Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

IV. Bâle

Texte intégral

1A Bâle, haut-lieu de la Réforme, il n’y a pas eu d’autre Église française avant 1572 qu’une éphémère communauté réunie autour de Jacques de Bourgogne, seigneur de Falais, en 1547. Hormis les Anglais pendant peu de temps, aucun groupe de réfugiés ne s’est vu octroyer la liberté de culte pendant cette période. Or, les étrangers étaient nombreux dans cette ville qui était passée à la Réforme en 1525. Pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour qu’une Église d’étrangers y soit fondée ?

  • 1 Ochs, Geschichte der Stadt und Landschaft Basel, t. VI, p. 491-492.

2Un élément important d’explication est fourni par la composition socio-professionnelle du groupe des étrangers de la ville. Il faut savoir qu’à partir de 1546 la politique du Magistrat en matière d’immigration fut particulièrement sélective. Les Bâlois suivaient à cet égard une règle fort simple : pas d’étrangers, à moins qu’ils ne fussent ou riches, ou instruits. D’autres villes existaient pour recevoir les émigrés pauvres et incultes. Déplorant la « charge insupportable » (beschwerliche last) que représentaient pour les bourgeois et les artisans de la ville les Français (Welschen), les deux Conseils de Bâle retirèrent à ces derniers, par la loi du 22 février 1546, le droit de devenir bourgeois (burger) ou habitant (hintersass). Toute Bâloise, jeune fille ou veuve, qui épouserait un Français serait, comme lui, expulsée de la ville et du pays. Mais si un Français « riche ou expert » (reich oder kunstreich) pouvait apporter à Bâle « du profit, de l’honneur et de la gloire » (nutzen, ehre und ruhm) ou si, en raison de son art, il pouvait s’y rendre utile, les deux Conseils l’inviteraient, par exception, à venir s’établir dans la ville1.

  • 2 Ochs, op. cit., p. 492-493.
  • 3 B.S.A., Ratsbücher B 6, Decreta und Mandata, I, f. 179 r° et v° (copie tardive).

3Cette législation xénophobe ne fut sans doute pas appliquée strictement, car, les 11 décembre 1553 et 18 septembre 1555, les autorités furent obligées de la republier. Le 15 décembre 1561, une nouvelle catégorie d’étrangers fut soustraite à l’application de la loi de 1546 : il s’agissait des rentiers, « gens de la noblesse et autres personnes honorables, honnêtes et pieuses, disposées à vivre de leurs biens et à n’exercer aucune activité artisanale ou commerciale2 ». Le 10 janvier 1565, le Magistrat rappela encore aux Bâloises qu’elles n’étaient pas autorisées à épouser un Français3.

  • 4 Sur tout ceci : Bodmer, Einfluss, p. 16-17.

4Le droit des étrangers de Bâle n’avait son pareil ni à Zurich, ni à Berne, ni à Genève. Même à Strasbourg, au plus mauvais moment, soit en 1557, les autorités ne se sont pas avancées aussi loin dans la voie du rejet des étrangers. Cette situation trouve une explication dans le fait qu’à Bâle le Magistrat était l’expression politique des corporations, à l’exclusion tant du patriciat que, pour le milieu du XVIe siècle en tout cas, des milieux commerçants. De structure oligarchique, le gouvernement de la ville pouvait prendre des décisions extrêmes. Or, les étrangers, les Français surtout, étaient perçus par les artisans de la ville comme des concurrents. Ainsi auraient été promulguées ces lois si hostiles à l’immigration. Il convient, cependant, de noter encore une fois qu’elles n’ont jamais été appliquées rigoureusement4.

  • 5 Bientenholz, Coeur, p. 210.
  • 6 Cf. Ochs, op. cit., p. 495.
  • 7 Bietenholz, Cœur, p. 210. Sur la corporation du Safran : Geering, Handel, p. 442-444 et passim.(...)
  • 8 Voir à ce propos : Bientenholz, Basle and France, p. 74-82.
  • 9 Sur la part prise par les étrangers à l’industrie textile bâloise : Bodmer, Einfluss, p. 33-40.

5Selon un calcul effectué récemment5, entre 1550 et 1599, sur un total de quelque quinze cents nouveaux bourgeois6, soixante étaient de langue française et trente-quatre de langue italienne, les ressortissants des pays aujourd’hui suisses étant exclus du relevé. Pour un marchand ou un artisan, l’inscription à la bourgeoisie entraînait normalement l’admission dans une corporation. La plus importante était celle du Safran (Safranzunft), où figuraient non seulement les marchands de toute espèce mais aussi tous les professionnels de la soie, du velours et du livre. De 1526 à 1599, parmi les nouveaux membres de la corporation, quarante-quatre ont été retrouvés qui portaient des noms français et vingt-huit des noms italiens7. Il est trois secteurs, et guère plus, que les Français, les Italiens ainsi que les Savoyards ont marqué de leur empreinte au XVIe siècle : ce sont précisément le livre8, le velours et la soie9.

  • 10 Guggisberg, Studenten, p. 245. Cf. Droz, Étudiants, p. 109-110.

