Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

III. Wesel et Duisburg

Texte intégral

1. Vesalia hospitalis

  • 1 Teschenmacher, Annales Cliviae, t. I, p. 140.
  • 2 Schilling, Exulanten, p. 158.

1Wesel a été, au XVIe siècle, une ville particulièrement accueillante. Un écrivain du siècle suivant, Wernher Teschenmacher, décrivait ainsi, dans ses Annales Cliviae, les villes du duché de Clèves : « Les villes principales, celles qui sont convoquées aux États et y ont droit de suffrage, sont les suivantes : Clèves la sublime, Wesel l’hospitalière, Emmerich la jolie, Kalkar l’affable, Duisbourg la célèbre, Xanten l’antique et Rees l’opulente1. » Plus récemment, en 1972, un historien qui a établi une typologie des villes de refuge au XVIe siècle n’a pas hésité à mettre Wesel dans la catégorie de celles où les réfugiés ont connu, tant sur le plan économique que sur le plan religieux, une « intégration sans conflit »2.

  • 3 Sarmenhaus, Festsetzung, p. 7.

2Située sur les bords du Rhin, non loin de l’actuelle frontière germano-hollandaise, cette Vesalia hospitalis était la capitale économique du duché de Clèves. Celui-ci entretenait depuis longtemps des liens économiques étroits avec ses voisins occidentaux, le comté de Hollande, le duché de Brabant et, à ses frontières, le duché de Gueldre. Aussi n’a-t-il pas fallu attendre les persécutions religieuses du milieu du XVIe siècle pour que des habitants des Pays-Bas émigrent dans le duché de Clèves et à Wesel en particulier3.

  • 4 Cf. infra, p. 212.
  • 5 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 294.

3C’est en septembre 1544 qu’arrivèrent à Wesel les premiers réfugiés pour cause de religion. On notera qu’ils n’étaient pas de langue néerlandaise. Ces Wallons (Wailen), comme disaient les gens de la ville, venaient pour la plupart de Tournai et de la région avoisinante. Il y eut, certes, à Wesel, des réfugiés protestants néerlandophones, une supplique signée par six d’entre eux en 1556 en témoigne4, mais ils ne formèrent pas, tout d’abord, un groupe constitué. Il faudra attendre l’année 1567 pour que soit établie à Wesel une Église flamande constituée5, alors qu’une Église française, nous allons y revenir, y avait été fondée dès 1545. La proximité des langues explique sans doute pourquoi les Flamands sont restés si longtemps confondus avec leurs hôtes allemands. Il s’y ajoute que quelques uns, tels l’imprimeur gantois Pierre Over d’Hage, se joignirent aux Wallons, dont ils parlaient la langue.

  • 6 Sur l’histoire économique du refuge de Wesel, voir Sarmenhaus, Festsetzung.Schilling, Exulanten(...)
  • 7 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, f. 46 v° (23 septembre 1544).

4Dans aucune ville du refuge au XVIe siècle, l’intégration sociale et professionnelle des étrangers ne s’est opérée sans difficulté. Wesel ne fit pas exception, certes, mais les affrontements y furent moins durs qu’ailleurs. C’est que les réfugiés y furent, dès le départ, non seulement tolérés, mais positivement désirés. En 1544, Wesel se trouvait dans une situation économique et financière désastreuse6. La ville était couverte de dettes depuis le début du siècle et, dans les années vingt, l’industrie lainière, la principale source de revenus de la région, était entrée dans une crise grave, entraînant dans sa chute tous les métiers annexes. Depuis 1535, la ville ne parvenait plus à se faire payer la moindre taxe par le métier des lainiers. Or les réfugiés étaient précisément des tisserands. Dans les Pays-Bas, l’industrie textile avait été frappée par la même crise, mais l’introduction de la « nouvelle draperie », une technique permettant de produire des draps à texture plus fine, avait permis à cette contrée d’échapper au déclin économique. Les réfugiés de Wesel connaissaient la « nouvelle draperie ». Sitôt arrivés le 23 septembre 1544, ils demandèrent et obtinrent la fabrication d’une calendre (klanderwerkhaus)7. Le Conseil mit quelques conditions à l’exercice de la profession : ne pas travailler à Wesel des étoffes fabriquées à l’étranger, apprendre aux habitants de la ville le métier, s’engager à rester sur place, payer un loyer pour la calendre et une taxe sur les produits finis (siegelgeld). Le 6 janvier 1546, un réglement du métier de la laine fut édicté, dont plusieurs autres villes de l’Empire, parmi lesquelles Franfort-sur-le-Main, devaient plus tard s’inspirer. Grâce à ces innovations, la fabrication des étoffes reprit de l’ampleur. La production du tissu de laine (wollentrippen) augmenta régulièrement jusqu’à la fin des années soixante-dix. Les réfugiés donnèrent également une nouvelle impulsion à la passementerie (posamentierei) et ils prirent une part notable dans les métiers annexes, tels que le découpage (tuchschweramt) et la teinture (farberei).

  • 8 Ibid.

5Ainsi, lorsque le Conseil de Wesel accorda l’asile aux Wallons, il céda peut-être à un mouvement d’humanité, mais il songea surtout à inaugurer une collaboration dont la ville ne pouvait que retirer du bénéfice. Les autorités n’entendaient d’ailleurs pas dissimuler leurs intentions, puisque, dès la première entrevue, elles exigèrent des réfugiés, qui étaient tournaisiens, « un échantillon de leur façon de faire à Tournai, où ils ont habité jusqu’à présent » (ein schyn oirs handels und wandels van Doirneck, dair sy bisher gewont hebben)8.

  • 9 Le texte manuscrit de la confession de foi des réfugiés (W.K.A., Gefach 7/1, no 1) porte cette men (...)
  • 10 Schilling, Exulanten, p. 70.

6Les étrangers, qui étaient soixante-sept en mars 15459, demeurèrent entre cinq cents et mille jusqu’à la fin des années soixante. Leur nombre aurait été de sept ou huit mille au début de la décennie suivante, pour se stabiliser ensuite à quatre mille environ. Ils représentaient alors quelque 20 % de la population10.

  • 11 Ibid., p. 71.

7Une réaction de rejet était à prévoir de la part des artisans de la ville et de leurs corporations, en raison du risque de concurrence. C’est le contraire qui se produisit. Malgré quelques heurts initiaux, en effet, les étrangers réussirent à s’intégrer aux corporations. Celles-ci s’en trouvèrent renforcées et elles gagnèrent de l’influence au Conseil, jusque là dominé par les marchands11. Il est permis d’affirmer que l’intégration sociale et professionnelle des étrangers s’est effectuée sans difficulté majeure. En a-t-il été de même au point de vue politique et religieux ?

  • 12 Gantesweiler, Chronik, p. 213.
  • 13 Cf. J. P. Dolan, The Influence of Erasmus and Cassander in the Church Ordinances and Reform Propos (...)

8En 1544, Wesel venait de passer à la Réforme, dans un duché qui, lui, était resté catholique. Il est vrai que lorsque les bourgmestres de la ville étaient venus, en 1540, faire part au duc de Clèves de la décision prise par le Conseil de faire célébrer la Cène à l’église Saint-Guillaume avec la communion sous les deux espèces, le souverain n’avait pas marqué d’opposition, au nom du principe qu’il n’appartient pas à l’autorité civile de se prononcer sur des questions de ce genre12. Dans le duché de Clèves, durant les règnes de Jean III (1511-1539) et de Guillaume (1539-1592), la politique suivie en matière religieuse était d’inspiration érasmienne, une sorte de via media entre la rupture confessionnelle et la Réforme catholique. L’humanisme biblique, dont se réclamaient ses promoteurs, trouva son expression dans les Ordonnances ecclésiatiques de 1532, rédigées principalement par l’iréniste Georges Witzel, un disciple d’Érasme13.

  • 14 Hillmann, Evangelische Gemeinde, passim.
  • 15 J. G. Sardemann, Ueber einige in XVI. Jahrhundert in Wesel gedruckten Schriften, dans Zeitschrift (...)
  • 16 Sardemann, Johannes Brantius, Rektor an den höhern Schule in Wesel 1584-1620, ibid., t. IV, 1867, p (...)

9D’un autre côté, si le duc Guillaume accepta facilement le passage de Wesel à l’évangile, c’est parce que celui-ci s’opéra sans violence ni brusquerie. La personnalité du Zélandais Iman Ortzenius, un disciple de Mélanchthon, qui fut chapelain, puis, à partir de 1543, pasteur à la paroisse Saint-Willibrord14, y fut certainement pour beaucoup. Le rôle des milieux intellectuels, marqués par l’humanisme, fut également déterminant. Wesel était, depuis le XVe siècle, un centre culturel renommé. Les Frères de la Vie comune y avaient ouvert une maison en 1431 et l’on pense qu’ils y tenaient une imprimerie vers 150015. Depuis qu’Hermann Busch (Buscoducensis) y avait été nommé recteur en 1516, d’autre part, la Haute École, une institution fondée, elle aussi, au XVe siècle, dispensait un enseignement d’orientation humaniste. C’est là que circulèrent, à Wesel, les premières idées de réforme. En 1540, Nicolas Busch, qui était, comme Ortzenius, un élève de Mélanchthon, devint à son tour recteur de la Haute École et, trois ans plus tard, en 1543, il soumit celle-ci à une réorganisation telle qu’elle devint la première école évangélique de la région16. La même année, Busch fut nommé surintendant de l’Église de Wesel, en remplacement de l’évêque, dont il reçut pratiquement toutes les prérogatives. Un an avant que les réfugiés n’y arrivent, Wesel était une ville qui s’acheminait paisiblement vers une Réforme de type mélanchthonien.

  • 17 Gantesweiler, Chronik, p. 24.

10A l’automne 1543, cependant, un événement militaire remit tout en question. Le duc Guillaume, qui avait été désigné héritier du duché de Gueldre après la mort sans enfant du duc Charles d’Egmont, s’apprêtait à en prendre possession, lorsque l’empereur, qui convoitait lui aussi la Gueldre, lui infligea une cuisante défaite militaire, au terme de laquelle, le 17 septembre 1543, fut signé le traité de Venlo. Guillaume dut renoncer définitivement à ses prétentions territoriales. Fort de sa victoire, Charles Quint imposa en outre au duc de Clèves de s’engager à rester fidèle à la religion catholique et à mettre fin à toutes les innovations qu’il avait, jusque là, autorisées dans son territoire17.

11En dépit de ces contraintes, Wesel demeura acquise aux idées nouvelles, mais elle eut à compter désormais avec la menace d’une intervention militaire de l’empereur. Les réfugiés bannis des terres de Charles Quint n’y trouvèrent pas moins un bon accueil. Ils n’eurent pas non plus trop à souffrir des luthériens orthodoxes, enclins alors, et surtout pendant la décennie suivante, à ne voir en eux que de redoutables sacramentaires, car la ville était marquée par une forte tradition humaniste et mélanchthonienne. Dans le domaine ecclésiastique comme dans le domaine économique, des heurts allaient se produire entre les étrangers et leurs hôtes, mais ils ne devaient pas déboucher, comme à Strasbourg ou à Francfort, sur la fermeture définitive de l’Église des réfugiés.

2. L’Église française de Wesel jusqu’à l’Intérim d’Augsbourg18

  • 18 Sur l’Église française de Wesel : GantesweileR, op. cit., p. 101-109, 224-260. — Wolters, Reformat (...)
  • 19 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, f. 46 v° (23 septembre 1544) : « Item beslaiten den sayenwevers (...)

12Le 23 septembre 1544, nous l’avons vu, trois tisserands de Tournai, du nom de Simon Liébart, Daniel Iterot et Tassin Villain, demandaient au Conseil de Wesel la permission d’exercer leur métier dans la ville. Le recteur de l’École, Nicolas Busch, appuya leur demande et, le jour même, ils obtenaient satisfaction19.

  • 20 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 309. Mention à « Adrien [= Simon] Liebart, Daniel Yte (...)
  • 21 Cf. supra, p. 71.
  • 22 Jean Crespin, Actes des Martyrs, Genève, 1574, p. 227 (cité par Moreau, Histoire du protestantisme (...)
  • 23 D’après une déposition au procès de Brully, dans Paillard, Procès de Pierre Brully, p. 88. Cf. Mor (...)

13Ces trois hommes ne sont pas des inconnus. Membres de la première communauté évangélique de Tournai, Liébart, Iterot et sans doute aussi Villain avaient été envoyés de Tournai à Strasbourg au début de l’année 1544, pour y exposer à Martin Bucer leurs démêlés avec les libertins spirituels et lui demander un ministre20. Comme on sait, c’est à la suite de cette ambassade que Pierre Brully quitta l’Église française de Strasbourg, dont il était le ministre depuis 154121, pour se rendre à Tournai, ainsi qu’à Lille, à Valenciennes et à Arras, où il prêcha clandestinement. Arrêté dès le mois de novembre 1544, il devait être exécuté le 19 février 1545. D’après le martyrologe de Jean Crespin22, c’est en septembre 1544 que Brully arriva à Tournai, venant de Strasbourg. Le même mois, accompagnés sans doute sur une partie du chemin par Pierre Brully, les délégués de l’Église de Tournai regagnèrent leur patrie, en descendant le Rhin jusqu’à Wesel. Ils ne restèrent dans cette ville que le temps de négocier avec les autorités leur future installation. On les retrouve en octobre à Tournai, auprès de Brully. C’est même Simon Liébart qui se chargea de trouver une robe au prédicateur23.

  • 24 Les chefs d’accusation sont repris dans sa lettre de rappel, Anvers, 23 mars 1578 (Archives départ (...)
  • 25 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 314.
  • 26 Ibid. Voir aussi Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 379.
  • 27 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 314. Sur Iterot : W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f (...)
  • 28 Charles de Tisnacq à Louis Schore, président du Conseil Privé à Bruxelles (Paillard, Procès de Pie (...)
  • 29 Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 280, note 3, et 281, note 3.
  • 30 Lettre citée de Charles de Tisnacq (Paillard, op. cit., p. 55).

14Brully fut arrêté le 3 novembre. Liébart subit le même sort et se trouva, selon le chroniqueur Pasquier de le Barre, « aulcunes journées en grand danger et péril éminent de sa vie ». Son voyage à Strasbourg lui était reproché ainsi que sa présence aux « conventicules » évangéliques de Tournai24. Mais, plus heureux que le successeur de Calvin, il réussit à s’enfuir, « acoustré d’habillemens de femme », avec l’aide de quelques amis25. Avant d’être banni « à tousjours de Tournay et Tournesis et des pays et conté de Flandres, sur paine de mort » et privé de ses biens le 9 juillet 1546 par contumace26 il regagna, selon toute vraisemblance, Wesel, C’est ce que firent en tout cas Daniel Iterot, qui était, lui, « hors de la ville [de Tournai] quand [...] Brully fut appréhendé »27, et Tassin Villain, qui, comme Iterot, fut déclaré « fugitif » par les autorités28. De la même manière que Liébart, Iterot et Villain furent bannis et leurs biens furent confisqués29. Le conseiller Charles de Tisnacq, l’homme chargé par le gouvernement de la répression de l’hérésie à Tournai, ne se trompait pas lorsqu’il écrivait, le 30 décembre 1544 : « Il y a doubte que ledit Daniel Iterot soit allé en Anvers, mais l’on pense qu’il soit passé oultre30. »

15La chronologie des événements indique que ce n’est pas la persécution religieuse consécutive à l’arrestation de Brully qui a poussé les Tournaisiens à s’établir à Wesel. Simon Liébart, Daniel Iterot et Tassin Villain avaient pris déjà auparavant cette décision, soit pour eux-mêmes, soit pour leurs concitoyens, à Tournai en 1543 ou au plus tard à Strasbourg en 1544. Les réfugiés français et wallons de cette dernière ville étaient probablement au courant de leur intention.

  • 31 Moreau, op. cit., p. 61-62.

16Pourquoi Wesel ? On ignore d’où est venue au juste la suggestion. Strasbourg était une ville de foire. Les Tournaisiens y auraient-ils rencontré quelques marchands wéselois aux promesses engageantes ? Une autre hypothèse peut être avancée. A Wesel, enseignait à l’École Nicolas van Broekhoven. Ce pédagogue d’origine brabançonne, partisan de Luther à la première heure, avait été professeur à l’université de Tournai, cette éphémère institution qui ferma ses portes, aussitôt fondée, en 152531. Grâce à lui, des liens ont peut-être été établis entre Wesel et Tournai avant l’année 1544. Les réfugiés wallons ont été attirés à Wesel, de toute évidence, par l’espoir d’y pratiquer leur métier à des conditions avantageuses. Mais, comme à Strasbourg, la présence d’une école renommée n’a pu manquer d’exercer sur eux de l’attraction.

  • 32 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, 2e foliotation, f. 4 v° (25 janvier 1545).

17L’immigration proprement dite débuta au début de l’année 1545. Les réfugiés bénéficiaient d’un large courant de sympathie, puisque le Conseil eut à interdire, le 25 janvier, aux prédicateurs de critiquer en chaire l’empereur et le gouvernement32.

  • 33 Ibid., f. 6 r° (4 février 1545).
  • 34 Gantesweiler, Chronik, p. 226. Voir le texte de la confession : W.K.A., Gefach 7/1, no 1, dans Wolt (...)

18Mais, en même temps, ces Wallons faisaient peur. Le souvenir des événements de Munster restait présent aux mémoires. La ville entendait être évangélique, pas anabaptiste. Quant au duc de Clèves, qui avait été informé de l’arrivée des étrangers, il avait demandé expresssément aux autorités de la ville de veiller à ce qu’aucun sectaire ne se glisse parmi les nouveaux venus. Aussi le surintendant Busch rédigea-t-il une confession de foi lourdement anti-anabaptiste, que trente-deux Wallons signèrent le 4 février. Il était précisé que tout réfugié arrivant désormais aurait à signer, à son tour, cette confession, sous peine d’être expulsé « pour l’exemple »33. Le document fut remis aux États du duché de Clèves, réunis à Essen le 28 mars, à un moment où les étrangers étaient au nombre de soixante-sept, dont dix-huit femmes et un enfant34.

19Par cette confession de foi, les réfugiés reconnaissaient la nécessité du baptême des petits enfants, ils déclaraient obéir aux gouvernants, « non seulement aux bons et modestes mais aux rudes et maulvais, tant et si longuement que ils ne commendent riens contre Christ » et ils condamnaient la communauté des biens et des femmes. « Nous reiectons et avons en exécration toutes sectes qui sont contre la parolle de Dieu comme les anabaptistes, les sacramentaires, les libertins et aultres semblables qui sont séparez de la vraye église du Christ. » La mention des sacrements et l’article, dans la même confession, selon lequel la Cène « doibt estre célébrée et communiquée à tous soubz deux espèces, assavoir pain et vin, selon l’institution et l’ordonnance du Christ, aux bons comme estoit Pierre et aux mauvais comme estoit Judas » révélait la présence à Wesel, dès cette époque, d’un sentiment luthérien orthodoxe bien caractérisé. Là se trouvait le germe de beaucoup de disputes futures.

  • 35 L’ordonnance figure dans Sardemann, Johannes Brantius, p. 175-176. — Recueil des Ordonnances des P (...)
  • 36 Thierry Hezius, Memoriale in materia inquisitionis, s.d. (Archives de l’État a Liège, Conseil Priv (...)
  • 37 Hillmann, Evangelische Oemeinde, p. 67. — Bauer, Valérand Poullain, p. 71. — Dankbaar, Martin Bucer (...)

20En attendant, le mouvement d’émigration vers Wesel prenait suffisamment d’ampleur pour que l’empereur Charles Quint crût nécessaire de publier, à Bruxelles, le 7 mars, un édit interdisant à ses sujets des Pays-Bas de se rendre dans cette ville, où venait, il y faisait allusion, de s’ouvrir une école évangélique. Quiconque entrerait en contact avec les habitants de Wesel serait tenu pour hérétique et châtié en conséquence35. Des habitants de la principauté de Liège se réfugièrent également à Wesel. L’inquisiteur de Liège, Thierry Hezius, en était informé, puisqu’il mentionna l’édit de Charles Quint « contre les Wéselois » (contra vesalienses), dans son projet d’édit de religion, la même année36. On ne peut, cependant, affirmer, comme le font plusieurs auteurs37, que les réfugiés de Wesel étaient « pour la plupart » du diocèse de Liège.

  • 38 Leur confession de foi (W.K.A., Gefach 7/1, no 1. Cf. supra, p. 168, note 3) porte cette mention : (...)
  • 39 W.S.A., Ratsprotokolle 1545-1546, f. 5 r° : « Item beslaiten den Wailen eynen predicanten totolait (...)

21Les nouveaux venus avaient manifesté le désir d’avoir « prescheur en leur langue »38. Ce vœu devait être bientôt exaucé. Le 17 mars 1545, le Conseil autorisa leur « prédicateur » (predicant) à prêcher la « pure parole de Dieu », à l’église des augustins. Le ministre des Wallons dut, toutefois, avant d’entrer en fonction, accepter d’être interrogé sur sa foi par le surintendant Busch39.

  • 40 Hillmann (Evangelische Oemeinde, p. 68), voit dans le texte cité à la note précédente une mention à (...)
  • 41 Voir le procès-verbal de son interrogatoire dans Halkin, Histoire religieuse, p. 399-401. Cf. du m (...)
  • 42 Cf. infra, p. 176.

22Qui était ce ministre40 ? Son nom figure dans la déposition de Nicolas Villain, le frère de Tassin Villain, qui fut interrogé les 12, 13 et 14 novembre 1545 par le Conseil Provincial de Namur, après avoir été arrêté à Spy, près de Namur, au retour de Wesel, où il avait séjourné de mars à octobre41. Celui que Nicolas Villain avait entendu prêcher était « ung prebstre qui a esté à monsieur le grand maistre, nommé maistre Mathys ». Ses sermons, si l’on en juge d’après ce qu’en a retenu le frère de Tassin Villain, étaient adaptés à un auditoire encore marqué par la religion romaine : il y était question de la confession auriculaire, du purgatoire et de l’interdiction de manger de la viande le vendredi. Maître Mathys est inconnu par ailleurs. Il n’a pas dû rester ministre fort longtemps. En 1547, en tout cas, c’est David Véran, nous le verrons, qui est cité dans la correspondance de Calvin comme ministre de l’Eglise française de Wesel42.

  • 43 Cf. Hillmann, Evangelische Gemeinde, p. 68.
  • 44 W.K.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 9 v° (1er avril 1545). Voir aussi ibid., f. 10 r° (10 avril 1 (...)

23Si les Wallons avaient un « prescheur en leur langue », il ne leur était pas permis de célébrer la Cène, de baptiser et d’entrer dans leur temple. Pour recevoir les sacrements, malgré l’obstacle de la langue, ils avaient à s’adresser aux pasteurs de la paroisse de la Mathéna (Mathenakirche)43. Il semble que cette restriction ait été introduite à la demande du duc de Clèves. Ce dernier surveillait d’assez près les étrangers de Wesel. C’est ainsi que, quelques jours après les États de Essen, le 1er avril, ses conseillers demandèrent aux autorités de la ville la liste de tous les nouveaux venus. On venait d’arrêter près de Juliers « quelques Wallons qui appartiennent à la secte des libertins » : ils désiraient savoir si les Wallons de Wesel étaient en relation avec eux44.

  • 45 Halkin, Histoire religieuse, p. 401.

24Le duc de Clèves n’était pas le seul à s’interroger sur l’orthodoxie des réfugiés. A Namur, Nicolas Villain dut, de son côté, expliquer « quelles opinions ledit maistre Mathys et autrement sentoit du baptesme ». Il déclara n’avoir « point ouy preschier ledit maistre Mathys de baptesme ». Lui-même se disait « content de son baptesme à luy faicte par nostre mère saincte Église ». « Au dit Weselle, ajouta-t-il, l’on uze du baptesme comme icy et aux fons estant en l’église45. » En vérité, il ne semble pas que Nicolas Villain ait convaincu ses juges, car il fut condamné à la peine capitale.

25A Wesel, la hantise de l’anabaptisme n’était pas moins forte. C’est sans doute parce que les sacramentaires, c’est-à-dire les protestants non luthériens orthodoxes, étaient amalgamés aux anabaptistes, que les étrangers se virent refuser le droit de célébrer la Cène dans leur temple.

26Les Wallons reçurent très mal cette interdiction et plusieurs d’entre eux refusèrent de participer aux Cènes des paroisses allemandes. A Wesel, la Cène était célébrée selon un rite fort proche du rite traditionnel. La langue vulgaire avait, certes, remplacé le latin et les fidèles communiaient sous les deux espèces. Mais lors des célébrations liturgiques les pasteurs étaient revêtus des mêmes ornements que le prêtre catholique, l’aube, le surplis et la chasuble. Le répertoire des chants n’avait pas été rajeuni et la doctrine sur la Cène, l’impanation de Luther, ne différait que d’un ton de la doctrine romaine sur la transsubstantiation. Les Wallons étaient heurtés dans leur sensibilité de nouveaux convertis par cette liturgie beaucoup trop traditionnelle à leurs yeux. Choqués par le « matérialisme » de ces Cènes, ils furent tentés par une religion beaucoup plus spirituelle et certains d’entre eux déclarèrent même pouvoir se passer des sacrements.

  • 46 Lettre perdue. Voir celle de Poullain à Calvin, Strasbourg, 16 novembre 1545 (Op. Calv., t. XII, c (...)
  • 47 Cf. supra, p. 74.
  • 48 Cf. supra, p. 152.
  • 49 Cf. Bauer, Valérand Poullain, p. 68-71.
  • 50 Op. Calv., t. XII, col. 215, no 729.

27On ignore quelle fut l’attitude du ministre de l’Église française dans cette affaire. Est-ce parce qu’il désapprouvait le spiritualisme de ses ouailles qu’il écrivit, dans le courant de l’automne 1545, à l’Église française de Strasbourg ? Dans sa lettre46, en tout cas, il faisait comprendre aux réfugiés de cette ville la gravité de la situation. Jean Garnier, le ministre, en parla à Bucer et à Martyr. Ils décidèrent d’envoyer Valérand Poullain à Wesel, avec mission de convaincre le surintendant Busch de bien vouloir accepter certains accommodements. Poullain se trouvait libre depuis que Garnier lui avait été préféré comme ministre de l’Église française de Stras bourg47 et il venait de passer quelques mois au service du comte de Bas-Isembourg, comme précepteur de ses enfants48. Il avait déjà rempli, au printemps de la même année, une mission de diplomatie ecclésiastique, à Cologne, auprès de l’archevêque Herman de Wied, envoyé par Calvin49. Poullain avait l’avantage, comme Lillois, d’être le compatriote des réfugiés de Wesel. « Cette mission, écrivit-il à Calvin le 16 novembre 1545, je n’ai pas pu la leur refuser, non pas à eux, que dis-je, mais à l’Église et au Christ50. »

  • 51 Ibid.

28Cependant, Poullain doutait quelque peu de sa capacité à régler le conflit. C’est en quelque sorte pour se rassurer lui-même qu’il écrivait à Calvin, « Je souhaiterais que tu me donnes maintenant ton avis, mais je suis tellement pressé que je ne puis attendre ». Comme si le fait d’écrire au ministre de Genève pouvait être jugé répréhensible, il faisait à son correspondant cette recommandation : « Veille à ne dire à personne que ces nouvelles, c’est moi qui te les ai données. Écris-moi, au contraire, comme si les frères de Wesel t’avaient mis au courant51. »

29Le Lillois portait sur la situation un jugement nuancé. Les torts, selon lui, étaient partagés. Les réfugiés, « les nôtres » comme il disait, faisaient erreur lorsqu’ils prétendaient pouvoir se passer des sacrements, mais les Allemands commettaient une faute non moins grave en acceptant « contre leur conscience » de professer une doctrine qu’ils désapprouvaient au fond d’eux-mêmes. Cette accusation d’hypocrisie est surprenante. Rien ne prouve que le surintendant et les pasteurs de Wesel aient désavoué la doctrine luthérienne de l’impanation. Mais Poullain voulait croire à la possibilité d’une entente. « Je préférerais qu’ils imitent intégralement notre rite. » Il comptait inviter les pasteurs de la ville à ne plus porter l’aube et à choisir de nouveaux chants. Il semble, d’après cette lettre, que ni Poullain, ni les ministres strasbourgeois, n’aient soutenu sans réserve les Wallons de Wesel dans leur revendication de célébrer la Cène entre eux exclusivement.

  • 52 Op. Calv., t. XII, col. 225, no 736.
  • 53 Op. Calv., t. XX, col. 419-425, no 4169. Cette lettre est antérieure de quelques semaines à celle (...)
  • 54 Lettre perdue. Le 8 octobre 1544, le Conseil d’Aix-la-Chapelle avait donné l’asile à trente réfugi (...)
  • 55 Op. Calv., t. XII, col. 376, no 823 (28 août 1546).

30Le 3 décembre 1545, Poullain se trouvait toujours à Strasbourg et il récrivait à Calvin52. Les résultats de son ambassade ne sont pas connus. On ne peut d’ailleurs pas garantir absolument qu’il soit bien allé à Wesel. Calvin, qui adressa, vers la fin du printemps 1546, une longue lettre aux réfugiés de cette ville53, ne faisait aucune allusion à un semblable voyage. En août, alors qu’il se trouvait à Anvers, le Lillois reçut cette lettre du ministre de Genève, en même temps qu’une autre adressée à l’Église d’Aix-la-Chapelle54, avec charge de les faire parvenir toutes les deux à leurs destinataires. A Calvin, il s’en déclara, sans autre commentaire, satisfait55.

  • 56 Op. Calv., t. XX, col. 419.

31« Il y a deia long temps, déclarait Calvin aux Wallons, que i’avoye esté requis par aulcuns de vos bons amis de vous escrire : et en avoit bonne volonté selon que ie vous ai, non sans cause, en singulière recommandation »56. Contraints d’abandonner leur pays « pour le tesmognage de la parole de Dieu », ils avaient trouvé refuge à Wesel, « comme en un petit nid ». Calvin les félicitait d’avoir résisté à la persécution mais, en même temps, il les exhortait à former une communauté pieuse et disciplinée. Sans formuler aucun reproche, il répondait à plusieurs difficultés rencontrées à l’Église française. « Si nous ne sommes humains à pardonner beaucoup de petites faultes, il est certain que nous aurons tousiours matière de riottes et de pièges. Mais le plus grand mal qui y soit, c’est quand chascun est adonné à son sens propre, et que nul ne veult céder à son prochain. » A ces Wallons qui lui semblaient individualistes, il recommandait de « fréquenter les sermons d’un bon accord » et de recourir à celui qui leur était ordonné pour pasteur, s’ils avaient « quelque difficulté quant à la doctrine ». Sans les nommer, Calvin s’en prenait aux libertins spirituels, ces hommes qui « appliquent [l’escriture] à des subtilitez inutiles, abusent meschamment d’icelle et sont sacrilèges ». L’épître culminait dans un appel à la discipline. « Pour obvier à tous ces dangers qui pourraient advenir, pour réduire ceulx qui désia auroient erré, il seroit bon que vous eussiez quelque police entre vous, c’est que vous eussiez quelque forme de discipline pour admonester ceux qui taillent, pour tenir les rebelles en bride, et renger chascun à faire son office. »

32Le problème le plus crucial pour les étrangers, celui de la célébration de la Cène, était abordé à la fin de la lettre. Le ministre de Genève s’en tenait manifestement aux informations fournies par Poullain. A celui qui s’abstenait de la Cène « soubz ombre qu’il pourrait s’en passer », il répondait sur un ton péremptoire : « Nous ne sommes pas spirituelz comme des anges de paradis, qui nous puissions passer de signes visibles. » Il comprenait bien pourquoi certains refusaient de participer à la Cène dans les paroisses allemandes. « I’ay bien entendu que vous aves quelques difficulté, laquelle iusques icy vous a empêché, c’est à cause des cérémonies, lesquelles on vous a mis sus, pour vous faire accommoder à la façon commune de la ville où vous estes. » Sur le fond, il leur donnait raison. Lui aussi estimait que « le moins de cérémonies seroit le meilleur ». Mais la liturgie de Wesel, selon lui, n’était pas idolâtrique et la doctrine y était « saine et pure ». Les réfugiés confondaient l’important et l’accessoire. Calvin les invitait à distinguer les « imperfections », que l’on pouvait supporter sans pour autant approuver, et l’impiété, à laquelle il fallait résister jusqu’à la mort. Et dans le cas de Wesel, « ce n’était pas chose de si grande conséquence que nous devions à ceste occasion nous priver voluntairement de la saincte Cène du Seigneur. »

33Calvin recommandait aux réfugiés dans sa lettre d’éviter toute fantaisie dans la doctrine et d’accepter de célébrer la Cène avec les Allemands. Il ne fut écouté ni sur le premier point, ni sur le second.

