Version classiqueVersion mobile

Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

 | 
Philippe Denis

Première partie

I. Strasbourg

Texte intégral

1. Strasbourg, ville de refuge au seizième siècle

  • 1 A.M.S., XXI, 58, f. 355 v°. Les villes de Zurich, Bâle, Berne et Schaffhause avaient écrit au Magi (...)

1« Si Strasbourg jouit d’une réputation glorieuse entre toutes les autres villes dans la chrétienté entière, elle ne l’a pas obtenue parce qu’elle s’est déclarée jadis pour la Confession d’Augsbourg — un grand nombre d’autres cités en ont fait de même — mais elle le doit à l’hospitalité et à la protection qu’elle a accordées à ces malheureux chrétiens, sans distinction de nationalité, persécutés pour leur foi. Elle les a arrachés aux mains sanguinaires des tyrans, et leur a permis de puiser des consolations et des forces dans la Parole de Dieu lue et prêchée dans leur langue : voilà les vrais titres de gloire de notre ville1. » Quand Paul Hochfelder, le secrétaire de la ville, prononça ce discours le 14 juin 1577, il y avait déjà quatorze ans que l’Église française de Strasbourg avait été fermée sur ordre du Magistrat. La politique d’accueil sans restriction des réfugiés, dont Hochfelder faisait l’éloge pour obtenir la réouverture de l’Église française, avait été abandonnée, par étapes, depuis plus lontemps encore. Les premières mesures effectives de contrôle de l’immigration furent prises en 1552, après qu’Henri II eut menacé de s’emparer de Strasbourg, les jours suivant la prise de Metz. La période faste pour le refuge a correspondu à celle du gouvernement du stettmeistre Jacques Sturm. La mort de celui-ci, le 30 octobre 1553, a marqué la fin d’une époque pour la ville de Strasbourg comme pour les étrangers.

  • 2 Je me réfère ici principalement à la récente Histoire de Strasbourg et en particulier aux deux con (...)

2Soumise jusqu’au XIIIe siècle à la tutelle épiscopale, Strasbourg était au XVIe siècle une ville libre du Saint Empire Romain Germanique2. En cette qualité, elle jouissait de la liberté de frapper monnaie, d’entretenir une armée et de mener une politique extérieure indépendante.

  • 3 Cf. infra, p. 130.

3Cette ville libre comprenait un double territoire, urbain et rural, s’étendant sur environ deux cent vingt-cinq kilomètres carrés. La ville elle-même compta vers 1525 quelque 25.000 habitants. Ce chiffre retomba à 20.000 au moment de la guerre de Smalcalde en 1546, pour se maintenir à ce niveau jusque vers 1600. Quant au territoire rural, il comptait au XVIe siècle approximativement 10.000 habitants, sans tenir compte des villages ne dépendant qu’indirectement de la ville par l’intermédiaire de propriétaires directs. La localité la plus importante était Wasselonne, qui, à l’instar de Strasbourg, accueillit au XVIe siècle une colonie de réfugiés3.

  • 4 Sur Jacques Sturm, voir en dernier lieu : Marc Lienhard, Jacob Sturm, dans Gestalten der Kirchenge (...)

4A Strasbourg, conformément à une constitution qui, dans sa forme définitive, datait de 1484, l’exercice du pouvoir appartenait exclusivement aux deux catégories reconnues de bourgeois, les patriciens (constofler) et les artisans (handwerker). Ces derniers étaient regroupés en vingt corporations, parmi lesquelles celle des marchands, dite au Miroir (zum spiegel). Aux occasions importantes, ainsi lors de l’abolition de la messe de 1529, l’assemblée des trois cents échevins (schöffen), c’est-à-dire des représentants des corporations, était consultée. En temps ordinaire, le pouvoir effectif revenait à ce que l’on appelait le Magistrat. Celui-ci réunissait deux corps, composés l’un et l’autre pour un tiers de nobles et pour deux-tiers de délégués des métiers : le Conseil (rat), dont les membres, au nombre de trente, étaient élus pour deux ans, et le collège des XXI, dont les membres, trente-deux en réalité, étaient nommés à vie. A la tête du Conseil, se trouvait l’ammeistre (ammeister), un homme tout puissant mais pour un temps seulement : sa charge en effet était annuelle et il n’était pas rééligible avant cinq ans. L'ammeistre était assisté de quatre stettmeistres (stettmeister), qui exerçaient leur fonction à tour de rôle pendant un trimestre. Le collège des XXI était lui-même subdivisé en deux chambres (stuben), celle des XIII, compétente pour la diplomatie et la guerre, et celle des XV, pour les finances. Les décrets, y compris les règlements ecclésiastiques et liturgiques, commençaient en ces termes : « Nous, les maîtres, l’ammeistre et les stettmeistres, le Conseil et les vingt-et-un ». Dans le second quart du seizième siècle, un homme domina par sa stature le Magistrat de Strasbourg : c’est le patricien Jacques Sturm (1498-1553), qui siégea au Conseil des XIII pendant près de trente ans et fut à plusieurs reprises stettmeistre de Strasbourg4.

  • 5 Cf. un acte du registre du Conseil et des XXI, 28 août 1531, transcrit par Sébastien Brant dans se (...)

5La Réforme protestante débuta à Strasbourg au début de l’année 1524, lorsque, le 16 février, le vicaire de la cathédrale, Thiébaut Schwarz, célébra pour la première fois dans la ville la messe en langue vulgaire. Quelques semaines plus tard, le curé de la cathédrale, Mathieu Zell, et son épouse, Catherine Schutz, avaient communié sous les deux espèces, lors de leur mariage, béni par Martin Bucer, un ancien dominicain récemment arrivé à Strasbourg. Il fallut attendre l’année 1529, nous l’avons vu, pour que la messe fût officiellement abolie par décret. Les réformateurs de Strasbourg — Mathieu Zell, mort bientôt, Wolfgang Capiton et surtout Martin Bucer en sont les principaux — ne touchèrent pas à la division territoriale de l’Église en paroisses. Au nombre de sept, celles-ci devinrent le lieu privilégié, presque exclusif, de la réforme du culte et de la prédication. Mais la paroisse elle-même changea profondément de physionomie. Le pasteur, appelé prédicateur (prediger) ou ministre (diener), dépendit désormais non plus de l’évêque mais du Magistrat, qui le nommait et l’entretenait. Au sein de la paroisse, son autorité fut, à partir de 1531, contrebalancée par celle de trois laïcs appelés curateurs (kirchenpfleger) que l’autorité civile désignait et qui étaient responsables devant elle. Un était choisi parmi les membres du Magistrat, un parmi les échevins et un parmi les fidèles5.

  • 6 Bornert, op. cit., p. 57.
  • 7 A.M.S., XXI, 33, f. 405 v° (7 octobre 1555).
  • 8 A.M.S., A.S.T. 198, f. 1 r°.

6L’ensemble des prédicateurs et de leurs « aides » (helffer) formait un collège appelé Convent ecclésiastique (kirchenkonvent). Au début de la Réforme, les réunions du Convent étaient assez spontanées, mais progressivement elles prirent un caractère plus régulier. La présidence, d’abord bicéphale, fut à partir de 1533 assumée par Bucer seul, Capiton ayant reconnu sa prééminence. Comme le note un auteur récent6, le « leadership » de Bucer était avant tout charismatique. Celui de son successeur, Jean Marbach, qui prit ses fonctions en 1552, fut, quant à lui, de plus en plus autoritaire. « Marbach, le nouvel évêque », devait un jour l’appeler le secrétaire municipal dans son rapport7. Dans son Diaire, Marbach se donna à lui-même le titre de surintendant (superattendent), à l’image des autres Églises luthériennes8. Cette désignation, cependant, n’était pas officielle. Le fait ne devait être reconnu par le droit qu’en 1598, quand furent promulguées les Ordonnances ecclésiastiques de Strasbourg.

  • 9 Cf. infra, p. 75.
  • 10 Cf. Kittelson, Wolfgang Capiton, p. 171-206. — Dollinger, Tolérance, t. II, p. 241-249.

7Strasbourg a été, dans les premiers temps de la Réforme, une véritable ville libre, autonome dans sa politique étrangère et indépendante dans ses choix religieux. Jusqu’au départ de Bucer pour l’Angleterre en 1548, au moment de l’Intérim d’Augsbourg9, elle a su adopter dans le domaine confessionnel une ligne originale par rapport au reste de l’Empire. C’est ainsi que dans la controverse eucharistique Bucer et ses collègues se gardèrent des rigidités doctrinales des théologiens de Wittenberg, sans pour autant se ranger dans le camp des zwingliens. Face aux dissidents, Strasbourg fit preuve, à l’instigation de Wolfgang Capiton, d’une relative tolérance, jusqu’en 1531 au moins, et après cette date la répression s’exerça sans rigueur excessive10.

8Un autre sujet de fierté pour la ville était son rayonnement intellectuel, avant et surtout après la fondation de l’École par l’humaniste Jean Sturm en 1538. Trois conseillers, appelés scolarques, étaient chargés par le Magistrat de donner à la ville un enseignement conforme aux nouvelles orientations religieuses. C’est à un corps politique épris de culture que Strasbourg eut l’heur de confier sa destinée en ce faste second quart du seizième siècle.

  • 11 Bucer à Myconius, [Strasbourg, après le 23 novembre 1533] (Z.Z.B. : Simlersammlung ; copie : Th. B (...)

9En matière d’immigration, c’est le même esprit d’ouverture qui animait les autorités. « La plupart des membres du Magistrat, écrivait en 1533 Bucer qui s’inquiétait de voir le nombre des étrangers croître démesurément, estiment que s’il portent une restriction [à l’accueil], la ville perdrait son caractère de ville libre11. »

10Ces bonnes dispositions ne devaient pas survivre au stettmeistre Jacques Sturm, mort en 1553, et lors de la période suivante, dominée par la personnalité du surintendant Marbach, les Strasbourgeois firent preuve de plus de xénophobie. Mais, désirés ou non, qui étaient ces étrangers ? Le moment est venu à présent de voir ce qu’il faut entendre par étranger. Ensuite, nous examinerons brièvement le groupe des étrangers : il sera question successivement de leur provenance géographique, de leur statut, de leur nombre et de leur profession. Ces étrangers ont eu une histoire religieuse, c’est évident. Certains — pas tous cependant — peuvent être considérés comme des réfugiés pour cause religieuse. En gros, ce sont eux qui ont fourni aux Églises d’étrangers, l’Église française fondée en 1538 et fermée par le Magistrat en 1563 et l’éphémère Église anglaise, leurs effectifs. L’histoire de ces Églises fera l’objet des chapitres suivants.

  • 12 Dans le texte cité par Schmidt, Gérard Roussel, p. 52, note 3 (cf. infra, p. 64, note 2), welsch d (...)
  • 13 On pourrait ainsi traduire die welsche kirche par l’Église welche, mais, par fidélité à l’expressi (...)
  • 14 Karl Sachs et Césaire Villate, Langescheidts Grosswörterbuch französisch, nouv. éd., Berlin, 1968, (...)

11Dans les documents du XVIe siècle, les personnes venues d’ailleurs s’établir à Strasbourg sont d’abord désignées par le terme d’« étrangers » (fremder ou frembder, plus rarement usslender). Ce sont : « les étrangers » (die fremden), « les personnes de langue étrangère » (die fremder zungen personen), « le peuple étranger » (das fremdes volck). Quelquefois, surtout dans les textes concernant l’Église française, le terme les désignant évoque la cause de leur venue, en l’occurrence la persécution religieuse : on en parle comme des « personnes exilées » (vertriebene personen) ou des « chrétiens opprimés » (betrungen christen). Cependant, toujours dans les documents relatifs à l’Église française, la façon la plus courante de désigner les nouveaux venus se réfère à leur langue. On les appelle « les Romans » ou, pour mieux dire, « les Welches » (die welschen), le terme allemand welsch, utilisé dans ce cas, ne possédant pas de véritable équivalent en français. Sont Welches, non seulement à Strasbourg mais ailleurs dans la vallée du Rhin, tous les étrangers parlant le français ou un dialecte proche du français12, les Français d’origine bien sûr mais également les Wallons, les Lorrains, les Savoyards. C’est dans ce sens que nous emploierons désormais le mot welche13. Notons que, dans un sens dérivé, il désigne parfois aussi, aujourd’hui encore14, les étrangers de langue italienne. Enfin, mais c’est plus rare, il arrive que le mot welche soit tout simplement synonyme d’étranger, avec une connotation péjorative que le terme étranger n’a pas en tant que tel.

  • 15 Le volume I des livres de bourgeoisie (acquisitions par mariage et par achat, janvier 1440-mars 15 (...)
  • 16 Fuchs, Immigration artisanale, p. 187.

12Tous les étrangers de Strasbourg n’étaient pas des Welches, tant s’en fallait. La majorité d’entre eux provenaient des États voisins de l’Empire, du pays de Bade, du Wurtemberg et de la Bavière principalement. Si l’on ne prend que les nouveaux bourgeois, le nombre relativement petit des Welches apparaît très nettement. Deux livres de bourgeoisie ont été conservés pour la période qui nous intéresse. Dans le premier, inauguré en octobre 1543, figurent les noms de ceux qui sont devenus bourgeois de Strasbourg grâce à leur mariage avec une Strasbourgeoise ; dans le second, qui s’ouvre au mois de décembre 1559, sont inscrits les noms de ceux qui ont acquis le droit de bourgeoisie par achat15. De 1544 à 1565, on compte ainsi 1966 inscriptions, avec pour 1460 d’entre elles, soit 74 %, la mention du lieu d’origine du nouveau bourgeois. Or, huit inscriptions seulement concernent des individus originaires d’un pays de langue française : deux étaient de Montbéliard, un de Besançon, un de Pontarlier, un de Doubs près de Pontarlier, un de Porrentruy, un de Genève et un de Saint-Quentin. Toutes ces inscriptions datent de la période 1560-156516.

  • 17 Cf. infra, p. 109.

13De ces indications, il ne faudrait toutefois pas conclure à l’opposé que les Welches ne constituaient dans le groupe des étrangers qu’une minorité infime. Il est vraisemblable, pour commencer, que plus de huit Welches ont été inscrits à la bourgeoisie entre 1544 et 1565. Dans les registres de bourgeoisie, en effet, certains noms de lieu manquent et d’autres sont illisibles : que plusieurs noms de Welches nous aient échappé ainsi n’est donc pas impossible. Mais surtout nous avons à tenir compte du fait que la plupart des Welches n’étaient pas inscrits à la bourgeoisie. Jusqu’en 1557, il leur était loisible de devenir bourgeois à condition de s’acquitter du droit d’inscription requis. Cette période n’est justement pas couverte par le registre des inscriptions à la bourgeoisie par achat conservé. A partir de 1557, nous y reviendrons17, le Magistrat n’accorda plus qu’exceptionnellement le droit de devenir bourgeois aux Welches de Strasbourg. On ne s’étonnera pas dès lors de ne voir que les noms de huit Welches figurer dans le registre qui s’ouvre en décembre 1559.

  • 18 A.M.S., II 84b 56 (Wolff, Liste, p. 167-171).

14Pour prendre la mesure de l’importance de la colonie welche de Strasbourg, d’autres documents existent, et en particulier un recensement effectué en septembre 1562 par le ministre et les anciens de l’Église française à la demande du Magistrat18. Il porte sur cent cinquante-six personnes, toutes membres en principe de l’Église française. Nous examinerons dans le détail ce recensement plus loin, lorsqu’il sera question du nombre des étrangers de Strasbourg. Il nous permet, en attendant, de connaître l’aire de provenance, à un moment déterminé, d’un groupe relativement considérable de Welches, qui peut, de ce fait, être considéré comme représentatif de l’ensemble des Welches de Strasbourg.

  • 19 Jérôme Zanchi, Jérôme Massari, un médecin de Vicence, Michel Pugliano, un marchand de Florence, Ja (...)
  • 20 Cornelius Henri, manouvrier, de Middelbourg. Cf. A.M.S., XXI, 36, f. 278 r°, 23 mai 1558 : il habi (...)
  • 21 « Nicolas le bonnetier de Celestsast, allemand ».
  • 22 Sur les réfugiés du pays de Liège et des Pays-Bas : Halkin, Protestants des Pays-Bas, p. 297-307. (...)

15Sur les cent cinquante-et-un pour lesquels le lieu d’origine est indiqué dans le recensement, sept seulement ne provenaient pas d’un pays d’expression française : cinq Italiens19, un Zélandais20 et un Alsacien, dont on ne sait pas trop pourquoi il figure au nombre des étrangers21. Du royaume de France proprement dit, provenaient cinquante-et-un réfugiés, soit plus du tiers : vingt-quatre étaient messins, neuf bourguignons, six du pays de la Loire, trois parisiens, trois picards, deux champenois, deux provençaux, un auvergnat et un dauphinois. Quarante avaient quitté le duché de Lorraine, huit la Franche-Comté, sept le duché de Savoie et trois la principauté de Montbéliard. Six étaient originaires du territoire actuel de la Suisse : deux de Genève, deux du pays de Vaud, un du pays de Neuchâtel et un de celui de Fribourg. Dix réfugiés, enfin, provenaient des Pays-Bas méridionaux (Flandre française, Tournaisis, Limbourg, Luxembourg) et neuf du pays de Liège22.

  • 23 Cf. infra, p. 70-71.
  • 24 Cf. infra, p. 78.
  • 25 Cf. infra, p. 80.
  • 26 Cf. infra, p. 126.

16On relèvera qu’en 1562 un peu plus du tiers seulement des étrangers recensés provenaient du royaume de France. Aux autres périodes, les Lorrains et les Messins ont toujours été nombreux. Ce sont de véritables groupes constitués qui se déplaçaient régulièrement de Metz à Strasbourg, ainsi en 154323, en 154624, en 155225 et en 155926. Ces hommes et ces femmes étaient chassés de chez eux du fait de leur attachement à la Réforme et lorsque la répression diminuait d’intensité, ils rentraient dans leur patrie.

  • 27 Cf. infra, p. 110.
  • 28 Cf. infra, p. 127-129.
  • 29 Cf. infra, p. 83-86.
  • 30 Il y eut des étudiants polonais à Strasbourg en 1545 et en 155b au moins. Cf. le document cité inf (...)
  • 31 A.M.S., XXI, 37, f. 144 r° et 147 r° et v° (3 avril 1559) et 163 r° (10 avril 1559) : à propos des (...)

17Le recensement de 1562 ne permet pas non plus de constater que des groupes entiers de citoyens émigraient parfois en bloc de certaines régions de France à Strasbourg, des Parisiens en 1557 par exemple27, ou des habitants de Champagne en 1562 et 156328. De même, un important contingent d’Anglais s’est fixé à Strasbourg à partir de 1554 et jusqu’en 155829 Signalons enfin la présence dans la ville au milieu du seizième siècle d’un groupe d’étudiants polonais30 et d’un petit nombre d’Espagnols31.

18Les étrangers de Strasbourg se sont vu reconnaître au XVIe siècle des statuts différents selon l’importance de leur fortune, selon leur provenance et surtout selon le moment de leur arrivée. Ils étaient ainsi distingués en bourgeois, en bourgeois de l’écoutète, en habitants et enfin en étrangers en situation irrégulière.

  • 32 Sur le droit de bourgeoisie à Strasbourg : Winckelmann, Strassburgs Verfassung, p. 504-513. — Fuch (...)

19La bourgeoisie s’acquérait à Strasbourg, nous venons de le voir, par mariage ou par achat32. Le statut de bourgeois procurait le libre exercice du métier avec des avantages douaniers, la protection de la ville pour la personne et les biens, le droit de ne pas être jugé devant des tribunaux étrangers et un ensemble de droit politiques.

  • 33 A.M.S., XXI, 32, f. 302 r° et v°. Sur les bourgeois de l’écoutète : Winckelmann, op. cit., p. 504- (...)
  • 34 A.M.S., XXI, 33, f. 117 r° et v°, 243 r° et v°.

20A Strasbourg, les bourgeois dont la fortune était inférieure à dix livres formaient une catégorie spéciale, les petits bourgeois (kleinbürger) ou bourgeois de l’écoutète (schultheissbürger). Ils ne bénéficiaient pas des droits politiques et ne pouvaient accéder à aucune fonction municipale. L’ecoutète (schultheiss), qui leur accordait la bourgeoisie, était un officier épiscopal. Depuis la Réforme, le Magistrat s’efforçait de supprimer cette juridiction. En temps de guerre, l’admission des bourgeois de l’écoutète était purement et simplement interdite, comme en 1546 et en 1552, pour éviter l’afflux des mendiants étrangers. Après 1553, les bourgeois de l’écoutète durent promettre de ne pas demander l’aumône pendant une durée de cinq ans. Le 3 septembre 1554, les écoutètes reçurent l’ordre de ne plus recevoir personne comme bourgeois sans l’avoir soumis à une enquête approfondie et en avoir référé au Magistrat de Strasbourg33. L’année suivante, le Magistrat revint à deux reprises sur cette question, le 25 mars et le 19 juin34. L’idée qu’il fallait restreindre drastiquement le nombre des étrangers et l’étendue de leurs droits gagnait du terrain.

  • 35 Cf. Zeller, Manants d’Alsace, p. 111-120. — Kintz, Société, p. 123-125.

21Par la suite, le statut de bourgeois de l’écoutète ne fut plus accordé aux Welches. L’institution elle-même tomba du reste bientôt en désuétude. A peu près la même année, en 1557, les Welches, même riches, se virent refuser, sauf dérogation, l’accès à la bourgeoisie. Il ne leur resta plus alors qu’une seule possibilité juridique : devenir « habitant » (einwoner), pour une durée limitée — trois mois en général — et renouvelable. Pour obtenir l’autorisation de séjour, il leur fallait payer une taxe d’un sou, s’ils étaient célibataires, ou de deux sous, s’ils étaient mariés, et prêter le serment de respecter les règlements municipaux. Les habitants, appelés aussi manants (hintersassen) en Alsace au XVIe siècle, étaient des citoyens de seconde zone. La distinction entre bourgeois et habitants devait subsister jusqu’à la fin de l’Ancien Régime35.

  • 36 A.M.S., III 64/1 (1559-1589) et 2 (1585-1592). Il est fait allusion au Welschen Register dans le m (...)
  • 37 Cf. infra, p. 82. Voir aussi Kintz, op. cit., p. 119.

22Libéral dans les premiers temps, le Magistrat visa à contrôler strictement l’immigration, à mesure que celle-ci prenait de l’ampleur. A partir de 1552, il fit ainsi procéder à divers recensements et, à partir de 1559, il fit dresser pour les Welches un registre particulier, appelé le Welschen Register36. De leur côté, les aubergistes reçurent l’injonction, par des ordonnances maintes fois répétées, de faire parvenir chaque soir à l’ammeistre la liste de leurs hôtes37.

23Les Welches ayant le statut d’habitant étaient donc bien répertoriées. Il sera donc possible, pour peu que la documentation d’alors ait été conservée jusqu’à nos jours, d’en chiffrer l’importance.

  • 38 Cf. Histoire de Strasbourg, t. II, p. 379-380.
  • 39 Cf. infra, p. 513.
  • 40 A.M.S., XXI, 22, f. 407 v°, 408 r°-409 v°.
  • 41 A.M.S., XXI, 22, f. 531 (6 décembre 1544), dans Winckelmann, Fürsorgewesen, p. 205, et 23, f. 49 r (...)
  • 42 A.M.S., XXI, 28, f. 477 r° et 478 v° (24 novembre 1550).
  • 43 A.M.S., XXI, 35, f. 70 v°-71 r° (8 mars 1557).

24Un mot cependant au sujet des étrangers en situation irrégulière. Par définition, ils sont difficiles à identifier, puisqu’ils échappaient au contrôle des autorités. On sait qu’à Strasbourg, où depuis 1523 la mendicité était interdite par ordonnance38, le Magistrat a beaucoup eu à s’occuper des mendiants welches39. Ces derniers pénétraient la nuit dans la ville et allaient faire la quête dans les hospices. Il leur arrivait de passer et de repasser le pont du Rhin, au point que le Magistrat fit demander, le 1er septembre 1544, aux douaniers d’empêcher l’accès de la cité à tous les étrangers sans argent. Pour quitter la ville, par contre, il n’était pas question qu’ils soient inquiétés40 ! En 1545, des mendiants welches furent employés par le chef des travaux (bauherr), aux chantiers municipaux, mais il ne semble pas qu’il y ait eu du travail pour eux très longtemps41. En 1550, en raison sans doute de leur trop grand nombre, le Magistrat prit des mesures contre eux et renforça la surveillance aux portes de la ville, pour les empêcher d’y pénétrer illégalement42. Les mercenaires formaient, parmi les étrangers, une deuxième catégorie suspecte. On en vit arriver à Strasbourg en mars 1557. Comme ils étaient non seulement cuirassés mais armés, la population prit peur et le Magistrat leur ordonna d’abandonner leurs armes sous peine d’amende43.

  • 44 Sur les étrangers fréquentant les foires au XVIe siècle : Histoire de Strasbourg, t. II, p. 272.
  • 45 Jacques Bedrotus à Simon Grynaeus, [Strasbourg, 27 juin 1541] (Z.Z.B. : Simlersammlung ; copie : T (...)

25Les marchands étrangers fréquentant les foires, celles de Noël et de la Saint-Jean notamment, constituaient une autre catégorie d’étrangers au statut particulier44. Si bref que fût leur passage, ils contribuaient à donner à la ville une allure cosmopolite. Ces marchands ont marqué, à l’occasion, l’histoire religieuse. Ainsi, en 1541, Jean Calvin, alors ministre de l’Église française, attendit avant de se rendre à Genève que la foire soit terminée, car il savait qu’à cette occasion beaucoup de Français séjournant à Strasbourg pour affaires venaient assister au culte dans son temple45.

  • 46 Poullain à Calvin, Strasbourg, 13 octobre 1544 (Op. Calv., XI, col. 757, no 577) : « Iam enim ita (...)
  • 47 A.M.S., XXI, 30, f. 483 v° (22 décembre 1552). Ces chiffres sont répétés l’année suivante : XXI, 3 (...)
  • 48 Cf. R. Mous, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, Louvain, 1956, p (...)
  • 49 Cf. infra, p. 80.
  • 50 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r°.

26Combien étaient les étrangers de Strasbourg ? Leur nombre a beaucoup varié, on s’en doute. Voici les données qui ont pu être rassemblées, au sujet des Welches seulement, car eux seuls nous intéressent, avec les Anglais, dans le cadre de cette étude. En 1544, Valérand Poullain, ministre de l’Église française par intérim, écrivit à Calvin que son Église comptait « deux cents [fidèles] ou plus »46. En décembre 1552, l’officier de la Chambre de la Taille (stall) déclara aux kirchenpfleger de l’Église française, chargés par le Magistrat d’établir le recensement des Welches, qu’ils étaient quatre-vingt-onze à payer l’impôt comme bourgeois. Dans le nombre, seize payaient l’impôt sur les grosses fortunes (grosse zusatz)47. En se fondant sur ce chiffre de quatre-vingt-onze et en adoptant le coefficient-standard cinq pour le calcul de la densité par ménage48, on obtient un chiffre d’un demi-millier environ de Welches établis à Strasbourg en ce mois d’octobre 1552 et inscrits à la bourgeoisie. Le nombre réel des Welches a certainement été supérieur, car les statistiques de l’officier de la Chambre de la Taille ne tenaient pas compte des étrangers récemment arrivés — des Messins en l’occurrence49 — et des étrangers non bourgeois. Une nouvelle enquête, menée en octobre 1553 auprès des corporations cette fois, permit aux kirchenpfleger d’avancer le chiffre de cent cinquante-et-un Welches, ainsi répartis : cent bourgeois, trente-cinq non-bourgeois et seize domestiques50.

  • 51 Une mention à un recensement sans donnée chiffrée dans : A.M.S., XXI, 36, f. 116 r° (2 mars 1558) (...)
  • 52 A.M.S. : III 271/12. Cette liste date de 1562, car elle mentionne Aimé Pellissier de Clermont, « d (...)
  • 53 A.M.S., II 84b 56 (Wolff, Liste, p. 167-171. Cf. infra, p. 129).

27Les vingt ans qui ont suivi, les étrangers de Strasbourg ont été régulièrement dénombrés, mais, sauf pour l’année 1562, les résultats d’aucun recensement n’ont été conservés51. Cette année-là, une première liste établie en janvier ou en février donnait le nom de vingt-quatre Welches, avec leur lieu d’origine, la date de leur arrivée et le montant de ce qu’ils devaient à la Chambre de la Taille52. La seconde indiquait les noms, lieux d’origine, profession, domicile et composition du ménage de cent cinquante-six étrangers. Elle fut dressée par le ministre Guillaume Houbraque et les anciens de l’Église française à la demande du Magistrat peu après le 17 septembre 156253.

  • 54 A.M.S., II 84b 45 : « Registre des mariages et baptesmes qui ont esté célébrez en l’église françoy (...)
  • 55 Mols, Introduction, t. II, p. 280.

28Les registres des baptêmes et des mariages de l’Église française, conservés pour l’année 1561 seulement, complètent et corrigent les indications fournies sur la population welche de Strasbourg par les recensements officiels54. De janvier à décembre 1561, selon ce registre, trente-huit enfants étaient baptisés, tandis que dix mariages étaient célébrés. Du premier de ces chiffres, on peut, par extrapolation, obtenir le chiffre de la population totale. Dans l’Ancien Régime, le taux moyen de natalité était d’environ 40 ‰55. Si tous les Welches de Strasbourg étaient inscrits à l’Église française et y baptisaient leurs enfants, — la chose n’est pas impossible, — la population welche a compté en 1561 quelque neuf cent cinquante âmes. Mais ce chiffre est vraisemblablement supérieur à la réalité, car une population immigrée compte en général peu de vieillards, ce qui entraîne que le taux de natalité des Welches a sans doute été plus élevé que le taux moyen à cette époque.

29Les données manquent, on le constate, pour évaluer avec précision l’importance numérique de la colonie welche de Strasbourg au milieu du XVIe siècle. Il est seulement permis d’affirmer que leur nombre a vraisemblablement oscillé, à partir de 1552 environ et au moins jusqu’en 1562, entre cinq cents et mille, peut-être mille cinq cents. La population strasbourgeoise était alors, nous l’avons vu, de vingt mille habitants approximativement. Les Welches en représentaient moins du dixième.

  • 56 Reuss, Collectanées de Daniel Specklin, fr. 2348, p. 532-533.
  • 57 Dacheux, Chronique strasbourgeoise de Sebald Bühler, fr. 267, p. 82.

30Dans sa chronique de Strasbourg, Daniel Specklin estimait à mille cinq cents le nombre des réfugiés venus de France ainsi que d’Italie et d’Espagne, sans du reste dater avec beaucoup de précision l’information56. Ce chiffre est peut-être exact. En revanche, Sebald Bühler, le directeur de l’Arsenal de Strasbourg, qui était moins bien disposé que Specklin à l’égard de la Réforme en général, exagérait quand il écrivait dans une autre chronique que la « racaille » étrangère était devenue si nombreuse « que la ville en est devenue welche pour un tiers au moins »57.

  • 58 En septembre 1553, l’élection des anciens fut retardée en raison du fait que « viel auss der kirch (...)

31Dans le groupe des étrangers de Strasbourg, l’éventail des professions était extrêmement large. En d’autres lieux, comme à Francfort ou à Wesel, la majorité des réfugiés étaient soit des marchands, soit des tisserands : ici, ce ne fut pas le cas. Sur le total des cent vingt-six étrangers dont le recensement déjà cité de septembre 1562 précise la profession, treize étaient des marchands58, huit drapiers, quatre colletiers, trois tisserands, trois bonnetiers, deux cardeurs de laine et un passementier. Parmi les autres, on trouvait des orfèvres, des menuisiers, des tonneliers, des bouchers et des jardiniers. La plupart, en tout cas, étaient des artisans.

  • 59 Engel, École latine, p. 32.
  • 60 Cf. Engel, op. cit.Schindling, Humanistische Hochschule. Il existe une abondante bibliographie (...)

32A l’intérieur de la colonie des réfugiés, les professeurs et les étudiants de l’École formaient un groupe à part. D’après le tableau des cours supérieurs donnés pendant l’été 1539, un an après la fondation de l’École par Jean Sturm59, deux des professeurs étaient français : Calvin, qui devait retourner à Genève en septembre 1541, et l’helléniste Claude Féray, son diacre, qui devait mourir de la peste en mars de la même année. D’Italie arriva en 1542 le théologien Pierre Martyr Vermigli, accompagné de l’hébraïste Emmanuel Tremellius et de l’helléniste Paul Lacisio. Les scolarques s’empressèrent, de leur confier un enseignement à l’École. A Pâques de l’année 1544, le Hollandais Justus Velsius commença un cours de philosophie. En même temps, Jean Günther d’Andernach, un Rhénan formé à Paris et bientôt membre de l’Église française, fut chargé du cours de grec. Au moment de l’Intérim d’Augsbourg, Velsius quitta Strasbourg pour Cologne, tandis que ses collègues étrangers se réfugiaient en Angleterre. Après la mort d’Édouard VI, Pierre Martyr et Tremellius revinrent à Strasbourg. Un autre Italien, Jérôme Zanchi, qui venait d’être engagé pour le cours de théologie au début de l’année 1553, les y avait précédés. En mars 1555, François Bauduin devint professeur à Strasbourg, après avoir enseigné le droit pendant sept ans à Bourges. Son compatriote, François Hotman, vint le rejoindre l’année suivante. Il essaya d’abord, sans succès, d’obtenir la création d’une seconde chaire de droit, puis remplaça en juin 1556 Bauduin qui était retourné en France. Mais, à partir de 1560, Hotman négligea ses cours et, en 1561, son contrat ne fut plus renouvelé. Quant à Zanchi, il quitta Strasbourg à la fin de l’année 1563, à la suite d’un conflit théologique avec Marbach. Il imitait Pierre Martyr qui, lui, avait accepté en 1556 une chaire à Zurich, où il était mort en 156260.

  • 61 Cf. Histoire de Strasbourg, p. 478.
  • 62 Denis, Correspondance, p. 87-88.
  • 63 Gaspar Hédion à Boniface Amerbach, Strasbourg, 22 novembre 1545 (Hartmann, Amerbachkorrespondenz, (...)

33Faute d’une matricule, nous sommes moins bien renseignés sur les étudiants étrangers de l’École61. Faut-il les considérer comme des réfugiés pour cause religieuse ? Le cas d’Hubert de Bapasme, par exemple, est clair. Originaire de Lille, il arriva, par Anvers où il avait de la famille, à Strasbourg le 5 avril 1543 et, aussitôt, il se mit à suivre des cours de dialectique, de rhétorique et de grammaire latine à l’École. Il trouva une chambre dans la maison d’un professeur, Michel Delius, avant de passer en avril 1546 chez Pierre Martyr. Sa correspondance montre qu’il s’agit bien d’un réfugié, chassé par la persécution qui frappait alors la région de Lille, Tournai et Valenciennes62. Par prudence, Hubert de Bapasme vécut à Strasbourg sous un nom d’emprunt, Martin du Mont. Un cas comme le sien n’a pas dû être unique. Une lettre d’Hédion à Amerbach, le 22 novembre 1545, semble indiquer qu’à cette date le nombre d’étudiants étrangers augmenta sensiblement et qu’une des raisons de leur venue à Strasbourg était la présence dans la ville d’une Église française : « De nombreux jeunes gens de qualité se réfugient ici chaque jour. Récemment, ce sont deux fils de Guillaume Budé [...] qui sont arrivés ici, pour y mener des études et parce que nous avons une Église française. Et je ne parle pas des autres, des Espagnols, des Italiens, des Polonais et des Néerlandais63. »

  • 64 A.M.S., A.S.T. 324, f. 17 r° [avant 15 juin 1555] (Fournier et Engel, Gymnase, p. 66-67, no 2016). (...)

34Un autre témoignage, postérieur de dix ans environ, montre qu’à cette époque au moins une partie des étudiants étrangers étaient attirés à Strasbourg par autre chose que la possibilité d’y célébrer le culte selon l’évangile. Il s’agit d’une pétition de trente-trois étudiants, adressée aux scolarques pour obtenir la création d’une seconde chaire de droit à l’occasion de la venue à Strasbourg de François Hotman. Elle se termine par ces mots : « D’autres jeunes gens en très grand nombre se joignent à nous, Allemands, Poméraniens, Anglais, Français, dont quelques-uns sont venus dans cette ville [pour y entendre François Hotman], Pour gagner du temps, on ne les a pas fait signer. Si la chose est jugée utile, ils le feront64. »

2. Les réfugiés de Strasbourg avant la fondation de l’Église française (1524-1538)65

  • 65 Sur les réfugiés de Strasbourg vers 1545 : Guillaume Farel, p. 160-164. — Moore, Réforme allemande (...)
  • 66 Cité par Peter, Strasbourg et la Réforme française, p. 276.

35C’est en 1538 que l’Église française de Strasbourg a été officiellement fondée, mais il n’a pas fallu attendre cette date pour que des réfugiés de langue française s’établissent dans la ville. Dès le 5 juillet 1524, le ministre Wolfgang Capiton écrivait à son ami Henri Stromer, médecin à Leipzig : « Strasbourg est le refuge des frères exilés. Ici, les proscrits de tous les pays trouvent asile, et d’ici ils repartent au service de la Parole de Dieu66. » Les réfugiés provenaient des régions où la persécution contre les « idées nouvelles » commençait à sévir : les Pays-Bas, où les livres de Luther avaient été condamnés par un édit de Charles Quint dès septembre 1520, la Lorraine, où une mesure semblable fut prise en décembre 1523, et la France, lieu propice tout d’abord à la réforme de l’Église avec les « Bibliens » du groupe de Meaux, mais où le Parlement, profitant de l’emprisonnement de François Ier à Madrid, condamna la traduction du Nouveau Testament en français par Lefèvre d’Étaples au mois d’août 1525.

  • 67 Sur cet ouvrage récemment retrouvé à Vienne en Autriche : Peter, Premiers ouvrages, 1980, p. 36-38
  • 68 De Voght, Literae virorum eruditorum, p. 515-517, no 198. Sur Geldenhouwer, voir en dernier lieu : (...)
  • 69 Cité dans Schmidt, Gérard Roussel, p. 52, note 3, d’après un texte manuscrit de la Bibliothèque do (...)

36Comme le faisait remarquer Capiton, on ne s’établissait pas à Strasbourg sans conserver l’espoir d’un retour au pays. Des premiers réfugiés de langue française dont nous connaissons le nom, aucun n’est demeuré dans la ville plus d’un an ou deux, trois au maximum. Le premier, semble-t-il, fut l’Avignonnais François Lambert, arrivé de Wittenberg en avril 1524 et inscrit à la bourgeoisie le 3 novembre. C’est vraisemblablement à lui que l’on doit la publication, chez l’imprimeur Jean Schott, quelques mois plus tard, du premier ouvrage connu de Luther en français, le Livre tresutile de la vraye et parfaite subiection des chrestiens67. En 1525, la cité rhénane accueillit des évangéliques chassés de Metz : Jean Védaste, un ancien cordelier lillois, et le chevalier Nicolas d’Esch, un noble messin, probablement d’autres encore. Le Dauphinois Guillaume Farel, venu de Montbéliard en passant par Bâle, s’établit à Strasbourg au début d’avril et, de là, il fit un voyage à Metz en juin, peut-être à l’instigation des Messins réfugiés à Strasbourg. Il logeait chez Capiton. Au mois d’octobre, Farel fut rejoint par d’autres réfugiés non moins illustres qu’il avait connus à Meaux : Jacques Lefèvre d’Étaples, Gérard Roussel, Michel d’Arande et le Tournaisien Simon Robert. Cette petite communauté se dissipa rapidement : les « Bibliens » de Meaux regagnèrent le royaume de France en avril 1526, sauf Simon Robert, demeuré à Strasbourg avec sa femme Marie d’Ennetières jusqu’en mai 1528. De son côté, Lambert d’Avignon entra au service du landgrave de Hesse au début de l’année 1526, tandis que les Messins retournaient chez eux. Farel, qui se trouvait encore à Strasbourg en octobre 1526, se rendit bientôt en Suisse. C’est à l’époque de ces départs qu’arriva dans la ville, venant de Wittenberg, Guillaume Dumoulin, un Tournaisien comme Simon Robert, qui s’employa aussitôt à publier des traductions françaises d’œuvres de Luther. En février 1529, il devait être nommé pasteur à Noville, près d’Aigle, sur la recommandation de Farel. Tous ces réfugiés n’ont pas formé, le temps de leur séjour, une Église constituée, mais on sait qu’ils ont célébré, pendant une période qui n’a pas dû être fort longue, le culte en français. Passé par Strasbourg, l’humaniste néerlandais Gérard Geldenhouwer rapporta la chose à François Craneveld, un membre du Parlement de Malines, dans une lettre écrite de Worms, le 21 août 1526 : « Farel, le très savant théologien, connaisseur des trois langues, et Simon Robert prêchent en français. François Lambert a même prêché ici quelque temps en français68. » Farel, confirme un autre document69, « commença à prescher [en] lengage françois à ceux qui estoyent venus des lieux circonvoisins de la langue françoise. »

  • 70 Dacheux, Annales de Sébastien Brant (suite et fin), fr. 4780, p. 167. Cf. Dacheux, Annales de Sébas (...)
  • 71 Dacheux, Annales de Sébastien Brant, fr. 4780, p. 167.
  • 72 Protocoll der Klosterherren, 12 avril 1530, cité par Zwllling, Französische Sprache, p. 260 : « Di (...)

37En 1529, un maître d’école originaire du Palatinat, Sébastien Vogelsberger, se proposa pour « donner des cours de welche, d’italien et de français » et pour « tenir école »70. Le Magistrat accepta et se chargea de le rémunérer71. Son salaire fut prélevé sur les revenus des franciscains, mis à la disposition des écoles72.

  • 73 Bucer à Myconius, [Strasbourg, après le 23 novembre 1533] (Z.Z.B. Simlersammlung ; copie : Th. B.,(...)
  • 74 Cf. infra, p. 68.

