Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Première partie. Pierre Halloix

Chapitre deuxième. Une vie d’apôtre et d’érudit

Texte intégral

1Quelle fut la vie d’Halloix une fois ses études terminées ? On peut distinguer deux périodes dans l’activité du jésuite. Durant les premières années de son ministère (1603-1612), Halloix s’adonna sans restriction à de multiples activités apostoliques, dont la principale fut certainement l’enseignement. La maladie, ses goûts personnels et les directives de ses supérieurs devaient cependant bien vite le conduire à abandonner une vie trop trépidante et à se livrer à des travaux d’érudition ; ceux-ci l’absorbèrent durant le reste de sa vie (1612-1656). N’est-ce pas durant cette période que furent édités tous les livres d’Halloix ? Nous envisagerons donc successivement ces deux étapes de sa vie, sans oublier cependant ce qu’une telle coupure a d’artificiel. Il est bien certain, par exemple, qu’Halloix n’a pas renoncé brusquement à toute forme d’apostolat en 1612. C’est même plutôt à la fin de sa vie qu’il a confessé, et a-t-il jamais cessé de prêcher ? Mais le risque le plus grave de notre présentation est de laisser croire que le jésuite lui-même établissait une distinction entre son ministère et ses travaux scientifiques. Au contraire, Halloix a conçu son œuvre écrite comme une forme d’apostolat.

***

1. — Le temps de l’apostolat

  • 1 Willaert, op. cit., p. 28.
  • 2 Iparraguirre, op. cit., col. 981-985 : La fonction apostolique de la spiritualité sous Aquaviva.

2À l’époque où Halloix entra dans la vie active, la Restauration catholique était a son apogée et la Compagnie de Jésus y contribuait grandement1. Aquaviva, le général de l’Ordre, s’employait de multiples façons à rappeler à ses fils le rôle apostolique que saint Ignace leur avait assigné2. Aussi Halloix fut-il un de ces jésuites qui déployait alors au service de la foi et de l’Église une activité multiforme.

  • 3 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Clemente octavo Pontifice missus est Petrus Halloix i (...)
  • 4 Cfr The New Cambridge Modem History, t. III, Cambridge, 1068. p. 362-364, 396.
  • 5 Cfr D.H.G.E., t. I, col. 357.
  • 6 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Duobus annis fuit in Transylvania [...] 3° anno iussu (...)
  • 7 Ibid. : « Ob afflictam valetudinem remissus est in Belgium. » Le Père Ed. Lamalle, archiviste à l’ (...)

3À peine avait-il terminé ses études de théologie, qu’il était envoyé comme missionnaire en Transylvanie3, un pays qui luttait alors pour conserver son indépendance au milieu de graves dissensions religieuses4. C’est Aquaviva qui le dépêcha dans ces régions ; nous savons, en effet, que le général de la Compagnie cherchait alors à diriger les renforts disponibles vers la frontière orientale de la catholicité5. Quelles furent exactement les tâches d’Halloix ? En Transylvanie, nous l’ignorons, mais savons que, muté en Hongrie au bout de deux ans, Halloix fut nommé « préfet des études et d’église » au collège de Sellye6. La grave maladie qu’il avait contractée au cours des terribles hivers des Carpathes l’obligea pourtant bien vite à revenir dans les Pays-Bas7.

  • 8 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 ; 43, f° 158 v°, 190, 225, 247 v°, 272-279 v° ; Gallo-Belgic (...)
  • 9 Fouqueray, op. cit., p. 699 et sq. : La partie morale du Ratio Studiorum.
  • 10 P. Halloix, Anthologia poetica, Douai, 1617, Epistola dedicatoria... Eloquentiae in Aquicinctino C (...)
  • 11 P. Halloix, Anthologia poetica graeco-latina, Synonymis Poeticis eorumque auctoritatibus instructa (...)
  • 12 Halloix, ibid., Epistola dedicatoria : « Vobis hoc Florilegium offero ut stimulo ait atque incitam (...)
  • 13 de Dainville, op. cit., p. 181.

