Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Deuxième partie. L'origenes defensus

Chapitre troisième. Les répercussions de l'Origenes Defensus

Texte intégral

1. — Prohibitus donec corrigatur

Cuncta quae scribo, et scripsi et scribam, censurae S. Matris Ecclesiae volens lubensque submitto.
P. Halloix.

  • 1 Halloix, Or. Def., p. 2 : « Nihil equidem afferam, quod sedulo non probem ; nihil sic probabo, qui (...)
  • 2 Halloix, Or. Def., p. 241 : « Plurimi sunt qui ex affectu christianae pietatis gaudent tantum viru (...)

1« Je n’avancerai rien sans le prouver soigneusement ; je ne prouverai rien de telle sorte que je ne le soumette volontiers au jugement de ma Mère, l’Église1 ». En affirmant cela, Pierre Halloix signifiait clairement qu’il n’entendait pas se rebeller contre les autorités romaines. C’est « dans un sentiment de piété chrétienne » qu’il avait fait l’apologie d’Origène, son seul désir étant « que l’on puisse compter au nombre des Docteurs catholiques celui que l’on classait parmi les hérétiques2 ».

  • 3 Crouzel, Une controverse, p. 23-24.
  • 4 Cfr supra, p. 149, n. 1.

2L'entreprise cependant était hasardeuse. Pic de la Mirandole, qui avait soutenu la probabilité du salut d’Origène, avait été inquiété par une commission romaine. « Ses propos, avait-on jugé, sentaient l’hérésie et allaient à l’encontre de la détermination de l’Église universelle »3. D’autres apologistes d’Origène, tel Merlin, avaient eu des démêlés avec les autorités ecclésiastiques4. Halloix ne devait pas l’ignorer. Les précautions qu’il a prises avant la publication de son ouvrage en témoignent.

  • 5 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, I, f° 219.

3En vain ! Sitôt qu’elle eut connaissance de l’ouvrage, la Congrégation de l’Index souleva de sérieuses difficultés. Elle reprochait principalement à l’auteur, bien entendu, son « mépris » du cinquième concile œcuménique, pourtant confirmé par les papes, de Pélage II à Urbain VIII, et aussi ses propos trop durs à l’égard de saint Jérôme, dont, cependant, le pape Gélase avait approuvé le jugement relatif aux écrits d’Origène. Le 3 avril 1649, le Père Général met Halloix au courant de la situation. Mi-figue, mi-raisin, il le remercie de l’hommage de son livre et lui fait part de son embarras, de ses inquiétudes, de son mécontentement même, et de ses conseils. Les réviseurs, estime-t-il, se sont laissés aller à la facilité ; d’ailleurs, leur jugement si flatteur n’aurait pas dû être imprimé. La condamnation d’un de ses fils risque de rejaillir sur toute la Compagnie. Des démarches vont donc être tentées auprès du pape et de divers cardinaux. Il faudra, au mieux, corriger le livre, on ne sait pas encore comment. Mais Halloix, prévenu, est prié d’y réfléchir sérieusement et, s’il trouvait un moyen d’adoucir l’aigreur de cette affaire, de s’en ouvrir à temps à ses supérieurs5

  • 6 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, f° 223. Minute, sans date. Avant le 8 août 1649, si l’on se base s (...)
  • 7 Cfr L. Ceyssens, Le cardinal François Albizzi (1593-1684). Un cas important dans l’histoire du jan (...)

4Le Père Général s’est, en effet, adressé au pape directement, en lui demandant de remettre sa note et toute l’affaire au Saint-Office. Dans cette note, il assure qu’il a ordonné à l’auteur de l’Origenes Defensus de supprimer les exemplaires, autant que possible, et de corriger dans son texte tout ce qui doit l’être6. Le Général espérait sans doute bénéficier au Saint-Office de l’énorme influence qu’y exerçait l’assesseur, François Albizzi, ennemi acharné des jansénistes et tout dévoué aux jésuites7.

  • 8 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, II, f° 350.

5Pourtant, le 8 août, les nouvelles ne sont pas meilleures, au contraire. Le Saint-Office a examiné soigneusement 1’Origenes Defensus. On s’oriente vers une condamnation absolue, l’ouvrage ne paraissant pas susceptible d’une correction satisfaisante. Toutefois, pour épargner l’honneur de l’auteur et de la Compagnie, le Saint-Office se déclare prêt à ne pas prononcer cette prohibition, si l’on parvient à supprimer tous les exemplaires imprimés. Le Général presse le Provincial, Pierre Pennequin, de s’y employer et, en particulier, de trouver le moyen de supprimer les exemplaires qui sont aux mains du libraire-éditeur, « sans quoi le livre, sera certainement condamné8 ».

  • 9 Le texte du jugement prononcé par le Saint-Office est conservé à l’A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, (...)

6D’autres démarches furent sans doute entreprises avec plus de succès, puisque, finalement, au début de l’année 1650, l'Origenes Defensus fait l’objet d’une censure du Saint-Office, qui revient à l’interdire donec corrigatur9. Le livre figure sous cette forme sur la liste de l'Index à partir de 1655. Pour quels motifs ? D’abord, Halloix est accusé de nier l’autorité du cinquième concile œcuménique, « que tant de papes, tant de conciles, généraux et provinciaux, tant de professions de foi [...] ont ratifié ». Est ensuite jugée pernicieuse l’opinion selon laquelle l’Église a accepté ce concile par erreur. Enfin, le Saint-Office reproche à l’auteur de l’Origenes Defensus de manquer d’estime pour les saints Pères, Jérôme et Épiphane, et de jeter le doute sur leur autorité.

