Version classiqueVersion mobile

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Conclusion

Texte intégral

1Dans la première partie du Problème de l’ancien wallon (1948), j’avais rassemblé, dans 63 paragraphes et une note additionnelle, des observations chronologiques relatives à la différenciation dialectale, surtout phonétique et secondairement morphologique, du nord-est de la Gaule.

2En ajoutant à ces premières données celles que j’ai recueillies dans la suite, j’ai pu établir une série de 82 paragraphes (parfois avec des subdivisions ou des remarques), dont la plupart (70) concernent encore le vocalisme et le consonantisme, les autres (12) se rapportant à des flexions verbales (8) et à de menus phénomènes de caractère morphologique (4).

3Comme dans le Problème, je voudrais, en guise de conclusion, répartir par périodes les résultats chronologiques de mon étude, de façon à rendre sensibles les progrès de la dialectalisation dans le nord-est de la Gaule romane.

4Le nouveau bilan sera naturellement plus étoffé que le premier ; je m’efforcerai en outre de le rendre plus précis : je signalerai, par exemple, dans des périodes différentes, des étapes successives d’un même procès (ainsi palatalisation de k, g + a en , sous A et disparition de l’élément dental dans le centre sous E).

5Les différenciations étudiées dans les divers paragraphes seront rappelées d’une façon sommaire : en cas de doute, il faudra se reporter au corps du travail. Le lecteur devra toujours se souvenir que les datations indiquées concernent tantôt le phénomène phonétique ou morphologique lui-même, tantôt son apparition dans les documents ; il faut distinguer soigneusement « évolution » et « attestation » ; des faits situés ici « avant 1100 » peuvent s’être produits avant 1000. D’autre part, les localisations fournies dans le tableau (« dans le centre », « en wallon », etc.) sont parfois imprécises et anachroniques ; l’aire de tel phénomène dit aujourd’hui « wallon » a fort bien pu s’étendre ou se restreindre au cours des siècles (ainsi le domaine du ū demeuré vélaire).

A. Avant 800

62 – persistance de a dans -ala en w., lorr., etc. (diphtongaison de a[ : 6e-r s.).

74 – Maintien de -aw- en w. (vélarisation dans le centre : 5e-6e s.), à moins que -aw- ne résulte en w. d’un aller-retour).

849 – palatalisation de k + e, i en ts dans le centre, en w., en lorr., etc. (antiquité), mais en en pic.

950 – palatalisation de k, g + a en , dans le nord de la Gaule (6e-7* s.), sauf en pic. et en norm.

1051 – passage de k à dans la finale -ccu en w. et en lorr. (att. : Jonas, 950*).

1152 – altération de -c- dans -ica, -icu (att. avant 1200).

1255 – persistance du w germ, dans le n., le n.-e. et l’e. (adaptation en gw ailleurs, prob. au haut m. â.).

1360 – non-consonification du y après cons. labiale, approximativement dans la même zone (chuintante formée dans le centre avant le 8e s.).

1462-63 – altération du b de -ab’l-, -ib’l- dans le n.-e. (antiquité ; att. : diaule, Eulalie, 900*).

1564 – non-intercalation de d, b dans -n’r-, -m’l-, etc. en pic, w., lorr., … (intercalation : 400*).

1674 – divergence dans l’évolution de la flexion -abat > -out à l’o., -ever à l’e. (att. : -ever, Jonas, 950*).

1776 – évolution de -ui posttonique en -ve au passé déf. en w. (att. fin 12e s. ; mais accent déplacé dans le centre, etc., dès l’antiquité).

1880 – pron. pers. tonique lèy < illaei (héréditaire ; att. : Eulalie, 900*).

1981 – pron. pers. les au datif (lat. illis ? illōrum dans formules mérovingiennes ; v. D).

B. Avant 1000

2014 – aboutissement de e + yod à i dans le centre… (avant les premiers textes), à é° en w. (att. : St Léger, 2e m. 10e s.).

2125 – palatalisation de ū en ü dans les dial, d’oïl (avant 842), sauf dans l’extrême n.-e. (lg., nm.).

2271 – substitution de -umus à -amus à 1 plur. ind. prés, dans le centre (en cours au 10e s.) ; flexion -ans à la même personne en w. (Eulalie, 900* : oram).

2375 rem. 1 – flexion -ient à la 3 plur. ind. imp. dans le n.-e. (Jonas, 950*).