4Il devait dès lors y exercer son apostolat sous des formes moins spectaculaires peut-être mais parfaitement en accord avec l’esprit du temps. L’enseignement était le fer de lance de la Compagnie de Jésus : successivement professeur de rhétorique à Lille (1605-1606), puis à Liège (1607-1608), professeur de grec à Ypres (1609), préfet des études à Saint-Omer (1610), puis à Douai (1611-1612), professeur de philosophie dans cette même ville (1613-1614), Halloix prit une part active à ce ministère8. Conformément aux prescriptions du Ratio Studiorum9, la formation morale et religieuse des élèves était sa préoccupation majeure. Ne déclarait-il pas à ses rhétoriciens « avoir cherché avant tout à soutenir l’ardeur qui les portait a la vertu et à la piété » ? Ne faisait-il de « la connaissance des deux langues et des autres disciplines un objectif secondaire10 » ? Le manuel scolaire qu'il composa reflète ces préoccupations toutes morales. C’est un recueil volumineux de pensées, de maximes, de sentences, extraites des anciens poètes grecs tant paiens que chrétiens11. Halloix n’y a inséré que des pensées édifiantes afin, dit-il, que ses élèves « en retirent un fruit de piété » ou encore « soient incités et stimulés à la vertu »12. La perspective est donc bien celle qu’un historien récemment caractérisait en ces termes : « Au-delà des secrets du beau langage, les jésuites ne tardèrent pas à demander aux lettres anciennes d’être l’école des vertus fondamentales ». L'Antiquité était pour eux « une source d’énergie morale13 ».

  • 14 Iparraguirre, op. cit., col. 982. Cfr E. Villaret, Les congrégations mariales, t. I, Paris, 1947.
  • 15 Poncelet, op. cit., t. II, p. 335 ; sur J. Leunis, p. 321. Cfr J. Wicki, Le père Jean Leunis S.J. (...)
  • 16 Id., ibid., p. 331 : « Fondée en 1572 au sein de la jeune université, la soldalité de Douai se divi (...)
  • 17 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v°.
  • 18 A.R.S.I., Gallo-Belgica, Necrologium, 27, f° 587. L’auteur indique qu’Halloix eut durant sa vie la (...)
  • 19 Poncelet, op. cit., t. II, p. 343.
  • 20 Ibid., p. 343.

5Durant les périodes de vacances et les jours libres, les jésuites faisaient du ministère en ville ou dans les campagnes, dirigeant, par exemple, aux alentours de leurs collèges, des congrégations mariales qui avaient un immense succès14. Ces « sodalités », fondées à Rome, en 1563, par un jésuite liégeois, Jean Leunis, « n’avaient d’autre but que la sanctification personnelle de leurs membres et pour moyen la prière, la pratique assidue des sacrements, les bonnes œuvres et le développement de la dévotion envers la Sainte Vierge15 ». D’abord destinées aux élèves les plus fervents des collèges, elles avaient bientôt recruté un public plus large issu de toutes les classes de la société. Ainsi la sodalité de Douai, fondée en 1572, s’était-elle rapidement divisée en plusieurs sections16 Halloix eut, durant les années 1611-1612, « le soin de celle des théologiens et des jurisconsultes », qui regroupait l’élite de la société douaisienne17. Il est fort probable que ce fut à la même époque qu’il dirigea la sodalité des « académiciens18 », car un même Père assumait souvent la charge de deux, trois ou même quatre congrégations à la fois19. Cet apostolat était exigeant, car les tâches du directeur étaient multiples ; il devait exhorter les congréganistes, tenir auprès d’eux le rôle de directeur de conscience, les entraîner à la charité20.

  • 21 M. Dancoisme, Mémoire sur les établissements religieux du clergé séculier et du clergé régulier qu (...)
  • 22 Paquot, op. cit., p. 339. Cfr aussi Feller, op. cit., p. 551 : « Il prêcha avec beaucoup d’éloquen (...)
  • 23 Halloix, Origenes Defensus, p. 6 des Notes : « Ille Chaeronensis Plutarchus e Boeotia, cuius hodie (...)

6« On sait avec quel succès les jésuites ont cultivé l’éloquence de la chaire : la maison de Douai aimait à conserver le souvenir de plusieurs de ses religieux qui avaient excellé dans cet art difficile21 ». Au nombre de ceux-ci figurait certainement Halloix dont la tradition rapporte « qu’il se rendit utile au prochain par ses sermons qu’il prêchait avec beaucoup d’éloquence22 ». À travers ses réflexions on perçoit d’ailleurs qu’il connaissait les pratiques des prédicateurs23.

  • 24 Cfr A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 ; Gallo-Belgica, 24, f° 21, 34-50, 71, 81, 92, 93, 100, (...)
  • 25 Poncelet, op. cit., t. II, p. 357.

7Prédicateur, Halloix était aussi confesseur : c’est sous ce titre qu’il est repris dans tous les catalogues de collèges à partir de 161424. Sans doute justifiait-on de la sorte sa présence dans la communauté alors que son occupation principale était d’écrire ; il n’en reste pas moins qu’il devait effectivement s’adonner à cet « obscur ministère », où les jésuites s’étaient acquis une réputation considérable25.

