Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Deuxième partie. L'origenes defensus

Chapitre deuxième. L’état de la question au XVIIe siècle

Texte intégral

1 — Dans les milieux catholiques en général

  • 1 Cfr E. Amann, Pères de l'Église, dans D.T.C., t. XII, col. 1192-1215, et spécialement col. 1205-12 (...)
  • 2 Amann, op. cit., col. 1195.

1On appelle fréquemment le XVIIe siècle « l’âge d’or de la patrologie » : l’étude des Pères de l’Église prit alors, en effet, un essor spectaculaire1 Il est facile d’expliquer ce phénomène par l’efflorescence de la théologie positive, d’une part, le soin d’établir la tradition, de l’autre. Rappelons que les humanistes avaient incité les théologiens à retourner aux sources de la foi : l’Écriture, les Pères, les conciles ; les protestants, quant à eux, en contestant la tradition, avaient forcé les catholiques à en prouver la validité. Les Pères de l’Église, en tant que « témoins autorisés de la foi2 », furent donc particulièrement étudiés au XVIIe siècle.

2Cet essor de la patrologie se traduisit de plusieurs façons : par l’édition des œuvres des Pères, par des notices de plus en plus longues qui leur furent consacrées dans les Histoires de l’ancienne littérature chrétienne et dans les Histoires de l’Église, enfin par l'apparition d’ouvrages consacrés à tel ou tel Père en particulier.

  • 3 Amann, op. cit., col. 1201 : « Origène... que de multiples raisons empêchent de considérer comme u (...)

3On se refuse encore parfois à reconnaître Origène comme un Père de l’Église au sens strict3. Il profita pourtant, — et largement, — de l’efflorescence de la patrologie. Jamais jusqu’au XVIIe siècle, on n’avait tant parlé d’Origène. À cette époque, ses œuvres sortent de presse à une cadence impressionnante, son nom se retrouve partout. Donnons un bref aperçu de la littérature qui lui fut alors consacrée.

  • 4 J. Trithemius, Liber de scriptoribus ecclesiasticis, Mayence, 1494, f° 6-8 : Origène, Vie, écrits (...)
  • 5 A. Possevin, Apparatus Sacer ad Scriptores Veteris et Novi Testamenti, t. II, Venise, 1606, p. 516 (...)
  • 6 Voir surtout à ce propos Bellarmin, op. cit., p. 56 et Possevin, op. cit., p. 540-543.

4Dès la fin du XVe siècle, Trithème avait traité d’Origène dans son Liber de scriptoribus ecclesiasticis4. À la suite, tous les auteurs du XVIIe siècle inclurent le grand Alexandrin dans leurs Histoires de l'ancienne littérature chrétienne. C’est ainsi qu’on trouve une notice sur Origène dans l’Apparatus Sacer de Possevin (1603), dans le De Scriptoribus ecclesiasticis de Bellarmin (1613), repris par Labbé en 1660, dans les Recensiti auctores Bibliothecae Patrum concionatoriae de Combefis (1662), dans la Nouvelle Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques de Dupin (1686)5, etc. Tous ces auteurs établissent la liste des œuvres d’Origène ; certains tentent de discerner les apocryphes ou recensent les manuscrits origeniens qu’ils ont découverts dans telle ou telle bibliothèque6. Mais ils sont amenés aussi à présenter l’auteur et ils se posent alors la question de l’orthodoxie d’Origène.

  • 7 Centuriatores Magdeburgenses, Historiae Ecclesiasticae Volumen Primum, Bâle, 1559, Centuria IIIa, (...)
  • 8 N. Alexandre, op. cit., Paris, 1677, p. 1-187. Sur Alexandre et son ouvrage en général, cfr R. Cou (...)
  • 9 J. J. Duguet, op. cit., Cologne, 1742, p. 193-230. Sur Duguet et ses conférences, cfr B. Neveu, da (...)
  • 10 C. Fleury, op. cit., t. II, nouv. éd., Paris, 1713, passim (lre éd., Paris, 1691). Sur Claude Fleu (...)
  • 11 La figure et l’œuvre d’Origène étaient communément controversées, comme le montre l’anecdote rappo (...)

5Au XVIe siècle, les Centuriateurs de Magdebourg, puis leur contradicteur Baronius, ont retracé l’histoire d’Origène et des luttes origénistes dans leurs Histoire de l'Église7. Au XVIIe siècle, bon nombre d’auteurs poursuivent leurs entreprises. En 1677, par exemple, le dominicain Noël Alexandre publie les cours d’histoire de l’Église qu’il a donnés au fils de Colbert ; trois dissertations sont consacrées à Origène8. En 1680, l’oratorien Duguet donne à Saint-Magloire à Paris des Conférences ecclésiastiques sur les auteurs, les conciles et la discipline des premiers siècles de l’Église qui eurent « un succès étonnant » ; il y traite d’Origène et de ses travaux exégétiques9. Claude Fleury, à la fin du siècle, s’attarde longuement sur Origène dans son Histoire ecclésiastique et Sébastien Le Nain de Tillemont, dans ses Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique des six premiers siècles, se demande « quel jugement on peut faire d’Origène, prestre et confesseur »10. Tous ces historiens de l’Église sont amenés par leur sujet lui-même à traiter des controverses origénistes et des condamnations encourues par Origène. Rares sont ceux qui exposent les faits sans prendre parti : on trouve souvent dans les Histoires de l’Église du XVIIe siècle des apologies d’Origène ou, au contraire, des réquisitoires contre lui11.

