Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Consonantisme

Texte intégral

149. k + e, i. – La palatalisation de k devant e, i, qui devait aboutir notamment à l’it. tch et, par un intermédiaire ts, au fr. s (centu > cent [sã] ; civitate > cité [sité]), et qui est commune à presque toutes les langues romanes, s’est amorcée dès les premiers siècles de notre ère (B., n° 114, hist.). Mais, alors que la Gaule romane en général connaissait le stade ts, d’où mod. s, la région picardo-normande avait tch [č], d’où mod. ch [š] : centu > fr. cent, w. cint, pic. chint [šē], norm, chant [šã] ; cervu > fr. cerf, w. cièr…, pic. cherf, norm, [šèr] ; cinis > fr. cendre, w. cène cinde, pic. chène chinde, norm. [šèdr] ; pollice > fr. pouce, w. pôce, Nord poûche, etc. Pour d’autres ex. et leur localisation, v. ALF et FEW 2/1 (ce-, ci-, etc.).

2La différence pic. ch – w. et fr. s existe aussi pour le traitement de ky et ty : *calcia > fr. chausse, w. tchâsse, pic. côche ; °muciare > fr. musser, w. moussî, pic. mucher ; °plattea > fr. place, w. plèce, pic. plache ; °captiare > fr. chasser, w. tchèssî, pic. cachî ; etc.

3La limite entre le fr. et w. s et le pic. ch coupe verticalement notre Hainaut, dans la région de l’ouest-wallon : v. ALW 1, c. 7 « cendre », 19 « cinq », 15 « chausse », 14 « chasseur » ; Grign. 435 ; etc.

4La date principale qu’il importe de déterminer, c’est celle de la différenciation entre les mi-occlusives fr. et w. ts et pic. tch. D’après Straka 262, le français connaissait déjà les mi-occlusives ts (de cent), dz, , « au début de l’époque littéraire », càd. à la fin du 9e s. (Eulalie, 881 env. : domnizelle, manatce, bellezour). Il est probable que le pic. se trouvait particularisé dès cette époque. Mais les ex. de la graphie « ch », qui, originellement, devait représenter [tš], sont plus tardifs : fin 12e s. °menchunne mensonge (Gyss., Anc. textes 210, Tournai) ; 1194 °anchelles, °chi, °chil, °chiaus (Arnould, p. 93) ; – 1108 cop. ± 1175 °Cherc, Chercq, Tournai, de circus ; 1165 °Chimai, Chimay, 1050 cop. °Cimai, etc. ; 1179 °Helchies, Herchies, Mons, de *Haliciacas (Gyss., Top. Wdb.) ; etc. D’après Gossen, Gram., n° 38, p. 92, « ch » est particulièrement fréquent dans Aiol (2e moitié 12e s.), dans les Vers de la Mort (1194-97), chez J. Bodel (1200* ; v. aussi Henry, Jeu S. Nic. 54, 25-6), etc.

5Sous sa forme actuelle (fr. w. s – pic. ch, la différenciation remonte à l’époque où le ts et le tch ont perdu leur élément dental. Ce phénomène a prob. eu lieu a une date variable selon les régions ; pour le franç., il se serait produit vers 1200 (Str. 263) ou au cours du 13e s. (F. 553).

6Remarque. – La graphie médiévale « ch » s’est répandue en dehors du domaine picardo-normand, vers l’est surtout, jusqu’en Wallonie liég., et aussi vers le sud (Gossen, Skript. 237). Dans un document liég. de 1603, on trouve encore, en une seule page, trois formes avec « ch » (Probl. 102-4) ; pour le mot « puits » (lat. puteu), des graphies en « ch » se rencontrent même, dans la région liég., jusqu’à la fin du 18e s. : 1604 °sur le puiche à Blendeff ; 1569 °â puche Francq, 1573 °a puiche Francq, 1614 °en puiche Franck, 1677 en puits Franck, 1791 °â puiche Franck (E. Renard, Top. Louveigné L 114, 1957, p. 146 et 147).

7Certains ont cru que ce « ch » représentait dans le domaine wallon le son (t)š. Wilmotte 62, n° 26, relevait des graphies en « ch » dans les chartes liég. du 13e s. : °cheas ceux, °chinq, °presenche, °chachie chaussée, etc., et concluait ainsi le paragraphe : « -- pas plus pour -ty- que pour c(e, i), on n’est autorisé à exclure à Liège, au xiiie siècle, le traitement picard ». Morf, Gliederung (1911) 8, était plus affirmatif et envisageait sans hésiter l’existence d’une vaste zone septentrionale de š :

8Des traces de š se rencontrent en wallon. Kaše (chasser) se dit aux P. 290 [Th 34] et 291 [Ch 16]. PyЄš se trouve aux p. 291 et 297 [Na 65 Sclayn]. Qu’à l’époque de l’anc. franç. S se soit étendu sur toute la Wallonie, cela est rendu vraisemblable par le fait que, comme Wilmotte l’a montré, ce š se rencontre au 13e s. au nord du P. 194 [Beaufays], à la limite orientale de ce domaine (Romania xvü, 561).

9A une époque où le franç. était déjà arrivé à s [en note : ou ts], la Wallonie appartenait donc encore à la zone de l’ancien š, càd. au domaine picardo-normand, avec lequel il formait l’ancien domaine linguistique belgo-roman.

10On rencontre, dans les études sur la langue écrite médiévale, des passages où les auteurs admettent plus ou moins nettement, comme Wilmotte et Morf, l’authenticité orale du « ch » en dehors du domaine picardo-nomand (Doutr., Hemr. 35, n. 2 ; etc.). Selon toute vraisemblance, il s’agit là d’un « mirage » phonétique.

11En Wallonie liég., l’interprétation par š des « ch » postérieurs à 1600 serait absolument erronée : à partir de cette date, on possède des œuvres en wallon où l’on a s comme aujourd’hui (cindes cendres, pèce pièce, etc. : Dix pièces, ND 11, I) ; le « ch » de °puiche 1614 et de °puche 1791 représente indubitablement s’. Pour la période antérieure, on peut se rallier à l’option de Goosse xci, n° 35b (c + e, i et c + yod) : « Ce traitement [= « ch »], qui caractérise le picard, n’est pas rare dans l’ancienne ‘scripta’ wallonne (--). Comme il n’en reste aucune trace dans le wallon actuel, on est fondé à y voir des graphies d’origine picarde » ; v. aussi n° 40b (t + y) : « Graphie picarde, sans confirmation en lg. » Si la région liég. avait connu autrefois le š que la Picardie notamment connaît encore, on devrait s’attendre à en trouver au moins des survivances dans le dialecte moderne, càd. des mots contenant un tch (avec l’élément dental conservé comme dans tchan > campu). Il y a, au contraire, dans tout le domaine wallon, discordance entre le « ch » ancien et le s moderne.

12A ce fait surprenant, il faut ajouter l’existence au moyen âge de graphies inverses, comme °chera sera, °sans son scheu su, ou d’hypercorrectismes, comme °despesse dépêche, °serge charge (Gossen, Skript. 236).

13L’expansion géographique de la graphie « ch » s’explique, comme celle de « c » (pour lat. k + a, dans campu p. ex. : v. n° 50), par l’influence politique, économique et littéraire de la Picardie (v. à ce sujet Gossen, ib. 234 sv.).

14La limite du S a dû se déplacer (plus ou moins selon les mots) au niveau des dialectes oraux (cp., dans ALW 1, c. 7 « cendre », 19 « cinq », 14 « chasser », 15 « chausse », et v. Grign., n° 60). Mais ce fait ne diminue pas la valeur des datations proposées plus haut.

1550. k, g + a. – La palatalisation de k, g + a, qui est plus récente et beaucoup moins répandue que celle de k + e, i, couvre la Gaule septentrionale (oïl + franco-prov.), sauf la région picarde et le nord de la Normandie : campu > fr. champ, w. tchan, norm. pic. camp ; gamba > jambe, djambe, gambe. V. ALF et FEW, passim.

16Comme celle de k + e, i > chs, la limite de k, g + a > k, gtch, dj coupe notre Hainaut du nord au sud : v. ALW 1, c. 11 « chapeau », 12 « char », 14 « chasseur », 15 « chausse » (ces deux dernières cartes permettent de comparer les limites du ch et du k picards), etc., et 52 « jambe » ; Grign. 433-4 ; Dubois, Dom. pic. ; Gossen, Pik. 54 sv. Ce dernier auteur observe, à propos de k, g + a, que les limites de pic. k et g n’ont guère varié depuis le m. â. jusqu’à l’époque moderne.

17E. Richter 217 situe l’évolution ca-, ga- > ča-, ğa- au 6e s. ; Bourciez, n° 120, hist., au 6e-7e s. ; Fouché 556, rem. II, à la fin du 5e ou au début du 6e s. ; Straka 203-5 la reculerait (ou plutôt en reculerait la première phase ?) « au moins jusqu’à la première moitié du 5e siècle ».

18Inutile de s’attarder ici à l’examen des stades supposés entre k, g et č, ğ (le *t∫jamp° d’E. Richter 215 et surtout les *k’çy et ťçy de Fouché 553 représentent pourtant d’une façon bien compliquée le k palatalisé). Mais les k et g picards posent un problème. Certains y voient, non pas un archaïsme latéral, mais le résultat d’une régression, par arrêt de la palatalisation et dépalatalisation, cela sous une influence germanique (v. Wartburg, Fragm. 53-55 ; Wüest 221, avec renvois). Cette hypothèse compliquée a provoqué des discussions indécises. De toute façon, il semble que, si une dépalatalisation s’est produite, elle a dû avoir lieu avant que ne soient vraiment formées les affriquées č, g, càd. au stade k’, g’ (ou, à la rigueur, ť°, ď ?) ; il ne peut être question d’attribuer aux Normands une régression phonétique qui touche la Picardie. On ne se hasarde donc guère en affirmant qu’à la fin de l’époque mérovingienne, le domaine picardo-normand de k, g + a devait se dessiner assez nettement dans le nord de la Gaule ; et il s’agit là d’un facteur essentiel de la dialectalisation du domaine d’oïl et de la Belgique romane.

19Les affriquées č (), ğ () ont perdu leur élément dental dans la plus grande partie de la France d’oïl. Elles ne sont demeurées intactes que dans la zone wallonne (v. ALW), dans les Ardennes franç., les Vosges, la Hte-Saône, le Doubs, le nord de la Suisse rom. (ALF 225 « champ » et 709 « jambe » ; Brun., Et. 408-10 ; Wüest 227). Cette évolution, qui a dû ou pu être progressive et qu’on situe, pour le franç., au 13e s. (F. 555 et 557 ; etc.) ou vers 1200 (Str. 263), a produit une différenciation importante entre les dial, centraux et le wallon ; mais la limite passe en dehors de la Belg. rom. : on a toujours č et ğ en namurois et en gaumais.

20Remarque 1. – Une seconde palatalisation de k, g en č, ğ s’est produite devant a, e, i, u, etc. dans une partie importante du domaine picard, notamment à l’extrême ouest de la Wallonie. V. Flutre, Pic. mod. 108-111 et 118 ; ALW 1, c. 16 « cher », 18 « chien », 26 « cuir », 52 « jambe ».

21Gossen, Pik. 36 voyait dans les graphies en « ch » des chartes du 13e s. des témoignages du phénomène, mais, dans Gram. 98, il considère que l’emploi du « ch » en zone picarde relève du « jeu des équivalences graphiques ». Selon Flutre 114, qui envisage longuement le problème historique (n° 132), la seconde palatalisation « n’a -- commencé à se produire véritablement qu’à la fin du 18e s. dans les régions où on la constate actuellement ».

22Remarque 2. – En ce qui concerne son interprétation phonétique et son extension géographique, le « c » picard pose un problème parallèle à celui que pose le « ch » (v. n° 49, rem.).

23La graphie « c » (+ « qu », …) a rayonné jusqu’en Wallonie liégeoise (Goosse, n° 34b, 2° : °cachez chausses, etc.). Quel son représente-t-elle en dehors du domaine picard ?

24Dans une série de mots, le w. a conservé k + a : cambiare > lg. candjî, clocca > cloke, blanc et franc sont au fém. blanke et franke, etc. Des formes comme °affranquir et même °cangier de Jean d’Outr. devaient se lire avec [k], comme w. afranki et candjî. Mais, dans les mots où le w. a tch et dans ceux qui ne peuvent être des latinismes, les graphies « c », « qu »… devant a… sont des « picardismes artificiels » (Goosse, 1. c).