38Parmi les étrangers, figuraient beaucoup d’hommes aux idées suspectes. C’est ce qui poussa un homme comme Bucer à préconiser un contrôle de l’immigration. Ainsi, pensait-il, pourrait-on se prémunir contre les sectes, que le Magistrat traitait, selon lui avec une indulgence excessive. « C’est une véritable peste pour cette ville, écrivait-il à Oswald Myconius en 1533, que l’on accepte n’importe qui comme citoyen sans le moindre discernement »73. Bien que la lettre ne donne aucune indication là-dessus, on peut penser qu’une partie de ces indésirables étaient des réfugiés de langue française, du genre de ces anabaptistes que Calvin allait convertir quelques années plus tard74.

  • 75 [Neuchâtel, Pierre de Vingle, 1534]. Texte attribué à Antoine Marcourt. Cf. G. Berthoud, Antoine M (...)

39Nous sommes mal renseignés sur les années précédant immédiatement la fondation de l’Église française. La colonie welche de Strasbourg n’a pas pu ne pas subir le contrecoup de l'« affaire des Placards », survenue en France en octobre 1534. Des inconnus avaient affiché en divers lieux du royaume un texte provocateur intitulé Articles séditieux sur les horribles, grands et importables abus de la messe papale75. La répression de l’hérésie, jusque là relativement modérée, se fit plus sévère. Des centaines de personnes furent bannies et d’autres prirent la fuite d’elles-mêmes. Nul doute qu’une part significative d’entre elles aient fui à Strasbourg.

  • 76 Roehrich, Geschichte, t. II, p. 66.
  • 77 Voir par exemple : A.M.S., XXI, 22, f. 492 r° et 494 v° (10 novembre 1544).
  • 78 Henri de Guyon, un chirurgien (wundarzt), avait déjà fait parler de lui en 1545 et en 1546. Bourge (...)
  • 79 Alcuin Hollaender, Strassburg im schmalkaldischen Kriege, p. 91. Cf. aussi Denis, Correspondance, (...)

40La ville, en effet, passait pour accueillante aux réfugiés. Pendant la première moitié du siècle, les étrangers y ont été reçus apparemment sans restriction. Tout au plus le Magistrat décida-t-il le 10 mai 1530 de faire jurer aux nouveaux bourgeois qu’ils ne demandaient pas la bourgeoisie pour pouvoir mendier à Strasbourg76. Lorsque les étrangers étaient jugés trop nombreux, il ordonnait une enquête, pour s’assurer qu’ils s’étaient faits recevoir comme bourgeois77. Tous les Welches étaient admis à la bourgeoisie. En cas de difficulté, les étrangers pouvaient compter sur le soutien du Magistrat et de Jacques Sturm en particulier. Ainsi, lorsque la guerre de Smalcalde, en 1546-1547, provoqua chez les Strasbourgeois une forte réaction xénophobe, une délégation welche, conduite par Henri de Guyon78, devait-elle se faire recevoir par Jacques Sturm et protester devant lui contre le fait que les bourgeois de la ville leur faisaient grief de prendre parti contre les Allemands dans la guerre qui opposait ceux-ci à l’empereur, sans que l’on fasse la différence entre les Espagnols, les Italiens et les Français. En temps de guerre, tout étranger est considéré comme ennemi. La réaction du stettmeistre fut significative. Il prit la défense des Welches devant le Magistrat et fit l’éloge de leur bonne foi et de leur piété, invitant les Strasbourgeois à s’abstenir de toute marque d’hostilité à leur égard79.

  • 80 Cf. supra, p. 61-62.

41En 1538, l’École, fondée par Jean Sturm, donna aux protestants de l’étranger, persécutés pour leur religion, un motif supplémentaire de choisir Strasbourg comme lieu d’exil. Comme nous l’avons vu80, une part non négligeable des étudiants étaient des réfugiés. C’est parmi eux que devaient être recrutés l’essentiel des premiers effectifs de l’Église française de Strasbourg dès l’année suivante.

3. Les débuts de l’Église française (1538-1545)

  • 81 Wendel, Calvin, p. 35-36. Sur le séjour de Calvin à Strasbourg : E. Berton, L’Église de Calvin à St (...)
  • 82 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers le 11 septembre 1538] (Op. Calv., t. X, col. 247, no 140).
  • 83 A.M.S., A.S.T. 181, no 4, f. 4 r°. Cf. Seyboth, Die alte Strasburg, p. 202. Les Français n’ont jam (...)
  • 84 Calvin à Farel, [Strasbourg, première moitié d’octobre 1538] (Op. Calv., t. X, col. 279, no 149).
  • 85 Musculus à Calvin, 23 juillet 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 60, no 225) : « ... auditorium tuum apu (...)
  • 86 Fournier et Engel, Gymnase, p. 34, no 1990.
  • 87 Bibliothèque de Cotha, MS. A 404. Photo : A.M.S., A.S.T., 90/9. Publié dans Doumergue, Calvin, t. I (...)

42La constitution de l’Église française de Strasbourg fut une conséquence de l’arrivée de Jean Calvin dans la ville en 1538. C’est vraisemblablement Bucer qui eut l’idée de créer une paroisse propre pour les réfugiés de langue française et de confier ce ministère à l’auteur de l’Institution de la religion chrestienne. Sans Bucer, en tout cas, Calvin ne serait pas venu à Strasbourg. Las des querelles genevoises, il comptait se retirer à Bâle, pour s’y consacrer à l’étude81. Le réformateur célébra le culte pour la première fois le 8 septembre 1538, devant un auditoire assez nombreux82. Le Magistrat avait concédé aux étrangers un lieu de culte, la chapelle du couvent des Repenties (Reuerinnen), sur l’emplacement actuel de l’église Sainte-Madeleine83. Une première Cène y fut célébrée au début du mois d’octobre84. Dès 1540 et jusqu’en 1553, les réfugiés devaient occuper le chœur de l’église des dominicains85. Calvin fut nommé professeur de théologie à l’École le 1er février 1539, avec un traitement annuel de 52 florins86 et il reçut le droit de bourgeoisie le 29 juillet de la même année87.

  • 88 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers la fin d’avril 1539] (Op. Calv.), t. X, col. 339, no 169).
  • 89 Op. Calv., t. XXI, col. 31. Selon Bèze, Calvin aurait également converti à ses vues l’ancien abbé (...)
  • 90 Calvin à Farel, Strasbourg, 27 février [1540] (Op. Calv., t. XI, col. 25, no 211). Cf. Calvin à Fa (...)
  • 91 Hulshof, op. cit., p. 192-196.

43A Strasbourg, le Noyonnais fut loin d’être inactif : il élabora une liturgie, publia plusieurs travaux d’exégèse et de théologie, entretint une volumineuse correspondance et participa, comme délégué strasbourgeois, aux colloques de religion convoqués par Charles Quint à Haguenau, à Worms et à Ratisbonne, pour mettre fin à la scission de l’Église. L’Église française n’était pour lui qu’un sujet de préoccupation parmi d’autres. Il n’en accomplit pas moins un travail pastoral important et à beaucoup d’égards décisif pour l’avenir de la Réforme. En particulier, il institua une discipline ecclésiastique, non sans rencontrer, au sein de sa communauté, des oppositions, au point qu’un jour il s’exclama, désabusé, dans une lettre à Farel : « Que je reste ici ou que je m’en aille, ce sont toujours des soucis, des ennuis et des difficultés qui m’assaillent88 ! » Calvin s’occupa aussi comme Bucer du problème des anabaptistes. Selon Bèze, « il ramena à la foy un fort grand nombre d’anabaptistes qu’on lui adressait de toutes parts89 ». Il parvint notamment à convertir le Liégeois Hermann De Gerbihan, contre lequel il avait disputé à Genève. En février 1540, il baptisa sa petite fille, âgée de deux ans90. La femme qu’il épousa en août 1540, Idelette De Bure, était la veuve de Jean Stordeur, un anabaptiste liégeois, qu’il avait également converti91.

  • 92 Fournier et Engel, Gymnase, p. 31, no 1988. Sur Claude Féray : Buisson, Castellion, t. I, p. 114-11 (...)
  • 93 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers la fin d’avril 1539] (Op. Calv., t. X, col. 339, no 169).
  • 94 Calvin à Farel, Strasbourg, 31 janvier 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 147, no 273).
  • 95 Calvin à Viret, Ulm, 1er mars 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 167, no 285).
  • 96 Op. Calv., t. XI, col. 175, no 290. Cf. Jean Sturm à Joachim Camerarius, Strasbourg, 9 octobre 154 (...)

44Pour la gestion des affaires de l’Église, le ministre fit appel à deux collaborateurs qui sont désignés dans sa correspondance comme des diacres. Le premier, Claude Féray, était un jeune Normand qui enseignait le grec à l’École depuis au moins l’été 1539. Son cours portait sur l’Électre de Sophocle92. En avril 1539, il servit de médiateur dans un conflit disciplinaire qui opposa un certain Paschatus à Calvin93. Féray entra en désaccord avec le ministre en janvier 1541 pour un motif que nous ignorons : peut-être s’agissait-il de la question du retour du Noyonnais à Genève94. Ils se réconcilièrent, puisqu’en mars Calvin lui confia le soin d’écrire en son nom à Viret95. Mais Féray devait mourir peu après, victime de la peste, comme Calvin l’annonça à Farel le 29 mars96.

  • 97 Herminjard, Correspondance, t. VI, p. 103, note 116. C’est Parent qui copia la minute de la seconde (...)
  • 98 Farel à Calvin, Neuchâtel, 6 février 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 17, no 207). — Calvin à Farel, [ (...)
  • 99 Parent à Farel, [Strasbourg], 16 novembre 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 115-117, no 255).
  • 100 Calvin à Parent, Worms, 26 novembre 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 121-122, no 260) et 14 décembre [ (...)
  • 101 Sur Nicolas Parent : Stricker, Calvin als erster Pfarrer, p. 13. — Guillaume Farel, p. 694. Sur so (...)

45Nous ignorons d’où était originaire le second diacre de Calvin, Nicolas Parent. Le 22 juillet 1539, il se trouvait dans le territoire de Berne et en octobre à Neuchâtel auprès de Farel, alors malade97. Désireux de poursuivre là ses études, il se rendit a Strasbourg, dans le courant du printemps 154098. Nicolas Parent remplaça Calvin pendant son séjour à Worms en novembre et en décembre 1540. Auparavant, le ministre lui avait imposé les mains, faisant de lui un diacre99. A Worms, Calvin, qui craignait qu’en son absence l’Église française ne dépérisse, apprit qu’elle se portait très bien au contraire. Il écrivit deux lettres au nouveau diacre pour l’en féliciter100. Que s’est-il passé au retour du ministre à Strasbourg ? Nous n’en savons rien. En février 1541, Nicolas Parent se retrouvait à Montbéliard, auprès du ministre Pierre Toussain, muni d’une lettre de recommandation pour le moins compromettante, puisque, une fois louées la piété et le goût des études de son porteur, elle faisait état de « quelques petites choses laissant à désirer ». A cause de ce témoignage précisément, Toussain ne parvint pas à obtenir du comte de Montbéliard, Ulrich de Wurtemberg, qu’il confie à Parent un poste. Le jeune homme demeura, cependant, quelque temps dans le comté. En octobre, Toussain transmit encore ses salutations à Calvin. On le retrouve ensuite dans le pays de Neuchâtel : il devint pasteur aux Brenets, puis aux Verrières, avant de se rendre à Digne dans le Dauphiné vers 1551101.

  • 102 Jacques Bedrotus à Simon Grynaeus, [Strasbourg, 27 juin 1541] (Z.Z.B., Simlersammlung ; copie : Th (...)

46Calvin lui-même, dont le retour était sollicité par les Genevois dès le mois d’octobre 1540, quitta Strasbourg le 2 septembre 1541, au grand regret de Bucer et du Magistrat de la ville, qui n’avaient accepté de le laisser partir que sur les instances des Églises de Zurich et de Bâle102.

  • 103 Calvin à Viret et à Farel, Strasbourg, [25 juillet 1541] (Op. Calv., t. XI, col. 258, no 338). Sur (...)
  • 104 Th. B., 48, p. 35.
  • 105 Jean Sturm à Calvin, Strasbourg, 29 octobre [1542] (Op. Calv., t. XI, col. 460, no 432).
  • 106 [Jean Calvin et Clément Marot], La manyere de faire prières aux églises françoyses, tant devant la (...)
  • 107 Pierre Brully et l’Église française au Conseil, [Strasbourg, 25 mars 1542], dans Winckelmann, Poli (...)

47Avant son départ, Calvin s’était choisi un successeur en la personne d’un ancien dominicain venant de Metz, Pierre Brully. Avant d’entrer dans ses nouvelles fonctions, celui-ci fit un voyage en Suisse, où il rencontra Farel et Viret en août 1541. Calvin aurait voulu qu’il lui succède également dans la chaire de théologie qu’il occupait à l’École, mais son souhait ne fut pas exaucé103. Le nouveau ministre obtint le droit de bourgeoisie le 2 février 1542104. La période du ministère de Pierre Brully à Strasbourg est mal connue. On sait que le successeur de Calvin avait des embarras financiers105. On sait également qu’il se chargea de faire rééditer un psautier français que Calvin avait fait paraître en 1540106. Six cents exemplaires de l’ouvrage destinés aux protestants de Metz furent confisqués en mars 1542 par le Magistrat de cette ville, alors peu encline aux idées nouvelles. Le ministre demanda au Magistrat de Strasbourg d’intervenir auprès des autorités messines. On ignore le résultat de cette démarche107.

  • 108 Sur Watrin Dubois, cf. infra, p. 77-78.
  • 109 Poullain à Farel, [Strasbourg], ex aedibus bucerianis, 6 octobre 1543 (Op. Calv., t. XI, col. 621- (...)

48En 1543, laissant là son Église, Pierre Brully se rendit en personne à Metz. Le culte protestant venait d’être autorisé dans la ville le 16 mars 1543 et Watrin Dubois, l’ancien prieur dominicain de Brully108, s’était mis à prêcher à la chapelle de l’hôpital Saint-Thomas. Mais les catholiques avaient bientôt réagi. Le 10 juin, Watrin Dubois avait dû se réfugier à Strasbourg et en septembre le conseiller de Charles Quint, Charles Boisot, était venu à Metz, pour y rétablir l’ancienne religion. C’est donc dans un contexte de crise que s’effectua le voyage de Brully à Metz. Son départ de Strasbourg provoqua quelques remous au sein de sa communauté. Plusieurs fidèles lui reprochaient de ne pas les avoir mis au courant de ses intentions. On l’accusait également de vivre somptueusement, ce que Valérand Poullain, un Lillois, arrivé entretemps à Strasbourg, démentit formellement dans une lettre qu’il adressa à Farel le 6 octobre 1543109.

  • 110 Sur les libertins spirituels, cf. infra, p. 579.
  • 111 Cf. surtout Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 90-93. Brully fut arrêté à Tournai dè (...)

49Brully a dû revenir de Metz peu après. Il était accompagné d’un groupe de protestants messins que la publication, le 13 octobre 1543, d’une ordonnance interdisant toute manifestation de la nouvelle foi avait contraints à émigrer. Au début de l’année 1544, des délégués des communautés de Tournai et Valenciennes, parmi lesquels Simon Liébart et Daniel Iterot, arrivèrent à Strasbourg pour y exposer leurs démêlés avec les « libertins spirituels110 » et y demander un ministre. Ils s’adressèrent à Poullain, qui était de leur région, et celui-ci les mit en rapport avec Bucer. Ce dernier ne laissa partir en septembre 1544 le ministre de l’Église française qu’à la demande expresse de Calvin, à qui les délégués avaient rendu une visite de Strasbourg111.

  • 112 Op. Calv., t. XI, col. 819, no 597 : « Valerandus Pollanus, minister ecclesiae gallicanae ».
  • 113 Déposition de l’imprimeur Guillaume-Simon Du Bosc devant le Conseil de Genève, 21 décembre 1554 (C (...)
  • 114 Op. Catv., t. XI, col. 777, no 587.

50Ce fut Poullain qui remplaça Brully à la tête de l’Église française de Strasbourg. Il figure parmi les signataires d’une lettre collective des ministres strasbourgeois à ceux de Neuchâtel, le 29 décembre 1544112 et, dans un document genevois, il est appelé « maistre Vallerant, ministre de Strauspeur »113. Le Lillois, cependant, n’exerçait les fonctions de ministre que par intérim. Prévoyait-on le retour de Brully ? Ce n’est pas impossible. L’annonce de son arrestation à Tournai en novembre 1544 plongea en tout cas les réfugiés dans la stupeur. « Elle met en danger notre Église, écrivit Poullain à Calvin le 28 novembre, et je ne vois pas qui de capable nous pouvons mettre à sa tête comme pasteur114. »

  • 115 Op. Calv., t. XI, col. 756-757, no 577.
  • 116 Op. Calv., t. XII, col. 4-6, no 604. Cette lettre constitue notre seule source d’information sur c (...)

51Qui allait remplacer Pierre Brully ? Poullain était prêt à lui succéder, mais son caractère emporté lui avait valu des oppositions au sein de l’Église française. Dès le 13 octobre 1544, il en faisait part à Calvin : « Tu ne croirais pas tous les troubles que Satan a provoqués ici contre nous, tant de la part des nôtres, que j’ai pu cependant apaiser immédiatement, que des Messins, à qui je viens d’écrire115. » Au mois de janvier 1545, il se produisit d’autre part une « tragédie », dont, le 14, il fit le récit à Calvin dans une lettre116.

  • 117 Sur Jean Garnier : Meurisse, Histoire de... l’hérésie dans la ville de Metz, p. 233, 237, 290-291. (...)
  • 118 Cf. infra, p. 344-346.

52Selon Poullain, des hommes « nouveaux », c’est-à-dire récemment arrivés à Strasbourg, et « rebelles », soutenus par le recteur Jean Sturm et le professeur de latin Gérard Sevenus, avaient introduit « la licence dans tout le ministère ». « Pour qu’un certain ordre soit maintenu dans l’Église », Bucer, ses collègues strasbourgeois, Poullain et un ancien dominicain du couvent d’Avignon réfugié depuis peu à Strasbourg, Jean Garnier117, se réunirent le 12 janvier et ensemble ils convinrent d’une procédure à suivre pour le choix définitif d’un ministre à l’Église française, en remplacement de Brully. A Strasbourg, depuis la promulgation en 1539 du Décret municipal (Municipal Statut), tout candidat à un poste d’enseignement ou à une fonction ecclésiastique devait subir un examen sous le contrôle du Magistrat118. La même règle fut suivie à l’Église française : dans sa lettre, Poullain parlait explicitement de « la probation et l’examen canoniques » imposés aux candidats.

  • 119 C’est beaucoup, mais comment expliquer autrement que Garnier, à qui on avait donné d’abord la « ci (...)
  • 120 Poullain à Calvin, [Strasbourg], 9 mars 1544 (Op. Calv., t. XI, col. 685) et Farel à Calvin, Neuch (...)

53Il semble y avoir eu cinq candidats119. Poullain était le premier inscrit et Garnier le dernier. Baptiste Bacinetus, un membre de l’Église qui avait été chargé en mars 1544 de défendre la cause des protestants de Metz à la Diète de Spire120, figurait également parmi les concurrents. Les examinateurs, au nombre de cinq, comme le prévoyait la législation, étaient tous professeurs à l’École : Jean Sturm, Jean Günther d’Andernach, Emmanuel Tremellius et Pierre Martyr. Chacun d’eux connaissait le français. Ils étaient assistés de Bucer et de ses collègues. A la réunion du 12 janvier, il fut convenu qu’à tour de rôle les cinq candidats feraient un sermon d’essai à l’Église française.

  • 121 C’est de cette approbation qu’il est question dans ce passage et non d’une élection, comme le pens (...)

54Les détails de la procédure furent mis par écrit et, à la demande de Bucer, cette « concorde » fut soumise à l’approbation de l’Église française121. Une consultation eut bien lieu le lendemain, mais, au grand dépit de Poullain, seulement un petit nombre de fidèles — il les désignait dans sa lettre comme des factieux — étaient présents. Ils se mirent d’accord pour demander aux ministres de faire passer Garnier de la cinquième à la seconde place et de le laisser prêcher les jours suivants, avant le début de la première semaine de probation qui était réservée à Poullain. Bucer accepta, à contrecœur selon Poullain, cette modification au règlement primitif, sur les instances de Pierre Martyr, qui avait fait valoir que de deux maux, ne pas respecter l’ordre et laisser l’anarchie s’installer dans l’Église, le premier était sans doute le moindre.

  • 122 Op. Calv., t. XII, col. 41-43, no 620.

55Mais pour l’infortuné Lillois, ce n’était pas tout. A peine cette proposition avait-elle été approuvée qu’un membre de l’Église, dont nous savons seulement qu’il était le créancier du professeur Sevenus, suggéra que la séance se poursuive en son absence. Complètement désemparé, Poullain accepta. C’est le lendemain qu’il écrivit à Calvin, pour lui exprimer toute son amertume et son découragement. A-t-il ensuite cédé aux pressions de ses adversaires en acceptant de retirer sa candidature ? Il quitta Strasbourg en tout cas : le 9 mars, il écrivait à Calvin de Romberg en Rhénanie, où il était devenu précepteur122.

  • 123 Hilaire de Guyméné à Calvin, [Strasbourg], 28 avril [1545] (Op. Calv., t. XII, col. 70, no 635).
  • 124 A.M.S., XXI, 23, f. 265 r° (22 juin 1545).

56Poullain parti, l’Église n’avait pas encore un ministre. Le 24 avril 1545, le poste n’était toujours pas pourvu123. Il fallut attendre le 22 juin suivant pour que Jean Garnier fût confirmé par le Magistrat comme pasteur, après avoir été élu « à la majorité » par les fidèles de l’Église124.

4. Le ministère de Jean Garnier (1545-1555)

  • 125 Op. Calv., t. XII, col. 184-185, no 709.
  • 126 [Hubert de Bapasme] à [ses cousines Deliot de Lille], Strasbourg, [entre le 18 octobre 1545 et le (...)

57Le ministère de Jean Garnier, le plus long dans l’histoire de l’Église française de Strasbourg au XVIe siècle, commença sous d’heureux auspices. « L’assemblée est bien fréquentée, des gens pieux et savants y affluent », écrivait Bauduin à Calvin le 7 octobre 1545125. Hubert de Bapasme, au même moment, n’était pas moins enthousiaste : « Quand je vois ceste petite assemblée, laquelle estant expulsée de touts pays pour avoir maintenu l’honneur de Dieu et son évangille, je commenchoie à plourer, non point par trystesse, mais de joie et les oians chanter de sy bon cœur comme il chantent, rendant grâce au Seigneur qu’il lui a pleut les amener en place où son nom est honnouré et glorifié126. »

  • 127 Voir notamment la lettre de Mariette Deliot à Hubert de Bapasme, le 12 septembre 1546 (Denis, op. (...)
  • 128 Garnier à Calvin, Strasbourg, 21 mai 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 526-527, no 910).
  • 129 Cf. P. Janelle, Le voyage de Martin Bucer et Paul Fagius de Strasbourg en Angleterre en 1549, dans(...)

58La guerre de Smalcalde, qui dura de juillet 1546 à avril 1547, troubla cependant la quiétude des réfugiés127. Ce conflit mettait aux prises Charles Quint, à qui la Paix de Crépy, signée en 1544 avec la France, avait laissé les mains libres, et les princes protestants de l’Empire, unis en la Ligue de Smalcalde. Il se termina par la défaite des troupes protestantes à la bataille de Mühlberg, le 24 avril 1547. Tout le monde prit peur aussitôt à Strasbourg et plusieurs membres de l’Église française décidèrent de quitter la ville. Ces désaffections inquiétèrent Bucer. Il s’en ouvrit à Garnier qui, le 21 mai, demanda à Calvin de rendre confiance aux réfugiés en leur écrivant128. Le résultat de cette démarche n’est pas connu. En septembre 1547, Charles Quint réunit la Diète à Augsbourg et, l’année suivante, on proclama l’Intérim. L’empereur imposait par là à tout l’Empire le rétablissement de la doctrine et du culte traditionnels, en faisant deux concessions, à vrai dire sans grande portée : le mariage des prêtres et la communion sous les deux espèces. Cela signifiait pour Strasbourg l’abandon du culte évangélique. Bucer lui-même dut, pour finir, émigrer. Il quitta l’Alsace pour l’Angleterre, en compagnie de Paul Fagius, le 5 avril 1549129.

  • 130 Sur François Perrussel, infra, p. 187-188 et passim.
  • 131 François Dryander à Conrad Hubert, Bâle, 19 février 1548 (A.M.S., A.S.T., 155, no 146, phot. p. 35 (...)

59C’est en ces temps de troubles qu’arriva à Strasbourg François Perrussel, un ancien franciscain de Paris que nous retrouverons comme ministre à Wesel et à Francfort130. Selon le témoignage de François Dryander, il exerça les fonctions de ministre (concionator) à l’Église française de Strasbourg, au début de l’année 1548131, pendant un temps très court probablement et sans doute aux côtés de Garnier. Comme Bucer et en le précédant, il émigra en Angleterre dans le courant de l’année 1548.

  • 132 A.M.S., A.S.T. 153, no 155, phot. p. 493-495 : « Pro Johanne Garnerio litterae testimoniales », St (...)
  • 133 A.M.S., II 84b 7, f. 5 r°. Reuss (Notes, p. 15-16) fait erreur en écrivant que Garnier a quitté St (...)
  • 134 A.M.S., II 84b 1.

60Avant son départ, Bucer avait remis à Garnier une lettre de recommandation postdatée de quelques jours et destinée « aux frères chez qui il se rendra »132. Ce certificat était très élogieux. En fait, on ignore si Garnier a jamais eu à s’en servir. Le 25 mai 1550 en tout cas, jour où la messe fut à nouveau célébrée à la cathédrale, il se trouvait à Strasbourg133. Son nom figure dans une supplique adressée par des fidèles de son Église au Magistrat le 20 octobre 1550 : un ancien diacre, Lucas De Metz, l’avait attaqué publiquement au culte et les signataires demandaient aux autorités d’intervenir en faveur de leur ministre134.

  • 135 Poullain à Bucer, Christianopoli [Strasbourg], 8 juin 1549 (Van Schelven, Zur Biographie, p. 241)  (...)
  • 136 A.M.S., A.S.T. 166, f. 508-511 (Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV/2, p. 1259-1264, no 9 (...)
  • 137 Bedacht der Ratsverordneten über den mit dem Bischof von Strassburg geschlossenen Vertrag, Strasbo (...)
  • 138 A.M.S., A.S.T. 90/7 (en allemand) et 8 (en français). La traduction française est de la main de Je (...)
  • 139 Op. Calv., t. XIII, col. 557, no 1362.

61En définitive, l’Église française traversa la période de l’Intérim sans grave difficulté. Peu après le départ de Bucer, les catholiques voulurent expulser les étrangers du chœur de l’église des dominicains, où ils célébraient leur culte depuis une dizaine d’années. Mais le Magistrat ne leur accorda pas son soutien et les réfugiés ne furent pas délogés135. Le 27 octobre 1549, le Magistrat et l’évêque de Strasbourg, Érasme de Limbourg, signèrent un accord au terme duquel le culte protestant restait autorisé dans quatre églises de la ville, à Saint-Thomas, à Sainte-Aurélie, à Saint-Nicolas et à Saint-Guillaume136. L’Église française pouvait-elle subsister ? L’accord ne le précisait pas. Assurément, l’empereur avait fait savoir qu’il ne tolérait pas la présence des Welches à Strasbourg137. Mais le Magistrat s’était contenté de communiquer aux étrangers ce mandement : « Puis que à cause de la Religion vous estes retirés de vostre pays et transportez en ceste ville, messieurs vous commandent de laisser les autres en paix, en leurs églises, ou autrement on vous fera vuyder hors de la ville. Et quant aux ministres de vostre église, messieurs veullent et entendent qu’ils ayent à parler avec discrétion, sans nommer ne le pape ne l’empereur ne aultres »138. On le voit, les réfugiés n’étaient pas réellement inquiétés. Aussi bien le 21 avril 1550 Jean Lenglin, le ministre de Saint-Guillaume, put-il écrire à Calvin : « L’Église française que tu as fondée est encore là près de nous, dans le même temple, et elle se porte fort bien139. »

  • 140 Sur Watrin Dubois : Haag-Bordier, La France Protestante, t. V, p. 528-529. — S. Dalmace, Notice hi (...)
  • 141 Hilaire de Guiméné à Farel, [Strasbourg], 10 juin [1544] (Herminjard, Correspondance, t. IX, p. 27 (...)
  • 142 [Lucas Hackfurt], Register einer nebenstüre [für frembde arme] so nit vom gemeinen almusen versehe (...)
  • 143 Ibid., à la date du 23 décembre 1549 (Winckelmann, op. cit., p. 245) : « Waltherino Syvio Metensi (...)
  • 144 A.M.S., II 84b 6B, f. 1 v° : « Sey im seither erst zugefallen das er denselben tag [le jour de la (...)
  • 145 Garnier à Calvin, Strasbourg, 29 octobre 1551 (Op. Calv., t. XIV, col. 195, no 1541).
  • 146 Garnier à Calvin, Strasbourg, 13 janvier 1552 (Op. Calv., t. XIV, col. 247, no 1587).
  • 147 Lettre du 29 octobre 1551 (Op. Calv., t. XIV, col. 195).

62Cet optimisme était sans doute exagéré. Dès le mois d’octobre de la même année, l’alfaire Lucas De Metz troublait déjà la tranquillité de l’Église. Un autre sujet de préoccupation fut le retour de Watrin Dubois au catholicisme romain140. Banni de Metz en juin 1543, l’ancien prieur du couvent des dominicains de cette ville s’était alors réfugié à Strasbourg, avant d’être appelé à Luxembourg par le comte Guillaume pour y prêcher l’évangile. Mais la ville était tombée aux mains des impériaux le 30 mai 1544 et Dubois avait dû revenir à Strasbourg141. En décembre 1544, il intercéda en faveur de deux étudiants pauvres auprès de Lukas Hackfurt, l’intendant des aumônes (almosenschaffner)142. Dubois retourna peut-être ensuite à Metz. On le retrouve à Strasbourg en septembre 1549, mais, cette fois, ce fut lui qui reçut des secours. La situation était renversée. Il était, selon Hackfurt, « un pauvre prédicant welche »143. Membre de l’Église française, il y prêcha vraisemblablement. Il était alors proche de Garnier144. Ce qui se passa ensuite est obscur. En 1551, il était devenu pour Garnier « un transfuge »145 et un « déserteur »146. « Nous lui avons fermé la bouche et les ministres allemands pareillement, expliqua-t-il à Calvin qui lui écrivait à ce propos. Il nous a laissés tomber, nous et notre doctrine. De la même façon, nous l’abandonnons au Seigneur Dieu, devant qui il tiendra debout ou tombera. Dieu fasse qu’il tienne debout et nous de même147. »

  • 148 Sur le séjour de Garnier en Hesse : A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v° et Garnier à Calvin, 29 octobre 155 (...)

63Cette affaire marqua durement l’Église française. Fort mal à propos, Garnier choisit précisément ce moment-là pour s’absenter de son Église. Il se rendit à Ziegenhain en Hesse, à la demande de Guillaume de Hesse, le fils du landgrave Philippe, et il y enseigna le français pendant deux mois aux jeunes enfants du prince. Il reçut également la mission de fonder une école française. Guillaume, désireux de le garder à son service, lui offrit un poste stable et bien rémunéré. Garnier retourna cependant à Strasbourg au début de l’automne 1551. Mais, par son absence, il avait indisposé plusieurs de ses paroissiens : cela lui valut plus tard d’être traité publiquement de « traître ». En 1543, Brully avait déjà rencontré ce genre de difficulté, lorsqu’il s’était rendu à Metz sans demander l’accord de son Église, mais l’affaire n’avait pas eu de suite. Garnier, qui ne mourut pas martyr, eut moins de chance148.

64Entretemps, la situation politique et ecclésiastique s’était mise à évoluer, tant à Strasbourg que dans le reste de l’Empire. Depuis qu’avait éclaté en 1546 la guerre de Smalcalde, le principal sujet de préoccupation des Strasbourgeois était la volonté affichée par l’empereur de « recatholiciser » l’Empire. Or, dès le mois de juin 1552, quatre ans seulement après l’Intérim d’Augsbourg, le traité de Passau, imposé à Charles Quint par les princes protestants de l’Empire, maintenant victorieux sur le plan militaire, réduisit considérablement la menace et, peu à peu, Strasbourg eut de nouveau le sentiment d’être indépendante.

65A mesure cependant que la pression impériale se faisait moins forte, un autre danger apparut, à l’ouest cette fois, du côté de la France. Désormais, c’était de Henri II qu’il fallait craindre les visées expansionnistes et comme, dans le même temps, les effectifs des étrangers augmentaient dans une notable proportion, par suite des persécutions menées en France précisément et en Lorraine, la colonie welche de Strasbourg fit l’objet de mesures de contrôle de plus en plus rigoureuses.

66En mars 1552, l’armée française s’empara sans rencontrer de résistance de Toul et de Verdun et, le 10 avril, de Metz. Aucun indice ne peut prouver l’intention du roi Henri II, qui accompagnait l’armée française, de s’emparer alors de Strasbourg. Cependant, après la prise de Metz, le connétable Anne de Montmorency écrivit au Magistrat de Strasbourg pour lui demander de fournir des vivres à l’armée française dont il avait le commandement, après quoi il se rendit en Alsace. Le 3 mai, il entrait dans Saverne avec ses troupes. Les Français obtinrent les vivres demandés, mais lorsque Montmorency fit mine de pénétrer dans Strasbourg pour protéger des ambassadeurs italiens qui souhaitaient visiter la ville, la garnison strasbourgeoise tira, et il y eut quelques morts. L’affaire, heureusement, n’eut pas de suite. Le roi quitta l’Alsace vers le 10 mai, non sans s’être avancé jusqu’à Hausbergen, à une lieue de Strasbourg.

  • 149 Cf. J.-D. Pariset, L’activité de Jacques Sturm, stettmeister de Strasbourg de 1532 à 1553, dans St (...)

67Les Strasbourgeois en étaient quittes pour la peur. Ils mirent longtemps à oublier la crainte et l’humiliation causées par la venue d’Henri II en Alsace. Il en résulta une profonde méfiance à l’égard de la France en général et des réfugiés welches en particulier. Jusque là, malgré l’opposition des marchands, davantage tournés vers l’Empire et l’espace économique rhénan, la politique de la ville avait été d’utiliser les avances de la France comme moyen de pression sur l’empereur. Le maître d’œuvre de cette politique était Jacques Sturm. Dans l’Empire, l’inclination des Strasbourgeois pour la France était notoire149.

  • 150 A.M.S., XXI, 30, f. 120 v°.
  • 151 A.M.S., R 29, p. 227.

68Une première mesure contre les Welches fut prise le 19 avril 1552, lorsque le roi se trouvait toujours en Lorraine. Ceux parmi eux qui étaient bourgeois étaient priés de ne rien envoyer à l’armée française ; les autres devaient quitter la ville dans les huit jours150. Le 4 mai, c’est-à-dire le lendemain du jour où Henri II entra dans Saverne, on renforça le contrôle aux portes de la ville et cette mesure visait d’abord les réfugiés151.

  • 152 Cf. supra, p. 58.
  • 153 A.M.S., R 26, f. 129 v° : Burger von Metz, so der kriegsleuff halb her gewichen und sich angeben d (...)
  • 154 Cf. supra, p. 22.

69Le premier recensement des étrangers dont nous avons conservé la trace est de décembre 1552152. Neuf familles messines, totalisant avec les femmes, les enfants et les domestiques quarante personnes, étaient arrivées à Strasbourg dans les tout premiers jours d’octobre 1552153. Metz venait en avril de passer sous domination française, nous venons de le voir. C’est lorsqu’ils avaient compris qu’il était vain d’espérer voir rétablir à Metz, par suite du changement politique, la liberté de culte abolie par l’empereur en 1543154, que les plus déterminés des protestants messins avaient décidé de s’expatrier. Leur arrivée à Strasbourg avait rappelé aux autorités l’existence des Welches et les kirchenpfleger de l’Église française avaient reçu l’ordre de se renseigner sur leur nombre exact.

  • 155 Cf. supra, p. 12.
  • 156 A.M.S., XXI, 30, f. 484 r° (22 décembre 1552). Cf. Erichson, Église, p. 34-35.
  • 157 A.M.S., R 26, f. 123, publié par Rodolphe Reuss dans B.S.H.P.F., t. XXVIII, 1879, p. 303-305.

70Les kirchenpfleger avaient d’abord interrogé l’officier de la Chambre de la Taille (stall) : selon ce dernier, quatre vingt-onze Welches payaient l’impôt comme bourgeois et, parmi eux, seize l’impôt sur les grosses fortunes (grossen zusatz)155. Ils s’étaient adressés ensuite à Jean Garnier, le ministre de l’Église française, et celui-ci leur avait remis une liste de cinquante noms, en ajoutant qu’il ne connaissait pas tous les étrangers de Strasbourg et qu’en outre certains d’entre eux s’étaient soustraits à ce contrôle, sans doute à cause de leurs dettes156. Le 22 décembre 1552, les kirchenpfleger faisaient rapport an Magistrat. Nous avons conservé un recensement daté de 1553 et intitulé Catalogue des Françoys qui sont bourgeoys en la ville de Strasbourg157. Ce document n’est autre que la liste remise par Jean Garnier aux kirchenpfleger peu de temps avant le 22 décembre 1552. Il est, en effet, de la main du ministre de l’Église française et il comporte cinquante noms. Son auteur ne prétend pas avoir réalisé un recensement exhaustif : « Il y en a davantaige, mays je n’ay sceu trouver leurs noms et ne sont pas présentés à moy pour le présent. » Le Catalogue, selon la même note, est de peu postérieur à l’arrivée des Messins à Strasbourg : « Ceux qui sont nouvellement venuz de Metz disent qu’ils ont donné leurs noms à Messieurs du Magistrat, pourquoy je n’ay point mis icy leurs noms. » Cette immigration se produisit en octobre 1552, ce qui est une raison supplémentaire de considérer que la liste remise par Garnier au Magistrat en décembre 1552 et le Catalogue, pourtant daté de 1553, sont un seul et même document.

  • 158 A.M.S., XXI, 30, f. 484 r°.
  • 159 A.M.S., III 271/12 (inédit). Copie (ou minute ?) : R 26, f. 126 v°-129 r°. Le document indique sou (...)
  • 160 S’y ajoutent trois étrangers dits « de Metz », sans que l’on sache vraiment s’il s’agit là d’un pa (...)
  • 161 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r°.
  • 162 A.M.S., XXI, 32, f. 32 r ».

71Ignorant toujours le nombre exact des réfugiés, le Magistrat décida le 22 décembre 1552 qu’à partir du 15 février de l’année suivante on demanderait à tous les bourgeois de la ville s’ils logeaient des Welches dans leur maison158. Le 24 avril 1553, les résultats de ce nouveau recensement étaient connus : on comptait quatre-vingt-douze « Français et autres étrangers habitant la ville de Strasbourg » (Frantzosen und andere frembde in der statt Strassburg wohnende). Quarante-sept parmi eux, la moitié environ, étaient bourgeois de la ville ; la plupart des autres étaient hébergés dans des maisons particulières159. Vingt-six étaient de Metz, dont dix seulement inscrits à la bourgeoisie160. Les kirchenpfleger jugèrent ce chiffre trop bas. Ils procédèrent à une nouvelle enquête, en s’adressant cette fois aux corporations. Ils obtinrent ainsi un nouveau chiffre, de fait plus élevé, qu’ils communiquèrent au Magistrat le 18 octobre : cent Welches bourgeois, seize domestiques et trente-cinq non bourgeois161. Le 13 janvier 1554, ils déclarèrent en outre en avoir trouvé « au moins dans quatre-vingts maisons »162.

72Désormais, les enquêtes allaient se succéder à intervalles réguliers. Les étrangers, dont on se méfiait, devaient être comptés.

  • 163 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r° et v°. Voir aussi : XXI, 32, f. 3 r° (13 janvier 1554).
  • 164 A.M.S., III 271/12.
  • 165 A.M.S., R 2, 51 (1461, renouvelé en 1482) et R 29, 39 (1471).
  • 166 A.M.S., R 5, f. 37-38 (imprimé) et R 6, f. 13-14 (manuscrit) : Frembde personen sollen von niemand (...)
  • 167 A.M.S., XXI, 32, f. 94 r° et v°.
  • 168 A.M.S., XXI, 32, f. 190 r° (23 mai 1554).

73Bientôt, d’autres mesures de contrôle devaient être imposées aux étrangers. Elles sont contemporaines, pour les premières d’entre elles, de la disparition de Jacques Sturm, le 30 octobre 1553. Si le stettmeistre avait vécu quelques années de plus, le Magistrat aurait-il pris autant de mesures xénophobes ? La question mérite en tout cas d’être posée. C’est le 18 octobre 1553 que fut émise pour la première fois l’idée d’un mandement interdisant aux bourgeois de Strasbourg l’hébergement des Welches. L’initiative en revint aux kirchenpfleger de l’Église française, qui avaient remarqué que cette pratique empêchait tout contrôle de l’immigration163. Ainsi, d’après le recensement du 24 avril 1553, sur quatre-vingt-douze étrangers, vingt-deux logeaient chez l’habitant164. Le mandement fut publié le 17 février 1554. S’appuyant sur la « coutume ancienne »165, le Magistrat interdisait, sous peine d’amende, à tout propriétaire d’une maison d’héberger sans autorisation des étrangers qui ne fussent pas bourgeois et membres d’une corporation. Tous les nouveaux arrivants, à l’exception des étudiants et des marchands en temps de foire, étaient tenus de loger à l’auberge166. Le 19 mars 1554, il fallut prier les corporations de tenir compte du mandement du 17 février malgré le manque à gagner qui en résultait167. Elles obtinrent, cependant, une dispense pour les ouvriers étrangers dont on avait absolument besoin168.

