Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

II. Documents

Texte intégral

1. Jean Garnier, Préface à la « Forme des prières ecclésiastiques », 12 avril 1553

  • 1 Cf. supra, p. 569.

1LA FORME / DES PRIERES. / ECCLESIASTIQVES : AVEC / la maniere d’administrer les Sacremens, / & celebrer le Mariage, & la vi-/sitation des malades. / LVC. 18. / Il faut tousiours prier / & poinct ne se lasser, / 1.5.5.3. (faisant suite à : PSEAV-MES DE DA- / VID, MIS EN RIME / Francoyse, par C. Marot, A-/vec plusieurs cantiques, / comme / on les chante en l’eglise / Francoyse d’estros-/bourg./ Pseaume. 104. / AV seul dieu tant que Vivray / Pseaumme & chanson ie chanteray. / Inprimé à Strasbourg, / 1.5.5.3.1)

2[p. 262] IEHAN GARNIER SERVI-/teur de Iesuchrist, à tous fideles chrestiens qui sont espars parmi le royaume de l’ante-christ, grace & paix, par Iesuchrist, nostre Seigneur & seulsauveur, Amen.

  • 2 Cf. supra, p. 430.

3Iesuschrist nostre Seigneur (treschers freres) nous a donne troys marques principales, par lesquelles nous pouvons cognoistre son eglise, Ascavoir, la pure predication de la parole, la legitime administration des sacramens, & la discipline ecclesiastique, parquoy la ou nous voyons ces troys choses estre deuement exercees & administrees, sens aucun changement, addition ou diminution, nous pouvons & devons iuger la estre leglise catholique de Iesuschrist, & non point en autre part : Car comme la maison ou armee des princes mondeins est cognue a la livree, aussi la maison & armee du Seigneur & prince eternel dieu, est cognue par ces troys marques2.

4Ie dy cecy (freres bien aymes) afin que chacun de vous cognoise son enseigne, & que nul sabuse prenent le mensonge, pour la verite, ou la fause eglise de lantechrist, pour la vraye eglise de Iesuchrist, Et pourceque plusieurs dantre vous desirans la gloyre de dieu, & lavancement du royaume de Iesuchrist mont souventeffoys prie de leur donner quel que formulaire, par lequel amplement & clairement ilz puissent cognoistre comment ces choses sont exercees & administrees aux eglises bien reformees, afin de les imiter & ensuyvre. le ay iuge estre bon, point changer, ains seulement augmenter celuy que ie ay trouve fait, conformement a la parolle de dieu, duquel aussi usent, toutes les eglises francoyses et levangile, iceluy donc ie ay seulement augmente, en declairant familierement de point en point la propre forme & maniere que nous tenons en ceste petite eglise francoyse destrosbourg : & ay mis toutes choses par bon ordre tant que ma este poussible : Afin que mesme les moindres dantre vous puissent facilement cognoistre l’ordre & police des eglises, & en user toustefoys & quantes quil en sera besoing : Aureste ie vous prie faites vostre profit de tout : le prie ce bon dieu & pere par Iesuchrist vous donner grace de bien user de toutes choses a vostre salut, et vous conduire en son S.S. Iusques en la vie eternelle. Amen. Destrosbourg ce 12 Davril 1553.

5Quand sera ce ?

2. Jehan Lesplinguel aux commissaires du Magistrat de Strasbourg, [été 1554]3

  • 3 Cf. supra, p. 93. Voir aussi supra, p. 507 et 556-557.

6Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 20.

7[f. 1 r°] A mes treshonnoures seigneurs et commis de Dieu et du noble magistrat de ce lieu de Straszburg pour avoir regard et congnoistre ce qui est de besoin pour la manutention de ceste petitte église françoise.

8Vous vous tiendres pour tout adverti d’un différent que j’ay à l’encontre du ministre et des anciens de ceste dicte église, touchant la religion et doctrinne qui s’y est prêchée et se prêche encore de présent, pour ce que du commencement de ceste controversie qui est entre le ministre et plusieurs des frères, dont vous estes suffisamment advertis, aucuns s’abstenoient d’aller à la Cène du Seigneur, de paour d’abuser du sacrement de paix et union, attendantz aveuc patience et espérance d’avoir quelque jour une bonne reformation et apointement du different et trouble qui y estoit et dure encore jusques à l’heure présente.

9Ce que voiant, maistre Jehan Garnier, prétendant de ramener cesdicts frères à user de ceste Cène aveuc lui, a commencé de se justifier publiquement en ses sermons, jurant et protestant en iceux qu’il estoit innocent, n’aiant mesfaict à personne, voir qu’il n’avoit discord ou dissention aveuc autruy, et que s’il y avoit quelques troubleurs, mutins et mineurs en ceste église, ceux-là n’estoient point de l’église de Jésuchrist, et que pour cela (disoit-il) on ne doibt point délaisser de communiquer à la Cène de Jésus, et mesme que s’estoit tout vu, si nous avions des ennemis, pourveu qu’il ne vint de nostre costé, que si noz ennemis avoient quelque chose à l’encontre de nous, qu’ilz vinsent parler à nous.

10Or est-il advenu que par telles persuasions et plusieurs telz proupos dictz et réitérés en ses sermons, aucuns, voire une partie des frères, ont abusés de ceste sacrée et saincte Cène, y communiquant aveuc haine, rancune, mauvaise suspicion et jugement de son frère, sans apointer ou se réconcilier aveuc luy et ce par l’espace de ix ou x mois, comme je l’ay faict apparoistre clèrement aux anciens.

11Luy-mesme prédicant m’avoit en ce mesme temps confessé en sa maison devant tesmoignz, gens de bien et dingnes de foy, qu’il avoit esté trop chauld à publier devant toutte son église cinq d’icelle que vous congnoisses asses, et que ce faisant, il n’avoit point faict comme pasteur, mesme que si la chose estoit encore à faire, qu’il ne la feroit point. Lors je luy dis, que s’il en vouloit autant dire en présence de son église, que je me faisois fort de faire tenir les autres, assavoir sa partie, contens. A quoy il respond que plus tost on le décoperoit membre à membre, que de ce faire devant toutte son église comme je l’en requérois.

  • 4 Mt 5, 23-25.
  • 5 Jc 4, 8-9.
  • 6 Mt 18, 15-17.

12Moy doncques, voiant une confusion telle et abus de ce saint sacrement et apparcevant la ruinne de ceste église et en prenant pitié et compassion, accompagné de iii frères pour tesmoings, suis allé vers ledict ministre pour y remédier, lequel aussi print iii tesmoings [f. 1 r°] de son costé, on présence desquelz luy suppliai de ne prendre à mal part ce que je luy voulois proposer. Lors je luy fis requeste de me declarer ce qui est escript au 5 de S. Matthieu, que s’il advient que nous soions devant l’autel pour présenter nostre don et là il nous souvienne que nostre frère ait quelque chose à l’encontre de nous, il nous fault là délaisser nostre don, venir nous réconcilier premier avec l’offensé et puis après retourner devant l’autel pour présenter nostre don4. Ce proposoi-je pourtant que ce qu’il amenoit en ses sermons me sembloit estre du tout répugnant à ce lieu de l’escripture, car il disoit qu’il ne se falloit soucier de son ennemi par tel dictz comme abolissant la confession dont S. Jacques parle5 et la réconciliation fraternelle6. Car comme je scavois par sa confession mesme, comme dessus est dictz, qu’il avoit mésusé de son office en aiant publié les cincqz en présence de toutte son église, aussy scavoi-je qu’il n’en avoit point faict de réconciliation ni de satisfaction.

  • 7 1 P 3, 15.

13L’un de ses tesmoings m’aiant ouy proposer, supplia ledict prédicant avec moy et mes tesmoings de me satisfaire. A quoy il respondit que s’il faisoit debvoir, qu’il ne responderoit point à cela. Toutteffois qu’il me vouloit respondre. Or, la responce fust telle : « J’ay, dict-il, faict confession de ma foy devant toutte l’église et ay esté examiné par les prédicans et docteurs de ceste ville : ceux-là scavent comme je l’entends », adjoustant à ce, que ce n’estoit à moy à qui il en debvoit rendre raison. Ceste responce trouvai-je estrange, d’autant que S. Pierre nous admoneste d’estre prestz de rendre raison de nostre foy à tous quand nous en serons requis7. Davantage, ledict Garnier nous a plusieurs fois admonesté de nous retourner vers luy en cas qu’il proposa en ses sermons chose qui nous empêcha et que nous n’entendissions point, promettant nous en mettre en repos.

  • 8 Garnier devait sans doute se référer au commentaire de la parabole des invités au festin (Comm. Ma (...)
  • 9 Mt 7, 6.
  • 10 Ga 1, 8.
  • 11 1 Cor 11, 29.

14Quelque temps puis après, m’a troublé plus que paravant par une sienne doctrine qui me samble du tout repugner et contrarier à la saincte doctrinne et escripture, tant des évangélistes que de S. Paul : celuy, dict-il, qui va à la Cène indignement ne pèche point tant, voir et faict mieux que celuy qui se sent dingne d’y aller et n’i va point. Pour la confirmation de ceste doctrinne amène une similitude de S. Jehan Chrysostome, qui parle d’un père de famille lequel a quelques uns de bonne amitié invité à un banquet. Iceux sont comparus, mais ilz n’ont pas volu manger à la table du père de famille. A ce mesme banquet se sont trouvés quelques autres sans i estre appellés et ont mangé à ceste table. Ces derniers sont plus aggréables au père de famille que les premiers8. Or, je pense que Chrysostome n’entend de contredire à l’escripture qui deffend de distribuer les choses sainctes aux chiens et jetter les pierres précieuses aux pourceaux, de paour qu’ilz ne les souillent9. Item S. Paul qui dict que s’il vient aucun qui prêche autre doctrine que luy, voir et fust-il un angel du ciel, qu’il nous soit anathème et que nous ne le croions pas10. Or, ce mesme apostre nous dict clèrement que quiconque prend la Cène du Seigneur indingnement, il prend sa condampnation, ne discernant point le corps du Seigneur11. Par quoy je suis contraint de condampner ceste sienne doctrinne et non pas l’approuver, car, aveuc ce qu’elle est faulse, elle abolist aussy bien la mutuelle charité et fraternelle amitié du prochain et aussi telle doctrinne ne fust jammais prêchée depuis le temps de Jésus Christ en son église. Et touttefois il amène ceste doctrine comme clère communément le dimence devant le dimence de la Cène et, le jour de la Cène [f. 2 r°] mesme, en faveur et appuy de laquelle doctrine, tous courent indifféramment à la Cène, dingne et indingne, comme je l’ay faict apparoistre par icy devant.

15Or, voiant que cest erreur prenoit racinne et fondement, et que les principaux d’entre ceux qui debvoient donner exemple de bonne doctrinne en abusoient comme le ministre et les anciens, voir les docteurs mesmes, recepvans la Cène sur ceste doctrinne, me suis estonné si quelques uns de ces nommés ne l’airoit admonesté de rétracter ceste doctrinne si sauvage. A quoy je n’ay veu nulle apparence, d’autant qu’il a tousjours persévéré en icelle. De quoy estant doulent, moy et d’autres avec moy nous sommes absentés de ses sermons par longue espace de temps.

16Ce néantmoins, après avoir entendu que vous, mes trèshonnourés seigneurs, aviez regard dessus le trouble et controversie qui estoit entre le ministre et les frères icy dessus dict, pensant que vous eussiez trouvé quelque moien de paix, me suis présenté à maistre Jehan Garnier, présens deux de ses anciens, Jehan Lori et Perchon de S. Arnoult, pour luy dire mon trouble de conscience et comme j’estois mal content de cette doctrinne. Iceluy Garnier n’aiant patience que j’eusse proposé, refuse de m’escouter, si, comme il disoit, je n’estoit devant le magistrat. A cela je m’accorde prest de comparoistre, asseurant que je ne voulois proposer chose que je ne voulus dire et maintenir devant tout le monde, mesme devant le noble magistrat. Lors, il cessa de me vouloir amener devant ledict magistrat, me donnant audience pour proposer ce que je voulois. Lors, luy suppliai me donner déclaration de ce que dessus, assavoir qu’il est mieux faict de prendre la Cène indingnement que de ne la prendre. Pour responce, il me dict que ceste manière appartenoit à l’escolle et que je vinse avec luy la disputer en icelle devant les docteurs et les prédicans. Je respondis à telz propos que je ne povois et que le Testament de Jesuchrist me donnoit clère déclaration de cecy et que je n’avois besoin de longue dispute. Lors, il me pria de ne me fâcher de nouveau et que ce qu’il avoit dict estoit bien dict. A quoy je respond que s’il ne me satisfesoit autrement, je recepvrois aussitost la Cène du pape que de ses mains et que je ne povois approuver ceste doctrinne, et que je ne me tenois plus de son assamblée. Il me pria d’avoir patience jusques la sentence de la controversie fust levé, me proumetant en dedans la Cène prchaine de me contenter de ce propos, moy et tous ceux qui avec moy estoient scandalisés de telle doctrinne.

