Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Deuxième partie

II. Les ministres

Texte intégral

1. Trente-cinq ministres connus

  • 1 Voir infra, annexe I/1.

1Les quatorze Églises d’étrangers de la vallée du Rhin ont été desservies, entre 1538 et 1564, par trente-cinq ministres. Ce chiffre ne tient compte que des ministres dont l’identité est connue. Aux Églises anglaises de Francfort, de Duisbourg, de Bâle et de Strasbourg, il est possible que d’autres hommes aient exercé le ministère, mais, si c’est le cas, on ignore leur nom. Dans les trente-cinq ministres, on a compté John Bale et Edwin Sandys : en vérité, il est seulement probable, et pas certain, que le premier a été ministre de l’Église anglaise de Bâle et le second de l’Église anglaise de Strasbourg. Il est cependant possible de garantir que, de part et d’autre, il y a eu un ministre à la période considérée. On a également tenu compte de Jean Łaski dans le relevé. L’ancien surintendant des Églises étrangères de Londres n’a pas exercé à proprement parler le ministère à Francfort : autant que l’on sache, il n’y prêchait pas et il n’y célébrait pas le culte. Pourtant, en raison du rôle qu’il a joué dans le refuge des bords du Main aux côtés des autres ministres, nous l’assimilerons à ceux-ci1.

2Qui étaient ces ministres ? Trois nous sont presque totalement inconnus : David Véran, Louis Ponier et Pierre Marbœuf. On connaît, en revanche, le lieu de naissance ou, en tout cas, le lieu de formation des trente-deux autres et leur situation ecclésiastique avant leur passage à la Réforme.

  • 2 Cf. supra, p. 187.

3Dix ministres étaient français. Ils provenaient des régions les plus diverses du royaume : Arnaud Banc de l’Aquitaine, Pierre Boquin de la Saintonge, François de Morel de Colonges de l’Angoumois, Raymond Chauvet du Gévaudan, Jean Garnier de la Provence, François Philippi du Berry, Guillaume Houbraque de l’île de France, Jean Calvin de Picardie. On ignore où sont nés Jean Loquet et Richard Vauville, qui, tous deux, ont résidé à Bourges avant de partir en exil. Six ministres et peut-être sept étaient originaires des Pays-Bas : Pierre Alexandre, d’Arras, Valérand Poullain, de Lille, François Perrussel, de Tournai, si notre hypothèse est exacte2, Pierre Dathenus, de Cassel en Flandre française, Gaspar Van Der Heyden, de Malines, et Élie de Hainaut, d’Anvers. Maître Mathys venait aussi des Pays-Bas, peut-être de Tournai. Jean Figon était, lui, de Metz, Pierre Brully, de Mercy-le-Haut près de Longwy et Nicolas François, de Lorraine. Dix ministres provenaient d’Angleterre ou d’Écosse : il s’agissait, on l’a deviné, des ministres des Églises anglaises. Quatre étaient du nord du pays, Miles Coverdale, Robert Horne, Thomas Lever et Edwin Sandys, deux, de l’East Anglia, John Bale et Thomas Becon, deux, des Cornouailles, Bartholomew Traheron et David Whitehead, et un, du Buckinghamshire, Richard Cox. John Knox était écossais. Juan Morillo, enfin, était espagnol et Jean Łaski, polonais.

  • 3 Kingdon, Geneva, p. 6.

4Quatre ministres étaient d’origine noble : Jean Łaski, François de Morel de Colonges, Valérand Poullain et Edwin Sandys. Un peu plus du huitième de nos trente-cinq ministres étaient donc des gentilshommes. C’est moins que dans la France réformée des années 1555-1563 : là, un tiers des ministres dont la classe sociale a pu être identifiée étaient de la noblesse3. Il ne faudrait pas en conclure que le refuge, ouvert aux artisans et aux marchands, ne laissait pas de place aux nobles. Que l’on songe à Richard Bertie et à sa femme, la duchesse de Suffolk, à Jacques de Bourgogne, seigneur de Falais, et à Yolande de Bréderode, son épouse, ou à Jean de Poix, seigneur de Séchelles. Mais c’est au temps de la Saint-Barthélémy, à Strasbourg et à Bâle surtout, qu’ils allaient être les plus nombreux. La classe sociale des vingt-huit autres ministres étrangers n’a pas pu être déterminée. Sans doute étaient-ils de la bourgeoisie.

  • 4 Kingdon, op cit., p. 9.

5Entre le corps pastoral du royaume de France au temps de la première guerre de religion et celui du refuge rhénan, il existait une autre différence importante, celle qui touche à la situation ecclésiastique des ministres avant leur entrée en fonction dans la Réforme. Dans les Églises étrangères, pas moins de vingt-cinq ministres et, si l’on inclut les cas douteux, vingt-huit sur les trente-deux au sujet desquels nous sommes renseignés ont été, avant de prendre le refuge, des religieux ou des prêtres séculiers. Aucun, notons-le au passage, ne semble avoir jamais été réordonné. Dans les Églises de France, sept seulement sur cinquante-neuf connus sous cet angle avaient appartenu au clergé catholique4.

  • 5 Cf. supra, p. 321.

6Quatorze ministres étaient d’anciens religieux : des carmes comme Pierre Alexandre, John Bale, Pierre Boquin ou Pierre Dathenus, des franciscains comme Arnaud Banc, Raymond Chauvet, François Perrussel ou Bartholomew Traheron, des augustins comme Miles Coverdale, Jean Loquet ou Richard Vauville, des dominicains comme Pierre Brully ou Jean Garnier, ou un bénédictin comme Élie de Hainaut. Quant à Thomas Becon, Richard Cox, Nicolas François, Robert Horne, John Knox, Jean Łaski, Thomas Lever, Maître Mathys, Juan Morillo, François Philippi et Valérand Poullain, peut-être aussi Edwin Sandys, Gaspar Van Der Heyden et David Whitehead, ils étaient d’anciens prêtres séculiers. Seuls Jean Calvin, Jean Figon, Guillaume Houbraque et François de Morel de Colonges n’avaient pas, à ce qu’il semble, embrassé l’état ecclésiastique avant de « servir sous l’évangile ». A l’inverse, on connaît un cas de réfugié qui, parce qu’il était laïc, n’a pas pu ou pas voulu devenir ministre, alors qu’il exerçait une sorte de ministère de fait : il s’agit de William Whittingham à l’Église anglaise de Francfort en 15545.

  • 6 Kingdon, op. cit., p. 10.

7Une importante proportion d’anciens religieux et d’anciens prêtres séculiers dans le corps des ministres pourrait être considérée comme une caractéristique des Églises de la première génération. A partir de 1555 effectivement, la Compagnie des Pasteurs de Genève eut tendance à jeter le discrédit sur les moines et les curés à la recherche d’un ministère dans les nouvelles Églises : pour être reçus comme ministres, il leur fallut désormais subir un examen sévère. Ainsi s’expliquerait qu’en France, leur nombre n’ait pas été plus élevé6.

8Mais pouvons-nous dire des réfugiés de la vallée du Rhin au temps de Calvin qu’ils appartenaient à une même génération ? Vingt-cinq ans, l’espace d’une génération justement, séparent la fondation de l’Église française de Strasbourg par Calvin et la mort de celui-ci. En 1545, pour prendre cet exemple, quatre ministres étaient en fonction dans la vallée du Rhin ; en 1555, ils étaient dix-sept, pour la plupart différents des premiers, et, en 1561, sept, des autres encore. Ces hommes sont-ils comparables ? Si la première génération de la Réforme est celle des hommes et des femmes ayant rejeté l’ancienne religion, à la suite de Luther et de Zwingli, la deuxième celle des contemporains de Calvin, bâtisseurs d’une Église nouvelle comme lui, et la troisième celle des protestants n’ayant jamais connu qu’une Église constituée, où faut-il placer les trente-cinq ministres du refuge ?

9En vérité, ces ministres n’ont pas appartenu, en termes de classes d’âges, à la même génération. La date de naissance de seize d’entre eux est connue. Quatre sont nés avant le siècle : Miles Coverdale (1488), David Whitehead (1492 ?), John Bale (1495) et Jean Łaski (1499), sept autour de la décennie suivante, Richard Cox (1500), Pierre Boquin (vers 1500), Pierre Alexandre (vers 1500), John Knox (1505), Jean Calvin (1509), Bartholomew Traheron (1510 ?) et Thomas Becon (1511), quatre autres autour de 1520, Edwin Sandys (1519 ?), Robert Horne (1519 ?), Valérand Poullain (vers 1520) et Thomas Lever (1521). Gaspar Van Der Heyden enfin en 1530. Un homme comme Łaski a collaboré avec Gaspar Van Der Heyden, de trente ans son cadet. Un Figon avait peut-être vingt ans de moins que Houbraque, qui était ministre à Strasbourg lorsque lui-même était en fonction dans le val de Liepvre. Sans doute le plus grand nombre des ministres du refuge est-il né autour de 1510 mais il existait entre certains d’entre eux des écarts allant jusqu’à trente ans. Ajoutons, au risque d’énoncer un truisme, que les ministres en fonction au début de la période étudiée ici étaient en général nés plus tôt que ceux des dernières années.

  • 7 Outre Calvin (supra, p. 68), les ministres suivants ont, selon nos sources, opté pour le mariage a (...)

10Si l’on se réfère à l’histoire générale de la Réforme, les expressions de première ou de deuxième génération ne conviennent manifestement pas aux ministres des Églises d’étrangers de la vallée du Rhin. Pourtant, par leur passé ecclésiastique commun, ces ministres constituaient un groupe relativement homogène. Presque tous avaient connu de près l’ancienne Église et c’est en ses écoles qu’ils avaient reçu leur première formation théologique. Un jour, ils avaient choisi de la quitter : le souvenir de cette rupture, dont, pour presque tous, leur mariage, célébré ensuite, était le symbole7, ne pouvait pas ne pas les marquer, au moment où ils donnèrent forme à de nouvelles Églises, voulues plus évangéliques. En ce sens, on peut dire qu’ils étaient des hommes de la première génération.

2. Être ministre

  • 8 Erzehlung, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 133 (document reproduit infra, annexe 11/22).

11Était ministre, au sens précis du terme, tout homme qui exerçait un ministère, c’est-à-dire une fonction, dans l’Église. Voici en quels termes Pierre Dathenus, le ministre de l’Église flamande de Francfort, présenta, dans un écrit de 1563, 1’« ordre » (ordnung) des Églises d’étrangers : « Il existe, dans les Églises des chrétiens bannis, trois sortes de ministres (Diener), chacun ayant un ministère (Dienst) différent. Les premiers sont les prédicateurs (Predicanten) [...]. Les seconds sont ceux que Paul a nommés les anciens (Eltisten) [...]. En troisième lieu, viennent les diacres (Diaconi) [...].8 »

  • 9 Von Allmen, Saint Ministère, p. 170.
  • 10 R.C.P., t. I, p. 1. Cf. Schuemmer, Ecclésiologie, p. 70-71.
  • 11 Dankbaar, Office, p. 118. Sur le ministère du docteur chez Bucer : Bornert, Réforme protestante du (...)

12Cette manière de reconnaître trois ministères était classique dans les Églises de tradition réformée9. Il est vrai que les Ordonnances ecclésiastiques de Genève, un texte rédigé en 1541 par Calvin surtout, distinguaient « quatre ordres d’offices » : les pasteurs, les docteurs, les anciens et les diacres10. C’est à Bucer que Calvin devait d’ajouter aux trois premiers ministères un quatrième, celui des docteurs. Aucun de ces deux auteurs n’avait cependant, une doctrine bien ferme à ce propos. C’est qu’ils hésitaient, ne serait-ce que par respect de l’Écriture, à faire de la charge de docteur un véritable office ecclésiastique. D’un écrit à l’autre, leur opinion a varié là-dessus, au point que l’on a pu parler — à propos de Calvin, mais la remarque vaut pour Bucer aussi — de leur « versatilité quant à l’office des docteurs »11.

  • 12 Von Allmen, op. cit., p. 170.

13Nous verrons dans un autre chapitre ce qu’il en a été des docteurs au refuge. Mais revenons au terme ministre. Le plus souvent, et l’on s’est conformé à cet usage dans les pages qui précèdent, il était employé pour désigner le titulaire du premier des trois ministères seulement, c’est-à-dire, dans les catégories de Dathenus, le prédicateur. Celui-ci est le « ministre à proprement parler »12.

  • 13 A noter que l’on employait parfois le mot « ministre » comme verbe, transitivement (« ministrer le (...)

14On comprend le succès de cette appellation : pour les hommes de la Réforme, le responsable de l’Église se définissait avant tout par sa fonction et non, comme dans l’Église ancienne, par un quelconque caractère. Le vocable ministre était, sous leur plume ou dans leur bouche, des plus courants, y compris en anglais (minister), en allemand (diener), en néerlandais (dienaer) et en latin (minister)13.

  • 14 Je n’ai pas rencontré cette expression en allemand dans les sources.
  • 15 Cf. infra, p. 448.

15La fonction principale du ministre était de prêcher. Aussi était-il quelquefois appelé ministre de la parole (en anglais minister of the worde, en néerlandais dienaer des wordts, en latin minister verbi14) On disait aussi, plus souvent, prédicateur, prédicant ou prescheur. Cette désignation était plus courante en allemand (prediger, predicant) — nous l’avons rencontrée dans le texte cité de Dathenus — et en néerlandais (predikant, predikheer) qu’en français. Elle était rare en anglais. En latin, le terme consacré était concionator, plutôt que praedicator, et encore ne s’employait-il pas souvent, lui non plus. Sauf dans un cas qui sera examiné plus loin15, les mots ministre et prédicateur étaient de parfaits synonymes.

  • 16 Voir l’édition critique de cet ouvrage par Honders, Leyde, 1970. Cf. aussi supra, p. 319.

