Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre troisième. Dévotion et ascétisme

Texte intégral

  • 1 A.R.S.I., Gallo-Belgica, Necrologium, Summarium Vitae, 27, f° 587.
  • 2 Sur ce genre de document, voir A. Poncelet, Nécrologe des Jésuites de la province Gallo-Belge, Lou (...)

1Nous avons étudié la formation que reçut Halloix durant sa jeunesse et montré dans l’homme mûr l’apôtre et l’érudit. Il nous reste à faire état de la vie religieuse du jésuite qui prit des orientations nettement définies. C’est à travers la notice nécrologique que les confrères d’Halloix rédigèrent à sa mort que nous appréhenderons sa piété et son ascétisme1. Ce document, certes, est tendancieux ; c’est le type même de ces Summaria vitae ou Éloges abrégés, qui « faisaient ressortir le caractère vertueux du défunt2 ». Des vérités percent néanmoins derrière ce langage convenu ou exagéré.

  • 3 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.
  • 4 Cfr infra, p. 30-31.
  • 5 Ignace de Loyola, Exercices Spirituels, 5e éd., Maredsous, 1963, Le second degré d’humilité, p. 92
  • 6 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.
  • 7 Ignace de Loyola, op. cit., Le premier degré d’humilité, p. 92.

2D’après son biographe anonyme, Halloix était d’une « candeur et d’une innocence de mœurs exceptionnelles3 ». Chasteté ? Certainement. Halloix en avait fait le vœux et partageait avec ses contemporains une « horreur de la chair » qui l’incitait aux mortifications les plus dures4. Pureté des sentiments ? Ignorance du mal ? L’auteur le suggère sans doute. « Même en échange de tout le créé, même au risque de perdre la vie, je n’envisagerais pas de faire un péché véniel », fait dire saint Ignace au lecteur des Exercices spirituels5. À ces vertus, Halloix aurait joint celle de l’obéissance « obtempérant, déclare son biographe, au moindre signe de ses supérieurs »6. Il semble avoir, en effet, accepté avec docilité ses nombreux changements d’affectation. En cela encore, il respectait ses vœux et les paroles du fondateur de la Compagnie : « Je n’envisagerai pas d’enfreindre un commandement soit divin, soit humain7 ». Ainsi dépeintes, la chasteté et l’obéissance d’Halloix sont si conformes aux vœux prononcés et aux préceptes des Exercices spirituels qu’on peut se demander dans quelle mesure l’auteur de la notice n’y a pas veillé. Les Éloges abrégés avaient pour but d’édifier les confrères du défunt soumis aux mêmes obligations que lui.

  • 8 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.
  • 9 Bouvier, op. cit., col. 1093.
  • 10 Iparraguirre, op. cit., Les premiers traités spirituels de la Compagnie de Jésus, col. 983.
  • 11 Cité par A. Molien, La spiritualité de l’Oratoire Bérulle, dans D.T.C., t. XI, col. 114.
  • 12 Cfr infra p. 44-45.
  • 13 Cfr supra, p. 19-20.

3Le biographe d’Halloix se plaît ensuite à souligner sa piété. « Il vénérait tout particulièrement la sainte Trinité, écrit-il, et portait à Jésus l’amour le plus tendre : afin de recevoir plus souvent la visite de celui qu’il chérissait, il s’en rappelait la présence en tous lieux par quelques versets. Quant à la Mère de Dieu, il la révérait grandement et l’aimait depuis sa prime enfance8 ». Cette triple dévotion s’inscrit parfaitement dans la spiritualité ignatienne, dont on connaît le caractère fortement christocentrique : « la connaissance, l’amour et l’imitation de Jésus-Christ » sont un des objectifs premiers des Exercices spirituels9. Les écrivains jésuites en prenaient une conscience de plus en plus nette10. Au début du XVIIe siècle, Bérulle, de son côté, recommandait « d’être et de demeurer perpétuellement dans le Christ ainsi qu’il est et demeure en son Père11 ». Halloix aurait-il subi l’influence de la spiritualité française, alors si vive ? C’est possible, d’autant plus qu’il était en relation avec des oratoriens de Paris12. Enfin, sa dévotion à la Vierge correspond à la vénération dont la Contre-Réforme entourait la Mère de Dieu. Les congrégations mariales, auxquelles Halloix participa si activement, en étaient une des manifestations13.

  • 14 A.R.S.I., Gallo-Belgica. Necrologium, Summarium vitae, 27, f° 587.