6Mais ces artisans, maîtres inscrits à la bourgeoisie et ouvriers travaillant à leur service, ne représentaient qu’une partie des étrangers. Beaucoup, et dans le cas des non-Français et des non-Italiens la quasi-totalité, appartenaient à ce qu’on a appelé la « bourgeoisie académique » de Bâle10 et leurs noms figurent en principe à la matricule de l’université. Fondée au XVe siècle, celle-ci avait fermé ses portes en 1529 et, à sa réouverture, en 1532, elle était devenue protestante. Cependant, tous les étudiants de Bâle n’étaient pas inscrits à la matricule, pas plus que tous les inscrits n’étaient étudiants. Des cas de négligence ont été relevés et certains étudiants étaient inscrits seulement à la matricule du Collège inférieur ou du Collège supérieur. D’un autre côté, les formalités d’inscription à l’université n’étaient pas considérées comme un engagement à suivre les cours. Des étrangers, la moitié et pas davantage assistaient effectivement aux enseignements. Les autres venaient à Bâle pour achever un travail d’érudition et en surveiller l’impression sur place, à moins qu’en raison de leur compétence linguistique un imprimeur ne les utilisât comme correcteur d’épreuves. Un Jean Utenhove, par exemple, immatriculé en 1563, avait depuis longtemps dépassé l’âge de la scolarité. Certains étrangers, enfin, ne s’étaient rendus à Bâle, que pour échapper aux persécutions religieuses sévissant dans leur pays et l’inscription à l’université était destinée à camoufler leur fuite en voyage d’étude. A tous l’immatriculation permettait de jouir du privilège de l’université, c’est-à-dire de la protection du recteur, qui avait à Bâle des pouvoirs de police, et d’entrer dans l’élite culturelle de la ville.

  • 11 Wackernagel, Matrikel, t. II. Sont inclus dans les 1498 « étudiants » de la période 1540/41-1564/6 (...)
  • 12 Une série impressionnante de monographies a été consacrée aux étudiants de Bâle. Pour les Lorrains (...)

7On ignore, dans la plupart des cas, la durée du séjour des étudiants étrangers à Bâle : il pouvait varier de quelques mois à plusieurs années. Sébastien Castellion, par exemple, qui était savoyard, après son immatriculation en 1545, demeura dans la ville jusqu’en 1563, date de sa mort. Ce cas, à vrai dire, est probablement exceptionnel. Au milieu du XVIe siècle, la proportion des étrangers dans l’ensemble des « étudiants » de Bâle était importante : entre 1540 et 1564, sur 1498 personnes immatriculées à l’université ou connues comme étudiants 354, soit 24 % provenaient de territoires autres que les cantons suisses ou les pays de langue allemande11. Pendant la période considérée, c’est quinze étrangers, en moyenne, qui s’incrivaient chaque année à l’université de Bâle. Ils étaient donc relativement nombreux. Pourtant, à l’exception des Anglais pendant le règne de Marie Tudor, ils ne formèrent pas de groupes nationaux organisés, même si plusieurs pays d’Europe envoyèrent à Bâle de respectables contingents. Entre 1540 et 1564, en effet, 84 « étudiants » étaient français, 82 originaires des Pays-Bas, 56 italiens, 54 anglais, 50 polonais et 15 savoyards. Les 13 autres provenaient respectivement du pays de Liège, de l’évêché de Metz, du duché de Lorraine, de la Franche-Comté, de l’Espagne, de la Bohême et de la Grèce. Ces chiffres n’ont qu’une valeur indicative, car un certain nombre, peu élevé, certes, d’étudiants immatriculés à l’université n’ont pas été identifiés12.

8Tous ces étudiants ou presque provenaient de pays demeurés catholiques. Bâle ayant opté pour la Réforme, ils peuvent être considérés comme des réfugiés protestants en puissance. Aussi est-il justifié de reparler maintenant des Églises étrangères.

9La ville, nous l’avons vu, avait adopté en matière d’immigration une politique hautement sélective. L’absence quasi totale d’Église de réfugiés les trente ans précédant la Saint-Barthélémy résulte de l’attitude xénophobe adoptée par les autorités bâloises mais la brièveté du séjour dans la ville de la plupart des étudiants étrangers et leur extrême diversité linguistique sont aussi responsables de cette situation. En outre, pour qu’il y ait une Église, il ne suffit pas que le Magistrat de la ville d’accueil marque son accord, il faut aussi — c’est évident — que des réfugiés en fassent la demande. Or, dans le cas de Bâle, il n’apparaît pas que la fondation d’une Église d’étrangers, française ou italienne en l’occurrence, ait été de tout temps souhaitée dans les milieux réformés.

  • 13 Cf. supra, p. 66-67.

10En 1538, Jean Calvin établit une Église française à Strasbourg. A vrai dire, il connaissait Bâle, pour y avoir séjourné en 1536 — c’est là qu’il avait rédigé la première version de son maître ouvrage, l’Institutio religionis christiani — et plus tard, lorsqu’il avait été chassé de Genève, en 1538. Qu’il ait alors préféré se fixer à Strasbourg plutôt qu’à Bâle, cédant aux prières de Bucer13, se révéla décisif pour l’avenir. S’il était resté dans la première de ces deux villes, qui sait si tous les réfugiés qui le rejoignirent ensuite à Strasbourg n’auraient pas choisi de s’y établir plutôt ?

  • 14 Cf. supra, p. 75.
  • 15 A.M.S., A.S.T. 153, no 142, phot. p. 430-440 (document reproduit infra, annexe II/13).
  • 16 On sait que Bernard Meyer, le Porte-drapeau ou Bannerherr (en latin vexilliferus) de Bâle, s’est r (...)

11L’idée naquit pourtant, quelques années plus tard, d’y fonder aussi une Église française, complémentaire de celle de Strasbourg. En 1547, Bucer, qui croyait l’existence de l’Église française de Strasbourg menacée par suite des récents succès militaires de l’empereur14, entreprit des négociations à ce sujet avec le bannerherr Bernard Meyer, un haut dignitaire du gouvernement bâlois, mais, comme il en fit part à François Dryander le 6 juillet de cette année15, les Bâlois ne donnèrent pas leur accord16. « J’ai traité, écrivait Bucer, de mon mieux avec le bannerherr de Bâle de l’octroi d’une Église aux frères de France (de ecclesia gallis fratribus concedenda), mais il m’a déclaré ouvertement que la chose avait été discutée aux deux Conseils et que l’on y avait décidé de refuser l’autorisation. Ce décret a plusieurs motifs, si bien qu’à mon avis il est impossible d’avoir gain de cause pour le moment, car, à Bâle, les décrets du Magistrat ne s’abrogent pas facilement. Ceci, nous le devons assurément à l’affaire Poullain. »

  • 17 En 1927, en se fondant uniquement sur la correspondance de Calvin, Bauer (Valérand Poullain, p. 10 (...)