  • 57 W.S.A., Ratsprotokolle 1545-1546, f. 28 v° (6 novembre 1545). Cette pratique interdite d’abord (cf (...)
  • 58 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 26 r° et v° (15 octobre 1546) : « ... dat sy mit praver secte (...)
  • 59 Cf. H.-J. Schoeps, Vom himmlischen Fleisch Christi, Tubingue, 1950.

34Le 11 octobre 1546, deux tisserands wallons furent convoqués devant le Conseil. Le premier n’était autre que Daniel Iterot, l’ancien compagnon de Pierre Brully, et l’autre un dénommé Jean Formoy, qui avait déjà eu maille à partir avec les autorités, le 5 novembre 1545, pour avoir mis en vente à Wesel des étoffes fabriquées à l’étranger57. On les accusait de « s’être compromis avec une mauvaise secte, en particulier au sujet de l’incarnation »58. Il existait un homme dont la doctrine sur l’incarnation était condamnée de tous dans les Églises officielles de la Réforme, c’était Menno Simons, le chef de la fraction pacifique de l’anabaptisme. Il professait en christologie une sorte de docétisme. L’un de ses adversaires avait été Jean Łaski, alors surintendant de l’Église de Frise orientale59. Sans nul doute, c’est avec le mouvement anabaptiste qu’Iterot et Formoy étaient soupçonnés de se compromettre.

  • 60 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 26 v° (16 octobre 1546).
  • 61 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 38 r° et v° (21 décembre 1546).
  • 62 Cf. Sarmenhaus, Festsetzung, p. 11, note 2.

35Le même jour, des témoins furent entendus. Les deux hommes, déclarèrent-ils, avaient déjà été exhortés en privé à se rétracter, mais ils avaient refusé. Il semble que Jean Formoy ait alors été mis en prison et que ses biens aient été confisqués. Louis Formoy, son frère sans doute, en reçut la garde. Quant à Iterot, il prit la fuite et ses biens furent, eux aussi, inventoriés60. Le 21 décembre 1546, la mesure de confiscation n’était toujours pas levée61. Daniel Iterot et Jean Formoy finirent par retrouver leurs droits, dans le cours de l’année 1547, on ignore dans quelles circonstances62.

  • 63 Garnier à Calvin, Strasbourg, 21 mai 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 525-526, no 910).
  • 64 Aujourd’hui perdue.

36La question de l’anabaptisme continua à préoccuper l’Église française de Wesel. Déjà ébranlée par la mise en accusation de deux de ses membres les plus actifs, elle fut perturbée, au cours du même hiver, par un « anabaptiste impie », selon les termes de Jean Garnier, qui écrivit à ce propos de Strasbourg à Calvin63, et cet anabaptiste « se déchaîna pendant quelque temps aux assemblées ». Il produisit, à cette occasion, une confession de foi64.

  • 65 Bockmuehl, Widerruf, p. 103-106. Lodwich van Schoinwinckel fit pénitence « die dominica altéra a na (...)
  • 66 Bockmuehl, op. cit., p. 105.

37Les deux événements étaient liés. Le trouble-fête doit pouvoir être identifié avec Lodwich van Schoinwinckel, un prédicateur errant (landlaüfer), qui fit acte de rétraction devant ie pasteur de la Mathenakirche, Antoine De Malines, un an plus tard, le 31 décembre 154765. Cet anabaptiste dut précisément professer qu’il croyait en la nature humaine du Christ66 et sa rétraction se fit à la Mathenakirche, l’église paroissiale qui avait été assignée aux Wallons. Daniel Iterot et Jean Formoy n’ont pas pu ne pas rencontrer Lodwich van Schoinwinckel, mais rien ne prouve qu’ils aient été, eux-mêmes, des anabaptistes. Peut-être passaient-ils comme tels parce qu’ils insistaient, dans la ligne de la théologie calvinienne d’ailleurs, sur la réalité spirituelle de la présence du Christ dans la Cène, en réaction contre la doctrine luthérienne selon laquelle le Christ est à la fois présent sur terre dans la Cène au ciel auprès du Père. Mais en l’absence de documents complémentaires, cette question ne peut être élucidée.

  • 67 François Perrussel, Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p (...)

38Au début de l’année 1547, les Wallons ne passaient donc pas pour très orthodoxes à Wesel. Or, c’est ce moment précisément qu’ils choisirent pour célébrer la Cène publiquement dans leur église des augustins, en bravant ainsi l’interdiction du Conseil. Le ministre était alors David Véran, un homme dont ne sont connus ni la provenance ni la date d’arrivée à Wesel67.

  • 68 Op. Calv., t. XII, col. 525-526, no 910.
  • 69 Ibid., col. 526. C’est pour cette raison que Garnier attendit « plusieurs mois » avant d’écrire à (...)
  • 70 De Genève, David Véran se rendit d’abord à Lausanne. Calvin l’assistait financièrement (cf. Calvin (...)

39Véran quitta ensuite Wesel. On peut supposer qu’il ne le fit pas de son plein gré. Peut-être craignait-il un emprisonnement. Garnier signala son arrivée à Strasbourg, « plusieurs mois » après, le 21 mai 1547, dans la lettre déjà citée à Calvin68. Garnier et Véran se connaissaient, puisque le ministre de l’Église française de Strasbourg parla de son visiteur à Calvin comme d’un « frère et collègue » (frater et symmista). A Strasbourg, Véran servit d’ambassadeur à ses anciens paroissiens de Wesel, en demandant, en leur nom, un avis à l’Église française sur la confession de foi de l’anabaptiste qu’il avait emmenée avec lui. Déjà en 1545, on s’en souvient, les réfugiés de Wesel s’étaient adressés à leurs frères de Strasbourg, pour obtenir des éclaircissements sur la doctrine. Garnier lut attentivement le document et il s’apprêtait à en envoyer une copie à Calvin, lorsque Véran, le devançant, se rendit à Genève, pour la communiquer en personne au Noyonnais69. L’ancien ministre de l’Église française de Wesel devait alors être employé dans le Chablais, avant d’être envoyé à Bourges en 155870.

  • 71 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 10 v° (24 mai 1547).
  • 72 Op. Calv., t. XII, col. 575, no 927.
  • 73 Le 13 mars 1554, dans une lettre aux réfugiés de Wesel, les ministres de Genève mentionnèrent une (...)

40Le 24 mai 1547, Véran avait déjà quitté Wesel depuis quelques semaines, lorsque le Conseil chargea le surintendant d’inviter les Wallons à « s’abstenir de prêcher et de distribuer les sacrements en privé ou en public » (sich des predigens und sacraments uyttodeilen heymlich off offenbair [...] to onthalden)71. Par ce décret, l’Église de Wesel était virtuellement dissoute. Selon Calvin, à qui la nouvelle fut bientôt communiquée, les premiers responsables de cette infortune étaient les réfugiés eux-mêmes. « C’est grand pitié de la dissipation de ce peu qui estoit à Vesel, mandait-il à Jacques de Bourgogne, le 16 août 154772. Je crains que nostre Seigneur n’ait voulu punir ceste morosité excessive qui ne peut estre que d’un mespris de sa bénédiction. Toutefois, i’espère qu’après avoir puni les phantastiques et escervellez qui ont esté cause de tout le mal encor il redressera le petit troupeau qui luy reste, et leur tendra la main, pour les conduire tousiours au bon chemin. » « Je vous l’avais bien dit ! », aurait-il pu leur écrire. On n’en sait pas plus, car sa lettre aux réfugiés de Wesel, en réponse à l’ambassade de Véran, si tant est qu’elle a jamais été écrite, n’a pas été conservée73.

41L’interprétation donnée par Calvin aux événements était-elle correcte ? Le 24 avril 1547, un mois jour pour jour avant la fermeture de l’Église française de Wesel, l’empereur Charles Quint avait remporté à Mühlberg une victoire écrasante sur les armées protestantes et le duché de Clèves était l’un des territoires menacés par ses projets de reconquête catholique. Aussi est-il hautement probable qu’en interdisant aux étrangers le culte et la prédication dans leur langue, les autorités de Wesel n’ont fait que se soumettre à un ordre venu de Clèves. Ainsi s’expliquerait pourquoi la décision de fermer l’Église a été prise seulement en mai et non pas lorsque Véran se trouvait encore à Wesel.

3. Le ministère de François Perrussel (1554-1557)

  • 74 Au sens propre, l’orthodoxie luthérienne se dit de l’entente entre les partis gnésio-luthérien et (...)

42Après Mühlberg, l’empereur imposa à tout l’Empire l’Intérim d’Augsbourg. Comme Strasbourg, Wesel dut se soumettre. Pour éviter une occupation militaire, le Conseil accepta, à la demande du duc de Clèves qui servit d’intermédiaire entre lui et l’empereur, que les prédicateurs Iman Ortzenius et Antoine De Malines soient remplacés par des prêtres de l’Église romaine. Le surintendant Busch dut, lui aussi, s’éloigner en octobre 1548. Mais lorsque fut signée, le 31 juin 1552, la Paix de Passau, qui annulait les principales dispositions de l’Intérim d’Augsbourg, Wesel redevint protestante et, au début de 1553, Henri Van Bommel (Bomelius), Thomas Van Der Straeten (Plateanus) et Hermann Stein (Petreus), dit le Hollandais, furent installés comme pasteurs. L’Intérim d’Augsbourg représenta, cependant, pour Wesel autre chose qu’une parenthèse. Entretemps, au sein du camp luthérien, Mélanchthon, qui avait préconisé de faire certaines concessions à l’empereur, avait perdu beaucoup de son crédit et le nouveau parti orthodoxe74, mené par les théologiens Flacius Illyricus et Joachim Westphal, avait gagné de l’influence. Pour ces ultras, la Confession d’Augsbourg de 1530 était devenue une norme définitive et ceux qui n’en acceptaient pas tous les articles devaient être exclus de l’Église.

  • 75 Sur Tileman Heshusius (1527-1588) : C. A. Wilkens, Tileman Heshusius. Ein Streittheologe der Luthe (...)

43Le moins fanatiques des gnésio-luthériens n’était pas le Wéselois Tileman Heshusius, un ancien disciple de Mélanchthon, qui devait bientôt être nommé professeur de théologie à Heidelberg et s’illustrer par une célèbre controverse avec Jean Calvin sur la Cène, entre 1555 et 155875. Heshusius n’exerça aucune fonction pastorale dans sa ville natale, mais, par le séjour qu’il y fit en 1553 pour s’y marier, au retour d’un voyage en Angleterre, et par les liens qu’il entretint par la suite tant avec les pasteurs de la ville qu’avec le bourgmestre Didier Groen, dont il se trouvait être le beau-frère, il contribua au développement d’un nouvel état d’esprit, plus orthodoxe et, par le fait même, plus intolérant.

  • 76 W.S.A., Ratsprotokolle 1552-1553, f. 24 r° (15 septembre 1552). Voir aussi ibid., f. 21 v° (22 aoû (...)
  • 77 Gantesweiler, Chronik, p. 236.
  • 78 Alle den so vur fromde Wailen to Wesell ingekomen vurgehalden die nachgefolgenden puncten (W.K.A., (...)

44Malgré les vicissitudes qu’avait connues la ville, la petite colonie des réfugiés wallons avait subsisté, probablement sans ministre et, en tout cas, sans culte public. En 1552, elle s’était accrue de plusieurs nouveaux membres, dont le Gantois Pierre Overd’Hage76. Une des premières mesures prises par le Conseil après la réintroduction du culte protestant, en les visant, témoigne de leur présence. Le 11 août 1553, tous les « sacramentaires » recevaient l’ordre de quitter la ville dans les trois semaines77. Le 25 août, un document intitulé Points à respecter par les Wallons arrivés à Wesel qui veulent être tenus pour pieux78 précisa les modalités de ce décret draconien.

  • 79 Cf. Sarmenhaus, Festsetzung, p. 22. Les demi-bourgeois bénéficiaient des mêmes droits que les bour (...)
  • 80 Cette disposition était déjà en vigueur en 1552. Cf. Sarmenhaus, op. cit., p. 12, note 1.
  • 81 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 153. Sur ces ordonnances, cf. supra, p. 149.

45Les étrangers n’avaient pas les mêmes obligations selon qu’ils étaient ou non établis à Wesel depuis plus de deux ans. Dans le premier cas, ils étaient seulement tenus de faire profession de leur foi dans les six semaines. Bon nombre de réfugiés bénéficiaient du statut de bourgeois (vollbürger) ou de demi-bourgeois (halbbürger) et, à ce titre, ils étaient relativement protégés. Aux autres était seulement reconnu le droit de séjour79. Les immigrés de fraîche date, quant à eux, devaient produire un certificat de bonne vie et mœurs, ainsi qu’un témoignage émanant du Magistrat de leur lieu d’origine. S’ils ne pouvaient se procurer ce document en raison des persécutions religieuses sévissant dans leur pays, il leur fallait trouver à Wesel trois ou quatre personnes qui acceptent de se porter garantes pour eux80 et, en outre, obtenir des responsables désignés à cet effet par le Conseil un certificat attestant leur bonne conduite et la conformité de leur doctrine à la Confession d’Augsbourg. Mais ce n’était pas tout. Le règlement du 25 août prévoyait aussi la mise en place d’un couvre-feu pour les étrangers à neuf heures du soir en été, huit heures en hiver, et leur interdisait tout rassemblement. Touchant le culte, il était prescrit aux Wallons connaissant l’allemand d’assister aux offices et aux Cènes des paroisses de la ville. Dans celles-ci, les pasteurs suivaient, en matière de liturgie, les ordonnances ecclésiastiques de l’archevêché de Cologne, rédigées par Bucer et Mélanchthon en 1543, à la demande d’Herman de Wied81. Le document ne se prononçait pas sur la question de savoir si les Wallons ne connaissant pas l’allemand avaient le droit de célébrer le culte dans leur langue. Des sanctions étaient prévues pour ceux qui contreviendraient à tous ces ordres du Conseil.

  • 82 W.K.A., Gefach 7/1 ; no 4, f. 3 r° et v°. Cette supplique n’est pas datée. Il s’agit manifestement (...)

46La première réaction des étrangers fut de protester de leur attachement à la Confession d’Augsbourg et à la doctrine sur la Cène qui y était formulée. On ne pouvait les tenir pour de mauvais chrétiens. Au nom de la Paix de Passau et de la charité chrétienne, ils demandaient à pouvoir continuer à bénéficier de la protection de la ville82.

  • 83 W.K.A., Gefach 7/1, no 7. Cf. Wolters, op. cit., p. 440-443.

47Ensuite, le 3 octobre, ils firent parvenir au Conseil leur confession de foi83. Ce texte ne différait guère de la confession de foi du 4 février 1545, rédigée par le surintendant Busch à l’intention des Wallons. C’est ainsi que la formule relative aux sacrements, d’inspiration luthérienne, selon laquelle les hypocrites et les pieux peuvent également y prendre part, avait été conservée. Mais si les anabaptistes y étaient à nouveau condamnés, on n’y parlait plus des sacramentaires et des libertins. La mention de la discipline ecclésiastique, enfin, constituait une autre innovation remarquable.

  • 84 Gantesweiler, Chronik, p. 237.

48Cette confession de foi ne plut pas aux autorités et, le 11 octobre, le bourgmestre Groen signifia aux Wallons qu’ils avaient à signer la Confession d’Augsbourg et à accepter la liturgie luthérienne s’ils ne voulaient pas être expulsés sur le champ84. La sévérité des autorités semble, cependant, être restée verbale. Le parti orthodoxe n’avait pas, en effet, ou pas encore, les moyens de mettre ses menaces à exécution.

  • 85 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280. Cf. infra, p. 199.

49Les Wallons ne s’en trouvaient pas moins dans une situation fort précaire. Depuis l’Intérim d’Augsbourg, ils n’avaient plus de lieu de culte. Une Église, pourtant, subsistait. Elle était suffisamment organisée pour qu’une confession de foi puisse être rédigée et présentée aux autorités. Les réfugiés se rassemblaient — le règlement du 25 août l’admettait implicitement — dans des maisons particulières, pour le culte et la prédication. L’Église avait-elle un ministre à cette époque ? On sait que l’année suivante, en 1554, François Perrussel, un ministre arrivé entretemps, en mars ou en avril, avait pour collègue un certain Louis Ponier. L’un et l’autre furent confirmés dans leur charge par l’Église dans le courant de l’automne 155485. Il n’est pas exclu que Ponier ait déjà exercé les fonctions de ministre en 1553, sinon plus tôt.

  • 86 Voir cependant infra, p. 183, note 2.
  • 87 [Jean Crespin], Recueil de plusieurs personnes qui ont constamment enduré la mort pour le nom de N (...)

50Un passage du matyrologe de Jean Crespin constitue la seule source de renseignement, bien pauvre à vrai dire, sur les activités de Louis Ponier. Selon Crespin, Bertrand Le Blas, un Tournaisien réfugié a Wesel, qui devait être brûlé dans sa ville natale le 31 décembre 1554, lors d’un retour auprès des siens, pouvait, alors que « Maistre Louys » était « ministre de l’Église Françoise audit Wesel » « iouyr de la prédication de la saincte parolle, & de l’administration des sacremens ». Il n’est malheureusement pas précisé dans la notice de Crespin à quelle date Le Blas est arrivé à Wesel86. Le seul élément de datation est l’allusion à une Cène. Il en fut effectivement célébrée une, dans les derniers mois de 1554, après que les deux ministres eurent été confirmés dans leur charge, mais il est évident que Ponier n’a pas attendu ce jour-là pour prêcher, de sorte que la situation décrite par Crespin peut être antérieure à l’automne 1554. Ponier était connu à Tournai. Il l’a été également à Francfort. Selon toute vraisemblance, en effet, c’est dans cette ville que Crespin a complété sa documentation, jusqu’alors incomplète, sur le martyre de Bertrand Le Blas. On sait que l’éditeur est venu à Francfort, pour la foire des livres, en septembre 1556. Dans la Troisième partie du recueil des martyrs, parue dans les dernier mois de 1556, une notice bien informée de six pages, présentant le martyr comme un membre de l’Église de Wesel, le ministre étant « maistre Louys », avait remplacé la notice de deux pages qui figurait dans certains exemplaires de l’édition de 1555 du martyrologe87. A Genève, Calvin a pu, par l’intermédiaire de Crespin, être informé de la présence à Wesel du ministre Louis Ponier. Pas une seule fois, cependant, le nom de celui-ci n’apparaît dans la correspondance du ministre de Genève.

  • 88 Sur Overd’Hage, cf. supra, p. 179.
  • 89 Selon Crespin (Troisième partie, p. 80), « par trois diverses fois il alla & vint de Wesel à Tourn (...)
  • 90 Moreau, op. cit., p. 132.

51L’Église française de Wesel entra dans une nouvelle phase de son histoire l’hiver 1553-1554, avec l’arrivée d’une nouvelle vague de réfugiés, en provenance de l’Angleterre. Aux immigrés de la première génération, s’étaient déjà ajoutés, en 1552 et en 1553, des protestants originaires des Pays-Bas, tels Pierre Overd’Hage de Gand88 et Bertrand Le Blas de Tournai89. C’est ainsi que l’ordonnance impériale interdisant aux sujets du pays de se rendre à Wesel allait être republiée à Tournai le 29 décembre 155490. Mais plus nombreux que ceux-ci furent les réfugiés wallons et flamands que la montée sur le trône de Marie Tudor en août 1553 avait chassés d’Angleterre, où ils avaient pris refuge à partir de 1548, sous le règne d’Édouard VI.

  • 91 Sur cet épisode : Denis, Jean Laski, p. 4-5 et les travaux cités ibid., p. 16, note 9..
  • 92 Sur Pierre Du Val : V.-L. Saulnier, L'évangélisme de Pierre Du Val et le problème des libertins sp (...)

52Un premier groupe, constitué en majeure partie de Flamands, dont Jean Utenhove, s’était d’abord vu refuser l’hospitalité au Danemark et en Allemagne du Nord, territoires luthériens, sous prétexte qu’ils refusaient de signer la Confession d’Augsbourg91, avant d’arriver à Emden, en Frise orientale, où Jean Łaski, leur surintendant à Londres, avait déjà exercé la même fonction, de 1543 à 1548. Pour les réfugiés de langue française, une Église fut fondée à Emden à ce moment. Son ministre était Pierre Du Val92. Mais la plupart des membres des Églises françaises d’Angleterre ne se rendirent pas à Emden. Après être passés par Anvers, ils choisirent plutôt de s’établir à Wesel, où ils escomptaient retrouver des compatriotes. Les nouveaux arrivants se répartissaient en deux groupes, selon leur Église d’origine : ceux de Glastonbury, dans le Somerset, dirigés par Valérand Poullain, et ceux de Londres, dont le ministre allait être François Perrussel.

  • 93 Cf. infra, p. 310-311.
  • 94 Dasent, Acts of the Privy Council, 1552-1554, p. 349, à la date du 16 septembre 1553 : Le Conseil P (...)
  • 95 W.S.A., Ratsprotokolle 1553-1554, f. 29 r° (12 décembre 1553) : « Ist vur guet angesien dat die Wa (...)

53Accompagné de vingt-quatre tisserands wallons et de leurs familles93, Poullain avait quitté l’Angleterre peu après le 16 septembre 155394. Les Ratsprotokolle de Wesel mentionnent, à la date du 12 décembre 1553, la présence d’un « homme pieux et savant ». Ce personnage ne peut être que Poullain. Les réfugiés de Wesel se trouvaient alors devant l’alternative suivante : signer la Confession d’Augsbourg ou s’en aller. Avec l’arrivée de Poullain, tout sembla, un moment, s’arranger. Le Conseil décida de l’interroger et, si sa doctrine était trouvée conforme à la Confession d’Augsbourg, de le laisser prêcher aux Wallons « jusqu’à nouvel ordre », après un examen plus approfondi. Les étrangers devaient, toutefois, continuer de s’adresser aux paroisses de la ville pour recevoir les sacrements95. Les réfugiés de Wesel étaient dans l’embarras. Fallait-il céder aux exigences doctrinales du Conseil ? A l’initiative de Poullain sans doute, ils firent appel — c’était la troisième fois au moins dans l’histoire de l’Église française de Wesel — à l’extérieur. Ils ne s’adressèrent pas, cette fois-ci, comme en 1545 ou en 1547, à l’Église de Strasbourg, mais à celle de Genève. Nous reviendrons plus loin sur la réponse qu’adressèrent aux étrangers de Wesel, Calvin et ses collègues le 13 mars 1554. Mais Poullain devait bientôt quitter la ville pour Francfort : il allait y demander l’asile pour lui et pour ses compagnons le 15 mars 1554.

  • 96 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278-289, ici p. 278.
  • 97 W.S.A., Ratsprotokolle 1553-1554, f. 26 r° (7 novembre 1553) et 26 v » (14 décembre 1553).
  • 98 Sur Augustin Le Grand, cf. infra, p. 327.
  • 99 Cf. Besser, Geschichte, p. 32.
  • 100 Sur Jean Dumas, cf. Denis, Les Églises d’étrangers, p. 134.
  • 101 Łaski à Calvin, Emden, 13 mars 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 81-84, no 1930). Séchelles n’est pas n (...)
  • 102 Bullinger à Calvin, Zurich, 14 mai 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 138-139, no 1954). Voir l’annotati (...)
  • 103 Sur Séchelles : Hist. eccl., t. II, p. 433 et Haag, La France protestante, t. VIII, p. 273-274. Vo (...)
  • 104 Bullinger à Calvin, Zurich, 14 mai 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 138-139) et Farel à Calvin, Neuchâ (...)
  • 105 Cf. Gilmont, Jean Crespin, p. 35. A noter que Séchelles n’est pas cité dans les documents de cette (...)

54Entretemps, était arrivé à Wesel un autre groupe de réfugiés, dont plusieurs sont cités dans un document rédigé par l’un d’eux en 1559, l’Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione de François Perrussel96. La plupart, sinon tous, venaient de Londres. Deux parmi eux étaient assez riches pour disposer à Wesel d’une maison : Nicolas Walet, peut-être apparenté à un Pierre Walet qui est cité dans les Ratsprotokolle en 155397, et Augustin Le Grand, un marchand brugeois réputé richissime98. Ces deux hommes devaient gagner, eux aussi, Francfort, en septembre 1554, en même temps que François Le Clerc, un rentier99 et une certaine veuve Rousseau. Le groupe comprenait également un médecin, Jean Dumas, qui devait s’établir à Emden par la suite, avant d’émigrer à Londres, en mai 1560, lorsqu’on y reconstitua l’Église française100, et un gentilhomme picard, Jean de Poix, seigneur de Sechelles. Comme les autres, ce dernier ne demeura à Wesel que peu de temps : d’Emden où il avait quitté Jean Łaski au plus tôt le 13 mars 1554101, il avait pris le chemin de Wesel, pour gagner ensuite, dans le courant de mai, la ville de Genève102. Séchelles, qui s’illustra plus tard aux côtés de Condé dans les guerres de religion103, n’était pas en 1554 un inconnu pour Calvin, picard comme lui, ni pour Farel, ainsi qu’en témoigne sa correspondance avec ces deux ministres104. On peut penser qu’il a quitté l’Artois en même temps que Jean Crespin et François Bauduin en 1545, en raison des persécutions religieuses105.

  • 106 Cf. supra, p. 102-122.
  • 107 Cf. supra, p. 96.
  • 108 A.M.S., XXI, 32, f. 97 r° et 98 v°.
  • 109 Dans sa biographie de Pierre Alexandre, Michotte ne signale pas le passage du futur ministre à Wes (...)

55A Wesel, Séchelles retrouva un homme qui provenait d’une contrée proche de la sienne, l’Arrageois Pierre Alexandre. Nous l’avons rencontré comme ministre de l’Église française de Strasbourg entre 1555 et 1560106. Avant de venir à Wesel, l’ancien carme avait été le secrétaire de Cranmer, à Londres, sous Édouard VI, et il avait ensuite enseigné la théologie à Cantorbéry107. Il ne demeura à Wesel que quelques mois tout au plus. Le 28 mai 1554, il se trouvait en effet à Strasbourg108. Établi entretemps à Lausanne, il devait s’établir à Strasbourg, pour de bon, en juillet 1555109.

  • 110 Corriger Van Schelven (op. cit., p. 288) qui fait de Morillo un Anglais, Hollweg (Calvins Beziehun (...)
  • 111 Cf. Antonio Peralta Serrate, Gatalogus Patrum Oratorum, Theologorum, Jurisconsultorum et aliorum H (...)
  • 112 Tellechea Idigora, op. cit., p. 29-30.
  • 113 E. H. J., Schaefer, Beiträge zur Geschichte der spanischen Protestantismus und der Inquisition im (...)

56A ces hommes originaires des Pays-Bas, s’ajoutait un trio d’Espagnols, que l’on reverra, comme les autres, à Francfort. Le plus renommé était Juan Morillo, un théologien originaire de Biel, dans le nord de la province d’Aragon110. Il fut immatriculé à la Faculté des Arts de Paris en 1533 ou en 1534. Plus tard, il assista, en compagnie du cardinal anglais Reginald Pole, dont il était le conseiller théologique, aux premières sessions du concile de Trente (décembre 1545 - juin 1546)111. Après quelques voyages en Italie et en Angleterre, il se fixa à Paris, en 1547. Dans cette ville, il servit de « mentor » aux jeunes Espagnols, venus y étudier. D’après les déclarations du dominicain Balthasar Pérez, interrogé par l’Inquisition à Séville en 1558112, c’est pour avoir fréquenté Juan Morillo que certains de ces Espagnols avaient quitté l’Église romaine. Un jour, des gardes se présentèrent pour l’arrêter, mais, prévenu à temps, il s’était enfui à Anvers, d’où il se rendit à Wesel, au plus tard le 4 février 1554. Là, Morillo retrouva deux compatriotes, venus, eux, d’Angleterre, qu’il avait connus à Paris et qui étaient restés depuis lors en correspondance avec lui : Diego De La Cruz et Luis Hernandez Del Castillo. L’un et l’autre provenaient de Séville, d’où ils avaient pris la fuite, sous la menace de l’Inquisition, vers 1547113.

  • 114 Hist. eccl., t. I, p. 47. Cf. N. Weiss, Épisodes de la Réforme à Paris. Maître Landry, curé de Sai (...)
  • 115 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 153.
  • 116 Calvin à Viret, Genève, 17 décembre 1546 (Op. Calv., t. XII, col. 446, no 865).
  • 117 Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 130. En 1563, Condé, dont il était alors l’aumônie (...)
  • 118 Sur cette affaire : D’argentre, Collectio judiciorum, t. II, p. 23 et sv. Cf. J. Pannier, La plus (...)
  • 119 Calvin à Viret, Genève, 19 octobre et 17 décembre 1546 (Op. Calv., t. XII, col. 399, no 838, et 44 (...)
  • 120 Estienne Lorens, seigneur de Saint-Ayl, au cardinal Jean du Bellay, Paris, 13 février [1547) (Bibl(...)
  • 121 Cf. infra, p. 250-251.
  • 122 Cf. supra, p. 75.
  • 123 Le 18 octobre 1548, Calvin en parlait dans une lettre [à Charles de Joinvillers ?] (Op. Calv., t.  (...)
  • 124 Utenhove à Fagius, Cantorbéry, 20 novembre 1548, dans Pijper, Jan Utenhove, Appendix, p. viii. Cf. (...)
  • 125 Summa christianae religionis exarata prima gallice a Francisco Perusselo gallico concianatore, Lon (...)
  • 126 [Londres, Thomas Gaultier], 1552 (Bodleian Library Oxford, Seld. 8° F 12 Th/1). L’encadrement du t (...)
  • 127 [Londres, Thomas Gaultier], 1552 (Bodleian library Oxford, Seld. 8° F 12 Th/2).

57Le dernier à rejoindre le groupe fut François Perrussel, dit de la Rivière. Avant de passer à la Réforme, Perrussel avait été franciscain au couvent de Paris, où il exerçait en 1542 la fonction de maître des novices114. Était-il français ? Selon un auteur, il naquit à Tournai115. Sa femme, en tout cas, était picarde116 et il devait se lier à la famille du Tournaisien Martin Bourgeois117. Le 4 février 1545, la Faculté de théologie de Paris lui interdit de prêcher, en raison de ses sympathies évangéliques. Malgré les protections dont il bénéficiait en haut lieu, un procès fut ouvert contre lui, car il refusait de se rétracter. Il finit par être emprisonné au Châtelet, en décembre 1545. Relâché, il s’enfuit avant que le Parlement de Paris n’eût le temps de prononcer sa sentence118. Pendant trois ans, il erra de ville en ville, sans se fixer vraiment nulle part. Il séjourna d’abord à Genève, pendant deux mois119. De là, il se rendit à Strasbourg, pour y apprendre l’hébreu120. Il devint ensuite, à Bâle, le précepteur des enfants du seigneur de Falais et, par ailleurs, son prédicateur, mais il entra bientôt en conflit avec lui, à cause d’un délit de mœurs qu’il nia avoir commis121. Réfugié à Lausanne, il quitta cette ville, au début de l’année 1548, pour revenir à Strasbourg, où, selon une lettre de Dryander, il fit, pendant quelque temps, fonction de ministre à l’Église française122. C’est à cette époque qu’il émigra en Angleterre. Il traversa la Manche en novembre 1548123. A Cantorbéry, une Église française venait de se constituer. Il en devint le ministre, assisté par Jean Utenhove124. De 1550 à 1553 il exerça le ministère à l’Église française de Londres, sous la surintendance de Jean Laski. Soucieux de donner à ses ouailles une doctrine, une liturgie et une discipline, il fit alors paraître un abrégé doctrinal, dont une traduction latine vit le jour en 1551125, une Forme des prières ecclésiastiques126, inspirée de celles de Strasbourg et de Genève, et une Doctrine de la pénitence publique127. A la mort d’Édouard VI, Perrussel se rendit à Anvers et de là, au bout de quelques mois, à Wesel.