  • 12 Tels Pic de la Mirandole, Merlin, Érasme, Génébrard. Cfr Schär, op. cit., passim. Godin, Érasme, l (...)
  • 13 Tous trois publiés à Paris aux dates indiquées. À propos de l’ouvrage de de la Motte (pseudonyme d (...)

6Il faut enfin signaler les études entièrement consacrées à Origène. Déjà à la Renaissance, certains auteurs s’étaient attardés à présenter longuement l’Alexandrin12. Mais jamais, jusqu’au XVIIe siècle, n’avaient paru de livres traitant uniquement d’Origène. Or ceux-ci foisonnent au XVIIe siècle. Citons, à titre d’exemples, le livre du jésuite Binet intitulé Du salut d’Origène (1629), celui du janséniste de La Motte consacré à l’Histoire de Tertullien et d’Origène (1679), celui encore de Doucin, paru en 1700, qui retrace l’Histoire des mouvements arrivés dans l’Église au sujet d’Origène et de sa doctrine13.

7Ces quelques énumérations suffisent, nous semble-t-il, à prouver qu’Origène est, au XVIIe siècle, un auteur largement étudié. Mais cette constatation ne suffit pas, il faut s’interroger sur la manière dont les théologiens du XVIIe siècle envisageaient l’Alexandrin. Un premier fait apparaît immédiatement : qu’ils traitent d’Origène accidentellement dans les Histoires de l’Église, dans les Histoires de l’ancienne littérature chrétienne, ou qu’ils s’y attachent spécialement, les auteurs du XVIIe siècle prennent parti, portent un jugement de valeur. La question origénienne baigne encore dans un climat passionnel. Une étude plus approfondie permet de constater que les adversaires comme les admirateurs d’Origène utilisent pour justifier leur position les arguments classiques, ceux que les médiévaux, déjà, avaient hérités de l’Antiquité. En effet, tandis que les détracteurs du grand Alexandrin font état de sa prétendue apostasie, de son allégorisme, de ses spéculations les plus hétérodoxes ou des condamnations conciliaires qu’il a encourues, ses apologistes invoquent la sainteté de sa vie, la hauteur mystique de ses homélies, le témoignage enfin de ses disciples et de ses apologistes antiques.

  • 14 Cfr H. Crouzel, Une controverse sur Origine à la Renaissance : Jean Pic de la Mirandole et Pierre (...)
  • 15 Cfr l’analyse de l’apologie de Merlin, dans Schär, op. cit., p. 196-208, et dans Godin, op. cit., (...)
  • 16 Des Erasmi Roterodami de vita, phrasi, docendi ratione et operibus Origenis, cum singulorum libror (...)

8Comment expliquer que le débat autour d’Origène se soit ainsi figé ? Notre hypothèse est la suivante : à l’aube des Temps modernes, Pic de la Mirandole avait fait d’Origène, et spécialement de sa doctrine, une apologie cohérente. Elle était basée sur des arguments anciens, — falsification des écrits d’Origène, indécision de la règle de foi aux IIe et IIIe siècles, — mais, pour la première fois, quelqu’un les rassemblait et les coulait dans un raisonnement logique14. En 1512, Merlin avait complété l’apologie de Pic en soulignant la sainteté de la vie d’Origène et les ravages opérés par ses « diffamateurs » antiques15. Dans le courant du XVIe siècle, d’autres apologistes, tels Érasme ou Génébrard, avaient à leur tour complété la plaidoirie en faveur d’Origène16.

  • 17 Bellarmin, op. cit., p. 57.
  • 18 D. Huet, Origeniana, lib. II, cap. IV, sect. II, 19, dans P.G., t. XVII, col. 1178-1180. Sur Pierr (...)
  • 19 N. Alexandre, op. cit., p. 15 : « De fide Origenis ». On remarquera ici l’absence du nom d’Érasme. (...)

9Or, au XVIIe siècle, les théologiens rappellent sans cesse le témoignage de ces apologistes modernes d’Origène, dont ils semblent prisonniers. « Voici quelques temps, écrit Bellarmin, en 1613, Jean Pic a pris la défense d’Origène et récemment Gilbert Génébrard a fait de même17. » En 1668, Huet déclare « qu’Origène n’aurait pu espérer de meilleur défenseur que Pic de la Mirandole, ce prince à l’esprit si brillant » ; il note un peu plus loin que « le théologien Merlin a ajouté aux œuvres d’Origène, une apologie en sa faveur », il observe qu’Érasme, lui aussi, a bien mérité d’Origène, qu’il l’a couvert de louanges et qu’il aurait écrit une apologie de sa doctrine si la mort ne l’en avait empêché18. Noël Alexandre remarque, en 1677, que « nombreux sont les auteurs tant anciens que modernes qui ont rédigé des plaidoiries en faveur d’Origène. [...] Parmi les modernes, le Comte Pic de la Mirandole, Jacques Merlin, Génébrard19 ».

  • 20 E. Binet, Du salut d’Origène, Paris, 1629. — P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, t. III (...)
  • 21 J. Adam, Response à la lettre de Monsieur Daillé..., Poitiers, 1660, p. 266.