8Missionnaire, professeur, congréganiste, prédicateur, confesseur, Halloix apparaît donc comme le type même de cet « homme apostolique » que saint Ignace destinait à « l’incessant travail de l’évangélisation ». Nous verrons que son œuvre écrite en porte profondément la trace.

***

2. — Les travaux d’un érudit

  • 26 C’est ce trait que soulignent en premier lieu tous les Ménologes jésuites dont nous donnerons la l (...)
  • 27 F. Saumery, Les délices du Païs du Liège, t. V, 1re partie, Liège, 1744, p. 81. Sur la valeur de c (...)
  • 28 Cfr infra, p. 56 et sq.
  • 29 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Reversus Duacum vacavit ibi scriptioni. » Ibid., Gall (...)
  • 30 Cfr supra, p. 21, n. 1 et p. 22, n. 2. Halloix s’absenta de Douai pour séjourner à Liège en 1618 e (...)

9Le souvenir que Pierre Halloix a laissé est celui d’un « savant », d’un homme « d’une grande érudition »26. Pour s’en convaincre, il suffit de lire ces remarques d’un de ses biographes du XVIIIe siècle : « Les rares talents que le jésuite apporta en naissant le disposèrent de bonne heure à se faire un grand nom dans la République des Lettres, écrit-il. Son génie, propre à toutes les Sciences, le fit réussir également dans toutes : les langues savantes, l’histoire ancienne et moderne, la sacrée et la profane, l’intelligence de l’Écriture Sainte et des Saints Pères, les différentes parties de la philosophie et de la théologie, toutes les connaissances en un mot dont la réunion forme le Savant Universel furent de son ressort27. » Inutile de souligner le caractère excessif de ces éloges. Il semble bien pourtant que les contemporains d’Halloix déjà aient apprécié sa science. Ses supérieurs eux-mêmes, nous le verrons, lui prouvèrent à plusieurs reprises leur estime en le chargeant de différents travaux28 Et, dès 1614, on lui laissait toute liberté de vaquer à ses recherches29, ce qu’il fit principalement à Douai de 1613 à 1641, puis à Liège, de 1641 à 165330.

10Quelles furent alors plus précisément ses occupations ?

  • 31 L. E. Halkin, Initiation à la critique historique, Paris, 1973, p. 81.

11Le travail de l’historien commence par l’heuristique. Dès la fin du XVe siècle, les humanistes avaient lancé le mot d’ordre du retour aux sources. Ad fontes ! En cette première partie du XVIIe siècle, « des enquêtes systématiques » étaient entreprises « pour localiser ces sources, recueillir les manuscrits les meilleurs et recruter des éditeurs compétents31 ».

  • 32 Halloix, Illustrium, t. I, p. xi : « E Vetere Romano quod e diuturnis latebris post eiusdem Baroni (...)
  • 33 R. Aigrin, L'hagiographie. Ses sources, ses méthodes, son histoire, Paris, 1953, p. 51 : « Il fut (...)

12Halloix s’est tenu attentivement au courant des découvertes qui s’opéraient ainsi de son temps. Il rappelle notamment à plusieurs reprises « qu’après la mort de Baronius, Heribert Rosweyde tira de ses cachettes le Vieux Martyrologe romain32 ». Cette découverte, déconsidérée aujourd’hui, avait à l’époque fortement impressionné les savants33.

  • 34 Lettre de Halloix à J. Morin, 14 janvier 1632, publiée dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae Orien (...)
  • 35 Halloix, Illustrium, t. I, p. x : « E Graecorum Menao quo diu requisitum tandem reperi... »
  • 36 Aigrin, op. cit., p. 335-356.
  • 37 Du moins si l’on part de l’hypothèse que c’est durant les nombreuses années qu’Halloix passa dans (...)
  • 38 Cfr infra, p. 24.
  • 39 Halloix, Illustrium, t. II, p. 644 : « Nuperrime in monte S. Eligii apud Atrebates vidi duo antiqu (...)
  • 40 Halloix y avait un grand ami chez lequel il découvrit un martyrologe grec, cfr infra, p. 43, n. 3.
  • 41 Halloix, Origenes Defensus, p. 22 des notes : « Nicolas Horium in vita S. Barbae cuius codicem ms. (...)
  • 42 Halloix a visité les abbayes bénédictines d’Anchin (cfr infra, p. 24, n. 7), de Saint-Vaast (cfr H (...)
  • 43 Cfr supra, p. 23, n. 6.
  • 44 Cfr supra, p. 23, n. 8.
  • 45 Halloix, Origenes Defensus, p. 22 des Notes : « In viconiensi Ordinis Praemonstratensis monasterio (...)