25Morf, Gliederung 20, observe que le w., avec tch < k + a, est en retard sur le fr., qui a ch. Les graphies « cha » et « ca » du 13e s. (relevées par Wilm., R 17, 561 [v. Etudes…, 61-62]) représentent, dit-il, « une affriquée initiale » différente du tch fr., càd. [kχ] ( ?). P– 21, il ajoute que le w. est resté en arrière avec le pic. et le norm, et que, dans une phase ancienne, pour k + a, il ne marche pas avec le francien ; il s’est séparé du picardo-norm. plus tard, mais avant le 13e s. Comme celle de k + e, i, cette évolution montre, selon Morf, « l’unité primitive de l’ancien domaine linguistique belgo-roman », càd. de l’ancienne Belgica. Ces vues (qui s’appliqueraient naturellement à g + a) sont sujettes à caution.

  • 1 Je crois cependant devoir relever ici trois points.
    P. 739, n. 25. Les graphies anciennes de Chèvre (...)

26On peut en dire autant de la thèse développée par B. Muller dans « Der Nordosten der Galloromania und die Palatalisierung von k, g vor a », Festschrift Baldinger (1979), 2, 725-44. Muller affirme que la situation moderne des produits de k, g + a est « visiblement un phénomène secondaire ». Sa démonstration mériterait un examen attentif, que je ne puis entreprendre ici1.

2751. La finale -ccu.Dans quelques mots, le k double posttonique suivi de u aboutit à tch [č] comme k + a, alors qu’il se maintient en fr. : beccu > bètch bec ; *baccu > batch bac ; saccu > sètch, satch sac ; siccu > sètch sec (mais p.-ê. masc. refait sur le fém. sètche sèche ?).

28D’après ALW 1, c. 88 « sac » et 4, not. 31 « sec », le tch existe en Belg. rom. dans toute l’aire de tch < k + a ( wall, et gaum.). D’après ALF 1178 « sac », on a aussi č ou š en France en divers points de Meurthe-et-Mos., des Vosges, du Doubs (lorr., …). V. aussi FEW 11, 21a (saccus) ; Brun., Et. 411 ; Horn., Grenzd. 60 ; Bloch 54 ; Dond. 295 (bètS aux Rouges-Terres).

29Attestations anc. : 937-952 °seche ‘sec’ (Jonas : Marchot, ZRP 21, 228 ; Avalle, Monum. 96) ; 1221 °en Bermonbeche (ld. de Liège, composé de bec ; Gob. 2, 169b) ; 1281 °en vert et en seich (Sclayn ; Wilm. 148 et 131, qui voit dans « ch » un « c dur ») ; ± 1400 °en secce teins (Méd. lg. 13).

30Pour Marchot, la palatalisation du k dans -ccu se rattacherait à celle de k + ; mais, selon d’autres auteurs, elle lui serait nettement postérieure (v. Chaur. 95). Il suffit de retenir ici la date de la première attestation (10e s.).

3152. -ĭca, -ĭcu, -ĭcareDans les séquences -ĭca, -ĭcu, etc., le k est génér. traité en w. comme en anc. fr. : manĭca > w. mantche manche ; *carrĭcare > tchèrdji charger ; berbĭcariu > bièrdjî berger ; etc. Mais, pour un certain nombre de mots, on observe une divergence : °granĭca > w. grègne grange ; die domĭnĭca > dîmègne dimanche (mais domĭnĭcu ‘seigneurial’, adj. > °demenche, dimintche, d’où mintche, minte, en top. : Herb., BTD 33, 32-3) ; (nux) gallĭca > djèye ‘noix’, pic. gôke, mfr. gauche ; pěrtĭca > pîce, péce, pièrce perche ; pǒrtĭcu > pwèce porche ; mědĭcu > méde, afr. miege, mire, etc. ; mědĭcari > médî, afr. meigier ; mastĭcare > nm. môssî ‘mâchonner’ ; mandūcare (*-icare) > magnî, mignî… manger ; navigare > nêvî nager ; – cp. extraneu > strègne étrange ; *fannja > fagne fange (pour le mot fr., Bloch-W. part de *fanga) ; fimbria > frâgne, frâne frange ; lïneu > fr. linge, dér. lg. lignerë ‘lange’. La plupart des ex. en -ica, -icu sont également cités par Horning dans son article sur la pénultième atone en fr., ZRP 15, 493-5, et dans Latein. Proparox. 19-20. Pour les proparoxytons en -ica, -icu, v. E. Seifert, passim.

32L’extension de la discordance varie selon les mots. Le type dîmègne dimanche (ALW 1, c. 29) est limité à la zone wall, (sans l’o.-w. et sans une grande partie de Ne). Le type grègne grange (ALW, 9, not. 18 ; ALF 664) s’étend plus loin vers l’o. (o.-w., S, et même Mo 9…) et vers le s. (Ne 44, 47… ; en outre, boucle de Givet : Brun., Enq. 796) ; noter qu’un type remontant au fq. *skūra (heûre, etc.) occupe une partie de la région liég. et l’e. de l’Ardenne ; v. Lerond 362. Le type djèye, djaye, gaye… ‘noix’ (ALW, qu. 101) couvre toute la Belg. rom., sauf la moitié occid. du Hainaut (gôke) et Vi (èkayè). Pour « perche » (ALW 1, c. 70), les types en -s (pîce, pièrce, etc.) occupent en gros l’aire de grègne + celle de °skūra. Mais, sous mastĭcare, outre Givet macyi, nm. môssî et Th 24 masî, le FEW 6/1, 454-5, cite apic. mascier et alorr. massier, et, sous manducare, 160b, outre les formes wall, magnî, mougnî, il cite aflandr. megnier, achamp. mengnier, mignier, Gondecourt mñie, etc. (v. aussi Gossen, Gram. 98-9). Le phénomène se localise donc dans le nord et l’est, et particulièrement dans le nord-est wallon.

33Fouché 937 voit dans estraigne, mençoigne, etc., des formes dérivées de estrange, mensonge, etc., par réduction de -ñ(d)žy- à -ñy- ; mais cette explication ne paraît guère convaincante. A mon avis, le ñ de dîmègne, magnî, etc., résulte de n + y, comme celui de strègne, et le y de djèye, de l + y. Les finales -ĭca, -ĭcu ont dû se réduire à - par suite de l’amuïssement de c. De même, pǒrticu a dû passer à *portiu, qui a donné pwèce, comme fǒrtia fwèce. Quant aux formes fr. dimanche, perche, etc., elles remontent à des formes où le -i- s’est amuï et où k + a a abouti normalement à č, š. G. Straka, qui a consacré un article important à « -ĭcu, -ĭca dans les proparoxytons » (Sons 347-61), croit que « les formes en - et en - s’expliquent, non pas par un amuïssement phonétique précoce de k, mais comme des formations différentes, à l’aide du suffixe inaccentué -ia, -ea » (p. 355-6). Mais on ne peut songer à une substitution de suff. pour les mots où -ĭca n’est pas à la finale. Le problème est complexe, car il met en jeu deux évolutions : l’amuïssement du ĭ posttonique et l’évolution du c. Ne peut-on vraiment admettre pour le wallon, comme le suppose P. Nauton, RLiR 18 (1954), 211, pour le franco-prov., que « dans -ĭca, le -c- avait perdu son caractère occlusif antérieurement à la syncope [de ĭ] », de sorte qu’il aurait été absorbé par le i ? Dans l’article cité plus haut, Horning supposait déjà que pěrtĭca était devenu pertiya, pertye, d’où perts(e), et il observait que, dans djèye < gallĭca, y semblait s’être fondu avec l(l) (ZRP 15, 497). V. aussi Marchot, Fr. prélitt. 93-4.

  • 2 Les formes °diemeigne, °diemengne représentent certainement le lg. dîmègne. Dans Probl. 192 et 202 (...)

34Le traitement du n.-e. est attesté dès avant 1200 : fin 12e s. alorr. massier, 13e s. apic. mascier (FEW 6/1, 454-5 mastĭcare) ; déb. 13e s. °meide (Dial. Grég. ; Wiese, n° 103, I), °porce porche (Ib. ; id. ; – cité Tob.-Lom., sous porche, où l’on trouve plusieurs autres ex., notamment de Mousket, 1250*, et de l’Aire perilleux) ; 1248 °diemeigne, °diemengne (Liège ; Wilm. 73) ; 1266 °graigne (Val St-Lambert ; id. 114) ; 14e s. °straigne (Revin, France ; Brun., Et. 449)2.

35La divergence doit remonter beaucoup plus haut que 1200. Elle a dû s’amorcer dès le moment où les stades ë, g sont apparus dans le centre. Or, E. Richter situe *mandzjare, *port∫ə, etc. au 5e-6e s. (n° 140). La différenciation entre les zones de ñ et de č, ğ dans « dimanche », « grange », etc. aurait donc commencé dès le haut moyen âge.

36Remarque. – La finale atone -ĭcu figure aussi dans le suff. -aticu (v. n° 6), où elle a connu le même traitement en wallon qu’en fr. Mais notre dialecte s’écarte du dialecte central pour d’autres proparoxytons :

37hĭrpice > w. îpe…, gaum. ièrpe, etc. herse (ALW 1, c. 51 ; FEW 4, 430b : w., gaum. + Meuse īrp) ; même traitement que dans *hâppja > w. hèpe hache (n° 60).

38cannabis > w. tchène… chanvre (ALW 1, c. 10), par un intermédiaire chaneve ; humidu > lg. ûme humide, etc. (FEW 4, 510b).

39Autre terme contenant -īca- : eradicate > lg. râyî, nm. rôyi ‘arracher’ (FEW 3, 235a : w. et lorr. ; 1236 °raier, Metz, God. raier 2).

40Pour ces mots, qui sont de plusieurs types, la divergence de traitement doit remonter à des époques différentes ; mais elle peut, dans certains cas, avoir commencé assez tôt, et même très tôt.

4153. Le groupe kw. – Le groupe kw a subi un traitement différent selon les régions et d’après la voyelle qui le suivait. Il se maintient devant a en Italie, dans les Grisons, dans la péninsule ibérique. Mais il se réduit à k dans la plus grande partie de la Gaule romane (Lausberg, nos 344-9).

42Le w. conserve kw devant a et aussi devant e et i : quattor > lg. cwate quatre ; quando > cwand quand ; quanta > cwanť quant ; quadrāgēsĭma > cwarème carême ; quartu > cwârt quart ; quacula > cwaye caille ; *quassiare > cwahî ‘couper’ ; quant si > lès cwanses ‘faire semblant’ ; – quaer(ěre) > cwèr(i) quér(ir) ; quindecim > cwinze quinze ; Quirinus > Cwèrin Quirin.

43V. ALW 1, c. 36 « équerre » (°exquàdra ; lg. scwére ; le type en scw-couvre la plus grande partie de la zone wall., et l’on a èscwére, -éle dans l’arr. de Soignies) ; 3, not. 194 « carême » (cwarème, cwè- dans une grande partie de la zone wall.) ; 3, c. 61 « quand » (cwand seulement dans L.e, Ve, My, Ma, B.n) ; 3, c. 37 « Pentecôte » (type cincwème, lat. quinquagesima, dans le domaine liég.). V. Nied., n° 64 ; Grign. 436-7 ; Feller 252-3 ; Franc. 133-4. – L’aire de kw varie beaucoup d’un mot à l’autre : l’influence centrale est plus ou moins forte selon les cas. Mais on découvre des restes précieux de kw en dehors de son aire wall, actuelle : rouchi cwassier ‘blesser’, gaum. cwachi ‘aplatir d’un coup violent’, etc., de °quassiare (FEW 2, 1434-5) ; hain. cwérèle ‘grès houiller’, Mons cwérière (FEW 2, 1401a quadrus ; Haust, BTD 13, 187, litt. carrière) ; Mons s’acoitir ‘se blottir’ (FEW 2, 813a *coactire ; v. aussi A. Henry, Etudes de lexicol., p. 163).

44Le groupe kw s’est aussi conservé ou a laissé des traces dans les dial, de Picardie, de Lorraine, de Franche-Comté, de Gascogne : v. ALF 200 « carême », 483 « caille », 1112 « quatre » ; FEW 2, 1386 quacula, 1408 quaerěre, 1434-5 *quassiare ; Flutre, Pic. mod. 109 (Roubaix kwàl caille ; Vimeu kwày caille, kwérëm carême, etc.) ; Brun. 334 ; Horn., Grenzd. 63 ; Bloch 53 ; Dond. 296 (kwaram carême) ; Haudr.-Juill. 105, c. 17.

45L’élément labial des groupes kw et gw devait encore être sensible au 6e s., au moment où k + a est passé à č, ainsi que l’observe Bourciez, n° 137, hist., qui ajoute : « il ne paraît pas s’être effacé complètement, devant a du moins, avant la fin du 12e s. ».

46La disposition actuelle des faits sur le terrain prouve que l’effacement du w s’est étendu progressivement au cours des siècles : l’aire wallonne reste assez consistante, mais elle apparaît comme une émergence aux limites flottantes. On ne saurait jalonner chronologiquement les étapes du recul de kw. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’avant la fin du 12e s., le wallon, dialecte extrême de la zone de maintien de kw, avait commencé à prendre, par rapport au francien, son caractère archaïque. Avec les autres dialectes du nord-est qui connaissent encore plus ou moins la même survivance, il est sur le même pied que les langues romanes méridionales, qui conservent régulièrement kw devant a.