  • 169 A.M.S., R 26, no 28, p. 102-103. Cf. A.M.S., XXI, 32, f. 190 r » (23 mai 1554) et 208 v°-209 r° (4 (...)
  • 170 Sur les Anglais réfugiés à Strasbourg, voir surtout Faerber, Communauté anglaise, p. 431-441.

74Ainsi, l’époque était à la xénophobie. Il est un groupe d’étrangers à qui, toutefois, pratiquement toute mesure discriminatoire fut épargnée. On ne leur imposa pas, en particulier, comme aux Welches, de loger à l’auberge s’ils n’étaient pas bourgeois169. Ces privilégiés étaient les Anglais chassés de leur pays par l’avènement de la reine catholique Marie Tudor170. C’est vraisemblablement à leur niveau social et culturel élevé — la plupart étaient soit des dignitaires ecclésiastiques, soit des marchands fortunés, soit des membres de l’aristocratie — qu’ils durent d’être traités avec plus d’égards que les Welches.

  • 171 A.M.S., R 26, 9, p. 28-29 : Richard Hilles au Magistrat de Strasbourg, 14 mai 1541 : il est venu à (...)
  • 172 Faerber, op. cit., p. 432.
  • 173 Faerber, op. cit., p. 454-455. Sur Burcher, voir aussi : A.M.S., XXI, 30, f. 226 v°-267 r° (3 août (...)
  • 174 A.M.S., XXI, 31, f. 50 v°. Voir aussi XXI, 31, f. 73 r° (27 février 1553), 33, f. 58 v° (16 févrie (...)

75En fait, plusieurs Anglais se trouvaient déjà à Strasbourg avant le règne de Marie Tudor. Un marchand, Richard Hils, est signalé dès 1541171. Christophe Mundt (Muntius), l’agent diplomatique d’Henri VIII, d’Édouard VI et plus tard d’Élisabeth I, arriva en 1543172. John Burcher, un commerçant, se fixa à Strasbourg en 1548. On a conservé de lui une importante correspondance avec Bullinger173. Le 11 février 1553, à un moment où régnait la peste à Strasbourg, un médecin célèbre, auteur d’une dizaine d’ouvrages de médecine, parus entre 1535 et 1540 en Angleterre, Thomas Gibson, fit son apparition et plusieurs Strasbourgeois demandèrent au Magistrat de lui accorder la permission de les soigner174.

  • 175 A.M.S., A.S.T. 198, f. 143 r°.
  • 176 Garrett, Marian Exiles, p. 13-14, 27-29, 48-49, 53 et passim. Pour établir cette liste, l’auteur a (...)
  • 177 A.M.S., XXI, 32, f. 410 v°-411 r° (2 janvier 1555). Cf. Garrett, op. cit., p. 364. Cf. aussi la le (...)
  • 178 Wuerttembergisches Staatsarchiv Stuttgart. Publié par Heyd, Herzog Christoph und die vertriebenen E (...)
  • 179 Brieff discours, p. 23.
  • 180 Brieff discours, p. 174. Cette lettre n’est pas du 27 septembre 1557 (Faerber, Communauté anglaise (...)

76Marie Tudor succéda à Édouard VI le 19 août 1553. Le 13 février, le surintendant Marbach notait dans son Diaire : « Quatorze Anglais sont arrivés ici, pour y étudier en compagnie de [Pierre] Martyr175. » Le théologien italien était bien connu en Angleterre, où il avait enseigné la théologie sous Édouard VI. Il était à Strasbourg depuis le 30 octobre 1553. D’après une étude récente, sur un total de 472 Anglais réfugiés sur le « continent » pendant le règne de Marie Tudor, une quarantaine se sont établis à Strasbourg176. Contrairement aux Welches, les Anglais n’ont pas fait, semble-t-il, l’objet d’un recensement particulier, sauf en janvier 1555, lorsque le duc Christophe de Wurtemberg leur fit un don de deux cents livres : le Magistrat, qui s’était chargée de la répartition de cette somme, établit à cette occasion la liste de leurs noms et l’envoya au duc, pour que celui-ci sache envers qui il s’était montré généreux177. Cette liste comportait dix-sept noms178. La « congrégation » anglaise de Strasbourg adressa au moins deux lettres à celle de Francfort. La première est datée du 23 novembre 1554 et comporte seize signatures179 ; la seconde est datée du 29 septembre 1557 et ne comporte plus que onze signatures180. Seuls deux noms, ceux d’Edwin Sandys et de Thomas Heton, figurent dans les deux listes.

  • 181 A.M.S., XXI, 36, f. 621 r° et v° (5 décembre 1558) : Christophe Mundt et Thomas Heton remercient l (...)
  • 182 A.M.S., XXI, 36, f. 634 v°-635 r°. Cf. Garrett, op. cit., p. 372.

77A la mort de Marie Tudor, survenue le 17 novembre 1558, les réfugiés anglais devaient retourner dans leur pays181, à l’exception de quelques marchands, tels John Abel, qui demeurèrent à Strasbourg182.

  • 183 Op. Calv., t. XVI, col. 714, no 2765.

78Durant leur séjour à Strasbourg, les Anglais de Strasbourg n’ont constitué que dans les tout derniers mois une Église propre, avec un culte et une prédication dans leur langue. Le 29 novembre 1557, le juriste François Hotman, qui était membre de l’Église française, annonça à Calvin que les Anglais avaient obtenu du Magistrat l’autorisation de se servir du temple de son Église. Il avait été convenu que les Anglais tiendraient leurs assemblées après le déjeûner183.

  • 184 Cf. infra, p. 238-239.
  • 185 Sur Sandys : Garrett, op. cit., p. 263-284. — Faerber, op. cit., p. 438. Il fut reçu à la bourgeoi (...)
  • 186 A brief discourse concerning the troubles and happy deliverance of the Reverend Father in God, Dr (...)
  • 187 A.M.S., XXI, 33, f. 363 r° (7 septembre 1555). Cf. Garrett, op. cit., p. 366.

79On n’en sait pas beaucoup plus sur l’Église anglaise de Strasbourg. Le ministre pourrait avoir été Edwin Sandys, l’ancien vice-chancelier de l’université de Cambridge, qui, après un court passage à Duisbourg184, était arrivé à Strasbourg en novembre 1554185. Dans le récit qu’il fit à son retour en Angleterre des événements survenus en exil, Sandys raconta que c’était à Zurich, où il séjournait depuis cinq semaines après le décès de sa femme, qu’il apprit la nouvelle de la mort de Marie Tudor. Il retourna alors à Strasbourg et là, ajouta-t-il, il prêcha186. On peut penser qu’Edwin Sandys, qui était docteur en théologie187, a prêché aussi avant son départ pour Zurich et qu’il a, de ce fait, été ministre en titre de l’Église anglaise de Strasbourg.

  • 188 Cf. supra, p. 84.
  • 189 Cf. infra, p. 323 et 358.

80Avant la mise en place d’un culte en anglais à la fin de l’année 1557, les Anglais de Strasbourg formaient un corps suffisamment uni pour pouvoir intervenir collectivement dans la vie de l’Église sœur de Francfort : ils lui écrivirent au moins deux lettres, nous l’avons vu188, et, dans les querelles qui la déchirèrent en 1555 et en 1557, ils prirent plusieurs fois position, soit comme arbitres, soit comme protagonistes189.

  • 190 Garnier à Calvin, Strasbourg, 18 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 660-661, no 2232).
  • 191 Op. Calv., t. XV, col. 817, no 2321.

81Pour le culte, ils se joignaient alors à la communauté de langue française190. Par égard pour eux, le ministre de l’Église française « mêlait des phrases latines aux phrases françaises » dans la liturgie, comme l’expliqua à Calvin, dans sa lettre du 12 octobre 1555, Pierre Alexandre, le successeur de Jean Garnier191.

  • 192 Cf. supra, p. 76.
  • 193 A.M.S., II 84b 3.
  • 194 Jacques de Rathsamshausen zum Stein au Magistrat de Strasbourg, 22 décembre 1552, cité par Roehric (...)

82Revenons à présent à l’Église française. Elle n’eut guère à souffrir, on s’en souvient192, de l’Intérim d’Augsbourg. Comme le nombre de ses membres augmentait et que l’église des dominicains, dans le chœur de laquelle elle célébrait le culte depuis 1540, allait redevenir une église paroissiale de culte luthérien, elle demanda, le 27 novembre 1552, au Magistrat de pouvoir disposer de la chapelle Saint-Erhard, rue des Mercières, qui, précisait la supplique, était alors vide193. Finalement, les autorités attribuèrent aux réfugiés l’église Saint-André, une église paroissiale désaffectée depuis 1529, en passant au-delà des protestations du chevalier Jacques de Rathsamshausen, l’ancien collateur de cette église194.

83Si l’Église française passa sans encombre la période de l’Intérim d’Augsbourg, elle eut, en revanche, à souffrir, dès l’année 1552, de ses effets en milieu luthérien. La plupart des ministres et théologiens allemands avaient opposé une fin de non recevoir à ce semblant de compromis qu’était l’Intérim. Quelques-uns, cependant, surestimant la force du parti catholique, s’étaient montrés plus conciliants. Leur chef de file, Philippe Mélanchthon, était parvenu, grâce à la doctrine des adiaphora, à justifier une soumission relative aux exigences de l’empereur en matière de cérémonies, sans pour autant, certes, professer la doctrine catholique. Lorsque la situation diplomatique et militaire tourna à l’avantage du parti protestant et que Charles Quint dut signer la paix de Passau le 2 août 1551, les adeptes de la tendance dure triomphèrent. Ils durcirent alors leurs positions doctrinales, surtout dans la question des sacrements, englobant dans une même réprobation Mélanchthon et ses amis, les « zwingliens » et les « calvinistes ».

  • 195 Sur l’affaire Garnier : Roehrich, Geschichte, t. III, p. 102-104. — Reuss, Notes, p. 22-36. — Rott(...)

84A Strasbourg, Garnier qui, du temps de Bucer, était considéré comme un ministre comme les autres, se singularisant par sa langue uniquement, devint suspect aux yeux de ses collègues allemands. Les premières difficultés remontent au mois de janvier 1552. Elles aboutirent en juin 1555 à sa destitution195.

  • 196 Elle est appelée en général Confessio saxonica.
  • 197 Sur cet ouvrage, cf. infra, p. 537-538.

85Le ministre de l’Église française participait régulièrement aux réunions du Convent ecclésiastique, dont le président était, depuis le départ de Bucer en 1549, le pasteur Jean Marbach. Un jour, le janvier 1552, les ministres strasbourgeois interrogèrent Garnier sur sa doctrine eucharistique. Ils lui demandèrent, en particulier, de se prononcer sur deux confessions de foi, celle que Mélanchthon venait de rédiger à l’intention du Concile de Trente196 et le Consensus tigurinus, un accord sur les sacrements signé par Calvin et Bullinger en 1549. Garnier répondit de façon nuancée. Dans la confession de Mélanchthon, certains articles lui paraissaient bons, mais pas tous. Quant au Consensus tigurinus, il ne l’avait pas encore lu. Le plus simple lui semblait de leur envoyer un exemplaire de sa propre confession de foi, que Parcus venait de publier à Bâle, la Briefve et claire confession de la foy chrestienne197.

  • 198 Garnier à Calvin, [Strasbourg], le 15 janvier 1552 (Op. Calv., t. XIV, col. 247-249, no 1587). Voi (...)

86La lecture du document zurichois, peu après, provoqua son enthousiasme. Il en fit l’éloge, le dimanche suivant, à l’Église française. On ignore quelle fut la réaction des ministres luthériens après cette prise de position198.

  • 199 Sur Loquet, cf. infra, p. 273 et 411.
  • 200 A.M.S., A.S.T. 198, f. 23 v°.

87Le 9 mars 1553, Jean Loquet199, le « diacre » de Garnier, qui souhaitait prêcher à l’Église française, fut, lui aussi, interrogé sur sa doctrine eucharistique au Convent ecclésiastique. Il répondit, nota Marbach dans son Diaire, « assez bien pour que nous estimions que [sa doctrine] n’était pas éloignée de la vérité200 ».

  • 201 Z.Z.B., ms. F 42, 104.
  • 202 Marbach, Diarium (A.M.S., A.S.T. 198, f. 73 v°) et Garnier à Bullinger, 6 juillet 1554 (Z.S.A., B I (...)
  • 203 Voir à ce propos : Marbach à Hartmann Beyer, Strasbourg, 18 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. (...)

88Loquet reçut l’autorisation de prêcher mais, même si elle était relativement modérée par rapport à la franche hostilité qui devait se manifester une dizaine d’années plus tard, la méfiance des ministres à l’égard de l’Église française n’en disparut pas pour autant. Une chose comptait désormais aux yeux de Marbach et des autres pasteurs de la ville : l’unité doctrinale. Qu’une doctrine différente de la leur, fût-ce sur un seul point, la Cène, soit professée à Strasbourg, leur paraissait difficilement admissible. Or, Garnier, proche de Calvin et de Bullinger, ne partageait pas leur aversion pour la « doctrine de l’Église de Zurich ». Il était prêt à souscrire au Consensus Tigurinus qui, pourtant, déclarait « absurde » la doctrine luthérienne de la consubstantiation. La lettre qu’il envoya le 19 mai 1553 à Rodolphe Gwalter, un des ministres de Zurich, est éloquente à cet égard201. Dans le courant de l’année 1553, trois étudiants zurichois, parmi lesquels le propre fils de Bullinger, décidèrent de ne plus fréquenter les paroisses de la ville et de se présenter à l’Église française. Sans se soucier du fait qu’ils ne connaissaient pas le français, Garnier les admit à la Cène, après avoir reçu leur confession de foi202. Cet incident fit sur les ministres l’effet d’un révélateur. Ils en conclurent que leur collègue welche prenait parti contre eux dans la querelle eucharistique203. Garnier, le plus tôt possible, devait être soumis à un nouvel interrogatoire.

  • 204 A.M.S., A.S.T. 198, f. 73 r°.
  • 205 Ibid., f. 72 r°.
  • 206 Ibid., f. 73 v°.
  • 207 Marbach en reproduit le texte intégral dans son Diarium (ibid., f. 75 r°-77 r°).
  • 208 Ibid., f. 79 r°.
  • 209 Ibid., f. 77 r°.

89Il leur fournit lui-même une occasion de l’interroger, en intervenant de façon assez intempestive lors de deux disputes théologiques, tenues à l’École. Il déclara à la première que le ministère extérieur de l’Église, c’est-à-dire la prédication de la Parole et le recours aux sacrements, n’était pas indispensable au salut. A la seconde, il défendit la doctrine de la double prédestination, en affirmant que « Dieu est l’auteur du péché d’Adam »204. Pour les ministres, réunis au Convent le 24 août suivant, cela signifiait « qu’il n’était pas d’accord avec [leur] Église dans la doctrine »205. Garnier fut convoqué la semaine suivante. On lui demanda de répondre par écrit à trois questions : la première sur le ministère extérieur de l’Église, la seconde sur la cause du péché et la troisième sur la Cène. Garnier préférait une discussion publique. Marbach refusa, prétextant la « trop grande véhémence de ses propos »206. Une première rencontre eut lieu le lendemain, sans que Garnier eût pu obtenir, comme il le souhaitait, la présence de Jérôme Zanchi à ses côtés. Il avait apporté une confession de foi en trois articles207, dont les deux premiers furent examinés le 14 septembre. Dans cet écrit et dans la discussion, l’Avignonnais fit preuve d’un grand savoir théologique, multipliant les distinctions et les artifices scolastiques. Les ministres, manifestement peu à l’aise sur ce terrain, lui déclarèrent qu’« il n’était parvenu à rien prouver ». Traiter comme il le faisait de la prédestination leur paraissait inutile. Il utilisait des « expressions inusitées » : cela ne pouvait qu’« offenser les simples »208. La troisième question portait sur la Cène. Son examen fut reporté à plus tard et il n’eut jamais lieu. S’il avait eu lieu, les ministres et Garnier seraient peut-être parvenus à un accord, car aucun ne souhaitait la rupture. La confession de foi de Garnier embarrassait certes les ministres. Selon lui, la Cène était « le signe d’une réalité sacrée [...] qui nous est montrée (exhibita)209 ». Mais il n’y avait là rien de spécifiquement zwinglien. Cette opinion se rapprochait plutôt de celle de Mélanchthon, telle qu’il l’exprimait en 1540 dans la seconde édition de la Confession d’Augsbourg, la version dite variata.

  • 210 Ibid., f. 83 v°-87 r°. Copie de cette partie du Diarium de Marbach : A.M.S., II 84b 11A.

90L’affaire Garnier proprement dite débuta le 28 septembre 1553, lorsque Antoine Cohelet et Jean Du Chemin, deux membres de l’Église française, se présentèrent au Convent ecclésiastique, pour demander aux ministres d’intervenir dans un conflit qui les opposait à leur ministre. Le 5 octobre, les opposants de Garnier, au nombre de cinq cette fois, exposèrent à Marbach et à ses collègues tous leurs griefs contre lui210.

91Désormais, les ministres joueront, par rapport à Garnier, un nouveau rôle. Leur propre différend avec lui en matière doctrinale passera, au moins pour un temps, au second plan et ils deviendront des médiateurs entre lui et ses cinq paroissiens. Marbach en particulier s’efforça dans toute cette querelle d’apaiser les passions et il incita les parties à la réconciliation.

  • 211 A.M.S., II 84b 4.
  • 212 A.M.S., II 84b 5 (22 janvier 1554). Cf. A.M.S., XXI, 32, f. 13 v°-14 r°.
  • 213 A.M.S., II 84b 6A et 6B.
  • 214 Outre les textes des dépositions, voir la supplique des cinq au Magistrat, [après le 24 avril 1554 (...)

92Sans demander l’avis du Convent, les cinq adressèrent le 23 décembre 1553 une supplique au Magistrat211, qui désigna comme commissaires Frédéric de Gottesheim, Jean Stôsser et Théobald Jung, les kirchenpfleger de l’Église française. Après que Garnier eut écrit à son tour au Magistrat pour se défendre212, les commissaires procédèrent le 1er février et le 17 mars 1554 à l’audition des parties213. Les dépositions des cinq devant le Convent et devant la commission d’arbitrage du Magistrat ont été conservées : nous sommes donc bien documentés sur la nature de leurs griefs contre Garnier214.

  • 215 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553).
  • 216 A.M.S., II 84b 8.
  • 217 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553). En 1563, Thibaut Leschevin figurera parmi les Français qui dép (...)
  • 218 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553) et II 84b 56 (septembre ou octobre 1562). Le 20 décembre 1568, (...)
  • 219 A.M.S., II 84b 56 (septembre ou octobre 1562).

93Les opposants du ministre ne formaient pas un groupe homogène ni par leur profession, ni par leur lieu d’origine. Antoine Cohelet venait de Péronne et il était passementier215. Jean Du Chemin était de Besançon. Il avait été l’horloger de l’empereur à Bruxelles, avant d’arriver à Strasbourg le 22 février 1553216. Thibaut Leschevin, un bonnetier, était messin217. Les deux derniers étaient originaires de la principauté de Liège. L’un et l’autre étaient marchands. Gilles De Metz, que l’on désigne également comme colletier, était de Momalle, près de Liège218 Hubert De La Rose était de Liège même219.

  • 220 Cf. supra, p. 74.

94En 1545, on s’en souvient220, Garnier avait été élu ministre à la majorité, pas à l’unanimité, des voix. Peut-être l’un ou l’autre du groupe des cinq lui était-il déjà alors opposé. Mais ceci n’est qu’une hypothèse.

95Les griefs des cinq contre Garnier concernaient sa doctrine, sa façon de gouverner l’Église, ses mœurs et sa conception de la politique. A ces reproches initiaux, s’ajoutèrent de nouveaux, relatifs à son comportement à leur égard, dans le cours de la querelle.

  • 221 Voir surtout : A.M.S., II 84b 11 A, f. 1 v°-2 r° (déposition commune devant le Convent).
  • 222 A.M.S., II 84b 6A, f. 2 v° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission).
  • 223 Ibid., f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission).
  • 224 Ibid., f. 5 v° (même déposition).

96Assez curieusement, les adversaires de Garnier se révélèrent dans toute l’affaire plus luthériens que les luthériens eux-mêmes. Ils lui reprochaient vivement de s’écarter de la doctrine communément enseignée à Strasbourg et d’adopter celle de Zurich221. D’autres questions d’importance moindre leur faisaient en outre difficulté. « Il aurait pu se passer de prêcher que la Vierge Marie n’est pas belle, ni jolie222. » « Un dimanche, il exprima dans sa prédication une opinion sur les enfers qu’il a dû rétracter ensuite223. » « Il n’aurait pas dû prêcher sur les livres apocryphes224. »

  • 225 Ibid., f. 1 v°-2 r° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission). Sur Margue, cf. infra, p. (...)
  • 226 A.M.S., II 84b 11A, f. 2 v° (déposition commune devant le Convent).
  • 227 A.M.S., II 84b 6A, f. 2 v° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission).
  • 228 Ibid,., f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission).

97Les questions de doctrine n’occupent dans l’ensemble des dépositions qu’une part relativement modeste. C’est surtout de l’Église qu’il fut question, de son gouvernement et de sa discipline. Selon ses détracteurs, Garnier refusait de laisser s’exercer la discipline ecclésiastique. Il aurait dû inciter les anciens, Pierre Margue en particulier, à jouer dans l’Église le rôle qui leur était assigné225, bien qu’il ne dissimulât pas son mépris pour ses anciens, il s’opposait à ce qu’ils soient remplacés par le moyen d’une élection. Là pourtant, selon eux, était le remède à tous les maux dont souffrait l’Église. En 1554, malgré l’intervention du Convent, l’élection des nouveaux anciens n’avait toujours pas eu lieu. Le défaut capital du ministre de l’Église française était son autoritarisme. « Avec ses anciens, il veut dominer toute l’Église226. » C’est ainsi qu’il refusa de laisser Antoine Cohelet « administrer le calice » pendant la maladie de Jean Loquet, le diacre227. De même, il refusa de rassembler l’Église pour examiner avec elle comment mettre fin au désordre qui y régnait, suivant la suggestion que lui faisaient les cinq228.

  • 229 A.M.S., II 84b 11A, f. 2 v° (déposition commune devant le Convent). — II 84b 6A, f. 3 r° (dépositi (...)
  • 230 A.M.S., II 84b 6A, f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission). Voir aussi la l (...)

98Autre grief formulé contre Jean Garnier, sa négligence dans l’accomplissement de ses devoirs pastoraux. Les cinq lui en voulaient d’être parti en Hesse en 1551, sans avoir mis l’Église au courant. Ils trouvaient également scandaleux qu’il s’oppose à ce que les fidèles aillent porter le pain et le vin consacrés à la Cène aux malades immobilisés chez eux229. Garnier refusa sans doute pour des motifs théologiques. Ses détracteurs y virent la preuve de son indifférence au sort des malades. Il aurait dit que « c’est tenter Dieu que de visiter les malades en temps de peste »230.

  • 231 A.M.S., II 84b 6A, f. 4 r° (déposition de Gilles De Metz devant la commission).
  • 232 Ibid., f. 3 v° (même déposition).

99Parmi les adversaires de Garnier, un seul, Gilles De Metz, mit en cause sa vie privée. Il l’accusa d’avoir « entretenu pendant un bon moment une prostituée dans sa maison et de s’être promené avec elle le jour de l’Intérim. » « Il aurait mieux fait d’aller étudier ce jour-là », ajouta-t-il231. En réalité, Gilles De Metz ne faisait que rendre à Garnier la monnaie de sa pièce, puisque celui-ci « avait dit derrière son dos que sa maison méritait une réformation et qu’il avait chez lui d’autres femmes que la sienne »232.

  • 233 Ibid., f. 4 v° (déposition d’Hubert De La Rose devant la commission).

100Hubert De La Rose, enfin, porta contre le ministre une accusation, dont il est difficile de mesurer exactement la portée, faute d’information complémentaire. Garnier, selon lui, se mêla d’une affaire civile (ein weltlich regiment) avec ses anciens et, ensemble, ils menèrent un procès contre certaines personnes. Lorsque Hubert De La Rose lui en parla, son ministre le traita d’anabaptiste233.

  • 234 A.M.S., II 84b 11A, f. 1 r° (déposition commune devant le Convent). Cf. A.M.S., II 84b 6A, f. 3 v° (...)
  • 235 L’épisode du 29 octobre est raconté dans chacune des cinq dépositions devant la commission (A.M.S. (...)
  • 236 Supplique des cinq à Frédéric de Gottesheim, 26 novembre 1554 (A.M.S., II 84b 12, f. 1 r°).

101A les en croire, les cinq ne portaient aucune responsabilité dans le conflit qui déchirait l’Église française. Après avoir constaté que la discipline ecclésiastique avait été abandonnée, ils s’étaient adressés à leur ministre en toute confiance, lui demandant qu’il renouvelle le collège des anciens. Mais Garnier refusa de les entendre. Bien plus, il se mit à les calomnier en chaire, dans l’espoir de monter l’Église contre eux. Il n’hésita pas, en outre, à demander à un Genevois passant par Strasbourg de mettre en garde contre eux Calvin et ses collègues234. Le 29 octobre 1553, après le sermon qu’il abrégea pour la cause, il renvoya chez eux femmes et enfants, après quoi, debout sur un banc, il les accusa avec véhémence de l’avoir dénoncé au Convent ecclésiastique pour sa doctrine eucharistique. Il fit ensuite jurer à tous les fidèles de s’en tenir à sa doctrine et à nulle autre. Les cinq, qu’il avait désignés par leur nom et par leur prénom, furent, après ce jour, l’objet de la réprobation générale. C’est cela finalement qu’ils lui reprochèrent le plus amèrement. Leur honneur était en jeu235 ! « Il nous a publié par déshonneur devant toute son église, commandant de se garder de nous, il nous a ensemble mis sus choses faulses et méchantes, dont nous avons esté diffamés en loingtains pais...236. »

  • 237 A.M.S., II 84b 19 et 20 (documents reproduits infra, annexes II/3 et 2).
  • 238 II 84b 6A, f. 2 r° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission) et 9 v° (réponse de Garnier (...)
  • 239 A.M.S., II 84b 6B, f. 2 r° et v° (réponse de Jean Garnier devant la commission, 17 février 1554).
  • 240 A.M.S., II 84b 17 (30 mars 1555).
  • 241 Voir leurs lettres respectives à Calvin, 9 mai et 13 juillet [1554] (Op. Calv., t. XV, col. 137, n(...)

102Si l’on en juge d’après ces dépositions, les adversaires du ministre se sentaient isolés face à lui, au sein de l’Église française. Le seul qui ait clairement pris parti pour eux fut un certain Jean Lesplinguel, qui adressa au commissaire Frédéric de Gottesheim d’abord, au Magistrat ensuite, une supplique en leur faveur237. D’autres, à vrai dire, se plaignaient également du ministre, tels Jean Du Batton et Dimanche Bastien238, mais ils ne semblent pas s’être solidarisés avec le groupe des cinq. De son côté, Garnier, a dû, à certains moments, se sentir également isolé en particulier lorsque trente ou trente-cinq fidèles « boycottèrent », suivant le mot d’ordre des cinq, les élections d’anciens, qu’il avait organisées finalement entre la première et la seconde séance des interrogatoires officiels239. Il pouvait cependant compter sur l’appui de Jean Loquet, de même que sur celui des anciens et des autres diacres240. Il trouva aussi des alliés en la personne de Pierre Martyr et de Jean Sturm241.

  • 242 Le 1er février 1554, Garnier répondit en quatorze points aux accusations de ses adversaires (A.M.S (...)
  • 243 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v°-10r°.
  • 244 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v°.
  • 245 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v° et 6B, f. 2 v°. Le mémoire s’intitulait De electione seniorum.
  • 246 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v°.
  • 247 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v°-9 r° et 6B, f. 1 v°.

103Après que ses adversaires eurent déposé contre lui le 1er février 1554, Garnier reçut la parole242. Il ne s’attarda guère sur la question de la Cène. Qu’un certain désaccord subsistât entre ses collègues et lui, il le reconnaissait, mais il refusait de reprendre les négociations, tant qu’il n’avait pas réussi à se mettre d’accord avec ses cinq détracteurs. Ceux-ci avaient joué dans la querelle eucharistique un rôle néfaste, en renforçant la méfiance des ministres à son égard, au point de le rendre détestable à leurs yeux243. Quant aux anciens, il reconnaissait les avoir traités d’« animaux » et d’« ânes stupides », étant donné qu’ils manquaient d’instruction, mais ce n’était pas une raison pour répéter ces propos aux intéressés, ce que les cinq n’avaient pas manqué de faire244. Par ailleurs, dans un mémoire remis aux commissaires et qui n’a pas été conservé malheureusement, il se disait prêt à assurer la réélection des anciens245. Garnier se justifiait également d’avoir quitté son Église pour aller en Hesse : il n’avait fait que répondre à un appel du landgrave. Jacques Sturm et Matthis Pfarrer, qu’il avait mis au courant, lui avaient donné leur accord246. Il s’abstint, par contre, d’expliquer pourquoi il avait refusé de laisser porter la Cène aux malades, un comportement que ses adversaires jugeaient inhumain. Cet oubli était-il volontaire ? Garnier se lava enfin de l’accusation de débauche qui était portée contre lui par Gilles de Metz. Il ne niait pas avoir hébergé une femme, pendant six semaines, au temps de l’Intérim, mais il ignorait parfaitement qu’elle fût de mauvaise vie. Bucer, d’ailleurs, et Sturm, qu’elle fréquentait, l’ignoraient aussi, car elle avait été recommandée par des Bâlois247.

  • 248 A.M.S., A.S.T. 198, f. 145 v° (repris dans A.M.S., II 84b 11B, f. 7 r°), Voir la relation par Garn (...)

104Un an plus tard, le 8 avril 1555, le Magistrat interdit à Garnier la prédication et, peu après, il prononça sa déposition. Comment en arriva-t-on là ? Dans un premier temps, nous l’avons vu, ce ne fut pas la question de la Cène qui causa le plus de difficultés. Marbach, qui mena une visite pastorale à l’Église française le 4 mars 1554 et interrogea à cette occasion Garnier sur sa doctrine, se déclara satisfait de celle-ci : elle se rapprochait selon lui suffisamment de la Confession d’Augsbourg. « Depuis ce jour-là, nota-t-il dans son Diaire248, j’ai le ferme espoir que la paix se rétablira un jour entre Garnier et les cinq hommes. »

  • 249 A.M.S., II 84b 11B, f. 7 v°-11 r°. — A.S.T. 198, f. 151 r°-153 v°.

105Port de cette conviction, il proposa aux deux parties l’arbitrage du Convent, après avoir demandé l’accord du commissaire Frédéric de Gottesheim. Garnier et ses adversaires se rencontrèrent les 4 et 5 avril 1554, dans la maison de Marbach, en présence des kirchenpfleger. Mais les cinq s’obstinèrent à déclarer la doctrine de Garnier non conforme à la Confession d’Augsbourg, contre l’avis du Convent lui-même, de sorte que la tentative de conciliation échoua. Marbach dut se résoudre à renvoyer le jugement de l’affaire au Magistrat249.

  • 250 A.M.S., A.S.T. 198, f. 154 r°. — II 84b 11B, f. 7 r°-v°. — XXI, 32, f. 122 r° (9 avril 1554) et 12 (...)

106Le dimanche suivant, la tension s’accrut encore, lorsque Richard Vauville, l’ancien ministre de l’Église française de Londres, de passage à Strasbourg sur le chemin de Genève, attaqua violemment les cinq dans un sermon qu’il fit à l’Église française. Jean Du Chemin et Thibaut Leschevin s’en plaignirent le lendemain au Magistrat. Vauville fut arrêté et il fallut l’intervention de Marbach, de Pierre Martyr et de Zanchi pour qu’on le laisse partir à Genève250.

  • 251 Op. Calv., t. XV, col. 137, no 1953.
  • 252 Sur Pierre Alexandre : Michotte, Un réformateur. Mise à jour de la bibliographie dans Denis, Pierr (...)
  • 253 A.M.S., A.S.T. 198, f. 161 v°.
  • 254 Garnier à Bullinger, Strasbourg, 6 juillet 1554 (Z.S.A., E II 356, f. 885-886) : « ... alium conci (...)

107Malgré cet incident, la situation ne paraissait pas désespérée. Pierre Martyr, par exemple, fit preuve d’optimisme dans une lettre qu’il adressa à Calvin le 9 mai 1554 : « En ce qui concerne notre Église française, nous avons été délivrés de la peur de voir changer quelque chose à notre doctrine ou à l’administration des sacrements, comme beaucoup le prévoyaient251. » Le théologien italien se serait bien gardé d’avoir eu une telle confiance dans l’avenir s’il avait appris qu’au même moment on préparait déjà à Garnier un successeur en la personne de Pierre Alexandre. Celui-ci, un ancien carme d’Arras, autrefois prédicateur de la reine Marie de Hongrie, plus tard réfugié à Strasbourg, à Heidelberg, à Londres et à Cantorbéry252, se trouvait alors à Wesel. Il arriva à Strasbourg le 25 mai et, trois jours plus tard, il fut mis au courant par Marbach, Gottesheim et deux autres conseillers de ce que le Magistrat avait l’intention de congédier Garnier. En attendant, il lui était demandé de retourner à Wesel et d’y demeurer jusqu’à ce qu’on puisse faire appel régulièrement à lui. Il recevrait à cette fin une somme de douze thalers. Une seule chose était exigée de lui : qu’il accepte la Confession d’Augsbourg253. Pourquoi Alexandre ne fut-il pas engagé sur le champ ? D’après Garnier, qui écrivit à ce sujet à Bullinger, Marbach et ses collègues avaient découvert que leur candidat était moins luthérien qu’ils ne l’avaient pensé tout d’abord254. Ce problème les fit peut-être hésiter au moment même, mais il ne devait pas les empêcher, l’année suivante, d’accepter qu’il soit nommé comme ministre.

  • 255 A.M.S., II 84b 11B, f. 11 v°-16 r°. Il fut rédigé le 20 juin. Cf. A.M.S., A.S.T., 198, f. 163 r°. (...)
  • 256 A.M.S., II 84b 9A (30 septembre 1554) et 9B (14 novembre 1554).
  • 257 A.M.S., II 84b 22.
  • 258 A.M.S., II 84b 22, f. 4 v°.

108En attendant, Garnier demeura ministre. A la demande du Magistrat, à qui les cinq avaient de nouveau fait appel, Marbach, le ministre Louis Rab et les kirchenpfleger de l’Église française se réunirent le 18 juin, pour mettre un terme à la querelle. Marbach se chargea ensuite de rédiger un long rapport255, dont les idées principales furent reprises dans le texte d’une sentence, qui fut lue aux deux parties le 14 novembre. Auparavant, la commission du Magistrat avait interrogé les anciens de l’Église française, ainsi que, une nouvelle fois, le ministre et ses adversaires256. Le ton du document257 était mesuré. Après un rappel des faits, le Magistrat intimait aux uns et aux autres l’ordre de se traiter plus fraternellement, sous peine de poursuites judiciaires. Garnier recevait en outre l’injonction de se conformer dans sa prédication et sa pratique liturgique, « en tous points », à la Confession d’Augsbourg258.

  • 259 A.M.S., II 84b 12 (de la main de Lesplinguel).
  • 260 Op. Calv., t. XV, col. 73, no 1924.
  • 261 Lettre perdue. Fragment dans : Garnier à Bullinger, Strasbourg, 10 décembre 1554 (Op. Calv., t. XV (...)
  • 262 Cf. infra, p. 534.
  • 263 Garnier à Bullinger, 10 décembre 1554 (cité supra, note 6) et Garnier à Bullinger, 22 mars 1555 (O (...)

109La lecture de la sentence n’eut pratiquement aucun effet. Dès le 26 novembre, les cinq se plaignaient, dans une lettre à Frédéric de Gottesheim, de ce que leur ministre avait médit d’eux, une fois de plus, en chaire, le dimanche précédent259. Quant à Garnier, il hésitait à signer la Confession d’Augsbourg sans ajouter, comme il l’avait fait lors de la visite pastorale de Marbach en mars : « pourvu qu’elle soit bien comprise et interprétée »260. Calvin, à qui il avait demandé un avis, l’encouragea à signer261. N’avait-il pas lui-même souscrit à la Confession d’Augsbourg, alors qu’il se trouvait à Strasbourg262 ? Mais Garnier hésitait encore. Cependant, Bullinger, auquel il s’adressa également, confirma l’avis du ministre de Genève263.

  • 264 Jean Sturm à Calvin, [Strasbourg], 13 juillet [1554] (Op. Calv., t. XV, col. 188-189, no 1984).
  • 265 Op. Calv., t. XV, col. 211-214, no 1989.
  • 266 Op. Calv., t. XV, col. 385, no 2088.
  • 267 Op. Calv., t. XV, col. 456, no 2125 : jeu de mot intraduisible : « Vereor ne oleum et oporam perda (...)
  • 268 Garnier à Bullinger, 22 mars 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 510, no 2154).

110Dans cette affaire, Calvin se montra davantage préoccupé par le sort de l’Église française, dont lui-même avait été le ministre, que par le problème de la pureté doctrinale. A ce titre, il n’hésita pas à intervenir personnellement dans la querelle. C’est ainsi qu’il écrivit à Marbach, le 26 août 1554, en faveur de Garnier, à la demande de Jean Sturm, le recteur, qui attendait beaucoup d’une telle démarche264. Cette lettre, où il invitait le successeur de Bucer à éviter une intransigeance doctrinale que Luther lui-même réprouvait265, demeura sans réponse. Calvin revint à la charge le 18 janvier 1555, en s’adressant cette fois au Convent tout entier266. Le mois suivant, le ministre de Genève confia à Vauville, un homme qui pourtant n’avait pas laissé un si bon souvenir à Strasbourg, le soin de remettre aux ministres de la ville un exemplaire de sa Defensio doctrinae de sacramentis, un écrit où il réfutait la doctrine gnésioluthérienne de Joachim Westphal, le ministre de Hambourg. Déjà en écrivant à Marbach, et à plus forte raison en envoyant au Convent son traité, Calvin commettait une erreur de jugement, lourde de conséquence. Le temps de Bucer était révolu. Il ne mesurait pas à quel point sa propre personne était devenue impopulaire dans les milieux luthériens de Strasbourg. Garnier ne s’y trompa pas. « J’ignore à quoi servira auprès d’eux cette modération dont tu fais la preuve : je crains que tu ne perdes ton temps, ou plutôt que tu ne jettes de l’huile sur le feu267. » « Ils ont reçu [le traité de Calvin sur la Cène], écrivit-il à Bullinger le mois suivant, mais j’ignore comment ils l’ont accepté268. »

  • 269 Et peut-être aussi de Jean Lesplinguel, si sa lettre à Gottesheim (A.M.S., II 84b 19, reproduit in (...)
  • 270 A.M.S., II 84b 21B, f. 1 v°. Elle eut lieu le 22 mars 1555.
  • 271 A.M.S., II 84b 16, f. 1 r°.
  • 272 A.M.S., II 84b 16, f. 2 v°.

111Le cours des événements devait se précipiter. A la demande des cinq269 et après une ultime entrevue contradictoire270, Frédéric de Gottesheim, Jean Stösser et Jean Sleidan lurent aux fidèles de l’Église française, réunis pour le culte le 24 mars, la sentence du Magistrat, dont les deux parties avaient déjà pris connaissance le 14 novembre de l’année précédente. « La querelle, déclarait le Magistrat, venoit principalement de ce que maistre Jehan Garnier publicquement en l’église et devant l’assemblée avoit picqué les susdits paroissiens [les cinq], les nommant par nom et surnom, et admonestans le peuple de s’en donner guarde d’eulx, de sorte que les cinq personnaiges ainsi publiés se sentoient fort injuriés et demandaient que dudict Garnier leur en fut faicte réparation. De l’autre costé, maistre Jehan Garnier pour sa réponse disoit avoir eu cause de ce faire, pour que les susdicts cinq l’auroient chargé d’estre coulpable en sa doctrine, en l’administration de l’église et en sa vie particulière271. » En conséquence, le Magistrat ordonnait aux deux parties de mettre fin à leur querelle et de vivre désormais « en paix et bonne amitié ». « Au cas que aultrement seroit faict, le Magistrat auroit cause de faire apparoistre aux désobéissans et délinquans le grand desplaisir qu’il en prend et en disposer ainsi que de raison272. »

  • 273 Supplique de Garnier au Magistrat, 30 mars 1555 (A.M.S., II 84b 18).
  • 274 A.M.S., XXI, 33, f. 117 v°-118 r° (23 mai 1555). Cf. A.M.S., A.S.T. 178, f. 222 v°.

112La lecture de cette sentence contraria profondément Garnier. Il s’attendait, expliqua-t-il quelques jours plus tard au Magistrat273, à réentendre « icelle [sentence] prononcée et déclairée aux parties devant trois moys par les délégués ». Or, ce fut « une autre quasi totalement contraire » qui fut prononcée : il y était « taxé et damné d’un vice et crime [...] lequel [il] n’avoi[t] poinct commis ». Outré par ce qu’il considérait comme une duperie, le ministre protesta vigoureusement après la lecture de la sentence, accusant les commissaires de l’avoir trompé. Ces derniers rapportèrent l’incident le lendemain au Magistrat, en demandant que soit prise une sanction, afin que leur honneur soit rétabli274.

113Ils eurent gain de cause, puisque Garnier fut condamné sur le champ à être mis en prison. Son point de vue était-il cependant fondé ? A comparer les textes des deux sentences, il ne semble pas que la seconde ait été réellement plus défavorable à Garnier que la première : elle était seulement plus laconique dans sa formulation. On avait omis, en particulier, l’exposé des griefs des deux parties qui figurait dans la sentence du 14 novembre. Ne voyant plus énoncée sa réponse aux accusations de ses adversaires sur sa doctrine, son travail pastoral et sa vie privée, le ministre en avait conclu que le Magistrat leur donnait raison. En vérité, si Frédéric de Gottesheim et les autres commissaires n’avaient pas encore pris parti contre lui le 24 mars, après cette date, ce fut chose faite : désormais, il devait compter sur leur opposition.

