle-même. Cette observation n’a rien de gratuit. Elle a été faite, notamment, dans un domaine où l’on est traditionnellement peu enclin à supposer l’existence de tels paradoxes : les mathématiques. C’est en 1931 que Kurt Gödel a formulé le célèbre théorème d’incomplétude selon lequel “toutes les formulations axiomatiques consistantes de la théorie des nombres incluent des propositions indécidables”, c’est-à-dire des propositions qui ne sont ni démontrables, ni réfutables. Au cœur même de la construction logique la plus cristalline — les mathématiques — se glisse donc un ensemble de propositions à propos desquelles les mathématiques sont incapables de se prononcer. Fondé sur le paradoxe de l’autoréférence43, le théorème d’incomplétude a démontré l’impossibilité d’établir la non-contradiction de l’arithmétique par ses propres moyens et, plus généralement, de tout système formel au moyen des seuls instruments appartenant à ce système. Ceci entraîne que “pour démontrer la non-contradiction d’un système formel, il est nécessaire de faire appel à des procédés de preuve qui sont étrangers au système”44.

  • 45 Karl R. Popper, Logik der Forschung, Vienne, 1934. La première édition anglaise date de 1959. Ce n (...)

39La démarche épistémologique, ébranlement fécond des évidences mathématiques, n’est pas restée confinée dans les sphères éthérées de la logique. A sa suite, c’est tout le mode de questionnement de la science qui s’est trouvé modifié. En ce qui concerne les sciences de la nature, l’œuvre de Karl Popper est d’une importance capitale. Dès 1934, dans “La logique de la découverte scientifique”45, il mettait en cause les présupposés de l’école positiviste et renouvelait la réflexion sur la nature des théories scientifiques et de leurs conditions de formulation.

  • 46 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973, p. 23.

40Selon les schémas traditionnels, les sciences empiriques se caractérisent par le fait qu’elles utilisent des méthodes inductives. La vérité des théories scientifiques est justifiée par le jeu des inférences inductives qui conduisent “d’énoncés singuliers, tels des comptes rendus d’observations ou d’expériences, à des énoncés universels, telles des hypothèses ou des théories”46. Ainsi, tout énoncé qui mérite le nom de scientifique doit pouvoir se réduire à des “expériences élémentaires”. De plus, il doit être possible de décider de manière définitive de la vérité ou de la fausseté de chacun de ces énoncés.

  • 47 Le projet de Popper était de mettre en lumière les critères permettant de distinguer les sciences (...)

41Popper substitue à ces notions le principe de réfutabilité. La validité d’une théorie — et son caractère scientifique — ne résulte pas de la mise en évidence de sa vérité, mais d’une série de tentatives de réfutation dont le résultat s’est avéré négatif47. L’absolue adéquation au réel d’un énoncé scientifique n’est donc jamais atteinte. Il ne peut s’agir que d’approximations, rendues pertinentes par l’impossibilité dans laquelle on se trouve de les invalider. Quant aux données d’expérience — fondations inébranlables sur lesquelles est supposé se construire l’édifice de la science — elles ne sont pas, en elles-mêmes, porteuses de signification :

  • 48 Karl Popper, op. cit., p. 285-286.

“Le progrès de la science n’est pas dû à l’accumulation progressive de nos expériences. Il n’est pas dû non plus à une utilisation toujours améliorée de nos sens. Des expériences sensorielles non interprétées ne peuvent sécréter de la science [...]. Des idées audacieuses, des anticipations injustifiées et des spéculations constituent notre seul moyen d’interpréter la nature, notre seul outil, notre seul instrument pour la saisir [...]. Les tests expérimentaux, prudents et rigoureux, auxquels nous soumettons nos idées sont eux-mêmes inspirés par des idées : l’expérience est une action concertée dont chaque étape est guidée par la théorie. Nous ne tombons pas fortuitement sur des expériences, pas plus que nous ne les laissons venir à nous comme un fleuve”48.

  • 49 Ibidem, p. 287.

42Dès lors, la formulation d’une hypothèse est toujours un acte créateur. L’épistémologie de Popper exclut toute idée de certitude inébranlable : la science n’est pas l’amoncellement des vérités intangibles, mais “la quête obstinée et audacieusement critique de la vérité”49.

  • 50 Thomas S. Kuhn, The structure of scientific revolutions. The University of Chicago Press, 1962. L’ (...)
  • 51 Thomas S. kuhn, op. cit., 1972, p. 16.

43L’œuvre de Popper eut un énorme retentissement, dans les pays anglo-saxons d’abord, en France ensuite. Elle ne fut pas, bien évidemment, la seule. En 1962, l’épistémologue américain Thomas S. Kuhn faisait paraître un nouveau livre sur la nature des révolutions scientifiques dans lequel il enrichissait, tout en s’en démarquant, la perspective poppérienne50. Kuhn part d’un point de vue analogue à celui de Popper : la conception erronée de la démarche scientifique selon laquelle “les méthodes scientifiques sont uniquement celles qui sont illustrées par les techniques expérimentales utilisées pour obtenir les faits décrits dans les manuels, ainsi que les opérations logiques effectuées pour rattacher ces faits aux généralisations théoriques”51.

44Selon cette tradition, la science est une et son histoire est l’histoire des facteurs qui ont tantôt favorisé et tantôt freiné l’accumulation des faits qui appartiennent à cet ensemble intemporel. Le rôle traditionnel de l’historien des sciences est donc d’établir l’inventaire chronologique des erreurs et des vérités scientifiques. Quelle que soit l’époque que l’on considère, un énoncé scientifique est vrai ou faux et cette caractéristique — qui seule lui donne sa véritable signification historique — s’évalue nécessairement à la lumière du credo scientifique contemporain.

