Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Deuxième partie

IV. La diaconie

Texte intégral

1. L’office de diacre

  • 1 Distributionsbücher, vol. 3, f. 153 r° (F.S.A., F.R.G. 80, document reproduit infra, annexe II/19)
  • 2 Quitte à les récupérer ensuite. Voir à ce propos une lettre d’Eustache Du Quesnoy à [Hubert de Bap (...)
  • 3 Cf. supra, p. 56-57.

1Comme toute institution, les Églises du refuge avaient de nombreux besoins à couvrir. Le ministre, employé à temps plein dans la communauté, devait recevoir une rémunération. Il fallait de l’argent pour l’entretien matériel du temple, la célébration de la liturgie et la catéchèse, l’usage étant de donner aux enfants et aux nouveaux membres de l’Église un Nouveau Testament ou quelque livre pieux1. La prise en charge des pauvres de l’Église, enfin et surtout, coûtait cher. Une part sans nul doute importante des étrangers s’étaient vu confisquer leurs biens lorsqu’ils avaient pris le chemin de l’exil2 et, s’ils avaient emmené avec eux un petit pécule, celui-ci suffisait d’autant moins que partout l’inflation sévissait. Sitôt arrivés dans leur nouvel asile, ils se mettaient au travail, qui ouvrant boutique, qui reprenant le négoce. Mais il pouvait se faire qu’ils ne retrouvent pas immédiatement une situation et, dans une ville comme Strasbourg, le Magistrat surprit plusieurs fois des Welches à mendier dans la rue3.

  • 4 La formule est de William W. Wright (A Closer Look at House Poor Relief through the Common Chest a (...)
  • 5 Cf. Stupperich, Bruderdienst, p. 167-196. — Bernoulli, Von der reformierten Diakonie, p. 197-202.

2Dans les villes ou les territoires passés à la Réforme, le pouvoir civil avait entrepris, dès les premières années, de régler le problème des finances de l’Église. Se substituant à un clergé qui, propriétaire foncier ou mendiant, riche à l’excès ou misérable, se souciait par trop des questions d’argent, il avait sécularisé une partie des biens ecclésiastiques pour en assurer lui-même la gestion, pris en charge l’entretien des ministres qui se réclamaient de la nouvelle foi et rénové, en le centralisant, le système de bienfaisance, qui visa désormais non plus seulement l’encadrement mais également la prévention de la pauvreté4. Voulue par Luther, cette réforme avait tout autant été appelée de ses vœux par Zwingli et, de Wittenberg à Zurich comme de Nuremberg à Strasbourg, on avait vu, dans les villes acquises aux idées nouvelles, le Magistrat gérer lui-même ce qui relevait auparavant de la compétence de l’Église5.

  • 6 Bernoulli, op. cit., p. 202-208.
  • 7 Cf. Wendel, Église de Strasbourg, p. 191-192. — Bernoulli, op. cit., p. 209. Description du systèm (...)
  • 8 R.C.P., t. I, p. 7. Sur le ministère du diacre dans l’ecclésiologie de Calvin : Schuemmer, Ecclési (...)
  • 9 Kingdon, Deacons, p. 87. Bernoulli (op. cit., p. 230-238) fait la part trop belle à Calvin, oublian (...)
  • 10 Kingdon, Deacons, p. 86.

3Or, bientôt, du sein même des Églises de la Réforme, des voix s’élevèrent pour redonner au spirituel une certaine compétence dans le domaine de la bienfaisance. L’argument scripturaire était invoqué : dans l’Église primitive selon les Actes des Apôtres, la caisse des pauvres était gérée par des diacres, en toute indépendance. Un des premiers sinon le premier à avoir défendu cette idée fut l’ancien franciscain François Lambert d’Avignon, dans les années vingt6. Bucer à Strasbourg aurait voulu que les Ordonnances, finalement promulguées en 1534, reconnaissent la fonction de diacre. Mais on ne l’écouta pas et les aumônes continuèrent à être recueillies et distribuées par des fonctionnaires de la ville7. De la même façon, on le soulignera, il avait souhaité, mais en vain, que la discipline ecclésiastique soit confiée à l’Église et, ainsi, demeure indépendante du Magistrat. De son côté, Calvin parvint à faire insérer dans les Ordonnances ecclésiastiques de Genève en 1541 un article relatif au « quatrième ordre — après ceux du pasteur, du docteur et de l’ancien — de gouvernement ecclésiastique, asscavoir des dyacres » Leur charge, était-il précisé, consitait à « recevoir, dispenser et conserver les biens des povres tant aulmosnes quotidiennes, que possessions, rentes et pensions », d’un côté, et à « songner et penser les malades et administer la pitance des povres », d’autre part8. Dans la pratique, cependant, l’office de diacre n’avait d’ecclésiastique que le nom et encore parlait-on à Genève plus souvent de « procureurs » ou d’« hospitalliers » que de diacres. Calvin et ses collègues n’ont pas pu ou n’ont pas voulu s’occuper eux-mêmes du diaconat, lequel, comme l’a montré une étude récente9, était véritablement une « institution laïque ». C’est ainsi que les ministres n’ont pratiquement jamais été consultés pour le choix des procureurs et des hospitalliers. Les Ordonnances ecclésiastiques prévoyaient pourtant explicitement qu’ils le fussent10.

  • 11 Cf. supra, p. 471-472. Voir aussi le texte cité infra, p. 519.

4Ainsi, ni à Strasbourg, ni à Genève n’a pu se mettre en place une véritable diaconie, c'est-à-dire un service des pauvres propre à l’Église. Ce furent les communautés du refuge, dont le statut était différent, même si toutes, ou presque, étaient reconnues par le pouvoir civil, qui réalisèrent les idéaux de Bucer et de Calvin en cette matière. Elles gérèrent elles-mêmes, en effet, leurs aumônes et plusieurs d’entre elles prirent en charge la rétribution de leur ministre11.

  • 12 Op. Calv., t. X, col. 274, no 148.
  • 13 Op. Calv., t. XI, col. 130-131, no 261.
  • 14 Cf. supra, p. 448-449. Von Allmen (Saint Ministère, p. 189-190) cite plusieurs cas où, selon lui, (...)

