Version classiqueVersion mobile

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Morphologie

Texte intégral

171. Flexion -ans à la 1 plur. de l’indicatif présent. – La flexion de la 1 plur. de l’ind. prés. (+ impér. prés.) et du futur simple, qui est en franç. -ons, est en wallon -ans : nos tchantans nous chantons, nos-èstans n. sommes ; nos tchant’rans n. chanterons.

2En Belg. rom., on a -ans dans la zone wallonne et la zone gaumaise, et -ons ailleurs, comme en franç. : v. ALW 2, c. 94 « (nous) venons », 95 « (n.) avons », 96 « (n.) sommes » (noter la vélarisation de -ans en -ons dans les arr. de Waremme et de Huy) ; Grign. 468, c. viii. Le -ans gaumais se retrouve dans le lorrain de France : v. ALF 522 « nous avons été », 806 « n. mangeons ». Pour les Ardennes, où la situation est confuse, v. Bruneau, Et. 274-6.

3La flexion -ans fait difficulté au point de vue phonétique. Normalement, -amus aurait dû donner -ains [ê] (B., n° 43, rem. II) : manu > main, min ; fame > faim, fin. On a cependant un ã dans lg. pan < pane (ALW 1, c. 68). Le problème se résoudrait de lui-même si l’on pouvait considérer que, -amus s’étant réduit à -ams par suite de l’affaiblissement, puis de la chute de l’u posttonique, l’a se trouvait en position entravée. En tout cas, l’explication de -ans par -amus semble appuyée nettement par le lg. djans, qui est une survivance extraordinaire du lat. eamus (FEW 4, 813a) ; Wilm. 272 recourait inutilement à [in]de + eamus.

4Pour Meyer-Lübke, GLR 2, 195, la finale -ã, « qui n’est pas, disait-il, le correspondant phonétique du français -õ », serait plutôt « le représentant d’un é entravé » ; mais l’explication est, phonétiquement aussi, insoutenable ; dans l’aire de -ans, minus ne donne pas régulièrement mans, comme le croit l’auteur, mais mons, et -ēmus aurait abouti à -ons ou à -ins.

5Horning, R 17 (1893), se demandait d’abord si le -ã du nord-est n’était pas une simple variante de -õ, étant donné que o + n produit souvent quelque chose d’intermédiaire entre õ et ã ; il estimait qu’une désinence *-ammus n’était pas un point de départ invraisemblable pour expliquer -à et il supposait, d’autre part, que -umus (de sumus) aurait pu subir un traitement particulier à cause de m et donner ã. Trois hypothèses au total…

6S. Gregory, « La 1e pers. du plur. dans la langue d’oïl : données nouvelles », R. langues rom. 85 (1981), 83, voit dans -ans un nouveau-venu constitué sur le patron de -ant 3 plur. ; mais l’origine de celui-ci n’est pas claire, et le w. mod. connaît surtout à la 3 plur. les flexions -èt (lg.) et -nut (nm.). Il est naturellement trop simple de supposer que le w. a emprunté -ans aux dialectes du sud.

7On pourrait citer d’autres hypothèses encore.

  • 1 G. de Poerck, RLiR 27, 24, venait dans oram le « lat. oramus avec un m encore pleinement consonant (...)

8On a longtemps considéré que notre -ans continuait le -am d’Eulalie, v. 26 (tuit or am ‘prions tous’, impératif avec terminaison identique à celle de l’ind. prés.) : v. Marchot, Traits, n° 27, et Verbes forts 355, n. 2 ; Nied., n° 121a ; Avalle, Orig. 236-7 ; Chaur. 113. Certains pensent qu’oram est une forme savante (ainsi Fouché 365, qui l’affirme catégoriquement) ; mais si -amus (> *-ams) peut donner -ã, n’est-ce pas la solution la plus simple et la plus naturelle de voir dans oram un antécédent de notre -ans1 ?

9Autres attestations anc. de -ans (elles sont rares) : 1261 °porans pourrons (Wilm. 101 ; futur, « peut-être fautif », dit Wilm.) ; 1303-7 °livrons livrons, °denomans dénommons (Cart. Salz. 57) ; 1304 (cop.) °arans aurons (Cart. Val-Benoît 306) ; -1298 °faisans faisons (Orchimont D 127) ; Brun., Et. 276) ; 1360 °avans avons (Revin ; ib. 275).

10La particularisation de la zone de -ans est bien antérieure au 13e s. Selon Bourc, n° 43, rem. 1, la flexion -amus a été remplacée par -ŭmus (-ons) « de très bonne heure ». D’après Fouché, Verbe, 188, n. 2, « oram Ste Eul. [env. 881] 26 et devemps St Léger [2e moitié 10e s.] (à côté de cantomps 3, cantumps 6) laissent supposer que dans la langue de ces poèmes la généralisation de -ons n’était pas terminée ».

11L’article de Gregory a confirmé que l’histoire des flexions de l’ind. prés. 1 plur. était complexe et difficile. La forme oram d’Eulalie peut laisser sceptique. Il ne paraît pas douteux, cependant, que l’expansion de -ons et la différenciation qu’elle a provoquée dans le nord de la Gaule a commencé avant l’an mille.

12Dans les régions où -ã est la désinence de la 1e personne (-ans) et aussi de la 3e (-ant), comme c’est le cas dans le sud de notre Luxembourg, il se pose un problème particulier : la flexion d’une personne a pu passer à l’autre (v. ALW 2, c. 104, n. 4 ; Bloch, Parlers 200).

1372. Flexion -’ent’, ind. prés. 3 plur. – En franç., la flexion de la 3 plur. de l’ind. prés., qui s’écrit -ent et qui est atone, n’a plus guère d’existence que sur le plan graphique ; dans le langage courant, on prononce [il šã :t] pour ils chantent comme pour il chante ; on articule le -t en cas de liaison [il sã :tt ósi] ; on ne dit guère [ė] ou [ėt-] que dans les vers.

14Dans nos dial., les correspondants de -ent sont très variés. V. ALW 2, c. 104 « (ils) valent » : (val)-èt [è] domaine liég. + Ph.s, D.e, Ne.no, Ma, B.n ; -nut [nü]… zone namur., sauf D.e, Ph.s ; -ant [â] Lx centre et gaum. ; -ont [ô] quelques pts dispersés ; -f, - [tè]… région picarde. Cette dernière flexion paraît être souvent atone ; mais les autres sont toujours accentuées. V. références dans ALW 2, début notice 104.