  • 52 I. Bernard Cohen, op. cit., 1985, p. 614.

45Profondément influencé par les travaux d’Alexandre Koyré sur la physique de Galilée et de Newton52, Kuhn oppose à ces vues désuètes une nouvelle méthode de l’histoire des sciences :

  • 53 Ibidem, p. 17.

“Plutôt que de rechercher dans la science d’autrefois ses contributions (durables) au progrès d’aujourd’hui, ils [les historiens] s’efforceront de mettre en lumière l’ensemble historique que constituait cette science à son époque. Ils ne posent pas de questions, par exemple, sur les rapports entre les vues de Galilée et celles de la science moderne, mais plutôt sur ce qui lie ses conceptions à celles de son groupe, c’est-à-dire ses maîtres, ses contemporains et ses successeurs immédiats”53.

  • 54 Ibidem, p. 19.
  • 55 Ibidem, p. 25.

46Le développement de la science, son devenir, résulte d’une série de choix arbitraires dans “l’éventail des croyances scientifiques admissibles”54. C’est à partir de ce consensus que s’exerce ce que Kuhn appelle la science normale,c’est-à-dire — par opposition à l’idée de révolution scientifique — “la re-cherche fermement accréditée par une ou plusieurs découvertes scientifiques passées, découvertes que tel groupe scientifique considère comme suffisantes pour fournir le point de départ d’autres travaux”55. A cette notion de science normale, il faut associer le concept de paradigme qui contient les lois, le type de démarche scientifique, l’image de la nature et les découvertes à partir desquelles s’établit durablement une tradition scientifique et autour desquelles se rassemble la communauté des scientifiques. Les révolutions scientifiquesconsistent en l’abandon d’un paradigme au profit d’un nouveau, à l’occasion d’une période de crise pendant laquelle s’affrontent plusieurs paradigmes concurrents. L’adoption d’un nouveau paradigme exige de reconsidérer les faits précédemment acquis, de même qu’elle met au jour de nouvelles questions et permet d’isoler un ensemble de “faits significatifs” qui échappaient au paradigme précédent.

  • 56 Ernest Coumet, op. cit., 1975, p. 1111.

47Ainsi l’activité de la science normale consiste à développer les questions rendues formidables par l’adoption d’un nouveau paradigme. A la différence de Popper — pour qui l’activité scientifique véritable se polarise autour des seuls moments de révolution — Kuhn insiste sur la notion de science normale. Selon lui, “c’est la science normale qui constitue la science authentique ; la science extraordinaire se manifeste dans des conditions tellement anormales qu’on peut à peine parler de science”56. Il en est résulté de mémorables querelles entre les deux hommes, entre les deux tendances. Aux développements de Kuhn sur la science normale, Popper renvoyait l’image d’une activité scientifique routinière et conformiste à laquelle il opposait la démarche héroïque des renversements radicaux.

  • 57 Cfr, outre l’article déjà cité de Ernest Coumet : Stefan Amsterdamski, L’évolution de la science. (...)

48Nous n’entrerons pas dans les détails d’une polémique aujourd’hui apaisée57. Beaucoup plus important, pour notre propos, est de reconnaître, dans l’œuvre de Kuhn et dans celle de Popper, deux moments forts de la critique épistémologique d’une conception de la science qui, tout entière, reposait sur l’idéologie du Progrès. Dans le domaine des sciences de la nature, de la physique en particulier, l’un et l’autre ont montré que la science s’inscrit dans une histoire dont, en aucun cas, les termes ne sont réductibles à un processus d’accumulation linéaire de vérités intemporelles. La science estson époque. Le dialogue qu’elle instaure entre l’homme et la nature n’est pas dissociable de la culture dont elle n’est qu’une expression particulière.

49En France, une tradition méthodologique et critique inspirée par les travaux d’Alexandre Koyré et de Gaston Bachelard a permis de reconsidérer, dans une perspective analogue, l’histoire des sciences de la vie. Dans ce domaine où les circonstances historiques et idéologiques de formulation des théories scientifiques sont aussi intimement liées au contenu des savoirs, la mise à distance philosophique s’avérait indispensable. Les recherches de Georges Canguilhem — un des principaux artisans du rapprochement entre histoire et philosophie des sciences — ont à cet égard une importance décisive.

  • 58 Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie,2e édition, Pa (...)
  • 59 A propos d’une telle histoire de la médecine. Lester King formulait des remarques similaires : “Me (...)
  • 60 Georges Canguilhem, op. cit., 1981, p. 21.

50A la conception traditionnelle d’une histoire des sciences qui se prétend “mémoire du progrès”, Canguilhem oppose les exigences critiques de l’épistémologie. “A ne vouloir faire que l’histoire de la vérité”, écrit-il, “on fait une histoire illusoire”58. On s’interdit, surtout, de comprendre la spécificité des théories d’hier59. En faisant de la science contemporaine le modèle achevé à partir duquel se classent et s’évaluent les faits historiques, on exerce “une sorte [...] de police épistémologique”60 incapable de restituer la dynamique des savoirs anciens. Dans le contexte de cette critique, le “mythe du précurseur” — dont nous avons reconnu plus haut qu’il était indissociable de la tradition scientiste — est à la fois identifié et définitivement récusé :

  • 61 Georges Canguilhem, Etudes d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1979, p. 21.

