Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre premier. Les écrits mineurs

Texte intégral

  • 1 Litterae Iaponicae a R. P. Provinciali Societatis Jesu in Iapone ad R. Admodum P. Claudium Aquaviv (...)
  • 2 Iparraguirre, op. cit., col. 981.
  • 3 Poncelet, op. cit., t. II, p. 527.

1La première fois qu’Halloix prit la plume, ce fut pour répondre au souhait d’Aquaviva, qui désirait que soient traduites les lettres « japonaises » que lui avait adressées le Père Giram au cours des années 1609-16101. À cette époque, en effet, le général de l’Ordre cherchait à « utiliser les nouvelles qu’il recevait du martyre et de l’héroïsme de tant d’apôtres de l’Angleterre, du Japon, de l’Amérique du Sud » pour entretenir le sens apostolique des jésuites. Il importait donc de traduire en latin des récits souvent édifiants pour en permettre la diffusion dans toutes les provinces de la Compagnie2. Un grand nombre de lettres des missionnaires de la Chine et du Japon furent ainsi traduites par des Belges, tels André Schott, Sidronius de Hossche, Jean Bolland, que l’on considérait comme les meilleurs latinistes3. Halloix, qui, en 1612, résidait à Anvers, fut également désigné pour cette entreprise : preuve de l’estime qu’on lui portait. Conformément sans doute à ce qu’on attendait de lui, Halloix accentua l’aspect tragique et exemplaire des événements relatés en utilisant un latin emphatique.

  • 4 Poncelet, op. cit., t. II, pp. 357-365.
  • 5 P. Halloix, Triumphus sacer SS Terentiani et Socii Martyrum, Sive Sacrorum utriusque corporum Atre (...)
  • 6 H. R. Duthillœul, Histoire ecclésiastique et monastique de Douai depuis l'établissement du Christi (...)
  • 7 On trouvera une étude de cet événement dans Beylard, op. cit., col. 195-196.
  • 8 Le sacré triomphe des Saincts Martyrs Ténentian et son Compagnon, ou Discours de la glorieuse tran (...)
  • 9 Duthillœul, op. cit., p. 202, signale deux ouvrages également imprimés chez Noël Wardavoir et trai (...)

2Les missions n’étaient pas à l’époque, loin de là, l’unique forme d’apostolat de la Compagnie de Jésus. En Europe même, les fils de saint Ignace cherchaient à ranimer la piété des foules de multiples manières, en donnant, par exemple, aux fêtes religieuses un éclat extraordinaire4. C’est une cérémonie de ce type qu’Halloix relatait, en 1615, dans son récit de La glorieuse translation des reliques de saint Térence et de son compagnon d’Arras à Douai5. On venait d’exhumer du cimetière de Priscille à Rome les restes de plusieurs martyrs : transférées dans le Nord de la France, ces reliques avaient été partagées entre plusieurs églises et notamment celles, nouvellement fondées, de la Compagnie de Jésus. Les jésuites douaisiens s’étaient vu attribuer les ossements de saint Térence, et de son compagnon : des fêtes somptueuses marquèrent, en 1614, leur translation d’Arras à Douai6 Dans son récit, Halloix s’attache à décrire la splendeur de la cérémonie et la vénération de la foule qui avait afflué7. Son texte témoigne éloquemment du faste du culte posttridentin et de la forte impression qu’il produisait sur les fidèles. Initialement écrit en latin, l’ouvrage d’Halloix fut immédiatement traduit en français, en raison sans doute de son succès escompté auprès du grand public8. À la même époque d’ailleurs, étaient édités à Douai des récits en tout semblables au sien, mais composés dès l’abord en langue vulgaire. Les auteurs, « des Pères de la Compagnie », les dédiaient « au peuple »9. Il semble donc que, non contents d’impressionner les fidèles par le faste de leur culte, les jésuites aient voulu fixer dans les mémoires le souvenir d’un événement religieux qu’ils avaient paré de tant d’importance. Les historiographes enfin, et Halloix le premier, tentaient dans leurs écrits de rattacher ces cérémonies à « la coutume de l’Église primitive ». Nous voyons là l’influence de l’intérêt que l’on portait alors dans le monde ecclésiastique à l’Antiquité chrétienne. Halloix, en tous cas, manifeste ici pour la première fois son goût de l’érudition et de la recherche historique.

