Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Conclusion

Texte intégral

1Ce travail avait pour objet une apologie d’Origène au XVIIe siècle. Nous espérions pouvoir en dégager les caractéristiques, la situer dans les controverses origénistes et l’expliquer enfin par certains aspects de la vie de l’auteur.

2Origenes Defensus : le titre, à lui seul, indique que le propos d’Halloix reste celui d’un polémiste. Son ouvrage est tendancieux, partial et déséquilibré. Alors qu’il accumule en faveur d’Origène des arguments parfois fort minces, il cherche à estomper ses erreurs ou ses défauts. Pour défendre son héros, Halloix simplifie la position des belligérants, force les couleurs et dramatise le récit. Origène devient sous sa plume un saint et un docteur de l’Église irréprochable.

3Paradoxalement, l’auteur d’un tel ouvrage était un érudit. Superficie], l’Origenes Defensus ? Certes non. La base documentaire d’Halloix est très riche ; ce jésuite a tout lu, tout consulté, comme il l’affirme lui-même. Aussi, pour étayer ses thèses, peut-il aligner de nombreux témoignages. Lorsqu’il discute d’une question, il l’a préalablement étudiée avec un soin qui nous étonne.

4La formation intellectuelle d’Halloix permet pourtant d’en rendre compte. N’était-il pas un théologien initié aux méthodes les plus nouvelles ? En ce siècle d’or de la théologie positive, Halloix connaissait la patrologie et l’histoire ecclésiastique. Toute sa vie, il a été en relation avec des érudits préoccupés par ces questions : Sirmond, Schott, Cordier étaient ses amis, Jean Morin, son correspondant. Les bibliothèques les plus richement dotées étaient à sa disposition et des lettrés se préoccupaient de lui fournir les manuscrits qu’il n’avait pu trouver lui-même.

5Pourquoi, dès lors, une telle partialité dans l'Origenes Defensus ? Pourquoi cette outrance de la forme et du fond ? Nous y voyons une manifestation du zèle apostolique du jésuite. Halloix désirait « récupérer » une grande figure du christianisme et l’offrir, en modèle, à ses lecteurs. Son récit de la vie d’Origène se fait hagiographique, sa plume, édifiante. Rappelons l’admiration qu’il vouait aux Bollandistes et son amitié avec Antoine de Winghe, un homme passionné d’hagiographie. Y aurait-il là une filiation ? Nous le croyons.

6L'Origenes Defensus est donc à la fois un ouvrage de polémique et un traité érudit, un récit hagiographique et une étude critique. En tant que tel, il marque un tournant dans l’histoire de l’origénisme. Au XVIIe siècle, la controverse autour d’Origène est plus vive que jamais ; elle prolonge celle qui déjà dressait Rufin contre Jérôme, saint Bernard contre ses moines, Pic contre l’Inquisition, Merlin contre la Sorbonne. Mais de nouveaux efforts sont tentés pour parvenir à une meilleure connaissance d’Origène et annoncent l’époque d’un origénisme plus serein.

7En donnant un coup de sonde dans un terrain inexploré, nous avons découvert bien des richesses. Si l’inventaire que nous en avons fait est sommaire, nous espérons avoir jeté les bases d’un plus vaste travail.

***

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search