4754. Le groupe gw. – Alors qu’en franç., les groupes kw et gw évoluent parallèlement et se réduisent à k, g, ils subissent en w. des traitements différents : kw persiste, tandis que gw perd le g et se réduit à w. Ex. : lĭngua > linwe langue ; anguilla > anwèye anguille ; *languire > lanwi languir ; *inguine > inwe aine (avec chute de la dernière syll. dans un proparoxyton).

48Dans tous ces ex., gw était précédé d’un n, càd. d’un ŋ vélaire : c’est dans la séquence ŋgw, où il se trouvait serré entre deux sons vélaires, que le g, vélaire lui-même, s’est amuï.

49V. ALW 1, c. 53 « langue » (type linwe dans Lg et Nm + Ni.e, Ma, B, Ne.n) ; qu. 589 « anguille » (lg. anwèye, nm. inwîye, hn. anwîye, -ile).

50On a des formes analogues dans le domaine picard et en Suisse romande. V. FEW 5, 358 lingua et 24, 567 anguilla ; Brun., Enq. 1, 513 (lēw en Wallonie) et 2, 173 (inwîye pts 8 et 12, au s. de Givet).

51Attestations anc. : 1257 °anwilles anguilles (Herbomez 90) ; fin 13e s. °enwes aines (Méd. lg. 26) ; 14e s. °lenwes langues (Doutr., Hemr., n° 132).

52La différenciation entre le w. et les dial, centraux est donc attestée sur ce point depuis le 13e s. Mais il est possible que, noyé pour ainsi dire dans un entourage vélaire, le g se soit effacé beaucoup plus tôt.

5355. Le w germanique. – Dans la plus grande partie de la Romania, le w initial des mots germ. empruntés a été adapté en gw, d’où fr. g : want > fr. gant ; *wardôn > fr. garder. Mais il s’est conservé dans le nord et l’est de la Gaule, càd. dans le domaine picard, la Wallonie, la Lorraine, la Suisse romande : w. want, wârder. V. Lausberg 303, 350 ; Wüest 272-5 ; FEW 17, w- (passim) ; ALF 626 « garder » ; F. 559-60 ; Flutre, Pic. mod. 141-2 ; Brun., Et. 329-32 ; Dond. 186 ; etc. ; – ALW 1, c. 48 « guêpe » et 82 « regain ».

54Marchot, ZFSL 39/2, 145, consacre le n° 1 des traits phonétiques du wallon prélittéraire à la « conservation intégrale du w germanique initial », et il donne comme exemples du « wallon du vie siècle » wardare et wespa. Les dialectes centraux ayant prob. adapté le w- germanique en gw- dès l’époque des invasions, on a ici un des premiers et des plus importants facteurs de la dialectalisation de la Gaule septentrionale. Fouché 561, rem. I, cite une attestation de g- datant du 8.9.878 : (villa de) Garnaria (diplôme de Louis II le Bègue), du NP Garnier < Warin-hari. D’autre part, Du Cange fournit des formes latines très anciennes en w- pour des mots germ, qui ont dû être romanisés très tôt : 709, 710… waterscapum et var. (FEW 17, 448a waerschap, lg. warihê ‘terrain vague servant d’aisance’) ; 813 warda ; etc.

5556. Développement d’un w après cons. labiale devant è– Entre les cons. p, b, f, v, m et les voy. è, ē…, il se forme souvent un w dans une zone dont l’étendue varie selon les mots, mais qui peut comprendre tout le domaine namurois, Ni.se, W.o et H : fame > lg. fin, nm. fwin faim (ALW 1, c. 39) ; pane > lg. pan, nm. pwin pain (ib., c. 68) ; septimana > lg. samin.ne, nm. samwin.ne semaine (ib., c. 90 ; zone plus restreinte) ; magistru > lg. nm. mêsse, Th 32 – Ne 33 mwêsse maître (ib., c. 57 ; seulement lisière du nm.). Pour les Ard., v. Brun., Et. 155-6, 295-6.

56Le phénomène, qui est comparable à celui qu’on a dans fr. aveine > avoine, etc. (v. n° 32 : ē + n), se produit aussi en fr. : esmai > esmoi, abai > aboi, etc. (F. 753 ; v. aussi G. Straka, « A propos de pensile > poêle ‘fourneau’ », RLiR 48, 29-36). Il se rencontre aussi dans diverses régions de France (Pic, Bourg., etc.) : ALF 527 « faim », 964 « pain » ; FEW fames, panis ; – Flutre, Moy. pic, nos 7 et 19, et Pic. mod. n° 165 ; Loriot, Oise 105-25 ; – Tav. 40-1 ; Régn., Morv. 95.

57Le premier ex. se trouverait chez Rutebeuf : moi : esmoi (milieu du 13e s.). La tradition toponymique ancienne fournit de beaux ex., mais ceux que j’ai recueillis ne remontent pas plus haut que la 2e moitié du 15e s. : 1362 °Fain, 1486 °Foen, 1488 °Foye, Foy-lez-Bastogne, prob. de °fani (Vannérus, Mél. Rousseau 648-9, du lat. fanum) ; – 1315 °Lutrebay, 1481 °Lutreboy -bois, w. lutrubwè, composé de *baki (comp. all. Lauterbach, terme fréquent ; v. Haust, BTD 13, 197-9).

58Flutre, Moy. pic, n° 7, situe le dégagement de w « tout à la fin du moyen âge » et, n° 19, « à partir du 15e s. ». Brun., Et. 295-6, cite une forme °avoinne, isolée à côté de °avainne, à Mézières en 1299 ; mais cette forme, qui est aussi française, ne constitue sans doute pas un repère valable pour la datation des faits namurois.

5957. s et z devant consonne. – Les sifflantes implosives s et z se sont effacées, notamment devant les occlusives sourdes et sonores (sauf dans le cas de sk > h2, ch) dans tout le domaine d’oïl, à l’exception de la zone proprement wallonne et de la plus grande partie de notre Hainaut. La sifflante n’a disparu qu’en gaumais et dans To, A, Mo.o ; mais la limite est beaucoup moins ferme du côté picard que du côté lorrain.

60Ex. : [s] spīna > w. spène…, Hn.e èspène…, pic. èpène…, gm. èpine (ALW 1, c. 35) ; aestate > w. et o.-w. èsté…, Hn.o été, gm. ètèy (ALW 1, c. 37) ; festūcu > w. fistou, -u, o.-w. et Hn.e fèstu, Ne fustu, Hn.o fètu, gm. futu (ALW 1, c. 41) ; crŭsta > w. crosse, o.-w. et Ne crousse, Hn.o et Vi croûte (ALW 1, c. 25 ; simplification du groupe st à la finale) ; – v. aussi ALW 1, c. 38 « étoile » (lg. steûle), 23 « couture » (lg. costeûre), 48 « guêpe » (w. wèsse), 57 « maître » (w. mêsse), 95 « tête » (w. tièsse), etc. ; [PALW I, 1] ;

61– [z] Hèzbaye Hesbaye, n. de région, 11e s. °Hasbanium (BTD 38, 93 sv.) ; *bruzdan > w. brozder broder ; *egisida > hisse ‘frayeur’ (dér. hizdeûs hideux), afr. hisde, hide ; *waizda > w. wêse guède (teinture) ; cp. consuěre, * cōsere > w. keûse coudre.

62V. ALF 476 « épine », 491 « été », 1300 « tête », etc. ; Grign. 440-1 ; Brun., Et. 388 sv., Lim. 158-60 ; Feller 267 ; Gourd., 68-72 ; etc.

63Avant de s’amuïr, les sifflantes ont dû passer par les aspirées [x], [h]. Pour Bourc, n° 157, hist., « à la fin du xie s., le s ne sonnait déjà que devant les occlusives sourdes », et « cent ans plus tard, on ne faisait guère sentir le s devant aucune consonne dans les parlers français du continent (sauf au Nord-Est, et du côté des Vosges) ». Pour Fouché 861, la chute de s implosif était générale dans la plus grande partie d’oïl à la fin du 12e s. Pour Straka 457, s s’est amuï avant la fin du 11e s. devant les spirantes j, v, f, les sonores b, d, g, les liquides l, m, n, r, et vers le milieu du 12e s. devant les sourdes p, t, k (noter que, p. 210, Straka situe seulement à la fin du 12e s. le passage de s à *h dans cǒsta, etc.). L’évolution a dû s’étendre progressivement dans l’espace ; peut-être a-t-elle atteint plus tard la Picardie et la Lorraine.

64Attestations anc. pour le gaumais : 1628 °a la tocquet, ld. a la tokète, Ethe Vi 33, équivalent de malm, stokète ‘petite souche’ (J.-L. Laurent, PG 32-33, 163) ; 1672 °a la hatte ‘au hêtre’, ld., Izel Vi 9 (P. François, p. 31). Ces formes trop tardives manquent d’intérêt.

65En conclusion, on peut dire, comme Wüest 304, pour ce qui concerne l’amuïssement du s préconsonantique en franç. : « il est sûr qu’il était commencé au 12e s. » ; on peut affirmer aussi que le z, dans la même position, était amuï à la fin du 11e s.

66La particularisation du wallon par rapport aux dialectes centraux se serait donc marquée au 11e s. pour le z et aurait commencé au 12e pour le s.

6758. h secondaire en liégeois. – Les parlers belgo-romans de l’est, du liég. au gaumais, conservent aujourd’hui encore l’h primaire (h1, génér. d’origine germanique) que le reste du domaine d’oïl (sauf Lorraine et Normandie) ne connaît plus : *hagja > lg. haye [hay], hâye… ; gm. hâye… ; nm. hn. aye, ôye (ALW 1, c. 50 : Var. h 63-7).

68Dès la fin du moyen âge, le traitement d’h1 a dû différencier le wallon et les dialectes centraux : des graphies sans « h- » apparaissent au 13e s. déjà, et, au 16e, l’aspiration avait disparu à Paris, en Bourgogne, dans le Berry (F. 850). Mais l’aire d’h1 s’est progressivement rétrécie et, au moment de l’enquête de l’ALW, la limite restait mouvante. A côté de cet h originel, le dial. liég. possède un h secondaire (h2), qui provient de bases diverses : rumice > lg. ronhe, nm. ard. ronche… (ALW 1, c. 84) ; °puteare > poûhî, poûjî… (id., c. 80) ; mansione > mâhon, mohone, môjon… (id., c. 56) ; *crassia > crâhe, crôche… (id., c. 33 « engraisser ») ; ostiu > ouh, uch… ; coxa > cohe, cochebranche’ ; scamnu > hame, chante… ‘banc’ ; descenderé > dihinde, dichinde… (ALW 1, c. 28) ; musca > mohe, moche… (id., c. 64). V. Var. h 67-94.

69J’ai réparti ces procès sous deux types, hz et hs, selon qu’h2 a comme correspondant en fr. z/ž ou s/š : cp. lg. mâhon, fr. maison, et lg. mohe, fr. mouche. Le procès le plus remarquable est le dernier, celui qui part de sk. L’h secondaire existe aussi en lorrain (Var. h 269-273).

70Selon toute vraisemblance, le liég. a atteint le stade h en passant par les chuintantes j [ž] et ch [š], qui bordent encore la zone de h et qui sont largement répandues dans le nord et l’est de la France (Pic, Lorr., etc.) : v. Var. h 284-6, cartes ; Brun., Et. 394-402 ; Régn., Morv. 1, 58-9 ; etc.

71Attestations anc. : 1034 (cop.) et 1044 (cop.) °Fehe, 1131 (or.) °Fehe, 1134 (or.) °Feh, 1222 (or.) °Fehe, 1348 °Fexhe (la graphie <xh> devient courante dans la suite), Fexhe-le-Haut-Clocher W 56 et F.-Slins L 25, w. à fèh, de fiscus ‘domaine royal’ (Herb., BTD 35, 73-4) ;

721173 (or.) °Leschi, 1190 (cop.) °Lexhit, Lexhy, dép. de Horion-Hozé– Mont L 72, w. lèhi, dér. de *lisca, fr. laîche ‘carex’ ? (Herb., BTD 41, 44) ;

731114 (cop. ± 1150) °Moscha, 1114 (cop.) et 1136 (cop.) °Moysc, 1241 (or.) °Mox, 1280 °Mohe, 1321 °Moxh, Moxhe W 60, w. mohe, du germ. *muska ‘humidité’ (Herb., BTD 45, 104-5) ;

74fin 13e s. °dihuteme dix-huitième, °siheme sixième, w. lg. dîh-ûtême, sîhême (Méd. lg. 23, 13) ;

751114 (cop.) °Musal, 1146 °Musac, 1237 °Musau, 1297 °Muhal, Moha H 25, w. mouhà, d’orig. incertaine (Herb., BTD 45, 96, qui observe : « s [z] primitif passé à h [hz] à la fin du 13e s. ; même passage dans Mouhin », dép. de Waremme W 1, w. mouhègn, 1164 cop. °Musin, 1314 °Muhin (ib. 103) ;

761358 °en marexhe, Marexhe, dép. de Herstal L 51, w. marèh ; 1313 °li grande marexhe, à Villers-le-Bouillet H 19 (Herb., BTD 43, 68) ;

771322 °Fallehich, Falhisse, dép. d’Antheit H 26, w. so l’fal’his‘, dér. en -iciu de germ. *falisa ‘rocher’ (Herb., BTD 35, 66) ; – etc.

