Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

VII. Les « villages welches » du comté de Nassau-Sarrewerden

Texte intégral

  • 1 A.M.S., XXI, 36, f. 488 v°-489 r°.
  • 2 Hist. eccl., t. III, p. 543.

1Dans les derniers jours de septembre 1558, Guillaume Farel rencontra à Strasbourg le diplomate Jean Lenfant, seigneur de Chambrey, et des délégués de l’Église de Metz, pour y discuter des affaires de cette Église. Signalé dans les registres municipaux de Strasbourg1, cet épisode est également rapporté par l’auteur de l’Histoire ecclésiastique des Églises réformées au royaume de France, dans le chapitre consacré à l’Église de Metz2. « L’an 1558, ceux de la religion se résolurent de se déclarer ouvertement & de n’espargner nul moyen pour avoir l’exercice libre & entier. Suivant donc la délibération, [ils prièrent] par letres le sieur de Chembray, leur voisin, & Guillaume Parel, leur ancien père & maistre, de se trouver à certain jour à Strasbourg avec leurs députés, à quoy ils ne faillirent. »

  • 3 Meurisse, Histoire de... l’hérésie dans la ville de Metz, p. 126-132 (d’après l’Hist. eccl., à qui (...)
  • 4 Sarrewerden est une petite localité située à quelques kilomètres au sud de Sarre-Union, ville qui, (...)

2Cette rencontre de Strasbourg eut des suites, non seulement à Metz, ce qui n’a pas échappé aux historiens de cette ville3, mais dans le comté de Nassau-Sarrewerden. Ce petit territoire, qui correspond en gros à l’actuel canton de Sarre-Union, dans le département du Bas-Rhin4, devait, à partir de 1559, devenir un lieu de refuge pour les protestants de Metz, de même d’ailleurs, quoique dans une moindre mesure, pour ceux du duché de Lorraine et du royaume de France. Comme nous allons le voir, ce furent Lenfant et Farel qui négocièrent avec le comte Adophe de Nassau-Sarrebruck cette possibilité.

  • 5 Sa seigneurie lui avait été confisquée par l’évêque de Metz, dont il était le vassal, lorsqu’il s’ (...)
  • 6 François Hotman à Jean Calvin, Strasbourg, 4 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 135, no 2447).
  • 7 A.M.S., XXI, 36, f. 214 v°-215 r°. Cf. supra, p. 113. Lenfant est cité dans un document du 27 avri (...)

3Originaire de Chambrey, un petit bourg proche de Château-Salins5, le premier avait déjà rempli une mission diplomatique à Heidelberg en 1556, pour le compte des protestants de Metz6. Il avait ensuite fait partie, à Metz, de l’Église réformée, jusqu’à ce que le cardinal de Lorraine prononce son expulsion au printemps 1558. Le 23 avril, le Magistrat de Strasbourg lui avait accordé l’asile pour une durée de quinze jours renouvelable7.

  • 8 Guillaume Farel, p. 480. Cf. supra, p. 63.
  • 9 Cf. supra, p. 70.
  • 10 Guillaume Farel, p. 489-501.

4Quant à Farel, lui non plus n’était pas un inconnu à Metz. Son premier séjour dans la ville remonte à 1525 : il avait alors passé une dizaine de jours chez un noble messin acquis à la Réforme, Nicolas d’Esch8. On l’avait revu à Metz en août 1542, à un moment où, sous l’impulsion du maître-échevin Gaspard de Heu, la Réforme semblait pouvoir y être introduite sans trop de difficulté. A peine arrivé, il s’était mis à prêcher, devant une foule nombreuse. Son succès avait été tel que le Magistrat avait pris peur, tandis que le parti catholique reprenait vigueur. Bientôt, il avait été obligé de s’éloigner à Gorze. Cependant, grâce à l’intervention des Conseils de Strasbourg et de Francfort, du landgrave de Hesse et du duc de Wurtemberg, les religionnaires avaient obtenu du Magistrat, le 16 mars 1543, qu’un prédicant puisse librement prêcher à Metz9. Il était seulement précisé que ce ministre ne pouvait être Farel, décidément trop populaire. Malheureusement, l’accord avait fait long feu. Le 13 octobre, le culte protestant était redevenu interdit à Metz et Farel, qui de Strasbourg avait vainement tenté de retourner à Metz, avait dû se résoudre à regagner Neuchâtel10.

  • 11 Cf. supra, p. 80.
  • 12 Hist. eccl., t. III, p. 540.
  • 13 Ibid., p. 542.

5Le passage de la ville sous domination française en 1562 n’avait en rien amélioré la situation des protestants. L’ordonnance du 13 octobre 1543 était demeurée en vigueur et, au mois d’octobre, une quarantaine de personnes avaient par conséquent quitté Metz pour Strasbourg, ville de plus grande liberté religieuse11. Un nouveau gouverneur, François Scépeaux, maréchal de Vieilleville, avait alors été nommé. A l’expérience, sa présence à ce poste se révéla profitable pour les protestants, non qu’il fût guidé par un idéal de tolérance, mais parce qu’il redoutait que leur écrasement ne provoquât l’intervention militaire des princes protestants allemands. C’est ainsi qu’il pria l’official de ne pas inquiéter « ceux de la religion », tant que le roi Henri II ne l’exigeait pas expressément, de peur, précise l’Histoire ecclésiastique, que ceux d’entre eux qui « demandoient congé de se retirer hors la ville avec leurs biens plustost que d’estre assuiettis à la iuridiction d’un official remuassent quelque chose envers les Princes d’Allemagne12 ». Lorsque François Juste, un pelletier, fut arrêté pour avoir organisé chez lui une assemblée, Vieilleville le fit relâcher, car « il craignoit tousiours que les Princes Alemans ne remuassent quelque chose13 ».

6Les protestants comprirent tout le parti qu’ils pouvaient tirer d’une semblable situation : si leurs puissants alliés pouvaient faire pression sur le maréchal de Vieilleville, peut-être obtiendraient-ils que leur culte soit non seulement toléré mais admis officiellement. Un précédent existait : l’accord du 16 mars 1543. Déjà alors, les princes protestants allemands étaient intervenus diplomatiquement. Il suffisait de réussir en 1558 ce qui avait finalement échoué en 1543.

  • 14 Farel à Calvin, Neuchâtel, 4 septembre 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 323-324, no 2952). Cf. Guill (...)

7Sollicité par les Messins, Farel hésita d’autant moins à faire le voyage qu’il lui était devenu nécessaire de quitter Neuchâtel pour un temps en raison du scandale provoqué par l’annonce de son prochain mariage. C’est qu’à cette époque il était âgé de soixante-neuf ans et ses paroissiens comprenaient mal qu’il ait attendu si longtemps avant de prendre femme14.

