Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre deuxième. Des collaborateurs oratoriens et jésuites

Texte intégral

  • 1 Lettre de Halloix à J. Morin du 14 janvier 1632, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae Orientalis, (...)

1Rien n’était plus étranger aux conceptions d’Halloix qu’une recherche menée isolément. « Des frères travaillant dans le même sens doivent se donner la main », estimait-il et lui-même se montrait toujours prêt à fournir « sur le champ » à ses amis et relations les renseignements susceptibles de leur être utiles1 En retour, combien de manuscrits, de dissertations, d’indications en tous genre n’a-t-il pas reçus ! Nous chercherons d’abord quelles étaient ses relations, comment elles se sont nouées, quel était le contenu de ces échanges. Ensuite nous nous demanderons si Halloix a appartenu à une école, dont il aurait partagé les conceptions et les méthodes.

  • 2 À son propos, voir Paquot, op. cit., t. I, Louvain, 1763, p. 279-284 et H. Vander Linden, Van der (...)
  • 3 Halloix, Illustrium, t. I, p. x, à propos d’un martyrologe grec : « diu requisitum [...] tandem re (...)
  • 4 Paquot, op. cit., p. 281.

2Les relations du jésuite étaient diverses et se constituaient aussi bien d’érudits locaux que de savants de classe internationale. Florent van der Haer (1574-1634), chanoine et trésorier de la collégiale Saint-Pierre à Lille, nous paraît propre à illustrer la première catégorie2. Halloix, en effet, le désignait comme un de ses meilleurs amis et se félicitait d’avoir trouvé chez lui de précieux manuscrits3. Mais ce lettré « qui avait fait une étude particulière des Antiquités ecclésiastiques »4 n’est plus guère considéré aujourd’hui.

  • 5 Sur Morin, voir E. Dupin, Nouvelle bibliothèque des Auteurs Ecclésiastiques, t. XVII, Des Auteurs (...)
  • 6 Willaert, op. cit., p. 276, qui résume J. Dagens, Bérulle et les origines de la Restauration catho (...)
  • 7 A. Molien, Oratoire, dans D.T.C., t. XI, col. 1136.
  • 8 A. Molien, J. Morin, dans D.T.C., t. X, col. 2487.
  • 9 Dupin, op. cit., p. 18.
  • 10 Molien, op. cit., col. 2488.

3Tout différent est le cas de Jean Morin (1591-1659), oratorien, exégète et historien de l’Église5. On sait que Bérulle « sensiblement touché par l’humanisme » voulait que la théologie soit « fortement appuyée sur l’Écriture Sainte » : ce souci explique que sa congrégation ait produit bon nombre d’exégètes de valeur6. Morin, en particulier, donna une réédition de la Bible des Septante et une étude sur le Pentateuque dont nous reparlerons. L’Oratoire compta aussi dès ses origines plusieurs historiens de l’Église : Morin prit part à leurs travaux et se spécialisa dans l’Antiquité grecque chrétienne7. Sa science était telle que le pape l’appela à Rome pour travailler à l’union des Églises grecque et romaine8. C’est unanimement d’ailleurs qu’on estimait au XVIIe siècle « qu’il n’y avait point d’homme de lettres qui eût plus d’érudition et de beauté d’esprit9 ». Aussi, nombreux étaient les savants catholiques, protestants et juifs qui étaient en relation avec lui10.

  • 11 Nous ne disposons en fait que du fragment de cette lettre copié par G. Wendelin (cfr infra) et con (...)
  • 12 A.G.R., Fonds Mercy-Argenteau, reg. 44, f° 4 : « Contra Hippolyti marmor, multa persuadent, tria m (...)
  • 13 Halloix, Illustrium, t. II, p. 657 et sq. : « De controversia diei Paschatis inter Orientales et O (...)
  • 14 Lettre de Halloix à Jean Morin, de Douai le 14 janvier 1632, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae (...)