78Peut-être faut-il ajouter à cette liste – qu’on aurait pu allonger beaucoup à partir du 14e s. – cette graphie étonnante, de la fin du 12e s., °faihs ‘faix, fardeau’ (Déploration de saint Bernard, dans Henry, Aut. 84, ligne 33, et 87, ligne 51) ; cp. w. fa, de *fah < fasce.

79Wilmotte 196, n. 3, écrivait : « il est certain que le phénomène (s)sy, se > χ est en voie d’accomplissement dès la fin du 12e s. ». Mais l’hs issu de sk est attesté d’une façon sûre depuis la première moitié du 12e s. (1131, 1134). On ne retiendra pas les °Fehe de 1034 et 1044 qui viennent de copies. Dans un cas comme celui-ci, il convient pourtant de se rappeler que la datation admise ne correspond pas à l’accomplissement du procès lui-même, mais à son affleurement dans les documents écrits. On notera, en outre, que les greffiers ont dû être embarrassés pour noter le [x] : v., par ex., les graphies de mohe (Moxhe) ; qui sait si °Moscha, °Moysc et °Mox ne représentent pas la forme wallonne avec -h [x] ? Cela ne signifie pas qu’hs peut remonter beaucoup plus haut que le 12e s. : pour Wüest 379, 6°, qui accepte notre datation (12e s.), l’apparition d’h2 « ne peut être très précoce », parce qu’elle « a été préparée par plusieurs ‘chuintisations’ », càd. par un stade š, ž.

80La date retenue (1re moitié du 12e s.) concerne hs< sk, mais il est vraisemblable que l’h2 résultant d’autres procès s’est formé en même temps que celui-là : les groupes ssy, sty, ty, sy, qui comprenaient un yod, ont dû subir la « chuintisation » plus facilement que le sk + u de fiscus.

81Les premières attestations d’hz sont tardives (1297 °Muhal, avec h < z ; 1322 °Fallehich), mais l’évolution dont elles marquent l’affleurement graphique a pu se produire beaucoup plus tôt. Il est même permis de se demander si hz n’est pas plus ancien qu’hs. L’aire du premier déborde aujourd’hui encore légèrement vers l’ouest et plus nettement vers le sud celle du second : cp. ALW 1, c. 31 « échelle », etc., et 56 « maison ». Dans Var. h 304-11, je relevais divers témoignages de l’existence d’hz assez loin de son aire actuelle (la prép. mon ‘chez’, lg., nm., etc., de mansione, qui donne lg. mâhon…, mais nm. môjon…, n’était pas un ex. probant : un mot atone peut subir dans le discours une altération et une contraction anormales). Mais, même si l’aire d’hz a toujours été plus vaste que celle d’hs, on n’oserait inférer de cette différence d’étendue un décalage chronologique.

82Il conviendrait aussi de dater la formation des chuintantes qui entourent la zone d’h2 en Wallonie et qui existent aussi en France (Pic, Lorr., Bourg.). D’après Flutre, Pic. mod., n° 150, 2° (abachi abaisser) et 155, 2° (kujēn cuisine), le phénomène est attesté au 16e s. : 1558 °achelle ‘buffet’ Lille < ascilla ; 1553 °maijon, etc., chez Bovelle. Mais le Méd. namur. du 15e s., ligne 464, a déjà °espeshece ‘épaisseur’, God. espessesse, avec « sh » = š. Et, pour la région tournaisienne, on a des ex. du 13e s. : 1224 °devons nos avoir nos aisges haut et bas (Mouscron èche), 1253 °le sisgime anee (Herbomez, Chartes…, Mémoires Soc. Tournai 17, 1882, 14 et 45). Si les h2 – dont l’un, hs, est attesté en 1131-1134 – procèdent tous des chuintantes et s’ils ont tous (ou du moins la plupart) la même ancienneté, on peut admettre, avec Wüest 312, que « les palatalisations de s et de z [qui ont donné les chuintantes] doivent encore remonter plus haut, et être antérieures au xiie siècle ».

83Si l’on retourne aux premiers stades des procès considérés, on atteindra le point de départ de la différenciation entre les régions centrales et le domaine des chuintantes et d’h2 (nord et est). La formation de š, ž semble supposer que le yod des groupes ssy, sty, etc., n’a pas été anticipé comme en franç. : cp. *crassia > w. crâhe, pic. crache, fr. graisse ; mansione > w. mâhon, pic. majon, fr. maison ; etc. Or, l’anticipation du yod, qui allait provoquer l’évolution propre au centre, a eu lieu très tôt : Marchot, ZFSL 39/2, 147, la situe aux env. de 700 ; Richter 162 sv., au 5e-6e s. ; Fouché 916, avant la diphtongaison de a accentué libre (donc avant le 7e s. : id. 229). Certes, les formes *mazyone et °mayzyone, p. ex., ne diffèrent pas très sensiblement à l’oreille, mais leur évolution divergente a fini par produire, dans le nord-est de la Gaule, deux différenciations importantes : cp. fr. maison [mèzõ], avec è et z, et lg. mâhon [ma :hõ]…, avec a et h.

8459. Le groupe rs > ch en gaumais. – Le groupe rs, d’origine diverse, aboutit à la chuintante š (ch) en gaumais (Vi, avec des flottements vers l’ouest et des débordements vers le nord : Ne 76, B…) : gm. ravéchi, lg. rivièrser renverser, famille de versare ; pachône… personne ; pouché, -î, lg. pourcê… pourceau ; bîchî, ard.-lg. bérci bercer, de °bertiare ; adîchi ‘viser… ; attraper juste ;…’, lg. adièrcî, afr. adrecier, de *directiare, préf. ad- ; véch, vîch ver (de terre), de ver + -s (s de flexion) ; èchwa ‘hier’, litt. ‘hier soir’.

85V. ALW 1, c. 78 « pourceau » ; 3, not. 143 « hier » ; 4, not. 93 « berceau » et 94 « bercer » ; – El. Legros, PG 12, 21-9 (nombr. ex.), et 24-5, 280-5 (compl.) ; Var. h 272, 274, 291-4 (avec référ.) ; Gourd. 79-81.

86Ce traitement remarquable, qui, en Belg. rom., caractérise le gaumais, marque aussi le lorrain de France, et il se rencontre aussi plus au sud, en Bourg., en Fr.-Comté ; noter, en lorrain, le passage régulier à h2 : ranvehher, pèhhoûne, pohhé, béhhi, véhh, etc. (mosellan : Zéliqzon, Dict.). V. FEW 9, 185b pǒrcěllus, 8, 270b pěrsōna, etc. ; ALF 1061 « pourceau » ; ALLR 133 « écorce » (èku :š…) ; Horn., Grenzd. 71 ; Bloch 54 ; Régn., Morv. 1, 74 (vwèšé verser) ; Dond. 126-7 ; etc.

87Parallèlement, le groupe rz passe à ž (j) dans môjoumes, top. (au sud de Gérouville Vi 26), de môrs-oumes morts-hommes, 1256 °Morshommes (J. Vannérus, BTD 20, 199-200).

88Attestations anciennes. Les seules que j’ai recueillies concernent les top. Meix-devant-Virton Vi 27, gm. minch,  :ch, et Meix-le-Tige Vi 36, gm. mèych,  :ch (Haust, Enq. top. 66), du germ, meer ‘marécage’ + -: (Vi 27) 1183… °Mers, 1255… °Meirs, 1408… °Meix ; (Vi 36) 1255 °Mers, 1471 °Meisch-le-Tige. V. J. Vannérus, PG 13, 6-11.

89La graphie °Meix de 1408 prouve que le r était amuï à cette époque ; selon toute probabilité, le « x » représentait ĭ ; il s’agit d’un graphème lorrain, qui, selon Gossen, Skript. 27, pouvait même avoir la valeur d’un h2 (χ).

90Le gaumais š < rs serait donc attesté depuis le début du 15e s. (dans Probl. 72, je ne citais pas de graphie plus ancienne que 1471 °Meisch). L’évolution considérée remonte-t-elle plus haut ?

91Favorisée peut-être par une articulation particulière du r et du s en lorrain, elle affecte des groupes rs d’origine diverse. Elle n’a pu avoir lieu, probablement, qu’après la convergence de ces groupes en rs. On a rs originel dans versare > véchi et dans ver + -s > véch ; mais, dans le cas de pǒrcěllu, *bertiare, *directiare, le stade rs a succédé à un stade rts. On admet qu’en franç., l’affriquée ts a perdu son premier élément au 13e s. ; si cette date vaut pour la région lorraine et si le t ne s’est pas effacé plus tôt après une consonne, on tient là un terminus a quo. D’autre part, le cas de véch montre que le procès rs > š est antérieur à la chute de l’s de flexion, qu’on peut situer au 13e s. (en Lorraine comme dans le centre ?). Ces spéculations de chronologie relative ne permettent aucune déduction ferme.

9260. Le yod après consonne labiale. – Alors que, dans les dial, centraux, les groupes « consonne labiale + yod » aboutissent à une chuintante, la cons. labiale (telle quelle ou modifiée) et parfois aussi le yod se conservent en wallon dans un certain nombre de cas. Ex. : sapiat > lg. sèpe sache ; cavea > lg. tchêve cage (à volaille) (v. DL) ; simiu > lg. hème singe (M. Piron, BTD 18, 321 sv.) ; *hâppja > w. hèpe hache ; *krippia > w. crèpe crèche (Warl. 242 : du rhén. krèp !) ;

93appropiare > lg. aprèpî approcher ; apiariu > w. apî, afr. achier ‘rucher’ ; gobione > lg. govion goujon ; *rubeola > w. rovioûle… rougeole ; *atrapica > w. êripe arroche (v. n° 52) ;

94– suff. top. -apia > w. -èpe, pic. -èpe, -ape, au centre -ache (P. Lebel, Hydron. fr. 210-3, avec carte) : Djimèpe, à gn’mèpe, Jemeppe L 74, 956 (cop.) °Gamappe, et (d)jumape, Jemappes Mo 30, 1150 °Gamapia (Gyss. 542a), de *gan (*gam) + -ap-ia, qui donne fr. Gamache(s) (Vincent, Top. Fr. 141 ; Herb., BTD 40, 35-6) ; ôtèpe, Oteppe H 15, 1239 (or.) °Oteppe (Herb., BTD 45, 127), et ôtrèpe, Otreppe, dép. de Bierwart Na 30, 1190 °Autrepia (id., ib. 129-30) ; etc.

95Cp. cambiare > w. candjî changer ; *leviariu > w. lèdjîr léger ; etc.

96Ce traitement des groupes « cons. lab. + yod » ne se limite pas, dans le nord de la Gaule, à la région wallonne ; il existe aussi dans la zone picarde (de Belg., et même de France). V. ALW 1, c. 49 « hache » (w. hèpe, èpe ; pic. ape, apiète) ; ALF 680 « hache » (âpe dans le dép. du Nord) ; FEW 16, 144b *hâppja (w. hèpe, èpe ; … Tournai, flandr., Lille, Tourc. happe) ; Cl. Régnier, Rom. Phil. 14, 267 (cite, pour le pic, gouvion < gōbiōne, rouvieu < rubeolu, ape < apiu ‘céleri’, rabe <rabia, et aussi esrabe chez J. Bodel, v. ci-après) ; Gossen, Gram. 92, n. 43.

  • 3 Après avoir affirmé que <(t)š provient aussi de py dans tous les dialectes français et même en nor (...)

97Marchot, ZFSL 39, 150, n° 9, considérait que le py était passé à ch avant la fin du 8e s. Selon E. Richter 190 et 219-20, le stade ptš (*aproptšet, *haptša) daterait des 5e-6e s. ; selon La Chaussée 82, prob. de la fin du 5e s. On peut admettre, semble-t-il, que la différenciation entre les zones de py et de s’est ébauchée au haut moyen âge3.

98On a déjà dans le Roland aprochier, legier. Le NL Gamaches (Somme) est attesté avec ch en 1150 (Gamachiae : Vincent, Top. Fr. 141). A titre documentaire, quelques formes anc. avec conservation de la labiale : fin 12e s. °crepe (Serm. S. Bern. ; Henry, Misc. Masai 278, 1. 132) ; 1200* esrabe, ind. pr. 1 sg. de esragier ‘devenir enragé’, famille de °rabia (J. Bodel, Jeu S. Nic, v. 144 ; éd. Henry 389) ; fin 13e s. °seps sache (Dist. Cat. 40 v°, 10 ; Wilm. 153 et 165) ; 1350 (or.) °apprepir approcher (Cart. Val-Benoît 450).