13Souvent, le jésuite partait lui-même à la chasse des manuscrits dont il avait besoin. « C’est avec ardeur que je recherche ici et là les fragments de leurs œuvres », écrit-il notamment à propos des écrivains ecclésiastiques du premier siècle34 Parlant d’un martyrologe grec jusque là inédit, il avoue « l’avoir cherché longtemps avant de le trouver enfin »35. Mais, contrairement aux Bollandistes qui n’hésiteront pas à traverser l’Europe à la recherche de manuscrits36, Halloix limitait son enquête à un rayon géographique restreint. Le centre, bien sûr, était Douai37, et ses environs proches, telle l’abbaye bénédictine d’Anchin38. De Douai, il était facile de gagner Arras et le Mont Saint-Éloi. Halloix y mena des recherches actives et fructueuses39. Des villes plus éloignées, telles Lille40 et Valenciennes41, ont également reçu la visite de l’érudit, qui n’a pas dû cependant s’aventurer bien au-delà. Halloix recourait aussi aux bibliothèques monastiques. Bénédictins42, Augustins43, Prémontrés 44 ont ainsi été tour à tour sollicités avec plus ou moins de succès. Halloix se souviendra, par exemple, de « l’hospitalité particulièrement chaleureuse » que lui réserva l’abbé de Vicoigne45.

  • 46 Durant les années 1590-1592.
  • 47 A. Poncelet, Heribert Rosweyde, dans Biographie Nationale, t. XX, col. 170 et sv.
  • 48 Ph. Alegambe, Bibliotheca Scriptorum Societatis Jesu, Anvers, 1643, p. 223.
  • 49 J. Bolland, Préface générale des Acta Sanctorum, Anvers, 1643, p. ix : « Quo tempore Heribertum Ro (...)
  • 50 Halloix, Illustrium, t. II, p. 862, cite le « codex Ms. Aquicinctinus » de l’Histoire ecclésiastiq (...)

14D’où Halloix tenait-il ce goût du « voyage littéraire » ? De Rosweyde peut-être, dont il fut le condisciple au collège d’Anchin46. Nous savons, en effet, que c’est durant les années 1590-1594 que « le père de l’œuvre bollandienne » eut l’idée de réunir des manuscrits en vue des Acta Sanctorum47. Le biographe des écrivains de la Compagnie de Jésus, le Père Alegambe, donne à ce sujet les renseignements les plus explicites : « Lorsque Rosweyde étudiait la philosophie à Douai, on le voyait souvent, les jours où ses frères en religion se détendaient dans une pieuse promenade, se diriger vers les monastères voisins de la ville, et là, parmi les vieux manuscrits qui reposent dans les bibliothèques », rechercher, comparer et copier avec soin les actes des saints encore inédits48. Chargé ensuite d’enseigner la philosophie aux élèves du même collège, il consacrait à ces mêmes recherches les moments de loisir que lui laissait le professorat. Bolland rapporte ces traits, de son côté, dans la préface des Acta Sanctorum, et il note que les abbayes dans lesquelles le jeune religieux allait étudier appartenaient à l’ordre de saint Benoît49. Halloix fréquentait les mêmes lieux ; c’est, par exemple, à l’abbaye bénédictine d’Anchin qu’il put consulter un manuscrit de l'Histoire Ecclésiastique d’Eusèbe50.

  • 51 Id., ibid., p. 116 : « Heriberti nostri [...] mihi dum viveret animo et studio coniunctissimi. »

15L’hypothèse de l’influence de Rosweyde sur Halloix ne repose pas seulement sur leur séjour commun à Douai ni même sur la similitude de leurs démarches ; elle est confirmée par cette réflexion d’Halloix : « Je fus, écrit-il, extrêmement lié à Rosweyde aussi longtemps qu’il vécut ; nous partagions nos sentiments et nos études51 ».

  • 52 Halloix, Illustrium, t. I, p. 596, explique longuement comment il a réuni les fragments des oeuvre (...)
  • 53 Willaert, op. cit., p. 263.