15Seuls sont propres à la Belg. rom. les deux types wallons -èt et -nut. Les autres sont connus en France. V. ALF 311 « commencent », 353 « crèvent », etc. ; Loriot 93-4 ; Flutre, Moy. pic. 470-1 et Pic. mod. 121-2 ; Brun., Enq., n° 351 « commencent », etc., et Et. 274-6 ; etc.

161° Le liég. -èt, qui doit avoir la même origine que le fr. -è(t), a pris l’accent tonique, pour une ou des raisons à déterminer. De même, le namur. -nut ; mais, ici, une voy. s’est ajoutée après l’n de la flexion originelle. Phénomène analogue dans le pic. -, mais l’n a disparu. L’origine de -ant, dont -at est prob. une var. dénasalisée, et celle de -ont font difficulté. V. ALW 2, notice 104, notes. Signalons que l’accentuation oxytonique de la flexion couvre une grande partie du domaine d’oïl (notamment le nord et l’est : Pic, Wall., Champ., Lorr., Bourg., Fr.-Comté ; v. déjà Meyer-Lübke, GLR 2, n° 139).

172° Le nam. -nu(t), dont la forme suppose le maintien du n des flexions latines -ant, -unt, etc., diffère profondément des autres flexions (il fait penser au -no de l’ital. : cantano, vendono). Marchot, ZFSL 22, 203 (c. r. Nied.), proposait la succession chantent > chantén(t) > chantné avec métathèse. Mais, dans Traits, n° 28, il considère qu’» il faut poser les deux développements parallèles : à l’Est (wallon) tiren(t) tirene (mod. - --) ; à l’Ouest (picard-wallon) tire(n)t tírete. Le s final, d’origine euphonique (d’abord devant les mots à cons. initiale), « a reçu l’accent à cause de l’universalité de l’accentuation oxytonique en wallon, sans compter l’action qu’exerçaient les 1 et 2 pl. possédant l’accent sur la flexion ». Plus que le caractère oxytonique du wallon, l’action de l’analogie a dû jouer un rôle essentiel. Mais peut-être faut-il faire intervenir aussi une tendance à distinguer la 3 sing, et la 3 plur., que le franç. oral confond (nm. i tchante au sg., i tchant’nut au pl., mais fr. [sã :t] = chante et chantent).

18Meyer-Lùbke, GLR 2, n° 139, situait au 13e s. la réduction de -ent à -et. De même Nyrop 2, 60, 1°. Fouché, Verbe, n° 97, pense que la nasale de -ent a cessé de s’articuler à partir du 13e ou du 14e s. (graphie <et> sans « n »). Quant à Bourc, n° 152, rem. I, il affirme que la terminaison -ent s’est réduite « de très bonne heure » à -ė, sans proposer toutefois aucune date précise. On peut admettre que le phénomène a eu lieu au 13e s. ou aux environs de 1300.

19On a peut-être un antécédent du type namur. dans une forme comme traien ‘traient (tirent)’ d’Auc. et Nicol., 18, 1. 7 (13e s.). Mais ce type n’est réellement attesté que par des graphies comportant « n » + voy. « e », qui s’écartent nettement de la graphie « -ent ». On en trouve déjà dans la première moitié du 13e s. :

201235 °giesene, °descendenent (Cart. Namur I, 11, cité Nied., n° 121c) ; 1257 °ils le quitenent asolument (Brouwers, Chartes et règl. 1, 91) ; 1292 °dont ilh painent [payent] cens a saingnour (ib. 1, 252) ; 1294 °pulene peuvent, °uulene veulent (Wilm. 134) ; fin 13e s. °diene disent, nm. dîyenut disent (Dist. Cat. 37 r° ; Hunt 51) ; 1303-7 °paienent payent, °passenet passent, °gissenet gisent (Polypt. Salz. 44, 52 et 63).

213° On a vu que Marchot expliquait parallèlement nm. tirene < tiren(t) et pic. tírete < tire(n)t (dans les deux cas, e final euphonique). M. Bronckart 209 suppose d’abord une métathèse de la voy. atone de -ent : nm. cúrrunt > coúrənt > coúrmt > cournét, et pic. vólunt > vólənt > vólnte, veúlnte, « qui s’allège en veúlte » ; mais, pour le pic, ce schéma, qui fait intervenir la métathèse du ə avant la chute de n, paraît moins acceptable. La voy. -è, souvent encore atone auj., qui s’est ajoutée après le t dans le pic. tir’tè et qui peut manquer devant voy., s’explique vraisemblablement par la phonétique syntaxique ; au fond, à part cet è, qui reste plus ou moins occasionnel, tir’tè est identique au fr. tirent, prononcé tir’t- devant voyelle. L’absence du n étymologique rend naturellement le type -t(è) moins remarquable que le type -nut.

22F. Carton, Nos patois du Nord, n° 15 (juill. 1966-janv. 1969), p. 10b, explique la présence après t d’un élément vocalique par un phénomène de phonétique articulatoire, càd. par un effort destiné à rendre la consonne plus nette ; mais il considère, ib., p. 12a, que la cause essentielle du maintien de t(e) est morphologique (souci de distinguer la 3 plur. de la 3 sing.).

23On notera que la flexion -t(e) n’affecte pas seulement la 3 plur. de l’ind. prés., mais aussi celle de l’ind. imp., du condit., du subj. prés, et du subj. imp. (Ruelle, p. xxxvi sv.). Chez Jean de Haynin, elle affecte en outre la 3 plur. du passé déf. (Bronckart 211). – Pour t, dans les Vosges, v. Bloch, Parlers 176-9.

24La flexion -t(e) a pu exister dans les dial, oraux avant d’apparaître dans la scripta : le t, même devenu muet, continuait à s’écrire dans le Centre et le -e ne se prononçait prob. d’abord que devant cons. On a peut-être déjà un ex. dans la charte-loi de Chièvres de 1194, par. 9 ; °montente, auj. mont’tė A 44 (v. Arnould 114 et 90, n. 1). Pour le 15e s., v. M. Bronckart 212-5 (°peulte peuvent, °retournte, °savoiete savaient, etc.) ; pour la fin du 16e s., Flutre, Moy. pic. 470-1 (al parlôt elles parlaient, al racontât ; ensuite, ib., formes du 17e s.).

