Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

VI. Francfort, Worms et le Palatinat

Texte intégral

1. L’émigration à Francfort1

  • 1 L’histoire économique et sociale de l’émigration à Francfort a fait l’objet de plusieurs travaux. (...)
  • 2 Francfort comptait bien sûr des étrangers avant cette date, mais ils ne formaient pas un groupe co (...)
  • 3 Schilling, Exulanten, p. 52.
  • 4 Cf. supra, p. 60.

1Plus tardive qu’à Strasbourg, à Wesel ou dans le val de Liepvre, puisqu’elle commença en 1554 seulement2, l’émigration à Francfort prit rapidement une ampleur inégalée, dans la vallée du Rhin tout au moins. Dès 1561, les étrangers y représentaient, selon les dernières estimations, 13 % de la population et, en 1590, environ 20 %. A Strasbourg, par exemple, une ville comptant comme Francfort3 quelque vingt mille habitants, leur nombre n’a jamais dépassé au XVIe siècle quinze cents4 et, tant à Wesel qu’au val de Liepvre, ils n’étaient pas, en chiffres absolus, aussi nombreux.

  • 5 Ajouter à ces documents officiels le témoignage de Séchelles, fin de l’été 1554. Cf. infra, p. 317
  • 6 Kirchendokumente D, f. 26-32 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 2-3). Dans Van den Abeele,(...)
  • 7 Original aujourd’hui perdu. Anc. cote : Mgb F 16 no la, 4-5. Cf. Witzel, op. cit., p. 135-136. Sur (...)
  • 8 Kirchendokumente D, f. 36-39 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 6). Voir à ce propos Jung,(...)
  • 9 Liste des membres de l’Église française, bourgeois et non bourgeois, 7 février 1560 : Kirchendokum (...)
  • 10 Original aujourd’hui perdu. Anc. cote : Acta das französische und niederländische Kirchenwesen bet (...)
  • 11 Kirchendokumente D, f. 46 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 11). Dans Van den Abeele, op. (...)
  • 12 Liste de 857 réfugiés de langue française avec leurs familles, 9 février 1572 : Kirchendokumente D (...)

2Le nombre, l’origine géographique et la profession des étrangers de Francfort sont relativement bien connus pendant la période 1554-1561, grâce à divers recensements, grâce aussi aux registres de bourgeoisie5. Les nouveaux venus se répartissaient alors en trois groupes : les Wallons, les Flamands et les Anglais. Un premier recensement des Wallons, effectué le 24 novembre 1555, fut revu et complété le 12 avril 1556 et on lui ajouta le recensement des Flamands6. Les Wallons et les Flamands firent l’objet d’un second recensement, le 28 mai 15577, les Anglais étant comptés à leur tour, le 10 juin de la même année8. Après que les Anglais eurent, entretemps, quitté la ville, nous y reviendrons, les autres réfugiés furent à nouveau dénombrés en février9 et en juillet 156010, ainsi qu’en avril 156111. Ils ne devaient plus être recensés avant 157212

3.Quel était leur nombre ? En 1556, les réfugiés wallons et flamands étaient au nombre de 195, en ne comptant que les chefs de famille. L’année suivante, avec les femmes, les enfants et les domestiques, ils représentaient un groupe de 1146 personnes, auxquelles s’ajoutaient un total de 225 Anglais. En 1560, ce chiffre était de 1600 environ et, en 1561, de 2036. La majorité des étrangers étaient d’expression française : 78,5 % en 1556 (sans tenir compte des Anglais) et 81,1 % en 1560.

  • 13 Les registres de bourgeoisie (Bürgerbücher) ne sont publiés que pour la période 1311-1400 (D. Ande (...)
  • 14 Cf. supra, p. 109.
  • 15 Le 3 juin 1557 par exemple, on regretta au Conseil que sur les 368 membres recensés de l’Église fr (...)
  • 16 Witzel, op. cit., p. 137.
  • 17 Ils étaient d’origine diverse (Lorraine, Suisse, Écosse, Espagne) et pour les 41 restant le lieu d (...)

4Tous les étrangers chefs de famille n’étaient pas inscrits à la bourgeoisie13. A Strasbourg, à la même époque, les réfugiés étaient demandeurs du droit de bourgeoisie. A partir de 1557, en vertu de l’ordonnance du 20 février, il ne leur fut plus que rarement accordé14. A Francfort, en revanche, des pressions étaient exercées sur eux pour qu’ils s’inscrivent comme bourgeois15. Un des griefs de la population à leur égard était que plusieurs d’entre eux s’y refusaient, pour ne pas payer le droit d’inscription. De la même façon qu’ils se tenaient à l’écart des corporations, on le verra bientôt, ils ne s’intégraient pas, ou en tout cas pas tous, à la bourgeoisie. En 1556, 33 % seulement des étrangers susceptibles de l’être étaient ainsi devenus bourgeois. L’année suivante, cependant, la proportion fut de 45 % environ, en 1560 de 58 % et en 1561 de 67 %16. Au total, de 1554 à 1561, 421 étrangers acquirent le droit de bourgeoisie, sur un total de 1096 nouveaux bourgeois. De ce nombre, 313 provenaient des Pays-Bas, 26 du pays de Liège et 32 du royaume de France17.

  • 18 Witzel, op. cit., p. 145.

5Les étrangers de Francfort provenaient donc pour la plupart des Pays-Bas. On notera que plus de la moitié d’entre eux étaient du Tournaisis, du Hainaut et de Flandre française. La ville de Tournai, à elle seule, a fourni, pour la période considérée, 48 réfugiés (reçus à la bourgeoisie) et celle de Valenciennes le même nombre. Cette population avait, dans l’ensemble, les mêmes caractéristiques que la population étrangère de Wesel, si l’on s’en tient à l’origine géographique ; elle différait, en revanche, considérablement de celle de Strasbourg, où les éléments lorrains et français prédominaient. De même, comme à Wesel et à la différence de Strasbourg, les étrangers de Francfort comptaient en leur sein une forte proportion de tisserands : c’est ainsi que 52,8 % des étrangers recensés en 1556 travaillaient dans le textile et 54 % en 155718. Le métier le mieux représenté était la sayetterie (bursatweberei), mais il y avait aussi beaucoup de passementiers et de lainiers.

6L’impact de cette population immigrée dynamique et entreprenante sur l’économie locale a été considérable, en dépit ou plutôt au-delà des conflits, parfois très durs, qui opposèrent les autochtones aux nouveaux arrivants. Contrairement à ceux de Wesel, les réfugiés de Francfort s’intégrèrent peu et mal aux corporations, auxquelles ils reprochaient de tout vouloir réglementer. Non seulement les artisans du textile, techniquement plus avancés, mais également et davantage encore peut-être les autres artisans, tels les cordonniers, les charpentiers et les menuisiers, rencontrèrent l’hostilité de leurs hôtes. Le conflit qui les opposait était un conflit sur l’institution corporative. L’enchérissement des denrées consécutif à l’arrivée des étrangers ne fit que l’aggraver. Les tensions n’étaient pas dues, semble-t-il, à un phénomène de concurrence, car, en définitive, l’augmentation de la population profita à tout le monde. Dans le dernier tiers du siècle, l’opposition devint plus évidente encore et ce furent véritablement deux systèmes économiques qui s’affrontèrent : le corporatisme et la liberté d’entreprise. Peu prisés des artisans locaux, les étrangers étaient, en revanche, soutenus par le patriciat urbain et les milieux commerçants de la ville, qui avaient tout à gagner de leur présence à Francfort. Le Magistrat joua, dès le départ, un rôle d’arbitre : sans toujours donner raison aux étrangers, il leur permit de conserver une certaine liberté face aux corporations.

  • 19 Sur Harmann Beyer : Steitz, Der lutherische Prädikant.
  • 20 Sur l’histoire religieuse de Francfort au XVIe siècle : Dechent, Kirchengeschichte, t. I, p. 64-19 (...)

7Si l’intégration socio-économique des étrangers ne se fit pas sans difficulté, qu’en était-il au plan religieux ? Ville libre d’Empire depuis 1372, Francfort-sur-le-Main avait été traversée, dès 1520, dans les cercles humanistes et les milieux patriciens de la ville, par le courant luthérien. En 1525, le Conseil avait nommé deux prédicateurs évangéliques et, en 1533, la messe avait été abolie. Sous l’influence de Bucer, qui avait participé, la même année, à la rédaction des ordonnances ecclésiastiques de la ville, Francfort avait choisi, dans la Réforme, une via media entre Wittenberg et Zurich, à l’image de Strasbourg. Mais la nomination en 1536 de plusieurs ministres proches de Luther et orthodoxes avant la lettre, le plus fameux étant Pierre Geltner, avait rompu cet équilibre. Le corps pastoral devint divisé et, en 1542, on fit appel à Bucer et à Hedio, qui composèrent une Concordia destinée à mettre d’accord les luthériens et leurs opposants sur le point litigieux de la Cène. Cet accord, cependant, avait fait long feu et, après que le catholicisme romain eut été réintroduit dans la ville au moment de l’Intérim d’Augsbourg, les succès militaires des armées protestantes contre l’empereur avaient donné raison aux luthériens orthodoxes qui, à la différence des « philippistes », avaient préconisé la résistance. A Francfort, Johannes Lullius et Melchior Ambach, deux ministres de tendance humaniste et ouverts aux idées des réformateurs suisses, avaient été mis en minorité par leurs collègues gnésio-luthériens, au nombre desquels figuraient, aux côtés de Pierre Geltner, le redoutable polémiste Harmann Beyer et le non moins intransigeant Mathias Ritter19. Francfort était devenu ainsi le théâtre du même conflit de générations qu’à Strasbourg, où le vieux Conrad Hubert, ami et contemporain de Bucer, avait été contré et bientôt écarté du Convent par son cadet Jean Marbach, le champion de la nouvelle orthodoxie luthérienne20.

8C’est dans ce contexte de raidissement confessionnel qu’une Église française fut fondée à Francfort en 1554 et une Église flamande l’année suivante. Au départ, les choses se présentèrent sous un jour plus favorable qu’à Wesel, où les réfugiés se voyaient refuser la même année le droit de célébrer la Cène dans leur langue. Cependant, peu à peu, la situation se renversa : à Wesel, le parti luthérien orthodoxe finit par perdre le pouvoir, tandis qu’à Francfort, profitant de sa forte croissante, il obtint, en 1561, que les deux Églises d’étrangers soient fermées, deux ans avant qu’une mesure pareille ne soit prise à Strasbourg. A Francfort, les réfugiés se firent des ennemis tant par leur indépendance économique que par leur indépendance doctrinale. Le conflit social se doubla d’un conflit religieux. Nous aurons à examiner les interférences de l’un sur l’autre, tant il est vrai qu’un acte aussi ecclésiastique que la fermeture de l’Église des étrangers pour cause de désaccord doctrinal dépasse le domaine ecclésiastique lui-même.

2. La fondation des Églises française et anglaise (1554)21

  • 21 La bibliographie du refuge francfortois est abondante. L’étude la mieux documentée est celle de Be (...)
  • 22 L’original de cette supplique a été détruit en 1944. Extraits dans Ebrard, op. cit., p. 16, note 3 (...)
  • 23 En 1531, un ancien franciscain de Venise, Bartolomeo Fonzio, avait prêché « en français » (in der (...)
  • 24 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle 24 mai 1546. — Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher 25 mai 1546. (...)
  • 25 Cf. Witzel, Gewerbegeschichtliche Studien, p. 148, note 3. — Bauer, Einstellung, p. 11.

9Le 4 mai 1546, Jean Utenhove, un jeune Gantois qui se trouvait jusque là à Strasbourg, se rendit à Francfort et il y remit aux autorités, « au nom de quelques chrétiens pieux et généreux et de bonne réputation, parlant le français et d’autres nations aussi », une supplique dans laquelle il leur demandait de les accepter comme bourgeois et de leur accorder une église, où un ministre pourrait prêcher dans leur langue22. Utenhove faisait remarquer que des réfugiés avaient déjà été accueillis à Strasbourg et à Augsbourg23. Mais la commission chargée d’examiner la demande, et dont le Conseil adopta les conclusions le 25 mai 1546, trouva dans ceci précisément prétexte à refus. Puisqu’ils avaient déjà reçu la bourgeoisie et un lieu de culte dans deux villes d’importance, point n’était besoin de venir à Francfort. Ils ne voulaient l’asile dans cette ville que pour pouvoir plus facilement recevoir la visite de leurs compatriotes, qui y venaient deux fois par an pour la foire24 ! Cette explication, notons-le, n’en était pas une. En mai 1546, les États protestants de l’Empire étaient engagés dans la guerre de Smalcalde, contre l’empereur qui venait de signer avec la France la Paix de Crépy. Charles Quint devait d’ailleurs l’emporter l’année suivante à la bataille de Mühlberg, Le refus des autorités francfortoises s’explique, à l’évidence, par la crainte d’indisposer l’empereur en hébergeant ses sujets poursuivis par l’Inquisition25.

10Huit ans plus tard, la même demande était introduite par Valérand Poullain, dans une ville devenue entretemps beaucoup plus luthérienne. Cette fois, cependant, le Conseil décida de ne pas rejeter la requête.

  • 26 Cf. supra, p. 189-190.
  • 27 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 50. Sur le Gegenbericht : infra, p. 396. Claus Brom (...)

11Accompagné de vingt-quatre tisserants wallons, venus comme lui de Glastonbury en Angleterre, Poullain s’était d’abord réfugié à Wesel, au début du règne de Marie Tudor mais, faute d’avoir trouvé dans cette ville un accueil suffisamment bon, faute peut-être aussi de s’être entendu avec le reste de la colonie étrangère26, il quitta Wesel avec ses compagnons vers le début de février 1554 et, de là, il fit route pour Cologne. Dans cette ville, où il ne fit que passer, il rencontra — fort opportunément un membre du Conseil de Francfort, Claus Bromm, qui l’invita à venir s’établir dans la cité des bords du Main27.

  • 28 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 50-51. Un des premiers soins de Poullain fut de fai (...)

12Arrivé à Francfort, sur le conseil d’un certain Adrien chez qui il logeait, Poullain se rendit auprès d’Ambach et de Lullius, les deux ministres amis de Bucer, et ceux-ci lui conseillèrent de faire la connaissance des autres ministres de la ville, et de Hartmann en particulier. Les premiers contacts entre Poullain et Beyer furent bons. Ils discutèrent de la Cène, sans qu’aucun heurt se manifestât. Beyer devait déclarer plus tard que Poullain 1’avait trompe ce jour-là, en ne lui déclarant pas d’emblée qu’il voulait une Église française indépendante du Convent. Il lui aurait dissimule ses opinins « zwingliennes ». En attendant, impressionnes par la detresse des réfugiés, Beyer et ses collègues réservèrent a ceux-ci le meilleur accueil28.

  • 29 Sur les patriciens de Francfort, amis des réfugiés : Besser, Geschichte, p. 9. — Bauer, Einstellun (...)

13Dès son arrivée, Poullain établit, en outre, des relations avec plusieurs membres de l’aristocratie, influents au Conseil et proches sur le plan confessionnel de Philippe Mélanchthon. Marqués par l’humanisme, ils étaient en retrait par rapport au luthéranisme orthodoxe professé par Beyer, Ritter et Geltner. Quelques-uns parmi eux, tels Jean Glaubourg ou Jean Cnipius Andronicus, correspondaient avec Calvin et Bullinger. Ces sympathies, jointes au sentiment qu’une politique d’encouragement à l’immigration correspondait à l’intérêt bien compris de la ville, firent de ces patriciens les défenseurs les plus ardents des réfugiés et ils devaient le rester pendant longtemps. C’est parmi eux qu’allaient être choisis, après l’admission de Poullain et de ses compagnons dans la ville, les « patrons » des réfugiés, chargés de faire le lien entre eux et le Conseil, rôle qui correspondait, mutatis mutandis, à celui des kirchenpfleger de l’Église française de Strasbourg. Mais les « patrons » des étrangers, Jean de Glaubourg et son neveu Adophe, qui devait mourir de la peste le 26 septembre 1555, allaient se révéler beaucoup mieux disposés à l’égard de leurs protégés que Frédéric de Gottesheim et ses collègues à Strasbourg29.

  • 30 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 1-2. Voir aussi : F.S.A., Ratsprotokolle, 15 mars 1554, f. 34 (Meinert,(...)

14Le terrain était donc préparé, lorsque Poullain présenta, le 15 mars 1554 au Conseil une supplique demandant, pour lui et les vingt-quatre sayetteurs (bursatmacher) qui l’accompagnaient depuis l’Angleterre l’autorisation de s’établir à Francfort et d’y exercer leur métier. Comme ils partageaient leur religion et pas leur langue, ajoutait Poullain, ils demandaient également à disposer d’une église ou d’un temple, pour y prier, y prêcher et y célébrer les sacrements, à désigner leur propre ministre et à exercer entre eux la discipline ecclésiastique30.

  • 31 Cf. Besser, Geschichte, p. 12.

15La décision de donner une suite positive à cette demande fut prise le 18 mars, un dimanche, lors d’une séance extraordinaire du Conseil. Ce détail montre de quels appuis les réfugiés disposaient au sein du Conseil ! Pratiquant ce qu’il faut bien appeler du bluff, leurs amis firent état d’un accord doctrinal entre Poullain et les ministres de la ville, alors qu’il n’y avait eu que des conversations sans objet bien précis. Il est vrai que le Conseil ne donna, le 18 mars, qu’un accord de principe à l’installation des réfugiés à Francfort, sans préciser où concrètement ils exerceraient leurs activités et quel lieu de culte leur serait attribué31.

  • 32 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 55.
  • 33 Ibid., p. 52.

16Mais l’essentiel était acquis, à savoir le droit de séjour et la liberté de culte. Poullain en profita pour signifier à d’autres réfugiés, ceux de Wesel en particulier, qu’ils pourraient venir le rejoindre, de sorte que la colonie prit peu à peu de l’ampleur32. Les ministres luthériens de Francfort semblent ne pas avoir compris immédiatement que les réfugiés ne participeraient pas au culte dans leurs paroisses. C’est ainsi que Beyer, à qui Poullain avait remis au début d’avril le texte de sa supplique, alla jusqu’à négliger de la lire. Il était trop occupé par la foire du printemps, expliqua-t-il plus tard, pour s’en excuser33.

  • 34 Sur cette église : Battonn, Oertliche Beschreibung, t. V, p. 202. Reproduction d’après une gravure (...)
  • 35 F.R.H., t.I, Beylagen, p. 195 : « Soll man dasselbig zulassen, doch herrn Matthiam den Predicanten (...)

17Pendant ce temps, Poullain ne restait pas inactif. Il s’entendit avec Catherine de Mörfelden, la prieure des Dames blanches (Weissfrauen) de Francfort, dont le couvent était passé à la Confession d’Augsbourg en 1535, et avec les curateurs (pfleger) du couvent, pour que soient mis à la disposition des réfugiés l’église des Dames blanches et un bâtiment annexe qui servirait de cure34. Le Conseil marqua son accord le 17 avril, avec cette réserve cependant qu’un des ministres, Mathias Ritter, devait « veiller à leur prédication et à leur liturgie pour qu’ils n’entreprennent rien d’extravagant »35. Singulièrement, l’intéressé, Ritter, ne fut pas informé de cette clause restrictive qui le concernait pourtant au premier chef. On mesure ici l’ambiguïté de la situation. Un conflit était en germe entre Poullain et les ministres, mais la chose était dissimulée. Par les soins des « patrons » des réfugiés, toute occasion de dispute était soigneusement écartée.

  • 36 Anna Hooper à Bullinger, Francfort, 20 avril 1554 (Robinson, Original Letters, p. 111). Corriger B (...)
  • 37 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 55. Sur Maupas, voir en particulier : Richard Vauvi (...)

18Dès le jeudi 19 avril, Poullain prêcha aux Dames blanches et, non loin de là, sur les bords du Main, il célébra un baptême, celui de son propre fils36. Un consistoire fut bientôt installé et une école ouverte. Le maître se nommait Georges Maupas37.

  • 38 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 26 avril 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 4) ; Gegenbericht, dans t.  (...)

19L’ouverture de l’Église française fit sensation. Les curieux étaient si nombreux, le 19 avril, que Poullain s’en plaignit au Conseil et les ministres allemands eurent à interdire, le dimanche suivant, à leurs ouailles d’assister au culte chez les étrangers38.

  • 39 Cf. Denis, Jean Laski, p. 4-8.
  • 40 Ce mot, qui est rare, figure dans un document aujourd’hui disparu, cité par Steitz, Lutherische Pr (...)

20Cependant, le Magistrat ajoutait, dans la même déclaration : « Si l’on découvre chez eux une erreur, le Conseil, dont c’est la tâche, veillera à ne pas leur laisser le champ libre. Tout le monde peut être rassuré là-dessus. » Pour la première fois, influencés par les ministres, des conseillers manifestaient publiquement de la méfiance à l’égard des étrangers. C’est que Beyer venait de rentrer d’un voyage en Allemagne du Nord, une région où les réfugiés n’avaient pas laissé un excellent souvenir, dans les milieux luthériens, l’hiver précédent, lors de leurs passage39. D’autre part, en annonçant son intention de célébrer la Cène, Poullain venait, tout d’un coup, d’éveiller la suspicion. Non sans une certaine naïveté, il avait envoyé le maître d’école, Georges Maupas, s’enquérir auprès de Beyer et de Ritter sur l’endroit où l’on pouvait se procurer du pain levé et des verres (ofladen40 und gläser). Entendant cela, les deux ministres avaient fait venir Poullain et ils lui avaient déclaré que « leur peuple » (unsere leut) ne pourrait supporter que la Cène fût célébrée ainsi. S'ils s’y risquaient, on les prendrait immédiatement pour « des anabaptistes ou des zwingliens ». Devant ces résistances, Poullain se mit à hésiter, d’autant plus qu’Adolphe de Glaubourg, son principal défenseur, manifestait, lui aussi, des réticences à l’égard des habitudes liturgiques des réfugiés, héritées de l’Angleterre. Aussi s’employa-t-il, les semaines qui suivirent, à faire taire les appréhensions des Francfortois.

  • 41 Cf. supra, p. 209.
  • 42 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 56-57.
  • 43 Hartmann Beyers Bericht von Philippo Melanchtone, was er von dem Frembden geurtheilet uns was er i (...)
  • 44 C.R., t. VIII, col. 268.
  • 45 Dans le même sens : Bauer, Valérand Poullain, p. 190-191.

21Comme à Wesel deux ans plus tard41, le nom de Mélanchthon fut cité à Francfort à propos des réfugiés. Selon Beyer, qui l’avait rencontré lors de son voyage, à Leipzig, au mois d’avril, le théologien l’avait mis en garde contre les étrangers, incapables, aurait-il déclaré, de s’entendre avec les luthériens sur la doctrine et de s’habituer à leurs coutumes. Il lui aurait promis de lui remettre, à l’intention d’Adolphe de Glaubourg, une lettre à ce propos. Mais, lorsque Beyer le revit plusieurs jours plus tard à Wittenberg, Mélanchthon se contenta de lui faire transmettre à Glaubourg le témoignage de son amitié. De retour à Francfort, Beyer s’efforça, mais en vain, de persuader le conseiller que Mélanchthon regrettait la présence des réfugiés à Francfort42. Sept ans plus tard, après la mort du Praeceptor Germaniae, le même Beyer devait remettre au Conseil de Francfort un mémoire reproduisant ses affirmations de 155443. Mais que s’était-il donc passé ? Il est peu probable que Mélanchthon se soit réellement déclaré hostile à l’ouverture d’une Église française à Francfort. D’une lettre à Georges Fabricius, écrite le 17 avril 1554, avant son départ pour Leipzig, il ressort au contraire que le théologien avait de l’estime pour les réfugiés44 et son comportement ultérieur, à Wesel en 1556 notamment, contredit les déclarations de Beyer. Tout au plus ce dernier est-il peut-être parvenu à lui arracher à Leipzig quelques paroles en leur défaveur, en les présentant comme des anabaptistes et des sectaires. Mieux renseigné entretemps, Mélanchthon aurait, dans ce cas, refusé ensuite, à Wittenberg, de confirmer ses propos de Leipzig45.

  • 46 Elle fut imprimée pour la première fois en latin à Londres, chez Stephen Mierdman, en 1551, avec l (...)
  • 47 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 58.
  • 48 Arnaud Banc allait recourir au même argument dans le val de Liepvre, sept ans plus tard. Cf. supra (...)
  • 49 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 60.

22Après que Mathias Ritter eut rencontré une première fois Valérand Poullain, celui-ci se rendit, le 9 mai, au Convent, pour y présenter sa confession de foi. Il s’agissait, selon toute vraisemblance, de la confession de foi de Glastonbury, rédigée trois ans plus tôt46. Les ministres allemands trouvèrent ce texte « obscur et indécis en plusieurs articles, celui de la Cène en particulier ». Certaines expressions leur paraissaient « nouvelles » et « presque différentes de la Confession d’Augsbourg47 ». C’est du reste cette confession qu’ils voulaient que Poullain signe. Le Lillois finit par accepter, après avoir proposé sans succès à ses interlocuteurs de prendre comme base de discussion les Loci communes de Mélanchthon, dans leur première édition. Mais il refusa de s’engager à suivre, à l’Église française, la liturgie luthérienne et il invoqua pour se défendre le septième article de la Confession d’Augsbourg, qui autorisait précisément la diversité des « cérémonies »48. Poullain, qui voulait mettre fin au différend avant de célébrer la Cène, fit alors intervenir ses « patrons », qui reprochèrent aux ministres de manquer à la charité chrétienne et ils leur signifièrent que la décision était prise de laisser les étrangers célébrer la Cène sans retard. Voyant que leurs protestations n’avaient pas d’effet, Beyer et ses collègues se résignèrent. Il n’était pas possible d’aller contre l’avis du Conseil tout entier et, d’ailleurs, « les étrangers ne s’étaient pas encore déclarés ouvertement pour l’erreur zwinglienne », comme ils l’expliquèrent plus tard, pour justifier cette apparente démission49. C’est ainsi que la Cène fut célébrée à l’Église française de Francfort, le 2 juin 1554, jour de la Pentecôte.

  • 50 Sur Juan Morillo et Luis Del Castillo : supra, p. 186.
  • 51 Briejf discours, p. 5. Morillo est également appelé ministre dans Pier-Paolo Vergerio à Bullinger, (...)
  • 52 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 60.
  • 53 Ibid.

23La semaine suivante, arrivèrent de Wesel Juan Morillo et Luis Del Castillo50. Le premier remplit bientôt les fonctions de ministre, aux côtés de Poullain, et le second fut choisi comme ancien51. Leur première tâche à l’un et à l’autre fut de réconcilier leur collègue avec les ministres de la ville. En signe d’union, ils allèrent communier à la paroisse luthérienne, le dimanche suivant52. La paix fut ainsi rétablie. Elle dura, selon les ministres luthériens eux-mêmes, un an et demi53.

  • 54 Op. Calv., t. XV, col. 217, no 2001.
  • 55 Juan Morillo.
  • 56 Séchelles à Farel, [Francfort, août ou septembre 1554] (A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse I, no 7, do (...)

24Le premier à s’en réjouir fut Calvin, à qui Poullain a dû écrire au début de l’été. « Je me réjouis d’apprendre qu’après une pérégrination longue et dangereuse, tu as gagné un port où tu puisses enfin rassembler tes esprits, lui déclara-t-il le 27 août. Je te félicite d’avoir obtenu à Francfort un lieu où tu puisses t’employer utilement et consacrer tes efforts au petit troupeau qui a été rassemblé par tes soins54. » Séchelles, de son côté, quand il fut arrivé à Francfort, venant de Wesel et de Genève, écrivit à Farel, à la fin de l’été : « [Nostre église] augmente tous les jours, et pour ceste heure nous sommes bien (comme je croys) envyron trois cent cinquante âmes et sy atendons encore de bref tout plain de gens d’Anvers, gros marchans. On a auiourd’huy commencé la prophétye et a esté le docteur Morelly55 qui a proposé, lequel se porte fort honestement et a beaucoup servi à garder paix et union en ceste églize.56 »

  • 57 Garrett, Marian Exiles, p. 329.
  • 58 Brieff discours, p. 5-6. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 2 et 3 juin 1554 (Jung, Englische Flüchtlings (...)
  • 59 Brieff discours, p. 6.

25Ainsi, les étrangers devenaient plus nombreux. Mais tous les nouveaux arrivants n’étaient pas des Wallons. Le 27 juin, moins d’un mois après la célébration de la première Cène, quatre Anglais, accompagnés de leurs familles, Edmund Sutton, William Williams, William Whittingham et Thomas Wood, arrivèrent à Francfort. Poullain s’attendait, semble-t-il, à leur arrivée57. Le soir même, les Anglais recevaient sa visite et il leur conseilla de demander au Magistrat le droit de bourgeoisie. Le 2 juillet, les Anglais adressèrent effectivement une supplique dans ce sens, que signèrent avec eux Morillo, Del Castillo et cet Adrien qui avait hébergé Poullain à son arrivée58. La réponse fut positive. Le 14 juillet, par l’entremise de Jean de Glaubourg, ils obtinrent l’autorisation de prêcher et de recevoir les sacrements à l’église des Dames blanches, là où se réunissaient déjà les Wallons. Le Conseil ne formula qu’une exigence : qu’ils ne se séparent ni pour la doctrine, ni pour la liturgie de l’Église française et qu’ils souscrivent à sa confession de foi. Les Anglais, à vrai dire, ne se sont jamais sentis « liés strictement » par cette obligation : comme l’écrivit vingt ans plus tard leur historien, « s’ils se reconnaissaient les uns les autres, c’était suffisant »59.

  • 60 Ibid., p. 6-8. La lettre du 2 août 1554 figure dans le même ouvrage, p. 8-13. « Densbrugh » (ibid. (...)

26Bientôt, les Anglais se mirent d’accord entre eux sur une confession de foi « conçue en fonction du lieu et du moment » (framed accordinge to the state and time) et sur une liturgie débarrassée des détails superstitieux et superflus, comme les litanies et le port du surplis, et conformes à l’usage des « Églises réformées ». C’est le 29 juillet qu’ils célébrèrent le culte pour la première fois. Le 2 août, ils écrivirent à leurs compatriotes et compagnons d’exil de Strasbourg, de Zurich, de Duisbourg, de Wesel et d’Emden, pour leur annoncer le « singulier bienfait » qui leur avait été accordé à Francfort et les inviter à venir les y rejoindre60.

  • 61 Cf. Jung, op. cit., p. 8, qui parle à leur propos d’une « geistige Elite ».
  • 62 Cf. Besser, Geschichte, p. 15.

27Les Anglais émigrés sur le « continent » appartenaient pour la plupart à une classe sociale aisée et l’on comptait parmi eux beaucoup d’universitaires61. Les Wallons, en revanche, étaient des artisans que l’émigration avait complètement ruinés. Leur pauvreté les rendit incapables, au début, de s’acquitter du droit de bourgeoisie et, au printemps 1554, il fallut plusieurs séances du Conseil pour trouver une solution à ce problème62. Le contraste était frappant. Il n’échappa pas à leurs hôtes qui réservèrent aux deux groupes un traitement différent pendant toute la période de leur coexistence. Les Anglais, en effet, les honoraient ; les Wallons, ainsi que les Flamands qui, bientôt, les suivirent, les inquiétaient au contraire.

  • 63 F.S.A., Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher, 5 juin 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 5). Cf. Bes (...)
  • 64 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 et 28 août 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 6) ; Bürgermeisterbücher, 2 (...)

28Un des premiers soucis de Valérand Poullain, après qu’il eut obtenu de pouvoir célébrer la Cène, fut de convaincre les autorités de Francfort de l’orthodoxie de son Église. Nous avons vu que la querelle avec les luthériens trouva en juin un apaisement, certes provisoire. Le même mois, cependant, et le mois d’août 1554, le Conseil fut saisi de plaintes contre plusieurs membres de l’Église française, soupçonnés d’hétérodoxie. Les sources conservées ne permettent pas de dire quelle était au juste leur doctrine. Ils sont désignés comme des anabaptistes. Mais que faut-il entendre par là ? Nous savons seulement que, le 5 juin 1554, un Wallon fut expulsé de Francfort en raison de ses opinions particulières63 et que, le 23 août, deux jeunes réfugiés furent arrêtés à leur tour pour avoir professé des idées étranges. Toutefois, au bout de cinq jours, ils étaient relâchés, faute de preuve64.

  • 65 Cf. supra, p. 315, note 5.
  • 66 Honders, Liturgia sacra, p. 28-29.
  • 67 F.S.A., Ratsprotokolle, 13 septembre 1554, f. 112 v° (Meinert, Eingliederung, p. 7).
  • 68 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 60. Les ministres portèrent sur la Liturgia sacra un jugement négatif. (...)
  • 69 Vauville à Calvin, [Francfort], 10 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 558, n » 2181).
  • 70 Anna Hooper à Bullinger, Francfort, 22 septembre 1554 (Robinson, Original Letters, p. 112).

29Or, le même été, Valérand Poullain fit rééditer sa Liturgia sacra, ce recueil comprenant la liturgie, la confession de foi et le règlement ecclésiastique de l’Église de Glastonbury, dont une première édition avait paru à Londres en 155165. Dans la préface, qui est datée du1er septembre 1554, Poullain déclara explicitement son propos. En faisant connaître publiquement sa doctrine, il désirait répondre aux accusations de « quantité de troublions papistes et autres mauvais hommes envieux et malveillants », qui accusaient les étrangers d’anabaptisme : « Nous savons que nous nous accordons avec la sainte Église catholique66. » L’ouvrage fut présenté le 13 septembre au Conseil. On les prenait pour des anabaptistes, nota le procès verbal, « c’est pourquoi ils ont fait imprimer leur confession67 ». Le lendemain, les ministres luthériens en recevaient, à leur tour, un exemplaire. Dans la lettre d’accompagnement, les étrangers protestaient encore une fois de leur orthodoxie. Ils se déclaraient prêts à rendre compte de leur doctrine en public, si les ministres y trouvaient quoi que ce soit de répréhensible selon l’autorité de l’Écriture. Leur doctrine supportait la lumière. « Qui se tait paraît consentir », concluaient-ils68. Mais Poullain était soucieux de voir son Église unanimement reconnue. Aussi envoya-t-il le même mois de septembre sa Liturgia sacra à l’Église de Genève69 et à l’Église de Zurich70. S’il se trouvait dans l’ouvrage quelque chose à redire, déclarait-il à Bullinger, il lui saurait gré de bien vouloir le lui signaler.

  • 71 Pierre Braubach à Joachim Westphal, Francfort, 19 juillet 1555 (Sillem, Brieffsammlung, t. I, p. 1 (...)

30L’idée de rééditer la Liturgia sacra venait, comme les étrangers le signifiaient eux-mêmes dans leur lettre aux ministres, de leurs « patrons ». L’entreprise était donc officielle. Ainsi s’explique que le livre soit sorti des presses de Pierre Braubach, un imprimeur luthérien orthodoxe pourtant, ami fidèle de Beyer et de Westphal. Dans une lettre au surintendant de Hambourg, écrite l’année suivante, Braubach lui déclara, comme pour s’excuser, avoir imprimé la Liturgia sacra « sur ordre du Magistrat » et « à contrecœur » (illibenter), même si, ajoutait-il, les étrangers prétendaient « professer comme eux la bonne et sainte doctrine sur la question des sacrements » (se recte et pie nobiscum in negotio sacramenti sentire)71.

  • 72 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 13 septembre 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 7). Cf. Besser, Geschic (...)
  • 73 F.S.A., F.R.G. 178.

31Les réfugiés, décidément, étaient bien en cour. Le 13 septembre, le Conseil décida, après avoir reçu leur liturgie, de ne plus les inquiéter davantage72. L’Église française put continuer à s’établir. Aux deux ministres, Valérand Poullain et Juan Morillo, et aux anciens s’ajoutèrent, pour le gouvernement de l’Église, des diacres, qui entrèrent en fonction à l’automne, au nombre de six. Les comptes de la communauté commencent à la date du 19 novembre73.

  • 74 Z.S.A., E II 356, f. 650 : « [Ioannes Morellius Hispanus minister ecclesiae Gallorum Frankfordiae] (...)

32L’Église française connut, les premiers mois, une existence relativement paisible, le procès des anabaptistes étant demeuré, comme nous l’avons vu, sans suite. En septembre, la population de la colonie doubla presque avec l’arrivée de nouveaux réfugiés venus de Wesel. Sa première épreuve véritable fut la mort de Juan Morillo, à la fin de l’automne 1554. Plutôt que d’une mort, il faudrait parler d’un meurtre : d’après Pier-Paolo Vergerio, en effet, victime lui aussi d’un attentat, Morillo mourut empoisonné, de même qu’un « compagnon », en qui l’on peut reconnaître Luis Del Castillo. Dans sa lettre, adressée à Bullinger le 21 mars 155574, Vergerio n’identifiait pas l’assassin précisément, mais il voyait dans ce double assassinat l’œuvre de l’Inquisition espagnole. Quoi qu’il en soit, la disparition de Morillo représenta un malheur pour l’Église française de Francfort. L’Espagnol y jouait, en effet, un rôle précieux de conciliateur, tempérant Valérand Poullain, dont le caractère était tumultueux. Les mois et les années qui suivirent sa disparition, L’Église allait être divisée par un conflit interne fort grave. S’il avait vécu, qui sait si les choses n’auraient pas tourné autrement ?