10Mais les théologiens du XVIIe siècle ne font pas que citer ces auteurs, ils s’en inspirent directement, comme Pierre Bayle l’a remarqué : « Le Jésuite Étienne Binet publiant un Livre à Paris l’an 1629 touchant le salut d’Origène prit le parti de donner à cette affaire la forme d’une révision du Procès [...]. Les témoins qu’il fit ouïr pour Origène sont Jacques Merlin et Érasme. Les Avocats qu’il fit plaider pour le même Père sont Génébrard, Jean Pic de la Mirandole20 ». En 1660, un autre jésuite, Jean Adam, reprenait l’argumentation de Pie en ces termes : « Je diray avec ce noble Escrivain qui s’offrit de le [Origène] deffendre publiquement dans Rome à l’âge de 24 ans, qu’Origène en avoit plus de 60, premier que de se déterminer dans ses Écrits, qu’il a pû avoir des erreurs sans estre hérétique, ne les ayant jamais retenues avec opiniâtreté, ny deffendues par la rebellion21. » Que conclure de tout ceci sinon que les controversistes du XVIIe siècle s’inspirent de ceux de la Renaissance et qu’à travers eux se perpétue le débat classique, né dans l’Antiquité ? La polémique reste la même.

  • 22 Crouzel, op. cit., p. 45, remarque que « comme textes imprimés, Pic n’avait à sa disposition en 14 (...)
  • 23 Amann, op. cit., col. 1205.

11Pourtant, la science est nouvelle. L’érudition des théologiens du XVIIe siècle est infiniment supérieure à celle de Pic, par exemple, qui ne pouvait avoir d’Origène qu’une connaissance fort limitée22. Le retour aux sources est, en ce XVIIe siècle, largement facilité. L’efflorescence de la patrologie entraîne, en effet, l’édition d’un nombre incalculable de textes patristiques. La Renaissance connaissait les œuvres des Pères latins et lisait une partie des écrits des Pères grecs en traduction latine. Au XVIIe siècle, paraissent enfin les grandes œuvres grecques dans le texte original23.

  • 24 de Lubac, op. cit., t. I, p. 219 ; cfr encore p. 216-238.
  • 25 Cfr Schär, op. cit., p. 112-113.
  • 26 Cfr Crouzel, Bibliographie, p. 83, 88, 96. Schär, op. cit., p. 191 et sq., 289 et sq. Godin, op. c (...)

12Or l’œuvre d’Origène comporte deux versants. La majorité de ses traités exégétiques, commentaires et homélies, ont été traduits en latin par Rufin et par Jérôme. Ainsi, « une part de l’héritage patristique [...] allait être recueillie en Occident, où elle ne cesserait de fructifier24 ». Comme le Moyen Âge, la Renaissance a d’abord lu l’Origène latin, y compris le De principiis, qui ne subsistait, lui aussi, que dans la version de Rufin. C’est ainsi que les premiers textes d’Origène sont sortis de presse, à Rome, en 1468, inclus dans une édition d’œuvres de saint Jérôme, souvent rééditée par la suite25. Tout l’Origène latin classique, augmenté d’œuvres nouvellement traduites, a été repris dans les Opera omnia de l’Alexandrin, dont les éditions jalonnent le XVIe siècle : à Paris, en 1512, par les soins de Merlin, à Bâle en 1536 par ceux d’Érasme, à Paris encore en 1574, par ceux de Génébrard26.

  • 27 Cfr Schär, op. cit., p. 113-119.

13Mais bien des écrits d’Origène sont conservés dans le texte grec original : sa grande œuvre apologétique, le Contre Celse, ses deux écrits ascétiques, Sur la Prière et Sur le Martyre, plusieurs de ses homélies, celles sur Jérémie et sur la Pythonisse d’Endor, quelques uns de ses commentaires, celui de saint Jean, par exemple. Au milieu du IVe siècle, d’autre part, Basile et Grégoire de Nazianze ont établi une anthologie des œuvres origéniennes, également conservée en grec, la Philocalie. Si les humanistes ont donne des traductions de l’une ou l’autre de ces œuvres, dont le Contra Celsum en 1481 à Rome, aucune, jusqu’au XVIIe siècle, n’a été publiée dans le texte grec original. Certains écrits d’Origène étaient même totalement inconnus au XVIe siècle, tels ses traités ascétiques.27

  • 28 Cfr Crouzel, Bibliographie, passim. On notera que les traités ascétiques ont été publiés seulement (...)
  • 29 Cfr K. Harnack, Geschichte der altchristlichen Literatur, Leipzig, 1893, p. 835-842, traduit et ré (...)
  • 30 P. D. Huet, ’Ωριγένους τῶν εἰς τάς θείας γραφὰς ἐξηγητιϰά ἄπαντα τὰ έλληνιστὶ εὑρισϰόμενα. Origeni (...)
  • 31 Ch. Delarue et, pour les tomes II à V, Ch. Vincent Delarue, ’Ωριγένους τὰ εὑρισϰόμενα πάντα. Orige (...)