9961. l + y à la finale en picard. – Alors que, dans les dialectes centraux et en wallon notamment, la séquence l + y a donné en fin de mot l mouillé, puis yod, elle aboutit en picard à l simple, sans mouillure. V. ALW 1, c. 1 « aiguille » (extrême ouest, càd. To et lisières de A et Mo + No èwile, èdjîle…), 6 « bouteille » (ib. boutèle), 42 « feuille » (ib. feule, fwèle) ; ALW 3, not. 145 « la veille » (ib. vèle). Cp. lg. awèye, botèye, foye. Pour d’autres ex., v. Flutre, Pic. mod. 163 : œl œil, sòlèl soleil, pal paille, fil fille, gèrrtul grenouille, etc. ; Doutrepont, ZFSL 22, 76-7. On a parf. un -l analogique au lieu de -: Mouscron ortile ortie, lg. oùrtèye ; etc.

100Le traitement -l est essentiellement pic, mais il existe aussi en norm. : v. FEW 24, 118 acūcula et ALF 14 « aiguille » (Nord èẅil, PCal agül, Calv. égül, Manche égyül) ; FEW 3, 677b fǒlium et ALF 559 « feuille » ; FEW 14, 360b vetulus (formes du fém.) et ALF 1390 « (une) vieille ». Pour « vieille », on a un type en -l (vièle) dans tout le nord de la France et dans une partie de la Wallonie (Brun., Et. 380, qui note en outre l’emploi de l au lieu de y < l mouillé en français dialectal « dans toute la région ardennaise ») ; en lg., on a vîle à côté de vèye (masc. vf), mais c’est un cas particulier.

101En ce qui concerne Tournai, « il paraît bien, écrivait Doutrepont, 1. c, qu’à aucune époque ly n’a mouillé la voyelle précédente » ; mais n’avait-il pas abouti lui-même à l mouillé ? Flutre, Moy. pic, n° 174, et Pic. mod., n° 163, parle de l mouillé qui a perdu son mouillement (l + y > ļ > l).

102Le phénomène doit remonter assez haut, mais l’interprétation des graphies médiévales fait difficulté. Les formes talleur tailleur 1288, despoulles dépouilles et talles tailles 1303 que j’alléguais dans Probl. 75 laissent Gossen hésitant (Gram. 116) : il semble, en effet, qu’en Picardie, « 11 » puisse représenter l mouillé (Id., Skript. 204-5). On ne peut donc pas non plus interpréter comme contenant « ll » = l (et non ļ) les formes tallera, batalle, etc., figurant dans la charte-loi de Chièvres de 1194 (Arnould 115…). Gossen, Gram. 116, admet comme probantes des rimes de Molinet (15e s.), de Froissait (14e s.), du Roman de la Violette (1228-30 ; sale, de saliat : sale salle), des formes et des rimes de Mousket (1250* ; solel, traval, etc. ; fille : évangile). Flutre, 1. c, se fonde sur des rimes d’Adam de la Halle (consille < conciliu, Sezile < Sicilia : ville < villa, nobile < nobile) pour affirmer que la tendance au démouillement de ļ est ancienne et se marque au 13e s.

10362. Le groupe -ab’l-. – Alors que les parlers d’oïl conservent génér. intact le b du groupe -b’l-, notamment de -ab’l-, ceux du nord et de l’est le transforment en v ou le vocalisent ; mais les résultats actuels de l’évolution sont très flottants (infl. franç.) :

104ALW 1, c. 93 « table » : w. (sauf o.-w. et s.-w.) tâve, tôve ; Ne, Vi, B.s… tâle, tôle ; Hn.o et No tôle et tave… ; o.-w., S, Mo, Ph type fr. importé tâbe… ; des îlots en -v (S 37 ; A 1, 44) et en -l (Ni 10, 11) montrent que les types en -v et en -l occupaient autrefois la zone tâbe actuelle ; – ALW, qu. 227 « étable » : verv., ard.-lg., Lx.n stâve… ; Lx.s stale, stole, ètôle ; Hn, Ni.o, Ph.s èstôle ; To ètôle (en lg., type stâ, du fq. *stal) ; – suff. -abile > lg. -âve…, nm. -ôve, Lx.s -âle, -ôle, Hn -ôle (ALW 3, not. 121 « jours ouvrables » : lg. ovrâves… ; nm. ovrôves… ; B, Ma.s ovrâle… ; Ne ovrôle, è-… ; dans Ne.s, Vi, Hn.o, autres types) ; v. aussi FEW 16, 178a *hatjan, type °haïssable° : lg. hayåve ‘grincheux, …’, lux. hèyôle ‘importun (d’un enfant)’… ; – « sable » (suff. -one) = lg. sâvion…, nm. sôvlon, litt. ‘sablon’ ; – diabolu donne diâle en w. comme en pic. (FEW 3, 63b).

105V. Flutre, Moy. pic. 483-4 ; Brun., Et. 235-6, 377-8, 385-6, et Lim. 175 (c. « étable ») ; Gourd. 3-4 ; Dond. 410-4 (étāl…) ; Tav. 243-4 (tāl…) ; Régn., Morv. 84-5 (-ốl…) ; – ALF 1273 « table » et FEW 13/1, 222-3 tabula (tave dans Nord, Somme… ; tale sporad. dans région pic. et est ; tôye Moselle… ; v. Brun., Et. 378) ; – FEW 12, 222-3 stabulum ; etc. – Wüest 254-5.

106La différenciation entre le type central et ceux du nord-est s’est amorcée dès l’antiquité latine, lorsque le b intervoc. s’est transformé en une spirante, d’abord en un v bilabial vers 100 ap. J.-C., ensuite en un v labiodental vers 500 (B., n° 165, hist. ; Str. 210-11) ; l’évolution de o à w, pour le type en -l, remonte aussi au début de notre ère (Richter 62 date *taula de cette époque). Pour le passage à v bilabial, F. 619 cite plusieurs ex. sûrs du 1er siècle : Amavilis NP (= -bilis), etc. La particularisation du nord-est par rapport au centre pourrait donc remonter à l’époque latine.

107Attestations anc. des types du n.-e. en v et en l : 881* diaule (Eulalie, 4 ; Avalle, Orig. 234) ; 946 (cop. ± 1070) °Saluenerias, Sauvenière Na 12, w. sauv’nêre sablonnière (Gyss. 891b ; Herb., BTD 48, 301) ; 1173 °Staules, 1193 °Staueles, Etalle Vi 23, gm. ètaule, de stabulu (Gyss. 340a) ; 1177* °Sauelon, (le) Sablon, à Flobecq A 3 (Gyss. 877a) ; 1209 °Staules, Stave Ph 16, w. stauve, de stabulu (Gyss. 933b ; lire °Stavlesl) ; 1225 (cop.) °le gliese de Stavlout, 1275 (or.) °Stavlou, 1308 (or.) °l’abie de Stavlo, Stavelot Ve 40, w. stâvleû, de stabulu + -avu (Chartes Stav. 2, 24, 75 et 130 ; Vincent, NLB 69, cite une forme °Stavelou de 1159 venant du même cartulaire ; Gyss. ne relève que des formes lat. du type Stabulaus, avec b) ; 1265 (or.) °creaveles, 1268 °iretavelement (Cart. Val-Benoît 179 et 188) ; 1271 °apres le octables delle feste saint Piere, forme inverse pour octave (Liège ; Wilm. 80) ; 1280 °Jehans delle savenire, w. sâventre, v. ci-dessus (Wilm. 89) ; fin 13e s. °savelon ‘sable’ (Méd. lg. 23, n° 16). – Pour le pic, v. Gossen, Gram. 109-11, et Skript. 319-21. – Noter que les graphies anciennes en « -aule » peuvent être interprétées -avle ou -aule (v. Loriot, Oise 225).

10863. Les groupes -ib’l-, -eb’l-. – On constate en franç., dans les séquences de ces types, une persistance de -bl-, notamment dans le suff. -ible, que F. 234 considère comme savant (au même titre, d’ailleurs, que -able < -abile). Mais, en w., on observe le passage de b à w, puis u, d’où w. mod. -ûl-, -îl-. Les dér. en -ible sont relativement nombreux (v. Haust, AHL 3, 344-5, liste) ; mais divers mots d’un autre type contiennent aussi un groupe i ou e + b + l.

109Ex. : crīblu > fr. crible, mais w. crûle L, Ve, My, B (ou crûye), crîle Ma, Na, D… (ALW, qu. 306) ; – trībulare > lg. trûler ‘émietter’, nm. trîler ; – *affībulare > fr. mod. affubler, mais lg. afûler, nm. afûrler ; – něbŭla + -ata > w. noûlêye, nûlêye… ‘nuage’ (ALW 3, 79a) ;

110– suff. -ĭbĭle, dans « paisible » (ALW, qu. 1620 « un enfant tranquille ») : pâhûle… dans le domaine liég., pôjûle Ne 14, 15, 31…, pâjoûle… B 21 ; påhûre W 63…, D 64 ; pwêjûre D 123, Ne 43 ; pôjieule dans partie de Ne ; pâjole Vi 13 ; pâjèle Vi 38, 46… ; – pôjîre H 37…, Ne 4… ; pôjêre ou -êre Ni.e et Nm. Le suff. s’est beaucoup diversifié en w. et en gaum. ; on a dû avoir -ûle primitivement dans le domaine liég. et aussi en ard., et *île en namur. (d’où -îre, puis -ère, comme pour -îre < -aria : v. n° 9, rem.).

111L’extension de -ûle / -île varie beaucoup selon les cas. Pour *affîbŭlare (FEW 24, 249-50), -uler est répandu dans le nord de la France, et il n’y a pas de var. en -iler. Pour crīblu (FEW 2/2, 1334b), w. crûle / crîle + rouchi creule, boul. crule, Yonne crîle, etc. Pour něbŭla, v. FEW 7, 69b (l est très répandu dans le n. de la Fr.). Pour « paisible » (FEW 8, 92), les formes sans b ne paraissent guère exister en dehors de la Belg. rom. (sauf. Ard., région de Rocroi : Brun., Enq. 1, 32 ; Et. 171).

112Dans ce cas, comme pour -ab’l-, la différenciation a dû s’amorcer dès l’antiquité latine. Les formes modernes en l remontent à un stade -iul- qui a dû couvrir toute une région (Wallonie, Picardie…) : v. Gossen, Gram. 112 (°paisieule, °pasiulement, °deffuler, °nieule et °niule).

113Attestations anc. des types wallons :

1141° -ûl- : 1265 (or.) °pasuele (Wilm. 113) ; 1277 °paisule (Liège ; ib. 86) ; 1280 °erule ‘arable’, suff. -ĭbĭle (ib. 89) ; fin 13e s. °paisule, °truleir, °nulleie ‘nuage’ (Méd. lg. 23, 16).

1152° -îl- : 1200* °trieleir (P. mor., v. 1246) ; 15e s. °trileis ‘broyez’ (Méd. nam. 217 r°, 3, etc.) ; 1277 °erile ‘arable’, suff. -ĭbĭle (Liège ; Wilm. 86, dans le même acte que °paisule 1277 ; on a de même 1278 °erule et 1280 (or.) °erile dans Cart. Val-Benoît 230 et 237).

1163° -îr- : fin 13e s. °paisiere (Dist. Cat. 39 r°, 21 ; texte namur. ; Wilm. 163).

117Le type -îl- est attesté sensiblement plus tôt que le type -ûl- ; mais c’est p.-ê. là l’effet du hasard. La var. -îre -ible, d’où procède le namur. -ère et qui se situe sur la carte « paisible » entre cet -ère et la var. -ûre du lg. -ûle, est attestée dès la fin du 13e s., càd. relativement tôt. Quant au nm. -êre, il remonte p.-ê., dans le cas étudié ici, à la même époque que lorsqu’il procède de -îre < -aria, càd. aux environs de 1500 (v. n° 9, rem.).

118Remarques. – 1. On a l < bl dans le subst. troûle ‘truble (filet de pêche)’ et son dér. troûlê, trûlê ‘épuisette’ (DL) : 1278 °truie, trulet [= -ette] (Bull. comm. anc. lois 19, 252 et 254) ; 1289 °trulle, °trul (Molhain ; Brun., Et. 378). Mais l’origine du mot est discutée : pour FEW 13/2, 342b, grec trúblē ; pour EWFS, lat. *tribula.

1192. Le fr. hièble, de ěbulu (FEW 3, 202a), a conservé le groupe bl ; mais ses correspondants wallons relèvent de deux types : lg. îve (de *îvle), avec v comme tâve < tabula (dans ld., à Retinne L 81, Ayeneux L 94, Grand-Rechain Ve 14, etc. ; dér. en -ētu, îvleû à Xhendremael L 22, îvlè à Aische-en-Refail Na 6) ; – Méan D 34 île, n. c. (DFL 256), avec l ; nm. îne, n. c. (Grandg. ; top. aus-înes, Isnes Na 45), avec n < l.