  • 75 Garrett, Marian Exiles, p. 329. Sur cette élection : Brieff discours, p. 13-14.
  • 76 Brieff discours, p. 16. Il mourut à Strasbourg en 1556.
  • 77 Garrett, op. cit., p. 220. Sur Lever, cf. aussi supra, p. 221. D’après John Knox (A Narrative of t (...)
  • 78 Brieff discours, p. 17.
  • 79 Garrett, op. cit., p. 326.
  • 80 Brieff discours, p. 17.

33Quant à l’Église anglaise, elle se donna, elle aussi, un gouvernement. Une élection eut lieu en septembre. Whittingham, le « leader » du groupe était en effet un laïc et il ne prêchait pas75. Trois ministres furent ainsi élus : John Knox, le réformateur de l’Écosse, James Haddon, un chanoine de Westminster, et Thomas Lever, un prêtre originaire du Nord de l’Angleterre. Le premier arriva de Genève, vers la fin du mois d’octobre. Le second, qui avait émigré à Strasbourg, fit savoir par une lettre qu’il souhaitait y rester76. Lever, enfin, réfugié à Zurich, puis à Genève, ne prit ses fonctions qu’en février 155577. Knox étant le seul disponible dans les premiers mois, David Whitehead, un théologien d’Oxford, qui avait accompagné Łaski et les réfugiés de Londres dans leur périple au Danemark et en Allemagne du Nord au cours de l’hiver 1553-1554, fut chargé de la prédication, lorsqu’il arriva à Francfort, le 24 octobre78. Mais il ne devint pas ministre en titre avant le mois de mars 155579. On sait qu’il prêcha, au début, sur l’Épître aux Romains80.

3. De l’élection de Richard Vauville au départ de Jean Łaski (1555-1556)

34Les deux années qui suivirent l’arrivée des premiers réfugiés protestants à Francfort ont été remarquables moins par l’accroissement, certes notable, de la population étrangère que par l’ouverture d’une série de crises, sans précédent dans l’histoire des Églises du refuge, même strasbourgeois.

35Le premier de ces conflits, très violent, toucha l’Église anglaise : il se solda par l’expulsion de John Knox, en mars 1555. L’enjeu était la liturgie de la communauté. Une querelle portant sur les personnes autant que sur les institutions marqua, au même moment, l’Église française : son dénouement ne survint que plus tard, à la fin de l’année 1556. Entretemps, une Église flamande était instituée, à l’initiative de Jean Łaski. Ce dernier joua un rôle important dans les controverses avec les luthériens, qui reprirent, ces deux années-là précisément, de l’intensité.

  • 81 Cf. notamment Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 10-19. — Van der Molen, Anglican against Pur (...)

36Les « troubles » de l’Église anglaise ont retenu depuis longtemps l’attention des historiens anglais, pour qui c’est à Francfort que s’est joué le premier acte de l’histoire de l’Église d’Angleterre. Le conflit qui y opposa les futurs évêques de l’establishment élisabéthain et les futurs puritains fut, en effet, exemplaire. Les mêmes acteurs devaient retrouver les mêmes attitudes au sortir de l’exil, de l’autre côté de la Manche. On se contentera d’évoquer cette histoire bien connue81.

  • 82 Brieff discours, p. 13.

37Les premiers arrivants, au nombre desquels figurait William Whittingham, représentaient l’aile radicale de la Réforme anglaise. Ils aspiraient à une religion très pure, dépouillée de tous les vestiges du « papisme ». Leur modèle, en matière de réforme religieuse, était l’Église de Genève, qui avait renoncé à l’épiscopat et adopté une liturgie à leurs yeux beaucoup plus satisfaisante que celle du second Book of Common Prayer, encore empreint d’influences romaines. Les réfugiés anglais de Strasbourg étaient, en revanche, partisans du statu quo doctrinal et liturgique, en particulier John Ponet, l’évêque de Winchester, qui se proposa comme ministre de l’Église anglaise de Francfort en août 1554, sans succès au demeurant82.

  • 83 Cf. supra, p. 321.
  • 84 Brieff discours, p. 27.
  • 85 Garrett, Marian Exiles, p. 326.

38En septembre, John Knox, Thomas Lever et James Haddon avaient été élus au ministère83. L’élection de Knox permit aux radicaux de faire triompher leurs vues, au moins dans un premier temps. Knox, qui était proche de Calvin, refusa cependant d’officier selon la liturgie de Genève, tant que les « hommes doctes » (lerned men) de Strasbourg, de Zurich et d’Emden n’auraient pas manifesté leur accord84. Cette prudence s’expliquait par la présence à Francfort, au moment de sa venue, d’éléments plus conservateurs, soutenus par les communautés de Strasbourg et de Zurich. On a relevé que l’arrivée dans la ville de David Whitehead le 24 octobre 1554, quelques jours à peine avant celle de Knox, n’a sans doute pas été le fruit du hasard : Whitehead n’était pas un ami de Whittingham et il pourrait avoir été envoyé de Strasbourg à Francfort pour contrecarrer l’influence de Knox que l’on savait être grande85.

  • 86 Op. Calv., t. XV, col. 337-344, no 2059.
  • 87 Op. Calv., t. XV, col. 393-394, no 2091.

39Après que Calvin, conseillé par Knox et Whittingham le 11 décembre86, eut donné, le 20 janvier 1555, un avis sur le Prayer Book, qu’il fallait, selon lui, conserver malgré ses défauts, tant que durerait la persécution en Angleterre87, les réfugiés de Francfort parvinrent à un accord et une Cène fut célébrée en février selon la liturgie anglaise, modifiée sur certains points jugés trop romains.

  • 88 Cf. supra, p. 160.
  • 89 Brieff discours, p. 44-45. Cf. Whittingham à Calvin, Francfort, 25 mars 1555 (Op. Calv., t. XV, co (...)

40L’arrivée, le 13 mars 1555, de Richard Cox, venu de Duisbourg par Strasbourg88, remit soudain en question ce fragile équilibre. Cox avait été un des rédacteurs du second Prayer Book, sous Édouard VI, et il trouva intolérable qu’on se fût permis d’y toucher. Lui et Knox ne pouvaient pas s’entendre. Le dimanche suivant sa venue, un de ses partisans se mit tout d’un coup à entonner une litanie traditionnelle et tous les conservateurs répondirent à haute voix. Provoqué, Knox attaqua l’après-midi même les usages de l’Église d’Angleterre dans un sermon, auquel Cox répliqua, deux jours plus tard, par des déclarations également agressives. La discussion se porta ensuite sur des questions de procédure. Knox finit par être mis en minorité et la prédication lui fut interdite. Aussitôt, à la demande de Whittingham, Jean de Glaubourg, un des « patrons » des réfugiés, réunit en présence de Valérand Poullain les parties adverses, mais elles persistèrent dans leur différend. Le Conseil, saisi de cette affaire par Glaubourg, rappela aux Anglais qu’ils avaient à suivre la liturgie de l’Église française. C’était donner raison à Knox et à ses partisans. Les conservateurs répliquèrent en accusant l’Écossais du crime de haute trahison : dans un ouvrage intitulé A faithfull admonition unto the professors of Gods truthe in England, qu’ils montrèrent aux autorités, Knox avait invité ses lecteurs à mettre tout en œuvre pour empêcher le mariage de Marie Tudor et de Philippe, le fils de l’empereur. Par crainte de ce dernier, le Conseil dut à contrecœur enjoindre à Knox de quitter la ville, ce qu’il fit le 26 mars. Par Bâle, il se rendit immédiatement à Genève89.

  • 90 Le texte révisé à Francfort est conservé à Londres (British Library, Egerton Ms. 2836). Cf. Garret (...)

41La victoire de Cox et de ses amis fut complète lorsqu’ils obtinrent l’autorisation d’utiliser le Prayer Book pour leurs célébrations au lieu de la liturgie de l’Église française. La liturgie édouardienne, que Knox avait déjà voulu modifier, fut alors soumise à une nouvelle révision, officiellement cette fois, par les soins d’une commission de théologiens, dont plusieurs arrivèrent de Strasbourg expressément, à la fin du mois de mars90.

  • 91 Op. Calv., t. XV, col. 552-554, no 2178.
  • 92 Ibid., col. 553.
  • 93 Brieff discours, p. 62.
  • 94 Cf. supra, p. 321.
  • 95 Il figure parmi les signataires de la lettre des Anglais de Francfort à Calvin, 20 septembre 1555 (...)

42Mais il fallait encore assurer à l’Église anglaise, ainsi réorientée, sa responsabilité au regard des autres Églises. Dans ce but, Cox et neuf de ses compatriotes, membres de la commission de révision de la liturgie pour la plupart, adressèrent à Calvin, le 5 avril, une lettre d’autojustification. Ils y assuraient le ministre de Genève n’avoir jamais recherché autre chose que la « pacification de l’Église ». Un scandale se préparait : ils ne firent que l’éviter91 ! Dans leur lettre, ils signalaient, par ailleurs, que l’Église anglaise de Francfort avait procédé, après le départ de Knox, à l’élection d’« un pasteur, deux prédicateurs, quatre anciens et deux diacres » (pastor unus, concionatores duo, seniores quator, diaconi duo). L’élection s’était faite « avec le consentement de l’Église », ils insistaient là-dessus, et toutes les mesures avaient été prises pour que « le vote fût parfaitement libre pour tous »92. Le « pasteur » élu était David Whitehead93. La fonction qu’il avait à remplir était comparable à celle de l’évêque dans l’esprit des organisateurs de l’élection, encore marqués par le modèle édouardien. Quant aux « prédicateurs », l’un était Thomas Lever, dont l’élection remontait à l’année précédente94, et l’autre Thomas Becon, qui est appelé « ministre de la parole de Dieu » (verbi Dei minister) dans un autre document95.

  • 96 Op. Calv., t. XV, col. 628, no 2213. Traduction anglaise dans Brieff discours, p. 52.
  • 97 Brieff discours, p. 52-53. Ce passage est omis dans les Opera Calvini. L’original est perdu. Cf. O (...)

43Que pouvait répondre Calvin à une lettre pareille ? Il évita d’adresser à Cox, à qui il écrivit en particulier le 12 juin, des reproches frontaux. De même qu’il avait exhorté ses adversaires à la modération, à eux il déclarait avoir peu apprécié qu’ils n’aient fait à l’autre partie aucune concession. Il n’avait pas osé s’immiscer dans la querelle, cependant. Quant au sujet du litige, le ministre de Genève ne dissimulait pas son opinion : « Je ne vois pas à quoi rime de charger l’Église de rites frivoles et inutiles, pour ne pas dire nuisibles, là où la liberté nous est donnée de suivre une liturgie pure et simple96. » Touchant l’expulsion de Knox, enfin, il lui reprochait d’avoir abusé de la « douceur » et de la « gentillesse du Conseil de Francfort. « Maître Knox n’a été traité, à mon avis, ni pieusement, ni fraternellement97. »

  • 98 Richard Vauville s’en faisait déjà la réflexion : voir sa lettre à Calvin du 20 septembre 1555, où (...)
  • 99 Op. Calv., t. XV, col. 776-782, no 2298.

44Dans cet écrit, on sent Calvin soucieux de ne pas couper les ponts avec son correspondant de Francfort. Mais pressé par Knox, présent peut-être à côté de lui, il était tenu d’adresser a Cox au moins un blâme. Aussi pesa-t-il soigneusement ses mots98. Difficile est le métier de ministre ! En attendant, Calvin obtint ce qu’il voulait : Cox, qui lui répondit le 20 septembre avec Whitehead, Becon et quelques autres, loin de contester le bien-fondé de son intervention, loua au contraire sa « piété singulière » et sa « diligence ». Il n’était plus question, dans cette lettre, des questions de liturgie. Elle était presque entièrement consacrée à l’affaire de l’expulsion : il était de l’intérêt de l’Église, y assurait-on, que Knox s’éloignât99.

  • 100 Brieff discours, p. 60.
  • 101 Ibid., p. 62 : « of his owne good will ».
  • 102 Ce serait, selon le Brieff discours (p. 60), pour « éviter le fardeau de 1’enseignement de la théo (...)
  • 103 Voir dans ce sens : Brieff discours, p. 62.
  • 104 Garrett, Marian Exiles, p. 62.
  • 105 Brieff discours, p. 60. Sur Horne : Garrett, op. cit., p. 189.

45L’Église anglaise ne fit plus beaucoup parler d’elle le reste de l’année, sinon qu’on y fonda une « université », où étaient enseignés l’hébreu, le grec et la théologie100. Le 6 janvier 1556, Whitehead démissionna de sa charge de pasteur. Il n’y avait que sept mois qu’il en avait été investi. Cette démission fut volontaire101. On en ignore le motif102. Whitehead était-il las de la confusion qui continuait à régner à l’Église anglaise, discréditant son ministère et celui des anciens103 ? Sa démission ne l’empêcha pas de demeurer à Francfort jusqu’à la mort de Marie Tudor104. A sa place fut élu, le 1er mars 1556, Robert Horne, l’ancien doyen de Durham, qui s’était d’abord réfugié à Zurich, avant de venir à Francfort, où depuis peu, il enseignait l’hébreu à 1’« université » anglaise105.

  • 106 A moins que les difficultés n’aient commencé plus tôt encore : dans une lettre à Mélanchthon, le 1 (...)
  • 107 Op. Calv., t. XV, col. 422, no 2109.
  • 108 Op. Calv., t. XVI, col. 369-370, no 2573. Cette lettre, dont l’original est perdu, a été publiée d (...)

46Revenons à présent à l’Église française. Le premier témoignage d’un malaise en son sein106 est fourni par une lettre de Poullain à Calvin du 8 février 1555 : « Récemment, un ami sincère, comme on en trouve peu aujourd’hui, m’a rapporté que l’on chuchotait ici je ne sais quoi de vain sur mon compte : j’admettrais systématiquement qui je veux à la communion de l’Église (ce qui pourtant n’est pas ma règle privée, mais la règle publique de l’Église toute entière). Je me suis mis alors à méditer sur l’étendue de la dépravation de l’esprit humain, On ose calomnier les choses les plus saintes, lorsqu’on est pris par la haine107. » Poullain demandait conseil au ministre de Genève et il le priait de l’informer sur les calomnies que l’on colportait à son propos. A Genève, répondit Calvin, on le connaissait peu : c’étaient surtout ses compatriotes qui lui faisaient des reproches. Lui-même pensait que Poullain avait deux défauts à corriger : « l’ostentation et un goût immodéré pour l’intrigue108 ». On ignore comment l’intéressé a réagi en recevant cette lettre...

  • 109 Op. Calv., t. XVI, col. 59-60, no 2405 (5 mars 1556).
  • 110 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280. Sur Augustin Le Grand, voir surtout : Di (...)
  • 111 Dietz, op. cit., t. II, p. 27.
  • 112 Cf. Besser, Ceschichte, p. 31.

47Le conflit demeura latent jusqu’à l’été 1555. Mais sur quoi portait-il ? Selon Calvin, qui tenta d’en retracer la genèse l’année suivante dans un avis adressé à Jean de Glaubourg109, tout commença par un différend sur la discipline et le principal adversaire du ministre était Augustin Le Grand. Ce riche marchand brugeois avait émigré à Wesel en septembre 1554, avec plusieurs de ses compatriotes, dont François Le Clerc, Nicolas Walet et la veuve Rousseau110. Le 25 octobre 1554, vingt-cinq réfugiés furent reçus à la bourgeoisie : Le Grand faisait partie du nombre111. A Francfort, ils s’étaient joints à Valérand Poullain et aux vingt-quatre tisserands qui le suivaient depuis Glastonbury. Or, ceux-ci étaient des artisans peu fortunés, tandis que Le Grand et ses compagnons étaient des marchands ou, comme François Le Clerc, des rentiers. Séchelles, qui fit cause commune avec eux, était un aristocrate. La différence sociale entre les premiers arrivants et ceux qui les suivirent à l’automne était donc on ne peut plus nette112.

  • 113 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 1).
  • 114 Ibid. (art. 3 et 4). Voir aussi Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404, et col. 291, no 2537 (art. 4)

48Les deux groupes avaient été déjà mis en présence au début de l’année 1554 à Wesel, sinon plus tôt en Angleterre. Dès cette époque, ils avaient pris des chemins divergents, puisque Poullain et les siens gagnèrent immédiatement Cologne et Francfort en février, alors que les autres ne quittèrent Wesel qu’en septembre, quand tout espoir d’obtenir la liberté de culte pour leur Église leur sembla vain. A Francfort, les réfugiés de la seconde vague ne réussirent pas à s’intégrer au cercle bien soudé, pour ne pas dire fermé, de ceux de la première génération. Un des principaux reproches formulés contre le ministre au cours de la querelle devait être qu’il favorisait injustement les réfugiés de Glastonbury113. II est vrai qu’Augustin Le Grand, Séchelles et un troisième furent reçus comme anciens114. Mais ils ne vécurent pas en bonne harmonie avec leurs collègues du Consistoire. L’Église allait devenir l’enjeu d’une véritable lutte de pouvoir. Aussi bien les discussions ne portèrent-elles pas, comme à l’Église anglaise et à l’Église française de Strasbourg, sur des sujets doctrinaux mais sur des questions de discipline ecclésiastique et surtout d’élection.

  • 115 Ibid., col. 297-298 (art. 18-19, 17 et 25). Cf. infra, p. 528-529.

49Son hétérogénéité sociale était la première marque de l’Église française de Francfort. Le caractère de son ministre en fut, de l’aveu de tous, la seconde. Poullain était un homme emporté et irritable, et de surcroît peu scrupuleux moralement. Son nom devait être cité plus tard à propos de trois affaires suspectes, sans que son innocence fût ensuite clairement démontrée : une jeune fille qu’il aurait battue de verges, des opérations immobilières un peu louches dans lesquelles il se serait engagé, l’héritage d’un collègue décédé — Vauville — qu’il aurait indûment accaparé115.

  • 116 Besser (Geschichte, p. 24) et les autres historiens francfortois considèrent que Vauville a été le (...)
  • 117 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1556 (Op. Ca (...)
  • 118 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. Cf. supra, p. 200.
  • 119 Hist. eccl., t. I, p. 74.
  • 120 Honders, Liturgia sacra, p. 33.
  • 121 Cf. Denis, Églises d’étrangers, p. 29.
  • 122 Cf. supra, p. 95.
  • 123 Poullain à Calvin, Francfort, 8 février 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 423, no 2109).
  • 124 Vauville à Calvin, [Francfort], 10 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 559, no 2181).
  • 125 Cf. Besser, Geschichte, p. 34.

50L’élection de Richard Vauville en remplacement de Juan Morillo116 représenta un premier sujet d’affrontement, dans la phase initiale de la querelle. « Prenez le cas doncque quand nostre bon frère Richard fust esleu, devait rappeler Calvin, en 1556, aux anciens et aux diacres, aucuns ne l’ayant point à gré en fussent faschez, toutesfoys ne sy fussent point opposez, ou bien fussent condescendus en la fin à ce qui avoit esté faict117. » Ceux qui regrettaient l’élection de Vauville n’étaient autres que les partisans de Poullain. Augustin Le Grand et ses amis, qui avaient d’abord compté sur la venue à Francfort de François Perrussel, jusqu’à ce que celui-ci refuse le 1er janvier 1555118, attendaient de Vauville qu’il contrecarre l’influence, à leurs yeux trop grande, de Poullain sur l’Église. Vauville, un ancien augustin de Bourges, passé à la Réforme au moment de l’affaire des Placards, ne leur était pas inconnu119. Il avait, en effet, exercé le ministère à l’Église française de Londres de 1549120 à 1553, aux côtés de François Perrussel121. Vauville avait quitté l’Angleterre au cours de l’hiver 1553-1554. En avril 1554, de passage à Strasbourg, il avait pris un peu inconsidérément la défense de Jean Garnier dans le conflit qui opposait celui-ci à cinq de ses paroissiens, ce qui lui avait valu un petit séjour en prison122, au terme duquel il rejoignit Calvin à Genève. Sa venue à Francfort ne fut sans doute pas étrangère au séjour que fit à Genève, au début de l’année 1555, Georges Maupas, le maître d’école123. Maupas exerçait alors, le temps que fût choisi un nouveau ministre, les fonctions de catéchiste. Il avait déjà assisté Poullain dans cettte tâche à Glastonbury124. Quel rôle a joué Calvin dans cette affaire ? Il fut certainement consulté par les Francfortois, toutes tendances confondues probablement. Sans doute même, on peut l’ajouter, est-ce lui qui a proposé l’ancien augustin à l’élection125.

  • 126 Garnier à Calvin, Strasbourg, 28 février 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 456-457, no 2125). C’est san (...)
  • 127 Op. Calv., t. XV, col. 558-560.

51Vauville arriva à Francfort en mars126. Le 10 avril, il écrivait déjà à Calvin127. Dans sa lettre, aucune mention n’était faite des difficultés internes de l’Église. Il se louait plutôt des bonnes relations établies entre elle et le Magistrat. S’il s’adressait au ministre de Genève, c’était plutôt pour lui demander son avis sur un litige matrimonial, concernant Maupas précisément. On reprochait à ce dernier de ne pas avoir respecté des promesses de mariage faites à une certaine Barbara, servante de François Hotman.

  • 128 Calvin à Vauville, [début octobre 1555] (Op. Calv., t. XV, col. 846, no 2337).

52Assez rapidement, Vauville se révéla être pour Poullain le meilleur des alliés. Les opposants du ministre s’en aperçurent bien sûr mais Calvin aussi : « Si tu sens qu’il [Poullain] est attaqué injustement, écrivit-il quelques mois plus tard à Vauville, tu as raison de t’y opposer, mais aie la prudence de ne pas te mettre à la défense de n’importe qui sans discernement128. »

  • 129 Dans une lettre également perdue.
  • 130 Op. Calv., t. XV, col. 786-787, no 2300.
  • 131 Op. Calv., t. XV, col. 775-776, no 2297. Allusion à la lettre du 12 juin 1555 à Richard Cox (Op. C (...)

53Pour augmenter la confusion, Poullain réussit à être impliqué dans la querelle de l’Église anglaise. Dans une lettre qui est perdue, Vauville se plaignit un jour auprès du ministre de Genève des « vagabonds » (errones) troublant l’Église et d’« un certain Anglais » (quidam Anglus) qui s’en était pris à Poullain. Calvin ayant manifesté quelques réserves129, Vauville revint sur la question le 20 septembre. L’Anglais dont il parlait était probablement William Whittingham, le compagnon de Knox, qui ne quitta Francfort qu’à la fin du mois de septembre130. « Je n’ai jamais écrit que j’approuvais la liturgie anglicane, déclarait Vauville, pas davantage en tout cas que cet Anglais dont il était alors question, mais en le condamnant j’espérais l’amener, ainsi que la plupart des autres, à faire preuve de cette prudence que l’on trouve dans ta lettre aux ministres de leur Église131. »

  • 132 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 62 : « Im Jar 1555 hat es sich gestossen zwischen d (...)
  • 133 Voir leur supplique au Conseil, 5 septembre 1555 et la décision négative du Conseil, dans F.R.H., (...)
  • 134 F.S.A., Ratsprotokolle, 29 octobre 1555, f. 100 r° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 98 v°-99 (...)

54Si Poullain et Vauville ont eu une altercation avec Whittingham, il ne faut pas en conclure qu’ils approuvaient le conservatisme liturgique de Cox et de Whitehead. Selon le rapport des ministres luthériens de Francfort, il y aurait eu, au contraire, des heurts entre les deux Églises au sujet précisément de la liturgie132. Telle est peut-être la raison pour laquelle les Anglais demandèrent, au début du mois de septembre, à célébrer le culte dans une partie désaffectée de l’église du couvent Sainte-Catherine. Ils manifestaient par là le désir de quitter l’église des Dames blanches où se réunissaient les réfugiés de langue française. A cause de l’opposition des ministres luthériens, cependant, cette demande n’aboutit pas133. Mais les Anglais obtinrent tout de même un lieu de culte indépendant le mois suivant, l’église de Tous Les Saints (Allerheiligen), qui leur fut attribuée le 29 octobre 1555134.

  • 135 Il avait dû quitter la Frise orientale où il avait été accueilli l’année précédente, pour s’être t (...)
  • 136 Dathenus, Erzehlung, dans F.R.H., t. II, p. 132. Sur l’Erzehlung, cf. infra, p. 397.
  • 137 Gaspar Van Der Heyden à l’Église d’Emden, Anvers, 17 décembre 1555 (Van Lennep, Gaspar van der Hey (...)
  • 138 Dans l’Erzehlung, Dathenus a relaté sa propre arrivée à Francfort, mais sans en préciser la date ((...)

55Quoi qu’il en soit de cette controverse sur la liturgie, la décision prise par les Anglais de célébrer le culte à part s’explique aussi par l’accroissement du nombre des étrangers à Francfort. L’Église française prenait de l’importance et elle se dédoubla même, puisqu’à l’initiative de Jean Łaski, l’ancien surintendant des Églises étrangères de Londres, arrivé d’Emden à Francfort au début de juin135, une Église flamande avait été fondée à l’intention des réfugiés des Pays-Bas qui ne parlaient pas le français. L’autorisation aurait été obtenue du Conseil dès le mois de juin136. C’est Łaski qui se chargea de trouver à cette Église un ministre. Il proposa d’abord la charge à Gaspar Van Der Heyden, qui était alors maître d’école à Anvers, mais celui-ci refusa137. Il fut plus heureux avec Pierre Dathenus, un jeune homme originaire de Cassel en Flandre française, ancien novice du couvent des carmes d’Ypres, qui avait déjà exercé quelques responsabilités à l’Église flamande de Londres. A l’avènement de Marie Tudor, il s’était établi à Emden comme Łaski138.

  • 139 Op. Calv., t. XV, col. 772, no 2295. Sur Micron : Gerretsen, Micronius.

56Le 19 septembre 1555, Łaski annonça à Bullinger l’ouverture de l’Église flamande de Francfort. Ce ne fut pas Dathenus qui célébra le culte inaugural, soit qu’il ne fût pas encore arrivé, soit qu’on le jugeât trop jeune et inexpérimenté. Cette tâche revint à Martin Micron, un autre « ancien » de Londres, où il avait été ministre sous la surintendance de Łaski. Le Polonais lui avait demandé de quitter Norden, en Frise orientale, où il exerçait le ministère, pour venir assister l’Église flamande de Francfort à ses débuts. « Nous avons aussi obtenu ici, par la grâce de Dieu, une belle Église flamande (ecclesiam flandricam), écrivait-il à son correspondant zurichois. Micron est venu de Frise me rejoindre ici pour l’instituer et il y retournera lorsque sera institué un ministère conforme à celui que nous avions institué en Angleterre139. »

  • 140 Un imprimeur d’Emden, Étienne Mierdmann probablement, en avait pratiquement achevé l’impression lo (...)
  • 141 Braubach à Westphal, Francfort, 20 septembre 1555 (Sillem, Briefwechsel, t. I, p. 205) : « Peregri (...)
  • 142 Corriger sur ce point : Besser, Geschichte, p. 41.
  • 143 Dathenus à Calvin, 2 novembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 847-848, no 2338).
  • 144 Łaski à Calvin, Francfort, 19 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 773, no 2296).
  • 145 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, p. 77.

57Pour tous ses contemporains, la présence de Jean Łaski à Francfort revêtait une importance considérable. La première raison en est la stature du personnage. Dans la controverse eucharistique, nous y reviendrons, il joua un rôle au moins aussi remarquable que Calvin. Pour les luthériens orthodoxes, il représentait le type même du zwinglien. Mais il se signala aussi comme théologien du ministère et de l’Église, en publiant, à Francfort précisément, sa Forma ac ratio ecclesiastici ministerii, un traité ecclésiologique issu de l’expérience londonienne140. Théologien et pasteur tout à la fois, Łaski jouissait d’un grand crédit. On notera cependant qu’à Francfort le Polonais n’a jamais exercé comme à Londres la fonction de surintendant. S’il fut appelé ainsi quelquefois, par l’imprimeur luthérien Braubach notamment141, c’est abusivement142. Le contexte politico-ecclésiastique empêchait que fut reconnue une pareille fonction. Indépendamment de ceci, il reste que Łaski ne joua finalement qu’un rôle relativement modeste. Sa mauvaise santé en fut, certes, la cause principale143. Il s’y ajoute que le Polonais se sentait « encore lié » (adhuc obstrictus) à l’Église de Frise orientale, sans l’assentiment de laquelle il ne voulait pas prendre de décision importante144. Homme apprécié même par ses ennemis145, Łaski était à Francfort, si l’on songe à ce qu’il était quelques années plus tôt à Londres, un homme sur le déclin. Qu’il ne soit pas parvenu à apaiser les querelles de l’Église française en est un signe évident. Le sujet du débat — le fonctionnement des institutions ecclésiastiques — lui était pourtant familier : toute la Forma ac ratio lui était consacrée. L’impuissance de cet ancien familier d’Érasme n’en fut que plus désolante.

  • 146 Op. Calv., t. XV, col. 774, no 2298.

58Le 19 septembre, en même temps qu’il s’adressait à Bullinger, Łaski écrivit aussi à Calvin. Dans sa lettre, il lui donna ses sentiments sur les troubles de l’Église française. On en voulait à Valérand Poullain et on en contestait le mérite. Que le Lillois eut des défauts, Łaski le reconnaissait volontiers. « Nous sommes tous des hommes. » Mais il estimait qu’il accomplissait sa tâche de ministre « au-delà du mérite » et il regrettait que certains se laissent conduire par des « affections perverses ». Cependant, terminait-il, « maintenant tout est apaisé146. »

  • 147 Sur Jean de Saint-André, cf. supra, p. 149. Sur Jean Crespin et son intervention à Francfort en 15 (...)
  • 148 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 10 septembre 1555 (Meinert, Eingliederung, p. 13). C’est Valérand Pou (...)
  • 149 Calvin à l’Église française de Francfort, Genève, 26 décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 896, no(...)

59Une trêve, effectivement, venait d’être conclue. Les artisans en furent deux compatriotes des réfugiés, établis à Genève et venus à Francfort pour des motifs extérieurs à la querelle : l’imprimeur Jean Crespin qui exposait ses livres à la foire d’automne et le ministre Jean de Saint-André147 qui venait, de la part de Calvin, offrir au Conseil de la ville l’Harmonie des évangiles, que le ministre de Genève lui avait dédié148. Les deux hommes profitèrent de leur présence à Francfort pour proposer leur médiation aux deux parties. On sait, par une lettre de Calvin149, que les adversaires de Poullain exposèrent, à cette occasion, leurs griefs contre leur ministre et que celui-ci fit ensuite amende honorable. « Il estoit alors question de quelques fautes que vous trouviez en nostre frère maistre Valéran, vostre pasteur, rappela quelques mois plus tard le Noyonnais. Le remède y avoit esté donné si propre que vous pouviez bien vous contenter, comme il me semble. Mesme d’autant qu’il s’estoit paisiblement submis à toute correction. »

  • 150 Cf. Łaski à Calvin, Francfort, 14 octobre 1555 (Op. Calv., t. XVI, col. 820, no 2322).
  • 151 Op. Calv., t. XV, col. 874-875, no 2352.

60Mais la trêve instaurée en septembre ne dura pas. Poullain en fit part à Calvin le 2 décembre. Saint-André n’était pas encore retourné à Genève qu’un jour, en l’absence de Vauville, parti en Saxe150, le collège des anciens, dont faisaient partie, on s’en souvient, Augustin Le Grand, Séchelles et un de leurs partisans, démissionna publiquement, sans que Poullain reçût là-dessus la moindre explication. « A contrecœur » (contra volontatem), le ministre fit procéder à l’élection de six nouveaux anciens, auxquels Vauville, revenu entretemps, imposa les mains151.

  • 152 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 1).

61Poullain avait, selon la coutume, nommé les candidats à l’élection, mais sa liste fut revue par les anciens démissionnaires, qui se substituant au ministre, la proposèrent eux-mêmes aux fidèles le jour de l’élection. Il faut savoir que Poullain n’avait nommé que des anciens de Glastonbury, comme cela lui fut reproché plus tard152. Cependant, malgré cette intervention directe dans la procédure, l’élection ne répondit pas aux attentes de ceux qui l’avaient provoquée, — et dirigée. Bien au contraire. Ni Le Grand, en effet, ni aucun de ses partisans ne furent réélus. Cet échec devait en faire les ennemis les plus acharnés du nouveau Consistoire.

  • 153 Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404.

62Mais pourquoi le premier collège des anciens avait-il démissionné ? C’est l’interprétation de Calvin qu’on retenue la plupart des historiens. Elle figure dans l’avis qu’il envoya à Jean de Glaubourg, le 5 mars 1556153. Pour le ministre de Genève, la démission des anciens représentait une manœuvre des adversaires du ministre, destinée à obtenir un Consistoire reflétant davantage leur tendance. « Se voyant soumis à leurs attaques haineuses et craignant leurs tentatives malhonnêtes et détournées », Poullain aurait commis 1’« imprudence » d’accepter l’élection, pensant ainsi « se défendre par des moyens appropriés ». « L’élection des anciens engendra d’abord un différend, ensuite des luttes atroces. » Calvin relevait, à cet égard, le rôle joué par Séchelles, un ami de longue date pourtant, picard comme lui, qui faisait partie de l’ancien collège.

  • 154 Dalton, Miscellaneen... nebst Lasciana neue Folge, p. 289-292. Ignoré par Besser (Geschichte) et p (...)
  • 155 Dalton, op. cit., p. 291.

63Cette analyse était-elle correcte ? Sans un document contemporain qui la contredit dans ses lignes essentielles, on serait tenté de le croire. Et en effet, dans un mémoire de Jean Łaski, adressé comme celui de Calvin à Jean de Glaubourg et daté du 19 mars 1556154, les choses se passèrent autrement. La réélection des anciens, loin d’être le fruit de la « haine » de quelques-uns seulement, correspondait à la « nécessité publique de l’Église ». Les précédents anciens avaient négligé leur devoir et l’Église était « laissée à rien » (temere derelicta)155. Poullain et lui-même — il n’hésitait pas à engager sa responsabilité — avaient dû accepter de renouveler le Consistoire, pour échapper aux calomnies.

  • 156 Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404 : « Et certe quod prior electio, quamvis nondum plane sancita (...)
  • 157 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 2).

64Dans l’avis déjà cité, Calvin ajoutait : « Le fait que la première élection a été réduit à rien, même si elle n’était pas encore confirmée, est regrettable156. » Cette affirmation faisait également l’objet d’une mise au point de la part de Łaski. Il n’y avait pas eu, expliquait-il à Jean de Glaubourg, une « première élection » mais seulement une nomination des candidats à l’élection. Il était, certes, regrettable que ces candidats n’aient pas été désignés par les ministres, c’est-à-dire par Poullain et lui-même (Vauville était absent). N’ayant pas pu procéder à 1’« examen de leur foi et de leur jugement », lorsque les anciens démissionnaires les avaient proposés à l’élection du peuple, ils avaient gardé l’un et l’autre le silence. C’est qu’ils n’avaient pas le choix. S’ils avaient manifesté leur opposition, de plus grands troubles encore seraient apparus. A recommencer, concluait Łaski, ils adopteraient la même attitude. Et à l’appui de cette déclaration du Polonais, on notera le fait que, dans la suite, Augustin Le Grand allait reprocher à Poullain de ne pas avoir, ce jour-là, proposé au peuple les candidats choisis par les anciens démissionnaires157. Si on en voulait à Poullain et à Łaski de se taire, il leur était a fortiori plus difficile de s’opposer aux candidats désignés par les opposants.

  • 158 Ibid., col. 295 (art. 6). Cf. Op. Calv., t. XVI, col. 291, no 2537 (art. 6).
  • 159 Op. Calv., t. XV, col. 875, no 2352.

65L’élection ayant donné les résultats que l’on sait, Le Grand et leurs amis engagèrent le combat sur un autre terrain. Désormais, ils harcelèrent Poullain pour qu’il se soumette lui-même à une réélection. Leur argument était qu’il n’avait pas été régulièrement institué ministre à son arrivée à Francfort. Très maladroitement, Poullain déclara à deux reprises en chaire qu’il avait été confirmé dans son ministère par l’Église, alors qu’il n’en était rien158. En attendant, il était fort affecté par ce procès qui lui était fait. Sans Łaski, déclara-t-il à Calvin dans sa lettre du 2 décembre, il aurait abandonné sa charge159.

  • 160 Ibid., col. 875. Voir la lettre de condoléances envoyée par Calvin à Vauville, à l’occasion de la (...)
  • 161 Cf. supra, p. 101.
  • 162 Sur cette élection : Op. Calv., t. XV, col. 876. — Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylage (...)
  • 163 Le successeur de Vauville, Guillaume Houbraque, ne devait arriver à Francfort qu’au début de juill (...)