5Le cas de l’Église française de Strasbourg, encore une fois, est le plus complexe. Dès la fondation de l’ecclesiola, un système de collectes avait été mis au point : Calvin mentionne la chose dans une lettre à Farel, le 24 octobre 153812. Mais comme le révèle une autre de ses lettres, écrite le 14 décembre 1540, la caisse des pauvres de l’Église était souvent vide. Le ministre s’étant absenté à Worms, son diacre, Nicolas Parent, lui écrivit à ce propos : « Au sujet des pauvres, lui répondit le ministre, je ne suis pas peu perplexe en réfléchissant au moyen de leur apporter du secours. Je n’ai jamais pu obtenir que des fonds soient envoyés de France. Jean Sturm a la seconde clé chez lui. Vous trouverez dans la caisse au moins de quoi parer à la nécessité présente, en attendant mon retour13. » A lire les recommandations de Calvin à son adjoint, il ne fait pas de doute qu’à cette date les diacres n’étaient pas encore institués. Des membres de l’Église étaient peut-être chargés de la collecte des aumônes, mais ils n’avaient pas la clé, donc la responsabilité, de la caisse. Même Nicolas Parent n’en disposait pas. Ce privilège revenait au ministre ainsi qu’à Jean Sturm, le recteur de l’École. Les « diacres » mentionnés dans la correspondance, Claude Féray et Nicolas Parent, étaient en réalité des vicaires ou « aides » du ministre. Leur office n’avait rien de commun avec celui des diacres du quatrième ordre de gouvernement ecclésiastique, dont les Ordonnances ecclésiastiques de Genève allaient, en 1541, fixer les traits principaux14.

  • 15 Honders, Liturgia sacra, p. 230.
  • 16 A.M.S., A.S.T. 42, no 51, phot. p. 332-333 (1er octobre 1550). Sur l’affaire Lucas De Metz, à l’oc (...)

6Cependant, Valérand Poullain, présentant dans sa Liturgia sacra l’« ordre des ministres » de l’Église française de Strasbourg, fit état, en 1551, de ce qu’on trouvait dans cette Église « quatre diacres, chargés de présider aux aumônes et de donner les premiers soins aux pauvres et aux infirmes »15. L’hypothèse venant le plus facilement à l’esprit est que Calvin a institué la diaconie à son retour de Worms, au début de 1541. Mais il n’est même pas établi que la paternité de cette institution de l’Église française de Strasbourg lui revient. La plus ancienne mention aux diacres dans les textes date en effet de 1550. Une enquête du Magistrat, dont nous avons conservé le procès-verbal, indique qu’alors l’Église française comptait trois « dépenseurs d’aumônes » (expenditores des allmusen), dit aussi « mandatés » (geordneten), qui possédaient chacun « au nom de l’Église » (von der gemein wegen) une clé de la caisse des pauvres. Les anciens disposaient aussi d’une clé et « chaque trimestre » (alle fronfasten) les uns et les autres rendaient leurs comptes devant l’Église16.

  • 17 Honders, Liturgia sacra, p. 230. Cf. aussi ibid., p. 60-62.

7L’incertitude demeure donc sur la date de fondation de la diaconie. Mais revenons au témoignage de Poullain. Les diacres, rapportait-il, étaient proposés à l’élection, non par le ministre, mais par la communauté. Leur élection devait se faire avec autant de sérieux que celle des anciens. Deux ou au moins un d’entre eux devaient être des anciens. Leur charge était annuelle. Deux fois par an, il leur était demandé de rendre compte de leur gestion devant « toute l’Église ». Un cinquième diacre, choisi cette fois par le ministre, avec cependant un droit de veto de la communauté, était chargé du « ministère des sacrements », entendons du travail du sacristain17.

  • 18 Voir les extraits du Register einer nebenstüre [für frembde armen so nit von gemein almusen verseh (...)

8La caisse des pauvres de l’Église française était en principe totalement indépendante de celle de la ville. A Strasbourg, l’almosenordnung de 1523, en même temps qu’elle interdisait la mendicité, avait entièrement réorganisé le système de bienfaisance publique, dont elle confia la responsabilité à quatre curateurs (oberp fleger), choisis au sein du Magistrat, et à neuf curateurs adjoints (kirchspilpfleger), un par paroisse. Par ailleurs, une administration permanente fut mise en place, dirigée par un intendant (schaffner), qu’assistaient des servants (knechte). Les bénéficiaires de l’aide publique étaient les bourgeois et les habitants nécessiteux de la ville. Très explicitement, l’almosenordnung en avait exclu les étrangers, que seule la générosité privée prenait en charge. Effectivement, avant et même après la création de la caisse des pauvres de l’Église française, les étrangers pauvres, nombreux par moments, notamment en 1529-1530 et en 1544, ont reçu d’importants secours de la part des particuliers strasbourgeois. La ville, elle, hébergea tout au plus parfois des femmes enceintes sur le point d’accoucher ou donna à des étrangers dans le besoin des aides temporaires. Très significative à cet égard est l’institution, par l’intendant Lukas Hackfurt, d’une « caisse spéciale » (nebenstüre) pour les étrangers exclus de l’assistance publique : alimentée par les dons privés, — Bucer figurait parmi les donateurs, — elle fonctionna de 1530 à 155118.

  • 19 A.M.S., XXI, 33, f. 421 v°-422 r° (21 octobre 1555).

9A une date qui n’est pas connue, il fut décidé de confier la gestion des aumônes de l’Église française à l’administration municipale, mais, le 6 octobre 1555, les curateurs expliquèrent au Magistrat qu’il y avait trop de pauvres parmi les étrangers et qu’il leur était difficile de vérifier si l’Église française remboursait effectivement les sommes dépensées pour subvenir à leurs besoins. A dater de ce jour, la caisse des pauvres de l’Église française retrouva une gestion séparée. Le Magistrat décida cependant que, par exception, les étrangers établis « depuis quelques années » à Strasbourg pourraient toujours être secourus par la ville en cas de maladie ou de vieillesse19.

  • 20 A.M.S., Il 84b 27, f. 3 v°-4 r° (document reproduit infra, annexe II/6) Sur ce texte : supra, p. 4 (...)

10En attendant, les diacres continuaient leur travail, parfois critiqués, nous y reviendrons. Dans un document qu’il remit au Magistrat le 7 octobre20, deux semaines avant l’intervention des curateurs des aumônes, le surintendant Marbach proposa que la supervision de la collecte des aumônes et la gestion de la caisse des pauvres de l’Église soient assumées par les anciens, le rôle des « mandatés » (geordneten) ou diacres étant de distribuer les aumônes aux pauvres. La caisse ne devait plus être ouverte, selon lui, en dehors de leur présence ; ils devaient s’assurer que toutes les entrées et les sorties étaient dûment enregistrées ; c’était devant eux et les Kirchenpfleger de l’Église française que les diacres devaient rendre compte de leurs dépenses.

  • 21 Cf. infra, p. 527.

11Est-ce ainsi que l’on procéda à l’Église française ? Les propositions de Marbach relatives à l’élection des anciens, qui figuraient dans le même rapport, furent, elles, appliquées, nous l’avons vu. On se souviendra qu’à l’Église française, s’il faut en croire Poullain, un ou deux diacres étaient en même temps des anciens. Marbach a peut-être voulu préciser les tâches respectives des uns et des autres, en un temps où les pauvres étaient, comme il disait, « assez nombreux à l’Église française » et le travail de collecte et de distribution des aumônes de ce fait considérable. Nous savons en tout cas qu’en 1559, un ancien, Didier De Nays, s’occupait des aumônes21.

