Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre premier. Un protecteur : Antoine de Winghe, abbé de Liessies

Texte intégral

  • 1 Halloix, Origenes Defensus, p. 13 des notes : « Vereor enim, ne ingrati sit animi, cum in sermonem (...)

1« Je craindrais de paraître ingrat, disait Halloix en 1648, si, en abordant le chapitre des mécènes, je ne mentionnais le plus éminent de ce siècle, Antoine de Winghe, de pieuse mémoire, abbé du monastère bénédictin de Liessies dans le Hainaut, à qui je suis extrêmement redevable1. » Qui fut cet homme et quelle influence a-t-il exercée sur Halloix ?

  • 2 À propos d’Antoine de Winghe, cfr surtout N. Huyghebaert, Winghe (A. de), dans Biographie, Nationa (...)

2Antoine de Winghe (1562-1637), troisième successeur de Louis de Blois a la tête de l’abbaye de Liessies, fut, en effet, un mécène extraordinaire. Les capucins, les carmes, les moines du Val des Écoliers à Mons bénéficièrent tour à tour de sa générosité2. Aucun ordre religieux, pourtant, ne fut plus favorisé que celui des jésuites.

  • 3 H. Vos, La diffusion des œuvres de Louis de Blois du XVIeau XVIIIe siècle, mémoire de licence, iné (...)
  • 4 Huyghebaert, op. cit., col. 849.
  • 5 Vos, op. cit., p. 20-21.
  • 6 Vos, op. cit., p. 137.
  • 7 Vos, op. cit., p. 140.

3La communauté de Liessies était liée à la Compagnie de Jésus depuis le temps où Louis de Blois en avait facilité l’installation dans les Pays-Bas3. Blosius, « qui n’était pas resté insensible au prestige de la spiritualité ignatienne4 », imposait aux novices la pratique des Exercices spirituels de saint Ignace et aux profès l’écoute de sermons prêches par des jésuites5. Saint Ignace, de son côté, tenait Louis de Blois en haute estime6 et, dès la fin du XVIe siècle, les écrits de l’abbé de Liessies figuraient parmi les lectures classiques de la Compagnie de Jésus7.

  • 8 Vos, op. cit., p. 140-144.
  • 9 Halloix, Illustrium, t. I, p. v : « ... Ludovico Blosio qui vere saeculi sui lucerna fuit ardens e (...)
  • 10 Halloix, op. cit., t. I, p. 431 : « Ludovicus Blosius ibidem abbas dignissimus quippe vir egregia (...)
  • 11 Dom Pitra, Études sur les collections des actes des saints par les RR. PP. Jésuites Bollandistes, (...)
  • 12 C’est sous l’abbatiat d’Antoine de Winghe en 1636 que le bibliothécaire de Liessies, Dom Chrestien (...)

4Or cette amitié « sincère et solide » s’était perpétuée jusqu’au XVIIe siècle. Plusieurs jésuites s’autorisaient alors de Louis de Blois, en recommandaient la lecture et lui décernaient les compliments les plus élogieux8. Pierre Halloix fut à ce propos pleinement en accord avec ses confrères. Il tenait Blosius pour « la lumière brillante et brûlante de son siècle9 » et estimait « que ce très digne abbé devait être vénéré tant pour sa doctrine exceptionnelle que pour son admirable piété10 ». Plus concrètement, les jésuites profitaient largement de l’accueil de l’abbaye de Liessies. Nombreux, en effet, étaient à cette époque les professeurs des collèges voisins qui, au terme de l’année scolaire, venaient se plonger dans la paix et la spiritualité bénédictines11. Les érudits y trouvaient en outre une bibliothèque richement dotée, dont on venait de dresser l’inventaire. Halloix fut sans doute un de ces nombreux lettrés qui avaient recours à la compétence du bibliothécaire Dom Chrestien Le Roy12.