  • 15 Ibid, et Calvin aux fidèles de Metz, [Genève], 10 septembre [1558] (Op. Calv., t. XVII, col. 327, (...)

8Calvin ne demeura pas à l’écart de cette affaire. A peine Farel avait-il reçu l’appel des Messins qu’il lui écrivit, le 4 septembre, pour lui demander conseil, ainsi que pour obtenir le concours de Théodore de Bèze ou de François de Morel dans ses démarches auprès des princes allemands. Bèze et de Morel n’étant pas disponibles, ce fut finalement Lenfant qu’il s’adjoignit comme compagnon de voyage. Le ministre de Genève a-t-il été simultanément contacté par les protestants de Metz ? On l’ignore. Calvin, en tout cas, jugea bon de leur écrire le 10 septembre, pour leur faire connaître son avis. C’est qu’il ne manifestait à l’égard du projet qu’un enthousiasme mitigé. A ses yeux, le plus urgent était qu’ils pratiquassent publiquement à Metz la religion évangélique, fût-ce en prenant des risques. « Si vous ne prenez hardiesse à vous déclairer, vous ne trouverez nul prince qui s’en veille mesler, et aussi les poursuites telles qu’ilz les font ne serviroient de guères15. »

  • 16 Les fidèles de Metz à leurs frères émigrés à Strasbourg et à Sainte-Marie-aux-Mines, 16 septembre (...)

9Les Messins, enfin, tâchèrent de s’assurer le concours de l’Église française de Strasbourg. « Nous vous prions et supplions qu’ayans compassion de nostre misérable estat, il vous plaise le remonstrer à vostre sénat, les supplians que pour l’avancement de la gloire de Dieu ilz sollicitent les princes de l’Empire, singulièrement l’illustrissime Conte Palatin, d’en rescrire à nostre magistrat16. »

  • 17 Extraits d’une copie ancienne de cette supplique dans Neudecker, Neue Beitrage, t. I, p. 176-177. (...)
  • 18 Neudecker, op. cit., t. I, p. 165-167.

10Dès son arrivée à Strasbourg, Farel rencontra les délégués de l’Église de Metz, après quoi, le 26 septembre, il se présenta au Magistrat de la ville, en compagnie de deux des anciens de l’Église française et d’un des pasteurs allemands, Jean Lenglin. Lenfant était absent lors de cette négociation. L’objectif poursuivi était double : il s’agissait, d’une part, de faire pression sur le Magistrat de Metz afin qu’il accorde aux protestants la liberté de culte et, d’autre part, d’obtenir l’accord du roi de France Henri II. La stratégie déployée par Farel et ses amis fut pour le moins sinueuse. On ne pouvait, en effet, s’adresser sans intermédiaire aux autorités messines, et encore moins à Henri II. Le Magistrat de Strasbourg fut le plus facile à convaincre. Déjà en 1543, il avait activement soutenu la cause des protestants messins, comme Farel le lui rappela dans sa supplique17, et, plus récemment, le 5 mars 1558, il avait envoyé au landgrave de Hesse une ambassade pour l’inciter à prendre position en faveur des frères persécutés en France18.

  • 19 Ibid., p. 177.

11Munis d’une lettre de recommandation des autorités strasbourgeoises, Farel et Loquet se rendirent dans les premiers jours d’octobre chez l’Électeur palatin Otto-Henri, à Heidelberg sans doute. Ce dernier était bien placé pour écrire au Magistrat de Metz, puisqu’il était, comme l’avaient relevé les deux émissaires dans leur supplique du 26 septembre, le « vicaire ou lieutenant de l’Empire romain pour ce territoire »19.

  • 20 A.M.S., XXI, 36, f. 525 v° (17 octobre 1558).

12Otto-Henri accepta d’intervenir dans le sens souhaité. La nouvelle de ce premier accord parvint à Strasbourg le 17 octobre et, en même temps, le Magistrat apprenait que le duc Georges de Wurtemberg, comte de Montbéliard, avait également intercédé, de son côté, auprès des autorités messines, peu de temps avant sa mort, survenue le 17 juillet. Il jugea par conséquent le moment venu d’entreprendre une démarche en son nom propre et il envoya une ambassade à Metz20.

  • 21 A.M.S., XXI, 36, f. 543 r° (26 octobre 1558). Voir des extraits d’une copie ancienne de la lettre (...)
  • 22 Une copie ancienne de la lettre au Magistrat de Metz, Maisenhain, 20 octobre 1558, se trouve à Mar (...)

13Toucher le roi de France était plus difficile. Il était requis de procéder par étapes. Le 20 octobre, sur le conseil du Magistrat de Strasbourg, Farel et Lenfant rencontrèrent à Maisenhain, dans le Palatinat, deux princes avec qui la ville entretenait de bonnes relations : le futur Électeur palatin Frédéric de Sponheim et le duc Wolfgang de Deux-Ponts, comte de Veldenz21. Au terme de cette entrevue, les deux princes acceptèrent non seulement d’écrire au Magistrat de Metz en faveur des protestants persécutés, mais aussi au duc Jean-Guillaume de Saxe, le frère de l’ancien Électeur Jean-Frédéric. Jean-Guillaume jouissait, pensait-on, de quelque crédit à la cour d’Henri II. Il était, en effet, entré à son service au mois de juin de la même année, avec trois mille hommes de Thuringe, et il se trouvait alors en Picardie. Craignant sans doute que leur propre démarche ne suffise pas, Frédéric de Sponheim et Wolfgang de Deux-Ponts écrivirent en outre au landgrave de Hesse pour qu’il intervienne auprès de Jean-Guillaume de Saxe dans le même sens22.

  • 23 A.M.S., XXI, 36, f. 543 r°.
  • 24 Sur ce séjour de Jean Garnier en Hesse : supra, p. 101.
  • 25 A.É.N., B.P., Pf VIII, liasse 3, no 6.

14Entretemps, Farel était retourné à Strasbourg, où il rendit compte des premiers résultats de sa mission le 26 octobre23. Ce fut Lenfant qui apporta au landgrave la lettre des deux comtes. Philippe de Hesse le reçut très cordialement à Cassel, en présence du ministre Jean Garnier24, et il apporta au projet toute sa collaboration. Il n’entreprit, en effet, pas moins de quatre démarches en faveur des protestants messins : une auprès du maréchal de Vieilleville, une autre auprès de Jean-Guillaume de Saxe, une troisième auprès du frère de ce dernier, Jean-Frédéric de Saxe, une quatrième enfin, par l’intermédiaire de son fils Guillaume, auprès du roi Henri II lui-même. Lenfant fit part de tout ceci à Farel, le 8 novembre25.

