Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre troisième. Des modèles : les bollandistes

Texte intégral

  • 1 Aigrin, op. cit., p. 330.

1Dès l’origine sans doute, Halloix a eu connaissance du grand projet des Bollandistes : « recueillir les textes véritables [des Vies de saints] et les publier d’après les manuscrits afin de les substituer aux versions altérées ou apocryphes dont l’honneur de l’Église pouvait avoir à souffrir1. » À chacune des étapes de la naissance des Acta Sanctorum, Halloix était présent.

  • 2 Cfr supra, p. 24 et sq.
  • 3 Rosweyde, comme Halloix, avait été désigné pour faire partie de l’Académie ecclésiastique d’Anvers (...)
  • 4 Les deux martyrologes latins paraîtront à Anvers en 1613 ; à propos de l’effet produit sur Halloix (...)
  • 5 Halloix, Illustrium, t. II, p. 639, déclare à propos du Martyrologe d’Adon : « editum et emendatum (...)
  • 6 Delehaye, op. cit., p. 16. Dans ce volume, Rosweyde édite les textes qui retracent « l’épopée des (...)
  • 7 Dans la lettre qu’il adresse à Bolland, le 22 octobre 1643, Halloix proteste « amice et confidente (...)

2Nous avons vu qu’il était à Douai à l’époque où Rosweyde en a conçu le projet et se mit en chasse de manuscrits2. Curieusement, il se trouvait à nouveau aux côtés du grand hagiographe lorsqu’en 1612, celui-ci réintégra la maison professe d’Anvers en vue de reprendre ses travaux longuement interrompus3. À cette époque, Rosweyde préparait l’édition du martyrologe d’Adon et du « petit romain », dont la découverte avait fortement impressionné Halloix4. Par la suite, l’hagiographe a offert son ouvrage à Halloix, qui en fit toujours grand cas. Dans ses propres écrits, Halloix cite fréquemment ces martyrologes latins et donne toujours la préférence aux lectures proposées par Rosweyde5. Il n’est pas invraisemblable, d’autre part, que « le père de l’œuvre bollandienne » ait, dès cette époque, travaillé aux Vitae Patrum, qui paraîtront en 1615. « La pierre fondamentale des Acta Sanctorum.6 » est, en effet, une œuvre de grande envergure, qui a dû demander bien des années de préparation. Halloix, en tous cas, en eut connaissance et les critiques « amicales » qu’il formule à l’adresse de leur auteur prouvent le soin qu’il prit à les étudier7.

  • 8 Dehaisnes, op. cit., p. 447.
  • 9 J. Bolland, Préface générale des Acta Sanctorum, t. I, p. xxvii : « Antonius de Winghe optare se a (...)

3On sait que Rosweyde mourut avant d’avoir rien publié des Acta Sanctorum et que Bolland dut prendre la relève. Antoine de Winghe, qui avait tant soutenu le premier « bollandiste », continua d’apporter à son successeur une aide efficace. Il ne se contentait pas d’accorder des subventions en argent, il « se permettait des observations, des critiques avec une clarté et une finesse d’esprit auxquelles les Bollandistes ont rendu hommage8 ». Or l’abbé de Liessies qui, au même moment, participait aux recherches d’Halloix, suggéra à Bolland d’adopter certaines méthodes de son confrère liégeois et de donner plus d’ampleur à son œuvre, à l’exemple d’Halloix. Bolland refusa en raison, avoue-t-il, du travail considérable que de tels développements exigeaient9.

  • 10 Archives de la Société des Bollandistes à Bruxelles, Mss. Boll., 64, f° 33 v°, lettre de P. Halloi (...)

4Halloix ne prit pas, durant cette période, une part active aux travaux des Bollandistes. Il se tenait néanmoins au courant d’une œuvre à laquelle « il attachait tant de prix ». Il se félicite, en 1643, de « ne pas avoir attendu et espéré en vain » les premiers tomes des Acta Sanctorum10.

  • 11 Bolland et Henschenius, son collaborateur.
  • 12 Cfr Hésiode, Les travaux et les jours, v. 380, trad. P. Mazon, Paris, 1960, p. 100.
  • 13 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v°. Cfr infra, p. 176. — C’est dans (...)