  • 10 Fr. Ribera, In Sacram B. Joannis Apostoli et Evangelistae Apocalypsim Commentarii, éd. princeps, S (...)
  • 11 Halloix, Illustrium, t. I, p. 659 : « Vide, si amas plura, Franciscum Riberam in Apocalypsim. Is e (...)
  • 12 Sur Ribera, voir Hurter, op. cit., t. III, col. 238. Sommervogel, op. cit., t. VI, col. 1761-1767  (...)
  • 13 Francisci Riberae... in Sacram Apocalypsim commentarii. Editio nova et emendata cum auctoris vita (...)

3Le Commentaire sur l’Apocalypse du jésuite François Ribera, imprimé pour la première fois à Salamanque en 1591, avait déjà connu plusieurs éditions, témoins de son succès, lorsqu’Halloix le publia à nouveau en 162310. Cette initiative est due à l’admiration que lui inspirait l’œuvre du grand exégète espagnol : « Ce commentaire est bref, clair, solide », estimait Halloix, qui goûtait aussi beaucoup l’érudition patristique de l’auteur11. Formé à l’école de Salamanque, Ribera avait, en effet, fait largement appel à l’élément positif12. Au Commentaire sur l’Apocalypse, Halloix joignait une biographie de l’auteur. Il y dépeint l’ascète et le mystique qu’était Ribera, le confesseur et le biographe de sainte Thérèse d’Avila13.

  • 14 Aigrin, op. cit., p. 351. Sur Camille de Lellis, voir D.H.G.E., t. XI, col. 604-605.
  • 15 Cfr supra, p. 38-39.
  • 16 Halloix, Dédicace à Antoine de Winghe (non paginée) en tête de la Vita P. Camilli de Lellis.

4C’est encore à une biographie qu’Halloix devait se consacrer quelques années plus tard. Nombreux étaient en ce « siècle des saints » les récits hagiographiques « qui avaient le poids d’un témoignage direct ». Ainsi, saint Camille de Lellis, le fondateur de l’Ordre des « clercs réguliers pour le service des malades », mort en 1614, avait-il eu, dès 1615, un biographe, son disciple Santio Cicatelli14. L’œuvre de ce religieux fut éditée sous sa forme italienne définitive en 1624. Antoine de Winghe, vivement impressionné, chargea Halloix de la traduire en latin15 et, en 1632, paraissait à Anvers la Vita P. Camilli de Lellis [...] latinitate donata a Petro Halloix. Dans sa préface, Halloix précisait qu’il avait répondu à la demande de l’abbé de Liessies « d’abord pour la plus grande gloire de Dieu et en l’honneur de son admirable serviteur, ensuite, en vue de l’édification du plus grand nombre16 ».

  • 17 Cfr supra, p. 19.

5Si l’on ajoute à ces œuvres l’Anthologia poetica dont nous avons déjà parlé17, nous obtenons un tableau complet de la production littéraire mineure du jésuite. Elle comporte à nos yeux une double caractéristique. D’abord, elle est le fruit des circonstances plutôt que de l’initiative d’Halloix. N’est-ce pas pour répondre aux désirs de ses supérieurs que, bien souvent, il prit la plume ? Ces écrits sont donc marqués par les visées missionnaires d’Aquaviva ou édifiantes d’Antoine de Winghe. Halloix d’ailleurs répondait d’autant plus volontiers à leurs demandes qu’elles correspondaient à son propre idéal apostolique. Ici comme ailleurs, il poursuit des fins toutes morales et religieuses.

  • 18 A. Thibaut, Littérature d'édification, dans D.S., t. IV, col. 279 ; l’auteur s’insurge contre le s (...)

6Qualifiera-t-on son œuvre de « littérature d’édification » ? Non, si on entend par là « qu’elle manifeste peu d’exigences critiques et n’enrichit guère l’intelligence18 ». Les écrits du jésuite portent, au contraire, la trace de sa formation philologique et de son goût de l’histoire. Halloix, guidé par des soucis d’apôtre, emploie des méthodes d’érudit : c’est là, nous semble-t-il, la seconde caractéristique de son œuvre.

***

Notes

1 Litterae Iaponicae a R. P. Provinciali Societatis Jesu in Iapone ad R. Admodum P. Claudium Aquaviva Praepositum Generalem eiusdem Societatis nuperrime transmissae. Anno 1609 et 1610, mense Martio... Vertit ex Italico Romae impresso in Latinum sermonem P. Petrus Halloix, Douai, B. Bellère, 1612 ; Anvers, P. et J. Bellère, 1615.