7Le jugement du Saint-Office n’est cependant pas sans appel. Les censeurs reconnaissent que l’Origenes Defensus « traite d’un sujet depuis longtemps controversé et en lui-même fort difficile ». Ils rappellent que, si les papes, les conciles et les Pères ont toujours été opposés à Origène, certains auteurs récents n’ont pas craint de publier des apologies en sa faveur. C’est pourquoi, concluent-ils, l'Origenes Defensus pourrait être toléré si l’auteur supprime complètement tout ce qui a trait au cinquième concile, s’il cesse de considérer que l’Église a approuvé ce concile par erreur, s’il témoigne enfin de plus de respect pour Jérôme, Épiphane et les autres Pères de l’Église.

8Le jugement que le Saint-Office porta sur l’Origenes Defensus était donc nuancé. Aux apologistes d’Origène, la censure romaine reproche toujours la même chose : remettre en cause l’autorité de l’Église qui a condamné Origène. Mais le Saint-Office semble faire des concessions. Il reconnaît, du moins, que le sujet prête à discussion.

  • 10 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, II, f° 252 v°. Cfr infra, p. 184.

9Le 19 mars 1650, le jugement ainsi rendu était communiqué à Halloix10. On lui recommandait l’obéissance et le respect dû « au saint tribunal ». Que l’Origenes Defensus soit corrigé et amendé le plus soigneusement possible en fonction des injonctions du Saint-Office, tel était le désir des autorités de la Compagnie de Jésus.

  • 11 Cfr le Iudicium PP. Revisorum generalium du 30 janvier 1646, publié en tête de l’Origenes Defensus (...)
  • 12 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 33, II, f° 252 v° : « ne maioribus nos implicemus molestiis. »

10Quatre ans auparavant les censeurs jésuites avaient pourtant jugé l’ouvrage « excellent et digne d’être publié ». « Nous ne doutons pas, disaient-ils, que ce travail sera bien accueilli. Qui ne désirerait que soit défendu Origène, le Maître de l’Église après l’Apôtre11 »? Si, en 1650, ils exigent la rétractation d’Halloix, c’est par obéissance au Saint-Siège et « pour ne pas être impliqués dans de plus graves ennuis12 ».

  • 13 Cette lettre est conservée à l’A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 238 r° - 239  (...)
  • 14 Halloix cite une phrase qu’il avait écrite dans sa préface à la Vie d’Origène, Or. Def., p. 2.

11Halloix accepta de réviser son livre. Dans une longue lettre qu’il envoya à Rome, plus d’un an après sa condamnation, il propose différents accommodements13. Tout le chapitre relatif au cinquième concile serait supprimé et à sa place figurerait, en fin de volume, une Appendix ad exactam veritatis super Origene disquisitionem, un nouvel aperçu de la question, tendant à concilier l’autorité du Ve concile et la défense d’Origène. Quant à la vénération due aux Pères de l’Église, Halloix se montre plus hésitant : la vérité, rappelle-t-il, ne permet de passer sous silence ni le bien ni le mal14. Il propose cependant d’insérer, à la fin de l’Origenes Defensus, à l’exemple de Baronius, un avertissement au lecteur, dans lequel il signalerait et corrigerait les passages les plus irrévérencieux. Il conclut en formulant le souhait que son livre ainsi amendé puisse à nouveau être imprimé.

  • 15 Sur l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Université de Liège, il est inscrit « Prohibitus », puis (...)

12Ce ne fut pas le cas. Halloix, semble-t-il, ne reçut jamais de réponse de Rome, et c’est seulement sous sa forme primitive que l’Origenes Defensus fut diffusé dans le public. Prohibitus, est-il écrit en grand sur de nombreux exemplaires15. Malgré cette sentence, l’apologie d’Origène écrite par Halloix fut lue et commentée par les patrologues du XVIIe siècle.

***

2. — Le jugement des érudits

  • 16 Moréri, Le grand dictionnaire historique, t. VI, p. 64.
  • 17 R. Simon, Réflexions sur Origène et sur les différentes éditions de ses ouvrages, Paris, 20 juille (...)

13« Divers grands Hommes ont parlé très avantageusement d’Origène et ont travaillé à le défendre, surtout le Père Pierre Halloix16 », note Moreri en 1674. Tout au long des dernières décennies du XVIIe siècle et jusqu’en plein XVIIIe, les patrologues n’ont cessé de considérer Halloix comme le plus grand apologiste moderne d’Origène après Pic, Merlin et Érasme. « Personne n’a défendu Origène avec plus de zèle que le Père Halloix », déclare même Richard Simon en 168317. Quelques années plus tard, un patrologue anglican remarque que « l’Église catholique compte beaucoup d’hommes illustres qui n’ont pas craint de défendre ouvertement Origène ». Et Bull de citer Pic, Merlin, Érasme, Génébrard et enfin Pierre Halloix

14 G. Bull, Defensio fidei Nicaenae, Oxford, 1688, dans P.G., t. 17, col. 1288.

Origenis acerrimus vindex1819
  • 20 Sur Combefis, voir R. Coulon, dans D.T.C., t. III, col. 385-387, et J. Richardot, dans Dictionnair (...)
  • 21 Fr. Combefis, Recensiti Auctores Bibliothecae Patrum concionatoriae, Paris, 1662, p. 33 : « Origen (...)

15On reconnaît donc l’effort fourni par Halloix. Mais on relève aussi ses maladresses. Combefis, un des grands hellénistes français du XVIIe siècle20, se montre, dès 1662, particulièrement sévère : « De nombreux écrivains ont parlé d’Origène, écrit-il, tantôt pour le défendre, tantôt pour l’accuser. Ainsi Pierre Halloix, jésuite, s’est-il longuement consacré à Origène. Mais il s’est montré trop indulgent envers un homme qui est, à juste titre, suspect aux catholiques et que beaucoup présument damné. C’est avec des arguments parfaitement caducs qu’il a tenté de défendre Origène. Son entreprise est un échec21. » Aucune argumentation ne vient à l’appui de ce jugement et on peut se demander dans quelle mesure Combefis avait, lui, procédé à une étude approfondie d’Origène.

  • 22 Daniélou, Origène, p. 14. Cfr supra, p. 117, n. 5.
  • 23 Huet, Origeniana, 1. II, ch. IV, sect. 2, dans P.G., t. 17, col. 1182 : « Petrus Halloxius Leodien (...)

16La question, en revanche, ne se pose pas dans le cas de Huet, dont les Origeniana « sont de nos jours encore considérés comme l’exposé le plus exact et le plus intelligent de la pensée d’Origène22 ». Or l’appréciation qu’il porte, en 1668, sur 1’Origenes Defensus est, elle aussi, fort réservée. Pierre Halloix, dit-il, « s’efforce uniquement de démontrer que la doctrine d’Origène fut intègre et orthodoxe, exempte de toute erreur. Lorsque, vaincu par la vérité, il est forcé de reconnaître qu’Origène s’est trompé, il noie la question en cherchant des excuses de tous les côtés23 ». Rappelons que c’est Huet qui demandait que « l’on parle enfin d’Origène sans amour et sans haine » : il est normal qu’il condamne la partialité du jésuite liégeois.

  • 24 de la Motte, op. cit., p. 415-416.

17Quelques années plus tard, un historien janséniste remarque à son tour « que plusieurs se sont efforcez, tant dans les premiers siècles que dans les derniers, de justifier Origène [tel Halloix, dont le nom figure en marge], mais qu’il serait juste de reconnoître autant ce qui paroît être contraire à Origène que ce qui luy est avantageux24 ».

  • 25 Simon, op. cit., p. 135-136.
  • 26 La critique moderno donne entièrement raison à R. Simon en ce qui concerne la falsification des éc (...)

18Richard Simon, enfin, estime que « ce jésuite [Halloix] n’est pas assez modéré dans sa critique, où il avance bien des faits qu’il n’appuie sur aucune preuve. S’il trouve Saint Épiphane opposé à ses sentiments, il dit librement que l’histoire des hérésies, telle que nous l’avons présentement, n’est point de ce père, aïant été interpolée par ses Disciples, qui ont ajouté plusieurs choses absurdes et contraires à la vérité. Mais il étoit aisé de juger que S. Épiphane, qui ne s’est pas assés appliqué à discerner les actes faux d’avec les véritables, a fait un recueil peu exact. Halloix ne garde pas plus de modération à l’égard de Saint Augustin. Il prétend que ce S. Docteur, n’aïant pu lire ni examiner les Livres d’Origène qui étoient écrits en grec, a été obligé de s’en rapporter au jugement des autres et principalement à celui de Théophile d’Alexandrie, ennemi déclaré du même Origène25 ». Bien que ces critiques ne soient qu’en partie fondées26, elles prouvent que Richard Simon avait lu l’Origenes Defensus avec attention.

19Il nous semble donc pouvoir dégager deux grandes constantes dans les appréciations portées sur l’Origenes Defensus par les érudits de la fin du XVIIe siècle. À tous, Halloix apparaît comme le dernier grand apologiste d’Origène ; on reconnaît son zèle et l’étendue de son travail. Mais en même temps, sa prise de parti en faveur d’Origène est vivement critiquée. Ce que les patrologues réclament désormais, ce ne sont plus des apologies mais des études impartiales d’Origène.

  • 27 Simon, op. cit., p. 133.
  • 28 le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495.
  • 29 Dupin, op. cit., t. I, 3e éd., Paris, 1693, p. 145.

20Le succès remporté par les Origeniana de Huet nous semble à cet égard particulièrement révélateur. Ce même Richard Simon, par exemple, qui critique le manque de modération d’Halloix, recommande « à ceux qui veulent s’instruire à fond d’Origène d’avoir recours aux dissertations de Monsieur Huet27 ». Il est curieux de constater qu’un historien de l’Église de la fin du XVIIe siècle emploie exactement la même expression : « On peut voir tout ce qui regarde Origène traité avec beaucoup de soin et d’exactitude par une personne très docte [Mr Huet maintenant Evesque d’Avaranches, est-il indiqué en note], qui a entrepris le dernier d’examiner à fond la doctrine d’Origène : nous ne doutons point qu’il ne l’ait fait avec autant de lumière qu’il paroist avoir eu de sincérité à ne chercher que la vérité, sans s’attacher à aucun parti28. » Désormais, ce sont des Origeniana de Huet que les patrologues s’inspirent. « Nous nous sommes servis du secours des nouveaux, note par exemple Dupin en 1686, et particulièrement du célèbre ouvrage de Monsieur Huet intitulé Origeniana29 »

  • 30 Dupin, op. cit., t. I, p. 147, remarque que « Monsieur Huet croit après Halloix et Rivet que le Di (...)
  • 31 Le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495, 507, 527, 550, corrige Halloix sur des points de détail, d (...)

21S’est-on, en revanche, jamais référé à l'Origenes Defensus ? Très rarement, semble-t-il. Dupin, justement, cite une fois Halloix en note30. Du Fossé et Tillemont le font à plusieurs reprises, mais souvent pour corriger le jésuite31. Ce sont les trois seuls auteurs qui, à notre connaissance, ont tenu compte de l'Origenes Defensus pour rédiger une nouvelle étude d’Origène. Sur un point, pourtant, l’ouvrage d’Halloix a relancé le débat : la condamnation d’Origène par le cinquième concile œcuménique.

***

3. — Les controverses autour du cinquième concile œcuménique32

  • 32 Hefele-Leclercq, Histoire des Conciles, Paris, t. III, 3e partie, p. 1, note 1, donnent un bref ap (...)

22Pour défendre Origène, Pierre Halloix avait nié la validité du Ve concile œcuménique. Et bien que le Saint-Office ait immédiatement exigé la suppression complète du chapitre ayant trait à cette question, l’argumentation d’Halloix vint à la connaissance de tous. Plus qu’aucun autre aspect de l'Origenes Defensus, cette question a soulevé controverses et commentaires.

  • 33 Celidonius Nicasius Suberiensis (= J. Sinnich), Peregrinus Hierosolymitanus sive Tractatus...de no (...)
  • 34 L’opuscule de M. Hauzeur, qui semble perdu, s’intitulait Reprobatio novissimae Samuelis Maresii [. (...)
  • 35 Sur tout ceci voir F. Bonnard, Noris Henri, dans D.T.C., t. XI, col. 796-802.
  • 36 Bonnabd, op. cit., col. 798.

23Comme on pouvait s’y attendre, ce débat s’est inscrit dans les querelles qui se déchaînaient autour l'Augustinus et du jansénisme. Un janséniste notoire, professeur à Louvain, Jean Sinnich, a, semble-t-il, ouvert le feu contre Halloix, dans un ouvrage publié en 1652, sous un pseudonyme33. En 1654, un franciscain liégeois, Matthias Hauzeur, répondant à l’apologie de saint Augustin et des jansénistes, contre le pape et les jésuites, publiée par le calviniste Samuel Maresius, vole néanmoins au secours de saint Augustin, qu’il estime maltraité par certains jésuites. Dans la préface de cette Reprobatio, Hauzeur s’en prend vivement à Halloix et surtout à son confrère, Louis de Marche, qui avait osé écrire que saint Augustin n’était pas « irréfragable »34. Mais c’est Henri Noris. un cardinal italien, qui a lancé la plus grosse offensive, en 1673. Ce théologien était un lecteur assidu de saint Augustin et, par amour pour ce docteur, il était entré chez les ermites professant sa règle. Comme il vivait à Rome, Noris disposait de riches bibliothèques et jouissait de la compagnie de savants réputés35. Tel est donc le personnage qui réfuta le plus vivement Halloix : un fervent augustinien, « dont l’érudition solide et critique faisait l’admiration de tous les gens de son temps36 ».

  • 37 L'Historia Pelagiana do Noris a été publiée pour la première fois à Padoue en 1673. « Noris... pen (...)
  • 38 Cfr H. Noris, Dissertatio historica de synodo quinta, Louvain, (= Amsterdam), 1702 (lre éd. Padoue (...)
  • 39 Noris, Dissertatio..., op. cit., p. 1.
  • 40 H. Noris, Dissertatio historien de Synodo Quinta Œcumenica in qua Origenis, ac Theodori Mopsuesten (...)

24C’est par le biais de son Historia Pelagiana que Noris fut amené à traiter d’Origène37. Il considérait, en effet, l’Alexandrin comme la source de toute l’hérésie pélagienne et il s’est attaché longuement à le démontrer38. Pour lui, il est indubitable que le cinquième concile œcuménique a condamné Origène. « Mais voici, écrit-il, que récemment s’est manifesté un nouvel avocat d’Origène qui, en en appelant à la vérité, comme il dit, tourne en dérision les anciens décrets des Pères et ne craint pas de réexaminer la cause d’un homme condamné. C’est Pierre Halloix, un Liégeois, qui a entrepris de défendre aussi vigoureusement Origène. Son zèle est d’autant plus grand que les ennemis qui écrasèrent Adamance étaient puissants. Comme il ne peut nier les jugements portés par le cinquième Synode contre Origène, ni leur ratification par les saints pontifes, il raille et maudit ce concile lui-même avec une suprême témérité39 » Réfuter Halloix, tel est l’objet de la Dissertatio Historica de Synodo Quinta que Noris joignit à son Historia Pelagiana40.

  • 41 Noris, Dissertatio historica, p. 2.
  • 42 Noris, op. cit., cap. II, p. 8-12.
  • 43 Noris, op. cit., cap. VI, p. 33-40.
  • 44 Noris, op. cit., cap. VII, p. 40-46.
  • 45 Noris, op. cit., cap. VIII, p. 46-50.