  • 2 J. Chaurand a étudié et édité, dans Romania 88 (1967), p. 91-112, deux fragments d’homélie sur Ezé (...)

254° La flexion liég. -èt (en liaison -èt-) diffère du fr. -ent = -ėt(-) en ce qu’elle est tonique : débent > dévent > dəvént > dəvét, lg. divè(t) (M. Bronckart 209). Elle est apparue, comme le fr. -ėt, au moment où la cons. n s’est effacée, soit au 13e s. ou vers 1300 (v. ci-dessus) – si cette datation convient aussi pour nos régions. Mais, comme la graphie n’a pas enregistré ce changement de prononciation et comme n a continué à s’écrire partout, la flexion « -ent », prononcée -ėt en franç., a dû se prononcer -èt au pays de Liège. Attestations possibles : 1314-50 (textes relatifs à la Hesbaye) °li abés et li chovens de Was Sain Lamber tinet en fies de --, °tinnet plaien fies, °ki vinet ‘tiennent, viennent’, lg. mod. tinèt, vinèt (BCRH 106, 361, 362 et 358)2.

  • 3 S. Gregory a noté que la finale « -ant » figure plus de 200 fois dans le Comment. Psaut. de 1165*, (...)

265° La flexion -ant [ã] et l’autre flexion à voy. nasale -ont [õ] sont largement répandues dans le domaine d’oïl, notamment dans l’est. Pour la Lorr., v. ALLR 1, 3 « brillent », 49 « jettent », etc. : -ant aux abords de la Gaume, -ont fréquent du nord au sud. Fouché, Verbe 8 sv., suggère la possibilité d’une action de la 1 plur., et en outre, pour -ont, ib. 10, d’une infl. analogique de ont, vont, font. Ces flexions ne sont attestées que vers le 13e ou le 14e s. (F., ib. 11). Pour les Ard. franç., v. Brun., Et. 275-6 : 1283 °estandant étendent, 1350 °trouvant trouvent, 1364 °cheant choient, etc. Pour la Bourg., v. Philipon, R. 41, 591 (13e-14e s.)3.

27La réduction de -ent à -ėt en franç. ayant eu lieu, croit-on, aux env. de 1300 et la graphie traditionnelle avec « n » s’étant maintenue partout après cette date dans la scripta, on ne pouvait espérer découvrir des attestations très anciennes des flexions belgo-romanes de l’ind. prés. 3 plur. On n’en a pour le lg. -èt qu’au 14e s. et pour le lorr. -ant qu’à la fin du 13e. Toutefois, le pic. -te semble attesté une première fois en 1194, et surtout le nm. -nut apparaît dans la première moitié du 13e s. : dès avant 1250, l’existence du type très particulier -nut devait donc différencier nettement la zone namuroise de ses voisines et des régions centrales.

2873. Flexion - au singulier du futur simple. – Au futur, comme à l’ind. prés, de « avoir » (ê…, as, a), la 1 sing, diffère des 2 et 3 sing, (-…, -ras, -ra) dans la plus grande partie de la Belg. rom. (ouest et sud + My 3, 5, 6) ; mais, dans la moitié nord de la zone wallonne, où le sing, de l’ind. prés, est uniforme (a, as, a), les trois personnes du futur ont la même flexion - : [di :rè] ‘dirai, diras, dira’ ; v. ALW 2, c. 105 « (je) dirai » et 106 « (il) sera ».

29L’uniformisation n’est pas due, comme je le supposais dans Probl. 84, n° 49, à l’extension analogique de la flexion de la 1e personne, car cette flexion aurait dû être longue comme le correspondant du fr. ai (ê, é… : ALW 2, c. 92), mais, au contraire, à l’extension à la 1e pers. du - des 2e et 3e pers., phénomène exactement parallèle à la substitution de a ‘as, a’ à ê… ‘ai’ au présent de « avoir ». Les flexions primitives des 2 et 3 sing, subsistent prob. en malmédien oriental, où l’on a 1 dîri, 2 dîrès, 3 dîrè. Le a final se sera fermé en è aux 2 et 3 sing., comme le é en i en malm. or. à la 1 sing., après la cons. r, qui était autrefois apicale ; cp. parèt ‘n’est-ce pas, litt. (il) paraît’ > parit Vielsalm, et sacré nom ! > sacri nom !

30Le passage de -ra à - s’observe aussi en Lorraine, mais il s’agit p.-ê. là d’un phénomène plus général de palatalisation de a dans les régions de l’est (v. Meyer-Lübke, GLR 1, 235-6 ; Horn., Grenzd. 15, n° 20).

31Attestations anc. de -rè : fin 12e s. °finire, °ire, °mentire, °porret… (Comm. Ps., ms. Laud. Misc. 91 ; Gregory, TraLiLi 19/1, 49) ; fin 13e s. °awerès auras, w. arès et °sarè sera, w. act. sèrè (Méd. lg. 53 et 1044) ; 1490 °ledit J. del Noville demeurrerè en la maison -- La gaigier -- demeurrerè nuement audit J. (Livre de just, de Bastogne 2, 24, acte 599). Peut-être a ‘ai’ est-il attesté un peu plus tôt : 1252 °se liage donet ‘et je lui ai donné’, càd. li a ge (Liège ; Wilm. 76).

3274. Flexion -abam au sing, de l’ind. imp. – La flexion -abam, -abas, -abat, qui avait donné -oue, -oues, -out dans les dial, de l’ouest (norm., tourangeau, etc.) et -eve, -eves, -evet dans les dial, de l’est, a été supplantée dans presque toute la Gaule rom., au commencement du 13e s., par -ēbam> -earn> -eie> -oie… > fr. mod. -ais… (Nyrop 2, n° 157). Elle ne subsiste plus auj. qu’en Belg. rom., dans une zone nord-est, très compacte à vrai dire, où elle s’est généralisée à toutes les conjugaisons et où elle a même plus ou moins évincé -ēbam de ses positions primitives. Elle a la forme –éve [-é :f], var. -eûve [-œ :f] avec labialisation de é devant f et -îve [-i :f] après cons. palatale. V. ALW 2, c. 108 « (il) passait » : passéve Lg + Ni centre, Ch 33, Na 109, Ma et quelques pts de B ; passeûve Ni.e, Na, D.ne. Ailleurs, -eût, -èt, -ot, -oût, etc., de -ēbat. La flexion est la même pour les trois personnes.