16A peine moins courant, le mot pasteur, enfin, revenait sous toutes les plumes, en français, en anglais (pastour) et en latin (pastor). Il était peu usité en allemand (hirt) et en néerlandais. A l’occasion, le mot pasteur faisait tournure avec troupeau dans le sens d’Église locale, pour compléter la métaphore. Il n’était pas — pour tout le monde en tout cas — un parfait équivalent de ministre. Dans la réédition francfortoise de la Liturgia sacra de Poullain, en effet, cet ouvrage paru d’abord à Londres en 1551, le correcteur a systématiquement remplacé pastor par minister16. Le mot pasteur sentait-il le papiste ?

  • 17 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 114-115 (document reproduit infra, annexe II/18).

17Il a déjà été parlé de la fonction de ministre. Les diverses tâches pastorales qui lui incombaient ont été le mieux décrites dans un document sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, l’Ordo ecclesiae gallicanae, quae est Francofordiae ad Menam17. « Les pasteurs, y est-il déclaré [...] ont pour charge de prêcher la parole de Dieu, aux jours et aux heures fixés. Le dimanche, ils font le catéchisme aux enfants et aux ignorants. Ils baptisent les enfants qu’on leur apporte pour être baptisés. Ils administrent la Cène du Seigneur, annoncent et célèbrent les mariages, visitent les malades, prennent soin de ceux qui arrivent et veillent à ce qu’aucun candidat à notre Église, non inscrit dans une autre, ne soit admis au nombre de ses membres, avant d’avoir fait profession de foi en leur présence. »

  • 18 A.M.S., XXI, 24, f. 281, 15 mai 1546 (Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV, p. 98).
  • 19 A.M.S., XXI, 36, f. 525 v° (17 octobre 1558).
  • 20 Voir par exemple : A.M.S., XXI, 30, f. 120 v° (19 avril 1552).
  • 21 Cf. supra, p. 80 et 129.

18Mais l’énumération des tâches du ministre ne s’arrête pas là : « Leur charge est aussi de présenter au vénérable Magistrat ceux qui arrivent dans cette ville, pour que, reçus et admis par eux, il leur soit permis d’y habiter en sécurité. » De fait, la compétence des ministres dépassait le domaine strictement ecclésiastique. Nous avons vu comment, à leur arrivée, des Poullain, des Łaski, des Dathenus servirent de porte-parole à leurs compatriotes désireux avant tout de trouver un lieu où exercer leur activité professionnelle. De même, en 1546, Jean Garnier et Martin Bucer accompagnèrent devant le Magistrat de Strasbourg une délégation de protestants messins, venus chercher refuge dans la ville18 et, en 1558, Pierre Alexandre fit à nouveau, avec ses anciens, une démarche officielle en leur faveur19. A Strasbourg, c’était le ministre de l’Église française qui transmettait aux Welches les ordres du Conseil, aux sujets les plus divers20, et c’est à lui que les kirchenpfleger confiaient de temps en temps le soin d’en effectuer le recensement21. Ainsi, le ministre était un personnage important au refuge. C’est à lui que s’adressaient le plus volontiers, à tous les propos, tant ses compatriotes que les autorités des villes d’accueil.

19La distinction des trois ministères, le ministre de la parole, l’ancien et le diacre, était, nous l’avons vu, unanimement admise dans les Églises d’étrangers de la vallée du Rhin. Ces trois ministères n’étaient pas hiérarchisés comme l’étaient les ministères de l’Église ancienne. Nous devons cependant relever ici deux exceptions, l’une francfortoise, l’autre strasbourgeoise, deux cas où il est permis de parler de degrés dans le ministère.

  • 22 Cf. supra, p. 324.
  • 23 Cf. supra, p. 332.

20Pendant quelques mois, en 1555 et en 1556, on distingua ainsi à l’Église anglaise de Francfort le « pasteur » des « prédicateurs ». A l’instar d’un évêque, le pasteur était censé avoir un droit de regard sur les prédicateurs. Tous les ministres n’étaient pas sur le même pied22. Mais cette survivance du système épiscopalien anglais ne devait pas se maintenir, sur le continent à tout le moins. Par ailleurs, on n’institua pas à Francfort, comme on l’avait fait à Londres sous Édouard VI, un surintendant des Églises d’étrangers. L’ancien titulaire de cette fonction, Jean Łaski, se trouvait pourtant sur place, mais il ne lui fut octroyé aucun statut particulier dans son nouveau refuge23.

  • 24 Cf. supra, p. 68.
  • 25 Avec une interruption pour se rendre au val de Liepvre. Sur la nomination de Loquet comme diaconus (...)
  • 26 A.M.S., XXI, 38, f. 72 v°-73 r° et 74 r° (26 février 1560).
  • 27 Pierre de Cologne à Calvin, Heidelberg, 2 avril 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 41, no 3175).
  • 28 Cf. Bucer, De ordinatione legitima, dans Scripta anglicana, Bâle, 1570, p. 259 (cité par Bradsham,(...)

21A l’Église française de Strasbourg, d’autre part, le ministre était assisté d’un « aide » (helffer), dit aussi « diacre » (diacon, diaconus). Cette fonction a été remplie par Claude Féray et Nicolas Parent sous le ministère de Jean Calvin24 et par Jean Loquet de 1553 à 155925. Quand ce dernier quitta Strasbourg pour le comté de Nassau-Sarrewerden, les réfugiés demandèrent au Magistrat un nouvel « aide ». Les autorités marquèrent leur accord à condition que l’Église française l’engage à ses frais26. Pressenti, Pierre de Cologne, qu’employait alors l’Électeur palatin à Heidelberg, refusa la charge27 et il ne semble pas que Loquet a été remplacé. L’« aide » était l’homologue du vicaire de paroisse dans l’Église romaine. A cet égard, la réforme strasbourgeoise n’avait apporté aucune innovation 28 et, quand Calvin prit un « aide », il se conforma à la pratique des autres paroisses de la ville.

  • 29 Peut-être une exception supplémentaire à Wesel, mais la chose est loin d’être établie. Cf. supra, (...)
  • 30 Cf. supra, p. 298.

22Dans les autres Églises du refuge, il n’en alla pas de même29. L’Église française de Francfort, aussi considérable que celle de Strasbourg, fut administrée, dès sa fondation, par deux ministres de même rang et, les dernières années, l’Église flamande en compta deux également, que rien ne distinguait, Dathenus et Van Der Heyden. Quant à l’Église française de Wesel, elle eut, elle aussi, deux ministres en 1554, Perrussel et Ponier : pas plus qu’à Francfort, il n’y avait entre eux de hiérarchie. En 1562 enfin, les réfugiés du val de Liepvre imaginèrent de créer un second poste de ministre à l’Église française30. Si ce projet avait pu être réalisé, l’un et l’autre de ces ministres auraient eu le même statut : le premier devait en effet desservir Eschery et le second les villages du bas.

3. Le recrutement et la formation des ministres

  • 31 Cf. Meylan, Recrutement, p. 141-149.
  • 32 Op. Calv., t. XII, col. 217, no 729.
  • 33 Op. Calv., t. XV, col. 896, no 2363.
  • 34 Cf. supra, p. 356.
  • 35 Cf. supra, p. 413.
  • 36 Cf. supra, p. 300.
  • 37 Op. Calv., t. XVI, col. 397-398, no 2584. Cf. supra, p. 220.

23En dehors des régions où le clergé catholique passa en bloc à la Réforme, les cantons protestants de la Suisse alémanique par exemple ou l’Écosse, le problème du recrutement des ministres s’avéra difficile à résoudre dans l’espace réformé, les premières années en tout cas31. Au refuge aussi, les candidats au ministère n’étaient pas trop nombreux. C’est Valérand Poullain qui parlait en 1545 de la « pénurie de ministres »32 et, le 26 décembre 1555, Calvin fit cet aveu aux fidèles de l’Église française de Francfort : « Auiourdhuy le nombre de ceux qui s’emploient loiaument au service de Dieu est bien petit33. » Trois fois dans une Église d’étrangers, il fallut renoncer à trouver un ministre, faute d’homme : à l’Église flamande de Francfort en 155734, dans les villages welches en 155935 et an val de Liepvre en 156236. Quand Perrussel, demandé à la fois par les Églises de Francfort et d’Emden, opta finalement pour Francfort en 1557, quelle rancœur ses frères de Frise orientale ne lui vouèrent-ils pas parce que son refus les laissait sans pasteur37 !

24Les Églises d’étrangers ont été desservies, entre 1538 et 1564, par trente-cinq ministres connus. Un ministre pouvant occuper plusieurs postes successivement, le nombre des ministères, c’est-à-dire des charges remplies par un ministre à un moment donné, s’est élevé à quarante-cinq. Il s’agit là d’une estimation minimale : si nous connaissions mieux le passé des Églises anglaises de la vallée du Rhin, sans doute le chiffre des ministères serait-il plus élevé. Quarante-cinq fois donc, une Église s’est trouvé un ministre. Mais d’où venaient ces ministres ?

25Mettons à part les onze ministères anglais. Peu nombreux, les Marian exiles se connaissaient bien et, autre fait remarquable, la proportion d’ecclésiastiques parmi eux était considérable. D’une Église à l’autre il était facile de se donner un ministre, ainsi Whitehead ou Becon de Strasbourg à Francfort, Traheron de Francfort ou Lever de Genève à Wesel.

  • 38 Voir infra, annexe I/2.

26Le problème du recrutement ne se posait pas dans les mêmes termes dans les autres Églises de réfugiés. Quand il fallait trouver un ministre, deux solutions étaient possibles : en choisir un sur place ou en demander un à l’extérieur. Une des caractéristiques des Églises du refuge, par rapport à celles de Suisse romande ou de France par exemple, était qu’une part importante du recrutement était assurée localement, sans aide extérieure. Les ministres étaient déjà membres de l’Église au moment de leur appel au ministère ou, si l’Église venait d’être fondée, ils étaient arrivés en même temps que les autres réfugiés dans la ville. Douze, et si l’on tient compte des cas douteux, dix-sept des trente-quatre ministères non anglais ont été assurés de cette manière. Ces ministres « autochtones » étaient à l’Église française de Strasbourg Poullain, Garnier et peut-être Brully, à celle de Wesel Perrussel, Morillo ainsi que sans doute Maître Mathys, Véran et Ponier, à l’Église française de Francfort Poullain, Morillo et probablement Philippi et à l’Église flamande Łaski, au val de Liepvre Élie de Hainaut, Marbœuf, qui venait, il est vrai, du comté voisin de Montbéliard, et Nicolas François, à Frankenthal enfin Dathenus et Van Der Heyden. Pour les dix-sept ministres restant, les Églises bénéficièrent d’une aide extérieure38.

  • 39 Cf. infra, p. 563-618.

27Les interventions des Églises extérieures, et de celle de Genève en particulier, ont considérablement marqué la vie du refuge rhénan, y compris lors du choix des ministres. En attendant de revenir plus longuement sur cette question39, nous nous en tiendrons aux observations suivantes.

28Les Églises d’étrangers firent appel à l’Église de Genève — et l’on devrait dire : à Calvin, tant le rôle personnel de celui-ci a été important en cette matière — au moins cinq fois : le seigneur de Falais pour avoir un ministre à Cologne en 1544 et à Bâle en 1547, l’Église française de Francfort pour donner un collègue à Poullain à la mort de Morillo en 1554 et à celle de Vauville en 1555, l’Église française du val de Liepvre quand elle se retrouva sans ministre à la mort de Marbœuf en 1560. C’est Calvin qui proposa à ces postes respectivement Chauvet, Perrussel, Vauville, Perrussel de nouveau et Banc. Il intervint vraisemblablement aussi lors de l’envoi de François de Morel en 1554 et de Jean Figon en 1562 dans le val de Liepvre. Par ailleurs, Farel fut consulté au sujet du recrutement de certains ministres, ceux de Francfort et du comté de Nassau-Sarrewerden en particulier. Mais il ne joua pas dans ce domaine un rôle aussi important que Calvin. On sait qu’au moins une fois Bullinger a été sollicité par une Église d’étrangers : quand, à la mort de Marbœuf, la mère d’Éguenolphe de Ribeaupierre lui écrivit au sujet du remplacement du ministre décédé. Ce fut Calvin cependant, nous venons de le voir, qui trouva finalement un successeur à Marbœuf. Du côté flamand enfin, l’Église d’Emden reçut, quant à elle, plusieurs appels de l’Église sœur de Francfort, sans cependant toujours pouvoir répondre efficacement aux demandes. Ainsi, les Églises de Genève, de Neuchâtel, de Zurich et d’Emden sont intervenues dans la désignation des ministres du refuge. Mais, répétons-le, le poids de ces interventions a été modeste en définitive. Les Églises d’étrangers disposaient d’une relative autonomie pour le recrutement de leur personnel.

  • 40 Cf. supra, p. 443.

29Tous les ministres des Églises anglaises avaient déjà exercé une fonction dans l’Angleterre d’Édouard VI. Deux d’entre eux, Miles Coverdale et John Bale, comptaient même parmi les premiers évêques de la Réforme. Dans les Églises françaises et flamandes, en revanche, une part non négligeable des ministres en étaient à leur premier poste. Sur vingt-quatre, huit seulement avaient déjà exercé un ministère dans une Église de la Réforme : Calvin, Morillo, Perrussel, Łaski, Vauville, Houbraque, Banc et Philippi. Le doute subsiste pour Maître Mathys, Véran, Ponier et Marbœuf. Tous les autres étaient ministres pour la première fois. Quelques-uns, il est vrai, avaient déjà enseigné dans une école évangélique, tel Alexandre à Heidelberg ou à Cantorbéry, ou Van Der Heyden à Anvers. Anciens religieux ou anciens prêtres séculiers40, les autres se trouvaient bien souvent sans occupation précise depuis que, passés « à l’évangile », ils étaient devenus des réfugiés.

  • 41 Cf. supra, p. 332.
  • 42 Cf. supra, p. 292.
  • 43 Même situation à Strasbourg au temps de Bucer. Cf. Bornert, Réforme protestante du culte, p. 430.
  • 44 Voir par exemple le cas de Pierre Fournelet (sur lequel, cf. supra, p. 128, note 4).
  • 45 Cf. Meylan, Recrutement, p. 237-248. — Kingdon, Geneva, p. 14-24.

