Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Avant-propos

Texte intégral

1Du xviiie au xxe siècle : plus de deux cents ans au cours desquels le monde s’est transformé, au cours desquels les générations qui nous précédèrent ont, sans toujours en avoir conscience, troqué les formes anciennes de la vie en société contre ce qu’il est convenu d’appeler la modernité. Plus de deux cents ans au cours desquels, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, le temps s’est accéléré et a accouché d’une société nouvelle dont les forces et les contradictions, les réussites et les échecs, déterminent aujourd’hui notre présence collective au monde.

2Nos actes les plus anodins, nos pensées les plus quotidiennes portent la trace et le poids de cette histoire. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, trente années de prospérité ont pu donner au monde occidental l’illusion éphémère d’une société radicalement autre, à jamais délivrée des contraintes du passé. Maintenant, plus de quinze ans après le déclenchement d’une crise au long terme qui révèle la fragilité et les incohérences de notre monde, nul n’est assez naïf pour croire encore au règne sans partage de la raison, du progrès, de l’égalité des chances, du bonheur. L’omniprésence de la guerre, la réapparition — en Occident — d’une pauvreté que l’on croyait presque disparue, l’enlisement du tiers-monde, la violence toujours nous conduisent à plus d’humilité. Progrès, peut-être : mais celui-ci n’est au fond qu’une manière de saisir le temps, fragile comme l’instinct qui conduit chacun d’entre nous de l’heure de sa naissance à celle de sa mort. Raison, sans doute : mais celle-ci n’est qu’une abstraction transformée sans cesse au hasard des réalités dans lesquelles elle s’incarne. On commence à comprendre combien chaque chose est faite à la fois de son contraire et combien la compréhension du présent nous renvoie aux images du passé. Ces dogmes du Progrès et de la Raison — mythes fondateurs du monde contemporain — ne portaient-ils pas déjà, lorsqu’ils furent formulés au xviiie siècle, les mêmes enthousiasmes et les mêmes contradictions qu’aujourd’hui ?

***

3En présentant l’étude des professions médicales dans la région liégeoise aux xviiie et xixe siècles, nous voudrions nous placer sur ce terrain. En elle-même, l’expression “profession médicale” révèle la direction que nous avons voulu donner à ce travail. Profession : il s’agit bien là d’une pratique sociale, supposant la participation continue d’acteurs qui appartiennent à des groupes sociaux déterminés et qui sont, à ce titre, étroitement imbriqués dans les relations de complémentarité et de pouvoir qui structurent la société tout entière. Médicale : cette pratique sociale a pour objet la lutte contre la maladie, la souffrance, la mort : c’est dire qu’elle est directement associée aux fondements mêmes de la culture dans laquelle elle s’épanouit ; le projet de guérir ou de prolonger la vie n’est-il pas au cœur même de cette idée de maîtrise de la nature qui préside à l’élaboration des cultures ? L’art de guérir, donc, comme expression privilégiée du social et comme miroir de la culture : comprendre comment s’établit collectivement la lutte contre la maladie, n’est-ce pas comprendre aussi comment la société envisage à la fois son organisation et sa pérennité ? Avant d’entrer dans le vif du sujet, et pour tenter de mieux répondre à ces questions, il convient de commencer par un bref exposé méthodologique.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540