14Dès le début du XVIIe siècle, au contraire, les érudits entreprennent de publier l’Origène grec : ses grandes œuvres exégétiques, le Contre Celse, la Philocalie, les traités ascétiques virent ainsi progressivement le jour dans le texte original28. Plusieurs hellénistes, d’autre part, recherchent dans les chaînes grecques les passages origéniens29. En 1668, Huet fait une première synthèse du travail accompli en publiant la totalité des œuvres exégétiques grecques d’Origène30. Au début du XVIIIe siècle, le mauriste Delarue, couronne les efforts des érudits du XVIIe siècle en donnant la première édition complète des œuvres d’Origène, tant grecques que latines31.

  • 32 de la Motte, op. cit., Avis au lecteur, iii, et au cours du texte, p. 156 et sq. : « Combien Origè (...)

15Ces publications étaient évidemment propres à nourrir les controverses origénistes. Lisons, par exemple, ce que de La Motte écrivait en 1676 en préface à sa biographie d’Origène : « Il est seulement nécessaire d’ajouter ici que l’on trouvera entre les autres citations des écrits d’Origènes celle d’un ouvrage qui n’avoit point encore esté imprimé et qu’on a donné au public depuis peu de temps. Il porte pour titre Exhortation d’Origenes aux Martyrs. C’est un livre fort petit mais tout rempli d’onction et de grâce qu’il composa principalement pour exhorter un seigneur, son ami intime, nommé Ambroise, à confesser le nom de Jésus-Christ devant l’Empereur Maximin qui l’avoit fait arrester et à mourir pour la foy. » Plusieurs fois au cours du livre, de La Motte cite en effet « l’excellente exhortation d’Origènes qui encourage Ambroise au martyre32 ». N’était-ce pas pour ce partisan d’Origène un argument de choix en sa faveur ?

  • 33 En 1604, par G. Vossius à Mayence ; en 1605, par Hoeschel à Augsbourg ; en 1618, par G. Vossius à (...)
  • 34 H. de Valois, Eusebii Pamphilii... Historiae Ecclesiasticae... graecum textum... emendavit, Latine (...)
  • 35 C’est une édition des œuvres complètes d’Épiphane que Petau donna à Paris en 1622. Cfr Hofmann, op (...)
  • 36 Dans les œuvres complètes de saint Jérôme publiées à Paris par Martianay en 1684.

16À côté d’Origène, d’autres Pères de l’Église, bien entendu, étaient édités. Au tout début du XVIIe siècle, par exemple, le Remerciement à Origène de Grégoire le Thaumaturge fut plusieurs fois publié33 ; or, peut-on trouver un écho plus favorable à Origène ? En 1659, Henri de Valois donnait une édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe « qui mérita l’applaudissement du Public et l’estime de tous les Sçavans34 » rappelons que le livre VI traite d'Origène en des termes fort élogieux. En 1622, par contre, Denis Petau éditait le Panarion d’Épiphane, où l’on pouvait lire toutes les invectives de l’évêque de Chypre contre Origène, « le père de l’Arianisme35 ». Au XVIIe siècle encore, étaient réédités les écrits hieronymiens de la première controverse origéniste36.

  • 37 Halloix, Origenes Defensus, p. 271, p. 36-37 des Notes, contre Petau. Cfr Doucin, op. cit., p. 54- (...)
  • 38 S. le Nain de Tillemont, op. cit., p. 769.
  • 39 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 1. VI, ch. XIX, 2-11. Cfr Halloix, Origenes Defensus, p. 3 des No (...)
  • 40 H. de Valois, op. cit., t. I, p. 280.
  • 41 Cadiou, La jeunesse d'Origène, op. cit., p. 236-237.

17Cet apport de documentation devait avoir une double conséquence. Dans un premier temps, les débats autour d’Origène en furent ranimés. En publiant Épiphane, par exemple, Denis Petau avait ajouté une dissertation sur la prétendue apostasie d’Origène. Halloix et d’autres érudits reprirent une discussion qui n’en fut que plus vive37. À l’extrême fin du XVIIe siècle, Tillemont déclarait encore « qu’il ne se serait pas tant arrestez à cette narration de Saint Épiphane s’il n’avait vu que le Père Petau s’était mis en peine de la soutenir38 ». Voici un autre exemple : dans le livre VI de l'Histoire ecclésiastique, Eusèbe rapportait qu’Origène avait été l’élève d’Ammonios Saccas39 ; en éditant ce texte en 1659, Henri de Valois émit l'hypothèse que Porphyre, dont Eusèbe invoquait le témoignage, ne parlait pas, en fait, d’Origène le chrétien mais d’un « Origène le Païen » ou « le Néoplatonicien »40. Cette supposition permettait de minimiser l’influence du néoplatonisme sur Origène : tous les partisans de l’Alexandrin abondèrent dans le sens de l’érudit parisien41.

  • 42 Huet, op. cit., Prologus, dans P.G., t. XVII, col. 633-634.
  • 43 Chouzel, Bibliographie critique d’Origène, p. 116, note que « les Origeniana de Huet sont de loin (...)
  • 44 S. le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495.
  • 45 Cfr infra, p. 164-165.

