Version classiqueVersion mobile

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Additions

Texte intégral

1P. 8. Intr., n. 2. – Je n’ai pas retenu non plus la persistance du -t final après voyelle qui se serait prolongée particulièrement tard en wallon : v. Valk., p. 42, n° 8 (avec des références à une dizaine d’auteurs) ; Pope, p. 489, n° xv. Il ne s’agit presque certainement que d’un phénomène graphique propre aux anciens textes de Wallonie. On peut sans doute généraliser ce qu’écrivait G. Doutrepont à propos de J. de Hemricourt (n° 92, p. 61) : « Le t final ne peut être qu’une manière d’écrire traditionnelle, où l’orthographe est en retard sur le développement phonétique » (à preuve des graphies comme mardit, jolit).

2P. 9. N° 3. – Le premier volume de l’Atlas ling, et ethnogr. picard, par Fernand Carton et Maurice Lebègue, a paru en 1989.

3P. 15 sv. Bibliographie. Ajouter :
DEAF = Dictionnaire étymologique de l’ancien français (lettre G).
PALW = Petit Atlas linguistique de la Wallonie.

4P. 39. N° 3. – Ex. plus ancien de hât haut : 1272 « de haat et de bas » (Wilm. 145 ; Chapitre d’Andenne, ALW Na 84). Andenne est actuellement dans l’aire de ô : v. ALW 1, c. 15 « chausse ».

5P. 51. N° 6, rem. 3. – Ex. plus ancien, mais dans copie : 12e s. °semedi (Ver del juïse, v. 118 ; Rankka, p. 56).

6P. 61. N° 12. ǐ + l + consonne. – Autres exemples : a.b.fq. *filtir > lg. fète ‘feutre’ (tchâsses di ~ ‘chausses de f.’, Dial, de pays. III, v. 153, 1636 ; à porter FEW 15/2, 125-6) ; – *piltrum > lg. verv. pête ‘fer-blanc’ (FEW 8, 504b) ; – germ, maht-hild > lg. Mahê, nom de femme (Herbillon, Top. Hesb. liég., n° 2294 ; etc.), fr. Maheut, Mahaut.

7P. 63. N° 12. Remarque. – Ex. comparable à soleil : vigilare > lg. veûyî (nm. wèyî), fin 12e s. °voilhanz a la songe (lat. vigil ad curam ; Serm. S. Bern., dans A. Henry, Automne 81, 10) ; 1200* voilleir (P. Moral 1857, etc.).

8Ex. du nm. ia : mia ‘mieux’ (lg. mis < melius) ; cp. °enmiadrer ‘améliorer’ (lg. èmîdrer) 1351, 1359, dans Chirographes de Nivelles, d’après F. Vandevelde, La langue des chir. de Nivelles de 1290 à 1360 (mém. univ. Louvain, p. 24).

9P. 69. N° 15, 2°. – Exemples de û au 16e s., d’après Michel-L. Lefèbvre, mém. univ. Liège, pour Havelange D 16 : 1573 °desseur le fagne corru (p. 91 ; w. è côru, de côre ‘coudrier’ + -ëtu) ; et pour Miécret D 17 : 1518 °delés Hestru (p. 143 ; de °hêtre°), 1515 °au pieru (p. 174 ; w. so pièrû, de °pierre°).

10P. 83. N° 24, dernier alinéa. – Ex. plus ancien : 1333 « un boursiaul de kievirons- », un faisceau de chevrons (M. Bruwier, « Note sur l’exploitation des bois de Mirwart par le Comte de Hainaut en 1333 », Mél. F. Rousseau, 1958, p. 153) ; forme picarde.

11P. 91. N° 31. – Limbourg Ve 24 : ld. lès batrêyes, 1555 et 1560 °la battry (B. Vandermeulen, mém. univ. Liège, 1975, p. 38 ; à lbèvrêye, 1533 °beuvrie, 1546 °beuvry, 1604 °bevery (id., p. 39-40).
Cherain B 10 : ld. à lsoyri, à la scierie (R. Felten, id., 1962, n° 183).

12P. 105. N° 44. – Dans une petite chronique stavelotaine du 15e s., qui figure dans les archives de Stavelot-Malmedy (A.E.L.), Principauté, n° 537, fos 112-114, le u, qui est actuellement la voy. cad. usuelle à Stav. et à Malm., est fréquent à côté du e franç. : lu ‘le’, du ‘de’, fortument, soverennumint, etc.

13Le u est fréquent aussi dans les textes malmédiens de 1493 et 1496 que j’ai publiés dans Probl, p. 187 et 189 : lu, du, duvan, su ‘son’, duseur ‘dessus’, cessulin ‘châtelain’, dumorant ‘demeurant’, ruchu ‘reçu’, etc.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search