2477 – passé déf. et subj. imp. en -wi- dans le n. et l’e. (Eulalie, 900*).

C. Avant 1100

254 – aboutissement de -aw- à ou dans le centre (vers 1100 ; retour à aw en w. ? v. A).

265 A – aboutissement de a + y à èy dans le centre (vers 1100) et maintien de a en w.

279 – Monophtongaison de ie en i dans le n.-e. (att. 1079 ; p.-ê. déjà 868 cop. °Teoliras).

2817 – passage de ǒ ton. libre à üœ dans le centre, à uo en w., etc., puis bascule de la dipht. dans le centre (déb. 11e s.) ; monophtongaison en ou en w. (att. 1050).

2919 – aboutissement de ō ton. libre à ou en lorr. (ébauché au 11e s. ; w. ).

3024 – i prétonique dans toponymes : type Florifou, dér. de Florèfe (att. 11e s.).

3132 – ē ton. libre + n > on dans l’e. (prob. fin 11e s. ; att. 1165*).

3234 – Monophtongaison de ien en in (att. 11e s. ; v. 9 ci-dessus).

3335 – passage de en à an dans le centre, etc. (milieu 11e s.) ; maintien de la distinction en pic. et en w.

3447 rem. – réduction de ex- à s- en w., etc. (att. mil. 11e s. : sart). 57 – amuïssement de z devant cons. dans le centre… (11e s.) ; maintien en w.

3575 – flexion -ions dans le centre à la 1 plur. ind. imp. (Roland, 1080*), au lieu de -iens, qui subsiste notamment en w. ; pic. -iemes (att. 1200* : J. Bodel).

D. Avant 1200

363 – double traitement âô pour a + l + cons. en w. (att. avant 1200). 5C–a+y>â (att. : lorr., dep. 12e s.) ; centre… et w. ê. V. C 5 A.

376 – palatalisation de a en è dans -aticu > w. lg. -èdje (att. 1200* : malm. °Bertasege).

386 rem. 2 – de même dans sètch ‘sac’, glèce ‘glace’, etc. (att. avant 1150 : 1137 °Marneffia).

397 – de même pour a après k- (att. 1100* : °Chefosses).

4010 – diphtongaison de e entravé + r, s en (pic, nm., att. 2e moitié 12e s. ; lg. 1085 °Lyers NL ?).

4111 – bascule de eau < ĕ + l + cons. à eąu dans le centre (1e moitié 12e s.) ; pic. iau (att. 1200* : J. Bodel) ; nm. ia (att. 1182 cop. ; 1e moitié 13e s.) ; lg. ê (att. 2e moitié 12e s. : Hofrê NL).

4212 – insertion de a dans i + l + cons. > pic. iau (att. 1200* : °chiaus, J. Bodel), nm. ia.

4312 rem. – -ǐculu > w. orient, ò dans solo (att. 2e moitié 12e s. : 1165* °soloz, Comm. Ps.).

4413 rem. – -at-ĕlla > -êle (1174 Prèle ; 1222 Strêle). 16– ē ton. entravé > gaum. a (att. : lorr., 12e s.).

4520 – fermeture de o ton. entravé en ou dans le centre (avant 1150) ; ouverture en o en w. (fotche ‘fourche’).

4621 – o + l + cons. > fr. ou (mil. 12e s. ?), w. ô (att. 3e quart 12e s.).

4722 – o initial > fr. ou (12e s. ?), w. o.

4824 – i préton. dans pic. pisson, artisien… (att. fin 12e s. ; cp. C).

4927 – bascule de ųi à ųi dans le centre (12e s.) ; réduction de ui à u dans le n.-e. (pic, avant 1200 ; lorr., 12e s.).

5028 – a ton. libre en hiatus > w. -èye… (att. avant 1200).

5129 – ī ton. libre en hiatus > w. -èye (att. fin 12e s.).

5236 – in et in- > w. è (2e moitié 12e s.).

5337 – on préton. > en dans °Maisenceles… (att. 1e moitié 12e s.).

5438 – ū + n, m > w. on (att. 1200*), fr. un ; mais différence prob. plus ancienne (v. B 25).

5544 – voyelle caduque i, u en w. (att. 2e moitié 12e s.).

5644 rem. – élision de la voy. caduque (id.).

5745 – article et pron. pers. fém. le° pour la° (att. 2e moitié 12e s.).