4À la piété est étroitement lié l’ascétisme, au XVIIe siècle surtout. C’est avec un luxe de détails que le biographe d’Halloix nous rapporte ses exercices de mortification : « Pour dompter totalement la chair, il porta le plus âpre des cilices depuis son entrée au noviciat et il le garda dix ans. Sur l’ordre de son supérieur, il l’échangea ensuite contre une ceinture de crin dont, pendant des années entières, il ne se départit ni de jour ni de nuit. Le Père Olivier Manare, par égard pour sa santé, lui enjoignit de l’abandonner. En compensation, il prit alors l’habitude de se lever tous les jours au milieu de la nuit pour se flageller, ce qu’il fit jusqu’à 70 ans. Enfin, affaibli par l’âge et par tant d’efforts, il abandonna ces pratiques au profit de mortifications plus douces. Dès son plus jeune âge, il s’était accoutumé à la sobriété ; il n’y a jamais renoncé. Ainsi se privait-il, sans vouloir le laisser paraître, des mets particuliers qu’on lui apportait et dont la communauté ne disposait pas ; pour ne pas montrer qu’il les repoussait, il les entamait et les rendait à peine entamés. Il dormait le plus souvent sur le sol et quelques heures seulement, quatre ou cinq en général. De tous temps, il supporta avec courage et constance les souffrances de la vie. Jusqu’à l’âge le plus avancé, il continua de faire à genoux son examen de conscience et ses prières14. »

  • 15 Rappelons qu’au cours des années 1603-1605, Halloix avait contracté une grave maladie qui l’oblige (...)
  • 16 Sur ce point, voir notamment J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971 : (...)
  • 17 R. Sauzet, Monsieur Vincent, dans L’Histoire, no 34, 1981, p. 49. Cfr P. Coste, Monsieur Vincent, (...)
  • 18 Delumeau, op. cit., p. 90.
  • 19 Dancoisne, op. cit., p. 566.

5Ce texte éveille la surprise. La précision des données semble bien indiquer, pourtant, que les faits ne sont pas inventés. Certains d’ailleurs sont confirmés par Halloix lui-même — n’évoque-t-il pas par exemple une grave maladie qui le fit souffir longtemps ? — ou par ses contemporains qui, à la fin de sa vie, le qualifiaient de senex infirmus15. D’autre part, ces pratiques, étonnantes à nos yeux, étaient fréquentes en ce XVIIe siècle rigoriste et austère16. Saint Vincent de Paul lui-même (1581-1660), dont on souligne pourtant la douceur, estimait que « coucher sur la dure, porter la haire, prendre la discipline et le reste de ce qui peut faire de la peine à notre corps, ce sont des choses que les chrétiens doivent faire ». La maladie doit être vécue selon lui « comme un état divin », un moyen de s’unir à la souffrance du Christ17 Saint Ignace n’avait à ce propos édicté aucune règle précise, se contentant de recommander l’imitation du Christ humilié et souffrant. Lui-même, pourtant, tandis qu’il cherchait à Manrèse sa vocation, « veillait des nuits entières, demeurait parfois trois jours sans manger, se fouettant de chaînes de pointes18 ». À Douai, d’autre part, où Halloix a vécu si longtemps, de telles pratiques n’étaient pas rares19. Encore ne faudrait-il pas nier complètement la singularité d’Halloix. La rigueur et la constance de son ascèse ont tout de même impressionné ses contemporains.

  • 20 Nous citons par ordre chronologique ceux que nous avons pu consulter, sans du tout prétendre que c (...)
  • 21 N. Sotuellus, Bibliotheca Scriptorum Societatis Jesu, Rome, 1676, recopie intégralement tous les p (...)
  • 22 P. Bernard, Pierre Halloix, dans D.T.G., t. VI, col. 2039. Au nombre des modernes qui s’inspirent (...)

6Telle quelle, l’image du jésuite a traversé le temps. Déformé, mutilé ou au contraire amplifié, l’Éloge que nous venons de lire se retrouve, en effet, dans tous les Ménologes de la Compagnie de Jésus, du XVIIe au XXe siècle20. Les bibliographes eux-mêmes ont parfois recopié quelques phrases de cette notice nécrologique21. Les auteurs de dictionnaires, quant à eux, ont peu à peu perdu de vue la rigueur du XVIIe siècle et ils ont relevé « les étonnantes macérations d’Halloix » avec surprise, sinon avec reproche22.

7De la lecture de ce document, nous tirerons quant à nous un double profit : des indications sur la vie religieuse d’Halloix et des éclaircissements sur certains aspects de son œuvre.

  • 23 Halloix, Illustrium, t. I, p. 85 ; t. II, p. 185, 509, etc.
  • 24 Halloix, Origenes Defensus, p. 2 : « Nihil equidem afferam, quod sedulo non probem ; nihil sic pro (...)