  • 128 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278 : « Dominus doctor Morellus, & ego Wesaliam venimus, publica et can (...)
  • 129 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 434).

58Comme il le rapporta plus tard dans son Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione, Morillo et lui vinrent à Wesel, « appelés par l’élection publique et canonique des frères réfugiés de ce lieu et des frères d’Anvers, qui formaient ensemble comme une Église, en vue d’y instituer une Église française, sur la foi des promesses du Conseil de cette ville do Wesel128 ». Morillo arriva le premier dans la ville. Perrussel ne l’y rejoignit que plus tard, après que l’Espagnol lui eut écrit129.

  • 130 Cf. supra, p. 184.

59Que signifiait au juste cette union des deux Églises ? Y a-t-il eu une double élection, à Anvers et à Wesel, ou une élection simple, à Anvers seulement ? On peut se le demander. Quoi qu’il en soit, on voit la part prise par l’Église d’Anvers dans la reconstitution de l’Église de Wesel, qui devait en être un véritable prolongement. Des liens très forts unissaient déjà les deux Églises dix ans plus tôt, nous l’avons vu. Par ailleurs, l’élection de Perrussel et de Morillo était une conséquence de la décision prise par le Conseil le 12 décembre de l’année précédente130, d’autoriser à nouveau la prédication en langue française, moyennant certaines garanties quant à la doctrine.

  • 131 Pereussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278.

60Lorsque Perrussel arriva à Wesel, Poullain et ses compagnons ne s’y trouvaient déjà plus. Entretemps, on y reviendra, le Conseil avait mis en question sa décision de rouvrir l’Église française. Poullain a-t-il quitté Wesel pour ce motif ? Il aurait, dans ce cas, été, à Francfort, en quelque sorte l’avant-coureur des autres réfugiés, qui, effectivement, allaient le rejoindre quelques semaines ou quelques mois plus tard. Une autre hypothèse, cependant, peut être proposée. On sait que le départ de Poullain fut discuté lors d’une réunion qui se tint dans la maison de Nicolas Walet, en février au plus tard131. Que s’y est-il dit ? Poullain, candidat malchanceux à l’élection pastorale, pourrait fort bien avoir quitté Wesel ensuite par dépit. Le fait que plus tard, à Francfort, un conflit très dur allait l’opposer à Augustin Le Grand, un des réfugiés de Wesel précisément, et à Séchelles peut être utilement relevé ici. Déjà en 1545, lorsque l’Église française de Strasbourg lui avait préféré Garnier comme ministre, il avait réagi en se retirant des lieux.

  • 132 W.S.A., Ratsprotokolle 1554-1555 f. 2 v° (19 février 1554).
  • 133 W.S.A. Ratsprotokolle 1554-1555, f. 7 r° (3 avril 1554).

61En attendant, le 19 février, le Conseil, trompant ainsi les espérances que mettaient en lui les étrangers, enjoignit aux « nouveaux venus » (inkomende) de participer à la prière et aux sacrements dans les paroisses de la ville et de se soumettre à la discipline commune » (gemeyne pollicey) des bourgeois132. Le 3 avril, il prescrivit de même « que les étrangers ne prêchent plus dans leurs maisons »133.

  • 134 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 424. Pour la date du 1er février 1554 : Von Steinen, Kurtze u (...)
  • 135 Von Steinen, op. cit., p. 35-36. Selon Gantesweiler (Chronik, p. 238) la confession remise au Conse (...)

62Pourtant, au cours du même mois d’avril, les autorités déclarèrent accepter une confession de foi, qui avait été présentée, au nom des réfugiés, le 4 février, par Morillo. Les ministres allemands avaient été consultés auparavant134. Dans cette confession, les réfugiés déclaraient ne croire « ni en Luther, ni en Calvin, mais en Christ » ; ils se référaient aux symboles de Nicée et d’Athanase et affirmaient que, pour eux, les sacrements étaient autre chose que de purs signes135.

  • 136 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 424.
  • 137 Je prends ici le contrepied de l’interprétation donnée par Wolters (Reformationsgeschichte, passim(...)

63Le Conseil, cependant, maintint sa position quant à la Cène, de sorte que Perrussel put écrire dans une lettre : « On ne vouloit donner église aux estrangiers que à deux marques : la prédication et la discipline, mais que pour les sacrements il falloit que les estrangiers se contentassent de communier avec les Alemans, ce que ne pouvoient porter lesdits estrangiers pour l’ignorance de ladite langue allemande136. » Faute de pouvoir célébrer la Cène, l’Église française de Wesel était condamnée à une semi-clandestinité et il n’y avait pas que la Cène : comme aucun lieu de culte ne lui avait été accordé, elle était, en fait sinon en droit, privée également de la prière commune et de la prédication dans sa langue. Ce n’est qu’à l’automne de l’année suivante qu’une chapelle allait leur être attribuée. De cette situation, les réfugiés fraîchement arrivés n’étaient pas les seuls à souffrir : les étrangers installés à Wesel de longue date partageaient une même infortune137.

  • 138 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 424).
  • 139 Ibid.
  • 140 Brieff Discours, p. 5.
  • 141 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.
  • 142 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 423.

64Le jour où le Conseil signifia qu’il acceptait la confession de foi des réfugiés, ceux-ci se réunirent, sous la présidence de Morillo, semble-t-il, dans la maison d’Augustin Le Grand. Luis Del Castillo, Diego De La Cruz, Nicolas Walet, François Le Clerc, Pierre Alexandre, Jean Dumas « et presque tous les frères » étaient présents. Leur conclusion fut que la liturgie luthérienne, avec les cierges, les ornements de chœur et tout le reste, était inacceptable. Ils disposaient, certes, de « toute liberté de confesser et de dire »138, mais il leur fallait leur propre liturgie, selon leur rite et dans leur langue. Peu après, Morillo quitta Wesel, accompagné de ses deux compatriotes, « en accort de toute l’église pour aller chercher place pour ladite église »139. A Francfort, il occupa bientôt la fonction de ministre de l’Église française, aux côtés de Valérand Poullain140. Nicolas Walet, François Le Clerc, la veuve Rousseau et sans doute aussi Augustin Le Grand devaient le rejoindre en septembre141. De leur côté, Pierre Alexandre, Jean Dumas et Séchelles se rendirent l’un à Strasbourg, le deuxième à Emden142 et le troisième à Genève.

  • 143 Ibid., p. 425.
  • 144 Sans doute Diego De La Cruz, Luis Del Castillo et Perrussel, car Poullain se trouvait à Glastonbur (...)
  • 145 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 425. Wolters (Reformationsgeschichte, p. 155 et sv.) surestim (...)

65Il restait Perrussel. Lui, on l’« ordonn[a] pour demeurer et consoler le troupeau », en attendant que Morillo lui fasse signe de venir le rejoindre à Francfort, avec le reste des réfugiés143. Comme il écrivit lui-même à Pierre Du Val le 24 septembre de la même année, Perrussel fut le seul des réfugiés de Londres à demeurer à Wesel. « Les estrangiers de Wesel ne sont pas ceux de Londres, car nous n’étions que trois hommes de Londres144, et maintenant que j’en suis hors — Perrussel se trouvait momentanément à Anvers — il n’en reste nul car les deux sont partis145. »

66L’Église française de Wesel vécut le reste de l’année dans l’incertitude. Elle avait pour ministres Louis Ponier et François Perrussel, deux hommes qui se sont bien entendus, à ce qu’il semble. Ils eurent à définir ensemble une politique pour leur Église, face à un Conseil de plus en plus intolérant et à des Églises sœurs exigeantes sur le plan de la doctrine.

  • 146 Ibid,
  • 147 Op. Calv., t. XV, col. 78-81, no 1929. Une traduction allemande ancienne de cette lettre se trouve (...)
  • 148 Ibid., col. 80.
  • 149 Ibid., col. 79.

67En décembre ou en janvier, on s’en souvient, l’Église de Wesel avait écrit à celle de Genève, à l’initiative de Poullain sans doute, au sujet de la Cène et de la Confession d’Augsbourg. La réponse des ministres de Genève, datée du 13 mars 1554, accompagnée d’un autre avis, signé par les ministres de Lausanne, parvint à Wesel, peu après le départ de Morillo. Ces deux lettres firent sur Perrussel un grand effet. Qu’on en juge. « [Elles] me navrèrent tellement le cœur, que ie souhaittay pour de mon sang répandu avoir esté à 100 lieux de Wesell quand elles estoient arrivées, car par là je me veois, comme on dict, entre le marteau et l’enclume146. » La lettre de Lausanne n’a pas été conservée. Mais en lisant celle de Calvin et de ses collègues147, on comprend l’émoi de Perrussel. S’il fallait écouter les Genevois, en effet, la décision prise en présence de Morillo dans la maison d’Augustin Le Grand devait, ni plus ni moins, être remise en question. C’est que, pour les ministres de Genève, la confession de foi comptait davantage que les questions de liturgie. « Le principal est que vous ne fléchissiez point en la confession de vostre foy et que vous demouriez en vostre entier quant à la doctrine148. » Quant au reste, c’est-à-dire d’« avoir des chandelles allumées en la Cène » ou d’utiliser « du pain figuré », non seulement les réfugiés pouvaient le tolérer mais ils le devaient. Ce n’était pas à eux, en effet, mais aux pasteurs de Wesel de « retrancher les superfluitez qui ne servent rien à édifier, mesme plustost obscurcissent la clarté de l’évangile »149. Leur désir était de maintenir en vie leur Église. « Ce nous seroit ung grand regret si l’Église françoise qui peut là estre dressée est rompue par faute de nous estre accomodés à quelque cérémonies qui ne concernent point la substance de la foy. »

  • 150 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 290-293. — Op. Calv., t. XV, col. 182-187, no 1983. Sur cette lettre, c (...)
  • 151 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 292.
  • 152 Ibid.
  • 153 Ibid., p. 290.

68Ébranlé dans ses convictions, Perrussel écrivit sur le champ aux Églises d’Anvers et d’Emden. On ignore ce que les Anversois ont répondu. Quant aux ministres d’Emden, Jean Łaski, Pierre Du Val et Jean Utenhove, ils donnèrent leur réponse le 6 juillet150. Leur avis divergeait notablement de celui des ministres de Genève, puisqu’à leurs yeux la « pureté des rites » était aussi importante que celle de la doctrine. Avec ses clochettes, ses vêtements liturgiques et ses cierges151, la liturgie restait marquée, selon eux, par la superstition et l’idolâtrie. Aussi recommandaient-ils aux réfugiés de ne demeurer à Wesel qu’aux deux conditions suivantes : que ni leur doctrine, ni leurs rites ne soient condamnés et que les Églises dont ils se sentaient proches ne soient pas accusées de fanatisme152. Qu’ils aient trouvé un lieu hospitalier, voilà une chose dont il fallait se féliciter, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu’ils devaient y rester à n’importe quel prix. Leur point de vue n’était pas celui de leurs collègues de Genève et de Lausanne, mais cette différence d’opinion était à mettre sur le compte d’un malentendu. Si Calvin et ses collègues avaient bien été informés de la situation, jamais ils ne se seraient exprimés dans les mêmes termes153.

  • 154 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 425).

69A la réception de cette lettre, Perrussel, Ponier et huit membres de l’Église choisis par eux tinrent conseil pour savoir quelle attitude adopter. Ce comité restreint de l’Église, qui n’était pas le Consistoire, décida finalement de suivre l’avis des ministres de Genève : à l’intransigeance préconisée à Emden, la patience fut préférée. Et pour justifier cette option, ils reprirent l’argument de Łaski en le renversant : « La répugnance que faisoit Monsieur a Lasco, écrivit Perrussel à Du Val, estoit en condition que fussent vrayes les choses qui lui avoient esté dictes et, [...] advenant qu’elles fussent autrement qu’il ne cuidoit et creignoit, il n’estoit point du contraire conseil que les frères de Genesve et de Losanne154. »

  • 155 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 279. On relèvera, avec Van Schelven (Vluchteli (...)

70Perrussel fit ensuite « commune et publique convocation de tous les frères ». Il s’avéra que, dans l’Église, les avis étaient partagés155. Finalement, sans se soucier davantage de l’opinion des minoritaires, le ministre et ses amis s’orientèrent vers une sorte de compromis avec les pasteurs de la ville. Le point le plus délicat était la Cène. Il fut décidé de faire aux Allemands la proposition suivante. Durant trois mois, les réfugiés recevraient l’autorisation de prêcher librement et, pendant ce temps, Perrussel procéderait lui-même à l’examen doctrinal de tous les fidèles de son Église. Les trois mois suivants, ceux des fidèles qui ne connaissaient pas l’allemand assisteraient à une Cène dans une des paroisses de la ville, pour signifier aux luthériens qu’ils « reconnaiss[aient] entre eux estre église de Dieu et Cène du Seigneur ». Cependant, ils ne se mettraient pas à genoux à l’église, mais resteraient debout. Au terme de cette seconde période de trois mois, les deux ministres des réfugiés célébreraient eux-mêmes la Cène, soit dans une paroisse de la ville, soit à part, sans surplis ou pour montrer « l’indifférence desdictes cérémonies », en « prenant le surpelix à une partie de l’action et le démettant l’autre partie ». De la même façon, ils allumeraient les cierges au début de la cérémonie et les éteindraient au milieu, ils rompraient le pain à une Cène et le laisseraient entier à la suivante, ils donneraient la communion tantôt dans la bouche, tantôt dans la main. Pour éviter le scandale, ils rédigeraient une « apologie », expliquant à quelles conditions ils acceptaient de célébrer la Cène, et ils enverraient cette apologie à Łaski, Calvin, Viret, Bullinger et Musculus.

  • 156 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 426.

71Perrussel était, à l’évidence, l’auteur de ces suggestions. Pourtant, l’idée de célébrer la Cène avec des luthériens, quelles que fussent les précautions prises, lui faisait peur. Il en fit, lui-même, l’aveu à Pierre Du Val : « Ces conclusions prinses [...], je tiray Maistre Lois à part et luy dis que s’il me voloit acorder de ministrer soy mesme, et que moy je fisse seulement les prédications, que mon esprit ceroit plus à repos et que plus alègement poursuiveroie ie la conclusion des frères, ce qu’il m’acorda volontier156. »

  • 157 Ibid., p. 428.

72La réaction des ministres allemands, quand Perrussel vint leur faire part de sa proposition, fut étonnamment positive. Après que l’ancien franciscain leur eut exposé « doulcement et véritablement » la doctrine eucharistique réformée, iis reconnurent que la liturgie souhaitée par les réfugiés étaient plus « pure » que celle en usage chez eux et que les « églises de Genève et de Surik estoient plus pur que la leur ». Ils étaient prêts à réformer leur liturgie, mais « le pouvoir ne leur en estoit donné ». Perrussel objecta que l’un d’eux, Hermann Stein, avait affirmé, dans une prédication, que la Cène, telle qu’il la célébrait, était « celon l’institution de Jésus-Christ ». Il n’avait fait que répondre à la provocation d’un Wallon qui prétendait que « leur Cène estoit messe et non Cène », répondit le ministre incriminé. A la fin de l’entretien, les ministres allemands se déclarèrent prêts à soutenir les réfugiés devant le Magistrat, mais, auparavant, il fallait attendre la conclusion de la journée des États du duché de Clèves, qui allait se tenir sous peu, en présence du duc de Clèves157.

  • 158 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 293. — Op. Calv., t. XV, col. 218-219, no 2002.
  • 159 Ibid. Plutôt que d’un document joint à la lettre, le témoignage dont parle Calvin semble être la l (...)

73Ce rapprochement provoqua, au sein de l’Église française, de vives tensions. Un des réfugiés, dont le nom est resté inconnu, sans doute un de ceux qui avaient apporté au ministre allemand la contradiction, écrivit à Łaski pour se plaindre de Perrussel, cet « abuseur », à cause de qui l’Église subsistait dans l’idolâtrie. Perrussel écrivit alors à Calvin, en lui demandant d’intervenir dans le sens de l’apaisement. Le ministre de Genève répondit, le 27 août 1554, par une lettre158 qui est un chef d’œuvre de diplomatie. Tout en le félicitant d’avoir réussi à maintenir en vie l’Église française, il l’encouragea, sur la question de la liturgie, à faire valoir autour de lui que, faute de disposer de la liberté souhaitée, il supportait les conditions imposées plus qu’il ne les approuvait. Cette formule nuancée permit à Calvin de confirmer son avis du 13 mars, en donnant, en même temps, raison, quoique discrètement, à Laski et à ses amis. Mais le ministre de Genève, qui se sentait contesté, mesurait bien la portée de son intervention : « Il en est à qui mon avis ne plaira pas : pour ceux-là, tu n’auras pas besoin de faire appel à mon autorité. Quant aux autres, ce témoignage aura, je pense, plus de poids sur eux qu’une lettre privée que tu leur montrerais159. » D’après lui, les réfugiés pouvaient beaucoup espérer du Conseil et des pasteurs de la ville, à condition qu’ils évitent toute dispute. Calvin ne donnait pas à Perrussel d’autre conseil : lui seul pouvait, en fonction des événements, juger de la conduite à tenir.

  • 160 Il se trouvait encore à Wesel le 1er septembre 1554 (Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 428).
  • 161 Ibid., p. 429. Sur Jean Le Blon : Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 294. Un Jean Le (...)
  • 162 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 429.
  • 163 Voir la supplique de la ville de Wesel au chancelier de Clèves Henri Olisleger, 21 septembre 1554 (...)

74Cette lettre de Calvin ne trouva pas son destinataire à Wesel. Un des premiers jours de septembre160. Perrussel était parti à Anvers. C’était pour se reposer, devait-il déclarer plus tard. La suggestion venait de Jean Le Blon, un marchand établi à Anvers, qui se trouvait à Wesel pour affaires161. On comprend que le ministre ait ressenti le besoin, comme il disait, de se refaire, car le rôle qu’il avait à jouer a dû être, par moments, insupportable nerveusement. « Je n’ay faict audit lieu que languir, et aussy ma femme, depuis que j’y suis162. » A cela s’ajoute qu’une épidémie de peste régnait alors à Wesel163.

  • 164 Stadtarchiv Soest, Landtagssachen Nr 1. Cf. L. Keller, Gegenreformation, p. 9. (Pour les autres déc (...)
  • 165 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

75Mais son départ pour Anvers ressemble aussi à une fuite. En septembre, la situation des réfugies de Wesel n’avait jamais été aussi mauvaise. Les ministres allemands, on s’en souvient, avaient promis d’intercéder en leur faveur après la journée des États du duché de Clèves. Les protestants du duché attendaient beaucoup de cette assemblée qui se tint à Dinslaken, le 23 août 1554. Ils espéraient que le duc, cédant à leurs prières, annoncerait un changement de sa politique religieuse. Or, à Dinslaken, Guillaume de Clèves avait, au contraire, fait savoir que les ordonnances ecclésiastiques promulguées par son père en 1533 demeuraient en vigueur, tant que n’était pas convoqué « un concile général de la chrétienté ou un rassemblement national », et il avait renouvelé ses mises en garde contre les « sectaires »164. Par la suite, le Conseil de Wesel avait décrété que plus aucun étranger ne serait désormais accueilli dans la ville165.

  • 166 Sans doute un membre de la famille Taffin de Tournai, sur laquelle : Moreau, Histoire du protestan (...)
  • 167 Leurs témoignages figurent en annexe de la lettre de Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (...)
  • 168 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

76Et les ministres de Wesel ? Leur attitude était franchement ambiguë. On peut se demander rétrospectivement si, lors de leur entretien avec Perrussel, au début de l’été, ils étaient de bonne foi et si le ministre de l’Église française n’a pas été abusé. Certes, l’un d’eux, Hermann Stein, prêcha bien un jour dans le sens voulu par Perrussel. Il exposa à ses ouailles la doctrine eucharistique réformée, sans ajouter, autant que l’on sache, de commentaire déplaisant : Jean Le Blon et un autre marchand d’Anvers, Pierre Taffin166, en témoignèrent167. Mais il déclara aussi en chaire que les étrangers n’avaient pas à célébrer la Cène entre eux, sauf s’ils se trouvaient en très petit nombre, et il leur annonça de très graves ennuis, s’ils persistaient dans leur refus d’assister au culte dans les paroisses allemandes. Les deux autres pasteurs, Plateanus et Bomelius, montèrent également la population contre les réfugiés168.

  • 169 Cf. supra, p. 192.
  • 170 Ainsi, Jean Capette et Bertrand Le Blas, qui rentrèrent à Tournai l’un et l’autre à la fin de l’an (...)
  • 171 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 423-429.
  • 172 Ibid., p. 423-424.

77L’Église française en fut ébranlée. Découragés, les étrangers étaient aussi divisés. Une partie d’entre eux reprochaient à Perrussel de vouloir maintenir à tout prix l’Église à Wesel, alors que les espoirs d’obtenir la liberté de culte étaient nuls, et ils l’accusaient de laxisme doctrinal. Des plaintes avaient été adressées à l’Église d’Emden. Or, en même temps que Perrussel se retirait à Anvers, plusieurs membres de l’Église — Nicolas Walet, François Le Clerc, la veuve Rousseau et quelques autres169 — émigrèrent à Francfort et d’autres retournèrent dans leur pays d’origine170. Il n’est pas impossible qu’il se soit agi la des détracteurs du ministre. Lui-même, de son côté, avait à se justifier. Son voyage à Anvers lui permit d’expliquer aux frères de cette ville la complexité de la situation wéseloise. D’Emden, Pierre Du Val et Jean Dumas lui avaient écrit. Il ne fit pas le voyage en Frise orientale mais écrivit, le 29 septembre, d’Anvers, une lettre d’apologie à Pierre Du Val. qu’il lui demanda de communiquer à Łaski171. La « détraction » dont il était la victime, rapportait-il, l’avait fait entrer « en grand soupir et frémissement ». Il regrettait qu’à Emden l’accusation ait été « receue et ouye sans entendre deux ou troys idoynes tesmoings »172.

  • 173 Ibid., p. 424. Ce chiffre date de septembre 1554. Il s'agit des Wallons membres de l’Église. « [Je (...)
  • 174 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

78Son plaidoyer parvint-il à le disculper ? On l’ignore. Après le départ de Walet et de ses amis, les réfugiés le rappelèrent en tout cas et l’Église française donna à nouveau un visage d’unité. Il fut convenu que tous ceux qui se trouvaient encore à Wesel — soixante personnes173 — ne quitteraient pas la ville avant Pâques de l’année suivante et que Perrussel reprendrait les négociations en vue d’améliorer la situation de l’Église. Il rendit visite à un homme politique, peut-être le bourgmestre Groen. Celui-ci le reçut d’abord mal, puis, quand il eut compris que l’entretien n’était. pas officiel, il s’engagea, « si [Perrussel] voulait quitter Wesel au cours de l’hiver et qu’il l’apprenait, à l’excuser ». Il espérait « qu’il ferait usage de son autorité pour que les réfugiés ne subissent pas, à cause de cela, des inconvénients174 ».

  • 175 Ibid., p. 280. Le 4 juin 1556, Ponier ne se trouvait vraisemblablement plus à Wesel, car, aux côté (...)
  • 176 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

79Cette promesse, dont la portée était finalement fort limitée, rendit courage aux étrangers et ils se résolurent, suivant l’expression de Perrussel, à « dresser quelque forme d’Église » (aliquem ecclesiae faciem erigere). C’est ainsi qu’un jour de l’automne 1554, ils procédèrent, dans la maison d’un réfugié, à l’élection de six anciens qui devaient en même temps faire fonction de diacres et ils confirmèrent Perrussel et Ponier dans leur charge de ministres. Ponier a dû mourir ou quitter l’Église peu après : son nom n’apparaîtra plus, en effet, une seule fois dans l’Historia de Perrussel, ni dans aucun autre document, après cette date175. Le jour de l’élection, les étrangers fixèrent le culte à six heures du matin, avant le lever du jour, pour éviter une interdiction du Conseil, et ils prirent la décision de célébrer la Cène, après une confession de foi publique de tous les membres de l’Église. Les jours suivants, Perrussel se mit à prêcher sur l’évangile de Jean176.

  • 177 Ibid.
  • 178 Ibid., p. 281.

80Les réfugiés, cependant, n’étaient pas rassurés. « Nous craignions que le peuple de cette ville ne nous moleste quand il remarquerait que nous avons commencé à tenir des assemblées177. » Aussi Perrussel entreprit-il une nouvelle démarche auprès de ses collègues luthériens. Ceux-ci déclarèrent qu’ils ne s’opposeraient pas au maintien des assemblées, « si le peuple allemand voyait certains d’entre eux participer à la Cène dans les paroisses ». Les réfugiés acceptèrent ces propositions. Auparavant, Perrussel avait fait connaître, lui aussi, ses conditions : que les ministres allemands acceptent leur confession de foi, qu’ils déclarent à leurs fidèles que les « cérémonies » n’étaient pas de soi nécessaires à la Cène et que les étrangers qui assisteraient à la Cène dans leurs paroisses puissent ne pas communier à genoux178.

  • 179 Ibid.

81Le 1er janvier 1555, Perrussel refusa de se rendre à Francfort, où Morillo venait de mourir, bien que les réfugiés de cette ville lui en eussent fait la prière instante. Il voulait rester à Wesel, au moins jusqu’à Pâques, comme il s’y était engagé179.

82L’arrivée des Anglais, cet hiver-là, vint bientôt changer la physionomie de la colonie de réfugiés.

  • 180 Foxe, Acts and Monuments, t. VIII, p. 571-572. La première édition anglaise de cet ouvrage parut à (...)
  • 181 Et non Santon, comme l’écrivait Foxe (op. cit., t. VIII, p. 512), erreur reproduite par Gabrett (o (...)
  • 182 Foxe, op. cit., t. VIII, p. 573.

83A Londres, Perrussel avait fréquenté les salons d’un gentilhomme anglais, Richard Bertie, et de sa femme, la duchesse Catherine de Suffolk. A l’avènement de Marie Tudor, le couple, dont on connaissait la sympathie pour la Réforme, entreprit, par crainte d’un emprisonnement à la Tour, un voyage dont John Foxe n’épargna aucune péripétie aux lecteurs de son martyrologe180. Partis de Londres le1er janvier 1555, accompagnés d’une nombreuse domesticité et d’un enfant en bas âge, les fugitifs ne quittèrent pas Gravesend avant le 5 février. Leur voyage les conduisit à Xanten, dans le duché de Clèves181. Là, ils emménagèrent et entreprirent aussitôt des démarches pour entrer en contact avec Perrussel, qu’ils savaient à Wesel. Mais un jour un habitant de Xanten réussit à percer leur anonymat. Foxe a raconté comment, en plein hiver, Bertie, sa femme et leur enfant parcoururent à pied les quinze kilomètres les séparant de Wesel, sans bagage ni domestiques, tant le départ s’était fait précipitamment182. A Wesel, les hôteliers refusèrent de les recevoir, car ils prenaient Bertie pour un mousquetaire (lance-knight). Leur ignorance de la langue du pays les rendait encore plus démunis. Finalement, ils découvrirent la maison de Perrussel, qui les prit tout d’abord pour les domestiques des aristocrates qu’il avait connus à Londres, avant de les identifier et de leur offrir l’hospitalité.

  • 183 Ibid., p. 574.
  • 184 L’historien anglais John Strype, dont l’œuvre, par ailleurs bien documentée, fourmille d’erreurs d (...)
  • 185 Gabrett, Marian Exiles, p. 50-51. Sur Calais sous Marie Tudor, cf. aussi H. F. Chettles, The Burges (...)
  • 186 S.l., 1574, p. 194. Réimpression anastatique, Amsterdam, 1972 : « After that M. Bartye and the duc (...)
  • 187 Robinson, Original Letters, t. I, p. 162.
  • 188 Garrett, Marian Exiles, p. 92-94.
  • 189 Treize de ces réfugiés ont fait l’objet d’une notice dans l’ouvrage déjà cité de Garrett : Richard (...)
  • 190 Ecclesiastical Memorials relating chiefly to Religion, and the Emergences of the Church of England (...)

84Bertie et sa femme étaient peut-être à plaindre. Ils n’en étaient pas moins fort riches. Les jours suivants, ils louèrent une « fort jolie maison » (a very fair house)183. Bientôt, le bruit de leur arrivée s’étant répandu dans les cercles de réfugiés anglais, à Emden184 et à Calais185 en particulier, « beaucoup d’Anglais, comme devait le rapporter l’auteur du Brieff discours off the troubles begonne at Franckford in Germany186, se rendirent là en peu de temps ». Comme les réfugiés de langue française, ces Anglais étaient pour la plupart des tisserands187. Un des membres du groupe était l’influent marchand John Bodley, le père de Thomas Bodley, le fondateur de la bibliothèque qui porte son nom à Oxford188. L’importance de leurs effectifs est d’autant plus difficile à chiffrer qu’ils n’ont pas été constants. A Wesel comme dans les autres villes du refuge, en effet, les insulaires se caractérisaient par une très grande mobilité189. A Wesel, aux périodes fastes, en 1556 notamment, leur nombre n’a sans doute pas été de beaucoup inférieur à cent, femmes comprises, chiffre avancé par un historien ancien190.

  • 191 Brieff discours, p. 194.
  • 192 Garrett, Marian Exiles, p. 133.
  • 193 Perrussel à Castellion, Wesel, 16 août 1555 (Buisson, Castellion, t. II, p. 423-424, no L). Le por (...)
  • 194 Coverdale à Conrad Hubert, Bergzabern, 20 septembre [1555] (Remains of Miles Coverdale, Bishop of (...)
  • 195 Le 12 octobre 1555, Lady Suffolk avait donné le jour à un fils que l’on nomma Peregrine, le réfugi (...)

85Les Anglais de Wesel eurent d’emblée un culte dans leur langue, clandestin bien sûr. Les premiers mois, leur ministre ne fut autre que Miles Coverdale, le premier traducteur de la Bible en anglais. Celui-ci, cependant, « ne prêcha pas là longtemps »191. Il avait fui au Danemark en février 1555 et, de là, à Wesel192. Dès la fin du mois d’août, il prit congé, avec l’intention de s’établir à Bâle193, mais, après un bref séjour à Francfort, il alla se fixer le 15 septembre à Bergzabern, dans le Palatinat194. Richard Bertie, dont il était en réalité l’ambassadeur à Bergzabern, l’y rejoignit bientôt, suivi, en avril 1556 seulement, par la duchesse de Suffolk195.

  • 196 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556 (9 avril 1555). Cf. Wolters, Reformationsgeschichte, p. 258.
  • 197 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556 (2 août 1555). Cf. Wolters, op. cit., p. 158-159.
  • 198 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556, f. 31 r° et v° (11 août 1555).

86En cette année 1555, la politique du Conseil relativement aux étrangers, tant wallons qu’anglais, fut, comme les années précédentes, contradictoire. Les luthériens orthodoxes gagnèrent de l’influence. C’est ainsi que, le 9 avril, les ministres de la ville reçurent l’ordre de signaler aux autorités les fidèles qu’ils soupçonnaient de ne pas professer la doctrine reçue sur le baptême et la Cène196. Il ne s’agissait pas d’une recommandation en l’air. Le 2 août 1555, deux hommes et une femme furent convoqués devant le Conseil, les ministres étant présents. Il leur était reproché de ne pas assister au culte dans les paroisses. La femme, en particulier, était accusée de se soustraire à l’enseignement commun, en allant écouter la prédication chez les étrangers. On ignore la conclusion de ce petit procès de religion197. Dans la même ligne, le Conseil décréta, le 11 août 1555, que « tous les bourgeois, habitants et nouveaux arrivants, qui, de l’avis des ministres de la ville, ne professeraient pas la Confession d’Augsbourg sur les sacrements ou autre chose » devraient, au terme d’une période de trois semaines, réservée à l’enquête, quitter la ville, dans les trois jours198.

  • 199 Ibid., f. 38 v° (1er octobre 1555).
  • 200 Ibid., f. 41 v° (27 octobre 1555).
  • 201 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. Citant un document du Wallonisch-franzosi (...)
  • 202 Parlant des Anglais et des Wallons, les Ratsprotokolle du 9 octobre 1556 (W.S.A., Ratsprotokolle 1 (...)
  • 203 Thomas Cole aux Anglais de Genève, Francfort, [fin de l’année 1555] (Brieff discours, p. 61).