66Pour comble de malheur, Richard Vauville mourut alors, victime de la peste160. Le dimanche suivant, l’Église procéda à l’élection de son successeur. Deux noms furent proposés aux suffrages : celui de Jean Garnier, qui venait de perdre son poste à l’Église française de Strasbourg161, et celui de François Perrussel. Ce dernier était le candidat d’Augustin Le Grand et de ses amis, mais cela ne signifiait pas pour autant que Poullain avait des préventions contre lui. Perrussel fut élu et François Le Clerc, qui était alors diacre et appartenait au parti de Le Grand, se rendit aussitôt à Wesel, pour lui signifier son élection. Mais Perrussel, que l’Église d’Emden demandait aussi comme ministre, refusa la charge, ainsi qu’il l’avait fait l’année précédente, estimant plus important de poursuivre son ministère auprès des réfugiés de Wesel162. Un intérim commença qui devait se révéler interminable163 et, pour l’Église, fort nuisible.

  • 164 Op. Calv., t. XV, col. 873-874, no 2332.
  • 165 Łaski approuvait également la démarche de Glaubourg. Voir sa lettre à Calvin du 18 décembre 1555 ((...)
  • 166 Op. Calv., t. XV, col. 895-896, no 2363.

67En effet, Vauville disparu, Poullain se retrouvait seul, à la tête d’une communauté qui demeurait divisée. Łaski, souvent malade, ne lui était pas d’un secours suffisant. Dès avant la mort de son collègue, le Lillois avait entrepris une démarche avec ses anciens auprès de Jean de Glaubourg, le « patron » des réfugiés. Mais celui-ci n’était pas bien armé pour résoudre les difficultés. Sa première initiative importante fut d’écrire à Calvin le 1er décembre, en l’invitant à exhorter les réfugiés à la paix164. Ainsi, de recours en recours, l’affaire prenait de l’importance. Calvin, à qui Poullain s’en remettait dans sa lettre du 2 décembre165, adressa, le 26 décembre 1555, aux « anciens, diacres et tout le corps de l’église de Francfort » une épître vigoureuse, dont les plus grands fruits étaient à espérer166.

  • 167 Op. Calv., t. XV, col. 360, no 2071. Cette lettre, comme l’a remarqué très justement Bauer (Valéra (...)

68« Ce qui m’a incité à vous escrire, déclarait le ministre de Genève, est la fascherie que ie porte en mon cœur pour les troubles et contentions qui se nourissent trop long temps entre vous. » Valérand Poullain avait peut-être des défauts, mais il « s’estoit paisiblement submis à toute correction ». Ils voulaient, avait-il entendu dire, qu’il se démette de toute ses fonctions et se soumette ensuite à une élection. Que Poullain n’ait pas été dûment élu, c’était évident, mais rejeter « un homme lequel aura servi pour dresser une Église », c’était, selon lui, de 1’« ingratitude ». Pour Calvin, « l’élection n’est pas requise comme telle, quand les choses sont confuses, comme si désia une Église est réglée ». Avaient-ils songé aux conséquences d’une telle élection ? « Que sera de tous ces baptesmes qui ont esté administrez de tout ce temps là ? Quelle Cène aurez-vous receue ? » Calvin quittait ensuite le terrain du droit pour déclarer à quel point le moment était mal choisi pour chercher misère au ministre de l’Église. Oubliaient-ils la précarité de leur situation ? Poullain défendait l’Église contre ses ennemis extérieurs. « Qu’il soit d’autre part molesté par vous, c’est une chose par trop estrange. » Le ministre de Genève terminait sa lettre en formant le vœu que « du premier coup et sans plus différer le mal se corrigeast et qu’on revint en bon accord ». Cette querelle, comme il l’écrivait à Łaski dans une lettre acheminée par le même courrier167, le « torturait violemment ».

  • 168 Op. Calv., t. XVI, col. 20, no 2385.
  • 169 Ibid., col. 20.
  • 170 Ibid., col. 23.

69L’épître de Calvin fut très bien accueillie, on s’en doute, par Valérand Poullain. « Tu as confirmé les hommes de bien dans leur position et tu as fermé la bouche aux médisants », lui mandait-il, le 8 février 1556168. Le ministre espérait que la paix allait bientôt se rétablir : tous s’étaient ralliés à lui, sauf « quatre ou six ». L’un de ceux dont il avait le plus à se plaindre était Séchelles, l’ami de Calvin : « Je n’ai jamais rien pu faire qu’il ne contredise169. » Quant à Augustin Le Grand, il s’en était pris à Łaski dans un écrit aujourd’hui perdu. « S’il n’était pas applaudi par quelques-uns parce qu’il est riche, commentait Poullain, il serait hué par tous dans la honte170. »

  • 171 Sa lettre à Calvin est perdue. Voir Poullain à Calvin, [Francfort], 12 février 1556 (Op. Calv., t. (...)
  • 172 Cf. supra, p. 334.

70Rien, pourtant, n’était arrangé. La lettre de Calvin fut, en effet, très mal reçue par Le Grand et ses amis. Ces derniers remettaient maintenant en question la validité de l’élection des anciens et des diacres effectuée au mois d’octobre précédent. Glaubourg se résolut dès lors à agir d’autorité, en prononçant, au nom du Conseil, une sentence. Celle-ci fut minutieusement préparée et Calvin, en particulier, fut consulté171. Le 5 mars, le ministre de Genève envoya à Glaubourg l’avis dont plusieurs passages ont déjà été cités172 et, par le même courrier, une lettre aux ministres de Francfort, une à l’Église française, une à Poullain et une à Séchelles. Cette importante correspondance montre quel intérêt Calvin portait à l’Église de Francfort. De Genève, il ne ménageait pas ses efforts et, le moment venu, il ne devait pas hésiter à faire le voyage pour trouver une solution aux problèmes posés.

  • 173 Op. Calv., t. XVI, col. 61-62, no 2404.
  • 174 Dalton, Miscellaneen... nebst Lasciana neue Folge, p. 290.

71A Glaubourg Calvin proposait de tenir compte, dans sa sentence, des suggestions suivantes : il fallait, selon lui, d’abord confirmer Valérand Poullain dans son ministère, injustement contesté, ensuite manifester que les anciens n’avaient pas à être réélus, enfin demander à l’Église, si Augustin et ses partisans refusaient la réconciliation, de décider par un vote s’ils avaient raison ou non173. Łaski, à qui Glaubourg communiqua l’avis de Calvin, contesta l’analyse que faisait celui-ci de la situation, nous l’avons vu, mais il accepta ses conclusions. Son seul souci était qu’on évitât de donner tort à Poullain, fût-ce incidemment. Ou bien il était approuvé, ou bien il était désapprouvé : il n’y avait pas de moyen terme174.

  • 175 Op. Calv., t. XVI, col. 63, no 2405.

72Dans sa lettre à Poullain, Calvin répétait ce qu’il avait écrit à Glaubourg. Le Lillois avait eu tort d’accepter que son ministère fût remis en question et, pour ce qui était de la réélection des anciens, il avait commis une erreur en laissant élire des hommes qu’il n’avait pas lui-même désignés. Le ministre de Genève n’en portait pas moins sur les adversaires du ministre un jugement très sévère : Le Grand et ses amis préféraient, selon lui, quitter l’Église que reconnaître une élection qui ne s’était pas déroulée conformément à leurs vœux175.

  • 176 Op. Calv., t. XVI, col. 55, no 2402.

73Le message qu’il adressait à l’Église française de Francfort allait dans le même sens. Il n’y avait pas de raison de penser, estimait-il, que les élections dussent être annulées. « le ne m’enquiers point lesquels sont plus suffisans en vostre Église pour avoir le régime du corps. le présuppose que ceux qui ont esté cogneu tels, ont esté esleus par la pluspart du peuple. » Aussi ne pouvait-il donner raison à ceux qui voulaient « casser et abolir une élection sous umbre qu’elle ne leur viendra point à gré176. »

  • 177 Op. Calv., t. XVI, col. 50-52, no 2399. Cette lettre peut être datée des premiers jours de mars, c (...)

74La dernière lettre de la série était adressée à Séchelles. Calvin lui parlait au nom de la « bonne affection » qu’il lui portait. Il lui reprochait de juger Poullain avec une « rigueur excessive », au détriment de la « paix commune de l’Église ». Le ministre de Genève justifiait ensuite son intervention dans la vie de l’Église en décembre. « Celuy qui m’a accusé d’avoir faist tort à vostre compagnie, en parlant ainsi a plustost faict iniure à Dieu, reiectant ung peu trop à la volée les raisons que i’allèguois en ma lettre. » Séchelles, ajoutait Calvin, avait contesté l’élection des anciens et des diacres : c’était « oultrepasser mesure ». On ne peut quand même pas recommencer une élection chaque fois qu’une des parties n’y trouve pas son compte177.

  • 178 Pourtant, une copie en fut envoyée à l’époque à Genève (Op. Calv., t. XVI, col. 203, no 2484).
  • 179 Op. Calv., t. XVI, col. 96-97, no 2424.

75Après avoir reçu les avis de Calvin et de Łaski, Jean de Glaubourg rédigea sa sentence et il la lut lui-même à l’Église française en allemand, son fils Charles en donnant ensuite la traduction française. Le texte de cette sentence a été perdu178. On sait seulement qu’elle n’a servi à rien. Désabusé, Glaubourg lit part de son échec à Calvin le 3 avril : « Pour ce qui est de mon ressort, je n’abandonnerai pas les hommes pieux et pacifiques de cette Église, tant que celle-ci aura ici sa place. Le Conseil de cette ville les a traités jusqu’ici avec bienveillance et humanité. Qu’ils voient maintenant eux-mêmes s’ils ne risquent pas tous d’être expulsés de la ville par leur faute. Une telle querelle constitue un mauvais exemple. Si l’on en faisait autant dans les Églises allemandes, on courrait un danger capital179. »

  • 180 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1556 (Op. Ca (...)
  • 181 Op. Calv., t. XVI, col. 97-98, no 2425, et col. 285-287, no 2474.
  • 182 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1555 (Op. Ca (...)

76Si les adversaires de Poullain ne décoléraient pas, celui-ci et les anciens triomphaient, la sentence de Glaubourg leur ayant donné raison pour l’essentiel. On sait par une lettre plus tardive de Calvin180 qu’ils exigèrent d’Augustin Le Grand et de ses partisans « une confession que l’eslection [des anciens] estoit deuement faicte » et que, devant leur refus, ils les excommunièrent. Curieusement, Poullain garda le silence sur cette affaire dans les deux lettres qu’il envoya à Calvin à cette époque, les 6 avril et 9 juin 1556181. De même, les anciens et les diacres lui écrivirent de leur côté que « l’estat de l’église » était « paisible et sans trouble »182.

  • 183 Op. Calv., t. XVI, col. 56, no 2402. A noter que déjà en janvier ou février 1555, il avait été que (...)
  • 184 Conrad Hubert à Johannes Luchtius, Strasbourg, 6 septembre 1564 (A.M.S., A.S.T., 41, no 22, phot. (...)
  • 185 Guillaume Farel, p. 573.
  • 186 Voir le compte rendu d’un arbitrage tenu à Cressier (pays de Neuchâtel) en novembre 1555 au sujet (...)

77Un sujet préoccupait désormais davantage Poullain et les anciens : le remplacement de Vauville. Dans sa lettre à l’Église en mars, Calvin avait proposé la candidature de Guillaume Houbraque, en précisant toutefois que celui-ci ne serait pas libre d’accepter avant deux mois183. Celui qui allait effectivement devenir le successeur de Vauville était originaire de la région parisienne184. Réfugié en Suisse, il avait été reçu au ministère à Lausanne en 1548185. Il était ensuite devenu maître d’école à Lignières, dans le pays de Neuchâtel : il s’y était signalé par son zèle contre les catholiques186. Houbraque se trouvait en difficulté à Lignières, lorsque Calvin proposa à la Classe de Neuchâtel de le laisser partir à Francfort, où l’on avait besoin d’un homme pour le ministère. Après de longs pourparlers, il put quitter le village et il arriva à Francfort, au début de juillet 1556, porteur d’un abondant courrier. Calvin, en effet, avait profité de l’occasion pour intervenir une troisième fois dans les affaires de l’Église française. Houbraque remit aux intéressés pas moins de quatre lettres du ministre de Genève : une à Glaubourg, une à Poullain, une aux anciens et aux diacres et une à l’Église française toute entière, toutes datées du 24 juin 1556.

  • 187 Op. Calv., t. XVI, col. 201, no 2483 (à Poullain) et 210-211, no 2486 (à l’Église française).
  • 188 Op. Calv., t. XVI, col. 204, no 2484.

78Le propos de Calvin était d’abord de recommander Houbraque à ceux dont il allait être le ministre. Selon l’usage, il en fit à Poullain et à l’Église française un éloge presque dithyrambique187. Mais le ministre de Genève désirait surtout faire connaître aux uns et aux autres son jugement sur la querelle. Des informations concernant l’Église venaient de lui parvenir, il ne disait pas par quels canaux. La situation, comme il avait pu le constater, n’était pas aussi brillante que Poullain, les anciens et les diacres le lui avaient fait comprendre. Non seulement la paix n’était pas rétablie, mais les adversaires du ministre étaient devenus plus nombreux que ses partisans. Même les gens honnêtes et simples lui en voulaient maintenant, écrivait-il ainsi à Glaubourg188.

  • 189 Ibid., col. 203-204.

79Ce renversement de tendance préoccupait Calvin. Il y voyait deux raisons. Dans sa sentence, qu’il avait lue, Glaubourg avait déclaré que 1’« ancien ministère » de Poullain, tel qu’il avait été exercé à Glastonbury, était établi à Francfort « en possession perpétuelle du même droit ». Cette phrase avait été insérée dans le document, à la suggestion de Poullain, conjecturait Calvin. Sa formulation donnait à penser que tous dans l’Église n’étaient pas soumis au même droit. La « majorité » (major pars) ne pouvait pas se sentir ainsi exclue de la « société commune » de l’Église. « Il eut mieux valu taire cette déclaration », concluait Calvin, dans sa lettre à Glaubourg189.

  • 190 Op. Calv., t. XVI, col. 208, no 2485.
  • 191 Ibid., col. 209.

80Le second motif qu’il voyait à l’aggravation de la situation concernait cette fois les anciens. Calvin leur reprochait d’avoir manqué de « modération ». Ils auraient dû avoir le triomphe plus modeste, lorsque Glaubourg avait confirmé leur élection dans sa sentence. Ici de nouveau, le ministre de Genève prenait, certes en des termes choisis, la défense des adversaires du ministre. « Si après la sentence donnée, ils eussent continué à vous réprouver, il y avoit iuste raison de les appeler comme gens tenans secte à part. Mais puis qu’ilz ne vous empeschent pas à faire vostre office, mesme qu’ils respondent devant vous, se submettant à l’ordre commun, il me semble qu’il n’estoit pas bon de les presser plus oultre, car, puis qu’ilz n’ont point consenti à vostre eslection, vous entendez bien qu’ils ne l’ont pas tenu pour légitime quant à eulx190. » Il fallait donc en savoir gré à Augustin Le Grand et à ses partisans de s’être soumis à la discipline de l’Église. Mais les anciens les avaient excommuniés. Calvin jugeait cette mesure inopportune. Cependant, il se défendait de s’ingérer dans les affaires de leur Église : il ne faisait après tout que répondre à leur lettre et, de toute manière, il n’entendait d’aucune manière s’opposer à leur sentence. « le ne vouldrois point usurper sur la charge d’aultruy, et scay bien quel danger il y a qu’une Esglise entreprengne d’absouldre ceux qui avoient esté condamnez par une aultre191. »

  • 192 Op. Calv., t. XVI, col. 201-202, no 2483. Cf. ibid., col. 204, no 2484.

81Le diagnostic ainsi posé, Calvin proposait un remède : la démission de Poullain. Certes, il ne s’exprimait pas aussi crûment, ni dans sa lettre à Glaubourg, ni dans celle au ministre lui-même, et, dans les deux autres, il ne soufflait mot de cette éventualité. Mais telle était bien sa pensée. On mesure le chemin parcouru depuis son intervention précédente en mars. Voyant la querelle s’éterniser et le nombre des mécontents augmenter, il en était venu à penser que seul le départ du ministre permettrait de sauver l’Église. A quoi bon rester, écrivait-il à Poullain, si c’est pour s’exposer chaque jour aux outranges d’adversaires qui refusaient de désarmer. La décision, cependant, ne devait pas être prise immédiatement. Il ne fallait surtout pas donner l’impression de céder à une faction, ni d’agir dans le désordre : cela constituerait un précédent, dangereux pour les autres Églises. Le ministre de Genève suggérait que Poullain se soumette au jugement de l’Église et qu’il ne se démette de ses fonctions que si la majorité des fidèles le jugeaient bon192.

  • 193 Op. Calv., t. XVI, col. 254, no 2500.

82Lorsque Poullain écrivit à Calvin le 16 juillet, la situation s’était encore détériorée. Trois des opposants qui figuraient au nombre des excommuniés et refusaient la réconciliation avaient adressé au Conseil, deux jours plus tôt, une plainte contre Poullain et les anciens. Le jour même, ceux-ci avaient été convoqués193. Poullain ne dramatisait pas. « Si seulement cinq ou six des nôtres pouvaient cesser leurs folies ! », écrivait-il, comme pour répondre à Calvin selon lequel il avait contre lui la plus grande partie de son Église. Sinon qu’il manifestait la joie que lui causait l’arrivée de Houbraque à Francfort — celui-ci venait d’être accepté par l’Église comme ministre, — le Lillois ne s’étendait pas davantage sur les problèmes internes de son Église. Sa lettre était presque toute entière consacrée à la controverse eucharistique, dans laquelle il était lui-même fort impliqué.

  • 194 F.S.A., Ratsprotokolle, 21 juillet 1556, f. 56 r° (Meinert, Eingliederunge, p. 34).

83A court terme, la démarche des trois hommes n’entraîna aucune conséquence fâcheuse pour le ministre et pour son Église. Des écrits contradictoires furent lus au Conseil, le 21 juillet194, et comme il n’est plus question de l’affaire dans les procès-verbaux des séances suivantes, on peut en déduire qu’elle fut abandonnée à la compétence de Glaubourg. Avec un homme comme lui, les réfugiés n’avaient assurément rien à craindre.

84Mais l’on se souviendra des prédictions pessimistes du même Glaubourg, quatre mois plus tôt. Le recours au Conseil faisait courir aux réfugiés des risques graves pour leur avenir, car il donnait des armes à ceux-là, plus nombreux qu’en 1554, qui regrettaient, la décision prise alors de leur octroyer la liberté de culte. Calvin, sans nul doute, comprit le danger. Ce fut un des motifs, peut-être le principal, qui le poussèrent à faire le voyage à Francfort, le mois de septembre suivant, à l’époque de la foire.

  • 195 Cf. supra, p. 333.
  • 196 Iudicium guod dicunt arbitrale Calvini aliorumque doctorum virorum inter Valerandum Polanum, conci (...)

85Le dénouement approchait. Une commission d’arbitrage fut instituée, à l’instigation du ministre de Genève semble-t-il. Sa fonction était non pas de pacifier l’Église mais d’examiner le différend opposant Valérand Poullain personnellement à Augustin Le Grand. Les deux hommes avaient déclaré qu’ils se soumettraient aux décisions de la commission. Les anciens demeuraient à l’écart de l’arbitrage : tout litige les concernant était, du fait même, hors de sa compétence. Glaubourg ne faisait pas partie de la commission. Il ne fit qu y comparaître comme témoin. La commission, cependant, était placée sous 1’autorité du Magistrat, dont il était le représentant. Bien que la dispute eût été portée devant le Conseil, celui-ci s’en remettait aux autorités ecclésiastiques pour lui trouver une solution. Les arbitres étaient au nombre de huit. Trois étaient de Francfort : Łaski, Horne, le ministre de l’Église anglaise, et Nicolas Walet, un des anciens de l’Église française. Calvin arrivait de Genève, de même que l’imprimeur Jean Crespin et le libraire Laurent de Normandie, venus à Francfort pour la foire. Crespin était déjà intervenu dans la querelle l’année précédente195. Le théologien espagnol Juan Pérez de Pineda et le médecin lillois Eustache Du Quesnoy, enfin, étaient deux personnalités du monde réformé : ils venaient d’arriver, l’un de Genève et l’autre de Lausanne, à Francfort pour y habiter196.

  • 197 Op. Calv., t. XVI, col. 288-290, no 2536.

86Quelques heures avant que la commission ne commence ses travaux, Poullain crut bon de lui adresser une lettre de recommandation, qui contenait un véritable discours oblique à l’intention de Calvin. Le ministre demandait aux arbitres d’écouter avec un soin particulier Łaski, « le seul parmi vous qui connaisse bien toute l’affaire », et de ne rien décider sur la foi de « conjectures, suspicions ou rumeurs quelconques », allusion à peine voilée aux bruits dont le ministre de Genève s’était fait l’écho dans ses lettres197.

  • 198 Voir le compte rendu de ces répliques, de la main de Calvin : Op. Calv., t. XVI, col. 290-292, no  (...)

87Les travaux eux-mêmes durèrent deux jours, les 20 et 21 septembre. Il ne s’agissait pas d’établir les responsabilités respectives des deux parties dans la querelle mais seulement d’examiner le bien-fondé des accusations d’Augustin Le Grand contre le ministre, formulées en vingt-cinq articles. Poullain répondit oralement et par écrit à son adversaire et celui-ci lui donna la réplique198. Des témoins furent entendus, après quoi la sentence fut rendue.

  • 199 Cf. supra, p. 328.

88Augustin Le Grand reprochait au ministre de s’être montré partisan dans la direction de l’Église. Plusieurs chefs d’accusation concernaient l’élection des anciens, ainsi que celle des diacres, qui aurait été truquée avec son accord. Poullain l’avait attaqué en chaire et il l’avait empêché de parler à la Prophétie. Quand il lui avait proposé de faire la paix, le ministre l’avait repoussé. Il n’avait pas non plus hésité à tenir des propos fort désobligeants à son égard, dans une lettre adressée à l’Église d’Anvers. Dans sa vie personnelle, enfin, le ministre était loin d’être irréprochable199.

  • 200 Même jugement dans Bauer, Valérand Poullain, p. 255. Cet auteur contredit avec raison Besser, Gesc (...)
  • 201 Op. Calv., t. XVI, col. 294-298, no 2538 (art. 1, 6, 10, 11, 16, 17 et 25).

89On ignore quelle réponse Poullain a pu donner à ces accusations. La sentence, sans le blanchir totalement, lui était passablement favorable200. Elle ne lui donnait tort que sur sept des vingt-cinq articles, trois de ceux-ci étant écartés du jugement parce qu’il y était question des anciens, dont la commission n’avait pas à s’occuper. Dans la plupart des cas, les arbitres déclaraient que les faits n’étaient pas suffisamment établis, ce qui ne signifiait pas pour autant, notons-le, que Poullain était innocent. Le ministre se voyait finalement accusé de peu de choses dans la sentence. Il n’aurait pas dû dire aux frères que n’importe qui pouvait être candidat aux élections, alors qu’il ne comptait pas leur accorder ce droit. Il n’aurait pas dû non plus déclarer en chaire, contre la vérité, qu’il avait été approuvé ministre par l’Église. Le Grand étant allé le trouver pour faire la paix, il avait commis une erreur en publiant aussitôt ses déclarations. En le traitant de séditieux, même s’il organisait des rassemblements non autorisés, il ne s’était pas conduit « aussi paisiblement et courtoisement qu’il convenait ». Avant de l’attaquer dans un sermon au sujet des élections, il aurait mieux fait de se renseigner sur les paroles qu’il avait effectivement prononcées. Il avait accusé à tort ses adversaires de malhonnêteté, à propos d’une affaire de location de maison. Enfin, pour ce qui était de l’héritage de Vauville, Poullain était prié de remettre sans retard aux héritiers l’argent dont il était le dépositaire201.

  • 202 Op. Calv., t. XVI, col. 299-300, no 2538.

90Aussitôt publiée la sentence, Poullain offrit sa démission. Les arbitres lui demandèrent alors de soumettre sa décision à l’assentiment du peuple. Cette suggestion ne pouvait venir que de Calvin : dans une lettre à Poullain, trois mois plus tôt, il proposait déjà cette ligne de conduite. Une élection fut organisée sur-le-champ et l’Église française vota à la majorité de ses membres le maintien du ministre dans sa charge. Mais Poullain fit savoir que sa résolution demeurait inchangée : il voulait « apaiser tous les murmures qui sans doute ne se calmeraient pas autrement ». Les membres de la commission décidèrent d’en rester là : le temps porterait conseil et l’Église savait ce qu’elle avait à faire202.

  • 203 Allusion à la lettre du [24] juin 1555 aux anciens et diacres de l’Église française (Op. Calv., t. (...)
  • 204 Op. Calv., t. XVI, col. 300, no 2538.

91Il manquait à cette séquence un épilogue. Jusqu’ici, Poullain avait dissimulé la rancœur qu’il ressentait à l’égard de Calvin, responsable du désaveu qui, malgré tout, lui était infligé. Avant de se dissoudre, la commission voulut régler le différend opposant Augustin Le Grand aux anciens, dans le cadre d’une séance extraordinaire du Consistoire. Or, ce fut à une fin de non-recevoir que se heurtèrent les arbitres. Poullain et les anciens leur déclarèrent que « ce serait un mauvais exemple que de se soumettre à un arbitrage étranger ». Calvin et Horne pouvaient à la rigueur être reçus en leur qualité de ministres, mais à condition qu’on prenne à la lettre cette déclaration de Calvin selon laquelle « une Église n’a pas à se soumettre à une autre »203. Les arbitres ne purent rien répondre et ils se séparèrent. Il est clair que ce mouvement de mauvaise humeur du Consistoire visait Calvin. Łaski, de nouveau malade, était chez lui et Glaubourg était absent. Nicolas Walet, qui était un ancien, s’était, pour son compte, désolidarisé de la commission d’arbitrage204.

  • 205 F.S.A., F.R.G. 180 : Distributionsbücher, vol. III, f. 68 r°.
  • 206 Voir une copie faite au XVIIIe siècle de la traduction allemande de cette lettre (F.S.A., F.R.G. 1 (...)
  • 207 F.S.A., F.R.G. 180, f. 58 v° et 68 r°. George Paindavoine, absent lors de la reddition des comptes (...)

92Après le départ de Calvin, l’Église connut pendant un mois une grande confusion. Poullain et les anciens en voulaient surtout à Houbraque, qu’ils accusaient de médire à leur sujet. Le 10 octobre, Glaubourg parvint à leur faire signer un accord selon lequel ils cesseraient de tenir les uns à propos des autres des discours désobligeants. Ils s’entendirent également pour démettre de leur charge trois diacres, à qui les anciens reprochaient de négliger leur travail. On se souviendra que Poullain avait été attaqué, lors de l’arbitrage, pour des malversations liées à la gestion de la caisse des pauvres. Les deux faits sont vraisemblablement liés. Le 13, le texte de l’accord fut communiqué à toute l’Église. Mais Houbraque ne tint pas parole : quatre jours plus tard seulement, il confirmait dans leur charge les trois diacres en question, sans en avoir référé aux anciens, qui étaient déjà occupés à leur trouver des remplaçants. Les anciens présidèrent encore à la reddition des comptes avec Houbraque, le 18 octobre205, puis ils offrirent leur démission, dans une lettre qu’ils adressèrent à l’Église206. On notera que quatre anciens seulement sur six, Nicolas Walet, Piat Du Cheune, Hans Rosenzwyg et Jaques Huain, signèrent la lettre. Mais les deux autres — ils se nommaient George Paindavoine et Jean Bara207 — ne demeurèrent pas anciens pour autant. L’Église devait rester sans Consistoire jusqu’au mois de janvier 1557.

  • 208 F.S.A., Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher, 20 octobre 1556 (cité par Bauer, op. cit., p. 260, (...)
  • 209 Dalton, Johannes a Lasco, p. 483. Cf. aussi Bartel, Jan Łaski, p. 188.
  • 210 Calvin à Jean de Glaubourg, [Genève], 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 339, no 2562).
  • 211 Op. Calv., t. XVI, col. 345, no 2567.
  • 212 Ibid., col. 346.

93Le 20 octobre, c’est-à-dire deux jours plus tard seulement, Łaski et Poullain demandèrent au Conseil une lettre de congé, qu’ils obtinrent l’un et l’autre208. Łaski, à qui les autorités remirent « par bonté (ex liberalitate), parce que tous ses biens ont été confisqués » dix florins, quitta le lendemain la ville209, pour Cassel, Wittenberg et la Pologne, son pays, où il prêcha la Réforme jusqu’à sa mort, survenue en 1560. Poullain changea d’avis et demeura à Francfort, au grand regret de Calvin210. D’après Houbraque, il fit, quelque temps plus tard, des démarches pour redevenir ministre mais elles échouèrent. En décembre, la situation était toujours tendue. « Il n’y a rien que Valérand ne tente pour nous nuire », écrivait à Calvin le successeur de Vauville, le 29211. Il ajoutait que la majorité des fidèles réprouvaient les menées de leur ancien ministre. Les efforts du ministre de Genève commençaient à porter des fruits. Poullain n’avait plus que vingt-cinq à trente partisans. Quant aux anciens, qui avaient déclaré « ne pas pouvoir en conscience siéger avec lui au Consistoire », Houbraque se passait d’eux, jusqu’à nouvel ordre. Bref, tous les espoirs étaient permis212.

  • 213 Calvin à Houbraque, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 340, no 2563).
  • 214 Op. Calv., t. XVI, col. 339, no 2562.
  • 215 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 76.
  • 216 Op. Calv., t. XVI, col. 329, no 2562.

94Calvin, dans une lettre qu’il adressa à Houbraque au même moment, — les deux lettres se croisèrent — faisait preuve lui aussi d’optimisme : la tempête qui agitait alors l’Église ne pouvait qu’être suivie d’une période de tranquillité213. Le ministre de Genève n’avait pas de mot assez dur pour désigner « Valérand et sa bande ». Poullain était un « moucheron et un factieux », écrivait-il encore à Glaubourg214, et les anciens, eux, « aussi engourdis et stupides que prétentieux et têtus ». Le Lillois avait abusé de leur « sottise » pendant deux ans. Calvin, à cette époque, n’appréciait pas Poullain. Le fait était connu. Même les ministres luthériens en étaient informés215. Ce que l’on sait moins, c’est que sa colère n’épargna pas Łaski, à qui il pardonnait mal d’avoir « loué la prudence » des anciens. « Parfaitement intègre comme il l’était, déclara-t-il à Glaubourg, ce vieillard un peu sourd était incapable en raison de ce défaut de remplir sa tâche et, en ma présence, il s’est fort mal acquitté de sa mission216. » Le départ de Łaski coïncida avec la démission des anciens : ces deux événements méritent d’être rapprochés, même si le motif essentiel du premier était le désir qu’éprouvait Łaski de retourner en Pologne. Pendant son séjour à Francfort, il avait constamment soutenu Poullain. Après la sentence du 22 septembre, sa place n’était plus à l’Église d’étrangers de cette ville.

  • 217 Calvin à Perrussel, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 342, no 2564). Cf. supra, p. (...)
  • 218 Cf. infra, p. 355.
  • 219 François Bauduin à Georges Cassander, Francfort, 15 octobre 1557 (M. Erbe, François Bauduin und Ge (...)

95Une page était tournée. En janvier 1557, Poullain fut remplacé par François Perrussel. Appelé pour la troisième fois, l’ancien cordelier ne refusa pas cette fois, Calvin l’ayant encouragé à accepter217. Quant au Lillois, après avoir occupé ses loisirs à écrire un ouvrage de polémique antiluthérienne218, il mourut, à Francfort, au début de l’automne 1557219.

  • 220 Bâle, Oporin, 1556, dans Kuyper, Lasci opera, t. I, p. 244-269.
  • 221 Ibid., p. 268. Cf. F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 21 octobre 1556 (Meinert, Eingliederung, p. 36 (...)
  • 222 Sur les démêlés des réfugiés avec les ministres luthériens de Francfort : Besser, Geschichte, p. 4 (...)

96Le départ de Łaski, le 21 octobre 1556, marqua aussi une date dans l’histoire de la controverse eucharistique à Francfort. Le jour même, il signait la préface dédiée au Conseil de la ville d’une Purgatio ministrorum in ecclesiis peregrin[orum] Francofurti adversus eorum calumnias, qui ipsorum doctrinam, de Christi Domini in Coena sua praesentia, dissentionis accusant ab Augustana Confessione220. Depuis plus d’un an, les étrangers étaient en butte aux attaques des luthériens de Francfort, qui leur reprochaient de s’écarter de la Confession d’Augsbourg, obligatoire dans l’Empire avec la doctrine romaine, depuis la Paix d’Augsbourg. Comme son nom l’indique, la Purgatio devait laver les réfugiés du soupçon d’hétérodoxie : c’est le contraire qui se produisit. L’écrit de Łaski, que signaient avec lui Poullain, Houbraque, Horne et Dathenus221, relança au contraire la querelle, les luthériens y découvrant, pour la première fois clairement exprimée, la doctrine qu’ils réprouvaient. Moins de cinq ans plus tard, les Églises d’étrangers allaient être fermées. En 1554, pourtant, les choses se présentaient sous un jour favorable : Poullain avait même participé, avons-nous vu, à la Cène dans une paroisse allemande. Le Conseil soutenait alors pleinement les étrangers, autant dans le domaine civil que religieux d’ailleurs. En 1556, la tendance commença à se renverser. Que se passa-t-il donc222 ?

  • 223 Voir la lettre de Marbach à Beyer, Strasbourg, 18 septembre 1555. Westphal en reçut une copie à Ha (...)

97En 1554, les ministres luthériens de Francfort avaient accepté sans trop rechigner que les étrangers soient accueillis dans la ville et qu’ils y constituent une Église. C’est qu’ils ne connaissaient pas encore bien Poullain et ses compagnons et le poids des conseillers de la tendance mélanchthonienne dans la décision prise de leur accorder l’hospitalité fut déterminant. Bientôt, cependant, les luthériens découvrirent que l’Église française, l’Église anglaise et, à partir de septembre 1555, l’Église flamande se donnaient des institutions, prenaient du développement, bref vivaient, sans qu’ils fussent consultés, ni même informés de rien à leur propos. Les étrangers échappaient totalement à leur contrôle : une pareille chose leur était difficilement tolérable. A cela s’ajoutait que la doctrine eucharistique des réfugiés, sans parler de leur liturgie, s’écartait de la leur. L’arrivée de Łaski, un « sacramentaire » déclaré, en juin 1555, ainsi que celle de Micron, son lieutenant, en septembre, leur ouvrit les yeux à cet égard. Circonstance aggravante, Marbach à Strasbourg, Westphal à Hambourg et Brenz à Stuttgart faisaient pression sur eux pour qu’ils résistent au danger que faisaient courir les étrangers à la pureté doctrinale de leur Église de Francfort223.

  • 224 F.S.A., Ratsprotokolle, 19 juillet 1555, f. 77 r° (Meinert, Eingliederung, p. 12). Besseb, op. cit (...)
  • 225 Cf. Schilling, Exulanten, p. 126-131.

98Or, au même moment, les corporations avaient aussi à se plaindre des nouveaux venus, qui ne respectaient pas leur réglementation et dont on redoutait la concurrence. La tension était vive et, le 19 juillet 1555, le Conseil dut enjoindre assez brutalement aux métiers de cesser leurs intrigues contre eux224. Lorsque les ministres luthériens lancèrent en septembre 1555 leur première offensive au Conseil contre les étrangers, le terrain était donc préparé225.

  • 226 F.S.A., Ratsprotokolle, 5 septembre 1555, f. 86 v° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 70 r° et (...)
  • 227 Cf. supra, p. 308.
  • 228 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 7-9. Voir aussi F.S.A., Ratsprotokolle, 29 et 31 octobre 1555 et Bürger (...)
  • 229 Jean de Glaubourg à Calvin, Francfort, 1er décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 872, no 2351).

99Leur première supplique attaquant Poullain et son collègue anglais date du 5 septembre 1555. L’occasion fut la demande introduite par les Anglais auprès du ministre Ritter d’obtenir l’usage de l’église Sainte-Catherine226. Beyer et ses collègues avaient à surmonter un double handicap. Le Convent, pour commencer, n’était pas unanime dans son rejet du « zwinglianisme » : Ambach et Lullius, les deux ministres les plus âgés, ne suivaient pas leurs collègues sur ce terrain227. Le 20 octobre 1555, ils firent carrément sécession, en refusant de signer une supplique demandant au Conseil d’imposer l’uniformité doctrinale aux étrangers comme à Strasbourg228. Poullain et Łaski ne manquèrent pas d’exploiter cette situation dans la polémique. Le second obstacle rencontré par les ministres dans la poursuite de leurs desseins était l’attitude de franche bienveillance du Conseil à l’égard des réfugiés. Certains conseillers, tels Jean et Adolphe de Glaubourg, s’en étaient faits publiquement les défenseurs, d’où la haine — le mot n’est pas trop fort — que leur vouèrent les ministres. Qu’on en juge ! Lorsque mourut Adolphe de Glaubourg, à l’âge de trente-trois ans, le 26 septembre 1555, Hartmann Beyer alla jusqu’à déclarer en chaire à ses funérailles que Dieu l’avait rappelé à lui malgré son jeune âge, pour éviter qu’il ne persiste dans l’hérésie229 !

  • 230 Celle de 1554 étant épuisée, une nouvelle édition venait de paraître chez Pierre Braubach.
  • 231 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 9-11. Cf. Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 62-65. Voir au (...)
  • 232 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 12 novembre 1555, f. 100 r° et v° ; Bürgermeisterbücher, 14 novem (...)
  • 233 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 3 février 1556, f. 108 r°-v° ; Bürgermeisterbücher, 4 février 155 (...)

100Comme les ministres se plaignaient de la « non-conformité » doctrinale des étrangers, le Conseil les pria d’exposer par écrit et en latin leur point de vue, pour que puisse être organisé un débat contradictoire entre les deux parties. A cette demande, Beyer et ses collègues luthériens opposèrent, le 7 novembre, un refus catégorique : discuter avec les étrangers, c’était déjà admettre partiellement le bien-fondé de leur doctrine. N’était-ce pas assez, ajoutaient-ils, que de leur avoir accordé l’hospitalité, alors que partout ailleurs, au Danemark et en Allemagne du Nord en particulier, on avait refusé de les recevoir. Il suffisait de lire la Liturgia sacra de Poullain, récemment rééditée230, ou la Forma ac ratio ministerii ecclesiastici de Łaski pour comprendre que la doctrine eucharistique des réfugiés s’éloignait de celle de la Confession d’Augsbourg231. Cette réponse provoqua un renversement de tendance au sein du Conseil. Dès le 14 novembre, on interdisait, par une ordonnance, la publication de tout ouvrage relatif à la Cène232 et, le 4 février 1556, ordre était donné aux étrangers de reconnaître la Concordia de Bucer, cette formule doctrinale proposée par le Strasbourgeois aux ministres de Francfort en 1542233.

  • 234 Calvin à Poullain, Genève, 5 mars 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 64, no 2405).
  • 235 Cf. Besser, Geschichte, p. 53 : « Es ist die Zeit ihrer bedingten Duldung ».

101La victoire des luthériens orthodoxes était assurément loin d’être complète, puisque la Ccmcordia bucerana ne touchait mot de l’ubiquité, élément fondamental de leur doctrine. Il est significatif que les autorités n’aient pas voulu prendre la Confession d’Augsbourg comme norme doctrinale. Mais la décision du 4 février n’en créait pas moins une situation nouvelle. A l’instigation de Łaski, en effet, et contre l’avis de Calvin234, les étrangers déclarèrent qu’ils ne pouvaient pas, en conscience, accepter les exigences du Conseil. Ils se retrouvèrent de ce fait, et pour la première fois, isolés, car leurs amis de Francfort, Ambach et Lullius y compris, acceptaient, eux, sans difficulté, la Concordia. Certes, le Conseil ne prit pas de sanction contre Poullain et ses compagnons. Au contraire, il continua, comme dans le passé, à inciter les luthériens à se réconcilier avec leurs adversaires. Désormais, cependant, les étrangers se trouvaient sur la défensive : ils n’étaient plus que tolérés235. A partir de cette date, tous leurs efforts n’eurent plus qu’un seul but : raffermir leur position. Ils tâchèrent, à cette fin, de prouver que leur doctrine, quoique différente de celle professée à Francfort, ne s’écartait pas substantiellement de la Confession d’Augsbourg.

  • 236 Op. Calv., t. XVI, col. 53-54, no 2401.
  • 237 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 72.
  • 238 Ibid., p. 76.
  • 239 François Hotman à Bullinger, [Strasbourg], 22 septembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 302). Cf. Ba (...)

102Calvin fut mis à contribution dans cette campagne apologétique. Répondant à un vœu déjà formulé à la fin de l’année précédente par Jean de Glaubourg, il exhorta les ministres luthériens dans une lettre, le 2 mars 1556, à vivre en bonne intelligence avec les réfugiés, leurs frères dans l’évangile, quels que fussent leurs défauts236. II proposa aussi au Conseil de venir en personne à Francfort discuter avec eux des sujets en litige. Mais comme il avait publié le même printemps un écrit violemment antiluthérien, la Secunda defensio contra J. Westphali calumnias, les ministres refusèrent de l’entendre237 et, lorsqu’il vint effectivement à Francfort en septembre, ils se contentèrent d’échanger avec lui un bref salut, à la porte de la maison de l’un d’eux238. Le ministre de Genève fut, en revanche, chaleureusement accueilli par le Conseil, à qui il avait dédié, l’été précédent, son Commentarius in harmoniam evangelicam239.

  • 240 Cf. infra, p. 402.
  • 241 Cf. Besser, op. cit., p. 61.
  • 242 Georges d’Erbach était le parent par alliance d’Éguenolphe de Ribeau-pierre, que nous avons rencon (...)
  • 243 Poullain à Calvin, [Francfort], 9 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 186, no 2474) et Gegenbericht (...)
  • 244 Cf. Besser, op. cit., p. 66.
  • 245 Ibid., p. 68. La lettre du landgrave fut lue au Conseil le 24 novembre 1556 (F.S.A., Ratsprotokoll (...)

103Mais l’ambassadeur le plus actif des réfugiés fut Jean Łaski, qui, malgré sa santé défaillante, ne ménagea pas ses efforts pendant toute l’année 1556 pour mieux asseoir leur Église. Son idée était de demander à de puissants personnages de l’Empire d’intervenir en faveur des réfugiés de Francfort. Deux ans plus tard, Guillaume Farel et Jean Lenfant allaient recourir au même procédé pour obtenir aux protestants de Metz la liberté de culte240. Łaski, qui voyait large, imagina d’organiser un concile des théologiens protestants d’Allemagne, sur le modèle de celui qui s’était tenu à Marbourg en 1529. Au terme de cette réunion, si tout se passait bien, sa doctrine et celle des étrangers aurait pu être reconnue dans l’Empire comme l’était la Confession d’Augsbourg241. L’Électeur palatin Otto-Henri et le comte palatin Georges d’Erbach242, avec qui il s’entendit en avril à Spire, lui promirent de soutenir son projet. Le duc Christophe de Wurtemberg s’y déclara également favorable mais, après que la rencontre effectuée à sa demande entre Łaski et Brenz à Stuttgart le 23 mai eût révélé qu’un désaccord subsistait entre les deux hommes sur la question de la Cène, il retira au Polonais son appui243. Cet échec ne découragea pas Łaski. Il obtint, en août, que Georges d’Erbach écrive au Conseil de Francfort, comme il l’avait promis244, et Philippe de Hesse, qu’il rencontra à Cassel, sur le chemin de la Pologne, fit de même à la fin de l’année245.

  • 246 Cf. supra, p. 349.

104Entretemps, il publiait, dans un but apologétique, sa Purgatio, mais, nous l’avons vu246, cet ouvrage fit en définitive plus de tort que de bien aux étrangers. Le Conseil refusa de le laisser imprimer à Francfort et c’est des presses de Jean Oporin à Bâle qu’il sortit finalement, au mois de décembre. A l’aube de l’année 1557, la situation des réfugiés n’était toujours pas mieux assurée.

4. De l’installation de François Perrussel au décret de fermeture (1557-1561)

  • 247 Cf. Besser, Geschichte, p. 74. Sur les démêlés de Cnipius avec les luthériens : Steitz, Lutherisch (...)

105Après le départ de Łaski, le débat opposant luthériens et étrangers au sujet de la Cène perdit beaucoup de son intensité. La controverse ne s’apaisa pas, certes, mais elle changea de terrain : au lieu de se cantonner à Francfort, elle prit peu à peu dans l’Empire une dimension nationale. A Francfort même, d’autre part, le recteur de l’école latine, Jean Cnipius Andronicus prit progressivement le relais de l’opposition au luthéranisme orthodoxe247.

  • 248 Sur le « Convent » de Francfort : Heppe, Geschichte, t. I, p. 142-156.
  • 249 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 403-406, ici p. 406.
  • 250 Dathenus à l’Église d’Emden, Francfort, 21 mai 1557 (Ruys, Petrus Dathenus, p. 25).
  • 251 Micron à Bullinger, Norden, 5 juin 1557 (Op. Calv., t. XVI. col. 504-505, no 2462).

106Maintenant fort influents au Conseil, les ultras de Francfort durent se faire plus modestes en 1557, lorsque le « Convent de Francfort », cette réunion de princes et de théologiens convoquée au mois de juin, dans la cité des bords du Main, à l’initiative du landgrave de Hesse, en vue d’unifier les points de vue protestants avant le colloque de Worms, prévu pour l’automne, adopta, le 27 juin, une déclaration finalement modérée, sans mention ni des sacramentaires ni des étrangers248. Dathenus, le ministre de l’Église flamande, qui, le 24 février encore, déclarait à ses collègues d’Emden avoir à polémiquer contre les ministres luthériens de Francfort au sujet de la Cène249, aurait souhaité que Martin Micron, alors ministre en Frise orientale, vienne à Francfort, au « Convent »250. Mais occupé à combattre les anabaptistes, l’ancien compagnon de Łaski refusa251. Peut-être était-ce mieux ainsi. Lui présent, qui sait si les luthériens n’auraient pas durci davantage leurs positions ?

  • 252 Aucun exemplaire retrouvé. Édition dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 217-272. Sur l’activité de Pou (...)
  • 253 F.S.A., Ratsprotokolle, 3 août 1557, f. 66 r° (Meinert, Eingliederung, p. 51).
  • 254 F.S.A., Ratsprotokolle, 5 août 1557, f. 66 v° (Meinert, Eingliederung, p. 51).

107De son côté, Poullain, n’ayant plus de charge pastorale, publia un violent Antidotus adversus Ioachimi Westphali nomine pestilens consilium, dédié le 1er mai 1557 au Conseil de Strasbourg252, dont il distribua plusieurs exemplaires aux participants du « Convent de Francfort ». Le 3 août, cependant, Perrussel et Houbraque déclarèrent au Conseil de la ville qu’ils n’en assumaient pas la responsabilité253. Était-ce un geste de défiance à l’égard de l’ancien collègue, devenu ennemi ? Plus probablement, leur démarche visait à l’apaisement. Les réfugiés n’avaient rien à gagner d’un nouvel affrontement. L’Antidotus fut ensuite interdit254. Mais cela n’empêcha pas Westphal d’en publier une réfutation.

  • 255 Westphal à Boyer, Hambourg, 8 novembre 1557 (Greve, Memoria loachimi Westphali, p. 265) : « Apolog (...)
  • 256 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 86.

108Disciple éprouvé de Calvin, Houbraque n’était pas comme Poullain un polémiste. Dathenus, qui était militant, ne se jugea pas assez compétent pour se lancer dans la bataille. Quant à Perrussel, s’il a écrit, comme il semble, une Épître contre Westphal255, il n’en a pas moins été, au dire des luthériens eux-mêmes, « plutôt plus réservé » (etwas bescheidener) que l’auteur de l’Antidotus256. C’est à lui, sans nul doute, que la trêve a dû de se maintenir aussi longtemps. Il est vrai que, dans les Églises d’étrangers de Francfort, les conflits disciplinaires et les problèmes intérieurs prenaient alors le pas sur la dispute eucharistique.

  • 257 Van Schelven, op. cit., p. 403-406. Jacob Michiels devint plus tard membre de l’Église flamande de (...)
  • 258 Ruys, Petrus Dathenus, p. 24-25.
  • 259 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 276-278.

109L’Église flamande ne connut, au cours de cette période, pas d’autre problème, semble-t-il, que le défaut de ministre. Le 24 février 1557, dans une lettre au Consistoire d’Emden, Dathenus se plaignit amèrement d’être privé de collègue. Ses anciens étaient inexpérimentés et de surcroît incultes puisqu’ils ne connaissaient que le néerlandais ! Comment lutter seul contre les luthériens et empêcher que les sectes ne fassent des adeptes dans son Église ? Jacob Michiels, un membre de l’Église d’Emden, lui avait été refusé parce qu’il n’était pas assez riche pour se payer le voyage et Herman Backereel, le diacre de Micron à Norden, parce que celui-ci avait besoin de lui dans la controverse avec les anabaptistes. Qui donc allait venir ? Depuis un an et demi, il demandait en vain de l’aide257. L’Église d’Emden lui proposa un certain Jean Dyrkinus. Sans dire non, Dathenus répondit le 21 mai qu’Herman Backereel ferait mieux l’affaire258. Finalement, Dathenus ne reçut personne pour le seconder. L’année suivante, Backereel et Dyrkinus furent envoyés d’Emden, l’un et l’autre, à Aix-la-Chapelle259.

  • 260 Brieff discours, p. 83. Sur cette affaire, le Discours, dont l’auteur serait Thomas Cole pour la p (...)
  • 261 Brieff discours, p. 77.
  • 262 Ibid., p. 82-83.

110A l’Église anglaise, que rien n’était venu troubler depuis un an, une querelle éclata le 13 janvier 1557 entre Thomas Ashley, un gentilhomme de l’Essex, et le ministre Robert Home au sujet des aumônes de l’Église260. En quelques jours seulement, l’affaire prit mauvaise tournure. Ashley, en effet, refusa que le litige soit jugé par le Consistoire, le ministre ne pouvant pas, selon lui, être à la fois juge et partie. Seulement « toute l’Église » était à même d’arbitrer. Horne et, avec lui, Richard Chambers, un ancien qui faisait fonction de trésorier, ne le suivirent pas, on s’en doute, dans cette direction. Le 4 février, après plusieurs jours de débats enflammés, la « congrégation » — trente personnes — décréta que « l’Église était au-dessus du pasteur et non le pasteur au-dessus de l’Église », ce qui donnait à celle-ci le droit de légiférer. Les Anglais de Francfort se réclamaient explicitement du mouvement conciliariste. En l’absence du ministre, déclara quelqu’un, leur assemblée était tout aussi légitime (lawfull) que le concile de Constance ou celui de Bâle sans le pape. Toutes les décisions qu’elle prendrait auraient force de loi261. Une des premières tâches que se donna la « congrégation » fut de remplacer la discipline alors en usage par une nouvelle, qui préciserait notamment qui gouverne l’Église et qui dispose de l’argent262.

  • 263 Ibid., p. 81.
  • 264 Ibid., p. 85.

111Horne avait promis de ne pas mêler les autorités civiles aux affaires de l’Église. Il fit pourtant appel à elles et, le 12 février, le Magistrat enjoignit aux Anglais d’obéir à leur ministre. Peine perdue ! Les membres de l’Église refusèrent263. L’intervention des deux ministres de l’Église française, de celui de l’Église flamande et de Valérand Poullain, deux jours plus tard, se solda par le même insuccès264.

  • 265 Texte ibid., p. 115-133. Celui de l’ancienne Discipline précède : p. 111-115. Sur cette Discipline (...)
  • 266 Brieff discours, p. 98.
  • 267 Ibid., p. 96. Lo texte de la nouvelle Discipline, tel qu’il est reproduit dans le Discours, est su (...)
  • 268 Brieff discours, p. 99-100.
  • 269 Ibid., p. 170-174.
  • 270 Ibid., p. 174.

112Le 29 mars, cependant, après que la rédaction de la nouvelle discipline265 eut été achevée, des élections furent organisées. Horne, Chambers et dix-huit de leurs partisans « qui n’assistaient plus au sermon ni aux prières » eurent beau se manifester bruyamment, deux ministres de la parole, six anciens et quatre diacres furent élus266. Leurs noms ne sont pas connus. Le lendemain, quarante-deux personnes, sur les soixante-deux que comptait alors l’Église, signèrent la discipline267. Le Magistrat ne s’opposa pas au nouvel ordre des choses. Son seul souci était d’obtenir la paix dans l’Église. Aussi proposa-t-il aux deux parties de faire appel comme arbitres à trois personnalités extérieures à Francfort : Richard Cox, Edwin Sandys et Richard Bertie. Mais Home et Chambers ayant mis comme préalable l’annulation de l’élection et la mise en suspens de la nouvelle discipline, l’arbitrage n’eut pas lieu268. Après que Horne eut critiqué point par point la nouvelle discipline, dans un document remis au Magistrat, et que David Whitehead, l’ancien ministre, lui eut fait la réplique, une commission de douze personnes, venues de Strasbourg pour la plupart, proposa à son tour, dans un document daté du 29 septembre 1557269, une médiation. Cette fois, ce furent Ashley et ses amis qui s’opposèrent, en déclarant qu’accepter la proposition des Strasbourgeois reviendrait pour eux à se déclarer coupables d’avoir agi de manière « impie et déraisonnable », ce qu’ils ne pouvaient bien évidemment admettre270.

  • 271 Ibid., p. 178. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 190. En juin, Chambers se trouvait toujours à Strasb (...)
  • 272 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 mars 1559, f. 21 r° (Meinert, Eingliederung, p. 64). — Brieff discours,(...)

113Finalement, Horne quitta Francfort pour Strasbourg, sans adieu, tandis que Chambers, qui demeura dans la ville, se tenait à l’écart de l’Église271. L’Église anglaise ne fit plus parler d’elle jusqu’au départ de tous ses membres pour l’Angleterre, le 23 mars 1559, à l’avènement de la reine Élisabeth272.

  • 273 Cette période de l’histoire de l’Église française n’a jamais été étudiée sinon, très rapidement, p (...)

114Les événements survenus à l’Église anglaise n’ont pas pu ne pas trouver d’écho à l’Église française, car un même courant congrégationaliste traversait les deux communautés. Un homme comme Augustin Le Grand ne devait pas entendre proclamer que « l’Église est au-dessus du pasteur et non le pasteur au-dessus de l’Église » sans frémir. Il fallut cependant attendre l’année 1558 pour que l’Église française fasse à son tour, s’il est permis de s’exprimer ainsi, sa révolution, à la façon anglaise. Fait remarquable, le mouvement avait, chez elle, le concours d’un ministre, François Perrussel273.

  • 274 Op. Calv., t. XVI, col. 395-399, no 2588.
  • 275 Op. Calv., t. XX, col. 561-562, no 4253. Cette lettre est sans lieu ni date. La mention à un « col (...)
  • 276 Op. Calv., t. XVI, col. 517-518, no 2650. Le porteur de la lettre ne pouvait être que Ébrard Érail (...)
  • 277 Op. Calv., t. XVI, col. 517.

115Les premiers mois suivant son arrivée à Francfort, Perrussel correspondit régulièrement avec Calvin. Après lui avoir écrit, alors qu’il se trouvait toujours ministre de Wesel, le 29 janvier 1557274, il s’adressa de nouveau à lui en avril ou en mai275 et le 20 juin de la même année276. « Quant à l’état de notre Église, déclarait-il alors, la paix et la tranquillité publique y règnent à présent, même si les germes de la vieille querelle ne peuvent pas encore être arrachés tout à fait du cœur de quelques personnes277. »

  • 278 Op. Calv., t. XX, col. 562, no 4253. Il s’agit d’Augustin d’Hippone et non d’Augustin Le Grand, l’ (...)
  • 279 Op. Calv., t. XVI, col. 517, no 2650.

116Une difficulté, à vrai dire mineure, dont Perrussel avait entretenu le ministre de Genève dans sa lettre précédente se touvait maintenant réglée. Un réfugié, qui était dit âgé et dont la femme se trouvait à Genève, avait déclaré à la Prophétie que le divorce était interdit dans le cas où le conjoint se rendait coupable de « fornication ». Cette doctrine, affirmait-il, était celle de Calvin lui-même. Perrussel avait demandé à son correspondant d’apporter un démenti. « Nous savons en effet que tu es d’accord avec tous les saints docteurs tant anciens que modernes, même si Augustin semble adopter une position contraire278. » Calvin a dû répondre dans le sens souhaité, car Perrussel se déclara satisfait de son intervention dans la lettre qu’il lui envoya le 20 juin279.

  • 280 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 88-89 (document reproduit infra, annexe II/20). Sur (...)
  • 281 Ibid., p. 88.
  • 282 Ibid., p. 89.

117Les remous soulevés par les prises de position d’un « artisan flamand » (ein Fleming, so ein Handwercksman) qui se déclarait disciple de Sébastien Franck280 et sympathisant du mouvement anabaptiste ne se dissipèrent pas, en revanche, aussi facilement. Ce spiritualiste affirmait qu’à l’Église française « les ministres de la parole ne prêchent que la lettre, car s’ils prêchaient l’évangile leur prédication ne serait pas stérile ». Il mettait en doute la nécessité d’une révélation positive : « Dieu peut être connu pour le salut sans Écriture. [...] Tous les hommes, qu’ils soient turcs, juifs ou païens, ont la loi de Dieu inscrite dans leur cœur281. » Les ministres luthériens, à qui nous devons toutes ces informations, n’ont pas eu connaissance de la doctrine du Flamand avant 1558, mais elle faisait déjà l’objet de discussions à l’Église française, trois sinon quatre ans plus tôt, puisque son auteur s’en prenait, dans une de ses thèses, à Valérand Poullain et à Richard Vauville, lequel mourut en octobre 1555. Comme tous les autres membres de l’Église, il avait à faire confession de sa foi devant le Consistoire, mais il refusa et il fut soumis à la discipline282.

  • 283 Op. Calv., t. XVI, col. 211, no 2484.
  • 284 Guggisberg, Studenten, p. 287 : « Gisbertus ex Hollandia ». Le 12 mars 1550, Boniface Amerbach lui (...)

118Le 24 juin 1556, dans une lettre à l’Église française, Calvin parla d’un « homme de meschante doctrine et pernicieuse », nommé « Gisberg gueldrois »283. Ce Gisberg est inconnu par ailleurs, sinon que son nom, s’il s’agit du même, figure dans la matricule du Collège Supérieur de Bâle en 1550284. Sans grand risque d’erreur, on peut identifier l’hérétique signalé par Calvin au disciple de Sébastien Franck poursuivi par le Consistoire, selon le rapport des ministres luthériens de Francfort. Gisberg, poursuivait le ministre de Genève dans sa lettre, un menuisier, avait été « examiné de sa doctrine par ceulx qui ont charge de l’église, entre lesquelz estoit nostre honoré frère Monsieur a Lasco », avant d’être excommunié.

  • 285 [Rouen], A. Clemence, 1565, p. 91-92 (E.-M. Braekman, Guy de Brès, Première partie : Sa vie, Bruxe (...)

119Un troisième témoignage, convergent, a été donné par Guy De Brès, le ministre de Tournai, qui rencontra notre homme lors d’un voyage à Francfort en 1555 ou en 1556. L’épisode vient illustrer le paragraphe consacré par Guy De Brès aux « étranges esprits, disciples de Bastien Franque », dans son traité La Racine, source et fondement des Anabaptistes ou Rebaptisez de notre temps285 : « Même quelque temps y a que l’un des principaux de la secte (du nom duquel je me déporte) en présence de plusieurs gens de bien en la ville de Francfort, me dit et maintint fort et ferme, avec plusieurs de ses disciples : Que jamais la terre n’avait soutenu ni porté idole plus abominable, que ce qu’on appelle la Bible, et que tout le monde s’était là amusé, cherchant là dedans la parole de Dieu, là où il le falloit chercher dans notre cœur. »

  • 286 Sur Velsius à Francfort : Denis, Envoyé de l’Esprit, p. 184-186. Cf. aussi infra, p. 585.
  • 287 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.

120En septembre 1556, un autre spiritualiste, — que nous avons déjà rencontré à Cologne, — Justus Velsius, avait fait scandale en attaquant publiquement Calvin, Houbraque et Home sur leur doctrine de la prédestination, mais, finalement, cette affaire n’avait guère perturbé les Églises d’étrangers286. L’insoumission de l’artisan flamand entraîna, elle, des effets fâcheux, dans la mesure où elle permit à de vieilles querelles de réapparaître. A en croire les ministres luthériens, en effet, le réfractaire avait des partisans, influents, dans l’Église, et notamment « un ministre », en qui l’on reconnaît Perrussel, ainsi que « quelques-uns des patrons »287.

121Ce différend portant sur la doctrine ne fut pas sans lien avec une autre querelle, plus grave encore — elle devait conduire à la démission de Houbraque et, dans un second temps, à la fermeture des Églises d’étrangers — et relative celle-là à des questions de discipline ecclésiastique. L’Église française allait une nouvelle fois être divisée en deux fractions rivales. La première, majoritaire, comprenait principalement François Perrussel et Augustin Le Grand (qui joua cependant un rôle plus modeste qu’au temps de Valérand Poullain) ; la seconde était constituée de Guillaume Houbraque, de quelques anciens et d’une minorité de fidèles.

  • 288 Op. Calv., t. XVII, col. 159, no 2864.

122Le 6 mai 1558, date à laquelle Perrussel écrivit à Calvin au sujet de l’Église française d’Anvers288, les deux ministres se trouvaient toujours, au moins formellement, en de bons termes, car l’auteur de la lettre transmettait à son correspondant les salutations de Houbraque, son collègue. Mais en quoi consistaient ces « tumultes » signalés au ministre de Genève dans la même lettre ? Étaient-ils liés à l’affaire du spiritualiste flamand, dans laquelle lui-même, si les ministres luthériens disaient vrai, était impliqué ? « Suscités par Satan le 1er janvier », ils étaient en tout cas apaisés quand Perrussel en parla à Calvin, le 6 mai, et la tranquillité était revenue.

  • 289 Distributionsbücher, vol. III, f. 79 v° (F.S.A., F.R.G. 180).
  • 290 Distributionsbücher, vol. I, f. 45 r° (F.S.A., F.R.G. 178).
  • 291 Distributionsbücher, vol. II, f. 62 r° (F.S.A., F.R.G. 179).
  • 292 Distributionsbücher, vol. I, f. 105 r° (F.S.A., F.R.G. 178). Ces anciens se nommaient Quentin Glic (...)
  • 293 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.
  • 294 Lettre des partisans de Perrussel au Conseil, Francfort, 2 février 1559 (F.R.H., t. I, Beylagen, p (...)

123Houbraque, qui signait encore la reddition des comptes des diacres avec Perrussel et quelques anciens le 24 janvier289 et le 9 mai 1558290, ne les signa pas le 19 août291. Le 27 novembre, il les signait à nouveau avec Perrussel et trois anciens, différents de ceux qui étaient présents à la reddition des comptes les fois précédentes292. Ces variations pourraient être l’indice de troubles affectant le gouvernement de l’Église. On sait qu’à la même époque un membre de la communauté — son nom est inconnu — s’en prit à Perrussel et que celui-ci s’en plaignit au Consistoire. Comme le ministre avait répondu aux calomnies dont il était la victime par d’autres calomnies, Houbraque et plusieurs anciens prirent parti contre lui293. L’Église divisée, Houbraque décréta qu’aucune Cène ne serait célébrée tant que le différend ne serait pas réglé, une mesure avec laquelle Perrussel se déclara formellement en désaccord. Le 29 décembre, Houbraque alla demander à Jean de Glaubourg d’arbitrer le conflit. Les deux ministres se serrèrent alors la main en signe de réconciliation, mais il ne fallut pas quinze jours pour que les difficultés recommencent294.

124Tel était l’état d’esprit dans l’Église lorsque fut prise la décision de procéder à la réélection des anciens. Ceux-ci étaient-ils remplacés parce que le terme fixé à leur charge était arrivé ou s’agissait-il d’une mesure dictée par les circonstances ? On l’ignore. Les élections précédentes remontaient, sauf erreur, au début de l’année 1557, lorsque Perrussel était entré en fonction. Quoi qu’il en soit de cette question, le choix des nouveaux anciens s’effectua conformément à la coutume, c’est-à-dire par cooptation.

  • 295 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 45-46.
  • 296 Cf. supra, p. 344.

125Cette procédure avait déjà été contestée deux ans plus tôt par Augustin Le Grand et ses amis et l’année précédente, à l’Église anglaise, par Thomas Ashley et les adversaires du ministre Home. Au début de 1558, la même cause provoqua la même effervescence. Le lundi 16 janvier, Houbraque et les anciens étaient occupés à « examiner la foi et les mœurs » des huit candidats qu’ils avaient précédemment « élus », lorsque survinrent des membres de l’Église qui déclarèrent, comme Houbraque et ses partisans le rapportèrent dix jours plus tard au Conseil295 être venus « faire objection contre les élus » (ad excipiendum contra electos). « Sous la pression populaire » (populari motu), il fut alors décrété que le « tribunal ordinaire du Consistoire » (ordinarium iudicium consistorii) serait remplacé par un « tribunal extraordinaire de six hommes élus par la multitude (ex multitudine), auxquels seraient adjoints deux juristes (jurisperiti duo) ». Trois des neufs anciens se rallièrent au mouvement. L’un n’était autre qu’Augustin Le Grand, l’ancien adversaire de Valérand Poullain. Les six autres demeurèrent aux côtés de Houbraque : le plus convaincu était Eustache Du Quesnoy, ce médecin qui, on s’en souvient, était arrivé à Francfort en septembre 1556, en compagnie de Calvin296.

  • 297 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 45-46. Les anciens étaient Noé Du Fay, Quintin Glisou, Biaise Du Ron, E (...)
  • 298 Ibid., p. 46-49.
  • 299 Ibid., p. 49-50.
  • 300 Ibid., p. 50-55.
  • 301 F.S.A., Ratsprotokolle, 7 février 1559, f. 9 v° (Meinert, Eingliederung, p. 62).

126La révolte aurait peut-être tourné court si elle n’avait reçu l’appui actif de Jean de Glaubourg, le « patron » des réfugiés. Avec son approbation, l’élection des « juges extraordinaires » se fit le mercredi suivant. Houbraque et les anciens qui lui étaient restés fidèles eurent beau demander au patricien de différer cette élection, contraire selon eux à 1’« ordre » de l’Église, rien n’y fit. Bien plus, comme Houbraque refusait de célébrer la Cène, ainsi que de mettre ses revendications par écrit comme on le lui demandait, Jean de Glaubourg le suspendit de toutes ses fonctions, le 23 janvier 1559, le temps qu’un arbitrage public règle la controverse. Houbraque et ses anciens firent aussitôt appel au Conseil. Dans un écrit daté du 26 janvier, ils réclamèrent avec insistance la réintégration immédiate du ministre déposé et la révocation des « juges » élus par le peuple297. Dès le 2 février, quinze partisans de Perrussel s’adressaient à leur tour au Conseil, sans que Perrussel lui-même ne signe la lettre d’ailleurs298. Cinq disciples de Houbraque, dont quatre anciens, envoyèrent presqu’immédiatement aux autorités un écrit contradictoire299, auquel les amis de Perrussel apportèrent, dans les jours qui suivirent, une longue réplique300. Les quatre écrits furent alors examinés au Conseil, le 7 février, et trois conseillers, Jean de Glaubourg, Daniel Zum Jungen et Conrad Humbracht, furent désignés pour examiner en commission toute l’affaire301. Le procès était commencé. Il allait durer un an et demi.

  • 302 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 48.
  • 303 Ibid., p. 54.

127Dès le départ, loin de se montrer impartial, le Magistrat prit ouvertement parti pour Perrussel. Il faut dire que ses partisans surenchérissaient d’érastianisme, comme si pour eux le rejet de l’autorité du Consistoire devait aller de pair avec une déclaration d’allégeance au pouvoir civil. « Ce ne sont pas le Magistrat ou l’Église qui ont à se subordonner aux anciens, mais ceux-ci qui ont à se subordonner aux anciens, mais ceux-ci qui ont à soumettre leur jugement à celui du Magistrat ou de l’Église », écrivaient-ils par exemple le 2 février302 et ils n’hésitaient pas a proposer que l’examen des candidats à la fonction d’anciens fut mené non pas par le Consistoire mais par le Conseil ou des délégués de celui-ci303. Par cette déclaration, c’était l’autonomie du Consistoire, donc de l’Église, qui était remise en question.

  • 304 Ibid., p. 52-54.

128Ils avaient besoin d’un ministre, pas de deux, ajoutaient-ils, et d’ailleurs Perrussel avait été élu avant Houbraque, même s’il avait pris ses fonctions après lui. Le ministre déposé n’était pas attaqué sans raison : maintes fois, il avait tenu des propos fort désobligeants à l’égard de son collègue et, en refusant de célébrer la Cène, il avait gravement irrité les fidèles. Son retour ne supprimerait pas la confusion : bien au contraire, il l’aggraverait. Quant aux anciens qui se plaignaient d’avoir été écartés au profit d’hommes plus ignorants et inexpérimentés qu’eux, il suffirait de leur faire passer un examen pour découvrir qu’ils ne savaient pas plus que « des menuisiers, des teinturiers ou des artisans de ce genre »304.

  • 305 Op. Calv., t. XVII, col. 440-442, no 3011 (à l’Église française) et col. 442-443, no 3012 (à Augus (...)

129Entretemps, Houbraque et ses partisans avaient profité de ce que le libraire Jacques Guichet se rendait à Genève pour lui demander de mettre Calvin au courant de la situation. Ce dernier répondit à leurs attentes en envoyant, le 23 février 1559, quatre lettres aux réfugiés de Francfort, une à l’ensemble de l’Église, une à Houbraque, une à Perrussel et une à Augustin Le Grand305.

  • 306 Op. Calv., t. XVII, col. 441, no 3011.

130A l’Église, il faisait une sévère remontrance : « Si vous en voyes quelques uns si adonnez à leur sens propre que leur ambition et curiosité tendent à la ruine de l’Église, c’est à vous d’y remédier. Et s’ils sont si opiniastres qu’on ne les puisse fleschir, d’y pourvoir par le remède ordinaire : c’est qu’il soyent exclus de vostre compaignie.306 » Il était difficile de prendre parti moins ouvertement pour Houbraque. Calvin en était conscient : « le scay bien que vous donnant conseil, ie ne puis éviter ceste calumnie que i’entreprens par trop, et que ie me dois contenter de ma charge, sans vouloir gouverner si loing. Mais il me suffit d’avoir Dieu pour tesmoin que l’amour que ie vous porte et le soin que i’ay de vostre salut m’incite et contraint, voire avec grand regret, à m’y ingérer. »

  • 307 Op. Calv., t. XVII, col. 556, no 3073.
  • 308 Op. Calv., t. XVII, col. 475-476, no 3028.

131Il est vrai que le ministre de Genève ne s’en prenait pas nommément à Perrussel, se contentant de remarquer : « Le plus grand malheur est que mesmes voz deux pasteurs sont en débat l’un avec l’autre. » Mais dans la lettre qu’il lui adressa en privé, Calvin ne lui épargna pas ses reproches. Dans sa réponse, tout en protestant de sa fidélité, Perrussel devait affirmer qu’il était mal informé, qu’Houbraque n’avait pas agi très chrétiennement et que son innocence à lui serait bientôt démontrée307. Quant à Houbraque, Calvin lui demandait de plus amples renseignements sur toute l’affaire et il le priait de tenter une réconciliation avec son adversaire308.

  • 309 Perrussel à Castellion, Wesel, 16 août 1555 (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 423-424, no  (...)
  • 310 Cf. infra, p. 372.
  • 311 Sébastien Castellion, La Théologie germanicque, livret auquel est traicté comment il faut dépouill (...)
  • 312 Op. Calv., t. XVII, col. 441-442.

132Finalement, le seul personnage que Calvin mettait en accusation dans sa lettre à l’Église française de Francfort était... Castellion. Savait-il que Perrussel était lié depuis douze ans déjà à l’auteur du Traité des hérétiques309 ? Francfort n’est pas loin de Bâle et bientôt310 l’adversaire de Houbraque allait faire appel à celui de Calvin. Mais la lettre restait fort évasive : « ... d’autant qu’on parle de quelques livrets qu’on a voulu introduire ou bien qu’on a voulu approuver, à scavoir La Théologie Germanique et de l’homme nouveau311. [...] Si vous y regardez de plus près, vous trouverez qu’il y a du venin caché si mortel, que de les avancer [ces badinages], c’est empoisonner l’Église. [...] le prie [...] ceux qui iusques yci s’en sont meslez, d’estre mieux advisez, et ne plus nourrir le mal lequel ils ne pourront pas réparer quant ils voudront.312 »

  • 313 Ibid., col. 443.

133Augustin Le Grand reçut aussi une lettre de Calvin. Celui-ci lui écrivait sur un ton familier. C’est qu’en arbitrant jadis sa querelle avec Valérand Poullain, le ministre de Genève s’était rapproché du marchand brugeois, d’abord tant honni. Cette fois, Calvin s’adressait à lui « plus rudement » qu’il ne l’aurait voulu. On ne sait trop si, pour Calvin, la faute incriminée était d’avoir fréquenté les œuvres de Castellion ou d’avoir voulu des élections d’anciens populaires. Il se contentait de reprocher à Augustin Le Grand la « légèreté » qu’il avait « monstrée d’aller chercher les illusions du diable en cette maudite eschole qui est pour anéantir toute religion, induisant les hommes par moyens obliques à se donner en la fin licence de se moquer de Dieu et de toute religion313 ». Trois ans plus tôt, Calvin dénonçait les erreurs de Gisberg de Gueldre, pour lesquelles, selon les ministres luthériens, Perrussel et ses amis avaient de la sympathie. Pour Calvin aussi, s’agissant d’Augustin Le Grand en tout cas, l’accusation avait un certain fondement. Représenté par Sébastien Franck, le maître de Gisberg, ou par Castellion, c’était un même courant de pensée, irrespectueux des Églises et des orthodoxies, qui était visé.

  • 314 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 55.

134Revenons au conflit entre Perrussel et Houbraque. Le 7 mars, les partisans de ce dernier firent parvenir au Conseil une pétition portant cent cinquante signatures, dans laquelle ils demandaient une nouvelle fois la réintégration de Houbraque. Celui-ci, précisaient-ils, était prêt maintenant à mettre par écrit les motifs qui l’empêchaient de célébrer la Cène314.

  • 315 F.S.A., Ratsprotokolle, 9 mars 1559, f. 16 v° (Meinert, Eingliederung, p. 63).

135Le 9 mars, Jean de Glaubourg fit au Conseil un premier rapport des travaux de la commission. Il ne cachait pas son hostilité à Houbraque, qui se montrait « contrariant » (widerspentig) et avait rassemblé autour de lui « quelques personnes privées (etlich privat personen) au détriment de la paix publique ». L’enquête, selon lui, devait être poursuivie315.

  • 316 F.S.A., Ratsprotokolle, 11 avril 1559, f. 25 v°. — Bürgermeisterbücher, même date, f. 175 r° (Mein (...)
  • 317 Cf. F.R.H., t. I, Beylagen, p. 277.
  • 318 Ibid. Voir aussi, ibid., p. 286, une reprise, en huit points de cette accusation.
  • 319 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.
  • 320 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 45 (...)

136Le 11 avril, un nouvel écrit de Houbraque et de ses partisans fut lu au Conseil316. Le document, qui est perdu, portait trente-six signatures. Il exprimait en douze articles leurs « oppositions » à François Perrussel317. Dans le dernier article, le seul dont le texte ait été conservé, ils lui reprochaient d’avoir « dissipé » l’Église de Wesel, en refusant d’écouter les conseils de modération des Églises de Genève et de Lausanne, au printemps 1554318. Nous savons, par ailleurs, que Perrussel fut accusé d’avoir accepté de célébrer une Cène dont les participants étaient indignes. Le Gegenbericht des ministres luthériens319 et, parallèlement, une lettre de Perrussel à Castellion320 font allusion à quatre questions posées par Houbraque à Perrussel à ce sujet : ces questions figuraient vraisemblablement dans l’énoncé des douze articles.

  • 321 Op. Calv., t. XVII, col. 554, no 3072.

137La réaction de Perrussel à ces accusations fut vive. Selon Houbraque, dans une lettre à Calvin321, il se répandit en injures et il menaça son adversaire de lui intenter un procès en diffamation devant un juge civil. Par la suite, l’ancien franciscain entreprit de rédiger une réponse, à laquelle Houbraque devait plus tard apporter une réplique.

  • 322 Eustache Du Quesnoy, François Le Clerq, Jean Maréchal et Antoine Coquel au Conseil, Francfort, 18 (...)
  • 323 Dathenus et Lortioir au Conseil, Francfort, 20 avril 1559 (ibid., p. 56).
  • 324 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 25 avril 1559, f. 184 v° (Meinert, Eingliederung, p. 67).

138Le Conseil n’était pas de reste. Dès le lendemain, un dénommé Pierre Des Masures (Masurellus) était jeté en prison : on lui reprochait d’avoir été défendre, de maison en maison, la cause de Houbraque. Peut-être est-ce lui qui avait pris l’initiative, le mois précédent, de rassembler les cent cinquante signatures. Après que quatre de ses amis322, Pierre Dathenus, le ministre de l’Église flamande, et un certain Thomas Lortioir323 eurent plaidé pour son élargissement la semaine suivante, il fut libéré, le 25 avril324, mais il avait passé treize jours en prison.

  • 325 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 289. Treize jours plus tard, le 23 mars 1559, les Anglais quittaient Fr (...)
  • 326 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 293-294. « Julien l’Espagnol », le porteur de cette lettre, s’appelait (...)
  • 327 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278-285. L’Historia de Perrussel est suivie d’une réponse aux accusatio (...)

139Sans nul doute, le nœud du conflit était la question de la Cène. Bien que l’Église fût divisée et que le Consistoire eût cessé de se réunir, Perrussel continuait de célébrer la Cène chaque mois, en l’absence de Houbraque, qui trouvait cette pratique inadmissible. Le reproche fait à Perrussel d’avoir « dissipé » l’Église de Wesel, alors qu’il y était ministre, ne faisait que s’ajouter à une accusation plus grave portant sur la doctrine. Il le toucha cependant profondément, outré qu’il était de voir son zèle pastoral ainsi nié. Aussi se mit-il en devoir d’envoyer aux autorités un solide démenti. Il avait obtenu, le 10 mars, de quatre Anglais qui l’avaient connu alors, John Browne, Richard Springheim, Francis Wilford et Thomas Donell, un témoignage selon lequel l’Église française de Wesel n’avait été fermée en 1557 qu’en raison de l’intolérance doctrinale des ministres luthériens de la ville325. Le 14 mai, Georges Cassander devait lui envoyer de Duisbourg un certificat semblable326. Mais surtout Perrussel plaida lui-même sa cause dans une Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione, qu’il signa le 27 avril327.

  • 328 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 45 (...)
  • 329 Cf. supra, p. 367.
  • 330 Dans les Églises réformées, ce terme désignait une des étapes de la procédure menée devant le Cons (...)
  • 331 Lettre citée de Perrussel à Castellion.
  • 332 Ibid.
  • 333 Sur cette affaire : Denis, Recours à l’Écriture, p. 291-293.
  • 334 Op. Calv., t. XVII, col. 555, no 3072.

140Le débat sur le bon usage de la Cène était en réalité un débat sur l’exercice de la discipline ecclésiastique. Pour commencer, les deux ministres ne lisaient pas l’Écriture de la même manière. Selon Houbraque, le dit de Jésus sur la réconciliation avant l’offrande (Mt 5, 23-26) s’appliquait à la situation de l’Église française de Francfort. Perrussel ne le pensait pas. Cela lui valut d’être traité d’« hérétique » par son adversaire328. Les quatre questions auxquelles il a été fait référence plus haut s’énonçaient ainsi329. Quand un membre de l’Église veut mettre fin à une querelle, la « satisfaction canonique »330 est-elle nécessaire pour qu’il soit tenu pour réconcilié avec son adversaire et admis, dès lors, à la Cène ? Le pécheur notoire peut-il être admis à la Cène avant que l’Église ne lui ait fait connaître sa faute ? Le pécheur doit-il être tenu pour non coupable quand sa faute, qui est connue, n’a pas encore été jugée par l’autorité civile ? Peut-on célébrer la Cène quand l’Église est divisée ? Perrussel répondit négativement à la première question, affirmativement à la seconde, négativement à la troisième, négativement aussi à la quatrième, mais avec cette réserve : « supposé que ces bons-là qui communiquent à la Cène avec les meschants ne consentent point à leur meschanceté et soient de telle qualité qu’ilz ne puissent empescher ces meschants-là de communier331 ». Pour ces réponses, l’ancien ministre de l’Église française de Wesel se fit appeler « renverseur d’Église » et « prophanateur de la sainte Cène du Seigneur »332. En vérité, s’il n’était pas un contempteur de la discipline ecclésiastique en tant que telle, il la ruinait bel et bien sous sa forme genevoise. Houbraque, le fidèle disciple de Calvin, entendait, lui, donner au Consistoire le plein pouvoir d’excommunier. C’est ce que récusait Perrussel, qui voulait confier ce pouvoir au Magistrat. Sa conception de la discipline ecclésiastique rappelle celle d’Aimé Perrin, de Philibert Berthelier et des « libertins » de Genève, dont Calvin avait triomphé en 1555 au terme d’une longue lutte politique333. Selon Houbraque, Perrussel alla jusqu’à déclarer que la discipline — entendons la discipline si elle est confiée à un Consistoire — était un « ferment de discorde dans l’Église » et qu’en voulant la restituer son adversaire ne faisait que « mettre en chantier une nouvelle papauté ». Pour lui, Houbraque était « rebelle au Magistrat, séditieux et troubleur de la paix ecclésiastique »334.

  • 335 Ibid.

141Le 11 juin, les commissaires du Magistrat ordonnèrent à tous les fidèles de l’Église française ayant des reproches à faire à Houbraque de les mettre par écrit, pour que celui-ci puisse y répondre335. D’abord accusateur, le ministre était maintenant un accusé ! Il n’avait plus qu’à se défendre. Comme il se savait peu soutenu par le Magistrat, il décida de quitter la ville aussitôt sa réponse rédigée. Déjà en avril, il avait eu l’intention de demander à l’Église une « mission », mais Pierre Dathenus et Eustache Du Quesnoy l’en avaient retenu. Cette fois, sa résolution était prise. Il lui paraissait illusoire d’espérer que le Consistoire soit rétabli dans ses anciennes prérogatives.

  • 336 Ibid., col. 554-556.

142Le 19 juin, toujours à Francfort, Houbraque écrivit à Calvin336, non pour lui demander conseil, car pour lui tout était clair, mais pour qu’il sache quelle « confusion » régnait dans la « pauvre Église ». Le seul avis qu’il demandait au ministre de Genève concernait la doctrine : il souhaitait connaître l’opinion de Calvin sur les thèses défendues par son adversaire au sujet de la discipline et il l’interrogeait sur la légitimité des commissaires élus à la place des anciens, « sans juste vocation ».

  • 337 Cf. supra, p. 123, et infra, p. 412.
  • 338 Op. Calv., t. XVII, col. 610-611, no 3104.

143Houbraque avait déjà quitté Francfort pour se rendre dans le comté de Nassau-Sarrewerden, sur le chemin de Strasbourg337, lorsque, le 21 août, Calvin lui répondit338. Il avait mieux fait en cédant qu’en poursuivant, écrivait le ministre de Genève. Plus tard, Dieu récompenserait sa patience. Dans cette courte lettre, aucun avis n’était donné sur les questions débattues à Francfort. De toute évidence, Calvin avait estimé qu’il n’était plus utile d’intervenir.

  • 339 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 3 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145, no 3221) : « Spem a (...)
  • 340 Cf. Denis, Églises d’étrangers, p. 36.
  • 341 Cette lettre de Calvin est perdue. Elle est mentionnée dans la réponse de Dathenus au ministre de (...)
  • 342 Op. Calv., t. XVIII, col. 43, no 3178.

144Au demeurant, son rôle dans la querelle fut étonnamment discret, comparé à celui qu’il avait joué dans le conflit opposant Valérand Poullain et Augustin Le Grand, trois ans plus tôt. Il eut bien l’intention, un moment, d’envoyer à Francfort comme médiateur Nicolas des Gallars, un des ministres de Genève339, mais le projet n’aboutit pas : le 25 avril 1560, Nicolas Des Gallars allait être désigné par la Compagnie des Pasteurs pour aller à Londres comme ministre340. Par ailleurs, le 15 mars de la même année, écrivant à Dathenus, Calvin devait charger son correspondant de transmettre ses salutations à Jean de Glaubourg, avec qui il avait précédemment été fort lié341. Glaubourg se fit communiquer la lettre du ministre de Genève, qui portait sur Perrussel un jugement fort sévère. Comme Dathenus le rapporta à Calvin le 11 avril, le patricien n’en modifia pas pour autant sa position. « Calvin accuse nettement Perrussel, fit-il en guise de commentaire, mais s’il l’entendait jamais, il changerait d’avis. » Le Flamand lui répondit alors que Calvin connaissait bien l’intéressé, pour l’avoir fréquenté pendant dix ans et ils en restèrent là. Dathenus n’en voulait pas à Jean de Glaubourg. Pour lui, cet « homme bon » était tout simplement victime de F « hypocrisie » et des « flatteries » de Perrussel. « On ne dira jamais à quel point cet homme fait preuve d’impudence », ajoutait-il dans la même lettre342.

  • 343 Op. Calv., t. XVIII, col. 233, no 3270.

145Au total donc, Calvin intervint peu dans le débat et presque toujours de manière indirecte. Sa passivité était due principalement à la lassitude. « Que l’Église française de Francfort aille mal de cette façon ne m’attriste pas peu, devait-il écrire le 5 novembre à Houbraque, alors à Strasbourg343, et surtout quand je me rappelle quel mal je me suis donné autrefois pour l’aider à apaiser ses dissensions. Mais après avoir essayé en vain divers remèdes, j’ai découvert que je ne pouvais rien faire. Aussi vais-je être obligé de confier à Dieu cette tâche et de rester à l’écart. » Rarement, le ministre de Genève aura fait un tel aveu d’impuissance.

  • 344 Op. Calv., t. XVII, col. 555, no 3072. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 11 mars 1561, f. 68 v°-69 r° (M (...)
  • 345 Cf. E. Johnston, Actes du Consistoire de l’Église française de Threadneedle Street, Londres, (Hugu (...)
  • 346 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 294.
  • 347 Cf. supra, p. 365.
  • 348 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 45 (...)
  • 349 Perrussel à Bullinger, 9 février 1556 (Z.B.Z., F 62, f. 451 r° et v°, 452 v°). Dans cette lettre, (...)
  • 350 Z.S.A., E II 347, f. 723 (document reproduit infra, annexe II/21).
  • 351 Perrussel à Castellion, Francfort, 30 septembre 1560 (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 454 (...)

146Si Houbraque — et ses partisans — pouvaient compter, malgré tout, sur le soutien de Calvin, Perrussel n’était pas, lui non plus, dépourvu d’amis dans les Églises de la Réforme. Selon Houbraque, son point de vue était écouté « à Anvers, à Tournai et dans toute la Belgique344 ». Il l’était aussi dans certains secteurs de l’Église française de Londres. Le 17 décembre 1560, le Consistoire de cette Église devait enjoindre, sous peine d’excommunication, à un certain Robert Questel, qui défendait Perrussel, de ne plus se quereller avec Avril Brassie, un autre membre de l’Église, qui soutenait, lui Houbraque345. Dans la lettre déjà citée346, Cassander, que Perrussel avait prié de donner un avis sur le passage biblique controversé, répondit de Duisbourg, le 14 mai 1559, qu’à ses yeux il ne convenait pas d’écarter de la Cène les suspects « qui garantissent en droit leur innocence », car cela reviendrait à nier la compétence des lois civiles et des juges ordinaires, dont ils attendent patiemment le jugement, « ce que personne à la doctrine saine n’a jamais dit ». « Ja deux villes ont respondu, Wittenbergue et Eidelbergue, et tous [ont] soubscrit à ma déclaration du lieu de saint Mathieu et respondu aux quatre questions comme moy », écrivit Perrussel à Castellion, le 20 décembre 1559, en le priant de demander l’avis des villes de Bâle et de Zurich. Lié depuis longtemps à l’auteur du Traité des hérétiques347, il ne désirait toutefois pas que cette amitié le compromette aux yeux des autorités de Francfort. Aussi recommandait-il à Castellion la discrétion : « L’escrit des doctes de vostre ville, ne le signez pas au commun escript, car il seroit suspect de faveur pour la licence que tous disent que nous avons ensemble348. » On ignore ce qu’ont répondu les Bâlois. A Zurich, l’ancien cordelier put compter sur l’appui de Bullinger, avec qui il correspondait depuis le début de l’année349. L’antistès envoya au Magistrat de Francfort un avis conforme à ses vues, au moment de la foire du printemps. Après avoir songé d’abord à lui rendre visite à Zurich, Perrussel lui envoya une lettre de remerciement le 20 septembre 1560350. Dans la même ville, Bernardino Ochino, le ministre de l’Église italienne, veillait également à la défense de Perrussel. Les deux hommes avaient en commun d’être lié d’amitié à Castellion351.

  • 352 F.S.A., Ratsprotokolle, 27 août 1560, f. 25 v° (Meinert, Eingliederung, p. 80-81). — F.R.H., t. I, (...)

147Le départ de Houbraque pour Strasbourg n’avait pas mis fin à la querelle, car ses fidèles, Eustache Du Quesnoy et François Le Clerc en tête, avaient repris le flambeau. Cependant, la conclusion approchait. Longtemps attendue, la sentence de Jean de Glaubourg, Daniel Zum Jungen et Conrad Humbracht fut publiée à l’Église française le 1er septembre 1560, après avoir été lue au Conseil le 27 août352. Le jugement répondait à la plainte déposée par Guillaume Houbraque, « naguère ministre de l’Église française », Eustache Du Quesnoy, François Le Clerc, Jean Dablay et les autres anciens, Jean Maréchal, Pierre Renaud et quelques autres contre François Perrussel au sujet de « l’administration de la Cène, la doctrine et l’état de la discipline ». Par cette sentence, le prévenu se voyait totalement blanchi des accusations portées contre lui et défense était faite aux requérants d’exprimer désormais le moindre mauvais soupçon à son propos. Les commissaires annonçaient leur intention de donner à l’Église après la foire, c’est-à-dire à partir d’octobre, une « constitution ecclésiastique » et d’organiser une élection d’anciens, pour remplacer ceux qui en tenaient lieu depuis le mois de janvier 1559.

  • 353 Van Schelven, op. cit., p. 408-409.

148Après la lecture de la sentence, des membres de l’Église exigèrent que les adversaires du ministre fassent une « satisfaction canonique » avant d’être admis à la Cène : comme ils avaient perturbé l’Église par leurs revendications inutiles, ils devaient demander réparation. Mais Perrussel, fidèle à ses principes libéraux, ne voulut pas que l’on fît preuve à l’égard de ses adversaires d’une trop grande rigueur. A sa demande, les commissaires proclamèrent devant l’Église, le 7 septembre, qu’ils recevraient la pleine absolution pour leur faute353.

  • 354 Z.S.A., E II 347, f. 723 (document reproduit infra, annexe 11/21).
  • 355 Buisson, op. cit., t. II, p. 454, no 87.

149Le 20 septembre, Perrussel manifesta à Bullinger sa satisfaction354, ainsi qu’à Castellion355 : « Aiant finalement, déclarait-il a ce dernier, par un singulier bénéfice de Dieu, eu sentence du Sénat de ceste ville sur toutes et chacunes des oppositions produites contre moy, je vous envoie la sentence qui en a esté prononcée et le décret fait 8 jours après, afin que, comme je m’asseure qu’avez eu dueil de mon mal, vous avez aussi joye du bien que Dieu m’a faict. »

  • 356 Op. Calv., t. XVIII, col. 188, no 3249.

150Le même jour et peut-être par le même courrier, Dathenus écrivait à Calvin356. Sa version, on le devine, était autre. Les Églises, annonçait-il, « se portent mal » et Perrussel, « la crête dressée », triomphait. Puissent les Églises d’étrangers échapper à la catastrophe !

  • 357 F.S.A., Ratsprotokolle, 18 avril 1560, f. 102 r° (Meinert, Eingliederung, p. 76) : « Magister Fran (...)
  • 358 Le Livre des Prieres Communes de l’Administration des Sacremens et autres Ceremonies en l’Eglise d (...)
  • 359 Pierre Martyr à Pierre Alexandre, [Strasbourg], 18 juin 1553 (Op. Calv., t. XV, col. 663, no 2233) (...)
  • 360 A.G.R., État et Audience 355, f. 324 (Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 247).

151Entretemps, Perrussel avait reçu un nouveau collègue en la personne de François Philippi, un « docteur en théologie », originaire de Bourges, qui était arrivé à Francfort en avril 1560357. La présence du nouveau ministre n’apporta aucun apaisement, car il était de caractère emporté. Ceci dit, sa personnalité est mal connue. Un François Philippi fut en Angleterre, sous Édouard VI, le secrétaire du grand chancelier Thomas Goodrich. A ce titre, il traduisit en français le premier Book of Common Prayer : l’ouvrage sortit des presses de Thomas Gaultier en 1553358. Ami de Pierre Alexandre qui était, lui, le secrétaire de l’archevêque de Cantorbéry Thomas Cranmer, il prit le chemin de l’exil en même temps que lui, à l’avènement de Marie Tudor. Selon Pierre Martyr, un autre réfugié passé par l’Angleterre, lorsqu’il fut question de fonder une Église française à Worms, en 1555, un projet qui ne devait pas aboutir, ce fut à lui que l’on songea comme ministre359. Vers 1560, un ministre portant le même nom, François Philippes, est signalé à Varesnes-lez-Noyon en Picardie, auprès du seigneur Louis de Barbançon. Ce ministre avait épousé la fille d’un Tournaisien, Jean Dutiecq360. Sans doute le secrétaire de Thomas Goodrich, le ministre de Varesnes et le collègue de Perrussel n’étaient-ils qu’une seule et même personne.

  • 361 F.S.A., Ratsprotokolle, 24 décembre 1560, f. 53 r° (Meinert, Eingliederung, p. 84). Cf. F.S.A., Bü (...)

152Après la lecture de la sentence des commissaires du Conseil, la paix allait-elle être rétablie à l’Église française ? Tant s’en fallut ! Dès le 24 décembre 1560, Eustache Du Quesnoy et quelques-uns de son parti s’adressaient une nouvelle fois au Conseil. Ils accusaient leurs deux ministres, Perrussel et Philippi, de les avoir calomniés en chaire et, pis encore, d’avoir demandé à Pierre Dathenus de ne pas les laisser communier à l’Église flamande, ce qui indiquerait qu’ils avaient fait l’objet auparavant d’une mesure d’excommunication à l’Église française361. Décidément, les appels à la clémence des trois commissaires n’avaient pas été retenus longtemps.

  • 362 Peut-être Simon Rousseau, un marchand de drap originaire du Quesnoy, près de Valenciennes, et reçu (...)
  • 363 F.S.A., Ratsprotokolle, 11 mars 1561, f. 68 r° et v° (Meinert, Eingliederung, p. 86).
  • 364 Ibid., 18 mars 1561, f. 70 v° (Meinert, op. cit., p. 87).
  • 365 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 57.

153Depuis plusieurs années, les mauvais augures prédisaient aux étrangers de Francfort la fermeture de leurs Églises. S’ils n’en ont pas été la cause, les « troubles » de l’Église française en ont été, en tout cas, le prétexte. Ce furent les trois commissaires, pourtant dévoués à la cause des réfugiés, qui déclenchèrent le processus devant conduire à la sanction. Des membres de l’Église française, mécontents de leur sentence, faisaient courir le bruit qu’elle avait été publiée sans l’assentiment du Conseil et ils leur adressaient journellement de vifs reproches. C’était, disaient-ils, « par intérêt » (fur ire personen) que les commissaires avaient disculpé Perrussel. D’Anvers venaient même des lettres condamnant leur intervention. Le plus acharné contre eux était un certain Simon362, qui allait, de maison en maison, médire sur leur compte. Le 11 mars 1561, excédés, ils demandèrent au Conseil de « défendre leur honneur » et de confirmer publiquement leur mandat363. Les autorités ne réagirent pas tout d’abord et, le 18 mars, Glaubourg, Zum Jungen et Humbracht les priait à nouveau d’intervenir364. Ce jour-là, le Magistrat prit effectivement des mesures, mais pas du tout dans le sens escompté par les commissaires. Deux avocats, Fischart et Burckbart, furent en effet désignés pour examiner la sentence, ainsi que toute l’affaire, et l’Église française fut déclarée fermée jusqu’à Pâques, le temps que soit terminée l’enquête365.

  • 366 F.S.A., Ratsprotokolle, 3 avril 1561, f. 76 r° (Meinert, Eingliederung, p. 88). Pâques tombait le (...)
  • 367 F.S.A., Menningbuch 1561, f. 3, 4, 6, 11, 12 (cité par Scharff, Niederländischen und französischen (...)

154On ne sait au juste ce qui s’est passé ensuite, mais Philippi se retrouva en prison. Les trois commissaires n’y étaient pour rien. Au contraire, le 3 avril, ils exhortaient le Conseil à le libérer sans délai, car, disaient-ils, on avait besoin de lui pour la Cène prévue pour le dimanche suivant, jour de Pâques366. Ils se fâchèrent même, en déclarant qu’une femme dont l’impudicité était notoire venait d’être mise en liberté, alors que Philippi demeurait en prison. Les Conseillers n’agissaient pas autrement que Pilate avec Jésus et Barrabas367 !

  • 368 F.S.A., Ratsprotokolle, 8 avril 1561, f. 77 v° et 15 avril 1561, f. 78 v° (Meinert, Eingliederung,(...)
  • 369 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 59. Voir aussi la lettre de Dathenus à Utenhove, [Francfort], 28 avril (...)
  • 370 Cf. infra, p. 397.
  • 371 W. Bax, Het protestantisme in het bisdom Luik en vooral te Maastricht, 1557-1612, La Haye, 1941, p (...)

155Philippi resta finalement deux semaines sous les verrous. Après une nouvelle intervention des commissaires, auxquels s’était joint un groupe de réfugiés menés par le marchand Jean Le Blon368, le Conseil décida, le 15 avril, de l’élargir, en lui donnant huit jours pour quitter la ville369. On ne devait plus entendre parler de Philippi dans la région après son départ, sinon qu’il publia l’année suivante, sans doute à Heidelberg, une Défense des églises estrangières de Francford en Allemagne370. La déposition du prédicant Corneille De le Zenne, qui fut pendu à Liège le 9 novembre 1568, nous apprend que, de Francfort, il s’est rendu à Aix-la-Chapelle, où il servit comme ministre dans la clandestinité371.

  • 372 La Summa christlicher lehre und lebens. Cet ouvrage traitait du baptême et de la Cène. Cf. F.S.A., (...)
  • 373 Avis du 21 août 1561 (F.R.H., t. II, Beylagen, p. 288-290).
  • 374 Ibid., p. 289-290. L’ouvrage était publié sous pseudonyme et sans mention ni de ville ni d’imprime (...)

156En attendant, les ministres luthériens, qui voulaient que soit retirée aux étrangers la liberté de culte, marquaient des points. L’année précédente, en août, ils avaient déjà profité de ce que le Conseil leur avait demandé d’examiner un ouvrage que Velsius, le spiritualiste hollandais, revenu dans la cité, voulait faire imprimer372, pour suggérer dans leur rapport, de fermer l’Église des étrangers, si l’on n’y acceptait pas de se conformer en tous points à la doctrine et à la liturgie francfortoises. Velsius, expliquaient-ils, n’était pas le seul sectaire. Nombreux parmi les étrangers étaient les « esprits fantastiques » (irrige geyster) pour qui « tout est permis » (alles frey sein). Ils exerçaient une grande séduction sur les bourgeois de la ville et, si l’on n’y prenait garde, le Magistrat allait devenir incapable de s’opposer à cette « force étrangère » (frembde gewalt)373. Dans le même document, ils se plaignaient d’un « imprimeur welche », qui s’était permis d’imprimer sans autorisation deux livres du recteur de l’École latine, Jean Cnipius Andronicus, dans lesquels celui-ci s’en prenait à la « pure doctrine de la Sainte Cène »374.

  • 375 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, t. V (1551-1568), f. 189 v°-191 v° (14 avril 1561). Reproduit dan (...)

157L’incarcération de François Philippi donna aux ministres l’occasion de revenir à la charge. Dans une supplique qui fut lue au Conseil le 15 avril, ils amalgamèrent à nouveau, non sans habileté, les trois affaires : Velsius, qui malgré un décret d’expulsion demeurait à Francfort chez un certain Johann Braun, l’Église française dont les ministres professaient une doctrine dissidente et l’imprimeur welche que l’on n’était toujours pas parvenu à identifier. Leur opinion sur le deuxième point était claire : 1’Église française ne devait pas être rouverte tant que Perrussel et Philippi n’avaient pas donné entière satisfaction, quant à leur doctrine et leur conception de la liturgie375.

  • 376 F.S.A., Ratsprotokolle, 22 avril 1561, f. 80 v° et F.R.H., t. I, Beylagen, p. 58-59.
  • 377 Hessels, Archivum, t. II, p. 157-158, no 51.

158La décision fut prise au Conseil, le 15 avril, d’expulser Velsius, cette fois pour de bon, et d’interdire à Johann Braun d’héberger quiconque. L’« imprimeur welche », que l’on avait retrouvé, s’en tira en déclarant que Cnipius lui avait dit que son livre était autorisé. Quant à l’Église française, les autorités décrétèrent qu’elle resterait fermée aussi longtemps que ses ministres ne se seraient pas entendus avec les prédicateurs de la ville sur les points discutés376 et l’Église flamande subit le même sort, comme Dathenus l’annonça à Jean Utenhove le 28 du même mois377.

  • 378 Ibid., p. 157.

159Dans la sentence, mention était faite des « troubles et divisions régnant depuis longtemps parmi les ministres des Églises française et néerlandaise » (wegen der Irrung und Spaltung, so sich ein Zeithero unter den Predicanten der Welschen und Niederlendischen Kirchen alhie erhalten). Assurément, le conflit opposant Houbraque à Perrussel avait discrédité l’Église française. Les réfugiés étaient parvenus à s’aliéner même Jean de Glaubourg, qui, depuis leur arrivée à Francfort en 1554, leur avait procuré un constant secours. Mais les « troubles » de l’Église française n’expliquaient pas tout. Avant même que les trois commissaires ne rendent public leur jugement, le1er septembre 1560, les ministres avaient proposé au Conseil de retirer aux étrangers la liberté du culte. Un Dathenus, adversaire de Perrussel, en fit d’ailleurs l’aveu à Utenhove quand il lui écrivit : « Voyant le Conseil exaspéré par les divisions continuelles de l’Église française, les ministres allemands ont profité de l’occasion pour adresser leurs accusations contre nous au Conseil378 ».

  • 379 Op. Catv., t. XIX, col. 461, no 3807.

160On notera qu’à Genève l’explication donnée à la fermeture des Églises était moins nuancée. Les réfugiés, estimaient Calvin et ses collègues, en étaient les seuls responsables, par leur incapacité à se gérer paisiblement. « Les nouvelles de la triste dissipation de vostre Église sont venues jusques à nous, écrivait Calvin aux réfugiés flamands le 18 juin 1561379, et de ma part j’ai de long temps bien préveu que les contentions de l’église françoise ne prendroyent autre issue. »

161Mais les Églises d’étrangers n’étaient fermées que jusqu’à nouvel ordre. Désormais, les réfugiés allaient tout mettre en œuvre pour que le décret de fermeture soit annulé.

5. Les réfugiés de Francfort après la fermeture de leurs Églises en 1561

  • 380 Hessels, Archivum, t. II, p. 158, no 51.
  • 381 La première est du 7 mai 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 61-62). Les autres ont été envoyées le 2 (...)

162« Nous aurons de nouveaux conseillers le 1er mai, écrivait Dathenus à Utenhove dans la lettre déjà citée du 28 avril. Aussi ne tentons-nous rien encore380. » Hélas, les espoirs mis dans le nouveau Conseil se révélèrent vains. Les étrangers eurent beau envoyer aux autorités supplique sur supplique, les mois qui suivirent381, la décision de fermer leurs Églises ne fut pas rapportée.

  • 382 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 96-100. Voir aussi la supplique du 17 juillet 1561 (...)

163Ils avancèrent pourtant loin dans la voie des concessions. On se souviendra qu’en 1555, à l’instigation de Łaski, ils avaient refusé de signer la Concorde de Bucer (1542), un texte plus que modéré cependant quant à la Cène. Lors des entretiens qu’il eut avec les ministres Ritter et Beyer, les 20 et 21 juillet 1561, Perrussel se montra beaucoup plus conciliant382. Il avait pris pour base de discussion cinq écrits confessionnels publiés du vivant de Luther : la Confession d’Augsbourg (1530), son Apologie par Mélanchthon (1531), la Concorde de Wittenberg (1536), les Articles de Ratisbonne (1541) et la Concorde de Bucer (1542). Huit points, déclara-t-il à ses interlocuteurs luthériens, lui faisaient difficulté. Tous, à l’exception du quatrième relatif à la Cène, firent l’objet d’un accord entre les deux parties au cours de la discussion qui suivit. Dans certains cas, il suffisait de dissiper un malentendu, ainsi à propos de l’usage des termes meritum et mereri dans l’Apologie de la Confession d’Augsbourg et du mot messe dans la Confession d’Augsbourg elle-même, à propos également des prières et des chants en latin, qui ne se pratiquaient en territoire luthérien que dans les écoles latines, comme Perrussel l’apprit des ministres. Au prix de quelques concessions réciproques, ils s’entendirent aussi sur d’autres questions en litige : la nécessité du baptême pour le salut, l’absolution privée, les prières pour les morts et le nombre des sacrements. Quant à la discussion sur le dernier point, la Cène, elle n’aboutit pas à un accord, mais les positions de chacun des partenaires se révélèrent plus proches qu’on ne le pensait. C’est ainsi qu’ils relurent les déclarations de Luther dans le texte, évitant par là maintes fausess appréciations. Comme Perrussel déclarait que seuls les incroyants, et pas les indignes, étaient exclus du bénéfice de la Cène, un débat s’engagea sur la notion d’indignité. Les interlocuteurs ne parvenant pas à adopter de celle-ci une définition commune, ils passèrent au problème du mode de présence du Christ dans la Cène. Quand Perrussel eut donné son avis, les ministres interrompirent les entretiens, en déclarant en savoir assez sur sa doctrine.

  • 383 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 100.

164Jamais Perrussel ne s’était montré aussi luthéranisant. Lui-même, au demeurant, en était conscient, puisqu’il déclara aux ministres qu’« il leur avait fait plus de concessions dans la discussion qu’il ne pourrait l’avouer à sa communauté ». Ses compatriotes, ajouta-t-il, ne s’écartaient pas d’un mot de la doctrine de leurs maîtres. Il entendait, quant à lui, faire preuve de plus de souplesse383.

  • 384 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 65.

165Ses concessions ne se limitaient pas au domaine de la doctrine. On reconnaît sa griffe dans cette supplique du 16 juin 1561, par laquelle les étrangers déclaraient accepter les usages liturgiques des luthériens, pourvu que la génuflexion ne leur fût pas imposée. Ils étaient même prêts à se servir d’une coupe en argent ou en métal doré à la Cène et à prendre du pain azyme. De même, ils étaient disposés à modifier l’ordonnance de leurs prières eucharistiques pour se rapprocher du modèle luthérien384.

  • 385 Cf supra, p. 379.
  • 386 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 100.
  • 387 F.S.A., Ratsprotokolle, 9 septembre 1561, f. 31 v° (Meinert, Eingliederung, p. 101).
  • 388 Ibid., 30 septembre 1561, f. 34 v°.

166Ni l’Église française, ni l’Église flamande, ne furent rouvertes, on l’a vu385. La tactique suivie par Perrussel ne se révéla donc pas payante. Mais que voulait-il au juste ? Aux ministres luthériens, il signifia, le 21 juillet, qu’il ne pensait pas que ses compatriotes pourraient jamais s’entendre avec eux, tant ils étaient intransigeants : ils ne pouvaient pas, par conséquent, rentrer en possession de leur Église386. Étrange déclaration ! Perrussel, qui menait les négociations au nom de son Église, reconnaissait lui-même le bienfondé de la position de ses interlocuteurs ! Il joignit d’ailleurs l’acte à la parole, en demandant, le 9 septembre, au Magistrat son congé387. Muni d’une lettre de recommandation (abschied) des autorités, il quitta Francfort le 30 du même mois388.

  • 389 Bèze à Calvin, Saint-Germain, 30 octobre 1561 (Corr. Bèze, t. III, p. 202).
  • 390 Zanchi à Bèze, Strasbourg, 5 février 1562 (Corr. Bèze, t. IV, p. 36).
  • 391 Hist. eccl., t. I, p. 777. Cf. H. Klipfel, Le colloque de Poissy. Étude sur la crise religieuse et (...)
  • 392 Inconnu.
  • 393 Bèze à Jean de Ferrières, Genève, 22 février 1564 (Corr. Bèze, t. V, p. 30-31).

167De là, il fit route pour la France, où l’appelait comme aumônier Louis de Bourbon, prince de Condé. C’est à Séchelles, son ancien compagnon, qu’il devait ce poste en vue. Théodore de Bèze, qu’il retrouva à Paris, était quelque peu embarrassé, mais il n’osa pas blâmer publiquement l’adversaire de Houbraque pour son comportement à Francfort. A coup sûr, Perrussel avait mauvaise réputation dans les Églises réformées, ne fût-ce que parce qu’on le savait ami de Castellion. Il parvint néanmoins à rentrer dans les grâces de Calvin et de ses amis, en signant la confession de foi et la Discipline des Églises réformées de France et en condamnant publiquement les erreurs de l’auteur du Traité des hérétiques389. De plus, il se réconcilia avec Houbraque et les anciens ennemis s’échangèrent des lettres amicales390. En janvier 1562, Perrussel siégea aux côtés de Bèze aux entretiens œcuméniques de Saint-Germain, près de Paris, qui prenaient la suite du colloque de Poissy391. Deux ans plus tard, le bruit ayant couru que Perrussel était resté luthérien, Bèze devait apporter ce démenti : « S’il eust esté d’aultre opinion que nous, il ne fust sorty de Francfort et le livre qu’il en a faict imprimer392 en peult faire foy. Depuis, estant arrivé, jamais il ne fit un seul semblant d’estre différent d’avec nous ny en la Cène, ni en aultre poinct de la Confession, à laquelle il a voluntairement soubsigné, comme aussi sans cela il n’eust esté receu à l’exercice du ministère393. »

  • 394 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

168Quant à Houbraque, il conclut ainsi la querelle dans une lettre écrite à Calvin, le 31 décembre 1562 : « Je ne lui envie pas une si grande splendeur, je prie plutôt assidûment le Seigneur de lui donner l’esprit d’humilité, de sincérité et de vraie mansuétude394. »

  • 395 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 326-327. Cf. F.8.A., Ratsprotokolle, 28 août 1561, f. 29 r°.

169Pendant ce temps, à Francfort, les étrangers continuaient la lutte pour retrouver la liberté de culte. Le 28 août 1561, les ministres luthériens avaient envoyé au Conseil l’avis que celui-ci leur avait demandé de donner sur la doctrine des étrangers. Tout en reconnaissant que certains — par là était désigné Perrussel — n’étaient pas loin de s’entendre avec eux, ils signalaient que la « majorité » des étrangers s’écartaient de la doctrine communément enseignée dans la ville. Ils priaient par conséquent les autorités de ne pas revenir sur leur décision395.

  • 396 Voir sa lettre dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 79-80. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 19 août 1561, f. (...)
  • 397 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 81-83. Cf. F.8.A., Ratsprotokolle, 4 septembre 1561, f. 30 v°.
  • 398 Grindal omettait Emden, Wesel, Duisbourg et Aarau.
  • 399 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 80-81 (lu au Conseil le 17 décembre 1561). Pas de mention de cette lett (...)

170Entretemps, les réfugiés avaient demandé à Frédéric, l’Électeur palatin, d’intervenir en leur faveur, ce qu’il avait accepté de faire le 12 août396. Mais la pression luthérienne était trop forte. Le 6 septembre, le Conseil répondit à Frédéric qu’il mettait comme préalable à la réouverture de leurs Églises la signature par les étrangers de la version invariata de la Confession d’Augsbourg397. En décembre, l’évêque de Londres Edmund Grindal, un ancien réfugié lui-même, mena auprès des autorités une démarche qui échoua aussi. Il avait pourtant rappelé quel accueil chaleureux les Anglais avaient reçu tant à Francfort, qu’à Strasbourg, Zurich, Bâle et Worms398 pendant leur exil sous Marie Tudor, en priant le Magistrat de traiter avec autant de mansuétude les autres réfugiés, que la persécution religieuse menaçait toujours dans leur pays399.

171Et que devenaient les Églises ? A la fin de l’année 1561, elles reçurent deux nouveaux ministres, un du côté français et un du côté flamand. Leur arrivée à ce moment-là précisément — en novembre et en décembre 1561 — répondait certainement à un propos délibéré. Des hommes nouveaux, pensait-on, devaient pouvoir gagner plus facilement la confiance des autorités civiles et religieuses de la ville. Les réfugiés, en effet, ne se résignaient toujours pas à la perte de leurs Églises.

  • 400 Selon un document aujourd’hui perdu que cite Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 229, note 2), i (...)
  • 401 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 76.
  • 402 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 27 novembre 1561, f. 109 (Meinert, Eingliederung, p. 102).
  • 403 Cf. supra, p. 239.
  • 404 F.R.H. t. I, Beylagen, p. 80. Sur Godefroid Wingius : Denis, Les Églises d'étrangers, p. 34-36. On (...)
  • 405 La lettre de Pierre Scagius à Wingius du 27 mars 1562 était envoyée de Sandwich (Hessels, Archivum (...)

172Ancien maître d’école à Anvers, Gaspar Van Der Heyden se trouvait à Francfort depuis le mois de septembre 1558400. On ignore ce qu’il a fait les premiers temps de son séjour. Le 17 novembre 1561, il signa une supplique au Magistrat de Francfort401. Dix jours plus tard, l’Église flamande de Francfort recommanda aux autorités un « ministre »402. Était-ce lui ? En 1555, il avait déjà été pressenti par Łaski403 et nous allons le retrouver en fonction à l’Église flamande de Francfort l’année suivante. Si Gaspar Van Der Heyden est devenu ministre avant cette date du 17 novembre 1561, en 1558 par exemple, une hypothèse qu’aucun document ne vient cependant confirmer, le ministre présenté était Godefroid Wingius. Venu lui aussi d’Anvers semble-t-il, en passant par Londres, cet ancien réfugié d’Emden était porteur de la lettre de Grindal dont il vient d’être question. On sait qu’il est arrivé à Francfort avant le 17 décembre. Dans sa lettre, l’évêque de Londres rappelait au Conseil de Francfort que Wingius avait déjà reçu son hospitalité quelques années plus tôt — ce que l’on ignorait par ailleurs — et il lui recommandait de lui faire bon accueil404. Grindal ne précisait pas dans sa lettre si Wingius était attendu à Francfort comme ministre ou s’il était seulement chargé d’une ambassade momentanée. Il devint en tout cas ministre de la toute jeune Église flamande de Sandwich, dans le Kent, au début de l’année 1562405.

  • 406 Cf. supra, p. 290.
  • 407 Op. Calv., t. XIX, col. 153-154, no 3640.
  • 408 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 76-77. Cf. F.S.A., Bürgermeisterbücher, 27 novembre 1561, f. 109 (Meine (...)
  • 409 Arnaud Banc à Mathias Erb, Francfort, 22 janvier 1562 (Z.S.A., anc. Arch. Eccl. Tur. 3, 817 ; copi (...)
  • 410 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 31 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 222, no 3678).

173L’Église française accueillit, elle, Arnaud Banc. Devenu indésirable dans le val de Liepvre406, il avait pris refuge à Strasbourg, lorsque Houbraque lui proposa de se rendre à Francfort avec mission de « tout essayer si les Églises étrangères pouvaient être restituées ». Il prit la route le 31 novembre, comptant régler au moins les difficultés internes de la communauté. Eustache Du Quesnoy et ses amis, prévenus par Houbraque, lui avaient en effet fait savoir qu’ils se réjouissaient de son arrivée et, de leur côté, « plusieurs importants marchands » du parti de Perrussel, passant par Strasbourg, lui avaient déclaré qu’ils lui feraient, eux aussi, bon accueil. « Il leur était bien connu, expliqua Houbraque à Calvin le 9 décembre407, car il avait été leur pasteur à Anvers. » Un de ces marchands était Jean Le Blon. Le 27 novembre, avec huit autres, dont Mathieu Radelet, l’ancien secrétaire d’Aix-la-Chapelle, il avait prié le Conseil dans une supplique de bien vouloir reconnaître Banc comme ministre408. Banc arriva à Francfort le 11 décembre409 et il parvint, comme on pouvait l’espérer, à apaiser 1’« ardeur des disputes » (fervor dissidii), ce qui lui permit d’être élu « à l’unanimité » (communibus suffragiis)410.

  • 411 Texte dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 327-330. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 11 décembre 1561, f. 4 (...)

174Il fut moins heureux dans ses relations avec les autorités de la ville. Le 11 décembre, jour de son arrivée, alors qu’il n’était encore que « présenté comme pasteur par l’Église française » (ab ecclesia gallicana pro pastore exhibitus), il remit au Conseil une confession de foi en trois articles, un sur le baptême, un sur la Cène et le troisième sur les « cérémonies, rites et constitutions ecclésiastiques »411. Dans un préambule, Banc déclarait trouver normal qu’on exigeât de lui une confession de foi avant de l’admettre au ministère. Il rejetait les « fureurs de Servet, des anabaptistes, des libertins et des épicuriens, ainsi que l’idole papistique » et il reconnaissait, outre les écrits prophétiques et apostoliques, les symboles des apôtres, de Nicée et d’Athanase. A la différence de Perrussel, l’ancien ministre du val de Liepvre ne faisait aucune mention ni de la Confession d’Augsbourg, ni d’aucun autre écrit confessionnel luthérien.

  • 412 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.
  • 413 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 et 24 décembre 1561, f. 51 v° et 52 r° (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 77-7 (...)

175Le document fut remis aux ministres luthériens pour examen. Dès le 31 décembre, avant même que fut rendue publique la réponse, Houbraque se déclara sceptique quant aux chances d’obtenir la réouverture des Églises, dans une lettre à Calvin412. Les étrangers avaient pourtant reçu l’autorisation de célébrer le culte, à titre exceptionnel, dans leur temple, le jour de Noël et le jour suivant413. Mais les ministres luthériens, en « ennemis de toute piété et de toute religion » qu’ils étaient, comme l’écrivait Houbraque, s’opposaient absolument à ce que soit rendue aux étrangers la liberté de culte et le Conseil, dans sa majorité, les soutenait. Banc y avait des amis, mais pas en nombre suffisant. « Il semble que penche vers lui, sinon la plus grande partie des conseillers, du moins la meilleure (etsi non maior, saltem melior pars senatorum) ».

  • 414 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 330-335. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 1er janvier 1562, f. 53 r°.
  • 415 Ibid., p. 332.

176L’avis des ministres de la ville sur la confession de foi d’Arnaud Banc fut rendu aux autorités le 1er janvier 1562 et, effectivement, il lui était défavorable414. Seule la Confession d’Augsbourg pouvait les satisfaire et non cette confession « qui ne comporte que trois articles, alors que nous savons bien que les étrangers se séparent de nous sur bien d’autres articles415 ». Même si elle était truffée de citations luthériennes, elle demeurait inacceptable. Une fois de plus, les ministres recommandaient au Conseil de ne pas rendre aux étrangers leurs Églises.

  • 416 Lettre citée d’Arnaud Banc à Mathias Erb.

177Cet avis ne fut pas reçu sans commentaire, ainsi que Banc le rapporta à son ami Erb, le 22 janvier 1562416. « Le Conseil leur a enjoint de réfuter la confession de foi par le témoignage des lettres sacrées mais jusqu’aujourd’hui ils s’y sont refusés, pas plus qu’ils n’ont accepté de nous rencontrer. Aussi les conseillers les plus instruits et les plus équitables supportent-ils mal de les voir s’attacher à défendre leur sentence par l’obstination plutôt que par des preuves et des raisonnements solides, et ils trouvent qu’ils inventent toutes sortes de subterfuges pour s’en tirer. En conséquence, le Conseil a choisi quinze hommes ayant rang de conseiller et il leur a confié la connaissance de notre cause. Lorsqu’ils lui auront communiqué leur sentence, ils se prononceront sur toute la controverse. Mais, comme nous l’avons compris, beaucoup d’hommes de bien sont d’avis qu’il faudrait envoyer nos écrits à nos écoles et à nos académies pour qu’elles donnent un jugement sur la controverse et, entretemps, ouvrir l’Église des étrangers pour cette raison principalement qu’il n’y a aucun différend sur les autres points de la doctrine. Nous ignorons quelle issue aura notre affaire. »

  • 417 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 79. Cf. F.S.A., Bürgermeisterbücher, 6 février 1562, f. 142 r° (Meinert (...)

178Le vote des conseillers eut lieu le 6 février 1562 et, comme Houbraque le redoutait, la majorité d’entre eux se prononça contre la réouverture des Églises étrangères. Cette réouverture était différée « aussi longtemps que les ministres étrangers ne s’entendraient pas avec ceux de Francfort »417.

179Cette fois, le verdict paraissait sans appel, car Hartmann Beyer et ses collègues étaient bien décidés, tout le montre, à ne conclure aucun accord avec leurs collègues étrangers. Mais pouvait-on s’avouer vaincu après avoir lutté si longtemps ? Les réfugiés entreprirent une ultime démarche auprès du landgrave Philippe de Hesse et de l’Électeur palatin Frédéric et ceux-ci, à leur demande, envoyèrent à Francfort deux ambassadeurs chargés de plaider la cause des Églises étrangères. Cette tentative, cependant, n’eut pas plus de succès que les précédentes.

  • 418 Ruys, Petrus Dathenus, p. 45 (sans indication de source).
  • 419 Cf. infra, p. 394.

180Le jour même où le Conseil répondit aux ambassadeurs des deux princes, Dathenus renonça avec bruit à son droit de bourgeoisie. C’était le 26 mars 1562418. Il manifestait par là son intention de choisir un autre lieu d’exil à la tête de son Église et, de fait, trois mois plus tard, seize familles de réfugiés allaient gagner Frankenthal dans le Palatinat, sous le bienveillant patronage de l’Électeur Frédéric419.

  • 420 Cf. supra, p. 297. Corriger Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde, p. 161), selon lequel Arnaud (...)

181C’est au même moment sans doute que Banc quitta Francfort. On devait le retrouver dans le val de Liepvre, le 10 avril 1562420.

  • 421 Op. Calv., t. XIX, col. 525, no 3852.
  • 422 Distributionsbücher, vol. 4, f. 94 v° (F.S.A., F.R.G. 181).
  • 423 Ibid,., f. 120 r°.
  • 424 Ibid., f. 150 r°.
  • 425 Hausknecht, Abschieds-Predigt am 3. Febr. 1788 zu Bockenheim gehalten, cité par Battonn, Oertliche (...)

182Tous les étrangers ne quittèrent pas Francfort, il s’en fallait de beaucoup. Dathenus lui-même, revenu temporairement dans la ville, déclara à Calvin le 18 septembre 1562 que « la majeure partie des Français et des Flamands un bon nombre » (Gallorum maior pars et Flandrorum multi) vivaient « tranquillement » à Francfort421. Les étrangers de Wesel n’avaient pas réagi autrement en 1557, lorsque la liberté de culte leur avait été retirée. Mais dans la cité des bords du Main, fait remarquable, une structure ecclésiastique demeura en place malgré l’absence des ministres, chez les réfugiés de langue française en tout cas. Les registres de la diaconie se poursuivent en effet sans interruption au delà de la date fatidique du 22 avril 1561, lorsque fut prise la décision de fermer l’Église jusqu’à nouvel ordre. Les diacres continuèrent leur travail et, à intervalles réguliers, ils procédèrent à la reddition des comptes, ainsi le 11 octobre 1562422, le 19 septembre 1563423, le 8 octobre 1564424 et sans discontinuer jusqu’au XVIIe siècle. Par ailleurs, selon une tradition qui remonte au XVIIIe siècle, après 1561, les réfugiés de langue française auraient poursuivi la célébration du culte dans une maison dite Zur Weinkammer, rue de la Monnaie, qui abritait une teinturerie425.

  • 426 François Le Clerc se rendit à Wesel (cf. supra, p. 228) et Du Quesnoy à Strasbourg (Denis, Corresp (...)

183Plus complexe était la situation de l’Église flamande, des deux la moins importante en nombre de fidèles. Alors que les Wallons et les Français se maintinrent pour la plupart à Francfort, Augustin Le Grand en particulier426, du côté flamand tous les « cadres » choisirent l’exil. Le transfert se serait opéré paisiblement, si l’Église n’avait pas été divisée pendant toute l’année 1562 par une grave controverse théologique, dont Dathenus fit largement l’écho dans sa correspondance avec Calvin.

  • 427 Dathenus à Calvin, Francfort, 18 septembre 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 523, no 3852).

184Comme naguère l’Église française de Wesel, l’Église flamande de Francfort était partagée quant au jugement à porter sur les luthériens. Les modérés, dont Dathenus, estimaient qu’étant donné les circonstances il était licite de confier un enfant à baptiser à un ministre luthérien, car malgré une doctrine « impure » sur la Cène leur Église pouvait être réputée Église du Christ. Les radicaux, soutenus par les Églises flamandes de Londres et de Sandwich, estimaient qu’une telle pratique était scandaleuse par son hypocrisie. Le collègue de Dathenus, Gaspar Van Der Heyden, appartenait à la tendance dure de l’Église. Sans que ce fût jamais explicité, Van Der Heyden et ses partisans se situaient dans la tradition de Jean Łaski, mort deux ans plus tôt en Pologne. Avant son départ pour le val de Liepvre, Arnaud Banc avait été mêlé, lui aussi, à la querelle : au dire de Dathenus, il était du côté des modérés. Comme eux, il aurait refusé de condamner le baptême luthérien427.

  • 428 Op. Calv., t. XIX, col. 397-398, no 3777.
  • 429 Op. Calv., t. XIX, col. 461-463, no 3807 (en français, à toute l’Église) et Ruys, Petrus Dathenus,(...)

185Le 28 avril 1562, Dathenus écrivit à Calvin au sujet du litige — c’était déjà la seconde fois — et il lui demanda ainsi qu’à ses collègues d’envoyer un avis qui servirait de norme à son Église, en sorte que la paix puisse y être rétablie428. Le ministre de Genève répondit le 18 juin429, sans savoir, semble-t-il, qu’une partie des réfugiés avait entretemps gagné Frankenthal. Son avis paraissait donner raison aux radicaux de l’Église flamande : « Que si la nécessité en contraint aucuns de demeurer, ce sera une dissimulation par trop serville de présenter ses enfans au baptesme à ceux qui font profession d’estre ennemis de nostre religion vrayement chrestienne et de taire ce que l’on croit contraire. » Selon lui, les luthériens n’avaient qu’un seul but : empêcher les « vrais chrétiens » de faire « une sincère et entierre confession » de leur foi. Calvin se défendait cependant d’être donatiste. « Je scay très bien (Dieu merci) que la vérité du sacrement ne despend pas de la dignité de celui qui l’administre. » Mais pouvait-on « recebvoir pour pasteur » celui qui entreprend de « renverser toute la vérité de la Sainte Cène, avec son droit usage et institution » ? Telle était, par conséquent, sa recommandation : ne présenter un enfant à un ministre luthérien pour le baptême qu’à la condition expresse de faire en même temps profession de foi sur la Cène et de témoigner de son union avec « toutes les églises qui ont un mesme sentiment ».

  • 430 Corriger Op. Calv., t. XIX, col. 523, note 4 : ces « nôtres » ne pouvaient pas être des Wallons.
  • 431 Op. Calv., t. XIX, col. 522-523, no 3852.
  • 432 Ibid., col. 524-529.

186Le 18 septembre 1562, de passage à Francfort, Dathenus annonça à Calvin qu’une nouvelle Église venait d’être fondée à Frankenthal dans le Palatinat. Touchant la question du baptême, il dissimulait mal une certaine irritation. Le ministre de Genève semblait leur en vouloir d’avoir transigé avec les luthériens, alors que depuis le début de la « tragédie » ils avaient toujours manifesté publiquement leur dissentiment sur le point de la Cène. Mais contrairement à « quelques-uns », ils refusaient de condamner le baptême des luthériens et de nier que ceux-ci appartenaient à l’Église du Christ. Dathenus reprochait à ses adversaires, non pas les réfugiés de langue française mais bien les Flamands (nostrates)430, leur hypocrisie. « Ils condamnent et perturbent les autres et eux-mêmes ne changent pas de lieu. » Ils étaient sans conteste des disciples de Donat ! Déjà Houbraque à Strasbourg et les théologiens de Heidelberg avaient condamné leur position. Il espérait que Calvin ferait de même431. Le ministre envoya, en complément à sa lettre, une longue dissertation théologique sur la question disputée432.

  • 433 Van Lennep, Gaspar van der Heyden, p. 197-203.

187De son côté, Gaspar Van Der Heyden écrivait lui aussi à Calvin pour défendre son opinion433. Le contradicteur de Dathenus n’allait pas jusqu’à dire « qu’il n’y a chez les Allemands aucune Église visible ou extérieure », car certains d’entre eux étaient attachés à la « pure doctrine ». A l’instar de Calvin, dont il partageait l’aversion pour le donatisme, il refusait de lier la dignité du sacrement à celle du ministre. Mais il n’en estimait pas moins qu’un chrétien n’avait pas à s’unir (se conjungere) à des hommes, les luthériens, qui refusaient de s’amender, en dépit de toutes les admonitions qui leur avaient été adressées. Bien plus, ces hommes se permettaient de les traiter, eux, d’hérétiques et de schismatiques. En somme, pour Gaspar Van Der Heyden, les luthériens étaient des excommuniés, « même si la sentence [d’excommunication] n’a pas été publiée ».

  • 434 Op. Calv., t. XIX, col. 567, no 3871 (en français, à toute l’Église). Il existe une version latine (...)
  • 435 Ibid., col. 566.
  • 436 Ibid., col. 567.

188Un mois plus tard environ, le 27 octobre 1562, Calvin fit connaître à Dathenus et à l’Église flamande le jugement qu’il portait sur l’affaire. Son avis n’avait en rien changé depuis le 18 juin : « Si [ceux qui restent à Francfort] y entrejettent une franche et entierre confession par laquelle ils rabaissent l’arrogance de ces vénérables [les luthériens], je ne voy point pourquoi l’on doibve du tout condamner ceux qui sont contraincts de permettre que leurs enfans soyent baptizés par ceux qui sont comme ordonnés et constitués à ce, combien qu’ils ne le approuvent point434. » Pourtant, sans se déjuger, le ministre de Genève répondait maintenant aux préoccupations de Dathenus, qu’il semblait condamner dans sa première lettre. Tl absolvait de toute faute les réfugiés qui ne choisissaient pas l’exil : il était certes préférable de « trousser bagage » et de « se transporter ailleurs », mais « quant à ceux qui n’ont pas eu la commodité de le faire, nous estimons qu’ils sont plus tost dignes de compassion que de les vouloir poursuivre de quelque malveillance [...]. De vouloir réputer et diffamer comme traistres à la vérité ceux qui ont esté empeschés et retenus par la nécessité domestique de leurs affaires de ne pouvoir sortir et aller à un aultre lieu, ce seroit chose inhumaine435. » Il ne fallait condamner ni ceux qui partaient, ni ceux qui restaient et, concluait Calvin, « nous prions et obtestons au nom de Dieu, qu’ayans quité toute affection des desbats avec toute amertume, vous vous embrassiés fraternellement les uns les autres436 ».

189On ignore comment s’est terminée la querelle, mais il apparaît qu’elle n’a pas dégénéré au point de rendre impossibles les relations entre Dathenus et Van Der Heyden, les deux principaux protagonistes. Ils devaient, en effet, se retrouver quatre ans plus tard, et peut-être même plus tôt, à Frankenthal et collaborer apparemment sans difficulté.

  • 437 F.R.H., t. I, p. 31. Le renseignement, de source luthérienne, n’est pas daté.
  • 438 H. Meinert et W. Dahmer, Das Protokoll der Niederländischen Reformierten Gemeinde zu Franckfurt am (...)
  • 439 Sur l’Église française de Francfort à partir de 1567 : Ebrard, Französisch-reformierte Gemeinde, p (...)
  • 440 Goeters, Akten p. 18. art. 10. Cf. Moreau, Organisation, p. 197-198.

190L’arrivée du duc d’Albe aux Pays-Bas et l’émigration qu’elle provoqua furent à l’origine de la reconstitution de l’Église flamande de Francfort vers 1567, dans une semi-clandestinité. Les réfugiés auraient célébré le culte et entendu la prédication dans une grange appartenant à un certain Peter Gaul437. Des registres consistoriaux ont été conservés pour la période 1570-1581438. L’Église française de Francfort poursuivit son existence dans les mêmes conditions difficiles439. A partir de 1571, l’une et l’autre furent rattachées à la Classe de Heidelberg, dans la province d’Allemagne440.

6. Les Églises d’étrangers à Worms et dans le Palatinat

191Worms, une ville libre d’Empire enclavée dans les terres de l’évêché de Mayence et du Palatinat électoral, devait paraître convenir à des réfugiés protestants en quête d’asile, car, à deux reprises au milieu du XVIe siècle, ils y demandèrent l’hospitalité. Chaque fois, cependant, celle-ci leur fut refusée.

  • 441 Op. Calv., t. XV, col. 663, no 2233. Sur Philippi, cf. supra, p. 374-377.
  • 442 Grindal au Conseil de Francfort, Londres, 12 novembre 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 80). Cf. su (...)

192Le 18 juin 1555, Pierre Martyr communiqua à Pierre Alexandre cette nouvelle, de Strasbourg : « On dit que la ville de Worms va donner aux Français une Église. » François Philippi, un réfugié d’Angleterre, allait en devenir le ministre441. On ignore pourquoi ce projet ne fut pas réalisé, pour ce qui est des réfugiés de langue française tout au moins, car, selon Grindal, Worms accueillit à la même époque des Anglais chassés de leur pays par la reine Marie Tudor442. L’Église anglaise de Worms, si elle a effectivement existé, n’est pas autrement connue.

  • 443 Sur Jean Taffin : Ch. Rahlenbeck, Jean Taffin, un réformateur belge au XVIe siècle, dans Bulletin (...)
  • 444 Sur le refuge d’Aix-la-Chapelle, cf. supra, p. 173.
  • 445 Texte dans Heppe, Geschichte, t. I, p. 111-113. Sur cet épisode : Heppe, op. cit., t. I, p. 323-32 (...)

193En novembre 1559, d’autre part, un groupe de réfugiés dirigé par Jean Taffin et Herman Backereel443 demanda au Magistrat de Worms l’autorisation de s’établir dans la ville. Installés précédemment à Aix-la-Chapelle444, ils en avaient été expulsés à la demande de Philippe II, le 15 mai de la même année. Ils présentèrent aussitôt aux autorités de Worms une confession de foi sur la Cène, d’orientation mélanchthonienne. Les sacrements y étaient dits des « signes et témoignages de la volonté divine à notre égard » et l’expression controversée « Christus est ubique » comprise « selon la nature infinie du Christ », autrement dit pas dans son sens matériel. Taffin et Backereel, qui signaient le document, estimaient qu’il n’était pas opposé à la Confession d’Augsbourg. De toute manière, ajoutaient-ils, on ne pouvait pas dire que « tous les docteurs d’Allemagne » comprenaient cette dernière de la même façon445.

  • 446 Sur Frédéric III, on verra notamment J. B. Goetz, Die erste Einführung des Kalvinismus in der Ober (...)
  • 447 Sur Tileman Heshusius, cf. supra, p. 179.
  • 448 Sur Pierre Boquin, cf. supra, p. 103-105.

194La demande des étrangers était appuyée par l’Électeur palatin Frédéric III446. Ce prince venait de succéder à Otto-Henri, mort le 12 février 1559. Passionné par les questions religieuses, il ne portait pas sans raison le surnom de Frédéric le Pieux. Fait sans précédent, il introduisit la religion réformée dans son territoire, alors que la Paix d’Augsbourg ne donnait à cette confession aucun statut légal dans l’Empire. Sous le règne précédent, le Streittheologe wéselois Tileman Heshusius447 et le théologien français Pierre Boquin, qui, après son passage mouvementé à l’Église française de Strasbourg448, était devenu un calviniste déclaré, s’étaient affrontés à la cour de Heidelberg. A son avènement, Frédéric congédia le premier et promut le second. C’est dans l’entourage du prince que devait être composé le fameux Catéchisme de Heidelberg, promulgué en 1563.

  • 449 Kluckhohn, Briefe Friedrich des Frommen, t. I, p. 107, no 82.

195Mais les envoyés de Frédéric III à Worms eurent beau plaider la cause des réfugiés d’Aix-la-Chapelle, le Magistrat leur refusa le droit d’asile, « en raison, expliquait-on, des troubles et des désordres (der unruhe und unordnung halben) qui sont à craindre si l’on accepte autant d’étrangers ». Dans sa réponse, qui fut envoyée à l’Électeur palatin le 8 décembre449, le Conseil de Worms ne mentionnait pas la difficulté de la Cène. Si les réfugiés avaient accepté de signer la Confession d’Augsbourg, version invariata, il ne fait pas de doute cependant qu’ils eussent été acceptés à Worms.

  • 450 Nicolas Des Gallars à Calvin, Londres, 12 août 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 164-165, no 3233). (...)
  • 451 Christophe de Wurtemberg à Frédéric III, Grafeneck, 16 décembre 1559 (Kluckhohn, op. cit., t. I, p (...)
  • 452 Dans la lettre citée à la note précédente, Christophe faisait remarquer à son correspondant que se (...)
  • 453 Cf. Rahlenbeck, op. cit. Détails biographiques inédits sur Taffin dans : Jérôme Zanchi à David Cha (...)

196Jean Taffin, Herman Backereel et leurs compatriotes se virent également repoussés de Friedberg450 et du duché de Wurtemberg451, manifestement pour la même raison452. Ils devaient aboutir à Strasbourg. Jean Taffin devint plus tard ministre à Metz453. Il faudra attendre l’année 1575 pour que Worms devienne, enfin, une ville de refuge pour les protestants de langue française. Frédéric III venait alors de mourir et le culte réformé interdit à Heidelberg, mais nous reviendrons sur cet épisode.

  • 454 Cf. supra, p. 382 et 386.

197Ainsi, l’Électeur palatin se souciait du sort des victimes de la persécution religieuse. De la même façon, en août 1561 et en mars 1562, il intervint en faveur des protestants de Francfort, privés de la liberté de culte454. Mais en vain, comme à Worms.

  • 455 Archiv der reformierten Kirche Emden, Ratsprotokolle, 4 août 1561. Cf. Van Schelven, Vluchtelingen (...)

198Or, dans le courant de l’été 1561, avant même que tout espoir d’obtenir la réouverture des Églises étrangères de Francfort fût définitivement perdu, Pierre Dathenus et quelques-uns de ses compagnons avaient écrit à l’Église d’Emden, en prévision d’un nouvel exil. S’ils étaient chassés de Francfort, la Frise orientale, jadis si accueillante, devait constituer pour eux un lieu de repli possible. Mais à Emden, les réformés se trouvaient eux aussi en butte aux attaques des luthériens et le Consistoire répondit, le 4 août 1561, aux réfugiés de chercher plutôt asile ailleurs, soit en Angleterre, soit auprès du landgrave de Hesse, ou encore auprès de l’Électeur palatin455.

  • 456 Sur le refuge de Frankenthal : Cuno, Geschichte der wallonisch-reformierten Gemeinde zu Frankentha (...)

199Le conseil n’était pas mauvais, quant au Palatinat tout au moins, sans parler de l’Angleterre. Le 3 juin 1562, cinquante-huit familles de Francfort débarquaient du Rhin, près de Roxheim, au Sud de Worms. Elles étaient toutes flamandes, sauf deux. Frédéric III leur avait cédé le couvent augustin de Grand-Frankenthal, situé non loin de là. Il était occupé jusqu’alors par des moines ayant quitté l’observance. A l’arrivée des étrangers, ils déménagèrent dans les bâtiments de Petit-Frankenthal. Deux ans plus tard, ces locaux devaient être mis à leur tour à la disposition des réfugiés et les derniers augustins se rendaient au couvent de Kirschgarten, près de Worms456.

  • 457 Frankenthal Stadtarchiv. Copie ancienne : Kirchendokumente D, f. 65-80 (F.S.A., F.R.G. 167). Éditi (...)

200Le 13 juin 1562, l’Électeur palatin, représenté par Christophe Hund de Lauterbach, le gouverneur (vizthumb) du district de Neustadt, auquel était rattaché Frankenthal, et les cinquante-huit familles signèrent une « capitulation » qui devait donner à la jeune colonie une existence légale457.

  • 458 Stoob, Ueber frühneuzeitliche Städtetypen, p. 171-172.
  • 459 Voir ibid.. p. 172, le graphique intitulé Neue Städte und Neustädte im Mitteleuropa 1450-1750. Le (...)
  • 460 Kaller, Exulantensiedlungen, p. 329. Cf. aussi Stoob, op. cit., p. 189-190.

201Il existait au XVIe siècle deux types de villes nouvelles : les villes minières et les villes de réfugiés. Selon une étude récente sur les fondations de villes à la période moderne458, le nombre des fondations de villes minières augmenta à partir de 1470, pour atteindre un plafond vers 1520-1530 et décroître ensuite — que l’on songe à Sainte-Marie, dans le val de Liepvre, qui se développa à partir de 1506, — tandis que les villes de réfugiés voyaient leur nombre augmenter progressivement, avec des à-coups, de 1520 environ, début de la diffusion des écrits de Luther, à la fin du siècle, le sommet étant atteint peu avant 1600459. Dans l’histoire des villes nouvelles, Frankenthal occupe une place remarquable par sa capitulation, première du genre, qui servit de modèle aux villes semblables fondées ensuite460.

  • 461 Ibid., p. 330.
  • 462 Goetz, Einführung, p. 17.
  • 463 Hildenbrand, op. cit., p. 5.

202Divisé en dix-sept articles, le document se présentait comme un « catalogue de devoirs »461 : à l’instar des autres habitants du territoire, les étrangers étaient soumis à un ensemble de droits, d’impôts et de corvées s’ils voulaient pratiquer leur artisanat, faire du commerce, emprunter les routes, pêcher et chasser. Mais l’absence de tout autre artisan dans ces campagnes peu peuplées réglait le problème de la concurrence, si vivement ressenti à Francfort. Au total, les réfugiés ne faisaient l’objet d’aucune mesure discriminatoire, que ce soit dans le domaine civil ou dans le domaine religieux. A ce propos, l’article III de la Capitulation de Frankenthal se montrait extrêmement libéral, puisque les étrangers recevaient sans restriction aucune le droit de prêcher et de distribuer les sacrements dans leur langue. Il était seulement précisé qu’il devaient se conformer aux ordonnances ecclésiastiques du Palatinat, mais celles-ci, rédigées au même moment par le théologien Olevianus, étaient d’inspiration réformée462. Par ailleurs, s’ils pouvaient se choisir des « pasteurs ou prédicateurs » (pfarrer oder predicanten), ceux-ci devaient être confirmés dans leur tâche par les conseillers ecclésiastiques de l’Électeur palatin et, si ces ministres se trouvaient être en conflit avec les pasteurs du lieu, le différend devait être arbitré par les conseillers ecclésiastiques463.

  • 464 Karlsruhe Generallandesarchiv, 229/9380. Cf. Kaller, op. cit., p. 330-331.

203Les premiers immigrants s’installèrent dans les bâtiments conventuels de Grand-Frankenthal et les fermes avoisinantes. Comme ces locaux se révélaient trop exigus, le prince leur attribua, dès le 25 juin 1563, par une capitulation semblable à celle de Frankenthal464, l’abbaye cistercienne de Schönau, près de Heidelberg. Un groupe de trente-cinq familles en prit aussitôt possession. En 1564, comme nous l’avons vu, les réfugiés reçurent, en outre, le domaine de Petit-Frankenthal.

  • 465 Cuno, Geschichte, p. 5.

204Les premiers mois, Frankenthal se trouvait dans la dépendance immédiate des conseillers ecclésiastiques de Frédéric III à Heidelberg. Bientôt fut ressentie la nécessité de créer un Magistrat autonome. Jacob Liébart, un des anciens de l’Église, second signataire de la Capitulation de Frankenthal, devint alors le premier bourgmestre de la nouvelle ville. Quatre « chefs de quartier » (viertelmeister) lui étaient adjoints465.

  • 466 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 242.
  • 467 Ruys, Petrus Dathenus, p. 50-52.

205En l’absence de tout registre consistorial et, pour la période antérieure à 1572, d’actes du Conseil de la ville, l’histoire des débuts de Frankenthal est couverte d’obscurité466. Pierre Dathenus, le ministre de l’Église flamande, correspondit certes avec Bullinger en 1563 et en 1564, ainsi qu’avec Bèze en 1565, mais ses lettres, toutes consacrées aux controverses théologiques du temps, ne contiennent aucune information sur son Église467.

  • 468 Sur cette période, voir les lettres de Van Der Heyden respectivement à son Église de Frankenthal, (...)

206Au demeurant. Dathenus avait d’autres occupations. En 1564, il devint, en effet, le conseiller théologique officieux de Frédéric III. Quand il n’était pas en mission aux Pays-Bas, en Suisse ou en France, il partageait son temps entre Frankenthal et Heidelberg. En 1569, sa charge à la cour fut rendue officielle : Gaspar Van Der Heyden, qui le secondait au moins depuis 1566, le remplaça alors à Frankenthal comme ministre468.

  • 469 Ursell, N. Henricus, 1563, in-8° (Stadtbibliothek Frankfurt am Main, Theol Ff 919 et 1137/1. Ces d (...)
  • 470 [Heidelberg ?, Johan Mayer ?], 1562, 138 pages chiffrées. Un exemplaire, aujourd’hui disparu se tr (...)
  • 471 Heidelberg, [Johann Mayer ?], 1563, in-8°. Exemplaires aux Bibliothèques Universitaires de Goettin (...)
  • 472 Voir en particulier F.R.H., t. II, Beylagen, p. 164-165.

207Un des premiers soins de Pierre Dathenus, lorsqu’il eut émigré à Frankenthal, fut de faire imprimer à Heidelberg une réponse au Gegenbericht und Verantwortung der Predicanten zu Franckfort am Mayn uff etliche ungegrundte Klagschrifften der Welschen, das ist der frantzösischen und flemmischen Predicanten und Gemeyn daselbst, cet écrit des luthériens de Francfort publié en 1563 et souvent cité ici, dans lequel ils donnaient leur version du départ des étrangers469. L’auteur des « plaintes » réputées vaines par Hartmann Beyer et ses collègues était l’ancien ministre de l’Église française de Francfort, François Philippi. C’est lui qui avait déclenché la controverse en publiant l’année précédente, sans nom d’auteur, à Heidelberg probablement, une Defense des églises estrangières de Francford en Allemagne. Dans ce pamphlet, dédié à Frédéric III, Philippi s’était contenté de reproduire toutes les suppliques adressées par les étrangers ou les ministres luthériens de Francfort au Magistrat, en 1561 et en 1562, et les décisions de celui-ci470. L’apologie de Dathenus parut en 1563 à Heidelberg, traduite en allemand, sour le titre de Kurtze und warhafftige Erzehlung welchermassen den Frantzösischen und Niderlendischen verjagten Christen, in der Statt Franckfurt am Mayn, etlich Jahr die offentlich Predigt Göttlichen Worts und auszpendung der H. Sacramenten, in irer Sprach verstattet, und ausz was ursache ihnen nachmals solches verboten worden ist471. Le théologien flamand prenait dans cet ouvrage le contrepied des « calomnies et fausses vérités remarquables », dont le Gegenbericht se faisait, selon lui, le véhicule472.

  • 473 Von den Velden, Kirchenbuch, p. 92.

208Mais à quoi servait de poursuivre la polémique ? Bon ou mauvais, un nouvel ordre était instauré désormais. En 1567, à l’instar des autres villes d’accueil, Frankenthal et Schönau reçurent un nouveau contingent de réfugiés des Pays-Bas, des Flamands et peut-être aussi des Wallons. En 1569, d’autre part, une Église française fut fondée à Heidelberg. Jean Taffin, revenu de Metz, en fut le premier pasteur. En 1572, elle accueillit plusieurs dizaines de Français, fugitifs de la Saint-Barthélémy. Guillaume Houbraque, l’ancien ministre des Églises françaises de Francfort et de Strasbourg, était du nombre473.

  • 474 Von den Velden, Niederlassung französischen Reformierter in Worms (avec une liste de 117 réfugiés)

209Quatre ans plus tard, Frédéric le Pieux mourut et la roue de la fortune tourna. Comme son fils et successeur Louis VI était un luthérien intolérant, les étrangers établis à Heidelberg et à Schönau durent chercher refuge ailleurs. Fort opportunément, Jean Casimir, frère cadet du précédent, dans le territoire duquel se trouvait Frankenthal, se déclara disposé à les accueillir, non seulement à Frankenthal, où ils se rendirent sous la conduite de Houbraque, mais à Saint-Lambert et à Otterberg, où des Églises nouvelles furent fondées en 1577 et en 1579 respectivement. Quelques-uns s’établirent aussi à Worms474. Quand Louis VI mourut à son tour en 1583, la religion réformée fut rétablie dans tout le Palatinat et les Églises d’étrangers s’y développèrent à nouveau.

Notes

1 L’histoire économique et sociale de l’émigration à Francfort a fait l’objet de plusieurs travaux. Pour la période 1554-1561, voir l’étude documentée de Witzel, Gewerbegeschichtliche Studien, surtout p. 134-182. F. Bothe a consacré plusieurs travaux au dernier tiers du XVIe siècle et au XVIIe siècle (liste dans Schilling, Exulanten, p. 192). Sur les marchands étrangers de Francfort au XVIe siècle : Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. II, p. 11-97. On trouvera dans cet ouvrage une liste de 800 marchands étrangers (1554-1565), avec, pour chacun d’eux, un aperçu biographique. L’absence de référence aux sources utilisées (des livres de comptes et des documents fiscaux principalement) est d’autant plus regrettable qu’elles ont été détruites pour la plupart en 1944, lors d’un incendie. Sur l’histoire économique et sociale du refuge, cf. enfin Schilling, Exulanten, p. 52-59.

2 Francfort comptait bien sûr des étrangers avant cette date, mais ils ne formaient pas un groupe constitué. Quinze d’entre eux, établis entre 1518 et 1554, sont répertoriés par Dietz, op. cit., t. II, p. 25.

3 Schilling, Exulanten, p. 52.

4 Cf. supra, p. 60.

5 Ajouter à ces documents officiels le témoignage de Séchelles, fin de l’été 1554. Cf. infra, p. 317.

6 Kirchendokumente D, f. 26-32 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 2-3). Dans Van den Abeele, Nederlandse Vluchtelingen, p. 2-3 (réfugiés flamands) et 4-8 (réfugiés wallons). Cf. Witzel, Oewerbegeschichtliche Studien, p. 135-136.

7 Original aujourd’hui perdu. Anc. cote : Mgb F 16 no la, 4-5. Cf. Witzel, op. cit., p. 135-136. Sur ce recensement, voir aussi : F.S.A., Ratsprotokolle 1557, f. 43 r° (20 mai 1557) et 46 r° (3 juin 1557) (Meinebt, Eingliederung, p. 42 et 43).

8 Kirchendokumente D, f. 36-39 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 6). Voir à ce propos Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde.

9 Liste des membres de l’Église française, bourgeois et non bourgeois, 7 février 1560 : Kirchendokumente D, f. 41-46 (F.S.A., F.R.G. 167).

10 Original aujourd’hui perdu. Anc. cote : Acta das französische und niederländische Kirchenwesen betreffend, I, 160 et 174. Cf. Witzel, op. rit., p. 136-137.

11 Kirchendokumente D, f. 46 (F.S.A., F.R.G. 167 ; anc. Mgb F 16 no la, 11). Dans Van den Abeele, op. rit., p. 8-9. Sur ce recensement, voir aussi : F.R.H., t. I, Beylagen, p. 59.

12 Liste de 857 réfugiés de langue française avec leurs familles, 9 février 1572 : Kirchendokumente D, f. 49-64 (F.S.A., F.R.G. 167).

13 Les registres de bourgeoisie (Bürgerbücher) ne sont publiés que pour la période 1311-1400 (D. Andebnacht et O. Stamm, Die Bürgerbücher des Reichsstadt Frankfurt 1311-1340 und das Einwohner Verzeichnis von 1387, Francfort, 1955). Ceux des années 1554-1561 ont été minutieusement analysés par Witzel (Oewerbegeschichtliche Studien, p. 137-145). Voir en particulier ses tableaux statistiques de l’origine géographique et de la profession des étrangers reçus à la bourgeoisie (p. 139-141 et 141-145). Sur le droit de bourgeoisie à Francfort : Andebnacht et Stamm, op. rit., p. xi-xxvii.

14 Cf. supra, p. 109.

15 Le 3 juin 1557 par exemple, on regretta au Conseil que sur les 368 membres recensés de l’Église française, 160 seulement étaient bourgeois.

16 Witzel, op. cit., p. 137.

17 Ils étaient d’origine diverse (Lorraine, Suisse, Écosse, Espagne) et pour les 41 restant le lieu de provenance n’était pas spécifié. Cf. Witzel, op. cit., p. 139-140.

18 Witzel, op. cit., p. 145.

19 Sur Harmann Beyer : Steitz, Der lutherische Prädikant.

20 Sur l’histoire religieuse de Francfort au XVIe siècle : Dechent, Kirchengeschichte, t. I, p. 64-197.

21 La bibliographie du refuge francfortois est abondante. L’étude la mieux documentée est celle de Besser (Geschichte), mais elle ne couvre que la période 1554-1558. L’article plus ancien de Scharff (Niederländischen und französischen Gemeinden) reste utile à consulter, de même que la biographie de Beyer par Steitz. Sur l’Église française en particulier, voir Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde) et la biographie de Valérand Poullain par Bauer. Sur l’Église anglaise, on verra l’étude de Jung (Englische Flüchtlingsgemeinde) et sur l’Église flamande celle de Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 211-234), ainsi que la biographie de Pierre Dathenus par Ruys. Le rôle de Calvin à Francfort a été étudié par Bauer (Calvins Beziehungen). Du même auteur, cf. aussi Einstellung. Pour une vue d’ensemble de l’histoire religieuse du refuge francfortois : Schilling, Exulanten, p. 125-134.

22 L’original de cette supplique a été détruit en 1944. Extraits dans Ebrard, op. cit., p. 16, note 3, et dans Bauer, Einstellung, p. 11. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher, à la date du 4 mai 1546. Pas de mention à cet épisode dans Pijper, Utenhove.

23 En 1531, un ancien franciscain de Venise, Bartolomeo Fonzio, avait prêché « en français » (in der walschen sprache) à l’église Saint-Anne d’Augsbourg. Cf. Manlich’sche Chronik (Stadtbibliothek Augsburg, f. 302 v°, cité par F. Roth, Augsburgs Reformationsgeschichte, t. II, Munich, 1904, p. 35-36). Le Siennois Bernardino Ochino fit de même à partir de l’automne 1545. Les étrangers, italiens ou français, n’étaient cependant guère nombreux. Son auditoire était composé essentiellement d’autochtones (ibid., t. III, p. 241-242).

24 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle 24 mai 1546. — Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher 25 mai 1546. D’autres réfugiés, dont Jean Wittink en 1527, s’étaient déjà vu opposer le même refus. Cf. Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. II, p. 24-25.

25 Cf. Witzel, Gewerbegeschichtliche Studien, p. 148, note 3. — Bauer, Einstellung, p. 11.

26 Cf. supra, p. 189-190.

27 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 50. Sur le Gegenbericht : infra, p. 396. Claus Bromm, un homme riche et influent, était un disciple de Mélanchthon. Cf. Bauer, Valérand Poullain, p. 177.

28 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 50-51. Un des premiers soins de Poullain fut de faire éditer chez l’imprimeur Pierre Braubach les actes d’une dispute religieuse tenue à Londres le 18 octobre 1553, la Vera expositio disputationis institutae mandato D. Mariae Reginae... in Synodo Ecclesiastica, Londini in Comitiis regni ad 18 Octob. Anno 1553, Rome [= Francfort, Pierre Braubach], 1554. Sur cet imprimé : Withof, Vertheidigung, p. 16.

29 Sur les patriciens de Francfort, amis des réfugiés : Besser, Geschichte, p. 9. — Bauer, Einstellung, p. 14-21. Poullain explique dans son Antidotus adversus Joachimi Westphali nomine pestilens consilium... (s.l., 1557, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 222) quelle aide lui ont apportée à son arrivée Adolphe de Glaubourg, Georges de Mühlheim et Georges Frosch.

30 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 1-2. Voir aussi : F.S.A., Ratsprotokolle, 15 mars 1554, f. 34 (Meinert, Eingliederung, p. 3. — Bauer, op. cit., p. 181, note 2). Le nombre exact des sayetteurs wallons est indiqué dans le Gegenbericht (F.R.H., Beylagen, p. 50). Ils venaient « d’Angleterre [et] spécialement de Glassenbury [Glastonbury] » (Brieff discours, p. 5).

31 Cf. Besser, Geschichte, p. 12.

32 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 55.

33 Ibid., p. 52.

34 Sur cette église : Battonn, Oertliche Beschreibung, t. V, p. 202. Reproduction d’après une gravure de 1552 dans Ebrard, Französisch-reformierte Gemeinde, p. 54.

35 F.R.H., t.I, Beylagen, p. 195 : « Soll man dasselbig zulassen, doch herrn Matthiam den Predicanten uff Ihr Predig und Ceremonien gut Achtung geben lasse, damit sie nichts ungereumbts furnehmen oder anrichten ».

36 Anna Hooper à Bullinger, Francfort, 20 avril 1554 (Robinson, Original Letters, p. 111). Corriger Besser, Geschichte, p. 13, pour qui la première prédication de l’Église française s’est tenue le 20 avril, un lundi.

37 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 55. Sur Maupas, voir en particulier : Richard Vauville à Calvin, Francfort, 10 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 558-560, no 2181).

38 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 26 avril 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 4) ; Gegenbericht, dans t. II, Beylagen, p. 55. Besser (Geschichte, p. 13, note 4) cite un document du 26 avril aujourd’hui disparu.

39 Cf. Denis, Jean Laski, p. 4-8.

40 Ce mot, qui est rare, figure dans un document aujourd’hui disparu, cité par Steitz, Lutherische Prädikant, p. 110, note 79 : « ... azymi panes majoris formae, quae nostra lingua vocamus obladen ».

41 Cf. supra, p. 209.

42 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 56-57.

43 Hartmann Beyers Bericht von Philippo Melanchtone, was er von dem Frembden geurtheilet uns was er ihrentwegen in Franckfurt gesprochen, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 284-286.

44 C.R., t. VIII, col. 268.

45 Dans le même sens : Bauer, Valérand Poullain, p. 190-191.

46 Elle fut imprimée pour la première fois en latin à Londres, chez Stephen Mierdman, en 1551, avec la liturgie et la discipline ecclésiastique de l’Église française do Glastonbury. En 1552, elle fut rééditée, chez le même imprimeur et en français. Selon les auteurs du Gegenbericht, la confession du 9 mai 1554 était « plus courte en plusieurs articles » que la confession de foi figurant dans la Liturgia sacra, ouvrage réédité à Francfort quelques mois plus tard (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 58), mais rien ne permet de penser qu’il s’agissait d’un autre texte. Cf. Bauer, op. cit., p. 193, note 2. Voir maintenant l’édition critique de la Liturgia sacra, par A. C. Honders, Leyde, 1970.

47 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 58.

48 Arnaud Banc allait recourir au même argument dans le val de Liepvre, sept ans plus tard. Cf. supra, p. 285.

49 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 60.

50 Sur Juan Morillo et Luis Del Castillo : supra, p. 186.

51 Briejf discours, p. 5. Morillo est également appelé ministre dans Pier-Paolo Vergerio à Bullinger, 21 mars 1555 (Z.S.A., E II 356, f. 650).

52 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 60.

53 Ibid.

54 Op. Calv., t. XV, col. 217, no 2001.

55 Juan Morillo.

56 Séchelles à Farel, [Francfort, août ou septembre 1554] (A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse I, no 7, document reproduit infra, annexe II/17). La mention à l’arrestation « il y a environ deux mois » de deux jeunes Tournaisiens en qui l’on peut reconnaître Quenot Castelin et Thomas Calberghe, exécutés le 22 et le 26 juin 1554 respectivement (Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 297) permet de dater cette lettre d’août ou septembre 1554. C’est de Francfort et non de Wesel qu’elle fut écrite, car Juan Morillo se trouvait dans cette ville depuis juin. Cf. supra, p. 316.

57 Garrett, Marian Exiles, p. 329.

58 Brieff discours, p. 5-6. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 2 et 3 juin 1554 (Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 10-11).

59 Brieff discours, p. 6.

60 Ibid., p. 6-8. La lettre du 2 août 1554 figure dans le même ouvrage, p. 8-13. « Densbrugh » (ibid., p. 7) est à lire Duisbourg. Il y a deux siècles, Withof (Vertheidigung, p. 30) l’entendait déjà ainsi. Cf. aussi supra, p. 238. Seuls les Anglais de Strasbourg et de Zurich se déclarèrent prêts à gagner Francfort. Cf. Jung, op. cit., p. 12.

61 Cf. Jung, op. cit., p. 8, qui parle à leur propos d’une « geistige Elite ».

62 Cf. Besser, Geschichte, p. 15.

63 F.S.A., Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher, 5 juin 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 5). Cf. Besser, op. cit., p. 18.

64 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 et 28 août 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 6) ; Bürgermeisterbücher, 23 et 24 août 1554. Cf. Besser, Geschichte, p. 18.

65 Cf. supra, p. 315, note 5.

66 Honders, Liturgia sacra, p. 28-29.

67 F.S.A., Ratsprotokolle, 13 septembre 1554, f. 112 v° (Meinert, Eingliederung, p. 7).

68 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 60. Les ministres portèrent sur la Liturgia sacra un jugement négatif. Cf. Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 62.

69 Vauville à Calvin, [Francfort], 10 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 558, n » 2181).

70 Anna Hooper à Bullinger, Francfort, 22 septembre 1554 (Robinson, Original Letters, p. 112).

71 Pierre Braubach à Joachim Westphal, Francfort, 19 juillet 1555 (Sillem, Brieffsammlung, t. I, p. 196). Sur Pierre Brubach ou Braubach, qui mourut le 31 mai 1567 : ibid., p. 175-176. — Benzing, Buchdrucker, p. 114. De 1554 à 1564, Braubach n’adressa pas moins de dix-sept lettres à Westphal. En 1554, il accompagna Beyer en Allemagne du Nord (F.R.H., t. II, Beylagen, p. 285).

72 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 13 septembre 1554 (Meinert, Eingliederung, p. 7). Cf. Besser, Geschichte, p. 19.

73 F.S.A., F.R.G. 178.

74 Z.S.A., E II 356, f. 650 : « [Ioannes Morellius Hispanus minister ecclesiae Gallorum Frankfordiae] cum socio vitae veneno fuit illic sublatus, o qualem virus sustulerunt, quantum pietate ! ». Cf. Perrussel, Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione (F.B.H., t. I, Beylagen, p. 281 : Morillo mourut avant le 1er janvier 1555.

75 Garrett, Marian Exiles, p. 329. Sur cette élection : Brieff discours, p. 13-14.

76 Brieff discours, p. 16. Il mourut à Strasbourg en 1556.

77 Garrett, op. cit., p. 220. Sur Lever, cf. aussi supra, p. 221. D’après John Knox (A Narrative of the Proceedings of the English Congregation at Frankfurt in March MDLV, dans Works, éd. D. Laing, t. IV, Edimbourg, 1855, p. 42), Lever ne fut « appelé à devenir pasteur » que par « un petit nombre ».

78 Brieff discours, p. 17.

79 Garrett, op. cit., p. 326.

80 Brieff discours, p. 17.

81 Cf. notamment Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 10-19. — Van der Molen, Anglican against Puritans.

82 Brieff discours, p. 13.

83 Cf. supra, p. 321.

84 Brieff discours, p. 27.

85 Garrett, Marian Exiles, p. 326.

86 Op. Calv., t. XV, col. 337-344, no 2059.

87 Op. Calv., t. XV, col. 393-394, no 2091.

88 Cf. supra, p. 160.

89 Brieff discours, p. 44-45. Cf. Whittingham à Calvin, Francfort, 25 mars 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 523-524, no 2163). Pour connaître le point de vue des adversaires de John Knox : les Anglais de Francfort à Calvin, Francfort, 20 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 776-782, no 2298). De Knox enfin, voir A Narrative, ouvrage cité, p. 41-49. Sur le passage de Knox à Bâle : supra, p. 252.

90 Le texte révisé à Francfort est conservé à Londres (British Library, Egerton Ms. 2836). Cf. Garrett, op. cit., p. 135.

91 Op. Calv., t. XV, col. 552-554, no 2178.

92 Ibid., col. 553.

93 Brieff discours, p. 62.

94 Cf. supra, p. 321.

95 Il figure parmi les signataires de la lettre des Anglais de Francfort à Calvin, 20 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 781, no 2298). Compléter sur ce point la notice de Garrett, op. cit., p. 84-85.

96 Op. Calv., t. XV, col. 628, no 2213. Traduction anglaise dans Brieff discours, p. 52.

97 Brieff discours, p. 52-53. Ce passage est omis dans les Opera Calvini. L’original est perdu. Cf. Op. Calv., t. XV, col. 629, note 8.

98 Richard Vauville s’en faisait déjà la réflexion : voir sa lettre à Calvin du 20 septembre 1555, où il louait la « prudence » du ministre de Genève (Op. Calv., t. XV, col. 775, no 2297).

99 Op. Calv., t. XV, col. 776-782, no 2298.

100 Brieff discours, p. 60.

101 Ibid., p. 62 : « of his owne good will ».

102 Ce serait, selon le Brieff discours (p. 60), pour « éviter le fardeau de 1’enseignement de la théologie » à 1’« université » anglaise de Francfort, mais cette explication n’est guère convaincante.

103 Voir dans ce sens : Brieff discours, p. 62.

104 Garrett, Marian Exiles, p. 62.

105 Brieff discours, p. 60. Sur Horne : Garrett, op. cit., p. 189.

106 A moins que les difficultés n’aient commencé plus tôt encore : dans une lettre à Mélanchthon, le 17 septembre 1556, Calvin parla des « dissensions par lesquelles Satan a déchiré l’Église de notre langue depuis presque deux ans ». Cf. Op. Calv., t. XV, col. 281, no 2531.

107 Op. Calv., t. XV, col. 422, no 2109.

108 Op. Calv., t. XVI, col. 369-370, no 2573. Cette lettre, dont l’original est perdu, a été publiée d’abord par Bèze, ensuite par les éditeurs des Opera Calvini, sans le nom du destinataire et avec l’année 1556 comme seul élément de datation. Qu’il s’agisse d’une réponse à la lettre de Poullain citée à la note précédente, ne fait pas de doute : elle y répond point par point. L’allusion à la « controverse des Anglais », une controverse qui trouva son dénouement en mars 1555 (cf. supra, p. 324), donne à l’hypothèse une confirmation supplémentaire. Voir dans le même sens : Schwartz, Zum Briefwechsel Calvins, p. 109-110. Je ne suis donc pas Bauer (Zur Datierung zweier Stücke aus dem Briefwechsel Calvins, dans Reformierte Kirchenzeitung, 20 et 27 juin 1920. — Id., Beziehungen Calvins, p. 42-43), qui propose la date de juin-juillet 1556. Bèze, dans son édition de la lettre, a remplacé deux noms propres par N. : il s’agit semble-t-il de Georges Maupas (et non Morillo ou Castillo : ils étaient morts tous les deux, ou Vauville) et de Whittingham (et non Sampson ou Łaski).

109 Op. Calv., t. XVI, col. 59-60, no 2405 (5 mars 1556).

110 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280. Sur Augustin Le Grand, voir surtout : Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. II, p. 34. Il demeura à Francfort jusqu’en 1575, date à laquelle il s’installa à Dantzig, où il était encore en 1586.

111 Dietz, op. cit., t. II, p. 27.

112 Cf. Besser, Ceschichte, p. 31.

113 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 1).

114 Ibid. (art. 3 et 4). Voir aussi Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404, et col. 291, no 2537 (art. 4).

115 Ibid., col. 297-298 (art. 18-19, 17 et 25). Cf. infra, p. 528-529.

116 Besser (Geschichte, p. 24) et les autres historiens francfortois considèrent que Vauville a été le premier collègue de Poullain, ignorant que Morillo fut ministre avant lui.

117 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 208-209, no 2485).

118 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. Cf. supra, p. 200.

119 Hist. eccl., t. I, p. 74.

120 Honders, Liturgia sacra, p. 33.

121 Cf. Denis, Églises d’étrangers, p. 29.

122 Cf. supra, p. 95.

123 Poullain à Calvin, Francfort, 8 février 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 423, no 2109).

124 Vauville à Calvin, [Francfort], 10 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 559, no 2181).

125 Cf. Besser, Geschichte, p. 34.

126 Garnier à Calvin, Strasbourg, 28 février 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 456-457, no 2125). C’est sans doute de Strasbourg et à la même date que fut écrite cette lettre de Vauville à Farel, où il expliquait pourquoi il n’avait pas rencontré, comme promis, son correspondant à Bâle (A.É.N., B.P., Pf. IX, liasse 4, no 16).

127 Op. Calv., t. XV, col. 558-560.

128 Calvin à Vauville, [début octobre 1555] (Op. Calv., t. XV, col. 846, no 2337).

129 Dans une lettre également perdue.

130 Op. Calv., t. XV, col. 786-787, no 2300.

131 Op. Calv., t. XV, col. 775-776, no 2297. Allusion à la lettre du 12 juin 1555 à Richard Cox (Op. Calv., t. XV, col. 628, no 2213).

132 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 62 : « Im Jar 1555 hat es sich gestossen zwischen den Engellendern und den andern zwo Gemeinden, der Ceremonien halber, wie wir bericht worden. » La seconde Église est l’Église flamande, sur laquelle : infra, p. 331. Voir aussi, dans le même sens, une lettre, aujourd’hui perdue, d’Hartmann Beyer à Johannes Brenz (cf. Steitz, Lutherische Prädikant, p. 114, note 8).

133 Voir leur supplique au Conseil, 5 septembre 1555 et la décision négative du Conseil, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 4-6. Cf. aussi F.S.A., Ratsprotokolle, 5 septembre 1555, f. 86 v° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 70 r° et v° (Meinert, Eingliederung, p. 13). Sur l’attitude des ministres dans cette affaire : infra, p. 351. Adolphe et Jean de Glaubourg s’étaient adressés à Geyla von Diez, une ancienne religieuse du couvent de Sainte-Catherine, pour obtenir la clé du bâtiment, mais Ritter parvint, non sans ruse, à la récupérer avant qu’elle soit remise aux étrangers. Voir la lettre citée de Beyer et Steitz, op. cit., p. 115-117.

134 F.S.A., Ratsprotokolle, 29 octobre 1555, f. 100 r° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 98 v°-99 r° (Meinert, Eingliederung, p. 17) ; F.R.H., t. I, Beylagen, p. 3-4 (Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 16).

135 Il avait dû quitter la Frise orientale où il avait été accueilli l’année précédente, pour s’être trop impliqué dans la querelle sacramentaire. Cf. Dalton, Johann a Lasco, p. 449-453. — Bartel, Jan Łaski, p. 166-171.

136 Dathenus, Erzehlung, dans F.R.H., t. II, p. 132. Sur l’Erzehlung, cf. infra, p. 397.

137 Gaspar Van Der Heyden à l’Église d’Emden, Anvers, 17 décembre 1555 (Van Lennep, Gaspar van der Heyden, p. 15-18).

138 Dans l’Erzehlung, Dathenus a relaté sa propre arrivée à Francfort, mais sans en préciser la date (F.R.H., t. II, Beylagen, p. 132-133). Sur Dathenus : A. A. Van Schelven, art. Dathenus, dans Nieuw Nederlandsch Biographisch Woordenboek, t. II, Leyde, 1912, col. 367-382. — Ruys, Petrus Dathenus.

139 Op. Calv., t. XV, col. 772, no 2295. Sur Micron : Gerretsen, Micronius.

140 Un imprimeur d’Emden, Étienne Mierdmann probablement, en avait pratiquement achevé l’impression lorsque Łaski quitta Emden. Cf. Łaski à Bullinger, Emden, 5 octobre 1554 (Kuyper, Lasci opera, t. II, p. 708). A Francfort, il demanda à Pierre Braubach d’imprimer les cahiers restants, mais celui-ci refusa. Cf. Braubach à Westphal, Francfort, 19 juillet 1555 (Sillem, Briefwechsel, t. I, p. 196). On ignore toujours qui a achevé le travail. Comme Łaski l’avait annoncé à Boniface Amerbach le 8 juin 1555 (Dalton, Lasciana, p. 341), l’ouvrage fut achevé pour la foire d’automne de la même année. Cf. Łaski à Bullinger, Francfort, 19 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 771, no 2295). Il a été réédité en 1866 par Kuyper (op. cit., t. II, p. 1-283). Sur l’ecclésiologie de Łaski, voir surtout U. Falkenroth, Gestalt und Wesen der Kirche bei Johannes a Lasco, thèse, Goettingue, 1958.

141 Braubach à Westphal, Francfort, 20 septembre 1555 (Sillem, Briefwechsel, t. I, p. 205) : « Peregrini qui hic sunt, quorum Lasco episcopum et superintendentem agit, multum negotium exhibent nostris concionatoribus ».

142 Corriger sur ce point : Besser, Geschichte, p. 41.

143 Dathenus à Calvin, 2 novembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 847-848, no 2338).

144 Łaski à Calvin, Francfort, 19 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 773, no 2296).

145 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, p. 77.

146 Op. Calv., t. XV, col. 774, no 2298.

147 Sur Jean de Saint-André, cf. supra, p. 149. Sur Jean Crespin et son intervention à Francfort en 1555 : Gilmont, Jean Crespin, p. 220-221.

148 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 10 septembre 1555 (Meinert, Eingliederung, p. 13). C’est Valérand Poullain qui remit l’ouvrage aux autorités de la ville.

149 Calvin à l’Église française de Francfort, Genève, 26 décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 896, no 2363).

150 Cf. Łaski à Calvin, Francfort, 14 octobre 1555 (Op. Calv., t. XVI, col. 820, no 2322).

151 Op. Calv., t. XV, col. 874-875, no 2352.

152 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 1).

153 Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404.

154 Dalton, Miscellaneen... nebst Lasciana neue Folge, p. 289-292. Ignoré par Besser (Geschichte) et par Bauer (Valérand Poullain), ce texte pourtant capital est à peine signalé par Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde, p. 94) et par Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 255).

155 Dalton, op. cit., p. 291.

156 Op. Calv., t. XVI, col. 60, no 2404 : « Et certe quod prior electio, quamvis nondum plane sancita esset, in nihilum redacta fuit, reprehensione non caret. »

157 Op. Calv., t. XVI, col. 294, no 2538 (art. 2).

158 Ibid., col. 295 (art. 6). Cf. Op. Calv., t. XVI, col. 291, no 2537 (art. 6).

159 Op. Calv., t. XV, col. 875, no 2352.

160 Ibid., col. 875. Voir la lettre de condoléances envoyée par Calvin à Vauville, à l’occasion de la mort de son épouse (Op. Calv., t. XV, col. 867, no 2343). Celle-ci mourut peu avant le 14 octobre 1555, alors que son mari était en voyage (ibid., col. 820, no 2322).

161 Cf. supra, p. 101.

162 Sur cette élection : Op. Calv., t. XV, col. 876. — Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281-282. Cf. aussi supra, p. 206.

163 Le successeur de Vauville, Guillaume Houbraque, ne devait arriver à Francfort qu’au début de juillet 1555. Cf. infra, p. 341.

164 Op. Calv., t. XV, col. 873-874, no 2332.

165 Łaski approuvait également la démarche de Glaubourg. Voir sa lettre à Calvin du 18 décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 891, no 2360).

166 Op. Calv., t. XV, col. 895-896, no 2363.

167 Op. Calv., t. XV, col. 360, no 2071. Cette lettre, comme l’a remarqué très justement Bauer (Valérand Poullain, p. 236, note 4) est du 26 décembre 1555 et non 1554.

168 Op. Calv., t. XVI, col. 20, no 2385.

169 Ibid., col. 20.

170 Ibid., col. 23.

171 Sa lettre à Calvin est perdue. Voir Poullain à Calvin, [Francfort], 12 février 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 23, no 2385/2).

172 Cf. supra, p. 334.

173 Op. Calv., t. XVI, col. 61-62, no 2404.

174 Dalton, Miscellaneen... nebst Lasciana neue Folge, p. 290.

175 Op. Calv., t. XVI, col. 63, no 2405.

176 Op. Calv., t. XVI, col. 55, no 2402.

177 Op. Calv., t. XVI, col. 50-52, no 2399. Cette lettre peut être datée des premiers jours de mars, comme celles qui sont citées aux trois notes précédentes.

178 Pourtant, une copie en fut envoyée à l’époque à Genève (Op. Calv., t. XVI, col. 203, no 2484).

179 Op. Calv., t. XVI, col. 96-97, no 2424.

180 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 207, no 2485).

181 Op. Calv., t. XVI, col. 97-98, no 2425, et col. 285-287, no 2474.

182 Calvin aux anciens et aux diacres de l’Église française de Francfort, Genève, 29 juin 1555 (Op. Calv., t. XVI, col. 208).

183 Op. Calv., t. XVI, col. 56, no 2402. A noter que déjà en janvier ou février 1555, il avait été question que Houbraque soit envoyé à Francfort, en compagnie de Vauville, mais Farel s’y était opposé. Cf. Vauville à Farel, [Strasbourg ?, 28 février ? 1555] (A.É.N., B.P., Pf. IX, liasse 4, no 16).

184 Conrad Hubert à Johannes Luchtius, Strasbourg, 6 septembre 1564 (A.M.S., A.S.T., 41, no 22, phot. p. 224). Voir à ce propos supra, p. 138. Houbraque n’était donc pas d’origine wallonne (Op. Calv., t. XVI, col. 211, note 3. — Rott, Eglise, p. 535).

185 Guillaume Farel, p. 573.

186 Voir le compte rendu d’un arbitrage tenu à Cressier (pays de Neuchâtel) en novembre 1555 au sujet de Houbraque et de ses activités (A.É.N., B.P., cahier A, no 87, dans Gagnebin, Les premiers pasteurs de Lignières, Musée Neuchâtelois, t. XII, 1875, p. 145-148). Cf. aussi Guillaume Farel, p. 633-635.

187 Op. Calv., t. XVI, col. 201, no 2483 (à Poullain) et 210-211, no 2486 (à l’Église française).

188 Op. Calv., t. XVI, col. 204, no 2484.

189 Ibid., col. 203-204.

190 Op. Calv., t. XVI, col. 208, no 2485.

191 Ibid., col. 209.

192 Op. Calv., t. XVI, col. 201-202, no 2483. Cf. ibid., col. 204, no 2484.

193 Op. Calv., t. XVI, col. 254, no 2500.

194 F.S.A., Ratsprotokolle, 21 juillet 1556, f. 56 r° (Meinert, Eingliederunge, p. 34).

195 Cf. supra, p. 333.

196 Iudicium guod dicunt arbitrale Calvini aliorumque doctorum virorum inter Valerandum Polanum, concionatorem ecclesiae peregrinis francofortensis, et Augustinum Le Grand, mercatorem (Op. Calv., t. XVI, col. 292-300, no 2538). Sur Jean Crespin : Gilmont, Jean Crespin, en particulier p. 222. Sur Laurent de Normandie : H. L. Schlaepfer, Laurent de Normandie, dans Aspects de la propagande religieuse, Genève, 1957, p. 177-230. Sur Juan Pérez : A. G. Kinder, Juan Pérez de Pineda (Pierius) : a Spanish Calvinist minister of the Gospel in sixteenth-century Geneva, dans Bulletin of Hispanic Studies, t. LIII, 1975, p. 283-300, en particulier p. 288. Sur Eustache Du Quesnoy, enfin : Denis, Correspondance, p. 297, note 1.

197 Op. Calv., t. XVI, col. 288-290, no 2536.

198 Voir le compte rendu de ces répliques, de la main de Calvin : Op. Calv., t. XVI, col. 290-292, no 2537.

199 Cf. supra, p. 328.

200 Même jugement dans Bauer, Valérand Poullain, p. 255. Cet auteur contredit avec raison Besser, Geschichte, p. 71.

201 Op. Calv., t. XVI, col. 294-298, no 2538 (art. 1, 6, 10, 11, 16, 17 et 25).

202 Op. Calv., t. XVI, col. 299-300, no 2538.

203 Allusion à la lettre du [24] juin 1555 aux anciens et diacres de l’Église française (Op. Calv., t. XVI, col. 209, no 2485) ?

204 Op. Calv., t. XVI, col. 300, no 2538.

205 F.S.A., F.R.G. 180 : Distributionsbücher, vol. III, f. 68 r°.

206 Voir une copie faite au XVIIIe siècle de la traduction allemande de cette lettre (F.S.A., F.R.G. 167 : Kirchendokumente D, f. 201-206, dans Bauer, op. cit., p. 319-324) : « Vierer [et non Diener] vorsteher der gemeynde vorstellung und klagenn über das verfahren dess predigers Monsieur Guilleaume Holbracqs und auffkündung ihres diensts, aus frantzösischer sprach ins teutsche gebracht und wie in dem Original erscheinet von ihnen eygenhândig unterschrieben. » Curieusement, Bauer n’a pas tenu compte de ce document dans sa biographie de Poullain : à l’en croire, c’est Glaubourg qui démit les anciens de leurs fonctions (p. 260). Sur la démission des anciens, voir aussi Houbraque à Calvin, Francfort, 29 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 346, no 2567).

207 F.S.A., F.R.G. 180, f. 58 v° et 68 r°. George Paindavoine, absent lors de la reddition des comptes le 18 octobre, était peut-être malade ou en voyage.

208 F.S.A., Ratsprotokolle et Bürgermeisterbücher, 20 octobre 1556 (cité par Bauer, op. cit., p. 260, note 1). — Bedebuch 1556b, 20 octobre 1556 (cité par Besser, Geschichte, p. 72, note 1).

209 Dalton, Johannes a Lasco, p. 483. Cf. aussi Bartel, Jan Łaski, p. 188.

210 Calvin à Jean de Glaubourg, [Genève], 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 339, no 2562).

211 Op. Calv., t. XVI, col. 345, no 2567.

212 Ibid., col. 346.

213 Calvin à Houbraque, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 340, no 2563).

214 Op. Calv., t. XVI, col. 339, no 2562.

215 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 76.

216 Op. Calv., t. XVI, col. 329, no 2562.

217 Calvin à Perrussel, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 342, no 2564). Cf. supra, p. 220.

218 Cf. infra, p. 355.

219 François Bauduin à Georges Cassander, Francfort, 15 octobre 1557 (M. Erbe, François Bauduin und Georg Cassander. Dokumente einer Humanistenfreundschaft, dans B.H.R., t. XL, 1978, p. 538) : « Ea nunc me negotia hic impediunt et propter Valerandi nostri mortem qui cum uxore hisce diebus obiit, perturbant ». Bauer (Valérand Poullain, p. 300), qui ne connaissait pas cette lettre, situait la mort de Poullain en 1558.

220 Bâle, Oporin, 1556, dans Kuyper, Lasci opera, t. I, p. 244-269.

221 Ibid., p. 268. Cf. F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 21 octobre 1556 (Meinert, Eingliederung, p. 36-37).

222 Sur les démêlés des réfugiés avec les ministres luthériens de Francfort : Besser, Geschichte, p. 40-56, 59-69. Cet auteur n’a cependant pas tiré parti du Gegenbericht dos ministres luthériens (F.R.H., t. II, p. 47-107). Voir aussi Bauer, op. cit., p. 205-227.