12Cette « affaire » portait sur une promesse de mariage échangée entre Valérand Poullain, le futur ministre de Francfort, et Isabelle de Haméricourt, une jeune femme de l’entourage du seigneur de Falais, alors à Bâle. Depuis le début de l’année, le différend ayant été porté devant les tribunaux, les milieux français de la ville étaient en effervescence et les Églises de Strasbourg, de Zurich, de Genève et de Neuchâtel avaient été provoquées à intervenir17.

  • 18 Cf. supra, p. 74.
  • 19 Sur Marguerite d’Elter, qui épousa François Dryander en mars 1548 : Hartmann, Amerbachkorresponden (...)
  • 20 Sur Isabelle de Haméricourt : Elkan, Marnix, t. I, p. 14-18. D’après sa pierre tombale à Middelbou (...)

13En 1546, alors qu’il se trouvait encore à Strasbourg, Jacques de Bourgogne, le seigneur de Falais, avait chargé Valérand Poullain, qui était alors sans emploi, d’aller aux Pays-Bas tenter d’y récupérer une partie de sa fortune18. En même temps, il lui avait confié la tâche de « ramener de Babylone » trois jeunes femmes nobles qui étaient demeurées aux Pays-Bas : sa sœur Antoinette, Marguerite d’Elter, une Gueldroise19, et Isabelle de Haméricourt, dame de Willercies. Celle-ci, fille du prévôt de Binche Henri de Haméricourt, avait une sœur, Marie, qui devait être la mère du célèbre Philippe Marnix de Sainte-Aldegonde20.

  • 21 Bauer, Valérand Poullain, p. 19.
  • 22 Poullain à [Marguerite] d’Elter, [Bâle ?], 7 avril 1547, dans Hartmann, op. cit., t. VI, p. 582. V (...)

14En chemin, Valérand Poullain s’était épris de la jeune Hennuyère. Mais, quoique noble lui-même21, le Lillois n’était pas de sa condition. Cet obstacle n’empêcha pas Isabelle de répondre aux avances de son convoyeur et, comme ce dernier l’attesta plus tard, ils échangèrent à Strasbourg un anneau d’or en signe de fiançailles. Orpheline et, du fait de son exil, éloignée des siens, la jeune femme était libre : ce n’est que plus tard qu’elle accepta de reconnaître Falais comme tuteur. Poullain était libre lui aussi. Après l’échange des promesses, tout en pressentant quelques difficultés à venir, il se considéra comme marié. « Tant de fois, je lui ay dict que, si elle avoit quelque regret, elle me le voulsist déclarer, devait-il écrire le 7 avril 1547 à Marguerite d’Elter22, [ce] que [elle n’] a faict. Si elle a de teles persuasions de moy que, pour crainte de la vergongne du monde, elle ne se veuille tant baisser que de faire alliance avec moy, ce que toutefois elle avoit bien considéré. » Quelles qu’aient été les déclarations ultérieures de la jeune femme, il paraît que l’échange des consentements a effectivement eu lieu, Valérand et Isabelle ayant considéré que leur différence de rang social ne constituait pas un obstacle dirimant à leur union.

  • 23 Calvin à Falais, Genève, 1er mai [1547] (Op. Calv., t. XII, col. 516, no 902). Je ne suis pas parv (...)

15Mais Poullain était-il vraiment libre ? En mai 1547, quand le procès fut en cours, Calvin, que Poullain avait voulu prendre à témoin de sa bonne foi, se retourna contre lui et communiqua à Falais, son adversaire, ces informations compromettantes : « Quand il seroit besoing, il se condamne de desloyauté en ses lettres qu’il m’a escrites. Car, après m’avoir requis au mois de janvier d’intercéder pour lui au mariage de Merne, il m’a mandé que Wilerzy [Isabelle de Haméricourt] l’avoit aymé ante multos menses iusque à le demander pour mary, plus tost que d’estre cherchée. Comment cela s’accorde il ? Sinon qu’il en voulsist avoir deux ensemble.23 » On ignore comment Poullain a répondu à cette accusation de duplicité, voire d’immoralité, formulée par Calvin. Aussi est-il fort difficile d’en mesurer le bien-fondé. Il n’est pas sûr, en effet, que Poullain se soit bien fait comprendre de celui qu’il considérait comme son allié.

  • 24 Cf. Elkan, Marnix, p. 17.

16Une chose est sûre en attendant : quand Isabelle de Haméricourt retrouva à Bâle Jacques de Bourgogne et Yolande de Bréderode, son ardeur pour Valérand Poullain se refroidit rapidement. Le rôle joué par Falais dans ce retournement est manifeste. On le découvre soucieux à l’extrême de voir son invitée bien mariée et Calvin, avec qui il correspondit à ce propos, partageait cette préoccupation. C’est du reste le ministre de Genève qui devait trouver à la fille du prévôt de Binche son mari « définitif », un aristocrate français, émigré à Genève, Antoine Popillon, seigneur de Paray, qu’elle allait épouser l’été 154824.

  • 25 Op. Calv., t. XII, col. 503-504, no 866.
  • 26 Op. Calv., t. XIII, col. 186, no 1141.