18Mais, à la fin du siècle, un tout autre mouvement se dessine : mis en présence de tous les témoignages antiques, les historiens sont tentés de faire état de leurs découvertes souvent contradictoires, sans trancher le débat. Cette réflexion de Huet nous semble à cet égard particulièrement révélatrice : « Il est souhaitable, écrivait-il en 1668, de traiter d’Origène avec soin et sans parti pris, car personne jusqu’ici n’a parlé de lui sans amour ou sans haine42 ». Les Origeniana de Huet reflète en effet un détachement scientifique inconnu jusqu’alors43. Fit-il école ? Les théologiens de la fin du XVIIe siècle reconnurent « sa sincérité à ne chercher que la Vérité sans s’attacher à aucun parti44 », mais rares sont ceux qui imitèrent dans leurs écrits son impartialité. Huet nous semble avoir été beaucoup plus entendu au XVIIIe siècle45 : le XVIIe reste au total le siècle de la polémique.

***

2. — Dans la Compagnie de Jésus en particulier

  • 46 E. Binet, Du salut d’Origène, Paris, 1629, page de titre. L’ouvrage est dédié au cardinal Fr. de L (...)
  • 47 Op. cit., p. 468. En réalité, Binet prend prétexte de ce « procès » d’Origène pour semoncer les es (...)
  • 48 Cfr d’Alès, op. cit., col. 1256, qui porte ce jugement sur Halloix, un jugement qui sera à nuancer
  • 49 J. Adam, Response à la lettre de Monsieur Daillé, Poitiers, 1660, p. 266-271 : réponse aux reproch (...)
  • 50 L. Doucin, Histoire des mouvements arrivés dans l’Église au sujet d’Origène et de sa doctrine, Par (...)

19Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises l’intervention de jésuites dans le grand débat origénien. Durant le XVIIe siècle, plusieurs théologiens de la Compagnie de Jésus sont entrés de plain pied dans la polémique. En 1629, Binet se penche sur la question du salut d’Origène. Il se demande « si Origène est sauvé ou damné » et « s’il est vrai que les plus grands esprits soient les plus meschans bien souvent, et damnez46. » Après avoir entendu les plaidoyers de Merlin, d’Érasme, de Génébrard, de Pic de la Mirandole, de Grégoire le Thaumaturge et le réquisitoire de Baronius, qui parle au nom de Bellarmin et de tous les adversaires d’Origène, après avoir considéré les arguments de la Miséricorde et de la Justice, puis « les regrets d’Origène et les larmes de sa pénitence », enfin les conclusions dilatoires de la Vérité, Binet rend son arrêt : « ... l’affaire sera appointée au conseil secret de Dieu et à luy réservée la sentence définitive. Et néantmoins par provision, et au profit d’Origène, a esté dit que, tout bien balancé,... il y a plus d’apparence de le croire sauvé que damné47. » En 1648, avec moins de prudence, mais avec plus de science et de sérieux que son confrère Binet, Halloix se fait, dans l’Origenes Defensus, l’apologiste d’Origène, outrancier selon certains48. En 1660, Jean Adam défend « la sainteté » de l’Alexandrin contre les attaques du calviniste Jean Daillé49. En 1700, enfin, Doucin démontre qu’indubitablement, Origène a été hérétique50. Autant de prises de position nettes et tranchées, contradictoires aussi : cette seule énumération permet de constater que la Compagnie de Jésus était, au XVIIe siècle, tout aussi divisée au sujet d’Origène que le monde catholique en général.

  • 51 Cfr supra, p. 14 n, 5.
  • 52 Halloix, Origenes Defensus, p. 402. Sur Jacques Gretser (1562-1624), célèbre professeur d’Ingolsta (...)

20Il faudrait, certes, élargir l’enquête et recueillir les allusions que les grands théologiens jésuites du XVIIe siècle faisaient à Origène au cours de leurs exposés. Halloix, par exemple, rappelle l’éloge que Cornelius a Lapide avait fait d’Origène dans un de ses commentaires bibliques51, de même que celui de Gretser, qui appelait Origène « un soleil éclatant »52. Mais il ne semble pas que cette immense investigation aboutirait à une conclusion différente de celle que nous venons de tirer.

  • 53 Voir les références précises supra, p. 114, n. 2.

21Si certains jésuites reprenaient la polémique traditionnelle, nombreux étaient ceux qui cherchaient uniquement à avoir une connaissance meilleure et plus complète de l’œuvre d’Origène. Dès le début du siècle, de vastes travaux avaient été entrepris au sein de la Compagnie de Jésus pour répertorier les écrits de l’Alexandrin et découvrir dans les bibliothèques d’Europe les manuscrits origéniens qui s’y trouvaient encore. Ce fut l’œuvre de Possevin, de Bellarmin et de Labbé53.

  • 54 Cfr M. Pattison, Peter Daniel Huet, dans Quarterly Review, t. 97, p. 291-334. Sur son leg au collè (...)
  • 55 D. Hoeschel, Africani et Origenis epistolae ἀµοιβαῖαι de historia Susannae e Bibliotheca V. Cl. An (...)
  • 56 G. Vossius, Sancti Gregorii... Thaumaturgi opera omnia..., Mayence, 1604, p. 169-233 : In Origenem (...)

