Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre deuxième. L’œuvre maîtresse

Texte intégral

1La grande œuvre d’Halloix fut sans conteste la mise en lumière de la vie, des vertus et de la doctrine des Écrivains illustres de l'Église d’Orient. La rédaction de ces monographies critiques relatives aux Pères grecs des quatre premiers siècles a absorbé toute son énergie de patrologue. Il semble, en effet, qu’Halloix y ait travaillé sans cesse, de 1622 jusqu’à sa mort, en 1656. Nous avons suivi le jésuite dans ses voyages érudits en quête de manuscrits. Nous avons constaté qu’il était en relation avec les plus grands patrologues et historiens de son temps. Il importe à présent de s’interroger sur la teneur de son œuvre et sur l’histoire de sa réalisation. Il est également intéressant de définir les objectifs poursuivis par Halloix et la méthode qu’il employait pour les atteindre.

2Le but ultime de ce chapitre est de montrer que bien des aspects de l’Apologie d’Origène s’expliquent par l’ensemble de l’œuvre dans laquelle elle est comprise.

***

1. — Histoire de l’œuvre

  • 1 P. Halloix, Vita et documenta S. Iustini Philosophi et Martyris, Scriptoris secundo saeculo nobili (...)
  • 2 Halloix, Vita S. Justini, Préface Ad Lectorem, non paginée : « Erit haec vita aliarum complurium q (...)
  • 3 P. Halloix, Illustrium Ecclesiae Oricntalis scriptorum qui sanctitate iuxta et eruditione, primo C (...)
  • 4 Voir la lettre d’Halloix dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae orientalis, p. 171 : « Vitas Script (...)
  • 5 Cfr supra, p. 58.
  • 6 Halloix, Illustrium., t. I, p. xi : « Nam et alios libres cum Deo propitio cudimus. »
  • 7 Halloix, op. cit., p. 701 : « Attuli ergo hactenus de sanctis Scriptoribus primi saeculi ecclesiae (...)
  • 8 Halloix, op. cit., t. II, p. 863.
  • 9 Beylard, op. cit., col. 214.
  • 10 Halloix, Illustrium Ecclesiae Orientalis scriptorum qui sanctitate juxta et eruditione secundo Chr (...)
  • 11 Alegambe, op. cit., p. 383, col. A.
  • 12 Halloix, Origcnes Defensus, p. 16 : « S. Alexander... ut supra in eius vita explicatum est » ; ibi (...)
  • 13 Le Glay, op. cit., p. 27.
  • 14 Cfr supra, p. 38.

3Dès 1622, vingt-six ans avant la publication de l’Origenes Defensus, Halloix a conçu et commencé d’exécuter son vaste projet. Il vient, en effet, d’achever la Vita Sancti Justini1, qu’il présente comme « un petit échantillon de beaucoup d’autres biographies dont je dispose et qui sont sur le point d’êtres achevées2 ». Treize ans après cette première tentative, Halloix publie un ouvrage de plus vaste envergure : le premier tome de son étude sur les Écrivains illustres de l'Église d’Orient3. Si les dimensions ont changé, la. conception de l’œuvre est restée la même, comme en témoigne Halloix lui-même dans sa lettre à Morin du 14 janvier 1632 : « Je me prépare à publier les vies des écrivains de l’Église grecque [...] et à illustrer et défendre leurs écrits suivant la méthode que j’ai exposée il y a quelques années, dans la Vie de saint Justin, philosophe et martyr4. » Ce premier tome des Écrivains illustres, continuation du projet entrepris avec la Vie de saint Justin, est certainement cette œuvre dont Halloix disait, en 1622, « qu’elle était sur le point d’être achevée ». Mais alors, pourquoi un tel délai de publication ? Peut-être simplement parce qu’Halloix s’est laissé absorber par d’autres soucis, telles la traduction du Commentaire de Ribera sur l’Apocalypse (1623) ou encore celle de la Vie de Camille de Lellis (1632)5. S’il existe un autre motif, nous l’ignorons. Dans la préface au lecteur du tome paru en 1633, Halloix annonce qu’il entre dans ses projets de publier d’autres volumes6 ; à la fin de ce même ouvrage, il précise ses intentions en ces termes : « J’ai traité jusqu’ici des saints Écrivains du premier siècle de l’Église d’Orient [...]. Dans le prochain tome, si Dieu me seconde dans ce travail, je mettrai en lumière la personnalité de ceux qui, au deuxième siècle, égalèrent leurs maîtres tant par leur vie que par leur doctrine et firent la gloire de l’Église grecque7. » Ce second tome ne paraîtra cependant qu’avec un retard de trois ans, retard qu’Halloix attribue à « des guerres et autres empêchements8 ». Depuis le 19 avril 1635, en effet, la France est en guerre avec l’Espagne et le collège jésuite de Douai connaît les perturbations les plus graves9. Le second tome est cependant édité en 163610. Revenu à Liège, Halloix continue de travailler à son œuvre : « Il poursuit la rédaction des Vies des écrivains illustres de l’Église d’Orient du IIIe siècle, écrit Alegambe en 1643, et ce projet est déjà bien avancé. Il achèvera par le quatrième siècle, si Dieu lui en donne le temps et la force11. » De ces volumes relatifs aux troisième et quatrième siècles, rien cependant ne paraîtra, si ce n’est 1’Origenes Defensus, et encore bien tardivement, en 1648. Halloix tenait cependant prêtes d’autres parties de son œuvre, comme tendent à le prouver les renvois répétés qu’il fait dans 1’Origenes Defensus à une Vie de saint Alexandre de Jérusalem12. Alors, comment expliquer le fait que la totalité de l’œuvre n’ait pas été imprimée ? Dans le doute, on peut formuler l’hypothèse de problèmes financiers. Antoine de Winghe, en effet, est mort au lendemain de la parution du second volume des Écrivains illustres, en 163713. Or, rappelons-le, c’est lui qui avait toujours pourvu très largement aux frais occasionnés par les livres d’Halloix14.

  • 15 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à Antoine de Winghe, p. iii : « Haec Vitae [...] multis tibi m (...)
  • 16 Cfr infra, p. 133 et sq. et p. 157 et sq.
  • 17 Halloix, Origenes Defensus, p. 46 des Notes : « Didymus Alexandrinus, cuius ego vitam, si Deus [.. (...)

4Il est bien possible qu’après le décès de son protecteur de toujours, Halloix ait eu quelque difficulté à trouver un nouveau mécène. La comparaison entre les préfaces des Écrivains illustres et celle de l’Origenes Defensus met d’ailleurs en lumière un revirement de situation : d’une part, Halloix dédie son œuvre à Antoine de Winghe, en le remerciant chaleureusement de l’aide tant morale que matérielle qu’il lui a apportée15, de l’autre, Halloix place son œuvre sous le haut patronage du Souverain Pontife, en se contentant d’un éloge d’Origène sans la moindre allusion personnelle. Rien ne permet de croire qu’Halloix ait reçu un encouragement du Saint-Siège, bien au contraire16. Aussi est-il probable qu’Halloix s’est retrouvé fort démuni financièrement après la mort d’Antoine de Winghe. Halloix, cependant, ne désarmait pas et 1’Origenes Defensus s’achève sur un nouveau projet : la rédaction de la vie de Didyme l’Aveugle, un grand admirateur d’Origène17.