30Le problème de la formation des ministres se posait donc. Pourtant, les Églises d’étrangers ne s’en sont pas beaucoup préoccupées. Dans deux cas, un apprentissage semble avoir été imposé au jeune ministre. En 1555, Dathenus reçut l’aide de Micron, venu exprès de Frise orientale, pour le lancement de l’Église flamande de Francfort41 et, en 1562, Pierre de Cologne, ministre à Metz, assista Figon dans le val de Liepvre42. En général, une bonne recommandation suffisait. Les Églises d’étrangers ne se montraient pas plus exigeantes. Sans doute le fait que les nouveaux ministres étaient presque tous d’anciens religieux ou d’anciens prêtres séculiers est-il entré en ligne de compte43. De fait, parmi eux, beaucoup avaient un grade en théologie. Mais la meilleure explication n’est-elle pas qu’il était impossible de faire autrement. En effet, comment, au refuge, former des candidats au ministère ? Une structure adéquate n’existait qu’à Strasbourg. Quelques ministres de langue française y firent bien leurs classes44, mais aucun ne desservit le refuge. Avec la fondation de l’Académie de Genève en 1559, la situation changea45. Mais il fallait du temps pour que de nouvelles habitudes soient prises et aucun ministre du refuge rhénan à la période que nous considérons n’a bénéficié de cette nouvelle possibilité.

4. L’accession au ministère

  • 46 La Confession d’Augsbourg, trad. Jundt, p. 63.
  • 47 Texte cité par Ganoczy, Calvin, théologien de l’Église et du ministère, p. 305. En latin : « rite (...)

31Au temps de la Réforme, des conditions étaient mises à l’exercice du ministère. « On enseigne que, dans l’Église, nul ne doit enseigner publiquement ou prêcher ou conférer les sacrements sans vocation régulière », déclarait en particulier la Confession d’Augsbourg, en son article XIV46. Un Calvin ne voyait pas les choses autrement : « Pourtant à ce qu’un homme soit tenu pour vray ministre de l’Église, il est premièrement requis qu’il soit deuement appelé47. » Dans les Églises d’étrangers aussi, les ministres étaient « deuement appelés ». Mais d’une Église à l’autre, le mode d’accession au ministère était parfois conçu fort différemment.

  • 48 Texte dans Bucer, Deutsche Schriften, t. VII, p. 569-575.
  • 49 Cf. Wendel, Église de Strasbourg, p. 192-196. — Bornert, op. cit., p. 429-431. — Histoire de Stras (...)
  • 50 Cf. supra, p. 49.
  • 51 Bornert, op. cit., p. 430-431. Sur le rite de l’imposition des mains, cf. infra, p. 466.

32A l’Église française de Strasbourg, la manière de désigner les ministres s’inspirait directement de celle en usage dans les autres paroisses de la ville au temps de Bucer. Dans la cité des bords de l’Ill, la procédure de nomination des pasteurs, réglée par les Ordonnances ecclésiastiques de 1534 et le Décret municipal de 1539, qui en donnait les modalités d’application48, faisait intervenir concurremment la communauté, représentée par un corps restreint d’électeurs, les prédicateurs de la ville et le Magistrat49. Lorsqu’un poste était déclaré vacant, un comité de cinq examinateurs, choisis parmi les kirchenpfleger membres du Conseil, auquels étaient adjoints deux prédicateurs, devaient faire effectuer des sermons d’essai aux candidats. Si ceux-ci étaient estimés capables d’occuper le poste, les trois kirchenpfleger de la paroisse concernée50 s’adjoignaient « douze hommes craignant Dieu » et, en compagnie des examinateurs, ils procédaient à l’élection. Leur choix devait être confirmé ensuite par le Magistrat, après quoi le candidat élu était présenté à la communauté paroissiale et installé comme pasteur. Au temps de Bucer et surtout de Marbach, les ministres étaient ordonnés « publiquement par l’imposition des mains et la prière »51.

  • 52 Cf. Nijenhuis, Calvin and the Augsbourg Confession, p. 112.
  • 53 Op. Calv., t. XI, col. 115, no 255.

33Nous ne savons pas dans quelles circonstances Calvin est devenu ministre de l’Église française de Strasbourg. Sans doute a-t-il été nommé sans plus par le Magistrat sur proposition de Bucer. On voit mal, en effet, comment il aurait pu être élu par une communauté non encore constituée. Comme les autres ministres strasbourgeois, Calvin a vraisemblablement dû signer, à son accession, la confession de foi de la ville, en l’occurrence la Concorde de Wittenberg52. La seule donnée sûre pour cette période concerne Nicolas Parent, qui fut ordonné diacre, c’est-à-dire vicaire, le 14 octobre 1540 : « Peu avant que nos amis [Bucer et Calvin] ne s’en aillent à Worms, manda-t-il à Farel le mois suivant, j’ai été envoyé à la prédication de l’évangile (missus sum ad evangelii predicationem) et, le 24 octobre, Bucer et Calvin m’ont imposé les mains dans notre sainte assemblée, juste après le culte du soir (c’était un dimanche)53. » L’on n’est pas mieux renseigné sur l’accession au ministère de Pierre Brully. A-t-il été le seul candidat à la succession de Calvin ? C’est possible, d’autant plus qu’il a vraisemblablement été désigné par Calvin lui-même avant son départ pour Genève. Mais on notera qu’à Strasbourg l’habitude était qu’il y ait plusieurs candidats lorsqu’un poste était vacant.

  • 54 Cf. supra, p. 71-72.
  • 55 Op. Calv., t. XII, col. 5, no 604.

34Entre le moment où Brully quitta à son tour et celui où Jean Garnier, son successeur, fut élu, neuf mois s’écoulèrent. Entretemps, un ministre intérimaire, Valérand Poullain, avait été désigné54. Le poste venait-il d’être déclaré vacant lorsque cinq candidats furent soumis, en janvier 1545, à ce que Poullain, l’un des cinq, appela dans une lettre à Calvin la « probation et l’examen canoniques »55 ? Comme le prévoyait la réglementation strasbourgeoise, les candidats durent faire un sermon d’essai, à l’Église française, en présence de cinq examinateurs, Jean Sturm, Gérard Sevenus, Jean Günther d’Andernach, Emmanuel Tremellius et Pierre Martyr, ainsi que quelques ministres. Le nombre de ces derniers n’est pas précisé dans la lettre de Poullain, notre seule source de documentation sur l’événement. Bucer, en tout cas, était présent. Les cinq membres de la commission étaient tous des professeurs à l’École. C’est à leur connaissance du français qu’ils devaient d’avoir été choisis par le Magistrat comme examinateurs.

  • 56 Cf. supra, p. 72-74.
  • 57 Voir page suivante.
  • 58 A.M.S., XXI, 23, f. 255 r° et v° (22 juin 1545) : « Nachdem der pfarrer der welsch kirch, H. Peter (...)
  • 59 Propos de Garnier rapporté par Jean Lesplinguel dans sa supplique au Magistrat, [été 1554] (A.M.S. (...)

35Non sans incident56, les candidats furent sélectionnés et, après un délai inexpliqué de quelques mois57, on procéda à l’élection. Comme les kirchenpfleger de l’Église française, alors présents, devaient le rapporter au Magistrat, les « paroissiens » élirent Jean Garnier « à la majorité »58. L’Avignonnais fit alors « confession de [sa] foy devant toutte l’église59 ». Ensuite, le 22 juin 1545, le Magistrat confirma l’élection.

  • 60 Honders, Liturgia sacra, p. 220-231. La première partie de l’ouvrage contenait la Liturgia sacra, (...)
  • 61 Honders, op. cit., p. 222.

36Nous devons à Valérand Poullain de connaître la procédure suivie à l’Église française de Strasbourg pour les élections pastorales. Il fut membre de cette Église, rappelons-le, pendant deux ans, de 1543 à 1545. Rééditant en 1551, sous le titre de Liturgia sacra, le formulaire liturgique de l’Église française de Strasbourg publié d’abord par Calvin en 1540 et plusieurs fois remanié, le Lillois ajouta un texte de son crû sur « l’ordre des ministres et leur institution » qui était fondé sur ses souvenirs strasbourgeois60. Poullain était alors ministre à Glastonbury en Angleterre et c’est aux Églises de ce pays qu’il destinait son ouvrage. « L’Évêque ou le pasteur, expliquait-il, est désigné par un vote de toute l’Église (totius Ecclesiae suffragiis). » Assistés par les ministres des autres paroisses de la ville, les anciens désignaient « deux ou plusieurs » personnes dont ils faisaient connaître les noms à la communauté. S’ils le voulaient, les fidèles pouvaient aussi faire des propositions, sous la direction des anciens. Ensuite avait lieu le vote, lequel pouvait être répété jusqu’à trois fois, « pour que l’accord soit plus grand ». Les résultats connus, les noms des candidats non élus mais jugés cependant aptes au ministère étaient proclamés en même temps que celui de l’élu. Ce dernier était bientôt examiné par les autres ministres, en présence des anciens, le peuple ayant de son côté l’occasion de marquer, au besoin, son opposition. Enfin, un dimanche, le ministre était solennellement « institué par l’imposition des mains avec l’accord de tous et confirmé61 ».

37On notera que Poullain ne touchait mot du Magistrat, dont le rôle à Strasbourg était pourtant au moins aussi marqué que celui de la communauté. Ceci dit, comme il n’existe entre cette description et les autres données relatives aux élections pastorales à l’Église française de Strasbourg aucune divergence notable, le témoignage peut être dit digne de confiance.

  • 62 Texte cité supra, p. 455, note 2.

38C’est le 22 juin 1545 que le Magistrat confirma l’élection de Jean Garnier. Les procès-verbaux de la délibération précisent que l’élection eut lieu « après que le pasteur de l’Église française, feu maître Pierre [Brully], eut témoigné de sa foi avec son sang62 ». Or, Brully a été exécuté à Tournai le 19 février 1545. Les autorités ont-elles attendu qu’il soit mort avant de déclarer le poste vacant ? Ainsi s’expliquerait que l’élection n’ait eu lieu qu’en juin. Cependant, dès le 14 janvier 1545, Poullain écrivit à Calvin au sujet des sermons d’essai. Voilà un petit problème non encore résolu.

  • 63 Sur ce délai : supra, p. 103.
  • 64 Op. Calv., t. XV, col. 666, no 2236.
  • 65 A.M.S., II 84b 21 A, f. 2 r°.

39Après avoir mis fin en 1555 aux fonctions de Jean Garnier, le Magistrat de Strasbourg fit appel à Pierre Alexandre pour lui succéder. En attendant que celui-ci arrive à Strasbourg63, il désigna d’autorité Pierre Boquin comme ministre intérimaire. Or, Boquin fut très mal reçu à l’Église française. On lui reprochait son passé d’« apostat », mais aussi, pour reprendre les termes de Jean Loquet, alors diacre de l’Église, dans une lettre à Calvin, le fait qu’il « ne semblait pas appelé légitimement (legitime vocatus)64 ». Michel Ange Florio, l’ancien ministre de l’Église italienne de Londres, de passage à Strasbourg, lui demanda aussi un jour « quel genre de vocation il avait65 ».

  • 66 Op. Calv., t. XV, col. 721, no 2265.

40C’est qu’à l’Église française de Strasbourg, pour être reconnu, un ministre devait être « appelé » par la communauté, c’est-à-dire élu par elle. De son côté, Calvin ne voyait pas les choses autrement66. Dans cette affaire, selon lui, le Magistrat avait « renversé de son plein gré, pour ne pas dire autre chose, l’ordre légitime de l’Église et opprimé la liberté ». Il espérait, confia-t-il à Loquet, qu’Alexandre serait « élu aux suffrages » (suffragiis electus) à la place de Garnier.

  • 67 A.M.S., XXI, 32, f. 290 r° (27 juillet 1555).
  • 68 Op. Calv., t. XV, col. 730, no 2272.

41Avec Alexandre, effectivement, 1’« ordre légitime » fut respecté. Invité à Strasbourg par les Kirchenpfleger sur l’ordre du Magistrat, l’Arrageois prêcha quatre fois à l’Église française en leur présence et on l’interrogea sur ses intentions. Les kirchenpfleger manifestèrent au Magistrat le désir de connaître l’avis des paroissiens de l’Église française quant à ses prédications. La chose se fit, vraisemblablement67. Cette période probatoire dura quinze jours. Ensuite eut lieu l’élection, relatée en ces termes par Alexandre à Calvin : « Le Magistrat convoqua tous les prédicateurs, les docteurs et les professeurs qui connaissaient le français, ainsi que les membres les plus capables (ex potioribus ecclesiae), au nombre de quatre-vingts et tous d’une seule voix (uno ore) demandèrent au Magistrat de me nommer à la place de Garnier, en excluant Boquin. Le Magistrat accepta et ainsi, par la grâce de Dieu, il se fait que je suis maintenu avec le consentement public de l’Église et du Magistrat (publico consensu ecclesiae et magistratus)68. »

42Mais cette élection publique, Alexandre avait dû l’imposer aux autorités. Comme il l’expliquait à Calvin, le Magistrat voulait qu’il accepte le ministère sans autre forme de procédure. En 1555, le subtil équilibre des forces voulu par Bucer en 1534 n’était déjà plus qu’un lointain souvenir, quant aux élections pastorales tout au moins !

  • 69 A.M.S., XXI, 38, f. 4 v° (13 janvier 1560).
  • 70 Op. Calv., t. XVII, col. 700, no 3144 (10 décembre 1555).
  • 71 Op. Calv., t. XV, col. [213], no 1998.