  • 13 H. Rosweyde, Vitae Patrurn (Anvers, 1614), lettre-préface à Antoine de Winghe, dans P.L., t. 73, c (...)
  • 14 Un des neveux d’Antoine de Winghe, Maximilien Van Habbeke, était jésuite. Huyghebaert, op. cit., c (...)
  • 15 Huyghebaert, op. cit., col. 849.

5Rosweyde affirme que, de son côté, Antoine de Winghe « portait à notre petite société un amour exceptionnel13 ». Sans doute l’abbé avait-il pour cela des raisons de famille14, mais n’a-t-il pas aussi cherché à perpétuer la tradition que nous venons de montrer ? Quels que soient ses motifs, il finança largement les nouvelles fondations jésuites dans le Hainaut et suivit pas à pas les progrès de l’apostolat de la Compagnie de Jésus15.

  • 16 Ses frères, Jérôme, Philippe et Nicolas, laissèrent une réputation d’érudits et de bibliophiles. J (...)
  • 17 Huyghebaert, op. cit., col. 847.
  • 18 M. Le Glay, Mémoire sur les archives des abbayes de Liessies et de Maroille, Lille, 1853, p. 11. L (...)
  • 19 Ibid., p. 11.
  • 20 Ibid., p. 12.
  • 21 Bolland, op. cit., p. 41 : « Unice carum eum habuit. » Voir surtout à ce propos l’article de M. De (...)

6Antoine de Winghe veillait en outre avec sollicitude à l’œuvre intellectuelle des jésuites. Il était à même d’en apprécier la qualité et de les seconder car, issu d’une famille d’érudits16, il avait suivi les cours de l’Université de Louvain17. De cette formation, il avait gardé le goût des choses intellectuelles et entretenait avec différents lettrés une correspondance importante18. Érudit, Antoine de Winghe était surtout épris d’hagiographie et faisait rechercher partout des reliques, dont il tentait d’établir l’histoire. Ainsi composa-t-il des notices sur les ossements de saint Druon et de saint Lambert19. Dans le même esprit, il suivait attentivement tout ce qui, de son temps, s’écrivait à propos des saints. Il avait déjà prêté son concours à l’édition de nombreuses Vies20, lorsqu’il apprit que Rosweyde voulait entreprendre la publication des Acta Sanctorum. « Il le prit dès lors tout particulièrement en affection21 » et lui facilita la tâche au maximum. Toutes les bibliothèques bénédictines s’ouvraient devant Rosweyde grâce aux lettres de recommandation que lui remettait l’abbé de Liessies. On lui prêtait livres et manuscrits et, s’il avait besoin de subventions en argent, Antoine de Winghe les lui fournissait

7 H. Delehaye, L’œuvre des Bollandistes, 1615-1915, Bruxelles, 1920, p. 14. C’est pourquoi la dédicace des premiers volumes des Acta Sanctorum est adressée par Jean Bolland, en 1643, à Dom Luytens, successeur d’Antoine de Winghe à la tête de l’abbaye de Liessies.

  • 22 Dehaisnes, op. cit., p. 441, cite Halloix comme un des protégés d’Antoine de Winghe, mais sans opé (...)
  • 23 Halloix, Origenes Defensus, p. 13 des notes : « Antonius de Winghe [...] qui societatis nostrae in (...)
  • 24 Archives départementales du Nord à Lille, Fonds de Liessies, 9 H 1466 : Reconnaissance de dette de (...)

8Or, le cas d’Halloix peut en tous points être comparé à celui de Rosweyde22. Le jésuite affirmait, en effet, expressément qu’« Antoine de Winghe fut l’unique mécène de presque tous les écrivains sacrés de notre Compagnie en Belgique et nommément d’Héribert Rosweyde, de Jacques Bonfrère et de moi-même ». Il ajoutait que « tant qu’il fut en vie, l’abbé de Liessies pourvut largement et de bonne grâce aux frais occasionnés par leurs livres, leurs secrétaires et leurs voyages d’étude afin de les soutenir23 ». Une reconnaissance de dette d’un éditeur douaisien nous apprend qu’effectivement Antoine de Winghe avançait de fortes sommes pour l’édition des ouvrages d’Halloix24.