5Il les accueillit avec l’enthousiasme de la plupart de ses contemporains : « À peine ai-je aperçu, dans notre bibliothèque, ces deux volumes magnifiquement et solidement construits, que j’en fus ravi, écrit-il à Bolland, de Liège, le 22 octobre 1643. Ce n’est que bien tard que j’ai pu m’en arracher. Tout le monde autour de moi partage mes sentiments, trouve votre œuvre admirable, en apprécie la valeur et en reconnaît le mérite. Je vous félicite tous les deux11 de tout cœur de ces heureux auspices. » La lettre n’a pas pour unique objet des félicitations. Halloix y propose ses services avec diplomatie : « Je fais tant de cas de votre entreprise que je souhaite, je le dis ouvertement, que si jamais un seul collaborateur ne suffisait pas à l’avancement convenable des travaux, d’autres vous soient adjoints. Ce vers d’Hésiode s’applique ici en effet : « Plusieurs font plus d’ouvrage et plus grand est le profit12. » Craignant cependant de paraître diminuer la compétence d’autrui, Halloix ajoute : « Il est vrai qu’Henschenius à lui seul en égale beaucoup d’autres. J’ai confiance en vous, Révérend Père, j’ai confiance dans les autres, j’ai confiance dans ce que je constate. Continuez donc ensemble... » Après de nouveaux compliments, Halloix réitère plus clairement sa demande : « Si j’avais vu l’immense documentation dont vous disposez pour écrire ces Vies, j’aurais pu vous emprunter certaines choses et vous en procurer d’autres. [...] J’avoue néanmoins que vous possédez beaucoup plus de choses dont je manque que moi-même je n’ai de richesses dont vous êtes privés. Mais si j’apprenais que vous attendez de moi quelque chose de précis, dont je serais pourvu, je serais heureux de vous le communiquer. » Halloix n’a pourtant pas que des éloges à distribuer et il passe à la critique. C’est à tort, selon lui, que Rosweyde tient pour vraies les invectives de Jérôme contre Origène, Eusèbe, Evagre, Rufin, Pallade, Mélanie l’ancienne, Jean de Jérusalem et d’autres saints véritables. Il déplore « qu’en vertu de l’autorité d’un seul écrivain latin, plusieurs grands saints aient acquis une mauvaise réputation auprès de ceux qui ignorent le grec ». La fin de la lettre est ainsi consacrée à la réhabilitation de ces auteurs injustement accusés. Nous reviendrons sur l’apologie d’Origène plus loin13.

  • 14 Acta Sanctorum, Aprilis, t. II, p. 108-119, sous le titre Vita S. Justini a Petro Halloix Societat (...)
  • 15 Acta Sanctorum, Octobris, t. VI, édité en 1794, p. 180-186, sous le titre Vita S. Theophili. On n’ (...)

6Quel accueil les Bollandistes ont-ils réservé aux propositions d’Halloix ? Nous l’ignorons. Ont-ils eu recours à ses services ? Rien ne permet de l’affirmer. Deux fois, cependant, les Bollandistes des générations suivantes puiseront dans son œuvre. En 1675, Henschenius et Papebroch inséreront dans un des volumes consacrés au mois d’avril l’étude d’Halloix sur saint Justin. Dans leur introduction, ils signalent qu’ils ont opéré quelques corrections relatives à des questions de chronologie et supprimé la partie consacrée aux écrits et à la doctrine de saint Justin14. À l’extrême fin du XVIIIe siècle, les Bollandistes feront à nouveau un emprunt à l’étude d’Halloix sur les écrivains ecclésiastiques grecs, en reproduisant sa Vita S. Theophili dans le sixième volume du mois d’octobre15.

  • 16 Halloix, Illustriurn, t. II, p. 115 : « Heriberti nostri [...] mihi animo et studio coniunctissimi (...)