  • 22 A.M.S., II 84b 32, f. 5 r° et v°.
  • 23 A.M.S., II 84b 51, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/10).

12Cette même année 1559, dans son Iudicium de instauranda ecclesia gallicana, Marbach rappela ce qu’était selon lui la tâche de l’ancien dans le domaine de la bienfaisance22. Ceci pourrait être le signe que la réforme qu’il proposait en 1555 n’était pas ou pas suffisamment appliquée. La dernière information que nous possédons sur la caisse des pauvres de l’Église française de Strasbourg est, elle, entièrement positive. Elle figure dans la lettre envoyée par les anciens et les diacres de l’Église quelques jours après la fermeture de celle-ci, le 25 août 1563 : « Plusieurs de vos citoyens et habitanz, oultre beaucoup de pauvres estrangers passant, sont nourrys et aydez des aumosnes publiques de ceste église et principallement en leurs maladies23. » Nous avons là, certes, un plaidoyer pro domo, mais cela ne doit pas empêcher de penser qu’une diaconie fonctionnait, plus ou moins bien, à l’Église française de Strasbourg au milieu du XVIe siècle.

  • 24 Distributionsbücher, vol. 1-95 (F.S.A., F.R.G. 78-146).
  • 25 Distributionsbücher, vol. 3, f. 2 r° (F.8.A., F.R.G. 80).

13La diaconie de l’Église française de Francfort est de toutes la mieux connue, car les comptes de cette Église ont été conservés de 1554 à... 185524. C’est à la date du 19 novembre 1554 que s’ouvre le premier registre. « Cy commenche, y lit-on25, le livre des diacres de l’esglyze franchois du présent de Franckfoort, asscavoir Symon Juda, Simon Le Fèbvre, Franchois Le Clerq, Alixandre Hiet, Henri Bellevault, Franchois Lengrand, Jorge Malebrancque. Lequel livre contient tous les receptes et distribussions des aumosnes tant d’argent que d’aultre chozes, duquel ont la charge les diacres susdicts, laquelle charge leur est donnée par le consentement et élection de ladite esglyze, à telle charge que suyvant leur vocation ils les distribueront fidellement, par charité aux soufferetteux et indigens, sans faveur n’acception de personne, ains usant de la discrétion enseignée par l’apostre qui est d’avoir soing de tous mais principalement des domesticques de la foy. Et en doibvent les dicts diacres rendre compte de trois mois en 3 mois en la présence de l’esglize ou quand ilz en seront requis par la discipline. »

  • 26 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 115 (document reproduit infra, annexe II/18).
  • 27 Honders, Liturgia sacra, p. 230.
  • 28 Distributionsbücher, vol. I, f. 93 r° F.S.A., F.R.G. 178).
  • 29 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 115.

14Selon l’Ordo ecclesiae gallicanae, quae est Francofordiae ad Menam, un document que l’on peut dater des premiers mois de 1555, les diacres de l’Église française de Francfort étaient au nombre de huit, un de plus qu’en novembre 1554 selon le livre des comptes des diacres26. C’est le chiffre que donnent la Liturgia sacra de Poullain, dans son édition francfortoise de 155527, et une liste de diacres du 19 juin 155828. Leur charge était, selon l’Ordo, de préparer la table du Seigneur pour la Cène, d’y mettre le pain et d’y verser le vin. Ils avaient, d’autre part, à rassembler les aumônes et à distribuer aux pauvres le nécessaire, en leur rendant visite toutes les semaines ou toutes les deux semaines29.

15D’après la déclaration qui figure en tête du premier registre, les diacres devaient rendre leurs comptes tous les trois mois. En fait, si l’on en juge d’après les registres eux-mêmes, la reddition des comptes ne s’est faite régulièrement, à raison de trois fois par an environ, que pendant trois ans, de 1556 à 1558. Les autres années, elle était en gros annuelle et encore y a-t-il eu une période creuse, de novembre 1558 à mars 1560, en raison de la querelle entre les ministres Houbraque et Perrussel.

  • 30 Cf. supra, p. 387.

16La fermeture de l’Église française de Francfort en avril 1561 par le Magistrat n’a pas mis fin aux activités de la diaconie30. Après cette date, les diacres ont continué à rendre leurs comptes, non plus devant le ministre et les anciens, bien sûr, mais devant des personnes, au nombre de dix en général, dont on ignore la qualité.

  • 31 Cf. supra, p. 324.
  • 32 Cf. supra, p. 357.
  • 33 Brieff discours, p. 98.

17Une diaconie exista également à l’Église anglaise de Francfort. De deux en 155531, le nombre des diacres passa dans cette Église à quatre en 155732. Ils devaient, précisait un document de cette époque33, être riches pour éviter les risques de malversation.

  • 34 Cf. supra, p. 430, note 5.
  • 35 Brieff discours, p. 120, art. 20.
  • 36 Ibid., p. 124, art. 32.
  • 37 Ibid., p. 122, art. 27.

18Assurer une gestion de la caisse des pauvres de l’Église honnête et satisfaisante pour tous était un des soucis les plus vifs des rédacteurs de la New Discipline de 1557 qui ne consacrèrent à cette question pas moins de dix-huit articles, sur les soixante-treize que comportait le document. Dans la même ligne, ils firent des « bonnes œuvres », c’est-à-dire de la charité aux pauvres, une des notes de l’Église, contrairement à l’usage34. Les Anglais de Francfort réglèrent tout minutieusement, depuis la reddition des comptes, qui devait s’effectuer le dernier de chaque mois35, jusqu’au soin des malades, que l’on allait confier, « avec l’accord de leurs maris », à quelques femmes « graves et honnêtes »36. Si la caisse des pauvres venait à être vide, la Discipline prévoyait que les membres les plus riches de la communauté la renfloueraient à la demande de l’Église37.

  • 38 Dathenus au Consistoire d’Emden, 21 mai 1557 (Ruys, Petrus Dathenus, p. 25).
  • 39 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 95.
  • 40 Erzehlung, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 165.

19Une diaconie existait aussi à l’Église flamande de Francfort38. Lorsque des marchands étrangers, venus à Francfort pour la foire, fréquentaient les assemblées, on ne manquait pas de faire appel à leur générosité. Les ministres luthériens tirèrent parti de la chose dans la polémique : selon eux, Pierre Dathenus et les anciens « utilisaient le sermon et la Cène à des fins profanes », ils faisaient « d’un lieu saint une place de commerce »39. Répliquant, Dathenus ne nia pas que les marchands étrangers aient été ainsi sollicités lors des cultes. Ce qu’il trouvait calomnieux, c’était de jeter la suspicion sur la piété des Cènes célébrées à l’Église flamande40.