  • 25 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à Antoine de Winghe, p. III : « Tu [Vitas] rudes et imperfecta (...)
  • 26 Halloix, Illustrium, t. I, p. 431.

9Son action pourtant ne se limitait pas à une aide financière. Homme de lettres et hagiographe, l’abbé de Liessies suivait attentivement le travail d’Halloix « l’aidant à perfectionner une œuvre encore brute et imparfaite25 ». L’entretien qu’ils eurent à propos des reliques de saint Ignace d’Antioche est sans doute un exemple de cette collaboration26.

  • 27 Vita P. Camilli de Lellis, Fundatoris Religionis Clericorum Regularium est adressée par Jean Bolla (...)
  • 28 Halloix, ibid., dédicace à A. de Winghe : « Cum ad te missa esset, admodum Reverende [...], Vita P (...)
  • 29 Cfr Leglay, op. cit., p. 45-46, selon qui « il est bien à croire que cette traduction latine de l’ (...)
  • 30 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à A. de Winghe, p. iii : « Tu illas [Vitas] partira cunctantes (...)

10L’intervention de l’abbé de Liessies pouvait être plus fondamentale encore et se situer à l’origine même des travaux d’Halloix. En 1632, était imprimée à Anvers une traduction latine de la Vie de Camille de Lellis, initialement écrite en italien par Cicatelli27. L’auteur de cette traduction, Pierre Halloix, s’adressait en ces termes à Antoine de Winghe, auquel il dédiait son travail : « Comme on t’avait envoyé cette Vie de Camille de Lellis écrite en italien, tu l’as lue avidement, car elle te plaisait infiniment. Tu l’aimais tant que tu as voulu qu’elle soit traduite en d’autres langues et spécialement en latin... Tu n’aurais pas hésité à le faire toi-même, mais comme tu étais absorbé par de plus graves soucis, tu m’as chargé de cette version latine, puisque tu me savais quelque peu exercé dans ce genre de travail28 » Dans une lettre datée du 5 décembre 1630 et adressée au général de l’Ordre des Infirmes, Antoine de Winghe déclarait effectivement « s’être aperçu avec étonnement et regret que la biographie du fondateur de son ordre n’avait jamais été traduite ». « C’est pourquoi, ajoutait-il, je me suis préoccupé d’une traduction latine dont je dispose dès à présent, prête pour l’impression29 ». Ce fut là sans doute l’intervention la plus marquante d’Antoine de Winghe dans le travail d’Halloix. Mais en d’autres occasions également il joua un rôle décisif : Halloix ne déclare-t-il pas que l’abbé de Liessies fut « le premier à stimuler » la rédaction des Vies des Écrivains Illustres de l'Église d’Orient30 ?

  • 31 Cfr infra, p. 69 et sq.

11Que conclure de tout ceci sinon qu’il y eut entre Antoine de Winghe et Pierre Halloix de fréquents échanges de vues, que l’abbé de Liessies, non content d’encourager le jésuite, allait jusqu’à lui suggérer le thème de ses propos ? Cette influence, nous le verrons, explique en partie une des caractéristiques fondamentales de l’œuvre d’Halloix : sa nette empreinte hagiographique. Sous des formes diverses, le jésuite a traité avant tout de Vies de saints. Envisage-t-il les Pères de l’Église, il les présente essentiellement comme des saints martyrs et l’étude de la translation de leurs reliques tient bien souvent plus de place dans son œuvre que l’examen de leur doctrine31.

12Deux motifs incitaient Antoine de Winghe à s’intéresser à l’hagiographie : l’amour des choses saintes et le souci de l’édification. Ces deux traits se retrouvent dans l’œuvre d’Halloix.