5846 – adj. possessifs me, te, se aux deux genres (id. ; pic).

5947 – prosthèse de e devant s + cons. dans le centre… (fin 11e s. ou 1e moitié 12e s.) ; épenthèse en w. (att. début 13e s.).

6049 – attestation de « ch » picard (fin 12e s.).

6153 – amuïssement de w dans kw (avant 1200), sauf dans le n.-e.

6257 - amuïssement de s devant cons. dans le centre (commencé au 12e s.) ; v. C.

6358 - développement d’un h secondaire en lg. (hs ; att. 1e moitié 12e s.) ; l’anticipation du yod dans sy, etc., qui n’a peut-être pas eu lieu, est située avant le 7e s.

6463 – -ib’l-, -eb’l- > nm. îl (att. 1200*) ; dér. de tēgula : 1140 Tilieres, NL. V. A.

6564 - -em’l- > -anl- en pic. (att. fin 12e s.), -onle en w.

6667 – réduction des groupes consonantiques intérieurs (att. mil. 12e s.).

6770 – amuïssement de r final (att. fin 12e s.).

6872 – flexion -ent 3 plur. ind. prés. (pic. -te : 1194 Chièvres ?).

6973 – flexion - au sing, du fut. simple (att. fin 12e s.).

7076 – flexion -ui > -ve au passé déf. (id.). V. A.

7178 – flexion -ont 3 plur. passé déf. (id.)

7279 – variantes des groupes de Mo, in Mo (att. avant 1200 : do fin 12e s. ; ou 1e moitié 12e s. ; on fin 12e s.).

7381 – pron. pers. atone les au datif (att. mil. 12e s. ; mais v. A).

E. Avant 1250

7415 – ē ton. libre > centre… …, lg. (att. mil. 13e s.).

7515 rem. – -ēta > centre -wèė, w. -ôye (différenciation vers 1200 ou au 13e s.).

7618 rem. 3 – diphtongaison de ǒ ton. entravé en (att. déb. 13e s. : 1217 °Boers NL).

7723 – affaiblissement de o préton. en w. (att. mil. 13e s.).

7833 – fr. oin = w. on (att. déb. 13e s. °mones).

7936 - in et in- > s.-e. a (att. : lorr. mil. 13e s.). V. D.

8037 - en préton. > è (att. 1e moitié 13e s.). V. D.

8139 – non-nasalisation à la finale des toponymes (déb. ou 1er quart 13e s.).

8250 – disparition de l’élément dental de , < k, g + a, etc., dans le centre (vers 1200 ou 13e s.) ; maintien en w. V. A.

8354 – amuïssement de g dans gw en w. (att. mil. 13e s. ; mais p.-ê. plus ancien). Cp. D 53.

8458 – formation des chuintantes correspondant à liég. h2 (att. 1er quart 13e s. : Tournai). Cp. D.

8565 – assourdissement des cons. finales (att. 1224).

8666 – réduction des groupes consonantiques finals (att. 1er quart 13e s. : 1214 °Mielemont ; ou mil. 13e s.).

8768 – comblement des hiatus par y, w (att. déb. 13e s.).

8869 – chute de y final (id.).

8972 – flexion -ent 3 plur. ind. prés. (nm. -ne : att. 1e moitié 13e s.). V. D.

9075 rem. 2 – flexions plur. ind. imp. passées au passé déf. (att. déb. 13e s.).

F. Avant 1300

916 rem. 3 – palatalisation de a initial en w. (att. : 1263 °semmedi).

928 – alphacisme (att. 2e moitié 13e s. : 1280 °gamas, etc.).

9313 – -ella > -ale en w. (att. fin 13e s.).

9414 – diphtongaison de ǒ entravé + r, s > nm. wa (fin 13e s. °cuar).

9528 – a ton. libre en hiatus > gaum. et lorr. -âye (att. fin 13e s.).

9629 – ouverture de ī en è dans -īna en w. (id.). Cp. D.

9730 ū ton. libre en hiatus > w. -owe (id.). Cp. B.

9838 rem. – ūna > w. one (att. 2e moitié 13e s., mais prob. plus ancien). V. D.

9940 – passage de on à an en gaum. (Brun., Ard. : 2e moitié 13e s.).

10048 – préfixe com- > nm. co- (att. fin 13e s.).

10158 – H secondaire (hz) en w. (id.). V. D.

