Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Deuxième partie. L'origenes defensus

Chapitre premier. La genèse de l'Origenes Defensus

Texte intégral

1. — Les mobiles d’Halloix

  • 1 Cfr supra, p. 33, n. 1 et 2.

1Halloix avait entrepris une vaste étude sur les écrivains grecs de l’Antiquité chrétienne. Il fut bientôt confronté au problème d’Origène. Pourquoi a-t-il choisi d’en faire l’apologie ? Quels sont les motifs qui l’ont poussé à se lancer dans cette entreprise périlleuse ? Nous savons qu’il était soucieux de l’unité de la foi chrétienne et respectueux de l’autorité du Saint-Siège1. Il importe donc d’expliquer sa position apparemment paradoxale.

  • 2 Halloix, Illustrium, t. II, p. 732, cite Origène à l’appui d’une opinion émise par saint Hégésippe
  • 3 Id., ibid., p. 851, dans la discussion relative à l’interprétation d’un passage du psaume, 18, Hal (...)
  • 4 Id., ibid., p. 330-331 ; Halloix cite le passage du Peri Archôn, 1. II, relatif au sort des âmes a (...)
  • 5 Id., ibid., p. 330-331, Halloix fait figurer Origène parmi « de grands hommes tant grecs que latin (...)
  • 6 Halloix, op. cit., t. I, p. 450 : les lettres de saint Ignace lui sont attribuées « ab Origene vir (...)
  • 7 Id., ibid., respectivement p. 654 et p. 335. Dans 1’Origenes Defensus, p. 323, Halloix rappelle le (...)
  • 8 Halloix, Illustrium, t. II, p. 631.
  • 9 II s’agissait de prouver qu’en étudiant les auteurs profanes au même titre que les écrivains sacré (...)

2On découvre dans des écrits bien antérieurs à l'Origenes Defensus les traces de l’admiration qu’Halloix vouait à Origène. Dès les premiers tomes des Écrivains illustres, en 1633-1636, il le cite comme référence, le faisant comparaître comme témoin de l’orthodoxie d’un autre Père de l’Église2, s’appuyant sur son exégèse3. Le Peri Archôn lui-même, l’œuvre la plus contestée d’Origène, n’effraie pas Halloix qui en cite des extraits4. Aux yeux du jésuite, Origène est digne de figurer parmi les plus grands Pères de l’Église5, il est un homme « d’une science incomparable6 ». Aussi Halloix déplore-t-il la perte de ses Hexaples et loue-t-il son Commentaire sur le Cantique des Cantiques7. Il cite avec éloges quelque événement de la vie d’Origène, tel celui des souffrances qu’il a endurées pour la foi8. Dès 1633, on découvre sous sa plume un paragraphe consacré à « la louange et à la défense d’Origène ». Sans doute cette première apologie ne portait-elle que sur un point de détail9. Le fait qu’Halloix se soit attardé à l’étudier prouve cependant qu’il accordait déjà à Origène une attention bienveillante.

  • 10 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 232, lettre d’Halloix au cardinal Pamphili ( (...)

3Il fallait cependant plus qu’une « attention bienveillante » pour se lancer dans 1’Origenes Defensus. À celui qui s’interroge sur les mobiles du jésuite, il apparaît clairement qu’il vouait à Origène une véritable vénération. « Pour Origène, dira-t-il, pour l'amoureux de Jésus, pour cet homme qui s’est tant dépensé au service de l’Église alors persécutée par de cruels tyrans, pour celui qui a toujours aspiré à mourir pour le Christ plus qu’à vivre pour lui-même, j’ai travaillé avec zèle et ardeur, non pas quelques jours mais plusieurs années10. »

  • 11 Halloix, Origenes Defensus, p. 218-220. Ce texte est capital pour comprendre les sentiments d’Hall (...)
  • 12 Halloix, op. cit., p. 23-25, 55.
  • 13 Op. cit., p. 28-30, 92-93, 206-216.
  • 14 Op. cit., p. 8-15, 65-70, 87-92.
  • 15 Op. cit., p. 219, 251-258, et p. 33-39 des Notes.
  • 16 Op. cit., p. 11, 18-20.