120Attestations anc. : fin 13e s. °yeves (Méd. lg. 71) ; 1325 °az yves, Id. so l’s-îves (Top. Retinne L 81, p. 18) ; – 15e s. °hieule (Méd. nam. 232 ; « se prononçait sans doute *îv(l)e>, selon Haust, Méd. 71 ; lire plutôt *île, d’après la forme de Méan D 34 ci-dessus ?) ; – 1265 (cop.) °Ynes, °Ynnes, Isnes Na 45. Si ce top. remonte bien à ěbulu, le passage de -l à -n est attesté dès le 13e s.

121V. Herb., BTD 40, 27-9 ; FEW 3, 202a (Meuse îfe ; lorr. île).

1223. L’alternance lg. -ûle – nm. -île s’observe aussi dans les produits de rēgŭla > lg. rûle, nm. rîle, pic. rieule, afr. riule, frm. ruile, et de tēgŭla > lg. tûle ‘couleur – ‘, Huy tile, afr. tiule, frm. tuile.

123Attestations anc. : déb. 12e s. (cop. 13e) °Tilietum, 1148 (cop.) °Tilehut, w. Tîleû, Tilleur L 76, de tēgulētum (Herb., BTD 49, 72) ; – 1140 °Tilieres, w. tyêr, Tillier Na 27, de tēgulārias (Id., ib. 73) ; – 1314 °Tultial, w. toultia, dép. de Warnant-Dreye H 8, Toultia, de tēgula + -ittu + -ěllu (Id., ib. 77-8).

1244. L’alternance lg. -u – nm. -i s’observe encore dans divers autres cas, notamment dans le part, passé « été » : lg. stu, nm. stî (ALW 2, c. 85) ; – dans « suivre » : lg. sûre, nm. sîre ; – dans « recevoir » : lg. riçûre, nm. ricîre ; etc. Pour i, nm., … : fin 12e s. °reciet reçu (Henry, Serm. S. Bern., Mél. Horrent 179, 84) ; fin 13e s. °ensiere ensuivre, °sies suis (Dist. Cat. 39 v°et 40 r° ; Hunt 61).

12564. Absence de d et b intercalaires dans les groupes n’r, m’l, etc. – Contrairement au franç., les dial, de Belg. rom. ne développent pas de cons. intercalaire d ou b dans les groupes secondaires n’r, m’l, etc. :

126pōněre > w. ponre pondre ; věnĭre + habet > vinrè viendra ; Veneris dies > vinr’di vendredi (ALW 3, 218-9) ; mǒlěre > moûre moudre ; *cǒlŭru > côre ‘coudre (coudrier)’ ; *vǒlēre + habet > vôrè voudra ; pŭl(ve)re > poûre (poule) poudre ;

127insĭmul > w. èssonle, -on.ne, -one…, pic. insanle, -an.ne, -ane… ensemble (ALW 1, c. 34) ; sĭmĭlare > w. sonler…, pic. sanler… sembler ; °trěmŭlare > w. tronler…, pic. tranler… trembler.

128L’infl. française étend plus ou moins selon les cas le domaine des cons. intercalaires. D’autre part, certains mots paraissent connaître depuis toujours un traitement spécial : pour n’r, v. « cendre » ALW 1, c. 7, de cinere (cène… dans trois zones distinctes, mais cinde très répandu ; etc.) ; pour m’l, v. stombe ‘aiguillon’ < stĭmŭlu (Legr., Vox rom. 11, 170-88), et combe (top.) < cŭmŭlu, et le dér. en -anu Comblin, Comblain L 116 et H 66 (cf. Renard, BTD 10, 365-9), et aussi NL Trimbleû, 1312 °Trambleur, Trembleur L 43, litt. trembl-oi (suff. -ētu), doublet ancien de tronleû, qui est fréquent en top. ; pour m’r, v. « chambre » ALW 1, c. 9 (types tchambe, tchan.me, etc.). V. Franc. 170-3.

129Le traitement répandu en Belg. rom. couvre une bonne partie du nord de la Fr. : Pic, Champ., Lorr., Bourg., Fr.-Comté nord. V. Hilty, Vox rom. 32/2, 257-61 (cartes du n.-e.) ; Wüest 319 (c. 15, établie d’après 6 cartes de l’ALF) ; Loriot, Front. 75-9 ; Brun., Et. 154, 370-1, 377 ; Horn., Grenzd. 76, 77 ; etc.

130L’insertion de d et de b dans les groupes considérés peut être datée des env. de 500 : Marchot, Traits 2-4 (« au 6e s. et aux alentours ») ; B., n° 189 et n° 197 (« dès l’origine ») ; Richter 151 (4e-6e s.) ; Str. 272 (fin 3e s. – début 4e s.) ; Wüest 320 et 377 (« dès avant la conquête franque ») ; etc.

131Attestations anc. : 896 (cop. mil. 11e s.) Thenra, (la) Dendre (cours d’eau), pic. Tenre, nl. Dender (Gyss. 262a) ; fin 12e s. sanloit (Conon de Béthune ; Wallensköld 185) ; 1198 (or.) °Tranloi, trembl-oi (NL, région de Douai ; Gyss. 974b) ; 1200* ensanle, etc. (J. Bodel, Jeu S. Nic) ; 1200* venrat, tenrement, pulre (P. mor. 307, 3262 et 1604) ; 1233 °sanlant (Cambrai ; God. 7, 368c) ; 1236 °varoit vaudrait, °vorrat voudra (Liège ; Wilm. 71) ; 1267 °sonlerat (Namur ; ib. 142) ; fin 13e s. °devenres ‘vendredi’, °ponre, °poure, °tenrat, °ensonle (Méd. lg. 21-2, 13 et gloss.) ; – v. aussi Gossen, Gram. 116-9, Skript. 315-8 ; Brun., Et. 370-1 ; Chartes Vosges (Gloss. : °venra, °vauroit, °vourient…) ; etc.

132Ces attestations suffisent à montrer que la différenciation w. -onle – pic. -anle existait déjà vers 1200.

133On a vu qu’à côté de ces grands types en voy. nas. + l, il en existait d’autres en n (l > n après voy. nas. par assimilation), les uns avec voy. nasale -on.ne [õ :n] – -an.ne [ã :n]), les autres avec voy. non nasale (-one – -ane). Il serait intéressant de dater l’apparition de ces sous-variétés et de confronter leur répartition actuelle avec leur localisation ancienne. Voici seulement quelques formes des types tron.n- et tron- pour des dér. de « tremble » en -ētu et en -ěllu, qui sont largement répandus en toponymie : 1528 °tronné, auj. tron. (Houyet D 80) ; 1608 °le tronoy, auj. tron.n’wè (Dave Na 94) ; 1515 °tronleux, 1650 °tronneux, auj. tron.neû (Fronville D 64) ; – 1537 °sur le troùnoùs, auj. so l’troneú [-œ] (Robertville My 3) ; 1631 °troneux, auj. tronû (Bovigny B 7) ; 1579 °sur le troignay, 1631 °tronneaiz, auj. â treunê (Grand-Halleux B 2 ; en ce point, var. -eune [-œn] dans èsseune, treune, etc.).

13465. Assourdissement des consonnes sonores finales. – Les cons. sonores, occlusives et constrictives, devenues finales à la suite de l’amuïssement des voy. finales ou de la simplification d’un groupe consonantique final, s’assourdissent régulièrement en Belg. rom., dans les mots d’emprunt comme dans les mots héréditaires : jaba > w. [fé :f] féve ; barba > [ba :p] bâbe ; arbore > [a :p] âbe ; tabula > [ta :f] tàve ; ungula > [õ :k] ongue ; chǒrda > [kwèt] cwède ; -aticu > [-èč] -èdje ; [ró :s] rôse ; [kapa :p] capâbe ; [lip] libe libre ; etc. Même prononciation en franç. régional.

135Le phénomène est commun à toute la Belg. rom., sauf quelques points de D.s, Ne.so, Vi.n. V. ALW 1, c. 9 « chambre » (-b D 123, 136 ; Ne 43, 51, 65, 69 ; Vi 13), 52 « jambe », 53 « langue », 99 « village » ; ALW 3, not. 116 « septembre », etc. ; Gourd. 77-8.

136Il en va de même, dans les mêmes conditions, dans le nord de la France (Somme, Pas-de-C, Nord) et en Lorraine (Meuse, Meurthe-et-Mos., Vosges) : ALF 325 « corde », 1171 « rouge », etc. ; Flutre, Moy. pic, nos 135, 141, …, et Pic. mod., nos 139, 144, … ; Brun., Et. 409-502 ; Bloch, Parlers 47-8 ; Dond. 204-5 (extrême nord) ; Wüest 321.

137Attestations anc. : 1200* rouge : angouche (J. Bodel, Jeu S. Nic, v. 1100-1 ; note de l’éditeur, p. 324 « rime picarde en -ouche », et p. 55, n° 33 ; v. aussi Flutre, Moy. pic, n° 141, autres rimes) ; 1224 °warte pour warde garde (Cart. Arras, cité Flutre, Moy. pic. 472, n° 149 ; autres ex., de Ph. Mousket, etc., ib. 481, n° 162 ; v. aussi Id., Pic. mod., n° 158) ; 1e moitié 13e s. °dicque pour digue (Id., Pic. mod., n° 139 ; mais la forme en -que est étymologique : FEW 15/2, 60b) ; 1272 °damache dommage, °aache âge (Valois ; Gossen, Skript. 207 ; en outre, ib., ex. de Senlis, de Pontoise… ; v. aussi Id., Gram., n° 45) ; 13e s. °chaut oille huile chaude, w. [čό :t ό :1] (Méd. lg. 567 ; v. p. 45).

138L’assourdissement en question existait donc à la fin du premier quart du 13e s. (pic. °warte 1224), peut-être même dès 1200.

13966. Réduction des groupes de consonnes en fin de mot. – Les groupes consonantiques finals se réduisent régulièrement en w. à une seule cons., par amuïssement d’un r ou d’un l ou d’une cons. d’un autre type : chǒrda > w. cwède corde ; mǒrtua > mwète morte (cp. masc. mwêrt), pěrděre > piède perdre ; pěrdita > piète perte ; duplu > dobe double ; tabula > tâve table ; těsta > tièsse tête ; věspa (avec infl. germ.) > wèsse guêpe ; magistru > mêsse maître ; etc.

140L’extension du phénomène en Belg. rom. varie selon les cas : d’après ALW 1, pour « borgne », c. 5, wall, (avec o.-w.) et gaum. (infl. fr. à l’o.) ; pour « chambre », c. 9, tout le territoire ; pour « maître », c. 57, id. (types mêsse et mére) ; pour « table », c. 93, id. (types tâve et tâbe, mais tâle,… dans s.-w., Vi et Hn.o…) ; – pour « guêpe », c. 48 wèsse,… grande partie de la zone wall, et o.-w. ; mais wèspe,… dans namur. et Lx centre, et gaum. wape) ; pour « tête », c. 95, domaine wall, (tièsse ; Ne.s tésse ; – pic. et gaum. tête).

141Le r et le l, dans la même situation, disparaissent aussi dans le nord et l’est de la France : ALF 224 « chambre » et FEW 2/1, 130a ; ALF 325 « corde » et FEW 2/1, 645a ; Flutre, Moy. pic. 490 sv. et Pic. mod. 159-60 ; Babin 699 ; Brun., Et. 502-3 ; ALLR 130 « (l’)arbre » (types āp, ārp, ābr) ; Dond. 206-7 (c. 22 « lièvre » : formes en -v, -f dans presque tout oïl) ; Régn., Morv. 1, 80 ; etc. Mais la chute de la cons, qui suit le s n’existe qu’en Belg. rom. et dans la région ard. voisine : ALF 1300 « tête » et FEW 13/1, 272a ; Brun., 1. c. Cet aspect du phénomène intervient seul d’une façon un peu nette dans la particularisation de nos régions.