25« Quant à moi, déclare le théologien romain, j’ai décidé de montrer qu’Origène et Théodore de Mopsueste, les maîtres de l’hérésie pélagienne,... furent légitimement condamnés par le cinquième Synode41. » Son argumentation est, en effet, complètement à rebours de celle d’Halloix. C’est Justinien sans doute, dit en substance Noris, qui réunit le cinquième Synode, mais ses connaissances théologiques étaient bien supérieures à celles qu’on lui prête habituellement. L’empereur s’appuyait d’ailleurs sur les condamnations portées précédemment contre Origène42. Contrairement à Halloix, Noris soutient que le cinquième concile a condamné Origène, et même deux fois : la première, avant les huit sessions consacrées aux Trois Chapitres43, et la seconde, après ces sessions, en même temps que ses disciples Évagre et Didyme44. Vigile, et tous les papes romains après lui, ont ratifié les anathèmes prononcés alors45.

26Tous les chapitres de la Dissertatio historica de Noris sont explicitement dirigés contre les positions d’Halloix. Les travaux des deux théologiens présentent pourtant de frappantes similitudes. Noris, comme Halloix, étaie ses thèses de nombreux arguments. L’augustin, comme le jésuite, est partial. Si l’un cherchait à défendre Origène à tout prix, l’autre ne vise qu’à le condamner. Ni dans un cas, ni dans l’autre, nous ne sommes en présence d’une étude sereine du cinquième concile œcuménique.

  • 46 P. Bernard, Jean Garnier, dans D.T.C., t. VI, col. 1160.
  • 47 Jean Garnier a vécu de 1612 à 1681, Halloix de 1571 à 1656.

27Le jésuite Jean Garnier allait faire rebondir la controverse. Lui aussi était un savant de haut vol « qui possédait au plus éminent degré les lettres grecques et latines, l’histoire écclésiastique des premiers siècles, la philosophie et la théologie46 ». Il n’est pas sans intérêt pour nous de remarquer qu’il était un des scriptores du collège de Clermont, dont on connaît les liens avec Halloix. Serait-ce une raison, parmi d’autres, pour laquelle Garnier prit la défense du jésuite liégeois ? Ce n’est pas impossible, bien que les deux hommes ne fussent pas strictement contemporains47.

  • 48 J. Garnier, Liberati, archidiaconi Ecclesiae Carthaginensis, Breviarium causae nestorianorum et eu (...)

28En 1675, Garnier édite le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum, de Libérat de Carthage48. Il désire de la sorte éclairer l’histoire du nestorianisme. Mais, du fait que dans le Bréviaire de Libérat sont relatees les circonstances de la condamnation d’Origène par Justinien en 543 et par le cinquième concile œcuménique en 553, Garnier est amené à se pencher sur cette question : il ajoute à son édition une Dissertatio critica de V Synodo Generali.

  • 49 J. Garnier, Dissertatio critica de V Synodo Generalii, op. cit., p. 1.
  • 50 Garnier avait, en 1673, édité les manuscrits de Mercator, alors que Noris en préparait lui-même la (...)

29« Je pense, écrit Garnier dans la préface, qu’il faut se demander si Origène a réellement été condamné par le cinquième Synode. Halloix, un homme érudit, et un autre écrivain ont récemment débattu de la question49. » L’« autre écrivain », c’est Noris, contre lequel Garnier nourrissait des sentiments d’hostilité à cause d’un différend survenu entre les deux théologiens50. Tout naturellement, le jésuite parisien prit le parti du jésuite liégeois.

30Garnier établit une nette distinction entre le concile réuni par Ménas et le cinquième Synode œcuménique ; il prouve que ce dernier fut consacre a l'affaire des Trois Chapitres, non à Origène ; il achève sa démonstration en montrant que les papes n'ont considéré que fort tardivement qu’Origène avait été condamné par le cinquième concile œcuménique.

  • 51 Hefele-Leclercq, op. cit., t. III, p. 2.

31Garnier n’avait choisi de faire ni l’apologie ni la critique d Origène. Lui aussi, pourtant, se montre partial, en raison de son dessein de contredire Noris et de soutenir Halloix. « Il y a, a-t-on dit, beaucoup de perspicacité dans cet ouvrage de Garnier ; bien des choses y sont justes ; mais il y a aussi bien des suppositions hasardées, bien des erreurs et on y retrouve trop un esprit d’antagonisme contre le cardinal Noris51 »

  • 52 Sur Noël Alexandre et son œuvre historique, cfr D H.G.E., t. II, col. 282-283.
  • 53 Alexandre, op. cit., p. 35.

32En 1677, Noël Alexandre, un dominicain français52, se penche à son tour sur la question de la condamnation d’Origène, mais sans s’y attarder. L’unique paragraphe qu’il consacre à ce sujet dans ses Selecta historiae ecclesiasticae capita débute de la sorte : « Pierre Halloix nie que le cinquième concile œcuménique ait condamné Origène, mais je ne vois pas qui, à part un homme sans pudeur, peut contester ce qui est atteste par tant de témoignages fort autorisés53. » Le dominicain explique rapidement que, si on ne trouve pas trace de discussions relatives à Origène dans les actes du cinquième Synode, c’est que ces derniers ont été « tronqués et mutilés ». Le onzième anathème ne prouve-t-il pas qu’Origène fut condamné ?

  • 54 Daniélou et Marrou, op. cit., p. 411.