16Sans doute les recherches d’Halloix ne prirent-elles jamais l’envergure de celles de Rosweyde. Ne nous laissons pas tromper cependant par la modeste ampleur des voyages du jésuite : son champ d’investigation était à la mesure de sa correspondance avec les plus grands érudits du temps. Ainsi nous apprend-il qu’un bibliothécaire fait pour lui des recherches à la Vaticane, que fréquemment des manuscrits lui sont transmis du collège de Clermont à Paris et qu’il les confronte avec ceux qu’il a reçus d’Anvers52. Mais avant de décrire le réseau de relations tissé par Halloix, examinons les ressources que lui offraient les bibliothèques proches. À l’époque d’Halloix, bien des textes avaient déjà été publiés et « de riches bibliothèques se constituaient de toute part »53. Un aperçu de celles auxquelles il eut accès nous permettra de mesurer l’équipement intellectuel dont il disposait.

  • 54 M. de Saint-Martin, Relation d’un voyage fait en Flandres, Brabant, Hainaut, Artois, Cambrésis...e (...)
  • 55 Archives Générales du Royaume à Bruxelles, Fonds Jesuitica, Prov. Gallo-Belge, Ms. 1945 : Catalogu (...)
  • 56 Exemple : Halloix, Illustrium, t. I, p. 627. Il a consulté les Stromales de Clément d’Alexandrie « (...)

17« La Bibliothèque des Pères jésuites de Douay est très belle, écrivait un voyageur en 1661, soit que l’on considère sa grandeur, sa largeur ou sa hauteur. Elle est éclairée de plusieurs fenestres, et comme l’on a toujours une grande inclinaison de connoître ceux qui se sont rendus recommandables par leurs écrits, on l’a ornée de beaux tableaux qui représentent les Pères de l’Église et autres fameux autheurs [...] Il y a d’excellens livres en toutes sortes de langues avec de rares manuscrits54. » Le catalogue de cette bibliothèque établi à la fin du XVIe siècle corrobore ce jugement d’ensemble et apporte toutes les précisions désirables55. Ainsi apprenons-nous que la littérature patristique était largement représentée ; les Pères latins, certes, supplantaient les grecs, mais il n’aurait pu en être autrement à une époque où ces derniers n’avaient encore été que peu imprimés. Toute porte à croire que, durant la première partie du XVIIe siècle, les jésuites de Douai acquirent progressivement les œuvres grecques qui sortirent de presse. Halloix, en tous cas, disposait des éditions « les plus récentes », comme il le déclare souvent56.

  • 57 Halloix, Illustrium, t. II, p. 644 : « In nobilissima Vedastina bibliotheca quae in eadem urbe a P (...)
  • 58 Cfr infra, p. 36.

18Dans les environs de Douai, Halloix a bénéficié des richesses « de la très noble bibliothèque » de l’abbaye bénédictine de Saint-Vaast qui, nous dit-il, « avait été pourvue en livres de toutes espèces par l’abbé Philippe de Caverel », et qu’il tenait pour la meilleure bibliothèque de Belgique57. Nul doute enfin qu’il ait profité de celle de l’abbaye de Liessies, dont l’abbé, Antoine de Winghe, son protecteur, venait de faire dresser l’inventaire58.

  • 59 Les sources ne nous permettent en fait que des conjectures : nous disposons en effet :
    1) d’un cata (...)
  • 60 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v°, Lettre de P. Halloix à J. Bolla (...)

19Revenu à Liège, Halloix ne dut pas renoncer à recourir aux bibliothèques : celle du collège était largement fournie. Les différents catalogues de cette bibliothèque semblent bien indiquer qu’à Liège également, Halloix put consulter les éditions patristiques les plus récentes59. C’est l’époque où il propose aux Bollandistes un échange de « matériel »60 : manuscrits ou livres imprimés, peu importe. Ceci nous indique qu’Halloix disposait d’une documentation appréciable.

20À un moment où la théologie positive était en plein essor, Halloix eut donc accès aux éditions de sources les plus récentes et aux études les mieux documentées. Nous nous sommes attachés à la littérature patristique parce que ce fut là son centre d’intérêt principal, mais les catalogues des bibliothèques prouvent que, dans tous les domaines connexes, — histoire ecclésiastique, hagiographie, exégèse, — et plus éloignés, — géographie, numismatique, épigraphie, — Halloix a disposé des instruments de travail les meilleurs. Nous verrons qu’il en fit grand profit.