2 Iparraguirre, op. cit., col. 981.

3 Poncelet, op. cit., t. II, p. 527.

4 Poncelet, op. cit., t. II, pp. 357-365.

5 P. Halloix, Triumphus sacer SS Terentiani et Socii Martyrum, Sive Sacrorum utriusque corporum Atrebato Duacum gloriosa translatio. Et Duaci in eadem translatione publica et solemnis supplicatio in qua omnes fere antiquitus usurpari solitae in SS Reliquiarum translationibus ceremoniae sparsim commemorantur, Douai, Noël Wardavoir, 1615.

6 H. R. Duthillœul, Histoire ecclésiastique et monastique de Douai depuis l'établissement du Christianisme, Douai, 1861, p. 93.

7 On trouvera une étude de cet événement dans Beylard, op. cit., col. 195-196.

8 Le sacré triomphe des Saincts Martyrs Ténentian et son Compagnon, ou Discours de la glorieuse translation et conduite de leurs saincts corps de la ville d’Arras en celle de Douay. Avec les solemnités de la Procession générale faicte à Douay en ladite translation. Auquel sont rapportées la plus grande partie des cérémonies gardées anciennement ès translations des Sainctes Reliques. Composé en latin par le R. P. Halloix de la Compagnie de Jésus. Et depuis traduit en français par S.D.P. à Douay, Pierre Avroy, 1615.

9 Duthillœul, op. cit., p. 202, signale deux ouvrages également imprimés chez Noël Wardavoir et traitant des translations de reliques : 1. Exposition du dévot et solennel transport du corps de Saint Séverin martyr du cimetière de Pricille à l’église des PP. de la Cie de Jésus à Valenciennes, Douai, 1614. — 2. La manière d’honorer S. Severin et son compagnon, martyrs, tirée de la coustume de l’église primitive, avec le fruit qu’il faut recueillir de leurs sacrées reliques, dédiée au peuple de Valenciennes, par un Père de la Compagnie de Jésus, Douai, 1616.

10 Fr. Ribera, In Sacram B. Joannis Apostoli et Evangelistae Apocalypsim Commentarii, éd. princeps, Salamanque, 1591 ; 2e éd., Lyon, 1592(1re partie), 1593(2e partie) ; Anvers, 1594, 1602 ; 3e éd., Anvers, 1603. L’édition préparée par Halloix est la quatrième ; elle parut à Anvers chez P. et J. Bellère en 1623 et, la même année, chez G. Patté à Douai ; cfr Sommervogel, op. cit., t. VI, col. 1764-1765.

11 Halloix, Illustrium, t. I, p. 659 : « Vide, si amas plura, Franciscum Riberam in Apocalypsim. Is enim prae ceteris in eo opere placet quia brevis, clarus, solidus est ». Voir aussi ibid., t. II, p. 321.

12 Sur Ribera, voir Hurter, op. cit., t. III, col. 238. Sommervogel, op. cit., t. VI, col. 1761-1767 ; L.T.K., t. VIII, col. 1282. Rappelons que « le XVIIe siècle est l’âge d’or de l’exégèse catholique » et que « c’est l’Espagne qui vient en tête : les Jésuites y fournirent des travaux de première valeur. » Willaert, op. cit., p. 243-244.

13 Francisci Riberae... in Sacram Apocalypsim commentarii. Editio nova et emendata cum auctoris vita conscripta a R. P. Petro Halloix, Anvers, 1623. — Ribera est le premier biographe de sainte Thérèse d’Avila. Sa biographie, qui eut un grand succès, a été reproduite dans les Acta sanctorum d’octobre. Cfr A. Vermeylen, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle, Louvain, 1958, p. 94, 95, 99, 222.

14 Aigrin, op. cit., p. 351. Sur Camille de Lellis, voir D.H.G.E., t. XI, col. 604-605.

15 Cfr supra, p. 38-39.

16 Halloix, Dédicace à Antoine de Winghe (non paginée) en tête de la Vita P. Camilli de Lellis.

17 Cfr supra, p. 19.

18 A. Thibaut, Littérature d'édification, dans D.S., t. IV, col. 279 ; l’auteur s’insurge contre le sens que l’on donne habituellement à l’expression « littérature d’édification ».

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search