  • 275 Les anciens et les diacres se présentèrent le 28 mars au Convent ecclésiastique (A.M.S., A.S.T. 19 (...)
  • 276 A.M.S., XXI, 33, f. 126 v°-127 r°. — A.S.T., 198, f. 223 v°.
  • 277 A.M.S., A.S.T. 198, f. 223 v°. Cf. A.M.S., XXI, 33, f. 127 v° (30 mars 1555) et 139 v°-140 r° (8 a (...)
  • 278 A.M.S., XXI, 33, f. 152 r° (20 avril 1555).

114Apprenant le 25 mars qu’il risquait une peine d’emprisonnement, Garnier demanda à Marbach et à Rab, ses collègues luthériens, à Jean Sturm, le recteur, et à Pierre Martyr de lui accorder leur soutien. Avec leur accord, il alla résider temporairement chez le ministre Théobald Schwarz. Le 30 mars, Marbach et Rab intercédèrent, au nom du Convent et à la demande des anciens et diacres de l’Église française275, auprès du Magistrat, en faveur de Garnier. Leur intervention, jointe à celle de quatre jeunes nobles allemands à qui le ministre donnait des cours de français à Strasbourg, les comtes de Nassau-Catzenelebogen, de Hanau, de Nassau-Saarbrücken et de Nassau-Weilburg276, fut efficace : Garnier fut libéré de sa peine de prison et put réintégrer son domicile. Le Magistrat lui interdit, cependant, de reprendre ses fonctions de ministre, jusqu’à nouvel ordre277. Les anciens eurent beau, le 20 avril, supplier le Magistrat de leur rendre leur ministre, l’interdiction ne fut pas levée278.

  • 279 Op. Calv., t. XV, col. 579, no 2190.

115Découragé, Garnier écrivit, le surlendemain, à Calvin : « A présent, je ne puis te faire part que des plus tristes nouvelles. Il n’y a désormais plus d’assemblée dans notre temple, plus de ministre, plus de discipline279. »

  • 280 A.M.S. : II 84b 21B.
  • 281 A.M.S., XXI, 33, f. 185 v°-185a r° (11 mai 1555).
  • 282 A.M.S., XXI, 33, f. 215 r°-216 r° (28 mai 1555) et 217b r » + 217a r° et v° (1er juin 1555). Voir (...)

116En attendant, le sort du ministre de l’Église française n’était toujours pas fixé. Aussi fit-il, le 10 mai, l’objet d’un nouvel interrogatoire. Il reconnut avoir commis du tort non seulement aux commissaires, mais au Magistrat. Il avoua même, un peu tard il est vrai, regretter la manière dont il s’y était pris avec ses contradicteurs : s’il les avait accusés en conseil restreint et non devant toute l’Église, sans doute les choses n’auraient-elles pas si mal tourné280. Le lendemain, le Magistrat décida qu’il aurait à donner une reconnaissance autographe de ses fautes, après quoi on l’enverrait gagner sa vie ailleurs281. Cette mesure provoqua, le 28 mai, un nouvel incident. Garnier refusa de signer le document qui lui était présenté. Il était disposé, expliqua-t-il au Magistrat, à signer une reconnaissance de faute, mais à condition d’en rédiger le texte lui-même. Le Magistrat perdit alors patience et l’envoya en prison, cette fois pour de bon. Il fallut l’intervention de Marbach, de Rab et des jeunes comtes allemands, le lendemain, pour qu’il fût libéré282.

  • 283 A.M.S., XXI, 33, f. 226 r° (8 juin 1555).
  • 284 Garnier à Calvin, Strasbourg, 18 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 661, no 2232).
  • 285 A.M.S., XXI, 33, f. 345 v°-346 r° (26 août 1555). Ce certificat était rédigé en latin. Voir une co (...)

117Sorti de son cachot, Garnier obtint de rester à Strasbourg le temps que sa femme accouche283. Non sans magnanimité, le Magistrat lui fit un don (munusculum) de douze florins pour le reste de son séjour à Strasbourg284. Le 26 août, avant de quitter la ville, Garnier demanda et obtint du Magistrat un certificat destiné à lui permettre de retrouver un poste dans une autre Église285. Le document mentionnait la divergence doctrinale séparant le Français de ses collègues strasbourgeois, mais, était-il précisé, ils avaient pu en discuter sur la base de la Confession d’Augsbourg, et ils s’étaient « réconciliés ».

  • 286 Cf. supra, p. 78.
  • 287 Garnier à Calvin, Viret et Farel, Cassel, 8 janvier 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 4-6, no 2376). C (...)
  • 288 Garnier à Bullinger, Marbourg, 20 avril 1557 (Z.S.A. : E II 368, f. 247). Voir aussi la supplique (...)
  • 289 Tillemannus, Vitae professorum theologiae, p. 109-111. — Ayrmannus, Libellas postumus, p. 12.Stri (...)
  • 290 Ce fut Bèze qui demanda au landgrave Guillaume de Hesse de donner à Garnier son congé. Il écrivait (...)
  • 291 Cf. infra, p. 298.
  • 292 Voir les extraits du Journal d’un bourgeois de Metz, par Jean de Mory, édités par R. Mazauric, dan (...)
  • 293 A.M.S., III 64/1, f. 11 v°.
  • 294 Cf. infra, p. 143-144.
  • 295 Registres du Convent ecclésiastique, 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T., 67, cahier 6, f. 25v°-26v°).
  • 296 Johannes Justus Pistorius, Propylaeum Athenae Hassiaci..., Giessen, 1665, p. 5. Selon Petrus Nigid (...)

118Privé de son poste, Jean Garnier se rendit en Hesse, où il avait déjà effectué un séjour de deux mois en 1550286. Il y fut aussitôt employé comme précepteur des petits enfants du landgrave Philippe287, à la Cour de Cassel, non sans conserver l’espoir de redevenir ministre un jour à Strasbourg, comme il le confia, dans une lettre, à Bullinger, le 20 avril 1557288. Le 1er juillet 1560, il fut nommé professeur de théologie à l’Académie de Marbourg289. Moins de deux ans plus tard, il reçut un appel de France290, et, par Strasbourg et Sainte-Marie-aux-Mines291, il arriva à Metz, où il prêcha pour la première fois le 20 avril 1562292. En octobre 1566, expulsé de Metz pour avoir entre autres nié avec trop de véhémence la doctrine de la transubstantiation, il devint ministre à Vitry-le-François en Champagne293. De septembre 1568 à mai 1571, il assista l’Église française de Strasbourg, qui, fermée entretemps par le Magistrat, vivait alors dans la semi-clandestinité294. En 1571 enfin, rejetant un appel de l’Église de Metz295, il reprit le chemin de la Hesse, où, jusqu’à sa mort survenue à Cassel le 6 janvier 1574296, il servit de conseiller théologique au landgrave Guillaume, qui avait succédé à son père Philippe en 1562.

5. Le ministère de Pierre Alexandre (1555-1559)

  • 297 A.M.S., XXI, 33, f. 152 r° (20 avril 1555).
  • 298 A.M.S., XXI, 33, f. 212 r° (27 mai 1555). Un des partisans de la candidature d’Alexandre était Mat (...)
  • 299 Alexandre à Marbach, Lausanne, 10 juin 1555 (A.M.S., II 84b 26).

119Jean Garnier n’avait pas encore été démis officiellement de ses fonctions, que déjà les autorités municipales lui cherchaient un successeur. Jean Loquet, son diacre, le remplaça dans un premier temps, mais il tomba bientôt gravement malade. Les anciens en avertirent le Magistrat le 20 avril, espérant obtenir qu’il lève la sanction prise contre leur ministre. Les conseillers veillèrent effectivement à ce que l’Église française fût pourvue d’un ministre, mais, plutôt que de reprendre Garnier, ils décidèrent de faire appel à Pierre Alexandre, qui se trouvait alors à Lausanne297. Ce n’est cependant qu’un mois plus tard, le 27 mai, que les kirchenpfleger reçurent l’ordre de lui écrire298 et, le 10 juin, Alexandre attendait toujours à Lausanne qu’on fasse appel à lui299. Pourquoi ce retard ? Lors de son passage à Strasbourg en mai 1554, Alexandre ne s’était pas montré aussi inconditionnellement luthérien que Marbach et les kirchenpfleger l’avaient escompté. Déjà alors, il aurait pu devenir ministre, mais les Strasbourgeois avaient préféré attendre. Il n’est pas impossible que, cette fois encore, la décision de lui confier un ministère ait suscité des réserves, voire des oppositions, au sein du Convent et du Magistrat.

  • 300 Hotman à Bullinger, Strasbourg, 8 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 136, no 2448). Cf. Kelley, Hot (...)
  • 301 Sur le séjour de Boquin à Strasbourg en 1542 : Roehrich, Geschichte, t. II, p. 69, note 65. Sur Bo (...)

120En attendant, l’Église française se trouvait sans pasteur et le Magistrat confia à Boquin le soin d’y assurer la prédication, jusqu’à ce que soit trouvé un successeur à Garnier. Sa charge était temporaire, mais certains ont peut-être pense qu’elle pourrait devenir permanente ultérieurement. Boquin arrivait de Bourges, en compagnie du juriste François Bauduin300. Il n’était pas un inconnu à Strasbourg. En 1542, cet ancien prieur du couvent des carmes de Bourges, après un séjour d’un an environ à Bâle, s’était rendu à Wittenberg pour y rencontrer Mélanchthon. Bucer venait justement de demander à ce dernier de trouver un professeur de théologie pour l’École, en remplacement de Calvin, parti pour Genève. Muni d’une lettre de recommandation de Mélanchthon, Boquin était venu à Strasbourg, et il y avait commencé un cours sur l’épître aux Galates. Il devait bientôt laisser la place à Pierre Martyr, arrivé d’Italie, et retourner, pour un motif qui nous échappe, à Bourges301.

  • 302 A.M.S., II 84b 21A, f. 1 r° et v° (interrogatoire de Pierre Boquin par les kirchenpfleger de l’Égl (...)
  • 303 Ibid., f. 1 v°-2 r°.

121Boquin fut présenté à l’Église française le dimanche 27 avril 1555. L’après-midi, Loquet, encore souffrant, fut convoqué par les kirchenpfleger et ils convinrent que, s’il se rétablissait, Boquin et lui prêcheraient à tour de rôle, comme au temps de Garnier302. Dès le mardi suivant, des difficultés se présentèrent. Après la prédication, six membres de l’Église, dont trois anciens, déclarèrent à l’ancien carme qu’il n’aurait pas dû accepter de prêcher sans avoir fait auparavant confession de foi devant toute l’Église, car, ajoutèrent-ils, il était « retourné à l’idolâtrie » (wider in die idololatriam gezogen)303. Boquin leur répondit qu’à son arrivée à Strasbourg, il était allé trouver Garnier, Pierre Martyr et Loquet et que ceux-ci avaient estimé une telle démarche inutile, une confession de foi en leur présence suffisant. D’autre part, il avait d’abord refusé la charge que le Magistrat voulait lui confier : c’était sur son insistance qu’il l’avait finalement acceptée.

  • 304 Voir de même la « trajectoire » de Théobald Billican (vers 1490-1554), un des premiers disciples d (...)
  • 305 Hist. eccl., t. I, p. 74.

122Par cette réponse, l’ancien carme reconnaissait implicitement avoir commis l’acte qui lui était reproché : le retour à l’ancienne religion. De fait, à Bourges, après avoir enseigné la théologie, il avait accepté le poste de prédicateur à la cathédrale. Avait-il pour autant renié la foi évangélique ? On peut le penser, puisqu’en juin, nous y reviendrons, il allait faire acte d’abjuration publiquement à Strasbourg. Mais il n’a pas eu pour autant conscience de trahir la cause de l’évangile en retournant à Bourges, d’être, comme on le lui reprochait, « retourné à l’idolâtrie ». En vérité, Boquin était un iréniste, mal situé confessionnellement, comme Georges Cassander ou François Bauduin, dont il était précisément l’ami304. Pour les catholiques, il était, en 1555 et sans doute avant aussi, un suspect : lorsqu’il quitta Bourges, un procès se préparait contre lui, à l’initiative de l’archevêque. Mais pour ses compatriotes réfugiés à Strasbourg, il en était un aussi, et ils le lui firent bien sentir. Son passé était d’autant mieux connu que Loquet, un ancien augustin, et Vauville, qui venait de passer à Strasbourg, provenaient, comme lui, de Bourges305.

  • 306 A.M.S., II 84b 21A, f. 2 r° (3 mai 1555).
  • 307 A.M.S., XXI, 33, f. 177 v°-178 r° (8 mai 1555).
  • 308 A.M.S., II 84b 21B, f. 2 r°-3 v° (interrogatoire de Didier De Nays, ancien, de Persevaldus, de Jeh (...)
  • 309 A.M.S., XXI, 33, f. 193 v° (18 mai 1555).

123Le nouveau ministre fut mis, sans tarder, à l’épreuve. La Cène, que l’on célébrait à l’Église française à intervalles réguliers, tomba ce mois-là le 5, quelques jours seulement après la discussion. Encouragé par les kirchenpfleger306, Boquin la célébra sans se préoccuper des oppositions. Celles-ci ne manquèrent pas de se manifester : Loquet, qui était présent, refusa de distribuer la communion, il n’y eut pas de chant et les aumônes ne furent pas ramassées307. Mis aussitôt au courant, les kirchenpfleger soumirent à un interrogatoire les six paroissiens qui étaient allés trouver Boquin le mardi précédent308 et ceux-ci reçurent, le 18 mai, une sévère remontrance du Magistrat, parce qu’ils s’étaient opposés à sa volonté309.

  • 310 Op. Calv., t. XV, col. 661, no 2232 (18 juin 1555).
  • 311 Op. Calv., t. XV, col. 666, no 2236 (29 juin 1555).
  • 312 A.M.S., XXI, 33, f. 252 v° (22 juin 1555) et Loquet à Garnier, 29 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col (...)

124Cet épisode révéla que le Magistrat niait à l’Église française le droit de refuser un ministre qu’elle jugeait indigne d’exercer cette fonction. Les lettres que Garnier310 et Loquet311 adressèrent les jours suivants à Calvin donnent la mesure de l’inquiétude et de l’amertume engendrées par cette situation chez les réfugiés. Boquin continua à prêcher, mais il dut, lui aussi, se soumettre à la volonté du Magistrat, qui s’inquiétait de son apostasie, en faisant publiquement confession de sa faute le 25 juin312.

  • 313 A.M.S., II 84b 25 (document reproduit infra, annexe II/5) et 26. Alexandre avait déjà écrit à Marb (...)
  • 314 A.M.S., XXI, 33, f. 275 r° (17 juillet 1555) et 290 r° (27 juillet 1555). Cf. Alexandre à Calvin, (...)
  • 315 A.M.S., XXI. 33, f. 316 v°-317 r° (12 août 1555).

125Son ministère, au demeurant, touchait à son terme. Pierre Alexandre écrivit, le 10 juin, de Lausanne, à Marbach et à Frédéric de Gottesheim, pour leur signaler qu’il se tenait à leur disposition. En raison d’embarras financiers, il était impatient d’être engagé comme ministre313. Le mois suivant, il se trouvait à Strasbourg. Les kirchenpfleger et deux autres délégués du Magistrat l’interrogèrent sur sa doctrine, assistèrent à plusieurs de ses sermons et consultèrent l’Église française sur l’opportunité de sa nomination314. Cette procédure dura trois semaines. Le 12 août, le Magistrat décida de lengager, à condition qu’il signe la Confession d’Augsbourg et qu’il s’engage à respecter les usages strasbourgeois en matière de catéchisme et de sacrements315.

  • 316 A.M.S., XXI, 33, f. 347 vo (26 août 1555).
  • 317 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555). On ne voit pas d’où Reuss (Notes, p. 43) tire (...)
  • 318 Hotman à Bullinger, Strasbourg, 8 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 136, n » 2448).
  • 319 C. F. Karl Mueller, art. Boquinus, Petrus, dans Realencyclopädie für protestantische Théologie und (...)

126Quant à Boquin, il sollicita et obtint son congé le 26 août. Ses adversaires, déclara-t-il au Magistrat, l’avaient tellement diffamé, qu’il lui était devenu extrêmement difficile de trouver un poste dans une autre Église. Aussi demandait-il à être secouru316. Il fut largement exaucé, puisque les autorités s’engagèrent à l’entretenir pendant un an317. En mai 1556, il se trouvait toujours à Strasbourg318. Grâce à l’intervention de Marbach, il fut finalement engagé, en mars 1557, comme professeur de théologie à Heidelberg319.

  • 320 Voir notamment : Pierre Martyr à Calvin, Strasbourg, 23 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 788 (...)
  • 321 Pierre Berger à Calvin, Strasbourg, 11 octobre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 815-816, no 2320) et A (...)
  • 322 A.M.S., II 84b 27 (document reproduit infra, annexe II/6) : Von der walh und ampt der eltisten in (...)
  • 323 A.M.S., XXI, 33, f. 419 r° (19 octobre 1555). Cf. Pierre Martyr à Calvin, Strasbourg, 8 décembre 1 (...)
  • 324 A.M.S., XXI, 33, f. 405 r° (7 octobre 1555) et 421 vo (21 octobre 1555).

127Comme celui de Garnier, le ministère de Pierre Alexandre commença bien. L’heure était à la détente. Le nouveau ministre bénéficiait, dans son Église, d’un préjugé favorable, car il semblait que, grâce à lui, la situation allait redevenir normale320. Au début d’octobre, Alexandre et Loquet organisèrent une cérémonie de pénitence publique qui dura trois jours, après quoi, le 6 octobre, fut célébrée la Cène, symbole de la réconciliation321. Il restait à régler le problème des anciens. Le lendemain de cette Cène, le kirchenpfleger Frédéric de Gottesheim fit approuver par le Magistrat un document qui précisait le mode de désignation des anciens, ainsi que leur rôle et leurs attributions322. Les kirchenpfleger nommèrent ensuite huit nouveaux anciens, parmi lesquels Pierre Martyr. Le Consistoire retrouvait ainsi l’autorité qu’il avait perdue depuis les débuts de l’affaire Garnier323. Dans la foulée, le Magistrat réforma le système de la bienfaisance, en imposant aux Welches de gérer eux-mêmes leur caisse des pauvres324.

  • 325 Bergier à Calvin, Strasbourg, 11 octobre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 815-816, no 2320).
  • 326 Op. Calv., t. XV, col. 883-884, no 2357.
  • 327 A.M.S., XXI, 37, f. 389 v° (4 septembre 1559) : « Unlenge nachdem doctor Peter zu ein pfar angenom (...)

128Des ombres, cependant, demeuraient au tableau. Bien que Jean Du Chemin, un des « cinq », eût été nommé ancien, les adversaires de Jean Garnier, sinon tous au moins quelques-uns, avaient refusé de se rallier pleinement à son successeur. Ils en firent la démonstration en s’abstenant de communier le 6 octobre. Mais après cette Cène, expliqua Alexandre à Calvin325, voyant combien grande était la concorde dans l’Église, ils « se repentirent de leur négligence » et offrirent, le jour suivant, de faire pénitence à leur tour, en présence de toute l’Église. Pierre Martyr, lui, était plus réservé. « Certes, la flamme n’est pas encore allumée, écrivit-il au ministre de Genève le 8 décembre 1555, mais il se produit fréquemment des étincelles. Si elles tombent sur une matière inflammable, il y aura un incendie bien plus grand qu’il n’y en a jamais eu326. » Ces craintes n’étaient pas sans fondement. Nous savons par une déclaration plus tardive de Marbach au Magistrat que, dès les premiers temps du ministère d’Alexandre, plusieurs de ses paroissiens se plaignirent de lui au Couvent, en raison de son comportement agressif à leur égard327.

  • 328 A.M.S., XXI, 33, f. 229 v°-230 r°.
  • 329 A.M.S., XXI, 33, f. 405 r° (7 octobre 1555).
  • 330 A.M.S., XXI, 34, f. 344 v° (29 juillet 1556).
  • 331 D’après Roehrich (Geschichte, t. III, p. 105) et Reuss (Notes, p. 46), lequel cite XXI, 20 novembr (...)

129Le conflit n’éclatera qu’en 1558. Les premiers sujets de préoccupation du nouveau ministre se situèrent ailleurs. Jusqu’alors, l’Église française n’avait guère été affectée dans son fonctionnement interne par la montée de l’orthodoxie luthérienne, à Strasbourg et dans la plus grande partie de l’Empire. La seule mesure contraignante prise à son égard avait été de faire signer à Pierre Alexandre la Confession d’Augsbourg, lors de son installation comme ministre. Mais le Convent désirait aller plus loin. Le 10 juin 1555, Marbach avait demandé au Magistrat, dans le rapport de sa visite des campagnes, qu’il impose à l’Église française la conformité de son catéchisme et de sa liturgie à ceux des paroisses allemandes de Strasbourg328. Au mois d’octobre de la même année, le « nouvel évêque », comme l’appelait le secrétaire de la ville, proposa au Magistrat de faire traduire le catéchisme et la liturgie (agend) de Strasbourg en français329. N’obtenant pas satisfaction, il revint à la charge l’année suivante, en compagnie des pasteurs Schwarz et Lenglin, et présenta au Magistrat un long rapport, dans lequel il recommandait entre autres choses de faire traduire en français les ordonnances ecclésiastiques de la ville et de surveiller de près l’enseignement et la prédication donnés à l’Église française330. En réponse, le Magistrat se contenta, après examen du rapport par une commission, d’exhorter les étrangers à utiliser une traduction française par Sleidan du catéchisme de Bucer331.

  • 332 Op. Calv., t. XVI, col. 414, no 2598. Cf. Hotman à Bullinger, Strasbourg, 11 janvier 155[7] (Op. C (...)
  • 333 Francisci et Johannis Holomanorum... epistolae, p. 11.

130A l’Église française, on continua, comme par le passé, à se servir du catéchisme de Calvin. Les réfugiés restaient pourtant sur leurs gardes. « Nous attendons, dans les heures qui viennent, écrivit Hotman à Calvin le 17 février 1557332, qu’un nouveau catéchisme nous soit imposé, j’entends un catéchisme luthéranissisme, soigneusement rédigé pour nous mettre à l’épreuve. Nos ministres sont dans les meilleures dispositions ! Je n’attends rien d’autre que la ruine de l’Église française. » Le 11 janvier 1558, Hotman manifesta encore, cette fois à Bullinger, sa crainte que le catéchisme de Calvin, dont, précisait-il, on se servait « encore » à l’Église française, ne soit « modifié »333.

  • 334 Ioannes Marbach, Responsio et confutatio orationis Zanchi habitae ab ipso capitulo 7 martii anno 1 (...)

131En attendant, Marhach n’occupait pas encore à Strasbourg une position de force, comme il devait y parvenir plus tard. Au colloque de religion qui s’ouvrit le 11 septembre 1557 à Worms, il se vit reprocher par ses collègues gnésio-luthériens, Flacius Illyricus en tête, la présence à Strasbourg d’un culte et d’un enseignement de la théologie non conformes à la Confession d’Augsbourg. Pour se justifier, il leur demanda d’adresser au Conseil des XIII une lettre dénonçant l’hétérodoxie de Pierre Alexandre et de Jérôme Zanchi. Mais devant les protestations du Chapitre de Saint-Thomas, dont Zanchi était membre comme professeur à l’École, le Magistrat n’osa pas donner suite à cette lettre334.

  • 335 Cf. supra, p. 29-32.
  • 336 A.M.S., R 26, no 31, p. 121-122 (minute).

132Mais ce n’est pas seulement dans le domaine théologique que les Welches subissaient des pressions. De leur côté aussi, les autorités civiles les traitaient avec plus de méfiance. Les pratiques xénophobes, inaugurées les années ayant suivi la mort de Jacques Sturm335, furent non seulement poursuivies mais renforcées. Le meilleur témoignage en est le mandement du 20 février 1557336.

  • 337 Ce point fit l’objet d’une ordonnance particulière : Vermanung dass die burgern witwe unnd junckfr (...)

133Le ton de ce document était particulièrement dur. Désormais, y disait-on, il ne serait plus possible à aucun Welche, quel qu’il soit, d’acquérir le droit de bourgeoisie. En outre, il était interdit aux veuves et aux jeunes filles de la ville d’épouser un Welche, sans l’autorisation expresse du Magistrat, sous peine de perdre leur droit de bourgeoisie337. Quiconque aurait accueilli chez lui un étranger en dépit du mandement du 17 février 1554 serait sévèrement puni. Une enquête de maison en maison allait être organisée. Une attention particulière devait être portée aux Welches suspects de délinquance. Il était prévu, enfin, qu’à la mort d’un Welche bourgeois de la ville, ses enfants n’hériteraient pas de son droit de bourgeoisie.

  • 338 A.M.S., XXI, 35, f. 77 r°. Voir également : XXI, 35, f. 87 v°-88 r° (20 mars 1557). — V 5 no 24 (4 (...)
  • 339 A.M.S., R 26, no 31, f. 1 r°.
  • 340 Ibid.

134Des mesures aussi draconiennes n’ont pas pu être appliquées rigoureusement. Dès le 10 mars 1557, deux Français demandaient et obtenaient le droit de bourgeoisie338. Mais la situation avait changé. Pour obtenir le droit de bourgeoisie, il ne suffisait plus, comme auparavant, de se présenter au Magistrat, il fallait à présent se justifier, invoquer un motif particulier. Le Magistrat pouvait toujours refuser, en s’appuyant sur le mandement du 20 février 1557. Les réfugiés étaient soumis au règne de l’arbitraire. Effectivement, d’ailleurs, le nombre des admissions à la bourgeoisie a considérablement baissé après cette date. Le temps où Jacques Sturm prenait la défense des étrangers était loin. Désormais, on se demandait sérieusement « comment on pourrait se débarrasser des Welches »339. La crainte de la France ne suffit pas à expliquer cette attitude de rejet. Des motifs économiques ont joué aussi, comme en témoigne un paragraphe biffé de la minute du mandement : « De nombreuses plaintes se sont élevées parmi les bourgeois parce qu’à cause des Welches les maisons et tons les aliments sont devenus plus chers340. »

  • 341 A.M.S., R 24, no 79 : Bedencken her Wolff Sigmund Wurmschen, her Carie Mieg unnd Friderich von Got (...)

135Dans le courant de l’automne 1557, quelques mois seulement après la publication du mandement, des réfugiés arrivèrent à Strasbourg pour y demander l’asile. Ils venaient de Paris, où régnait la persécution à la suite de l’affaire de la rue Saint-Jacques. Sur la proposition de quelques conseillers, parmi lesquels Frédéric de Gottesheim, un des rédacteurs pourtant du mandement du 20 février 1557, le Magistrat décida d’accueillir « vingt familles ou trente ménages », à condition qu’on inscrive leurs noms, et celui de leurs épouses, de leurs enfants et de leurs domestiques, dans un registre. Ils devaient prêter un serment de fidélité et d’obéissance à la ville et s’engager à payer l’impôt, comme les Anglais. Ceux qui, parmi eux, voulaient exercer un métier devaient conclure un arrangement avec les corporations. Enfin, il leur était formellement interdit de pratiquer de l’espionnage et de loger chez eux d’autres étrangers341.

  • 342 A.M.S., R 24, no 79, f. 1 r° : « Zum andern, dass inen kein zeit sollte bestimpt, sonder zu meiner (...)

136Ainsi, à cette nouvelle sollicitation, le Magistrat avait su ne pas demeurer insensible. Renouant avec la tradition d’hospitalité de la première moitié du siècle, il s’était laissé guider par la pitié. Cependant, la méfiance subsistait. Il n’était plus question d’accorder aux étrangers le droit de bourgeoisie. Même les Parisiens n’étaient acceptés que pour un temps limité. Bien plus, à tout moment, le Magistrat se réservait le droit de les congédier342.

  • 343 A.M.S., XXI, 36, f. 102 r°.
  • 344 A.M.S., XXI, 36, f. 128 v°-129 r° (14 mars 1558).
  • 345 A.M.S., XXI, 36, f. 177 v°.
  • 346 A.M.S., XXI, 36, f. 393 v°-394 v° (10 août 1558).

137A vrai dire, malgré ces ordonnances, beaucoup de réfugiés ont continué à être hébergés dans des maisons particulières, échappant, de ce fait, au contrôle des autorités. Celles-ci craignirent d’autant plus que se glissent parmi eux des espions au service du roi de France. Le Conseil des XIII s’en plaignit à l’ammeistre et, le 24 février 1558, le Magistrat lui donna autorité de châtier les étrangers coupables d’avoir enfreint la législation343. Pendant un mois, des commissaires passèrent dans les maisons, à la recherche des réfugiés en situation irrégulière. Un jour, on en découvrit quatorze dans une seule maison344. Le 2 avril, cette enquête était terminée345. Au mois d’août de la même année, la même mesure fut prise et toutes les maisons à nouveau inspectées346.

138En butte à l’opposition des ministres luthériens, hostiles au développement d’une Église française échappant à leur contrôle, toujours davantage soumis à la surveillance du Magistrat, qui leur imposait un statut de plus en plus précaire, les réfugiés avaient besoin plus que jamais d’être unis, lorsqu’éclata l’affaire Alexandre, le second grand conflit de l’Église française de Strasbourg.

139Comme dans l’affaire Garnier, ce ne furent pas les prises de position doctrinales du ministre mais les dissensions internes de son Église qui permirent aux ministres luthériens d’obtenir du Magistrat qu’il intervienne dans les affaires de l’Église française et qu’au terme d’une procédure inquisitoire il en vienne à le congédier.

  • 347 Un des cinq adversaires de Garnier. Cf. supra, p. 90-91. Dans cette affaire, il était du côté du m (...)
  • 348 A.M.S., XXI, 36, f. 203 r° (18 avril 1558).
  • 349 A.M.S., II 84b 31 (27 avril 1558).
  • 350 Comptant sans doute revenir ultérieurement sur la question, le secrétaire de la ville a laissé un (...)

140Les relations de Pierre Alexandre avec les membres de sa paroisse étaient loin d’être excellentes, comme l’illustre l’épisode suivant. Le 27 avril 1558, le ministre maria au temple Anne, la fille de Gilles De Metz347, à Louis Roquet, un Genevois. La jeune femme avait été mariée précédemment à un membre de l’Église française, Damien Schreiber, qui s’estimait lésé par ce remariage, bien que le tribunal matrimonial ait prononcé le divorce le 26 octobre 1557. Prévoyant un incident, le père de la mariée avait demandé au Magistrat, quelques jours avant la cérémonie, qu’il envoie, ce jour-là, deux gardes chargés de maintenir l’ordre. Le Magistrat avait refusé, en déclarant que, si quelqu’un s’opposait au mariage, il serait aussitôt mis en prison348. De fait, le jour du mariage, à la sortie du temple, un petit groupe d’hommes et surtout de femmes invectivèrent le ministre, en lui lançant par exemple : « Maître Pierre, donnez-moi aussi un homme, car je n’en ai pas. A d’autres, vous en donnez bien deux349 ! » Le jour même, Alexandre se plaignit au Magistrat. On ignore la suite de cette histoire350.

  • 351 Sur l’affaire Alexandre : Reuss, Notes, p. 47-48. — Michotte, Un réformateur, p. 99-105. — Rott, É (...)
  • 352 A.M.S., II 84b 8 (lu le 10 mai 1554 au Conseil des XIII). Sur Pierre Margue, voir aussi : A.M.S., (...)
  • 353 A.M.S., II 84b 28, f. 1 r°. Hotman fut également interrogé ce jour-là sur le même sujet. Voir sur (...)

141Un autre conflit, plus sérieux, éclata à propos d’une affaire d’espionnage351. Depuis la prise de Metz par Henri II en 1552, une véritable psychose de l’espionnage s’était développée à Strasbourg, tant était grande la peur qu’inspirait la France. Parmi les réfugiés, il en est au moins un, dont on est sûr qu’il a été un espion au service du roi de France : Pierre Margue, un teinturier originaire de Neuchâtel, qui avait été ancien à l’Église française au temps de Garnier. Jean Du Chemin qui, avant de venir à Strasbourg, avait été horloger à la Cour impériale de Bruxelles, le logea pendant quelques mois, à son arrivée dans la ville, en 1553. Il découvrit, à cette occasion, que le teinturier faisait de l’espionnage au service du royaume de France, d’où ses nombreux voyages, toujours inexpliqués. Du Chemin s’était, du reste, déjà interrogé sur son compte en 1550, quand, de passage à Bruxelles à une époque où lui s’y trouvait toujours, Margue lui avait posé de nombreuses questions sur les allées et venues de l’empereur, soi-disant pour l’information de l’Église française de Strasbourg, dont il était déjà membre. Jean Du Chemin dénonça l’espion au Conseil des XIII en mai 1554352. Des sanctions furent-elles prises alors contre lui ? Il ne semble pas. Margue a probablement cessé de faire de l’espionnage pendant un temps. Lorsqu’il fut interrogé le 2 mai 1556 par deux commissaires sur les membres de son Église suspects, selon eux, d’espionnage, Pierre Alexandre ne fit aucune mention de lui. Par contre, il signala que Du Chemin était en relation épistolaire avec un « homme de confiance de la Cour impériale »353.

  • 354 Sur Marsal sous Henri II : Dom A. Calmet, Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et (...)
  • 355 A.M.S., XXI, 36, f. 214 v°-215 r°. Lenfant est signalé dans un document du 27 avril 1558 (A.M.S., (...)

142Après la prise de Metz en 1552, l’armée avait occupé, pour des raisons de stratégie militaire, Marsal, une petite localité proche de Château-Salins354. Lorsqu’en 1555, la garnison de Thionville, ville alors sous domination espagnole, s’empara de Marsal et captura son gouverneur, les partisans des Français durent s’enfuir. L’un d’eux, un jeune Marsallais dont nous ignorons le nom, trouva refuge à Strasbourg, auprès de Pierre Margue précisément. Mais les Espagnols furent bientôt contraints d’abandonner Marsal. Thionville elle-même devait tomber aux mains des Français en juin 1558. Cette nouvelle situation permet au jeune hôte de teinturier de retourner chez lui. Vers la fin du mois d’avril 1558, Margue reçut à son domicile un groupe de Marsallais, venus le rechercher. Au même moment, arrivait à Strasbourg un homme que les mêmes événements avaient contraint, lui, à l’exil : Jean Lenfant, seigneur de Chambrey, une petite ville proche de Marsal. Lenfant était, depuis 1556, en quelque sorte l’ambassadeur attitré des protestants de Metz auprès des princes allemands. C’était un homme connu. Il demanda l’asile à Strasbourg le 23 avril 1558, victime, déclara-t-il, des persécutions menées dans son pays par le Cardinal de Lorraine355.

143Les Marsallais étaient en relation avec un chef de mercenaires qui, avait-on entendu dire, se vantait de livrer Strasbourg au roi de France, pour peu qu’on lui donne dix mille hommes. Au moment de leur départ, quelqu’un de l’entourage de Margue les chargea de remettre à ce capitaine un écrit adressé à Lenfant, qu’il avait réussi à intercepter. Le teinturier y ajouta une série de lettres contenant des renseignements compromettants, qu’il fit passer pour des lettres écrites par le seigneur de Chambrey.

  • 356 II sera question de Lecoq, infra, p. 117, note 1.
  • 357 A.M.S., II 84b 37, f. 1 r° (13 septembre 1559) et 40, f. 1 r° (avant le 24 février 1560).

144Les choses se gâtèrent lorsque Lenfant apprit la chose, grâce à l’indiscrétion d’un des intermédiaires. Très irrité contre Margue, il se plaignit de lui aux anciens de l’Église française de Strasbourg. Un de ceux-ci était Hotman, un homme particulièrement sensible aux implications politiques de cette affaire. Convoqué devant le Consistoire, Margue refusa de reconnaître sa faute et de laisser Lenfant récupérer les documents qui le compromettaient. En revanche, il se déclara prêt à se soumettre a une commission d’arbitrage, distincte du Consistoire, dont les membres seraient Zanchi, Hotman, Jean Lecoq356 et un quatrième. Il obtint gain de cause. Après enquête, les arbitres le déclarèrent publiquement innocent, la responsabilité de l’incident incombant à un des Marsallais disparu depuis357.

  • 358 Il le dira lui-même plus tard explicitement : A.M.S., II 84b 37, f. 1 v° (15 septembre 1559).

145Assez curieusement, dans cette affaire, ce ne fut pas Lenfant qui se sentit le plus lésé, mais Alexandre, le ministre. Ce dernier trouvait inadmissible que la compétence d’une affaire de discipline comme celle-là soit retirée au Consistoire que lui-même présidait. C’était, selon lui, contraire à tous les usages. Une telle pratique, si elle se reproduisait, ne pouvait que mener à la ruine de toute discipline ecclésiastique358. Il n’empêche qu’au-delà de cette question de procédure, c’était la personne même du ministre qui était en cause. Hotman, et surtout Zanchi, l’un et l’autre influents à l’Église française, n’auraient pas accepté, voire encouragé la création d’une commission d’arbitrage en remplacement du Consistoire, s’ils n’avaient pas estimé que celui-ci ne fonctionnait plus. Il paraît clair qu’ils ont voulu, de propos délibéré, écarter Pierre Alexandre du jugement de l’affaire Margue. C’est que, par son comportement agressif et inutilement maladroit à l’égard de ses ouailles, par son indépendance d’esprit également, l’Arrageois s’était fait des ennemis au sein de son Église. Pas plus que Garnier, il ne réussira à se réconcilier avec eux et, comme lui, il sera finalement démis de ses fonctions par le Magistrat, en septembre 1559.

  • 359 Hotman à Calvin, Strasbourg, 28 juin 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 225-226, no 2902).
  • 360 Calvin à Alexandre, Genève, 20 juin 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 214-216, no 2894, ici col. 215)

146Le conflit prit rapidement de l’extension. En quelques jours, Calvin, Farel, Pierre Martyr et les ministres de l’Église française de Francfort étaient mis au courant et, la dernière semaine de juin 1558, Alexandre reçut, pratiquement au même moment, quatre lettres condamnant chacune son attitude359. Seule celle de Calvin a été conservée. Le ministre de Genève témoignait dans cette lettre d’une bonne connaissance des affaires strasbourgeoises. Il reprochait à Alexandre de s’être opposé à la création d’une commission d’arbitrage : ou bien l’affaire était grave et, dans ce cas, elle avait à être jugée par un tribunal civil, ou bien elle ne l’était pas et il devait alors se réjouir de ce que des arbitres lui épargnent le temps et le tracas d’avoir à la juger. L’important n’était-il pas que les deux parties se réconcilient ? Il avait tort de s’estimer offensé et l’aurait-il même été, c’était une erreur d’évoquer cette affaire en chaire, devant toute l’Église et sur un ton emporté, alors qu’il eût été possible d’adresser ses griefs en privé aux intéressés. Même Loquet, son diacre, un homme doux et modeste pourtant, avait été traité avec violence. « Tu m’as écrit un jour, concluait Calvin, souviens-toi, que si tu te trompais, rien ne te serait plus agréable que d’en être averti360. »

  • 361 Op. Calv., t. XVII, col. 227, no 2902.
  • 362 Ibid., col. 226.

147Ces précautions n’empêchèrent pas Alexandre de très mal recevoir l’avis. Rejetant les appels au calme du ministre de Genève, il se mit en tête de découvrir qui avait écrit à ce dernier. Dans un grand état d’excitation, il interrogea successivement Loquet, Hotman, Zanchi et les autres anciens. Malgré son acharnement, cependant, il ne réussit pas à identifier avec certitude l’auteur de la dénonciation. Dans son enquête, le ministre était assiste de « deux ou trois conseillers »361 : selon l’un de ceux-ci, peut-être Nicaise De Bournonville, le coupable était Hotman. C’était lui, en effet, bien qu’il eût assuré Alexandre du contraire. A vrai dire, il ne s’était pas adressé à Calvin directement : il avait écrit à Bèze, alors à Lausanne, à propos de l’affaire Margue, et son correspondant, sans qu’il le lui ait demandé, avait remis la lettre au ministre de Genève. Ainsi avait-il pu répondre par la négative à la question posée par Alexandre. Cependant, embarrassé malgré tout par ce qui pouvait passer pour de la duplicité, il éprouva le besoin d’écrire à Calvin, le 28 juin, pour se justifier de cette accusation362.

  • 363 Hotman à Calvin, Strasbourg, 27 juillet 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 265-266, no 2923).

148Mais Alexandre n’était pas seulement irrité contre celui ou ceux qui l’avaient dénoncé à Calvin, il en voulait aussi à ce dernier. L’intervention du ministre de Genève lui paraissait parfaitement déplacée et il ne se fit pas faute de le proclamer ouvertement, allant jusqu’à traiter Calvin de « pape » et à déclarer « qu’il n’avait pas à s’occuper d’une autre Église que de la sienne à Genève ». Hotmail, qui était présent lors de ces déclarations, s’empressa de les rapporter à Calvin363.

  • 364 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r° et v° (4 septembre 1559). Un doute subsiste sur la date de cette démarc (...)
  • 365 Alexandre professait la doctrine de la double prédestination. C’est surtout à Montbéliard qu’il s’ (...)
  • 366 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r°.
  • 367 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r° : « Sye haben den herren Coquum, doctor Zanchum, Ottomanum und andere g (...)

149Comme la querelle s’envenimait, les adversaires d’Alexandre firent appel à Marbach364. Avec l’accord de Frédéric de Gottesheim, ils furent convoqués devant le Convent, pour témoigner contre leur ministre. Ils n’avaient aucun grief doctrinal contre lui, si ce n’est d’avoir déclaré que « Dieu voulait le péché »365. C’est autre chose qu’ils lui reprochaient : dans ses rapports avec paroissiens, il manquait à ce point de « prudence » et de « douceur d’esprit », qu’un grand nombre d’entre eux avaient quitté l’Église et celle-ci allait à la ruine366. Interrogé par les ministres, Alexandre mit aussitôt en cause Jean Du Chemin et il reprocha à ses collègues luthériens de donner raison à un homme de ce genre. L’ancien carme fut très surpris d’apprendre que ce n’était pas Du Chemin qui avait porté plainte, mais Zanchi, Hotman et Lecoq367. Il demanda alors que lui soit communiqué le texte de leurs déclarations, ce qui lui fut accordé.