“A la rigueur s’il existait des précurseurs, l’histoire des sciences perdrait tout sens, puisque la science elle-même n’aurait de dimension historique qu’en apparence [...]. Un précurseur ce serait un penseur de plusieurs temps, du sien et de celui ou de ceux qu’on lui assigne comme ses continuateurs, comme les exécutants de son entreprise inachevée. Le précurseur est donc un penseur que l’historien croit pouvoir extraire de son encadrement culturel pour l’insérer dans un autre, ce qui revient à considérer des concepts, des discours et des gestes spéculatifs ou expérimentaux comme pouvant être déplacés et replacés dans un espace intellectuel où la réversibilité des relations a été obtenue par l’oubli de l’aspect historique dont il est traité”61.

  • 62 “L’histoire, c’est-à-dire selon nous, le sens de la possibilité” (G. Canguilhem, La connaissance d (...)

51Il faudrait pouvoir s’étendre plus longuement sur le sens de l’histoire chez Canguilhem. Rejet du mythe du précurseur, respect aussi du temps de l’histoire en ce qu’il définit de lui-même l’univers des possibles dans lequel s’inscrit l’activité scientifique62 : le passé de la science n’est jamais réductible à la préfiguration de son présent.

52Gödel, Popper, Kuhn, Canguilhem : quelques jalons, simplement, qui — des mathématiques à la médecine — illustrent les voies par lesquelles est passée la remise en cause d’une image naïve de la science. A l’évidence, la spécificité de la science est de produire, à propos de la nature, des énoncés à prétention de vérité. A l’évidence aussi, ses développements conduisent à une meilleure connaissance et à une meilleure maîtrise des objets dont elle traite. Mais la science n’est pas pour autant la Vérité. Elle est d’abord un langage. A ce titre, elle appartient pleinement à l’histoire. Non pas, uniquement, parce que le temps est témoin du progrès, mais surtout parce que c’est dans la durée — Michel Foucault l’explique tout au long de son œuvre — que s’établissent et se redéfinissent sans cesse les relations qui existent entre “les mots et les choses”.

3. Histoire sociale et sociologie

53A côté des activités de recherche proprement dites, en aval des conditions historiques et culturelles de production du savoir, la médecine est, bien évidemment, une pratique sociale. A ce titre, elle met en jeu des groupes d’individus — les médecins notamment — qui occupent une position déterminée dans la société. De même que le type de savoir que les médecins appliquent n’a pas toujours été le même, la nature des relations qui existent entre eux et la société s’est profondément transformée dans le temps. Le groupe lui-même — à l’évidence — ne possède pas les mêmes contours qu’auparavant.

54Il est facile de reconnaître que les médecins bénéficient d’une position toujours mieux affirmée dans la société contemporaine. Il n’est pas aussi aisé de repérer les étapes de cette évolution, ni d’en caractériser les modalités. Comme il a été dit plus haut, l’histoire traditionnelle de la médecine rend compte de ce phénomène en invoquant le progrès scientifique : c’est parce que la science est devenue plus efficace que les médecins sont devenus à la fois plus nombreux et mieux respectés. Cette relation de cause à effet est posée comme allant de soi. Aux images des Diafoirus prétentieux et incompétents des temps anciens sont opposées celles des praticiens d’aujourd’hui, sûrs de leur savoir et de leurs responsabilités.

55Il apparaît cependant que les transformations sociales qui affectent le groupe des médecins ne sont pas nécessairement contemporaines de “révolutions thérapeutiques”. Pendant la première moitié du xixe siècle, alors que, partout en Europe, les professions médicales acquièrent leurs caractéristiques modernes, l’arsenal thérapeutique ne se transforme pour ainsi dire pas. Les gestes médicaux sont pratiquement les mêmes en 1760 et en 1840. Les transformations de la profession médicale ne peuvent dès lors s’expliquer par les seules considérations du savoir et de son efficacité supposée.

  • 63 “The dream of reason did not take power into account”, écrivait Paul Starr. “The dream was that re (...)

56Il ne faut pas non plus verser dans l’excès contraire. Assurément, les caractéristiques du groupe des médecins ne sont pas indépendantes du savoir que ces derniers mettent en œuvre. Il serait absurde de dissocier histoire de la médecine et histoire des médecins. Mais le savoir, et la manière dont il s’applique au quotidien, ne parle pas que de lui-même : à son tour, il révèle les relations de pouvoir ou de réciprocité qui s’instituent entre les gens, entre les groupes63. Pour s’élever au delà de l’anecdote ou de la biographie individuelle, l’étude historique de l’art de guérir ne peut faire l’économie d’une démarche sociologique.

57Qui sont les médecins ? Qu’en est-il des relations qu’ils établissent avec leurs patients, avec l’Etat, avec la Société ? Quelle place occupent-ils dans l’échelle des statuts ? Autour de quelle idéologie concentrent-ils les forces qui leur permettent de s’unir ? Quels intérêts défendent-ils ? Et quels idéaux ? Quelles hiérarchies s’établissent à l’intérieur même du groupe ? Quels réseaux de solidarité, d’intégration ou d’exclusion ? C’est à ces questions que tentent aujourd’hui de répondre les historiens des professions médicales.

  • 64 Emile Durkheim, De la division du travail social, 10e éd., Paris, P.U.F., 1978. Cfr aussi : “The d (...)

58Dans cette perspective, l’approche sociologique de la notion de profession ne peut être ignorée des historiens. Une abondante littérature sociologique a traité ce problème. Quelles que soient les écoles dont ces travaux se réclament, il semble qu’il y ait unanimité pour présenter les notions de profession et de professionnalisation comme l’une des caractéristiques sociologiques les plus marquantes de la société industrielle. Durkheim ne voyait-il pas dans les “groupes professionnels” constitués au sein des professions libérales le modèle d’organisation sociale susceptible de porter remède à l’anomie de la société de la fin du xixe siècle ?64. Le rêve de Durkheim était d’assurer la cohésion et la moralisation des métiers de l’industrie et du commerce, prédominants dans la société moderne, mais livrés à l’anarchie :

  • 65 Emile Durkheim, op. cit, p. xxxv (preface de la seconde edition).