4Halloix, lui aussi, entretint avec Morin une correspondance dont deux lettres nous ont été conservées. La première, datée du 19 décembre 1630, est adressée par Morin « au très docte Père Halloix11 ». L’oratorien y fait un exposé précis, clair, technique. « Bien des motifs me poussent à nier la solidité du comput pascal imaginé par saint Hippolyte, explique-t-il au jésuite, et trois en particulier12 ». La suite de la lettre est une longue démonstration de cette affirmation. Halloix a dû demander à Morin des éclaircissements sur ce point, car il préparait alors un chapitre sur les controverses soulevées à Rome par la date de Pâques13. Dès le 14 janvier suivant en tout cas, Halloix remerciait vivement Morin d’avoir éclairé pour lui cette question « difficile et embrouillée », il le félicitait de son étude sur le Pentateuque et il lui annonçait la publication prochaine de son propre ouvrage sur les Écrivains illustres de l'Église d’Orient14.

  • 15 F. Silverijser, G. Wendelin (1580-1667), dans B.I.A.L., t. LVIII, Liège, 1934, p. 91-158. L’auteur (...)
  • 16 Cfr supra, p. 44, n. 8.
  • 17 La lettre de Wendelin à Schott, non datée, est conservée aux A.G.R., Fonds Mercy-Argenteau, regist (...)
  • 18 Halloix, Illustrium, t. I, p. 225-227, prétend prouver que, seul, un contemporain du Christ pouvai (...)

5Peu de temps après ce bref échange de correspondance, Halloix fit à Douai la connaissance d’un astronome belge, Godefroid Wendelin dont la valeur scientifique impressionnait Gassendi, Peiresc, Mersenne, d’autres encore. Petau et Henschenius, de leur côté, appréciaient les connaissances théologiques de cet humaniste15. Comme Wendelin s’intéressait aux problèmes de chronologie antique, Halloix lui fit part de la dissertation de Morin sur le cycle pascal de saint Hippolyte ; l’érudit en prit bonne note et l’inséra dans ses études16. Wendelin, d’autre part, venait de communiquer à André Schott, un des grands patrologues du temps, ses conclusions sur l’éclipse survenue à la mort du Christ et dont le Pseudo-Denys l’Aréopagite se disait le témoin17. Halloix prit connaissance des théories de l’humaniste qui appuyaient sa propre thèse de l’identité de l’auteur du Corpus dionysiacum et du disciple de saint Paul. Il en fera grand cas dans son étude sur l’Aréopagite18.

  • 19 Halloix, Vita S. Justini, Douai, 1622, Dédicace à la « Venerandae Artium Facultati Academiae Duace (...)
  • 20 Halloix, Illustrium, t. I, p. 557 : « Guilelmus Estius huius Duacensis Academiae fax ardens et lud (...)
  • 21 Archives de la Société de Jésus à Namur, Catalogus Collegii Lovaniensis, 1601, f° 224. Sur J. Bonf (...)
  • 22 Cfr supra, p. 38, n. 2.

6Mais ces relations d’Halloix apparaissent secondaires par rapport à celles qu’il entretenait avec les théologiens de son ordre. À Douai, la vie intellectuelle était intense et Halloix se félicitait d’y rencontrer, « outre des hommes érudits, pieux et renommés, quelques théologiens de grande envergure19 ». Sans être jésuite, Guillaume Estius (1542-1612), exégète de valeur, lui semblait « la lumière ardente et scintillante de l’Université de Douai20 ». Sans doute Jacques Bonfrère (1573-1642), un autre exégète de talent, jouissait-il aussi de la considération d’Halloix, qui avait été son condisciple au scolasticat de Louvain21 et partageait avec lui les bontés d’Antoine de Winghe22.