  • 368 Hotman à Calvin, Strasbourg, 29 mars 1559 (Op. Calv., t. XVII, col. 481, no 3032).

150Pierre Alexandre se tira assez mal de cet interrogatoire. La suite ne valut guère mieux. Il dut, en effet, peu après, à la demande du Convent, s’expliquer devant toute l’Église, en présence de Marbach et de quelques autres. S’il faut en croire Hotman368, un témoin partisan, certes, son « insolence » fut alors « condamnée par tous unanimement ».

  • 369 A.M.S., XXI, 37, f. 391 r°.

151En juin, Zanchi entreprit une nouvelle démarche auprès de Marbach. Alexandre, lui expliqua-t-il, avait expulsé Hotman de l’Église, parce qu’il l’avait diffamé, ainsi que sa femme. A la demande du théologien italien, Marbach et trois de ses collègues se rendirent à l’Église française, pour réconcilier les adversaires369. La paix fut rétablie, mais pas pour longtemps. En août, Zanchi demanda de nouveau à Marbach d’intervenir, car il y avait « plus de troubles que jamais » à l’Église française. Il fut invité à déposer ainsi que les autres anciens et, le 30 août, Alexandre fut convoqué devant le Convent.

  • 370 A.M.S., II 84b 44A, f. 2 r°.
  • 371 A.M.S., XXI, 37, f. 389 v°-392 r° (4 septembre 1559).

152Ce jour-là, les trois pasteurs dont il se sentait le plus proche, parce qu’ils étaient moins intransigeants que leurs collègues plus jeunes qu’eux, Jean Lenglin, Melchior Specker et Conrad Hubert, étaient justement absents370. Était-ce un hasard ? Marbach répéta à Alexandre tous les griefs qu’avaient contre lui ses paroissiens. Le ministre de l’Église française demanda que lui soient fournis le nom de ses accusateurs et le texte de leurs accusations. Si on lui en laissait le temps, il était prêt à y répondre. Marbach répondit très sèchement. Alexandre engagea alors une discussion sur la Cène. Assez rapidement, un désaccord se manifesta sur la question de la validité de la communion des impies. Il n’en fallait pas plus. Alexandre fut mis à la porte du Convent et, le 4 septembre, Marbach demanda, en son nom et au nom de ses collègues, qu’il le congédie. Il retraça à cette occasion, avec force détails, l’historique de tous les événements, depuis l’installation d’Alexandre, et il fit état des griefs formulés contre lui par ses propres paroissiens371.

  • 372 A.M.S., XXI, 37, f. 392 v°-393 r°.
  • 373 A.M.S., XXI, 37, f. 394 v° (6 septembre 1559).
  • 374 A.M.S., II 84b 34 (6 septembre 1559).

153Le jour même, le Magistrat mit fin aux fonctions d’Alexandre, « étant donné qu’il avait été convoqué à quatre reprises par le Convent ecclésiastique pour y discuter de ces problèmes, qu’aucune amélioration ne s’était fait sentir chez lui et qu’aucun avertissement n’avait eu d’effet372 ». Deux jours plus tard, cette décision lui fut notifiée par deux commissaires, sans aucun commentaire373. Alexandre protesta violemment, non contre la mesure prise à son endroit, mais contre la procédure. L’Écriture et les conciles apostoliques interdisaient qu’un ministre soit démis sans raison. Il était condamné sans avoir été entendu374.

  • 375 Il fut bien décidé, le 4 septembre, d’« interroger encore une fois » Alexandre, mais comme on mett (...)

154Il est surprenant, en effet, de voir le Magistrat congédier Alexandre le jour même où il fut saisi de l’affaire, sans procéder à une enquête, comme il le faisait à d’autres occasions, et sans donner à l’intéressé l’occasion de se défendre375. Il semble avoir fait à Marbach une confiance absolue, en adoptant ses conclusions sans les discuter. Comment expliquer une telle rapidité dans la procédure ?

  • 376 A.M.S., II 84b 32.
  • 377 A.M.S., XXI, 37, f. 393 r°.

155Il est pratiquement certain que le surintendant a pris contact avec les responsables politiques entre le 30 août et le 4 septembre, et peut-être auparavant, ne fût-ce que pour leur remettre un mémoire intitulé Iudicium de instauranda ecclesia gallicana376, où il recommandait de congédier Alexandre et de le remplacer par Jean Loquet, alors ministre dans le comté de Nassau-Sarrewerden. Le Magistrat ne fit sans doute que suivre cette suggestion, en chargeant, dès le 4 septembre, des commissaires d’écrire a Loquet377.

  • 378 A.M.S., II 84b 44A (lu au Magistrat le 13 janvier 1560). Une traduction latine de ce texte (à moin (...)

156Alexandre a-t-il été démis de ses fonctions pour les motifs officiellement invoqués, c’est-à-dire parce qu’il avait semé la discorde dans son Église en raison de son caractère insupportable et refusé de s’amender malgré les avertissements répétés du Convent ? Si l’on confronte le point de vue des anciens, tel qu’il a été rapporté par Marbach, celui de Marbach lui-même, dans son Iudicium, celui du Magistrat, dans l’énoncé de sa sentence, et celui d’Alexandre, dans un écrit apologétique envoyé aux autorités en janvier 1560378, il apparaît que l’affaire Alexandre ne s’est pas réduite à une pure question de caractère : elle possédait aussi une dimension doctrinale, une dimension politique et une dimension institutionnelle.

  • 379 Une seule indication dans ce sens : A.M.S., XXI, 38, f. 4 v° (13 janvier 1560) : « Zudem, dass er (...)

157Alexandre s’est vu reprocher sa doctrine de la prédestination par les anciens et sa doctrine de la Cène par le Convent. ces deux questions, cependant, n’ont pas joué un rôle tel qu’il soit possible d’affirmer que l’Arrageois s’est rendu indésirable pour des motifs doctrinaux379.

  • 380 A.M.S., II 84b 34, f. 2 r° (6 septembre 1559).
  • 381 A.M.S., II 84b 37, f. 2 v° (13 septembre 1559).
  • 382 Je me sépare sur ce point des conclusions de M. Jean Rott (Église, p. 535, 547).

158L’a-t-il été pour des motifs politiques ? Le point de départ de toute l’affaire, au printemps 1558, était assurément politique, puisqu’il s’agissait d’une affaire d’espionnage. Lorsque la commission d’arbitrage donna raison à Margue, le partisan du roi de France, contre Lenfant, l’impérial, Alexandre marqua son opposition, mais le différend portait sur la procédure suivie et non, semble-t-il, sur l’orientation politique du jugement. Plus tard, quand deux commissaires lui annoncèrent qu’il était congédié, Alexandre fit cette déclaration : « Tout le mal vient de ce que [je me suis] opposé à quelques-uns qui pratiquaient de l’espionnage au détriment de cette république380. » La semaine suivante, onze jours exactement après que le Magistrat eut décidé de mettre fin à ses fonctions, les deux commissaires vinrent l’interroger sur cette affaire d’espionnage. Après leur avoir relaté tout ce qui s’était passé entre Margue et Lenfant, l’ancien ministre ajouta « qu’il n’avait pas rapporté la chose au Magistrat, parce que certains lui ont dit que cela pourrait l’inciter à expulser les Welches de Strasbourg et que ainsi l’Église courrait à sa perte381 ». Qu’Alexandre se soit vu reprocher par le Magistrat de ne pas avoir signalé plus tôt les menées suspectes de certains de ses paroissiens, cela est hautement vraisemblable, mais il n’est démontré pour autant qu’il a été congédié pour cette raison. Marbach, après tout, était, lui aussi, au courant de cette affaire d’espionnage, grâce au rapport des anciens de l’Église française. Or, il n’apparaît pas que les autorités lui en ont tenu rigueur382.

  • 383 A.M.S., II 84b 44A, f. 1 r°.
  • 384 A.M.S., II 84b 32, f. 3 r°-4 r°.
  • 385 A.M.S., XXI, 37, f. 391 v°-392 r° (4 septembre 1559).

159Quant à la question de l’autonomie des anciens par rapport à leur pasteur, une question importante dans le déroulement de l’affaire Alexandre, elle n’explique pas non plus l’attitude du Magistrat, car elle n’était pas de son ressort. En revanche, il avait un avis sur une autre question débattue à l’Église française, celle de la compétence du Consistoire dans les affaires civiles. Une discussion s’était engagée à ce sujet au sein de l’Église française entre Alexandre, pour qui « en général, il ne revient pas aux ministres de la Parole de Dieu ni aux anciens de l’Église du Christ de juger des affaires civiles et temporelles »383 et les membres de la commission d’arbitrage, persuadés du contraire. Marbach, dans son Iudicium, partageait, en bon luthérien, l’opinion d’Alexandre. Il justifiait son point de vue par des considérations pastorales : si le Consistoire se met à juger des affaires temporelles, il négligera la tâche qui est la sienne, la sanctification de l’Église384. Ni dans ce mémoire, ni dans l’exposé qu’il fit des démêlés du ministre de l’Église française avec ses ouailles, le surintendant ne révéla cette remarquable convergence. Il n’est, pour dire vrai, pas établi qu’il a bien été informé sur la position exacte d’Alexandre en cette matière. S’il l’a été, on peut sans crainte le taxer d’hypocrisie, car il aurait alors fait condamner un homme en taisant ce qui pouvait contribuer à le disculper. Il signala, certes, qu’un débat avait eu lieu à l’Église française sur la question de la compétence du Consistoire, mais en des termes suffisamment vagues pour que le Magistrat puisse prendre en suspicion globalement toute l’Église française, ce qui revenait à rejeter sur Pierre Alexandre, en tant que ministre de cette Église, la responsabilité des agissements de ses adversaires385.

160Si Alexandre fut démis de ses fonctions, c’est manifestement en raison de son indépendance d’esprit. L’important n’est pas qu’il ait eu un mauvais caractère mais que pour cette raison il se soit tenu à l’écart de tous les partis. Aussi bien, et pour des raisons quelquefois diamétralement opposées, les anciens de son Église et les ministres luthériens ont-ils voulu se débarrasser de lui. Le Magistrat suivit l’avis de Marbach et le congédia, sans pouvoir vraiment motiver sa décision. Parmi les conseillers, personne ne prit sa défense. A Strasbourg, en ce milieu du seizième siècle, il n’y avait pas de place pour un homme comme lui.

  • 386 A.M.S., II 84b 36. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 338 v°-339 r°.
  • 387 A.M.S., XXI, 38, f. 4 r°-v° (13 janvier 1560).

161Au sein de l’Église française, le ministre congédié put compter, malgré tout, sur quelques appuis. C’est ainsi que le 9 septembre quatre réfugiés, dont Claude De Lory, qui avait été ancien sous le ministère de Jean Garnier, adressèrent une supplique au Magistrat en sa faveur386. Cette démarche n’eut pas d’effet, sinon que le Magistrat s’engagea à donner à Alexandre une copie du texte des accusations portées contre lui. Ce document, il ne l’obtint jamais, sans doute à cause de l’opposition de Marbach. Par ailleurs, il reçut l’ordre de rester à Strasbourg, jusqu’à ce qu’il eût « réparé l’honneur » des anciens de l’Église française, à qui il était censé avoir porté préjudice. Le 13 janvier 1560, Alexandre, qui, entretemps, était devenu malade, se trouvait toujours à Strasbourg et il envoya au Magistrat une lettre, dans laquelle il se plaignait à nouveau d’avoir été condamné sans avoir été entendu387.

  • 388 Calvin à l’Église française de Strasbourg, Genève, 10 décembre [1559] (Op. Calv., t. XVII, col. 69 (...)
  • 389 A.M.S., XXI, 38, f. 28 r°. A cette occasion, Alexandre remit au Magistrat une lettre dans laquelle (...)

162La situation se débloqua dans la troisième semaine de janvier 1560. Sur les instances de Calvin, à qui Alexandre avait adressé un appel au secours388 les six anciens de l’Église française acceptèrent de se réconcilier avec leur ministre et, le 24 janvier, après qu’ils eurent échangé leurs pardons mutuels, le Magistrat accepta de laisser Alexandre quitter Strasbourg. « Il se trouve que ce docteur Pierre est un homme très désagréable », déclara Carie Mueg, un des commissaires qui avaient suivi toute l’affaire, en guise de conclusion389.

  • 390 A.M.S., XXI, 38, f. 70 r° (24 février 1560).

163Avant de partir, Alexandre sollicita une lettre de congé et une assistance financière. L’une et l’autre lui furent accordées390.

  • 391 A.M.S., XXI, 38, f. 76 v° (28 février 1560). Voir le texte de la sentence : A.M.S., II 84b 35 (s.d (...)
  • 392 A.M.S., XXI, 38, f. 76 r° (28 février 1560).
  • 393 A.M.S., XXI, 38, f. 86 v°.
  • 394 Denis, Pierre Alexandre, p. 551-555.

164Il est vrai qu’il faillit tout compromettre à la dernière minute, en prenant la parole à l’Église française, un matin, le 27 février, sans avoir demandé l’autorisation au nouveau ministre, Guillaume Houbraque, et aux anciens. Oubliant ses déclarations antérieures, il redit à tous combien il regrettait d’avoir été congédié sans raison, lui qui avait toujours été un « pieux pasteur »391. Les anciens auraient souhaité qu’Alexandre fût arrêté392, mais, heureusement pour lui, le Magistrat ne suivit pas leur avis et il lui fit remettre, le 6 mars, le certificat demandé393. Il lui tardait, manifestement, d’être débarrassé d’un personnage aussi encombrant. L’ancien carme se rendit alors à Londres. Il joua un rôle actif dans l’Église française de cette ville, comme ministre aux côtés de Nicolas Des Gallars. Hélas, pas plus qu’à Strasbourg, il ne réussit à bien s’entendre avec le Consistoire. Il devait abdiquer de toutes fonctions en janvier 1562, avant de mourir un an plus tard de la maladie dont il souffrait déjà à Strasbourg394.

6. Le ministère de Guillaume Houbraque (1559-1563)

165Pierre Alexandre était demeuré pendant cinq ans à la tête de l’Église française de Strasbourg. Durant cette période, les réfugiés avaient bénéficié d’une trêve relative dans la querelle eucharistique. A peine, cependant, Guillaume Houbraque succéda-t-il à l’ancien carme que les hostilités reprirent.

  • 395 A.M.S., XXI, 37, f. 402 r° (11 septembre 1559).
  • 396 A.M.S., XXI, 37, f. 481 v°-482 r°.
  • 397 A.M.S., XXI, 37, f. 494 r° (8 novembre 1559) et II 84b 38, f. 2 r° (déposition de Houbraque devant (...)
  • 398 A.M.S., XXI, 37, f. 493 v°-494 r° (8 novembre 1559). Voir les procès-verbaux de l’interrogatoire d (...)

166Houbraque, qui occupait jusqu’alors les fonctions de ministre à l’Église française de Francfort, était arrivé à Strasbourg vers le 10 septembre 1559, sans doute à la demande des anciens de l’Église française de cette ville395. Alexandre venait d’être congédié par le Magistrat moins d’une semaine auparavant. Loquet, pressenti pour le remplacer, avait fait savoir qu’il ne pouvait pas quitter sa charge dans le comté de Nassau-Sarrewerden. Le 30 octobre, Houbraque fut élu par les fidèles de l’Église396. Élu de la sorte, il n’était pas encore ministre. Lui-même n’accepta pas le ministère avant d’avoir reçu une lettre de congé de son Église de Francfort, ainsi que l’accord du comte de Nassau-Sarrewerden, qui lui avait demandé de seconder Loquet dans les villages welches et à qui, en août, passant par là, il avait fait quelques promesses397. De son côté, pour le confirmer comme ministre, le Magistrat exigea de lui la promesse de conformer son enseignement et sa prédication à la Confession d’Augsbourg et de suivre les usages des autres paroisses de la ville en matière de liturgie398.

  • 399 A.M.S., II 84b 39 (document reproduit infra, annexe II/7). Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 512 v°-513 r° ( (...)
  • 400 A.M.S., XXI, 37, f. 553 v° et r° (13 décembre 1559).

167Houbraque remit par conséquent, le 20 novembre, sa confession de foi sur la Cène399. « Je reconnais volontiers, y déclarait-il, tout ce qui est contenu dans les dixième et treizième articles de la Confession d’Augsbourg. Mais comme, en raison de sa brièveté, l’énoncé du dixième article peut paraître obscur à plusieurs, j’ai jugé que les choses seraient plus claires si je disais, en quelques mots, ce que je pense de la Cène du Seigneur... » Le Christ, continuait-il, est présent dans la Cène, il se manifeste (exhibere) à nous par les symboles du pain et du vin. Les ministres luthériens furent invités à donner leur avis, car c’est à eux qu’il revenait d’« ordonner » Houbraque comme ministre. Cette confession de foi sur la Cène leur parut « calviniste », mais comme le Français s’en tenait à la Confession d’Augsbourg pour tout le reste et que, pour la Cène, il s’engageait à ne rien prêcher qui contredise la doctrine luthérienne, ils l’acceptèrent finalement comme ministre, à condition d’avoir un entretien avec lui au sujet de leurs doctrines respectives. Lors de cet entretien, Houbraque leur fit l’effet d’un homme « savant et aimable ». Ils décidèrent en conséquence de le « tolérer »400. Le Magistrat se rallia à leur point de vue et, le 24 décembre, le nouveau ministre fut présenté aux fidèles de l’Église française.

  • 401 A.M.S., II 84b 40 (document reproduit infra, annexe II/8). Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 563 v°-564 r° ( (...)
  • 402 A.M.S., II 84b 40, f. 1 v°-2 r°.

168Que Houbraque, un calviniste notoire, fût accepté à Strasbourg, c’était assurément pour les réfugiés une victoire, mais la situation de l’Église française n’en était pas moins bien précaire. Les réfugiés purent s’en rendre compte, en entendant la proclamation que leur lut, le 24 décembre, lors de la présentation d’Houbraque, Georges Goldner, le secrétaire des XV, au nom du Magistrat401. « Estant nosdicts seigneurs le magistrat advertis que en ceste église iusques ici sont tenues et observées autres cérémonies et manières de faire que aux églises allemandes, tant à l’administration des sacrements que à la conservation ou bénédiction des mariages, au catéchisme, au chant, aux heures du sermon, à la prédication des évangiles dominicaulx et autres chosses, voulant doncques avoir en une mesme ville commune égalité de pure doctrine, ainsi pareillement conformité de cérémonies et formes de police ecclésiastique sans aucune diversité ou altération, ils eussent bien esté d’advis, ensemble avec la présentation dudict ministre, vous donner aussi ordre dudict gouvernement ecclésiastique. » Ainsi, le Magistrat, cédant enfin aux instances de Marbach et des ministres luthériens, semblait sur le point d’imposer la « conformité ». La mise en œuvre de cette nouvelle politique était imminente. « Dont touteffois ilz ont esté retardez et empeschez par aultres affaires d’importance, mais ont ordonné et conclu de faire mectre enescrit en vostre langage les usages et manières de faire ès choses susdictes, comme elles sont observées ès dictes églises allemandes, affin que, comme dict est, tant la doctrine que les cérémonies soient conformes par toutes les églises de ceste ville.402 »

  • 403 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 4 janvier 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 4, no 3152).

169Sans tarder, Houbraque mit Calvin au courant des nouvelles intentions du Magistrat de Strasbourg. « Si celui-ci, concluait-il, persiste dans l’idée que nous devons nous accorder en tout avec les ministres allemands, nous serons obligés de manifester notre opposition, pour défendre notre doctrine. Quant aux cérémonies, si du moins elles font l’objet d’une concertation, nous ne changerons rien à la légère et nous n’accepterons pas que la liberté de notre Église nous soit arrachée. S’il se trouve que certains changements proposés constituent une amélioration, nous n’y ferons pas obstable, comme il convient, pour sauver la paix de l’Église403. »

  • 404 A.M.S., XXI, 38, f. 41 v°-42 r°.

170Le 5 février, le Magistrat chargea les kirchenpfleger de faire traduire en français les ordonnances ecclésiastiques et le catéchisme strasbourgeois404, conformément à ce qui avait été annoncé le 24 décembre. Mais le moment de l’épreuve n’était pas encore venu et cette recommandation demeura lettre morte. On ne sait au juste ce qui fit obstacle à son exécution. Une chose, en tout cas, apparut clairement : en 1560, comme en 1557, le parti orthodoxe était incapable d’obtenir du Magistrat qu’il contraigne autoritairement les réfugiés à abandonner leur doctrine et leur liturgie.

  • 405 Calvin à Houbraque, Genève, 5 novembre 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 232, no 3270) et Houbraque (...)

171Les deux années qui suivirent furent relativement paisibles. Le fait le plus marquant est une petite altercation, vite oubliée ensuite d’ailleurs, entre le ministre de l’Église française et Calvin. Lors d’une discussion sur un sujet que nous ne connaissons pas avec Alexandre, quand celui-ci se trouvait encore à Strasbourg, Houbraque avait déclaré que l’autorité de la Parole de Dieu et des écrits de l’apôtre Paul avait plus de poids que celle d’un homme. Or, cet homme était Calvin, dont Alexandre avait cité un des écrits pour défendre son point de vue. Les propos tenus par Houbraque, passablement déformés sans doute, furent rapportés à Calvin par Alexandre, lui qui, pourtant, avait critiqué en d’autres temps le « pape de Genève ». Calvin prit fort mal la chose et Houbraque dut, pour apaiser le différend, replacer sa propre déclaration dans son contexte d’origine405.

  • 406 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 6 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145, no 3227).
  • 407 Calvin à Houbraque, Genève, 23 mars 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 37-37, no 3173).

172Pour le reste, l’Église française se portait bien406. Sur les conseils de Calvin407, Houbraque s’employa à restaurer la discipline ecclésiastique, qui ne fonctionnait plus depuis la fin du ministère de Pierre Alexandre.

  • 408 Houbraque à Calvin, 6 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145).
  • 409 Cf. M. Thirion, Étude sur l'histoire du protestantisme à Metz et dans le pays messin, Nancy, 1884, (...)
  • 410 A.M.S., V 5, 21 (30 septembre 1559) et 24 (4 octobre 1559).
  • 411 A.M.S., XXI, 37, f. 528 r°. Ici encore, il faut corriger le travail par ailleurs remarquable de Ze (...)
  • 412 Hubert Languet à Ulricus Mordesius, Wittenberg, 31 janvier 1560 (Arcana Seculi Decimi sexti, lib. (...)
  • 413 A.M.S., XXI, 38, f. 384 r° et v° (18 septembre 1560). — Welschen Register (1559-1583) (A.M.S., 64/ (...)

173Le nombre des fidèles augmentait. Le ministre en fit l’observation à Calvin le 6 juillet 1560408. Cet accroissement trouve une explication dans le fait qu’en France la situation évoluait mal pour les réformés. A la mort d’Henri II, en 1559, le parti des Guise, profitant de la minorité du jeune roi François II, était devenu tout puissant dans le royaume. A Metz, en particulier, par l’ordonnance royale du 27 octobre 1559, le Magistrat reçut l’ordre d’expulser tous les bourgeois qui ne voulaient pas se conformer aux usages de la religion romaine409. L’émigration commença à la fin du mois de septembre, avant même que cette mesure ne fût officiellement prise410. En novembre, six Messins, membres de l’Église de Paris, firent le voyage jusqu’à Strasbourg et demandèrent au Magistrat l’asile pour quarante familles. Sur les instances du recteur, Jean Sturm, Marbach accepta de soutenir leur demande. Vingt familles, la moitié de ce qu’on attendait, arrivèrent peu après et, le 29 novembre, elles obtenaient du Magistrat l’autorisation de s’établir dans la ville411. A la fin de janvier 1560, le nombre de ces familles s’élevait, d’après le diplomate Hubert Languet412, à soixante. Le plus illustre des réfugiés était Claude-Antoine de Vienne, seigneur de Clervant, poursuivi pour avoir entretenu chez lui un prédicant. Il arriva à Strasbourg, venant de Paris, en septembre 1560413.

  • 414 A.M.S., II 84b 46.
  • 415 A.M.S., XXI, 39, f. 218 r°-219 r°.

174En raison de cet afflux de réfugiés français, l’église Saint-André, que les Welches occupaient depuis 1553, devint trop petite. Aussi, le 16 juin 1561, deux délégués de l’Église française demandèrent-ils au Magistrat que soit cédée aux réfugiés l’église des dominicains qui, après être redevenue une église paroissiale luthérienne après l’Intérim d’Augsbourg, huit ans plus tôt, venait d’être rendue libre414. Mais cette faveur leur fut refusée, « pour éviter qu’ils n’attirent à eux plus de gens encore ». S’ils étaient trop nombreux, que ceux parmi eux qui connaissaient l’allemand aillent dans les autres paroisses de la ville415 !

  • 416 M.S.A. Publié en traduction française dans : Dareste, Hotman, p. 99. Kelley (Hotman, p. 128) cite (...)
  • 417 A.M.S., XXI, 39, f. 463 v°-464 r° (1er janvier 1562).
  • 418 A.M.S., XXI, 40, f. 2 v°-3 r° (17 février 1562).

175Les protestants de Metz ne devaient pas rester longtemps à Strasbourg. Les mesures prises par François II furent, en effet, rapportées par Charles IX, son successeur, et, le 12 juillet 1561, Hotman put écrire au landgrave Philippe de Hesse : « A Metz, on tient tous les deux jours des assemblées, auxquelles assistent plus de trois mille personnes [...]. Les Messins qui s’étaient réfugiés ici [à Strasbourg] retournent presque tous chez eux416. » Même ceux qui avaient obtenu le droit de bourgeoisie rentrèrent au pays. En janvier 1562, le Magistrat de Strasbourg donna congé à un groupe de Messins, non sans avoir vérifié s’ils avaient dûment renoncé à leur droit de bourgeoisie et payé tout ce qu’ils devaient à la Chambre de la Taille417. Le 17 février de la même année, Claude-Antoine de Vienne prenait congé à son tour418.

  • 419 Le nom de Nicolas Morel ne figure dans aucun des recensements de 1552-1553. En revanche, deux Cham (...)
  • 420 A.M.S., V 5, 71 (24 décembre 1559). Cf. le Welschen Register à la date du 21 décembre 1559 (A.M.S. (...)

176Strasbourg, cependant, n’a pas attiré, ces années-là, que des Messins. Une autre région de France à y avoir envoyé bon nombre des siens au début des années soixante est la Champagne. Comme ceux de Metz, les protestants champenois trouvaient refuge à Strasbourg le temps que la tranquillité revienne dans leur pays. Un premier goupe, constitué de cinq familles de Châlons-sur-Marne et de Vitry-le-François, arriva vers le 20 décembre 1559. Parmi eux, se trouvait un ministre, Jean Chassanion, qui devait bientôt être demandé comme ministre dans les villages welches du comté de Nassau-Sarrewerden. Les Champenois furent accueillis par un Châlonnais, déjà établi depuis longtemps à Strasbourg, Nicolas Morel419. Ce fut lui qui présenta au Magistrat la supplique par laquelle ils demandaient à recevoir l’asile dans la ville420.

  • 421 Né en 1525 à « Louan en Normandie » (Rouen ?) (Hist. eccl., t. I, p. 72), Pierre Fournelet (Fornel (...)
  • 422 A.M.S., II 84b 48. Voir également II 84b 61. Trente Champenois sont inscrits dans le Welschen Regi (...)
  • 423 A.M.S., XXI, 41, f. 24 r° (1er février 1563).
  • 424 A.M.S., XXI, 41, f. 144 r° et v°. Voir la lettre de remerciement (A.M.S., II 84b 58, texte dans Zu (...)

177En 1562, se produisit en Champagne l’événement qui devait marquer le début des guerres de religion en France : le massacre de Vassy. Ne se sentant plus en sécurité, un nouveau groupe de Champenois, sous la direction du ministre Pierre Fournelet421, arriva à Strasbourg en octobre ou novembre 1562. Ils venaient, comme leurs prédécesseurs, de Châlons et de Vitry, ainsi que de Troyes et d’Épernay. D’après les listes qu’ils remirent au Magistrat, ils étaient au nombre de trente-trois, les femmes et les enfants non compris422. Les autorités leur accordèrent le permis de séjour jusqu’au 25 décembre 1562. Ils obtinrent, par la suite, une prolongation jusqu’au 2 février, puis jusqu’au 24 juin 1563423. Une prolongation supplémentaire ne fut pas nécessaire, car, le 24 avril, les Champenois quittaient Strasbourg, après avoir remercié le Magistrat pour l’accueil reçu424. Des protestants de Champagne devaient revenir à Strasbourg, en 1568 notamment, mais sans former, comme en 1559 ou en 1562, un groupe constitué.

  • 425 Cf. supra, p. 53 et 59.
  • 426 A.M.S., XXI, 40, f. 312 v°-313 r°.
  • 427 A.M.S., XXI, 40, f. 314 v°. Ce rapport a été conservé : A.M.S., R 24, no 78 : Bedacht der vertrieb (...)

178L’arrivée des Champenois à Strasbourg en septembre 1562 conduisit le Magistrat à réexaminer sa position quant à l’accueil des étrangers en général. C’est à cette occasion que fut effectué le recensement dont il a déjà été plusieurs fois question425. Le 16 septembre, trois conseillers furent chargés d’étudier « quelle attitude adopter à l’avenir face aux Français réfugiés, s’il faut en accepter davantage et à quelles conditions »426. Dans un rapport qu’ils soumirent à l’approbation du Magistrat le 21 septembre427, ils proposèrent de confier au ministre, Guillaume Houbraque, et aux anciens de l’Église française le soin de recenser tous les étrangers de Strasbourg, afin que l’on sache s’il était possible d’en accueillir de nouveaux. En outre, ils suggéraient au Magistrat de s’adresser au ministre welche et aux ministres luthériens de Strasbourg, en recommandant au premier d’exhorter les étrangers à bien se tenir et à ne pas traîner dans les rues, aux autres d’inviter leurs paroissiens à traiter les réfugiés avec bienveillance et compassion. Pour le reste, le document reprenait les dispositions antérieures, relatives à la surveillance aux portes de la ville, à l’hébergement des réfugiés dans les maisons particulières et à leur enregistrement.

  • 428 Wasselonne (Wasselheim) : localité située à 23 km de Strasbourg, dans l’arrondissement actuel de M (...)
  • 429 A.M.S., XXI, 39, f. 27 r° et 28 r°. Sur les institutions du territoire rural de Strasbourg : Wunde (...)
  • 430 A.M.S., XXI, 40, f. 274 v° et 276 r°.

179D’autre part, le mandement du 20 février 1557, relatif à l’octroi du droit de bourgeoisie aux Welches, demeurait toujours en vigueur. Le 27 janvier 1561, cette question fut à nouveau débattue au Magistrat, non toutefois au sujet de Strasbourg mais de Wasselonne, une des localités faisant partie du territoire strasbourgeois, depuis 1495428. Wasselonne était alors envahie par des réfugiés, peut-être parce qu’à Strasbourg les accès de la ville étaient mieux gardés. Le Magistrat recommanda aux commissaires (landherren) de Wasselonne de publier un mandement dont les principales dispositions s’inspireraient du mandement strasbourgeois du 20 février 1557 : interdiction aux habitants de vendre des biens aux Welches qui ne seraient pas bourgeois, aux veuves et aux jeunes filles d’épouser un Welche sans l’accord du bailli (landpfleger) de Wasselonne, aux écoutètes et à la justice locale d’accepter des Welches comme bourgeois sans l’accord dudit bailli429. Ainsi, on continuait à se méfier des étrangers. Le 24 août 1562 encore, le Magistrat prit des mesures pour qu’ils n’achètent pas trop de maisons à Strasbourg430.

  • 431 Un nouveau mandement devait être publié en 1568. Il reprenait, sans rien y ajouter, toutes les dis (...)

180Ceci dit, si l’on en juge d’après le rapport du 21 septembre 1562 mentionné plus haut, le climat avait changé au Magistrat : impressionnées par les persécutions menées en France, les autorités n’allaient-elles pas jusqu’à demander aux ministres de plaider la cause des réfugiés auprès de la population ? Ces bonnes dispositions n’empêchèrent pas, cependant, la fermeture de l’Église française, dès le mois d’août de l’année suivante, à la suite d’événements que nous allons examiner à présent431.

  • 432 Op. Calv., t. XIX, col. 154, no 3640.
  • 433 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.
  • 434 Les ministres luthériens de Strasbourg.

181A la fin de l’année 1561, la tranquillité relative dont jouissait jusqu’alors l’Église française sembla, tout d’un coup, gravement compromise. « Nos adversaires, écrivit Houbraque à Calvin le 9 décembre, brûlent contre nous d’une telle haine que si le Seigneur n’agit pas directement par son Esprit sur le Magistrat, il nous faudra, sinon à tous, à moi en tout cas, émigrer d’ici sous peu432. » « Nous demeurons dans le même naufrage ou presque, ajouta-t-il le 31 décembre 1561433. Si nos hommes434 obtiennent un jour, dans leur lutte contre Zanchi, ce qu’ils cherchent depuis si longtemps, il apparaîtra que Satan a essayé de compenser ici toutes les pertes subies en France. »

  • 435 Cf. infra, p. 534.
  • 436 Cf. Kittelson, Marbach vs Zanchi, p. 31-44. — Viot, Querelle.Burchill, Girolamo Zanchi in Stras (...)

182Depuis mars 1561, un conflit très dur opposait à Strasbourg Jérôme Zanchi, le professeur de théologie, à Marbach : il ne devait trouver un terme qu’en mars 1563, à l’avantage du surintendant. Comme dans la plupart des conflits doctrinaux de cette période, l’enjeu était la Confession d’Augsbourg, dans sa version invariata435, dont Zanchi était accusé de se séparer. Bien que l’incident ayant mis le feu aux poudres ait été l’interdiction par le Magistrat, à l’instigation de Zanchi, d’un écrit violemment anticalviniste du théologien Tileman Heshusius sur la Cène, l’affaire Zanchi proprement dite concerna principalement la doctrine de la prédestination et guère celle de la Cène. Comme l’a montré une étude récente436, les questions de procédure y jouèrent un rôle de premier plan. Parce que le différend était, selon lui, personnel, Zanchi voulait qu’il soit examiné par les professeurs de l’École, dans le cadre d’une « disputation » académique. En obtenant, au terme d’une longue bataille, qu’il soit jugé par le Magistrat et en allemand, une langue étrangère pour Zanchi, Marbach remporta une première et décisive victoire : désormais, il pouvait intervenir non en théologien privé, mais en surintendant, responsable de la doctrine enseignée à Strasbourg.

  • 437 A.M.S., XXI, 41, f. 75 r° et v° (10 mars 1563). Cf. Vogler, Affirmation, p. 598.
  • 438 Texte dans Op. Calv., t. XIX, col. 671-675, no 3919.
  • 439 Ibid., col. 675.

183L’abandon officiel par le Magistrat, le 10 mars 1563, de la Confession tétrapolitaine (1530), rédigée autrefois par Bucer, au profit de la Concorde de Wittenberg (1536) et de la Confession d’Augsbourg, telle qu’elle avait été proposée aux princes à Naumbourg, en 1561, c’est-à-dire dans sa version invariata, représenta pour le parti luthérien une seconde victoire437. Mais son succès le plus retentissant fut d’obtenir du Magistrat qu’il convoque à Strasbourg une assemblée de théologiens, en vue d’arbitrer le différend opposant Zanchi à Marbach : parmi ces théologiens, tous, sauf peut-être le Bâlois Sulzer, étaient des luthériens déclarés. Ils rédigèrent un document, la Formule de concorde de Strasbourg, que tous les professeurs de théologie et tous les ministres de la ville furent invités à signer le 18 mars 1563438. Ce texte reflétait, pour l’essentiel, le point de vue de Marbach. Après avoir longuement hésité, Zanchi accepta de le signer, en formulant toutefois cette restriction : « Hanc doctrinae formulam, ut piam agnosco, ita eam recipio. Ego Hieronymus Zanchus439. »

  • 440 Voir le texte de cette confession dans Maeder, Notice, p. 48 (d’après les Epistulae theologicae in (...)

184Sans occuper autant que Zanchi le devant de la scène, Houbraque fut mêlé de près à ces événements. Le 3 mars 1562, il remit au Convent ecclésiastique, dont il était membre, une confession de foi sur la prédestination, commençant en ces termes : « Je crois que Dieu, en tant qu’il est éternel et immuable, connaît à l’avance (praescivisse) toutes choses, de toute éternité, telles qu’elles vont être, et qu’en les connaissant à l’avance, il les a prédéterminées (praefinisse) ou encore prédestinées (praedestinasse)440. »

185Champion de la doctrine de la double prédestination à la suite de Calvin, Houbraque ne pouvait pas ignorer que cette confession de foi allait renforcer l’hostilité qu’on lui vouait déjà à Strasbourg et diminuer d’autant les chances de survie de l’Église française. Rien n’y fit, cependant. Il adopta jusqu’au bout une attitude parfaitement intransigeante, alors que Zanchi, lui-même, avait cédé.

  • 441 Op. Calv., t. XIX, col. 480, no 3822.
  • 442 Ibid., col. 481.
  • 443 Conrad Hubert à Paul Ulstetter, Strasbourg, s.d. (A.M.S., A.S.T. 41, no 14, phot. p. 210) : « Scis (...)

186Une première conséquence de cette attitude fut son exclusion du Convent, le 25 juin 1562, en compagnie de Conrad Hubert, l’ancien secrétaire de Bucer et l’éditeur de ses œuvres. Marbach, qui voulait que cette mesure fût prise en l’absence des intéressés, les avait, ce jour-là, sommés de quitter la salle où se tenait le Couvent. Hubert tenta bien de s’opposer à cette décision qu’il jugeait arbitraire, mais Marbach eut raison de sa résistance en lançant à ses collègues : « S’ils refusent de céder la place, nous nous en irons tous. » Il avait, selon Houbraque qui rapporta l’incident à Calvin le 6 juillet441, « le visage pâle et les lèvres tremblantes ». Houbraque et Hubert furent exclus du Convent « pour s’être séparés des autres [ministres] dans les deux principaux articles de la foi, à savoir la Cène et la prédestination ». La mesure était d’application « jusqu’à ce que la controverse en suspens entre Marbach et Zanchi fût réglée en présence du Magistrat442 ». Hubert fut, de son côté, démis de la fonction de diacre qu’il occupait à la paroisse Saint-Thomas et interdit de la Cène443.

  • 444 [Johann Marbach], Anlwort eines erbaren Kirchen Convents uff die schrifft, so unsere gnedige herr (...)
  • 445 Zanchi à Bullinger, s.d. (Zanchi, Epistolarum libri duo, t. II, p. 51-52).
  • 446 Op. Calv., t. XIX. col. 490, no 3830 : « Certe nisi mascule agat Senatus, vincet tandem improba et (...)

187Le 15 juillet, le Magistrat intima l’ordre aux ministres strasbourgeois de réintégrer Houbraque et Hubert dans leur assemblée. Ce fut peine perdue. Marbach répondit, au nom de ses collègues, qu’il s’y opposerait tant qu’on ne supprimerait pas à Strasbourg « les sectes calvinistes et zwingliennes »444. D’après Zanchi, les ministres décrétèrent même, en réponse à l’injonction du Magistrat, qu’ils excommunieraient quiconque approuverait sa doctrine et celle de ses partisans445. Ainsi, expliqua Houbraque à Calvin le 28 juillet446, par leur présence Hubert et lui-même « contaminaient » le Convent. « Si, ajoutait-il, le Magistrat n’agit pas vigoureusement, l’audace malhonnête et obstinée de ces évêques finira par être payante. »

  • 447 Zanchi à Capiton, Zurich, 18 avril 1563 (Op. Calv., t. XIX, col. 717, no 3938). Voir dans le même (...)
  • 448 Zanchi à Bullinger, s.d. [apparemment réponse à la lettre de Bullinger du 16 décembre 1562] (Zanch (...)

188Le 18 mars 1563, Conrad Hubert et Jean Sturm acceptèrent de signer la Formule de concorde de Strasbourg. Après avoir hésité, nous venons de le voir, Zanchi se décida également à poser le même acte. Un des principaux motifs qui le poussèrent à agir ainsi, comme il l’expliqua lui-même plus tard, fut son souci « d’éviter que l’Église française ne fût anéantie447. » Un même sens de la solidarité l’avait déjà incité, à la fin de l’année 1562, à refuser de quitter Strasbourg pour Lyon, où on le demandait comme ministre448.

  • 449 Zanchi à Garnier, Strasbourg, 10 juillet 1563 (Op. Calv., t. XX, col. 62, no 3978) : « Non enim ad (...)
  • 450 Houbraque à Calvin, Genève, 13 mars [= mai] 1563 (Op. Calv., t. XX. col. 23, no 3953).

189Houbraque, lui, refusa avec obstination d’approuver la confession de foi du 18 mars. Chose curieuse, Zanchi, qui, pourtant, l’avait signée, le dissuada d’en faire autant, comme si, venant de la part d’un ministre, la chose en devenait répréhensible449. Calvin, en revanche, encouragea Houbraque à signer, afin de « conserver l’Église ». Sur la prédestination, la Formule de concorde de Strasbourg ne contenait, selon lui, rien d’ouvertement impie. Quant à la Cène, il risquait bien de perdre, en signant, une bonne part de sa liberté d’enseignement450, mais des exceptions risquaient, tôt ou tard, de devenir possibles.

  • 451 A.M.S., XXI, 41, f. 329 r° (14 août 1563).

190Houbraque avait beau s’être toujours montré un fidèle disciple du ministre de Genève, cette fois-ci, il ne l’écouta pas et il s’abstint de signer. Le 14 août, le Magistrat le congédia, en prononçant, en même temps, la fermeture de l’Église française. La décision était motivée en ces termes : « Il s’est opposé continuellement aux autres ministres et il n’a pas réussi à s’entendre avec eux ; de plus, il n’a pas voulu signer la Concorde451. »

  • 452 Sur cotte affaire : A.M.S., II 84b 49A, 49B, 49C et 49D (les documents A et C sont reproduits infr (...)