4La lecture de 1’Origenes Defensus confirme qu’avant d’apprécier l’œuvre ou la pensée du grand Alexandrin, Halloix admirait en lui le disciple du Christ, l’apôtre et le quasi-martyr. En préface au livre IV, intitulé Exacta Disquisitio, il imagine un dialogue au cours duquel la Vérité l’interroge11 : « Pourquoi portes-tu un tel amour à Origène ? » demande-t-elle. Dans sa réponse, Halloix met successivement en lumière l’action apostolique d’Origène, la force de son enseignement, la persistance et la grandeur de son goût pour le martyre. Autant de thèmes que l’on retrouve abondamment développés dans le corps du texte. Halloix montre constamment Origène opérant des conversions par la vertu de son éloquence et de son amour du prochain12 combattant l’hérésie et ramenant à la foi les égarés13. Il rappelle aussi sans cesse comment Origène fils d’un martyr, a, dès son plus jeune âge, aspiré à souffrir lui-même pour le Christ, comment il a soutenu ses disciples torturés et comment lui-même au terme de sa vie a enduré mille tourments pour la foi14. Aussi est-ce avec véhémence qu’Halloix réfute les récits relatifs à une hypothétique apostasie d’Origène15. Au thème du martyre est étroitement lié celui de l’ascèse ; Halloix présente Origène dans le plus parfait dénuement16.

  • 17 Cfr supra, p. 33-34.
  • 18 Halloix, Origenes Defensus, p. 20.

5Rappelons l’hypothèse selon laquelle le jésuite aurait trouvé dans le prosélytisme des Pères de l’Église un écho de son propre zèle apostolique et dans leur goût pour le martyre une image de son propre penchant à la mortification17. Un tel rapprochement paraît particulièrement fondé dans le cas d’Origène. Halloix, qui ne dormait que quatre ou cinq heures par nuit, qui se flagellait et s’imposait d’autres rudes pénitences, n’a-t-il pas été particulièrement sensible à l’ascétisme d’Origène, dont il nous dit « qu’il passait ses nuits à l’étude et à la méditation de l’Écriture et n’accordait au sommeil et au repos que le strict minimum18 ». Ne peut-on considérer d’autre part qu’il existe entre le zèle apostolique d’Halloix et celui qu’il prête à Origène une parenté certaine, l’un et l’autre s’attachant à la diffusion de la foi chrétienne par leurs écrits, par leur enseignement, par la prédication ?

  • 19 Halloix, op. cit., p. 218.
  • 20 Halloix, op. cit., p. 56, 77, 218. Voir également la dédicace à Innocent X.
  • 21 À propos des huit livres du Contre Celse : « Nec vero unum dumtaxat librum confecit, sed totos oct (...)
  • 22 Op. cit., p. 76-77 : « Denique toties recurrunt illae amicae voces : « Dominus meus lesus », ut si (...)
  • 23 Cfr Op. cit., la dédicace à Innocent X : « Ob defensum a se Dominum Jesum adversus Celsum [...] et (...)
  • 24 Halloix, Origenes Defensus, p. 218 : « Unde tibi Origenis [...] amor tantus ? Cui ego : Quia ille, (...)
  • 25 Sotuellus, op. cit., p. 657. — Patrignani, op. cit., p. 237 : « Tenerrimus in Iesum affectus fuit. (...)

6À la Vérité qui l’interrogeait sur l’origine de son amour pour Origène, Halloix répondait donc éloquemment par un éloge de sa vie. Il apportait encore un autre élément de réponse : ce qui l’avait séduit chez Origène, disait-il, c’est « son incroyable amour pour le Christ », dont témoigne le Contre Celse19. En plusieurs endroits de l’Origenes Defensus, Halloix professe à l’égard de la grande œuvre apologétique d’Origène la plus vive admiration20. C’est à ses yeux la meilleure défense du christianisme qui ait jamais été écrite et la seule qu’on ait osé tenter en cette période de persécution21. L’amour intense de Jésus qu’Origène exprime dans cet ouvrage plus encore qu’ailleurs suscite l’enthousiasme du jésuite22. Aussi Halloix estime-t-il que le plus beau compliment que l’on puisse faire à Origène est de le qualifier « d’amoureux de Jésus », de « prêtre aimant du Christ »23. Ce qui explique la réponse ardente qu’il fait à la Vérité : « Si j’ai tant aimé Origène, c’est que cet homme a prodigieusement aimé Jésus, mon amour24 » Rappelons que les biographes d’Halloix nous rapportent qu’« il aimait Jésus de l’amour le plus tendre25 ». À travers son attachement au Christ, le jésuite se trouvait donc en communion avec la piété origénienne.

  • 26 Halloix, Origenes Defensus, p. 77 : « Ergo Iesus, Iesus, inquam, ille eius et meus, sed ab illo, u (...)
  • 27 Cfr infra, annexe, p. 179.