8L’obéissance, nous dit-on, était une des vertus d’Halloix. Qui a fréquenté ses écrits ne s’en étonnera pas. Il proteste sans cesse de son respect de la tradition23 II déclare à plusieurs reprises soumettre ses opinions au jugement de ses supérieurs24. L’Origenes Defensus n’apparaît pas comme un acte de rebellion ou d’indépendance ; il semble au contraire dicté par l’espoir de « récupérer » une des grandes figures du christianisme pour en faire hommage au pape. De la sorte, s’éclaire l’esprit dans lequel Halloix prenait la plume.

  • 25 H. Crouzel, La théologie mariale d’Origène, introduction aux Homélies d’Origène sur saint Luc, S.C (...)
  • 26 Halloix, ibid., p. 157 : « Dictum est hactenus de Ecclesia generatim ; nunc de membro eius precios (...)
  • 27 Cfr infra, p. 129-131.

9Ne peut-on aller plus loin encore et expliquer par la vie religieuse du jésuite le contenu même de ses ouvrages ? Certains rapprochements, en tous cas, sont tentants. Ainsi remarque-t-on qu’Halloix aimait prêter aux Pères de l’Église sa propre piété. Les pages qu’il consacre à la théologie mariale d’Origène sont les seules qui furent écrites à ce propos durant le XVIIe siècle25. N’ont-elles pu lui être inspirées par sa dévotion à « la plus admirable des chrétiennes26 » ? S’étonnera-t-on, d’autre part, qu’Halloix, « qui aimait Jésus de l’amour le plus tendre », ait admiré en Origène « le prêtre aimant du Christ27 » ?

  • 28 Cfr M. Meschler, L’ascèse des jésuites et la mystique allemande, Enghien, 1923, p. 22 : « L’ascèse (...)
  • 29 Halloix, Illustrium, t. II, p. 427 : « Optasse sanctissimum Martyrem [Ignace d’Antioche] ut nullae (...)

10Plus frappant encore est le lien qui unit le jésuite à l’ascétisme des premiers chrétiens. Ici comme là, Halloix semble avoir accordé une attention privilégiée à certains faits en fonction de sa propre spiritualité. Il devait y être d’autant plus enclin qu’il existe des similitudes entre l’ascétisme du XVIIe siècle et celui des Pères. Des historiens de l’Église se plaisent à le remarquer28. Halloix, avant eux, soulignait que saint Ignace d’Antioche et saint Ignace de Loyola professaient un égal dédain de leur corps, une même intrépidité devant la mort29.

  • 30 Cfr E. de Guilhermy, op. cit., p. 79.

11Après une vie de piété, d’ascèse et de labeur, Pierre Halloix est mort à Liège, cent ans après saint Ignace, le 30 juillet 1656, en odeur de sainteté selon certains ménologes30. C’est son œuvre qu’il nous faut examiner maintenant et, avant cela, le réseau de ses relations.

***

Notes

1 A.R.S.I., Gallo-Belgica, Necrologium, Summarium Vitae, 27, f° 587.

2 Sur ce genre de document, voir A. Poncelet, Nécrologe des Jésuites de la province Gallo-Belge, Louvain, 1908, p. 17-21.

3 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.

4 Cfr infra, p. 30-31.

5 Ignace de Loyola, Exercices Spirituels, 5e éd., Maredsous, 1963, Le second degré d’humilité, p. 92.

6 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.

7 Ignace de Loyola, op. cit., Le premier degré d’humilité, p. 92.

8 Summarium Vitae, op. cit., f° 587.

9 Bouvier, op. cit., col. 1093.

10 Iparraguirre, op. cit., Les premiers traités spirituels de la Compagnie de Jésus, col. 983.

11 Cité par A. Molien, La spiritualité de l’Oratoire Bérulle, dans D.T.C., t. XI, col. 114.

12 Cfr infra p. 44-45.

13 Cfr supra, p. 19-20.

14 A.R.S.I., Gallo-Belgica. Necrologium, Summarium vitae, 27, f° 587.

15 Rappelons qu’au cours des années 1603-1605, Halloix avait contracté une grave maladie qui l’obligea à rentrer dans les Pays-Bas. En 1617, il en faisait encore mention : « Ma mauvaise santé m’a distrait de mes travaux, disait-il, et c’est seulement maintenant, après des années, que je retrouve la santé, grâce aux soins d’un éminent médecin et de l’écoulement du temps. » Halloix, Anthologia poetica. Préface au lecteur. En 1619, cependant, on signalait encore que « ses forces physiques étaient médiocres », (A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443). Bien évidemment, sa santé faiblit encore à la fin de sa vie, ce qui lui valut le qualificatif de senex infirmus (A.R.S.I., Gall. Belg., 24, I, f° 81, poue l’année 1654 ; ibid., f° 90, pour l’année 1655).