  • 32 Halloix, Illustrium, t. I, p. iii, parle de 1’« amor erga Sanctos » de l’abbé de Liessies ; p. IV, (...)
  • 33 Halloix, ibid., p. iv-v.
  • 34 Huyghebaert, op. cit., col. 849.

13« L’amour des saints et des choses saintes », la formule, empruntée pourtant au jésuite32, peut paraître excessive et vague. Elle caractérise néanmoins l’attitude foncièrement dévote d’Antoine de Winghe. Halloix, qui relevait ce trait avant nous, pensait ne pouvoir en fournir de meilleure preuve que le culte dont les reliques faisaient l’objet à Liessies33. L’abbé de Liessies, en effet, avait fait ciseler une châsse en argent pour recevoir les reliques de la patronne du monastère et il avait entrepris, semble-t-il, les démarches nécessaires à la canonisation de Louis de Blois34. On comprend donc qu’Antoine de Winghe et ses religieux se soient intéressés aux Vies des saints. Ce qu’Halloix, par contre, n’a pas souligné et qui nous paraît essentiel, c’est le ton nécessairement révérentieux et laudatif qu’adopte, dans un tel climat, l’auteur d’écrits hagiographiques. « Honorer les saints », cette devise, dont Halloix a hérité tant de son passage à Liessies que de sa formation jésuite, l’a poussé, non sans doute aux affabulations des médiévaux, mais à une interprétation systématiquement favorable des sources.

  • 35 Lettre de A. de Winghe au général de l’Ordre des Ministres des Infirmes, dans Leglay, op. cit., p. (...)
  • 36 Halloix, Illustrium, t. I, p. V : Les vies des saints « et cupidissime excipiuntur et sapidissime (...)
  • 37 Cité d’après dom Pitra, op. cit., p. 11.
  • 38 E. Binet, s.j., Abrégé des Vies des Principaux Fondateurs de Religions de l’Eglise Representez dan (...)
  • 39 Halloix, Illustrium, t. I, p. v : « Hasce [Vitas] a me conscriptas, Tibi [...] dedicaui quas salub (...)

14En s’intéressant aux Vies des saints, Antoine de Winghe poursuivait un but d’édification. C’est en vue du profit spirituel des lecteurs d’autres nations et pour la plus grande gloire de Dieu qu’il fit traduire la Vie de Camille de Lellis par Pierre Halloix35. Comme en réponse au désir de l’abbé de Liessies, Halloix remarquait que les moines de son monastère « reproduisaient fidèlement les récits des Vies de saints qu’ils lisaient avec ferveur36 ». Tous les contemporains d’Halloix ont d’ailleurs été frappés comme lui du climat de sainteté qui régnait alors à Liessies. Bolland avouait ne savoir ce qu’il devait le plus admirer entre les trois ordres de saints qu’il y avait vus, « les uns dans les tableaux, les autres dans les châsses et d’autres encore dans les stalles du chœur37 ». Quelques années auparavant, Étienne Binet avait établi un parallèle assez semblable, affirmant avoir contemplé à Liessies « trois sortes de saints, à savoir des morts, des vivants et d’autres en peintures38 ». Et si Halloix recommande son étude sur les écrivains ecclésiastiques à Antoine de Winghe, c’est, dit-il, « qu’elle contient à profusion des exemples fort salutaires de vertus de toutes sortes »39.

  • 40 Cfr Huyghebaert, op. cit., col. 852.

15Antoine de Winghe a joué un rôle considérable dans l’élaboration de l’œuvre d’Halloix. Il en a supporté les charges financières. Il a collaboré à sa réalisation en mettant à la disposition de l’auteur le fruit de ses recherches et les richesses de sa bibliothèque. Il en a suggéré les thèmes hagiographiques et il a confirmé Halloix dans son dessein d’honorer les saints et d’édifier les lecteurs. Halloix, conscient de sa dette envers Antoine de Winghe, avait entrepris d’en écrire la biographie : la mort l’empêcha de mener à bien son entreprise. « Le manuscrit prêt pour l’impression n’a pas été retrouvé40. »