142La réduction des groupes de cons. en fin de mot doit être liée à l’amuïssement de la voy. finale, au moins dans les cas de « cons. + l, r> et de « s + cons. ». La chute de la voy. finale (e muet en fr.) provoque l’allégement du groupe en fin de syllabe (v. Grammont, Traité 208-9). L’amuïssement de la voy. finale peut, semble-t-il, fournir un terminus a quo pour dater la réduction consonantique. D’après Pope 492, n° vi, l’ė final se serait effacé dans le n.-e. plus tôt qu’ailleurs (renvoi aux Mystères de Cohen, 15e s. : °beist bêtes). Au 14e s., on rencontre des graphies sans -e comme °ter, °damoisel (1346, SM.P 55, 18v), et Haust relève déjà, à la fin du 13e s., dans le Méd. lg. (p. 20, n° 4), °angois, °guer, °ventr, etc. Et peut-être faut-il remonter plus haut…

143L’amuïssement de r et de l s’est peut-être produit très tôt. Fouché, 3, 863, signale dès le 12e s. des rimes qui supposent l’effacement d’un r devant cons. finale : sage : large (Ph. de Thaon, Bestiaire, 1119* ou 1125*, et Roman du Mont St-Michel, 1170*) ; force : Escoce, presse : perverse (Wace, Roman de Brut, 1140*-70*). A. Henry, dans le Jeu de saint Nicolas (1200), relève aussi les rimes le Sec Arbre : Arabe (v. 333-4), chartre : matre martre (v. 541-2), etc. (pour la 1e rime, note de l’éditeur, p. 276 : « rime picarde, non imparfaite »). Flutre, Moy. pic. 491, affirme aussi, d’après des rimes, que la tendance à l’amuïssement de r après cons. s’est manifestée en Picardie dès le 13e s. : dyake : take (Miroir de vie et de mort, 1266) ; rueve < rogat : cuevre (Roman du Hem, 1280*). Pour le 15e s., Flutre cite Jean de Haynin : à l’enconte, etc., et graphies inverses obsecre obsèques, etc. V. aussi, à Verviers, 1471 °Chaulle Charles (Cormeau, p. 34).

144Les rimes alléguées ne sont guère nombreuses, et leur interprétation, notamment pour r + cons., peut paraître discutable (n’y a-t-il pas tout de même des rimes imparfaites ?). La rime dyake : take fournit un indice plus sûr pour r après cons. Quant aux formes de J. de Haynin, elles sont valables, mais trop tardives pour être vraiment utiles.

145Pour la Belg. rom., les attestations remontent au milieu du 13e s. au moins : 1214 °Mielemont, 1415 °Mierlemont, w. so mièrmôt (substitution de -r- à -l-), litt. ‘merle-mont’ (J. Mornard, Top. Retinne 20) ; 1248 °sanct Geore St-Georges, NL (Huy, Wilm. 109 ; de même 1274 ° sain Jore, Liège, ib. 81, etc.) ; 1249 °sain johan batistre (graphie inverse ; Liège, Wilm. 75) ; 1252 °prope propre (ib. ; id. 76) ; 1263 °preste prêtre (Huy ; Wilm. 112 ; de même 1272 °priestes, Liège, id. 80) ; 1286 °quatouze, 1298 °quatuoze quatorze, lg. catwaze (Liège ; Wilm. 67 et 60 ; v. ci-avant n° 18, rem. 2 ; pour d’autres ex., v. Wilm. 67, n° 39) ; = (w. tîdje ‘chemin de terre’ < terreu) 1272 °à Tige (St-Remy-Geest Ni 16 ; Herbillon-Legros, RBPH 32, 1954, 1032, n. 5) ; 1324 °l’Ardenois tiege (Vechmael ; ib., 1029, n. 3) ; 1350 °tierge, etc. (ib., 1043 sv.) ; – pour les formes de *petreu ‘chemin de pierre’ > w. °pige, pic. °pire, v. Vannérus, BTD 17, 19-65 : 1443 °piege (p. 47) ; 1254 °pire (p. 37) ; = fin 13e s. °emplaiste emplâtre, °lettes lettres, etc., et graphies inverses °genestre, °lombre (Méd. lg. 20, 5) ; = 14e s. °seroges, w. sorodje, fr. sororge ‘beau-frère’ < sǒrōriu (J. de Hemr. 3, intr., nos 92-94) ; °onke oncle (ib., n° 69) ; 1395 °ens el cout tournee ‘courte’, w. coûte (SM.P 56, acte 324 ; cp. Renard, Top. Louveigné 66) ; 1403 °ne doict lid. Henry rins prende ‘prendre’ (ib., a. 524) ; 1406 °a jour delle saint Babe ‘Barbe’ (ib., a. 663) ; 1406 °le mainson que fut Remacque ‘Remacle’ (ib., a. 685). – V. aussi Goosse, Intr., n° 52 c, d ; Cohen, Myst., p. lvi ; Paw., lviii ; etc.

146Le groupe final s + cons. s’est simplifié partout, dans la plus grande partie du domaine par l’amuïssement du s d’appui (phénomène qui affecte aussi la cons. avant l’accent), dans la zone wall, par amuïssement du t final. Quand on compare, dans l’ALW 1, la c. 95 « tête » et la c. 37 « été (saison) », on constate qu’il y a presque coïncidence, vers le s. surtout, mais aussi vers l’o., entre la zone de liesse° et celle de esté ; cp. aussi ALF 1300 « tête » et 491 « été ». D’après Bourc, n° 157, hist., s d’appui n’était plus articulé devant aucune cons. (sauf au n.-e. et du côté des Vosges) à la fin du 12e s. ; même datation chez Straka 274. Mais le groupe st pouvait se simplifier en w. dès le moment où la voy. finale s’amuïssait.

147Attestations anc. : fin 13e s. °fuis le sstrang vie car ilh maisse les gens (Dist. Caton III, 13 : lat. uita est nobis aliena magistra ; Hunt 61) ; 1314 °fores forêt (Agimont Ph 59 ; Brun., Et. 503) ; 1277, 1306 °Haste, 1554 °el nasse, w. hâze, hameau d’Esneux L 106 (BSW 61, 186).

148Des attestations recueillies dans ce paragraphe on peut tirer des indications sur l’amuïssement de la voy. finale en wallon : des graphies comme °batistre (Liège, 1249) ou comme °dyake (Picardie, 1266) prouvent, semble-t-il, qu’au milieu du 13e s. la voy. finale était amuïe. Mais, pour pouvoir dater une éventuelle particularisation du nord sur ce point, il faudrait disposer de témoignages clairs sur les régions du centre et de l’ouest.

14967. Réduction des groupes pluriconsonantiques intérieurs. – En w.,

150surtout en liég., les groupes intérieurs de plusieurs consonnes, formés à la suite de l’élision d’une voy. inacc, perdent souvent une des consonnes, surtout r, de sorte que le mot subit une forte contraction.

151Ex. : carpentariu > nm. tchèrpètî, lg. tchèp’tî charpentier (ALW 1, c. 13) ; Cordŭba + -ense + -ariu > nm. cwab’jî cwam-, lg. cwèp’hî cwèpî ‘cordonnier’ (FEW 2/2, 1182a) ; castěllu + -ata > malm. stav. tchès’lé (ld.) ; Margarita > Magrite, fr. Marguerite ; dans la conjugaison, w. pwèt’rè, fr. portera.

152Attestations anc. depuis le milieu du 12e s. : 12e s. °Haristaplia, 1143 °Hastaples, Herstappe W 17, w. hèstape (Herb., BTD 38, 93) ; 1241 (or.) °Hebecheies, 1312 (or.) °Herbecheez, Hepsée, dép. de Verlaine H 10, w. hèpsèye, de hari-berht + -iacas (Herb., BTD 38, 87) ; 1272 °li cotheliers (Cart. Val-Benoît 203, nam. cot’lî ‘maraîcher’, litt. ‘courtilier’ (FEW 2/1, 854a) ; 814 °Astanido, 1260 °Astenoit, 1277 °Assenneur, Esneux NL, w. èsneû (Renard, BSW 61, 152-4) ; 1205-10 °Cristigneis, 1305 °Crissenges, Crisnée NL, w. cruch’gnëye crich-, de *Cristiniacas (Herb., Top. Hesb. lg. 759 sv., et BTD 32, 133-4) ; 1313 °Covetiche NL, w. *cov’tis’, afr. co(u)vertis ‘couverture, rempart’ (Herb., BTD 32, 126) ; 1350 °langechon = ‘l’angleçon’ (Id., Top. Hesb. lg., n° 1205) ; 1139 °Bertreis, 1350 (or.) °Bietreez, Bertrée W 21, w. biètrêye, de berht-hari + -iacas (Herb., BTD 29, 47-8 ; ici, dissimilation ?) ; 1393 °le saint Getruid (SM.P 56, a. 624), Gertrude, w. djètrou ; 14e s. °Bietran, Bertrand NP, w. Biètran, de berht-hraban (Doutr., Hemr. 36) ; 14e s. °quatron quarteron, w. cwâtron (J. d’Outr., Geste II, 1238) ; 1437 °en chaffeneal, w. tchaf’nê, de °tchafornê chaufourn-eau (Top. Jupille, BSW 49, 326) ; 1459 °biegerye, nm. bièdj’rîye bergerie (Top. Anseremme 63) ; etc.

153Avant la contraction ou peut-être en même temps qu’elle, a dû se produire l’amuïssement d’une voy. intertonique. D’après Fouché 515, c, rem. ii, on a portra, demandra, etc. en anglo-norm., en pic. et en wall, à partir du 13e s. (mais l’auteur ne fournit pas de références).

15468. y et w comblant un hiatus. – Dans un certain nombre de cas, le w. comble l’hiatus résultant de l’amuïssement d’une consonne intervocalique (t, d, …) en insérant entre les voy. une semi-cons. y ou w, alors que le fr. conserve l’hiatus ou fusionne les voy. en contact. Ex. : *waidimen > lg. wayin (re)gain ; matūru > maweûr mûr, afr. meür ; auguriu > aweûr heur, afr. eür ; sabücu > sawou sur(eau), afr. seür ; natale > noyé noël ; * fagīna > fayîne faîne ; – *sitellu > lg. sèyê seau ; medulla > lg. mèyôle… moelle ; mūtu + -ěllu > lg. mouwê, nm. moya ‘muet (autre suff.)’. L’insertion est surtout fréquente après a. – Pour le cas des voy. en hiatus (-ata, -ita, etc.), v. nos 28-31.

155V. ALW 1, c. 82 « regain » (lg. wayin, etc.), 66 « mûr » (maw- seulement dans prov. Lg et Lx-nord).

156Le phénomène est commun dans tous les dial, belgo-romans ; mais il n’est pas strictement propre à la Belg. rom., loin de là : V. ALF… et FEW, passim ; Goosse lvi-vii ; Chaur. 97-8 ; Wüest 325-6 ; etc. Il est fréquent dans les patois des Ardennes (Brun., Et. 317-20 et 335-6) et en lorrain (Bloch 37-8 ; ALLR 308 « saindoux », sayin… Meuse), et sporadique en picard (Flutre, Pic. mod. 144 et 174).

157Bien que le phénomène apparaisse jusque dans l’ouest et même au centre, on peut dire que, pour un bon nombre de mots, il oppose le nord-est aux régions centrales.

158Attestations anc. : déb. 13e s. °lowier loyer, w. louwi (Dial. Grég. ; Wiese 29) ; 1244 °vowé voué, 1276 °awoust août, w. awous’ (Liège, Cart. Val-Benoît ; ex. de y et de w dans Schoenjan 3) ; 13e s. °muiaz ‘muet’ (Serm. de car.), lg. mouwê, nm. moya ; fin 13e s. °awoust, °pawon paon, °awirois heureux, w. awireûs, awoureûs (Méd. lg. 26-7). V. Gossen, Skript. 338-9.

159D’après Bourc, le c et le g intervoc. + o, u se sont complètement effacés « plusieurs siècles avant les premiers documents écrits du français » et le t et le d vers la fin du 11e s. (nos 126, hist., et 142, hist.). De même, Straka 272-3 situe fin 3e – déb. 4e s. l’amuïssement de g intervoc. dans le voisinage des voy. vélaires, fin 4e – déb. 5e s. celui de g (< k) intervoc. + o, u et avant la fin du 11e s. celui de δ intervoc.

160Les cons. intervocaliques s’étant amuïes à des époques différentes, les semi-cons. n’ont pas dû s’insérer au même moment dans tous les cas.

16169. Chute de yod final. – Le y issu de l mouillé, qui subsiste assez régulièrement en fr. à la fin des mots, s’amuït souvent en w. : tripalium > lg. trava travail (de maréchal ferrant) ; allium > a ail ; cenaculu > cina ‘fenil’ (pour suff. -aculu, v. Haust, Rimes) ; genuculu > djino, gngno genou (ALW 1, c. 46) ; *sōliculu > solo (malm. or. solè) soleil (ALW 1, c. 92) ; mais cp. ǒculu > lg. oûy, malm, û œil, et, pour -iculu, somèy, parèy, où se marque p.-ê. l’infl. du franç.

162Brun., Et. 225, rem. II, et Dond. 354 considèrent que les formes en -o de « genou » sont tirées du plur. (comme fr. verrou). Mais ce ne doit pas être toujours ou nécessairement le cas en w. : solo doit être un sing. (p.-ê. ancien cas sujet ?) ; de même un nom de lieu comme Hèsta, Herstal L 51, de *haristalja (v. ci-dessous). Du reste, l’explication par le plur., qui justifie le -ou de fr. verrou, etc., est sans portée pour le w., car, dans ce dialecte, le second élément des diphtongues au, eu, ou s’efface régulièrement ; ainsi *sōliculu a dû donner *soleļ puis *soloļ plur. *soleuz, *solouz, et solo solè peuvent provenir des formes du sing, en -l comme de celles du plur. en -uz.