  • 41 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

20L’Église française de Wesel avait également une caisse des pauvres, mais, pour la gestion de celle-ci, elle ne faisait pas de différence, sous le ministère de François Perrussel en tout cas, entre l’office de l’ancien et celui de diacre. Selon l’Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione de Perrussel, en effet, en 1554, c’était indistinctement « pour s’occuper des soins aux pauvres et regarder aux mœurs » que « six hommes » avaient été élus41.

  • 42 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6.
  • 43 A.H.R., E 2088.

21A l’Église française du val de Liepvre enfin, comme le rapportait la chronique de Claude Rouget, Pierre Marbœuf, conseillé par les ministres de Riquewihr, « ordonna des Diacres pour recueillir les aumosnes du peuple, et les distribuer aux pauvres malades »42. Erb mentionnait l’existence de ces diacres dans la lettre qu’il adressa au seigneur de Ribeaupierre, le 11 juillet 156143.

2. Les ressources des Églises du refuge

  • 44 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 83.
  • 45 Brieff discours, p. 175.

22Les Églises avaient des ressources. Collectes du dimanche, legs ou dons occasionnels des fidèles, telle rente ou telle dîme, générosité de bienfaiteurs extérieurs, aide des autres Églises, les provenances de ces ressources étaient les plus diverses. On n’entreprendra pas ici l’examen approfondi des comptes de la diaconie de l’Église française de Francfort qui pourraient, à eux seuls, faire l’objet d’une monographie. Une telle étude permettrait sans doute de pondérer les différentes catégories de revenus de cette diaconie. Il importe seulement pour notre propos de savoir à quels personnages et à quelles institutions les Églises étaient redevables de l’existence, chez elles, d’une caisse des pauvres. Nous avons là-dessus plusieurs indications, y compris dans les Églises dont les comptes n’ont pas été conservés. On verra que bien souvent les liens d’influence et d’amitié se doublaient de relations d’argent. Les documents consultés font apparaître, d’autre part, que les caisses des Églises étaient en général plutôt bien remplies, même si, de temps à autre, les ministres se plaignaient du contraire. Ce ne sont pas les réfugiés de Francfort qui étaient les moins bien lotis. On ne peut, en effet, négliger, malgré leur caractère évidemment tendancieux, les déclarations de leurs adversaires sur la richesse de leurs Églises, qu’il s’agisse des ministres luthériens de la ville en 1557, à propos des trois Églises44, ou des amis de Horne et de Chambers la même année, à propos de la seule Église anglaise45.

  • 46 A.M.S., II 84b 21B, f. 3 v° (10 mai 1555).
  • 47 Honders, Liturgia sacra, p. 60, 62.

23Les fidèles fournissaient à l’Église la base de ses ressources. Chaque dimanche, les diacres collectaient les aumônes au temple. Il fallait une crise grave, comme celle que provoqua l’installation forcée du ministre Pierre Boquin à l’Église française de Strasbourg en 1555, pour qu’ils s’en abstinssent46. Dans cette Église, pendant le culte, les diacres promenaient « devant les yeux de chacun une petite bourse pendue à un long bâton » et pour ceux qui, « retenus par leurs prières » (sic), avaient laissé passer l’occasion, ils faisaient, en supplément, la quête aux portes du temple, à la fin de la cérémonie. C’est du reste ce que se contentaient de faire les diacres de l’Église française de Francfort47.

  • 48 Distributionsbücher, vol. 1, f. 12 r° (F.S.A., F.R.G. 78). Cf. supra, p. 471.

24Aux aumônes collectées le dimanche, s’ajoutaient les sommes remises en privé au diacre, parfois avec demande d’anonymat, et l’argent versé dans le tronc : du 9 mai au 15 juillet 1557, pour ne prendre que cet exemple, ce furent ainsi 11 livres francfortoises et 2 shillings qui arrivèrent à la diaconie de l’Église française de Francfort, près de trois fois ce que l’on donnait à un ministre pour ses gages pendant un trimestre48.

  • 49 Cf. supra, p. 473.
  • 50 Denis, Correspondance, p. 238.

25L’Église française du val de Liepvre bénéficiait, quant à elle, de la grande et sans doute aussi de la petite dîme attachées à l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Sur l’Hâte49. L’Église française de Strasbourg aurait-elle perçu, elle aussi, une petite dîme ? C’est ce que semble indiquer un passage, au demeurant fort peu explicite, d’une lettre d’Eustache Du Quesnoy, ce médecin lillois alors établi à Heidelberg, que l’on retrouve plus tard à Francfort, à Hubert de Bapasme, un autre Lillois, réfugié à Strasbourg, le 29 mai 154750 : « Quant à noz pois, faictes en ce qui sera le plus expédient pour les pauvres de l’Église franchoise [...]. Si vous trouviez conseil d’en vendre quelque partie, donnez l’argent aulxdits pauvres à votre discrétion. »

26Mais les ressources internes des Églises ne suffisaient pas. Sans un financement extérieur, plus occasionnel que régulier assurément, il apparaît que tous les besoins des diaconies n’auraient jamais pu être couverts.

  • 51 Lettre citée supra, p. 515.
  • 52 2.000 couronnes (ou écus) valaient alors approximativement 2.500 florins rhénans de compte ou enco (...)
  • 53 Op. Calv., t. XV, col. 826, no 2326.
  • 54 Op. Calv., t. XXI, col. 172, no 700, cité par Meylan, Calvin et, les hommes d’affaires, p. 166. L’ (...)

27Calvin avait essayé — en vain, nous l’avons vu — de faire venir des fonds « de France », alors qu’il était ministre de l’Église française de Strasbourg51. A Genève, il s’en souvint et par deux fois au moins, il fit envoyer à son ancienne communauté une part des dons qui lui parvenaient désormais. Quant, en 1545, le Hennuyer David de Busanton lui déclara, sur son lit de mort, vouloir léguer 2000 couronnes à l’Église de Genève, qui l’avait accueilli, dans l’exil52, Calvin le persuada d’en destiner 800 à l’Église française de Strasbourg, « pour soulager la misère des réfugiés », comme il l’expliqua plus tard à un correspondant53. Jacques de Bourgogne, le seigneur de Falais, établi depuis quelques années à Strasbourg, fut désigné par Busanton, dont il était le compatriote et l’ami, comme légataire universel de cette partie de sa fortune qui allait aux réfugiés strasbourgeois. L’année suivante, Calvin, qui trouvait regrettable que cet argent demeurât « comme oisif », n’étant pas dépensé immédiatement, suggéra à Falais, avec qui il était alors fort lié, d’en « bailler par telle forme de prest quelque portion » à Antoine Maillet, un marchand genevois en séjour à Strasbourg. A condition bien sûr de lui « assigner terme pour ne pas faire languir les paovres »54.

  • 55 Cf. à leur propos : Chavannes, Liste de réfugiés français à Lausanne, p. 463-478.
  • 56 Calvin à Farel, Genève, 31 décembre 1553 (Op. Calv., t. XIV, col. 723-724, no 1885).
  • 57 Op. Calv., t. XV, col. 12, no 1899.
  • 58 Voir à ce sujet H. Grandjean, La bourse française de Genève (1550-1840), dans Étrennes genevoises,(...)

28A la fin de l’année 1553, d’autre part, « quelques hommes de bien » firent parvenir à Calvin de l’argent à l’intention des « réfugiés ou exilés ». Qu’allait faire le ministre de Genève ? Il donna la moitié — 25 pièces d’or — à Viret pour les réfugiés français de Lausanne55 et le reste à Farel pour ceux de Neuchâtel. Mais comme, dans cette ville, les réfugiés étaient « jusqu’à présent peu nombreux », il recommanda au Dauphinois de transmettre l’éventuel surplus à l’Église française de Strasbourg56. C’est ce que Farel se déclara prêt à faire, dans sa lettre à Calvin du 20 janvier 155457. On notera que celui-ci n’avait rien laissé pour les réfugiés, français et italiens surtout, de Genève. Sans doute étaient-ils alors suffisamment pourvus58.

  • 59 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 432.
  • 60 Distributionsbücher, vol. 3, f. 13 r° (F.S.A., F.R.G. 180).

29L’Église d’Anvers, qui comptait parmi ses membres beaucoup de marchands, savait aussi à l’occasion se montrer généreuse. Nous en avons deux témoignages. Le premier est de Perrussel, alors ministre de l’Église française de Wesel. Le 28 novembre 1556, alors que, sommé par le Magistrat de Wesel de signer la Confession d’Augsbourg invariata, il s’apprêtait à quitter la ville avec plusieurs fidèles de son Église, l’ancien franciscain répondit en ces termes aux frères d’Anvers qui proposaient une aide financière à son Église : « Or, m’aviés vous mander qu’esties sur le point d’envoyer aumosnes ycy, mais je seray plus tost d’advis que les gardies iusque au temps de ce transport et que ce pendant vous esmouviez des cueur de toute pars pour les augmenter et pour lors ayder audict transport, lequel sera mout difficile, car je ne voy point icy 10 mesnages de 40 ou 50 qu’il ne fauldra tout deffrayer59. » On sait par ailleurs qu’en avril de la même année, l’Église d’Anvers fit parvenir à la diaconie de l’Église française de Francfort 150 florins des Flandres, une somme pour le moins non négligeable60.

  • 61 Cf. supra, p. 84.
  • 62 Cf. supra, p. 354-355.
  • 63 Distributionsbücher, vol. 1, f. 12 v°-13 r°, 18 juin-10 juillet 1557 (F.S.A., F.R.G. 78).

30Au nombre des bailleurs de fonds, figuraient également quelques-uns des princes protestants de l’Empire. Le duc Christophe de Wurtemberg se signala ainsi, à la fin de l’année 1554, par l’expédition d’une somme de 200 livres aux Anglais de Strasbourg61. En juin 1557, ému par la situation des réfugiés de Francfort, dont il avait été question au « Convent » tenu dans cette ville62, il fit un don de 18 ducats crussarts à la diaconie de l’Église française. Le landgrave Philippe de Hesse ne se montra pas moins généreux, puisqu’il envoya au même moment aux Français des sommes dont le total s’éleva à 94 thalers. L’Électeur palatin Otto-Henri contribua lui aussi à soulager la misère des pauvres réfugiés français63.

  • 64 Brieff discours, p. 182.

31Les étrangers ne dédaignaient pas les aides de ce genre et, à l’Église anglaise de Francfort, ils trouvèrent même, en la personne de Richard Chambers, — un ancien qui, disait-on, voyageait beaucoup, — un spécialiste de la collecte des fonds auprès des amis fortunés du refuge64.

3. Bruits de malversation

32Comme l’exercice de la discipline ecclésiastique, la gestion de la caisse des pauvres a représenté un des enjeux les plus considérables de la vie des Églises du refuge. Aussi bien les diacres n’ont-ils pas été davantage épargnés que les ministres et les anciens par les critiques, au sujet de la manière dont ils exerçaient leurs fonctions. Dans la période choisie par cette étude, une demi-douzaine de conflits importants ont ainsi éclaté à propos de la distribution des aumônes, à l’Église française de Strasbourg et aux Églises française et anglaise de Francfort.

  • 65 A.M.S., A.S.T. 42, no 51, phot. p. 332-334. Cf. A.M.S., XXI, 28, f. 435 v  et 436 v° (20 octobre 1 (...)

33Le diacre Lucas De Metz était indigné. Ses collègues, les autres diacres, et les anciens « y allaient malhonnêtement (unredlich) avec les aumônes » : aux uns ils donnaient des florins et des couronnes, aux autres des deniers. Il en avait la conviction, « on ne distribue pas équitablement » (Teill mans nit glaich uss). Aussi avait-il fait opposition, quand le responsable des aumônes avait donné à un assisté six couronnes d’un seul coup, au risque de mettre en difficulté toute la caisse des pauvres. A l’inverse, il s’était étonné qu’ils aient refusé l’aumône à un homme qui avait épousé une divorcée. Lucas De Metz parla de ces choses autour de lui. Comme il n’arrivait pas à se faire entendre par les anciens et par les autres diacres, il alla trouver l’ammeister, le plus haut fonctionnaire de la ville, et, le 1er octobre 1550, il fut entendu, en même temps que les autres responsables des aumônes, par des commissaires du Magistrat65.

  • 66 Voir leur supplique (A.M.S., II 84b 1), où est raconté l’incident.

34Mais le Consistoire trouva mauvais qu’un diacre se soit adressé à la plus haute autorité de la ville, sans respecter la discipline. En conséquence, il destitua Lucas De Metz de ses fonctions et, le dimanche 12 octobre, le ministre Jean Garnier fit une déclaration au prêche à ce sujet. C’est alors que Lucas De Metz, se levant, commença à contredire violemment les affirmations du ministre. Il n’eut, cependant, que le temps de dire : « Ne le croyez pas, je vais vous expliquer les choses autrement », et déjà les autres lui imposaient le silence. L’incident, néanmoins, avait ému et, le 20 octobre, ce furent les anciens et les diacres qui adressèrent une plainte au Magistrat66.

  • 67 A.M.S., XXI, 28, f. 448 v  (3 novembre 1550).
  • 68 A.M.S., XXI, 28, f. 484 r°-485 r° (29 novembre 1550).
  • 69 Cf. supra, p. 89-101.