33Pour des précisions sur les limites à l’ouest, notamment dans le pays de Namur, v. Maréchal, BSW 40, 76-9, et carte p. 94 ; Grign. 470-1 (carte) ; en outre, Nied., n° 122, et Brun., Et. 221.

34La var. -îve, qui correspond normalement à l’inf. en -î (afr. -ier), existe dans une partie importante de Ni et de Lg + quelques points de Ma.n (v. ALW 1, not. 108, ß).

35On peut avoir aussi -éve, -eûve au sing, du conditionnel dans une partie du domaine namurois ; v. ALW 2, c. 113 « (j’) aurais » : âréve, ôreûve… en une vingtaine de pts (Ch 33 ; Ni 5, 107 ; Na 1, 19, 109… ; D 25, 73… ; Ma 42).

36La situation est complexe : -ēbam se maintient presque partout pour certains verbes, notamment pour « être » et « avoir » (lg. èsteû, aveu). V. et cp. ALW 2, c. et not. 108 « (il) passait » et 109 « (j’) étais ».

37Le type -oue suppose un traitement particulier du b intervoc., avec étapes v bilabial, puis w (v. les processus reconstitués par Nyrop, 1. c, et par F. 620). Mais le type -éve peut résulter du développement normal de -abam, avec spirantisation du b en v bilabial, puis labiodental, et passage de a à é (cp. faba > féve ; – v. Marchot, Traits, n° 29 ; Nyrop 2, n° 157 ; Probl. 82, n° 45).

38Restreinte auj. à une partie de la Belg. rom. (v. ALF 332 « cousait », w. cozéve, -eûve, et 312 « commençait », w. k’mincîve, -éve, -eûve ; formes en -ve dans 7 pts, même zone que dans ALW 2, c. 108), l’aire de -abam s’étendait autrefois beaucoup plus loin, vers le sud notamment. Au 13e s., on trouve des formes en -eve non seulement dans des textes de la région wallonne, mais dans des textes lorrains et bourguignons. V. Nyrop 2, n° 157 ; Delbouille, Wallonismes 209-11 ; F., Verbe, n° 122 ; Valk. 53 ; Avalle, Monum. 105 ; Chaurand 116 ; Lanher, Chartes Vosges (1251 °alevet, °-ent, nos 19, 17 et 21, 10 ; etc.).

39Attestations anc. : env. 950 *auardevet (Jonas 138) ; 10e s. °regnevet (S. Léger) ; 1165* °aleve, °aidieve, etc. (Comm. Ps. ; Gregory, TraLiLi 19/1, 41-2) ; fin 12e s. °pensevet, °aidievet, °mervelhievent, etc. (Serm. S. Bern. ; Henry, Mél. Le Gentil ; v. aussi Aut. 81 sv. et DW 8-9, 103) ; 1200* °parlevet, °quidievet (P. mor. 2118 et 2121 ; Intr., p. lxii) ; déb. 13e s. °sospireive, °degabevent, °manacievet, etc. (Dial. Grég., etc. ; Wiese 71, 158, 180) ; 1224 °paievet ‘payait’ (dans une charte lorr. ; cité Wilm. 68, n° 47) ; 1263 °quitevet (Liège ; Wilm. ib.) ; 1270 °clamevet, 1283 °paive ‘payait’ etc. (ib. ; id. 69, n° 47 ; pour Huy, v. p. 106, et pour Namur, p. 134) ; 1278 °chachivet ‘chassait’ (w. tchèssîve), °renvoive ‘renvoyait’, °pessivent ‘péchaient’ (Bull. Comm. anc. lois 19, 251… et 272…) ; 1309 (or.) °manievent ‘exploitaient’ (Cart. Val-Benoît 335) ; 1465* °il les cherive ‘charriait’, w. tchèrîve (Cour de just. Theux 1, 79) ; etc. ; – noter qu’en w. mod. l’ancien -event a été remplacé par d’autres types (-int, -if…), sauf dans une petite zone située au nord de Liège : i dèhévèt ‘ils disaient’ L 43, i d’vîvèt ‘ils devaient’ L 1-14, etc. (ALW 2, 310a et 313a).

40La divergence fondamentale, qui a conduit -abam d’une part à -oe -oue, d’autre part à -eve, remonte à l’époque où -aua passe à -oe dans le centre, càd. au 8e s., selon Marchot, Traits, n° 29, au 5e-6e s., selon la datation actuelle (v. n° 4).

41Le domaine moderne de -abam est une zone de repli. On ne saurait naturellement déterminer l’emplacement de la frontière primitive entre -oue et -eve. En Picardie, -oie < -èbam dominait déjà au 12e s., mais il doit y avoir remplacé -eve et non -oue (Delbouille, 1. c). La généralisation de -ēbam à toutes les conjugaisons, qui a eu lieu en anc. franç. à partir du commencement du 13e s. (Nyrop 2, n° 157) et qui a fait reculer -abam a modifié la différenciation dialectale dans le nord, mais elle ne l’a pas supprimée. Le domaine wallon s’est même particularisé davantage, en face de la grande zone -ēbam, en gardant et en généralisant -abam. Mais le phénomène fondamental a été la divergence entre les deux traitements de -abam : -oue à l’ouest, -eve à l’est.

4275. Flexion de la 1 plur. de l’ind. imp. – La flexion de l’ind. imp. 1 plur. a des formes très variées en Belg. rom. V. ALW 2, c. 109 « (nous) savions » : au sud savins et var. (lg. savîs, prob. par anal, avec 2 plur. en -îz -iez) ; au n. savîn’ et var. Mêmes formes au condit. (ALW 2, 315b).

43Le type -ins remonte à -(i)iens < -ebamus, qui, à l’origine, devait occuper tout le domaine d’oïl. Dans la région picarde, on a un type -iemes, auj. -imes, qui, selon Fouché, Verbe 239, résulterait du croisement de -iens avec la flexion en -mes de som(m)es, chantames, etc. On ne relève maintenant, en Belg. rom., que peu de traces de l’ancien -iemes : To 1 avĭm ‘avions’, rtu srim ‘nous serions’ (v. Doutr., ZFSL 22, 79, qui note -īm). Mais il subsiste une aire étendue de -iemes en France (ALF 512 « quand nous étions »).