17Isabelle de Haméricourt nia devant témoin avoir échangé avec Poullain des promesses de mariage. Le Lillois soutint le contraire avec obstination. Calvin dépêcha Viret à Bâle, avec mission de l’exhorter à renoncer à ses prétentions, puis il lui écrivit lui-même25, mais en vain. Ensuite, Falais déposa une plainte contre Poullain au tribunal matrimonial de Bâle pour diffamation. Les deux parties furent entendues et, comme leurs dépositions, prononcées d’ailleurs sans serment, étaient contradictoires, il fut décidé de faire appel à des témoins. Cela prit du temps et Poullain, qui ne brilla pas par sa clairvoyance, perdit alors beaucoup de ses amis, dont Bucer, Dryander et Boniface Amerbach, l’humaniste. Seul Hooper à Zurich lui resta fidèle. Dans une lettre à Calvin, le 12 février 1548, il devait stigmatiser la « mauvaise foi » de la jeune Hennuyère26.

  • 27 Poullain à [Marguerite] d’Elter, [Bâle ?], 7 avril 1547 (Hartmann, Amerbachcorrespondenz, t. VI, p (...)

18Tout en affirmant que celle-ci parlait « contre sa conscience », Poullain refusait de croire vraiment à sa malignité : « Iusque à présent, ne luy en ay sceu nul mal gré, bien sachant que elle est ad ce incitée des autres et que ce n’est elle mais ceulx qui me veullent mal qui ainsi a divertissent. Aussi, sache elle que ce n’est contre elle que je soustiens ma deffense, mais contre mes envieulx qui l’enflambent contre moy »27.

  • 28 Ehegerichtsprotokoll, Bâle, 12 mai 1547 (B.S.A., Gerichtsarchiv U 5, f. 56v°-57v°). Cf. Wernle, Ca (...)

19Le 12 mai 1547, le Tribunal matrimonial de Bâle rendit son jugement. Il ne donna tort ni à Poullain, ni à Isabelle de Haméricourt, accusés l’un de diffamation, l’autre d’avoir rompu une promesse de mariage. Le Lillois, au dernier instant, avait cessé d’exiger que sa contradictrice parle sous serment. Comme les frais du procès étaient partagés en deux, il put se sentir, quant à lui, disculpé28.

  • 29 Bucer à Myconius, Strasbourg, 3 juillet 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 549, no 922).
  • 30 Bucer à Dryander, [Strasbourg], 6 juillet 1547 (A.M.S., 153, no 42, document reproduit infra, anne (...)

20En juillet 1547, au moment où, nous l’avons vu, Bucer écrivit à Dryander au sujet de l’Église française de Bâle, Poullain, contre qui Falais avait, semble-t-il, fait appel au Tribunal matrimonial, avait quitté Bâle pour une destination inconnue, sans doute Zurich, et, de la sorte, faisait défaut, au grand scandale de son adversaire29. Selon Bucer lui-même cependant, c’était avec l’accord des autorités qu’il avait quitté la ville30.

  • 31 Z.S.A., E II 366, f. 182 : « Ecclesia nostra fere obruitur novis istis hominibus ; vos feliciores (...)

21Que penser à présent de ce jugement de Bucer selon lequel l’« affaire Poullain » avait empêché que ne soit ouverte une Église française à Bâle ? La chose n’est pas impossible. Mais est-ce la seule explication concevable ? En 1547, l’empereur, qui venait de remporter sur la Ligue de Smalcalde la victoire de Mühlberg, comptait mettre au pas les villes protestantes de l’Empire. Strasbourg était menacée au premier chef, en raison notamment de son Église française. Mais Bâle, bien que située moins dangereusement, l’était aussi. Ouvrir une Église française à ce moment pouvait être ressenti par Charles Quint comme une provocation. On comprend que les autorités de la ville n’aient pas voulu courir un pareil risque. A cela s’ajoutaient les sentiments xénophobes de la population. Vers 1548, le Bâlois Johannes Gast, un chroniqueur réputé, écrivait à Bullinger : « Notre Église est presqu'envahie par les étrangers. Vous êtes plus heureux, vous qui n’êtes pas envahi par de tels hommes31. »

  • 32 Bucer à Dryander, lettre citée.
  • 33 Sur Perrussel, cf. supra, p. 187-189.
  • 34 Op. Calv., t. XII, col. 551, no 924.

22L’ouverture d’une Église française s’avérant impossible à obtenir à Bâle dans le court terme, Bucer estima préférable, comme il l’expliqua à Dryander dans la lettre déjà citée, que Falais « rassemble une Église chez lui comme à Cologne et [qu’il] veille à ce que le service sacré soit assuré » (domi suae, ut Coloniae fecit, ecclesiam colligat et sacra administranda curet)32. Falais ne pensait pas autrement. Bien évidemment, Poullain ne convenait plus comme ministre. Aussi demanda-t-il, comme en 1544, à Calvin un prédicateur pour sa maison. L’envoyé de Genève fut François Perrussel, le futur ministre de l’Église française de Londres, de Wesel et de Francfort33, que Calvin présenta, le 14 juillet 1547, à Jacques de Bourgogne, en ces termes : « Monseigneur, suivant ce qu’avez escrit, i’ay bien esté d’advis que le frère Maistre François de la Rivière se retirât là, au moins pour quelque temps. Car quant ainsi seroit qu’il luy convint retourner icy, il n’auroit pas long voyage à faire. » Perrussel était envoyé en quelque sorte à l’essai, car Falais n’avait pas marqué son accord avant que Calvin ne le laisse partir pour Bâle. « Ie luy ay seulement dict que vous seriez ioieux de sa venue, affin que vostre famille receut instruction de luy quelques fois par sepmaines. Car ie me suis voulu garder d’entrer en plus grande obligation, affin que cela demeurât en vostre pure liberté34. »

  • 35 Cf. supra, p. 171.
  • 36 Op. Calv., t. XII, col. 575, no 937.

23Le 16 août, dans une autre lettre, Calvin revint sur la question, avant d’entretenir son correspondant sur les malheurs de l’Église française de Wesel35. « S’il plaist à Dieu dresser là une église, ce vous sera un grand soulagement pour vostre famille. Mais le bien s’estendera plus loing, et sera pour obvier à beaucoup de scandales36. »

  • 37 Il épousa une parente d’Anne ’t Serclaes, la femme de l’Anglais John Hooper, le futur évêque de Gl (...)
  • 38 A.M.S., A.S.T. 160, no 231, phot. p. 493-494. Voir aussi la lettre de Perrussel à Dryander, s.l., (...)