7Nous nous interrogions sur les motifs qui avaient poussé Halloix à prendre le parti d’Origène. Il nous est apparu que la raison profonde de sa démarche était l’admiration qu’il vouait à la vie et à la spiritualité d’un Père de l’Église en qui il trouvait incarné son propre idéal religieux. Et sans doute ne peut-on donner de meilleur témoignage de sa ferveur à l’égard d’Origène que ce texte extrait de l’Origenes Defensus : « Jésus, Jésus, son Jésus et le mien, souffrira-t-il que son défenseur, celui qui a combattu pour lui comme personne jamais ne l’a fait, ne soit à son tour défendu ? Je m’offre moi à cette tâche exceptionnelle qu’est la défense d’un défenseur du Christ. Je le veux, le souhaite, le désire26. » Comme il l’écrit avec vivacité dans son projet de dédicace au cardinal Pamphili, Halloix a fait de la cause d’Origène sa propre affaire27.

***

2. — Les années de préparation

  • 28 Cfr supra, p. 128, n. 4.

8La rédaction de cette apologie qu’Halloix désirait tant écrire l’absorba de nombreuses années28. Quelle ambiance régnait alors autour de lui ? Quels obstacles rencontra-t-il ? Quelle fut sa propre attitude ? En apportant une réponse à ces questions, nous retrouverons le climat dans lequel se déroulaient, au XVIIe siècle, les controverses origénistes.

  • 29 Halloix, Origenes Defensus, p. 1.
  • 30 A.R.S.I., Fonda Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 232 : Halloix au cardinal Pamphili. Cfr. Hal (...)
  • 31 Halloix, Or. Def., p. 1 : « Vitam Origenis Adamantii multorum a me doctorum Virorum votis expetita (...)
  • 32 A.R.S.I., loc. cit., f° 232 : Halloix au cardinal Pamphili.
  • 33 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v° : Halloix à Bolland, 22 octobre (...)
  • 34 Halloix, Or. Def., p. 241.

9« Les sentiments que les modernes comme les anciens nourrissent au sujet d’Origène, de sa vie et de sa doctrine diffèrent considérablement », note Halloix en 164829. Il s’est donc trouvé, en préparant l’Origenes Defensus, dans une position délicate, qu’il décrit au cardinal Pamphili. Il a eu la conviction, dit-il, d’obéir à la volonté de Dieu en s’engageant à écrire la vie d’un si grand héros et d’un si grand amoureux de Jésus, à expliquer sa doctrine, à le venger des calomnies répandues sur sa personne et sur sa pensée. Et il ajoute : « Je me suis attelé à ce travail, assurément difficile, avec la plus ferme résolution et je l’ai poursuivi jusqu’à son terme avec obstination, je l’avoue, non, certes, contre l’avis de mes supérieurs, qui me sont presque tous favorables : dès le début, j’ai expérimenté leur bienveillance, en particulier celle que me témoignent quatre Pères Provinciaux. Mais je vais à l’encontre de théologiens célèbres et renommés, membres ou non de notre Compagnie. Certains d’entre eux estiment et proclament qu’il est bien téméraire d’oser défendre quelqu’un contre l’opinion et les préjugés des hommes les plus illustres30 ». Ailleurs il affirme que « beaucoup d’érudits et même ses supérieurs réclamaient de lui qu’il compose une Vie d’Origène31 ». À travers ces réflexions, on devine les tensions qu’a fait naître le projet d’Halloix. Partisans et détracteurs d’Origène ont fait pression sur lui. Dans ces conditions, son travail fut « fort difficile » et c’est avec amertume, semble-t-il, qu’il évoque « les injustices qu’il a supportées ou soupçonnées durant la rédaction d’une apologie qui lui a causé bien des peines et des souffrances ». Il confesse qu’il lui fallut « s’appliquer de toute son âme et s’obstiner pour mener son travail jusqu’au bout32 ». Pris par son sujet, cependant, il ne désarmait pas et tâchait de gagner son entourage à sa cause. Ainsi rapporte-t-il cette anecdote : « J’avais prouvé à un de nos docteurs et écrivains que l’apologie d’Origène attribuée à Pamphile est vraiment de lui. Celui-ci, m’ayant rencontré par la suite, m’apostropha en ces termes : « Tu m’as convaincu à propos de Pamphile33. » Halloix se félicitait des résultats ainsi obtenus : « Après m’avoir entendu ou lu, beaucoup de ceux qui m’étaient autrefois opposés, me donnèrent la main34 » Avant de publier l’Origenes Defensus, Halloix, cependant, prit encore de nombreuses précautions.

***

3. — Les démarches officielles

A. — Auprès de la Curie romaine

10Halloix voulut se concilier les faveurs des plus hautes autorités ecclésiastiques, dont il devait craindre les réactions.

  • 35 A.R.S.I., loc. cit., f° 232. Halloix au cardinal Pamphili.
  • 36 Nous ne connaissons pas la date exacte de l’envoi des dédicaces à Rome, mais nous savons que les r (...)
  • 37 Willaert, op. cit., p. 134. Sur Innocent X, voir L. von Pastor, Storia dei papi, t. XIV, Rome, 194 (...)
  • 38 Duchesne, op. cit., t. III, p. 72-106.