***

Notes

1 Halloix, Origenes Defensus, p. 13 des notes : « Vereor enim, ne ingrati sit animi, cum in sermonem de maecenatibus inciderim, unius hoc aevo praestantissimi memoria, cui mire obligatus sum, silentio praeterire. Is est pie recordationis Antonius de Winghe, Laetiensis in Hannonia Abbas, ordinis S. Benedicti. »

2 À propos d’Antoine de Winghe, cfr surtout N. Huyghebaert, Winghe (A. de), dans Biographie, Nationale, t. XXXVII, col. 847-854, Bruxelles, 1972. Sur son mécénat, col. 851.

3 H. Vos, La diffusion des œuvres de Louis de Blois du XVIe au XVIIIe siècle, mémoire de licence, inédit, Liège, 1980, t. I, p. 19.

4 Huyghebaert, op. cit., col. 849.

5 Vos, op. cit., p. 20-21.

6 Vos, op. cit., p. 137.

7 Vos, op. cit., p. 140.

8 Vos, op. cit., p. 140-144.

9 Halloix, Illustrium, t. I, p. v : « ... Ludovico Blosio qui vere saeculi sui lucerna fuit ardens et lucens. »

10 Halloix, op. cit., t. I, p. 431 : « Ludovicus Blosius ibidem abbas dignissimus quippe vir egregia doctrina et admirabili pietate cunctis venerandus et in illa temporum ruina Ecclesiae adiuvandae natus. »

11 Dom Pitra, Études sur les collections des actes des saints par les RR. PP. Jésuites Bollandistes, Paris, 1860, p. 10.

12 C’est sous l’abbatiat d’Antoine de Winghe en 1636 que le bibliothécaire de Liessies, Dom Chrestien Le Roy, remit à Sanderus la liste des manuscrits conservés au monastère. A. Sanderus, Bibliothecae Belgicae Manuscriptae, t. H, p. 15-35, Lille, 1643.

13 H. Rosweyde, Vitae Patrurn (Anvers, 1614), lettre-préface à Antoine de Winghe, dans P.L., t. 73, col. 12 : « Nihil dicam de singulari tuo in minimam societatem nostram affectu. »

14 Un des neveux d’Antoine de Winghe, Maximilien Van Habbeke, était jésuite. Huyghebaert, op. cit., col. 849, voit dans cette parenté le motif de la protection que l’abbé de Liessies accordait aux jésuites.

15 Huyghebaert, op. cit., col. 849.

16 Ses frères, Jérôme, Philippe et Nicolas, laissèrent une réputation d’érudits et de bibliophiles. Jérôme de Winghe fut l’un des fondateurs de la bibliothèque du Chapitre Cathédral de Tournai. A. Wilbaux, Catalogue de la Bibliothèque de la Ville de Tournai, Tournai, 1860, p. x.

17 Huyghebaert, op. cit., col. 847.

18 M. Le Glay, Mémoire sur les archives des abbayes de Liessies et de Maroille, Lille, 1853, p. 11. L’archiviste dit avoir trouvé « une quantité de lettres de la main d’Antoine de Winghe ».

19 Ibid., p. 11.

20 Ibid., p. 12.

21 Bolland, op. cit., p. 41 : « Unice carum eum habuit. » Voir surtout à ce propos l’article de M. Dehaisnes, Les origines des Acta Sanctorum et les protecteurs des Bollandistes dans le Nord de la France, dans Mémoires de la Société d’Agriculture, des Sciences...de Douai, 2e série, t. IX, Douai, 1866-1867, p. 429-461.

22 Dehaisnes, op. cit., p. 441, cite Halloix comme un des protégés d’Antoine de Winghe, mais sans opérer de rapprochement avec les Bollandistes.