33Que conclure de cette controverse ? Deux choses, nous semble-t-il. La première, c’est que l’autorité du cinquième concile était, au XVIIe siècle, un sujet brûlant. De nos jours, les historiens peuvent affirmer calmement « qu’on s’interroge encore sur la portée précise qu’il convient d’attribuer au Ve concile œcuménique54 ». Halloix, qui souleva la question en 1648, passa pour « un homme sans pudeur, un téméraire ».

34La seconde conclusion que nous tirerons de cette controverse est relative à la manière dont les érudits du XVIIe siècle envisageaient l’Origenes Defensus. Certains, sans doute, n’y voyaient qu’une apologie un peu creuse, mais les dissertations de savants tels que Noris et Garnier prouvent que d’autres avaient constaté l’étendue et le sérieux des recherches d’Halloix.

Notes

1 Halloix, Or. Def., p. 2 : « Nihil equidem afferam, quod sedulo non probem ; nihil sic probabo, quin matris Ecclesiae iudicio libenter submittam. » La phrase placée en exergue est également extraite de l'Or. Def., p. 318.

2 Halloix, Or. Def., p. 241 : « Plurimi sunt qui ex affectu christianae pietatis gaudent tantum virum in numero potins censeri Catholicorum Doctorum, quam haereticorum Auctorum. »

3 Crouzel, Une controverse, p. 23-24.

4 Cfr supra, p. 149, n. 1.

5 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, I, f° 219.

6 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, f° 223. Minute, sans date. Avant le 8 août 1649, si l’on se base sur la requête de remettre l’affaire au Saint-Office. Après le 8 août, si l’on se base sur l’ordre de supprimer les exemplaires. La première hypothèse semble préférable.

7 Cfr L. Ceyssens, Le cardinal François Albizzi (1593-1684). Un cas important dans l’histoire du jansénisme, Rome, 1977, en particulier, p. 81-126, 203-207, 245-253. Notons qu’Albizzi était spécialement lié à l’assistant de Germanie, Florent de Montmorency, un ami d’Halloix, qui avait probablement encouragé l’auteur de 1’Origenes Defensus. Cfr Ceyssens, op. cit., p. 205. Supra, p. 134.

8 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, II, f° 350.

9 Le texte du jugement prononcé par le Saint-Office est conservé à l’A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 240. Cfr infra, p. 182. Il n’est pas daté, mais il fut communiqué à Halloix le 19 mars 1650, cfr infra, p. 184. Malgré la soumission d’Halloix et ses propositions de corrections, d’ailleurs nuancées, le décret ne fut pas supprimé, et l’Origenes Defensus ne connut pas de nouvelle édition. Le décret de prohibition « donec corrigatur » fut publié le 12 mai 1655. Cfr Index librorum prohibitorum... Benedicti XIV pontificis maximi iussu recognitus atque editus, Rome, 1758, p. 121. F. H. Reusch, Der Index der verbotenen Bücher. Ein Beitrag zur Kirchen-und Literaturgeschichte, t. II, 1, Bonn, 1884 (réimpr. Aalen, 1967), p. 4 et 419. Bernard, Halloix, dans D.T.G., t. VI, col. 2039. L’Origenes Defensus d’Halloix n’a disparu de l’index que sous Léon XIII, cfr J. Hilgers, Der Index der verbotenen Bûcher in seiner neuen Fassung dargelegt und rechtlich-historisch gewürdigt, Fribourg-en-Brisgau, 1904, p. 110.

10 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 3, II, f° 252 v°. Cfr infra, p. 184.

11 Cfr le Iudicium PP. Revisorum generalium du 30 janvier 1646, publié en tête de l’Origenes Defensus. — Sur ce titre donné à Origène. voir supra, p. 101.

12 A.R.S.I., Gallo-Belgica, 33, II, f° 252 v° : « ne maioribus nos implicemus molestiis. »

13 Cette lettre est conservée à l’A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 238 r° - 239 r°. Halloix l’a intitulée : Conversio Origenis Defensi. Elle n’est pas datée. Elle est cependant postérieure au 17 juin 1651, puisqu’elle fait état de la mort du Père Général, François Piccolomini. Cfr infra, p. 185.

14 Halloix cite une phrase qu’il avait écrite dans sa préface à la Vie d’Origène, Or. Def., p. 2.

15 Sur l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Université de Liège, il est inscrit « Prohibitus », puis « Prohibitus donec corrigatur ». Sur celui du Grand Séminaire de Liège, il est répété par trois fois « Opus prohibitum », « Prohibitus », « Defensus donec corrigatur ». Les exemplaires de l’Abbaye de Maredsous et de la Bibliothèque Royale de Bruxelles ne portent, en revanche, aucune inscription de ce genre.

16 Moréri, Le grand dictionnaire historique, t. VI, p. 64.

17 R. Simon, Réflexions sur Origène et sur les différentes éditions de ses ouvrages, Paris, 20 juillet 1683, dans Lettres choisies de M. Simon, où l’on trouve un grand nombre de faits anecdotes de littérature, nouvelle édition par M. Bruzen la Martinière, t. I, Amsterdam, 1730, Lettre XII, p. 127-138, sur Halloix, p. 135-136.