87Jamais l’intolérance des luthériens n’avait été aussi loin. Curieusement, moins de trois mois plus tard, les Wallons se voyaient autorisés à « prêcher publiquement en français », à cette seule condition qu’ils s’abstiendraient de célébrer entre eux la Cène. La décision fut prise le 1er octobre199 et, le 27, on leur attribua un lieu de culte, la chapelle de l’hospice du Saint-Esprit, dit aussi « Hospital des Pauvres Passants »200. Le culte en français fut inauguré dès la fin du mois d’octobre201. Les Anglais, eux aussi, furent autorisés à célébrer le culte publiquement, au même endroit202 et aux mêmes conditions. La nouvelle de cet « événement heureux » (lucky matter) parvint bientôt à Francfort et, de là, à Genève203.

  • 204 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281.
  • 205 Sur Cassander, infra, p. 239.
  • 206 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281 : « Cum jam Pascha appetisset ». En 1555, (...)
  • 207 Ibid.

88Ainsi, un renforcement du contrôle de l’orthodoxie n’empêcha pas qu’un « geste » fut accompli en faveur des étrangers. Au dire de Perrussel204, il fut la conséquence du passage à Wesel du théologien iréniste de Cologne, Georges Cassander205, en avril de la même année206. Les autorités auraient alors promis aux réfugiés de leur donner une église et Perrussel, qui s’apprêtait à se rendre à Emden ou à Genève, pour trouver à ses compagnons un autre lieu de refuge, avait renoncé à partir207.

  • 208 Ibid.
  • 209 Lettre citée de Cole aux Anglais de Genève.
  • 210 Wolters (Reformationsgeschichte, p. 159) a déjà formulé cette hypothèse, alors qu’il rapportait la (...)
  • 211 Traheron est mentionné par Perrussel dans son Historia (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283). Le 20 sep (...)

89En dehors d’une nouvelle négociation avec les ministres allemands au sujet de la Cène208, les deux Églises d’étrangers n’eurent d’autre sujet de préoccupation, pendant l’automne 1555, que le remplacement de leurs ministres respectifs. Chez les Anglais, qui devenaient plus nombreux209, il fallait remplacer Coverdale, parti en août. En attendant qu’un nouveau ministre entre en fonction, Perrussel a peut-être prêché aux Anglais, non pas dans leur langue mais en latin210. Le remplaçant de Coverdale fut, au plus tôt en octobre, Bartholomew Traheron, un ancien franciscain, fort porté à l’étude, doyen de Chichester sous Édouard VI et réfugié à Francfort à l’avènement de Marie Tudor. Membre de l’Église anglaise de cette ville, il avait pris parti pour Whitehead dans le conflit qui opposa ce ministre à une partie de ses ouailles, au sujet de la liturgie, qu’il concevait de façon assez traditionnelle211.

  • 212 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281-282. La lettre de l’Église française de Fr (...)
  • 213 Ibid., p. 282.

90L’Église française de Wesel fut confrontée à un problème différent. Pour elle, la difficulté ne consista pas à trouver un nouveau ministre, mais à conserver le sien. Perrussel fut, en effet, élu simultanément par deux Églises, celle de Francfort, où venait de mourir Richard Vauville, et celle d’Emden212. Après réflexion, il donna de part et d’autre la même réponse : sa mission à Wesel n’était pas encore terminée, il conservait l’espoir d’obtenir pour son Église la pleine liberté de culte, aussi ne pouvait-il suivre « aucune de ces deux vocations »213.

  • 214 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556, 2e foliotation, f. 1 v°-2 r° (9 janvier 1556).
  • 215 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 282.

91Il poursuivit les négociations. Mais après que le Conseil eut fait comprendre aux étrangers, le 9 janvier 1556, avec une insistance particulière, qu’ils avaient à « s’accommoder » des vêtements liturgiques, des cierges et de l’hostie au lieu du pain, toutes choses qui « n’étaient pas indispensables au sacrement mais qui n’étaient pas impies non plus »214, le ministre de l’Église française renonça à l’espoir d’obtenir pour son Église le droit de célébrer la Cène dans sa langue et selon son rite. C’est en avril 1556 qu’il parvint à cette conclusion. Comme il le raconta plus tard, il prit alors la résolution « de ne plus adresser la parole aux ministres, ni aux membres du Conseil »215.

  • 216 Ibid.

92Il ne leur restait plus qu’à quitter Wesel. Un jour d’avril, il réunit tous les membres de son Église et il leur expliqua qu’en dépit de tous ses efforts, il n’était pas parvenu à obtenir des ministres et du Conseil la liberté de culte pour leur Église. Comme lui-même ne pouvait accepter en conscience la liturgie luthérienne, il les engagea à élire un autre ministre, « qui pourrait l’accepter ». Il était prêt à demeurer à Wesel trois ou quatre mois de plus, pour initier son successeur à l’exercice de ses fonctions. Mais les réfugiés refusèrent cette proposition. S’il partait, répondirent-ils à Perrussel, ils ne lui éliraient pas de successeur et ils laisseraient périr l’Église216.

  • 217 Ibid. : « ... cum eo [Calvino] ac Domino a Lasco de negotio contuli universo. Qui fratribus wesali (...)

93Perplexe, Perrussel eut la même réaction que ses prédécesseurs en même circonstance : il consulta les autres Églises, celle d’Anvers pour commencer, et ensuite, sur le conseil de celle-ci, l’Église de Genève. Apprenant que Calvin projetait de se rendre à Francfort au mois de septembre, le ministre trouva plus commode d’aller le rejoindre dans cette ville. A Francfort, il put, du même coup, rencontrer Jean Łaski, qui, d’Emden, avait émigré dans cette ville, l’année précédente. Le voyage de Perrussel ne fut pas inutile, puisqu’il en ramena un écrit de Calvin aux réfugiés qui lui donnait raison. Łaski lui remit également une lettre qui a été perdue217.

  • 218 Op. Calv., t. XVI, col. 286-288, no 2535.

94Perrussel devait s’éloigner, écrivait Calvin aux réfugiés de Wesel, le 18 septembre218. Le prolongement de son séjour dans cette ville ne pouvait qu’« exciter de plus grands murmures » et provoquer le « scandale ». En restant, il semblait légitimer le point de vue des luthériens, qui refusaient de lui accorder ce qu’il demandait, et il passait de la sorte pour un homme double. Qui sait ? Un jour, peut-être, la liberté de célébrer la Cène leur serait-elle accordée. Il valait mieux pour Perrussel partir plutôt que de faire courir à l’ensemble du troupeau le risque d’une aggravation de la situation. A ce stade, en effet, seul le droit de célébrer la Cène leur était refusé. Il comprenait que les réfugiés soient attachés à leur ministre, il s’en réjouissait même. Cependant, vu les circonstances, il leur recommandait vivement de s’en remettre à la volonté de Dieu. Perrussel, enfin, ne quitterait pas Wesel sans avoir essayé, une ultime fois, d’obtenir des autorités la liberté de culte.

  • 219 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 282.

95On aura noté que Calvin, d’habitude si soucieux de fournir un pasteur aux Églises qui en étaient dépourvues, ne souffla mot, dans sa lettre, du remplacement de Perrussel. Contrairement à ce que l’intéressé laissa entendre dans son Historia219, il ne les exhorta pas à élire un nouveau ministre. Était-ce parce qu’il n’avait personne à proposer ? Cette discrétion doit plutôt être tenue pour de la prudence. En trouvant un successeur à Perrussel, Calvin risquait de se mettre à dos une communauté jalouse de son indépendance et, surtout, il se serait compromis lui-même en choisissant un homme chargé d’« accepter les cérémonies ».

  • 220 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (7 août 1556). Sur le second Prayer Book, imposé en Angleterre à (...)
  • 221 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (7 août 1556). Cf. Wolters, Reformationsgeschichte, p. 174.
  • 222 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (22 septembre 1556).

96Entretemps, les Anglais s’étaient mis à célébrer la Cène « tous les mois selon l’institution de leur roi Édouard VI » (alle maint na de institutie alss oir koninck Edoirardus sextus ingesettet), c’est-à-dire en suivant la liturgie du second Common Prayer Book220 Personne en ville n’était au courant de la chose. Le 7 août seulement, le Conseil convoqua le ministre de l’Église anglaise, qui lui demanda d’autoriser ce qu’il pratiquait déjà. On s’en doute, les autorités refusèrent, en prétextant qu’elles ne pouvaient accorder aux Anglais ce qu’elles refusaient aux Wallons. L’audace des insulaires fut tout de même payante, car le Conseil, après cette déclaration, leur fit quelques concessions : ils furent autorisés à « avoir la jouissance non seulement de la communion mais aussi des autres sacrements dans leur église [...] pourvu que ce soit les ministres de la ville qui les distribuent » et leur ministre put donner lui-même la communion aux malades, à condition qu’un de ses collègues luthériens fût présent221. Ces dispositions furent confirmées le 22 septembre 1556222.

  • 223 W.8.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556). Cette séance n’eut pas lieu le 8 octobre 1556 ((...)
  • 224 Voir le recensement des Anglais de Francfort, 10 juin 1557, dans Jung, Englische Flüchtlingsgemein (...)
  • 225 Sur Pierre Overd’Hage dit de Gand : supra, p. 179. De Tresiel on sait seulement qu’avant 1556 il a (...)
  • 226 Sur Hubert Languet : Haag, La France protestante, t. V, col. 264-278.

97La dernière phase du conflit entre les étrangers et les autorités s’inaugura par la convocation de Perrussel et de Traheron devant le Conseil, le 9 octobre 1556223. Ils se présentèrent en compagnie de quelques « hommes doctes », au nombre desquels figuraient Edward Caunt, Thomas Wilford et Edward Boyes, trois Anglais de Francfort de passage à Wesel224, Pierre Overd’Hage, dit de Gand, et Adrien Tresiel, deux réfugiés flamands membres de l’Église française225, et Hubert Languet, ce juriste bourguignon, ami de Mélanchthon, qui servit, pendant plusieurs mois, d’émissaire aux princes protestants allemands226.

  • 227 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556). Cf. supra, p. 180.
  • 228 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281.
  • 229 Op. Calv., t. XVI, col. 309-313, no 2544.
  • 230 Ibid., col. 311.
  • 231 Ibid., col. 311-312. Sur le rôle d’Hubert Languet dans cette affaire, cf. aussi la lettre de Zacha (...)
  • 232 Vingt-deux habitants de Wesel étudièrent à Wittenberg sous sa direction entre 1554 et 1559. Le plu (...)
  • 233 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556).

98Il existe de cette séance du Conseil trois relations. Selon les Ratsprotokolle, « les Anglais et les Wallons » furent priés de « se conformer en paroles et en actes (mit worden und dait) à la Confession d’Augsbourg et de pratiquer leurs sacrements avec nous [les Allemands] dans leur église selon la liturgie (ceremonien) prévue par les ordonnances de l’évêque Herman l’Électeur de Cologne d’heureuse mémoire »227. Dans l’Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione qu’il rédigea en 1559, Perrussel raconta les choses différemment : « Ils nous demandèrent à tous une confession de foi sur la question de la Cène, mais ils ne parlèrent pas de liturgie228. » Le ministre de l’Église française donna des mêmes événements une version plus circonstanciée dans la lettre qu’il adressa à Calvin le 20 octobre 1556229. Au début de l’entretien, les conseillers lui avaient fait le reproche de condamner les rites et la doctrine reçus à Wesel, alors que la ville lui avait accordé, ainsi qu’aux autres étrangers, l’hospitalité, avec beaucoup d’humanité. Perrussel, qui, à l’en croire, parla seul au nom des réfugiés, ses compagnons étant à peine mentionnés dans son récit, engagea alors la discussion sur la Confession, d’Augsbourg, dont, selon lui, certains passages étaient écrits « un peu rudement » (duriuscule scripta). « Lorsqu’ils remarquèrent qu’ils ne pouvaient m’attaquer de cette manière, sans plus dissimuler le motif pour lequel ils m’avaient appelé, ils me demandèrent si j’étais prêt, avec mon Église, à consentir à leur doctrine de la Cène du Seigneur : si je refusais, j’aurais à chercher pour moi et pour mon Église un autre lieu d’asile230. » C’est alors que Perrussel proposa d’envoyer la confession de foi de son Église à Mélanchthon, « à la discrétion » de celui-ci, comme le notaient les Ratsprotokolle. L’idée venait d’Hubert Languet231. Malgré la montée de l’orthodoxie luthérienne, l’auteur des Loci communes restait un personnage écouté à Wesel232. Aussi bien, ce « compromis » fut-il accepté par le Conseil. Traheron, de son côté, demanda et obtint un délai d’un mois pour donner sa réponse, au nom de l’Église anglaise233.

  • 234 W.K.A., Gefach 3, no 28 (Wolters, Reformationsgeschichte, p. 443-445). Une copie contemporaine de (...)

99La lettre de Perrussel à Mélanchthon fut remise au Conseil, le 15 octobre234. Elle contenait un exposé clair et précis de la doctrine eucharistique réformée. La Cène du Seigneur était présentée comme « un rite qui n’a pas le caractère de sacrement (ratio sacramenti) en dehors de son usage ». C’est « par l’esprit et non par la bouche » (mente non ore) que les fidèles « reçoivent le vrai corps et le vrai sang du Christ ». La doctrine de l’ubiquité était rejetée, car elle portait atteinte à celle de la résurrection des corps au dernier jour. Perrussel ne condamnait pas, cependant, ceux qui confessaient cette doctrine « de bonne foi » (bona conscientia) et il les tenait pour des frères. Il ne voulait pas qu’une controverse entrave les progrès de l’évangile. Ceci dit, il regrettait vivement qu’à l’Église française le ministre ne soit pas autorisé à administrer le baptême et que les étrangers soient obligés d’accepter une liturgie différente de celle en usage dans leur Église d’origine.

  • 235 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283.

100De l’aveu même de Perrussel, cette lettre fut approuvée par tous les membres de l’Église, réunis en assemblée, « à l’exception de trois d’entre eux ». On ignore quelle position défendaient les minoritaires235.

  • 236 Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2544.
  • 237 Calvin à Perrussel, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 342, no 2564).

101Comment allait réagir Mélanchthon ? Hubert Languet, qui le connaissait bien, déclara à Perrussel que son ami ne condamnerait pas la confession de foi des étrangers, mais il doutait qu’il l’approuve ouvertement. Il espérait qu’il écrirait au moins au Conseil de tolérer les réfugiés à Wesel, en dépit du fait qu’ils s’écartaient de la doctrine reçue (etiam dissidentes). Perrussel, lui, se montrait moins optimiste encore, dans la lettre qu’il envoya à Calvin peu après, le 20 octobre236. « Nous attendons la lettre de Mélanchthon, avec l’intention, à supposer qu’il nous condamne (ce que nous espérons qu’il ne fera pas), de rejeter son avis, même s’il était répété cent fois. » A Genève, le doute existait aussi. « Dans sa réponse, écrivit Calvin un mois plus tard, en ignorant qu’entretemps Mélanchthon avait déjà envoyé son avis à Wesel, Philippe n’oserait pas désapprouver ta doctrine. S’il ne le fait de bon cœur, il y sera au moins tenu par la pudeur. En vérité, cela m’étonnerait bien fort qu’il ne souscrive à ta confession237. »

  • 238 Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2544.

102Après avoir proposé aux membres du Conseil de faire appel à l’arbitrage de Mélanchthon, Perrussel s’en était ouvert « en toute franchise » aux ministres de la ville et ceux-ci lui avaient déclaré être du même avis que les étrangers (se nobiscum sentire). Auraient-ils changé d’opinion ? Dans sa lettre à Calvin, Perrussel porta sur eux un jugement sévère. Quand ils se trouvaient en face de lui, ses collègues lui donnaient raison, mais, dès qu’il avait le dos tourné, ils faisaient courir sur son compte des bruits trompeurs, lui attribuant des choses qu’il n’avait pas dites, ni même pensées. Il ignorait s’ils agissaient « par vanité ou par malice », mais en tout cas il ne leur accordait aucune confiance238.

  • 239 Sur Henri Bomelius : Wolters, Reformationsgeschichte, p. 138, 146-147. Il publia dès 1523 une Summ (...)
  • 240 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (4 juin 1556).

103Ce que Perrussel omettait de dire, intentionnellement ou non, c’est que ses collègues wéselois n’étaient pas tous d’accord entre eux sur la question de la Cène. Si deux parmi eux, Plateanus et Stein, s’en tenaient à l’interprétation la plus orthodoxe de la Confession d’Augsbourg, le troisième, qui était aussi le plus âgé, Henri Bomelius, se montrait, lui, beaucoup plus nuancé. Avant d’être pasteur d’une des paroisses de la ville, cet ancien prêtre gueldrois avait été professeur à l’École, de 1542 à 1548 : la doctrine qu’il enseignait alors et qu’il n’abandonna pas ensuite, était celle d’un esprit libre et détaché des partis. Il ne se voulait le disciple ni de Luther et de ses successeurs ultras, ni de Zwingli ou de Calvin239. Le 4 juin 1556, le Conseil avait prié les ministres de la ville de ne pas s’écarter dans leur enseignement de la Confession d’Augsbourg240. Par cette injonction, c’était probablement lui qui était visé et non ses collègues, bien que son nom ne fût pas expressément mentionné.

  • 241 W.K.A., Gefach 3/1, no 28/2 : « Ick betuige waer to syn dat [...] Meister Henrick die predycant to (...)
  • 242 Wolters, op. cit., p. 215.
  • 243 W.K.A., Gefach 6/1, no 67. Cf. W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557, f. 55 r° (11 décembre 1556).
  • 244 W.K.A., Gefach 3/1, sans numéro. Bomelius y ajouta le même jour une déclaration de sa main et, le (...)
  • 245 W.K.A., Gefach 6/1, no 71, f. 1 r°.
  • 246 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558, f. 13 r° et v°.
  • 247 Bomelius quitta Wesel en 1560. Cf. infra, p. 226. Il devint aussitôt ministre à Friemersheim près (...)

104L’opinion de Bomelius sur la confession de foi des étrangers serait aujourd’hui inconnue, si un forgeron flamand, nommé Albert Van Rienen, ne l’avait pas un jour, au début de novembre 1556, dénoncée aux autorités. Bomelius, rapportait-il, avait déclaré, le 19 octobre, devant témoins, être d’accord avec Perrussel sur la Cène. De la même façon, le 4 novembre, Evert Claus, le frère de Gérard Claus, un autre forgeron, remit au Conseil, par l’intermédiaire d’Albert Van Rienen, un écrit dans lequel il accusait l’ancien prêtre gueldrois de nier la présence réelle du Christ dans le pain consacré241. On peut se demander si, en lui intentant un pareil procès, le forgeron voulait, comme cela a été dit242, mettre le Conseil dans l’embarras et l’empêcher d’expulser les étrangers pour une doctrine que professait un des ministres de la ville lui-même. On préférera une autre explication, plus prosaïque. Par ce geste, Albert Van Rienen et ses amis espéraient sans doute — comme, à Strasbourg, les adversaires de Garnier — passer pour plus luthériens que les luthériens et avoir ainsi des chances de demeurer à Wesel après le départ de leurs compatriotes. En effet, passant de la défense à l’attaque, Bomelius accusa le Flamand, dans l’apologie qu’il envoya au Conseil le 9 décembre243, d’avoir, en privé, soutenu Perrussel et, devant le Conseil, l’orthodoxie ! Comme Albert Van Rienen niait, Bomelius trouva six personnes, Wilhelm Kremer, Julianus Schier, Gereyt Bloem, Albert Villain, Martynken Van Antwerpen et Joesine Vander Encken, qui acceptèrent de témoigner dans le même sens que lui, par une lettre qu’ils adressèrent au Conseil le 2 janvier 1556244. Quant au forgeron, il avait trouvé un allié en la personne de Pierre Overd’Hage, dit de Gand, qui était alors ancien de l’Église française245. L’« affaire Bomelius », complexe en raison de la contradiction des témoignages, devait se poursuivre pendant plusieurs mois. Le Conseil reçut encore un écrit du ministre le 5 mai 1557246. Jamais, cependant, une sanction ne fut prise contre lui247.

  • 248 W.K.A., Gefach 6/1, no 67. De longs extraits de ce document, transposés en allemand contemporain, (...)

105Mais Bomelius était-il vraiment proche de Perrussel ? Dans son apologie, il reconnut être d’accord avec les étrangers sur certains points248. Bien plus, il ne se cachait pas d’avoir vanté les mérites de Zwingli et des théologiens de Zurich. Leur rejet massif de la « grossière transsubstantiation papiste » lui plaisait et, comme eux, il refusait de croire en la présence dans le pain et le vin consacrés de la chair et du sang naturels et réels du Christ (idt natuerlicke unnd wesentlicke fleisch unnd bloit Cristi). En revanche, il ne leur donnait pas raison, lorsqu’ils affirmaient que le corps et le sang du Christ n’étaient pas reçus à la Cène « de façon réelle mais seulement sacramentelle ou figurative » (niet wesentlich sonder sacramentlich offte figuerlich). Calviniste par sa doctrine eucharistique, Bomelius se rattachait, par sa conception de l’Église, au courant iréniste et à la tradition érasmienne. « Je ne tiens pas seulement les chrétiens de Zurich pour mes frères et compagnons en Jésus-Christ, mais aussi tous ceux qui sont répandus de par le monde, même ceux de Turquie. »

  • 249 Le Conseil de Wesel à Mélanchthon, 19 octobre 1556. Je n’ai pas retrouvé l’original de cette lettr (...)

106A quel point un homme comme Bomelius était isolé à Wesel, pour ne pas dire unique en son genre, la suite des événements le montrera. La lettre de Perrussel avait été acheminée à Mélanchthon par le premier courrier, après qu’elle eut été remise au Conseil le 15 octobre. Ce dernier y avait joint une autre lettre au Praeceptor Germaniae, touchant un autre sujet : le choix d’un surintendant (superattendent) pour Wesel, une fonction devenue nécessaire depuis que s’étaient introduits dans l’Église « toutes sortes d’esprits écervelés » (villerley irrige geister). Les autorités demandaient à Mélanchthon d’intervenir auprès de Joachim Mörlin, le ministre de Bruns wick, pour qu’il accepte cette charge, au moins pour six mois249. Le choix de Mörlin comme surintendant était hautement significatif, puisque ce dernier était, aux côtés de Tileman Heshusius, un des chefs du parti luthérien orthodoxe. Sa controverse avec Albert Hardenberg, un ami de Łaski, qui était ministre à Brême, l’avait rendu célèbre. Dans sa lettre, le Conseil rappelait qu’à Wesel, les ministres se conformaient à la Confession d’Augsbourg. Il ne s’était pas opposé « par charité chrétienne » (ans christlicher liebe) à ce que Perrussel lui envoie sa confession de foi mais il le priait de faire connaître sur ce texte « son sentiment et son jugement chrétiens ».

  • 250 Original perdu. Copie du XVIIe siècle : loc. cit., N III 1 XVI, f. 248. Édition dans Wolters, Refo (...)
  • 251 Lettre du 14 [décembre] 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 324, no 2551).

107La lettre du Conseil n’exprimait sur la confession de foi des étrangers aucun jugement de valeur. Cependant, de crainte que Mélanchthon ne la condamne pas avec assez de vigueur, le bourgmestre et les conseillers décidèrent, le 1er novembre, d’envoyer secrètement Plateanus à Wittenberg, avec mission de faire pression sur lui dans le sens souhaité250. Comme devait l’expliquer plus tard Perrussel à l’Église d’Emden251, « après le partement de notre commun messager à Vittenberg, ilz y en ont envoié un aultre, à scavoir maistre Thomas [Plateanus] ministre, pour (comme je suis adverti) soubs couleur d’une nécessaire paix publique entre les bourgeois, et danger de noises siviles, impétrer de monsieur Philippe Mélanthon quelque sentence enveloppée, laquelle ilz interpréteront à leur plaisir et ainsi mettront tousjours nos pauvres frères d’icy à [merci] ».

  • 252 Original non retrouvé. Édition : Wolters, op. cit., p. 446-450.

108Entretemps, les Anglais avaient communiqué au Conseil leur confession de foi le 10 novembre, au terme du délai qui leur avait été accordé252. Eux aussi rejetaient la doctrine luthérienne de l’impanation. Dans la Cène, professaient-ils, le Christ « s’expose à nos yeux et il se manifeste comme s’il était présent » (se ipsum nobis ob oculos exponit et quasi presentem exhibet). Dans leur « assemblée d’Église » (in nostro ecclesiae coetu), ils suivaient la liturgie (ordo) publiée sous l’autorité du roi Édouard VI d’Angleterre. « Puisée à la source pure des lettres sacrées et confirmée par le sang des martyrs anglais », celle-ci était, selon eux, parfaitement conforme à l’institution du Christ. Elle ne contenait rien qui puisse incommoder les habitants de Wesel. « Nous n’irritons, ni n’offensons personne. » Encore une fois, ils demandaient au Conseil de pouvoir célébrer la Cène dans leur langue et selon leur rite.

  • 253 Catechismus brevis christianae disciplinae summam constituens. Articuli de quibus in ultima synodo (...)
  • 254 Artickel deren sich die Bischoffe und Gleerten des Königreich Engellands in einer Synodo im Jar de (...)

109La lettre des Anglais était accompagnée d’un exemplaire imprimé des Quarante-deux articles253. Un an plus tôt, les Anglais de Francfort avaient offert au Conseil de leur ville, par l’intermédiaire des ministres luthériens, le même ouvrage, dans une traduction allemande254. Traheron ne pouvait l’ignorer, lui qui avait résidé plusieurs mois à Francfort, avant de venir à Wesel. La coïncidence révèle que des liens certainement étroits unissaient les réfugiés des deux villes.

  • 255 Dans sa lettre à Mélanchthon du 15 octobre, Perrussel disait inutile (supervacaneum) de lui faire, (...)
  • 256 Sur cette lettre : Perrussel à Calvin, Wesel, 20 octobre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 254 (...)
  • 257 Lui-même quitta Wesel peu après, un des jours précédant le 20 octobre 1556.
  • 258 Voir la lettre de W[essel] v[on] B[ert] à Plateanus, Wittenberg, 27 février 1557 (W.K.A., Gefach 3 (...)
  • 259 On sait qu’elle fut écrite de Francfort grâce à la lettre de Wessel von Bert, citée note précédent (...)
  • 260 Lettre citée de Wessel von Bert.
  • 261 Perrussel à Calvin, 20 janvier 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 396, no 2598) : « Rescripserat [Phili (...)

110A Wittenberg, Mélanchthon devait donner sa réponse. Plateanus, on s’en souvient, avait été chargé par le Conseil de Wesel de lui donner l’information nécessaire. De son côté, Languet, en accord avec Perrussel255, avait fait le récit de « toute l’action » dans une lettre256 qu’il avait demandé à Plateanus de remettre à Mélanchthon257. Languet ignorait alors bien sûr quelle mission venait d’être confiée au ministre luthérien. Mais tous les moyens étaient bons pour obtenir du vieux maître l’avis souhaité. En chemin, comme il l’apprit plus tard258, Plateanus détruisit la lettre de Languet et, à Wittenberg, il se procura en outre la copie d’une autre lettre de Languet à Mélanchthon, écrite de Francfort en septembre, par l’intermédiaire d’un des familiers de l’auteur des Loci communes, qu’il soudoya à cette fin259. Mais ce n’était pas tout. Il parvint aussi à intercepter une lettre de Mager, un des proches de Mélanchthon, au Magistrat de Brunswick et à en communiquer le contenu à Mörlin, le ministre de cette ville, que le Conseil de Wesel souhaitait précisément prendre comme surintendant. Son dernier exploit et non le moindre fut, après que Mélanchthon eut rédigé sa sentence, de faire disparaître, après en avoir pris connaissance, une lettre de Mager à Perrussel, l’informant du jugement porté par le théologien sur la confession de foi des étrangers260, ainsi qu’une lettre à Languet sur le même sujet261.

  • 262 W.K.A., Gefach 3/1, no 25 (C.R., t. VIII, p. 908-910, no 6121). — Wolters, Heresbach, p. 272-273. (...)

111Ces intrigues n’eurent, cependant, par l’effet escompté. Mélanchthon ne porta pas sur la doctrine des réfugiés un jugement défavorable, dans l’avis qu’il donna le 13 novembre262. Il prit, au contraire, leur défense, recommandant au Conseil de leur donner le droit de célébrer la Cène entre eux, comme cela se faisait à Francfort et à Strasbourg. La tranquillité publique était à ce prix. Privés de la Cène, les étrangers ne pouvaient que devenir des anabaptistes ou des blasphémateurs, comme Michel Servet ou Theobald Thamer. Des divergences subsistaient entre eux et les luthériens sur la question du ministère ou celle de la présence du Christ dans la Cène, mais ce n’était pas une raison pour les expulser. Quoi de plus triste, en effet, que de livrer ces « honnêtes familles » à la « fureur des papistes idolâtres ».

  • 263 W.K.A., Gefach 3/1, no 26 (Wolters, Heresbach, p. 273-274).
  • 264 Sur Menius : G. L. Schmidt, Justus Menius, der Rejormator Thüringens, Gotha, 1867. En 1558, Groen (...)

112Et le surintendant ? Dans une seconde lettre, Mélanchthon donnait au Conseil, le 18 novembre, un avis qui n’allait pas non plus dans le sens espéré263. Il trouvait justifié de nommer un surintendant à Wesel mais, au lieu de Morlin qu’il ne mentionnait pas, il proposait Justus Menius, « un homme pieux, savant, intelligent, pur de sa doctrine et constant », ou, à défaut, Andreas Heffter, un ministre de Königsberg en Prusse qu’il avait connu pendant trois ans à Wittenberg comme étudiant. Ce Menius, qui devait mourir à Leipzig, où il était ministre, quelques mois plus tard, le 11 août 1558, était un homme connu. Très proche de Mélanchthon, il servait dans l’Église luthérienne de contrepoids à Westphal, Heshusius, Mörlin et leurs amis, contre lesquels il avait polémiqué maintes fois. En suggérant au Conseil de Wesel de faire appel à lui, le théologien de Wittenberg ne dissimulait pas ses préférences264.

  • 265 Sur cette séance du Conseil : W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (27 novembre 1556), cité par Wolter (...)
  • 266 Van Schelven, Vluchtelingenkerlcen, p. 431.
  • 267 Didier Groen.
  • 268 La Confession d’Augsbourg.

113Le 25 novembre, Plateanus était de retour à Wesel et, deux jours plus tard, Perrussel et Traheron comparurent devant le Conseil. Ils étaient accompagnés d’Overd’Hage, de Tresiel et de cinq Anglais265. « [Nous] fusmes introduits dedans la chambre dudict sénat, écrivit Perrussel le lendemain à l’Église d’Anvers266, où trouvasmes assemblez avec les 2 bourgemaistres, les 12 eschevins, les 12 conseillers et les 12 hommes du peuple. Et là le premier bourgemaistre267, au nom des aultres 37 quy représentaient toute la ville, nous fist lecture non des lettres entières de Monsieur Mélanchthon mais seulement de trois articles d’icelles, dont le premier estoit des cérémonies, le second du baptesme et le tiers de la Sainte Cène. Après, nous fit encore lecture de deux androitz des escript dudict Mélanton, où estoit dit que Jésus Christ est réalement et substantialement à la Cène. Puis, en son nom et des susdicts 37, nous prononça telle sentence que sy nous et nos églises ne voulions acorder et consentir à toutes ces choses et à la Confession d’Auguste268, il nous falloit partir dedans le premier jour de mars procyn. »

  • 269 L’article X stipulait que « le vrai corps et le vrai sang du Christ sont, en toute vérité, présent (...)

114Perrussel fit alors remarquer que la doctrine de Mélanchthon, autant qu’il pouvait en juger, n’était pas « contraire à nostre foy » et que lui-même approuvait la Confession d’Augsbourg, y compris son dixième article sur la Cène, à condition qu’il fût interprété à l’aide du treizième269. Il n’avait pas nié, ajoutait-il, que « Christ est en la Cène », mais seulement qu’il fût « réalement et substantialement joint au pain et au vin de la Cène en un mesme lieu ».