43Le Magistrat, d’ailleurs, devait rester sur ses positions. Ainsi, le 13 janvier 1560, à Alexandre qui se plaignait d’avoir été congédié sans motif, il fit cette réponse : « Jusqu’à ce jour, nos seigneurs ont toujours pris et renvoyé les prédicateurs à leur convenance et à leur plaisir dans leur ville69. » Calvin partageait le point de vue d’Alexandre : « Nous n’userons point de longue dispute, écrivit-il à l’Église française de Strasbourg, pour montrer que c’est une confusion tendant à la ruine de l’Église, quand le magistrat met la main d’autorité absolue à eslire ou déposer les ministres70. » Cinq ans plus tôt, au moment où Jean Garnier était en difficulté, il avait signifié de même à Marbach : « C’est donner un fort mauvais exemple que de laisser démettre par la simple volonté du Sénat et en l’absence du jugement légitime de l’Église un homme régulièrement et ordinairement appelé à la tâche de pasteur (qui rite et ordine vocatus est ad munus postons, sine legitimo ecclesiae iudicio, mero senatus nutu abdicari)71. »

  • 72 A.M.S., XXI, 37, f. 402 r°.
  • 73 A.M.S., XXI, 37, f. 481 v°-482 r°. Cf. A.M.S., II 84b 38, f. 1 r°.
  • 74 Compte rendu dans A.M.S., II 84b 38. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 493 v°-494 v° (8 novembre 1559).
  • 75 A.M.S., II 84b 39 (document reproduit infra, annexe II/7).
  • 76 Cf. supra, p. 123-124.
  • 77 A.M.S., XXI, 37, f. 553 r » et v°.

44Quant à Guillaume Houbraque, le successeur d’Alexandre, il prêcha pendant six semaines à l’Église française, avant de se soumettre à une élection. Le 11 septembre 1559, deux anciens de l’Église, Nicolas Guérin et Jérôme Zanchi, avaient prié le Magistrat de lui donner l’autorisation de prêcher72 et c’est le 26 octobre, un jeudi, qu’en présence des trois kirchenpfleger de l’Église française, trente-quatre fidèles l’élirent à une majorité de trente-trois voix. Deux autres candidats étaient en présence : Jean Garnier, alors en Hesse, qui reçut une voix, et Jean Loquet, que l’on savait occupé dans le comté de Nassau-Sarrewerden73. Les 31 octobre et 6 novembre, les kirchenpfleger procédèrent à l’examen du ministre élu74. Houbraque leur demanda à cette occasion d’écrire à l’Église française de Francfort qu’il n’avait pas officiellement quittée et au surintendant du comté de Nassau-Sarrewerden, à qui il avait fait quelques promesses en août. Le 20 novembre, à la demande du Magistrat, il rédigea une confession de foi75. Tout en formulant quelques réserves à son sujet76, les ministres déclarèrent au Magistrat qu’il « pouvait être ordonné pasteur (er were zu eim pfarrer zu ordnen77 ».

  • 78 Goldner était un dos seuls membres du Magistrat à bien parler le français. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. (...)
  • 79 A.M.S., II 84b 40, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/8).

45Enfin, le 12 novembre 1559, — la procédure avait duré plus de trois mois ! — Houbraque fut présenté à ses collègues du Convent. Le 24, il l’était aux fidèles de l’Église française. Georges Goldner, le secrétaire du Conseil des XV78, adressa la parole aux réfugiés en ces termes : « Noz seigneurs, le noble magistrat de ceste ville, ayans pour certaines raisons par cy devant faict cesser maistre Pierre Alexandre de son office, voyans que ceste église françoise ne pourrait consister estant destituée de pasteur, ains seroit en danger de ruyne et perdition entièrement, ont ordonné que par les députez et anciens et plusieurs notables personnes de ladicte église fust faicte élection selon la coustume des aultres églises et paroisses. Estant despuis nos dicts seigneurs advertis que maistre Guileaulme Le Bracq, par le plus de suffrages et quasi d’une commune voix de tous, a esté deuement esleu, ilz l’ont confermé, constitué et estably en l’office d’un pasteur de ladicte église françoise, et ordonné que, après qu’il seroit présenté aux prédicateurs allemans pour frère de leur congrégation et convent ecclésiasticque, il vous seroit pareillement offert et présenté pour vostre ministre [...]79. »

46Jean Garnier, Pierre Alexandre et Guillaume Houbraque : ces trois cas bien documentés mettent en évidence la pratique de l’Église française de Strasbourg en matière d’élection de ministre. C’étaient les anciens qui dressaient la liste des candidats à l’élection. Dans un cas, celui d’Alexandre, le Magistrat s’est occupé lui-même du recrutement. Garnier et Houbraque, eux, se portèrent candidats à la demande des fidèles. Ni l’Église de Genève, ni aucune autre Église extérieure ne fut consultée. Les candidats trouvés, ils prêchaient devant la communauté pour qu’elle puisse se faire d’eux une opinion. Ensuite, l’on procédait à l’élection. Il s’agissait non d’une cooptation, comme à Genève ou en France, mais d’une véritable élection : les textes précisent que ce sont « les paroissiens », « les membres les plus capables de l’Église au nombre de quatre-vingts » ou « trente-quatre personnes » qui ont élu respectivement Garnier, Alexandre et Houbraque. Il faut se rappeler que l’Église française de Strasbourg comptait alors entre cent et deux cents membres inscrits. Seuls les chefs de famille ayant fait profession de foi devant l’Église avaient le droit de vote. Il n’est pas sûr, notons-le par la même occasion, que les assemblées électorales aient toujours été bien fréquentées. Garnier et Houbraque, Alexandre peut-être aussi, n’étaient pas des candidats uniques. Est-ce à dire que l’élection du ministre faisait l’objet de ce que nous appellerions aujourd’hui un « débat démocratique » ? Dans les trois cas, le candidat finalement élu s’imposait, mais cela ne signifie pas pour autant que la consultation était de pure forme. Le Magistrat intervenait, quant à lui, après l’élection. Les kirchenpfleger, ses délégués, examinaient l’élu, après quoi ils confirmaient celui-ci dans sa tâche et ils l’installaient officiellement. On lui signifiait en même temps quelle serait sa rétribution. C’est le Magistrat qui engageait les ministres et il n’hésitait pas à le leur rappeler en certaines occasions. Il ne faut pas, enfin, sous-estimer l’importance des ministres, luthériens orthodoxes après l’Intérim d’Augsbourg, dans la procédure. Le ministre de l’Église française allait, en effet, devenir leur collègue. Entre l’élection par la communauté et la confirmation de cette élection par le Magistrat, ils étaient invités à donner leur avis. Ils disposaient, le cas de Houbraque le montre bien, d’un véritable droit de véto.

47La comparaison entre la procédure de désignation des ministres dans l’Église française de Strasbourg et dans les Églises françaises de Wesel et de Francfort fait apparaître entre celles-ci un point commun et deux différences.

  • 80 Cf. supra, p. 336 et 341.

48Ces trois Églises avaient en commun d’élire leur ministre au suffrage de tous les fidèles, exception faite du ministre fondateur, qui devenait ministre sans être élu. Cette anomalie fut du reste relevée un jour par certains membres de l’Église française de Francfort, qui exigèrent que le ministre Poullain, alors en fonction depuis un an, soit élu dans les formes. Mais, par suite de l’intervention de Calvin, leur revendication ne fut pas suivie80.

  • 81 Cf. supra, p. 189. L’élection se fit à Anvers, semble-t-il.
  • 82 Cf. supra, p. 328.
  • 83 Cf. supra, p. 336.
  • 84 Op. Calv., t. XVI, col. 323-325, no 2551.
  • 85 Cf. supra, p. 384.

49Comme à Strasbourg, plusieurs candidats pouvaient, à Wesel et à Francfort, être présentés. Le fait d’une élection, dite parfois « élection publique et canonique » ou « élection solennelle », est bien attesté avec Perrussel et Morillo dans l’Église de Wesel l’hiver 1553-155481, avec Vauville dans l’Église de Francfort au début de 155582, avec Perrussel dans la même Église à la mort de Vauville, en novembre 155583, et, après qu’il eut refusé son élection parce qu’il voulait demeurer à Wesel, à nouveau en septembre 155684, enfin avec Arnaud Banc en décembre 156185.

  • 86 Cf. supra, p. 455. Sur les rééditions de la Liturgia sacra : p. 319.

50La procédure des élections pastorales dans l’Église française de Francfort est connue avec précision grâce aux éditions francfortoises de la Liturgia sacra de Valérand Poullain. Le chapitre consacré à « l’ordre des ministres et leur institution », un document cité plus haut à propos des élections à l’Église française de Strasbourg86, fut, en effet, profondément remanié en 1554, à l’occasion de l’installation des réfugiés à Francfort et, quelques modifications ayant entretemps été introduites dans la procédure, de nouveau en 1555.

  • 87 Honders, Liturgia sacra, p. 222, 224.

51Avant le vote, « les ministres et les anciens » dressaient la liste des candidats87. Qui étaient ces « ministres » dont parle le texte ? Depuis l’arrivée de Morillo à Francfort, en juin 1554, Poullain avait un collègue. D’autre part, une Église anglaise fut instituée en juillet. Les ministres chargés de surveiller le bon déroulement des élections n’ont certainement pas été, comme à Strasbourg, ceux des autres paroisses de la ville, luthériennes comme on sait, mais plutôt le second ministre de l’Église française et son collègue de l’Église anglaise.

52A tous les membres de l’Église ayant fait profession de leur foi, les ministres remettaient, le jour de l’élection, un caillou. On mettait en évidence dans le temple autant d’urnes qu’il y avait de candidats et en plus une urne pour ceux qui ne voulaient pas voter pour les candidats désignés par les ministres et les anciens. Chacun était alors invité à déposer son caillou dans l’urne portant le nom du candidat de son choix. Mais le vote était secret et l’on devait, en cachant une main par l’autre, simuler le geste du vote aux autres urnes, de manière à ce que l’Église ignore qui l’on avait élu. L’élection faite, les noms de tous ceux qui avaient reçu au moins une voix étaient proclamés, comme ils l’étaient à Strasbourg, et si deux candidats recueillaient le même nombre de suffrages, on refaisait l’élection. Ensuite, le candidat élu était examiné par les ministres et les anciens et, alors seulement, il était déclaré ministre.

53L’usage des cailloux devait présenter des inconvénients car, selon la seconde édition francfortoise de la Liturgia sacra, en 1555, l’Église avait opté pour le système des billets. Chaque électeur recevait un billet portant le nom de tous les candidats : il lui fallait biffer les noms de ceux dont il ne voulait pas comme ministre et remettre le papier aux ministres et aux anciens qui se tenaient debout dans le temple, en train de surveiller si tout se faisait en bon ordre et sans fraude. Le reste de la procédure demeurait inchangé.

  • 88 Diego De La Cruz, sur lequel supra, p. 186.
  • 89 Op. Calv., t. XVI, col. 324, no 2551.

54Ces renseignements sont confirmés par le récit que fit un des ministres, François Perrussel, de sa propre élection à l’Église française de Francfort, l’année suivante. Sans être, il est vrai, aussi prolixe que Valérand Poullain dans la Liturgia sacra, Perrussel racontait, lui aussi, comment s’effectuaient les élections, dans la lettre qu’il adressa au Consistoire d’Emden le 14 septembre 1556 : « Est icy [à Wesel] arrivé maistre Jaques Espagnol88 de Francfort, qui m’a signifié que ladicte église répète sur moy l’élection et vocation qu’elle fist il y a un an solennellement, par une aultre et solennelle élection, en laquelle l’Église de Genesve estant proposée première pour y pourveoir elle a eu dix suffrages, puis maistre Jehan Garnier estant second proposé a eu huit suffrages, puis moy estant tiercement proposé ay eu cent dix-huit suffrages89. »

  • 90 Op. Calv., t. XVI, col. 230, no 2500.

55On ignore comment Maître Mathys, David Véran et Louis Ponier sont devenus ministres à l’Église française de Wesel, ainsi que François Philippi à celle de Francfort. Quant à Guillaume Houbraque, très curieusement, il ne fut pas élu en juillet 1556. La chose était pourtant prévue. Poullain ne rapportait-il pas à Calvin que l’on avait retardé l’élection d’un second ministre en remplacement de Richard Vauville, le temps que Houbraque arrive à Francfort ? Mais, poursuivait-il, quand il fut là, « nous l’avons cru à ce point envoyé par Dieu que nous l’avons confirmé ce dimanche sans élection par le peuple. A celui-ci toutefois on avait demandé s’il était d’accord90. » Houbraque n’a donc pas été élu régulièrement, mais le principe de l’élection du ministre par la communauté n’était pas remis en cause pour autant.

  • 91 Op. Calv., t. XVI, col. 299, no 2538.
  • 92 Cf. supra, p. 346.

56C’est qu’à Francfort on était habitué à voter. Quand Poullain remit sa démission après l’arbitrage de sa dispute avec Augustin Le Grand en septembre 1556, la communauté fut invitée à se prononcer par un vote sur le bien-fondé de cette décision. « Certains doutent que l’on puisse occuper le poste de pasteur contre l’avis de l’Église91 », avait-il déclaré, mais il ne suivit pas l’Église, puisqu’il démissionna quand même, après qu’une majorité de fidèles se fut déclarée favorable à son maintien en fonction92.

  • 93 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

57Autant que l’on sache, le Magistrat n’est intervenu dans la désignation des ministres étrangers ni à Wesel, ni à Francfort. Ceux-ci, au demeurant, n’étaient pas rétribués par lui. Quel contraste avec la situation strasbourgeoise, où le ministre de l’Église française était considéré comme un fonctionnaire de la ville ! Là, il était élu par l’Église, certes, mais sa nomination dépendait, en dernière instance, du bon vouloir du Magistrat. A Francfort, le ministre Banc, une fois élu par l’Église, fut bien « présenté au Sénat », comme l’indique une lettre de Houbraque93. Cependant, l’épisode se situe en décembre 1561 : l’Église française venait d’être fermée sur ordre du Magistrat et, en élisant Banc, les réfugiés avaient surtout en vue d’obtenir sa réouverture.