24Calvin avait raison de se montrer prudent. S’il devint à Bâle l’ami de Dryander et de Castellion, Perrussel eut, en revanche, des relations difficiles avec Falais, dès son arrivée. De toute évidence, Jacques de Bourgogne n’acceptait pas qu’il soit venu sans son accord. Mais le séjour de Perrussel ne devait pas durer longtemps. Comme Poullain, qui entretemps se mariait37, il eut à regretter la présence sous le toit de son hôte de plusieurs jeunes femmes. Un jour, le cousin de Charles Quint l’accusa de s’être méconduit avec l’une d’elles. Perrussel eut beau nier avec vigueur, il dut s’en aller. De Lausanne, d’où il lui écrivit le 17 décembre 1547, l’ancien franciscain fit part à Dryander de son indignation. C’était vraiment de la haine que Falais lui vouait. Heureusement, il pouvait compter sur l’amitié de son ami espagnol, en dépit des calomnies38.

  • 39 Op. Calv., t. XII, col. 657, no 993.

25En août 1548, Palais quitta lui-même Bâle et il alla s’établir à Veigy, dans le territoire de Berne, non loin de Genève. A-t-il reçu un autre prédicateur de langue française chez lui entre le congédiement de Perrussel et son propre départ ? Sa lettre du 29 janvier 1548 au Magistrat de Strasbourg39 fait effectivement référence à un ministre qui aurait été à son service, mais nous ne savons rien de plus sur lui.

  • 40 Cf. Bietenholz, Basle and France, p. 96. Voir en particulier la lettre de Hotman à Bullinger, Bâle (...)

26Entre 1548 et 1568, les sources ne font état d’aucune autre démarche entreprise auprès du Magistrat en vue d’obtenir l’ouverture d’une Église française. Bâle se signala dans l’Europe du XVIe siècle par un esprit de liberté religieuse et un penchant pour la tolérance plus marqués qu’ailleurs. C’est précisément dans les deux décennies ayant suivi l’Intérim d’Augsbourg que ces tendances se marquèrent le plus ouvertement. La mort de Michel Servet, à Genève, en 1553, provoqua dans les milieux intellectuels de la ville une émotion considérable et une polémique assez vive s’engagea entre Castellion et les ministres de Genève à propos du bien-fondé de l’exécution de l’antitrinitaire espagnol. A Bâle, Castellion n’était pas le seul : ses partisans étaient nombreux, parmi les Italiens surtout. Comment ne pas formuler l’hypothèse que Calvin et les autres ministres ont délibérément fait obstacle à toute tentative de fonder une Église française ou italienne à Bâle ? On peut du reste se demander si les émigrés français et italiens de la ville, volontiers individualistes, auraient supporté une Église et sa discipline. Et quel ministre aurait accepté de prendre la tête d’une Église composée de gens réputés si frondeurs40 ? En 1568, nous y reviendrons, une nouvelle démarche sera entreprise pour obtenir, au profit des Français, la liberté de culte, mais alors, c’est important, Castellion sera mort depuis cinq ans, ses partisans pour la plupart dispersés et l’université redevenue conformiste.

  • 41 Sur l’Église anglaise de Bâle : Garrett, Marian Exiles, p. 55-57. — Sieber, Universität.
  • 42 Liste dans Garrett, op. cit., p. 357-358, ainsi que, plus complète, dans Sieber, op. cit., p. 109- (...)
  • 43 Sieber, op. cit., p. 97.

27La seule Église étrangère attestée pendant les années qui ont suivi la mort de Servet est l’Église anglaise, fondée en 1555 et dissoute trois ans plus tard41. Comme à Strasbourg, à Wesel, à Duisbourg et à Francfort, elle rassemblait des réfugiés chassés de leur pays par Marie Tudor. A Bâle, quarante-deux de ces réfugiés ont été dénombrés, dont trente-sept immatriculés à l’université42. Pas un seul n’a obtenu un diplôme universitaire pendant son séjour dans la ville43.

  • 44 Texte dans Garrett, op. cit., p. 358-359.
  • 45 Sulzer à Bullinger, Bâle, 9 avril 1555 (Sieber, op. cit., p. 106).
  • 46 Sulzer à Bullinger, Bâle, 1er mai 1555 (ibid., p. 106).
  • 47 Cf. infra, p. 322-325.
  • 48 Brieff discours, p. 49.
  • 49 Richard Morison à Bullinger, Strasbourg, 23 août 1555 (Robinson, Original Letters, t. I, p. 148).

28De tous les étrangers de Bâle, les Anglais furent les seuls, au milieu du XVIe siècle, à mener une action concertée en matière ecclésiastique. C’est ainsi qu’un groupe d’entre eux adressa, le 10 avril 1555, une pétition au Magistrat, expliquant pourquoi ils se trouvaient en exil et demandant l’asile à Bâle44. Il n’était pas question dans cette supplique du culte, ni de la prédication. La demande, qui était appuyée par les pasteurs de la ville45, fut exaucée. Sulzer rapporta à Bullinger le mois suivant comment ses collègues et lui avaient été « interpellés » par « un Écossais » (a quodam Scoto), qui était le ministre des Anglais46. John Knox — car c’était lui — a donc joué un rôle majeur dans la fondation de l’Église anglaise de Bâle. Il venait d’être expulsé de Francfort, pour avoir pris la tête du parti des radicaux, dans la controverse qui déchirait l’Église anglaise de cette ville sur les questions de liturgie47. Knox, cependant, ne resta que quelques jours à Bâle. Avant le 1er mai, il avait fait route pour Genève, où il demeura jusqu’à la mort de Marie Tudor. Par une lettre de William Whittingham, qui accompagna l’Écossais à Bâle et à Genève avant de revenir, lui, à Francfort, nous savons qu’en avril 1555 les Anglais de Bâle reçurent non seulement la permission de s’établir dans la ville, mais aussi celle d’y fonder une Église48. Ce succès était d’autant plus appréciable que, la même année, à Zurich, les autorités décidaient de fermer les portes de la ville aux étrangers, tant y étaient nombreux les réfugiés italiens venus de Locarno49.

  • 50 J. Strype, Ecclesiastical Memorials, vol. III/2, Oxford, 1822, p. 315-317, no XL.
  • 51 Sur John Bale : Garrett, Marian Exiles, p. 77-78. En novembre 1555, Bale se trouvait encore à Fran (...)
  • 52 Cf. infra, p. 356-357.

29Le seul document relatif à l’histoire de l’Église anglaise de Bâle en cette période est une lettre de John Bale à Thomas Ashley, un réfugié de Francfort, qui n’est pas datée50. Bale était un ancien carme, évêque en Irlande sous Édouard VI, qui exerçait alors vraisemblablement les fonctions de ministre à Bâle51. Sa lettre fut écrite lors d’un moment de crise. Comme à Francfort, un conflit opposa des conservateurs, partisans du Prayer Book anglais, à des radicaux, revendiquant, selon les termes de John Bale, la « plus grande pureté de la religion ». Lui-même appartenait à la première tendance et les anciens de l’Église à la seconde. Bale expliqua à Ashley comment il s’était fait traiter par ses contradicteurs de « papiste », sous prétexte que la liturgie n’avait pas été suffisamment réformée. Selon lui, ce reproche était profondément injuste, car ni les ornements liturgiques, ni les objets décorant l’autel, ni surtout les prières en usage lors de la Cène n’étaient ceux de la religion romaine. Bale recommandait à son correspondant de ne pas écouter ses adversaires, s’ils s’adressaient à lui. Ashley, il faut le noter, était un radical, et non des moindres, dans le domaine ecclésiologique plus qu’en matière liturgique il est vrai52. Knox et Whittingham, les fondateurs de l’Église de Bâle, l’avaient été aussi. La place exacte de John Bale et de son Église dans l’éventail très large des opinions théologiques et liturgiques du refuge anglais sous Marie Tudor devrait être précisée, mais, faute de document complémentaire, la question ne peut être élucidée.

  • 53 Garrett, op. cit., p. 361. Sur le couvent Sainte-Claire : ibid., p. 55-57 et Sieber, Universität, (...)

30Les Anglais célébraient probablement le culte au couvent Sainte-Claire (Clarakloster), où bon nombre d’entre eux vivaient « en communauté » (in collegio). Le prix élevé de la location — vingt-quatre livres53 — est l’indice du rang économique et social élevé des membres de l’Église.

  • 54 Cf. supra, p. 146.
  • 55 Sulzer à Bullinger, Bâle, 4 mai 1557 (Sieber, op. cit., p. 107).
  • 56 Johannes Jung à Bullinger, Bâle, 17 mai 1557 (ibid., p. 107). Traduction anglaise dans Robinson, O (...)
  • 57 Cf. Meylan, Une occasion manquée.

31Des Anglais plus pauvres, artisans de leur métier, demandèrent bien l’asile à Bâle en mai 1557. Chassés de Wesel par les luttes confessionnelles, ils venaient via Francfort, sous la conduite de leur ministre, Thomas Lever54. Sulzer ne les traita pas différemment que, deux ans plus tôt, John Knox et ses amis et il intercéda en leur faveur auprès du Magistrat. Cependant, conformément au décret de 1546 sur l’immigration, celui-ci refusa de les accueillir55. Les Anglais de Wesel aboutirent finalement à Aarau, dans le territoire de Berne, où l’un des pasteurs de Bâle, Johannes Jung, avait précédemment été ministre56. Auparavant, il avait été question, un moment, de les envoyer à Lausanne57.

  • 58 Sur la famille Pérez : P. Hanquet, Les Perez et leur groupe familial aux XVI e et XVII e  siècles,(...)
  • 59 Voir une lettre en espagnol de Pérez, Bâle, 30 juin 1568, citée par A. Bernus, Pierre Ramus à Bâle (...)

32La mort de Marie Tudor, en novembre 1558, et l’avènement de la reine Elisabeth eurent pour effet la fermeture de l’Église anglaise de Bâle, de même que celle d’Aarau. Dix ans plus tard, le projet de créer une Église d’étrangers était de nouveau agité. L’idée venait, cette fois, d’un marchand anversois établi à Bâle, Marcus Pérez58. Pérez demanda une première fois en 1568 et à nouveau en 1569 aux autorités la permission d’ouvrir une Église française, qui serait desservie par un Bâlois parlant le français. Mais l’opposition de Sulzer, devenu entretemps luthérien orthodoxe, et de ses collègues, ainsi que la crainte qu’avaient les conseillers de voir venir s’établir à Bâle des réfugiés en grand nombre à cause de l’ouverture de l’Église, firent que la demande, pourtant répétée, de Pérez se heurta à une fin de non-recevoir59. L’heure n’était pas encore venue.

  • 60 Toussain à Gwalter, Bâle, 13 décembre 1572, dans A. Bernus, Trois pasteurs échappés au massacre de (...)

33La situation se modifia radicalement après le massacre de la Saint-Barthélémy, en 1572. De très nombreux réfugiés affluèrent à Bâle et ils furent accueillis par pitié, quand ce n’était pas avec fierté : c’est que certains des fugitifs étaient illustres, telle la belle-mère de Coligny, qu’accompagnaient son propre fils et les deux fils aînés de l’amiral. L’Église française, si longtemps désirée, fut enfin autorisée ou du moins tolérée. Le premier de ses ministres, Daniel Toussain, qui venait d’Orléans, déclara le 13 décembre à Rodolphe Gwalter qu’il célébrait le culte « en privé » (privatim) pour les familles étrangères de la ville60. C’est à la fin du XVIe siècle seulement que l’Église française se vit officiellement reconnue à Bâle.