11D’abord, il décide de dédier l’Origenes Defensus au pape Innocent X35 ; dans la première moitié de l’année 1646 probablement, il envoie à Rome le texte de sa dédicace36. Innocent X se montrait alors aussi favorable à la Compagnie de Jésus que l’avaient été ses prédécesseurs37, ce qui n’a pu qu’encourager Halloix. De minces rapprochements avaient fourni au jésuite le thème de son épître. Dans l’Antiquité, Innocent Ier s’était opposé à Théophile qui désirait obtenir de lui la condamnation de « l’origéniste » saint Jean Chrysostome38. Halloix supplie Innocent X de prendre à son tour la défense des origénistes persécutés. Le nom de famille du pape, « Pamphili », permettait, en outre, à Halloix une comparaison facile : on se souvient, en effet, que Pamphile fut un des plus grands apologistes antiques d’Origène.

  • 39 Sur le cardinal Pamphili, voir Eubel, Hierarchia catholica, t. IV, p. 27. Le manuscrit de la dédic (...)
  • 40 Sur l’emprise de la famille Pamphili sur le pape, voir Pastor, op. cit., t. XIV, p. 27 et sq.
  • 41 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 600, Censurae librorum, f° 231. Sur Florent de Montmorency, voir F. Loi (...)

12La seconde dédicace qu’Halloix avait projeté de placer en tête de l'Origenes Defensus était écrite sur le même thème : le jésuite s’y adressait, en effet, au cardinal Pamphili, le neveu d’innocent X39. Comme Halloix le reconnaît lui-même, il n’aurait pu trouver « un chemin plus direct vers le pouvoir suprême de l’Église », car le pape subissait alors fortement l’influence de ses proches parents40. Pour plus de sûreté, Halloix a adressé son projet de dédicace à Florent de Montmorency, alors assistant de Germanie41. Ce jésuite qui, de 1638 à 1642, a été provincial de la province gallo-belge, est sans doute un des quatre provinciaux qui ont soutenu Halloix dans son travail.

  • 42 Sur la censure des livres dans la Compagnie et le cas particulier des dédicaces, cfr Poncelet, op. (...)
  • 43 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 237. Les quatre censeurs sont ceux qui révis (...)
  • 44 Le 21 janvier 1647. Eubel, op. cit., p. 27.

13Ce dernier a probablement compté sur Florent de Montmorency pour recommander ses dédicaces en les remettant aux réviseurs de la Compagnie, qui devaient les examiner avant leur publication42. Les réviseurs ont rendu leur jugement le 31 août 1646. Ils demandaient des corrections aux formules protocolaires dans la dédicace au cardinal Pamphili et l’atténuation d’un passage où Halloix s’en prenait trop vivement aux ennemis d’Origène43. Pourtant, seule la dédicace au pape figure en tête de l’Origenes Defensus. Avant la publication de l’ouvrage, en effet, Camillo Pamphili avait renoncé à sa dignité de cardinal, afin de se marier44.

B. — Auprès des censeurs jésuites

  • 45 Poncelet, op. cit., t. II, p. 480.
  • 46 J. B. Rossi (1593-1656) exerça la charge de censeur général pendant vingt-deux ans. Cfr Sommervoge (...)

14« D’après les règles de l’Institut [la Compagnie de Jésus], aucun ouvrage ne peut être envoyé à l’impression avant d’avoir été soumis à l’examen d’un certain nombre de réviseurs et d’avoir reçu l’approbation expresse du Général45. » Conformément à ces ordonnances, Halloix envoya à Rome l’Origenes Defensus, sans doute dans le courant de l’année 1645. Quatre censeurs, Jean-Baptiste Rossi, Honoré Nicquet, Sébastien d’Abreu et Gautier Paullus, le lurent « attentivement et avec la plus grande satisfaction ». « Nous jugeons, déclarent-ils, le 30 janvier 1646, que cet ouvrage est excellent et digne d’être publié46 ». Nous reviendrons sur leur analyse ; il nous suffit ici de savoir qu’elle est entièrement favorable à Halloix. Celui-ci leur fit parvenir ensuite, semble-t-il, les dédicaces dont nous avons déjà parlé.

  • 47 Sommervogel, op. cit., t. III, col. 1623-1624. Gottifredi fut élu Général do la Compagnie le 21 ja (...)
  • 48 Cfr L. Halkin, Documents relatifs au projet d'érection d'une province liégeoise de la Compagnie de (...)