10261 – démouillement de l + y en pic. (13e s.).

10363 – -ib’l-, -eb’l- > lg. -ûl- (att. 2e moitié 13e s.). V. D.

10466 – chute des cons. finales après s (att. fin 13e s.). V. E.

10572 – flexion -ent 3 plur. ind. prés. (lorr. -ant : att. 2e moitié 13e s.). V. E.

10682 – -k pronominal dans onk ‘un’ (id.).

G. Après 1300

1071 – Ouverture de é < a ton. libre devant cons. dans le centre (avant 1500).

1089 rem. – aboutissement de -aria à -ère en nm. (att. vers 1500).

10915 – produits de ē ton. libre (centre… oi, lg. ) : hutois û (att. 1e moitié 14e s.) ; ard. o (2e moitié 14e s. : 1367, Revin) ; ard. è (fin 15e s.).

11018 rem. 3 – diphtongaison de ó en (1400 Hamwêr, 1450 tchantwêre).

11126 – ū ton. + r > or (att. déb. 15e s.).

11231 – finales fém. -é, -i, -ou (identiques aux masc.) en Ardenne liég. (att. 15e s.).

11337 – effacement de è préton. < en en liég. (att. 1e moitié 14e s.). V. D, E.

11440 – passage de an à on en liég. occid. (att. 1e moitié 16e s.).

11541 – dénasalisation en verviétois (att. 15e s.).

11642 – salmien î, û pour liég. é, (î, att. fin 16e s. ; û, 2e moitié 15e s.).

11743 – umlaut de ò et è préton. en ou et i devant i et ou ton. à Jalhay… (att. fin 15e s.).

11844 n. 3 – ė du Brabant oriental pour lg. i, ü brefs (att. 2e moitié 15e s.).

11956 – développement d’un w après cons. labiale devant è… en nm. (id.).

12059 – rs > š en gaum. (att. 1471).

12170 – amuïssement de r final notamment dans -îre au n.-e. de Liège (att. 1e moitié 16e s.).

122Comparé au tableau présenté dans le Problème, p. 88-92, celui qu’on vient de lire paraît d’abord beaucoup plus riche. On n’oubliera pas, cependant, que, pour certains procès, il tient compte de deux ou plusieurs stades. Il est aussi plus précis : entre « avant 1000 » et « avant 1200 », j’ai introduit une catégorie intermédiaire, « avant 1100 », qui permet de remonter d’un siècle un certain nombre de phénomènes importants.

123Pour la période « après 1300 », le nombre des faits est doublé. Mais les éléments nouveaux sont en général des régionalismes plus ou moins localisés, dont les attestations s’éparpillent sur les trois siècles qui aboutissent à 1600. En outre, ils concernent presque tous la partie orientale de la Wallonie et le domaine liégeois, c’est-à-dire les régions sur lesquelles j’étais le mieux documenté. Des recherches plus approfondies sur l’ouest et le sud de la Belgique romane auraient certainement permis d’enrichir quelque peu cette série de différenciations plus récentes qui clôture le tableau.

124Devant le nouveau bilan, nous nous poserons les questions suivantes : depuis quand la dialectalisation du nord-est de la Gaule est-elle effective ? depuis quand le dialecte wallon possède-t-il sa personnalité ?

125Dans le Problème, p. 93, j’affirmais catégoriquement : le dialecte wallon était nettement et définitivement individualisé dès 1200 ou dès le début du 13e siècle.

126Certains romanistes ont repris ma conclusion. Ainsi Kesselring, qui écrit : « D’après Remacle, le wallon a seulement acquis ses caractères propres au 12e et au 13e s. (à partir de 1200, individualisation nette du wallon…) » (Die französ. Sprache im Mittelalter, p. 177 ; de même Anhang, p. 43). Mais, sur un problème comme la formation des dialectes d’oïl, l’opinion ne saurait être unanime.

127Certains auteurs remontent l’époque de la segmentation dialectale plus haut que 1200, parfois même beaucoup plus haut. Démarche audacieuse, à première vue ! On comprend que les recherches chronologiques situent souvent vers 1200 des faits phonétiques ou morphologiques du nord-est : à cette date apparaissent de longs textes provenant de cette région (Serm. S. Bern., P. mor., Dial. Grég., etc.). Mais, avant 1200, la documentation est maigre, et, plus on recule dans le temps, plus elle se raréfie : après l’antiquité latine, on a des siècles d’ombre et de mystère.