  • 26 Hist. eccl., t. III, p. 544-545. Dans ses Observations séculaires (Bibliothèque de Metz, Ms. 858, (...)

15Cette ambitieuse campagne diplomatique s’est-elle soldée par un succès ? Tant s’en faut ! On ignore si Jean-Guillaume de Saxe a accepté de servir d’intermédiaire auprès du roi de France. Quoi qu’il en soit, l’Histoire ecclésiastique rapporte que les adversaires des protestants furent « étonnés » lorsque « plusieurs letres de la part de trèsillustres Princes Alemans et d’autres furent apportées au Magistrat tendantes à mesme fin ». Dans un premier temps, le maréchal de Vieilleville « print garde de près à son gouvernement en personne avec quelque opinion que ce pouvoit estre quelque entreprise brassé par les Allemands pour déposséder le Roy ». Par la suite cependant, « ayant veu et cogneu que c’estoient simple letres de prière faites à la requeste de quelques uns du lieu désirans d’avoir l’exercice de leur religion dans la ville, il n’en tint pas compte26. »

  • 27 Hist. eccl., t. III, p. 546.

16De l’intervention des princes allemands les protestants de Metz n’attendaient rien moins que l’autorisation chez eux du culte réformé. Cet espoir fut cruellement déçu. Le principal mérite de l’opération, semble conclure, non sans une pointe d’ironie, l’Histoire ecclésiastique, a été de ne pas desservir la cause des frères. Certes le maréchal de Vieilleville usa-t-il de « connivence »27, lorsque Pierre de Cologne, un ministre venu de Genève, se mit à prêcher chez le seigneur de Clervant à Montoy près de Metz, mais même cela fut remis en question lorsqu’il apprit qu’un apothicaire nommé Guillaume Paliseau avait fait baptiser un de ses enfants par Pierre de Cologne « à la huguenotte ».

  • 28 Op. Calv., t. XVII, col. 493, no 3038.
  • 29 A.M.S., XXI, 37, f. 244 v°-245 r°. Henri Strohl (dans Guillaume Farel, p. 505-506) affirme qu’en a (...)

17Farel se maria le 20 décembre 1558. L’année suivante, il se trouvait de nouveau à Strasbourg. « Les princes qui sont bien disposés à l’égard des Messins sont encore bien davantage impressionnés lorsqu’ils les voient croître en nombre et en courage », écrivit-il à Calvin le 3 avril28. Avec son compagnon Lenfant, il conçut à nouveau le projet de faire la tournée des princes de l’Empire, pour que ceux-ci fassent pression sur le Magistrat de Metz. Cette fois-ci cependant, leur projet rencontra des résistances à Strasbourg, tant auprès des anciens de l’Église française que du Magistrat. A Farel et à Lenfant qui présentaient ce voyage comme un negotium divinum, les uns et les autres répondirent qu’il ne ferait au contraire qu’« aggraver les choses » et, pour confirmer son intention, le Magistrat retira, le 4 mai, au seigneur de Chambrey son permis de séjour29.

  • 30 Cf. supra, p. 109.

18Abandonnés par leurs amis de Strasbourg, Farel et Lenfant durent renoncer à l’espoir d’une nouvelle intervention diplomatique et, comme la situation à Metz ne cessait de se dégrader, ils changèrent de plan. La liberté religieuse qui était refusée aux protestants messins dans leur ville, ils la trouveraient ailleurs, au refuge. Lenfant lui-même était le premier concerné, puisqu’il était devenu persona non grata même à Strasbourg. A vrai dire, traditionnellement accueillante aux réfugiés, la grande cité rhénane était marquée depuis quelques mois par une forte poussée de xénophobie. C’est ainsi que, par un mandement, le 20 février 1557, le Magistrat avait retiré aux étrangers la possibilité d’obtenir le droit de bourgeoisie, sauf exceptions, de sorte que leur statut était devenu extrêmement précaire30.

  • 31 A Lixheim (Palatinat) et à Mörchingen (à vingt kilomètres de Chambrey). Cf. Mattern, Reformierten (...)
  • 32 Sur l’histoire des « villages welches » au XVIe siècle : Roehrich, Mittheilungen, t. III, p. 130-1 (...)
  • 33 D’après les comptes du Receveur (Kellereirechnungen) du comté de Sarrewerden, conservés jusqu’à l’ (...)
  • 34 Matthis, Leiden, p. 6.

19Il est possible que Lenfant ait recherché avant cette date un lieu de refuge pour ses concitoyens31. Des contacts avaient peut-être été pris avec les autorités de Sarrewerden. Cependant, ces démarches, si elles ont été entreprises, n’avaient pas abouti. Lorsqu’en revanche, au printemps 1559, le seigneur de Chambrey s’adressa au compte Adolphe de Nassau-Sarrebruck, celui-ci lui donna presque aussitôt satisfaction, en donnant l’autorisation aux réfugiés de peupler ce qu’on allait bientôt appeler les « villages welches »32, sept villages dépeuplés depuis le XVe siècle et tous situés dans le comté de Sarrewerden : Altwiller, Burbach, Diedendorf, Eywiller, Görlingen. Kirberg et Rauwiller33. Ces villages venaient, l’hiver 1552-1553, d’être ravagés par les troupes espagnoles et françaises, quand Charles Quint avait fait campagne contre Henri II après la prise de Metz par celui-ci34.

  • 35 Cf. supra, p. 395.
  • 36 S.L.A., 22/2740. Cf. Mattern, op. cit., p. 14-15 (d’après une dissertation doctorale inédite que j (...)

20Le souverain conclut avec les réfugiés un accord que l’on pourrait comparer mutatis mutandis aux « capitulations » signées par les réfugiés de Francfort au Palatinat la décennie suivante35. En échange de la libre disposition de sept villages, les étrangers s’engageaient à fournir au comte de Nassau-Sarrebruck une redevance en nature et en espèces d’un montant proportionnel à l’état de leurs ressources. L’acte lui-même est perdu, mais il est possible d’en connaître les principales dispositions grâce au contrat de fondation du village de Ludweiler, qui fut signé dans des circonstances semblables en 1604 et qui fait explicitement mention aux villages welches36.

LES VILLAGES WELCHES DU COMTE DE NASSAU ~ SARREWERDEN

LES VILLAGES WELCHES DU COMTE DE NASSAU ~ SARREWERDEN

21Les réfugiés étaient pour la plupart des paysans originaires de villages demeurés catholiques du Pays de Metz, alors français, et du duché de Lorraine. Ils arrivèrent avec charroi, mobilier et bétail et entreprirent immédiatement de reconstruire les villages détruits, avant de se livrer à la culture et à l’élevage, en utilisant les techniques, parfois inconnues sur place, de leur pays d’origine.

