Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Daniélou, Origène, Paris, 1948.

1Comment présenter brièvement Origène ? La tâche est ardue. De nos jours, bien des théologiens le considèrent comme « le plus grand génie du Christianisme antique avec Saint Augustin1 ». N’a-t-il pas été le premier à donner de l’ensemble du christianisme une tentative d’interprétation cohérente ? Et nos théologiens de rappeler que, dans d’autres domaines également, le rôle d’Origène fut déterminant. Exégète, il a fondé la critique biblique et il a établi la théorie des trois sens scripturaires. Apologiste, il a combattu le paganisme tout en engageant le dialogue avec la philosophie de son temps. On le considère, enfin, comme un des fondateurs de la spiritualité chrétienne.

  • 2 J. Leclercq, L'amour des lettres et le désir de Dieu. Initiation aux auteurs monastiques du Moyen (...)

2Aux yeux de l’historien, cependant, Origène est surtout un signe de contradiction. Durant l’Antiquité, son influence a été immense. Au Moyen Âge, il fut « de tous les anciens auteurs grecs et dans tous les domaines, le plus lu2 ». Les XVe et XVIe siècles assistèrent à leur tour à une « renaissance origénienne », non moins impressionnante que celles des IXe et XIIe siècles.

  • 3 Cassiodore, Institutiones divinarum litterarum, cap. 1, dans P.L., t. LXX, col. 111C, cité par H. (...)

3Origène fut-il donc toujours un maître incontesté ? Loin de là. Dès son vivant, il a soulevé des contradictions passionnées ; les anti-origénistes de l’Antiquité l’ont traité d’hérétique, croyant déceler en lui le précurseur d’Arius, et, tandis qu’Eusèbe le présentait comme un saint, Épiphane en faisait un apostat. Par deux fois, au IVe et au VIe siècle, des conciles jetèrent l’anathème sur sa personne et sur son œuvre. Eloquentissimae nimis homiliae sunt Origenis..., quem multorum quidem Patrum sententia designavit haereticum3 : à la suite de Cassiodore, le Moyen Âge à son tour fut perplexe et connut sans cesse de nouveaux retours de méfiance à l’égard d’un auteur si suspect. La Renaissance allait-elle résoudre ces contradictions ? Certes non. Tandis que la Sorbonne et le Saint-Office désapprouvaient les apologistes d’Origène, les protestants faisaient de l’Alexandrin « le plus exécrable des exégètes ». Le conflit, loin de s’apaiser, reprenait de plus belle.

  • 4 On trouvera les références de ces différents ouvrages dans la bibliographie ci-jointe.

4Écrire l’histoire de ces controverses ! Le projet n’est pas neuf. Certains historiens, tels Cavallera, Diekamp et Duchesne, en ont retracé les origines antiques. D’autres, dont les Pères H. de Lubac et J. Leclercq, en ont étudié les prolongements médiévaux. Tout récemment, enfin, le Père H. Crouzel analysait Une Controverse sur Origine à la Renaissance et M. Schär mettait en lumière la survie d’Origène au temps des humanistes. Leurs travaux, tour à tour, ont éclairé l’éternel paradoxe d’Origène4.

5Le XVIIe siècle est-il donc inintéressant, qu’il ne s’est trouvé jusqu’à présent aucun historien pour l’étudier ? Origène tient-il si peu de place dans la Réforme catholique ? Son nom fut-il oublié à l’heure même où l’on portait un intérêt sans précédent aux autres Pères de l’Église ? Nous sommes certaine que non et nous avions rêvé d’en faire la démonstration. C’était là assurément un projet trop ambitieux pour une jeune historienne. La décision fut prise de nous attacher à certains aspects de la controverse origéniste du XVIIe siècle, saisis à partir d’un ouvrage déterminé.

6Pourquoi avoir retenu l’Origenes Defensus ? Pour plusieurs motifs. Le premier, c’est que cette œuvre offrait un magnifique champ d’étude. Les sources, manuscrites et imprimées, permettaient d’en retracer l’histoire. Les caractéristiques bien nettes de l’œuvre en facilitaient l’analyse critique. Il nous est apparu, ensuite, que cette apologie d’Origène occupait une place charnière dans la controverse origéniste. Elle est une des dernières prises de position passionnées en faveur d’Origène, mais elle révèle aussi le souci naissant de l’étudier scientifiquement, en retournant aux sources.

7Pour le montrer, il fallait, d’une part, suivre les controverses origénistes du XVIIe siècle et les situer dans l’ensemble de leur histoire et, d’autre part, faire une étude interne de l’Origenes Defensus. Nous nous y sommes efforcée, tout en restant consciente des limites de notre travail. Analyser les controverses origénistes du XVIIe siècle, c’eût été reprendre notre projet initial ; nous en avons dit la témérité. Étudier l’Origenes Defensus, c’était affronter 403 pages in-folio de texte difficile. Nous n’avons pas l’ambition de discuter ici chacun des arguments avancés par Halloix. Notre but sera de dégager les caractéristiques de cette apologie d’Origène, d’en marquer l’originalité et de la situer dans le « débat classique ». À cet égard, une étude des répercussions de l’œuvre s’imposait et nous l’avons tentée pour finir.

8Avant d’aborder ces questions, nous avons fait un long détour. Une œuvre ne peut être bien comprise indépendamment de son auteur. Or, personne jusqu’à présent n’avait écrit la biographie du Père Halloix, en raison peut-être de la vie discrète qu’il mena ou encore du silence des sources imprimées à son sujet. Bien vite, cependant, nous nous sommes aperçue que l’entreprise n’était pas irréalisable. Les archives des jésuites sont très riches et les archivistes d’une gentillesse et d’une compétence parfaites. Nous avons largement profité de l’une et de l’autre. L’image d’un jésuite du XVIIe siècle s’est ainsi progressivement dessinée.

  • 5 L.-E. Halkin, Initiation à la critique historique, Paris, 1973, p. 123.

9En lui-même, le sujet était intéressant, car « l’histoire d’un homme sans histoire [...] devient l’histoire des groupes5 ». À travers la biographie de Pierre Halloix, c’est la vie de bien des jésuites du XVIIe siècle que nous retraçons. Nous ne perdions cependant pas de vue le dessein final de cette première partie : détacher ce qui, dans la vie du Père Halloix, est de nature à expliquer son œuvre et, en particulier, l’Origenes Defensus.

10Dans un premier temps, nous avons étudié la formation intellectuelle du jésuite, « le climat théologique » de son époque et ses recherches érudites. Nous nous sommes interrogée sur son esprit et sur son idéal religieux. Il fallait ensuite connaître ses relations pour déterminer s’il avait appartenu à une école et subi des influences. L’Origenes Defensus, enfin, n’est pas une œuvre isolée, mais s’intégre dans une vaste étude sur les écrivains ecclésiastiques grecs de l’Antiquité. Il nous a semblé nécessaire d’étudier l’ensemble de l’œuvre « hallosienne », avant de nous concentrer sur l’Origenes Defensus.

***

11Nombreux sont ceux qui, à des titres divers, ont contribué à la réalisation de ce mémoire.

12Je remercie M. le Professeur J.-P. Massaut de m’avoir toujours appris l’enthousiasme intellectuel en même temps que la rigueur de la critique historique. Dans ce cas précis, il m’a ouvert les vastes horizons origéniens... quitte à les refermer un peu lorsque mon ardeur m’entraînait trop loin. Je lui sais gré d’avoir à la fois suscité et endigué mon élan.

13Je tiens également à remercier M. le Professeur J. Stiennon d’avoir accepté de faire partie de mon jury et M. Fr. Bierlaire, Chargé de cours associé, qui m’a aidée de manière efficace.

14C’est le Père J. Javaux, s.j., qui, le premier, m’a familiarisé avec l’histoire, — passée et présente, — de la Compagnie de Jésus. Plus que tout autre, il m’a permis d’avoir pour Halloix la « sympathie » que tout historien doit éprouver pour son sujet. Je ne saurais assez le remercier de l’accueil qu’il m’a toujours réservé.

15Sans les recherches que le Père E. Lamalle, s.j., a menées pour moi dans les Archives de la Compagnie de Jésus, à Rome, bien des parties de ce travail n’auraient pu être écrites. Je lui suis vivement reconnaissante de m’avoir fait profiter de son expérience d’archiviste et d’historien.

16Le Père P. de Jonghe à Namur, les Pères Ch. Indekeu et Fl. Van Ommeslaeghe à Bruxelles ont également fouillé pour moi les riches archives de la Compagnie de Jésus : leurs découvertes m’ont été précieuses.

17Sans doute mes parents et mes frères et sœurs n’avaient-ils, il y a quelques mois, qu’une connaissance fort imprécise d’Origène ; je les remercie de s’être inlassablement fait instruire à son propos, ainsi que d’avoir suivi mon travail avec une constante affection.

18Je remercie enfin mes amis qui, tout en partageant les joies et les difficultés de mes recherches, m’ont aidée à en relativiser l’importance.

19C. F.

Notes

1 J. Daniélou, Origène, Paris, 1948.

2 J. Leclercq, L'amour des lettres et le désir de Dieu. Initiation aux auteurs monastiques du Moyen Age, Paris, 1957, p. 90.

3 Cassiodore, Institutiones divinarum litterarum, cap. 1, dans P.L., t. LXX, col. 111C, cité par H. de Lubac, Exégèse médiévale, t. I, Paris, 1959, p. 274.

4 On trouvera les références de ces différents ouvrages dans la bibliographie ci-jointe.

5 L.-E. Halkin, Initiation à la critique historique, Paris, 1973, p. 123.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search