23 Halloix, Origenes Defensus, p. 13 des notes : « Antonius de Winghe [...] qui societatis nostrae in Belgio Scriptoribus sacris, fere omnibus, singularem se maecenatem praestitit [...] : his autem nominatim et simul Heriberto Rosweido, Iacobo Bonfrerio, et mihi, quibus etiam sumptus pro libris, pro amanuensibus, pro itineribus studiorum caussa suscipiendis, libenter et liberaliter, dum fuit in vita superstes, suppeditavit. »

24 Archives départementales du Nord à Lille, Fonds de Liessies, 9 H 1466 : Reconnaissance de dette de l’éditeur douaisien Pierre Bogard : « Je soubsignant imprimeur jure a Douay cognait et confesse par cette devoir à l’Abbe de Liessies la somme de Huict cens florins qu’il a receu de luy en prest pour subvenir à l’impression de 2 tomes du R. P. Halloix. » Daté du 30 janvier 1637.

25 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à Antoine de Winghe, p. III : « Tu [Vitas] rudes et imperfectas ope atque opera non mediocriter promovisti. »

26 Halloix, Illustrium, t. I, p. 431.

27 Vita P. Camilli de Lellis, Fundatoris Religionis Clericorum Regularium est adressée par Jean Bolland, en 1643, à Dom Luytens, successeur d’Antoine de Winghe à la tête de l’abbaye de Liessies. infirmis ministrantium : conscripta Italice a P. Santio Cicatello eiusdem Religionis Sacerdote, latinitate donata a P. Petro Halloix, Anvers, 1632. Cfr infra, p. 58-59.

28 Halloix, ibid., dédicace à A. de Winghe : « Cum ad te missa esset, admodum Reverende [...], Vita Patris Camilli de Lellis [...] italice scripta eamque avide (ut talium amantissimum) perlegisses ; adeo tibi arrisit ut eam quamprimum aliisquoque linguis ac praesertim latina... exstare velles. Quin tu ipse fortassis a scribendo non abstinuisses : sed hac tibi praerepta a gravioribus negotiis facultate, mihi demum (quem tali in genere aliquando versatum intelligebas) ad hoc Latinae versionis opus annuisti. »

29 Cfr Leglay, op. cit., p. 45-46, selon qui « il est bien à croire que cette traduction latine de l’œuvre de Cicatello dont parle A. de Winghe n’est autre que celle qui a été publiée par le P. Halloix, jésuite ». Nous en avons nous la certitude.

30 Halloix, Illustrium, t. I, Dédicace à A. de Winghe, p. iii : « Tu illas [Vitas] partira cunctantes et quasi torpentes primus excitasti. »

31 Cfr infra, p. 69 et sq.

32 Halloix, Illustrium, t. I, p. iii, parle de 1’« amor erga Sanctos » de l’abbé de Liessies ; p. IV, il dit que les moines de cette abbaye « sancta omnia amant non vulgari sed sublimiori amore ».

33 Halloix, ibid., p. iv-v.

34 Huyghebaert, op. cit., col. 849.

35 Lettre de A. de Winghe au général de l’Ordre des Ministres des Infirmes, dans Leglay, op. cit., p. 45 : « Certum sit alias nationes ex eius lectione fructum ac voluptatem ad maiorem Dei gloriam haurituras. »

36 Halloix, Illustrium, t. I, p. V : Les vies des saints « et cupidissime excipiuntur et sapidissime perleguntur, et quod caput est, vita moribusque pro sua cuiusque virili, quam simillimis repraesentantur. »

37 Cité d’après dom Pitra, op. cit., p. 11.

38 E. Binet, s.j., Abrégé des Vies des Principaux Fondateurs de Religions de l’Eglise Representez dans le choeur de l’Abbaye de S. Lambert de Liessies en Haynaut, Anvers, 1634, épitre dédicatoire.

39 Halloix, Illustrium, t. I, p. v : « Hasce [Vitas] a me conscriptas, Tibi [...] dedicaui quas saluberrimorum omnimodae virtitutis exemplorum copia affatim locupletat. »

40 Cfr Huyghebaert, op. cit., col. 852.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search