“Une nation ne peut se maintenir que si, entre l’Etat et les particuliers, s’intercale toute une série de groupes secondaires qui soient assez proches des individus pour les attirer fortement dans leur sphère d’action et les entraîner ainsi dans le torrent général de la vie sociale [...] Les groupes professionnels sont aptes à remplir ce rôle”65.

  • 66 C. Turner et M.N. Hodge, Occupations and professions, dans J.A. Jackson, Profes-sions and professi (...)
  • 67 “The study of physicians does offer the sociologist the opportunity to test both the truth and the (...)

59Durkheim n’étudiait pas, en tant que telles, les professions libérales. Mais ces dernières lui apparaissaient comme le modèle idéal à partir duquel la société pouvait faire se rejoindre les exigences contradictoires de la liberté individuelle et de la nécessaire solidarité de l’ensemble66. Dans cette mesure, il révèle quelques-uns des principaux éléments traditionnellement associés à la notion de profession : indépendance et altruisme comptent parmi les mots-clés qui permettent de comprendre l’idéologie des professions libérales, dont la médecine représente l’illustration la plus souvent invoquée67.

  • 68 Talcott Parsons, op. cit., p. 105 et I. Waddington, Professions, dans Adam et Jessica Kuper (éd.).(...)

60Les caractéristiques qui permettent de reconnaître et de définir une profession ont été décrites par de nombreux sociologues. Les principales sont l’acquisition d’un savoir théorique à caractère général aussi bien que d’une compétence, d’un savoir-faire qui met cette formation au service de la collectivité. Le cursus d’acquisition de ce savoir est validé et contrôlé, généralement, dans le cadre de l’institution universitaire68.

  • 69 De manière très significative, Parsons commence par donner une définition négative des professions (...)

61Cette première batterie de caractéristiques — sommairement résumée — permet de situer l’histoire de la médecine dans un contexte particulier : l’émergence et le développement, dans la société contemporaine, de catégories d’individus de plus en plus influents dont l’épaisseur sociale et le bagage initial ne reposent plus sur la fortune ou le patrimoine, ni sur la naissance, ni sur la simple force de travail, mais bien sur l’acquisition d’un savoir à la fois général — c’est-à-dire culturellement valorisé — et reconnu comme socialement indispensable69. A ce titre, l’histoire de la profession médicale illustre un aspect majeur d’une des transformations les plus caractéristiques du monde contemporain : la tertiarisation de la société.

  • 70 I. Waddington, op. cit., 1985, p. 650.

62Le problème de la définition a longuement préoccupé les sociologues anglais et américains des années 1950-1960. Face à la complexification croissante des institutions, face à la diversification des activités, face à la multiplication, enfin, des métiers qui tendaient à devenir des professions, l’effort d’analyse s’est principalement porté sur le repérage des éléments susceptibles d’identifier et de caractériser les professions. C’est ce qu’on a appelé, de manière péjorative, la “check-list approach”70.

  • 71 Deux livres sont à cet égard essentiels : Eliot Freidson, Profession of Medicine, New York, Harper (...)
  • 72 Ibidem, p. 13. Et, d’une manière plus générale : “closely connected with the theme of professional (...)

63Au début des années ’70, cette démarche fut sévèrement critiquée par une nouvelle génération de sociologues71. En un sens, ceux-ci reprochaient à leurs devanciers d’adopter, sans interrogation critique, la perspective de Durkheim. Le thème de l’altruisme, par exemple, était perçu comme une caractéristique essentielle des professions libérales. Pour Parsons comme, cinquante ans auparavant, pour Durkheim, cette orientation vers le bien commun était la garantie que la science se mette au service de l’homme72. La professionnalisation apparaissait ainsi comme le mariage de l’Ethique et du Progrès.

  • 73 Caractéristique d’autant plus marquante que la sociologie américaine était elle-même, en tant que (...)
  • 74 Eliot Freidson, La profession médicale, op. cit., 1984, p. 14.

64Cette manière de voir était profondément conditionnée par l’idéologie des professions libérales elle-même. Dans son effort prétendument descriptif, la sociologie des professions s’enfermait, comme en un jeu de miroirs, dans le système de valeurs des catégories socioprofessionnelles dont elle voulait rendre compte73. En somme, ce qui appartenait à un processus d’autolégitimation était présenté comme des données purement morphologiques : les professions étaient — et n’étaient rien d’autre que — ce qu’elles disaient être. La difficulté de s’entendre sur une définition du mot “profession”, écrivait Freidson, résulte du fait “qu’il n’est pas moins évaluatif que descriptif” : de fait, tous les groupes formant des métiers, quand ils prennent conscience d’eux-mêmes, sont amenés à se servir du mot, soit pour se flatter eux-mêmes, soit pour abuser les autres“74. Idéologie, souci du prestige, conquête de l’autonomie et du pouvoir : Freidson et Johnson renouvellent l’étude sociologique des professions en y introduisant des thèmes jusque-là négligés. Assurément, l’exercice de la médecine n’est pas déterminé par la seule volonté de guérir. Le mérite de la sociologie des professions des années 1970-1980 est d’avoir abordé dans ce sens les institutions médicales contemporaines.

  • 75 Ivan Illich, Némésis médicale. L’expropriation de la santé, Paris, Seuil, 1975.
  • 76 Serge karsenty, La crise de la médecine, dans La médecine interrogée. Livres, groupes, expériences(...)