15Halloix ne s’est pas contenté de cette approbation. Les événements lui donnèrent l’occasion de recueillir, en outre, celle d’un éminent théologien, Alexandre Gottifredi, qui avait été notamment professeur et recteur du Collège Romain47. Ce jésuite était alors investi de la fonction de visiteur et le Père Général l’avait envoyé à Liège pour aplanir le différend qui avait éclaté au collège wallon par suite du projet d’érection d’une province liégeoise de la Compagnie de Jésus48. Alexandre Gottifredi était arrivé à Liège au début du mois de juin 1648 ; le 2 juillet, il ratifiait le jugement qu’avaient rendu les réviseurs romains.

  • 49 Les approbations et le privilège se trouvent en tête de l’Origenes Defensus. — Hubert Wiltheim fut (...)

16Le 20 janvier précédent, le Provincial de la province gallo-belge, Hubert Wiltheim, avait concédé aux imprimeurs liégeois Henri et Jean-Mathias Hoyoux le privilège de l’impression de l'Origenes Defensus49. Il semble donc que les supérieurs d’Halloix et les théologiens de la Compagnie approuvaient unanimement son apologie d’Origène.

C. — Auprès du vicaire général de Liège

  • 50 A. Dubois, Le Chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liège au XVIIe siècle, Liège, 1949, p. 253, no (...)
  • 51 Capitaine, op. cit., col. 85.
  • 52 Publié en tête de l’Origenes Defensus.

17Halloix enfin avait soumis son ouvrage au « censeur ordinaire », le vicaire général de Liège, qui était alors Jean de Chokier de Surlet, chanoine de Saint-Lambert50. Cet ecclésiastique était un intellectuel, formé aux Universités de Louvain et d’Orléans. « Il possédait une vaste érudition, connaissait bien les classiques de l’Antiquité et avait fait une étude sérieuse de l’Écriture et des Pères de l’Église51. » Or le jugement qu’il porta sur l’Origenes Defensus, le 4 octobre 1647, fut lui aussi entièrement favorable : « Cet ouvrage du Père Halloix, écrit-il, ne contient rien qui ne soit conforme à la foi orthodoxe et aux mœurs chrétiennes. L’auteur expose ouvertement une vérité cachée pendant des siècles et la ramène à la lumière. Il reprend à la base et traite avec soin (ce que beaucoup espéraient) la cause de cet écrivain admirable, qui s’est distingué après les Apôtres et les Hommes Apostoliques par sa vertu et sa doctrine. C’est pourquoi j’estime que cet ouvrage peut et doit être édité pour le plus grand bien et profit de l’Église52. »

18Muni de toutes les autorisations nécessaires, Halloix allait enfin faire imprimer l'Origenes Defensus.

***

4. — L’impression de l’Origenes Defensus

  • 53 Cfr supra, p. 135, n. 4.
  • 54 J. Brassine, L’imprimerie à Liège jusqu’à la fin de l'Ancien Régime, dans Histoire du livre et de (...)
  • 55 Poncelet, op. cit., t. II, p. 46 : l’impression des livres scolaires. Pour les autres ouvrages, vo (...)

19C’est « aux typographes liégeois Henri et Jean-Mathias Hoyoux » que le Provincial de la province gallo-belge avait « concédé le droit d’imprimer et de vendre l’Origenes Defensus pendant huit ans à partir de la première impression53 ». Ce n’est pas un hasard : les Hoyoux formaient, en effet, depuis la fin du XVIe siècle une de ces « dynasties familiales d’imprimeurs liégeois qui perpétuaient alors une même entreprise pendant plusieurs dizaines d’années54 ». Ils avaient une solide réputation et les jésuites recouraient souvent à eux, notamment pour l’impression de leurs livres scolaires55.

L’enseigne de l’imprimerie des Hoyoux, 25, rue Gérardrie à Liège

  • 56 Sur la maison de la rue Gérardrie, no 25, voir Th. Gobebt, Liège à travers les âges. Les rues de L (...)

20L’imprimerie des Hoyoux était alors installée dans un immeuble qui s’étendait de la rue Souverain Pont à la rue Gérardrie. L’enseigne était celle du Paradis Terrestre. Sur la façade figurait, outre les armoiries des familles Streel et Hoyoux, une représentation d’Adam et Ève sous l’arbre fatal. Cette enseigne était reproduite par les Hoyoux comme marque distinctive sur leurs ouvrages in-folio : c’est ce qui explique qu’elle figure en tête de 1’Origenes Defensus56.

  • 57 Michel Natalis, graveur au burin et dessinateur, naquit en 1610 à Liège, où il mourut en 1668. Son (...)
  • 58 Sur cette pièce, voir Renier, op. cit., p. 102.

