Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Deuxième partie. L'origenes defensus

Chapitre deuxième. Le contenu de l’Origenes Defensus

Texte intégral

L’apologie, tout à la fois, exalte le héros et le défigure.
L.-E. Halkin.

1Nous ne résumerons pas ici les 403 pages in-folio de l’Origenes Defensus : l’entreprise nous semble de peu d’intérêt. Nous voudrions mettre en lumière l’économie de chacune des parties de cette vaste apologie. Quel but poursuivait Halloix ? Comment y est-il parvenu ? Les mobiles du jésuite bien souvent justifient sa présentation des choses. Mais que révèle une analyse critique ? Halloix est-il cet « apologiste outrancier » d’Origène qu’on l’a soupçonné d’être ? Sa formation théologique transparaît-elle ici ? Il nous semble qu’en répondant à ces questions, nous pourrions montrer l’originalité de l’Origenes Defensus et la place occupée par Halloix dans les controverses origénistes.

***

1. — Une présentation hagiographique d’Origène

2La structure de l'Origenes Defensus est celle de chacune des monographies consacrées aux Écrivains illustres de l’Église d’Orient. Dans un premier temps, Halloix énumère ses sources et fait état des éloges que s’est attirés Origène. Il retrace ensuite la vie avant de présenter les vertus et la doctrine. Nous ne sommes pas en présence d’une véritable « étude » d’Origène, mais, sous le couvert d’une approche objective des faits, Halloix se fait l’apologiste et l'hagiographe d’Origène. Il veut démontrer sa sainteté et son orthodoxie.

A. — Un florilège des éloges décernés à Origène

  • 1 Halloix, Or. Def., p. 68.
  • 2 Halloix, Or. Def., p. i-xii : « Veterum scriptorum de Origene Elogia » ; p. 68-70 : première énumé (...)
  • 3 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v° : Halloix à Bolland, 22 octobre (...)
  • 4 Halloix, Or. Def., p. 272.

3« Depuis toujours, les hommes les plus doctes ont honoré la mémoire d’Origène et tenu en haute estime sa sainteté et ses connaissances1. » En affirmant cela, Halloix avance un de ses principaux arguments. Sans cesse, en effet, il oppose aux détracteurs d’Origène le témoignage de ses apologistes antiques. Sans cesse, il a recours à l’argument d’autorité2. N’affirmait-il, en 1642 déjà, que « personne ne peut douter qu’au sujet d’Origène, il faille plutôt croire le saint martyr Pamphile et saint Athanase et saint Alexandre de Jérusalem, évêque et martyr, et saint Denys d’Alexandrie et saint Grégoire le Thaumaturge et Eusèbe et Rufin et même Jérôme, avant sa dispute avec Rufin, plutôt que ce même Jérôme après le conflit3 » ? Il estimait, en effet, qu’avant la querelle origéniste de la fin du IVe siècle, « le nom d’Origène était dans toutes les bouches, même dans celle de Jérôme [...] et que personne jusque-là ne l’avait tenu pour hérétique4 ».

  • 5 Suivant l’ordre d’Halloix : Alexandre de Jérusalem, Grégoire le Thaumaturge, Pamphile, Eusèbe, Ath (...)
  • 6 Haymon de Halberstadt, Historiae sacrae Epitome, VI, 1, 3, dans P.L., t. 118, col. 847-851. Cfr de (...)

4Les premières pages de l'Origenes Defensus sont consacrées à en apporter la preuve. Halloix y fait état d’un nombre impressionnant de témoignages favorables à Origène. Dans ce vaste florilège, Pamphile, Eusèbe, Athanase et tous les grands apologistes antiques d’Origène sont cités5. Figurent également des autorités du Moyen Âge, tels le pape Pélage II, Haymon de Halberstadt, Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris, un chartreux érudit du XVe siècle, Rolevinck, et même le grand exégète jésuite, Cornelius a Lapide6. Ces éloges portent tantôt sur la vie d’Origène, tantôt sur son exégèse et ses écrits dogmatiques. L’effet créé par cette accumulation de compliments est saisissant.

  • 7 Spécialement de Vincent de Lérins et de Haymon de Halberstadt qu’Halloix cite indépendamment d’Eus (...)
  • 8 Vincent de Lérins, Commonitorium primum, ch. XVII, dans P.L., t. 50, col. 660-664. Cfr de Lubac, o (...)

5Mais la façon dont Halloix a constitué ce florilège prête le flanc à la critique. Plutôt que de peser les témoignages, il les additionne... en négligeant les filiations. Ainsi rien n’indique qu’Eusèbe est la source de presque tous les historiens qui ont parlé d’Origène7. Il arrive d’autre part à Halloix de tronquer un texte afin de n’en retenir que les passages favorables à Origène. On sait, par exemple, que Vincent de Lérins n’avait mis en évidence la gloire première d’Origène que pour mieux faire ressortir « sa défection ». Halloix n’y prend garde et transcrit uniquement son magnifique éloge de l’Alexandrin8. Ce florilège, enfin, est manifestement apologétique. Il y aurait, en effet, facilement moyen d’en constituer un autre, tout aussi étoffé, tissé uniquement de reproches adressés à Origène. En ne donnant qu’une version des choses, Halloix défigure la réalité.

B. — Hagiographie et critique historique : le récit de la vie d’Origène

  • 9 Daniélou, Origène, p. 19.
  • 10 Cfr supra, p. 87-88.
  • 11 Dans l’Antiquité, Jérôme et Nicéphore Calliste, par exemple, reconnaissent explicitement que leurs (...)

6Le récit qu’Halloix fait de la vie d’Origène suit étroitement celui d’Eusèbe au livre VI de l'Histoire ecclésiastique. Or cet écrit présente une double particularité : d’abord celle d’offrir une description de la vie d’Origène à ce point détaillée « qu’il est un des personnages de l’antiquité chrétienne sur lesquels nous sommes le mieux renseignés9 ». Halloix, prolixe et disert, trouvait là une matière abondante : loin de synthétiser ou d’élaguer, il amplifie ce récit. Les pages qu’Eusèbe consacre à Origène présentent une seconde caractéristique, plus essentielle à nos yeux : celle de faire le panégyrique d’Origène plutôt qu’une biographie pure et simple10. Halloix disposait donc, comme matériau de base, d’un récit détaillé, dans lequel Origène fait figure de héros. Ce choix n’est pas en soi tendancieux, il est inévitable. Tous les biographes d’Origène s’appuient sur ce récit, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours11. Mais Halloix accentue les tendances de sa source.

  • 12 Cfr Dupin, op. cit., t. I, p. 4 et p. 10-11 de l’éd. de 1690.
  • 13 Halloix, Or. Def., p. 5 des Notes : « Proferrem ipsa Eusebii graeca verba, ni scirem complures lec (...)
  • 14 Halloix, Or. Def., p. 6 des Notes. Id., Illustrium, t. I, p. 664. — Dupin, op. cit., p. 4, remarqu (...)

7Une remarque s'impose encore : au XVIIe siècle, différentes versions d’Eusèbe circulaient12 Halloix pouvait disposer soit du texte grec initial, auquel, dit-il, il se réfère de préférence13, soit de traductions latines, celle de Rufin ou d’auteurs récents. Or nous savons que c’est Christopherson, un humaniste du XVIe siècle, qu’Halloix tenait pour le meilleur traducteur d’Eusèbe. Celui-ci avait rendu le texte grec dans un latin « cicéronien et élégant », qu’Halloix goûtait particulièrement14. Un récit hagiographique, déjà amplifié par un traducteur trop éloquent, telle est la source principale d’Halloix, qui cherche à donner, à son tour, une image édifiante d’Origène.