44Le type -iemes est attesté depuis 1200 au moins : on a cuidiemes, donriemes, porriemes (à côté de formes en -iens) chez Jean Bodel. V. Gossen, Gram., n° 79 ; Bronckart 220-1 (-iemes et -imes) ; Flutre, Moy. pic. 512, n° 225 ; etc. Noter que -iemes a rayonné dans la scripta de l’est : Wilm. 69…, n° 49 (-iemes à côté de -iens) ; Schoenian 61 (°fesiemes, °voliemes, etc.) ; 1547 °nous en aviesme, °nous respondiesmes, remplacent °avins et °dissin ‘disaient’ biffés (Esneux ; Renard, BTD 30, 254).

45Le type -iens subsiste dans le nord et l’est (pic, w., champ., lorr.) : Brun., Et. 286 ; ALF.

46Quelques attestations anc. : 1248 °paieriens, °seriens, condit. (Namur ; Wilm. 136) ; 1249 °nos solins, 1252 °nos fesins (Liège ; Wilm. 69 et 75) ; 1280* °iriens, cond. (Liège ; Pauvres-en-île, BTD 43, 138) ; 2e moitié 13e s., -iens fréquent dans Berte… (Henry, p. 50, 14) ; pour les Ardennes, ex. nombreux dans Brun., Et. 286-7.

47Une autre différenciation s’est établie lorsque -ions a supplanté -iens dans le centre ; mais, bien qu’on ait déjà avium, durrium dans Roland, -ions ne l’a emporté qu’à partir du 14e s. (F., Verbe 239).

48Remarque 1. – La 2 plur. de l’ind. imp. et du condit. a génér. comme désinence, en Belg. rom. -iez, -îz : v. ALW 2, c. 111 « (vous) veniez ». Dans une grande partie du territoire, la 3 plur. a -ient, -int, qui est homonyme de -ins 1 plur. : v. ALW 2, c. 112 « (ils) devaient ». La flexion -ient existe aussi dans le nord et dans l’est de la France : v. Chaur. 118-9 ; Flutre, Moy. pic. 512 ; ALF 401 « devaient ».

49Attestations anc. : 10e s. °fisient, °permessient (Jonas ; Avalle, Monum. 107) ; 1365 °chantient, °faisient (Psaut. lorr. ; Pope 496, n° xxix ; – 1515 °les bien qui lui pouldrint estre venus (condit. ; Cour de just. Roanne 1, 18v) ; 1546 °qui dehint ‘qui disaient’, w. ki d’hint (Esneux L 106 ; Renard, BTD

5028, 262) ; – noter 1548 °qui railly ‘qui arrachaient’, w. ki râyît (ib. ; id., BTD 29, 107).

51Remarque 2. – Les flexions de l’ind. imp. plur. se retrouvent au passé déf. : v. ALW 2, c. 114 « (il) tomba » (ce passé subsiste seulement en liég.) et p. 318-9 (pour la 3 plur. en -ont, v. ci-après n° 78).

52Attestations anc. : déb. 13e s. °atendins ‘expectavimus’, °poïns ‘potui– Mus’, etc. (Dial. Greg. ; Wiese 72 ; Wilm. 181) ; 1258 °nos -- turnames -- et somungniens (Charte Val-St-Lambert, Liège ; cité Wilm. 182) ; 1274 °en owins nos droitures ‘en eûmes --’ (Liège ; Wilm. 81). Autres ex. de chartes liég. cités par Pasquet, R 15, 134-5).

5376. Finales -ve au sing, des passés définis en -ui. – L’est du domaine liég. connaît un certain nombre de formes fortes du pas. déf. sing, en -v(e) [-f] : vinve vins, -s, -t, divinve devint, tinve tint, vôve voulus, pôve pus, fâve fallut, etc. V. ALW 2, 318a, aire tracée d’après EH : L 19, 32, 43 ; Ve ; My ; Ma 20 ; B 2, 3, 5, 6. C’est en malm. or. qu’elles paraissent avoir été le plus nombreuses et le plus vivaces. Le v se retrouve au plur. (La Gl. nos vinvirins ‘nous vînmes’) et au subj. imp. (La Gl. i fâvih ‘il aurait fallu’).

54Il s’agit là d’un caractère exclusivement wallon. Restreint auj. à une petite zone orientale, il devait couvrir au m. â. les domaines liégeois et namurois.

55La forme vinve se trouve dans Dial. Pays. 1, v. 236 (rég. liég., 1631) ; vinve, divinve et fâve dans Êwes di Tongue, v. 283, 280, 320 (Liège, 1700).

56Attestations anc. : fin 12e s. °povet put, °tinvet tint (Serm. S. Bern. ; Henry, DW 8-9, 103) ; déb. 13e s. °tinvet (Job ; Wiese 183) ; 1267 °retienue retint (Val-St-Lambert ; Wilm. 115) ; 1252 °retinuege retins-je (Salzinnes Namur ; ib. 137) ; 1289 °devinuet devint (Namur ; Brouwers, Cens et rentes 2, 225) ; 14e s. °retinve… (Hemr. ; Doutr. 79-80) ; id. °pove (J. d’Outr. ; Goosse, n° 117 d).

57Il résulte de ce tableau que nos formes en -ve sont attestées depuis la fin du 12e s. Mais elles doivent être beaucoup plus anciennes. Elles remontent, en effet, à des formes latines en -ui qui sont restées accentuées sur le radical et elles doivent leur v à la consonification du u : cp. w. vôve de vόlui et fr. voulus de volúi (v. F., Verbe, n° 162). Or, le changement d’accent qui est à la base des formes franç. en -us est situé par Bourc, Ling., n° 210 c, dans la phase romane primitive, et la consonification du u de januariu et de vidua remonterait aux 4e-6e s. d’après Richter, n° 117 (v. aussi Marchot, Verbes forts 346-7). Cette particularité du wallon, qui est très remarquable en elle-même, serait donc aussi une des plus vénérables, et, rappelons-le, elle semble n’avoir jamais affecté qu’une petite partie du domaine d’oïl.