  • 37 Beltzer, Summarischer Actenmässiger Bericht vom Reformierten Religionswesen in den beiden hochfurs (...)
  • 38 Ibid., f. 2 r°.
  • 39 Matthis, Leiden, p. 10. Cet auteur a utilisé les Kirchenbücher du comté de Sarrewerden, dont aucun (...)

22Selon l’inspecteur Beltzer, dans un document sur lequel nous allons revenir, les réfugiés étaient « français et néerlandais »37. Qui étaient ces protestants des Pays-Bas émigrés dans le comté de Sarrewerden ? Beltzer ne le précisait pas, mais il notait qu’une partie des réfugiés s’étaient établis non pas dans les villages welches mais à Bockenheim, l’actuelle Sarre-Union, le plus gros bourg du comté38. C’est là sans nul doute qu’ont pris refuge les « Néerlandais », du moins si l’on considère qu’à l’instar de leurs frères de Strasbourg, de Francfort et de Wesel ils étaient des négociants et des artisans. Il paraît difficilement concevable, en effet, qu’un paysan brabançon ou hennuyer par exemple ait émigré avec tous ses biens dans la campagne sarroise. Et à Bockenheim on sait qu’il y a eu des artisans étrangers, forgerons, chapeliers, pelletiers ou patissiers. Les Kirchenbücher de la ville, conservés à partir de 1603 seulement, contiennent de nombreux noms à consonnance française39.

  • 40 Adolphe de Nassau-Sarrebruck à Philippe de Nassau-Weilbourg, Sarrewerden, 4 avril 1558 et réponse (...)
  • 41 Schmitz, Kirchliche Leben, p. 35.
  • 42 Sur Achatius : Bopp », Evangelischen Geistlichen, p. 21. Voir également Adam, Kirchengeschichte, p (...)

23Les réfugiés du comté de Sarrewerden allaient-ils pouvoir pratiquer leur religion en toute liberté ? A la tête du comté depuis 1554, Adolphe de Nassau-Sarrebruck y avait introduit officiellement la Réforme en 1557, à la faveur de la Paix d’Augsbourg, signée deux ans plus tôt. En juin 1558, il avait fait venir le très luthérien Gaspar Goltwurm, prédicateur à la cour de Philippe de Nassau-Weil bourg, son cousin, pour donner des conseils sur la manière d’introduire la Réforme dans son territoire40. Sur le conseil de Goltwurm, le comte avait adopté les ordonnances ecclésiastiques de Deux-Ponts41 et Israël Achatius, un Wurtembergeois précédemment pasteur à Pforzheim, avait été choisi comme surintendant42.

  • 43 S.L.A., Hist. Ver. Archivaliensammlung, B 81, f. 1 r°.

24A une époque où toute l’Allemagne connaissait le durcissement des antagonismes confessionnels et la cristallisation des orthodoxies religieuses, il était à craindre que le gouvernement luthérien du comté ne manifestât à l’égard des réfugiés, qui se trouvaient plus proches de Genève et de Zurich que de Wittenberg ou de Hambourg, une intolérance quasi aussi grande que celle dont ils avaient souffert dans la Metz catholique. Tout se passa au contraire fort bien. Les réfugiés dans les villages welches et les luthériens dans le reste du comté vécurent en si bonne intelligence que deux siècles plus tard l’inspecteur Beltzer, dans son Summarischer Actenmässiger Bericht vom Reformirten Religionswesen in den beiden hochfurstlich nassauischen Grafschaften Saarbrücken und Saarwerden vom ersten Anfang bis auf gegenwärtige Zeit 1762, tenait encore à célébrer le fait, jugé à l'époque extraordinaire : « La maison de Nassau-Sarre-bruck, déclarait-il, s’est adonnée depuis les temps les plus anciens à la religion évangélique-luthérienne, elle a cependant de tout temps traité les réformés avec une courtoisie et une bienveillance qui n’ont la pareille dans aucun État de l’Allemagne évangélique43. »

  • 44 Cf. la lettre d’Adolphe de Nassau-Sarrebruck aux pasteurs de son comté, 13 juin 1559 (Schmitz, op. (...)
  • 45 Beltzer, Bericht, document cité, f. 1 v°. Cf. Cuny, op. cit., t. II, p. 88, 143. — Mattern, Reform (...)

25Guillaume Farel a été mêlé de près à la fondation de l’Église des villages welches. Demeuré à Strasbourg, après l’expulsion de Lenfant, il continua en effet à se préoccuper des protestants messins réfugiés dans le comté de Sarrewerden. Au moment où se préparait la visite pastorale des différentes paroisses du territoire44, il intervint auprès du surintendant Achatius, pour que les réfugiés reçoivent un ministre capable de célébrer le culte dans leur langue. Craignant sans doute de s’adresser directement au surintendant, il chargea Bernhard Flach von Schwarzenberg et Johann Streiff von Lauenstein de lui transmettre sa lettre. Petits seigneurs locaux, titulaires d’importantes fonctions dans l’administration du comté, ceux-ci se trouvaient être de tendance réformée, bien que leur souverain fût luthérien45. Ils avaient vraisemblablement été mis en relation avec Farel par l’entremise de Lenfant, qui, à Chambrey, était leur voisin.

  • 46 Sur Jean Loquet, cf. supra, p. 87 et 273.
  • 47 A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse 3, no 7 (Schmitz, op. cit., p. 35-36).

26Dans sa lettre, Farel proposait comme ministre Jean Loquet, qui exerçait alors les fonctions de diacre à l’Église française de Strasbourg46. Achatius accepta à condition que l’ancien augustin présente une confession de foi jugée acceptable d’un point de vue luthérien. « Ce que les Français, précisait-il dans sa réponse envoyée à Farel le 3 juin, Calvin surtout et les autres, ont écrit de la Cène et de quelques autres points de notre religion, je sais que tous ne l’approuvent pas, étant donné que c’est contraire et aux lettres sacrées et à la Confession d’Augsbourg comme on l’appelle47. »

  • 48 Achatius à Valentin Helfandt, bourgmestre de Wissembourg, Strasbourg, 16 septembre 1563 (A.M.S., A (...)
  • 49 Achatius à Conrad Hubert, Wissembourg, 25 septembre 1560 (A.M.8., A.S.T. 154, no 3). L’ouvrage par (...)