17Il est advenu deux jours après ensuivant que ledict Jehan Garnier se trouva en quelque lieu où un jeune compagnon n’estant de ma congnoissance et à moy incongneu, sans mon sceu luy demanda résolution et appaisement sur ceste mesme doctrinne, lequel maistre Jehan Garnier repoussa aprement, disant : « Ne me fache point, je ne l’ay pas dict ainsy. » Par ceste responce, que j’ay resceu par relation de gens qui avoient l’ouie, j’ay conclus que je n’en aurois autre résolution et que s’estoit à moy simplesse de plus m’attendre à ses proumesses.

18Touttefois, affin d’esprouver tous moiens que je povois de le gaigner, affin aussi que si la chose venoit plus avant, que je peusse prouver comme j’avois faict tout debvoir d’obvier à un si grand mal (tant s’en fault que je l’eusse aprouvé), je me présentai derechef vers Jehan de Lori comme ancien, luy disant qu’il n’i avoit plus que deux jours jusques au jour de la Cène, et que j’avois quelque chose à l’encontre d’eux, d’autant qu’ilz approuvent telle doctrinne, et qu’ilz eussent à me tenir proumesses, ou autrement je donnerois mon cas par escript au députés du noble Sénat pour mettre ordre à ceste église, [f. 2 v°] Or, tout cecy n’a de rien prouffité vers eux et n’en ont tenus conte ne mise, ains sont tousiours allé leur chemin comme paravant.

19Or, mes trèshonnourés seigneurs, congnoissant que vous aves la charge de cest affaire, je tiendrois ma conscience chargée, voir coupable du jugement de Dieu, si je ne faisois debvoir de vous advertir de ses choses, car vous ne poves mettre ordre en quelque-chose, si premier vous ne voies et congnoisses le désordre. Vous suppliant, pour l’honneur de Dieu et pour l’amour que vous portes à son église, que vostre bon plaisir soit de remédier et soullager la ruinne d’icelle puissamment et brefvement, comme la chose la requiert.

20Vostre humble suppliant, Jehan Lesplinguel.

21Sans adresse

3. Jehan Lesplinguel à Frédéric de Gottesheim, [Strasbourg, printemps 1555]

22Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 19.

  • 12 Sur Frédéric de Gottesheim, kirchenpfleger de l’Église française : supra, p. 489. Sur cette lettre (...)
  • 13 1 Tim 3, 1-4.

23Seigneur Frederich12, pource que que m’aves requis de scavoir les causes pourquoy M. Jehan Garnier est indingne de l'office d’un ministre évangélique, comme par ci-devant quelquefois ie vous ai dit, je vous respond que c’est pour tant qu’en luy je ne vois point les marques d’un pasteur évangélique. S. Paul, en l’épistre qu’il envoie à son disciple Timothée, nous donne les marques et conditions que doibt avoir ung pasteur comme luy,13 c’est que :

24Premier, il doibt estre irreprehensible, ce qu’il n’est pas, vous scavé comment non seullement ceste fois mais autre a esté appelé devant le noble magistrat de ceste ville et par luy à bon droict iugé et condampné aveuc défense publique en nostre église françoise de ne plus ci-après tomber en telle faute.

25Item, il ne doibt estre fier ou cholère. Dieu et touttes gens de bien et de jugement de nostre église qui le congnoissent, s’ilz veullent dire et porter tesmongnage à vérité, diront qu’il est si cholère qu’il s’oublie soy mesme par grand cholère et ne scait aucunesfois après ce qu’il a dict en sa chaulde.

  • 14 Cf. supra, p. 78.

26Item, veillant, j’entend qu’il doibt veiller sur le tropeau qu’il a prins en charge : son absence de son tropeau par l’espace de 11 ou 12 sepmaines pour son gaing particulier14 déclare clèrement comment il est veillant. Le fruit qui en est advenu par avoir délaissé gens non capables de ceste charge pour veiller sur le tropeau démonstre de quel esprit il estoit mené à s’absenter de son église, voir sans le consentement d’icelle, contre tout droict et raison et ordre ecclésiastique.

27Item, il doibt estre humain, non noiseux, bien pouvoiant à sa famille. Jehan Du Baston, homme de nostre église, luy a reproché en présence d’une grand part de nostre église son inhumanité, comment à sa requeste il n’avoit volu venir visiter une jeune fille qui morut de peste, pour la consoler à l’extrême de sa vie, comme elle désiroit grandement telle consolation à l’encontre des assaulx de la mort et d’enfer, ains il a respondu que s’estoit tenter Dieu de visiter les mallades de peste, par ce moien retirant d’humanité ceux de son église, non content si luymesme ne vouloit exercer les œuvres d’humanité. Un autre paovre homme de nostre église, nommé le gros Claude, dict, un petit avant de morir, que M. Jehan Garnier avoit détourné ses anciens de lui monstrer humanité et luy communiquer l’aumosne à sa grande nécessité, en faute de laquelle humanité il moroit, et de faict morut dessus ses proupos. Iceluy Garnier, pour consoler ce mesme Claude, luy dict des parolles si dures et si inhumaines, qu’elle excèdent l’inhumanité des païens, comme la femme mesme en donnera tesmongnage et d’autres qui estoient présens : après lesquelles dures parolles jammais le paovre mallade ne parla, et M. Jehan Garnier disoit qu’il contrefaisoit le mallade, d’autant qu’il ne parloit à luy, et au sortir de M. Jehan Garnier hors de la maison, l’autre morut.

  • 15 Cf. supra, p. 578, note 2.
  • 16 Cf. supra, p. 579.
  • 17 Allusion à Mt 18, 15-17.

28Item, il est détracteur grand, car il a publiquement presché qu’il s’estoient retirés aucuns de son église, lesquelz preschoient la secte d’anabaptiste15 en ceste ville de Straszburg en langue françoise, comme ceux de son église s’en sont enquis à moy, comme si j’en scavois bien quelque chose. Item, il charge des autres de son église d’estre d’une toutte nouvelle secte qu’il appelle quintinistes16, dont plusieurs de son église ont pensés que les cincq qui sont en différent aveuc luy fissent precher ceste secte. Ainsi est-il coustumier de détracter et piquer à son plaisir ceux qui il veult, comme et quand il veult, en plaine chaiere, sans premier les admonester comme la correction fraternelle le commande et requiert.17

  • 18 Cf. supra, p. 568.

29[f. 1 v°] On avoit de bonne coutusme en nostre église de recommander les mallades et les nommer, affin que selon la nécessité on alla consoler ces dictz mallades ou par la parolle de Dieu, s’il en estoit besoin, ou de biens temporelz : il osté ceste coustume de les nommer, et ne les veult plus nommer, de quoy les paovres ont esté moins assistés que jammais par sa faute en telle nécessité de malladie ou de mort. Item, mesme il a osté la Cène aux mallades, qui est extrême inhumanité. Au temps de la plus grande nécessité et que la tentation est plus véhémente et plus dangereuse et qu’il est besoin de plus grand remède et assistence, il l’oste18. Telle est son humanité ! Que si ainsi est qu’il assiste si paovrement ceux ceux de sa famille, de son église et ses enfans, jugez comment et par quelle humanité il assistera et recepvra les estrangers !

  • 19 Cf. supra, p. 527.

30Item, S. Paul dict qu’un évêque ou pasteur ne doibt estre avaricieux. Il n’a esté content des gaiges de messieurs, mais il a eu 26 dalars qu’il a prins l’espace de 2 ou 3 ans en la bourse des paovres. Mais pourtant qu’on luy reprochoit et les paovres singulièrement se tenoient mal contens de ce qu’il prenoit si grand comme de deniers en ceste bourse, il les a quitté s’excusant qu’il ne scavoit pas ce que vint de la bourse des paovres19.

31Pourtant que les marques et conditions d’un bon pasteur ne sont pas en luy, je dis qu’il est indingne de ceste charge.

32Vostre serviteur, Jehan Lesplinguel.

33Sans adresse

34En annexe : traduction allemande.

4. [Jacques de Bourgogne, seigneur de Falais] à Jean Bauhin et Sébastien Castellion, [Strasbourg], 12 octobre [1554 ?]20

  • 20 Cf. supra, p. 584.

35Ms. (orig.) : Universitätsbibliothek Basel, Ms.G2 I 20a, no 110.

36Publ. (extraits) : Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 428-429.

  • 21 Sur Jean Günther d’Andernach : supra, p. 581-582.
  • 22 Sur l’imprimeur bâlois Michel Isingrin (1500-1557) : Benzing, Buchdrucker, p. 34.
  • 23 Sur l’imprimeur bâlois Pierre Perna (1522-1582) : Benzing, op. cit., p. 38. Manifestement, Jean Gü (...)

37S. Pource que le porteur de la présente le D. Andernaken21 a charge de moy de traicter de quelque affaire avec le sieur Michel Isingrin22 et Pierre Perna23, à raison de quoy il désire bon conseil et addresse, je luy ay promis et m’en a aussy pryé de vous escrire affin que les veullies assister s il vous en requiert. Je me fye tant de vous deux que sans grande exhortation vous seres volontaire d’y entendre comme j’espère. Je vous en ferai le récit au long et est besoing de monstrer qu’en ayez aultrefois ouy quelque chose. Vray est que je désire bien que la chose soit celée, mais de tant que sans m’en conseiller il y aroyt danger que je ne fisse chose par ignorance, de quoy je me porois repentir trop tard. J’ay advisé pour le meilleur, veu que ledit D. alloit là pour soy mesmes, de luy révéler et à vous deux. La difficulté gist en trois poins principaulx, la reste en despend. Je ne m’y congnoy et ne veulx périr ny rompre la teste pour devenir riche ou poure. Ainssy, pour l’amour de Iesus, sollages vostre frère en ce que pores, affin que touttes les partyes soient gardees chacunes en toutte équité seurement sy on peult.

  • 24 Guillaume de Rabot de Salene, fils de Bertrand Rabot, seigneur d’Upie, conseiller au Parlement de (...)
  • 25 Cf. supra, p. 154-155.
  • 26 Probablement Orazio Curione, le fils de Celio Secondo Curione, un humaniste italien, établi à Bâle (...)
  • 27 Sur Jenin Maldonade : supra, p. 151, note 3.

38Au surplus, je luy ay dict de vous fer une demande touchant la vraye églize visible, où elle est (et cependant que l’on la cherche ou bien qu’on attent qu’elle retourne du désert ou l’apoca[lypse] dict qu’elle s’en est fuie), comment les chrestiens particuliers se poront conduire avec celles qu’on bastit tous les jours. Ce n’est point sans cause que je m’informe, comme il vous dira, et aussy du gentilhomme provencal qui m’est venu assailir24. En effet, je ne puis estre bon catholique sy je ne ne vais tous les jours au sermon, et à la Cène quant elle se faict, encore que la goute25 ou aultre chose legitime m’empeschast. Je ne débatz point volontiers pour telles choses et vouldroye complaire, mais aussy il ne fault riens faire qu’en foy. Ledit porteur seroit aussy volontier résolu sur ce faict, et pourtant il le vous déduira mieux. Prenes tout à bien et me mandez response de celles par Celius le jeune26 et depuis par Jenin Maldonade27 et Pier Perna.

  • 28 Isabeau de Rymerswael, la seconde femme de Palais. Sa première épouse, Yolande de Bréderode est mo (...)

39Dieu soit avec vous. Ma femme28 et moy vous saluons affectueusement et la petite famille. Ce xii octobre.

  • 29 Une Theologia germanica, Libellas aureus, hoc est brevis et praegnans, quomodo sit exuendus vetus (...)

40Expecto Theologum germanicum29, latinum potius.

41Adresse : A messieurs maystres Jan Bouin et Sebastien Castalio, mes bons et singuliers amis, ou à l’ung d’eux, à Basle.

5. Pierre Alexandre à Frédéric de Gottesheim, Lausanne, 10 juin 155530

  • 30 Cf. supra, p. 105. Voir aussi supra, p. 469.

42Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 25.

43[f. 1 r°] Monseigneur, trèshumblement, à vostre bonne grâce je me recommande.

44Monseigneur, vous scavez le long temps qu’il y a que je suis oiseux, pour attendre l’endroict où il plairoit à messeigneurs de vostre conseil m’employer à leur service, suivant le commandement qu’ilz m’en avoient faict tant de bouche que par lectres, dont pour mon debvoir, acquit et descharge je leur ay bien voulu escripre, et à vous spécialement tant pour vous supplier leur présenter mes lectres que pour me faire ce bien m’asister vers eulx, pour m’en faire scavoir résolution certaine, affin que je puisse scavoir ce qu’il m’est besoing de faire, car je n’ay pas plus grand moyen de m’entretenir en ceste sorte, pour avoir à grands fraiz discouru ça et là tout cest an passé et faict rendre mes hardes jusques à Strasbourg, tellement que j’ay tantost tout consummé ce qu’il avoit pleu à Dieu me mectre en main, ce que hardiement et familierement je vous declaire pour la bonne volunté que de vostre grâce il vous a pleu me monstrer, vous priant ne le prendre qu’en bonne part.