58Remarque. – Au lieu des passés déf. tinve, vinve, l’anc. pic. connaissait des formes en « iun », « ieun » dérivées de tenuit, *venuit : °tiunt, °apartieunt, °viunt, °viunrent, °vieunrent (+ °vionrent), etc. Les séquences « iun », « ieun » se rencontrent aussi pour le numéral … cinq.

59Le lat. °cinque donne cink dans toute la Belg. rom., sauf dans l’ouest du Hainaut (To ; A ; Mo ; S ; Ch 16, 26, 27 ; Th 2, 5), où l’on a le type picard chon(k) (chunk To 94) : ALW, qu. 355. Ce type se trouve aussi en divers pts de la rég. pic. de France : ALF 289-90 ; FEW 2/2, 1480 ; Flutre, Pic. mod., n° 40, 12°. Graphies anc. : °chiunc, °chieunc, °chuñe ; dér. °chunquismes, °chieunquante, etc. Les séquences « iun », « ieun », dont procèdent le -on- et le -unModernes, résultent de l’insertion d’un élément vélaire avant n (in + w > iwn ?).

60V. Gossen, Gram., n° 22 (formes de Ph. Mousket) ; Doutr., Notes 74 ; Flutre, Moy. pic. 418 ; Mantou 129 ; Chaur. 77-8 ; FEW 2/2, 1480 (°ciunc Rethel, 1246).

6177. Passés déf. et subj. imparfaits en -wi-. – Il n’est pas sans intérêt de faire une place ici à un phénomène qui est bien attesté dans la langue écrite du m. â., mais qui n’existe pas dans les dialectes modernes. A certaines personnes des parfaits en -ui et au subj. imp., les scriptae du nord-est ont une séquence -wi- (°awis, °ewis), alors que l’anc. francien a -ou-, -eu-, d’où fr. [ü] (eus), le w issu de u ayant exercé une influence labialisante ou arrondissante : habui… > 2 sg. eüs, 1 pl. eümes, 2 pl. eüstes, frm. eus… [ü], mais n.-e. awis, awimes, awistes. V. F., Verbe 312 sv. et 335 ; F., Phon. 728 ; Marchot, Traits, nos 30 et 32 ; Pope, n° 1028 ; Valk. 48 ; Gossen, Gram. 130-1 ; Chaur. 121 ; etc.

62Attestations anc. : 900* °auuisset = habuisset (Eulalie ; Avalle, Monum. 95) ; 2e moitié 10e s. °ouist (S. Lég. ; Id., Monum. 233-4) ; fin 12e s. ° awist, °owist, etc. (Serm. S. Bern. ; DW 9-10, 103) ; 1200 °awist (P. mor.) ; déb. 13e s. °sauist, °deuist, etc. (Dial. Grég. ; Wiese, n° 125) ; 14e s. °awist, °sawist, etc. (J. d’Outr. ; Goosse, intr., n° 117a) ; 1540 °ewiche (Tavier ; BTD 36, 157) ; 1603 °euïsse, °euïssiont (Liège ; Probl. 104). Les subj. imp. en -wi- se sont maintenus jusqu’au 17e s. au moins dans le fr. écrit de la région liégeoise.

63Cette curieuse particularité du nord-est reposait-elle originellement sur un trait authentique du wallon oral ? On peut incliner à le croire ; mais, sauf erreur, rien ne le prouve. Un ancien °awis ‘eus’, par ex., transcrivait-il un w. *awis ? Si c’est le cas, comment le w. est-il arrivé à sa forme actuelle oûs (dj’oûs, t’oûs…), dont le [u] équivaut parfaitement au eus [ü] du fr. ? « -- l’évolution morphologique fait des sauts, écrivait A. Goosse : un passé simple d’origine francienne a pu remplacer un passé simple particulier aux dialectes du nord » (R 73, 501, n. 3)…

6478. Flexion -ont à la 3 plur. du passé défini. – La 3 plur. du passé défini a aujourd’hui une flexion -ont en malmédien oriental (My 3, 5 et 6) : djowont jouèrent, vindont vendirent, fouront furent, etc. V. ALW 2, 318ab ; Bastin, BSW 51, 356-7 ; Synt. 2, 36. C’est là un archaïsme très remarquable ; -ont est attesté au moyen âge, pour les verbes en -er, dans les scriptae wallonne et lorraine : v. Wilm. 69, 134 ; Valk. 54, XIII ; Pope 496, n° xxx ; F., Verbe 249 (ex. lorr. et wallons) ; etc.

65Meyer-Lübke, GLR 2, 348, considérait que -ont était emprunté analogiquement à la 3 plur. de l’ind. prés, de avoir et du futur, le mouvement ayant été déclenché par l’identité de ai, as, a et de -rai, -ras, -ra avec -ai, -as, -a du passé défini. Même explication dans Pope, 1. c. ; G. Hensche, ZRP 8, 122-4 ; F., l.c. ; Chaur. 120. Le rôle du futur est peut-être douteux : les trois personnes du sing, de ce temps sont aujourd’hui en -, et le passage du -ra primitif à - remonte au m. â. (v. n° 73).

66Exemples wallons anciens : fin 12e s. °chantont (Serm. S. Bern. ; v. Henry, Mél. Horrent 179, 82, et DW 9-10, 102-3) ; 1200* °laissont (P. mor., v. 1929) ; 1263 °amenont (Liège ; Wilm. 77) ; 1280 °raportont (Liège, Pauvres-en-Île ; BTD 43, 147) ; 1292 °et bien l’en quittent (Liège ; Wilm. 92) ; 14e s., v. Goosse clxxx et Doutr., Hemr. 78-9 ; 15e s., v. Paw., lviii ; 1540 °le demandont a ravoer (Cour de just. Roanne 1, 28 ; noter la date ; – Fouché, 1. c, signale qu’il y a encore beaucoup de formes en -ont dans le Journal de Jean d’Aubrion, texte lorrain du 16e s.).

67Attestée avant 1200, la flexion -ont a donc vécu dans la scripta jusqu’au 16e s.