27Malgré les apparences, cette déclaration d’Achatius peut être considérée comme modérée, si l’on se réfère par exemple à celles d’un Marbach à Strasbourg, qui invitait, sans succès d’ailleurs, le Magistrat à contraindre l’Église française à la « conformité » tant en matière doctrinale que liturgique. Le Souabe n’était pas encore le luthérien intransigeant qu’il allait devenir en 1563, lorsqu’il se solidarisa avec Marbach précisément, dans le conflit qui opposa celui-ci aux théologiens de l’École et de l’Église française48. C’est ainsi qu’en 1560 il accepta, à la demande de Conrad Hubert, de traduire en allemand le De regno Christi de Bucer, un ouvrage assurément peu prisé des luthériens orthodoxes49.

  • 50 Wiesbaden Staatsarchiv, Missivbuch des Grafen Adolf, Copialbuch A 51, f. 57 (Schmitz, op. cit., p. (...)
  • 51 A.M.S., XXI, 37, f. 296 r°.
  • 52 Guillaume Farel, Du vray usage de la Croix de Iesus Christ, Préface à Jean de Nassau-Sarrebruck, [ (...)
  • 53 Ibid., p. 680, note 1. Farel devait faire un dernier voyage à Metz en 1565, où il prêcha le 3 mai. (...)

28Le 25 juin, le comte Adolphe écrivit lui-même à Pierre Alexandre, le ministre de l’Église française de Strasbourg, pour qu’il lui envoie Jean Loquet comme pasteur des villages welches50. Le Magistrat de Strasbourg fut informé de cette démarche le 5 juillet51. Loquet a dû quitter la ville peu après, accompagné de Farel, qui, les premiers temps, l’assista dans la prédication. « Et d’autant qu’il y avoit aucuns de langue Françoise, devait-il écrire l’année suivante52, i’ay tasché à les visiter et leur prescher l’Évangile de nostre Seigneur avec le bon serviteur de Dieu Maistre Iean Loquet, qui de présent presche en la Seigneurie. » Farel ne demeura que quelques jours dans le comté de Sarrewerden. Il était de retour à Neuchâtel au plus tard le 3 août53.

  • 54 Op. Calv., t. XVII, col. 590, no 3097.

29Quant à Loquet, son ministère commença sous d’heureux auspices. « Nous craignions surtout, écrivit-il à Calvin le 16 août54, que les vêtements liturgiques et les cérémonies saxonnes qui sont en usage ici chez les ministres allemands ne nous soient imposées. Mais de cela il n’a pas été question. Et si, au commencement, notre doctrine était suspecte au surintendant, qui la tenait en effet pour zwinglienne, après quelques entretiens familiers et d’allure paisible, celui-ci est devenu finalement notre ami, lui qui auparavant semblait devoir être un ennemi. Cet heureux succès est dû aux efforts de Farel et de Lenfant, dont le Seigneur a recompensé le travail. »

  • 55 C’est de là que fut envoyée la lettre citée à la note précédente.
  • 56 Cf. supra, p. 123 et 370.
  • 57 A.M.S., XXI, 37, f. 399 v°-400 r°.

30Ainsi fut fondée l’Église des villages welches. Les premiers temps, Loquet résida à Bockenheim, dans la maison de Lenfant55. Mais seul il ne pouvait suffire à la tâche. Aussi le surintendant Achatius s’efforça-t-il de lui trouver un collaborateur. Guillaume Houbraque, que l’on savait peu désireux de poursuivre son ministère à l’Église française de Francfort, fut pressenti alors qu’il était de passage à Bockenheim en août56. Bientôt, cependant, il fut élu ministre à l’Église française de Strasbourg et, en novembre, il fit savoir à Achatius que sa réponse était négative57.

  • 58 Sur Chassanion : Haag-Bordier, La France protestante, t. IV, col. 76-79. — Peter, Premiers ouvrage (...)
  • 59 Op. Calv., t. XVII, col. 679, no 3136.
  • 60 Greib, Ein Blick, no 4, p. 3. — Bopp, Evangelischen Gemeinden, p. 349. — Eyer, Einwanderung, p. 11 (...)

31Un autre candidat sérieux fut Jean Chassanion, un réfugié né en 1525 à Monistrol-sur-Loire dans le Velay, qui avait séjourné de 1555 à 1559 à Meaux, une ville où prenait forme une des toutes premières Églises réformées du royaume de France, puis à Châlons-sur-Marne, avant d’arriver, dans le courant de l’automne, à Bockenheim. Fuyant la persécution qui sévissait alors en Champagne58. Le 21 novembre 1559, Chassanion se trouvait dans la maison de Jean Lenfant à Bockenheim, de sorte que le seigneur de Chambrey put écrire ce jour-là à Calvin : « Nos Églises te saluent avec considération : Loquet et Chassanion, les ministres, qui habitent déjà chez moi, et le surintendant59. » De ce texte, plusieurs historiens ont tiré la conclusion que Chassanion a effectivement exercé la fonction de ministre dans le comté de Sarrewerden et, sans indiquer d’où ils tiraient leur information, ils ont précisé que Chassanion a desservi la paroisse d’Altwiller, un des sept villages welches, jusqu’à son départ pour Montpellier, dans le courant de l’année 156060.

  • 61 A.M.S., III 64/1, f. 1 r° (Welschen Register, 21 décembre 1559) et la liste s.d. figurant en annex (...)
  • 62 A.M.S., V 5, no 71.
  • 63 Sur les activités de Chassanion à Montpellier : H. Bosc, Les grandes heures du protestantisme à Mo (...)

32Or, des documents strasbourgeois font état de ce que, le 21 décembre 1559, cinq ménages de Châlons-sur-Marne et de Vitry-le-François, dont celui de Jean Chassanion et de sa femme, se sont présentés aux autorités de Strasbourg61 et que, le 24 décembre, ils ont demandé dans une supplique l’asile au Magistrat de la ville62. Si Chassanion avait exercé le ministère dans le comté de Sarrewerden en novembre 1559, aurait-il entrepris des démarches pour devenir habitant de Strasbourg dès le mois de décembre suivant ? Cela paraît peu probable. Peut-être Chassanion est-il retourné dans les villages welches au début de l’année 1560 mais la chose reste à démontrer. Bientôt, de toute manière, on allait le retrouver à Montpellier, venu seconder et ensuite remplacer Guillaume Mauget, un ministre arrivé, lui, de Nîmes en février 1560. En octobre, Chassanion dut quitter la ville, pour y revenir en février 1561. Il devait y exercer les fonctions de ministre pendant plusieurs années encore63. C’est à Metz qu’il termina sa carrière de pasteur en 1598.