  • 94 Cf. supra, p. 462.

58L’Église française de Strasbourg a recruté tous ses ministres sans faire appel à une Église extérieure. Il n’en a pas été de même à Wesel et à Francfort. En 1554, la première de ces Églises a reçu les ministres Perrussel et Morillo d’Anvers et l’on ignore d’où venaient les ministres en fonction avant l’Intérim d’Augsbourg. Deux des ministres de l’Église française de Francfort, Vauville et Houbraque, étaient des envoyés de Genève. Les autres ministres avaient été recrutés, il est vrai, autrement. Le cas de Perrussel, en particulier, est intéressant. Dans le récit de sa seconde élection, il faisait mention du fait que « l’église de Genesve » avait été « proposée première pour y pourveoir »94. Les termes employés semblent indiquer que les réfugiés de Francfort faisaient confiance à l’Église de Genève quel que fût le candidat proposé par elle. Effectivement, en 1556, l’Église de Genève commençait déjà à devenir un fournisseur attitré de ministres. Or, l’élu fut Perrussel, à une très grosse majorité de voix. Ainsi, l’Église française de Francfort avait beau faire appel à l’Église de Genève en certaines occasions, elle n’en conservait pas moins son indépendance par rapport à elle.

  • 95 Cf. supra, p. 321, 324, 326 et 357.
  • 96 Cf. supra, p. 205 et 221.

59L’Église anglaise de Francfort procéda, elle aussi, à l’élection de ses ministres en septembre 1554, en avril 1555, en mars 1556 et en mars 155795, de même que l’Église anglaise de Wesel, en octobre 1555 et en décembre 155696. On peut supposer que les autres Églises anglaises de la vallée du Rhin en ont fait autant.

  • 97 Citation d’après la traduction française du traité, Toute la forme et manière du Ministère ecclési (...)

60A l’Église flamande de Francfort également, les ministres ont été, vraisemblablement en tout cas, élus par la communauté. Malheureusement, aucun témoignage n’a été conservé à ce sujet. Cette Église avait été fondée par Jean Łaski et l’ancien surintendant des Églises étrangères de Londres s’était fait le champion des droits du peuple dans l’Église. Il publia en 1555, à Francfort précisément, un ouvrage qui systématisait les données de l’expérience londonienne. « Le Ministère pur et légitime [a failly], y expliquait Łaski, quand l’autorité d’eslire a été translatée du peuple au Magistrat et finalement au Pape et à ses fatalitez iurés97. » Le Polonais n’était pas favorable, comme l’étaient les ministres de Genève, à la cooptation. « A estraindre [l’élection populaire et publique des Ministres] à un ou à peu d’autres, il y a tousiours grand danger. » Pour lui, deux conditions devaient être remplies pour que l’élection fût valable, c’est-à-dire conforme à l’Écriture : « que l’autorité du peuple en l’Église ne fût du tout mesprisée et que tout cependant soit faict honnestement et par ordre. »

  • 98 Bradshaw, Réformateurs, p. 134.

61« C’était pour la Réforme, écrit un historien contemporain98, un principe que l’élection des candidats au ministère appartenait à l’Église toute entière. Il faut cependant reconnaître que la pratique n’était pas toujours en accord avec la théorie, qu’on pouvait être empêché de l’appliquer concrètement, et que l’élection fut souvent confinée à divers groupes ou individus. » A Wesel au moins et à Francfort, le principe était respecté dans sa littéralité. Łaski avait des émules.

  • 99 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15). Cf. supra, p. 291.
  • 100 Cf. supra, p. 297.
  • 101 Cf. supra, p. 273.
  • 102 Cf. supra, p. 282. C’est alors qu’Arnaud Banc fut nommé ministre.
  • 103 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15).

62Reste le cas du val de Liepvre. Comme le précisaient la lettre de congé d’Arnaud Banc99, une supplique de Houbraque et des anciens de l’Église française de Strasbourg au seigneur de Ribeaupierre100 et — en d’autres termes — la chronique de Claude Rouget101, les ministres y étaient « appelés et ordonnés légitimement » au ministère. On sait qu’au val de Liepvre aucun ministre n’est entré en fonction dans l’Église française sans l’autorisation du seigneur de Ribeaupierre, à l’exception d’Élie de Hainaut, qui précisément, notait Rouget, n’était pas un « ministre arresté ». Lorsqu’en 1561, le desservant catholique de Sur l’Hâte, Maître Noé, quitta le val de Liepvre, Matins Erb rappela au seigneur de Ribeaupierre que c’était à lui, en tant que collateur de cette église, de désigner un successeur à Maître Noé102. L’année suivante, s’agissant de Jean Figon, Houbraque et les anciens de l’Église française de Strasbourg devaient lui écrire que, constitué par Dieu « protecteur » des Églises de sa seigneurie, il était chargé de « les establir et les maintenir en la pureté de l’évangile »103.

  • 104 Op. Calv., t. XVIII, col. 269, no 3292.
  • 105 Op. Calv., t. XIX, col. 421, no 3792.
  • 106 Voir un cas semblable à l’Église française de Londres : le ministre Nicolas Des Gallars, arrivé en (...)
  • 107 Cf. supra, p. 301.

63Mais était-ce au seul souverain d’« appeler » le ministre, en sorte que sa vocation fût reconnue légitime ? Quel était le rôle de la communauté ? Il n’existe à ce sujet qu’un seul témoignage, la lettre déjà citée du ministre et des anciens de l’Église française de Strasbourg à Éguenolphe de Ribeaupierre. « Nous vous prions trèshumblement, et d’une singulière affection, qu’il vous plaise employer l’authorité que Dieu vous a donnée, à ce que nul n’entre, ny demeure au ministère de l’église en vostre seigneurie, s’il n’est légitimement élu selon l’ordre de l’église, confirmé par vostre authorité, et accepté en peuple, et par ce moyen seul, vos églises demeureront paisibles et unes ensemble entre elles, et avec toutes les églises de Dieu. » L’« élection légitime » dont parle la lettre était-elle une élection populaire comme à Francfort ou bien la communauté se contentait-elle d’« accepter » le ministre, comme à Genève par exemple ? La seconde hypothèse semble la meilleure. Quatre des six ministres « légitimes » furent demandés par l’Église française du val de Liepvre à une Église sœur : Loquet à celle de Strasbourg, de Morel à celle de Lausanne, Banc à celle de Genève et Figon à celle de Metz, sur intervention de Calvin. On ignore à la suite de quelles circonstances Marbœuf est arrivé dans le val de Liepvre. Nicolas François fut le seul à avoir été recruté sur place. Il semble qu’à Eschery et à Sainte-Marie un ministre envoyé par une Église sœur avec un bon témoignage était reconnu légitime. Le silence des sources, exception faite de notre document, invite à penser qu’une élection formelle par la communauté n’était pas ici jugée nécessaire. Le ministre était bien « élu » — le mot revient deux fois dans la correspondance, sous la plume de Calvin104 et sous la plume d’Erb105 — mais c’était par la Compagnie des Pasteurs de Genève106. Quant à Nicolas François, qui, lui, n’était recommandé par personne, il dut faire confession de sa foi devant le Consistoire en 1562, avant d’entrer en fonction107. Un ministre de l’Église voisine de Metz, Pierre de Cologne, était présent pour vérifier l’orthodoxie du candidat au ministère.

  • 108 Cf. supra, p. 301.
  • 109 Cf. Bornert, Réforme protestante du culte, p. 430-431. Sur l’imposition des mains dans l’ecclésiol (...)
  • 110 Von Allmen, Saint Ministère, p. 47.
  • 111 Le passage relatif à l’imposition des mains est omis dans l’édition francfortoise de la Liturgia s (...)
  • 112 Cf. supra, p. 334.
  • 113 Brieff discours, p. 126.

64Un auteur du siècle suivant, le pasteur Le Bachellé, rapporta que Nicolas François « receut l’imposition des mains »108, sans préciser d’ailleurs par qui. On se souviendra qu’en 1540 Bucer et Calvin avaient imposé les mains au jeune diacre Nicolas Parent. Bucer était attaché à ce rite d’origine biblique et, dans un Strasbourg devenu luthérien, Marbach devait en maintenir la pratique109. En Suisse et en France, le geste de l’imposition des mains, sans être vraiment proscrit, suscita une certaine méfiance dans les Églises de tradition réformée, parce qu’on y voyait un prétexte à superstition110. Il n’en fut pas de même dans les Églises d’étrangers de la vallée du Rhin, à Strasbourg au temps de Calvin, nous venons de le voir, et plus tard aussi, selon la Liturgia sacra de Poullain, au val de Liepvre également, ainsi que, le cas est encore plus remarquable, à Francfort. Les nouveaux ministres ne recevaient pas l’imposition des mains dans l’Église française de cette ville111, mais bien les anciens112 et, dans l’Église anglaise, les ministres eux-mêmes étaient ordonnés de cette manière, même après les changements introduits dans l’ordre de l’Église en 1557113.

5. L’entretien du ministre

  • 114 Mais le Magistrat ne rétribuait pas les diacres. Cf. supra, p. 448.
  • 115 Extrait, vers 1600, du premier Protocole des Scolarques (l’original est perdu), séance du 1er févr (...)
  • 116 Rott, Jean Calvin prébendier, p. 50-63.
  • 117 Op. Calv., t. X, col. 274, no 148.

65A Strasbourg, les frais d’entretien du ministre de l’Église française étaient pris en charge par le Magistrat114. Calvin, qui était en même temps ministre et professeur à l’École, reçut des scolarques, à partir du 1er mai 1539, une allocation d’un florin par semaine, soit 52 florins par an115. Comme les autres professeurs de la ville, on le remunéra par une prébende, la deuxième chapellenie de la cathédrale de Strasbourg116. Les premiers mois, Calvin a vraisemblablement été entretenu aux frais des fidèles. Le 24 octobre 1538, écrivant à Farel, le jeune ministre fit en effet allusion à une maison que l’Église allait louer « grâce aux collectes » (ex collationibus)117, pour le prix de 5 batzen par semaine, ce qui représente 17 florins et 40 sous par an. Cette maison était destinée à des étudiants de langue française. Il se peut que Calvin y ait logé. La lettre révèle, en tout état de cause, que les fidèles pouvaient à l’occasion se montrer généreux.

  • 118 Op. Calv., t. XI, col. 460, no 432.

66Pierre Brully, qui n’était pas professeur à l’École comme son prédécesseur, avait des embarras d’argent. En octobre 1542, il dut faire intervenir Jean Sturm auprès de Calvin à Genève, car il n’était pas en mesure de lui rembourser une somme due dans les délais prévus118.

  • 119 Cf. supra, p. 74, 456.
  • 120 Un ducat valait à Strasbourg légèrement plus qu’un florin. Cf. supra, p. 467, note 2.
  • 121 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 r° et v°.
  • 122 A.M.S., II 84b 2.
  • 123 A.M.S., XXI, 33, f. 316 v° (12 août 1555). A Strasbourg, un rézal (vierter) de céréales ou de frui (...)
  • 124 Cf. supra, p. 100.
  • 125 Cf. supra, p. 101.

67Son successeur Jean Garnier allait toucher 50 florins par an. Il est probable que, avant lui, Brully a reçu également un salaire du Magistrat, mais on en ignore le montant. Revenons à Garnier. En 1545, pendant six mois, il prêcha sans être payé119 et il ne lui resta bientôt plus rien de la somme — 25 ducats120 — qu’il possédait en arrivant à Strasbourg. C’est ce qu’il allait déclarer neuf ans plus tard, le 1er février 1554, aux commissaires du Magistrat, alors qu’il était sommé par le groupe des « cinq » de se justifier dans une affaire d’argent au demeurant fort ténébreuse121. Garnier fut engagé finalement au salaire de 50 florins par an, nous venons de le voir. Le 25 juin 1552, il réclama au Magistrat le doublement de son salaire, dans une supplique. « Ma famille s’est accrue par le bienfait de Dieu, expliquait-il. La chèreté et la pénurie de toutes choses augmentent de jour en jour. » Cent florins, ce n’était pas « un luxe mais une nécessité »122. Le ministre fut alors, quoique partiellement, exaucé. En effet, en 1555, au moment où il perdit son poste, on sait qu’il touchait un salaire en espèces de 80 florins par an, complété par un versement annuel de 10 rézaux de froment et de 6 rézaux de seigle. Il était, en outre, logé aux frais de la ville123. Pour compléter ces revenus encore insuffisants, il donnait des cours de français à quelques jeunes aristocrates allemands venus à Strasbourg pour leurs études124. On ajoutera qu’à son départ, il reçut du Magistrat un viatique de 12 florins125.

  • 126 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555) et 41, f. 385 v° (22 septembre 1563). Quand les (...)

68La source du financement n’était plus, comme au temps de Calvin, le fonds des écoles. Probablement dès 1542, le Magistrat avait confié le soin de rémunérer le ministre welche à l’Aumônerie générale (gemeine almosen), l’organisme chargé, depuis l’introduction de la Réforme à Strasbourg, de la bienfaisance municipale et qui disposait, à cet effet, des revenus du couvent Saint-Marc126.

  • 127 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555).

69Le temps qu’il fut ministre, Pierre Boquin fut payé au même taux que Garnier. Le 7 octobre 1555, sa charge remplie, le Magistrat lui octroya une allocation supplémentaire de 80 florins, le salaire d’un an, déductions faites des versements en nature, payables trimestriellement127. C’était une manière de le dédommager des embarras que lui avaient causés ses compatriotes à l’Église française.

  • 128 A.M.S., II 84b 25 (document reproduit infra, annexe II/5).
  • 129 A.M.S., XXI, 33, f. 316 v°-317 r° (12 août 1555).
  • 130 A.M.S., XXI, 38, f. 70 r°.