***

2. Le genre de l’œuvre

  • 18 Halloix, Préface au lecteur de la Vita S. Justini, non paginée. Cfr infra, p. 68, n. 1.
  • 19 C’est d’ailleurs dans cette catégorie d’ouvrages que les historiens modernes rangent d’habitude l’ (...)
  • 20 Sur les Pères apostoliques voir par exemple : F. Cayré, Patrologie et Histoire de la théologie, t. (...)
  • 21 Halloix reproduit intégralement et sans modification sa Vita S. Justini publiée en 1622 dans le t. (...)
  • 22 Sur les apologistes, voir Cayré, op. cit., t. I, p. 103-130 ; Quasten, op. cit., t. I, p. 211-287. (...)

5Halloix déclarait avoir créé une œuvre tout à fait originale18. Lorsqu’on cherche à en donner une définition, on s’aperçoit, en effet, qu’elle relève de différents genres habituellement distincts. Par son sujet elle s’apparente à une patrologie19, mais une brève énumération des auteurs étudiés par Halloix prouve cependant que la question est plus large. Le premier tome est consacré aux Pères apostoliques, saint Denys l’Aréopagite qu’Halloix tenait pour le disciple de saint Paul, saint Ignace d’Antioche, saint Polycarpe et d’autres encore de moindre importance : saint Hiérothée, saint Papias, saint Quadratus, qui tous vécurent au temps des Apôtres ou du moins de leurs disciples immédiats20. Dans le second tome sont présentés les grands apologistes du deuxième siècle, saint Justin, qu’Halloix avait déjà étudié précédemment21, et Théophile d’Antioche. À leurs côtés figurent Apollinaire de Hiérapolis et Méliton de Sardes, dont les apologies du christianisme sont cependant perdues. Mêlés aux apologistes, on découvre les controversistes, « qui défendaient la vraie foi contre les déformations des hérétiques », tels saint Irénée et saint Hégésippe. On trouve ensuite les auteurs d’écrits secondaires : saint Denys de Corinthe et saint Sérapion, qui adressèrent des lettres, — perdues aujourd’hui, — à des communautés chrétiennes ; saint Abercius, qui rédigea lui-même une épitaphe sur sa vie et sa croyance. Le second tome comprend enfin le récit de la vie de deux évêques crétois, saint Pinyte de Cnossos et saint Philippe de Gortyne, ainsi que celle de Pantène, le premier chef du didascalée d’Alexandrie22.

  • 23 On sait que ces distinctions sont récentes et n’ont été établies qu’au terme de discussions assez (...)
  • 24 Amann, op. cit., col. 1201.
  • 25 Dans l’énumération des sources qui précède chaque vie, ce sont celles-là qu’Halloix cite le plus f (...)

6L’œuvre d’Halloix n’est donc pas à proprement parler une patrologie mais bien plutôt une histoire de l’ancienne littérature chrétienne23. Le jésuite envisage, outre les Pères de l’Église officielle ment reconnus comme tels, une série de petits auteurs « dont l’autorité est moindre du point de vue dogmatique24 » et dont les œuvres sont bien souvent perdues. Halloix s’attache cependant à faire revivre leurs personnalités, en se basant sur les brèves mentions que l’on rencontre à leur sujet chez Eusèbe de Césarée, par exemple, ou encore dans les martyrologes grecs25. Son but n’est pas, en effet, d’écrire une histoire du dogme ou de la patristique, mais de présenter la vie et les mérites de saints écrivains, missionnaires et martyrs.

  • 26 Amann, op. cit., col. 1200.
  • 27 Halloix, Illustrium, t. I, p. x : « ipsis Sanctis perquam honorifica ». Halloix termine en outre c (...)
  • 28 Halloix, Illustrium, t. I, p. 637, à propos de la vie de saint Papias : « Dabo hoc eius honori ac (...)
  • 29 Halloix, Vita S. Justini, Préface au lecteur non paginée : « Ipsius egregia virtutis exempla quae (...)
  • 30 Halloix, Illustrium, t. I, p. 470 : « Vita S. Polycarpi [...] ut non modo legentium animas reficer (...)
  • 31 R. Guelluy, L'évolution des méthodes théologiques à Louvain d'Érasme à Jansénius, dans R.H.E., t.  (...)
  • 32 Halloix, Illustrium, t. I, p. XI : « Post sanctorum autem vitas, etiam documenta ex ipsorum libris (...)

7Un second motif empêche dès lors de considérer l’œuvre d’Halloix comme une patrologie. Celle-ci, en effet, « s’intéresse à la personne des Pères moins en elle-même qu’en ce qu’elle explique leurs œuvres [...]. Elle ne saurait donc se confondre avec l’hagiographie, bien que plusieurs Pères aient joué dans l’Église un rôle considérable et que tous aient droit à être comptés au nombre des saints26 ». La démarche d’Halloix est exactement inverse. Dans la préface aux Écrivains illustres, il déclare vouloir « honorer les saints »27 et plusieurs fois dans l’ouvrage, il dit chercher à « vénérer leur mémoire » et à « s’associer à leur louange »28. Lorsque le jésuite donne une première présentation des auteurs dont il va être question, il souligne leurs actions d’éclat et leurs vertus mais ne dit mot de leurs œuvres. Il vise de la sorte à édifier le lecteur. Dès 1622, en effet, il estimait que « les admirables exemples de vertu que saint Justin offre en grand nombre pourraient former magnifiquement les esprits des jeunes aussi bien qu’affermir les mœurs des plus âgés29 ». Aussi les Pères de l’Église deviennent-ils sous sa plume des modèles à imiter. Leur principale vertu est, à ses yeux, la piété et il cherche à la mettre en relief pour stimuler celle des lecteurs. « J’ai mis en lumière la vie de saint Polycarpe, dit-il par exemple, pour régénérer l’âme des lecteurs et les inciter à l’amour et à la louange de Dieu30 ». Saint Ignace de Loyola n’assignait d’ailleurs d’autre fin à l’étude « d’Augustin, de Jérôme, de Grégoire [...] que d’émouvoir l’affectivité à mieux aimer et servir Dieu31 ». Halloix, enfin, par une présentation adéquate de l’enseignement doctrinal des Pères, cherche « à fortifier la foi » de ses lecteurs32.

8Son œuvre n’est donc pas à proprement parler une patrologie. Les objectifs qu’il poursuit, la vénération du saint et l’édification du lecteur, vont au contraire lui donner une orientation nettement hagiographique. Une étude détaillée de la méthode d’Halloix confirme ce fait.

***

3. — Une méthode spécifique

  • 33 Halloix, Vita S. Justini, Préface non pagninée : « Haec vita quam hodie profero [...] non annosa e (...)
  • 34 Lettre d’Halloix à J. Morin, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae orientalis, p. 171-172 : « Vita (...)
  • 35 Cfr infra, p. 139 et sq.

9Dans la préface à la vie de saint Justin, Halloix affirme avoir créé une « méthode nouvelle » qui rajeunit les sujets anciens et passés33 Quelques années plus tard, il annonce à un de ses correspondants qu’il appliquera la même méthode dans les Écrivains Illustres et la revendique comme sienne34. L’Origenes Defensus enfin et surtout est conçu et exécuté selon cette méthode35 Quelle est-elle ?

10Elle consiste à fournir pour chaque auteur un certain nombre d’informations, toujours du même genre, dans un ordre de plus en plus strictement défini.

  • 36 Cfr infra, p. 141.

11Au début de chaque monographie, Halloix énumère les différents éloges que le saint s’est attirés. Cette forme particulière de captatio benevolentiae, basée entièrement sur l’argument d’autorité, acquiert plus d’importance lorsqu’elle vient en tête de l’étude consacrée à un personnage contesté, tel Origène. Halloix multiplie alors les témoignages probants, allant jusqu’à recourir à ceux des modernes. Nous verrons d’ailleurs qu’il n’apporte parfois à l’exécution de cette tâche qu’une probité douteuse, supprimant la fin d’un jugement devenu plus réservé36.