18 N. Alexandre, Selecta historiae ecclesiasticae capita. Saeculi Tertii, t. I, Paris, 1677, p. 35. Cfr encore p. 15 : « Multi tum veterum turn recentiorum vindicias pro Origene conscripserunt. [...] E recentioribus vero Ioannes Picus Mirandulanus, Jacobus Merlinus, [...] Genebrardus, [...] Stephanus Binetus et Petrus Halloxius Societatis Jesu Professores, quorum posterior quatuor libris Origenianas vindicias complexus est,... »

19 P. J. Tricalet, Bibliothèque portative des Pères de l'Église, t. I, Paris, 1758, p. 224. De même Ch. W. Fr. Walch, Entwurf einer vollständigen Historie der Religionsstreitigkeiten, Leipzig, 1776, t. VII, Geschichte der Streitigkeit über die Lehre des Origenes, p. 727-732, analyse longuement l'Origenes Defensus comme un des monuments les plus marquants des luttes origénistes au XVIIe siècle.

20 Sur Combefis, voir R. Coulon, dans D.T.C., t. III, col. 385-387, et J. Richardot, dans Dictionnaire de Biographie française, t. IX, col. 360.

21 Fr. Combefis, Recensiti Auctores Bibliothecae Patrum concionatoriae, Paris, 1662, p. 33 : « Origenes... de quo plerique Scriptores Ecclesiastici... qui defendendo qui improbando... recentiores, in quibus Petrus Halloxius S.I. Origeni ipse impensior, seu in ilium indulgentior hominem iure merito catholicis suspectum tantisque predamnatum, infirmis admodum rationibus nec satis feliciter in Origene suo defenso tutari ac purgare conatus est. »

22 Daniélou, Origène, p. 14. Cfr supra, p. 117, n. 5.

23 Huet, Origeniana, 1. II, ch. IV, sect. 2, dans P.G., t. 17, col. 1182 : « Petrus Halloxius Leodiensis nuperrimus ille Origenis vindex, ipsius vitam, virtutes et documenta libris quatuor fusissime complexus : ad id attentus unum ut vel integram et orthodoxam ac labis immunem Origenis doctrinam, fuisse demonstret vel si quid veritate victus huic inhaesisse vitii fateri cogitur, id ut quaesitis undecumque excusationibus diluat. »

24 de la Motte, op. cit., p. 415-416.

25 Simon, op. cit., p. 135-136.

26 La critique moderno donne entièrement raison à R. Simon en ce qui concerne la falsification des écrits de saint Épiphane. Par contre, c’est Halloix qu’elle soutient lorsque celui-ci affirme (Or. Def., p. 302) que saint Augustin avait été mal informé au sujet d’Origène. « L’information qu’il a reçue, a-t-on dit, était occasionnelle, fragmentaire, souvent rendue défectueuse par son excessive concision ou par sa critique tendancieuse, elle n’a jamais mis Augustin en face de l’ensemble du système origénien. » Cfr A. M. La Bonnardière, Jérôme, informateur d’Augustin su sujet d’Origène, dans Revue des Études augustiniennes, t. 20, Paris, 1974, p. 42-54.

27 Simon, op. cit., p. 133.

28 le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495.

29 Dupin, op. cit., t. I, 3e éd., Paris, 1693, p. 145.

30 Dupin, op. cit., t. I, p. 147, remarque que « Monsieur Huet croit après Halloix et Rivet que le Dialogue contre les Marcionites n’est point d’Origène ».

31 Le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495, 507, 527, 550, corrige Halloix sur des points de détail, de la Motte (= DU Fossé), op. cit., p. 391 et 477, relève exactement les mêmes erreurs d’Halloix : celle concernant le mécontentement de Démétrius et une autre relative à la conversion de sainte Barbe par Origène. Sur la filiation de ces deux auteurs, cfr supra, p. 116, n. 1.

32 Hefele-Leclercq, Histoire des Conciles, Paris, t. III, 3e partie, p. 1, note 1, donnent un bref aperçu « de tous les ouvrages ayant trait à la dicussion sur les Trois Chapitres », écrits depuis le début du XVIIe siècle. On trouvera là la bibliographie relative à notre sujet.

33 Celidonius Nicasius Suberiensis (= J. Sinnich), Peregrinus Hierosolymitanus sive Tractatus...de notifia peregrinantibus per mundi hujus eremum in supernam Hierusalem necessaria, Cologne-Paris, 1652. Cfr L. Willaert, Bibliotheca janseniana belgica, t. I, Namur-Paris, p. 211, n° 2715. Selon Paquot (Mémoires..., t. XIV, p. 348), Halloix est « rudement attaqué » par Sinnich dans cet ouvrage, que nous n avons pu nous procurer en temps voulu ; nous ne pouvons donc analyser cette riposte. Sur Jean Sinnich (1603-1666), voir J. Carreyre, dans D.T.C., t. XIV, col. 2165-2166 et surtout L. Ceyssens, dans Biographie nationale, t. 33, Bruxelles, 1965, col. 664-670.