***

Notes

1 Willaert, op. cit., p. 28.

2 Iparraguirre, op. cit., col. 981-985 : La fonction apostolique de la spiritualité sous Aquaviva.

3 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Clemente octavo Pontifice missus est Petrus Halloix in Transylvaniam a R.P.N. Claudio Aquaviva anno 1603 sub Festum Paschae. »

4 Cfr The New Cambridge Modem History, t. III, Cambridge, 1068. p. 362-364, 396.

5 Cfr D.H.G.E., t. I, col. 357.

6 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Duobus annis fuit in Transylvania [...] 3° anno iussus egredientem Georgium Bastiam generalem exercitus comitari et Patres aegrotos in Hungriam. Illic in collegio Celliensi fuit brevi tempore simul Praefectus Studiorum et Templi. »

7 Ibid. : « Ob afflictam valetudinem remissus est in Belgium. » Le Père Ed. Lamalle, archiviste à l’Archivum romanum S.J., nous écrit que « le P. Halloix n’est pas le seul dont la santé n’a pas résisté aux terribles hivers des Carpathes ; tel autre, un sujet d’élite, n’en est revenu que pour mourir de polyarthrite aiguë ».

8 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 ; 43, f° 158 v°, 190, 225, 247 v°, 272-279 v° ; Gallo-Belgica, 27, f° 587.

9 Fouqueray, op. cit., p. 699 et sq. : La partie morale du Ratio Studiorum.

10 P. Halloix, Anthologia poetica, Douai, 1617, Epistola dedicatoria... Eloquentiae in Aquicinctino Collegio Soc. Jesu Studiosis (non paginée) : « Ego quidem praecipuum mentis vestrem ardorem in virtute ac pietate, secundum impetum in utriusque linguae cognitione aliisque nobilitate vestra dignis artibus intendi. »

11 P. Halloix, Anthologia poetica graeco-latina, Synonymis Poeticis eorumque auctoritatibus instructa, sed et variis sententiis, adagiis, priscis formulis passim respersa, Douai, 1617.

12 Halloix, ibid., Epistola dedicatoria : « Vobis hoc Florilegium offero ut stimulo ait atque incitamento ad virtutem. » ID., ibid., Lectori ϕιʎέʎʎηvι : « Auctor unum petit : ut fructum attendas pietatis. »

13 de Dainville, op. cit., p. 181.

14 Iparraguirre, op. cit., col. 982. Cfr E. Villaret, Les congrégations mariales, t. I, Paris, 1947.

15 Poncelet, op. cit., t. II, p. 335 ; sur J. Leunis, p. 321. Cfr J. Wicki, Le père Jean Leunis S.J. (1522-1584), fondateur des congrégations mariales, Rome, 1951.

16 Id., ibid., p. 331 : « Fondée en 1572 au sein de la jeune université, la soldalité de Douai se divisa bientôt en trois sections : la première comprenait les théologiens et les juristes, la deuxième se recrutait parmi les philosophes, la troisième n’était composée que de religieux venus de divers monastères. » À propos des congrétations mariales de Douai, voir surtout Beylard, op. cit., p. 207-210.

17 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v°.

18 A.R.S.I., Gallo-Belgica, Necrologium, 27, f° 587. L’auteur indique qu’Halloix eut durant sa vie la « cura sodalitatis Dominorum Academicorum Duaci. »

19 Poncelet, op. cit., t. II, p. 343.

20 Ibid., p. 343.

21 M. Dancoisme, Mémoire sur les établissements religieux du clergé séculier et du clergé régulier qui ont existé à Douai avant la Révolution, dans Mémoires de la Société d’Agriculture, de Sciences et d’Arts de Douai, 21e série, t. X, 1867, p. 566.

22 Paquot, op. cit., p. 339. Cfr aussi Feller, op. cit., p. 551 : « Il prêcha avec beaucoup d’éloquence pendant plusieurs années. » Nous n’avons pas trouvé la source de ces affirmations. La plus ancienne attestation se trouve en 1730 chez Patrignani, op. cit., p. 237 : « Illustro colla sua eminente eloquenza. »

23 Halloix, Origenes Defensus, p. 6 des Notes : « Ille Chaeronensis Plutarchus e Boeotia, cuius hodieque extant pulcherrima et utilissima scripta, sacris quoque concionatoribus ad informandos mores plurimum usitata. » — Ibid., p. 249 : « Fuerunt e minima Societate nostra non pauci, qui ante susceptum Sacerdotium ad templorum admissi suggestus, mirabiles fecerunt animorum ad virtutem conversiones. »

24 Cfr A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 ; Gallo-Belgica, 24, f° 21, 34-50, 71, 81, 92, 93, 100, 101, 111, 119, 121, 135, 153, 161, 167, 173, 179, 184, 185, 191, 211.