12Vient ensuite une énumération brève des sources, qui se réduit en fait à une liste de noms d’auteurs. Ce tableau tout sommaire qu’il nous paraisse, dénote cependant chez le jésuite un réel souci scientifique. Très conscient de la rénovation en cours des sciences ecclésiastiques, il veut baser son travail sur « les écrits des saints eux-mêmes ».

  • 37 L'enfance pieuse du saint est systématiquement l’objet du premier chapitre de la Vita. Son zèle ap (...)

13Au terme de ces préambules, Halloix entame le récit de la vie de l’auteur. Basé en partie sur l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, en partie sur des Martyrologes grecs et latins, ce récit prend une coloration nettement hagiographique. Loin de critiquer ses sources ou d’en atténuer le caractère édifiant, Halloix les amplifie au contraire, développant le plus menu détail en faveur du saint. Il déforme en outre les témoignages antiques dans la mesure où il accorde à certains faits une attention privilégiée. C’est ainsi que l’enfance pieuse du saint, son zèle apostolique, ses voyages missionnaires, les disciples qu’il a formés, le martyre qu’il a enduré pour la foi prennent sous la plume d’Halloix une importance extrême37.

  • 38 Halloix, Illustrium, t. I, p. 115 : « Quae de Menaeo huc adducentur ad roborandam eorum quae adhuc (...)
  • 39 Halloix, ibid., p. 339 : « Graecorum erga ipsum egregiam pietatem quam quidem ex ipsorum Menaeo ex (...)
  • 40 Aigrin, op. cit., p. 69-70.

14Pour « confirmer ce récit38 » et « prouver l’estime que les Grecs portaient au saint dont il est question39 », Halloix insère dans son texte de longs extraits des Ménées, « le plus considérable de livres liturgiques grecs inspirés d’un martyrologe perdu ». Outre la liste des saints de chaque jour, ce recueil comprend, en effet, une collection d’éloges à leur sujet dans laquelle Halloix puise abondamment. Il est d’ailleurs arrivé par la suite aux Bollandistes eux-mêmes de publier intégralement les canons composés en l’honneur des saints orientaux et les hagiographes modernes reconnaissent que l’hymnographie des Ménées est souvent instructive40. Il ne faut donc pas dénier tout sens critique à Halloix, mais remarquer l’orientation spécifique que l’utilisation de tels documents donne à son œuvre.

  • 41 E. Amann, op. cit., col. 1196, justifie ainsi le fait que la sainteté soit une des conditions de l (...)
  • 42 Voir à ce propos l’intéressante introduction d’Halloix aux « vertus » de saint Denys, lllustrium, (...)

15D’abord inséré dans le récit de la vie de l’auteur, le chapitre relatif aux vertus formera finalement une partie distincte. Halloix y présente un certain nombre de vertus, toujours les mêmes, que le saint est censé avoir possédées au plus haut degré. À la charnière entre le récit de la vie du saint et l’exposé de sa doctrine, ces vertus sont, dans l’esprit d’Halloix, la confirmation d’une sainteté que les faits laissaient pressentir, en même temps que la « garantie d’une compréhension plus exacte des choses célestes »41. Elles se répartissent en deux catégories, suivant qu’elles caractérisent l’homme d’action ou l’écrivain42.

  • 43 Exemples : Halloix, Illustrium, t. I, p. 341 : « Virtutes B. Ignatii illustriores. § 2 Vigilantia (...)

16Des premières, il sera moins question dans le chapitre spécialement consacré aux vertus, car le récit de la vie du saint a déjà amplement fourni à Halloix l’occasion de souligner le zèle apostolique et la force d’âme du martyr et de l’apôtre. Il n’est pas rare, cependant, que le jésuite reprenne une nouvelle fois ces thèmes et consacre quelques pages édifiantes à la « sollicitude pastorale du saint » ou à sa « constance inébranlable dans la foi »43. Halloix ne craint ni les répétitions ni l’emphase.

  • 44 Cfr supra, n. 2.
  • 45 Halloix rappelle fréquemment cette sentence, 1 Tim., IV, 8, par exemple lllustrium, t. I, p. 85 ; (...)
  • 46 Halloix, lllustrium, t. I, p. 85.
  • 47 C’est du moins ce qu’Halloix affirme pour lui-même : « Illam ipsam in primis Divinam opem (sine qu (...)
  • 48 Pour désigner une même qualité, Halloix emploie ces termes : « modestia » (Illustrium, t. I, p. 22 (...)
  • 49 Halloix, Illustrium, t. I, p. 85. Cfr supra, p. 14, n. 4.
  • 50 Halloix, Illustrium, t. II, p. 185 : « Modestia maximeque in viris doctis ut ne in suarum sublimit (...)
  • 51 Alors qu’Halloix vient de vanter la modestie, il s’écrie en effet : « O si esset hodie, atque olim (...)
  • 52 Halloix, ibid., p. 509 : « Quam multos enim haberem nominare huius nostri aevi clarissimos Scripto (...)
  • 53 Halloix, ibid., p. 509 : « Clarorum virorum scripta sic duae virtutes exomant, flagrans scilicet i (...)
  • 54 Halloix, ibid., p. 193 : « Virtutes, velut solida sanae doctrinae fundamenta. »

17Le chapitre des vertus n’a pas, cependant, pour unique fonction la confirmation de la sainteté de l’homme d’action, il est également destiné à prouver que l’écrivain possédait toutes les qualités que requiert, selon Halloix, l’élaboration d’une œuvre théologique. Le jésuite estime, en effet, que celui qui entreprend d’écrire doit nécessairement posséder trois qualités : la piété, l’humilité, la charité44. La piété est la première des vertus, puisqu’elle est, selon saint Paul, « utile à tous égards »45. L’écrivain pieux invoquera l’aide de Dieu et des saints avant d’entamer son ouvrage46. Sans l’inspiration divine, en effet, « il ne peut rien faire » ; si, par contre, elle le guide, « il ne s’écartera pas de la voie et ne se détournera pas de la vérité47 ». « Humble », « modeste », « soumis »48, l’écrivain respectera, en outre, la tradition de l’Église ; « il ne cherchera pas à rivaliser avec les écrits des anciens, mais bien plutôt à mettre en lumière leur autorité et leur dignité49. » Cette qualité indispensable surtout aux hommes savants « leur évitera de se perdre dans des pensées évanescentes50 » et de tomber dans l’hérésie51. Arrivé à ce point de sa démonstration, Halloix attaque directement ses contemporains : « Combien pourrais-je nommer d’écrivains célèbres de notre siècle, s’écrie-t-il, dont les écrits ne contiennent rien d’autre que de la haine et du mépris, qui négligent d’être pieux et qui, au lieu de faire preuve de bonté et de modestie, remplissent leurs écrits de leur arrogance52 ! » Si Halloix s’élève contre le caractère polémique des écrits de ses contemporains, c’est qu’il estime que l’écrivain doit se montrer aussi charitable envers les autres qu’il est respectueux de Dieu53. La bonté est pour Halloix la troisième qualité du bon écrivain. Le jésuite avait donc élaboré une sorte de canon : le recours à l’inspiration divine, le respect de la tradition, la tempérance, telles sont, de son propre aveu, « les fondements solides d’une saine doctrine54 ». Une fois posée cette hypothèse, il est facile pour Halloix de prouver par d’abondantes citations que les Pères de l’Église les plus éminents, mais aussi les plus contestés, tel Origène, remplissaient en tous points ces conditions de l’orthodoxie. On devine le parti qu’Halloix a pu tirer d’une telle argumentation dans son apologie d’Origène.