21Avant d’envoyer l’ouvrage à l’impression. Halloix s’était adressé au graveur liégeois Michel Natalis. Celui-ci revenait de Rome « précédé d’une réputation déjà faite » et certains jésuites, tel Barthélemy Fisen, avaient eu recours à ses services avant Halloix57. Pour ce dernier, Natalis grava le blason d’innocent X, qui fut placé en regard de la dédicace d’Halloix au pape58.

  • 59 L’ouvrage complet sortit de presse au plus tôt en juillet, et probablement plus tard, l’autorisati (...)

22Tel quel, l’ouvrage fut imprimé à Liège en 1648. Il ne devait jamais être réédité59.

***

Notes

1 Cfr supra, p. 33, n. 1 et 2.

2 Halloix, Illustrium, t. II, p. 732, cite Origène à l’appui d’une opinion émise par saint Hégésippe.

3 Id., ibid., p. 851, dans la discussion relative à l’interprétation d’un passage du psaume, 18, Halloix cite l’exégèse proposée par Origène.

4 Id., ibid., p. 330-331 ; Halloix cite le passage du Peri Archôn, 1. II, relatif au sort des âmes après la mort.

5 Id., ibid., p. 330-331, Halloix fait figurer Origène parmi « de grands hommes tant grecs que latins » dont voici la liste : Irénée, Tertullien, Origène, Hilaire, Augustin.

6 Halloix, op. cit., t. I, p. 450 : les lettres de saint Ignace lui sont attribuées « ab Origene viro in scientia incomparabili ».

7 Id., ibid., respectivement p. 654 et p. 335. Dans 1’Origenes Defensus, p. 323, Halloix rappelle le célèbre compliment de saint Jérôme sur le Commentaire origénien du Cantique des Cantiques : « Origenes cum in ceteris libris omnes vicerit, in Cantico Canticorum ipse se vicit. »

8 Halloix, Illustrium, t. II, p. 631.

9 II s’agissait de prouver qu’en étudiant les auteurs profanes au même titre que les écrivains sacrés, Origène ne faisait que s’inspirer de Pantène, dont il était le second successeur à la tête de l’école d’Alexandrie. Cfr Halloix, op. cit., t. II, p. 844.

10 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 232, lettre d’Halloix au cardinal Pamphili (avant août 1646) : « At pro Origene Amatore Iesu, viro de Ecclesia necessariis dirussimorum tyrannorum temporibus optime merito, viro semper pro Christo mortem quam pro se vitam ardentius sitiente, non dies multos sed annos plurimos serio et impense laboraui. »

11 Halloix, Origenes Defensus, p. 218-220. Ce texte est capital pour comprendre les sentiments d’Halloix envers Origène. C’est sur lui que nous basons toute notre analyse.

12 Halloix, op. cit., p. 23-25, 55.

13 Op. cit., p. 28-30, 92-93, 206-216.

14 Op. cit., p. 8-15, 65-70, 87-92.

15 Op. cit., p. 219, 251-258, et p. 33-39 des Notes.

16 Op. cit., p. 11, 18-20.

17 Cfr supra, p. 33-34.

18 Halloix, Origenes Defensus, p. 20.

19 Halloix, op. cit., p. 218.

20 Halloix, op. cit., p. 56, 77, 218. Voir également la dédicace à Innocent X.

21 À propos des huit livres du Contre Celse : « Nec vero unum dumtaxat librum confecit, sed totos octo, eosque sane tam singulares, atque exactos, ut cunctis post ilium scriptoribus ad scribendas in auxilium fidei adversus calumniatores dignas imitatione apologias exemplo esse potuerint et nune esse possint. Nihil antehac vidi tale. » Halloix, op. cit., p. 56. — « Nam ipsum [Jesus] gravissimis [...] calumniis appetitum et Iudaeis ac Gentibus a Philosopho quodam, Celso nomme, risui atque ludibrio expositum, hic unus Origenes libris octo, doctis (Deus bone !) et elaboratis fortissimo defendit. » Op. cit., p. 218.

22 Op. cit., p. 76-77 : « Denique toties recurrunt illae amicae voces : « Dominus meus lesus », ut sint una e notis, quibus scripta Origenis in mille alienis internoscantur. Nullibi tamen sui erga Iesum amoris vim atque ardorem ita expressit, ut in libris octo contra Celsum Philosophum pro suo Iesu apologeticis. Quid aliud enim sunt isti octo libri Origenis, quam quaedam pro Christo et tota christiana lege apologia ? Qualem certe ad hune diem (fas sit effari veritatem) nullus christianorum doctorum conscripsit. Quid enim sunt, inquam, isti octo libri (et gratias Deo Iesu meo quod integros graece reservavit et mihi velut in manus tradidit) quid, inquam, sunt aliud quam aeterna quaedam aurea statuta, a primo post apostolos Ecclesiae magistro, in Iesu honorem ac defensionem publice erecta [...] ? ». Cfr encore ibid., p. 56. — Pour le titre de « primus post apostolos Ecclesiae magister », cfr supra, p. 101, n. 5.