6879. Groupes de illo et in illo. – Devant consonne, les groupes atones « prép. de, in + illo » aboutissent, dans le nord de la Gaule, par des intermédiaires del, el, d’où deu, eu, à des types très divers. Devant un nom comme bois, on a, en Belg. rom. : 1° lg. + Ni.e, Na.ne , è ; 2° nm. et ard. do, o ; 3° Hn… Ne dou, ou ; 4° gaum. don, on. On a aussi du, surtout dans Hn, Vi.n (gallicisme probable). Pour des précisions sur la vitalité et les limites de ces types, v. ALW 2, c. 3 « du » et 5 « dans le » ; Grign. 459 ; Maréchal, BSW 40, 81-3 et c. p. 94 ; Brun., Et. 267-8 et Lim. 229, c. 89 ; ALLR 1, c. ix ; etc.

69Dans , è, le *w (l vocalisé) s’est amuï sans influencer la voy., phénomène normal en wallon ; dans do, o, la voy. s’est assimilée au *w avant la disparition de celui-ci ; de même dans dou, ou. Pour don, on, avec la nasale [õ], v. les explications données dans Brun., Et. 268.

70Les quatre types sont anciens ; ils existent tous, avec d’autres encore, en anc. franç. : v. God. 4, 741 sv., le 1 ; Tob. – Lom. 5, 254 sv., le ; Chaur. 103-4. Citons ici quelques attestations anciennes concernant les types représentés en Belg. rom. :

711° Le lg. ‘du’ a normalement la forme °de, qu’on peut confondre avec la simple prép. de (v. Haust, Gloss, des Régestes 3, 441), et è la forme °e. Il s’agit des art. contractés et è dans ces ex. : 1236 (or.) °la dozime part de patronage (Liège ; v. Probl. 110 et 129) ; 1278 (or.) °Johans del Lardier ou de L. (Cart. Val– Benoît 230) ; fin 13e s. (Méd. lg. 40) °del seil et de savelon ‘du sel et du sable’ (ligne 6), °ens e liu (1. 662).

722° 1196* °Libers -- l’abat o sablon (J. Bodel, Sax. cciv ; cité God. 4, 742c) ; fin 12e s. – début 13e °Lancelot do lac (Guiot de Provins, Bible 381 ; cité Tob.-Lom. 5, 262a) ; 1240 °do terroit (A travers l’hist. du Namurois 289) ; 1248 °do sagnor (Flône H 29 ; Wilm. 108b) ; 1263 °do bies de lor molin -- o bies (id. ; ib. 112) ; 1270 °Johans do pont (Namur ; Wilm. 143) ; fin 13e s. °on doit penser do gangir ‘du gagner’ (Dist. Cat. 38 r°, 48 ; Wilm. 161).

733° 2e moitié 12e s. (or.) °ou tieroit de Railencor (Cambrai ; Gysseling, Anc. textes 191) ; 1200 (or.) °Bauduins dou Tonboi (Marchiennes, Fr. ; ib. 194) ; 1200* °dou cois (J. Bodel, Jeu S. Nic. 701), °ou col (ib. 45), °ou chief (ib. 268), etc. ; 1251 °dou (Mézières ; Brun., Et. 269) ; 1254 °dou, 1257 °ou (Orchimont D 127 ; ib. 268) ; 1255 (or.) °ou mois de novembre (Paix-Dieu, Huy ; Wilm. 111) ; cp. FEW 4, 614b (afr. mfr. ou, 12e-15e s.).

744° 1197 °on nom de Sainte Triniteis (Hist, de Metz III, 164 ; cité God. 4, 743a) ; 1236 °on mois de mars (Cart. Orval, 2e suppl. 9) ; 1238 °on mois de septembre (ib. 253) ; 1247… °on à Chiny et à Mézières (Brun., Et. 268-9) ; 2e moitié 15e s. °on fréquent dans Livre de Just, de Bastogne.

75Récapitulons : est attesté en 1236 ; do apparaît déjà chez un écrivain picard à la fin du 12e s. ; ou se rencontre dans la zone picarde dans la 2e moitié du 12e s. ; d’autre part, on existait dans la zone lorraine à la fin du 12e s. Il ne semble donc pas téméraire de considérer que la différenciation des articles contractés en illo s’est réalisée avant 1200. Mais peut-être leur répartition géographique ne se présentait-elle pas alors comme à l’époque moderne.

7680. Pronom personnel tonique lèy ‘elle’. – A côté de lu, li ‘lui’ < *illui, pers. tonique masc. non conjoint (ALW 2, c. 27), le w. possède un fém. lèy (dial. fr. lie…), qui remonte, comme l’ital. lei, à un lat. *illaei. La forme lèy couvre les zones wallonne et wallo-picarde ; dans D.s, Ne.s et Vi, on a lîy (avec var.) : v. ALW 2, c. 28 ; Brun., Enq., n° 549. Pour la France, v. FEW 4, 550-1 (norm., lorr., bourg.,…). Pour l’explication phonétique, v. Marchot, Traits, n° 19.

77Attestations anc. : 900* °lei (Eulalie ; Avalle, Orig., 210) ; fin 12e s. °lei (Serm. S. Bern. ; Henry, Mél. Horrent 178, n. 60… : « caractéristique du nord-est de la Romanía ») ; déb. 13e s. °lei (Dial. Grég. ; Wiese 61) ; 1271 (or.) °por ley (Liège ; Cart. Val-Benoît 198) ; 1394 °pour leie et pour un mainbour (SM.P 56, acte 231).

7881. Pronom personnel atone lès au datif. – Le personnel atone lès ‘leur’, formellement identique au régime direct lès, est encore employé dans la région de Malmedy (ALW 2, c. 38 : My 4, 6 ; Bastin, BSW 51, 332). Je l’ai aussi noté à La Gleize dans l’usage archaïque (Synt. 1, 220-1).

79Il couvrait autrefois une aire beaucoup plus étendue. Il se rencontre à la fin du 16e s. et au 17e dans les textes dialectaux liégeois et verviétois : 1590* i lès fât lès tchaîn.nes èt pindonts ‘il leur faut les chaînes et pendants’ (Dix pièces, I, v. 4 ; pour d’autres ex., v. Gloss.) ; 1631 dj’ lès meť li tâve ‘je leur mets la table’ (Dial, de pays., I, v. 65 ; id.) ; 1641 ki l’s-a vindou l’tchèt ‘qui leur a vendu le chat’ (Verv. ; Chat volant, v. 73).