  • 55 Par exemple, Illustrium, t. II, p. 688 : « Appendix de naevis quibusdam S. Irenaei » ; t. II, p. 3 (...)

18Après avoir mis en lumière leur vie et leur vertu, Halloix s’attache à quelques points de l’enseignement doctrinal des Pères. Autour d’un thème, d’un dogme, il réunit des extraits de leurs œuvres, soigneusement choisis pour leur stricte orthodoxie. Ces anthologies patristiques laissent peu de place aux discussions sur les éventuelles erreurs des Pères. Halloix préfère rejeter en notes ces querelles de théologiens et se contente de regrouper dans un chapitre à part les affirmations des Pères manifestement hétérodoxes55.

  • 56 Halloix, Vita S. Iustini, Introduction aux Notes, p. 263. Id., Illustrium, t. I, Préface au lecteu (...)

19Au terme de ces considérations volontairement édifiantes, Halloix entreprend une étude d’un tout autre type. Les Notes, qui ne sont certes pas accessoires, se distinguent en effet du reste des propos d’Halloix par leur caractère à la fois plus érudit et plus polémique. Le jésuite définissait ainsi les objectifs qu’il poursuivait en rédigeant ses notes : confirmer ce qu’il avait écrit, en citant ses sources et de nouveaux témoignages, entrer dans la discussion des points les plus délicats et les plus controversés56.

  • 57 Halloix reproche, par exemple, à Baronius une erreur d’interprétation de l’Histoire ecclésiastique(...)
  • 58 Exemple : « Extant graeci versus apud Eusebium libro 9 de Praeparatione Evangelica, p. 251, quos p (...)
  • 59 Exemple : Illustrium, t. II, p. 644 et sq. Halloix fait état des différents avis émis sur la quest (...)
  • 60 Exemple de problème chronologique : à quelle époque furent écrites les lettres de Pline le Jeune q (...)

20Les Notes témoignent, en effet, d’une érudition que le texte ne laissait pas soupçonner. Pour chaque fait avancé, Halloix cite ses sources avec précision et souvent in extenso. S’il a donné dans son récit une version latine d’un texte, il prend soin de citer en note le texte grec initial. Il recommande d’ailleurs souvent de ne pas se fier à des traductions toutes faites et de retourner toujours au texte original57. Fréquemment, il porte un jugement de valeur sur les éditions qu’il emploie, souligne leur ancienneté et les capacités de l’éditeur58. Même pour les détails, Halloix fait état des différents avis émis sur la question et retrace parfois tout l’historique d’un problème59. Sa curiosité et ses connaissances l’amènent à traiter de sujets aussi bien chronologiques que géographiques ou même astronomiques60. Aussi l’impression laissée par ces notes est-elle fort différente de celle créée par l’emphase assez creuse du texte.

  • 61 En introduction aux Notes sur la vie de saint Denys l’Aréopagite, Halloix affirme, par exemple : « (...)

21Les notes se distinguent encore de ce qui précède par un autre trait. Halloix ne cherche plus ici à donner du saint une image parfaite et dès lors édifiante ; il entre de plain-pied dans les débats qui divisaient alors le monde savant61 Les notes sont de longues dissertations relatives à des questions tant historiques que théologiques.

  • 62 Halloix. Illustrium, t. I, p. 381 et sq.
  • 63 Id., ibid., ch. XVII des Notes relatives à la vie de saint Polycarpe, p. 596-597.
  • 64 Id., ibid., ch. I des Notes relatives à la vie de saint Papias, p. 650-653. Remarquons que cette q (...)
  • 65 Halloix, Illustrium, t II, p. 435-467 : Apologia pro Epistolis S. Ignatii.
  • 66 Halloix, op. cit., t. II, p. 133-145, ch. XIX des Notes sur la vie de saint Abercius. Cfr supra, p (...)
  • 67 Pour une première approche de ces questions, voir par exemple D.T.C., t. IV, col. 429-433. D.H.G.E (...)
  • 68 Willaert, op. cit., p. 248. Massaut, Critique et tradition..., p. 179-187.
  • 69 Poncelet, op. cit., t. II, p. 525, note 3.
  • 70 Halloix, Illustrium, t. I, p. 200 et sq. Sirmond, Tillemont, Le Nourry « dissipaient pourtant alor (...)
  • 71 Halloix, op. cit., p. 166 et sq.
  • 72 Poncelet, op. cit., t. II, p. 525.
  • 73 J. Sirmond, De duobus Dionysiis Parisiensi et Areopagita, Paris, 1641.
  • 74 E. Amann, Jacques Sirmond, dans D.T.C., t. XIV 2, col. 2192.

22Au rang des questions historiques figure, par exemple, celle de l’identité des Pères apostoliques. Saint Ignace est-il cet enfant que, selon l’évangile de saint Matthieu, le Christ amena au milieu de ses disciples62 ? Est-ce bien à saint Polycarpe que saint Jean s’adresse dans l'Apocalypse63 ? Saint Papias fut-il le disciple de saint Jean l’Apôtre ou de saint Jean le Presbytre64 ? D’autres questions surgissent à propos de l’attribution de certaines œuvres. Les lettres de saint Ignace sont-elles de lui ou d’un autre65 ? L’épitaphe prétendue rédigée par Abercius est-elle écrite dans un style qui convient à un évêque66 ? Autant de questions passionnément débattues au XVIIe siècle. Le cas de saint Denys, dont Halloix traite abondamment, peut illustrer ces controverses. On sait de quel crédit jouissaient depuis le Moyen Âge les écrits d’un auteur néo-platonicien des Ve-VIe siècles, qui se donnait pour le disciple de saint Paul67. Dès la Renaissance, certains érudits, tels Valla ou Érasme, avaient contesté l’attribution du Corpus dionysiacum au plus vénéré des Pères apostoliques68, mais, en 1620, le Père Vitelleschi défendait encore à Rosweyde d’attaquer l’authenticité des écrits attribués à Denys l’Aréopagite69. Dans les Écrivains illustres, Halloix se conforme à cette position en dépit des critiques de plus en plus précises que formulaient autour de lui des savants tels que Sirmond et Tillemont70 Dans le chapitre précédent, il avait en outre tenté de démontrer que saint Denys l’Aréopagite et saint Denys l’évangélisateur des Gaules n’étaient bien qu’une seule et même personne71. C’était là, en effet, un second point délicat, particulièrement discuté dans la Compagnie de Jésus. En 1593, la Congrégation provinciale de France s’élevait contre les Pères qui, « par la parole ou par la plume, dans des conversations privées ou des discours publics, se permettaient d’attaquer les pieuses et antiques traditions, telles que [...] la venue de saint Denys l’Aréopagite à Paris » et priait le Général de sévir contre eux. Aquaviva, répondant à ce vœu, recommanda aux supérieurs des diverses provinces d’être attentifs à cette question72. Des années plus tard, Halloix défendait encore l’interprétation traditionnelle de l’histoire. Son ami et confrère Jacques Sirmond allait, cependant, prouver bientôt, à son tour, que l’Aréopagite converti par saint Paul, et le premier évêque de Paris étaient deux personnages distincts73. Le Père Général l’avait, averti des contradictions qui l’attendaient ; son ouvrage, en effet, provoqua des dissensions. Mais Sirmond était assuré de la valeur de ses preuves et se savait d’accord avec les Pères Fronton-du-Duc et Petau. Il força d’ailleurs la conviction de nombreux savants74. Ce bref aperçu des débats soulevés par l’identité et les écrits du pseudo-Denys donne une idée des controverses qui avaient alors cours dans le monde savant. Les Notes sont pour Halloix l’occasion de formuler ses opinions et de critiquer les positions adverses. Remarquons qu’il tranche systématiquement les débats dans le sens à la fois le plus traditionnel et le plus favorable aux Pères. Ainsi cherche-t-il à prouver que les Pères apostoliques ont réellement connu les Apôtres ou leurs disciples et que les écrits qui leur sont attribués sont bien leurs œuvres.