  • 23 L. Blond, Le collège de Clermont, dans L. Delattre, Les établissements des jésuites en France, t.  (...)
  • 24 Sur J. Sirmond, voir D.T.C., t. XIV, col. 2186-2194. Sur Fronton du Duc (1559-1624), voir D.T.G., (...)
  • 25 Halloix affirme à plusieurs reprises avoir été lié avec Sirmond ; cfr Illustrium, t. II, p. 835 : (...)
  • 26 E. Amann, Sirmond, dans D.T.C., t. XIV, col. 2186.
  • 27 Halloix, Illustrium, t. II, p. V-VI ; « Sed hoc plus volumini huic quam priori accedet quod insign (...)
  • 28 Halloix, Illustrium, t.I, p. 701 : « Frontonis Ducaei viri de SS Patribus Graecis optime meriti »  (...)

7Douai, en outre, était à mi-chemin entre Paris et Anvers. Or, à Paris, le collège de Clermont était devenu « le berceau d’une école historique de grande valeur « suite à l’initiative de Jacques Sirmond qui avait suggéré à Aquaviva d’y constituer un corps de scriptores23. Contemporains et confrères d’Halloix, les jésuites Sirmond, Fronton du Duc, Petau, Viger, Poussines faisaient partie de cette « Académie ecclésiastique », qui devançait d’un demi-siècle celle des Mauristes. De leurs travaux résultaient de nombreuses éditions des Pères, des études sur les Conciles, des travaux de tous genres sur l’histoire de l’Église. Or, Halloix fut en contact avec ce milieu, ne serait-ce que par l’intermédiaire de Jacques Sirmond24 (1559-1651), « la fleur de ses amis25 ». Cet érudit, dont on a dit qu’il était « un des plus savants hommes qu’aient possédés la France et l’Église pendant la première moitié du XVIIe siècle26 », faisait en effet, pour Halloix, de nombreuses recherches dans la riche bibliothèque du collège de Clermont ou encore dans celle, tout aussi bien garnie, du cardinal de La Rochefoucauld. C’est grâce aux découvertes de l’érudit parisien qu’Halloix put éditer, dans son étude sur les écrivains ecclésiastiques grecs, des fragments de leurs œuvres jusque-là inconnus27. A-t-il connu personnellement d’autres scriptores ? Il ne semble pas, mais à tous il portait la plus vive admiration. Fronton du Duc lui paraissait « le plus méritant de tous ceux qui étudiaient les Pères grecs », Viger, « un homme de grand talent et d’un rare savoir », Petau, « le plus exact des traducteurs »28

  • 29 Pour un premier aperçu, cfr Willaert, op. cit., p. 252. Les statuts des Académies qui furent inaug (...)
  • 30 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 : « Missus Duaco Antverpiam ad Academiam Ecclesiasticam quae (...)
  • 31 Sur les relations d’Halloix et de Rosweyde, cfr supra, p. 24-25 et infra, p. 51. Quant à Charles S (...)
  • 32 Sur André Schott, voir X. Baguet. Notice biographique et littéraire sur André Schott, dans Mémoire (...)
  • 33 Cfr infra, p. 51 et sq.
  • 34 À propos de Cordier voir surtout A. De Bil, Cordier, dans D.H.G.E., t. XIII, col. 834-835. Cet émi (...)

8Halloix était d’autant plus porté à apprécier leurs travaux que lui-même avait collaboré à une entreprise fort semblable. Aquaviva avait projeté de créer en Belgique et en Allemagne diverses « Académies ecclésiastiques » sur le modèle parisien29. Le Père Charles Scribani, recteur du collège d’Anvers, avait été enthousiasmé par cette idée et, au mois d’octobre 1612, la première Académie belge était inaugurée sous sa direction. Or les sources nous apprennent que cette même année « Halloix fut envoyé de Douai à Anvers pour participer aux travaux de l’Académie ecclésiastique qu’on pensait y créer »30. S’il ne resta qu’un an dans cette ville, c’est que la tentative échoua rapidement. Ce bref séjour lui avait permis cependant de travailler avec des théologiens de l’envergure de Scribani et de Rosweyde31. C’est sans doute à ce moment qu’Halloix se lia d’amitié avec l’anversois André Schott (1552-1629), le plus grand patrologue belge de l’époque. Par la suite, en tous cas, les deux jésuites firent l’un pour l’autre des recherches de manuscrits et, à la mort de Schott, Halloix eut accès à ses papiers32. Revenu à Douai, celui-ci continua de se tenir au courant des travaux de ses confrères anversois qui se lançaient notamment dans la grande aventure des Acta Sanctorum33. De leur côté, ceux-ci s’intéressaient aux œuvres d’Halloix : Cordier, un des leurs, n’a-t-il pas réédité son étude sur Denys l’Aréopagite34 ?