45Que ou il ne plairoit à mesdicts seigneurs m’appeler à leur service ou donner quelque estat pour m’entretenir ou y aider, je peusse librement cercher et recevoir condition où il plairoit à Dieu m’adresser.

46D’autant, mon trèshonnoré seigneur, de rechef je vous prie me faire ce bien que je peusse estre adverty en brief de l’intention de messeigneurs, affin que le présent porteur, que j’ay envoyé exprez, pour le trop long séjour ne me soit à plus grand charge. Et ce faisant, m’obligerez de plus en plus à vous faire tout le service qu’il vous plaira me commander, Dieu m’en faisant la grâce.

47Auquel de bien bon cueur je prie augmenter ses grâces en vous et vous conduire en toutes vos affaires par son saint esprit.

48De Lausanne, ce 10 juing 1555.

49Vostre obéissant serviteur et obligé à jamais, Pierre Alexandre.

50Adresse : A mon treshonnoré seigneur Monseigneur Friderich de Gottesheim, conseiller de Strasbourg.

6. Avis de Marbach sur le choix et le ministère des anciens de l’Église française, octobre 155531

  • 31 Cf. supra, p. 106. Voir aussi supra, p. 483, 493-494 et 518.

51Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 27.

52[f. 1 r°] Lectum vor Rhät und XXI montag den 7 octob. A.D. 55.

53[f. 2 r°] Von der walh unnd ampt der eltisten in der frantzesischen kirchen.

54Zum ersten, solle der pfarrer 16 bis in die 20 personen den drey verordneten herrn kirchenpfleger uff ein zedel geschrieben geben, auss denen sie die kirchenpfleger 6 oder 8 eltesten, die sie, ein solch werck in der kirchen zu verrichten erkennen können am aller geschicktisten sein, wehlen unnd die von einen Ersamen Rath bestetigen lassen.

55Zum andren, weren von dissen ein mal gewehlten eltisten hinfürt alle jar 2 abgangen, unnd hetten disser statt wider zu ergantzen, die andern noch uberige, sampt dem pfarher unnd helffer uss der gantzen gemein 4 deuchtige personen ernent, unnd dieselbige den dreyen herrn kirchenpflegern abermals geschrieben geben, die demnach unnder inen 2 gewehlet, die sie auch dann auch von [f. 2 v°] der Oberkeyt bestetigen lassen.

56Zum dritten, so viel aber ihr ampt belanget so sie in der kirchen haben zu verrichten, das sthet in dreyen puncten :

57Der erst, das sie auff ihren pfarrer, unnd helffer ein uffsehen haben, damit sie ihren befolhnem ampt in der kirchen trewlichen nachkommen unnd usswarten, unnd sie inn alweg dahin weissen und anhaltenn, das ihre lehr unnd predigen sampt der gantzen hausshaltunng in der kirchen, mit der administration der H. Sacrament, Tauff, Nachtmal, Eheeinsegnen, Kinder Catechismus, unnd besuchung der krancken, auch in den eusserlichen Ceremonien, den anderen unseren Teutschen Kirchen einhellig und gleichförmig befunden werden, auch die kirchspilkinder vermanen, das sie in solchem ihrem kirchen dieneren schuldig gehorsam leisten, unnd keiner eintrag thuen.

58[f. 3 r°] Der ander, dieweil allerley unrühiger leuth, in der welschen kirchen befunden, die zum theil mit secten behafft, zum theil sonst unordenlich leben unnd hausshalten, so sollen sie dieselbigen uff den sontag oder sonst zu gelegner zeyt in bey seyn des farhers unnd elffers für sich beschicken, unnd sie auss Gottes Wortt underrichten, oder sonst zu wahrer besserung ihres lebens vermanen lassen.

59Wo aber solche unartige leuth befunden würden, die entweder das fraindtlich unnderrichten in glaubens sachen, oder das zusprechen unnd vermanen zur verbesserung des lebens nit wolten annemen etc., dieselbigen sollen die den dreyen herren kirchenpflegeren anzeigen, unnd wessen sie sich gegen ihnen fürter halten sollen, verner bescheids erwarten, so wissen sich auch die hernn [f. 3 v°] kirchenpfleger in solchen fellen aller gebür nachzuhalten, unnd die ungehorsamen unnd halftarrigen einem Ersamen Rath zu vermeldenn.

60Der dritte punct betrifft das almusen, dann die weil der armen in der welschen kirchen zimlich viel, ist von nötten das die steur nit allein fleissig von den reichen eingebracht, sonder auch ordenlich unnd getrewlich under die dürfftigen ausgespendet werde. Solche fürsorg belanget der eltisten ampt, die erstlich diesse fürsehung thun sollen, das das almussen uff die sontag, bettag, wenn man die ehe einsegnet unnd kindertaufft durch ein gewisse, erbare persone mit dem stecklin gesamlet, unnd die in den gemeinen stock gebracht werde.

61Fürs ander, das derselbig stock nimmer, dann in irem beisein uffgethon, unnd das geldt so darinn gefallen gezelet, unnd ordenlich uffgeschrieben [f. 4 r°] werde.

62Fürs dritte, das die geornete, so das almussen den armen aussteilen sollen, wie die innom also auch alles aussgeben fleissig auffschrieben, unnd jerglichenn davon wissen, gutte, tichte rechenschaft zugeben, beide den Eltisten unnd den dreyen verordneten Herren Kirchenpflegern.

63NOTA. Wo der erste punct fruchtbarlich, wie von nôtten, soll ins werck gebracht werden, so will die notturft erforden, das vor allen dingen unser deutschen Catechismus sampt unserer Kirchenagenda welcher gestalt wir diesser zeit die Sacrament administrieren, in die französische sprach transferiert werde, unnd daran will was gelegen sein.

7. Confession de foi de Guillaume Houbraque sur la présence du Christ dans la Cène, Strasbourg, 20 novembre 155932

  • 32 Cf. supra, p. 123. Voir aussi supra, p. 541 et 565.

64Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 39.

65[f. 1 r°] Quae decimo et decimo tertio articulis Confessionis Augustanae continentur, me libenter amplecti profiteor. Verum quum propter brevitatem, nonnullis subobscura videri possint, quae decimus habet articulus, clarius paucis judicabo, quid sentiam de coena Domini.

66Christus, qui suae ecclesiae semper et vere praesens est, omnibus sacramento coenae iuxta ipsius institutionem utentibus, corpus et sanguinem suum repraesentat vere porrigit, et communicandae offert, adiunctis nimirum ipsi Dei symbolis minime nudis. Ut certo statuamus Christum in sua coena praesentem, vere se nobis exhibere, non secus ac si ipse aspectui nostro obiiceretur, ac manibus attrectaretur. Hoc enim verbum : Accipite, edite, bibite, hoc est corpus meum, quod pro vobis traditur, hic est sanguis qui pro vobis in remissionem peccatorum effunditur : nec mentiri, nec illudere nobis potest.

67Fidelibus Christi discipulis, ad spirituale illud epulum accumbentibus, panis qui frangitur, vere communicatio corporis Christi est, et calix qui verbo et precibus in hoc consecratur, communio sanguinis Christi est. Eo quod res ipsas, una cum symbolis oblatas et exhibitas, ipsi quoque fide percipiunt, edunt et bibunt, a symbolorum exhibitione, res ipsas sibi exhiberi colligentes et certo statuentes, in cibum vitae aeternae, adeo ut corporis et sanguinis Christi participes facti. In unum corpus cum ipso coalescant, et in bonorum ipsius omnium communicatione virtutem eius sentiant.

68Fidelis igitur Christi plebs, veritatem Dei, in qua acquiescere tuto potest, sine controversia amplecti debet, et curiosis atque inexplicabilibus quaestionibus [f. 1 r°] ommissis, quod ipse diserte pronunciat, pro indubitato habere, carnem videlicet suam, vere esse cibum, et sanguinem suum, vere esse potum, quibus nos in vitam aeternam pascit. Necnon iubenti nos sub symbolis panis et vini, in sacra coena corpus et sanguinem suum sumere, manducare et bibere, humiliter parere decet ; nihil dubitantes quin ipse vere porrigat, et nos vere recipiamus.

69Guilielmus Holbrachus.

70[f. 2 r°] Confessio D. Guilielmi Holbrachi in p[uncto] de coena Domini. Presentiert vor Rhat und xxi Montag den 20 novembris 1559.

8. Installation de Guillaume Houbraque comme ministre à l’Église française de Strasbourg, 24 décembre 155933

  • 33 Cf. supra, p. 124. Voir aussi supra, p. 458 et 570.

71Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 40.

72[f. 1 r°] Noz seigneurs, le noble magistrat de ceste ville, ayans pour certaines raisons par cy devant faict cesser maistre Pierre Alexandre de son office, voyans que ceste église françoise ne pourroit consister estant destituée de pasteur, ains seroit en danger de ruyne et perdition entièrement, ont ordonné que par les députez et anciens et plusieurs notables personnes de ladicte église fust faicte élection selon la coustume des aultres églises et paroisses. Estant despuis nos dicts seigneurs advertis que maistre Guileaulme le Bracq, par le plus de suffrages et quasi d’une commune voix de tous, a esté deuement esleu, ilz l’ont conformé, constitué et estably en l’office d’un pasteur de ladicte église françoise, et ordonné que, après qu’il seroit présenté aux prédicateurs allemans pour frère de leur congrégation et convent ecclésiasticque, il vous seroit pareillement offert et présenté pour vostre ministre.

73Or est-il que ledict maistre Guileaulme s’est trouvé au Convent desdicts prédicateurs allemans, de sorte que tant eux que le magistrat [f. 1 v°] sont tous bien contentz de sa personne, espèrent et ne doubtent que tout se faira à la gloire et honneur de Dieu et de son sainct nom, et à l’édification d’un chascun de vous.

74Ainsi donq présentement nous ad ce commis de par le magistrat vous présentons ledict maistre Guileaulme, vous admonestant et audict nom commandant de le vouloir accepter et recepvoir pour vostre pasteur, et tellement vous gouverner envers luy comme à bons Chrestiens, loyaux bourgeois et brebis fidèles appartient de faire envers son ministre et pasteur, ainsi que de sont costé il a promis de faire l’office d’un fidèle pasteur et ministre de l’église envers vous, parquoy aussy vous prierez Dieu pour luy, qu’il lui en donne sa grâce et bénédiction.

75Davantaige, estant nosdicts seigneurs le magistrat advertis que en ceste église iusques ici sont tenues et observées autres cérémonies et manières de faire que aux églises allemandes, tant à l’administration des sacrements que à la conservation ou bénédiction des mariages, au catéchisme, au chant, [f. 2 r°] aux heures du sermon, à la prédication des évangiles dominicaulx et autres chosses, voulant doncques avoir en une mesme ville commune égalité de pure doctrine, ainsi pareillement conformité des cérémonies et formes de police ecclésiasticque sans aucune diversité ou altération, ilz eussent bien esté d’advis, ensemble avec la présentation dudict ministre, vous donner auss ordre dudict gouvernement ecclésiasticque.

76Dont touttefois ilz ont esté retardez et empechez par aultres affaires d’importance, mais ont ordonné et conclu de faire mectre en escrit en vostre langage les usages et manières de faire ès choses susdictes, comme elles sont observées ès dictes églises allemandes, affin que comme dit est, tant la doctrine que les cérémonies soient conformes par toutes les églises de ceste ville.

77Dequoy par la commission susdicte nous vous avons deu advertir et certifier, confiant que en toutes ces choses vous comme bourgeois et habitans serez prestz et enclins de vous gouverner en deue obéissance et humilité.

  • 34 Georges Goldner (ici Golder !) était par ailleurs un habitué de la paroisse française. En 1562, il (...)

78George Golder, secrétaire des Quinze34

79[f. 2 v°] Welsch kirchen.

80Ist in der welschen pfarkirchen verlessen in presentia H. Carle Munzen, H. Frederich von Gottesheim, D. Lubert Estii und Diebolt Jungen, per me G.G., sontag den 24 decemb. 59.

81Adfuerunt enim Wendel Heussel Rhatober, Heinrich Wermser nnd Diebolt Redt, beide soldner.

9. Rapport de Nicaise De Bournonville au Magistrat de Strasbourg concernant la doctrine du ministre Houbraque, 2 août 156335

  • 35 Cf. supra, p. 137. Voir aussi supra, p. 438 et 461-462. Le document A date du 2 septembre 1563 au (...)

82Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 49A et C.

83Cop. : Oseas Schad, Epistulae theologicae in causa sacramentaria, t. II, XVIIe siècle, manuscrit conservé jusqu’à l’incendie de 1870 à la Bibliothèque Municipale de Strasbourg. Cf. Maeder, Notice, p. 12-13.

84[A, f. 1 r°] Articles prechee publiquement par maistre Guillame Aubreqe, ministre en l’eglisse de Strosbourg, assavoier l’eglisse francoisse, surquoy je prie mes tres honores segneurs me dirre franchement sy je doy tenirre pour verites telles sentence, car, quant a moy, je les tient pour fauce et diabolique.

85— Que Dieu a vollut et ordonne la palardisse de Lott aveqe ses deux filles et en a estes bien glorifies.