22D’autre part, les études des hellénistes de Paris et d’Anvers portèrent souvent sur des œuvres d’Origène ou des écrits de l’Antiquité qui traitaient de lui. Prenons le cas de l’édition des œuvres exégétiques grecques d’Origène, publiées par Huet en 1668. Que contient-elle ? Une traduction latine du Commentaire d’Origène sur la Genèse due à François Viger, un scriptor du collège de Clermont, une version latine du Commentaire sur les Psaumes d’Origène faite par Denis Petau, un jésuite parisien lui aussi, les Homélies origéniennes sur Jérémie dans la traduction de Cordier, l’hélléniste anversois. Est-ce un hasard si les philologues de la Compagnie de Jésus ont ainsi tant collaboré à l’œuvre de Huet ? Nous ne le pensons pas. Huet était, en effet, fort lié aux jésuites de Paris, auxquels, à sa mort, il légua sa bibliothèque et ses manuscrits54. On peut d’ailleurs faire état d’autres cas de collaboration. En 1602, notamment, André Schott procurait au protestant Hoeschel un manuscrit contenant le texte grec de la correspondance échangée entre Origène et Julius Africanus55. En 1604, Gérard Vossius publiait le texte grec du Remerciement à Origène, accompagné de la traduction latine du jésuite Jacques Sirmond, le célèbre ami d’Halloix56. Au-delà des polémiques séculaires, la Compagnie de Jésus participait donc au vaste travail d’édition qui devait enfin permettre d’apprécier l’œuvre du grand Alexandrin.

***

Notes

1 Cfr E. Amann, Pères de l'Église, dans D.T.C., t. XII, col. 1192-1215, et spécialement col. 1205-1207. Cayré, op. cit., t. I, p. 12-16 ; Dagens, op. cit., ch. III, L’antiquité sacrée, p. 33-37. Willaert, La Restauration catholique, p. 246-248. Jedin, Handbuch der Kirchengeschichte, t. IV, p. 575.

2 Amann, op. cit., col. 1195.

3 Amann, op. cit., col. 1201 : « Origène... que de multiples raisons empêchent de considérer comme un Père au sens technique du mot. »

4 J. Trithemius, Liber de scriptoribus ecclesiasticis, Mayence, 1494, f° 6-8 : Origène, Vie, écrits latins, puis amis et disciples. Cfr Schär, op. cit., p. 240-241.

5 A. Possevin, Apparatus Sacer ad Scriptores Veteris et Novi Testamenti, t. II, Venise, 1606, p. 516-543 : Origène, livres écrits sur lui, livres écrits par lui, plan de l’édition de Génébrard, manuscrits. — R. Bellarmin, De Scriptoribus ecclesiasticis, Rome et Lyon, 1613, p. 54-57 : Origène, liste des œuvres. — Ph. Labbé, De Scriptoribus ecclesiasticis, quos attigit... Bellarminus, philologica et historica dissertatio, t. II, Paris, 1660, p. 139-148 : Origène, vie et œuvres d’après le plan de l’édition de Génébrard. — F. Combefis, Recensiti auctores Bibliothecae Patrum concionatoriae, Paris, 1662, p. 129-131 : jugement sur la littérature concernant Origène. — Dupin, op. cit., t. I, p. 331, 396.

6 Voir surtout à ce propos Bellarmin, op. cit., p. 56 et Possevin, op. cit., p. 540-543.

7 Centuriatores Magdeburgenses, Historiae Ecclesiasticae Volumen Primum, Bâle, 1559, Centuria IIIa, cap. X, col. 175-190 : De Origene (vie, œuvres, doctrine, erreurs selon ses accusateurs, luttes, manière d’écrire au jugement d’Érasme, souffrances et mort). Sur les centuriateurs de Magdebourg, voir P. PolmaN, L’élément historique dans les controverses religieuses du XVP siècle, Gembloux, 1932, p. 213-234. H. M. Féret, dans Catholicisme, t. II, col. 815-817. C. Baronius, Annales Ecclesiastici, Rome, 1588-1607. Les événements sont relatés année par année : chercher à leur date la vie d’Origène et les querelles origénistes. Cfr Polman, op. cit., p. 527-538. C. K. Pullapilly, Caesar Baronius. Counter-Reformation Historian, Londres, 1975. H. Jedin, Kardinal Caesar Baronius. Der Anfang der katholischen Kirchengeschichtsschreibung im 16. Jdhrhundert, Münster i.W., 1978.

8 N. Alexandre, op. cit., Paris, 1677, p. 1-187. Sur Alexandre et son ouvrage en général, cfr R. Coulon, dans D.H.G.E., t. II, col. 280-287, spécialement 282-283.

9 J. J. Duguet, op. cit., Cologne, 1742, p. 193-230. Sur Duguet et ses conférences, cfr B. Neveu, dans Dictionnaire de Biographie française, t. XIII, col. 1526-1528 ; A. Ingold, dans D.T.C., t. IV, col. 1858-1859. A. Guny, dans D.S., t. III, col. 1759-1769.

10 C. Fleury, op. cit., t. II, nouv. éd., Paris, 1713, passim (lre éd., Paris, 1691). Sur Claude Fleury, historien de l’Église, voir D. Gorce, dans D.H.G.E., t. XVII, col. 479-489. R. E. Wanner, Claude Fleury (1640-1723), as an educational historiographer and thinker, La Haye, 1975 (Archives internationale d’histoire des idées, n° 76). S. Le Nain de Tillemont, op. cit., t. III, Paris, 1693, p. 494-595 et 753-777. Cfr Br. Neveu, Un historien à l’École de Port-Royal. Sébastien Le Nain de Tillemont, 1637-1698, La Haye, 1966 ; pour l’opinion nuancée et bienveillante de Tillemont sur Origène, voir p. 155, 252-254.