70Comme Garnier en 1545, Pierre Alexandre était dans la gêne au moment où le Magistrat le nomma ministre de l’Église française de Strasbourg. Le 10 juin 1555, encore à Lausanne, il avait envoyé cet appel à Frédéric de Gottesheim, le kirchenpfleger : « Monseigneur, vous scavez le temps le long temps qu’il y a que je suis oiseux, pour attendre l’endroict où il plairoit à messeigneurs de vostre conseil m’employer à leur service. [...]. Je n’ay pas plus grand moyen de m’entretenir en ceste sorte, pour avoir à grands fraiz discouru ça et là tout cest an passé et faict rendre mes hardes jusques à Strasbourg, tellement que j’ay tantost tout consummé ce qu’il avoit pieu à Dieu me mectre en main128. » Alexandre aurait voulu être payé 100 florins par an et recevoir gratuitement son bois de chauffage. Après discussion, le Magistrat décida de lui octroyer un salaire annuel de 80 florins et de 16 rézaux de fruits ainsi que le logement. Pour avoir attendu si longtemps, il reçut en outre une somme de 20 florins. Sur ce point au moins, il avait obtenu satisfaction129. Quand il fut sur le point de quitter la ville, le 24 février 1560, Alexandre déclara au Magistrat qu’il était « dans la nécessité » (in durfftigkeit). Il reçut à cette occasion une somme de 20 florins, le quart de ce que Boquin avait reçu en de pareilles circonstances130.

  • 131 A.M.S., XXI, 41, f. 385 v° (22 septembre 1563).
  • 132 Cf. Histoire de Strasbourg, t. II, p. 325. Sur les effets de la dépréciation monétaire à Strasbour (...)

71Quant à Houbraque, il touchait, au moment où il fut congédié, un salaire de 80 florins en espèces et de trois demi-rézaux de fruits131. Comparé à celui d’Alexandre huit ans plus tôt, son pouvoir d’achat avait nettement diminué. Les prix avaient monté partout en Europe. A Strasbourg, le prix du blé avait ainsi doublé de 1529 à 1560 et, après cette date, le mouvement à la hausse s’accrut encore132. Comme en même temps son salaire en nature était, si l’on se réfère à celui de son précesseur, amputé des neuf dixièmes, il n’est pas exagéré de dire que le ministre de l’Église française subissait un appauvrissement certain, à l’heure où les autorités décidèrent de mettre fin à ses fonctions.

  • 133 Cf. J. P. Kintz, Église et société strasbourgeoises du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe si (...)
  • 134 Cf. Engel, École latine, p. 21.
  • 135 Histoire de Strasbourg, t. II, p. 479.
  • 136 Cf. Kintz, op. cil., p. 48.
  • 137 Histoire de Strasbourg, t. II, p. 479.
  • 138 Cf. Vogler, Clergé protestant rhénan, p. 158.
  • 139 Bergier, Salaires, p. 168.
  • 140 Du temps de Calvin, un florin genevois valait environ 5 écus d’or de France. Cf. Koerner, Solidari (...)

72Comparons maintenant les revenus du ministre de l’Église française de Strasbourg à ceux de leurs collègues luthériens ou des ministres d’autres villes semblables. En 1561, le pasteur de Saint-Pierre-le-Jeune, une paroisse bien dotée, touchait un salaire de 200 livres (110 florins), auquel s’ajoutaient 20 rézaux de céréales ; en 1564, le vicaire de Saint-Pierre-le-Vieux recevait, lui, 150 livres et 24 rézaux de céréales133. Les maîtres de l’École étaient bien payés s’ils étaient titulaires d’une prébende : Jean Sturm était payé 140 florins en 1537134, Gérard Sevenus 200 florins en 1550135 et Jean Pappus 150 florins, augmentés de 200 rézaux de céréales, en 1579136. Autrement, ils ne touchaient pas plus de 60 à 70 florins par an, tout compris137. Dans le Palatinat, le salaire global des pasteurs, calculé en florins rhénans, variait de 24 à 266 florins selon les localités, la moyenne étant de 110 florins. Dans ces régions, la part des revenus en nature était plus importante que celle des revenus en espèces138. A Genève, Calvin toucha, de 1541 à 1562, un salaire de 500 florins en monnaie de compte genevoise, au titre de modérateur. Les autres ministres de la ville recevaient, eux, 240 florins et ceux de la campagne 200 florins, Il s’y ajoutait un salaire en nature plus important à la campagne qu’en ville. En 1563, le salaire en espèces de ces trois catégories de ministres passa respectivement à 500, 300 et 240 florins139. Comme un florin genevois valait approximativement trois fois moins qu’un florin strasbourgeois140, cela signifie que les ministres des deux villes, sans tenir compte du modérateur, recevaient une rémunération sensiblement égale, à la mort de Calvin. La plupart des pasteurs palatins étaient logés à la même enseigne. Quant aux ministres de l’Église française de Strasbourg, ils étaient moins bien payés que leurs collègues tant strasbourgeois que genevois ou palatins, mais la différence de salaire n’était pas considérable. Cependant, ces estimations n’ont qu’une valeur purement indicative. Les dépréciations monétaires et les dévaluations se succédant à des intervalles rapprochés, le cours des différentes monnaies, les monnaies réelles et même les monnaies de compte, variaient en effet sans cesse. Une autre complication est la variation du prix des denrées, puisqu’il était de coutume de compléter le salaire en espèces des fonctionnaires municipaux par un salaire en nature. Enfin, d’une ville à l’autre et d’une période à l’autre, les salaires n’étaient pas calculés de la même manière : tel ministre recevait du blé, tel autre des fruits et le troisième du vin, chacun dans des proportions différentes !

  • 141 Voir à ce propos les registres de la diaconie de l’Église française de Francfort (F.S.A., F.R.G. 7 (...)
  • 142 Sur les ressources des Églises du refuge, cf. infra, p. 521-525.
  • 143 F.S.A., F.R.G. 178-181. Sur les monnaies francfortoises : Elsass, Umriss, t. IIA, p. 9 et passim.
  • 144 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 28 mai 1555, f. 17 r° (Meinert, Eingliederung, p. 10).
  • 145 Cf. Elsass, op. cit., t. IIA, p. 620.

73A Francfort, un même phénomène s’observait : comme à Strasbourg, les ministres étrangers étaient moins bien payés que leurs collègues autochtones. Mais dans le refuge francfortois, les conditions matérielles des ministres étaient encore plus précaires qu’à l’Église française de Strasbourg. Ici, ils étaient employés par la ville ; là, ils étaient à charge de l’Église141. Garnier, Alexandre et Houbraque recevaient un salaire de 80 florins par an et plusieurs rézaux de céréales ou de fruits ; les ministres de l’Église française de Francfort — la seule Église étrangère de la ville dont nous connaissions le salaire des pasteurs— avaient pour tout gage 16 livres par an, ce qui représentait 19 florins francfortois et 14 schillings. Cette somme leur était versée, à raison de 4 livres tous les trois mois, par la caisse de la diaconie, qu’alimentaient les dons des fidèles et des amis de l’Église142. De 1554 à 1561, le montant de ce modeste salaire ne varia pas143. La ville n’intervenait d’aucune manière dans le traitement des ministres étrangers. Un jour, Valérand Poullain demanda à être exonéré de la taxe du vin. « Qu’il se considère comme un autre bourgeois », reçut-il pour toute réponse144. Signalons à présent, pour la comparaison, qu’en 1540 un Pierre Geltner touchait comme ministre 150 florins et ses trois collègues 125 florins chacun145. La différence était donc de taille. Il est vrai que les ministres de l’Église française disposaient peut-être de revenus complémentaires et qu’ils ont sans doute été logés par l’Église. Dans ce domaine, toutes les hypothèses sont possibles.

  • 146 Rappelons qu’à son départ le Magistrat fit à Łaski don d’une somme de 10 florins. Cf. supra, p. 34 (...)
  • 147 Cf. supra, p. 356.
  • 148 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89, no 10.

74Quant à l’Église flamande de Francfort, elle n’entretenait pas non plus grassement ses ministres. Ce sont des considérations financières, semble-t-il, qui ont empêché Michiels et Backereel d’y venir seconder le ministre Dathenus en 1557. Łaski, retournant en Pologne, avait laissé à ses compagnons de refuge une somme destinée à couvrir les dépenses extraordinaires146, de sorte que l’Église pouvait prendre en charge les frais de voyage du futur ministre. Dans une lettre à l’Église d’Emden, Dathenus signala qu’on pouvait F « entretenir » (erneeren) grâce à un « office de notaire impérial », pour lequel seule était requise la connaissance du latin, du français et de l’allemand. Le service concernait les étrangers, ceux de langue française en particulier147. Cette proposition fut-elle jugée insuffisante ? Aucun candidat, en tout cas, ne se présenta. Pourtant, les ministres étaient rémunérés à Francfort, puisqu’il se trouva un Gisberg de Gueldre pour revendiquer que « les prédicateurs distribuent la parole et les sacrements pour rien »148.

  • 149 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 429.

75Sur le salaire des ministres de l’Église française de Wesel, il n’existe qu’un seul témoignage, la lettre écrite par Perrussel à Pierre Du Val le 29 septembre 1554. La condition des ministres n’était pas fort confortable, s’il faut en croire l’auteur de la missive : « Quelle chose me pourioit avoir provoqué à desdire ycy mon opinion [...]. Si on parle de l’aise de la chair et du proffit temporel, escoutez : depuis que je suis ycy, j’ay mangé tout ce qu’ay aporté d’Angleterre et doibz 6 livres que j’ay empruntez et suis prest d’emprunter d’aultre sur mes meubles et sur la laisse de ma maison trop avanturée149. »

  • 150 Cf. supra, p. 268.
  • 151 Les petites dîmes avaient été rachetées par les habitants du val de Liepvre à l’évêque de Saverne (...)
  • 152 A.H.R., E 2806. Cf. supra, p. 303. Ce document capital complète et corrige les indications fournie (...)

76Toute autre était la situation au val de Liepvre. Si le desservant de l’église du Pré, catholique et, depuis Pierre Hoger, luthérien, était rétribué directement par la confrérie des mineurs150, celui de la paroisse d’Eschery touchait, quant à lui, les trois quarts de la grande dîme151 attachée à l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Sur l’Hâte, le quart restant servant à couvrir les frais généraux de la paroisse. Quand, en 1561, le dernier recteur catholique d’Eschery, Maître Noé, quitta le val, le seigneur de Ribeaupierre reprit possession de la dîme et il en rétrocéda les trois quarts au ministre de l’Église française, installé entretemps à Eschery, pour son entretien, le dernier quart étant affecté aux besoins du culte. En 1564, les habitants luthériens demandèrent au souverain de leur rendre cette dîme pour qu’ils puissent entretenir comme « dans le passé » (vont alters her) eux-mêmes un ministre152. Ils n’obtinrent pas cependant satisfaction et, au XVIIIe siècle, les réformés conservaient toujours le bénéfice de cette dîme.

77Pour comparer les revenus des ministres d’Eschery à ceux des autres ministres du refuge, il faudrait connaître ce que rapportait la grande dîme de Sur l’Hâte. Cette donnée, malheureusement, fait défaut.

78Le problème du salaire des ministres dans les Églises d’étrangers n’a été qu’abordé dans les pages qui précèdent. En ce domaine, la part d’ombre l’emporte de beaucoup sur celle de lumière. Les indications les plus sûres concernent les lieux où le pouvoir civil rétribuait directement les ministres : à Strasbourg et, à partir de 1561, au val de Liepvre. Prébendes, rentes et dîmes : des revenus existaient pour donner au ministre les moyens de vivre décemment sinon confortablement. Il est vrai qu’à Strasbourg, avec un salaire nominal constant ou presque, il perdait peu à peu de son pouvoir d’achat. Quelques mois de prédication gratuite suffisaient à le mettre dans la gêne. Assurément, ses collègues luthériens étaient mieux lotis. Dans les autres Églises du refuge, les ministres étaient rétribués par l’Église, c’est-à-dire qu’ils dépendaient de la générosité des fidèles pour leur entretien. On sait qu’à l’Église française de Francfort, au moins, les diacres étaient en mesure de leur payer régulièrement leurs gages. Mais une allocation telle que celle qu’ils recevaient leur permettait-elle de vivre convenablement ? Et sinon, à Francfort comme ailleurs, que faisaient-ils lorsqu’ils avaient épuisé leurs ressources initiales ? La vie quotidienne des ministres du refuge est encore mal connue.

6. Retrouver un ministère

  • 153 Voir infra, annexe I/3.
  • 154 Cf. supra, p. 441.

79La durée moyenne d’un ministère dans le refuge de la vallée du Rhin avant la mort de Calvin a été d’un an et onze mois153 II n’est tenu compte dans le relevé que des ministères achevés avant 1564. Des 41 ministères ainsi retenus, 7, soit 13 %, sont de durée inconnue. Il n’est pas non plus pris en considération les ministères dont le titulaire n’a pu être identifié. Quelques cas existent dans les Églises anglaises en particulier154. Si les données manquantes étaient disponibles, sans doute obtiendrions-nous un chiffre de durée moyenne du ministère légèrement inférieur à celui qui est indiqué plus haut.

80Entre les 34 durées connues de ministère les écarts étaient quelquefois considérables. La durée médiane d’un ministère a été en effet non pas de vingt-trois mois — c’est la durée moyenne — mais de onze mois, ce qui signifie que les ministères les plus longs étaient aussi les moins nombreux :

Moins de 6 mois

9

6 mois à un an

9

1 à 3 ans

8

3 à 5 ans

6

Plus de 5 ans

2

Total

34

81Ces chiffres expriment bien l’instabilité du gouvernement des Églises du refuge. C’est un sujet sur lequel nous reviendrons. On s’en tiendra ici à un autre aspect du problème : que se passait-il lorsqu’un ministre perdait son poste ?