86— Dieu a vollut et ordonnes la palardisse de Davide et en a estes glorifies.

87— Que a toute conception que la femme consoit en son ventre ung enfant, Dieu luy vient former ung esprit bon pour le conduire a salvation, au contraier, sy Dieu l’ordone par sa predestination eternelle a damnation, yl luy fourme ung esprit mallin pour l’inciciterre a malle faier, pour ce que Dieu ne veult point qu’ille face penitance, car yl pren son plaisir en sa condennation et en est glorifies.

88— Dieu veut et ordone les meurtre et brigandages quy ce font journellement, corne il est escript de celuy quy dessendoit de Jerusaleme en Jeriquo, Dieu avoit espressement nourit ces brigant la a celle fin quille ficent ce meurtre la, car aucune foies il leur fait faire par les diable ou bien les incitte interieurement a faier ces mechantes la.

89[f. 1 v°] — Qu’ile ne faut point craindre d’ofencer Dieu pour peur destre damnez mais seullement pour peur destre excommunies de legliss visible.

90— Dieu a donnes sa loy au hommes et sy ne veult point quille acomplissent son commandement.

91— Dernierement, il a fort blasmez ceux quy font prier ou exhortation a lenterement des mortz, voier iusque a dirre qu’ille prisoit plus ceulx quy dissoint quille ny falloit point aller que les aultre quy y alloint. Et de fait sont mort deux poure femme quille na point vollut aller a leur sepulturre.

92Cest doctrine est donnee et ensegnee par beacop en leglisse francoisse, lequelle je puis nommer de non et surnon, que tuer, desrober, pallarder nest que fair la vollontes de Dieu, comme il dissent, et quiconque osse dirre le contre est tenue par maistre Guillame et les siens pour meschans heretique.

93Il a dernierement vollut induirre ung nommes Pier Lesplinguies a croier que Cain avoit fait la vollontes Dieu en tuant son frerre Abel.

94Telle et aultre articles, je desavoue comme estant procedee de lesprit malin, duquelle je ne me repen point de luy avoier dit sur la chanselerie en la presence du seigneur Federique que le diable luy avoit ensegnies cest doctrine la.

95[f. 2 r°]. Il a conclus sur le 13 au Romains que le magistrat crestines doit faier morire les heretique et a la verite, sy ainssy est, luy pour le moins, dy je, doit bien estre chasses hors dunne si noble republique, comme est auiourduy Strosbourg et gouvernee par sy bon segneur et craignat Dieu.

96Ces articles la, dy je, me fait fort de luy prover avoier preschee et par bon et sufissant tesmoing, assavoier bon bourgeois lequelle luy ont oy preher comme moy.

97Moy, Nicassius de Bournonville, bourgeois de Strosbourg, natiffe des frontier du pais de Brabant, ay escript cest present a celle fin que mes treshonores segneur soint adverty quelle doctrine on prechee journellement en leur cites, par le toutz vostre poure bourgeois,

98N. Bournonville.

99En annexe : traduction allemande.

100[f. 4 v° de la traduction allemande :

101Welsch prediger.

102Nicasii de Bourneville verzeichnus etlicher grober irrthum so in der welschen kirchen sollen gelehrt werden von Wilhelm Aubrecht, dem pfarrer.

103Presentiert et lectum vor Rhät und 21 den 2 Augusti Anno D. 1563.]

104[C, f. 1 r°] Similitude de maistre Guillame, ministre de leglise francoisse de Strosbourg, sur ce que lapostre Pol au Romains dit : Or la loy est survenue affin que le peches abondast.

105Quille falloit entendre que Dieu avoit donnes ses commandement non point a celle fin que les hommes facent ce quille a commandes, mais a celle fin quille soint condamnes par eux, car yl est glorifies en leur condennation. Exemple dung grand segneur quy auroit plussieurs serviteurs auquelle yl en feroit lier ung a ung pillier aveqc des grosse corde ou chaine de ferre et puis luy dit : Va ten yncontinant me faier ung telle mesage ou me porter unne letres deux lieu d’icy ou je te feray morirre combien quille sache bien et a la verite quille ny puisse aller, car luy mesme laroit ainsy lies et garotes, et toutefoies le fait morirre. Diron nous pas que ung telle soit injust ? Cert oy. Ainsy fait Dieu envers les hommes, leur donnant la loy et leur commandant a la gardant sur paine de damnation et toutefoies yl ne veut pas quille aconplisent son comandement. Mais yl ne faut pas dirre que Dieu soit iniuste.

106En se sermon estoit aveqe moy Robert lorfevre et Michielle litalien.

107Cain ne Judas ne furent jamais sy hardy de dirre quille avoint fait la vollontes de Dieu, mais sy nous regardons sa haute puissance, certainement yl veut toutz.

108[f. 1 v°] Que mes treshonores seigneur facent venir en leur presence dirre la verites a plussieurs de leur bourgois assavoier :

Robert orfebvre
Liederique orfebvre
Thiebaut Leschevin
Glaude le menuisier
Stefe le maroquinier
Hubert de Bur
Arnout le couturier
Servaix le gardinier
Michiel litalien
Jan le menuisier
Pierson lesplinglier
Jacob lesplinglier

  • 36 Ce recueil de sermons a été conservé : A.M.S., II 84b 10.

109et sur toutz que Thiebaut soit contraint de presenter a mes seigneurs son livre des sermon quille a escrit et la mes segneurs veront chosse estrange a mon advis de ce quille a preches36.

110Je ne dy pas que tous aint oy les sentence sudit, mais ce que l’ung n’a pas oy entierement, il n’y a pas ung d’iceux que je n’y ay veu quelque fois.

111[f. 2 r°] Nicolas Du Chatiau dissoit que, luy estant assys sa chaier, sil luy venoit en fantassie daler desrober, tuer, palairder, que cestoit Dieu qui luy metoit au cuer de fair telle chosse.

112Bastien le gardeur, le jour du Schvertag, affermant sur nostre palle que Dieu veut toutes chosse, dissoit que Dieu mesme avoit fait le diable telle quille est.

113Josias cordouanier, demorant en la Predergasse, dissoit sur le chemin de Franquefort, en disputant de la predestination, disant que les Allemant, ministre et autre, ne chersoint point la gloir de Dieu etc. Present Stefe le maroquinier, natife de Liege.

  • 37 A Strasbourg, l’Aumonerie générale (gemeine almusen) était alimentée par les revenus du couvent Sa (...)

114De rechefe Nicolas Du Chatiau dissoit que sy ung ministre leur prechoit la doctrine des Allemant, que ce leur seroit rame doctrine nouvelle, de quoy je menmerveille dung telle homme quy, depuis dix ou douze ans que je lay connus en cest ville, la plus part du tamps il a estes noury de laumone de saint Marqc quy est du bien des segneur37 comment yl ne peut dirre bien de la doctrine quy ce preche par les Allemant quy est, comme je croy, la pur parolle de Dieu.

115Par le toutz vostre poure bourgois,
Nicassius de Bournoville.

116En annexe : traduction allemande.

10. Les anciens et les diacres de l’Église française de Strasbourg au Magistrat de cette ville, 25 août 156338

  • 38 Cf. supra, p. 139. Voir aussi supra, p. 499-500 et 518. La supplique est de la main de Claude Chri (...)

117Ms. (orig.) : A.M.S., II 84b 51.

  • a D’une autre main : environ.

118[f. 1 r°] Noz très excellentz seigneurs, comme ainsi soit que nous soubzsignez (touteffois indignes) aions esté ordonnez par vos excellences sur l’église françoise, pour servir à la conduicte et tranquillité d’icelle de nostre petit pouvoir, laquelle depuisa trente ans a esté entretenue et conservée par vostre humanité et bénévolence en vostre présence cité de Strasbourg, nous avons recogneu d’estre tenuz pour la descharge de noz consciences (c’est assavoir nous voz humbles subiectz et bourgeois qui ne pouvons ny devons attendre ayde ny secours que de voz excellences) vous supplier humblement qu’il vous plaise en ce temps périlleux et turbulentz ne vouloir poinct anéantir et dissiper nostre pauvre église françoise.

119Pourtant, en nous confiant sur vostre clémence et humanité, nous supplions très humblement voz excellences de vouloir avoir esgard et considérer avec pytié et compassion la nécessité présente et très urgente de voz très humbles et obéissans bourgeois de vostre église de Strasbourg, afin que la plus grande partye d’iceulx qui ignorent la langue germanicque ne soient privez du fruict et consolation tant necessaire de la predication de l’évangille, tant aux baptesmes de leurs enfans qu’en la communion de la Cène, en l’anoncement des mariaiges et bénédiction d’iceulx, aux sépultures des mortz, etc.

120Finalement, en leurs afflictions, comme ainsi soit que plusieurs en ont beaucoup qui pour le zèle de l’évangille ont abandonné le pais de leur natiavité, leurs biens et parentz et commoditez temporelles, tellement que par le deffault du public ministère de la parolle de Dieu la vye de plusieurs vienne à se corrompre et tomber en erreurs. Davantaiges, plusieurs de voz citoyens et habitanz, oultre beaucoup de pauvres estrangers passans, sont nourryz et aydez des aumosnes publicques de ceste église et principalement en leurs maladies. Aussi souvent est advenu que plusieurs gentilzhommes allemans et aultres ont esté attirez en ceste ville d’amour qu’ilz avoient à l’église françoise.

  • 39 Guillaume Houbraque.

121Pareillement, une honneste discipline a esté observée en ceste église par la grâce de Dieu, tellement que nous tesmoignons icy devant Dieu et vous messieurs qui estes nostre magistrat ordinaire que jamais nous n’avons apperceu que la doctrine de nostre ministre39 ayt donné occasion de troubles et scandale, mesmement en la Cène du Seigneur, en laquelle il a tousiours et à tous ceulx ausquelz il l’a administrée dit telles parolles : Le pain que nous rompons est la communion du corps de Christ qui a esté livré [f. 1 v°] à la mort pour nous. Semblablement aussi, administrant le calice : La couppe de bénédiction laquelle nous bénissons est la communion du sang de Jésus Christ qui a esté répendu pour la rémission de noz péchés, selon la façon de parler de St Paul. Et en tous ses presches, il a tousiours exorté ung chacun à bonnes œuvres, de telle affection que s’il se fut apperceu de quelqu’un qui n’eut cheminé en vraye charité avec son prochain, estant convaincu de fornication ou adultère ou ivrognerye scandaleuse ou de quelques aultres péchez énormes et notoyres, il a tousiours reffuzé de donner le sacrement de la Cène à telz iusques à ce qu’ilz eussent faict deue pénitence et monstré un vray amendement de vye.

  • 40 C’est ce que fit, en tout cas, le duc Wolgang de Deux-Ponts. Cf. supra, p. 140.
  • 41 A l’assemblée princière de Naumbourg, en Saxe, réunie en janvier et février 1561, à l’initiative d (...)

122Et combien qu’il y ayt quelque différent entre voz ministres et le nostre, touttefois nous supplions très humblement que voz excellences ne face que ce différent tourne à la ruyne de nostre pauvre église, ains plustost qu’il vous plaise suivre l’exemple des très Illustres Electeurs et aultres Illustres Princes, lesquelz n’ont reffuzé leur faveur, conseil et ayde à ceulx qui en ces articles ne s’accordent par du tout avec leurs excellences, mais comme membres de la vraye église les ont soustenuz et deffenduz40, considérant aussi qu’en la dernière assemblée des princes tenue à Naumbourg l’anné 1561, après grande considération et consultation faicte sur le différent de la Cène, nul pour ce regard n’a esté changé, ny condempné41.

123Que si, pour ce différent, nostre église est exterminée, sans doubte infinies autres églises, tant estrangères que germanicques ne s’en resentiront pas peu blessées ny offensées. Ce que fera que grand nombre d’églises en recepvront grande tristesse et noz adversaires papistes grand plaisir et résioussance et, par là, occasion sera donnée aux persécutions de se renforcer contre les pauvres chrestiens, principallement en Lorraine et en France, où l’on abusera de l’exemple de vostre républicque pour maintenir tant mieulx leur idolatrye et exercer leur tyrannie.

  • 42 Sur la pénurie des ministres, voir aussi supra, p. 449. L’expression « restaurer les églises resta (...)

124Et pour ce que nous ne cognoissons ministre de la parolle de Dieu d’un plus doux et paisible esprit que cestuy cy et que tous les aultres que nous cognoissons sont aujourd’huy entièrement empeschez en l’œuvre du Seigneur et à restaurer les églises ruinées de France42, nous supplions vos excellences en l’honneur et charité de Jésuschrist que vous considériez diligemment selon vostre prudence ces choses susdictes, lesquelles concernent en premier lieu la [f. 2 r°] gloire de Dieu, puis le salut de plusieurs chrestiens, et prendre à la bonne part nostre requeste tant nécessaire, la recepvant de telle affection paternelle que nous l’attendons de vos excellences, et pour concension.

125Messieurs, puis que voz excellences ont conservé ceste nostre pauvre église depuis environ trente ans ença avec sa doctrine, considérant que ceste mesme doctrine qui a esté dès le commencement n’a jamais esté changée comme les plus anciens d’entre nous le peuvent tesmoigner, nous vous supplions encores très humblement la vouloir conserver à la gloire de Dieu et consolation de voz pauvres subiectz.

126Voz très humbles et très obéissans subiectz indignes, anciens et diacres de l’église françoise de vostre cité de Strasbourg.

Christophe Mündt

Claude Christophle

Didier De Nays

Jehan Godertan

Hans Odünot

Yves Moreau

Steffen Dex

Joachim Legrand

127En annexe : traduction allemande

128[f. 2 v° de la traduction allemande :
Lectum 25 Augusti Anno 63]

11. Jacques de Bourgogne, seigneur de Falais, à l’empereur Charles Quint, Cologne, 16 avril 154543

  • 43 Cf. supra, p. 154-155.

129Ms. (orig.) : A.G.R., Conseil d’État et Audience, no 1659/3.

130[f. 1 r°] Sire, si trèshumblement que faire puis, à la bonne grâce de vostre majesté me recommande.

131Sire, il pleu à vostre dite majesté me faire escrire certaines lettres, lesquelles j’ay recue le xve de mois passé, et eusse faict incontinent devoir de respondre à icelles sinon que j’espéroye de povoyr moymesmes laller faire en personne, ce que ne m’a encoire permis la grosse malladye laquelle me tenoit pour lors et dont je demeure tellement débilité que ne puis encoyre souffrir ne cheval ne chariot, comme chascung scet icy que de long tamps ien ay esté vexé. A ceste cause, je me confie que vostre majesté me tiendra en cest endroit excusé de ce qu’il vous plaict me commander de retourner incontinent ne me veullant obliger à chose impossible.

  • 44 Falais récrivit effectivement à l’empereur, de Strasbourg, entre le 5 juin et le 7 juillet 1545. C (...)

132Quant à l’hébahyssement que plusieurs ont de ce que suys icy venu, ensamble de ce qu’ilz disent que j’entretiens aulcungs desvoyés de nostre saincte foy et ancyenne religion, vostre majesté me pardonera sy légièrement attendant meilleure opportunité44, j’en dis deux motz en passant.

  • 45 Guillaume de Neuenahr, sur lequel supra, p. 148.
  • 46 Marie de Hongrie. Voir à ce propos supra, p. 148, note 2.
  • 47 La guerre entre l’Espagne et la France, conclue au traité de Crépy (16 septembre 1544).

133[f. 1 v°] La cause de mon partement de ma maison a esté que j’estoye obligé à retourner vers mon bel oncle monseigneur de Nwenaere45 incontinent selon ma promesse, dont ne povoys pour mon honneur estre excusé, mesme ayant receu plusieurs letres de luy avant vouloyr partir. Estant icy arrivé ce n’a esté pour y demeurer, comme désia peu après y estre venu i’ay asses démonstré allant vers la royne46 pour m’excuser de la guerre47, achevant mes affayres asses bonne espace de tamps. Depuis estre retourné, veullant très de bon coeur me retirer, il a pleut à Dieu de me quérir de malladye au grand détriment de mon petit bien et à mon groz regret. Samblablement, j’ose bien dire que mon intencion n’est pas aultre que de vouloyr demorer, vivre et mourir en la vraye aucyenne et catholique religion, espérant que s’il plaict au Tout Puissant de donner allègement et amendement à mon mal, vostre majesté sera par moy informée de ma foy plus amplement, laquelle je ne pense pas estre aultre que bonne et saine, de sorte que vostredite majesté sy Dieu plaict m’ayant ouy ne debvra par raison en avoir que tout appaisement.

  • 48 Allusion à l’anabaptisme.

134[f. 2 r°] Je supplye pourtant très humblement qu’il plaise à vostre majesté en ce que dessus ne se laisser persuader au contraire, ny induire à indignacion contre moy, qui me seroit trop plus grief à supporter, que la perplexité de maladye où je suis détenu, durant laquelle et en mon absence, sy quelqung s’avançoit de m’imposer quelque chose ou chercher aulcungnement, je supplyeroye voluntiers trèshumblement qu’il vous pleut en ce cas vous monstrer envers moy, Syre, qui suis des moyndres de voz trèshumbles serviteurs, sy béning et favorable que de commander de me faire advertence affin que m’en puisse excuser et purger selon que de nécessité sera requis, vous asseurant, Syre, que ie ne suis pas homme pour vouloir nourir ou soustenir gens desvoyés de la foy chrestienne et catholique, encoyre beaucop moins gens de sectes répugnantes à l’ancyenne et vraye religion, car je les suys vray ennemy, et me desplait grandement qu’il y en a tant partout48.

135Syre, après avoyr adverty vostre majesté que je m’appreste pour aller vers les bains prendre l’air affin d’estre plustot remis en santé par l’ordonnance expresse des médecins, je supplie le Créateur vous ottroyer en sa sainte grâce bonne prospérité en tous voz affaires et bonne vie et longue. De Coullogne, ce xvième d’apvril xccxlv.

136De vostre dite majesté très humble et obéissant serviteur,
Jaques de Bourgogne.

137Adresse : A l’empereur.

12. François Le Clerc au Magistrat de Wesel, Wesel, 7 septembre 156349

  • 49 Cf. supra, p. 233.

138Ms. (orig.) : W.K.A., Gefach 6/1, no 90.

  • 50 Didier Groen, un partisan déclaré du gnésio-luthéranisme.
  • 51 La Confession de Wesel (29 octobre 1561). Texte dans Wolters, Reformationsgeschichte der Stadt Wes (...)
  • 52 Le même jour, Le Clerc présenta au Magistrat de Wesel une Confessio christiana et primum de divini (...)

139Magnifiques Seigneurs, après que le 29 de jullet ie me fus accordé avec Vos Excellences sur les parolles que me dit lors Monsieur le Bourgemestre50, j’ay entendu qu’on a faict mettre mon auprès de la Confession que m’aves présenté il y a un an passé51. A raison de quoy, i’ay estimé nécessaire de vous présenter cest escrit, pour vous déclarer que mon intention n’a esté et n’est telle (ce que ie dy affin qu’il n’y ait point d’abus entre vous et moy) et ce à cause que le mesme scrupule, que j’ay eu dès le commencement, sur icelle, ie l’ay encore. Avec ce on ne me parly pour lors de ladite Confession, quand i’ay baillé mon nom. Parquoy ie n’entens aucunement que mon nom y soit suscrit (ou y demeure) de peur de l’abus qui y pouroit survenir cy après. Mais s’il vous plaist la recevoir en telle sorte que ie la vous presente52, ie suis prest de la signer. Je supplie vos Excellences de prendre cecy en bonne part, car ie l’ay fait pour mettre ma conscience en repos. Dieu face long temps fleurir vostre République. Datum, le 7 iour de Septembre en vostre ville de Wesel 1563.

140Francois Le Clerc.

141Sans adresse.

142Traduction latine, même page que le texte français.

13. Martin Bucer à François Dryander, [Strasbourg], 6 juillet 154753

  • 53 Cf. supra, p. 245. Voir aussi supra, p. 427.

143Ms. (orig.) : A.M.S., A.S.T. 153 (Ép. Buc. III), 142 (phot. p. 439-440)

144Cop. : Z.B.Z., S 64, 85. — Th. B., 18, f. 68.

  • 54 Bernhard Meyer.
  • 55 Sur l’affaire Poullain de Bâle : supra, p. 245-249.
  • 56 Sur l’Église française réunie dans la maison de Falais à Cologne en 1544-1545 : supra, p. 151-156.
  • 57 Cf. supra, p. 249.
  • 58 Philippe, landgrave de Hesse. Défait à la bataille de Mühlberg par les troupes de Charles Quint, l (...)
  • 59 Jean-Frédéric, duc de Saxe. Il fut fait prisonnier, lui aussi, à Mühlberg. Cf. Nicolas Bane à [Hub (...)

145S.P. Egi hic magna cum diligentia cum urbis istius Vexillifero54 de ecclesia Gallis fratribus concedenda, verum ille libere mihi dixit, rem hanc agitatam esse in utroque senatu et judicatam non esse admittendam. Causas hujus senatus consulti aliquot et ejus modi ut videam hoc tempore nihil posse impetrari. Nec enim facile istic senatus consulta refigi possunt, Valerando nonnihil causae debemus55. Optarim itaque ut D. Valesius domi suae, ut Coloniae fecit56, ecclesiam colligat et sacra administranda curet. Negant vero Basileenses V vi[ri] bonum istum virum, adhuc vadimonium deseruisse, sed gratiam discedendi ad negotio sua ad tempus impetrasse57. Cattus noster58 velut captivus ducitur ab Imperatore in triumpho cum Electore59 : ad 1 Julii Bambergam venit substiturus ibi aliquandiu, non multis tamen diebus creditur abfuturus ab Ulma. Uni ordines foedus concorditer detrectarunt, sed ita urgent commissarii ut tamen deliberatio coepta sit. Brachius Domini exeret se in salutem nostram hoc potentius et praesta[n]tius quo magis exarmati sumus omni brachio carnis. Optime vale cum tuis omnibus, VI julii 1547.

  • 60 Charles Quint.

146In Christo Deo & servatore nostro vivimus, movemur et sumus, ideo nihil nobis potest nocere ulla creatura, quandoquidem hic ipse servator et caput nostrum operetur omnia in omnibus, etiam in hostibus nostris. Haec ipse det nobis semper cogitasse et apertis coelis videre ipsum stantem a dextris patris accinctum in auxilium nostrum. Hiematurus apud nos autem nobiscum creditur ὁ παεδαγωγòς ἡµῶν60. Semper autem nobiscum manet verus αὐτoϰράτωρ ϰαι πανταϰράτωρ. In hoc optime atque iterum vale.

147Adresse : Viro pio et doctissimo D. Francisco Dryandro, fratri et amico summo.

14. Visite pastorale d’Élie de Hainaut à Aubure, dans le comté de Riquewihr, [peu après le 30 mai 155961

  • 61 Cf. supra, p. 273.

148Ms. (orig.) : Archives Nationales, Paris, K 2357, f. 192 r°.

  • 62 Riquewihr.
  • 63 Val de Liepvre.

149Elias de Hanaw, Antwerpiensis, prior fuit cuiusdam monasterii, ordinis Benedictini, sed Evangelii causa dignitatem prioratus reliquit. In vicina hac exul fuit per quatuordecim annos. In hoc pago autem septem mensibus concionatus est, nondum inauguratus. In examine cum eo constituto, respondit bene, et recte sentit de omnibus articulis fidei, et optimum testimonium habet honestae vitae. In hoc pago hactenus proprius parochus non fuit, quia filia est parochiae in Reichenweiler62, sed quia remote a civitate distat, et magna multitudo hominum ex Argentifodina (quae vocatur Leberthal63) singulis diebus dominicis eo confluit, visum est, proprium parochum, permovendae pietatis causa, illuc constituere. Quia autem nullum stipendium adhuc ei decretum est, necesse est, ut quamprimum fieri potuerit, eius ratio habetur.

15. Le ministre et les anciens de l’Église française de Strasbourg à Éguenolphe de Ribeaupierre, 7 avril 156264

  • 64 Cf. supra, p. 298. Voir aussi supra, p. 465.

150Ms. (orig.) : A.H.R., 1E 83/157.

151[f. 1 r°] Mon seigneur, nous avons grande occasion de louer Dieu de ce que, vous ayant constitué protecteur des églises lesquelles sont en vostre seigneurie, avec l’authorité et le pouvoir, il vous a donné semblablement le désir et le vouloir de les establir et maintenir en la pureté de l’évangile, et de son service, comme il appert par les effectz qui là se sont monstrez de vostre sainct vouloir.

152Or, mon seigneur, d’autant que vostre prudence entant très bien qu’il n’est possible de maintenir les églises en paix et en ordre, si ce n’est que ceux qui doivent estre pasteurs, et principaux membres du corps de l’église soyent appelez et ordonnez légitimement, de sorte qu’en bonne conscience ilz ayent le tesmoingnage de leur vocation, leur doctrine estant bien prouvée et approuvée par le iugement de l’église, et s’estant submis à la correction et discipline par nostre Seigneur Jésus Christ ordonnée en son église.

153Nous vous prions trèshumblement, et d’une singulière affection, qu’il vous plaise employer l’authorité que Dieu vous a donnée, à ce que nul n’entre, ny demeure au ministère de l’église en vostre seigneurie, s’il n’est légitimement éleu selon l’ordre de l’église, confirmé par vostre authorité, et accepté en peuple, en par ce moyen seul, vos églises demeureront paisibles [f. 1 v°] et unes ensemble entre elles, et avec toutes les églises de Dieu.

154A tant, mon seigneur, nous prions nostre bon Dieu, qu’il luy plaise accroistre en vous les grâces de son sainct esprit, et vous maintenir en prospérité, pour longuement servir à sa gloire, nous recommandans trèshumblement à vostre bonne grâce.

155De Strasbourg, le 7 d’avril 1562 etc.

156Vos humbles et obéissans serviteurs,

157le pasteur et anciens de l’église française de Strasbourg.

158Guillaume Houbraque

159Hier[onimus] Zanchus s.

160Jehan Perrignon

161Didier De Nays

162Hans Odienus

163Steffen Dex.

164Sans adresse

16. Rapport de Jérôme Zanchi et Jean Garnier à Éguenolphe de Ribeaupierre sur la situation de l’Église française du val de Liepvre, de Ribeaupierre, 14 avril 156265

  • 65 Cf. supra, p. 298-299.

165Ms. (orig.) : A.H.R., 1E 83 157.

  • 66 C’est Zanchi qui écrivait.

166[f. 1 r°] S. Ecclesia gallicana, quae Argentinae est, generosissime ac christiane domine baro, intellexit nuper ex domino Johanne Figonio, ecclesiae marianae pastore, et ex duobus eiusdem ecclesiae senioribus, ecclesiam hanc a quibusdam malo feriatis hominibus turbatam fuisse, atque quotidie magis ac magis turbari. Rogata etiam fuit ut aliquos mitteret viros prudentia et judicio aliquo praeditos, qui se adiuvarent, cum apud ecclesiam ipsam, tum praesertim apud generositatem vestram, in sedandis his turbis, tollandisque turbarum causis. Ecclesia itaque nostra argentinensis, posteaquam has doluit turbas, cupiens pro sua virili ecclesiae marianae prodesse, delegit ad hanc provinciam dominum Johannem Garnerium, qui Dei providentia tunc temporis Argentinae erat, et me66. Et mandavit ut primum qualitatem et quantitatem et gravitatem, deinde etiam causas harum turbarum diligenter cognosceremus, tum de remedio aliquo cogitaremus, postremo totum hoc ad vestram generositatem referremus, supplicaremusque illi, ut pro sua pietate, prudentia atque [f. 1 v°] authoritate curaret, et praesentem turbationem sedari, et causas turbarum tolli. Nos, dictum factum, ecclesiae mandatis obtemperantes, conscendimus equos et die veneris proxime praeterito, qui fuit Aprilis decimus, ad ecelesiam vestrae generositatis in valle mariana pervenimus. Multis autem fratribus auditis, deprehendimus :

167Primum quidem, hasce turbas maiores fuisse, opinione nostra, eo enim spectare vidimus, ut disciplina in contemptum adducta, deinde etiam sublata, tota ecclesia evertatur. Cum enim disciplina sit in ecclesia instar nervorum in humano corpore, sicut vel luxatis, vel ablatis nervis a corpore, totum corpus collabatur et pereat, necesse est, ita disciplina ab ecclesia vel penitus sublata, vel saltem in contemptum adducta atque luxata, tota ecclesia evertatur oportet.

  • 67 Arnaud Banc.
  • 68 Nicolas François, sur lequel voir aussi supra, p. 301-304.
  • b biffé : templo prati.
  • 69 Du côté lorrain, où l’on était resté catholique.

168Deinde, causas huius mali duas in summa esse cognovimus. Prima est odium quod nonnulli contra dominum Arnolphum67 conceperunt, idque propter ipsius in predicanda veritate libertatem et in puritate evangelii disciplinaque ecclesiastica retinenda fortitudinem atque constantiam. Haec est prima, eaque in cervibus hominum residens [f. 2 r°] ideoque curata difficilior, turbarum causa. Altera est externa, eaque recentior, et a priore perfecta. Ea est, intempestiva, illegitima (ut ex fratribus audivimus) atque iniqua concionandi ratio, quam quidam Nicolaus68, recens e papatu egressus, quique non multo ante sacrificum egit inb altera vallis parte69, ex adverso prati ubi nunc concionatur, aliquot abhinc diebus, hoc est, ex quo cepit concionari, instituit. Is enim pastorem ecclesiae nostrae graviter perstringit, disciplinam deridet, ecelesiam calumniatur et, in summa, eo spectare suis concionibus atque actionibus videtur, ut hanc ecclesiam dissipet, atque evertat. Vidimus, nisi huic malo occurratur, idque mature et fortiter, in maximo discrimine hanc ecclesiam versari.

1693. De remedio itaque iudicavimus esse sapienter deliberandum. Convocavimus conventum ecclesiasticum. Ibi praemissis de more precibus, de remedio huic morbo adhibendo deliberavimus. Tandem, omnium iudicio, hoc visum fuit optimum, ut nimirum turbarum causae illae duae tollantur, et contrariae illis statuantur :

170[f. 2 v°] — 1. Visum itaque nobis est omnino necessarius ut ille Nicolaus, qui est altera turbarum causa, aut cogatur rationem concionandi et agendi mutare, aut (quod magis probabatur) tacere omnino iubeatur, praesertim cum non sit in perpetuum ad illud officii delectus atque vocatus, sed tantum ad certum tempus.

  • 70 Pierre de Cologne, alors ministre à Metz.

171— 2. Deide, quod ad primam turbarum causam, hoc est, ad multorum contra D. Arnoldum odium animorumque alienationes attinet, judicavimus fere operaepretium ut D. Arnoldus, exemplo Christi, cedat ad tempus suorum adversariorum odio atque faveri, sicut etiam aliquot menses fecit. Contra vero curetur ut D. Petrus Colonius70, qui Metis est, huc vocetur, saltem ad tempus. Is enim cum sit germanus, deinde mitissimi ingenii homo, facile poterit cum concionatoris germani, tum reliquorum adversariorum animos sibi et suae ecclesiae consiliare, atque suam tandem prudentia efficere, ut tam in germanica quam gallica ecclesia unus sit fidelium animus, unus in religione consensus et denique disciplina in nostra ecclesia conservetur ac coalescat.

172— 3. Ceterum, quum Metenses non facile volent carere opera [f. 3 r°] D. Petri Colonii praesertim, nisi alius in eius locum non minus illo doctior succedat, judicavimus rogandum est D. Arnoldum ut, tametsi in Galliam vocetur, velit tamen propter hanc presentem necessitatem illius cui praefuit ecclesiae, si a Metensibus vocetur, sicut ante etiam vocatus fuit, eo se conferre inque locum D. Colonii succedere, si non ad perpetuum, saltem ad tempus, dum scilicet haec ecclesia bene firmata fuerit.

173— 4. Ut autem utraque possit impetrari, necessarium esse duximus ut vestra generositas tum ad gubernatorem mentensem, tum ad ecclesiam ipsam, immo et ad D. Colonium, hac de re scribat, nec solum scribat sed etiam qui agant, cum illis coram mittat, et idem faciat ecclesia haec nostra Quid ecclesiam attinet, illa scripturam se recepit, deinde rogavit ut velimus, nos ambo, D. Garnerius et ego, hanc ad ecclesiam metensem suscipere legationem. Nos licet multa habeamus sua quisque negotia et ut hanc provinciam alii magis quam nos idonei reperiri in ecclesia pos- [f. 3 v°] sint, tamen, propter Christum et eius ecclesiam, non potuimus operam nostram denegare.

174— 5. Iudicium etiam fuit non tantum utile sed prope necessarium fore ut praestet D. Colonium, D. etiam Johannes Figonius in hac ecclesia eonfirmetur minister, idque multis de causis, quarum hae duae sint non postremae. Una, ut alter alterum in ministerio, praesertim in invisendis et consolatione afficiendis egrotis, adiuvet et alter ab altero discat, denique alter alteri in omnibus sit solatio, et ita ecclesia nunquam pastore aliquo destituatur. Altera causa est ut nonnunquam per vices alter in uno, alter in altero pago habeat conciones et ita fideles, tum senes, tum imbecillos, qui e suo pago ad alterum facile concedere non possunt, verbo Dei pascant et christiana consolatione efficiant. Ecclesia, ut declaret quanta sit ipsius erga D. Figonium observantia, quantumque sit ipsius desiderium ut ipse bonus pastor apud se maneat, constituit pro sua tenuitate ilium ita alere et tractare, ut futurus sit contentus.

175[f. 4 r°] His omnibus ita inter nos constitutis, decretum fuit postremo ut nos ad vestram generositatem tanquam ad suum verum semperque toti ecclesiae observantissimum, non solum Dominum ac principem sed etiam patrem, haec omnia referremus. Et illi supplicaremus primum ut, in genere, ecclesiam hanc suam, vestra generositas sicut habuit, sic semper habeat quam commendatissimam, deinde ut, si haec quae nobis visa sunt bona remedia, vestrae quoque generositati probarentur, curet, pro sua authoritate, ut executioni mandentur. Si vero melius habet consilium, illud curet perficiendum. Nos igitur, pro nostro officio, postquam breviter quae hactenus a nobis gesta et deliberata fuerunt narravimus, supplicamus vestram generositatem pro Christo ut, siout hactenus habuit, sic etiam nunc et posthac in perpetuum habeat ecclesiam hanc quam commendatissimam, curetque pro sua authoritate ut ne quispiam ulla ratione illam perturbet, cursumque evangelii et utilitatem fructumque disciplinae impediat.

176[f. 4 v°] Ac certe est cur vestrae generositati hoc deceat facere, atque curare. Et, iis enim quae per hoc tempus vidimus, audivimus, experti sumus, novimus ecclesiam hanc optime et christiane institutam esse. Atque ita optime institutam et nullibi adhuc neuter nostrum viderit tam christianam salutaremque, et tum sanae doctrinae, tum bonorum operum atque morum conservatricem disciplinam.

177Quod nos attinet, quicquid tum in huius ecclesiae salutem, tum in vestrae generositatis, matris, sororum, suorumque omnium honorem atque ornamentum praestari a nobis potest, totum illud vestrae generositati ex animo offerimus ac polliceamur. Tantum illud pro nobis petimus atque rogamus ut in albo suorum clientum ac famulorum conscriptos habeat.

178Dominus Jesus vestram generositatem totamque suam familiam servet et gratiis suis in dies cumulet.

179Amen. In arce vestrae generositatis de Rapstein, die 14 aprilis anni 1562.

180Vestrae generositatis atque claritatis,

181Hieronimus Zanchus

182Ioannes Garnerius

17. Jean de Poix, seigneur de Séchelles, à Farel, [Francfort, août 1554]71

  • 71 Cf. supra, p. 317. Sur Séchelles, qui devait compter, aux côtés d’Augustin Le Grand, parmi les adv (...)

183Ms. (orig.) : A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse I, no 7.

184Cop. : Musée d’Histoire de la Réformation, Genève, Papiers Herminjard (C.R., XI, f. 472).

  • 72 Sur la Prophétie à Francfort : supra, p. 560-561.
  • 73 Juan Morillo, arrivé à Francfort au début du mois de juin 1554. Cf. supra, p. 316.
  • 74 Quenot Castelin et Thomas Calberghe, exécutés les 22 et 26 juin 1554 respectivement. Cf. Moreau, H (...)

185Monsieur, sachant que ce vous desires plus en ce monde est d’étendre l’avancement de la gloire de Dieu, je n’ay vollu faillir à vous mander de l’estat de nostre église, laquelle augmente tous les jours, et pour ceste heure nous sommes bien (comme je croys) envyron trois cents cincquante ames et sy attendons encore de bref tout plain de gens d’Anvers, gros marchans. On a aujourd’huy commené la prophétye72 et a esté le docteur Morelly73 qui a proposé, lequel se porte fort honnestement et a beaucoup servi à garder paix et union en ceste églize. Il y a environ deux moys que deux jeunes homes de noz gens ont esté pris à Tournay, lesquelz faisant pure confession de Jésus Christ n’onst esté gardé que deux ou trois jours prisonniers, don l’un a esté brullé tout vif et l’aultre a eu la teste coppée74. Il y en a ancore beaucoup de prisonniers. Je ne vous mande rien du trouble qui a esté à Anvers par ce que je pence que vous l’aves asses entendu et aussi ce porteur, qui est du pays, vous en porra compter quelque chose. Quant au Roy de France, je croy que vous aves bien entendu corne il a tout destruit les pays de Henault, d’Artois et la plus grande partie de Brebant, qui est cause don ie ne vous en tiendray poinct plus long propos. Seulement je vous priray de demourer pour toute ma vie en vostre bonne grâce, à laquelle je me recommande bien humblement, priant Dieu, monsieur, vous garder longuement avec entiere santé pour advancer de plus en plus sa gloire, à la destruction et ruyne de l’Antécrist.

186Cellui qui demourera pour jamais prest à vous obéyr

187Jean de Poyes

188Adresse : A mon bon seigneur et amy, Monsieur Pharel, à Neufchatel.

18. « Ordo ecclesiae gallicanae, quae est Francorfordiae ad Menam », [premiers mois de 1555 ?]75

  • 75 Cf. supra, p. 483-484.

189Ms. (orig.) : perdu.

190Cop. (XVIIIe siècle) : F.S.A., F.R.G. 167 (Kirchendokumente D, f. 213-216).

191Publ. : F.R.H., t. I, Beylagen, p. 114-115 (reproduit ici).