191On aurait pu croire qu’à un moment où l’existence même de l’Église française était menacée, ses membres se seraient rassemblés et auraient fait corps avec leur ministre. Il n’en fut rien. Depuis que Houbraque avait marqué, en ne signant pas, son désaccord avec la politique religieuse de la ville, les autorités en étaient venues à l’idée que, maintenant ou plus tard, il faudrait retirer aux étrangers la faculté d’avoir un culte propre, mais rien ne les obligeait à prendre immédiatement une telle mesure. Or, l’occasion d’intervenir, ce ne furent pas des Strasbourgeois, même pas Marbach, qui la leur fournirent, mais des réfugiés : adversaires de Houbraque pour des motifs doctrinaux, ils portèrent plainte contre lui dans les premiers jours d’août 1563, ce qui donna lieu à une enquête officielle et eut pour effet la fermeture de l’Église française452.

  • 453 A.M.S., II 84b 49C, f. 1 v° (document reproduit infra, annexe II/9).
  • 454 A.M.S., II 84b 49B. Il s’agissait de Hubert De Bur, de Thibaut Leschevin, un des « cinq » lors de (...)
  • 455 A.M.S., II 84b 49D. Il est question dans cette lettre de « moy, Arnould et un autre » (f. 2 v°) : (...)

192En 1563, comme au temps de Garnier ou d’Alexandre, l’Église française était divisée. Dans une lettre qu’il envoya au Magistrat, Nicaise De Bournonville, le plus actif des opposants à Houbraque, cita nommément douze réfugiés qui, selon lui, étaient prêts à témoigner contre leur ministre453. Quatre d’entre eux furent effectivement interrogés, les 3 et 4 août. Ils confirmèrent dans l’ensemble les déclarations de Nicaise, sans toutefois partager sa hargne contre Houbraque454. Deux autres membres de l’Église, Arnoult Le Couturier et Servais George, écrivirent au Magistrat, au même moment, vraisemblablement après s’être concertés avec Nicaise De Bournonville, car, dans leur lettre, ils formulaient contre leur ministre exactement les mêmes griefs que lui455.

  • 456 Op. Calv., t. XIV, col. 515-516, no 1725.
  • 457 Op. Calv., t. XIV, col. 520-521, no 1729. Philippe De Ecclesia n’est pas nommé : « Quum impius Sat (...)
  • 458 A.É.G., Registres du Conseil, 24 décembre 1552 et 4 janvier 1553 (cité dans Op. Calv., t. XIV, col (...)

193Nicaise De Bournonville n’était pas un inconnu dans les milieux réformés. Il avait émigré à Strasbourg vers le milieu d’avril 1553. Peu avant sa venue, le 10 avril, Garnier avait écrit aux ministres de Genève, pour obtenir des renseignements sur son compte. Nicaise, venait-il d’apprendre, allait arriver à Strasbourg, de Genève. Or, on le disait lié à un certain Nicolas Le Tapissier, qui, lui aussi, était passé par Genève avant de devenir membre de l’Église française, où, depuis quelques mois, il semait le trouble456. Dans leur réponse, le 22 avril, les ministres genevois confirmèrent largement les appréhensions de Jean Garnier. Nicolas, un homme « acerbe et médisant » et Nicaise, « un insolent et un factieux », leur avaient donné, à Genève, beaucoup de soucis, parce qu’ils y avaient épousé la cause de Philippe De Ecclesia, un ministre de l’Église de la ville, qui avait été déposé le 27 janvier 1553, pour avoir soutenu Jérôme Bolsec et défendu, comme lui, la doctrine du libre arbitre457. Nicaise De Bournonville avait eu affaire alors avec le Consistoire. Parti une première fois de Genève, il y était ensuite revenu et il s’était tant opposé à Calvin, qu’il avait calomnié publiquement, que le Conseil avait prononcé son exclusion de la ville, le 4 janvier, peu avant la déposition de Philippe De Ecclesia458.

  • 459 A.M.S., III 271/12. Dans un autre document (A.M.S., II 84b 49A, f. 2 r°, document reproduit infra,(...)
  • 460 Ce fut lui qui monta Jean Du Chemin contre Garnier : « Desgleichen ein teppichmacher auss Flandern (...)
  • 461 Farel à Calvin, s.l., 16 août 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 261, no 2517).
  • 462 A.M.S., II 84b 31. Cf. supra, p. 111-112.

194Son nom figure dans le recensement du 24 avril 1563 : « Nicaise De Bournonville, du Hainaut, un relieur (buchbinder), se trouve, avec femme et enfants, à la Tour, souhaite devenir bourgeois459. » Alors que Nicolas Le Tapissier joua un rôle, certes de second plan, dans l’affaire Garnier460, Nicaise De Bournonville ne semble pas avoir fait parler de lui pendant les premières années de son séjour à Strasbourg. Il n’est d’ailleurs pas impossible qu’il soit retourné du côté de Genève, car, en août 1556, le Conseil de cette ville ordonna une enquête sur les activités de Sébastien Fonselet et d’un certain Nicaise qui troublaient l’Église461. En août 1558, Alexandre eut à subir les démonstrations d’hostilité de plusieurs de ses paroissiens à l’occasion d’un mariage contesté. Parmi eux, figuraient Servais George, la femme et la mère d’Arnoult Le Couturier et un Nicaise tisserand (weber) qui, malgré cette dernière indication, pourrait être Nicaise De Bournonville462.

  • 463 Bournonville accusa également Houbraque de « blasmer ceux quy font prier ou exhortation à l’enterr (...)
  • 464 A.M.S., II 84b 49A, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/9).
  • 465 Ibid., f. 1 v°.
  • 466 A.M.S., II 84b 49D, f. 1 v°. Cf. A.M.S., II 84b 49C, f. 1 r°.

195Le motif quasi exclusif463 de l’opposition de Nicaise De Bournonville et de ses amis à Guillaume Houbraque fut la doctrine de ce dernier sur la prédestination. « Je prie mes très honorés segneurs me dire franchement sy je doy tenirr [sic] pour vérités telle sentence, écrivait Nicaise au Magistrat464, car, quant à moy, je les tient pour fauce et diabolique. » Selon Houbraque, Dieu a voulu le mal, le meurtre d’Abel par Caïn par exemple, la « palardise » de Loth ou celle de David, ou encore « les meurtre et brigandages quy ce font journellement, corne il est escript de celuy qui dessendoit de Jérusaleme en Jériquo ». « Cest doctrine est donnée et enseignée par beacop en réglisse françoisse, lequelle je puis nommer de non et surnon, que tuer, desrober, pallarder n’est que fair la vollontés de Dieu, comme il dissent, et quiconque osse dirre le contre est tenus par maistre Guillame et les siens pour meschans hérétique465. » Son indignation fut portée à son comble, de même que celle de Servais George et d’Arnoult Le Couturier, lorsque Houbraque compara Dieu, dans un sermon, un dimanche de janvier, à « un roy, tirant ou grand seigneur, lequel a plusieurs serviteurs, lequel ap[prête] l’un de ses serviteurs, le lie et le fait enchaîner à quelque pilier et puis luy dit : — Va une lieue ou deux d’icy sur la vie et, si tu n’y va, tu mourra, et il sceyt bien qu’il n’y scauroit aller466. »

  • 467 Georges Goldner fut menacé d’excommunication et peut-être même a-t-il été excommunié, entre autres (...)

196Après avoir essayé, mais en vain, de faire changer Houbraque de doctrine, Arnoult Le Couturier et Servais George s’étaient rendus auprès de Frédéric de Gottesheim, le kirchenpfleger de l’Église française, et ils lui avaient demandé d’intervenir auprès du Magistrat. S’ils n’étaient pas allés le trouver plus tôt, lui expliquèrent ils pour se justifier, c’est parce cette démarche incombait à Georges Goldner, le secrétaire des XV, qui fréquentait les assemblées de l’Église française et y participait à la Cène. Cette déclaration ne manquait pas d’hypocrisie, car tout le monde savait à Strasbourg que Goldner avait été interdit de la Cène dans les paroisses de la ville, depuis qu’il avait pris la défense de Houbraque, l’année précédente, lorsque celui-ci avait été exclu du Convent467.

  • 468 A.M.S., II 84b 54 (20 octobre 1563).
  • 469 A.M.S., II 84b 49D, traduction allemande, f. 4 r°.
  • 470 A.M.S., XXI, 41, f. 344 r° (25 août 1563).

197En s’adressant aux autorités, les adversaires de Houbraque visaient une chose : obtenir sa démission et le faire remplacer par un autre ministre qui fût davantage dans leur ligne. Comme le montre une lettre qu’ils adressèrent plus tard au Magistrat, ils ne souhaitaient pas que l’Église française soit fermée468. Le Magistrat, nous l’avons vu, tira parti de leurs lettres de dénonciation, mais il ne se déclara pas pour autant solidaire de ces hommes pour lesquels il éprouvait peu de sympathie. En témoigne une note anonyme, en latin, figurant au dos de la traduction allemande de la lettre d’Arnoult Le Couturier et de Servais George : « Aristote dit dans sa Rhétorique : il n’est pas honteux d’être blâmé ou trahi par des hommes sans valeur, mais honorable et louable au contraire, de même qu’il est hautement répréhensible d’être loué par des gens malhonnêtes469. » Quant à leurs compagnons de refuge, ils vouèrent aux dénonciateurs une grande haine, à Nicaise De Bournonville surtout, allant jusqu’à menacer de mort ce dernier, quand ils eurent compris ce qu’il avait fait470.

  • 471 Conrad Hubert à Johannes Luchtius, Strasbourg, 6 septembre 1564 (A.M.S., A.S.T. 41, no 22, phot. p (...)
  • 472 Houdan : chef-lieu de canton, arrondissement de Rambouillet, Yvelines. Voir les Actes de la Confér (...)
  • 473 Welschen Register (A.M.S., A.S.T., III 64/1, f. 19 r°).
  • 474 A. Von den Velden, Kirchenbuch, p. 1.
  • 475 Hildenbrand, Quellen zur Ceschichte der Stadt Frankenthal, p. 12.

198Houbraque a dû quitter Strasbourg peu après la fermeture de l’Église, pour devenir ministre dans la région parisienne471, sans doute à Houdan472. En 1572, après le massacre de la Saint-Barthé lémy, on devait le revoir à Strasbourg473. peu de temps il est vrai, car il se rendit ensuite à Heidelberg474. En 1578, il est encore signalé à Frankenthal, dans le Palatinat475, après quoi on perd sa trace.

  • 476 Reuss, Collectanées de Daniel Specklin, fr. 2430, p. 558.
  • 477 Dacheux, Chronique strasbourgeoise de Sébald Bühler, fr. 113, p. 409.
  • 478 Fritsch, Strassburger Chronik des Johannes Stedel, p. 107.
  • 479 A.M.S., XXI, 41, f. 330 r° et 332 r°. Bühler date la fermeture du 17 août et Specklin du 19 août.
  • 480 A.M.S., II 84b 51, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/10). Cf. A.M.S., XXI, 41, f. 343 v (...)
  • 481 Le différend sur la Cène.
  • 482 A.M.S., II 84b 51, f. 1 v°.

199La fermeture de l’Église française provoqua à Strasbourg un certain émoi. Les chroniqueurs, tant Daniel Specklin476, que Sebald Bühler477 ou Jean Stedel478, d’habitude pourtant avares de renseignements sur les réfugiés, prirent soin de relater l’événement. Les premiers à réagir, après que la mesure eût été confirmée le 16 août479, furent les anciens et les diacres de l’Église française, dont la supplique fut lue au Magistrat le 25 août. Ils demandaient la réouverture de leur Église, « afin que la plus grande partye d’iceulx qui ignorent la langue germanique ne soient privez du fruict et consolation tant nécessaire de la prédication de l’évangile, tant aux baptesmes de leurs enfans qu’en la communion de la Cène, en l’annoncement des mariaiges et bénédiction d’iceulx, aux sépultures des mortz, etc.480 ». Leur Église fonctionnait bien, ajoutaient-ils : les pauvres étaient secourus, une « honneste discipline » étaient observée et les sacrements étaient administrés « selon la façon de parler de saint Paul ». Et, surtout, leur Église jouait un rôle indispensable, étant donné la situation internationale. « Que si, pour ce différent481, nostre église est exterminée, sans doubte infinies autres églises, tant estrangères que germaniques, ne s’en ressentiront pas peu blessées ny offensées. Ce que fera que grand nombre d’églises en recepvront grande tristesse et nos adversaires papistes grand plaisir et réioussance et, par là, occasion sera donnée aux persécutions de se renforcer contre les pauvres chrestiens, principallement en Lorraine et en France, où l’on abusera de l’exemple de vostre république pour maintenir tant mieulx leur idolatrye et exercer leur tyrannie482. »

  • 483 A.M.S., XXI, 41, f. 343 v°.

200L’argument avait du poids. Aussi le Magistrat chargea-t-il les théologiens d’examiner comment y répondre. Le problème, estimait-on, était de n’en faire « ni trop, ni trop peu » : il convenait de fermer l’Église, tout en évitant la dispersion des étrangers et leur adhésion aux « sectes erronées »483.

  • 484 Wolfgang de Deux-Ponts au Conseil des XIII de Strasbourg, Deux-Ponts, 3 septembre 1563 (A.M.S., II (...)

201Rédigé par Marbach, l’avis des théologiens fut remis au Magistrat le 13 septembre. Le Conseil des XIII venait alors de recevoir une lettre du duc Wolfgang de Deux-Ponts, en faveur de l’Église française. Wolfgang regrettait que les réfugiés aient été privés d’un lieu de culte, pour deux raisons : abandonnés à eux-mêmes, ils risquaient de « tomber dans une voie épicurienne » et de former des conventicules dans des maisons privées ; d’autre part, la fermeture de leur Église ne pouvait qu’inciter les papistes à poursuivre les persécutions en France. Selon lui, l’Église française devait être rouverte. Si cela n’était pas possible, il fallait prévoir un culte en français dans les églises allemandes484.

  • 485 J. Ney, Pfalzgraf Wolfgang, Herzog von Zweybrücken und Neuburg, Leipzig, 1913, p. 35, 37. Cf. A.M. (...)
  • 486 Ney, op. cit., p. 56.
  • 487 Rott, Recteur, p. 420-421. Voir en particulier la lettre de Wolfgang à Sturm, 17 mars 1563 (cité ib (...)
  • 488 K. Menzel, Wolfgang von Zweybrücken, Munich, 1893, p. 326.
  • 489 Sur le séjour de Madeleine de Mailly, épouse de Charles de Roye à Strasbourg : Rott, op. cit., p.  (...)

202Il est à première vue étonnant que Wolfgang de Deux-Ponts, un luthérien convaincu, très lié de surcroît à Marbach, à qui il avait confié, en 1556, la rédaction des ordonnances ecclésiastiques de son territoire et, en 1558, la charge d’y mener une visite pastorale485, ait pris la défense des « calvinistes » de Strasbourg, alors que, depuis 1558, sous l’influence de Marbach précisément, il s’était mis à les inquiéter dans son duché486. En réalité, une pareille incohérence entre politique intérieure et politique étrangère était concevable dans une période où la Paix d’Augsbourg, en consacrant ce qu’on devait appeler plus tard le principe cujus regio, ejus religio, avait instauré une sorte de relativisme confessionnel au niveau des États. Wolfgang acceptait qu’il y eût un parti réformé en France où, de tonte manière, le prince n’avait pas encore déterminé de façon claire la religion du pays, et, à l’instar de plusieurs autres princes allemands, il entendait les soutenir activement. C’est ainsi que, par l’entremise de Jean Sturm sans doute487, il rencontra, le 5 mai 1563, dans les environs de Strasbourg, un émissaire de Condé, en vue de négocier avec ce dernier une alliance entre les princes allemands et les huguenots français488. Or, cet émissaire n’était autre que Madame de Roye, la propre belle-mère de Condé, qui se trouvait à Strasbourg comme réfugiée, avec les cinq petits enfants du prince, depuis le mois d’août 1562489. Ainsi, Wolfgang était au courant de la situation des réfugiés français de Strasbourg. S’il intervint en leur faveur, c’est de toute évidence pour donner des gages au parti huguenot de France, dont il recherchait l’alliance.

  • 490 A.M.S., XXI, 41, f. 365 r° (13 septembre 1563).

203Wolfgang ne fut pas le seul, du reste, à réagir de l’extérieur à la fermeture de l’Église française. De Lorraine aussi, les protestants écrivirent au Magistrat, pour lui faire part de leurs appréhensions490.

  • 491 A.M.S., XXI, 41, f. 365 r° et v° (13 septembre 1563).

204Dans les premiers jours de septembre, moins d’un mois après que la mesure eut été prise, la réouverture de l’Église française semblait encore possible. Melchior Specker, un professeur de théologie, partisan de Marbach, s’en inquiéta dans une prédication. Selon lui, il existait trois groupes au Magistrat : le premier « ne se préoccupait pas de Dieu », le second « favorisait les sectaires » et le troisième, qui « se préoccupait de Dieu », n’avait « d’influence sur personne »491. Specker fut prié de s’abstenir, à l’avenir, de tenir en public des propos semblables. Il n’en demeurait pas moins que le Magistrat était divisé quant à l’attitude à tenir face au problème des réfugiés.

  • 492 A.M.S., II 84b 52.
  • 493 Voir à ce propos : A.M.S., XXI, 41, f. 330 v° (16 août 1563) : « Mettre en vigueur la décision rel (...)

205L’avis que Marbach lui remit le 15 septembre492 contribua sans doute à ce que, après beaucoup d’hésitations, le Magistrat se résolve, pour finir, à ne pas tenir compte des pressions extérieures et à confirmer sa décision de fermer l’Église française. Marbach, d’après ce rapport, n’était pas opposé, en soi, à la réouverture, mais il demandait, dans cette hypothèse, que le ministre de l’Église française soit un homme éprouvé, vraiment attaché à la Confession d’Augsbourg, ce qui paraissait bien difficile à trouver. Y parviendrait-on, que les anciens et une bonne partie de l’Église s’opposeraient à lui. Il valait donc mieux fermer l’Église. De la même façon que les anciens et les diacres dans leur supplique, Marbach défendit son point de vue à l’aide de considérations politiques, mais, au lieu d’évoquer, comme eux et comme le duc de Deux-Ponts, la situation des protestants français, victimes des persécutions, il fit allusion aux princes et aux États allemands qui reprochaient aux autorités strasbourgeoises de tolérer, dans leur ville, une religion non admise dans l’Empire493.

  • 494 A.M.S., II 84b 52, f. 6 v°.

206Cependant, — était-ce par souci pastoral ou par calcul politique, on ne sait, — le surintendant n’entendait pas abandonner les réfugiés à leur sort. Pas plus que le Magistrat — ou que le duc de Deux-Ponts, — il ne souhaitait les voir devenir, comme disait ce dernier, des « épicuriens ». Aussi proposait-il une solution alternative. Elle consistait à organiser à la, paroisse de la cathédrale un culte en français, dont la responsabilité serait confiée à un diacre connaissant le français, sous la direction de Jean Flinner, le pasteur. Ce culte aurait lieu dans le même local que le culte en langue allemande, mais à d’autres heures, le dimanche comme en semaine. Le diacre serait, en outre, chargé du catéchisme, de la préparation aux baptêmes et aux mariages et de leur célébration, ainsi que des visites aux malades. Il n’y aurait plus ni ancien, ni Consistoire. « Le rôle des anciens est inutile, car les questions de religion et de conscience sont de la compétence des pasteurs, des kirchenpfleger institués et du Convent ecclésiastique, tandis que les questions civiles sont de la compétence du Magistrat et de l’hôtel de ville494. »

  • 495 A.M.S., II 84b 53. Cf. A.M.S., XXI. 41, f. 440 r° et v° (20 octobre 1563).
  • 496 A.M.S., XXI, 41, f. 475 r° (10 novembre 1563).
  • 497 Cf. infra, p. 298-303.
  • 498 A.M.S., II 84b 55, f. 1 v°.
  • 499 Ibid., f. 1 v°.

207L’Église française demeura fermée. Il ne semble pas qu’un diacre spécialement chargé d’un culte en français ait été désigné suivant la suggestion de Marbach. Le 20 octobre 1563, en effet, Nicaise De Bournonville et trois de ses partisans demandèrent an Magistrat qu’il rouvre l’Église et en confie la direction non pas à Houbraque bien sûr, comme le réclamaient les anciens et les diacres, à qui ils déniaient toute représentativité, mais à un ministre de leur choix495. Ce ministre, ils déclarèrent bientôt, au début de novembre, l’avoir trouvé. Il était de Sainte-Marie-aux-Mines et se trouvait alors à Strasbourg496. Peut-être s’agissait-il de Nicolas François, un homme du Val de Liepvre, dont on sait qu’il ne passait pas pour très calviniste497. Si un culte en français avait été organisé à la cathédrale, la demande des adversaires de Houbraque aurait été sans objet, ou, en tout cas, il y aurait été fait allusion dans la supplique. De même, une délégation de six réfugiés français n’aurait pas pu écrire, dans une lettre qui fut lue au Magistrat le 18 décembre 1564 : « Depuis un an et demi, nous sommes sans doctrine et sans prédication, aucun sacrement n’est administré, nous ne sommes ni consolés, ni exhortés498. » Les étrangers désirant pratiquer leur religion en étaient donc réduits à assister au culte en allemand, une langue que la majorité d’entre eux ne comprenait pas499.

  • 500 Ibid., f. 2 r°. Cf. A.M.S., XXI, 43, f. 122 r° (16 mai 1565).

208Dans un premier temps, le Magistrat interdit non seulement le culte public en français mais même les réunions de prière privées. C’est ce que proposaient les réfugiés en décembre 1564 : un culte sans ministre dans leur ancien temple ou, à défaut, dans des maisons particulières, avec, deux fois par an, la possibilité que Jean Loquet, alors ministre dans le comté de Nassau-Sarrewerden, vienne célébrer la Cène chez eux500.

  • 501 A.M.S., XXI, 46, f. 560 v°-561 r° (20 décembre 1568). Cf. Erichson, Églises, p. 63. Voir aussi les (...)
  • 502 Welschen Register, à la date du 20 septembre 1568 (A.M.S., III 64/1, f. 11 v°) : « Johannes Garner (...)
  • 503 A.M.S., XXI, 46, f. 561 r° (20 décembre 1568).

209Plus tard, il se montra plus conciliant. En décembre 1568, une enquête avait révélé que des assemblées se tenaient chez certains réfugiés. Cette fois, le Magistrat décida de ne prendre aucune sanction : les assemblées étaient tolérées, à la condition expresse que la Cène n’y fût pas célébrée. Les réfugiés devaient continuer à fréquenter les paroisses luthériennes de la ville pour recevoir les sacrements et pour se marier501. C’est Jean Garnier, revenu à Strasbourg en septembre 1568502, après une absence de treize ans, qui dirigeait ces assemblées, où l’on chantait, l’on priait et l’on s’entretenait « de la croix et de la persécution des Églises »503.

  • 504 Registres du Convent ecclésiastique, 4 octobre 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 54r°-54v°).
  • 505 Une responsabilité qu’en 1568 ils refusaient encore d’assumer : le seul coupable était Houbraque, (...)
  • 506 Voir ses discours d’adieux au Convent, le 3 août 1570 et le 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier (...)
  • 507 Cf. supra, p. 99.
  • 508 Registres du Convent ecclésiastique, 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 25 v°, 26 v°). A (...)
  • 509 Registres du Convent ecclésiastique, 4 octobre 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 53 r°).
  • 510 Welschen Register, à la date du 1er novembre 1572 (A.M.S., III 64/1, f. 19 r°).

210Sans l’intervention de Garnier, les autorités n’auraient sans doute accepté que fût officiellement reconnue une Église française, avec un ministre, des anciens et des diacres, à laquelle il ne manquait plus qu’un lieu de culte public et l’autorisation d’y célébrer la Cène504. Malgré leur responsabilité dans la fermeture de l’Église française505, Garnier entretint d’assez bonnes relations avec ses anciens collègues du Convent ecclésiastique506. Il est vrai qu’il n’avait pas eu trop à en souffrir lors de ses démêlés avec le Magistrat en 1555507. En mai 1571, il quitta Strasbourg, pour se mettre au service du landgrave Guillaume de Hesse508. Il fut remplacé par un ministre dont nous ignorons le nom509. En 1572, Guillaume Houbraque, chassé de France par le massacre de la Saint-Barthélémy, devait lui aussi revenir à Strasbourg, mais il se rendit aussitôt dans le Palatinat510.

  • 511 Acta colloquii ecclesiarum gallicarum congregatarum Argentinae 20 aprilis 1575 (A.M.S., II 84b 75, (...)

211Le 20 avril 1575, se tint à Strasbourg un colloque des Églises françaises de Strasbourg, de Sainte-Marie-aux-Mines, de Badonvillers, de Phalsbourg et des villages welches. Dans une semi-clandestinité, une Église française subsistait donc à Strasbourg. Son ministre se nommait, selon les actes du colloque, Jean Grenon. Fidèle à sa tradition, cette Église était divisée, puisqu’une des tâches du colloque fut précisément d’apaiser une querelle opposant ce Grenon et un certain Du Chemin, présenté, lui aussi, comme ministre511.

Notes

1 A.M.S., XXI, 58, f. 355 v°. Les villes de Zurich, Bâle, Berne et Schaffhause avaient écrit au Magistrat de Strasbourg en faveur de la réouverture de l’Église française. Sur Hochfelder : Ficker. et Winckelmann, Hand-schriftenproben, t. I, pl. 35. Voir aussi, dans le même sens, le texte de Florimond de Raemond, dans Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle, t. II, Paris, 1605, f. 146 v°, cité par Léonard, Histoire, t. II, p. 83 : « Ce fut dans [...] Argentine [...] [que] l’hérésie à plusieurs têtes dressa son arsenal et recueillit une partie de ses forces, pour la venir assaillir [la France]. Ce fut la retraite et le rendez-vous des luthériens et zwingliens, sous la conduite de Martin Bucer, grand ennemi du nom catholique. Ce fut le réceptacle des bannis de la France et l’hôtesse de celui qui a donné le nom au calvinisme. C’est là où le Talmud de la nouvelle hérésie qu’il a bâti, principal instrument de nos ruines, fut battu et forgé. Bref, c’est là où la première Église française, qu’ils appellent, fut dressé pour servir de modèle et de patron aux autres, qu’on a vu, depuis, cà et là, s’établir en France ».

2 Je me réfère ici principalement à la récente Histoire de Strasbourg et en particulier aux deux contributions de Marc Lienhard sur la Réforme à Strasbourg (t. II, p. 363-540). Comme le montre la bibliographie (ibid., p. 427-432), les recherches se sont multipliées sur ce sujet depuis un siècle et demi. Depuis la parution, la thèse de R. Bornert sur La Réforme protestante du culte à Strasbourg au XVIe siècle (1525-1598), jusqu’alors inédite, a été publiée et la thèse de J. P. Kintz sur La société strasbourgeoise, 1560-1650. Essai d’histoire démographique et sociale a été soutenue à l’université de Strasbourg (6 vol. dactyl., 1980).

3 Cf. infra, p. 130.

4 Sur Jacques Sturm, voir en dernier lieu : Marc Lienhard, Jacob Sturm, dans Gestalten der Kirchengeschichte, t. V/II, Stuttgart, 1981, p. 289-306.

5 Cf. un acte du registre du Conseil et des XXI, 28 août 1531, transcrit par Sébastien Brant dans ses Annales (éd. L. Dacheux, p. 411, fr. 4947). Voir aussi le décret du 30 octobre 1531, cité par Bornert, Réforme, p. 51

6 Bornert, op. cit., p. 57.

7 A.M.S., XXI, 33, f. 405 v° (7 octobre 1555).

8 A.M.S., A.S.T. 198, f. 1 r°.

9 Cf. infra, p. 75.

10 Cf. Kittelson, Wolfgang Capiton, p. 171-206. — Dollinger, Tolérance, t. II, p. 241-249.

11 Bucer à Myconius, [Strasbourg, après le 23 novembre 1533] (Z.Z.B. : Simlersammlung ; copie : Th. B., 6, p. 236-237) : « Putant [senatores] si quid adstringant non fore urbem liberam ».

12 Dans le texte cité par Schmidt, Gérard Roussel, p. 52, note 3 (cf. infra, p. 64, note 2), welsch désigne le dialecte, à l’exclusion du français. Le welche est une langue autre que le français. Cet usage du mot welsch est exceptionnel.

13 On pourrait ainsi traduire die welsche kirche par l’Église welche, mais, par fidélité à l’expression latine ecclesia gallicana, on s’en tiendra ici à la traduction Église française.

14 Karl Sachs et Césaire Villate, Langescheidts Grosswörterbuch französisch, nouv. éd., Berlin, 1968, p. 936.

15 Le volume I des livres de bourgeoisie (acquisitions par mariage et par achat, janvier 1440-mars 1530) a été publié par C.h Wittmeb et J. Cl. Meyeb, Le Livre de bourgeoisie de la ville de Strasbourg 1440-1530, 3 t., Strasbourg, 1948-1961. Les volumes 2 (acquisitions par mariage, octobre 1543-juin 1618) et 3 (acquisitions par achat, décembre 1559-août 1730) sont encore inédits. Fichier alphabétique aux A.M.S.

16 Fuchs, Immigration artisanale, p. 187.

17 Cf. infra, p. 109.

18 A.M.S., II 84b 56 (Wolff, Liste, p. 167-171).

19 Jérôme Zanchi, Jérôme Massari, un médecin de Vicence, Michel Pugliano, un marchand de Florence, Jacques Dalle, un mercier de la Tarentaise et Bernardin Alleine, un « racleur de cheminée » de Bitogno en Milanais. Autres Italiens signalés dans les XXI : Mathias Hol, un jongleur et colporteur de Venise (A.M.S., XXI, 37, f. 429 r°, 29 septembre 1559, et 38, f. 65 v°, 21 février 1560. Cf. A.M.S., K.S. 98/I, f. 42 v° et 108/IV, f. 2 r°), le comte Julius de Thiene de Venise (A.M.S., XXI, 38, f. 171 v°, 4 mai 1560, et 178 r°, 6 mai 1560, 40, f. 393 r°, 21 novembre 1562), Laurent Anfossius, un docteur en droit de Gênes (A.M.S., XXI, 39, f. 206 v°, 7 juin 1561, et 283 v°, 6 août 1561, 40, f. 76 r°, 11 mars 1562. II 64/1, f. 4 r°), Antoine Thomas de Nibrea en Piémont (A.M.S., XXI, 41, f. 85 v°, 25 mars 1563) et Bartholomé Wertgasco de Lacques qui venait de Bâle (A.M.S., XXI, 41, f. 221 v° et 222 r°, 7 juin 1563).

20 Cornelius Henri, manouvrier, de Middelbourg. Cf. A.M.S., XXI, 36, f. 278 r°, 23 mai 1558 : il habite à Strasbourg depuis cinq ans et n’est pas bourgeois. Il est peut-être à identifier à ce Cornelius Phrysius, signalé par Jean Sturm à Calvin, le 14 juin [1554] (B.N.U.S., Ms. 651, cité dans Rott, Documents strasbourgeois, p. 333).

21 « Nicolas le bonnetier de Celestsast, allemand ».

22 Sur les réfugiés du pays de Liège et des Pays-Bas : Halkin, Protestants des Pays-Bas, p. 297-307. Ajouter qu’en 1558 un groupe d’Anversois, dirigé par Jean Taffin, alors diacre, s’établit à Strasbourg, après avoir tenté sans succès d’être reçu à Worms. Cf. infra, p. 293. Un Thomas van Feld, des Pays-Bas, est signalé dans les XXI, 37, f. 537 v° (4 décembre 1559). Cf. aussi le document cité infra, p. 15.

23 Cf. infra, p. 70-71.

24 Cf. infra, p. 78.

25 Cf. infra, p. 80.

26 Cf. infra, p. 126.

27 Cf. infra, p. 110.

28 Cf. infra, p. 127-129.

29 Cf. infra, p. 83-86.

30 Il y eut des étudiants polonais à Strasbourg en 1545 et en 155b au moins. Cf. le document cité infra, p. 62 et Fournier et Engel, Gymnase, p. 66-67 (cf. infra, p. 62, note 2). Voir aussi : A.M.S., V 5, 33 (21 octobre 1559) et XXI, 41, f. 300 v° (31 août 1563). Des indications complémentaires dans : Kot, Rayonnement, p. 186-192. — Seguenny, Anti-trinitariens polonais.

31 A.M.S., XXI, 37, f. 144 r° et 147 r° et v° (3 avril 1559) et 163 r° (10 avril 1559) : à propos des deux enfants de Dryander, dont un certain François de Salamanque avait la charge après la mort de leur père. François Enzinas, dit Dryander, l’auteur de la première traduction de la Bible en espagnol, était mort à Strasbourg en 1552.

32 Sur le droit de bourgeoisie à Strasbourg : Winckelmann, Strassburgs Verfassung, p. 504-513. — Fuchs, Droit de bourgeoisie, p. 19-30. — Kintz, Société, p. 119-123.

33 A.M.S., XXI, 32, f. 302 r° et v°. Sur les bourgeois de l’écoutète : Winckelmann, op. cit., p. 504-506.

34 A.M.S., XXI, 33, f. 117 r° et v°, 243 r° et v°.

35 Cf. Zeller, Manants d’Alsace, p. 111-120. — Kintz, Société, p. 123-125.

36 A.M.S., III 64/1 (1559-1589) et 2 (1585-1592). Il est fait allusion au Welschen Register dans le mandement du 17 septembre [1562] intitulé Bedacht der vertriebenen Welschen halben (A.M.S., R 24, 78).

37 Cf. infra, p. 82. Voir aussi Kintz, op. cit., p. 119.

38 Cf. Histoire de Strasbourg, t. II, p. 379-380.

39 Cf. infra, p. 513.

40 A.M.S., XXI, 22, f. 407 v°, 408 r°-409 v°.

41 A.M.S., XXI, 22, f. 531 (6 décembre 1544), dans Winckelmann, Fürsorgewesen, p. 205, et 23, f. 49 r° et v° (9 février 1545).

42 A.M.S., XXI, 28, f. 477 r° et 478 v° (24 novembre 1550).

43 A.M.S., XXI, 35, f. 70 v°-71 r° (8 mars 1557).

44 Sur les étrangers fréquentant les foires au XVIe siècle : Histoire de Strasbourg, t. II, p. 272.

45 Jacques Bedrotus à Simon Grynaeus, [Strasbourg, 27 juin 1541] (Z.Z.B. : Simlersammlung ; copie : Th. B., 13, p. 55) : « Cum Calvino nihildum agere potuimus de vocatione genevensi. Per nundine hic manebit ob Gallorum frequentiam, qui huc convenire soient et audire concionantem in sua lingua ».

46 Poullain à Calvin, Strasbourg, 13 octobre 1544 (Op. Calv., XI, col. 757, no 577) : « Iam enim ita mihi populum hunc seu ecclesiam, quae est frequens ad 200 et amplius. devinxi, ut nihil non ausim sperare ».

47 A.M.S., XXI, 30, f. 483 v° (22 décembre 1552). Ces chiffres sont répétés l’année suivante : XXI, 31, f. 366 v° (18 octobre 1553). Sur les impôts à Strasbourg : Winckelmann, Strassburgs Verfassung. p. 611-615. Ce n’est pas Garnier, le ministre de l’Église française (cf. Erichson. Église. p. 34) qui donna au Magistrat le chiffre de 91 réfugiés.

48 Cf. R. Mous, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, Louvain, 1956, p. 129. Un multiplicateur de 5 n’est certainement pas trop élevé. Au XVIe siècle, on estimait, à Strasbourg, qu’une famille comptait en moyenne six membres. Cf. A.M.S., R 24, 79 [automne 1557] : les étrangers ne sont pas autorisés à avoir plus de six personnes par ménage « wie [eins] inn das( ?) ander zu rechnen ».

49 Cf. infra, p. 80.

50 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r°.

51 Une mention à un recensement sans donnée chiffrée dans : A.M.S., XXI, 36, f. 116 r° (2 mars 1558) et 177 v° (2 avril 1558). Tous les documents postérieurs à 1562 sont fragmentaires. Voir notamment : A.M.S., II 84b 64 (15 novembre 1568), 66 (s.d.) et 67 (18 janvier 1569) ; III 64/2 (une liste du 2 décembre 1568, 7 pages, et une autre du 9 octobre 1572, 6 pages) ; III 271/12 (1568).

52 A.M.S. : III 271/12. Cette liste date de 1562, car elle mentionne Aimé Pellissier de Clermont, « depuis 7 ans [à Strasbourg] en ceste 62e année ». Le premier nommé est Claude-Antoine de Vienne, qui a quitté la ville le 17 février 1562 (A.M.S., XXI, 40, f. 2 v°-3 r°).

53 A.M.S., II 84b 56 (Wolff, Liste, p. 167-171. Cf. infra, p. 129).

54 A.M.S., II 84b 45 : « Registre des mariages et baptesmes qui ont esté célébrez en l’église françoyse de Strasbourg l’an 1561 ». A Genève, les Ordonnances ecclésiastiques de 1541 prescrivaient « qu’on enregistre les noms des enfans [baptisés] avec les noms de leurs parens » (R.C.P., t. I, p. 8). En France, le premier synode national des Églises réformées à Paris en 1559 adopta une Discipline, dont l’article 34 précisait : « Tant les mariages que les baptêmes seront enregistrés et gardés soigneusement en l’Église avec les noms des pères, mères et parrains des enfants baptisés » (Mejan, Discipline, p. 304).

55 Mols, Introduction, t. II, p. 280.

56 Reuss, Collectanées de Daniel Specklin, fr. 2348, p. 532-533.

57 Dacheux, Chronique strasbourgeoise de Sebald Bühler, fr. 267, p. 82.

58 En septembre 1553, l’élection des anciens fut retardée en raison du fait que « viel auss der kirchen nit anheimsch und in der Franckfurter Mess gewesen » (A.M.S., II 84b 6A, f. 7 r°).

59 Engel, École latine, p. 32.

60 Cf. Engel, op. cit.Schindling, Humanistische Hochschule. Il existe une abondante bibliographie sur les différents professeurs de l’École. Retenons : M. W. Anderson, Peter Martyr. A Reformer in Exile (1542-1562). A Chronology of biblical Writings in England and Europa, Nieuwkoop, 1975. Erbe, François Bauduin. — M. Turchetti, Concordia o tolleranza ? Storia, politica e religione nel pensiero di François Bauduin (1520-1573) e i « Moyenneurs », thèse de l’université de Geneve, 1982. — D. R. Kelley, François Hotman. A revolutionary’s ordeal, Princeton, 1973. Sur Andernach, cf. infra, p. 459-460, et sur Velsius, p. 459 et 462.

61 Cf. Histoire de Strasbourg, p. 478.

62 Denis, Correspondance, p. 87-88.

63 Gaspar Hédion à Boniface Amerbach, Strasbourg, 22 novembre 1545 (Hartmann, Amerbachkorrespondenz, p. 204, no 2762). Voir également la lettre de Reimondus Amaddonus, un étudiant venu de Lausanne, à Guillaume Farel, Strasbourg, 15 juillet 1547 (A.É.N., B.P., Pf. IX, liasse 4, no 31).

64 A.M.S., A.S.T. 324, f. 17 r° [avant 15 juin 1555] (Fournier et Engel, Gymnase, p. 66-67, no 2016). Sur les trente-trois signataires, deux sont français : Franciscus Boysius, Parisiensis, et Claudius Taquelius, Burgundus. Les autres sont allemands, frisons, polonais et hongrois.

65 Sur les réfugiés de Strasbourg vers 1545 : Guillaume Farel, p. 160-164. — Moore, Réforme allemande, p. 68-81, 90-101. — Dankbaar, Martin Bucers Beziehungen, p. 20-26. — Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 63-64. — Peter, Premiers ouvrages français, 1974, p. 74-80, et 1980, p. 36-38. — Id., Strasbourg et la Réforme française vers 1525, p. 269-283. — Rott, Église, p. 526-528. — Histoire de Strasbourg, t. II, p. 390.

66 Cité par Peter, Strasbourg et la Réforme française, p. 276.

67 Sur cet ouvrage récemment retrouvé à Vienne en Autriche : Peter, Premiers ouvrages, 1980, p. 36-38.

68 De Voght, Literae virorum eruditorum, p. 515-517, no 198. Sur Geldenhouwer, voir en dernier lieu : C. Augustijn, Gerard Geldenhouwer und die religiöse Toleranz, dans A.R.G., t. LXIX, 1978, p. 132-156. Geldenhouwer devait lui-même s’établir à Strasbourg de 1528 à 1531. Cf. Dankbaar, op. cit., p. 23-26.

69 Cité dans Schmidt, Gérard Roussel, p. 52, note 3, d’après un texte manuscrit de la Bibliothèque do Genève, faisant suite à la vie de Farel. L’auteur ajoute, non sans exagération : « Dieu a voullu que depuis ce temps-là soit demeurée une église françoise dans Strasbourg ». La description que donne Gérard Roussel du culte et de la prédication à Strasbourg dans sa lettre à Guillaume Briçonnet de décembre 1525 (Herminjard, Correspondance, t. I, p. 404-408, no 167) concerne peut-être le petit groupe des réfugiés français.

70 Dacheux, Annales de Sébastien Brant (suite et fin), fr. 4780, p. 167. Cf. Dacheux, Annales de Sébastien Brant, fr. 3527, p. 263. Sur Sébastien Vogelsberger : R. Peter, Jean Calvin, avocat du comte Guillaume de Furstemberg. Éléments d’un dossier, dans R.H.P.R., t. LI, 1971, p. 67, note 20.

71 Dacheux, Annales de Sébastien Brant, fr. 4780, p. 167.

72 Protocoll der Klosterherren, 12 avril 1530, cité par Zwllling, Französische Sprache, p. 260 : « Die Barfüsserherren sollen dem Rentmeister zween Gulden von wegen der französischen Schulen geben ». Cf. Fournier et Engel, Gymnase, p. 66-67, no 2016.