Notes

1 Ochs, Geschichte der Stadt und Landschaft Basel, t. VI, p. 491-492.

2 Ochs, op. cit., p. 492-493.

3 B.S.A., Ratsbücher B 6, Decreta und Mandata, I, f. 179 r° et v° (copie tardive).

4 Sur tout ceci : Bodmer, Einfluss, p. 16-17.

5 Bientenholz, Coeur, p. 210.

6 Cf. Ochs, op. cit., p. 495.

7 Bietenholz, Cœur, p. 210. Sur la corporation du Safran : Geering, Handel, p. 442-444 et passim. — P. Koelner, Die Safranzunft zu Basel und ihre Handwerlce und Gewerbe, Bâle, 1935.

8 Voir à ce propos : Bientenholz, Basle and France, p. 74-82.

9 Sur la part prise par les étrangers à l’industrie textile bâloise : Bodmer, Einfluss, p. 33-40.

10 Guggisberg, Studenten, p. 245. Cf. Droz, Étudiants, p. 109-110.

11 Wackernagel, Matrikel, t. II. Sont inclus dans les 1498 « étudiants » de la période 1540/41-1564/65 vingt-quatre étudiants non inscrits à la matricule de l’université mais répertoriés par Wackernagel comme étudiants. Sont inclus également quatre étudiants des Pays-Bas ignorés par Wackernagel mais répertoriés par Guggisberg (Studenten, p. 287), ainsi que dix étudiants anglais qui le sont par Sieber (Universität, p. 109-110).

12 Une série impressionnante de monographies a été consacrée aux étudiants de Bâle. Pour les Lorrains : Pfister, Liste ; pour les Polonais : Kot, Polen ; pour les Anglais : Sieber, Universität ; pour les Français : Droz, Étudiants ; pour les Italiens : Busino, Studenti ; pour les ressortissants des Pays-Bas : Guggisberg, Studenten. Ce dernier inclut dans les habitants des Pays-Bas deux Liégeois, Thierry Stynen (1542/43) et Guillaume Huysmans (1556/57), ainsi que l’érudit de Bolland, Johannes Faber ou Fabricius (1555/56). Cf. ibid., p. 276-277.

13 Cf. supra, p. 66-67.

14 Cf. supra, p. 75.

15 A.M.S., A.S.T. 153, no 142, phot. p. 430-440 (document reproduit infra, annexe II/13).

16 On sait que Bernard Meyer, le Porte-drapeau ou Bannerherr (en latin vexilliferus) de Bâle, s’est rendu à Strasbourg à la fin du mois de novembre 1546 pour rencontrer les XIII. Cf. Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV/1, p. 500-501. Le motif premier du voyage effectué à Strasbourg au début de l’été 1547 est inconnu. Il n’y est pas fait mention dans les registres du Conseil et des XXI de Strasbourg (aux A.M.S.) de mai, juin et juillet 1547. Ceux des XIII sont perdus. Sans doute était-ce en relation avec la victoire de Charles Quint sur les armées protestantes à Mühlberg.

17 En 1927, en se fondant uniquement sur la correspondance de Calvin, Bauer (Valérand Poullain, p. 105-120) a proposé un récit détaillé de l’affaire Poullain de Bâle. Mais il ne tenait pas compte des travaux publiés dès 1900 pourtant sur le procès lui-même, à partir des archives de 1’Ehegericht de Bâle, par Wernle (Calvin und Basel, p. 59-64) et, en 1910, sur Isabelle de Haméricourt par Elkan (Marnix, t. I, p. 14-18). Cf. W. Rotscheidt, Zur Liebesgeschichte Valérand Poullains, dans Peformierte Kirchenzeitung, t. LXXVII, 1927, no 27, p. 213. Compléments utiles dans : Van Schelven, Zur Biographie, p. 246-249. Plus récemment, la publication par Jenny (dans Hartmann, Amerbachkorrespondenz, t. VI, p. 468-470, p. 579-588 et 609-611) d’un ensemble de documents conservés à la Bibliothèque de l’Université à Bâle et relatifs à la même affaire a jeté sur elle une nouvelle lumière. Dans une note, Jenny présente l’ensemble de la documentation (ajouter cependant : Poullain à Farel. Bâle, 18 avril 1547 : A.É.N., B.P., Pf. VIII, liasse 1, no 10b). Sur l’affaire Poullain de Bâle, voir enfin DENIS, Jacques de Bourgogne.

18 Cf. supra, p. 74.

19 Sur Marguerite d’Elter, qui épousa François Dryander en mars 1548 : Hartmann, Amerbachkorrespondenz, t. VI, p. 570-580 et 611.

20 Sur Isabelle de Haméricourt : Elkan, Marnix, t. I, p. 14-18. D’après sa pierre tombale à Middelbourg en Zélande (dont le texte est publié par F. V. Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique, t. II, Bruxelles, 1850, p. 751), née à Binche, elle mourut le 13 octobre 1580 après trente-cinq ans d’exil. Décrite comme une « jeune femme » (puella) par ses contemporains, lors du procès de Bâle, et notamment par Dryander dans une lettre à Bullinger du 8 mai 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 519, no 904), et comme une « mineure » (minderjarig) par Boniface Amerbach au même moment (Hartmann, op. cit., t. VI, p. 609), elle ne peut être née dans les dernières années du XVe siècle, comme l’affirme Elkan (op. cit., p. 14), qui se trompe manifestement d’une génération. L’erreur est reproduite par Rotscheidt (op. cit., p. 213) et par Hartmann (op. cit., t. VI, p. 479). Elle était la tante et non la grand-tante de Philippe Marnix de Sainte-Aldegonde. Van Schelven (Zur Biographie, p. 246) est le seul à ne pas avoir commis l’erreur.