  • 15 Par exemple, à propos du fait qu’Origène est le fils d’un martyr. Or. Def., p. 1, 6, 8, 21, 29.
  • 16 Halloix, Or. Def., p. 27, 41, 67.
  • 17 Halloix, Or. Def., p. 7, 15, 27, 46, 65.
  • 18 Halloix, Or. Def., p. 6, 43, 45, 46.
  • 19 Eusèbe (Historia ecclesiastica, 1. VI, ch. II, 4) rapporte, par exemple, que « la mère d’Origène l (...)
  • 20 Eusèbe (Historia ecclesiastica, 1. VI, ch. V, 5) rapporte comment un soldat romain converti au chr (...)

8Les moindres anecdotes rapportées par l’historien antique sont exploitées par Halloix ; de chaque détail il tire les conclusions les plus flatteuses, de chaque phrase, des développements pleins d’emphase15. Il renforce les couleurs du récit, il schématise le propos d’Eusèbe. Origène devient sous sa plume un « héros de l’Église », un « athlète du Christ », un « soldat chrétien16 » ; sur tous ceux que l’Alexandrin a fréquentés rejaillissent sa gloire et sa sainteté ; ses ennemis, en revanche, sont « des monstres » ou des « chiens féroces »17. Dans cet univers manichéen, pas de nuances : les premiers sont inspirés par l’Esprit-Saint, les autres par le Diable18. Sans cesse, Halloix invente de nouvelles métaphores pour exprimer cette pensée. Sans cesse, les superlatifs jaillissent de sa plume. Il n’hésite pas à dramatiser le récit en plaçant dans la bouche des acteurs les discours les plus enflammés19. Parfois même, il imagine de petits dialogues20. La rhétorique lui vient alors en aide : interrogations oratoires, répétitions, incises.

  • 21 Alors qu’il vient de raconter la mort du père d’Origène et la confiscation de tous ses biens, Hall (...)

9Il fallait, en outre, donner à la vie d’Origène une résonnance biblique : d’innombrables citations scripturaires parsèment le récit. Tantôt Halloix établit un parallèle entre les événements qu’il relate et ceux des temps bibliques21 ; tantôt, par d’habiles rapprochements, il montre Origène se conformant aux préceptes évangéliques.

  • 22 Halloix, Or. Def., p. 7, après avoir mis dans la bouche de la mère d’Origène le discours que nous (...)
  • 23 Halloix a notamment recours aux martyrologes pour décrire le supplice du père et des disciples d’O (...)
  • 24 Ainsi Halloix réfute-t-il énergiquement le récit d’Épiphane relatif à l’apostasie d’Origène (Or. D (...)
  • 25 Halloix y consacre tout le chapitre XIX de la « Vie d’Origène », Or. Def., p. 58 et sq.
  • 26 Halloix, Or. Def., p. 19.

10Cependant, notre hagiographe n’invente pas, sauf de petits détails, des discours et des dialogues22, mais il prend soin de souligner le positif, d’estomper le négatif. Lorsqu’il complète le récit d’Eusèbe par d’autres sources, c’est qu’il y a trouvé quelque trait flatteur pour Origène23. Mais ces emprunts sont rares et toujours soigneusement choisis. Halloix prend bien garde de ne pas relater les « calomnies » lancées contre l’Alexandrin24. Il profite néanmoins du récit de la vie d’Origène pour introduire les éléments d’un plaidoyer qu’il développera par la suite. Ainsi trouve-t-on déjà exposée la thèse de la corruption des écrits d’Origène25 ; le récit de la mutilation de l’Alexandrin est déjà prétexte à l’excuser26.

  • 27 Voir l’énumération des sources en tête de l'Or. Def.. Les notes confirment qu’Halloix a effectivem (...)
  • 28 Halloix, Or. Def., p. 17 des Notes, relève, par exemple, une erreur de Baronius, qui s’était basé (...)
  • 29 Halloix, Or. Def., p. 27 des Notes, retourne même au texte hébreu pour discuter de l’exégèse d’Ori (...)
  • 30 Halloix, Or. Def., p. 8 des Notes, signale que, dans l’édition de Pallade due à Jean Meursius, le (...)
  • 31 Eusèbe, Hist. eccles., 1. VI, ch. XIV, 10, écrit à propos d’Origène : « εὐξάμενος τὴν ἀρχαιοτάτην (...)
  • 32 Halloix, Or. Def., p. 38 des Notes, relève une erreur de Jérôme, que personne n’avait encore remar (...)
  • 33 Halloix, Or. Def., p. 3 des Notes : « Origenem fuisse huius Ammonii Saccae in philosophiae studio (...)

11En regard de cette analyse, il est étonnant de découvrir le travail préparatoire auquel Halloix s’est livré. Pour écrire la biographie d’Origène, il se base presque uniquement sur Eusèbe de Césarée. Il avait pourtant consulté toutes les autres sources : les « Notes sur la vie d’Origène » nous l’apprennent27. Elles contiennent l’appareil critique d’Halloix sur une série de points de détail, questions de chronologie, de géographie, d’étymologie... Halloix s’y révèle un historien de valeur. Il estime que « beaucoup d’erreurs pourraient être évitées si l’on examinait le texte grec » original et que « le retour aux sources elles-mêmes est d’une aide incalculable »28. Il se base toujours, en effet, sur les écrits des historiens antiques. S’ils sont rédigés en grec, il les cite dans la version originale29. Il prend soin de travailler sur un texte non corrompu30 et de préciser le sens des mots sur lesquels porte la discussion31. Pour chaque fait avancé, il énumère ses sources avec soin. Le cas échéant, il établit la filiation des textes ou il signale les variantes32 II confronte les témoignages et les soumet à la critique de provenance comme à la critique de crédibilité33.

  • 34 Halloix, Or. Def., p. 9 des Notes, à propos du voyage d’Origène à Rome : « Quoto autem restricte Z (...)
  • 35 Halloix, Or. Def., p. 14 des Notes : « Non colligam eorum numerosas auctoritates quas collegerunt (...)

12Au terme de son étude, Halloix précise le degré de certitude de ce qu’il a avancé et indique les limites de son information34 Il spécifie enfin s’il se trouve en accord ou en contradiction avec les auteurs modernes35.

13Il existe donc un contraste frappant entre le récit qu’Halloix fait de la vie d’Origène et les « notes » qu’il joint comme complément à ce récit. D’une part, il cherche à exalter son héros et à édifier son lecteur : il se montre partial et outrancier. De l’autre, il tend à prouver scientifiquement le bien-fondé de sa narration : il se révèle un historien érudit et critique.

C. — Les vertus d’Origène

  • 36 Halloix, Or. Def., p. 71 : « Virtutes illas hic expromam... quae in hominibus rectae fidei indices (...)
  • 37 Halloix, Or. Def, p. 265, réfute l’opinion selon laquelle la doctrine d’Origène sur la Trinité sera (...)

14Au terme du récit de la vie d’Origène, Halloix entreprend d’exposer ses vertus : la piété, la crainte de Dieu, la charité, le zèle contre les hérétiques, soit les vertus « que l’on considère habituellement comme le meilleur gage d’une foi orthodoxe36 ». La perspective est ici encore apologétique : Halloix montre Origène recourant à l’inspiration divine, adhérant au canon de la foi, défendant la Tradition contre les hérétiques. Si même l’Alexandrin a quelques fois versé dans l’hétérodoxie, il a toujours protesté de son appartenance à l’Église. On ne peut donc le qualifier d’hérétique formel37. Il est facile de mesurer l’importance d’une telle démonstration dans une apologie d’Origène.