163Attestations anc. depuis le 13e s. (pour a + y) : 1280* °a trois gamas (Liège, Pauvres-en-Île ; BTD 43, 96 ; – w. djama ‘fête double’, de geminare + -aculu, FEW 4, 93) ; fin 13e s. °li trava travail (labeur) (Dist. Cat. 38v, 4 ; Wilm. 161 et Hunt 55), 1176 (cop.) °Harstal, 1319 °Harstat, Herstal, w. Hèsta, de °haristalja, °haristalium ‘écurie de l’armée’ (Herb., BTD 38, 92). Sans doute les formes suivantes permettent-elles de remonter la datation jusqu’au début du 13e s. : °travaz, °genoz (Dial. Grég. ; Wiese 22 et 28) ; °soloz (Sapientia ; Wiese 143 ; – cas sujet ; °soloilh cas rég.). Le l ne laissait plus de traces devant z ; mais il reste noté dans le cas rég. °soloilh. A la fin du 13e s., dans Méd. lg. 369 et 368, on a °solouz cas rég. sing, et plur. ; l’identité graphique donne à penser que la prononciation était la même pour les deux cas (prob. w. solo).

16470. Amuïssement de r final. – De l’effacement de r final après voy. on possède, pour la région wallonne, de belles attestations, directes ou indirectes, depuis la fin du 12e s. : 1193 (or.) °Lavoiz, °Lavoez (Gyss. 599), w. lavu, lavû, Lavoir H 24 (Herb., BTD 41, 37) ; 1200* °avoi, °jous, etc. (P. mor. xcix, n° 10) ; 1240 (or.) °terroit, 1251 (or.) °teroit, 1256 (or.) °terrois terroir (Namur et Huy ; Wilm. 136, 110, 111) ; 1261 °Erbiet, NP en bert (Namur ; Wilm. 138) ; 1269 (or.) °Evras Evrard, NP en -hard (Huy ; Wilm. 118) ; 1276 °Astenoir, 1277 °Assenneur, Esneux, w. èsneû, 827 °Astanetum (BSW 61, 152-3), graphies inverses, d’après w. -, fr. -oir < -ōriu et -, fr. -eur < -(at)ōre ; 1280 (or.) °le joncour, w. djonkeû (Herb., BTD 40, 43), dér. de djonc jonc, suff. -ētu ; fin 13e s. °boloir (Méd. lg. 25, n° 19), w. boleû ‘champignon’ < bolētu, graphie inverse d’après w. -, fr. -oir < -ūriu ; id. °mongie manger, °deportet ‘-er’, etc. (Dist. Cat. 37 r°, 49 ; 38 r°, 51 ; etc.) ; 1318 °chaienoir, w. tchêneû (Top. Sprimont 148), de *cassan-ētu ; 1382 °covereuz de scailh ‘couvreur d’ardoises’, w. covreû, suff. -eur (Formul. nam. 54) ; – 1255 °i ont mis leu seel (Huy ; Wilm. 111), w. leû ‘leur’, avec effacement de -r à l’atone devant cons.

165Le phénomène a été connu autrefois en franç. et il est largement répandu dans les dialectes. D’après Bourc, n° 183, hist., -r s’est effacé en moy. franc, au 16e s. surtout, mais il a été restauré, à partir du milieu du 18e s., dans plusieurs classes de mots. D’après Straka 484, l’amuïssement de l’r, « attesté déjà dans la Chanson de Roland (8 exemples) », se manifeste du 12e au 16e s. V. aussi F. 663 ; Brun., Et. 350-4 ; Nied., n° 77 ; Flutre, Moy. pic, n° 180-1 (12e-13e s.) et Pic. mod., n° 174, 2° ; Dond. 200 sv. ; Régn., Morv. 81 ; etc.

166L’effacement de r se présente de façon variable selon les régions et il a pu se produire à des dates différentes. Nos premiers ex. sont de la fin du 12e s., mais on en trouve ailleurs de plus anciens ou d’aussi anciens. Le phénomène étudié ne saurait intervenir dans l’étude chronologique de la différenciation dans le nord de la Gaule. On peut tout au plus essayer de dater certains phénomènes régionaux.

1671° Le suff. -oir perd son -r dans toute la Belg. rom. (ALW 1, c. 61 « miroir » : lg. mireû, -û ; nm. mirwè… ; mais, pour ce mot, type fr. dans divers points du Hn…). Il en va de même pour le suff. -eur, sauf en Ard. liég. (ALW 1, c. 14 « chasseur » : w. tchèsseû, pic. cacheû, gm. tchèssou… ; mais tchèsseûr Ve 32-40, 42-47 ; My 1-6 ; B 2-11). Dans cette zone ardennaise de l’extrême est, le -r ne doit pas avoir été restauré, mais conservé. Pour dater la différenciation, on ne peut tenir compte du mot °prious (Liège, 1290 ; Wilm. 67), qui est largement attesté au m. â. (Tob.-Lom. prïor : 12e s. prieus, Perceval) et qui offre p.-ê. un changement de suff. V. Brun., Et. 352 : Revin, 1350* °peisseux pêcheur (ard. pècheû), °Saveux (Saint)-Sauveur. Il faudrait disposer de documents provenant de régions vraiment voisines de l’Ard. liég. ; mais on ne peut guère douter qu’au milieu du 14e s., le maintien de -r dans -eur ne particularisât déjà cette zone par rapport à celle explorée par Bruneau, sinon par rapport à d’autres plus proches.

1682° La finale -îre, qui vient ordinairement de -aria (v. n° 9), se réduit à -î, -i dans un certain nombre de mots à l’extrême nord-est du domaine liégeois. V. ALW 1, c. 79 « poussière » : lg. poûssîre, mais poûssî L 2-7, 14, 29, 43, Ve 1, 6, 26, et poûssi Ve 8. Autres ex. (d’après Wis.) : fètchî fougère, fowî ‘cheminée’ (fǒcaria), tchôdî chaudière…, lg. fètchîre… ; de même, tchèyîre chaise (cathedra).

169Le nombre des ex. varie selon les points. Dans ALW 3, not. 64 et c. 16 « tonnerre », type tonn-ière, on a tonî en une dizaine de pts et toni à Ve 8, et tonîre à Ve 1 et 26 ; not. 61 et c. 15 « éclair », type allum-ière, aloumî en 5 pts seulement et aloumîre dans tout Ve. C’est sur la rive gauche de la Meuse (vallée du Geer notamment) que le phénomène est le plus intense. Dans le parler de Glons, par ex., d’après une note de Haust (BDW 11, 31), r final ne s’amuït pas seulement dans les féminins en -îre (tonî, tchèyî, costî ‘couturière’, poyî ‘appui’, etc.), mais dans coû cour et soû sœur (lg. coûr, f., et soûr), et surtout dans toute une série d’infinitifs (beû boire, creû croire, voleû vouloir, dire, ploû ‘pleuvoir’…, lg. beûre, etc. ; 14 ex. cités). La limite indiquée dans Mél. w., pl. I, est sujette à caution vers le sud et incomplète vers le nord-ouest.

170Attestations depuis la 1e moitié du 16e s. pour -aria : 1523 °Gondonrivy, 1453 °Gondonriviere (Verv. ; F. Fonsny, mém., n° 139 ; NP + subst. en -aria) ; 1537 °sur le rolly, 1539 °aile roliere (Verv. ; id., n° 283 ; w. rôlîre ‘ornière’) ; 1528 °delez le wesny, 1449 °al wasenir (Dison Ve 16 ; BSVAH 16/2, 199 ; litt. osinière = oseraie, selon Feller, ou plutôt gazonnière ?) ; 1545 °elle bouvy, 1538 °elle bouvier (Limbourg Ve 24 ; B. Vandermeulen, mém., p. 101 ; w. bouvîre ‘pâturage réservé aux bœufs, aux bêtes de trait’, v. BTD 47, 116) ; 1565 °elle trauwy, 1557 °elle trawyer (Petit-Rechain Ve 15 ; Feller, o. c. 249 ; w. trawî ‘percée, trouée’) ; etc. – On connaît aussi un terme péri ou pîrî, f. ‘pierrière’, qui a fourni notamment un ancien ld. de Liège (rive gauche), dont M. Piron, AHL 1, 255-6, donne de nombreuses attestations : 1336 °voye delle Peyriere, 1372 °ladite perie de St Lorent -- et le perie --, 1416 °vers Pery, etc. Même terme à Jupille L 66 (al pérî), à Ayeneux L 94 (al pîrî : 1520 °alle Pirye), etc. Dans ce type, r final serait tombé à Liège dès la 2e moitié du 14e s. ; mais on peut se demander si ce n’est pas à cause d’une dissimilation des deux r.

171Le terme coû ‘cour’ figure dans plusieurs NL hesbignons : Haccourt L 15, w. hacou, -, 1067 faux 1103 °Hacues, 1111 °Hacus (Herb., BTD 37, 27 ; ne doit pas contenir cour : -r était-il amuï dès déb. 12e s. ?) ; Remicourt W 39, w. rémicoû ; Racour W 2, w. råcoû ; Rocourt L 37, w. rôcoû, -ou. Mais les graphies ne permettent pas de dater la chute de -r.

Notes

1 Je crois cependant devoir relever ici trois points.
P. 739, n. 25. Les graphies anciennes de Chèvremont, w. Tchîvrimont, 947 Keuermunt et 972 Kiuermunt, loin d’être, comme le dit Muller, très suggestives (« aussagekräftig »), ne sont, comme l’observe Vannérus, BTD 25, 115, que « des transpositions en allemand, très normales, du terme roman ».
P. 741, Muller relève le fait que le wallon connaît une proportion remarquable (« eine bemerkenswerte Quote ») de mots en ca- (avec k non palatalisé ; v. ex. à la rem. 2, début) et que ces mots ne sauraient être tous empruntés du picard. Il y a, en effet, une trentaine de mots en ca-dans le Dict. liég. de Haust : gallicismes et mots savants (les mots fr. ont aussi ca- et sont donc aussi exceptionnels !), germanismes, composés avec préf. ca-, et, bien sûr, des exceptions, comme candjî changer, calindjî (afr. chalengier, lat. calumniare), etc. Mais on sait que les évolutions phonétiques comportent toujours des exceptions, et, en principe, celles-ci risquent d’être d’autant plus nombreuses que l’évolution affecte plus de mots (dans FEW 2/1, les mots en ca- occupent 563 pages, ceux en ce- 55 !).
P. 740-1, Muller donne une liste de 8 toponymes qui sont situés dans la zone actuelle de tch et où la palatalisation de k + a n’a pas eu lieu (« auf ausgebliebene Palatalisierung weisenden ON »). Or, sur les 8 mots, aucun ne paraît vraiment significatif : Carnelle, Castillon et La Caudrie sont proches de la zone picarde ; Gaiolle, de caveǒla (fr. geôle) et Cascagny, litt. châtaignier, sont des cas particuliers ; Kemenaille ne vient pas de *caminalia, mais de communalia ; l’origine de Kin, rattaché à caminus, est obscure, et n’a sûrement rien à voir avec le chin de Chinrue ‘rue des chiens’ ; enfin, Canevaux, où Camoy voyait w. cane ‘cane’, ne saurait rien prouver puisque le fr. lui-même a cane (noter que cane peut aussi représenter canna ‘roseau’ : Herb., GW 50/1, 31). Ce ne sont pas des listes comme celles-là qui feront jamais croire qu’» un courant de palatalisation de k, g + a en tch, dj venu du sud et de l’ouest et se dirigeant vers Liège et Namur, métropoles de la romanité dans le nord-est, a arraché la plus grande partie du domaine wallon, à partir du 7e-8e s., au bloc conservateur ».

2 Les formes °diemeigne, °diemengne représentent certainement le lg. dîmègne. Dans Probl. 192 et 202, je considérais comme wallonne la forme °dimengne de Malmedy 1493. Mais R. Mantou 199 observe que la « finale -enge, -ange se rencontre dans d’autres dialectes » et elle renvoie à F. 938, rem. IV. La forme a. champ, diemenge citée par Fouché dans cette note, qui se situe en dehors de l’aire de dîmègne, ne se termine prob. pas en [ñə] ; mais le °dimenge malmédien, à la date de 1493 et dans un texte très dialectal, doit bien correspondre sur le plan oral au w. dîmègne.

3 Après avoir affirmé que <(t)š provient aussi de py dans tous les dialectes français et même en normanno-picard », Wüest 216 parle du traitement double de py en occitan (sapiat > fr. sache, a. oc. sapia, sapcha), mais il ne dit rien de l’évolution du groupe en wallon, ni en picard ; il ne retient pas non plus le maintien de p(y) dans le tableau des traits que le wallon « ne partage avec aucun autre dialecte ».

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter