Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

V. Le val de Liepvre

Texte intégral

1. Les mines au XVIe siècle dans le val de Liepvre

  • 1 Cette constatation avait déjà été faite par le pasteur J. Le Bachellé en 1643. Cf. sa lettre à Pau (...)

1L’histoire du val de Liepvre au XVIe siècle n’est pas simple. Qu’on en juge. Deux maîtres se partageaient la domination de ce petit territoire enclavé dans les montagnes vosgiennes : d’une part, le duc de Lorraine et, de l’autre, le seigneur de Ribeaupierre, qui s’était placé sous la protection de l’empereur et de l’abbé de Murbach. Trois langues y étaient parlées : l’allemand, le français et le patois vosgien. Ses habitants, enfin, se répartissaient en quatre groupes confessionnels catholique, luthérien, réformé et anabaptiste1. Il faut savoir que des mines y étaient en exploitation depuis le début du siècle, rendant le val fort convoité. Par là s’explique la complexité de son statut politique et de sa situation religieuse.

  • 2 Affluent de l’Ill. La Liepvrette se jette dans l’Ill au nord de Sélestat.

2A la mort du dernier seigneur d’Eckerisch ou Eschery, Jean d’Eschery, en 1381, le val do Liepvre avait été partagé en deux. La partie située au Sud de la Liepvrette2 et de la Liverselle, un de ses affluents, à partir du lieu-dit Bréhagoutte, avait été rattachée à la seigneurie voisine de Ribeaupierre (Rappoltstein). La partie septentrionale était devenue lorraine, ce qui ne faisait qu’entériner une situation de fait : les ducs de Lorraine y étaient en effet présents depuis longtemps en tant qu’avoués de l’abbaye de Liepvre, laquelle partageait avec les seigneurs d’Eschery la possession du val de Liepvre. Cette frontière ne gêna pas, dans un premier temps, les habitants du val, qui étaient regroupés en quelques hameaux, Saint-Guillaume ou Eschery, Petit-Liepvre, Sainte-Marie, Saint-Blaise ou Vieux-Eschery. Ils pouvaient faire franchir à leurs troupeaux la Liepvrette, sans que leurs maîtres respectifs ne s’en préoccupassent. Ni le duc de Lorraine, ni le seigneur de Ribeau-pierre ne faisaient grand cas de ces terres presque incultes et de surcroît fort peu peuplées.

  • 3 Sur l’histoire des mines du val de Liepvre : Grandidier, Histoire de la vallée de Liepvre. Muhle (...)
  • 4 Excerpta alsatica Chronici Senoniensis medio decimo terti saeculi conseripti a Richerio monacho, d (...)

3Tout changea le jour où le duc de Lorraine entreprit des fouilles dans le sol de son voisin, Guillaume II de Ribeaupierre, avec l’espoir d’y trouver du minerai argentifère3. L’idée n’était pas entièrement nouvelle : selon la chronique du moine Richer de Senones (vers 1250), des mines avaient déjà été exploitées dans le val de Liepvre aux XIe et XIIe siècles4. On creusait alors, des recherches récentes l’ont montré, verticalement dans le sol, sur l’affleurement du filon, jusqu’à ce que les infiltrations d’eau rendent le travail impossible. Les galeries horizontales en travers-bancs ou sur filon étaient peu utilisées : elles ne se généralisèrent qu’au XVIe siècle. C’est à cette époque seulement qu’on triompha du problème des eaux et qu’ainsi l’exploitation fut reprise.

  • 5 Muhlenbeck, Histoire des mines, p. 18. — Hanauer, Études, t. I, p. 179-180. — Roos, Geschichtliche (...)

4Lorsqu’il fut mis au courant de ces fouilles, Guillaume chassa les ouvriers engagés par le duc de Lorraine et il les remplaça par des mineurs à lui. Comme des représailles étaient à craindre après cet incident, le seigneur de Ribeaupierre chercha un protecteur en la personne de l’empereur Sigismond. Par un accord signé à Innsbruck le 7 août 1486, le seigneur de Ribeaupierre s’engagea à livrer à l’empereur les deux-tiers du produit des mines en échange de son soutien tant militaire que financier5.

  • 6 Das Reichsland Elsass-Lothringen, art. Ensisheim, t. III/l, p. 265.

5Cette convention n’empêcha pas le seigneur de Ribeaupierre de redouter un coup de force de la part de son voisin lorrain et il chercha à s’assurer la protection d’une autre puissance amie. Ainsi, en 1507, il céda toutes ses possessions du val de Liepvre à l’abbé de Murbach, celui-ci les lui rétrocédant ensuite à titre de fief6.

LE VAL DE LIEPVRE (vers 1560)

LE VAL DE LIEPVRE (vers 1560)
  • 7 Sur cette question : L. Briele, La Maison d’Autriche en Alsace, Ancienne Régence d’Ensisheim, dans(...)

6Ni cet acte, ni la convention de 1486 ne modifièrent le statut politique de la seigneurie de Ribeaupierre elle-même, qui demeura, comme auparavant, un territoire libre d’Empire. Le seigneur de Ribeaupierre continua à être convoqué régulièrement à la Diète et lorsqu’en 1512 l’Empire fut divisé en Cercles, la seigneurie fut rattachée au Cercle de Haute-Rhénanie. L’indépendance de Ribeaupierre finit cependant à la longue par n’être plus que formelle. La politique des Habsbourgs à cette époque consista, en effet, à faire renoncer les nobles locaux à leur immédiateté par rapport à l’Empire en leur proposant des charges dans l’administration impériale, ce qui les amenait à les reconnaître de fait comme suzerains. C’est ainsi que Guillaume II de Ribeaupierre devint gouverneur (oberlandvogt) de Haute-Alsace en 1510. A sa mort en 1547, Charles Quint profita de la jeunesse de son petit-fils et successeur Eguenolphe pour imposer à la seigneurie de Ribeaupierre la domination des Habsbourg, sans que, il faut le noter, ce changement politique ne fût jamais sanctionné par un acte juridique7.

  • 8 A.H.R., 1E 83/193. A la traduction française de J. J. Dietrich (Bulletin de la Société d’histoire (...)
  • 9 Fertru ou Fertrupt (Furtelbach ou Vortelbach) : lieu-dit près du hameau de Saint-Blaise, aujourd’h (...)
  • 10 Fluck, op. cit., p. 12.

7L’exploitation proprement dite des mines du val de Liepvre avait commencé en 1506. « En 1506, rapporta Jean Haubinsack, un haut fonctionnaire du val dans sa Chronique des mines8, le seigneur Bruno de Ribeaupierre entreprit d’exploiter la première et la plus ancienne mine à Fertru9, appelée Saint-Guillaume [...]. Depuis le début et jusqu’en 1527, cette mine appartenait exclusivement aux seigneurs de Ribeaupierre, qui la louèrent à une société pour un bail annuel de 200 florins : c’est de là que vient l’appellation de zu der lehenschafft [...]. Plus tard, en 1528, le seigneur Guillaume [II] de Ribeaupierre donna cette mine en bien propre aux concessionnaires, qui ne la possédaient jusqu’alors qu’à titre de bail et il la divisa en 36 parts10. » Les seigneurs auraient dû partager avec l’empereur les bénéfices de l’exploitation du puits de Saint-Guillaume. Comme on le voit, ils parvinrent, selon Haubinsack, à se soustraire à cette obligation.

  • 11 Grandidier, Histoire de la vallée de Liepvre, p. 32-33.
  • 12 Cf. [muhlenbeck], Documents, p. 248-251.
  • 13 Dans une note insérée par Sébastien Muenster à l’édition latine de 1550 de sa Cosmographia, dans l (...)

8A partir de 1525, d’autres puits en grand nombre furent ouverts du côté Ribeaupierre, à l’Altenberg, où avait démarré l’exploitation au Moyen Âge, et au Neuenberg, ainsi que sur le versant lorrain. Le 25 avril 1530, un nouvel accord, plus favorable aux Ribeaupierre que le précédent, fut conclu entre Charles Quint et Guillaume II de Ribeaupierre11. Ce dernier, pour avoir mis fin aux troubles occasionnés par la guerre des paysans en Haute-Alsace, où il était gouverneur, se trouvait dans une position de force par rapport à l’empereur. Toutes les mines du val de Liepvre, côté Ribeaupierre, furent transformées en fief indivis de l’Empire, concédé en commun aux Habsbourg et aux Ribeaupierre. Aux termes de cet accord, les mineurs se virent octroyer un statut particulier, différent de celui des autres habitants du val. Regroupés en une confrérie (knappschaft), ils furent placés sous l’autorité d’un juge des mines (bergrichter). Ni le juge provincial (landesrichter), représentant ordinaire du seigneur de Ribeaupierre dans le val, ni, à Eschery, le maire (meyer), c’est-à-dire le juge compétent sur le plan local pour les questions relevant de la basse justice12, n’avaient de pouvoir sur eux. « Les mineurs, écrivait dans un rapport13 Haubinsack, qui fut précisément juge provincial jusqu’à sa mort en 1577, tiennent à leur liberté et ils n’obéissent à personne d’autre qu’à leur juge. C’est de celui-ci qu’ils dépendent et non de l’autorité ordinaire (oberkeit). Ils ont un règlement (ordnung), avec de nombreux articles, de sorte qu’il ne peut guère se produire de différend touchant les mines ou autre chose qui ne trouve son jugement. »

  • 14 Muenster, op. cit., p. 636.

9L’essor économique du val de Liepvre date du second quart du seizième siècle. D’après Haubinsack, qui mit ses observations par écrit entre 1545 et 1550, quelque vingt galeries furent alors mises en exploitation. On y trouvait du cuivre, du plomb et de l’argent. La production, rien que pour l’argent, était, selon le même auteur, de 7500 marcs (environ 1,9 tonnes) par an, sans parler de l’argent massif que l’on taillait en deux endroits, découverts en 1530 et en 1539 respectivement, par blocs de trois cents (environ 40 kg)14.

  • 15 [Muhlenbeck], Documents, p. 216.
  • 16 A.H.R., B 1814. Cf. G. Stoffel, Topographisches Wörterbuch des Ober-Elsasses, die alten und neuen (...)

10En 1517, les bourgeois des hameaux de Saint-Blaise, de Saint-Guillaume ou Eschery et de Petit-Liepvre, qui contribuèrent, pour une somme de 16 florins au subside de 700 florins verse par la seigneurie de Ribeaupierre à l’empereur pour l’aider à subvenir aux frais occasionnés par les guerres du Milanais, ne dépassaient pas le nombre de quarante15. Le hameau de Sainte-Marie, quant à lui, ne comptait à cette époque que quinze maisons16. Même en tenant compte des habitants de Fertru, dont certains travaillaient à l’Altenberg et dont on ne connaît pas le nombre, le chiffre total de la population du val de Liepvre dans le premier quart du seizième siècle n’était pas très élevé.

  • 17 Muenster, op. cit., p. 636.
  • 18 Haubinsack, Chronique, éd. Fluck, p. 14.

11Trente ans plus tard, Haubinsack estimait à plus de 1200 le nombre des maisons qui avaient surgi du sol dans le val depuis l’ouverture des mines17. Les nouveaux habitants s’étaient établis à Fertru, près du ruisseau qui donna son nom au village et, à quelque distance du hameau de Saint-Blaise, à Sainte-Marie, ville nouvelle, bâtie en bordure de la Liepvrette au lieu-dit du même nom, et à Eschery, un village qui avait pris la place du petit hameau de Saint-Guillaume. En l’absence d’informations complémentaires, il est impossible de garantir le sérieux de la statistique avancée par Haubinsack. On ne peut nier toutefois que la population du val de Liepvre a augmenté dans une proportion considérable par suite de la mise en exploitation des mines. Le mouvement n’a pas touché que la partie méridionale du val : du côté lorrain, des mines furent aussi ouvertes au XVIe siècle18 et il est possible que des étrangers se soient établis là aussi. A vrai dire, on en ignore le nombre. Le chiffre de 1200 maisons fourni par Haubinsack ne semble pas en tenir compte. Nous ne reviendrons plus sur la partie lorraine du val de Liepvre, malgré l’importance de ses mines, parce que la situation ecclésiastique n’y a pas subi au XVIe siècle, comme dans la seigneurie de Ribeaupierre, de profonds bouleversements en relation avec l’arrivée des étrangers.

  • 19 Muhlenbeck, Étude de quelques points obscurs, p. 149.
  • 20 Cf. infra, p. 279.
  • 21 Suggestion de M. Hubert Bari.

12Des nouveaux arrivants, nous ne savons pas grand chose. Ils auraient été, selon un auteur qui ne cite pas ses sources, « pour la plupart des étrangers venus de Saxe et d’autres pays de l’Allemagne » et leur langue aurait été « le pur allemand », contrairement aux « vassaux naturels de Ribeaupierre, bourgeois et manants indigènes des communautés du val », qui parlaient « le français ou le patois vosgien »19. Qu’il y ait eu des étrangers d’expression allemande dans le val de Liepvre, côté Ribeaupierre, la chose est sûre, car, en 1560 au plus tard, une Église fut fondée à leur intention, nous le verrons, mais comme les membres de cette Église n’ont fait l’objet d’aucun recensement qui ait été conservé, nous en ignorons et le nombre et la provenance exacte. Leur ministre, en tout cas, était un Saxon, originaire de Plauen20. Le fait que les techniques minières en usage dans le val de Liepvre étaient les mêmes qu’en Saxe21 invite à croire, en effet, que plusieurs parmi les étrangers étaient des Saxons.

  • 22 A.H.R., E 2089 (Muillknbeck, Claude Rouget, p. 427-425).

13Les étrangers n’étaient pas tous d’expression allemande et il existait, à côté de l’Église allemande, une Église française. On sait que sur 81 habitants de Sainte-Marie et de Bréhagoutte inscrits à cette Église en 1561, habitants dont on peut dire qu’ils étaient d’expression française, 71 étaient de provenance étrangère. L’Église française du val de Liepvre était donc pour l’essentiel une Église d’étrangers. Ces renseignements sont tirés d’un recensement des membres de l’Église qui date de 1561 et porte sur 263 chefs de famille22. Ce recensement n’indique pas le lieu d’origine des 10 autres habitants de Sainte-Marie et de Bréhagoutte : on peut supposer qu’ils étaient des autochtones. Dans la même liste figurent les noms des habitants d’Eschery, de Fertru et de Saint-Blaise inscrits à l’Église française, mais sans mention pour aucun de la provenance. Nous ne sommes donc pas en mesure d’établir si le groupe des habitants de Sainte-Marie et de Bréhagoute parlant le français était représentatif de l’ensemble des habitants du val, côté Ribeaupierre, parlant le français. Sur les 71 étrangers de Sainte-Marie et de Bréhagoutte, 22 provenaient du duché de Lorraine, 8 de Metz, 6 des Pays-Bas, 1 d’Aubure, un village proche de Sainte-Marie mais situé dans le comté de Montbéliard, 2 de Franche-Comté, 1 de Neuchâtel, 1 de Genève et 3 de Savoie ; 16 étaient originaires du royaume de France : 2 de Picardie, 5 de Champagne, 8 de Bourgogne, 1 du Berry et 1 de Lyon ; 9 lieux d’origine n’ont pas été identifiés. Ainsi, près de la moitié de ces étrangers provenaient de régions limitrophes : le duché de Lorraine, le comté de Montbéliard et l’évêché de Metz.

14Les membres de l’Église française étaient répartis, dans le recensement de 1561, en trois catégories : les mineurs (knappen), les bourgeois (bürger) et les simples habitants (gemeine inwoner) :

  • 23 Muenster, Cosmographey, p. 636.

15C’est à Fertru et à Saint-Blaise que les mineurs étaient, en 1561, proportionnellement les plus nombreux dans la population de langue française. Haubinsack observait une chose semblable quinze ans plus tôt, dans sa note sur les mines : lorsque le val de Liepvre s’ouvrit à l’exploitation des mines, ce fut, selon lui, dans la vallée de Fertru que le plus grand nombre de maisons furent construites23. A Sainte-Marie et à Bréhagoutte, en revanche, les mineurs étaient relativement peu nombreux : treize sur quatre-vingt-et-un seulement. Quant à Eschery, où les membres de la confrérie n’étaient guère moins nombreux que les bourgeois placés sous la juridiction du juge provincial, c’est là que les habitants de langue française étaient en chiffres absolus les plus nombreux. C’est là aussi qu’allait être célébré un culte en langue française.

2. La Réforme dans la seigneurie de Ribeaupierre au XVIe siècle

  • 24 Cf. Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 27-28. Voir surtout d’Ulrich de Ribeaupierre sa Verzeichnis der (...)

16La seigneurie de Ribeaupierre ne passa pas officiellement à la Réforme au XVIe siècle. Pourtant, les conditions semblaient favorables. Certes, Guillaume II de Ribeaupierre demeura jusqu’à sa mort, survenue en 1547, un partisan résolu de l’ancienne religion. Mais son fils Ulrich compta parmi ses amis plusieurs luthériens et, lors de la guerre des paysans, il prit le parti de dialoguer avec les chefs de la révolte, s’opposant, sur ce point, à son père, qui allait écraser les paysans dans la violence24. Il mourut cependant, prématurément, en 1531. Son épouse, Anne-Alexandrine, née comtesse Furstenberg, adhéra, quant à elle, ouvertement aux idées nouvelles. Aussi, lorsqu’Éguenolphe, le fils d’Ulrich et d’Anne-Alexandrine, succéda, en 1547, à son grand père Guillaume II, il était acquis, lui aussi, à la Réforme, grâce à l’influence de sa mère.

  • 25 On trouvera une analyse des seize lettres adressées par Anne-Alexandrine de Ribeaupierre à Bulling (...)
  • 26 Bibliothèque municipale de Colmar, MS. 564, f. 3-19, dans Rathgeber, op. cit., p. 113-132. Cf. Roc (...)
  • 27 Lettres à Bullinger des 24 janvier 1561, 19 juillet 1561 et 12 mars 1568 (Z.S.A., E II 338, f. 159 (...)
  • 28 A.H.R., 1E 83/157, 4e liasse (Muhlenbeck, op. cit., p. 118).
  • 29 Édition par Charles Bartholdi, dans Curiosités d’Alsace, t. I, p. 36-51. Remarquer l’absence des œ (...)
  • 30 A.H.R., 1E 83/157. Muhlenbeck (op. cit., p. 118-119) publie ces notes en désordre et sans rigueur (...)

17Anne-Alexandrine figurait au nombre des correspondants d’Henri Bullinger et de Rodolphe Gwalter. Son rêve était d’établir dans la seigneurie de Ribeaupierre une Église à la zurichoise25. Ses idées religieuses sont exprimées dans l’Exhortation maternelle qu’elle envoya à son fils, le 31 mars 156226 Ce dernier ne se sentait pas moins proche que sa mère des théologiens zurichois. Lui aussi correspondait avec l’antistès de Zurich27. Dans ses papiers, on a retrouvé une copie de la confession de foi de Bullinger de 156028. Il s’était constitué une belle bibliothèque théologique, dont le catalogue, qui porte la date de 1580, signale des ouvrages non seulement de Bullinger mais de Luther, de Mélanchthon, de Zwingli et de Sébastien Franck29. Ces livres, Éguenolphe les lisait. On a conservé de lui plusieurs feuillets sur lesquels, dès 1552, il notait ses réflexions : « Question : comment l’incroyant peut-il recevoir le corps du Seigneur. [...] Il est écrit que celui qui ne croit pas est condamné30. »

  • 31 Sur la Régence d’Ensisheim, cf. p. 259, note 2.
  • 32 Erb à Bullinger, Ribeaupierre, 22 mars 1563 (Z.S.A. ; copie : Th. B., 22, 86). Cf. Adam, Territori (...)

18Aussi bien, le successeur de Guillaume II était désireux d’introduire la Réforme dans sa seigneurie. Cela paraissait possible. Depuis 1555, la Paix d’Augsbourg ne permettait-elle pas à tous les princes de l’Empire de déterminer quelle religion serait en exercice dans leur territoire ? Or, à la mort d’Éguenolphe, en 1585, Ribeaupierre était toujours catholique. Faute, en effet, d’avoir réellement pu marquer son indépendance face aux Habsbourg, qui lui avaient fait perdre son immédiateté par rapport à l’Empire, et à l’abbaye de Murbach, dont il tenait en fief une partie de son territoire, le fils d’Ulrich ne parvint pas à faire aboutir ses projets de réforme ecclésiastique. L’administration habsbourgeoise, dont le siège en Haute-Alsace était, depuis 1523, la Régence d’Ensisheim31, exerça, pendant toute la durée de son règne, un véritable contrôle sur ses activités. Aussi, après avoir, en 1555, invité dans son château un ministre venu de Bâle, dut-il se contenter, en 1563, de faire célébrer le culte protestant « toutes portes ouvertes », dans sa demeure de Ribeaupierre32 et d’ouvrir, dans la ville, une école, dont il confia la direction au prédicateur du château, Georges Federlin. Le curé catholique de Ribeaupierre resta en place.

  • 33 Cf. infra, p. 281.
  • 34 Cf. Adam, Territorien, p. 356.

19Marqué comme il l’était par l’influence de Bullinger, le seigneur suivit, en matière de liturgie, les usages des Églises suisses et non ceux du luthéranisme orthodoxe. Son conseiller théologique à partir de 1561 fut précisément Mathias Erb, l’ancien pasteur de Riquewihr, une localité située dans le comté de Montbéliard, qui avait dû abandonner sa charge pour avoir résisté à la politique de luthéranisation menée dans le comté après la mort de Georges de Wurtemberg en 155833. Cette attirance pour Zurich rendit Éguenolphe encore plus suspect à Ferdinand d’Autriche, le frère et successeur de Charles Quint, qui, depuis 1555, ne tolérait plus dans l’Empire, en dehors du catholicisme, que la religion luthérienne. En 1573, Éguenolphe devait d’ailleurs être amené à se ranger à la Confession d’Augsbourg et Johann Wolff, le successeur de Federlin à la tête de l’école de Ribeauvillé, allait signer en 1580 la Formule de Concorde, tout en restant attaché, pour son propre compte, à la doctrine zurichoise34.

3. Les paroisses du val de Liepvre avant la Réforme

20Dans le val de Liepvre, des mineurs de langue allemande avaient commencé à se réclamer du mouvement évangélique dès 1530, nous allons y revenir, et, vingt ans plus tard, une petite communauté de langue française s’était constituée autour de la prédication du ministre Élie de Hainaut. Éguenolphe accorda son soutien à ces volontés de réforme : ce que lui-même ne pouvait réaliser à l’échelle de la seigneurie, peut-être les mineurs réussiraient-ils à le mettre en œuvre dans les paroisses du val de Liepvre ?

21Au milieu du XVIe siècle, cette partie du territoire était divisée du point de vue ecclésiastique en trois paroisses : Sainte-Marie de Lorraine, Saint-Blaise et Eschery. S’y ajoutait une quatrième paroisse, non territoriale celle-là, la paroisse des mineurs. Toutes étaient rattachées à l’archiprêtré de Sélestat, dans le diocèse de Strasbourg.

  • 35 Liepvre : commune du Haut-Rhin, sur la Liepvrette, entre Sainte-Marie-aux-Mines et Sélestat (Haut- (...)
  • 36 Voir la note de Muhlenbeck (op. cit., p. 498-502) sur « les prêtres catholiques du val de Liepvre  (...)

22La partie lorraine du val était administrée par le monastère de Liepvre35, qui y percevait les dîmes. Le Chapitre Saint-Georges de Nancy, dont Liepvre dépendait depuis 1502, était le collateur de la paroisse de Sainte-Marie de Lorraine. Le desservant, qui était un moine de Liepvre, officiait dans une chapelle dédiée à sainte Marie-Madeleine. Cette paroisse est toujours restée catholique36.

  • 37 Stoffel, op. cit., p. 130. — Barth, op. cit., p. 322-323. Cette paroisse est mentionnée dans le po (...)
  • 38 D’après le rapport du juge des mines Paul Guenault du 22 décembre 1628. Cf. Muhlenbeck, Claude Rou (...)
  • 39 A.H.R., E 2089 (inédit).

23A Sur l’Hâte, sur les hauteurs d’Eschery, un ancien prieuré, fondé au IXe siècle par l’ermite Guillaume d’Eschery et constitué ensuite en filiale de l’abbaye de Moyenmoûtier dans les Vosges, était devenu, après que les moines l’eurent quitté au XIIIe siècle, un rectorat incorporé à l’abbaye de Moyenmoûtier, desservi par un moine de cette maison. Il célébrait le culte à l’intention des habitants d’Eschery et des environs dans l’ancienne église priorale de Saint-Pierre-et-Paul37. Le dernier recteur catholique de Sur l’Hâte s’appelait Maître Noël ou Noé38. Nous ne savons rien de lui, sinon qu’il quitta sa charge, contre son gré probablement, peu avant le 26 janvier 1561, date à laquelle Mathias Erb, revenant d’un voyage à Eschery, annonça triomphalement à Éguenolphe le départ du « curé à messes » (messpfaff)39.

  • 40 Stoffel, op. cit., p. 130.
  • 41 K, Albrecht, Rappoltsteinische Urkendenbuch 750-1500, t. V, Colmar, 1898, no 1246.

24Il existait une autre paroisse dans la partie méridionale du val, à Saint-Blaise ou Vieux-Eschery, un hameau situé à l’est de SainteMarie. Attestée dès 131740, elle avait, depuis une date qu’il est impossible de fixer, pour collateur l’abbé du monastère de Baumgarten en Alsace, qui est désigné, dans un document de 1494, comme le « suzerain (lehensherr) de l’église de Vieux-Eschery »41. Un pléban officiait à Saint-Blaise, dans une chapelle. Comme à Sainte-Marie de Lorraine et à Eschery, il était sans doute un moine. Mais en 1525, l’abbaye de Baumgarten fut fermée et ses biens transmis à l’abbaye d’Andlau. Il semble que la paroisse de Saint-Blaise perdit alors son desservant.

  • 42 Suggestion de M. Francis Rapp. A noter que l’hypothèse d’une paroisse non territoriale des mineurs (...)
  • 43 A.M.S., A.S.T. 154, no 83, phot. p. 217 (Adam, Territorien, p. 350). La lettre est du 24 mars 1530

25Entretemps, un grand nombre de mineurs était venu s’établir dans le val. Ils formèrent une communauté dont non seulement le statut civil était, comme on l’a vu, particulier mais également le statut ecclésiastique. Il apparaît, en effet, qu’ils formaient une paroisse non territoriale, reconnue comme telle par l’évêque de Strasbourg42. En 1530, Martin Bucer reçut une lettre d’un dénommé Jérôme Reser, « ministre de la parole à Fertru à la demande de la communauté » (verbi minister in Vortelbach en jussu communitatis)43. Le ministre de Strasbourg avait mis en cause dans un sermon la valeur chrétienne du travail dans les mines. Cette déclaration avait été fort mal reçue dans les milieux de mineurs et Reser demandait à Bucer de s’expliquer. Cette « communauté » n’était autre, à ce qu’il semble, que la paroisse non territoriale créée à la demande du seigneur de Ribeaupierre, à l’intention des mineurs de langue allemande. Elle était de tendance évangélique car, tout en lui adressant des reproches, Reser écrivait à Bucer comme à un frère en religion. Officiellement, cependant, elle était catholique et reconnue comme telle par l’évêque de Strasbourg.

  • 44 Voir la lettre des mineurs à la Régence d’Ensisheim, 12 septembre 1558 (A.H.R., 1E 83/157, Muhlenb (...)
  • 45 Comme le pense Muhlenbeck, op. cit., p. 502.
  • 46 Voir l’extrait du Kirchenprotokoll luthérien publié par Caspari, Geschichte, p. 7. L’original semb (...)
  • 47 Voir la lettre de la confrérie de mineurs à Guillaume II de Ribeaupierre, [Fertru ?], 3 juin 1543 (...)

26Une autre singularité de cette communauté de mineurs était le mode de rétribution de son ministre : c’étaient les mineurs eux-mêmes qui entretenaient le prêtre. S’ils s’étaient donnés l’autorité de le choisir, on serait en droit de parler à leur propos de congrégationalisme. Néanmoins, l’autorité civile, en l’occurrence le seigneur de Ribeaupierre ainsi que la Régence d’Ensisheim44, intervenait dans le choix du ministre. Celui-ci était-il un étranger, de langue allemande, ou un autochtone, un moine du prieuré de Liepvre par exemple45 ? On l’ignore. Les premières années, les mineurs semblent avoir utilisé comme lieu de culte la chapelle Saint-Blaise à Fertru, alors probablement désaffectée. En 1542, leur confrérie (knappschaft), qui s’était dotée d’une caisse de secours (bruderbuchs), se chargea de bâtir une nouvelle église, non loin de Sainte-Marie. Terminée en 154446, celle-ci fut baptisée église du Pré (mattenkirche). Le seigneur de Ribeaupierre, Guillaume II, assuma une part importante des frais de construction47.

  • 48 Kirchenprotokoll, dans Caspari, op. cit., p. 7.
  • 49 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 393).
  • 50 Cf. infra, p. 279.

27Parmi les premiers desservants, plusieurs semblent ne pas avoir donné grande satisfaction aux mineurs. S’estimant mal payés, notait un témoin, « l’un partait aujourd’hui et l’autre demain »48. Et dans une lettre à la Régence d’Ensisheim, la confrérie des mineurs les présenta, le 12 septembre 1558, comme « négligents et ignorants ». « Non seulement ils étaient incapables d’enseigner et de prêcher, mais ils se mettaient à dos toute la communauté par leurs beuveries, leurs jurons, leurs blasphèmes et leurs coucheries49. » Le dernier de ces prêtres mourut peu avant le 12 septembre 1558. Il était, à la différence de ses prédécesseurs immédiats, fort apprécié par ses ouailles. Cet homme avait pris femme : ce fait, estimaient-ils, devait être tenu pour une preuve de moralité dans la mesure où il n’avait pas été « doté du don de la grâce de chasteté ». Pieux et zélé, il leur prêchait « les saints apôtres et les évangélistes ». Il n’était pas, comme la Régence d’Ensisheim se l’était laissée dire « luthérien ou sectaire » (lutherisch oder sectisch) et jamais il n’avait incité ses paroissiens à se rebeller contre l’autorité. Son successeur fut Pierre Hoger, un mineur originaire de Plauen en Saxe50, le premier à ne pas être reconnu par l’évêque de Strasbourg.

  • 51 A.H.R., E 2806.
  • 52 Voir son acte de nomination : A.H.R., 1E 83/168.

28Ainsi, la paroisse des mineurs demeura officiellement catholique jusqu’en 1558 et celle d’Eschery jusqu’en 1561, non sans qu’auparavant, de part et d’autre, des tendances évangéliques se soient manifestées, parfois ouvertement. Le 25 octobre 1561, Pierre Truffin, l’archiprêtre de Sélestat, manda à Éguenolphe que l’évêque de Strasbourg ne tolérait pas que les habitants du val se choisissent eux-mêmes leur ministre51 Cependant, le prêtre qu’il avait désigné comme curé d’Eschery en remplacement de Maître Noé, dès qu’il se présenta, fut proprement éconduit par ses paroissiens52.

4. Les débuts de l’Église française du val de Liepvre (1550-1560)

  • 53 Recueil des Ministres de l’Église de Saincte Marie et d’Eschery de Van 1550 iusques en Van 1581, a (...)
  • 54 Document cité infra, p. 273, note 5.
  • 55 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 32, 323. Cf. Bopp, Geistlichen, p. 213.
  • 56 Cf. J. Peter, L’abbaye de Liessies en Hainaut, Lille, 1912. — F. Baix, art. Blois (Vénérable Louis (...)
  • 57 Libellus chronicorum monasterii Laetiensis a primis fundamentis... quae facta est post decessum Lu (...)
  • 58 Examen ministrorum ecclesiarum in comitatu Reichenvillensi inchoatum 30 Maii [1559] (Archives nati (...)

29Le premier prédicateur évangélique de langue française au val de Liepvre fut, selon le Recueil des Ministres de l’Église de Saincte-Marie et d’Eschery, une chronique rédigée en 1579 par un « diacre de l’Église », Claude Rouget, « un nommé Maistre Élie, lequel auparavant avoit quitté la papauté, ayant esté abbé au pays de Hainaw »53. « Élias de Hanaw, précise un autre document datant de 155954, un Anversois, fut prieur d’un monastère de l’ordre bénédictin, mais il abandonna la dignité du priorat à cause de l’évangile ». Un historien de Sainte-Marie-aux-mines en fait « l’ancien prieur du couvent de Liessies en Hainaut »55. S’il faut accorder du crédit à cette affirmation, Élie, un Anversois, fut non pas abbé de Liessies — de 1530 à 1566, l’abbé était Louis de Blois56 — mais prieur d’une des deux filiales de l’abbaye, le prieuré de Dompierre près d’Avesnes ou celui de Sart-les-moines près de Gosselies. La chose n’est pas impossible. Selon la Chronique de Liessies, ces deux maisons s’étaient opposées aux projets de réforme de Louis de Blois, l’abbé de Liessies, et, en 1554, à son instigation, elles furent cédées au clergé séculier, tous les moines recevant l’ordre de retourner à Liessies57 Ainsi, en 1554, Dompierre et Sart-les-moines se trouvaient dans une situation de désordre et de crise. Cette situation n’a pas dû s’installer en un jour. On peut imaginer qu’un des facteurs de la crise a été le passage à la Réforme d’un des prieurs. Élie pourrait être ce prieur. On sait en tout cas qu’il a quitté le Hainaut au plus tard en 154558.

  • 59 Cf. supra, p. 70-71.
  • 60 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 3.
  • 61 Registres des baptêmes de l’Église d’Eschery, 22 décembre 1566 (A.H.R., GG 45/1, f. 22 v°, cité da (...)
  • 62 Bopp, Evangelischen Ceistlichen, p. 213. Il ne cite pas ses sources. Il ne s’agit en tout cas pas d (...)
  • 63 Lettre publiée par Jean Crespin, dans Le Livre des Martyrs, Genève, J. Crespin, 1554, p. 215. Cf. (...)

30D’après Claude Rouget, une fois abandonnée sa charge, il vint s’établir à Strasbourg. Là, il « se maria à une qui avoit esté femme d’un vray serviteur de Dieu, nommé Pierre Brully, qui avoit esté Ministre à Strasbourg59 et depuis envoyé au pais bas pour prescher l’Évangile, ou il fut Martirisé en la ville de Tournay, l’an 154560 ». Cette femme est citée dans un registre aux baptêmes de vingt ans postérieur : elle se prénommait Marguerite61. D’après une autre source, le mariage eut lieu en 1546 et la femme d’Élie, veuve de Pierre Brully, avait pour nom Marguerite Gratiani de Valle. Elle aurait été originaire de Louvain62. Marguerite, à qui son premier mari écrivait encore le 18 février 1545, la veille de son exécution63, avait sans doute épousé le prédicateur avant qu’il ne vienne en mission aux Pays-Bas. Si cette hypothèse est retenue, la ville de Strasbourg, où elle se rendit après l’exécution de son mari, lui était connue, puisque c’est là que Brully avait été ministre de 1541 à 1544.

  • 64 Lire : pendant ce temps.
  • 65 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4).
  • 66 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 408) : « So hat auch die Welsch Kirch yetzt lange (...)

31Le nouveau couple se rendit bientôt dans le val de Liepvre. « Maistre Élie, continue Claude Rouget, vint en ladite Vallée et besoignoit aux mines et faisoit exercices de prières et lectures de l’escriture saincte en son logis, là où plusieurs se trouvoyent pour estre instruits et cognoistre le Dieu vivant, et continua l’espace de trois ou quatre ans en tel estat. Cependant64, il baptiza un enfant en la forme que nostre Seigneur Jésus Christ at institué le Saint Baptesme. Il administra aussi une fois la Sainte Cène du Seigneur, en laquelle il y eut environ treize personnes65. » Cette première Cène peut être datée de 155366.

  • 67 Cf. infra, p. 281.
  • 68 Examen ministrorum ecclesiarum in comitatu Reichenvillensi inchoatum 30 Maii [1559] (Archives nati (...)

32Mais Élie, quoiqu’ancien religieux, n’était pas reconnu comme pasteur. On peut se demander ce qui a empêché qu’il l’ait été. Entre 1553 et 1558, il quitta le val, pour un motif qui nous échappe, et se rendit, non loin de là, à Aubure, un petit village situé dans le comté de Montbéliard. On sait qu’il recommença à prêcher aux environs de novembre 1558. Les habitants d’Aubure, auxquels s’ajoutaient quelques mineurs venus d’Eschery ou de Sainte-Marie, formaient son public. L’ancien prieur subit une visite canonique en 1559, au moment du passage du comté de Montbéliard au luthéranisme orthodoxe sous le règne de Frédéric de Wurtemberg67. Malgré leur penchant pour les livres de Calvin et quelques écarts par rapport à la Confession d’Augsbourg, Élie et les autres pasteurs visités furent confirmés. Aubure fut même constitué en paroisse et Élie en fut le premier pasteur officiel68.

  • 69 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 4).
  • 70 Hist. eccl., t. I, p. 74.
  • 71 Jean Marbach, Diarium (A.M.S., A.S.T. 198, f. 23 r°). Cf. supra, p. 87.
  • 72 A.M.S., II 84b 6A, f. 2v° et 11A, f. 2 r°.

33Dans le val de Liepvre, après la célébration de la Cène, des frères, ayant « pris courage », avaient supplié « la bonne grâce de Monseigneur de Ribeaupierre, seigneur du lieu, de leur vouloir permettre d’avoir un pasteur ou ministre pour les conduire et enseigner, ce que de sa grâce [il] leur octroya très volontiers »69. La communauté s’était alors adressée à l’Église française de Strasbourg et celle-ci leur délégua Jean Loquet, en précisant que ce n’était que pour un temps. Ancien augustin à Bourges70, celui-ci avait émigré à Strasbourg, où il occupait, depuis mars 1553, la fonction de diacre à l’Église française71. Malgré sa mauvaise santé72, il accepta de se rendre auprès des mineurs. Il prêcha à l’église du Pré, bien que celle-ci fût toujours officiellement catholique, « quelque espace de temps ». Il retourna à Strasbourg dans le courant de 1554.

  • 73 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4).
  • 74 Bèze à Ambroise Blaurer, Lausanne, [avant le 4 novembre 1554] (Corr. Bèze, t. I, p. 114, no 52). C (...)
  • 75 Recueil, dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4.
  • 76 A.É.G., Notaire Jean Ragueau, vol. 2, p. 110 (5 novembre 1557). Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 41, n (...)
  • 77 Lettre citée de Bèze à Ambroise Blaurer : « ... qui paulo ante sese ad nos receperat. »

34Loquet parti73, avec l’accord du seigneur de Ribeaupierre, les mineurs envoyèrent une délégation à Lausanne74, pour obtenir, selon la formule de Rouget, « un ministre arresté »75. Les ministres de l’Église de Lausanne, au nombre desquels figurait Théodore de Bèze, accédèrent à leur demande et mirent à leur disposition François de Morel de Colonges, un gentilhomme originaire de l’Angoumois76, qui venait d’arriver à Lausanne77. C’est lui qui, en 1559, allait présider à Paris le premier synode des Églises réformées de France.

  • 78 Et pas en 1555 (Recueil, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 5).
  • 79 Jean Figon à Éguenolphe, [1562] (A.H.R., E 2806, f. 1 r°). Ce n’est pas parce que Calvin emploie d (...)
  • 80 Confessio fidei ecclesiae gallicanae quae est apud Sanctam Mariam, quae alias dicitur Vallis Alber (...)
  • 81 Bekantnus des Glaubens der Welschen Kirchen zu Markirch im Leberthal (A.M.S., A.S.T. 177, no 16, f (...)

35François de Morel arriva dans le val de Liepvre vers le mois d’octobre 155478. Il prêcha en divers lieux, à Eschery, à Sainte-Marie et à Fertru, ainsi qu’à Aubure, dans le comté de Montbéliard, où Élie de Hainaut était allé s’établir. C’est de Morel, d’après un de ses successeurs, Jean Figon79, qui rédigea la première confession de foi de l’Église du val de Liepvre, avant de la présenter à Éguenolphe, qui l’approuva. Cette confession80 doit être de peu antérieure à 1556. En effet, on a retrouvé une copie du texte en traduction allemande sur des feuilles d’épreuves du Christus triumphans de John Foxe, un ouvrage imprimé à Bâle, chez Oporin, en 155681.

  • 82 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 52.

36Éguenolphe, cependant, tardait à remettre à la nouvelle Église le document autorisant officiellement sa constitution. C’est qu’il était occupé à découvrir quels freins la présence de son protecteur autrichien pouvait mettre à sa volonté d’autonomie politique et à ses ambitions de réforme religieuse. Un prédicateur bâlois avait à peine pris l’habitude de venir prêcher au château de Ribeaupierre, que la Régence d’Ensisheim fit parvenir, le 12 mars 1555, puis à nouveau le 8 avril, un avertissement, le sommant de mettre fin aux innovations. Dans sa réponse, le 21 avril, Éguenolphe nia avoir commis quoi que ce soit de répréhensible82. I1 ne s’en trouvait pas moins dans une position difficile et, dans son entourage, bon nombre l’invitèrent à la prudence. Seule sa mère, Anne-Alexandrine, l’exhortait au contraire à aller de l’avant et à instaurer vraiment la Réforme dans sa seigneurie.

  • 83 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 53-55.
  • 84 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Traduction française partielle dans Muhlenbeck. op. cit., p. 55 (...)
  • 85 Cf. J. J. Luck, Annales Rappolsteinenses, dans J. Rathgebeb, Die Herrschaft Rappoltstein, Strasbou (...)

37Le 29 février 1556, avec l’arrestation de Jacques Spaler, les menaces se précisèrent. Spaler était le curé de Heitern, un bourg proche du Rhin, qui faisait partie de la seigneurie de Ribeaupierre. Ami d’Éguenolphe et sympathisant comme lui de la Réforme, il venait de se marier lorsque les forces habsbourgeoises vinrent le saisir chez lui, à Heitern, et le mirent en prison à Ensisheim, avant de le remettre à son évêque, l’évêque de Bâle, qui le fit incarcérer à Altkirch. La Régence d’Ensisheim s’adressa aussitôt à Éguenolphe, le 2 mars, l’accusant de favoriser ouvertement l’hérésie, contre les ordres de l’empereur83 Ce dernier écrivit personnellement au seigneur de Ribeaupierre, le 28 mars, et il lui enjoignit d’imposer la religion catholique dans tout son territoire84. Éguenolphe dut, par conséquent, faire amende honorable. Il est vrai que plus tard il parvint à faire relâcher Jacques Spaler85.

  • 86 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6).

38Lorsque ces nouvelles parvinrent au val de Liepvre, François de Morel prit peur, craignant de subir le même sort que Jacques Spaler, et il se réfugia à Aubure, muni d’une lettre de recommandation du seigneur de Ribeaupierre. Là-haut, il continua son œuvre de prédication, peut-être assisté d’Élie de Hainaut. « Les frères de la vallée se trouvoient souvent [à Aubure] et principalement le dimanche pour ouyr la parole de Dieu et [ils] ne craignoyent point de passer les hautes montagnes, parmy les neiges et froidures, ains, d’un bon zèle qu’ils avoyent pour cognoistre la vérité, s’efforcoyent les uns les autres, tellement qu’une belle Église se trouve tant de ceux de la Vallée que d’autres villages d’allentour86. »

  • 87 Op. Calv., t. XVI, col. 79-80, no 2415.
  • 88 Calvin à Viret et à Bèze, Genève, 10 avril 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 102, no 2427. — Corr. Bèz (...)
  • 89 Farel à Calvin, 13 et 28 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 191, no 2478 et col. 216, no 2490).

39Le tableau n’était peut-être pas aussi idyllique que Rouget le montrait, car de Morel, dans son refuge d’Aubure, n’avait qu’une hâte : retourner à Lausanne. Tout en se disant prêt à rester auprès des mineurs s’il le fallait vraiment, il fit comprendre clairement à Calvin son souhait dans la lettre qu’il lui adressa le 23 mars 155687. Le ministre de Genève jugea d’autant moins utile de prolonger sa mission qu’il recherchait un ministre pour l’Église de Paris et de Morel quitta Aubure88. Mais, sur le chemin du retour, passant par Strasbourg, le Français tomba malade. Il ne devait finalement arriver en Suisse qu’en juillet 155689.

  • 90 A.H.R., E 2806 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 391). Cette requête n’est pas datée. Sur le document (...)
  • 91 Lettre citée de Calvin à Viret et à Bèze.

40Dès le 20 avril 1556, les mineurs écrivaient à Éguenolphe pour lui demander un ministre en remplacement de François de Morel. En se référant à la Paix d’Augsbourg, qui venait d’être signée quelques mois plus tôt, le 3 octobre 1555, un document concernant, ainsi qu’ils le précisaient, « tous les princes et seigneurs non seulement dans l’Empire Romain mais aussi ceux de la maison d’Autriche », ils réclamaient un lieu de culte. Un prince chrétien ne pouvait s’opposer à un revendication aussi légitime90. « A la place de Morel, il serait bon que l’on trouve quelqu’un de modeste (quempiam mediocrem), pour que Satan n’occupe pas le poste abandonné », écrivait, à peu près au même moment, Calvin91.

  • 92 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6).
  • 93 Ibid.

41Le successeur de François de Morel fut Pierre Marbœuf. On ne connaît de celui-ci que ce que Rouget en a dit92 : d’Angleterre, où il avait pris refuge sous Édouard VT, il s’était retiré dans le comté de Montbéliard, probablement en 1554. Il ne devait pas se trouver bien loin d’Aubure, où les mineurs le firent venir en 1556 après le départ de son prédecesseur. Le seigneur de Ribeaupierre permit bientôt que le culte évangélique fût à nouveau organisé dans la vallée. « Les frères, précise Rouget, ordonnèrent deux lieux pour l’exercice de la Religion, l’un à Eschery et l’autre à Fertreu93. » On peut penser que déjà alors comme plus tard un culte était célébré en français à Eschery et un autre en allemand à Sainte-Marie et Fertru.

  • 94 A.H.R., E 2806 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 71-73).

42A Eschery, Marbœuf célébrait dans des maisons particulières. Il se trouvait en concurrence avec Maître Noé, le prêtre catholique de Sur l’Hâte, le sacrificulus, comme il l’appelait dans une lettre à Éguenolphe du 18 avril 1560, et il avait à son sujet beaucoup de raisons de se plaindre94. Un jour, un des membres les plus actifs de la communauté, Guillaume Girard, greffier-receveur des mines par ailleurs, était entré en conflit avec Maître Noé, à qui il reprochait de maintenir les œuvres des ténèbres. Girard s’en était pris alors aux images pieuses et à l’autel de l’église de Sur l’Hâte. Après cet incident, Noé pénétra par effraction dans la maison de son contradicteur, effarouchant sa femme et ses domestiques. Lorsque le greffier-receveur des mines s’en ouvrit au gouverneur provincial Haubinsack, celui-ci donna raison au curé de Sur l’Hâte. La tension semble avoir été assez vive entre les membres des deux confessions. C’est pour en finir que Marbœuf recourut à l’arbitrage d’Éguenolphe, en contredisant le jugement du juge provincial. Il faudra cependant attendre l’année 1561 pour que la question soit réglée, à l’avantage des réformés, par le départ de Maître Noé.

  • 95 Sur cette Discipline : infra, p. 375.
  • 96 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 6-7).
  • 97 Ibid., p. 7.
  • 98 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 467-470).

43En attendant, Marbœuf développa l’organisation de l’Église française du val de Liepvre, en y instituant un système de bienfaisance et une discipline ecclésiastique. Il rédigea un règlement ecclésiastique, embryon de la Discipline qui allait régir l’Église jusqu’au XVIIe siècle95. « Il ordonna, note Rouget, des diacres pour recueillir les aumônes du peuple et les distribuer aux pauvres malades, ordonna aussy des anciens pour remonstrer ceux qui cheminoyent désordonnément et les admonnester par la parole de Dieu96. » Rouget ajoute que Marbœuf composa une confession de foi et qu’il la soumit à l’approbation du seigneur de Ribeaupierre, à l’occasion du mariage de celui-ci avec la comtesse d’Erbach, en 155897. La paternité de ce texte doit être, nous l’avons vu, attribuée à François de Morel de Colonges, mais il n’est pas impossible qu’elle ait été approuvée solennellement par Éguenolphe en 1558, soit du temps de Marbœuf. Ce dont Marbœuf est, en revanche, l’auteur, c’est un commentaire manuscrit de cette confession intitulé Kurtze und einfaltige erklärung der lehr christlichen glaubens so zu Markirch verkündiget une bestettiget würdt98.

  • 99 A.H.R., 1E 83/157. Cf. Muhmnbeck, op. cit., p. 98.
  • 100 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 392-393). Cf. supra, P-270.
  • 101 Sur les boursiers (stipendiaten) d’Éguenolphe, cf. la lettre de Sulzer a Éguenolphe, Bâle, 3 novem (...)
  • 102 Voir un document cité par Caspari (Geschichte, p. 34) sans mention d’origine : « Ich, Peter Hoger, (...)

44A l’autre bout de la vallée, se constituait au même moment une Église luthérienne de langue allemande. Le dernier prêtre catholique de l’église du Pré n’était pas un défenseur de l’ancienne religion, puisque la Régence d’Ensisheim pouvait écrire à son propos à Éguenolphe, le 5 août 1558 : « Nous apprenons qu’un prêcheur luthérien qui a pris femme débite ouvertement et sans crainte ses hérésies au val de Liepvre, côté Ribeaupierre99 ». Lorsqu’il mourut, les habitants demandèrent aux autorités, le 12 septembre 1558, qu’il fût remplacé par un homme qui lui ressemblât100. Après une vacance qui dura un an environ, Éguenolphe reconnut comme ministre un jeune homme qu’il avait envoyé à ses frais à Bâle au mois d’avril 1559, pour y étudier les arts et la théologie sous la direction de Simon Sulzer101. Ce Pierre Hoger était originaire de Plauen en Saxe102. Avant son séjour à Bâle, il semble avoir été un mineur, à Fertru probablement.

  • 103 Op. Calv., t. XVI, col. 108-113, no 3214.

45Comme Sulzer, son maître, Hoger se rattachait au courant luthérien orthodoxe modéré. Marbœuf, de son côte, se tenait pour un disciple de Calvin et de Bullinger. Quelles relations les deux hommes et leurs Églises allaient-ils entretenir ? Écrivant au ministre de Genève, le 15 juin 1560, Marbœuf faisait état de sérieuses difficultés103 : « Tu n’ignores pas à quel point les Allemands te vouent de la haine et pas seulement les théologiens mais aussi les gouvernants et les personnages influents du pays qui suivent leur avis. Il faut que tu saches aussi que nous sommes injuriés, calomniés et accusés des choses les plus horribles en ton nom, comme si, à cause de toi, nous étions en train de nier le Christ et de combattre ouvertement sa parole. » On en voulait à Marbœuf et on le traitait de calviniste, parce qu’il avait donné à son Église une doctrine et une discipline « selon la règle de Genève » (ad vestram regulam). Même le seigneur de Ribeaupierre en était venu a se méfier de lui et il avait fallu que sa belle-mère, la comtesse d’Erbach, prenne sa défense pour qu’il soit ramené a de meilleurs sentiments.

  • 104 Op. Calv., t. XVIII, col. 109, no 3214.

46Las de ce climat de suspicion, Marbœuf décida d’aller trouver Jean Marbach à Strasbourg, pour vider avec lui la querelle. Il semble que cette visite a eu lieu avant l’installation de Hoger comme ministre. Il lui montra la confession de foi de l’Église française du val de Liepvre. Tout en déclarant apprécier le document, le surintendant y releva « un petit air genevois » (phrasim genevensem)104, qu’il aurait préféré voir absent. Trois articles, sur les cinquante-et-un que comptait la confession, lui faisaient difficulté : le cinquième sur la prédestination, le vingt-et-unième interdisant que des sacrements soient conférés par un autre que le ministre légitime, le baptême par une sage-femme par exemple, et le quarante-cinquième, relatif à la Cène, dans lequel on recommandait d’empêcher la manducation des impies, conformément à la doctrine réformée. Marbach et Marbœuf se quittèrent en de bons termes. Le premier n’avait-il pas prédit, au terme de l’entretien, que Calvin allait bientôt se convertir à ses vues ? Cette rencontre eut pour effet, en tout cas, d’apaiser les esprits.

  • 105 Ibid., col. 111.

47Plus tard, lorsque Hoger eut pris ses fonctions, Sulzer vint lui rendre visite. Invité à prêcher, il eut des paroles très dures contre tous ceux qui voulaient retirer des églises autels et baptistères. Bien qu’il fût, par là, personnellement visé, Marbœuf alla lui rendre un salut de courtoisie, dans un souci de conciliation. Il dut même, pour le rencontrer, se passer de prêcher ce dimanche-là. « Nous n’avons pas parlé de doctrine, raconta-t-il plus tard à Calvin, mais seulement de l’état de notre Église et de ce qu’il y avait à faire pour son édification et pour sa paix105. »

48De la même façon, Marboeuf parvint à entretenir de bonnes relations avec Hoger, son collègue allemand. « Jusqu’à ce jour, nous avons vécu pacifiquement, bien que le comte et ceux qui nous gouvernent sachent déjà que nous ne sommes pas d’accord sur tout. » Cependant, ajoutait-il, cette paix risquait d’être compromise. « Je crains et je prévois presque que l’on nous impose les mêmes cérémonies [que dans les Églises luthériennes], en asservissant notre Église, qui est libre jusqu’à présent. »

  • 106 Sur l’histoire religieuse du comté de Montbéliard au milieu du XVIe siècle : Debard, Visites pasto (...)

49Ainsi, un même sort guettait l’Église française du val de Liepvre et sa sœur, plus illustre, de Strasbourg : l’uniformité. Mais si, à Strasbourg, l’ennemi avait un nom, le Convent, dans le val de Liepvre il n’en allait pas de même. Ce n’était pas Éguenolphe, en effet, qui voulait imposer aux réfugiés le luthéranisme orthodoxe et, de son côté, Hoger était loin d’être puissant. Cependant, dans le territoire voisin de Montbéliard, les tuteurs luthériens du comte Frédéric, successeur de Georges de Wurtemberg, mort en 1558, venaient, le 1er septembre 1559, de publier une ordonnance ecclésiastique, qui était la parfaite réplique de celle du Wurtemberg. Des choses inadmissibles pour des disciples de Calvin y étaient recommandées : que l’on fête à certaines occasions la Vierge, que les ministres soient revêtus au culte d’ornements sacerdotaux, qu’une sage-femme puisse administrer le baptême en cas de nécessité...106 II était à craindre qu’Éguenolphe, sommé par son puissant protecteur autrichien de rester fidèle au catholicisme, ne soit obligé pour se défendre d’accepter dans sa seigneurie une ordonnance luthérienne qui le rende moins suspect d’hérésie et, à cet égard, le cas de Montbéliard représentait un précédent remarquable.

50Peu de temps après, Marbœuf mourut, sans que la situation se fût clarifiée.

5. Le ministère d’Arnaud Banc (1561)

  • 107 Op. Calv., t. XVIII, col. 168-169, no 3235.
  • 108 Op. Calv., t. XVIII, col. 269, no 3992.
  • 109 Op. Calv., t. XVIII, col. 268, no 3291.

51On regretta beaucoup Marbœuf au val de Liepvre, même Hoger, qui en fit publiquement l’éloge. Pour les réformés, cette mort survenait au plus mauvais moment. Qui, comme Marbœuf, parviendrait à diriger l’Église dans le sens voulu, comme à Genève, tout en demeurant suffisamment bien accordé avec les luthériens ? Et allait-on tout simplement pouvoir le remplacer ? Calvin mit tout en œuvre pour faire passer à la petite Église du val de Liepvre ce cap difficile. A peine avait-il répondu, le 25 août 1560, à la lettre de Marbœuf, l’encourageant à la résistance107, que lui parvenait la nouvelle de sa mort. Il s’empressa de lui trouver un successeur et, celui-ci choisi, il écrivit, le 11 décembre, à Sulzer et à Hoger, pour obtenir leur acquiescement. S’adresser à des hommes dont il connaissait la méfiance à son égard, à un moment où, en intervenant directement dans la vie de l’Église, il se rendait plus que jamais suspect à leurs yeux, cela ne manquait pas d’audace. « Il nous a été demandé de trouver à Marbœuf un successeur, écrivit-il à Hoger comme pour se justifier108, et nous en avons choisi un qui, nous l’espérons, ne lui sera en rien inférieur. » C’est un homme connu pour sa simplicité et son honnêteté, confiait-il à Sulzer : nul doute qu’il soit pour Hoger un bon compagnon109.

  • 110 L’Église française de Francfort au Conseil de cette ville, 27 novembre 1561 (F.R.H., t. I, Beylage (...)
  • 111 Passevent parisien respondant à Pasquier romain. De la vie de ceux qui sont allez demourer à Genèv (...)
  • 112 Viret à Calvin, Lausanne, 30 octobre 1548 (Op. Calv., t. XIII, col. 94, no 1088).
  • 113 Vuilleumier, Histoire de l’Église réformée du Pays de Vaud, t. I, p. 667 sv.
  • 114 A.É.G., Registres paroissiaux de l’église de la Madeleine, 10 mars 1559, et Registres du Consistoi (...)
  • 115 De Morel à Calvin, [Paris], 29 juin [1559] (Op. Calv., t. XVII, col. 569, no 3080). Voir aussi : H (...)
  • 116 H. Naef, La conjuration d’Amboise, Genève, 1922, p. 551-554.
  • 117 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 7).

52Arnaud Banc, le candidat genevois, n’en était pas à son premier poste. Originaire de l’Aquitaine110, cet ancien cordelier du couvent de Castelnaudary111 avait exercé le ministère dans un village du Vaud, avant de devenir, en 1548112, le diacre de Pierre Viret à Lausanne113. En mars 1559, chassé de Lausanne en même temps que les autres ministres en raison du conflit qui les opposait aux autorités de Berne sur la question de la discipline, il se réfugia à Genève114, d’où il partit pour Orléans. En juin, on le demanda à Anvers, pour remplacer le ministre Ébrard Érail qui venait de gagner l’Angleterre115. Mais il ne demeura pas longtemps aux Pays-Bas. Dès mars 1560, en effet, on le retrouve à Nîmes. Il servit l’Église de cette ville, dans des circonstances difficiles, jusqu’en septembre au moins116. Lorsque Calvin fit appel à lui pour remplacer Marbœuf, il se trouvait de nouveau à Genève117. Faut-il voir dans cette impressionnante succession de postes une preuve d’instabilité ? Peut-être, plus simplement, est-elle due à l’incertitude du temps : comme lui, les premières Églises de la Réforme vivaient au jour le jour...

  • 118 A.H.R., E 2088.
  • 119 Cf. supra, p. 184.

53Le 28 janvier 1561, Erb, alors ministre à Riquewihr, écrivit à Éguenolphe au sujet de la succession de Marbœuf118 Le desservant catholique de Sur l’Hâte, Maître Noé, venait de quitter le val de Liepvre119, et c’était à lui, le seigneur de Ribeaupierre, en tant que collateur de cette Église, que revenait le soin de désigner (verordnen) un successeur. Bien qu’Erb fût un partisan déclaré de Calvin, puisqu’il allait bientôt abandonner sa charge à Riquewihr en raison de la nouvelle politique menée dans le comté de Montbéliard, il ne soufflait mot d’Arnaud Banc. Il recommandait seulement à Éguenolphe d’éviter que l’un des deux ministres du val, le français ou l’allemand n’ait de pouvoir sur l’autre. Il était à espérer, notait-il en même temps, qu’ils parvinssent à un accord (vergleichung) suffisant en matière de liturgie. Quant à la personne, il se contentait d’affirmer que l’on pouvait trouver quelqu’un dans le territoire de Berne (in Bern piet). Était-ce une façon déguisée de parler de Banc, qui avait autrefois servi à Lausanne, dans le territoire de Berne ? La question peut être posée.

  • 120 A.H.R., 1E 83/169 (Muhlenbeck, op. cit., p. 393-394).

54Deux semaines plus tard, le 8 février, Éguenolphe recevait une seconde lettre relative à la succession de Marbœuf : elle était signée par « les bourgeois de langue française de Sainte-Marie, Eschery et Fertru »120. Ils demandaient à Éguenolphe de désigner un ministre qu’ils entretiendraient à leurs frais. Ils le priaient, en outre, de mettre à leur disposition l’église de Sur l’Hâte, que le départ du prêtre catholique venait de rendre vacante. C’est que leur nombre ne cessait de croître et comme, parmi eux, la majorité (mehrer theil) se réclamaient de l’évangile, il leur était de plus en plus difficile de célébrer le culte dans des maisons particulières.

  • 121 Z.S.A., E II 361, f. 132.

55Arnaud Banc a dû arriver dans le val de Liepvre peu après. Les difficultés ne tardèrent pas à se manifester. Dès le 24 février, la mère d’Éguenolphe, Anne-Alexandrine de Furstemberg, écrivait à Bullinger que le nouveau ministre risquait d’être expulsé. Il était question, selon elle, d’imposer l’ordonnance ecclésiastique du Wurtemberg. Et, si Banc partait, il ne serait pas facile de le remplacer. Ce qu’elle redoutait le plus était que la Régence d’Ensisheim soit mise au courant de la situation121.

  • 122 A.H.R., E 2076 (Muhlenbeck, op. cit., p. 402-406).

56La menace d’une intervention extérieure ne se précisa pas, tout de suite en tout cas, mais cela n’empêcha pas les tensions confessionnelles de s’exaspérer. Une requête de la confrérie des mineurs et des bourgeois du val à Éguenolphe, le 29 mai 1561122, révèle à ce propos que les oppositions « spirituelles » étaient accompagnées d’oppositions « temporelles » qui leur étaient symétriques. Les partisans de la Confession d’Augsbourg, de langue française ou allemande, appartenaient à le première génération d’immigrés. Qu’ils appartinssent à la confrérie des mineurs ou fussent bourgeois de la seigneurie, ils se sentaient profondément menacés par les étrangers de la seconde vague, beaucoup plus nombreux qu’eux, plus remuants et moins conformistes dans leurs opinions religieuses. En certains endroits comme à Fertru, expliquaient-ils, « il n’y a guère plus de quatre ou six maisons de bourgeois qui soient habitées par quelqu’un de la confrérie. » Tout devenait plus cher à cause de ces « anabaptistes, schwenckfeldiens et semblables » et les mineurs s’appauvrissaient. Aussi, les anciens habitants n’avaient-ils qu’une seule hâte : les voir déguerpir. Ils espéraient que le seigneur de Ribeaupierre comprendrait leur point de vue.

  • 123 L’histoire des anabaptistes du val de Liepvre au XVIe siècle reste fort mystérieuse. Leur présence (...)

57Or, la veille du jour où cette lettre fut reçue par Éguenolphe, eut lieu au Tribunal (Gerichtshaus) de Sainte-Marie un débat contradictoire entre des représentants des deux Églises du val. Quelles étaient leurs positions respectives face au problème des nouveaux étrangers ? Les membres de l’Église allemande appartenaient tous, semble-t-il, à la première génération d’immigrés, à commencer par leur ministre Pierre Hoger. La même chose ne peut pas être dite de ceux de l’Église française, car parmi eux beaucoup étaient des réfugiés de fraîche date, chassés de France ou de Lorraine en raison des guerres de religion. Comme à Strasbourg, cette Église allait être divisée entre partisans et adversaires de l’orthodoxie luthérienne. Il s’y ajoute que, dans le val de Liepvre, les réformés furent constamment amalgamés aux anabaptistes et aux spiritualistes qui y étaient effectivement implantés, on ignore en quel nombre123. Ce fait renforça encore l’âpreté des luttes confessionnelles.

  • 124 Le compte rendu en a été conservé (A.H.R., 1E 83/157, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 406-408).
  • 125 La Confession d’Augsbourg, trad. Jundt, p. 59.

58Le 28 mai, à neuf heures du matin, Pierre Hoger, accompagné de quelques mineurs, rencontra au Tribunal Arnaud Banc et quatre anciens de l’Église française. Un membre de l’administration de la seigneurie présidait les discussions124 II s’agissait de voir si l’Église française recevait la Confession d’Augsbourg. Comme Garnier quelques années plus tôt à Strasbourg, Arnaud Banc regretta que certains articles fussent mal exprimés, ce qui rendait tous les malentendus possibles. Tel était le cas du dixième article sur les sacrements et du onzième relatif à la confession privée. Banc profita de l’occasion pour expliquer comment fonctionnait la discipline ecclésiastique dans son Église. En définitive, ce à quoi il s’opposait le plus, c’était que l’on retire à son Église la liberté de choisir sa liturgie. Non sans habileté, le ministre de l’Église française cita à l’appui de son propos un article, le septième, de la Confession d’Augsbourg elle-même : « Il n’est pas nécessaire pour une vraie unité de l’Église chrétienne que soient célébrées en tous lieux des cérémonies uniformes125. » Quand Banc eut fini de parler, ses interlocuteurs lui demandèrent de fournir une réponse claire aux quatre questions suivantes : Étaient-ils prêts à signer la Confession d’Augsbourg ? A suivre la même liturgie que les Allemands ? A déclarer ne rien changer sans leur accord ? A reconnaître la prééminence de l’Église allemande (die teutsche kirch für die haupt erkennen) ?

  • 126 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 408).

59Le dimanche suivant, à l’Église française, Banc lut à haute voix, en présence de tous les fidèles, une déclaration selon laquelle les membres de son Église acceptaient la Confession d’Augsbourg, à condition que les dixième et onzième articles soient « pieusement et droitement expliqués » et qu’on ne leur impose pas une autre liturgie que celle qu’ils suivaient depuis huit ans. D’autre part, ils rejetaient avec vigueur l’idée de reconnaître l’Église allemande comme supérieure. Ils avaient en effet rejeté « l’ancien papisme » et s’en tenaient « au bon ordre et à la discipline ». Si un différend s’élevait entre les deux Églises, il s’en remettaient au jugement de Simon Sulzer, le prédicateur de Bâle126.

  • 127 Ibid., p. 409.

60Les deux points de vue, décidément, ne s’accordaient guère. Pour sortir de l’impasse, Éguenolphe prononça, un des jours qui suivirent, un jugement qu’il fit connaître aux deux Églises le dimanche 8 juin, par l’intermédiaire de Simon Sulzer. Pour le seigneur de Ribeaupierre, un accord suffisant était atteint quant à la Confession d’Augsbourg. En cas de dispute, il fallait désormais s’adresser au ministre de Râle comme arbitre. Les Églises devaient pouvoir déterminer librement leur liturgie et pour éviter les discussions, il décréta que dorénavant Hoger ne prêcherait plus qu’à l’église du Pré et Banc à celle d’Eschery127.

61Ce jugement donnait pour l’essentiel raison à Banc et a ses amis. Il aurait dû, normalement, rassurer au moins ceux-là et contribuer à apaiser la querelle. C’est le contraire qui se produisit. A Eschery, en effet, certains paroissiens d’expression française étaient attachés à Hoger et ils en vinrent bientôt à ne plus supporter Banc, tandis que dans le bas de la vallée une partie des fidèles, habitues a Banc, refusaient de reconnaître Hoger comme pasteur. Le jugement du 8 juin eut finalement pour effet de faire éclater un conflit qui jusqu’alors était latent.

  • 128 Veltin Collin à Eguenolphe, 16 juin 1561 (A.H.R., E 2076). Traduction française dans Muhlenbeck, o (...)
  • 129 Arnaud Banc à Eguenolphe, 18 juin 1561 (A.H.R., E 2076).
  • 130 A.H.R., 1E 83/169.
  • 131 Lettre citée de Veltin Collin à Eguenolphe.

62Une première altercation eut lieu le vendredi qui suivit. Hoger se rendit à Eschery avec l’intention, devait-il déclarer plus tard, d’annoncer aux gens du lieu ayant appartenu a son troupeau qu’a l’avenir il ne leur prêcherait plus à Sur l’Hâte et que, s’ils voulaient l’entendre, il leur faudrait descendre à l’église du Pré128. Selon Arnaud Banc, les choses se passèrent autrement. D’après lui, Hoger aurait déclaré aux gens qu’il était disposé à leur prêcher « autant de fois qu’il le souhaitait et que cela plaisait à son peuple »129. Quoi qu’il en soit, des propos assez vifs furent alors échangés et Banc refoula son collègue avec violence, lui reprochant de ne pas respecter le jugement du seigneur de Ribeaupierre. Le dimanche suivant, il demanda à ses ouailles de s’engager par serment à ne jamais écouter d’autres sermons que les siens. Un groupe de paroissiens ayant refusé de donner ainsi leur parole, Banc se fâcha et il les menaça de ne plus baptiser leurs enfants ni de célébrer leurs mariages. Les contestataires furent expulsés de l’église, ce qui les incita à se rendre chez le juge provincial Haubinsack, à qui ils racontèrent l’incident. Le jour même, ils écrivaient à Éguenolphe, en lui demandant d’intervenir130. Ils adressèrent également une plainte an juge des mines Veltin Collin, dont dépendaient les mineurs, et celui-ci envoya, le 16 juin, au seigneur de Ribeaupierre un long rapport relatant toute l’affaire. Collin, qui était resté catholique, ne se priva pas de relever dans son rapport 1’« arrogance » de Banc et de ses partisans131.

  • 132 A.H.R., E 2076.

63Cet épisode est important. Désormais, ce n’étaient plus seulement l’Église allemande et l’Église française qui étaient en opposition, mais, au sein même de cette dernière, les partisans et les adversaires du ministre Banc. Dans leur supplique, les opposants du ministre se présentaient comme de « vieux bourgeois », qui habitaient le val de Liepvre depuis leur naissance pour la plupart et qui entendaient y demeurer. Ils n’en voulaient pas à leur ministre en tant que tel. « Nous voulons bien assister aux pieux sermons de notre prédicateur actuel, qui est un homme fort instruit grâce aux lumières de l’Esprit Saint (der sachen durch den heiligen geist erleuchtung bas erfarnen) et nous ne demandons pas à fréquenter d’autres sermons que les siens tant qu’une nécessité impérieuse ne nous y contraint pas. » Mais ils refusaient d’en faire le serment. Si leur ministre tombait malade, leur fallait-il se passer de prédication ? Ces propos, qui datent du 15 juin, frappent par leur modération, malgré leur fermeté. Rapidement, cependant, les « anciens bourgeois » devaient durcir leur position. Dès le 7 août, nous le verrons, ce qu’ils allaient réclamer à Éguenolphe, dans une autre lettre, ne fut rien moins que l’expulsion de leur ministre et de tous les calvinistes132.

  • 133 A.H.R., 1E 83/169.

64Lorsqu’Éguenolphe fut mis au courant de l’incident d’Eschery, il fit immédiatement savoir à Banc qu’il désapprouvait son attitude. S’il refusait de célébrer les baptêmes et les mariages demandés, il n’hésiterait pas à prendre les mesures qui s’imposaient pour rétablir l’ordre133.

  • 134 A.H.R., E 2076. C’est vraisemblablement de cette époque que date un long écrit théologique d’Arnau (...)
  • 135 Sur les anabaptistes du val de Liepvre, cf. supra, p. 286, note 2.

65Le Français répliqua aussitôt, le 18 juin, par une longue lettre134. Lorsque Pierre Hoger s’était présenté à Eschery le vendredi précédent, il lui avait rappelé le jugement prononcé par Éguenolphe. Mais si on laissait son collègue prêcher chez lui, il ne voyait pas ce qui l’empêcherait, lui, d’en faire autant à Saint-Blaise et à Fertru, où « presque tous les bourgeois sont welches ». D’ailleurs, c’était grâce aux Welches et à leur frais que l’église du Pré avait autrefois été construite. Il était à craindre que tous ces gens, une fois privés d’un culte dans leur langue, n’aillent grossir les rangs des anabaptistes « dont la vallée est pleine »135 Lui aussi souffrait de la désunion entre les deux Églises et il espérait qu’Éguenolphe parviendrait à y mettre fin. Pour ce qui était des « cérémonies », il reprochait au ministre allemand de ne pas s’en tenir à l’Écriture. Il fallait comprendre ceux qui, à l’église du Pré, refusaient de suivre des usages aussi manifestement opposés à la volonté du Christ que celui de bénir du pain orné d’une image ou de donner la communion dans la bouche. Le baptême faisait également l’objet de nombreuses discussions : contrairement à ce qu’on lui reprochait, il n’imposait pas aux parents, parrains et marraines des enfants à baptiser un serment et il n’était pas vrai non plus qu’il baptisait les enfants des anabaptistes.

  • 136 A.H.R., 1E 83/169. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 135-136.
  • 137 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 7 juillet 1561 (Op. Calv., t. XVIII, col. 541, no 3432).
  • 138 Lettre perdue. Elle est mentionnée dans le document cité à la note précédente.
  • 139 Erb à Eguenolphe, 11 juillet 1561 (A.H.R., E 2088). Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit. (...)
  • 140 Ibid., p. 136-138.

66Le 20 juin, Arnaud Banc fit enregistrer par le maire d’Eschery, Claude Thirion, une déclaration selon laquelle il n’avait pas refusé, comme on lui en faisait le grief, d’administrer le baptême et de célébrer le mariage à certains de ses paroissiens136. Dans les premiers jours de juillet, il se rendit à Strasbourg pour avoir le conseil de Guillaume Houbraque et de ses anciens137 et il écrivit à Calvin138. Revenu à Eschery, il rédigea, avec quelques membres de son Église, une nouvelle requête à Éguenolphe. Ils invitaient le seigneur de Ribeaupierre à ne pas croire à toutes les calomnies qui couraient sur leur compte. C’est eux qui auraient dû être scandalisés en voyant toutes les « superstitions » qui subsistaient à l’Église allemande, « les idoles, les images, les autels papistes et le pain figuré du Seigneur ». Puisque les deux Églises étaient proches l’une de l’autre, ils exprimaient le vœu que soit instauré entre elles « un certain rapprochement (vergleichung) sur quelques points chrétiens »139. Fait remarquable, cette fois-ci, ce n’étaient pas les luthériens mais les réformés qui tenaient le discours de l’uniformité ! Erb, qui transmit à Éguenolphe le document le 11 juillet, réexprima, à cette occasion, en son nom propre, l’essentiel des revendications qui y étaient contenues140. Tout en recommandant au seigneur de Ribeaupierre d’imposer à chacun des deux ministres de n’exercer le ministère (amt) que chez lui, il suggérait d’inviter les ministres à déclarer à leurs ouailles que « bien des réformes restaient encore à opérer » (das noch vil ding in gemein zubesseren weren), même si l’on devait tolérer beaucoup de choses « à cause des faibles » (um der schwachen willen).

  • 141 A.H.R., E 2076. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 136.
  • 142 Z.S.A., E II 361, f. 213.

67Le résultat de toutes ces démarches fut qu’Éguenolphe pria Arnaud Banc, le 14 juillet, de venir le rencontrer dans sa maison seigneuriale du val de Liepvre, en compagnie de quelques membres de son Église parlant l’allemand141. Malheureusement, ce « suprême essai de conciliation », comme le présentait le seigneur de Ribeaupierre dans sa lettre d’invitation, échoua. Éguenolphe, à qui échappait « ce que de pareilles discussions peuvent présenter d’utile », n’eut pas assez d’autorité pour y mettre de lui-même une fin. Erb informa la mère d’Éguenolphe de cet échec le 20 juillet142. A son avis, « la plupart des gens » étaient attachés à Pierre Hoger, leur « prédicateur et compatriote ». « Dans cette affaire, estimait-il, on s’est davantage occupé de la personne [d’Arnaud Banc] que de la parole vivante de Dieu ». Puisque les Allemands reprochaient au ministre français d’être « calviniste » (calvinisch), il faudrait leur demander, une bonne fois pour toutes, ce qu’ils entendaient par calvinistes. Ils finiraient par admettre cette évidence que « Calvin est un homme cultivé, chrétien et pieux et un vrai serviteur ».

  • 143 Lettre à Bullinger, 10 août 1561 (Z.S.A., E II 361, f. 134).

68Sulzer, venu de Bâle exprès pour mettre les adversaires d’accord, ne réussit pas mieux qu’Éguenolphe. Son intervention n’eut, selon Anne-Alexandrine de Ribeaupierre dans une lettre à Bullinger143, aucun effet, sinon d’aggraver encore la situation.

  • 144 A.H.R., E 2076.

69Elle était grave en effet. Les paroissiens d’Eschery restés fidèles à Hoger écrivirent à Éguenolphe le 7 août, pour lui demander d’expulser du val les « calvinistes ». Respectueuse dans la forme, leur lettre était très dure par les reproches qu’elle exprimait144. Le seigneur de Ribeaupierre était accusé d’avoir soutenu et protégé les nouveaux venus, sans jamais écouter les anciens habitants d’Eschery. « Votre personne, nous la tenons pour excusée, mais les autres, ceux qui se sont réfugiés auprès de vous [...], ceux-là auront à répondre devant Dieu de leurs actions. » La phrase suivante en disait long sur l’état d’esprit des signataires. « Vous avez à songer, seigneur, à ce que sa Majesté l’empereur des Romains ou le gouverneur de sa Majesté auraient à dire ici, si tout ceci leur était par hasard communiqué, non pas par nous mais par des personnes qui éprouvent pour nous une chrétienne compassion. »

  • 145 Z.S.A., E II 361, f. 213.
  • 146 Ibid.
  • 147 Z.S.A., E II 361, f. 133.

70Anne-Alexandrine, à qui cette lettre parvint, en l’absence de son fils semble-t-il, prit ces menaces au sérieux. Elle se rendit en personne dans le val de Liepvre, d’où elle écrivit à Bullinger le 10 août145 en lui envoyant copie de la lettre d’Erb du 20 juillet146 et de celle des paroissiens d’Eschery147. « La querelle entre les prédicateurs Pierre et Arnaud s’est envenimée », déclarait-elle au ministre de Zurich. Arnaud Banc risquait à tout moment d’être expulsé, car la Régence d’Ensisheim n’allait pas manquer d’être mise au courant de ce qui se passait.

71Cette fois, les prédictions pessimistes de la vieille dame devaient se vérifier, et plus rapidement encore qu’elle ne l’avait imaginé.

  • 148 Voir la lettre des mineurs à Éguenolphe, 27 novembre 1561, et celle des « gmeinen gwercken im Lebe (...)
  • 149 Cf. supra, p. 261.

72Dès le mois de juin, peut-être même plus tôt, une plainte avait été envoyée à l’empereur à Vienne. Les mineurs, que l’on soupçonna plus tard d’avoir été les délateurs, de même d’ailleurs que les actionnaires strasbourgeois des mines, s’en défendirent alors avec vigueur148. Le responsable de la « fuite » a sans doute été le juge des mines Veltin Collin, qui était fonctionnaire autrichien en même temps que des Ribeaupierre, étant donné le statut particulier dont bénéficiaient les mineurs du val de Liepvre depuis l’accord du 25 avril 1530149.

  • 150 Voir les lettres d’Haubinsack et de Veltin Collin à la chancellerie de Ribaupierre, respectivement (...)
  • 151 A.H.R., 1E 83/157.
  • 152 Lettre citée de Veltin Collin à Equenolphe.

73Par un mandement daté de Vienne le 6 juillet, l’empereur avait ordonné que fussent chassés du val de Liepvre non seulement les anabaptistes mais tous les autres sectaires. Il exigeait, en outre, que tout fût mis en œuvre pour que la religion catholique soit partout pratiquée. La Régence d’Ensisheim transmit ces ordres à Veltin Collin, ainsi qu’à son collègue lorrain Georges Vogel, vers le 15 août, sans passer par la chancellerie de Ribeaupierre150. Elle ne communiqua l’ordonnance impériale à Éguenolphe que le 21 août151. L’adresse de la lettre d’accompagnement et celle d’une lettre de Veltin Collin à la seigneurie de Ribeaupierre qui est datée du 19 août 1561152 sont de la même main : on voit quels liens unissaient le juge des mines et la Régence d’Ensisheim ! Le retard mis à annoncer à Éguenolphe la volonté de l’empereur est, d’autre part, éloquent sur le peu d’égard qu’avait pour lui l’administration autrichienne.

  • 153 Erbach à Éguenolphe, Heidelberg, 22 septembre 1561 (A.H.R., 1E 83/157). Traduction française dans (...)

74Soumis à d’aussi fortes pressions, Éguenolphe adopta l’attitude qui allait être la sienne pendant de nombreuses années : il temporisa, se disant sans doute que Vienne était loin de Ribeaupierre. Et avant toute autre chose, il prit conseil. Son beau-père, Eberhard d’Erbach, un noble de l’entourage de l’Électeur palatin Frédéric III à Heidelberg, lui suggéra de faire partir les anabaptistes du val et de renvoyer en outre non seulement Arnaud Banc mais aussi Hoger, en veillant à ce que l’un et l’autre retrouvent un poste153.

  • 154 Z.S.A., E II 361, f. 195.
  • 155 Ibid., f. 135.

75Le premier à s’éloigner fut Arnaud Banc. Mathias Erb annonça à Bullinger, le 5 octobre, que le Méridional était « obligé de quitter son Église sur le conseil de quelques uns, le temps que son Église s’apaise ». Hoger, pendant ce temps, régnait « seul avec ses conspirateurs »154. La mère d’Éguenolphe rendit compte, elle aussi, de ces événements au ministre de Zurich, le 5 octobre155. Elle précisait que son fils avait instamment prié Pierre Hoger de lui faire savoir ce qu’il reprochait exactement à son collègue français et que celui-ci avait dédaigné de lui répondre. Banc était congédié « pour un temps » (ein zytlang). En attendant, l’Église française était sans pasteur et elle espérait que Bullinger pourrait trouver quelqu’un qui accepte le poste.

  • 156 A.H.R., E 2806 (8 octobre 1561). Le manuscrit porte le sceau du seigneur de Ribeaupierre. Banc a-t (...)
  • 157 Une même expression spartam ornare, qui est rare, se retrouve dans la lettre d’Erb aux ministres d (...)
  • 158 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 9 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 154, no 3640). Cf. infra,(...)

76Banc reçut d’Éguenolphe une lettre de congé très élogieuse156, qu’Erb s’était vraisemblablement chargé de rédiger157. Il avait, selon cette lettre, été ministre à Eschery « sans avoir brigué cette charge et sans l’avoir obtenue par un pacte simoniaque », allusion transparente à Hoger, qui avait fait ses études à Bâle aux frais d’Éguenolphe. Il avait abandonné son ministère en raison des attaques de ses adversaires : sans celles-ci, Éguenolphe eût pu aisément le garder plus longtemps. Muni de cette lettre de recommandation, Banc se rendit à Strasbourg et, de là, à Francfort, où il servit l’Église française158.

  • 159 A.H.R., E 2088.

77Quant à Hoger, il ne semble pas qu’il a quitté le val de Liepvre cette année-là mais, comme il était tombé assez grièvement malade, il cessa, lui aussi, de prêcher. Éguenolphe profita de ce que Sulzer lui avait écrit un mot, le 3 novembre, à propos de ses boursiers de Bâle, pour lui exprimer à quel point il se sentait découragé en voyant comment les choses avaient tourné dans le val de Liepvre, un drame d’autant plus regrettable, selon lui, qu’il aurait pu être facilement évité, puisque les deux ministres « étaient d’accord dans l’essentiel de la doctrine »159. Il demandait au prédicateur de Bâle de l’aider à trouver à Hoger un remplaçant. Après avoir noté au passage que le Saxon avait « fait de son mieux », il proposait le nom de Jacques Rydtmüller. Celui-ci avait été diacre à l’Église de Riquewihr de 1546 à 1560. Comme Erb qui avait été là son pasteur, Rydtmüller venait d’être congédié pour s’être opposé à la politique de luthéranisation menée dans le comté de Montbéliard. Sans doute parce qu’il était trop « marqué » confessionnellement, le diacre ne devint pas ministre dans le val de Liepvre et, tant que Hoger ne fut pas rétabli, personne ne vint régulièrement prêcher à sa place à l’église du Pré.

6. Le ministère de Jean Figon (1561-1562)

  • 160 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 8).
  • 161 A.M.S., XXI, 38, f. 32 v° (27 janvier 1559).
  • 162 Sur Figon : Greib, Jean Figon, p. 2-3. Cet auteur cite « ein Bericht » relatif à Figon, selon lequ (...)
  • 163 Stelling-Michaud, Livre, du Recteur, t. I.

78Arnaud Banc fut, lui, bientôt remplacé. « Maistre Jean Figon fut envoyé de Metz au mois d’octobre 1561, poursuit Rouget dans sa chronique160 et fut receu de mondit seigneur et de l’Église et fit son devoir de maintenir l’Église et en bon ordre. » Ce Figon était un jeune Messin âgé de vingt-six ans, qui avait été membre de l’Église française de Strasbourg161. D’après l’un de ses biographes, il se serait rendu à Genève, vers 1560, pour y étudier la théologie162. Son nom, pourtant, ne figure pas dans Le Livre du Recteur de l’Académie de Genève163.

  • 164 Lettre du 7 avril 1562 (A.H.R., 1E 83/157).
  • 165 Rapport de Zanchi et de Garnier sur l’Église française du val de Liepvre, Ribeaupierre, 14 avril 1 (...)

79Figon ne reçut pas la confirmation de pasteur. Six mois plus tard, dans une lettre adressée à Éguenolphe, Guillaume Houbraque et les anciens de l’Église française de Strasbourg devaient s’en inquiéter. « Nous vous prions très humblement et d’une singulière affection, qu’il vous plaise employer l’autorité que Dieu vous a donnée, à ce que nul n’entre, ny demeure au ministère de l’église en vostre seigneurie, s’il n’est légitimement éleu selon l’ordre de l’église, confirmé par votre authorité, et accepté en peuple164. » Et dans un document qui est daté du 14 avril 1562165, on allait parler de la nécessité de « confirmer [Figon] ministre de l’Église d’Eschery ».

  • 166 Jean Le Bachellé à Paul Ferry, Sainte-Marie, 12 mars 1643 (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 162).
  • 167 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 8).
  • 168 Mathias Erb à Bullinger, 5 octobre 1561 (Z.S.A., E II 361, f. 195). — Anne-Alexandrine au même, mê (...)
  • 169 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 9 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 153, no 3640).
  • 170 Voir la lettre citée de Jean Le Bachellé à Paul Ferry. Par ailleurs, le nom de la « vesve d’Arnout (...)

80Pourquoi Figon n’a-t-il pas été ministre confirmé ? On pourrait invoquer son jeune âge et son inexpérience. Il lui fallut ainsi être assisté, pour ne pas dire supervisé, par un de ses collègues de Metz, Pierre de Cologne, dont, selon le pasteur Jean Le Bachellé, il était « fort familier »166. Rouget note à propos de Pierre de Cologne qu’il « preschoit en allemand et en françois » qu’il « visitoit ladite Église, [ce] dont les frères estoient grandement résouis pour les dons et grâces qui estoyent en lui167 ». Mais la situation particulière du jeune ministre peut être expliquée autrement. Il semble qu’Arnaud Banc, tout en ayant reçu son congé d’Éguenolphe en octobre 1561, soit resté titulaire du poste. Selon Erb, Anne-Alexandrine168 et Houbraque également dans une lettre à Calvin169, il avait reçu alors l’autorisation de se rendre là où il le souhaitait, à Francfort en l’occurrence, mais « pour un temps » seulement. En ne le renvoyant pas définitivement, le seigneur de Ribeaupierre évitait de donner trop ouvertement raison à ses adversaires, qui réclamaient son départ. Ajoutons que cette décision avait peut-être, pour Banc, des implications financières. Il n’est pas impossible, en effet, qu’Éguenolphe lui ait donné, pour le temps de son absence, un petit pécule. Quoi qu’il en soit, Arnaud Banc devait effectivement repasser quelques mois plus tard, en avril 1562, dans le val de Liepvre, avant de se rendre en France, où il retrouva un ministère170.

  • 171 Lettre citée de Houbraque à Calvin.

81Le ministère de Jean Figon, s’il faut en croire Guillaume Houbraque, commença bien. « La querelle menée contre notre frère Arnaud Banc s’est manifestement mieux terminée que nous ne l’avions craint un moment. Le seigneur de ce lieu s’est conduit avec intelligence et courage et il a usé de son autorité pour que l’Église française soit maintenue dans la pureté de la doctrine et, pour ce qui est des rites, qu’elle se conforme à la nôtre [l’Église française de Strasbourg], [...] Il a été remplacé par Figon, qui exerce à présent les fonctions de pasteur (agit pastorem) et, à ce que j’entends, il est apprécié non seulement par le seigneur du lieu et par le peuple mais même par les adversaires d’Arnaud, ou du moins ils en font semblant171. »

  • 172 Erb à Bullinger, [Ribeauvillé], 22 décembre 1561 (Z.S.A., EII 361, f. 210).
  • 173 A.H.R., E 2806. Quelques extraits dans Muhlenbeck, op. cit., p. 152.

82Erb, cependant, se montrait plus réservé que Houbraque quant au bon accueil réservé au jeune Messin. « [Banc], écrivait-il à Bullinger, a été remplacé par un homme pieux qui est d’une remarquable érudition. Les adversaires qui sont du parti de Pierre Hoger le calomnient encore plus qu’Arnaud Banc et ils lui reprochent même d’être calviniste172. » C’est que Figon, le nouveau ministre, n’était pas davantage porté aux accommodements doctrinaux ou liturgiques que son prédessesseur. Pendant la durée de son ministère, les calvinistes, comme on les appelait, redoublèrent de zèle dans le val de Liepvre. A Eschery et à Sainte-Marie, le sujet le plus brûlant ne fut pas, comme dans les autres villes du refuge, la doctrine eucharistique mais la question des « images ». Seul Dieu méritait qu’on l’adorât. Il ne pouvait faire l’objet d’aucune représentation, ni lui, ni le Christ, ni encore moins les saints. Ces « images » étaient, en effet, des idoles et l’idolâtrie était interdite tant par l'Ancien que par le Nouveau Testament. C’est en de pareils termes que Jean Figon expliqua au seigneur de Ribeaupierre, dans une supplique qu’il lui adressa au nom de son Église à la fin de l’année 1561173, le nécessité de supprimer les « images » des églises.

  • 174 Antwurt dem wolgebornen Herrn Egenolfen zut Rapoltztein... unnd belangend die welsch Kirch zue Eck (...)
  • 175 Consourcier : membre de l’Église. De consorce, société. Cf. E. Huguet, Dictionnaire de la langue f (...)
  • 176 A.H.R., document égaré ou déclassé (Muhlenbeck, op. cit., p. 153-155, ici p. 154.
  • 177 Ibid., p. 153.

83Cette pièce très savante, farcie de citations bibliques et de références patristiques, n’était pas originale. Figon ne fit, en effet, que reproduire le dernier chapitre d’un mémoire d’Arnaud Banc sur diverses questions de théologie, dont celle des images, envoyé à Éguenolphe sans doute au mois de juin 1561174. Dans cette supplique, Figon demandait au seigneur de Ribeaupierre de veiller lui-même à ce que toutes les images et décorations soient otees de l’église d’Eschery. Éguenolphe ayant fait la sourde oreille, une seconde supplique lui fut adressée en janvier 1562. Cette fois, Figon n’en était pas le seul signataire : « Tout le contenu de subscrite supplication est accordé, faict et agréé tant par le susdict ministre, diacres et anciens et consourciers175 que de la plupart de la commune, même par le maire et jurez de la justice dudict lieu d’Eschery »176. « Par la parolle de Dieu, y déclarait-on, nous avons connu estre de nostre debvoir de vous avertir de grandes idolâtries qui se commettent encore audit temple par les infirmes et ignorans, lesquels par tels instrumens d’idolâtrie sont émus à idolâtrie, quand ils voyent devant leurs yeux les images, autel et telles choses, et se commettent telles abominations alors même que la pure parolle du Seigneur est preschée177. »

  • 178 Cf. Deyon, Querelle des images, p. 37-44. Il existe une abondante bibliographie sur l’iconoclasme (...)
  • 179 Hist. eccl., t. I, 754.
  • 180 Ibid., t. I, p. 763.

84Ainsi, l’Église française du val de Liepvre était prise d’un véritable accès d iconoclasme. En fait, le même phénomène s’observait, au même moment, dans la plupart des Églises réformées de France, clandestines ou non178. L’iconoclasme était tellement redouté que dans l’Édit de janvier en 1562, cet édit de tolérance qui ne fut jamais appliqué, une des conditions mises à l’autorisation des assemblées évangéliques dans le royaume était que les religionnaires cessent d « abattre et démolir croix, images et faire autre actes scandaleux et séditieux179 ». Le groupe des ministres réformés rassembles a Saint-Germain-en-Laye après le Colloque de Poissy publia aussitôt un Avis et conseil sur l’exécution et observances des principales clauses de l’Édict de janvier, où l’article de l’Édit relatif aux images se trouvait ainsi commenté : « Faut obéir, comme aussi il a esté ordonné dans les synodes cy-devant tenus ; car l’office du ministre est d’abattre les idoles du cœur des hommes par la prédication de la parole de Dieu et non autrement, et la vocation des personnes privées ne s’entend plus avant que de prier Dieu qu’il inspire tellement les rois et les princes qu’ils s’emploient à avancer sa gloire, et à abattre toute idolâtrie180. »

  • 181 Voir en particulier le récit des actes de vandalisme commis à Castres vers le 1er janvier 1562 (Hi (...)

85Ce texte est de février 1562. On relèvera qu’à la différence de certains de leurs frères en religion plus violents, comme ceux du midi de la France181, Jean Figon et les réfugiés du val de Liepvre s’en tenaient, dès le mois de janvier 1562, à la doctrine officielle des Églises réformées de France. Ils se contentaient, en effet, d’inciter leur seigneur à abattre les images sans passer eux-mêmes à l’acte.

  • 182 A.M.S., A.S.T. 162, no 176, phot. p. 453-454. Sur Westheimer : Ritter, Histoire de l'imprimerie al (...)
  • 183 Sur Conrad Finck : E. Meininger, Les pasteurs de Mulhouse, dans Bulletin du Musée historique de Mu (...)
  • 184 Voir une lettre non datée de la « pauvre confrérie habitant à Eschery et au Neuenberg » qui est de (...)

86Cette relative modération allait bientôt porter ses fruits. En mars, Éguenolphe invita le prédicateur de Mulhouse Conrad Finck à venir remplacer Pierre Hoger à l’église du Pré. Barthélémy Westheimer, le ministre de Horbourg, un village proche de Colmar, annonça à Conrad Hubert son arrivée à Sainte-Marie le 19 mars 1562182. Westheimer n’appréciait pas beaucoup le ministre de Mulhouse, qu’il avait connu précédemment lorsqu’ils se trouvaient l’un et l’autre à Strasbourg183. Écrivant à Hubert, il se déclara partisan de Hoger contre Finck, qu’il accusait de zwinglianisme : « Finck s’en prend à Pierre Hoger devant la mère du seigneur de Ribeaupierre [...]. Il y aurait beaucoup à dire sur les troubles qu’il provoque. » Un jour, Conrad Finck ôta de l’église du Pré le crucifix, le baptistère et le tabernacle. Cet acte fut-il commis sur les ordres du seigneur de Ribeaupierre ? On ne peut l’affirmer, mais la chose est fort possible, car cela lui fut reproché plus tard et, en tout cas, Éguenolphe ne s’y opposa d’aucune manière. Les vieux habitants du val furent, eux, scandalisés et leur opposition aux « calvinistes » redoubla d’intensité184.

  • 185 A.H.R., 1E 83/157. D’après une note manuscrite d’Éguenolphe sur l’exemplaire des A.H.R., l’auteur (...)
  • 186 A.H.R., 1E 83/157.
  • 187 Lettre perdue. Elle est signalée dans la lettre de l’empereur à Eguenolphe du 5 mai 1562 (A.H.R., (...)
  • 188 Staatsarchiv Ludwigsburg, Kopialbücher Vorlande 4, f. 306 v° (copie dans les Papiers Adam, aimable (...)

87Le conflit devait éclater. Une lettre anonyme fut envoyée à la Régence d’Ensisheim185 et, le 27 mars, le gouverneur de Haute-Alsace, le comte Philippe d’Eberstein, écrivit à Éguenolphe de mettre fin à ces actes d’iconoclasme, en tout point opposés à la volonté de l’empereur186. Le seigneur de Ribeaupierre ne répondit pas avant le 7 avril à la Régence d’Ensisheim. Dans sa lettre, il plaida non coupable, en invoquant pour sa défense la Paix d’Augsbourg187. Entretemps, l’empereur, que la Régence avait informé le 27 mars des événements survenus dans le val de Liepvre, encouragea celle-ci, par une lettre écrite d’Innsbruck le 9 avril, à mettre tout en œuvre pour que cessent ces « nouveautés ». Il ne faisait aucun doute pour lui que la seigneurie de Ribeaupierre était entièrement soumise à son autorité188.

  • 189 Rapport de Jérôme Zanchi et Jean Garnier sur l’Église française du val de Liepvre, Ribeaupierre, 1 (...)

88Or, ce fut au moment précisément où le seigneur de Ribeaupierre était engagé dans cette épreuve de force avec l’administration impériale, qu’Arnaud Banc refit son apparition dans le val de Liepvre, plongeant l’Église française dans une crise de la plus grande intensité. La présence dans le val d’un certain Nicolas François ajoutait à la confusion. Ce Nicolas était un prêtre de l’Église romaine, en fonction à Sainte-Marie, côté lorrain, qui venait de passer à la Réforme. Il prêchait de temps en temps à l’église du Pré, apparemment en français. Il ne semble pas qu’il se soit disputé avec Conrad Finck qu’il a certainement rencontré à cette occasion. En revanche, il s’était opposé, d’après un rapport envoyé à Éguenolphe le 14 avril, à Jean Figon et aux anciens de l’Église française d’Eschery : « Il envoie des piques au pasteur de notre Église, tourne en dérision la discipline et calomnie l’Église189. »

  • 190 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15).
  • 191 J.-J. Luck, Annales Rappoltsteinenses dans J. Rathgeber, Die Herrschaft Rappoltstein, Strasbourg, (...)

89Le zèle iconoclaste de Jean Figon et de ses partisans avait déjà créé au sein de l’Église de fortes tensions. Le retour d’Arnaud Banc et les critiques de Nicolas François ne firent que les renforcer. Ne sachant que faire, Figon et les anciens firent parvenir à l’Église française de Strasbourg un appel au secours. Celle-ci commença par envoyer, sous la plume de Guillaume Houbraque, le 7 avril, une lettre à Éguenolphe, dans laquelle celui-ci était engagé à pourvoir sans retard l’Église d’un ministre régulièrement élu et confirmé190. Mais cette démarche ne suffisait pas. Une délégation fut envoyée de Strasbourg à Eschery le 10 avril. Elle était constituée de Jérôme Zanchi, le théologien italien, alors ancien de l’Église française de Strasbourg, et de Jean Garnier, l’ancien ministre de cette Église, sur le chemin de Cassel, — où il avait été le prédicateur du landgrave de Hesse pendant quelques années, — à Metz, qui devait l’accueillir comme ministre, aux côtés de Pierre de Cologne191.

  • 192 Rapport cité de Zanchi et Garnier. Il est de la main de Zanchi.

90Après avoir « écouté de nombreux fidèles », Zanchi et Garnier convoquèrent une « assemblée de l’Église » (conventum ecclesiasticum). Les participants se mirent d’accord sur un ensemble de propositions, que les deux envoyés de Strasbourg furent chargés de transmettre à Éguenolphe192. Ils souhaitaient tout d’abord que le seigneur invite Nicolas François à changer de discours ou, mieux, à se taire. Après tout, il n’était prédicateur que « pour un temps » (ad certum tempus). Quant à Arnaud Banc, ils pensaient qu’il devait s’éloigner à nouveau et être remplacé par Pierre de Cologne, qui était bilingue et semblait davantage faire l’unanimité. Les frères de Metz risquaient de refuser de se séparer de lui. Mais ils ne le demandaient pas nécessairement pour toujours et Arnaud Banc pouvait prendre sa place à Metz. Éguenolphe était invité à écrire à Pierre de Cologne, ainsi qu’au gouverneur de Metz. Restait Figon : les fidèles de l’Église proposaient qu’il soit confirmé dans sa charge. I1 y aurait de la sorte deux ministres de langue française dans le val de Liepvre, un pour Eschery et l’autre pour les villages du bas. L’Église se déclarait prête à prendre en charge l’entretien du second ministre.

91Après cette assemblée, Zanchi et Garnier gagnèrent le château de Ribeaupierre. Là, ils rédigèrent le rapport de leur mission. Le document, qui est de la main de Zanchi, est daté du 14 avril 1562. L’Italien rentra ensuite à Strasbourg et son compagnon se rendit à Metz.

  • 193 A.H.R., 19J 136/55. Extraits de cette lettre dans Schad, Sleidani Continuatio, col. 289-290.

92L’histoire ne manque pas d’ironie. Jamais les réfugiés n’avaient fait preuve d’autant d’exigences et jamais ils ne s’étaient trouvé dans une situation aussi précaire. Eux qui demandaient un second ministre de langue française allaient bientôt être privés du seul qu’ils avaient. Mécontent en effet de voir qu’Éguenolphe n’obéissait pas aux ordres de la Régence d’Ensisheim, l’empereur Ferdinand d’Autriche lui écrivit lui-même de Prague le 5 mai193. Le ton de la lettre était courtois mais ferme. Ferdinand rappelait ce qu’Éguenolphe avait répondu à la Régence d’Ensisheim le 7 avril. Le seigneur de Ribeaupierre invoquait la Paix d’Augsbourg. Or, celle-ci n’autorisait que les souverains à réformer la religion dans leur territoire, pas les vassaux, et pour l’empereur Éguenolphe était son vassal. D’ailleurs, il ne se souvenait pas que la Confession d’Augsbourg recommandât le bris des images. A supposer même qu’il se fût lui-même « rendu coupable » d’avoir accepté dans ses États la Confession d’Augsbourg, ce qu’à Dieu ne plaise, l’iconoclasme n’en aurait pas été permis pour autant. Les principaux docteurs de la Confession d’Augsbourg, en effet, le condamnaient avec force et ils maintenaient dans leurs églises autels et images. L’empereur acceptait de se montrer, cette fois encore, « clément » (mild) mais, si Éguenolphe, à la réception de sa lettre, ne remettait pas tout en place à l’église du Pré, à ses frais, et s’il ne chassait pas le prédicant calviniste et ses disciples, il ferait « ce qui convient ».

  • 194 A.H.R., 19J 136/55.

93Dans sa réponse, Éguenolphe protesta de son obéissance. Dans le val de Liepvre, il n’avait fait que permettre à un prédicateur pieux (christlichen predicanten) de prêcher la pure parole de Dieu et l’évangile de salut et d’administrer le salut au pauvre peuple. La majorité des mineurs étaient, selon le seigneur de Ribeaupierre, acquis à l’évangile. Il y avait deux Églises, une française et une allemande, qui étaient sur le point de s’accorder sur la question de la liturgie et des images. La « majorité » reconnaissait la Confession d’Augsbourg. Pour son compte, il ne méprisait pas les mandements impériaux, puisqu’il les avait publiés immédiatement, en même temps qu’il chassait les anabaptistes et les sectaires194.

  • 195 Schad, op. cit., col. 300-301.

94Le seigneur de Ribeaupierre prit effectivement les ordres de l’empereur au sérieux. L’historien ancien Oséas Schad a raconté comment il convoqua une assemblée de tous les fidèles de l’église du Pré, pour leur parler de la question des images. La décision de remettre en place le crucifix, le tabernacle et le baptistère fut prise à la majorité, quelques-uns seulement déclarant qu’il y avait là de l’idolâtrie. Le mandement du 5 mai fut, comme Éguenolphe le signala à l’empereur, publié à Sainte-Marie et le seigneur de Ribeaupierre prit la décision de ne plus accepter dans le val que les étrangers pouvant produire une lettre de congé (zeugnus des abschieds), délivrée par les autorités du lieu qu’ils quittaient195.

  • 196 Op. Calv., t. XIX, col. 485, no 3826.
  • 197 Cf. Greib, Jean Figon. Voir aussi Corr. Bèze, t. VI, p. 145 et p. 147, note 9. — R.C.P., t. III, p (...)

95De son côté, Figon dut abandonner sa charge. Erb annonça son départ à Calvin le 16 juillet 1562196 : « On l’a accusé d’être calviniste, alors que cet excellent personnage ne s’est lié par serment aux paroles d’aucun homme et n’a proposé à l’Église que la parole du Christ, en toute sincérité. En conséquence, il a été chassé, sans avoir été entendu, par les iniques satrapes royaux de la maison d’Autriche. » Du val de Liepvre, Figon se rendit à Genève, avant de devenir ministre à Vienne dans le Dauphiné et à Badonvillers dans les Vosges197. Allait-il être remplacé à la tête de l’Église française du val de Liepvre ?

  • 198 Erb aux ministres de Genève, Ribeauvillé, 23 mai 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 420-421, no 3792).

96Calvin, à qui Erb avait recommandé Figon, se souciait de cette question, mais qui trouver ? Lorsqu’Arnaud Banc s’était rendu à Genève au printemps, précédant Figon de quelques semaines, après avoir quitté Eschery conformément au vœu de son Église, le Noyonnais avait déjà dû répondre à Erb, qui lui demandait de trouver un remplaçant au Français198, que cela lui était impossible, étant donné la « pénurie » d’hommes dont on souffrait alors dans les Églises réformées. Maintenant, il n’était pas davantage possible de trouver à Figon un successeur digne de lui. Pourtant, l’Église française du val de Liepvre ne demeura pas sans ministre. Son successeur fut, d’après Rouget,... Nicolas François.

7. Le ministère de Nicolas François (1562-1566)

  • 199 A.H.R., 1E 83/196. Édition accompagnée d’une traduction française dans Muhlenbeck, Claude Rouget, (...)

97On s’en souvient, Nicolas François entretenait des relations plutôt tendues avec Figon et les anciens de l’Église d’Eschery. Ce fut pourtant lui qui devint le ministre des étrangers de langue française du val de Liepvre, avec l’accord d’Éguenolphe et peut-être d’ailleurs sur sa proposition. Le Consistoire, assisté de Pierre de Cologne, ne s’y opposa pas, mais exigea qu’il fît confession de sa foi. Un texte qu’il signa le 16 juillet 1562 a été conservé : l’ancien prêtre y déclarait reconnaître le symbole des apôtres, le sacrement du baptême « qui doit être conféré à tous les croyants et en particulier aux petits enfants » et celui de la Sainte Cène, ainsi que la doctrine « dressée dans les Églises par la parole de Dieu ». Il professait, en outre, que « l’autorité et les magistrats ont été ordonnés et mis en place par Dieu et qu’on leur doit respect et obéissance »199.

  • 200 Recueil (Muhlenbbck, op. cit., p. 8).
  • 201 A.H.R., 1E 83/196 (texte latin et traduction allemande contemporaine) (Muhlenbeck, op. cit., p. 16 (...)
  • 202 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 8).

98Par cette déclaration. Nicolas François ne s’engageait à rien de précis, sinon qu’il rejetait clairement l’anabaptisme. La confession de foi du 16 juillet fut jugée insuffisante et Pierre de Cologne rédigea un texte en cinq articles, qui lui fut présenté, selon Rouget, le 27 juillet200. On sait, grâce à un autre document non daté, que Nicolas François, « ministre de l’église française du Pré », a refusé de signer trois de ces articles. L’un concernait « la pure doctrine et le droit usage des sacrements dans la forme sous laquelle on les pratique maintenant selon la parole de Dieu », l’autre « l’ordre et la discipline » de l’Église et le troisième l’opposition aux « hérésies » qu’il appartient à un « pieux et fidèle pasteur » d’extirper201. Il n’est fait, dans ce texte, aucune mention des deux derniers articles : par l’un, François devait s’engager à « entretenir paix et union et charité entre les frères de l’Église » et, par l’autre, à ne rien « changer », ni « diminuer » de l’« ordre estably en ladite Église »202.

  • 203 Ibid., p. 9.
  • 204 Jean Le Bachellé à Paul Ferry, Sainte-Marie, 12 mars 1643 (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 162-163).
  • 205 Op. Calv., t. XIX, col. 491, no 3830.

99S’il faut en croire Rouget, le ministre a fini par signer les cinq articles, revenant ainsi sur son refus : « Ledit Maistre Nicolas approuve lesdits articles et les signe de son propre nom et par telle condition fut receu Ministre à Eschery203. » D’après le pasteur Le Bachellé, qui, au XVIIe siècle, connaissait la chronique de Rouget, c’est le 27 juillet que Nicolas François « receut l’imposition des mains ».204 Nous avons aussi le témoignage de Guillaume Houbraque, qui écrivit à Calvin de Strasbourg le 28 juillet205 : « Nicolas François a été nommé à la place de Figon, à condition qu’il approuve quelques articles rédigés par Pierre de Cologne et qu’il s’engage solennellement par serment devant le prince et le consistoire à respecter ces articles. S’il le fait, son ouvrage ne sera pas inutile à cette Église. Quand j’ai compris cela, je lui ai écrit une lettre par laquelle je l’ai averti de son devoir, en faisant amicalement pression sur lui. J’ai trouvé, en effet, que l’on pouvait davantage obtenir de lui par la douceur que par la rudesse. »

  • 206 Z.S.A., E II 361, f. 219.
  • 207 Lettre du 22 octobre 1563 (Z.S.A., E II 361, f. 137).
  • 208 Ibid.
  • 209 Sulzer à Éguenolphe, Bâle, 23 mai 1570 (A.H.R., E 2088).

100Il n’est pas possible d’affirmer, à lire cette lettre de Houbraque, que François a effectivement signé les cinq articles, comme Rouget s’en montrait persuadé. Mais la chose n’est pas à exclure après tout et, quoi qu’il en soit, François devint ministre. Fait exceptionnel dans l’histoire des Églises du refuge, son ministère fut, autant que l’on sache, calme et paisible. L’ancien prêtre semble s’être bien entendu avec Hoger, qui, entretemps, avait repris du service. Ils prêchaient peut-être dans le même lieu, puisque François, dans le document cité plus haut, est présenté comme « ministre (diener) de l’église du Pré ». Seul Erb continuait à en vouloir au Saxon. Dans une lettre à Bullinger, ne déclarait-il pas le 14 août : « Hoger le ministre non pas du Christ mais du diable, une fois les calvinistes éjectés, règne seul, complètement adonné aux superstitions, en faisant preuve d’une insolence indicible206 ? » Mais Anne-Alexandrine, qui hébergea Hoger dans son château en 1563, alors qu’il était retombé malade, avait pour lui davantage d’estime : elle alla jusqu’à déclarer, dans une lettre au ministre de Zurich207, qu’elle ne désespérait pas de le convertir un jour à ses idées. Il fut question, à cette époque, de l’envoyer, s’il se rétablissait, à Hunawihr, pour y remplacer le ministre Paul Ulstetter, qui venait de décéder208. On ignore si ce projet a abouti. En 1570, en tout cas, Hoger se trouvait toujours dans le val de Liepvre comme ministre209.

  • 210 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 9).
  • 211 Catalogue des Baptesmes et de ceux qui ont rendu raison de leur foy en ceste Église d’Eschery, 156 (...)
  • 212 Lettre du 20 mai 1564 (Z.S.A., E II 361, f. 142).
  • 213 A.H.R., E 2806. La supplique a été datée ultérieurement de 1564.

101Quant à Nicolas François, il prêcha à l’Église française pendant trois ans et demi, selon Rouget210. C’est sous son autorité que l’on commença, en octobre 1562, à tenir à l’Église française un registre des baptêmes et des professions de foi211. Les sources conservées ne font état que d’un seul incident pendant cette période. D’après une lettre d’Anne-Alexandrine à Bullinger, un trouble (unruw) se produisit à Eschery « que l’on nomme calviniste », en l’absence de son fils, au printemps 1564. Elle-même se rendit sur place et parvint à apaiser cette querelle, sur laquelle elle ne fournit dans sa lettre pas davantage de précision212. C’est vraisemblablement de cette période que date cette supplique des habitants d’Eschery et de Bréhagoutte à Éguenolphe, dans laquelle ils demandaient au seigneur de leur rendre l’église d’Eschery, abandonnée aux « calvinistes », et de leur accorder comme « au Pré », en bas, un ministre qui accepte la Confession d’Augsbourg et les usages luthériens213.

  • 214 Voir les mandements impériaux des 24 juillet 1562, 19 janvier 1563, 30 juin 1566, 27 juillet 1573, (...)

102Au total, l’Église française du val de Liepvre n’eut pas trop à souffrir de l’aversion de l’administration impériale pour le calvinisme. Les mises en garde et les menaces répétées de l’empereur et de la Régence d’Ensisheim214 n’eurent finalement pas d’autre effet que de l’inciter à la prudence et à la discrétion, une attitude dont elle fut elle-même la première à profiter.

Notes

1 Cette constatation avait déjà été faite par le pasteur J. Le Bachellé en 1643. Cf. sa lettre à Paul Ferry, Sainte-Marie, 13 mars 1554 (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 161) : « En tous ces lieux, les habitants font profession de quatre religions ouvertement. »

2 Affluent de l’Ill. La Liepvrette se jette dans l’Ill au nord de Sélestat.

3 Sur l’histoire des mines du val de Liepvre : Grandidier, Histoire de la vallée de Liepvre. Muhlenbeck, Histoire des mines. Hanauer, Études, t. I, p. 177-196. Sur l'ensemble du bassin minier lorrain et alsacien : Roos, Geschichtliche Entwicklung. Une équipe de géologues et de minéralogistes est occupée aujourd’hui à réétudier l’histoire des mines, en joignant aux études d’archives l’examen des vestiges de puits et de galeries. Voir les articles de Pierre Fluck dans Pierres et Terres (bulletin trimestriel, Strasbourg, 1974) et en particulier son Glossaire des principaux termes miniers (ibid., no 4, Strasbourg, 1975, p. 28-43). De son côté, Hubert Bari, l’auteur d’une thèse soutenue à Strasbourg en 1982 sur la Minéralogie des filons du Neuenberg à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), a entrepris une étude comparative des techniques d’exploitation et des formes d’organisation minière à Freiberg en Saxe et dans le val de Liepvre au XVIe siècle qui est fort prometteuse.

4 Excerpta alsatica Chronici Senoniensis medio decimo terti saeculi conseripti a Richerio monacho, dans Grandidier, Histoire ecclésiastique... de la province d’Alsace, Strasbourg, 1787, [t. 2], Pièces justificatives, p. 43-44, no 426.

5 Muhlenbeck, Histoire des mines, p. 18. — Hanauer, Études, t. I, p. 179-180. — Roos, Geschichtliche Entwicklung, p. 15-18. Si Sigismond mourait sans descendant direct, la moitié seulement serait due à son successeur et c’est ce qui se produisit : Maximilien, le nouvel empereur, renouvela l’accord en 1504 en tenant compte de cette disposition.

6 Das Reichsland Elsass-Lothringen, art. Ensisheim, t. III/l, p. 265.

7 Sur cette question : L. Briele, La Maison d’Autriche en Alsace, Ancienne Régence d’Ensisheim, dans Curiosités d’Alsace, t. I, Colmar, 1861-1862, p. 13-28. — Das Reichsland Elsass-Lothringen, t. III/l, p. 265. — Ph. Dollinger, Histoire d’Alsace, Toulouse, 1970, p. 277-269.

8 A.H.R., 1E 83/193. A la traduction française de J. J. Dietrich (Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Colmar, nos 16-17, 1876, tirage-à-part, Colmar, 1877), on préférera aujourd’hui celle de Pierre Fluck (Pierres et Terres, no 8, 1976, p. 3-29), qui est plus précise. Les galeries y sont décrites une par une ; il n’y est question ni de la vie religieuse des mineurs, ni des problèmes politiques ou religieux du temps. Sur Jean Haubinsack, juge provincial (Landesrichter) du val de Liepvre, côté Ribeaupierre : Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 13, 72 et 126. Il n’est pas mort en 1577, comme le pense Dietrich (op. cit.), mais en 1579 (A.H.R., 1E 83/169, document cité infra, p. 270, note 3).

9 Fertru ou Fertrupt (Furtelbach ou Vortelbach) : lieu-dit près du hameau de Saint-Blaise, aujourd’hui dans la commune de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin).

10 Fluck, op. cit., p. 12.

11 Grandidier, Histoire de la vallée de Liepvre, p. 32-33.

12 Cf. [muhlenbeck], Documents, p. 248-251.

13 Dans une note insérée par Sébastien Muenster à l’édition latine de 1550 de sa Cosmographia, dans le chapitre consacré aux mines d’Alsace (Bâle, Henri Petri, p. 430-434). Cette note fut rédigée après la parution de la première édition en allemand de 1544, entre 1545, année qui est citée dans le texte, et 1550. Corriger sur ce point : Dietrich, op. cit., Introduction. Elle est reproduite dans la seconde édition allemande de 1556, cette fois avec mention à l’auteur, Hubinsack (Haubinsack), et dans la troisième édition allemande de 1563 que je citerai ici (Cosmographey oder beschreibung aller länder, herrschaften, fürnemsten stetten, geschichten, gebreüchen, hantierungen, etc., Bâle, H. Petri, 1563, p. 635-638). Sur cet ouvrage : V. Hantzsch, Sebastian Münster. Leben, Werk, wissenschaftliche Bedeutung, Leipzig, 1898 (p. 153-157 : liste des 46 éditions de la Cosmographie. Ajouter une édition française de 1565, Bâle, Henri Pierre, dont un exemplaire est conservé à la Société industrielle de Sainte-Marie-aux-Mines). — H. Wilsdorf, Die Cosmography des Sebastian Münster 1544, dans Id., Präludien zu Agricola, Berlin, 1954, p. 65-205.

14 Muenster, op. cit., p. 636.

15 [Muhlenbeck], Documents, p. 216.

16 A.H.R., B 1814. Cf. G. Stoffel, Topographisches Wörterbuch des Ober-Elsasses, die alten und neuen Ortsnamen enthaltend, 2e ed., Mulhouse, 1876, p. 348.

17 Muenster, op. cit., p. 636.

18 Haubinsack, Chronique, éd. Fluck, p. 14.

19 Muhlenbeck, Étude de quelques points obscurs, p. 149.

20 Cf. infra, p. 279.

21 Suggestion de M. Hubert Bari.

22 A.H.R., E 2089 (Muillknbeck, Claude Rouget, p. 427-425).

23 Muenster, Cosmographey, p. 636.

24 Cf. Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 27-28. Voir surtout d’Ulrich de Ribeaupierre sa Verzeichnis der Geschichte des Bauernaufruhrs 1525, dans J. Rathgeber, Die Herrschaft Rappoltstein, Strasbourg, 1874, p. 69-112. L’original, perdu, n’est connu que par les extraits qu’en a donnés Jean-Jacques Luck, dans ses Annales Rappolsteinenses anno 1218 [-1623] (A.H.R.). Traduction française de la Verzeichnis, dans Curiosités d’Alsace, éd. L. Brièle, t. I, Colmar, 1861-1862, p. 192-200, 269-280.

25 On trouvera une analyse des seize lettres adressées par Anne-Alexandrine de Ribeaupierre à Bullinger de 1561 à 1570 (Z.S.A., E II 361, f. 132-147 et 224-235) dans Rudolf, Kleine Zwinglikirche. Voir aussi les lettres écrites à la même époque par Rodolphe Gwalter, le 5 mars 1563 (A.H.R., E 578/12, dans Rathgeber, op. cit., p. 135-139), et par Bullinger, le 20 mars 1563 (A.H.R., E 578/10, inédit) et le 12 avril 1563 (A.H.R., E 576/11, ibid., p. 132-135). Cf. Rocholl, Anna Alexandria.

26 Bibliothèque municipale de Colmar, MS. 564, f. 3-19, dans Rathgeber, op. cit., p. 113-132. Cf. Rocholl, op. cit., p. 113-132.

27 Lettres à Bullinger des 24 janvier 1561, 19 juillet 1561 et 12 mars 1568 (Z.S.A., E II 338, f. 1599 ; 361, f. 131 ; 350, f. 184).

28 A.H.R., 1E 83/157, 4e liasse (Muhlenbeck, op. cit., p. 118).

29 Édition par Charles Bartholdi, dans Curiosités d’Alsace, t. I, p. 36-51. Remarquer l’absence des œuvres de Calvin.

30 A.H.R., 1E 83/157. Muhlenbeck (op. cit., p. 118-119) publie ces notes en désordre et sans rigueur critique.

31 Sur la Régence d’Ensisheim, cf. p. 259, note 2.

32 Erb à Bullinger, Ribeaupierre, 22 mars 1563 (Z.S.A. ; copie : Th. B., 22, 86). Cf. Adam, Territorien, p. 354.

33 Cf. infra, p. 281.

34 Cf. Adam, Territorien, p. 356.

35 Liepvre : commune du Haut-Rhin, sur la Liepvrette, entre Sainte-Marie-aux-Mines et Sélestat (Haut-Rhin).

36 Voir la note de Muhlenbeck (op. cit., p. 498-502) sur « les prêtres catholiques du val de Liepvre ». Voir aussi Stoffel, Topographisches Wörterbuch, p. 130 et 348-349. — Medard, Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter, p. 796. Je remercie M. Rapp, de Strasbourg, pour les renseignements qu’il a bien voulu me communiquer sur l’histoire des paroisses catholiques du val de Liepvre.

37 Stoffel, op. cit., p. 130. — Barth, op. cit., p. 322-323. Cette paroisse est mentionnée dans le pouillé de 1371 (M. Barth, Untersuchungen zur Geschichte der Pfarreien des Bisthums Strassburg im Mittelalter, dans Archives de l’Église d’Alsace, t. II, 1947-1948, p. 83) et dans celui de 1474 (cité incorrectement dans Ph. A. Grandidier, État ecclésiastique du diocèse de Strasbourg en 1454, Colmar, 1896, p. 10). Sur l’ermite Guillaume d’Eschery : J. M. B. Clauss, Die Heilige der Elsass, Dusseldorf, 1935, p. 21 et 185. Calvin en connaissait l’existence. Cf. son Traité des reliques, 1543 (Op. Calv., t. VI, col. 448). L’église de Sur l’Hâte fut construite en 1150. Selon le pasteur J. Le Bachellé, dans sa lettre du 12 mars 1643 à Paul Ferry (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 160), « il conste qu’elle fut jadis dédiée à saint Wilhelm ou Guillaume, et estoit aultrefois ung prieuré respondant à l’abbayée de Murbach ».

38 D’après le rapport du juge des mines Paul Guenault du 22 décembre 1628. Cf. Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 94.

39 A.H.R., E 2089 (inédit).

40 Stoffel, op. cit., p. 130.

41 K, Albrecht, Rappoltsteinische Urkendenbuch 750-1500, t. V, Colmar, 1898, no 1246.

42 Suggestion de M. Francis Rapp. A noter que l’hypothèse d’une paroisse non territoriale des mineurs n’a pas encore reçu de confirmation formelle. Une recherche à ce sujet est en cours.

43 A.M.S., A.S.T. 154, no 83, phot. p. 217 (Adam, Territorien, p. 350). La lettre est du 24 mars 1530.

44 Voir la lettre des mineurs à la Régence d’Ensisheim, 12 septembre 1558 (A.H.R., 1E 83/157, Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 393).

45 Comme le pense Muhlenbeck, op. cit., p. 502.

46 Voir l’extrait du Kirchenprotokoll luthérien publié par Caspari, Geschichte, p. 7. L’original semble perdu.

47 Voir la lettre de la confrérie de mineurs à Guillaume II de Ribeaupierre, [Fertru ?], 3 juin 1543 (A.H.R., 19J/169, inédit) : la construction de la nouvelle église coûte plus de 800 florins et les mineurs demandent au seigneur de leur donner plus que les 300 ou 400 florins promis.

48 Kirchenprotokoll, dans Caspari, op. cit., p. 7.

49 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 393).

50 Cf. infra, p. 279.

51 A.H.R., E 2806.

52 Voir son acte de nomination : A.H.R., 1E 83/168.

53 Recueil des Ministres de l’Église de Saincte Marie et d’Eschery de Van 1550 iusques en Van 1581, achevé en 1579 (A.H.R., E 2073, dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 1-13, ici p. 3). L’ouvrage est dédié à « Très généreux Seigneur Eberhard, fils de monseigneur [Éguenolphe] de Ribeaupierre ». Copie contemporaine de Haubinsack : A.H.R., 1E 83/169 (les variantes sont signalées par Muhlenbeck dans son édition du Recueil en notes) : Recueil des Ministres et vrais serviteurs de Dieu qui ont prêché l'évangile tant en l’église d’Escheri que lieux circonvoisins, depuis... environ Van 1550 et comment l’église a esté gouvernée durant ledit temps. 1579. Sur Elie de Hainaut : Haag-Bordier, La France protestante, t. VI, Paris, 1858, p. 8-9.

54 Document cité infra, p. 273, note 5.

55 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 32, 323. Cf. Bopp, Geistlichen, p. 213.

56 Cf. J. Peter, L’abbaye de Liessies en Hainaut, Lille, 1912. — F. Baix, art. Blois (Vénérable Louis de), dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. IX, Paris, 1937, col. 228-242.

57 Libellus chronicorum monasterii Laetiensis a primis fundamentis... quae facta est post decessum Ludovici Pii, dans De Reifeenberg, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et du Luxembourg, t. VII, Bruxelles, 1847, p. 393-436, ici p. 432. Sur Sart-les-Moines : U. Berlière, Monasticon belge, t. I, Provinces de Namur et de Hainaut, Maredsous, 1890-1897, p. 309-310. Le seul prieur de Sart-les-Moines dont l’auteur a retrouvé la trace est un certain Simon mentionné en 1543.

58 Examen ministrorum ecclesiarum in comitatu Reichenvillensi inchoatum 30 Maii [1559] (Archives nationales de Paris, K 2357, f. 192 r°, document reproduit infra, annexe II/14) : « In vicinia hac exul fuit per quatuordecim annos. »

59 Cf. supra, p. 70-71.

60 Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 3.

61 Registres des baptêmes de l’Église d’Eschery, 22 décembre 1566 (A.H.R., GG 45/1, f. 22 v°, cité dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 33, note 1) : « ... pour marrines Marguerite vesve de Maistre Ely et Marrion de Baccouffe ».

62 Bopp, Evangelischen Ceistlichen, p. 213. Il ne cite pas ses sources. Il ne s’agit en tout cas pas des registres de mariages conservés aux A.M.S. Comme cet auteur, aujourd’hui décédé, est généralement bien informé, on tiendra le renseignement pour sûr, jusqu’à preuve du contraire.

63 Lettre publiée par Jean Crespin, dans Le Livre des Martyrs, Genève, J. Crespin, 1554, p. 215. Cf. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 101. Dans cette lettre à sa femme, Brully parle de « notre sœur Marguerite laquelle ay donné ces présentes pour te les rendre ». Cette seconde Marguerite accompagna à Strasbourg la veuve de Brully. Veuve elle-même, elle fut bientôt fiancée à Baptiste Bacinetus, sur lequel cf. supra, p. 73.

64 Lire : pendant ce temps.

65 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4).

66 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 408) : « So hat auch die Welsch Kirch yetzt langest lützel [= wenig] minder den acht jahr seine oder ihrer Ceremonien gewont mit höchster erbauwung yedermans. » Document du 29 mai 1561.

67 Cf. infra, p. 281.

68 Examen ministrorum ecclesiarum in comitatu Reichenvillensi inchoatum 30 Maii [1559] (Archives nationales de Paris, K 2357, f. 192 r°, document reproduit infra, annexe II/14).

69 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 4).

70 Hist. eccl., t. I, p. 74.

71 Jean Marbach, Diarium (A.M.S., A.S.T. 198, f. 23 r°). Cf. supra, p. 87.

72 A.M.S., II 84b 6A, f. 2v° et 11A, f. 2 r°.

73 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4).

74 Bèze à Ambroise Blaurer, Lausanne, [avant le 4 novembre 1554] (Corr. Bèze, t. I, p. 114, no 52). Ce n’est pas à Genève (Recueil, p. 4) mais à Lausanne que la délégation s’est rendue.

75 Recueil, dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 4.

76 A.É.G., Notaire Jean Ragueau, vol. 2, p. 110 (5 novembre 1557). Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 41, note 3. Sur François de Morel de Colonges, voir aussi : Haag, La France protestante, t. VII, p. 500.

77 Lettre citée de Bèze à Ambroise Blaurer : « ... qui paulo ante sese ad nos receperat. »

78 Et pas en 1555 (Recueil, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 5).

79 Jean Figon à Éguenolphe, [1562] (A.H.R., E 2806, f. 1 r°). Ce n’est pas parce que Calvin emploie dans une lettre l’expression « tuam confessionem » (Op. Calv., t. XVIII, col. 169, no 3236) qu’il faut attribuer à Marbœuf le destinataire, la paternité de la confession de foi. Je m’oppose sur ce point à Drion, Notice, p. 9, et à Magdelaine, Confession, p. 330.

80 Confessio fidei ecclesiae gallicanae quae est apud Sanctam Mariam, quae alias dicitur Vallis Alberti (A.M.S., A.S.T. 183, no 21, p. 290-296). Analyse dans Magdelaine, Confession, p. 327-337.

81 Bekantnus des Glaubens der Welschen Kirchen zu Markirch im Leberthal (A.M.S., A.S.T. 177, no 16, f. 136-146, dans Drion, Notice, p. 89-100. — Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 450-465, colonne de droite). Sur le Christus triumphans de Foxe : J. F. Gilmont, art. Foxe, dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, fasc. 101, col. 1358. Il existe une autre traduction allemande de la confession de foi du val de Liepvre, la Bekantnus des Claubens der französischen Gemein zu Mariakürch im Leberthall (A.H.R., 1E 83/157, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 450-465, colonne de gauche), qui diffère légèrement de la première. Magdelaine (Confession, p. 338-346) vient de donner une traduction française du document d’après l’exemplaire en allemand des A.H.R.

82 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 52.

83 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 53-55.

84 A.H.R., pièce égarée ou déclassée. Traduction française partielle dans Muhlenbeck. op. cit., p. 55-56.

85 Cf. J. J. Luck, Annales Rappolsteinenses, dans J. Rathgebeb, Die Herrschaft Rappoltstein, Strasbourg, 1874, p. 158. Sur cette affaire, cf. aussi la lettre d’Erb à Bullinger, Riquewihr, 22 mars 1556 (Z.S.A., E II 361, f. 149) et celle du comte Georges de Wurtemberg à Eguenolphe, Blamont, 25 avril 1556 (A.H.R., 19J 136/55). Voir en outre Adam, Territorien, p. 351-352.

86 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6).

87 Op. Calv., t. XVI, col. 79-80, no 2415.

88 Calvin à Viret et à Bèze, Genève, 10 avril 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 102, no 2427. — Corr. Bèze, t. II, p. 41, no 82).

89 Farel à Calvin, 13 et 28 juin 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 191, no 2478 et col. 216, no 2490).

90 A.H.R., E 2806 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 391). Cette requête n’est pas datée. Sur le document, quelqu’un a noté « 1559, 20 avril » et corrigé ensuite le 1559 en 1550. Muhlenbeck indique, dans le corps de son ouvrage (p. 70), sans donner de raison, qu’elle est du 20 avril 1557. Par ailleurs, il publie le document sans date et il indique en note (p. 391, note 1) qu’il la croit de 1556.

91 Lettre citée de Calvin à Viret et à Bèze.

92 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 6).

93 Ibid.

94 A.H.R., E 2806 (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 71-73).

95 Sur cette Discipline : infra, p. 375.

96 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 6-7).

97 Ibid., p. 7.

98 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 467-470).

99 A.H.R., 1E 83/157. Cf. Muhmnbeck, op. cit., p. 98.

100 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 392-393). Cf. supra, P-270.

101 Sur les boursiers (stipendiaten) d’Éguenolphe, cf. la lettre de Sulzer a Éguenolphe, Bâle, 3 novembre 1561 et la réponse d’Éguenolphe, s.l., 24 novembre 1561 (A.H.R., E 2806). Le 11 avril 1559, « Petrus Hogerus, Plauensis Nariscus » fut immatriculé à la Faculté des Arts de l’université de Bâle. Il ne paya aucun droit « propter pauperitatem ». Cf. Wackernagel, Matrikel, t. II, p. 114. Un Ulrich Hoger de Sainte-Marie, sans doute le fils de Pierre, fut immatriculé le 7 mai 1581.

102 Voir un document cité par Caspari (Geschichte, p. 34) sans mention d’origine : « Ich, Peter Hoger, von Plauen, aus dem Voigtlande... » (4 avril 1562).

103 Op. Calv., t. XVI, col. 108-113, no 3214.

104 Op. Calv., t. XVIII, col. 109, no 3214.

105 Ibid., col. 111.

106 Sur l’histoire religieuse du comté de Montbéliard au milieu du XVIe siècle : Debard, Visites pastorales, p. 350.

107 Op. Calv., t. XVIII, col. 168-169, no 3235.

108 Op. Calv., t. XVIII, col. 269, no 3992.

109 Op. Calv., t. XVIII, col. 268, no 3291.

110 L’Église française de Francfort au Conseil de cette ville, 27 novembre 1561 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 77) : « ... M. Arnoldum Bancum Aquitan[ensem]. »

111 Passevent parisien respondant à Pasquier romain. De la vie de ceux qui sont allez demourer à Genève, et se disent vivre selon la réformation de l’Évangile : faict en forme de Dialogue, Paris, Pierre Gaultier, 1556. Attribué à Ant. Catalan, cordelier albigeois. Réimpression, Paris, 1875, p. 37 : « Celuy [le diacre] de Lausanne est un nommé Arnaud, qui a esté Cordelier à Chastelneuf Darry en Lauregoys [Castelnaudary en Lauragais, Aude] ».

112 Viret à Calvin, Lausanne, 30 octobre 1548 (Op. Calv., t. XIII, col. 94, no 1088).

113 Vuilleumier, Histoire de l’Église réformée du Pays de Vaud, t. I, p. 667 sv.

114 A.É.G., Registres paroissiaux de l’église de la Madeleine, 10 mars 1559, et Registres du Consistoire, 13 mars 1559. Cf. Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 91 et 92.

115 De Morel à Calvin, [Paris], 29 juin [1559] (Op. Calv., t. XVII, col. 569, no 3080). Voir aussi : Houbraque à Calvin, Strasbourg, 9 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 154, no 3640).

116 H. Naef, La conjuration d’Amboise, Genève, 1922, p. 551-554.

117 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 7).

118 A.H.R., E 2088.

119 Cf. supra, p. 184.

120 A.H.R., 1E 83/169 (Muhlenbeck, op. cit., p. 393-394).

121 Z.S.A., E II 361, f. 132.

122 A.H.R., E 2076 (Muhlenbeck, op. cit., p. 402-406).

123 L’histoire des anabaptistes du val de Liepvre au XVIe siècle reste fort mystérieuse. Leur présence est attestée dès 1555, mais l’identité des premiers frères est inconnue. Voir la lettre de Pilgram Marpeck à Abraham, à Langnau dans la vallée de Kinzig, Augsbourg, 22 janvier 1555, dans le Kunstbuch (Buergerbibliothek Bern, Cod. 464, f. 158 r°-163 v°). Tous les autres documents de cette époque proviennent de milieux hostiles à l’anabaptisme. Cf. Seguy, Assemblées, p. 112.

124 Le compte rendu en a été conservé (A.H.R., 1E 83/157, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 406-408).

125 La Confession d’Augsbourg, trad. Jundt, p. 59.

126 A.H.R., 1E 83/157 (Muhlenbeck, op. cit., p. 408).

127 Ibid., p. 409.

128 Veltin Collin à Eguenolphe, 16 juin 1561 (A.H.R., E 2076). Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 133-134.

129 Arnaud Banc à Eguenolphe, 18 juin 1561 (A.H.R., E 2076).

130 A.H.R., 1E 83/169.

131 Lettre citée de Veltin Collin à Eguenolphe.

132 A.H.R., E 2076.

133 A.H.R., 1E 83/169.

134 A.H.R., E 2076. C’est vraisemblablement de cette époque que date un long écrit théologique d’Arnaud Banc intitulé Antwurt dem wolgebornen Herrn Egenolfen zue Rapoltztein... unnd belangend die welsch Kirch zu Eckherisch (A.H.R., 1E 83/157, dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 470-480). Cf. infra, p. 294.

135 Sur les anabaptistes du val de Liepvre, cf. supra, p. 286, note 2.

136 A.H.R., 1E 83/169. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 135-136.

137 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 7 juillet 1561 (Op. Calv., t. XVIII, col. 541, no 3432).

138 Lettre perdue. Elle est mentionnée dans le document cité à la note précédente.

139 Erb à Eguenolphe, 11 juillet 1561 (A.H.R., E 2088). Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 137.

140 Ibid., p. 136-138.

141 A.H.R., E 2076. Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 136.

142 Z.S.A., E II 361, f. 213.

143 Lettre à Bullinger, 10 août 1561 (Z.S.A., E II 361, f. 134).

144 A.H.R., E 2076.

145 Z.S.A., E II 361, f. 213.

146 Ibid.

147 Z.S.A., E II 361, f. 133.

148 Voir la lettre des mineurs à Éguenolphe, 27 novembre 1561, et celle des « gmeinen gwercken im Leberthal, burgere zu Strasburg » au même, 19 octobre 1561 (A.H.R., 1E 83/157). Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 141.

149 Cf. supra, p. 261.

150 Voir les lettres d’Haubinsack et de Veltin Collin à la chancellerie de Ribaupierre, respectivement les 18 et 19 août 1561 (A.H.R., 1E 83/157). Traduction française de la première de ces lettres dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 138-139.

151 A.H.R., 1E 83/157.

152 Lettre citée de Veltin Collin à Equenolphe.

153 Erbach à Éguenolphe, Heidelberg, 22 septembre 1561 (A.H.R., 1E 83/157). Traduction française dans Muhlenbeck, op. cit., p. 139-140.

154 Z.S.A., E II 361, f. 195.

155 Ibid., f. 135.

156 A.H.R., E 2806 (8 octobre 1561). Le manuscrit porte le sceau du seigneur de Ribeaupierre. Banc a-t-il réellement emporté cette lettre de congé ? Ou est-elle revenue ensuite à Ribeaupierre ?

157 Une même expression spartam ornare, qui est rare, se retrouve dans la lettre d’Erb aux ministres de Genève du 23 mai 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 421, no 3792).

158 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 9 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 154, no 3640). Cf. infra, p. 384-387.

159 A.H.R., E 2088.

160 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 8).

161 A.M.S., XXI, 38, f. 32 v° (27 janvier 1559).

162 Sur Figon : Greib, Jean Figon, p. 2-3. Cet auteur cite « ein Bericht » relatif à Figon, selon lequel celui-ci aurait fréquenté l’Académie de Genève, effectivement ouverte en 1559. C’est un autre Jean Figon, de Montélimar, qui a traduit du latin l’Amitié bannie de Cyrus Theodoretus et publie, à Toulouse, en 1558, La Course d’Atalante, qui est un Poème François. Cf. M. Rigoley de Juvigny, Les Bibliothèques de La Croix du Maine et Du Verdier..., t. I, Paris, 1772, p. 495.

163 Stelling-Michaud, Livre, du Recteur, t. I.

164 Lettre du 7 avril 1562 (A.H.R., 1E 83/157).

165 Rapport de Zanchi et de Garnier sur l’Église française du val de Liepvre, Ribeaupierre, 14 avril 1562 (A.H.R., 1E 83/157, document reproduit infra, annexe II/16). Traduction française partielle dans Muhlenbeck, op. cit., p. 160-163. Cf. infra, p. 298.

166 Jean Le Bachellé à Paul Ferry, Sainte-Marie, 12 mars 1643 (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 162).

167 Recueil (Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 8).

168 Mathias Erb à Bullinger, 5 octobre 1561 (Z.S.A., E II 361, f. 195). — Anne-Alexandrine au même, même date (ibid., f. 135).

169 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 9 décembre 1561 (Op. Calv., t. XIX, col. 153, no 3640).

170 Voir la lettre citée de Jean Le Bachellé à Paul Ferry. Par ailleurs, le nom de la « vesve d’Arnout Bane [= Banc ?] » figure dans une liste des membres de l’Église française de Heidelberg (1572-1576) (Von den Velden, Kirchenbuch, p. 2). Banc pourrait être mort à la Saint-Barthélémy en 1572. Compléter sur ce point la notice de Haag-Bordier dans La France pro testante, t. I, col. 739-740.

171 Lettre citée de Houbraque à Calvin.

172 Erb à Bullinger, [Ribeauvillé], 22 décembre 1561 (Z.S.A., EII 361, f. 210).

173 A.H.R., E 2806. Quelques extraits dans Muhlenbeck, op. cit., p. 152.

174 Antwurt dem wolgebornen Herrn Egenolfen zut Rapoltztein... unnd belangend die welsch Kirch zue Eckherisch (A.H.R., 1E 83/157, dans Muhlenbeck, op. cit., p. 470-480). Le passage traduit — ou, plus probablement, recopié, car l’Antwurt est sans doute une traduction allemande d’un original latin — par Figon figure ibid., p. 477-480.

175 Consourcier : membre de l’Église. De consorce, société. Cf. E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle, t. II, Paris, 1929, p. 467.

176 A.H.R., document égaré ou déclassé (Muhlenbeck, op. cit., p. 153-155, ici p. 154.

177 Ibid., p. 153.

178 Cf. Deyon, Querelle des images, p. 37-44. Il existe une abondante bibliographie sur l’iconoclasme au XVIe siècle. Voir surtout, notamment pour situer Calvin et les ministres des Églises réformées par rapport aux théologiens de Wittenberg, de Strasbourg et de Zurich : Margarete Stirm, Die Bilderfrage in der Reformation, Gütersloh, 1977.

179 Hist. eccl., t. I, 754.

180 Ibid., t. I, p. 763.

181 Voir en particulier le récit des actes de vandalisme commis à Castres vers le 1er janvier 1562 (Hist. eccl., t. I, p. 962). Autres exemples dans Deyon, op. cit., p. 38-39.

182 A.M.S., A.S.T. 162, no 176, phot. p. 453-454. Sur Westheimer : Ritter, Histoire de l'imprimerie alsacienne, p. 356. Il fut compagon imprimeur en même temps que ministre à Horbourg.

183 Sur Conrad Finck : E. Meininger, Les pasteurs de Mulhouse, dans Bulletin du Musée historique de Mulhouse, t. XLIII, 1923, p. 75. — Bopp, Evangelischen Geistlichen, p. 156.

184 Voir une lettre non datée de la « pauvre confrérie habitant à Eschery et au Neuenberg » qui est de la même main que la lettre des mineurs du 15 juin 1561 : A.H.R., E 2072. Elle est sans doute de 1562.

185 A.H.R., 1E 83/157. D’après une note manuscrite d’Éguenolphe sur l’exemplaire des A.H.R., l’auteur en fut Veltin Collin, le juge des mines. Cf. Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 158.

186 A.H.R., 1E 83/157.

187 Lettre perdue. Elle est signalée dans la lettre de l’empereur à Eguenolphe du 5 mai 1562 (A.H.R., 19J 136/55).

188 Staatsarchiv Ludwigsburg, Kopialbücher Vorlande 4, f. 306 v° (copie dans les Papiers Adam, aimablement communiquée par M. Stephen Nelson).

189 Rapport de Jérôme Zanchi et Jean Garnier sur l’Église française du val de Liepvre, Ribeaupierre, 14 avril 1562 (A.H.R., 1E 83/157, document reproduit infra, annexe II/16). Traduction française partielle dans Muhlenbeck, op. cit., p. 160-163.

190 A.H.R., 1E 83/157 (document reproduit infra, annexe II/15).

191 J.-J. Luck, Annales Rappoltsteinenses dans J. Rathgeber, Die Herrschaft Rappoltstein, Strasbourg, 1874, p. 161 : « 1562. Den 10. Januar [= April] waren wälschen und gelehrte Prediger zu Eckrich, Petrus Colonius, Johannes Zanchus, Wernerius [= Garnier] ».

192 Rapport cité de Zanchi et Garnier. Il est de la main de Zanchi.

193 A.H.R., 19J 136/55. Extraits de cette lettre dans Schad, Sleidani Continuatio, col. 289-290.

194 A.H.R., 19J 136/55.

195 Schad, op. cit., col. 300-301.

196 Op. Calv., t. XIX, col. 485, no 3826.

197 Cf. Greib, Jean Figon. Voir aussi Corr. Bèze, t. VI, p. 145 et p. 147, note 9. — R.C.P., t. III, p. 162 et note 2. Figon fit un cours séjour à Strasbourg en 1562. Voir une liste de 24 étrangers, s.d. [1562] (A.M.S., III 271/12. Cf. supra, p. 59) : « Johann Figon, den weyss ich nit zufinden ».

198 Erb aux ministres de Genève, Ribeauvillé, 23 mai 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 420-421, no 3792).

199 A.H.R., 1E 83/196. Édition accompagnée d’une traduction française dans Muhlenbeck, Claude Rouget, p. 169-170.

200 Recueil (Muhlenbbck, op. cit., p. 8).

201 A.H.R., 1E 83/196 (texte latin et traduction allemande contemporaine) (Muhlenbeck, op. cit., p. 168).

202 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 8).

203 Ibid., p. 9.

204 Jean Le Bachellé à Paul Ferry, Sainte-Marie, 12 mars 1643 (B.S.H.P.F., t. I, 1852, p. 162-163).

205 Op. Calv., t. XIX, col. 491, no 3830.

206 Z.S.A., E II 361, f. 219.

207 Lettre du 22 octobre 1563 (Z.S.A., E II 361, f. 137).

208 Ibid.

209 Sulzer à Éguenolphe, Bâle, 23 mai 1570 (A.H.R., E 2088).

210 Recueil (Muhlenbeck, op. cit., p. 9).

211 Catalogue des Baptesmes et de ceux qui ont rendu raison de leur foy en ceste Église d’Eschery, 1562-1623 (A.H.R., GG 45/1-2). Cf. Muhlenbeck, op. cit., p. 286-292, 442-448. Le premier baptême est du 12 novembre 1562 et la première profession de foi est du 25 octobre 1562.

212 Lettre du 20 mai 1564 (Z.S.A., E II 361, f. 142).

213 A.H.R., E 2806. La supplique a été datée ultérieurement de 1564.

214 Voir les mandements impériaux des 24 juillet 1562, 19 janvier 1563, 30 juin 1566, 27 juillet 1573, etc. (A.H.R., 19 J 136/55), ainsi que la correspondance échangée entre Éguenolphe et la Régence d’Ensisheim, les 21 et 24 mai 1563, 30 septembre 1563, 15 février 1564, 20 mars 1564, 24 mai 1564, [décembre] 1565, 1er septembre 1566, 20 et 23 novembre 1568 (A.H.R., 1E 83/157). Muhlenbeck (op. cit., p. 170-171) cite quelques-uns de ces documents.

Table des illustrations

Titre LE VAL DE LIEPVRE (vers 1560)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search