21 Bauer, Valérand Poullain, p. 19.

22 Poullain à [Marguerite] d’Elter, [Bâle ?], 7 avril 1547, dans Hartmann, op. cit., t. VI, p. 582. Voir la déposition de Poullain à l’Ehegericht de Bâle, [après le 24 février 1547] : ibid., p. 610-611.

23 Calvin à Falais, Genève, 1er mai [1547] (Op. Calv., t. XII, col. 516, no 902). Je ne suis pas parvenu à identifier ce Merne dont parle Calvin.

24 Cf. Elkan, Marnix, p. 17.

25 Op. Calv., t. XII, col. 503-504, no 866.

26 Op. Calv., t. XIII, col. 186, no 1141.

27 Poullain à [Marguerite] d’Elter, [Bâle ?], 7 avril 1547 (Hartmann, Amerbachcorrespondenz, t. VI, p. 583).

28 Ehegerichtsprotokoll, Bâle, 12 mai 1547 (B.S.A., Gerichtsarchiv U 5, f. 56v°-57v°). Cf. Wernle, Calvin und Basel, p. 60-61.

29 Bucer à Myconius, Strasbourg, 3 juillet 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 549, no 922).

30 Bucer à Dryander, [Strasbourg], 6 juillet 1547 (A.M.S., 153, no 42, document reproduit infra, annexe II/13).

31 Z.S.A., E II 366, f. 182 : « Ecclesia nostra fere obruitur novis istis hominibus ; vos feliciores estis qui talibus caretis bominibus. »

32 Bucer à Dryander, lettre citée.

33 Sur Perrussel, cf. supra, p. 187-189.

34 Op. Calv., t. XII, col. 551, no 924.

35 Cf. supra, p. 171.

36 Op. Calv., t. XII, col. 575, no 937.

37 Il épousa une parente d’Anne ’t Serclaes, la femme de l’Anglais John Hooper, le futur évêque de Gloucester sous Édouard VI et martyr sous Marie Tudor. Le mariage de Poullain fut célébré à Strasbourg, le 6 janvier 1548. Cf. Poullain à Dryander, Strasbourg, 6 février 1548 (Van Schelven, Zur Biographie, p. 236).

38 A.M.S., A.S.T. 160, no 231, phot. p. 493-494. Voir aussi la lettre de Perrussel à Dryander, s.l., 21 décembre 1547 (ibid., no°[232], phot. p. 495-496).

39 Op. Calv., t. XII, col. 657, no 993.

40 Cf. Bietenholz, Basle and France, p. 96. Voir en particulier la lettre de Hotman à Bullinger, Bâle, 29 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 803-804, no 2309) : « Calvinus autem nihilo melius hic audit quam Lutetiae ».

41 Sur l’Église anglaise de Bâle : Garrett, Marian Exiles, p. 55-57. — Sieber, Universität.

42 Liste dans Garrett, op. cit., p. 357-358, ainsi que, plus complète, dans Sieber, op. cit., p. 109-110.

43 Sieber, op. cit., p. 97.

44 Texte dans Garrett, op. cit., p. 358-359.

45 Sulzer à Bullinger, Bâle, 9 avril 1555 (Sieber, op. cit., p. 106).

46 Sulzer à Bullinger, Bâle, 1er mai 1555 (ibid., p. 106).

47 Cf. infra, p. 322-325.

48 Brieff discours, p. 49.

49 Richard Morison à Bullinger, Strasbourg, 23 août 1555 (Robinson, Original Letters, t. I, p. 148).

50 J. Strype, Ecclesiastical Memorials, vol. III/2, Oxford, 1822, p. 315-317, no XL.

51 Sur John Bale : Garrett, Marian Exiles, p. 77-78. En novembre 1555, Bale se trouvait encore à Francfort (ibid., p. 78). Il fut immatriculé à l’université de Bâle en 1555/56 (Wackernagel, Matrikel, t. II, p. 92). Ce n’est pas avant 1559 qu’il quitta la ville.

52 Cf. infra, p. 356-357.

53 Garrett, op. cit., p. 361. Sur le couvent Sainte-Claire : ibid., p. 55-57 et Sieber, Universität, p. 93.

54 Cf. supra, p. 146.

55 Sulzer à Bullinger, Bâle, 4 mai 1557 (Sieber, op. cit., p. 107).

56 Johannes Jung à Bullinger, Bâle, 17 mai 1557 (ibid., p. 107). Traduction anglaise dans Robinson, Original Letters, t. I, p. 164. Sur cet épisode : Sieber, op. cit., p. 95-97. En 1559, les Anglais d’Aarau étaient au nombre de cinquante-quatre, d’après un document des Archives Municipales d’Aarau, reproduit dans Garrett, op. cit., p. 355-357.

57 Cf. Meylan, Une occasion manquée.

58 Sur la famille Pérez : P. Hanquet, Les Perez et leur groupe familial aux XVI e et XVII e  siècles, dans Recueil de l'Office généalogique et héraldique de Belgique, t. VII, Bruxelles, 1958, p. 43-62.

59 Voir une lettre en espagnol de Pérez, Bâle, 30 juin 1568, citée par A. Bernus, Pierre Ramus à Bâle, dans B.S.H.P.F., t. XXXIX, 1890, p. 527, note 1, et une autre du même à Rodolphe Gwalter et à Ludovicus Lavater, Bâle, 22 juillet 1569, citée par Bernus, op. cit., p. 524-530.

60 Toussain à Gwalter, Bâle, 13 décembre 1572, dans A. Bernus, Trois pasteurs échappés au massacre de la Saint-Barthélemy, B.S.H.P.F., t. XLI, 1892, p. 412.

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search