  • 75 Dagens, op. cit., p. 35.
  • 76 Halloix, lllustrium, t. I, p. 259.
  • 77 Halloix, op. cit., t. II, p. 694.
  • 78 Abraham Schultes (en latin Scultetus), théologien calviniste, 1566-1624. Il est l’auteur d’un ouvr (...)
  • 79 Halloix, op. cit., t. II, p. 573.
  • 80 Halloix, op. cit., t. I, p. 449.
  • 81 Halloix, op. cit., t. II, p. 694.
  • 82 Id., ibid., p. 688 : « Perpauci sunt SS Patrum in quorum scriptis nullus omnino sit naevus. »
  • 83 Cfr. p. 72.
  • 84 Halloix, op. cit., p. 694 : « Annotare SS Patrum naevos, eo fini annotare ut ne aliqui in eos Scri (...)
  • 85 Halloix, op. cit., p. 654 : « Quocirca minime fraudi esse debet, neque Papiae, neque Iustino, nequ (...)
  • 86 Cfr D.T.C., t. XII, col. 1196 : « Il est, dans la doctrine chrétienne, plusieurs points qui n’ont (...)
  • 87 Parlant des erreurs de saint Clément d’Alexandrie, Halloix les estime « vel ab eo humanitus admiss (...)
  • 88 H. Crouzel, Une controverse..., op. cit., p. 47.
  • 89 Crouzel, op. cit., p. 46 : « La possibilité de ces falsifications n’est pas douteuse à une époque (...)

23Les discussions théologiques vont fournir à Halloix l’occasion de défendre les Pères sur un autre terrain. On sait que les premiers penseurs chrétiens ont parfois émis des opinions que l’Église a rejetées par la suite. Leur pensée était en outre formulée en des termes qui manquaient fréquemment de la précision qu’acquerra plus tard le langage théologique. Aussi certains aspects de leur enseignement ont-ils pu être taxés d’hétérodoxes. À l’époque d’Halloix, le débat avait pris d’autant plus d’acuité que, depuis la Réforme, l’autorité des Pères était remise en question par les protestants, « qui opposaient à la tradition catholique une sorte de tradition évangélique75 ». Il importait donc aux catholiques de connaître et de défendre la patristique. C’est ce qu’Halloix s’attache à faire. Dans un texte fougueux, il s’élève contre ceux qui, « pour des motifs futiles, critiquent les saints Pères », estimant que « c’est à juste titre qu’on les appelle des hommes légers, des petits audacieux, pour ne pas dire plus, eux qui portent contre leurs pères dans la foi des jugements sans fondement76 ». Ce sont vraisemblablement les protestants qu’Halloix attaque ainsi, bien qu’il ne les nomme jamais explicitement. Il affirme, en effet, que ce ne seraient jamais « ni lui, ni ses frères qui agiraient de la sorte77 » et il prend constamment le contrepied des affirmations d’un patrologue calviniste, Abraham Schultes78. Halloix dénonce « sa malhonnêté » ou « l’orgueil immense qui le pousse à se placer effrontément au-dessus de tous les Docteurs de l’Église79 » ou encore « l’ignorance qui l’amène à commettre des erreurs honteuses lorsqu’il transcrit les passages essentiels de la théologie des saints Pères80 ». Sans chercher à déterminer ici le bien-fondé de ces critiques, nous les enregistrons comme un témoignage de l’animosité d’Halloix envers les protestants. À l’attitude des détracteurs des Pères, Halloix oppose la sienne, affirmant que, par respect pour leur antiquité et leur sainteté, il a toujours défendu en eux tout ce qui pouvait l’être et essayé d’en tirer le meilleur parti81. Il reconnaissait pourtant qu’« il y a très peu de Pères dont les écrits ne contiennent aucune erreur82 » et bien souvent il les a énumérées honnêtement, leur consacrant parfois même un chapitre83. De son propre aveu, Halloix espérait éviter ainsi que « des imprudents attirés par l’autorité de ces auteurs ne commettent les mêmes erreurs84 ». Ces erreurs, il cherche constamment à les excuser, invoquant, par exemple, l’indécision de la règle de foi en ces premiers siècles de l’Église. C’est à cet argument qu’il a recours pour justifier le fait que « Papias, Justin, Irénée aient enseigné autrefois ce que maintenant on désapprend ». « Ils se sont interrogés, dit Halloix, sur beaucoup de choses qui étaient alors obscures, difficiles à expliquer et dont on n’avait jamais traité. Ils émettaient des avis sincères, conformes à ce qui leur paraissait le plus proche de la vérité. Ils se disaient d’ailleurs prêts à accepter un enseignement meilleur que le leur si on leur en faisait part [...]. Il ne faut donc pas se scandaliser si leur doctrine diffère en quelques points de celle de l’Église actuellement85 ». Cette argumentation d’Halloix est encore celle de théologiens modernes86. Le jésuite avait en outre recours à d’autres excuses, telle la falsification des écrits des Pères opérée par les hérétiques87 « interpolations voulues visant à faire cautionner par l’auteur des idées qui lui sont étrangères88 ». Et, là encore, la critique moderne donne raison à Halloix sur le principe d’ensemble du moins, sinon en chacune de ses applications89.

24Chaque monographie est donc écrite suivant un schéma strict. Après avoir cité quelques-uns des éloges que s’est attirés le saint, Halloix énumère ses sources. Au terme de ces préambules, il décrit la vie et les vertus du saint sur un mode hagiographique, compose une anthologie doctrinale. Son étude, enfin, s’achève sur d’abondantes notes, dont le caractère érudit et polémique contraste avec ce qui précède. Halloix s’y révèle un apologiste des Pères de l’Église.

Notes

1 P. Halloix, Vita et documenta S. Iustini Philosophi et Martyris, Scriptoris secundo saeculo nobilissimi. Accesserunt e Menaeo graecorum Justini elogia cum vitae Epitome nunc primum e graeco latine reddita. Censura de S. Justini libris, eorumque ordine et inscriptione. Notae ad eiusdem Justini vitam, Douai, B. Bellère, 1622.

2 Halloix, Vita S. Justini, Préface Ad Lectorem, non paginée : « Erit haec vita aliarum complurium quas in manibus et quasi in procinctu habeo, instar quoddam ac speciem exiguum. »

3 P. Halloix, Illustrium Ecclesiae Oricntalis scriptorum qui sanctitate iuxta et eruditione, primo Christi saeculo floruerunt, et apostolis convixerunt, Vitae et documenta. Adiuncta sunt e Graecorum Menaeo de iisdem Sanctis viris Elogia Graecolatina ex eiusdem versione. Item Notationes et quaestiones quaedam, ad. Vitarum confirmationem et illustrationem pertinentes. Douai, P. Bogard, 1633. Cet ouvrage sera désormais cité Illustrium.