  • 38 Halloix, Or. Déf., p. 273 : « ex ipsiusmet scriptis Origenis (quo nullum est ut saepe dixi et saep (...)

15Pour atteindre son but, Halloix puise dans les homélies origéniennes les passages qui lui semblent les plus significatifs. Il estime, en effet, « qu’il n’y a pas d’arguments plus probants que ceux tirés des écrits d’Origène lui-même38 ». Aussi le chapitre consacré à ses vertus n’est-il qu’une anthologie de ses œuvres exégétiques.

  • 39 Halloix, Or. Def., p. 73 : « Tale est quod habet homelia 5 in Leviticum, ubi variis hostiarum gene (...)

16Ce florilège est constitué avec soin et intelligence. Halloix tient compte des particularités de l’exégèse origénienne39 ; entre deux citations, il ménage d’habiles transitions ; au sein de chaque chapitre, enfin, il établit une progression. Un tel travail révèle une fréquentation personnelle et une connaissance approfondie de l’œuvre d’Origène. Mais, de nouveau, l’apologiste ne fait état que des éléments propres à corroborer sa thèse.

D. — La doctrine d’Origène

  • 40 Halloix, Or. Def., p. 94.

17Halloix vient de montrer que les intentions d’Origène étaient droites. Il va à présent « exposer ses doctrines, apporter la preuve de leur grandeur et de leur conformité à l’enseignement de l’Église, démontrer que les critiques qui ont été faites ne furent motivées que par une jalousie diabolique40 ».

  • 41 Pamphile, Apologia pro Origene, dans P.G., t. XVII, col. 548.
  • 42 Halloix, Or. Def., p. 232, 295.

18On se souvient qu’au début du IVe siècle, Pamphile avait prouvé l’orthodoxie d’Origène. Voici ce qu’il déclarait : « Il nous a semblé plus loyal de ne pas défendre Origène en utilisant nos mots et nos arguments : nous reprenons ses expressions à lui afin de prouver qu’il n’a pas professé les opinions qu’on lui reproche mais qu’au contraire, il n’a cessé d’enseigner la foi catholique. Si, en effet, nous employions nos propres mots, on pourrait nous taxer de partialité vu l’amour que nous lui portons41. » L’Apologia pro Origene de Pamphile est donc un recueil d’extraits origéniens principalement tirés du De Principiis. Or, Halloix estimait « qu’il n’y a pas moyen de défendre Origène d’une manière plus droite et plus sûre que la manière de Pamphile ». Aussi s’en est-il directement inspiré, comme il le déclare explicitement42. Nous nous trouvons donc de nouveau en face d’une collection de textes origéniens, mais tirés, cette fois, aussi bien des écrits dogmatiques d’Origène que de ses œuvres exégétiques.

  • 43 Halloix, Or. Def., p. 260 : Jérôme a attaqué la doctrine trinitaire d’Origène ; Halloix réplique ; (...)

19Halloix envisage la doctrine d’Origène sur une quantité de points depuis les grands mystères, — la Trinité, l’Incarnation, la Rédemption, la Résurrection, — jusqu’aux sacrements, — l’eucharistie, la pénitence, le baptême, — et à la discipline propre à l’Église catholique, en passant par la Vierge Marie, les anges et les démons, l’anthropologie (l’âme, le libre arbitre), l’Écriture sainte et la foi. Les textes allégués sont extrêmement nombreux et combinés avec soin. Halloix, en effet, attachait à cette partie de l’Origenes Defensus une importance capitale, car elle devait lui permettre par la suite de réfuter les « calomnies » lancées contre la doctrine d’Origène en renvoyant le lecteur aux extraits « orthodoxes » reproduits ici43.

***

2. — Reprise et approfondissement du débat classique

20La dernière partie de l’Origenes Defensus, l’Exacta Disquisitio, est consacrée à la réfutation des objections portées contre la vie, la pensée et le salut d’Origène. Nous chercherons d’abord à déterminer dans quelle mesure Halloix s’inspire des apologies traditionnelles d’Origène. En est-il tributaire, et jusqu’où ? Les a-t-il dépassées ? Et si oui, comment ? Après avoir ainsi précisé la place d’Halloix dans les controverses origénistes, nous chercherons à mesurer le degré de sa rigueur, ou de sa partialité. Cette étude s’impose pour éclairer les critiques adressées par la suite à l’Origenes Defensus.

  • 44 Halloix, Or. Def., Quaestio II de l’Exacta Disquisitio, p. 239-242 : « Quinam alii cum Pamphilo et (...)
  • 45 De Pic, Merlin, Sixte de Sienne et Génébrard, nous avons déjà parlé. Quant à Thomas de Trugiilo, u (...)
  • 46 Sur les démêlés de Pic avec les autorités romaines, voir Crouzel, Une controverse sur Origène, p.  (...)
  • 47 Sur l’exemplaire de l’édition érasmienne (revue par Humphrey, Bâle, 1557) des œuvres d’Origène act (...)
  • 48 Halloix, Or. Def., p. 37 des Notes et p. 271-272 du texte, réfute Denis Petau ; p. 334, il cite la (...)

21Halloix avait une excellente connaissance de l’histoire des controverses origénistes, même si le résumé qu’il en donne en tête de l'Exacta Disquisitio est d’une partialité déroutante44. Après avoir résumé l’argumentation des défenseurs antiques d’Origène, — Pamphile, Eusèbe, Rufin, — il rappelle que Pic, Merlin, Sixte de Sienne, Génébrard et Thomas de Trugiilo ont à leur tour écrit des apologies d’Origène45. Mais il tait les remous qu’elles ont provoqués : ni les difficultés de Pic avec la commission pontificale, ni celles de Merlin avec la Sorbonne ne sont évoquées46 Halloix prend bien soin, d’autre part, de ne pas citer Érasme, dont la faveur pour Origène aurait pu compromettre ce dernier. L’édition érasmienne des œuvres d’Origène figurait pourtant dans la bibliothèque des jésuites de Liège...47. Halloix enfin ne mentionne les écrits d’aucun jésuite, de peur sans doute d’avoir à avouer que la Compagnie était divisée au sujet d’Origène. Au cours du texte, pourtant, il réfute Denis Petau, cite Bellarmin et Possevin, a recours plusieurs fois aux études des théologiens jésuites48.

  • 49 Halloix, Or. Def., p. 242.
  • 50 Halloix, Or. Def., p. 240.

22Mais ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas tant la manière dont Halloix présente la succession des apologistes d’Origène que l’usage qu’il a fait de leurs écrits. Il affirme lui-même « avoir réfuté les détracteurs d’Origène en se basant sur la solide apologie de Pamphile, ainsi que sur les écrits de tous ceux que j’ai loués nommément [Pic, Merlin, Sixte de Sienne, Génébrard et Thomas de Trugillo], des hommes aussi pieux qu’érudits49 ». Il annonce qu’il reprendra les trois arguments avancés par Merlin : la sainteté d’Origène, son orthodoxie, la probabilité de son salut50.

  • 51 Halloix, Illustrium, t. II, p. 179 : « Ioannes Picus Mirandula vir ab ingenio et memoria naturae m (...)