  • 270 Et non « due » (Van Schelven, Vluchtelingenkerlcen, p. 432).
  • 271 W.K.A., Gefach 10/1, no 7.

115Le résultat de l’intervention de Perrussel fut que le Conseil durcit sa position. Pour demeurer à Wesel, les étrangers devaient maintenant accepter la doctrine luthérienne dans ce qu’elle avait de plus strict. « Il nous fallait sortir de la ville dudict premier de mars sy nous ne voulions croire, confesser et signer ces 2 articles, le 1er que le corps de Jésus Christ qui a esté nay de la vierge Marie est réalement et substantielement joinct au pain de la Cène au mesme lieu et son sang au vin ; le 2e article que les communians mangent et boivent non seulement en l’âme mais par la bouche de corps, réalement et substantialement, le corps et le sang de Jésus Christ. » Perrussel était outré : « On nous volloit avoir hors et non pas honir nostre foy. » Comme son Église comptait plusieurs femmes enceintes et des malades, il implora le Conseil de retarder de quelques mois la date du départ. Il se vit aussitôt répondre que la sentence était « miséricordieuse ». Si le Conseil voulait « user de la rigueur establie par le duc270 », il confisquerait leurs biens et les « punirait de corps ». Ceci n’était pas un vain mot. Depuis 1554, le duc de Clèves avait multiplié des édits contre les calvinistes271. Il n’en était pas moins vrai que le Conseil, par fanatisme religieux ou pour toute autre raison, voulait à n’importe quel prix les « avoir hors ».

  • 272 Clemen, Brief, p. 118-120.
  • 273 Au XVIIIe siècle encore, les luthériens se défendaient d’avoir expulsé les réfugiés. Cf. Hamelmann(...)

116Il restait à prévenir Mélanchthon. Le bourgmestre Thierry Groen lui adressa, le 15 décembre, une lettre, dans laquelle il se justifiait à l’avance de tous les reproches qui pourraient lui être faits272. A Wesel, beaucoup faisaient courir le bruit que Mélanchthon approuvait la confession de foi de Perrussel. Pour mettre fin à ces rumeurs, ils lui avaient fait parvenir, en octobre, le document litigieux. Il eût été préférable, certes, de ramener les étrangers à la raison « par une pieuse discussion sur les Écritures » (pia collatione scripturarum), mais ils s’en tenaient « mordicus » à leur doctrine. Pour éviter que le duc de Clèves ne sévisse contre eux, le Conseil s’était vu dans la « nécessité » de les expulser273. Il aurait pu leur faire quitter la ville sur le champ, mais « ému » par la lettre de Mélanchthon, il leur avait donné jusqu’au 1er mars pour trouver un autre lieu de refuge.

  • 274 C.R., t. IX, p. 121, no 6215.
  • 275 Sur les réticences de Mélanchthon, voir aussi : Zacharias Ursinus à Craton, 26 février 1557 (Sudho (...)

117Ce plaidoyer pro domo n’emporta pas l’adhésion de Mélanchthon. Écrivant à Languet le 29 mars 1557274, il déplora que son intercession, « fort mesurée » pourtant, n’ait servi à rien. « Tu n’ignores pas quelle puissance ils ont, ajoutait-il en parlant des luthériens de Wesel. Les simples les subissent en gémissant, au nom de la tranquilité publique. Que Dieu exauce leurs vœux et leurs larmes275 ! »

  • 276 Perrussel à l’Église d’Emden, Wesel, 14 septembre [= novembre] 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 2551)
  • 277 Sa lettre à Calvin, est perdue. Elle est mentionnée dans la lettre citée à la note précédente.

118A Wesel, la décision d’expulser les étrangers était à peine tombée, que Perrussel se prépara à partir. Mais il se trouvait, à cet égard, dans une situation passablement embarrassante. Au début de novembre, Diego De La Cruz était venu de Francfort lui annoncer que l’Église française de cette ville l’avait à nouveau « solennellement élu » comme ministre276. Or, à l’Église française d’Emden, où le poste de ministre était toujours vacant, on comptait sur lui plus que jamais, maintenant qu’il n’était plus nécessaire à Wesel. Perrussel avait à déterminer laquelle des « vocations » suivre. Pour éviter de devoir choisir, il écrivit à Calvin, en lui confiant, dans sa lettre, la redoutable tâche de trancher277.

  • 278 Calvin à Perrussel, Genève. 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2564).
  • 279 Lettre perdue. Elle est mentionnée dans la lettre citée à la note suivante.
  • 280 Perrussel à l’Église d’Emden, Wesel ( ?), 17 janvier] ?) 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 387-390, no(...)

119Calvin choisit Francfort278. Perrussel avait tort, selon lui, de se sentir « lié » (obstrictus) à l’Église d’Emden. Cependant, les anciens et les diacres de cette Église prirent la chose très mal. L’ancien franciscain, à qui ils reprochèrent, dans une lettre virulente, de « faire [de] Calvin un pape »279, se justifia comme il put de cette accusation. Sa réponse, envoyée le 17 janvier 1557, était empreinte d’amertume : « J’espéroie vous aller veoir [...] pour conférer aimablement de toutes ces choses avec vous, concluait-il, mais votre lettre m’a apris que je n’y ait plus de lieu. Et toutesfois je suis vostre en la crainte de mon Dieu, voire et demeureray tel, aidant sa grâce, encore qu’executiez contre moy vos menaces de m’accuser de vous avoir faict tort280. »

  • 281 C’est de Francfort que Perrussel raconta à Calvin les derniers événements survenus à Wesel, le 29 (...)

120Peu après, Perrussel fit un premier séjour à Francfort, d’où il était déjà revenu le 15 février281.

  • 282 Il était déjà malade à Francfort. Cf. Brieff discours. p. 60.
  • 283 Op. Calv., t. XVI, col. 377, no 2576.
  • 284 Description bibliographique de ces ouvrages dans S.T.C., 2e édition, t. II, p. 400-401, nos 24168- (...)
  • 285 Hypothèse avancée par les rédacteurs de la seconde édition du S.T.C. L’attribution à Overd’Hage de (...)
  • 286 Raphael Holinshed, Chronicles of England, Scotland and Ireland, Londres, 1577, nouv. éd., Londres, (...)
  • 287 Brieff discours, p. 28. Sur Lever : S. Lee, art. Lever, Thomas, dans Dictionary of National Biogra (...)

121Chez les Anglais, pendant ce temps, il y avait aussi du nouveau. Traheron démissionna de sa tâche en décembre, vraisemblablement pour des raisons de santé282. Il le fit « de son plein gré », devait déclarer son successeur283. L’ancien doyen de Chichester profita de sa retraite, les deux années qui suivirent, pour publier deux commentaires bibliques, un ouvrage de polémique anti-romaine et une Exhortation à la repentance, destinée à son pays d’origine284. Son imprimeur n’était autre que Pierre Overd’Hage, dit de Gand, — l’ancien allié d’Albert Van Rienen, — qui venait de racheter le matériel d’imprimerie d’un autre Gantois, Josse Lambrecht, disparu en 1556285. Traheron mourut, selon le chroniqueur anglais contemporain Raphael Holinshed, « en Allemagne, là où il vivait en exil, vers la fin du règne de Marie Tudor », c’est-à-dire à Wesel, probablement, et en 1558286. A sa démission, Thomas Lever, un ancien prêtre qui avait trouvé refuge à Genève au début du règne de Marie Tudor, avait été élu à la majorité des suffrages. Lever n’avait encore exercé aucune charge pastorale, sinon à Francfort, où il avait été ministre pendant quelques mois, au printemps 1555. Il s’était alors attiré l’inimitié de John Knox, pour avoir proposé une formule de compromis dans le conflit qui opposait, à l’Église anglaise, les partisans du Prayer Book et ceux de la liturgie genevoise287.

  • 288 Op. Calv., t. XVI, col. 377-378, no 2576.
  • 289 W.K.A., Gefach 7/1, no 2 (Wolters, Reformationsgeschichte, p. 451-454). Cf. Perrussel, Historia, d (...)

122En élisant un nouveau ministre, les Anglais de Wesel espéraient changer la résolution du Conseil et retrouver le libre usage des sacrements. C’est du moins en ces termes que l’intéressé avait compris sa mission, comme en témoigne sa lettre à Bullinger, écrite le 4 janvier 1557, de Strasbourg, sur le chemin de Wesel288. De fait, le 16 février, Lever et Perrussel, revenu de Francfort, entreprirent une ultime démarche auprès du Conseil289. Ils communiquèrent à celui-ci une nouvelle confession de foi sur la Cène, qui ne différait guère des précédentes quant au fond, puisque la doctrine eucharistique réformée y était une fois encore exposée, sans que fût omise la formule litigieuse mente non ore. L’argumentation était, toutefois, plus soignée. Les signataires invoquaient en particulier l’autorité de Luther, qui avait dénoncé l’« erreur » de la transsubstantiation, ainsi que celle du concile de Chalcédoine, de Tertullien, de Jérôme et d’Ambroise. Par une exégèse serrée des paroles du Christ à la dernière cène, ils tentaient de démontrer que son corps ne pouvait pas être présent dans les espèces du pain et du vin. La lettre se terminait par un appel pathétique au dialogue. Ils n’étaient pas, comme on le leur reprochait à Wesel, des hommes orgueilleux et arrogants : leur seul souci était d’atteindre la vérité de Dieu. Si le Conseil trouvait quoi que ce soit de répréhensible dans leur doctrine, ils étaient prêts à répondre par écrit ou de vive voix. Et vraiment, ils ne condamnaient pas ceux qui, de bonne foi, professaient une doctrine autre que la leur.

  • 290 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (23 février 1557). Cf. Wolters, op. cit., p. 191.
  • 291 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 285.

123Il eut assurément été possible de discuter cette argumentation. Il était, en effet, audacieux, sinon habile, de faire appel au témoignage de Luther, qui, pour avoir condamné la transsubstantation des scolastiques, n’en avait pas moins été à l’origine de la doctrine de l’impanation, combattue par les réfugiés. Mais l’heure n’était pas au dialogue. Le 23 février 1557, le Conseil confirma sa sentence du 27 novembre290. Tout au plus accorda-t-il aux étrangers un délai supplémentaire de six semaines291.

  • 292 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558 (29 mars 1557). Cf. Wolters, op. cit., p. 196.
  • 293 Cf. infra, p. 356-358.
  • 294 Sur le séjour des Anglais à Bâle et à Aarau, cf. infra, p. 253-254. Voir aussi Perrussel à Castell (...)

124Sans plus attendre, les Anglais prirent congé le 29 mars292. Francfort, où l’Église anglaise était déchirée, cette année-là, par une grave lutte intestine, ne pouvait les accueillir293. Sous la conduite de Thomas Lever, ils cherchèrent d’abord asile à Bâle. Refoulés de cette ville en mai, ils aboutirent finalement à Aarau, dans le territoire de Berne, où ils demeurèrent jusqu’en janvier 1559, au nombre de soixante-dix environ294.

  • 295 W.K.A., Gefach 6/1, no 73.
  • 296 W.K.A., Gefach 6/1, no 74 (minute). Édition d’après l’original dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 276 (...)

125Quant aux réfugiés de langue française, un nombre suffisamment important d’entre eux émigra à Francfort pour que, le 10 juin 1557, le Conseil de cette ville dût écrire à Wesel, pour obtenir des renseignements à leur sujet295. Il désirait savoir pourquoi ces « étrangers welches et néerlandais » avaient dû quitter Wesel après avoir subi la persécution religieuse dans leur pays. Le Conseil de Wesel leur fit, le 18 juin 1557, la même réponse qu’à Mélanchthon six mois plus tôt296. Les étrangers, à qui ils avaient accordé l’asile et donné l’autorisation de se réunir pour la prédication, avaient refusé de se joindre aux bourgeois pour la célébration de la Cène. Ils les avaient « invités » (ermaenet) à trouver refuge ailleurs, afin d’éviter, chez eux, une « grande division » et, de la part du duc de Clèves, un « important mécontentement ».

4. L’Église française de Wesel après le départ de Perrussel

  • 297 Cf. Schilling, Exulanten, p. 89, note 34.
  • 298 W.K.A., Gefach 6/1, no 74 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 276-277).
  • 299 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558 (16 mai et 13 juillet 1557). Cf. Sabmenhaus, Festsetzung, p. 13, (...)
  • 300 Sarmenhaus, op. cit., p. 22.
  • 301 Ibid., p. 37 : en 1553, 44 florins d’or, en 1554, 59 ; en 1555, 69 ; en 1557, 107 ; en 1558, 45 ; (...)

126La période qui suivit le départ des Anglais et des Wallons récalcitrants est remplie d’obscurité297. Une chose est sûre, en tout cas : tous les étrangers n’ont pas quitté la ville de Wesel en 1557. Le Conseil le laissa entendre, dans sa lettre aux autorités de Francfort, le 16 juin : « Nous voulons espérer que ceux qui sont venus ici [à Wesel] et ont été reçus se comporteront conformément aux usages du lieu et se laisseront inspecter298. » Le 16 mai, le Conseil interdisait aux habitants de louer aux étrangers des maisons sans son autorisation et, le 13 juillet, il enjoignait à ces derniers de « se conformer pour la religion aux autres bourgeois »299. En 1557, un seul étranger fut reçu à la bourgeoisie mais l’année suivante il y en eut trois, quatre en 1559 et autant en 1560300. Il est vrai que tous les Wallons ne demandaient pas le statut de bourgeois, mais cette statistique montre le maintien à Wesel d’un groupe relativement constant d’étrangers. Un autre indice, tout aussi grossier, de la situation de leurs effectifs est fourni par la courbe des recettes municipales provenant du tissage de la « bomesine », un métier se trouvant, pour l’essentiel, entre leurs mains. Après avoir crû de 1553 à 1557, année de l’expulsion, le montant des recettes chuta de 58 % l’année suivante : il devait se relever peu à peu, pour atteindre un nouveau sommet en 1563301.

  • 302 Boquin à Calvin, Strasbourg, 14 décembre [1562] (Op. Calv., col. 595, no 3883).
  • 303 Ibid., col. 596.
  • 304 Cf. infra, p. 227 et 230-231.
  • 305 W.K.A., Gefach 2/1, f. 2.

127Les étrangers demeurés à Wesel et ceux qui arrivèrent entretemps formèrent-ils une Église constituée, comme au temps de Véran et de Perrussel ? Le 14 décembre 1562, Pierre Boquin, alors professeur de théologie à Heidelberg, mentionna, dans une lettre à Calvin, « l’Église des étrangers à Wesel » (quae est apud vesalienses peregrinorum ecclesia)302, « cette Église jusqu’ici fort et longtemps mouvementée » (ea ecclesia multum ac diu hactenus iactata)303, ajoutait-il ensuite. Encore que le mot « Église » n’y figure pas, une Église des étrangers était désignée dans trois écrits de la même époque, un de Zanchi, un d’Hyperius et le troisième de Calvin, datés respectivement du 5 février 1562, du 23 décembre 1562 et du 1er janvier 1563304. Un dernier document, qui est de 1562 comme les précédents, peut enfin être cité : il s’agit d’une confession de foi, — la Confessio vesaliensis, nous y reviendrons, — portant la signature de cent étrangers exactement, dont les noms ont des consonnances pour moitié environ française et pour moitié néerlandaise305. La nature même du document empêche la liste d’être exhaustive : une confession de foi ne rallie pas nécessairement tous les suffrages. Il reste que ce recensement des étrangers est le seul dont disposent les historiens pour le milieu du XVIe siècle. A propos de cet écrit et de tous ceux qui viennent d’être signalés, le moment est venu de répondre à ces deux questions : en 1562, comment se présentait l’Église des étrangers et que s’est-il passé entre 1557 et 1562 ?

128Au cours de cette demi-décennie, deux événements marquants retinrent l’attention à Wesel : l’échec électoral, certes momentané, du parti luthérien orthodoxe et l’arrivée de Nicolas Rollius.

  • 306 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 224.
  • 307 W.S.A., Ratsprotokolle 1561-1562 (29 octobre 1561). Édition d’après l’original (W.K.A., Gefach 2/1 (...)

129Depuis son élection comme premier bourgmestre de la ville en 1552, Didier Groen avait dû compter avec une opposition : celle-ci remporta les élections du Conseil deux années consécutives, en 1558 et en 1559, et Groen perdit sa charge306. A nouveau premier bourgmestre en 1560, il s’efforça de consolider son pouvoir, ce qui entraîna un raidissement de l’orthodoxie luthérienne cette année-là et les suivantes. C’est dans ce climat que la confession de foi rédigée en 1545 par le surintendant Busch à l’intention des étrangers, récrite dans le sens luthérien, en son chapitre sur la Cène notamment, et baptisée Confession de Wesel, fut adoptée le 29 octobre 1561 et imposée aux ministres de la ville307.

  • 308 Hamelmann (Opéra, p. 1018) en faisait aussi la remarque. Sur ces événements : Wolters, op. cit., p. (...)

130Autre changement d’importance, le collège des ministres se renouvela presque complètement au cours de la même période. En 1557, face à Plateanus et à Stein, deux gnésio-luthériens, l’iréniste Bomelius ne représentait pas grand-chose. En janvier 1559, le Conseil, qui n’était plus présidé par Groen, nomma Johannes Heitfeld, un disciple et partisan de Mélanchthon, et, le mois suivant, ce fut Nicolas Rollius, le prédicateur du duc de Clèves, qui devint ministre à Wesel, à la demande expresse du souverain. Comme son maître, Rollius n’était ni franchement catholique romain, ni franchement protestant et il préférait les ordonnances ecclésiastiques d’Herman de Wied, l’ancien archevêque de Cologne, à la Confession d’Augsbourg, conçue comme norme étroite. Bien qu’il n’eût pas officiellement abandonné l’Église romaine, il sut, à Wesel, se faire accepter, car il était prêt à beaucoup de concessions. C’est ainsi que, le jour de Pâques, il célébra la Cène à l’église Saint-Willibrord, rouverte pour la circonstance, — elle était fermée depuis l’Intérim d’Augsbourg, — selon le rite luthérien mais avec la chasuble. Cette Cène marqua une date dans l’histoire religieuse de Wesel. Le Conseil avait, en effet, demandé aux autres ministres de célébrer avec Rollius dans le même appareil : Plateanus et Heitfeld acceptèrent mais Bomelius et Stein refusèrent. Ces derniers, malgré leurs divergences antérieures, s’accordèrent à refuser le port d’un vêtement symbolisant à leurs yeux le papisme, auquel la ville avait jadis solennellement renoncé. Ils durent l’un et l’autre quitter la ville. Iman Ortzenius, l’ancien ministre, qui avait dû abandonner sa charge au moment de l’Intérim d’Augsbourg, s’étant entretemps manifesté, il fut rappelé à Wesel, en février 1560. Désormais, parmi les ministres de la ville, il n’en restait plus qu’un à être luthérien orthodoxe : Thomas Plateanus. Tous les autres étaient des modérés308.

  • 309 Cf. supra, p. 210.
  • 310 Cf. supra, p. 212.
  • 311 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (4 juin 1556) : « Item Johann Handtoy onnen [= ihnen] Wailen pred (...)

131Les étrangers ont-ils conservé une organisation religieuse spécifique après le départ de Perrussel ? La chose n’est pas absolument impossible mais elle est peu probable. En 1556, en effet, alors que Perrussel se trouvait toujours à Wesel, plusieurs membres de son Église s’étaient montrés portés au compromis avec les luthériens : aux trois frères qui refusèrent de donner leur accord à la confession de foi du ministre le 15 octobre 1556309, s’ajoutaient, s’ils n’étaient compris parmi eux, Albert Van Rienen, l’adversaire de Bomelius et ses partisans310, sans parler d’Overd’Hage, un ancien, qui, nous l’avons vu, soutenait Van Rienen. Ce sont des hommes comme eux et des tisserands plus soucieux de conserver leur travail que de maintenir la doctrine aux prix d’un nouvel exil qui sont restés à Wesel. S’ils avaient élu un ministre en remplacement de Perrussel, Johann Handtoy, par exemple, cet adjoint du ministre, qui est cité dans un acte du 4 juin 1556311, celui-ci aurait certainement fait appel, tôt ou tard, à la solidarité des autres Églises de réfugiés ou des Églises suisses. Le silence gardé, dans les sources, sur l’Église de Wesel est, à l’inverse, éloquent.

  • 312 Op. Calv., t. XIX, col. 278, no 3711. — Corr. Bèze, t. IV, p. 36.

132Et en 1562 ? Lorsque le bourgmestre pria les étrangers de signer la Confession de Wesel, il se vit, le 17 février opposer de leur part un refus catégorique. Ainsi, les réfugiés de Wesel avaient repris conscience de leur identité. En même temps, un lien fut rétabli avec l’Église française de Strasbourg, peut-être par l’intermédiaire de marchands, car le théologien italien Zanchi, qui était membre de cette Église, put écrire le 5 février 1562 à Théodore de Bèze : « Les réfugiés flamands (peregrini flandri) qui se trouvaient à Wesel (j’ignore s’ils y sont toujours) ont été dans le plus grand péril à cause de la question des sacrements. On leur avait, en effet, ordonné de souscrire à la doctrine de Luther dans les trois jours ou de quitter la ville312. »

133Si l’on maintient l’hypothèse qu’à partir de 1557 les réfugiés ont cessé d’avoir une organisation religieuse propre et que, parmi eux, les luthéranisants et les indifférents étaient les plus nombreux, ceci pose question. Comment les réfugiés de Wesel ont-ils pu, tout d’un coup résister aux pressions des luthériens orthodoxes et qui a repris le contact avec l’Église française de Strasbourg ?

  • 313 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 235.
  • 314 W.S.A., Ratsprotokolle 1562-1563 (12 juin 1562). Cf. Wolters. op. cit., p. 237.
  • 315 Schilling, Exulanten, p. 90.

134L’apparition de cette situation nouvelle est due, semble-t-il, à plusieurs facteurs. Le premier est le changement de climat politique. Désormais, nous l’avons vu, les luthériens orthodoxes n’étaient plus en position de force, même si, en mars 1562, Groen allait encore être réélu. Les ministres de la ville avaient, certes, signé la Confession de Wesel, mais l’un d’eux, Ortzenius, avait ajouté cette clause restrictive : « mais pas autrement que selon la parole de Dieu, la Confession d’Augsbourg et la Réformation d’Herman », tandis qu’un autre, Heitfeld, avait retiré à sa signature toute sa portée par cette note : « dans la mesure où elle s’accorde avec la parole de Dieu, à laquelle il est juste que soient soumises toutes les confessions313 ». Et, le 12 juin 1562, ils manifestèrent à nouveau au Conseil les réticences que leur inspirait la Confession de Wesel314. Par leur refus, les étrangers ont accéléré le déclin du luthéranisme orthodoxe : sans eux, la ville n’aurait peut-être pas connu la même évolution315. Mais ils ont commencé par être les bénéficiaires d’un changement qu’ils n’avaient pas inauguré. Le bourgmestre Groen, en leur faisant signer la Confession de Wesel, leur a probablement révélé à eux-mêmes leur propre identité.

  • 316 Cf. infra, p. 230-231.
  • 317 Lettre citée, infra, p. 231.
  • 318 Cf. infra, p. 394.
  • 319 Cf. infra, p. 373.
  • 320 W.K.A., Gefach 6/1, no 90. Cf. infra, p. 233.

135Des facteurs externes à la situation politique de la ville ont joué aussi. Hyperius, dans le document déjà cité, parlait des réfugiés comme de gens « perturbés » par les exigences du Conseil316. Il faut comprendre qu’ils étaient divisés quant à la conduite à tenir face à ces exigences. L’hypothèse la plus vraisemblable est que leurs divergences ont été fonction de leurs dates d’arrivée respectives à Wesel et qu’aux étrangers installés dans la ville depuis longtemps, portés de ce fait au compromis doctrinal, se sont ajoutés d’autres, à une date plus récente, qui étaient plus intransigeants en matière de théologie. Calvin songeait à ces derniers, et non aux premiers manifestement, lorsqu’il écrivait le 1er janvier 1563 : « ... quelque part que vous veniez [...], le diable trouve tousiours des moyens pour vous fascher et vous molester317. » En 1561 précisément, le 18 mars, les Églises française et flamande de Francfort avaient été fermées par le Magistrat de cette ville, qui les trouvait trop calvinistes. On sait que beaucoup de leurs membres ont émigré ensuite dans le Palatinat318. Quelques uns ont pu venir — ou plutôt revenir — à Wesel. On en est sûr pour François Le Clerc, un ancien de l’Église française de Francfort qui, ayant déjà séjourné à Wesel en 1554, s’y installa à nouveau entre 1559319 et 1563320, sans doute en 1561. D’autres l’ont très probablement accompagné.

  • 321 Cf. supra, p. 224, note 4.

136Le fait, par ailleurs, que le montant des recettes municipales du tissage, après une première augmentation en 1560, ait plus que doublé en 1563321 par rapport aux années antérieures, peut être interprété comme le signe d’un accroissement du nombre des étrangers établis à Wesel en cette période.

  • 322 Dans sa réponse, qui est datée du 1er janvier 1563, Calvin, expliqua que cette lettre ne fut reçue (...)
  • 323 Nicolas Pulsius, avis daté du 7 octobre 1562 : il ne fut envoyé que plus tard, avec l’avis des deu (...)
  • 324 Iudicium Theologorum et Pastorum Argentoratensium de Confessione Wesaliensi, Strasbourg, 18 octobr (...)
  • 325 Henri Ringelstein à Jean Bert, conseiller, Spire, 24 octobre 1562 (Von Steinen, op. cit., p. 181).
  • 326 Boquin à Calvin, Strasbourg, 14 décembre [1562] (Op. Calv., t. XIX, col. 596, no 3883).

137Vers la fin du mois d’août 1562, quelqu’un, peut-être François Le Clerc, écrivit à Calvin au sujet de la Confession de Wesel322. Au même moment, le Conseil de la ville demanda un avis sur le document aux ministres de Worms, de Strasbourg et de Spire, qui répondirent respectivement le 7323, le 18324 et le 24 octobre 1562325. Tous approuvaient sans réserve la Confession de Wesel : la guerre des autorités avait commencé ! Sans attendre la réponse de Calvin, qui tarda du reste longtemps à venir, les étrangers avaient écrit, entretemps, aux théologiens de l’Académie de Heidelberg. Depuis que Frédéric III avait accédé au pouvoir dans le Palatinat en 1559, Heidelberg était devenu un haut-lieu de la théologie réformée. Pierre Boquin, Zacharius Ursinus, Immanuel Tremellius et leurs collègues ne pouvaient décevoir les réfugiés. Ils portèrent sur le texte en discussion un jugement sévère, sans toutefois le rejeter complètement : ils pouvaient, selon eux, le signer, pourvu que le Conseil reconnaisse officiellement qu’il pouvait être interprété à la lumière de l’Écriture326.

  • 327 Ibid.
  • 328 Voir l’exemplaire de la Confession de Wesel qui porte les signatures d’étrangers, au nombre de cen (...)

138Cette proposition fut, on s’en doute, rejetée. Il ne fait pas de doute que les étrangers de Wesel se sont trouvés alors dans un embarras profond. Les ministres, ou en tout cas certains d’entre eux, semaient le doute dans leurs esprits, en leur expliquant que même les formules les plus évidemment luthériennes de la Confession de Wesel pouvaient, si elles étaient bien comprises, être acceptées par eux. Le document condamnait, par exemple, ceux qui professaient, à la suite de Calvin, que dans la Cène le Christ est reçu « spirituellement seulement » (solum spirit[u]aliter). Seuls étaient visés, déclaraient-ils, ceux qui parlaient de la réception du Christ « par la seule pensée » (nuda cogitatione) et réduisaient à rien le sacrement327. Déjà, certains réfugiés commençaient à signer...328.

  • 329 Op. Calv., t. XIX, col. 596, no 3883. Voir l’avis des théologiens de Heidelberg dans Von Steinen, (...)

139Vers novembre, des émissaires des étrangers, appartenant à la fraction portée à la résistance, se rendirent à Heidelberg. Comme Boquin le rapporta quelques jours plus tard à Calvin, ils firent comprendre aux théologiens quelle difficulté ils éprouvaient à maintenir pure la doctrine et à quel point les ministres de la ville étaient parvenus à embrouiller les esprits. Le 12 décembre, au terme de l’entretien, les professeurs de Heidelberg leur remirent un avis à l’intention du reste des réfugiés, dans lequel ils leur suggéraient d’inviter le Conseil à leur faire signer la Confession d’Augsbourg, au nom de l’unité chrétienne. Si le Conseil refusait, ils pouvaient toujours lui montrer leur lettre. Les autorités comprendraient ainsi « qu’ils ne se rebellaient pas contre son autorité à la légère »329.

  • 330 W.S.A., Capsel 275, no 1, f. 1-5 v°. Traduction allemande dans Von Steinen, op. cit., p. 224-230. (...)

140Les semaines qui suivirent, deux avis semblables parvinrent encore aux réfugiés. Le premier était d’André Hyperius, le professeur de théologie de Marbourg. Il avait bien compris à quel point ses correspondants étaient inquiets et hésitaient. Aussi s’efforçait-il de leur faire connaître la doctrine la plus conforme à la parole de Dieu. Au terme d’un examen minutieux, article par article, de la Confession de Wesel, il exhortait vivement à ne pas signer ce texte. Le mieux, selon lui, était de demander au Conseil de la récrire ! Il n’en envoyait pas moins cependant ses meilleures salutations à tous les membres du Conseil et aux ministres de la ville330.

  • 331 Op. Calv., t. XIX, col. 619-622, no 3893.

141Le second avis était de Calvin. La lettre des réfugiés ayant mis près de quatre mois pour lui parvenir, il ne leur répondait que le 1er janvier 1563331. Lui aussi était sensible à la souffrance des étrangers qui lui écrivaient. « Il nous fait bien mal que vous soyez agitez sans fin et sans cesse et, quelque part que vous veniez, que le diable trouve tousiours des moyens pour vous fascher et moleser ». Le ministre de Genève, qui, en 1554 invitait les réfugiés de Wesel à tolérer les usages de leurs hôtes, prenait, cette fois, un autre ton : « Apprenez d’estre fermes et constans en esprit [...]. Quoique nous ayons pitié de vos afflictions, si n’est-il pas en nous pourtant de vous en dispenser, et, quand nous le ferions, ce ne seroit que vous décevoir en vaines flatteries et n’y guigneriez rien. » Calvin trouvait la Confession de Wesel inacceptable et il s’étonnait d’apprendre que ses correspondants n’avaient pas la même assurance. « Nous avons esté fort esbahiz d’ouir ce mot que vous ne trovez rien en la confession de foy qu’on requiert de vous qui soit directement contraire à la parolle de Dieu, en quoi nous voyons que la crainte vous ha par trop esblouy les yeux [...]. Nous vous prions, au nom de Dieu, si vous avez estés endormiz pour ung peu de temps, de vous réveiller à bon escient. » Comme celles d’Hyperius et celle des théologiens de Heidelberg, ses objections portaient sur les doctrines de la justification par le baptême, de la présence du Christ dans la Cène et de l’ubiquité du Rédempteur. Il proposait, lui aussi, quelques corrections à apporter au texte de la Confession de Wesel. Calvin terminait sa lettre par une mise en garde contre les ministres de Wesel : « Nous voyons bien qu’il vous ont tendu les filets pour vous envelopper en ceste resverie que le corps de Jésus Christ est présent partout comme sa divinité. »

  • 332 Réponse du 6 mars 1563 (Von Steinen, op. cit., p. 182-188).
  • 333 Réponse du 6 mars 1563 (ibid., p. 250-262).
  • 334 Réponse du 8 mars 1563 (ibid., p. 189-199).
  • 335 Réponse du 10 mars 1563 (ibid., p. 199-203).
  • 336 Réponse du 27 mars 1563 (ibid., p. 174-176).
  • 337 Réponse du 28 mars 1563 (ibid., p. 205-206).
  • 338 Réponse du 8 avril 1563 (ibid., p. 206-210).
  • 339 Réponse s.d. (ibid., p. 205-207).
  • 340 Ibid., p. 208.
  • 341 Ibid., p. 252-253 et 258-259. Sur l’ensemble de ces écrits : Wolters, Reformationsgeschichte, p. 2 (...)