192In Gallica Ecclesia semper fuerunt & adhuc sunt trium generum seu specierum Ministri, officio & munere differentes, quorum primi & praecipui vocantur Pastores seu Ministri Verbi Dei & Sacramentorum, Alii Seniores sunt, alii Diaconi.

193Pastores (qui semper duo fuerunt) legitime electi & confirmati ab ipsa Ecclesia, ex munere Verbum Dei praedicant, diebus & horis constitutis. Diebus vero Dominicis Catechismum pueris & rudioribus declarant. Infantes baptizant, quum adferuntur baptizandi. Coenam Domini administrant, Matrimonia proclamant & celebrant, aegrotos invisunt, curant ut ii qui adveniunt & nulli Ecclesiae nomen dederunt, cupientes nostrae inseri, confessionem fidei edant, iisque praesunt edendis. Eorum quoque munus est, Domino Consuli praesentare eos, qui recens adveniunt in hanc Civitatem, ut ab eo admittantur & recipiantur, utque eis hic manere & habitare tuto liceat.

194Seniores, qui nunc sunt sex numero, electi quoque & confirmati ab eadem Ecclesia, id munus subeunt, vigilant scilicet diligenter super totum gregem cum praedictis duobus Pastoribus, ne quis oriatur tumultus aut seditio, neve quis seminet, spargat aut sustineat pravas opiniones & haereticas, ut sunt Arrianorum, Anabaptistarum, Libertinorum, & aliorum pugnantium cum Verbo Dei, ut si quis imbutus & infectus fore inveniatur hac peste, ad Magistratum deferatur atque plectatur.

195Praeterea vigilant ac intenti sunt, super iis, qui male seu dissolute vivunt ac aliis scandalo sunt, seu ebrietate, seu scortatione, seu alio quovis flagitio, ut eos revocent, ac reducant ad cognitionem & poenitentiam peccati, ad quam si perduci non possunt, coguntur abstinere a sacrosancta Domini Coena, donec ducti poenitentia se se emendent, si vero perseveraverint in sua deplorata vita, ut cum eis agatur, quemadmodum Christus iubet apud Matthaeum cap. 18 [15-17].

196Item curant diligenter quantum in eis est, ut omnes & singuli eiusdem Ecclesiae, in quiete & pace ac unanimiter, ut Christiana Charitas requirit, vivant.

197Si autem aliqua civilis aut crimininalis causa inter aliquos dictae Ecclesiae eveniat, veluti furtum, caedes, iniuriae, fraudes, debita, & eiusmodi, de quibus discernit ac dijudicat Magistratus, praedicti Pastores & Seniores eis se se non miscent, sed tantum huic rei incumbunt, ut cognoscant, num ejusmodi reus arceri debeat a Communione Coenae Domini, ne talibus polluatur, sicut Verbum Dei docet.

198In super dicti Seniores, una cum praenominatis Pastoribus, certo die septimanae praecedentis Dominicum diem, quo Coena Domini celebratur, congregantur, ut legitimum examen & debita ad eam praeparatio fiat, quo examine si qui deprehenduntur indigni hac mensa & sacro Convivio Domini propter eorum male actam vitam in causis praenominatis, aut quod se odio sequantur, aut quod in gratiam non rediere, seu quod non sint inter se reconciliati, aut ob aliam ad id sufficientem causam, ut eis prohibeant & interdicant dictae Coenae communicationem, ne scandalisetur Ecclesia, aut polluatur sancta Coena Domini, donec eos ad eam idoneos & habiles cognoscant atque rursum admittant.

  • c Post receptionem Peregrinorum.
  • 76 Sur la Liturgia sacra de Poullain : supra, p. 319.

199Tertio ordine sunt Diaconi, qui nunc octo sunt, eodem modo electi & confirmati ab Ecclesia, quorum munus & officium est praeparare mensam Domini, eique inservire, in ea panem collocare, vinum infundere, & alia necessaria praestare : deinde sedulo Eleemosynas colligere & eas pauperibus & egenis distribuere, quod ut debite & rite fiat, singulis septimanis bis singulorum pauperum domos inspiciant, ac quanta insit necessitas perquirant, & quam diligentes in operibus suis sint isti pauperes, pernoscant. Quae omnia fiunt iuxta Verbum Dei & exemplum Apostolicae Ecclesiae, ut latius habentur haec & alia quoque in Liturgia Ecclesiarum, hic anno 1554c impressa76.

19. Inventaire des ustensiles et des meubles, Église française de Francfort, [vers 1556]77

  • 77 Cf. supra, p. 513. Ce fragment du registre de la diaconie de l’Église française ne peut être daté (...)

200Ms. (orig.) : F.S.A., F.R.G. 80, f. 148 v°-153 r°.

201[f. 148 v°] L’inventaire des utensilles et muebles

202Les utensilles et muebles sont comme soudict

203Premierement la cheiere a prescher

2041 couffre qui fuct faict par les anchiens a mettre leurs livres et lettres dedens escriptoire qui est seur la chambre des diacres

2051 table pour les diacres

2061 byble par verset de robert estienne

2071 institution de calvin

2081 noveau testament

2091 boite de quivre

210[f. 149 r°] 1 fer pour faire le pain de la Chiene

2111 orloges de voire et sablon

2121 ostille pour faire parchement

2131 chariot de fer comme appert en fol o 102

acheter un tonneau contenant 2 once ½

0 lb 4 ss 0 d

encore un petit tonneau contenant 24 mousures

0 lb 1 ss 2 d

214[f. 149 v°] Recepte depuys la reddition des comptes des utensiles et meubles appartenantz a leglise et a la maison dicelle

215Receu de Laures Hiet et de Peronne des malins testamenteurs de Hector Karon 1 hostie de passement tout equippé et accoustré le 15e de mars

2161556 [f. 150 r°-152 r° : blanc]

217[f. 152 v°] Livres : Receu depuys les comptes rendus qui fust le 16 de febvrier 1555 avant pasque

Testament : testamentz qui en sont point lyetz

16

Psalmes : spasumes sans lyer

5

abc : abc blanc

5

[f. 153 r°] donne a guillame lienard

1 testament

donne a phlipes david

1 testament

donne a regnault de hus

1 testament

a robert hatuy

1 testament

a anthoine rousseau

1 testament

a baudechon cheneau

1 testament

au filz petite Iacqeline

1 testament

donne a thomas grevin

1 psalme

donne a Urbain fovet

1 psalme

a phlipes david

1 psalme

donne a Wepo

1 psalmes

au compagnon brasseur

1 psalme

a noe de feurme

1 abc

20. Les propositions de Gisberg de Gueldre, [entre 1555 et 1558]81

  • 81 Sur Gisberg de Gueldre : supra, p. 359-361 et 586.

218Ms. (orig.) : perdu.

219Publ. : Oegenbericht und Verantwortung der Predicanten zu Franckfort am Mayn uff etliche ungegrundte Klagschrifften der Welschen, das ist der frantzösischen und flemmischen Predicanten und Gemeyn daselbst, Ursell, N. Henricus, 1563, chap. LXXXVIII (dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 88-89).

220Denn erstlich bat sich ein Fleming, so ein Handwercksman, allerley grober Irthumb lassen vernemen, als nemlich,

  1. und zum Ersten, Das weder die Welschen hie zu Franckfurt, noch zu Genff, das wort Gottes predigen, oder eine Kirch Gottes seien, sintemal sie nicht on Sünd seien.
  2. Die Widertauffer im Mehrerland, so alle ding untereinander gemein haben, seien noch die fromesten, bey denen könt er wol, so er wolte, in eitel müssiggang leben, wie sie im denn offt angebotten hetten.
  3. Sebastian Franck hab die beste lehr und glauben gehabt, den halt er am höchsten. Dieser meinung sind auch andere mehr unter inen, und füren unsere Leut auch dahin.
  4. Juden, Turcken, Widertauffer, Libertiner, werden alle selig. Denn sie suchen auch ein Christum.
  5. Die Diener des Worts predigen nichts, denn den blossen Buchstaben. Denn so sie das Evangelion predigten, würde ire Predigt nicht so unfruchtbar sein.
  6. Gott könne ohne Schrifft zur Seligkeit erkant werden, und hett er vor wenig tagen mehr aus dem sterben eins gewürgeten jungen Hünlins gelernt, denn auss der gantzen heiligen Schrifft.
  7. Der Mensch sey nicht gar gestorben durch die Sünd, sonder sey an einem theil lebendig und gantz blieben, wie das Fewer unter der Aschen erhalten wird.
  8. Bey Gott sey keine ewige versehunge, Denn alle Menschen, sie seien Turcken, Juden oder Heiden, haben das Gesatz Gottes in ihre Hertzen geschrieben, Durch welches sie konnen das gut erwehlen und thun, und das böse fliehen, Sonst würde Gott ungerecht und ein Tyrann müssen sein.
  9. Valerandus und Richardus78 weren nicht von Gott gesandt, noch seines worts Verkündiger gewesen, dieweil sie wider die Papisten, Widerteuffer, und andere Ketzer geruffen, Welchs aber die Diener Gottes nicht thun solten, sondern das Unkraut mit dem Weitzen lassen wachsen.
  10. Die Prediger sollen das wort und die Sacramenten vergebens ausspenden, und keine Besoldung davon nemen, sont seien sie Miedling.

21. François Perrussel à Henri Bullinger, Pierre Martyr et Bernardin Ochino, Francfort, 20 septembre 156079

  • 79 Cf. supra, p. 374.

221Ms. (orig.) : Z.S.A., E II 347, f. 723.

222Gratias et [pax] per Jesum Christum.

  • 80 Sur cette sentence : supra, p. 373.

223Alteris nostris nundinis, accepi literas vestras quae de litibus in hac nostra ecclesia motis, et capitibus accusationis adversus me institutae sententiam vestram continebant. Eae non tantum mihi, sed et prudentissimo nostro senatui gratissimae fuerunt, tandemque a delegatis iudicibus secundum eas lata fuit sententia, cuius exemplum ad vos mitto80. Decuerat quidem me pro tanto beneficio maturius gratias agere, sed literas vestras primum accepi cum iamiam discessuri essent vestri negociatores. Illud etiam postea intermisi, quia omnino constitueram per aestatem istuc expatiari et per aliquot dies sanotis et eruditis vestris sermonibus frui et florentissimam vestram ecclesiam (quae unica propemodum nullis quassatur tumultibus) considerare, eorumque iudicare quanto beneficio simul cum tota ecclesia a vobis essem affectus. Sed illud meum institutum impediverunt perpetua caeli inclementia, et inauditae fluviorum exundationes, quae videntur mihi invidisse illos fructus quos ex vestra consuetudine me percepturum confidebam. Factum est etiam artibus adversariorum meorum, ut longe diutius mea spe iudicium nostrum protraheretur. Itaque oro ne istam meam moram in rescribendo existimetis proficisci ab animo parum grato, et summorum a vobis acceptorum benefiorum immemorem.

224Nam vestra ope factum est ut tandem liberarer a calumniis quibus eram propemodum oppressus, et ut iam nobis aliqua tranquillitatis spes affulgeat et labefactetur regnum diaboli, qui diu dilaceravit hunc miserum gregem soevis contentionibus, quas aluisse videntur ii quos minime decuit id facere et qui (si voluissent) sua authoritate aliquid remedii tantis malis adferre potuissent. Quoniam autem scimus eos quos Deus suo sancto spiritu imbuit, benefaciendo non defatigari, et quo plura beneficia praestiterunt, eo minus libenter egentes deserere, reverenter a vobis peto, ut hanc nostram ecclesiolam vestris precibus Deo commendetis, et si quid in ea controversiarum inciderit, dignemini vestra authoritate eos tueri qui a potentioribus iniuste opprimentur. Imposterum enim ad vos confugere constituimus, tanquam ad eos qui tempestate agitatis tutum portum commonstrare possunt. Yalete in crucifixo Iesu, qui vos diu ecclesiae suae servet. Francoforti, 20 sept. 1560.

225Vestri observantissimus F. Riverius, minister ecclesiae gallicae quae est Francofor[diae] ad Maenum.

226Adresse : Reverendis ac clarissimis viris D. D. Henrico Bullingero, Petro Martiri, Bemardino Ochino etc., dominis suis et patronis perpetua observantia colendis Tiguri.

22. L’ordre des Eglises d’étrangers selon Dathenus, 156381

  • 81 Cf. supra p. 445 et 485.

227Extrait de Pierre Dathenus, Kurtze und warhafftige Erzehlung welchermassen den Frantzösischen und Niderlendischen verjagten Christen, in der Statt Franckfurt am Mayn, etlich Jahr die offentlich Predigt Göttliches Worts und auszpendung der H. Sacramenten, in irer Sprach verstattet, und ausz was ursache ihnen nachmals solches verboten worden ist, Heidelberg, [Johann Mayer ?], 1563 (dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 133.)

  • 82 Les ministres luthériens de Francfort, auteurs d’un Gegenbericht, auquel l’Erzehlung constituait u (...)

228Damit aber der Christliche Leser von der ordnung, so inn den Kirchen der verjagten Christen gehalten worden, welche die mehrgedachte Predicanten82 hönlich verspotten, bericht empfahe, so wöllen wir die kurzlich beschreyben.