23Nous n’avons pas relevé de réminiscences textuelles de ces apologies dans l'Origenes Defensus. Sans doute Halloix renvoie-t-il occasionnellement à ses prédécesseurs, à Pic notamment, qu’il admire beaucoup, ou encore « au très docte Génébrard » et à Merlin, mais ce sont là des cas exceptionnels51.

  • 52 Halloix, Or. Def., Quaestio I, p. 221-239.
  • 53 Id., ibid., Quaestio III : Quaenam adversus Origenem obiecta sint ? Responsiones ad ea quae obiecta (...)
  • 54 Id., ibid., Quaestio IV : Quinam sint errores praecipui quos Origeni obiecit Hieronymus et sintne r (...)
  • 55 Id., ibid., Quaestiones VII-X : Quaenam Concilia adversus Origenem concitata sint ?, p. 319-396.
  • 56 Id., ibid., Quaestio XI : De salute et gloria Origenis, p. 397-403.

24La filiation, nous semble-t-il, se situe à un plus haut niveau. C’est dans la façon dont Halloix aborde la question origénienne qu’il est tributaire de ses prédécesseurs. Les problèmes qu’il soulève sont ceux de toujours. Qui est l’auteur de l’Apologie attribuée à Pamphile, le semi-arien Eusèbe ou le martyr Pamphile52 ? L’Alexandrin a-t-il été apostat ? Est-il condamnable de s’être mutilé, d’avoir prêché sans être prêtre, d’avoir reçu les ordres sans l’approbation de son évêque53 ? De nouvelles questions surgissent à propos de la doctrine d’Origène : les accusations lancées par Épiphane, Jérôme et Théophile sont-elles fondées54 ? Comment interpréter les condamnations conciliaires55 ? Vient enfin la question du salut d’Origène : l’Alexandrin est-il sauvé ou damné56 ?

  • 57 Halloix, Or. Def., p. 243, 249, 251.
  • 58 Halloix invoque l’argument de la falsification des écrits d’Origène, Or. Def., p. 291 et 324 ; cel (...)
  • 59 Halloix, Or. Def., p. 309-310.

25Ce sont donc les questions classiques qu’Halloix soulève à nouveau. Si l’on étudie les solutions qu’il y apporte, on constate qu’elles sont, elles aussi, bien souvent inspirées en droite ligne des apologies traditionnelles. C’est le cas surtout des arguments qu’il invoque pour répondre aux accusations portées contre la vie d’Origène. Parle-t-il de sa mutilation, il en fait « un geste innocent accompli par l’Alexandrin, dans une parfaite ignorance du mal qu’il recélait ». Si Origène a prêché sans être prêtre, « c’est par obéissance et c’est plutôt à ses supérieurs qu’il faut en faire le reproche ». Quant au récit d’Épiphane relatif à l’apostasie d’Origène, c’est une « fable » dont aucun écrivain antique n’a fait mention57. Pour expliquer les théories hétérodoxes d’Origène, Halloix recourt également aux arguments traditionnels : la falsification des écrits d’Origène dont lui-même s’est plaint dans sa Lettre à des amis d’Alexandrie, l’indécision de la règle de foi au début du IIIe siècle, le fait qu’Origène avançait des hypothèses et non des affirmations dogmatiques58. Quant à son exégèse allégorique, Halloix la défend en rappelant que saint Jérôme en fut un admirateur inconditionnel. Origène d’ailleurs ne s’inspirait-il pas de saint Paul et du Christ lui-même qui employaient et recommandaient cette forme d’expression59 ?

  • 60 Halloix, Or. Def., p. 217-218 : « Tot enim sunt, eoque plures regiones in quibus floruerunt illi q (...)

26Pour défendre Origène, Halloix reprend les arguments les plus classiques. N’innove-t-il donc en rien ? Son œuvre est-elle la réplique des apologies de Pic, de Merlin, de Génébrard ? Il nous semble que non, en raison de l’étendue de l’enquête à laquelle Halloix s’est livré. « Ils sont nombreux, dit-il, les écrits antiques et les vieux manuscrits ; je les ai examinés avec soin sans épargner aucune peine. Tout ce qui avait trait à Origène, soit qu’il l’ait écrit lui-même, soit que d’autres écrivains en témoignent, je l’ai lu avec attention, évalué, comparé60. »

  • 61 Halloix, Or. Def., p. 222-223 : « Graeci et Latini omnes in eadem fuere communiter sententia, ista (...)
  • 62 Halloix, Or. Def., p. 260.
  • 63 Halloix, Or. Def., p. 271 : « Quandoquidem Origenes locutus sit sicut alii ante ipsum Sancti Patre (...)
  • 64 Halloix, Or. Def., p. 272. Halloix invoque également cet argument à propos des condamnations conci (...)

27L'Exacta Disquisitio témoigne, en effet, d’un travail considérable. Halloix avait accumulé une documentation énorme, dans laquelle il puise constamment. Pour prouver que l'Apologie attribuée à Pamphile est bien de lui, il aligne tous les témoignages qu’il a pu recueillir « dans les vieux manuscrits et les livres imprimés », avant de conclure qu’aucun écrivain grec ou latin ne soutient le contraire61. Sans cesse, il invoque en faveur d’Origène les textes, les témoignages et les autorités. « Ils se trompent lourdement, dit-il par exemple, ceux qui appellent Origène la source de l’arianisme, en se recopiant les uns les autres, alors que, au contraire, les textes d’Origène sur le Fils et le Saint-Esprit s’opposent diamétralement à Arius. Non seulement Didyme l’atteste, mais encore Athanase et Pamphile et leurs nombreux disciples. » Et Halloix de citer ces auteurs, à la fois adversaires farouches d’Arius et ardents défenseurs d’Origène62. Les vastes recherches d’Halloix lui permettent également de montrer qu’en professant certaines théories qualifiées d’hérétiques, Origène ne faisait qu’exprimer l’opinion la plus courante parmi les premiers Pères de l’Église63. Elles l’autorisent aussi à utiliser l’argument du silence : on ne trouve trace, par exemple, de certains reproches d’Épiphane chez aucun autre hérésiologue du temps ; ne peut-on les considérer comme gratuits64 ? Halloix, enfin, cite fréquemment Origène lui-même, afin de prouver l’orthodoxie de ses propos.

  • 65 Halloix, Or. Def., p. 120, à propos d’un passage du Contre Celse : « Hic est proprius et clarus sen (...)
  • 66 Halloix, Or. Def., p. 44 : « Habemus enim hodieque hanc ipsam orationem... actionis gratiarum appel (...)
  • 67 Voir les éloges placés en tête de l'Origenes Defensus : ils sont rapportés en grec.
  • 68 Halloix, Or. Def., p. 38 des Notes.

28Une telle enquête n’aurait pas été possible si la patrologie n’avait connu, au XVIIe siècle, un essor remarquable. Halloix profite largement du travail d’édition entrepris alors. À plusieurs reprises, il se félicite de disposer des textes grecs : « Voici, dit-il, à propos d’un passage du Contre Celse, le sens exact du texte grec tel qu’on le trouve dans l’édition de David Hoeschel. » Et Halloix « de remercier le Seigneur de lui avoir conservé ces huit livres intégralement en grec et de les lui avoir transmis pour ainsi dire en mains propres65 ». Ailleurs, il annonce victorieusement « qu’on dispose à présent du texte grec du Remerciement à Origène de Grégoire le Thaumaturge ». En note, il précise qu’il l’a lu dans l’édition de Gérard Vossius66. Tout porte à croire qu’Halloix disposait également d’autres textes patristiques et historiques grecs : il lit dans le texte saint Athanase, Eusèbe, saint Grégoire de Nazianze, saint Grégoire de Nysse, Photius, la Souda...67. Quant aux Pères ou historiens latins, Halloix a souvent le loisir d’en confronter les éditions. Parlant, par exemple, « de ceux qui ont fait l’examen critique des œuvres de saint Jérôme », il énumère Érasme, Marianus Victorius, Suffridus Petrus, Aubert Miraeus : il les a tous consultés68. L’essor de la patrologie a donc permis à Halloix de traiter d’Origène avec une science de loin supérieure à celle de ses prédécesseurs.