  • 64 Notamment Greib, Ein Blick, no 4, p. 3.
  • 65 Koch, Pasteurs dans la région de Phalsbourg, p. 155, note 31.
  • 66 A.M.S., II 84b 75 (Koch, op. cit., p. 158).
  • 67 Beltzer, Bericht, document cité, f. 1 v°-2 r°. Il fut remplacé par Jean Figon, sur lequel cf. supr (...)

33Selon les auteurs précédemment cités64, un certain Pierre De Moyse (Armosianus), peut-être originaire du Barrois65, serait devenu ministre à Görlingen « à la fin de 1560 ou au début de 1561 », mais la chose demande, elle aussi, confirmation. La présence de Pierre De Moyse à Görlingen est certes attestée mais en 1575 seulement. Le 20 avril 1575, un colloque des Églises françaises d’Alsace fut réuni à Strasbourg et le nom de Pierre De Moyse figure dans les actes de la rencontre. Il était accompagné d’un ancien de l’Église de Gôrlingen, ce qui indique, par ailleurs, qu’un Consistoire fonctionnait à cette date dans le village66. Beltzer parle aussi dans son rapport de Pierre De Moyse, mais seulement pour dire qu’en 1582 il était ministre à Görlingen et qu’il le demeura jusqu’à sa mort en 158667.

  • 68 Beltzer, op. cit., f. 1 v°.

34Le même auteur signale l’existence durant cette période d’un troisième ministre, Biaise D’Huet, qui « dirigeait encore en l’an 1583 la paroisse d’Altwiller ». On ne sait quand ce personnage est entré en fonction. Il est mort en 160368.

  • 69 Op. Calv., t. XVIII, col. 167, no 3234.
  • 70 Beltzee, op. cit., f. 1 v°.
  • 71 A.M.S., II 84b 75. Sur Du Bancq : Koch, op. cit., p. 151-152.
  • 72 Greib, op. cit., no 4, p. 4.
  • 73 Beltzee, Bericht, document cité, f. 2 r°. Il fut remplacé par Lancelot Feninus, qui venait de Genè (...)

35Ainsi, il n’est pas établi que Loquet a reçu un collègue au début de son ministère dans les villages welches. Un passage d’une lettre de Lenfant à Calvin le 19 août 156069 semble même indiquer le contraire : « Nos sept villages, écrivait-il, sont en pleine croissance, sous la conduite de Loquet (nostri septem gallici pagi valde augentur, cui Loquetus praeest). » On sait seulement que l’ancien augustin a inauguré ses fonctions à Burbach70, celui des villages welches qui est le plus proche de Bockenheim. Il résidait alors, nous l’avons vu, dans cette ville, chez Lenfant. En 1575, ce n’est pas lui mais un dénommé Adrien Du Bancq qui représenta l’Église de Burbach au colloque de Strasbourg, en compagnie d’un ancien71. Il semble que Loquet a quitté le comté de Sarrewerden en 1571. En 1575, après le colloque de Strasbourg, il serait redevenu ministre à Burbach, en remplacement de Du Bancq, démissionnaire72. Tl mourut à Burbach en 158373.

  • 74 Selon Greib (Ein Blick, no 4, p. 4) — mais nous avons vu que les affirmations de cet auteur sont p (...)

36De tout ce qui précède, il ressort qu’en 1575 les villages welches disposaient de deux ministres au moins, Adrien Du Bancq et Pierre De Moyse, et qu’en 1583 les ministres étaient au nombre de trois, Jean Loquet, Pierre De Moyse et Biaise D’Huet. Précédemment, à une date qu’il est malheureusement impossible de connaître avec précision, les villages welches avaient été répartis en deux, puis en trois secteurs pastoraux : Burbach, avec Eywiller et Diedenhofen comme filiales, Görlingen, avec Rauwiller et Kirberg, et Altwiller74.

  • 75 Ibid.
  • 76 Quelques données chiffrées ibid., p. 3-4, d’après des documents fiscaux.

37A Burbach et à Kirberg, le culte était célébré dans l’ancienne église catholique, restaurée pour la circonstance par les réfugiés. Dans trois autres villages, Görlingen, Rauwiller et Altwiller, une nouvelle église fut bâtie75, entreprise rendue nécessaire par l’accroissement considérable de la population76.

  • 77 Lenfant l’assura à Calvin dès le 19 août 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 166, no 3234).

38Jusqu’à la mort de Loquet en 1583, les relations entre les luthériens et les réformés demeurèrent bonnes. La mort d’Adolphe de Nassau-Sarrebruck, le 26 novembre 1559, avait, un moment, semblé tout compromettre, étant donné que son frère et successeur, Jean de Nassau-Sarrebruck, était resté catholique. Le surintendant Achatius fut effectivement renvoyé77. Il devait retrouver un poste à Wissembourg. En définitive, cependant, les réfugiés ne furent pas réellement affectés par ce changement de gouvernement.

Notes

1 A.M.S., XXI, 36, f. 488 v°-489 r°.

2 Hist. eccl., t. III, p. 543.

3 Meurisse, Histoire de... l’hérésie dans la ville de Metz, p. 126-132 (d’après l’Hist. eccl., à qui l’auteur emprunte les éléments de son récit, mais dans une optique très antiprotestante). — Guillaume Farel, p. 505. — Tribout de Morembert, La Réforme à Metz, t. II, p. 15.

4 Sarrewerden est une petite localité située à quelques kilomètres au sud de Sarre-Union, ville qui, au XVIe siècle, se nommait Bockenheim. Bien que plus petit que Bockenheim, Sarrewerden était le siège administratif du comté.

5 Sa seigneurie lui avait été confisquée par l’évêque de Metz, dont il était le vassal, lorsqu’il s’était déclaré pour la Réforme. Chambrey (Chembray, Chambray) est une localité située au Sud-ouest de Château-Salins.

6 François Hotman à Jean Calvin, Strasbourg, 4 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 135, no 2447).

7 A.M.S., XXI, 36, f. 214 v°-215 r°. Cf. supra, p. 113. Lenfant est cité dans un document du 27 avril 1558 (A.M.S., II 84b 31). Il semble avoir séjourné à Strasbourg dès 1555. Cf. A.M.S., XXI, 33, f. 265 v° (8 juillet 1555) : Noé Gerses, un réfugié de Lausanne, demande au Magistrat de l’aider à récupérer 900 francs qu’il a prêtés à Jean [Len]fant, seigneur de Chambrey. En 1574, Jean Lenfant sera arrêté à Vic, près de Metz, et pendu, sur ordre du cardinal de Lorraine.