128En concluant son article sur le dialecte wallon avant 1160, S. Gregory croit pouvoir « affirmer que, dès les années 1160 déjà, le wallon avait acquis en grande partie cette physionomie si particulière qui le distingue des autres parlers de la langue d’oïl » (TraLiLi 19/1, 51). Il remonte ainsi ma datation de 40 ans.

129Sans doute Morf l’aurait-il remontée d’au moins autant, puisqu’il écrivait :

Par de telles différences phonétiques [fr. ã, s, š – pic. è, š, k], la compréhension est effectivement empêchée (gefährdet), et il en était déjà ainsi au 12e s., car, à cette époque, la différence entre le francien et le picard était à peu près aussi grande qu’aujourd’hui » (Gliederung 4).

130Trois différences phonétiques, même importantes, c’est sans doute trop peu pour justifier la première proposition, d’autant plus que la notion de compréhension devient incertaine lorsqu’on la porte sur le terrain, au niveau des conversations réelles.

131D’autres auteurs ont cru pouvoir remonter la segmentation dialectale jusqu’aux siècles des origines gallo-romanes.

132Lorsque R.L. Wagner écrit que « la couleur de la langue » d’Eulalie et du Jonas « renvoie sans hésitation possible au N.E. » et que « ce fait laisse à penser que le gallo-roman s’était déjà différencié avant 842 » (L’anc. franç., 1974, p. 21), il n’envisage probablement pas une différenciation profonde de la Gaule du nord. Mais L. Jordan pensait bien aux dialectes d’oïl lorsqu’il écrivait, cinquante ans plus tôt : « Ces dialectes se séparent et se développent à l’époque mérovingienne, et ils se groupent selon le peuplement (Stamm), le voisinage et les relations » (Altfranz. Elem. 32).

133C.Th. Gossen, le grand spécialiste de la « scriptologie », est du même avis :

Il est probable, écrivait-il il y a une trentaine d’années, que les dialectes de la langue d’oïl se sont différenciés à l’époque mérovingienne, de sorte que du temps des Carolingiens ils étaient déjà plus ou moins individualisés » (DBR 13, 1956, p. 98).

134Quant à G. Hilty, qui s’est intéressé de très près à la formation de la langue littéraire française, il a exprimé aussi, à plusieurs reprises, la même opinion, notamment dans les deux textes suivants :

Il est hors de doute que les dialectes d’oïl aux ixe et xe siècles (et plus tard encore) présentaient beaucoup de traits communs, qui pouvaient d’ailleurs faciliter la diffusion d’une langue littéraire basée sur l’un de ces dialectes. Mais il n’est pas moins certain que la différenciation dialectale du Nord de la Gaule dans ses grandes lignes était un fait acquis à cette époque (VRom 27/1, 1968, p. 11).
Je réaffirme ici mon opinion que les grands dialectes du Nord de la Gaule étaient déjà individualisés quant à leurs traits différenciateurs essentiels (VRom 32/2, 1973, p. 270).

135Ainsi donc d’éminents romanistes considèrent que les dialectes d’oïl avaient acquis dès les 9e-10e siècles leurs traits différenciateurs essentiels. Le wallon figure naturellement parmi ces dialectes. Pouvons-nous donc vieillir de deux ou trois siècles l’individualisation du wallon que j’affirmais dans le Problème « nettement et définitivement » accomplie aux environs de 1200 ?

136Problème délicat ! Combien de traits un dialecte doit-il posséder – en propre ou en commun avec un de ses voisins – pour qu’on puisse le dire « individualisé » ? Et quelle doit être l’importance de ces traits ? Il est presque inévitable qu’on verse ici dans la subjectivité. Reprenons cependant notre bilan et examinons les quatre premiers postes, depuis « avant 800 » jusqu’à « avant 1200 ».

137La catégorie « avant 800 » compte ici 14 faits, alors qu’elle n’en comptait que 10 dans le Problème. Les 4 faits ajoutés (maintien de -aw- 4, -ica, -icu 52, pronom lèy 80, datif les 81) manquent peut-être de poids. Mais, parmi les 10 autres, il en est de très importants : ceux qui concernent k + e, i 49, k, g + a 50, le w germanique 55, le y après cons. labiale 60, b dans -ab’l-… 62-63, la non-intercalation de d, b 64, la flexion -abat 74. Ces faits marquent des divergences très accusées dans l’évolution des consonnes, et possèdent parfois un haut rendement dans le lexique et dans le discours (49, 50, 55, 74). Ils ne particularisent pas le wallon seul, ni par rapport à tous ses voisins, mais, sauf pour 49 et 50, ils l’opposent, avec un ou plusieurs de ses voisins selon le cas, au dialecte central. Il faut observer, en outre, que les limites des deux traits qui servent à caractériser le picard par rapport à ses voisins du sud et au wallon (49, 50) coupent ou couperont la Belgique romane du nord au sud.

138Dans ces conditions, il semble bien qu’on peut donner raison à Jordan, Gossen et Hilty : dès avant 800, la segmentation dialectale du nord de la Gaule se dessinait déjà dans ses grandes lignes.

139Avant 1000, j’ai situé 5 faits, au lieu de 2 dans le Problème. Les trois premiers au moins sont importants : ils concernent ĕ + yod 14, ū vélaire 25 et la flexion -umus 71. La palatalisation de ū vélaire est un trait essentiel : elle va opposer la Gaule à presque tout le reste du territoire roman, mais elle ne touchera pas toute la zone wallonne ; le domaine namurois et surtout le domaine liégeois lui échapperont. Ainsi s’ajoute donc encore, dès avant 1000, un des caractères différenciateurs les plus importants entre le wallon et ses voisins.

140Deux siècles après 800, la dialectalisation du nord de la Gaule a progressé sensiblement.

141Dans le Problème, l’étape suivante était 1200. Ici, j’ai cru devoir ajouter un bilan intermédiaire : « avant 1100 ». J’ai pu rassembler ainsi 12 faits qui se sont produits ou qui sont attestés au 11e siècle. Parmi ces 12 faits, il s’en trouve au moins 6 de réellement marquants : ils concernent ie et ien 9 et 34, ǒ tonique libre 17, ē + n 32, enan 35, l’initiale ex- 47, la flexion -ions 75.

142Où en est la dialectalisation en 1100 ? – Aux 14 faits de A (avant 800) et aux 5 faits de B (avant 1000) viennent de s’ajouter les 12 faits de C (avant 1100), soit, au total, 31 faits. Sur ces 31 faits, j’en ai retenu 16 environ comme importants :

143A. 49 – k + e, i > pic. .
50 – k, g + a > pic. k, g.
55 – w germ. > n.-e. w.
60 – y après cons. labiale n’évolue pas en s.
62 – altération de b dans -ab’l-…
64 – absence de cons. intercalaire dans -n’r-, -m’l-…
74 – -abat > -out, -evet.

144B. 14 – ĕ + yod > i, é.
25 – ū > ü, u.
71 – -amus remplacé par -umus.

145C. 9 – ie > i (+ 34 ien > in).
17 – ǒ[ > üœ uo.
32 – ē + n > on.
35 – en > an.
47 – ex- > s-.
75 – -ions remplace -iens.

146On peut contester l’importance de certains de ces 16 faits. On peut écarter les 3 faits morphologiques, même s’ils concernent des flexions de temps très employés (ind. prés, et imparfait) : il est permis de penser que la phonétique convient mieux que la morphologie pour caractériser les dialectes. Mais, parmi les faits restants, j’en épinglerais, pour ma part, une dizaine qui marquent, pris ensemble, un stade avancé de dialectalisation :

147A. 49 pic. ; 50 k, g pic. ; 55 w pic, w., lorr. ; 64 -n’r-… pic, w., lorr. ; – B. 14 é w. ; 25 u w. ; – C. 9 i pic, w., lorr. ; 32 on w., lorr. ; 35 en an pic, w.

148D’après leur extension géographique, ces faits peuvent se classer comme suit :

  • communs au n.-e. (pic, w., lorr.) : 9, 55, 64.
  • commun au pic. et au w. seulement : 35.
  • commun au lorr. et au w. seulement : 32.
  • propres au pic. : 49, 50.
  • propres au w. : 14, 17, 25.

149Ces 10 faits ne distinguent pas tous le wallon du dialecte central. Le wallon partage avec celui-ci 49 et 50 (ts et contre pic. et k). On sait qu’un dialecte n’est pas caractérisé seulement par les traits qui lui sont exclusivement propres, mais par un ensemble où interviennent aussi les traits qu’il possède en commun avec un ou des dialectes voisins. Il en est de même, d’ailleurs, au niveau des langues elles-mêmes : le français et l’espagnol ont en commun certains traits qui les opposent à l’italien.