4 Voir la lettre d’Halloix dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae orientalis, p. 171 : « Vitas Scriptorum Graeciae Ecclesiasticorum [...] meditor edere et scripta eorundem illustrare ac defendere ea fere forma quam in S. Justini Philosophi ac Martyris ante annos aliquot expressi. »

5 Cfr supra, p. 58.

6 Halloix, Illustrium., t. I, p. xi : « Nam et alios libres cum Deo propitio cudimus. »

7 Halloix, op. cit., p. 701 : « Attuli ergo hactenus de sanctis Scriptoribus primi saeculi ecclesiae orientalis [...]. Proximo tomo, si gratia Dei mecum ad ultiores labores fuerit, eos producam qui secundo saeculo consimili vita et doctrina qua, maiores sui [...] graecam ecclesiam sustentarunt. »

8 Halloix, op. cit., t. II, p. 863.

9 Beylard, op. cit., col. 214.

10 Halloix, Illustrium Ecclesiae Orientalis scriptorum qui sanctitate juxta et eruditione secundo Christi saeculo floruerunt vitae et documenta, Douai, P. Bogard, 1636.

11 Alegambe, op. cit., p. 383, col. A.

12 Halloix, Origcnes Defensus, p. 16 : « S. Alexander... ut supra in eius vita explicatum est » ; ibid., p. 32 : « S. Alexandrum... scripta superius vita ostendit... ». Il s’agit d’Alexandre de Jérusalem, évêque en Cappadoce, puis coadjuteur et évêque de Jérusalem, mort martyr vers 250, ami et protecteur d’Origène. Le récit de sa vie aurait sans doute dû être inséré dans le tome relatif au troisième siècle, avant l’apologie d’Origène.

13 Le Glay, op. cit., p. 27.

14 Cfr supra, p. 38.

15 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à Antoine de Winghe, p. iii : « Haec Vitae [...] multis tibi magnisque nominibus debentur. ». Ibid, t. II, p. III : « Hic secundus [...] liber ad te eadem via atque eodem iure quo prior ille benignissimo sinu tuo exceptus, in praesentia venit. »

16 Cfr infra, p. 133 et sq. et p. 157 et sq.

17 Halloix, Origenes Defensus, p. 46 des Notes : « Didymus Alexandrinus, cuius ego vitam, si Deus [...] meam prolongarit, propono edere. » Il s’agit de Didyme l’Aveugle, chef du didascalée d’Alexandrie (313-398). Halloix faisait grand cas du témoignage de Jérôme, selon lequel Didyme appelait Origène « le second maître des Églises après l’Apôtre ». Cfr infra, p. 101.

18 Halloix, Préface au lecteur de la Vita S. Justini, non paginée. Cfr infra, p. 68, n. 1.

19 C’est d’ailleurs dans cette catégorie d’ouvrages que les historiens modernes rangent d’habitude l’œuvre d’Halloix. Cfr Poncelet, op. cit., t. II, p. 501.

20 Sur les Pères apostoliques voir par exemple : F. Cayré, Patrologie et Histoire de la théologie, t. I, Paris, 1938, p. 31-90. J. Quasten, Initiation aux Pères de l'Église, t. I, Paris, 1955, p. 49-122. Les critiques modernes reconnaissent bien en Denys l’Aréopagite l’Athénien converti par saint Paul. À l’encontre d’Halloix, ils le distinguent cependant de l’auteur néo-platonicien desVe-VIe siècles, qu’ils étudient à sa place chronologique. Voir notamment CAYRÉ, op. cit., t. II, p. 85-99. Cfr infra, p. 74-75.
Saint Hiérothée est ce personnage dont parle le Pseudo-denys, Noms divins, II, 10 et IV, 14-17.

21 Halloix reproduit intégralement et sans modification sa Vita S. Justini publiée en 1622 dans le t. II des Illustrium..., p. 152-402. Seule la préface est légèrement retouchée.

22 Sur les apologistes, voir Cayré, op. cit., t. I, p. 103-130 ; Quasten, op. cit., t. I, p. 211-287. Sur les controversistes, voir Cayré, op. cit., t. I, p. 133-146 ; Quasten, op. cit., t. I, p. 318-360. Sur les auteurs secondaires, voir Cayré, op. cit., t. I, p. 147-150 ; Quasten, op. cit., t. I, p. 193-196 (Abercius), 321-326 (Denys de Corinthe et Sérapion) ; voir aussi D.H.G.E., t. I, col. 104-106 ; t. XIV, col. 261-262. Sur Pinyte de Cnossos, voir Pauly-Wissowa, Real-Encyclopädie der classischen Altertumwissenschaft, t. XX, Waldsee, 1950, col. 1714 ; Realencyclopädie für protestantische Theologie und Kirche, t. XV, p. 403. Sur Philippe de Gortyne, voir Pauly-wissowa, op. cit., t. XIX, col. 2373 ; Realencyclopädie f. prot. Theol. u. Kirche, t. XV, p. 336. Sur Pantène, voir Quasten, op. cit., t. II, p. 11-12. — Voir aussi J. Daniélou et H. I. Marrou, Nouvelle histoire de l’Église, t. I, Des origines à saint Grégoire le Grand, Paris, 1963, p. 78, 81, 126, 133, 135, 140, 159-160, 216-218.

23 On sait que ces distinctions sont récentes et n’ont été établies qu’au terme de discussions assez vives. Pour une définition de ces disciplines patristiques et un historique des débats voir E. Amann, Les Pères de l'Église, dans D.T.C., t. XII, col. 1199-1202.

24 Amann, op. cit., col. 1201.

25 Dans l’énumération des sources qui précède chaque vie, ce sont celles-là qu’Halloix cite le plus fréquemment. Dans la préface au lecteur du premier tome des Écrivains illustres, p. x-xi, il dit s’être inspiré d’anciens historiens tant grecs que latins et de nombreux martyrologes.

26 Amann, op. cit., col. 1200.

27 Halloix, Illustrium, t. I, p. x : « ipsis Sanctis perquam honorifica ». Halloix termine en outre chacune des monographies par une exclamation en l’honneur du saint dont il vient d’être question. Exemples : Vita S. Justini, p. 376 : « Haec ad ipsius S. Justini honorem » ; Illustrium, t. I, p. 467 : « Ad maiorem S. Ignatii gloriam ».

28 Halloix, Illustrium, t. I, p. 637, à propos de la vie de saint Papias : « Dabo hoc eius honori ac venerationi ut quicquid ipsi ad laudem, ceteris ad exemplum servire invenero, publicam in lucem prodam. » Ibid., p. 602, après avoir composé la biographie de saint Hiérothée : « ut haec scilicet qualescumque rerum eius atque scriptorum reliquiae gratam hominis Apostolici memoriam ac venerationem cum aliquo pietatis fructu lectoribus exhiberent. »

29 Halloix, Vita S. Justini, Préface au lecteur non paginée : « Ipsius egregia virtutis exempla quae tamen mirifice tam formandis iuniorum mentibus quam firmandis grandiorum moribus prodesse poasent. »

30 Halloix, Illustrium, t. I, p. 470 : « Vita S. Polycarpi [...] ut non modo legentium animas reficeret ac recrearet sed etiam ad Dei ipsius [...] singularem amorem atque laudem invitaret. »

31 R. Guelluy, L'évolution des méthodes théologiques à Louvain d'Érasme à Jansénius, dans R.H.E., t. XXXVIII, Louvain, 1941, p. 128. Sur la distinction que l’on faisait à l’époque entre théologie scolastique et positive, voir Y. Congar, Les spécialisations de la théologie, dans D.T.C., t. XV, col. 426-430.