82Trois ministres sont morts en charge : Morillo, Vauville et Marbœuf. D’autres ont abandonné leur Église par suite d’un événement heureux : les ministres des Églises anglaises que l’avènement d’une reine protestante, Élisabeth, ramenait dans leur pays ou Łaski, à qui était confiée la tâche de réorganiser l’Église protestante de Pologne. Parfois, c’était pour suivre une nouvelle vocation qu’ils renonçaient à leur poste : Calvin que l’on appelait à Genève, Brully aux Pays-Bas ou Morillo, alors ministre à Wesel, à Francfort. Mais le plus souvent le départ des ministres leur était imposé : il était la conséquence des mauvaises suites d’une dispute dans l’Église, d’une dissension doctrinale avec le clergé local, des menaces d’intervention impériale ou, last but not least, de la fermeture de l’Église par le Magistrat.

  • 155 Cf. supra, p. 346.
  • 156 Cf. supra, p. 220.
  • 157 Cf. supra, p. 326.

83Qu’ils aient ou non abandonné volontairement leur charge, les ministres se mettaient aussitôt à la recherche d’un autre ministère, pastoral le plus souvent, professoral quelquefois. Une constatation s’impose : presque tous les ministres du refuge étaient en quelque sorte des ministres à vie. Voici un élément de continuité entre l’Église romaine et la Réforme ! Point de contraste entre le caractère sacerdotal et la permanence de la fonction ministérielle ici observée. Au refuge, on ne relève que deux véritables exceptions à cette règle : Valérand Poullain et Bartholomew Traheron. Après avoir démissionné de leur charge, le premier à l’Église française de Francfort155 et le second à l’Église anglaise de Wesel156, ils n’ont repris aucun ministère, l’un et l’autre se livrant à des activités littéraires, dans le domaine de la théologie il est vrai. Curieusement, la mort devait les surprendre tous les deux assez rapidement. Ils avaient donné leur démission, dans des circonstances fort dissemblables d’ailleurs, le même automne 1556 : aucun des deux ne dépassa l’année 1558. Poullain était âgé d’environ trente-sept ans et Traheron n’avait pas atteint la cinquantaine... David Whitehead abandonna lui aussi toute activité ecclésiastique après avoir démissionné de ses fonctions de pasteur à l’Église anglaise de Francfort en janvier 1556157, mais il reprit du ministère à son retour en Angleterre. Il se peut même qu’il soit redevenu ministre dès 1557, à Francfort, mais la chose n’est pas sûre.

84Que faisait un ministre lorsqu’il était à la recherche d’un nouveau poste ? S’il se trouvait des fidèles pour le suivre lors même qu’il était privé de sa charge, une solution était de fonder ailleurs, ou, plus simplement, de renforcer une Église existante. En 1557, Perrussel se rendit ainsi avec un groupe de réfugiés wallons à Francfort où, fort opportunément, il venait d’être reçu ministre et Lever, que les luthériens avaient chassé comme lui de Wesel, fît route vers Bâle et de là à Aarau. En 1562, Dathenus et sans doute aussi Van Der Heyden fondèrent avec un groupe de réfugiés flamands l’Église de Frankenthal, la fermeture de l’Église de Francfort étant tenue pour définitive. N’oublions pas qu’en 1553 et en 1554 des hommes comme Łaski, Poullain, Vauville et Perrussel avaient gagné Anvers, Emden, Wesel et finalement Francfort dans les mêmes conditions, venant d’Angleterre.

85Cependant, le ministre à la recherche d’un nouveau poste était en général un homme seul, sans Église sinon sans amis. Pour se trouver une « nouvelle condition », deux choses lui étaient nécessaires : un peu d’argent pour subsister en attendant et surtout une lettre de congé, élogieuse autant que possible, de son ancien employeur, l’Église elle-même ou le Magistrat.

  • 158 Cf. supra, p. 467-468, 472, 469.

86On connaît quatre cas où le Magistrat remit au ministre en partance un viatique : à Strasbourg, on donna ainsi 12 florins à Garnier en 1555, 80 florins à Boquin la même année, payables trimestriellement, et 20 florins à Alexandre en 1560 et, à Francfort, on fit don de 10 livres à Łaski en 1556. Par ailleurs, nous avons vu que Garnier disposait de quelques revenus au moment de commencer son ministère à Strasbourg en 1545, de même que Perrussel à Wesel en 1554 et Alexandre à Lausanne en 1555158.

  • 159 R.C.P., t. I, p. 4.
  • 160 Aymon, Tous les synodes, p. 2, art. VIII.

87Dans les Églises de la Réforme, on se méfiait des ministres « sans vocation ». Les Ordonnances ecclésiastiques de Genève, rédigées en 1541 par Calvin principalement, comptaient parmi les « vices qui sont intolérables en un pasteur » celui de « délaisser son esglise sans congé licite et juste vocation159 » et, en 1559, le premier synode des Églises réformées de France, tenu à Paris, précisait dans les « matières générales » : « Les Ministres ne seront envoyez des autres Églises sans Lettres authentiques, ou sans avoir des témoignages suffisans des lieux d’où ils seront envoyez : Et si n’étant pas envoyez, ils se présentent pour être reçus, ils ne le pourront être sans qu’il apparoisse dûëment comment ils se seront gouvernez, & pour quelles causes ils auront laissé leur Église, et s’il y a opposition, on fera comme il a été dit ci-dessus160. »

  • 161 Op. Calv., t. XI, col. 281, note 3.
  • 162 Cf. supra, p. 75.
  • 163 Cf. supra, p. 101.
  • 164 Cf. supra, p. 122.
  • 165 Cf. supra, p. 347.
  • 166 Cf. supra, p. 381.
  • 167 Cf. supra, p. 291.
  • 168 A.M.S., XXI, 33, f. 345 v°-346 r° (26 août 1555).
  • 169 A.M.S., II 84b 29. Cf. Garnier à Bullinger, Marbourg, 20 avril 1557 (Z.S.A., EII 386, f. 247).

88Au refuge aussi, les ministres étaient tenus de ne pas quitter leur poste sans un certificat donnant les raisons de leur départ. Cette lettre de congé (abschied) leur fut délivrée dans tous les cas que nous connaissons par le Magistrat de la ville qu’ils abandonnaient ou, mais ce n’est arrivé qu’une fois au temps de l’Intérim d’Augsbourg, par le collège des pasteurs de la ville. A ce qu’il semble, le Consistoire n’était pas habilité à donner au ministre son congé. Qu’une lettre de recommandation a été effectivement rédigée à l’intention du ministre quand il prenait le départ, nous en avons le témoignage dans les cas suivants : à Strasbourg pour Calvin en 1541161, pour Garnier en 1549162 et — il s’en allait pour de bon, cette fois — en 1555163, ainsi que pour Alexandre en 1560164, à Francfort pour Poullain et pour Łaski en 1556165 et pour Perrussel en 1561166, dans le val de Liepvre enfin, pour Arnaud Banc en 1561167. Le cas de Garnier est intéressant. C’est « les yeux pleins de larmes » (mit weinenden augen) qu’il demanda, en août 1555, au Convent d’intercéder auprès du Magistrat, pour que celui-ci lui remette une lettre de congé168. Le document reçu alors ne devait pas convenir au ministre, installé entretemps en Hesse comme précepteur des petits-enfants du landgrave en attendant de retrouver un nouveau poste de pasteur, car, le 4 juin 1557, il pria le Magistrat de Strasbourg, dans une lettre, de lui en faire parvenir un autre, qui expliquerait la « vraie et juste raison » de son congédiement169.

  • 170 Cf. supra, p. 449-450.
  • 171 Cf. supra, p. 462, 458.
  • 172 Cf. supra, p. 102.

89Ainsi, en un temps où l’on souffrait pourtant de la pénurie de ministres, nous l’avons vu170, il n’était pas toujours aisé de trouver un poste. Candidat malchanceux aux élections pastorales de Francfort en 1557 et de Strasbourg en 1559171, Garnier dut attendre l’année 1562 pour recevoir un appel, de France en l’occurrence, et c’est alors qu’il devint ministre à Metz172.

7. Des statuts différents, des itinéraires comparables

90Tous les ministres du refuge n’étaient pas logés à la même enseigne. A Strasbourg, ils étaient nommés par le Magistrat et entretenus par lui, à l’instar des autres ministres de la ville. Membres du Convent ecclésiastique, ils étaient intégrés au clergé local. La manière dont ils exerçaient leurs fonctions, à savoir le culte, la prédication et l’exercice de la discipline, et le fait qu’ils étaient élus par leurs ouailles, avant que le Magistrat ne les confirme dans leur tâche, distinguaient certes les ministres de l’Église française de leurs collègues strasbourgeois. Une autre différence, évidente celle-là, était qu’ils n’administraient pas comme eux une paroisse territoriale. On notera cependant que les traits les caractérisant n’étaient pas loin de correspondre aux idéaux bucériens en matière de ministère. On songera ici aux « communautés pieuses » (christliche gemeinschaften), piétistes avant la lettre, dont le ministre de Strasbourg avait préconisé la formation avant de partir en exil en Angleterre. C’est du reste à Bucer que l’Église française de Strasbourg devait de distinguer deux degrés de ministère, le prédicateur et l’« aide » ou diacre, et d’avoir adopté la pratique du rite de l’imposition des mains au moment de l’ordination. Les luthériens, émules de Marbach, n’avaient assurément pas moins dévié par rapport à la tradition bucérienne que les réfugiés welches.

91Au val de Liepvre, le pouvoir civil, représenté par le seigneur de Ribeaupierre, avait aussi son mot à dire dans le choix des ministres de l’Église française et, à partir de 1561, il veilla à leur rétribution. Différente était la situation des Églises de Wesel et de Francfort. Les ministres de ces Églises jouissaient d’une autonomie plus grande par rapport au pouvoir que leurs homologues strasbourgeois. Leurs Églises respectives avaient toutefois un statut public. Le cas des petites Églises de Cologne et de Bâle est particulier lui aussi : dans ces Églises domestiques, les ministres étaient attachés au maître de céans, le seigneur de Falais. Avec les Églises du comté de Nassau-Sarrewerden et du Palatinat, nous entrons dans une autre période, celle de la cristallisation définitive de la Réforme en blocs confessionnels distincts et antagonistes. Dans les villages welches comme à Frankenthal, les ministres vécurent en bonne intelligence avec le pouvoir civil qui était, ici plus que là d’ailleurs, de leur bord. Consulté au moment de leur nomination, le souverain du lieu leur permettait d’exercer leurs fonctions dans une suffisante autonomie.

92Les ministres du refuge formaient-ils un corps homogène ? En vérité, la différence des situations n’a pas empêché qu’il y ait entre eux un certain nombre de points communs. Presque tous étaient d’anciens prêtres séculiers ou d’anciens religieux : ils avaient donc été marqués par l’ancienne Église et se trouvaient être des convertis. Autre trait commun, le fait que beaucoup d’entre eux avaient été recrutés sur place et, si une Église extérieure comme celle de Genève avait proposé un candidat de son choix, l’Église gardait par rapport à elle toute sa liberté. Tous, ils exercèrent leur ministère dans des circonstances difficiles et bien souvent ils durent abandonner leur charge prématurément. Retrouver un nouveau ministère était pour beaucoup d’entre eux un souci réel.

Notes

1 Voir infra, annexe I/1.

2 Cf. supra, p. 187.

3 Kingdon, Geneva, p. 6.

4 Kingdon, op cit., p. 9.

5 Cf. supra, p. 321.

6 Kingdon, op. cit., p. 10.

7 Outre Calvin (supra, p. 68), les ministres suivants ont, selon nos sources, opté pour le mariage après leur passage à la Réforme : Pierre Alexandre (A.M.S., XXI, 37, f. 391 r°, 4 septembre 1559), Arnaud Banc (supra, p. 293, note 4), Pierre Brully (supra, p. 271), Élie de Hainaut (ibid.), Jean Garnier (supra, p. 468), Jean Loquet (Op. Calv., t. XVII, col. 225, no 2902), François Perrussel (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 429), Valérand Poullain (supra, p. 313) et Richard Vauville (supra, p. 336, note 4).

8 Erzehlung, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 133 (document reproduit infra, annexe 11/22).

9 Von Allmen, Saint Ministère, p. 170.

10 R.C.P., t. I, p. 1. Cf. Schuemmer, Ecclésiologie, p. 70-71.

11 Dankbaar, Office, p. 118. Sur le ministère du docteur chez Bucer : Bornert, Réforme protestante du culte, p. 426-427. D’un point de vue théologique, Schuemmer (Ecclésiologie, p. 80-85) discute cette affirmation de Dankbaar (op. cit., p. 125) que « l’office du docteur [...] est pour [Calvin] bien plus une certaine forme d’activité qu’un office ». Selon Schuemmer, pour rendre compte de l’ecclésiologie de Calvin dans sa visée profonde, il convient de reconnaître au ministère des docteurs un « contenu spécifique », même si le ministre de Genève n’en a pas nécessairement pris conscience.

12 Von Allmen, op. cit., p. 170.

13 A noter que l’on employait parfois le mot « ministre » comme verbe, transitivement (« ministrer le calice ») ou intransitivement (en français : Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 426 ; en latin : Op. Calv., t. XVII, col. 555, no 3072).

14 Je n’ai pas rencontré cette expression en allemand dans les sources.

15 Cf. infra, p. 448.

16 Voir l’édition critique de cet ouvrage par Honders, Leyde, 1970. Cf. aussi supra, p. 319.

17 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 114-115 (document reproduit infra, annexe II/18).

18 A.M.S., XXI, 24, f. 281, 15 mai 1546 (Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV, p. 98).

19 A.M.S., XXI, 36, f. 525 v° (17 octobre 1558).

20 Voir par exemple : A.M.S., XXI, 30, f. 120 v° (19 avril 1552).

21 Cf. supra, p. 80 et 129.

22 Cf. supra, p. 324.

23 Cf. supra, p. 332.

24 Cf. supra, p. 68.

25 Avec une interruption pour se rendre au val de Liepvre. Sur la nomination de Loquet comme diaconus, voir le Diarium de Marbach, 9 mars 1553 (A.M.S. A.S.T. 198, f. 23 v°) et supra, p. 87.