80Au moyen âge, le datif lès est attesté plus largement encore dans les textes du nord-est, wallons surtout, mais aussi picards et lorrains :

81milieu 12e s. °sez astoit consentit, = se les ‘si leur’ (Juïse, v. 294 ; Rankka 38, n° 17) ; 1165*, Comm. Ps. : Gregory, TraLiLi 19/1, 46-7, explique des usages anormaux de lor par référence au les datif wallon, mais on peut hésiter à le suivre ; 1200* °Ki mercit les ferat (P. mor., v. 1288) ; déb. 13e s. °ne sevent ke à venir les est (Job ; Wiese 143a, p. 115 et 189) ; 13e s. -- par prechement que s. eglise -- les puist faire (Serm. de car. 148 v°, p. 32 ; Wiese 115) ; fin 13e s. °apre[n] les mesties ‘apprends-leur des métiers’ (Dist. Cat. I, 28 ; Hunt 49 ; trad, de artibus illos instrue ; infl. du lat. illos ?) ; 14e s. – que nul les nuisit (Psaut. Metz ; cité Pasquet, R 15, 131) ; 14e s. « Les, forme constante pour le datif leur » Scheler, Gloss. Geste de Liège de J. d’Outr., p. 187 (l’auteur renvoie à son Gloss, de Froissart) ; pour J. de Hemr., v. Doutr., 76 ; etc.

82V. Pasquet, R 15, 130-1 (plusieurs ex. des Chartes du Val-St-Lambert : 1265, 1272) ; Tobler, Verm. Beitr., 1, 74, n. 1 (série d’ex. : R. de Cambrai, Aiol, G. li Muisis, etc.) ; Tob.-Lom. 1331a ; Pope 490 xxiv, b, nord, et 493 xv, i, wall, (« a survécu jusqu’au 14e s. » !) ; Rohlfs, Vom Vulg., n. 436a (le datif les « se trouve jusqu’au 13e s. dans les dial, du n.-e. » !) ; Goosse, DBR 17, 78.

83Certains considèrent que ce les n’est que la forme de l’accus. employée pour le datif : ainsi Pasquet, R 15, 131 ; Wiese 115 ; Marchot, Traits, n° 19 (qui se réfère à P. Meyer, R 15, 130 n.) ; Bayot, P. mor., p. XCü ; etc. Mais d’autres y voient une survivance du lat. ǐllīs : ainsi Pope 493 xv, i ; Rohlfs, l. c ; F. 189, rem.

84Si ces derniers voient juste, le datif les constitue un archaïsme latéral extraordinaire : le lat. ǐllīs a été remplacé par ǐllǒrum en italien et en gallo-roman, et ǐllǒrum se rencontre déjà pour le datif dans des formules mérovingiennes (FEW 4, 554b ; sauf erreur, Wartburg ne relève pas, p. 551, les datif atone).

85Si les datif n’est, comme je le dis moi-même dans Synt. 1, 221, qu’un emploi particulier de les accusatif, il représente néanmoins une innovation chronologiquement intéressante, puisqu’il est attesté au milieu du 12e s. ou vers 1200.

8682. Le -k pronominal. – Un -k, qui a été qualifié de « pronominal », affecte en wallon les pronoms ou nominaux « un », « nul », « lequel », « le mien », « le tien », « le sien » : onk, nouk, likék, li mink, li tonk, li sonk. V. ALW 2, c. 8 « un » (types onk, ink dans zones wallonne et gaumaise), 49 « (le) mien » (type mink surtout dans Ni.e et Na.o), 50 « (le) sien » (types sonk, seûk… W, H.n, L… ; dans la même aire, tonk, teûk… « le tien »).

87Le type un-k, qui est de loin le plus répandu, existe aussi en France dans la région lorraine (Meurthe-et-Mos., Vosges : ALF 1347 « un » ; Brun., Et. 434-5). On ne peut guère douter qu’il soit d’origine analogique. Le modèle est prob. l’indéfini âke, ôke, éke ‘quelque chose’, qui représente aliquid et qui subsiste dans une bonne partie du Luxembourg, de même que dans le n.-e. de la France, en Lorraine et en Franche-Comté (Synt. 1, 294-5 ; FEW 24, 322). Le -k ne serait donc pas la conj. que°, comme le croyait Bruneau, Et. 434. Une contamination avec onques ‘jamais’, peu vraisemblable en elle-même, ne pourrait être envisagée que pour onk ; elle n’expliquerait pas le -k de ink… de Lx.s, etc.

88Attestations anc. de un-k : 1271 °l’an de grasce m. cc. septante et unc (Liège ; Wilm. 80) ; 1291 en l’ain m. cc. non[ante] et onche (id. ; ib. 91) ; 1350 °unc (Revin ; Brun., Et. 435) ; 1361 °unc (Bohan D 133 ; ib.) ; 1394 °li unk (SM.P 56, 18v).

89La graphie °ung, pour un adj. ou nominal, est fréquente ; mais on peut se demander quelle était la valeur du -g.

Notes

1 G. de Poerck, RLiR 27, 24, venait dans oram le « lat. oramus avec un m encore pleinement consonantique », et -am [= åm] aurait donné -om, + s > -omps (S. Léger).

2 J. Chaurand a étudié et édité, dans Romania 88 (1967), p. 91-112, deux fragments d’homélie sur Ezéchiel, qui seraient du début du 13e s. et d’origine wallonne. Il y avait relevé une forme °auironnet, avec « -et » pour « -ent », mais il ne l’a pas reprise dans son Intr. à la dial. fr. (1972), p. 115-6.

3 S. Gregory a noté que la finale « -ant » figure plus de 200 fois dans le Comment. Psaut. de 1165*, non seulement au prés, de l’ind. et du subj., mais aussi à l’imp. de ces deux modes, au futur, au passé déf. : °eüssanl, °furant, etc. (R. langues rom. 85, 1981, 82 ; v. aussi même auteur, TraLiLi 19/1, 1981, 48-9). On a tenté d’identifier cet « -ant » avec le moderne -ant du sud de la Belg. rom. et de Lorraine ; mais on hésite quand on voit que son emploi déborde tellement dans la conjugaison celui de la flexion dialectale. On dirait que la graphie « -ant » équivaut au central « -ent », et on peut se demander si la confusion de ē et de ā (11e s.) n’a pas provoqué la substitution graphique de « -ant » à « -ent » (cp. n° 35, in fine, référ. à Bonnardot).

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search