65A la suite, notamment, des travaux de Freidson, les analyses du “pouvoir médical” vont se multiplier. Sur la frontière étroite qui existe entre l’étude scientifique et la critique idéologique, se concentre bientôt une littérature d’un type nouveau. Quelques années après la publication de La profession médicale, Ivan Illich publie la Némésis médicale75 qui, aussitôt, devient la bannière de l’“anti-médecine”76 :

  • 77 Ivan Illich, op. cit., 1975, p. 9.

“L’entreprise médicale menace la santé. La colonisation médicale de la vie quotidienne aliène les moyens de soins. Le monopole professionnel sur le savoir scientifique empêche son partage [...]”77.

66D’entrée de jeu, l’auteur donne le ton. Il révèle, surtout, combien son livre s’inscrit dans ce qu’il convient d’appeler la “crise de la médecine contemporaine”. Mais l’idéologie des détracteurs renvoie évidemment à celle des sectateurs. Aux images du médecin-dieu qui traversent l’histoire traditionnelle de l’art de guérir, voici que répondent en écho les représentations du médecin-diable, machiavélique instrument d’une entreprise d’aliénation et de domination. N’éludons pas le problème, cependant, et n’enterrons pas trop vite ces analyses caduques, car elles continuent à nous en apprendre beaucoup, sinon au titre de “travaux”, du moins à celui de “sources”.

67Dans le ciel des caricatures, se déchiffrent des constellations pérennes. Histoire hagiographique ou sociologie assassine : celles-ci nous aident aussi à comprendre les significations imbriquées à partir desquelles s’organise au quotidien la gestion collective de la santé.

***

  • 78 Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française duxviiie siècle, Paris, Armand Coli (...)

68Anthropologie, épistémologie, sociologie : ce rapide survol a permis de poser quelques jalons et de comprendre comment, à la croisée des sciences humaines, les historiens en sont progressivement arrivés à définir un nouveau terrain de recherches. A chaque pas, on a reconnu les relations irréductibles qui existent entre les domaines de la science, de la culture, du social et du politique. Impossible d’isoler la médecine de son temps ou de la société dans laquelle elle s’épanouit. “Le savant”, écrivait Jacques Roger, “ne parvient jamais à faire une science intemporelle. Dans sa science, il se peint lui-même et il peint son temps”78.

69On peut formuler des remarques analogues à propos du médecin-praticien, de l’empirique ou du consommateur de soins. Leur histoire ne peut être envisagée qu’à la lumière d’une approche plurielle. “Histoire sociale et culturelle des pratiques et des savoirs médicaux”, proposions-nous au début de ce chapitre. Histoire sociale, parce que ceux qui exercent l’art de guérir n’existent pas indépendamment des groupes auxquels ils appartiennent et de la société qui légitime ou conteste leur pratique ; histoire culturelle aussi, parce que — dans son acception anthropologique — la notion de culture contient l’ensemble des éléments — savoirs, vouloirs, pouvoirs — qui permettent à l’homme de vivre dans le monde qui est le sien.

  • 79 Il faut y reconnaître l’influence majeure de la démographie historique, soucieuse d’évaluer la pla (...)
  • 80 Jacques Leonard, Les médecins de l’ouest auxixe siècle, 3 vol., Lille, Atelier de reproduction des (...)
  • 81 Paul Starr, The social transformation of American medicine. The rise of a sovereign profession and (...)

70Depuis quelques années, l’histoire de la médecine, de la maladie, de la mort, enrichie des perspectives qui viennent d’être évoquées, commence enfin à être étudiée par les historiens. L’histoire des maladies — plus particulièrement des grandes épidémies — a d’abord retenu l’attention79. Quant à l’étude historique des professions médicales, elle est principalement représentée, en France, par les travaux de Jacques Léonard sur les médecins du xixe siècle80. Aux Etats-Unis, le livre de Paul Starr a eu un impact considérable81. En Belgique, l’histoire des professions médicales en est à ses premiers balbutiements : aucun travail d’ensemble n’existe sur le sujet. Il nous a semblé important d’explorer ces nouvelles contrées du savoir historique.

Notes

1 Voir la section II.b. de la bibliographie.

2 Il est l’auteur de la première grande histoire de la médecine : Histoire de la médecine, où l’on voit l’origine & les progrès de cet art, de siècle en siècle ; les sectes qui s’y sont formées, les noms des médecins, leurs découvertes, leurs opinions et les circonstances les plus remarquables de leur vie, La Haye, Isaac van der Kloot, 1729 (1ere édition : La Haye, 1696).

3 Nicolas François Joseph Eloy, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne ou mémoires disposés en ordre alphabétique pour servir à l’histoire de cette science, et à celle des médecins, anatomistes, botanistes, chirurgiens, et chymistes de toutes nations, 4 vol., Mons, H. Hoyois, 1778 (1ere édition plus succincte : 1755).

4 Ibidem, p. I.

5 Ibidem, p. II.

6 Encyclopédie Méthodique. Médecine, 13 vol., Paris, Panckoucke et Liège, Plomteux (vol. 1-2) ; Paris, Panckoucke (vol. 3-6) et Paris, Agasse (vol. 7-13), 1787-1830.

7 Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, 60 vol., Paris, Panckoucke, 1812-1822.