8 Guillaume Farel, p. 480. Cf. supra, p. 63.

9 Cf. supra, p. 70.

10 Guillaume Farel, p. 489-501.

11 Cf. supra, p. 80.

12 Hist. eccl., t. III, p. 540.

13 Ibid., p. 542.

14 Farel à Calvin, Neuchâtel, 4 septembre 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 323-324, no 2952). Cf. Guillaume Farel, p. 675.

15 Ibid, et Calvin aux fidèles de Metz, [Genève], 10 septembre [1558] (Op. Calv., t. XVII, col. 327, no 2955).

16 Les fidèles de Metz à leurs frères émigrés à Strasbourg et à Sainte-Marie-aux-Mines, 16 septembre 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 340, no 2960).

17 Extraits d’une copie ancienne de cette supplique dans Neudecker, Neue Beitrage, t. I, p. 176-177. Le manuscrit, qui se trouvait aux Archives de Cassel jusqu’à leur transfert à Marbourg en 1870, n’a pas été retrouve (communication de M. Wolff, archiviste à l’Hessisches Staatsarchiv à Marbourg). Sur l’entrevue de Strasbourg : A.M.S., XXI, 36, f. 488-v°489 r° (26 septembre 1558).

18 Neudecker, op. cit., t. I, p. 165-167.

19 Ibid., p. 177.

20 A.M.S., XXI, 36, f. 525 v° (17 octobre 1558).

21 A.M.S., XXI, 36, f. 543 r° (26 octobre 1558). Voir des extraits d’une copie ancienne de la lettre de recommandation du Magistrat de Strasbourg, 28 septembre 1558, dans Neudecker, op. cit., t. I, p. 177. Le manuscrit n’a pas été retrouvé.

22 Une copie ancienne de la lettre au Magistrat de Metz, Maisenhain, 20 octobre 1558, se trouve à Marbourg (M.S.A., Bestand 3, no 2166). Édition dans Heppe, Geschichte, t. I, 1852, Beil. XXII. Des extraits d’une copie de la lettre à Jean-Guillaume de Saxe, Maisenhain, 20 octobre 1558, ont été publiés par Neudecker (op. cit., t. I, p. 177-178). Le manuscrit n’a pas été retrouvé. Sur le séjour de Jean-Guillaume de Saxe en France : F. W. Barthold, Deutschland und die Hugenotten, t. I, Brême, 1848, p. 248 et 252. La lettre à Philippe de Hesse, Maisenhain, 20 octobre 1558, a été publiée intégralement dans Neudecker, op. cit., t. I, p. 174-175, et dans Op. Calv., t. XVII, col. 358-360, no 2791. Le manuscrit original n’a pas été retrouvé.

23 A.M.S., XXI, 36, f. 543 r°.

24 Sur ce séjour de Jean Garnier en Hesse : supra, p. 101.

25 A.É.N., B.P., Pf VIII, liasse 3, no 6.

26 Hist. eccl., t. III, p. 544-545. Dans ses Observations séculaires (Bibliothèque de Metz, Ms. 858, no 1181), le pasteur Paul Ferry signalait au XVIIe siècle l’arrivée à Metz en 1558 des lettres des pasteurs allemands. Le manuscrit, dont Henri Strohl (dans Guillaume Farel, p. 505) a encore pu avoir connaissance, a été détruit lors de la dernière guerre (communication de Mme Nicole Mounier, conservateur de la Bibliothèque de Metz).

27 Hist. eccl., t. III, p. 546.

28 Op. Calv., t. XVII, col. 493, no 3038.

29 A.M.S., XXI, 37, f. 244 v°-245 r°. Henri Strohl (dans Guillaume Farel, p. 505-506) affirme qu’en avril 1559, « une nouvelle série de lettres de princes allemands, sollicitées par Farel, vint harceler le Conseil de Metz. Ces démarches eurent pour unique effet d’exaspérer Vieilleville ». La chose est loin d’être démontrée. Louis Aubert (ibid,., p. 678) est plus prudent lorsqu’il écrit : « [Farel] ne paraît pas avoir lui-même à ce moment fait des démarches d’une réelle importance ».

30 Cf. supra, p. 109.

31 A Lixheim (Palatinat) et à Mörchingen (à vingt kilomètres de Chambrey). Cf. Mattern, Reformierten Fremdengemeinden, p. 12.

32 Sur l’histoire des « villages welches » au XVIe siècle : Roehrich, Mittheilungen, t. III, p. 130-136. — Boss, Établissement de la Réforme.Schmitz, Kirchliche Leben. — D. Fischer, Histoire de l’ancien comté de Saarwerden et de la prévôté d’Herbitzheim. IV. Le comté sous la domination de la maison de Nassau-Saarbruck, dans Revue d’Alsace, N.S., t. VII, 1878, p. 104-105. — Matthis, Leiden.Id., Bilder. Adam, Kirchengeschichte, p. 234-245. — Greib, Ein Blick.Cuny, Reformation und Gegenreformation, p. 53-65. — Eyer, Immigration des Huguenots.Id., Einwanderung der Reformierten. Girardin, Helleringen, p. 34-35. — Mattern, op. cit.

33 D’après les comptes du Receveur (Kellereirechnungen) du comté de Sarrewerden, conservés jusqu’à l’année 1523, les villages d’Altwiller, Diedendorf, Kirberg, Görlingen et Rauwiller étaient inhabités au début du XVIe siècle. Seul Eywiller était encore occupé en 1523. Il n’était pas question de Burbach dans ce document. Cf. Matthis, Leiden, p. 6, note 1.

34 Matthis, Leiden, p. 6.

35 Cf. supra, p. 395.

36 S.L.A., 22/2740. Cf. Mattern, op. cit., p. 14-15 (d’après une dissertation doctorale inédite que je n’ai pas pu consulter : W. Habicht, Siedlungen und Gehöftformen in Deutschlothringen und im Saarland, Sarrebruck, 1978).

37 Beltzer, Summarischer Actenmässiger Bericht vom Reformierten Religionswesen in den beiden hochfurstlich nassauischen Grafschaften Saarbrücken und Saarwerden vom ersten Anfang bis auf gegenwärtige zeit 1762 (S.L.A., Hist. Ver. Archivaliensammlung, B 61, f. 1 r°).

38 Ibid., f. 2 r°.

39 Matthis, Leiden, p. 10. Cet auteur a utilisé les Kirchenbücher du comté de Sarrewerden, dont aucun n’est antérieur à 1603, sauf celui de Diemeringen, qui commence en 1585. Ces Kirchenbücher sont déposés aujourd’hui aux Archives Départementales du Bas-Rhin, à Strasbourg. Édition dans G. Hein, Die Einwohner des krummen Elsass und seiner Umgebung vor 1700, 1re partie : Die Kirchenbücher, vol. 1-15, 9 fasc., Cologne, chez l’A., 1975-1977, polycopié.