7Il y eut donc des contacts entre Halloix et les Bollandistes. Ceux-ci connaissaient son œuvre et jugèrent qu’elle était assez conforme à leur esprit et à leurs méthodes pour être reproduite, en partie du moins, dans les Acta Sanctorum. Halloix, de son côté, vouait aux Bollandistes une admiration immense, mais non sans critique, comme le montre sa lettre à Bolland. Les Bollandistes ont exercé sur lui une grande influence, à commencer par Rosweyde, ce précurseur, dont Halloix fut l’ami intime et le compagnon d’étude et dont il invoque souvent l’autorité16. De façon générale, on remarque certaines similitudes entre l’œuvre d’Halloix et celle des Bollandistes : même traitement critique des textes, même recours à certaines sources, tels les martyrologes, même souci d’édification. Il y a là plus qu’une coïncidence.

***

Notes

1 Aigrin, op. cit., p. 330.

2 Cfr supra, p. 24 et sq.

3 Rosweyde, comme Halloix, avait été désigné pour faire partie de l’Académie ecclésiastique d’Anvers. Cfr Poncelet, op. cit., t. II, p. 471, note 4.

4 Les deux martyrologes latins paraîtront à Anvers en 1613 ; à propos de l’effet produit sur Halloix, cfr supra, p. 22 et n. 5.

5 Halloix, Illustrium, t. II, p. 639, déclare à propos du Martyrologe d’Adon : « editum et emendatum nuper ab Heriberto Rosweido singularis diligentiae viro accepi, sic in vita nostra edidi. » Voir encore ibid., p. 115, et p. 116 : « Haec est coniectura Heriberti nostri, hominis sane in huismodi nodorum scrutandis solutionibus diligentissimi et mihi, dum viveret, animo et studio coniunctissimi. Nec ego quidem hactenus aliam vidi meliorem huius restituendi loci coniecturam. »

6 Delehaye, op. cit., p. 16. Dans ce volume, Rosweyde édite les textes qui retracent « l’épopée des origines du monachisme en Égypte et en Syrie ».

7 Dans la lettre qu’il adresse à Bolland, le 22 octobre 1643, Halloix proteste « amice et confidenter » contre des passages de la préface de Rosweyde aux Vitae Patrum. Cfr infra, p. 53, 175-177.

8 Dehaisnes, op. cit., p. 447.

9 J. Bolland, Préface générale des Acta Sanctorum, t. I, p. xxvii : « Antonius de Winghe optare se aiebat ut non brevissima solum scholia sed luculentiores commentarios darem quales fere Petrus Halloix noster ad Vitas Sanctorum Scriptorum Orientis adiecisset, de quo auctore multus tune nobis fuerat sermo et cum summa eius ac merita coniunctus laude. Negaui eam esse mihi vim animi ac corporis firmitatem [...]. » Préface adressée à Dom Luytens, abbé de Liessies.

10 Archives de la Société des Bollandistes à Bruxelles, Mss. Boll., 64, f° 33 v°, lettre de P. Halloix à J. Bolland, 22 octobre 1643. Cfr infra, p. 175-177.

11 Bolland et Henschenius, son collaborateur.

12 Cfr Hésiode, Les travaux et les jours, v. 380, trad. P. Mazon, Paris, 1960, p. 100.

13 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v°. Cfr infra, p. 176. — C’est dans les Prolegomena aux Vitae Patrum que Rosweyde tient les propos qu’Halloix lui reproche. Nous n’envisagerons cette controverse qu’à propos d’Origène. Pour le reste, voir F. Cavallera, Saint Jérôme, sa vie et son oeuvre, Louvain-Paris, 1922.

14 Acta Sanctorum, Aprilis, t. II, p. 108-119, sous le titre Vita S. Justini a Petro Halloix Societatis Jesu, fere ex ipsius Sancti Operibus contexta. Voir l’introduction des Bollandistes, ibidem.

15 Acta Sanctorum, Octobris, t. VI, édité en 1794, p. 180-186, sous le titre Vita S. Theophili. On n’y trouve que les trois premiers chapitres de l’étude d’Halloix, à l’exclusion des chapitres relatifs aux œuvres et à la doctrine.

16 Halloix, Illustriurn, t. II, p. 115 : « Heriberti nostri [...] mihi animo et studio coniunctissimi ».

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search