23 Cfr Op. cit., la dédicace à Innocent X : « Ob defensum a se Dominum Jesum adversus Celsum [...] et ob incredibilem erga Iesum amorem plurimis in eius libris testatissimum, meritissimo Amatoris Iesu titulo est decoratus. » Et le titre de l’ouvrage : Origenes Defensus sive Origenis Adamantii Presbyteri Amatoris Jesu Vita.

24 Halloix, Origenes Defensus, p. 218 : « Unde tibi Origenis [...] amor tantus ? Cui ego : Quia ille, Iesum, amorem meum, mire adamavit. »

25 Sotuellus, op. cit., p. 657. — Patrignani, op. cit., p. 237 : « Tenerrimus in Iesum affectus fuit. »

26 Halloix, Origenes Defensus, p. 77 : « Ergo Iesus, Iesus, inquam, ille eius et meus, sed ab illo, ut a nullo alio, defensus suum ilium defensorem patietur indefensum ? [...] Ad istud singulare opus quo defensor Iesu defendendus est, volens lubens, appotens, immo rogans, flagitans, deprecans, avide me offero. »

27 Cfr infra, annexe, p. 179.

28 Cfr supra, p. 128, n. 4.

29 Halloix, Origenes Defensus, p. 1.

30 A.R.S.I., Fonda Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 232 : Halloix au cardinal Pamphili. Cfr. Halloix, Or. Def., p. 1-2, 241-242. Infra, p. 178.

31 Halloix, Or. Def., p. 1 : « Vitam Origenis Adamantii multorum a me doctorum Virorum votis expetitam, adeoque nonnullorum, qui et imperandi ius habebant, hortatibus provoeatam, mandare litteris dum instituto... »

32 A.R.S.I., loc. cit., f° 232 : Halloix au cardinal Pamphili.

33 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v° : Halloix à Bolland, 22 octobre 1643.

34 Halloix, Or. Def., p. 241.

35 A.R.S.I., loc. cit., f° 232. Halloix au cardinal Pamphili.

36 Nous ne connaissons pas la date exacte de l’envoi des dédicaces à Rome, mais nous savons que les réviseurs de la Compagnie les ont examinées avant le 31 août 1646, date de leur réponse. Cfr A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 237. Le manuscrit de la dédicace d’Halloix à Innocent X est conservé à l’A.R.S.I., Fondo Oesuitico, 660, Censurae librorum, f° 230.

37 Willaert, op. cit., p. 134. Sur Innocent X, voir L. von Pastor, Storia dei papi, t. XIV, Rome, 1943, p. 13-307.

38 Duchesne, op. cit., t. III, p. 72-106.

39 Sur le cardinal Pamphili, voir Eubel, Hierarchia catholica, t. IV, p. 27. Le manuscrit de la dédicace qu’Halloix lui avait adressée est actuellement conservé à A.R.S.I., Fondo Oesuitico, 660, Censurae librorum, f° 232. Nous l’éditons en annexe, car elle ne fut pas imprimée dans l’Origenes Defensus.

40 Sur l’emprise de la famille Pamphili sur le pape, voir Pastor, op. cit., t. XIV, p. 27 et sq.

41 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 600, Censurae librorum, f° 231. Sur Florent de Montmorency, voir F. Loise, dans Biographie nationale de Belgique, t. XV. col. 196-197 et Sommervogel, op. cit., t. V, col. 1258-1259. Il est vraisemblable qu’Halloix avait connu Florent de Montmorency au collège de Douai, dont ce dernier avait été recteur de 1617 à 1619.

42 Sur la censure des livres dans la Compagnie et le cas particulier des dédicaces, cfr Poncelet, op. cit., t. II, p. 484-489.

43 A.R.S.I., Fondo Gesuitico, 660, Censurae librorum, f° 237. Les quatre censeurs sont ceux qui révisèrent l’Origenes Defensus lui-même, cfr infra, p. 000, n. 0. Nous publions ce document en annexe, p. 000.