8 “Telle était la considération dont jouissaient, chez les anciens, les ministres de la santé, que Dexippus, l’un des élèves d’Hippocrate, refusa de se rendre aux vœux d’Hécatomnus, roi de Carie, qui l’appelait auprès de lui, si ce prince ne cessait de faire la guerre à sa patrie. Hécatomnus fit la paix. Un grand médecin est le premier des hommes. Par les progrès qu’il fait faire à l’art de guérir, il devient le bienfaiteur de l’humanité, et par l’empire qu’il exerce sur la mort, il est en quelque sorte l’image de la divinité sur la terre” (J.B. Montfalcon, article “médecin”, Dictionnaire des sciences médicales.... op. cit., vol. XXXI, 1819, p. 280).

9 Renauldin, Introduction, dans Dictionnaire des sciences médicales.... op. cit., vol. 1, 1812, p. XX.s

10 Cfr par exemple, ces conseils au médecin praticien : “Le médecin [...] doit s’attacher aux livres des grands maîtres qui ont suivi la nature sur la voie de l’observation : le premier et le troisième livre des Epidémies d’Hippocrate, ses Aphorismes, ses Pronostics, son Traité de l’air, des eaux et des lieux ; Sydenham ; de bonnes séméiotiques : voilà les ouvrages principaux sur lesquels il doit méditer sans cesse” (J.B. Montfalcon, op. cit., 1819, p. 290).

11 “Mon but a été de mettre les œuvres hippocratiques complètement à la portée des médecins de notre temps, et j’ai voulu qu’elles pussent être lues et comprises comme un livre contemporain”, cité par Henry E. Sigerist, A history of medicine, vol. 1, New York, Oxford University Press, 1951, p. 34. Cfr aussi : Jean-Charles Sournia, Littré, historien de la médecine.Revue de Synthèse, 1982, p. 264-265.

12 Gert H. Brieger, History of medicine, dans Paul T. Durbin (éd.), The culture of science, technology and medicine, New York, The Free Press, 1984, p. 124.

13 Charles Daremberg, Histoire des sciences médicales comprenant l’anatomie, la physiologie, la médecine, la chirurgie et les doctrines de pathologie générale, Paris, J.-B. Baillère et fils, 1870, p. XIII.

14 Claude Bernard, précisément, formulait des remarques analogues à celles de Daremberg : “Il n’y a aucune espèce de raison d’aller chercher un accroissement de la science moderne dans les connaissances des anciens. Leurs théories, nécessairement fausses puisqu’elles ne renferment pas les faits découverts depuis, ne sauraient avoir aucun profit réel pour les sciences actuelles [...].
Quelle utilité pourrions-nous retirer de l’exhumation de théories vermoulues ou d’observations faites en l’absence de moyens d’investigations convenables ? Sans doute, cela peut être intéressant pour connaître les erreurs par lesquelles passe l’esprit humain dans son évolution, mais cela est du temps perdu pour la science proprement dite” (Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Gamier-Flammarion, 1966. 1e édition : 1865). Cfr aussi à ce sujet : Annie Petit, Claude Bernard and the history of science, ISIS, LXXVIII (1987), p. 201-219).

15 Charles Daremberg, op. cit., p. 2.

16 Un premier institut d’histoire de la médecine est fondé en 1905, à Leipzig, par Karl Sudhoff. Aux Etats-Unis, ce n’est qu’en 1929 que sera fondé le célèbre John Hopkins Institute for the History of Medicine, par William H. Welch (Henry E. Sigerist, op. cit., 1951, p. 7).

17 Archiv für Geschichte der Medizin, Leipzig, 1907-1929 ; Annals of medical history, New York, 1917-1942 ; Bulletin of the history of medicine, Baltimore, 1933 -,...

18 Lucien Febvre, compte-rendu de Thalès. Recueil des travaux de l’Institut d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’Université de Paris, vol. 2, Paris, Alcan, 1936, Annales d’Histoire Economique et Sociale, X (1938), p. 154-155.

19 Arturo Castiglioni, Histoire de la médecine, édition française établie par les soins de l’auteur, Paris, Payot, 1931, p. 13. Cfr encore, dans un autre ouvrage célèbre : “L’histoire de la médecine au xviie siècle [...] est le récit des luttes épiques de la tradition contre le progrès ; mais la fin du siècle voit se tarir les discussions stériles et s’établir les bases plus solides sur lesquelles construiront les médecins des siècles suivants” (J. Levy-Valensi, La médecine auxviie siècle, dans Laignel-Lavastine (éd.), Histoire générale de la médecine vol. 2, Paris, Albin Michel, 1938, p. 216).

20 A. Castiglioni, op. cit., p. 620-621.

21 Jacques Revel, Histoire et Sciences, A.E.S.C., XXX (1975), p. 933.

22 On pourrait citer beaucoup d’exemples. Contentons-nous de signaler un modèle du genre : F.-A. Sondervorst, Histoire de la médecine belge, Bruxelles, Séquoia, 1981.

23 André Burguière, Anthropologie historique dans Dictionnaire des sciences historiques,Paris, Presses Universitaires de France, 1986, p. 52-60. Il y a douze ans, le même avait déjà consacré un article à l’anthropologie historique dans : Jacques Le Goff (éd.), La nouvelle histoire, Paris, C.E.PL., 1978, p. 37-61.

24 Gérard Bouchard, La science historique comme anthropologie sociale : plaidoyer pour une “méthodologique”, dans D. Carr et al. (éd.), La philosophie de l’histoire et la pratique historienne d’aujourd’hui, Ottawa, 1982, p. 3-6.

25 Cette conception de la "civilisation" est évidemment plus ancienne que l’évolutionnisme. Mais, au xixe siècle, les métaphores biologiques renforcent ce schéma hiérarchique en lui donnant l’apparence d’une évidence scientifique.