  • 69 Willaert, op. cit., p. 248-251.
  • 70 Halloix, Or. Def., p. 384, à propos de la Lettre à Menas : « Illa epistola reperitur Graece et Lati (...)
  • 71 Halloix, Or. Def., p. 371, vient d’exposer les divergences qu’il constate entre les actes du Ve Syn (...)

29On sait, d’autre part, que le XVIIe siècle porta un intérêt sans précédent aux décisions conciliaires, considérées, elles aussi, comme « sources de la foi »69. C’est sans doute porté par ce mouvement qu’Halloix entreprit dans l'Origenes Defensus la première analyse critique des anathèmes lancés contre Origène. À plusieurs reprises, il précise qu’il a lu les textes conciliaires grecs parus pour la première fois en161270. À l’occasion, il consulte les Concilia antigua Galliae et la Défense des Trois Chapitres de Faconde d’Hermiane, ouvrages publiés à Paris en 1629 par le jésuite Jacques Sirmond71. L’effort scientifique du XVIIe siècle profite donc à Halloix dans ce domaine également.

30Mais ici, Halloix fait plus qu’approfondir la polémique traditionnelle : il la renouvelle. Jusqu’au XVIIe siècle, en effet, aucun des apologistes d’Origène n’avait osé réfuter les condamnations conciliaires portées contre l’Alexandrin. Halloix le premier se lança dans cette entreprise périlleuse.

  • 72 Halloix, Or. Def., Quaestio VIII, p. 325-339.

31Toute la responsabilité du concile d’Alexandrie incombe, selon lui, à Théophile. Les menées anti-origénistes de ce dernier n’étaient, d’autre part, que le prétexte à la satisfaction d’une vengeance personnelle contre le prêtre Isidore et les moines origénistes. On ne peut donc invoquer contre Origène les décisions de ce concile72.

  • 73 Halloix, Or. Def., Quaestio X, p. 343-396.

32C’est la validité même du cinquième concile œcuménique qu’Halloix conteste ensuite73. Il prouve que ce Synode fut réuni illégitimement par Justinien, contre le gré du pape, qui y fut amené de force. Les décisions qui y furent prises ne furent jamais ratifiées par les autorités romaines ; Vigile, au contraire, était opposé à la condamnation des Trois Chapitres. D’autre part, continue Halloix, ce concile n’a jamais condamné Origène comme l’affirme la majorité des écrivains. La mention qui en est faite dans le onzième anathème est une interpolation. Les débats ont uniquement porté sur les Trois Chapitres et aucun texte ne rend compte de délibérations au sujet d’Origène. D’après Halloix, l’opinion selon laquelle Origène aurait été condamné par le cinquième concile œcuménique vient d’une confusion entre cette assemblée et les menées de Justinien dix ans auparavant. Le Lettre à Menas, d’autre part, est « tissée de mensonges » ; elle présente comme des affirmations dogmatiques ce qui, dans l’esprit d’Origène, n’était que des hypothèses. Halloix conclut sa plaidoirie en affirmant que tous les conciles qui ont ultérieurement condamné Origène ne l’ont fait qu’en s’appuyant sur l’autorité du cinquième concile œcuménique. Une fois invalidées les décisions de cette assemblée, les condamnations postérieures tombent d’elles-mêmes.

  • 74 Cfr supra, p. 108-109.
  • 75 Cfr infra, p. 175 et sq.
  • 76 Cfr infra, p. 160.

33Nous avons vu que la critique moderne donne en grande partie raison à Halloix74. Au XVIIe siècle pourtant, les théories du jésuite, complètement neuves, soulevèrent un débat que nous devrons étudier75. On se rend compte, d’autre part, de l’audace d’une argumentation qui allait jusqu’à nier la validité d’un concile. Le Saint-Office ne s’y trompera pas, qui exigera d’Halloix la suppression complète du chapitre relatif au cinquième Synode76.

34Telle est donc la place d’Halloix dans la controverse origéniste. Il reprend le débat classique, les questions obligées, les arguments de toujours. Mais la science du XVIIe siècle et ses propres recherches lui permettent d’enrichir la plaidoirie en faveur d’Origène, de conforter les apologies traditionnelles. En outre, sur un point, il innove totalement : un examen serré des textes conciliaires lui permet de remettre en cause les anathèmes lancés contre Origène.

  • 77 Halloix, Or. Def., p. 2 : « Amicam veritatem sic amplectar » ; p. 242 : « ... adspirante, ut confi (...)
  • 78 Halloix, Or. Def., p. 251, 271.
  • 79 Halloix, Or. Def., p. 313.
  • 80 Ibid., p. 298.
  • 81 Halloix, Or. Def., p. 310 : « Quod tamen professus est, se non asserendo sed inquirendo proferre [ (...)

35Halloix aime à prétendre qu’il ne recherche que la Vérité77 11 écrit pourtant une apologie d’Origène et malgré ses protestations, l'Exacta Disquisitio trahit sa partialité. Jamais Halloix ne donne tort à Origène, dût-il pour cela recourir à des subtilités théologiques ou à l’hypercritique. Ainsi, il imagine que les reproches adressés à Origène par Épiphane ont été insérés dans les œuvres de ce dernier par une main étrangère78 ! Ou bien il force les contrastes, schématise, simplifie, généralise. Les critiques de Théophile relèvent de l'atrocissima calumnia79, les livres du Peri Archôn ont été valde corrupti80. D’un conflit d’idées, l’apologiste fait une rivalité entre personnes : c’est « par haine » qu’ont agi tous les adversaires d’Origène depuis Théophile et Épiphane81. Halloix reste un polémiste.

***

Notes

1 Halloix, Or. Def., p. 68.

2 Halloix, Or. Def., p. i-xii : « Veterum scriptorum de Origene Elogia » ; p. 68-70 : première énumération des apologistes antiques d’Origène ; p. 221-242 : « Quinam alii cum Pamphilo et post Pamphilum fuerint Origenis defensores ? » — Allusions occasionnelles à Athanase, p. 252, 260, 265, 275, à Didyme, p. 69, 259, 398, etc.

3 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v° : Halloix à Bolland, 22 octobre 1643.

4 Halloix, Or. Def., p. 272.

5 Suivant l’ordre d’Halloix : Alexandre de Jérusalem, Grégoire le Thaumaturge, Pamphile, Eusèbe, Athanase, Grégoire de Nazianze, la Souda, Grégoire de Nysse, Ambroise de Milan, Théotime, Jérôme, Rufin, Augustin, Théodoret de Cyr, Sidoine Apollinaire, Vincent de Lérins. — La Souda, dictionnaire encyclopédique du Xe siècle, est cité par Halloix sous le nom d’un auteur, Suidas, auquel on l’attribue depuis le XIIe siècle. Cfr D.T.C., t. XIV, col. 1749. L.T.K., t. IX, col. 1147.

6 Haymon de Halberstadt, Historiae sacrae Epitome, VI, 1, 3, dans P.L., t. 118, col. 847-851. Cfr de Lubac, Exégèse médiévale, t. I, p. 267, et, pour Pélage II, p. 253, 255-256, 262, n. 5. — Werner Rolevinck, Fasciculus temporum, éd. princeps, Cologne, 1474, p. 483. Cfr L.T.K., t. VIII, col. 1368. — Sur Cornelius a Lapide, cfr supra, p. 14, n. 5.

7 Spécialement de Vincent de Lérins et de Haymon de Halberstadt qu’Halloix cite indépendamment d’Eusèbe.

8 Vincent de Lérins, Commonitorium primum, ch. XVII, dans P.L., t. 50, col. 660-664. Cfr de Lubac, op. cit., t. I, p. 260-261.

9 Daniélou, Origène, p. 19.

10 Cfr supra, p. 87-88.

11 Dans l’Antiquité, Jérôme et Nicéphore Calliste, par exemple, reconnaissent explicitement que leurs récits s’inspirent d’Eusèbe de Césarée. De nos jours, un historien comme Daniélou (op. cit., p. 20) prévient « qu’il suivra le récit d’Eusèbe ».

12 Cfr Dupin, op. cit., t. I, p. 4 et p. 10-11 de l’éd. de 1690.

13 Halloix, Or. Def., p. 5 des Notes : « Proferrem ipsa Eusebii graeca verba, ni scirem complures lectorum his retardari potius quam adiuuari », déclare-t-il, non sans prétention.

14 Halloix, Or. Def., p. 6 des Notes. Id., Illustrium, t. I, p. 664. — Dupin, op. cit., p. 4, remarquait, par contre, que « la version de Christopherson est élégante, son stile est cicéronien, mais il est trop diffus pour un historien, dont le stile doit être concis et serré ». Sur Christopherson, cfr supra, p. 72, n. 3.

15 Par exemple, à propos du fait qu’Origène est le fils d’un martyr. Or. Def., p. 1, 6, 8, 21, 29.

16 Halloix, Or. Def., p. 27, 41, 67.

17 Halloix, Or. Def., p. 7, 15, 27, 46, 65.

18 Halloix, Or. Def., p. 6, 43, 45, 46.

19 Eusèbe (Historia ecclesiastica, 1. VI, ch. II, 4) rapporte, par exemple, que « la mère d’Origène le supplia [de ne pas aller au martyre], l’exhortant à prendre en pitié les dispositions maternelles qu’elle avait pour lui ». Halloix (Or. Def., p. 7) transpose ce discours de la mère en style direct : « Falleris porro (aiebat) fili mi, multum falleris, si tempus tuum iam advenisse existimas. [...] Visne igitur si quid fortasse patri tuo (quod Deus avertat) a persecutoribus [...] funestum acciderit, me insuper et omnes liberos meos, fratres tuos, moerore ac luctu perdere ? »

20 Eusèbe (Historia ecclesiastica, 1. VI, ch. V, 5) rapporte comment un soldat romain converti au christianisme et « conduit devant le juge » y confessa sa foi. Halloix (Or. Def., p. 14) relate cet événement mais en imaginant un dialogue entre le soldat et ses juges.

21 Alors qu’il vient de raconter la mort du père d’Origène et la confiscation de tous ses biens, Halloix (Or. Def., p. 9) s’exclame : « Tibi, tibi Iesu-Christe, tibi derelictus est pauper ; orphano tu eris adiutor. » (Ps., X, 14). Puis il compare Origène secouru par une femme hérétique à Élie nourri par les corbeaux au torrent de Kérit (1 Rois, XVII, 3-6).

22 Halloix, Or. Def., p. 7, après avoir mis dans la bouche de la mère d’Origène le discours que nous avons rapporté (p. 143, n. 1) ajoute : « Consecutis ad has et ad similes voces utrimque lachrymis nonnihil cessit in praesentia victus adolescentis animus. » Aucune source antique ne fait mention de ces larmes.

23 Halloix a notamment recours aux martyrologes pour décrire le supplice du père et des disciples d’Origène, cfr Or. Def., p. 9, 13, p. 6 des Notes.

24 Ainsi Halloix réfute-t-il énergiquement le récit d’Épiphane relatif à l’apostasie d’Origène (Or. Def., p. 251-258) mais il n’hésite pas à suivre le même Épiphane pour raconter la longue résistance d’Origène aux idolâtres. Or. Def., p. 35.

25 Halloix y consacre tout le chapitre XIX de la « Vie d’Origène », Or. Def., p. 58 et sq.

26 Halloix, Or. Def., p. 19.

27 Voir l’énumération des sources en tête de l'Or. Def.. Les notes confirment qu’Halloix a effectivement consulté les auteurs qu’il cite.

28 Halloix, Or. Def., p. 17 des Notes, relève, par exemple, une erreur de Baronius, qui s’était basé sur une version latine de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe plutôt que sur le texte grec. Il ajoute : « Tali multi errores dum graeca examinantur facile deteguntur. Adeo iuvat ad fontes ipsos recurrere. »

29 Halloix, Or. Def., p. 27 des Notes, retourne même au texte hébreu pour discuter de l’exégèse d’Origène.

30 Halloix, Or. Def., p. 8 des Notes, signale que, dans l’édition de Pallade due à Jean Meursius, le mot λογιοτάτη « doctissima », manque. Gentian Hervet et Fronton-du-Duc ont corrigé cette lacune de Meursius, due au fait qu’il ne travaillait que sur un seul manuscrit.

31 Eusèbe, Hist. eccles., 1. VI, ch. XIV, 10, écrit à propos d’Origène : « εὐξάμενος τὴν ἀρχαιοτάτην Ῥωμαἰων ἐϰϰλησίαν ἰδεῖν  ». Halloix, Or. Def., p. 9 des Notes, remarque que la traduction de ἀρχαιοτάτην pose un problème. Plutôt que « antiquissimam », Halloix propose « principalissimam » : Rome n’est, en effet, pas « la plus antique », « puisqu’Antioche, où Pierre siégea, est plus ancienne, de même que Jérusalem, où résida Jacques ». G. Bardy, dans S.C., no 41, p. 108, traduit : « la très ancienne », mais remarque en note que « le voyage d’Origène ne s’expliquerait pas si l’Église de Rome n’avait pas été regardée dès lors comme jouissant d’une autorité particulière », ce qui rejoint l’idée d’Halloix.

32 Halloix, Or. Def., p. 38 des Notes, relève une erreur de Jérôme, que personne n’avait encore remarquée, pas même Érasme ni Aubert Miraeus. Il ajoute : « Clarissima tamen sunt Eusebii verba, unde sua sumpsit Hieronymus, quae sic habent [...]. Verba Eusebii graeca totidem fere verbis usurpavit Nicephorus Callistus, lib. 5, Hist. eccl., cap. 19... »

33 Halloix, Or. Def., p. 3 des Notes : « Origenem fuisse huius Ammonii Saccae in philosophiae studio auditorem (tametsi Baronio ad annum Christi 234 aliter videatur) minime dubitandum est. Nam hoc et eiusdem aetatis extemi Philosophi profitentur et nostri consentiunt. »

34 Halloix, Or. Def., p. 9 des Notes, à propos du voyage d’Origène à Rome : « Quoto autem restricte Zephyrini anno illuc pervenerit, in nullo me ant’quorum legere memini. » — Ibid., p. 11, à propos du lieu et de la date de mort d’Origène : « Nihil video afferi probabilius posse quam... »

35 Halloix, Or. Def., p. 14 des Notes : « Non colligam eorum numerosas auctoritates quas collegerunt e nostris non pauci ac praecipue duo in terris suis egregii scriptores, Petrus Cottonus in Gallia, Iacobus Gretserus in Germania, sed unum pro omnibus et prae omnibus admodum luculentum proferre satis sit S. Hieronymi testimonium. Cuius haec sunt verba ad nostrum propositum plane aurea. » C’est surtout par rapport aux Annales de Baronius qu’Halloix situe son propos, cfr Or. Def., p. 3, 5, 16, 21, 22, 31, 33, 35, etc. — Sur le jésuite Pierre Coton, haute figure de la Réforme catholique en France et de l’humanisme dévot, voir Bremond, op. cit., t. II, p. 75-134. D.S., t. II, col. 2422-2432. — Sur Gretser, cfr supra, p. 123, n. 3.