44 Le 21 janvier 1647. Eubel, op. cit., p. 27.

45 Poncelet, op. cit., t. II, p. 480.

46 J. B. Rossi (1593-1656) exerça la charge de censeur général pendant vingt-deux ans. Cfr Sommervogel, op. cit., t. VII, col. 171-173. H. Nicquet (1585-1666) remplit pendant huit ans à Rome 1a, charge de théologien du Père Général. Cfr Sommervogel, op. cit., t. V, col. 1712-1714. — S. d’Abreu (1594-1674) fut à Rome censeur des livres des jésuites et théologien du Père Général. Cfr Sommervogel, op. cit., t.I, col. 23-25. — G. Paullus (1587-1672) fut pendant cinq ans censeur des livres à Rome (1643-1648). Cfr Sommervogel, op. cit., t. VI, col. 383-387. — On trouve en tête de l'Origenes Defensus le jugement des réviseurs : « Legimus accurate et magna cum animi voluptate opus quo Origenis vita, doctrina, status, proponuntur ac defenduntur. Iudicamus esse opus eximium, dignissimumque quod publico detur. »

47 Sommervogel, op. cit., t. III, col. 1623-1624. Gottifredi fut élu Général do la Compagnie le 21 janvier 1652, mais deux mois après, il mourait.

48 Cfr L. Halkin, Documents relatifs au projet d'érection d'une province liégeoise de la Compagnie de Jésus (1646-1650), Liège, 1949. Sur l’intervention de Gottifredi, ibid., p. 13.

49 Les approbations et le privilège se trouvent en tête de l’Origenes Defensus. — Hubert Wiltheim fut provincial de la province gallo-belge de 1646 à 1649. Cfr Sommervogel, op. cit., t. VIII, col. 102-103.

50 A. Dubois, Le Chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liège au XVIIe siècle, Liège, 1949, p. 253, note que « le vicaire général était nommé par l’évêque. Dès l’origine, il prit l’habitude de le choisir parmi les chanoines de Saint-Lambert. Au cours des siècles, cette coutume acquit force de droit. Ce droit est bien établi au XVIIe siècle puisqu’il est reconnu par les capitulations ». — Sur Jean de Chokier de Surlet, cfr U. Capitaine, dans Biographie nationale, de Belgique, t. IV, col. 85-91.

51 Capitaine, op. cit., col. 85.

52 Publié en tête de l’Origenes Defensus.

53 Cfr supra, p. 135, n. 4.

54 J. Brassine, L’imprimerie à Liège jusqu’à la fin de l'Ancien Régime, dans Histoire du livre et de l’imprimerie des origines à nos jours, 5e partie, Bruxelles, 1929, p. 23. Sur la dynastie des Hoyoux, cfr C. Triaille-Closset, Liège, ses premiers imprimeurs, catalogue de l’exposition organisée à Liège aux Chiroux du 18 septembre au 15 octobre 1980, Liège, 1980, p. 14. On trouvera, p. 45-46 de ce même catalogue, une bibliographie complète sur le sujet. Henri et Jean-Mathias Hoyoux, qui imprimèrent ensemble à partir de 1648 précisément, étaient les petits-fils de Henri Hoyoux, qui avait fondé l’entreprise en 1591.

55 Poncelet, op. cit., t. II, p. 46 : l’impression des livres scolaires. Pour les autres ouvrages, voir Triaille-closset, op. cit., p. 14 et sq.

56 Sur la maison de la rue Gérardrie, no 25, voir Th. Gobebt, Liège à travers les âges. Les rues de Liège, t. V, nouvelle éd., Bruxelles, 1976, p. 346-347, ou encore Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 3, Liège, 1974, p. 128.
La maison de la rue Gérardrie existe encore ; nous donnons ci-contre une photographie de l’enseigne du Paradis Terrestre.

57 Michel Natalis, graveur au burin et dessinateur, naquit en 1610 à Liège, où il mourut en 1668. Son œuvre comporte plus de 200 planches : compositions religieuses, mythologiques, estampes, portraits... Cfr J. S. Renier, Catalogue de l’œuvre de Michel Natalis, graveur liégeois, Liège, 1871, biographie de Natalis. p. 10-20.

58 Sur cette pièce, voir Renier, op. cit., p. 102.

59 L’ouvrage complet sortit de presse au plus tôt en juillet, et probablement plus tard, l’autorisation d’imprimer de Gottifredi, « facultatem concedimus, ut typis mandetur, si ita iis, ad quos pertinet, videbitur », qui figure dans les pages liminaires, datant du 2 juillet 1648. — Nous avons consulté l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Université de Liège. Il porte l’ex-libris suivant : « Bibliothecae Averbodiensi apposuit, R. D. Servatius abbas 1649 ». Il s’agit de Servais Vaes, abbé d’Averbode de 1647 à 1698. Cfr P. F. Lefèvre, L’Abbaye norbertine d’Averbode pendant l’époque moderne (1591-1797), t. I, Louvain. 1924, p. 18-23.

Table des illustrations

Légende L’enseigne de l’imprimerie des Hoyoux, 25, rue Gérardrie à Liège
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search