26 A.M.S., XXI, 38, f. 72 v°-73 r° et 74 r° (26 février 1560).

27 Pierre de Cologne à Calvin, Heidelberg, 2 avril 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 41, no 3175).

28 Cf. Bucer, De ordinatione legitima, dans Scripta anglicana, Bâle, 1570, p. 259 (cité par Bradsham, Réformateurs, p. 130) : « Il y a trois ordres [...] dans l’Église : l’ordre des évêques, ensuite celui des prêtres [...] ; et l’ordre des prêtres qui sont leurs auxiliaires, et qui sont appelés chez nous diacres. » A Neuchâtel et à Lausanne aussi, le ministre était assisté d’un diacre faisant fonction de vicaire. Cf. Von Allmen, Saint Ministère, p. 189.

29 Peut-être une exception supplémentaire à Wesel, mais la chose est loin d’être établie. Cf. supra, p. 226-227.

30 Cf. supra, p. 298.

31 Cf. Meylan, Recrutement, p. 141-149.

32 Op. Calv., t. XII, col. 217, no 729.

33 Op. Calv., t. XV, col. 896, no 2363.

34 Cf. supra, p. 356.

35 Cf. supra, p. 413.

36 Cf. supra, p. 300.

37 Op. Calv., t. XVI, col. 397-398, no 2584. Cf. supra, p. 220.

38 Voir infra, annexe I/2.

39 Cf. infra, p. 563-618.

40 Cf. supra, p. 443.

41 Cf. supra, p. 332.

42 Cf. supra, p. 292.

43 Même situation à Strasbourg au temps de Bucer. Cf. Bornert, Réforme protestante du culte, p. 430.

44 Voir par exemple le cas de Pierre Fournelet (sur lequel, cf. supra, p. 128, note 4).

45 Cf. Meylan, Recrutement, p. 237-248. — Kingdon, Geneva, p. 14-24.

46 La Confession d’Augsbourg, trad. Jundt, p. 63.

47 Texte cité par Ganoczy, Calvin, théologien de l’Église et du ministère, p. 305. En latin : « rite vocatus ».

48 Texte dans Bucer, Deutsche Schriften, t. VII, p. 569-575.

49 Cf. Wendel, Église de Strasbourg, p. 192-196. — Bornert, op. cit., p. 429-431. — Histoire de Strasbourg, t. II, p. 400.

50 Cf. supra, p. 49.

51 Bornert, op. cit., p. 430-431. Sur le rite de l’imposition des mains, cf. infra, p. 466.

52 Cf. Nijenhuis, Calvin and the Augsbourg Confession, p. 112.

53 Op. Calv., t. XI, col. 115, no 255.

54 Cf. supra, p. 71-72.

55 Op. Calv., t. XII, col. 5, no 604.

56 Cf. supra, p. 72-74.

57 Voir page suivante.

58 A.M.S., XXI, 23, f. 255 r° et v° (22 juin 1545) : « Nachdem der pfarrer der welsch kirch, H. Peter [Brully] sellig, sein glauben mit der blut bezeugt, haben die kirchspillkinder, durch das merteill einen, Hans Garniers, erwelt uf meiner herren bestetigung, solang er sich helt. »

59 Propos de Garnier rapporté par Jean Lesplinguel dans sa supplique au Magistrat, [été 1554] (A.M.S., II 84b 20) (document reproduit infra, annexe II/2) : « J’ay, dict-il, faict confession de ma foy devant toutte l’église et ay esté examiné par les prédicans et les docteurs de cette ville. »

60 Honders, Liturgia sacra, p. 220-231. La première partie de l’ouvrage contenait la Liturgia sacra, seu ritus ministerii in ecclesia, quae est peregrinorum profugorum causa Evangelii Christi Argentinae. Cf. p. 54. Les élections décrites par Poullain dans le texte cité sont bien celles de Strasbourg et non celles de l’Église de Londres ou de Glastonbury, car l’ouvrage précisait que les nouveaux ministres devaient être proposés à l’élection par les anciens « avec les autres pasteurs de la ville et les principaux d’entre eux » (cum reliquis aut praecipuis pastoribus aliarum Ecclesiarum eius urbis). Dans l’édition française de 1552, qui fait référence, elle, à la situation anglaise, ce détail disparaît. Voir sur cette question : Bauer, Valérand Poullain, p. 144-146. — Maxwell, Liturgical Portions, p. 168-170. — Will, Première liturgie, p. 524. — Koehler, Zürcher Ehegericht, t. II, p. 519-529.

61 Honders, op. cit., p. 222.

62 Texte cité supra, p. 455, note 2.

63 Sur ce délai : supra, p. 103.

64 Op. Calv., t. XV, col. 666, no 2236.

65 A.M.S., II 84b 21 A, f. 2 r°.

66 Op. Calv., t. XV, col. 721, no 2265.

67 A.M.S., XXI, 32, f. 290 r° (27 juillet 1555).

68 Op. Calv., t. XV, col. 730, no 2272.

69 A.M.S., XXI, 38, f. 4 v° (13 janvier 1560).

70 Op. Calv., t. XVII, col. 700, no 3144 (10 décembre 1555).

71 Op. Calv., t. XV, col. [213], no 1998.

72 A.M.S., XXI, 37, f. 402 r°.

73 A.M.S., XXI, 37, f. 481 v°-482 r°. Cf. A.M.S., II 84b 38, f. 1 r°.

74 Compte rendu dans A.M.S., II 84b 38. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 493 v°-494 v° (8 novembre 1559).

75 A.M.S., II 84b 39 (document reproduit infra, annexe II/7).

76 Cf. supra, p. 123-124.

77 A.M.S., XXI, 37, f. 553 r » et v°.

78 Goldner était un dos seuls membres du Magistrat à bien parler le français. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 575 r° (23 décembre 1559). Sur Goldner et l’Église française, cf. supra, p. 138.

79 A.M.S., II 84b 40, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/8).

80 Cf. supra, p. 336 et 341.

81 Cf. supra, p. 189. L’élection se fit à Anvers, semble-t-il.

82 Cf. supra, p. 328.

83 Cf. supra, p. 336.

84 Op. Calv., t. XVI, col. 323-325, no 2551.

85 Cf. supra, p. 384.

86 Cf. supra, p. 455. Sur les rééditions de la Liturgia sacra : p. 319.

87 Honders, Liturgia sacra, p. 222, 224.

88 Diego De La Cruz, sur lequel supra, p. 186.

89 Op. Calv., t. XVI, col. 324, no 2551.

90 Op. Calv., t. XVI, col. 230, no 2500.

91 Op. Calv., t. XVI, col. 299, no 2538.

92 Cf. supra, p. 346.

93 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

94 Cf. supra, p. 462.

95 Cf. supra, p. 321, 324, 326 et 357.

96 Cf. supra, p. 205 et 221.

97 Citation d’après la traduction française du traité, Toute la forme et manière du Ministère ecclésiastique, Emden, Ctematius, 1556, f. 17 v°. Cf. Denis, Églises d’étrangers, p. 76.

98 Bradshaw, Réformateurs, p. 134.

99 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15). Cf. supra, p. 291.

100 Cf. supra, p. 297.

101 Cf. supra, p. 273.

102 Cf. supra, p. 282. C’est alors qu’Arnaud Banc fut nommé ministre.

103 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15).

104 Op. Calv., t. XVIII, col. 269, no 3292.

105 Op. Calv., t. XIX, col. 421, no 3792.

106 Voir un cas semblable à l’Église française de Londres : le ministre Nicolas Des Gallars, arrivé en 1560, était, selon l’évêque de Londres, Edmond Grindal, « déjà élu et approuvé » par le témoignage de Calvin. Une partie de ses ouailles contestèrent cependant la valeur de cette « élection ». Cf. Denis, Églises d'étrangers, p. 82-83.

107 Cf. supra, p. 301.

108 Cf. supra, p. 301.

109 Cf. Bornert, Réforme protestante du culte, p. 430-431. Sur l’imposition des mains dans l’ecclésiologie de Calvin : Schuemmer, Ecclésiologie, p. 93-95.

110 Von Allmen, Saint Ministère, p. 47.

111 Le passage relatif à l’imposition des mains est omis dans l’édition francfortoise de la Liturgia sacra de Poullain (éd. Honders, p. 224).

112 Cf. supra, p. 334.

113 Brieff discours, p. 126.

114 Mais le Magistrat ne rétribuait pas les diacres. Cf. supra, p. 448.

115 Extrait, vers 1600, du premier Protocole des Scolarques (l’original est perdu), séance du 1er février 1559 (A.M.S., A.S.T. 372, f. 8 r°, dans Regards contemporains, p. 296). Strasbourg frappait monnaie depuis 1508. La base du système monétaire de la ville était le denier (pfennig), le sou (schilling), qui représentait 12 deniers, et la livre (pfund), qui en représentait 240 et 20 sous par conséquent. (Un batzen valait 8 deniers et un groschen 12.) La monnaie de compte était le florin, qui était censé valoir 120 deniers ou une demi-livre. Le florin rhénan (goldgulden), comme monnaie réelle valait plus : 136 deniers en 1536 par exemple ou 144 deniers entre 1542 et 1544. Diverses monnaies étrangères avaient cours à Strasbourg, en particulier le thaler, qui valait 136 deniers, et le ducat, dont le cours était légèrement supérieur à celui du florin rhénan. Cf. Hanauer, Études économiques, t. I. — Winckelmann, Fürsorgewesen, p. xiii-xiv.

116 Rott, Jean Calvin prébendier, p. 50-63.

117 Op. Calv., t. X, col. 274, no 148.

118 Op. Calv., t. XI, col. 460, no 432.

119 Cf. supra, p. 74, 456.

120 Un ducat valait à Strasbourg légèrement plus qu’un florin. Cf. supra, p. 467, note 2.

121 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 r° et v°.

122 A.M.S., II 84b 2.

123 A.M.S., XXI, 33, f. 316 v° (12 août 1555). A Strasbourg, un rézal (vierter) de céréales ou de fruits avait une capacité de 111,5 litres. Cf. Craemer, Verfassung, p. 101.

124 Cf. supra, p. 100.

125 Cf. supra, p. 101.

126 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555) et 41, f. 385 v° (22 septembre 1563). Quand les ressources du couvent Saint-Marc ne suffisaient pas, il arrivait que le Magistrat fasse appel aux « trois fondations » (drei pflegereien) du Béguinage, les fondations dites Zum Offenburg, Zum Turn et Zum Innenheim, dont les revenus étaient affectés précisément à divers usages. Sur ces institutions : Winckelmann, Fürsorgewesen, p. 57 et passim.

127 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555).

128 A.M.S., II 84b 25 (document reproduit infra, annexe II/5).

129 A.M.S., XXI, 33, f. 316 v°-317 r° (12 août 1555).

130 A.M.S., XXI, 38, f. 70 r°.

131 A.M.S., XXI, 41, f. 385 v° (22 septembre 1563).

132 Cf. Histoire de Strasbourg, t. II, p. 325. Sur les effets de la dépréciation monétaire à Strasbourg au XVIe siècle : Kintz, Société strasbourgeoise p. 274-279.

133 Cf. J. P. Kintz, Église et société strasbourgeoises du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, dans Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, t. XIII, 1983, p. 47.

134 Cf. Engel, École latine, p. 21.

135 Histoire de Strasbourg, t. II, p. 479.

136 Cf. Kintz, op. cil., p. 48.

137 Histoire de Strasbourg, t. II, p. 479.

138 Cf. Vogler, Clergé protestant rhénan, p. 158.

139 Bergier, Salaires, p. 168.

140 Du temps de Calvin, un florin genevois valait environ 5 écus d’or de France. Cf. Koerner, Solidarités financières, p. 468-469. Or, 3 écus d’or de France valaient 4 florins du Rhin (ibid., p. 46). Sur le rapport entre le florin rhénan et le florin strasbourgeois, voir supra, p. 467, note 2.

141 Voir à ce propos les registres de la diaconie de l’Église française de Francfort (F.S.A., F.R.G. 78 et sv.).

142 Sur les ressources des Églises du refuge, cf. infra, p. 521-525.

143 F.S.A., F.R.G. 178-181. Sur les monnaies francfortoises : Elsass, Umriss, t. IIA, p. 9 et passim.

144 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 28 mai 1555, f. 17 r° (Meinert, Eingliederung, p. 10).

145 Cf. Elsass, op. cit., t. IIA, p. 620.

146 Rappelons qu’à son départ le Magistrat fit à Łaski don d’une somme de 10 florins. Cf. supra, p. 348.

147 Cf. supra, p. 356.

148 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89, no 10.

149 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 429.

150 Cf. supra, p. 268.

151 Les petites dîmes avaient été rachetées par les habitants du val de Liepvre à l’évêque de Saverne en 1545. Cf. un document de 1700, cité par Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 481.

152 A.H.R., E 2806. Cf. supra, p. 303. Ce document capital complète et corrige les indications fournies par les sources du XVIIIe siècle reproduites par Muhlenbeck (op. cit., p. 481 et 484).

153 Voir infra, annexe I/3.

154 Cf. supra, p. 441.

155 Cf. supra, p. 346.

156 Cf. supra, p. 220.

157 Cf. supra, p. 326.

158 Cf. supra, p. 467-468, 472, 469.

159 R.C.P., t. I, p. 4.

160 Aymon, Tous les synodes, p. 2, art. VIII.

161 Op. Calv., t. XI, col. 281, note 3.

162 Cf. supra, p. 75.

163 Cf. supra, p. 101.

164 Cf. supra, p. 122.

165 Cf. supra, p. 347.

166 Cf. supra, p. 381.

167 Cf. supra, p. 291.

168 A.M.S., XXI, 33, f. 345 v°-346 r° (26 août 1555).

169 A.M.S., II 84b 29. Cf. Garnier à Bullinger, Marbourg, 20 avril 1557 (Z.S.A., EII 386, f. 247).

170 Cf. supra, p. 449-450.

171 Cf. supra, p. 462, 458.

172 Cf. supra, p. 102.

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search