  • 35 C’est ce qui ressort de la correspondance échangée par les érudits des deux villes. Voir notamment (...)

9Remarquons enfin qu’en entrant ainsi en contact avec Paris et Anvers, Halloix pénétrait dans un milieu intellectuel homogène : les jésuites des deux villes s’estimaient en effet grandement et travaillaient fréquemment de concert35.

10Pour mener à bien son œuvre, Halloix a donc eu recours à l’aide multiforme de nombreux amis. Nous avons examiné les modalités de cette collaboration et relevé les quelques noms que les sources nous ont conservés. Malheureusement, il ne se dégage pas de notre analyse une image nette des relations d’Halloix : avait-il, par exemple, avec l’Oratoire de Paris des contacts suivis ou Morin est-il un cas isolé ? Nous ne le savons pas.

11Notre enquête pourtant aboutit à une conclusion claire : Halloix a vécu dans un des milieux jésuites les plus érudits et les plus brillants de son temps. La théologie positive connaissait alors un essor remarquable. Les théologiens jésuites, en particulier, attachaient à la culture des sciences sacrées une importance primordiale. Paris et Anvers étaient, dans le domaine de la patrologie et de l’histoire ecclésiastique, deux des plus grands centres d’études. Les œuvres d’Origène, notamment, furent éditées, traduites et commentées par les patrologues parisiens et anversois que connaissait Halloix. Ce climat intellectuel et ces fréquentations ont exercé une influence décisive sur les travaux du jésuite liégeois.

***

Notes

1 Lettre de Halloix à J. Morin du 14 janvier 1632, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae Orientalis, Londres, 1682, p. 171 : « Si quid mihi esset in manu quo tuos promovere aut sublevare labores possem, id neque exposci, neque expectari paterer, sed ultro et cito mitterem. Verum est enim ad eundem tendentes finem fratres fratribus anum dare. » Cfr aussi les propositions d’Halloix à Bolland, supra, p. 27, n. 1.

2 À son propos, voir Paquot, op. cit., t. I, Louvain, 1763, p. 279-284 et H. Vander Linden, Van der Haer, dans Biographie Nationale, t. XXVI, Bruxelles, 1936, col. 339-340.

3 Halloix, Illustrium, t. I, p. x, à propos d’un martyrologe grec : « diu requisitum [...] tandem reperi apud Venerabilem D. Florentinum Vander Haer, Insulis Flandriae Canonicum et Thesaurarium, virum ut scriptis clarum, sic scriptoribus amicum et fautorem, mihique in primis amicissimum. »

4 Paquot, op. cit., p. 281.

5 Sur Morin, voir E. Dupin, Nouvelle bibliothèque des Auteurs Ecclésiastiques, t. XVII, Des Auteurs qui ont fleuri pendant les 50 premières années du XVIIe siècle, 2e éd., Amsterdam, 1711, p. 12-18. L. Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l’histoire de l’Oratoire, t. II, Paris, 1903, p. 435-468. A. Molien, Morin (Jean), dans D.T.C., t. X, col. 2486-2489. P. Auvray, Jean Morin, dans Revue biblique, t. LXVI, 1959, p. 398-414. Id., Richard Simon, Paris, 1974, p. 69-71. Catholicisme, t. X, col. 744-745.

6 Willaert, op. cit., p. 276, qui résume J. Dagens, Bérulle et les origines de la Restauration catholique 1575-1611, Paris, 1952, p. 44-48.

7 A. Molien, Oratoire, dans D.T.C., t. XI, col. 1136.

8 A. Molien, J. Morin, dans D.T.C., t. X, col. 2487.

9 Dupin, op. cit., p. 18.

10 Molien, op. cit., col. 2488.

11 Nous ne disposons en fait que du fragment de cette lettre copié par G. Wendelin (cfr infra) et conservé aux A.G.R., Fonds Mercy-Argenteau, Registre 44, f° 4-6. H. Bosmans, dans son étude sur Les papiers de l’astronome Wendelin conservés aux A.O.R., dans Annales de la Société scientifique de Bruxelles, t. XXXIII, Bruxelles, 1809, ne mentionne pas cette lettre.

12 A.G.R., Fonds Mercy-Argenteau, reg. 44, f° 4 : « Contra Hippolyti marmor, multa persuadent, tria maxime. » Par marmor, « statue », Morin désigne la table pascale établie par saint Hippolyte que l’on avait gravée sur sa statue. Ce texte est aujourd’hui édité dans le Corpus inscriptionum graecarum, t. IV, no 8613. Sur le cycle d’Hippolyte voir G. Fritz, Les controverses pascales, dans D.T.C., t. XI, col. 1952. L’auteur, comme Morin, estime « qu’un simple calcul démontre la fausseté de ce cycle. »

13 Halloix, Illustrium, t. II, p. 657 et sq. : « De controversia diei Paschatis inter Orientales et Occidentales ». Halloix reviendra sur ces questions dans l'Origenes Dejensus, p. 22 du texte et p. 12 des notes, à propos du voyage d’Origène à Rome en 212.

14 Lettre de Halloix à Jean Morin, de Douai le 14 janvier 1632, dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae Orientalis, hoc est Epistolae J. Morini et ad ilium scriptae cum eiusdem Vita, Londres, 1682, p. 170-172.

15 F. Silverijser, G. Wendelin (1580-1667), dans B.I.A.L., t. LVIII, Liège, 1934, p. 91-158. L’auteur évoque la rencontre d’Halloix et de Wendelin, p. 54.

16 Cfr supra, p. 44, n. 8.

17 La lettre de Wendelin à Schott, non datée, est conservée aux A.G.R., Fonds Mercy-Argenteau, registre 44, f° 1-4.

18 Halloix, Illustrium, t. I, p. 225-227, prétend prouver que, seul, un contemporain du Christ pouvait se rappeler que c’est précisément le jour de sa mort que survint l’éclipse du 3 avril de l’an 33. Le jésuite termine en disant (p. 227) : « De tota huius eclipseos ratione, mihi patrocinantem habeo clarissimum Godefridum Wendelinum [...]. Cuius ego epistolium quoddam διδαχτιχὀν ad nostrum Andream Schottum, piae memoriae, super Dionysio Areopagita, eiusque Scriptis (quae fortiter tuetur), felici sorte nactus sum. » À ce sujet, cfr J.-P. Massaut, Critique et tradition à la veille de la Réforme en France, Paris, 1974, p. 179-187, 200, 211-221.

19 Halloix, Vita S. Justini, Douai, 1622, Dédicace à la « Venerandae Artium Facultati Academiae Duacencis », non paginée : « Praeter alios rarae eruditionis, pietatis, auctoritatis viros, exornant in primis atque in sublime tollunt eximii aliquot sacrae Theologiae Doctores. »

20 Halloix, Illustrium, t. I, p. 557 : « Guilelmus Estius huius Duacensis Academiae fax ardens et ludens. » Cfr ibid., p. 408 : « Guilelmi Estii, hominis tam rarae virtutis, quam exquisitae scientiae auctoritas. » Sur Estius, voir D.T.C., t. V, col. 871-878 et tables. Catholicisme, t. IV, col. 522-523. D.S., t. IV, col. 1370-1371.

21 Archives de la Société de Jésus à Namur, Catalogus Collegii Lovaniensis, 1601, f° 224. Sur J. Bonfrère, voir D.H.G.E., t. IX, col. 862.

22 Cfr supra, p. 38, n. 2.

23 L. Blond, Le collège de Clermont, dans L. Delattre, Les établissements des jésuites en France, t. III, Enghien, 1955, col. 1101-1259 et spécialement col. 1199.

24 Sur J. Sirmond, voir D.T.C., t. XIV, col. 2186-2194. Sur Fronton du Duc (1559-1624), voir D.T.G., t. VI, col. 930-933 ; D.H.G.E., t. XIX, col. 188-189. Sur Denis Peteau (1583-1652), voir D.T.C., t. XII, col. 1313-1337 ; M. Hofmann, Theologie, Dogma und Dogmenentwicklung im theologischen Werk Denis Petau’s, Francfort s.M.-Munich, 1976. Sur François Viger (1590-1647), voir Sommervogel, op. cit., t. VIII, col. 742-744. — Sur Pierre Poussines (1609-1686), exégète, helléniste, historien, qui a collaboré aux Acta Sanctorum, voir D.T.C., t. XII, col. 2668-2670.

25 Halloix affirme à plusieurs reprises avoir été lié avec Sirmond ; cfr Illustrium, t. II, p. 835 : « A meorum antistite amicorum Jacobo Sirmondo » ; p. 137 : « Iacobus Sirmondus, ᾂνθος φίλων, flos amicorum ». Voir en outre ses diverses allusions à une collaboration, ibid., p. 52, 109, 505. Nous n’avons d’autres preuves de cette amitié que les affirmations d’Halloix.

26 E. Amann, Sirmond, dans D.T.C., t. XIV, col. 2186.

27 Halloix, Illustrium, t. II, p. V-VI ; « Sed hoc plus volumini huic quam priori accedet quod insigna quaedam horum S.S. Patrum Fragmenta numquam antehac edita et [...] nunc primum e bibliotheca Eminentissimi Cardinalis Rupifocaldi (a quo id beneficii opera Iacobi Sirmondi, viri sacrae antiquitatis studiosissimi nuper recepimus) nunc, inquam, primum a praelo nostro ad claram lucem emanabunt. » Halloix édite un extrait du De Resurrectione carnis, de saint Justin (t. II, p. 298-315) et des fragments de diverses œuvres de saint Irénée (t. II, p. 408-507). Le cardinal de La Rochefoucauld (1558-1645) avait fait ses études au collège de Clermont et resta toute sa vie lié aux jésuites parisiens. Cet érudit, qui avait visité l’Italie et rapporté de son voyage « une ample collection de manuscrits grecs et latins », leur céda à sa mort toute sa bibliothèque. Cfr L. Marchal, La Rochefoucauld (Fr. de), dans D.T.C., t. VIII, col. 2618-2620. Sur François de La Rochefoucauld, voir encore D.S., t. IX, col. 304-305 et P. Broutin La réforme pastorale en France au XVIIe siècle, t. I, p. 39-51, t. II, p. 73-89, Tournai, 1956. Sur la bibliothèque du collège de Clermont proprement dite, voir Blond, op. cit., col. 1211-1215.

28 Halloix, Illustrium, t.I, p. 701 : « Frontonis Ducaei viri de SS Patribus Graecis optime meriti » ; p. 589 : « Fronto noster vir linguae graecae scienscien-tissimus» ; p. 176 : « Auctoritati porro nostri Frontonis Ducaei [...] oppono primo... » ; t. I, p. 561 : « Franciscus Vigerus vir magni ingenii et exquisitae doctrinae » ; t. II, p. 675 : « Verba S Epiphanii [...] ex fideli interpretatione novi interpretis, Dionysii Petavii » ; sur Peteau voir encore t. II, p. 715 et 734.

29 Pour un premier aperçu, cfr Willaert, op. cit., p. 252. Les statuts des Académies qui furent inaugurées en 1612 dans les trois centres projetés, à Munich, à Anvers et à Louvain, ont été publiés par B. Duhr, Ein kirchenhistorisches Seminar in München, dans Zeitschr. für katholische Theologie, t. XXXIV, 1910, p. 737. Pour une étude détaillée des Académies belges, voir Poncelet, op. cit., t. II, p. 470-473.

30 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 : « Missus Duaco Antverpiam ad Academiam Ecclesiasticam quae illic futura credebatur habitavit illic fere annum. » Poncelet (op. cit., t. II, p. 472, n. 5) fait état des membres wallons de l’Académie d’Anvers, mais ne mentionne pas Halloix.

31 Sur les relations d’Halloix et de Rosweyde, cfr supra, p. 24-25 et infra, p. 51. Quant à Charles Scribani, Halloix le tenait pour un « viro doctissimo et acutissimo ». Cfr Halloix, Illustrium, t. II, p. 583. Sur Scribani, voir L. Brouwers, Carolus Scribani s.j., 1561-1629, een groot man van de ContraReformatie in de Nederlanden, Anvers, 1961. Il n’y a pas de trace d’Halloix dans la correspondance de Scribani, cfr L. Brouwers, Brieven van Carolus Scribani, 1561-1629, Anvers, 1972.

32 Sur André Schott, voir X. Baguet. Notice biographique et littéraire sur André Schott, dans Mémoires de l'Académie royale de Belgique, t. XXIII, 1848, p. 16-56. sommervogel, op. cit., t. VII, col. 865-904 ; t. XII, col. 799. De retour à Anvers en 1597, après de nombreux voyages à l’étranger, Schott « y mit pendant 30 ans des brillantes facultés au service de la science », tout en continuant d’entretenir des relations avec toute l’Europe savante. De ces contacts avec Halloix, nous savons seulement ce que ce dernier nous en dit, Illustrium, t. I, p. 596 : « Mihi amicissimus Andreas Schottus ὁ µαχαρίτης ». Parlant d’un manuscrit de saint Polycarpe que Sirmond lui avait communiqué, le jésuite ajoute (ibid.) : « cum altero exemplari Andreae Schotti collatum ». Nous avons vu, d’autre part, (supra, p. 45, n. 6) qu’Halloix a pu consulter la lettre que Wendelin avait envoyée à Schott à propos de Denys l’Aréopagite.

33 Cfr infra, p. 51 et sq.

34 À propos de Cordier voir surtout A. De Bil, Cordier, dans D.H.G.E., t. XIII, col. 834-835. Cet éminent helléniste ne résida, en fait, qu’épisodiquement à Anvers, sa ville natale, car il parcourait souvent l’Europe à la recherche de manuscrits inédits. De ses relations avec Halloix nous savons peu de choses. Il a réédité la S. Dionysii Areopagitae Vita d’Halloix (cfr Halloix, Illustrium, t. I, p. 1-118, 166-285) dans sa propre édition des Sancti Dionysii Areopagitae Opera, t. II, Anvers, 1634, p. 252-445. Cordier malheureusement ne fait d’autres commentaires que celui-ci, dans sa préface (op. cit., t. I, p. XII) : « Scriptores Vitae eius [saint Denys] cum veteres tam recentiores, ne editioni huic deessent adieci. » Plus tard, Halloix, écrivant à J. Bolland, le 22 octobre 1643, lui recommande de saluer Cordier de sa part. Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v°.

35 C’est ce qui ressort de la correspondance échangée par les érudits des deux villes. Voir notamment L. Maes, Lettres inédites d’André Schott, dans Le Muséon, t. VII, Louvain, 1906, p. 67-102, 325-361 ; t. IX, 1908, p. 368-368-411 ; t. IX, 1910, p. 239-270 ; spécialement t. IX, p. 384 : lettre de Fronton du Duc à André Schott ; p. 397 : lettre de Jacques Sirmond à André Schott ; p. 399 : lettre d’André Schott à Denys Petau ; voir aussi dom Pitra, op. cit., spécialement p. 194-195 : lettre du P. Fronton du Duc à Rosweyde.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search