223 Voir la lettre de Marbach à Beyer, Strasbourg, 18 septembre 1555. Westphal en reçut une copie à Hambourg. Cf. Op. Calv., t. XVI, col. 767-769, no 2294. Il y est fait écho de la supplique des ministres de Francfort au Conseil, 20 octobre 1555 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 8).

224 F.S.A., Ratsprotokolle, 19 juillet 1555, f. 77 r° (Meinert, Eingliederung, p. 12). Besseb, op. cit., p. 39.

225 Cf. Schilling, Exulanten, p. 126-131.

226 F.S.A., Ratsprotokolle, 5 septembre 1555, f. 86 v° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 70 r° et v° (Meinert, Eingliederung, p. 13) ; F.R.H., t. I, Beylagen, p. 4-6.

227 Cf. supra, p. 308.

228 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 7-9. Voir aussi F.S.A., Ratsprotokolle, 29 et 31 octobre 1555 et Bürgermeisterbücher, mêmes dates (Meinert, Eingliederung, p. 17-18). Besser (op. cit., p. 44, note 1) cite un écrit de Lullius expliquant sa position (Acta das französische und niederlândische Kirchenwesen betreffend I, p. 22 sv.) qui est malheureusement perdu.

229 Jean de Glaubourg à Calvin, Francfort, 1er décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 872, no 2351).

230 Celle de 1554 étant épuisée, une nouvelle édition venait de paraître chez Pierre Braubach.

231 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 9-11. Cf. Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 62-65. Voir aussi F.S.A., Ratsprotokolle, 7 novembre 1555, f. 102 v° et Bürgermeisterbücher, même date, f. 105 r° (Meinert, Eingliederung, p. 18).

232 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 12 novembre 1555, f. 100 r° et v° ; Bürgermeisterbücher, 14 novembre 1555, f. 109 r° (Meinert, Eingliederung, p. 19-20).

233 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, 3 février 1556, f. 108 r°-v° ; Bürgermeisterbücher, 4 février 1556, f. 149 r° (Meinert, Eingleiderung, p. 24-25). Sur la Concordia de Bucer : supra, p. 308.

234 Calvin à Poullain, Genève, 5 mars 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 64, no 2405).

235 Cf. Besser, Geschichte, p. 53 : « Es ist die Zeit ihrer bedingten Duldung ».

236 Op. Calv., t. XVI, col. 53-54, no 2401.

237 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 72.

238 Ibid., p. 76.

239 François Hotman à Bullinger, [Strasbourg], 22 septembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 302). Cf. Bauer, Calvins Beziehungen, p. 51.

240 Cf. infra, p. 402.

241 Cf. Besser, op. cit., p. 61.

242 Georges d’Erbach était le parent par alliance d’Éguenolphe de Ribeau-pierre, que nous avons rencontré plus haut. Cf. supra, p. 290.

243 Poullain à Calvin, [Francfort], 9 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 186, no 2474) et Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, p. 74. Cf. Besser, op. cit., p. 63 et 66. — Bartel, Jan Łaski, p. 183. Sur les entretiens de Stuttgart eux-mêmes : Op. Calv., t. XVI, col. 155-169, nos 2460-2464.

244 Cf. Besser, op. cit., p. 66.

245 Ibid., p. 68. La lettre du landgrave fut lue au Conseil le 24 novembre 1556 (F.S.A., Ratsprotokolle, 24 novembre 1556, f. 87 r°). Les effets bénéfiques de cette intervention ne doivent pas être surestimés. Cf. Ebrard, Französisch-reformierte Gemeinde, p. 67.

246 Cf. supra, p. 349.

247 Cf. Besser, Geschichte, p. 74. Sur les démêlés de Cnipius avec les luthériens : Steitz, Lutherische Prädicant, p. 181-206. Cnipius avait entrepris à la fin de l’année 1555 la traduction en allemand de la Purgatio de Łaski, mais il ne l’acheva pas, faute d’avoir eu en main le texte de la Confession d’Augsbourg. Cf. Cnipius à Poullain, 14 mars 1557 (cité par Steitz, op. cit., p. 189-190, sans référence).

248 Sur le « Convent » de Francfort : Heppe, Geschichte, t. I, p. 142-156.

249 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 403-406, ici p. 406.

250 Dathenus à l’Église d’Emden, Francfort, 21 mai 1557 (Ruys, Petrus Dathenus, p. 25).

251 Micron à Bullinger, Norden, 5 juin 1557 (Op. Calv., t. XVI. col. 504-505, no 2462).

252 Aucun exemplaire retrouvé. Édition dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 217-272. Sur l’activité de Poullain pendant cette période, voir sa lettre à Martyr, Heidelberg, 5 juin 1557 (Corr. Bèze, t. II, p. 252-253).

253 F.S.A., Ratsprotokolle, 3 août 1557, f. 66 r° (Meinert, Eingliederung, p. 51).

254 F.S.A., Ratsprotokolle, 5 août 1557, f. 66 v° (Meinert, Eingliederung, p. 51).

255 Westphal à Boyer, Hambourg, 8 novembre 1557 (Greve, Memoria loachimi Westphali, p. 265) : « Apologia adversus Francisci cuiusdam epistolam iam affertur excudenda ».

256 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 86.

257 Van Schelven, op. cit., p. 403-406. Jacob Michiels devint plus tard membre de l’Église flamande de Londres (ibid., p. 161). Quant à Herman Backereel, qui avait déjà assisté Micron à Londres sous Édouard VI (ibid., p. 109), il devint ministre à Aix-la-Chapelle, jusqu’à son départ pour Worms à la fin de l’année 1559. Cf. infra, p. 391.

258 Ruys, Petrus Dathenus, p. 24-25.

259 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 276-278.

260 Brieff discours, p. 83. Sur cette affaire, le Discours, dont l’auteur serait Thomas Cole pour la période postérieure au départ de Knox et de Whittingham, constitue la source unique de documentation. Elle a déjà été étudiée, assez sommairement, par Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 18-19, et par Garrett, Marian Exiles, p. 112-113 et 189-190. Voir aussi infra, p. 529-530.

261 Brieff discours, p. 77.

262 Ibid., p. 82-83.

263 Ibid., p. 81.

264 Ibid., p. 85.

265 Texte ibid., p. 115-133. Celui de l’ancienne Discipline précède : p. 111-115. Sur cette Discipline, cf. infra, p. 484.

266 Brieff discours, p. 98.

267 Ibid., p. 96. Lo texte de la nouvelle Discipline, tel qu’il est reproduit dans le Discours, est suivi d’une liste de 57 signataires (ibid., p. 133-134), sans compter les 24 signatures complémentaires, ajoutées le 21 décembre 1557 (ibid., p. 134-135).

268 Brieff discours, p. 99-100.

269 Ibid., p. 170-174.

270 Ibid., p. 174.

271 Ibid., p. 178. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 190. En juin, Chambers se trouvait toujours à Strasbourg (Brieff discours, p. 183).

272 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 mars 1559, f. 21 r° (Meinert, Eingliederung, p. 64). — Brieff discours, p. 191. Les Anglais offrirent au Magistrat de Francfort pour le remercier de son hospitalité une « crédence dorée », en argent, qui se trouve aujourd’hui encore au Musée historique de la Ville de Francfort (reproduction dans Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 20).

273 Cette période de l’histoire de l’Église française n’a jamais été étudiée sinon, très rapidement, par Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde, p. 97-98) et par Dechent (Kirchengeschichte, t. I, p. 221-222).

274 Op. Calv., t. XVI, col. 395-399, no 2588.

275 Op. Calv., t. XX, col. 561-562, no 4253. Cette lettre est sans lieu ni date. La mention à un « collègue » (symmista meus) et cette déclaration de Perrussel à Calvin que d’autres que lui « écrivent sans cesse » font penser qu’elle est écrite de Francfort et non de Wesel. L’allusion à des événements « qui se passent entre les Anglais et les Français » et le fait que Perrussel s’excuse au début de la lettre de ne pas avoir écrit plus tôt invitent à la situer en avril ou en mai 1557. Il y est question d’une difficulté à laquelle Calvin avait apporté une réponse, semble-t-il, lorsque Perrussel lui récrivit le 20 juin 1557 (lettre citée à la note suivante).

276 Op. Calv., t. XVI, col. 517-518, no 2650. Le porteur de la lettre ne pouvait être que Ébrard Érail. La Compagnie des Pasteurs de Genève venait, en effet, en mai 1557, de le choisir pour devenir ministre à Anvers, où il se rendit par Francfort. Cf. R.C.P., t. II, p. 74.

277 Op. Calv., t. XVI, col. 517.

278 Op. Calv., t. XX, col. 562, no 4253. Il s’agit d’Augustin d’Hippone et non d’Augustin Le Grand, l’adversaire de Valérand Poullain. Voir de ce Père de l’Église, le traité De conjugiis adulterinis ad Pollentium libri II (Migne, P.L., t. XI, col. 451-486).

279 Op. Calv., t. XVI, col. 517, no 2650.

280 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 88-89 (document reproduit infra, annexe II/20). Sur Sébastien Franck : infra, p. 577.

281 Ibid., p. 88.

282 Ibid., p. 89.

283 Op. Calv., t. XVI, col. 211, no 2484.

284 Guggisberg, Studenten, p. 287 : « Gisbertus ex Hollandia ». Le 12 mars 1550, Boniface Amerbach lui avança une somme de deux florins (Hartmann, Amerbachkorrespondenz, t. VII, p. 405, no 3260).

285 [Rouen], A. Clemence, 1565, p. 91-92 (E.-M. Braekman, Guy de Brès, Première partie : Sa vie, Bruxelles, 1960, p. 112-113).

286 Sur Velsius à Francfort : Denis, Envoyé de l’Esprit, p. 184-186. Cf. aussi infra, p. 585.

287 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.

288 Op. Calv., t. XVII, col. 159, no 2864.

289 Distributionsbücher, vol. III, f. 79 v° (F.S.A., F.R.G. 180).

290 Distributionsbücher, vol. I, f. 45 r° (F.S.A., F.R.G. 178).

291 Distributionsbücher, vol. II, f. 62 r° (F.S.A., F.R.G. 179).

292 Distributionsbücher, vol. I, f. 105 r° (F.S.A., F.R.G. 178). Ces anciens se nommaient Quentin Glicon [Glisou], Blese Don [Du Ron ?] et Pierre Tibreghien. Le 19 août, il s’agissait de Simon Juda, François Caron, François Le Clerq et Antoine Coquel, auxquels s’ajoutèrent le 9 mai François Lengrant et le 24 janvier Jan Kiens.

293 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.

294 Lettre des partisans de Perrussel au Conseil, Francfort, 2 février 1559 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 46-49).

295 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 45-46.

296 Cf. supra, p. 344.

297 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 45-46. Les anciens étaient Noé Du Fay, Quintin Glisou, Biaise Du Ron, Eustache Du Quesnoy et François Le Clerq.

298 Ibid., p. 46-49.

299 Ibid., p. 49-50.

300 Ibid., p. 50-55.

301 F.S.A., Ratsprotokolle, 7 février 1559, f. 9 v° (Meinert, Eingliederung, p. 62).

302 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 48.

303 Ibid., p. 54.

304 Ibid., p. 52-54.

305 Op. Calv., t. XVII, col. 440-442, no 3011 (à l’Église française) et col. 442-443, no 3012 (à Augustin Le Grand). Les lettres à Houbraque et à Perrussel ne sont connues que par les réponses des destinataires à Calvin, la première du 16 mars 1559 (ibid., col. 475-476, no 3028) et la seconde s.d. (ibid., col. 556-557, no 3073). Cette dernière lettre n’est pas de juin 1559, comme le pensent les éditeurs des Opera Calvini.

306 Op. Calv., t. XVII, col. 441, no 3011.

307 Op. Calv., t. XVII, col. 556, no 3073.

308 Op. Calv., t. XVII, col. 475-476, no 3028.

309 Perrussel à Castellion, Wesel, 16 août 1555 (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 423-424, no 50). Perrussel avait rencontré Castellion à Bâle, bien avant son exil en Angleterre sous Édouard VI, dès 1546 probablement (Op. Calv., t. XII, col. 399-400, no 839).

310 Cf. infra, p. 372.

311 Sébastien Castellion, La Théologie germanicque, livret auquel est traicté comment il faut dépouiller le vieil homme et vestir le nouveau, Anvers, Christophe Plantin, 1558. Cf. Buisson, op. cit., t. II, p. 366.

312 Op. Calv., t. XVII, col. 441-442.

313 Ibid., col. 443.

314 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 55.

315 F.S.A., Ratsprotokolle, 9 mars 1559, f. 16 v° (Meinert, Eingliederung, p. 63).

316 F.S.A., Ratsprotokolle, 11 avril 1559, f. 25 v°. — Bürgermeisterbücher, même date, f. 175 r° (Meinert, Eingliederung, p. 65).

317 Cf. F.R.H., t. I, Beylagen, p. 277.

318 Ibid. Voir aussi, ibid., p. 286, une reprise, en huit points de cette accusation.

319 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 89.

320 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 450, no 82).

321 Op. Calv., t. XVII, col. 554, no 3072.

322 Eustache Du Quesnoy, François Le Clerq, Jean Maréchal et Antoine Coquel au Conseil, Francfort, 18 avril 1559 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 55-56).

323 Dathenus et Lortioir au Conseil, Francfort, 20 avril 1559 (ibid., p. 56).

324 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 25 avril 1559, f. 184 v° (Meinert, Eingliederung, p. 67).

325 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 289. Treize jours plus tard, le 23 mars 1559, les Anglais quittaient Francfort, pour retourner dans leur patrie. Cf. supra, p. 358.

326 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 293-294. « Julien l’Espagnol », le porteur de cette lettre, s’appelait en réalité Julien De Carbo. Le comte Hermann de Neuenahr adressa le 6 mai 1561 une correspondance au Conseil de Francfort à son sujet (F.S.A., Ratsprotokolle, 6 mai 1561, f. 1 r°).

327 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278-285. L’Historia de Perrussel est suivie d’une réponse aux accusations de Le Clerq, Du Quesnoy et consorts (ibid., p. 286-290) et d’un recueil de pièces probantes (ibid., p. 289-295).

328 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 450, no 82).

329 Cf. supra, p. 367.

330 Dans les Églises réformées, ce terme désignait une des étapes de la procédure menée devant le Consistoire.

331 Lettre citée de Perrussel à Castellion.

332 Ibid.

333 Sur cette affaire : Denis, Recours à l’Écriture, p. 291-293.

334 Op. Calv., t. XVII, col. 555, no 3072.

335 Ibid.

336 Ibid., col. 554-556.

337 Cf. supra, p. 123, et infra, p. 412.

338 Op. Calv., t. XVII, col. 610-611, no 3104.

339 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 3 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145, no 3221) : « Spem aliquam conceperam dissidia Francofordiana opera D. Galasii consopitam iri, adeo ut me vehementer pigeat frustra hoc expectasse. »

340 Cf. Denis, Églises d’étrangers, p. 36.

341 Cette lettre de Calvin est perdue. Elle est mentionnée dans la réponse de Dathenus au ministre de Genève, Francfort, 11 avril 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 43, no 3177) et dans la lettre envoyée par Dathenus à Utenhove, le même jour (Hessels, Archivum, t. II, p. 128-131, no 41).

342 Op. Calv., t. XVIII, col. 43, no 3178.

343 Op. Calv., t. XVIII, col. 233, no 3270.

344 Op. Calv., t. XVII, col. 555, no 3072. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 11 mars 1561, f. 68 v°-69 r° (Meinert, Eingliederung, p. 86) : « Sy [les commissaires du Magistrat] haben auch daneben etliche vertierte missiven auss dem Frantzosischen zu Antwerp, Armoi und andertswo aussgangen, zu beschemung der warheit eingeben und verlesen ». Pour Lille, voir la lettre de Jacques De Lo aux fidèles de son Église, 5 février 1560 (Jean Crespin, Histoire des vrays tesmoins de l’Évangile, qui de leur sang l’ont signée, depuis Jean Hus iusques au temps present, [Genève], Jean Crespin, 1570, f. 565 r°). Cette lettre est écrite de prison, dix jours avant l’exécution de Jacques de Lo à Lille. Une lettre de Francfort, vraisemblablement écrite par Perrussel, avait été interceptée par la police de la ville.

345 Cf. E. Johnston, Actes du Consistoire de l’Église française de Threadneedle Street, Londres, (Huguenot Society of London, Quarto Series, 38), Londres, 1937, p. 18.

346 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 294.

347 Cf. supra, p. 365.

348 Perrussel à Castellion, Francfort, 20 décembre [1559] (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 450, no 82). Cette phrase est en marge dans le manuscrit.

349 Perrussel à Bullinger, 9 février 1556 (Z.B.Z., F 62, f. 451 r° et v°, 452 v°). Dans cette lettre, inédite comme la suivante, Perrussel recommandait à son correspondant Jean Bulingus, un étudiant en lettres classiques, dont le Conseil de Wesel avait financé les études à Wittenberg jusqu’en 1557.

350 Z.S.A., E II 347, f. 723 (document reproduit infra, annexe II/21).

351 Perrussel à Castellion, Francfort, 30 septembre 1560 (Buisson, Sébastien Castellion, t. II, p. 454-455, no 87).

352 F.S.A., Ratsprotokolle, 27 août 1560, f. 25 v° (Meinert, Eingliederung, p. 80-81). — F.R.H., t. I, Beylagen, p. 57. Une copie de la sentence et un texte daté du 7 septembre 1560, envoyés autrefois à Bullinger par Perrussel (cf. Z.S.A., E II 347, f. 723, document cité) se trouvent aujourd’hui à Zurich (ibid., f. 724-725). Edition d’après la transcription de Simler au XVIIe siècle (Z.B.Z., S 98, f. 78) dans Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 406-409.

353 Van Schelven, op. cit., p. 408-409.

354 Z.S.A., E II 347, f. 723 (document reproduit infra, annexe 11/21).

355 Buisson, op. cit., t. II, p. 454, no 87.

356 Op. Calv., t. XVIII, col. 188, no 3249.

357 F.S.A., Ratsprotokolle, 18 avril 1560, f. 102 r° (Meinert, Eingliederung, p. 76) : « Magister Franciscus Philippus Gallus Bituricensis » et quinze autres demandent la bourgeoisie. Philippi est mentionné également dans un document dont on sait seulement qu’il est postérieur au 7 février 1560 : Kirchendokumente D, f. 47-48 (F.S.A., F.R.G., 167).

358 Le Livre des Prieres Communes de l’Administration des Sacremens et autres Ceremonies en l’Eglise d’Angleterre. Traduit en Francoys par Francoys Philippe, serviteur de M. le grand Chancelier d’Angleterre. De l’imprimerie de Thomas Gaultier, 1553, in-8° (S.T.C., 2e éd., 16430 : N. Hill pour Thomas Gaultier). Cet ouvrage était destiné primitivement aux Églises anglaises de langue française des îles de la Manche. Cf. Thomas Cooper, art. Thomas Goodrich, dans Dictionary of National Biography, t. XXII, Londres, 1890, p. 196. Le Livre des Prieres Communes a été signalé à Calvin par les Anglais de Francfort, dans une lettre du 5 avril [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 553, no 2178) : « Extat liturgia nostra gallice versa ».

359 Pierre Martyr à Pierre Alexandre, [Strasbourg], 18 juin 1553 (Op. Calv., t. XV, col. 663, no 2233). Cf. infra, p. 391.

360 A.G.R., État et Audience 355, f. 324 (Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 247).

361 F.S.A., Ratsprotokolle, 24 décembre 1560, f. 53 r° (Meinert, Eingliederung, p. 84). Cf. F.S.A., Bürgermeisterbücher, même date, f. 115 r° (ibid.).

362 Peut-être Simon Rousseau, un marchand de drap originaire du Quesnoy, près de Valenciennes, et reçu à la bourgeoisie en 1554 (Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. II, p. 16). Un Simon Sarsi ou Sarschy figurait en 1559 parmi les partisans de Perrussel (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 49 et 55).

363 F.S.A., Ratsprotokolle, 11 mars 1561, f. 68 r° et v° (Meinert, Eingliederung, p. 86).

364 Ibid., 18 mars 1561, f. 70 v° (Meinert, op. cit., p. 87).

365 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 57.

366 F.S.A., Ratsprotokolle, 3 avril 1561, f. 76 r° (Meinert, Eingliederung, p. 88). Pâques tombait le 6 avril.

367 F.S.A., Menningbuch 1561, f. 3, 4, 6, 11, 12 (cité par Scharff, Niederländischen und französischen Gemeinden, p. 256).

368 F.S.A., Ratsprotokolle, 8 avril 1561, f. 77 v° et 15 avril 1561, f. 78 v° (Meinert, Eingliederung, p. 88 et 90).

369 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 59. Voir aussi la lettre de Dathenus à Utenhove, [Francfort], 28 avril 1561 (Hessels, Archivum, t. II, p. 157, no 51) et celle de Nicolas Blesdyk à Castellion, s.l., 2 juin 1561 (Buisson, Castellion, t. II, p. 456, no 89. Corriger la note 1 : François Philippi et non François Perrussel). Le 28 avril 1561, Philippi demanda au Conseil, en vain d’ailleurs, la permission de rester à Francfort quelques mois de plus (F.S.A., Ratsprotokolle, 28 avril 1561, f. 82 r°).

370 Cf. infra, p. 397.

371 W. Bax, Het protestantisme in het bisdom Luik en vooral te Maastricht, 1557-1612, La Haye, 1941, p. 590 : « Dist qu’il est creit anchien passé loingtemps deis en la ville d’Aix, qu’il y avoit quelcque engliese secrete par maître Franchoy Phelippi, souverain ministre et ministre de l’engliese de Franckfort ». La même déposition apprend que Corneille de le Zenne a résidé à Aix de 1558 à 1563, ce qui situe l’événement entre 1561 et 1563.

372 La Summa christlicher lehre und lebens. Cet ouvrage traitait du baptême et de la Cène. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 13 août 1560, f. 23 r°.

373 Avis du 21 août 1561 (F.R.H., t. II, Beylagen, p. 288-290).

374 Ibid., p. 289-290. L’ouvrage était publié sous pseudonyme et sans mention ni de ville ni d’imprimeur : « es ist darinn sein Zunahmen verendert und weder Stadt noch Buchdrucker genennt ». Ces deux traités de Cnipius ont été identifiés il y a plus d’un siècle par Steitz (Johann Cnipius Andronicus, p. 203). Il s’agit de la Christiana confessio de coena Domini exhibita nuper quibusdam Theologis Anno Domini 1560, et de la De coena Domini veritas catholica, in gratiam studiosae juventutis methodice tractata. Anno 1560.

375 F.S.A., Ratschlagungsprotokolle, t. V (1551-1568), f. 189 v°-191 v° (14 avril 1561). Reproduit dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 57-58. Voir également F.S.A., Ratsprotokolle, 15 avril 1561, f. 78 r° et v » (Meinert, Eingliederung, p. 90. — F.R.H., t. I, Beylagen, p. 58-59).

376 F.S.A., Ratsprotokolle, 22 avril 1561, f. 80 v° et F.R.H., t. I, Beylagen, p. 58-59.

377 Hessels, Archivum, t. II, p. 157-158, no 51.

378 Ibid., p. 157.

379 Op. Catv., t. XIX, col. 461, no 3807.

380 Hessels, Archivum, t. II, p. 158, no 51.

381 La première est du 7 mai 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 61-62). Les autres ont été envoyées le 20 mai (ibid., p. 63), le 16 juin (ibid., p. 64-65), le 17 juillet (ibid., p. 65-75) et le 17 novembre 1561 (ibid., p. 75-76 et 76-77).

382 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 96-100. Voir aussi la supplique du 17 juillet 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 65-75).

383 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 100.

384 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 65.

385 Cf supra, p. 379.

386 Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 100.

387 F.S.A., Ratsprotokolle, 9 septembre 1561, f. 31 v° (Meinert, Eingliederung, p. 101).

388 Ibid., 30 septembre 1561, f. 34 v°.

389 Bèze à Calvin, Saint-Germain, 30 octobre 1561 (Corr. Bèze, t. III, p. 202).

390 Zanchi à Bèze, Strasbourg, 5 février 1562 (Corr. Bèze, t. IV, p. 36).

391 Hist. eccl., t. I, p. 777. Cf. H. Klipfel, Le colloque de Poissy. Étude sur la crise religieuse et politique de 1561, Paris, 1867, p. 172. Voir aussi les lettres de Bèze à Martyr et à Calvin, Saint-Germain, 14 et 16 décembre 1561 respectivement (Corr. Bèze, t. III, p. 239 et 242).

392 Inconnu.

393 Bèze à Jean de Ferrières, Genève, 22 février 1564 (Corr. Bèze, t. V, p. 30-31).

394 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

395 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 326-327. Cf. F.8.A., Ratsprotokolle, 28 août 1561, f. 29 r°.

396 Voir sa lettre dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 79-80. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 19 août 1561, f. 26 r° (Meinert, Eingliederung, p. 99). Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 19 août 1561, f. 26 r° (Meinert, Eingliederung, p. 89).

397 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 81-83. Cf. F.8.A., Ratsprotokolle, 4 septembre 1561, f. 30 v°.

398 Grindal omettait Emden, Wesel, Duisbourg et Aarau.

399 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 80-81 (lu au Conseil le 17 décembre 1561). Pas de mention de cette lettre dans les Ratsprotokolle de Francfort. Une copie contemporaine, conservée à Londres, Guildhall Library, est publiée dans Hessels, Archivum, t. II, p. 181-182, avec une lettre d’accompagnement de Pierre Delenus, le ministre de l’Église flamande de Londres, à l’intention de son collègue de Francfort, Pierre Dathenus.

400 Selon un document aujourd’hui perdu que cite Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 229, note 2), il fut reçu à la bourgeoisie le 27 septembre 1558.

401 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 76.

402 F.S.A., Bürgermeisterbücher, 27 novembre 1561, f. 109 (Meinert, Eingliederung, p. 102).

403 Cf. supra, p. 239.

404 F.R.H. t. I, Beylagen, p. 80. Sur Godefroid Wingius : Denis, Les Églises d'étrangers, p. 34-36. On ignore à quand remonte son premier séjour à Francfort. Un Paulus Van Wingen, parent peut-être de Godefroid Wingius, signa, le 17 novembre 1560, une supplique adressée au Magistrat de Francfort (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 76).

405 La lettre de Pierre Scagius à Wingius du 27 mars 1562 était envoyée de Sandwich (Hessels, Archivum, t. II, p. 186, no 6).

406 Cf. supra, p. 290.

407 Op. Calv., t. XIX, col. 153-154, no 3640.

408 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 76-77. Cf. F.S.A., Bürgermeisterbücher, 27 novembre 1561, f. 109 (Meinert, Eingliederung, p. 102). Sur Jean Le Blon, cf. supra, p. 197.

409 Arnaud Banc à Mathias Erb, Francfort, 22 janvier 1562 (Z.S.A., anc. Arch. Eccl. Tur. 3, 817 ; copie : Th. B. 22, f. 42).

410 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 31 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 222, no 3678).

411 Texte dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 327-330. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 11 décembre 1561, f. 49 r°.

412 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

413 F.S.A., Ratsprotokolle, 23 et 24 décembre 1561, f. 51 v° et 52 r° (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 77-78).

414 F.R.H., t. II, Beylagen, p. 330-335. Cf. F.S.A., Ratsprotokolle, 1er janvier 1562, f. 53 r°.

415 Ibid., p. 332.

416 Lettre citée d’Arnaud Banc à Mathias Erb.

417 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 79. Cf. F.S.A., Bürgermeisterbücher, 6 février 1562, f. 142 r° (Meinert, Eingliederung, p. 105).

418 Ruys, Petrus Dathenus, p. 45 (sans indication de source).

419 Cf. infra, p. 394.

420 Cf. supra, p. 297. Corriger Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde, p. 161), selon lequel Arnaud Banc demeura ministre à Francfort de 1561 à 1569 : « L’année 1569 n’est pas garantissable par des archives comme étant la dernière de son activité, mais est tout à fait sûre ».

421 Op. Calv., t. XIX, col. 525, no 3852.

422 Distributionsbücher, vol. 4, f. 94 v° (F.S.A., F.R.G. 181).

423 Ibid,., f. 120 r°.

424 Ibid., f. 150 r°.

425 Hausknecht, Abschieds-Predigt am 3. Febr. 1788 zu Bockenheim gehalten, cité par Battonn, Oertliche Beschreibung, p. 216.

426 François Le Clerc se rendit à Wesel (cf. supra, p. 228) et Du Quesnoy à Strasbourg (Denis, Correspondance, p. 297, note 1).

427 Dathenus à Calvin, Francfort, 18 septembre 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 523, no 3852).

428 Op. Calv., t. XIX, col. 397-398, no 3777.

429 Op. Calv., t. XIX, col. 461-463, no 3807 (en français, à toute l’Église) et Ruys, Petrus Dathenus, p. 301-302, no 1 (en latin, à Dathenus).

430 Corriger Op. Calv., t. XIX, col. 523, note 4 : ces « nôtres » ne pouvaient pas être des Wallons.

431 Op. Calv., t. XIX, col. 522-523, no 3852.

432 Ibid., col. 524-529.

433 Van Lennep, Gaspar van der Heyden, p. 197-203.

434 Op. Calv., t. XIX, col. 567, no 3871 (en français, à toute l’Église). Il existe une version latine de la même lettre, adressée à Dathenus (ibid col. 566).

435 Ibid., col. 566.

436 Ibid., col. 567.

437 F.R.H., t. I, p. 31. Le renseignement, de source luthérienne, n’est pas daté.

438 H. Meinert et W. Dahmer, Das Protokoll der Niederländischen Reformierten Gemeinde zu Franckfurt am Main 1570-1581, Francfort, 1977. Sur cette période : Schilling, Exulanten, p. 131-132.

439 Sur l’Église française de Francfort à partir de 1567 : Ebrard, Französisch-reformierte Gemeinde, p. 100-152. Voir aussi O. Labarthe, Jean-François Salvard, ministre de l’Évangile (1530-1585), dans Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, t. XLVIII, 1979, p. 347-480. Voir enfin supra, p. 387.

440 Goeters, Akten p. 18. art. 10. Cf. Moreau, Organisation, p. 197-198.

441 Op. Calv., t. XV, col. 663, no 2233. Sur Philippi, cf. supra, p. 374-377.

442 Grindal au Conseil de Francfort, Londres, 12 novembre 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 80). Cf. supra, p. 382. Garrett (Marian Exiles) ne signale pas la présence d’Anglais à Worms.

443 Sur Jean Taffin : Ch. Rahlenbeck, Jean Taffin, un réformateur belge au XVIe siècle, dans Bulletin de la Commission pour l’histoire des Églises Wallonnes, t. II, 1887, p. 117-179. Sur Hermann Backereel : supra, p. 356.

444 Sur le refuge d’Aix-la-Chapelle, cf. supra, p. 173.

445 Texte dans Heppe, Geschichte, t. I, p. 111-113. Sur cet épisode : Heppe, op. cit., t. I, p. 323-324. — Rahlenbeck, op. cit., p. 124-126. — Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 279-280.

446 Sur Frédéric III, on verra notamment J. B. Goetz, Die erste Einführung des Kalvinismus in der Oberpfalz 1559-1576, Münster, 1933, p. 6-34.

447 Sur Tileman Heshusius, cf. supra, p. 179.

448 Sur Pierre Boquin, cf. supra, p. 103-105.

449 Kluckhohn, Briefe Friedrich des Frommen, t. I, p. 107, no 82.

450 Nicolas Des Gallars à Calvin, Londres, 12 août 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 164-165, no 3233). Le Ioannes Scaphinus, ou plus exactement Staphinus, qui est cité dans cette lettre n’est autre que Jean Taffin. Cf. Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 279, note 3. Friedberg ou Fridberg se trouve en Hesse, au Nord de Francfort.

451 Christophe de Wurtemberg à Frédéric III, Grafeneck, 16 décembre 1559 (Kluckhohn, op. cit., t. I, p. 108, no 84).

452 Dans la lettre citée à la note précédente, Christophe faisait remarquer à son correspondant que ses théologiens avaient décelé dans la confession de foi des étrangers du zwinglianisme. Son principal conseiller théologique était Jean Brenz, un gnésio-luthérien. On ignore ce qui s’est passé à Friedberg.

453 Cf. Rahlenbeck, op. cit. Détails biographiques inédits sur Taffin dans : Jérôme Zanchi à David Chaillet, Strasbourg, 15 mai 1562 (Zanchi, Epistularum libri duo, Hanau, t. II, p. 293-295).

454 Cf. supra, p. 382 et 386.

455 Archiv der reformierten Kirche Emden, Ratsprotokolle, 4 août 1561. Cf. Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 235.

456 Sur le refuge de Frankenthal : Cuno, Geschichte der wallonisch-reformierten Gemeinde zu Frankenthal. Van Schelven, op. cit., p. 234-265. — Paul, Réfugiés huguenots.Biundo, Zur Geschichte. Kaller, Exulantensiedlungen. Selon Paul (op. cit., p. 267), avant de recevoir une existence officielle en 1607, Mannheim était « une forte bourgade existant depuis l’installation en 1554 d’un groupe de réfugiés, renforcé après la Saint-Barthélémy ». Aucun des historiens de Mannheim ne confirme la chose, cependant. Cf. E. Gothein, Mannheim im ersten Jahrhundert seiner Bestehen. Ein Beitrag zur deutschen Städtegeschichte, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, N.F., t. IV, 1889, p. 129-211. — F. Hupp, Die Heimat der Stadt Mannheim, Mannheim, 1939. Ce dernier auteur mentionne bien (p. 158) l’arrivée de réfugiés provenant des Pays-Bas espagnols, mais en 1568.

457 Frankenthal Stadtarchiv. Copie ancienne : Kirchendokumente D, f. 65-80 (F.S.A., F.R.G. 167). Édition : Hildenbrand, Quellen zur Geschichte der Stadt Frankenthal, p. 4-12.

458 Stoob, Ueber frühneuzeitliche Städtetypen, p. 171-172.

459 Voir ibid.. p. 172, le graphique intitulé Neue Städte und Neustädte im Mitteleuropa 1450-1750. Le véritable essor des villes de refuge se situe au XVIIe siècle. L’A. distingue un troisième type de villes nouvelles, les « villes d’accises », qu’on ne trouve cependant qu’en Prusse et au XVIIIe siècle.

460 Kaller, Exulantensiedlungen, p. 329. Cf. aussi Stoob, op. cit., p. 189-190.

461 Ibid., p. 330.

462 Goetz, Einführung, p. 17.

463 Hildenbrand, op. cit., p. 5.

464 Karlsruhe Generallandesarchiv, 229/9380. Cf. Kaller, op. cit., p. 330-331.

465 Cuno, Geschichte, p. 5.

466 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 242.

467 Ruys, Petrus Dathenus, p. 50-52.

468 Sur cette période, voir les lettres de Van Der Heyden respectivement à son Église de Frankenthal, Emden, 4 octobre [1571], et à Arnold Crusius Cornelisz, Frankenthal, 25 septembre 1573 (Van Lennep, Van der Heyden, p. 204-205 et 206-210, nos 1 et 2). C’est Van Der Heyden qui représenta l’Église de Frankenthal au synode des Églises réformées néerlandaises tenu à Emden les 4-13 octobre 1571 (Goeters, Akten, p. 88).

469 Ursell, N. Henricus, 1563, in-8° (Stadtbibliothek Frankfurt am Main, Theol Ff 919 et 1137/1. Ces deux exemplaires, encore décrits dans le Katalog de la Bibliothèque de la ville de Francfort, t. I, Francfort, 1914, p. 108, ont disparu lors de l’incendie de 1944). Rééd., s.l., 1596, in-8°. Nouv. éd. dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 47-107.

470 [Heidelberg ?, Johan Mayer ?], 1562, 138 pages chiffrées. Un exemplaire, aujourd’hui disparu se trouvait à la Bibliothèque de la ville de Francfort (Theol Ff 957/1). Cf. Katalog, t. I, p. 107. Johann Mayer, un propagandiste réformé, est connu pour avoir imprimé en 1563 le Catéchisme de Heidelberg et les Ordonnances ecclésiastiques du Palatinat. Cf. W. Port, Johann Mayer, ein reformierter Drucker des 16. Jahrhunderts, dans Zentralblatt für Bibliothekswesen, t. LIX, 1942, p. 140-155. Copie du XVIIIe siècle de la Defense : Kirchendokumente E, f. 1-85 (F.S.A., F.R.G. 168).

471 Heidelberg, [Johann Mayer ?], 1563, in-8°. Exemplaires aux Bibliothèques Universitaires de Goettingue, Leyde, Marbourg et Utrecht. Cf. Ruys, Petrus Dathenus, p. 261, note 1. Réédition : Heidelberg, 1596, in-4°. Nouv. éd. dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 127-166. Présentation de l’ouvrage dans Ruys, op. cit., p. 260-265.

472 Voir en particulier F.R.H., t. II, Beylagen, p. 164-165.

473 Von den Velden, Kirchenbuch, p. 92.

474 Von den Velden, Niederlassung französischen Reformierter in Worms (avec une liste de 117 réfugiés).

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search