32 Halloix, Illustrium, t. I, p. XI : « Post sanctorum autem vitas, etiam documenta ex ipsorum libris protuli, quod ut illae ad incitandam pietatem, ita haec ad fidem roborandam plurimum conferant. » Cette expression revient plusieurs fois sous la plume D’halloix, ibid., t. I, p. 339 : « Praecipua ad fidem roborandam documenta » ; t. II, p. 512 : « quae ad fidei spectant confirmationem. » Déjà dans la préface à la Vita S. Justini, en 1622, Halloix disait : « Quibus accedent ex eius scriptis selecta quaedam ad corroborandam fidem. »

33 Halloix, Vita S. Justini, Préface non pagninée : « Haec vita quam hodie profero [...] non annosa est, quales subinde ex antiquis scriniis eruuntur, sed nova ac mustea, quales ex ipsorummet Sanctorum scriptis nunc componuntur, stylo novae, argumento vetustae, veritate exploratae. »

34 Lettre d’Halloix à J. Morin, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae orientalis, p. 171-172 : « Vitas Scriptorum Graeciae Ecclesiasticorum ordine aetatis stilo meo, compositas meditor edere et scripta eorumdem illustrare ac defendere ea fere forma quam in S. Iustini Philosophi ac Martyris ante annos aliquot expressi. »

35 Cfr infra, p. 139 et sq.

36 Cfr infra, p. 141.

37 L'enfance pieuse du saint est systématiquement l’objet du premier chapitre de la Vita. Son zèle apostolique s’exprime sous la forme do sa lutte contre l’hérésie (ch. IV de la Vita de saint Abercius ; ch. IX-X de la Vita de saint Irénée ; ch. III de la Vita de saint Théophile ; ch. II de la Vita de saint Apollinaire), de ses voyages missionnaires (ch. V de la Vita de saint Justin) et de son application à opérer des conversions autour de lui (ch. II de la Vita de saint Théophile). Le saint s’attache ainsi de nombreux disciples qui, à leur tour, « portent des fruits en abondance » (ch. XXI de la Vita de saint Denys ; ch. XVI de la Vita de saint Ignace ; ch. XI de la Vita de saint Polycarpe ; ch. XIII de la Vita de saint Irénée). Sa vie s’achève sur son martyre « qu’il endure avec une constance admirable » (ch. XX de la Vita de saint Denys ; ch. XIII de la Vita de saint Ignace ; ch. XII de la Vita de saint Polycarpe ; ch. IX de celle de saint Justin ; ch. XII de celle de saint Irénée).

38 Halloix, Illustrium, t. I, p. 115 : « Quae de Menaeo huc adducentur ad roborandam eorum quae adhuc dicta sunt fidem [...] pertinebunt. »

39 Halloix, ibid., p. 339 : « Graecorum erga ipsum egregiam pietatem quam quidem ex ipsorum Menaeo excerptam proferemus. »

40 Aigrin, op. cit., p. 69-70.

41 E. Amann, op. cit., col. 1196, justifie ainsi le fait que la sainteté soit une des conditions de l’admission au rang de Père de l’Église. C’est exactement l’opinion d’Halloix.

42 Voir à ce propos l’intéressante introduction d’Halloix aux « vertus » de saint Denys, lllustrium, t. I, p. 85.

43 Exemples : Halloix, Illustrium, t. I, p. 341 : « Virtutes B. Ignatii illustriores. § 2 Vigilantia et sollicitudo Pastoralis » ; t. II, p. 190 : « Justini fortitudo animi atque constantia. »

44 Cfr supra, n. 2.

45 Halloix rappelle fréquemment cette sentence, 1 Tim., IV, 8, par exemple lllustrium, t. I, p. 85 ; Origenes Defensus, p. 71.

46 Halloix, lllustrium, t. I, p. 85.

47 C’est du moins ce qu’Halloix affirme pour lui-même : « Illam ipsam in primis Divinam opem (sine qua nihil posse me [...] ingenue profiteor) [...J maximis votis mihi adesse exposco ; satis certus, illa duce, nec a via me aberraturum, nec veritate deflexurum. » Préface de la Vie d’Origène, Origenes Defensus, p. 1.

48 Pour désigner une même qualité, Halloix emploie ces termes : « modestia » (Illustrium, t. I, p. 22), « humilitas » (t. I, p. 39), « animi submissio » (t. I, p. 85). « La crainte de Dieu », « timor Dei », qui caractérise saint Ignace d’Antioche (t. I, p. 339), saint Justin (t. II, p. 186), saint Irénée (t. II, p. 509), s’apparente à cette vertu, mais ne se confond pas avec elle.

49 Halloix, Illustrium, t. I, p. 85. Cfr supra, p. 14, n. 4.

50 Halloix, Illustrium, t. II, p. 185 : « Modestia maximeque in viris doctis ut ne in suarum sublimitate cogitationum evanescant necessaria. »

51 Alors qu’Halloix vient de vanter la modestie, il s’écrie en effet : « O si esset hodie, atque olim semper fuisset omnium Doctorum pectoribus haec alte impressa sententia ! ne vel paucas haereses, vel potius nullas nec olim habuissemus, neque nunc haberemus. » Illustrium, t. II, p. 185.

52 Halloix, ibid., p. 509 : « Quam multos enim haberem nominare huius nostri aevi clarissimos Scriptores quorum... monumenta nihil fere aliud exosa contemptaque reddidit, quam neglecta in illis pietas atque in locum humanitatis ac modestiae nimia ingenii sui iniecta arrogantia ? »

53 Halloix, ibid., p. 509 : « Clarorum virorum scripta sic duae virtutes exomant, flagrans scilicet in Deum pietas et arnica adversus homines animi submissio. »

54 Halloix, ibid., p. 193 : « Virtutes, velut solida sanae doctrinae fundamenta. »

55 Par exemple, Illustrium, t. II, p. 688 : « Appendix de naevis quibusdam S. Irenaei » ; t. II, p. 327 : « Naevorum quorundam in seriptis S. Iustini observatio. »

56 Halloix, Vita S. Iustini, Introduction aux Notes, p. 263. Id., Illustrium, t. I, Préface au lecteur, p. x.

57 Halloix reproche, par exemple, à Baronius une erreur d’interprétation de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe. Il conclut : « Et uno verbo, omnes fere errores Christophorsoni, qui sunt non pauci, adhaerent Baronio, cum eius semper utatur in citando Eusebio versione. Ita fit, ut aliis alios sequentibus, nec fontes graecos examinantibus, primi alicuius interpretis errores, ad quam plurimos scriptores, qui sola nituntur priorum auctoritate, in immensum diffundantur. » Illustrium, t. II, p. 730. — L’évêque catholique anglais Jean Christopherson a donné, en 1570, une traduction latine, de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, cfr P. Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du XVIe siècle, Gembloux, 1932, p. 249-250.