142Les luthériens de Wesel, à qui furent présentés les avis des docteurs réformés, réagirent, dès le mois de février 1563, en faisant appel une nouvelle fois à leurs autorités. Comme si la quantité pouvait remplacer la qualité, ils s’adressèrent non plus à trois mais à huit théologiens ou groupes de théologiens amis : Jean Brenz de Stuttgart332, Paul Eber de Wittenberg333, Joachim Mörlin de Brunswick et dix-sept de ses collègues334, Tileman Heshusius de Brunswick également335, Israël Ratz et Vitus Steisner de Worms336, Paul Unicornius de Worms comme les précédents337, Hartmann Beyer de Francfort et six de ses collègues338 et Johannes Pistorius, le surintendant de Hesse339. Tous s’accordaient à voir dans la Confession de Wesel un texte parfaitement conforme à la Confession d’Augsbourg. Les ministres de Francfort invitaient le Conseil de Wesel à expulser les étrangers : ils étaient des sectaires, « comme nous en avons fait l'expérience à Francfort »340. Eber était du même avis. Ils troublaient l’Église et entraînaient avec eux « des gens non réfléchis » de la ville. S’ils n’acceptaient pas la Confession de Wesel et la Confession d’Augsbourg, complétée de quelques articles relatifs aux points discutés, ils devaient, selon lui, quitter les lieux. Le théologien de Wittenberg proposait, cependant, de ne pas traiter de la même manière ceux qui persistaient dans leur erreur et ceux qui se trompaient simplement parce qu’ils avaient été mal informés. Il fallait, ajoutait-il, se montrer clément envers ceux qui sortaient de la persécution341.

  • 342 Paul Eber, Vom heiligen Sacrament des Leibs und Bluts unsers Herren Jesu Christi, dans Hartmann Be (...)
  • 343 W.K.A., Gefach 6/1, no 89.
  • 344 W.K.A., Gefach 2/1, no 2. La date est fournie par la lettre de François Le Clerc citée à la note s (...)

143Cette offensive produisit, au moins à court terme, des résultats. Le 17 juin 1563, des étrangers, qui se présentaient comme de « simples et inexpérimentés laïcs » (simpelnn unerfarnenn leyenn), déclarèrent, dans une lettre adressée au Conseil, reconnaître que la Confession de Wesel était conforme à la Confession d’Augsbourg. Les articles sur le baptême et sur la Cène leur avaient bien fait difficulté, mais le livre récemment publié de Paul Eber sur la Cène342 avait mis fin a leurs hésitations. Ils se ralliaient donc au point de vue des autorités343. Ainsi Eber, par son appel à la clémence, avait su les toucher. Au début de l’automne 1563, pas moins de cent réfugiés avaient signé la Confession de Wesel344.

  • 345 W.K.A., Gefach 6/1, no 90 (document reproduit infra, annexe II/12). Wolters (op. cit., p. 249) fai (...)
  • 346 Les autres se nommaient : Peter Pressy, Anthonis Lescailler, Jan Boiset, Jaques Matte, Bastiaen Ka (...)

144La valeur de ces signatures, toutefois, était suspecte. Bien plus certaines d’entre elles, huit au moins, étaient des contrefaçons. François Le Clerc, qui figurait au nombre des victimes, s’en plaignit au Conseil le 7 septembre 1563345 : « Après que le 29 de Juillet ie me fus accordé avec Vos Excellences sur les parolles que me dit lors Monsieur le Bourgmestre, j’ay entendu qu’on a faict mettre mon nom auprès de la Confession que m’aves présenté il y a un an passé. A raison de quoy, i’ay estimé nécessaire de vous présenter cest escrit pour vous déclarer que mon intention n’a esté et n’est telle (ce que ie dy affin qu’il n’y ait point d’abus entre vous et moy) et ce à cause que le mesme scrupule que j’ay eu dès le commencement sur icelle, je l’ay encore. » Le Clerc eut gain de cause : son nom, ainsi que celui de sept autres réfugiés, fut biffé de l’exemplaire de la Confession de Wesel qu’ils étaient censés avoir signé346.

  • 347 W.K.A., Gefach 6/1, no 91. Édition dans Wolteks, Reformationsgeschichte, p. 458-460. — Op. Calv., (...)
  • 348 Supplique citée de François Le Clerc.
  • 349 Wolters (op. cit., p. 458) induit le lecteur en erreur en donnant à la Confessio christiana de Fran (...)

145Le même jour, il présenta au Conseil un texte intitulé Confessio christiana et primum de divinitate et humanitate Domini nostri et Mediatoris Jesu Christi. Ce document n’était autre que la Confession de Wesel, expurgée de ses éléments luthériens et complétée suivant les indications de Hyperius et de Calvin347. La confession de François Le Clerc ne prétendait à aucun caractère communautaire. « Ie l’ay fait pour mettre ma conscience en repos », déclara au contraire son auteur348, qui fut le seul à la signer. Bien que les réfugiés, ou du moins certains d’entre eux, aient manifesté leur indépendance en refusant la Confession de Wesel et en écrivant aux théologiens de Heidelberg, de Marbourg et de Genève, rien ne permet d’affirmer qu’ils ont eu alors un ministre prêchant dans leur langue et une liturgie distincte de celle des Allemands349.

146Au demeurant, lorsque Le Clerc présenta sa confession de foi au Conseil, celle-ci n’avait déjà presque plus de raison d’être. Au même moment, en effet, la Confession de Wesel était en train d’être abandonnée par son plus ardent défenseur, le bourgmestre Didier Groen lui-même.

  • 350 Wolters, op. cit., p. 255-256.
  • 351 Ibid., p. 259-261. Sur cette affaire : W.K.A., Gefach 3/3, 1-10.
  • 352 Wolters, op. cit., p. 258-259.

147Ce revirement ne manque pas d’être surprenant. Pour l’expliquer, un historien de Wesel a mis en avant l’arrivée dans la ville de Tileman Heshusius en 1563. Sitôt arrivé, le théologien se mit à attaquer Mélanchthon en présence du bourgmestre et celui-ci, scandalisé de voir le vieux maître vilipendé par celui qui avait été longtemps son disciple et même son protégé, aurait pris en grippe son ancien allié et, du coup, rejeté ses thèses extrémistes350. Heshusius fut effectivement expulsé de Wesel en juillet de l’année suivante, mais à la demande du duc de Clèves, il faut le remarquer351. Le Streittheologe avait cru bon, en effet, de s’immiscer dans les querelles religieuses des villes voisines de Rees et d’Essen, où les luthériens étaient aux prises avec les catholiques, et Guillaume de Clèves en avait été gravement irrité contre lui. Un incident illustre bien l’état d’esprit de Tileman Heshusius, en cette année 1564. En juillet, sa femme, qui était la fille d’un magistrat connu de Wesel, mourut. Le ministre Nicolas Rollius devait normalement célébrer ses funérailles mais, peu avant l’enterrement, Heshusius lui écrivit qu’il s’opposait à ce que ce soit lui qui officie, tant qu’il n’aurait condamné publiquement les erreurs de Calvin au sujet de la Cène. Rollius ne cédant pas, la femme du théologien fut enterrée pour finir sans chant ni musique352.

  • 353 Ibid., p. 259. Il mourut en 1565 de la peste (ibid., p. 270).

148Mais Groen a-t-il pris ses distances par rapport au luthéranisme orthodoxe parce qu’il s’était disputé avec Heshusius ou s’est-il disputé avec lui parce qu’il ne voulait plus du luthéranisme orthodoxe ? La question mérite d’être posée, car le bourgmestre qui, rappelons-le, avait été réélu de justesse en 1562 resta en fonction en 1563 et en 1564353. Il n’est pas impossible qu’il se soit désintéressé de la Confession de Wesel tout simplement par opportunisme politique. Malgré tous leurs efforts, les partisans de ce texte ultra-luthérien n’avaient pas réussi à faire l’unanimité à son propos dans la ville. Ne valait-il pas mieux abandonner la lutte ?

  • 354 Ibid., p. 258.
  • 355 W.K.A., Gefach 3/1. Cf. Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 293.

149En attendant, les étrangers cessèrent d’être inquiétés pour leurs opinions religieuses. Le ministre Rollius prit même, selon Heshusius, un jour ouvertement leur défense en chaire354. Leur nombre crut peu à peu. Dès le 9 novembre 1563, Rollius annonçait à Eber qu’il en arrivait tous les jours « de la Belgique maritime », c’est-à-dire de Flandre, semble-t-il355.

  • 356 Sur le refuge de Wesel à partir de 1567, en attendant une étude plus approfondie : Cuno, Geschicht (...)
  • 357 Sur Charles de Nielles, qui était encore ministre à Wesel en 1598 : Ch. Rahlenbeck, art. Charles d (...)
  • 358 Sur Ambroise Wille : Cuno, op. cit., p. 22. — Moreau, op. cit., p. 221-222.
  • 359 Wille fut reçu comme habitant de Genève le 25 avril 1558 et Nielles le 4 septembre 1558. Cf. Geise (...)
  • 360 En plus des ouvrages déjà mentionnés, on verra Gantesweiler, Chronik, p. 107. Cet auteur donne une (...)
  • 361 Van Schelven, VluchtelingenJcerken, p. 294.
  • 362 Texte des actes dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 335-358.
  • 363 Cf. Moreau, Organisation synodale, p. 197-198. Le premier synode de la Classe de Wesel se tint à W (...)
  • 364 Selon un document manuscrit du XVIIIe siècle, cité par Meijer (Wording, p. 278), on serait venu d’ (...)

150Le regain de la persécution religieuse consécutif à l’arrivée aux Pays-Bas du duc d’Albe en août 1567 provoqua un nouvel afflux de réfugiés à Wesel356. Leur nombre et la présence parmi eux de plusieurs ministres privés de leur poste permit la reconstitution dans la ville d’une Église d’étrangers. L’Église française eut pour ministre, à partir de 1567, Charles de Nielles357 et Ambroise Wille358, deux Tournaisiens formés à Genève359 et occupés jusque là l’un à Anvers et l’autre à Tournai360. Les réfugiés de langue néerlandaise, devenus les plus nombreux, eurent, eux aussi, une Église à Wesel361. On ignore qui en fut le ministre à cette époque. Cette Église devait bientôt s’illustrer en accueillant, le 3 novembre 1568, le synode des Églises des Pays-Bas, dit de Wesel362, et, en 1571, lorsque ces Églises furent réparties en provinces et en classes, elle donna son nom à la Classe de Wesel, dans la province d’Allemagne et de Frise orientale363. En plus de l’Église française de Wesel, cette classe comprenait les Églises, fondées depuis peu, d’Emmerich364, de Goch, de Rees et de Gennip, dans le duché de Clèves.

5. Le refuge de Duisbourg

  • 365 Voir à ce propos une chronique anonyme de la Maison des Frères de Duisbourg, 1425-1559, publiée pa (...)

151Wesel ne fut pas la seule ville du duché de Clèves à accueillir des réfugiés au milieu du XVIe siècle. Duisbourg, une ville alors de taille modeste, située à une cinquantaine de kilomètres en amont de Wesel, eut aussi, à partir de 1554, sa colonie de réfugiés. Dans cette ville, siège comme Wesel d’une maison des Frères de la Vie commune depuis le XVe siècle, de timides tendances évangéliques s’étaient manifestées dès 1525365, mais il fallut attendre l’année 1554 pour qu’une Cène y fût célébrée, à l’église Sainte-Marie, selon les usages de la nouvelle religion. Mais le clergé, à Duisbourg, était divisé et, autre obstacle, le duc de Clèves tâchait de freiner le mouvement, autant qu’il le pouvait. Après Wesel, Soest et maintenant Duisbourg, tout son duché risquait de passer à la Réforme et il craignait que l’empereur n’intervienne militairement comme il avait été à deux doigts de le faire en 1547.

  • 366 Sur le refuge de Duisbourg : Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 35-37. — Withof, De (...)

152C’est le 4 décembre 1553 que des premiers réfugiés demandèrent au Conseil de Duisbourg l’asile dans la ville. Marchands et artisans, au nombre d’une demi-douzaine environ, ils venaient de Bruges. Avec leurs femmes, leurs enfants et leurs domestiques, ils constituaient un groupe de trente personnes. Les nouveaux venus demandaient la permission d’exercer leurs activités à Duisbourg366.

  • 367 Von Steinen, op. cit., p. 35.
  • 368 Averdunk, op. cit., p. 534. Cette confession n’a pas été retrouvée.

153Comme à Wesel, le Conseil vit dans ces étrangers des hommes susceptibles de contribuer au développement et à la prospérité de la ville et il accepta, en conséquence, de les recevoir. D’après un auteur ancien367, à Duisbourg, les réfugiés firent moins l’objet de mesures discriminatoires de la part des autorités civiles et ecclésiastiques qu’à Wesel. Sans doute était-ce parce que la religion luthérienne y était moins bien établie. On leur permit, en particulier, d’avoir un prédicateur dans leur langue, qu’ils entretiendraient à leurs frais. On exigeait seulement que celui-ci présente au Conseil sa confession de foi368. Le bourgmestre se déclara persuadé que les étrangers étaient d’honnêtes gens. Sa seule préoccupation était qu’ils se tiennent éloignés des « mauvaises sectes ».

  • 369 Ibid., p. 528.
  • 370 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 112 v° (28 mai 1554).

154Le 10 avril 1554, le bourgmestre fut convoqué avec plusieurs membres de son Conseil à Dusseldorf, devant le duc de Clèves, pour rendre compte des changements confessionnels introduits depuis peu dans la ville. Le souverain les interrogea en particulier au sujet des réfugiés, qui risquaient, selon lui, d’amener à Duisbourg « de l’impiété, des intrigues et de nouvelles sectes ». Guillaume ordonna aux autorités de Duisbourg de n’admettre dorénavant aucun réfugié qui ne pût produire un certificat de bonne conduite, délivré par les autorités de sa ville d’origine. Le bourgmestre répliqua en disant que les étrangers n’étaient après tout pas fort nombreux et il assura qu’ils étaient tous dignes de confiance369. Mais cette réponse ne satisfaisait pas le duc de Clèves et, le 28 mai 1554, il décréta que les étrangers de Duisbourg auraient à lui demander l’autorisation de s’établir dans la ville, sous peine d’en être expulsés370.

  • 371 Ibid., f. 136 v° (20 juillet 1556) : « twe engelschen menner mit irer frauwen unnd kinderen ».
  • 372 Ibid., f. 154 v° (10 janvier 1558).
  • 373 Brieff discours, p. 7. Voir aussi ibid., p. 23 et 25. Sur les Anglais de Duisbourg : Averdunk, Ges (...)
  • 374 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 154 v°.

155Que s’est-il passé à l’Église des étrangers les mois et les années qui suivirent ? La documentation est fort lacuneuse. On sait seulement que des réfugiés originaires des Pays-Bas ont continué à affluer à Duisbourg, à partir de 1567 surtout, comme à Wesel. A ces Flamands et à ces Wallons s’ajoutaient quelques Anglais, peu nombreux, semble-t-il, qui devaient quitter la ville à la mort de Marie Tudor, en novembre 1558. Les premiers Britanniques arrivèrent au printemps 1554, mais d’autres furent signalés en juillet 1556371 et en juillet 1558372. Les derniers arrivés ont d’ailleurs été aussitôt refoulés. Les Anglais de Duisbourg se sont trouvés en relation avec ceux de Francfort dès l’été 1554373. Il n’existe malheureusement aucune donnée statistique sur les réfugiés duisbourgeois de cette période, sinon que, de 1554 à 1560, trois d’entre eux sont devenus bourgeois de la ville. Leur organisation ecclésiastique n’est guère mieux connue. Il semble que l’autorisation accordée en décembre 1553 aux Brugeois de célébrer le culte entre eux, dans leur langue, leur a été retirée par la suite, à cause de l’opposition du duc de Clèves manifestement. Les Anglais et les autres réfugiés se rassemblaient pour la prière et la prédication, peut-être ensemble, dans des maisons particulières, car, le 10 janvier 1558, le Conseil leur enjoignit d’éviter les « réunions privées » (heimliche vergaderungen) et de participer au culte et aux sacrements dans les paroisses de la ville, « comme les autres chrétiens »374. Au synode des Églises réformées des Pays-Bas qui fut tenu à Emden en 1571, l’Église des étrangers de Duisbourg, si elle subsistait, n’était, en tout cas, pas représentée.

  • 375 Foxe, Acts and Monuments, t. VIII, p. 598. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 283.
  • 376 Brieff discours, p. 38. Selon Garrett (op. cit., p. 134), il aurait suivi Sandys en mai 1554 à Str (...)
  • 377 Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 36. — Withof, Des Duisburgischen... Chronici Sech (...)
  • 378 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 119v°-120r° (11 février 1555), publié par Averdunk, op. cit., (...)

156Le seul ministre étranger dont le nom nous soit connu est Richard Cox, un Anglais, devenu plus tard évêque d’Ely. Il semble être resté à Duisbourg, non pas quinze jours en mai 1554 comme Edwin Sandys, avec qui il avait fait le voyage depuis l’Angleterre375, mais plusieurs mois, jusqu’en 1555, date à laquelle, après un passage à Strasbourg, on le retrouve à Francfort376. A Duisbourg, Richard Cox se signala en militant pour la mise à l’écart d’un Christ en bois qui décorait l’église paroissiale du Sauveur, comme en témoigne un poème latin en douze vers que les chroniqueurs locaux ont sauvé de l’oubli377. Cette campagne porta des fruits, puisque, le 11 février 1555, le Conseil décida solennellement d’enlever la statue, signe si évident d’idolâtrie378. Le geste frappa les esprits. Plus que l’abandon de la messe, il marqua pour les contemporains le véritable début de la Réforme à Duisbourg.

  • 379 Sur le Gymnase de Duisbourg : [Ring], Duisburg und die Niederlande, p. 15-19. Le duc de Clèves ten (...)
  • 380 Sur Cassander : M. E. Nolte, Georgius Cassander en zijn oekumenisch streven, Nimègue, 1951. Voir a (...)

157En même temps qu’ils représentaient un appoint économique, les réfugiés ont marqué la vie religieuse de leur ville d’accueil. Ils en ont également marqué la vie intellectuelle, dans le cadre du Gymnase379. Le Brabançon Henri Castritius, dit Geldorpius, en fut le premier recteur, à partir de 1559. La plupart des professeurs venaient des Pays-Bas. Le plus illustre d’entre eux n’est autre que Gérard Mercator, le géographe, qui était originaire de Rupelmonde, près d’Anvers. Fuyant la persécution, il s’était établi, avec sa famille, à Duisbourg en 1552. Un autre ressortissant des Pays-Bas célèbre était le théologien iréniste Georges Cassander, qui provenait de la région de Bruges. Il servit pendant longtemps de conseiller au duc de Clèves380.

  • 381 Johann Tybius, Annalium sive antiquitatum originis veteris Duisborgi libelli tres, Homberg, Nicola (...)
  • 382 Rütger Tack, Chronica Duisburgensis, 1346-1610 (Deutsche Staatsbibliothek Berlin, MS. Boruss., f. (...)

158Ainsi, Duisbourg fut pour les « pieux réfugiés » un « asile » et un « port », comme l’écrivait l’historien et poète Johannes Tybius dans ses Annales, en 1579381 et, au début du XVIIe siècle, Rütger Tack rappela, lui aussi, dans sa Chronique de Duisbourg, quel accueil la ville avait réservé aux étrangers venus d’Angleterre en l’année 1554382.

Notes

1 Teschenmacher, Annales Cliviae, t. I, p. 140.

2 Schilling, Exulanten, p. 158.

3 Sarmenhaus, Festsetzung, p. 7.

4 Cf. infra, p. 212.

5 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 294.

6 Sur l’histoire économique du refuge de Wesel, voir Sarmenhaus, Festsetzung.Schilling, Exulanten, p. 70-71.

7 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, f. 46 v° (23 septembre 1544).

8 Ibid.

9 Le texte manuscrit de la confession de foi des réfugiés (W.K.A., Gefach 7/1, no 1) porte cette mention : « Il y a quarante huyt des wallons et ung enfant qui font ceste confession et dix huyt femmes ».

10 Schilling, Exulanten, p. 70.

11 Ibid., p. 71.

12 Gantesweiler, Chronik, p. 213.

13 Cf. J. P. Dolan, The Influence of Erasmus and Cassander in the Church Ordinances and Reform Proposais of the United Duchees of Gleeve in the middle Decades of the 16th Century, Munster e.W., 1957.

14 Hillmann, Evangelische Gemeinde, passim.

15 J. G. Sardemann, Ueber einige in XVI. Jahrhundert in Wesel gedruckten Schriften, dans Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvereins, t. II, Bonn, 1865, p. 358-359.

16 Sardemann, Johannes Brantius, Rektor an den höhern Schule in Wesel 1584-1620, ibid., t. IV, 1867, p. 174.

17 Gantesweiler, Chronik, p. 24.

18 Sur l’Église française de Wesel : GantesweileR, op. cit., p. 101-109, 224-260. — Wolters, Reformationsgeschichte, p. 107-263. — Cuno, Geschichte der wallonisch-reformierten Gemeinde zu Wesel.Hollweg, Calvins Beziehungen, p. 144-167. — Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 281-301. — Coenen, Katholische Kirche, p. 42-55. — Neuser, Aufnahme.Schilling, Exulanten, p. 87-95.

19 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, f. 46 v° (23 septembre 1544) : « Item beslaiten den sayenwevers van Doirneck as myt namen Symon Liebart, Daniell Iterott unnd Eustachius Villein, up angeve M. Nyclaiss diess rectoirs und dairby syner van onnen gedainden kundschap und getuychnyss, alhier intostanden... ». Erreur de transcription dans Gantesweiler, Chronik, p. 102 : Iterott et non Kerot. Le même auteur note qu’avant d’accepter les Tournaisiens, le Conseil exigea d’eux un certificat de leur ville d’origine prouvant qu’il n’étaient pas des sectaires. Il cite à ce propos deux « schrifftliche in der lateinische Sprache abgefasste Certifikate, so bis jetzt abscrifftlich in dem hiesigen Wallonisch-Französischen Kirchen Archiv beruhen », datés du 23 septembre et du 9 décembre 1544. Je n’ai pas retrouvé ces pièces au W.K.A.

20 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 309. Mention à « Adrien [= Simon] Liebart, Daniel Yterot et aultres de sa secte ». Villain n’est pas nommé.

21 Cf. supra, p. 71.

22 Jean Crespin, Actes des Martyrs, Genève, 1574, p. 227 (cité par Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 93). Cf. Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 209.

23 D’après une déposition au procès de Brully, dans Paillard, Procès de Pierre Brully, p. 88. Cf. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 94.

24 Les chefs d’accusation sont repris dans sa lettre de rappel, Anvers, 23 mars 1578 (Archives départementales du Nord, B 1782, f. 39 v°-40 r°, dans Beuzart, A propos de Pierre Brully : rappel du han de Simon Liebaert, 23 mars 1578, B.S.H.P.F., t. LXII, 1913, p. 131).

25 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 314.

26 Ibid. Voir aussi Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 379.

27 Moreau, Chronique de Pasquier de le Barre, p. 314. Sur Iterot : W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 26 r° (15 octobre 1546) et 1553-1554, f. 12 r° (24 mai 1552).

28 Charles de Tisnacq à Louis Schore, président du Conseil Privé à Bruxelles (Paillard, Procès de Pierre Brully, p. 55).

29 Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 280, note 3, et 281, note 3.

30 Lettre citée de Charles de Tisnacq (Paillard, op. cit., p. 55).

31 Moreau, op. cit., p. 61-62.

32 W.S.A., Ratsprotokolle 1544-1545, 2e foliotation, f. 4 v° (25 janvier 1545).

33 Ibid., f. 6 r° (4 février 1545).

34 Gantesweiler, Chronik, p. 226. Voir le texte de la confession : W.K.A., Gefach 7/1, no 1, dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 455-456. — Op. Calv., t. XIX, col. 622-623, no°32936is.

35 L’ordonnance figure dans Sardemann, Johannes Brantius, p. 175-176. — Recueil des Ordonnances des Pays-Bas, 2e série, t. V, p. 123.

36 Thierry Hezius, Memoriale in materia inquisitionis, s.d. (Archives de l’État a Liège, Conseil Privé, liasse 163, dans E. Fairon, Un dossier de l’Inquisiteur liégeois Thierry Hezius (1532 à 1545), Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, t. LXXXVIII, 1924, p. 130). Cf. Halkin, Histoire religieuse, p. 94 et 359. Un édit de religion fut publié à Liège à la fin de 1545, mais pas dans les termes voulus par l’Inquisiteur.

37 Hillmann, Evangelische Oemeinde, p. 67. — Bauer, Valérand Poullain, p. 71. — Dankbaar, Martin Bucers Beziehungen, p. 27.

38 Leur confession de foi (W.K.A., Gefach 7/1, no 1. Cf. supra, p. 168, note 3) porte cette mention : « La confession des Wallons qui sont venus en la ville de Wesel à cause de l’évangile, et pour avoir prescheur en leur langue, et aussy pour mettre sus deux stilles, asscavoir la saytrie et la haulte lisse avec les aultres servantz à yceulx ».

39 W.S.A., Ratsprotokolle 1545-1546, f. 5 r° : « Item beslaiten den Wailen eynen predicanten totolaiten die onnen Gotz woirt reygne und luyter predige in den Augustiner kloster mit examination des superattendenten ». Jusqu’alors, ils se réunissaient dans des maisons particulières. Cf. Gantesweiler, Chronik, p. 326.

40 Hillmann (Evangelische Oemeinde, p. 68), voit dans le texte cité à la note précédente une mention à un « prédicateur Louis », mais il s’agit d’une faute de lecture : « luyter » n’est pas un nom propre. Il y a bien eu un ministre nommé Louis Ponier, mais plus tard en 1554 et non en 1545. Cf. infra, p. 114-115. Cette erreur est répétée par Bauer (Valérand Poullain, p. 72) et Dankbaar Martin Bucers Beziehungen, p. 27). Elle figurait déjà dans Cuno (Geschichte der wallonisch-reformirten Gemeinde zu Wesel, p. 5).

41 Voir le procès-verbal de son interrogatoire dans Halkin, Histoire religieuse, p. 399-401. Cf. du même auteur Procès de religion. Nicolas Villain périt sur le bûcher à Namur le 16 novembre 1545.

42 Cf. infra, p. 176.

43 Cf. Hillmann, Evangelische Gemeinde, p. 68.

44 W.K.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 9 v° (1er avril 1545). Voir aussi ibid., f. 10 r° (10 avril 1545). Sur les anabaptistes de Juliers pendant les années 1535-1550 : Rembert, Wiedertaüfer, p. 405-422.

45 Halkin, Histoire religieuse, p. 401.

46 Lettre perdue. Voir celle de Poullain à Calvin, Strasbourg, 16 novembre 1545 (Op. Calv., t. XII, col. 215, no 729).

47 Cf. supra, p. 74.

48 Cf. supra, p. 152.

49 Cf. Bauer, Valérand Poullain, p. 68-71.

50 Op. Calv., t. XII, col. 215, no 729.

51 Ibid.

52 Op. Calv., t. XII, col. 225, no 736.

53 Op. Calv., t. XX, col. 419-425, no 4169. Cette lettre est antérieure de quelques semaines à celle du 28 août 1546 (Op. Calv., t. XII, col. 375-377, no 823). Cf. Hollweg, Calvins Beziehungen, p. 148. Wolters (Reformationsgeschichte, p. 165) et les éditeurs des Op. Calv. (t. XX, col. 425, note 8) datent cette lettre de 1553-1554 et Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 289, note 1) de « 1545 ou 1546 ».

54 Lettre perdue. Le 8 octobre 1544, le Conseil d’Aix-la-Chapelle avait donné l’asile à trente réfugiés de Flandre et d’Artois. Une Église française semble avoir été fondée dans la ville à cette occasion. La lettre de Poullain citée à la note suivante révèle que Calvin avait alors écrit au moins une fois aux réfugiés d’Aix-la-Chapelle. Sur le refuge d’Aix-la-Chapelle : Van Schelven, op. cit., p. 273-281. — Schilling, Exulanten, p. 97-109 et 188-190 (éléments de bibliographie). Cf. aussi infra, p. 356 et 392.

55 Op. Calv., t. XII, col. 376, no 823 (28 août 1546).

56 Op. Calv., t. XX, col. 419.

57 W.S.A., Ratsprotokolle 1545-1546, f. 28 v° (6 novembre 1545). Cette pratique interdite d’abord (cf. supra, p. 162) fut tolérée ensuite. Cf. ibid., f. 29 v° (27 novembre 1545). Sur cette question : Sarmenhatis, Festsetzung, p. 30.

58 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 26 r° et v° (15 octobre 1546) : « ... dat sy mit praver secten sunders de incarnatione besmettet ».

59 Cf. H.-J. Schoeps, Vom himmlischen Fleisch Christi, Tubingue, 1950.

60 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 26 v° (16 octobre 1546).

61 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 38 r° et v° (21 décembre 1546).

62 Cf. Sarmenhaus, Festsetzung, p. 11, note 2.

63 Garnier à Calvin, Strasbourg, 21 mai 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 525-526, no 910).

64 Aujourd’hui perdue.

65 Bockmuehl, Widerruf, p. 103-106. Lodwich van Schoinwinckel fit pénitence « die dominica altéra a nativitate Christi anno 47 ». Comme Noël tombait un dimanche en 1547, la rétractation se fit le 31 et non le 26 décembre comme l’écrit Bockmühl.

66 Bockmuehl, op. cit., p. 105.

67 François Perrussel, Historia de wesaliensis ecclesiae dissipatione, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. Perrussel, qui voulait à son tour célébrer la Cène en 1554, déclarait qu’il craignait « que n’arrive la même chose que du temps de David Venerandus [= Veranus], à qui il fut interdit de célébrer la Cène et qui la célébra une fois en public et purement ».

68 Op. Calv., t. XII, col. 525-526, no 910.

69 Ibid., col. 526. C’est pour cette raison que Garnier attendit « plusieurs mois » avant d’écrire à Calvin au sujet des réfugiés de Wesel.

70 De Genève, David Véran se rendit d’abord à Lausanne. Calvin l’assistait financièrement (cf. Calvin à Viret, [Genève], 9 juin [1548], dans Op. Calv., t. XII, col. 712, no 1029). Il correspondit à cette époque avec Jean Haller, le ministre de Berne (Haller à Véran, [Berne], 15 novembre 1548, dans Op. Calv., t. XIII, col. 102, no 1094). En octobre, il fut élu ministre près de Thonon, dans le territoire de Berne (cf. Viret à Calvin, Lausanne, 30 octobre 1548, dans Op. Calv., t. XIII, col. 94, no 1088). En mars 1558, il fut banni du territoire de Berne, en même temps que trois autres ministres, pour avoir prêché sur la double prédestination (R.C.P., t. II, p. 81). Dès le mois d’avril 1558, il fut envoyé de Genève à Bourges comme ministre [ibid. et Bèze à Farel, Lausanne, 28 avril [1558], dans Corr. Bèze, t. II, p. 187. Voir aussi Hist. eccl., t. I, p. 336). Le troisième synode des Églises réformées de France, tenu à Orléans le 25 avril 1562, le soutint dans un conflit qui l’opposait depuis deux ans à son diacre, Maurice Joëlevi (Aymon, Tous les synodes, t. I, p. 31. Cf. Kingdon, Geneva, p. 49 et 88. Corriger Aymon : Bourges et non Bauge). Véran est cité comme ministre de Bourges dans le récit de la prise de cette ville par Condé le 27 mai 1562 figurant dans le Journal de Jean Galumeau (B.N., Fonds d’Hozier, no 575, dans B.S.H.P.F., t. V, 1857, p. 387). On perd sa trace après 1562.

71 W.S.A., Ratsprotokolle 1546-1547, f. 10 v° (24 mai 1547).

72 Op. Calv., t. XII, col. 575, no 927.

73 Le 13 mars 1554, dans une lettre aux réfugiés de Wesel, les ministres de Genève mentionnèrent une précédente lettre de « l’ung de nos frères », sans doute Calvin, à « deux de vostre compaignie » (Op. Calv., t. XV, col. 80, no 1929). Il ne peut s’agir de la lettre de 1546 (Op. Calv., t. XX, col. 419-425), qui était adressée à l’ensemble des frères.

74 Au sens propre, l’orthodoxie luthérienne se dit de l’entente entre les partis gnésio-luthérien et philippiste qui a été scellée dans la Formule de Concorde de 1577. Mais avec des historiens comme Léonard (Histoire générale du protestantisme, t. II, p. 14 et passim) et Vogler (L’affirmation de l’orthodoxie luthérienne, p. 595 et passim), nous dirons orthodoxe le parti gnésio-luthérien lui-même. Le mot orthodoxe est compris ici dans son sens sociologique, tel qu’il a été défini supra, p. 41.

75 Sur Tileman Heshusius (1527-1588) : C. A. Wilkens, Tileman Heshusius. Ein Streittheologe der Lutherskirche, Leipzig, 1860.

76 W.S.A., Ratsprotokolle 1552-1553, f. 24 r° (15 septembre 1552). Voir aussi ibid., f. 21 v° (22 août 1552) et 43 r° (7 décembre 1552). Sur Pierre Overd’Hage, dit de Gand (également connu sous le nom de Pierre-Anastase de Zuttere, ou encore de Pierre Hyperphragmus) : Sepp, Brie evangeliedienaren, p. 81-122. — Janssen, Petrus Hyperphragmus, p. 321-369. — Van der Haegen, Bibliotheca belgica, t. V, p. 900-908 (p. 907-908 : liste sommaire de ses œuvres). — P. Bockmuehl, Wo ist die erste Ausgabe ?, p. 116-120. — Id., art Overd’Hage, Pieter, dans Nieuw Nederlandsch Theologisch Woordenboek, t. IV, Leyde, 1918, col. 1049-1050. — N. Van der Zijpp, art. Overd’Hage Petrus, dans Mennonite Encyclopedia, t. IV, Scottdale, 1959, p. 100. — Benzing, Buchdrucker, p. 99. Cf. aussi infra, p. 212-213 et 221.

77 Gantesweiler, Chronik, p. 236.

78 Alle den so vur fromde Wailen to Wesell ingekomen vurgehalden die nachgefolgenden puncten (W.K.A., Gefach 7/1, no 4). Cf. W.S.A., Ratsprotokolle 1553-1554, f. 19 r° (25 août 1553).

79 Cf. Sarmenhaus, Festsetzung, p. 22. Les demi-bourgeois bénéficiaient des mêmes droits que les bourgeois à l’exception de la liberté de douane. Les plus soucieux d’obtenir la bourgeoisie étaient par conséquent les marchands. En 1549, deux « Néerlandais », c’est-à-dire deux habitants des Pays-Bas, furent reçus comme bourgeois, en 1550 sept et en 1551 un. Cf. ibid., p. 22-23, le tableau des admissions à la bourgeoisie de 1549 à 1593.

80 Cette disposition était déjà en vigueur en 1552. Cf. Sarmenhaus, op. cit., p. 12, note 1.

81 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 153. Sur ces ordonnances, cf. supra, p. 149.

82 W.K.A., Gefach 7/1 ; no 4, f. 3 r° et v°. Cette supplique n’est pas datée. Il s’agit manifestement d’une réponse à l’ordonnance du 25 août 1553.

83 W.K.A., Gefach 7/1, no 7. Cf. Wolters, op. cit., p. 440-443.

84 Gantesweiler, Chronik, p. 237.

85 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280. Cf. infra, p. 199.

86 Voir cependant infra, p. 183, note 2.

87 [Jean Crespin], Recueil de plusieurs personnes qui ont constamment enduré la mort pour le nom de Nostre Seigneur, Genève, Jean Crespin, 1555, in-8°, p. 324-326 (Universitaetsbibliothek Kiel, Ca. 6530). Cf. Gilmont, Jean Crespin, p. 172. — [Jean Crespin], Troisième partie du recueil des martyrs, Genève, Jean Crespin, 1556, in-8°, p. 80-86 (Bibl. Soc. Hist. Protest. Français, A 1071). Cf. Gilmont, op. cit., p. 174. Sur l’histoire de cette notice, voir aussi Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 297, notes 2 et 3. L’introduction dans l’édition de 1556, p. 80, mérite d’être citée : « En la fin de la seconde partie du Recueil des Martyrs, nous avions aucunement déclaré que ceste histoire sous le nom de N. le Blanc : mais estans plus à plain informez des actes et procédures tenues en la cause de ce personnage Bertrand le Blas, nous avons en ceste III. partie remis le récit en son entier. »

88 Sur Overd’Hage, cf. supra, p. 179.

89 Selon Crespin (Troisième partie, p. 80), « par trois diverses fois il alla & vint de Wesel à Tournay ». Ceci incite à penser qu’il prit refuge à Wesel dès 1553 au moins.

90 Moreau, op. cit., p. 132.

91 Sur cet épisode : Denis, Jean Laski, p. 4-5 et les travaux cités ibid., p. 16, note 9..

92 Sur Pierre Du Val : V.-L. Saulnier, L'évangélisme de Pierre Du Val et le problème des libertins spirituels, dans B.H.R., t. XIV, 1952, p. 205-218.

93 Cf. infra, p. 310-311.

94 Dasent, Acts of the Privy Council, 1552-1554, p. 349, à la date du 16 septembre 1553 : Le Conseil Privé ordonne qu’on recherche les Wallons ayant récemment quitté Glastonbury, pour s’assurer qu’ils n’ont rien détruit au moment de leur départ. Ce document a échappé à l’attention de Bauer, le biographe de Poullain, de même que celui qui est cité à la note suivante.

95 W.S.A., Ratsprotokolle 1553-1554, f. 29 r° (12 décembre 1553) : « Ist vur guet angesien dat die Wailen na eynen froemen geleirten mann umbhorren unnd wanneer der gemess gfund der Augsburgische Confession alsdan die predige to widder affseggen na gedain examination to vergunnen, doch den sacramenten in der gemeynen kirchen to empfangen by andern burgern ».

96 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278-289, ici p. 278.

97 W.S.A., Ratsprotokolle 1553-1554, f. 26 r° (7 novembre 1553) et 26 v » (14 décembre 1553).

98 Sur Augustin Le Grand, cf. infra, p. 327.

99 Cf. Besser, Geschichte, p. 32.

100 Sur Jean Dumas, cf. Denis, Les Églises d’étrangers, p. 134.

101 Łaski à Calvin, Emden, 13 mars 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 81-84, no 1930). Séchelles n’est pas nommé. Pour l’identification, voir : Łaski à Calvin, Emden, 29 octobre 1554 (Peter et Rott, Lettres à Jean Calvin de la collection Sarrau, p. 43, no 7, et note 3).

102 Bullinger à Calvin, Zurich, 14 mai 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 138-139, no 1954). Voir l’annotation marginale de la main de Calvin : « Hodie ampellent ambo [Angles] cum nostro Sechelio ».

103 Sur Séchelles : Hist. eccl., t. II, p. 433 et Haag, La France protestante, t. VIII, p. 273-274. Voir aussi Ch. L. Frossart, La Réforme dans le Cambraisis au XVIe siècle, dans B.S.H.P.F., t. III, 1855, p. 526. — J. Pannier, La Réforme dans le Vermandois et le Cambraisis. L’Église de Catelet 1592-1599, ibid., t. XLIII, 1894, p. 399, note 1. Séchelles ne mourut pas avant 1587.

104 Bullinger à Calvin, Zurich, 14 mai 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 138-139) et Farel à Calvin, Neuchâtel, 2 juin 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 144, no 1959).

105 Cf. Gilmont, Jean Crespin, p. 35. A noter que Séchelles n’est pas cité dans les documents de cette époque qui ont été conserves.

106 Cf. supra, p. 102-122.

107 Cf. supra, p. 96.

108 A.M.S., XXI, 32, f. 97 r° et 98 v°.

109 Dans sa biographie de Pierre Alexandre, Michotte ne signale pas le passage du futur ministre à Wesel. Voir pourtant : Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 424) et Garnier à Bullinger, Strasbourg, 7 juillet 1554 (Z.S.A., E II 356, f. 885-886).

110 Corriger Van Schelven (op. cit., p. 288) qui fait de Morillo un Anglais, Hollweg (Calvins Beziehungen, p. 153) qui le confond avec François de Morel de Colonges et Ebrard (Französisch-reformierte Gemeinde, p. 65, note 1) qui suggère de l’identifier à Jean Morély, le futur congrégationaliste. Sur Juan Morillo : G. Guttiebez, Espanoles en Trento, Valladolid, 1951, p. 656-659. — J. Ignacio Tellechea Idigobas, Españoles en Lovaina en 1551-8. Primeras noticias sobre el bayanismo, dans Revista española de teologia, t. XXIII, 1963, p. 29-30. — A. G. Kinder, Juan Morillo, Catholic theologian at Trent, Calvinist Elder in Francfort, dans B.H.R., t. XXXVIII, 1976, p. 345-350. — Id., Reformadores sevillanos del siglo XVI, dans Archiva hispalense, t. LXV, 1982, p. 90-92. M. A. G. Kinder poursuit actuellement ses recherches dans les archives espagnoles. Je le remercie d’avoir bien voulu me communiquer le lieu de naissance exact de Morillo, que l’on ignorait jusqu’ici.

111 Cf. Antonio Peralta Serrate, Gatalogus Patrum Oratorum, Theologorum, Jurisconsultorum et aliorum Hispanorum, qui Synodo Tridentino interfuerunt sub Paulo III, manuscrit de 1732 édité et annoté par Guttiebez, ouvrage cité, p. 656-659.

112 Tellechea Idigora, op. cit., p. 29-30.

113 E. H. J., Schaefer, Beiträge zur Geschichte der spanischen Protestantismus und der Inquisition im sechzehnten Jahrhundert, Gütersloh, 1902, t. I, p. 361 ; t. II, p. 355, 360, 371-372, 397. — Kinder, op. cit., p. 347-348. Diego De La Cruz n’est mentionné que sous son nom latin de Jaoobus Crucius. S’il n’était pas appelé dans une lettre (Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554, dans Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 424) « Jaques l’Espagnol », on pourrait le confondre avec Jacques De La Cruty, en allemand Jacob Crucius, un tisserand de Valenciennes, établi à Francfort en 1554, peut-être après être passé par Wesel comme beaucoup d’autres. Cf. Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. II, p. 10.

114 Hist. eccl., t. I, p. 47. Cf. N. Weiss, Épisodes de la Réforme à Paris. Maître Landry, curé de Sainte-Croix en la Cité sous François I er et Henri II (1540-1557), dans B.S.H.P.F., t. XXXVII, 1888, p. 241-266. Ses origines franciscaines devaient être rappelées par Claude de Sainctes en 1562 (Discours sur le saccagement des Églises Catholiques par les Hérétiques anciens, et nouveaux Calvinistes, en Van 1562, Paris, 1562, f. 59 v°-60 r°). Pour la biographie de Perrussel, je dois beaucoup à M. Malcolm Smith, de Londres. Qu’il en soit remercié.

115 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 153.

116 Calvin à Viret, Genève, 17 décembre 1546 (Op. Calv., t. XII, col. 446, no 865).

117 Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 130. En 1563, Condé, dont il était alors l’aumônier, l’envoya résider en Picardie « pour tenir correspondance avec les Protestans qu’il peult y avoir aux Pays-Bas ». Cf. Perrenot de Chantonay, ambassadeur d’Espagne en France, à Philippe II, [Paris], 24 avril 1563, dans Mémoires de Condé, t. II, Londres, 1743, p. 153. D’après Moreau (op. cit., p. 228-229), Perrussel aurait alors été prêcher à Tournai.

118 Sur cette affaire : D’argentre, Collectio judiciorum, t. II, p. 23 et sv. Cf. J. Pannier, La plus ancienne Église de réfugiés en Angleterre, Canterbury, et ses fondateurs Utenhove et Perrussel, dans B.S.H.P.F., t. IL, 1892, p. 513-518. — N. Weiss, Le cordelier Jean Perrucel devant le Parlement de Paris, 22-31 décembre 1545, ibid., p. 633-637. — P. Feret, La Faculté de théologie de Paris : XVIe siècle, t. I, Paris, 1900, p. 285. En religion, François Perrussel se prénommait Jean. Seize ans plus tard, Perrussel devait faire allusion à ses difficultés à la Sorbonne, lors d’un débat avec les ministres luthériens, à Francfort, le 21 juillet 1561 (Gegenbericht, dans F.R.H., t. II, Beylagen, p. 98).

119 Calvin à Viret, Genève, 19 octobre et 17 décembre 1546 (Op. Calv., t. XII, col. 399, no 838, et 445-446, no 864).

120 Estienne Lorens, seigneur de Saint-Ayl, au cardinal Jean du Bellay, Paris, 13 février [1547) (Bibl. Fac. Médecine Montpellier, ms. H 24, in-fol., 128-129). Saint-Ayl compta à partir de décembre 1546 parmi les envoyés de François Ier à Strasbourg (Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV, p. 506, note 2).

121 Cf. infra, p. 250-251.

122 Cf. supra, p. 75.

123 Le 18 octobre 1548, Calvin en parlait dans une lettre [à Charles de Joinvillers ?] (Op. Calv., t. XIII, col. 61-64, no 1084) comme de quelqu’un qu’il venait de rencontrer. Corriger la date de 1547 avancée par J. Strype, Ecclesiastical Memorials, vol. II, 1, Oxford, 1822, p. 122.

124 Utenhove à Fagius, Cantorbéry, 20 novembre 1548, dans Pijper, Jan Utenhove, Appendix, p. viii. Cf. B. Magen, Die Wallonengemeinde in Canterbury von ihrer Gründung bis zum Jahre 1635, Berne-Francfort/M., 1973, p. 34.

125 Summa christianae religionis exarata prima gallice a Francisco Perusselo gallico concianatore, Londres, [Stephen Mierdman], 1551 (Cambridge University Library, Syn 8.55.6). Cf. E. J. Worman, Alien members of the booktrade during the Tudor period, being an index to those whose name occur in the returns of aliens, letters of denization and others documents published by the Huguenot Society, Londres, 1906, p. 46.

126 [Londres, Thomas Gaultier], 1552 (Bodleian Library Oxford, Seld. 8° F 12 Th/1). L’encadrement du titre et les pieds de mouche de cet ouvrage, ainsi que ceux de celui qui est signalé à la note suivante, sont les mêmes que ceux du Nouveau Testament, paru à Londres en 1553 (Bibl. soc. hist. protest, français, Coll. bibl. 112) et dont on sait qu’il est sorti des presses de Thomas Gaultier. Cf. B. Chambers, Thomas Gaultier strikes again... and again, dans B.H.R., t. XLI, 1979, p. 355-358.

127 [Londres, Thomas Gaultier], 1552 (Bodleian library Oxford, Seld. 8° F 12 Th/2).

128 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278 : « Dominus doctor Morellus, & ego Wesaliam venimus, publica et canonica electione Fratrum peregrinorum lociillius et Fratrum Antverpiensium, qui simul tanquam una erant Ecclesia, eo vocati, ut Gallicam Eeclesiam, prout Senatus Civitatis illius Wesaliae promiserat, institueremus ».

129 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 434).

130 Cf. supra, p. 184.

131 Pereussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 278.

132 W.S.A., Ratsprotokolle 1554-1555 f. 2 v° (19 février 1554).

133 W.S.A. Ratsprotokolle 1554-1555, f. 7 r° (3 avril 1554).

134 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 424. Pour la date du 1er février 1554 : Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 35. La réponse du Conseil date d’avril au plus tôt. Le jour même, en effet, Morillo quitta Wesel et c’est après son départ qu’arriva la lettre des ministres de Genève, ainsi que celle des ministres de Lausanne, lesquelles étaient d’avril (Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 425). Elle date au plus tard des premiers jours de mai, car Séchelles, qui était présent le jour du départ de Morillo, est signalé à Genève peu après le 14 mai 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 138-139, no 1954).

135 Von Steinen, op. cit., p. 35-36. Selon Gantesweiler (Chronik, p. 238) la confession remise au Conseil le 4 février était un document imprimé et, en l’occurrence, une confession de foi sortie des presses de Reginald Wolf, à Londres, en 1553. Il s’agirait de la confession de foi de Jean Łaski. Mais celle-ci, intitulée Een cort begryp der leeringhe van de waerachtighe ende eender Ghemeynte, a été imprimée à Londres en 1551 et par Stephen Mierdman (et son traducteur était Jean Utenhove). Cf. Worman, op. cit., p. 46. Un ouvrage imprimé par Reginald Wolf en 1553 a bien été remis au Conseil mais il s’agissait du texte latin des Quarante-deux articles, et ce fut le 10 novembre 1556 que le Conseil en reçut un exemplaire. Cf. infra, p. 215.

136 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 424.

137 Je prends ici le contrepied de l’interprétation donnée par Wolters (Reformationsgeschichte, passim) et la plupart des historiens de Wesel des mêmes événements. En comprenant d’une façon trop exclusive le terme inkoemende des Ratsprotokolle du 19 février 1554 ou du 11 août 1555 par exemple, Wolters distinguait une « nouvelle communauté », constituée des Français réfugiés en Angleterre sous Édouard VI et de quelques Anglais de naissance et l’« ancienne communauté » comprenant les Wallons. En 1557, cette dernière demeurait encore indépendante, selon lui, de la première (op. cit., p. 169, 173, note 1, et 193). Hillmann (Evangelische Gemeinde, p. 75-77) distingue de la même façon trois communautés, celle des anciens Wallons (avec Bertrand Le Blas), celle des « Anglais » ou réfugiés d’Angleterre (avec Perrussel) et celle des Anglais de naissance. Selon Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 288), les réfugiés de la première génération se sont « maintenus semble-t-il en tant que groupe séparé aux côté de leur jeune sœur ». Or, s’il y eut bien à Wesel une Église indépendante (cf. infra, p. 130), les réfugiés de langue française ne formèrent jamais, en revanche, deux groupes séparés. Ni l’Historia de Perrussel, ni les Ratsprotokolle ne font allusion à une semblable distinction. Il apparaît, au contraire, que les « Wailen » mentionnés dans les Ratsprotokolle du 1er octobre 1555 par exemple (1555-1556, f. 38 v°) correspondent aux ouailles de François Perrussel. Celui-ci raconte, en effet, la dissipation de leur Église exactement dans les mêmes termes. Cf. F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. L’erreur de Wolters s’explique par le fait qu’il ne disposait pas, — il en faisait lui-même l’aveu (op. cit., p. 197, note 2), — du texte de l’Historia de Perrussel. Les autres historiens ne l’ont pas rectifiée, bien qu’ils connussent, eux, l’ouvrage de Perrussel.

138 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 424).

139 Ibid.

140 Brieff Discours, p. 5.

141 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

142 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 423.

143 Ibid., p. 425.

144 Sans doute Diego De La Cruz, Luis Del Castillo et Perrussel, car Poullain se trouvait à Glastonbury et Alexandre à Cantorbéry. Ce texte semble indiquer que ni Le Grand, ni Walet, ni Séchelles, ni Dumas ne se sont réfugiés à Londres sous Édouard VI, mais est-il possible de se fier à un document isolé sur un sujet pareil ?

145 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 425. Wolters (Reformationsgeschichte, p. 155 et sv.) surestime nettement l’importance du groupe des « Anglais » réfugiés à Wesel.

146 Ibid,

147 Op. Calv., t. XV, col. 78-81, no 1929. Une traduction allemande ancienne de cette lettre se trouve à Wesel (W.K.A., Gefach 6/1, no 9). Elle porte la date du 13 mars 1559. Von Steinen (Kurtze und generale Beschreibung, p. 162-167) a publié cette traduction sans corriger la date.

148 Ibid., col. 80.

149 Ibid., col. 79.

150 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 290-293. — Op. Calv., t. XV, col. 182-187, no 1983. Sur cette lettre, cf. Denis, Jean Laski, p. 6-7.

151 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 292.

152 Ibid.

153 Ibid., p. 290.

154 Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 425).

155 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 279. On relèvera, avec Van Schelven (Vluchtelingenkerken, p. 290, note 1) que Perrussel n’a pas rapporté ces événements de la même manière à Pierre Du Val, le 29 septembre 1554, et dans l’Historia, en 1559 : les divergences d’opinion au sein de l’Église française sont tues dans la première relation et mises en évidence dans la seconde.

156 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 426.

157 Ibid., p. 428.

158 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 293. — Op. Calv., t. XV, col. 218-219, no 2002.

159 Ibid. Plutôt que d’un document joint à la lettre, le témoignage dont parle Calvin semble être la lettre envoyée précédemment, le 26 mars 1554.

160 Il se trouvait encore à Wesel le 1er septembre 1554 (Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 428).

161 Ibid., p. 429. Sur Jean Le Blon : Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 294. Un Jean Le Blon « de Valenciennes » émigra à Francfort en 1560 et y mourut en 1573, selon Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, t. I, p. 12. Selon Moreau (op. cit., p. 294, note 1), Jean Le Blon était de Tournai. S’agit-il du même ?

162 Perrussel à Du Val, lettre citée, p. 429.

163 Voir la supplique de la ville de Wesel au chancelier de Clèves Henri Olisleger, 21 septembre 1554 (Nordrhein-Westphaelisches Staatsarchiv Muenster, Kleve-Mark, Landstände, Nr. 5, f. 65). Elle demandait que la journée des États, prévue pour octobre, fût retardée en raison de la « swynde kranckheit und sterffte » qui sévissait alors (renseignement aimablement communiqué par M. Kloosterhuis, de Münster). L’année suivante, Wesel souffrait toujours de peste, puisqu’un Edikt von pestilence fut promulgué le 29 mai (W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556, f. 20 v°).

164 Stadtarchiv Soest, Landtagssachen Nr 1. Cf. L. Keller, Gegenreformation, p. 9. (Pour les autres décisions [Abschiede] de la journée des États de Dinslaken, 23 août 1554 : Nordrhein-Westphaelisches Staatsarchiv Muenster, Landstânde, Nr 4, f. 81 sv. Il n’y est pas fait mention de la question des ordonnances ecclésiastiques.) Voir aussi une déclaration du duc de Clèves dans le même sens qu’à Dinslaken, à la journée des États de Juliers-Berg, à Dusseldorf, le 28 avril 1554, dans G. Von Below, Landtagsakten von Jülich-Berg 1400-1610, t. I, 1400-1562, Dusseldorf, p. 194-195. Le duc avait déjà invité ses sujets de Wesel à « se méfier des Anglais qui se sont introduits récemment comme prédicants ou autrement » (W.S.A., Ratsprotokolle 1554-1555, f. 16 r°) et, le 10 octobre 1554, il devait publier à Juliers, à l’intention du duché de Clèves et de tous ses autres territoires, un édit contre « les anabaptistes, les sacramentaires et autres séditieux » (copie imprimée : W.K.A., Gefach 10/1, no 7). Sur la répression de l’hérésie à Juliers entre 1550 et 1559 : Rembert, Widertaufer, p. 425-431.

165 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

166 Sans doute un membre de la famille Taffin de Tournai, sur laquelle : Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 244 et passim.

167 Leurs témoignages figurent en annexe de la lettre de Perrussel à Du Val, Anvers, 29 septembre 1554 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 429-430).

168 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

169 Cf. supra, p. 192.

170 Ainsi, Jean Capette et Bertrand Le Blas, qui rentrèrent à Tournai l’un et l’autre à la fin de l’année 1554. Cf. Moreau, op. cit., p. 130.

171 Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 423-429.

172 Ibid., p. 423-424.

173 Ibid., p. 424. Ce chiffre date de septembre 1554. Il s'agit des Wallons membres de l’Église. « [Je] vous réciteray l’estat de tout, tel que je vous le feray et à tout vostre église, vérifié par 60 tesmoins qui restent encore à Wesell ».

174 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

175 Ibid., p. 280. Le 4 juin 1556, Ponier ne se trouvait vraisemblablement plus à Wesel, car, aux côtés de Perrussel, c’est un certain Johan Handtoy qui est cité comme ministre, ou assistant du ministre, dans les Ratsprotokolle à cette date. Voir le texte reproduit infra, p. 227 note 1. Par ailleurs, en 1556, lorsque Crespin récrivit sa notice sur Bertrand Le Blas (cf. supra, p. 227, note 1), Ponier n’était apparemment plus ministre, puisqu’il était précisé : « Maistre Louys lors ministre de l’Église françoise audit Wesel ».

176 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 280.

177 Ibid.

178 Ibid., p. 281.

179 Ibid.

180 Foxe, Acts and Monuments, t. VIII, p. 571-572. La première édition anglaise de cet ouvrage parut à Londres, chez John Daye, en 1563. Le récit de Foxe est passablement romancé. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 11-18 et 88. Sur Bertie, ibid., p. 87-89.

181 Et non Santon, comme l’écrivait Foxe (op. cit., t. VIII, p. 512), erreur reproduite par Gabrett (op. cit., p. 88).

182 Foxe, op. cit., t. VIII, p. 573.

183 Ibid., p. 574.

184 L’historien anglais John Strype, dont l’œuvre, par ailleurs bien documentée, fourmille d’erreurs de lecture ou d’interprétation, écrivit en 1733 : « En Frise et en particulier à Wesel, [les Anglais] étaient au nombre d’une centaine de personnes, hommes et femmes » (Ecclesiastical Memorials relating chiefly to Religion and to the Reformation of it... under King Henry VIII, King Edward VI and Queen Mary, nouv. éd., vol. III/l, Oxford, 1822, p. 233. L’expression « en Frise et en particulier à Wesel », ambiguë et même fausse, révèle sans doute que des liens particulièrement étroits unissaient les réfugiés d’Emden en Frise orientale et ceux de Wesel dans le duché de Clèves.

185 Gabrett, Marian Exiles, p. 50-51. Sur Calais sous Marie Tudor, cf. aussi H. F. Chettles, The Burgesses of Calais 1536-1558, dans English Historical Review, 1935, p. 500.

186 S.l., 1574, p. 194. Réimpression anastatique, Amsterdam, 1972 : « After that M. Bartye and the duchess of Sulff[olk] were safely arrived at Wezell in Westphalia, the brute theroff was the cause that moo Englishe people in shorte time resorted thither ». L’intervention de Mélanchthon en faveur des réfugiés, qui selon Strype (Memorials of the Most Reverend Father in God Thomas Cranmer, nouv. éd., Oxford, t. I, 1840, p. 508) et Garrett (Marian Exiles, p. 50) aurait précédé leur arrivée en 1554, eut lieu seulement deux ans plus tard, on 1556. Cf. infra, p. 216-217.

187 Robinson, Original Letters, t. I, p. 162.

188 Garrett, Marian Exiles, p. 92-94.

189 Treize de ces réfugiés ont fait l’objet d’une notice dans l’ouvrage déjà cité de Garrett : Richard Bertie (p. 87-89), John Bodley (p. 92-94), Edward Boyes (p. 95), Edward Caunt (p. 110), Miles Coverdale (p. 132-133), Thomas Lever (p. 220), John Roo (p. 273-274), John Rough (p. 274), John Scory (p. 285-286), Bartholomew Traheron (p. 309), Thomas Upsher (p. 316), Francis Wilford (p. 332), Thomas Young (p. 348). J’ai éliminé les Anglais dont la présence n’est pas clairement attestée à Wesel. Il faudrait ajouter John Brownes, Richard Springheim et Thomas Donell qui sont mentionnés dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 289, et que Garrett ignore. Aucun des seize réfugiés en question n’est resté plus d’un an ou deux à Wesel. Pendant le règne de Marie Tudor, ils ont voyagé sans cesse entre Emden, Wesel, Duisbourg, Francfort, Bâle, Aarau, Zurich et Genève, ainsi que Strasbourg.

190 Ecclesiastical Memorials relating chiefly to Religion, and the Emergences of the Church of England under King Henry VIII, King Edward VI and Queen Mary, Londres, 1710, nouv. éd., Oxford, 1822, vol. III/l, p. 233.

191 Brieff discours, p. 194.

192 Garrett, Marian Exiles, p. 133.

193 Perrussel à Castellion, Wesel, 16 août 1555 (Buisson, Castellion, t. II, p. 423-424, no L). Le porteur de la lettre, décrit comme ayant « esté ministre de la parolle de Dieu icy [à Wesel] chez Mme la duchesse de Suffolk » ne peut être que Miles Coverdale. Il comptait alors se fixer à Bâle, pour y étudier le grec et l’hébreu.

194 Coverdale à Conrad Hubert, Bergzabern, 20 septembre [1555] (Remains of Miles Coverdale, Bishop of Exeter, Cambridge, 1846, p. 527-528, no 35). Cette lettre n’est pas de 1543 comme le pense l’éditeur. Le manuscrit (A.M.S., A.S.T. 154, no 41) ne porte pas mention de la date. Avec Garrett (Marian Exiles, p. 133), on la datera de 1555. Coverdale connaissait Bergzabern dans le Palatinat pour y avoir été maître d’école de 1544 à 1547.

195 Le 12 octobre 1555, Lady Suffolk avait donné le jour à un fils que l’on nomma Peregrine, le réfugié. Il fut baptise le 14 octobre par le pasteur Henri Bomelius. Cf. Gantesweiler, Chronik, p. 64.Garrett, Marian Exiles, p. 88. La famille Bertie prit ensuite refuge à Weiheim, dans le duché de Deux-Ponts. Cf. Lady Georgina Bertie, Five Generations of a Loyal House. Part I, Containing the lifes of Richard Bertie and his son Peregrine, Lord Willoughby, Londres, 1845. — J. Anderson, Ladies of the Reformation, Londres, 1855, p. 352-353.

196 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556 (9 avril 1555). Cf. Wolters, Reformationsgeschichte, p. 258.

197 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556 (2 août 1555). Cf. Wolters, op. cit., p. 158-159.

198 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556, f. 31 r° et v° (11 août 1555).

199 Ibid., f. 38 v° (1er octobre 1555).

200 Ibid., f. 41 v° (27 octobre 1555).

201 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281. Citant un document du Wallonisch-franzosisch Kirchenarchiv que je n’ai pas retrouvé, Gantesweiler (Chronik, p. 102 et 239-240) date du 11 août 1555 l’octroi de la chapelle de Saint-Esprit aux étrangers. Il s’agit manifestement d’une confusion.

202 Parlant des Anglais et des Wallons, les Ratsprotokolle du 9 octobre 1556 (W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557, f. 41 r°) ne parlent que d’une seule église : « ... in oirer kirche ». Gantesweiler (Chronik, p. 240), Wolters (Reformationsgeschichte, p. 159, note 1), Hillmann (Evangelische Gemeinde, p. 75-76) et Hollweg (Calvins Beziehungen, p. 158) affirment que les étrangers — qui, selon eux, se répartissaient en trois communautés (cf. supra, p. 191, note 1) — reçurent l’usage de deux lieux de culte, la chapelle du Saint-Esprit et l’église des augustins. Cette dernière servit effectivement aux réfugiés, mais avant l’Intérim d’Augsburg, de 1545 à 1547 précisément. Les augustins la récupérèrent ensuite. Cf. les Ratsprotokolle de 1566, cités par Gantesweiler, op. cit., p. 75. Ce n’est que plus tard, sous le règne de Charles Ier d’Angleterre, que des réfugiés anglais la reçurent à leur disposition. Au XVIIIe siècle, l’expression « église anglaise » restait courante, bien que le bâtiment fût désaffecté (ibid.). L’erreur des historiens du siècle suivant semble provenir de là.

203 Thomas Cole aux Anglais de Genève, Francfort, [fin de l’année 1555] (Brieff discours, p. 61).

204 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281.

205 Sur Cassander, infra, p. 239.

206 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281 : « Cum jam Pascha appetisset ». En 1555, Pâques, tombait le 14 avril.

207 Ibid.

208 Ibid.

209 Lettre citée de Cole aux Anglais de Genève.

210 Wolters (Reformationsgeschichte, p. 159) a déjà formulé cette hypothèse, alors qu’il rapportait la décision du Conseil du 16 août 1555. Mais pour lui cette situation a duré, car Perrussel faisait partie de l’Église des « Anglais » de Wesel. Cette idée doit être abandonnée. Cf. supra, p. 191, note 1. Le fait que Coverdale a trouvé un successeur en la personne de Traheron en apporte une preuve supplémentaire.