229In den Kirchen der verjagten Christen sind dreyerley Diener, welcher dienst unterschieden sind.

230Die erste sind die Predicanten, welcher ampt eygentlich ist das Wort Gottes, nemlich, das gesetz und Evangelium, wie es in den Canonicis libris, des alten und newen Testaments, beschrieben, ernstlich zu predigen, die Sacramenta auszuspenden, und die krancken heimzusuchen, und nach nottdurfft zu underweisen und zu trösten.

231Die andere sindt, welche Paulus am ersten zu Timoth. am 5. cap genent hat Eltisten, welche, ob sie schon im wortt und lere aygentlicht nicht arbeiten, so haben sie dannoch ein fleissig auffsehens, das die lere göttlichs worts reynlich getrieben unnd die Sacrament geschicktlich und ordentlich aussgespendet, die uneins sind vereiniget, die unordentlich leben gestrafft, und ermanet, und die mutwillige spötter und verâchter aller vermanungen, nach dem alle mittel vergebens versucht werden, mit verwilligung der ganzen gemein abgesondert, und (who sie sich besseren) widerumb in die gemein Gottes genommen werden. Kürtzlich, die eltisten sind an Stadt der gantzen gemeyne, von welcher Christus Matthei am 18. spricht, da er von der Chrislichen straffe redet. Höret er dich nicht, so sage es der gemeine, höret er die gemeyne nicht, so hallt in als ein Heyden und Zölnern.

232Zum dritten, seind die Diaconi, das ist, die diener der hausarmen, welcher ampt und dienst ist, die almusen zu ende der predigt, unnd sonst da es gelegen ist, ordentlich zu samlen und zu auffzuzeichnen. Item die haussarmen heymzusuchen, zu trosten und nach ihrem vermögen zu ermanen, unnd einem jeden nach seiner notturfft etwas zu stewren und mitzutheilen, und von den empfangnen unnd aussgetheilten almusen zu bestimpten zeyten den Predicanten und eltisten rechnung zu thun.

233Diese ordnung hat die Apostolische kirch gehalten, derhalben kan der Christliche Leser sehen, wie gar unbillich die Predicanten zu Franckfurt dieser der verjagten Christen, ja des heiligen Geistes und der Aposteln ordnung spotten, und dieselbige schmälich verachten.

Notes

1 Cf. supra, p. 569.

2 Cf. supra, p. 430.

3 Cf. supra, p. 93. Voir aussi supra, p. 507 et 556-557.

4 Mt 5, 23-25.

5 Jc 4, 8-9.

6 Mt 18, 15-17.

7 1 P 3, 15.

8 Garnier devait sans doute se référer au commentaire de la parabole des invités au festin (Comm. Math., homélie LXIX, dans Migne, P.G., t. LVIII, col. 647 sv.). Jean Chrysostome, contrairement à ce que Lesplinguel fait dire à Garnier, affirme à plusieurs reprises que c’est un péché grave de communier indignement. Cf. Homélie VI contre les anoméens, 4. — Homélie sur les saints martyrs, 3. — Comm. 1 Cor., homélie XXVII, 4.

9 Mt 7, 6.

10 Ga 1, 8.

11 1 Cor 11, 29.

12 Sur Frédéric de Gottesheim, kirchenpfleger de l’Église française : supra, p. 489. Sur cette lettre, voir document précédent, note 1.

13 1 Tim 3, 1-4.

14 Cf. supra, p. 78.

15 Cf. supra, p. 578, note 2.

16 Cf. supra, p. 579.

17 Allusion à Mt 18, 15-17.

18 Cf. supra, p. 568.

19 Cf. supra, p. 527.

20 Cf. supra, p. 584.

21 Sur Jean Günther d’Andernach : supra, p. 581-582.

22 Sur l’imprimeur bâlois Michel Isingrin (1500-1557) : Benzing, Buchdrucker, p. 34.

23 Sur l’imprimeur bâlois Pierre Perna (1522-1582) : Benzing, op. cit., p. 38. Manifestement, Jean Günther d’Andernach était à la recherche d’un imprimeur. Il publia effectivement un ouvrage à Bâle peu après, en 1556, mais chez l’imprimeur Henri Petri. Il s’agissait des Alexandri Tralliani medici libri duodecim Graeci et Latini, multo quam antea auctiores et integriores : Ioanne Guinterio Andernaco interprete et emendatore, Per Henricum Petrum, Basileae, 1556, 858 p., in-8°. Achevé d’imprimer : Mense Augusto MDLI. On ne connaît pas d’autre ouvrage d’Andernach paru à Bâle ces années-là.

24 Guillaume de Rabot de Salene, fils de Bertrand Rabot, seigneur d’Upie, conseiller au Parlement de Grenoble. Il écrivit à Calvin d’Avignon le 15 juin 1550 (Op. Calv., t. XIII, no 1379) et Calvin lui répondit le 24 juillet de la même année (Op. Calv., t. XIII, no 1389). Le 13 novembre 1554, Rabot écrivait de Strasbourg à Calvin (Op. Calv., t. XV, no 2049). Il fur reçu comme habitant de Strasbourg le 7 juillet 1556. Il devait quitter la ville à la fin du mois de juillet 1566. L’identification, que l’on peut considérer comme sûre, a été suggérée par Monsieur Jean Rott. Je remercie MonsieurStephen Nelson pour les renseignements qu’il a bien voulu me communiquer sur Guillaume Rabot de Salene.

25 Cf. supra, p. 154-155.

26 Probablement Orazio Curione, le fils de Celio Secondo Curione, un humaniste italien, établi à Bâle depuis 1546 et professeur à l’université de cette ville. Sur Orazio : Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento, p. 116, 120, 184 et 199.

27 Sur Jenin Maldonade : supra, p. 151, note 3.

28 Isabeau de Rymerswael, la seconde femme de Palais. Sa première épouse, Yolande de Bréderode est morte, très probablement, à Veigy, en 1552. Cf. supra, p. 158. On ignore la date du remariage.

29 Une Theologia germanica, Libellas aureus, hoc est brevis et praegnans, quomodo sit exuendus vetus homo induendusque novus. Ex germanico translatus, Joanne Theophilo interprete, devait effectivement sortir des presses de Jean Oporin, à Bâle, en janvier 1557. L’auteur de cette traduction était Castellion. Cf. Buisson, op. cit., t. II, p. 365. Notre lettre montre qu’elle était déjà en chantier deux ans, ou peut-être même trois ans auparavant. Sur cet ouvrage, voir aussi supra, p. 269.

30 Cf. supra, p. 105. Voir aussi supra, p. 469.

31 Cf. supra, p. 106. Voir aussi supra, p. 483, 493-494 et 518.

32 Cf. supra, p. 123. Voir aussi supra, p. 541 et 565.

33 Cf. supra, p. 124. Voir aussi supra, p. 458 et 570.

34 Georges Goldner (ici Golder !) était par ailleurs un habitué de la paroisse française. En 1562, il devait prendre la défense de Houbraque, exclu du Convent. Cf. supra, p. 138.

35 Cf. supra, p. 137. Voir aussi supra, p. 438 et 461-462. Le document A date du 2 septembre 1563 au plus tard. Le document C est manifestement antérieur aux dépositions de Hubert De Bur, Thibaut Leschevin, Stéphane Le Maroquinier et Robert Falck l’orfèvre qui ont été reçues les 3 et 4 septembre 1563 (A.M.S., II 84b 49C). Cf. supra, p. 135, note 3.

36 Ce recueil de sermons a été conservé : A.M.S., II 84b 10.

37 A Strasbourg, l’Aumonerie générale (gemeine almusen) était alimentée par les revenus du couvent Saint-Marc.

38 Cf. supra, p. 139. Voir aussi supra, p. 499-500 et 518. La supplique est de la main de Claude Christophle.

39 Guillaume Houbraque.

40 C’est ce que fit, en tout cas, le duc Wolgang de Deux-Ponts. Cf. supra, p. 140.

41 A l’assemblée princière de Naumbourg, en Saxe, réunie en janvier et février 1561, à l’initiative de Christophe de Wurtemberg et de Jean-Frédéric de Saxe, le point de vue mélanchthonien avait effectivement prévalu. C’est cependant la Confession d’Augsbourg, dans sa version invariata, qui avait servi de base aux discussions. Cf. Léonard, Histoire générale du protestantisme, t. II, p. 19, et supra, p. 131-132.

42 Sur la pénurie des ministres, voir aussi supra, p. 449. L’expression « restaurer les églises restaurées de Franco » est significative. On parlait couramment de « planter » ou de « dresser » une église, mais il s’agissait en réalité d’une restauration. Avec le « papisme », « l’Église a esté morte par tant longues années », comme l’écrivait Calvin dans l’Épistre au Roy, servant de préface à l’Institution de la religion chrestienne (éd. Benoit, t. I, p. 33).

43 Cf. supra, p. 154-155.

44 Falais récrivit effectivement à l’empereur, de Strasbourg, entre le 5 juin et le 7 juillet 1545. Cf. infra, p. 156.

45 Guillaume de Neuenahr, sur lequel supra, p. 148.

46 Marie de Hongrie. Voir à ce propos supra, p. 148, note 2.

47 La guerre entre l’Espagne et la France, conclue au traité de Crépy (16 septembre 1544).

48 Allusion à l’anabaptisme.

49 Cf. supra, p. 233.

50 Didier Groen, un partisan déclaré du gnésio-luthéranisme.

51 La Confession de Wesel (29 octobre 1561). Texte dans Wolters, Reformationsgeschichte der Stadt Wesel, p. 456-458. Cf. supra, p. 225.

52 Le même jour, Le Clerc présenta au Magistrat de Wesel une Confessio christiana et primum de divinitate et humanitate Domini nostri et Mediatoris Iesu Christi. Texte dans Wolters, op. cit., p. 458-460. Cf. supra, p. 233.

53 Cf. supra, p. 245. Voir aussi supra, p. 427.

54 Bernhard Meyer.

55 Sur l’affaire Poullain de Bâle : supra, p. 245-249.

56 Sur l’Église française réunie dans la maison de Falais à Cologne en 1544-1545 : supra, p. 151-156.

57 Cf. supra, p. 249.

58 Philippe, landgrave de Hesse. Défait à la bataille de Mühlberg par les troupes de Charles Quint, le 24 avril 1547, il s’était rendu et avait été fait prisonnier.

59 Jean-Frédéric, duc de Saxe. Il fut fait prisonnier, lui aussi, à Mühlberg. Cf. Nicolas Bane à [Hubert de Bapasme], Anvers, 9 juin 1547 (Denis, Correspondance, p. 300-301, no XX) : « Et on a fait ichy partout le grand triomphe pour la prinse du duc de Saixe. Je croy que on en a esté bien mary en la Germanie et on disoit ichy il y a environ huit jours que l’apointement estoit faict entre notre seigneur l’empereur et ledit duc de Saixe et par che moien on espéroit en brief la paix partout la Germanie, dont pouroit bien venir ung union en la religion crestienne, quy seroit por bonne chose, car il y a de grand divis en la crestienté ».

60 Charles Quint.

61 Cf. supra, p. 273.

62 Riquewihr.

63 Val de Liepvre.

64 Cf. supra, p. 298. Voir aussi supra, p. 465.

65 Cf. supra, p. 298-299.

66 C’est Zanchi qui écrivait.

67 Arnaud Banc.

68 Nicolas François, sur lequel voir aussi supra, p. 301-304.

69 Du côté lorrain, où l’on était resté catholique.

70 Pierre de Cologne, alors ministre à Metz.

71 Cf. supra, p. 317. Sur Séchelles, qui devait compter, aux côtés d’Augustin Le Grand, parmi les adversaires les plus résolus du ministre Valérand Poullain, voir, supra, p. 184, quelques éléments de biographie.

72 Sur la Prophétie à Francfort : supra, p. 560-561.

73 Juan Morillo, arrivé à Francfort au début du mois de juin 1554. Cf. supra, p. 316.

74 Quenot Castelin et Thomas Calberghe, exécutés les 22 et 26 juin 1554 respectivement. Cf. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 297.

75 Cf. supra, p. 483-484.

76 Sur la Liturgia sacra de Poullain : supra, p. 319.

77 Cf. supra, p. 513. Ce fragment du registre de la diaconie de l’Église française ne peut être daté précisément, car il était sans cesse mis à jour par le diacre chargé de le tenir. A en juger d’après sa langue (chiene pour cène, par exemple), celui-ci était vraisemblablement un Picard.

81 Sur Gisberg de Gueldre : supra, p. 359-361 et 586.

78 Valérand Poullain et Richard Vauville, ministres de l’Église française de Francfort.

79 Cf. supra, p. 374.

80 Sur cette sentence : supra, p. 373.

81 Cf. supra p. 445 et 485.

82 Les ministres luthériens de Francfort, auteurs d’un Gegenbericht, auquel l’Erzehlung constituait une réponse. Cf. supra, p. 396-397.

Notes de fin

a D’une autre main : environ.

b biffé : templo prati.

c Post receptionem Peregrinorum.

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search