40 Adolphe de Nassau-Sarrebruck à Philippe de Nassau-Weilbourg, Sarrewerden, 4 avril 1558 et réponse de ce dernier, Weilbourg, 20 avril 1558 (Schmitz, op. cit., p. 33-35. — Cuny, op. cit., t. II, p. 269-271, nos 21 et 22.)

41 Schmitz, Kirchliche Leben, p. 35.

42 Sur Achatius : Bopp », Evangelischen Geistlichen, p. 21. Voir également Adam, Kirchengeschichte, p. 197, 198, 235-236, 243 et 248. Ces auteurs n’ont pas utilisé les lettres d’Achatius conservées à Strasbourg (A.M.S., A.S.T. 154, nos 1-4).

43 S.L.A., Hist. Ver. Archivaliensammlung, B 81, f. 1 r°.

44 Cf. la lettre d’Adolphe de Nassau-Sarrebruck aux pasteurs de son comté, 13 juin 1559 (Schmitz, op. cit., p. 37. — Cuny, Reformation und Gegenreformation, t. II, p. 271). Les procès-verbaux de la visite pastorale sont perdus. Cf. Matthis, Leiden, p. 8.

45 Beltzer, Bericht, document cité, f. 1 v°. Cf. Cuny, op. cit., t. II, p. 88, 143. — Mattern, Reformierten Fremdengemeinden, p. 12. Tous deux possédaient un fief dans la région des villages welches.

46 Sur Jean Loquet, cf. supra, p. 87 et 273.

47 A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse 3, no 7 (Schmitz, op. cit., p. 35-36).

48 Achatius à Valentin Helfandt, bourgmestre de Wissembourg, Strasbourg, 16 septembre 1563 (A.M.S., A.S.T. 154, no 2). — Le même à Jean Marbach, Wissembourg, 24 décembre 1563 (ibid., no 3). Sur ce conflit, cf. supra, p. 131.

49 Achatius à Conrad Hubert, Wissembourg, 25 septembre 1560 (A.M.8., A.S.T. 154, no 3). L’ouvrage parut à Strasbourg en 1563, chez Wendelin Rihel, avec une préface au comte Wolfgang de Deux-Ponts. Réédition à Strasbourg, en 1568, chez Samuel Emmel, avec une préface au lecteur chrétien, modifiée dans le sens luthérien. Cf. F. Wendel, Introduction à l’édition du De regno Christi, Paris-Gütersloh, 1955, p. lxii-lxiv.

50 Wiesbaden Staatsarchiv, Missivbuch des Grafen Adolf, Copialbuch A 51, f. 57 (Schmitz, op. cit., p. 36-39. — Cuny, op. cit., t. II, p. 272).

51 A.M.S., XXI, 37, f. 296 r°.

52 Guillaume Farel, Du vray usage de la Croix de Iesus Christ, Préface à Jean de Nassau-Sarrebruck, [Genève], Jean Rivery, 1560. Réédition, Genève, 1865 p., xviii. Sur le voyage de Farel dans le comté de Nassau-Sarrewerden : Guillaume Farel, p. 676. Il eut lieu en juillet 1559 et non en octobre 1559 comme cet ouvrage le laisse entendre.

53 Ibid., p. 680, note 1. Farel devait faire un dernier voyage à Metz en 1565, où il prêcha le 3 mai. Cf. la Chronique anonyme, citée par Tribout de Morembert, Histoire de Metz, t. II, p. 65-66.

54 Op. Calv., t. XVII, col. 590, no 3097.

55 C’est de là que fut envoyée la lettre citée à la note précédente.

56 Cf. supra, p. 123 et 370.

57 A.M.S., XXI, 37, f. 399 v°-400 r°.

58 Sur Chassanion : Haag-Bordier, La France protestante, t. IV, col. 76-79. — Peter, Premiers ouvrages français, 1978, p. 48, note 165. C’est à une liste s.d. [21 décembre 1559], accompagnant le Welschen Register de Strasbourg (A.M.S., III 64/1), que l’on doit de savoir que Chassanion venait de Châlons-sur-Marne.

59 Op. Calv., t. XVII, col. 679, no 3136.

60 Greib, Ein Blick, no 4, p. 3. — Bopp, Evangelischen Gemeinden, p. 349. — Eyer, Einwanderung, p. 116-117. — Peter, op. cit., 1978, p. 48, note 165. — Mattern, Reformierten Fremdengemeinden, p. 19-20. Les écrivains plus anciens (par exemple Beltzer, Bericht, document cité, f. 1 v°. — Matthis, Bilder, p. 279) ne mettent pas Chassanion dans la liste des pasteurs d’Altwiller au XVIe siècle.

61 A.M.S., III 64/1, f. 1 r° (Welschen Register, 21 décembre 1559) et la liste s.d. figurant en annexe. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 576 v° (23 décembre 1559).

62 A.M.S., V 5, no 71.

63 Sur les activités de Chassanion à Montpellier : H. Bosc, Les grandes heures du protestantisme à Montpellier, Montpellier, 1957, p. 18-22.

64 Notamment Greib, Ein Blick, no 4, p. 3.

65 Koch, Pasteurs dans la région de Phalsbourg, p. 155, note 31.

66 A.M.S., II 84b 75 (Koch, op. cit., p. 158).

67 Beltzer, Bericht, document cité, f. 1 v°-2 r°. Il fut remplacé par Jean Figon, sur lequel cf. supra, p. 292-300.

68 Beltzer, op. cit., f. 1 v°.

69 Op. Calv., t. XVIII, col. 167, no 3234.

70 Beltzee, op. cit., f. 1 v°.

71 A.M.S., II 84b 75. Sur Du Bancq : Koch, op. cit., p. 151-152.

72 Greib, op. cit., no 4, p. 4.

73 Beltzee, Bericht, document cité, f. 2 r°. Il fut remplacé par Lancelot Feninus, qui venait de Genève.

74 Selon Greib (Ein Blick, no 4, p. 4) — mais nous avons vu que les affirmations de cet auteur sont parfois sujettes à caution, — dès 1571 il existait trois paroisses, Goerlingen, Burbach et Altwiller, desservies respectivement par Pierre De Moyse, Adrien Du Bancq et Biaise D’Huet.

75 Ibid.

76 Quelques données chiffrées ibid., p. 3-4, d’après des documents fiscaux.

77 Lenfant l’assura à Calvin dès le 19 août 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 166, no 3234).

Table des illustrations

Titre LES VILLAGES WELCHES DU COMTE DE NASSAU ~ SARREWERDEN
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search