35Celui-ci ordonna aussitôt une enquête approfondie. Les semaines qui suivirent, vingt-huit personnes furent interrogées par les kirchenpfleger de l’Église française67. Le 29 novembre 1550, le Magistrat prononça un jugement de Salomon : Jean Garnier n’aurait pas dû attaquer en public Lucas De Metz et celui-ci n’avait pas à contredire son ministre comme il l’avait fait. Il ne prenait aucune sanction mais il enjoignait aux deux parties de se réconcilier sur-le-champ68. La sentence ne touchait pas au problème de fond, la gestion des aumônes. Celui-ci devait resurgir lors de l’affaire Garnier, qui perturba l’Église française de Strasbourg pendant près de trois ans, jusqu’à sa conclusion en avril 155569.

  • 70 Saint-Marc, c’est-à-dire l’Aumône Générale (gemeine almusen). La caisse des pauvres de l’Église fr (...)
  • 71 A.M.S., II 84b 6A, f. 6 r°(1er février 1554).
  • 72 A.M.S., II 84b 19, f. 1 v° (document reproduit infra, annexe II/3).
  • 73 A.M.S., II 84b 6A, f. 1 v° (1er février 1554). Sur Nicolas Le Tapissier : supra, p. 135-136.
  • 74 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 r° et v° (1er février 1554). Cf. supra, p. 468.
  • 75 Cf. supra, p. 517-518.

36Un des griefs des adversaires du ministre concernait précisément la gestion de la caisse des pauvres. Écoutons Thibaut Leschevin, un des « cinq » : « Il en a pris à part quelques-uns, en leur disant qu’il ferait en sorte que leur pension à Saint-Marc soit réduite s’ils n’allaient pas de son côté70. » « Au sujet de diverses sommes confiées à l’Église, ajoutait Leschevin, beaucoup sont irrités parce qu’ils ne savent pas si l’argent a été distribué71. » Et Jean Lesplinguel : « Il n’a esté content des gaiges de messieurs mais il a eu 26 dalars [thalers] qu’il a prins l’espace de 2 ou 3 ans en la bourse des pauvres72. » Jean Du Chemin accusa, quant à lui, le ministre d’avoir prêté à un taux usuraire 200 ou 300 couronnes à Nicolas Le Tapissier73. Ce dernier point fit l’objet d’un démenti : Garnier, en arrivant à Strasbourg, ne possédait que 25 ducats, vite dépensés74. Comment aurait-il pu prêter de l’argent ? Des autres sujets, il ne parlait pas dans la réponse qu’il fit à ses adversaires en présence des commissaires du Magistrat. On ne sait trop ce qui s’est passé réellement. Il apparaît en tout cas que l’honnêteté du ministre n’était pas évidente aux yeux de tous dans son Église. Le fait qu’en octobre 1555, le surintendant Marbach ait proposé une réforme de la diaconie de l’Église française75 semble indiquer, par ailleurs, que celle-ci ne fonctionnait pas à la satisfaction générale.

37En 1559, l’Église étant à présent déchirée par un affrontement entre le ministre Pierre Alexandre et les anciens, ce fut Alexandre qui mit en cause la manière dont la caisse des pauvres était administrée. Le dimanche 21 août, il déclara en chaire que, si rien ne marchait « depuis vingt ans », c’était parce que les responsables des aumônes ne rendaient pas leurs comptes. Comme naguère Lucas De Metz, il trouvait que « les aumônes ne sont pas distribuées avec justice ». Un jour, 400 couronnes avaient été données à l’Église et cette rentrée n’avait été enregistrée nulle part.

  • 76 A.M.S., V 5, no 2, f. 1 r°. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 392 r° (4 septembre 1559).

38Dans une supplique envoyée au Magistrat, l’ancien Didier De Nays s’éleva vigoureusement contre ces accusations. Jamais ils n’avaient reçu cette somme de 400 couronnes : depuis dix ans qu’il connaissait l’Église française, personne n’avait donné en une seule fois ne serait-ce que 50 couronnes et, à plus forte raison, 100 ou 400 couronnes. « La vérité est que les comptes ont été tenus souvent (zum offter mal) en présence du ministre, des diacres, des anciens et de tous ceux qui ont le pouvoir d’être là76. »

  • 77 A.M.S., XXI, f. 392 r°.

39Alexandre et De Nays furent entendus au Magistrat, le 4 septembre 1559, sur cette affaire77. A vrai dire, bien d’autres problèmes de l’Église française furent débattus ce jour-là. Alexandre fut bientôt déposé et l’on en resta là. Houbraque, son successeur, a dû reprendre les choses en main, car on n’eut plus écho dans les années qui suivirent de contestations au sujet de la distribution des aumônes.

  • 78 Op. Calv., t. XVI, col. 292, n  2537, art. 17, et col. 297, n  2538, même article. — Gegenbericht,(...)

40A l’Église française de Francfort, les ministres et les anciens n’étaient pas davantage à l’abri de tout soupçon. Un des points sur lesquels la commission d’arbitrage, réunie les 20 et 21 septembre 1556 pour mettre fin au conflit opposant Augustin Le Grand à Valérand Poullain, donna raison au marchand brugeois concernait justement les questions d’argent. Le ministre servait à l’occasion d’intermédiaire entre des propriétaires de maison à Francfort et des membres de son Église à la recherche d’un logement : par deux fois, on le surprit à réclamer aux locataires plus d’argent - 12 florins au lieu de 10 par exemple — qu’il n’en remettait aux propriétaires. Or, au même moment, il reprochait à Augustin Le Grand d’avoir loué pour deux ménages une maison qui ne pouvait, selon son propriétaire, n’en recevoir qu’un, une accusation totalement dépourvue de fondement, selon Le Grand. Mais revenons à l’affaire des deux maisons. Les arbitres déclarèrent dans leur sentence que l’intention de fraude n’était pas totalement établie chez Valérand Poullain. Cependant, il n’était pas « indemne de toute faute » (immunis a culpa). Ce jugement parvint aux oreilles des ministres luthériens, qui ne se firent pas faute de publier que Poullain s’était occupé « malhonnêtement » (untrewlich) des aumônes de l’Église78.

  • 79 Op. Calv., t. XVI, col. 298, no 2538, art. 25.

41Poullain n’était pas plus scrupuleux dans les questions de testament. Son collègue, Richard Vauville, étant sur le point de mourir, il lui avait rédigé un testament, sans témoin, pas même les domestiques. Ceci déjà n’était pas très correct. Mais quand les tuteurs des enfants de Vauville furent désignés, il refusa de leur transmettre les parts de l’héritage qu’il détenait, en prétextant diverses choses. En septembre 1556, onze mois après le décès, il n’avait toujours pas rendu une somme de 40 thalers appartenant aux heritiers. Ces faits ne manquèrent pas d’engendrer « murmures et scandales ». Quant au testament de la demoiselle de Méricourt, il fut, lui, falsifié. Cette personne avait tout légué, huit jours avant sa mort elle le répétait encore, à un certain Étienne Mignot et à sa femme. Or, le document, gratté en un endroit, faisait état d’un legs, au contenu d’ailleurs mal défini, fait aux pauvres de l’Église. Valérand Poullain n’avait pas, selon la commission d’arbitrage, dirigé l’opération, mais sa responsabilité était engagée79.