211 Traheron est mentionné par Perrussel dans son Historia (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283). Le 20 septembre 1555, il se trouvait toujours à Francfort (Robinson, Original Letters, t. II, p. 763. — Op. Calv., t. XV, col. 782, no 2298). Sur Traheron : A. Wood, Athenae oxonienses, nouv. éd., Londres, 1813, t. I, p. 324-325 (avec une liste de ses écrits, dont certains ne sont pas connus par ailleurs). — A. F. Pollard, art. Traheron, dans Diotionary of National Biography, t. LVII, Londres, 1899, p. 148-149. — Garrett, Marian Exiles, p. 308-309. Selon Garrett (op. cit., p. 220-221. Cf. aussi Lee, art. Lever, dans Dictionary of National Biography, t. XXIII, 1893, p. 142-143), c’est Thomas Lever qui fut élu en remplacement de Coverdale, mais la lettre de Lever à Bullinger dont il est question pour soutenir cette affirmation (Robinson, Original Letters, t. I, p. 160-161. — Op. Calv., t. XVI, col. 377-378, no 2576) est du 4 janvier 1557 et non 1556. Lever faisait, en effet, saluer Pierre Martyr, qui ne rejoignit Bullinger à Zurich qu’en juillet 1556. Les éditeurs des Op. Calv. avaient déjà opéré la rectification, mais Garrett n’a pas recouru à cette édition de la lettre.

212 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281-282. La lettre de l’Église française de Francfort fut apportée à Perrussel par François Le Clerc.

213 Ibid., p. 282.

214 W.S.A., Ratsprotokolle 1555-1556, 2e foliotation, f. 1 v°-2 r° (9 janvier 1556).

215 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 282.

216 Ibid.

217 Ibid. : « ... cum eo [Calvino] ac Domino a Lasco de negotio contuli universo. Qui fratribus wesaliensibus scripserunt, eos admonentes, ac meam posthac abitionem impedirent ». Nous possédons une lettre de Łaski à Mélanchthon écrite le même jour que celle de Calvin aux réfugiés de Wesel, mais il n’est n’y est question ni de Perrussel, ni de son Église (Op. Calv., t. XVI, col. 284-285, no 2534).

218 Op. Calv., t. XVI, col. 286-288, no 2535.

219 F.R.H., t. I, Beylagen, p. 282.

220 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (7 août 1556). Sur le second Prayer Book, imposé en Angleterre à partir du 1er novembre 1552 par un acte de Parlement : C. W. Dugmore, The Mass and the English Reformation, Londres, 1960, p. 141-175.

221 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (7 août 1556). Cf. Wolters, Reformationsgeschichte, p. 174.

222 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (22 septembre 1556).

223 W.8.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556). Cette séance n’eut pas lieu le 8 octobre 1556 (Wolters, op. cit., p. 176).

224 Voir le recensement des Anglais de Francfort, 10 juin 1557, dans Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 34. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 332. Dans son Historia, Pebbussel donne les noms en latin : Quoos, Wilfordus, Bois (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283).

225 Sur Pierre Overd’Hage dit de Gand : supra, p. 179. De Tresiel on sait seulement qu’avant 1556 il avait fréquenté l’Église d’Anvers. Voir la lettre de Perrussel à cette Église, Wesel, 28 novembre 1556 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 431).

226 Sur Hubert Languet : Haag, La France protestante, t. V, col. 264-278.

227 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556). Cf. supra, p. 180.

228 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 281.

229 Op. Calv., t. XVI, col. 309-313, no 2544.

230 Ibid., col. 311.

231 Ibid., col. 311-312. Sur le rôle d’Hubert Languet dans cette affaire, cf. aussi la lettre de Zacharias Ursinus à Craton, 26 février 1557 (Sudhoff, Olevianus, p. 486-487).

232 Vingt-deux habitants de Wesel étudièrent à Wittenberg sous sa direction entre 1554 et 1559. Le plus célèbre d’entre eux était Tileman Heshusius. Cf. Hillmann, Evangelische Gemeinde, p. 77-78.

233 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (9 octobre 1556).

234 W.K.A., Gefach 3, no 28 (Wolters, Reformationsgeschichte, p. 443-445). Une copie contemporaine de cette lettre, pratiquement identique, se trouve à Genève. Édition dans Op. Calv., t. XVI, col. 310-313, no 1544. Perrussel en a reproduit de longs extraits dans son Historia (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283-284).

235 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 283.

236 Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2544.

237 Calvin à Perrussel, Genève, 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 342, no 2564).

238 Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2544.

239 Sur Henri Bomelius : Wolters, Reformationsgeschichte, p. 138, 146-147. Il publia dès 1523 une Summa der godlicker scripturen, d’inspiration luthérienne. Cf. Higman, Censorship, p. 140. Cette Summa fut rééditée en 1553, à Wesel, chez Dirk Van der Straeten. Cf. W.K.A., Gefach 6/1, no 71, f. 2 r°. Sur les autres écrits de Bomelius : Wolters, op. cit., p. 146, note 1. L’écrivain luthérien Hermann Hamelmann (Opéra genealogica-historica de Westphalia et Saxonia inferioris, Lemgo, 1711, p. 1017) se souvenait encore au XVIIIe siècle du désaccord doctrinal entre Bomelius et ses collègues.

240 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (4 juin 1556).

241 W.K.A., Gefach 3/1, no 28/2 : « Ick betuige waer to syn dat [...] Meister Henrick die predycant toe Weesel [...] bekent heb dat Chrystus in bloet niet tegenwoerdig in den nachtmael en sy in het bloet noch ondert broet noch omtrent het broet dan alleen in den hemel daer hij blieft tot den jongsten dach... ». Sur l’affaire Bomelius : W.K.A., Gefach 3/1, no 28/2 et six autres pièces sans numéro. — Gefach 6/1, 66-71. — W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 et 1557-1558. Cf. Wolters, op. cit., p. 214-219, qui n’a utilisé qu’une partie des sources disponibles.

242 Wolters, op. cit., p. 215.

243 W.K.A., Gefach 6/1, no 67. Cf. W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557, f. 55 r° (11 décembre 1556).

244 W.K.A., Gefach 3/1, sans numéro. Bomelius y ajouta le même jour une déclaration de sa main et, le 4 janvier 1557, Julius Schier, Gereyt Bloem et Martynken van Antwerpen récrivirent au Conseil, cette fois personnellement (ibid.).

245 W.K.A., Gefach 6/1, no 71, f. 1 r°.

246 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558, f. 13 r° et v°.

247 Bomelius quitta Wesel en 1560. Cf. infra, p. 226. Il devint aussitôt ministre à Friemersheim près de Krefeld. Il devait mourir comme ministre de Duisbourg, le 29 septembre 1570. Cf. Wolters, op. cit., p. 229, note 1.

248 W.K.A., Gefach 6/1, no 67. De longs extraits de ce document, transposés en allemand contemporain, sont reproduits dans Wolters, op. cit., p. 216-218.

249 Le Conseil de Wesel à Mélanchthon, 19 octobre 1556. Je n’ai pas retrouvé l’original de cette lettre, ou sa minute, aux Archives de Wesel. Copie du XVIIe siècle : Duesseldorf Hauptsstaatsarchiv, N III 1 XVI, f. 247. Édition : Wolters, Heresbach, p. 273-274. Voir encore Wolters, Reformationsgeschichte, p. 180-181.

250 Original perdu. Copie du XVIIe siècle : loc. cit., N III 1 XVI, f. 248. Édition dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 445-446.

251 Lettre du 14 [décembre] 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 324, no 2551).

252 Original non retrouvé. Édition : Wolters, op. cit., p. 446-450.

253 Catechismus brevis christianae disciplinae summam constituens. Articuli de quibus in ultima synodo Londinensis anno Domini 1552 ad tollendam opinionum dissentionem et consensum vere religionis firmandum inter episcopos et alios eruditos viros convenerat, Londres, Reginald Wolff, 1553 (S.T.C., 4807-4811).

254 Artickel deren sich die Bischoffe und Gleerten des Königreich Engellands in einer Synodo im Jar des Herren MDLII zu Londen gehalten vereiniget habend..., Zurich, Andreas Gesner, [1553]. Cf. Gesamt Katalog der preussischen Bibliotheken, t. VII, Berlin, 1935, p. 529. Il s’agit de la traduction allemande de la seconde partie de l’ouvrage cité à la note précédente. L’exemplaire de Francfort, décrit par Jung, Englische Flüchtlingsgemeinde, p. 36-37, portait la mention suivante : « exhibitum Mens. Novemb. 1555 a concionatoribus nostris ».

255 Dans sa lettre à Mélanchthon du 15 octobre, Perrussel disait inutile (supervacaneum) de lui faire, quant à lui, le récit des événements, puisque le « très prudent Conseil et honnête Conseil » s’en chargeait (W.K.A., Gefach 3, no 28, dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 443). A Calvin, cependant, il écrivit cinq jours plus tard : « Je lui aurais écrit autre chose si ma lettre n’avait pas dû être montrée au Conseil » (Op. Calv., t. XVI, col. 311, no 2544).

256 Sur cette lettre : Perrussel à Calvin, Wesel, 20 octobre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2544).

257 Lui-même quitta Wesel peu après, un des jours précédant le 20 octobre 1556.

258 Voir la lettre de W[essel] v[on] B[ert] à Plateanus, Wittenberg, 27 février 1557 (W.K.A., Gefach 3/1, no 29). Frère de Henri von Bert, un membre influent du Conseil, Wessel von Bert étudiait la médecine à Wittenberg. Il était acquis au luthéranisme orthodoxe et ne désapprouva d’aucune manière la conduite de son correspondant.

259 On sait qu’elle fut écrite de Francfort grâce à la lettre de Wessel von Bert, citée note précédente. Il s’y trouva en même temps que Calvin et il eut même l’occasion de voir celui-ci. Cf. Perrussel à Calvin, Wesel, 20 octobre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 311-321, no 2544).

260 Lettre citée de Wessel von Bert.

261 Perrussel à Calvin, 20 janvier 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 396, no 2598) : « Rescripserat [Philippus] qui olim D. Huberto Langueto, sed nostri [ministri] literas suppresserunt, ut nobis omnium ignaris facilius imponerent et nostri exilii culpam a se removerunt ».

262 W.K.A., Gefach 3/1, no 25 (C.R., t. VIII, p. 908-910, no 6121). — Wolters, Heresbach, p. 272-273. Perrussel en a reproduit l’essentiel dans son Historia (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 284-285).

263 W.K.A., Gefach 3/1, no 26 (Wolters, Heresbach, p. 273-274).

264 Sur Menius : G. L. Schmidt, Justus Menius, der Rejormator Thüringens, Gotha, 1867. En 1558, Groen proposa la nomination du très luthérien Rütger Becker, mais en vain. Pour finir, aucun surintendant ne fut nommé à Wesel. Cf. Wolters, Reformationsgeschichte, p. 221.

265 Sur cette séance du Conseil : W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (27 novembre 1556), cité par Wolters, op. cit., p. 190-191. — Perrussel à l’Église d’[Anvers], Wesel, 28 novembre 1556 (Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 430-433). — Le même à Calvin, Francfort, 29 janvier 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 396-398, no 2588). — Du même, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 285. Les quatre témoignages sont convergents.

266 Van Schelven, Vluchtelingenkerlcen, p. 431.

267 Didier Groen.

268 La Confession d’Augsbourg.

269 L’article X stipulait que « le vrai corps et le vrai sang du Christ sont, en toute vérité, présents dans la Cène sous des espèces du pain et du vin, et que là ils sont distribués et reçus ». Cf. La Confession d’Augsbourg, éd. Jundt, p. 61. L’article XIII ajoutait que les sacrements sont « des signes et des témoignages de la volonté divine à notre égard en vue de susciter et d’affermir par là notre foi ». Cf. ibid., p. 63.

270 Et non « due » (Van Schelven, Vluchtelingenkerlcen, p. 432).

271 W.K.A., Gefach 10/1, no 7.

272 Clemen, Brief, p. 118-120.

273 Au XVIIIe siècle encore, les luthériens se défendaient d’avoir expulsé les réfugiés. Cf. Hamelmann, Opera, p. 1017. Selon cet auteur, c’est le duc de Clèves qui expulsa les étrangers. En fait, la chose est douteuse. A cette époque, le duc de Clèves se rapprochait du protestantisme, sans du reste y adhérer vraiment. Comme il n’était pas luthérien orthodoxe, il n’avait pas de raison d’en vouloir en particulier aux amis de Calvin et de Bullinger. Quant à l’empereur Ferdinand, ce n’est que plus tard, le 1er janvier 1559, qu’il lit pression sur Guillaume dans le sens catholique romain. Cf. Keller, Gegenreformation, t. I, p. 4-5.

274 C.R., t. IX, p. 121, no 6215.

275 Sur les réticences de Mélanchthon, voir aussi : Zacharias Ursinus à Craton, 26 février 1557 (Sudhoff, Olevianus, p. 486-487).

276 Perrussel à l’Église d’Emden, Wesel, 14 septembre [= novembre] 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 2551).

277 Sa lettre à Calvin, est perdue. Elle est mentionnée dans la lettre citée à la note précédente.

278 Calvin à Perrussel, Genève. 21 décembre 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 312, no 2564).

279 Lettre perdue. Elle est mentionnée dans la lettre citée à la note suivante.

280 Perrussel à l’Église d’Emden, Wesel ( ?), 17 janvier] ?) 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 387-390, no 2584). Perrussel est demeuré à Francfort du 1er janvier 1557 (cf. la lettre citée à la note suivante) à une date se situant entre le 29 janvier 1557 (ibid.) et le 16 février 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 377-378, no 2576). Comment a-t-il pu, dans ces conditions, écrire une lettre de Wesel le 17 janvier ? Pour résoudre ce problème, il faut supposer ou bien que Perrussel a écrit Wesel au lieu de Francfort par distraction ou pour un quelconque autre motif, ou bien que cette lettre n’est pas du 17 janvier mais bien du 17 février 1557.

281 C’est de Francfort que Perrussel raconta à Calvin les derniers événements survenus à Wesel, le 29 janvier 1557 (Op. Calv., t. XVI, col. 396-399, no 2588). Dans cette lettre, Perrussel déclarait être arrivé à Francfort le 1er janvier 1557 (Calendis huius mensis).

282 Il était déjà malade à Francfort. Cf. Brieff discours. p. 60.

283 Op. Calv., t. XVI, col. 377, no 2576.

284 Description bibliographique de ces ouvrages dans S.T.C., 2e édition, t. II, p. 400-401, nos 24168-24174.

285 Hypothèse avancée par les rédacteurs de la seconde édition du S.T.C. L’attribution à Overd’Hage des quatre derniers ouvrages de Traheron peut désormais être considérée comme sûre : les Ratsprotokolle de Wesel, à la date du 14 avril 1557, en font en effet état explicitement : « Von Peter Overdage is opgebracht dat ijrste blatt van dem, wat hij English gedruckt hat und is hij einander gebunden mit ein plat, waar die forme verandert sij. » Par ailleurs, certains caractères utilisés par exemple dans S.T.C. 24169 (An exposition of a parte of S. Johannes Gospel) se retrouvent dans d autres productions d’Overd’Hage. Comparer ainsi S.T.C. 24169, f. Aiiij, et les planches II-IV publiées par Bockmuehl (Wo ist die erste Ausgabe ?, p. 123).

286 Raphael Holinshed, Chronicles of England, Scotland and Ireland, Londres, 1577, nouv. éd., Londres, 1808, t. IV, p. 153 : « Bartholomew descended from a worshipfull house in the West Part of England, deane of Chichester, departed this life in Germany where he lived in exile, about the latter end of queen Mary reigne. » Ce texte en ambigu : selon que l’on traduit « in Germany where » par « en Allemagne, là où » ou par « en Allemagne où », Traheron est mort à Wesel ou dans une autre ville d’Allemagne. Il n’a manifestement pas suivi ses compagnons lorsque ceux-ci quittèrent Wesel pour Bâle et Aarau en avril 1557. Il pourrait s’être réfugié à Duisbourg par exemple, dans le duché de Clèves. D’apres des notes de l’évêque White Kennett (1660-1728), encore inédites (British Library, Lansdowne ms., no 981, f. 9) et utilisées par Anthony A. Wood pour ses Athenae oxonienses (éd. Ph. Blies, Londres, 1813, t. I, p. 324-325, reprint New York, 1967), Traheron serait revenu en Angleterre, où il se serait encore trouvé en 1562, date de la traduction par ses soins d’un ouvrage du médecin Jean de Vigo. Mais cet ouvrage, s’il est bien de 1562 (le Catalogue de la British Library mentionne une édition parue à Londres, chez A. Kitson, en 1564), est en réalité une réédition : il parut d’abord à Londres, chez Robert Wyer sans doute, en 1540 (British Library, C 54 g 20/1).

287 Brieff discours, p. 28. Sur Lever : S. Lee, art. Lever, Thomas, dans Dictionary of National Biography, t. XXXIII, Londres, 1893, p. 142-144. — Garrett, Marian Exiles, p. 219-220. Mais voir les remarques de la p. 205, note 6.

288 Op. Calv., t. XVI, col. 377-378, no 2576.

289 W.K.A., Gefach 7/1, no 2 (Wolters, Reformationsgeschichte, p. 451-454). Cf. Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 285.

290 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (23 février 1557). Cf. Wolters, op. cit., p. 191.

291 Perrussel, Historia, dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 285.

292 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558 (29 mars 1557). Cf. Wolters, op. cit., p. 196.

293 Cf. infra, p. 356-358.

294 Sur le séjour des Anglais à Bâle et à Aarau, cf. infra, p. 253-254. Voir aussi Perrussel à Castellion, Francfort, 17 avril 1557 (J. Bonnet, Nouveaux récits du sièzième siècle, Paris, 1870, p. 305) : « ... vous recommandant les frères anglais qui se retirent vers vous [à Bâle] ».

295 W.K.A., Gefach 6/1, no 73.

296 W.K.A., Gefach 6/1, no 74 (minute). Édition d’après l’original dans F.R.H., t. I, Beylagen, p. 276-277. Extraits transposés en allemand contemporain dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 208.

297 Cf. Schilling, Exulanten, p. 89, note 34.

298 W.K.A., Gefach 6/1, no 74 (F.R.H., t. I, Beylagen, p. 276-277).

299 W.S.A., Ratsprotokolle 1557-1558 (16 mai et 13 juillet 1557). Cf. Sabmenhaus, Festsetzung, p. 13, note 1.

300 Sarmenhaus, op. cit., p. 22.

301 Ibid., p. 37 : en 1553, 44 florins d’or, en 1554, 59 ; en 1555, 69 ; en 1557, 107 ; en 1558, 45 ; en 1559, 61 ; en 1560, 92 ; en 1561, 85 ; en 1562, 64 ; en 1563, 236.

302 Boquin à Calvin, Strasbourg, 14 décembre [1562] (Op. Calv., col. 595, no 3883).

303 Ibid., col. 596.

304 Cf. infra, p. 227 et 230-231.

305 W.K.A., Gefach 2/1, f. 2.

306 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 224.

307 W.S.A., Ratsprotokolle 1561-1562 (29 octobre 1561). Édition d’après l’original (W.K.A., Gefach 2/1, no 1) dans Wolters, op. cit., p. 456-458. — Op. Calv., t. XIX. col. 623-625, no°3893bis.

308 Hamelmann (Opéra, p. 1018) en faisait aussi la remarque. Sur ces événements : Wolters, op. cit., p. 225-232.

309 Cf. supra, p. 210.

310 Cf. supra, p. 212.

311 W.S.A., Ratsprotokolle 1556-1557 (4 juin 1556) : « Item Johann Handtoy onnen [= ihnen] Wailen predicanten, dwill der ander noch [die] englischen predicanten nyt inheimisch, is solchs reidt angesacht, und dairby gesacht geyne schoile buyten to laiten [ohne] oins Ers[ame] Raitz andorichten. » Wolters (op. cit., p. 176, note 2) conclut que Handtoy était ministre à l’Église française de Wesel. En fait, il a peut-être été le second ministre, comme précédemment Louis Ponier, ou, plus probablement, un ministre en second, c’est-à-dire un diacre comme Jean Loquet à Strasbourg.

312 Op. Calv., t. XIX, col. 278, no 3711. — Corr. Bèze, t. IV, p. 36.

313 Wolters, Reformationsgeschichte, p. 235.

314 W.S.A., Ratsprotokolle 1562-1563 (12 juin 1562). Cf. Wolters. op. cit., p. 237.

315 Schilling, Exulanten, p. 90.

316 Cf. infra, p. 230-231.

317 Lettre citée, infra, p. 231.

318 Cf. infra, p. 394.

319 Cf. infra, p. 373.

320 W.K.A., Gefach 6/1, no 90. Cf. infra, p. 233.

321 Cf. supra, p. 224, note 4.

322 Dans sa réponse, qui est datée du 1er janvier 1563, Calvin, expliqua que cette lettre ne fut reçue à Genève « qu’au bout de quatre mois après sa datte, au moins il ne s’en fault qu’ung jour ». Cf. Op. Calv., t. XIX, col. 619, no 3893). Si Calvin a répondu le jour même où la lettre, après ce long retard, lui est parvenue, — ce qui n’est pas sûr, — elle est du 2 septembre 1562.

323 Nicolas Pulsius, avis daté du 7 octobre 1562 : il ne fut envoyé que plus tard, avec l’avis des deux autres ministres de Worms, Israël Ratz et Vitus Steisner, qui est daté, lui, du 27 mars 1563 (Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 174-176).

324 Iudicium Theologorum et Pastorum Argentoratensium de Confessione Wesaliensi, Strasbourg, 18 octobre 1562 (Von Steinen, op. cit., p. 177-181). A l’exception de Valentin Erythraeus, professeur à l’École, tous les signataires étaient des ministres : Johann Marbach, Johannes Flinner, Melchior Specker, Jakob Glockner, Nicolaus Florin, Mattheus Negelin, Laurent Offner et Isaac Kessler.

325 Henri Ringelstein à Jean Bert, conseiller, Spire, 24 octobre 1562 (Von Steinen, op. cit., p. 181).

326 Boquin à Calvin, Strasbourg, 14 décembre [1562] (Op. Calv., t. XIX, col. 596, no 3883).

327 Ibid.

328 Voir l’exemplaire de la Confession de Wesel qui porte les signatures d’étrangers, au nombre de cent (W.K.A., Gefach 2/1, no 2). D’après Wolters (Reformationsgeschichte, p. 237), les quatre premières sont antérieures au 1er juillet 1562 et les cinq suivantes au 3 novembre 1562. Un des premiers signataires était Philippe De Wesembeek, un Anversois, qui signa le1er juillet 1562. Disciple d’Heshusius, il devait s’illustrer en octobre 1564 par une controverse avec Nicolas Rollius sur la Confession de Wesel précisément (Wolters, op. cit., p. 266-267). Il quitta Wesel pour Cologne en 1565 (ibid., p. 268).

329 Op. Calv., t. XIX, col. 596, no 3883. Voir l’avis des théologiens de Heidelberg dans Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 211-213. Original : W.K.A., Gefach 2/1, no 8.

330 W.S.A., Capsel 275, no 1, f. 1-5 v°. Traduction allemande dans Von Steinen, op. cit., p. 224-230. Cette lettre manque dans G. Krause, Andreas Gerhard Hyperius Briefe 1560-1563, Tubingue, 1981.

331 Op. Calv., t. XIX, col. 619-622, no 3893.

332 Réponse du 6 mars 1563 (Von Steinen, op. cit., p. 182-188).

333 Réponse du 6 mars 1563 (ibid., p. 250-262).

334 Réponse du 8 mars 1563 (ibid., p. 189-199).

335 Réponse du 10 mars 1563 (ibid., p. 199-203).

336 Réponse du 27 mars 1563 (ibid., p. 174-176).

337 Réponse du 28 mars 1563 (ibid., p. 205-206).

338 Réponse du 8 avril 1563 (ibid., p. 206-210).

339 Réponse s.d. (ibid., p. 205-207).

340 Ibid., p. 208.

341 Ibid., p. 252-253 et 258-259. Sur l’ensemble de ces écrits : Wolters, Reformationsgeschichte, p. 237-249. Originaux : W.K.A., Gefach 1/1, no 3-13.

342 Paul Eber, Vom heiligen Sacrament des Leibs und Bluts unsers Herren Jesu Christi, dans Hartmann Beyer, Corpus librorum D. Martin Luther... & aliorum praecipuorum in Ecclesia Wittebergensi de Verbis Domini, Hoc est Corpus Meum etc., Ursell, N. Henricus, 1563, fol.

343 W.K.A., Gefach 6/1, no 89.

344 W.K.A., Gefach 2/1, no 2. La date est fournie par la lettre de François Le Clerc citée à la note suivante.

345 W.K.A., Gefach 6/1, no 90 (document reproduit infra, annexe II/12). Wolters (op. cit., p. 249) fait erreur lorsqu’il attribue cette lettre à François Perrussel. Celui-ci était alors en France l’aumônier du prince de Condé. Cf. infra, p. 381. Erreur répétée par Cuno (Geschichte, p. 15) et Hillmann (Evangelische Gemeinde, p. 88).

346 Les autres se nommaient : Peter Pressy, Anthonis Lescailler, Jan Boiset, Jaques Matte, Bastiaen Karmans, Bleses De Roy et Jérôme Le Niers.

347 W.K.A., Gefach 6/1, no 91. Édition dans Wolteks, Reformationsgeschichte, p. 458-460. — Op. Calv., t. XIX, col. 625-627. Ce texte date du 7 septembre 1563 au plus tard, car il est mentionné dans la supplique de François Le Clerc (W.K.A., Gefach 2/1, no 2).

348 Supplique citée de François Le Clerc.

349 Wolters (op. cit., p. 458) induit le lecteur en erreur en donnant à la Confessio christiana de François Le Clerc le titre suivant qui est de son crû : Diejenige Form der Confession der Stadt in welcher die wallonische Gemeinde sie annehmen wollte. Erreur reproduite dans Op. Calv., t. XIX, col. 625 : Gonfessio vesaliensis cui coetus Gallicus adstipulari paratus se declaravit.

350 Wolters, op. cit., p. 255-256.

351 Ibid., p. 259-261. Sur cette affaire : W.K.A., Gefach 3/3, 1-10.

352 Wolters, op. cit., p. 258-259.

353 Ibid., p. 259. Il mourut en 1565 de la peste (ibid., p. 270).

354 Ibid., p. 258.

355 W.K.A., Gefach 3/1. Cf. Van Schelven, Vluchtelingenkerken, p. 293.

356 Sur le refuge de Wesel à partir de 1567, en attendant une étude plus approfondie : Cuno, Geschichte, p. 15-76.

357 Sur Charles de Nielles, qui était encore ministre à Wesel en 1598 : Ch. Rahlenbeck, art. Charles de Nielles, dans Biographie Nationale, t. XV, Bruxelles, 1899, col. 702-705. — Cuno, op. cit., p. 20-22. — Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 338. C’est Charles de Nielles qui représenta l’Église française de Wesel au synode des Églises réformées néerlandaises tenu à Emden les 4-13 octobre 1571 (Goeters, Akten, p. 88. Cf. aussi ibid., p. 52).

358 Sur Ambroise Wille : Cuno, op. cit., p. 22. — Moreau, op. cit., p. 221-222.

359 Wille fut reçu comme habitant de Genève le 25 avril 1558 et Nielles le 4 septembre 1558. Cf. Geisendorf, Livre des habitants de Genève, t. I, p. 120 et 203.

360 En plus des ouvrages déjà mentionnés, on verra Gantesweiler, Chronik, p. 107. Cet auteur donne une liste des ministres de l’Église wallonne de Wesel qui a échappé jusqu’ici à l’attention des historiens. Elle couvre les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. D’après F. H. Gagnebin (dans Haagbordier, La France protestante, t. II, col. 1124-1125), Jean Bourgeois « exerça le ministère évangélique » à l’Église française de Wesel de 1567 à 1571, avant de devenir ministre à Cologne. Mais comme cet auteur le note lui-même, Bourgeois naquit vers 1550 (il avait quatre-vingts ans en 1630). S’il s’est trouvé à Wesel en 1567, ce ne fut certainement pas en qualité de ministre. Gantesweiler signale dans sa liste un certain Jean Bourgain qui pourrait être Jean Bourgeois. Il vient en quatrième position, après Ambroise Wille, Charles de Nielles et Levin Massis. A noter que Bourgeois, comme Wille et Nielles, était un Tournaisien. Cf. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 248.

361 Van Schelven, VluchtelingenJcerken, p. 294.

362 Texte des actes dans Wolters, Reformationsgeschichte, p. 335-358.

363 Cf. Moreau, Organisation synodale, p. 197-198. Le premier synode de la Classe de Wesel se tint à Wesel le 9 juillet 1572 et Charles de Nielles en fut le président. Cf. Cuno, Oeschichte, p. 20.

364 Selon un document manuscrit du XVIIIe siècle, cité par Meijer (Wording, p. 278), on serait venu d’Emden pour prêcher à Emmerich dès 1560. Mais comme ce document se révèle peu précis dans la chronologie sur d’autres points (il y avait déjà un ministre en 1571 et non à partir de 1574 seulement), l’information doit être considérée comme peu sûre.

365 Voir à ce propos une chronique anonyme de la Maison des Frères de Duisbourg, 1425-1559, publiée par W. Moll dans Kerkhistorisch Archief, t. III, 1862, p. 108-115.

366 Sur le refuge de Duisbourg : Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 35-37. — Withof, Des Duisburgischen... Chronici Sechszehenden Stück, p. 3. — Berg, Reformationsgeschichte, p. 148, 155, 198-190. — Averdunk, Geschichte der Stadt Duisburg, p. 528, 532-534. — [Ring], Duisburg und die Niederlande, p. 14-19.

367 Von Steinen, op. cit., p. 35.

368 Averdunk, op. cit., p. 534. Cette confession n’a pas été retrouvée.

369 Ibid., p. 528.

370 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 112 v° (28 mai 1554).

371 Ibid., f. 136 v° (20 juillet 1556) : « twe engelschen menner mit irer frauwen unnd kinderen ».

372 Ibid., f. 154 v° (10 janvier 1558).

373 Brieff discours, p. 7. Voir aussi ibid., p. 23 et 25. Sur les Anglais de Duisbourg : Averdunk, Geschichte der Stadt Duisburg, p. 532. Pas de mention à ce refuge dans Garrett, Marian Exiles.

374 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 154 v°.

375 Foxe, Acts and Monuments, t. VIII, p. 598. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 283.

376 Brieff discours, p. 38. Selon Garrett (op. cit., p. 134), il aurait suivi Sandys en mai 1554 à Strasbourg. Dixon (art. Richard Cox, dans Dictionary of National Biography, t. XII, Londres, 1887, p. 412-414) ignore lui aussi le séjour de Cox à Duisbourg. Cox quitta Francfort en 1555, pour Strasbourg selon Dixon ou pour Zurich selon Garrett. Il pourrait aussi bien être retourne à Duisbourg.

377 Von Steinen, Kurtze und generale Beschreibung, p. 36. — Withof, Des Duisburgischen... Chronici Sechszehenden Stück, p. 3. — Averdunk, Geschichte der Stadt Duisburg, p. 533 : « ... Jésus le sauveur veut que tous soient sauvés. L’idole du Sauveur veut qu’aucun ne le soit ».

378 D.S.A., Ratsprotokolle 1538-1560, f. 119v°-120r° (11 février 1555), publié par Averdunk, op. cit., p. 531-532.

379 Sur le Gymnase de Duisbourg : [Ring], Duisburg und die Niederlande, p. 15-19. Le duc de Clèves tenta en vain d’ériger le Gymnase en université : il fallut attendre pour cela l’année 1655. Cf. Wolters, Heresbach, p. 156-165.

380 Sur Cassander : M. E. Nolte, Georgius Cassander en zijn oekumenisch streven, Nimègue, 1951. Voir aussi les travaux cités par Stauffer, Interprètes, p. 248-249.

381 Johann Tybius, Annalium sive antiquitatum originis veteris Duisborgi libelli tres, Homberg, Nicolaus Gevardus, 1579, f. Ciii r°.

382 Rütger Tack, Chronica Duisburgensis, 1346-1610 (Deutsche Staatsbibliothek Berlin, MS. Boruss., f. 580).

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search