150En conclusion, il apparaît bien – à mon sens – que la dialectalisation du nord-est de la Gaule est déjà très marquée en 1100. Peut-être ne serait-il pas trop audacieux de la qualifier déjà, à cette date, de nette et définitive, même si elle doit, dans la suite, s’accentuer beaucoup encore. On considérerait du même coup que, dès 1100, et non plus en 1200, le wallon est bien individualisé par rapport au dialecte central ; on avancerait donc d’un siècle la date proposée dans le Problème.

151J’ai fini par retenir seulement une dizaine de faits essentiels ; mais, pour apprécier exactement la situation en 1100, il faut se rappeler que les catégories A, B et C comptent, au total, 31 numéros : on conviendra, je l’espère, que c’est plus qu’il n’en faut pour nous autoriser à vieillir d’un siècle la segmentation dialectale.

152Les choses n’en resteront pas là. La différenciation des dialectes dans l’espace se poursuit tout au long des siècles jusqu’à l’époque moderne, jusqu’au 19e siècle au moins ; on sait qu’au 20e l’existence des patois a été bouleversée par l’évolution économique et sociale.

153Au 12e siècle, la dialectalisation paraît s’être fortement accentuée : la catégorie D de notre bilan, « ava,t 1200 », rassemble 40 numéros ; autant de phénomènes se seraient donc produits ou auraient émergé dans les documents au cours du 12e siècle. Le chiffre est un peu grossi artificiellement : les numéros 6 et 7 concernent tous deux la palatalisation de a en è ; 11 et 12, ĕ et ǐ + l + cons. ; 44-47, la voy. caduque ; – 24, 38, 63, 81 doublent ou complètent des numéros d’une catégorie précédente.

154Sur la trentaine de faits restants, on en dénombre encore une dizaine d’importants : ĕ + r, s > 10 ; ĕ, ǐ + l + cons. (-ĕllu et -ǐllu ; solo) 11-12 ; ō] > ou, o 20 ; ųi > , ü 27 ; a et ī ton. en hiatus > -èye 28–29 ; in, in- > è 36 ; voy. caduque 44-46 ; épenthèse dans s- + cons. 47 ; s + cons. > 0 57 ; h secondaire 58 ; -em’l- > pic. -anle, w. -onle… 64.

155On peut se demander si certains de ces faits ne sont pas attestés avec un retard plus ou moins grand (10, 47… ?). Si la catégorie « avant 1200 » est anormalement riche, c’est en partie parce que la documentation est beaucoup plus abondante pour le 12e siècle que pour les précédents : plusieurs œuvres localisées dans le nord-est, et notamment en Wallonie, datent d’avant 1200 ou des environs de 1200 (Juïse, Comment. Ps., Serm. S. Bern., Jeu S. Nic. P. mor., etc.).

  • 1 Wüest 378-9 énumère 5 traits typiquement wallons antérieurs à 1200 : 1° sc > š > h2 ; 2° ccu >   (...)

156En fin de compte, si on n’accepte pas de remonter jusqu’à 1100 la dialectalisation du nord-est et l’individualisation du wallon, on pourra conserver sans crainte la date du Problème1.

157Au cours des périodes postérieures, le phénomène se poursuit. Pour « avant 1250 », j’ai encore recueilli 17 faits ou attestations ; pour « avant 1300 », 16 ; pour « après 1300 », 15. Mais, sur les 48 numéros, un assez petit nombre concerne des divergences importantes :

158avant 1250 : diphtongaison wall, de ǒ[ + r, s en … 18 rem. 3 ; perte de l’élément dental dans , en fr. 50 ; gw > w en w. 54 ; chuintantes correspondant à h2 w. 58.

159avant 1300 : a ton. libre en hiatus > lorr. -âye 28 ; ū idem > lg. -owe 30 ; hs en lg. 58 ; l mouillé> pic. l 61 ; chute des cons. finales après s 66. Dans cette catégorie, multiples renvois à des catégories précédentes pour des faits analogues ou des évolutions amorcées antérieurement.

160après 1300 : é (< a ton. libre) > fr. è 1 ; rs > gm. š 59. Les 13 autres numéros concernent des faits régionaux plus ou moins étendus : la dialectalisation se poursuit par la formation de multiples traits secondaires qui dessinent des sous-variétés du wallon et de ses voisins et qui confèrent aux parlers populaires une diversité infinie et un chatoiement pittoresque.