25 Poncelet, op. cit., t. II, p. 357.

26 C’est ce trait que soulignent en premier lieu tous les Ménologes jésuites dont nous donnerons la liste p. 32, n. 4.

27 F. Saumery, Les délices du Païs du Liège, t. V, 1re partie, Liège, 1744, p. 81. Sur la valeur de cet ouvrage, voir Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. X, nouv. éd., Liège, 1977, p. 305-306. Remarquons que d’autres ouvrages liégeois du XVIIIe siècle présentent Halloix comme un érudit. Ainsi, les jésuites du collège anglais de Liège le faisaient figurer à ce titre parmi les plus grandes personnalités liégeoises dans une pièce qu’ils firent jouer par leurs élèves en 1793, Daphnis Pastorale, p. 27. L’historien J. M. Paquot (1732-1803) qui avait été formé chez les jésuites liégeois, remarquait, en 1768, « qu’Halloix n’avait pas tardé à se distinguer par son attachement à l’étude et par la profondeur de son savoir, qu’il s’était mis parfaitement au fait des langues Grecque et Latine et qu’il entendait aussi l’Hébreu ; qu’enfin il avait acquis une grande connaissance de l’Histoire Ecclésiastique et de la Critique. » J. N. Paquot, Mémoires.... t. XIV, p. 339.

28 Cfr infra, p. 56 et sq.

29 A.R.S.I., Flandro-Belgica, 10, f° 443 v° : « Reversus Duacum vacavit ibi scriptioni. » Ibid., Gallo-Belgica, 7, f° 455 v°, à l’année 1642 : « Nunc vacat componendis libris. » Cfr encore ibid., 25, I, f° 3 v°, 10 v°, 18 v°, 27, 34, 42 v° ; Germania, 132, f° 186 v°.

30 Cfr supra, p. 21, n. 1 et p. 22, n. 2. Halloix s’absenta de Douai pour séjourner à Liège en 1618 et 1619 ; voir A.R.S.I., Gallo-Belgica, 24, f° 61.

31 L. E. Halkin, Initiation à la critique historique, Paris, 1973, p. 81.

32 Halloix, Illustrium, t. I, p. xi : « E Vetere Romano quod e diuturnis latebris post eiusdem Baronii mortem eruit noster Heribertus Rosveydus ὁ µαχαρίτης. » Encore ibid., t. II, p. 719, etc.

33 R. Aigrin, L'hagiographie. Ses sources, ses méthodes, son histoire, Paris, 1953, p. 51 : « Il fut de mode un temps, parmi les érudits, d’inscrire en tête des martyrologes historiques le Vetus ou Parvum Romanum publié en 1613 par Rosweyde : Baronius en souhaitait la publication... Dom Quentin a fait la preuve qu’il faut déchanter et que ce prétendu vieux romain postérieur à 848 n’est qu’un faux de l’âge et probablement de la main d’Adon. »

34 Lettre de Halloix à J. Morin, 14 janvier 1632, publiée dans J. Morin, Antiquitates Ecclesiae Orientalis, Londres, 1682, p. 172 : « Hinc et ipsorum fragmenta si qua uspiam lateant aut alibi [...] perquiro. »

35 Halloix, Illustrium, t. I, p. x : « E Graecorum Menao quo diu requisitum tandem reperi... »

36 Aigrin, op. cit., p. 335-356.

37 Du moins si l’on part de l’hypothèse que c’est durant les nombreuses années qu’Halloix passa dans cette ville qu’il fit les recherches les plus actives.

38 Cfr infra, p. 24.

39 Halloix, Illustrium, t. II, p. 644 : « Nuperrime in monte S. Eligii apud Atrebates vidi duo antiqua Mss. Breviaria [...], vidi et unum alterum in nostro Atrebatensi Collegio. » Sur l’abbaye augustinienne du Mont Saint-Eloi, cfr Dom Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des Abbayes et Prieurés, t. II, Macon, 1939, col. 1896.

40 Halloix y avait un grand ami chez lequel il découvrit un martyrologe grec, cfr infra, p. 43, n. 3.

41 Halloix, Origenes Defensus, p. 22 des notes : « Nicolas Horium in vita S. Barbae cuius codicem ms. vidi in celeberrimo Viconiensi Ordinis Praemonstratensis apud Vallencienas. » Sur l’abbaye des Prémontrés de Vicoigne cfr Dom Cottineau, op. cit., t. II, col. 3361-3362.