26 James George Frazer, Le rameau d’or. Le roi magicien dans la société primitive, Paris, Laffont, 1981 (édition originale : 1900).

27 Ibidem, p. 5-6.

28 Jacques Le Goff, préface de : Marc Bloch, Les rois thaumaturges, Paris, Gallimard, 1983, p. XXXV.

29 Au sujet de cette rupture méthodologique par rapport à la tradition de l’anthropologie du xixe siècle, cfr par exemple Bernard S. Cohen, Anthropology and history in the 1980s. Toward a rapprochement, Journal of Interdisciplinary History, XII (1981), p. 232.

30 “Whether we consider a very simple or primitive culture or an extremely complex and developed one, we are confronted by a vast apparatus, partly material, partly human and partly spiritual, by which man is able to cope with the concrete, specific problems that face him. These problems arise out of the fact that man has a body subject to various organic needs, and that he lives in an environment which is his best friend, in that it provides the raw materials of man’s handiwork, and also his dangerous enemy, in that it harbors many hostile forces” (Bronislaw Malinowski, A scientific theory of culture and other essays, University of North Carolina Press, 1944, p. 36).

31 Voir par exemple à ce propos : Fernand Braudel, Histoire et Sciences sociales : la longue durée, A.E.S.C., XXX (1958), p. 725-753.

32 Dans la tradition française, le terme “ethnologie” revêt la même signification que l’expression anglaise “cultural anthropology”. Aujourd’hui, sous l’influence de la tradition anglaise, on parle plus couramment d’anthropologie culturelle que d’ethnologie.

33 Claude Levi-strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, p. 24-25.

34 André Burguiere, Anthropologie historique, dans La nouvelle histoire, op. cit., 1978, p. 44.

35 C’est nous qui soulignons. Louis Dumont, Essai sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil, 1983, p. 34.

36 Homo Hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1967.

37 L’anthropologie s’est elle aussi transformée au contact de l’histoire. Selon Claude Lévi-Strauss cette influence réciproque est “un des aspects les plus originaux de l’évolution récente des sciences humaines” (Claude Levi-strauss, Histoire et ethnologie, A.E.S.C., XXXVIII (1983), p. 1217).

38 Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de parcourir les travaux et les revues qui lui sont consacrées. Par exemple : “Santé, Culture, Health” (Montréal) revue publiée, depuis 1982, par le Groupe Interuniversitaire de Recherche en Anthropologie Médicale et en Ethnopsychiatrie ; “Antropologia Medica. Per un confronto di culture sui temi della salute” (Trieste), revue publiée depuis 1986 ; Jacques Dufresne, Fernand Dumont et Yves Martin (éd.), Traité d’anthropologie médicale. L’institution de la santé et de la maladie. Presses de l’Université du Québec, 1985 ; Marc Auge et Claudine Herzlich, Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Editions des Archives Contemporaines, 1984 ; François Laplantine, Anthropologie de la maladie, Paris, Payot, 1986.

39 Marc Auge et Claudine Herzlich, op. cit., 1984, p. 11.

40 Gilles Bibeau, La place de l’anthropologie médicale dans la rencontre entre sciences sociales et sciences de la santé, Santé, Culture, Health, I, 2 (1983), p. 6.

41 Cfr à ce sujet le dernier livre de Jacques Léonard, Archives du corps. La santé auxixe siècle. Rennes, Ouest-France Université, 1986.

42 Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988, p. 9.

43 Douglas Hofstadter, Gödei, Escher, Bach. Les brins d’une guirlande éternelle, Version française de J. Henry et R. French, Paris, Inter Editions, 1985, p. 19.

44 Jean Ladrière, Limites de la formalisation, dans Jean Piaget (sous la direction de), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, 1967, p. 317.

45 Karl R. Popper, Logik der Forschung, Vienne, 1934. La première édition anglaise date de 1959. Ce n’est qu’en 1973 que le livre sera traduit en français sous le titre : La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

46 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973, p. 23.

47 Le projet de Popper était de mettre en lumière les critères permettant de distinguer les sciences empiriques de tous les autres énoncés, qu’ils soient métaphysiques, religieux ou “pseudo-scientifiques”. Comparant la physique de Newton à la théorie de la relativité d’Einstein — la première n’étant plus jugée par la seconde que comme une excellente approximation — il en déduit que la “vérité ne décide pas du caractère scientifique d’une théorie” (Emest Coumet, Karl Popper et l’histoire des sciences, A.E.S.C., XXX (1975), p. 1107) : seule sa falsifiabilité en décide. “Je n’exigerai pas d’un système scientifique qu’il puisse être choisi, une fois pour toutes, dans une acception positive, mais j’exigerai que sa forme logique soit telle qu’il puisse être distingué, au moyen de tests empiriques, dans une acception négative : un système faisant partie de la science empirique doit pouvoir être réfuté par l’expérience” (K. Popper, op. cit.,p. 37).

48 Karl Popper, op. cit., p. 285-286.

49 Ibidem, p. 287.

50 Thomas S. Kuhn, The structure of scientific revolutions. The University of Chicago Press, 1962. L’ouvrage est traduit en français en 1972, sous le titre La structure des révolutions scientifiques, Paris Flammarion, 1972. A propos de l’importance de ce livre, cfr par exemple : this book "radically altered our thinking about scientific change. Few books in the history of science have stimulated so much interest and so continuing a dialogue" (I. Bernard Cohen, Revolution in science. Harvard University Press, 1985, p. 22-23). Cfr aussi David A. Hollinger, T.S. Kuhn’s theory of science and its implications for history, American Historical Review, LXXVIII (1973), p. 370-393.

51 Thomas S. kuhn, op. cit., 1972, p. 16.

52 I. Bernard Cohen, op. cit., 1985, p. 614.

53 Ibidem, p. 17.

54 Ibidem, p. 19.

55 Ibidem, p. 25.

56 Ernest Coumet, op. cit., 1975, p. 1111.

57 Cfr, outre l’article déjà cité de Ernest Coumet : Stefan Amsterdamski, L’évolution de la science. Réforme et contre-réforme, Diogène, LXXXIX (1975), p. 28-54 ; Jacques Bouveresse, Pierce, Popper, l’induction et l’histoire des sciences. Critique, XXX (1974), p. 736-752 et Isabelle Stengers, La description de l’activité scientifique par T.S. Kuhn, Critique, XXX (1974), p. 753-781).

58 Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie,2e édition, Paris, Vrin, 1981, p. 45.

59 A propos d’une telle histoire de la médecine. Lester King formulait des remarques similaires : “Medical history thus serves to enhance the modern ego and in so doing inhibits any sympathetic understanding with the past” (Medical thinking. A historical preface, Princeton University Press, 1982, p. 14).

60 Georges Canguilhem, op. cit., 1981, p. 21.

61 Georges Canguilhem, Etudes d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1979, p. 21.

62 “L’histoire, c’est-à-dire selon nous, le sens de la possibilité” (G. Canguilhem, La connaissance de la vie,2e édition, Paris, Vrin, 1980, p. 47).

63 “The dream of reason did not take power into account”, écrivait Paul Starr. “The dream was that reason, in the form of the arts and sciences, would liberate humanity from scarcity and the caprices of nature, ignorance and superstition, tyranny, and not least of all, the diseases of the body and the spirit. But reason is not abstract force pushing inexorably toward greater freedom at the end of the history. Its forms and uses are determined by the narrower purposes of men and women ; their interests and ideals shape even what counts as knowledge” (Paul Starr, op. cit., 1982, p. 3).

64 Emile Durkheim, De la division du travail social, 10e éd., Paris, P.U.F., 1978. Cfr aussi : “The development and increasing strategie importance of the professions probably constitute the most important change that has occured in the occupational system of modern societies” (Talcott Parsons, Professions, dans International Encyclopedia of Social Sciences, vol. 12, Macmillan Company and the Free Press, 1968, p. 536).

65 Emile Durkheim, op. cit, p. xxxv (preface de la seconde edition).

66 C. Turner et M.N. Hodge, Occupations and professions, dans J.A. Jackson, Profes-sions and professionalization, Cambridge University Press, 1970, p. 20.

67 “The study of physicians does offer the sociologist the opportunity to test both the truth and the utility of various orientations toward the concept of a profession” (Eliot Freidson, Medical personnel, dans International Encyclopedia of Social Sciences, vol. 10, 1968, p. 105).

68 Talcott Parsons, op. cit., p. 105 et I. Waddington, Professions, dans Adam et Jessica Kuper (éd.). The social science encyclopedia, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1985, p. 650-651.

69 De manière très significative, Parsons commence par donner une définition négative des professions libérales : “professional men are neither “capitalists” nor “workers”, nor are they typically governmental administrators or “bureaucrats”. They certainly are not independent peasant proprietors or members of the small urban proprietary groups” (Talcott Parsons, op. cit., 1968, p. 536).

70 I. Waddington, op. cit., 1985, p. 650.

71 Deux livres sont à cet égard essentiels : Eliot Freidson, Profession of Medicine, New York, Harper & Row, 1970 (traduit en français par Andrée Lyotard-May et Catherine Malamoud sous le titre : La profession médicale, Paris, Payot, 1984) et Terence J. JOHNSON, Profession and Power, Londres, Macmillan, 1972. A propos de la critique de l’approche descriptive, cfr par exemple ces remarques de JOHNSON : “The problem has been transformed into a largely sterile attempt to define what the special “attributes” of a profession are. These definitional exercises litter the field” (ibidem, p. 10).

72 Ibidem, p. 13. Et, d’une manière plus générale : “closely connected with the theme of professional altruism has been the claim that the professions have fonctioned as a bulwark against threaths to stable democratic processes” (Ibidem, p. 13-14).

73 Caractéristique d’autant plus marquante que la sociologie américaine était elle-même, en tant que discipline scientifique, en pleine phase de professionnalisation.

74 Eliot Freidson, La profession médicale, op. cit., 1984, p. 14.

75 Ivan Illich, Némésis médicale. L’expropriation de la santé, Paris, Seuil, 1975.

76 Serge karsenty, La crise de la médecine, dans La médecine interrogée. Livres, groupes, expériences, Bruxelles, G.E.R.M., 1979.

77 Ivan Illich, op. cit., 1975, p. 9.

78 Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française duxviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1971, p. 779.

79 Il faut y reconnaître l’influence majeure de la démographie historique, soucieuse d’évaluer la place des facteurs morbides et épidémiques dans l’histoire de la population. Cfr, entre autres, François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles, Paris, Mouton, 1971 ; Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste dans les pays européens et méditérranéens des origines à 1850, Paris, Mouton, 1975. En France, la découverte de l’intérêt exceptionnel des archives de la Société royale de médecine a donné, assez tôt, une impulsion nouvelle à ce domaine de recherche (Jean-Pierre Peteret al., Médecins, climat et épidémies à la fin duxviiie siècle, Paris, 1972).

80 Jacques Leonard, Les médecins de l’ouest auxixe siècle, 3 vol., Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1978 ; La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Aubier, 1981.

81 Paul Starr, The social transformation of American medicine. The rise of a sovereign profession and the making of a vast industry. New York, Basic Books, 1982.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540