58 Exemple : « Extant graeci versus apud Eusebium libro 9 de Praeparatione Evangelica, p. 251, quos praeteriit in sua versione uti et alia multa Trapezuntius. Quae caussa [...] fuit quamobrem noster Franciscus Vigerus vir magni ingenii et exquisitae doctrinae aliam aggressus interpretationem fuerit et magno confectam iudicio in lucem nuper emiserit. » Illustrium, t. I, p. 561. Autre exemple : « Ita Chrysostomus ex interpretatione Gerardi Vossii qui melius et integrius exemplar graecam nactus est quam sit illud quod Fronto noster indidit tomo 6 operum Chrysostomi graecolatinorum. Nam in Frontonis exemplari lacunae quatuor visuntur satis magnae, in Vossii nulla. » Illustrium, t. I, p. 177. Suit une longue justification de cette opinion. — Sur l’humaniste Georges de Trébizonde et sur sa traduction du De praeparatione evangelica d’Eusèbe, voir D. P. Walker, The ancient Theology. Studies in Christian platonism from the fifteenth to the eighteenth century, Londres, 1972, p. 28-29 et J. Monfasani, George of Trebizond. A biography and a study of his rhetoric and logic, Leyde, 1976, p. 54, 72-73, 78, 120, 127. — Gérard Vossius, patrologue, chanoine de la cathédrale de Liège, prévôt de Tongres, est né à Borgloon en 1550 et mort à Liège, le 25 mars 1609. Après des études à Louvain, il fit carrière à Rome où, à partir de 1572, il dut s’occuper des manuscrits de la Bibliothèque Vaticane. B a édité les Homélies de Jean Chrysostome, avec une traduction latine, à Rome en 1580. Il a aussi édité des œuvres de Théodoret, de Grégoire le Thaumaturge, de saint Bernard et une traduction latine d’Éphrem de Syrie. Voir X. de Theux de Montjardin, Le Chapitre de Saint-Lambert à Liège, t. III, Bruxelles, 1871, p. 180-181. Biographie nationale de Belgique, t. V, col. 850-851. M. Delcourt et J. Hoyoux, Laevinius Torrentius. Correspondance, t. I, Paris, 1950, p. 41-42. L.T.K., t. X, col. 895.

59 Exemple : Illustrium, t. II, p. 644 et sq. Halloix fait état des différents avis émis sur la question de savoir si Cletus et Anacletus sont « deux papes distincts ou un seul ».

60 Exemple de problème chronologique : à quelle époque furent écrites les lettres de Pline le Jeune qui sont datées du règne de Trajan et, pour les chrétiens, de l’époque du martyre de saint Ignace ? Illustrium, t. I, p. 414-420, ch. XIV des Notes sur la vie de saint Ignace. Sur les problèmes, astronomiques, cfr supra, p. 45.

61 En introduction aux Notes sur la vie de saint Denys l’Aréopagite, Halloix affirme, par exemple : « Circa hanc vitam S. Dionysii [...] quatuor occurunt nobilissimae et variis doctorum virorum distractae sententiis quaestiones. » Illustrium, t. I, p. 166.

62 Halloix. Illustrium, t. I, p. 381 et sq.

63 Id., ibid., ch. XVII des Notes relatives à la vie de saint Polycarpe, p. 596-597.

64 Id., ibid., ch. I des Notes relatives à la vie de saint Papias, p. 650-653. Remarquons que cette question n’est toujours pas tranchée. Voir l’exposé du problème et les différents avis émis dans Cayré, op. cit., t. I, p. 73-75 et surtout D.B.S., t. VI, col. 1104-1109

65 Halloix, Illustrium, t II, p. 435-467 : Apologia pro Epistolis S. Ignatii.

66 Halloix, op. cit., t. II, p. 133-145, ch. XIX des Notes sur la vie de saint Abercius. Cfr supra, p. 65.

67 Pour une première approche de ces questions, voir par exemple D.T.C., t. IV, col. 429-433. D.H.G.E., t. XIV, col. 265-310. D.S., t. III, col. 245-257.

68 Willaert, op. cit., p. 248. Massaut, Critique et tradition..., p. 179-187.

69 Poncelet, op. cit., t. II, p. 525, note 3.

70 Halloix, Illustrium, t. I, p. 200 et sq. Sirmond, Tillemont, Le Nourry « dissipaient pourtant alors cette longue illusion. » D.T.G., t. IV, col. 431. Cfr supra , p. 49 et 64.

71 Halloix, op. cit., p. 166 et sq.

72 Poncelet, op. cit., t. II, p. 525.

73 J. Sirmond, De duobus Dionysiis Parisiensi et Areopagita, Paris, 1641.

74 E. Amann, Jacques Sirmond, dans D.T.C., t. XIV 2, col. 2192.

75 Dagens, op. cit., p. 35.

76 Halloix, lllustrium, t. I, p. 259.

77 Halloix, op. cit., t. II, p. 694.

78 Abraham Schultes (en latin Scultetus), théologien calviniste, 1566-1624. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Medullae theologiae patrum syntagma, paru en 4 volumes, Umberg, 1598, Neustadt, 1605 et 1609, Heidelberg, 1613. La Realencyclopädie für protestantische Theologie und Kirche, t. XVIII, Leipzig, 1906, p. 104, y voit « une présentation savante et méritoire de la théologie patristique, bien que très marquée par l’époque et la tendance confessionnelle de l’auteur, qui mène une rude polémique contre Bellarmin, Baronius et les autres Romains ». Voir en outre E. W. Zeeden, Abraham Schultes, dans L.T.K., t. IX, col. 554 et K. Suno, Abraham Scultetus, dans Allgemeine deutsche Biographie, t. XXXIII, Leipzig, 1891, p. 492-496. On peut se rendre compte des critiques d’Halloix en consultant, par exemple, le chapitre qu’il consacre à la défense de saint Irénée contre les « calomnies » de Schultes, lllustrium, t. II, p. 559-564, ou encore celui où il défend la doctrine de l’eucharistie contre l’interprétation qu’en donnait Schultes, ibid., p. 200-210.

79 Halloix, op. cit., t. II, p. 573.

80 Halloix, op. cit., t. I, p. 449.

81 Halloix, op. cit., t. II, p. 694.

82 Id., ibid., p. 688 : « Perpauci sunt SS Patrum in quorum scriptis nullus omnino sit naevus. »

83 Cfr. p. 72.

84 Halloix, op. cit., p. 694 : « Annotare SS Patrum naevos, eo fini annotare ut ne aliqui in eos Scriptorum auctoritate tracti imprudentes incidant, bonum et laudabile factum est. »

85 Halloix, op. cit., p. 654 : « Quocirca minime fraudi esse debet, neque Papiae, neque Iustino, neque Irenaeo quod ea olim docuerint quae nunc dedocemur. De multis enim interrogabantur quae obscura tum erant, explicatu difficilia et nulli traotata : de quibus proinde eam sententiam, quae sibi proxima veritati videbatur [...] sincere proferebant. Ac tum etiam quidem, si cui meliora occurissent semper paratos se edoceri [...] profitebantur. [...] Nec vero mirum, si de aliquibus locis aliter aliquando ab illis doctum sit, quam nunc ab Ecclesia. »

86 Cfr D.T.C., t. XII, col. 1196 : « Il est, dans la doctrine chrétienne, plusieurs points qui n’ont été définitivement réglés qu’après un certain temps... On ne fera pas grief à un Père de n’avoir pas observé toute l’exactitude voulue dans l’énoncé de doctrines qui n’ont été précisées qu’après lui, d’avoir adopté dans une controverse telle position qui s’est ultérieurement classée comme fausse. »

87 Parlant des erreurs de saint Clément d’Alexandrie, Halloix les estime « vel ab eo humanitus admissi, vel ab haereticis nequiter immissi ». Illustrium, t. II, p. 849.

88 H. Crouzel, Une controverse..., op. cit., p. 47.

89 Crouzel, op. cit., p. 46 : « La possibilité de ces falsifications n’est pas douteuse à une époque où l’imprimerie n’existait pas. » Le P. Crouzel conteste cependant la validité de cet argument dans un certain nombre de cas, dont celui de Clément d’Alexandrie précisément. Op. cit., p. 48.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search