42 Halloix a visité les abbayes bénédictines d’Anchin (cfr infra, p. 24, n. 7), de Saint-Vaast (cfr Halloix, Illustrium, t. II, p. 644) et de Liessies (cfr infra, p. 35-36).

43 Cfr supra, p. 23, n. 6.

44 Cfr supra, p. 23, n. 8.

45 Halloix, Origenes Defensus, p. 22 des Notes : « In viconiensi Ordinis Praemonstratensis monasterio [...] cui nunc praesidet abbas illo loco dignissimus Christoforus Labe cuius perhumanae hospitalitatis memoria haec me scribentem oblectat. »

46 Durant les années 1590-1592.

47 A. Poncelet, Heribert Rosweyde, dans Biographie Nationale, t. XX, col. 170 et sv.

48 Ph. Alegambe, Bibliotheca Scriptorum Societatis Jesu, Anvers, 1643, p. 223.

49 J. Bolland, Préface générale des Acta Sanctorum, Anvers, 1643, p. ix : « Quo tempore Heribertum Rosweydum philosophiam profitentem Duaci audiebas, si quid erat a scholis vacui temporis ad vicina ordinis vestri antiquissima monasteria itabat ; ibi se in bibliothecam abdebat ; si quae acta divorum vulgo ignorata reperiret, describebat diligenter. » La préface est adressée à l’abbé de l’abbaye bénédictine de Liessies.

50 Halloix, Illustrium, t. II, p. 862, cite le « codex Ms. Aquicinctinus » de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe.

51 Id., ibid., p. 116 : « Heriberti nostri [...] mihi dum viveret animo et studio coniunctissimi. »

52 Halloix, Illustrium, t. I, p. 596, explique longuement comment il a réuni les fragments des oeuvres de saint Polycarpe et fait mention de ses différents correspondants.

53 Willaert, op. cit., p. 263.

54 M. de Saint-Martin, Relation d’un voyage fait en Flandres, Brabant, Hainaut, Artois, Cambrésis...en l’an 1661. L’Université de Douai et la Bibliothèque des jésuites en 1661, dans Souvenirs de la Flandre wallonne, t. XIII, Douai, 1873, p. 137.

55 Archives Générales du Royaume à Bruxelles, Fonds Jesuitica, Prov. Gallo-Belge, Ms. 1945 : Catalogue de la bibliothèque du collège d’Anchin en 1598.

56 Exemple : Halloix, Illustrium, t. I, p. 627. Il a consulté les Stromales de Clément d’Alexandrie « in prima et nuperrima editione ».

57 Halloix, Illustrium, t. II, p. 644 : « In nobilissima Vedastina bibliotheca quae in eadem urbe a Philippo Caverelio eiusdem Vedastini coenobii Abbate sic omni librorum genere instructa est ut omnes Belgicas exsuperet. » Il n’est pas impossible qu’Halloix ait connu personnellement Ph. de Caverel, qui était un grand protecteur des jésuites et notamment des jésuites douaisiens. Ce qui renforce cette hypothèse, c’est que Philippe de Caverel était hé avec un autre abbé bénédictin, Antoine de Winghe, qui était le protecteur d Halloix. Cfr Ph. Schmitz, Histoire de l'ordre de Saint-Benoît, t. IV, Maredsous, 1948, p. 91.

58 Cfr infra, p. 36.

59 Les sources ne nous permettent en fait que des conjectures : nous disposons en effet :
1) d’un catalogue dressé à la fin du XVIIe siècle, mais qui ne recense que les œuvres dues à des jésuites. Bibliothèque de l’université de Liège, Ms. 1421 C, Catalogus Scriptorum Societatis Jesu qui in Bibliotheca maiore Collegii Leodiensis habentur, Anno 1678.
2) de deux catalogues exhaustifs, mais qui, eux, datent de la fin du XVIIIe siècle ; on peut supposer que les œuvres éditées au XVIe siècle et dans la première partie du XVIIe et recensées ici se trouvaient déjà dans la bibliothèque à l’époque d’Halloix. Archives de l’État à Liège, Fonds des Jésuites A-4-73, Inventaire de la Bibliothèque du Collège de Liège dressé le1er septembre 1773 ; ibid., A-4-74, autre inventaire dressé le 9 octobre 1773.

60 Archives de la Société des Bollandistes, Mss. Boll., 64, f° 33 v°, Lettre de P. Halloix à J. Bolland, le 22 octobre 1643 : « Si vidissem vestram ad has vitas qua instructi estis quamvis amplissimam supellectilem ut aliquam a vobis mutuari, sic et commodare nonunllam vobis potuissem. »

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search