36 Halloix, Or. Def., p. 71 : « Virtutes illas hic expromam... quae in hominibus rectae fidei indices ut plurimum esse soient. »

37 Halloix, Or. Def, p. 265, réfute l’opinion selon laquelle la doctrine d’Origène sur la Trinité serait hérétique : elle est conforme à la foi catholique, à laquelle adhérait Origène. « Quam enim pius ac religiosus, ajoute le jésuite, fuerit Origenis, partim in Virtutibus, supra titulo Pietas, partim in documentis liquide ostendimus ». Halloix (ibid., p. 324) montre qu Origène ne s’est pas séparé de l’Église, il se soumettait au contraire sans cesse à son jugement : « videri potest supra inter Virtutes, titulo Humilitas et titulo Timor Dei... » — Daniélou, op. cit., p. 24, estime lui aussi « qu’Origène a toujours adhéré au canon de la foi... qu’il n’a jamais voulu être autre chose que son défenseur contre les hérétiques ».

38 Halloix, Or. Déf., p. 273 : « ex ipsiusmet scriptis Origenis (quo nullum est ut saepe dixi et saepius dicendum fortius argumentum). »

39 Halloix, Or. Def., p. 73 : « Tale est quod habet homelia 5 in Leviticum, ubi variis hostiarum generibus ad litteram digne expositis, mox ad altiorem sensum ascendens. » Ibid., p. 81 : « Post quaedam sensu mystico exposita... » « Sic inter alia in sensu morali... » En marge : « Scripturae sensus moralis ab Origene non neglectus ». Voir encore ibid.. p. 74, 75, 84, 88.

40 Halloix, Or. Def., p. 94.

41 Pamphile, Apologia pro Origene, dans P.G., t. XVII, col. 548.

42 Halloix, Or. Def., p. 232, 295.

43 Halloix, Or. Def., p. 260 : Jérôme a attaqué la doctrine trinitaire d’Origène ; Halloix réplique ; « quos locos ex eius scriptis collegi inter documenta... supra posui. E quibus potest quisque cognoscere de singulis sanctissimae Trinitatis personis quam catholice senserit Origenes, et quam sublimiter scripserit. » Cfr encore ibid., p. 267. — Aux accusations de saint Augustin contre la doctrine prétendue origénienne de l’apocatastase, Halloix rétorque, ibid., p. 299 : « Quibus respondetur Origenem, si quidem illa tenuisset [...] excusari non posse, si contraria tenuit, uti tenuit quamadmodum supra in documentis cap. 14 ex parte ostendimus..., non solum excusari posse sed etiam re ipsa excusatum esse. » — Halloix (ibid., p. 297-309) défend Origène avec vigueur d’avoir jamais nié l’éternité des peines. Selon lui, les accusateurs d’Origène se fondent sur des passages interpolés dans le De principiis. Mais Halloix observe, ibid., p. 297 ; « Hic fere praecipuus error, quem hoc aevo adversarii Origenis contra ilium iactitant, et de quo erga eum benevoli sollicitius inquirunt. » Cfr aussi supra, p. 95, n. 5.

44 Halloix, Or. Def., Quaestio II de l’Exacta Disquisitio, p. 239-242 : « Quinam alii cum Pamphilo et post Pamphilum fuerint Origenis defonsores ? »

45 De Pic, Merlin, Sixte de Sienne et Génébrard, nous avons déjà parlé. Quant à Thomas de Trugiilo, un dominicain espagnol mort en 1596, il n’est pas considéré habituellement comme un des grands apologistes d’Origène. L’allusion qu’il fait à Origène dans son Thesauri concionatorum, t. I, Lyon, 1584, ch. 3, est accidentelle. Sur Thomas de Trugiilo voir Quétif-Echard, Scriptores ordinis Praedicatorum, t. II, Paris, 1721, p. 320. — Halloix reprend aussi à Photius l’affirmation qu’au temps d’Eusèbe, beaucoup d’autres apologistes grecs ont pris la défense d’Origène.

46 Sur les démêlés de Pic avec les autorités romaines, voir Crouzel, Une controverse sur Origène, p. 21-34. — Sur ceux de Merlin avec la Sorbonne, voir Schär, op. cit., p. 191-208. D. P. Walker, Origène en France au début du XVIe siècle, dans Courants religieux et humanisme à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, Paris, 1959, p. 107-110. E. V. Telle, Le chevalier de Berquin. La complainte de la Paix, Genève, 1978, p. 306-313. J. K. Farge, Biographical register of Paris Doctors of theology, 1500-1536, Toronto, 1980, p. 325-331. Godin, op. cit., p. 424-427.

47 Sur l’exemplaire de l’édition érasmienne (revue par Humphrey, Bâle, 1557) des œuvres d’Origène actuellement conservé à la Bibliothèque de l’Université de Liège, figure l’ex-libris suivant : « Societatis Iesu Leodii 1570 ». Ce livre est répertorié dans l'Inventaire de la bibliothèque du collège jésuite de Liège dressé le 1er septembre 1773, A.E.L., Fonds des jésuites, A-4-73, f° 107.

48 Halloix, Or. Def., p. 37 des Notes et p. 271-272 du texte, réfute Denis Petau ; p. 334, il cite la notice consacrée à Origène par Bellarmin dans son De Scriptoribus Ecclesiasticis ; p. 241, il cite l'Apparatus Sacer de Possevin ; p. 402, il fait référence à Gretser. Nous nous étonnons de n’avoir trouvé dans l’Origenes Defensus aucune trace de l’ouvrage du jésuite Étienne Binet, Du salut d’Origène, Paris, 1629.

49 Halloix, Or. Def., p. 242.

50 Halloix, Or. Def., p. 240.

51 Halloix, Illustrium, t. II, p. 179 : « Ioannes Picus Mirandula vir ab ingenio et memoria naturae miraculum appellatus. » Id., Or. Def., p. 230, à propos de l’attribution de 1’Apologia pro Origene à Pamphile : « quemadmodum alias dixi et ante me quoque alii, nominatim autem ingeniosissimus ille Cornes Mirandulae. » Halloix partage l’admiration de Bellarmin pour Pie, cfr ibid., p. 240. — Il refuse (ibid., p. 317) de répondre à une « calomnie » lancée par Théophile dans sa seconde lettre pascale contre Origène ; il ajoute : « si quis tamen aliquam exposcat responsionem reperiet optimam apud doctissimum Genebrardum ante ipsius Origenis opera ab illo diligenter edita. » Il affirme (ibid., p. 317) qu’Origène a nié en plusieurs endroits de son œuvre que Dieu ait pensé sauver le Diable ; il ajoute ; « vide supra et apud Merlinum et Genebrardum in suis pro Origene Apologiis. » Voir encore une allusion à Merlin, ibid., p. 22 des Notes.