11 La figure et l’œuvre d’Origène étaient communément controversées, comme le montre l’anecdote rapportée par le jésuite François Poiré, La science des saints, Paris, 1638, p. 308 et sq., cité par Schär, op. cit., p. 1.

12 Tels Pic de la Mirandole, Merlin, Érasme, Génébrard. Cfr Schär, op. cit., passim. Godin, Érasme, lecteur d’Origène, passim.

13 Tous trois publiés à Paris aux dates indiquées. À propos de l’ouvrage de de la Motte (pseudonyme de Thomas du Fossé) nous relevons cette indication intéressante : « Tillemont communiqua à Du Fossé les Vies de Tertullien et d’Origène [...] et plusieurs autres parties de son travail à différentes personnes. Toute la grâce qu’il leur demandait était de ne point le faire connaître. » M. Tronchay, La vie et l'esprit de Monsieur de Tillemont, Cologne, 1711, cité d’après G. Bardy, S.V. Tillemont, dans D.T.C., t. XV, col. 1030. Cfr Br. Neveu, op. cit., p. 155. — Sur Pierre-Thomas du Fossé (1634-1698), voir D.S., t. III, col. 1750-1755. D.H.G.E., t. XIV, col. 1004-1005. Pour Binet et Doucin, voir infra, p. 122-123.

14 Cfr H. Crouzel, Une controverse sur Origine à la Renaissance : Jean Pic de la Mirandole et Pierre Garcia, Paris, 1977.

15 Cfr l’analyse de l’apologie de Merlin, dans Schär, op. cit., p. 196-208, et dans Godin, op. cit., p. 418-420.

16 Des Erasmi Roterodami de vita, phrasi, docendi ratione et operibus Origenis, cum singulorum librorum censura, en tête de l’édition des Opera omnia, d’Origène, Bâle, 1536. Repris dans Érasme, Opera omnia, t. VIII, Leyde, 1705, col. 425-440. Cfr Schär, op. cit., p. 291-294. Godin, op. cit., p. 631-674 ; pourtant la mort a empêché Érasme de produire l’apologie d’Origène qu’il avait projetée pour l’édition des Opera omnia, cfr Godin, op. cit., p. 433, 594. Génébrard, Collectanea eiusdem de Origenis vita, operibus, rebus et sententia, en préface à l’édition Opera omnia d’Origène, Paris, 1574.

17 Bellarmin, op. cit., p. 57.

18 D. Huet, Origeniana, lib. II, cap. IV, sect. II, 19, dans P.G., t. XVII, col. 1178-1180. Sur Pierre-Daniel Huet, voir D.T.C., t. VII, col. 199-201. Supra, p. 92, n. 3 et infra, p. 124.

19 N. Alexandre, op. cit., p. 15 : « De fide Origenis ». On remarquera ici l’absence du nom d’Érasme. Cfr infra, p. 149.

20 E. Binet, Du salut d’Origène, Paris, 1629. — P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, t. III, Amsterdam, 1740, Note D, sub verbo Origène, p. 541-542.

21 J. Adam, Response à la lettre de Monsieur Daillé..., Poitiers, 1660, p. 266.

22 Crouzel, op. cit., p. 45, remarque que « comme textes imprimés, Pic n’avait à sa disposition en 1487, que ceux qui figuraient dans les éditions de Jérôme et le Contre Celse de Persona. Il pouvait lire facilement en manuscrit tout l’Origène latin, mais l’Origène grec lui était probablement à peu près inaccessible, à l’exception du Contre Celse ».

23 Amann, op. cit., col. 1205.

24 de Lubac, op. cit., t. I, p. 219 ; cfr encore p. 216-238.

25 Cfr Schär, op. cit., p. 112-113.

26 Cfr Crouzel, Bibliographie, p. 83, 88, 96. Schär, op. cit., p. 191 et sq., 289 et sq. Godin, op. cit., p. 417-418, 559-630.

27 Cfr Schär, op. cit., p. 113-119.

28 Cfr Crouzel, Bibliographie, passim. On notera que les traités ascétiques ont été publiés seulement après l’Origenes Defensus d’Halloix.

29 Cfr K. Harnack, Geschichte der altchristlichen Literatur, Leipzig, 1893, p. 835-842, traduit et résumé par P. Batiffol, Les chaînes bibliques, dans Dictionnaire de la Bible, Paris, t. II, col. 484. Ce sont surtout les jésuites Cordier et Poussines qui ont étudié les chaînes contenant les passages origéniens.

30 P. D. Huet, ’Ωριγένους τῶν εἰς τάς θείας γραφὰς ἐξηγητιϰά ἄπαντα τὰ έλληνιστὶ εὑρισϰόμενα. Origenis in Sacras Scripturas Commentaria quaecunque graece reperiri potuerunt, Rouen, 1668.

31 Ch. Delarue et, pour les tomes II à V, Ch. Vincent Delarue, ’Ωριγένους τὰ εὑρισϰόμενα πάντα. Origenis Opera omnia quae graece vel latine tantum extant et eius nomine circumferentur, Paris, 1733-1759.

32 de la Motte, op. cit., Avis au lecteur, iii, et au cours du texte, p. 156 et sq. : « Combien Origènes souffrit luy-même pour la foy en assistant les saints Martyrs » ; p. 475 et sq. : « Ambroise confesse généreusement la foy de Jésus-Christ devant Maximin. Excellente exhortation d’Origènes qui l’encourage au Martyre ».

33 En 1604, par G. Vossius à Mayence ; en 1605, par Hoeschel à Augsbourg ; en 1618, par G. Vossius à Paris.

34 H. de Valois, Eusebii Pamphilii... Historiae Ecclesiasticae... graecum textum... emendavit, Latine vertit..., Paris, 1659. C’est L. E. Dupin, op. cit., t. III, p. 4, qui nous rapporte l’écho de cet ouvrage dans le public.

35 C’est une édition des œuvres complètes d’Épiphane que Petau donna à Paris en 1622. Cfr Hofmann, op. cit., p. 9, 261, 306.

36 Dans les œuvres complètes de saint Jérôme publiées à Paris par Martianay en 1684.

37 Halloix, Origenes Defensus, p. 271, p. 36-37 des Notes, contre Petau. Cfr Doucin, op. cit., p. 54-55, qui donne raison à Petau.

38 S. le Nain de Tillemont, op. cit., p. 769.

39 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 1. VI, ch. XIX, 2-11. Cfr Halloix, Origenes Defensus, p. 3 des Notes.

40 H. de Valois, op. cit., t. I, p. 280.

41 Cadiou, La jeunesse d'Origène, op. cit., p. 236-237.

42 Huet, op. cit., Prologus, dans P.G., t. XVII, col. 633-634.

43 Chouzel, Bibliographie critique d’Origène, p. 116, note que « les Origeniana de Huet sont de loin le travail critique le plus complet et le plus sérieux qui ait paru jusqu’à cette époque sur Origène : ils restent encore en bonne partie valables, malgré certaines incompréhensions. »

44 S. le Nain de Tillemont, op. cit., p. 495.

45 Cfr infra, p. 164-165.

46 E. Binet, Du salut d’Origène, Paris, 1629, page de titre. L’ouvrage est dédié au cardinal Fr. de La Rochefoucauld.

47 Op. cit., p. 468. En réalité, Binet prend prétexte de ce « procès » d’Origène pour semoncer les esprits forts « qui scavent tout, hormis s humilier » (p. 411) et qui courent ainsi grand risque d’être damnés ; voir en particulier le chapitre XII : « D’où vient que les plus grands esprits du inonde ont esté souvent les plus méchans et les plus perdus », p. 351-424 ; et le chapitre XIV et dernier : « Signification de l’Arrest », p. 469-471. Ces informations ont pu être complétées grâce à l’obligeance de M. André Godin. Qu’il en soit remercié ! Sur Étienne Binet (1569-1639), figure importante de la Réforme catholique en France et de F « humanisme dévôt », voir H. Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, t. I, Paris, 1935, p. 128-148, et passim, et D.S., t. II, col. 1620-1623. Sur Binet et Origène, et sur l’ensemble de la question abordée ici, voir maintenant H. de Lubac, La controverse sur le salut d’Origène à l’époque moderne, dans Bulletin de littérature ecclésiastique, t. 83, Toulouse, 1982, p. 5-29, 83-110.

48 Cfr d’Alès, op. cit., col. 1256, qui porte ce jugement sur Halloix, un jugement qui sera à nuancer.

49 J. Adam, Response à la lettre de Monsieur Daillé, Poitiers, 1660, p. 266-271 : réponse aux reproches faits par Daillé à Cottiby pour avoir parlé de « saint Origène ». Sur Jean Adam (1605-1684), voir D.H.G.E., t. I, col. 496-499. Sur Jean Daillé (1594-1670), voir D.T.C., t. IV, col. 3-5. Sur Samuel Cottiby (1630-1689), ancien ministre calviniste, converti au catholicisme en 1660, voir E. Haag, La France protestante, t. IV, 2e éd., Paris, 1884, col. 751-752.

50 L. Doucin, Histoire des mouvements arrivés dans l’Église au sujet d’Origène et de sa doctrine, Paris, 1700. Sur Louis Doucin (1652-1726), voir D.T.C., t. IV, col. 1800-1802.

51 Cfr supra, p. 14 n, 5.

52 Halloix, Origenes Defensus, p. 402. Sur Jacques Gretser (1562-1624), célèbre professeur d’Ingolstadt, théologien, controversiste, historien, érudit, voir D.T.C., t. VI, col. 1866-1871.

53 Voir les références précises supra, p. 114, n. 2.

54 Cfr M. Pattison, Peter Daniel Huet, dans Quarterly Review, t. 97, p. 291-334. Sur son leg au collège de Clermont, cfr Blond, op. cit., col. 1214.

55 D. Hoeschel, Africani et Origenis epistolae ἀµοιβαῖαι de historia Susannae e Bibliotheca V. Cl. Andreae Schotti Antverpiani, p. 84-87, dans Adriani Isagoge sacrarum litterarum et antiquissorum Graecorum in Prophetas fragmenta, Augsbourg, 1602. Crouzel, Bibliographie, p. 99.

56 G. Vossius, Sancti Gregorii... Thaumaturgi opera omnia..., Mayence, 1604, p. 169-233 : In Origenem prosphonetica et panegyrica Oratio, grec et traduction latine de Jacques Sirmond. Cfr supra, p. 88, n. 6, et infra, p. 153.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search