161En concluant la première partie du Problème, je me demandais si les sous-dialectes wallons commençaient à s’individualiser au cours des périodes considérées dans le bilan. Le tableau que je dressais comprenait une douzaine de différenciations entre le liégeois et le namurois. Que donne maintenant le même travail ?

B. Avant 1000

16225 – ū > ü en nm. (sauf devant cons. nasale), u en lg. [ ?]

D. Avant 1200

1636 – -aticu > nm. -adje [ ?], lg. -èdje.

16411 – ĕ + l + cons. > pic. iau (1200*), nm. ia (1182), lg. ê (2e moitié 12e s.).

16512 – insertion de a dans ǐ + l + cons. : nm. iaeaz fin 12e s.) ; cp. lg. solo (1165*).

16629 – ǐ ton. libre en hiatus > nm. -îye, lg. -èye (1186, 1200*).

16758 – h secondaire (hs) en lg. (1e moitié 12e s.).

16863 – -ib’l-, -eb’l- > nm. -îl- (1200* ; 1140 °Tilieres) ; lg. -ûle.

16979 – de illo > nm. do (fin 12e s.) ; lg. .

E. Avant 1250.

17015 – ē ton. libre > lg. (att. milieu 13e s.), nm. .

17172 – flexion -ne, 3 plur. ind. prés. (att. 1e moitié 13e s.).

F. Avant 1300

17214 – ǒ ton. entravé + r, s > nm. wa (fin 13e s. °cuar), lg. .

17348 – préf. com- > nm. co- (att. fin 13e s.), lg. ki-.

17458 – h secondaire (hz) en lg., … (1297 °Muhal).

G. Après 1300

1759 rem. – -aria > nm. -êre (1500*), lg. -îre.

17637 – effacement de è préton. < en dans ‘charpentier’ en lg. (att. 1e moitié 14e s.).

17756 – w après cons. labiale en nm. (2e moitié 15e s.).

  • 2 La conclusion principale (individualisation du wallon dès 1200) a été citée plus d’une fois au cou (...)

178Par rapport à celui du Problème (p. 94), le nouveau bilan des divergences entre le liégeois et le namurois s’est enrichi de quelques unités. Les faits rassemblés n’ont pas tous la même importance, ni non plus la même certitude. Le namurois, qui a gardé le caractère vélaire de ū devant nasale (ūnu > on), n’avait peut-être pas encore ü, dans -ūtu par ex., en 1100 ; peut-être avait-il -èdje pour -aticu, comme le liégeois, en 1200. Néanmoins, les 6 phénomènes que j’ai classés sous D « Avant 1200 » différencient déjà nettement le namurois et le liégeois : le ia namurois et l’h secondaire liégeois sont des traits frappants qui touchent beaucoup de mots. Avec la palatalisation du ū, que je n’ai pu dater pour la région de Namur, avec le passage tardif de -aria à -êre, avec le dégagement d’un w après consonne labiale, etc., la différenciation des deux grands dialectes wallons sera beaucoup renforcée ; mais on peut dire que, dès 1200, elle devait être très sensible2.

179Liège, 1985.

Notes

1 Wüest 378-9 énumère 5 traits typiquement wallons antérieurs à 1200 : 1° sc > š > h2 ; 2° ccu >  ; 3° ĕ] > ye ; 4° o, u + y > ū, fr. ẅi ; 5° 6 > u > ü [ ?]. Il y ajoute 3 traits propres au liégeois : 6° h2 ; 7° oi > œ ; 8° a ton. entravé après palatale > « ai » [ ?].

2 La conclusion principale (individualisation du wallon dès 1200) a été citée plus d’une fois au cours de la polémique relative à la genèse de la langue française. On m’excusera de ne rien dire de ce grave problème. Pour se permettre d’en parler, il faut avoir une autre compétence que la mienne. En 1948, dans le schéma du Problème, p. 177, je me conformais aux vues de Maurice Delbouille, et j’indiquais par un trait mince, à la date de 1236, une influence légère de l’» ancien français » (je ne disais pas « du francien ») sur notre scripta. En réalité, le problème se situe avant le 13e siècle et même avant le 12e ; à cette époque lointaine, les textes sont rares…

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search