  • 80 Cf. supra, p. 347.

42Cette affaire de malversations eut des suites, car, après la démission de Valérand Poullain, les anciens, qui le soutenaient, intriguèrent pour démettre de leur charge les diacres de l’Église. Leur faute était-elle d’avoir un peu trop parlé des méthodes de travail de leur ancien ministre ? Cependant, Houbraque, l’autre ministre, maintint les diacres dans leur charge et, après divers incidents, ce furent les anciens qui démissionnèrent, comme Poullain80.

  • 81 Brieff discours, p. 83. Cf. supra, p. 356-358, et Garrett, Marian Exiles, p. 113.

43A l’Église anglaise de Francfort, c’était une difficulté d’une toute autre nature que rencontra la diaconie. L’ancien Richard Chambers était passé maître dans l’art de collecter des fonds dans toute l’Europe, nous l’avons vu. Mais, en février 1557, par une sorte de coup d’État, la « congrégation » le démit de ses fonctions, en même temps que le ministre Horne. A Chambers, on reprochait, entre autres choses, de ne rendre compte à personne de sa gestion. Il tirait argument de ce que les diacres étaient pauvres, donc peu sûrs, pour ne leur confier aucune responsabilité81.

  • 82 Cf. supra, p. 520.
  • 83 Brieff discours, p. 182-184.

44La nouvelle Discipline, adoptée en mars, devait permettre un meilleur fonctionnement de la diaconie. Cette question faisait par conséquent l’objet d’un assez long développement dans le document82. Mais immédiatement un grave problème se posa : comment remplir la caisse ? Seul Chambers savait à qui s’adresser pour recevoir des dons importants et il n’avait jamais voulu communiquer à personne sa liste d’adresses. Ce n’était pas maintenant qu’il allait s’y résoudre. Circonstance aggravante, il faisait courir le bruit que l’Église anglaise de Francfort était riche et qu’elle n’avait pas besoin d’aumônes. Un vrai scandale ! Quand Chambers se fut rendu à Strasbourg, les nouveaux responsables de l’Église le supplièrent, dans une lettre, de revenir sur sa décision de ne transmettre aucune information. Il leur répondit, le 30 juin 155783, que, lorsqu’on lui avait confié la charge de collecter les aumônes, on ne lui avait pas demandé de tenir des comptes. A l’heure présente, il ne rendrait compte des « recettes, payements et restes » et des « opérations » (dealings) que devant une personne « ayant autorité pour le lui demander ». Eux n’étaient rien pour lui. Il regrettait.

  • 84 Ibid., p. 174-182.

45Le 25 juillet 1557, un des réfugiés, Edmund Sutton, envoya une longue lettre circulaire à « tous ceux qui portent une insigne révérence à l’éternel Testament de Jésus-Christ », entendons : à d’éventuels donateurs84. Cette missive était destinée à rétablir la vérité, obscurcie par les calomnies, sur l’Église anglaise de Francfort. Le comportement de Richard Chambers était dûment stigmatisé et, surtout, il était fait état de la « pauvreté qui augmente continuellement » dans la colonie. Certains étudiants, couverts de dettes, étaient particulièrement à plaindre.

46On aimerait connaître la suite de cette histoire, mais les documents font défaut. De toute manière, les réfugiés de Francfort allaient bientôt rentrer chez eux, en Angleterre, à l’avènement d’Élisabeth. Ils devaient, là, engager d’autres combats.

4. Le service des pauvres

47Que les Églises du refuge aient eu une diaconie indépendante, la chose est bien établie, même pour l’Église française de Strasbourg. Ce que ni Bucer à Strasbourg, ni Calvin à Genève ne purent obtenir à l’échelle d’une ville devint pour eux une réalité, dans la colonie d’étrangers. Des diacres furent institues à Strasbourg, à Francfort et dans le val de Liepvre. A Wesel, leur charge était remplie par les anciens, mais, dans les autres Églises, les anciens supervisaient de toute manière le travail des diacres. Ils avaient la clé de la caisse des pauvres, c’est tout dire !

48Rien n’est plus évangélique que le souci de venir en aide aux pauvres. Le scandale qu’engendrèrent maintes indélicatesses ou, le mot n’est pas trop fort, malhonnêtetés n’en fut que plus grand. A Strasbourg, la gestion de la caisse des pauvres a été déficiente au moins pendant dix ans, de 1550 à 1559. Les plaintes de Lucas De Metz trouvèrent un écho dans celles des adversaires de Jean Garnier et, plus tard, dans celles de Pierre Alexandre, un ministre pourtant. A Francfort, Valérand Poullain ne sortit pas glorieux de l’arbitrage des 20 et 21 novembre 1556. Peu après d’ailleurs, il démissionna et, après un baroud d’honneur, ses anciens aussi. Le comportement de Richard Chambers à l’Église anglaise de Francfort, qui utilisait la liste des bienfaiteurs de l’Église comme moyen de chantage, illustre aussi la difficulté de faire fonctionner un service des pauvres avec les hommes tels qu’ils sont.

Notes

1 Distributionsbücher, vol. 3, f. 153 r° (F.S.A., F.R.G. 80, document reproduit infra, annexe II/19).

2 Quitte à les récupérer ensuite. Voir à ce propos une lettre d’Eustache Du Quesnoy à [Hubert de Bapasme]. Heidelberg, 29 mai 1547 (Denis, Correspondance, p. 298).

3 Cf. supra, p. 56-57.

4 La formule est de William W. Wright (A Closer Look at House Poor Relief through the Common Chest and Indigence in Sixteenth century Hesse, dans Archiv für Reformationsgeschichte, t. LXX, 1979, p. 225).

5 Cf. Stupperich, Bruderdienst, p. 167-196. — Bernoulli, Von der reformierten Diakonie, p. 197-202.

6 Bernoulli, op. cit., p. 202-208.

7 Cf. Wendel, Église de Strasbourg, p. 191-192. — Bernoulli, op. cit., p. 209. Description du système de bienfaisance à Strasbourg au XVIe siècle dans Histoire de Strasbourg, t. II, p. 379-380 et 442-446.

8 R.C.P., t. I, p. 7. Sur le ministère du diacre dans l’ecclésiologie de Calvin : Schuemmer, Ecclésiologie, p. 89-92. Je n’ai pas pu consulter avant l’achèvement de ma thèse : Elsie McKee, John Calvin on the Diaconate and liturgical Almgiving, Genève, 1983.

9 Kingdon, Deacons, p. 87. Bernoulli (op. cit., p. 230-238) fait la part trop belle à Calvin, oubliant qu’une ordonnance, si bien rédigée soit-elle, n’est pas toujours appliquée. Sur l’office du diacre, voir aussi, malgré leur trop grande brièveté, les pages qu’y a consacrées Von Allmen (Saint Ministère, p. 186-191).