16 Sur ce point, voir notamment J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971 : L’héroïsme chrétien, p. 87-92.

17 R. Sauzet, Monsieur Vincent, dans L’Histoire, no 34, 1981, p. 49. Cfr P. Coste, Monsieur Vincent, t. III, 2e éd., Paris, 1934, p. 343-344, 386, 405, 413-415. Même saint François de Sales était beaucoup plus exigeant qu’on ne l’a dit, cfr J. Orcibal, Jean Duvergier de Hauranne, abbé de SaintGyran et son temps (1581-1638), Louvain-Paris, 1947, p. 47-66.

18 Delumeau, op. cit., p. 90.

19 Dancoisne, op. cit., p. 566.

20 Nous citons par ordre chronologique ceux que nous avons pu consulter, sans du tout prétendre que cette liste est exhaustive : I. Nadasi, s.j., Annus dierum memorabilium Societatis Jesu, Anvers, 1665, p. 56 ; G. A. Patrignani, s.j., Menologio di pie memorie d’Alcuni Religiosi della compagnia di Gesu d’all anno 1538 fino alli anno 1728, t. XIII, Venise, 1730 ; P. E. de Guilhermy, s.j., Ménologe de la Compagnie de Jésus. Assistance de Germanie, 2e partie, Paris, 1899, p. 78-79. Cet auteur renvoie aux Ménologes de Drews et de Guidée, que nous n’avons pu consulter.

21 N. Sotuellus, Bibliotheca Scriptorum Societatis Jesu, Rome, 1676, recopie intégralement tous les passages qui ont trait à l’ascétisme d’Halloix.

22 P. Bernard, Pierre Halloix, dans D.T.G., t. VI, col. 2039. Au nombre des modernes qui s’inspirent directement du Summarium Vitae, on peut encore citer Hurter, op. cit., col. 1099, et Beylard, op. cit., p. 248, qui écrit d’Halloix : « très mortifié, il couchait par terre et cinq heures seulement. »

23 Halloix, Illustrium, t. I, p. 85 ; t. II, p. 185, 509, etc.

24 Halloix, Origenes Defensus, p. 2 : « Nihil equidem afferam, quod sedulo non probem ; nihil sic probabo, quin matris Ecclesiae iudicio libenter submittam. » — Ibid., p. 318 : « Cuncta quae scribo et scripsi et scribam, censurae S. matris Ecclesiae volens lubensque submitto. »

25 H. Crouzel, La théologie mariale d’Origène, introduction aux Homélies d’Origène sur saint Luc, S.C., t. 87, Paris, 1962, p. 11. Halloix, Origenes Defensus, cap. XI des Documenta : Maria Virgo Deipara, p. 157-168.

26 Halloix, ibid., p. 157 : « Dictum est hactenus de Ecclesia generatim ; nunc de membro eius preciosissimo. »

27 Cfr infra, p. 129-131.

28 Cfr M. Meschler, L’ascèse des jésuites et la mystique allemande, Enghien, 1923, p. 22 : « L’ascèse des jésuites [du XVIIe siècle] n’est ni neuve, ni étrangère : elle concorde parfaitement avec la vieille ascèse traditionnelle des Saints Pères. » — R. Morçay, La dévotion au Christ. Évolution de la piété chrétienne, Bruxelles, 1923, p. 6-7 et 28-29, remarque que l’Antiquité chrétienne et le XVIIe siècle furent également marqués par l’obligation de combattre l’hérésie d’une part, la persécution de l’autre. « Dans ces circonstances, ajoute-t-il, ce qui pressait le plus était de s’aguerrir par le renoncement et les pratiques de pénitence [...] Ainsi s’explique que les premiers Docteurs aient des préoccupations d’ascètes ; ainsi s’explique aussi qu’au XVIIe siècle, la mystique perde de son crédit au profit d’une ascèse un peu austère, un peut sévère, qui semble caractériser la piété d’alors. »

29 Halloix, Illustrium, t. II, p. 427 : « Optasse sanctissimum Martyrem [Ignace d’Antioche] ut nullae corporis sui post mortem superessent Reliquiae sed totus et omnino a bestiis devoraretur, certa testis est ipsiusmet ad Romanos epistola. Sic noster S. Ignatius de Loïola, Societatis IESU fundator [...] peroptabat, ut suum demortui corpus feris et volucribus obijceretur devorandum. »

30 Cfr E. de Guilhermy, op. cit., p. 79.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search