73 Bucer à Myconius, [Strasbourg, après le 23 novembre 1533] (Z.Z.B. Simlersammlung ; copie : Th. B., 6, p. 236-237). Cf. Erichson, Église, p. 67.

74 Cf. infra, p. 68.

75 [Neuchâtel, Pierre de Vingle, 1534]. Texte attribué à Antoine Marcourt. Cf. G. Berthoud, Antoine Marcourt, réformateur et pamphlétaire du Livre des Marchans aux Placards de 1534, Genève, 1973.

76 Roehrich, Geschichte, t. II, p. 66.

77 Voir par exemple : A.M.S., XXI, 22, f. 492 r° et 494 v° (10 novembre 1544).

78 Henri de Guyon, un chirurgien (wundarzt), avait déjà fait parler de lui en 1545 et en 1546. Bourgeois de Strasbourg depuis 1543, il était retourné dans le courant de l’année 1545 dans son pays d’origine, le duché de Lorraine. En novembre, il fut arrêté et mis en prison. Ses biens furent séquestrés en février 1546. Sa femme, emprisonnée également, réussit à se libérer le mois suivant. Henri de Guyon étant bourgeois chez elle, la ville de Strasbourg intervint auprès de la duchesse Christiane de Lorraine, mais en vain, et il fallut faire appel à l’Électeur palatin à Worms. L’intervention de ce dernier a dû être décisive, car la présence d’Henri de Guyon est signalée le 6 juin 1547. Cf. A.M.S., XXI, 23, f. 482 v° (2 décembre 1543) et 522 r° (30 décembre 1545), 24, f. 28 v° (3 février 1546), 58 r° (19 février 1546), 61 r° et v° (20 février 1546), 114 v° (29 mars 1546), 242 r° (5 mai 1546), 298 r° (22 mai 1546), 25, f. 295 r° (6 juin 1547). Je remercie M. Stephen Nelson, de Strasbourg, pour les renseignements qu’il m’a fournis sur Henri de Guyon.

79 Alcuin Hollaender, Strassburg im schmalkaldischen Kriege, p. 91. Cf. aussi Denis, Correspondance, p. 108.

80 Cf. supra, p. 61-62.

81 Wendel, Calvin, p. 35-36. Sur le séjour de Calvin à Strasbourg : E. Berton, L’Église de Calvin à Strasbourg.Stricker, Calvin als erster Pfarrer.Doumergue, Calvin, t. II, p. 376-526. — Pannier, Calvin à Strasbourg.Will, La première liturgie de Calvin, p. 523-529. — Benoit, Calvin à Strasbourg, p. 11-36. — Wendel, op. cit., p. 36-44. — Ganoczy, Le jeune Calvin, p. 126-130. — Stauffer, L’apport de Strasbourg à la Réforme française, p. 156-165.

82 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers le 11 septembre 1538] (Op. Calv., t. X, col. 247, no 140).

83 A.M.S., A.S.T. 181, no 4, f. 4 r°. Cf. Seyboth, Die alte Strasburg, p. 202. Les Français n’ont jamais célébré le culte à l’église Saint-Nicolas-aux-Ondes, comme l’a affirmé Jean Sturm (Quarti antipappi tres partes priores, Neustadt an der Hardt, 1580, p. 20). Cf. Stauffer, Interprètes, p. 153, note 2.

84 Calvin à Farel, [Strasbourg, première moitié d’octobre 1538] (Op. Calv., t. X, col. 279, no 149).

85 Musculus à Calvin, 23 juillet 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 60, no 225) : « ... auditorium tuum apud dominicastros ».

86 Fournier et Engel, Gymnase, p. 34, no 1990.

87 Bibliothèque de Cotha, MS. A 404. Photo : A.M.S., A.S.T., 90/9. Publié dans Doumergue, Calvin, t. II, p. 350.

88 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers la fin d’avril 1539] (Op. Calv.), t. X, col. 339, no 169).

89 Op. Calv., t. XXI, col. 31. Selon Bèze, Calvin aurait également converti à ses vues l’ancien abbé de Hughofen, Paul Volz, un disciple d’Érasme devenu ministre à Strasbourg, à qui ses sympathies schwenckfeldiennes avaient fait perdre son poste en janvier 1537. Volz fit effectivement une rétractation publique en juillet 1539, mais selon Robert Stupperich qui a étudié cette question (Calvin und die Confession des Paul Volz, p. 17-27), Calvin n’y a été pour rien.

90 Calvin à Farel, Strasbourg, 27 février [1540] (Op. Calv., t. XI, col. 25, no 211). Cf. Calvin à Farel, Strasbourg, 6 février [1540] (Op. Calv., t. XI, col. 11, no 206). Sur Herman De Gerbihan : Hulshof, Geschiedenis van de doopsgezinden te Straatsburg, p. 192-196.

91 Hulshof, op. cit., p. 192-196.

92 Fournier et Engel, Gymnase, p. 31, no 1988. Sur Claude Féray : Buisson, Castellion, t. I, p. 114-115. Féray logeait dans la maison de Calvin en même temps que trois jeunes nobles, Louis et Charles de Richebourg et un certain Malherbe dont le ministre était le précepteur.

93 Calvin à Farel, [Strasbourg, vers la fin d’avril 1539] (Op. Calv., t. X, col. 339, no 169).

94 Calvin à Farel, Strasbourg, 31 janvier 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 147, no 273).

95 Calvin à Viret, Ulm, 1er mars 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 167, no 285).

96 Op. Calv., t. XI, col. 175, no 290. Cf. Jean Sturm à Joachim Camerarius, Strasbourg, 9 octobre 1542 (Fournier et Engel, Gymnase, p. 42, no 1999).

97 Herminjard, Correspondance, t. VI, p. 103, note 116. C’est Parent qui copia la minute de la seconde partie de la lettre de Farel à Calvin du 21 octobre 1539.

98 Farel à Calvin, Neuchâtel, 6 février 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 17, no 207). — Calvin à Farel, [Strasbourg], 29 mars 1540 (ibid., col. 31, no 214). — Calvin à Farel, [Strasbourg, 19 ? mai 1540] (ibid., col. 42, no 218).

99 Parent à Farel, [Strasbourg], 16 novembre 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 115-117, no 255).

100 Calvin à Parent, Worms, 26 novembre 1540 (Op. Calv., t. XI, col. 121-122, no 260) et 14 décembre [1540] (Op. Calv., t. XI, col. 130-132, no 265).

101 Sur Nicolas Parent : Stricker, Calvin als erster Pfarrer, p. 13. — Guillaume Farel, p. 694. Sur son séjour à Montbéliard, voir les lettres de Toussain à Calvin du 26 février, du 26 juillet et du 22 octobre 1541 (Op. Calv., t. XI, col. 164, no 283, col. 256, no 337, col. 301, no 364). Pas de mention à Parent dans Vienot, Histoire de la Réforme dans le pays de Montbéliard.

102 Jacques Bedrotus à Simon Grynaeus, [Strasbourg, 27 juin 1541] (Z.Z.B., Simlersammlung ; copie : Th. B., 13, p. 55).

103 Calvin à Viret et à Farel, Strasbourg, [25 juillet 1541] (Op. Calv., t. XI, col. 258, no 338). Sur Brully : Reuss, Pierre Brully.Paillard, Procès de Pierre Brully. Brully était natif de Mercy-le-Haut, en Meurthe et Moselle, à 12 kilomètres au sud de Longwy (Paillard, op. cit., p. 80).

104 Th. B., 48, p. 35.

105 Jean Sturm à Calvin, Strasbourg, 29 octobre [1542] (Op. Calv., t. XI, col. 460, no 432).

106 [Jean Calvin et Clément Marot], La manyere de faire prières aux églises françoyses, tant devant la prédication comme après, ensemble pseaulmes et canticques françois qu’on chante ausdictes églises..., Rome, Théodore Brüsz [= Strasbourg, Jean Knobloch jun.], 15 février 1542. Description bibliographique dans Peter, Premiers ouvrages français, 1974, p. 85-86.

107 Pierre Brully et l’Église française au Conseil, [Strasbourg, 25 mars 1542], dans Winckelmann, Politische Correspondenz, t. III, p. 253. — Pidoux, Psautier huguenot, t. II, p. 10-11. Cf. A.M.S., XXI, 20, f. 99 r°. Sur cet épisode : Guillaume Farel, p. 487. — Peter, op. cit., p. 86.

108 Sur Watrin Dubois, cf. infra, p. 77-78.

109 Poullain à Farel, [Strasbourg], ex aedibus bucerianis, 6 octobre 1543 (Op. Calv., t. XI, col. 621-623, no 505).

110 Sur les libertins spirituels, cf. infra, p. 579.

111 Cf. surtout Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 90-93. Brully fut arrêté à Tournai dès le mois de novembre 1544. Lorsque la nouvelle parvint à Strasbourg, Bucer, prévenu par Poullain, obtint du Conseil des XIII qu’il intervienne auprès du gouverneur de Tournai, Jean d Oignies. (La lettre du Conseil des XIII, [Strasbourg], 20 novembre 1544, n’est pas perdue comme l’affirment Lenz, Briefwechsel, t. II, p. 290, note 5, et Winckelmann, Politische Gorrespondenz, t. III, p. 541, note 2 : voir en effet A.M.S., A.S.T. 42, no 42.) Mais il était déjà trop tard : le 19 février 1545, Brully fut exécuté à Tournai. Sur cet épisode : Poullain à Calvin, Strasbourg, 28 novembre 1544 (Op. Calv., t. XI, col. 777, no 587). — Bucer au landgrave de Hesse, Strasbourg, 8 février 1545 (Lenz, Briefwechsel, t. II, p. 290). — A.M.S., XXI, 23, f. 31 r° et v° (2 février 1545), f. 58 v° (14 février 1545) et f. 64 r° (20 février 1545). Sur l’intervention des Strasbourgeois : Halkin, La Réforme en Belgique sous Charles-Quint, p. 99-101. — Moreau, op. cit., p. 101-102.

112 Op. Calv., t. XI, col. 819, no 597 : « Valerandus Pollanus, minister ecclesiae gallicanae ».

113 Déposition de l’imprimeur Guillaume-Simon Du Bosc devant le Conseil de Genève, 21 décembre 1554 (Corr. Bèze, t. I, p. 215).

114 Op. Catv., t. XI, col. 777, no 587.

115 Op. Calv., t. XI, col. 756-757, no 577.

116 Op. Calv., t. XII, col. 4-6, no 604. Cette lettre constitue notre seule source d’information sur cet épisode. Le style en est confus et la grammaire incertaine. Manifestement, Poullain écrivait sous le coup de l’émotion. Voir, malgré leur caractère fort sommaire et les erreurs qu’elles contiennent, l’analyse qu’en dorment Reuss (Notes, p. 7-9) et Bauer (Valérand Poullain, p. 54-55).

117 Sur Jean Garnier : Meurisse, Histoire de... l’hérésie dans la ville de Metz, p. 233, 237, 290-291. — Striedbr, Grundlage zu einer hessischen Oelehrten und Schriftsteller-Geschichte, t. IV, col. 847-851. Voir aussi infra, p. 101-102.

118 Cf. infra, p. 344-346.

119 C’est beaucoup, mais comment expliquer autrement que Garnier, à qui on avait donné d’abord la « cinquième » place (Op. Calv., t. XII, col. 5), soit passé à la « seconde » (ibid., col. 6), sans que Poullain ne perde sa première place (ibid.).

120 Poullain à Calvin, [Strasbourg], 9 mars 1544 (Op. Calv., t. XI, col. 685) et Farel à Calvin, Neuchâtel, 31 mars 1544 (Op. Calv., t. XI, col. 693). En novembre 1545, alors qu’il venait d’épouser une veuve « qui avait servi Pierre [Brully] en prison », Bacinetus fut pris de démence (mania). Cf. Poullain à Calvin, 16 novembre 1545 (ibid., col. 217). On l’envoya à Genève, où il mourut bientôt. Cf. Farel à Calvin, Neuchâtel, 25 février 1546 (ibid., col. 304).

121 C’est de cette approbation qu’il est question dans ce passage et non d’une élection, comme le pense Reuss (Notes, p. 9). Une élection aura bien lieu, mais plus tard.

122 Op. Calv., t. XII, col. 41-43, no 620.

123 Hilaire de Guyméné à Calvin, [Strasbourg], 28 avril [1545] (Op. Calv., t. XII, col. 70, no 635).

124 A.M.S., XXI, 23, f. 265 r° (22 juin 1545).

125 Op. Calv., t. XII, col. 184-185, no 709.

126 [Hubert de Bapasme] à [ses cousines Deliot de Lille], Strasbourg, [entre le 18 octobre 1545 et le 12 février 1546], dans Denis, Correspondance, p. 100, no°V.

127 Voir notamment la lettre de Mariette Deliot à Hubert de Bapasme, le 12 septembre 1546 (Denis, op. cit., p. 108, no IX). Cf. Hollaender, Strasburg im schmalkaldischen Kriege, p. 91.

128 Garnier à Calvin, Strasbourg, 21 mai 1547 (Op. Calv., t. XII, col. 526-527, no 910).

129 Cf. P. Janelle, Le voyage de Martin Bucer et Paul Fagius de Strasbourg en Angleterre en 1549, dans R.H.P.R., t. VIII, 1928, p. 162-177.

130 Sur François Perrussel, infra, p. 187-188 et passim.

131 François Dryander à Conrad Hubert, Bâle, 19 février 1548 (A.M.S., A.S.T., 155, no 146, phot. p. 351).

132 A.M.S., A.S.T. 153, no 155, phot. p. 493-495 : « Pro Johanne Garnerio litterae testimoniales », Strasbourg, 15 avril 1549. De la main de Conrad Hubert, corrigé et annoté par Bucer.

133 A.M.S., II 84b 7, f. 5 r°. Reuss (Notes, p. 15-16) fait erreur en écrivant que Garnier a quitté Strasbourg de 1549 à 1551. Son erreur a été reproduite par beaucoup.

134 A.M.S., II 84b 1.

135 Poullain à Bucer, Christianopoli [Strasbourg], 8 juin 1549 (Van Schelven, Zur Biographie, p. 241) : « Effectum est ut intelligant has minas esse instar canum meticulosorum sese in nidum recipientium postquam semel atque iterum fuerint a peregrinis repulsi ».

136 A.M.S., A.S.T. 166, f. 508-511 (Winckelmann, Politische Correspondenz, t. IV/2, p. 1259-1264, no 931). Sur l’Intérim d’Augsbourg à Strasbourg : Vogler, Intérim, p. 71-80.

137 Bedacht der Ratsverordneten über den mit dem Bischof von Strassburg geschlossenen Vertrag, Strasbourg, 4 décembre 1549 (Winckelmann, op. cit., t. IV/2, p. 1266, no 933) : « Es ist daher besser, die Predigerkirche zu nehmen, in der bisher die Welschen waren, die der kaiser jetzt doch nit dulden will ».

138 A.M.S., A.S.T. 90/7 (en allemand) et 8 (en français). La traduction française est de la main de Jean Sleidan, l’historien, alors kirchenpfleger de l’Église française. Elle semble dater de fin janvier-début février 1550. Cf. J. Rott, Nouveaux documents sur Jean Sleidan, historien de la Réforme (1506-1556), dans Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610), année 1967, 1969, p. 630.

139 Op. Calv., t. XIII, col. 557, no 1362.

140 Sur Watrin Dubois : Haag-Bordier, La France Protestante, t. V, p. 528-529. — S. Dalmace, Notice historique sur le Couvent des Frères Prêcheurs de Metz, Liège-Paris, s.d., p. 35. — J. V. Wagner, Craf Wilhelm von Fürstemberg 1491-1549 und die politisch-geistigen Mächte seiner Zeit, Stuttgart, 1966, p. 226-227, 231, 254. Rien sur le séjour de Dubois à Strasbourg dans ces divers travaux.

141 Hilaire de Guiméné à Farel, [Strasbourg], 10 juin [1544] (Herminjard, Correspondance, t. IX, p. 275, no 1366).

142 [Lucas Hackfurt], Register einer nebenstüre [für frembde arme] so nit vom gemeinen almusen versehen werden, à la date du 10 décembre 1544 (Winckelmann, Fürsorgewesen, p. 244) : « Uff bitt Gualteri alias Valterini Sylvini Metensi Gallorum ecclesiae, geben zweien armen studiosis [...] zu stür an eim graeco novo testamento ».

143 Ibid., à la date du 23 décembre 1549 (Winckelmann, op. cit., p. 245) : « Waltherino Syvio Metensi eim armen Welschen predicanten, zu siner bessem underhaltung ». Watrin Dubois est sans doute ce « prédicant » qui reçut trois couronnes de la caisse des pauvres de l’Église française à la même époque (A.M.S., A.S.T. 42, no 51, phot. p. 333).

144 A.M.S., II 84b 6B, f. 1 v° : « Sey im seither erst zugefallen das er denselben tag [le jour de la Pentecôte 1550] von den gestrengen gericht Gottes gepredigt und nachdem jedermann zunacht gessen gehapt, herauskommen sampt Vaultrino ».

145 Garnier à Calvin, Strasbourg, 29 octobre 1551 (Op. Calv., t. XIV, col. 195, no 1541).

146 Garnier à Calvin, Strasbourg, 13 janvier 1552 (Op. Calv., t. XIV, col. 247, no 1587).

147 Lettre du 29 octobre 1551 (Op. Calv., t. XIV, col. 195).

148 Sur le séjour de Garnier en Hesse : A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v° et Garnier à Calvin, 29 octobre 1551 (Op. Calv., XIV, col. 194, no 1541).

149 Cf. J.-D. Pariset, L’activité de Jacques Sturm, stettmeister de Strasbourg de 1532 à 1553, dans Strasbourg au cœur religieux du XVIe siècle, p. 259-263. — Id., Les relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVI e  siècle, Strasbourg, 1981, p. 69-70.

150 A.M.S., XXI, 30, f. 120 v°.

151 A.M.S., R 29, p. 227.

152 Cf. supra, p. 58.

153 A.M.S., R 26, f. 129 v° : Burger von Metz, so der kriegsleuff halb her gewichen und sich angeben den 3 octob. 52. Une seconde liste, datée du 31 octobre 1552, donne les noms de 35 réfugiés, groupés en 8 ménages (ibid., f. 125 r°). Cette liste correspond en gros à celle du 3 octobre. Cf. A.M.S., XXI, 30, f. 375 v° (3 octobre 1552) : « Que l’on pourrait en accepter plusieurs ici qui ne sont pas bourgeois » ; ibid., f. 414 r° (29 octobre 1552) : « Quatre des Treize de Metz et avec eux onze ou douze bourgeois de Metz » remercient le Magistrat de Strasbourg d’avoir bien voulu les accueillir, alors qu’ils avaient été persécutés (crudelisirt) pour l’évangile. Ils demandent à rester quelque temps à Strasbourg. Cela est accordé. » Sur la base de ce texte, Zeller (Réunion de Metz, t. II, p. 40) et Tribout de Morembert (La Réforme à Metz, t. II, p. 7) donnent le chiffre d’une « quinzaine de réfugiés » et datent l’émigration de la fin d’octobre 1552. Les documents cités plus haut permettent d’apporter quelques précisions supplémentaires. A noter également la mention aux Messins dans le Catalogue des Francoys qui sont bourgeoys en la ville de Strasbourg. Cf. infra, p. 81.

154 Cf. supra, p. 22.

155 Cf. supra, p. 12.

156 A.M.S., XXI, 30, f. 484 r° (22 décembre 1552). Cf. Erichson, Église, p. 34-35.

157 A.M.S., R 26, f. 123, publié par Rodolphe Reuss dans B.S.H.P.F., t. XXVIII, 1879, p. 303-305.

158 A.M.S., XXI, 30, f. 484 r°.

159 A.M.S., III 271/12 (inédit). Copie (ou minute ?) : R 26, f. 126 v°-129 r°. Le document indique souvent, mais pas toujours, le lieu d’origine, le domicile et la profession des étrangers recensés. Sur les 50 noms du Catalogue de Jean Garnier (cf. supra, note 1), 13 seulement figurent dans le recensement du 24 avril 1553.

160 S’y ajoutent trois étrangers dits « de Metz », sans que l’on sache vraiment s’il s’agit là d’un patronyme ou du véritable lieu d’origine. L’un d’eux, en tout cas, Gilles de Metz, était de Momalle, près de Liège. Cf. infra, p. 90-91. Corriger sur ce point : Zeller, Réunion de Metz, t. II, p. 40, note 1. Selon l’Hist. eccl., t. III, p. 536, les Messins réfugiés à Strasbourg retournèrent à Metz, après que Charles Quint eut échoué dans sa tentative de reconquérir la ville, l’hiver 1552-1553. Cette affirmation est donc en partie erronée. A la fin de l’année 1553, les Messins d’émigration récente étaient encore nombreux, puisque, le 18 octobre 1553, le Magistrat, estimant qu’après un an leur situation devait être régularisée, leur intima l’ordre de se faire inscrire comme bourgeois sans retard. Cf. A.M.S., XXI, 31, f. 367 v°. N’ayant pas vu ce document, Zeller (op. cit., t. II, p. 40) écrit « qu’ils ne s’y [à Strasbourg] installèrent pas à demeure ou du moins ce ne fut pas l’exception » (répété par Tribout de Morembert, La Réforme à Metz, t. II, p. 7). Zeller prend pour argument le fait qu’entre 1552 et 1560 deux Messins seulement ont été reçus à la bourgeoisie (op. cit., t. II, p. 41). Mais c’est oublier que les registres d’acquisition du droit de bourgeoisie par achat n’ont été conservés que pour la période postérieure à novembre 1559. Cf. supra, p. 82.

161 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r°.

162 A.M.S., XXI, 32, f. 32 r ».

163 A.M.S., XXI, 31, f. 367 r° et v°. Voir aussi : XXI, 32, f. 3 r° (13 janvier 1554).

164 A.M.S., III 271/12.

165 A.M.S., R 2, 51 (1461, renouvelé en 1482) et R 29, 39 (1471).

166 A.M.S., R 5, f. 37-38 (imprimé) et R 6, f. 13-14 (manuscrit) : Frembde personen sollen von niemand beherberget sonder in die offene wirths-haüsern gewiesen werden. Voir aussi un résumé, s.d., du mandement : A.M.S., R 24, 89. Le Statutenrepertorium (A.M.S.) signale un mandement intitulé « Frembde personen sollen alle in offene wirths-haüsern unnd sonnst nirgendwo anders hinkehren, 1554 ». Il devait se trouver en R 18/2, f. 101, mais il a été perdu. Craemer (Verfassung, p. 236) date l’ordonnance de 1575 au lieu de 1554.

167 A.M.S., XXI, 32, f. 94 r° et v°.

168 A.M.S., XXI, 32, f. 190 r° (23 mai 1554).

169 A.M.S., R 26, no 28, p. 102-103. Cf. A.M.S., XXI, 32, f. 190 r » (23 mai 1554) et 208 v°-209 r° (4 juin 1554).

170 Sur les Anglais réfugiés à Strasbourg, voir surtout Faerber, Communauté anglaise, p. 431-441.

171 A.M.S., R 26, 9, p. 28-29 : Richard Hilles au Magistrat de Strasbourg, 14 mai 1541 : il est venu à Strasbourg « von wegen der chrislichen leer ». Sur Hils, voir également : Hils à Bullinger, 18 septembre 1541 (Robinson, Original Letters, t. I, p. 218). — A.M.S., XXI, 24, f. 295 r° (19 mai 1546), 26, f. 591 r° (6 août 1548) et 401 v° (15 août 1548). — Hils à Calvin, [Londres ?, 1548 ?] (Op. Calv., t. XIII, col. 136-137, no 1113).

172 Faerber, op. cit., p. 432.

173 Faerber, op. cit., p. 454-455. Sur Burcher, voir aussi : A.M.S., XXI, 30, f. 226 v°-267 r° (3 août 1552).

174 A.M.S., XXI, 31, f. 50 v°. Voir aussi XXI, 31, f. 73 r° (27 février 1553), 33, f. 58 v° (16 février 1555), 34, f. 103 v° (18 mars 1556), 36, f. 235 v° (2 mai 1558), 38, f. 271 v° (10 juillet 1560). — A.M.S., K.S., 78, f. 152 v°. Voir également la notice du Dictionary of National Biography.

175 A.M.S., A.S.T. 198, f. 143 r°.

176 Garrett, Marian Exiles, p. 13-14, 27-29, 48-49, 53 et passim. Pour établir cette liste, l’auteur a utilisé les Registres du Conseil et des XXI, dont il publie (p. 362-372) environ quarante extraits. Ajouter : A.M.S., XXI, 32, f. 298 v° et 33, f. 401 r° et v°.

177 A.M.S., XXI, 32, f. 410 v°-411 r° (2 janvier 1555). Cf. Garrett, op. cit., p. 364. Cf. aussi la lettre de Pier-Paolo Vergerio au duc Christophe de Wurtemberg, 23 octobre 1554 (Von Klausler et Schott, Briefwechsel, p. 72) : « Scio advenisse huc pecuniam missam pro Anglis exulibus ».

178 Wuerttembergisches Staatsarchiv Stuttgart. Publié par Heyd, Herzog Christoph und die vertriebenen Engländer, p. 443.

179 Brieff discours, p. 23.

180 Brieff discours, p. 174. Cette lettre n’est pas du 27 septembre 1557 (Faerber, Communauté anglaise, p. 433).

181 A.M.S., XXI, 36, f. 621 r° et v° (5 décembre 1558) : Christophe Mundt et Thomas Heton remercient le Magistrat au nom des Anglais de Strasbourg pour l’hospitalité reçue. Cf. Garrett, Marian Exiles, p. 372.

182 A.M.S., XXI, 36, f. 634 v°-635 r°. Cf. Garrett, op. cit., p. 372.

183 Op. Calv., t. XVI, col. 714, no 2765.

184 Cf. infra, p. 238-239.

185 Sur Sandys : Garrett, op. cit., p. 263-284. — Faerber, op. cit., p. 438. Il fut reçu à la bourgeoisie le 7 septembre 1555 (A.M.S., XXI, 33, f. 363 r° et v°).

186 A brief discourse concerning the troubles and happy deliverance of the Reverend Father in God, Dr Sands, firstly bishop of Worcester, next of London, and now archbishop of York, dans : Foxe, Acts and Monuments, t. VIII, p. 598.

187 A.M.S., XXI, 33, f. 363 r° (7 septembre 1555). Cf. Garrett, op. cit., p. 366.

188 Cf. supra, p. 84.

189 Cf. infra, p. 323 et 358.

190 Garnier à Calvin, Strasbourg, 18 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 660-661, no 2232).

191 Op. Calv., t. XV, col. 817, no 2321.

192 Cf. supra, p. 76.

193 A.M.S., II 84b 3.

194 Jacques de Rathsamshausen zum Stein au Magistrat de Strasbourg, 22 décembre 1552, cité par Roehrich, Reform im Elsass, t. III, p. 102, note 21. Sur l’église Saint-André : Seyboth, Die alte Strassburg, p. 250. — Histoire de Strasbourg, t. II, p. 23, 63, 374 et 389-390.

195 Sur l’affaire Garnier : Roehrich, Geschichte, t. III, p. 102-104. — Reuss, Notes, p. 22-36. — Rott, Église, p. 331-333. Aucun de ces auteurs, sinon Rott et de façon succincte, n’a tiré parti de la série II 84b des A.M.S., la source principale sur l’affaire Garnier. Erichson (Église) la connaissait, mais il n’a pas traité de l’affaire Garnier.

196 Elle est appelée en général Confessio saxonica.

197 Sur cet ouvrage, cf. infra, p. 537-538.

198 Garnier à Calvin, [Strasbourg], le 15 janvier 1552 (Op. Calv., t. XIV, col. 247-249, no 1587). Voir aussi : Garnier à Bullinger, Strasbourg, 6 juillet 1554 (Z.S.A., E II 356, f. 885-886) : « Primum tota haec nostra tragoedia est circa doctrina de Sancta Coena quae ante triennum clam agitabatur inter me et concionatores germanorum ».

199 Sur Loquet, cf. infra, p. 273 et 411.

200 A.M.S., A.S.T. 198, f. 23 v°.

201 Z.Z.B., ms. F 42, 104.

202 Marbach, Diarium (A.M.S., A.S.T. 198, f. 73 v°) et Garnier à Bullinger, 6 juillet 1554 (Z.S.A., B II 356, f. 885-886). Un fils de Bullinger, Guillaume, se trouvait encore à Strasbourg en 1556. Cf. Mathias Erb à Henri Bullinger, Riquewihr, 22 mars 1556 (Z.Z.B., Simlersammlung ; copie : Th. B., 21, 118).

203 Voir à ce propos : Marbach à Hartmann Beyer, Strasbourg, 18 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 768, no 2294) : « Coeperat ante biennium pastor gallicanae nationis apud nos apertius quam antea sententiam de negotio eucharistiae publice de suggestu proponere, ex qua facile intelligebatur eum zwinglianae factionis esse ».

204 A.M.S., A.S.T. 198, f. 73 r°.

205 Ibid., f. 72 r°.

206 Ibid., f. 73 v°.

207 Marbach en reproduit le texte intégral dans son Diarium (ibid., f. 75 r°-77 r°).

208 Ibid., f. 79 r°.

209 Ibid., f. 77 r°.

210 Ibid., f. 83 v°-87 r°. Copie de cette partie du Diarium de Marbach : A.M.S., II 84b 11A.

211 A.M.S., II 84b 4.

212 A.M.S., II 84b 5 (22 janvier 1554). Cf. A.M.S., XXI, 32, f. 13 v°-14 r°.

213 A.M.S., II 84b 6A et 6B.

214 Outre les textes des dépositions, voir la supplique des cinq au Magistrat, [après le 24 avril 1554] (A.M.S., II 84b 7) : les adversaires de Garnier y exposent une nouvelle fois leurs griefs contre Garnier.

215 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553).

216 A.M.S., II 84b 8.

217 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553). En 1563, Thibaut Leschevin figurera parmi les Français qui déposeront contre leur ministre, Houbraque, provoquant par là la fermeture de l’Église française. Leschevin était alors aubergiste à la Pomme d’Or (zum Oolden Apffel) (A.M.S., II 84b 49B, f. 2 r°, 4 août 1563).

218 A.M.S., III 271/12 (24 avril 1553) et II 84b 56 (septembre ou octobre 1562). Le 20 décembre 1568, lorsque l’Eglise française était fermée, ce fut Gilles De Metz, « collermacher », qui fournit au Magistrat le nom des Welches qui célébraient le culte en français dans des maisons particulières (A.M.S., XXI, 46, f. 560 v°-561 r°).

219 A.M.S., II 84b 56 (septembre ou octobre 1562).

220 Cf. supra, p. 74.

221 Voir surtout : A.M.S., II 84b 11 A, f. 1 v°-2 r° (déposition commune devant le Convent).

222 A.M.S., II 84b 6A, f. 2 v° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission).

223 Ibid., f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission).

224 Ibid., f. 5 v° (même déposition).

225 Ibid., f. 1 v°-2 r° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission). Sur Margue, cf. infra, p. 112-114.

226 A.M.S., II 84b 11A, f. 2 v° (déposition commune devant le Convent).

227 A.M.S., II 84b 6A, f. 2 v° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission).

228 Ibid,., f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission).

229 A.M.S., II 84b 11A, f. 2 v° (déposition commune devant le Convent). — II 84b 6A, f. 3 r° (déposition d’Hubert De La Rose devant la commission) et f. 6 v° (déposition d’Antoine Cohelet devant la commission).

230 A.M.S., II 84b 6A, f. 5 v° (déposition de Thibaut Leschevin devant la commission). Voir aussi la lettre de Jean Lesplinguel à Frédéric de Gottesheim (A.M.S., II 84b 19, f. 1 r° ; document reproduit infra, annexe II/3).

231 A.M.S., II 84b 6A, f. 4 r° (déposition de Gilles De Metz devant la commission).

232 Ibid., f. 3 v° (même déposition).

233 Ibid., f. 4 v° (déposition d’Hubert De La Rose devant la commission).

234 A.M.S., II 84b 11A, f. 1 r° (déposition commune devant le Convent). Cf. A.M.S., II 84b 6A, f. 3 v° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission).

235 L’épisode du 29 octobre est raconté dans chacune des cinq dépositions devant la commission (A.M.S., II 84b 6A). Voir également : A.M.S., II 84b 7, f. 3 v°-4 r° (supplique des cinq au Magistrat, [après le 24 avril 1554]).

236 Supplique des cinq à Frédéric de Gottesheim, 26 novembre 1554 (A.M.S., II 84b 12, f. 1 r°).

237 A.M.S., II 84b 19 et 20 (documents reproduits infra, annexes II/3 et 2).

238 II 84b 6A, f. 2 r° (déposition de Jean Du Chemin devant la commission) et 9 v° (réponse de Garnier). Voir aussi la lettre de Lesplinguel à Frédéric de Gottesheim (A.M.S., II 84b 19, f. 1 r°, document reproduit infra, annexe II/3) et XXI, 33, f. 193 v° (18 mai 1555).

239 A.M.S., II 84b 6B, f. 2 r° et v° (réponse de Jean Garnier devant la commission, 17 février 1554).

240 A.M.S., II 84b 17 (30 mars 1555).

241 Voir leurs lettres respectives à Calvin, 9 mai et 13 juillet [1554] (Op. Calv., t. XV, col. 137, no 1953, et col. 188, no 1984).

242 Le 1er février 1554, Garnier répondit en quatorze points aux accusations de ses adversaires (A.M.S., II 84b 6A, f. 8 r°-10 r°). Le 17 mars, à la seconde séance des interrogatoires, il reprit et compléta les dix premiers de ces quatorze points (ibid., 6B, f. 1 r°-2 v°). Jean Du Chemin se chargea alors de lui répliquer (ibid., f. 2 v°).

243 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v°-10r°.

244 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v°.

245 A.M.S., II 84b 6A, f. 9 v° et 6B, f. 2 v°. Le mémoire s’intitulait De electione seniorum.

246 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v°.

247 A.M.S., II 84b 6A, f. 8 v°-9 r° et 6B, f. 1 v°.

248 A.M.S., A.S.T. 198, f. 145 v° (repris dans A.M.S., II 84b 11B, f. 7 r°), Voir la relation par Garnier de cette visite, dans ses lettres à Calvin, Farel et Viret du 8 mars (Op. Calv., t. XV, col. 72-74, no 1924) et à Bullinger du 6 juillet 1554 (Z.S.A., E II 356, f. 885-886).

249 A.M.S., II 84b 11B, f. 7 v°-11 r°. — A.S.T. 198, f. 151 r°-153 v°.

250 A.M.S., A.S.T. 198, f. 154 r°. — II 84b 11B, f. 7 r°-v°. — XXI, 32, f. 122 r° (9 avril 1554) et 125 r°-126 r° (11 avril 1554).

251 Op. Calv., t. XV, col. 137, no 1953.

252 Sur Pierre Alexandre : Michotte, Un réformateur. Mise à jour de la bibliographie dans Denis, Pierre Alexandre, p. 551, note 1.

253 A.M.S., A.S.T. 198, f. 161 v°.

254 Garnier à Bullinger, Strasbourg, 6 juillet 1554 (Z.S.A., E II 356, f. 885-886) : « ... alium concionatorem gallicum vocarunt ex Vesalia cui nomen est Petrus Alexander, doctor sorbonicus, quem putabant lutheranum esse ut antea fuerat. At cum ille meam doctrinam approbaret (sicuti mihi relatum), tandem Vesaliam ad suos remissus est ».

255 A.M.S., II 84b 11B, f. 11 v°-16 r°. Il fut rédigé le 20 juin. Cf. A.M.S., A.S.T., 198, f. 163 r°. Le Magistrat en prit connaissance le 20 octobre.

256 A.M.S., II 84b 9A (30 septembre 1554) et 9B (14 novembre 1554).

257 A.M.S., II 84b 22.

258 A.M.S., II 84b 22, f. 4 v°.

259 A.M.S., II 84b 12 (de la main de Lesplinguel).

260 Op. Calv., t. XV, col. 73, no 1924.

261 Lettre perdue. Fragment dans : Garnier à Bullinger, Strasbourg, 10 décembre 1554 (Op. Calv., t. XV, col. 336-337, no 2058).

262 Cf. infra, p. 534.

263 Garnier à Bullinger, 10 décembre 1554 (cité supra, note 6) et Garnier à Bullinger, 22 mars 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 510-511, no 2154).

264 Jean Sturm à Calvin, [Strasbourg], 13 juillet [1554] (Op. Calv., t. XV, col. 188-189, no 1984).

265 Op. Calv., t. XV, col. 211-214, no 1989.

266 Op. Calv., t. XV, col. 385, no 2088.

267 Op. Calv., t. XV, col. 456, no 2125 : jeu de mot intraduisible : « Vereor ne oleum et oporam perdas, aut potius oleum igni adiicias ».

268 Garnier à Bullinger, 22 mars 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 510, no 2154).

269 Et peut-être aussi de Jean Lesplinguel, si sa lettre à Gottesheim (A.M.S., II 84b 19, reproduit infra, annexe II/3) est antérieure au 24 mars 1555.

270 A.M.S., II 84b 21B, f. 1 v°. Elle eut lieu le 22 mars 1555.

271 A.M.S., II 84b 16, f. 1 r°.

272 A.M.S., II 84b 16, f. 2 v°.

273 Supplique de Garnier au Magistrat, 30 mars 1555 (A.M.S., II 84b 18).

274 A.M.S., XXI, 33, f. 117 v°-118 r° (23 mai 1555). Cf. A.M.S., A.S.T. 178, f. 222 v°.

275 Les anciens et les diacres se présentèrent le 28 mars au Convent ecclésiastique (A.M.S., A.S.T. 198, f. 223 r°). Le 30 mars, ils adressèrent une supplique au Magistrat (A.M.S., II 84b 17).

276 A.M.S., XXI, 33, f. 126 v°-127 r°. — A.S.T., 198, f. 223 v°.

277 A.M.S., A.S.T. 198, f. 223 v°. Cf. A.M.S., XXI, 33, f. 127 v° (30 mars 1555) et 139 v°-140 r° (8 avril 1555).

278 A.M.S., XXI, 33, f. 152 r° (20 avril 1555).

279 Op. Calv., t. XV, col. 579, no 2190.

280 A.M.S. : II 84b 21B.

281 A.M.S., XXI, 33, f. 185 v°-185a r° (11 mai 1555).

282 A.M.S., XXI, 33, f. 215 r°-216 r° (28 mai 1555) et 217b r » + 217a r° et v° (1er juin 1555). Voir le texte signé par Garnier le 29 mai : A.M.S., II 84b 23.

283 A.M.S., XXI, 33, f. 226 r° (8 juin 1555).

284 Garnier à Calvin, Strasbourg, 18 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 661, no 2232).

285 A.M.S., XXI, 33, f. 345 v°-346 r° (26 août 1555). Ce certificat était rédigé en latin. Voir une copie du texte latin et deux minutes en allemand : A.M.S., II 84b 24. La première de ces minutes n’indique pas que Garnier a été renvoyé, contrairement à la seconde et au texte latin, qui en est la traduction. Édition du certificat dans Johann Pappus, Warhaffte und wolgegründte Widerlegung dess unwarhafften und falschen Berichts, so wider die slrassburgische Anno 1598 aussgegangene Kirchenordnung zu Zweybrücken Anno 1603 getruckt worden..., Strasbourg, 1611, p. 203-205.

286 Cf. supra, p. 78.

287 Garnier à Calvin, Viret et Farel, Cassel, 8 janvier 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 4-6, no 2376). Cette lettre révèle que Garnier a rédigé et peut-être même publié, alors qu’il se trouvait en Hesse, un mémoire autojustificatif sur les événements de Strasbourg. Mais ce document n’a pas été retrouvé.

288 Garnier à Bullinger, Marbourg, 20 avril 1557 (Z.S.A. : E II 368, f. 247). Voir aussi la supplique de Garnier au Magistrat de Strasbourg, Marbourg, 4 juin 1557, dans laquelle il demande une lettre de congé plus élogieuse que celle du 26 août 1555 (A.M.S., II 84b 29) et sa lettre à Calvin du 29 avril 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 148-149, no 2858), où il explique que, sans l’opposition de Pierre Toussain, il serait devenu ministre dans le comté de Montbéliard. Cf. là-dessus infra, p. 477.

289 Tillemannus, Vitae professorum theologiae, p. 109-111. — Ayrmannus, Libellas postumus, p. 12.Strieder, Orundlage zu einer hessischen Oelehrten und Schriftsteller-Geschichte, t. IV, p. 292-295. Sur l’activité de Garnier en Hesse, voir en outre : M.S.A., Bestand 3, nos 1485, 1854 et 2166 (inédits).

290 Ce fut Bèze qui demanda au landgrave Guillaume de Hesse de donner à Garnier son congé. Il écrivait au nom des Églises de France et de la comtesse de Seninghen, Françoise d’Amboise. Cf. Guillaume de Hesse à Bèze, Cassel, 12 février 1562 (Corr. Bèze, t. IV, p. 45, no 37). — Nicolas Rodingus à Rodolphe Gwalther, Marbourg, 19 mars 1562 (Z.S.A., E II 346a, f. 470). Garnier quitta Marbourg le 16 mars 1562.

291 Cf. infra, p. 298.

292 Voir les extraits du Journal d’un bourgeois de Metz, par Jean de Mory, édités par R. Mazauric, dans B.S.H.P.F., t. VC, 1948, p. 197. Cf. Hist. eccl., t. III, p. 563-571. — Meurisse, Histoire de... l'hérésie dans la ville de Metz, p. 233, 237, 290-291. — Tribout de Morembert, La Réforme à Metz, t. II, p. 45-46.

293 A.M.S., III 64/1, f. 11 v°.

294 Cf. infra, p. 143-144.

295 Registres du Convent ecclésiastique, 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T., 67, cahier 6, f. 25v°-26v°).