34 L’opuscule de M. Hauzeur, qui semble perdu, s’intitulait Reprobatio novissimae Samuelis Maresii [...] pro S. Augustino, Jansenio et jansenistis, contra pontificem et jesuitas [...], Tournai, 1654. Cfr Willaert, Bibliotheca janseniana, t. I, p. 220, n° 2829. Nous ignorons les reproches adressés par Hauzeur à Halloix. Le 22 mars 1655, un jésuite d’Anvers, Jean de Jonghe, se fait l’écho de nouvelles reçues de son confrère de Bruxelles, Dorothée Louffius, qui écrit : « Pater Hauzeur [...] acerbe perstringit nostrum Patrem Halloix, quod quaedam in suo Origene, et Patrem Ludovicum de Marche, eo quod [...] dixerat Sanctum Augustinum non esse irrefragabilem, imo eumdem praeter alios lapsum in quattuor errores. » L. Ceyssens, La fin de la première période du jansénisme. Sources des années 1654-1660, t. II, Bruxelles-Rome, 1965, p. 522, n » 1180. Nous ne savons rien de plus précis. Hauzeur, il est vrai, s’en est pris surtout à Louis de Marche. Mais l’association d’Halloix à ce dernier, dans le contexte, semble indiquer qu’aux yeux de Hauzeur, l’exaltation d’Origène par Halloix portait ombrage au prestige et à la prééminence de saint Augustin que, certainement, Halloix, formé à la théologie positive, n’estimait pas non plus irréfragable, notamment dans ses appréciations d’Origène. Ainsi, Halloix reproche à Augustin d’avoir affirmé, à tort, qu’Origène avait soutenu la doctrine de l’apocatastase, et il reprouve Suarez d’avoir cru Augustin sur parole. « Quae verba (pace Augustini dixerim) sunt falsissima. » Halloix, Or. Def., p. 205. — La controverse entre Hauzeur et les jésuites à propos de l’autorité de saint Augustin a eu des prolongements qu’Halloix a sûrement suivis de près. Le 26 janvier 1655, à Liège, un débat public, suivi d’un échange de libelles, a opposé, sur ce sujet, Hauzeur et le curé de Saint-Servais, Jean-Baptiste Masson, grand ami des jésuites, lesquels « consulto non interfuerunt disputationi » ! Ceyssens, La fin de la première période, t. II, p. 522-523. Halloix, censuré par le Saint-Office depuis 1650, avait quelque raison de ne pas se montrer. Mais si le décret condamnant l'Origenes Defensus a seulement été publié le 12 mai 1655, Hauzeur le savait-il ? — Sur ces controverses, voir encore L. Ceyssens, Matthias Hauzeur et le jansénisme, dans le Bulletin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liège, t. 41, Liège, 1959, p. 165-194 (repris dans L. Ceyssens, Jansenistica minora, t. VII, Malines, 1962).

35 Sur tout ceci voir F. Bonnard, Noris Henri, dans D.T.C., t. XI, col. 796-802.

36 Bonnabd, op. cit., col. 798.

37 L'Historia Pelagiana do Noris a été publiée pour la première fois à Padoue en 1673. « Noris... pensa rendre quelques services à la théologie en précisant sur les points en litige [entre jésuites et jansénistes] la pensée de saint Augustin... Il importait avant tout de fixer historiquement la position du problème et la plus grande partie du travail de Noris consistait dans l’exposition sereine des événements qui avaient précédé, accompagné et suivi la crise pélagienne et son prolongement semi-pélagien. » Bonnard, Noris, dans D.T.C., t. XI, col. 798. Cfr Ceyssens, Le cardinal François Albizzi, p. 174-176.

38 Cfr H. Noris, Dissertatio historica de synodo quinta, Louvain, (= Amsterdam), 1702 (lre éd. Padoue, 1673), p. 1 : « Origenem Pelagianorum Principem fuisse non modo Patrum testimonia evincunt, verum etiam id ipsum ex eiusdem libris initio Historiae Pelagianae ad oculum nobis monstratum est. » Déjà Jansénius dans l'Augustinus, en 1640, attaquait continuellement Origène comme la source du pélagianisme et du semipélagianisme. Ces critiques viennent du fait que tout le système d’Origène est basé sur le libre arbitre absolu de tout être raisonnable (homme, étoile, ange, démon). Cfr E. Maurial, Origenis de libertate arbitrii doctrina, Montpellier, 1856.

39 Noris, Dissertatio..., op. cit., p. 1.

40 H. Noris, Dissertatio historien de Synodo Quinta Œcumenica in qua Origenis, ac Theodori Mopsuesteni Pelagianae Scholae Doctorum justa damnatio exponitur, Padoue, 1673. Nous l’avons lue dans l’édition de 1702 faite à Amsterdam et non à Louvain comme la page de titre l’indique.

41 Noris, Dissertatio historica, p. 2.

42 Noris, op. cit., cap. II, p. 8-12.

43 Noris, op. cit., cap. VI, p. 33-40.

44 Noris, op. cit., cap. VII, p. 40-46.

45 Noris, op. cit., cap. VIII, p. 46-50.

46 P. Bernard, Jean Garnier, dans D.T.C., t. VI, col. 1160.

47 Jean Garnier a vécu de 1612 à 1681, Halloix de 1571 à 1656.

48 J. Garnier, Liberati, archidiaconi Ecclesiae Carthaginensis, Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum emendatum a plurimis quitus ante scatebat mendis repurgatum et notis et dissertationibus de quinta synodo illustratum, Paris, 1675. Cette édition a été reproduite dans la Bibliotheca veterum Patrum de Galland, t. XII, p. 119-188.

49 J. Garnier, Dissertatio critica de V Synodo Generalii, op. cit., p. 1.

50 Garnier avait, en 1673, édité les manuscrits de Mercator, alors que Noris en préparait lui-même la publication. Le théologien romain, vexé d’avoir été devancé, avait fait des remarques désobligeantes au sujet du travail de Garnier.

51 Hefele-Leclercq, op. cit., t. III, p. 2.

52 Sur Noël Alexandre et son œuvre historique, cfr D H.G.E., t. II, col. 282-283.

53 Alexandre, op. cit., p. 35.

54 Daniélou et Marrou, op. cit., p. 411.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search