10 Kingdon, Deacons, p. 86.

11 Cf. supra, p. 471-472. Voir aussi le texte cité infra, p. 519.

12 Op. Calv., t. X, col. 274, no 148.

13 Op. Calv., t. XI, col. 130-131, no 261.

14 Cf. supra, p. 448-449. Von Allmen (Saint Ministère, p. 189-190) cite plusieurs cas où, selon lui, les deux compréhensions du rôle du diacre, sans se confondre, s’additionnaient. On n’observe rien de tel à Strasbourg.

15 Honders, Liturgia sacra, p. 230.

16 A.M.S., A.S.T. 42, no 51, phot. p. 332-333 (1er octobre 1550). Sur l’affaire Lucas De Metz, à l’occasion de laquelle ces renseignements ont été fournis au Magistrat : supra, p. 76, et infra, p. 525-526.

17 Honders, Liturgia sacra, p. 230. Cf. aussi ibid., p. 60-62.

18 Voir les extraits du Register einer nebenstüre [für frembde armen so nit von gemein almusen versehen werden], tenu par Lucas Hackfurt, qu’a publiés Winckelmann (Fürsorgewesen, t. II, p. 242-246). Sur l’assistance des pauvres étrangers : ibid., p. 99-104.

19 A.M.S., XXI, 33, f. 421 v°-422 r° (21 octobre 1555).

20 A.M.S., Il 84b 27, f. 3 v°-4 r° (document reproduit infra, annexe II/6) Sur ce texte : supra, p. 483 et 493-494.

21 Cf. infra, p. 527.

22 A.M.S., II 84b 32, f. 5 r° et v°.

23 A.M.S., II 84b 51, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/10).

24 Distributionsbücher, vol. 1-95 (F.S.A., F.R.G. 78-146).

25 Distributionsbücher, vol. 3, f. 2 r° (F.8.A., F.R.G. 80).

26 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 115 (document reproduit infra, annexe II/18).

27 Honders, Liturgia sacra, p. 230.

28 Distributionsbücher, vol. I, f. 93 r° F.S.A., F.R.G. 178).

29 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 115.

30 Cf. supra, p. 387.

31 Cf. supra, p. 324.

32 Cf. supra, p. 357.

33 Brieff discours, p. 98.

34 Cf. supra, p. 430, note 5.

35 Brieff discours, p. 120, art. 20.

36 Ibid., p. 124, art. 32.

37 Ibid., p. 122, art. 27.

38 Dathenus au Consistoire d’Emden, 21 mai 1557 (Ruys, Petrus Dathenus, p. 25).

39 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 95.

40 Erzehlung, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 165.

41 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

42 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6.

43 A.H.R., E 2088.

44 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 83.

45 Brieff discours, p. 175.

46 A.M.S., II 84b 21B, f. 3 v° (10 mai 1555).

47 Honders, Liturgia sacra, p. 60, 62.

48 Distributionsbücher, vol. 1, f. 12 r° (F.S.A., F.R.G. 78). Cf. supra, p. 471.

49 Cf. supra, p. 473.

50 Denis, Correspondance, p. 238.

51 Lettre citée supra, p. 515.

52 2.000 couronnes (ou écus) valaient alors approximativement 2.500 florins rhénans de compte ou encore 3.000 florins strasbourgeois. Cf. supra, p. 467, note 2, et 470, note 8.

53 Op. Calv., t. XV, col. 826, no 2326.

54 Op. Calv., t. XXI, col. 172, no 700, cité par Meylan, Calvin et, les hommes d’affaires, p. 166. L’allusion à la confiscation des biens du seigneur de Falais permet de dater cette lettre du 10 juin 1546 au plus tôt, sans doute de juillet ou août 1546. Elle n’est donc pas de septembre 1545 (Meylan, op. cit., p. 166, note 14, d’après Op. Calv.). Cf. supra, p. 156. Sur David de Busanton : supra, p. 150.

55 Cf. à leur propos : Chavannes, Liste de réfugiés français à Lausanne, p. 463-478.

56 Calvin à Farel, Genève, 31 décembre 1553 (Op. Calv., t. XIV, col. 723-724, no 1885).

57 Op. Calv., t. XV, col. 12, no 1899.

58 Voir à ce sujet H. Grandjean, La bourse française de Genève (1550-1840), dans Étrennes genevoises, 1927, p. 46-60.

59 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 432.

60 Distributionsbücher, vol. 3, f. 13 r° (F.S.A., F.R.G. 180).

61 Cf. supra, p. 84.

62 Cf. supra, p. 354-355.

63 Distributionsbücher, vol. 1, f. 12 v°-13 r°, 18 juin-10 juillet 1557 (F.S.A., F.R.G. 78).

64 Brieff discours, p. 182.

65 A.M.S., A.S.T. 42, no 51, phot. p. 332-334. Cf. A.M.S., XXI, 28, f. 435 v  et 436 v° (20 octobre 1550) et supra, p. 76 et 508.

66 Voir leur supplique (A.M.S., II 84b 1), où est raconté l’incident.

67 A.M.S., XXI, 28, f. 448 v  (3 novembre 1550).

68 A.M.S., XXI, 28, f. 484 r°-485 r° (29 novembre 1550).

69 Cf. supra, p. 89-101.

70 Saint-Marc, c’est-à-dire l’Aumône Générale (gemeine almusen). La caisse des pauvres de l’Église française de Strasbourg était alors gérée par la caisse centrale de la ville. Cf. supra, p. 517.

71 A.M.S., II 84b 6A, f. 6 r°(1er février 1554).

72 A.M.S., II 84b 19, f. 1 v° (document reproduit infra, annexe II/3).

73 A.M.S., II 84b 6A, f. 1 v° (1er février 1554). Sur Nicolas Le Tapissier : supra, p. 135-136.

74 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 r° et v° (1er février 1554). Cf. supra, p. 468.

75 Cf. supra, p. 517-518.

76 A.M.S., V 5, no 2, f. 1 r°. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 392 r° (4 septembre 1559).

77 A.M.S., XXI, f. 392 r°.

78 Op. Calv., t. XVI, col. 292, n  2537, art. 17, et col. 297, n  2538, même article. — Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 76 : « Gleichwol haben wir nach Calvini abscheid [septembre 1556] von etlichen vernomen, das Valerandus were angeklagt worden, als hette er mit dem gemeinen Almosen, und mit etlicher seiner Leut Hauszins, denen er die Heuser bestellt, untrewlich gehandlet. »

79 Op. Calv., t. XVI, col. 298, no 2538, art. 25.

80 Cf. supra, p. 347.

81 Brieff discours, p. 83. Cf. supra, p. 356-358, et Garrett, Marian Exiles, p. 113.

82 Cf. supra, p. 520.

83 Brieff discours, p. 182-184.

84 Ibid., p. 174-182.

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search