296 Johannes Justus Pistorius, Propylaeum Athenae Hassiaci..., Giessen, 1665, p. 5. Selon Petrus Nigidius (Elenchus professorum academiae Marburgensis... qui... ab anno 1527 usque ad annum 1583 ibidem docuerunt, Marbourg, 1591, p. 47), Garnier serait mort empoisonné.

297 A.M.S., XXI, 33, f. 152 r° (20 avril 1555).

298 A.M.S., XXI, 33, f. 212 r° (27 mai 1555). Un des partisans de la candidature d’Alexandre était Matthis Pfarrer, qui pensait l’utiliser « à des colloques ou à un concile ».

299 Alexandre à Marbach, Lausanne, 10 juin 1555 (A.M.S., II 84b 26).

300 Hotman à Bullinger, Strasbourg, 8 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 136, no 2448). Cf. Kelley, Hotman, p. 78.

301 Sur le séjour de Boquin à Strasbourg en 1542 : Roehrich, Geschichte, t. II, p. 69, note 65. Sur Boquin, cf. aussi Haag-Bordier, La France protestante, t. II, p. 875 et sv. — Wackernagel, Matrikel, t. II, p. 26-27. — Droz, Étudiants français, p. 117.

302 A.M.S., II 84b 21A, f. 1 r° et v° (interrogatoire de Pierre Boquin par les kirchenpfleger de l’Église française, 5 mai 1555).

303 Ibid., f. 1 v°-2 r°.

304 Voir de même la « trajectoire » de Théobald Billican (vers 1490-1554), un des premiers disciples de Luther, successivement évangélique, catholique romain et réformé. Cf. Gerhard Simon, Théobald Billikan. Leben und Werk, Berlin, 1980.

305 Hist. eccl., t. I, p. 74.

306 A.M.S., II 84b 21A, f. 2 r° (3 mai 1555).

307 A.M.S., XXI, 33, f. 177 v°-178 r° (8 mai 1555).

308 A.M.S., II 84b 21B, f. 2 r°-3 v° (interrogatoire de Didier De Nays, ancien, de Persevaldus, de Jehan Du Baston et de Claude De Lory, ancien).

309 A.M.S., XXI, 33, f. 193 v° (18 mai 1555).

310 Op. Calv., t. XV, col. 661, no 2232 (18 juin 1555).

311 Op. Calv., t. XV, col. 666, no 2236 (29 juin 1555).

312 A.M.S., XXI, 33, f. 252 v° (22 juin 1555) et Loquet à Garnier, 29 juin 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 666, no 2236). Reuss (Notes, p. 41, note 5) date du 27 mai cette rétractation mais, contrairement à ce qu’il affirme, il n’est pas fait mention de Boquin dans les Registres du Conseil et des XXI à cette date. Le 28 mai, il est question d’une « mundlich bekantnis », mais à propos de Garnier et pas de Boquin (A.M.S., XXI, 33, f. 215 r°).

313 A.M.S., II 84b 25 (document reproduit infra, annexe II/5) et 26. Alexandre avait déjà écrit à Marbach le 3 juin 1555 (Th. B., 21, 118, lettre copiée par Baum sans mention du lieu de dépôt).

314 A.M.S., XXI, 33, f. 275 r° (17 juillet 1555) et 290 r° (27 juillet 1555). Cf. Alexandre à Calvin, 17 août [1555] (Op. Calv., t. XV, col. 729-730, no 2272).

315 A.M.S., XXI. 33, f. 316 v°-317 r° (12 août 1555).

316 A.M.S., XXI, 33, f. 347 vo (26 août 1555).

317 A.M.S., XXI, 33, f. 404 v°-405 r° (7 octobre 1555). On ne voit pas d’où Reuss (Notes, p. 43) tire qu’après la nomination d’Alexandre « Boquin fut débouté de la plainte qu’il porta devant le Magistrat ».

318 Hotman à Bullinger, Strasbourg, 8 mai 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 136, n » 2448).

319 C. F. Karl Mueller, art. Boquinus, Petrus, dans Realencyclopädie für protestantische Théologie und Kirche, t. III, Leipzig, 1897, p. 320-321.

320 Voir notamment : Pierre Martyr à Calvin, Strasbourg, 23 septembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 788, no 2301) : « Petrus Alexander pergit in opere coepto [a Garnerio] ac satis efficaciter et recte docet ».

321 Pierre Berger à Calvin, Strasbourg, 11 octobre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 815-816, no 2320) et Alexandre à Calvin, Strasbourg, 12 octobre 1555 (ibid., col. 817-818, no 2321).

322 A.M.S., II 84b 27 (document reproduit infra, annexe II/6) : Von der walh und ampt der eltisten in der frantzesischen kirche. Cf. A.M.S., XXI, 33, f. 405 r° (7 octobre 1555).

323 A.M.S., XXI, 33, f. 419 r° (19 octobre 1555). Cf. Pierre Martyr à Calvin, Strasbourg, 8 décembre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 884, no 2357).

324 A.M.S., XXI, 33, f. 405 r° (7 octobre 1555) et 421 vo (21 octobre 1555).

325 Bergier à Calvin, Strasbourg, 11 octobre 1555 (Op. Calv., t. XV, col. 815-816, no 2320).

326 Op. Calv., t. XV, col. 883-884, no 2357.

327 A.M.S., XXI, 37, f. 389 v° (4 septembre 1559) : « Unlenge nachdem doctor Peter zu ein pfar angenomen und angesetz sey... ».

328 A.M.S., XXI, 33, f. 229 v°-230 r°.

329 A.M.S., XXI, 33, f. 405 r° (7 octobre 1555).

330 A.M.S., XXI, 34, f. 344 v° (29 juillet 1556).

331 D’après Roehrich (Geschichte, t. III, p. 105) et Reuss (Notes, p. 46), lequel cite XXI, 20 novembre 1556. Je n’ai malheureusement pas pu vérifier cette information, car il existe une lacune dans les Registres du Conseil et des XXI pour la période du 14 octobre au 31 décembre 1556.

332 Op. Calv., t. XVI, col. 414, no 2598. Cf. Hotman à Bullinger, Strasbourg, 11 janvier 155[7] (Op. Calv., t. XVI, col. 363, no 2580).

333 Francisci et Johannis Holomanorum... epistolae, p. 11.

334 Ioannes Marbach, Responsio et confutatio orationis Zanchi habitae ab ipso capitulo 7 martii anno 1561, (A.M.S., A.S.T. 52/5, f. 98 v° et sv.). Cf. Roehrich, Geschichte, t. III, p. 107. — Kittelson, Marbach vs Zanchi, p. 33.

335 Cf. supra, p. 29-32.

336 A.M.S., R 26, no 31, p. 121-122 (minute).

337 Ce point fit l’objet d’une ordonnance particulière : Vermanung dass die burgern witwe unnd junckfrawen sich mit frembden usslendigen nit verehelichen sollen (A.M.S., R 18/3, p. 74-75). Erichson (Église, p. 37) fait erreur sur la date : ce texte est du 20 février 1557 et non du 10 février 1556.

338 A.M.S., XXI, 35, f. 77 r°. Voir également : XXI, 35, f. 87 v°-88 r° (20 mars 1557). — V 5 no 24 (4 octobre 1559). Dans les divers cas, il est fait référence explicitement au mandement.

339 A.M.S., R 26, no 31, f. 1 r°.

340 Ibid.

341 A.M.S., R 24, no 79 : Bedencken her Wolff Sigmund Wurmschen, her Carie Mieg unnd Friderich von Gottesheim uff das ansehen von wegen der betrungen Christen zu Pareis, wievil unnd mit was conditionen dieselben anzunemen. Ce document n’est pas daté. La référence qui y est faite aux Anglais permet de le situer entre avril 1554 et décembre 1558. On peut le dater d’automne 1557, car c’est alors que Paris connut la persécution religieuse. Sur l’affaire do la rue Saint-Jacques : Mours, Protestantisme, p. 105-107. Cf. la liste des gens arrêtés le 3 septembre 1557 à Paris, inédite semble-t-il, qui est conservée à Zurich (Z.S.A., E 1 25.1, 12).

342 A.M.S., R 24, no 79, f. 1 r° : « Zum andern, dass inen kein zeit sollte bestimpt, sonder zu meiner herren gelegenheit gestellt werden ».

343 A.M.S., XXI, 36, f. 102 r°.

344 A.M.S., XXI, 36, f. 128 v°-129 r° (14 mars 1558).

345 A.M.S., XXI, 36, f. 177 v°.

346 A.M.S., XXI, 36, f. 393 v°-394 v° (10 août 1558).

347 Un des cinq adversaires de Garnier. Cf. supra, p. 90-91. Dans cette affaire, il était du côté du ministre.

348 A.M.S., XXI, 36, f. 203 r° (18 avril 1558).

349 A.M.S., II 84b 31 (27 avril 1558).

350 Comptant sans doute revenir ultérieurement sur la question, le secrétaire de la ville a laissé un blanc sur plusieurs pages du registre du Conseil et des XXI à cette date.

351 Sur l’affaire Alexandre : Reuss, Notes, p. 47-48. — Michotte, Un réformateur, p. 99-105. — Rott, Église, p. 534-535.

352 A.M.S., II 84b 8 (lu le 10 mai 1554 au Conseil des XIII). Sur Pierre Margue, voir aussi : A.M.S., III 271/12 (recensement du 24 avril 1553). — II 84b 6A, f. 1 v°-2 r° (déposition de Jean Du Chemin lors de l’affaire Garnier, 1er février 1554. Cf. supra, p. 91). — XXI, 32, f. 69 v° (le 28 février 1554, la femme de Margue est dénoncée au Magistrat pour avoir battu à mort son enfant, exaspérée par son mari avec qui elle se disputait régulièrement. Cf. sur ces disputes A.M.S., II 84b 8, f. 3 v°). — K.S. 98/1, f. 90 (une affaire de legs, 8 mars 1557). — XXI, 38, f. 448 r° (les créanciers de Pierre Margue en conflit avec sa veuve, 16 novembre 1560).

353 A.M.S., II 84b 28, f. 1 r°. Hotman fut également interrogé ce jour-là sur le même sujet. Voir sur ces questions d’espionnage : A.M.S., XXI, 36, f. 50 r° et v° (31 janvier 1558), 56-57 r° (2 février 1558), 98 v°-99 r° (23 février 1558), 102 v°-103 r° (24 février 1558) : enquête sur deux Français suspects, Claude De Metz, « ein muntzmeister von Metz », et un « homme à la barbe noire ».

354 Sur Marsal sous Henri II : Dom A. Calmet, Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg, l’Électorat de Trêves, les trois évêchés (Metz, Tout, Verdun), nouv. éd., t. II, Lunéville, 1836, p. 22. — Ch. Rahlenbeck, Metz et Thionville sous Charles-Quint, Bruxelles, 1881, p. 240-241. — Das Reichsland Elsass-Lothringen, t. III, Strasbourg, 1903, p. 630. — Die alten Territorien des Bezirkes Lothringen... nach dem Stande vom 1. Januar 1648, t. II, Strasbourg, 1909, p. 336.

355 A.M.S., XXI, 36, f. 214 v°-215 r°. Lenfant est signalé dans un document du 27 avril 1558 (A.M.S., II 84b 31). Il reçut un permis de séjour pour quinze jours qui fut renouvelé ensuite. Le 4 mai 1559, le Magistrat lui déclara que son séjour avait assez duré et qu’il devait quitter la ville dans le mois (A.M.S., XXI, 37, f. 245 v°). Il n’est pas impossible qu’il soit demeuré à Strasbourg sans interruption entre le 27 avril 1558 et cette date. Sur Lenfant : Eyer, Immigration, p. 17-20 et infra, p. 399 à 406.

356 II sera question de Lecoq, infra, p. 117, note 1.

357 A.M.S., II 84b 37, f. 1 r° (13 septembre 1559) et 40, f. 1 r° (avant le 24 février 1560).

358 Il le dira lui-même plus tard explicitement : A.M.S., II 84b 37, f. 1 v° (15 septembre 1559).

359 Hotman à Calvin, Strasbourg, 28 juin 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 225-226, no 2902).

360 Calvin à Alexandre, Genève, 20 juin 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 214-216, no 2894, ici col. 215).

361 Op. Calv., t. XVII, col. 227, no 2902.

362 Ibid., col. 226.

363 Hotman à Calvin, Strasbourg, 27 juillet 1558 (Op. Calv., t. XVII, col. 265-266, no 2923).

364 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r° et v° (4 septembre 1559). Un doute subsiste sur la date de cette démarche. Elle aboutit à une confrontation du ministre avec son Église en mars 1559. Si la procédure a été lente, comme ce fut le cas lors de l’affaire Garnier, les adversaires d’Alexandre ont pu rencontrer Marbach dès l’été 1558. Autrement, cela s’est produit plus tard, au printemps 1559.

365 Alexandre professait la doctrine de la double prédestination. C’est surtout à Montbéliard qu’il s’est fait le champion de cette doctrine, à l’automne 1554. Cf. Vienot, Histoire de la Réforme au Pays de Montbéliard, t. I, p. 197-199, et t. II, p. 149-152. Voir aussi sa lettre écrite de Lausanne à Calvin, le 1er mars 1555 (et non 1554 : il était alors à Wesel. Corriger sur ce point Michotte, Un réformateur, p. 64), où il l’interroge sur l’interprétation du De correptione et gratia d’Augustin (Op. Calv., t. 237, no 2014), et celle, inédite, à Marbach, de Lausanne également, le 3 juin 1555, où il se plaint d’avoir été calomnié à Montbéliard (copie par Baum sans mention du lieu de dépôt : Th. B., 21, 118).

366 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r°.

367 A.M.S., XXI, 37, f. 390 r° : « Sye haben den herren Coquum, doctor Zanchum, Ottomanum und andere geschicht ». Ce Coquus pourrait être Sir Antony Cook, mais celui-ci quitta Strasbourg pour l’Angleterre le 21 décembre 1558 (A.M.S., XXI, 36, f. 634 v°-635 r°) et il semble que l’épisode rapporté par Hotman dans sa lettre à Calvin du 29 mars 1559 (Op. Calv., t. XVII, col. 481, no 3032) a suivi de peu la plainte. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 390 v°. Il doit plutôt s’agir de Jean Lecoq, un « manouvrier » d’Orléans, qui est cité dans le recensement du 24 avril 1553 (A.M.S., III 271/12) et dans celui de l’automne 1562 (A.M.S., II 84b 56, éd. Wolff, B.S.H.P.F., t. CII, 1956, p. 170). Nous connaissons par ailleurs un Léon Lecoq, gentilhomme, qui quitta Strasbourg en 1554 (A.M.S., V 2, no 4) et un Nicolas Lecoq (A.M.S., II 84b 53, s.d.).

368 Hotman à Calvin, Strasbourg, 29 mars 1559 (Op. Calv., t. XVII, col. 481, no 3032).

369 A.M.S., XXI, 37, f. 391 r°.

370 A.M.S., II 84b 44A, f. 2 r°.

371 A.M.S., XXI, 37, f. 389 v°-392 r° (4 septembre 1559).

372 A.M.S., XXI, 37, f. 392 v°-393 r°.

373 A.M.S., XXI, 37, f. 394 v° (6 septembre 1559).

374 A.M.S., II 84b 34 (6 septembre 1559).

375 Il fut bien décidé, le 4 septembre, d’« interroger encore une fois » Alexandre, mais comme on mettait fin à ses fonctions sans plus attendre, cet interrogatoire ne pouvait servir à sa défense. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 492 v°.

376 A.M.S., II 84b 32.

377 A.M.S., XXI, 37, f. 393 r°.

378 A.M.S., II 84b 44A (lu au Magistrat le 13 janvier 1560). Une traduction latine de ce texte (à moins qu’il ne s’agisse là de l’original) fut lue au Magistrat le 24 février 1560, quelques jours avant le départ d’Alexandre pour l’Angleterre (A.M.S., II 84b 44B).

379 Une seule indication dans ce sens : A.M.S., XXI, 38, f. 4 v° (13 janvier 1560) : « Zudem, dass er sich mitt den anderen predigern und ein convent nitt vergleichen konnden, weil mein herren ein consenss und einigkeit leer irer kirchen begerten ». En 1558, Alexandre avait publié à Genève, chez Jean Crespin, sous le pseudonyme de Simon Alexius, un ouvrage antiromain sur la Cène, le De origine novi Dei missatici, quondam in Anglia mortui, nunc denuo ab inferis excitati, Dialogi VII. Cf. Gilmont, Pseudonyme, p. 178-179. Id., Bibliographie des éditions de Jean Crespin, t. I, p. 91-92.

380 A.M.S., II 84b 34, f. 2 r° (6 septembre 1559).

381 A.M.S., II 84b 37, f. 2 v° (13 septembre 1559).

382 Je me sépare sur ce point des conclusions de M. Jean Rott (Église, p. 535, 547).

383 A.M.S., II 84b 44A, f. 1 r°.

384 A.M.S., II 84b 32, f. 3 r°-4 r°.

385 A.M.S., XXI, 37, f. 391 v°-392 r° (4 septembre 1559).

386 A.M.S., II 84b 36. Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 338 v°-339 r°.

387 A.M.S., XXI, 38, f. 4 r°-v° (13 janvier 1560).

388 Calvin à l’Église française de Strasbourg, Genève, 10 décembre [1559] (Op. Calv., t. XVII, col. 699-700, no 3144).

389 A.M.S., XXI, 38, f. 28 r°. A cette occasion, Alexandre remit au Magistrat une lettre dans laquelle il donnait sa propre version des événements et où il déclarait qu’il avait pardonné à ses adversaires. Cf. A.M.S., II 84b 36. Leur attitude à son égard, précisait-il, avait changé le jour où il avait été démis de ses fonctions, puisque certains d’entre eux avaient demandé au Magistrat de le réintégrer (f. 1 v°).

390 A.M.S., XXI, 38, f. 70 r° (24 février 1560).

391 A.M.S., XXI, 38, f. 76 v° (28 février 1560). Voir le texte de la sentence : A.M.S., II 84b 35 (s.d.).

392 A.M.S., XXI, 38, f. 76 r° (28 février 1560).

393 A.M.S., XXI, 38, f. 86 v°.

394 Denis, Pierre Alexandre, p. 551-555.

395 A.M.S., XXI, 37, f. 402 r° (11 septembre 1559).

396 A.M.S., XXI, 37, f. 481 v°-482 r°.

397 A.M.S., XXI, 37, f. 494 r° (8 novembre 1559) et II 84b 38, f. 2 r° (déposition de Houbraque devant les kirchenpfleger de l’Église française, 6 novembre 1559).

398 A.M.S., XXI, 37, f. 493 v°-494 r° (8 novembre 1559). Voir les procès-verbaux de l’interrogatoire de Houbraque par les kirchenpfleger de l’Église française, 31 octobre et 6 novembre 1559 (A.M.S., II 84b 38).

399 A.M.S., II 84b 39 (document reproduit infra, annexe II/7). Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 512 v°-513 r° (20 novembre 1559).

400 A.M.S., XXI, 37, f. 553 v° et r° (13 décembre 1559).

401 A.M.S., II 84b 40 (document reproduit infra, annexe II/8). Cf. A.M.S., XXI, 37, f. 563 v°-564 r° (18 décembre 1559) et f. 575 r° (23 décembre 1559).

402 A.M.S., II 84b 40, f. 1 v°-2 r°.

403 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 4 janvier 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 4, no 3152).

404 A.M.S., XXI, 38, f. 41 v°-42 r°.

405 Calvin à Houbraque, Genève, 5 novembre 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 232, no 3270) et Houbraque à Calvin, Strasbourg, 19 novembre 1560 (ibid., col. 247, no 3279).

406 Houbraque à Calvin, Strasbourg, 6 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145, no 3227).

407 Calvin à Houbraque, Genève, 23 mars 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 37-37, no 3173).

408 Houbraque à Calvin, 6 juillet 1560 (Op. Calv., t. XVIII, col. 145).

409 Cf. M. Thirion, Étude sur l'histoire du protestantisme à Metz et dans le pays messin, Nancy, 1884, p. 436-440. — Zeller, Réunion de Metz, t. II, p. 55.

410 A.M.S., V 5, 21 (30 septembre 1559) et 24 (4 octobre 1559).

411 A.M.S., XXI, 37, f. 528 r°. Ici encore, il faut corriger le travail par ailleurs remarquable de Zeller qui déclare (Réunion de Metz, t. II, p. 56, note 1) n’avoir trouvé aucun renseignement dans les registres du Conseil et des XXI sur le nombre des réfugiés mesins à Strasbourg. Sur l’ambassade des six Messins à Paris, voir les lettres de Hotman à Calvin du 23 novembre et du 22 décembre 1560 (Op. Calv., t. XVII, col. 680, no 3137 et col. 705, no 3147). Cf. Rott, Recteur, p. 412, note 14. Kelley (Hotman, p. 104) donne le chiffre de 400 réfugiés au lieu de 40. Quant à Erichson (Église, p. 37), il parle de 60 réfugiés sans citer sa source.

412 Hubert Languet à Ulricus Mordesius, Wittenberg, 31 janvier 1560 (Arcana Seculi Decimi sexti, lib. II, p. 33).

413 A.M.S., XXI, 38, f. 384 r° et v° (18 septembre 1560). — Welschen Register (1559-1583) (A.M.S., 64/1, f. 3 v°). Sur Clervant, voir la liste nominative des membres de son personnel à Strasbourg (A.M.S., II 84b 59) et la lettre, s.d., que Calvin lui adressa lorsqu’il se trouvait dans cette ville (Op. Calv., t. XVII, col. 703-704, no 3146). Cf. aussi Mazauric, Claude-Antoine de Vienne, p. 83-152.

414 A.M.S., II 84b 46.

415 A.M.S., XXI, 39, f. 218 r°-219 r°.

416 M.S.A. Publié en traduction française dans : Dareste, Hotman, p. 99. Kelley (Hotman, p. 128) cite ce texte en l’attribuant faussement à une lettre de Hotman à Bullinger du 12 avril 1561.

417 A.M.S., XXI, 39, f. 463 v°-464 r° (1er janvier 1562).

418 A.M.S., XXI, 40, f. 2 v°-3 r° (17 février 1562).

419 Le nom de Nicolas Morel ne figure dans aucun des recensements de 1552-1553. En revanche, deux Champenois, Nicolas Petit de Reims et François Nalot de Troyes, sont signalés dans le recensement du 24 avril 1553 (A.M.S., III 271/12). Sur Morel, voir surtout la lettre des échevins et Treize de la ville de Metz au Magistrat de Strasbourg, Metz, 8 mai 1560 (A.M.S., V 6, 27) : Morel se trouvant à Metz pour affaires a été surpris à une assemblée et arrêté. Sur intervention des Treize, il vient d’être libéré par le lieutenant-général, étant donné qu’il était bourgeois de Strasbourg.

420 A.M.S., V 5, 71 (24 décembre 1559). Cf. le Welschen Register à la date du 21 décembre 1559 (A.M.S., III 64/1, f. 1 r° et v°) et XXI, 37, f. 576 v° (23 décembre 1559).

421 Né en 1525 à « Louan en Normandie » (Rouen ?) (Hist. eccl., t. I, p. 72), Pierre Fournelet (Fornelet) émigra très jeune à Genève, puis à Bâle et enfin à Strasbourg, où il entreprit des études. Il y fit « profession de la doctrine et religion chrestienne » à l’Église française avant, en 1544, d’être « appelé et receu au ministère de l’évangile » (A. Bernus, Testament autobiographique d’un des premiers pasteurs de France, dans B.S.H.P.F., t. XLVI, 1897, p. 526). En 1546, il fut envoyé à Lyon pour y « dresser l’Église ». Cf. A. Puyroche, Liste des pasteurs de l’Église de Lyon 1525-1789, dans B.S.H.P.F., t. XII, 1863, p. 481. La persécution le ramena à Genève, d’où il se rendit à Neuchâtel : il y exerça de janvier 1551 (cf. Calvin à Farel, 4 janvier 1551, dans Op. Calv., t. XIV, col. 8) à mai 1561 la fonction de diacre, chargé plus particulièrement de la bourse des pauvres. Sur les circonstances de son départ : Guillaume Farel, p. 692-693. Il devint ensuite ministre à Perthois, puis à Châlons-sur-Marne en Champagne (cf. sa lettre à la Classe de Neuchâtel, Châlons, 6 octobre 1561, dans B.S.H.P.F., t. XII, 1863, p. 361-363), jusqu’à ce que la persécution le contraigne à émigrer, pour quelques mois seulement, à Strasbourg. C’est à lui qu’il faut attribuer, semble-t-il, la rédaction d’un imprimé strasbourgeois anonyme paru en 1563. le Traicté de la croix et affliction des enfans de Dieu. Description bibliographique dans Peter, Premiers ouvrages français, 1978, p. 35, no XXVII. Il retourna en Champagne en avril 1563. Son nom figure dans une liste de huit ministres réfugiés à Sedan, le 27 août 1564. Cf. M. Mousseaux, La préréforme à Sedan (1525-1568), dans B.S.H.P.F., t. CX, 1964, p. 3. Il fut bientôt appointé ministre par le prince et il le demeura jusqu’à sa mort, survenue en 1604. Cf. Bernus, op. cit., p. 526. — Marcel Daloze, Les abjurations à Sedan (1594-1636). Contribution à l’histoire religieuse de la principauté au début du XVIIe siècle, mémoire de licence inédit, Université de Liège, 1969, p. 30.

422 A.M.S., II 84b 48. Voir également II 84b 61. Trente Champenois sont inscrits dans le Welschen Register, aux dates du 8 et du 12 septembre, du 5 et du 12 octobre 1562 (A.M.S., II 64/1, f. 4 v°-6 r°). Cf. Erichson, Église, p. 37-38 (avec erreur sur l’année : 1562 et non 1561). — Zuber, Champenois, p. 31-55 (p. 49-55 : liste de 69 Champenois réfugiés à Strasbourg de 1559 à 1568). — ID., Strasbourg, refuge des Champenois, p. 311-319.

423 A.M.S., XXI, 41, f. 24 r° (1er février 1563).

424 A.M.S., XXI, 41, f. 144 r° et v°. Voir la lettre de remerciement (A.M.S., II 84b 58, texte dans Zuber, Strasbourg, refuge des Champenois, p. 314-315).

425 Cf. supra, p. 53 et 59.

426 A.M.S., XXI, 40, f. 312 v°-313 r°.

427 A.M.S., XXI, 40, f. 314 v°. Ce rapport a été conservé : A.M.S., R 24, no 78 : Bedacht der vertriebenen Welschen halben. Il est daté du jeudi 17 septembre [1562]. Publication de trois des sept articles dans Reuss, Pierre Brully, p. 121-122. Reuss le date de « 1541 ? » (p. 29-30) et Craemer (Verfassung, p. 200, note 34) d’« entre 1553 à 1556 ».

428 Wasselonne (Wasselheim) : localité située à 23 km de Strasbourg, dans l’arrondissement actuel de Molsheim. Cf. Wunder, Strassburger Gebiet, p. 134. Edmund Grindal, le futur évêque de Londres, a séjourné à Wasselonne, chez le pasteur Jacques Heldelin, pendant son exil sous Marie Tudor (Faerber, Communauté anglaise, p. 437).

429 A.M.S., XXI, 39, f. 27 r° et 28 r°. Sur les institutions du territoire rural de Strasbourg : Wunder, op. cit., p. 85 et passim.

430 A.M.S., XXI, 40, f. 274 v° et 276 r°.

431 Un nouveau mandement devait être publié en 1568. Il reprenait, sans rien y ajouter, toutes les dispositions antérieures. Texte dans le Welschen Register (1559-1583) (A.M.S., III 64/1, f. 13 r° et v°). Il est reproduit au début du second volume (1585-1592) (A.M.S., III 64/2).

432 Op. Calv., t. XIX, col. 154, no 3640.

433 Op. Calv., t. XIX, col. 223, no 3678.

434 Les ministres luthériens de Strasbourg.

435 Cf. infra, p. 534.

436 Cf. Kittelson, Marbach vs Zanchi, p. 31-44. — Viot, Querelle.Burchill, Girolamo Zanchi in Strasbourg.

437 A.M.S., XXI, 41, f. 75 r° et v° (10 mars 1563). Cf. Vogler, Affirmation, p. 598.

438 Texte dans Op. Calv., t. XIX, col. 671-675, no 3919.

439 Ibid., col. 675.

440 Voir le texte de cette confession dans Maeder, Notice, p. 48 (d’après les Epistulae theologicae in causa sacramentaria d’Oseas Schad, un manuscrit détruit lors de l’incendie de la Bibliothèque Municipale de Strasbourg en 1870).

441 Op. Calv., t. XIX, col. 480, no 3822.

442 Ibid., col. 481.

443 Conrad Hubert à Paul Ulstetter, Strasbourg, s.d. (A.M.S., A.S.T. 41, no 14, phot. p. 210) : « Scis, opinor, me una cum Olbraco gallico concionatore a Theologico Conventu esse exclusum. Item a paroche meo indignum censeri, quo cum Coenam sumat, et posthac in ea peragenda administro utatur (nimirum huc spectans, ut Senatus hoc ipsorum praejudicio praegravatum me ministerio prorsus destituat) ».

444 [Johann Marbach], Anlwort eines erbaren Kirchen Convents uff die schrifft, so unsere gnedige herr Reth und XXI uns den kirchendiener den 15. Juli furhalten lassen... (A.M.S., A.S.T. 54, no 8, f. 541 r° et v°).

445 Zanchi à Bullinger, s.d. (Zanchi, Epistolarum libri duo, t. II, p. 51-52).

446 Op. Calv., t. XIX. col. 490, no 3830 : « Certe nisi mascule agat Senatus, vincet tandem improba et pervicax episcopalis audacia. » Le même terme episcopalis dans Houbraque à Calvin, Strasbourg, 6 juillet 1562 (Op. Calv., t. XIX, col. 480, no 3822).

447 Zanchi à Capiton, Zurich, 18 avril 1563 (Op. Calv., t. XIX, col. 717, no 3938). Voir dans le même sens : Zanchi à Mathias Erb, s.d. (Zanchi, Epistolarum libri duo, t. II, p. 303).

448 Zanchi à Bullinger, s.d. [apparemment réponse à la lettre de Bullinger du 16 décembre 1562] (Zanchi, op. cit., t. II, p. 14-15).

449 Zanchi à Garnier, Strasbourg, 10 juillet 1563 (Op. Calv., t. XX, col. 62, no 3978) : « Non enim adhuc subscripsit, me etiam, praeter alios, dissuasore ».

450 Houbraque à Calvin, Genève, 13 mars [= mai] 1563 (Op. Calv., t. XX. col. 23, no 3953).

451 A.M.S., XXI, 41, f. 329 r° (14 août 1563).

452 Sur cotte affaire : A.M.S., II 84b 49A, 49B, 49C et 49D (les documents A et C sont reproduits infra, annexe II/9). Le premier de ces documents fut lu au Conseil et aux XXI le 2 août 1563, le second est daté des 3 et 4 août, les deux derniers ont été lus le 14 août 1563. On constate une lacune dans les Registres du Conseil et des XXI à la date du 2 août et, le 14 août, l’affaire est signalée très brièvement (A.M.S., XXI, 41, f. 329 r°). Une copie de la première pièce figurait dans les Epistulae d’Oseas Schad (cf. supra, p. 132, note 41). Maedes (Notice, p. 12-13) en a donné des extraits. Mais il datait le document de 1562 et son erreur fut reproduite par Reuss (Notes, p. 52).

453 A.M.S., II 84b 49C, f. 1 v° (document reproduit infra, annexe II/9).

454 A.M.S., II 84b 49B. Il s’agissait de Hubert De Bur, de Thibaut Leschevin, un des « cinq » lors de l’affaire Garnier, de Stéphane Le Maroquinier et de Robert Falck l’orfèvre. De Thibaut Leschevin, nous avons conservé des notes prises lors d’un sermon de Guillaume Houbraque (A.M.S., II 84b 10). Hubert De Bur, un « lederbereiter », pourrait être un fils de Lambert De Bur, le frère d’Idelette De Bur et beau-frère de Calvin. Cf. ROTT, Documents, p. 334-335, d’après A.M.S., Corp. Tanneurs, no 2, f. 300 v°.

455 A.M.S., II 84b 49D. Il est question dans cette lettre de « moy, Arnould et un autre » (f. 2 v°) : cet autre doit vraisemblablement être Nicaise De Bournonville.

456 Op. Calv., t. XIV, col. 515-516, no 1725.

457 Op. Calv., t. XIV, col. 520-521, no 1729. Philippe De Ecclesia n’est pas nommé : « Quum impius Satanae minister gratuitam Dei electionem abolens ecclesiam hanc turbare conatus esset, duo isti mensarii iudices clam primum, deinde collecta audacia apertius nobis obstrepere coeperunt ». Cf. R.C.P., t. I, p. 144-148.

458 A.É.G., Registres du Conseil, 24 décembre 1552 et 4 janvier 1553 (cité dans Op. Calv., t. XIV, col. 515, note 2). — Procès criminels, aux mêmes dates (Op. Calv., t. XXI, col. 530-532).

459 A.M.S., III 271/12. Dans un autre document (A.M.S., II 84b 49A, f. 2 r°, document reproduit infra, annexe II/9), Nicaise De Bournonville est dit « natiffe des frontier du pais de Brabant ».

460 Ce fut lui qui monta Jean Du Chemin contre Garnier : « Desgleichen ein teppichmacher auss Flandern her ihm gesagt, wie das er der prediger falsche opiniones und meinungen predigt und dass er zu 200 oder 300 kronen auff wucher auss stehen (A.M.S., II 84b 6A, f. 1 v°) ». Et Garnier de répondre : « Das der tapissier nichts taugt, hab er ein zeugnis von Calvino » (f. 8 v°).

461 Farel à Calvin, s.l., 16 août 1556 (Op. Calv., t. XVI, col. 261, no 2517).

462 A.M.S., II 84b 31. Cf. supra, p. 111-112.

463 Bournonville accusa également Houbraque de « blasmer ceux quy font prier ou exhortation à l’enterrement des mortz, voier iusque à dirre qu’ille prisoit plus ceux quy dissoint qu’ille n’y falloit point aller que les aultre quy y alloint (A.M.S., II 84b 49A, f. 1 v°) ». Selon Stéphane Le Maroquinier, Houbraque aurait seulement refusé d’assister les fidèles qui ne fréquentaient pas le temple (ibid., 49B, f. 2 v°). D’autre part, Servais George et Arnoult Le Couturier reprochèrent au ministre son puritanisme exagéré : il aurait accusé de « paillardise » les jeunes filles qui venaient au temple le jour de leur mariage avec des chapeaux (ibid., 49D, f. 3 r°).

464 A.M.S., II 84b 49A, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/9).

465 Ibid., f. 1 v°.

466 A.M.S., II 84b 49D, f. 1 v°. Cf. A.M.S., II 84b 49C, f. 1 r°.

467 Georges Goldner fut menacé d’excommunication et peut-être même a-t-il été excommunié, entre autres raisons pour avoir pris la défense de Houbraque. Cf. A.M.S., A.S.T. 66, cahier F, f. 172 r°, à la date du 24 novembre 1562 et A.S.T. 67/II, cahier 1562-1563, f. 12, à la date du 30 décembre 1562.

468 A.M.S., II 84b 54 (20 octobre 1563).

469 A.M.S., II 84b 49D, traduction allemande, f. 4 r°.

470 A.M.S., XXI, 41, f. 344 r° (25 août 1563).

471 Conrad Hubert à Johannes Luchtius, Strasbourg, 6 septembre 1564 (A.M.S., A.S.T. 41, no 22, phot. p. 224) : « Gulielmus Olbracus pastor gallicanae hic ecclesiae dum viguit, in sua patria, itinere diei unius a Lutetia, evangelium constanter et multu cum fractu docet ».

472 Houdan : chef-lieu de canton, arrondissement de Rambouillet, Yvelines. Voir les Actes de la Conférence tenue à Paris ès moys de iuillet et aoust 1566, Paris, Pierre L’Huillier, 1568, f. 9r°-10v°. Un des participants réformés à la Conférence était « un nommé Oulbras, qu’ils firent venir en diligence de Houdan, comme le plus près pour souffler par derrière aux autres ce qu’ils devaient dire ». Il y avait à Houdan une Église avec un Consistoire. Cf. Simon Challudre [= Charles Du Moulin], La défense du Ch. Du Molin contre les calomnies des Calvinistes et ministres de leur secte, 1565, in-8°, dans Caroli Molinaei... omnia quae extant opéra, t. Y, Paris, 1681, p. 608.

473 Welschen Register (A.M.S., A.S.T., III 64/1, f. 19 r°).

474 A. Von den Velden, Kirchenbuch, p. 1.

475 Hildenbrand, Quellen zur Ceschichte der Stadt Frankenthal, p. 12.

476 Reuss, Collectanées de Daniel Specklin, fr. 2430, p. 558.

477 Dacheux, Chronique strasbourgeoise de Sébald Bühler, fr. 113, p. 409.

478 Fritsch, Strassburger Chronik des Johannes Stedel, p. 107.

479 A.M.S., XXI, 41, f. 330 r° et 332 r°. Bühler date la fermeture du 17 août et Specklin du 19 août.

480 A.M.S., II 84b 51, f. 1 r° (document reproduit infra, annexe II/10). Cf. A.M.S., XXI, 41, f. 343 v°.

481 Le différend sur la Cène.

482 A.M.S., II 84b 51, f. 1 v°.

483 A.M.S., XXI, 41, f. 343 v°.

484 Wolfgang de Deux-Ponts au Conseil des XIII de Strasbourg, Deux-Ponts, 3 septembre 1563 (A.M.S., II 84b 53).

485 J. Ney, Pfalzgraf Wolfgang, Herzog von Zweybrücken und Neuburg, Leipzig, 1913, p. 35, 37. Cf. A.M.S., XXI, 36, f. 111 v° (2 mars 1558) : Wolfgang envoie au Magistrat de Strasbourg un exemplaire des ordonnances ecclésiastiques de Deux-Ponts.

486 Ney, op. cit., p. 56.

487 Rott, Recteur, p. 420-421. Voir en particulier la lettre de Wolfgang à Sturm, 17 mars 1563 (cité ibid., p. 421, note 39).

488 K. Menzel, Wolfgang von Zweybrücken, Munich, 1893, p. 326.

489 Sur le séjour de Madeleine de Mailly, épouse de Charles de Roye à Strasbourg : Rott, op. cit., p. 420 et note 35. Elle a quitté Strasbourg entre le 7 mai (cf. Madame de Roye à Bèze, 7 mai 1563, dans Op. Calv., t. XX, col. 6-7, no 3946) et le 5 juin 1563 (A.M.S., XXI, 41, f. 216 v°-217 r°). Voir aussi : XXI, 41, f. 224 r° (9 juin 1563). Cf. également Erichson, Église, p. 44-45. Madame de Roye était la demi-sœur de l’Amiral de Coligny. Cf. le tableau généalogique publié dans les Actes du Colloque Coligny, p. 783.

490 A.M.S., XXI, 41, f. 365 r° (13 septembre 1563).

491 A.M.S., XXI, 41, f. 365 r° et v° (13 septembre 1563).

492 A.M.S., II 84b 52.

493 Voir à ce propos : A.M.S., XXI, 41, f. 330 v° (16 août 1563) : « Mettre en vigueur la décision relative à l’Eglise française, jusqu’à ce que la délégation instituée par quelques princes-électeurs et autres princes (die schickung so von etliche Chur-und fursten verordnet) ait atteint son objectif ».

494 A.M.S., II 84b 52, f. 6 v°.

495 A.M.S., II 84b 53. Cf. A.M.S., XXI. 41, f. 440 r° et v° (20 octobre 1563).

496 A.M.S., XXI, 41, f. 475 r° (10 novembre 1563).

497 Cf. infra, p. 298-303.

498 A.M.S., II 84b 55, f. 1 v°.

499 Ibid., f. 1 v°.

500 Ibid., f. 2 r°. Cf. A.M.S., XXI, 43, f. 122 r° (16 mai 1565).

501 A.M.S., XXI, 46, f. 560 v°-561 r° (20 décembre 1568). Cf. Erichson, Églises, p. 63. Voir aussi les Registres du Convent ecclésiastique, 4 octobre 1571 (A.M.S., A.8.T. 67, cahier 6, f. 53 r°-54 v°).

502 Welschen Register, à la date du 20 septembre 1568 (A.M.S., III 64/1, f. 11 v°) : « Johannes Garnerius gewessner prediger zu Weyterich bey Schalon ». Sur les dernières années de la vie de Garnier, cf. supra, p. 102.

503 A.M.S., XXI, 46, f. 561 r° (20 décembre 1568).

504 Registres du Convent ecclésiastique, 4 octobre 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 54r°-54v°).

505 Une responsabilité qu’en 1568 ils refusaient encore d’assumer : le seul coupable était Houbraque, qui avait refusé de signer la Formule de Concorde de Strasbourg. Cf. Registres du Convent ecclésiastique, 9 décembre 1568 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 4, f. 90 v°).

506 Voir ses discours d’adieux au Convent, le 3 août 1570 et le 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 5, f. 55 v°-56 r » et cahier 6, f. 25v°-26v°).

507 Cf. supra, p. 99.

508 Registres du Convent ecclésiastique, 19 mai 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 25 v°, 26 v°). Appelé en même temps comme ministre par l’Église de Metz, il préféra se rendre en Hesse, où le landgrave avait donné l’asile à des réfugiés français. De Strasbourg, il était resté en relation avec Guillaume de Hesse. Voir la lettre qu’il lui écrivit le 2 septembre 1569, à propos de l’anabaptisme (Urkundliche Quellen zur hessischen Reformationsgeschichte t. IV, Marbourg, 1951, p. 358-362).

509 Registres du Convent ecclésiastique, 4 octobre 1571 (A.M.S., A.S.T. 67, cahier 6, f. 53 r°).

510 Welschen Register, à la date du 1er novembre 1572 (A.M.S., III 64/1, f. 19 r°).

511 Acta colloquii ecclesiarum gallicarum congregatarum Argentinae 20 aprilis 1575 (A.M.S., II 84b 75, f. 1 v°).

© Presses universitaires de Liège, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search