52 Halloix, Or. Def., Quaestio I, p. 221-239.

53 Id., ibid., Quaestio III : Quaenam adversus Origenem obiecta sint ? Responsiones ad ea quae obiecta sunt Origeni circa vitam, p. 243-258.

54 Id., ibid., Quaestio IV : Quinam sint errores praecipui quos Origeni obiecit Hieronymus et sintne revera Origenis ?, p. 258-296. Quaestio V ; An tenuerit Origenes poenas damnatorum non fore aeternas ?, p. 297-309. Quaestio VI : Quaenam adversus Origenem praecipue criminatus sit Theophilus Alexandrinus ; et quid eis respondeatur ?, p. 309-318.

55 Id., ibid., Quaestiones VII-X : Quaenam Concilia adversus Origenem concitata sint ?, p. 319-396.

56 Id., ibid., Quaestio XI : De salute et gloria Origenis, p. 397-403.

57 Halloix, Or. Def., p. 243, 249, 251.

58 Halloix invoque l’argument de la falsification des écrits d’Origène, Or. Def., p. 291 et 324 ; celui de l’indécision de la règle de foi, p. 311 ; il rapelle qu’Origène n’émettait que des hypothèses, p. 281, 289, 303, 310-311, 386, etc.

59 Halloix, Or. Def., p. 309-310.

60 Halloix, Or. Def., p. 217-218 : « Tot enim sunt, eoque plures regiones in quibus floruerunt illi quorum antiqua scripta et vetustos codices, nulli parcens labori, studiose sum perscrutatus. In his autem omnia quae de Origene, quamcumque in partem, seu ab ipsomet relicta, seu ab aliis scriptoribus tradita monumentis reperire potui, sedulo perlegi, perpendi, inter se contuli. »

61 Halloix, Or. Def., p. 222-223 : « Graeci et Latini omnes in eadem fuere communiter sententia, istam apologiam esse S. Pamphili, sicque reperta est in veteribus manuscriptis codicibus et deinde in omnibus libris impressis. »

62 Halloix, Or. Def., p. 260.

63 Halloix, Or. Def., p. 271 : « Quandoquidem Origenes locutus sit sicut alii ante ipsum Sancti Patres. »

64 Halloix, Or. Def., p. 272. Halloix invoque également cet argument à propos des condamnations conciliaires, p. 387 : « Quasi vero, si ea tenuisset Origenes [les hérésies que lui reproche Justinien dans sa Lettre à Menas] et tanquam dogmata tradidisset, latere potuisset quatuor prima Concilia generalia, ut ne verbo quidem attingerent. »

65 Halloix, Or. Def., p. 120, à propos d’un passage du Contre Celse : « Hic est proprius et clarus sensus verborum graecorum quae habentur in editione graeca Davidis Hoeschelii, p. 411 ; fuit autem haec prima omnium Graeca editio. » Il s’agit de l’édition parue à Augsbourg en 1604. — Id., ibid., p. 77 : « Isti octo libri (gratias Deo Iesu meo, quod integros graece reservavit et mihi velut in manus tradidit)... »

66 Halloix, Or. Def., p. 44 : « Habemus enim hodieque hanc ipsam orationem... actionis gratiarum appellatam in manibus graece » ; p. 18 des Notes ; « quae etiamnum extat graece ut ab eo habita est, et latine ex versione Gerardi Vossii Praepositi Ecclesiae Tungrensis. » Cfr supra, p. 88 et 184.

67 Voir les éloges placés en tête de l'Origenes Defensus : ils sont rapportés en grec.

68 Halloix, Or. Def., p. 38 des Notes.

69 Willaert, op. cit., p. 248-251.

70 Halloix, Or. Def., p. 384, à propos de la Lettre à Menas : « Illa epistola reperitur Graece et Latine in tomis Conciliorum Graeco-Latinis post acta Concilii quinti Generali » ; p. 363, à propos de la défense du Ve concile oecuménique par Pélage II : « Is extat tomo secundo Conciliorum Graecolatinorum, parte 2 inter fragmenta pro V. Synodo » ; p. 368 : « Extant enim hodieque ex una parte acta Concilii V. et ex altera Constitutum Vigilii Pontificis. » Il doit s’agir de l’édition des conciles généraux préparée et publiée à Rome sous le pontificat de Paul V. L’ouvrage se compose de 4 volumes in-folio parus de 1608 à 1612 sous le titre Tῶν ἀγίων οἰϰουμενιϰῶν ∑υνóδων τῆς Kαθολιϰῆς Ἐϰϰλησίας ἂπαντα Concilia generalia Ecclesiae. L’édition romaine contenait une importante innovation : l’utilisation des textes grecs, tirés, pour la plupart, des manuscrits du Vatican.

71 Halloix, Or. Def., p. 371, vient d’exposer les divergences qu’il constate entre les actes du Ve Synode établis par Justinien et le Constitutum de Vigile ; il ajoute : « Huc cum pervenissem incessit me cupido perquirendi num Jacobus Sirmondus, omnis ecclesiasticae antiquitatis explorator accuratissimus, nihil de hac praesenti controversia in suis Galliae antiquis Conciliis attigisset ; et ecce unam epistolam reperi, nunc primum ab eo de tenebris erutam, quae non modo confirmandis, quae supra protulimus, peropportuna sit, sed nonnullis etiam, quae adhuc latuerunt specialius declarandis sane quam accommoda. » A la fin de son édition du Facundi episcopi Hermianensis pro defensione trium capitulorum concilii Chalcedonis, Sirmond donnait un tableau des événements survenus à Constantinople de 546 à 553 ; Halloix le reproduit p. 348-349 de l'Origenes Defensus et y fait plusieurs fois allusion, cfr p. 362, 387, 388. Sur l’intervention de Faconde d’Hermiane au cinquième concile œcuménique, voir Duchesne, op. cit., p. 187-190.

72 Halloix, Or. Def., Quaestio VIII, p. 325-339.

73 Halloix, Or. Def., Quaestio X, p. 343-396.

74 Cfr supra, p. 108-109.

75 Cfr infra, p. 175 et sq.

76 Cfr infra, p. 160.

77 Halloix, Or. Def., p. 2 : « Amicam veritatem sic amplectar » ; p. 242 : « ... adspirante, ut confido, amicissima Veritate ad eorum quae Origeni obiecta sunt repulsionem accingar » ; p. 218 : « ... quoad emergentem denique Veritatem ipsam conspexi : ad quam ego prae laetitia gestions, Salue, inquam, ô mihi percara, peroptata Veritas, diu perquisita, sero inventa. Quam opportune nunc ades ! Quam exoptato mihi pro uno e clientibus tuis laboranti ao velut sub onere fatiscenti te offers ! »

78 Halloix, Or. Def., p. 251, 271.

79 Halloix, Or. Def., p. 313.

80 Ibid., p. 298.

81 Halloix, Or. Def., p. 310 : « Quod tamen professus est, se non asserendo sed inquirendo proferre [Origenes], Inde autem multas ineptas sequelas detorsit odio hostili Theophilus » ; p. 312 : « Theophilus, odio dictante, scribit... » ; p. 317 : « O amentem Theophili, minime theophili impudentiam » ; p. 328 : « Epiphanium prae omnibus odisse Origonem » ; p. 387, Halloix estime que les historiens grecs ont rapporté que le cinquième concile s’était occupé d’Origène « ex odio Origenis ».

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search